Vous êtes sur la page 1sur 5

PENSÉ INFORMATIQUE OU

COMPOTATIONEL
• Pensée computationnelle
• Le terme “pensée informatique” a été introduit dans la communauté informatique par le biais d’un article d’ACM
Communications, écrit par Jeannette Wing en 2006.
• Selon la définition à la fois célèbre et reconnue de Wing, “La pensée informatique est le processus de pensée impliqué dans
la formulation d’un problème et sa solution de manière à ce qu’un ordinateur — humain ou machine — puisse fonctionner
efficacement” [2]
• Dans son article, Wing a soutenu que la pensée numérique était “une compétence fondamentale pour tout le monde, pas
seulement pour les informaticiens” [3]. La pensée informatique devrait être enseignée partout, en particulier à l’école, et les
idées informatiques devraient être intégrées à d’autres disciplines. Cependant, alors que des définitions communément
utilisées de la pensée informatique apparaissent progressivement, il est beaucoup moins clair de savoir comment les gens
acquièrent la pensée informatique pour devenir des penseurs informatiques. De manière générale, la pensée informatique
peut être définie comme un ensemble de compétences cognitives spécifiques et de processus de résolution de problèmes.
Selon Wing, la pensée informatique, entre autres choses, reformule un problème apparemment difficile en un problème que
nous savons résoudre, peut-être par réduction, intégration, transformation ou simulation. C’est “penser récursivement” [3].
C’est un “traitement en parallèle” [3]. Il s’agit de juger un programme non seulement pour son exactitude et son efficacité,
mais aussi pour son esthétique et la conception d’un système pour sa simplicité et son élégance.
• Pour mieux comprendre le sens large de la pensée informatique ainsi que son importance, il est utile de définir ici ce qu’est ce type de pensée et ce qu’il n’est PAS :
• La pensée informatique est une conceptualisation, pas une programmation.
• Il décrit une façon de penser à plusieurs niveaux d’abstraction, pas seulement la capacité de programmer.
• En réalité, le processus de pensée informatique commence avant d’écrire la première ligne de code.
• Il s’agit d’une compétence fonctionnelle fondamentale et non mécanique.
• Le terme peut inclure le mot ordinateur, mais il fait principalement référence à la façon dont les humains pensent, pas aux ordinateurs:
• Les ordinateurs ne pensent pas, nous pensons pour eux.
• La pensée informatique ne consiste pas à penser comme un ordinateur, mais plutôt à penser avec l’ordinateur.
• Il complète et combine la pensée mathématique et technique.
• Les produits de la pensée informatique sont des idées, des concepts que nous utilisons pour aborder et résoudre des problèmes, ils ne sont pas des artefacts.  [3]
• Bien que le terme Pensée informatique soit relativement nouveau, le processus impliqué par Wing peut être reconnu comme une version améliorée de la méthode
scientifique bien établie. Conformément à la définition de Wing, la pensée numérique peut être considérée comme une combinaison de pensée mathématique-
analytique avec les sciences naturelles, le génie et d’autres disciplines. En bref, la pensée informatique est conceptualisée comme pensée  avec l’ordinateur. Il est
considéré et utilisé comme une façon de penser qui utilise l’ordinateur comme un instrument pour soutenir le processus de pensée humain, pour visualiser les
conséquences de ce processus de pensée et pour formuler un problème afin qu’une solution assistée par ordinateur puisse être introduite.

• Sur la base de la définition de Wing, le processus de pensée informatique peut être segmenté en trois étapes (Figure 1):
• Problème Formulation (Abstraction): La formulation d’une question: Comment quelque chose fonctionne; visualiser le problème à l’aide d’un diagramme sur une
feuille de papier. Comme il est clair ici, l’utilisation d’un ordinateur n’est pas nécessaire pour lancer le processus de pensée informatique.

• Expression de solution (automatisation): expression non ambiguë de la solution afin que l’ordinateur puisse l’exécuter, grâce à la programmation informatique.
• Exécution et évaluation (Analyse): exécution de la solution par l’ordinateur montrant les conséquences directes de sa propre pensée
• Outils de pensée informatisés
• Les outils de pensée informatisés sont des environnements de programmation éducatifs qui rendent l’enseignement de la pensée informatisée pratique à tous les niveaux
d’école. En prenant en charge les trois étapes du processus de pensée informatique et en minimisant les défis syntaxiques, sémantiques et pragmatiques, ils rendent la
pensée informatique et la programmation accessibles et excitantes. Bien sûr, on peut stimuler la pensée numérique en programmant un voyage comme on peut faire le
chemin de Genève à Winterthur, en marchant. En fin de compte, il faut mieux comprendre les objectifs précis et les difficultés de certaines approches spécifiques. Par
exemple, si l’objectif de la programmation est de devenir un programmeur professionnel plutôt qu’un penseur informatique, différents outils et différentes approches
d’échafaudage peuvent s’avérer nécessaires.Les outils de programmation pure sont aussi des environnements d’apprentissage général qui peuvent être utilisés pour une
grande variété de projets, mais les programmes les plus intéressants deviennent rapidement sophistiqués et génèrent une complexité involontaire.

• Avec leur objectif déclaré de prise en charge du processus de pensée informatique, les outils de pensée informatique, ont un éventail de projets plus restreint, mais ils
gèrent la surcharge de codage de manière à ce que la pensée informatique puisse être exprimée avec peu de code. Bien sûr, des outils de programmation pourraient être
utilisés pour la pensée informatique ou des outils de pensée informatiques pourraient être utilisés pour créer des projets généraux, mais dans les deux cas, la non-
concordance entre l’outil et l’application risque de générer une complexité accidentelle excessive. Ils deviennent alors trop complexes pour justifier des utilisations
éducatives.

• Les outils de la pensée informatique doivent répondre aux défis inhérents aux trois étapes du processus de pensée informatique: formulation du problème, expression de
la solution et exécution / évaluation de la solution. La formulation du problème peut être étayée par des outils facilitant le transfert par le biais d’abstractions explicites,
mais aussi de pensées verbales et visuelles. Par exemple, les outils de pensée informatisés peuvent soutenir la pensée visuelle en offrant diverses métaphores spatiales
évocatrices. Les outils Mindmap capturent les concepts sous forme de nœuds et de liens. Les feuilles de calcul sont des grilles bidimensionnelles contenant des nombres
et des chaînes. La nature polyvalente des grilles a permis aux feuilles de calcul de devenir les outils de programmation les plus utilisés au monde. Des outils tels que  
Boxer et ToonTalk utilisent la notion de micro-monde (microworld) basée sur des conteneurs pour représenter les relations.

• Afin de soutenir l’étape de l’expression de la solution, la communauté de la programmation visuelle a exploré des approches permettant de rendre la programmation
plus accessible. À cette fin, et afin de limiter la complexité accidentelle, les outils de réflexion informatiques doivent également répondre aux préoccupations
sémantiques et pragmatiques de la programmation. Des approches telles que la programmation par glisser-déposer ont globalement permis de relever des défis
syntaxiques. Les grands défis de la programmation utilisateur final sont en train de passer des préoccupations syntaxiques aux préoccupations sémantiques et
pragmatiques. En termes de défis sémantiques, la programmation en direct et des approches similaires aident les utilisateurs à comprendre le sens des programmes en
illustrant les conséquences des modifications apportées aux programmes. En termes de défis pragmatiques, des langages de programmation orientés domaine ou
spécifiques à une tâche aident les utilisateurs à utiliser des langages de programmation pour atteindre leurs objectifs. Finalement, Dans le but de soutenir la phase
d’exécution et d’évaluation, les outils de réflexion informatiques devraient faciliter le processus de débogage. Une stratégie consiste simplement à réduire, par exemple,
le fossé entre l’expression de la solution et son exécution et son évaluation. Ce faisant, les outils de pensée informatique peuvent prendre en charge la pensée
informatique dans une variété de disciplines sans entraîner de complexité inutile.