Vous êtes sur la page 1sur 38

Chapitre II : Techniques de

préparation du chantier
Préparation des travaux et techniques
d’organisation des chantiers de bâtiment.
• Lors de la phase de préparation du chantier, la coordination technique
occupe une place importante. Il faut d’abord occuper le terrain, installer le
chantier et ensuite procéder à la mise au point des divers plannings
d’exécution.
• Occuper le terrain
L’occupation du terrain ne peut pas se faire dans le désordre. Il faut un
planning de déroulement de cette opération :
• - Rendre le terrain utilisable : débroussaillage éventuel, démolitions, arbres
à abattre, mise en réserve de terre végétale, assainissement du terrain.
• - Tracer les voies et les divers réseaux.
Préparation des travaux et techniques
d’organisation des chantiers de bâtiment.
• Installer le chantier
• Montage des locaux destinés au personnel et mise en place des clôtures,
• Aménagement et préparation des aires destinées à recevoir les matériels
et les matériaux,
• Montage et mise en place des engins,
• Mise au point des registres obligatoires,
• Inventaire de la puissance électrique à obtenir,
• Inventaire de la main-d’œuvre et effectif à ne pas dépasser,
• Description du parc à matériel mis à la disposition du chantier et fiche de
recensement,
• Dossier complet du chantier.
Préparation des travaux et techniques d’organisation
des chantiers de bâtiment.
Au cours de cette phase, il est également nécessaire de bien déterminer les documents de
contrôle qui seront utilisés pour suivre le déroulement du chantier et pour en
déterminer, plus tard, son prix de revient.
L’entrepreneur ou le mandataire commun est tenu d’assister aux rendez-vous de chantier
provoqué par le maître d’œuvre ou d’y déléguer un agent qui a, du fait de cette
délégation, pouvoir pour donner sur le champ des ordres nécessaires sur le chantier.
Au cours de ces réunions, tous les problèmes liés à l’exécution des travaux sont abordés et
notamment :

• La mise à jour des plannings,


• Les décisions à prendre pour résoudre des problèmes d’ordre technique,
• Les remarques qui peuvent être faites sur la qualité des travaux,
• Les remarques pouvant être faites dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité.
Préparation des travaux et techniques d’organisation
des chantiers de bâtiment.
• Mettre en œuvre un projet signifie passer à l’action, mettre en place
sur le terrain et concrétiser le projet pensé
Piquetage et délimitation du chantier
• Le bornage permet de déterminer de façon précise et définitive les
limites de propriété (chantier). Pour le réaliser, il est conseillé de
s’adresser à un Géomètres Experts. L’étape suivante, le piquetage,
consiste à situer concrètement l’implantation d’un bâtiment et de ses
équipements annexes, à l’air libre ou enterrés.
• Plan général d’implantation des ouvrages :
Ce plan est établi par le maître d’œuvre (par son bureau d’études ou
par un bureau d’études externe). Il définit la position de l’ouvrage par
rapport à des repères fixes raccordés autant que possible au système
Lambert et au nivellement général de l’Algérie (NGA).
Piquetage et délimitation du chantier
• Le piquetage consiste à reporter sur le terrain l'axe ou les limites des ouvrages ou
des propriétés suivant un plan d’implantation. Cela se fait au moyen de piquet,
d'où le terme, matérialisant les futurs bâtiments, clôtures, axe de canalisation
projeté ou existante.
Piquetage général
Il s’agit du report sur le terrain des axes des ouvrages, au moyen de piquets
numérotés, raccordés en plan et en altitude aux repères fixes du plan général
d’implantation.
• Si le piquetage a été effectué avant le marché, le plan d’implantation notifié à
l’entreprise comporte l’indication de la position des piquets ;
• Si le piquetage n’a pas été réalisé avant le marché, il est effectué par
l’entrepreneur, à ses frais, contradictoirement avec le maître d’œuvre. Dans ce
cas, l’opération fait l’objet d’un procès-verbal dressé par le maître d’œuvre et
notifié à l’entrepreneur.
Piquetage spécial
Il s’agit du report sur le terrain, par des piquets distincts, du tracé des câbles,
canalisations et ouvrages souterrains. Il peut être réalisé en même temps ou après
le piquetage général.
Terrassement
le terrassement : désigne aussi l’ensemble des opérations de mise en forme d’un terrain
liées à l’édification d’une construction (nivellement du sol, fouille pour l’exécution des
fondations, tranchée pour la mise en place des canalisations…).
• Le déblai : ensemble des terres retirées
du sol lors des divers travaux de
terrassement. Les terres sont soit
réutilisées sur le terrain sous forme de
remblais, soit retirées du chantier.

• Le remblai : ensemble des terres


rapportées sur le terrain pour créer une
plate-forme ou combler une cavité.
Le foisonnement : augmentation du volume des terres provoquée par leur déplacement lors des travaux de
terrassement. La terre extraite des fouilles perd sa cohésion initiale et se fragmente en petits morceaux
indépendants qui occupent un volume apparent supérieur au volume de la terre en place.
• L’excavation : cavité, plus ou moins profonde, réalisée dans
le sol lors de travaux de terrassement.
La tranchée : longue excavation, plus ou moins large, destinée à la mise en
place de canalisations enterrées (conduites d’alimentation et d’évacuation,
drains…) ou à la réalisation de fondations pour un mur de clôture. Une petite
tranchée est parfois appelée rigole.
La fouille : excavation réalisée dans le sol et destinée à être remplie par le béton
des semelles de fondation. On distingue deux types de fouilles :
● La fouille en pleine masse : réalisée sur la totalité de l’emprise du
bâtiment, plus ou moins profonde, selon l’importance de la partie enterrée de la
construction.
● La fouille en rigole: tranchée destinée à recevoir les semelles filantes de
fondations. L’expression « fond de fouille » désigne le fond horizontal de
l’excavation.
La terre végétale : couche superficielle de terre mélangée à des
végétaux en décomposition. La terre végétale est souvent stockée
provisoirement pour être réutilisée lors des travaux
d’aménagements extérieurs.
• Le cubage ou la cubature : volume des terres déplacées lors des
opérations de terrassement.

• Le talus : inclinaison donnée à la paroi d’une fouille ou à des terres en


remblai
• La terre excédentaire : expression souvent employée au pluriel pour
désigner les déblais non réutilisés sur le terrain et évacués à la
décharge.

• Le bon sol : couche de terrain résistant, plus ou moins profonde,


capable de supporter le poids de la construction.

• Le terrain naturel : expression utilisée pour désigner la configuration


du terrain avant les travaux de terrassement.
Reference

• Auteur : Puale Galabaru


http://www.deschiro.fr/rubrique présentation fnt.html
http://wwwcli.org/secteure/btp
….

..
..