Vous êtes sur la page 1sur 27

EST de SALE Cours de béton armé

CHAPITRE I : GENERALITES

I- Notion d'état-limite

1. Définition des états-limites

Un état-limite est un état dans lequel se trouve une structure ou un élément de structure et tel
que, s'il est dépassé dans le sens défavorable, cette structure ou cet élément ne répond plus
aux fonctions pour lesquelles il est conçu.
On distingue deux catégories d’états-limites : les états-limites ultime et les état-limites de
service.
2. Les différents états-limites

a/ États-limites ultimes

Ils correspondent à ce que l'on entend généralement par la limite de résistance mécanique au-
delà de laquelle il y a ruine de l'ouvrage : on distingue ainsi:
 l'état-limite ultime d'équilibre statique
 l’état-limite ultime de résistance
 l'état-limite ultime de stabilité de forme (Pas de flambement)
b/ Etats-limites de service

Ils correspondent à des critères dont le non respect ne permet pas à l'élément d'être exploité
dans des conditions satisfaisantes ou compromet sa durabilité ; on distingue:
 l'état-limite de service vis-à-vis de la compression du béton
 l'état-limite de service d'ouverture des fissures.
 l'état-limite de service de déformation (Limitation de flèche)
II- Actions

Les actions sont l’ensemble des charges (forces, couples, etc., permanentes, climatiques et
d'exploitation) appliquées à la structure, ainsi que les conséquences des modifications
statiques ou d'état (retrait. variations de températures, tassements d'appuis, etc.) qui
entraînent des déformations de la structure.
Les actions permanentes

 le poids propre des éléments de la construction.


 le poids des équipements fixes de toutes natures.
 Les poids, les poussées et les pressions des terres, des solides et des liquides (si les
valeurs restent pratiquement constantes dans le temps).
 Les déformations permanentes imposées à la construction.
Pr : M.LAMRANI Page 1
EST de SALE Cours de béton armé

Les actions variables

 les charges d'exploitation


 les poids, les poussés et les pressions des solides et des liquides dont le niveau
est variable.
 les charges appliquées au cours d'exécution.
 les charges climatiques.
Les actions accidentelles

 les séismes
 les chocs des bateaux où véhiculent routiers sur les appuis des ouvrages d'Art.
III- Les sollicitations

Les sollicitations sont calculées à partir des valeurs de calcul des actions en utilisant les
procédures de la résistance des matériaux. Les sollicitations sont :
N : effort normal
V: effort tranchant
M : moment fléchissant
IV- Combinaisons d'actions

Dans le cas de situation durables ou transitoires, on combine les actions suivant la


combinaison de base:
Pour l'E.L.U : 1,35 Gmax + Gmin + 1,5Q

Pour l'E.L.S : Gmax + Gmin + Q

Gmax : désigne les charges permanentes défavorables à la structure.


Gmin : désigne les charges permanentes favorables à la structure.
Q : désigne les charges d'exploitation les plus défavorables.
V- caractères des matériaux

1. le béton

a/ Résistance du béton

Pour l’établissement des projets, dans les cas courants, un béton est défini par la valeur de sa
résistance à la compression à l’âge de 28 jours dite valeur caractéristique requise (ou
spécifiée) notée fc28. La résistance à la compression à j jours est notée fcj.

Pr : M.LAMRANI Page 2
EST de SALE Cours de béton armé

La résistance à la compression est mesurée par compression axiale de cylindres droits de


révolution de diamètre 16 cm (section 200 cm2) et de hauteur 32 cm, pour un granulat de
grosseur au plus égale à 40 mm.
La résistance caractéristique à la traction du béton à j jours, notée ftj est conventionnellement
définie par la relation :
ftj =0.6+0.06 fcj

b/ Résistances caractéristiques des bétons

Le tableau suivant indique les dosages permettant d'obtenir, dans la très grande majorité des
cas, les résistances caractéristiques à la compression à l’âge de 28 jours :

Classes du ciment 45 et 45 R 55 et 55 R

Conditions de CC AS CC AS
fabrication

16 MPa 300 kg/m3


20 MPa 350 kg/m3 325 kg/m3 325 kg/m3 300 kg/m3
fc28 =
25 MPa (1) 400 kg/m3 375 kg/m3
30 MPa non admis (1) (1) (1)
(1): cas à justifier par une étude appropriée
CC : conditions courantes de fabrication
AS : Condition de fabrication avec autocontrôle surveillé
2/Les aciers

a/ Prescriptions générales

Le caractère mécanique servant de base aux justifications est la limite d'élasticité (ou
élastique) garantie fe
Le module d'élasticité longitudinale de l'acier est pris égal à : Es = 200 000 MPa

Pr : M.LAMRANI Page 3
EST de SALE Cours de béton armé

b/ Diagramme contraintes-déformations

Le diagramme contraintes (  s ) - déformations (  s ) est conventionnellement défini ci-


dessous :

-10‰
10‰

Pente Es =200 000 MPa

c/ Aciers disponibles :

Les armatures pour béton armé sont constituées par des aciers qui se distinguent par leur
nuance et leur état de surface : on trouve les ronds lisses et les barres à haute adhérence. Pour
les ronds lisses, il existe deux nuances :
Pour les barres lisses (actuellement proscrites pour des considérations parasismiques) , les
nuances sont Fe E 215 et Fe E 235, correspondant à des limites d’élasticité garantie de 215 et
235MPa. (les diamètres disponibles sont 6-8-10 et 12 mm) :
Pour les barres à haute adhérence, les nuances sont Fe E 400 et Fe E 500 correspondant à des
limites d’élasticité garantie de 400 et 500 MPa (les diamètres disponibles sont 6-8-10-12-14-
16-20-25-32-40mm). Les aciers sont également disponibles sous forme de treillis soudés.

Pr : M.LAMRANI Page 4
EST de SALE Cours de béton armé

VI- les hypothèses de calcul à l’état- limite ultime de résistance

H1 : (hypothèse de Navier) les sections droites restent planes après déformation.


H2 : il n’y a pas de glissement relatif entre les armatures d’acier et le béton
H3 :la résistance à la traction du béton est négligée à cause de fissuration.
H4 :le diagramme contraintes- déformations du béton.

Le diagramme utilisé est le diagramme de calcul dit « parabole- rectangle »

0 2‰ 3.5

Pr : M.LAMRANI Page 5
EST de SALE Cours de béton armé

0   bc  2 ‰  bc  0.25 f bc 103  bc  4  103  bc 

2‰   bc  3.5 ‰  bc  fbc

fbc est la résistance de calcul du béton, qui vaut :

0.85 f cj
f bc 
 b

 b  1.5 Combinaisons générales

 b  1.15 Combinaisons accidentelles

  1 Lorsque la durée probable d’application de la combinaison d’actions considérée


est supérieure à 24h
  0.9 Lorsque cette durée est comprise entre 1h et 24 h
  0.85 Lorsque cette durée est inférieure à 1h
H5 : diagramme contrainte- déformations des aciers.
Le diagramme de calcul des aciers se déduit de celui du paragraphe V-2 en remplaçant fe par
fe/  s et en conservant la pente Es de la droite d’élasticité.

Pente Es

0 10‰

 s  1.15 cas général


fe
 sl 
 s  1 cas accidentel Es  s

Es=200 000MPa

Pr : M.LAMRANI Page 6
EST de SALE Cours de béton armé

Les relations entre contraintes et déformations sont :

 s   sl   s  Es  s

fe
 sl   s  10‰   s   su 
s

H6 : le raccourcissement relatif (unitaire) du béton est limité à :

3.5‰ en flexion

2‰ en compression

L’allongement relatif de l’acier est limité à 10‰.

H7 : les positions que peut prendre le diagramme des déformations d’une section droite
passent au moins par l’un des trois pivots définis ci-dessous
Règle des trois pivots

 Une section de béton soumise à des sollicitations normale se déforme suivant


l’hypothèse de Navier.
 Les positions limites que peut prendre la droite de déformation sont déterminées à
partir des diagrammes déformations contraintes du béton et de l’acier à l’ELU.
 La déformation de la section est représentée par une droite, passant par l’un des
pivots A, B ou C, à l’intérieur ou à la frontière des domaines repérés 1,2 et 3.
Allongements Raccourcissements
2 ‰ 3.5 ‰
0.167d

B
0.259d

3/7 h

1 Pivot B
d

C
Pivot A 2
h

Pivot C
A
AS
3
10 ‰

Pr : M.LAMRANI Page 7
EST de SALE Cours de béton armé

H8 : on peut supposer concentrée en son centre de gravité la section d’un groupe de plusieurs
barres, tendues ou comprimées.
VII- Hypothèses pour l’état-limite de service

H1 : Le béton tendu est négligé

H2 : Le béton et l'acier sont considérés comme des matériaux linéairement élastiques.


D'où l'application de la loi Hooke étendue en B.A.     diagramme de déformation
E
est homothétique au diagramme des contraintes.
y1
d

diagramme des diagramme des


déformations contraintes

 b  Eb b  s  Es s

b s
 dans des fibres voisines   b   s
Eb Es

Es
  s  n b avec n  : coefficient d’équivalence : n =15.
Eb

 s  n b C’est-à-dire section d’acier travaille n fois plus que la même section de béton.

H3 : La contrainte de compression du béton est limitée à 0.6 fcj


 bc  0.6 f cj fcj : contrainte caractéristique de résistance à la compression du
béton à j jours.

Pr : M.LAMRANI Page 8
EST de SALE Cours de béton armé

H4 : contrainte des armatures tendues

Afin de réduire le risque d’apparition des fissures importantes des armatures tendues sous la
sollicitation de service la plus défavorable doit demeurer inferieure aux limites indiquées ci-
après.

a. Si la fissuration peu préjudiciable  s  fe


b. Si la fissuration préjudiciable
2 / 3 fe
 s  Min 0.5 f e
max
110  f tj

2 / 3 fe
c. Si la fissuration très préjudiciable  s  0.8Min 0.5 f e
max
110  f tj

 : Coefficient de fissuration

  1.6 Pour les HA

  1 Pour les ronds lisses

Pr : M.LAMRANI Page 9
EST de SALE Cours de béton armé

CHAPITRE II : CALCUL DES TIRANTS


I- Hypothèses

Un tirant est une poutre droite soumise uniquement à la traction simple centrée: l'ensemble
des forces extérieures agissant à gauche d'une section (S) se réduit à un effort normal unique
N de traction perpendiculaire à (S) appliquée au centre de gravité G ; dans un tirant, le centre
de gravité des aciers est confondu avec celui de la section puisque le béton (tendu)
n'intervient pas dans la résistance et que les aciers seront évidemment placés de façon
symétrique par rapport au centre de traction.

N G

S
A
II- Dimensionnement

Le dimensionnement d’un tirant se fera en respectant les conditions suivantes:

1/Condition de résistance à l’ELU

La totalité de l'effort de traction est supportée par les armatures de section As qui subissent
toutes la même contrainte (en raison de la symétrie); l'ELU est atteint au pivot A (puisque
seuls les aciers sont pris en compte): la contrainte dans les aciers est donc  su  f e /  s
L'effort normal ultime valant Nu ; il vient:

Nu
As 
fe /  s

Pr : M.LAMRANI Page 10
EST de SALE Cours de béton armé

2/Condition de résistance à l'ELS

Comme précédemment, la totalité de l'effort de traction est supportée par les armatures de
section As qui subissent toutes la même contrainte qui ne doit donc pas dépasser la limite
admissible  s (quand elle existe en fissuration préjudiciable ou très préjudiciable).
L'effort normal de service valant Nser il vient:
N ser
As 
s
Remarque :

En raison de risque de corrosion des armatures, il est judicieux de toujours considérer un


tirant comme étant soumis au minimum aux conditions de la fissuration préjudiciable.
3/ Condition de non fragilité

Le règlement impose que la sollicitation provoquant la fissuration du béton ne doit pas


entraîner le dépassement de la limite d'élasticité dans l'acier: cela conduit à une quantité
minimale d'acier pour une section de béton donnée B, ou à une section maximale de béton
pour une section d'acier donnée:
As.fe  B.ftj

4/Dispositions constructives

Les armatures utilisées auront un diamètre au moins égal à 6 mm, valeur portée à 8 mm dans
le cas de la fissuration très préjudiciable.
La section de béton doit être suffisante pour assurer le bon enrobage des armatures et
permettre les éventuelles jonctions de barres par recouvrement enrobage minimum :
 5cm pour un milieu très agressif
 3cm pour un milieu agressif
 1 cm pour un milieu non agressif
5/Résumé
 N N f 
As  Max  u ; ser ; B tj 
La formule générale de dimensionnement s'écrit donc :  fe /  s  s fe 

6/Armatures transversales

Le diamètre des armatures transversales (les cadres, épingles et étriers) est la valeur la
plus proche du tiers du diamètre des armatures longitudinales.
1
Le diamètre sera : t 
3
L’espacement n’ayant que des exigences constructives, on prend : t  40cm ; a  10cm

Pr : M.LAMRANI Page 11
EST de SALE Cours de béton armé

CHAPITRE III : CALCUL DES POTEAUX EN COMPRESSION SIMPLE

Les règles B.A.E.L n’imposent aucune condition à l’état limite de service pour les pièces
soumises en compression centrée. Par conséquent, le dimensionnement des armatures
doivent se justifier uniquement vis-à-vis de l’état limite ultime.
Le calcul de la sollicitation normale s’obtient par l’application de la combinaison d’actions
de base suivante :
N u  1.35G  1.5Q

I- Longueur de flambement et élancement :


1-La longueur de flambement  L f  : elle dépend de la longueur de l’élément (L0) et du

type de la liaison.
Evaluation de la longueur de flambement et la longueur libre :
-Cas des poteaux isolés :

L0

2 L0
Lf  L0 Lf 
2 2

-Cas des poteaux dans des bâtiments à étages multiples :


L f  0, 7 L0 : si le poteau est encastré dans un massif de fondation ou bien assemblé à des
poutres de plancher ayant au moins la même raideur (E.I) que le poteau dans le sens de
flambement.
L f  L0 : dans les autres cas.

I4
Etage courant:
L02

I3 I2>I3 et I4>I3 alors Lf=0.7 L02


I : inertie de flexion
I2
(moment quadratique)
Poteau sur fondation:
L01

I1
I2>I1 et alors Lf=0.7 L01

Si ces conditions ne sont pas


remplies : Lf=L0
I >I et alors l =0.7 l
Pr : M.LAMRANI Page 12
EST de SALE Cours de béton armé

Lf
2-L’élancement de λ :  
imin
I
-Définition du rayon de giration : i  avec : B : la section du poteau.
B
a- Section rectangulaire :
y
b.a 3 a.b3
I xx'  ; I yy' 
12 12
x x’ a p b  I xx' p I yy'  ixx' p iyy'
a
I xx'
imin 
b B
y’
ba 3
2
imin  12  a  a  a
ab 12 12 2 3

D’où
2 3L f

a
b- Section circulaire :
 .D 4
I xx' 
64


 .D 4
x x 2
64  D d ' où : i  D
ixx' 
 .D 2 16 xx '
4
4

4Lf
D’où 
D

c- Section carrée :

a
imin 
a 2. 3

2 3L f
a D’où 
a

Pr : M.LAMRANI Page 13
EST de SALE Cours de béton armé

II- Effort normal résistant ultime:


Soit : Nu : la force extérieure de compression.
B : la section de l’élément.
fbc : la résistance du béton.
fe : la résistance de l’acier.
Asc : la section de l’acier.
Nous écrivons l’équilibre entre l’action et la résistance comme suit :
fe
Nu  B. f bc  Asc .
s
0,85. f c 28 f
 Nu  B.  Asc . e
b s
Pour plus de sécurité, on minore la résistance par un coefficient  . Puis on réduit la
section en éliminant 1 cm de chaque bordure. On appelle alors le section réduite.
1cm
1cm
1cm  .( D  0, 02) 2
a Br
Br Br  Br  (a  0, 02).(b  0, 02)
B 4 B

b
La loi s’écrite alors :

0,85
 Si   50 :  
 f   
2
f
Nu   .  Br. c 28  Asc . e  1  0, 2.  
 0,9. b s   35 
2
 50 
 Si 50    70 :   0, 6.  
 
Remarque :

1-Si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours,  sera divisé par 1,1  .
1,1

2-lorsque la majorité des charges est appliquée avant 28 jours, on prend la contrainte du

béton fcj ( fc 28 est remplacée par fcj ) et en même temps  sera divisé par 1,2  .
1, 2


3-  sera divisé par 1  dans les autres cas.
1

Pr : M.LAMRANI Page 14
EST de SALE Cours de béton armé

III- Détermination des armatures:


1-Armatures longitudinales :
 f f 
Nu   .  Br. c 28  Asc . e 
 0,9. b s 

 Nu Br. f c 28   s
D’où : Asc    .
  0,9. b  f e

2-Pourcentage d’armatures minimum :


 0, 2 B 
Amin  max  4u; 
 100 

Avec u = périmètre du poteau en m


B= section du poteau en cm2
4cm2/m de périmètre
3-Pourcentage d’armatures maximum :
5
Amax  .B
100
Avec B : section du béton en cm2 et A : section d’acier en cm2

Alors pour les armatures longitudinales nous avons trois cas :


1- Amin p Asc calculée p Amax  on ferraille avec Asc calculée.

2- Asc calculée p Amin  on ferraille avec Amin

3- Asc calculée f Amax  on augmente la section du béton B et on recalcule un nouveau Asc .


4-Armatures transversales :
Elles n’ont aucun rôle de résistance, le rôle principal est d’empêcher le flambement des
armatures longitudinales.
1
Le diamètre sera : t 
3
L’espacement entre deux cadres: S t  Min 40cm ; a  10cm ;15.l min 

Pr : M.LAMRANI Page 15
EST de SALE Cours de béton armé

5-Disposition constructives:
-Section rectangulaire:
c p Min  40; a  10  cm

-Section circulaire:
Un minimum de 6 barres

-Section polygonale :

Une barre à chaque sommet

-Nombre de cours d’acier transversaux à disposer sur la longueur de recouvrement doit être
au minimum 3.

Pr : M.LAMRANI Page 16
EST de SALE Cours de béton armé

CHAP VI : FLEXION SIMPLE A L'ELUR

I/ Les hypothèses de calcul

Un élément est soumis à la flexion simple si les forces et les couples agissant à
gauche d’une section droite quelconque de l’élément pouvons être réduits par
rapport à un point quelconque de l’axe de symétrie de cette section à :

- Un couple de moment: moment de flexion

- Une force : effort tranchant

Le dimensionnement des sections à l’état – limite ultime de résistance, vis-à-vis


du M f , s’effectue en appliquant la règle des trois pivots, les hypothèses de
calcul seront les suivants :

• Répartition des contraintes dans le béton comprimé selon le diagramme


rectangle simplifié.

• Contraintes de traction dans le béton sont négligées.

0.85 fcj
• Contrainte de compression du béton : fbc=
γb

• Module d’Young de l’acier : Es=200 000MPa

• Contrainte de traction ou de compression de l’acier :

fe
σ s = σ su = si ε sl≤ ε s≤10‰
γs

σ s = Es ε s si ε s ≺ ε sl

• Aciers HA Fe E400 : ε sl=1.74‰ et σsu=348MPa

HAFeE500 : ε sl=2.17‰ et σsu=435MPa

Pr : M.LAMRANI Page 17
EST de SALE Cours de béton armé

II- Calcul des armatures longitudinales

Section rectangulaire

1-Section sans armatures comprimées

0.4yu_
Béton comprimé
εbc σbc fbc

0.8yu_
Nbc

y u_

d-0.4yu
d
h

As σsu σsu Ns
εs
b
Diagramme des Diagramme des Diagramme des Diagramme des
déformations contraintes contraintes simplifié forces

Equation d’équilibre

Mu=Nbc.zu

Mu=Ns.zu

Or Nbc= 0.8byufbc zu=d-0.4yu et Ns=Asσsu

Mu=0.8byufbc (d-0.4yu) et yu= α u d

=0.8 α u (1 − 0.4α u )bd 2 fbc

On pose µu = 0.8α u (1 − 0.4α u )

Mu
D’où µu = µu moment réduit
bd 2 f bc

Par résolution de l’équation µu = 0.8α u (1 − 0.4α u )

On trouve:

α µ = 1.25(1 − 1 − 2µu )

Pr : M.LAMRANI Page 18
EST de SALE Cours de béton armé

Dimensionnement des armatures tendues

Données :

− Les caractéristiques des matériaux

− La sollicitation Mu supportée par la section

− Les dimensions b et d de la section de béton

Mu
On calcul : µu =
bd 2 fbc

• Si µu ≤ 0.186 ⇒ α u ≤ 0.259 ⇒ pivot A ⇒ ε s = 10 ‰ et ε bc ≺ 3.5 ‰

fe
D’où σ s = σ su =
γs

La section d’aciers tendus As est égale à :

Ns
N s = Asσ su ⇒ As =
σ su

D’où Mu
As =
β dσ su

Avec : zu = d β et β = 1 − 0.4α u

Pr : M.LAMRANI Page 19
EST de SALE Cours de béton armé

• siµu ≻ 0.186 ⇒ α u ≻ 0.259 ⇒ Pivot B ⇒ ε bc = 3.5 ‰

1 − αu
dans le pivot B : ε bc = 3.5 ‰ ⇒ ε s = ε bc
αu

εbc=3.5‰
B

2a 2b

A
10‰ εsl 0

Région 2 a :

Si ε sl ≤ ε s ≺ 10 ‰ ⇒ 0.259 ≺ α u ≤ α l et 0.186 ≺ µu ≤ µl

fe
Alors σ su =
γs

D’où
Mu
As =
β dσ su

Région 2b :

Si 0 ≤ ε s ≺ ε sl ⇒ 1 ≥ α u ≻ α l et 0.48 ≥ µu ≻ µl

Alors σ su = Esε s ⇒ As ր⇒ l’acier est mal utilisé

Solution :

 Soit on augmente b et h

 Soit on utilise un béton de résistance plus élevée

 Soit on ajoute des armatures comprimées.

Pr : M.LAMRANI Page 20
EST de SALE Cours de béton armé

Caractéristiques des aciers à l’ELU :

Nuance Combinaisons durable ou transitoires γ s = 1.15


fe (MPa) fe / γ ε
s sl
αlim µ li m
MPa ° / 
Fe E400 348 1,739 0,668 0,391
Fe E500 435 2,174 0,617 0,371

3.5° /  
α lim = µlim = 0.8α lim (1 − 0.4α lim )
3.5° /   + ε sl

2- Section avec armatures comprimées :

lorsque µu ≻ µlim , les aciers tendus travaillent insuffisamment,mais le béton


travaille à son maximum ; on est donc en pivot B les deux équations d’équilibre
sont insuffisant pour calculer les trois inconnues α u , AS et AS' .

La solution la plus retenue et qui conduit à une section totale d’armatures


( AS' + AS ) très proche du minimum consiste à prendre α u = α lim et µu = µlim .

Dans ce cas , σ s = σ s' = σ su et on obtient, pour les deux types d’aciers courants :

M u − 0.391bd 2 f bc bdf bc
HAfeE400 : AS' = et As = As' +
348(d − d ' ) 651

M u − 0.371bd 2 f bc bdf bc
HAfeE500 : AS' = et As = As' +
435(d − d ' ) 881

Le règlement impose que la part du moment de flexion équilibrée par les aciers
comprimés doit être inférieure à 40% du moment total, soit :

σ s' AS' (d − d ' ) ≺ 0.4 M u

Si µu ≻ 0.667 , on prend :

µ c a lc u l = 0 .6 µ ré e l puis (
α u = 1 .2 5 1 − 1 − 2 µ ca lc u l )

Pr : M.LAMRANI Page 21
EST de SALE Cours de béton armé

les déformations des armatures valent :

1 − αu  d' 
ε s = 3.5 ‰ et ε s' = 3.5 ‰ 1 − 
αu  αu d 

On déduit en suite σ s et σ s' dans ces armatures.

Les sections d’armatures valent :

M − µ c a lc u l b d 2 f b c et A s' σ s' + 0 .8 α u b d f b c
A S' = u
As =
σ s' ( d − d ' ) σ s

3- Dimensionnement d’une section rectangulaire :

Lorsque les dimensions de la section sont inconnues, on pourra choisir ces


dimensions pour que le moment réduit µu soit situé dans une gamme de valeurs
correspondant à une bonne utilisation des matériaux.

µu ≥ 0.104 pour une bonne utilisation du béton.

µu ≤ µl pour éviter de placer les aciers comprimées.

Mu
Soit 0.104 ≤ ≤ µl
bd 2 f bc

d
Avec en première approximation b ≃ , la relation devient :
2, 25

Mu M
3 ≤ b ≤ 1.5 3 u puis h = 2.5b
f c 28 f c 28

4 :Section minimale d'armatures tendues :

As >= Max(bh/1000;0.23*bd*ft28/fe)

Pr : M.LAMRANI Page 22
EST de SALE Cours de béton armé

Pr : M.LAMRANI Page 23
EST de SALE Cours de béton armé

Pr : M.LAMRANI Page 24
EST de SALE Cours de béton armé

Pr : M.LAMRANI Page 25
EST de SALE Cours de béton armé

CHAP V : EFFORT TRANCHANT


JUSTIFICATIONS ET DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES

I. Sollicitation de calcul
La sollicitation d’effort tranchant Vu est toujours déterminée à l’état limite ultime (E.L.U).
La combinaison de base dans les cas courants pour calculer Vu est :
1.35G + 1.5Q

II. Contrainte tangentielle conventionnelle


Pour calculer la contrainte de cisaillement ou contrainte tangente, on applique l’expression suivante :

u = Vu / b.d Vu : effort tranchant en MN


u : contrainte tangentielle en Mpa
b,d : en m

La contrainte tangentielle conventionnelle doit satisfaire aux états limites suivants :


 Armatures droites (  = 90°)
Fissuration peu préjudiciable u  u = min 0.20fc28 ; 5 Mpa
b

Fissuration préjudiciable u  u = min 0.15fc28 ; 4 Mpa


Ou très préjudiciable b

 Armatures inclinées à (  = 45°)

u  u = min 0.27fc28 ; 7Mpa


b

Si cette condition n’est pas vérifiée, il convient de revoir les dimensions de la poutre et notamment sa
largeur.

III. Dimension des armatures transversales


Choisir le diamètre de l’armature transversale

t  min ( h/35 ; l min ; b/10 )

t: diamètre des armatures transversales


l min: diamètre minimal des armatures longitudinales
h : hauteur totale de la poutre.
b : largeur de la poutre.

Pr : M.LAMRANI Page 26
EST de SALE Cours de béton armé

IV. Espacement maximum des cours d’armatures


At: section d’un cours d’armatures
Stmax  min 0.9d ; 0.40m ; At .fe transversale en m²
fe : en MPa
0.4 b b, d : en m

V. Espacement des armatures transversales

St  0.9. At .fe
s .b (u – 0.3ft 28k)

Ai : section d’une branche verticale en m²


At = n Ai n : nombre de branches verticales
At : section totale d’un cours d’armatures transversales en m²

fe ; fc28 ; u en MPa avec ft28 plafonnée à 3.3 MPa.


b ; St en m.
- Reprise de bétonnage
k=0 si - fissuration très préjudiciable
Avec
- cas de flexion simple
k=1 si - sans reprise de bétonnage
- ou reprise avec indentation  5 mm

VI. Répartition des armatures transversales


Deux cas peuvent se présenter :
1) St > Stmax

Placer le 1ercours d’armature transversale à une distance du nu de l’appui égale à Stmax /2.
Disposer les autres cours d’armature à une distance constante égale à Stmax.

2) St < Stmax

Placer le 1ercours d’armature transversale à une distance du nu de l’appui égale à St /2.


Effectuer la répartition des cours en appliquant la progression de CAQUOT définie par les
valeurs :
7 – 8 – 9 – 10 – 11 – 13 – 16 – 20 – 25 – 30 – 35 – 40 .
Répéter chacune des valeurs de la progression autant de fois qu’il y a de mètres dans la demi-
portée.

N.B : Retenir toujours les valeurs minimales de St.


La répartition des cours d’armatures transversales s’effectue en partant des appuis vers le milieu de la
poutre. L’espace restant entre les deux derniers cours doit être inférieur ou au plus égal à Stmax.
Cet espace n’est généralement pas coté sur les plans.
Pr : M.LAMRANI Page 27