Vous êtes sur la page 1sur 21

L’organisation du XXI siècle e

(modèle?)
Par
Luc Bernier
Professeur à l’ENAP
et codirecteur du CERGO
Octobre 2008
Contexte
Vieillissement de la Attentes élevées
population des utilisateurs

Contraintes budgétaires

La mondialisation

Intégration des services


Organisation en perpétuel et des infrastructures
changement
La gouvernance?

 Les relations avec le gouvernement


 Les relations avec la société civile

 Après Enron, la SAQ et l’UQAM


Définitions
 C’est la direction en situation de
complexité
 C’est une configuration de lois, de
structures, de ressources, de règles
administratives et de normes
institutionnelles qui programment et
conditionnent les services et les
régulations (Lynn, Heinrich et Hill,
2000)
Loi sur la gouvernance des sociétés d’État et
modifiant diverses propositions législatives

Les nouvelles règles :


 Normalisent les moyens de contrôle plutôt que
de les révolutionner

 Problèmes perçus :
• Qualité des membres du CA
• Poids « santé » du CA
• Manque de transparence
• Déficit de formalisation des relations
Le rôle du CA et du comité
Les enjeux majeurs et les tendances nouvelles
 Le public et le privé : même combat?
 La transparence d’une maison de verre

Deux CA en un devraient exister?


 CA forts avec membres indépendants
majoritaires
 CA consensuels, qui permettent échange et
concertation avec le milieu
Liens formels
Premier ministre

Ministre PCA et C. A.

Sous-ministre P.-D. G.

Ministère Cégep
Mobilisation?
Syndicats
Marché
Employés de
l’emploi

CEGEP
Élèves

Parents Autres
Cegeps

Ministère
de
l’Éducation
La nouvelle gouvernance,

 C’est parler de responsabilité sociale


 C’est parler de développement durable
Derrière cette gouvernance

 Des intérêts individuels


 Des intérêts collectifs
 Un intérêt général en équilibre
Une anarchie organisée

 Des objectifs nombreux et parfois


contradictoires
 Des technologies mal comprises
 Une participation fluctuante
Un modèle général
Ressources
Leadership adéquates Mécanismes
de
Culture coordination
organisationnelle
Entreprenariat appropriée
+e
+
Contrôle d’un
+ Cadre légal
noyau adéquat
Appui politique
technologique

Implication des Gestion par Solvabilité du


parties prenantes résultats / problème
Imputabilité
Une dimension politique (1)
Des entrepreneurs publics
 La nécessité d’entreprenariat: outre le leadership
politique, il faut des entrepreneurs. Ce sont eux
qui portent les innovations.
 Une nouvelle combinaison de facteurs
(Schumpeter, 1934)
 La foi en l’expertise
 Une équipe, pas un individu
 L’institutionnalisation
Une dimension administrative (1)

Des ressources adéquates:

 Avoir les ressources humaines, financières


et technologiques
 Doit-on engager des consultants ou faire
faire de la sous-traitance?
Une dimension administrative (2)

Une culture organisationnelle appropriée

 Travailler la culture organisationnelle


 Qu’est-ce qui motive les membres de votre
organisation?
L’organisation en très bref
Sous-système frontalier

Noyau technologique
Une dimension administrative (3)
Gestion moderne en fonction des résultats /
imputabilité
 Une capacité à gérer le risque (clientèle?)
 Une gestion en fonction des résultats mesurables
(efficience, efficacité, adéquation) et des incitatifs
pour les atteindre (qu’est-ce qu’on mesure?)
 Une capacité de faire de la planification
stratégique
Planification stratégique
 Un plan certes
 Un processus essentiel
 Une ligne directrice par mauvais et bon
temps pour l’interne
 Une acceptation, une légitimité dans
son milieu
Une dimension politiques publiques (1)

Mécanismes de coordination
 Des mécanismes de coordination
appropriés
 Il faut un mécanisme supérieur aux
parties pour coordonner?
 Des partenariats?
En conclusion
• Un contexte mouvant
• Une gouvernance complexe
• Il faut jongler avec de nombreuses
quilles
• Et dans cet ensemble, la possibilité de
faire son chemin
• Trouver un juste milieu
« Je cherche dans le noir une voix
qui réponde »
Victor Hugo

…Questions et commentaires…