Vous êtes sur la page 1sur 802

DICTIONNAIRE

DE GÉOGRAPHIE ANP.IF.NNF. FT
A L'USAGE

1

MODERNE

^U LIBRAIRE DELIVRES ^ET'DE L'AMATEUR CONTENANT
lo Les noms anciens, grecs etlatins, de la décadence latine et de la renaissance, des principales divisions de l'Europe, provinces, villes, bourgs, abbayes, etc., avec leur signification actuelle en langues vulgaires sur les origines de la typographie dans 2o Les recherches les plus étendues et les plus consciencieuses toutes les villes, bourgs, abbayes d'Europe, jusqu'au xix° siècle exclusivement des noms de lieux, destiné à servir de table. 30 Un dictionnaire français-latin

PAR UN BIBLIOPHILE
Indulgenlia ctignus tst labor arduus.

PARIS
LIBRAIRIE FIRMIN DIDOT FRÈRES, RUE JACOB,56
1870

FILS ET C"

SUPPLÉMENT AU U

MANUEL

DU

LIBRAIRE ET

DE L'AMATEUR

DE LIVRES.

Paris.

Typ. Firmin Didot frères, fils et O.

A. M.

MOGONTIAC. CIVIT.
ILLUSTRISSIME JOHANNIS GENSFLEISCH

ALiAs GUTENBERG patrie

Ad laudem

et majorem

gloriam

artis typographies, dedicavit

hune librum humilissime

.1 uclor

P. D.

AVANT-PROPOS.

Les plus courtes pré faces sont les meilleures. En vertu de cet axiome, que nous considérons comme indiscutable, nous nous bornerons à exprimer un vœu modeste, c'est que ce travail ardu puisse rendre quelques services à nos confrères les bibliophiles. Mais il est un devoir, impérieusement imposé, auquel il nous est doux d'obéir c'est celui d'assurer de notre cordiale reconnaissance les nombreux correspondants qui ont bien voulu nous honorer de leurs utiles communications;. qu'ils reçoivent encore une fois ici le témoignage de notre gratitude sincère. En dépit de nos efforts assidus, et bien que la conscience avec laquelle nos recherches ont été faites soit, croyons-nous, surabondamment démontrée, bien des inexactitudes seront certainement relevées dans ce livre; mais les travailleurs sérieux auront pour nous quelque indulgence. Ils sauront apprécier à quelle suite d'investigations persistantes et pénibles il a fallu nous condamner pendant des années, pour obtenir ce résultat, encore imparfait, que nous leur soumettons aujourd'hui. Septvilles de l 'Orient se disputent la gloire d'avoir vu naître le vieil

VIII

AVANT-PROPOS.

Homère combien plus dans note jeune Europe prétendent à l'éternel honneur d'avoir produit la typographie en caractères mobiles Le dernier mot sera-il dit un jour, qui mettra fin ces discussions envenimées, qui dissipera ces ténèbres épaisses? Nous n'osons l'espérer; mais, loin de nous laisser aller au découragement, nous nous ferons un honneur de persévérer dans ces rudes travaux, et peut-être, à force de recherches passionnées, et surtout grâce au concours persistant de tant d'amis érudits et dévoués, parviendrons-nous à jeter quelque lumière au travers de ce nuage réputé impénétrable qui enveloppe de son ombre le berceau de Part divin. Que notre vénérable' et savant éditeur daigne agréer, comme un hommage respectueux, le témoignage de la reconnaissance empressée que nous sommes heureux de pouvoir lui o f frir; c'est à lui qu'appartient l'idée première de ce livre, c'est à lui qu'il aurait dû être t il nous pardonnera, nous l'espérons, d'avoir songé tout mais d'abord à la commune patrie des amis des livres, à ^illustre ville de Mayence, la mère de Gufenberg et le berceau de la typographie.

UN BIBLIOPHILE.

DICTIONNAIRE

DE GEOGRAPHIE
ANCIENNE ET
A L'USAGE

MODERNE

DU LIBRAIRE ET DE L'AMATEURDE LIVRES.

Aaiiusium, Aahus, ville de Westphalie. [Chaudon.] Aalburgum.,Aalborg, ville et port du Danemark (Jutlànd).
Aara, voy. Abrincje. Aarhuus ou Aarhus, Aarhusum, Arhusia, ville et évèché du Danemark (Jutland). Panzer mentionne un llreviariiimjuxta tecturam ordinariam clwri Arclmszicnsis (sic), imprimé dans cette ville en 1519, par Melchior Bluimne, impensis Avliusiensis claboraliim et impressum, capituti llev. Dili Claus:en Arhuszix, 1519, ponlificatus anno 29, in-8. Un exemplaire de ce rare volume est conservé dans la bibliothèque de l'Université d'Abo. AUSA NovA.

Abacjîna, Bigénis, bourg de l'île de Sicile. Abacum, Abuzanum [Itin. Ant.], Abudiacum Danubianum, Abach, sur le Danube, bourg de Bavière, près Ratisbonne. Abaluba, Appleby (?), ville. d'Angleterre, chef-lieu du Wcst-Moreland. Aballensis PAGUS Aballonensis AGER, YA'vallonais, anc. pet. prov. de France (Yonne).

Abaixo ABULLO Aballum Aballone AVALLONEC [monn. mérov.], anc. ville Aasona, voy. des Éduens; auj. Avallon, ville de Fr. Aaziacum, Aazy près Chézy, bourg de (Yonne). France (Aisne). Imprimerieen 1787. ABA,Ab^j anc. ville de la Phocide sept., • Abantias, Abantis, île à'Eubée, auj. Nédont les habitants, Abantes, colonisègrepont, sur la côte E. de la Grèce; rent l'ile d'Eubée [Négrepmt). s'appelait primitivement Chalcis, et Aba-Vyvariensis prit le nom d' Abantis quand les AbanComitatus, Aba-VyvaT, tes s'y réfugièrent. comitat de Hongrie. 1 DICTIONN. DE GÉOGK.

3

ABANTONIA.

ABLESIA.

4

Abantonia, Albantonium Aubenton, pet. ville de l'anc. Picardie (Aisne).
Abarimon, voy. SEBIRIA. Abbatia. Nous avons réuni, sous forme d'appendice à ce voaux ordres lume, la suite des abbayes appartenant lettrés, que nous avons pu réunir.

thèque de ce château, résidence de sir Walter Scott, fut rédigé en 1838; il forme un très-fort vol. in-4, recherché aujourd'huides bibliophiles. Abbentonia, voy. Abintonta. Abcudia, Abcuden, Abcoude, pet. ville de Hollande. [Chaudon.] Abdara, Abdha, Adra, bourg d'Espagne, dans l'anc. Bétique (roy. de Grenade). Abdera, Abdère, ville maritime de Thrace (Roumélie). Abdiacum, Faucen^e, Fùssen, ville de Bavière. ABDUA, DDUA, A YAdda, riv. d'Italie (Lom.bardie). Abella VETUS, bella Vecchia, ville d'Italie A (Camp. de Rome). Abell*, Avella, ville d'Italie (Terre dé Labour). Abellinum, Avellino, ville de l'anc. Samniwn, chez les Hirpins, auj. roy. de Naples. Voiciun volumeimpriméà Avellinoen 1657,que nous rencontrons au catal. Raluzeet dans Haym Caroli Poggii et Leonardi Chiensisde Vera Nobilitote (raclatus, cum eorum vita, et annot. MichaelisJustiniani. Abellini, 657,in-4. 1 Abellinum Marsicum, Marsico Vecchio, ville de l'anc. Lucanie, auj. Basilicate. Abensperga, Aventinum, Aventinium, ABUsina [Itin. Anton.], Abensberg, ville de Bavière, sur l'Abens. Aberavonium, Aèeravon, ville d'Angleterre (Pays de Galles). Aberdonia, ABERDONA, Voy.Abredoma. -um, Abergonium, Abergavenny, ville d'Angle^ terre (Monmouthshire) voy. Gobanium. riv. de Bavière. Abu, Abrust, Abiacum, Abiat de Nontron, bourg de Fr. (Dordogne). Abiliacum, Abilly, commune près Chinon (Indre-et-Loire) Abinio [monn. mérov.], Avigneau, village dépendant d'Escamps, bourg de France (Yonne). Abintonia, ABBENTONIA, Abindonia, Abingdans le Berkdon, ville d'Angleterre, shire. Le MissaleAbingdonense, in-li, futimpr. en 1528; > en cette ville, par les soinsde JohannesScholaris,et, selon toute probabilité, ce fut le premier et peutêtre l'uniqueproduit de ses presses. CeJohn Scholar dirigeaitune imprimerieà Oxford,de 1512 1518. à Abiolica, le Bullet, pet. ville de Suisse, près Yverdon (cant. de Vaud). ABLEsiA,Ableiges, village de Fr. (Seine-

Abbatia Bintensis. Baindt, ville de Souabe (anc.. abb.).
ABBATIS Cella, de Suisse. Abbatis Villa, Franche-Comté, Appenzell, Abbans près la ville et canton

Ville,

Besançon

de bourg (Doubs).

ABRATIS VILLA, Abbavilla, Abbamico VILLA, ville de France Abbeville, (Somme), anc. du comté de Ponthieu; abb. cap. de Saint-Riquier. est exercée dans cette ville dès L'imprimerie l'année I486. Jehan Dupré, l'illustre typographe parisien, qui imprimait le Alissale de 1481, le Trésor des humains en 1482, le Boccace des nobles en 1483 et pour la Normandie, le famalheureux meux Coutumier de cette même année 1483, confie à un artisan d'Abbeville, nommé Pierre Gérard, les caà l'établissement ractères et le matériel nécessaires d'une imprimerie et dès l'année I486 considérable, cette association produit: la Somme rurale, comin-fol. goth. de 253 pillée par Jehan Jloutillicr, la Cité de Dieu de ff. à 2 col. de 47.1ig. avec signat. saint Augustin, mise en franc. de par Itaoul Praeslcs, achevée le 7 avril, 2 vol. in-fol. de 340 et 320 ff. et sur laquelle Jehan Dupré associe son nom à celui plus modeste de Pierre Gérard. Nous plaçons la Cité de Dieu en seconde ligne, parce qu'il est possible que la Somme rurale, qui n'a pas de date de mois, l'ait précédée. M. F. Pouy pense au contraire que le premier livre imprimé à Abbeville est la Cité de Dieu, et il se fonde sur ce que c'est le seul des trois ouvrages qui porte les noms des deux associés la direction il suppose que Jehan Dupré abandonna de l'établissement à Pierre Gérard, typographique aussitôt après l'impression de cet ouvrage.Cette supposition paraît assez plausible. La biblioth. d'Amiens conserve de cet important un splendide ouvrage exemplaire, impr. sur vélin. Le troisième ouvrage sur lequel on rencontre le nom de Pierre Gérard n'est pas moins important c'est le roman des Neuf Preux: Cy fine le. Hure intitule le Triumphe et a des Neuf Preux. dans la ville d' Abbeville par Pierre este imprintc et finy le pénultième jour de may l'an Gérard, in-fol. goth. à 2 col. de ni. cccc. lxxx et vu, 34 lignes. 11 est probable qu'à la suite de l'exécution de ces trois ouvrages l'association fut rompue entre Pierre Gérard et Jehan Dupré, car nous ne trouvons plus de à Abbeville traces d'établissement typographique pendant le xve siècle. Au xvne s., après un intervalle de près de deux cents ans, la ville d'Abbeville appelle dans ses murs un imprimeur d'Amiens, Jean Musnier, qui y transporte son matériel, et, fortement appuyé par la municipalité, y fait fortune.

Sakcti Luciani, AbbevilleAbbatis VILLA St-Lucien, commune de Picardie, près Beauvais (Oise).
et château Abbefortia, Abbotsford, village d'Écosse (sur la Tweed). et importante Le catal. de la volumineuse bibllo-

5
commune

ABLONIUM.

ACALANDRUA.

6

et-Oise);anc. châteauet comtédu Vexin.français.
ARLONIUM, Ablon, près Villeneuvc-St-Georges(Seine-et-Oise).

de la typographie. Ce Jehan le Carte] fonda quelques années après une imprimerie à Coutances (1597). La bibliothèque d'Avranchesest on y importante; remarque les mss. de l'ancienne abb. du mont Saintdont M. Rayaisson a donné une description Michel, exacte.

Abnoba,Aùvc'ëa [Ptol.], Randen, montagne de Souabe, près de laquelle le Danube prend sa source. le Abnobius, Ister, DANUBIUS.Danube (en ail. Donau), le plus grand fleuve de l'Europe. ABOA,Abô, Aboe, ville de Russie (FinTuntsa ou lande) se dit en finnois Tourkou.
Petrus Waldius. Imprim. en 16£i2. 1" imprimeur, Un Missatc Aboense, que l'évêque Conrad Bystz fit corriger par Dan. de Egher, professeur de théologie à la Faculté de Paris, fut imprimé a Lubeck, par Darth. Gothan, dès l'année 1488. Nous pouvons citer Wexionuis. comme Epiiome imprimé à Abu descriptionis Sueciœ, Gothiœ, etc., Aboœ, P. Wald, 1650, pet. in-8, volume fort rare, parce que certains détails indiscrets donnés sur ces pays le firent supprimer lors de son apparition. Abodiacum, voy. ABUDTACUM. ville de Portugal,

À.BRINCATUI. ABRINCATES, 'Aëpi-fXaTCÛ&l [Ptûl.J, peuple de la Lyonnaise IIe, qui habitait YAvranchin ou pays d' Avranches (Abrincensis PAGUS).
les Abnizzes, forment Abrutium, Abruzzi, trois du auj. provinces roy. d'Italie, habitées au temps les des Romains'par Bruttiens,-les Prétutiens, etc. Ausoriensis ABSORUS, Osero, [Itin. marit.], Dalmatie. APSORUS CIVITAS, île et ville de la

ABSYRTIDES insulte groupe d'ilçs dq l'Adriatique, sur la côte illyrienne; la principale était CREPSA, Cherso. auj. Abucina, voy. ABUSINA.
AbuciNus, voy. PORTUS ABUCINI. [Tab. Peut.], dans Bavière, Abdial'anc. Abodiacum Abudiacum, cum, Fùssen, ville de Vindélicie.

Abranttum, Abrantês, sur le Tage. Abredonia, Nova, tante

ABERDONIA Vêtus? AC Abertiona, ville imporAberdeen, Aberdea, l'illustre où se trouve d'Ecosse, Marischal (voy. Devona). collège cité est en 1622. Le 1er imprimeur Imprim. Edwardus Dabanus, et voici le titre d'un livre qui se Library, et trouve à Dublin, in Archbisltop Marslïs qui doit être le 1er livre imprimé dans cette ville Abredonia: excude« De Disciplina Kcclcsidstica. bat Edvardus Rabanus, impensis Davidis Melvill, Ce livre anonyme (l'au1022, cum pririlegio. » teurse qualifie avec modestie de Gallicus divinus) est un in-12 de 143 p. AberAbhinca, Abernetmum, Abrenottum, le comté dans nethy, pet. ville d'Ecosse, résidence des rois de Pcrth;. ancienne dans le = Autre ville d'Écosse, Pictes. monts Gramdes comté d'Elgin, près pians. le Lochaber, Auria, dans de l'Écosse, ABRINCA, voy. contrée montagneuse d'Inverness. le comté

'AëoùXa [Ptol.], Abula, Albula, ville d'Espagne, dans Avila, Castille.

Albicella, la Vieille-

ABUS,Hurnber, fl. d'Angleterre; se jette dans Ja mer du Nord.
Castrum ABUSINA, ABUCINA, AVENTINUM, ARUSENA Rauracënse, [Tab. Peut.], ville de Bavière, Abensperga, Abensberg, sur l'Abens, Ratisbonne. près ABYDUM [Plin.]., ABYDOS, Abydus, Nagara ville de l'Hellespont, sur le déBouroun, troit des Dardanelles d'A(auj. pach. natolie).

Mand founeh (ville enterrée), ville. ABYDos, d'Egypte.
Ce fut là que M. Bankes trouva, en 1818, la fameuse table d'Abydos. N'est-ce pas VAviduvicus de Peutinger î

Abrenotium.

CIVITAS AbWNCATUI, ABRUNCA, ABRINaE, civ. ABRINCENTENSIS [ttin. ARRICANTUM, Ingena, 'iv-pœ Aventtcum, Anton.] AbrinAbrinktas, Abrenctas, [Ptol.1, CATAS [monn. [Chron. mérov.'j.AvRENCES ville de Fr. de S.-DenisJ; Avranches, anc. évèché. (Manche), Gaen 1545, suiv. le Typographical Imprimerie sur mais nous ignorons zetteer du Dr Cotton donnée repose cette assertion. Le plus ancien quelle connaissions est livre impr. à Avranches que npus le d' Avranches, publié par Jehan un bréviaire Cartel, çn 1591, et qui porte à la fin la date de 1592. comme date de l'établissement M. Ed. Frère cite 1590

Abyla, Abyi.a Coi.toina [Plin.], sierra de las Monas,mont aiun singes, sur la côte d'Afrique, vis-.à-vis Gibraltar^ On a donné ce nom également à la ville de Ceuta (Septa), où sont les presidios espagnols.
ABYSTRUM,Ommarso (?), bourg de Calabre, anc. desBruttiens. ville importante Acco. Aca, voy. ACADEMIA JULIA, VOy. MeLMESTADIUM. Acalandra, Salandra. anc. ville de la'Lucanie, auj.-

Acai-andrua, la Salandrella, rivière qui passe à Salandra, roy. de Naples;

7
Acamanthis, VOy. CYPRUS.

ACAMANTH1S. ACILIO.
forme un diocèse dont Patras

8
est le

chef-lieu. Acanthopolis, Dornstett, ville du Wurtemberg. "Achassia, Achasse ou Achasses, riv. du bas Languedoc; se jette dans le Rhône. "Axavûoç ACANTIIUS, [Strab.],ou APOLLONIA, Erizzo, ville de Grèce (Macédoine), Aoiates, riv. de Sicile, auj; le Drillo. près du mont Athos. = Cheriasa ou Hierisos, autre ville de Macédoine, près Acijatius, YEchitz, riv. de Wurtemberg; se jette dans le Neckar.. Chalcis. Acuatos, voy. ACESINES. Acarnania, VAcamanie, province de Grèce dont un diocèse porte encore le nom; ACHELOUS, 'a-eXS>o; [Thucyd.], Sionaspro ou auj. la Carniaeï il Despotato,cap. Argos Aspropotamo, riv. de Grèce (Livadie). Amphilochium. Ulpidone, autre riv. de Grèce, en Étolie, auj. gouv. de Missolonghi. ACAuNUM, AGAUNUM. voy. Acherhusia, Ackerhuus, ville de Norvége. anc. ville de la Bétique, auj. 0 AccATuccis, [Chaudon.] 1 Huelma, bourg de l'Andalousie. Delichi (en turc Fanar), rivière Acci, ACCITANA CIVITAS, GADES, Cadix, ville Acheron, d'Epire (auj. pachalik de Janina). = Gades. d'Espagne (Andalousie). Voy. Petite riv. d'Italie, dans le Bruttium AccipitrumInsula, ile San Pietro, au S. de (Calabre). On trouve aussi Aqua Achela Sardaigne. rusia. = Pet. riv. de l'Elide (PéloponAccipitrum Insul^j iles Acore.s (d'açor, nèse), app. auj. Savuto. milan, en portugais). Agerentia [Paul. Diacon.], Acherontia, ville de la Lucanie orient., auj. AceAccitodunum, Ahun, dans la Marche (Creuse),bourg etanc. abb. deBénédict. renza, roy. de Naples, dans la Basilicate (archevèché). qu'on appelait le hioustier d'Ahun. ou l Accitum, Finiana, pet. ville d'Espagne ACHERONTIA ACHERONTINA PRO\rKCIA, a Basilicate, partie de l'anc. Lucanie, (roy. de Grenade). prov. du roy. de Naples. ou Acco, Aca, AKKA, St-Jean-d'Acre, ville de l'emp. ottoman (Syrie); anc. PtoléA AcnERsuNDA, kersondt, île de Norvège. maïs et Ptolémaide. Acherusia palus, lac Fusaro, entre Cumes ACCUSIARUM Colonia, VOy. GRATIANOPOLIS.et Misène, dans l'anc. Campanie (Terre de Labour). = Marais de la Thesprotie, Acedes, Acedum, Ceneda, ville et évèché en Epire, près de Dodone, auj. Casd'Italie (Lombardie). tritza.
Acellum, Acilium, voy. Asula.

Aceris, Acri, riv. de Calabre. Acernum, Acerno ou Acierno, ville et évèché de la Princip. cit. (roy. de Naples). Acerr.e, 'AxÉppai [Strab.], Aceira, ville de la Campanie (Terre de Labour), dans le •' roy. de Naples, sur l'Agno, détruite par Hannibal et rebàtie par les Romains. = Acere, ville de la Lombardie, près Pavie. Acesines, 'Axïiaîvir.ç [Arrian.], Âchatos, Cantara ou Cantera, riv. de Sicile. A AcESTA, EGESTA, ceste et Segeste, auj. Calatatinni, ville de Sicile; ou, suiv. Mommsen, Alcamo. Achaja, Achjîa, iEGULEA, l'Achaïe, auj. Livadie, province grecque; ses douze États constituent la ligue Achéenne, détruite l'an 146 av. J. C.; au moyen âge, une principauté est formée sous ce nom (1205-1387). L'Akhaia actuelle

Achetus, riv. de Sicile, auj. Fiume di Nato. Achillea Nova, Kilia, pet. ville de la Turquie d'Europe. AcnRiDu, Achrys, auj. Ocrida, ville-de la Bulgarie macédonienne (pach. de Silistrie). L'empereur Justinien, qui y était né, l'avait relevée et appelée Justiniana Prima. Aciiyrum, Achtyrskoj, ville de Russie, sur le il. VarsUo, dans l'Ukraine. AaAcusi, Acy, bourg de Normandie (Seine-Inférieure). Guillelmusde Aciaco,1265. Acidul* AntonianjE, Tillerbrmin, eaux minérales, près Cologne (Prusse). Acilia'Augusta, Straubingen, ville de Bavière, dans l'anc. Vindélicie. Agilio, Acilionis, URBSAiguiluonum, Air guillmi, ville de Fr. Voy. Aigdiluonum.

9

ACIMINCUM.

AD ANSAM.

10 0

Acimincum, 'Axoô|iv)wv[Ptol. AcuNUM[Tab. Peut.], Peterwardein, ville forte de Hongrie, sur le Danube; dans l'anc. Pannonie inférieure. ACINCUM,ACINCUM SlCAMBRLE, QUINCUM, A Alt-Ofen, ville de Hongrie (voy. Aquincum). Acinipum, Acinippo, anc. ville de la Bétique, que l'on croit retrouver dans les ruines de Honda la Vieja (Andalousie). Aciris, Agri, riv. de la Grande Grèce, auj. Calabre citér. Acis, SÉfiçoç[Strab.], Meropia ou Sypidjus, île de Siphanto, dans l'Archipel, l'une des Cyclades. Acis, Aci-Reale, ville de Sicile, au N. de Catane. Acis, Jaci ou Aci, riv. de Sicile, près du mont Etna. Acita, Melos ou Milo, île de la Grèce (Cyclades). Acitiienis, Acmiius, Birgi, pet. riv. de la Sicile, dans le val di Mazara. ACLEA, m, Acle, pet. ville d'Angleterre, en Gloucestershire et en Norfolk. Acominium, Acumincuh, Salankemen, ville de l'anc. Pannonie, auj. en Autriche, dans la Slavonie. Acona, Aqu* Saxonic*, Acken, pet. ville sur l'Elbe, près Magdebourg. ville Acra, Hydrus, puis HYDRUNTUM, de la Grande Grèce, près du cap lapyge, auj. Otrante, Otranto, dans la Calabre citérieure. Acra, Arda, anc. ville de Sicile, à l'O. de de Santa Syracuse, auj. monastère Maria d'Arcia. ACRA Iapygia, cap Santa Maria ou cap lapyge, près d'Otrante, dans la Calabre citér. Acrje, auj. Palazzolo ou Palazzuolo, ville de Sicile, au S.-O. de Syracuse. ACRAGAS, Agrigentum, auj. Girgenti, ville de Sicile, sur la pet. riv. qui porte son nom, Fiume di Girgenti ou Fiume di Naro. Acriconium [Itin. Anton.], Hereford sur la Wye, ville d'Anglet., chef-lieu du Herefordshire. ACROATHOS, 'Axp&'Ooov [Hérod.], anc. ville de Thrace, sur le mont Athos, auj. Cima di Monte Santo, abb. de l'ordre de S.Basile

Kimaria ou Khimarola, Acroceraunia ville d'Épirç, dans le pachalik de Janina. Ackoceraunu Montes, chaîne de montagnes en Épire, qu'on appelle auj. Monti délia Chimera ou Chiminroli. Acronius LAcus, en ail. Bodensee ou Bodmer, le lac de Constance, en Suisse. Acropolis, Agropoli, pet. ville du roy. de Naples (Princip. citer.). ACHOVENTUM, Governolo (?), pet. ville auj. d'Italie, près de Mantoue. ACTANIA, Schelling, île du N. de l'Allemagne, dans la mer du Nord. AcTE, anc. nom de l'Attique. Actium, fanum Apollinis AcTn, Azio, ville et promontoire de la Grèce, dans l'anc. Acarnanie, près du golfe d'Ambracie (bataille, 31 av. J. C.). = La ville construite sur les ruines d'Actiuirr s'appelle Preveza [suiv. Chaudon]. = Le promontoire porte auj. le nom de Cabo Figalo oir rigolo, ou encore Punta de la Civola. Acula, Aqvje Tarim, Acqua-pendente ville d'Italie, au N. de Viterbe (Romagne). Acumincum,voy. Acuminium. Acumum, Mansio Acuno [Itin. Anton.], iEMARORUM MONS, MONTILIUM ADEMARI, Mons AonEMARW,Montèlimart, ville de Fr. (Drôme). Le premier livre imprimé à Montélimart,dont nous ayons connaissance,est intit. le Magnificat du Pape et de Sainte Mire Eglise romaine (par Charles Léopard), à Montélimas {sic),parJ. Joyeux, 1586,pet. in-8. JI nous serait cependantimpossible de prouver que ce livre satiriqueait été réellement imprimé danscette ville. Acus, Mont-Aiguille, • dans le Dauphiné (Isère). = Aiguilles, bourg de France (Hautes-Alpes). ACUSIOCOLONTA,Acusio Segalaunorum, Ancone, bourg du Dauphiné (Isère).ACUTIMonasterium, Antjmonasterium, Eymoutiers, auj. Émoutier, pet. ville du Limousin (Haute-Vienne). ACUTUS, Agustds, AUGUSTIUS,AGOTIUS, l'Agoust, pet. riv. du-haut Languedoc; se jette dans le Tarn. AcYTnus, ACYTIIOS, MELOS,voy. àcita.. ville ADAMANTIA, UM, AMANTIA, MANTEA, A d'Italie (Calabre citér.). AD Ansasi, localité d'Angleterré que Cambden croit être Itham-Cester (comté d'Essex).

ili

AD AOUAS.

AD MAT1RF.IM..

i->'

AD AQUAS, Zarmi-Zegethitsa, cap. de la Bessarabie (anc. Dacie). AD Aquas Gradatas, S. Cantiano, bourg maritime de laVénétie. AD Aquas Labodas, Thermie Selinuntle, Sciacca, bourg de Sicile, près Girgenti. AD AQUILAS, voy. AQUILA. AD Aquilas, Aigle (en ail. Eigell), petite ville de Suisse, cant. de Vaud. Adax, Atax, Adice' Fluvius [Frédég.], l'Aude, fl. du Languedoc. AD Caballos, Bagnacaballum, Bagna-Cavallo, bourg d'Italie, dans la légation de Ferrare. AD CALEM[Tab. Peut.], An Caixem [Itin. Ant.], Cagli, ville du duché d'Urbino, dans l'anc. Ombrie, sur la voie Flaminienne. An CAPRAS,CaprjE, auj. Capraja, bourg des Etats du Pape, dans l'anc. Ombrie. AD Carceres, Kersers, bourg de Suisse. AD CASASCesarianas, S. Cassano, pet. ville de Toscane, près Florence. AD CENTURIONES, AD Centenarium [Tab. Peut.], Ceretum, Céret, ville de France dans l'ancienne (Pyrénées-Orientales), Gaule Narbon., chez les Volsques Tectosages. ADCetiusi Montem, Cilli, bourg d'Autriche. AD Decimum, Borghetto, bourg d'Italie,- sur le Tibre, à 10 milles de Rome. ADDUA,l'Adda, riv. d'Italie, dans l'anc. Gaule cisalpine, auj, Lombardie; se jette dans le Pô. ADDUA GlareA, Ghierra d'Adda-, pet. prov. de Lombardie. [Ptol.] An Duodecimum, Delme, bourg de .Lorraine (Moselle). Adellum, Elda, ville et riv. d'Espagne, roy. de Valence. Adera, ville d'Espagne. auj. Amposta (?) (Catalogne). Aderborn, pet. ville de PoméADERBORNA, ranie, sur l'Oder. Adettauna, Echternach, ville de Belgique (Luxembourg). An Fines, Bibrax, Fim.«, Fismes, pet. ville de Champagne (Marne). (Conc. prov. a. 881, 935.) An Fines [Itin. Ant.], FINES [Tab. Theodos.], Pfin, bourg de Suisse (Thurgovie).

An Fines, la Strettura, bourg d'Italie, près Spolète. Thuin, ville de Belgique (Hainaut). = Torre di Sarracone, pet. ville de Toscane. = Veillane, bourg du Piémont. = Samaguar, ville de Hongrie. AD FLEXUM, i>Xs'5ov < [Ptol.], Ovaria, Ovarium, dans la Pannonie supérieure, auj. AUenburg (en hong. Obar), ville de Hongrie, sur la Leitha. AD Flesum, Bidizzoli, pet. bourg d'Italie, entre Bérgame et Vérone. =zBivoltella, suiv. Bischoff et Môller. An Fonticulos ou Funtulos, alla Fontana, village près Fiorenzola (Toscane). AD GRADUS Rhodani, les Bouches du Rhône le vocable Gradus s'est conservé dans le nom de Gras que portent les divers bras du fleuve à son embouchure. Adhelaidis Palatium, depuis VILLANOVA S. Germani, auj. Franqueuillé, village près' Compiègne (Oise), anc. palais mérovina gien. An HERCULEM [Itin. Ant.], Portus HERCULIS Labronis, Liburnum, Aîëup^ov [Zosim.], Livorno, Livourne, ville de Toscane. Deux imprimeries, l'une hébraïque, l'autre catholique, furent établies dans cette ville l'an 1650. Le 1er imprimeur catholique s'appelait Antonio Santini.M. Ilaym cite un vol. in-8,Origine de Livorno, di NiccolbMagri, imprimé enlG(i7. An HERCULEM, CARPIS,Koîpm; [Ptol.], CAR• forum vicus [Amm. MarceL], SiRpi [Itin. Ant.], Gran, ville de Hongrie, sur le Danube; en hongr. Esztergom. Imprimerieen 1586. An HERCULEM CASTRA, voy. Aquincum. AD Horrea, à 12 milles d'Antibes. [Itin. Ant.], Cannes, ville de France (Var). ADINCISASAXA,Incisa, pet. ville du Piémont, sur le Belbo. ADJACII Sinus, golfe d'Ajaccio. ADJACIUM, Ursinum, Ajaccio, ville de Corse. AD Jovem, la Sauvetat.ou la Salvetat, pet. ville de Fr. (Haute-Garonne). AD Lacum, Lachen, ville de Suisse (canton de Schwytz). AD LAPIDEM,Stronchan, pet. ville d'Angl. [Cambden.] An Leucas VII. Geminas, voy. LEGIO. AD Malum, Oulx, pet. ville du Dauphiné (Hautes-Alpes). AD Maureim, AD MURES,Maukirchen, pet. ville d'Autriche.

13

AD MEDIAS.

AD SUMMUM PIDUM.

14

'Ad Médias, la Grangia, pet. ville de Toscane, au confluent de la Sesia et du Pô. ADMoniua [Tab. Peut.], Moneglia, bourg0 d'Italie, près Gênes. AD Montem, Amœnus Mons, Amman ou Ambden, bourg de Suisse. An Muros, Miirocincta [Amm. Marcel.], Sumerzim, pet. ville de Hongrie, dans l'anc. Pannonie infér. An Nonum, Melegnano ou Marignan, pet. ville du Milanais. = Mestre, bourg~D de la Vénétie. AD NovAs, Porto Cesenatico, pet. port sur l'Adriatique (Italie). AD Octavum, Ripula, Rivoli, ville du Piémont. = Saltara, village de la Lombardie, au N.-O. de Vérone. Adosum Sounum, Adon, château de Hongrie, sur le Danube. An Palatium, Pala'zzo, ville du Tyrol, près Trente, sur l'Adige. An Perticas, village près Pavie, auj.SantoMaria delle Pertiche, avec une basilique bâtie par la reine Rosclinde. An Pontesi, Paunton, ville d'Angleterre (Lincolnshire). An Pqktem ou Pons Mûri, Murau, ville de Styrie. An Pontem Isis, Ibissa [Tab. Peut.], Ips, bourg de la basse Autriche, sur le Danube. An Portum [Itin. Aq. Apollin.L à xxmm. de Gadès, auj. Chiclana (?) bourg près Cadix (Andalousie). An Portum Dubkis [Itin. Anton.], voy. DoROBERNIA. Ad QUATUOR RoTAS, Vierraden, ville près de dans l'Uckermark (MarBrandebourg, che de l'Ucker). Adrab.e Campi, âne. district de la Germanie, auj. Dat-Marchfeld, en Autriche. Àdhana [Tacit. Ann.l, Adranus, l'Edder ou l'Eder, riv.. d'Allemagne traverse la Westphalie et la Hesse. Adiunte, St-Oswald, bourg de l'Autriche, dans l'anc. Norique. Adranum, 'A^pavov[Diod. Sic.], Hadranum [Silius], vAderno, ville de Sicile au pied de l'Etna. AdriAj Altri, ville du roy. dp. Naples, fondée par Adrien (Abruzze ultér.). Adiua, 'A.Spia [Strab.],rATR'iA [Plin.], Adria, ville de la Vénétie, dans l'Est de Rovigo.

Adri/ë SCOPULUS,Pelagosa, pet. île de l'Adriatique, près Venise. Adrianopolis [Amm. Marcel.], 'ASpiavoÛTo/i; [Zo.sim.], Orestias [Zonar.], Mua, anc. ville, de Thrace, chef-lieu de la prov. appelée Hœmimons; auj. Andrinople (en Thrace, Uscudama; en turc, JEdernéh; en allcm., Adrianopel) cap. de la Roumanie, sur la riv. de Maritza (l'anc. Hebrus). Les Juifs introduisirent l'imprimerie dans cette ville au milieu du xvie siècle. LeDrCottoncite un livre imprimé AAndrinople,en 155Gqui se trouve dans la biblioth. Oppcnheim.(Typogr. Gaz., p. 5.) Adriaticus Sinus, 'A^fiaTixô;jj-u- [Strab., IV], Hadma, MARE Adhianusi [Cicér.], make Superiim [Lucan.], Gol fo di Venezia, la mer Adriatique. AD Rubras, Cabecas Rubias, village d'Espagne, en Andalousie. Adrumetuji (anc. Adrymé,Aîfû(/.r,, Hadrito), ' sous Trajan, Concokdia, et sous Justinien Justiniana Secunda, Suse, auj. Hctmamet, ville de la côte Nord d'Afrique (Tunisie). = On trouve également au moyen âge Sousah, Sassa Nigra et IIerkla. AD Saunas, Saijn.i;, d'Italie (Abruzzes). Spotana, pet. ville

An SEPTEM ARAS[Itin. Ant.], Azumar, ville de Portugal, près Elvas. • An SEXTIAS,StSTiiE, Rocca di Fiumesino, bourg de la Marche d'Ancône (Italie). AD Silanum, Albrac, village de Rouergue (Lot), qui s'est appelé aussi Pradès d'Aubrac. le AD STABULUM, Boulou ou Elbolo, village de France dans (Pyrénées-Orient.)', l'anc. Gaule Narbonnaisc. AD STATUAS, Oliva, pet. ville d'Andalousie, au N. d'Alicante. AD Statuas Colossas, Coloez, ville de Hongrie, sur le Danube. AD SUMMUM S ARNAM, omme-Ame ou Sommeranie, village de France, à la source de l'Arne (Marne). ADSummumAXONAM, Somme-Aisne ou Sommaisne, village du Barrois, à la source de l'Aisne (Marne). AD Summum Bionam, Somme-Bione, pet. village de Champagne, à la source de la Bioiie, rivière qui se jette dans l'Aisne. AD Summum Pidum, Somme-Py, bourgade de Champagne, anc. baronnie (Marne).

AD SUMMUMSARTHAM.

jEDUI.

16

ADSummum Sartham, SommeSarthe, village du Perche, à la source de la Sarthe (Orne). An Summum Suppiam, Somme-Suippe, village de Champagne, à la source' de la Suippe, pet. riv. qui se jette dans l'Aisne (Marne).
AD Summum Turbam, Somme-Tourbe, village de Champagne, à lasource de la Tourbe, affl. de l'Aisne (Marne). •

AD SUMMUM Vidulam, Somme-Vesle,village de Champagne, à la source de la Vesle (Marne).
AD TRES LARES, Midlaren, pet. AD Tricesimum ville d'Italie Mediolarium ville de la Anton.], [Ptol.], Frise. auj.

Sroigne, tirée des escrits du R. P. Ribadeneyra, presire de la Compagniede Jésus, par Fr. Gouris, prieur de l'abb. de S- Gérard. Namur, Il. Furlet, s. d. in-12, de 32 p. avec approb. du 1" sept. 1618. Adula, Adualla, ADYLA,uipo; -ûv "AX-etov [Ptol.], groupe de montagnes alpestres qui renferme le Saint-Gothard, le Vogelsberg, le Grimsel, etc. Voy. ALPES. Douriers, village de ADULLIA,Adlullia, Picardie (Somme). Aduncum, Adoncum, Adonco, village sur le lac de Côme. ADURA, oy. Aeria. v ADURA,ADURUS, AtuRIS, "Aroupi; [Ptol.], ATURRUS [Auson.l, YAdour, fl. de Fr. (Basses-Pyrénées). ADURNI ORTUS [Notit. imper.], EderingP ton, pet. ville d'Angleterre. ADURUS, voy. ADURA. ADUS,voy. ADDUA. Averso, pet. ville du roy. de NaADVERSA, ples, près Capoue. AD VICENAS, Oy. Vincenn^e. V AD Vicesimum [Itin. Anton.], Hendolata, bourg de la Terre d'Otrante, au fond du golfe de Tarente. AD Vicesinum [Tab. Peut.], Arignano, bourg des Etats Pontificaux, à 20 m. de Rome. Advocatorum TERRA,le Voigtland, prov. de Saxe (?). Ma, île du Pont-Euxin, auj. Satabella, dans la mer Noire. jEas, voy. Aous. iles HéjEbud*, Ebudes, HEBRIDES insul. brides, sur la côteN.-O. d'Écosse. jCbura, AïSoupa[Strab.], ville de la Tarraconaise, auj. Talavera de la Reyna Sans doute la Libora de (Espagne). Ptolémée? vEcae [Tab. Peut.], Ecae [Itin. Anton.], ville des Hirpins, en Italie, auj. Troja, dans la Capitanate. iEcLANUM [Itin. Anton.], jEculanum, AîxoûXavov [Ptol.], ville des Hirpins, ruinée par Sylla. Les géographes sont divisés au sujet de l'emplacement qu'occupent ses ruines suiv. les uns c'est à Fricenti, dans la Princip. uJtér.; suiv. d'autres à Mirabello, près de Bénévent, qu'on retrouve ces débris. jEdui, peuple qui tenait le premier rang0 parmi les nations gauloises (JEdui quorum inoomni Gallia sitmma est authori-

[Itin. (Frioul).

Tricesimo,

AD Trop^ea, ville des Bruttiens dans la Grande-Grèce, auj. Tropia, dans le roy. de Naples.
AD Turrem de l'ile de Lirissonis, Sardaigne. Porto Torre, bourg

AD TURRES, TAURIACUM, TAURYACUS, TauriaCUM VILLA IN finibus Carnutum [Charta a. 881], Toury, de bourg reg. Bosonis, la Beauce (Eure-et-Loir). ADUA, àdduas, se jette dans Aduaca, voy. l'Ain, Indus, le Rhône. Aduaîica riv. de Fr.

Tungrorum. voy. ALPES.

ADUALLAS, Aduatica, Aduatica Aduatici Comm.], habitant Namur,

ALPES Summjî, voy. ANTÛERPIA.

TUNGRORUM, voy.

Attuatuca.

CATUATICI ATUACI, [Caes. de la Gaule peuple Belgique, ce qui forme le territ. de auj. et partie du dép. du Nord.

Aduaticorum oppidum, ATUATICA, NAMURville de BelgiNamur, cum, Namurum, « Egregie natura munitum oppique. » dit Caesar. « dum. altissima rupes, des Commentaires Cette description mieux à Namur s'applique beaucoup Douai ou à Anvers, comme l'ont qu'à pensé quelques géographes. Suivant MM. Ternaux et Cotton, le 1er livre imnaSynodi diœcesani prime à Namur serait intit. murccnsis. Namurci, 1639, in-4. Un livre publié au XVIe siècle dans cette ville, sans date, figure dans plusieurs anciens catalogues; c'est le recueil du pays et comté de des Coutumes et ordonnances son lieu d'imNamur, in-ft, mais nous ignorons pression. de l'imprimerie eut lieu à Namur L'introduction en 1616, nous écrit M. Gothier, libraire érudit de est Henri le nom du premier imprimeur Liège Furlet, et voici le titre d'une de ses premières imla Vie du glorieux S. Gérard, abbé de pressions

i7

iEDUNUM.

/EMILIANI

i8

tas, dit César); Plutarque les appelle 'kStXod 'Pwu.aîuv ils habitaient une partie de la Bourgogne et du Lyonnais, le Forez, le Beaujolais, la Bresse, le Nivernais, etc. Parmi eux on trouve ilÎDui Alexienses, habitant XAuxois (environs de Semur); jEdui Ambabri, vEnui territ. de Chalon-sur-Saône; jEdui Lingones, territ. de Langres ^Edui MaLugdunenses, le Lyonnais jEdui MORtisconenses, le Maçonnais; tEdui Nivernenses, vinni, le Morvan; le Nivernais, etc. iEDUNUM, VOy. NlVERNUM. JEnuonvu CIVITAS, oy. Bibractum. v JEeta, voy. CAJETA. jEgeje Macedonle, Aîfeal [Diod. Sic.], Aivata [Ptol.], Edesse, capit. de l'Emathte, auj. Moglena, dans le pachalik de Saloniki. = Pendant les croisades elle s'appelait Roches. j-Egates, ^gades, vEgus,e, Aïfouw.1[Polyb.], Insul.e, Favillana, Levenza, Maretamo, groupe d'iles à l'E. de la Sicile. jEgeta [Hin. Anton.J, Egeta [Tab. Peut.], "E-pi-r*[Ptol.], Viteslcnv, ville de Servie, dans l'anc. Muesie supérieure. vEgeum, voy. MAREtEgeum. /Egialea, anc. ville de l'île d'Amorgos, dans l'Archipel, auj. Hyali. = L'Achaie propre, auj. Morée. jEgidis Insula JEgiba [Plin.], ^îgidia, [Inscr. Gruter.'], Justinopolis, auj. Capo d'Istria, anc. capit. de l'Istrie vénitienne, auj. Illyrie autrichienne.

ta de navire, <iEu:, et les Devoirs dit capitaine iii-8°, y furent imprimés avec Xpéi) toû Ttî.mâp/ou, les caractères envoyés par A. F. Didot, sur la demande de Capo d'Istrias. Avant de s'établir à Athènes, André Koromèlas installa ylîgine M. A. Firmin Didot l'imprimerie-que Ducas y fit lui avait envoyée en 183Î1. Néophytos une collection de classiques grecs, avec imprimer de lui, en l'année 1S3£i, traduction et commentaires Iliade et VOdyssèe, avec commentaires, "O(XT)pDç, en vers est 6 vol. -in-80. La dédicace, grecs, adressée à Canaris. EOpiTuôY,; avec commentaires, 6 vol. in-8o et la dédicace en vers à Eynard.' En l'année 1835, ïoçkttti;, ou Recueil de discours, etc., émis en diverses occasions, par opinions, Néophytos Ducas, 2 vol. in-8». 1 'rav7)YUf>i5TrK, Mélanges et traductions, par Néoph. Ducas, 2 vol. in-8o.

Alùimmi, Armiro, ville de Thessalie (pachal. de Janina).
jEgira, Aïfsipa [Polyb.], Xylocastrum, auj. Xylocastro, ville de Morée. anc. ville de jEgiros ou jCgirum, Aïppo;, l'île de Lesbos (Mételin), auj. Gemia. jEgirtius, iEGïncius, de France; se jette le Gers (Giers), dans la Garonne. riv.

ville de Tatza ou Saczi, jEgissus, Afyi<jo;, la Bulgarie, sur le Danube, dans l'anc. Mœsie super. jEgitua ou Canote, en 1785. Cannes, ville de France

(Var). Imprimerie JEgivh, dont titza

anc. ville de la ligue Achéenne, on voit les ruines de Vosprès (Morée). bourg d'Anglet., donne t'ande l'impri-

tEglesburgus, Aylesbury, sur la Thame.

le suppl. au Typogr. Gazelteer née 1778, comme date de l'introduction merie dans cette ville.

jEgidoha, YEider, riv. du Holstein. tEgos Potamos, Indjé Lirnen, fl. de Thrace (Roumélie). jEgilium, yEgilon [Plin.], Aï-j^ov, jEgila, P. Mela] Caprasia Capr aria [Plin., tEguana JUGA,les montagnes de Sorrente, dans la Terre de Labour. fVarro], Capraja, Caprée, ite de la côte d'Italie, au N.-O. de l'ite d'Elbe. /Egusa, CAPRARIA, Favignana, Favillana, l'une des iles /Egates jEgilia, AîfuXa, Cérigotto, l'une des îles (Sicile). Ioniennes. .•ëgyptus, Aeria, Nesambobolos, Myara, Mazor, Ogygia, nûTa(j.!a, jEgjlium, 'CAPRARIA,Cabrera, île faisant l'Egypte (Misraim). partie du groupe des Baléares. Alburgum. yEGiuuM [Itin Anton.], Igilium [Cœsar], iEr.BURGUM,voy. sur les Giglio, ile de la Méditerranée, jElia Helvia anc. ville Rjccina, Riccina, côtes de Toscane, à l'E. de l'ite d'Elbe. du Latium, dont les ruines subsistent encore sous le nom de Recina OENOPIA Rovinata, jEgina, Aî-mvi, QEnone[Plin.] non loin de Recanati, dans la Sabine. auj. [Ovid. Metam.], MYRMIDONIA, Egina ou Engia, île de la Grèce, dans le golfe jEmarorum MONS, voy. Acumum. d'Egine (sinus Saronicus) près de la jEmathia, voy. JIacedonia. côte de Morée. En 1830,les Actes u Gouvernementet del'Assem- /EmuANr d (S.) Ecclesia, Saint-Èmilion blée(lu pays, ta llpocimxàtïj; èv 'Apyiï <ruvs>.£Û- bourg de France (Gironde).

19

iEMILIANUM.

iESERNIA.

20

/EillLIANUM VICUS ACQUENSIS, Vico Equense ou RlJTHENORUM AlIILIIANUMMlLJEqva, ville du roy. de Vico di Sorrento, pet. liadum, Milhait, ville de Fr. (Aveyron). de Labour). Suiv. M. Ternaux, l'imprimerie,dans cette ville, Naples (Terre ne date que de l'an xin. Œuvres patoises de Nous connaissons plusieurs livres imprimés à Vico Claude Peyroi, Millau,Pierre Chanson,an xin", Equense enl585:c'est d'abord un rare in-8, intit.: liein-8. (1805) allalUsposta degli Acplica di Camillo Pellegrino cademici delta Crusca, falta contra il diatogo deW vëmines PORTUS,Rade de Brusc, en Proconte e' dicono, dell' OrEpica Poesia in difesa, vence (Var). lando Fvrioso dell' Ariosw. Puis un second intit. Mme et versi in Iode della dans jEminium, Agueda, bourg d'Espagne, lit. Giovanna Castriota ducliessa di .VoCorrafa scritte in lingna toscana, lalina et spal'Estramadure, près Talabriga. tera. da diversi et race, da D. S. de Monti. In-4. gmwla /Emod.ï Insul. iles Shetland (Écosse). Et enfin le Lagrime di San Pietro, di Luigi Tansillo, in-4. avec l'ancre Aldine à la fin. /Emoh^e Occidile insulte, îles Hébrides jEqua Bona, Couna, bourg de Portugal 0 (Ecosse). (Estramadure). Colonia jEmona, jEmona PANNONIORUM, Fischamend ./Equinoctium[Itin. Anton.], Tauriscorum, Labacum, Laybach (en ou Vischmund, ville de l'anc. Pannonie ital., Lubiana), ville de la Carniole: au confluent de la (Autriche), super. Imprimerie en 1578 Cotton] mais nous con[Dr naissonsun livre qui, selon toute apparence, est le du Danube. Fischaet réellement imprimé dans cette ville en premier voici le titre exact Auspcrgy (llerbardi Baronis) tEquolesima, voy. Engolisma. Vila et mors, ad salutem et commndnmPatriœ colonie romaine dans la Dalmatie transacta el in Corvatia extremis fmibus ad JluJEqvvm, datslikumX. Kat. oct. in prœtio adv. Turcas. Mérid., d'Illyrie. auj. Cluzzi, bourg gloriosissime appetita, a G. Khist de Kaltenp7-un descripta.Labaci,1575,n-û. i Colonia Fale jEouum Junonia Faliscum, FALISCA [Solin.], rjum, <l>st)ipicv [Strab.], jEmonia, voy. Tiiessalia. ou Civita Castellana Castellana, auj. ^Emonia Nova, Città Nuova,ville de l'istrie ville dans la Légat, de Yid'Italie, Les ruines s'appellent (roy. d'Illyrie). terbe. encore Emonia Rovinata. ^EquusTuticus, anc. ville des Hirpins, auj. jEnaria, Inarime [Virg.], Pithecusa [Plin.], Ariano (?)dans les Abruzzes. ni6r,x.oû<rai l'île d'Ischia, sur la [Ptol.], ville d'Écosse côte napolitaine, AERA, AEREA, Ayr, (voy. Ercojena). ville de Danemark Aeniiolmu, Aenholm, AEREUS, Y Ayr, riv. d'Ecosse. (ile de Laland). Aeria, ARIA, Atrebatum, Heria, Atura, jEnia, Moncastro, ville du pachalik de Sar ville de France sur la 'Lys loniki. Aena, Aire, (Pas-de-Calais). jEnipons, voy. OEsipons. en 108(1. Sitmmnire ou abrégé des Imprimerie jEnipons INFERIOR, inferior. indulgences accordées par les Souverains Pontifes VOy. OENIPONS Trinité à la Confrérie de l'ordre de la très-saincte tEnoxa [Plin.], Aivûva [Ptol.], Nona, ville et rédemption des captifs. Aire, Claude-François 1684. In-18 de 08 p. de Dalmatie. Tulliet, M. Morand cite un autre livre sorti (les presses de c'est un in-4, cette même année 1684 ^Enos, Aîvo; [Herodot.], ville'de la Thrace Tulliet, intit. 0 B. Jlomard's Christian Duly.e (Roumélie), que les Grecs appellent En 17GG [Rapp. Sartines], un seul libraire existe Enos et les Turcs Ygnos. à Aire, François Gheradi, natif de Nantes mais il L'arrêt du conseil du 12 mai n'y a plus d'imprimeur. ./Enostadium, Instadt, pet. ville de Bavière. réduit à quatre le nombre des impri1759, qui avait meurs pour l'Artois, deux à Arras et deux à SaintJEsvs, OEnus, Aivos [Ptol.], l'Inn, riv. du Omer, avait supprimé toutes les autres typographies. Tyrol, affluent du Danube. CRETA. JE011& Insuljî, aï AioXou vnsci [Strab.], HE- AERIA, VOy. PII^STIADES[Plin.], LlPAREORUM VOy. VASIO. INSUL.« Aeria Vocontioruji, de Lipari, au N. de la Si[Plin.],-ite Aerweiler, Aerwilra, VILLA,AERWILRE, cile. bourg sur la riv. l'Ahr, dans la Prusse Rhénane. jEfea, Soli, 20X01 [Ptol:, Strab.l,auj.Solia, pet. bourg de l'île de Candie. Le lanJEsak, tEsarus, Aïaapo;[Strab.], l'Esaro, gage barbare des habitants de cette ville riv. du roy. de Naples (Calabres). a donné lieu à la locution de solécisme, vEsar [Ovid.], le Serchio, riv. de Toscane; SoXcuuouios et sans doute le mot crétise jette dans l'Arno. nisrne est puisé à la même source; il jEsernia ltin. signifierait esprit-crétois. [Sil. Ital. Ant.J, Aîaspvîa

21

.ESICA. [Strab.], ville des Saninites, auj. Isernia, au pied des Apennins, dans le roy. de Naples.

AGAUNUM.

22

existe dans cette ville en 1644, et le L'imprimerie se nomme Camillo Cavallo premier typographe voici le titre du livre: Memorie istoriche (tel Sannio, chiamato oggi Principato ultra e parte di terra di da Giov. Vincenzo Ciarlanti. Imvovo, in v libri, in-fol. lsernia,1644,

le mont Etna ou monte Gibello, dans le val di Demona (Sicile). .<Etna [Anton, ltin.] ./Etnense Oppidum [Diod. Sic.],lNNESA,vIwn<ia [Strab.], ville de Sicile, au N.-O. de Catane, auj. San Nicolo de Arenisf?).
jEtna TELLUS, la Sicile. Etona, Eton, ville d'AniETONu, jEthonia, Célèbre gleterre (Buckinghamshire). fondé VI. collége par Henri Par les soins de sir Henry Saville, une imprimerie fut établie en ce collège, et l'an 1607, sous la direction de John Norton, l'imprimeur, il y publia plucaractères sieurs ouvrages grecs; les charmants dont il fit usage, caractères que leur extrême éléà la gance fit appeler the Silver Letter, devinrent, mort de sir Il. Saville, la propriété d'un imprimeur d'Oxford, nommé ïurner. la plus importante La publication de John Norton fut la première édit. collective des œuvres de saint Jean Chiysostome, 8 vol. in-fol., qui fut donnée en en avait été commencée deux 1612; l'impression ans auparavant. [Beloë, Anecd. or Lilter.] de vEtuaticus Tavetsch, Vicus, bourg Suisse.

Msïca, Netherby, ville d'Angleterre (Cumberlandshire).
VEsino, .Esis, cenum de riv. d'Italie; l'Ombrie. séparait le Pi-

lesi, ville de ./Esis, Aesium, AEXIUM, Essium, la Marche d'Ancône (Italie). en 1472. La Comedia di Dante Imprimerie à la fin Alleghieri di Firenze. Explicit. liber. Dantis. im pressvs. a. magistro. Fede rico. veronensi. M. tfecc. lxxii. Qvintodecimo..A A lendas. avgvsti. In-4 (et non pas pet. in-fol., comme le dit Volpi dans son catal. des éditions du poète), de 210 ff. à sans ch., 33 lig., impr. en car. rom. très-élégants, réel, ni signatures. Cette édition, d'une rareté insigne (nous n'en connaissons que trois exempl.), est sans nom de lieu, mais tous les bibliographes s'accordent à la reconnaitre comme le premier livre imprimé à lesi. Frédéric de Vérone ou Fcdericus de Comitibus de Verona, titre qu'il s'attribue dans la souscription d'un opusc. de Nie. deAuximo, intit. Spirilualis quaen 1475 et date de cette ville driga, imprime un livre important Alvarez Carillo de Mgid. liber Constilutionum, Albonoz, Epise. Sabiensis, in-4. jEstiionia, Esthland), Aestia, prov. l'Esthonie de l'empire ville allem. (en russe. de la Neu-

Agabra, pet. ville dela Bétique,auj. Carba, en Andalousie..
AGARA, voy. Agasus, Porto Agatha liens anc. Grœco, EGRA. de mer port d'Apulie, dans la Capitanate. auj.

/Esticampium, Sommerfeldt, mark (Autriche). ./Esïtvalium village /Estuariusi jEstuarium près

IN CARNIA, Estival en Charnie, de Chémiré (Sarthé). voy. Abus. 2aCaet

Abum, S.

nommée les Massi[Plin.], par in 'A-ïa(WiTUj(,n,AGATEiA Massiliensium urbs S. Agatoi Tectosagibus [Aimon], AGATE, au vin' s., anc. ville desAtacins, ville de France auj. Agde, (Hérault). en 1510: lireviarinm ad vsum beaImprimerie tissimi prolomartyris Agathi diœcesis putroni. cura industria Johaiiis Impressum magistri Belo ciuitatis valcntinen. Anno dfii impressoris. M.v.cx. 3 die. xv. mensis Julii. Pet. in-8 goth. car. rouges et noirs. vin-Ii91 ff. Ce Jean Belon avait également des presses à Va. lence en Dauphiné, sa patrie.Voy. Valentia. Agatiia, Blascon, Méditerranée, Narbonnaise, Onis [Plin. sur les côtes Brescon. auj m], de île de la la Gaule

SINUS Sabrimî, Georgu, Manica Spîava [Ptol.], Bristoliensis, nal de Bristol, entre l'Angleterre l'Irlande.. Var* (Ecosse). Murrày-Fyrth, vient Fyrth

tEstuarium Murray tum.

golfe de de fre-

fanum Sanct^e Agathopolis, AGATiMî,-auj. S. Acjata di Goti, pet. ville du roy. de dans ultér. Naples, la Princip, anc. Agathyrium, Capo d'Orlando. ville de la Sicile, auj.

jEtiUua AiôaXîa |Plin.l, [Strab.], Ii.oa, .'iXova [Ptol.], ILVA [Tit. Liv.J, Vile d'Elbe île de Toscane, au milieu (en ital. Elva), du canal de Piombino. Résidence impériale du 4 mai 1814 au 26 février 1815 Napoléon y fit imprimer les proclamations qui précédèrent les Cent jours. iËTimiA, jEtilia, cardie. JEika, voy. Hadria. pet. Aî-nn riv. de Pi-

ALTEIA, l'Aulthie, Ahva

[Théocr.],

[Diod.

Sic],

Agathyrsa, Agatiiyrna [Itin. Anton.], 'k-jdâupvov[Strab.], San Marco, pet. ville de Sicile, sur la côte N. AGAUNUM, caunum', ACAVNO,Acavnensis A [monn. mérov.], Sàint-Morisse DE GauNESENChablies [Chron.], Saint-Maurice en Chablais, ville de Suisse (Valais); abb. de Bénéd., fondée au me s. (vers 375), en mémoire du massacre de la légion Thébaine, en 286.

23
Agedtinum, de France Acitodunum, (Creuse).

AGEDUNUM.
Ahun, pet. ville

AGESINATES.

24

Ageium,Ay ou Ai, bourg de Champagne tD 0 (Marne). AGELLI, CHnchamps,village de Normandie (Calvados).
AGELOCUM [Anton. ville leborougk, LittItin.], SEGEr.ocuM, dans le d'Angleterre,

Nottinghamshire. AGENDtCUM [Cœsar], Agedincum Senonuji, Agredicum An\yr,iïmv [Ptol.], [Itin. ou LUGDUton.], Metropolis Senonle, kensis Senoni QuabtjE [Notit.] [EuSenones SENOtrop.], [Amm. Marcel.], mca Urbs [Grcg. Senonas CIVITAS Tur.], anc. des Sens, Senones, [Frédég.l, cap. archevêché (Yonne). M. Brunet cite la Complainte de monsieur le Cul contre des Verlugalles. les inventeurs A demeurant à l'enseigne Sens, par François Girault, du Bœuf Couronné, 1552, pet. in-8. Le second livre imprimé dans cette ville serait ad rilum et consueludinem SeAntiplionarius noiiensis Ecclcsiœ. i. Vénale reperitur Sefi. in wdibus Joafiis de la Mare, ad insigne Aquile Auree, in Vico Maiori commorantis. 1554. A la fin Imà Sens par Françoys Girault, prime imprimeur, audit pour Jehan de la Mare, marchant, demeurant Sens, en la grend Rue, à l'enseigne de Laigle d'or. in-fbl. (sur vélin, à la Bibl. impér.). 1554; gr. Le troisième livre imprimé dans cette ville est Coustujies du llailliage de Sens et anciês ressorts à Sens, de l'imprimerie de Gilles Riched'iccluy. boys, pet.Jin-4, 1556 (sur vélin, à la Bibl. impér.). On a cru à tort à une édition de 1553. Et le quatrième Evangelioruvi liber, quœ inEcclesia Scnonensiet tota dicecesi, singulis toliusanni inter inissai,it7n sotennia decantari soient. diebus, Excudebat Senonib. /Egidius anno Richebois, Dom. mdlx. In-fol. (sur vélin, à la Bibl. impér.) Les imprimeurs une mensénonais qui méritent tion sont Jean Savine au xvjc siècle et Prussurot et Nivcrd au xvue. L'Agendicum de César est-il dès Commentaires Sens ou Provins? Nous nous gardons bien de toucher à cette question et nous rencontroversée, voyons aux nombreux mémoires publiés à ce sujet. Agennapium, Genappes, pet. méridional). gique (Brabant AGENNENSTS, Aginnensis district et anc. comté (France). Aginnum AGENKO, Agennum [Auson.l, [Itin. Civitas AGINNENAnton.], Agesinatium, URBS Nitiobrigum, AGINUM [Greg. sium, France ville de (Lot-etTur.], Agen, Garonne). Nous ne pouvons affirmer que l'introduction de dans cette ville ne remonte pas plus l'imprimerie haut que l'année 1545; généralement, dans les villes de France, l'exercice-de l'art typographique est et plus souvent par provoqué par les municipalités l'influence cléricale. 11 nous parait donc assez diflivre sorti des ficile d'admettre que le premier presses d'Antoine Reboul, à Agen, soit un poème italien; il faut ajouter cependant que l'auteur de ce dans cette ville avec les poëme, qui s'était réfugié membres de la famille du célèbre César Frégose, ville de Bel-

dont il avait été le serviteur et l'ami, devint, malgré quelques peccadilles de jeunesse, entre autres la publication antérieure de poésies passablement obscènes, devint, disons-nous, évéque d'Agcn en 1550, et avait pu certainement qu'il présider, quelquesannées d'un établissement à l'organisation typoauparavant, graphique dans la résidence qu'il avait choisie. Quoi qu'il en soit, voici le titre exact du livre qu'il fit imprimer en cette année 1545 Canti XI de le Lodi de la S. Lucretia Gouzaga di Gazuolo, c del vero Amore, col Tempio di Pudicitia, e con altre Cose per Deutro pocticamente Le III Parche da desa-itle (m Ottava ltima). esso llandello cantate ne la Nativita del S. Giano S. Cesare f'regoso e de la S. Cosdel primogenito tanza Bangona sua consoric. Si stampauano in Guienna ne la citta di Agen per Antonio lieboglio, in-IT de 203 ff. 15(15, pet. Le catal. de S. Richard Heber, dont nous sommes bien loin de vouloir garantir nous l'infaillibilité, annonce une édition des poésies d'un certain Michel de Moribus, Vérin Michaelis Verini dislicha Agennii, 1542, pet. in-8, qui serait le plus ancien livre imprimé à Agen, signalé jusqu'à présent, si l'on admet l'exactitude du renseignement. iN'ous trouvons en 1547 le nom d'un imprimeur nommé Villote, mais peut-être n'était-il que libraire: Statuta el constitutiones (AQinensia) synodales. anno 1547. edila et promulgata, Aginni, Villote, 1547, in-4 (P. Le Long, 1. 6311). Danssa dédicace au cardinal de Lorraine, évêque d'Agen, le rédacteur de ces constitutions nous dit qu'elles avaient déjà été imprimées. L'état de la librairie dressé en 1764 par ordre de M. de Sartines nous apprend qu'à cette époque il existait à Agen trois libraires, Raymond Cayau, Jean Eoé et Jean Noubel, mais que celui-ci était seul imconformément aux ordonnances de 1739 primeur, et de 1759. Parmi les imprimeurs d'Agen, dont nous pourrions donner les noms, nous ne citerons, comme dignes de mémoire, que Pomaret, qui figure à la fin du xvie s., Jean Fumadères et surtout Thomas Gayau (1638, 1696). AGENOA, voy. Agerana thal HAGENOA.

GerenVALLIS, Agerenthal, auj. vallée de Suisse (en fr. Val Geren), de Vaud). (canton

Pagus, l'Agénois, de la Guienne

AGER le ANTUATUM,Chablais, prov. de Savoie, au S. du lac Léman. Voy. CabalLICA Provincia. Agerentia, Acherontia [Procop.], Acerenza, ville du royaume de Naples, sur le golfe de Tarente (Basilicate).
Imprimerie en 1688. [Haym.] AGER Fontanensis, Saint-Ha)-tin de Fonde Fr. (Rhône). taine, bourg = Fontaine, de France village (Saône-et-Loire). AGER Macucensis, (Saône-et-Loire). Massy, bourg Voy. Maciacum. de Fr.

AGER Marianus, ville du Jutland, AGER Segusianus,

AGER Maru;, Manager, sur le Mariagerfiort. le Forez, prov. de Fr. Vonnas (Ain).

AGER Vuolnacensis ou Vulniacus, ou Yonnaz, de la Bresse village Engolisma. AGESINA, voy.

voisin AGESINATES, peuple d'Aquitaine, Pictones, occupait l'Angoumois,

des auj.

25

AGGER. dép. de la Charente et partie de la Dordogne.

A1CHSTADIUM.

26

AGGER Gandavensis, CATARACTA GANOAVENde l'île de Gendt, bourg sis, Sas van dans la Zélande(?) Thoten, AGGERIIUSIA PR.EFECTURA, mitatus, Aggeriiusium, de Norvège, au fond Christiania. AGGERIIUSIUS Coville Aggeriiuus, de la baie de

Aggeripontum, Thomasbrùck,Thamesbr(wk, Thingsbrùck,bourg de l'anc. Thuringe, auj. dans la Prusse Rhénane. Aggrena, San Mlippo d'Argirone, ville de Sicile. Voy. Agurium.
AGILARA, Aguillawa del Campo, ville Castille). Campestris, d'Espagne0 Aguilar (Vieille-

chiens (roy. de Hongrie), chef-lieu du comitat de Hevesch, sur la riv. du même nom; archevèché. L'imprimerie, d'après le nouveau Typogr. Gaz. du Dr Cotton, fut exercéedans cette ville à partir de l'année 1687. Agria, Y Erlau, riv. de Hongrie, affl. de la Theiss. Aghigentum, VOy. Acragas. Agrimum, Agiirima, Agrim, ville d'Irlande, dans le Connaught. Aghipani Vicus, Saint- Agrève, pet. ville du Vivarais (Haute-Loire). Aghippina, voy. COLONIA. Aguius, YAgri, pet. riv. du roy. de Naples. Agropolis., Novomarchia, Neumarkt (en transylv. Maros-Vasarhély), ville importante de la Transylvanie, sur le Maros ou Marosch, affl. de la Theiss. Palais de Tékéli et biblioth. nationale extrêmement importante. Agociacum, Aguisy, village de Fr. (Oise). Aguilaria, Aguilar, ville d'Espagne, dans la Navarre. Aguillaria CAMPESTRIS, Agilara. voy. AGUNTUM,"AfoUVTOV [Ptol.], AGUNTUS [P. Diac], India, Intica (au moy. âge), pet. ville de la Norique, auj. Innichen (quelquefois Innekem ou Iniching), bourg 'du 0 Tyrol, sur le Drau. Agurium [Itin. Anton.], Agyrium [Cic], 'Af oûpwvPtol.], 'ApYÛjiov [ [Diod. Sic], ARgirone [monn. Sic], San Filippo d'Argiro.ou d'Argirone, pet. ville de Sicile, dans l'intend. de Catane. AGYLUNA Umis [Virg.], Cœre, ville AGYLLA, de l'Etrurie, à l'O.de Veïes, voy. Agilla. Ahunum, Ahun, pet. ville de la Marche. (Creuse.) = Le Moustier d'Ahun, monast. de Cluny. AnusiA, Ahusa, Ahus, Ahuis, pet. ville du Danemark. Ahusium, Ahaus, ville des États prussiens, dans la Westphalie résidence du prince Salm-Kybourg. Aiamontium, Ayamonte, ville d'Espagne sur la Guadiana (Andalousie). ALA AlCnSTADIUM, AREATUM,ALCIMOENUM, Narisca, Eustadium, Dryopolis^ Aichstàdt où .Eichstôdt, ville de ^Bavière, sur l'Altmiilh, évèché fondé en 741. Le premier livre imprimé danscette ville avec une date certaine est de 1478; il est intitulé Ilenrid de Scgusio/fl. de S. Itartlwlomœo vulgo Ilosliensis, summa super Titulis Decretalium. (A la fin :)

Agildum,Aglieri, bourg du roy. de Naples. Ceroetri, bourg de Toscane. AGILLA, Aginnensis MANSUS, Mas d'Agénois, ville lage de France (Lot-et-Garonne). AGINNUM, AGENNO. voy. AGINO, Agnius, l'Aa,'pet. riv. de l'Artois. Il y a en Europe plusieurs riv. du même nom. Agmadellum, Agnadel [Agnadello), bourg de la Vénétie, près de Cassano.. Agnicurtum, Agnicourt, village de la Picardie, près Saint-Pol (Pas-de-.Calais). AGORUM, Agora, bourg de la Vénétie,près Bellune.
AGOTIUS, Aguagas, voy. voy. ACUTUS. Acragas.

Agramontium, Agramonte, pet. ville de Catalogne, près de Lérida. = Aigremont-le-Duc, commune et anc. château .de France, près Dijon (Côte-d'Or). Plusieurs localités du même nom existent en France. Agranum,Zagravia, ZAGRARIA, Agram (Zagrab), ville de la Croatie, près de la Save; chef-lieu du comitat du même nom; évôché, académie.

en 1696. Pautt Hitler Dalmalœ Imprimerie Cltronica, Zagrabiae, 1690, in-8°, cité par SziiNous trourenyi [fUitticicc Sirmienses, p. 35). vons, dans un caUtl. italien fort ancien, un livred'une date antérieure mais, comme nous n'avons pu trouver ce rare volume et vérifier l'authenticité du nous ne le donnons que pour mérenseignement, moire il est intitulé la lemerilà e llagioni, per le quali si climostra dell' armi Venete conlro pli Uscocchi. ingiuslizia Sans nom d'auteur ni Zagrabiae, 1638, in-li. d'imprimeur. Agria, Erlau (Eger), ville des États autri-

27

AIGUÏLLIONUM. ALATACASTRA.

28

Desideratum huius suninic hostiensis finem nducxit mensis februarii dies dccimus octavus quo post virginee prolis vagitus dulcissimos mille quadringenti septuaginta novem anni transiere. 2 vol. in-fol. dont le 1" est daté de 1478, sans cli., récl. ni sign., sans nom de lieu nid'imprimeur, mais certainement exécuté à Aichstadt avec le gros caract. goth. de Michel Rcyser qui, de concert avec son frère George, avait concurremment une imprimerie à Augsbourg. Parmi les livres que ces deux frères imprimèrent a Aichstadt, nous citerons Liber moralitatwn, in-fol., 1479 (Panzer, I, 386). Breviaiïum Eystettense, in-fol., 1482 (Hain, I, 531 Statvta Eustettensis synodalia diœccsis, in-4, .1484. Un très-beau tlissale de 1486, in-fol. Ces trois derniers ouvrages portent le nom du lieu d'impression et celui de l'imprimeur. Panzer indique un grand nombre d'ouvrages imprimés sans date, et dont très-probablement plusieurs sont antérieurs à 1478. Nous en avons vu un à la Bibliothèque impériale qui provient de la vente La Vallière (n° 5.">6|, c'est Johanis de tambaco rie consolationc libri XIV, in-fol. de théologie 204 ff. à 44 lig. en lettres de somme, sans ch., réel. ni sig., avec blancs à la place des lettres tourneures. Ce beau livre offre tous les signes d'une haute antiquité et doit certainement être antérieur de plusieurs années à la Somme de l'archev<!que d'Embrun. ACUILLIONUSI AIGUILLIONUM AQUILONIA, [BaudrandJ, Aiguillon, pet. ville de la Nérac Guyenne, près (Lot-et-Garonne); elle fut érigée en duché-pairie en 1599. ACILIO. Voy. Ailium, AuacuMj ELIACUM, Ailly, de Fr., Louviers près (Eure). autres localités de plusieurs en France. village Il y a ce nom

Alaba, bourg d'Espagne, chez les Ccltibères, auj. Alava, pet. ville de l'Aragon. Alabon, Alabona, Alavona [Ptol.], Alagon, bourg et riv. du roy. d'Aragon; la riv. se jette dans le Tage. Alabuns, Alapuntis, Ventavon, village et anc. château du Dauphiné (HautesAlpes). ALA Flavia, voy. Vienna Austrl*. Alalu, VOy. Aleria. le Alamonte, ALABONTF., Monestier d'Alamont, à 18 m. de Gap [Itin. Anton.], village sur la Durance, à la limite des dép. des Hautes et Basses-Alpes. Alandia, ile d'Aland, dans la Baltique. ALA NARISCA, voy. Aicustadium. Alanensis PAGUS, Alaitensis, nAlunensis TRACTUS, Alkisium, l'Aubns, auj. l'Auras, anc. prov. de Fr.; auj. partie de la Charente-Inférieure et des DeuxSèvres. ALANGUERA, Alanguerum, Alanorum Fanum, Alanguer, ville de Portugal, sur le Tage, 0 dans l'Estramadure. Alanova, ville de l'anc. Pannonie super., auj. kbernessdorff, château impérial, dans la basse Autriche. Alantia, Axencum, Allanche, pet. ville de Fr. (Cantal). ALANus, Alan, riv. de Cornouailles (Angleterre), se jette dans le canal de Bri stol. Alaona, Alavnavi [monn. mérov.] Allonne, village de Fr. (Manche). = Allonnes, village-de Fr. (Alaineet-Loire). ALARA,ALLERA,Alarain [Chron. Eginh.], l'Aller, riv. de la Basse-Saxe, affl. du Wéser. Alarantes, Tallard, (Hautes-Alpes). bourg du Dauphiné 0

Un village d'Allemagne porte également ce nom le célèbre cardinal Pierre d'Ailly (Petrus de Alliaco), archev. de Cambrai, serait Allemand, si l'on en croit Thevet et Raph. de Volterra; mais P. Baylele dit né à Compiègnc en 1350. La maison d'Ailiy tirait son nom d'un château sis · en Picardie; auj. Ailly le Haut-Clocher.

Aillakth Vicus, Aillant, bourg du GàtiAilnais, près Montargis (Loiret). lant-sur-Thonon, bourg de France, près Jôigny (Yonne). Alneda, Ainôd (en illyrien, Kreisë), bourg d'lllyrie. Airdria, Airdrée, ville d'Écosse, dans le comté de Lanark. Airiacum, Airy, bourg près Auxerre (Yonne).
Concile en 1020. AlSTAMUM, Akiermana, logne. VOy. AlCHSTADIUM. Bialogrod, pet. ville de Po-

AKRAGAS, VOy. ACRAGAS.

ALA, Alena, Aquilegia, Aalen, bourg du Wurtemberg. Ala, OLA,Aelen, bourg de Suisse (cant. de Vaud).

Alarinuji, Larinum [Cic.], Aa'pwov[Ptol.], Larino, pet. ville du roy. de Naples, dans la Capitanate. ALATA CASTRA,lTEptoTÔv arpa-oirEjov [Ptol.], I CASTRA BurPuellarum, Edinum, ANEDA, gus Alatus, Eiienburguii [Cellar.], ville de l'anc. Calédonie, sur les'ruines de laquelle on a élevé Edimbourg, la cap. de l'Ecosse (en gaélique Dun Eudain, Edin-Bruaich, etc.). « Aprinting dit Chalmers (Lireof Ruddin man, p. 80),press, first establishedat Edinburgh was « during the year 1507, under the protectionof icJames IV tire first printers wereWalter Chepman,

29

ALATEUM VILLARE.

ALBA CAROLINA.
de formes, ALBA, Alba dans le roy. de. Léon. Elvas, ALBA, Helvjë, évèché dans gal, Tejo. Alba, bourg d'Espagne,

30

« a merchant, and Andrew Myllar, a mère work« man. » Herbert donne de curieux détails sur un volume de poésies exécuté par ces deux précieux typographes en 1508, et il fait observer, à cette occasion, qu'à cette époque les caractères grecs étaient on remplit a la main, dans inconnus à Edimbourg book, les passages grecs chaque cxempl. du Ilay's avaient été obligés de laisser en que les imprimeurs blanc, et cet usage se perpétua presque jusqu'à la fin affirme du XVIe s. Le Ur Lcc, dans son Mémorial, caractères grecs dont on fit usage que les premiers en Écosse furent les lettres du mot Xareivo; qui se dans une annotation de la Bible impriprésentent mée par Arbuthnot et Oasscndine, en 1576-9. Le Brcviariiim aberctonense fut imprimé en à Edimbourg; il 1509-10, par Walter Chepman, forme 2vpli in-S.On n'en connaitque quatreexempl. américain Is. Thofort imparfaits. Le bibliographe mas prétend même que c'est là le premier livre imprimé en Écosse, mais son autorité n'est pas considérable. 11 nous faut aussi mentionner le premier livre impr. en gaélique. Lowndes en donne le titre exact Joint Knox. in gaêlic; lAturgy foirm nornui(lluulli Kdimbourgh, Lekpreuck, 1567, in-8. « N'oublions pas, » dit le D' Cotton, auquel nous une partie de ces détails, « de mentionempruntons o lier lc Satiriste stéréotype de 1736, in-12, exécuté Will. Gcd, livre bien connu aujourd'hui et « par « fort recherché des curieux, comme l'un des prede cet art nouveau. n « miers échantillons Ce Will. Ged, qui s'intitule Aurifaber Eclinensis, dans la souscription du vol., a imprimé ce livre avec non typis mobilibus, ut vulgo des formes solides, tabellis seu laminibus solet.sed fusis; seulement ce n'est pas en 1736, comme le dit M. Cotton, mais bien en 1739 que cette impression eut lieu, avec un second tirage, mieux exécuté, qui porte la date de 1744. Al.ATEUM VILLARE, IN PaOO PaRIENSI, Pierrelaye, village près Pontoise (Seine-et= suiv. l'abbé Lebetif. Auviller, Oise), de Picardie suiv. Félivillage (Oise), bien. Alatrium, 'AXrrpiov lierniques, auj. de la Campagne ficaux). anc. ville des s [Strab.], ville et évèché Alatri, de Rome Ponti(Etats

du Portupet. ville la prov. d'Alem-

"AXêuj [Ptol.] ALBIS [Plin., Albia, fleuve d'Allemal'Elbe, grand Tacit.] dans la mer du Nord, gne, qui se jette dans le N.-O. de Hambourg. ville du roy. de Naples

ALBA, Avezzano, (Abruzzes).

la Tarraconaise, ALBA, dans dans bourg d'Espagne, ALBA, voy. ALBA, voy. Alba Aquaî Helviorum. Statiell/e.

auj. Estella, la Navarre.

ALBA, VOy. VIVARIUM. ALBA AD Saravijm, de LorSarralbe, bourg raine au confluent de la Sarre (Moselle), et de l'Allée. ALBA ANTONIA OU Albantonium, Aubenton, ville de la Picardie pet. (Aisne). ALBA AUGIA NAVISCORUM, Albaugia, WeisWiirtzsenau (Veissennohe), bourg près anc. abb. de S. Benoît. boùrg (Bavière), ALBA Àuc.usta, voy, Alba HELVIORUM.

ALBA Bulgarica, ALBA GRACCA [Cellar.J, ALBA Gr*ca, anc. Singidunum An[Itin. ou SlGINDUNUM, ZifynSoi ton.], [PrOCOp.lj ou Belgrade auj. Griechisch-Weissetiburçi 'ville ville (Belgrad blanche), capit. de la Servie, sur le Danube. Archevêché grec; évêché catholique; imprimerie en 1552 Henderson (ISiblical researches in Itussia) slave du iVouveau fait mention d'une traduction Testament imprimée et publiée à Belgrade en cette année 1552, un vol. in-fol. Nous n'avons vu citer ce dans aucun des catalogues spérarissime ouvrage ciaux, ce qui nous autorise à révoquer en doute l'assertion de Henderson. M. Cotton cite encore, d'après le catal. de la Jlodleiana, une traduction du Nouveau Testament en langue valaque, imprimée en 1648, in-fol. ALBA Carolina, ALBA JULIA, Apulum, Augusta Colonia Apulisnsis [Grut. Inscr.], Weissekburguh ville de l'anc, [Cellar.], KarlsDacie, auj. Albe Julie, Carlsbevg, ville de Transylburg ou Weissenburg vanie chef-lieu du comital (Autriche), du Weissenburg sur le Maros inférieur, ou Marosch. L'introduction de l'imprimerie dans cette ville a été traitée avec quelques détails par M. 'l'ernaux, des note! auquel nous empruntons quelques-unes le prince Jean Sigismond qui suivent (Zapoly) vers l'an 1566, à Carlsberg, Raphaël Iloflialtcr. appela auquel il donna le titre et les privilèges de chef de mais ce typographe son imprimerie particulière l'année suivante sa veuve et ses enfants mourut continuèrent à imprimer jusqu'à la mort de Jean époque à laquelle ils furent contraint! Sigismond,

Alauka

Alaunium An[Tab. Peut.], [Itin. de la Lyonnaise bourg ne; auj. ton.], Moustier de Fr. (Eured'Alonne, village et-Loir). voy. CortiosopiTUM.

Alauna, Alauna,

VOy. Valonle. village des Basses-

ALAUNIUM, l'Hospitalet, Sisteron. Alpes, près

Alaunom localité dans la Gaule Narbonnaisc, auj. Manosque.
ALAUNUM, voy. LONGOVICUM.

Alaunus [Cell.]/AX«voî[Ptol.], YAine, riv. du Northumberland, qui se jette dans la mer du Nord.
Alavona, voy. = Alabok. Y Aube, riv. de L'Auve, pet. Fr., riv. affl. affl. de de Albula, Alba, la Seine. l'Aisne.

31

ALBA CORONA.

ALBAN1UM.

32

d'abandonner le pays. Le premier livre imprimé par Ilofhalter est daté de 1567; il est intitulé Befutatio scripli Pétri Melii, quo nomine synodi Debrecina; et Trinilalem Dewn padocet, Jehovahlitatem triarcliis, prophelis et apostolis incognitvm. Albae Juliae excudebat typogr. regius Raphael Iloflialter. 1567, in-4. En 1620, Gabriel Bckien fait venir de nouveaux imprimeurs d'Allemagne, qui publient à ses frais un livre intit. Aline Julix, Excquiœ principales. 1624, in-4. En 1637, George Rakotzk y établit une imprimerie vingt ans après, en 1657, nous trouparticulière vons comme imprimeur du prince (celsissimi Traitac scliolœ un sytvaniœ principis typograplium) certain Martinus Major Coronensis (de Kronstadt, en il y imprime un livre aujourd'hui Transylvanie) rare et recherché en Allemagne o Schéma primum sive forma studiorvm générale, albensium, pro hoc anno DM 1657. Le fils de ce George Rakotzky, qui succéda à son père sur le trône de Transylvanie, est l'auteur du célèbre Officium Jlagotzianum, dont il fit imprimer sous ses yeux la première édition à d'un usage Carlsberg, et qui est encore aujourd'hui universel dans une grande partie de la presque Hongrie et dans toute la province de Transylvanie. ALBA Corona, Fr., abb. Blanche-Couronne, près Nantes (Seine-Inférieure), de S. Benoît. village de anc.

les Romains, auj. 'Lara Yecchia ou Biograd, bourg et port de la Dalmatie vénitienne, au S.-E. de Zam.
ALBA Marsorum, Albana, voy. voy. Alexandria ALBA Fucentia. Albanie.

ALBANI VILLA, VERULAMIUM, Itin. (S.) [Tac, Ant.], Saint- Albans, bourgd'Angleterre, dans le Hertfôrdshire; illustre abb. fondée par Offa, roi de Mercie, sur les ruines de l'anc. Verulam.
C'est la troisième ville d'Angleterre qui ait joui des bénéfices de l'imprimerie, et cela grâce au zèle éclairé des moines de Citeau.x. 1° Rhelorica nova iMUrcncii Gitilelmi de Saoita, impressum fuit presens opns rhetorice facultatis apud villa Sancli A Ibani. Anno Domini 11 CCCC LXXX, in-4. goth. avec sign. de A a Z. La souscription de ce rare volume commence par ces mots Compilatum autcm fuit hoc opus in alma uniuersitate Cantabrigie, anno Domini M CCCCLXXVI II, die vi julii; ce qui a donné lieu à quelques bibliographes d'annoncer une édition de Cambridge, 1478, qui n'a jamais existé que dans leur imagination. 2" Albertus Liber Modorum (Sigantlus). significandi. S. Albano. 1480, pet. in-4. de 40 ff. sign. A-F à L-L, 32 1. à la p. ont. petits car. goth. A la fin Explicit liber Modou sigfidi Alberti îpss' apo villam Sancti Albani a» M° CCCC LXXX". Ce livre, bien décrit au Manuel et dans Dibdin, existe à la Bibliothèque impériale et manque au British Muséum. 3° Exempla saci-œ Scriplurœ. in-4. 1481, pet. U° lit Arislotelis Physica. 1481, in-fol. 5° TheSt-Alban'schronicle. 1483, in-fol. 6° The bool: of St- Albans, by Juliana Berner sou Barnes. 1486, in-fol. de 88 ff. Le nouveau Typogr. Gazetleer nous donne le titre d'un volume non décrit que possède la c'est un in-4 de 18 p. et 32 1. à la p., Bodléienne; sans ch. ni sign. intit.: Aug. Dathi Scribe Super Tullianis à la eloganciis (sic). incipit Libellus; fin Impressupi fuit opus hoc apud Snîi Albanft. à Après 1486 oh ne trouve plus trace d'iniprimcrie St-Albans, pendant un laps de temps considérable. Vers 1534, John Hertford fonde un nouvel établissement typographique, qui ne fonctionne que quatre années, les persécutions religieuses du roi Henri VIII ayant provoqué la dispersion et la ruine des maisons conventuelles en Angleterre.

Alba Docilia, village de Ligurie, auj. Albizola, près Savone (Piémont).
ALBA Fucentia ALBA Fucentis, [Itin. Aiit.], Alba ad Fucinum Lâcum Inscr.], [firut. Plin. ALBA Marsorum, anc. ville m.], des au N. du Lacus Marses, Fucinus, ville du roy. de Naples, dans auj. Alba, l'Abruzze ultérieure 11e. voy. ALBA Bulgarica.

ALBA GrjEca,

A'LBA Elviorum, ALBA HELVIORUM [Plin.], Civitas Albersium ALBA [Not. Gall.], anc. des Hélviens, déAugusta, cap. truite les Vandales au ve siècle, par de bourg auj. Aps ou Alps en Vivanris, Fr. (Ardèche). ALBA Ikgatjkoruh, voy. Albingaunuh.

ou CIVITAS ALBA, Ackerman ALBA JULIA, en russe), ville Akkerman (Biehjorodok de l'emp. dans la prov. de Bessarusse, rabie. .ALBA JULIA, voy. ALBA CAROUNA. ou

ALBANIA, YAlbegna, riv. ° d'Italie, dans la Toscane.
ALBANIA, voy. ALBANUM. Braid Albin anc. Axbania, (Allibawn), d'Ecosse on trouve prov. montagneuse souvent aussi Albania l'Ecosse pour elle-mème.

Albus ALBA Leucorum, Mons, Blammont de Franche-Comté Blamont, village (Doubs). ALBA Longa [T. Liv.1, bona [itin.Hieros.], de Rome, S.-E. auj. ALBA [Varro], ville du Latium, Palazzolo.

ALau

ALBA Maruë, Ambmale[FroisMala, ALBA sait], Avmale, ville de France dans la Seine-Inférieure; comté au xie siècle, duché-pairie au xvic. ALBA Maris, ALBA Maritima, Blandona, anc. IADERA, capit. de la Liburnie sous

Albania, prov. de l'emp. turc, en Europe comprenait l'anc. Epire et partie de l'Illyrie méridionale; forme auj. cinq pachaliks, parmi lesquels nous citerons celui d'Ishanderièh (Scutari) et celui de Yanla (Janina).
Albanium, Cimbrian-e · ALBA REGIA, REGALIS, [Ilin. Anton.], Cimbriakum, en Stvhlweissenburg (Szekes-Fejesvar ville de la Hongrie, chef-lieu hongr.), ALBA

33

ALBAN0P0L1S.

ALBIA.
Civitas Rejeksium Albece, (Notit. Alebece CIVITAS Rejensis [Cell.], hum Apolunarium in.l, [Plin., ville de Segoreiorum Riez, Conciles en (Basses-Alpes). 1235. Albemale, voy. ALBA Mala. Albiatinum, France

34
Gall.], RejoRh:oiuM France 439 et

du comitat de ce nom, anc. résidence des rois de Hongrie. Noustrouvons dans un des cataloguesdes foires de Francfort,impr. au commencementdu xvn" s., un livre qui dénote l'existenced'un établissement à typographiqueà Stuhlweissenburg cette époque: Itegni Hungariœ occupalio.Summarische relation wie der fûrst in Siebcnbùrgcn Hetlilehem Gabor ivider aller menschenGedancken desz KOnigrcichs luingarn sicit bemâcliliget vnd die KOniben gliche cron zu Presburg. Stuhlweissemburg, Lorcntz Emmerich,anno lfllft, in-ù. Ce LaurentEmmerichavait à la même époqueun établissementtypographiqueà Prague. Albanopolis, ville de l'Illyrie grecque, auj. Albanopoli, sur le Drina. Pompeii [Cic. pro Mil.], Albanum, ALBANUM ville du Latium, près de l'anc. Alba Longa, auj. Albano, dans la campagne Romaine. Albanum, Monte Albano, bourg du roy. de Naples. Al.BANUS, AXëavoçPtol.], ALB1US " [ JÏONS,rb vA).êiov [Stràb.l, auj. Alben ou Monte çpc; del Carso, bourg de la Carinthie (Kàrnthen), anc. prov. des Etats autrichiens. Aldanus LAcus, Lago Castello ou Lago di Castel Gandolfo (ltalie). ALBA Petra, Aubepierre, bourg de France, près Saint-Flour (Cantal), = Aubepierre, village de France, près Guéret (Creuse). ALBAPompeia [l'lin. ni Tab. Peut.], ALBA Pompeianorum [Insc. ap. Grut.J, anc. ville des Statiellates en Ligurie; auj. Alba, surleTariaro, pet. ville du Montferrat (Piémont). ALBUQUERCUM, Albuquerque, ALBAQUERCUS, anc. bourg du Portugal (Estramadure); duché. Albaracinum, Lubetum, Tuma, Albarazin, ou Alban-acin, ville d'Espagne, sur le Guadalaviar (Aragon). Alba Regalis, ALBA REGIA, voy. Albanium. Albari/e, les Aubiers, village de France (Indre-et-Loire). ALBA RiPA,.Auberive, bourg de Champagne (Haute-Marne), anc. abb. de Citeaux, du diocèse de Langres. ALBASebusiana, ALBA Selusiana, Selusium, Kronweissenburg, pet. ville d'Alsace (Bas-Rhin). Alba TERRA,Aubeterre, pet. ville de Fr. (Charente), anc. marquisat. Alba Virganensis, Ardona, bourg0 d'Espagne (Galice). ALBAUGIA, vov. Alba AUGIA.
DICTIOKN. DE GÉOGB.

Aldenacium, Albenacum, ville NAS, Aubenas, che). Albencum, Albenque, près Montauban

ALBE'(Ardè-

de

du bourg (Tarn-et-Garonne).

Quercy,

ALBENNO,ALBiNNo[monn.mérov.],AZ6oM(?), village de France (Diiôme),ouAMÔpmie(?), de France (Doubs). village ALBENSIS du COMITATUS, Comitat eu Transylvanie byrg inférieur, lieu Karlsburg, ou Carlsberg. Weissenchef-

Albensium

ViALBA, Vivarium, Civitas, viers, ville dé France (Ardèche). L'établissement de l'imprimerie dans cette ville lie date que du xvm* siècle, bien que son évêché soit un des plus anciens de France, puisqu'il remonteau Ve siècle. Un médecin de Viviers, nommé Barthélémy de Sollioule, fait imprimer en 1510 son livre desy'roc'estblèmes, in civitate divi J~ontü Thomeriarum, à-dire dans la petite ville languedocienne de Saint. Paul de Thomicrs. Alverton, Albertonia, terre (Yorkshire). Albertum, voy. Ancora. ALBETA France, Amnis, dans l'Aubétain, la Brio. pet. ville d'Angle-

pet.

rivière

de

Albia, ALBIGA, CIVITAS Albigensium [Notit. URBS Albigensis Gall.], [Greg. Tur.l, ou Albi, ville de France Alby (Tarn). Anc. cap. des Ifuteni, la quatrième des huit cités de l'anc. Aquitaine. Concile en lf/6; imprim. en 1529. « ta vie et légende de madame Sensuyt sainte Febronie, glorieuse vierge et martyre, de laquelle la (este est la vigille de sainct Jehan Bapliste. » A la fin A l'honneur et révérence de madame saincte Febronie. a faict imprimer le présent livre sire Pierres Rossignol marchât et bourgioys Dalby, et a la louêge des devotes religieuses du dévot monastère de Nostre Dame de Fargues Dalby.In-4 de 18 ff. goth. autre opuscule, qui fait ordinairement Un suite au rare petit vol. que nous venons de citer, est imprimé avec les mêmes caract. et porte la même date c'est de la regle des seurs de la Vierge' la Déclaration du couvent précité de N.-D. de Marie, c'est-à-dire Fargues. Le rapport fait à M. de Sartines en 1764 nous apprend qu'il n'existait à cette époque qu'un seul imà Alby; il s'appelait Jean-Baptiste primcur-librajrc Baurejis, s'était établi en 1737 et avait été reçu imprimeur par arrêt du conseil du 7 sept. 1739. Albie, pet. ville de Savoie. ALBIA, Albi, L'imprim. date, en cette ville, de 1A81. Le premier' livre avec date est intit. Contemplacioncs Mï loti, de Tvrrecremata. Impr. Albie, anno M°CCCC°, et die xij. mensis nouembris, octuagesimo primo in-ft de 30 ff., dont le dernier blanc, avec. fig.'s.s. bois. Un livre qui a certainement précédé celui-

9

35

ALBIA..

ALBOCALA..
Albio, l'Aujon, (Haute-Marne). Albion vtxii [Plin.l, pet. riv. de France

36

ci, mais qui est sans date, c'est:. Epistola Mneœ Sylvii de amoris remedio. Albieimpr. s. d. in-4, sans réel, ni sign. 7 ff. à 24 lign. en car. romains. Alhia, voy. ALBURGUM.

[Strat.], [Plin., Caes., Albiana, San Bonifacio, pet. ville de l'ile se divisait Tac], England, Angleterre de Corse. en Ultérieure et Citérieure; la première Albianense FRETUM,détroit de San Boniétait appelée Barbarepar les Romains, contre les habitants défendirent facio, entre la Corse et la Sardaigne. qui avec une énergie leur auindomptable ville du Tyrol. Albianum, Kufstein, pet. tonomie. ALBIATE, Albiatum Grassuh, Biagrassa, Albiobium, Albiburgum, LEUCOREA, VitemAbiagrasso, bourg du Milanais. BERGA, WlTTEBEBGA [CluV., Cell.],\VlTCASTROBRACENSE Albicastrum, ville de Saxe, à Oppidum tekberga, Witteiiberg 9 milles de Leipzig. Castrobracum, Castel Branco, ville de Ville à jamais illustre dans l'histoire de la Réforme Portugal, prov. de Beira. en Allemagne. Un protestant n'oubliera pas que ALBICELLA, voy. ALBULA. ce fut dans cette ville que, le 30 sept. 1517, Martin Luther commença les hostilités contre la cour de Àlbicobum Reium Apollinabium, voy: ALHome. BECE. Falkenstein affirme que le premier livre imprimé dans cette 'ville est un Recueil des Sermons de ALBIENSIS AGER, Albigiensis Pagus,, ALBI- Pierre de Ravenne, daté de 1505 il confond le titre du livre avec un autre et se trompe gilvse, Albiviinse [monn. mérov.], l'Alsur la date. Maittaire remonte bien autrement haut et donne la bigeois, prov. de France. date de 1488 comme celle de l'introduction de l'imMais Panzer prouve l'erreur primerie à Wittenberg. Albiga, voy. Albia et Albingauntim. dans laquelle est tombé Maittaire, et prend l'année à Wittenberg ALBIGI (monn. mérov.], Aube, village de qui suit la fondation de l'Université comme celle où l'on y installa le premier établisseLorraine (Moselle). ment typographique, c'est-a-dirc 1503. Le premier Oratio habita a Nilivre, suivant Fanzer, serait Albimontium, Blamont, pet. ville de France colao Marscalco thurio Albiori acactemia in Ale(Meurthe). = Blamont, bourg de Fr. mania. Impress. Albiori in Saxonia, 1503, XV kal. febr. in -4. (Doubs). = Blankenburg, ville de Saxe, Mais M. Brunet prouve que ce livre n'est que le dans l'anc. Forèt Noire. Pétri Ilavcimatis second, et'que le premier serait compendium jiiris civilis, précédé d'une introducAlbingaunum, ALBA Ingaunorum, Albiga, tion de Pierre Mareschal ou Marscal précité, et dont ALBIUMIngaunorum, Albenga, ville de la souscription porte: Impressitm Alblburgi pridie l'anc. Ligurie, auj. Piémont. nonas septembres anno a iVatali Chrisliano MD1II. L'année commençant à Pàques, le mois de février Albinia, Aubania, Aubagne, pet. ville de est évidemment postérieur à celui de septembre. Provence (Bouches-du-Rhône). Ce Nicolas Marscal avait établi à Rostoch, qu'il hadans sa maison, bitait, une imprimerie particulière Albiniac.us [Gesta Dagob.], et ce fut là que travailla Guntherus Albimacum, Hyems, aliàs Gunther Winter, d'Erfurth. Aubignie, au xie s., Aubigné ou AubiLes premiers imprimeurs connus seraient, tougny. Diverses localités de France porau dire de Falkenstein, Johann Grunenjours tent ce nom Aubigny, bourg du l'asLouer der Jüngere berg (1509-1522), Melchior (1519-1525), et Georg Rhau (1520-1548). de-Calais; := Aubigny, pet. ville du A partir de la réforme, l'imprimerie prit une exCher, anc. comté, érigé en duché-pairie tension énorme dans cette ville, même après que Louis XIV; = Aubigné, bourg de l'Université eut été supprimée et réunie à celle de par Halle. Bretagne-; = Aubignac, bourg et anc. abb. de la Marche (Cher). ALBIS [Plin.], "AJ.ëio; [Ptol.], ALBA, l'Elbe, un des grands fleuves d'Allemagne. AlbinianjE/ Aluiniana Castra, première station indiquée par l'Itinér. d'Antonin ville de la Grande Orsimarso, Albîstbum, entre Leyde et Trèves, à 10 m. de la Grèce (Calabres). première de ces villes; auj. Alphen, Albium Ingaunum, voy. Albingaunum. bourg de Hollande, sur le Rhin. Albium Intemelium, ALBINTIMILIUM voy. Albinlmium. ALBfNTEMELJUM, Al.BINIMIUM, INTE- Albius, voy. ALBIS. [Tab. Peut.], Abintimillia, ALBIUM melium [Plin. m], Municipium Lntemelium Albocala ALBUCELLA [Itin. An[Tit. Liv. [Tacit. Hist. ni, Yintimiglia, Yintimille, ALBUCOLE Steph. ville des Byz.], ville d'Italie, dans la prov. de Gènes. ton.], la

'AXouîwv [Ptol.], Britannia

TSf.m; Ppirav-

Albinovum, Alvanium, Alvum.Novum, Alvenau, pet. district de la Suisse. AlbikuMj Niedervintel, en Autriche.

dans Vaceens, Tarraconaise, auj. la Vieille-Castille. Toro, dans Antonio cite un volume imprimé dans cette petite ville en 1630, mais M. Cotton fait remonter à 1505 la date de l'introd. de la typogr. à Toro; mal

37

ALBOÏNA.

ALCOBATIA.

38

heureusementil ne cite aucun litre à l'appui de cette assertion,qui nous parait gratuite. Alhona, ALBUNEA,l'Agogna, pet. riv. du Piémont, se perd dans le lac Majeur. ALBONA[Plill.], 'AXcûwva[Ptol.], AlVUM, Albona, bourg de l'Istrie. Alborium, X'Albon, pic élevé, des montagnes dcsAlgarves, en Portugal. VICUS Albretum, Alebretum, LEPORETUM, Albret, ville de France (LanLEBRETI, des). Érigéen duché-pairieen 1550 la maisond'Albret remonte à l'an 1050.[P. Anselme.] Albucio, Albucium, Albucum, Albula, ALbussonium, Abbutio, Aubusson, pet. ville de France (Creuse). Albula, voy. TIBERIS. Albula, VAube, riv. de France. = Riv. de Vibrato, dans les Abruzzes; = la Solforata, riv. d'Italie. = Weisseritz, riv. de Bohème, affl. de l'Elbe. Alkulfi VILLA,in pago Wormacensi palatium, villa carlovingienne, près Worms. [D.Martène.] ALBUM jEstuarium, golfe formé par l'Humber à son embouchure (Angleterre). ALBUMSutum, Seucopelus, VIBRAIA,Guide Falaise, ville de bray, faubourg ° Normandie. Albunea SYLVA, forèt qui entourait l'anc. Tibur. ÀlbunejE Aqu.«, voy. ïibur. Albuquercum, voy. Albaquercus.. Alburacis, Aregia, VAriége, riv. de France (voy. Aurigera). Alburgum, Aelburgum, Albia, Aalborg, ville et évèché du Danemark (Juttand). M.Ternaux cite un livre imprimé danscette ville en 1611,et nous n'avonsrien pu trouver d'antérieur. Voicile titre de ce livre B. de pygmeisproblcmatum philosophicorumet mcdicorum rniscellaneœ i Aluiœ, taben, 1611,in-/i. I Alburnus Mons_, anc. montagne de la Lucanie, auj. Alborno, oa^Monte di Postiglione, Princip. citér., anc. royaume de Naples. Albuzaciim, Albuzac, bourg du Limousin, près Tulle (Corrcze). Alcala Regalis, Alcala la Real, ville d'Espagne (Andalousie). Ai.canitium, Alcaniz, bourg de l'Aragon, sur le Guadalope. = Alcaïiices, pet. ville du roy. de Léon. Norba C^sarea, Alcantara Alcantara,

(en arabe le Pont), v. d'Espagne en Estramadure, sur le Tagc.
Alcaratium ville xl], conaise, Castille. Alcasarium ALCE [T. Liv. [Itin Anton.], la Tarradans des Celtibères, dans laNouvelleauj. Alcaraz, Salacia ville Imperatode l'Estra-

Salixarum, do sal, }\\A,Alcaçar madure (Portugal). de

pet.

Alcasarium bourg Alcathoe

Alcazar de S. Juan, S. Joannis, la prov. de CiudadTRcal. JJféde

'AXxaôo'n [Apollod.], [Ovid.], sur l'isthme ville d'Achaïe, gare, Corinthe. voy. Alcaratium. Alzey, ville de la

ALCE,

ALCEJA, ALTALIA, rhénane.

Hesse

Axjmaionio mérov.], Alciacum, [monn. de Fr. (Loiret). Auxy-le-Chàteau, bourg de l'Artois, =: Avxtj-aux-Moines, village Hesdin près (Pas-de-Calais).

ALCIATUM, Alzato, bourg du Milanais, prov. de Côme.
Alcimoennis, Alcimoenum, Alcir^v, Alcira, pagne, voy. voy. voy. Sucro. Aldra, de Valence. pet. ville d'EsUlmjV. Aichtadium.

Setabicula, prov.

ville de Alcmaèr, Alcmaria, Alcmamum, entre Harlem et Amsterdam. Hollande, Nous ne connaissons, non plus que M. Ternaux, qui ne fait que copier la note du docteur Cotton, de livre impr. dans cette ville avant 1605 Dictionariu»i Belgico-Lalinum, per Cornetium KUianum, Alcmariœ, 1605, in-8. Le premier imprimeur s'appelleVoici un autre livre impr. en Mcister. Jacques 1606 Gontes von Trier fan den heusclien Bttrcen seer Sinrckr. liefflycke gerlycken Ommegangh, und noetlcgliclsamen Alckmar, by spreckinghe. Jacob de Meester, 1606, in-4. Une Clironijckc van Atcmaer, in-8, fut imprimée dans cette ville en 16a5. AlAlcmona, Alcmana, Alcmonia, Alemo, riv. de se l'Altmùhl, Bavière; moinus, de Ratisdans le Danube, près jette est appelée Éalomore dans les bonne; Chron. de St-Denis. Alcobaza Eburobritium Alcobatia, [Plin.*], ville de Portugal, dans ou Alcobaça; l'Estramadure. dans laquelle une Célèbre alib. de Bénédictins, fut établie au xvie siècle. Les archives imprimerie les plus précieux tréde ce monastère réunissaient sors littéraires et historiques, imprimés et manusVo'ci le titre d'un crits, qui fussent en Portugal. et publié dans ce monasimportant ouvrage imprimé tère Monarclila composta por frey Lusytana llernurdo de Brito, chronisla gênerai, proffesso

39

ALCOCERUM.

ALENCONIUM.

40

de Atcobaça no real mosteiro parte ptimeira. impresso no insigne mosteiro de Alcobaça, anno de 1597, in-fol. La seconde partie fut imprimée à Lisbonne en la hui1609, et les autres successivement jusqu'à tième et dernière qui ne parut qu'en 1729 les 3e et 4e parties sont d'Antonio Brandaô, les deux suivantes de son frère Fr. Brandaô, la V de Rafaël de Jesus, enfin dernière partie fut composée et publiée par Manoel dos Santos. Bcrnardo de Brito, l'auteur des deux premières parties de cet ouvrage capital, était né à Almeida; il devint moine d'Alcobaça, de la réforme de Citeaux, en 158a, et mourut en 1617. [Bibl. Lusitana, f. I, p. 275 et suiv.] ALCOCERUM, Alcocel'; pet. dans le roy. de Valence. ville d'Espagne, ZD

Arva [Plin.], Flavium Arvense, ALCOLA, dans la Bétique. auj. Alcole, bourg d'Andalousie, sur le Guadalquivir. Aldea Rivij Aldea el Rivo, bourg d'Andalousie, sur le Guadalquivir.
OudeAldenardum, ville de Audenarde, (Belgique). date en cette ville de 1480 le preL'imprimerie mier imprimeur est le célèbre Arend ou Arnold de ou ArnolKeysere ou Keiser, Arnaud l'Empereur dus Ca'saris, suivant la fantaisie qui l'inspire de ou de latiniser son nom nous citerons franciser deux ouvrages; l'un avec date et l'autre sans date, qui passent pour être les premiers produits de ses presses. Dijstorie von Sultan Saladine. (A la fin:) Taudenaerde in-A, sans indic. de date et gheprendt, sans nom d'imprimeur, mais évidemment exécuté par Arnold de Keyser. 11n'existe de ce précieux incunable qu'un exemplaire qui, de la biblioth. de M. J. Koning, a passé dans celle de Harlem. /lermanni de Petra de Scutdorpe sermones L Pressom super oralion'em Dominicam. (A lakfin:) Aldernardi per me Arnoldum Ca'saris meosque sodales dominice incarnationis M. CCCC. anno supra LXXX. Vnde ferant laudes cûcta creata Deo. In-fol. goth. de 136 ff. à 2 col., y compris 7 ff. de tables en tête du vol. un autre ouvrage nous faut aussi mentionner tout aussi précieux et qui, de plus, est orné de quatre exécutées, mais qui planches sur bois grossièrement un singulier caractère de grandeur présentent De quatuor iiouissimis, ou les quatre choses derla nature humaine doit toujours nières auxquelles trad. du latin de Denys de Rickel, le penser;Th. le lloy, bénéd. de St-Martin de chartreux,par s. I. ni d., mais imprimé également avec Tournay;les caract. d'Arnold de Keyser vers 1480. In-4. A la fin sont ces deux vers Priiez pour l'impresseur de ce livre tres excellent A audenaerdc impresse pour instruire toute gent. M. Brunet a donné de ce livre une description minutieuse et excellente. Arnold de Keyscr quitte Audenaerde à cette époque et établir ses presses à Gand, où pour transporter nous le retrouvons en 1483. [Coll.],' narde, Audenaerde, occid. la Flandre Al-DENBURGUM, ALDEBURGUM, PaL^EOPYRGUJI, ville principale de la SaxeAltenburg, sur la abb: de Altcnburg, Pleisse, Isr. bénéd. clarissima, [ Urbs Misriiœ Clauderi Laudat.] Ni Maittaire ni Panzer ne mentionnent cette ville parmi celles qui ont joui du bénéfice de l'imprimerie Aldenarda

au commencement du xvie s. M. Cotton dit que la Bodléienne d'Oxford, qui renferme un certain nombre de traités allemands relatifs à la Réforme, en possède un daté de 1523 et imprimé à Altenburg, mais il ne donne ni le titre du livre, ni le nom du typographe. Dans son nouveau Typogr. il dit qu'il Gazetteer, doit ce renseignement à Feverlin (Bibi. Symb. Luth. tom. II, p. 42). M. Ternaux est plus précis et cite cet opuscure daté de 1524, avec le nom de l'imprimeur, Gabriel Kantz Eine Christliche aus Vermahnung dem Evangclio. Aldemburgk, in-4. Nous avons découvert dans les précieux catalogues des foires de Francfort une édition que nous croyons aujourd'hui inconnue et peut-être disparue, d'un célèbre du grand réformateur De abroganda pamphlet missa Martini privafa Lutheri sententia. Leo A la fin rugiet, quis non limebit (Amos) ? Impressum Aldemburgi vm kalendas martii, mdxxji, in-4. Ce serait là une réimpression pure et simple de la première édition de Wittemberg, donnée au mois de janvier de cette même année, et exécutée probablement de Zwickau, par cet imprimeur que nous avons nommé Gabr. Kantz.

Aldergejium, Auweghem,bourg de la Flandre orient. (Belgique).. é
Aldersiiott, village d'Angleterre (Hampshire). Un ouvrage de droit fort connu, Viner's abridgment, en dix vol. in-fol., fut imprimé par l'auteur, dans sa propre maison, en dix ans (1742-1753), nous nous dit nouveau Typogr. Gazetteer. Aldorfia, Alduabis, voy. ALTORFIA.

voy. DuBis. AJ.EBECE REIORUM, voy.

ALRECE.

Alebium, DALEBIUM, Delebio, bourg de Suisse.
Alecta, ELECTA, Aleth, Limoux évêché, près ALECTUM, voy. Alemannja, ail, tout, excellence'.). ALLECTUM. Deutschland, homme man, Allemagne l'homme (de par Altville pet. (Aude). et anc.

Alemajwi ALEMANUS, Monasierium en Bavière. mùhl-Mûnster,

Alemanus, ALEMO,Almonus, ÏAltmùhl, riv. de Bavière se perd dans le Danube, près de Kellheim.
Alena, ALA, Aalen, vière). ville de Souabe (Ba-

ALENCONIUM, ALENTIO, ALENCTO, Alençon, ville de France (Orne). Comté érigé au nu' s. par S. Louis, puis duchéen 1530. Le premier livre que pairie. Imprimerie nous connaissions sous la rubrique d'Alençon, c'est Le sommaire de toute médecine et chirurgie contenant les remèdes les plus spéciaux et expérimentez de toutes-maladies, par Jean Gouevrot, vicomte du Perche, médecin du Roy. A Alençon, chez maistre Simon du Bois, 1530, in-16 goth., de 88 fT. (Cité par M. Frère, Bibl. normand, II, p. 34.) Puis vient Le Miroir de l'âme pécheresse, ouquel elle recongnoist ses fauttes et pechez. Aussi ses graces et bénéfices a elle (aitez par Jesuchrist sou estrès noble et précieuse sest poux. La Marguerite a cculx qui de ton cueur la cerchoient. preposee

41

ALENCUM.

ALEXANDRIA.

'42

A Alençon, chez maistre Simon du Bois, M D XXXI, pet^in-û. goth, de 35 IT.sans ch. avec sign. Ce vol. infiniment rare et précieux a été réimpr. deux ans après avec d'amples additions sous le titre de Dialogue en forme de vision nocturne entre tres noble et excellente princesse madame Mar. guérite de France, sœur unique du roy notre sire. le Miroir de l'âme pécheresse. Discord estant en l'homme de l'esprit par la contrariété et de la chair. A Alençon chez maistre Simon du Bois, mil cinq cens trente et trois, pet. in-4. goth. de 61 fl". A la lin du xvit" s. et pendant tout le xvme, une famille que nous retrouvons exerçant la typographie dans plusieurs villes de l'Ouest de la France, les Malassis, fournit de nombreux imprimeurs à Alençon. En 1764 (rapp. Sartincs), nous trouvons établis deux membres de cette famille la veuve de Fr.-Augustin Malassis, pourvu en 1720, et Louis Malassis, le Jeune, beau-frère de la précédente, établi en 1732 les arrêts de 1739 et de 1759 conservèrent ces deux imprimeries. ou Alencuh, ALANTIA,. Alanche Alenche, pet. ville d'Auvergne (Cantal). Alengonis de PORTUS, Lftngon, village0 France (Gironde). Ai.enus, T Afne, riv. d'Anglet. [Cambden.] Berœa [Strab.], Beroa Bippcia [Appian.],CiiAHalape > [Joiiiville], ville de Syrie llaleb),

naise première, sur le territoire des Areèomici; Amsiacas [monn. mérov.], auj. Alais, sur le Gardon, pet. ville du départ. du Gard.
Anc. comté et évêché établi par Louis XIV, à la suite de la révocation de l'édit de Nantes. En 1764 il n'existait qu'un seul libraire à (rapp. Sartines), ne Alais, qui s'appelait Pierre Bascou. L'imprimerie fut introduite dans cette ville que beaucoup plus tard.

ÀLEsiA,ALESSIUM, Alessio, pet. ville d'Albanie, dans le pachalik de Janina. ALESIENSIS AGER,YAuxois, anc. prov. faisant partie de la Bourgogne, avec Semur comme chef-lieu occupait une portion du territoire des Mandubii. fleuve d'Étrurie, auj. la SanguiALESUS, naria.
ALETUM VETUS Riiedonum, Aletiia, Alestum ALETI, [monn. mérov.], GuichMACLOVIA, Maci.opolis, Aleth, ville de Alet, 'Quidaleth, Saint-Malo, Bretagne (Ille-et-Vilaine).. en 1552: Vita sancti Marcliutis, JlriImprimerie tan. auclore Bilio, Maclovicnsi episcopo. Maclovii, futBilius 1552,in-12. «Du vieux teinps,ditd'Argentré, « Annoricanus la vie de qui escrivit disertement u saint Malo, comme disent ceux qui l'ont vue. » Nous pouvons citer encore un ouvrage important de Thomas de Quercy, Malouin: de la Antiquitez cité d'Aleth ou Guidaleth, ensemble de la ville de Saint-Malo. Saint-Malo, Labiche, 1628, in-12. Aletve, Vicus Lecce, pet. ville de l'anc. ALETIUM, Alitium, dans la Terre d'Otrante. roy. deNaples, en 1634 [Haym]. Giulio Cesare infanImprimerie (Sans nom d'imprimeur.) lino, memorie di Lecce. Andrea della AloLecce, 1634, in-4. Citons encore istorica della città di llrindisi; naca, memoria Le premier imprimeur de Lecce Lecce, 1674, in U. dont le nom nous soit connu s'appelait Mazzei. Aletrum, Aletum, voy. ALETUM PoRTus, France, voy. Electa ALESIA. Alatrium. [Notit.' Imper.], Aletiia,

ALEPUM, Aleppum, [Hin. Anton.1, lep [Nicéph.J, turc Alep (en

(Turquie d'Asie). en 1706. Kitâb el endjtl el cherif. Imprimerie {Livre de l'Evangile saint et pur du flambeau ?•<:«plendissant.) Impr. à Alep, aux frais d'Anastase, des Grecs d'Antioche, en 1706, in-fol. patriarche 283 1T. non ch., avec portr. (Cat. S. de Sacy, I, n°1337.) ALERA, voy. Alera, le Aleria, dans l'Aller, Weser. INGERIS. riv. de Saxe; se jette dans

âge, Corte. Ane. évêché du moyen âge, dont fut titulaire l'illustre philologue et savant Joannes Andreas, auquel fious sommes redevables de la reproduction, aux débuts de l'imprimerie en Italie, de la plupart des chefs-d'œuvre de l'antiquité latine. anc. ville Alésa, Aljîsa, dont Sicile, auj. ruinée, intéressants au vestiges dans la vallée de Demona. Alesia o!ix de épiscopale on trouve des de Tosa, bourg

anc. colonie Alalia, romaine, l'ile de Corse, évèché au moyen au S.-E. de Alerta, auj. village

S. SERVANI OPPIDUM OU Novum, ville et port de S.-Servan, à l'embouchure de la Rance

(Illc-et-Vilainc). Alexanuria, 'AXE^avSps'oiv woXiç, Alexandrie, Iskandenèh (anc. RAKonsdes Pharaons), cap. de l'Egypte. Nous ne connaissons pas d'établissement typographique dans cette ville avant l'occupation française à la fin du siècle dernier; mais, à partir de 1798, les ordres du jour, les bulletins de l'armée d'envahissement, les livres de religion et d'éducation élémentaire en arabe, turc et français sont publiés en assez grand nombre à Alexandrie jusqu'à la mort de Kléber. (Voy. Cat. Langlès, S. de Sacy, Marsden, etc.) En 1833 le pacha d'Egypte fit demander à MM. Didot, par l'entremise de MM. Pastré, une imprimerie fut le titulaire dont M. Adolphe Lainé pendant quatre ans. Il y imprima le Moniteur Égyptien. Al.EXANDRIA A PALEA, AlEXANDHIA StaTIEL-

'AXn [Coes. Bell. Gall. vu, T. Liv.], Alexia [Strab.], [Flor. n.; Plin.], Urhium MATER, ville des ManduAusia, dans la Gaule biens, Lyonnaise preau N. de Bihractum, mière, sur'l'emplacement de laquelle on est à peu près tombé d'accord ce serait Aliseauj. dans l'anc. Duesmois Sainte-Reine, on veut le nom vienne de (dont que situé de Semur, Mandubii), bourg près dans le dép. de la Côte-d'Or. ALESIUM, ville de la Gaule Narbon-

Alesia,

43

ALEXANDROVIUM.

ALISNI.

44

LORUM Ou Stalicellorum, Palea, AlesAliac.uo.n; Haliacmon [Cœs. Civ.], riv. de Macédoine, auj.. le Platomone ou Platasandria délia Paglia, ville forte du Piésur le Tanaro. mone, dans le pach. de Saloniki. mont, Ane.évêché; fondéeen 1178,elle prit son nomdu Aliacum, voy. Ailium. m III, pape Alexandre et ses premiers urs bâtisdeboue et de paille lui firent donner le nomde Civita délia Aliartus, 'AXiaproi;, anc. ville de la Messe-Paglia. M. Ternauxfaitremonterl'imprimeriedans nie, auj. Néocastvo, en Morée. cette ville à 1549 Ursimis/ Elegia de Peste. Alexandrie,apud Franciscumet SimonemMeschi- Aucantil'm, Alicanta, Lucextum [Plin.], in-4. Nous ne connaissons le livre pas • nuin,154S, Aouxévtoi[Ptol.], ville de l'Espagne Taret ne le trouvonspas cité par lia) ni dansson chap. des Libri elletraitait di Peste. raconaise, auj. Alicante, ville et port Nous'sommesforcéde reporter seulement à 1598 d'Espagne, dans le roy. de Valence. dela typographieà Alexandrie Joanl'introduction M. Ternaux, qui connaissaitbien la bibliographie Alexanni Slarii Matlii opinionum libri très. n p drie Statiella;,HerculesQuintranus, 1598.in-4.(Cat. espagnole, ous donne comme remierlivre imprimé danscette ville: Oracion funèbre a la reyna de EsBaluze, n° 5027,et cat. de Tournes, p. 329.) doiia Maria Luisa de Borbon, por Jsidro paria, Sola. Alicante,JaymeMesnier,1689,in-4. Alexandrovium, Alexandrow, pet. ville de le palat. de Braclaw. Pologne, dans Aljcije, AlicicjE, Salemi, pet. ville et riv. de Sicile. Alexam Civitas, ALEXANUM, Alessano, pet. ville de l'anc. roy. de Naples, dans la ALIETUM, Isola, pet. ville d'illyrie. Terre d'Otrante. Alifa, "AXXioa [Ptol:], Allif^e [Liv. vm.], ville de l'anc. Samnium occid., auj. Alexia, voy. ALESIA. Alifi, pet. ville de l'anc. roy. de Naples, Alexianum, Alissan ou Alixan, bourg du dans la Terre de Labour. Dauphiné, près Valence (Drôme). Alimania, Limania, la Limagne d'Auvergne, Alexoduinum, Hexham, ville d'Angleterre, part. N. du dcp. du Puy-de-Dôme. célèbre par la bataille de ce nom en 1463 (Northumberland). Alingavia iN TURONiBus, Ajjngavias [monn. mérov.], Langeais? pet. ville de France Àlfelda, Al felden, bourg du Hanovre, près Hildesheim. (Indre-et-Loire). PORTUS PORTUS ALFE- ALINGO, ALINGONIS [Sid. Apollin.J, Alficum, ALPICA, Alpicexsis, cum [monn. mérov.], le Pecq, bourg de Langon, ville de France (Gironde). France (Seine-et-Oise). Auin\cun,Alligny, bourg etanc. baronhie du Nivernais. ALFIDENA, voy. AUFIDENA. Alione, ALONEBrigantum fltin. Anton.j, Alfordia, Alford, ville d'Angleterre (LinLongovicum, LA^'CASTRIA, Lancaster, ville colnshire). sur le Loyne. On croit d'Angleterre, arabe el Garb), Algarbia, Algawes (en que cette ville est l'anc. Alaunum des une des sept provinces du Portugal, Damnii. appelée aussi par les chroniqueurs Imprimerie en 1755 Bill for repairing and Algabri^e, Agabil.e, et par les romanwidening the road from liocltdule lo Burnley. ciers le Royaume de Garbè. Lancaster,1755,in-fol. Corax [Cell.j, PORTUS CARACODES, ALISCA,ALMAZA,dans la Pannonie inféAlgama, Alghel, pet. ville de Sardaigne, sur la rieure, auj. Aimas, sur le Danube côte 0. (Servie). A Algea, ALGOIA, lgovia, der Algau, partie Alisia, voy. ALESIA. de la Souabe (Bavière). Alisiacas [monn. mérov.], voy. Alesia. Algeriuh, Algaria, Algie)', Argier [anc. Alisincum [Itin. Anton.], chez les JEdui, chron.], Alger, ville française d'Afri-" auj. Anisi, village de France (Nièvre). que en arabe al Djezayr (les Iles) on rapporte cette ville à l'ancien Icosium Alisium, Alsium, Palo, pet. ville d'Italie des Romains. (Etats pontificaux). Descrizibnedella Terra di Palo delP. F. Gio. Algia, voy. AUGA. Bat. di Palo. Napoli,1681,in-4. Al.GIA, ALGI.E SALTUS, ALGIENSISAGER, ALISIUM, VOy. Heilbronna. Lexovici Pratenses le Pays l'Auge, anc. ville de l'île de Corse, qu'on en Normandie. ALISLA, d'Auge, croit être Porto-Vecchio. Algidum, Aldum, Rocca del Papa, ville et des États du Pape, jadis ville Alis.ni, Liebenau, dans le comté de Hoya. montagne des Eques, dans le Latium. [Graësse.]

43 'i

ALISO.

-ALMINIUM.
All'odidm, Allois, (Haute-Vienne). Alma [!tin. Anton.], = cane I'Alma, riv. de l'Aime, dans la Lippe.. village0 près riv. Limoges 0

46

Aliso [Tac. Ann.]', b 'EJ.toûv [Dio Cass.], Y Aime, riv. de Westphalie. Aliso [Tacit.], Aliso Romanorum, Lisborn, bourg de Westphalie, au confluent de l'Alme et de la Lippe. ALISO,voy. Vesalia Inferior. Elza Alisuntia, Alizonta, [Auson.], YElze ou l'Alsitz, riv. du Luxembourg. ALITA,voy. ALETUM. Allaba [Itin. Anton.], Alloua, -ri\. de Sicile.. ALLADA, Killaloe, ville d'Irlande. All.e Castrum, voy. Aldenbijrgum. ALLANarisca, voy. Aichstadium. Aleta [Ptol.], Mosh, pet. ville de ALLATA, la Dalmatie. Allectum, DonumDei, Toadunum, Dundee, ville d'Ecosse, dans le comté de Forfar. Nous ne connaissons pas de livre imprimé dans cette ville antérieurement à t792. Small's [Bev.D. ]l.) Stalistical account of Dundee. Dundee,1792, in-8. Le Dr Cotton (Suppl.) donne l'année 1763 comme date de l'introduction de l'imprimerie à Dundee, mais sansdésignationde livre à l'appui. Allemama, Allemagne, bourg de Provence et anc. baronnie, près Riez (BassesAlpes). Allendorf, bourg de la Allendorfium, Hesse, prèsCassel. Allenstênium, Allenstein, ville de Prusse, près Kônigsberg. ALLEVARDI ALLEVARDUM, VILLA, Allevard, pet. ville et anc. comté du Dauphiné (Isère). ALLIA,riv. de la Sabine, auj. l'Aja, qui se jette dans le Tibre. Elle est célèbre par la grande bataille à la suite de laquelle les Gaulois s'emparèrent de Rome.

YArbia, riv. de Westphalie,

de Tos= Crimée; se jette

Almagrijm, Almagro, pet. ville d'Espagne (Manche).
Almandralegium d'Espagne Almangovia, prov. Almandralejo (Estramadure). Alemannia propria, bourg

YAlgau,

d'Allemagne.

Almanisce-, Almonaciul, Almenesches, bourg de Normandie (Orne).
Almantica, Almenza, la Nouvelle-Castille. ville d'Espagne0 dans

ALMARAZUM, Almarez, pet. ville d'Espagne.
Almaria, voy. MONS Fortis.

Almarimum, Almerinum, Almeirim, ville de Portugal, sur le Tage (Estramadure).
en 1516. Ilegra e estatutos da Or-, Imprimerie dem de Avis, Almeirim, 1516, por Gerinîio de Campos, in-fol. Ce fut là aussi que fut commencée par le même Herman de Campos l'impression du fameux Cancioneiro gênerai de Garcia de liesende [irmao (frère) do mestre André de Uezende, N. de Evora] qui fut terminée à Lisbonne cette même année 1516, par cet imprimeur, et ce Germiio de Campos n'est autre que le Français Germain Gaillard, dont nous retrouverons le nom à l'histoire de la typographie de Lisbonne. Almazanum, sur tille, Almazan, le Douro. pet. ville de Cas-

Almeloa, Almelo, pet. ville des Pays-Bas, dans l'Ober-Yssel.
Almentia, pagne, riv. YAmance, pet. se jette dans l'Aube. de Cham-

PORTUS ALMERIA, Magnus, ville de l'Espagne bétique, porte aujourd'hui ce même Alliacum, Ely, ville d'Angleterre, dans le nom d'Almeria c'est un évèché du Cambridgeshire. royaume de Grenade, capitale d'un Allieni Forum, voy. Ferrara. royaume au xic s. prise par les Arabes on trouve dans les chroniques AllobrogjE, Allobroges [Cœs. Bell. Gall.j, Almarie et Almerie. GESSATES, 'AXXo'gpifE; Cass., Strab.], [Dio Le docteur Cotton donne l'année 1640
Ttaai-ii- [Plut., Ptol.], peuple de la Gaule compris d'abord dans la Province romaine, puis dans la Viennaise; au ive s., leur territoire .s'appela Sabaudia, puis Savoye. Allobrogum COLONIA, voy. GENEVA. les Alleux, village du Poitou, Allodii, près Saint-Maixent (Deux-Sèvres); village de Champagne, près Rethel (Ardennes).
comme date de l'introduction de l'imprimerie dans cette voici cependant un livre ville, sans autre détail que nous trouvons dans un catal. des foires de Francfort (a. 1602) La explicacion de la Santissima Cruzada, por Manoel Kodriguez, Jesuita (n. de Coen Almeria, 1599, in-8. vilhain), ALMIANA, Albegna, Peguntium · pet. ville d'Italie.

Piguntle' Alminium, [Ptol.], [Plin. m.], Almissum, Dalmasium, auj. Almissa, ville de Dalmatie, sur l'Adriadans l'O. de Spalatro. tique,

47

ALMODAVARIA.

ALPES MARITIME.

48

Almoda varia Campestris, Almodovar del Campo,bourg d'Espagne, près Ciudad Real, dans la Nouvelle-Castille.
Almondburium, d'Angleterre Almondbury, (Yorkshire). pet. ville d'Espet. ville

Almunecar, Almunecara, pagne (roy. de Grenade). Alsiydissus, Salmydisse, sie (Crimée).

pet.

ville

de Rus-

ALNEALDUM, Aunus, Auneau, bourg de France (Eure-et-Loir). Àlnealdum, AUNEDONNACUMAnton.], [Ilin. Aulnay, bourg de France (CharenteInférieure). ALAi-nensis PAGUS,Alaiiensis TRACTUS, Alpium NETENSIS ALPES, Urbs, Aulps, Aups, pet. AGER,Alnisium, l'Aulnis, auj. ville de Provence (Var). VAunis,pet. prov. de France, comprend partie des défi, des Deux-Sèvres et de ALPES (du mot celt. Alp, haut), ALPINA la Charente-Inférieure. Juga [Cicér.], ALPIS [Juven.], Aggeres Alpini [Virg.] les Alpes, vaste système ALNIUM, Aulnay-sur-Odon, bourg ALNETUM, de montagnes qui embrasse une de France (Calvados). partie de l'Europe. En voici le déde Lannoy, bourg ALNETUM, Lannojum, tail France (Nord). ALPES Carnice [PJin. ni.], ALPES enem, V ALNETUM, voy. VERNETUM. prolongement sud des ALPESNoriœ, de Picardie montagnes couvertes de poiriers (BirnAlniacum, Aulnoy, bourg baumer), qui s'étendent au N. de la (Pas-de-Calais). Vénétie et bornent la Carniole.
ALNISIUM, VOy. ALNENSIS PAGUS.

Voici les premiers ouvrages sortis des presses de' Thierry'Martens Spéculum conuersionis peccalorum magistri dyonisii de leuuuis alias rikel ordinis Cartusiensis. In-4 de deux cah. de 10 ff., et d'un de 8. Au milieu du ro du dernier f., on lit cette souscription linAlosti. in Flandria. Anno. ai° cccc0 pressum. LXXiii». Beati Auguslini de salute siue aspiralione anime ad deum Incipit féliciter. In-ft de 3 cahiers, dont le premier et le dernier ont 8 ff. et celui du milieu seulement 6. Libellus de duobus amantibus Enee Siluii de eurialo et Lucretia. In-a, même caractère que les précédents. A la fin opusculum Explicit Enee Siluii de duobus amantibus impressum Alosti anno Domini Mo quadringentesimoseptuagesimo 30. Thierry Martens ne meurt qu'en 1534, après avoir établi des succursales de son imprimerie à Anvers et à Louvain, où nous le retrouverons. M. Van Iseghem a consacré à cet illustre imprimeur une excellente monographie (Malines, 1852, in-8), à laquelle nous renvoyons le lecteur.

ALNoviA,Jôlsiva, Jelsawa, pet. ville de Hongrie.
ALODIA, Alluye, et-Loir). ALOMPUS, Alainp village près de Alonjë, voy. bourg de France (EureAlain,

ALPES Cottle Amm. [Tacit. Marcel.], ALPES Cottianje, réseau situé-entre le ALPIS VESULA, et le MontMont-Viso, ou COTTICA. Cenis, ALPIS Cottia ALPES DinaricjE, prolongement va se rattacher Julice, qui des Balkans, en Turquie. ALPES Eugane*, partie se prolonge ques, qui Vicence et Vérone. des Alpes à la chaîne

(au xme s.), auj. Toul (Meurthe).

Alicantium.

Aalst, Aëlst, Alost, ville de la ALOSTUM, Flandre belge, fondée par les Goths au ve siècle.
Thierry Martens, né à Alost vers 1450, alla étudier à Venise, ainsi qu'il nous l'apl'art typographique prend lui-même, par deux vers de la souscription d'un traité, de frère Baptiste de Mantoue, sur la Vie éternelle, imprimé à Alost en 1474 Theodoricus Hoc opus impressi Slartiîis Alosti, affero cuncta; Qui Venelum scita flandrensiàus et les premiers caractères qu'il emploie ont une resindiscutable avec la lettre gothique des semblance vénitiens. imprimeurs premiers Il prit, en Italie, la résolution de doter son de la découpays des bienfaits inappréciables à Alost, verte de Gutenberg, de retour et, dans cette ville, imprimerie établit une imprimerie une importance telle, que qui prit tout d'abord l'habile artiste allemand, que Jean de Westphalie, l'université de Louvain venait d'appeler, s'empressa d'acheter à l'imprimeur d'Alost une de partie ses publications, puis une portion de ses caractères qui lui servirent de types.

des CarniAlpes au sud jusqu'à

ALPES Grale

OU Grej.<e, SALTUS GRAJUS, les chaîne entre Alpes Ctraies, comprise l'ALPIS COTTIA (Mont-Cenis\ et la Duria MAJOR (la Doire); là se trouve le PetitOn -trouve St-Bernard (Graius Mons). dans les chroniques carlov. Mons CANisius et Mons CINISIUS, Mont-Cenis.

ALPES Julle, donné au

Juliennes. Ce nom fut Alpes sud des ALPES prolongement Jules César s'y fraya CarnicjE, quand un chemin en Pannonie pour passer on les appelle aussi ALPES Pannonic*.

ALPES Lepontle

ou Helvetic^e, montagnes le Valais de l'Italie on y qui séparent trouve le mont Saint-Gothard. Maritime ALPES Littore.e [Tacit.],

ALPES

49

ALPES NORIC^E.

ALTA RIPA.
Alsatia

50

partie S.-O. du réseau alpestre qui vient aboutir à la Méditerranée et sépare la Provence de l'État de Gênes (anc. Lùjurie). ALPESNoricje, les Alpes Froides, séparent la Bavière du Tyrol et de la Carniole et se rattachent aux ALPESCarnic*; elles vont des sources de l'Adige à la Drave. ALPESPennin.« ou P.sMN.iE(Sprüner), noiv*i .[Ptol.], les Alpes Pennines, partie culminantedusystème partent de la vallée de la Doire et rejoignent le mont Adule, séparant le Valais et la Savoie du Piémont on y trouve le Mont-Blanc, le Mont-Rosa, le MonirCemin et le GrandM Saint-Bernard, PENNINUS ons ou SUMmumPENNINUM. ALPES Rhetic*, R^etije, Juga Rh^etica, [Tacit.], chaîne du Tyrol allant du lac Majeur aux sources de l'Adige. ALPES Summ^e, ADUALLAS, montagnes qui séparent le Milanais du Tyrol. ALPESTmdentin*, JUGATridentina, partie sud des montagnes du Tyrol. La disposition géographique du réseau alpestre est celle-ci, en allant de l'ouest à l'est Alpes Maritimes; Alpes Gottiennes; Alpes Grecques ou Grées; Alpes Pennines; Alpes Lépontiennes; Alpes Rhétiques avec prolongement des Alpes Noriques, Alpes Carniques, Juliennes et Dinariques. [Atlas de Spruner.j J ALPIIA; l'Aa, riv. de Suisse traverse le canton d'Unterwald et se jette dans le lac de Lucerne; l'Aa ou l'Aduassa, riv. passe à Munster en Argaw. (Ortelius pense que l'ALPHAétait la riv. Ausa, ou Alsa du Frioul.) Alphanum, FRAXiNUM, Alphano, bourg de Portugal, dans l'Alemtejo. ALPIIEUS,h 'AXiysio' YAlpliée, auj. Roufia, riv. de Morée. Alpica, voy. ALFICUM. Alpis' [Héwdot.], l'Alben, rtv. qui se jette dans le golfe de Venise, près de Capod'Istria. Alpuxari MONTES, Alpujarras, montales gnes du roy. de Grenade. Alra, Yltchinq, pet. riv. d'Angleterre. Alsa, Ausa, riv. du Frioul. = Ile d'Alsen ou Alsoé, dans la mer Baltique. Als^e FRENUM,l'Alsen-Sund ou détroit de l'ile A'Alsen.

ELIS9E fCell.], Elisatia, |Chron. à reunie Elsass, l'Alsace, prov. Cari.], en 1648 on trouve ALSAla France Alsaciens. ciones, Alsacii, pour district l'Elsgau, Comitatus, de Montbelliard (Miimpel(Doubs).

Alsaugiensis du comté gardt)

Alsena, Almada, ville de Portugal, sur le Tage, dans l'Estramadure. Alsfeld ou Asfeld, pet. ville de ALSFELDA, la Hesse-Cassel. Colonia ALSIUM [Tab. Peut.], ALSIENSIS [Cell.J, "AXaiov [Strab. Ptol.], colonie romaine en Ètrurie, sur l'Arno; auj. Palo (?) (Toscane).
ALSO Sclavonia ALSO, BAN, Also-Sebes, ville de Transylvanie, ou Also Lindua, en Hongrie (?). Le premier imprimeur que nous connaissions dans cette petite ville s'appelait Rudolph Hofhalter, et le livre le plus ancien que nous puissions citer est daté de 157a. Ce Rudolph Hofhalter était, suivant toute le fils de Raphaël apparence fut, après la mort de son père et celle Hofhalter, qui du prince Jean Sigismond de Transylvanie, obligé de quitter Wesseimburg avec sa famille (voy. ALBA il se retira à Lindua ou Aiso-lindua, Carolina); où il fut accueilli par Nicolas Banfi, qui le retint son art, à quelque temps, et lui permit d'exercer l'abri de sa puissante protection. Plus tard, Rudolph Hofhalter alla porter son industrie errante à Debreczin et à Waradm, où nous le retrouverons. Le volume imprimé par lui à Lindua, en 1574, et que cite M. Ternaux, est un recueil de Sepnons sur les Evangiles, en langue hongroise. Also-Linduae, 1574,in-4.

Alzone, bourg du bas Languedoc, ALSONA, près Carcassonne (Aude).
Alstadium, Thuringe. nici, B. ALSTEDTUM, Alstadt, [Urbs olim Palatinatus Bibl. Saxon.] G. Struvii Alterpretum. ville de Saxo-

ALSTETTUM, voy.

ALTA Cumba, Haute Combe, bourg et anc. abbaye de Savoie, près du lac du Bourget.
AltjE Rip.-e CIVITAS, BREGA, Prusse (Silésie). Altaua, Axta voy. ALCEJA. ville de Brieg, ville de

Hohemauth, Mauta, pet. sur la riv. Mayla. Bohème,

Altanum [Itin. Anton.], ville du Bruttium, auj. Calegnano, bourg de l'anc. roy. de Naples (Calabre).
ALTA Ripa Anton.], [Itin. ville Raven.] Altrip, et Spire. entre Mayence ALTRIPE [Anon. du Palatinat, abb.

ALTA RIPA, Altenreif, de Suisse (canton

et anc. village de Fribourg).

<ïl 1
ALTA RIPA [Tab. Peut.J, inférieure, auj. Tolna,

ALTA RIPA.
dans ville la Pannonie de Hongrie.

ALTINSTADIUM.

~i2

M. Cotton (suppl. au Typogr. Gaz.) dit qu'un vol. composé par un moine, nommé P. Cretz, fut imprimé dans cette abbaye en 1696. ville de Bohème, Altemberga, Altenberg, dans le cercle de Czaslau. Imprimerie en 1589. Slolshagius, Daphnis siue Ecloga parentatis, Altenberga;, 1589, in-16. Altenachium, Altena, bourg ZD de Prusse, près d'Arensberg. Un Allemand, Abercon, imprima dans cette ville, en 1773, un journal qui fut supprimé peu après. [Timperley, p. 728.] ville et Altenavia, Altona via, Alterna, du sur port Danemark, l'Elbe, près Hambourg (Holstein). Nous ne connaissons pas de livre imprimé dans cette ville avant 1713, non plus que M. Ternaux Je docteur Cotton fixe, il est vrai, à 1673 la date de l'introd. de la typogr. à Altona, mais il ne donne pas 1e titre du livre qui pourrait déterminer question, bien qu'il cite l'imprimeur, Cornélius Van der Meulen. Le vol. que cite M. Ternaux est intit.: Copie des privilèges que S. M. Danoise a accordés de nouveau à la ville a" Altona, brûlée par les Suédois. AKona, le 18 mars 1713, in-4 on les a imprimés en même temps en allemand et en hollandais. Altenavium, gne, près Altenburgum, Altenau, Goslar. voy. pet. ville d'Allema-

Alta ou RIPA, Haulerive Auterive, pet. ville du Languedoc (Haute-Garonne). = Plusieurs localités ce nom portent en- France. ALTA SPECULA, Summontorium, de Bavière. bourg ALTA Hohenwarth,

Eltvil ou Villa, Eltville, Elfeld, bourg près de Mayence (Palatinat). en 1467. Cette localité, à quatre lieues de Imprim. Mayence, est l'une des six premières villes qui aient joui des bénéfices de l'imprimerie. Nicolas et Henry Bechtermuncze furent les chefs d'un établissement dont les produits typographique, peuvent rivaliser avecceux des imprimeries plus illustres de Mayence, de Bamberg et de Cologne. Vocabularium diclum ex Latino-Tcutonicum, Quo. In Altavilla, per II. Bechtermuncze, 1467, pet. in-4. goth. Ala fin on lit cettesouscription Presens hoc opusculû no slili aut penne suffragio. per llenricum Bechtermuncze. in Aliavilta est incohatum et demft sub anno Dni M. cccc. Lxvii, die mensis nouembris pernycolaum .quarta beclitermûcze fratrem cticli II enrici et rvygandû spyesz e consummatû. de orthenberg Ce livre célèbre fut appelé Vocabularium. exqco, parce qu'il commence par ces deux mots: il eut un succès tel, qu'il fut réimprimé en 1469, 1472 et 1477, par les mêmes typographes. La première édit. est devenue si rare, qu'il nous serait impossible d'en citer d'autre exempl. que celui de la Bibl. imp. de Paris. Les caractères du Vocabularium ceux rappellent du Cattiolicon de 1460, à un tel point, qu'il est à croire de Gutenberg, qu'une partie du matériel mort vers 1466, fut cédée, à Henry Bechtermuncze probablement, par le docteur Conrad Homery, auquel un décret du prince archevêque de Mayence avait attribué l'établissement et le matériel ayant appartenu au célèbre inventeur. Mais M. Aug. Bernard répond à cela que Bechtermuncze imprimait en 1Û6S, et que Homery était encore détenteur de l'atelier de Gutenberg en 1468. typographique On ne peut donc expliquer l'emploi des caractères du Cattiolicon de 1460 par Bechtermuncze en 1467, qu'en attribuant à celui-ci également l'impression de ce célèbre Cathoticon de 1460, et c'est ce que fait M. Bernard sans hésiter. Mais M. A. F. Didot, dans son article Gutenberg de la Biographie générale^ suppose que Ilomery, détenteur et possesseur du matériel abandonné par Gutenberg, alors qu'en 1465, le prince. Adolphe, archevêque de Mayence, le nomma gentilhomme de sa cour, céda à Bechtermuncze, élève et parent de Gutenberg, soit les caractères euxmêmes du Catholicon, soit une fonte. de ces caractères, ou les matrices.elles-mêmes; d'où il résulte, selon lui, que tout en voyant ces types attribués à Gutenberg dans des ouvrages d'une reparaitre date postérieure à son exercice, on n'a pas le droit d'en conclure qu'il ne soit pas l'imprimeur des exécutés antérieurement ouvrages avec ces mêmes 900 de la Biogr. gèn. de Didot.) types. (Voy. t. XXII, p. Alta roy. ALTA VILLA, Altavilla, pet. de Naples (Princip. Alteviller, ville de l'anc.

Aldenburgum. VETUS, Altenkofen, sur le Danube. pet.

Curia Alteniiovia, ville d'Autriche,

ville de Suisse, Alterpretum, Alstaetten, canton de Saint-Gall. Nous rapportons, d'aprèsM. Ternaux, le titre d'un vol. qu'il prétend imprimé dans cette ville en 1596: Jlerticius. Traclatus llieologico-gastronomo-historicus von dem turckisdien Reichsuntergang 1596,in-4. Alstetten, Le docteur David Hèrlitz a publié effectivement plusieurs ouvrages à cette époque, et celui-cipartieulièrement, dont nous allons rétablir le titre, d'après l'édition de Francfort, 1597 Davidis Ilerlitzii ai. D. Schreiben pars 1, 2, 3, U et 5 der astronomisclien von dess Tûrcken Paul Undergang. Franckfurt, mais comme nous retrouBrachfeld, 1597, in-4 vons encore une édition du même livre, impr. à Lich, la même année, avec un titre tout différent de celui donné par M. Ternaux et de celui-ci, il nous faut admettre de M. Ternaux est que l'assertion exacte, et que le livre du docteur llerlitz eut assez de succès pour être réimprimé deux fois, à Francfort et à Lich, dans l'année qui suivit la première édition. Freytag consacre au docteur Ilerlitz un long art. dans ses Analecta litler., p. 442. Altii^a CARTEIA [T. Liv.], [Polyb.J, l'Espagne Tarraconaise, auj. dans la Nouvelle-Castille. ville de Orgaz,

citérieure). près Metz

Villa, (Moselle).

village

Altiieia, Altilia, l'Authie, pet. fleuve de Picardie. se jette dans l'Océan, près Montreuil. Altdiiuriuîi, Muriel, village de France (Hérault).
Altinje, ELTENUM, Westphalie. Altinstadium, (Bas-Rhin). Elten, pet. ville de-'

Altdorfium ad VINEAS, Weingarteri, ville du grand-duché de Bade, anc. abb. de Bénéd.

A.ltinstadt,

village

d'Alsace

33 3

ALTINUM.

AMAINDOPOLIS.

H4

to 'AXtïvov Altinum .[Plin., Itin. Ant.] Y Auvergne, prov. de France comprend auj. le Cantal et le Puy-de-Dôme. fStrab.], Altino, pet. port d'Italie, sur l'Adriatique. Alvernia Inferior, la Limagne d'Auvergne. ALTISIA,VAutise, pet. riv. du Poitou; se Alvernia Superior, le Yelay. jette dans la Sèvre Niortaise. Alvincium, Winza, Winzendorf, bourg de Altisiodurum, voy. AUTISIODURUM. Transylvanie. Altisolium, Souum VETUS, Altsohl, pet. Alvum, voy. Alba Longa. ville de la basse Hongrie. ALVUM Novum, voy. Albinovum. Altkjrcum, AUkirch, ville d'Alsace (HautAmaci, 'Ajj.axoi [Ptol.j peuple de l'EsRhin). dans les Aspagne Tarraconaise, et abb. de Altobracum, Aubrac, bourg turies. France (Aveyron). Amades,. Amisium, Embs ou Hohenembs, ALTOGILUM,Altolium, Autolium PARISIObourg du Tyrol. Nousdonnons, sans garantie, ce laconiquerenseirum, Auteuil lez Paris; plusieurs localités portent ce nom en France. gnementempruntéau Suppl. du DrCotton A press was in use here in the ycars 1640,1649,etc. VICUSVETUS, ltarff, Altorfium, Altorfia, A A AmjEa, voy. PORTUS lacer. ville de Suisse, dans le canton d'Uri. Amager, Amagria, ile d'Amack, en Daneville de Hongrie, à Altorfium, Altorf, mark, dans le Sund dépend de l'île de 18 m. de Leutschau. Seeland. Imprimerieen 1736. [Cotton,Suppl.] Amagetobria [Cres. I, 31], AMA&ETOBRICA, ALTORFIUM,ALTUM Cœnomium, Altorf en, ville des Sequani, dans la Gaule Lyonet anc. abb. de Bén., près Molsvillage naise est-ce' Amage, village près de heim (Bas-Rhin). Luxeuil (Haute-Saône)? Est-ce BroyeAldorfium PAAltorphium Altorfia lez-Pesmes village de Franche-Comté, l/eocome, Altorf ou Altdorf, pet. ville près Gray? Les géographes ont chacun de Franconie, près Nuremberg. leur opinion hypothétique qu'ils souUniversitéfondée en 1579. Deuxans après nous tiennent avec énergie. Les uns pensent trouvons l'imprimerie établie dans cette ville: que cette ville, célèbre par la victoire Mscliiniset Demosthenis Orationes 11contraria et ~<Mrmff ommenfartohtmine<M<<cm Sturmii commenlariolum easdemHécatomeres. f in ~eca<omere<. que César y remporta sur Arioviste et les Germains, pourrait bien être MontDenuo expressa in usum Altorfianœ Norinbercum prcefationeEdonisJlildegensium Academiœ Cluvier et Sanson d'autres, béliard j-ici. Altorfuc,1581,mprimebantur typis Gerlai croient qu'il faut lire entre autres chianis. Grœce. Pet. in-8. (Hoffman,p. 21, et cat. dans les Commentaires, Nagetobripa, qui J. et S. de Tournes, p. 337.) serait sans doute, en allemand, NaheVaiium Altum Altovadum Hohenfurt bmck ou Naumburg. de Bohème, sur la Moldau. bourg Amagusta, VOy. Famagusta. et anc. Altriacum, Autry, bourgade Amalchium Mare, voy. MAREBalticum. comté de Champagne (Haute-Marne). A AMALIA, mal, bourg de Suède. Altum, le bourg d'Ault, village de Picar0 die (Somme). Amalphia, Amalphis, Amelfi, Amatft, ville du royaume de Naples (Principauté ALTUMCastrum, ALTA ARX, Vicegradum, citér.). Plintenburg (en hongr. Wischegrad) Archev.en 1135 on y trouva le célèbre ms. des bourg de Hongrie, près Ofen. connu sous le nom de Tables d'Amalft. Pandectes, L'histoire de l'antique république d'Amalfi, par Y Aluata, ALUTA, Alt, riv. de Hongrie se Francesco Panza, fut impriméeà Naples en 172(1, jette dans le Danube, près de Nicopoli. 2 vol.in-a. de la Corse. ALUCA,Alota, pet. port Amana, YHohm, pet. riv. d'Allemagne ville de Russie (Hesse). Alvanga, AUwangen, Amandi BURGUS, Saint(Courlande). AMANDOPOLIS, Amand, sur la Scarpe, pet. ville de ALVANIUM, voy. ALBINOVUM. France (Nord), anc. abb. de Bén. = Alverni Velocassium, Anvers, village de Saint-Amand, sur l'Escaut, pet. ville France (Seine-et-Oise). de Belgique, près Anvers. = SaintAlvernia, ARVERNIA, Alvernh Amand, village de France (Loir-et[Anc. Alvérnie, Auvemie [Chron.], Chron., Cher).

55
AMANDOPOLIS, voy. Amanes Mons

AMANDOPOLIS. AMBIANUM. -=ROTUNDUS.

56

PORTUS, VOy. Flaviobkiga.

AAMANTIA [de, Amantia, 'Ap.».vTÎa Phil.], ville de l'anc. Amantea, [Ptol.j, pet. :=' Anc. roy. e Naples (Calabre citer.). ville maritime de Pwto l'Illyrie, auj. Ragusco. [Ferrarius.] Amaranthus, Amarante, pet. ville de Portugal.

Cette réponse était dirigée par les réd'imprimeur). formés contre un ouvrage bien connu de Jean du à Tours, cette même année 1560, l'anTillet, impr. née même du tumulte d'Amboise. L'arrêt de 1759 a probablement supprimé rétablissement car nous ne typographique d'Amboise, voyons pas figurer cette ville au rapport sur l'état de l'imprimerie en France adressé à M. de Sartines en 176t.

Amarinum, Saint- Amarin, pet. ville. de France, dans l'anc. Sundg'au (HautRhin).
AMASENUS pet. riv. [Virgil.J, d'Italie Amaseno, Baudinus, (Etats Pontificaux).

Ambaciacum, Ambazat-la-Marche Ambaza,c, bourg de France (Haute-Vienne). Ambarri, peuple de la Gaule Lyonnaise, qui occupait le pays qui s'appela depuis la Bresse, auj. dép. de Saône-etLoire.
anc. du haut Amberga, Amberg, capit. Palatinat; appartient auj. à la Bavière. en 1591. Orlandi, le carme de Bologne, Imprimerie dans son Origine della Stampa, a commis à propos de cette ville une singulière il date l'inméprise troduction de l'imprimerie à Amberg de 4471, et le livre qu'il cite à l'appui de cette assertion (Mai: Tut. Cicer. orationes onmes, in-fol. sine typographi nomine; Ambergœ, 1471), n'est autre que la célèbre édition des Orationes de Cicéron, impr. par Adam Ambergau, en 1472, s. 1. et jugée avec raison par Van-Praet comme une production allemande. Nous trouvons dans le Calai, des foires de à AmFrancfort (éd. 1625) un livre imprimé en 1571, mais nous pensons qu'il faut lire 1591, berg car c'est seulement à partir de cette année que nous trouvons fréquemment dans les catal. contemporains les traces laissées par un grand établissement typogravoici le titre du vol.: phique à Amberg; Georg. uber das 17 cap. S. Johannis: Spindlers Ausslegung Amberg. 1571, in-8. Nous citerons encore, à la date de 1591, un autre ouvrage qui nous donne le *e nom du premier imprimeur Die lautere Warheit, wie ein jeder Christ auss den fiinff hauptstrtlcken dess catechismi Lutheri die Bvangelische religion. gepredigt durch Evodium theophilum. Amberg, durch llichael dans Forster, 1591. Nous trouvons l'Index des livres publiés en Allemagne generatis à la fin du xvie s. et dans les Catal. des foires de Francfort l'indication d'un très-grand nombre de à Amberg à cette époque, que livres imprimés nous nous dispenserons de citer.

AMASIA, 'AWasm AMASIUS, 'A[/.âaiG{ [Strab.], Amisius l'Ems, [Ptol.], [Plin.], Amasis, Meuve sa source d'Allemagne prend en Westphalic et se jette dans la mer du Nord. Amasia Amastra Cattorum, voy. Marpiirgum.

fSilius, xiv.], 'A[/.wnpaTo; [Steph.], Mistretta, MuTÎuTparoc [Polyb.] auj. de Sicile, dans le val di Demona. bourg Ama[Strab. ], sur la Chypre, bourg ultér.). Piémont, de

Amatiius 'A^aOcù; [Plin.], ville de l'île de thonte, côte sud, auj. Limisso. Amatrica, l'anc.

Ainatrice, Amatricum, roy. de Naples (Abruzze bourg du

AMAVILLA, Ameuille, sur la Doria.

Ambaciavicus, Ambacia, AMBASIA, Ambacea, Ambâide ANBACE [monn. (au mérov.], ville de la Gaule xme Amboise, s.), d'Indre-etLyonnaise me, auj. départ. Loire. Nous ne pouvons trouver, pour l'introduction de la à dans cette ville, de date antérieure typographie celle de 1744. Par suite d'une délibération, en date de la du 3 février 1740, des corps et communauté ville d'Amboise, il fut décidé que les dires et priwltéges de ladite ville seraient imprimés à cinquante aux frais de la ville. exemplaires Le P. Le Long cite ce volume sans en donner la mais une note, figurant dans un des dossiers date; de M. Taschereau, de la riche collection tourangelle porte la date de 1744 comme celle de l'impression; le format est in-4". Devenu introuvable, ce volume en 1822, également de format in-4. fut réimprimé M. Taschereau possède encore un volume impr. en à Amboise en 1745 La civilité qui se pratique les honnêtes gens. avec les quaFrance parmi trains de Pibrac. A Amboise, chez Jérosme Légier, Ce Jérosme in-8. (Privil. du 28 octobre 17Û5.) l'impriLégier serait donc, suiv. toute probabilité, meur des titres et priviléges de la ville; nous le à la Rochelle. retrouvons de l'Hist. de Nous voyons figurer au Catal. de la Jlibl. imper, une pièce dont nous France donnons le titre, bien que le lieu de l'impression soit évidemment et que cette citation n'offre supposé, d'intérêt que celui de la curiosité Responce au livre inscrit, pour la majorité du roy François second. Ensemble ledit liure. Amboise, 1560, in-8 (sans nom

Ambergensis AGER, l'Ambergau, territ. d'Amberg.
dans Ambéideu, Ambérieuœ, Amberiacuh, de Dombes, l'anc. princip. pet. ville de France, près Trévoux (Ain). Les ruines du château de Gondebauld, roi de Bourla colline au (fin du ve siècle), couronnent gogne pied de laquelle est bâtie la ville.

Ambert, ville de France (PuyAMBERTUM, de-Dôme). Ambialetum, Ambialet, bourg du Languedoc (Tarn). Ambiani-Pontivi, le Ponthiett, anc. prov. de France comté indépendant au xe s., ce fief passa dans la maison d'Alençon au xui% et fut réuni à la Couronne en 1370.
AMBIANUM, Aiibiani BRIVA [CffiS. B. Samaro-» [ltin. Anton.], G.], Zapwxpoêpt-ra [Ptol.],

c.

\) l0-

1 '.ev

57

AMBIATINUM. AMELIACUM.

58

AMBEANis Ambianis [monn. mérov.] ville de France Amiens, (Somme). ne date en cette ville que de 1611, L'imprimerie suivant le R. docteur Cotton, et M. Ternaux oublie nous citerons d'en parler; Coustumes generalles du Balliage damiens avec celles des puostez de Monstroeul, Beannuesne, Foulloy Saint-Ricquier, Nouellemet Doulles, ;> Beauuoisis. publiées et decretees en la ville Damiens. par Imprimees Nicolas le Caron, imprimeur demoura libraire en lad' ville Damies en la rue des Lombards. (A la fin :) Imprime à Amiens, par Nicolas le Caron, demourant en la rue des Lombards, in-8, goth. de 95 ff. chiff., sans date, mais, suivant M. Ferdinand Pouy, qui consacre à ce livre important une-notice intéressante, imprimé vers l'an 1507, ou dans les années qui suivirent la promulgation de premières ces Coutumes qui date de cette même année 1507. Réimprimé en 1535, à Paris, et en 1546, à Amyens, chez Jehan Caron, in-8. Parmi les imprimeurs d'Amiens, postérieurs à la famille des Caron, nous ne croyons devoir citer que les Hubault et Musnier, au xvne siècle. En 1647 parait le premier almanach impr. dans le il est intit. VAmanach spiridép. de la Somme; tuel pour la ville d'Amiens et sort des presses de Guislain Lebel. Le rapport fait à M. de Sartines établit l'état de la librairie à Amiens 1764 quatre libraires et deux en imprimeurs.

victoire d'Actium, lui donna le nom de Niœpolis, qu'elle ne conserva pas. Amrracius Sinus, Golfo di A?'to,formé par la mer Ionienne, entre l'Épire et l'Acarnanie. Ambratia, ville d'Espagne, qu'on croit être Yera de Plasencia, dans l'Estramadure. Ambresburia, Ambrosii VICUS,Amersbury, dans le Wiltspet. ville d'Angleterre, hire. Ambria, VAmmerland, district de la Westphalie. Abbêcourt, village de Fr., AMBRICOCURTE, près Beauvais (Oise). Ambrisna, Ambrines, village de France, près Arras (Pas-de-Calais). AMBRISSUS (anc. Cyparissus. Kureâpitraoî), ville de Grèce; ce n'est auj., suiv. Spon, qu'un village nommé Arachora. Ambroicus PAGus, Plasencia, pet. ville d'Espagne, dans le roy. dè Léon. VICUS [Sueton.], AMBIATINUM, Ambiatinus les AMBRONES, Ambrons, peuple de l'Helet anc. abb. de la Kônigstutd, bourg vétie, qui occupait, suiv. Cluvier, les Prusse rhénane. cantons de Zurich, Berne, Lucerne et AMBIVARITI B. G.], AMFribourg. Sprûner n'en indique pas la AmDIVARETI, [CcBS. situation. de la Gaule

bibareti, peuple Lyonnaise, occupant la prov. du Vivarais, auj. dép. de l'Ardèche.
voy. ANTUÉRPIA.

Ambivabitum,

Amblava, Amblavia, Amblaves [Sigeb. Chr.], la riv. d'Amblève, dans le Luxembourg se jette dans l'Ourte, près de Liège.
sur la rive droite Amblava, Amblef, de la Prusse l'Amblève, bourg de Malmédy. nane, près de rhé-

Ambletosa, Ambletolium [Coll.], Ambleteuse, pet. vile de France (Pas-deCalais).
Amblibum, Marnc, (Marne). Ambly-sur-Aisne deux villages 0 et Ambly-surde France

Amboglana • ville de l'anc. Bretagne romaine, que Camden croit ètre Amblesindc.
Ambra, affl. bourg Ammer, Amber, de l'Iser. = de Bavière. Emmer, riv. de Bruck-surriv. Bavière, Amber,

AMBRONIACUM, Ambournay, pet. ville de France, dans le Bugey (Ain). Ambrosiopolis, anc. ville de la Dacie Trajane auj. Brosz ou Broos, en Transylvanie. Ambrosium [Itin. Anton.], à xv m. de Nismes; Ambres(?), sur la limite du dép. du Tarn. Ambrovvicus [monn. mérov.],. Embrau, bourg et château sur la Garonne (Charente). = Lumbres (?); pet. ville de l'Artois (Nord). Ambrussum [Itin. Anton.], Pont-Ambruis, à l'E. de Lunel, sur la Vidourle (Hérault). AilBSTELODANUM, AlUSTELODAMUM. voy. Ambuletum, Ambuleiijs AGER,àuj. Governolo, pet. ville de l'Italie du nord, aux environs de Peschiera. Ce fut là, dit Jornandès, que le pape saint Léon eut une entrevue avçc Attila. Amburgum, voy. Hamburgum. AMEDES, VOy. Asiades. Amelanma, ile d'Ameland, sur la côte de Frise. Ameliacum, Amblis en Berry, village de France (Cher). = Amilly, village de Saintonge (Charente-Inférieure).

AMBRA, Emmera, lie.

de Westpha-

anc. Ambracia, 'Ajj.gpaxîa [Ptol., Strab.], ville colonie de d'Épire (Thesprotic), ville Arta, d'Albanie Corinthe; auj. de Janina). la (pachalik Auguste, après

59

AMELLAiNA.

AMPL1ACUM.
gusta, Famagusta de l'île de Chypre Amœnum Valence Amœnus Amondi Stagnum, (Espagne). Mons, voy. ou •Famagouste, (Kibris). lac d'Albufera,

60
ville

ville d'Irlande Amellana, Waterfonl, (prov. de Munster). L'introduction de l'imprimerie dans cette ville date, suivant le docteur Cotton, de 1555. Voici, d'ales catal. de Sr Masterman Sykes et Rien, lleber, près les titres des deux vol. qui ont été exécutés dans cette ville sous cette date: Olcte's Acquilal or PurChristen Prince qalion of the moost Catholykc Edwarde the VI, King of Englande, Fraunce, Irelande. and of the Clnirche of Englande and and gouerned under hynt. Emprinrefourmed ted at Waterford, the 7 daye of novembre 1555, in-8. Et le second Epistte wrxlten by John Scory, milo ait the faylli/nl the Laie Bislwpe ofChichester thaï be in pryson in Englande, or in any other troble for the defence ofGoddes trnthe. Anno 1555. in-8, sans lieu ni date, mais exécuté avec les mêmes caractères que le précédent. Mais M. Cotton prétend que le lieu d'impression de ces deux rares volumes est supposé, et qu'ils ont à Southwark, été exécutés bourg du Surrey, par et une note du catal. Rich. Christopher Truthal, Hebcr (part. II, n° M13) semble confirmer cette Il ne se prononce pas", il est vrai, sur un opinion. 3e vol. imprimé cette même année 1555, à Waterford, dont le catal. du Trinily Collège, de Dublin, nous révèle l'existence Archbishop Cranmer's verities, Waterford, 1555, confutation ofunwrilten in-8; il se contente de nous apprendre que ce livre a depuis longtemps été soustrait with précieux severat other choice morceaux, par un employé dela Bibliothèque, ardent bibliophile; et la controp est qu'il ne clusion adoptée par le savant docteur faut pas'faire remonter plus haut qu'à l'année 1641 de la typographie à Waterla date de l'introduction ford. En \Q'iU, 'Un imprimeur du nom de Thom. the Proposilions the Roman Bourkes imprima of 80 pp. in-4. Catholics of Irelahd, Amelia, Ameria, dionale (États Amerini. ville de l'Ombrie mériAnc. ville des du Pape).

près

AD Montem. village de Fr.

Villa, (Calvados).

Mondeville,

Amorfortia Amursfortum Amivadum ville de HolAmersfordu, Amersfoordt, lande (prov. d'Utrecht). Nous trouvons dans le catal. d'Heinsius un livre dans cette ville en 15ÙG Ordonnantie der impr. stadt Amei-sfoort. Amersf., 15ftft, in-4; mais peutêtre. devons-nous admettre veut que l'opinion qui n'ait existé dans cette ville qu'en 1626; l'imprimerie car rien ne prouve que ce livre des Ordonnances d' Amersfoordt, dont nous ne connaissons pas d'exemlocale: plaire, ait été exécuté par une imprimerie Amorgos, Amorgo l'une des îles Sporades, auj.

(Archipel).

Ampelus, "A[at:s>.o$ [Ptol.], Ampelusia, cap de l'île de Crète, auj. CapoSacro. Ampelusia Promontorium, cap Spartel, à l'O. de Tanger, à l'entrée du détroit de Gibraltar.
Amphimala, Candie. Sade, pet. port de l'île de

AMERIA, Ameruî, Aymeries, pet. ville du Hainaut français (dép. duNord).
Amersfortum, Amesis, voy. voy. Embda. AMASTRA, Mistretta, bourg de Amorfortia.

Amestratus^, Sicile.

ou Amfreville AMFREDIVILLA, Amfrevilla, localités en France AnfreviUe; plusieurs ce nom. portent EMILII CIVITAS, MilAMILIANUM, Amiliavum, de France hau, bourg (Gard). AMITERNUM [T.Liv.], 'AaÎTepvov [Ptol.,Strab.], de Salluste; San Vittorino, auj. patrie anc. des Abruzzes, au ville et évèché roy. de Naples. existe dans cette ville en 1623 L'imprimerie Francescus Guittimannus de rebus Helveticis, Amiin-ft. tenii, 1623, AmivaduMj voy. AMORFORTIA.

Aqu* Calib.'E CILINOAuria, Amphiociha, ville des Cilin.-e [ltin. rum, Aqvm Ant.], Tarraconaise, Cilcni-, dans l'Espagne dans la Caldas Orense, d'Orense, auj. Galice. Voici un livre bien connu, imprimé dans cette ville en 1547 Vasco diaz Tanco. Libro itititolado de la nephanda Palinodia, y fiera nacion de los Turcos, y de su engailoso arte y cruel modo de y de los îperios, reynos, y prouincias i] guerrear, del Gran han subjetato' Iielacion de las guerras Vasco Diaz Tanco, TiircoSolimano.recopUadopor alias Clavedan. Este libro llamado Palinodia fue ympresso en la ciudad de Orense, que es in Galizia del proprio actor, que lo hizo e en la ympression haze su residencia. recopilo e onde al presente acabose de imprimir a quinze dias de setiembre M. D. xxxxvij. pet. in-fol. goth. (catal. Thorpe, 1S3S, R. Héber, Gohier, Salva, etc.) AMPIIIPOLIS (anc. 'Avot&paiao;), ville de la Masur le Strymon; cédoine, auj. Iamboli le pachalik de Saloou' Emboli, dans niki. Ampiussa lona, golfe AupinssiA, [Plin.], "Ay.o:<sax [Pausan.], ville de Grèce, Salone, près de Lépante (Livadie). o ville la maritime Rocella, de dans Sadu

Amma Emmaka l'Emme (Gross et Klein Emmen), rivières de Suisse; la première se jette dans l'Aar, l'autre dans la Reuss.
Ammociiostos, Amkiochostos, Fama Au-

Grèce, auj. ultérieure.

la Grande la Calabre

Ampla, YAbenst, afll. du Danube, riv. de Bavière. Ampliacum[monn. mérov,], Ampilly, vil-

61

AMPLIPUTEUM."

ANAP1UM.

62

lage'de France-(Côte-d'Or) il y a Ampilly-le-Sec et Ampilly-les-Bordes.
Ampliputeum, jolais, près AMPSAGAS, Rummel, stantine. Amplepuis, Villefranche el Kebir, d'Afrique, du bourg (Rhône). Beau-

Oued fleuve

le Suffegmar à Conpasse l'île Westde

AMPUNIANA, Ampugnani, Corse. Amsara, phalie. Amstela, Amsaris, l'Amstel, VEmscher, riv.

bourg 0 de riv. de

de

Hollande.

AmSTELODAMUM, AMSTEL£DAMUM, AMSTELREOPPIDUM DAMUM AMSTERODAMUM [ClUV.] AstelreAMSTELREDAMENSE, Amsteldam, ville de Holdam, Amsterdam, auj. lande. L'imprimerie passe généralement pour n'exister dans cette ville illustre que depuis l'année 1523 ceil nous faut citer un livre dont certainependant ment la date d'impression doit être reportée aux premières années du xvie siècle: Jlollandiœ Bellum a Wilhelmo Gueldriœque Jlennanno s. a. in-4. Olando, Amsterdamis. Ce extrêmement intéressant volume, pour l'histoire de la liollande, est d'une grande rareté. L'auteur, né à Gouda, poëte et théologien, avait publié en 1407, à Paris, un volume de poésies, célèbre parce qu'il contient la première pièce d'Érasme qui ait été imprimée. Mais un livre plus ancien encore, et qui porte tous les caractères d'une édition du xv" siècle, nous est indiqué par La Serna-Santander, qui le possédait c'est un pet. vol. in-8, imprimé à longues lignes, au nombre de 20 sur les pages entières, sans ch. ni réel, avecsign.; il est intit.: Tractatus fratris Diode Conuersione à la fin on lit cette nysii peccatoris dont le caractère et les nombreuses souscription, abréviations annoncent une assez haute antiquité Jhesus. Ad Laudem ? gl'am dei oïpotètis || Sueqz scîssime genitricis Marie, ad || profecttlq) deuotcfy cordiU cordiali ter ad de)! se cdrrerli ttoteM/tC lm Il pressus ? jplef est plis deuot' dya [| log' ïMercuriali oppitlo Amstel || redâmêsi Instâciis ac dignis viri dùi Johis Pas || toris in expS Il sis deuolissimi extra muros || oppidi Leydês' tracLcydcrdorp tas de iuersioè editr a mullû deetoto ye<'()t'M viro- || neenô rcligioso frê Dionisio ordis Cartlmsiensiû p vndecim ar || ticulos ornate diuisus vt patebit deuote Legenti. Maria. Cet opuscule, on le voit, est de Denis Rickel, plus connu sous le nom de Denis le Chartreux. La Serna-Santander cite encore un pet. vol. in-24, la plus ancienne qui serait impression connue, portant le nom de Doen Pieterzoen, le premier tyd'Amsterdam dont le nom soit parvenu pographe jusqu'à nous: Hier begint dye corte doornen crone uns liefs lieeren Jliesu Clirisli; à la fin Glieprent lot Amsterdam audie Oude zyde in die Kerckstraet. in linglielenburcli. Jly my Doen l'ielcrzoen Nous recevons d'un correspondant de hollande d'un livre considéré par les Hollandais l'indication comme l'un des premiers produits de la typogr. 'd'Amsterdam Dit is cen nietiwc Siwerlike boemgaert, die noyt Glieprent is. Glieprent binnen Amsïetredam opaie oude Burehmal. 1508, pet. in-8, avec deux lig, s. bois. ( V"Schinkcl, 60 11.) Panzer ne cite comme 1" livre impr. à Amsterdam que l'édition des Épîlres ettÉvangiles en hollandais (trad. de Martin Luther) 'Die livangelicn uns

lieeren Jesu Christi, in der Duylscher Sprach Getranslateert, in-8, impr. avec le nom de Doeu Pieterz, en 1523. Voici un vol. imprimé la même année, plus rare encore, et qui offre cette particularité d'être enrichi de deux planches gravées et d'un beau portrait Alardi Amstelrcdami ritus edendi paschalis agni decent item plagœ siue Clades, quibusolimob Pliaraonis impietatem misere diyexata est JEgyptus. On lit à la fin cette souscription Apud sncrosanctum, religiosumque nobile totius Amstelredamum, Hoilandiœ ad Clirislianœ emporiwn, pietatis et decus et augmentant Dodo Petrus typographus ad Castrum Angelicum pridieparasceues chrislianœ excudebat anno 1523, in-4. Il est inutile de parler des imprimeurs sans nombre qui suivirent Doen Pieterzoen. La plus brillante à Amsterdam est la fin du époque de l'imprimerie xviic siècle; les Elzevirs y avaientalors un établissement tout aussi considérable que celui de Leyde. de l'édit de Nantes amena dans Puis, la révocation cette ville un grand nombre de Français proscrits et et la guerre des États avec la France leur irrités, facilita les moyens d'épancher en pamphlets en virulentes satires, le trop-plein de leur juste haine contre leurs persécuteurs. Amstruttera Anstruttera sur le Firth d'Ecosse, bourg AsiuNDiviLLA (Calvados). Amuhsfortum, VOy. Amorfortia. 'AjAÙxXai jHomer.], ville [Stat. Theb.], le Péloponnèse, auj. ai Amonville Anstrutter, of Forth. de Fr.

village

Amycl/E; AmycléeSj Amycle.4: Apolline de dans Grèce, Sklavochori. Amycl*, fondée myclée, de Naples. Amycljîos ville par auj. du les

Latium méridional d'ALacédémoniens dans le roy. Sperlmga,

Mons, voy. TAYGETUS. ville de AN'abis, l'Espagne Tarraconaise, auj. Igualuda (?) en Catalogne. Anactorium ville de Albanie. Anadiuîmos, [Plaut.] l'Acarnanie, 'Avsom'pi&v [Strab.], Vonitza, en auj.

voy.

Amphipolis. d'Irlande, Hernid'Ita-

Anaghelone Anagelum, (?), ville dans l'Ulster. [Môller.]

ville du Latium, Anagnia, cap. des ville et évèché ques, auj. Anagni, Pontificaux. lie, dans les États

Aka'liacum [monn. merov.], JYai/fac, bourg du Périgord =11 y aussi (Dordogne). Anihiac ou Anliat, village du mème départ. Anania, Tyrol, [Cartier.] la vallée du Anaunia, près Trente. île l'une Nonsberg, au

ANAPIIE, pet. Namphio, pel). Anapium,

de la mer Egée,, auj. des Cyclades (Archiet château de

Anappe,

village

63
Flandre, comté.

ANAPUS. ANDEGAVA. près Lille (Nord). Ancien

64

Anapus,"Avoue;[Théocr.], Anapo, riv. de Sicile.
Anarasum, Anas [Caes., et pagne Auras, bourg du Tyrol.flèuve d'EsGuadiana, Plin.], de Portugal.

Ancone, Ancunum, Ancone, bourg de Fr., sur le Rhône (Drôme). Anconitanus AGER, Marche puis Délégation à" Ancone (anc. Picenum); cette province, réunie aux États du Pape en 1532, fait auj. partie du royaume d'Italie. Ancora, Ancre, pet. riv. de Picardie. Ancre, puis ANCORA,Anchora, ALBERTUM, Albert, pet. ville de Picardie (Somme), avec titre de marquisat, a pris le nom d'Albert au xvnc s. Ancus, Rio do Soure, riv. de Portugal. Andaïa, ANDAJA, Andaye ou Hendaye, bourg de France (Basses-Pyrénées). Andancia, Andance, bourg de France (Ardèche). Andani Villa, Andainville, village de PiZD cardie (Somme). Andecamulum, Ranco, Rançon, bourg de Fr. (Haute-Vienne). Andecrium, voy. Andretium. Andegava, ANDEGAVUM [Greg. Tur.], ANDEcavum [Not. Lugd.], JuLiOMAGiis[Tab. Peut.], Andioavorum CIVITAS [Itin.Ant.], 1 Andegabum [Fredeg.], Juliomagus Anniusi [Cellar.], Angiers, auj. Angers, anc. cap. des Andecavi, dans la Lyonnaise IIIe, ville de France (Maine-etLoire). la cinquième ville de France danslaquelle C'est
ait pénétré l'imprimerie Strasbourg, Paris et Lyon, et Toulouse occupe lé même seules, l'ont précédée, mais le premier livre imprimé à Angers n'érang; tant daté que du 5 février, et l'année commençant à Pâques, nous devons croire que le livre imprimé à Toulouse cette même année 1G76 est antérieur. Nova Marci Tuttii Ciceronis; Incipit Rhetorica à la fin Anno Incarnacionis Domini m. cccc. lxxvi die qu'ila mensis febroarii fuit hoc opus comde turre atqs moper lohaîiem pletum Andegaui, relli impressores. in-ii, en lettres rondes, sans ch., récl. ni sign. Ce livre précieux est tellement rare, qu'il ne nous serait possible d'en citer que deux exemplaires. Le second volume imprimé à Angers, avec date, est un Manuel des Curés, Maiiipulus de Curatorum, 1477, également in-û. Mais un livre qui dispute la priorité à la Rhétorique de Cicéron, est le précieux Coustumier d'Anjou Cy commencent les couslumes des pays ddniou ? du. constenans seize parties. Pet. in-8 de 0 mayne 155 ff. en lett. rondes, 19 lig. par p., sans ch. ni réel, avec sign. a v. Ce précieux volume est exécuté avec les caractères de la Rhetorica nova il est décrit avec soin dans le Afanuel, d'après l'exempl. de la Bibliothèque impér. M. Brunet le déclare antérieur à l'année 1480 et peut-être même à 1476 a car, dit-il, il est assez na-. turel de croire que l'imprimerie établie à Angers à cette époque se sera occupée de la coutume du pays, avant de reproduire la rhétorique du consul romain.. Nous admettrions volontiers cette opinion du vénérable bibliographe, si les signatures du Coutumier ne venaient pas établir un progrès typographique sur

Anassianensis Ager, pays au-dessous trichien.

Land tinter der Ens (le de l'Ens), district au-

Anassianum, Anasum, ANISIA, ENSIUM Civisur TAs, Ens, ville de la haute Autriche, nom de la rivière du mème (cercle Traun). Anasus, triche. ANESUs, ANISUS, l'£?is, riv. d'Au-

Saint-Gilles, Anatiiilia, vEgidiopolis, du Languedoc (Haute-Garonne).

bourg

ANATILIORUM URBS 'AvaTiX&v ito'Xi; [Ptol.], Maritima AVATICORUM [Mêla], Mastraville de mela, Martigium, Martigues France formée de trois par la réunion Ferrières et JonSaint-Geniez, villes, en 1581 qui&res, (Bouches-du-Rhône). ANAUNIA, voy. ANANIA.

Anaxipolis, Bohème.

Kônigstadt
BURBO.

pet. ville de

ANCELLI BURBO, voy.

de ChamAncelu Villa, Ancerville, village au xme siècle, pagne, qui appartenait, au sire de Joinville (Haute-Marne). Ancenesium, ville nis, Angenisium, dé.France Angenium, Anceet anc. marquisat

(Loire-Inférieure). Anciacum, Ansiacum, Ancy-le-Franc, de France et château (Yonne).. Anclam, Anclamium, ranie, près-Stettin. pet. ville de bourg Pomé-

ANCONE [Juvén.] 'A-p«iv [Strab.]^ Ancona [Cic], ville de l'anc. Picenum, sur la mer Adriatique, colonie de Syracuse, auj. Ancone (Ancona), ville forte et grand port du roy. d'Italie.
Le premier livre imprimé dans cette ville, que citent Maittaire etPanzer, est intit. Opera il perche ulilissima ad intenctere la cagione de molle Cose, et massiinamente alla conservatione delta sanila et physionomia; et virlu delle herbe. Stampata in Ancona per Bernardino Guerralda Vercellese ad instantia de Maestro Ilieronymo Sonzino, M. d. xiiii. di VIII de Zugno net pontificato del Leone papa Xo, in-G. M. Brunet nous donne le nom de l'auteur de ce rare volume c'est Hieronymo Manfredi, de Soncino, notre illustre qui se trouve cité dans la souscription; est également d'avis que c'est là le prebibliographe mier livre connu imprimé à Ancône.

m'

AiNDEGAVENSIS AGER.

ANDEMAiNTUiNUM.

66

la llltitorique, qui n'en a pas. Dans tous les cas, c'est le plus ancien coutumier français que l'on connaisse. A la fin du xve siècle l'imprimerie d'Angers est moins florissante, car les libraires de la ville et de Charles de Bongne et Jehan Alexandre, l'université, font imprimer plusieurs ouvrages à Paris et à Rouen, chez Pierre Levet et Martin Morin. Au xvje siècle, elle reprend une extension considérable, et les principaux Richard Piimprimeurs, entre autres, mettent quenot et Antoine lieritault, au jour un certain nombre de livres à l'usage de Nantes, de Rennes et de Bourges. ANDEGAVENSIS AGER, ÀNDEGAVOKUM,^)uiS ANgoviîïorum Comitatus, l'Anjou, province habitée française, primitivement par comté en l'an 870 les Andecavi prov. duché en anglaise jusqu'en 1203; enfin réunie à la couronne 1360, en 1482. AndeAndelagus, Andeijoti, ANDELEIUM, les Andelys, ville de France uacum, On trouve au moyen (Eure). -ÀgeAndeli sous Gaillart, à cause de la proximité du dont les ruines Château-Gaillard, existent sur les bords de la Seine. Nous ne trouvons trace d'imprimerie dans cette ville qu'à dater de 1790 Vie et office de sainte reine de France et seconde patronne de la Clotil(le, ville d'Andcly, Anduly(Saillot), 1790, in-12. Andelaus, Andelaon IN PAGO Lingonico, Andelaovicus [Frédég.] (villa mérov.), Andelocium, Andelot, et château de Champagne, dans bourg la Haute-Marne. des rois francs Congrès en 587. Andelaum

ANDELEJUM, Laudelles, village de France 0 (Calvados)..
ANDELEJUS pet. riv. Fluvius, AndellAj de Fr. (Calvados). YAndelle,

de.l'lle-deAndeliacum, Andilly, village France Plusieurs au(Seine-et-Oise). tres localités en France ce nom. portent ANDELLA, voy. ANDELUS, voy. ANDELEJUS. POMPEIOPOLIS.

ANDEMANTUNUM, ANDEMATUNUM, ANDOMATULlNGONjE [Ann. NUM, 'Avîc(j.ârouvov [Ptol.], Ann. Likgones Hincm. Bert.], [Plin. CIVITAS Lingonum Tac.j, [Tac. Hist. i], Urbs Langonum ville [Eutrop.l, Langres, de France (Haute-Marne). Brûlée en 407 par les Vandales en 651 par Attila; comté au moyen âge. Les Langrois célèbres qui ont écrit avant 1582 ont fait imprimer leurs ouvrages, les uns à Paris, les autres à Troyes, à Heims ou à Lyon ainsi un évêque de Langres fait exécuter à Troyes, chez J. le Cocq, vers 1517, un livre de liturgie à l'usage de son diocèse le chanoine Roussat publie à Lyon, chez Rouillé, en des temps 1550, son livre de la Mutation enfin Jehan Duvet, le Alnttre à la Licorne, l'illustre orfèvre du roi François 1er, qui grava à Langres les planches de son admirable Apocalypse, les fit imprimer à Lyon en 1561. N Le premier dont le nom imprimeur lan.grois DICTIONN.DE CÊOGB.

puisse être cité est Jehan des Preyz, et le livre le son nom plus ancien sur lequel nous rencontrions n'est daté que de 1&82. Sans doute quelque coutumier, quelque livre de liturgie aura précédé celui dont nous allons donner le titre exact, mais tout cela est perdu pour nous et manuel /calendrier Corhpot par lequel toutes et personnes peuuent facilemêt apprèdre sçauoir les cours 'du soleil et de la lune. en suyuanl la correction ordonnee par noslre sainet père Gregoire XIIIe, compose par T. imprimé à Lengres par Jehan des Preyz, le 19» jour de décem1582. bre, l'an de la correction du kalendrier, ln-ft de 32 ff. non ch., titre en lettres rondes, texte en goth., épistre dédic. en ital. Ce petit volume fort rare est de Thoinot Arbeau, c'est-à-dire de Jean Tabourot, qui fit imprimer dans cette même ville, en 1589, sa célèbre OrchèsoQraphie et une piecd satirique sous la rubrique de l'imde Jean Tabourot. primerie (Voy. Cat. de la Bibl. impér., Ilist. de France. tom. 1«, p.. 333.) Les riches archives de la ville de Langres ne nous fournissent aucun détail relatif à Jean des Preyz nous trouvons seulement dans un extrait du vf compte de Claude Pigney, receveur des deniers dons et octrois de la ville de Langres, communs, 1590-95 « à il' Jehan Despreys la imprimeur somme de deux escus pour avoir imprimé le caIholicon par mandement et quittance du dixiesme janvier (mille) cinq cent quatre-vingtz-quinze, cy ij esc. Ce document, qui n'a sans doute qu'une faible importance, pourra nous servir à éclaircir un mystère a 11 ne peut être ici question que bibliographique. du Callwlicon d'Espagne, nous écrit M. Amédée Brocard, bibliophile langrois fort perspicace la date de plus la municipalité l'indique langroise était ennemie déclarée du parti de la Ligue et fort avant dans les bonnes'grices du roi. Quelques chanoines ligueurs, chez lesquels on avait découvert des dépôts venaient d'être arrêtés d'armes, Jean Boussat,le maire de Langres, était en correspondance directe et suivie avec Henri IV. De plus Jacques Gillot, l'un des cinq auteurs de la satire Ménippée, était de Langres. A la même époque (159'i) parait sous la rubrique Turin, par T. Carabiaco (lieu et nom supposés), une édition du Calholicon d' Espagne, que M.Brunet indique sans donner son lieu d'impression. N'est-ce pas là une édition publiée par Jacques Gillot, et sa ville natale, éminemment royaliste, n'aurat-elle pas voulu contribuer, selon ses moyens, à l'impression de ce livre qui a plus fait pour flenri IV, dit le président Hénault, que la bataille d'Ivry? » Voilà un fait bibliographique que nous soumettons, avec M. Brocard, à l'attention tiu lecteur curieux, qui parviendra sans doute à l'élucider. Il est un nom langrois du xvic siècle que nous c'est celui de Simon Girault, croyons devoir citer le descendant du grand saint Hubert, le patron vénéré des chasseurs. Ce Simon Girault fait imprimer en 1590, in-û, chez J. des Preyz, un Dialogue pour apprendre ta langue latine, auquel Ch. Nodier a daigné consacrer un des plus étincelants articlès des Mélanges tirés d'une petite bibliothèque, et cet article, dit M. Brunet, a fait la fortune de Simon Girault, qui, sans cela, risquait fort d'être oublié par l'ingrate postérité. Des imprimeurs nous ne cilangrois postérieurs, terons, au xvie siècle, que Joseph Boillot et George et au xvne, Jean Boudrot ou Bouderot et Lambert, Sécart. N'oublions pas de mentionner que le premier imde Turin, Jean l.efèvre, Joliannes primeur Faber ou Fabri (en ital.l, était de Langres. En 176û, un seul imprimeur est établi à Langres c'est Etienne Bonnin, pourvu le 20 février 1741 et maintenu par l'ordon. de 1759. Le rapport à M. de Sartines ajoute « L'imprimeur a une bonne réputation', il est à son aise on se plaint seulement que, comme il est seul, il jfait payer ses impressions un peu cher. » 3

67

ANDENN.E.

ANETUM.

68

Andenn^e, Ancienne, pet. ville de Belgique, sur la Meuse. Andeoli Burgus ou FANUM, ourg-SaintB Andéol, pet. ville de Fr. (Ardèche). Anderidum, Andemtum [Tab.Théod.], 'Avjs• ptSov [Ptol.], ANDEREDON*[Scaliger], GABALI [Cœs. vn], CIVITAS Gabalitana, ville de la Gaule Aquitaine, chez les Gabali, depuis capit. du Gévaudan, auj. Javols oaJavoulx, ville de France (Lozère). Andehlacum, Anderlech, bourg de Belgi0 0 que (Brabant). Andernacum, Antonacum [Not. Imper.], Antunsacum [Amm. Marc., Itin. Ant. Castellum Antonacense [Fortun. x Andrei VILLA PAGO IN megenelnsi (dans le Meiengau), anc. ville des Treveri, dans la Gaule Belgique, puis villa carlovingienne, auj. Andernach, ville de la Prusse rhénane.
AiNderpus, Andes, voy. voy. Antuerpia.

dans le goût des anciennes impressions écossaises; comme par conséquent l'assertion de Mackensie et de Herbert ne repose que sur une hypothèse, on est forcé, avec le d' Cotton, de revenir au Catéchisme de l'archevêque bien réellement imprimé llamillon, à Saint-Andrews, mais en 1551 seulement, ce qui nous paraît devoir être la date exacte de l'introduction de l'imprimerie dans cette ville.

ANDRESELLUM, Andrezelles village de France (Seine-et-Marne). Anbresiacum, Andrezy, village de France 0 (Seine-et-Oise). Andretium [Tab. Peut.], Andecrium, 'AvSéxpiov[Ptol.] Andetrium [Plin.rm], 'AvSriTpicv[Strab.], anc. ville et forteresse de la Dalmatie, auj. Clissa. ANDRIA, VOy. IiNGER. Andria, Andro, ville et évêché de l'anc. roy. de Naples. ville de Thrace, sur le PontANDRIACA, Euxin, auj. Gotopoli, dans le pach. de Saloniki. ANDRINOPOLIS, Adrianopolis. voy. Andros [Ovid.],"AvravSpoç [Strab.], Andrus Andro, île de l'Ar[Plin. iv], HYDRUSSA, chipel (Cyclades). Andros [Plin.], Bardsey, île anglaise, sur 0 la côte d'Irlande. ANDURNUM, Andorno, ville d'Italie (Piémont). ANDUSARA, Andujara, Andujar, ville d'Andalousie, construite sur les ruines d'Illiturgis. Akdusia, Andusa, ville de la Narbonnaise première, auj. Andaze, ville du Languedoc, au pied des Cévennes (Gard). Anecium, voy. ANNECIUM. Aneda, voy. Edimburgum. Aneianum, Monte Agnano (?), ville d'Italie, près Padoue. Palatium [Chart. ANETUM, Alnetum, ANETUM Phil. Aug. a. 1204], Anet village de France (Eure-et-Loir). La Renaissance y construisit un château qui fut l'une des charmantes œuvres de plus Philibert de l'Orme, mais dont il ne reste plus que bien peu de chose; et ce peu de chose est assez important cependant, pour avoir été rangé dans la classe des monuments historiques dont la conservation intéresse la France. Tout près du château d'Anetsont les importants moulinsà papier de Sorelet Sausaye,qui appartiennent à la maison Didot là fut établiela première machineà papier dit sans fin. Anetum, Anet, bourg du canton de Berne (Suisse).

Andegavum.

Andethanna

Epternacum [Itin. Anton.], Ilincmar. a. 870], Épternach, ou [Ann. du Echtemach, pet. ville Luxembourg belge. anc. de village villa car-

ANDiAcuM, Angeac-CIiampagne, l'Angoumois (Charente), lovingienne.

Andlavia, Andlaw, boûi'g d'Alsace (Basn Rhin). Andomatunum, OY. ndemantunum. V A ANDOVERA, Andover, bourg d'Angleterre C> (Hampshire).
Andracium, che. Bùchenstein, bourg pet. d'Autriville de

Andrejî Burgus, Hanovre.

Andrêansberg,

Andrew Fanum ou Viens, Saint-André. Un grand nombre de localités en France portent ce nom.
ANDREI VILLA, CUM. PALATIUM, voy. Anderna-

Andrew Sai7itAndreopolis, Cœnobium, ville de l'Ecosse, dans le comté Andrews, de Fifo* Anc. Université célèbre, fondée par l'évéque Warddate en law, en 1Ù12 archevêché. L'imprimerie cette ville de 154b [Herbert]. Le plus ancien livre imprimé dans cette ville, dit notre autorité, qui emau docteur Mackensie, est prunte ce renseignement célèbre intitulé Tlie complaint un opuscule of mais comme on ne connaît pas un seul Scotland de cette pièce avec un titre ancien* si exemplaire (le 1801^ l'éminent bien que, lors de1 la réimpression éditeur, le d' John Leyden fut obligé d'en forger Un

69
Angaria Enger, Angarii, Angeliacum, Angelopolts, ville de nate). Angelopolis Lombardi, ultér. AD Lombardum, ville et évèché Angria, |Cellar.], ville de Westphalic VOy. Angrivarii. voy. Angeriacum. S.

ANGAR1A.
Angrivaria, près Minden.

ANGULUM,

70

An ANGELOS, l'anc. de roy.

Angelo, pet. Naples (Capitade' S. Angelo de la Princip.

ANGELOPOLIS AU MlîTAURUM, TlPIIERNUM MES. Angelo di Yado, ville taurum, pet. des États Pontificaux. Angelostadium, ANGENISIUM, voy. voy. Ingolstadium.

Ancenesium. AINDRE Inger, riv. de France; (au moy. se jette

ANGER, Angeris, âge), l'Indre, dans la Loire.

Angelia Angeriacum, Angeliacum, (?), ville de France Saint-Jean-d'Angély, (Charente-Inférieure). Nous ne connaissons pas de livre imprimé dans cette petite ville avant 1621 Discours sur ce que la religion réformée lie sont cause de la ceux de combien qu'elle leur soit plus utile en ce guerre, temps que la paix feinte et simulée dont on veut les abuser. Saint-Jean-d'Arigely, par Nicolas Crespon, 1621, in-8. la famille du Nicolas Crespon est certainement de premier imprimeur de Saintes, S. Crespon. Mais si lc nom d'ANGELiA peut être traduit par la bibliothèque de la cour de Saint-Jean-d'Angély, cassation possède un livre de jurisprudence qui nous de faire remonter beaucoup plus haut permettrait la date de l'imprimerie dans cette ville. Armandi Maichini Summa juris cinilis, Angelia?, la date que nous four1555, in-8. Malheureusement nit le catalogue de cette bibliothèque est inexacte, bien car Armand Maichin est un avocat.saintongcois connu, qui vivait encore à la fin du XVIIe siècle. Ce fut lui qui publia, en 16/1, chez Ilenri Boisset, de Saint-Jean-d'Angély, Vllisimprimeur-libraire loire de Saintonge, Poitou, Aunis et Angoumois. 2 part. en 1 vol. in- fol. 11 nous faut donc lire 1655, et nous contenter de 1621 comme date de l'introduction de la typographie dans cette ville. Angermannia [Ccllar.J, en.all. Angermananc. land, Angepnanie, prov. de Suède, la préfecture de .Westerforme auj. Norrland. Ancermannus de Suède Bothnie. Fluvius, se jette Angermanflodt, dans le golfe ville de o au moy. thermal âge), en riv. de

Angla Montana, Angle, bourg de France (Hérault). Anglaria, Angliers, près Nouaillé, village de France = (Charente-Inférieure). Anglars, bourg d'Auvergne (Puy-deDôme). Anglarijë, Anglers, anc. villa >mérov. [Gesta Dagob.], auj. bourgade du Poitou (Vienne). Angledura, Anglure, bourg de France (Marne), anc. baronnie champenoise. Angleria, Anglerle COMITATUS, Anghiera, ville et anc. comté de la haute Italie. [Graësse.] Mona Insula, Anglesey, île Anglesaga, d'Anglet., dans la mer d'Irlande. Angli, peuple dont la situation géographique correspondait, d'après M. Sprùdu ner, à l'extrémité septentrionale Schleswig,etqueTaciteetPtolémée placent parmi les Suèves de la basse Saxe; les Angles ont émigré dans la. Britannia, et lui ont donné leur nom. c'est l'anc. Anglia, England, Angleterre Britannia MAJOR des Romains. Voy. Britaijnia et Heptarchia. Anglia MEDIA,Merde, l'un des royaumes de l'Heptarchie saxonne, fondé par les Angles. ANGLIA Minor, Angeln, district du Schleswig. Anglia Orientalis, Estanglie, l'un des roy. de l'Heptarchie saxonne, fondé par les Angles. Angousmensis PaguSj voy. Engolismensis. Angolmonasterium, Ingelmùnster, bourg de la Flandre wallonne. ANGRIA, voy. Angaria. Angria, Angri, ville de l'anc. roy. de Naples (Princip. citer.). Angrivarii [Tac. Ann. u], Àngarh, ENGAriens [Eginh. Chron',], peuple de la Germanie, que Spriiner place au S. des Ingœvones et au N. des Chéiitsques* Ils occupaient, sur les rives du Weser, le territoire correspondant à la Westphalie, à Brème, Oldenburg, la Lippe, Munster, etc. Ce pays s'est appelé Angria pendant les premiers siècles de l'ère chrétienne. Angulum, Akgulus [Itin. Anton.], 'Av-^oXc? [Ptol.], Angelopolis ADMare, ville des Vestini, dans le Samnium, auj. S. An* gelo, dans l'Abruzze citérieure.

Angianum, Angia, du gique, prov. Angianum, bourg France Angla, dée),

Enghieii, Hainaut.

Bel-

Enghien (Enguien et établissement (Scine-et-Oise). ville de Angle, pet. anc. abb. d'Augustins.

France

(Ven-

71

ANGULUS ALPIUM.

ANNECIUM.

72

Angulus Alpium, Albek, bourg0 de Souabe, bien peu d'importance au Puy, car le père Oddo de histoGissey fait imprimer à Lyon son Discours près Ulm. de la très-ancienne dévotion à iV.-D. du rique Puy, comté d'Écosse, entre réimprimé depuis au Puy en 1644 et 1646, Angusia, Angus, in-8, par F. Varoles. ceux de Perth et d'Aberdeen, chef-lieu Parmi les autres du xvii" siècle imprimeurs Fwfar. exerçant au Puy, nous croyons devoir citer Guynaud et de la Garde (1650-1678)." ANHALTINUS PRINCIPATUS ANHALTINUM, (Asau Puy, En 1764, il n'existe qu'un imprimeur Ant. Clet, établi depuis 1751. cania), princip. d'Anhalt (Allemagne). ANIEN ANHALTINUM le-, [Virg.], ANIO[Eutrop.], ANIENTJS, VETUS,château d'Anhalt, Altdans le duché d'AnhaltTeverone, riv. d'Italie, dans l'anc. LaAnhalt, tium septent., affl. du Tibre. Bernburg. L'imprimerie existait dans cette petite ville en ANISIA, voy. Anassianum. 1590,car voici le titre d'un vol. que nous trouvons dans le Catal. des foires de Francfort de 1610 " Anisiacovicvs [monn. mérov.], Anisy-le• Ad. Cratonis Rettung dess Tauffbuchleins D. de France Château, village (Aisne). Martini Lullieri und der Augspurgischenconfession verwandlen Kirchen. Anhalt, 1590,in-4. Anisus, voy. Anasus. ANHOLTA, Anout, île et ville de Danemark ANNABERGA, ANjSLEBURGUM, ANNjKMONTIUM, ville du roy. de Saxe. (Jutland). Annaberg, Biblioth. importante. Il nous a été impossible de Anholtium, Anholt, pet. ville de Westtrouver trace d'imprimerie dans cette ville, antéphalie. rieure à la date fixée par M. Ternaux, qui prétend de qu'une traduction allemande de la Paraphrase Aniacum, Agny, village de France (PasThéodore de Bèze sur l'Ecclésiaste de Salomon a été imprimée en 1599, in-12, à Annaberg le Dr Cotde-Calais). ton donne la date de 1597, mais il ne cite aucun livre Aniacum, ATANACUM, Aignay-le-Duc, bourg à l'appui de son assertion. Au XVIIe et au xvm« s., de France (Côte-d'Or). fonctionne d'une manière l'imprimerie régulière dans cette ville parmi les nombreux ouvrages dont Aniam: Thermo, ànc. bains de la CampaStruvius reproduit les titres dans la Biblioth. Saxonica (pp. 118 et suiv.) nous citerons seulement nie, auj. Bagni del Lago, dans l'anc. Incunabulorum scholœ Anntebergensis très recenroy. de Naples (Terre de Labour). siones fr. Wilischii, Atinoebergoe, 17t~, in-4, et Arcana Bibliothecœ Annabergensis, Lipsiœ, 1730, S. Aignan, pet. Aniani Vicus ou Fanum, in-8. Ces deux ouvrages sont justement recherchés ville de France (Loir-et-Cher); consdes bibliographes. truite par Eudes 1er, comte de Blois Annandi Civitàs, Annandum, Annan, ville anc. duché-pairie. = S. Aignan bourg du sud de l'Ecosse, sur la riv. du mème = de France (Charente-Inférieure). nom. S. Aignan ou S. Chignan, bourg et anc. abb. de Bénéd. en Languedoc (HéAnnandi Vallis, Annandia, Annandale, district d'Ecosse, dans -le comté de rault). = Un grand nombre de localités Dumfries. en France portent encore ce nom. et château Annebaltum, Annebaut, bourg Anianus LAcus, lac d'Agnano, dans l'anc. de Normandie, anc. marquisat (Seinede Naples. roy. Infér.). Anicium, Babinecz, ville de Croatie. Annecium, Annesiacum, ANNESIUM, AnneiaAnicium [Greg. Tut.], Anicium VELAVOnum ANNISSY (xivc S.), [ltin. Anton.], Urbs [Not. Civit. Gall.], rum, VELLAVA ville et évèchéde l'anc. Annecy, Savoie, Anicio [monn. mérov.], PoCanicium, ch.-lieu de l'anc. comté du Génevois, Podium Aniciense in VALLAVIA dium, du dép. franc. de la Hauteauj. ch.-l. le Puy en Vélay, ville de France (HauteSavoie. de la province du Loire), anc. chef-lieu Nous connaissons un grand nombre de livres Vélay. imprimés au XVIe siècle à Annecy; nous n'en citeLa date la plus ancienneà laquellenouspuissions rons que deux Mantouan contre les folles Elégies de Baptiste faire remonter l'introduction de l'imprimerie dans cette ville est 1617. La bibliothèquede l'Arsenal et impudiques amours vénériennes, deensemble un chant dudit la nature possèdeun rare volume,intit. Stancescontenant d'amoitr, juvénile traduit Mantouan, letout de Myozinpar François l'histoire de la défaite des troupes du sieur d'OnAnnissy, par Gabriel Pomar, 1536, in-4. dredieu, au lieu du buisson en Gévaudan, et reddi- geu. (Cité Verdier à l'art. François Myozingen.) tion dela placeet montagne de Grèzepar.lui saisie, La par Dude Pelletier du Mans. AnSavoye, Jacques P. de Rodes Caslain. Au Puy,André,1617, par necy, Jacques Bertrand, 1572, pet. in-8. in-8. Au moment de mettre sous presse, nous trouvons à cette date, les écrivains de la Antérieurement localitéfaisaient imprimer à Lyon ou à Avignon dans le catal. des livres à gravures sur bois de la Ambr. leurs ouvrages; nous avons une Historia dedica- biblioth. de M. ne nous Firmin Didot, unede indication est pas permis tionis ecclesiœPodii aniciensis in Vallavia, par précieuse qu'il négliger. illustre un petit livre i Cet possède e bibliophile JacquesDavid,impriméeà Avignon, n 1516,n-4. ne devait avoir que d'heures de N. D. imprimé Annesiaci per FrandsEn 1620même l'imprimerie

73

ANNECIOM VETUS.

ANTILIA.
bey Martin 1621

74

cum Pomardum, in-16, s. d., mais avec un calendrier commençant en 1543. Ce François Pomar est évidemment de la famille de l'imprimeur Gabriel Pomar,que cite Du Verdier. Dumême François Pomar le Suppl. au Typogr. Gazettecr donne un Brcmarium EcclesiœGebcni nensis, imprimé à Annecyen 1556,n-12. Auxvii' siècle nous n'avons guère à mentionner dans cette ville d'autre imprimeur que Jacques le Cler. Annecium VETUS, nnecy le Vieux, bourg A de Savoie, proche Annecy. Annecius Lacus, lac d'Annecy. Annibaus CASTHI,Gli Castelli, localité 'de l'anc. roy. de. Naples,.dans la Calabre ultérieure. Annibaus Portus, dans la Lusitanie; on croit que c'est un village, de Portugal appelé Villa Nova do Portimaon. ANNINSULA, voy. S. Carilei OPPIDUM. AuKONiGUM, .Annoniacum, Aiinonay, ville de France (Ardèche). Cette ville est célèbre dans l'Europe entière par ses importantes apeteries. p
ANONIUM, voy. Anania.

das ist, etc. Osnabrùck, Mann, in-a. und PassionsDatiielis Crameri, ncun Fasten Osnabrugi, 1628, in-8. predigten. La première édition de ce livre avait été donnée à Hambourg en 1611, par les Froben, établis en cette ville. ou Opsloe ANSLOA, ANSLOGA, AsLOA, anc. en 1624 et rebâtie Ansloe, brûlée par Christian donna son nom; IV, qui lui de la Norvége. auj. Christiania, capit. Un collége y fut fondé en 1636, et l'introduction de l'imprimerie doit avoir suivi de près cet établissement. M. Ternaux cite un /lecueil des articles de dit roi Christian IV (Danice) publié en guerre cette ville par Tyge Nielsson en ldfiA. Nous trouvons dans.la la Mbliolh.Septentr. le livre suivant Michael in Xorwegia Pétri Echoit, Past. Aggershusanus vel brevis detineatio qua Stephanologia Danica, et fortuna avita et demonslratur, qua virtute corona supra annos 2500 gesta aiitiqua Danorum Christiania?, 16fi8, in-ft. fuit. Et du même auteur Geologia Pforvagica. Christiana?f 1657, in-4. Nous trouvons également dans cet excellent ouNicolai Svenonis, Lect. Christ, in iVoruavrage debemus piœ, quibus occupari gia, cogitationes festo Nalivitatis Chrisli; Christianœ, 1044, in-8. Anspacum, Ansus, voy. VOy. Onoldinium. ANESUS. Andros.

Nons, riv. du Tyrol. ANONIUS, Anopolis, Araden, pet. ville de l'île de Candie. [Chaudon.] A ANOSTUM, nost, village de Bourgogne (Saône-et-Loire). Anothia, Annot, bourg du Dauphiné (Basses-Alpes). ANSA,ANSAVILLA[Chr,. Radulfil, Asa ou AssA Paulini [ltin. Anton.], ANTIUM, Aiice ou Anse, pet. ville du Beaujolais, à xv m. de Lyon; anc. villa royale; bapalais d'Auguste; plusieurs ronnie conciles provinciaux (Rhône). ANSER,Serculus, le Serchio, riv. d'Italie, qui prend sa source dans l'Apennin et passe à Lucques, affl. de l'Arno. Anseria, Oye, bourg de Picardie (Pas-deCalais), anc. comté. ANSGoniVicus, Ingouville, pet. ville, faubourg du Havre (Seine-lnCér.). A.nscodi VILLA, Ansgod, bourg du Danemark. Ansiacum, voy. Anciacum. Ansibarium [Tac. xm] Has^epons, OSNAburgum, auj. Osnabrùck, ville de Hanovre, dans l'anc. pays des Ansibarii, traversé par le Weser. M.Cottondate l'imprimerieà Osnabrùckde 1631, sans autre indication.Voicideux volumesimprimés antérieurement: M. WolffgangiHelviciliaculusbreviset nodosus pro Johannis à Munster Senioris cane latrante,

ANTANDRUS, voy.

Carchusa Antaradus, Ortiiosia, [J. de Vitry], Tourtouse [sire de Johrville], auj. de Tripoli dans TaHhousiàh, l'Eyalet de Syrie. Antea, sur ANTEIS, Ampuis, le Rhône (Rhône). bourg du Forez,

ANTEBRENNACUM Anterrimacum [monn. Ambernac ou ville Ambernat, mérov.], de l'Angoumois (Charente). Antecaria, voy. ANTIQUARIA.

ANTENACUM AD Matronam, ANTENNACUM, PROPE ALTAVILLARENSE Monasterium, Anvilla auj. village lenay, carlovingienne, de France (Marne). ANTERNACHA, VOy. Andernacum. ANTIIUSyE, VOy. CONSTANTINOPOLIS. ville de l'anc. Antiana, Pannonie, sur la Drave Zamko, (Hongrie). ville de Antivari, Antibarum, pet. matie de Scutari). (pach.

auj. Dal-

Anticiruha [Plin.], 'AvTtwppa Anticyha, ville de l'anc. sur le Phocide, [Strab.J, elle auj. Asprospitia; golfe de Corinthe, Suola au moy. âge. s'est appelée Antigona l'anc. Épire Psaphara, ANTIGONEA, ville Macédoine, auj. Argyro-Castro de Janina). (pach. bourg d'Angleterre de en

Anthill, Antilia, (Btidfordshire).

75
ANTIMELOS, Antimîlo, méridionales. l'une

ANTIMELOS.
des Cyclades du

ANTROS.

70

Antimonasterium, Eymoutiers, Limousin (Haute-Vienne). Antinacum, Antigniacum, Antogny du dép. d'Indre-et-Loire, village rive gauche de la Vienne.

bourg

se jette dans la Scvcrn. = gleterre; autre riv. qui se jette aussi Avon, Upper dans la Severn. = VAvon, fleuve du mème se jette dans la Manche. pays; Antona Clause.ntum Méridionales, [Itin. TRIAnton.], Hantonia, Soutiiaxtonia, santonis Portus, Hanton, auj. Southampton, ville d'Angleterre (flampshire). Le premier livre imprimé dans cette grande ville n'est daté que qui soit arrivé à notre connaissance de OT à Southampton, comme dans les grandes du commerce anglais, métropoles Liverpool, Manne s'établit qu'excessivechester, etc., l'imprimerie ment tard. Le volume que nous trouvons porté au catal. de sir Walter Scott, à celte date de 1775, est tout simplement un Guide o( Soutliampton, in-12, et tout nous porte à croire que c'est là le début de dans la patrie du noble sir Bevis de l'imprimerie dit Biiovo a" Antona. Ceautrement Southampion, pendant il nous faut ajouter que le Dr Cotton (Suppl.) donne 1768 comme date de l'introduction de l'imprimerie. Antona saxon (en Septentrionales, Noi'thampton et comté ville. Nordhamtun), d'Angleterre. Nous ne connaissons pas de livre imprimé dans cette ville avant 1720 Le Suppl. du D' Cotton nous apprend qu'en cette année, le 2 mai, parut le premier numéro d'un journal The A ortlmmpton Mercury, imprimé par W. Raikes et W. Dicey. Nous connaissons encore Tract o( H. de Veil, on the Horizontal moon. Nortbampton, 1725, in-8. Antonacense ternaciia [Frédég.], ANCASTELLUM, Antoniacum, Antonnacum Raven.], [Anon. voy. Andernacum.

le Tillac, sur la

Antiniacum,.Antigny le Château, anc. marquisat, village de la Bourgogne (CôteZD 0 d'Or).
Antiniacum Gartempe, Antiparos, Antipolis AD Vartimpam, du village île de Antigny -sur -laPoitou (Vienne). auj. Olairos.

l'Archipel,

[Plin. Ptol.], [Itin. ville de l'anc. Marit.], IIe, chez les Déciates, ville de Antibes, auj. France (Var). Nous ne connaissons pas en cette ville d'impression antérieure à l'année 1618 à cette date nous un livre espagnol trouvons Aviso de Parnaso, sobre el estado de la Kepublica de Venecia, y del de Valerio dttquc de Sauoia, con las annotacioiies Fulvio Sacoiaito. Antopoli, 1618, in-û. Ce petit livre fut traduit en italien et publié trois ans après dans la même ville et dans le même format. Nous trouvons, au catal. Baluze et dans Haym, l'indication d'un grand nombre de volumes publiés à Antibes à cette époque mais nous ne citerons que la Statera Polilica ne' Giorni di Ciugno 1B28, da Ant. Vicoperli, Antopoli, 1630, in-ft; ces livres, d'ailleurs, portent Antipoli au bas du titre, mais pour un grand nombre c'est un lieu d'impression imaginaire. ANTIQUA CIVITAS, voy. HALBERSTADIUM. ville An(Es-

Antopolis Narbonnaise

Antonavis, Antonaves, village de France (Hautes-Alpes).
Anto'nia, voy. Ultrajectum;

Antiqijaria, ANTICARIA, ANTEQUARIA, des Bastuli, dans la Bétique, auj. ville du roy. de Grenade tequera,

pagne). Imprimerie en 1516 le premier imprimeur fut Antonius Ncbrissensis, le grammairien (vulgo Antonio de Lebrija) et le premier livre que l'on cite est intit. Elegancias Rotnançadas por el m" Antonio de iVebrixa. in œdibus NebrisAntiquaria?, sensis, 1516, in-4. Antissiodorum, voy. AUTISSIODORUM.

Antoma, Antoing, bourg de Belgique (Hainaut).
Antoniacum, AntoniaNjE nérales nane). Antonina CIVITAS, voy. Ultbajectum. pet. ville VOy. Andernacum. eaux miToenestein, Acidulée, Andernach rhé(Prusse près

ville de la Tarraconaise Antistiana, (à xxix m. de Tarragone), citée dans l'Itinér. des Aquœ Apollinares. anc. des Volsques, dans le Antium, cap. ou Nettuno, Latium, auj. Anzio bourg des États Pontificaux.

Antonini Saint-Antonin, Fanum, de France (Tarn-et-Garonne). Antonnacum, (Vienne). Antopolis, Antoricum, Antogné, [B. Fil'lon.] voy. voy. ville Antipolis. Carnutum. des Séquanais, ruines à la fin villageZD de

France

Antium, Ilanz, bourg de Suisse, dans le canton des Grisons.
Antivest-eum Promontorium, Cap de Cornouailles Yves, à la pointe gleterre). Saint(An-

ANTRA, anc. a découvert les en Franche-Comté.

dont on du xvne s.,

Antolium, Anteuil, village de Bourgogne 0 CI (Saône-et-Loire). ANTONA, Autona, Lower Avon, riv. d'An-

Antrinum, Antrim, Antrym, ville et comté d'Irlande; anc. évèché (prov. d'Ulster). Antros [Mêla, ni, 2], île de la Gaule Aquitaine, auj. Cordouan, dans la Gironde.

77 1
Antuatuh Antunnacum, AGER, voy.

ANTUATUMAGER.
CABALLICA PROVINCIA.

APAMIA.

75

VOy. Aniieknacum.

ANAmbivaritLim, An[moiiii. mér.], livres allemands), Ambwarten, Antwer'pen (en flam.), Amberes ville de (en cspag.), Anvers, sur anc. chef-lieu Belgique, l'Escaut, du dép. français des Deux-Nêthes. Quelauteurs ont voulu voir dans cette ques ville l'ATTUATUCA Tongrorum. Anvers dispute à Alost et à Louvain l'honneur d'avoir été la première ville de la Belgique qui ait Elle base cette joui des bénéfices de l'imprimerie. sur l'existence d'un livre imprimé en prétention H72! Ce livre, dont nous possédons un exemplaire a la Bibliothèque, est intitulé Het boeck van Tondalus visioen, imprimé par Mathis van der Goes, anno M.cccc. LXXij, pet. in-4, goth. de 33 (T. non chif. mais avec des signal, de A Eiij. Mais comme il est prouvé que Mathieu vau der Goes n'a commencé à imprimer à Anvers qu'en 1482, et que l'emn'a commencé à se répandre en ploi des signatures Belgique que plusieurs années après h date prétendue de ce livre, il est certain que l'imprimeur a omis un X et peut-être deux dans la souscription, les prétentions Th. et que d'Anvers li déposséder Alarlens d'Alost de la gloire d'avoir été le premier imde la Belgique se réduisent a bien peu de primeur chose. Arrivons à 1476. Nous trouvons imprimé à cette date un ouvrage de Parus Hispanus (Joannes Papa Summa experimenlorum, sive Thexxi), intit. sanrus pauperum magislrt Petri Yspani. A la fin Practica mediciiie que Thésaurus nunpaupentm studiose corrcctus exaralus cupatur. Antwerpie Martini. Anno domini 1476, pev me Theodoricum die 22 maj, in-fol., goth., à 2 col., sans ch. mais avec sign. Mais ici nous retombons encore dans une polémique. M. W. lloltrop, dans son Calai, des incunables rie la bibltoth. de la Ilaye, décrivant de la Serna Santander, qui est conl'exemplaire servé à la biblioth. académique d'Utrecht, déclare que ce livre n'a pu être imprimé à Anvers en 1476, « surtout, ajoute-t-il, parce qu'il a été exécuté avec des caractères absolument différents de ceux dont se servait Thierry Martens en cette même année. » 11 prétend donc qu'il y a erreur de date et qu'il faut lire 1(197 au lieu de 1476. Très-bien mais M. Van Iseghem, dans sa curieuse histoire du grand imprimeur d'Alost et de Louvain, o Martens n'avait est d'un avis absolument opposé pas mal employé son temps depuis qu'il s'était séparé de Westphalie, puisqu'au bout de dix- huit de Jean mois.non-seulement il s'était fabriqué trois sortes de lettres neuves, mais il les avait fait setvir l'impresà Anvers au sion des deux volumes qui parurent mois de mai 1476. » volume dont parle M. Van Iseghem est Ce second inlit. liodulphi agricole opuscula; Antuerpie, 2 mai 1476, per Tlieod. Martini, in-ft. David Clément cite ce très-rare volume dont nous ne connaissons pas d'exemplaire, mais qui est certainement avec l<?s caractères du exécuté Thésaurus et qui serait, par cette date du 2 mai, le Pauperum, plus ancien livre imprimé à Anvers qui soit cité par les bibliographes. Le livre eut assez de succès pour qu'on ait cru devoir en donner une seconde édition l'année suivante à Deventer, mais nous ne croyons il existe aujourd'hui de pas, que malheureusement la première édition d'Anvers un seul exemplaire connu, du moins dans les bibliothèques publiques. Comme M. Gottfried Heichhart et quelques autres savants bibliographes sont de l'opinion de M. Van Iseghem, nous ne craignons pas de nous ranger leur Antvërpia, Handoverpia, DEVORPUM, ANnERrvs les vieux torf (sur

suite (il est prudent, en fait de discussions bibliographiques, d'être du côté des gros bataillons), et nous concluons Le premier imprimeur d'Anvers est Thierry Martens, et les deux premiers volumes imprimés dans cette grande ville datent du mois de mai 1476. Mathijs van der Goes serait alors le second imprimeur d'Anvers il débute en 1482, puis vient le célèbre Gérard de Leeu ou Gerardus Leonis, l'imprimeur de Gouda en 1477, et son frère Nicolas ou d'Anvers en Claes, qu'il associe à son établissement 1487; puis viennent encore, au XVe siècle, Godfrid Adriaen Van Liesveldt, W. Vorsterman, Back, qui fonde au xve siècle un établissement qui devient très-importantau XVIe; Henri Eckert, van Homberch, Nicolas de Graeve, etc. Bien qu'il nous soit interdit de suivre les dévede la typographie à Anvers pendant les loppements siècles suivants, nous ne pouvons cependant pas nous abstenir de mentionner l'illustre famille des Plantin, qui jeta un si' vif éclat sur l'imprimerie d'Anvers au XVIe siècle. Christophe Plantin était Français; il de Tours, en 1514,et mourut en 1589 le naquit près premier livre imprimé par lui est daté de 1555, il est intit. La inslilvlione di vna fancivlla nata nobilmentc (par J. M. Bruto), trad. de langue toscane en françoise. Anvers, Chr. Plantin, 1555, in-12 de 60 ff. La même année il publie les Observations et des choses mémorables trouplusieurs singularité! vez en Grèce, Asie, Judée, etc., par Pierre Béton du Mans, pet. in-8, fig. en b. avec unejilanche pliée gr. en b. qui doit se trouver entre les p. 224 et 225. Ce livre serait peut-être le premier publié par Plantin. (Voy. Ann. l'tanlin-, p. 8 et 9.) Qu'on nous permette encore de citer, au moins comme imprimeurs d'ouvrages français, au xvi* s., Martin l'Empereur (Martinus Caesaris), et Jehan Steels. Nous avons passé sous silence l'étrange mémoire lu à l'Académie de Bruxelles en 1777 par un savant du nom de Jean des Roches, qui prétend faire re-' monter à 1442 l'introduction de la typographie à Anvers; l'abbé I. Ghesquière en fit bonne et prompte justice. (Voy. Esprit des journaux, 1779-1780, sur la singulière polémique qui s'engagea à ce sujet.) ANXA, CALLIPOLIS [Sil. Ital.], KaXXÎ7io).t; ville de l'anc. Grande le roy. d'Italie (Terre

Gallipoli, [Steph.], Grèce, auj. dans d'Otrante).

Anxanum,Lanciano, ville d'Italie (Abruzze citér.).
OSSOLDUNUM, Exoldunum, ANXELLODUNUM, ville de France Ysolbunum, Issoiidun, (Indre). Nous ne connaissons pas de livre imprimé dans cette ville avant le commencement de ce siècle. de Anxia, ville la Basilicate. Anxur Lucanie, auj. Anzi, dans

[Plin. m], TaiÙiacel-e, Tappaxivai Tarracina ad Att.], [Ptol.J, [Cic. Epist. ville des TapjouKwi [Strab.], Volsques, le Latium, dans Terracina, dans auj. les États Pontificaux, pr. de Frosinone. île des côtes d'Ionie, auj. Sycussa.

Anydros, Aous [T. [Strab.], d'Albanie,

Liv. JExs Aîa; xxxii], [Plin.], la Vyossa ou Vojuzza, fleuve au N.-E. de Janina. passe Apajii*, ApaNiNes [Itin. Anton.],

Apamia,

79

APANUM.

AQUA CAL1DA.

80

APAMICENSIS TOLOSATE, suB Pamiers, ville de France (Ariége). Nous connaissonsune pièce imprimée dans cette ville en 1668,ou tout au moins portant Pamiers commelieu d'impression Sentence d'excommunication contre trois Jésuistes du collégede Pamiés. APamiés,de l'imprimerie épiscopale, évrier 1668, p. in-4. f U Le Rapport Sartines (1764)cite un imprimeur de Jean-FlorentBaour,pourvu par arrêt du Pamiers, 12 mai 1759. Apanum, voy. Aponum. Apenesm:, ville de l'Apulie Daunienne, auj. Vicsti, dans l'anc. roy. de Naples (Capitanate). APENNINI APENNINUS, JUGA, 'Atts'vviVOV ôpo;, les Apennins, montagnes d'Italie. Apenroa, Apenrade, ville du Danemark, sur le Petit Belt (Sleswig). Aperiascio, Eperle, Eperiesinum, Eperies, pet.,ville de Hongrie, sur la Theiss. Pyren^; APHRODISIUM, Promontorium, tô riic nuprôui; âxpov [Strab.] PROMONTOiuum Crucis, Cap de Creus, Cabo de Cruz, promontoire de Catalogne. Apia TELLUS, nom primitif du Péloponnèse. Apiarium, Bejar, bourg d'Espagne (roy. 0 de Murcie). Apidanus, 'AmSavo'î [Thucyd.], l'Epideno, riv. de Thessalie, affl. du Pénée, auj. Salabrias. Apollinares Aqu.e [Tab. Peut.], établissement d'eaux minérales en Etrurie, au N.-O. de Caere, dont il existe des Itinéraires, fort importants au point de vue géographique. Apollonia AVLONA, VOy. Valona. ` A APOLLONIAD MARE Hadriaticum [Tit. Liv. in Sylla], ville de Cic], 'ATtoXXuvîa [Plut. l'Illyrie grecque, auj. Pirgo, en Albanie. Apollonia Crem: [Steph.], ELEUTHERA [Dio Cass.], Aoros,- ville de l'ile de Crète, auj. èortynal?.). Apollonia Sozopolis, ane. ville de Thrace, auj. Sizeboli, dans la Roumélie. Aponum, Aponus, Apanum, Abano, ville de la Vénétie, près Padoue ses eaux minérales étaiejit connues des anciens sous les noms d'ApoNi Fons, Aqu* PAc'est la patrie de Tite-Live. tavinjE Apostolorum PORTA, APOSTOLORUM. Mons, Postelberg, bourg de Bohème. Appianum, Albiano, bourg du Tyrol. APRARICIA [monn. mér.], Aprey (?) village de Bourgogne (Haute-Marne).

Apriancum, Abrianecum [monn. mér.], Chewy, village de France (Seine-etMarne), suiv. Valois et Lelewel. = Chabrignac, village de la Corrèze, suiv. Deloche. = Plusieurs autres localités en France portent le nom de Chevry. Aprilianum, Aprigliano, pet. ville de l'anc. roy. de Naples. Aprqionasterium, Novientium, Ebersheimmùnster, village et anc. abb. en Alsace, près Schélestadt (Bas-Rhin). APRUSA, riv. de l'Ombrie, auj. l'Avesa, dans la Romagne. Apru'tium [Plin.], Apruntum, Abruzzo, province de l'anc. roy. de Naples; forme l'Abruzze ultérieure et citérieure. Apsorus [Itin. Anton:] "A^oppoî [Ptol.], Ausara, Osero, île de l'Adriatique, sur la côte d'Illyrie. Apsus [Cses.], "AiJ/o;Plut.l, Chrevasta, riv. [ de l'Illyrie grecque (Albanie). Apta Julia [Plin.], Apta [Sidon. Ed.], Civitas APTENSIUM [Not. Provinc.j, Apta ville VULGIENTIUM, des Yulgientes dans la Gaule Narbonnaise, auj. Apt, ville de France (Vaucluse).. s Impr. en 1682, uiv. M.Ternaux La vie desaint Castor, évêqued'Apt, par SI. de Saint-Quentiu. Apt, 1682,in-12. APTERA,"AiTTEpœ [Strab.], Apteron [Plin.], 'Airrepîa [Ptol.], ville de l'ouest de l'île de Crète, auj. Palœocastro, fort de l'île de Candie. Apua, ville des Apuani Ligures, sur la Macra; depuis Pons TREMULus, auj. Pontremoli, dans le N. de la Toscane. APUDindaginem Marchionis, Grossenhayn, ville de Saxe [Graësse]. Apuua [Caes., Cic., Liv., etc.], 'ArauXîa [Strab.], au moy. âge, la Pouille, prov. de l'anc. roy. de Naples, qui se subdivise ainsi Apulia Dauniorum [Plin.], ou Daunias [Horat.], la Capitanate avec un canton de la Basilicate. = Apulia MESsapia, la Terre d'Otrante. = Apullv Pencetia, la Terne de Bari, avec une portion de la Basilicate. Apulum, voy. ALBACarolina. AQUA BELLA, AQUA PULCHRA,Aiguebelle, pet. ville de Savoie, auj. dép. de la Haute-Savoie. Aq uaburgum Aqu..eburgum Wasserburg, pet. ville de Bavière. AquaCauda, voy. AQUASparsa.

8d
AQUA bourg

AQUA PUTA.
Parisiaco, Puta, 'in pago de France (Seine). Puteaiuc,

AQU/Ë CALID/E.

82

AQUA Sparsa, AQUA Calida, Aqu*: Spars. Aigue-Pevse, pet. ville de France (Puy= Bourg du Beaujolais, de-Dôme). près Mâcon (Saône-et-Loire). AQUA Viva, doc près plusieurs Ax, Aqujî, (Ariége). Aqu*, Badena, Baden, ville du LangueAigue-Vive, bourg Nîmes (Gard). Il y a en France localités du même nom. pet. ville du pays de Foix

Civitas Aurélia Aquensis, de Baden. du grand-duché L'imprimeur René Beck, fuyant la peste de Strasbourg, se réfugia dans cette ville en 1510, et y transil y imprima sous la date de porta son matériel 1511 DER MARGGRAFFSCHAFFT Baden Slalulcn in testamenten, und Ordeminnen Erbfellen und A la fin Gedriickt und voleiidet vormundscliafften. in der Loblichen statt Jladen durch BeitUiarteu Jieclcen Jlurger zu Slraszburg, off vnser IAebcti Anno Dfii. m. ccccc. xj. fraiven abent pres'entatiOis. in-fol. de 18 ff. écrit en allemand, par Udalric Zazius. La même année il imprima une pièce de Jean de Motis, intit.: mulierum in virns Apologia in-fi de 18 ff., en lettres rondes, dont la probrosos, est à noter Bxcussum iu Thermis souscription llccl: Antlioninis oppidi Badensis per Benatum cinem argentinen. Anno M. D. XI. iïono kal. januarii, quàto pestis prêter solitam crudelitatem Argentorati incrudescebat. On ne sait trop pourquoi le judicieux Panzer a donné Strasbourg comme lieu d'impression à cet ouvrage. Aqu*, AqujE VOy. AQUISGRANUM. ALLOBROGUM, VOy. AqUjE Gratian.4î. Aqus.

AQUiE APOLLINIS, Aqujë APONI, voy.

VOy.

APOLLINARES

APONUM.

"ïSara AQU.1E AUGUSTE, Aù-yoûaTa [Ptol.], AqUjë Tarbellic^î AQUENSIS [Ant. Itln\], CIVITAS [Not. Gall.],anc. desTarcap. dans la Novempopulanie, belli, auj. ville de France Dax, (Landes). Quelvoient dans ce nom auteurs ques Sanson Tarbellicœ, d'Aquce Rayonne; entre à d'Abbeville, autres, qui donne Dax le nom de TASTA Datiorum. en 1747, suiv. M. Ternaux Dufau. Imprimerie Observations sur la nature des eaux thermales de Tersis. Dax, 1747, in-12. Mais l'imprimerie remonte fait à M. de certainement plus haut, car le rapport Sartines en ,176îi, en donnant le nom dé l'unique de la ville, Roger Le Clercq, qui posséimprimeur dait trois presses, dit que la famille des Le Clercq exerçait la typographie dans la ville de Dax depuis un temps reculé. localité de Aqu* Baliss* [Itin. Anton.], la Pannonie supérieure, auj. Selle, pet. ville de Hongrie, entre la Drave et la Save. AqUje Bell.e, voy. AQUA BELLA.

Aqu.b BELLICUS,Wasserbillich, bourg de Belgique (Luxembourg). Aqu. Bigerronum, Vicus Aquensis, Bagnères de Bigorre, sur l'Adour, ville de France (Hautes-Pyrénées). Aqu/ë Bilbitanohum [Itin. Anton. |, Aqimï Bilbilitan.e, ville de l'Espagne Tarraconaise, auj. Alhama ou los Banos de Alhama, pet. ville d'Aragon. Aqu.'E Bon* Bonn, lieu de bains, en Suisse, dans le canton de Fri bourg. = Les Eaux-Bonnes bourg de France = Aiguës-Bonnes (Basses-Pyrénées). village de France (Landes). = .Eaubonne, village de l'Ile-de-France (Seineet-Oise). Aqu.-ë Borbonl-ë, Aqu.* Borbonic^e, Burbo Burbonium Arcimbaldi, Arciiembalm ville des Bituriges Cubi, dans l'Aquitaine première, auj. Bourbon-V Archumbault, ville de France (Allier). Laville est dominée par l'anc. château des sires de Bourbon. Aqimï Borvonis, Aou.fi Bohmonis, villé des Sequani, dans la Gaule Belgique, auj. Bourbonne-les-Bains, ville de France (Haute-Marne). Aqu* Calentes, Chaudes-Aigues, ville et lieu de bains de France (Cantal). Aqu*: CalidjE, Aigues-Cltaudes, bourg de France (Basses-Pyrénées). Aqu.e Calidje, Archessa, bourg et sources thermales d'Espagne, dans le roy. de Valence. Aqu/e Çalid* Bagni di Ballicano, bourg des États Pontiticaux, près Viterbe. Aou.fi Calidje, Bagnols, village du Languedoc (Gard). Aqu* Calim:, Aquje Solis [[tin. Anton.], TransductoAqu. Caud^î Belgarum nuM,BATnoNiA [Ccllar.], Bath, ville de bains, en Angleterre (Somersetshire). Nousne connaissons pas de livre imprimé dans cetteville avantl'année1702 M.Cotton(Suppl.)cite Jardine's Discourses, sans indication de format ni d'imprimeur.Voiciun rare volumeimprimédans cette ville un peu plus tard: Merryland described, containing a lopographical, geographical and natural llistory ofthat country. Bath,1741,J in-8. Aqu.e Calidje, Vichium, ville des Arverni, dans l'Aquitaine, auj. 'Vichy, ville de France (Allier). AQux Calid. "ïS'aT».6epu.â [Ptol.], Aqu.-e Vocoxuï [Itin. Anton.], Bannolia, ville de l'Espagne Tarraconaise, auj. Jtoinolas, en Catalogne.

83

AQIL-E CAROLINE.

A.QVJE SEXTILE.

84

en AqUjE Carolin.e, Çarlsbaden, ville de [Ccllar.], VISBADA, ville des Mattiaci, dans le Bohème, sur la Toppel. Germanie, Wiesbaden, auj. de Nassau. grand-duché Aqu.« Cilikorum, Auria, Aqu.-e Celeni/e ville de Aot'iE [Itin. Anton.], ville des Cileni dans Mortiuî, Aigites-Movtes France l'Espagne Tarraconaise, auj. Caldas de (Gard). thermales de M. Ternaux cite un livre imprimé dans cette ville Rey, ville et sources en 1608 L'Idolâtrie papistique en réponse à l'idoGalice. lâtrie llansilion. par Jean Aigueshuguenote, CONSERANUM. Mortes, 1608, in-8. Mais il v a tout lieu de croire que A.QVJE CoNSORANNORUM, VOy.

Côsvenarum [Anton. Itin.], TnERM.fi A.QVM ÛNESLE, Ta tûv 'OvTioiuvOôpaâ [Strab.], ville des Convenus, dans la Gaule Aquitaine, auj., Bàgnères de Ludion, ville de France (Haute-Garonne). Aqvm Dur. Italica, Akaladel Rio, bourg d'Espagne (Andalousie). Aqu.-e Flavl-e [Inscr. ap. Grut.], Chav. Chiavés, ville et évèehé de Portugal (Tras os Montes). Aqu*: Fondus, Aigue-Fonde, bourg du haut Languedoc, près Castres (Tarn). Aqu^e GRjVDAT.fi, Laguna di Grao, ville du Frioul. Aqim: Grani, voy. AQUISGranum. AqUjE Gratianjï, Sabaudicjî, Allobrogum, Aix, Aix-les-Bains, ville de l'anc. Savoie, près de Chambéry (dép. de la Savoie). > Aqu.« Helveticje, Aqvm Verbigenjë, AD Aquas HELVETIAS,VICUS Thermarum, BaDA THERMjE HeLVETIORUM, ÏHERMOPOLIS, Badena, Badenia, Baden, HELVETIORUM, ville et sources thermales" de Suisse, dans le' canton d'Argovie, sur la Limmat. Aqim: Junctjë, Ayguejuntes village, du Languedoc (Haute-Garonne). ad Aquje LABOD.fi, Aquas LABODES, acca, S pet. ville de Sicile. "ïJaTa AiuiTa'va [Ptol.], AQILE Lentinam, Sardara, pet. ville de l'île de Sardaigne. Aquje Lupi^e, AQU.«LUPiE, Guadalupe, bourg d'Espagne, dans la Nouvelle-Castille, célèbre par son église dédiée à NotreDame. Aqu^e Luvienses Tungrorum, Aqu.iî Spadan^e, Spa, ville de Belgique, dans la prov. de Liège. M. Cotton (Suppl.)prétend que l'imprimerie ré~moineen cette ville à l'année 1689, et M. Gothier, libraire de Liège, nous écrit qu'elle ne date que de 18Û1. 1a sans doute voulu dire 17M,car nous 1 connaissons M. ïernaux cite Dissertation inauet sur les eaux de Spa, par de Presseux gurale Spa, 17A9, in-a. A.QVM MattiacvE [Am. Marc], Mattiaci Fontes [Plin.], Thermo Wisbadenses

le nom du lieu d'impression que lc nom de l'auteur. Aqu.b NerÎe, de France Aqu.e Nisineu, Nereenses, (Allier). voy.

est supposé aussi bien Névis, pet. ville

Borbonium Caldas

Anselmium.

Aou.fi Origines, ville et eaux lice).

Orenses, thermales

d'Orense, d'Espagne (Ga-

AQUiE PANNONICiE, de la Pannonie sur le Schwôchat, Aou.fi Parisiorum,

TllERMiE AuSTRIACiE, ville supérieure, auj. Baden, en Autriche. voy. Balneoletuii.

AQU.E Patavinj:, AQUiE Plumbarus, (Vosges). Aqujî auj. AoUiE Aqu,e

VOy. APONUM. Plombiéres, ville de Fr.

ville de la Tarraconaise, QuintiaNjE, ville d'Espagne, Saria, près Oviedo. pet. ville de Suisse

Régime, Eç/ere, de Zug). (Canton

Rube*, ou Ruffach (Haut-Rhin). Sabaudim, SaxonicjE, Segestjî, SentianvE,

Rubeacum, Rouffach, pet. voy. voy. Aou.fi Acona.

ROUFFACUM, ville de Fr. Gratian'jE.

Aqujî Aqujs AqUjE AQUi

VOy. Ferrarle. voy. Lucus

AUGUSTI. xxxi], Aquen[Inscr. capit. lui a CIVITAS

Aqu.e Sexti/E ni, Liv., Plin., [Flor. "ïJaTa Ta ïs'^Tia [Strab.], Colonia SIS, CoL. JUL. Auh. Aquis SEXTIIS anc. Grut.], Aix, ville de France, de la Province ce qui romaine, valu aussi le nom de Metropolis conciles Aquensis, archevêché

(Bouches-du-Rhone). remonte en cette ville au milieu L'imprimerie du xvie s. le plus ancien livre que nous condes naissions est intitulé ïieiglcment advocats, et greffiers et des troubles de cour procureurs et autres avec deux arrests ordonnances, par François Guérin; à Aix, Vas Cavallis, 1552, in-8, sans nom d'imprimeur, mais probablement exécuté par Pierre liest ou Roux, pour le libraire Vas Cavallis ou plutôt Cavallier. 11 peut cependant exister quelques ouvrages imà cette date primés dans cette ville antérieurement de 1552; car des privilèges sont accordés en 1539 et 1545 aux libraires d'Aix, par François ler qui, quelavait donné à Antoine ques années auparavant, à Lyon, la permission Vincent, pour imprimeur trois ans (1536-1539) d'imprimer les ordonnances du pays de Provence.

.) 85

AQUvE S1CCVË.

AQUILA IN VESTINIS.

8G

Ce serait donc à cette date de 1539 qu'il faudrait faire remonter l'introduction de la typographie à Aix, si quelques faits ne venaient malencontreusement s'opposer à cette conjecture en 1547, le chapitre d'Arles, par acte notarié, autorise le libraire Vas Cavallier, d'Aix, à publier une nouvelle édition du llrèviairc de son église, ce qui est d'autant plus remarquable que la première édition de ce Bréviaire avait été imprimée à Arles même en 1501. Mais le libraire d'Aix charge de l'impression un imprimeur de Lyon, Tlùhaud Payen, qui publie l'ouvrage en Lugcluni excudebat 1549, avec cette souscription TU. J'agar.us, oenundantur Aquis, in Palatio regali per Vas Cavallis bibliopolam. Ainsi Vas Cavallier n'avait pas encore à cette époet trèsque monté d'établissement typographique; le livre que nous citons, à la date de probablement été imprimé par lui, bien que sa 1552, n'a point souscription puisse le laisser croire. dans son livre sur l'imprimerie M. llenricy, en de la tyProvence, n'admet pas que l'introduction à Aix puisse remonter pographie plus haut que 1574, et il soutient qu'en cette année seulement les de la ville, ayant voté les fonds nécesmagistrats saires à l'établissement d'une firent imprimerie, venir d'Avignon, pour la diriger, Pierre Rest, qui déjà exerçait cet art dans cette dernière ville. Les imprimeurs du XVIe siècle que l'on peut citer à la suite de Vas Cavallier et de Pierre Rest ou Houx, d'Avignon, sont Jean Tholozan, Nicolas Piltehottc et et Estienne Roize, qui prennent le Jean-Baptiste titre de Regiœ Uniuersitalis ordinarU typograplii. Au xviie siècle, Eslienne David s'intitule Imprimeur du Roy et de la ville.

nunc Dei munere copia est, qui cuncta dliponit pro site voluntalisarbilrio. Amen. La Sema Santander donne ce livre comme imprimé a Alba,et nous, commeGottlried Reichhart, nous disons seulement il a dû Sire Imprimé il Acqui ou à Alba, mais plus probablement dans la première de ces villes. Aqu.-eSuesan.* ou Mons Draconis, Mondrai/one, bourg d'Italie (anc. roy. de Naples). Auguste. Aqu/E Tarbeluce, voy. AQU:E AQU.ETarin*, Acula, Acquapcnclente, pet. ville d'Italie (Etats du Pape). Aqvm Veubigenjî, voy. Aqimï Helvetice. Aouje Veteres, Oudeiuater, sur l'Yssel, ville de Hollande (prov. d'Utrécht). Aquje Viv«, Aigues-Vives, bourg de Fr. (Var). o AQU.t VocONIjE,VOCOXISn YOCONTIS (Ausona.?), station des Itin. des AquœApolville et eaux therlinares, Yich, pet. males, en Espagne (Catalogne). Queques géographes croient que Vich n'est autre chose que l'anc ville d'AusoNA. Aou.* VocoNLfiInmgetum, Caldiis de Malavella pet. ville d'Espagne- (Catalogne). AQUjE VOI.ATERNiE, Voi.ATERlljE. VOy. AQUALATUM, Ygualada, bourg d'Espagne (Catalogne). Aquaria, Yvoire, bourg de Savoie (Chablais). Aquensis VICUS,Voy. Aqu. Bigerronum. Aquianum, Evicm, bourg de Savoie, près du lac de Genève. AQUIFLAVIA, VOy. AQUjEFtAVlJE. Aquifolietum, la Iloussaye, village de Fr. (Oise). AQUILA An AQUILAS, Aigle, pet. ville de V France'(Eure). Aquila, ALA, Aelett, pet. ville. de Suisse (canton de Berne). IN AQUILA Vestinis [Martyr. Rom.], AquiLIA,Avella, Avia [Cluv.], Aquila, ville de l'anc, roy. de Naples, ch.-lieu de l'Abruzze ultérieure lie, fondée en 1240. città (Pu fabbricata dalle delle d'Atniterno, e di Forconio.) L'imprimerie fut importée dans cette ville par l'Allemand Adamde Hotwil,qui venait de Venise,où il avait imprimé depuis ÎU'ÎG 1 jusqu'en 1Ù80. 1 imen 1482 prima à Aquila vite plusieurs ouvrages 1. Plutarco degi iniperatori traducte de lat. in volgare, pe.r liapt. Aless. Jaconello de Hiete. Stamp. per Maestro Adamde Rotuvil, Alamano stampatore excellente. xvi de septemb. m.cccc. lxxxii, in-fol. 2. Jacobi de Jlangio. Tractât, de censuris et I pœnis ecclesiaslicis. n-fol.

Aqu.e Siccjë, dans la Gaule Narbonnaise, auj. Seyches, bourg de France (Lot-etGaronne).
Aqu»: Aqu.-e Aqujë Solis, SpadanjEj Spars*, voy. Aqu.« voy. voy. Calidje. LUVIENSES. Aqu.-e

AQUA SPARSA.

Aqu/ë Sparsjs Petkocoriorum, AiguesPerses, village de France (HauteVienne). Aqua: Statiell.-e Aqu* Staxxxi], [Plin. tiellorum Aqu^e [Plin. m], Stellatjï, ville des Statielli, dans la Ligurie, auj. ville du sur la Acqui, roy. d'Italie, au S.-O. d'Alexandrie. Bormia, Panzer cite comme imprimée à Acqui, en 1493, une édition rare de la grammaire d'Alexandre de Villedieu, intitulée Opus Atexandri grammatici pro erudilione pueromim. A la fin Doctrinale Alexandri Galli, vulgo de Villa Dei, nrammatici, féliciter Anno Domini, U93, sans indication de expticit. lieu ni de nom d'imprimeur, 30 (T.; imprimée à Acqui ou à Alba, dit llain, qui décrit, sans avoirvu la seconde, deux éditions à peu près identiques, mais dont la première est sans date. La souscription de la première édition est assez curieuse pour mériter d'être reproduite Jmpressum sat incommode, cum aliquarum rerum, quœ ad hanc artem pertinent, impressori copia fieri non potuerit, in hiijus artis initia poste Genuae, Ast, alibique militante. Emendavil autem hoc ipsum opus Vcnturmus grammaticus ita diligenter, ut prior, eximius, cum antea doctrinale lit pleparum emendatum risque locis librariorum vilio esse vidcrelnr, nunc iltius cura et diligenlia adldl/ita in manus Iwmirtum quam emendatissimum veniat. Imprimentur autem et posllinc libri allerius gencris litteris, nain et fabri et aliarum reelcgantcr arbitror, rum, quarum hactenus prornptor indigus fuit, illi

87

AQUILANA PROVINCIA.

ARA C.ESAR1S.

88

3. Jacobi de Pangio lo Septenario. In-ft. di San Jsidoro Menore. In-4, etc. U, Chronica Un fait à noter, c'est que quelques-uns des rares exemplaires qui sont arrivés jusqu'à nous de cette première partie des Vies de Plutarque, impr. à Aquila en 1482, portent 'par erreur le chiffre de 1472, qui fut évidemment corrigé pendant le tirage de l'édition. Aquilana Provincia, de l'anc. de roy. Aquilaria, Aguilar ville d'Espagne VAbruzze Naples. de la Profitera, pet. ultér., pr.

(Andalousie). del Campo, Aguilar (Haute-Castille).

AQUILARJA Campestris, pet. ville d'Espagne Aquilegia, Aquileja LEJA voy. Ala. Amm. Latina

AquiMarc, etc.], i 'AxuXnîa [Liv.J, des cap. des Carni, puis Gaule transpadane, auj. dans le Frioul Aglar ou Aquileja, de Trieste). (gouvern. nic. Catherinot et Prosper Marchand ont prétendu avait existé ^lans cette ville au que l'imprimerie xve siècle mais le comte Bartolini (Tipogr. del Friuli, p. 38 et suiv.) a vertement relevé ces allégations téméraires, Catherinot, qui composait sesélumais o de cubrations sans preuves ni documents, seule ntémoire, p a pris le célèbre Missale Aquià Augsbourg en f494 par Erh. lejensis Ectlesié impr. Katdolt, pour un produit des presses imaginaires et le second a tout simplement confondu d'Aquilée Aquila, ville du pays napolitain, avec Aquileja, ville du Frioul. Mercier de Saint-Léger avait déjà relevé cette seconde erreur dans son Suppléments à l'Hist. de f Imprimerie. [Plin. Colonia anc. [Strab.], dans la Veneti, ville Aqùilonia x], 'AjauiXoms. [Ptol.], [Liv. des Hirpins, auj. la Cedogna, bourg de l'anc. roy. de Naples (Princip. ultér.). Acincum [Tab. Petit.], [Anton. ACINCUS [Sid. Apollin.], Hin.J, 'Axoiiï-vxov AD Herculem CASTRA, CASTRA [Ptol.], Buda Herculis, VETUS, ville de la Pannonie sur le Danube, inférieure, auj. Bude (en allem. Ofen, en hongr. Budin), du royaume de Hongrie, capitale séparée de Pesth par le Danube. L'imprimerie parait dater dans cette grande ville de W73; le roi iVlathias Corvin, qui « volea della Pannonia una llalia novella, à la reformare Taddeo Ugoleto, qu'il quête d'un savant italien, s'était attaché, fit venir (probablement de Parme) Andrea Hess, qui enrichit du produit l'imprimeur de ses presses l'admirable bibliothèque que le grand roi avait déjà réunie à Bude. Le premier livre imprimé par lui est probablement Chronica ab origine ad coronalioflungarorum nem Regis Hathiœ. A la un Finila Bucle anno. J)ni M. cccc. Lxxm, in vigilia Penthecosles per Andreàm //ess, in-fol. Ce livre est d'une excessivé rareté. Un autre ouvrage, sans date, mais qui parait être aussi ancien que cette chronique, est celui-ci Libellus Basilii magni de legendis poetis, cum Lconardi Arelini. A la fin Sic finis prœfalione Libelli Hasilii est, p. A. H. Bude; et à la suite de cet Sans date, Apologia Socratis incipit. opuscule pet. in-û, sans ch., réel, ni sig. 20 II. à 24 longues lignes à la liage. Aquincum

Nousne connaissons as d'autres livres portant le p nomde cet imprimeur, AndréHess,qu'il faut peutêtre lire Andreas de liassia. Aqukiacum, Aquigny, bourg de Normandie (Eure). Aquinum [Plin., Cic], Aquinium, Aquino,village de l'anc. roy. de Naplcs, dans la Terre de Labour, près du mont Cassin c'est la patrie de saint Thomas. = Un autre bourg du même nom dans le pays des Volsques, au Latium c'est la patrie de Juvénal. Anchin, village du Hainaut AouisctNCTUiM, français, près de Douai (Nord), anc. abb.'de Bénéd. établie dans une ile de la Scarpe. Aquisgranum [Itin. Anton.], Urbs AquenSIS, Veterra [Plol.], Aqujï Graniin TUNGRis [Clir. carlov.] Grania Villa [Charta Car. Calvi, a. 886], Aquis Granum PaLATiiiM[Capit. Car. C], Aoile, Aquis [Praecept. Car. m], en. all. Aachen, en. franc. Aix-la-Chapelle, ville. des Etats prussiens, sur le Rhin, fondée par le Romain Granus, l'an I23 de J.-C.; relevée par Charlemagne, dont la cathéle tomdrale, Ic Munster, renferme beau. C'està l'année 1591 que nous croyons pouvoir faire remonter la date fie l'introduction de la typographie dans cette ville; et nous pourrions citer trois ouvrages imprimésà cette date; en voici un Jacobus Hovthusius Antverpianvs Exemplaria siveformula: scripturce ornatioris xxxv. In quibus, prœler diversa lilterarum gênera, varii earumdem ductus, structura; et connexionestraduntur. Aquisgrani,1591,in-ft. L'un des premiers imprimeurs d'Aix-la-Chapelle s'appelait Johann Schwuartzenbach. Aquitama [Crcs., Mela, m], Aquitanica Provincia [Notit. Gall., Fredég.], GALLIA Aquitania [Plin.], l'une des quatre de la grandes divisions territoriales Gaule; divisée en trois provinces, Aquitania prima, secunda et tertia ou Novempopulania (César désigne cette dernière comme formant de son temps toute l'Aquitaine). Une partie de ces trois provinces a formé depuis le duché de Guienne; elles comprenaient, après César, toute la partie du S.-O. de la France, depuis l'Auvergne et la Saintonge au N., jusqu'aux Pyrénées auS. Aquitanicus Oceanus, le Golfe de Gascogne. AQUULA, voy. AQUILA. ARA BACCHI,ArjE Bacchi, Baccdaracum, Bacharach, pet. ville sur le Rhin, près Coblentz. AraCjEsaris, dans la Gaule cisalpine, auj. Arsago, pet. ville du Milanais.

89

ARA COELI.

ARAUSIO.

90

ARA Cœu, Aracillum, Araquil, pet. ville d'Espagne (Aragon). Ara Lapidea, Pechlar, pet. ville d'Autriche. Ara Ubiorum, voy. Bonna ad Rhenu.m. Ahabo [Ptol.], Rabus [Coll.], Aqua Nigra [Jornand.], Rhaba, la Raab; riv. de Hongrie, affl. du Danube. Arabonensis Ou Jauriensis Comitatus, le Comitat de Raab, en Hongrie. Arabone [Eginh. Arabonia, Arrabo, Jauri.xum, Rhaba, Raab (en chron.], Gyor-ben ou Javahongr. Nagy-gior, rin), ville de Hongrie, située au confluent de la Raab et du Danube. Le DrCotton date l'introd. de l'imprimerie dans cette ville de 1805,mais M. Cotton (Suppl.) nous donne1728commel'année à laquelle il peut faire remonter l'imprimerie. Arabuica, ville de l'anc. Lusitanie, auj. Aravida, dans le Portugal, au S. de' Coïmbrc. Araciitiius, 'Apâ-90-;[Ptol., Strab.], fleuve d'Épire, auj. Vouropotami. ARACILLUM, voy. Ara Cœli. Aracosia, Arcus, Arcos, pet. ville d'Andalousie, sur le Guadalete. Aradiensis, Orodiensis Comitatus (en ail. Die 'arader Gespannschaft), le Comitat Altd'Arad, en Hongrie, chef-lieu Arad. Abaducta, Amarante, bourg du Portugal (entre Minho et Duero). Ar.* Flavu: [Tab. Théod.], Ba^ol «Xatûïoi [Ptol.], ville de Germanie. Plusieurs villes sont désignées par les géographes comme occupant cette localité; Rottweill, sur leiNeckar; Aurach [Cell.], près de Ulm, ou Nordlingen, en Bavière. Ar/ëgenus, voy. Argentonium. Arjegenus, Aregenus, Argences, village de France (Manche). Ar*Jovis, voy. ARANGUESIA. Ar^ë Solis, Cabo de Mongia, bourg d'Espagne, près du cap Finistère. Aragnum, Aernen, bourg de Suisse (Valais). Aragoxia, Celtiberia, Terra Iberja, V Aragon, prov. d'Espagne. Aragus, VArga, riv. d'Espagne, affl. de 0 l'Ébre. Aramoxœum, Aramons, Ar amont, pet. ville du Languedoc (Gard). L'imprimerieexistedanscette petite villèen 1034,

ainsi que nous le prouve un livre d'une certaine importance,que leManuel a dédaignécependant de signaler lo. 1). Plantavit de la Pause; clironicon l'rœsulum Loctovensium.Aramonaei,1634, in-ft. Ahanha Durh, Aranda de Duero, pet. ville d'Espagne (Haute-Castillc). Aranoa Iberi, Aranda de Ebro, bourg d'Aragon. Arakdis, Tubhes Vetehes, Torres Vedras, bourg de Portugal (Estramadure). Arjî Sovis,' Aranjuez, ville Aranguesia, d'Espagne (Nouv.-Castille). Imprimerie en 1793 (Suppl. au Typogr. Gazelteer). Arania, l'Ile d'Aran, sur la côte 0. de l'Ecosse. Arania Valus, le val d'Arran, dans les Pyrénées (Haute-Garonne). Aranuiï, Arunci, Aronches, bourg du Portugal (Alentejo). ARANYENSIS SEDES, le Siège d'Aranyas (Stuhl), enclave du pays des Szeklers, prov. de Transylvanie. Arar [Plin., Ces., etc.], ô "Apa?[Strab.], Araris [Virgil. Claud.], Sagona [Amm. Marc], Saugonna [Greg. Tur.] la Saône, riv. de France; prend sa source au pied du Mons VOGESUS Vosges), et se perd (les dans le Rhône à Lyon. Arassium, Arassi, bourg0 d'Italie (Prov. de Gènes). Araugia, Aravia, Arovia, Arovium, Aarau ou Arau, ville de la Confédération suisse, chef-lieu du canton d'Argovie, sur YAar (Arula). d Aarau,dansle canton d'Argovie, it M. Ternaux, possède une imprimeriedepuis 1796.On trouve indiquédans la Uibliotli.suisse de Maller Memoriatc exliibitum a D. Malapert, résidente hollandico Aarau,1672.Maisil parait que c'est une désignation fictive, car on ne trouve dans les registres dela ville aucune trace de l'existence de cette imprimerie. Araura [ltin. Anton.], ou plutôt Cessero [Plin. in.], IOrosp» [Ptol.], StiThiberii oppidum, S. Thiberi, pet. ville du Languedoc (Hérault), anc. abb. de SaintBenoît. Arauris [Mêla n, Plin.], 'Afaupw; [Ptol.], Rauraris [Strab. J, Arauharis, l'Hérault, fleuve de France, des Cévennes à la • Méditerranée. Arausio [Tab. Peut.], 'Afauoîuv [Ptol.] Arausio Secundanorum Colo.via [Plin. III], Civitas Ahausicobum [Notit. Gall.], Arausica, Arausicakum, Oragnia, ORANgia, ville des Cavares, dans la Gaule

<H

AIUUSIONJS CASTRUM.

ARC1A.

itt 2 1

Orange Narbonnaise,auj. (dép. des Bouches-du-Rhône). Nous ne connaissons pas de livrc imprimé dans cette ville qui remonte plus haut que 1573 Dialoet Huquœ Lutheranis gus quo milita cxpomtntur swimidla item scitn gonotis Gallis acciderunt consilia adjecta simt. Oragniœ, (ligna et salutaiïa de Monte, 1573, pet. in-8. excudebat Adamus Ce petit vol. est de Nicolas Barnaud ou Bernaud, suiv. Prosper Marchand et Allard, de Hugues Donneau, suiv. Cujas; enfin il est donné à Théod. de Bè/.e, par Adr. Baillet. Il fut traduit en français et imprimé à Basic, la même année, avec cette souscripiour du le dovziesme tion Achevé d'imprimer de la trahison. sixiesme mois d'après la tournée C'est-à-dire le 12 février, le mois de la trahison correspondant à août 1572. Auxviie siècle nous ne connaissons guèred'impriune mention, si ce n'est meur à Orange méritant Edouard Haban. Ahausionis Orianenburg, Aravia, Castkum, ville Araugia. Palogria, de en Grèce, sur Arausionexsis de Prusse. Burgus,

auj. Morée, comprenant les diocèses de Kynèthe et de Mantinèe.
Arcadius, Arcje riv. de Grèce, Arches, auj. Castrenses, pagne (Marne). Arc*: Eburovicum, Arcjî auj. zières Arce village Pons anc. Meuse, Carolopolis. laSpirnazza. de Cham·

voy.

Arcuatus. villa carlov., Méprès

Palatium, Arques, sur la village (Ardennes). Remenses, voy.

Arcego^na, l'Herzegawine (Eerzeli), partie de la Bosnie mérid. formant le pachalik de Mostar, nominativement soumis à la Porte. Arcella, Archelles, (Seine-Infér:). village de Normandie

voy.

ou Ahaxos, Cap Papa vis-à-vis Céfalonia. Arba [Plin.], A?-6e,île la côte dalmate. ARBACALA, (Murcic). ViUena,

Arcennum,Arcenum, Brecennum, BRACCIAnum, Bracciano, ville et anc. duché des États Pontificaux.
Andreas Phxus (Andréa Fei), qui se donne la qualification de typographes ducalis, exerça l'imprimerie dans cette ville de 1621 à 1648. Il venait de a Ctre florisRome, où son établissement continua de son matériel sant, pendant qu'une partie fonctionnait à Bracciano. Nous pensons que le sorti de ses presses est celui-ci: premier ouvrage et libertate Alexander Ambrosinus de immimitate ecclcsiaslica. Bracciani, per Andream Phœum, 1621, in-û. (Catal. Baluze.l A la même date nous connaissons encore Scudo di Christo overo di David. Bracciano, 1621, in-4. (Cat. Dubois, II, p. 35.) Et -au catal. Floncel (n° Il martirologio 5698), nous trouvons Ilomano, trad. del R. sec. la nuova forma del calendario, D. Itern. Rocca. Bracciano, Fei, 1021, in-4. dont le titre, donné par Fr. Un autre ouvrage, Zambrini, p. :«8, est rectifié par Haym, I, p. 173, est celui-ci tribuno dei VUa di Cola di Mémo scrilla in lingua volgare Romana Popolo romano, di quella clà tla Tommaso Forlifmcca scribasciiato. -Bracciano, per Andr. Fei, Stampatorem Ducalem, 162d, in-12. Réimp. par le même en 1031. Un ouvrage plus important est donné par le même années après Scheineri impr. quelques (Chr.) Rosa Ursina sine sol ex admirando et facularum macularum suarum ptiœnomeno uarius. Bracciani, in-fol. orné d'un très-beau portrait du duc 1626-30, de Bracciano, Paolo Jordano Ursino. ARCES AD akgustias Hellesponti les Dardanelles. (Sestos et

l'Adriatique, d'Espagne pet.

bourg

Arberga, AIILABURGUM, Arberg, de Berne). de Suisse (Canton

ville

Arboga, ville et port suédois, ARBOGIA, sur la pet. riv. du même nom. F Arbona, ARBOReux [Hin. Ant.], Arbon, ville de Suisse (Thurgovie), sur le lac de Constance.
Oristana ARBOREA, [Cluv.], ville de l'île de Sardaigne, ARBORELLA, (Rhône). Arbosia, ville Arbuda, forte Arbosium, de France Tininium, de Dalmatie. Arborosa, (Jura). ou Knin Arbois, Tinen, pet. ville YArbresle, bourg Oristagni, pet. sur la côte 0. de France

Arolsburgum, Arburgum, ville de Aarburg, suisse (Argovie).

la

Arol.e MONS, Confédération

Abydos),

Caletenses, Arquée, ARCA, ARGUA, Arcjï et CASTRUM Arciiarum, Arques, village anc. chat, de France (Seinc-Infér.). du Tatou, suiv. l'abbé C'est l'anc. capit. Cochet.

Archa, Ilerck, bourg de Belgique (prov. de Liège).
Fanum Archangelopolis, changeli, Arkhangel, (prov. Dwina). Arciiiacum, Archiac, ARS. Miciiaelis ville de Russie

Arca, la rivière d'Argués se jette dans la Manche, à Dieppe. 'Arcadia, Arcades, ARCADE [Tab. Peut.], Arcqdion, bourg de l'ile de Candie;¡ anc. abb.
Arcadia

bourg

de

France

(Charente-Inférieure). Arciile, voy. Arca. Archiniaco gieute, VILLA, Archignat Huriel village près voy. sur (Allier). la Ma-

Ptol.jj YArcadie, prov. du Péloponnèse,

[Virg^Plin^etc.jj

'ApxaSîa

[Strab.,

Arciiipe'lagus, ARCIA, Arcia

MARE Mgevu. Icaunam, Arcey-

AD Flumen

93

ARCIACA. sur- Yonne, village de France (Côted'Or) plusieurs localités portent ce nom en France.

ARDONEjË
Arcus, ARCUS, dans Arcus voy. l'Arc, Aracosia. riv. de Provence; Martigues. se

94

perd de

Ahciacas AktiaAhciaca, [monn. mérov.], CUM VILLA supek FLUVIUM ALBAM, ARCIIIAcum [Aimon. Arcui de S. Chr.], [Chr. Akciacensis Campania, Den.], Arcees, Arcie-sur-Aube des xiie et xme s.]. [Chr. ville de Arcis-sur-A.ube Champagne (Aube). Arciaca DE Bosco, anc. Bois d'Arcy, abb. d'Aug de village (Yonne). en BarFrance

de l'étang in Briage,

Saintonge Ancus Juliani, Arda

Archambray, (Charente-Inférieure). voy. Arcolium. voy. Ardra. pet.

bourg

Morinorum,

Ardaca, lande.

ARDACHA, Ardagh, Ardfeart ou

ville

d'Irville

Bourgogne,

ARDARTUM, d'Irlande.

Artfeart,

ARCICA ou Arcisa AD Albionem, Arc ville de rois, sur l'Aujon, pet. (Haute-Marne). ARCICA AD Tilam, Arc-sur-Tille, France (Côte-d'Or).

bourg

de

Civitas ville dn Ardea, Abdeatium, Ardée, anc. des Rutules, avec Latium, capit. des eaux Fontes minérales, sulphurati Ce n'est [Vitruv.l. aujourd'hui' qu'un de la Campagne de Rome. village Ardea, Dee. Ardee, bourg d'Irlande, sur la

ARcius, l'Arche, riv. de Savoie, affl. de l'Isère. Ahcobriga [Itih. Anton.], Abacosia, Arcos de la Frontera, ville d'Espagne (Andalousie). = Ariza, pet. ville d'Espagne (Aragon).
Ancus Arcolium, JULIANI, Areueil, bourg de l'lle-de-France, près Paris. a existé dans cette Une imprimerie clandestine .localité au xyme siècle. En 1756 elle fut découverte et saisie, les imprimeurs arrêtés et condamnés. [Lottin, II, p. 92.]

ARDEA, Ardes, bourg d'Auvergne (Puy0 de-Dôme). Ardea ou Ardurus, YArdée,riv. de Normandie se perd dans les sables du mont Saint-Michel.
Ardelica, voy. PESCARIA. village de Normandie se Ardena, YArdeine, (Calvados). Ardesca, jette

Arcon, ARCONUM, bourg de Franche-Comté (Doubs).
ARCTAUNUM FRANCORUM, Ortenburg? pet. ville d'Allemagne (Hesse-Darmstadt). C'est au Dr Cotton que nous empruntons le renUne traduction en vers latins seignement qui suit du petit poème écossais du capit. Alexander Montgoméry, tlie l'ium and the Cherry (la Prune et la Cerise), fut imprimée dans cette ville en 1631, a typis Fleisclimannianis. Un exemplaire de ce rare volume existerait à Dublin dans la bibl. de lord Cliarlemont. ARCTOPOLIS, voy. BERNA. Bjorneborg, URSOd'An-

riv. YArde'che, dans le Rhône.

de France,

qui

ARCTOPOLIS, Ursor*u5I CASTRUM, ville de Russie (Finlande). ARCTOPOLIS

POLIS, Bernburg, halt-Bernburg, Arcua, voy.

AD SALAM, Bernburgum, ville du duché sur la Saale. Arca.

Hardervicum ARDEVICUM, Harderovicum ville de Hollande [Cluv.], Harderwyck, (Gueldre). L'imprimerie parait avoir existé dans cette ville en 1613. MM. Ternaux et Cotton citent une traduction des Lambellts articles imprimée sous la date de 1513 (pour 1613), par Thomas Henricus. Nous trouvons au Catal. des Livres qui in Bibliopolio Danielis Elzevirii vénales extant (Amst.,167ft|, un volume in-4, de J. Isaac Pontanus, intit. Originum Francicarum lib. yi, imprimédans cette même mais lecatal. dressé ^ville en 1616 par Th. lieinrick; après la mort de Daniel Elzevir, arrivée lc U août 1681, donne le même livre avec la date de 1656. La première nous parait devoir être acceptée pour bonne, car la plupart des ouvrages d'Isaac Pontanus sont de ce temps, 161!i-163ti. Dans ce même catal. de D. Elzevir de 1681, nous avons encore Joan. Urbani Tapcinoplirosines. Hardervici, 1616, in-8. Ardiensium Burgus, Suisse (Valais). Ardon, bourg 0 de

Arcum, Arco (en all. Boden), sur la riv. Sarca, pet. ville du Tyrol, près de Trente et du lac de Constance..
Van Praët cite un livre imprimé dans cette petite localité en 1584, dont un exemplaire sur vélin existait de son temps à la Bibliothèque impériale de il avait été acquis à la vente Maccarthy Paris et quas ilwesliluras voPrivilégia et diplomata tant. Olim contilibus De Arce irrogàta, Opéra Ambrosii Franci et tenebris propemodum cruta cl Arci excussa (1584), pet. in-fol. de 25 ff.

ARMAArdimacha, Ardmacha, Armaciia, évèché et comté canum, Armagh, ville, d'Irlande (Ulster).. Le Suppl. au Typogr. Gazrtteer nous donne comme imprimeur dans cette ville William Dickie en 1751, et T. Walsh en 1786. Ardone.e

Peut.,

Herhonia HEIUwL~ ltiri. [Liv. xxv], xxv], ville des Hirpins, dans

Itin. Anton.], KEpoV/io. [Strab.l,
\EpJWa 'Lpâw:x YApulia (l'tol. [Ptol.j, Baunia,

[Liv.

xxi v]

Erdonlb

[Tab.

95

ARDRA.
lit Cedogna, dans la Principauté auj. suiv. et Ardona, ultér., Cluvier, bourg de la Basilicate, suiv. Cellarius.

ARENACUM.
AREDVNOVICVS [monn. du bourg dep. des M. de Barthélemy. AREFLUCTUS, Harflevium, ville et port Harfleur, Inférieure). mérov.], Deux-Sèvres,

96
Ardin, suiv.

ARDA Morinorum, Ardha, Ardre Ardr.«, Ardrat siom, Ardretium, (xiie s.), Ardres, ville de France (Pas-de-Calais). Ardrosa, (comté Ardrosen, d'Ayr). bourg pet. ville la Meuse. d'Écosse

Harflorium, de France (Seine-

Ardenne, Arduenna, de Belgique, sur Arduenna

et anc.

abb.

Aregalivicvs Aregaliacoi, Aurillac suiv. (Cantal), AURELIACUM. AREGIA, VOy. Aurigera.

[monn. Cartier.

mér.], Voy.

Sylva ARDUENDU[Cœs.,Tac], num, Ardoennensis SILVA [Grég.- Tur.], Ardenna la forest des Ar[Frédég.], la dannes d'Ardane forest [Grég. la forêt des Ardennes, Chron.], qui s'étend des défilés de l'Argonne à la Forèt Noire. ville de Fr. Hyeres, de femmes (les Non-

Are^e, Obia, Olbia, anc. abb. (Var), nains d'Hyères).

AREBURGIUM, AREBURIUM, Aremberg, bourgetchâteau sur entre rhénane, l'Aar, Cologne. Arecanum, voy. Arenacum.

Aremontium, de la Prusse Coblentz et

Arelas GALLULA Roma, Arelas, [Auson.], Arelate SEXTANO[CaîS. Civ. i], Arelate RUM [Plin.], 'ApeXâTov KoXûvioc [Ptol.], AreLATE SALYUM, ÀrELATENSIS COLONIA, ALEArleArlait, RAToCiviT[monn. mérov.], le-Blanc Arles, ville de la [Anc.Chron.], Narbonnaise IIe, sur le Rhône, auj. dép. des Bouches-du-Rhône; sous Constantin fut Constantka et Ivlia appelée du de ProMaterna; capitale comté vence, puis de la Bourgogne cisjurane sous les Mérovingiens. remonte en cette ville à l'année L'imprimerie 1501 Brtviarium secimdum consuetuctinem ecciesie arelat'ensis. A la fin Explicit Breviarium s'd vsvj sacratissime arelatesis ccclesie, accuratissime correclù ac emendatum in eadë aretatensi urbe Anno Domini mileimpensis Capituli impressiim. simo quingenlesimo primo- Pet. in-8 golh.,à à 2 col., car. rouge et noir. Le nom de l'imprimeur n'est pas* c'est un artiste lyonnais que désigné, et probablement le chapitre aura fait venir en Provence pour exécuter ce livre. Ce rare volume est bien décrit dans le Manuel de M. Brunet, d'après l'exempl. de la Biblioth. impér. Hain n'en parle pas. Parmi les imprimeurs arlésiens des xvie et xviies., nous ne citerons qu'une seule famille, celle des Mesnier, que nous voyons, après plusieurs générations d'imprimeurs, figurer encore dans cette ville au milieu du xvme siècle. ARELATENSE royaume Regnum le [Chron. mérov.], de Bourgogne au vne siècle.

Areconium, Ariconium, HARFORDIA, Hereville ford, sur la Wye, d'Angleterre, chef-lieu du comté d'Hereford. Thomas Davies y imprimait en 1722. Un journal, the Hereford Times, y fut fondé en 1739. Simon Thomas y imprima son History of I/le Cimbri en 1746: the aulhor set vp the types himself, and distributed a few copies as presents. (Lowndes'Bibl. Manual.) Aredata, Aredatum, Gesodunum, Lentia, Linz ou Lintz, Lentium, Lincia, Lincium, ville forte de la basse sur le Autriche, Danube. Nous pouvons citer d'après le catal. de M. Libri (juillet 1861, no îosg), un livre imprimé dans cette ville dès l'année 1529. C'est un in-S goth. intit.: J. ilber der IleyliBûnderlin,,Gem.eyne Berecknung gen Scltriff't Jnnhalt. Lyntz, 1529. L'illustre astronome J. Keppler publia dans cette ville la plupart de ses immortels ouvrages Nsva Stereomeiria dolioruni vinariorum imprimis Aiistriaci. Lintiis, Plancus, 1615, in-fol., avec une traduction allemande publiée l'année suivante dans la même ville. astronomiœ lipitome Copernicanœ. Lintiis ad Danubium, Plancus, 1618, in-8. Harmonices mundi Lib. V. Lincii Austr., 1019, in-fol. Epheneendes motuum cœlestium. Ibid., 1630, in-4, etc. Keppler nous apprend que vers 1C27 l'établissement typographique de Lyntz ayant été détruit à la suite d'une commotion politique, il fut obligé de se retirer- à Sagan, en Silésie mais le dernier ouvrage que nous venons de citer, EphemeriUes motuum cœlestium, imprimé en 1630, prouve que cette interruption ne fut que momentanée. Cependant, à dater de cette époque, les publications du grand astronome se font un peu partout, à Ulm, à Francfort et à Augsbourg.

PalaABELAUNUS, Arelaunum [Jocundwm Arelenco tium, Mabillon] [monn. Ariane ou Arlant, suiv. Carmérov.], ville d'Auvergne (Puy-detier, pet. Dôme). Aremonia trie. Aremorica, Arenacum natium NovA, Citta Nuova, ville d'Is-

VOy Armorica.

Hist. ARE[Tac. v], Arenacio, Harenatium [Tab. Peut.], [Itin. ArnheArniiemia, Arniiemium, Anton.], mum Geldrorum, ville forte de Arnheim, dans la prov. de Gueldre; Hollande, anc. résidence des ducs de Gueldre; on lui donne aussi dans les chron. le nom à'Arnoldi Villa. Nous trouvons au Catal. des foires de Francfort, de 1625 (page 662), une indication qu'il nous faut bien qu'il nous soit impossible d'en enregistrer,

07

AREN^E.

ARGEÎSTINjC.

98

l'exactitude. C'est le titre d'un ouvrage garantir impr. dans cette ville en 1565 Jacob Kallenbrundarinnen ners Bechenbllchlein, alle jetzt Gebrauchbeliche Kauffmanns vnd anderer Ileclwungcn grijfen. Arnheim, 1565, in-8. Ce serait là certainement livre connu imprimé dans cette ville, le plus ancien et il nous faudrait sauter jusqu'aux premières années du XVII» s. pour trouver la trace d'un vaste fonctionnant Arnheim. établissement typographique Un imprimeur flamand, appelé Jan Janssens ou Jan Jan Jansson, et ce Jan Jansson Janoz ou plus souvent doit être le Jansson d'Amsterdam, l'un des plus grands de ce temps en Hollande, établit une imprimeurs succursale à Arnheim vers l'an 1600. Nous pourrions citer un grand nombre d'ouvrages imprimés à en voici cette époque par le Jansson d'Arnheim; Olivier von llordl Nye schiffart quelques-uns der hollander umbher den Ganlzen Kreysz der Krden. Arnhem, ben Jan Jansson, 1602, in-û. Dvreri institvlionvm Geometricarvm Alberti in libri quatuor.Harnlimiae in dvcatvGeldrise, officina Joannis Jansonii bibliopolx, 1605, in-fol. fig. La plupart des ouvrages du grand artiste de Nuremberg ont été réimpr. à Arnheim, même les trad. telles que les Quatre livres d'Albert françaises, Durer de la proportion des parties et pourtrails trad. par Loys Meygret. des corps humains, chez lléimp. sur l'édit. de Paris, 1557, à Arnheim, Jean Jeansz, 1613, in-fol. d'Abbeville AkenjE; Airmnes, village près (Somme). les Sables ArenjG Olonenses, ville de France (Vendée). aussi PICTONUM Promontomum. Arensberga, lie, près Arensberg, Cologne. ville d'Olonnes, On trouve de Westphâ-

Arensboca, Arensbock, bourg du Holstein. A AiiENsiroi, rleux, bourg de France, dans le Cambrésis (Nord).
ville Aresciiottum, Arschot, sur le Demer (Brabant). de Belgique,

Aresdorfium Arensdorf (?), village du Brandebourg (Prusse).
M. Cotton cite un volume la que possède Bodléienne, imprimé dans cette localité au xvie siècle Sebast. Castalionis dialogi. Aresdorfiii, per 1578. Les noms de lieu Thcophilum Philadelphum, nous paraissent et d'imprimeur supposés. Arestalium, Ahetjiusa Fodino, chalikde voy. Heristallum. 'Aps'Swaa [Strab.], la Macédoine (pa-

[I tin. Anton.l, ville de pet. Saloniki).

Auethusa, = un grand nombre de fontaines ont porte ce nom en Sicile, dans les îles d'Eu bée, d'Ithaque, etc.
ARETIUM

(Plin. xv, Martial i], Ahretidm xvi], 'ApprÎTiov woXiç [Polyb.], [Cic. Epist. ÀRETIUM FlDENS, MUNICIPIUM ÀrETINUM Argentigera, YArget, pet. riv. de France CASTIGLIONE Fiorentino, se jette dans l'Aricge. [lnscr. Crut.], ville de Toscane, sur l'Arno; Arezzo; Argentina, Iwornick ou Iswomik, ville de à Gui a donné naissante à Pétrarque, Turquie, sur la Drinna (Bosnie). d'Arezzo, etc. Nous trouvons, dans la Jlibliotlieca Aprosiana/ •^ABGGÎjnSîj^py. Argentoratum. ,1. < (p. 429), un livre imprimé lit Arezxo per llercolis ]Sj\.RgentinjE,Afqentine, bourg du Périgord Gori, 1616, in-12 et intit. Cicilia (sic) sacra, indrâ– matica pocsia, di Annibalc Lomcri sanese. I C^" iDordognèV^ • DICTIOXN. DE GÉOGR. I V >

AREVACORUM URBS,VOy. Segubia. Arevalo, ville d'Espagne, dans AREVALUM, la Vieille-Castille. Antoniodate de 1551l'introduction de l'imprim. dans cette ville. ARGADIA, ARGATiiELLi, rgyU, anc. marA quisat, puis duché d'Ecosse, chef-lieu Inveraryl AUGUSTO Argajonense, ALBENSE, URGAO, Virgao, Afjona, bourg d'Espagne (Andalousie). ARGEA,'Ap-feîa [Polyb.] ARGOLIS,ApfoXi{ ' • [Hérod.], partie du Péloponnèse; forme chef-lieu auj. un diocèse de la Grèce, Nauplie. ARGELIA EXïa 'Aff [Ptol.], Torgavia, Torgau, sur l'Elbe, ville de Prusse. Argensolle, Argensoles, village près Soissons (Aisne). Argensonium, Arcjenson, village de Touraine (Indre-et-Loire). Argentacum, Argentavi [monn. mérov.], Argentat, pet. ville du Limousin (Corrèze). ARGENTANUM [Liy.], Marcopolis, ville des Bruttiens, dans le roy. de Naples, auj. S. Marco in Lamis (Calabre citér.). ARGENTANUM, Argentonum. voy. Argentaria Ah[Amm. Marc.], CASTRUM ARGENTUARIA Théod.], GENTARIENSE, [Tab. 'ApY6vTouapîa [Ptol.], Argentovaria [Itin. Anton.], Horburg ? ville des Rauraci, dans la Gaule Belgique, détruite lors des invasions des barbares et dont on voit les ruines au village de Horburg, près Colmar (Haut-Rhin). Argentières, ARGENTARIA, Argenteria bourg de France (Hautes-Alpes). = Village d'Auvergne, près Montluçon (Allier). Argenteis, Io»'ues(?) bourg de France (Var). anc. ville d'Espagne, ARCENTEOLA, auj. le bourg d'Awlês, dans les Asturics. ARGENTEUS [Plin.], Argentum Flumen [Cic. Epist.], 'Ap-p-riov [Ptol.], XArgenz, pet. fl. de Fr.; se jette dans la Méditerranée.

4 '>>' I)

99

ARGENTO.
Argencomté

ARGOS.

100

ARGENTOMAGUS PICTONUM, Argento, ville et anc. ton-te'-Château, pet. de Poitou (Deux-Sèvres).'

ARGENTO, Argenton, bourg de l'Anjou (Maine-et-Loire). Argentouuh, Argenteuil, bourg de Bourgogne, près Tonnerre (Yonne). Argentolium An SEQUANAM, Argenteuil-surSeine, bourg de l'Ile-de-France, anc. abb. de S.Benoît.
Ahgentomagus CUBORUM, Argantomagum [Itin. Anton.], ville Argenton-sur-Creuse, de France (Indre).

Argentomum,Arcentanum, Aregenus [Tab. ARPeut.], 'Apfévou; [Ptol.], ARJÎGENILE, gentoen (au xie s.), Argentan, ville de France et anc. comté (Orne).
Argentina CITheod.], AlÎGENTINA R.ENI, 'App'vTopa [Julian. 'A?fvnôça.mv Ep.], [Ptol.], ARGENTORATUS [Itin. ArgentoAnton.], bacum Palatium Lothar. [Charta reg.], AUGUSTA TREBOCORUM ou TRIBOCCORUM, STRATEBURGUM [Not. Prov.], STRATISBURgum [Géogr. Raven.], Statebubgos, enfin (jtrazbourch Stratburgusi, [Caret tul.], Strahasbourg [Cnron. Cai'lov.] anc. caStrasbourg (en al.l. Strassburg), des Triboques, dans la Gaule Belpit. chef-lieu du du gique, auj. départ. Bas-Rhin. Cette ville revendique l'honneur de la découverte de l'imprimerie. C'est avec Mayence et Harlem la seule qui puisse présentera l'appui d'une prétention aussi grave des titres assez sérieux pour mériter l'honneur d'une discussion approfondie. M. Léon de Laborde (Débuts de l'imprimerie à a publié avec une exactitude scrupuStrasbourg) leuse et un grand bonheur de traduction les pièces des différents procès que soutint en cette ville de 1Û3S à 1439 Jean Gensfleisch (en latin Ansicaro), ou Zum Gutenberg, né à Kûttenberg en Bohême, suiv. accréditée. Les pièces l'opinion la plus généralement et dépositions de ces procès sont présentées et analysées avec une telle netteté, les recherches sur les travaux par lesquels l'illustre père de la mystérieux typographie préludaità son immortelle découverte de la mobilisation des caractères, sont présentées avec tant de clarté, enfin les conséquences qu'a su tirer M. de Laborde de l'ensemble des faits sont déduites avec une logique si puissante, qu'il nous parait inutile de rentrer dans une discussion qui ne se rattache au plan que nous nous qu'indirectement sommes imposé. Le livre de M. de Laborde est d'ailleurs dans les mains de tous les bibliophiles, et nous lui demanderons la permission d'y renvoyer le lecteur. à l'époque de Gutenberg, Strasbourg, était ville impériale, depuis l'année 1205. Lors de la réforme elle se rallia tout d'abord au protestantisme et obtint en récompense, des empereurs la d'Allemagne, création d'une université protestante (1621). A la fin du xvne siècle, Louis XIV la réunit à la France (1681). Si l'on peut ajouter foi à la Chronique confemporaine de Phil. de Lignamine (Home, 1474), Jean Mentelin dans cette ville dès l'année imprime 1458 il est à croire que cet imprimeur, lors même ARGENTORATUM [Tab. VITAS [Not. PrOV.],

qu'il n'eût pas été appelé à Mayence, ainsi que le veut Meerman, eut connaissance des procédés nouveaux employés par Gutenberg, procédés sur lesquels le retentissement des nombreux procès, soutenus par celui-ci à Strasbourg même, avait forcément attiré l'attention des hommes spéciaux. Mais même en admettant l'authenticité du renseide Philippe de Lignamine, gnement il ne nous serait pas possible de préciser auquel des nombreux ouvrages exécutés sans indication de lieu ni de date par J. Mentelin pourrait s'appliquer cette assertion. L'un des livres incontestablement les plus importants qui soient sortis de ses presses, l'un de ceux qui révèlent une antiquité reculée, est certainement la Bible allemande (Biblia sacra Germanica) en un seul volume in-fol. de 405 ff. à 2 col. et de 61 lignes à la colonne entière ce livre précieux à tous égards est reporté par tous les bibliographes (voy. Aides Âltlwrp.; P. G. Reichhart, etc.) au moins à l'année 1466. La Bible latine, dite de 56 lignes, plus importante encore (2 vol. in-fol. de 213 et 212 ff. à 2 col. de 50 lignes), est peut-être tout aussi ancienne. Les caractères ronds dont s'est servi Mentelin pour son exécution sont les mêmes que ceux avec lesquçls il a imprimé en 1473 le Spéculum liistoriale de Vincent de Beauvais. Henry Eggesteyn fonde à peu près simultanément un établissement rival de celui de Mentelin. Sa Bible allemande (in-foi. de 404 ff. à 2 col. de 60 lign.) est tout aussi ancienne que celle de son rival, et peut également être reportée à l'année 1466. Le premier livre strasbourgeois publié avec une date certaine est sorti de ses presses c'est le Gratiani cum apparatu decretum Bartlwlomœi Brixiensis. artificiosa adinudeonis imprimendi absq; vila calàmi exaralione sic effigiatû et ail tandem oiiinipoetis dei est casûmata Pcr venerabilem virù Ilenricû Artiù liberaliûmaJiggesleyn. gistrum civem inctite civitatis Argentin. Anno Uni. si. cccc. lxxjo, in-fol. à 2 col. Texte entouré par la glose, 459 ff. La même année il publie d'Adrien le Chartreux le Liber de remediis utriusque fortune:, in-4, imprimé avec son plus petit caractère. Les principaux imprimeurs strasbourgeois qui suivent J. Mentelin et H. Eggesteyn sont Adolphe Rusch de Inguilen, qui prend la suite de l'établissement de Mentelin, Martin Flach et Jean Griininger. En 1764 le rapport fait à M. de Sartines signale à Strasbourg dix libraires et cinq imprimeurs. Argentovaria, Voy. Argentaria. bourg et anc. château

ARGENTUM, Argent, du Berri (Cher).

ARGENUS, Arguenon, riv. -de Fr. se jette dans la Manche, près de Saint-Malo. ARGIA, ARGOUS, uj. la Saccania, district a de la Morée.
Argivernum, Argenxiére, nais (Nièvre). bourg du Niver-

ARGOJA, AHGONIA, ARGOVIA, ail. l'Argovie. (en Argau canton suisse.

ARAK1S PAGUS, ou Aargau),

ARGOLIS, Arglv. voy. ARGONNENSIS ARGONNA, SILVA,YArgonne, partie montagneuse et boisée des dép; de la Meuse et des Ardennes; Argos,Argolica Urbs [Ovid.],ville du Péloponnèse, sur l'emplacement de laquelle existe auj. une ville qui porte encore

101

ARGOS HÏPPIUM.

ARLAPE.

102

dans le Crémonais (voy^ Rossi, de llebr. typ. ce grand nom à'Argos, au N.-O. de orig.). Il fut réimprimé,à Itimini, en 1522 mais Nauplie. cette édition tronquée n'a aucune valeur elle n'a même pas le mérite d'êtrele premierlivre imprimé Aucos Hippium Argyripa [Plin.J, [Virg. àRimini, puisque les bibliographesen citent un de l'année précédente Publii Francisai Modesti VeAkgymppa jEn.], [Plin. m], 'Apppimïa neliadoslibri xn et alia pqemata. Item ejusdem de Aauvîwv, "Apiroi [Ptol.] Arpi, ville Sylvarum liber vnus. Arimini, cura et impensa dont les ruines se Daunia, Sebastiani Modesti,per Bernardinum Venetumde l'Apulia voient dans la Capitanate et sur.l'emVitalibus, 1521.2 tom. en 1 vol.in-fol. (Catal.La Vallière, no 2024,119livr. 19 s.) on a bâti un'vilplacement de laquelle lage nommé loggia. Ariminus, Marecchia, riv. d'Italie, qui prend sa source dans les Apennins. ARGOUS Portus [Diod.Sic], Porto Ferrajo, Arkianum, Arignano, ville de Toscane, capit. de l'île d'Elbe. sur l'Arno. ARGOJA. ARGOVIA, voy. Ario, Aiuonius, Arnona, l'Arnon, riv. du Ahhusia, Ariiusium, voy. Aaruuslv. Berri, affl. du Cher. Arl\, voy. Aeria. Ariodunum, Aerding ou Erding, pet. ville de Bavière. A ARIA; rr ou Arroê, île du Jutjand (DaAriola [Itin. Anton.], Ayrolum, Oriens, •nemark). [Kinneir.] Orienz (en ital. Airolo), bourg de Suisse Artalbinum AniALBiNUJt [Tab. Theod.], (canton du Tessin). Mùhlhausen, Mulhusium, [Itin. Anton.], anc. ville des Rawraci, dans la Mulhouse, Ariola, TJreuil, village près Toul (MeutGaule ville de France the). Quelques géographes voient dans Belgique, auj. cette station de t'itincr. d'Antonin le (Haut-Rhin). On confond assez fréquemment cette ville avec village de Rocourt (Marne). la ville saxonne du même nom, dans laquelle l'imAriouca [Tab. Peut.], exista à partir du xvie siècle. Il nous paNizeroles, village primerie du dép. de la Nièvre, suiv. Baudrand. rait cependant que nous pouvons faire remonter
l'établissement de la typographie dans la Mulhouse alsacienne à l'année 1561. Voici un livre à cette date que nous trouvons fréquemment cité De ArEleutherio bore scientiœ boni et mali, Augustino A la fin Mûlhusii supe(Séb. -Frank) authore. rioris Elsatiac, per Petrum Fabrum, anno 1561, in-8. Parmi les imprimeurs du xvie siècle que nous dans cette ville, nous ne trouvons connaissons pas mais nous rede noms importants à mentionner commandons de ne pas confondre George et André de Mùhlhausen I l.-iiit/scli, les premiers imprimeurs en Saxe, avec les typographes de Mulhouse d'Alà Mulucsium Turinsace. Nous les retrouverons CORUM.

Arianum,Ariano, sur le Pô, bourg d'Italie. Ariarica, voy. Ariorica.
Arica ORIEvodia, [Itin. Anton.], Ebodia, Aùriniaca niacuji, Aurignij [Anc. Chr.J, île de la Manche, (en angl. Alderney), sur la côte 0. de France. Aricia Nemoralis [Martial, xm], du Latium, au pied du Monte Aldans la campagne bano, auj. Lariccia, de Rome. voy. Areconium.

Aricia, ville

Aricomum, Ariminum

[Itin. Anton.], 'Apîp.wov [Strab.], sur l'Adriaville de l'Ombrie AiiBiraiuM, la délégation Rimini, dans, tique, auj. de Forli. Un livre imprimé en II18Oa passé longtemps pour être le premier des presses de Rimini; produit du rabbi c'était un livre hébreu Sepher Ekkarim, Joseph Albo, an. v. ccxvi (Christi I486), in-fol. de avéré que ce livre précieux 107 p. Il est aujourd'hui et recherché est sorti de l'imprimerie de Soncino,

âriolica, Aurilly. Plusieurs localités en France portent ce nom. Ariona, Arjona, l'Ombla, riv. de Dalmatie. ARIORICA [itin. Anton.], à xvi m. de Besançon, Aria Rica, PONS Aelii, PONS I)ums, Poxs Arli.e [Chr. Virdun. a.'lODS], Aelium [Vales. Not. Gall.], Pons ElaveBIS,Ponïarlum, Pontarlicr, sur le Uoubs, ville de Franche-Comté (Doubs). Nous ne trouvons'pas trace d'impression dans cette ville antérieure au xixe siècle. Aripolis, voy. Ingolstadium. Arisa, l'Arise, riv. du Languedoc; se jette dans la Garonne. Ariscotium, voy. Areschottum. Arisitensis Pagus, YArzat, canton du Rouergue (Aveyron). Aiusitum, ville épiscopale; suiv. Grégoire de Tours, mais dont il ne subsiste que de faibles ruines auprès de la petite ville d'Arzat, en Rouergue (Aveyron). Aristadium, voy* ARNSTADIUM. Aritium PR^TORiim, voy. Beneventum. Arlatevicus ARLANTUM, [monn. mérov.], Arlaut ou Ariane, bourg d'Auvergne (Puy-de-Dôme). Peehlarn Arlape, Ars L apidea, ARALAPIDEA, ou Pô'chlarn, ville d'Autriche;

103

ARLAUNUM.

AR0S1A.

104
t

Nous ne renseignement Arolaunum, OROLAU- fourni par pouvons rien ajouter au livre imprimé Arlaunum, AHLUNUM, Premier M. Ternaux. num, Arlon, ville de Belgique (LuxemIcônes et liislorica descriptio prœcipuorum licercin-fol. Nous siarcharum etc., Arnburgi, 1609 bourg). aurait lieu peut-être de pensons seulement qu'il y Arlegia Palatium, Arleux, village de l'Arlire Hamburgt, car cette localité n'est citée que entre Cambrai et Douai. [Spicileg. par 11. Ternaux. tois, Acher., p. 187.] Arnemium, voy. Arenacum. Armanle, Armasanic^e, Aymargues, pet. villé ARNEMUDA, Arnemunda, Armuyden, ville de France, près Lunel (Hérault). de Hollande, dans l'lle de Walcheren. Arsieium, Armieu, bourg du Dauphiné Arnetum, voy. Arn^um. (Isère). Arnhemium, VOy. 'Arenacusi. ARMENIACENSIS Comitatus Armeniacum ARNOLDI VILLA, Arnovilla, Arnouville. Arminacensis TRACTUS [Chron. Carlov.l, Plusieurs de France ce villages portent YArmeniac, Liermignac (snie et xive s.), nom. province française, repréY Armagnac, Arnona, voy. Ario. sentée auj. par les dép. du Gers, des et partie du Tarn-etville et chàteau Hautes-Pyrénées de Arnsburgum, Arnsborg, Garonne. Danemark (Gothland). Armenita [Tab. Theod.], ARNINA [Itin. Arnstadium, Aristadium, Arnstetum, ARMarit.], Fiore, riv. de Toscane. NOSTADIUM, Arnstadt, ville de Thuringe, près Erfurt (princip. de SchwartzburgArmenopolis, Armenienstadt, ville de TranSondershausen). sylvanie. Premier livre imprimé Eckardus Leiclinenis ArjientaiujE, Armenteria, Armcntièrcs, pet. Comment. de Magis qui Christian adorare veneville de France, sur la Lys (Nord). runt in Bcthleem. Arnsteti, 1625, in-16. Réimpr. a en 1655, sous le titre de De Tempore SlagoIéna, de 16S1 nous Armentio, YArmançon, riv. de Bourgogne, rmn, in-12. Le catal. des Elzevirs fournit un titre d'ouvrage imprimé dans cette ville se jette dans l'Yonne. l'aen 1641 Jos. Grossgebaur, Jésus staurologia Armorica (du celte AR Mor, près la mer), rabolico-paradigmatica. Arnstad, lOftl, in-4, et la saxonica G. Struvii nous donne un Bibliolheca ARMORICANUS TRACTUS [Mot. Imper.], grand nombre de livres relatifs à l'histoire de cette Armobic/E CIVITATES [Cœs. v, 51], Briville et de la province de Schwartzburg, entre BR1TANNIAlSMARLNA, la TANKIA C autres tous les ouvrages de Jean Christ. Olearius, le MlNOR, célèbre pasteur de cette ville, à la fin du xviie siècle, de France, la patrie des Bretagne, prov. Arnstœdische feuerhistorie; Arnstadt, 1700, in-8, hommes de mer. cum fig. xneis. Epitome historiée Ârnsladicnsis, Jbid., HOU,in-fol., etc. riv. de Champagne. Arna, Y Ame, pet. Arnulpio S. Arnould, OPPIDUM, S. Arnold, Arna [Sil. Ital.], Civitella d'Arno, pet. de France ville pet. (Eure-et-Loir). au pied des Apenville de Toscane, Plusieurs localités en France portent nins. ce nom. Arnetiusi Arnjîum Ducium, Arnejuji DUCIS, Arnus ni.; Tacit. Ann., i], YArno, [Plin., Ducum, Arnay-le-Duc, ville de France fleuve de Toscane. (Côte-d'Or). riv. de Fr., Aroanna YOrvanne, Fluvius, Erft, riv. de WcstArnapua, Ervates, affl. du Loing. phalie, affl. du Rhin. Aroasl\, Aroaise, bourg de l'Artois, près Arnasia, Mitsch, château et baronnie en Bapaume (Pas-de-Calais). 1. Tyrol. Aroe, voy. Patrie. Arnavlv, Arnau, Arnmo, sur l'Elbe, pet. Arola, Arula, voy. Aara. ville de Bohème. Nous connaissons un livre imprimé dans cette Arol/e Burgum, voy. Arisurgusi. · ville à l'époque de la réforme Eyn Wegsprcch gen Begenspurgzu ynss conci- Arol* Mons, Mont Saint-Gothard. lium zwtech.cn eynemByschoff hûrenwirt vnd Kunlzen seincmknecht. Arolaunum, voy. Arlaunum. A la fin C.edruckt zu Arnaw ait der Elbe lit Mltem durcli Hans IIoss voit Brawn. Anno Arosa, YAronde, riv. de Picardie, affl. de l'Oise. MDXXV. In-ft de 20 ff. fig. 's. s.b.;très-curieux opuscule que nouscommuniquele libraire L. Licpmannsolin. Ahosja, Arosen, Westeras, ville cle Suède, sur le lac de Maelar. Arnuurgum, Arnoldi Burgum, Arnbûrg ou Le catalogue delà Bibi. Telleriana (p. 187),Panville de Prusse, sur Arnbourg, pet. zer (tom. vi, 130), Jean Hallervort (Bibi. citriosa, 1876, in-fl, p. 39), enfin J. Schelrer. l'Elbe (Brandebourg). Hegiomonti,

105

AROSIUS.

ARTEM1SIUM.

106

comme premier [Sttecia tilterala, p. 17), donnent livre imprimé dans cette ville Breviartum secMttdum ritum almcc ecclesiœ ArosiensiS. Arosiœ, 150&, in-8. Ce bréviaire, de Wespublié par Otto, évOque réellement? Le fait est très-conteras, existe-t-il tcsté Panzer indique le livre comme étant in-fol. le catal. Le Tellicr parle d'un in-ft, et Scheffer, qui ne le cite que d'après Hallervort, le dit in-8. Le D'Cotton ce bréprétend que, selon toutes les probabilités, à Bâle, en viaire n'est autre que celui qu'imprimait dont Panzer aurait 1513, Jacques de Pforzheim du dernier f., et que vu un exemplaire incomplet la préface étant datée A'Arosiœ vi Id. octobr. 1504, le bibliographe de Nuremberg aurait été induit en ce titre Drcviarium erreur et aurait improvisé secundum ritum Eccl. Arosiettsis. Ceci est très-possiblesans doute, mais commentadmettre que Panzer, 'exactitude faite homme, qui décrit ce bréviaire sous le format in-4 (Ann. vi, p. 190), se de Baie soit ainsi trompé deux fois? En effet, quelques pages il désigne le Bréviaire deWesteras sous auparavant, le format in-fol. M. Schrôder d'Upsal (Incunabula artis typogramention de ce Brépliiccc in Suecia) jie fait aucune viaire de Westeras, et son silence est une forte du livre. preuve à l'appui de la non-existence M. Brunet esquive la difficulté en ne citant ni L'un ni l'autre de ces deux bréviaires, et, nos efforts étant restés vains, il nous pour nous les procurer est impossible de trancher la question, bien que nous penchions fortement pour l'opinion du docteur Cotton. Si l'appel que nous -faisons aux bibliographes est entendu, et si, comme nous l'espéétrangers rons, nous obtenons de leur complaisance quelques documents nous reviendrons sur cette nouveaux, ainsi que sur tous les points laissés dans question, l'obscurité, que nous ne serons pas parvenus à élucider. C'est seulement à l'année 1621 que le Dr Cotton fait remonter l'établissement d'une imprimerie à Westeras sous la direction d'Olaus Olai, d'Elseneur, et sous le patronage du grand roi Gustave-Adolphe. Mais la Biblioth. nous fournit Scplentrionalis entreautres Coxquelques indications antérieures, cio funebris in obitum Joli. Trotzig. Arosiœ, per in-8. Cette oraison funèbre est Eucitarium, 1617, d'un pasteur de Stockholm, nommé Simon Beuedicti. Un psautier en suédois, dont il existe un exemplaire sur vélin à l'université d'Upsal, fut imprimé à Westeras en 1625, et nous citerons encore une traduction du célèbre ouvrage de Philippe de Mornay, Considcratio vilec ac morlis fiumanœ impr. Arosiœ, per Petrum Wald, an. 1639, in-8.

Vénétie, près Padoue. =z Arqua, bourg près de Rovigo. AnriABONA, voy. Abaro. Amieium, Arreio VILLA,Arreau, pet. ville' de France (Hautes-Pyrénées). Ariuaca, ville des Carpetani-, dans la Tardans la raconaise, auj. Guadalajara, Nouvelle-Castille. On trouve dans les Godelfare. Chroniqueurs Nous connaissons un livre imprimé dans cette ville en 156d lIfemorial de cosas notables, por Inigç Lopez de Mendoza. Guadalajara,S. de Cormeilas,1564,pet. in-fol. AriuanjE, ville de la Pannonie, qu'on croit être auj. Altoilioven, en Autriche, sur le Danube. ARROA, rmé, île de la Baltique. A ARROSA, Ayr, pet. riv. V affl. de l'Aisne. de Champagne,

Arsaçi Abbatia, Arsac l'Abbaye, bourg de France (Gironde). Arsacum, Arzac, pet. ville de Gascogne (Gers). ARSEMBLicuM, rsembouy, village du NiA vernais. ARsicuA, 'Apmxoûa [Ptol.], Jladrisch, pet. ville de Moravie (Autriche). Arsignanum, Arx Lan^e, Arzignano, bourg de la Vénétie, près Viccnce.

Arsinoe [Plin. v], KXeoirarptç [Strab.], HAniRora [Num. xxxih], Suez, sur la mer Rouge. ARSINOE, oy. Fama AUGUSTA. v Promontorium ARTABRUM [Plin.], Na'fiov Cap Finis[Strab.], CAPUTFinisterr^ terre, en Galice. Arosius, Arrosius, l'Aroux ou l'Arroux, du Dauphiné ARTAIUM, Arias, bourg riv. de Bourgogne, afll. de la Loire. (Isère). AroZsm^ville de la princip.. de ARTALBINUM, Arialbinuh. AROTIIIA, voy. AValdéck,près Paderborn. Artaunum, voy. Herbipolis. Arovia} voy. Araugia. Abtegia, Arthies, village et anc. chàteau Arpajonum, Castrum Arpajoni, ARPACONA duVexin français (Seine-et-Oise). [monn. mérov.], Arpajpn, ville de Fr. Artelica, VOy. Piscabia.

(Seine-et-Oise). ARPINUM [Cic., Sallust.] anc. ville des Volsques, dans la haute Apulie, auj. Arpino, ville de l'anc. roy. de Naples (Terre de Labour).
Patrie de Cicéron Haym cite plusieurs ouvrages à la description consacrés de cette ville antique, appelée par A. Ricchi da Cora la Begina de' Volsci. Arponium, Quarcano, labre citér.). ARQUATA, ARQUATUM, bourg Arqua, d'Italie (Cade la

bourg

Artemisia [Plin. ni], 'A^TÉ|j.iTa[Steph.], Gianuti, Januti, île d'Italie, sur la côte de Toscane.. Artemisium, Santa Agata, bourg d'Italie (Calabre citér.). ARTEMisiuM[Strab.],- Aiâvwv [Ptol.], Dianium [Cic, Plin.J, Hemoroscopium CONtestanordm [Fest.], anc. ville de la Tarraconaise, auj. Denia, ville maritime d'Espagne (roy. de Valence).

107'

ARTEMISIUM PROMONTORÏUM. ARVERNA.
ARUR, voy. AROLA. ville pet. d'Arva.

i08
de

Artemisium Prohontorium Cap S. Martin, en Espagne. ARTESIA [Cell.], ATREBATENSIS Comitatus, pays des anc. Atrebates, VArtois, prov. française qui comprend partie des départements du Pas-de-Calais et de la Somme. ArtjienjEum,Arthenay, Artemy, pet. ville de France (Loiret).
Arthona, VOy. Artona. ARCIACA. ARTIACA, voy.

Also-Kvhin, Arva, Orawa, dans le comitat Hongrie,

Artiacum VILLA,SUPRA FLUVIUM Ararim [Charta Rodulfi reg. a. 925], Arcey, anc. villa royale, auj. village de la Haute-Saône. Artigi, ARTIGIS [Itin. Anton.], Alhama, ville d'Espagne (roy. de Grenade). Artivia, Artel, bourg du Nivernais. Artobriga [Tab. Peut.], Laufen, bourg de Suisse, près Schaffouse. = Artzburg, ville de l'anc. Vindélicie (Wurtemberg). ARTOLICA, Tuglia, bourg de Savoie, près d'Aoste. Artona, Arthona, Hortana, Artonne, pet. ville d'Auvergne (Puy-de-Dôme). Arton, ou Arthon. Plusieurs ARTONUM, villages de France portent ce nom. Abucci, Aruc^: [Itin. Ant.], auj. Moura, ville de Portugal .(Alentejo). ARULA,'Arlberg, chaîne secondaire du l Voralberg, montagnes du Tyrol.
ARULA, voy. Arola.

Arva, YAvre, pet. riv.-de France, affl. de l'Eure. C'est sur cette rivière, dans la papeterie du Mesnil, près l'abbaye de l'Estrées, appartenant alors à AI.Guillot et maintenant à MM. Didot, que furent continués par Robert, avec aussi peu de succès qu'à Essonnes, les essais de son idée première sur la. machinp à papier continu. = l'At-ve, riv. de Savoie, affl. du Rhône. Arvensis Comitatus, die Arvaer Gespannschaft, le comitat d'Arva, en Hongrie.
Arverna Civitas Arvernorum [Sidon. III, Epist.}, [Not. Civ. Gai.], AUGUSTA ARVERTab. NOHUM', A.ù-fouaTovs'jj.eTov [Ptol., Gergovia Ahvernorum Peut.], (voy. GERArroverno covia), Areverno, [monn. Claromontium ÏX'emosmérov.], [Cell.], Ci^arus sus, NEfAMoao; [Strab.], Mons, Clairmont (moy. âge), Clermont-Ferrand, anc. des Aroerni, du comté capit. puis chef-lieu du dép. du d'Auvergne, auj.

ARULA, l'Aigre, pet. riv. de la Beauce, affl. du Loir. Arulje, Arles-sur-Tech, bourg de France (Pyrénées-Orient.). Arunda [Plin.], Ronda, ville d'Espagne, dans le roy. de Grenade.

travail de Don J. Nous empruntons à l'admirable Gallardo le titre d'un livre imprimé à Ronda au t'erdadera de Il la grande torxvn« s. llelacion menta y dituvio que sucedio en la ciudad |] de Il ailo Ronaa, Lunes 2S de seliembre deste présente de 1637, y del grande estrago que Mzo en hom J edificios y campos. || Dase cuenta bres, animales, de aigu nos milagrus que la Virgen nueslra seilora || obro en ella. In-

Aruntina, Arundel, ville (comté de Sussex).
Imprimerie en 1756. [Cotton,

• d'Angleterre v

Suffît.]

Arupinum[Strab.],ARUPiun [Itin. Anton.], ARYPIUM Peut.], le château d'Aues[Tab. berg, dans la Carniole, près Laybach.

Puy-de-Dôme. Sept conciles; abb. de Bénéd., abb. de Cluny, abb. de Prémontré. Impr. en 1538. M. Ternaux donne comme premier livre imprimé dans cette ville l'ouvrage de Savaron sur les Origines de Clermont, impr. en 1607, in-8, et M. Cotton fait remonter jusqu'à 1594 la date de l'introduction de l'imprimerie dans la capitale de l'Auvergne.Nous citer un grand nombre de vopourrions facilement lumes antérieurs; le plus ancien et le plus important, à notre avis, est la seconde édition des Coutûmes du hault et bas pays d'Auvergne, Clermont, Nicolas Petit, 1538, in-8, dont la première est datée de Paris, 1511, imprimée par Jehan Petit et déposée à Clermont en Ihostel de Loys itaritain libraire dud' lieu, in-8, goth. (Bibl. nnpér., F. 3433). La même année nous avons un autre livre imprimé à Clermont, dont un bel exempl. est aussi conservé à la Bibl. imp. (B. 1505) Slatuta Synodalia diac. Claromontensis a Guillermo de Prato, episcopo Claromontensiydenovo auno mdxxxvii. ordinata, Clermont, Nicolas Petit, 15S8f in-4. Ces statuts synodaux avaient été imprimés antérieurement, ainsi qu'il résulte d'un fragment que nous avons eu entre les mains, et dont le titre était conservé Statula Claromorl. De novo ordinal synodalia cum priin ciuitatc vilegio regis. m. d. xxvi. Venundâtur A magistro Anthonio Chalvet bibliopola claromoiï. comorâti ante ecclesiam diue Marie de Gratia, in-ft, avec une marque formée d'un A entre deux CC. Ce de novo ordinal semble môme indiquer une édition antérieure. Parmi les imprimeurs postérieurs à Nicolas Petit, nous citerons Jean qui ont quelque importance, Durand, qui donne, en 1587, une nouvelle et belle édition des Coustumes d'Auvergne, in-8; Nicolas Jacquard et Boujon, au xvne siècle. Le rapport fait à M. de Sartines donne les noms de deux imprimeurs conservés à Clermont par l'édit de 1759 et exerçant en 176!4 Pierre Viallanes, en 1730, possédant trois presses, et Louispourvu P. Boutandon, établi dep. 1735 (a presses). Les an. cêtres de ce dernier avaient exercé la charge d'imprimeur du roi depuis 1697.

109

ARVII.

ASCRIV1UM.

H0-

Anvn, peuple de la Gaule; occupait le dép. actuel de la Sarthe. SNAUARVONU, Arvoniensis COMITATUS, DONIA,la province de Caernarvon, en Angleterre (Pays de Galles). Anx AltAj voy. ALTUM CASTRUM. Arx Arminii, Hermannsburg, dans la princip. de Waldeck. Arx Austrina, Zuyd-Schans, forteresse du Brabant, près Berg-op-Zoom. Arx Batavorum, Batemburg, pet. ville de Hollande (Gueldre). ARx Britannica [Sueton.], Brittenburg, bourg de Hollande, près Leyde. ARx Buccin*, le château Trompette, fort -près Bordeaux. [Graesse.] Anx DRUSUNA,Doesburg, ville forte de Hollande (Gueldre). Anx FONTANA, Fuentes, place forte du Milanais. ARX GANDULFI, Castel-Gazadolfo, bourg et résidence d'été de la cour papale. CASTELLUM ARx Iphia, Arx TAXIANA, Iphium, château d'If, île et forteresse dans la rade de Marseille. ARX KELLINA, niskilling, ville d'Irlande E (Ulster). 0 ARX LanjE, voy. ARSIGNANUM. ARX LAPIDEA, oy. ARLAPE. v Arx Ludovici ADSaaram, Saravus Ludovici, Saarlouis, Sairelouis, ville forte de la Prusse rhénane, près de Trèves. ARx Ludovicia, Fort-Louis, pet. ville d'Alsace (Bas-Rhin). ARXMEDIA,Médius Vicus, Moyenvic, bourg de Lorraine (Meurthe). Arx Minerve 'AWvaiov [Dion. [Virg.j PORTUS VENERIS, auj: Castro, Halyc] · "bourg d'Italie (Calabre). ARX NovA, Nysslot, Saivollina, ville de Russie (Finlande). ARX NovA, Neoselium, Neuhùasel, bourg de Hongrie. ARX Rubra, Rother Thurm, défilé des montagnes de Transylvanie. Arx; S. Hôspitii, Ospitio, bourg de France (Alpes-Marit.). • Anx S. JULIANI,fort San Juliano, sur le Tage (Portugal). Aux Scepusiensis, ScEPusiunr, Szepercar, bourg de Hongrie.

Anx ScnENHANA, Schenhenschans, bourg 0 dans l'île de Grafenwoord, sur le Rhin. Anx Septenilia, Settenil, bourg d'Espagne (roy. de Grenade).
Asa PAULINI, voy. Ansa. BeNNOPOLIS ASCALINGIUM,ATOaXÎ-y-yiov [Ptol.], ' Hildesia, Hildëshemium, [Tab. Peut.], ville du roy. de Hanovre. Hildesheim, remonte dans cette ville à l'année L'imprimerie Hantzsch. 1605, et le premier imprimeurestAndreas Voici le titre d'un livre publié par lui cette preextremum mière année M. Christoph. Rodtbarli die gantie Lehr vomjûngsten Tag judicium, Hildesheim zu Hannober, 1605, in-8. André llantzsch n'avait établi à Hildesheim qu'une succursale, son imprim. princip. étante Miihlhausen. Le D' Cotton fait aussi remonter à cette même année 1605 l'établissement d'une à imprimerie Hildesheim. l'ancien château des Asoiaria, Ascania, sur les ruines duquel 1 princes d'Anhalt, la petite ville &' Aschersleben, s'est élevée près Halberstadt. un ouvrage de J.-Fr. ReinPeignot mentionne man, imprimé dans cette petite ville en 1702, et AsTernaux cite Heberi, fiducia magistratus, cania;, 1715, in-4. Il est vrai que trois lignes plus bas cet excellent bibliographe cite. sous la rubrique Aschersleben Lutheri CatecMsmus, 1705, in-12. Pour l'imprimerie à Anhalt, en 1590, voy. Anhaltinum Fétus. Ascania, fortifiée Tuscania, d'Italie Toscanella, pet. de Viterbe). de Bavière, ville

(délég. ville

Aschach, Asciiavia, Wùrtzburg.

près

AsciBunGii MONTES [Cell.], GIGANTEI MONTES, das Riesengebirge, chaîne de montagnes la Silésie de la Pologne. qui sépare Asciburgium ville des Gu[Tab. Theod.], dans la Gaule gerni Belgique, auj. du roy. de Wurtemberg. Asburg, bourg Embrica. DlSPAnGUM.

ASCIBURGUM, voy. ASCIBURGUM, voy.

COLONIA AscninunGUM, TRAJANA, ASCIBURGUM, Asciiaffenburgum, Aschaffenburg ville de Bavière (cercle de Franconie), entre Francfort et Mayence.
L'introduction de l'imprimerie dans cette ville date de 1620, suiv. le docteur Cotton, qui désigne Balthasar Lippius comme le premier imprimeur. Nous ne connaissons pas les livres sur lesquels anglais pour déterminer s'appuie le bibliographe cette date, et ce n'est qu'en IG29 que nous trouvons des livres imprimés dans cette ville Vorburg commissarius Lali(ffotfg. Sigism.) Testimollialis no-Germanicus. in-12.– VorAschaffenburgi, 1630, Paralitla Juris canonici. Aschau" burg (Jo.l'liil.) 1629, in-8. (Cat. de Tournes, p. 200.) –Jo.AUlmsii Aphorismi Juris civilis. Aschaflenburg, 1630, in-12. Ascrivtuh TARA, Cattaro port CATm], 'Aoxfoûïov [Ptol.], [Plin. ville de Dalmatie, Catare, auj. en slave), avec un grand (Kottor, sur l'Adriatique.

M\

ASCULUM APULUM.

1. ASSINIUM.

U2

ASCULUM APULUM [Cell.], Asculum [Flor.], "AaxXov [Plut. in Pyrrh.], de YApuville lia Daunia, Ascoli di Satriano, ville auj. de l'anc. roy. de Naples (Capitanate). Nous avions cru retrouver les traces d'un établissement dans cette petite ville au typographique xvne siècle, mais nous avons acquis la preuve que c'est à l'Ascoli du Picenum que s'appliquent les notes que nous avions recueillies. Asculum PICENUM, "AuxXov to nixïivov [Strab. "AaxouXov [Ptol.], Asculum Plutarch.], ville forte de la Ascoli, [Plin. m, Cœs.], Marche sur le Tronto. d'Ancône, Tous les bibliographes citent deux ouvrages imaussi n'en primés dans cette ville au xv* siècle donnerons-nous La Croque les titre» succincts nica de Sancto Isidero Menore, con atcfiune additioni caciale del texto et Isioria delta Bibbia e del libro de Paulo Orosio. A la fin Impresso in Ascoli in casa del Rev. Plebano de sancto Venantio Miser Pascale per mano del degno impressore Mag. Golielmo de Linis de Alamania, M. ecce. lxxvii, in-û. Char. rom. 157 ff. Et Statuta civitatis Asculanœ Gli sOpradicti statuti sono stampati per il venerab. frate Joanni da Theramo. d' la cità in l'anno d'Ascolo, st.cccc.ixxxxvi. In-fol. à 2 col., 30 lig.

Saiwlœ Justinic Patavinœ cum addit. gregationis et appeiid. In-fol. La Ire partie a 238 pp.; la 2° 242, et l'Appendice qui forme 15 pp. fut imprimé cette même année 1732, mais à Foligno. La biblioth. de de Padoue, auj. dispersée, l'abbaye de Sainte-Justine un grand était fort importante et renfermait nombre de traités inédits des savants Bénédictins. Asius, Tibre. Chiascio, riv. d'Italie, affl. du

ASLOA, voy. Ansloa Assens, ville de l'île de Fionie ASNESUM, (Danemark). Asnidla, Assindia [Cellar.], Essenwa, Essen, ville de la Prusse rhénane. AsoLVEROTn, MonsS. Georgii. voy. Asopus[Ovid.],Agwtvo'i; ' [Strab.], l'Asspo ou l'Asopo, fl. de Grèce, dans l'anc. Béotie. Salona Nova, SPALATRUM, ASPALATOS, Spalatro, ville des États autrichiens (Dalmatie). Acous, village du Béarn, près ASPALUCA, Orthez (Basses- Pyrénées). Quelques géographes désignent sous ce nom la Ascum,AscA,Assche, bourg et château de vallée d'Aspe, dans le même départed'Alost. Belgique, près ment, et le Gave d'Aspe, torrent qui Le célèbre Josse Bade était né dans ce château, ce traverse cette vallée. qui lui fit donner le surnom d'Ascensius. On a prétendu que Thierry Martens d'Alost était originaire Aspavia [Cœs.], Espejo, village d'Espagne de ce bourg mais le contraire est démontré par M. Van-Iseghein, dans la remarquable étude qu'il a (Andalousie). consacrée au prince des imprimeurs belges. Aspera, Asperen, bourg de Hollande, sur de Alarma, ASENA, ville Bétique, auj. le Linge. = Aspres, bourg du Daudu Portugal, sur le Tage. bourg phiné (Hautes-Alpes). Asia, voy. Aquve TarbellicvE. ASPEROSA, Astrizza, Polystilo, ville de la Asilum ou Mansus le Maz Turquie d'Europe, dans la Roumélie. Asili, d'Azil, du Languedoc bourg (Ariége). Aspis, Aspe ou Aspa Vieja, bourg d'Espagne, au roy. de Valence (c'est une ASNERLE PALATIUM, ASINARIUM, ASDŒRLB, station de l'Itin. d'Antonin, située entre anc. villa royale, in agro PaAsnières, a. i26d], Tarragone et Carthagène). risiaco S. Ludov. a'uj. [Charta de la banlieue Un parisienne. Aspis, l'Aspido, pet. riv. de l'Italie cenbourg nombre de localités en France trale. grand ce même nom. portent Asphencia,voy. Sparnacum. Asinakus, 'Aot'vapo; [Plutarch.], le Freddo, ASPRICOLLIS, ACUTUS, Mons Scherpeiiheuvel riv. de Sicile, dans le Val di Demona. (Mont-Aigu), pet. ville de Belgique 0 (Brabant). Asmdo,voy. Assidonia. Asprimons, Aspremont ou ASINI,Asnes, village de la Flandre franAspKDioNTrcM, Apremont, la plus illustre baronnie çaise (Nord). d'Austrasie, dit le père Anselme. Un Asinlvcum, Aisenay, village près Lucon grand nombre de localités en France (Vendée). portent ce nom. Anseauvillars en Chaussée, AsiNoviLLARE, Assa Paulint, voy. ANSA. village près de Breteuil (Oise). ville Asindo, MethymnaSIDONIA, AtlîalOV MUNICI- ASSIDONIA, ASISIUM, [Ptol.], ASISINATIUM de la Bétique, à l'O. de Cadix, auj. pium [Grut.], ville de l'Ombrie, auj. Medina Sidonia (prov. de Séville). Assisi, Assise, ville de l'Italie centrale, dans la délég.de Pérouse. ASSLNDIA, ASNIDIA. voy. Armellini a publié dans cette ville en 1731 et 1732 .Assinium, Assinum, Assimshire comté de sa liibliotheca Beneles deux premières parties d'iicosse. sive seriptortim Casinensis condiclo-Casinensis,

•M 3
Assisium, voy. AsisiuM.

ASSIS1UM.

ATALANT/ENESIUM.

1U~H

Assoitus [Cic. Ver.], "atomjoc[Steph.], Assorium, Azaro, bourg de Sicile.
Àssovium, Asovu, de Azof,.ville une île du noslaw). ASTA [Plin. Astensis TANAIS [Plin.], Azow ou la Russie dans d'Europe, Don d'lekateri(prov. ·

de las Alas, 1638, in-4. Mais D. J. Gallardo nous en indique un plus ancien Itelacion de la solemnitad con que celebrô la octaba dei Santissimo Sacramento en la ygtesia mayor de Santa Cmz su patrono Don Diego de Dlcndnza, regidor de la dtcka Dott Jh'e~o de ~f/CMdoza, ref)idor fa Hfc~d ciudad este ailo de 1633. -Con licencia, impresa en afio 1033. licija, en la oficina de Luis Estupiiian, ln-4. 36 ff. sans pagin. (Biblioth. espariola, tom. I, 729.) ASTIGIS VETUS, ASTYGIS, Alahameda (Alarneda), bourg près d'Espagne, Ecija (Andalousie). ASTIPAL^A., 'AaTujraXotîa [Ptol.], île de Shimdans entre Naxoset pull, l'Archipel, sur la cote de Carie. Rhodes, fleuve Astres, dans Yistrizza, ASTRASIA, quatre lonne. Asthizza, de Macédoine, auj. le pach. de Saloniki. de la

m 5] "Acrra xoXtivis. [Ptol.], Civitas Asta [Paul. Diac.], Hatia ville de Pompeja, [ïab. Peut.], l'anc. Ligurie, sur le Tanaro, auj. Asti, ville et évèché de Piémont. Panzer et les bibliographes modernes citent deux livres imprimés à Asti en 1518 et 1519 Alberti Bruni de Coiistilutionibus, decretis, statutis et consucludinibus. Jleneveimli Asta;, HDXVin, in-fol. Series marcliionum et Sangeorgii MonUsferrati principum. Asta;, per Franciscum de Silva, sidxix, in-4. (Cat. Pinclli, Il, p. 16S.) Il ne nous est pas permis de passer sous silence le livre le plus précieux à Asti, dont un imprimé est conservé dans l'admirable bibliothèexemplaire que du respectable doyen des bibliographes; M. J.C. Brunet, qui l'a, de visu, décrit aussi exactement dans la dernière édition du Manvel du que possible Libraire. Alioni Astensis (.G.) opera Jocunda métro Macharronico malerno et-Callico composita. A la fin Impressum Ast per magistrum Franc. deSilva, anno dfii, Milesimo quingentesimovigesimo primo, die xij. mensis llarci,j., pet. in-8, demi-goth. fig. s. bois; 200 ff. non chiffrés. Le bel exemplaire de M. Brunet a figuré dans les ventes flanrott et il fut acquis à cette dernière vente Rich. lleber.; il par le libraire Crozet, qui le céda à M. Brunet est incomplet de 2 ff., mais il a le frontispice original que n'avait pas celui de M. Libri (vente de 1807).. j Voyez, à cette occasion, Acte d'accusation contre art. Grenoble. Libri-Carucci,

Westiiaciiia, districts

l'un des Westergoè, la Flandre wal-

Voy.

ASPEHOSA.

Astura [Plin. in], ô s-roça;[Strab.], Stura, pet. riv. des États du Pape. Astures, peuple de l'Espagne Tarraconaise, divisé en Astures Augiistuni roy.. de Léon) et Astures Transmontani {[esAsturies).
Astorica AusAUGUSTA, Colonlv Asturica, cap. des Astures, TURGA, ASTURGIA, anc. ville dans le auj. Astor.çja, d'Espagne, roy. de Léon. Le Dr Cotton rapporte du que la bibliothèque Trinity College de Dublin contient un volume imdans cette ville en 1624 par Ilieronymo Muprimé rillo, mais il n'en donne pas le titre. Pedro Cosin imprima dans cette ville en 1577 un de Mendoza, intil. traité de D. Franc. Carmiento ecctesiaslicis ab imDefensio libelli de redilibus doctoris Martini Xavarri.– Astupugnationibus rica;, 1577, in-fol.

AsTARegia (Plin., Mêla., Itin. Ant], Xeresium, ville de l'anc. Bétique, auj. Xérès de la Frontera, sur le Guadalete (Andalousie).
o L'imprimerie doit exister dans cette ville depuis l'an 1626, » dit le Dr Cotton, qui ne cite aucun livre à l'appui de son assertion. Voici un vol. imprime l'année précédente, qui se trouve à la biblioth. de l'Arsenal Disçorso en que se prueva, que el habito, introducido es el mas por la nueva Pragmatica, naitural y mas conforme al antiguo destos Reynos, Fernando por et ficenciado Manojo de la Corte. Xérès, 1625, in-4. Une édition de ce petit traité a été publiée à Barcelone cette même année 1625 nous ignorons laquelle est la première.

"AxeScv ACELUM ASULA, [Plin. m.], ACEDUM, [Ptol.], Asola, pet. ville de la Vénétie, sur la Chiese.
C'est la patrie d'Andréas Asulanus, qui prit la dides Aides, à la mort d'Alde rection de l'imprimerie l'ancien, qui arriva le 8 février 1515 (1516, n. style). Ataciacus Nardo Vicus Martius. [monn. mérov.], voy.

Astapa [Liv.l, Esteva la Vieja, ville d'Espagne, pres du Xenil (Andalousie). Astaracensis AGER, ASTARACUM, d'Aspays tarac ou à'Estarrac, en Gascogne, près Comminges (Haute-Garonne).
ASTIGIS Astigitana COLONIA [Itin. Ant.], Colonia AUGUSTA Firma [Plin. m] ville [Insc. ap. Grut.l, Ecija,'ou Exija, sur le Xenil d'Espagne, (Andalousie). Nous ne connaissions pas de livre imprimé à Ecija, antérieurement à celui-ci Soledad eutretenida en que se da noticia de la storia de Ambrosio Calinuevo y sandao, compuesto por Joan de Barrio En Ecija, por Juan de Malpartida Aloya clerigo.

Atacini, peuple de la Gaule Narbonnaise première, habitait sur les bords de VAtax (Aude). À.TACINORUM Voy. Narbo MARTIUS. CIVITAS, Atacinus Vicus, Aussiere, bôurg de Fr. (Aude).
ATAGINOS Mamtus. [monn. mérov/), voy. Narbo

ATAGIS [Strab.], Eisacus riv. Itargus, l'Eysack, AtalantjE Nesium,

Hisarcus, [Cell.], du Tyrol. 0 'AraXâvriii; Nnaîov, île de

115

ATANACUM.

ATHENEE AD EHNUM.
Athen^e

HC

Nesos,Talandi ou Thalandonis, dans le N.-O. de Négrepont.
Atanacum, Aignai-le-Duc, (Haute-Manie). ATANUS, VOy.'ATHANATUM. bourg de Fr.

[Liv. etc.], 'Afoiv», CECROPIA [CaTiiesea au moy. tul.], [Thucyd.] âge ASTINES, SETINES, Athina, Athènes (Athiniàh en turc), de la Grèce. capitale

ATAX, Adax, Amie, fleuve du Languedoc. Ategua, Attegiia [Dio. Cass.], Attegova, ville de la Bétique, dont César fit le siège, et sur les ruines de laquelle s'est élevée Alcala Reale ou Alcala la Real, près Jaen (Andalousie). Atel.« Veromandunoruh, Atel,e VILLA in Pago Viromandensi [Grég. Turon.], ATtela, Athies, bourg de France, dans l'anc. Vermandois (Aisne). ATELLA [Liv., Cic., Tab. Peut.], 'AteXX* [Ptol.-j, 'ATÉXa [Strab.], ville des Osci, dans la Campanie, auj. Aversa, près Capoue, ou San Arpino, dans la Terre de Labour (d'où Atellanes). Aternum, 'ATs'pvov [Strab.], Pescara, bourg CI du roy. de Naples (Abruzze citér.). Aternus [Plin.], Piscarius [Paul Diac.], VAterno, riv. d'Italie; se jette dans l'Adriatique.
Hist. ATESTE [Tac. COLONIA m], ville de la Véné[Plin.], Adestum, Este, tie, au S.-O. de Padoue. Nous ne connaissons pas de livre dans cette ville avant 1743 Brevi notizie imprimé intorno alla terra di Este, si per quello, che riguarda l'antichilà della sua origine, die le sue varie mutazioni ecc., di Anionio Angelieri. Este, per l'Orlandini, 1743, in-8. Haym prétend que ce livre est l'œuvre de D. Paolo Vagenti. Atha, Ath, de Athum, pet. ville n Belgique (Hainaut).. L'auteur du Trés-dévot à Jean Zuallart, a fait imprimer voyage cette Jérusalem, dans petite ville un livre tout spécial Uescription de la ville d'Ath. Ath, J. Ma6s, 1610, in-8. Nous ne trouvons aucune trace d'imprimerie antérieure. En 1637, nous pouvons encore signaler de Grandmont, Chronique par Jlenott Ruteau. Ath, J. Maës, in-12, et.: Vie de S. Adrien, patron de Grand-Mont, par Je P. Martin le Brun, Ath, 1637, in-8.. Atiia-Clyatii, Atiianagia Cardonero, voy. Dublinum. le ATESTE

sur [Liv. xxi], Cardona, ville d'Espagne (Catalogne).

ATANENCE Monasterium, Athanatum, AtanvSj S. Aredivs, St-Yrier-de-la-Pe>xhe ou Stet anc. abb. de BénédicYrieùc, village tins, près Limoges (Haute-Vienne). Nous citons ici cette abbaye, parce qu'au xvie siècle les moines y montèrent un établissement typodont le plus ancien produit graphique fut un Breviarium cité par P. de Colonia, dans son Histoire littéraire de la ville de Lyon, impressum in monasterio anno 1520, et un MisAthanatensi, sale Athanatense, impr. in eodem moAlliatiati,. nasterio, anno 1531, in-fol., dont un bel exemplaire ne fut vendu que 5 fr. 1 s. à la vente Colbert.

Le 3 août 1823, dès le commencement de l'insurrection grecque, M. Ambroise-Firmin Didot, promoteur du célèbre Comité philhellénique de Paris, s'empressait de faire don à la Grèce d'une imprimerie qu'il aurait voulu diriger sur Athènes mais elle fut expédiée d'abord à Hydra, ou elle servit à faire paraitre le <l>iXo; toù NÔjaou, journal politique. En 1824 le comité de Londres envoya trois petites l'une à Misimprimeries qui furent ainsi réparties solonghi, l'autre à Nauplie, la troisième à Athènes, d'oii les Turcs avaient été chassés. Le 24 avril, le Journal ti'Athènes, 'E<pr)u.epi; râv 'A0ï|vûv, parut, imprimé dans Athènes. Mais cette imprimerie fut complètement détruite le 24 mai 1827, quand les Turcs reprirent Athènes. En janvier 1834, sur la demande et la recommandation du prince Soutzo, M. Ambroise-Firmin Didot confia à M. Koromélas d'Athènes, qui vint s'instruire des procédés de la typographie chez MM.Firmin Didot, une imprimerie qui devint par la suite Les premiers très-considérable. livres qui sortirent de ses presses, à Athènes, sont en 1834, l'Ilistoire d'Athènes, par Denys Sourmélis, in-8°; en 1835, 'AvOoXoYÎa ») cuXXoyï) à.ay.i'uûv Tipotxùv xat Ëpwrixwv, 2 pet. vol. in-16; en 1836, les Mémoires militaires dit général Christophe Perraibos ('A7iO(JWY]noveû|AaTa noXsjxtxà ouYïpotçévTa îtapà toO ffuvTaY[wrâpx°u 2 vol. XptGT. IlEppaiëoû), in-8°, André Koroinélas, rue. d'Othon, n° 215. Dans une autre imprimerie parurent, en 1836, les Souvenirs de la régénération de 1820 à grecque, 1823, par Germanos, de Patras, métropolitain TîtO|j.v^[j.aTa rapt tri; ènavouTTâcjEio; xrj; 'EXXâôoç Trapà TOU fj.£Tpo7ioXtTou IfaTçûv Tepu-àvou, publiés par Callimaque Kastorchès) à Athènes, typographie de Pierre Mantzarakes, rue Nteka, n" 45. Koroinélas a imprimé plusieurs dictionnaires. Le premier, publié en 1837, est le Dictionnaire frande Bentotis et Zalik, un fort volume in-S", çais-grec, Athènes, 1837, typographie de Koromélas, et le dernier est le grand dictionnaire d'après le Thcsawtts grœcœ linguœ de Henri Estiemie, par Skarlatos, 2 vol. in-4°, Athènes, 1852, imprimé et stéréotypé par A. Koromélas. Cet ouvrage est fort bien exécuté. Dans les prolégomènes l'auteur, Skarlatos de Byzance, et l'éditeur disent qu'ils ont été encouragés à à l'ordre étymologique adopté par J I. Estienne, préférer et qui fut suivi à tort par les éditeurs de Londres, l'ordre alphabétique, selon l'exemple donné par AmbroiseFirmin Didot, et ils s'expriment ainsi 'AvE6âppuvav tov à/.Tj8û; vjpti>a Trj; TUjtovpaçiaç 'Au,9i xoc8ùi;Tov èëaTtTicrev, ëpoo-tov <I>ip[uvov ûiSwtov, EU itoiâiv 6 ^(lÉTepo; 'Actûmoç \à Aiôôotov àvaXdcëiQ Tpifrjv TOU 0T]iTaypoù ÊxSodiv XaT' à),çàëriTov (p. 2). D'autres imprimeries s'établirent à Athènes avec les caractères de Didot: celle d'Apostolidès, de Gkarboulas, etc. Koromélas mourut à Athènes en 18B0. AD Ehnum, Academia Julia, MESTADIUM, Helmstadium, Eelmstœdt, du duché de Brunswick. HELville

Athenjî

L'imprimerie précède de quelques années en cette ville la fondation de l'Université, qui n'eut lieu qu'en 1576. Nous connaissons un'livre imprimé en 1572 D. Nic. Selneckers Jiekandtnuss vnd lestament vom h. abendmal dess Ucnrcn, was es sen, und was darinnen und aussgetheilt genommen werde. llelmstatt, 1572, in-8. Le nom du premier imprimeur est Jacobus Lucius Transylvanus.

117

athente

AD SALAM.

atrebata:.

H8

Athenje AD Salam, Ahien^eSalant, IHENA, Iena, ville du grand-duché de SaxeWeymar (anc. Thuringe).
Université célèbre fondée en 15&8. Suivant le Dr Cotton; qui s'appuie de l'autorité de Lelong, date en cette ville de 1545 et le premier l'imprimerie livre imprimé serait Hammeri inCitristophori troductio in lectionene Armenicam. Ienx, 15S5, in-û. Comme nous sommes forcé d'avouer en toute humilité ne connaitre ni les ouvrages ni même le nom de Christophe nous déclarons Hammer, manquer des éléments nécessaires pour vérifier l'authenticité de cette assertion. Un théologien luthérien du nom de Martin Hammer a publié plusieurs à léna à peu près à la même époque, mais ouvrages du plus ancien ne remonte qu'à 1505. l'impression • Voici, imprimé à léna, un livre intéressant que nous croyons devoir citer; il nous est fourni par Struvius (De Tlmringice Joh. Strigelii seriploribus) oratio de causis, quare constituantur Académies, habita lenœ, in celeberrimo consessu iltustrissimorum ducum Saxonice, prindpum, comitwn, nobilitatis et ccetus sclwlastid, cum publiée recitarenlur privilégia et slaluta Acadeviiœ lenmsis, 2 die l'ebruarii anno salutis M d lviii. lenœ, 1558, in-4. Atjienjî ATnEiŒ Athenje Anglorum, Rauracx, Remorum, VOy. OXONIA. voy. voy. BASILEA.' Rémi.

Tilly, Atiliacum, des Andelys Cochet, le-Dun, Infér.). Atina

de France, près village suiv. l'abhé (Eure); ou, Antigny, village près Fontaiticarrondiss. d'Yvetot (Seincs ix], du Atia,Atinum [Plin. ni], napolitain pays (Terre

[T. Liv., Aiino, bourg de Labour).

ATISIS, Atiiiso, riv. de la Gaule Transpadane, chez les Insubres, auj. la Tosa; se jette dans le lac Majeur.
ATLANTICUM Mare, 'ATXavrixvi OâÂaaoa, NUS OccmÊNTALis, V Atlantique, Atorfium, Adorfium, sur roy. de Saxe, AtrebatjE âge], Adorf, l'Elster. pet. OCEAdu

ville

Atredates [Not. Imp.], |moy. Atrebatum Atrebatium [Cluv.] Regiacum Atrebatum, Rigiacuii, [Cell.], Opfviaxo'v [PtOl.LNEMETACUM [Itin. Ant.], AtraNemetocenna [Hirt. vrn], Civitas vatum Atkebetis [Itin..Anton.], [monn. ville de France, sur la mérov.J, Arras,

Athenopolis liensium la Gaule seille, (Var). Athenria, ATIIERDA, Atiiesia, trict

Atiienôpolis MASSI[Mêla], ville de [Plin. ni], Sambracia, colonie de MarNarbohnaise, ville de Fr. auj. Grimaud, pet. ville bourg d'Irlande. d'Irlande. dis-

Athenrey, Atherdee, Athesinus du Tyrol.

AGER, Etschland,

ATIIESIS [Virg. 'A6ïoi; IPtol.J, JEn., Plin.], "Atioov ATESIA [Tab. Peut.], [Plut.], en ail.), fleuve se l'Adige (Etsch d'Italie; jette dans l'Adriatique. ATIIISO, voy. ATISIS.

Athlona, Athlone, ville d'Irlande (comté de Roscommon).
M. Cotton (Suppl.) croit qu'un certain Denys Daly fut le premier imprimeur de cette ville, vers en 1789 il y fonda un journal, intit. the 1785; Athlone Herald. o "AOu; [HéAtiios Atho, rv, Ovid.l, [Plin. Athon rod.], [Cic., Liv.], le mont Athos, Monte Oros, Santo, Hagion montagne de Macédoine, la Roumélie auj. dans 22 couvents de l'ordre de S.-Basile. Atholia, Athol, comté d'Écosse.

AmuM,voy. Atiia. VULTURNUS ATIIURNUS, [Liv., Plin.], VOLturnus [Dion. Halic], il. de la Campanie, auj. le Volturno, dans le Napolitain.
ATIA, voy. Atilia, Atina. VOy. ALDENDURGUM.

Scarpe (Pas-de-Calais). Ruinée par les Vandales et par les Normands. Apà la France depuis le traité partient définitivement de Nimègue. ne fut introduite dans cette ville L'imprimerie est Jehan de qu'en 1528, et le premier imprimeur Buyens. En 1508 parait un Missale ad usum insignis Ecclesie Alrebatenais. finit hoc insigne sacrimissalis opus. Anno a Natali Domiui m o vin, impensa et œre Johannis liLagacite (en lat. Joli, fica), brarii domum habentis manentis familiamque Atrebati ad intersignium S. Joh. Èoangetisli. ibidemque venale reperietur. In-4, lettres rouges et noires. Ce beau livre fut imprimé à Rouen par le célèbre Martin Morin, qui mit son nom en toutes lettres sur le jambage intermédiaire de l'M majuscule qui com. mence t'ouvrage. En 1517 une seconde édition-in-fol. du même Missel fut imprimée à Rouen par Martin Morin et éditée Jean Lagaclie, qui s'était associé son fils Anpar thoine, et six mois après un Bréviaire portatif in-8 sort encore des presses rouennaises, mais cette fois avec la marque et le nom entier de « Magister Martinus Moriûs. » Mais les années suivantes voient une imprimerie nationale s'établir à Arras et l'an 1528 parait le pre« Ordonnances, mier livre réellement artésien vsages et stilz'de la gouvernance d' Arras, faictes comte d'Artois. et décrétées par l'empereur On les vend en la cité d'Arras par Jean de Buyens, deuant le portail de Nostre Dame. (A la fin :) Imprime nouuellement en la cite d'Arras par Jehan de Buyens l'an mdxxviii, pet. in-4, goth., avec les armes impériales sur le titre, gravées sur bois. Jehan de Buyens imprime encore en 1531 les ordonnances du même empereur, in-û, nouvelles goth. (a la Bibl. impér.). La première édition des Coustumes generalles du conte d'Arthois, connue et décrite, est donnée en Jehan Bourgeois, libraire, demourant prés 1535, par deuant du petit marché Saint-Géri, in-8, goth. M. Brunet fait remarquer que la dernière ordonnance est datée de 1531, ce qui permet de supposer à celle de 1535. Nous ignoune édition antérieure rons si ce Jehan Bourgeois avait, à la date de 1535, suffisant pour produire un un matériel d'imprimcrie livre de cette importance, et il nous est permis d'en

MO

ATREBATENSIS PAGUS.

AUDIERNUM.
Aïtiniacum (td Axonam Palatium

120
in agm Car. C. [Capit. ville de France

douter, puisque nous voyons celte coutume réiniprimée en 1547, avec cette souscription « On les vend en Arras par Jehan Bourpeois, et à la fin u Imprime à Aniters par moy Jehan Graphcus. » Ce n'est qu'en 1553 que nous trouvons sur une nouvelle édition des Couslumes la mention d'imprimeur accolée au nom de Jehan Bourgeois. Voici, pendant les xvte et xvue sièles, la suite des imprimeurs artésiens que nous fournit une curieuse de MM.d'iléricourt et Caron monographie Jehan de Buyens, dont le frère Pierre ne fut que libraire. Jehan Bourgeois il y en eut deux probablement du même nom qui imprimèrent de 1535 à 1596. Claude de Buyens et Gilles Bauduyn (1589), libraires, pour lesquels imprimait d'abord Joachim Tromais que l'on trouve plus tard figurer gncsius, comme imprimeurs. Robert Maudhuv (1592-1630). Guillaume de la "flivière (1591-1634), qui imprimait aussi quelquefois pour Gilles Baudouin. Ce G. de la civière est le typographe dont se glorifient à juste titre les bibliophiles il fait revenir de artésiens dont nous Cambrai, en 1629, son fils Jean-Baptiste, années le nom associé au voyons pendant quelques sien. Arras fournit aux imprimeries, étrangères Pierre le Tondeur d' Arras, prote de Touros, surnommé l'illustre Thierry Martensd'Alost, et le savant CrisJean Crespin, que l'intolérance pinus, religieuse force à quitter la France, et qui va porter à Genève, la libre patrie des réformés, son savoir et son génie. Nous trouvons la mention d'Ard'un imprimeur au commencement ras, nommé Ilaiet, qui exerçait du xvne siècle et mais, comme MM. d'Jléricourt Caron n'en parlent pas, nous ne le citons que sous toutes réserves. En 1764 (Rapp. Sartines), il n'existait à Arras que deux imprimeurs, Charles Lcmaître de la Sablonnière, pourvu en 1747, et Michel Nicolas,' reçu imprimeur en 1752. Martin Franc, l'auteur du Champion des Dames, était d'Arras, ainsi que l'auteur de la illélitsine, Jehan d'Arras.

Attiniacum, Remensi

Attigny, pet. Baluz.], résidence pendant (Ardennes), royale races et siège de les deux premières conciles. plusieurs Attipiacum Atttusi surla Attichy, Promontorium, côte 0.; auj. Monast. bourg abb. de bourg de Fr. (0ise).

de la Corse. cap PuentadiLaccivolo. WelDa-

Attqbriga, tenburg, nube,anc.

Veltenburgicum, sur Bavière,

le

Atrebatensis Pagus OU Comitatus, l'Artois, anc. province française réunie à la couronne par Philippe-Auguste, en H80, passe à la maison d'Autriche par le mariage de Maximilien avec Marie de Bourgogne, et revient définitivement à la France par le traité de Nimcgue (1678). 2 'ATREBATES, peuple de la GauleBelgique lIe; occupait l'emplacement de l'anc. diocèse d'Arras, auj. partie du départ. du Pas-de-Calais. Atrebatii, peuple de la Bretagne romaine occupait une partie du comté de Middlesex, sur la Tamise, et de l'Oxfordshire.
Atrianus, riv. de TARTARUS [Plin.], la Vénétie. le Tartan, pet.

Attuatuca, Aduatdca |ltin. Anton.], Aduaca ATUACA TlJNGRORUM, 'ArsuâMurov [PtOl.], Tungri, Tongres (Tongem [Tab. Peut.], le ville de dans en flam.), Belgique, anc. cap. des Tongri, peuple e Limbourg, dans la Germanie de la Gaule, Ile, au des Ubiens, S.-O. occuper qui vinrent Eburones ceux-ci le pays des quand On eurent été détruits César. par ville correspond croit aussi cette que à la Paoïopous dont'on Aduaticorum, rencontre souvent le nom. a pris l'indication Nous ignorons où M. Ternaux en 1605 Bonarseus, d'un vol. impr. à Tongres honoris. Paleopolis Adualicorum, amphitheatrum Ïn-Ji. 1605, Nous trouvons dans plusieurs anc. catal. la menen tion d'une édition de ce livre imprimée Anvers Oliv. 160(i, in-û, avec le nom véritable de l'auteur, traduisait Bongarspar Bonarsius (Bonars),commeon Nous trouvons dans un des catalogues Bonqarsius. des Elzevirs une édition de la Cité de Dieu de à trad. en flamand et imprimée saint Augustin, sont Tongres en 1618, in-ft. Mais ces indications comme le prétend le l'une et l'autre inexactes, si, belge, la ville de Tongres n'a eu sa preBibliophile mière imprimerie qu'en 1829. du d'Anvers, au commencement Un imprimeur xvue siècle, était de Tongres et en portait le nom Willem van Tongeren. Attubi, Julia. VOy: COLONIA CLARITAS

ATUItUS ATUR, ATOURIS, 'ATGÛpu; [PtOl.] Aturus Tarbellicus [Auson.], [Lucan.], fleuve l'Adour, Arus Silvensis [Auson.], dans le golfe de de France se jette Gascogne. AturenAtura, ATURRE, Civitas Aturum, ville et sium Aire, pet. [Itin. Anton.], dé Gascogne, sur l'Adour anc. évèché (Landes). AUBANIA, voy. AUBIGNIUM, Albinia.

"A– axov [Ptol."|, station Attaoim, les chez Tarraconaise, pagne auj. Darocca. AiTEiiE voy. Atele.

de l'EsCeltiberi,

Aucensis

VOy. Albiniacum. FLUVIUS, Oka, riv.

de Russie. (Aiwhy), bourg

Auciacum, Auxy-le-Chàteau de Picardie (Pas-de-Calais). Audenarba, voy.

ALDENARDA.

ATTERUS LAcus, die Schwartzee, ou le Lac Noir, en Bavière.

Audiernusi, Audierne, bourg (Finistère).

de France

121

AUDOENI VILLA.

AUGUSTA.

122

AunoKN'i Villa, S. Audoeni nobilis DOMUS, S. Ouyn anc. rési[Ordin. reg. fr.], dence Saint-Ouen, près Paris; royale, la Révolution Bainspendant s'appela sur-Seine. On trouve dans les chron. les Gesta Reg. Saint-Oain, Saint-Oians Fr. B. Odoenus. Aimoin dit portent AuDOENUS ALIAS DADO. AUIIOMAROPOLIS, AUDOMARUM, FANUM DIVI AlJDOMARI [CIUV.], S. AUDOMARI PaLATIUM Ludov. vm, a. 12dl], appelée [Chron. autrefois suiv. Sithieu, Malbrancq, auj. ville de France Saint-Omer, (Pas-deCalais). En 15SM, un collége de jésuites y fut installé par le R. P. Parsons, et devint bientôt la maison d'éducation privilégiée des jeunes catholiques de la noblesse d'Irlande, d'Angleterre et des Pays-Bas. Vers l'an 1600 les RU. PP. y montèrent une petite imA. M. D. G., dont les premiers primerie produits sont rares et recherchés. Le Dr Cotton, dans son Sttppl., dit que les jésuites dès l'annéc 1591 [lie Life and Dealti imprimèrent of M. lidmund Genings, priest, in-ti. Les jésuites, en 1591, ,n(î pensaient pas encore à leur collége de SaintOmer; et comment les aventures du prêtre Genings, « crowned with martyrdome at London the 10 day of november, n auraient-elles été imprimées à Saintcette année? Cette asserOmer dans le courant de au 3e volume de J, Ames et au tion, empruntée le MarMaunseU's cat., p. 53, est donc inexacte de Genings ne fut imprimé à Saint-Omer qu'en tyre 1614, et le volume est un mince in-ii° de 110 pp. qui s'est vendu on ne sait pourquoi 310 fr. à la vente Dinaux. dans Le premier livre imprimé par les jésuites, leur couvent de Saint-Omer, est probablement A ecclebrfefc Apologie or defence of the catholike siastical hierarciiie and subordination lit England Lowndes (by R. Parsons), Saint-Omer, 1601, in-12. nous donne un ouvrage plus important Discussions answere or Wm. Barloiy to ihe booUe intit. oftlie the Judqmcnt of a Cathol. Knglish man, Saint2 vol. in-Zi. Oiner, 1603, ïvitli a suppl., 1012. que les jésuites prenaient l'avance, Mais,pendant la municipalité de la ville, piquée d'honneur, attirait un imprimeur laïque, François Bellet, qui, dans l'épître dédicatoirc du premier volume sorti de ses ces dignes presses, se fait un devoir de remercier échevins de la munificence libérale dont ils ont fait preuve à son égard, et ce premier ouvrage est intit. dorées de saint llierosme, traduites de lipistres latin en françois, 'avec une table très-ample. SaintOmer, François Bellet, 1602, pet. in-12 de 299 p. Charles Boscard, que ijl. Brunet appelle Jlascari, nous ignorons pourquoi, ne vint s'établir a SaintOmer que quelques années après François ISellet. L'arrêt de 1759 fixa le nombre des imprimeurs de Saint-Omer à deux, et le rapport fait à M. de Sarl.incs nous donne le nom de ces deux imprimeurs Festel, pourvu en 1743, posFrançois-Dominique et Hcnri-Krançois sédant presses, Boubers, établi en 1753, ayant aussi U presses. Nous devons une partie de ces renseignements à un binliophile artésien distingué, M. Ic baron Dard. Audiiiaca Oiireia A.udrieu Villa, Villa, anc. villa royale, [Chron. Carlov.], auj. DoulQrrcville, villagede France, prcs lens (Oise). riv. de

Aufidena, AùtoiSniva [Ptol.], Al Feneda (en arabe), Alfidena, ville du roy. de Naples (Abruzze citer.). l. Aufidus [Horat., Lïv.],Aufida-Stacna [Sil. Ital-1, auj. YOfanto, fleuve du roy. de Naples; passe à Cannes et se jette dans l'Adriatique. Aufina, AuFiNUM, auj. Ofeiia, bourg du .roy. de Naples. Aufona, voy. Antona. AUGA, uciE, Auca, Augium, Algia, Augum, A Austa, Eu, ville de France anc. comté; résidence et château royal; anc. abb. d'Augustins (Seinc-lnférieure). AUGIA(campus pascuus amni adjacens, vel amne circumfusus, Duc), voy. Algia. A LAcus Tigumni, l'île de Ufnau, AUGIA, UGIA dans le lac de«Zurich. AUGIA Alba, Wissenavia, iVeissenau, bourg et anc. abb., en Bavière. AUGIA DIVES,"Riciienavia, Reichenau, île du lac de Constance. Augia Domini, Herisau, bourg de Suisse (C. d'Appenzel). AUGIA Major, .Augia Rmeni, Rheinau, ville de Suisse (pr. Schaffhaiisen). Augia Sacra, Elgcj, bourg de Suisse (C. .de Zurich). Augia Virgunum, Magdenau, village et abb. de Suisse (canton de St-Gall). AuGiiE SALTUS, Saut-d'Auge, bourg de Normandie (Calvados). Augminiona, Aumignon, pet. riv. de Picardie, affl. de la Somme. Augubium, voy. Eugubium. Augum, voy. Auga. A AUGUSTA, UGUSTA Leontinorum, Aqostu,, ville et port dé Sicile, au N. de Syracuse, sur la mer Ionienne. AucusTA, Aousta sur lu Bresle, village de Normandie (Seine-Inférieure). Augustus, Augst, village de PiAUGUSTA, cardie (Pas-de-Calais).. AUGUSTA Tab. Peut.], Neo[Itin. Anton. MAGUS,Noio'jMTjo; PtOl.] [ NOVIOMACUS, Neodukum, Niviodunum, ville dosTricasdans la Gaule Narbon., auj. Nyons, tini, ville de Suisse, sur le lac de Genève (Vaud). L'imprimeriefut introduitc dans cette petite ville à la fin du xvmo siècle le Tableau de Paris critiqué. Nyon, 1783,3 vol. in-8. AUGUSTA, Tubinca. voy.

AUTURA, Ebura, \'Eure,' Audura, a fil. de la Seine. Normandie,

123

AUGUSTA ACILIA.

AUGUSTA NEMETUM.
AUGUSTA COLONIA, voy. Nemausus. AUGUSTA COLONIA Apulensis, voy. ROLTNA.

124

AUGUSTA ACILIA, CASTRA AUGUSTANA, SERVIOdurum Strau[Tab. Peut.], Straubinga, ville de Bavière, sur le Danube. bingen, en 1585 Imprimerie Jacob Rabi Christlich manual oder handbiichtein non rechtem Nulz dess wallfalirtens, und mit was Clirlstlichtr andacht. Straubingen, 1585, in-8. (Catal. des foires de Francfort, a. 1625, p. 431, 2e partie.) Du même auteur, nous trouvons encore Jac. Rabi Çhristtictie instruction und untenveisung wess sien Vatter und Muiter, Gevatter und Priestar. Straubingen, 1585, in-4. Mais nous n'avons pas le nom du premier imprimeur. AUGUSTA Allobrogum, voy. Geneva.

Alba

Ca-

AUGUSTA, Dacica, Colonia Sarmizegethusa PaoîXsiov [Inser. Grut.] Sappu-yÉôoiraa ville de [Ptol.], Dacie, auj. Varhély, en Valachie. Augusta DEA, voy. Dia. AUGUSTA DRUSI, VOy. Campidosa. AUGUSTA Emerita, Aùvoûara 'Hpispira [Dion COLONIA Emeritensis Cass.l, [lnser. Emerita Grut.], [Prud., Plin.], Merida, ville du Portugal (Estramadure). suivant Antonio," existe dans cette L'imprimerie, ville depuis 1545, et voici le titre du livre qu'il cite à l'appui Diego de Cabranes. Armactura espiritual del hombre iiiterior; Merida, 1545, in-fol. Cet auteur et son livre ne sont pas cités dans la Biblioth. Luzitana (Lisboa, 1786, 4 vol. in-12). Mais Gallardo (p. 409) en fait mention; il nous apprend aussi que Diego de Cabranes, vicaire de Mérida, devint le chade l'empereur Charles-Quint. pelain honoraire AUGUSTA Firma, voy. AsTIGIS. AUGUSTA Francorum,, AugustaGesiella Martos, Jaen). ). pet. voy. Augustodunum. [Appian.], de (prov. GADES. AUGUSTA.

AUGUSTA ANTONINI, GASTINUM, Gastein, ville de bains, en Autriche, près Saltzburg. AUGUSTA ARVERNORUM, voy. Arverna. AUGUSTA ASTURICA, voy. ASTURICA.

AUGUSTA Ausciorum Auxo[Itin. Anton.], C.LIMBERRIS RUM, AUXITANA ClVITAS,-ailC. ou Climberrum[Mêla, m], Ausci [Amm. anc. cap. des Auscii et de la NoMarc], vempopulanie, auj. Auch, ville et archev. de France (Gers). Le Breviarium Auxitanum, imprimé à Auch, en 1533, in-8, goth., est le plus ancien livre que nous puissions citer comme imprimé dans cette ville archiépiscopale. Ce livre doit être fort rare, car nous ne le trouvons décrit nulle part et nous ne le voyons figurer qu'une fois dans un catalogue de vente (Cat. Baluze, H, n° 9524). En 1764 (Rap. Sartines) nous ne trouvons^ Auch Etienne Duprat, reçu en qu'un seul imprimeur, 1742 et possédant deux presses. AUGUSTA Badacum, de Bavière. AUGUSTA Basilea, AUGUSTA Birckhausen, Lonmnum. pet. ville

[Plin.],r£[iena ville d'Espagne

AUGUSTA JULIA GADITANA, voy. AUGUSTA Leontinorum, AUGUSTA Londhjium, AUGUSTA voy. voy.

LoNDINUM.

voy.

BATIENNORUM, Aù-yoûiTa Bamvâv ville de la Gaule Cisalpine, [Ptol.], auj. Bassignana, bourg d'Italie, près Coni. BILBILIS, ville des Bilbius Celtiberi, ou Catalayud, près x [Martial, dans la Tarsuiv. Bischoff Catalayud.

AuAugustobuhgum, Misnensium, ville de Saxe. gustusburg, [Graëssc.] Ernestus Hermann, pasteur d'Iéna, a fait VHistoria et Phil. Wagner a publié à Augustoburgi, Dresde en 1572 Einweiliung des Schlosses Augitsin-4. tusburg, AUGUSTA Nemetum Civitas Nemetum [Cluv.], Spira Nemetum re[Not. Prov.], [Nôtit. NoioV cens.], Noviomagus [Tab. Thcod.], Spiiira P-a^oç [Ptol.], [Geogr. Rav.], NEMETENSE Palatium a. Carol. [Prœcep. anc. des Némètes, dans la 789], capit. Gaule Belgique; auj. Spire (en allem. ou ville de Speyer Speier), Bavière, anc. ville la caimpér. évèché; jadis de l'une des plus illustres pitale prinde l'Europe. cipautés ecclésiastiques Nous faisons remonter jusqu'en 1471 la date de l'introduction de t'imprimerie dans cette ville Postula scholastica et super Cansuper Apocatypsin tica canticortim. A la fin Explicit Postula stolastica (sic) super Apocalypsin et super Cantica canticomty impssa Spire anno lxxio. 15 ff. in-4. sans ch., réel, ni sign., car. ronds, à l'exception du V qui est gothique. Ce rare volume est considéré comme le premier livre par tous les bibliographes imprimé à Spire; il ne nous donne malheureusement et le caractère n'a aupas le nom de l'imprimeur, cun rapport, dit M. Brunet, avec celui qu'emploie eu 1477 Peler Drach, que l'on considère généralement comme l'introducteur de la typographie à Spire.

Augusta Epig.], rac, auj. et Môller

Bambola,

AUGUSTA Bracara AuGrut.], [Inscr. OUSTA BrACARUM [PllD.], BRACARA, Bpâxap AùfouaTa [Ptol.], BRACnARAUGUSTA, ville des Callaici ville Bracarii, auj. Braga, du entre Duero et Portugal (prov. Minho). ). L'imprimerie fut introduite dans cette ville archiépiscopale au xve siècle par un typographe allemand nommé Jean Gherling ou Gherlinc le premier livre que nous connaissions est un Bréviaire: Breviarcuin in Augusta Bracharensi liracharense impressum Joannem Gherlinc alemacivitate, per magistrum num, anno salutis Christiance MCCCCXC1V, n-fol., et i non-pas in-4, comme le dit le P. Gottf. Bcichhart, et non pas in-8, comme le dit Née de la Rochelle. AUGUSTA Cesarea, voy. SALDUBA.

AUGUSTA CASTRA [Itin. Augusta.na Anton.], CASTRA [Notit. dans la YindéImper.], en Bavière. licie, auj. Azelburg,

125

AUGUSTA NOVA.

AUGUSTA TAURINORUM.

126

Le P. Gottfried Reichhart et Hain attribuent ced'un traité de pendant à Peter Drach l'impression S. Augustin, Famosus Beati Augustini lAbeltus de Vila Xpïana. A la lin hic Beati Augustini Libellus parcnlilU et famosus in civitate Spirensi est S. a. in-4, MIT. à 31 1., sans ch., réel, ni impressus. sign., et Hain fait remarquer que le V gothique du précédent volume se retrouve dans celui-ci. L'autorité de ces deux bibliographes est assez considérable d'attribuer a Peter Drach l'impour nous permettre du livre intit. Postula scholastica, aussi pression bien que celle d'un autre recueil de traités du même Père de l'Église latine 7Je l'uga de mulierum, continentta,de contemptumundi, etc. in-4, s. 1. n. (1., 28 ff. à 26 lig., même caractère que les précédents et imprimé à peu près à la même époque. Ainsi donc Date de l'introductiefn de l'imprimerie à Spire, 1471 premier imprimeur, Pcter Drach. AUGUSTA NOVA, voy. AUGUSTA NOVA Turris PORTA AUGUSTA. NouSaufoûsTa Torquemada,

[Ptol.l, ville d'Espagne.

[Plin. III], Cremata,

Sexsionas, Suessionas [Frédég. contin.], ville importante de la Belgique IIe, auj. ville de Fr. Soissons, (Aisne). M. Ternaux date de 1617 l'introduction de la dans cette vifle.: Chronicon typographie abbaliœ S. Joannis apud a Petro Grisio. SuesFineas, sione, 1617, in-8 (Cat. Secousse, n« 4731). Cette histoire de l'abbaye de Saint-Jean des Vignes fut traduite en français par de Louen et publiée en 1710. L'un des ouvrages les plus importants publiés à Soissons au xvno siècle, c'est l'Histoire de la ville de Soissons et deses rois, dites, comtes et gouverneurs, avec une suite des êviques, etc., par Claude Dormay. Soissons, N. Asseline, 1663-6d, 2 voL in-4. En 1764 (Rapp. Sartines), on trouve à Soissons deux imprimeurs, quoique l'arrêt de 1759 n'en eut mais ces deux permis qu'un seul imprimeurs avaient tous deux succédé à leur père, le premier en 1748, le second en 1752, et l'on passa par-dessus le premier, l'irrégularité; Pierre-Nie. Waroquicr, avait deux presses, et le second, Pierre Courtois, en employait trois. Augusta Taurinorum Hist. [Plin. ni, Tac. COLONIA TAURINA [Tac. n] i] Aù^ouoTa Taurasia Taupivûv [Ptol.], [Appian.],TAUrinum Tu RI (au [Itin. Anton.], moy. ville âge)., auj. Torino, Ttinn, forte anc: cap. des États sardes. d'Italie; riche et importante. Université bibliothèque existe dans cette ville depuis l'an 1474. L'imprimerie Dans upe excellente monographie du baron Vernazza (Bassano, 1827, in-8) intit. Osservazioni su' libri slampali in Piemonte nel secolo xv, l'auteur, après avoir rappelé que l'introducteur de la typographie dans le Piémont fut un Allemand nommé llans ou Johannes Glim, que nous retrouverons à fart. Savigtiano, nous rappelle qu'après lui Ant. Mathias d'Anvers et Balthazar Cordero de Mondoui imprimèrent en 1472 à Mondovi, et qu'alors seulement apparut le premier imprimeur Joanncs Faber Linturinois, de Langrcs) gonensis (Jean Lefebvre, appelé en cette ville par uu médecin, Pantaleone di Conlluenza, Pietro Cora; ce Jean Lelebvre s'étant associé à et par un autre Français, Giovannino di Pietro (ce que nous pouvons traduire par Jouannin ou Janin de Pierre, ou fils de Pierre), ces deux typographes mirent au jour, en 1474, le livre suivant Breviarium Romanum. A la fin Prœclarissimi et medici et pliilosophi Homini Magistri Panthateonis volumina Johannes Fabri et lohanninus de Petro Galici (sic) egregii quidem artifices Taurini féliciter impressere M.cccc. lxxiiii. 1)co grattas. Amen. In-8, ou, dit Amati, pet. in-4. 503 ff. à 2 col. de 28 1., sans cli., réel, ni sign. Cette erreur est excusable, Amati n'ayant vu que Pexempl. sur vélin, conservé à la biblioth. de Turin. L'associé de Jean Lefèvre ne reparaît plus, et, presque immédiatement après l'impression du bréviaire, l'imprimeur Langrois établit une succursale à (Jasale! près Turin, bourg renommé pour ses carliere, c'est. à-dire ses moulins à papier; nous l'y retrouveronsmais il conserve néanmoins son établissement principal, car l'année même (1477) où nous le voyons imprimer au mois de mai les 'Visticlia Catonis à die ix Julii, Casalc, parait Turin, un ouvrage de son protecteur et ami le médecin Pantaléon de Confluentia (Coblenlz ou Cunflans) Panlaleonis de sive tractatus Conjlucntia summa Lactietniorum varii de Butyro, de caseorum variarum gcnliiim et facuttate. Taurini per Johanuem Fadiffcrentla Iii-foi. Livre savant, livre recherbri, mcccclxxvii.1 ché par les cas&opliites, c'est-à-dire par les amateurs de fromage. Jean Lefèvre imprime encore en cette même année la- Clironica Martini Poloni, in-W 1477 a Turin puis les Décréta Sabuudiœ ducàlia, in-fol.; enfin

AUGUSTA Pretoria [Plin. -m, Tab. Peut.], Augusta Pretoria Salassobum [Strab.J, Aoste ville de PiéAugustum, (Aosta), sur la Doire, dans l'anc. Tarenmont, taise. Nous ne connaissons pas dans cette ville de livre le Héros plus ancien que celui cité par M. Ternaux des Alpes, ou la vie du grand saint Bernard de des hôpitaux de Monljoux et Menthon, fondateur Comiorhnejoux par F. Bernard. Aoste, 1083, in-12.

AUGUSTA Quintana, AUGUSTA Quintanorum, Kyntzen, bourg de Bavière sur le Danube.
AUGUSTA [Ptol.], Raurica Rauhacorum, Aù-(GÛ<rra .'Paupw&v AUGUSTA RAURACUM [Tab. Peut.], COLONIA R-aurica (Inscr. Grut.], des dans la [Plin. Rauraci, iv], ville Gaule de Belgique, auj. Augst, bourg sur le Rhin Suisse, (cant. de Bàle). Siège primitif de l'évêché de Bâle. Le Dr Cotton exista dans ce bourg en prétend que l'imprimerie 1606, sans citer aucun ouvrage à l'appui de cette assertion mais, comme il traduit la souscription AuHuitatiana tandis que de tout gusta par Augst Colonia Autemps le terme Augusta Munatiana, a été appliqué à Bâle, il est à supgusta Munatiana, est poser que le livre sur lequel il basc sa prétention réellement le produit d'une typographie bâloise. Le calai, des frères de Tournes (Genève, 1670, in-12), qui est d'une grande importance pour l'histoire de la typographie en Suisse, ne cite pas un seul volume à Augst. L'erreur de M. Cotton serait d'auimprimé tant plus excusable, que ce bourg est en quelque sorte un faubourg de Baie, et que l'on a du bien des fois confondre ces deux localités, Augusta Hauracorum et Augusta Munatiana. AUGUSTA Romanduorum, AUGUSTA TORIA. SALASSORUM, YOy. Luciuburgum. voy. AUGUSTA PRE-

AUGUSTA Suessonum Oùsaaovwv [Ptoli], [Tab. [CœSi sion/ë

[Itin. Anton.], Aù-voûs™ AUGUSTA SUESSORUM Noviodunum Suesstonum Peut.], Gall. SUESB. n], Suesson.e, Sexonas [Frédég.], [Greg. Tur.],

127

AUGUSTA T1BERI1.

AUGUSTA VAG1ENN0RUM.

128

l'année suivante une édition célèbre de Tércncc, iu-fol. En 1479, il est appelé à Saluzzes par le marquis Louis II; il y imprime un seul volume et retourne à Turin. En 1481 il va faire une petite excursion à et y établit une impriCasai, dans le Montferrat, merie. Jusqu'en 1485 nous le voyons seul typographe à Turin; mais cette année voit l'art de l'impriconsidérable dans merie prendre une extension toute la province, et à Turin nous voyons arriver Jacobus Suigus (Jacopo Suigo da San Germano), Nicolaus de Bencdictis Francisco de (Espagnol), Silva, etc. Jean Lefèvre cède son établissement vers 1691, et cet infatigable meurt vers l'an 1500, typographe car nous trouvons à cette époque plusieurs livres o impr. Taurini cum characteribus Johannis · Fabri. » AUGUSTA TIBERII, Ç.OLONIA TlBERIA AUGUSTA, Reginum CASTRA Regina [Itin. Anton.], [Not. -Imper.], Ratisbona, Ranasbona, Imbrjpolis Regkoburgum, Hieropolis, ïiburnia Leonis [Acta Pub.], [Diploma Regensburgum Palatium PUBLICUM m] Carol. a. 792 RAMagni, [Charta' ganesburg Palatium Ludov. [Charta p. REGIa. 821], Renebourc [Gr. Chron.], NUM ClVITAS QUiE NUNC REGANESBURG VOCATUR [Ann. Ratisbonne Eginh.], (Reen all.), ville de gensburg importante au confluent du Danube Bavière, g, du Regen. Tous les bibliographes s'accordent a reconnaître fut introduite en 1485 dans cette que l'imprimerie de Bamberg, Jgh. Sensenville par les typographes schmidt et Joh. Beckenhaub de Mayence, aux frais et dépens de l'évêque Henry de Ralisbonne. Le secunpremier livre imprimé est Liber Mlssalis tlum breviarium chori Ecclcsiœ fiatisponensis. vient le décret de l'évêque de Après le calendrier Hune Librum Ratisbonne, qui se termine ainsi Johannem Sensenschmidt et per viros inttustrios Joliannem Beckenhoub dictum Mogitntinum opifiet fecimvs impressione decorari. ces Jussimus Datum Jiatispone die quinta mensis Mardi. Anno Domini M. ccce. octogesino quinto. In-fol. de 300 ff. à 2 col. Ce missel fut réimprimé par ordre dudit évêque et du chapitre de Balisbonne en 1492, par de nouveaux typographes de Bamberg, Henry Petzensteicette réimner et Jean Pfeyl mais très-probablement dans leur établissement de pression fut exécutée ne se transportèrent point à BâtisBamberg, et. ils bonne. AUGUSTA Treba, AUGUSTA Trecarum, AUGUSTA Yoûora veris Trevirorum voy. Tbebia. voy. Trec.'E.

Bibliothèque importante, qui possède un Evangtliaire du VI" siècle, l'un des plus anciens connus. L'imprimerie (suiv. Panzer, Ami., t. vin) remonte en cette ville à l'année 1517 mais le Dr Cotton ne parait pas accepter cette donnée du bibliographe de de Nuremberg, puisqu'il tic fait dater l'introduction la typographie à Trèves que de l'année 1583. Il nous est heureusement possible d'assigner une date infiniment de plus respectable à l'imprimerie Trèves, puisque Main, le P. Reichhart et M. Brunct nous donnent le titre d'un opuscule publié en iliXl Clarum nobile et peiosum ipsoty Incipit spéculum sacerdotti in quo refulgèt et repsentantur aliqz valde vlilia specttlàda circa tria pneipatia Bapet l'cnitècie tismi Euliaristte sacramêta. per HermânU dietz de Schildis ordïs lleremifratre tarU. Treveris. Anno Dni milletlmo Impressû primo. In-&, 10 ff. giiadringentesimo réel. octuagesimo a 30 1. sans ch. ni sign. M. Edw. Tross nous fait remarquer que ce livre, dont on ne connait est exécuté pas l'imprimeur, avec les caractères de GuldenschafT principalement de Colognc, mais qu'il s'y trouve mêlé toutes sortes de caractères même des caractères rodifférents, mains, comme s'il avait été imprimé par un ouvrier ayant couru le monde, et qui se serait approprié une partie des caractères dans chacune des typographies où il aurait été employé. Tricastinorum Itin. AUGUSTA [Plin., FANUM Sancti Paulj Tricastini Anton.], Civitas Tricastinorum [Cell.l, [Not. Saint-Paul-trois-Chàteaux, bourg Prov.J, de Fr. (Drôme). Pierre Chevillot, o lypographus regius, n exerçait dans cette petite ville dès l'année 1615. l'imprimerie M. Ternaux est tombé ici dans une bizarre erreur; il a pris Troyes (Augustobona-Tricassium) pour et a donné comme premier St-PauI-trois-Châteaux, livre imprimé dans cette ville la célèbre édition princeps de Phèdre, publiée en 1590 par P. Pithou, édition dont nous reparlons à l'art. Luyera. AUGUSTA Trinobantusi, AUGUSTA Turonum, AUGUSTA Vagiennorum voy. voy. Londinum.

TURONES.

Aù[Tal>. Theod.], Augusta in Treïpïiêipûv [Ptol.], COLONIA ïbeverorum ni], (Mela, Trevirj Ilist. Treveris, [Tarit. iv.],Treverica Urbs fAuson.], [Amm. Marc], anc. Trevirensia PALATIA [Mabillon], la Belgique Ire, puis du'diocapit..de la cèse des son importance Gaules; la métropole des faisait surnommer en Trêves Triers Gaules; auj. (Trier, sur ville de la Prusse.rhénane, all.), la Moselle.

Augusta Ba[Plin.], GIENNORUM,SaLUTIjE, SaLUTIAIIUM ClVITAS, ville des Bagiteiini ou Va[Tab. Peut.] dans la Ligurie, Saluces gienni, auj. en ital.), ville des Etats (Saluzzo sardes, anc. marquisat. Quelques géogravoient dans l'AuGusTA Vagtennophes des États rum Bassignana, bourg sardes, AUGUSTA -Batiennorum). Coni (voy. près reSaluces est la patrie de Bodoni. L'imprimerie monte dans cette ville à l'année 1479 le marqnis Jean LeLouis Il de Saluces décida le célèbre Turin pour quelques fèvre de Langres à quitter mois et à venir fonder un établissement typograIlain nous donne le phique dans sa ville capitale. titre exact du vol. qu'y imprima le célèbre Langrois, est assez curieuse pour que nous et la souscription in extenso Facinus la reproduisions Tiberga. lit ex Prisciano nàitlusAlexandrum interpretatio la lin trem [.udovicummarcliionemSalutiarum.A Salutiaruin Marchio me jussit generosus Etlerc, quod quintus protulit aunus opus. Quo viso dixit hic verba Facinc Adducens artis, non tua, prudens nempe sapis. Erras si forsan, tuus et velut error honestus Quem semper magnus dux fovct atque rcgit. Quiquc fidcm testis vel iudicis obtinet, ut lu, securus prodere nempe potest. 0 quam Scriptuut te memorem, quœ me non ilespicis, alto Imperii sanguine ducta domus, et Germano tuo. quanquam Generoso Galliœ regi aflinis ducibus principibusque

129

AUGUSTA VALERIA.

AUGUSTA VOCONTIORUM.

130

simut. Impressuin per lohannem Fabri millesimo nono die ultima quadringentesimo septuagesimo lulii, in-a. Jean Lefèvre, au bout d'une année de séjour à Saluzzes. s'en retourna à Turin assez peu satisfait des procédés du marquis {lion avendo, corne si deve supporre, ritrooate in Saluzzo quelle convenienze che si sarebbe aspettato, Amati, p. 563), et son successeur fut Martin de la Valle celui-ci donna en 1481 une édition des satires de Perse, avec cette arte et impensis souscription [mpressus Saluliù, de la Valle, correctusqz ac emenclat} Martini diliglii opa Egreqii viri Jolianis Gauterii rectoris anno Dili mcccclxxxi, in-fol. scholariuz SaluciêsiU gotli. de 12 ff. sign. A-B. M. Brunet fait remarquer que les caractères gothiques de Martin de la Valle ressemblent beaucoup à ceux d'une édition de Boèce, donnée à Pignerol dit Jacoen 1479 par Giacomo de liossi, autrement bus de Itubcis, Français que nous trouverons à l'aret Martin t.icle Pignerol. Cela n'a rien d'impossible, de la Valle peut avoir acheté son matériel de Jacques le Bouge, ou bien celui-ci avoir fait fondre des caractères identiques à ceux de celui-là, sans que du fait ou puisse tirer une conclusion bien intéressante. AUGUSTA VALERIA, AUGUSTA Yangionum, AUGUSTA POLIS. voy. Sjëtabis. Vobhatia. voy. Quintino-

voy.

Vehomanduobum,

AUGUSTA VESUNNA, AUGUSTA Vindelicorum

VOy. Petricobdium.

Tab. [Ant. Itin., Peut., Tac], Aùf GÙaTa OikvSsXixwv [Ptol.l, Raetorum Colonia AUGUSTA [Grut.], Vindelica ALux AUGUSTA (sur beaucoup de livres anciens on trouve seulement: TragoAUGUSTA; sur quelques autres, dans la VindéPoLIS), ville des Licates, ville licie, auj. Augsburg, Augsbourg, de Bavière. On l'appela aussi quelquefois Licautiorum Damasia, parce que, avant d'avoir recu une colonie roelle était la ville principale de maine, ce peuple. Ville de 1276 à 1800 elle fut illustrée impériale ou plutôt la confession de foi par la protestation en 1530, aux décrets que les réformés opposèrent, impériaux, ce qui lui a fait donner le nom à jamais célèbre de Confession d'Augsbourg. Un libraire de Paris, fort instruit et excellent bibliographc, M. Edwin Tross, a bien voulu nous donà Augsbourg, quelques ner, au sujet (le l'imprimerie notes que nous sommes heureux de présenter à nos lecteurs. établi Augsbourg est, d'après l'ordre chronologique la cinquième ville de l'Allepar tous les bibliographes, des impressions avec date cermagne qui ait produit taine. Son premier typographe fut GûntherZainerou sortait Zeynerde Kcutlingcn qui,vraisemblablement, des ateliers cle Fust et Schoiffer; ses impressions sont fort belles et ses caractères bien gravés. Le Aledipremier livre sorti de ses presses est intit. tationes Jlonaventurœ il porte la date im° ydas Mardi, anno lxo octavo (1468), in-fol. goth. C'est à Zainer que l'on doit l'introduction et ronds dits rol'emploi en Allemagne des caractères mains livre imprimé avec ces caractères le premier est daté de 1472 ce sont les Elyniotogiœ Isidori Mspalensis. 1500 on compte 23 imprimeries à AugsJusqu'en bourg, dont celle du monastère de St-Ulric et StAfre, de l'ordre de S. Benoit, est une des plus imDICTIONN. DE GÉOGB. j

des volumes sortis des portantes. Quelques-uns histopresses monacales, entre autres le Speculum riale de Vincent de Beauvais, de 1474, 3 vol. in-fol., sont exécutés avec les caractères d'Ant. Sorg. Un exemplaire de ce beau livre qui a figuré à la vente Bearzi contenait la note manuscrite suivante Melchior, de Stamhain abbas SS. Udalrici et artis perAuffra, incipit opus illud impressoria: ficere. Augsbourg est la ville qui a produit au xve siècle le plus grand nombre de hvres illustrés avec ligures en bois, et le plus grand nombre d'ouvrages en allemande les belles-lettres et les sciences langue marchaient d'un pas égal avec la théologie ascéy tique et dogmatique. Augsbourg a aussi produit la première impression musicale exécutée en caractères mobiles en AlleMelopoiœ magne. Ce premier ouvrage est intitulé seu Harmoniœ Tetracenticce super xxu. Gênera carminum heroicorum, et elegiacorum, tyricorum ecclesiasticorum per Petrum Triniliymnorum etc. Impressum tonium, Augusta; Vindelicorum ingenio et industria Erhardi Oglin, 1507, pet. in-fol. Les principaux bibliographes qui se sont occupés de la typographie à Augsbourg sont Zapf{G. W.)Auqsburg's BuchdruckergcschiclUc Augsbourg, 1788-91, 2 part., in-4, fig. œlteste DruckdenkMegger (C.G.) Augsburg's male. Augsburg, 1840, in-4, fig. la permission Nous demanderons d'ajouter quelques mots à cet exposé. M. Tross est de l'avis de Panier; il dit Premier livre impr. à Augsbourg, 1488: Bonavemurœ medilationes. Mais pourquoi ne dit-il pas un mot de Job. Bamler, Bemler comme l'appelle Maittaire, ou Baemter, suiv. Lichtenberger, qui cite de cet imprimeur une Bible latine de 1466? Bien des bibliographes ont admis cette assertion comme certaine il est vrai qu'il parait prouvé aujourd'hui que cette Bible de Bamler fut impr. par H. Eggesteyn de Strasbourg, et que le fait qui donna lieu à cette hérésie biblio graphique est une inscription manuscr. qui se trouve sur l'exempl. de cette Bible que l'on conserve à Wolfenbûttcl expticit Psallerium. BAMLER.1466. Ce Bamler n'était alors qu'un enlumineur de et il lui plaisait de signer sa peinture talent, sans qu'il put se douter que ce fait dût mettre dans l'embarras les bibliographes de l'avenir, Maittaire, comme en définitive ce Zapf et M. Didot compris; Jean Bamler se laissa emporter par le courant et se fit imprimeur à son tour, vers 1470 et certainement en 1472, il méritait l'honneur d'une mention. Mentionnons aussi Io. Schüssler, qui uelegantissimo charactere nitidissima excudit chartaque on. 1470, Josephi de Bello Judaico lalinam editionemprincipem.i (Lichtenberger, p\191.) Ehrard Raldo!tf t'imprimeur de Venise, qui revient dans sa patrie, et y imprime en 1488 fatmanach de Jean de Kœnigsberg, dont il avait déjà donné une édition à Venise en 1476. Et surtout donnons-nous Jean garde d'oublier senior (l'aîné), « qui ab anno circiter Schœnsperger, 1481-1524 typis elegantibus libros excudit (Lichtcnb. p. 195), et auquel nous sommes redevables des livres les plus richement ornés qui peut-être aient une Bible allemande jamais été mis sous la presse de 1487 et 1490, avec figures sur bois un Novum Testamentum, allemand, de 1523, avec des gravures sur bois de Jo. Scheufelein, d'une exécution charmante et avec le caractère réduit du fameux ï'/ieou Tliewrdanck, werdank enfin ce Tewrdannckli lui-même, dont il avait donné la première édition, à Nuremberg en 1517, et dont il publia deux réimpressions à Augsbourg en 1519 (Lichtenh. 193), mais déjà, dit M. Didot, il avait imprimé à Augsbourg en 1514 le livre de prières de l'empereur Maximitien, pet. in-4, en gros caractères, dont l'exécution typoest peut-être à celle du graphique supérieure Tliewrdanck lui même. AUGUSTA Vocontiorum Augustum 5 [Géo.

131

AUGUSTANA, PRETORIA.

AULA QUIRIACA.

132

Rav.], Fokum Augustum[IUii. Anton.], AvsTA C1VHA3 AGVSTA [monn. mérov.], Aouste, bourgade du Dauphiné (Drôme). Augustana Pretoria DACLE,Roman, pet. ville de la Moldavie. Augusti Lucus, ville des Calaici, dans la Tarraconaise, auj. Lugo, ville de Galice. AUGUSTI Mûri, voy. PONSSaravi. AUGUSTI Trop-EA, Ssêainrô Tpc'-irata [Ptol.|, du Turbia, auj. Torbia, bourgade de Nice (Alpes-Maritimes). comté

ni de typographe, primée sans nom d'éditeur Heduœ, 1578, in-8. Il nous faut citer plusieurs autunois imprimeurs au XVIIe s.: Blasius Simonnot, Pierre Laymeré, Bernard Lamothe et Tort à la fin du siècle. Cette ville ne figure pas en 1764 au llappon fait à M. de Sartines.

anc. Augustodurum, Arjîgenus, VEDEoc.fi, ville des Vidueasses, dont le village de Vieux (Calvados)marque auj. l'emplacement suiv. Reichard, ce serait Aulnay, et, d'après d'Anville et Valloy, St-Fromond, local. du mèmedép.

Augustomagus. Tab. [Itin. Anton.; Peut.], CIVITAS Silvanectum [Not. Prov.] Silvanectjë Augustius, Acutus, YAgoitst, VAgoût, riv., Sii.vanec[Notit. Imper.], du Languedoc. TENSIS TJhbs [Greg. Tur.], Silvanectusi, Silvanect.e Sem.enses Augustobona Tricassium, voy. TftEci;. Palatium, [Chr.], ville des Silyanectes, dans la Gaule BelAUGUSTOBRICA AntOD.], AUGUSTOBRIGA gique, station de l'Itin. à [Itin. d'Antonin, ville de la Lusitanie, xxii m. de Soissons, [lnscr. Grut.], auj. Senlis, ville de dans la France suiv. d'Anville auj. Puente del Arçobispo ce serait (Oise) Nouv.-Castille. le 'Porotia-yo; de Ptolémée. Nous ne connaissons de livre pas imprimé AUGUSTOBRIGA, AùfouuToëpifa[Ptol.J, ville dans cette ville avant l'année 1698 Critique d'un des Pelentones, dans la Tarraconaise, auj docteur de Sorbonne sur les deux lettres de AI AI. Deslyons, Agreda, pet. ville de la haute Castille. ancien, et de Bragelongne, nouveau doyen de la cathédrale de Senlis, touchant la Augustodunensis TRACTUS symphonie et les instruments que l'on a voulu in(pays des jEdui), troduire dans leur église aux leçons des ténèbres. corl'Autunois, anc. prov. de France Senlis, impr. de R. Caron, 1698, iu-4. (Bibl. impér. au dép. de Saône-et-Loire, Hist. de Vr., t. vin.) respondait En 1764 (Rapp. Sartines), il n'y. avait à Senlis qu'un réuni à un arrondiss. de la Côte-d'Or. seul imprimeur, Nicolas Desroques, né à établi en 1751 il était à la tête de trois presses. Paris, Augustodunum [Tacit. Ann. in.], Aùfoua-oSouvov [Ptol.], Civitas yëduorum ou EnuoAUGDSTOMAJMA,VOy. TrECjE.

des Gaulois n'est autre qu'un bourg de bractum l'Autunois nommé Beurect mais, comme les autoont consacré la ville d'Aurités les plus importantes tun comme représentant le lîibractum de César, nous ne faisons mention de l'opinion contraire que comme d'un renseignement de quelque intérêt un dictionnaire de géographie, connu sous le nom de de LacomOe, n'écrit pas Beurect, mais dictionnaire autre village de l'Autunois. Beuvray ou Beuveray, ne fut pratiquée dans ceite ville, au L'imprimerie dire de M. Ternaux, qu'en 1655, et le Dr Cotton l'a fait remonter en 1596. Nous pouvons la reporter à une date antérieure. Le livre intit. SlalutaÊduœ, statuta curiœ Eduensis, auct. Joan. Blondel, 15SG, in-8, bien que publié sans nom de lieu ni d'imprisorti des presses autumeur, est très-probablement noises. Le catal. Colbert nous fournit l'indication d'un Alissale ccclesiœ Ueduensis. Hedu<e, 1556, in-fol. Enfin nous trouvons dans le catal. des sciences médicales de la Biblioth. iinpér. un livre imprimé en 1578 c'est une édition de Galien, trad. en latin, corrigée et augmentée par Jean Lallemand et im-

RUM, Edvà. [Itin. Anton.], Hedua,AvgvsJ AUGUSTONEMETUM, VOy. ARVERNA. TEDVNO AVGVSTEDVNVM, AVGVSTIDVNO, · Avgvsotepvno [monn. mérov.], Eduense. AUGUSTOPOLIS, VOy. AUGUSTA. Palatium [Charta. Lug. Jun.], Augusta Augustoritum Lemovicum. Lemovicum, Voy. Francorum (sur quelques vieux livres), AUGUSTOHITUM PlCTONUM, VOy. PlCTAVlA. Ostvn [Chr. de S. Den.], anc. Bibractum? dont l'étymologie serait, selon Augustum, Voy. AUGUSTA Vocontiorum. Mons Bifractus, Autun, J. Lempereur, AULA Bona, Aubonne, ville de Suisse pet. ville de France, sur tArroux (Saônc-etde Vaud). (canton Loire). AULA magni magistri ordinis Teutonici, Quelques géographespensent que l'antique BiMari*,
ou

DOMUS, Mergetiium, Mergentheim ville du de WurMerge?itlicd, roy. ruines de l'anc. château des temberg maîtres de l'ordre grands Teutonique. M. Cotton (suppl.), mais sans citer aucun titre de livre à l'appui de son assertion, prétend que cette ville possédait une imprimerie en 1698. Aula sur le Danube, Nova, Ebersdorf, d'Autriche. bourg Est-ce dans cet Ebersdorf ou dans la petite ville du même nom située dans la haute Saxe, dans le cercle de Zwickau, que fut imprimée, en 1727, la Biblia Saxonica, in-8, dont parle le père Lelong ? La Bibliolileca Saxomca de Struvius ne mentionnant même pas cette localité, il est à croire que c'est à l'Ebersdorf autrichien nous faut attribuer cette impriqu'il merie. Quiriacum, Guehanda, de France (Loire-Inférieure) Gué-

AULA Quiriaca, rande, ville

133 Aula a

AULA

REGIA.

AURELIACUM. A iuharia bourg Parva, voisin .Zalathna {Klein du précédent.

134 Schlatten^,

abb. en Regia, Kônigssaal, Zbraslaw, sur la Moldau. Bohème, a peut-être été exercée dans ce moL'imprimerie nastère au xvc s. En effet nous trouvons Dyalogus dictus Malogranatum, compitatus n quodam venerabili abbate vwnasterii Aille régie in JJofiemia. An. Dni M cccc L xxxvn". in-fol., sans aucune autre ce qui ne nous permet pas (l'affirmer indication, d'une manière précise que le monastère de KOnigssaal ait possédé une imprimerie au xve siècle. Aula Regia ad Lynum, voy. Aulica.

lurasium, Auras, ville de la Silésie prussienne, sur l'Oder.
» lurea Arle, Saxe. j tUREA Tempe, Boseuane, Aukeum die district de la goldenc basse

Aulerci, divisé bords

de la Gaule peuple lyonnaise, en Aulerci sur les Brannovices, de la Loire Aulerci Cenomani le Maine; [C;os. vu], Ksvcuavoî [Ptol.], Aulerci IHabHntes ou Biablindi [Plin., le Perche tv], AicuAïtou [Ptol. (?) et Au- j lerci Eburovices ou Eubu[Plin., m], rones vu], AùxîpxiM 'Eêoupaïxo! [C;es., [Ptol.], le dép. de YEurc. Elze, de sur

Var.LIS, (Deux-Sèvres). près Trèves

de France Airvault, bourg = Omal, et abb. bourg (Luxembourg). de de Fr. (Nièvre). Champagne,

t k.uREAïA, Aurée, village = riv. V Aurée, pet. afll. de la Seine. \UREATUM, 1 \UREUA voy.

AlCUSTADIUM.

ad Lynum, Aula Regia Auuca, la Leine, pet. ville du Hanovre. Auus, dans Aulon AuXiî, l'anc. Microvathi, Béotie. ville

Grèce,

[Itin. l'HIyrie e l'Adriatique,

Aùxûv [Strab.], ville de Ant.], sur Valona, grecque, auj. en Albanie. VAumignon, la Somme. voy. riv. Alnkalhum. Auneau ou Anneaux, de Picardie,

Aumicnona, affl. de Aunedonnacum, AUNUS.

Alkealdum, de France bourg Autura. Aura, voy. Aura, affl. VAure, pet. de l'Eure.

(Eure-et-Loir).

riv.

de

Normandie, Auruy,

Auracium, Auraic.um, Auiiascum, ville de Bretagne (Morbihan).

ville de Auracum, Uracum, Aurcich, Urach, sur l'Erms. Wurtemberg, existait en cette ville dèsl'annéc 1Ù81, L'imprimerie si nous en croyons l'indication suivante négligée par Panzer et Maittaire, mais que nous donne Uain (la Vie des Saints) (III, 2Ii8) Lebcn der Heiligcn à la lin Ilye endel sick der Hciligcn leben das Vas hait Gelruckl fin volendet Cunpf'inltcrteyl. zu Urach. radus An Montag nach smat Fcyncr M. CCCC. LXXX1 2 vol. in-fol., le Marlinstag. premier de 240 ff., chiff. à M lig., plus un premier f. non chiffré; le second vol. commence par un f. non chiffré, suivi de 208 ff. chiffr. avec fig. xyiographiques. Conrad Fyner Était à cette époque établi à Essling, où nous le retrouverons; il fut sans doute appelé à Aurach par les congrégations religieuses. Aitrach-le-Duc Auracum Ducis, Auriacum, (Herzogen Aurach), pet. ville de Bavière, près Nuremberg. en 1707, d'après Imprimeric ton. AURAICUJI, Auraria voy. AtJHACIUMi le suppl. du Dr Cot-

AURELIANORUM ClVITAS [Coll.], AUKELIANUM, AUHELIANENSE [Sid. Apoll.], Auriliana Palatium, CIVITAS, Cekaiium Iltin. Kvivoiëov [Ptol.], Genabum Ant.], Krivaëcv [Strab.], Genabum Carni:[Cres.], AVRELIANIS TUM ClVITATE, [CiBS.l Avriuan'is [monn. mérov.], Orliens, aux xnc et xm° Orléans, ville de s., France (Loiret). Panzer et après lui tous les bibliographes s'accordent à reconnaître comme premier ouvrage imprimé Cuà Orléans la traduction française du Manipulus Guidante de Monteliocherii. M. lirunct ralorum. exacte qu'il fait de ce rare vojoint à description de la marque de Mathieu Vivian, lume la reproduction d'Orléans. Voici le titre du le premier imprimeur Irùslale (le lalï cet volume Manipulus Curatnrû, Au V de l'avant-dernicr f. Cy finist te frâcoys. Curatorum translate de latin liure dit Manipulus en francoys verternble et discrète par paonne Maislre Guis du Mont Rocher docteur en théologie. Imprime à Orleans par Maistrc Mathieu Vivian. Ouccquez la ayde de Nostre Signeur ihûxpt lan mille quatre cens quatre vings et X. le dernier iour de mars. In-S. gotli. sans ch. ni réel., avcc sign., 2tiù ff. à 24 et 25 longues lignes par page. de la ville d'Orléans Les principaux imprimeurs au XVI" siècle sont Jacobus Hoys, que nous rencontrons en 1518, Jac. Martinet en 1528, Fr. Guciardus en 1530, Louys Rabicr, Pierre Trcpcrel (sic), Saturnin Ilotcl, Olivier Boynard et Eloy Gibier; au xvn's. s. nous ne citerons que Gilles Ilotot, Mario Paris et les frères Borde. Le rapport fait a M.de Sartincs en llQ'i nous donne il y a à Orléans quatre imles indications suivantes Charles Jacob, syndic, descendant de pluprimeurs sieurs générations d'imprimcurs, pourvu en 1720, Martin Couret de Villeneuve, possède 3 presses. natif d'Orléans, âgé de 47 ans, fils d'imprimeur, établi en 1747, a succédé a son père; 4 presses. Jean lîouzcau Monlault, adjoint, établi en 1752; Pierre Rousseau Liger, établi en 1750; 4 presses. 5 presses. Ce dernier ayant imprimé un livre pour de la confession, son imprimedémontrer l'inutilité trois mois il a donné sa rie fut interdite pendant démission, qui n'est pas encore acceptée. des livres se l'ait par des gens Nota. Le commerce il y a entre autres un qui ne sont pas autorises; nommé Pierre Chevillon, frère du libraire de ce nom, de revendeur. qui tient boutique Aurelja Allohrogum, voy. GEXEVA. AU-

Magna, Aurawacum, Abrud-Banya bourg dcTfansylvanie; ( Gross Schlatten),

AURELIACUM, ville rillac,

AURILACUM, AURIUACUSI, de Fr. (Cantal).

135

AURELlAiNENSIS AGER.

AUSTRASIA.

136

Nous ne connaissons pas de livre imprimé avant VEntêlichU des Eaux de 1685 dans cette ville Vic-leComte en Auvergne, pnr Jean Mante. in-12. Aurillac, 1685, En 1764 (flapp. Sartines), il y a un imprimeur-libraire établi dans cette ville depuis 1761; il se nomme Antoine Viallancs. Aurelianensis AGER, YOrléanais. Origano, pet. ville'-

AUREIJANUM, Origanum, de la Vénctie.

AUREOLUS PONS, PONS AUHELIANI, PONS Auville des REOLI [Aur. Insubres, Vict.], dans la Gaule Transpadane, auj. Ponsur la route du Milanais, tirolo, bourg de Bergame à Milan. AURGI, voy. Auria, Auria, voy. voy. Flavium. Amphiochia. AqujE Calid.e. du Périgord en localités

Nous pensons que la grande famille des imprimeurs de ce nom, qui llorissaient à Venise au XVIe siècle, était originaire de cette ville le premier, dont Ics essais comme typographe datent de 1505, s'appelait Giov. Bapt. da Sessa ou Sessa; puis viennent la céMelchior ou Marchio Sessa, et Giov. Baptista lèbre Marchio Sessa et ses fils. Sept différentes marques ont (le chat et la souris) de cette famille illustre été recueillies et publiées par Dibdin dans son Decavieron. Un célèbre bibliophile du commencement de ce siècle, l'dvêque d'Kly, disait à propos des livres sortis des presses de ces imprimeurs « Whenever you sec a book with a cat and mousc in the frontisfor the chances arc as three to pice, seize upou it four tliatituill valuable.» A bc found bothcuriousaml AUSA, AUSA Nova, Vicus Ausonensis Ausona (au moy. âge), Aasoxa, Vich ville d'Osona, d'Espagne logne). [Coll.], Vich, (Cata-

Ausara, voy. Apsorus.
Ausariensis l'île du Ausci, voy. le bourg Civitâs, même nom. Voy. AUGUSTA Ausciorum. d'Osero, Apsorus. dans

Auriac, Auriacum, bourg Plusieurs (Dordogne). ce nom. France portent

ville de l'OstAurich, AuniACUM, Auricum, Frise (Hanovre). Est-ce à cette ville que s'applique la désignation flerbert et Lowndes d'un livre que nous fournissent imprimé en 1541 ? « James Sawtrey, Defence ofthe Presistes agents Sleven Gardiner, mariage of Will. Repse, BistwpofNorJlishopoflVynchester. wiche, etc. Awryk, by John Froost, 1541, in-16. 28 pag. Goth. n Auriacum, AURIGERA, de Fr., Aukiliacum, villages Alrimontanum, de bourg Aurimontium, prussienne, (Riesengebirgé). Auriniacum, de France voy. Auracusi DUCIS. riv.

la Bresle, Auscia, pet. riv. de Normandie, le Vimeu du Tellau. séparait Auser Ausur [Plin. m], A'aap [Strab. v], fleuve le Serchio, affl. de l'Arno. [Rutil. d'Etrurie, Itin.], auj.

Ausiaca VILLA,Anseattville, village de Lorraine. Ausimum,voy. Auximum.
Ausoba, lande, Ausona, Aùoo'ëa [Ptol.], le Logh, dans le Connaught. voy. Ausa. riv. d'Ir-

Ai.buracis, AREGIA, YAriége, affl. de la Garonne. Aurillé de France et

Aurilly; plusieurs ce nom. portent

Ausonia, l'Ausonie,'nom poétique de l'Italie.
Aussoniie, Ausso.n'a, Aussonica, Auxonia, ville de Fr. (Cô.te-d'Or). Auxonne, Auxonnc fut fondée l'an 406 de J. C., suivant l'historien Claude Jurain; ses armoiries lui furent données par Philippe le Hardi, duc de Bourgogne. n'existe dans cette ville qu'à partir de L'imprimerie 1787, suivant M. ïernaux, qui cite un Manuet destiné à la célèbre école d'artillerie Lombard, Table du tir des canons. Auxonne, 1787, in-8. AUSTA, Austia, de Bohème, Austeravia, voy. UstiA, Ustje, sur l'Elbe. Amelanma. AUSIREBATIUM. VOEstergoé, partie Aussig, ville

Uvmmtts Ursimontanum, de Berne). Suisse (canton Goldberg, au pied en ville de la Silésie des monts Géants

Origny (Aisne).

Thiémche, c

village

Auhio,Eoron, bourg de France, anc. abb. de bénéd. (Sarthe).
ville de Bavière Roth, AumsiuMj d'Anspach). AUIUSTADIUM, VOy. AVERSTADIUM. AURIVAIXIS, Voy. AUREAVALUS. (margr.

AUSTERBATIUM, voy. Austrachia, orientale

Emstrachie, de la Frise.

SUESSA [Cic. AuRU^"CA [Liv. Phil.], vin], AuSUESSA AimUNCORUM [Liv. lx],SuESSA ville des hunca Aurunci, (Vell. Pat.] dans la Campanie, auj. Sessa ou Sezza, ville de la Tara di Lavoro, prov. napofaut se litaine du d'Italie, qu'il roy. avec SUESSA Pode confondre garder JIETIA.

Auster AUSTRASIA, Austrachia, [Frédég.], Westreich, Westerreich, l'Austrasie, N.-E. de la France et 0. de l'Alprov. la Lorraine, le comprenant lemagne la Thuringe, le Luxembourg Brabant, a formé, du vie et pays de Liège, etc.; au vme s., un des principaux royaumes francs.

137

AUSTRAVTA.

AVARICUM.

138

Austravia, CASTRA Pr^etentia, Osterhova, Osterhofen, ville de Bavière, près. du Danube [B. et Môller].
AUSTREBATIUM, AUSTERBATIUM, AVSTIIEDANTO district du Ostrevand, [monn. mérov.], Hainaut de Bouchain). belge (territ. Austru Austw FRANCIA, [Cluv. Cell.], REGNUM ORIENTALE, (EsterOster-Rike, d'Autriche, reîch, Œstreich l'empire l'.une des eurograndes puissances péennes (?). AlJSTRIA, VOV.,LlCERIUM. Austiu^î CIVITAS, voy. Bemuacum. Ausugum ville de Aiisugium, [Itin. Ant.], l'anc. Norique; auj. Borgo di val Sugana du Tyrol (d'après Forbiger), pet. ville autrichien. exista dans cette localité en 1750, dit L'imprimerie M. Cotton, dans son supplément. AUTISSIODORUM AUTESIODO[Tab. Peut.], rum [Itin. Altisioporum Anton.], [Cell.], AUTOSIDOIIUM [Amm. |, AntisioMarcel. noRUM, Urbs ALCEDRONENSIS, Avtiziodero, AvtissioAvtixiodero [monn. mérov.], iiervm Avaucerre [Frédég.l, [Joinv.], Auseurhe (Guy d'Auseurre, Guy, évèque la Cité d'Auçoihe d'Auxerre, Ducange), de St-Denis], ville et Auxerre, [Chron. evèché de Fr. (Yonne). M. Ternaux porte à 1650 et le Dr Cotton à 1560 la date de l'introduction de la typographie dans cette sans indication de livre imprimé. ville, mais a dO vouloir désiVoici le volume que M. Cotton gner c'est un Bréviaire à l'usage d'Auxerre, Breviarium Ecclesiœ Anlisslodorensis, Antissiodori, 1580, in-8, que nous trouvons dans plusieurs catologues, entre autres sous le n° 5521 du cat. Dubois. Mais la Bibliothèque impériale possède une pièce publiée sous une date antérieure donnée par Sauvegarde de Il) à M. le cardinal l'Empereur (Maximilien de Metz. Ausserre, par M. Bourlorraine, euesque don, 1566, in-8. Parmi les imprimeurs d'Auxerre que nous jugeons nous citerons honorable, dignes d'une mention Pierre Vatard, au commencement du xvii* siècle, et. Villers. C. de il n'y a qu'un seul En 1754 [flapp. Sartines], étaimprimeur à Auxerre; c'est François Fournier, bli en 1742. AUTOMATE [Plin. [Oros.], Il], Hiera des îles Lipari, auj. Megali dans l'Archipel. AUTOSIDORUM, VOJ'. AUTISSIODORUM. ou Aiitrey, Autrui bourg Autreum, comté de France (Doubs). VOy. CARNUTUM. AUTUMNACUM, VOy. Andernacum. Autricum, Ebura, AUTURA, Audura, la Seine Fr., affl. de Forbiger). riv. ['Eure, citée (non de par l'une Cameni,

Auxanum,Anxanum[Tab. Peut.], Lanciano, bourg d'Italie (Abruzze citér.).
AUXELLODUNUM, Voy. AuxenxNa Peut.], EXELOniJNUM. AnMuenna [Itin. [Tab. sur Avcmx, Avai.les, Avaulx, ton.], de France et château l'Aisne, bourg d'Erconstruit sur les ruines (Marne), on Ecry chery cari.]. [Chron.

Auximum

Ausimum [Tab. [Cœs. B. G. i], Auximon [Itin. Theod.l, aûÇi^dv [Plutar.], Osimo, ville des Picentjns,auj. Anton.], d'Ancône ville de la délég. (Italie). Voici un livre imprime dans cette ville à une date assez reculée c'est une traduction latine du premier Arlosto hud. liotandi Furiosi chant de l'Arioste latiLiber primus et Canins cujusque Principia, a Visite Mauritiq de monte flortim. nitate donati Auximi, per Astulfum de Grandis, 1570, in-8. AUYONIA. Auxuenna, Avau.o, Avallocium bourg de voy. voy. voy. AUSSONNA. FANUM S. Menehii.dis;

Abaixo. Tur., Frédég.], [Greg. Fr. (Eure-et-Loir). de la Gaule des Alluye,

Avantici, peuple auj. occuperait Alpes-Maritimes

partie et des

Narbon.; des dél). Basses-Alpes. ICTOnURDM.

AVANTICORUM OPPIDUM,

VOy.

AVANTICUM, AÙ3ÎVTIZ0V [PtOl.J Hist. i] AvENTicuM [Tacit. de la ville [Itin. Anton.], naise], Suisse, Vaud). Avara Berry. Avaricum auj. près Major, Avanche, du lac

AVENTICUM Helvetiorum Gaule Lyonville de Avenches, de Morat de (cant. Yléore, pet. riv. du

VYèvre,

Tab. [Caes., Itin. Anton., Peut.], [Geoc. Raven.11, Aùâpt«v [Ptol.],BiTumc^î BITURICUM [LuBituriGjE [Sid. Apoll.], Oppidum Ava-' Biturix, can.], Bituriga, RICUM IM KINIBUS BlTUlUGUM [C8BS.J, BEBETURIGAS URBS torica Tur.], [Greg. Betoregasci, BEOREGAS, BE[Frédég.] Betorex torgas, [monn. mérov.], cap. des Bituriges la Gaule Cubi, dans Aquiville et archevêché taine, auj. Bourges,

et anc.

Auvertium, Amers; plusieurs localités en France portent ce nom.

de Fr. (Cher). le compilateur berrichon, porte à Catherinot, à l'an 1500 la date de l'introduction de l'imprimerie Bourges, et la Thaumassière, dans son Hisl. du Serry cite un Bréviaire en deux volumes imprimé à Bourmais l'abbaye de S. Satur: ges en 1515, pour aucun fait, aucune preuve, ne sont apportés à l'appui de ces assertions purement gratuites. fut M. Cotton, de son côté, dit que l'imprimerie et introduite à Bourges par Barthélemy Bartault. M. Ternaux, suivant sa coutume, sans reproduit, cette assertion erronée même en varier les termes, B. Bartault fut l'un des premiers libraires de Bourges, général des mais n'imprima jamais. Le Coustumier Pays et Duché de Jierry (Man., tom. Il, col. 353

139

AVARIO.AVELDA.

140

livre imprimé à fut, suivant Cotton, le premier il se vendait dans cette ville en t'oslelde Bourges; Barth. et avait été imprimé à Paris par Barlaull, Michel Fczandat, mais aux fraisdetrois libraires associés, B. Barlault et Jean Garnier de Bourges, et Ponce dit le Faulcheur, de Paris. Roffet. cette grande Quel fut donc le premier imprimeurde cité de Bourges, si célèbre à cette époque par son et son école de Adroit, où brillaient d'un université renom sans égal les Cujas et les Alciat? Nous emprunterons à une curieuse brochure de M. Boycr, bibliothécaire de Bourges. quelques détails consciencieux et fort intéressants à ce sujet. On ne reconnaît, dit-il, de fondation certaine d'un établissement d'imprimerie à Bourges qu'en 1530. A cette époque, sous la bienfaisante protection de Marguerite, duchesse de Berri, qui portait à cette province une affection particulière, les cours de l'Ecole de droit avaient commencé à prendre un lustre inaccoutumé le renom européen du professeur Alciat, qui venaitd'y faire son entrée, appelait autourde sa chaire une foule d'hommes d'étude à qui les livres devenaient plus que jamais nécessaires. La ville crut devoir répondre à ce besoin, et appela de Paris un du nom de Jean Garnier, qui apporta imprimeur avec lui ses presses et s'engagea à rester six ans au moins dans le pays. De plus. pour l'attacher davanchances d'un noutage et prévenir les mauvaises vel établissement, les maire et échevins lui assuune rétribution rèrent annuelle de 100 livres tournois. On v ajouta 10 livres une fois données l'aider à faire le voyage de Bourges à Paris, où pour il allait chercher sa femme qu'il y avait laissée avec tout son ménage et son matériel. (Compte' de la ville, 1529-1530.1 Les premiers spécimens des presses de Garnier ont disparu. C'étaient sans doute de simples ordonnances ou des pièces administratives des maire et échevins; il fut adopté par le clergé et devint à mais bientôt la fois l'imprimeur de l'autorité séculière, celui de l'Université, et en même temps, ce qui valait mieux à cette époque, le typographe agréé par le parti clérical. Malgré ces trois cordes à son arc, Garnier ne fit pas fortune, puisqu'on lit dans un dénombrement des officiers de l'Université c'est L'imprimeur Jehan Garnier, homme paouvre qui n'imprima de sa vye livre fors des Almanacs et ut l'hofftce nouuellement érigé et ni eust iamays imprimeur que luy. Cette pièce, dit M. Boyer, doit être de 1556 or Garnier avait certainement environ imprimé lui-même le Alissel de 1547, dont nous avons parlé; ce qui contredit l'assertion précitée qu'il n'imprima de sa vye Hure (ors des Almanars. Garnier exerçait encore en 1562 la biblioth. du ayant été saccagée par les chapitre deSaint-Etiennc, Huguenots qui envahirent la ville cette année 1562, fut reconstituée, tant bien que mal, par les bourgeois bien intentionnés, qui recueillirent ça et là les des épaves «lu naufrage; parmi ceux qui achetèrent dans ce but, figure ce brave livres aux pillards, Jehan Garnier, faisant, connue l'on voit, contre fortune bon coeur. La marque parlante de ce libraire était un vaisseau battu par la tempête, avec trois moutons paissant sur le rivage, et cette devise biblique Discerne causam meam de gente non sancla. L'homme dont Bourges a le droit de se glorifier, ('est Geoffroy Tory, bien que nous n'admettions pas comme suffisamment les attributions authentiques voudrait faire à son burin de toutes les pièces, qu'on sans exception, marquées d'une 4^ mais un biblioM. Auguste Bernard, ayant consagraphe éminent, cré a cet artiste une monographie fort importante 1 vol.in-8.), nous n'avons pas à (éd. Tross, 1886 nous en occuper. La Coutume du Berry fut publiée en latin bien avant d'être imprimée en français le Manuel de M. Brunet indique comme étant la première une édition de ces Coustumes annotées par gènèralles, Nicolas Bœrier ou Boyer, imprimée en 1512; la bibliothèque de la ville de Rennes en possède une [îlus ancienne, dont un éminent professeur à la faculté

des lettres de cette ville, M. Delaunay, nous communique la description Le volume est in-8, et se compose de 156 ff., en car. goth; sign. A-V, impr. après lc titre en rouge et noir, semblable à celui de l'édit." de 1512, on lit Earumdem ac noiliillis cà JI siliis et addiz p novi ter iptit H llocricr edi B lis; ce mot voviter indique-t-il une édition plus ancienne? Le livre est dédié à Jehan de Gannay, chancelier du roy. A la fin ou lit: Expliciunl Consuetud. inclite Civitatis et seplene Byturigum, impresse anno Mi 11° CCCCCIX, die icro XXV, mensis octobris, sans aucune indication de lieu ni d'imprimeur; mais au v° du dernier f. la marque de JMarnef, ce qui nous d'Enguilbcrt donne Paris comme lieu de l'impression. Nous ne connaissons pas de Coustumier Berrichon imprimé à Bourges, avant celui de 1579, que cite aussi M. Brunet. Quant aux libres de liturgie spéciale, nous citerons le Missel de Bourges, impr. à Paris par l'Allemand J. Hyginan, en 1493, in-fol. goth. sous l'épiscopat de Guil. de Cambray. (bibl. de Bourges.) Un autre Missel, impr. à Paris, impensis J. Parvi, Engleb. de Marnef, Pctri Sartier et Jac. Ferot, pendant Pépiscopat de François de Bueil, en 1522, in-fol., dont un splendide ex. sur vélin fut vendu 1315 fr. en 1860. Catherinot cite un autre Missel de Bourges, impr. également à Paris en 1527. Le premier qui soit sorti des presses locales est un in-fol. à 2 col., en car. goth., avec cette souscription Excudebat Joanes Garnerius Biturigibus ad scholas iuris ubi vénale reperies. utriusqz M.D.XLVII. Le Manuel fournit encore cette indication En même temps que l'archevêque de Bourges confiait aux presses parisiennes du Missel de l'impression son église, il faisait imprimer un Bréviaire à Limoges en un vol. in-8, avec cette souscription à l'avant-dernier f. Impressum in Lemovicœ civitatc per Pallium mais les frais de cette Berton, 1522; furent faits par les quatre libraires de publication Paris et de Bourges, que nous venons de citer; aussi voit-on au v° du dernier f. la marque et le nom de Pierre de Sartières (ou Sartier), et lit-on cette souscription Vcnundàlur Mtttris et Pai'isii. Nous citerons, parmi les imprimeurs qui ont succédé à J. Garnier, Jean Hantet (1558). Pierre Bouchier (1576-1587), Nicolas Levez, chef d'une dynastie qui imprime jusqu'au xvm* siècle, et qui le premier les prend le titre d'imprimeur juré de la ville Cristo, Chaudière et Toubeau.qui portèrent la typoà un degré (le perfection assez graphie berruyère remarquable. Le rapport Sartines deux imprimeurs signale Solange Toubeau, veuve de Jacq. Boyer, impr. depuis 1717 la famille des Boyer est originaire d'Orléans, Où elle imprimait depuis deux siècles. Puis BarthélemyCristo, d'unevieille familled'imprimeurs du Berry. Avario, ron, Veronius, l'Aveiro, riv. de Fr., affl. du Aveyrou, Tarn. AveyStag(Bou-

Avaticorum STAGNUM, Mastrameluh num [Cell.], de Martigues l'Etang ches-du-Rhôn&). Avedonacum, Aunai, rente-Inférieure). bourg r de Fr.

(Cha-

ErCOBRIGA AVEIRUM, AVERIUM, [Polyb.], Talabrica Aveira, ville [(tin. Anton.J, et duché de Portugal, au N.-O. de suiv. Ukert. Coïmbre, AVELDA, Hesse. AYELDIA, Aveld, pet. ville de la

141

AVELLA.

AVERS/E.

142

mais sans aucune garantie D'après M. Ternaux, nous citerons Aveldend'authenticité, Augustinus Lwliero super Bisis, Pia Coliatio cum Uartino bliotlieca noua. Aveldiac, 1528, in-4. Nous ne connaissons ni le livre ni son auteur, que nous ne trouvons cités par aucun bibliographe. AvELLA, voy. Avia AQUII.A IN VeSTEMIS. Yacceorum, (roy. de Léon). Yillalon, ville

Avella, d'Espagne

Aveixana, Avellanum, Haslach, pet. ville du cercle de Franconie, près de Nuremberg. Avenacum,Avenaium,AVENIACUM, Avenay, pet. ville et anc. abb. de Champagne (Marne).
Avenui CASTRUM, voy. Romarici Mons. Aùevîuv ito'Xiç [Stcph.], Avenio [Mela, Plin,], Cavarum Civitas Avenio [Tab. Peut.], Avennicorum Prov. Vien. ] [ Notit. ville des Avinioni Civ. [monn. mérov.], dans la Gaule Narbon., auj. Cavares, ville de Fr. Avignon, (Vaucluse). date à Avignon de 1497 Luciani L'imprimerie heroica in Palinurus, Scipio Romanus, Carmina Asimis Aureus, Bruli et Diogenis Cynici Amàrcm, epistolœ (omnia latine). Hecopuscula casligatissima eincndata impressa sunt Auinione impensa Nicotai M. ccc. xcvii idibus octoTcpc ciuis Auinionensis, bris, pet. in-ii, goth. de 37 ff. à 29 lig. par page, plus un f. blanc. M. Brunet a écrit Nic. Cepe, Panzer, flain et les autres bibliogr. Jjepe mais un libraire de Paris, curieux et instruit, M. Claudin, fait observer qu'à catfse de la forme singulière de la lettre T, qui offre une grande analogie avec VL et le C, les bibliographes ont écrit tantôt Lepe, tantôt Cepe, mais qu'il faut lire Tepe et en cela, après vérification, nous sommes d'autant plus de son avis, que nous trouvons sur le second livre avignonais le même nom écrit Tepe, et par M. Brunet lui-même [lUan.lt, col. 159). L'Asinus Aurcus annoncé sur le titre n'est pas compris dans le volume; non plus que dans l'édition de 1505 (Paris, Gaspard Philippe;, qui reproduit celle d'Avignon, 1Ù97 la censure ecclésiastique a passé par là. Le second livre imprime à Avignon, cité par les est intitulé Lilloffi edi Tractatus bibliographes, censura. Tractatus bcllorum super utraque Mbeltorum super utraque censura cum queslioma Petro Miloti, bus sabbatitiis, Petro castigatus dicto Gandarrc schoTepe el Joanne Pabeyrani Dominicus Anselmus Aueniolastiço. Jmpressil nensis, Auenione altera lloma ultima Kal. Marcius, A. ,m. ccccc, in-fol. Le Lucien de 1G97 ne nous avait pas donné de nom d'imprimeur; mais celui-ci nous révèle trèscomme premier typographe probablement avignonais Dominique Anselme nous disons très-probablele livre du ment, parce que, n'ayant pu trouver légiste Odofredus ou Roffredus, que nous citons, nous n'avons pu comparer le caractère dont s'est Dom. Anselme avec celui du Lucien. servi Mais le nom le plus glorieux de la typographie est évidemment celui du célèbre Jehan avignonaise de Channey, dont les produits sont encore aujourd'hui si recherches des amateurs; la marque de cet habile imprimeur celle des rappelle exactement Aldes. Parmi les nombreux imprimeurs d'Avignon au XVI" siècle, nous citerons Ant. Bonhomme, qui en 1555; exerçait en 1532, et Bart.h. Bonhomme, et à la même époque livinbert Gr. Tachet, en 1549, Pierre Houx, en 1555, et Jlath. Vincent. Parmenticr;

AvENio.NETUM, Avigiionet, bourg de France (Aude). AvENioxjs Castrum, Napoule, village de Fr. (Var). Quelques géographes donnent à ce village l'emplacement de l'anc. Athenopolis. Avenuknius, Libnius, the Liffey, riv. d'Irlande. AVENNiE,AVESN/E, AVISNA[cil. et dipl.], Avesnes, ville de Fr. (Nord). Quelques villages de Picardie et d'Artois portent aussi ce nom. Nous' ne connaissonspas de livre imprimé a Avesnesavant 1678; à cette date nous trouvons au Catal. Dubois, n" 2416 Traité de la retraite. Avenues,1678,in-10. Avenn.e Comitis. Avcsnes-le-Comte, bourg de Fr. (Pas-de-Calais). AviîNTACUM, Avenacum. voy. Aventicensis Lacus, der Mwtnersee, le lac de Morat, en Suisse (canton de Fribourg) Aventicensis PAGUS, Oy. Ultrajuranus. V Aventicum, VOy.Abrinc. AVENTICUM, AVANTICUM. VOV. Aventinum, voy. Abusina. AVENTINUS Mons, le mùnt Aventin, monte (li Sunta Sabina, une des sept collines il y en a huit aujourd'hui. romaines; Avenum, VAven, pet. riv. de basse Bretagne. Avebciaco Villa [monn. mérov.], Avrechy, ville de Fr. (Oise). Averdera, Aveurdre, bourg de France (Allier).
Avekium, voy. Aveirum.

Avernum, Averties. Plusieurs villages de France portent ce nom, partie, en Normandie et dans le Vexin. Avehnl's [Plin. Stat.], Averni LAcus IT. -h "Aopvo;Xi|xvn [Strab., Liv., Cic], Diod. Sic], kujo Avenio, dans l'anc. Campanie, auj. hujo Trvpevgola, au roy. de Naples. Avehs. Averse ville de la Teira di Lavoro, prov. nap. du roy. d'Italie. Comténormandau moyenâge l'imprimeriedate danscette petite villede l'an 1&20D. Luce Prassicii Coufutaliones in CommentalionesAugusli NiplUpro defensione Catliulicœ oc peripathelicœ veritatis. lmpressa: verseper A. de Fritiis, A. D. A 1520,in-fol. C'estM.Ternaux nousdonnecette indication,et qui nous manquonsde moyensde contrôle; le livreest inconnu à l'auicr et à iMai^tairc; Amati non plu seul qu'Haymne l£ citent. Gius.ti^u'ani (p. 125)uo u fournit le titre d'un livre di^ jnéme D. LucasPras-

143

AVERSBERGA.

AZAUM.. AXANTA, voy. UXANTIS. AXATI,VOy. AXALITA.

144

Axitis [Liv., Plin.], 'AÇio'c [Hom. n], 'AÇsio; [Ptol.], "AÇw;[Strab., Thucyd.], BARDAfleuve de Macédoine Mus, VARDARIUS, (Makdonia), auj. le Vardar ou Vardhari; se jette dans le golfe de Saloniki. Axona [Cœs., Ausou.] Axonia, AûÇouwo; [Dio. Cass.], l'Aisne, riv. de Fr. affl. de l'Oise. Axuena [Itin. Anton.], à 17 m. de Verdun. Est-ce Ste-Menehould comme l'ont dit Avitacum, Aubières, bourg de Fr. (Puyqq. géographes, ou plutôt Neuville-aude-Dôme). Pont, bourg de Champagne, reconstruit AvoLOTiuMi AVOLODIA AVALLO[Frédég.], en 1203 par Blanche comtesse decium [Greg. Tur.], Allonne, village et Champagne (?) anc. seigneurie de Fr. (Eure-et-Loir). Ayennum, Ayen, pet.. ville de Fr. (HauteAvus, riv. de l'Espagne Tarraconaise, auj. Vienne), anc. duché-pairie. le Rio d'Avês, en Portugal. Aygarus, VEygues, pet. riv. du Dauphiné, Axa, Axbridge, bourg d'Angleterre (Somaffl. du Rhône. mersetshire). Aymontium, Ajamontium, Ayamonte, vine AXA, Axiacum, Axium, Essay ou Essex, forte d'Espagne, sur le Quadiana (Anbourg de Normandie (Orne), anc. abb. dalousie;. d'A. r= Essey, anc. abb. de B., dioc. = Essay, AYROLUM, voy. ARIOLA.. d'Agen (Lot-et-Garonne). village de Fr. (Côte-d'Or). = Un village Azacum, Asacum, Azay, plusieurs local. du même nom dans la Haute-Marne. de ce nom dans les dép. d'Indre-etLoire, du Cher et de la Vienne. FaNUHAXALITANUM, AXALITA, AXATI[Plin.], Lora, bourg d'Espagne, près de Séville. Azaum [Itin. Anton.], ville de Pannonie.

sicius, impriméi Naplesl'annéesuiv. 1521,où nous voyonsqu'il était qualifié de Patricius Âversanus, ce qui sembledonner quelqueapparenced'authenticitéau renseignementde M. Ternaux. AVERSBERGA, AlIERSBERGA, AV&'Sb&'g,bourg0 de Carinthie, près Laybach. Averstapium, Auristadium, Auerstœdt, pet. ville des États prussiens, prov. de Saxe. AVIA, voy. AQUILA VESTINIS). (IN Aviariusi (Locus aptus nutriendis avibus villaticis. Duc.), PLUVERIUM, LUVIERS P [Chron.], Pithiviers, ville de Fr. (Loiret). AVICULA,der Vogelberg (en ital. MonteUccello), montagnes de Suisse (Alpes Rhœlicœ). AVILIACUM, Avilly, village près Chantilly (Oise). Le père Houbigant(Ch. Fr.), célèbre hébraïsant, y établitune petite imprimerieà son usageen 17&5, et cette imprimerie fonctionna pendant un laps d'années assez considérable il en sortit un l'stitterium hebraicum, en \Vi&,sousha rubrique Lugduni Balavorum, tiré à cent exemplaires les Proverbia en \1S5et plusieursouvragesen français. AvILIANA,Villiana, Avigliana ou Avigliano, pet. ville du Piémont, dans la prov. de Susa. Aviixa, Aviles, pet. port d'Espagne, dans les Asturies, sur le golfe de Biscaye. Avimons, Oisemont, bourg de Picardie (Somme). ^Avincium VILLA SUPERfluvium Tarni [Ch. Car. C. a. 843], Aviziacuit, Aveins, sur le Tarn, village de France (Tarn-et-Garonne), anc. villa royale. Avisium, Avis ou Aviz, pet. ville de Portugal, dans l'Alentejo. Evas ou Effets, pet. ville d'AutriAVISIUM, che, près Brixen.

AXELLA, Axel, pet. ville de Hollande, dans l'ile du même nom (prov. Zeeland). Axellodunum, Cadenac (?), ville du Quercy (dép. du Lot). Axelodunum, Axellodunum, Exham, ville d'Angleterre (Northumberland). Axiac^e [Plin. iv], Axiace [Mêla], ville de l'anc. Sarmatie, sur l'Axiaces (le Teligoul), auj. Oczakow, Otschakow, ville de Russie, prise aux Turcs en 1739 (prov. de Cherson). Axiaces [Mêla., Plin.], 5 'AÇiâxii; [Ptol.], le Teligoul, riv. de Russie; se jette dans la mer Noire. Axiacum, voy. AXA. Axima [Tab. Peut. Axuna [Geog. Rav.], ville de la Gaule JNarbori., auj. Aymé, bourg de Savoie. = Jacquemont, dans l'anc. Tarentaise, pet. ville de Savoie. Axiopolis [Itin. Anton], 'a5ioûtoXiç[Ptol.], ville de la Mœsie irifér., auj. Galatsch, Galatz, ville et port franc de la Moldavie, sur le Danube. Forbiger voit dans m Axiopolis Rassova.

145

AZELUM.

AZINCURTUM.

146

sur l'emplacement actuel de laquelle les géographes sont divisés suiv. Muchar il faudrait le voir près d'un bourg de Hongrie nommé Tata Mannert y voit Neudorf, sur le Danube, et Reichard Ac$ [Forbiger]. Azelum, ville des Veneti, dans la Gaule

Transpadane, auj. Asolo,bourg d'Italie, .près Trévise. Azeracum, Azerat, bourg du Périgord (Dordogne). Azincurtum,Azincartum, Azincourt, bourg de l'Artois, près Hesdin (Pas-de-Calais). On disait au xve s. Agincourt.

Bacivum Bésu le Long, Babardia, Baudobrica [Itin. Anton.], BoSuPERius, village BOBRIA BOPPARle Prévost]. [Not. Imp.], BODABRICUM, près Gisors (Eure), [Aug. (Tah. Peut.], BONTORRlcE DIA,BoXTOBRICA BATAVA CASTRA [Not. Imper.], Bacodurum, [monn. mérov.j, Boppard, ville d'AlleCastellum Batavinum PAS[Tab. Peut.], sur le Rhin, près Coblentz. magne, Passouvum savia, Passavium, PATAVIA, dans fane. Babeberga, voy. Bamuekga. [Chron.], Vindélicie, auj.i. ville forte de Bavière, au conPassait, Barbecillum. Babecillum, voy. fluent de l'Inn et du Danube. Babia [Plin.], Balbia, Altomontium, Mons L'introduction de la typographie remonte en cette à une époque reculée ville Panzer et les autres biALTUS, ontalto, pet. ville de la Calabre M citent au moins 30 ouvrages exécutés à bliographes citér., au pied des Apennins. Passau au "XVe siècle; le plus ancien serait un Misdont Le célèbre Joannes de Janua, l'auteur de la pre- sale Pajavicnse, forme un on nc connait208que la Pars vol. in-8 de mière de toutes les encyclopédies,était né dans œstiualis, qui ff. à la fin on lit: Finis Libri horarum iuxta rubricam Ecclccette ville. sie Palavie.îl. Impressi in inclila ciuitate preclicta sub Anno ctomini{sic) MiUesimo quaaringenlesimo Babina, Babassek, bourg de Hongrie. sexta die aiiqusti. octuagesimo primo, L'année suivante, nous trouvons les noms de deux Bacacum, VOy. BAGACUM.
Bacasis, voy. Baganum.

Bacc<e, Baccium, Bactiactjm, Baccis Villa IN TERRITORIOlDONENSE SlOn) [FféS (de dég.], Bex, bourg de la Conféd. suisse (Vaud). Imprimerieen 1807. Baccan.e [Itin. Anton.], ville d'Étrurie, auj. Baccano, sur le lac du même nom. Baccharacum, voy. ABABacciii. Bacciiilio, Medoacus minor [Plin., Liv.], Bacchiglione, riv. de la Vénétie. Bap.exj- Au Bacenas, Binasco, forteresse entre Milan' et Pavie. Baciiia, Bach, pet. ville de la basse Hongrie, sur le Danube. Bacium, Bacivum, Basia, Baisium, Bacivus Villa, Bacivile [Chroii. Sigeb.], Baisieux, village près Corbie (Somme), anc. villa roy. [Chr. Fontan., a. 84ï). Bacivum Subtebius, Bésu S. Éloi (?), village près Gisors (Eure).

Stahel et Benoît Mayr, associés: imprimeurs:Conrad le premierdesouvrages exécutés par ces typographes est intitulé: lleati Eusebii S. Jlleronimi Epislota de morte gloriosi Hieronimi, discipuli in-a, 69 ff. à 2 col. avec sign. Ce Conrad Slahel, qui exerce le premier l'art typographique à Passau, en société de Ben. Mair (ou Mayr), alla postérieurement s'établir à Venise, puis enfin à Brunn en Aloravie il est à remarquer que les caractères qu'il employa à Passau sont identiquement semblables à ceux dont se servait, à la même époque Conrad Zeninger, l'imprimeur de Nuremberg, à ce point que plusieurs ouvrages, publiés sans indication de lieu ni de typographe, mais exécutés aveccecaractere, sontindifféremmentattrihués par les bibliographes aux presses de Kûrembei'g ou à celles de Passau. Puis vient un imprimeur à que nous retrouverons en Bohême, Jean Alacraw, et dont le Witteberg exécuté à l'assau est intit. IJervu premier ouvrage Schilditz Orcl. herem. S. August. maSpecutitm nuale saeerdolum. Impr. in inclila ciuitale pnlauiensi per Joli. Alakraw et Bcnedictum Mair. Sub anno dfli m. cccc. i.xxxii, décima qvarta die in-ft. nouembris, Bacovilla, mandie Bactiacum, Bacuntius infér., BADA, voy. Bacqueville, (Seine-Inférieure). voy. [Plin.], le auj. A.qum Baccx. riv. Bosset, Helvetiœ de la Pannonie affl. de la Save. bourg de Nor-

149

BADENA.

BAJOC/E.
Bagaudarum

150

Badena, voy. Kqvm Baden*. Badenacha, Badenoch, bourg et district du comté d'Inverness (Ecosse). Barenvilla Badenweiler, pet. ville du grand-duché de Bade. Barera, Badisum, Badum, Basiége, Baziéejes, pet. ville du Languedoc (Aude). Barera, voy. Alta Ripa. Baria, voy. Pax Aucusta. Baronic.us Mons, voy. Aqu.* Caud.-ë. Barkiîjus, Vatrenus [Plin.], auj. le Santerno, riv. de la Romagne, affl. du Pô. Baruiienna Baduhenn. Lucus Sylva, [Tac.], dev Sevenwald. Cette forèt, qui couvrait une partie de la Frise, n'existe plus. Badu.u, voy. Badera. BocjtoûXa[Ptûl.] BatxuXa [Polyll. BiFXULA, 10], ville des Ausetani, dans la Tarraconaise, auj. Roda (Catalogne). Baela Claudia fltin. Anton.] Baelon [Plin. m], Bai).uv [Ptol.], Belo [Strab., Anon. Rav. ] ville des Turdetani en Bétique, sur le 11. Baelon ( laguna de la Janda), auj. Barbette (?) en Andalousie, ou suiv. Ukert, quelques ruines sans nom, à 3 m. de Tarifa. BacatiTi™ [Ptol.], BESIPPO [Plin. B.ES1PPO, ut, 1], ville maritiïïie des Turditani, dans la Bétique, auj. Porto Barbato, entre Cadix et bourg d'Andalousie, Algésiras [Forbiger] B.CTERRA SePTIMANORUM, BlTERR-E. VOy. B.*tes [Sil. Ital.], Bjïtis [Plin., Martial.], 6 BaÎTi; [Strab.], CertiS, Tap-nwso; [Strab.], Quadarquivib (au xve s.), le Gitadalquivir, il. de l'Andalousie (de l'arabe Oned-el-Kebir, le grand fleuve). B.-EÏICAPUOVINCIA î) BoUTtiai [Plill.] [Polyh.], Betica [Insc. ap. Grut.], Turuetania [Strab.], prov. de l'Espagne ultérieure, auj. ('Andalousie. B.-etulo [Plin.], Betulo, ville des Lacetani, dans la Tarraconaise auj. Badelona, en Catalogne [Marca Hisp. n]. Bagacum, Bajacum Nerviorum [Itin. Anton.], Bavacum [Tab. Peut.], Bâ-jawv [Ptol.], Bacacum, Bavaeum, ville des Ncrvii, dans la Gaule Belgique, auj. Bavay, ville de France (Nord). Baganum, Baxaa!; [Ptol.], ville des Lacetani, dans la Tarraconaise, auj. Mansera suiv. Cell., mais plutôt Baga, bourg de Catalogne, suiv. Reichard.

Monasterium FossACastrum, Fossatensis StS. Mauhi tense, ahr., de Béanc. monastère Maur-des-Fossés, nédictins d'ordre), auj. bourg ZD (chef Paris près (Seine).

Bagens.«, Bknna, Bena, bourg d'Italie, près Mondovi(Piémont).
Bagisinus, Bagnacabau.um, BaGNERI-«, Onesi.e ©epjAa [Strab.], taine, au pied gnères-de-Luchon, ronne. voy. Bajocensis voy. AGER. AD Cahallos.

Ta tûv 'Ovr.aîtov TllERM. ville de la Gaule Aquides Pyrénées, auj. Badans la Haute-Gade

Bajonium, Bajon, Bagyona, sur la Moselle (Meurthe).

bourg

Fr.,

Bahusia, Baiiusium, Bahiis, forteresse de Suède, dans l'ilc de Gœtha:lf.
ville de la Baimoza, Boinitz, Baïmocium, chef-lieu du district haute du Hongrie, nom même (DaïmotJensïs-procmits). Bajjî [Mêla, Flor., Sen., etc.], ville de la Campanie, [Strab.], Misène et Pouz/.oles, auj. Baia Napolitain. Biîai entre dans le

Bajanibi, voy. TORXACUM.
Bajoaria, la Bavière du Sud. Bajoc.-e Bojaria, (Baiera), Bajwaria, roy. de Ba varia, l'Allemagne

Civitas [Not. Imper.], Bajocassicji, AugustoduAh.«genus (?) [Tab-Pcut.], nus [Graôsse], Civitas BABiducassium, gassinum Baigassinu.m [Greg. Tur.] Saxonum [Frédég.], Bagias (sur la tapisserie de Bayeux), Baieues (au XV s.), ville des dans la Gaule Biducasses, Lyonévèché naise, auj. Bayeux, (Calvados).

M. Frère [Mon. du Bibliogr. normand) nous donne quelques indications sur l'introduction de la typographie dans la ville de Bayeux, Le premier luide Bayeux aurait été Pierre le Houx, qui primeur serait venu s'établir vers 162S, et dont le premier livre imprimé daterait de 1631 seulement. M. Fréd. fixe à 1630 la Pluquet (Essai liist. sur Bayeux) date de l'introduction de l'imprimerie, en prenant également' 1628 comme date de l'arrivée et de l'établissement de Pierre le Roux Arrest de la cour de l'ai-tement de llouen pour (hôpital et Maison-Dieu de Bayeux, donné entre le Prieur de ladite Maison et les bourgeois et habitants dudit le Bayeux, 11 avril 1631 Bayeux, P. le Roux, in-ù, de 26 p. A la suite se trouve un extrait des grands jours tenus à Bayeux en 1540 cette pièce est d'une excessive rareté Et encore: Récit de la vie et des miracles dit bienheureux Thomas-Elie de Biville, Bayeux, P. le Roux, 1632, in-12. Cité par MM. Frère et Pluquci. comme l'un des premiers livres imprimés dans la ville. Le Catalogue de la Bibl. impériale nous fournit une indication malheureusement les antérieure; noms de la ville et de l'imprimeur être paraissent d'autre supposés, ce qui ne laisse au renseignement intérêt que celui de la curiosité fAati-ltuussel, au

loi

BAJOCENSIS AGER.

BALNEOLUM.

152

nom du peuple de Brellieuit (sic). par T. D. C.S.D. P. (23 avril 1022). Bayeux, N. l'Ermite, 1622, in-8. La famille des Uriard vient après Pierre le Roux au xvne siècle nous trouvons Jean Briard, et l'État de la librairie en 1704 nous signale à Bayeux un seul imprimeur, Gabriel Briard, petit-fils de Jean, exerçant depuis le 1»' février 1721 et possédant deux presses. BAJOCENSIS AGER, BAJOCASSINUS, BELLOCASanc. sijsus, Bagisinus TRACTUS, le Bessin, district l'arde Normandie; forme àuj. rond. de Bayeux. [Coll.], (BAYA oNA, bonne baie en Lapurdum basque), [Sid. Apoll.], (d'où Terre de Labour), BAYONNA, Bojatum, ville et port de Fr., Bayonan, Bayonne, sur l'Adour (Basses-Pyrénées). Nous trouvons cité un vol. de poésies imprimé à Bayonne, en 1830 Etchberry (Etcheverry), Cantuii.es spirituels en basque. Bayonne, 1630, in-24. M. Cotton donne 1693 comme date de l'introduction de l'imprimerie. Voici la note qui nous est obligeammentfournie par M. Ed. Dulaurens, bibliothécaire-archiviste de la ville d'une Nouvelle Chronique de la Baylac, auteur ville rie Rayonne, imprimée en par Dubart-Fauvet 1827, mentionnant la Jletation des priviléges, droits et règlements de la ville, imprimée à Bayonne en 1681, ajoute en note « Ce livre, imprimé chez Antoine Fauvet, qui y du Iloy et de la Ville, « prend le titre d'imprimeur « est du reste fort postérieur à l'époque de l'exis• tence d'une imprimerie à Bayonne. D'après un mémoire de la ville, il y en avait une dès l'an 1540, « établie par un Fauvet, d'oit descendent, ainsi que du livre cité, ceux du même nom « l'imprimeur *actuellement existant. n « Voilà les renseignements que nous fournit notre et nos pauvre bibliothèque, ajoute M. Dulaurens, archives communales n'en disent pas davantage. » Dans son Pays Basque, M. francisque Miche) in1616 pour date de l'impression à dique l'année Bayonne d'une doctrine chrétienne en basque labourdin. En 178S, le rapport fait à M. de Sartines établit l'état de l'imprimerie à Bayonne trois libraires, dont deux imprimeurs Pierre et Paul Fauvet, imprimeurs de père en fils ils tirent pour le commerce avec l'Esppgne leurs livres de Paris, Lyon et Toulonse. Pierre Fauvet est imprimeur de l'Evêché et de Paul Fauvet celui de la Marine. l'Ilûtel-de-Ville; Bajonium, Moselle commune Bayon, (Meurthe). et chat, sur la Bajona

BALEARES Insulte [Liv.], BaXsapîoNç vf,m: [Strab., Ptol.] BaXiapsT?[Diod. Sic], GviINESliE[Liv.], ruu.vr.oîai [Uiod. Sic], Iles Baltaires (au moy. âge), îles Baléares, dans la Méditerranée, appartenant à l'Espagne. Voy.pour l'imprimerie Insula 3fajorica. Balgentiacum, Belgentiacum, Bavgenciacum, Beaugency, ville de Fr. (Loiret). Deux conciles. Balgiacum, Bagé-le-Chàtel, bourg de Fr., dans la Bresse (Aisne); anc. marquisat. Bacgium, Baugium, Beatigé, Bougé, ville de France (Maine-et-Loire). BALINA,OùiXeivx [Ptol.], Valina, ville de la haute Pannonie, auj. Valbach (Hongrie). Balistella, Balstal, bourg de Suisse (canton de Soleure). i r Ballegarium, BELLEGARIUM, Balaguria, Vai-aguaria, Balesguer, auj. Balaguer, ville d'Espagne (Catalogne). Baluolum, BALLIOLA, Belgiolum, Bailleul, ville de Fr.. (Nord). Plusieurs localités du même nom en France. Bauia, Palma, Baulme, Baulme-les-Dames ou Baume-les-ïïwinains, ville de Fr. (Doubs), avec deux abb. de bénéd. Baljia, la Balme, village de Fr. (Isère). BALMA, oy. BAPALMA. v Balma Augustoduni, la Baume d'Autxm, bourg du Dauphiné (Drôme). Balma Rupis, Baume-la-Roche, village de Bourgogne (Côte-d'Or). Balnea, Balneolis, Bagnols, ville de Fr. (Gard). Balnea Regia, Balneum Régis [GeO. Rav.j, Bagnarea, ville des Etats du Pape (delég. de Viterbo).=: Bagnara, ville d'Italie (Calabre ultér.). ville de Balneolum, Bagnols-les-Bains Fr. (Lozère). Balneolum, BALNEA, Bagnoles, village de Fr. (Orne). Aqu.h PARISIOBalneolum, Balneoletlm, rum, Bagnolet, village de Fr. (Seine). En 1630,le cardinal Duperrony avait établi une imprimerieparticulière; il y faisait imprimer ses ouvrages, dit M. Peignot, et était lui-mêmeson correcteur il faisaittoujours deuxéditionsde sesécrits, la première pour quelques amis éclairés, dont il recueillait les avis (ainsi Bossuet pour la première édition de l'Exposition de la doctrine de l'Eglise catholique,dite des amis), et la seconde qu'il livrait au public.

Bajonna, Bayone, bourg d'Espagne (Nouv.Castille). Bajonna AD Minium, ville de la Bajonne, sur le Mincio. Galice, Bajoxus, voy. Pax AUGUSTA.

Balagnia, Algajola, pet. port de la Corse. 'BALAGURRIA, Ballegabium. voy.
BALBASTRUM, BALBIA, Balcium village Baldomeri France, voy. Voy. BARBASTRUM. BABIA. les Baux de Breteuil, de

BRETOLII, de France

(Eure). village

VILLA, St-Galmier, près Lyon (Rhône).

153
BALNEUM Marine, près

BALNEUM MARI/E.

BAMBERGA.

154

de Marienbad, village eaux minérales. Pilsen BâXoa BALSA [Mêla, Tavira, m], [Ptol.], ville de Portugal (Algarves). ou Balzac, pet. ville de BALSACUM, Balsac France, près Brioude (Haute-Loire). Bohème, Balsio ville fltin. Anton.], de l'Espagne en Borgia, Aragon Fuente de Xalon. Bs'Xaivov [Ptol.], Tarraconaise, auj. suiv. Reichard,

Baltia

BASILIA Scakma, [Plin.], [Plin.], la Scandinavie; au SCANIA, Scandinavia, la Suède, N. de l'Europe, forme auj. et Finmark ce nom Norvège, Laponie se retrouve dans Belt et mer Baltique. FRETUM Majus et MINUS, Grand réunissent détroits qui à la mer du Nord._ CODANUS Sinus. et la

Balticum Petit Baltique

Belt

BALTICUM MARE, voy.

BellinBELENIZONA, Berinzona, Baltiona, Bilitio Bilitiona, zonium, [Greg. Tur.], BILLIZONA, Bellinzona (en ail. Bellenz), ville de Suisse (c. du Tessin). Baltium, voy. Baucium. Balaclava, en Crimée, sur la

Baluclavia, mer Noire.

PapeBaheberga, Bambehga, Us'p-ft&v[Ptol.], Ludov. Paembert Jun.], bekga, .[Gesta ville de Bavière de la Barnberg, (cercle archevêché catholiHaute-Franconie), biblioth. fort importante. que d'être le second berceau de Bamberg a l'honneur incunabulum l'imprimerie typographiœ quatre années seulement la séparent de Mayence, si l'on prend comme point de départ la date de 1457, année du l'saltcrium. 11nousserait bien difficile de dire quelque chose de nouveau sur un sujctquia a servi de thème aux disseraux déductions les plus tations les plus approfondies, ingénieuses des meilleurs esprits de la bibliographie; il serait même imprudent à nous d'en avoir la sous pensée, quand nous n'avons pas les monuments il y a si longtemps qu'il nous a Ics yeux, et quand les trésors été donné d'admirer \esfables deBoncrci de la célèbre collection de Wolfenbibliographiques donc point d'exbüttel. Nous ne nous permettrons cursion sur un terrain semé d'obstacles et d'obscuaux nombreux travaux que les rités, et, renvoyant de tous les pays ont depuis environ bibliographes un siècle consacrés à l'histoire des débuts de l'imprimcric à Bamberg. nous nous permettrons seulement les plus à l'un de ces bibliographes d'emprunter autorisés, M. Auguste Bernard, quelques notes essentielles. Le premier imprimeur de Bamberg, sur le passé, la vie et la postérité duquel tout n'est que ténèbres, datées reest Albrecht Pfister, et ses impressions montent à l'année 1461. Des seize ouvrages que les M. Bernard de ce typographe lui attribuent, partisans en écarte sept, et ceux qu'il conserve sont par lui classés dans l'ordre suivant Le premier, comme antiquité et comme imporlance, est la Bible de 36 lignes, appelée aussi quelBible de Schelhorn, parce qu'elle fut décrite quefois c'est un pour la première fois par ce bibliographe; in-fol. de 882 ff. à 2 col.; le seul exemplaire connu, à peu près complet, est conservé à la Bibliothèque

impériale de Paris. M. Bernard pense que cette Biblè fut imprimée avant 1460, et avec des caractères achetés par Pfister au typographe inconnu auquel on doit le Calendrier de 1457, dont le seul fragment existant fut cédé par G. Fischer à cette même bibliothèque de Paris. Ce qui fait croire à il. Bernard, avec toute apparence de raison, que cette Bible est anterieure a 1461, c'est que la Bibliothèque impériale de Paris possède un second exemplaire du dernier feuillet portant une souscription manuscrite ilatéc de 1460; c'est encore qu'on a trouvé depuis un autre feuillet détaché, dans l'épaisseur de la couverture d'un registre de dépenses de l'abbaye de Sainl-.Michel de Bamberg, commencé le 21 mars 1460. Les Fables de Boner en allemand, liber simitltudinis, qu'Heinecken appelle aussi le Itère des singes, parce que les planches gravées sur bois représentent ces animaux au milieu d'hommes, dessinés avec un art assez, naïf pour qu'on ait peine a les distinguer les uns {les autres. Ces Fables portent la date de 1461, et ce serait ta fois le premier livre avec date et le premier livre imprimé imprimé par Plistcr, en caractères mobiles illustré de figures gravées sur bois. Le seul exemplaire connu de ce très-précieux incunable a passé quelques années a Paris, à du premier l'époque des splendeurs lors empire; des misères de 1815, il est retourné à Wolfenbuttcl. 11. Brunet signale une seconde édition de ces Fables imprimée avec tes mêmes gros caractères de la Bible de 36 lignes, sans aucune souscription ni ayant 77 ff. à 28 longues lignes, tandis indication, le que la précédente a 88 ff. à 25 lignes seulement; seul exemplaire de cette édition que l'on connaisse est à la Bibliothèque royale de Berlin. Le Liure des Quatre Histoires (c'est a savoir: .Joseph, Daniel, Jisther et Judith), pet. in-fol. de 68 ff. à 28 lignes, même caractère que les précédents; la souscription le nom d'Albrecht Pfister, à porte conBamberg, et la date de 1462. Trois exemplaires nus, l'un relié avec les Fables de Boner a Wolfenl'autre à la Bibl. impériale de Paris, et le buttel, troisième en Angleterre, à la Spcnceriana. Betial ou la Consolation des Pêcheurs, en allemand, in-fol. de 95 ff. à 28 lignes; le seul exemplaire connu est décrit par Uibdin comme faisant partie de la Spenceriana. Biblia Pauperunt, en allemand, 18 ff. pet. in-fol., dont le dernier blanc: trois exemplaires connus, décrits par Sotheby, Ottley, etc. La même en latin; le seul exemplaire connu est conservé à la Spenceriana. Plaintes contre la Mort, en allemand; 24 ff. pet. trois exemplaires connus. in-fol. Bechtstreil des Mensclien mit dent l'ode, 23 ff. pet. in-fol. Falkenstein (p. 139) croit ce livre une seconde édition du précédent. Nous avons dit qu'on ne possédait aucun détail sur Pfister on croit cependant. qu'il biographique fut le père de Sébastien Pfister, qui publia vers 11470 un ouvrage assez remarquable sous le rapport typographique (voy. Falkenstein, p. 141). En 1481, après une lacune de plus de quinze années, nous voyons deux nouveaux imprimeurs s'établir à Jean Sensenschmidt et Henry PelzenstciBamberg ner; puis viennent J. Pfeyl, Joh. Schoners et George Erlinger. l'armi les nombreux bibliographes qui ont consacré ù l'imprimerie de Pfister, soit des monograsoit des articles importants au milieu phies spéciales, de travaux généraux, nous citerons G. Fischcr, Camus, tlleinecken, LichFalkenstein, Schelhorn, lemberger, Steiner, Wcller, Van-Praet, Dibdin, il. (leLaborde, M. Aug. Bernard, il. Ambroisc-Firmin Didot, etc., etc. Outre les nombreux fac-similé donnés par presque tous ces auteurs, nous croyons devoir indiquer comme fort intéressante pour l'histoire de la typographie à Bamberg, la précieuse suite de spécimens provenant de la bibliothèque du baron Kloss, publiée à Francfort en 1835, à un nombre restreint d'exemplaires. Au moment démettre sous presse, nous recevons

lui!

BAMBURIA.

BARAFLETUM.

156

Didot 'de notre savant éditeur, M. Ambroise-Firmin une lettre d'un intérêt tout particulier, que nous croyons devoir publier in extenso a Mon cher monsieur Deschamps, Je lis votre article sur Bamberg et vois avec que plus on veut appeine, mais sans étonnement, les origines de l'imprimerie, profondir et'éclaircir Dans mon Essai sur plus elles semblent s'obscurcir. la Typographie, j'avais élevé des doutes sur ce nouveau système qui voudrait attribuer à Pfister et à la ville de Bamberg la plus grande part dans l'inbien qu'il n'ait été fait presvention de l'Imprimerie, que aucune mention de Pfister dans les écritsinême de l'origine de l'Imprimerie. les plus rapprochés « Possesseur de plusieurs feuillets de la Bible de 36 lignes et aussi d'un exemplaire de la Lettre (P Indulgence de lasa, j'ai pu signaler l'identité du caractère de la Bible de 36 lignes avec le gros caractère Ce qui me faisait dire de cette Lettre d'Indvlgcncc. (col. 615) démon Essai en 1852 que si l'on attribue de cette Bible parce que les à Plister l'impression caractères les mêmes que dans letis'y reproduisent il faudrait par la même ure des Çuatre Histoires, raison faire imprimer aussi par Pfister la Lettre d'Indulgence (le ia5!i, laquelle contient, en outre des lignes où figure ce gros caractère, un texte de 29 lignes d'un petit caractère, qui est un véritable chefmême d'impression; d'œuvre de gra\ure,defonte,et or, on sait queles quelques opuscules attribués» Pfisportent son nom, le ter, et dont deux seulement Joyau de Boncr, «61, et \e Livre des Quatre Histoires, 1&62, sont. d'une grossière exécution. « A ces impressions de Plister on voudrait ajoude 1&57, déposé. à ter encore la feuille du Calendrier notre bibliothèque par Fischcr, lequel en attribuait et uiMfmamic/iou l'impression à Gutenberg, Appel contre les Turcs, dont l'unique exemplaire est Munich, et même le Donat, dont la Bibliothèque impériale possède deux feuillets, et dont j'ai aussi deux autres feuillets, puisque ce même caractère sert à toutes ces impressions (1). « Que rèstera-t-il donc à Gutenberg, proclamé universellement de tout temps l'inventeur de l'Imtandis qu'on accorderait à Pfister, jadis si primerie, peu connu, la presque totalité de ce qu'on attribuait à Gutenberg? Il u Je maintiendrai donc mon opinion (col. 613) ail « est probable que le démembrement d'une partie o de l'Imprimerie de Gutenberg sa mort. précéda « C'est ce qui expliquerait comment le caractère qui de la Bible de lui avait servi pour l'impression « trente-six à Bamlignes aurait paru subitement « berg. » Pfister semblent plutôt l'œuvre Les opuscules de d'un typographe où le texte semble n'être qu'un accessoire à ses gravures sur bois, que celle d'un habile typographe. « Plister, qui deux fois s'est adresséaulecteurpour lui apprendre, avec des détails particuliers, qu'il a de Boner, en 1461, imprimé à Bamberg le Joyau et le Livre des Quatre Histoires en 1462, aurait fait mention de l'impression très-probablement d'un ouvrage aussi important que la Bible de 36 lignes s'il en eût été t'imprimeur. o A. F. Didot. » « Adlmc sub judice lis est. » Bamburia, Banbury, bourg d'Angleterre (Oxfordshire). Un libraire du nom de George Thorpe résidait dans cette ville en 1706, mais l'imprimerie n'y fut introen 1789un typographe duite que beaucoup plus lard du nom de William Kussbers'y établit ci! 1804 une édition du Bosselas de Johnsou y fut donnée with patent types. » (1) Je possède aussi deux pages du Déliai,autre livre impntuu p:n* Pfister, mais dont il n'existe qu'un seul exemplaire dans la bibliothèque de lord Spencer. Ces deux feuillets me permettent d'attester l'authenticité des caractères avec celuii de la Bible de 36 lignes.

la Bava-ria dans Banatia, Bakacia, [Ptol.j, Britannia Barbara, auj. Bannockburn (?), d'Ecosse de Stirling), bourg (comté Bruce célèbre de Robert par la victoire sur les Anglais. Baxavensa, Vedon, bourg n d'Angleterre 0 (Northamptonshire). ville Bancona, Oppenhemiusi, Oppenheim, de la Hesse-Darmstadt, sur le Rhin. Maittaircet Panzernous donnent les titres de deux ouvrages, imprimés au xve siècle dans cette petite ville t Wigandi Wirt (Cauponis) Dyalogus apolode Conceptioue Virgeticus adversus Trithemium Mariœ. Oppenhemii, ia<M, in-a. ginis Schelhorn (Amœnit. litler. j cite du même auteur:' Wirt contra JVesaDyalog. apolog. l'r. Wigandl lianicam perfidiam aique ordinis Fr. Prœdicatorum persecutores, in-a, s. d. Ce volume est curieux à cause d'une pièce de vers que le correcteur, Pierre Gunther, ludi litterarii Oppenlieimensis magister, cette pièce public à la suite des pièces liminaires; de vers est une apologie de la découverte de l'imprimcrie et des premiers typographes allemands. Le second volume imprimé à Oppenheim au XV» s. (le Vita et est daté de 1498; c'est un in-a, intitulé Morte Aristottlis liber venu et métro, item de sainte Aristotelis, liber. Malheureusement aucun de ces volumes ne nous donne le nom du premier typoce n'est qu'au xvte siècle que graphe d'Oppenbeim nous trouvons le nom d'un imprimeur dont l'établissement eut cerlaincment de riniporiancc, si l'on en juge par le nombre des spécimens qui en sont conservés. Jacques Kiibcl {Jacobus Koebelius et Cliobetlius), Prothonotarius et Calcographus qui s'intitule Oppenhcimensis, imprima de 1510 à 1530 environ; Panzer (toni. vu et IXI nous donne les titres d'un très-grand nombre d'ouvrages exécutés par lui, avec ou sans date. Bandritum [Tab. Peut.] Pontiniacum [Greg. Tnr.], de Cham Poiitigny, bourg anc. abb. de Cîteaux. vallée de Poxtiviacum [Ann. franc], pagne (Yonne), Banienthal, en M

Banea VALUS, la Suisse (Valais).

Banfia, comté de Banff, en Ecosse, dans le Murray.
Bangerthjm, de Galles). Bamascum, d'Italie BannavaiNtuji, Bannolia, voy. Bangor, ville sur d'Angl.0 (Pays bourg le Tanaro,

Bagnasco, (Piémont). yoy. Aqu.e

Benxavenxa. Calidje.

de Fr. Banon, Bainonum, village (BassesAlpes). Baktia ville [Liv. d'Apulie, auj. 27]. S. Maria di Yanze [Forbiger] ville de Fr. Bapalma, BalmAj Bapaume, (Pas-de-Calais). Bapaume n'a commencé à imprimer qu'à l'époque de la Révolution. [B. Dard.] Bahaj île d'Italie, Messapie, auj. sur la côte terre de Bari. de l'anc. ville

Bahafletum, Barokluctum, de Fr. (Manche).

Barfleitr,

157
Baramvarium, de la basse Baranovia, dans le Baranya, Hongrie.

BARAN1VAR1UM.
Baraniwar, ville

BARC1N0.

luS

ville de Baranoxo, Polognè, 0 palatinat de Sendomir. LÉ'glise réform'e y établit une Imprimerie en 1628 Sendomiriensis Consensus, Latine et Polonice. Baranovia;, in typographia Andreœ Petricovii, 1628, in-8, en 1632. (Hoffmann, Typôg. Polonice, p. 52). réimpr. Baranyensis le comitat de BctComtatus, en Hongrie, le long de s'étend ranya, la Drave au S., et est borné par le Danube à l'E. la riv. de Bojana, auj. laDalmatie. Barbançon, Phomontorium, l'anc. Illyrie de Fr.

Barbana, grecque, Barbansonium, (Nord). Babbarium (Portugal).

bourg cabo

do Espichel

anc. ville épiscop. Bakbasthum, Balbastro, d'Espagne (Aragon). M. Cotton dit avoir vu dans la bibliothèque de Collège, à Dublin, un recueil d' Homélies espaïripity gnoles pour lesjours de carême, publiées par ordre de Philibert Grand, prieur de Castille et (le Léon, avec cette souscription Impressas en la Cindad de por Sébastian Malevad. Afio 1622, Jlarbastro, in-fol. Antonio n'en parle point. Barbecii.lum, Barbeziewc, BABBIîSOr.A, |Plin.], Barbicellum, villcde Fr. Baubezilus, (Charente).

BaRBESULA BapgvxJo'Xa [PtOl .] riv. d'Espagne. Guadiaro,

et comté de Saxe, Barby, Babbium, bourg sur l'Elbe. Un grand collége et une imprimerie furent établis dans cette petite ville, au milieu du xvm<= siècle. Cœliobriga Barcelum, nic, fondée, dit-on, Barcelos, auj. bourg Minho et Douro). Barciiehia, Bercheria, d'Angleterre. Barciionium, (N .-Castille). .Ba1'chon, (?), ville de Lusitapar Hamitcar Barca, de Portugal ZD (entre Berkshire, comté

bourg 0

d'Espagne0

BarBarcikoj Bcifxtvaiv [Ptol.], Barchino, (jlNON [AUSOII.], COLONIA BARCINO FaVEKtia dans [Plin. m], ville des Lacetani, la Tarraconai.se, BarBarcelona, auj. de la Catalogne. celone, capit. M. AUg. Bernant a consacré à cette ville un chade son Ilisl. de l'Imprimerie pitre fort intéressant nous donnerons quelques ex(t. Il, p. 439 et suiv.) traits de cet excellent livre, corroborés par l'autorité incontestable de lit dernière édition de la Typographie espagnole de Mcndez. Des assertions de vingt bibliocontradictoires, graphes, il résulte malheureusement que les origines de la typographie espagnole sont enveloppées d'une ombre épaisse. Valence passe pour la première ville qui ait joui des bienfaits de l'imprime rie, et cependant Barcelone, par sa position géographique, par ses et par son grand port vastes relations commerciales devait se trouver, de toutes les cités de la Péninsule,

la première en contact avec ces imprimeurs alleardents d'une sorte de relimands, qui, missionnaires à l'envi gion nouvellement révélée, s'expatriaient pour aller porter aux autres peuples les bienfaits de teur industrie et les merveilles de la sublime découverte de Gutenberg. laissant de côté les assertions trop glorieuses d'une foule de bibliographes espagnols (lui font remonter l'imprimerie de Barcelone à des dates un peu ambitcls que D. Antonio Campany qui cite une tieuses, aitrca de saint Thomas, impriprétendue Calhcna mée en 1471; de Seiz, qui relate avec autorité des Commentaires sur la Métaphysique d'Aristote, par Kr. -Nicolas Boneti, imprimés en 1473 (lisez 1493), édition donnée sous la forme dubitative par Maittaire, mais contestée ou niée par tous les autres, a donné lieu à de lonnous arrivons à un livre qui et à une polémique ardente, à gues dissertations Bernard a porté le dernier coup; ce livre, laquelle. in-8 ou pet. in-4 de 50 pages, est une prétendue de Barthélémy dc Mates, qui porte cette grammaire Libellus pro effldendis orationibus souscription lit grammatice e tlocto vil'o artis leges exposlulanl et mira arle imJlartliolomeo liâtes conclitus. Joliannem Gleerlint alamamim: pressa (sic) per nonis octobns anni a Natioitale finitur llarcinone Cliristi m. cccc. lxviii. M. Bernard, qui a eu entre les mains un fac-similé envoyé de Barcelone, prouve, avec son autorité et sa véritable science typographique, que cette date ne peut être exacte, que rien dans la disposition ni dans les caractères employés lie permet {l'attribuer à ce livre une antiquité aussi allemand Jean reculée que de plus l'imprimeur Gherlint ou Ghcrlinc imprime à Braga seulement en I'i94, et propose en conséquence de lire M. CCCC.XCVIIIau lieu de M. CCCC.LXVIII. Nous sommes d'autant plus fondé à reconnaître la justesse de ce raisonnement, que nous retrouvons ce Jean Gherlint en France près de vingt ans après; à'Saint-l'aul de Tomicrs, petite ville de Languedoc, en 1516, enfin à Toulouse en 1519, toutefois avec une légère variation de nom, car en France il s'appelle Jean Guerlins, Allemand mais c'est bien là le fait de ces artisans nomades qui vont, à ces débuts de l'imprimerie, porter de ville en ville, de pays en pays, leur industrie et leur matériel, fait dont nous retrouvons de si fréquents exemples, même à une époque bicii plus rapprochée de nous. 11 est factieux qu'un bibliographe aussi cxact que le P. Ueichhart ait cru devoir admettre cette date fabuleuse de 1468 et les conclusions de 11. G. Heine, de Berlin, dans le Serapeiim. Antonio, la Serna et Panzer citent comme premier livre J. Valesci Tarenlini imprimé à Barcelone, (maestro Valasco de Tarama) opus de Epidemia et trad. en catalan par Juan Villar, et imprimé l'este, en 1475; ils ne donnent ni la désignation du format ni le nom de l'imprimeur. Ce livre étant également cité par Monde/, dans l'édition de 1861, nous avons cru devoir en faire mention, par respect pour l'autorité de ces quatre bibliographes, mais nous ne u pouvons y ajouter une foi considérable, Les deux prcmiers de imprimeurs authentiques Barcelone sont deux étrangers Nicolas Spindeler, un Allemand, et t'ierre Bru ou Bruno, un savoyard. Ces deux compagnons établissent en association une typographie d'une certaine importance des l'an 1478, et le premier ouvrage qui soit sorti de leurs presses est intitulé: Egregii l)octo°f SancliThome de Aquino in libris lilliicorum COmenlvm incipit; à la lin se trouve la souscription que rapporte Mendez, et de il résulte que le XV juin 1478 ce livre fut laquelle Spindeler imprimé par l'ère Jtruno y tficolau Alemanijs. La même année les deux associés publient du même in librus Polilliico~ saint Thomas un commentaire cette abréviation bizarre du u renversé rurn Au(Sic) se retrouve souvent dans ces premiers volumes ici Au'veut dire Aristotelis; plus loin ou trouve pliicou pour phisicorum. Puis ces deux imprimeurs se séparent: Pierre Bru

159

BARCINO VASCONLE.

BARIUM DUCIS.

160

s'associe à un Espagnol, Pedro Posa, en 1481; on voit à Séville en 1492 un autre Pedro Bruno qui pourrait bien être notre Savoyard. Nicolas Spiiidelei, continua seul à diriger son imprimerie de Barcelone. Pedro Posa apprend son métier avec Pierre Bru, mais de 1482 à 150!i il figure scul à la souscription des livres qu'il imprime. En 1493 nous trouvons Pedro Aliguel ou Pere Aliqucl Condam qui donne la fameuse édition de la Fr. Kicotai Boneti, datée par erreur Aletaphysica de 1Û73; en 1497 la seconde édition dn célèbre roman de Tirant lo Blancho, in-fol. goth. à 2 col., presque aussi rare que la célèbre édition de Valence, et que nous voyons encore imprimer en 1498 pour le monastère de Jlonserrate. En cette même année 1493 Juan de Rosembach de Ilaydellercli (pour Heydclberg), qui imprime les célèbres Constitucions de Cathalunya. En 1499 il s'eir va imprimer à Tarragona un Missel; en 1500 à Perpignan; nous Ic voyons en 1518 il est de retour en Espagne et devient l'imprimeur des PP. de Monenfin en 1526 il imprime à Barcelone los serrate; Officios de Cicéron. Nous avons encore au xv* siècle à Barcelone î Diego de Gumiel (1494 à 1502); à cette époque il imprime à Valladolid, et en 1513 et 1515 nous le retrouvons à Valence. Enfin l'Allemand Jean I.uschner. de 1995 à 1503, couvent de qui devient aussi l'un des typographesdu Monserrate. Nous attendons avec impatience la suite du beau travail de D. Jose Gallardo « Ensayo de una Bibi. dont les deux premiers volumes seuls Espailola, ont paru. Nul n'est plus apte à élucider les points restés obscurs des origines de la typographie espagnole, et à la dégager des ténèbres que se sont comde son berceau les autres plu à épaissir autour nationaux. bibliographes Barcino (Gers). Barcinona, celonette, Alpes). Barcovicum, on Tweed, frontières Barcino NOVA, BARCILONA, Barde France pet. ville (BassesYasconle, Barcelone, bourg de Fr.

cino, le premier imprimeur hébreu de l'Italie, et la souscription, que nous venons de citer, nous apprend son origine allemande; après avoir pendant un assez nombre d'années imprimé à Barco et à Brescia, grand ce R. Gcrson s'en alla avec tout son matériel à Conoù il mourut en 1530. stantinople, Bardenuvicum Bardevicuji, Bardeioick, Luneburg, Barderate Bardovicum, Barmncum, Harden'GOaxt [Chron.], de de Hanovre, bourg près sur l'llmenau. de pet. Liguville

ville [Plin.], Braida, sur le Tanaro, ric, auj. Bardi, du Piémont [Forbiger]. Bartke, voy. riv. Bartiiuji. Bartiium. ville du de Poméranie.

Bardia, Bardium,

HARDUM, voy. Bardum, dans Barea, que,

Bardo, pet. le val d'Aoste.

Piémont,

de BétiBapsîa [Ptol.], BAHIA, ville dans le roy. de Grenade. auj. Yera, voy. BARAFLECTUM. bourg de France

Bareflectu.m,

Barentojsiuji, Barenton, (Seine-Inférieure). Baretium, voy. Fr. Varesium.

Bargemontium, de bourg

BARGEMONUM, (Var).

Bargemont, ager, du terra roy.

Barianus, BARITANUS, Bariensts di Bari, prov. napolitaine d'Italie. Barium, Bari, même

Berwick Barovicum, Barvicum, ville sur les d'Angleterre, d'Ecosse (Northumberland). Nous ne connaissons pas de livre imprimé à Berwick remontant plus haut que IW « Description exact and circumstanlial o( Batlle of Flodden, in verse, writlen "bout time ofQueen Elisabeth, witli Bernotes, by Jlev. 11. Lambe, vicar o( Norham. wick, 1774, in-12. » Mais le Suppl. du D' Cotton fait à 1759 l'introduction de la typographie en remonter cette ville. ville d'Italie, Barcum, Barco, pet. près Ordans la prov. de Brescia. sinovi, L'une des premières a typographies hébraïques fonctionné à Barco à la fin du xve siècle elle a produit un assez grand nombre d'ouvrages dont le plus seu preces pro remisancien est intitulé Selicolh sione peccalorum, in-fol. litt. quadr., les plus car. avec points, les plus petits sans points. grands La souscription est curieuse llodie V. feria die Vlll, melisis Tisri (octobre et novembre], anniccivii.Sextimillenarn(Chr.lU91),absolvimus, Deo dame, Selicothjuxlaordinetn. fuit autem finis earum hic Barci quod est m provincia Brixiana per manum ntinimi typographorum Cersom fdii suB. Mosis fel. mem. qui appellatur pientis gervianice Mcntzlen Sonlzin, lia quem Deus cusiodiat. adjuvel eum Dominus pro clementia sua, ut inciSanhédrin absoluat cum pial -tractalum eumque rctiquis libris sanctis. Ce Rabbi Gerson était le fils du juif Moïse de Son-

Barrium, Bâpicv [Strab., Ptol.], ch.-l. de la prov. du ville d'Italie, nom. Le premier volume imprimé dans cette ville est daté de 1516 Pétri Calatini opus de arcanis catholicœ veritatis, contra obstinatissimam Judœorum nostrœ tempestatis Barii, M. D. xvi, perfldiam. in-fol. On trouve dans ce rare volume une ôpitre de îMaxiinilien à l'auteur, datée de 1515, l'empereur avec la réponse de Galatmus, et un privilège du Léon X. Le livre de Galatinus fut réimprimé pape deux ans après. (Voy. OrthonalUaris.) Panzer et le catal. La Vallière-Nyon nous donnent un second ouvrage imprimé à Bari quelques années plus tard; celui-ci a un nom d'imprimeur Opérette in yarii tempi et per del Parthenopeo Suavio, diuersi subjelli composte. Bari, Gilliberto Nehou, Ce rare volume Francese, 1535, in-4, fig. s. b. à la bibliothèque de l'Arsenal. .v est |i \\j aujourd'hui .» Barium, Babium Bar, ville de Podolie, sur le Kow.

AD Albulam, Barhum Bar-sur-Aube, Barcastrum,

ad ALBULAM, ville de Fr.

(Aube). Le premier imprimeur de Bar-sur-Aube s'appelle Fèvre, auquel succèdent Blanchard, puis Basticn; le 15 août 1760 Jean Vitalis prend la suite des affaires de Bastien et meurt en 1763: son fils Germain Vitalis succède à la librairie du père, mais cesse d'imprimer et se défait du matériel.

Barium, BarumadSequaxam,Bar-sur-Seine, ville de Fr. (Aube).
Barium Ducis, Barro-Ducum, Barrum Du-

161

BARJOLIUM

BARUTHUM,

162

de Fr. (Meuse) ville cis, Bar-le-Buc, on dit aussi Bar-sur-Ornain. M. Beaupré ne comprend pas cette ville dans son en Lorraine; 11. Sabourin de Ilist. de l'imprimerie sur Nanton ne la mentionne pas dans sa brochure Ics Commencements de l'imprimerie dans les Vosges. bien la placer quelque part. Il faudrait pourtant n'a ronctionné que fort tard dans cette L'imprimerie ville; M. Ternaux désigne un ouvrage de de Maillet imprimé à Bar-le-Duc en 1759, in-12, et un peu plus imloin il cite un Abrégé de la Nouvelle lléloîse, comme si c'était primé en l'an vm, à Bar-sur-Ornain, une autre ville. Nous trouvons dans le curieux catal. d'un avocat iiu Parlement, nommé Gacon, dont la vente se fit en dans la nombreuse 1737, une indication intéressante: collection de coutumes qu'avait réunie cet hommede sur la couloi, se trouve au n° 259 Commentaire tume de Bar le Duc et de S. Miliicl par Jean le Patge. Bar-le-Duc, Lochet, 1711, in-8. Ce renseignement nous donne en même temps, le nom du premier imprimeur de la ville. (tom. VIII) nous Le Catal. de la llibl. impériale de Bar-le-Duc, donne le nom d'un autre imprimeur qui se nommait n. Briflot, et le titre d'une pièce mais selon toute apparence imprimée dans sans date, cette ville en 1757 Iielation d'une fêle donnée à te 25 août 1757, en l'honneur du Roy. Jlar-le-l)uc Cantate pour le jour de la Saint-I^ouis, s. ti. in-ft. fut étouffée dès son début dans cette L'imprimerie ville par l'arrêt de 1759, aussi ne figure-t-elle pas sur l'état présenté en 17611 à AI. de Sartincs, et ce n'est qu'à partir de la Révolution qu'on la voit fonctionner de nouveau. de Bar, imprimées Les Coustumes du Bailliage du duc Chartes III de en 1580, par le commandement avec une Epitre audit duc, signée par Lorraine, Martin le Marlorat, datée de ISar, te 20 janvier 1580, suivant M. Beaupré, à Pont-àfurent imprimées, Mousson, par Etienne ou Martin Marchant, et réimprimées en 1599, à Nancy. Baiuolium, Berioi.um, Barjols, pet. ville de Provence (Var). Barnus, ville dans BORA [Tit. Liv.], BapvoC; [Polyb.], ou Vitzi, de Macédoine, auj. Nitje le pachal. de Saloniki, suiv. Poubourg de Fr. (Orne).

Barrojus, Barrow, fl. d'Irlande (Leinster). BARSA insula [Hin. Anton.], l'ile de Cers dans la Manche, entre Jersey et Guernesey [Forbiger]. BARSACUM, Barsac, bourg de Guyenne (Gironde). BARScniENsisCoMiTATUs,comita£de.Barsc/ter, en Hongrie.
BarthAj Barissus, Bautsch, riv. de Silésie. Bartiium, Bardum, BARDIUM, Barth, pet. < ville de Poméranic, sur la Baltique; on trouve aussi PkinciBARDA, Bardensis PATUS. En 1582 le duc BogusIawXIII établit dans cette Ic plus ancien ville une imprimerie particulière; livre sorti de ces presses, que nous connaissions, est: Baltliasar Russow. Oronica der proviiilz Lyf/landt darinne vermeldet werdt. mit ~aelcrt 7/t.s<urtC7t vermehret dorcli dcn autoren Sûlvest. Gedriicket to Bart, in der Fiirstlichen Driïckerge dorcli Andream in-l». Livre précieux et recherché. Seitnem, 1584, On croit que les quelques volumes sortis de ces presses ducales n'étaient pas mis en vente, mais distribués par le duc à ses amis. d'Ant. Muret, que nous trouvons .Les Juvenilia imprimés dans cette ville en 1590 (cat. Maittaire, n, l'année suivante 1591. p. 175), y furent réimprimés (Foires de Francfort, 1592, p. 590.) Les deux éditions ex officina pi'incipis, et sont fort remarportent quablement exécutées. Bartonia, BARTEN, (Brandebourg). pet. ville de Russie

queville. BAROCCA, Baroche, BAROFLUCTUM, voy. BAROLOCUS, du bourg

Barafluctum. ix° s.), GANNES (au Berri (Cher). Bormio,

Barlieu, bourg

ville de Hongrie, BARTPIIA, Bartfeld, dans le comitat-de sur la Tepla. Saros, fut établie dans cette ville vers Une imprimerie 1579, et plusieurs ouvrages importants y furent exécutés par David Gutgesel et Jacques Klôs, à partir de 1590 plusieurs spécimens de 16S3 et de 1050 sont conserves à la Rodléienne. ne 16G8 à 1C72 la typographie de Bart/eld fut dirigée par George Sambuch « Civitatis Senator; mais, de 1672 à 1701, les troubles du royaume de Hongrie ruinèrent cet établissement, qui eut encore quelque jusqu'en 1715, époque à laquelle le maimportance tériel fut transporté au Collége des Jésuites de Kaschau [Nemeth, typogr. Ilungriœ], Barulum, Barolum, Barijlita, Barletta, ville fondée d'Italie, par les Normands au xie siècle, dans la Terra di Bari. BARUM, VQY. BARIUM.

Bauolum, BARULUM, Barmia, de la Lombardie. Baromacus, Barpana, Mcla],ife près de Barra, tent une Barrana dans Barrexsis VOy. Cjîsaromagus.

Caruania Harpona [Plin.], dans la Méditerranée, Cerboli, l'île d'Elbe. en plusieurs France, d'Augustins. localités entre

[P.

Barutiium, ville et

la Barre ce nom anc. abb.

porautres de

Barraux, Arx, bourg le Grésivaudan (Isère).

Fr.,

le DUCATUS, BARUM, Barium, le duché de Bar, anc. Barrois, comté, forme du dép. puis duché, auj. partie de la Meuse. voy. Barium ducis.

Barroducum,

Byruthum, Bayrcuth, Baireuth, anc. margraviat de Bavière. M. Tcrnaux date de 1G8C l'imprimerie de Baireuth. Le livre qu'il cite Lilien. Summa Tlieologiœ Chrisnous est inconnu; mais tianec Baruthi, 1668, in-4, nous le trouvons, heureusement pour M. Ternaux, cité au catal. des Elzevirs (Amst. 1681, p. 261) sous le titre Summa Tlieologiœ. Baruthi, Caspar Lilien. 1666, in-A. L'indication d'un livre imprimé à Baireuth en 1669 nous est donnée par M. Brunet, et elle est exacte Th. Reinesii Epistolœ ad Nesterôs patrem et fîlium. l'année suivante à Baruthi, 1669,3 in-4, réimprimé Leipzig. Nous n'avons malheureusement pas le nom du prede Baireuth, à moins que nous mier imprimeur le renseignement n'acceptions pour authentique sommaire donné par M. Cotton (Suppl.)i a Prinling was carried on hère, by John Gerard, in 1660. o 0

DICTIONN. DE GÊOGR.

163
Nous aurions été heureux ouvrage cité à l'appui.

BASATENSIS AGER.
de voir le titre d'un

BASILEA.

164

BASATENSIS VASATENSIS (BASAAGER AGER, \eBazadois, anc. prov. franc.; BOCATES), fait auj. partie des dép. de Lot-et-Garonne et de la Gironde.
voy. Vasatum. fi. Basiento, Basentinus, la Basilicate. ples, trav. Basatum, la Pannonie BAsLANA, dans dans séda, l'Esclavonie, tres Sabatz, géographes, Basilea du roy. de Na-

Posinf., auj. d'auou, suiv. sur le Sau.

BASILIA [Amm. [Itin. Anton.] Colonia Basilea Rauhacorum, Marcel/), Munatius Munatiana Plancus, (de que avoir fondé la ville), l'on prétend Athenje Raurac^e, Bazela, [Geo.Rav.], Baalle Baille, Bjîsula, Ba'sula, [Chron. Bâle (en ail. Basel), auj. Basle, Carlov.], ville de Suisse, sur le- Rhin Conciles; université fondée en 1459, par jEneasd'une Sylvius Piccolomini (P. Pio 11°); bibliothèque haute importance. recherches ont D'innombrables bibliographiques été consacrées aux origines de la typographie dans cette ville célèbre. Voici le résumé des faits désormais acquis au domaine de l'histoire. En 1455 on voit figurer comme témoin dans le procès intenté par Faust à Gutenberg à Mayence, et que celai-ci perdit le 0 novembre, un certain Berthold liecRot, natif de Ilânau, appelé aussi quelquefois thold ou Berthoud de Hanau, ouvrier de l'atelier de Gutenberg. Vers l'an 1460 une sorte de fièvre de propagande de Mayence; typographes s'empare des ouvriers comme après la mort du Christ, ses apôtres se partade l'imprimegent le monde, ainsi les missionnaires rie se répandent en Europe et portent les bienfaits de la sublime découverte jusqu'à ses extrémités. mais lui Berthold flot fut un de ces émigrants, n'alla pas si loin; de Mayence il remonta les bords où il résida quelque du Rhin jusqu'à Strasbourg temps, dit-on, puis arriva à Bâle, alors ville d'Allemagne, où il se fixa. un assez grand De 1462 à 1474 il dut imprimer nombre de livres, mais, comme son illustre et modeste maître, il les publie sans y mettre son nom et il fit une seule fois même sans date; heureusement exception à la règle, et le volume au bas duquel il ses caracapposa son nom, sert à faire reconnaitre vocabtttères. Ce volume est intitulé llcpertorium voesz et liistoria || tsic) Oratorie UPf Equisitorum nai,rac6e. Editum a doctissimo rum cum fideli Conrado (de Mure) If arum ama 0 tore ilagistro Turicensz ccclesie cantore. Et Tpletns an || no doPuis on lit ces vers mini M° cccc. lxx. m". si forte requiras Unde liber venerit presens perlege qtiod sequitur Quid ve novi référât nilide liûc impresseral in Jlasilea. etc. Jlertoldus (Absq. anno), in-fol. goth. 147 ff., sans ch., réel, ni sign., 30 et 38 Il. à la page entière. Les caractères dont Berthold se servit pour l'imdans un assez pression de .ce livre se retrouvant grand nombre des premiers produits de la typograbâloise, par exemple dans le livre de saint Gréphie Moralia in Job, on est assez goire le Grand, intitulé fondé à les attribuer tous aux presses légitimement Un exempl. du livre de saint Gréde cet imprimeur. goire, ci-dessus cité, porte cette note manuscrite et « Jlunc solvianno M. cccc; lxvui. bien authentique Ecclesice S. Ilyllarii Joseph de Vergers, presbiter » d'où l'on a tiré cette conclusion fort Mogvntini, naturelle que Berthold Rot imprimait en 1407, puis-

que cet énorme in-folio de 421 ff. à 2 col. de Û8 lig:a demandé plus d'un an de travail. Vers 1473 il commença d'une Bible l'impression en deux volumes, in-fol., mais probablement la mort de terminer ce grand ouvrage; le premier l'empêcha volume seul est imprime avec ses caractères (tom. Latinorum, prim. llibliorum in-fol., sine a., t. et Psatterio et lineas 50 lit typ. indic., qui finilur gerit, excepta prima quœ US lin. quauis columna est. Initiales singulorum librorum et cap. literœ non impressa! sed manu appiclœ sunt. Lichtenberger, p. 218.)' Bernard Michel, bourgeois de Baie, qui probablement avait prêté à Berthold Rot lcs premiers fonds nécessaires à l'établissement de son imprimerie (et nous verrons dans un grand nombre de villes le même fait se reproduire), prit goût lui-même au ce fut lui qui métier, et s'établit aussi typographe; termina la Bible que nous venons de décrire, et imle second volume avec ses propres caractères, prima en 1475. Le nom de ce B. Richel cesse cle figurer sur lcs impressions bâloiscs à partir de 1486. Les deux premiers volumes imprimés avec date à Baie sont de l'année précédente le premier, daté du 13 décembre, est Reperlorium juris Joannis Calderini, in-fol.; il est exécuté par un troisième imprimeur, Michel Wensler ou Wensel, c'est-à-dire avec dont ce dernier se servit pour l'imles caractères de Gasparin, il pression des Eptlres auxquelles mit son nom; le second, imprimé par Bernard Riche), Der Saclisenspiegel. est un in-fol. intitulé Michel Wensler et B. Richel impriment ensemble Boberti de Licio. le Quadragesimale pressit manibus nec tersis in Basilea, JSernardus Richel, cum 14-/5. Michaele Wensel, tous ses détails le déveNous ne pouvons suivredans à Bâle; nous loppement rapide de l'art typographique devons seulement noter encore quelques faits et signaler de grands noms. sous la fausse date de 1444 donne Un livre publié occasion à quelques rêveurs de revendiquer pour de l'imprimecette ville l'honneur de la découverte il est intitulé vitœ morumque rie Reformatorium et honestali saluberrimunt. Basilea:. M. cccc. xliiii, in-8 'pourxcim). Parmi les grands imprimeurs bâlois, que Zwinger nous devons citer appelle typographici Hcroes, Jean de Amerbach, chef d'une famille illustre, qui porte presque à la perfection l'art de la typographie son premier livre est de 1481,c'est le Prœceptorium divinœ legis de J. de Nyder, des frères Prêcheurs, in-fol. de 221 ff. à 44 1. son Saint Ambroise de 1492 » est resté célèbre. Ses trois fils succèdent à son imprimerie et soutiennent dignement l'héritage paternel. fut Jean Froben, de HamL'un de ses correcteurs melbruck.(14C0-1527), qui devint à son tour l'rinceps il fut le protecteur et l'ami Hasiliensis typograpliiœ de trois grands hommes Erasme, OŒcoIampade et Holbcin, qui pendant de longues années lui prêtèrent leur concours. Erasme pleure la mort de Froben d'une façon touchante -.Nunquam anlehac expertus vim haberet sincera anticitia sum, dit-il, quantam ac mutuus animorum nexus. Fratris Germani moderatissime mortem tuli, Frobenii desiderium non possum. ferre M. A.-F. Didot a consacré à ces deux grands hommes, Amerbach et Froben, une des plus intéressantes notices cle son Hist. de la typographie. 11 nous faut encore nommer Jo. Hervagius, auquel nous sommes redevables du Polybe de 1529, Jo. Bebclius, qui donne l'Aristote grec de 1531, Andréas Cratander, Jean Oporin, dont le vrai nom est Jean Ilcrbst, qui mourut en 1568, et qui publia le Vesale de 15!*5, in-fol., un admirable livre; enfin Thomas de la Bible de l'Ours. Guarin, l'imprimeur Au xviio siècle Jean Buxtorf, le père, fait fondre des caractères hébreux, et pendant plusieurs années en cette langue publie des ouvrages imprimés « iVoslra hebraica dit typographia sopita est, P. Burmann, quant tamen resuscilare typographus ad œstatem cogitât. »

165

BASILEENSIS PAGUS.

BAT1A.

1G6

Au xvmc siècle on doit à un imprimeur de Bâle, M. Haas, les premiers essais de cartes exécutées par la typographie. Nous terminerons cette notice par un emprunt fait à un curieux un voyage que publiait en ni3 certain M. de Rouvière, conseiller du roi et apothicaire ordin. de S. M. « Maintenant, dit-il, la librairie de Bâle est peu de chose, elle est fort tombée; elle ne roule quasi plus que sur les Kœnig, dont les ancêtres, depuis.1580 jusqu'en 1660, nous ont donné plusieurs ouvrages considérables le grand Lexicon Clialdaicu7n, Talet Itabinicum, mudiaim, ouvrage de trente années de M. Jean Buxtorfe, que Louis Kœnig a imprimé en 1839, sous les yeux de M. Jean Buxtorfe le fils, est un immense volume, qui fera toujours honneur à des Kœnig. Il est vrai qu'ils s'accoml'imprimerie moclcnt. aujourd'hui au goût de leur patrie, où les ne sont pas fort recherches, et qu'ils ne donlivres nent pas beaucoup de livres nouveaux ait public, contents avec raison des fonds qu'ils tiennent de n leurspèrcs.

tognack,pet. ville des Pays-Bas (Luxembourg). BATAVA Castra, voy. Bacodurusi.
Batavi ap. Batavia, [civ. Grut.], et amici fratres les Ilollandais. P. R., Inscr.

Bomuma PATAVIA [D. Cass.] BATAVORUM AGER [Tacit. [Tab. Peut.], la Hollande Ann.] Hollandia, (PaysBas ou roy. Néerlandais), Etat de l'Eudivisé en onze prov. rope centrale,

Batavorum BaBatavoburgium, Oppidum, tiiems Batenburgum, Arx, Batenbwg, ville des Pays-Bas, sur la Meuse. Batavodurum Duers[Tac], Durostadium, tadium Dorostate [CelL], [Geo. Rav.], Duurstcde, ville de Wyck Hollande, (prov. d'Utrecht). Batavorum insula [Caes. B. G., Plin.,Tac], -h tûv BaTcw'vwv Niiao; [D. CaSS.], BaTAVIE, t des Bataves; on pense patrie primitive c'est l'ile Bommeler que auj. appelée entre le Wahal et la Meuse, Waard, dans la prov. do, Gueldre. Batenburgum, VOy. BATAVOBURGIUM. ile de Batz, BATHA, Insula Batiiensis, côte N. de la Bretagne (Finistère). Bathasac, ComtatuS; Bathische pet. le district), voy. ville

Basileensis pagus, le canton de Bâle, réuni à la Suisse en 1301.
Basilica S. VINCENTII [Aimoin], St-Vincent, commune de Fr. (Lot-et-Garonne). ville de BASINIUM, Basinga, Poesing, basse Hongrie.

la

Basjvus, Baisieux, village près Corbie 0 (Somme). Bassacum, Bassac, bourg de Fr. (Charente), anc. abb. de Bén.
BASSAVILLA, France, Basville, anc. village de l'Ile-demarquisat.

sur

la

la BASSEA, Bassée, pet. ville de la Flandre Wallonne (Nord).
BASSINIACUS ager, le Bassigny, Bassinia, anc. district de la prov. de Champagne. Bassus fons, Champagne Basse-Fontaine, anc. (Aube), de village abb. de Prém. entre auj. HyVaste

.Batiiaseca, Hongrie. Bathenis tha (der Batiiia,

de la basse de Ba-

cômitat en

Bathonia,

Aqu*

Hongrie. Calid.e. de. anc.

Bathmonasterium, la haute Hongrie, abb. de S. Ben. Batiiys, lati,

Batmunster, bourg sur le DiP.ube; riv. de Mazara. Sicile,

BASTA (Plin.], druntum et [Forbiger]

ville de l'Apulie, le cap Japyge,

Ba6u; [Ptol.1, dans le val di

auj.

BASTAHNORUM REGIO, voy. BASTI

RUSSIA rubra.

de la Anton.], BACCA, ville [Itin. dans le roy. Baza, Tarraconajse, auj. de Grenade. M. Cotton donne la date' de lClïi pour l'introducdons cette ville; voici le livre tion. de l'imprimerie sur lequel il a basé cette assertion Peregrinos pensamientos de MysWios diuinos en varios versos y glosas diftcultosas, par Alpli. de Bonilla, en Bacca, 1014, in-4 (cat. Dubois, II, p. 62(i) mais les bibliodu citent graphes espagnols plusieurs ouvrages même auteur à la même époque à Bacza, imprimés sa ville natale, et particulièrement celui-ci dont Antonio nomme l'imprimeur Pedro Cuesta, ce qui nous permet de considérer comme uneerreur l'assertion du catal. Dubois et du D' Cotton. Bastia, VOy. Mantinum.

ville d'EsBatia, Beatia, Biatia, Baeza, sur le pàgne, Guadalquivir (Andalousie). Suivant Antonio, l'imprimerie remonte en cette ville à l'année 1551, et voici le titre du volume qu'il indique, mais sans donner le nom de l'imprimeur Traslado de la Capitulation entre eCpoderoso Iley de Tunes Muley-IIasxan y cl illustre Seiïor D. Alonso de la Citeva y llenavides, Capitan Genede la Goleta de Tunes. ral, Alcaide y Gobernador Baeça, 1551, in-4. Cet ouvrage fut probablement imprimé par Andres Fancga ou tout au moins il en fut l'éditeur. Callardo (tom. II, n" 1M8 et 226d) nous indique plusieurs autres livres imprimés en cette même année 1551. Doctrina cor dis det serafico dolor Sant Jluenauentura en romance. E impresso en Baeza A costa de Andres Kanega, mercader de libros, vecino de Granada, en el mes de Julio, afio 1551. A la fin: Acabôseàcatorce dias del mes de Agosto de 1551, in-a, s. réel, ni chiff. Fuensalida (rranc. de), lireve sumina Uamada sosiego y descanso del Anima. Impreso en Baeza, à 8 dias del mes de Enero 1551, in-8. En 1590 Juan Batista de Montoya était imprimeur dans cette ville.

Bastida, la Bastide; plusieurs localités portent ce nom en France.
BASTONACUM, Bastonia, Belsonacuji, Bas-

167
ville des Hftlviens, Batiana, dans la Gaule Narbonn., aux Montagnes (Drôme). Batinum nello. [Plin.], riv. d'Italie,

BATIANA.
sur le Rhône, au j. Bais, Baix auj. le Sali-

BEDOVINUM.

168

Battica (?)Battice, village près de Herve (prov. de Liège).
M. J. Gothier, libraire à Liège, auquel nous sommes redevable de nombreux et consciencieux rennous communique la note suivante seignements, Selon Ferd. Hénaux, une imprimerie fut établie dans ce village en 1180, et M. L. Capitaine ne date cet établissement que de 1780; voici le titre du seul livre daté que l'on sache provenir de cette localité à leurs Altesses Royales Marie-Christine, Ode Arde cliiducliesse cl' Autriche, et le duc Albert-Casimir des PaysSaxc Tesschen, Gouuerneurs généraux Bas autrichiens., ait sujet de leur passage par le /.imtourg. Battice, F.-J. Vieillewye, 1791, in-12, del2 p.

BATUA [Plin.], BcuXoûa. [Ptol.], Bulua, Budoa, ville de Dalmatie, sur le'Cattaro. Batula, Besos, fl.' de Catalogne; se jettes dans la Méditerranée, près de Barcelone. »
Baucium, Provence, Rhône). Baltiuji, anc. les marquisat Baux, bourg (Bouchés-dude

Bavacum, voy. Bagacum. Bavaria, voy. Bajoaria. Bavo [Plin. m], Bo^e [Amm. Marcel.] île de la mer Adriatique, sur la côte Illyrienne, auj. Babua. Bayonna, voy. Bajona. Bazinga, voy. Basinium. Bazochia, Bazoche, bourg et anc. vicomté du Perche (Orne). Bealta, Bui.lacum, Bea]t, bourg d'Angl., dans le Brecknockshire [B. et M.]. Bearnia [Cluv.], Beneharnia, BENEEHARkum, Bierne (au xm° s., Nostre-Dame Biêrne, cri de guerre des comtes de Foix), le BÉarn, prov. franc., réunie à la couronne en 1594; auj. dép. des Basses-Pyrénées. BEATIA,voy. Batia. Bebiana, Babenhausen, bourg de Bavière. Bebriacum [Juven. Sat.l, Bedriacum [Tac. Betriacum [Suèton.], BnTptaxo'vPtol. [ Vetriacdm [Chron.], Canedum [Cluv. ville de la Gaule Transpadane, auj. Canedo, bourg de la prov. de Mantoue, ou S.-Lorenzo Guazzone [Forbiger].

Bahconica [Itin. Anton.], Bonconica, ville de la Gaule Belgique, auj. Bockenheim, en Hainaut, suiv. Cruse, et Oppenheim, dans la Hesse Rhénane, suiv. Cluvier. Beccum, Beccum Herluini, le Bec-Hellouin, commune de Normandie (Seine-Infér.), Baudobiuca,.vov. Babardia. anc. abb. de S. Benoît. de Suisse (c. de Baudria, Boudry, bourg Beccum Ariosi, Bédarrieux, pet. ville de Neufchàtel). France (Hérault). Baudrino VILLA, oran-sur-Oise, village B Becia, Biecz,ville de Pologne (palat. de près Beaumont (Oise). Cracovie). et chât. Baugeium, Baugé-leViewx, bourg Becillum [Geo. Rav.], auj. Benecello,lod'Anjou (Maine-et-Loire). calité entre Parme et Modène [ForbiBAUGESIUM, Beaugerais, Baugemacitm ger]. de Touraine (Indre-et-Loire) bourg abb. de Citeaux. Becoisellum, Becoyseau,anc. villa Becoisel, roy. et château dans la forèt de Crécy du Berry Baugiacum, Baugy, bourg (Cher). (Oise); in Sylva Crisciacensi in pago sur le BAUGiun,».Bawgé, pet. ville d'Anjou, Briegio [P. Anselme, t. m]. Couesne (Maine-et-Loire). Becrena, Becken, Beckum,ville de WestBAUJOVIUM, voy. BELLOJOCUM. phalie au S.-O. de Munster. BautjE, voy. Bona villa. BEDA[Tab. Peut.], anc: ville des Treviri, Bauzanum dans la Gaule Belgique, auj-.Bidburg, Bolzanum, BULSANUM, [P. Diac], Bauxare Theod. Lex 3], ville de [Cod. bourg près de Trèves. ville du Bolzano, Botzen, Rhœtie, auj. le' BEDESIS, Ronco, fl. d'Italie; se jette Tyrol. 1. dans l'Adriatique, ou la Bevana, suiv. existait dans cette petite ville au L'imprimerie Reichard. XVIIe siècle; voici le titre d'un rare volume non cité
par Lowndes, que nous avons vu chez M. Tross, O' Conor. Lumen orthodoxum, libraire de Paris duodedm radios illustrions pree cœteris spargens lucis et ignis fidei calholicœ, emicanles enlheiviri, Scoti. Fr. Sonav. O' Conorus Joan. Duns probat Kieriœ (alias a S. Patritio) Ilybernus. Bulsani, in typographia Archiducali, 1601, pet. in-8, de 24 et 390 p. plus un f. d'errata. Bedfordia, voy. Lactodurum.

BEDFORDIENSIS Comitatus, the Bedfordshire (Angleterre). Bedovinum, Bedovin, bourg d'Angleterre 0 0 (Wiltshire).

169

BEDRIACUM.

BELLA CUMBA.

170

à Nous ne pouvions faire remonter l'imprimerie Bedriacum, voy. Bebkiacum. Belfast qu'à 1714 (Lowndes, part. V, p. 1421), mais Befortium, BELFORTIA, Béfort, Belfort, -ville ,1e suppl. du Dr Cotton nous reporte à l'année 1096. James Blow, imprimeur de Glascow, vint se fixer de la haute Alsace, réunie à la France à cette époque en cette ville avec Patrick Neill, son en 4648 (Haut-Rhin). beau-frère. L'archevêque de Dublin, King, cite des Le rapport Sartines nous apprend que l'imprime- éditions du « Scollisli Catecliism, with the solemn rie date à Belfort de l'annéc 1756; Jean-François League ami Covenanl, n aux dates de 16M et 1700, Comte, natif de Besançon, fondeun établissement qu'il assure avoir été imprimées à Belfast en 1706. y typographique avecdeux presses; on était, avant Le même James Blow donna une édition dc la Bible, cette époque, obligé de faire imprimer à Bâleou à il faut ajouqui fut la première publiée en Irlande; Montbelliard. ter, avec le respect dû à la mémoire du vénérable inconnue de prélat, que cette Bible est'parfaitement tous les bibliographes. Begardum, HIGARDIA, Begars, commune de France, anc. abb. de bénéd. (Côtes-duBelfortium, Belforte pet. ville d'Italie Nord). (prov. de Parme). Begia, Bejara, Pas Julia, nàç 'louXî* [Ptol.], Belgentiacum, voy. BALGENTIACUM. Colonia Pacensis [Plin.], ville des TurBELGICA, voy. Gallia. dans la Lusitanie, auj. Beja, en detani, BELGICA [Itin. ville des Ubiens, Anton.], Portugal (Alentejo). dans la Gaule BalckhauBelgique, auj. BEicnuNGA Arx, Beichlingium, Beichlingen, de la Prusse sen, pet.. ville ville de la Saxe-Weimar. rhénane, suiv. Cluvier. ville d'Alsace Beinhemium, Beinheim, pet. Belginiim ville des [Tab. Peut.], Treviri, (Bas-Rhin). dans la Germanie infér., auj. Baidenau, Bejara Melems, St-Bejar-de-Melena, bourg ou au N.-O. Belch, de près Coblenz, d'Espagne (Andalousie). suiv. Kirchberg, Forbigcr. Belacuji, Bellac, pet. ville de France BELGIOLUM, voy. Baluolum. (Haute-Vienne). Belgium, pays de la Gaule placé au centre Belca [Itin. Anton.], prem. station sur la de la Belgique Ile, occupé par les Belles Ambiani, les Atrebates, lovaci, etc. Loire après Briare, àxxnm. d'Orléans; anc. ville romaine dont on voit les BELGICA [Cluv.], Germania infeBELGIUM, ruines à Montboux, village du Gâtinais rior de la Gaule partie [id.], Belgique (Loiret); ou à Bougy, village du même comprenant suiv. Forbiger. département, 1. Belgium formé de la FlanAustriacum, Belcasthum, Belucastrum, GENEOCASTRUM, dre, le Hainaut, le comté de Nannir, le Belcastro, ville d'Italie le Luxembourg, Anvers et Ma(Calabre ulGueldre, tér. 11e). lines. 2. Belgium formé de la BELDEA, oy. BELICA. v Confœderatum,

BELEGR-A, Bspexpa [Ptol.],.BEREGRA [Plin.], ville du Picenum, auj. Celmo ou Civitella, dans le roy. de Naples (Abruzze ultér.). B BELEMUM, elem, chàteau sur le Tage, qu'il commande,' en avantdeLisbonne. Beleni Villa, Blainville, bourg de France (Seine-Inférieure). Belenizona, voy. Baltiona. Beleridje Insulte, les iles Sanguinarie, sur la côte de Sardaigne. BELERIUM BoXÉpiCV PrOMONTORIUM, [PtOl.], Antivestacum PROM.,thecap of Cornwall, the Land's end, cap Finister1'e, à la pointe de Cornouailles.. BELESMUM,Belismum, Belléme, Belesme, pet. ville du Perche (Orne). BELFASTUM (?), dans le pays des anciens A.ÙT6W0Ï Autiri, [Ptol.], auj. Belfast, ville d'Irlande, dans le comté d'Antrim.

la Zélande, le Gueldre Hollande, infér., la Frise occid. Groningue, Utrecht, 3. Belgium l'Artois et partie de Gallicum, la Flandre, du Hainaut, du Luxembourg Belge et du comté de Namur. Belgradum, voy. Alba Bs'xeux [Ptol.], Belia, dans la Tarraconaise, ville d'Aragon. Grjeca. ville auj. des Edetani, Belchite, pet.

BelBelica, Bellicum, Bellicium, Beldea, ville de Fr. (Ain), anc. ley, Bellay, cap. du Bugey. Nous ne connaissons pas de livre imprimé dans cette ville avant le XI Xe siècle; le célèbre Camus, écrivain disert mais quelque peu trop fécond, fut évéque de Cette ville au XVIIe siècle ses innombrables élucubrations sont pour la plupart éditées et imprimées à Paris. BELISIA, Bilsen, de Limbourg). BELITIONUM, Voy. ville des Pays-Bas (prov.

Baltiona.

Bella Cumba, elle-Combe, ourg et anc. B b abb. de France (Haute-Loire).

171

BELLA REPARIA.

BELLOVACUM.

172

BELLAReparia, Beaurepai1'e, bourg du Dauphiné(Isère).
BELLA VILLA AD de Saône, bourg BELLA VILLA in dépend auj. Sagonam, France Belleville-surpago de Paris. (Rhône). Paiusiaco, Belleville;

BELLIPRATUM, Bellopratum, Beaupré; plusieurs dont deux en localités, abbayes, ou ont porté ce nom. France, portent Bellitas PROPE Vicenas AD Matronam, anc. Beauté-sur-Mame, près Vincennes, villa roy. (Seine); on trouve DOMUS PulCHRITUDINIS et DOMUS DECORIS. AGER, VOy. BAJOCENSIS AGER. Bliaudi. YOy. Foss ALBA Grjeca. Bellijocum.

Bellefordia, Beaufort; un grand nombre de localités en France portent ce nom, entre autres Beaufort-en-Vallêe pet. ville et anc. chàteau d'Anjou (Maineet-Loire).
Bellegardia, ville de pairie. BELLICADRUM, BELLOCARUM, BELLOQUARDA, Ugernum [Tab. Peut.], Oûfepvov [Strab.j, CASTRUM Arelatense ville [Greg. Tur.J, de la Gaule Narbonaise, auj. Beaucaire, sur le Rhône, vis-à-vis Tarascon (Gard). BELLICASTRUM, voy. BELCASTRUM. Belligardum, Bellegarde, pet. France anc. duché(Côte-d'Or)

Bellocassinus

BELLOFONTANUM, Bellogradum, Bellojocum,

Voy. Voy.

Bellicetum, le Bemisset, pet. ville de Fr. (Var).
Belligardum, voy. BELLEGARDIA.

Bellomariscus, Beaumaris, chef-lieu de l'ile d'Anglesey, dans la mer d'Irlande. Bellomontium, BELLUS mons, Beaumont; plusieurs localités en France portent ce nom. Bellomontium AD Isaram, Beaumont-surOise, bourg de Fr. (Seine-et-Oise). BellomontiumIN ALGIA, Beaumont-en-Auge, anc. vicomté et prieuré de béned. (Eure).
BELLOMONTIUM ville Argone, Bellomontium in ARGONA, Beaumont de Fr. (Ardennes). Belmons bourg en

le Bellijocensis AGER,BELLIJoci CAMPUS, Beaujolais, anc. prov. de France, divisée auj. entre les dép. du Rhône et de la Loire.
BELLIJOCUM, BELLOJOCUM, BAUJOVIUM, BEanc. LIEU (au xin° s.). Beaujeu, cap. du ville de Fr. (Rhône). Beaujolais, Voici, d'après M. S. de. la Roche la Carelle, la note des deux premiers livres, peut-être même des deux à Beaujeu le Blason des seuls livres imprimés Dauses où se voyait les malheurs et ^ruines venant des danses dont.Jamais homme ne revint plus sage ni femme plus pudique, par Guillaume l'aradin, a Beav-Iev, pour Justinian et Philippes Garils, 1556, en 1560 audit lieu par les pet. in-8, réimprimé mêmes typographes, pet. in-8 de 111-87 pp. Cet ouvrage est dédié par Paradin à sa nièce Prudence, femme de l'un des Garils. Le second volume imprimé à Beaujeu est du même Paradin De la Concorde publique, à Beav-Iev, pour Justinian et Philippe Garils, 1565, in-8, de 68 pp. et 2 ff. des Annales de Bourgogne, Quelques exemplaires que Paradin fit imprimer à Lyon chez Gryphe en au lieu de Lyon; 1556, in-fol., portent Beaujeu, la bibliothèque de Rennes possède un de ces rares (cat. n° 1082Ù). exemplaires de Beaujeu, qu'on Cet établissement typographique de Guil. Papeut appeler l'imprimerie particulière radin, doyen de Ueaujeu, cessa d'exister à sa mort, le chanoine Jean Paraarrivée vers 1568; son frère din, qui fit imprimer divers ouvrages à Lyon, n'en usa jamais. Les frères Garils, après la mort de leur oncte, retournèrent à Lyon avec le matériel de la typographie. sur la Severn, Bewdley, pet. BELLILOcus, ville du comté de Worcester (Angle0 terre).. voy. CALONESUS. station entre Bellintum [Itin. Hierosol.] S. Gabriel et Avignon, ou auj. Lauzac de Provence]. Barbantane Hist. [Papon, Bellinsula,

ROGERII, Beaumont-le-Roger, ,(Eure).

(au xiir3 s.), de France

Bellomontium vicecomitis, Beaumont-leville de Vicomteou Beaumont-sur-Sarthe, Fr. (Sarthe) [Rabel., liv. n, chap. xxi], Bellopratum, Beaupréau, pet. ville de l'Anjou, anc. marquisat (Maine-et-Loire). BELLOVACENSIS le Biauvoisin, BeauAGER, voisin, dép., le Beauvoisis, anc. prov. de Fr. (dép. de l'Oise).
Bratuspantium Bell. BELLOVACUM, [Cses. Cjîsaromagus KxtGall.], [Tab. Theod.], BELLOVACORUM CIV1TAS aapo'[A!XfO5 [PtOl.l, BELVACUM (xit3 [Notit. Imper.], s.), anc. chef-lieu Biauvais, [anc. chron.], des Bellovaci, dans la Gaule Belgique, ville de Fr. (Oise). auj. Beauvais, La date la plus ancienne à laquelle nous puissions faire remonter l'imprimerie dans cette ville est 1002, et nous trouvons cette indication dans le Père Lelong dans le tom. vie du catal. La Vallière-Nyon et Histoire des saintes Princesses Maure et Brigide, martyrisées d llalagny et lransportées d Nogentles. Vierges en Beauvaisis. Beauvais, Courtois, 1602, in-12. Si le renseignement est exact, Courtois serait de Beauvais, et ce ne donc le premier imprimeur serait que quelques années après que nous verrions celui-ci imprime G. Valet établir ses presses des livres plus importants, parmi lesquels nous citerons les Poësies latines de Michel Vérin en 1017 l'année suivante Anllwdosùpro felici Belvacensis Episcopi Jacobo de Nully, authore adventu, 16t8, in-4, les Coutumes de Sentis, Amiens, Clermont et Monla même année enfin Discours du siège didier, de Beauuais en par Cliarles, duc de Bourgogne, 1472.- Beauvais, 1622, in-8.

173'

1

BELLOVIUM.

BENEHARNUM.

174

Sa veuve lui succède vers 1630. Au xvnic siècle nous trouvons établie dans cette ville la famille Desjardins, à la fois qui imprime et pour la municipalité; pour l'évoque en 17!i8 Pierre-Nicolas Desjardins succède à son père, et le rapport fait à M. de Sartines le signale en 1704 comme le seul imprimeur exerçant à Beauvais.

Bellovium, Bellou, bourg de Normandie 0 (Calvados). BellumCastellum,Belcastel, bourg de Fr. (Aveyron).
• BÉllum fagetum, (Sarthe). Beaufay, bourg du Maine

Bellum forte, Beaufort en Vallée,pet. ville et anc. château de l'Anjou (Maine-et1 Loire). Bellum Phatum, Beaupré; plusieurs localités et anc. abbayes portent ce nom en France.
Bellum Beixunum IPIill. vadum, voy. Flaviobriga. P. Belunom [Cluv., Diac.|, IIl], BeXoûvcv et BeXXoûvov [Ptol.],

les Reglemens et Couspar le P. le Long, est intit. tumes de la Chambre des pauvres de la ville de licaune à Beaune, chez François Simonnot, imprimeur du roy et de la ville, 1659, pet. in-12. Les archives de la ville de Beaune renferment une pétition adressée à la municipalité par ce François Simonnot, quelques mois seulement avant l'impression de ces llàglemens des Pauvres; il expose que la ville de Beaune n'ayant jamais possédé d'établissement typographique, il y a urgence, pour les hesoins de la ville, d'y établir une imprimerie dont il demande le brevet. Un autre livre sorti des mêmes presses s. d., mais tfrès-probableinent imprimé cette même année 1659, c'est fondation et reigles de l'hôpital de la ville de henune, fondé par Nicolas Bollin, in-4 (cat. Secousse, no 5290). La famille Simonnot a fourni une longue suite à la ville de Beaune, ainsi qu'à celle d'imprimeurs d'Autun. I.es arrêts de 1739 et de 1759 retirent à cette ville le droit de faire imprimer nous n'y trouvons plus, en 176li, que trois libraires qui font venir de Paris et de Lyon les livres nécessaires à leur commerce. Belna, Belna Vellaunodunum Rolandi, ou B. G.J, Beaune-la-Rolande en Gatinais, de France bourg suiv. d'Anville et l'abb. (Loiret), Bclley; ce suiv. Chàteauserait, Reichard, Landon. [Cœs. Beaune

la Gaule Transpadane, auj. Belsur la Piave, dans l'Etat luno, Bellune, de Venise. fut exercée dans cette ville en 1629 L'imprimerie par Franciscus Viecerus; le catal. du Trinity Collège de Dublin fournit cette indication à M. Cotton. En I6I1O nous trouvons dans Haym Cio. Batlista (ti Cividal cli Jlelluno e suo lerBarpo. Vescrizione rftorio. B£l!uno,16!iO, in-ti. Giovanni NiccoloDoglioni, que la Bibliothcca Aprosiana appelle Nobile BelluLvme de' nostii incotiniti, a publié nesc, e chiaro à la fin du xyi° siècle un grand nombre d'ouvrages dont le Origine di Cividal cli lleUww, imprimé à Venise, en 1588, in-fi. BELLUS Locvsy Beaulièu un grand nombre de localités en France ce nom portent BELLUS LOCUS AD Duranium., Beaulieu, ville de. Fr. (Cori'èze). = Bellus pet. LOCUS An. Ingerim, Beaulieu-sur-ïndre, de Fr. (Indre-et-Loire). = Belbourg LUS LOCUS AD LlGEHIM, BeiVUlieUrSUT' du Loiret, Loire, etc. bourg Bellus Mons, voy. Bellomontium.

Berunum .[Collai1.], ville des Veneti.
dans

château de Belgique Belceil, (Hainaut). Le maréchal Prince deLigneavait fondé, vers 1780, dans cette magnifique résidence une imprimerie, dont le premier produit est bien connu Coup d'œil sur Belceil, à Belceil, de l'imprimerie du prince en Charles, de 1781, in-8, de 150 p.; réimprimé 1786, in-8, de 204. M. Aug. Voisin, biblioth. de l'Université de Gand, a consacré une notice curieuse aux imprimeries de Belgique, et il particulières compte six ouvrages, formant neuf volumes, imprimés de main de prince à Belœil. Belograoum, Bielgorod, dans le gouvernement ville de deKursk. Russie,

Belsia, la Beauce, anc. district de l'Orléanais, fait auj. partie du dép. d'Eure-etLoir.
Belsinum., voy. Balsio. Belz, ch.-lieu du palatihat Belza, Belzium, du même dans la Gallicie. nom, BENACUS [Strab.], Benearma, Beneiiarnum lacus lugo voy. [Plin. nj, di Garda, Beahnia. iî en Brlvaxo; Italie. Xîpvi

Le premier livre imprimé dans cette ville remonterait a 1659, au dire de M. Ant. Voisin, qui nous communique quelques notes relatives à la Bource livre, que nous trouvons également cité gogne

Bellus portus, Beauport, près St-Brieuc bourg et anc. abb. de Prém. (Côtes-'duNord). BELLUS Riparius, Beaurepaire, bourg de Bourgogne (Saône-et-Loire). Bellus visus, Beauvoir, bourg de France (Seine-Inférieure); anc. abb. de chanoinesses régulières. Plusieurs autres localités en France portent ce nom. Belna [Cluv.], BelnuMjBiaune (auxuic s.), Beaune, ville de Fr. (Côte-d'Or).

ville des Con[Itin. Anton.], dans la Novenipopulanie, vente, auj. Ortez suiv. d'Anville, Pau suiv. Andern, ou Navarreins suiv. mais la Reichard; des géographes, plupart Marca, Valois, voient dans cette localité la ville etc., de Lescar ou dans le dép. des LescarSj On trouve aussi sur Basses-Pyrénées. livres Lescuria et Lascuhia. quelques Nous croyons qu'à la requête de l'évique de Lescar, de Pau, Jehan de Vingles, envoya dans l'imprimeur cette ville une partie de son matériel typographique, en l'année même où il imprimait à Pau les Fors <( ( Costumas de Bearn en effet nous trouvons à cette date de 1552 les Constitutiones Diœcesis Lascurien,

17b

BENESCHOVIUM. BERGA.
Benium, près Bény, Bayeux le Bény, village (Calvados). et

176
château

sans lieu, typis sis, per Jacobum de Fuxo editœ Joannis de Vinglés, in-4. Cette expression typis J. de Vingles ne se retrouve sur aucun des livres exécutés par cet imprimeur à Pau, et nous croyons édité par pouvoir affirmer que ce livre liturgique, Jean de Foix, l'évêque de Lescar, fut exécuté sous ses yeux. Les Fors et Costumas de Bearn furent réimprimés à Lescar en 1602, par Louis Rabier. Quelques années après nous trouvons de nouveaux imprimeurs loan de Saride et G. de la Place. La ville de Lescar ne possédait plus d'imprimerie en 1739. Beneschovium, L'imprimerie ton's Suppl.J. Bïmschau, date en cette ville de Bohème. ville de 1749 (Dr Cot-

BANNAVENTUM [Itm. Bennavenna, Ant.L ville des Coritani, dans ta Isannavatia, ville Bretagne romaine, auj. Daventry, d'Angleterre (Northamptonshire). M. Cotton [Suppl.] donne l'année 1755 comme date de l'introduction de la typographie à Daventry. BENNOPOLIS, Benofeldia, (Bas-Rhin). voy. ASCALINGIUM. pet. ville d'Alsace

Benfeld,

Beneventum, BENA VENTUM, Benavente, bourg de Portugal (Estramadure). Antonio (t. Il, p. 264) et le Summario da Biblioiheca Lusitana nous donnent le titre d'un livre imdu xviie primé dans cette ville au commencement D. N. Papa: l'auli V. statuto siècle Sanclissimi emisso in confessionario sollicitannuper fœminas tes in confessione motœ solutœ qiuesliones aliquot atwlore Boderico à Cunha. Benaventi in Hispania, apud Matheum Donatum, 1611, in-4. D. Rodrigo da Cunha, né à Lisbonne, fut d'abord inquisiteur, puis évêque de Portalegre et de Porto, devint archevêque de Braga et de Lisbonne, et mourut en 1643; son livre de Confessariis sollicitantibus fut réimprimé avec de notables additions à Valladolid en 1G20 et en 1632. Beneventum anc. ix, Hor., Plin.l, [Liv. Maleventcm [Liv. ix], Beveoùevtos [Ptol.], BeveoiIîvtov [Strab.], BenevenColonia Bonivent anc. ville du tana, [Chron.], ch.-l. de la Samnium, auj. Beneveiito, du même enclave de la nom, délég. ultér. Princip. Le Dr Cotton donne l'année 1646 comme date de de la typographie à Bénévent, et l'introduction il emprunte cette date au catal. Pinelli (vente de n° 1753) Uescrizione del Beltrano, Londres, reguo di Napoli, Benevento, 1046, in-4. Mais llaym, ouvrages d'Ottavio Beltrano, et qui cite plusieurs Breue entre autres celui-ci avec un titre plus ample Descriiione del reijno di Napoli diuisa in dodici provincie, Napoli, per lostesso Beltrano, 1640, in-a, et une seconde édition du même ouvrage également à Naples en 1673, ne dit pas un mot de imprimée l'édition de Bénévent, que nous considérons comme apocryphe. Cette expression per lo stesso Beltrano en même Beltrano nous indique temps que était lui.même un imprimeur en efnapolitain fet llaym nous donne la liste de plusieurs ouvrages à partir de l'année 1602. Nous sortis de ses presses l'année 1703 seulement •pensons qu'il faut reportera la date du premier établissement de typographique celteville: unioersale di tutti gli obblighi Catalogo diocesidi Benevento di M esse perpétue nellacittà,e di Viiicenzo Maria Cardinale Orsini. Benevento, 1703, in-a. (Haym, p. 66.)

Benthemium, BENTHIMIA, Bentheim, ville de Hanovre; anc. ch.-l. du comté du même nom.
Berancurtum, mandie BeraunAj Bohème. BERCETUM bourg B,récourt, (Eure). Bebaunium, village Beraun, de ville Norde

[P. d'Italie

Diac.], près

de

Berzetto, Parme.

Berceto,

Berchemium, Bergiiemium, Berckheim, pet. ville d'Alsace (Haut-Rhin). BERGA AD ZOMAMj BERCIZOMAj BeRCOJIUMj Bergen op Zoom, ville de Hollaude (Brabant sept.). date en cette ville des premières anL'imprimerie nées du xviio s. voici le.titre du livre le plus ancien nous le trouvons porté au que nous connaissions, catal. de Tournes, p. 234 Personœ (Joh. Bapt.) in Galenum, quod animi mores corporis tempora sequuntur. Bercomi, 1602, in-4. Le Bibliophile belge nous donne comme nom du J. Canin, et cite un ouvrage de premier imprimeur J. Badelius, deOppugnalione Bergopzomii, imprimé par lui en 1603, ouvrage dont on ne connait plus que deux exemplaires. En 1605 le P. le Long (I, p. 380), le catal. Dubois (III, p. 321), le catal. de' Tournes un nouveau livre imprimé (p. 148), nous donnent dans cette ville Jean Tassin, l'Etal de l'Eglise avec le discours des temps, depuis les apôtres jusqu'à présent. Berg op Zoom, 1605, in-4. (?) BergasellAj Berckessel, d'Allemagne, près Mayence. Le catal. Cigongne, si parfaitement rédigé par M. Potier, notre excellent libraire, nous fournitl'indication suivante Admirable discours d'un briexécuté d mort en la gand, nommé Clwisteman, ville de Berckessel, près de Mayence, le 14 juin nuair 1590, lequel a confessé entre autres crimes tué en sa vie 964 personnes. Berckessel, imprimé Jehan Ghebon ou Gheben, anno 1590, in-4, de par 2 ff. fig. s. b. Berckessellapet. ville

Benfica, Bemfica, abb. de dominicains, en Portugal.
En 1623, Emmanuel deSousa Coutinho, en religion Fr. Luiz de Sousa, lit venir de Lisbonne l'imprimeur Gérard de Vinha, ou tout au moins un matériel provenant de son établissement typographique, et fit imprimer sous ses yeux au couvent de Bemfica la de Vllistoria de S. Domingos parlicolar lrc partie do Beino et Conquistas de Portugal, in fol. La seconde partie ne fut imprimée à Lisbonne que trente ans après la mort de Luiz de Sousa, en 1662; et la troisième au même lieu, en 1678.

Bercqrium, BRESSUIRA, Bressuire, ville de Fr. (Deux-Sèvres). Berechia, Beregh Ozasz, ville de Hongrie. Berenna, Berens, bourg du Languedoc, près Alby (Tarn). Beretra, voy. Belegra.
de Suisse BERGA, Berg, village (St-Gall). Un habitant de ce village, nommé Hietemberger, nous apprend M. Ternaux, y imprima, dans la se-

177

BERGA.

BERLENGA.

178

à Vicence; en voici le titre exact: Gulielmi Paielli ItarEquilis Vicentini Laudatio in funere illustris tholontei Colei exerdlus Venetorum imperaloe-is. ville de Norvège. BERGA, BergjE, Bergen, A la fin Oratio (unebris. habita Bergomi. Vicentiœ quà ditigenlissimc. Cette ville fut fondée en 1070 par Olaf Kyrre et fut alqz impressaiit foro ante œdem divœ virginis M. cccc. la résidence des rois de Norvége jusqu'en 1397. Nous Bcrgomt lxxvii. Finis. On ne comprend pas que Mercier et ne connaissons pas de date d'impression plus anTiraboschi aient pu tirer d'une souscription aussi M. Ternaux «, cienne que celle que nous fournit claire l'induction que ce livre soit sorti des presses J'arentation over Maria EUsabelli Tuxen; Bergen, in-fol. il est de plus à remarquer bergamasques; que les 1722, caractères qui ont servi à son impression sontidenBERGA An Zomam, voy. Bebcizoma. à ceux qu'employait à cette semblables tiquement de Mcsser Pre. Zuanépoque BERGiE Div^EGertrudis, GERTRODEBERGA, l'imprimeurPiovano Viccnza, Paulo de Vicenza, lunardo longo di sancto même I<n7, Gertruydenberg, ville de Hollande (Bra- et avec lesquels, cette Camforaannée Ânirnœil imprimait le livre de Giacomo de imniortabant septent.). litate. en 1802. Imprimerie Un autre volume imprimé en 1Û98 Tractalus Bruni Theodorici Rolandi et Chirurgie Ouidonis, Bergje STI VINOCI,Berg St-Vinox, anc. sans nom 1M8, in-fol., Lanfranchi, Bergomi, abb. et vicomté, auj. bourg de France cité par Panzersous la fausse date de d'imprimeur, à Venise cura et arte Jloneli 1497, fut imprimé (Nord). Locatelli Bergomensis. Bergamensis AGER, province de Bergame, la Dans la savante dissertation, publiée en 178G par le comte Giovambattista Galizioli sur l'imprimerie il Bergamasco, en Italie. nous trouvons la preuve qu'en 1517 bergamasque, cette ville Bergeracum, Brageracum, Bergerac (Bra- la typographie n'existait pas encore dans si conserva « Appare bensi da una scrillura che gerac au xvi" s.), ville de France (Dor- nella copiosa libreria Ili questi Padri Ercmitani dl saut' Agoslino,che 1517 la citlà nostra nell'anno dogne). dl stampatori. Mais bien avant fosse, sprovueduta Le livre Je plus ancien que nous trouvions à cette année un grand nombre d'artisans avaient Bergerac, est une pièce de poésie, d'André Ducros avec quitté Bergame et avaient exercé l'imprimerie Discours sur les misères de ce temps, en vers, a un certain éclat dans les villes voisiues; ainsi à VeBergerac, 1569, in-4; il se trouve quelques exemnise Pietro et Giovanni son frère, qui se fait appeler plaires de ce rare volume dont la souscription porte Pietro Bergamasco, vers 1Ù80 dix ans imprime et d'autres La Rochelle, Angoulesme, par Baraprès nous trouvons Vincenzo Benaglio, puis Simone Jlerlon thélémy [Bibl. exotica, Francfort, 1010, da Lovere, etc. p. 148). 11 nous faut de tonte nécessité arriver à la seconde Le catal.dela la Bibliothèque impériale (tom. 1, p. 308) moitié du xvf siècle pour trouver une typographie nous donne une pièce imprimée en 1585 Déclaralocale établie à Bergame, et nous sommes forcé de tion et protestation du roy de Nauarre, de monn'accueillir que sous toutes réserves le renseignesieur le prince de Condi, et de monsieur le duc de ment fourni par le cat. Pinclli Bellaflno, origine sur la paix faicte avec ceux de la M ontmorenci, délia ciltà di Bergamo, tradotto da Licinio. Bermaison cle Lorraine. Imprimé à Bergerac, 1585, nous ne connaisgamo, 1556, in-8. Non-seulement in-8. sons ni le livre ni son auteur, mais nous ne le Nous connaissons encore (cat. Secousse, P. le Long, trouvons ni livre de signalé dans aucun catalogue un assez grand nombre de volumes imprimés etc.) de plus nous connaissons plusieurs bibliographie dans cette ville au xvie siècle, mais nous ne citerons volumes relatifs à t'histoire de Bergame, imprimés à que les Statuts et les Couslumes de la ville de Bracette même époque dans les villes avoisinantes. Bref, eit latin et en françois, E. Tretier, gerac, par ce n'estqu'à l'année 1587 que nous pouvons reporter Bragerac, 1593, in-ft; réimprimés cinq ans après avec certitude l'établissement de la typographie dans dàns la même ville par Gabr. de Courtauève, égalecette ville, avec le nom de Comin Ventura comme ment in-G. premier imprimeur. Haym, les catal. des Volpi, PiAu xvno siècle nous ne citerons que Gilbert Verun grand nclli, Floncel, etc., nous fournissent noy (1009-103Ii:, qui fitsouche d'imprimeurs. nombre de livres imprimés à cette date; nous n'en l-a typographie n'existait plus dans cette ville en citerons que deux une tragédie deTorqualo Tasso, 17011 (.Rapp. Sartines). il Torrismondo, in-£i, et Rime cli celebri l'oeil raccolîe da Giatnbalista Licietio, in-8. Bergiiemium, voy. Berchemium. de Fr. (Pas-deBergidium Bergua, Bergues, bourg FLAVIUM, Bs'fYiSov <l>Xœo6ïov[Ptol.], ville des Astures, dans Tarl'Espagne Calaisl. dans le raconaise, auj. Bergul^e Viltafranca, [Geo. Rav.J rks-fcùx-n [Ptol.], roy. de Léon. Beo-YoûXiov [Cedren., p. 206], 'AoxaSioùville KoXii [Hierocl.], de Thrace, Bergium CASTRUM [Liv. auj. Berginium, 34] en Roumélie. Dsjatal-Borgas, Berga, pet. ville d'Espagne (Catalogne). BERGUSIUM ['l'ab. BERGUSIA [Itin. BERGOMUM [Plin. Peut.], m, Justin. xx], \M^v-vl Birgusia BourPergamus Pergamum Anton.], Ptol.], [P. Diac.], [Geogr. Rav.], de Fr. (Isère). Vergajium goin, ville Geog. Rav.], Bergamum, ville des Orobii dans la Gaule Justin.], Berigonium, Bargeny pet. ville d'Écosse ville d'ItaTranspadane, auj. Bergamo, (comté d'Ayr). le Milanais. lie, dans Berinzona, voy. Baltiona. Les anciens bibliographes citent tous comme date de l'introduction de t'imprimerie à Bergamo l'année Beriolum, Voy. Barjoliuh. mais il est reconnu, depuis longtemps, que le \wn livre qui a donné lieu à cette assertion est imprimé Berlanga Berlenga, [chron.carlov.],Bar-

conde moitié du xvin« siècle, plusieurs ouvrages ornés de figures sur bois qu'il gravait lui-même.

179

BERL1NUM.

BERONAIN ERGOVIA.

180

langa, pet. ville de la Vieille-Castille, sur le Duero, conquise par Charlemagne. Berijnum, voy. Berounum.
Berna polis, ch.-l. Berxa [Cluv.], HEr.vETiORUir, ARCTOsur et Bern, Berne, ville l'Aar, d'un canton suisse.

Berne fut fondée en 1191 par Ic duc Berlhold de déclarée en 1218 ville impériale et reçue Zœhringcn dans la Confédération en 1352. Avec la réforme vient s'établira Berne un imprimeur du nom de Mathias Bienenvater ou Apiarius, qui fut l'un des agents de la propagande protestante, et l'introducteur de la typographie dans cette ville. Falkenstein (p. 273) dit qu'il y imprima des l'année 1525 une Danse des morts (ToiUentani) de Niculas Manuel, mais sans donner l'indication du lieu d'imce lieu est désigné, mais sans le nom du pression sur un édit de réformation daté du typographe, 7 février 1528; enfin ce n'est qu'en 1530, toujours au dire de Falkenstein, qu'on trouve à la fois et le lieu de l'impression et le nom de Malhias Apiarius sur tes rares volumes sortis de ses presses. Ce Mathias Apiarius se fixa-t-il à Berne, et n'établit-il qu'une succursale à Strasbourg, pour)revenir définitivement à Beri>£ ? Voilà ce qu'il ne nous est pas mais nous le voyons à Straspossible de préciser: bourg en 1533, et nous voyons son nom figurer sur les livres jusqu'en 1537; puis nous le retrouvons à Berne en 1539 Joan, Boccalii de Ccrtaldo insigne muliertbus. Berna; opus de claris Ilelvetiorum, excudebat Mathias Apiarius, 1539, in-fol., fig. s. b. Volume rare, édité par un maître d'école bernois, nommé Télorus. Bernacum, (Eure); BernhurguMj Bernensis BernayuMj anc. abb. Bernay, de b.énéd. ville de Fr.

livres dans la ville de Berlin. Ce rare volume fut vendu chez M. Libri, en 1859, 5 guinces; la note, rédigée par ce célèbre ami des livres, à la suite des titres que nous venons de rapporter, est fort curieuse. fendant le xvie siècle nous trouvons plusieurs noms cle libraires et un assez grand nombre de volumes imprimés à Berlin dans Vogt, dans le catal. Heinsius, des Elzcvirs, etc. Pour l'imprimerie établie à Berlin dans un couvent de Franciscains, dont les produits portent tano m Graven Klosler, » tantôt a in monasterio tôt Ijnieopliceo,» voy. Friedldnder, ISeitrSge zur BuchISerlins, 183d, in-8. drucIcerrje-Schichte sur la Berolstadia Bernstadt, Lusatle, de LauPliesnitz, pet. ville de la prov. sitz (Lusace). Berolstadium, la Weida, BERONA BernstadiusIj ville de Silésie. Bernstadt, sur

Voy ARCTOPOLIS PAGUS, canton

AD Sai,am. (Suisse). por-

de Berne

Berniacum, Berny; tent ce nom en

plusieurs France.

localités

BerœAj Bî'foia (Thucyd.l, Bs'ppcia [Polyb.], ville de Macédoine, depuis IbenopoliSj au S.-O. de Pella, Venu ou Beria, auj. dans la Roumélie de Salo(pachal. niki).

Berolinum, Berlinum [Cluv.Jj Berlin, cap. de la Prusse, sur la Sprée.
Cette ville fut fondée en 1163 par le margrave Albert de Brandenburg; elle portait le nom de Côln an der Spree; en 1657 elle fut appelée Friedriclisdu nom de l'électeur merder Frédéric-Guillaume; Friedrichsstadt en 1688, de Frédéric ter enfin Berlin. Le D1 Cotton (Suppl.) dit que l'imprimerie date à Berlin de 1539, et que le premier livre imprimé fut un ouvrage de George Wicelius; nous trouvons un de ce théologien cathogrand nombre d'ouvrages lique imprimés de 156U à 1577; et plusieurs même le furent à Paris en 1565, mais nous ne- croyons pas faire remonter à une date aussi ancienne pouvoir ou polémiques. l'impression deses traitésdoginaliques Ce n'est que l'année suivante, 15G0, que nous trouvons trace à peu près certaine d'une typographie fonctionnant à Berlin Kirchen Ordnung im Churder Marcken ztt Brandemburg, voie .e furstentlium man sicli beide mit der Leer und Ceremonien hal(en sol. Berlin, Johan Weis, 15<iO, trois parties en un volume, pet. in-4, avec musique notée. Le Privinacli lège, daté de « Côln ait der Spree Dinstag à a Hans Weiss miser Jubilate, 1540, donne le droit d'imprimer Buchdrucker et de vendre des

IN Ergovia, Monasteriuu BEROde NENSE, EccLESfA Beronensis, l'Abbaye Berone ou Beromunster ce monastère illustre a donné naissance au bourg lucernois du même Munster in nom, Aërgau, près du lac de Sempach. En M69, ce monastère avait pour prévôt du chade l'évûché pitre Joost de Sillinen, administrateur de Grenoble, et plus tard évêque de Lyon, l'agent du roi Louis XI de France; et parmi les stipendié chanoines de ce chapitre figurait Elie de Lauffen, qui signe Helyas flelye, ou flelyas de Louffen. C'est le personnage qui figure comme fondateur de l'imcomme l'introducteur de primerie de Beromunster, la typographie en Suisse, dans une série d'ouvrages datés de W70 à 1MÙ. Ce digne chanoine, déjà septuagénaire à cette époque, ne fut, suivant toutes les probabilités, que le moral de l'atelier typographique établi propulseur sous ses auspices par quelques-uns des réfugiés de Mayence. On cite parmi ces ouvriers typographes qui trouvèrent asile et protection à l'ombre des murs de l'abbaye, un certain Pierre Krantz, qui figure comme témoin de Fust dans le procès de ;lù55, et qui fut peut-être le père de Martin Krantz; on cite encore de Winterthur, et Al. Ambroise-Firmin Dorfling Didot y ajoute Ulrich Gering, mais salis rien apporde ter à l'appui d'une assertion aussi importante, l'atelaquelle on devrait conclure que certainement lier de Bcrone a fourni à Paris ses premiers typoet que l'imprimerie a existé à Bcrone graphes, avant 1470, puisqu'en cette même année Gering et ses deux associés volumes à publient plusieurs Paris. ou seuQuoi qu'il en soit, chef de la typographie lement correcteur et éditeur, le chanoine Ilélie de Lauffen publie en 1470 le fameux Mamotrcctus de Jean Marchcsini, destiné par l'auteur aux clercs encore novices dans la langue latine (Yeluti Mamuam et infantibus manibus sugendam tractandaji, 1 instar piœ nutricis M ammotrectus cxhibueval) in Bibliis occurseu expositio vocabutorum quœ on lit à la fin Explicit M amotreclus siue runt scu ca || ractaripri || mica-iris arte inprimendi zandi lle || lije alias de (sic) per me Helijam in Ltouffen canonicum |J Ecclesie ville Jleronensts site absqs calaml pa || go Ergowie |] exaracione Vigilia sancti illar |] Uni Episcopi sub Anno ab ire || Domini Millesimo || Quadringenlesimo carnacione Septuage simo. Deo Laus et gloria per in Il Jinila secula seculorum. Ame.. ln-fol. de 299 ff. et non pas 297 IL comme l'ont dit MM. Van Praet et Brunet, à 2 col. de 32 lignes. La Serna Santander, M. de Marolles et d'autres n'ont voulu voir dans ce livre qu'une bibliographes textuelle ou même un second tirage réimpression

i8i

BEROSTONUM. BEUXUM.
BESELDUNUM, VOy. Bisaldunum.

182

de l'édition du même livre donnée par Scheffer à Mayence, le même jour de la même année, et ils basent cette opinion sur ce que le Mamolreclus de Berone a des signatures, ce qui est incompatible avec sa date mais M. Auguste Bernard prouve que l'édition de Bérone est incontestablement différente; de date est accidentelle; que cette coïncidence que ce que l'on a pris pour des signatures n'est qu'une lettre de l'alphabet placée en bas de chaque colonne en guise de signe de renvoi ou de point de repère, qui se combine avec un chiffre arabe placé en haut de la colonne suivante. C'est dans ce livre que l'on trouve employés typofois les chiffres graphiquement pour la première arabes. Martin-George Chrisigau a consacré un mémoire fort intéressant à ce Mnmotrectus Coirtmentatio hislor. liueraria statum rei de Mammolrecto littcrariœ circa inventœ typographia tempora illustranle. Fraucof. ad Viadram, 17Û0, In-4. Un livre que M. Van Praet (catal. in-fol. p. 164) au Mamolrectus, estimait antérieur c'est un Psalterium de 68 ff. in-fol., à 31 lignes à la page entière, imprimé avec le même caractère que le précédent, mais sans aucune indication de lieu d'impression, ni de libraire, ni de date; on en conserve un exemplaire à la Biblioth. impér. de Paris. Le total des impressions attribuées au chanoine Helyas de Lauffen monte à huit; il mourut en Mi75. Nous verrons combien il y a de fortes présomptions pour croire que l'atelier de Berone fournit à Louis XI les premiers typographes de Paris en effet du chapitre de Berone, Joost de Sillinen, du prévôt agent et créature du roi de France, à Jean lleynlein de la petite de Stein, ou (te la ffe) re, originaire ville schaffhousoise de Stcin am Rliein, et à Guillaume Fichet, né sur les bords du lac Léman, l'un préteur et l'autre recteur de la Sorbonne à Paris, il existe un si évident, qu'il ne rapport direct, un trait d'union faut pas un grand effort d'imagination pour se reces deux savants s'adressant par ordre du présenter roi à leur compatriote le prévôt de l'abbaye de Berone, qui leur envoie aussitôt trois de ses meil'leurs ouvriers et de là l'établissement imprimeurs, de l'atelier typographique de la Sorbonne.

Besidi*:[T. Liv.], BESIDI ANUM, Besignanum, Besinianum, ville des Brutii, dans la Grande Grèce, auj. Bisignano, dans la Calabre citérieure.
BÉsippo, voy. B.Esippo. Besontium, VOy. VESONTIO. BESSAPARA [Itin. Anton.], Bo'orcapa [Proville de Thrace, Tatar-Bacop.], auj. dans la Roumélie zardsjik, [Forbiger]. Bistisiacum Palatium Bestisiacum, [Edict. Phil. Aug. a0 1200], anc. Betisi, Bethisy, villa de Picardie, royale, auj. bourg près Compiègue (Oise). Beteoric.e, Beterrjë, voy. tEbud.e.

VOy. Biterjuî.

ville de la Béutlien, BetiiAnia, Bïthonia, Silésie sur l'Oder. prussienne, Le Suppl. du docteur Cotton nous dit que la Bodléicnne possède deux ouvrages de Gaspar Dornavius « Belhaniœ ad Oderamn en 1617. Nous imprimés ne connaissons pas ces volumes les deux livres de « Menenius ce savant sont imprimés, le premier Agrippa, • à flanovre, en 1615, typis Wechelianis, in-4, et le second sapientiœ so« Amphitlieatrum craticœ joco-scriœ, la même ville in-fol., dans en 1619. M. Ternaux nous donne le titre d'un vol. du même auteur imprimé dans cette ville en 1619 Vergeles ckrislianus. Hoc est de vila et morte G. a Sclwnaicli baronis llethuniœ. Bethaniœ, 1619, in-a. BETHARRAM OU Betii-Aram. Nous citons ce lieu dont nous ignorons le radical latin et même la situation actuelle, mais que nous n'avoir été qu'une église dépendant de soupçonnons l'archevêché de Toulouse et ainsi appelée de la Baiôatpav de l'Ecriture, au parce que nous trouvons XVIIe s. un livre dont la souscription porte ce nom « Traité (les merveilles opérées en la chapelle N.D. du Caluaire de Beth-Aram, par P. de Marca. Beth-Aram, R. Lavoir, 1046, in-12 et seconde édition audit lieu, 16d8, in-8. BETnxEHEMUM, VOy. BELEMUM. Fr. (Pas-de-

Berostonum, Bernstein, ville de Prusse, dans la marche de Brandenburg.
Berovicum, voy. Barovicum.

Berra, Berre, bourg et anc. baronnie de Provence (Bouches-du-Rhône).
Brrsinum, bourg ,Bersula suiv. Lombaria, de Fr. (Gers). Peut.], [Tab. Reichard,.la Lombatu, riv, d'Italie, Bardinezza. Lombez,

auj.,

BEIISURIA, voy.

Bercorium.

ville de Betbunia, Béthune, Calais)n'existe en cette L'imprimerie de la période révolutionnaire.

ville qu'à. partir

ou Sithiu, BERTINI ABBATIA, St-Bertin abb. dans le dioc. de St-Omer. de l'Artois, accorde aux religieux de cette abb. Charlemagne un diplôme par lequel il les autorisait à se procurer, par la chasse, les peaux nécessaires à la reliure des du monastère. manuscrits Bebtranopolis, Berunum, Besarra, voy. voy. voy. LUGDUNUM CONVENARUM.

Betonia, Extbemadura Legionensis [Bisch. et Môll.], VEstramadure prov. d'Es-pagne.
Betula, VOy. B&CULA.

Bellunum. BiterrjE.

BETULUS, Batulo,- Beses,Besos, fleuve de Catalogne-; tombe dans la Méditerranée, entre Barcelone et Tarragone (Bisch. et Altill.).
Buxonium.

Vesciano, bourg Bescia,VESCIA, VESCIANUM, ZD BEUCINUM, VOy. napolitain, dans la Terra di Lavoro. BEUGESIA, Bugia, le Bugey, pet. province de Fr., avec Belley pour chef-lieu, auj. Bî'ur.Sa Basi, ville des CasBeseda, [Ptol.],, dép. de l'Ain. tellani, dans la Tarraconaise, auj. San-Juan de las Badesas (Catalogne). Beuxum, Bœuf, bourg du Forez (Loire).

i83

BEVELANDIA.

BIDINUM.

184

Bibola [Geogr. Rav.], sur la 111acra, à l'O. de la Via Clodia, auj. Bibola, bourg près Carrare (Italie). Bevelanwa Nord-BeveBironium [Tacit.l, septentrionalis BôbKngen, ville du île de la même land, province. Wurtemberg, dans le cercle du Neckar. ville BEVERLACUM, Beverley, d'Angleterre Biiiiu, Birra, la Berre, pet. riv. du Lan(Yorkshire). guedoc, qui coule dans la vallée CorUn Hollandais nommé Hugh Goes (al. Van der bière, vallis Corbaria; se jette dans Goës) y séjourna vers l'année 1510; une ballade iml'étang de Bages (Aude), et sur les lui à cette époque est le seul produit de primée par bords de laquelle se livra une bataille cette presse qui soit parvenu jusqu'à nous. en 737 [Frédég.]. Bevebkekse château CASTELLUM, Bevern, le nouvel historien de César de Silésie. Bibractum Résidence du duc Ferdinand deBrunswick-Bevern, place cette localité importante sur le où il lit imprimer son ouvrage intitulé Des vninmont Beuvray, mons Bifractus, près Auderliclrea wnnderliche Beget/nisse. Auf dem fürsttun. (Voy. AUGUSTODUNUM.) lichen Kesidenz-schloss Bevebn von gedruckt Johann Hechtinuller; Bibrax [Cœs. B. G. n, 6], OPPIDUMRiiepart. Ire, 1678, in-4; part. 11e, livre im1680, \n-U. On ne connaît pas d'autre MORUM. primé dans ce château [Ternaux], Le père Lempereur place cette locaville de Beverovicum Bevenvyck, pet. lité a trois lieues de Neufchdtel l'avocat entre Alkmaer et Harlem. Hollande, Jacq. Robbe croit que c'est Laon; une Un imprimeur hollandais, du nom de Franz Pels, lettre publiée au journal de Verdun en en 1G38 un établissement y fonda typographique. 1750 dit que c'est Bruyères, village à du Limousin Beyssacum, Beyssac, bourg une lieue de Laon; Samson et DuÇange (Haute-Vienne). opinent pour Fismes (voy. AD Fines) Bezelinga, Basselingen, ville de Suisse. enfin Lebeuf, d'Anville et Forbiger BEZUA Bosco, Bézu-la-Forét, bourg de DE penchent pour Bidures, village aux environs de Laon (Aisne). Normandie (Seine-Inférieure). la Biala, riv. de Gâllicie, affl. de Biala, BIBROCI, peuple de la Britannia Major, ocla Vistule.. cupait le territoire qui correspond en partie aux comtés de Surrey, de Susville de la GalliBialikamia, Bialykamen, sex et de Berk. sur le Bug. cie, au N.»O. de Lemberg, Bicestria, Vicestria, Bicestre, Bicetre, près ville de Russie, Bialocel'kiezu, Bialoquerca, Paris. le gouv. de Kiew. dans Ce nom vient de Jean, évèque de Batia. BiATu/voy. Winchester, possesseur du château au Bibacum, Bîgœxov [Ptol.], Viechtach, bourg D Z xivc siècle. de Bavière. Bicina, Bitm:, Bidiscum, Bitche, ville. de Bire localité de la Gaule Fr. au pied des Vosges (Moselle). [Tab. Peut.], enlre Bazoches, Belgique, auj. bourg BicocA, la Bicoque, bourg du Milanais. Fismes et Soissons
BEVELANDIA AUSTRAUS [Cluv.], Zuid-BeveLand van der de Holland, Goes, île dans la prov. Zeeland. lande, [Forbiger].

Biberacum, Bragodunum, Biberach, ville du Wurtemberg, sur la Riss, au S.-O. d'Ulm.
ville de la Saxe Biberaha, Bibra, pet. prussienne, près Naumburg. Le Suppl. du docteur Cotton nous apprend que la souscription de certains livres imprimés dans cette ville porte Bialymce, et que dès l'année 1650 un établissement fonctionnait dans typographique de ses murs nous n'avons pas malheureusement titre de livre à citer à l'appui de cette assertion, et nous ignorons sur quelles données s'appuie le biblicette opinion, que ographe d'Oxford pour émettre llibra et Rialynice ne font qu'un. dans la Germanie Bibiena, Bibium, à l'O. du Rhin, auj. Iffizheim et Môll.], Iffkjheim [Forbiger], du Nassau. Bibiscum, voy. Viviacum. super., [Biseh. bourg

Bicor.n'is, Furca, FURCELLA, Gabelberg (en ital. Furca), bourg de Suisse (cant. de Vaud). OU BlCURDIUM, Bix&ûpS'iov Btxoûpvicv[Ptol.], Bickenriede, bourg près Mùlhausen, en Saxe, suiv. Reichard et Forbiger. Le Suppl. du Dr Cottonnous apprendqu'on imprima danscette ville, qu'il appelle Bicurgicorum metropolis, un ouvragede li. Carpzoviusdaté de 1622.[Nousonnaissonscet auteur, dontle catal. des c Elzevirsde 1674 cite jusqu'à 27ouvrages, maisimprimés pour la plupart à Leipzig,et tousde 1650a 1671 nous doutonsdel'exactitudedu renseignement. Bidgostia, BROMBERGA [Cluv.l Bromberg' Bydgosz, ville de Prusse, dans la prov. de Posen. Bidinum, Bydena, Bituvâxtov [Procop.], Viminaciuh [Luen.], Widdinum [Luen.], Widdin, ville de Hongrie, sur le Da-

185

BIDIS.

B1NCHIUM.

186

nube (?) mais plutôt suiv. Reichard Kostolacz. Bidis [Cic. Verr,], bî&g!;[Steph.], S. Giovanni di Bidini, ville de Sicile, dans le val di Noto. Bidiscum, voy. BICINA. Bidolium, Bedolitusi [Mabill.], vicus publiais, auj. Belloy, village et chat, de Picardie (Somme). BIDOSSA,Vidassus, la Bidassoa, riv. qui sert de ligne de démarcation entre la France et l'Espagne à l'O. Bidruntum, Bituntum, Bitonto ville d'italie, dans la Terra di Bari. BlDUCASSES, VOy. VIDUCASSES. BIELA,Ebellinum, Biel, bourg d'Espagne, dans le roy. d'Aragon. Bielca, Bielsk, Bielsko, ville de Russie, dans la prov. de Bialystock, du roy. de Pologne. Bielcensis PALATINATUS,Podlachie, proy. la de la Pologne russe. Biella, ville Biella, BIPENNIS,Bienna -d'Italie, sur le Cervo (Piémont). Nous ne connaissons pas de livre imprimé dans cette villeavant 177S Mémoire cronologichée corograftclic dellacittà di Biella, da G. T. Mullatera. Biella,17J8. Bienna, Biel, Bienne, ville de la Confédération suisse (canton de Berne), sur le lac du même nom, Biennensis LACUS. L'imprimerie existe dans cette ville depuis l'an 1667, dit le Suppl. du D' Cotton, et M. Ternaux prétend qu'un typographedu nom de DaniclBeck y exerçaitl'imprimeriedes 1611 nous ne pouvons la faireremonter aveccertitudequ'à 1713 Panégyrique de saint Florent, Bienne,1713,in-12. [P. Le Long,1,605.] Bientinum, Bientina, bourg de Toscane, au S.-O. de Lucca. BlERNEBURGUM, VOy.'AnETOPOLIS. Bigargium palatium, BiGAuciiE[Gesta Dagob.], Garges, village entre St-Denis et Gonesse, suiv. Lcbeuf [iv, p. 398], ou Garches, près St-Cloud, village du dcp. de Seine-et-Oise. BlGASTRUM, voy. OiîIOLA. Bigaugia, Pegau, ville de Saxe [Graësse]. BiGEiuiA,Bîfsfpa [Ptol.], ville des Bastitani, dans l'Espagne Tarrac., auj. Villena, dans le roy. de Murcie. Bioehrensis comitatus, Biguria, Bigorra, Baigorry, la Bigorre, le Bigorre, anc. prov. et comté de France comprenait le dép. des Hautes-Pyrénées. Bigerki [Paul. Not.], Begerri [Plin.], Bi-

geriones [Cœs.] peuple de la Gaule Aquitaine (Novempopulanie).
AQUjE, voy. AQUjE. anc. villa méBigorra, Begorua, Bigorre, n'existe rovingienne plus aujourd'hui. Bihacs ou Wiltitz, ville de Bos• Bihacium, dans une île de l'Unna et nie, [Bisch. Môll.]. BlHARIENSIS .COMITATUS, BlIIARlUM, ville et comitat de Hongrie. Bilbilis BihW, BlGERRONUM

BîxêiXi; Sai.o [Plin.] [Strab.], fleuve de la Tarraconaise, [Martial.], dans le roy. auj. le Xalon, d'Aragon.

BILBILIS, VOy. AUGUSTA BILBILIS.

Bilbilis nova, Catalayud, ville d'Aragon, 0 sur le Xalon.
ville de Bilefeldia, Bilivelda, Bielefeld, entre Osuabrück et Minden Westphalie, Nous pouvons faire remonter à 1675 l'injprimerie dans cette ville le Catal. librorum novissime impressorum publié tous les six mois, à Amsterdam, del678al6H4 (part. 1, p. 12), nous fournit cette indication C. Mentzclii lapis Bononicnsis in obscuro liermelico C. A. tiiccns collatus ami Phosplioro Balduini, Bilefeldiae, 1675, in-12, avec pi. et front. Ce livre a été vendu en 1861, à Londres, dans gr. un catal. de M. Libri (n° llOd). Le catal. des Elzevirs de 1681 (p. 470) nous indique aussi V olk'mar ( IlenningK\ Filum Ariadnes logicum, Bilefeld, 1675, in-8. Bilestinum, rhénane, ville Beilstein, sur la Moselle.. de la Prusse

BlLHOMUM, BlLLGMDM, pet. ville d'Auvergne Bilin'a, Bila. Bilitio Bilivelda, Bilin, ville de

BlLIOJIAGUS, Billom, (Puy-de-Dôme). la Bohème, sur la

[Greg.

Tur.],

Voy BjVLTiona.

VOy. Bilefeldia. BlLLEMUM, voy. BlLHOMUM. Billena, Bille, fl. du Lauenburg.

Billiacum, Billy; plusieurs localités de ce nom en France, dont une pet. ville de l'Allier. Billizona, voy. Baltiona.
Buionium, [Bisch. Binchester, et Môll.]. bourg d'Angleterre

Binarusia, Binaros, pet. ville d'Espagne, dans le roy. de Valence.
de Belgique ville Binch, Binche, BiNcmuM, la prov. du Hainaut. dans remonte en cette petite ville à 15d5 L'imprimerie saincte La vie t legide de madame Luthgarde, de Euuicre iadix tressaincle moniale ait monastère en Binch pour de Brabant. Imprime ou pays Lan M. V. C.XLV. par Labbe Daulne-, Monsieur Mo Guillaume Cordier, in-4 goth. de 40 If. à 31 lign. La marque gravée en b. qui est figurée sur le titre et

187

BESDRIUM.

BISUNTIUM.

188

que reproduit le Manuel (v. col. 1201), est entourée D. Joannes de Lanoy abbas Alnen, de ce nom que l'on croit être le nom de l'auteur de cet opuscule. M. Brunet ajoute Livre très-rare, le seul connu qui ait été impr. à celte époque et peut-être pendant et au tom. II, col. fort longtemps après, à Jlincli. aux catal. 673, nous trouvons cette note empruntée La Vallière et de Soleinne à Dialogue nouveau trois personnages c'est à sçauoir Lembassadeur de la dame Paix et Bellonc la déesse de Lempereur En Binch, Imprimes par Guillaume Corguerre. dier, Lan m.d. xlviii, pet. in-4, de 8 (T. en ital. et en vers de 10 syllabes. BmmuiiM, voy. Buscum DUCIS.

du 16 novembre. Bientôt après fut établie la célèbre de John Baskerville, typographie dont la belle collection de classiques latins est si justement recheril débuta par le Virgile de 1757, in-4, et son chée dernier volume imprimé parait être le Salluste de 1774, in-8. Cet imprimeur employa pour la première fois le papier vélin eiv 1756; en France ce furent les Johannot qui s'en servirent les premiers en 1780. Tout le monde sait que Beaumarchais se rendit acquéreur des caractères de Baskerville, et les fit transporter à Kehl, où de 1784 à 1789 il publia en 70 vol. in-8 l'édition complète des œuvres de Voltaire. Birtiialbinum, sylvanie. Beixthalom, bourg CI de Tran-

Bingium [Tac. Hist.], ville des Vangiones, dans la Gaule, Belgique, auj. Bingen, ville de Hesse-Darmstadt, à l'O. de Mayence. Biolindum, Dioundum[Tab. Peut.], Belvez, bourg du Périgord, au S.-O. de Périgueux (Dordogne).
BlPENNIS, VOy. BIELLA. GEMINUS PONS, BlPOMIUM, BlPO.NTUM [Ccll.], fr. Deux-Ponts), ville de Zweybrùcken(en sur l'Erlbach. Bavière, un grand nombre de livres imNous connaissons primés dans cette ville en 1596, et c'est là la date la ancienne que nous puissions assigner à la typoplus de Deux-Ponts. Nous citerons, d'après graphie VElcnchus ou catal. des livres imprimés de l'an 1593 du saint Empire Johan à 1600 dans l'étendue erster Tlicil aller deutscher Bûcher Schwebelii und welclie er im hochlOblichen fUrsschrifften tenthumb-Ziveibruck von anno christi 1522, biss Zweibriick, bey Ludwig auff 15ûO, geschriebe7i. Konig, 1590, in-8. (Cité également par le Catal. des de 1625.) foires de Francfort. Citons encore, d'après ce dernier Catal. (p. 420) Gebetlin Christliche gegenwerliger allgemeiner wider den feindt der chrislenlieit Noth, sonderlich slerbens seuche der schâdlichcn und gesc/twinde l'esiitentz. Zweibriick, 1596, in-4. Nous trouvons ce premier imprimeur, Ludwig Konig, établi à la même époque, ou ù quelques années à Constance et à Bâle de distance, à Strasbourg, un de ces imprimeurs nomades comme on encore en rencontre si souvent à cette époque et son fils fut imprimeur à Munich au commencePeter Künig ment du siècle suivant. Il nous faut aussi signaler, au xvme siècle, la célèbre imprimerie qui produisit cette admirable collection de classiques latins, si connue sous le nom de Collection de Deux-Ponts. ville Bircofelda, Birkenfeld, le S.-O. de Trèves. dans du Palatinat,

BlSALDUNUM, BlSILDUKA, BESELDUNUM, ville des dans la Tarraconaise, Ausetani, ville et anc. comté de Caauj. Besalu, talogne.

Bisahnis, le Bisagno, fl. d'Italie, des Apennins au golfe de Gènes.
Bisanthe Rike[Plin.], BwiâvO» .[Hérod.] 'Pai&soro; DESTUM, 'PoiiSeutov [Ptol.], [PrOcop.], RESISTUS, Registus [llin. Anton.] 1 ville de la Thrace, RodosRodosto, auj. ville de la Routschig, Tejur-Daghi, mélie. [Plin., la auj.

Biscaja

CANTABRIA [Cluv. Ccll.], de la Tarraconaise, Cic], partie Biscaye, prov. d'Espagne.

BlSCARGIS ville [Plin.], [Ptol.], Biozap-ri; des dans la Tarraconaise, Ilercaones, en Catalogne, suiv. auj. Flix, Bisch. et ou Berrus suiv. Forbiger. Môll., Bisinianum, Bisontium, voy. voy. Besidi*. Vesontio.

Bissokum, Bessan, bourg du Languedoc (Aude).
BlSTONIS LACUS, BlSTONU.M STAGNUM [Plin.], lac de Thrace, dans le pays des Bistones, en auj. Lagos Bum, près Kumulschina, Roumélie. Bistritz {Beszde Transylvanie, nom. Christian de Kronstadt, Lehman, typographe en son établissement à BisTransylvanie, transporta tricz, vers 1778 et le premier livre qu'il y imprime est intit. Bericht [Kurzgcfaster) con der BelageBistritz druckts Chr. rung der Stadt Bisztricz. Lehman, n79, in-8, de 8 ff. Bistricia[C1uv.],Bistriciuh, ville Noesen, tereze), sur la riv. du même Bistrovitsium (?), localité rons la position. M. ce nom faut traduire dont nous Cotton croit par Bistritz. ignoqu'il (Voy.

Biriciana [Tab. Peut.], Wernitz, riv. de Bavière, affl. du Danube.
ville BiniciANA [Tab. Peut.], de bourg auj. Burkheim, de Vindélicie, Bavière.

ville d'AnBm'MiNGiuMioM (?) Birmingham, (Warwickshire). gleterre Le Suppl. du Dr Cotton nous apprend que la tyfut introduite dans cette grande ville en pographie 1716. Le premier livre cité est A sermon by Rev. J. Le second fut A loyal oration by J. Souillait. Ilcad-itaster of the Free school, imParkinson, Matthew Unwin en 1717, in-4. En 1741 primé par un journal Aris' Birmingham Gazette, fut publié dans cette ville, et le premier numéro est daté

Bistiucia.) La Bibtiothcca Lusitana nous donne le titre d'un ouvrage imprimé dans cette localité en 1593 Isaac Paschalis (en hébr.), BistroAbarbancl, sacrifteium vitsii, 1593, in-fol.; Wolfius mentionne également cette imprimerie hébraïque. Cet Isaac Abarbanel ou AbarbineL était né à Lisbonne. Antonio l'appelle celeberrimus inter suce gentis liomines Rabbinus. Bisuntium, Voy. VESONTIO.

189
BISURGIS, voy. VISURGIS. BITECTUM, Bitetto, pet. Terra napolitaine,

BISURGIS.

BLASEND0RF1UM.

190

ville de di Bari.

la province

[Meta, BlTEBKiE, B.CTERR/E SepTIMANNORDM Boîxepa [Ptol.l, BaÎTapja [Steph.], Plin.], Beteiirje BuAnton.], jjviTotjja, [Itin. Bediers Blitekr/E tera, [Cluv.], [gr. dans ville des Volcœ chr.], Tectosages, ville la Gaule Béziers, Narbonaise, auj. de Fr. (Hérault). l'introduction de Nous ne pouvons faire remonter la typographie dans cette ville qu'à l'année 1612; à de Toucette époque le cliap. de Béliers fait venir Conlouse l'imprimeur Pech et lui fait imprimer anno habitum cilitim Narbonense, proainciale 1609. Biterris, Joan. Pech, 1612. in-8. Des l'année 1615 nous trouvons un nouvel imprimeur, C. lloret, dont nous connaissons les Plaisansoir tout ce qui se passe en tes nouvelles apportées avec lu harangue du cala guerre dit Piedmonl, pitaine Picotin, Béliers, C. Morct, 1615, in-8., si toutefois ce n'est point un nom de lieu supposé. En 1617 nous retrouvons le nom de Jean Pech au bas de l'ouvrage bien connu de Jacques Cassan sur l'anliquitt et l'excellence du Languedoc. Nous citerons subséquents parmi les imprimeurs Jean Martel, qui imprime en 1628 V Antiquité du de JSèziers, Ani. Estradjer et Claverie. triomphe viennent Les Barbut de Toulouse s'y établir au milieudu xvue siècle et y font souche d'imprimeurs; c'est un membre de cette famille que le rapport fait seul imprimeur à M. de Sartincs signale comme exerçant à Béziers en 1764; il avait été pourvu le 18 janvier 1740. BlTIIERVIUM, VOy. VlTERBIUM.

BlTOHICA, VOy. AVARICUM. BiTT/E, voy. BICINA. pet. BiTTMïviLLA, Bichwiller, (Haut-Rhin). BITUNTUM, VOy. BlDHUNTUM. Biturgia, Borgo-di-San-Sepolcro, de Toscane. Brruiua-E, RICUM. Bituricum, Biturix, ville d'Alsace

pet. voy.

ville Ava-

Bizya, Yiza ou Vyzia, ville de Roumélie, dans le pachal. d'Andrinople. Blabia [Notit.'lmp.], Bla vetum, Port-Lottis (pend. la République Port-Libre), petit suiv. port de Bretagne (Morbihan), d'Anville. La Sauvagère voit dans BLAbia Blaye, en Saintonye (Gironde); voy. Blavia. Blabira, Br.ABYMA, lauburniuji, BurrhoB nium, Blaubeuern, Blaubeuren, ou Rottivill, ville du roy. de Wurtemberg. On connaît un livre imprimé dans cette ville au XVesiècle, très-probablementpar une imprimerie ambulante, qui se transportaailleurs après cet essai; en voici le titre exact Albertus de l'.yb, Ot>ein ma sey zu nemeneut elich.wih ocler nit. A la fin M. cccc.lxxv. ConradusMancz zu Blauburrcn,gr. in-8, 144fr. Le célèbre imprimeur Adamde Rottwill,l'un des missionnairesde la typographie en Italie, était de Blaubeuern. Blabius, le Bïavet, riv. de Bretagne. Blan'couerga, Blankenberg, port de la Flandre occid., entre Ostende et Sluys. Blancoburgum,, Albimon'tium, Blanlwnburg, ville du grand-duché de Brunswick, au pied du Hartz. Blanconis fanum, Blankenhayn, pet..ville de Saxe-Weimar. Blanda, BXâvSa [Ptol.l, Blanos, port de la Catalogne [Forbiger].. Blanda [Liv., Plin., Tab.Peut.], S. Biasio, bourg du pays napolitain, suiv. Forbiger, ou Lagonegro, dans la Basilicate, suiv. Bisch. et Môller. Blandona [Itin. Anton.], BXccvûva [Ptol.], auj. Torre Biline, sur la côte illyrienne, suiv. Reichard. Blangiacum, Blangeium, Blangy-en-Ternois, = de Fr. de

bourg (Calvados). Village le Bitordjus PAGUS, BrrunicENSisDUCATUS, l'Artois, avec une anc. abb. de SaintBerry ou Berri, grande province de Benoît, près Hesdin (Pas-de-Calais). France; comprend auj. le dép. du Cher Blanziacum, Blanzac, pet. ville de France, et de l'Indre. près Barbezieux (Charente). = Blanzy, la BrruRiOES [Cfcs. vu, Liv. v], peuple de paroisse de Bourgogne, avec 16 haGaule Aquitaine, qui se divisait en meaux (Saône-et-Loire). oî Koùëoi[PtOl.],. BlTORIGES CoBI,BiT0Ûpif6;

les premiers, dans l'Aquitaine (ro, occupaient le pays du Berri, chef-lieu Avahicum, Bourges; les seconds, dans l'Aquitaine lie, au S. des Santones, occupaicut le Bo)'delais. Bituiu™, Bedarides, ville de Fr. (Vaucluse). Biziacum, Bizy, bourg et chat. de Normandie (Eure), anc. prieuré de bénédictins..

Vibisci ou Ubisci, et Biturig.es BiToûpi-ye; ou ci 1!.aI~CI, 'Otoreoi [Strab.], [Ptol.] 'O'cocry.u [Stral.).], oui oi Oùïêîay.ci [p il.)

Blara, Blair, pet. ville d'Écosse, dans le comté d'Athol. Blascon [Plin.], BXaaxwv [Strab., Ptol.], ile Brescou, dans la Méditerranée, près Cette. Blasendoiifiusi, Blasendorf (Balasfalva),-> ville de Transylvanie, dans le comitat de Wcissemberg résidence de l'évèque des Grecs unis. L'évêque Petrus Aaron de Bisztra y fonda en une 1761 imprimerie de laquellesontsortis plusieurs ouvrages en langue grecque et valaque. Joseph

191

BLASII IN HYRCINIACOENOBIUM. BOBIUM.

192

Benkô {Transsllvania, t. II, p. 236) écrit o Habetur et insigne typographa?um a Ste(Balâsfàlvs) phano Pdldi typographe reformatas Claudiopolitano religionis, adstruclum, quo latini quoque, sed Valachici imprimis libri imprimuntur. » jn Hyrcikia monastère de cœnobium, dans la forèt Noire, de l'ord. St-Blaise, de Saint-Benoit, dioc. de Constance. exista. dans ce monastère au milieu L'imprimerie du xvnie siècle; on peut la faire remonter à 1758. Nous citerons Mari. Gerberti de cantu et musica a prima sacra, Ecclesiœ ~(Etate iisque ad presens tempus. Typis San-Blasianis, 177Ù, 2 vol. in-4, M. Ternaux cite du même auteur lier Alamanicum, Halicum ci Gallicum. Typ. San-Blasianis, 1765, in-8. 1.c même Gerbert a publié en 3 vol. in-4, l'histoire de son monastère. Typ. S.-Blas., 1783-88. Blasilia, néd., Blesle, bourg en Auvergne et anc. (Cantal). bulgium abb. de BéBlasii

Blatum AnBlatobulgjum, [Itin. localité des dans la ton.], Brigantes à xn m. p. de LuguBretagne romaine, vallum à la Bulness, (Carlisle), auj. S.-O. du Firth of Solway, mais pointe suiv. Reichard et plutôt Middleby, Cantden. Blauisuiunium, Blavia VOy. Blabira.

donne Nouveau Testament en françois (version de Genève). Bloys, Jean Langellier (sic), 1559, in-16. Et enfin nous trouvons dans les mémoires du P. Nicéron (t. xiv, p. 211) Traité des devoirs, par du Ilaillant (imitation du Livre de Officiis de Cicéron), imprimé à Bloys chez Jean Langelier, 1560, in-16. Ce du Uaillant doit être l'illustre Bernard de Girard, seigneur du Maillant. 11 est à regretter, nous dit M. Dupré, que la bibliothèque de la ville de Blois ne possède aucun de ces de la typographie, et il serait premiers monuments à souhaiter que dans chacune des villes de France une municipalité soin de réunir et intelligente prit de conserver avec orgueil les incunables de la typographie locale. Parmi les imprimeurs aux Anblésois postérieurs geliers, citons Jamet Mettayer qui, obligé de quitter Paris et d'accompagner le parlement .à Tours en 1589, fonda en passant un établissement typographique à Orléans, et à Blois. Au xvi» siècle, nous ne connaissons la veuve Gomet, qui imprime que en 1593 un poëme fort rare de Sébastien Garnier Les trois premiers livres de la Loyssée, contenant le voyage de S. Loys, roy de France, in-4 (bibl. de l'Arsenal). Au xvne siècle, Alexis Moëtte, Ph. Cotterau, Collas, de la ;-augère, Hottot, etc. En 176(1, le rapp. Sartines nous donne les noms de deux imprimeurs, Philibert-Joseph Masson, né à Tours, établi à Blois en 1720 et Pierre-Paul Charles, né à Châleaudun, en 1735. pourvu Blesensis correspond Bleterum, Seille ager, au le Blaisois, de prov. dép. de Loir-et-Cher. bourg de Fr., sur Fr., la

Bla[Tab. Peut., Auson.] (Blavio), Blaviense Castrum vatum, [Greg. Tur.J, Blavium ville Blaie, [Itin. Ant.], Blaye, de Fr., sur la Gironde; abb. de Bénédictins et abb. d'Augustins. Bleneau, bourg du Gàtinais

Bletterans, (Jura).

Blenavtum, (Loiret).

Bletisa [Inscr. Grut., Mariana], Lusitanie. près auj. Ledesma, que (roy. de Leon).

ville de Salaman-

Bleonis VILLA,Beleni VILLA, Blainville, bourg de Fr. (Manche).
AD Mosam, BLEONIS villa de Fr. (Meuse). Blainville, bourg

et chât. de TouBliriacum, Bléré, bourg raine (Indre-et-Loire). ville de la NouvelleButabrum, Buitrago, de Guadalajara. Castille, prov. BUTERR*, VOy. BlTERRJL.

Blenomum, Blenod, bourg de France (Moselle).
Blesense Bles.e BljESjE, Blesum, [Luen.], palatium AD Ligerim, de Fr. Blois, ville (Loir-et-Cher). Nous ne pouvons faire remonter plus haut que à Blois le premier livre imprimé 15511 l'imprimerie dans cette ville, nous écrit M. A. Dupré, bibliothéles Grandes et fantastiques Batailles caire, serait des grands roys Itodilarclus et Craocus. (trad. du latin d'Elisius Calentius), impr. à Bloys, chez Julian Angelier, 1556, in-16. Julien et Jean Angelierou les Angeliers, comme ils avaient l'habitude de s'appeler, dans cette grande famille de typographes, étaient, croyons-nous, les fils de Charles Angelier, établi à Paris avec son frère Arnoul. en 1535; le fils d'Arnoul, qui s'appelait Abel, succédait à son père en 1584. En 1556 nous trouvons (Le Long, Bibl. hist. no 35628) un ouvrage considérable imprimé cette c'est la première fois avec le nom de Jean Angelier latin de Denys Dupont (Diopartie du commentaire Blescnsis advocatus), sur la counysius l'ontanus, tume de Bloys. Blesis, apud Joanncm Langelier, ne vit le 1556, in-fol. Cette importante publication jour qu'un an après la mort de l'auteur, arrivée à Blois l'année précédente, 1555. La Bibi. sacra du P. Le Long (I, p. 351) nous

BoA [cod. Theod.], Bo^e [Amm. Marc.], Bovo [Plin.l, Bua, ile de la mer Adriatique, sur la côte de la Dalmatie.
Boace.« [Itin. Anton.], ville de Ligurie, sur le fl. Vara, auj. Bozzolo, en Piémont, suiv. Reichard. Boactes, BoœxTYi; [Ptol.], le Vara, pet. fl. du Piémont. Boakdus, Boina, ta Boyne, riv. d'Irlande, dans la prov.ide Leinster. Boarria, vôy. Bajoaria. Bobacum, 'Beuvoux, village et abb. du dioc. de Sisteron (Basses-Alpes). Boblvnum, Boîavo'v [Strab.], Bovianum [T. Liv.J, 'ItocXicv[Diod.Sic], ville du Samnium, auj. Bojano, sur le Biferno, ville de la prov. napolitaine de Molise. Bobium [P. Diac.j, Bobbium, S. Coldiibani Cœnobidm, Bobbio, sur la Trebbia, ville de la prov. de Gènes. Célèbre abbaye.

193

BOBIUM.

BOJOBINUM.

194

Bobil'm Umbbi^e, Sarsina [Sil. Ital.l, 2<xfoiv».[Strab.], Sassina [Inscr. ap. Crut. J, ville de l'Ombrie, auj. Sarsina, dans la délég. de Forli (Romagne). nous donnele titre d'un vol. imprimé Ilaym (p. 61) danscette villeen 1607,maissansnomd'imprimeur Filippo Antonini cliscorsidell' anliquità di Sarzina e de' costunti dfi' Romani.Sarzina,1607,in-4. Bocahdi 1NSUI.A, Isle-Bouchard, bourg de V Touraine, dans une île de la Vienne (Indre-et-Loire). Boccholtia, Bocholt, ville de Westplialie, sur l'Aa, dans la prov. de Munster. Bochamum, Buchanil.u, Boiichain, ville de Fr. (Nord). Bocuhahdum, voy. Barahdia. Bockixga (?) Bocldng, bourg d'Angleterre (comté d'Essex). Le Suppl. du docteurCotton nous apprend que deux imprimeursdu nomde Fenno et deShearcroft fondirenten 1785,dans cette petite localité, un établissemcnt typographique qui ne fonctionnaque jusqu'en 1790. Boco.nica, Bockenheim, bourg de Fr. (BasUhin). Bodalcha, Bouuffl.es, village de Normandie (Eure). = Autre du même nom, près .Mculan (Seine-et-Oise). Bodamicuslacus [Coll.], Brigantjxus lacus [Plin.], Lacus Brigantij-: [Amm. MarLACUS CCll.], CONSTANCIENSIS [Coll.], lac de la Germanie, auj. der Bodensee, Cmistanzer See, le lac de Constance, séparant la Suisse de l'Allemagne (Bade, Wurtemberg, Bavière). Bodanensis valus, le val de Bannes, près Sisteron (Basses-Alpes). Bodedeyhn, village de l'île d'Anglesey (N. Wales). Le Suppl. du Dr Cotton nous apprendqu'en 1734, une imprimerie fut installée temporairementdans ce village avant cette époque il n'en avaitexisté aucuneautre dans toute l'étendue de la princip. de r.allcs. Bodetia [Itin. Anton.], localité de la Ligurie, auj. Bonaciola, bourg de la 1)rov. de Gènes (Italie), suiv. Rcichard. Bodobmca, Booobriga, voy. Babardia. BODOTHlA [Tacit. Agric], Boderia ^stuantuo [Mannert], golfe formé par la mer du Nord, dans la Britannia romana, auj. the firth of Fffi'th, sur la côte S.-E. d'Ecosse. (Firth comme fiort viennent de fretum.) Bodoxia, Bodok, cbàteau de Hongrie. Bodhogiensis coMiTATUs, comitat de Bole dvog, dans la haute Hongrie, entre le Danube et la Theiss. DICTIONN. DEGÉOGR.

Bo^; [Plin.], Bc.ai Biea, Boî« [Strab.], [Pausan.], Vatka ou Fatiket [Forbiger], pet. ville de Morée. BCEBEIS LACUS [Ptol., [Plin.], t Boiëy,iîXiu.v« Strab.], BoigiaçXt|Aw,[Steph.], \elacKaiia en Albanie. Boemia, Bojemum [Tac. Gain.], Bojoiikmum [Vell. Pat.], BoiiEMiA, Beiiaigne la • (au xiv° s.), Behaingne [Froissart], Bohème, Boehmen, roy. de l'Europe centrale, partie de l'empire d'Autriche. Boe.nium, Boe»i, sur le Lignon, bourgduForez, près Montbrison (Loire). Bckdtî* [Hom., Strab., Ptol.], Bieotia, Bœotis [Mêla], province de Grèce, entre la Phocide, l'Attique et le golfe de Corinthc; forme auj..un district de la Livadie, nommé Stramulipa, et un diocèse nommé Yoiotia. Boehosia, Bonis, ville de Suède (Gotliland). Bogadium, BofîîiGv, suiv. Reichard,Boc/io/<; suiv. Ledebur, Boekum an der Lippe [Forbiger]. Boillaxum, la Bouille, bourg de Normandie (Seine-Inférieure). Boium, Botov[Strab.], ville de la Doride, auj. Astaco, suiv. Bisch. et Môller. Bojakova, Bojanowa, pet. ville de Prusse, dans le gouv. de Posen. M.Cotton a vu à la Bodléieiiiieune grammaire imprimée dans cette localité allenmnno-nolonaise, en 1770. BOJAKUM, vuy. BOBIAKUM. Bojaria, voy. Bajoaria. Bojatuji, voy. Bajona. Bojatum, Buchsicm, Buxilji, Buch, la Téte de Buch, ville de Fr. (Gironde). Bon [Caes., Liv., Tac.], Bo'ïoi[Strab.], peuple divisé en plusieurs nations, dont deux étaient établies dans la Gaule, l'autre en Germanie et la quatrième en Italie, sans compter des colonies en Asie Mineure les Boïens gaulois furent confinés par César dans la Lyonnaise Irc, entre la Loire et l'Allier; la seconde peuplade habitait le dép. actuel des Landes. Les Boïens de la Germanie hala Buio-Ileinum ou bitaient d'abord Bohème, puis furent refoulés par les Marcomans dans la Boio-A.ria ou Bavière. Enfin les Boïens d'Italie occupaient, dans la Gaule Cispadane, le territoire de Bononia, Bologne. ° BOJOBINUM, PltAGA. VOy. 7

i9co

BOJODURUM

BONN*

196

P. Moron avait fondé dans cette localité une imBojodurum [Itin. Ant.], Bow'îoufovflHol.Jj d'années. Son primerie qui subsista une trentaine Boiodorum, Bojorum civitas, ville de la plus ancien produit est Boulier, lieschreibung des Sauerbrunn zu Fideris in Preitigaw. BonaNorique, sur YJEnus (l'Inn), auj. Inndutz, P. Moron, 1707 [Tcrnaux]. stadt, faubourg de Passai], en Tyrol. anc. abb. de l'ROVINCIA Boxa Si'Es, Bonne-Espérance, BOJOHU.UAGKR, BURBONENSIS dans le diocèse de Cambrai Prémontré, le Bourbonnais, anc. province [Ccllar.], (Nord). française, auj. dép. de l'Allier. Une petite imprimerie Fonctionna dans cette abh. B au commencement du xvmc s. Clironicon ccclcsiœ BOLENA, ollène, pet. ville du comtat VeB. Maricc virginis ftonœ Spei, ordinis Prœmonsnaissin (Vaucluse). ex arckivis nuctratensis, ejitsdent et quibusdam loribus composilum; Boleonis faxum, Bolkenhayn, pet. ville de per Ii. D. /• Engelbcrtum secundum abbalcm Maghe queutragesimum la Silésie prussienne. Bonœ Spei, sacra: majestatis catholica: peniùssu, 1704, in-a. Bol.ERlUM l'ROMONTOBlUMBûXs'piMoxpw Bosa Valus, Boxevalms, Bonneval, pet. [PtoL], the Land's end, cap Finisterre, ville de Fr. Plusieurs en Angleterre (Cornouailles). (Eure-et-Loir). localités et anc. abb. portent ce nom. BOLESLAI FANUM Junij-BUIlilUH, pet. NOVUJI, ville de Bohème, sur l'Isar. Bo.naviixa, voy. Bautj;. BOLESLAIanum vktos, Alt-Bunilau, ville f château de TransylBonzieden, Boxazida, vanie. de la Bohème, au confluent de l'Isar et de l'Elbe. Boxcoxica, voy. Oppexuemium. Boleslavia [Luen.], Boleslavia Silesi. Bondelia, Bagnone, de Toscane. bourg Bunzlau, ville de la Silésie prussienne, BoiNDORFiusr, Bondorff, pet. ville du grandn sur le Bober. duché de Bade. Fr. (Alpes-MariDans cette localité, qui dépendait jadis de l'abb. Boleum, Boglio, bourg de de Saint-lilaise, dans la Forêt-Noire, exista une imtimes). primerie qui donna en 1728 une histoire de l'UniverBoloxia, vuy. Gessohiacum. sité de Saltzburg. Bolonia, voy. Boxoxia. Gutencck, chat. Boxeccia, d'Hlyriu. Boloxia, Boxoxia Vascoxi.e, Boutmjne, sur et anc. Bonefa, Boneffc, abb. de bourg le Gers, bourg de Fr. (Haute-Garonne). de Namur). Belgique (prov. Bolandwar, forteresse de BoLONDUABiuM, Bon'ifacii ville de Corse. r.iviTAS, Bonifacio, HongrieBoxifacu sjiVls, kretum HETHUSCUM, clêtroitde Bouloire, bourg de France Boloveriu, entre la Corse et laSardaigne. Bonifacio, (Sarthe). Boxna Itin. RoW. [Tac., Anton., etc.] Bolovkrda, Bolsiouert, ville de la Frise BONNA AI) RllEXU.M [Coll.], CaS[PtOl.], TiiA Boxnensia (Hollande). Ara Uhio[Tac. Hist.], M.Cotton{Suppl.)prétendquel'imprimerie exista hum, ville delaGaule Belgique, auj. Bonn, dans cette villeen 1660 nous ignoronssur quoi reville de la Prusse sur le Rhin. rhénane, cette assertion Falkenstein, non plus que les pose autres bibliographes, ne mentionnent cette ville Nous ne pouvons Université, biblioth. importante. faire remonter parmi celles qui ont joui du bénéfice de l'impriplus haut qu'à l'année 15Û3 l'exercice merie. de la typographie dans cette ville c'est du moins cette année que Falkenstein, et après lui tous les hiBoltoimum (?), Bolton, ville d'Angleterre comme date du premier livre bliographes, assignent imprimé à Bonn par une presse locale. (Lancashirc). Voici le que existe dans cette ville depuis1761, Erzbiscliplf titre Côln. cite M. Ternaux: Ilcrmann L'imprimerie ni Eiiifalliges Bedeitekeiz, worauf dit le Suppl. u D' Cotton.M.Jackson y imprima en eine christliche d an lelir. in derchurreformation John Gardner de 1786à 1835. 1787,et fiirstlichen statt Bonn durch Laurcutiuni von der Mullen, 15ti3, in-4. BAUZANUM. Bolzanum, voy. Ce livre est cité par J.-J. Bauer (Bibi. lib. rariorum, II, p. 101), mais seulement à la date de 15û5 et Bomelia, Bomlo, Zalt-Bommel, ville de voici du même auteur et imimprimé à Marburg; Hollande, sur le Wahal (Gueldre). primé en 1545 un vol. que cite Bauer à la suite des Bedencltcns voit localité des Ordovices, dans la llestaendige V erantwortung Bomium, cliristlieher contra des Thum. capireformation BritanniaRomana, auj. Cowbridge, ville tels daselbst, etc. Uonn, -lSftS, in-fol. Il qualifie du Glamorganshirc. ces livres de minus cognili, rarissimi ci maxime quœsiti. Imprimerieen 1771. Ce Laurent voit der Mullen signait en latin Laurenlius ilyltus, et c'est sous ce nom que le cite Boxadutz, village de Suisse, dans le canM. Cotton. ton des Grisons, dont nous ignorons le radical latin. de Fr. (Vienne). =; Bonx.e, Bonnes, bourg

107

B0NN0P0L1S. ONONIA. B

i98

Autre commune du même nom (Cliarente).
BONNOl'OLIS, VOJ'. B.VUT-K.Bonogelo Bokogilum, [tnonn. mérov.], BONOGELUM, BOKOILL'M VILLA,1 ad MtltrOin agro Bonœuil -surnam, Parisiaco, de l'Ile-de-France, anc. Marne, village villa mérovingienne (Lcbeuf). Bononja novwvî». L'j'v-j Plin., Suet., etc.], iioëei[Strab., Ptol.], appelé pav erreur vsia par Ste[ih. Byz., anc. Fklsisa [Plin., Bononia Pixguis ville de Sil.], [Cluv.], la Gaule BoloCisalpine, auj. Bologna, de Tanc. gne, chef-lieu délég. du même au roy. d'Italie, nom; appartient après avoir du domaine longtemps dépendu de Saint-Pierre. Université fondée en 1119; bibliothèque, musées, collections ,scientifiques d'une haute monuments, dans cette ville importance. L'imprimerie remonte illustre à l'année 1471 bien que nous lie possédions pas d'ouvrage spécial consacré a l'histoire de la typographie bolonaise, les matériaux extraits (les ouvrages généraux sont abondants, il n'y a là ni doute ni de l'antique point contesté. Le premier imprimeur Voisina est un Bolonais, Balthazar Azzoguidi, et le premier livre sorti de ses presses est d'autant plus précieux qu'il peut être regardé en même temps d'un de nos grands clascomme l'édition princeps Puiiuus Ovidius Naso. Poemataet siques ejusdem uila. P. 0. iYasonis Epistolafy Liber. Sapphos. rhovianam d artc Amo'y libri 1res, ad iuuentittein amâai libri tres. Me remedio amoins liber. Metalibri xv. Ad Germanicum morphoscos Ccsarem libri sex. De Tristibus libri quinque. J)c fastorum Ponlo libri iv. De Pulice. De l'Itilomela. De Medicaminc facici. De l\'ucc. Le livre commence par Pépîlre dédicatoirc de Franciscus Putèolanus au cardinal de Gonzague, puis vient la vie d'Ovide par le infime Puteolanus, la suite de laquelle est la sousHuius opera tnnnia Medea excription suivante cepta et triitmpho Cesaris;cl libctlo Mo pontica lingua côposito que iiicttria tcmpoty pericrunt Jlallhesar ciuis boatoniensis lioneslisAzoguidus simo loco natus primus in sua ciuitate artis intluentor et sRma necessittidine milii pressorie cOiunclissimus ad ittilitatè humani generis im~ pressit. ii. cccc. LXXI. Le 4e feuillet contient la table de la que nous avons analysée ait commencement du livre. description doit avoir 447 ff. à 39 lignes, si la Ce vol., in-fol., dernière de la Bipartie qui manque à l'exempl. blioth. impér. est composée, comme dans la seconde édition .de Bologne (1480), de 48 ff.; un fait à signaler, c'est que Balth. Azzoguidi n'emploie pas de ainsi il remplace Au, OIS, par E. diphihongues: Balth. Azzoguidi cesse d'imprimer et 1480, çuiv. et son dernier livre est la seconde édit. Falkenstein, d'Ovide, que nous venons de citer. Le second imprimeur de Bologne est Scipio Malpigli, si l'assertion d'Apostolo Zeno et de MazmJusti de cocltclli est exacte. En effet, nous avons mitibus romani iuris interprelis vtriusque poêlai clarissimi libellas intitulants l'aliciter incipit LA BeLLA Mano. Per me Scipionem Malpiglium, in-4. Cette édition Bononicnsem M. cccc. lxxii, serait imprimée à Vérone, au dire de Pietro Valvasense quoi qu'il en soit, c'est le seul livre où l'on trouve le nom de ce typographe. André Portilia, le célèbre imprimeur parmesan, à Boessaye, en 1473, de fonder lui établissement il y publie le commentaire sur le Digeste logne d'Alessandro d'Jmola, dit le Tartagni, mais doppo in Jlologna ripatrio, non tro(//testa ediz. fatla

si cra prefisso uandovi quello scopo cite forsc (Amati). Puis viennent Ugonc Bngerio, Bcrlocho de Ucggio et Giov. Vurster de Kampidonia. L'édition du J'toléméc impr. à Bologne par Doiiicnico Lapi ou de Lapis, en 1482, porte par erreur M62. Ce Dunicnico Lapi imprima de 1476 à 1482. Une autre édition bolonaise est imprimée sous la date de 1465, c'est le l'elri llrixiensis repertorium Iuris. Panzer dit qu'il faut lire 1475. utriusQitc bolonais ait xvc s. est La liste des imprimeurs considérable et nous nous eu tiendrons là; mais en finissant lui rare et. charnous mentionnerons mant petit volume de M. Panizzi, Pomment ex-condu British Muséum, intitulé Clii cra servateur Franccsco da Bologna? M. Panizzi prouve jusqu'à l'évidence que ce Francesco da ISologua, qui grava les charmants caractères italiques et romains des Aides; ceux de Jérôme Soncino, qui imprima luiet précieux volumes en 151G à même cinq rares le Pétrarque, Bologne in-32, VArcadia de Sanna/.ar, les Azotani de Bcmbo, le Corbaccio (le Boccace, et quelques jours seulement avant sa mort les avec un petit caractère Epistolœ ad. familiares bizarre, mais d'une grande netteté, qui ressemble à celui de Paganino, et peut-être même a-t-il gravé M. Panizzi prouve, celui même de cet imprimeur; bolodisons-nous, que ce graveur, ce typographe artiste, le nais, n'est autre que le très-universel et grand Francesco Baibolini, que nous connaissons admirons tous sous le nom à jamais illustre de Francia. Boxoxia D&vwvîs [Zosim.], [Tab. Theod.], Bononia in Francia [Lucn.], GessoriaCL'M [Mêla], Trjoopia/.ov -«aveiov [Ptol.], Gessokiacus Gessomacum o'od [Plin.], nunc Bononia Mohinohum [Ant. Bertius], l'ORTUS BRITAXNICUS [Plill.] BOLON'IA, la Gaule des Morini dans Belport de gique,auj. Boulognc-sur-Ner, ville

France [Pas-de-Calais). Les archives de l'ancienne cathédrale de Boulogne constatent que Pierre Battut était établi imprimeur dans cette ville en 1665 mais le premier livre sorti de ses presses porte la date de 1673 il est intitulé et sanctorum ecclcsia; catltcdralis Officia propria diœcesis Morino-lloloniensis, vol. in-S, de etc., 18-158 pp. En 1694, le même imprimeur publiait l le Martyrologe des fondations de l'église cathédrale de Jloulogne, pet. in-fol. (le 40 pp., aussi intéressant par les renseignements qu'il contient que parsou excessive rareté. Un exemplaire de ce volume se trouve à la -Biblioth. impériale. L'imprimerie de Pierre Battut passa successivement à ses deux fils, et le dernier, Charles Batuit, eut pour successeur, en 1781, François Dolet, qui imprima les nombreuses instructions de M. de Pressy, puis, dans pastorales un ordre d'idées bien différent, les opuscules polide Daunou, de Leuliotte et de la société des tiques amis de la Constitution. (Voir l'essai de M. Morand sur les principales impressions vol. houlounaiscs, in-8, 1841.) [Baron C. Dard.J Nous n'ajouterons que peu de mots à cette note substantielle. une traduction de Peignot, indiquant et Cliloé, s'est évidemment Daplinis trompé. Hectifions également l'erreur de M. Brunet qui donne aux Coitslumes de la ville de Calais et pays reconà Boulogne par P. liatiut, la date quis, imprimées de 1583 au lieu de 1683; enfin mentionnons l'affirmation du l)r Cotton (Suppl.) qui signale comme existant à la Bodléienne un vol. imprimé par P. Battut en 1670; ce vol., dont il a le tort de donner le titre eu anglais, serait un Véritable Portrait de VJlglise du Christ, par Thcodiilus Philadelphus, et il dit: hâve seen (?). Le rapport Sartines donne la note suivante « En 1764, à Boulogne, Charles Battut, reçu en 1752, a suc-

(90

B0N0.N1A.

BOSNIA.

200

cédéà son père et aycul, qui ontété les premiers et imprimeurs établis danscette ville; il possède il cmploiedeuxpresses,» Bononia [Amm. Marc., Itin. Anton.], bmut'.j. [Procop.], Malat.e [Tab. Peut.], localité de la Pannonie infér., sur le Danube, auj. IlloA-,Ujlak, bourg à l'O. de Peterwardein (Hongrie). Boxoxia, Rovoivîa[Ptol.], anc. ville de 1 II– l.yrie, dont on voit les ruines auprès de Bunich, dans le gouv. de Triestc. Boxo.nikxsis ACEiijle Boulonnais, anc. prov. de Fr., occupant le pays des auc. Morini fait auj. partiedu Pas-de-Calais. Boxoppiimjm, G-utstadt, pet. ville prussienne, dans la prov. de Kônigsberg. Bonsideua, Wunsicdcl, pet. ville de Bavière, dans la priue. de Bayreuth. Imprimerie en 1677 Perlselni origines Voitlanctiœ,et cclebrisin hâc urbis Jlonsidelia:. Bonsi(leliœ, 677,in-4. (Bibl.Brulil., II, p. 292.) 1 Baudobkica [Jtiii. Anton.], Boxtobrica, localité de la Gaule Belgique, auj. Bùdelich, suiv. Ukert, ou Boppard suiv. Cluvier, Bisch. et.Moll. (Voy. Babahdia.} Boxus l'oxs ix Terascia, Bonne-Fontaine en Tierasche, anc. abb. de Citeaux, dans le dioc. de*Reims (Marne). Une imprimerie fut installée dans ce monastère au milieu du XVIIe et produisit un assez grand s. nombre de volumes. Nous citerons Jicrlrandi Tissier Mbliothecal'atrum Cisterccnsium. Bonofonte, typis Cœnobii, per Aut. Renesson, 1660 et ann. suiv., 8 vol. in-fol. Le Valois Royal, extrait des mémoiresde Nie. Bergeron, amplifiéet enrichi de plusieurs piècescurieuses, par l'r.-A. Joan. Manldrac. Bonnefontainc,1662,in-8. de Lancy, historia Fusniacensis Cœnobii,ordinis cisterciensis.liono-fonte, 670,n-û, Ce vol.du prieur 1 i de l'abbaye île Foigny,Jean de Lancy, est à la Biblioth. iniper. (Cat. de l'hist. de Fr. vin, 312.)

anc. abb. Normandie, d'Augustins (Seine-Inférieure). ). Borgus novcs, Burgus xovus, Bonjo novo, bourg de la Lombardie, dans le marquisat de Rocca-l'oi'te. Onimprimaitdanscette pet. localitéen 1718: rnlT lato deltaPouertàde' cavalieridiMalta raccoltodal fil Ven. Piiore di Lombardia Caravila con varie Crazie faite da SS. Pontefwia' cavalieridcll' Ordine Gerosolimitano. orgoNovo,1718,in-ft. B BonxiioLMiA, ile Bomholm, dans Boiti.v'GiA; la mer Baltique, à la Suède. Borma, Bonnes, bourg de France (Vai1), anc. baronnie et anc. couvent de Minimes. BormanusIj voy. Casciiovia. BOBMIUM BOMliO, ville T11ERM;K, BoHMIAiN'/E, d'Italie, dans .la Lombardie. Bohxiiolmia, voy. Boiuxgia. Boksoiuensis c.ojiiTATus,Bofscliodei', coniitat de lit.haute Hongrie. Bortina [Itin. Anton.], Burtixa, ville des llcrgetes, dans la Tarraconaise, auj. Zunva, sur le Gallejo, ou, suiv. Reichard, Villa Nueva de Gallejo, entre Hucsca et Saragosse. Borussia, la Prusse, l'une des cinq grandes puissances de l'Europe. Bouïstuenes, Bopuo8sv»i4 [Herod., Strab.], Ai-^a-pi;, le Dnjepv, Dnieper, fleuve de Russie. Bosa [ltin. Anton.], lirâoa, Bo'ooa [Ptol.J, sur la côte 0. de l'île de Sardaigne, auj. Bosa. Bosciietl'm, le Bouchet, pet. ville du Gàtinais, anc. marquisat (Loiret). Boscobellum, Bois-belle, anc. petite souUoi'paroia, VOV.Barabma. dans le Berrv, veraineté enclavée BORBETOMAGL'S, VORMATIA. voy. exempte de tailles et de droits, "avec AXCEf.I.l. BORBOXII.'M Henrichemont (Hexricomo.vticji) pour caANSELMIL'M, BURBO voy. pitale; elle a appartenu aux ducs de Borbonium Arcimbaldi, voy. Aqu.ë BorSully. Bcnrichemont est auj. un cli.-lieu MOXIS. de canton du dép. du Cher. BoRBUiicuM, Broburgi:s, Bourbourg, pet. Boscoducu.m, voy. Buscoduca. ville de Flandre, près. Saint-Onier (Nord). Boscodunum, voy. BuscontiNOM. Borcovicus, localité de la Bretagne roBoscus, le Bois ou le Bosc; plusieurs localités en France et en Belgique portent maine, où séjourna la prem. cohorte; Boscus Axbehici, le Bois Auce nom auj. doit être, suiv. Camden, SruclhowCastle. bry; Boscus Alzeiiaci, le Bois Auzcroi BosBoscus Dacoberti, le Bois Dabert B BoRDOXEi.uJS, onERNEU.i's, Bomel, village rx's Moreti, le Bosc Moret; Boscus Hoprès Chambly (Oise). berti, le Bosc BobeH, etc. BOREUM PROMONTORIOI, Jîo'pîtOV â/.fOV [Ptol.|, Bosna [Cluv.j, la Bosna, riv. de Bosnie, North Cal), on selon Camden, auj. affl. de la Save (die Suu). S. JMen's head, en Irlande. Bosxia [Ccll., Cluv.], Bosixa, la Bosnie de Burgus Acuardi, Bowgachard, bourg

201

BOSPHORUS.

BRANA ALLODIENSIS.

202

Boxum, ville de la Gaule Lyonnaise lro, (Bosnien), prov. turque, ch.-lieu Bosnaauj. Bussiéve, bourg près Autun (SaôneSeraj. :q et-Loire), suiv. d'Anville. ville et bailliage Bospiiorus, Ochsenfwt, Bozokiensis comitatus, le district de Bozok, de Bavière, dans la prov. dêWùrzburg. en Hongrie. D Un vol. in-1 2 intitulé: enaturœ aliquot arcanis medicamentis,porte commesouscription liosphori, Bozoi.um, Bozolo, sur l'Oglio, ville du CréJustinum, 1622;il est à la BodapudChristophorum monais (Italie). léienne. (au Brabantia, Bracobantus PAGUS vin0s;), Bosporl's, Boo-opo;[Procop.], Kertsch, ville le Brabant, prov. de Belgique. de Crimée, suiv: Forbiger. Bracara "Augusta, voy. AUGUSTA Bracara. Uosporus Cdi.meri.c [Plin.], Booirepoç Kiij.Fretum Bosporanuji pipio; [Strab.] Brattia [Plin. m], Bhacchia, Bractia, Tauri[Steph. [Steph.J, dans la Chersonèse dans la Chcrsonèse Brazza, île de la mer Adriatique, sur la que, auj. détroit de Gaffa, dans la mer côte de Dalmatic. Noire. Bracchium [Notit. imper.], suiv. Andrews, BOSPORUS auj. Brough, Bosporus TiiracijE [Ovid.], bourg au S.-O. de Rii:liThracius [Plin., Amm. Marcel.], Bo'omond, en Angleterre (comté de Surrev). to BuÇowTia/.ôv -Ofo; ô 0pâ/.i&; [Ptol.J BlUCCUNUM, VOyvARCENNUM. <rto'(«.aStrab.], le Bosphore ou canal de [ Braccum Saccum, voy. Brisacum. Boghaz, entre la mer Noire et la mer de Marmara. Braci.avia An Hïpanim, Bradait), sur le Bostadium, Bostadt, pet. ville de DaneBug, ville de ftussie (Podolie). mark (Halland). Braclejum, Brackley, pet. ville d'Angleterre BOSTAMPIUM BOSTANIUM POSTAMPIUM (Northamptonshire). [Luen.], Potestampium, Potsdana, ville Bradanus [Itin. Anton.], fl. delà Lucarne, de Prusse (Brandenburg). auj. le Bvadano, dans la Basil icate. Imprimerieen l^O, suiv. Falkenstein. Br.ua,. Bree, bourg de Belgique, dans la Bosworth, ville cl'Angltaerrc dans le Leiprov. de Liége. cestershire. Le Suppl. du DrCotton nous apprendqu'un im- Br.vgaxtia, Brigantia IjUSitani.f., Braganzu, ville de Portugal (Tras-os-Moutes). primeur du nom de Robert Grimley y était établi en 1775. Bragehacum, voy. Bergeracum. Botnia [Cluv., Coll.], la Bothnie, BOTHNIA, ville Bhagodurum, Bpa7c'oNo'jpov, de la Rlupprov. de Suède. tie, auj. Altheim, près Moskircb, en Botiinicus sinus, le golfe de Bothnie. Bavière. BOTIIRUNTUM, BUTROTUM. voy. B BRAIA, BRIA comitis ROBERTI rie-ComteRobert (pendant la Révolution Brie-BOTOBRIGA, BABARDrA. VOy. sur-Hijé'es), ville de France (Seine-etBOVIANUM, BOBIANIJM. voy. Marne). Bovuxje [Tac., Plin.], BcïXXai [Steph.], Braina, voy. Brennacum. BoiiELL.* [Tab. Theod.l, pet. ville du Latium, auj. Marino, bourg des États Brajacum, Brayeac, pet. oourg d'AuverZr pontificaux. 'gne (Cantal). Bhajum, voy. Bibrax. Bovinjë, Bovine, Bouvines, village de Fr. (Nord). Bramenium, Brememum [Itin. Anton.], BpsU.EV10V BOVINDA, voy. Boandus. ]Ptol.], ville de la Britannia Major, auj. Rochester, ville du comté de Kent de la FlanBoviniacum, Bouvicjnies, bourgZD suiv. Camden, et Brampton, dans le Cumdre wallonne (Nord). berland, suiv.Bisch. etMoll. (voy. DuroBnviNuii,île de Bouin, en Bretagne (LoireBRIVIS). Inférieure). Brammovicum, Bramant, bourg de la Savoie, BoviiM, ville des Silures, dans la BretadanslaMaurienne. gne romaine, auj., suiv. Camden et Bramosautum, Bramasant, bourg de Suisse, Reichard, Bangor, ville du pays de (cant. de Berne). Galles (comté de Caernarvon). Bbana, voy. Braina. BOYNUM,POYNIIM CASTRUil PeillU, pet. ville de Hanovre, au N.-O. de Brunswig. Braka Ai.i.omexsis, Bntine-la-Leud, boury

203

BRANCASTRUM.

BRAYUM.

204

de Belgique, dans le Brabant méridional.
Brancastiium, BiiANcinuNUM', de Bourgogne 0 voy. Bhannopùnum. bourg (Saônc-et-Loire). et château Brandon,

BKAXDEXBCRGUM BRANDEBURGIUM [CllIV.] Brandenati Havelam, Brënnohurgum, dans la prov. du bwcj, ville de Prusse, mème nom. et tous les Cette ville est omise par Falkenstein autres bibliographes; cependant nous trouvons dans des foires de Francfort l'indication de les catalogues plusieurs ouvrages publiés dans cette ville au commencement du xvii« s. Le plus ancien est celui-ci Gebelh unit Gesang au ff aile tag in der moche» Johaimes Gcorgcn. margraff auff Anordinmg bei Henning Tross, 1602, in-4. Zu lirandcnburg, (Jet imprimeur Henning Tross avait son établissement principal à Leipzig. Braxhunhurgum kovum, Nni-Brandenlmrg, ville du duché de .Mecklenburg-Strelitz. existait dans cette petite ville à la L'imprimerie xvie siècle voici un livre imprimé eu 1594 fin du 1625) nous dont la llibliollieca exolica (Francfort, vcrlcltrte. donne le titre D. Eras. Albert Letir der CarlMadcr und aller vornembslen Imupsacramentter (1er Sacramentirer ividertauffer, aller gulen Ovdnung. laslcrcr. und venvuslcr Newen Brandenburg, 1594, in-8. Bhaxhixos, An-an, île du comté de Bute. Branecium, Brunecca, ville neçjg, Bruneck, cercle de Pusterthal. d'Ecosse, dépendant Bmdans le

Bruxopolis, du Tvrol,

Brangonia, Branonium [Hin. Anton.], lipavville des Vigornia v^'viov [Ptol.], [Cell.], dans la Bretagne Cornavii, romaine, du comté de ch.-licu Worcester, auj. sur la Severn. croit ce nom, Forbiger ces indications se rapportent au que de l'Itin. Bratoiusi d'Ant., qu'il traduit, avec Camden, par Bromfield. fleurit à Worcester, comme à CanL'imprimerie terburv, à lpswich, etc., à une époque assez reculée, mais elle disparait pendant le règne et par suite de de la reine Marie (tvithel'influence desséchante dit le Dr Cotton). Ce n'est qu'au ring influence, milieu du XVIIIe siècle qu'on voit refleurir la plupart M. Cotton cite de ces typographies provinciales. Sampson Evans qu'il qualifie de libraire, peut-être même imprimeur à Worcester en 1658. Un journal, fut fondé en 1778 par Sale Worcester Postman, d'une muel Bryan, et il fut suivi, l'année suivante, the Worcester journal. seconde feuille publique Branxoduxum Brancaster, shire). Brannovfum, Braksberga, Bhaktosomum de bourg BRASiiE, voy. BiiAPr.AVTA, voy. Brakgoxia. VOy. Brunsrehga. Fr. Braxtolmum (Dordogne). Brantôme, [Hin. Ant.], Brakcastrum, ville d'Angleterre (Norfolk-

Phasia. Bratislavia, Braslmo, ville de

Russie, sur la Dwina, dans le gouv. de Wilna. Brassovia [Luen.], Coroxa [Cluv.], Stepiiaxopous |Cluv., Cell.], Kronstadt, Brassoiv, Brassa, ville forte de Transylan S.-O.. vanie (Land der Sachsen), d'Hermanstadt. J. Nemeth(Hist. typogr. Hungariœ et Transsilet vaniœ, Pesthini, 18181 Falkenstein,nousfournissent les élémentsnécessairesà l'histoirede la typographiedanscette ville:Jean Honlerus,né cnlU9S,à d Kronstadt, étudieraux universitésdeCracovic, e alla dans sa Wurtemberg et de Bàle.11revint en 1533 ville natale, avec un matériel typographique, et fondaune imprimerie qu'il dirigea lui-même zélé protestant, il fit, à l'aidedeses presses, une propagande énergique en faveurde la religion nouvelle, propagandeque combattit du reste avec un zèle tout aussi virulent le Dr Georg.Martmusius.lonl ter mourut le 23 janv. 1549.Le premier livre qu'il ait imprimé est intitulé J. Ilonteri compemlium grammalices tatinœ. Coron», 1535,in-12.réimpr, en 1577,in-8. Ses successeursà Kronstadt furent Valcnlin Wagner, écrivainet typographe,dontle premier vot°v OOavispou octûlume KaTr(;/ir)aiç OOaXsvTÎvov K »eo;, est imprimépar lui-mêmeen 1550,in-8 JohannNitrnus,GeorgGrcus,Micliael ermann, Lucas H Seiiler, StephanJluller et Christian Lelnnann ce dernier imprimeur, établia Kronstadtau milieu du a XVllIesiècle,avait aussiun atelier typographique Lintz. Bratanaxium, ville de la Rhnetic, Brandstetten, sur l'Kbrach, bourg de Bavière, suiv. Reichard. Brattia [Plin., Itin. Ant,], Brazia [Geog. Rav.], grande île de la mer Illyrienne, auj. Érazza. Bratuspantium, Breteu.il, village du dioc. de Beauvais, suiv. le P. Menestrier, Mahillon et d'Anville; le P. Daire veut qu'Amiens ait été bâtie sur les ruines de Bratuspantium suivant Bisch. et ilôll. ce serait Fiers, bourg du dép. de l'Oise. Braunatusi, Braukate in Briegio, Brunoysnr-Yàres, commune de Fr. (Seine-etOise). BhaunodunuMj Brunoduncm, Brauncul, ville de Bavière, dans l'Unterdomiukreis (kcercle au-dessous du Danube). Bhaunsberga, [Cluv.], voy. Brunsberga. BkauroNj Bfaûçuv [Strab., Steph.], ville de l'Epirc, auj. Yraona, Yrana, dans la lioumélic. Braviarum ab Samaram, voy. Brayum. Bravinium [Itin. Anton.], Bmnfield, ville d'Angleterre (S hropshi re). BravuMj voy. Bcrgi. Bhayum AnSamaram, Bhaviarum, Bray-surSomme, ville de Fr. (Somme). An Braïum, BRATACirar Srquanam, Bray-mr-

205
Seine, bourg anc. abb. de de Fr. Cîteaux.

BRECASI.
(Seine-et-Marne),

BRENNOBURGUM.

206

Brecasi (?). Probablement un lieu d'impression supposé, comme Bengodi, que Melzy croit être Milano; nous croyons que Bhecasi signifie Roma. il annale de' Frali il in. conv. etel P. da Bagnacavallo. Brecasi, 1618, in-12. Brecennum, voy. Arcen.num.

c Breciiinia, Breconium, Brecknock, omté du pays de Galles, dont le chef-lieu est Brecon.
Jones' tiistory ofthe 1805. (Dr C. Suppt.) Breciiinium, de (comté Brecislaburgum, Iîredana counly was nrinted hère in Brechin, Forfar). VOy. Presburgum. bourg ZD d'Ecosse

Falkenstein ne fait remonter qu'à l'année 1585 l'introduction de la typographie dans cette ville nous pouvons la reporter à 1562. La première édition d'un des plus rares volumes du célèbre dissident Francowitz fut donnée dans cette ville Bauer nous en donne le titre exact: Disde originali peccato et libero arbitrio, putatio inter M. Flacium Jllyricum et Victorin. Slrigelium publice Vinariœ (Weymar) per integram. hebdomadam prœsentibus Jtiustriss. Saxoniœ Principibus a. 1560. Init. M- Aug. habita, cum vrœfatione. in-4. (Cat. de la bibl. des soi-disant Brame, 1562, du coll. de Clermont, no 881, vendu 18 lijésuites vres). La Bibi. saxon. de Struvius (p. 1005) cite aussi ce volume sous le titre de Acta Colloquii Vinariensis de Peccato originis. Le cat. des frères de Tournes, de 1670, nous à antérieures donne un grand nombre d'indications citons Ambr. Wolfii celle que fournit Falkenstein Fundamenta de ubiquitate Lutfteran. expensa. Bremœ, 1579, in-ù. Les premiers imprimeurs de Brème sont Arnoldus Wcssel et Bernhardus Petri. Brinnacum Bremacum, Bernegium, [Cart. ix sœc], Bargny, Bamy-Biviére, auj. de Soissons anc. village près (Aisne), de Scnlis villa royale, dans le dioc. (ali. Lcbcuf). Bhembatuu du bourg Bcrgame. Brembus, masque. Bremeniuji, inkerius, Milanais, Bremboto dans la riv. di délég. Sotto, de

ville forte de Breda, Barociiia, dans le Brabant Hollande, septentrional. en 1615, suiv. Falkenstein. Nous trouImprimerie vons dans le Florigerium Librorum rariorum (Groningse, 1747, in-12, p. 29d) une traduction hollandaise du livre suivant de Wesenbeec. Jacques La description de l' Estât, succès et occurrence, advenues au Pais Bas au (aict de la religion, tôt Breda gedrukt by Isaac Schilders, 1616, in-4. Jacques de Wesenbecc d'Anvers, conseiller, puis syndic de sa ville natale, fut député des Provinces-Unies auprès du roi d'Espagne en 1563 (de Thon, liv. ûO, f. 520). Bredefortia, sur fort, (Gueldre). Brefortium, l'Aa, pet. BreBreedevoort, ville de Hollande

le Bvembo,

du

pays

Berga-

VOy. BRAMENIIJM.

Bredo, Bron, village du Dauphiné (Isère). Brega [Luen.], Briga [id.], Briccj,ville de la Silésie prussienne.
Nous ne pouvons faire remonter plus haut que 1615 l'imprimerie dans cette ville Johann Gabrielis andûchtige Gebet undSeufllzen sontaauffdcn glichen vnnd fUrnembslen fest evangelien. Brieg, bei Gaspard Siegfried, 1615, in-8. (F. de Francf., a. 1625, p. 141.) BREGETIO BhëGyETIUM, BptfaÎTWV [Ptol.], Bhigitio [Itin. Anton.], |Aur. Vict.], Bekgentio ville de Panno[Tab. Peut.], nie, sur le Danube, auj. Trâmmer, près de Szôny, à l'O. de Komorn (Hongrie). Bregenses tiiermje, Buegalia, Brieg, bourg Z:> de Suisse de Vaud). (cant. M. Ternaux cite un vol. imprimé dans cette localité Claudii Philomusi exclamatio in acerrimam hostium invasionem in vallem Turrenam. Bregalia:, 1620.

Brementonacum Bremetenra[Itin. Ant.], cum [Geo. des Brigantes, Rav.], ville dans la Britannia OberRomana, auj. dans le Yorkshire, suiv. Manburroiv, nert et Furbiger.

Bremetum,Brama, bourg du Piémont, au conlluent de la Sesia et du Pô.
Bremogartum sur Suisse Brena, Breona, ville Brienne, royale [Prajc. Brendulum, d'Italie, près Bremgarten, la Reuss (cant. Bhiona villa, de Fr. (Aube) Car. C.]. Brentola, du de bourg d'Ar,,O,ovie). Brienniijji, anc. villa

Brenïula, Vicence.

bourg 0 Piémont

Bmjnano, Bremanum, sur la Sesia. Brennacum, BRArNA, naicum

bourg

Bregentia, Brigantia, Bregens, riv. qui se perd dans le lac de Constance.
Brkgentium, Bregetio, Bhema VOy. Brigantium. VOy. Breg/ktium. Fabiranum, Faiurana libre de Brème, sur le

BRANA au Vidulam, Brinnacum, Brinagum BRIN[Greg. Tur.], Braunade [Gesta [id..], Dag.J, de Fr., près Braine-sur-lu-Vesk, bourg Soissons anc. villa roy. con(Aisne); cite en 580; abb. de Prémontré. circulus, le cercle de Brïmn, en

Brennensis Moravie. Brênnia ville

[Cluv. Coll.], la ville Saxonum, Weser.

comitis, Bronium, Brainc-le-Oomte, de Belgique (Hainaut).. voy. Brakdehurgium,

Brennoburgum,

207
Fanum Brexxovicum, VALLE Mauriana, S.ville de Fr. (Savoie).

BREXX0V1CUM. BRETOL1UM.
SANCTI Joakxis in Jean de Mawrienne,

208

Brexxum, Breno, bourg vénitien, l'Ogno.
BrextAj affl. riv. de la Rruetie, du Danube. Bran, la riv. du auj. le

sur

Brenz,

Bremta, Brextia, sur temberg, Bhkntesia, la Brenta, driatique. Brentoxiccsi bourg Hreona, du voy.

bourg même

de Wurnom.

MAJOR [Plin., Cell.], Medoakus fl. d'Italie; se jette dans l'ACluv.], [P. Diac., vénitien. pays BIIEXA, Bresica, Brentonico, · Brestia ix ville et. pa-

Bressicia, Biikpcu, LmiuANiAjBrsesc (Brzésciu), latinat de Lithuanie. Masch, dans son édition de la Bibliotheca sacra de Lelong, et. Falkeustein, dans sa Table chronologique, donnent 15&6 comme date de t'introduction dans cette ville. Masoh cite un de la typographie petttateuque imprimé par les Juifs cette époque, ce qui prouverait que la première imprimerie aurait été établie par eux mais de Rossi n'en parle pas, et. le fait doit paraitre au moins douteux, car le livre est reste inconnu. C'est à 1559 seuleim-nt que tous les bibliographes et Falkenstein lui-même, se rectile premier établissefiant (p. 305), font remonter ment d'une imprimerie dans cette ville. Nicolas Radziwil, palatin de Vilna, zélé protecteur des dissidents, dépensa plus de 10000 florins d'or, dit Illist. Ecoles. Slavonicœ, 1. 1), pour Regenvolscius à la création d'un établissement typographique Hrzesc, et l'imprimeur qu'il mit à la tête de cet étahlissement s'appelait Bernhard Woiewodka. Le livre par lequel il débuta est, selon toutes probabilités, Sitnonis Zaici confessio fidei ccclesiœ Vclnensis conira Brestia;, 1559, exfurgenles Anabuplislas. de 1563 est la in-4. Mais la célèbre Bible polonaise la plus importante; en voici le titre publication exact Iho iest Ksiegi starego y Noivego Biblia Swiçla, Zakonu rolasnie z Zyaovjskiego, Greclciego y Lanowo na Polski cinskiego, içjyli z pilnoscia y w Br3esciu LiDrukowano wiemie wylmone. tewskim zroskazaniaa naklademOswieconegoPana, Pana Mikolaia Radziwila Ksiazecia na Olyce y na Nieswiezu, etc. 1563, in-fol., fig. s. b., 579 et 143 ff. Celle traduction avait été faite sous les yeux du prince Radziwil à Pinczow, petite ville près de Cracovie, par un grand nombre de savants protestants, parmi lesquels on peut citer Simon Zacius, Bernard llart. Krowicki, etc. Ochin, André Trzecieski, Une seconde traduction, faite par Simona Budnego fut imprimée en 1572, non pas à (Simon Budueus), Hrzesc, comme le dit M. Ternaux, mais à Zaslaw c'est un vol. in-4, qui n'est pas moins (w Zeslawin) recherché et est peut-être encore plus rare que le précèdent. BressiAjSegusianus anc. de prov. dép. de l'Ain. Bressuiha, voy. ageh, France; Bercorium* Brexia, la Bresse, forme le auj.

Le nom de cette ville apparaît pour la première fois dans une chronique du IXe siècle. Le savant bibliothécaire de la ville de Brest, M. P. bresLevot,.nous adresse au sujet de l'imprimerie toise la communication suivante L'état de barbarie dans lequel Brest resta plongé jusque vers 16S1 donne tout lieu de croire qu'aucun n'exista dans cette ville avant Olivier imprimeur du Drillet, qui prenait en 1681 le titre d'imprimeur de la marine, et imprimait sur placard de Boy et format petit in-foi. les Lettres patentes de Louis XIV, données à Versailles ait mois de juillet 1681, lettres constitutives de la nouvelle marine. La famille des Drillet semble avoir été une famille à car Nicolas du Brayet, imprimeur d'imprimeurs, Morlaix en 1647, avait épousé une Drillet, parente vraisemblablement de l'imprimeur brestois. Un peu après Drillet, nous trouvons la mention d'un Guillaume Camarec, qui prend le titre d'impriil imprima en 1699, meur et libraire de la marine sur parchemin in-plano, les Statuts réformés de la corporation des cordonniers de Brest. En tête est un neuron fort bien gravé représentant les armes de France supportées par des anges. La première ligne où se voit un personnage nimbé commence par un L placé sur un fond parsemé de fleurs de lis. Ce G. Camarec a dû imprimer le Traité d'hydrograpliie de Couhait, premier professeurd'hydrographie à Brest. Colbert en avait autorisé l'impression au mois de mars 1684, et une lettre de ce ministre, datée du 12 janvier 1685, et adressée à M. Desclouzeaux, intendant de la marine à Brest, lui prescrit d'envoyer à Ilochefort 150 exemplaires du 1'raité de navigation que le sieur Coubait a fait imprimer. Un autre imprimeur, Jean-Louis Camarec, demeurant vis-à-vis la maison de l'intendant, auxviu's., est probablement le fils de Guillaume: de la famille des Un imprimeur, Romain Malassis, imprimeurs d'Alençon, prend le titre d'imprimeur .• de la marine et des années navales de Sa .!l aje..té.de dom il imprime vers 1696 une tragédie sacrée Jean Cadec, prêtre du diocèse de Léon, Brest, in-8; et vers 1698, les privilèges accordez par Louis XI S', très crestien, aux maire, eschevins et habitans de la ville de Brest, pet. in-8. Citons pour mémoire deux numéros du catal. lion Saluer Dubois art Imitation lèsus-Clirist consuBiniquet, E Brest, 16S9, in-8, et ait Templ E Brest, 1695, in-8. cret der Passion lesus-Clirist, M. Frère {Bibl. norm., Il, p. 569) nous donne aussi le titre d'un ouvrage imprimé à Brest en 1693 c'est un Exercice en général de toutes les manœuvres qui se font à la mer, par l'amiral de Tourville, in-8. 1,'arrèt du conseil du 21 juillet 1704, qui fixe le tant à Paris que dans les nombre des imprimeurs villes de province, en autorise un seul pour la villi1 de Brest. Le rapport fait à M. de Sartines signale deux imprimeries existant à Brest en 1764, celle de la veuve Camaret, et celle de Romain-Nicolas Malassis, qui possède U presses. BRESTIENSIS palatixatus en Lithuanie. Brzesc, Brestcm, Bretelium, voy. voy. Brestia. Bretoliijsi. Womuodat 'If

localités Bretixiacum, Bretigny; plusieurs France ce nom, mais le en portent un hatraité de 1360 fut conclu dans au dioc. de Charmeau de la Beauce, tres, auj. dép. d'Eure-et-Loir. Bretouum, [Charta [Charta Britouum Bretelium, a. Ph. Aug. 1204], Ludov. a. 1223], vin, palatiuji Britouum Breteuil-

BBESTIA, voy. Brestia, port

Bresca. oppidum, Brest, de Fr. [Finistère]. ville et

Brestum militaire

209

BREUCOMAGUS.

BRIOCENSE OPPIDUM,

210

aur-lton, ville de Fr. (Elire), anc villa royale. = Breteuil-sur-Noye, ville de Fr. (Oise). Breucomagus, VOy. Brocomagus. Breunia valus, le val de Bollenza, Bolenzer Thal, en Suisse. Breutiie, ville d'Arcadie, au N.-O. de Mégalopolis, auj. Karithene, en Morée. Brevalus, Brecal; plusieurs localités en France portent ce nom. |, Audemahi BiiEviODUHUM fltin. Anton. poxs, ville des Lexovii, dans la. Lyonnaise IIe, auj. Pont-Audemev, 'vilie de Fr. (Eure). Nouspensonsque c'est parsuite d'une erreur du nnm ou d'annéeque M.Frère [Ilibl- nortn.) donne e commedate del'introductionde la typographie e 1533 et le nom de Guilidans la ville de l'ont-Audemcr, laume Duvalcomme premier lihraire-imprimeur nous ignorons sur. quelslivres peut s'étayer cette Ô a assertion, et nous désirons" vivement tre (Mine" msujet. BitExiA,voy. Bhixia. Bhezeum, Brézé, bourg, chat, et marquisat d'Anjou (Maine-et-Loire). On trouve dans le Voyage des rel. Bènêcl., Pctrus Francisca Bre/.ea, etC. BREZEUS, Braia. Brja, voy. Brianzonia arx, Bviançonnet, sur l'Isère, pet. ville de France (Isère). Briaria, voy. Brivoduhum. Bricejum, Bricesum, Briey, bourg de Fr. (Moselle). Briciacus, Bructiagus, Brécé, commune de Fr. (Mayenne). Briela, Briel, pet. ville de la Hollande du Sud. LeCat. de DanielElzevir de 1681 nous fournit une indicationqui nous permet de faire remonter à 1G&3 date de l'imprimerie dans cette ville Jala cobi RevilTheltelcontra Carthesium. Briel, 1G43, in-G. BRIE,NSIS PAGUS,Bhigensis ager, Bhiegius saltus, la Brie, anc. prov. de France. ville de Brieza fira, Treuen-Briezen Prusse, dans le gouv. de Potsdam. Bade. Briga, le Dreg, riv. du de Brega. Biîiga, voy. Brigabanms, Brigoranna, ville de la Vindélicie, soi1 le Danube, auj. Breunlingen, bourg du gr. -duché de Bade. Briganconia, Bvegançon, village et chat, de Provence, érigé en marquisat en Io74(Var). Brigantes, anc. peuple d'Irlande; occupait la province de Leinster.

Brigantes, peuple de la Bretagne romaine; occupait les comtés de Cumberland, York et Lancaster, Westmoreland, Durham. Brigantia, voy. Braga.ntia et Brigantium. Brigantixus ager, le Briançonnais, district de Fr., autour de la ville de Briançon. I.ACUS. BltlGANTINUS I.ACUS, VOy. BODAMICUS Brigantium, DpifâvTiov [Dio Cass.], Flavil'.m Brigantium, OXaoûïovBprpwTiov [Ptol.] Brigantia [Oros.], ville des Callaici Lucenses, dans la Tarraconaise, sur remde laquelle on est peu placementactuel d'accord; mais les principales autorités penchent pour Conma, la Corognc, ville forte et port de Galice; Mannert penche pour le Ferrol et Reichard pour Betan-' zos, près de ta Corogne. Brigantium [Itin. Anton., Tab. Peut.; etc.], Byuigantijm, iipi-fâvTtov[Ptol., Strab.], UfifavTîa [Julian. Ep.], Bhixcatio [Geo. Rav.], Bhegetio, ville des Catui'iges, dans laGaulc Narbonaisc, auj Briançon, ville de Fr. (Hautes-Alpes). Brigantium [Tab. Peut.], Hfi-pvriov [Strab., Ptol.], Bhigantia [Amm. Marc., Itiu. Anton.], Bregenz, ville du Tyrol autrichien chef-lieu du Voralberg, sur le lac de Constance. Imprimerieen 1111[Dr Colton's, Stippl.]; mais Flascher lladivasser ilurch M. Ternaux cite P. N.K. P. Brcgentz,1609,in-8. Brige [Itin. Anton.], ville de la Bretagne romaine;, auj. Brougton, ville du Hanipshire [Camden]. Brigensis, voy. Briensis pagus.
Brigetum, voy. Ovetum.

ville Brigiana, Barriana, d'Espagne [Graëssc] Brigouum, Brigueil, bourg de Fr. (Charente). Brinnacum, voy. Bhennacijm. Brinnium, voy. Briika. Brinolium, Brinonia, Brignoks, ville de Fr. (Var). Briocense OPPIDUM, Brioci fanum, Bhioc.e, S. Brioci Castrum, Castel de Brioc [Guill. Gemet.], St-Brienc, ville de Fr. (Côtesci u-Nord). Le premier imprimeur de Saint-Brieucs'appelait Guillaume Doublet.Voici le premierlivre que nous connaissions delui Les hymnesou cantiques sacra à la gloire de Dieu, lirez de plusieurs sainetz pères et docteurs anciens, traduicts en vers françois sur les plus beaux airs de ce temps, par le sieur ne ca<<'(<ra<e /f!<at/ PMMoo, e/taHoiMe f'efyitM Auffray Pleduno, chanoinede l'église cathédrale de Sainct-Brieuc. A Sainct-Brieuc,par Guillaume Doublet, 1623,in-8. Colletel dit de ce brave cha-

2H

BRIONNA.

BR1VA ISAR/E.
BRITANNIA

212

et avec un naine, qu'il s'exprime si rustiqueincnt style si contraint et si barbare, qu'il semble tenir un peu plus de l'air de l'antique langage des Goths et des Vandales que de l'air de notre langue française. En 1627, le même Guillaume Doublet imprima Vie et miracles de S. Jlrieuc et de S. Guillaume, translation dudit ensemble la des reliques S. Brieuc. avec des remarques et des observaL. G. de la Devison, chanoine de l'église tions, par de S. Brieuc. Saint-Brieuc, Doublet, 1627, in-8. Kri 1640, le même imprimeur donne une nouvelle le édition des Colloques bretons, An J.Quiquier Iloscovite. arrêts du conseil du 21 juillet 1704 et du Les 31 mars 1739 autorisent un seul imprimeur dans la ville de Saint-Brieuc, et cet imprimeur privilégié est Jean-Louis Mahé, établi en 1751. L'arrêt du 12 mai 1759 confirme les précédents. Brionne, Bkionna, Brionia, pet. ville de Normandie concile en 1050. (Eure) Oppidum Sanc.ti SanlauBriovera, Laudi, ville de Fr. (Manche). nual, Saint-Là, Suivant M. Frère, l'imprimerie date en cette ville de l'année 1656 et le premier typographe s'appelle Jean Pien. Le Calai. Offor, cité par M. Cotton, donne un /calendrier historiai et almanach -perpétuel, mis en rime par in-16{n° 437), et les Pseaumes C. Marot et T. de Beze, avec la prose corresponverset pour verset, in-16 (n° d52), portant dante, St-Lô, comme lieu, et 1567 comme date d'impresnons-meine citer un volume pusion; pourrions blié sous la rubrique Sl-Ld, en 1565, mais imprimé à Itouen C'est seulement à la date fixée par M. Frère faire remonter que nous pouvons, avec certitude, l'introduction de la typographie dans cette ville. Parmi les livres sortis des presses de J. Pien, qui et libraire du collége, prend le titre d'imprimeur nous citerons une pièce assez rare Lettre héroïque sur le retour de 11. le Prince d madame la duchesse de Longuevilte, par le sieur Jacques de Caittières. St-Lô, J. Pien, 16G0, in-4. L'arrêt du conseil du 31 mars 1739 supprime l'imprimerie dans la ville deSainl-Lô. Bripium, l'Adda. Brisacum, Bresciia Breisaeh, ville du Bhisacum chat, Brivio, bourg 0 de Lombardie, sur

-h BfETTavud: [CîES., Tac., etc.], i BjsTTavîa vwjo; [Strab.] [D. Cass.] Albion y Bpeiavîa [Ptol.]., 'AXcucwv [Plin.], vtîoo; [Ptol.] Anglia, l'Angleterre [Engou la Grande-Bretagne land), (en saxon Prydain).

BRITANNIA BARBARA, VOy. CALEDONIA. inferior SEPTENTRIONALIS [Cell.], Britannia au nord de la Bretagne forromaine, mant les comtés du Cumberland, auj. York rt Lancaster, West-Moreland Durham. Britankia mijs'or, voy. Armorica.

Britannia Britannia romana, major [Cluv.], Bmtannia propria [Coll.] l'Angleterre de la Britaknia indépropre, séparée de Newpendante par le mur d'Adrien, castle au firth of Sohvay. Cambhia secunda, [Cluv., Cell.], le Cambro-Brttanku, Kimru, Wallia, de Galles, en Angleterre. Pays Britannic/e les Iles Britanniques. insul.«, CASTRUM Britonum, DumBritannodunum, et chat, ville BRI.TO,NIUM, Dumbarton, ch.-lieu du comté du mèmr d'Ecosse, nom. Britolium, voy. Bretolibm. Britannia

Berneval-leBrittenevalus, BRITENEVALLE, Grand, bourg près Dieppe (Seine-Inférieure).
BRIVA curretia, Brivatensis VICUS, Brivesville de Fr. (Corrèze). la-Gaillarde, Nous trouvons au catal. Baluze (no 8261) un yol. Histoire de S. Martin que cite aussi M. Tcrnaux de lirive, par Jean Conte. Brivd, 1635, in-12; nous trouvons encore au t. IIIe du catal. Dubois (n°1988), le Siècle illuminé, ou exercice de piété pour vivre dans le monde, par le P. M. de spirituellement B. C. Brive, 1649, in-12. Briva 1sar.e Tab. Peut.], [Itin. Anton., Pons ÔEsiensis Brivisarjî, Isar^e, PONS, PONTESIA Etf VeLIOCASSIBDS PONTŒSIA, Lud. vm, a. H 79], Pontoise, ville [Ch. de Fr. (Seine-et-Oise). Nous ne pouvons assigner de date certaine à l'introduction de l'imprimerie dans cette localité. Le P. Lelong et le catal. de la Bibl. imp. nous donnent le titre d'un vol. imprime en 1637 Histoire véritable de l'antiquité et prééminence du vicariat de Pontoise et du Vexin français (par le curé de StNicolas du Chardonnet, Hipp. Ferret de Pontoise), dont la première édition fut donnée à Paris en 1637, chez la veuve Chevalier, mais dont la réimpression de la même année porte Paris et Pontoise, J. de la Varenne, in-4. Mais très-probablement ce Jean de la Varenne, dont nous ne trouvons le nom ni dans Lottin ni dans la Caille, était un simple libraire de Pontoise qui obtint, en se rendant acquéreur d'une partie de l'édition, l'autorisation de faire imprimer son nom sur le frontispice. En 1652, le parlement étant à Pontoise se fait suivre, comme à Tours en 1589, d'un imprimeur et tl'un matériel suffisant, et plusieurs pièces, datées

MONS [Itin. Braccum [Geo. Rav.], anc. cap. du Brisach, de Bade. gr.-duché

Brisiacus

Anton.], SACCUM, Brisgaw, et

Andega vi.fi, Brissac, de Fr. (Maine-et-Loire).

bourg

Brisacum novum,Neii-Breisach, ville de Fr. (Haut-Rhin).
Brigovia BrisïgaBmsgavia, [Coll., Cluv.], via der Breisgau, le Brisgaw, [Clnv.], anc. du gr. -duché de Bade. prov. Brictzstowensis CIBristouum, ville et comté (xm° s.), Bristol, d'Angleterre. C'est à 1642 que le Dr Cotton fait remonter l'introduction de la typographie à Bristol; il cite A sermon by Bichard Towgood, 1643, in-8 (inconnu a Lowndes). Certain observations on the neiv league or covenant, etc., with a copy ofsaid tavenant, in-4, Bristol, printed for Richard Ilarsell, and are to be sold by him in Bristol, 1643. Citons encore Howell's Mercurius Ilibernicus or a discoursc in Ireland. of the insurrection Bristol, 1644, in-a. Bristolia, vitas

213

BR1VAS.

BROCARIACUM PALATIUM.

214

de cette époque, sont, imprimées sous la ruhrique Pontoise. (Voy. catal. de l'Iiisi. de France, nibliolli. impér., tom. vm, n°s 3099, 311)9, 3110, 31(17, etc.) Toutes ces pièces sont imprimées par Jean Courant. Cette ville ne figurant ni à l'arrêt du conseil de 1704, ni à celui de 1739, ni au rapport fait à M. de Sartincs en 1764, il est clair que l'établissement de Jean Courant ne continua pas a fonctionner après le du Parlement. rappel Buivas Biiivatum in Aiiver[Sidon. Apoll.J, des Ai-verni, kia, Bhivata, ville Gaule Aquitaine, atij. Brioude. Fi-. (Haute-Loire). BniVAS vêtus, Brioiule-la-Yieilk, de Fr. lier, bourg (Haute-Loire). dans ville sur la de

l'Al-

BniVATES l'ORTUS RfwuÎTr,; Xtaiiv [Ptol.], dans la Bhitanma minou, auj. le Croixic, ville de la Loire-Inférieure, d'Ansniv. le hourgde dans le même Batz, ville et une localité dép., suiv. Gossclin entre Guérando et le Croisic, du nom de Brivain ou Brévin, suiv. Reicliard. BmvoMJiui.M Tali. Antou., [Itin. Briuro, ville de Fr. (Loiret). Brixei.i.um l'eut. ]j

[Tacit., Plin.], bj&XXm [Ptol.], sur le Pu, et staBhkxiixum [P. Diac], tion de la voie qui conduisait de Rcgou JÎJ'esauj. Bregellu gio à Crémone, c.cUa.

limxiA [Liv., Plin., etc.], iifi?£a fStrah.J, des CcnoRhexia, ville lifi^ia [Ptol.], dans la Gaule manni, Transpadane, chet-lieiï de Brescia, ville d'Italie, auj. la. délég. dans le Midu même nom, lanais. Le cardinal Quirini (de IAlterat. Brixiana, in-4. Brixia:, 1749), Aniali (p. 420 et suiv.), Mauro Boni cleW Italia super. Ve{Primi libri a siampa nezia, 1794, pet. in-fol. p. 73 et suiv.), se sont occude l'histoire de la typographie à pés spécialement Brescia. Voici ce que nous croyons devoir extraire de ces volumineux documents: fut L'imprimerie introduite à Brescia vers 1472; on trouve à cette date un vol. imprimé en caract. ronds, sans nom de lieu ni d'imprimeur, mais que l'on s'accorde à considérer comme le premier produit de la typographie bressane. C'est un in-fol. de 79 (T. à 37 1., sans ch., récl. ni sign., intitulé: Leonardi Arrelini (sic) Epislolarum || /amUiarium liber primvs felici I~ ter M cccc LXXII. incipit. Par qui fut imprimé ce volume rare et précieux ? est-ce par Thomas Ferrando, le premier imprimeur bressan? est-ce par l'imprimeur également anonyme du Virgile de 1473? voilà ce qu'il nous est impossiLe caract. rond avec lequel il est ble de déterminer. exécuté n'a aucun rapport avec celui de Thomas Ferrando. Le vol. commence par deux épitres adressées à l'évoque de Padoue, J. Zeno, par Aut. Moreto de Brescia, l'éditeur, et Jérôme Alessandrino; mais, parce que l'éditeur d'un livre est de Brescia, on ne affirmer que ce livre soit imprimé à Brescia. peut Le'secoud volume imprimé dans cette ville serait, au dire de Mauro Boni, le célèbre poCme de Francesco de Stabili, plus connu sous le nom de Franccsco ou Cecco d'Ascoli, VAcerba, in-fol. s. d. (154 pnginc impresse ail' alteizà di 9 pollici et tre di 26 lignes à la page entière ;.à la fin larqhciza), FINIS S BIXIETHOMAFERnDo AUTORE (sic).

Parmi les autres productions de cet imprimeur, non datées, mais révélant une grande antiquité, par les caractères et par l'absence de ch., réel, et sign,, nous citerons la lro édition de Lucrèce, in-fol., 104 (T., rarissime vol. dont Dibdin croyait posséder le seul exemplaire, et (lui depuis a été décrit dans le catal. de la bibl. d'Elci (p. 64) La première édit. de Properce, în-4, sans aucune désignation, mais toujours exécutée avec le même caractère Un Têrcnce, un Aulu-Gellc, les Epitresde Pliaet une pièce de 4 11' laris,\esOraiiones Ciccronis petit in-4, dont, on ne connaît qu'un seul exemplaire llluslris in iVuplils || TitoMantwmi Marchionis masi Fernndt Brixiani oratio. Les éditions de l'année 1473, datées, sortant des Slatula cOnmnia presses de cet imprimeur, sont. Brixiœ, publiées XII kl' Jmiii, dont Amati (p.Ii23) donne un titre minuticusement détaillé. C'est dans ce livre que Th. Ferrando se plaint de la ladrerie de ses concitoyens, qui le payent « par adultcrtnam » et le réduimodo, modo par tonsam monetam, sent à tnourir de faim. Puis Slatula Mcrcliancie mercliatorum ttrixic et districlus, In-fol. et la même année Obligaliones et ordines contra daciarias et debilores Cam. Uucalis sine cois llrixie cujus cdpita smit XI l tirées a 100 exemplaires seulement. Une nouvelle édition de I). I- luuenalis et A. Paraii Salyrœ, in-fol., datée de XIII kl' Augusti Mcccc i.xxiii, et publiées Petro lubentepresbylero Villa, 00 ff. Cette édition fut découverte par le car. dinal Quirini et passa longtemps pour le premier livre imprimé à Brescia (voy. Mercier et Tiraboschil. Il nous faut parler aussi d'une édition plus précieuse que tout ce qui précède c'est du célèbre Virgile de 1473, exécuté avec des caractères que Dibdin et Bninet croient être ceux du Mercure Trismëgislc, impriinéàTrévisepar Gérard de Flandre en ce qui permet de supposer que cet imprimeur 1471, fonda un établissement à Brescia, comme il en eut à peu près à la même époque à Venise et à Udine ce livre serait le premier volume à la date de 1473, car il fut publié par le prêtre Pietro Villa le 21 avril de cette année, et par conséquent le troisième jour de l'année, puisque Pasques tombe, en 14i3, le 18 avril. Les autres imprimeurs de Brescia au xve siècle sont: l'Allemand llenricus de Colonia, le Français donnent ensemble V Homère (le 1474, Eustache, qui latinisé parLaurent Valle, puis Boninus de liouinis de Bagusia, Gabriel Petri de Trévise et son fils Paul, Barthélémy de Vercelli, etc. Bmxianus la 'province a&ek, il Bresciano, -de Brescia. Brixia, Brixinum, [Lucn.], [Cluv.], ville du Brixen, Tyrol, dans le cercle de Pusterthale. Voici un livre imprimé dans cette localité Br. Joh. Nasen concordia alter wul ncumer, guter unnd bOser Gtaubens strcitigcr IMircn verglichen, l'.xoJicsclireibung. Brixen, 1583, in-4 (Iliblioth. lica, part. allem. p. 45). ville de Fr. Broagium, Bkuagium, Brouage, (Chai-cntc-Infér.). Broburc-um morinorum, Bourbourg, Fr. (Nord); voy. Borhurgum. ville de Buixina

BnOCAIHACUM l'ALATIUM, RrUCAHIACUM VII.I.A, Burciiaiuacum Bruchehiacum, [Aimon.], Bhocamaca Bruguei.e [Bolland.], fChr. S. Dion.], anc. villa résidence merov., de la reine Bruneliaut, auj. Boticherasse, d'Avalon Bourcherexse village près suiv. Valois. (Yonne),

215

BROCAVUM.

BRUG/E.
prétendre qu'il bourg en 1783. a existé une imprimerie

216i f
dans ce

Bhocavum [Itin. Anton.], Brougham, ville d'Angleterre (Westmoreland) Brocmeria, Brockmerland, district de la Frise orientale (Hanovre). Brocomagus [Itin. Anton., Tab. Peut.], lifsyxou.a-foç [Ptol.], Brocmagadpai.atium, BnoDMAT[Valois], anc. cap. des Triboques, auj. Brumpt, Brumath, bourgd'Alsace (Bas-Rhin). Broda Bohemica, Bolmiisch-Brod ville (le Bohème. Broda Teutonica, lipoÎEv-ia [Ptol.], BrodNemotzki ou Deutschbrod, ville de Bohème, dans le cercle de Czaslau [Forbiger]. Brodnitz ou Brodnica, Stratioburgum Strassburg, ville de la Prusse occidentale, dans la prov. de Marienwerder. Brou, ville de Fr. (Eure-etBroiaccm Loir). Broii.um, Broglio, bourg de Suisse [Forbiger]. Brouum, le Breuil; plusieurs localités en France portent ce nom. Bromptonum, Brompton, bourg d'Angleterre (Middlesex). • Broxduixm, Brundulum [Plin.], Brundolo, bourg du pays vénitien. Bhonium, voy. Brexnia comitis. Brosz, ville de Brossa, Amhkosiopolis Transylvanie. Bkovonacum [Itin. Anton.], Brovonacj:, localité des Brigantes, dans la Britannia Romana, auj. Whetycastle, dans le Ciiniberland. Bruracum, Braubach sur le Rhin, ville du Nassau. Brucariacum villa, voy. Brocamacum. Bhucsalium, Bruchsal, ville du gr. -duché de Bade. L'imprimerieexiste dans cette ville au commencement du xviie siècle, et le premierimprimeur est un Français du nomdeGillesVivet Joli. Val. historti be'gierer oder Schalz der Seelen, wie mon Gott erkennen, fûrchtcn und liebensotie- Bruchsal, durch Egiiiium Vivet. 1603, in-8 [Bibl. exotica, part. allem.,p. 200). Bructeri [Tac], BocixrEpot[Ptol.], peuple de la Germanie, habitant sur les bords de l'Ems et du Rhin, entre Osnabrùck et Munster. Bruerliï, Bruyères; plusieurs localités de ce nom en France, dont un bourg du dép. des Vosges. Nousignoronssur quoi se fondele Dr Cottonpour

Arul.î: Bruga, Poxs, de Suisse, surl'Aar

Bruck, Brucjg, bourg (canton d'Argovie). Brug, ville du

Bruga Armorder adEderum, Nassau [Graësse].

ville de Belgique Bruges, BRUGiE, Bnigge, occid.). (Flandre Tous ceux qu'intéresse l'histoire de l'imprimerie ont entre les mains le monument que Van Praet introducteur de la typographie consacra à l'illustre dans la ville de Bruges; il est donc inutile de nous appesantir sur des faits universellement connus. Le premier livre imprimé par Colard Mansion est sans date; c'est le Jardin de dévotion, imprimé vers 1475, in-fol. de 29 Cf.à 23 lign., sans cil., réel., sign. ni init., en anc, grossc bâtarde. Au dernier f. on lit Priinum opus impressum per Colardum Mansion, Brugis. Laudetur omnipotens. Le premier livre avec date est Boccace du decliù t des nobles hommes et cleres femmes traduit du latin eu françois. Bruges; Colard Mansion, 1476, en anc. gros caractère gr. in-fo! goth. sanscli., réel, ni sign., avec minuscules la pour indiquer 289 des initiales qui doivent être ininiaturées; place ff. à 2 col. de 33 ligues. A la fin A la gloire et de tous Il a este toenge de Di Il eu ct à l'instruction ceslui euure de boca II ce du decliiel des nobles et femmes. Im || prime a Bruges hommes par Co || lard Ifansion. Anno ji cccc lxxvj. Parmi les volumes sortis incontestablement des presses de Colard Mansion qui ont été découverts la mort de Van l'raet, nous citerons la predepuis mière édition de VEstrif de Fortune, de Martin Franc in-fol., sans 1. n. d., mais imprimé avec In caractère gotli. du JSoece de 1Û77. La Bibliothèque impériale, qui, grâce au zèle ardent de son ancien administrateur, possède une suite superbe des livres sortis des presses de Colard Mansion, n'a pas ce rarissime volume; mais, comme il est à la biblioth. il fautespérer Sainte-Geneviève, qu'un jour ou l'auil viendra compléter une tre, par voie d'échange, collection des plus importantes au point de vue de la typographie française. Le registre de la confrérie des libraires de Bruges renferme deux noms d'imprimeurs antérieurs'à Colard Mansion, Dieric de Prentere [Didier l'impril'année suivante, Dieric F. lan de meur), en 1457, et Prentere {Didier, fils de Jean l'imprimeur) ensecond lieu un libraire nomméJean Briton (1G5&-149&). Le premier (car ces deux Dieric à la date de 1457 et 1A58 ne nous paraissent faire qu'un seul et même le premier était un imprimeur xylographe artiste), qui découpait des caractères ou des images en relief sur des planches de bois; il ne reste malheureusement rien que l'on puisse lui attribuer avec certitude. Le second exécuta « par Un art nouveau et des de son invention, un écrit composé à instruments la prière de l'èvêque de Tèrouanne par Jean et que ce prélat avait fait transcrire dans Gerson, deux tableaux eu pour qu'ils fussent exposés dehors de son église. » (Voy. Man. du Libr., à l'art. Gerson.) dit M. Van Cette nouvelle manière d'écrire, à mouler des caracPraet, consistait probablement tères avec des lettres de laiton à jour, semblables à celles qu'on a longtemps employées pour exécuter des livres de liturgie et de chœur. » Ces deux tableaux furent imprimés par Jean Veldener pendant son séjour à Utreclit, vers 1480; le seul exemplaire que l'on en connaisse est à la Bibliothèque impériale. à Bruges au On ne connait pas d'autre imprimeur xve siècle; mais, tout au commencement du xvic, faut citer tleynderic van den Dale, dont on connaît

217

BRUG.E BËARN1/E.

BRUXELLA.
Brunoxis Brusopolis, vicus, voy. Bruxsviga.

218

ltosanum en 1503 un rare petit volume in-8, intit. sur virginis Marie, 24 ff. ornés de 23 fig. gravées cuivre. A la fin Impressum Brugis per me IleyndeUnité- Anno Dni siccccc|| Tertio riaimttde mcnsis cimo die Ifartij. fort rare, passe pour être le preCe petit volume, sur cuivre qui ait mier ouvrage orné de planches paru en Belgique. le long séjour qu'a fait Guill. Caxton à BruPour dissertation ges, voyez une longue et intéressante de M. Aug. Bernard {Hisl. dti Vimpr., t. Il, p. 3Gîi à 385). Vers le milieu du XVIe siècle, Hubertus Goltzius, l'un des plus savants archéologues et numismates de son époque, fondait à Bruges, dans sa propre maià d'une certaine importance, son une imprimerie d'admirables son retour d'Italie, d'oii if rapportaitet souvenirs artistiques et le titre de citoyen romain. ses amis les ses protecteurs, Ses commanditaires, dévoués, étaient ces frères Lauwurin ou Laurm, plus la bibliothèque est les Croliers de la Belgique, dont restée célèbre. Goltzius composait lui-même. corriil geait et meltait en pages ses propres ouvrages alla jusqu'à en graver lui-mûme toutes les planches. Le Manuel (tom. 11, col.1653) donne le détail des principaux ouvrages émanant des presses particulières d'Huber Goltz [Foppens, Jiibl. Jlelgica]. de Kr. Bruce bourg Bkah.ni.Hj Bnujes, (Basses-Pyrénées). en Suisse (eant, îles Bhugga (?), Bntgg, Grisons). IU. Ternaux cite un livre imprimé dans cette localité II. Anhorn Ifeytige wie dcrqebuet dcrcuaitgclisclien kirrhen in liliœlia. Brugg, 1680, in-8. BruBruniacum, Bhunetum, Bmjgnathm, sur le fl.Vara(prov. gnato, ville d'Italie, de Gènes). Bhumia, voy. Prumia. Civitas BruBrixxum, ville de Bvùan, Brno,

voy. Braxecium. Brau.nsberoa BraxsBrdnsbekga, [Cluv.l, 1IERGA, BnUXSBL'HGUM, BrUXORUM (?), Bllfville neuer Eginh-l, Brunsbery, [Chr. de Prusse, dans la prov. de Kônigsberg, sur le NVescr. Le Dr Cotton nous apprend que le cardinal Hosius, à son retour du concile de Trente, établit dans le collége de jésuites de cette ville une imprimerie (lui fonctionna à partir de l'année 1(101. On trouve sur ces livres Brusori, ce qui petit s'appliquera Brunsberg, mais pourrait également signifier Hruneck en (p. 278) Tyrol. Le catal. de la Jlibl. lliclmsti'rna ex nninous donne Gttllielmi Corvini asserlioncs versa pliilosophia, Stanislao Iiadzincki. préside Brunori, G. SchOufcls, 160», iu-8. Brun'sbutta, tein. Bruxsviga Cell.], Brunsbùttel, hourg du Hols-

[liiicn.] Bkuxoxis

fCluv., BnuxsvicuM Bhcxopous, vicus,

du duché du même nom. magne, capit. C'est à l'année 1509 que Falkenstein fait remonter dans cette ville, pt Pâmer nous donne l'imprimerie sanilalis le titre du livre Jiegimen Anglormn ex Parisiensi missum. A la fin Régi gymnasio sunt luce in Ilorentissinia urbe Brunslîxprcssa vigo, per Joannem Dorn, imposita suprema manu quinto Iduum lunii, anno Christi 1509, în-ft. Probœ FalcoLe second volume cité par lui est mœ virgitio-centones, et la Brunsvici, 151G, in-a de llenr. Uauer même année parut un commentaire sur ce livre. BrunBiiuxTHUTij.M, Bru.npusia, ville de Poventmy (Bruntrut), de Berne). (cant. croient cette ville bàtiesur Quelques géographes de l' Âmagetobria de César. C'est à l'cmplacement 159Û que Falkenstein fait remonter l'imprimerie dans cette ville nous ne connaissons pas le livre qui lui fournit cette date, mais des l'année suivante nous trouvons Sacerdotale Jîasiliense jussu Jacobi Chnstopliori Basiliensis editum. Episcopi in-4 (Catal. d'F.strées, n° 710.). On Bruututi, 1595, sait qu'après la réforme celte ville devint le siège de l'évêché de Bàlc. Bruxtutuji, ihsiaj Suisse Bkusca, BnusciiA, (Bas-Rhin). Bruttiom Breusch, bourg d'Alsace

Brixxium, Bruxxa, nensis, Bkuxna, Moravie (Autriche). Le premier livre connu et cité par tous les bibliographes comme imprimé dans cette ville est un chorum Olomucensem. Brun;e, Agenda secundnm de lise, in-a (Ilain, n° 371). Le second est -.Johannes In || incliia terra chronica llungariœ. 'J'Iuvrocz, Moravie Brunesi Lutu || bratissime impressa finit die xx Anno sa || lutis siccccLyyyvjij. l'eticins. Martii. In-fol. goth., fig. s. I) Ce n'est qu'en 1191 que nous trouvons les noms imMissai.e strigoniense de deux imprimeurs ac inagiiaruni per ingeniosos prqssum Brunnœ Stahcl et Matheuni industriarum viros Conradum l'rcinlcin, impressores venetos, 1491, in-û. Conrad Stahel était imprimeur à Passau vers 1Ù80 avec un Allemand arrivant il s'associa probablement de Venise pour fonder le premier établissement de Brunn. typographique Bruxmjlum, Buuxdusium Bruxiiysium voy. Broxdoi.um.

regio fPlin., r.iw], Brutiorum BjET-tavii [Jornand.] yùpa [Polyh.Jj du Sud de l'ItaHpET-ia [Strab.], prov. les Bruttiî, lie, habitée par comprise dans les Calabres. BiiuxEL.t; BRU[Cluv.], [Cell.], de la cap. Bruxelles (Brûssel), On trouve Bnicelas et BruBelgique. selas sur les livres et Bruesel espagnols, sur les flamands. cell-e,

Bruxella

Tac, Cic, etc.], [Cses. [P. IMac] «p^rémov [Poville des Bpev^Vov [Ptol.], lyb., Strab.], Brindisi ville (Brindcs), Japygii, auj. forte d'Italie d'Otranto). (terra Brug.natum. Bhauxodunum. ville de France

Buu.NKTUM,' voy. Bruxoduxum, BimxoNis

voy.

moxs, (Haute-Marne).

Bourmont,

Les frères delà vie commune, de l'ordre des lliéronymitcs, étaient établis en Belgique depuis l'an 1376 environ; ils avaient pour fondateur Gérard Groot ou Gérard le Grand, né à Devender en 1340; leur maison, chef-d'ordre, était à Gand: elle existait déjà en Id33, rue basse de l'Escaut (Nederschelde. straet), dans le bâtiment qu'occupe aujo urd'hui l'hos-

210

BRUYIERI.E AD VELOf.ERAM.

BUCHANIA.

220

ils furent supprimés en 1744 pice des Kuldcrs; L'histo[A. Voisin, impr. partie. aux Pays-Bas], rien inédit de la ville de Louvain, J. Molanus, nous donne dans son intéressant ouvrage, dont M. VanIlulihcm possédait une fort bonne copie, plusieurs détails fort curieux sur la règle et les actes de ci s Vallis VFalranus, prior primûs religieux lettrés S. Martini, aux.U structuras, fraires conscriberr. libros oclo Iwris jussit quolibet ipse die. Cttvi tyetiam ilarpograpliia adinventa esset, conalisiiiit aliorum tinenses, exemplo quorumdam regnlaSetl cum inde lypis exprimere. rium, qttœdam ab ivipiessione mox cessadispcnUiiim lacèrent, libros officii ccclcrunt, contenu (ère desenbere passim siaslici, eo quod alii libri per typograplws ederentur. Comme on le voit,ce furent des religicux du couvent du Val Saint-Martin dans le diocèse de Liége, qu'il faut se garder de confondre avec te couvent du même nom du diocèse de Tournai, appartenant aux Bénédictins ce furent les Hiéronymites du Val Saint-Martin qui les premiers se livrèrent à la aussitôt après l'introduction en Belgitypographie, que, par Thierry Martens d'Alost, de cet art qui, sede Laurent Valle, lon l'expression anno Quod vix in toto quisquam pra'scripserat Muncre Gcrmanico conlicit una dies. une pierre jetée par le poêle aux partisans (Encore de L. Coster.) Les frères de la vie commune se livraient à l'éducation et à l'enseignement; ils avaient plusieurs écoles à Deventer, à Bruxelles, à Cambrai, etc. A Gand, ils formèrent plusieurs élèves célèbres, entre autres Josse Bade (Ascensins) à Deventer, ils eurent l'honneur d'instruire Erasme de Rotterdam, dont le professeur s'appela Alexandcr llegius. Nous les.retrouverons ailleurs, particulièrement à Marienthal, où ils impriment avant même le retour en Belgique de à Nuremberg, à llostock, à SchoonThierry Martens hoven, etc. Leur première impression bruxelloise qui porte une date certaine est imprimée avec un caractère extrêmement et barbare, sans en., réel, ni irrégulier sign., et avec un luxe d'abréviations qui en rend la lecture aussi difficile que celle des manuscrits du même temps elle fut exécutée dans leur couvent la maison qu'ils occupaient alors fut cédée par eux de Sainte-Claire quand ils quittèrent aux religieuses la villeau xvic siècle, parsuite des troubles politiques des Pays-Bas. En voici, d'après Hain, le titre exact Arnoiitus Geillioven ou Gneyloveu de Hollandia de Jlolterdam. Ordin. S. Augustini. Gnotosolilos sive J'rcscns hoc spéculum. spéculum comeieniia: Arte ïpsso^ria mulliplicalû. cf ijlUliuàna suffecit ïdustria %salis sollerl elaboruiû. Bruxellc opido brabâci\\e fluitU féliciter anno dfli M", cccc". Lx. xvi". xxv U mensis maij. Sur quelques cxempl. la sous2 parties en un vol. in-fol. cription est différente. à 2 col. de 50 I. Un grand nombre de bibliographes font remonter à 1472 la date de l'introduction de la typographie dans la ville de Bruxelles voici, mais imprimé sans nom de lieu ni de typographie, sans ch., sign. ni réel., le vol. qui a donné lieu à cette revendication fiJncipit sUjïw. coUacionû ad ôe genus itominU. nilîi est, hocopus.Anno domini 1.4. 72. die 14 mensis julii, in-fol. de 111 ff. à col. de 40 lignes. Ce volume passe pour avoir été imprimé à Bruxel les chez il est du moins exéles frères de la vie commune cuté avec les caractères du Gnotosolilos; et cette date de 1472 parait être exacte, car à l'exemplaire de la vente La Serna Santanderétait écrit sur une f. de vélin, en tête du vol., cette note Hune libellum ego Anthonius Estourncl emi bruxelle anno Xpï. M.iiiic. LXXiij. M. Didot, lui, donne- commeprcmicrlivrciinpriiné à Bruxelles une édition de 1474: Epislota Jlcati GreEzecliielis ad Marianum gori Pape de exposilione omclic Greqori Pape. episcopum. cxpliciunl in-4, 1474 (voy. Amati, p. 139, qui ajoute Char. coth. eod. quod impressi suiii 1481 in hac civilatc Sermones V. iJernardi).

Un assez grand nombre d'ouvrages de liturgie ou de théologie ascétique et sermonnairc furent encore imprimés par les frères de la vie commune à Bruxelles nous ne pouvons ici en donner le détail, et croyons devoir nous en tenir aux trois volumes que nous avons cités, en maintenant, avec MM. deLeilet autres bibliographes fcniberg, Gottf. Reichhart modernes, 147G comme date certaine de l'introduction de la typographie dans la capitale actuelle delà Belgique et jadis de la contrefaçon. Bruyieri.e AD Velogeham, Bruyèressurde Franche-Comlé la-Ycloijue, village Fr. a. 80o]. (Haute-Saône). [Ami. Bhygianum, voy. Arcen.xijm. Le catal. Baluze (n° G454) nous donne un litre de livre imprimé à Bracciano en 1620 Julii Cwsaris et irregularitalum. llainerii calalotjus censurarum BiiïSEiE, [Pausan.J, pied du Bkystacia, d'Italie BpjcîEiat |Honi. lliad.] itçuocxi localité de la Laconie, au Taygète, auj. Potrini. ihiBiiiATicuM, Umbviatico, (Calabre citér.). bouiy

de rilc-de-Francc-, Bi'bul.-e, Bulles, bourg à 4 lieues de Beauvais (Oise). Ruca ville des [Plin.], Bc'Jzx [Strab.], dans Frcntani, le Sarniiiuin, auj. probablement ville dans Termoli, d'Italie, la Capitanate. Blxahesta, Bl'ciiuiœstum, Thyaxus (?), Boitdes Jiharest, Boukourcsti, provinces danubiennes (Valachie). C'est aux efforts multipliés de l'hospodar JeauConstantin Bassarabas que l'on doit l'introduction de' à la lin du xvnc siècle. l'imprimerie à Bucharest, Weller (Altes a. alleu Theilen d. Cesch., vol. 11, p. livre imprimé 820) nous donne, comme premier dans cette ville, JSiblia JVallacllica Bukarest, 1688, in-fol. Pour l'histoire de l'imprimerie qui a produit cette bible,on peut consulter llelladii status licclcs. Grœcœ, p. 13-17. Cette bible est citée par Henderson dans ses « Jiiblical rcsearclics in llussia o mais il lui donne a tort la date de 1GGS.

Buccln'a, Piiomiaktia ixsula, île Leveitzo, sur la côte de Sicile.
BUCCLSIUM, VOy. BOCIIA.MUM. Bucconjs (Loiret). localité de Portugal. Bitcellas, BucELLJî, M. Ternaux cite Antonio Carvalho de Parada, Artc de reynar. Bucellas, Pedro Cracsbeck, 1044, in-fol.– Antonio cite le livre sans en désigner le lieu mais la JSibliotti. Lusilana d'impression (I, p. 107) confirme l'assertion de M. Ternaux. Ce Pedro Craesbeck était établi à Lisbonne depuis le commencement du xvti" siècle. Civita Bucellum, Borélla, bourg dans l'Abruzze citer. tain, Bucei'iialea, BucFELnuM, (Adamus sœc. Xiv). Bixiiania, voy. Beucixum. napuliVilla, Bouzonville, bourg ZDde Fr.

Bocfeld, bourg d'Angleterre de Bocfeld, ord. Minor. fr. district écossais duLI

Buchan,

221
comté d'Abcrdccn Nord. sur

BUCHAV1A.BULLIO.
la mer du

222

BucnuM vocaBuohavia, (payws qui Buqui sans tur, doute yEginh. chr.), Buckau, pet. ville de Souabe (Bavière).

J. Secley possédait un établissement typographique en cette ville en 1752: un importantoiivragè fut publié par ce même Seeley, si nous en croyons le Stippl. du V Cotton, soixante ans après la création de son imprimerie ce fut le livre du savant D1 Charles O'Conuor, intitulé Renan Ilibenricarum scriptorcs, a an admirably edited work, printed at the expense of his Grace the Duke of Buckingham. Lowndcs cite cet ouvrage sous la date de 18M-28. Buciacum, Bucy; tent ce nom en Bucunum, voy. plusieurs France. localités por-

Buciunguamia Neomagus, Bucltiwjkum ville et comté d'Angleterre.

tomjm, Bautzen, Budissin, ville du roy. de Saxe, sur la Sprée, cli.-l. de district, dans l'anc. Lusace Supérieure. Le premier imprimeur de Bautzen est Nicolas Wolrub (et non pas Wolrab, commel'écrit M. Colton), et le titre du premier livre qu'il ait peut-être imprimé, ou tout au moins que nous connaissions, nous est fourni parla itibliotlt.Saxon, deStruvius Clirqnicaund antiquitntcs des alicn Kayserliclicn Ktiffis,der Hœm.Jiwg Chronicawid stadt Mftrsburg am der Sala im Obern Sacitsen. Budissin, 1556, in-4. Ce livre est de Ernestus Brotuflius, rainé, de Merscburg,qui fut d'abord préfet desétudes à l'écolede Pforta, puis syndic et bourgmestre de Marscburg.Le fils de l'imprimeur Wolrub, qui succédaà son père vers1580, imprimait encore à Bautzenen 1603,et s'appelaitMicliacl. Budoiugum, is&uoVpifGv, BunoiiGis, Bt'icg-swl'Odcv, ville de Silésie, suiv. Reichard et Forliiger. (Voy. Bnr.c.) Budohis, iiou^opi;[Ptol.], sur le Rhin, auj. Monheim, suiv. Wilhelm, et Bùdcnch, pet. ville près Cologne, suiv. Reichard; une foule d'autres localités sont encore désignées par les géographes. Budovicium, BunovisiA, Buduissa, Budioeiss. ville de Bohème, sur la Moldau. BUIIRICIIIUM, VOy.HUHK'IUJM. Budhijxtum Butuntum, ville de I'Aitua au N.-O. de Peucetia, auj. Bitmite, Brimles, dans la prov. d'Otrante. Budua [Itin. Anton.], prohableineut la de BoùpJoua Ptolémée, ville de Lusitanie, auj. S. Maria de Botna, suiv. Forhiger. Bl'ezzovujm, Bunitium, Buxomum,Butzoïc, pet. ville du gr. -duché de MecklemburgSchwerin. Le catal. dela Bibliolh.Spécula: Pulcoticnsis (de l'observât, de Poulkova) nous révèle l'existence d'une imprimerie à Bul/.owau siècle dernier Jeusenii Krajtii McclmnicaMine reddita ct atteia a J. A".Tetens. ueziovii,1773,in-4. B BlJGELLA, VOy. BlKl.l.A. Bulboniijm, Boidbon, village etanc. cuinlé de Provence (Vaucluse). Buixiacum, Bulcy, bourg du Berri (Cher). Bulgaiies [Gest. Longob.], itouX^â-wt [Suid.J, Bl'lgaki [Jornand.J, Boulgares, Boulyres, peuple de la Mœsie inférieure, qui venait de la Sarmatic asiatique.. Bur.f.AïUA [Cluv., Coll.], la Bulgarie, Bulghar-illi, prov. de l'empire turc, en Europe, entre les Balkans, le Danube et la mer Noire, cap. Sophia. Bulium, Bull, bourg de Suisse (cant. de Fribourg). = Le Bœuf, village et anc. abb. de Citeaux, près Limoges (HauteVienne). BOllUloil, ville BlJLI.10,BlJLLOiNIUMj BULLIUM, de Belgique (Luxembourg).

Vulceja.

Buda [Cluv., Coll.], voy. Aqui.xcum. Nous ajouterons quelques mots à l'article que nous avons consacré à l'imprimerie de Bude le grand Mathias Corvin, désirant faire de sa capitale VEmpoHum scientiarum, son parent Ladislas Gechargea reb, vice-chancelier de Hongrie, depuis évêque de et enfin archevêque de Colocza,dusoin Transylvanie d'un établissement à Bude typographique celui-ci lit venir, comme nous l'avons dit, André liesse, qui lui dédia sa Cronique de Hongrie o Laborcm, dit-il éloquemment, quem omnibus llungaris gratum atfore putavi que jucuudum ut quandoquidem quisque natale soluin unice diligit orreliquisque bis terrarum parti!)us longe anteponit ita ut suorum, (|ualem vitatn egerint quisque vernaticus scire ut si qua: przeclara plurimum exoptat memoratuque (ligua conspexerit imitari debcat: si qua vero minus feliciter gesta compererit doctus pracavere possit. » On ne peut expliquer qu'André liesse n'ait imprimé que cette chronique, et peut-être un second ouvrage, que nous avons cité, que par la supposition d'une mort prématurée mais dans ce dernier cas pourquoi Ladislas Gereb, qui vécut jusqu'en 1503, Mathias Corvin, laissèrent-ils pourquoi tomber un établissement qu'ils avaient eu tant à cœur de fonder ? Qu'est-ce (jue ce Laurentius Paep, librarius Budensis, qui fait imprimer en Id98 les Légende saiiclorum regni Ilungarie (Main, 99981 ? Voilà des questions que nous ne saurions résoudre et que nous laissons sans réponse. Quoi qu'il en soit, en 1541 Soliînan, vainqueur des chrétiens, arbora le croissant sur la cathédrale de Bude, et le pillage et la dévastation de l'admirable de Mathias Corvin bibliothèque furent la conséquence de la ruine de la liongrie. En 1086, après 145 ans de misères, les armes victorieuses de Léopold arrachèrent la ville de Bude à la servitude ottomane, et l'année suivante l'archevêque de Gran, George Siéchénjï, fonda une académie y mais t'imprimerie n'y reparut qu'en 1725, et le premier typographe de cette ère nouvelle s'appelle Jean Landerer. Budin, Budina, pet. ville le cercle de Raconitz. de Bohême, dans

ville de Hessc, entre Budinga, Budingen, Francfort et Hanau. Le Suppl. du D' Cotton dit qu'un Nouveau Testament en allemand fut imprimé dans cette localité en cite 1717, etM.ïernaux Biidingiscli Gcsangbucli. Budingen, 17*23, in-8. Buiïissina, BumssA [Coll.], Budissina Lusa-

223

BULLIUM.

BURDIGALA.

224

Pierre Rousseau, imprimeur de Toulouse, se lit, en 1760, l'éditeur du Journal encyclopédique, qu'il alla imprimer à Bouillon, ville essentiellement toet dont les anciens ducs de Bouillon avaient lérante, fait un lieu de refuge pour les protestants et les Pierre Rousseau imprima vers cette néo-philosophes. époque un assez grand nombre de livres de poléminous citerons seulement: Justini que religieuse; de Stalu Ecclesiœ et legil'ebronii, Jurisconsulte lima potestate Romani Pontiflcis, liber singularis, ad retmiendos dissidentes in rcligione Christianos compositus Bullioni, 1763, in-4; ouvrage qui, bien eut un grand qu'écrit en latin presque macaronique, il était d'un nommé Lefèvre, du dioretentissement; cèse de Trêves, et fait à la requête des princes dissidents d'Allemagne. Il fut réimprimé deux ans après dans la même ville. HiLLiuM, Beuil, (Indro-et-Loire). Bcngeia, Bcngiacum, (Seine-et-Oise). Bungiacensis Silva, s'est aussi appelée la forêt de Livry, Lauciionia Silva, giens. Bl'xitium, Blxomia, Blquojlm, Calais). îiouvî-icv voy. pet. ville de Tourainc de Fr.

Bondy, la

bourg

Fovêt de Bondi/; Liberiacensis Silva, et peut-ètre aussi sous les Mérovinvoy. Buezzovium.

[Ptol.],

Pella. bourg de de Fr. (Pas-dele cer-

Bttquoi,

ville BukAj Bùren, cle de Miuden.

Prusse,

dans

BlTRBO AXCELU, Bl'RHO AXSELII, VOJ'. BORUOxira Axselmium. »Nous trouvons dans le P. Lelong: Lettre sur les vertus des eaux minérales de Bourbon-Lancy, par Isaac Catlier, médecin. Bourbon, 1655, in-4. Bcrbo Bofluo.Ni.tt. Arcimbaldi, voy. Aqujî BlIBBONKNSIS AGER, BORBOXENSIS PROVLNC1A, le Bourbonnais, anc. de France; prov. forme auj. le dép. de l'Allier. BlRBlRGL'M, voy. BrOBL'RGI'S.

Bl'RCIIANA INSL'LA [PHn.], J3cup-avïÇ [Stl'alj.], Fabahta dans [l'lin. rv], He de Borkum, la Frise, au N.-0. de Emden. BiRcriAniACUM, voy. Bhocariacl-ji. ville forte de

Burcuolmjl'm Burcholm Suède (Gothie).

BuRcnusA, Bubchusium, Burgltuusen, pet. ville de Bavière, dans le cercle du bas Danube. Le Suppl. Cotton, sans aucun détail à l'appui de son assertion, (lit que l'imprimerie exista dans cette localité en 1738. Burcinalium, Cranenbury dans la prov. de Clève. Blrdigala Stfsaa Jlarc, ville de Prusse,

Sid. Apoll.l, Anton., [Itin. BoujBurdegala [Strab.,Ptol.], [Ainni. Civitas Biturigum VivisCluv.],

coium Bordials [lnscr. Grut.], [Chron. ville 3. Dion.], Bourdeaulx, Bordeaux, de Fr. (Gironde). M. Gustave Brunet, l'éminent bibliographe bordenotes au sujet de la lais, nous adresse quelques nous insérons bordelaise, que proto-typographie Le preni commentaires. presque sans additions mier volume avec date imprimé à Bordeaux est un in-folio de 240 f. divisé en trois parties (la dernière, sur le frontispice de laquelle sont les armes de la Suma ville, est imprimée en 1524) il est intitulé diuersarum medicinaliU per ordine alquestionum collectarû Per Mgr. Gabrieletn de Tarephabeli gua, docloreni regentem flurdegalc. Inipressu? est hoc opus;; completuB ISurdegale decima octaua die mêsis decembris anno cristi millésime quingêtesimo vicesimo Per Gaspardû philippum calcographum prope sanctam columbam morantem. Ce volume fut réimprimé en 1524 par Jehan dans cette seconde édition, est Guyart, et l'auteur, nommé de Tarrega. (Voir, au sujet de ce médecin, un article du Dr Cailleau dans VAlmanach de la Soc. de médec. de Bordeaux, et un autre de M. Jules Delpit, dans les Actes de l'Académie de Bordeaux, année 1848, pag. 117-132.) les M. J.-Ch. Brunet, qui décrit consciencieusement deux volumes, fait observer avec raison qu'il parait bordelaise ait débuté peu probable que l'imprimerie par un ouvrage aussi considérable. Gaspard Philippe était imprimeur à Paris dès l'année 1499; en 1508 il y avait exécuté pour Martin Alexandre et consorts la Pragmatique Sanction,» n in-4, de 88 et 47 ff. Mais on ignore à l'intercession de qui sa typographie fut établie à Bordeaux. Il semble avoir cédé au bout de quelques années son établissement à Guyart, qui s'annonce également comme habitant devant l'église Sainte-Colombe sa marque est, sauf le changement de nom, exactement la même que celle de Gaspard Philippe (voy. Silvestre, marques typographiques). Sans doute Gaspard Philippe fut mandé à Bordeaux par la municipalité, jalouse de mettre la métropole de la Guyenne au niveau des grandes villes avoisiil y installa une typographie et la dirigea nantes; ce qu'il eut formé des élèves en état de le jusqu'à à Paris. remplacer, puis retourna Jehan Guyart imprime depuis l'année 1524; à cette date nous connaissons de lui la 2e édit. du livre de Joliannis de Fuxo, 'l'aregua, et les Constiluliones in-4. En 1528, nous trouvons les Coustumes génèralles de la ville de Bordeaux, in-4, dont un exempl. sur vélin est conservé dans la bibliothèque de la ville; en 1529, les Gestes des solliciteurs de Beaulieu; ces deux rares volumes d'Eustorg sont les deux premières impressions françaises exécutées à Bordeaux que nous connaissions. Il faut également ranger parmi les productions de l'ancienne typographie bordelaise la Complainte du trop lard viariè, in-8, de 8 ff., publiée avec la marde Guyart, et la Complainte du trop tost maque rié, exécutée avec les mêmes caractères. En 1545, un nouvel imprimeur bordelais, François Morpain, publie un rare et curieux volume Linguœ Vasconum primiliœ per Ilernardum Declieparc, redorera sancti Micliaelis veleris. Burdigalae, Franc. Morpain, 1545, pet. in-8 de 28 ff. Ce volume, malgré sou titre latin, ne renferme que des pièces de poésie en langue basque; c'est, croyons-nous, le premier volume imprimé en cette langue: il a si complélement disparu, qu'on ne connait que l'exemplaire (le la Biblioth. impér. de Paris, exemplaire dont M. G. et intéressante Brunet a donné une minutieuse desdans les Actes de l'Académie royale de cription ann. 1847, p. 79-162. Bordeaux, Le plus grand nom de la typographie bordelaise est incontestablement celui des Millange; plusieurs de ce nom portèrent à un générations d'imprimeurs assez haut point de perfection l'art typographique dans la patrie de Montaigne. Mais leur plus beau titre de gloire est d'avoir été les premiers éditeurs

22o

BURDIGALA IN DELPHINATU.

BURGUM AURACENSE.
Bukc.ixla, N.-O. Burgetum, voie). Burgetum prov. Bïtrgel, d'Iéna. le Bourget, AD Mincium, de Vérone, sur pet. ville ville de Saxe, de Fr.

226
au

des immortels Essais de l'homme de génie dont de Bordeaux est à juste titre si fière. la ville Simon le chef de la famille, donna Millanges, en 1580 et 1582 les deux premières éditions des deux premiers livres de Michel de Montaigne. La première édition de 1580, bien moins complète est devenue que les suivantes, depuis quelques années unjoyau bibliographique du premier ordre un exempt. en maroquin, qui n'avait été payé que 18 livres à la vente d'Ilaugard, en 1786, est monté à 2000 fr. à celle du prince Radziwil en 1865 (n°320). succède à Simon MilJacques Mongeron-Millanges langes, sou beau-père, et après lui nous citerons, bordelais au xvite siècle, Buparmi les typographes dier, Vernoy, Pierre de la Cour et Simon Boé. Un arrêt du conseildumoisdcjuillet 1688 avait fi.\é à 12 le nombre des imprimeurs qui pouvaientexercer dans la ville de Bordeaux ce chiffre fut réduit à 10par l'arrèt du 31 mars 1739 et ne fut plus dépassé. En 176S, le rapport fait à M. de Sartines signale à Bordeaux 13 libraires et 10 imprimeurs, employant ensemble 28 presses.

pet.

(Sala

Borghetto, le Mincio.

dans

BuiiniGALA Delphinatu, Bourdeaux, in bourg du Dauphiné (Drôme).
BunGASiA, Bl'roavia, le cercle voy. Bergusium. ville de Danube. Bavière, dans Burgau, du bas

BURGDORFIUM, BURGVILLA, BURGIVILLA, Blillou. Berthoud, ville tholiuum, Burgdorf de Suisse de Berne). (cant.

Bukgdorfium oppidum,Burgdorf, ville de la Confédération germanique, roy. de Hanovre, préfecture de Luncburg, sur l'Aa.
existe dans l'une ou l'autre de ces L'imprimerie deux villes au xve siècle plusieurs bibliographes ont prétendu que que c'était à la ville helvétique la souscription des ouvrages que nous s'appliquait mais depuis un certain nombre d'anallons citer Traclatus nées l'opinion contraire parait prévaloir: aiii7nai,um post exitum^eaif. a de appai-itionibtts excetlentissimoviro corporib' EdW\\inerd{ordianb Jacobo de (Husa^ord. Cartli. Impressus in opido 1475, in-fol. de 20 ff. à 33 lig. Burgdorf, anno||dfii L'exempt. de ce livre rare, qui figurait à la vente Bearzi, contenait une note manuscrite qui en attribuait l'exécution typographiqueà Lucas Brandis, l'imde Lubeck et de Merseburg, primeur contemporain à Burgdorf le vol. que qui aurait également imprimé nous citons plus bas; M. Gaullieur,qui le revendique naturellement pour la Suisse, prétend que l'impression en doit être attribuée à l'imprimeur anonyme dont les produits sont reconnaisde Strasbourg sablés à la forme particulière de la lettre S. Ebert, Tross et bien d'autres experts sont les 1 champions du Hanovre. Qui tranchera la question ? comment parviendra-t-on à éclaircir tant d'autres points qui restent obscurs dans les origines de l'imprimerie ? par la création d'un musée typographique dans les vastes galeries de la Bibliothèque impériale, dont les riches collections d'incunables, disposées avec méthode, classées par années et par pays avec complaisance, permettraient et communiquées aux bibliographes l'étude comparée des premiers monuments de l'art. Le second volume imprimé à Burgdorf est intitulé Inciplt Sanct. lxgenda Wolfgangi episcopi cum officio vesperarum malutinaRalisponensis rum et misse de eodem. lmpressuin in opido Burgdorf, anno dni 1475, in-folio de 20 D".S. Wolfgang (pourquoi M. Brunet estropie-t-il le nom de ce saint fils du comte de Pfulingen; il mouévêque était rut en 994 et fut canonisé par Léon vw. (Freytag, p. 1103.) DlCTIOJiN. DE GÉOGR.

BURGI, BURGUM, BRAVUM (?), RpaÛCV [Ptol.], Civitas ville d'EspaBurgitana, Burgos, de la Vieille-Castille. gne, cap. C'est à l'année 1485 que nous pouvons, d'accord avec tous les bibliographes la espagnols, reporter de la typographie dans cette date de l'introduction et c'est encore un Allemand, sans doute villecélèbre, un élève de Berthold Rot, Frédéric de Bàle, que les Espagnols appellent Fadrique Aleman, que nous avons à citer comme le premier imprimeur connu vol. qui voici le titre et la description du premier sorti de ses presses passe pourêtre de Fray Andres de Cemezo. Arte de Gramatica Cerasianus hu(en lettr. rouges) Andréas Gutcrrius Revcrcndismanissimo Domino Ludovico Acuna simoque patri in Xpto Episcopo bnrgensi bene ntcsalutem plurimam dicit. rito et viro gravissimo A la fin: Même martio duodecimadie anno salutis clarissimi domini 1485 quo lempure reges Fredinandus et llelisabella infidèles ingenlibus copiis desolare sieperstite iltustrissimo principe ceperunt Joanne in-fol. lettr. goth. Frédéric de Bàle demeura longtemps à Burgos, car nous le voyons encore, à la fin de l'année 1512, imprimer (por arte t industriel de Fadrique aleman la première édition de la célèbre chrode Basilea) Cid nique du Cid [Cronica del famoso Caua^llero Campeador) Ruydiez || Le premier imprimeur dont nous trouvions le nom au xve siècle, après Frédéric de Bâle, est Jean de Burgos; il imprime en 1491 un César in-fol.; en 1495, le livre appelé: Compendio de la humana Salud; et ce qui est assez bizarre, c'est qu'il est chargé, en le premier ouvrage sorti des 1497, de réimprimer de presses de Frédéric de Bâle, VArte de Gramatica F. Andres de Cerezo. En 1498, il publie le célèbre roman de Merlin (cl Baladro dcl Sabio Merlin Cô sus profecias), la môme année que l'édition française, qui, suivant nous, doit l'édition française avoir précédé le livre espagnol; de 1498 est imprimée par Vérard sans date de mois, et l'édition espagnole est datée du 10 février, c'est-àdire tout à fait à la fin de l'année 1498. Parmi les imprimeurs de Burgos au xvi' siècle, de citer, nous avons qu'il nous parait intéressant deuxmembres de l'illustre famille florentine desJuntes Juan de Junta (1528-1551) et Felippe de Junta, lui succède et que nous trouvons encore en qui 1563. Le premier possède un second établissement à le second n'est pas cité Salamanque (1534-1550) par A. -A. Renouard. BURGIDOLUM, VOy. BURGUS DOLENSIS. Burgolium, et-Loire). Burgonium, canton de Bourgueil, Burgonko, Loiron ville de Fr. (Indredu

Bûunjou, (Mayenne).

village

Burgomakekum Piémont (prov.

Borgomunero, de Novara).

bourg

du

Burgum, Burg, pet. ville de Prusse, sur l'Ihle. Burgum, Burgo, bourg du Tyrol.
BURGUM AURACEXSE, voy. AURACUM. S

227

BURGUM NOVUM.

BURGUS VALLIS TARI.

228

Bur.cuM novum, Bourgneuf, bourg de t'r. (Charente-Inférieure). BURGUM novum ADLigerim, Bourgneuf-enRetz, ville de Fr. (Loire-Inférieure). Burgundia [Coll., Luen:], la Bourgogne, anc. roy., puis duché, puis prov. française, divisée en Burgundia i.werior, Burguxdle DUCATUS, uj. dép. de la a Côte-d'Or, de l'Yonne, de Saône-etLoire et de l'Ain; et en Burgundia superior, Burgundle Comttatus, la FrancheComté, auj. dép. du Doubs, de la Haute-Saône et du Jura.

de la Bresse, fut l'un des 40 premiers de l'Académie française. En 1630 nous avons (Cat. &iluze, n» 3034): Slylus reclus Galliarum olim Salucianis juriclteus, prœscriplus, auctore Petro Granclio. Burgi Sebusianorutn, 1630, in-4. Enfin, en 1633 (Cat. Secousse, n» 5335) L'arc-enCiel de a ville de Maçon, ou entrée d'Henry de Donrbon clans la villc de Maçon, par le P. Casp. Maconnay. Bourg-en-Bresse, 1633, in-ïi. Le Catal. Bulteau (5721, bis) nous donne le nom du second imprimeur de Bourg, qui s'appelait Bris» tôt. Les arrêts du conseil de 1704 et de 1739 laissent à cetie ville un seul imprimeur, lors du et, fait à M. de Sartines Rapport cet im(1764), se nomme primeur établi Jean-Baptiste Besson, arrêt du Conseil du 7 mai 1742. par

Burgundiones [Jorn., Isid. Hisp., Plin.], Burgundu [Amm. Marc], Boupp'vSoi [Zosim.], BoufoOvTs; [Ptol.], peuple de la Germanie septentrionale qui, chassé de son territoire par les Gépides, vint, après de longues pérégrinations, se fixer sur les confins de la Germanie IIe et de la Grande-Scquanaise. Burgijs, Boiirg-sur-Mer, pet. ville de F rance (Gironde) anc. abb. d'Augustins.
de abbatis, Bourg-l'Abbé, village Pithiviers Fr., près (Loiret). Nous connaissons un petit roi. qui porte ce nom de lieu, au 17me siècle, ce qui ne prouve pas qu'une y ait existé, mais permet de supposer imprimerie nomade ou particulière qu une typographie y a fonctionné Pseauquelque temps; il est intitulé mes pour le jour de la Sainte-Cène, en vers. Bourg-l'Abbé, Le Bourgeois, 1676, in-24. Burgus

BURGUS Aicadiu, Bourgachart, bourg et abb. de Normandie (Seine-Inférieure) Aicadrus, saint Achard, fut abbé de Jumièges.
Buugus alatus, voy. Alata CASTRA. Burgus ville de Andeoli, Bourg-St-Andéol, France Andeou BUR(Ardèche). Voy. GUS. existe dans cette ville depuis 1775; L'imprimerie un nommé Guillier fut autorisé à y exercer la profession d'imprimeur, par arrêt du Conseil du 17 décembre de cette année. Nous connaissons de ce tydes séances de l'assemblée pographe Procès-verbal des états dit pays de Vivarais. provinciale BourgSt.-Andéol, Guillier, 1781, in-4. BURGUS ARGENTALIS, Bourg-Argental, ville du Forez (Loire). Burgds Balduini, de Normandie BURGUS Bourg-Baudouin, (Seine-Infér.). pet. comm.

BURGUS Sebusianoruh Bressle, ville de Fr. (Ain). Bourg-en-Bresse, Nous ne pouvons faire remonter plus haut que 1626 l'imprimerie dans cette ville Les epistres d'Oen vers françois, avec des commentaires vide, trad. fort curieux, par Cl. Gaspar Bachet s' de Méziriac à Bourg en Bresse, chez Tainturier, 1" partie 1626, in-8. (Unica pars ista hactenus prodiit. Cat. Bulteau, l'une des gloires littéraires 3738.) Ce Méziriac,

BURGUSdolexsis, Burgidolum, Bourgdieu, Bourdïeu, village du Berri (Cher) anc. abb. de Bénédictins. Biirgus fortis, Borgoforte, pet. ville de l'Etat vénitien, près de Mantouc. BURGUS Laurentu, Borgo-San-Lorenzo, ville d'Italie, près de Florence; patrie de Giotto. Burgus Novus, Borgo-Novo, bourg0 d'Italie (Toscane). Imprimerie au commencementdu xvin" siècle Glistatuti déliasacra veligloncGcrosolimitana le ordinazioni, privilcgi, etc.,per it Baqllno/•'»-. Gio. Batista Spinola. Borgoiiovo, cionico,1710, in-fol. S (Cat. Floncelet Pinelli). Burgus novus, Bourganeuf, pet. ville de la Marche (Creuse). Buhgus Regin.e, Bourg-la-Reine, commune de Fr. (Seine). BURGUS Sti-Angeli, Borgo di San Angelo, dans l'ile de Malte. Burgus Sti-Donwini, Borgo di San Donnino, ville d'Italie, dans le Parmesan. M.Ternauxcite: DizionarioParmigiano-Italiano di llario Peschieri. Borgo di San Dounino, 1736 in-8. Burgus Sti-Edmundi Bury-St-Edmunds, ville d'Angleterre, dans le comté de Sufïblk. Anc.ahb. deCltcaux. L'imprimerie,dit le Suppl. Cotton,fut exercéedans cette ville en 1720.Le plus ancien journal, i'he Bury and NorwichPost, commençaà paraître le11juillet 1782,avec Peter Gcdge, commeéditeur. BURGUS Sti-Sepulchri, Borgo di Santo Se* polcro, pet. ville de Toscane entre Urbino et Florence. Burgus Sessites, Borgo di Sessia; bourg de Lombardie, sur la Sessia. Burgus Teieroaldi, Bourgtheroulde. commune et anc. baronnie de Normandie (Seine-Inférieure). BURGUS VALUS Tari, Borgo di val de Taro; bourg de Toscane, près Plaisance, sur le Taro.

22!)

BURICIANA.

BYRUTHUM

230

Buiuciana, Burcuemium, Burkheim, bourg de Bavière [Graëssc] Buklatum, Burlats, bourg du Haut-Languedoc (Tarn). Burniquellum, Bounnqucl, bourg de Fr. 0 (Aveyron). Buhnoms Mons, Bourmont, |ict. ville de Fr. (Haute-Marne).
Burriio.nium, voy. Blabira.

Borriano Burriana, bourg d'Espagne, prov. de Tolède. Burmdava [Tab. Peut.], Tara (?) [Jornand.], lieu de la Dacie, auj. Rother Thurm en Transylvanie [ForbigerJ. Bursfelda, Bursfeld, abb. de Bénédictins, du dioc. de Mayence, dans la Hesse e rhénane. UnMissale Jlursfcldcnse, secundum consuéludinem ordinisS. Benedicli, de obseruântia Bursfcldensi, fut imprimé dans ce monastère, en 1498, in-fol., par l'imprimeur de Spire, Peter Dracli,qui vint installer une dansl'enceintedu à la requête du' presse Jean Trithème,couvent, célèbre abbé de Spanheim,du mêmeordre; ce rare volumeest cité Jlain. par Burtanga, Burtanger Fort, Bourtawj, chat, de Hollande, dans la prov. de Groningue. (Bisch. et Môll.) ville d'AngleBurtona, Burton-on-Trent, terre, sur les confins du Straffordshirc et du Dcrbyshire. Buscusi ducis, BoscomjcuM, 13USCODUCA, SYLVA ducis, Bindrium, Locus Imperatricis, BUSCIODUCA, Bois-le-Duc (en holl. Herzogenbusch), ville de Hollande, chef. lieu du Brabant sept. On trouve sur les livres Herzogbusch et Hertogenbosch. Gerard Lcempt, de Nimègue,parait avoir introduit la typographiedanscette ville,et c'est à l'année 1484 qu'on doit la faire remonter le premierlivre imprimé avecses caractèresne porte pas son nom liât IS'oeckvanTondalus Vysioen.T'Hertogenbosch, 1484,in-4; en 1487, nous trouvons deux ouvrages qui portent le nomde l'imprimeur Proverbia serfosa theulonice-et latine, Buscôducœ,per Ger. Leempt de Novimagio, 1487,in-4, et Vigenti Prmcepta elegantiarum grammalicalium, Buscoducis, 1487,in-4. A la même époque à peu près, on connaît encore, de cet imprimeur, desLettres d'indulgence du pape Sixte iv, in-4, s. d. Onsait que GerardLeemptfut, avec Nicolas eteK laer, le premier imprimeur d'Utrecht. Busentiacum, Buzençois, Buzançais, ville du Berri (Indre), anc. comté! Bussiacum, Bussy; plusieurs localités de France portent ce nom, entre autres Bussy-le- Châtel (Marne), anc. marquisat et Bussy-lc-Gmnd (Haute-Marne), anc. comté. Bustum MAGNUM, usto-Gi'ande, bourg du B Milanais.

Butavia, Bidon, ville de Prusse. Buthkotum, Bouôjutov [Strah., Ptol.], Butnnto, ville d'Epirfi (pach. de Janina). BiiTitiuMUmbiorum [Plin.J, Boû-piovStrab., [ Ptol.], Putrium [Tab. Peut.], ville de la Gaule Cispadane, auj. Pulazzuolo, bourg près Ravenna, suiv. Manncrt et Forbiger. Butrotus [Liv.], lleuve du Brulium, auj. le Bruciano, suiv. Forbigcr le Buçoiia, suiv. Bisch. etMô'ller. BUTUA, oy. BATIJA. v Butuntum, voy. BrnniiNTUM. Buvinda, voy. Boaxbus. BuviNDUM,CAiir.iNGKOKDiA, Cmïingfwd, ville d'Irlande (prov. Leinster). Buxentum [Liv., Plin.], BoiÇevrov[Ptol. L Pyxus [Plin.], nu&i; [Strab.], ville de la Lucanie, auj. Tolkastro, dans la principauté citer. (Italie). Buxekium Pictonum, Bussiére, bourg de Fr. (Haute-Vienne). Buxeta [P. Diac.], Bussetusi, Busseto, pet. ville de la prov. de Parme, sur l'Ongiha. BUXIIEMII BUXBUXIIEMIIJM, MoNASTERIUM, htirn, bourg et anc. abb- de Bén., en Saxe. Buxium, le Buis, bourg de Fr. (Drôme). Buxium, St-Amund de Boisse, bourg de l'Angoumois, anc. abb. de Bénéd. (Charente) concile en 1170. Buxouum, Buweuil, bourg du Berri (Cher). BlIEZZOBUXONIUM, BEUCINUM, BUCEPHALIA, vium, Butzmu; ville du Mecklemburg. Bdxovilla, Buchsweiler, bourg0 de Fr. (Bas-Rhin). Buxmus, Bossu, Bossut, bourg et anc. baronnie du Hainaut. Buxum, voy. Bojatum, Buxum, Buix-lez-Aurillac, bourg de Fr. (Cantal); anc. abb. de Bénéd. Buzeyuji, Buzay, village .de Bretagne anc. abb. de Cîtéaux, (Loire-Infér.) île et bourg de Borkmn, à la. Byrcitanis, Hollande, dans la mer du Nord. Byrriia, Byhhhus, le Ryenz, rivière du Tyrol (Mannert croit quec'estl'Inn). Byrriia, la Bera, pet. tiv. du haut Languedoc, qui se perd dans l'étang de Sigean. BYRUTnU.M, VOy;BARUTIIUJli

234
Bystricium, Bystrzyca, dans le gouvernement Bïtuonlv, voy. Betiunia. Byzaxtium

BYSTRICIUM.
ville de Russie. de Grodno.

BYZANT1UM.

232

BuÇavTiov etc.], [Plin., Ovid., Lycos Thucyd., etc.], [Plin.], [Hérod., Byzantina ConstantiLygos [Àuson.], i Kowarav-nxoi'ous Cluv.], [Jornand., voùiroXi; [Sozom.], Roma nova [P. Diac], sur Constantinople (Stambiil, Istambol), de l'empire turc. le Bosphore, capitale Un quart de siècle à peine après la prise et le sac de Constantinople par Mahomet II, quand la chrédu désastre, courait aux armes tienté, épouvantée contre les infidèles, quand la papauté poussait à la sainte à coups d'indulgences, ce qui nous a guerre valu toujours quelques-uns des premiers monuments se glissait à petit bruit l'imprimerie typographiques, dans la capitale de l'Islamisme, et des presses dirigées et tenaces y fonctionnaient par des juifs insidieux clandestinement malgré les terribles arrêts de Bajazet II en 1&83, et de son fils Sélim en 1515, qui punissaient de mort les insensés qui osaient vulgariser En 1488, nous apcette invention révolutionnaire. Turchesca), le premier prend Toderini (Letteratura à Constantinople fut un lexique ouvrage imprimé nous n'en connaissons point d'exemhébraïque deux ans après, en 1£i90, nous voyous une plaire Histoire du Peuple de Dieu du R. Joseph Ben Gode 1492 à 1598, on connait un rion (Falkenstein) de livres publiés dans cette nombre considérable tout au moins ville, et le plus important peut-être, le célèbre Pentateuclius, de 1505 le plus rare, est cum Targum, Penlateuclms, Haplilaroth, Mcgilcommentariis. Absolutum unitotli acuariorum versum opus (per Dav. et Sam. filios Nachm.ias), mense nisan, anno orbis conditi 5265 (Christi 1505), Gr. in-4. in urbe magna Constantinopolis. de cette ville, Parmi les premiers imprimeurs un juif d'Italie, que n'oublions pas de mentionner nous avons déjà cité (voy. Bahcoji), Rabbi Gcrsoiu, (ils de Rabbi Moïse de Soncino, le premier imprimeur hébreu de l'Italie, qui alla avec tout son madans les premières tériel s'établir à Constantinople, années du xvte siècle, et y mourut en 1530. du xvue siècle, nous dit Au commenceineut M. V. Didot, le moine Nicodème Metaxas, de Céphalonie, secondé par le patriarche Cyrille Luckaris, essaya d'établir une imprimerie grecque avec des caractères qui provenaient probablement d'Angleterre; le premier livre qui sortit de cette imprimerie est un recueil cont. 1° le traité contre les juifs du 2° les homélies de l'évêque de patriarche Cyrille il est imprimé en 1627, in-4, et dans sa préCylhère; face Nicolas Metaxas nous apprend que c'est bien là le premier livre sorti de cette imprimerie établie par ses soins sous la protection du patriarche deConstanmais les jésuites reconnurent bientôt que, tinople à propager protégé par les Anglais, Cyrille cherchait les idées protestantes; ils usèrent donc de toute leur inses efforts et y réussirent. fluence pour paralyser

de Bajazet et Après avoir eu à subir les persécutions c'en de Sélim, avoir encore affaire aux jésuites, était trop: l'imprimerie pour un siècle. disparait En 1698 (Falkensteinl, une presse arménienne, expédiée de Venise, est introduite à Constantinople, mais est immédiatement brisée par les janissaires; faitqui ne nous parait pas du reste d'une authenticité et les rigoureuse. Cependant, malgré les janissaires jésuites, l'imprimerie a subsisté quelque part à Constantinople, car nous trouvons des livres à toutes les dates la Biblioth. imper, de Paris possède un vol. de la nouvelle impride 1705 « à Constantinople, merie du sous-diacre Grégoire de Marsouan;» un autre en 1712, « de Pimprim. du S'. Karobiet, fils » d'Asrouad-Sater. Ce n'est qu'au xvme siècle que nous voyons le turc non pas prendre l'initiative, mais gouvernement au moins permettre l'établissement d'une imprimerie arabe, persane et turque dont il favorisera les Nous emprunterons développements. quelques détails à ce sujet au 7e volume de l'Histoire ottomane du baron de Hammcr. Le fils de Méhémet-Eflendi, qui avait accompagné son père en France lors de son ambassade auprès du régent, avait été vivement frappé des merveilles de la civilisation occidentale et de son principal instruDe retour il Constantinople. ment, -l'imprimerie. Saïd-Effendi obtint du sultan l'autorisation, jussi obstinément refusée, s'associa avec un requ'alors négat hongrois, qui s'appelait Ibrahim, fit graver des caractères, organiser un matériel, forma des comfonctionna à Constanpositeurs, et une imprimerie tinople à la lumière éclatante du soleil d'Orient. La liste complète des ouvrages qui sont sortis de cette imprimerie pendant le siècle dernier est donnée par M. de Hammer. Un grand nombre est consacré à la grammaire et à la lexicologie des langues orienà l'histoire, d'autres à la métales quelques-uns taphysique et aux sciences exactes; jamais le Koran le Koran est la ne fut imprimé à Constantinople parole divine révélée aux hommes, et la parole de Dieu ne peut être soumise à un travail mécanique; telle est la foi des vrais croyants. du xvni" siècle, il s'était Depuis le commencement à formé une imprimerie française à Constantinople, laquelle on doit la Grammaire turque du jésuite Holderman. En 1787, le comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur de France, installait une imprimerie particulière au palais même de l'ambassade; ce fut là que furent publiés les Eléments de la langue turque, Vernipar le père Viguier, et en 1795 l'ambassadeur nac y fonda une Gazette française, qui eut quelques numéros seulement. Nous avons vu des livres français imprimés avant l'établissement des presses officiellement reconnues; on en trouve jusqu'à nos jours la langue franà Constantinople, çaise a toujours été prédominante et le premier journal établi dans cette capitale fut le moniteur imprimé en français et en turc Ottoman; il devait être reproduit en grec et en arménien et paraitre une fois par semaine un journal chez les Turcs! c'était la révolution au sérail 1 la Turquie devenait puissance européenne.

0

Cabai.i.icus Dly.atus, Cabam.iacensis le Chu biais des (Ciablesc) prov. chef-lieu Thonon. sardes, Cahai.u?>i'm, CaBANESIUM, Chabmioys, anc. princip. Vendosme, XVIe S. Cahaiinms insui.a, voy. Cabillontm.

ageh, États

CaBANASIOI, Chabanais, (Charente). de prince ile de

CrtAHANËSII.'JI de bourg lï., de Jacques au Chabanais, (Cycladcs).

Paros

Gabeua, CA.BEUAr.uM, Cabuacoi Chabliè, ville de Fr. (Yonne). Un imprimeur nomade passe par une pelile ville il s'y plaît, y fait séjour, y est menu quelques aitnées par une municipalité ou quelque intelligente il y publie à de longs intercongrégation zélée; valles deux ou trois ouvrages peut-être eu part, y revient, enfin la quitte pour n'y plus revenir, emavec lui son matériel, sans laisser d'élevés, portant sans former de succursales, et avec lui disparait à tout jamais t'art dont il s'était fait le promoteur telle est l'histoire de l'imprimerie a Chablis, et dans une foule de localités de cette importance. Pierre l.erouge, sur la biographie duquel on ne sait absolument rien, imprime à Chablis, en 1Ù78, un vol. intitulé Le liwe (les bonnes meurs faict et compost) par frère Jacques Legranl, religieux de l'ordre des Augustin». A la fin A Chablis Pur Pierre le premier iour dauril lait moy Lcromje, de grâce mil cccr.LXXviij, in-fol. goth. de 51 ff. non chiffres, à 2 col. de 39 I., sign. a giiii (à la Biblioth. impér.). d'un imprimeur C'est, dit le Manuel, l'ouvrage peu exercé, car les signatures sont tantôt au bas et des parfois au haut des feuillets, et la justification colonnes est Si imparfaite qu'au premier coup (l'œil être des vers; les les lignes inégales paraissent titres des chapitres sont imprimés en lettres rouges Le livre devait être orné de pl. gr. sur b. qui n'ont pas été faites et la place est restée en blanc. La Biblioth. impér. possède encore, imprimé sur vélin, le second ouvrage connu sorti des presses de Pierre Lerouge; c'est un lireviarium Antissiodorense Anno Dfii comptetum xxiiij. die Aprilis. mille enec" Lxxxiij. Impressûqz Chableys in ilomo Pétri Lerouge, pet, in-8, goth. de la Biblioth. impér., qui vient des l.'exempl. jésuites de Clermont, est divisé en deux volumes. Il un exempl. à la bibliothèque en existe également d'Auxcrre. Cette même année Id83, parait à Troyes, imprimé

avec les caractères mais ne du même imprimeur, ponant pas son nom, le M issale Treccnse, qui est le premier livre imprimé dans cette ville. En 1<i87 (et non pas en I486 commele dit M. Corrard de Bréban) Pierre Lerouge s'établit à Paris, et en 1&88 il y donne la première édition de ta Mer îles Histoires oii il prend le litre de libraire et d'imprimeur (lu roy. En 1489, et non pas en 1M0 comme le ditM.Corrard do Bréban, les sermons de Maurice (de Sully), é\éque de Paris, sont publiés à Chablis, mais par suivant Les Guillaume Lerouge et sous le titre des cuangillcs en françoys. A la fin du Expositions r° du dernier f. Cy pni.st les etvposilions des || euùgilles en fràçois iviprimees a || Chablis p Gitillaume Le Ilougc Im H primeur tan mil. cccc. auatft Puis la ire vingt et neuf, le xvni iour\\doclobre. de l'imprimeur marque in-lnl. golh. de fiO ff. 1! à col. de 30 lig. non ch., sign. a h. Celte description, communiquée par M. Potier à M. Brunet, est d'une grande exaclitude. En 1/i9l Pierre Lerouge est encore Paris, où nous le voyons donner Ilore béate Ma || rie. Virginis ad || vsvm ccclcsie || lloma || ne. Qui en veult auoir on en treuue A très grant marche et bon pris A la Hose en rue neuiie De Mostre damede Paris. Au v° du dern. f., avec la marque de Pierre Lede laquelle il résulte rouge, on lit la souscription, que ce typographe le volume pour Vinimprimait cent Couimin. Voilà les seuls documents que nous ayons pu réunir sur Pierre Lcrouge. Quels liens de pareille l'attachaient à Guillaume Lerouge, qui imprime en même temps à Troyes et à Chablis? ù Nicolas l.erouge, qui reste dans la première de ces villes? Oii et quand cst-il mort? Qu'est devenu sou atelier tyde Chablis ? voila ce que nous déclapographique rons ignorer. Kaësxxûi» Cabellio [ïab. Peut., Plin.l, Gabh.ona [Ptol.], KttgffXXîuv [Strab.], Civitas Cabki.licoiu'si Rav.], [Goo. [Nol. ville des dans la NarGall.|, Cavarcs, ville de France bonaise, auj. Cavaillon, abb. de Béncd. (Vaucluse) CABENN.S, VOy. ClïHENNA. Caiullonum Anton., [Cies. Itin. Peut.], Cabm.lon'l's [Aniin. Jlarc.j. eûXXivov [Ptol.], KaêuXXÏ'.cv [Strall.'j, vii.i.onlm, Cavklose [Gesta reg. Tab. KaCaFr.j,

235

CABILONENSIS PAGUS.

CADOMUM.

230

Cabalaunum Palatium [Diplom. Lud. Pii], anc. ville des vEdui, dans Orbandale, la Gaule Lyonn., auj. Chalon-sur-Saône, ville de Fr. (Saône-et-Loire). Nous ne pouvons, malgré de consciencieuses recherches, faire remonter plus haut qu'à l'année 1604 la date de l'introduction de la typographie dans la ville de Châlon. Voici le titre du premier volume imprimé à cette date: Privilèges octroyés aux maires, de la ville et cité échevins, bourgeois et habitants de Chalon-sur-Saône, par les anciens roys de France et ducs de Bourgongnc. enrichis de notes et remarques. B. Durand).(par Chàlon, par J. Des- Prez, 1604, in-4. Parmi les imprimeurs suivants nous ne citerons que Léonard Berthault, Philippe Tan et Antoine Lespinasse, qui imprime la Petite Varlope en vers Pierre Cusset, dont le nom figure fréburlesques au bas des livres, n'était, croyons-nous, quemment que libraire-éditeur. Les arrêts du conseil du 21 juillet 1704 et du 31 mars 1739, qui fixent le nombre des imprimeurs dans toutes les villes du royaume, n'en autorisent aussi qu'un seul dans la ville de Chalon-sur-Saône en 176(i le rapport fait à M. de Sartines ne signale Claude Dessaint, né a Maçon, établi libraire deque puis 1719, imprimeur depuis 1722. C.ABH.ONENSIS 1 [Frédég.], Saône. GaBILONEKSIS AGEP. PA&US le territoire de Chàlon-surdu

Cahillacum, Catelliacdm, Cadillac, bourg c de Fr. (Gironde). Le duc d'Épernon, à l'époque de sa toute-puissance en Guyenne, avait son château à Cadillac, et ce fut là qu'il établit une imprimerie particulière. Voici le titre d'une pièce qui sortit de cet atelier tyfort peu connu pographique Jlêponse de Mgr lc duc d'Ëpernon à la lettre du parlement de Bordu second d'auril mdcxlix. deaux, Cadillac, par l'imprimerie de Mgr le duc d'Espernon, 1649, in-4. Caimiea, voy. Tiieb.e. ville maritime de Fr.

Cadocuh, (Somme).

Cayeux,

Cadolajcum, Caduliacum, Ghaalis, Chdlis, village de Fr. (Oise); anc. abb. de Cit., fondée en 1136.
de [Cluv.], Caen, ville Cadomus, Fr. (Calvados). Jacques Durandas et Gilles Quijoue, artistes passagers et ambulants (c'est ainsi que les appelle l'abbé de La Rue, dans ses Nom), lissais Mst. sur la ville de Caen, tom. Il, p. 340), imprimèrent en cette ville en 1480. L'université fondée en 1430 par le roi Henri VI d'Angleterre était alors en pleine ses régents, poussés par un mobile, trop prospérité rare à cette époque, l'amour des saines études et le culte des monuments les plus purs de la haute littérature classique, attirèrent dans leurs murs ces deux imprimeurs qui peut-être sortaient de l'atelier typofondé à Rouen à peu près à la même graphique les frères [.allemand, époque par et dirigé par le célèbre Martin IJorin; ils lui demandèrent une édition du plus grand des poëtes latins, Horace, monument précieux, qui reste un des titres de gloire de la ville de Caen, puisque cette édition est la première que l'on ait faite en France du poète d'Auguste Incipimu Epistote Horatil fi lipislola ad JUecenatcm. (Au recto du dernier f.) Finis. Impressum Cadomi per magislios Jacobum Vurandas et EgidiTi qui ioue Anuo Domini || Millesimo guadringentesimo octogesimo die mensc Junio vero sexla ejusdem mensis. Pet. in-4, goth., 40 ff. à 20 lign, par page; sign. A. E. Les lignes sont bien espacées, le caractère grand, élégant et fort ïiqt, l'encre très-noire. de la Bibliothèque L'exemplaire sur impériale, de la collection papier, vient celui de llibbert; lord Spencer est sur vélin; malheureusement il a été réduit à la grandeur d'un in-8 par le couteau il provient de la collection sacrilége d'un relieur; un troisième exemplaire existe en AngleFarmer; terre dans la bibliothèque du comte de Pembroke. Celivre est le premier livre imprimé en Normandie avec une date certaine. Que devinrent ses imprimeurs ? voilà ce que les recherches les plus minutieuses n'ont pu faire découvrir à M. Frère, qui ne peut même signaler aucun autre ouvrage portant leur nom. Maittaire et Panzer citent un certain nombre d'ouvrages à Caen au commencement imprimés du xvte siècle. Nous signalerons un traité de Gersou M. Brunet a omis Joannis que Gersonii Tractatns de virtutibus el vitiis. A la fin A Caen, par Michel Angier pour Jean Macè, libraire, démoliront à Hennés, et pour lltchard M ad, libraire en l'Université de Caen, démoliront à Rouen, mdii, in-fol. « Michel Angier demeurait à Caen, dit M. Frère, ad intersignium montis sancti Alictiaelis archangcli juxta Cordigeros. » Etait-il imprimeur ou seulement t libraire? la souscription du traité de Gerson semble mais sur quelindiquer qu'il imprimait lui-même ques autres volumes le contraire paraît plus probable. Le volume que nous citons est le premier que l'on connaisse portant son nom, et le dernier est Cadomum

Caiiiomagum, Cabaignac, guedoc (Aude).

bourg

Lan-

Cauhehia, Cabrières, bourg du bas Languedoc (Hérault), dont les habitants, soi-disant hérétiques, furent massacrés en 4540.
Cabvle Amm. KagùXr, [Eutrop., Marc], KaXûêïi [Strab.], Calybe [Polyb.], [Sext. ville du N.-O. de la Thrace, Ruf.], sur le Tunauj. Galowitza (Chalil-Ovasi) en Roumélie dscha, [Forbiger].

Caciientum PALATIUM, CATICANTUM [Mand. Phil. Caciiamp Pulchri, a. 1305), [Ordin. Joh. a. reg. Cachan, Cachant, 1356], de l'Ile-de-France pet. village (Seine). Cacyrum, de l'O. Cadacherium, logne. Cadanum, Cadavus, lice). Catiburgum, niandie Cahenacum, Kâxuppv [Ptol.], de la Sicile, dans Cadagnes, Kaaden, Cadavo, Kaden, bourg sur Cassaro, bourg le val di JNoto. bourg ville de Cata-

de Bohème. (Gade Nor-

d'Espagne la côte de Fr.

Cabourg, (Calvados). Cademc,

bourg

(Lot).

Cadenetdm, Cadenet, bourg anc. vicomte (Vaucluse).

de Provence,

Caderosstum, Caderousse, ville de France (Vaucluse); anc. abb. de filles Bénédictines et titre de duché.
Camanum [Itin. de la Véhétie Hier.], [Forbigcr]. Caldiero, bourg

237

CADORINUS AGER.

C.'ERE.

238

date de 1545; il mourut vers 15GG, après avoir les fonctions d'écherempli, deux ans auparavant, vin. Le volume suivant est intéressant à cause de sa souscription.. C'est le Grâl Counumier du pays et duché dc Normandie. A la fin NouueUement imprime à Caen par iMUrens Ilostinque demourant audit licu deuanl la tour aux iMtuloys. Pour Michel Anqier libraire et relieur de luniversilé d\td' Caen clemouràt attW lieu près te pSl Saincl Pierre. et ont este acliettez. Lan de grace mil cinq cens et dix. le xxviii iour dapuril. In-fol. goth. 210 (I. à 1. lign. Comme spécimen de l'imprimerie de Mich. Angier associé à Jean Macé, nous citerons Baptiste Mantuant poète Xtianissimi Mariana. parthenice Midi. Angier et Joannis Slace librar. Impensis uniuers. Cadomensis. Caclomi s. d. et Impression s. n., in-8. Parmi les typographes nous ne voupostérieurs tons citer que les Mangeant, au xvnc s., bien connus des bibliophiles, et Jean Cavelier, l'imprimeur de Moysant de Brieux. Les arrêts du conseil de 1704 et de 1739, qui fixent le nombre des imprimeurs autorisés dans chacune des villes du royaume, en accordent quatre à la ville de Caen et en 1704, le Rapp. Sartincs signale sept libraires conformément aux arrêts précités, et, Jean Poisson, Pierre-Jacques quatre imprimeurs Yvon, Jean-Claude Pyron et Pierre Cbalopin. Caiiorinus ac.er, de Cadore, dans territoire Cadorino, II le pays vénitien.

Cadrius Mons, Palatiuh in aguo Lemovicino, Les Cars, village près Limoges (Haute-Vienne), d'après Mabillon. Cadhotium, Caitdrot, bourg de France (Gironde).
Castrum CaCadummum, CAiiurmuM, Plems, Pieve di Cadore, ville du pays védore, sur la Piave. nitien, L'illustre famille des Vecelli était originaire de cette ville; sans compter le'grand Tiziano, son frère et leur parent, Titien Vecelli de Cadore, le Cesare, de ce nom poète et l'orateur, plusieurs imprimeurs ont acquis une certaine nous citerons notoriété Andréas Vccellius Cadubriensis et JohanncsVecellius à Venise au XVIIe siècle Cadorinus, qui imprimaient de 1672 à 1706; nous avons encore à Padoue il Cadodecette rino, l'un des bons imprimeurs époque de décadence typographique. Cadouin, Caduinum, anc. (Dordogne); Caduppa VILLA [Ch. bourg ahh. de du Cit. Périgord

[anc. chron.], Caors, Cahors, ville de Fr. (Lot). Le premier imprimeur de cette ville s'appelle Jacques Rousseau,et le premier livre sorti de ses pressesque nouspuissionsciter est datéde 1585 il est intitulé Discoursde if. AntoyneVepeyrusse, juge et lieutenant général en la sèncschaucèede Qucrcy, sur l'Edict du Roy, contenant la réunion de sessubjects à la Religioncatholique,apostolique et romaine. Caors,parJ. Rousseau, 1585,in-8. (A la Bibl.impér.) fait imprimer en 1587, Le mêmeAnt. Depeyrusse contre toujourspar JacquesRousseau,une Apologie les réformés. En 1586nous avons Discoursdes chosesmémorables advenues à Caors et pals de Qercy enl'an mccccxxviii. lîxtraictdcs Annalesconsulaires dudit Caors.ln-d. CeJacquesRousseau un filsqui lui succédaet eut que nous trouvons au xvno s. imprimer concurremmentavecJean il'Alvy,1613-lOMi. Au Happ.Sartines, conformémentaux arrêts du conseildu 21 juillet 1704et du 31mars 1739,nous trouvonsenl76ti un seul imprimeurà Cahors, FrançoisRichard,pourvupar arrêt du conseildu 29octobre 1746,à la têtede trois presses. C.'Kcilia Castra [Plin.], KaixiXîa reu.sUivov [Ptol.], CASTRACiïlica [Itin. Anton.], Caceres, ville d'Espagne (Estramadure), fondée par le consul Q. Cïccilius Aletellus. C/elanum, Celanum. Celcmo, ville du pays napolitain, dans l'Ahruzze ultér. 11°. GiELiANini [Itin. Anton.], Ceglie, bourg d'Italie, dans la Basilicate. CiELius [Tab. Peut.], C.iïuus Mons [Il.in. Anton.], localite de Vindélicic, auj. Kelhmànz, bourg de Bavière, dans ic cercle du haut Danube; ou, suiv. d'autres geogr., Tùrkheim, bourg du mémo cercle. KotivuiTro). C/1ÏNE,Kaivvî [Ptol.], C.-ENEPOL1S, [Procop.], Towaçov [Hérod., Ptol.], T.*> NAiiusi [Plin.], ville de la Laconie, auj. Kaihwares, suiv. Bisch. et Môller. Cjenomani, voy. Cenomani. C-iînus, Kawo's [Ptol.], riv. de la Gaule Narbon., près d'Aix, auj. l'Arc, qui se perd dans l'étang de Berre. C.fiNvs Prom., Kaïvu; [Strab.] cap. du Bruttium, auj. Capo di Cavallo, suiv. Manncrt; et Coda di Volpe, suiv. d'autres géographes. Katwiava [Ptol.], ville de LusitaC/EPIANA, nie, chez les Celtici, auj. Cezimbra [Forbiger]. CiERE[Plin.], Kaïps[Ptol.], Kaipsa [Strab.], Agylla [Plin.], Agylltna unes [Virg.J, ville d'Etrui'ic, auj. Cmetere ou Cervetri, pet. ville de l'Italie (Toscane). Voy. Canina, Bescr. di Cerc antica. Rome. 1838, in-4.

Lud. Catusiacum pii] Cabossa, Chaource, [lt. Ant.], bourg près villa donnée Troycs (Aube) parCliarles le Chauve à l'abb. de S. -Denis par une charte de 867 [Félibien].

Cadurcensis PAGUS CATORCINUS pagus [Frédég.J, le Kiersi (au ix° s.), le Cahorcin, le Quemj, anc. prov. de France; forme auj. presque entièrement les dép. du Lot et de Tarn-ct-Garonne. Cadurci [Cocs.], KaSoûfxoiStrab., Ptol.], [ peuple de la Gaule Aquitaine.
Cadurcum [Coll.], Aoûxcva TPtol.] Civitas Cadurcoruii Divona [Auson.], Bibona [Tab. [Mot. Prov.], Awyîuvx Peut.], Cuoiirs

239 9
CjEHETANUS AMNIS [Plin.], fl. d'Etrurle, pet. auj. dans la Méditerranée. C.esaraugusta oâfeia duba

C^ERETÀNUS AMNIS.
CiRITIS l'Eri; se AMNIS, jette KaiSaldans Sara-

CESENA.

240

Ttin. Anton.], [Pljn., Aù-yoûora [Strab., Ptol.|, anc. ville des Edetani, [Plin.],

l'Espagne Tarrac., auj Zaragoza, gosse, cap. de l'Aragon. Les bibliographes sont tous, ou peu s'en faut, d'accord sur l'histoire de la typographie à Saragosse. C'est en 1475, le 15 octobre, qu'un imprimeur llanom de Mathieu, mit au jour un pet. inmand, du fol., considéré jusqu'à présent comme le début de la typographie dans la capitale de l'Aragon « Es ima de las rarisimas ediciones de Esparia, dit Moulez. Voici le titre exact de cet incunable Manipulcs ccratorusi. Incipit llanipulus curatorum a Guidone de Monteroteri composilus (Guy de sacre theologie professore. Suit une Montrocher) dédicace de l'auteur à D. Raymond, évoque de Valence, datée de Turolli (Teruel), l'an 1333. A la fin Explicil tHanipuliis curatorum. liais. Marie. Filins. Clero et populo iinpressio perutilis utriusqve industria ope sed Mattliei Fland' felici lermino clausa est Aragoncnsium regia in urbe Cesaratiijusla XV octobris anno salutis millesimo quadrïgentesimo sepluagesinio quinto. Le vol. forme un pet. in-fol. ou un grand in-4 (Mendez), à longues lignes, en lettres de forme itetra de lortis) très-nettes, les capit. et tourneures [calderillas) laissées en blanc et rubriquées à la main. On ne connaît rien autre chose de ce typographe .Mathieu Je Flamand, à moins que l'on n'accepte la de .Née de la Rochelle [Rech. sur latyp. suggestion en Espagne, p. 18) « Ce Mathœus Flander, dit-il, est peut-être le même que Mathieu Vendrell; qui1 l'on regarde comme un honnête marchand et des plus anciens libraires d'Espagne, ayant fait faire des éditions à ses frais à Gironne en 1480, à Barcelone en 1484. o Née de la Rochelle veut dire à Gironc, 1483, mais sa supposition n'est pas inadmissible, et la première syllabe ven ou va» du nom de cet honnête marchand indique volontiers une origine flamande ou hollandaise. Le second imprimeur de Saragosse est Paul Hurus de Constance mais nous trouvons à la même époque Jean Hurus, ce qui peut nous faire supposer deux frères établis simultanément à Saragosse. Cependant le premier livre sur lequel nous relevions le nom de Pablo lluius de Constancia n'est daté que de 1485; c'est un recueil des Epitres et Evangiles en portunous trouvons gais et dans l'intervalle dans Mendez. la description de cinq volumes imprimés sans porter de nom de typographe, dont le plus important est el Libro de la déclaration de la misa, daté du 10 juin 1478. En 1494 Paul Ilurus donne un Jolian Bocacio de || las mugeres Mus || (ces en romàce. En 1496 nous trouvons un nouveau nom d'impriet libraire, meur,1 mais peut-être n'est-il qu'éditeur car nous lisons seulement au bas des Epistolas de Seneca publiées à cette date à Saragosse Empremidas. à instaiicia y expensas de Juan Thomas Favario de Lumelo del contado de Paria. Enfin, en 1500, trois ouvriers allemands associés établissent une nouvelle typographie; ils signent: George Coci, Leonardo Bùtz, y Lupo Appentegger, Atemanes. Un livre spécial a été consacré à l'histoire de dans cette ville la imprenta en Zaral'imprimerie sobre la imprenia goza, coti nolicias preliminares en general. Su autor D. Jcronimo Jlorao. Zaragoza', impr. y lib. de V. Andrés. 18B0, in-8. C-ESAKEA BOJOHTM, /El.lA Ft.AVIA C-ESARKA,

Kôsching, Kôtzing, bourg de Bavière, dans le cercle du bas Danube. Cjesarea Insula [Itin. marit.] Jersey (Giersê, au xe s.), ile anglaise, sur la cote 0. de France. C-ïRAREALUÏHA[Cuil.], CeSARO-LuTIIËRA, Kaisers-Lautem, ville forte de la Bavière Rhénane, au N.-O. de Spire. Cjîsareanusi., -SZ-Cére,bourg de Fr. (Lot). C-esareopolis Kaismmi; Kiiisersmark ville de la haute Hongrie. C.fiSARiANA [Itin. Anton.], Ckseklxa [Tah. Peut.], Qusalnuov.a, sur le Negi'o, 'dans la Basilicate. C.'Esaris Bl-rgus, C-esarobl-rgus Caiiobuugum, Cherbourg, ville et port maritime de Fr. (Manche). Suiv. Sanson et Heich. ce serait l'anc. Coriauxji des Tah. de Peutinger, d'où Coriovai.lkxsis Pagcs; on trouve au xm° s. Chie.rebourc. C'est à l'année 168I| que nous faisons remonter l'imprimeriedanscette ville nous trouvonsà cette date un PI'ocessionaleConstanciense(à l'usagede Contanccs) mprimépar Guillaume i Cossin,iii-d. L'imprimeriefut suppriméepresqueaussitôt son introduction à Cherbourg,car nous ne après trouvons plus de nom de typographeaprès 1739, et cette ville ne figure ni auxarrêts du conseilde 170» et de 1739,ni au Rapp.Sartines. (i.iîSARis Lnscla [Luen.j, Kaysekswertiia, Kaisersicevth, ville de Prusse, dans la prov. de Dûsseldorlï. &ESAHJS MOXS, CaISSERVEKS (au XIIIe S.}. Kaisersberg, ville d'Alsace (Haut-Rhin). Cjssarjs Phjetoril'm, voy. ForumTiberii. CdïSARom;xL'.M, voy. Tritoxus. CiSAROMAGUs, voy. Bellovaclwi. C.BSAROMAGUS BAROilACUS [C.CO. Rav.], ville des Trinobantes [Tab. Peut.], dans la Britaxxia homaxa, auj. Chelmsford, ville d'Angleterre (comté d'Essex), suiv. Burton et Camden. Un journal, the Chelmsford Chroniclc parut danscette ville en 1730 the Elegiac tears du llév. Dr Cottony furent imprimés en 1760,et une Histoire d'Essex y parut en 6 vol. in-8, en 1709-72. (Cotton's Suppl.) C--FSAROTIUM, GlSOBTH'M. VOy. Osen-a [Cic., Plin.], CESENA[It. Hier.], Kaiar.m [Strab.], Kataavx [Ptol.l, CeSIXA, Sesexa [Geo. Rav.], ville de la Gaule Cispadane, auj. Cesena, dans la dclés. 1. deRavenne. Imprimerieen 1525, suiv. Falkenstein Voicile volumecité par Panzer de Contractibusstimmatim versibus etegis edilus libellas, opus fere divinumnon sulum notariis, sed ctiam cupidis legum tyrunculis pernecessarium, quum breui peripdi periodo institutionum lerminos complecfatur In-

241

OŒTOBRIX.

CALARIS.

242

Tiberlo sacrarum Icgum terprete d. Polydamante doctore, et cum indice tolius operis examussivi Carmen ad seribant. castigato. Que te scire decet referente Scriba libellum cre tibi. JJnnceme qui partie uenditur A la fin Impressum Ccsene per Amadeum et eju5 socios anno Dûi mdxxv. Quarto kalê decembris felicissimo Clemente summo pontifice septiino iinperante, in-îi. Catobriga Cjëtobmx, KaiToêpi^ [Ptol.], [Itin. ville Cetokriga Anton.], [Anon. Rav.], Séde la côte 0. de la Lusitanie, auj. tuval ou Sétubal, ville et port de Portugal (Estramadure). Ni Panzer, ni Falkenstein, aucun bibliographe espagnol ni portugais, lie citent cette ville parmi à celles qui ont joui des bénéfices de la typographie M. Teruaux seul a la gloire une époque reculée d'avoir trouvé un livre Unprimé à Sétubal en 1509 (la militar ordem de S. lago. Hegra e cslatutos Sétubal, 1509, in-fol. M. Teriiaux ne cite malheureusement pas la source oii il a puisé ce renseignement: de M. Ribeiro dos Santos, qui peut-être provient-il a publié un mémoire sur la typographie portugaise, a omis dans sa table et que nous n'aque Al. Brunet vons pu nous procurer.

Caii Maiui acer, Camaria, la Camargue, grande ile située dans le Delta, du Rhône. Caino, voy. CiiiNONiuu
Cajaiicum, Cajeta Cajarc, bourg du Quercy (Lot). Kaiâra Jornand.], [Virg., Sil., Gaietta, Gaèta, Kan-TT, [Diod.], [Strab.], nade la Terra di Lavoro, ville prov. du roy. d'Italie. polit. Maittaire en 1487, suiv. Falkenstein. Imprimerie ni Panzer, non plus qu'Ilaym, ne citent de livre imen cette année ù Gaëte. Voici le litre du voprimé Forlume tel que nous le donnent Ilaym et Brunet et responsive. mnlario rli epistole vulgarcmissive lMiidini citadino di Ficomposio per Cristoplwro l'ormurenze. A la fin, après le registre Explicil larto de Jipistole missive e responsiue et altri /iori netla aima et inde ornali parlamenti. Imprcsso clyta cita de Gayeta permi. A. F. mcccclxxxvh, pet. in-4. Ces lettres initiales A. F. désignent l'Allemand André Fritag qui, après avoir essayé cle l'impeut-être primerie dans cette ville, où il n'exécuta 1491. Rome vers que ce volume, alla s'établira un nouvel L'année suivante, imprimeur, 1488, initié aux secrets de l'art nouveau probablement citent tous les par Fritag, publie nn volume que de S. c'est FA Uialogo Gregorio bibliographes, Lupcr maistro papa traita del latino lit vutgar vita de S. Gregorio. con la nurdo da Udene. in Gajeta per maistro Justo. M cccc octauto impresso octo. xxnil de marzo, in-fol. CAJETANUS SINUS, Gaèta. Golfodi Ca/oikinum, du gouv. x.o'Xtto; K».tâ-a; [Strab.] ville russe

Kieidani, de Wilna.

Keidani,

Villa Caijïksis [Id.], Cala Tur.], [Greg. Cei.lje An Rob. Kala Reg.], [Prœccpta Chelles-Ste-BeauMvtkonam, Chelles, de Fr. thour, bourg (Seine-et-Marne); conabb. de Bénéd. une. et célèbre cile en 1008.

Calabona [Plin.], Tribugena, ville de la Bétique (Andalousie). Calabhi [Hor.], KaXaëfoî[Strab.], Salentini SaXe-mw [Strab., Ptol.], [Jornand.], peuple de l'Italie méridionale. Calabria [Tac, Plin., Horat., etc.], KaXaëpîa [Strab., Ptol.], anc. iMessapu, Meorairia [Polyb., Stl'ab.], Meoama[Steph.|, j, faisant prov. de l'Italie meridionale, partie de l'anc. Iapyoia; forme auj. trois provinces napolit. du roy. d'Italie, la Calabria dira, la Calabria ultra, I et Il. CaLACTA [Cic], KaXâxra [Ptol.l, Calactiî 'Axni [Diod.], Caronia, [Sil. ltal.], KœXYi bourg de Sicile, dans le val di Demona. Cai.adijnum [Itin. Anton.] KaXoéScuvcv [Ptol.], ville de l'Espagne Tarrac., auj. M)'fl«de//a(Traz-os-Montes), su i v.Bisch et Môll., ou Fuente Canada, suiv. Kiir· biger. Cal/egia, voy. Hala. Calagorris, Guzères, pet. ville de France (Haute-Garonne). Imprimerie en 1703,si l'on en croit le 1KCotton, qui ne cite aucun fait à l'appui de cette assertion, dont nous contestons l'exactitude jusqu'à preuve contraire; peut-être a-t-il voulu parler de la ville espagllolede Caceres. (Voy.Cœcilia CASTRA.) Calagum [Tab. Peut.], localité de la Gaule Lyonnaise IVe, auj. CItailli, Chailly, bourg du Gàtinais (Seine-ct-.Marne). CaLAGUMS FlHL'LAIlli.NSIS [Plill., CiïS.], Ville des llergetcs dans l'Espagne Tarrac, auj. Loharre, en Aragon, au N.-O. d'Huesca (tt Fibularum opificio, P. de îlarca). Calagurkis [O.S., Liv.], KaXâ-ycjjt; Strab.], [ KaXafopïva[Ptol.], Galagimira [Itin. AnGalaguhis Julia [Insc], ton.], Mu.nicumum Calahoura [Cell.], ville de l'Hispaniu Tarrac., auj. Galahorra, ville de la dans la prov. de Soria. Vieille-Castille, Calamjë, K.aXx[i.ai Polyb.], bourg de la [ Thessalie, auj. Kalami [Pouqueville]. Galami, Chaumes, bourg de Fr. (Yonne); anc. abb. de Bénéd. du dioc. de Sens. Calancorum, voy. Gorlitium. Caiulis Tab. Calaris [Itin. Anton. Carala Peut.], [Jornand.], Kot^aXt; [Strab.], k«PolXXh [Ptol.], KâpvaXi;[Pausan.], Carales [Liy.], Cagliari (daller en csp.), cap. de l'île de Sardaigne. Nous pouvons faire remonter à 1557 la date de et l'imprimerie Il Cagliari, cette date nous est fournie par Melzi(I)ict.des Anon.et Pseucl, III, 200) Lavilla et la morte et passione de sanctu Gavittu, l'rolhu et Januariu, s. I., mais impr. à Cagliari,

243

CALAROGA.

CALESCUM.

244

l'anu de sa incarnatione m dlvii, in-12. Pietro Martini, dans sa Biogr. sarcla, prouve que ce livre est d'Antonio Cano, archev. de Sassari, et qu'il fut imprimé ù Cagliari. En 1574, le ilunuel (voy. au mot Fobtonatl's) nous fournit le nom du premier imprimeur de Cail s'appelle Sembeninus Salodiensis. gliari En 1576 nous trouvons du même imprimeur Decada de la Passion de nvestro lesv Bedemptor otra obra. Cliristoicon eompvesta pur el illustrissimo senor Don Juan Coloma. Visorrey y caen este reyno de pilan gênerai por su Magestad Cardefla.– En Caller, mdlxxvi, SemporVinccnsio der Reuerendo docior Nicolas benino, Impressor .Caflyellas, canonigo y vicario gênerai de la iglesia de Caller, in-8 de 172 ff. Comme état de l'imprimerie dans les provinces espagnoles au xvi° siècle, ce livre fournit un document intéressant; c'est la série des autorisations nécessaires à l'impression lo Licencia donnée par D. Juan Coloma lui-même au D' Nie. Canyellas, au nom du roi, du 7 avril de Cagliari du 3 avril; 1576 2° Lie. de l'archevûque 3o Ltc. à l'imprim. Vinc. Sembenino, pour l'impression et la vente du livre, par Nie. Canyellas, vicaire général (sede vacante) du 6 avril 1574 4° Lie. du St-Office, du 26 nov. 1573. Un livre intitulé Jo. >• Para de rebus sarctois est porté au catal. du marquis de San-1'liilippe sous la date de 1510; cette erreur (part. I, p. 206), est rectifiée par Fabricius; nous ajouterons que ce livre est porté sous sa date véritable, qui est 1580, au catal. Ileinsius (p. 306). Calaroga, Castille, Calaniega, Soria. près bourg de la llautc-

Calciata, Caussade, bourg de Fr. (Tarn-ctGaronne).
S. Domingo CALZIATA, Cahada, Catxiata, de la Calzada, bourg (prov. d'Espagne de Burgos). Mondez donne cette localité comme ayant possédé une imprimerie mais sans citer aucun fait à l'appui. M. Cotton, dans son Supplément, signale un volume imprimé en 1601, qui se trouve à la Dodléienue Francisci Onnczii Pancorcini obscrvalionest iu-fol.de350 p. bien imprimées.

Cauuiuum, Caltern, Caldera, bourg du I. Tyrol.
Caldebeccum, Cale voy. Cai.ido BECUM. Portus Poh[Itin. Anton.], Caleksis, ville des Callaici tis-Calle, Bracarii, en ville Lusitanie, Porto, auj. Oporlo, du Portugal, chef-lieu de la prov. de on trouve aussi Portus LusitaMinho NI/E OU ClVITAS POHTUGAIJENSIS. La Bibliotlu Lusiiaita, ainsi que rtibeiro et Antonio, font remonter à 1540 la date de l'introduction de la typographie dans cette ville Joùo de Barres escrioào da camara del rey D. JoHo 111. Espellio de Cazados (Spelho de Casados, dit Antonio). In urbe Portuensi apud Vascum Diaz Tanco de Fregein-4. L'année suivante les mêmes auteurs nal, 1540, citent D. Fr. Balthezar Limpo (év. de Porto en 1537, dép., archev. de Braga). Constituiçoens sinodaes do Bispado do Porto. Porto, 1541, in-fol. Antonio latinise ainsi le titre portugais Fr. B. Limpo, dit-il, coegit formavilque Viwcesanam sui Porlucnsis synodum episcopatus eclebratum aimo H nxi,. Çuœ typis édita fuit in eadem Portuensi urbe anno 1541. Cale, voy. CALES.

Calarona, la ChaUivone, et. riv. affl. de p la Saône.
Calata, bourg Cai.atajuiu, Cai.atia i.ati.« [Liv., CALATA Hieronis,Calatagirone de Sicile, dans le val di Demona. voy. Bn.mus Nova.

CA[Strab.], entre Appia, [Plin.jj et Bcnévent, ville Capoue auj. Cajazzo, d'Italie (Terradi Lavoro), etsuiv.Mommil Gallazo, localité de sen, le Gallaze, la voie Appienne, non loin de Caserte. de l'Anjou,

Cic.], KaXaTia sur la via

CAT.EBAcnus, ilbeys, bourg K (prov. d'Ulster).
Caledonia

d'Irlande

Calatonum, Chalonnes, village près Beaugé (Maine-et-Loire).

[Tac. Agric.], KaXr,Jovîa [Dio Britannia Calydpon Cass.], Barbara, de forêts, en (pays Scotfand, gaëlique), réunie à la GrandeSchottland, l'Ecosse, en 1707. Bretagne

CALATUM [Itin. Anton.], KâXa-rov [Ptol.], ville de la Britannia Major, auj. Kendall (Westmoreland). Galba ADSalam, Calbe, sur la Saale, ville prussienne, de la rég. de Magdeburg. Caixaria [Itin. Anton., Tab. Peut.], suiv. Reichard, Callissane, bourg de France (Bouches-du-Rhône). Caixaria [Itin. Anton.] ville de la Britannia Major, auj. Neiobury, sur le Warf (Yorkshire), suiv. Camden.
Calcaria Cuvorum, pet. ville prussienne, Francfort. Clèves, prés Ternaux cite Lackstein. urbis JéruDescriptio salem. Calcaria; Clivorum, 1510, in-fol., livre qui est inconnu. nous Calcar, Calcarh'm, dans le duché de

Caledonhim CASTRUM, Duncheldinijm,ville des Caledonii, auj. Bunkeld, ville d'Écosse, dans le comte de Perth.
CALEGIA, Calem voy. Witteberga. voy. CALIUM. (An),

Calentum, ville des Celtiberi, dans la Tarraconaise, auj. Caxalla, bourg de l'Aragon [Reichard]. CALENUM, Carinola, bourg du Napolitain (Terra di Lavoro).
CALES [Cicér., Kilr,ç r, tùv Liv.], [Ptol.J, KaXTivûv ito>.i{ [Steph.], Municipium CALEnum [Cicér.], Tiuuîicia ville [Sil. ltal.], de la CaM, ville du Campanie, auj. di Lavoro). Napolitain (Terra

CALESCUM, Chalais, bourg de France (Charente).

245

CALETENSIS AGER.

CALL1P0LIS.

24C

Cai.f.tensis ager, pays des anc. Caletes, KœXàTai[Bol.], dans la Gaule Lyonnaise II0, auj. le Pays de Caux, dans la haute Normandie.
CALETUM [Cluv., Coll.], Cat.esium, Pohtus KaLAÏS SUPEHIOR, CaLLESIS, [CIll'Oll.], Cai.kvs ville de France (XIIIe s.), Calais, (Pas-de-Calais). Quelques géographes ont vu dans ce port l'emplacement du ledits de César, mais les préPortus. les fortes sont somptions plus pour Wissant. à Calais qui soit Le plus ancien lirre imprima connu (le nous est daté lie 1582. C'est un pet. in-4 dont voici le titre estât ou répertoire Entrée, des deniers et marchandises Surtie, estrangéres. Estât. des marchandises qui se peuvent tirer et hors le royaume. transporter Calais, Abraham Le Maire, 1582, 2 part. en un vol. Le Dr Cotton cite un Enqtisli manual ofPraycrs, imprimé à Calais en 1599. L'année sniv. nous avons encore à citer un vol. rare et furieux: Luc lansz l'ilote Thrcwreric ou cabinet de la toute marincsqttc imprime aux deset pour Jlonauenture marchant pens d'Aseuille, libraire, demourant ù Calais. Calais. 1000, in-4. Les Coitslumes (le la ville de Calais et pais recondans cette ville qu'en quis ne furent imprimées 1030, iii-0. L'arrût du conseil du 31 mars 1739 qui règle l'état des imprimeries (lu royaume, supprime celle de Calais, et nous voyons en 1764, au llapport Sartines, un imprimeur octogénaire conservé dans cette ville, nuiis qui i n'exerçait que par suite d'une faveur spéc'est Joseph Maury, ni; en 1084, qui succède ciale en 1705 à son père, et dirige trois presses. Guillaume et Jean Morel, célèbres imprimeurs établis à Paris au xvi» s., étaient nés a Calais. KaXwûa Cai.iïva [Itin. Anton.], [Ptol.], Cali.kva Caleba ÀtrebaRav.J, [Geogr. ville des dans la BriTiuii, Atrebates, tannia ville du Romana, auj. Silchester, Hampshire.

Un magnifique collége fut fondé dans cette ville de Gncsen, Stanislas Carncovius au par l'àrchev. xvie s.; et la typographie ne tarda point à être exercée dans ses murs; mais il n'existe point de livre imprimé au xvi" s., et le plus ancien incunable de Kalisch connu ne remonte qu'à l'année 1000 :.llieronimus J'iatus de bono statu veliglosi, polonicc transi, et editus a Simone IVysocki. Calissii, 1006, in-4. Ce Simon Wysocki, éditeur et imprimeur à la fois, prend un agneau comme marque en l'honneur du fondateur du collège de Kalisch, qui le portait dans ses armes. En 1015 Albertus Gedclius, arcliietupograplms piscopalisGnçsnensis, publie a Kalisch: CaroliMalq^iMiscellanea, iu-4, et en 1619 un livre polonaos pertii d'une exécution o Exortypograph. remarquable ktort sa tym ivleku bytaneyack Stanu dmhowneqo, );)< <o)' Ich Afost:. PP. Stuieccy A'«f)iomf ducltotunemu zadaia, également in-4. AdCalem An Cai.i.em Calium, [Tab. Peut.], [Itin. Anton.], Caujs, Ciujli, ville d'Italie, aottoleghcdaUrbino(Etatsdu Pape). remonte en cette petite ville à L'imprimerie l'année 1475, suiv. Falkeustein Mapliœi Vegii de morte Astianactis et Sliscraopus locundum bile. A la fin Anna aratiae. mcccclxxv, tertio kalcndas lulii. Hoc opuscutum Cullii impressum est Tempore Kederici illustrissimi Domlni. Vrbinalium ducis. Ac sacrosancta Komanœ Ecctesia: Confalonerii Macéra[| iMurentii Abstemii tensis cannen. || Ingenivm ne forte putes non esse Latinis tantum Gallos l'eutonas atque pro|| Oui bas || Iloc média Italia geniti impressere Boberlus || non Jlernardin'o quod brene cernis opus, in-4 de t> ff. chiffrés, s. récl. ni sign. (Uobertus de Fano et BernardinusdeBergaino!. Nous avons un second volume imprimé l'année sommairement le suivante, dont nous donnerons titre Servit lionorati libellas de uttlmis Syllabis, et Centimetrum, ex rec. Laur. Abstemii. Hobertus de Fano et Bernardinus de Bergoino, plura opera cum hoc impressere. Calii, anno salutis, mcccclxxvi xv octobris in-4. La môme année Jo. Anl. Campant funebris oratio pro Jlaptisla Urbini comitissa. Sphorlia Callii, Kal. Martii, 1470, in-4, livre que sa date reporte à la troisième place, et auquel M. Brunet, qui cite les deux autres, donne par inadvertance la première [Man., V, col. 315). Callaici Callaici [Sil. Ital.J KaXX*iV.ot [Strab.] Biucarii ù Bpai/.ifiot [Plin.], de l'EspagneTarrac, dont peuple Ptol.], a capitale étailBraga (Traz-os-Montes). voy. CaIXUNDA. Caletium. Caleva. mont. Cajanello, des Hirpini, bourgde de la Camdans la dans le la Terra

Cawdaqujk,Chaudesaignes,ville de France (Cantal).
Camdava, Cai.idi bas Calido nujf voy. Capidava. Caudecosle, (Gers\ pet. ville du COLLES, Armagnac

CaliCaldebeccum Biïcum, [Coll.]-, ville de France Caudebec, Beccum, (Seine-Inférieure) de Savoie, sur le Chaud, Camihjm, bourg lac d'Annecy (Haute-Savoie). Cai.idus Caumônt. Un grand nomMons, bre de localités en France et en Belgice nom, entre autres un portent que du Gers et un autre du Calvados, bourg chef-lieu de canton. Carinola, Calinula, Carinula, bourg di Lavoro). pays napolitain (Terra du

CAI.LENBURGUJf, Cai.lesis, Calleva, Calucula panie, Terra CallifjE voy. voy. Mons

[Liv.], Monte auj. di Lavoro. ville

[Liv.], Samnium,auj. diLavoro.

Carife,

Callipolis,

VOy. Anxa.

KaXicîa CACai.isia Anton.l, |ltin. [Ptol.], en Germanie, ville des i.issiirà, Suevi, chef-lieu du palatinat du Knlisch, auj. en Pologne. même nom,

Cau.ipous KaXXÎiroXi; [Herod.], [Sil. Ital.], ville des Sieuli, entre Messana etTauen Sicile. romenium, Gallodoro, auj. Caixipoi.is Ptol.], KaXXîmaXi; [Strab., [Liv., Plin.], ville de Thrace, auj. Qallipoli,

247

CALL1STE.

CALVIUM.

248

dans la Roumélie (pachal. d'Andrinople). KaXXÎor/; CALLISTE, [Hérod.[, TllERA [Plill.], Chipa lHcrod.], ïiieke [Sen.], ile de la mer de Crète, auj. Santoriu, dans l'archipel.
Gallium, voy. Caulm. Calloc.ellum, de Paris, l'O. Ckaillot, auquel anc. il est Calloellum, à village 3 auj. réuni. Calloniana

sur la voie [Itin. Anton.], d'Agrigenteà à Catane, auj. Cattanisetla, chef-lieu de la ville forte de Sicile, du même nom [Forbiger]. prov. voy. Elis. auj.

Calloscomum, Callum [Itin. Comburgos,

ville deThrace, Hier.], la Roumélie. dans Kallundbmy Seeland).

Calllnda ville du

Callenbcrgl-m Danemark (île

ville de Calmar, Calmahia, Calmabnia, chef-lieu de la préfecture du Suède, même nom. Voici la note du Dr Cottou relative à l'inlrodans cette ville « Vers duction de l'imprime,iie l'an 1020 l'évêque Jouas Rothovius fonda un établissement typographique, ainsi que l'attestent quelques le premier imprilivres publiés cette année même meur s'appelait Christophe Gunlher, et en 1635 il alla avec son matériel se fixer à Linkoping. » Nous ne connaissons pas ces premiers volumes impr. en 1620, et ce n'est qu'en 1627 que nous trousuédoise de J. Scheffer vons dans la Bibliographie la trace d'une imprimerie fonctionnant & Calmar. litres Concio sacra in futierc Voici quelques Hl. Jonœ liothovii (c'est l'évêque ci-dessus cité), Calmarensis (en anglais superinsuperintendants tendens se traduit-il par évoque ?) ex Sîatth. xxv. 1û. ad :il.. excusa Calmariae per Christ. Gunther, an. 162", in-û. Ilarvwnia Joli. Jiaazio aucl., cuangeliorwn, anno 1627, in-4. édita Calmaria:, per Cuntherum, Calmehacum, (Ardèche). Chaumerac, bourg de France

chitecture, nous donne quelquesdéiailssur sa vie spéciale qui nous expliquentla direction toute donnerà que ses ce savant,cet artisteavait été forcéde travaux il nous apprend que son livre fut fort interrompulors des guerres de la Ligue, ayant voulu, dit-il, résister de forceà mon possible aux maquereaux et paillards qui voulaient desbaucher ostrp n ville. » Le second volumeque nous pouvonsciter comme n impriméa Chaumont, ous est donné par M.Brunet Xicolas deHaxdt. Voyagede Ilirrusulem faict en 1593. Chamnont-en-lSassigny, 1001,in-16. La Coutume de Cliaumont-cn-Bassignyrédigée n par Jean Gousset, e fut imprimée qu'en 1722. L'arrêt du conseildu 31 mars 1739,qui fisc le nombre des imprimeurs dans toutes les villesdu royaume,en conserve un dans cellede Chaumont, et en 1764 (Rapp. Sartines), cet imprimeur s'appelle Claude-AntoineBouchard,établi en 1759, possédantdeux presses. Caln.iî, Caitnes, pet. ville du Languedoc (Aude). Calneria, Chaulnes, Chaunes, bourg de Fr. (Somme); anc. duché-pairie. Calniacum, Chaumj, pet. ville de Picardie (Aisne). K BELLA, CaLOSESUS; aXowiOo; [Ptol.], IXPL'LA au moy. âge Puixniu inslla nomine Britannico Gueuel, Belle-Isle, Belle-lleen-Mev, île de Bretagne (Morbihan). Calonna, Chalonnes, pet. ville d'Anjou (Maine-et-Loire). Calor [Liv., Tab. Peut.], 11. du Samnium, auj. Il Calore, dans la prov. napolitaine, Princ. ultér. Calossiaj la Chalosse, anc. pet. prov. de France dépend, auj. du départ, des Landes. Calpe [Itin. Anton.], Kâx– [Strab.], K*Xitîa [Stcph. Byz.], Gilbatiiar [Ane. Chron.J, Gibraltar, ville et promontoire formant l'extrémité Sud de l'Espagne, sur le détroit du mème nom. Calpurniaka [Itin. Anton.], KaXmupvi'ava [Ptol.], ville de la Bétique, auj. Bujulance, suiv. M. de Laborde, ou Çarpio, ville de la prov. de Cordoue, suiv. Heichard. Calunia, voy. PiuïsmiuM. Calvenciacum, Chavancy, bourg de Belgique (Luxembourg). Calvenzakum, Calvenzana, bourg du Milanais, sur l'Adda. Calvimontium, voy. Calmontium. Calviniacum, Chauvigny, pet. ville du Poitou (Vienne). = Bourg du dép. de Loiret-Cher. Calvissonicm, Cahisson, Cauvisson, bourg de Fr. (Gard). Calvium Caki, ville de l'île de Corse.

CALVUS mons, CalCai.moxthim BassinijK, VIMONTIUM Bassini.e, Chaumont-en-Bassichef-lieu du dép. de cjny, ville de Fr., la Haute-Marne. Il est assez extraordinaire que nous soyons forcé de signaler, comme premier ouvrage sorti des presses mais locales, un livre d'une spécialité assez bizarre la liturgie du diocèse, non plus que l'administration ne nous fournissent aucun titre antémunicipale, rieur à celui-ci Joseph lloillol, modelles artifices de feu et diuers instrumens de guerre auec les de s'en prêualotr pour assiéger, battre, moyens toutes les places. Chauet difendre surprendre mout-en-Bassigny, Quentin Maréchal, 1598, in-ft, lig. et titre gravé presque toutes les planches sont gravés par Joseph Boillot lui-même. si rare et si curieux, est Ce livre de pyrotechnie, bien le livre de ces temps de troubles et de tumuls'était trouvé tes c'était après la Ligue, et l'auteur mêlé d'une façon active aux désordres de la proil était Langrois, et dans la préface du rare vince Nouveaux volume publié à Langues en'1592, intit. et figures de ternies pour user en l'arPourtraicls

240

CALVUS MONS.

CAMBORICU.M.

2bO

Calvus Mons, Calvumoxs, Gamnont, Chaumont; un grand nombre de localités en France portent ce nom. Nous citerons Calvus mons Nokmaxxle, Caumont, bou r# du clép. cl il Calvados; = Calvus moxs I'hovixcijs, Caumont, bourg du départ. de Vauclusc; = Calvus mons Vasconi.k, Caumont, bourg du départ. de la CiViixassi.no, ronde –Calvus monsin PAGO ville du dép. pet. de l'Oise; anc. abb. de Bénéd. CaLYDHIa,VOy. ÏENEDOS. Calïpsus, voy. Ocyoia Ins. Camai.mulum, Cumuldoli, bourg de Toscane anc. abb. de Bénéd.
Camaloduxum [Tac], Cami'luduxum [Itin.

[l)io. Cass.], CAAnton.], Kcu.wX'JScjvcv MALOUNIJM [Plin.], Kau.ouJs'Xavov[Ptol.], Camulohulum Coloxia [Geo. Rav.], ville des Trinobantes, dans la Britannia Rotnana, auj. Maldon, bourg du comté-é d'Essex, suiv. Camclen, ou Colchester, de .France Cambehona, Cambron, bourg ville du même comté (voy. Colcestma). anc. abb. de Cit. (Nord); Ca.mahacum, voy. Camehacum. Tab. Cambes localité Anton., [Itin. Peut.], des Rauraci, dans la Germanie Camahia, voy. Caii Makii Aceb. super., Kembs, G-rass-Kembs auj. bourg ô de Fr. Camaiiica, Kajj.âpiy.œ [Ptol.], ville des Ganta-, (llaut-Rhin). bri, dans la Tarrac., auj. Vittoria, ville Cambisonum Car. Cliad'Espagne, dans la prov. de Alava. [Charta reg. 8o7], Fiilkcustciii e mentionne pas cetle ville Mcndcz messon, n anc. villa carlov., village de la cite parmi las ciudadcs que lian tcnklo o lienen l'anc. Duesmois, Chàtillon-surprès imprcnla, mais sans lui consacrer de notice spéSeine ciale. Nousn'avons rencontre' de livre imprimé à (Côte-d'Or). et Vittoriaqu'à une époquetrès-rapprochéede nous,ce Cambodunum Kau.ouvXo'Jouvo'( il doit certainementen existerd'antérieurs. Voici [Itin. Anton.], Salva de 1826 Procincia ville des Brigantes, dans la Brique nous donnele catal.las [Ptol.], ordenanzas con de Alaoa. (Juademo de leyesy tannia ville du Rom., auj. Almondbury, Vitoria, 1770,pet. in-fol. tit. gr., quese qobierha. Mannert comté et d'York, ou, sniv. pas mêmede nom d'imprimeur. Camden, Ctretlan, près Almondbury. Camaiuna [Plin.], Ka^açw, [Herod.], KaCambodunum, voy. Campodunum. |x*p!va[Thuc], ville de la côte S. de Sicile, auj. Toire di Gamarana, dans le val Cambonium, Chambon, pet. ville de France cli Noto. (Creuse). Camaiuna Palus [SU. ltal.], Kapapîva Xî^w, Cambon-um [It. Hier.], dans la Gaule Narb. [Luc, Steph.], auj. Lago di Gamarana. la Baume des Arnaiids, commune auj. deFr. (Hautes-Alpes). Camb.etum, Kâp.ê».iTcv, Cwnbados, bourg d'Espagne (Asturies), suiv. Reichard. Camboiucum Camboritum [Itin. Anton.], Cami vadum Cambaiuacum, Cliemiré, commune de Fr. [Ici.], [Oeil.], Cantabriga, ville d'Anglct., Gantabiugia, Cambridge, (Sartlic). de comté chef-lieu Granta(en saxon Cambehium, Cambebiacum, Camberiniim en gallois Gaerbrycg, Granta-Brydge 0 Ciiamhahiacum, Chambéry, ville de Fr. Gi-aunt). ch.-l. du dép. de la Savoie. Université illustre, fondée en 1229. L'imprimerie C'est à l'aimée 1483environ que nous pouvons 1521. faire remonter l'introductionde l'imprimerie dans semble dater en cette ville de l'année catalogue Voici le dont le premier l'anc. cap. dela Savoie.Le premier livre portant une Grenvillianavolume imprime ai7| nous donne le de la titre (tom. Il, p. date étant de 1484,avec un titre et des signatures, exact Lucianus. Lepidissimum opusculiim ittpi nons devons signaler un volume que nous avons oratio ejusentre les mainset qui dénote incontes- Bi^àSwv llenrico liulloco interprète eu longtemps dent cum annotationibus ex prœJehan Germarginalibus tablementune impressionantérieure Anno M D XXI. DEJehan Gerson. Ala fin en (inist clara academia Cantabrigicnsi. le LELIURE e le liura.de mnislre ./r.hnnf.crson, ~tncfettr n Iheolmpressuin est hoc opusculumCantabrigia;perJohancl chamelierde Mire Dame de. Paris Wap- nem Siberch, anno 1S21, in-4. L'exempt, de ce rare loqic

pelle en latin Opus lriplitit 1~ en fr~oys ttng tuo'c de troys pties. Cest assauoir des cOmâdemês et de confession et d la sciense de bien nrc Seigneur, morir.' Deo gratias, s. I. n. d., in-4, golli. de 40 M", dontle premier est blanc, 21 long, lig, à la p. entière, s. s. cli.,réel, ni sign. vol. est impr. avec les caractères Ce très-rare dont Neyret s'est servi en Ift8ft pour imprimer de FlanV Exposition des évangiles et le Bandoyn mais il est certainement antérieur à ces deux dres livres, puisqu'ils ont des titres et des signatures. des EuanQiles. Exposition Au v° du dernier f. des euuùgillcs et des epislres Cy flnist lexposition de tout lan translatées de nouueau de latin en lrar Anlhoinr. françoys. lntpnimecs A chnmbery lan de grâce MCCCCLXxxiiij, le vi. iour du neyret in-fol. goth. nwys de iuillct. Deo qratias, Ce livre contient une traduction des sermons de Maurice de Sully, évêque de Paris, mort à la fin du XII' s. la seconde édition de cet Le Ilaitdoyn de Flandre, roman de chevalerie, est un livre trop important connu pour qtie nous en (tonnions le titre détaillé; nous dirons seulement qu'étant achevé d'imprimer le xxixe iour de novembre, il est postérieur de quatre mois à V Exposition des évangiles. Ce roman de chevalerie eut un succès tel que Neyret. fut obligé de le réimprimer l'année suivante; cette édition, plus rare encore que la première, est bien décrite par M. Brunet.

251

CAMBORIUM.

CAMERINUM.

252

volume, qui est aujourd'hui conservé avec les Irésors bibliographiques du Bight hon. Thomas C.rcnville au British Muséum, porte cette note ms. d'une écriture anc. o The first Boolc printed at CamMais comme lIerbert signale sept ouvra· bridpe. année ges imprimés par Siberch en cette même de mois, il est bien difficile 1521, sans désignation de décider de l'antériorité de l'un d'eux. M. Brunet et M. Cotton penchent pour le volume suivant Calr-ni (sic) pergamensis de temperamentis et de inxquali intempérie libri tres, ïh. Linarro annunc primum proditin luglo interprète, opus. ccm. linpressum apud prœclaram Cantabrigiam, per Joann. Sibcrch, 1521, pet. iu-a, imprimé en car. rom. Un magnifique exempl. imprimé sur vélin, de ce livre rare, est conservé à la Bodléienne. Cet imprimeur fut le premier en Angleterre qui en 1519 Wynkyn employa les caract. grecs fondus de Worde avait fait usage de caract. grecs en bois dans l'ouvrage de Whittinton, dcConcinnitate grain* malices (Dibdin, librartj's Compan). Au xynie s. l'université de Cambrige eut une imà la tête de laquelle elle plaça primerie particulière J. Archdeacon.

Cambortium,Camborinus,Clumir 1 Camuorium, bord, commune et chat, célèbre de Fr. (Loir-et-Cher).
Cambreto.nium dans Iceni, ham, Cambria, Cambriuacl'm Ghambry, bourg voy. [Itin. Anton.], la Brit. Rom., du Suffolkshire. Bbitankia villa village auj. ville des Breten-

Secunda. Car. C. a. 850],

[Charta de Fr. [Eginh. d'Autriche,

(Aisne). le Camb Chr.], alll. du Da-

Cambone Cambus, ou Kumb,. riv. nube. Cajieliacum, Chambly, trouve p. 227)

C'est en même raci, anno Domini mcccccxvih. en ouvrages imprimés temps l'un des premiers France, dans lesquels on ait fait usage de caraci. grecs. Un volume français, peut-être encore plus rare, fut publié à la même époque, et celui-ci nous donne le nom du plus ancien imprimeur de Cambrai connu et desles gistres (sic) repaistres Cliy sensuyuent pens que moy Jusque le Saige marchant de draps de soye demeurant a Douay ay faict de Douay a Rome. et aullres Hierusalem, Venise, Modes, passaiges, que moy, ay faict tan mil chincq cens a xviij auec mon retour. Imprime nouuellement Cambray par Bonaventure Brassart, au depens dudit in-4 goth., de 108 (T., sign. A. FF. Jasques, pet. Ce très-précieux volume fut certainement imprimé vers l'an 1520, ou du moins avant 1523, car une seconde édition du voyage de J. Le Sage fut donnée à Cambrai en cette même année 1523, et on lit au v° du 77e f. et au 78" Aujourdhui xi° de juillet acheves se second quinze cens vingt trois ayons Hure. Bonav. Brassart exerçait encore à Cambrai en 1539, car à cette date il imprime l'Entrée de Chartesdont nous avons vu pendant bien Quint à Cambrai, des années le seul exempl. connu chez un bibliophile, 91. Farrenc, à la vente duquel il fut payé 625 fr. par un amateur distingué, M. Ruggieri. Au xvie s. nous devons encore citer à Cambrai Nicolas Lombard, et, au commencement du aviiic, Jedn de la Rivière. Cet imprimeur descendait d'une célèbre famille d'imprimeurs établie à Arras nous avons vu le chef de cette famille, Guillaume de la Rivière, rappeler auprès de lui, en 1629, son fils JeanBaptiste, qu'il associe à sa maison d'Arras; ce Jeanétabli à Cambrai, et c'est l'ajeul Baptiste étaitalors de l'imprimeur Jean que nous citons. Les arrêts du conseil de 1704 et de 1739 n'accordent à Cambrai qu'un seul imprimeur, et en 1764 le Rapp. Sartines signale cet imprimeur unique, qui était alors Samuel Berthoud, Suisse d'origine, établi en 1756 et possédant 4 presses. Cameracum sienne, Caherata, auj. d'An AD Albim, de la prov. localité le même cône. voy. ville Eembeiy, de Merseburg. Picenum, dans la prus-

Chambly l'Auberger [Mabill.], ville de Fr. on pet. (Oise); dans les Ch. et Dipl. (tome l, Oppidum Camliacense.

du nom;

porte délég.

Camelium supposé. (?) lieu d'impression Le calai, publié après la mort de Daniel Elzevir, arrivée le II août 1681, nous donne (p. 285), Joli. Meursii meditationes Christianœ. Camelii, 1654, in-2A. Ce livre fut probablement imprimé à Leyde. Camelodunum, Camenecia, Podolcki, Camentiaj Camentia Prusse, Cameracensis de prov. voy. Danum.

Cameriacum,

Camberiacum.

Camenecum KaminiezPodoujE, ville de Russie (Podolie). Camenz, ville de Saxe (Lusace).

Camerinum[Cœs., Cic], Camarinum,Kajj.œpïvov[Strab.j Ptol.], ville de l'Ombrie, auj. Camerino, chef-lieu de la délég. du mème nom, au N.-E. de Rome.
Cette ville n'est citée ni par Panzer, ni par Falkenstein. Le premier livre sorti des presses locales est, à notre connaissance, un rare volume que nous avons possédé Maximi Pacifia poète Aveulani (sic) elegie nô nulle iocose et fe.stiue. Lavdes summorum urbium et loco^ A la fin uirorum, loannes lacobus de Benedictis Bononiensis. Camerini excudebat suis et lodouici Placidi Camertis socii sumptib' Quintili mense medio huius anni ritus mdxxiii, Christian! pet. in-4 de 96 ff. non chiff. à 27 lig. par p., sign. a-m, leu. rondes. Dans la dédicace, les imprimeurs ce présentent livre comme le premier produit de leurs presses, t officinœ nostrœ primilia.i. Le dernier feuillet ne contient que la souscription que nous venons de rapporter avec la marque des imprimeurs. infiniment moins précieuse que la preQuoique mière de l'Becalelegium, celle-ci est encore extrêmement rare; elle fut vendue 101 fr., a Taris, en 1860. Parmi les livres imprimés à Camerino au xvie s. que nous fournissent llaym, Pinelli, le catal. des Volpi, etc., nous ne citerons que Due dialughi di

AD ÎSissam, Camenz, sur la Neisse, anc. Fr. le ager, (Nord).

de bourg abb. de Cit. anc.

Cambraisis,

Cameracum,Cambeiracum,ChameyraCjanc. villa roy. en Limousin (Corrèze).
Camaraclm Ah[Itin. [Cluv/), Tab. Peut.], ville des Nervii, dans ton., la Gaule Belgique, auj. Cambrai (en ail. ville de Fi*. (Nord). Camerik), La plus ancienne production connue des presses de Cambrai est un in-ù de 6 ff. non chiffrés, car. goth., ad institvendos intitulé lludimenta grammatices non parum conducentia. lmpressum Camejurtnes Cameracum

253

CAMHX'S.

CAMPUS.

234

J. And. Gilioda Fabiano. Camerino, pcl Ciojoso, in-ïi.Le second de ces dialogues est consacré 156&, àla critique du célèbre Jugement ernier de Micheld Ange. Camicus, Kâjiixo; [flerod., Diod.], ville de Sicile, près d'Agrigentc, auj. Siculiana, dans le val di Mazara. Camicus pl., la Canna; se jette dans la Méditerranée, près de Siculiana. Camiuacum,voy. Cameliacum. Camii.uacum, GhemUlé, ville de Fr. (Maineet-Loire) anc. comté. Camina, Kains, bourg du Tyrol. Caminium, Camin, Cammin, pet. ville de Prusse, rég. de Marienwcrder. Caminum, Camin, ville de Prusse prèsStcttin (Poméranie). Camibos [Mêla], Camirus [Plin.1, Kaiwfc; sur 0. de l'Ile de ville |Stcph.], ville su- la côte 0. th: l'ilc tle Rhodes, auj. Ferachio. Camissanum, Camisano, bourg0 de la Vénétic. Campana, Campagne, bourg de l'Armagnac (Ariége). Campania [Cic., Liv.], -h Kapravia [Strab., 1 olyb.], "/1.wv Koc¡J-7t'ocvwV "f'i [Ptot.], CAMl'ANUS ager [Plin., Liv.], Campania Félix [Cluv.], Laborinus ageh, prov. italienne, au S.duLatium, au N.-E. du Samnium, auj. Terra di Lavoro, grande prov. napolitaine du roy. d'Italie. Campania, Campagna, bourg du Napolitain (Princip. citér.). Campi [Bert.], CamCampania AD ISALAM, pen, ville de Hollande (Ober- Yssel). Campania Francica la Champaigne, Champagne, grande prov. de Fr.; forme auj. partie des dép. des Ardennes, de l'Aube, de la Marne et de la HauteMarne. Campania lN PAGO CAMLIACENSE, Champagnesur-Oise, près Chambly (Oise). Campania Romana, la Campagne Romaine, anc. prov. des Etats de l'Eglise forme auj. la délég. de Frosinone, et la partie S. de la Comarque de Rome. Cajupaniacus, VOy. Civitas Campani*. Camperium, Champiers, village du Dauphiné (Isère). Campi, Champs, village de Fr., arrond. de Saint-Dié (Vosges). L'abbéJ.-C. Sommier,curé decette paroisse,établitd;uissacure une petiteimprimerie,que l'onsait aVoir fonctionné vers 1105 [Peignot].

Campi, voy. Campania ad Isalam. Campi Canini [Grcg. district de la Uhctie, auj. le Graubândcn, chez les Grisons (Suisse). Campi Lap.iimci [Plin., ni], Campus Lapideus [Mêla], la Crau, vaste plaine du dép. des Bouches-du-Rhône. Campi Macri [Liv., Varro], Maicfo! Kâu.7701 [Strab.], localité de la Gaule Cispadane, auj. vctl di Montirone [Bisch. et Môll.j, ou Magreda |Ruichai'd], bourg entre 0 Parme et Modènc. Cami'ianum, Campiano, sur le Taro, bourg 0 de Sicile, dans le val di Taro. Camiiouunum Campidona Campidunum [Itin. Anton.], Kemptcn, ville de Bavière, dans le cercle de Souabe, au S.-O. anc. abb. de Bénéd. d'Augsbourg; concile de 1238; l'abb. s'est appelée aussi Campus VETUS Campinacus. et Campidonum, Cambodunum [Tab. Peut.], Weilhcim, bourg de Bavière, dans le cercle de l'Isar, sur l'Ammer. Campimontium Chamounix, Chamoun; bourg de l'anc. Savoie, auj. dép. de la Haute-Savoie; anc. prieure de Bénéd., ce qui l'a fait appeler longtemps le Prieuré. Campikia Gampigne Lui/ksche-Kempem, bourg de Belgique, dans la prov. de ZD Liège. Campiniacum, Champigny-sur-Yen.de, pet. ville de Touraine (Indre-et-Loire) un grand nombre de localités portent en France le nom de Champigny. Campi Sauhum, Cliampsaur, pet. district du Dauphiné, qui portait le titre de duché (Hautes-Alpes). Campiveria, CampoVeiua, Veiia [Cluv.], Veere Ter Veere, ville de Hollande, dans la prov. de Zeeland. Camplum, Campoli, bourg du Napolitain (Abruzze ultér.). Campodunum, voy. Campidonai CAMPONA localité de la [Itin. Anton.], Pannonie infér., auj. Zsamlekj bourgZD d'Autriche, suiv. Reichard. Camponi, peuple de la Gaule Aquitaine) habitait la vallée de Campan. Campsum, Camso, Gams, bourg de Suisse (c. de St-Gall). CAMPUS, ampo, bourg d'Italie (prov. de C Gènes).

2oo Campus Ai.herti,

CAMPUS ALBEKTI. Champaubcrt, comni. de

CANTA13RICU31 MARK.

2oO

Fr. (Marne). Campus Caroli.nts, Carlo puijo, ville forte des États autrichiens, sur l'Adriatique (Croatie). Campus Dominouum, Ur-Mezô, bourg de Hongrie. Campus Longus, Îloszkzu-Mczô, bourg de Hongrie. Campus Palupis, Chambalud bourg du Dauphiuc (Isère).. Campus Pomptixus, Palus Pontixa, les Marais Pantins, dans les États Pontificaux (Délég. de Frosinone). Campus Rotuxdus [Cell.], Egosa, 'Eyûaa [Ptol.], ville des Castellani, dans la Tarrac, auj. Campredon, ville de Catalogne, au pied des Pyrénées. Campus Yetup, voy. Campido.va. Campylus, K-au.TCiiXo; [Diod.], riv. d'yEtolic, auj. la Megdhova, en Grèce. Camunlodunum, voy. Camalodunum. Cana [Inscr.], Canstaimum, Canstadt, bourg du Wurtemberg, sur le ÎSeckar. Caxa, r, Kâvvi[Strab.l, promontoire de la côte sud de I'Eolide, auj. cap Coloni, en Grèce. Caxadium, Cexamum, Gexajuu.u [Cluv.], Chaitad, ville et comitat de Hungrie, snr la riv. au-delà de la Marosch, Theiss. Canai.icum [Itin. Anton.], ville de la Ligurie, auj. Cairo, en Piémont (prov. de Savone), ou Calizona, suiv. Reichard. Canajia [Plin.], ville de la Bétique, auj. Yilhmovu ciel Rio, sur le Guadalquivir, bourg d'Andalousie. Canastr.eu.v Phomoxïorium [Mêla], KavaoTfaïov"Azfov[Hérod.], cap Canistro, dans le pachal. de Saloniki. Canc.ai.i.ium, Cancale, bourg de Fr. (Ille-etVilaine). Chancelade, bourg du PériCancellata, gord (Dordogne). Caxcius, Quentia, Cantia, la Canche, pet. Il. de France, près d'Étaples; se jette dans le Pas-de-Calais. Candanum, KâvJavov[Ptol.], ville des Jazyges, en Uacie, auj. Czanad, en Hongrie. Candate, Canmum, Caneda Vicus, Cande, (Indre-et-Loire); bourg de Touraine Victts ubi S. Martinus obiit. Caxdavia [Plin., Cic.,Cœs.l, contrée mon-

tagneuse Cunavia.

de l'Illyrie grecque,

auj. la

Candé, pet. ville do Caxdea, Candeum l'Anjou (Maine-et-Loire). Caniiuja Casa, Whitehorn, bourg d'Irlande ZD (comté de Gallway). Candidiaxa [Itin. Anton.], KavS'i^iavâ [Procop.], localité de la Mœsjc infér., auj. Kiliman, sur le Danube, dans la Boutgarie ottomane. Canedum, voy. Bebriacum. Caxelata, KavsXâ-rr,[Ptol.], Fanum S. Florentin [Coll.], S. Fiorenza, sur la Méditerranée, bourg de l'ile de Corse. Canetum, Canet, bourg du Roussillon (Pyanc. vicomté. rénées-Orientales); Cangiacum, villa publica ix pago Augustodunensi [Charta Caroli Simpl. an. 9HJ, Changy, village et anc. villa earlov., près Autun (Saûne-et-Loire). Camxa, localité de l'Illyrie grecque, auj. Kanina, bourg de l'Albanie. Canisia, 'voy. Calissium. Canisia adBbavum [Cluv., Cell.], Canischa, bourg de la Basse-Hongrie, surla Drave. Ca.nisium, Canisy, bourg et anc. marquisat de Normandie (Calvados). Càmum, Cany, bourg de Normandie (SeineInfér. Ca.nnn [Liv., etc.], K.oma.i[Polyh.])Caiw.es, village de la Terre de Bari, dans le Nala plaine d'Annibal s'appelle politain encore auj. Campo di Sangue. Canxinefates [Tac, Ami.], Canne.nufates [Plin.], peuple habitant ['Insida Bataxorum, auj. la Frise Orientale. Cano/ë, voy. /Egitna. Canobium, Canobio, bourg0 du Piémont, sur le lac Majeur. Ca.noxium, Caunoniim [Tab. Peut.],. dans la Bretagne Romaine, auj. Kelvedon, bourg d'Anglet, au N.-E. de Witbam. Canorga, ta Canourge, ville de Fr. (Lozère). Cakobicum, Ciunoricus!, Channery, bourg d'Écosse, dans le comté de Ross. Cantabri [Liv.], KavTœêpoî Ptol.], peuple [ de l'Espagne Tarrac. leur territoire forme auj. partie de la Biscaye et des Asturies. Ca.ntabria, Biscaya, prov. d'Espagne. Cantabricum MARE, golfe de Biscaye.

257
Cantabrigia, voy. Camboricum.

CAINI'ABRIGIA.

CAPENA.

2o8

Cantuabia [Beda], Uarvernum, àapo'kfvov, [Ptol.], Durovernusi [Itin. Anton.], DuCantazuro, bourg NapoliCantacium, roavehus [Tab. Peut.], Durob verno, tain (Calabre ultér.). Canterbirs (au xi° s.), Grentebrige (au Cantanum KivTavo; Cantanus, xiii8 s.), Canterbury, ville d'Angleterre, [Steph.], de KavTavia Peut.], [Hier.], ville chef-lieu du comté de Kent (en franc. [Tab. de Dulopolis, au S.-E. auj. du xive s. l'Epire, Cantorbiere; en saxon ville de l'Albanie infér. Khadros, en allem. Cantwaraburtd Cantelberg); archevêché célèbre, fondé des la fin du CANA. Cantaropolis, voy. vi° s. par le roi saxon Ethelred. Cantecrucium, Cantecroiœ,bourg de BelgiHerbertet le Dr Cottonfont remonterl'introducque (BrabantMérid.). tion dela typographiedanscette villeà l'année15Ù9; mais Lowndesitecertains volumessans date qu'il c Lupi Campus Cantellupum, Cantalupus, reporte à quelques années plus haut A Goodly loca[Ad. Valois], plusieurs Chanteloup; narration lioiv S. Attgusiinet (lie Apostte of Ence nom. Nous lités en France gland, raysed Iwo dend Jlodies at Lo/igcomptO portent IP'arivickshire,colleclcdoutofdiversautors, transle célèbre citerons particulièrement lated by John IMUjatc,monkc of Bury. Printedat dans l'Ile-dechâteau des Choiseul, S. Austensat Canterburie,n-4, s. d. maisvers1525. i France [ilaunsetl's catal-, p.6). (Seine-et-Marne). Lepremier imprimeur estJohn deCanterburyconnu Le célèbre ministre de Louis XV, Etienne-François Milchcll. oiciune pièceimpriméeparce typographe V mit à profit les loisirs duc de Choiseul-Stainville, que ne mentionnentni Herbert, ni Dibdin;c'est un forcés que lui avait faits son maitre, en composant petit traitédu mêmeJohn Lydgate,moinede Bury, et faisant imprimer sous ses yeux, dans son château, intit. tlie Cliortc andllie Jlyrde. Canterbury, by nommé Lebrun, une sépar un prote d'imprimeiie John Mychell, n-ftde 8 p., s. (1., vers15U0. i rie de pièces détachées qui furent livrées au public le L'imprimeriene paraît point avoirété jamais en par Soulavie quelques années après, en 1790, sous de grandhonneurà Canterbury,car onne connaîtquedix dit duc de Clwisenl. Le détail titre de Mémoires à douze volumessortis des presseslocalespendant ces élucubrations, qui n'étaient point destinées à la près d'un siècleet demi. les éditions est donné par M. Brunet; publicité, en 1778 et furent achevées d'imprimer originales Cantus Julii ad Elaverim, Chanteuse-surforment un rare volume in-ft. l'Allier, village de Fr. (Allier). lieu d'imun Cantiiurium (?), peut-être Cantus Meholjj, Chantemerle plusieurs supposé. pression localités en France portent ce nom. Berum in Gallia gestarum, abusque. (sic) promulgato pacis ediclo, mense maio 157fi, adlntnc diem, inCanusium [Plin.,Liv.,etc.],Kavû<nGv [Strab. signis atquc succincianarratio,ac.,aullwreCeorPtol.], Kavoûaiov[Proc.l, ville de l'Apugio Ebouff. Canlhurii, ex officina A. Menalcœ, 1577, lia Daunia, sur l'Aufidus, auj. Canosa, in-8. ville de la Terra di Bari, sur l'Ofanto. CANCIUS. Cantia, voy. Capara [Itin. Anton.], Kâirapa [Ptol.], ville Cantia, voy. Cantium. des Vettones, dans la Lusitanie, sur le CANTIERA, Cantyre, presqu'île d'Ecosse, Durius, auj. tes Tentas de Caparra, sur formant la partie Sud du comté d'Arle Duero, ville de Portugal (Estramagyle. dure). Ep1DIUM Promontorium, Cantier* Rostrum, Capedunum, ville des Scordisci, dans la en Ecosse. cap Cantyre, Pannonie infér., auj. Kapfenstein, bourg Chantelle-le-Chàteau Chantelle, CANTILIA, de Hongrie. de Fr. (Allier). bourg résidence Capella, Capelle, pet. ville de Picardie dans cette anc. et magnifique C'était réuni une in(Aisne). que le connétable de Bourbon avait collection de trésors artistiques. qui comparable Capella, Capula [P. Diac], anc. localité à la suite de la catastrophe de 1527, confisfurent, les La bibliothèque, de la Carinthie, auj. Capella, pet. ville qués par arrêt du Parlement. riches et précieux manuscrits, dont la plupart étaient de la Carniole (Krain). un cerf ailé et le mot à la marque du connétable, furent réunis à la bibliothèque de Fonespérance, Capella, la Chapelle; un très-grand nomtainebleau. bre de localités portent ce nom en localité de KavTiotëï? Cantiœbis, [Ptol.] France; plusieurs se distinguent par le de Hambach, auj. bourg nom de leur saint patron Capella S. Vindélicie, Bavière, près Nuremberg. Dyonisiij la Chapelle-St-Denis, auj. réude nie à Paris Capella DNIGilonis, la Chacomté Cantium CANTIA [Beda], [Cœs.], c'était chef-lieu Canterbury; pelle d'Angillon, pet. ville du Berri Kent, de l'Heptarchie l'un des sept royaumes (Cher), etc. Cent-ivaiwice. en saxon saxonne, Capena [Liv. v], Capenatium Municipium Kcwtiov "Axpov [Strab., Ptol.], cap [Inscr. ap. Grut.|, ville d'Etrurie, auj. Cantium, Sud d'Angleterre. Civitella, ville des- États Pontificaux. sur la côte Ramsgate,
du PICTIONN. DE GEOGlt.

9

259 Capha, Theodosia. voy.

CAPHA.

CAPUT BOVIS.
Capruls, dans Cahorle, pet. ile de eaux de Venise. l'Adriatique,

200

CAPIIAREUS [Plin., Ovid., etc.], Caphereus [Strab.], ville maritime de Promont., Kaoripsû; [Hérod., Ptol.], Kœ- Caprus, KâTjpo; de l'île la Macédoine, auj. Lybjadha ou LybtCass.], promont. çvipyii; [Dio zadha [Forbiger]. d'Eubée, auj. Cavo d'Oro ou Xylofago, de Fr. (Seinecap de l'île de Négrepont. Caprusiuji, Chevreuse, bourg château. et-Oise) duché-pairie; Capiacum, Chépoix, village de Picardie Captonacum Palatium anc. (Somme). [Greg. Tur.], ou villa mérovingienne, Capidava [Itin. Anton.], Cappidava [Geo. auj. Captonnay en Lorraine, suiv. Du Cange. Capnay, Rav.J, Ka-(Saëa [Hier.] localité de la On trouve dans les Prœcepta Ckildeberti Mœsieinfér., sur le Danube, auj. Tscherle même naivode (?), dans la Boulgarie [ForbiOpatinacdm, qui doit être mot, mal écrit ou mal lu. ger]. Kawû». Capua Capionis Turris, voy. C^pionis. Cic., Plin., [Liv., etc.], KaTuin [Strab., Ptol., etc.], [Steph.], Capitabriga (tète de pont), localité dont anc. la capit. de l'Apulie, Vultuknum, nous trouvons le nom sur quelques ville de sur le Volturno, Capoue, Capua, livres, probablement Cambridge (?) la Terra di Lavoro, du prov. napolit. Plalonis de rebus divinis dialogi selecti grœce d'Italie. ruines Quelques qui se r.tlatine, in commodas secliones dispertiti; amiexo roy. emenencore à Santa Maria delle Gravoient ipsarum indice. Editio secunda, auctior et noyisitatior. Capitabrigae, 1683,in-8. (Catal. libr. seules de zie, indiquent l'emplacement sime impress. Amstel.ap. Janssonio-Waesbergios, cité a que le nom d'Annibal l'antique 1683,p. 6.) rendu si célèbre. La Capoue d'aujourCapitina Civitas [Cic.J, Capytium, Kcmtûtiov est sur l'emplaced'hui, Capua Nova, Casilinum. ment de l'anc. [Ptol.], Capizzi, ville de Sicile, dans le val di Demona. Fabricius et quelques autres Prosper Marchand bibliographes après lui ont fait remonter à 1489 l'imCapitis Buccii pagus, pays deBuch, district primerie à Capoue. Le premier livre imprimé aurait été un Breviarium de Guyenne. Capuanum, publié par ordre de l'archevêque de Capoue, Jordano Cajetan, qui mousur le fl. Eryx, Capitoniana [Itin. Anton.], rut en 1496; vol. in-S et non in-8, comme le dit Prosper Marchand. Cette date d'impression est fort Ramaceo, bourg du S.-E. de la Sicile. exacte, et Ughelli, dans son Italia sacra, la conde Hongrie. mais le lieu d'impression n'est point Capoue, firme Caposvarium, Caposvar, bourg et Giustiniani prouve que ce bréviaire fut exécuté à CAPRiE de Mathias fflorave il Dorsum, Ziegenrùck, ville de Prusse Naples avec les caractères difficile d'admettre que cet imserait effectivement (Reg. d'Erfurt). ait eu un établissement typographique, primeur à Capone, an xv« siècle, sans même temporairement, CaprjE Moxs, Vexa Regia [Mabillon], Chedes auqu'il en fut fait mention dans quelques-uns vremont, village de la haute Alsace, sur teurs contemporains, ou sans qu'il en restât queldu dioc. de la Meuse, à l'extrémité traces. ques Liège. Capraria, ville des Cavares, dans la Gaule Narbon., auj. Cabriéres, village de Fr. (Vaucluse). Capraria insula, voy. vEgtlium. Caprasia [Plin.]> sur la mer Adriatique, auj. Câpre* bourg de Calabre. Caprasium, Capua Stagni, Capestang, bourg de Fr. (Hérault). Capreolum, Chabrol, bourg et anc. château du xir3 s., en Limousin (Haute-Vienne). Capria [Dio Cass.], Caphejî [Plin., Tac., etc.], al Kowrptai]Steph.], Kairps'a[Plol.J, Capri, île de la Méditerranée, au Sud de Naples. Capriacum, Chevry; plusieurs localités portent ce nom en France. der Caproniensis PROCESSUS, Kapronozische district, en Croatie.
Ce n'est qu'en 15Û7 que nous pouvons, avec de la tyM. Ternaux, faire remonter l'introduction pographie à Capoue, et encore nous serait-il imposa puisé son renseignesible de dire où M. Ternaux sous toute réserve ment, que nous transmettons delli tredici Italiani Successo delto combatimeiito e tredici Franciosi, (alto in Puglia, con la disfida, et la virile essortalionc cartelli que fece lo capitaiieo Fieramosca a gli compagni et la gloriosa vittoria ottenuta di gli Italiani, net anno 1503. Stampato nella fedelissima citta di Capua, per Giovanne Sultebach, 1547, in-8. de Naples Cette grande ville était trop rapprochée pût y prendre jamais une pour que l'imprimerie aussi voyons-nous presque tous grande extension les ouvrages consacrés à l'histoire ecclésiastique et exécutés au xvie et au xvn° siècle par municipale des typographes napolitains.

les

Capungum, Confugium,Kaufungen, village et abb. de la basse Hesse (Cassel). CAPUT Aqueum, Capacdo, pet. ville de la Principauté citer. (anc. roy. de Naples). Caput Bovis, Kh-cûîSce; [Procop.], Pons Trajam, tète de pont sur le Danube, dans la Mœsie supér., dont les ruines

261

CAPUT BUCCII.

CARBANTORIGUM.
Caralitanus Sinus, di Cagliari. KapaXXiTavô;

2U2
xo'Xiro;, golfo

subsistent entre Zernigrad et Tschernetz. Caput Buccii, Capt de Buch, la Teste de Buch, pet. port sur le bassin d'Arcachon (Gironde). CAPUT Corsum, Promont. Sacrum, Capo Corso, cap Corse, dans l'île de ce nom. CAPUT Denaci, Uxellodunum (?) [tes.], ville des Cadurci, dans la Gaule Aquitaine, auj. Capdenac, bourg de Fr. Nouv. (Lot). (Voy. Champollion-Figeac, Recherches sur la ville gauloise cFUxellodunum.) D'Anville place cette localité à Puech-d'Usselou, village du Quercy, près Cahors, et d'autres bibliographes à Cabors même Usselou rappelle certainement Uxellodunum nous avons par erreur porté cette localité au mot AXELLODUNUM. CAPUTfinis- Terr*, voy. ARTABRUM PROMONT. CAPUT Histrl*, voy. jEgida. CAPUT OENI, YEngadine, vallée suisse du canton des Grisons. CAPUTRisum, cap Carpasso, dans l'île de Chypre. CAPUT STAGNT, voy. CAPRASIUM. CAPUTThyrsi, Thyrso, bourg de l'ile de Sardaigne, ou Buduso, localité voisine, suiv. Forbiger. C Capytium, VOy. CAPITANAIVITAS. CARA [Plin., Inscr., Grut.], Cares, près de Puente la Reyna, en Navarre, suiv. Reichard. Caraca [Geo. Rav.], Kâpaxiw. [Ptol.], serait, suiv. Forbiger, la ville de Guadaque lajara, dans la Nouvelle-Castille, l'on trouve aussi désignée sous le nom (I'Arriaca. Voy. ce nom. Caractacus, voy. Cariciacus. Caracotinum [Itin. Anton.], Graville, près Harfleur, bourg.de Fr. (Seine-lnfér*). Quelques géographes ont vu dans cette station de Y Itin. d'Antonin, les uns Carentan, les autres le Havre. Cakactondm, Allerton, ville d'Angleterre [Graësse]. Caiudocus, Keradec, village de Bretagne (Finistère). Caradhina, le Brino, fl. d'Albanie; se jette dans l'Adriatique. Carales, Caralis, voy. Calaris. Caralitanum Promont.j capo S. Elia, en Sardaigne.

à Caralium ville du Piémont, (?) Caraglio, l'O. et près de Coni. en 1773, dit M. Cotton, qui, même Imprimerie une date à Falkenstein, devrait lorsqu'il emprunte bien fournir un titre à l'appui de son assertion. ChàteauCastrum REGrNALni, Caramentum, ville de Fr. Château-Renault, iCegnauld, (Indre-et-Loire).

Carantomacus [Tab. Peut.], Carenton, bourg de France, près Rodez (Aveyron).
pons ChatenCarantonuh, Cn^vRENTONius, de Fr. (Seine). ton-le-Pont, bourg Un très-grand nombre de livres protestants, au xyii« siècle, portent ce nom de lieu. Les réformés avaient à Charenton un de leurs temples les plus renommés mais il est à croire que l'établissement typographique qu'ils y avaient fondé n'avait pas une importance aussi considérable l'énorme que semble l'indiquer quantité de livres publiés sous ce nom de ville et qu'un certain nombre de ceux qui sont désignés sous la rubrique sortent des imprimeCliavenlon, ries protestantes de la Itochelle, de Saumur et de comme il parait certain Montpellier. Cependant, a existé dans cette localité, sous qu'une imprimerie Louis XIII, nous dirons que le plus ancien livre que nous connaissions avec cette souscription est daté de etixir Caloinisticum, seu 1615 Andreœ Schioppii Ponte Charentonio, lapis PMlosopMœ reformata:. 1615, in-8. Plusieurs imprimeurs établis à Paris, L. Vendosme, J. Berjon, etc., mettent leurs noms au bas de livres ce qui prouve ou une sorte imprimés à Charenton, d'accord tacite d'adopter un nom de guerre pour ces livres de combat religieux, ou l'existence réelle d'un établissement dans la localité, et typographique cette existence parait démontrée par une Sentence du 2a janvier 1620, rendue contre Jean Berjon et Samuel par Petit, pour un libelle diffamatoire, il fut dit que la pi-esse il imprimer que laquelle seroit ledit llerjon avoit fait porter à Charenton, ostéc dans les vingt-quatre et les livres heures, brûlez. CARANTONUS Carenton'ius dans jette Càranusca Kavs'v-eXo; [Auson.], fl. de la Charente, l'Océan. Saxanusca Peut.], de Lorraine, près suiv. d'Anville Saarburg. [Ptol.], se 1t.

[Tab. village Elzing, ville (Moselle); et suiv. Cluv. Cariaba

[Cluv.], ThionGarsch,

Cahara, trurie, près bres Carasa bourg

ville d'ÉAnton.], [Itin. ville forte d'Italie, auj. Garnira, de là sont les célèModènc près Lunenses marbrières, Lapidicinœ. Garis [Itin. Anton.], du Béam (Basses-Pyrénées). Caravaggio, la Délég. de du bourg Bergame. Garris,

Caravacium, dans nais,

Mila-

CahCaRBANTORIGUM, KapëoLVTo'pi-fOv ]Ptol.], bantium localité de la [Geo; Raven.J, Britannia en Barbara, auj. Cacrlaveroh, suiv; Camden, ou Kirkcudbright, Ecosse

263

CARBONACUM.

CAREGIUS AGEK.
Carcuvium, d'Espagne. Cardabianca, Carajuel, Caracuêl, Friburgum. pet. ville pet.

264
ville

suiv. Reichard, chef-lieu du comté de ce nom. Nova. Carbonacum,voy. CORBEIA
Carbonaria, pet. ville Carbonaria la haute Carbula Corbul, Aqua de France (Plin.], Italie, BELLA, Aiguebelle, (Haute-Savoie). ville de du Pô.

voy.

Cardaliacum, Cardaillac, Quercy (Lot).

du

Porto di Goro, à l'embouchure

ville de [Plin.], en Andalousie,

la Bétique, auj. suiv. Reichard.

Carcaso [Ptol.], [Caes. B. Gall.], Kap**™ CarCarcasso Tectosagum fltin. Hier.], Carcasum cassio [Tab. Peut.], [Plin.], dans la Narville des Volcœ Tectosages, les au détruite par Burgundes bon.; au x°; auj. Carcassonne, ve s., et rebâtie ch.-l. du dép. de l'Aude. Un livre cité par Panzer à la date de 1517 est certainement le plus ancien spécimen de l'imprimerie locale, si tant est qu'il faille accepter comme authenfourni par la souscription le renseignement tique ecclesiœ et diœcesis sive Baptisterium Ordinarium, Au y du dernier f. Carcassone. Ympressum siue Il Baptisteriû ecclesie hoc opus ordinariû fuit mandafo t;et~ra6fifa et diœcesis Cnrcassone de ca II nonicoty capituli sede vacâte ecviroty dùcfy Die vii mèsis jebruacl'ie cathe [j dralis Carcassone. mccccc xvij in-ft, \\rii Anno diiice ïcarnatôis. a e par 8, f g par 6, en rouge et goth sign. sont en blanc et subsnoir; les notes de plain-chant tituées à la plume. Ce rare volume, provenant du cardinal Le Tellier, archevêque de Reims, est à la bibl. Sainte-Geneviève; rien dans la souscription précitée malheureusement et pour notre part ne prouve le lieu d'impression, doutons fort que ce lieu soit Carcassonne. nous L'arrêt du 31 mars 1739, qui fixe le nombre des dans les villes du royaume, supprime imprimeurs il est présumable celle qui existait à Carcassonne que par suite d'une tolérance spéciale on ne donna pas suite à cette mesure, car voici la note que nous trouvons au Rapport fait à il.de Sartines en 176a un seul imprimeur, Carcassonne, Jean-Baptiste · Coignet, reçu en 1760, fils et petit-fils d'imprimeurs qui ait son aïeul établit la première imprimerie fonctionné dans cette ville.

Cardania, Ceretania, Cerhitania, la Cerdaanc. des Ceretani; gne (Cerdana), pays en Cerdagnes se divise auj. espagnole et française; l'une formant du partie l'autre des Pyrénées-Orientales, dép. en Catalogne, intend. de Girone et de Lérida. Cardasum, sur l'Arno Cardia Cardano, [Bisch. bourg etMôll.]. du Milanais,

[Plin., Mêla], KapJi'a [Hérod., Ptol.], ville de la xo'Xi? [Pausan.] KapSiavûv Chersonèse de Thrace, auj. Karidia, ville de Turquie, dans la presqu'île de Gallipoli. Garden, près de bourg Trèves. de la Prusse

Cardonia, Rhénane,

Cardonum [1t. Hier.], Carrhodunum, £ouvov [Ptol.], suiv. Reichard, auj:, de Hongrie. drovecz, bourg Carea, ville ville

KappoSan-

Chiers, Carium, Ciiierium, Chieri, du Piémont; au moy. était, âge, libre. Nous trouvons dans Ilaym Cesare Molcgnano. Dcscrizione dell' origine,' silo, e famiglie antiche délia cilla di Sorrentn. Chieri, 1007, in-4, nous et qu'il faut croyons qu'il y a faute d'impression lire Cliieti.

Caregius Ageh, Careggi ou Carreggie, villa près de Florence (Italie).
Cette magnifique résidence qui faisait avec celle de Fiesole, aux portes de Florence, partie du domaine privé des Médicis, n'était, point, comme on pourrait le supposer d'après les titres de quelques ouvrages de philosophie de Marsile Ficin, le lieu d'impression, des traités mais seulement celui de la composition de ce philosophe nain <n° 7,063) nous donne la exacte d'un de ces volumes publiés sans souscription indication de lieu, ni d'année d'impression, qui pourrait jeter quelque trouble dans les idées du biblio(le Triplici illarsilius phile inexpérimenté: Ficimts, fila. data est XV. Sept. 1&S9, i;i Agro Caregio. in-ù de 100 f. Ficin faisait imprimersesnombreux ouvrages à Venise et à Florence (voy. Hain, 7005 el suiv.).). Ce fut dans cette magnifique villa des Médicis que le grand Cosme et Laurent, le Magnifique, moururent c'était de là qu'ils écrivaient à Marsile Ficin: « Viens donc à Carcggio, ami, et, si possible, apporte avec toi le souverain bien de Platon. » Ficin luimême y mourut le 1er octobre 1U99. Cette villa existe encore; elle appartient à un Auglais, M. Sloane, qui en a fait un véritable musée médicéen, composé avec le goût le plus sévère et le soin le plus religieux; la bibliothèque ou se réunissait la célèbre Académie Platonicienne est conservée, ainsi que cette chambre où l'incomparable Laurent le Magnifique, expirant, disait à Pic de la Mirandole et h Politien, pieusement inclinés à son chevet a Ce que je regrette, mes amis, c'estde mourir avant d'avoir mis la dernière main à votre collection de livres àSt-Marc! l'ancien » (St-Marc de Florence, couvent de Savonarole.)

Carcicis PORTUS, Cassis, bourg de France (Bouches-du-Rhône).
CARC1NA KotpxwTi; Kâjx'.va [Ptol.], [Plin.], localité de la Sarmatieeurop., [Hérod.], la prov. de Kiesselev (?), bourg 0 de auj. Goeslewe (Russie). Fluvius, PACYRis[Plin.],fl. Ptol.], le Kanilschak; europ.,auj. la mer Noire. Carcinites Sinus, de Kanilschak, Kapxivmri; [Strab., de la Sarmatie se perd dans ou

Carcinites

golfe de Akhmeschid dans la mer Noire.

sur le fleuve Carcines Carcinus (le [Mêla], ville de la Grande-Grèce Corace), (le suiv. Catanauj., Reichard, Brutium), de la Calabre ch.-l. de la prov. zaro, IIe. ultér.

Carcoviaca, Kirhval, bourg de l'ile de Mainland, l'une des Orcades.

2Go

CARELE.

CARMO.

266

Carele [Itin. Anton., ïab. Peut.], ville d'Etrurie, auj. Galem, en Toscane. CARENTO, Carentan, ville de Fr. (Manche). Carentonium, voy. CARANTONUM. Cargapous, Kargapolj, sur l'Onega, ville de Russie (gouv. Olonez). CARIARA, voy. Carara. Cariciacum, Caihsiacum, Karisiacum Palatium [Capit. Car. C], Cahiciacus Locus INPAGO VILLAPALATII UPER S SUESSIONICO, Isaram [Fredeg.] Cakici [Chron. D. Dion.], Kiersy, Quiei'zy-sur-Oise, village de France, près Chauny (Aisne); anc. villa roy. Charles-Martel y meurt en 742; concile en 849 [Mabi'll. Bip/. 1. iv]. Caricta, Carricta, Carrick-on-Suir, ville d'Irlande (comté de Tipperary). L'imprimeriedateen cette ville de la fin du siècle dernier. M.Cotton ne connaît pas de livre plus ancienque celui-ci The Polygiot preceplor, or elementary instituiez of the cnglisli,latin, greek, licbveuand irish languages. Vol. l contalning a complet grammar of the english longue (or the use of scliools. by Patrick Lynch. Carrick, printed by John Stacy, mdccxcvi, in-8 de 122p. Carilocus, Carolocijs, Gharlieu, ville de Fr. (Loire); concile en 920. Carimacum, Carignan, bourg de Fr. (Ardennes). Carinianum, Carignano, Carignan, ville de Piémont (prov. de Torino). Carintoia, la Carinthie, Kârnthen, partie orientale du Tyrol. CARIO Car)'ion de los Condes, ville COMITUM, d'Espagne [Graësse]. CARIS[Cell.l, Carus [Grog. Tur.], Ciiares [Fortunat], le Cher, riv. de Fr., afll. de la Loire. CARISIACUM, Checiacum. VOy. CARISSA [Plin.], Kâptara [Ptol.], Carissa hegia Aurélia, ville de la Bétique, auj. Cariza, ville d'Andalousie. Caristum [Liv.], ville des Statiellates, dans la Ligurie, auj., suiv. Cell., Carso, bourg de la prov. de Gènes. CaritjEUsi, Caritas, OPPIDUM Charitatis, la Charité-sw-Loire, ville de Fr. (Nièvre). Cette ville ne prit son nom qu'au xie s., lors de la fondation d'un prieuré de Cluny, que l'ordre appelait la première fille de Cluny; la ville s'appelait antérieurement Syr. Plusieurs bibliographes, et particulièrementTernaux, n'ont pas manqué de faire remonter l'imprimerie dans cette petite ville à l'année 1535,à l'occa-

sion d'un volume de Coutumes que nous allons décrire Coustumes dit pays i conte de \\iVyucrno,ys II r.uclnue.s r exem \1ptiotts d!f<'«Ht/ par Leys Jïoillard z Guillaumc A la fin Cy fine Jtourgoïg. te coustumicr et stille du pays et conte de Niuer || veu z corrige nu vray, selon loriiwys diligèmcnt le dernier iour ginal. Et fut || acheuc dimprimer du moys daoâst mil || cinq cens trente cinq par Nicolas hieman im\\primeur, pour hoflestc psonne libraire de IImourant à Jehan [| le Noir, marchât la Chari Il le pres la halle || a lensci || gne[| sainct ou ilz se vendent z à Neuers || a tenscigue Jacques saint Hoc, rue de la Saueterie, pet. in-4 goth. Nicolas Hieman était établi à Paris. La Bibl. iinpér. possède de ce rare Coulitmier un de Vallière; il avait cxcmpl. sur vélin, provenant été offert par les auteurs à la comtesse de Kevers, Marie d'Albret, dont il porte les armes miniaturées sur le titre. Falkenstein, moins ambiiu'uxrmc Ternaux, ne fait remonter l'imprimerie la la Charité qu'à l'année 1711, sans citer aucun titre à l'appui de cette allégation pour notre part nous confessons ne pouvoir la reporter qu'aux premières années du siècle actuel. Cariuii, voy. Carea. Cariât, pet. ville d'Auvergne

Carlatum, (Cantal). Carleolum, Carlingfordia^

Voy. Luguvallium. voy. Buvindum. Bibium [Itin. Anton.], des Etats autrichiens Cari(Croa-

Caki.ostahium, ville staclt,

tie).. Le calai. Baluze nous donne une indication que nous devons relever, bien que le vol. dont il relate le titre soit sans date J'reces Cliristianœ collecta: a flfathœo et slavonica. Silinski, liiigua russica Carlostadii, s. d., in-û. ville Carmaniola, Carmanola, Carmagnpla, du Piémont, près du Pô. Uu typographe ambulant imprima dans cette petite ville, au xve siècle, un ouvrage cité par les bibliographes, mais dont nous n'avons pu nous procurer l'acini de d'exemplaire Tibergœ in Alexandrum villa dei inlerprctatio. 11197. TirabosCannagnolx, chi, Panzer, Vernazza, liait), Amati, etc., citent ce aucun ne le décrit, aucun n'en donne même livre; le format. Tirabosclii (Storia della lut. ital. vi) est l'éditeur responsable (le l'assertion, puisque, le la première édition de ce premier, il l'a signalée commentaire avait été donnée à Turin en 1Ù79 par Lefebvre de Langres, sous les auspices du marquis de Saluzzes; quant à celle de Carmagnola, personne ne Va vue. llayin (p. Cld) nous donne un second produit de la typographie dans cette ville; mais encore sans nom d'imprimeur Fortalizio delta Fcde contro (tel J'adrc Alf. SpinadeW gli Ebrei, li Saracmi. ord. rie' Minori, trad. dalla lat. nell' Itat. (la un religioso del medes. Ord'ne. Carmagnola, 1522, in.4. CARMANUir, Languedoc Carmathena, Carming, Carmaing, (Haute-Garonne). voy. Mariduxum. bourg du

Carmentuams VILLA [Pr.ec. Caroli Simpl.], Carmen Tradi, Carmentray, village près sur la Marne Meaux, ann. [Mabillon, Bén. 3io). Carminianensis Calabre. Cahmo [Cbps.], SALTUS [Not. [Strab.], imper.], la

Kâpu.wv

Kapêùvyi

267

CARM0V1UM. CAROLI HESYCHIUM.

268

[App.], ville de la Bétique, auj. Carmona, ville de la prov. de Séville, suiv. l'Itin. de M. de Laborde. Carmovium, Carmoux-les-Cordes, bourg du Languedoc (Tarn). Carnacum, Carnac, bourg0 de Bretagne (Morbihan). Carnarius Sinus, Carnero, partie du golfe de Venise.

Carnia [Luen.], Carniola [Cluv., Cell., etc.], Crania, Krain, la Camiole, prov. illyrienne de l'empire d'Autriche. Carnia, Charnie, anc. district du Maine; dépend auj. du dép. de la Sarthe. Carnicum Julium, Villach, ville de Carinthie [Graësse]. Carnioburgum, Krainburg, ville illyrienne de la Carniole, près Laybach. Carnoetum, Karnoètj village et anc. abb. de (& Bretagne (Finistère). CARNOTENA urbs, voy. Carnutum. Carkovia [Cellar.], CARNUVIA, Jâgerndorf, villede la haute Silésie, près Troppau. CARNUNTUM [Plin., Itin. Ant., etc.], KafMGû; [Ptol.]., CARNUS [Liv.], ville de la Pann. supér., au S. du Danube; suiv. Cellar. c'est auj. Hainburg (Hamburgum AusTRi«);suiv. Kruse, le bourg duPetronell, du Blésois, Chabris, Carobrm, bourg près à { m. de Ilainburg, dans le comitat. Romorantin (Loir-et-Cher). de AYieselburg. hongrois BURGUS. Caroburgum, voy. C^saris Cara'utensis Ager, le Pays Chartrain, auj. CAROCELIS Vallis, d'Eure-et-Loir. Maurianensis la dép. Vallis, Vallée de Maurienne, en Savoie. CaRNOTES [Cœs.], KapvoÛTaiPtol.], CARNUTI [ Carocotinum [Itin. Anton.], ville des Ca[Plin.], peuple de la Lyonnaise IV0, entre la Loire etla Seine. letes, dans la Gaule Lyonnaise, auj., suiv. Valoiset Cluvier, Crotoy,le Crotoy, CARNUTUM [Notit. Imper.], Autricum, Aûrpipet. ville de Picardie (Somme) mais Urbs [Frédég.], x.ov[Ptol.], CARNOTENA cette attribution est contestée. Carnotuh [Greg. Tur.], CARNOTAS CIV., Carnotes [monn. mérov.], Autricum in Carodunum, voy. CRACOVIA. Carnutibus, Chartres, ville de Fr. (EureCarolesium, QUADRELLENSIS, Quadrigellenet-Loir). sis PAGUS, le Charolois, le Charollais, La biblioth.Mazarine un volumefort rare possède anc. de prov. la française dépend. qui nous permet de faire remonter au xves. l'étaest auj. dans le blissementde t'imprimeriedansla ville de Chartres: Bourgogne; comprise Breviarium ad ttsum ecctesiœCarnotensis. On lit de Saône-et-Loire. dép. au v° du 8û= f. Consumatû odso(!(fw<pj|(sic) est hoc psatteriiim carnolifiaww dni mcccc octauo\\ CAROLI Corona, Carlscrona, Karhkrona, Il gesimo tertio quarto de\cima die mensis aprilis ville de Suède, bâtie sur plusieurs peî domovenerabili canopiici mgri Petri Plume\ tites îles de la Baltique, dont la princiorate pro eo. In-ù goth. de356ft. à 2 col. de28 lig. Au recto du dernier f. est répétée cette indicapale s'appelle Trottsoe. tion Anno ab Xcarnaliaèdni MCCCCctogesimo o Le Suppl. du V Cotton nous tercio. Die xvn iulii ysumatû S. Selon toutes les primerie exista à Carlscrona des apprend que l'iml'année et probabilités, ce bréviaire aurait été exécutéà Char- qu'en 1687 Vitus Haberger, imprimeur à 1656, Malmoë, tres dans la propre maisondu chanoine P. Plume transporta dans cette ville ses presses et son matépeut-être à l'aided'un riel. J. Scheffer non plus que Hallcrvordt ne nous par un imprimeur nomadeoude Rouen. Nous matériel expédiéde Paris ou ignofournissent aucun renseignement à l'appui de' cette rons si les archives dela ville ou de la cathédrale assertion. renferment quelquesdétailsconcernantce fait assez intéressant. CAROLI HESYCHIUM, Caroijna CAHesycbia,

Au xvie siècle nous trouvons de distance en distance trace d'une imprimerie ainsi en chartraine 1526 Constitutiones synodales diœcesis Carnotensis. Carnoti, 1526, in-4, réimpr. par Phil. Hotot, en 1550, également in-4. Mais nous croyons que le premier imprimeur établi d'une façon véritablement et stable régulière dans la ville de Chartres est ce même Philippe Hotot qui demeurait eu la Gra7id /lue près la Roze. On lui doit les Coustumes de Chasteauneuf en Thiff. sans chiffres, merays, pet. in-S goth., sign A.-L, portant la date du 8 mai 1553. Un grand nombre de livres portant le nom de cet habile imprimeur nous sont donnés par le P. Le -Long, par le catal. de l'hist. de France de la Bibl. impér., par les catal. Baluze, d'Estrées, etc. En 1558 nous trouvons un nouvel imprimeur, S. une pièce in-8 conPicquot, dont nous connaissons tenant un Petit iraicte, exlraict par 7noiisietti, maistre Estienne Prévost, officiai de Chartres, contenant de plusieurs description matières et hystoires dignes de mémoire touchant le noble de France, etc. royaume La même année 1558 le même Estienne Prévost publie un autre petit traité sur l'église de Chartres auquel la veuve J. Pisson met son nom, nous croyons seulement comme libraire et non pas comme imprimeur. Puis vient la famille des Cottereau, dont le chef, Richard Cottereau, était établi libraire à Chartres, en même temps que Phil. Hotot c'est pour lui que Nicolas Chrétien de Paris imprime en 1557 une édition du Coustumier de Chateaxmeuf. De son fils Claude t'imprimeur, nous connaissons un très-grand nombre d'ouvrages publiés jusqu'en 1597. En 1764, trois imprimeurs-jurés étaient établis à Chartres Nicolas Bernard, depuis 1724; Francois et Michel-Charles IlannerLetellier, depuis 1726, ville, pourvu en 1752. Ce nombre de trois imprimeurs indique une tolérance de la part de l'autorité, car l'arrêt du 21 juillet 1704 avait fixé à deux le nombre des imprimeurs de Chartres.

269

CAROLI PORTUS.

CARPENTORACTE.

270

holsbuiia [Bisch. et Môll.], Carlsruhe, cap. du grand-duché de Bade.
d'une grande importance. L'impriBibliothèque merie n'exista dans cette ville qu'à la fin du xvm* s. Le fameux ouvrage de Claude Dupin, les OEconomiques (3 vol. in-tt), imprimé sous la rubrique Carlsruhe, qui ne fut tiréqu'à une douzaine d'exemplaires, fut exécuté à Paris. Claude Dupin, fermier fut également l'auteur de deux ouvrages général, sur un livre intitulé et observations Itcflexions Paris 17&5 et ibid. 1757-58, De l'esprit des loix. fit également tirer a un nombre infiniment qu'il Ce bibliomane restreint philosophe d'exemplaires. fut l'aïeul de George Sand c'est un titre littéraire (lui en vaut bien un autre. Cahou Portus, (Sud-Gothland). Curlshamm, ville de Suède

Des deux volumes que nous venons de citer, le premier est à la Biblioth. impér., le second à la bibl. de l'Arsenal. Parmi les imprimeurs de Charleville que nous rencontrons nous citerons Gédéon postérieurement, Poncelet au milieu et Louis François vers la fin du xvue siècle. était déjà supprimée L'imprimerie de fait dans cette ville à la fin du xviie'siecle, car l'arrêt du 21 juillet 1704, qui détermine le nombre des imprimeurs autorisés à exercer dans chacune des villes de France, ne mentionne pas Charleville. Caroloregium, VOy. Carololesium.

Carolostaiuum Carolina [Lucn.J, Civitas, Karelrurgfiscus regaus [Vita S. Burch. sicc. 3], Carlstadt, sur le Mein, ville de cercle de la Basse-Franconie. Bavière, Carolostadium, d'Autriche, Carolostadium Karlstadt, au S.-O. ville d'Agram de l'empire (Croatie).

Carou Portus AD Visurgim, ville de la Hesse-Eleclorale, sur le Wéser. Carou Villa, voy. Carolopous.

près

Carlshafen, Cassel,

Caholus, Charolles, ville de Fr. (Saûne-etLoire).
Carolina Finlande antioua, [Bisch. Alt-Carleby, etMôlIcr]. ville de

anc. Suevicusi, Tingvalla, ville de Carlstad, Carlstadt, Suède, ch.-l. de la préfecture de ce nom. L'imprimerie n'existe dans cette ville que depuis le commencement du siècle. Carolovicia, Carolovitium, ville de Hongrie, lovacze, au S.-É. de Peterwardein Caronium, Carophium, Berri pairie. CARPASIA, KafiTrœffîœ [Strab., Ptol.], Kxpnâsiov [Hicrocl.], Carpasium ville [Plin.], du Nord de l'île de Chypre, dont les ruines forment encore un village0 nommé Carpasso. Cakpates ô .KapKam; Montes, è'po; [Ptol.], ALPES Bastaiwi&e Carpa[Tab. Peut.], TICI MONTES [Cluv.], Monts Karpathes, chaine de monCarpathen, Krapacks, tagnes qui traverse l'Autriche, séparant la Gallicie de la Hongrie, la Transylvanie de la Moldavie et de la Valachie; leur direction est du S.-O. au N.-E. Carpatiius Ins. [Plin.], Kapnafc; [Herod., Strab.], Scarpanto (en Kpàiraeoç [Hom.], turc île de l'Archipel, Koje), app. à la Turquie. [Plin.], Carpentoractum, ito'Xi; Kaouâpuv Kap-svTœpcv [Strab.], des Cavares, dans la Narbonnaise, ville de Fr. (Vaucluse). Carpentras, ville auj. voy. Brigantium. pet. de ville du duchéCarCarlowitz, sur le Danubè, (Slavonie].

Carolina NovA,Carolopous, Neu-Carleby, ville de Finlande [Id.].
ville Caroline: Carlsbad, Thermo, de bains en Bohème, blissement Tœppel. et étasur le

Charost, Charrost, anc. titre (Cher);

Carolium, Karoly, Gross-Karoly de la haute Hongrie.
Cahololesium ville forte de Carolofiegium, Charleroi, (Hainaut). Belgique forteresse domine de Givet

Charleinont, Carolomontiom, qui l'empire français, (Ardennes). Carolomoktium Hiberxicum, sur le Blackwater, bourg magh). Carolopolis, voy. Carolina Carolopous

Cfiarlcmount d'Irlande (ArNOVA.

Arc.-e Campanlë, Carou Villa, ville Chmïevilte, de Fr. (ArRemenses, elle n'est de Mézières dennes); séparée que par la Meuse. existe dans cette ville depuis 1G13, L'imprimerie mais sur quel fait repose cette asdit Falkenstein sertion, le bibliographe allemand ne nous le dit pas. Ce n'est qu'à l'année 1628 que nous pouvons la faire remonter. Parmi les nombreux ouvrages que nous à cette date, nous citerons rencontrons Jîpilome B. Alariœ chronicon monaslerii Moscomaisis 's ord. S. Jlenedicli, in diœc. IViemensi. (Mouzou), Nie. llaberti, collecta opéra et industria ejusd. monast. claustralis. prioris Carolopoli, typis Huberti I\aoull,lC28, in-8». Claude de de la princesse madame Sepulchre Muy, comtesse de Clialigny, fondatrice et religieuse de Jérusalem. professe de l'ordre du S. Sèpulchre Charlcvillc, Uaoult, 1628, in-8. Le nom de cette dame illustre est estropié par le P. Le Long, qui l'appelle Claude de May elle fut ensevelie dans l'égKsc de ce monastère le 27 novembre 1027. C.rVv-u-t '•

Carpentoracte

Mercier de Saint-Léger a, dit-on, prouve l'erreur des bibliographes qui faisaient remonter l'imprimerie à Carpentras jusqu'au XV s. la date de 1494 non point celle de l'impression, mais celle de serait, la rédaction du livre que l'on citerait; ctPanzer, ajoute M. Cotton, par son silence, confirme l'assertion de l'abbé de Saint-Léger. Très-bien, mais quels sont ces bibliographes qui ont commis cette bévue? voilà ce faudrait savoir. En effet, Prosper llarchandcile, qu'il ecleslium mourant sine calp. 89, dc Inttagalione

271

CARPESH.

CARTHAGINIENSES.

272

a mais que culo. Carpen, 1494, in-4, et il ajoute veut dire Carpen?. faudrait-il Campeut-être pen. u Et voilà le crime que relève le docte abbé. Il est vrai que l'rcytag (Apparat. LUI. t. II) donne la souscription du livre Ex Carpen. per Guil. ex Zetanctia, iliOU. Et comme AZgidii de Wissekerc il ajoute que dans un autre titre l'auteur est appelé civis Carpentoralensia il en conclut que Carpen veut dire CarpentoraWm, et que 1494 est la date non pas de l'impression, du mais de l'exécution déduction qui nous parait moins logiquement livre amenée. Nous contenions à acclamer cependant le triomphe de l'abbé de Saint-Léger, bien que ses ennemis nous paraissent quelque peu imaginaires. D'autre part, voici le Suppl. du l)r Cotton qui nous dit que l'imprimerie date à Carpentras de l'année 153.S, et qu'à cette date il existe deux traités du cardinal Sadolet, mentionnés les bibliograpar phes ceci est encore pour nous une inconnue. Nous connaissons cependant deux ouvrages du célèbre cardinal, mais l'un est portant cette date, imprimé à Lyon, l'autre à Genève. Nous sommes forcé de retomber à Dominique La Barre, qui nous parait être le premier imprimeur de Carpentras et dont le plus ancien volume que nous connaissions de M. de la est le Portefeuille Faille, in-12, publié en 1694 et qui pourrait bien être réellement imprimé dans cette ville; mais un volume infiniment est celui-ci plus authentique Décréta aimo 1697, a syiioili Carpentoractensis, Laur. Butio. in-4. Capentoracti, 1698, En 1702. nous trouvons un nouvel imprimeur, Claude Touzet. Carpentras dépendait du comtat Venaissin, qui ne fut définitivement réuni à la France que le 14 septembre 1791 c'est ce qui explique pourquoi cette ville ne figure ni aux règlements concernant la édictés pendant le xvme s., ni au liapp. librairie, fait à JI. de Sartihes en 1764. Carpeso [Liv.], de l'Espagne beri dans Carpi occupait le roy. Carpetani [Plin.], peuple à l'O. des CeltiTarrac, les deux rives du Tage, de Tolède.

[Amm. Marcel.], KapmaMc! [Ptol.j, de fa Kap-rrci [Zozim.], Carpiani, peuple Sarmatic europ.; occupait la Podolie actuelle. voy. DRAVUS.

Carpis,

ville forte d'Italie Carpium, Carpi, (prov. de Modène). Maittaire et Panzer nous donnent le titre de deux dans cette ville au commencevolumes imprimés ment du xvr siècle Leclura fratris Pauli scriploris ord. miiwr. de Obseruantia super quœsliones Scoti in primo libro sententiarum per arlium et theotogiœ doctorem Joannem Montesdocca Jlispawim emendata. Impressa Carpi per Benedictum Dulcibellum Carpensem impressorem elegantissiinum, anno (lui mdvi die ix aprilis, in-fol. Le second ouvrage sort des mêmes presses; il est daté de 1508; c'est Graliani doctoris Brixiensis ord. min. in secundo libro sententiarum Scoti, in-fol. à Carpi Nous ne trouvons plus trace d'imprimerie pendant la fin du xvi" siècle, et ce n'est qu'en 1019 et Melzi (Dict. des Anon.) nous donnent qu'Haym comme imprimés dans cette ville les Capiloli e dei consiglio dei signori Prhitegi Venti di Corregio. Carpi, 1619, in-4. Carpium AD Atoesim, Vénétie. Carpi, bourg de la

Carpona, Karpfmi,ville de Hongrie.

Carraca, voy. Arriaca. Potentia [Plin. III, 51, ville placée CARREA entre Pollentia (Polenza) et Augusta Vagiennorum (Sahuzo), sur le Tanaro, auj. Carru, bourg du Piémont [Forbiger]. Cahrectanum, Carretto, bourg et chat, du Montferrat (Italie). Carrfiodunum, Kappoo'ouvovPtol.], ville des [ Lygii, dans la Germanie orient., à l'O. de la Vistule, auj. Zarnoioitz, pet. ville de la prov. de Cracovie. Carrhodunoti, voy. Cardonum. Carrio COMITUM, voy. Cario. Carrodunum, Kappe'^ouvov[Ptol.], ville de la Pannonie supér., auj. Czakoto-m, bourg près Warasdin (Hongrie). Carrofum, Karofa, Charroux, pet. ville de Fr. (Vienne); 4 conciles; anc. abb. de St-Benoit. Carrostum, voy. Carostum. CaRSEOLI [Liv., Ovid.], KapaïoXoi [Ptol.], ville des iEqui, dans le Latium, auj. Civita Carentia, bourg0 de la Princip. ultér. (Naples). CARSICI,Carsicum, la Ciotat, ville de Fr. quelques géo(Bouches-du-Rhône) graphes ont vu dans cette ville l'anc. CiTHARISTA. Carsidava, KapaiJaua [Ptol.], ville deDacie, auj. Choczim, sur le Pruth, enValachie. Carsul*: [Tac.], KâpsouXoi [Strab.], ville de l'Ombrie, auj. Casigliano, bourg de Toscane, suiv. Bisch. et Môll., ou Tondino, suiv. Mannert. Carsus [Itin. Anton. ,'Tab. Peut.], Kawoùu. [Ptol.], Kaparâ [PrOCOp.], CaRSION[Geo. Rav.J, ville de la Mœsie Infér., auj. Kersova, KerschowaouHirszova, ville de Boulgarie, sur le Danube. Carteja [Liv., Caes., etc.], Kap-rviîa [Strab., Ptol.], KapSat'a[Appian.], Ka?77r,ia[Pausan san.], Kpav-t'a [Dio. Cass.], Cartegia Kpocv.Íoc des Bastuli, dans la [Geo. Rav.], ville[0i0. Bastuli, dans la Bétique, auj. Rocadillo, pet. ville d'Andalousie, ousuiv. quelques géographes, Algesiras (en arabe Al Djezyreh), dans les chron. Gésir, ville d'Espagne, à l'O. de Gibraltar. CARTEJA, voy. AlthjEa. CARTEMUNDA, Kierteminde, bourg du Danemark, dans l'île de Fionie. Carthaginienses [Liv., Cic, etc.], Kapyr,Sovioi[Strab., Polyb.], PŒNi[Virg.,Cic], Puni [Plaut.], les Carthaginois.

273

CARTHAGO.CASALEANCTI S EVAS1I.

274

CARTHAGO de la Gaule Aquitaine; Cahusates, peuple [Plin., Mêla, etc.], Cartoago Vêtus [Cic, Itin. Anton.], i Ka{yr,&wv du dép. du Gers. occupait partie urbs [Virg.], (en [Strab., Ptol.], ïïria Carussa, Charousse, bourg du Faucigny, 0 phénicien Curtha-Hadath, Nova Civisur l'Arve (Savoie). tas, Solin.), Carthage, dont les ruinesse Cary^e, Kafu».i Paus. [Xenoph., etc.], retrouvent à l'endroit où s'élèvent ville de Arakhova Laconie, auj. (Boauj. les villages de Mersa, de Malga et de Douar-el-Schat, au N.-E. de Tunis. blaye, p. 72). Carthago Nova, [Cic, Plin., Liv.,], Carthago Pœnorum [Plin.], Carthago Si-artaria [Itin. Anton. ], ville des Contestani, dans l'Espagne anc. Tarrac., colonie des Carthaginois, établie par Asdrubal, auj. Cartagena, Carthagène, ville forte et grand port d'Espagne, dans le roy. de Valence. Nous ne trouvons pas trace d'imprimerie dans cette ville avantle xtxe s. Caiithago Vêtus, Kap/viSùv -aXatâ [Ptol.], ville des llercaones, dans la Tarrac, auj., suiv. Marca, Carta Vieja, dans le district d'Alcanniz (Aragon). Cartous, le Cert, riv. d'Ecosse. Carthusia, la Chartrouse ou Chartreuse, montagne du Grésivaudan, qui prend son nom du village de Chartroux (Isère) c'est de cette montagne que saint Bruno, à la fin du xie siècle, a donné le nom à l'ordre qu'il fonda. Cartousia; il existait une abb. de Chartreux en Belgique, dioc. deNamur. Le catal. Delbecque, de Gand, nous fournit l'indicationdedeux opusculesimprimésdans cette abbayeau xv's. Een dévotemedilntieofouerdyncke aengaende de ceremoieienende thediet van der misse. Chcprcnl Chartreusen theerne, lict. in-8 goth., sansch., maisavec sign. et réel. Le second lien zoete daglielixglie oufcnymjlie om dcuole meynschen te ouerdynckene. Gheprent om deuote theerne, pet. in-8, sans ch. Cesdeux impressionspeuvent remonter à l'année 1485; elles ne sont citées ni par Panzer, ni par Main. Carthusia Magna, la Grande Chartreuse, abb. chef-d'ordre des Chartreux, fondée par saint Bruno, à 24 kil. de Grenoble (Isère). Pour l'imprimerie,voy. Correria. Carthis, Cimwrorum Promuktorium, Jutja [Cluv.], Jutlandia [Cell.], le Jutland. Carumba, Carumbus, Caromb bourg de Fr. (Vaucluse), anc. couv. de frères Mineurs. Caruûj Carvo [Itin. Anton.], ville de l'ile des Bataves, auj. Kuilenburg, sur le Leck, ville de la Hollande méridionale, ou Leersum, suiv. Reichard, on Grave sur la Meuse, etc. CARUS, oy. Caris. v
Carya Carïje, Ko.pû«i [Pausan.), ville d'Arcadie, auj. Gioza, Krevata, localité du dioc de C'est de là que vient le mot et Garyatis, (Caryas Vitruv.). Carystus ville des [Vitruv.], ou plutôt Mantinée. Caryatide

Carosio, Carystus

[Liv., Plin.], KâpuaTc; [Ptol.], la Ligurie, dans Statielli, auj. en Piémont (suiv. Mannert).

[Plin., Ovid.J, KâpuoTo; [Hom., ville de l'Eubce, CasStr., Ptol.], auj. tel-liosso (Ncgro-Ponte).

Casa, Gaiss, bourg de Suisse (Bisch. et Môll.). ).
CASA C.ïsaris, voy. C*:cilia Castra. CASA Candida, du GalloWJdthern, bourg way (Ecosse). CASA Dei, la Chaise-Dieu, ville de France anc. abb. de Bénécl. (Haute-Loire); Cas* C.-ësarianian/E, S. Giovanni, près cane. Casalaqueum, sur le Tajo CASALE AD Fines l'Arno, [Itin. bourg Ant.], de Tos-

Gazalegas, bourg d'Espagne, 0 7 (Nouv.-Castillc).

Casal ville du Majus, Maggiore, dans la delég. de Crémone. Milanais, Une imprimerie hébraïque fut installée dans cette ville au XVe siècle par les imprimeurs de Soncino, Josué et Moïse, fils du rabbi Israël Nathon, originaire de Spire, qui, -les premiers, avaient importé en Italie l'imprimerie hébraïque. Le seul produit connu de cette imprimerie est celui ci Macliasor seu cui compendium precurn pro synagogis Itaticis, Canlic. canlic, misBittli, Tlireni et Ecclesiasles centur. Commence sit Crcatoris par Jlenedictum nomen. L'ouvrage est composé de deux parties dont la première a 165 et la seconde 154 ff. A la fin Fuit autan initium œdificii liujus libriper nos soninates (sic) in urbe soncini mense Tisri anno ccxlvi sexti millenarii absoLumws hic ;sept. 1485) cnmque casale majori feria n, hebdomadœ, die xx mensis Elut anno quinquies millesimo dticentesimo qua~ sexto a crealione dragesimo muiidi, etc. (août 1480). In-fol. iinpr. en caract. hébreux de trois corps avec sigu. et titre gr. sur bois à longues lignes. La Bibliothèque ne possède de ce livre impériale sur vélin Hain a que la seconde partie imprimée par erreur donné 354 ff. à cette seconde partie. OU S. Evaxii, BODINCASALE SANCTI Evasii comagus Bondicomagus [Plin.], [Grut.], INDUSTRIA [Plin.], CASALE, Casalium, ville de la Ligurie, Casai di Casal, auj. sur le Pô, Casale di MonferSan-Vaso, dans la division rato, d'Alexandrie, anc. du Montferrat. cap.

27o

CASANA.

CASHILIA.

276

C'est à 1481 que nous faisons remonter l'imprimerie dans cette ville avec Panzer et Falkenstein. Des deux ouvrages que citent les bibliographes comme exécutés en cette ville au xve s. un seul étant daté, c'est à celui-ci que nous donnerons la {P. Om'dii N.), cum priorité Jipistolœ Ileroides Comment. Ant. Volsci et Uuberlini Cleriei Crescenlinalis. A la fin Uœc interpretatio Ilcepistolay roidum Ouidii. ab Ubertino clerico cognom. Crcscaitinate édita, et impressa est in loco Casatis saucti Kvaxii, anno salutis humane m cccc lxxxi octauo idtis septembres. Gulielmus de lmpressit de campanilibus de Sancto-SalvaCanepa-ÎS'ova, torc, impensa prœdicli Iliibertini, venerabilisque et inlegerrimi 'sacerdolis Stephani de presbyteri Ulmo, de loco Sessani, prœpositi Bubbii, et canonici in œde dicti S. Evaxii, pet. in-fol., suiv. PanAmati zer, Falkenstein,* Hain, Reichhart, etc.; dit in S. a Première AI. Brunet dit avec la Serna-Santander édition de ces deux commentaires et en même à Casale, S. temps le seul livre connu imprimé n et quelques pages plus Bvasi, dans le XVe s. loin il cite d'après Amati clarissimo poeta Ovidio de Arte Amandi. A la fin lector legis hic arte Nasonis aman di Quem libros urbe Casalis habes lmpressus Urbe suo nimium Guglielmo principe magna Felice, insigni exijus honore nitet. Vercellis ortus sacer Augustiniis, et una Cantonus obntit opus, etc. pressum Gaspar s. d. Edition fort rare, qu'Amati, nous ignorons In-4, pour quel motif, place avant les Hb-oXdes. Des trois villes de Monlferrat nous avons vu déjàà Alba et Acqui. Casai était la résidence du marquis. de Venise, Manfredo de Alomcferrato, L'imprimeur auquel nous devons deux édit. du voyage de Mandeville, en italien, était de Casai. Casaka [Cell.], ville de la Moscou. Casakum, Casan, à Russie orient., Kazan, l'E. de

Voici l'indication d'un ouvrage publié dans cette localité au xviii* s., indication que nous empruntons à Ternaux et dont nous ne garantissons pas l'infaillibilité du Pou vu au microsDescription cope, en fr. et en russe, par Pheodore Carjauine. Carouge, Jean Thomas, 1789, in-4.

Cascaes,bourg du Portugal, à l'E. CASCADE, de Lisbonne (Estramadure).
Cascastum ville des Cascante, Casciiovia, Kàracwrcv [Ptol.], [Itin. Ant.], dans Celtiberi, la Tarrac., auj. ville de Navarre.

Une université fut fondée à Kazan en 1803, et l'imla même année; elle déprimerie y fut introduite buta par deux éditions du Koran, l'une in-4, et l'autre in-8.

Casaxdkia, Cassand, Cadzand, bourg hollandais de l'ile du même nom (Zeeland). CasanumAD CmAdduasi,Cassanum, CASA, sariana (?), Cassano, bourg du Milanais, sur l'Adda.
Gesta [P. Warnef., Cassanum, Cosanum, Cassano, Napolitain (Princip. citérieure). C'était de cette ville que le duc de Cassano Serra portait le titre. On sait que ce bibliophile célèbre qui voyageait en proposa en 1819 à lord Spencer, de sa précieuse et Italie, l'acquisition bibliothèque Les livres que sa Seigneurie accepta cette proposition. étaient expédiés en Angleterre l'année suivante. Dibdin nous apprend que ce qui détermina lord Spencer à cette coûteuse aflàire, fut la découverte de la trèsprécieuse édition CCIIorace, imprimée par Arnoldus de Bruxella, à Naples, en 1474, dont le seul exemplaire-connu se trouvait chez le duc de Cassano. il y a encore Cassanum, Cassano; Casanum, villes de ce nom en Italie; deux l'une dans la Terra di Bari, l'autre dans la ultér. Princip. Casanum, Longob.J, ville du Cassianum

voy. Cassovia. ou Casellarum Casella, OPPIDUM, Casale ville du Piémont, divis. et au Caselle, N. de Turin, de la Stura. près Nous avons parlé de cette ville à l'article AUGUSTA c'était la que les Cartiere du nord de Taurinoruji l'Ilalie avaient, au xve siècle, établi leurs moulins à attiré par les relations journalières qu'il papier; était forcé d'avoir avec ces industriels, le grand imJean Lefebvre, y installa à la fin de primeur de Turin, 1474 ou au commencement de l'année suivante un atelier typographique, et, assisté du docte médecin et philosophe Pantaleone da Conftuenza (que nous retrouverons encore à Pavie), il publia Divi llieA la fin Per vilœ sanclorum Patrum. ronymi clarissimunt viedicum et philosophum dominum Fabri magistrum Pantaliouem l'erque Johaîiem Galicum De vitis sanctorum egregium arli/icem. in Casellarum patrum volumina oppido féliciter sunt. Anno dom ini M cccc lxxv, heroys Impressa luce pcnultima mensis Augusti. Amen. calidoney In-4 goth., sans récl. ni sign., mais avec cbiff. Deux ans après et quelque temps avant de retourner à Turin, Jean Lefebvre publia encore à Caselle Catonis Distica de vxoribus. A la fin Hoc opus exiguum verfecit rite lohannes Fabri cuiservat lingonii alla Lares ac voluit formis ipsum fecisse Casellis m cccc lxxvij de mense maii. In-4 goth. Un autre volume publié sans aucune indication, mais imprimé avec le même caractère que les Pies des Pères de St Jérôme, avait été publié à Caselle dans l'intervalle par Lefebvre, probablement qui c'est une sépare les deux ouvrages précédents; édition du Sophologittm Jacobi magni, in-fol. sign. A-Tàdeuxcol. de40 lign. (Hain 10474). de France, Casellium, Ch.at.dle, bourg Montbrison près (Loire). Caseolum, Choiseul, Champagne, près Marne). Choiseuil, Chaumont de bourg (Haute-

Caserta ville Caserta, Nuova, Caserte, chef-lieu de la prov. d'Italie, napolitaine de la Terra di Lavoro. Melzi (Dict. des Anon., I, 424) nous donne le titre d'un livre imprimé en 1778, et nos recherches n'ont pu nous donner lieu de faire rémonter la typographie dans cette ville à une date antérieure Le Porche Caudine illustrate (Da Franc. Daniele). Caserta, per Giuseppe Campo, 1778, in-fol. _Cashilia, Cassilia, Cashel, bourg ZDd'Irlande de Tipperary). (comté fut introduite dans cette ville par L'imprimerie un certain Thomas Lord, qui vint d'Youghal, où il un nouvel établissement était établi, fonder typoles imprimeurs graphique en 1786 qui lui succédèrent s'appelaient Reeves et William Price.

CASA RUBRA, Carouge,pet. ville de Suisse, sur les bords du lac de Genève.

277

CASSILIACUM. CASIACUM.

278

CAziiii (vme S.), Chczy, Casiacum, Caziacum, de la Brie, du dioc. de Soissons, bourg = sur la- Marne anc. abb. de Bénéd. Il y a un autre Chésy-en-Aitxois, village du dép. de l'Oise. CASILINUM [Liv., sur le Strab.], l'embranchement de la Via Appia, de Capua, auj. dans la prov. di Lavoro. (Voy. VILLA, (Allier). prussienne du KaaiXtVov [Ptol.j Plin.], Vulturnus à (Voltumo), de la Via Latina et à 19 st. dans le N.-O. ou Capua, Capoa Nova, de la Terra napolitaine Capua.) Chaisemais, villageZD près

Casmena,Kaouivr) Hérod.], Casmene,loca[ lité de Sicile, auj. Cacciola, suiv. Reichard.
Casperia' ville Aspra, Caspingium des [Virg.], Casperula dans le Sabini, entre Terni bourg ville Cellar., Hollande Cluver., Ital.J [SU. Latium, auj. et Tivoli. de l'île des

[Tab. Peut.], suiv. Bataves, auj., Aspern, bourg de la suiv. près Gorkum burg, et suiv. Reichard,

Asperen. niérid., Giessen-

Kwpellen.

Casimanci d'Iluriel

ville Kasimir, Castmiria, de Posen. grand-duché Casimiria

ville de Kazimierz, ad Vistulam, de Lublin. dans le palatinat Pologne, autres villes de ce nom en Il y a deux et de dans les palat. de Kalisch Pologne Masovien.

Cassandria [Liv.], [Plin.], Kaoanc. Potid.ka [Plin.], [Strab.], ville de Macédoine, [Hérod.], de Pallènc, auj. Kassur la presqu'île de ville de la Roumélie sandhra, (pach. Saloniki ). Cassianum, Cassanum, VOy. Casanum. Cassandrea oâvîosia rioTiSaia MorinoCastellum Casletum, Casseletum, rum [Itin. Cassellum Anton.], [G. Briville de la Gaule auj. to], Belgique, ville de Fr. (Nord). Cassel, Ghàtelet, Casseletum, Casteletum, pet. ville de la prov. du Hainaut (Belgique). CASSECASSELLA [Cluv.], Cassell* [Lucn.], LIA [Bert.], Cassellum CattoCasselium, rum Cassellum ad Fuldam [Cluv.] Cassel, cap. du grand-duché de Hessesur la Fulde. Cassel, Suivant de très-fortes probabilités, le volume que « Ambr. Catbarini contra cite Panzer Dialogus Lutherum his verbis tu es Petrus Cassella; super mdxxiv, in-4, fut imprimé à Casai et non point était à Cassel. Ce champion de la foi catholique éditions de ses écrits Florentin, et les premières sont toutes données dans sa ville natale: Falkenstcin partage notre opinion, car il ne mentionne pas Cassel parmi les villes d'imprimerie, à moins que pour Caselle, qu'il cite à l'année 1599, il n'ait voulu indiCassel. M. Cotton fait également remonter quer à cette année 1599 seulement, Ternaux l'imprimerie nous trouà 1559. Voici un volume plus ancien que vons décrit au catal. de la Biblioth. des chanoines de Won den jucli ob, vfl Uebdorf (part. Il, p. 161) wie die muter den Cliristê zu hallen sind, ein durch die Gelerlê am ende dis biichlins Jlatlisclilag Ein weitere erkleverzeiclmet, zugericht. Item das selbigen rallischlags. rung und beschirmung zu Durch Martin Bucer. Au bas du titre gravé i Cassel, anno domini ai D XXXIX,n-4. Au xvii" siècle nous pouvons citer à Cassel une dont le chef typographie d'une certaine importance, s'appelait Schadewicz. Cassell*, VOy. CASALE.

Casinomagus, taine, Bisch.

localité de la Gaule Aquisuiv. dans le S. d'Auch, auj. du. Lanet Môll. Coulogne, bourg guedoc (Haute-Garonne). Kâwrev [Strab.], Casinum Liv., Plin.], [Cic, de la Via Prœnestina station [Itin. chez les Volsci, Anton.], auj. San Gerde ville de la prov. mano, napolitaine di Lavoro. la Terra

Casinus, il. du Latium, auj. il Sacco. Casinum, auj. Casino, bourg naCASINUS, 0 politain de la Terra di Lavoro. Casinus MONS,CASSINENSIS le Mont Mons, Cassin, Monte-Cassino,montagne de la Terra di Lavoro, sur laquelle est consle truit le Casinense Ccenomum, monastére du mont Cassin.
C'est la plus illustre abbaye du monde entier; ce fut là qu'en 529 saint Benoit fonda la congrégation à laquelle il légua son nom glorieux. L'ordre des Bénédictins est à la fois le plus ancien et le plus érudit il couvrit de ses monastères la des ordres lettrés; vieille terre d'Europe, et c'est à ses incessants efforts, à ses pénibles et consà ses infatigables recherches, tants travaux, que nous sommes en grande partie de la conservation et de la transcription redevables littéraires de l'antiquité. des plus beaux monuments La Bibliothèque actuelle du Mont-Cassin est justefut célèbre. Un établissement ment typographique installé dans le monastère au xvit' siècle, et le plus daté de 1740: A'uancien produit de ses presses est maximi e mismata (m) cerea sclectiora moduli animaduersiones museo pisano olim Corrario (ab in Benedicto-Casinate, Alberto M azzoleno). 1740-41, 4 tom. en 2 vol., in-fol. fig. Notez que la souscripvarie, et porte: in motion de quelques exemplaires naslerio l'onlidce Agri Bcrqomalis. Casliïtum, voy. Casseletum.

Cassenaticum, ville des anc. Cassenates, Sassenage, pet. ville du Dauphiné (Isère). Cassi [Cœs.], peuple de la Bretagne romaine habitaient le Berkshire.
Cassianum, VOy. Cassanum. ville bourg de près la VinWanCassiliacum [Not. lmper.1, délicie, auj. Kisslegg, gen (Bavière).

Caslevo, Calavon, riv. de Provence, qui se perd dans la Durance.

279

CASSINOGILUM PALATIUiM.
Palatium Cassinolle bourg natus Lu(in quo [Chron. Eginh.], de l'Angoumois (Cha-

CASTELLIO AD MATRONAM.

280

Cassinogilum dov. pius), Chasseneuil, rente).

même localité Cassinoilum, que le précémais Chassident, pourrait désigner La Châtre (jnoles, village près (Indre). Cassinomagus [Tab. Peut.], Chassenon, de Fr. suiv. bourg (Haute-Vienne) suiv. ChabanUkert, Gimont; Reichard, enfin suiv. d'Anville, ces nais; Lombez; trois localités dans le dép. de la Charente. Cassinus, voy. Casinum.

rod.], ville sur la côte de la Thessalie, au pied du Pélion, anj. Kastania, suiv. Ki' use. Castaxedolum, Castagnedolo, bourg du milanais. Castanera, bourg du même nom, sur le Tage, en Portugal (Estramadure). Castania, ville de l'Apulia Peucetia, auj. Castellaneta, dans la prov. napolitaine de la Terra d'Otranto. Kostanitza, Castanovitium, Castanowitz ville de Croatie, dans l'ile d'Unna. N Castelaviuii Auravium, CASTELLUMovum T)E CaSTRUM AlllO, SOSTOMAAHIAKORUM, Castelnaudary, cus (?) [Itin. Anton.], ville de Fr. (Aude). LeP. Le Longet le calai.Secousse(n°5657) nous donnent l'indication d'un ouvrage imprimé dans cette ville en 1682,malheureusementsans le nom du typographe Les règles du jeu dit canatrofal dll Languedoc(parFrançoisAndreossy) vecl'explia ce cation de tous les travaux qui composent grand ouvrage. Castelnaudary, 682,in-12. 1 L'imprimeriefut suppriméedans cette villepar l'arrèt du conseildu 31 mars1739. Casteustiim le Châtelet, ville de Fr. (Cher). Casïeletum, VOy. Casseletum. Castiua [Coll.], Castilla, la CasCASTELLA, tille, anc. roy. d'Espagne; forme auj. Castilla la Vieja deux capit. générales et Castilla la Nneva. Castellasi [Plin.], Ka.miaa.ici [Ptol.], habitait le peuple de la Tarraconaise; pays compris entre l'Ebre et les Pyrénées. Castellakum, Chastelar, bourg de France (Savoie). le CASTELLETUM, Catelet, bourg de France (Aisne). = Le Oastelet, plusieurs villages de ce nom en Provence. Chàtillon, bourg de France Castelmo, (Drôme). AD CASTELLIO Cardi Chàtillon-sur-Cher,' bourg de Fr. (Loir-et-Cher). Casteluo AD Ingerim, Chàtillon-siir-Indre, ville de Fr. (Indre). A CASTELLIO n Ligeri.m, Châtillon-sur-Loire, ville de Fr. (Loiret). A CASTELLIOn Luppiam, Châtillon-sur-Loing, pet. ville du Gàtinais (Loiret); titre de duché; patrie de Coligny. AD Matronam, Castellionum CASTELLIO Chàtillon-sur-Marne, village de France (Marne); patrie du pape Urbain II.

Cassinuji,

Cassio, voy. Vasatum. Cassiope [Plin., Cic.], KokjjwVt,[Ptol.J Cassopo, bourg de l'île de Corfou (Ioniennes), sur le cap du mème nom. Cassiope, CASsoPE[Plin.],Ka.acuin! [Steph. |, Kaomiim [PtoI.J, ville des Cassopœi, la Thesprotide, dont on voit les dans ruines auj. près du couvent de Zalongo, dans le pach. de Janina.
Cassiteribes KasmInsul* [Plin., Mêla], np(Õ'E. IDiod. SiC. Ka.r.c-.EptBEÇ ~Hé1'od.], Silurum InsuljE Syllna Insula [Solin.], les [Sulp. Sev.], Sorlingues, Scilly,d'îles au S.-O. du comté de groupe Cornwall (Angleterre). district compris de auj.

KaTOwiTÎa Cassopia, [Steph.], l'Epire, anc. Thesprotide, dans le pacb. de Janina.

Caschovia Cassovia, Bormanum, [Cell.l, ville des dans la Dacie, Jaziges, auj. ville de la haute sur Kaschau, Hongrie, chef-lieu du comitat d'AXHernath, baujvar. Si l'indication fournie par le catal. de la Jiiblioth. Cornidesiana (p. 227) est exacte, c'est à l'an 1600 à que nous pouvons faire remonter l'imprimerie Caschau Jleinzelii' [Malliicc rectoris Brizncnsis) Modusprcedicandisynonymus. Cassoviœ, 1600, in-8. Mais nous pouvons avec certitude la fixer à 1608. au xvnc siècle, que Voici la liste des imprimeurs, nous fournit J.Néineih(7'VPO0> Joannes JJungar.): Daniel Schultz, 1623-1620; sa Fischer, 16101618; veuve de 1033 ù 1636; -Severini Slarcus, 1658-1663 Suzanna Severini, 166'i J. David ïiirsch, 1666-1668, etc. Parmi les volumes imprimés dans ces divers ateliers, nous citerons Apologia synocli Solnensis. ldeaclirisCassovia;, an. 1610, ij pis Joli. Fischer.– tianorum Hungarorum in et sub Turcismo, Jipistota quondam a Paulo Tluirio reclore scholœ Tlwlnensis ad amicos perscripta nunc opera Joaunis Iï. P. et gymnasiarchœ Hocatii, consularis j?OM<!ï, coNXu/art~ 7P.7~.c< <y!/?nna.sM/'c/ïŒCa~f?~. Cassov. in tucem édita et impressa Cassoviœ calcograplw Joanne Fiscliero. Anno FIDe seD CVI VlDe (1613). Cassdbia [Cluv.], ché de la petite CASSULA, voy. Castana, Cassuben, Poméranie. district et du-

CASSELLA. [Alela], Kaaôxvafn [Hé-

Castanjea

2S1

CASTELLIO AD SEQUANAM.

CASTELLUM HERALD!.

28-1

ai) SEQUANAM, CASTELLIO Casteluoxum ville de Fr. Chàtillon-sur-Sçine, (Côted'Or). Nous ferons remonter l'imprimerie dans cette ville, avec le P. Le Long, à l'année 1651 Histoire et vie et translation de ses de sainte Heine t'éliuation de celle qui mur, authentique reliques; approbation est présentement dans la chapelle d'Alise, avec un de la obserrantin petit office, par un religieux de S. Bonaueniure. Châtillon-sur-Seine, province in-12 de 95 p.; l'épîlre dédicatoire, Laymcré, 1651, dit le V. Le Long, estsignée F. P. G., lisez Fr.-Pierre Goujon, Dijonnais, cordelier, mort en 1673. A la fin du xvi!c s., nous trouvons un imprimeur succède à Laymeré il se nomme qui probablement J. Bonnet (1678-1697). Lnymeré alla de son côté encore en s'établir à Aulun, oit nous le trouvons 1690. à (Mlilloupar l'arrêt L'imprimerie est supprimée du 31 mars 1739, et les caractères sont fondus en 1760, ainsi que le constate le Rapport fait à Il. de Sartines. Jean Chouet, l'imprimeur genevois, était de Chàil fut reçu citoyen de Genève en tillon-sur-Seine; 1585. Un autre imprimeur genevois était également de Ch.il iliuii c'est Jean Durant, qui, comme Crespin avait quitté la Estienne et tant d'aulres d'Arras, religieuse cle son France, par suite de l'intolérance et sa veuve impays Jean Durant mourut en 1589, prima jusqu'en 1614. CASTELLIO AD Separam, Chàtillon-sur-Sèvre, Sèvres). CASTELLIO Burgundle, de Fr., bes. ville (Ain). sur Châtillon-les-Domla Charlaronne CASTELLIO Pictavij;, ville de Fr. (Deux-

dérable et l'exactitude n'est point son fort. Le Supplément du D' Cotton, publié il y a quelques mois, s'est aidé des recherches nouvelles, bonnes ou mauvaises, de Ternaux; il profite donc de cette découverte d'un volume publié en 1710 à Cliâteaudun, le vieilli( de cent ans, ce qui le rend plus respectable, et dit 1610 {Bodtcian\ Chûteaudun, imprim. Ainsi donc ce livre imprimé à CMteaudun, en 1610!r l'année de lamortd'Hcnri'IV existe à la Bodléiennc. Voilà qui est bon à savoir. Nous ne connaissons pas ce Charles, imprimeur en 1710 des livres liturgiques de l'église de ChAtcaudun mais ce que nous savons, c'est que l'arrêt du conseil du 21 juillet 170'4, celui du 31 mars 1739, ne font pas mention de cette ville et qu'enfin le Ilapp. Sartines, en 176&, dit textuellement oCliilleaudun, deux libraires il n'y a pas d'imprimeur. u CASTELLONA, VOy. Civitas Castellum, Kinsig Castelberg, (gr. -duché Salinarum. cercle de

dù bourg de Bade).

CASTELLUM AD Axoxam, Pontavère, de Picardie vesle, bourg (Aisne).

Ponta-

CASTELLUMAD Fijldam, voy. CASSELLA. CASTELLUM Album, voy. Albicâstrum. Castellum MOLES Hadhiani, ChâAkgeli, teau St-Ange à Rome.' [Engelsburg), Castellum Arianorum, voy. CASTELAVIUM. bourg

CASTELLUM Asense, Castel d'Asens, et château d'Espagne (Catalogne). Castellum Baldum, la Vénétie, sur dua). Castellum Batavtnum, voy. Bacoduru.m. Castel l'Adige Baldo, (prov.

bourg de

de Pa-

CASTELLIO inferior, Nieder-Gestelen, bourg 0 de Suisse (cant. de Vaud).
CASTELLIO Medulci, Castilio, ville de Fr. (Gironde). Castillon, en

CMtillon CASTELLio Niviîunknsis Tbactus, de Fr. (Nièvre). Bazois, bourg CASTELLIO Pedemontii, CMtillon, bourg sur la Doria (pr. d'Aosta). Piémont, CASTELLIO bourg nom. Piscauia, de Toscane,

CASTELLUM Cameracesii, le Càteau-Cambrcville de Fr.. sur la Selle sis, (Nord). Traité entre la France et l'Espagne, en 1SS9. signé CASTELLUM Carnonis Chastel-Challon, de Franche-Comté de Bénéd. [Chron. Chatel-Chàlons, (Doubs^; carlov.] bourg abb.

du

anc.

CASTILIO, Castiglime, sur le lac du même Ober de

CASTELLUM CATTORUM, voy..Cassella. Castrum CASTELLUM Durantium, Duhantis, ville des Etats ijontifiCastel Durante, d'Urbino. dans la délég. caux, CASTELLUM episcopi, Bischoffs-Castel, dans le'Shropshire, d'Angleterre, Bisch. et Mo». bourg 0 suiv.

Castellio supehior, de Suisse (cant.

Gestelen, Vaud).

bourg ZD Stiviere, de ManMilanais,

delle Castëllionum, Castiglio?ze au N.-O. ville du Milanais, = Castiglime, ville du toue. de Lodi. sur l'Adda, au S.-E.

RUPES CLARA (au me et an Castellodunum, iv° s.), Castrodunum, Dunum, pendant-la ChàteauRévolution Dun-sur-Loir urbs Dunensis dan, Primaria comitatus, ville de Fr. (Eure-et-Loir). Toutes les recherches que nous avons faites pour dans cette ville, antétrouver trace d'imprimerie Cependant rieure a 1789, sont restées infructueuses. M. Ternaux cite un livre imprimé en 1710 a L'ofChartes, fice et la vie de saint llocli. Chasteaudun, 1710, in-12. Mais son autorité n'est pas bien consi-

FirmaCASTELLUM Firmanum [Mêla, Yell.], KâursXXGv è– îvstov ^îpu.ou NORUM [Plill.], Porto di Fermo, de la bourg [Strab.], Marche d'Ancône (Italie).. t sur le CASTELLUM Gubernium, Governolo, du. Mantouan Mincio, pet. ville (Italie). Castellum Castrum CasHehaldi, Aihaudi, ville de trum Eraldium, CluiteUerault, Fr. (Vienne); titre de duché-pairie. On trouve au xme s. Cltastiau-Léraut.

283

CASTELLUM HOLMIUM.

CASTRA.

284

C'est en 1C22 que nous trouvons pour la première fois le titre d'un livre imprimé à Chatellcrault Conversion de M. de Brassac, capitaine de cent homel gouverneur de Cliastellerault, mes d'armes, par de Chabans. Chasicllerault, Quentin Mareschal, 1622, in-8 (à la bibl. de l'Arsenal). Au xvne si8cle, cette ville ne figure pas à l'arrêt du conseil du 21 juillet 1704 mais celui du 31 mars 1739 la mentionne pour la comprendre parmi les villes du royaume dans lesexistante est et demeure supquelles l'imprimerie primée, et malgré cela nous la trouvons portée au En 1759, quand on avait eu le Jlapp. Sartines. temps d'oublier l'arrêt de 1739, la veuve Guimbert s'établit imprimeur à Châtcllerault et reçoit son brevet en 1764, elle exerçait encore et possédait deux presses. CASTELLUM de Suède. HOLMIUM, Castelholm, bourg 0

CASTELLUM Orientis, Levanta, petit port sur la Méditerranée, dans la prov. de Gènes. CASTELLUM Petrjï, Castello délia Pietra, bourg du Tyrol.
CASTELLUM ramentum. Rainaldi, Reginaldi, yoy. CA-

CASTELLUM Sarracenorum, cem, Gastel-Sanazin, et-Garonne). CASTELLUM Trajani, CASTELLUM Truentinum, Castelrottum, Castesertum, Fr., près voy.

ville

Castrum de Fr.

Sarra(Tarn-

CASSELLA. voy. Tkuentum. Ruptum. de

CASTELLUM Hunnorum, Castellaun, bourg 0 de la rég. de Coblentz, (Prusse rhénane).
CASTELLUM Ictium, l'Isle-en-Jourdain, la Save, Ville de Fr. (Gers). CASTELLUM LEONENSE, Fanum. CASTELLUM Majus, d'Italie (princip. magno, Coni). bourg voy. Pauli sur

VOy. Castrum

Castel-Sagrat village de Valence (Drôme). Kao6ava!r; localité de [Herod.] l'Epire,

LEONENSIS

CASTnAJsT.fiA Plin.] Katrravaîa [Steph.], Tanukhari. auj. Castilio, voy.

CASTELLIO Medulci.

Castel-Maggiore, de Lucques). du Piémont VOy. Stable.

bourg = Castelde (prov.

CASTELLUM Maris,

CASTELLUM MENAPIORUM [Tab. K<x<jPeut.], teXXov MtvamMv [Ptol.], ville des Menapii, dans la Gaule Kessel, belgique, auj. sur la Meuse « Casbourg (Limbourg). tellum Mosa fluvius prœoppidum, quod » terlambit.

Piscaria. CASTILIO, CASTELLIO voy. CASTILIO Calarri.e, Castiglione maritimo, ville de la Calabre citér., prov. napol. du roy. d'Italie. CASTILIO Consentira, Castiglione di Cosenza, ville de la Calabre citer., prov. napolitaine du roy. d'Italie.
CASTILIO lombard Mantuana, Castiglione, du Mantnuan. bourg 0

CASTELLUM Mobinorum, voy. Casletum. CASTELLUM Moronis, Castel-Moron,bourg de Fr., sur le Lot (Lot-et-Garonne). Castellum MOSELLANUM, Tabernjs Mosellamc£, Berncastel, ville de la Prusse rhénane, entre Trèves et Coblentz, sur la Moselle.
CASTELLUM NOVUM, Castel Nuovo, ville daldans le cercle de Cattaro, sur la mate, mer Adriatique. = Castelnau; plusieurs localités en France ce nom. portent CASTELLUM Mouzon, novum, Neufchâteaii) ville de Fr. (Meuse), sur le

CASTILIO Stiverorum, Castiglionedelle Stiviere, bourg-du Milanais.
et eaux miChâtenois, Castinacum, bourg Schelestadt nérales, près (Bas-Rhin). J. 3Iich. Kurschner, de fonte rredicalo Castinacenst. Argentorati, 1760, in-4.

exista dans cette petite ville à la fin L'imprimerie du siècle dernier. Nous citerons Dissertation sur la manière dont on doit prononcer le Canon et quelques autres parties de la messe, par M. Robbe. Neufchâteau, 1770, in-12. CASTELLUM novum, Neufchâteau, pet. ville du Luxembourg belge, près d'Arlon. CASTELLUM novum Castelavium. CASTELLUM novum NIANUM. Arii, ARIANORUM, voy.

Castinetum, Kestenhoh, village de France (Bas-Rhin). Castto, Castrum Stiliconis, Castione,bourg Z> du Milanais. CASTIODUM, QEsch, CASTIODUNUM, (Eschenbach, bourg de Suisse (cant. de Berne). Castorum [Tacit.l, AD Castores [Sueti], Castores [Oros.j, Cansero, bourg d'Italie, près Crémone.
Castrum CASTRA, CASTRA AD GARUMNAM, sur ville Alriensium, Castres, l'Agofit, de Fr. (Tarn). Le catal. des frères de Tournes (Genève, 1670 in-12) nous fournit l'indication d'un livre imprimé à Castres, en 1616, malheureusement sans nom d'imPortrait de l'église militante, primeur par Jean Gary. Castres, 1616, in-8. Ce n'est que dix ans plus tard, en 1626, que nous voyons un impr. de Toulouse, Jean Viala, établir une succursale typographique dans cette ville; puis Arnaud Colomiez, également grand imprimeur toulousain, vient quelques années

Garfinianum,

YOy. Gahfi-

28b

CASTRA.

CASTRUM ALBUM.

28(>

à plus lard diriger un établissement typographique d'un livre Castres. C'est à lui qu'on doit l'exécution bien connu Pierre raveBorel, les antiquités, et autres choses considérables de la ville et lés. comté de Castres, d'Albigeois et des lieux qui sont à ses environs, avec Fhistoire de ses comtes, évêques, etc. Castres, Arn. Colomiez, 1649, in-8. En 166U nous trouvons un nouvel imprimeur nommé Barcouda, qui imprime un Traité de la ntesure des eaux courantes, trad. de l'ital. de Castelli par le sieur Saporta, ïn-Ci. Les arrêts du conseil de 1704 et de 1739 autorisent l'un et l'autre un maître imprimeur à exercer dans la ville de Castres. Lors du dernier arrêt cet imprimeur s'appelait J. d'Esclassan il mourut en 1750, et P.-Guilllaume-Dominique Robert, qui lui succéda, encore lors du Rapport Sartines, en 176&. imprimait CASTRA, (Indre). la Châtre, Scylaceum. voy. voy. voy. A.rpajonum. Augusta Bacodukum. VOy. C^cilia ACILIA. pet. ville du Berri

CASTRA, voy.

CASTHA Arpajoni, Castra Augustana,

CASTRA Batava, Ciiciui CASTRA CASTRA.

Metelli,

CASTRA Catulina, Tuln, bourg d'Autriche, près Vienne, dans le district au-dessous de l'Ens.
CASTRA Constantina, CASTRA voy. CONSTANTIA. dans la Britannia Exploratorum, ville Romana, auj. Netherby, d'Angledans leCumberland. terre, le BruCalabre suiv.

dans CASTRA Ha-«nibalis [Plin.], dans la Castellete, tium, auj. d'i Cantauiro, ou Torre ultér., Reichard.

CASTRA Herculis [Tab. Peut.], localité de l'InsulaBatayorum, auj. Kesteren, près Arnheim, suiv. Kruse. CASTRA Hordeani, Ohdinga, QErdingen, bourg de la Prusse rhénanCj près Dusseldorf.
TURCACASTRA Julia Trogiuum, [Plin.], lion [Geo. Rav.], ville de la Lusitanie, ville de l'Estremadure TruxiïlOi auj. espagnole.

CASTRA etellina, Metelltnum, Medelin, M ville de l'Estremadure espagnole, sur Kl Guadiana.
CASTRA Morjnorum, voy. Casletum. ville de Dacie, CASTRA NOVA [Tab. Peut.], subsistent les ruines dont près de Faren Valachie. tas, sur lé Teglui, CASTRA POSTUMIANA [Cecs.] bourg d'Espagne (prov. CASTRA PUELLARUM, voy. CASTRA Reginaj voy. Castro del Rio, de Cordoue).

ALATA CASTRA.

AUGUSTA Tiberii:

localité de Castra ïrajana [Tab. Peut.] Dacie, dont les ruines se voient auj. près de la forteresse de Heltaut, en Valachie suiv. quelques géographes, ce serait la ville de llibnik. CASTRA Ulma, Cof.onia, Tbajana [Itin. Anton.], LEGIOxxx, L'lpia [kl.], OutrinCENSE oppidum [A mm. Marc], ville des Gugerni, dans la Germania inferior, auj. Kellen, dans le duché de Clèves (Prusse rhénane). CASTRA Varia, Varuna, Velilia, bourg de Slavonie, dans le comitat de Poschcga. OùéCASTRA Vexera [Tac, Itin. Anton.] Tcpœ[Ptol.], ville des Gugerni, dans la Germanie infer., auj. Santen, Xanten, ville de la Prusse rhénane (duché de Clèves). CASTRA Vigujje, Yiiilles, bourg0 du Dauphiné (Isère). CASTRA Zarha, KaorpâÇapêa [Procop.], CasTRA Zobra [Itin. Hier.], CASTRA Rudra [Tab. Peut.], ville de Thracc, auj. Castro larm, en Roumélie (pachal. d'Andrinople). Castrensis Ducatus, duché de Castro, dans la delég. de Viterbo (Etats pontif.), avec Castricomium [Plin.], Castro, comme cher-lieu. CASTRI BURGUS,Castrouurgum Châteaubourg, bourg de Fr., près St-Malo (Illeet-Vilaine). Castrikerrense Oppidum, Sarvar (en all. Kothburg), bourg de Hongrie, sur leRaab. Castrorracusi, voy. Albicastrum. CastroBunum, voy. CASTELLODUNUM. Castromenum, CahonSi village de Picardie (Somme). Castrum^ Castroi bourg et anc. évèchc du Parmesan^ CASTRUM, voy: Cestria. CASTRUM L.finuMj Château-du-Loir} ville AD de Fr. (Sarthe). Castrum Aihaudi, voy. Castellusi Heraldi: CASTRUM ALARICI,AlayraCj bourg de Fr: (Aude). Castrum Alatumj voy. Alata CASTRA. CASTRUM Albiensjum, VOy. CASTRA. CASTRUM Albon, bourg0 de France ALBONIS, (Drôme). CASTRUM ALBUM,dans l'Espagne Tarraé.; auj. Castraltai suiv. Biscli. et Môll.j ou Segura de la Sierra; suiv. Graësse;

287l

CASTRUM ARAGONENSE.
Castello Aragonese, N. de l'île de SarAkianum. VOy. Bell, Badenvilla. et châ-

CASTRUM FOROJUL1ENSE.

288

Castkum

Aragonense, put. ville de la côte daigne. voy.

CASTRUM Armani, Casthum

Badenytllense, Castel

CASTRUM Bellum, teau du Tyrol.

bourg

CASTRUM Bernardi, Château-Bernard, = Barnard (le Fr. (Charente). bourg d'Angleterre (Durhamshire).

bourg 0 Castle,

ïurha cum CASTRUM Bigorrense, Tarb.«, CASTRO Bigorra Tarbes, [Not. Prov.] ville de Fr., chef-lieu du dép. des Hausur l'Adour. tes-Pyrénées, Nous ne connaissons pas à Tarbes de livre plus La Recherche anciennement imprimé que celui-ci des eaux minérales de Caillerez, avec la manière de lioric, d'en user, par le sieur Jean-François docteur en médecine. A Tarbes, chez Mathieu Roquewaurcl, imprimeur et marchand libraire, fiiDccxiv, in-8 de 176 p., chiflï., non compris 8 fl". prêlini. Titre, 1 f. au verso Table des chapitres, 2 f. avec l'errata du second f. 1 feuillet blanc. Avis au lecteur, U f. avec cette réclame Chapitre, au bas du verso du W {. La L'ouvrage commence par le litre du volume Rechcrchedes eaux, etc. 20 lig. à la page, gros caractère un peu empâté, mauvais tiiage, papier jaunâtre sans marque. Le P. Le Long appelle cet imprimeur Ijjquemaurrey, par erreur. C'est bien lïoquemaurel; l'exempl. de la bibliothèque de l'Arsenal, qui nous est obligeamment par M. Paul Lacroix, en communiqué fait foi. L'imprimerie a dû n'avoir qu'une existence éphémère à Tarbes, car les arrêts du conseil de 1704 et 1739, le Jtapport fait à M. de Sartines en 176Û, ne la mentionnent point parmi les villes du royaume qui jouissent des bénéfices de l'imprimerie. CASTRUM Cortesium (?) les catal. La Valliere-Nyon, Panzer, Tiraboschi, d'un livre fort Pinelli, etc., nous donnent l'indication rare imprimé in Castro Cortesio en 1510. En voici le titre exact Pauli Cortesii, protnnolarii apostolibri III. A la fin Finis trium lici, de Cardinalatu libroruin de Cardinalatu, ad Julium secundum, Pont. Alax., per Paulum Cortesium protonotarium apostolicum, quos Simeon Nicolai Nardi, Senensis, alias Rul'us, chalcographus imprimebat in Castro Cortesio, die decima quinta novembris mcccccx pontificatus ciusdem S. n. N. papa; Julii annooetavo, in-fol. à long, lig., lett. rondes, sans titre, avec reg., chif. et sign., sans réclames ni lettres initiales. M. Cotton, qui signale ce livre, dit qu'il a dû être a ou en imprimé dans quelque château en Italie » Sur un exempl. qui figurait au catal. du Espagne! libraire Thorpe, à Londres, en 1837, était une note ms. du temps, qui vaut la peine o'être reproduite a L'auteur de ce curieux volume, qui sort d'une imse déroba aux vicissitudes et primerie particulière, aux troubles de la vie publique et vint se retirer in montana à deux milles de Saint-Germain en villa, France (sans doute Montainville) et se détermina à consacrer le reste de ses jours à l'étude des lettres. Dans cette .retraite, il est avéré que quelque temps avantsa mort il établit chez lui une presse particulière, de laquelle sortit le présent volume, qui parait être le seul et unique produit de cette imprimerie. D va de soi que nous produisons cette historiette sans aucune espèce de garantie d'authenticité.

Castrum Braium, Bracium, Bray-sur-Seine, bourg de Fr. (Seine-et-Marne). Castrum Bhiennense, VOy. Brena. Castrum Brientii, Chateaubriand, ville de Fr. (Loire-Infér.). CASTRUM C.'Esaris, Castkum Sigerici, Castro Geriz, bourg de la haute Castille (prov. de Burgos). CASTRUM Canixcm, Chdteau-Chinon pet. ville du Nivernais, anc. cap. du Morvan (Nièvre). CASTRUM Celsum, Champtoceaux, bourg de l'Anjou (Maine-et-Loire). CASTRUM Cornu, Gastekorn, seigneurie en Tyrol [Bisch. etMôll.]. CASTRUM Aguka, Aiguines, village de nE Provence, près Riez (Basses-Alpes). Castrum he ARCUBUS, Arcs, bourg de les Provence (Var). Castrum DE Ario, voy. CASTELAVIUM. Castrum DOLENsE, Déols, bourg de Fr. (Indre). Castrum Dunense, voy. Castello dtojum. CASTRUM Duni, Regiodunum, Bun-le-B.oi, ville de Fr. (Cher). CASTRUM Duni AD Mosam, Dun-sur-Meuse, bourg de Fr. (Meuse). CASTRUM DURANDurantis, voy. CASTELLUM tium. CASTRUM E13REI)UNENSE, Eburodunum. voy. Castrum ERALDIUM, oy. Castellum HEv raldi. Castrum FERREUM, CASTRUM FERRI, Eisenburg, bourg de la basse Hongrie, sur le Raab. Castrum F"ontarable, Andaya, Ilendaye, bourg de Fr. (Basses-Pyrénées). CASTRUM Forojuliense [Paul Warnefr. de Gest. Lmgob.] Castrum Forojulunum ClVITAS [ld.],FOROJULIENSIS [Plin.], <l>ipoi 'Ioûxioj [Ptol.], Forojulium [Geo. Rav.], colonie romaine, chez les Carni, dans la Gallia Transp., au N.-O. d'Aquileja, auj. CividaledelFt-iuli, Cividad di Friuli, ville de la Vénétie (Frioul). On trouve aussi sur les livres Civitas Austri^ CIvitas Friuli et Cividal d'Austria. Gérardle Flamand, qu'on appelle quelquefoisGirardus de Lysa ou Lysœ,parcequ'il éiait né sur les bords de la Lys, fut le premier imprimeur de cette ville Gloriadebetur GirardomaximaLise Querngenuit campisFlandria picta suis. C'était un de ces missionnairesde l'imprimerie o qu'une humeur vagabonde, u plutôt l'ardent désir

28'J

CASTRUM FRANCORUM.

CASTRUM MINERVE.
Castrum Gallionis, voy. Gallio. ville

2ÙO
de

de propager le grand art auquel ils avaient voué leur S. vie entière, poussaient àdcsdéplacementscontinuels. Suivant de fortes présomptions il faisait partie des en ateliers typographiques de Mayence, et, quand 1(102 Adolphe de Nassau saccagea cette ville, quand les arts de la paix durent se réfugier dans les pays et paisibles, il passa les Alpes comme Sweynheini Pannartz, Jean de Spire, Jenson le Français, et bien alla s'établir en Italie: semble avoir d'autres, et été l'élève de Nicolas Jenson, car il adopta les beaux romains de ce maître et surtout ces élécaractères des gantes majuscules carrées qui décorent plupart éditions du célèbre imprimeur En \lill français. Trénous le voyons introduire à l'imprimerie à Vivise cinq ans après nous le retrouvons cence, puis à Venise; puis au Frioul, à Udine, à Cividale. dans son Saggio epistolarc sopra la llartolini del Priait entre dans de longs dévetipografta sur les débuts de l'imprimerie dans cette loppements ville; nous allons les analyser. Deux ouvrages furent imprimés par Gérard de Flandre, dès l'année 1480, à Cividale di Friuli: Platynede Iwnesta yoluptale\\ Valitudxe. ad AmplissinrFt J~ acDoctissintttnt. D. It. C Rouerellam. S. Clemctis presbiteru || Cardtnalem. A la fin Viri ductissimi Platyne opusetttum || (et non pas opitsculltim, comme l'écrit AudilTredi] de Obsoniis ac de Itouesla ooluptale || ? valitudine impressuz in ciuilalc CM~fM impensis p expensis Gerardi\\dc Venetiaruz. DuceHInFbuutria. clilojolianiie ~/oecteu. 11110110catendas ~OHentfrfs. I Dco. In-'i, avec ji cccclxxx || laus omnipotenti cli. et reg. mais sans sign. ni pag. 93 ff. à 32 longues ligues. Le second Comenza La Cronica De Sancto Isidero Me || nore Cou Alclmne addilione Cauate E 7Je< Libro Det Te~to J~ Ia 7sto)'te De La Bibin De L'aulo ~I Orosio E de Le Passione De Li Sanai. A la fin, au r° du ii9e f. Finila La Cronica De santo Isidoro Dleno lire. ln Ciuidnd De Friuli. Nel Anno del |] noslro signnre lesu Crislo. 1480. Adi 24 de A'ouemtt'e ~[ Laudalo S:a sempre el M0!f)'o signor Dio. ln-4, Zi9 ir à 32 lignes, sans chif. ni réel., mais avec sign. A. -F. furent seuls imprimés à CiviCe» deux ouvrages dale di Friuli au xve siècle; sur l'excmpl. de la Chronique d'Isidore, conservé à la biDlioth. municipale de Cividale, on lit cependant d'une écriture « S'altro va du xve siècle la mention suivante ch'io oculatamente ho stampato qui in Cividale, di Cicerorte, et un altro viso, l'Epistole famigliari libre, elle mi ritrovo haver pure in casa intitolato de hottesla rnluptate, l'Iatyne quate dice nel fine, avanti la tavola di esso in cinitate Impressum Clierardi Anslne de Flanimpensis et expensis dria 1A80. » La mention d'une édition cicéronienne imprimée dans cette ville au xve siècle piqua vivement la curiosité de l'abbé Morelli et du comte lîarrecherches restèrent tolini; mais leurs ardentes Auvaines, et ce dernier le confesse franchement. din'redi, lui, cite bravement cette édition des Epistole famigliari comme le troisième livre imprimé à Cividale, et il conclut « De ista editione nihil aliud novimus, quam quod in supra citatis memoriis legitur; nimirum in hac Civitate impressas etiam fuisse, Vlîpistolc di Cicerone. » Castrum lombarde ville FitANConuM., Castel-Fmnco, de la délég. de Trcvise; du mème villes et bourgs plusieurs nom en Italie. Nous croyons que c'est au Castel-Franco de Loml'établissement typograbardie qu'il faut attribuer par Giulio 'l'rento. phique londé au xvmc siècle Nous citerons de cet imprimeur Mflessioni e praliclic, per le differenli {este e tempi dcll' anno, uuooa tradiiz. dal Franccsc (de i'abbé Séb. Mardi Giulio Trento, slaniperia cuï/.i). Castel-Franco, et Ternaux cite un ouvrage d'Apost. Zeno 1702, in-8, imprimé dans cette ville en 1701. DICTIONS. DE GKOGR.

CASTRUM Gelausum, Fr. (Lot-et-Garonne). Castrum

Casteljalowc,

Castrum ChdGontheri, Gonterii, ville de Fr. (Mayenne). teau-Gontier, fut installée et fonctionna à CbâUne imprimerie teau-Gonticr pendant vingt-cinq ans environ. J. Gentil en fut le premier directeur. Kous connaissons de lui Entretiens sur la rage et ses remèdes, par llunaud. Château-Gontier, Gentil, 1714, in-8, et du même auteur Projet d'un twiwenu cours général de médecine. Château-Gontier, Disser1718, in-12. tation apologétique sur l'apparition miraculeuse (le N. S. J. C.. arrivée nu Saint-Sacrement en la (les Ulmes de St-Ftorciil, paroisse près de Saumur J. Gentil, 1715, (signé J. Grandet). Chateau-Gontier, in-8 (à la liibl. impér.). Une édition des Coutumes du duché d'Anjou réduites en 12 parties, par XalrR. Uurson, fut donnée 1733. in-12; mais l'arrêt encore à Château-Gontieren du conseil du 31 mars 1739 vint brusquement arrêtcr l'essor de cet établissement en typographique, au nombre des villes où, mettant Château-Gontier à partir de l'arrêt, l'imprimerie demeurera supprimée en conséquence, elle ne figure pas au Raple fait vaut la peine d'ûtre port Sartines, en tfô'-i villes du enregistré, puisque sur les quarante-six les établisseroyaume dont l'arrêt de 1739 supprime ments typographiques, de la moitié trouva le près moyen de maintenir ses presses en exercice, grâce à l'excessive avec laquelle cet arrêt fut indulgence exécuté. Castrum Castrum Iphium, voy. ARX IPIIIA.

Castrum Nastonis in Lauooxis, Jun. Vastinensi Lud. a. pago [Chart. ville de France M 00], Chàteau-Laiulon, Reichard voit dans (Seine-et-Marne) l'anc. cette ville Vellaunodu.num de César. Leonensë, voy. PAULI Leonensis •

Castrum Faxum.

Castrum Castel Leone, du Leonis, bourg Milanais de Cremona).= Castel (délég. ville d'Italie di Lavoro). Leone, (Terra Castrum Castholinum, Linum, Castellin, ville de Clidteaulin, Bretagne a (Finistère). Castrum Chaulai Lucii, (au xii° s.), Chade Fr. (Haute-Vienne). lus, ville CASTRUM Luiu/e, Palatium Euriacum AD SEfjUd. vi a. 1120.], quanam [Charta Euri, Evri, Corbeil village près (Seine-etsuiv. DuCange. Oise), CASTRUM Lydi, Castëllum LIDI, Chàteau-dude Fr. (Sarthe). ioM-,ville Castrum CASTRUM Melliandi, Melluni, MenioLENs [Chron. S. Dion.], Mediolanense ChàteauCASTRUM, Chasteau-Mèliand ville et anc. meillant, comté du pet. Berri (Cher). Castrum bourg Castrum Meroliacense d'Auvergne Minerve, Chastel-Marlhiac, (Cantal). VOy. ARX IIinervjK. 10

291

CASTRUM MONTIS.

CASTRUM VICECOM1TUM.

292

CASTRUM Montis Calerii, Montecalvo, Moncalco, sur le Pô, bourg et comté du Montferrat. Castrum NOVUM [Liv., Plin., etc.], colonie en Etrurie, auj. San Mariromaine; nello, bourg près Civita-Vecchia. Castrum novum, Château-Neuf, pet. ville et anc. baronnie du Berri (Indre). = Bourg de Bretagne et anc. marquisat (Ille-et-Vilaine), etc. Un grand nombre de localités portent ce nom en France. novum [Plin., Itin. Anton., Tab. CASTRUM Julia NOVA [Vell. Peut.], Pat.], colonie romaine, dans le Picenum, auj. Giulia Nova, sur le Salinello, bourg de l'Abruzze citer. CASTRUM novum AD Adduam, Castel Nuovo, bourg du Milanais, au confl. de l'Adda et du Pô. Castrumnovum ad Ligerim, Palatium [Chart. Phil.Aug. a. H 82], Chasteauneuf, bourg de l'Orléanais (Loiret). CASTRUM NOVUM MARTAM,Cornetum, AD Corneto, ville des États pontif. (délég. de Viterbe). CASTRUMOVUM N ADSARTAM, Cenomannense, Chàteauneuf, bourg du dép. de Mainesur la Sarthe. et-Loire, Castrum NOVUM Ariani, voy. Castelavium. CASTRUM novum Dalmati^e, Castel Nuovo, ville et forteresse de Dalmatie, conquise en 1687 par le célèbre proveditore vénitien Girolamo Corner. CASTRUM NOVUM Dertonense, Castel nuovo Tortonense, bourg d'Italie (prov. sarde de Tortona). CASTRUM novum Lnculismexse, Chdteauncufsur-Charente, ville de Fr. (Charente). Castrum Octa vianum, Locat, pet. ville d'Espagne (Catalogne). 'CASTRUM Oscjs, Usk, bourg d'Angleterre, suiv. dans le comté de llionmoutli Bisch. ctMôll. CASTRUM Pipini, Bipp, bourg et château de Suisse (cant. de Berne). CASTRUM Ponzonis, Castel Ponzone, château près Crémone, dans le Milanais. CASTRUM Porcianum> Portiaxum, ChàteauPorcien, ville de Fr. (Ardennes). CASTRUM Puellarumj voy. Alata CASTRA. Castrum Radulphi, Castrum RUFUM, CAStellum RuDOLPiuxi.'M Chctstel-Raoitl [Gr. Chasteau-Roux Chàteauroux Chr.], ville de Fr. (in(Ire); anc. duché-pairie,;

château bâti en 9oO par Raoul de Pédis. L'imprimeriene dateà Chàteaurouxque des premièresannéesde la Révolution on faisaitavantcette époquevenir tousleslivres de Bourgesou de Tours. CASTRUM Rauracense, voy. Abusina. Castrum Regale, Castro Reale, ville de Sicile (val di Demona). CASTRUM Reginaldi, Castellum Rainaupi, c Chàteau-RcgnauM, Château-Renault, ville de Fr. (Indre-et-Loire). = Un autre bourg du même nom, en Champagne. CASTRUM Romericum, voy. Romarici Mons. Castrum RUPTmI, Kastelndh, comté en Tyrol [Gracsse] CASTRUM Salinarum, Château-Salins, ville de Fr. (Meurthe). Castrum Sarracem, voy. Castellum Sarracenorum. CASTRUM Anemuxdi, Fanum S. CuaneS. mundi, St-Chamond, ville de Fr. (Loire). CASTRUM Akgelt, S. Angelo, bourg du S. Milanais, sur le Lamhro. Castrum S. Guelphi, Guelfo, ville du Parmesan, sur le Taro. CASTRUM Macarii, St-Macaire, bourg de S. Fr., sur la Garonne (Gironde). CASTRUM Severi, S. Severo, ville du NaS. politain, dans la Capitanate. CASTRUM Sedunum [Cell.], CIVITASSedunoRUM [Inscr.], Sedunum [Martyr. Rom., Cluv.J, Sion, Sitten, ville et evèchc de Suisse (c. du Valais). Falkenstein,d'après Alb.van Haller,fixeà l'année 1617la datede l'introductiondela typographiedans le chef-lieudu Valais; le Supplém.du D' Cotton dit seulement dans le courant du xvne siècle. CASTRUM Sinemurum Brie.vxexse, Semurium Salmovingum (?), Sermtr Briennense, ville de Fr. (Côte-d'Or). Castrum Taxianum, voy. Arx IpiiiA. CASTRUM Theodoricl Château-Thierry, ville de Fr. (Aisne) pendant la Révolution s'est appelée Ègalitè-sur-Marne. Castrum Truentinum, voy. Truentum. CASTRUMUCECENSE [Notit. Civ. Narb. prim.]^ Ucecia [Cell.], Ucetia [ld.], ville des Volçœ Arecomici, dans la Narbon., chàteau auj. Ups, ville et château de Fr., anc. anc. duchê%airie (Gard). duché~airie ville et Castrum Valerunum, Brinqenheim, bourg du landgraviat de Hesse-llombourg. CASTRUM VETRIUM, voy. Cauloxia. CastrumVicecomitum, Castel-Yiscontc,châ»

293

CASTRUM V1LLANUM.

CATALAUNU.M.

294

teau de l.ombardie, sur l'Oglio (prov. ville auj. Chaulons, Châlons-sur-Mame, de Cremona). de Fr. (Marne). CASTRUM Deux indications précieuses relatives à fanc. typoVillanum, Château- Villain, bourg nous sont fournies, l'une par graphie chàlonnaise de Fr., sur l'Aujon (Haute-Marne). M. Brunet, l'autre par le Suppl. du D' Cotton ies dictz des oyseuax (sic) ,II Et des bestes par hysCASTRUM Vindonicuji, VOy. Vendocikcm. tores (au recto du dernier f. ) imprime à Cliaatons par Estienne Il bally Imprimeur Castrum Vulpense, Castellum Vulpinum, demourant dame en vautx près la grosse teste, deuant\\n?e Chûteau-Renard, ville de Fr. (Loiret). non chif. M. Brunet nous raconte pet. in-agoth.fr. comme quoi les précieux fragments de cet incunable Castua, Kaslua, Kastau, pet. ville autrifurent trouvés dans la couverture d'un champenois chienne du roy. d'Illyrie, sur la mer vieux livre appartenant au duc d'Arenberg, qui les lui fit offrir par M. Cil. de ISrau. Toutes les pages de Adriatique. ce livret sont entourées de bordures sur bois repréCastulo [l-.iv.; Sil. Kal.], KaoraXciv [Posentant, comme celles des anciennes heures, des lyb., Strab.J, KioT).o>v [Plut.], KowtouXcSv Heurs et des animaux. Le roi du premier f. donne le titre ci-dcssus en deux lignes, au-dessous desquelles [PtOl.],MuNlCII'IUMCASTULONESSE[InSCr.], été gravé un aigle; le verso ne contient qu'une a ville des Oretani, dans la Tarrac., auj. bordure sans texte. Au ro du dernier f. se lit la sousen 3 lignes, et au-dessous, en haut d'une et suiv. cription Cazlona, bourg d'Andalousie, seconde bordure goth., les lettres A et B, qui semblent d'autres géographes, Florez, Reichard, être des signatures au vo du même feuillet se trouve la etc., Cazorla, ville de la même prov., devise en rébus Sola Fides suffecit que l'on rencontre sur plusieurs impressions du typog. parisien Guy auN.-E. de Jaen. Marchand. Castuloneksis Saltos [Liv., Cœs.], Sierra Le livre châlonnais parait être l'essai d'un imprimeur inexpérimenté, et pourrait remonter aux prede Cazorla, près de la vallée et de la mières années du xvie siècle. ville du mème nom. Voici maintenant l'indication du bibliographe oxonien Une découverte récente que M. Cotton a faite a Casuaria lltin. Anton.], près du lac d'Anla Bodléiennc lui permet de faire remonter l'impri- imerie à Châlons au commencement necy, dans les Alpes G raja;, auj. Cesedu xvie, peutêtre même au xve siècle. C'est un pet. volume in-16, rieux, bourg de Fr. (Haute-Savoie). intitulé Diurnale ad usum ecclesiœ CallialaunenCASUENTUS [Plin.], le Basiento, suiv. fi. sis, qui porte à son dernier f. cette souscription Uoc presens diurnale impression fuit Cathalauni Mannert, mais plutôt le Cavonc, qui se per Armttplium Bocquillon impressorem. Anno dans le golfe de Tarente. jette Domini millesimo qiiadrîgëlesimo tertio (sic) Vice. aima quarta mêsis julii. Que signifie cette date Casul/E, Casoli, bourg napolitain de l'Afautive? certainement 1483 ou 1Û93. Le caractère est bruzze citér. gothique, se rapprochant beaucoup de celui qu'emploie Germain Hardouyii pour ses heures du comCasurgis, Kaoouffî; [Ptol.], localité de la mencement du xvic siècle les signatures sont par Germanie, chez les Lygii, auj. Karzen, 8, mais le premier cahier, cont. le titre et le calenentre Brieg et Schweidnitz, suiv. drier, est de 10; les cahiers ne sont signés qu'au bourg premier feuillet. Reichard. On a quelquefois donne à sont rubriquées Les capitales à la main. La page Prague cette dénomination. signée Ai est remplie tout entière par une planche la Salutation gravée sur bois, angèlique; il y a trois Catacium, Catancium [Cluv.] Catanzaro, autres sujets gravés, formant la bordure des pages ville napolitaine, chef-lieu de la Calasign.L. 2, Q. l,et 11. 7. Au v» du titre est une oraison à saint Geraldus et une autre à saint Quentin. bre ultér. Cet Arn. Bocquillon, dont le nom se présente ici pour la première fois, est sans doute encore un de CATALAUNI [Cell.], Catelauni, peuple de la ces imprimeurs nomades qui ont parcouru les villes Gaule Belgique, qui habitait une partie de province, laissant ça et là quelques traces de leur du dép. actuel de la Marne. passasc, destinées un jour a rendre pénibles les recherches des bibliographes et souvent à les dérouter Catalaunici Campi, Catace nom, que nous ne connaissions Caïai.auni Campi, complètement point, devra servir de point de départ à de nouvelles LAUNENSIS TERRITORII CaMPAKIA [Frédég.], recherches de la part des bibliophiles champenois. Chàlons- surplaines qui entourent Il nous faut arriver à la fin du XVIe siècle pour retrouver une trace nouvelle d'imprimerie Marne, et dans lesquellès les hordes à CluîlousNous citerons Pierre Dubois et C. Guyot, sur-Marne. d'Attila furent anéanties en 451. Catalaunia, Catalonia [Cluv., Cell.], Gothai.aunia, partie orientale de l'Espagne Tarraconaise, auj. Cataluna (la Catalogne, Catalonien en all.), l'une des douze cap. génér. d'Espagne. Catai.acxum [Cell.], Catalauni [Eutrop., Jornand.], Catelauni [Ammian.], Dimocatëlauxi [Hin. Anton.], Civitas Catkllal'.norum fMot. Prov. etCiv. Gall.], ville dans la Gaule Belgique, desCatelauni,
comme les principaux imprimeurs de ce siècle; au du suivant nous trouvons Baussan, commencement et surtoutlesScncuie, Germain Nobily, qui restent les de la ville pendant près de principaux typographes deux siècles. L'arrêt du conseil du 21 juillet 1704 fixe à deux le nombre des imprimeurs de la ville de Châlons-surMarne, et ce nombre est confirmé par celui du 31 mars 1739. Le Rapport fait à M. de Sartines en 1764 en signale cependant trois exerçant dans cette ville i Nicolas Seneuze, établi en 1700, d'une famille d'imprimeurs qui exerce depuis de longues années, la veuve Claude Bouchard et emploie 4 presses François Ménier. Les imprimeurs de la ville avaient été réduits à deux, dit le Rapport, par suite de l'ar.

295

CATANA.

CATULI ARA

296

rêt de 1739, mais on les a laissés subsister par tolérance le même arrêt a supprimé Ics deux imprimeurs de Ste-Menehould et réduit dequalre à deux ceux de Rheims. n [Liv.], KaTâvïi [Thuc, Strab., Catina CaPtol.], [Cic. Yerv., Juven.], tina COLONIA [Plin., ville de la Cic.], E. de Sicile, côte au pied de l'yEtna, chef-lieu de Catania, Catane, la auj. en Sicile. prov. du même nom, Tous les bibliographes s'accordent à ne faire rede l'imprimonter qu'à l'année 1636 l'introduction merie à Catane Il Mongibello, descritto da D. Pielit tre Libri, nel quale, oltra diverse tro Carrera, e le Canotitie, si spiega l'historia degV Incendi gioni di quelli. Catania, appr. Rosso, 1636, in-4 Catal. Pinetli, Floncel, etc.). Mais (Haym, Gamba, Melzi (Atwn. et Pseud., tom. 11, p. û65) nous donne le titre d'un volume publié par le même imprimeur l'année précédente: llispnsta di Valentiiio Vespai (Pietro Carrera) in difesa di Pietro Carrera conlro di Ates.iandro Salvio. Catania, l'Apologin appresso Giovanni Hosso, 1G35, ln-ù. « Le Salvio, dit Melzi, avait critiqué un ouvrage de Carrera, sur le traité bien connu et fort recherché, jeu d'échecs; publié en 1617, à Militello (voy. Bibt. Aprosiana, et dédié à l'évêque Brancitorte. En 1639 p. 6Mi), le même imprimeur publie un ouvrage plus important du même auteur Mcmorie Istorichc della città di Calania, dell' Antica origine, e silo di essa, cc. da D. P. Carrera; con le dicliiarazioni e descri-tzioni sopra le Medaglie di Catania di l'ilippo Padescrilte con figure. ruta, Calania, 1639, 2 vol. iu-fot. En 16&2, l'évêque de Catane Brancifortius (Brancidans son palais forte) établit une imprimerie un des rares volumes sortis de cette typographie particulière est à la Bodléienne, et cité par M. Cotton a In noslro Cala souscription est ainsi conçue lanœ Palatio, per A. Disagnam, Catypograplium » meralem. Cataractonum [Itin. Anton.], KaToupax-iviov Catraractomum [Géo. Rav.] [Ptol.] ville des Brigantes dans la Britannia Romana, Thomborough, auj. bourg du Yorkshire; Caou, suiv. Reichard, sur leSwale taract-Bridge (Yorkshire). voy. Cadillacum. ville môme chefd'Irlande, dans le nom, Catana

S. Dionïsii, St-Denys, St-Denis ville de Fr. ( Seine') anc. et célèbre abbaye de St-Ben., dont l'église renferme les tombeaux des rois de Fr. CATONACUM Sequanam, (Mabill.) Chatou, AD bourg de l'Ile de France (Seine-etOise). Catoneum, Codogno, bourg de la Vénétie. Catorissium, [Géo. Rav.] Cantourisa, anc. loc. des Uceni, auj. Lu Garde, bourg du Dauphiné (Isère); ou Vizille, suiv. Valois. Cattarus, KârTapo; [Procop.], Catiiaruji, Decadaron (?), Gattaro en (Kottor ville forte de la Dalmatie, chefslave), lieu du cercle de ce nom. Nous avions cité cette ville au mot: Ascrivium, mais Reichard et Forbiger traduisent Ascrivilii par Andriez (?), et d'un autre côté ils voient Cattaro dans le Decadarox du Géo. de Ravenne. Cette villefaisaitvenir tous ses livres de Venise et d'Udine;et ce n'est qu'à la fin du dix-huitieme e siècle que nous trouvons une imprimerie locale. Voici etitre duseullivre "que l nous donne la Bibliogr. dalmale de Valeittinelli Vott. Marco lvanovich. Canon., délia dediiione delle Bocchedi Cattaro à S. M. Imper. h'rancesco1", e della antica origine di delta Città. Cattaro,1799,dalle Stampe.diFranc. AmlreolaVeneto,stampatoreregio, in-8. Maisqu'est-ceque Andréa altasiciistampat.,diCatP taro (1460-1490)et encoreJerolimZagurovieh ? (GirolumoZagurovich), tampat. daCatiaro (1550-1580), s auxquels les archives Zapovjestnicu Ingoslaiensku consacrent deux articles (ann. 1851,1, p. 122-148) ? Un des premiersimprimeursde Venise,JacobiAndreas, était de Cattaro; la souscription du Pline de lb~n porte Qui cupis in paruocompendiaprisra libello Me lege succincla;sum pater liisloriœ. Si petis artificem quis sit patriamquerequiris. JacobiAndreas et Catharum patria. Catti Chatti [Tac. Ann. et Hist.\ [Plin.j, XâTTci [Strab.], XaTTai [Ptol.], Hassi [Cell.], peuple de la Germanie, occupait le pays des Hessois (Eessen). Cattlmelibocum, Katzenelnbogen, bourgdu Nassau. Cattorum VICUS,Cattwyk, ville de la Hollande méridionale. Cattus, Katzbach, riv. prussienne, affl. de l'Oder. Catuacum, CATUAPOLIS, voy. Duacum. Catuiaca [Itin. Anton., Tab. Peut.], à la limite occid. du dép. des Basses-Alpes, auj. Reillanne, bourg de ce dép., suiv. Papon (Hist de Prov.); ou Oppedette, village de l'arrondiss. de Forcalquier. Catuli ARA, Gattinara, pet. ville de la prov. de Vercelli (Italie).

Catelliacum, Cateri.ogum, lieu du Leinster.

Curloio, comté du

exista dans cette ville au siècle derL'Imprimerie un journal, nier imprimé par Will. Kinnear, the Carlow Clironiclc, y parut pendantquelques années; il cessa d'exister à la mort de Kinnear en 1786, et fut remplacé par the Carlow Mercury, imprimé par Eustace, à partir de 1789. Catiia^asia, ness, en Catharum, Catiienesia, Ecosse. voy. Cattarus. le Sado; Sétubal. comté de Caith-

de Lusitanie, CATIGOS, fleuve auj. se dans l'Océan de jette près CatobrigAj Catobrigius Souabe. voy. i'agus, Cœtobrix. le Klettgau, Vicus Catulliacum,

district

de

CATOLACUM, Catolocuji, S. Genov.], [Acta

Cutolocensis Fanlii

297

CATULLIACUM.

CAVEA.

298

Catulliacïïm, Voy. Catolacum. Caturrys [Itin. Anton.], Catorijiàc.us, localité des Caturiges, [Tab. Peut.] KaTo'f.-fs; Str.], près des Alpes maritinue, [ auj. Chorges, bourg de entre Gap et Embrun (Hautes-Alpes). CATUStACUM [Itin. Anton.], CADUPPA VILLA, Chaource, sur la Serre, bourg de Fr. (Aube); patrie d'Amadis Jamyn (voy. Caduita). CAUCA [Plin.] Kaûxx Ptol.], ville des Vaccœi, dans la Tarrac., auj. Coca, ville de Îallaute-Castillc (prov. de Segovia). Cauciacum, Cauciacus [Contin. deFrédég.], Cauci [Sigeb. Chr.],CiiAusiAcuM innoviomensi pago, villa niérov. au confluent de l'Oise et de l'Aisne, Choisy-au-Bacq, village près Cumpiègne (Oise). Cauciacum regium ad Sequanam, Cauciacum Palatium, Cauliacusi, Choisy-le-Roy, bourg de Fr. (Seine). Caucoi.ibeiium, Caucouhems [P. deMarca], Collioure, ville de Fr. [Pyrénées-Orientales). Cauda Vulpis, Coda cli Yolpe, cap de la Calabrc ulter. Cauoek.iî, Caudiez, pet. ville du haut Languedoc (Pyrénées-Orientales). Cauihum, [Cic, Liv., Itin. Ant.], KaûStov Caudinorum CIVITAS, [Strab. Ptol.], [Orellij, ville du Samnium, sur la voie Appienne, auj. Casale di Forchia, dans la Princip. ultér., non loin du défilé appelé Caudinje Furcui./e, les Fourches Caudines. Caufunga, voy. Capungum. Caui.iacum, voy. Cauciacum. Caulon [Liv., Virg.], KauXmîa [Strab.], voy. Castrum VETIHUM. Caumî, Cohiomachus, Caunes, bourg du Languedoc (Aude), anc. abb. de Bén. Caunus, localité des Celtiberi dans la Tarrac., auj. Moncajo, ville d'Aragon. CAURA, Plin.], Caura SunuM, Coria, bourg0 [ d'Andalousie, près de Séville. Caurium, Kaûpiov [Ptol.], Cauria, ville des Vettones dans la Lusitanie, auj. Coria, ville d'Espagne, sur le Duero (roy. de Léon). Le Père Ménestricr,dans le VéritableArt dit niasou (Lyon, lienoisl Coral,1671,in-12, p. 30), prétend que Gracia Dei,Roi d'Armes d'Espagne, composa en vers espagnols, appelés Iledonditlas un n JHasonGeneral de todas las insignias dei Universo, » in-ft,et que ce précieuxvolumefut imprimé à Coria « por Maestre Jlariolome de Lilla, Flatnenco, en )'anneelM9!Hain accepte et repro.

duit cette date. Or Gracia Dei fut Roi d'Armes do Ferdinand et d'Isabelle-la-Catholique, qui ne montèrent sur le trône qu'en \lilh. M. Brunel cite ce vol. qu'il date de 1Ù89, et qu'il dit imprimé avec des caractères grossiers et d'une forme singulière. Mais Mcndez ledit, de 18G1) fait justice de toutes ces allégations; il soutient purement et simplement que tout ceci est de pure invention (aîîade, un canard!); qu'il n'exista jamais d'imprimerie à Coria, et qu'à cette prétendue date de H69, selon toute probabilité, Gracia Dei n'était point lié. ce volume a figuré à la vente Ilanrott Cependant où il a été adjugé au prix de 6 £ 12 sch. 6 d. c'est donc probablement a Soria, dans la Vieille-Castille, qu'il faut reporter l'impression de ce livre. i\l. Galkmlo,dans le troisième volume de sa Bibliotheca Jispanola, élucidera probablement ce mystère. Au moment de mettre sous presse je reçois cette note de M. A. F. Didot Tout ce mystère résulte ou d'uneerreur de plume commise par le Père Ménestrier, ou d'impression de son imprimeur, ou d'un renseignement inexact fourni au l'ère Ménestrier qui peut-être n'avait pas vu ce volume très-rare, puisqu'on assure que hors celui de la vente de llanriott (c'est celui très-probablement que je possède), il n'en existe qu'un autre dans la bibliotbèque (les Iliéronymites de Lisbonne. En voici le titre: Jltason çieneral de todas las insignias del unicerso. Dctlicado al Serenissimo principe allô y muy poderoso rey de Portogal sur le Irônc en iUSV. (Jean II, qui monta lîcclw en la vnivcrsitad de Snlamanca for un ciel diclw estudio rcnoinlire Gracia dey. gallego liijo A la fin on lit an la cibdab inpresso y entaltado de coria por maestro Jlartotcwe de tila ftamèco aiio de mil cccc l xxxix (1Ù891. « Celte date et ce colophou incitent fin à toutes les discussions. Ce livre est des plus curieux, particulièrement sur par les quatorze grandes gravures bois qui occupent toute la page, et par un grand nombre de blasons. Il donne un spécimen de la gravure sur bois en Portugal à cette époque reculée. « A la suite de mon exemplaire est imprimé dans le même format, à deux, colonnes, et en iné*me caractère, un ouvrage sans gravure, ayant plus paren vue la chcvalerie. Il contient ticulièrement 2(4feuillets chiffrés. » Cauron, Kaûfov, voy. Axnnos Ins. Kaurzim, et l'Elbe.

Caukzimensis provincia, en Bohème, entre

le cerciede la Moldau

localité delaBriCausenn.e [Itin. Anton.]," tann ia Romana, auj. Keswick, sur le Non, bourg du Cumberland. Cauterijs, thermales Cava tugal Juliani, Couterets bourg (Hautes-Pyrénées). pet. et sources

Cabilhana, (Gracsse). Comitatus, (Ulster). Breania.

ville

du

Por-

Cavanensis en Irlande Cavanum,

le comté

de

Cavàn,

voy.

Cavares Cavari, [Plin., Mêla], Kacûapoi de la [Ptol.), peuple [Strab.], Kaiapoi Narbon. les bords Gaule 11e, habitant du son territoire forme Rhône; auj. de Vaucluse. le dép. Cavarum oppidum, voy. Avenio.

CAVEA, Cava, la Cava, bourg d'Italie, dans la Principauté citérieure; tout auprès

299 est le célèbre monastère même nom.

CAVICLUM. bénédictin du

CELLA.

300

dans le S.-E. de la Norique, auj. Cilly. ville de la haute Autriche (Steyer mark), chef-lieu d'un cercle du même nom, Caviclum [Itin. Anton.], local. de la BaltiCELEJENSIS COMITATUS. que, auj., suiv. Reichard, Torrede Calaville des Quadi, dans la Gerhonda, bourg de l'Andalousie. Celemantia, manie, auj. Kalnànz, près Comorn, en Cavortium, Caoitrs, Cavour, bourg du PiéHongrie [Cluv.]. mont, au N.-O. de Saluzzo. Cansilena [Tab. Celena [Itin. Hier.], Cazalia, Cazals, bourg du Quercy (Gers). Peut.], ville de la Pannonie, auj., suiv. Reichard, Czelletovcze, en Hongrie. Cazeca, Ka#x*.[Arrian.], ville dela Sarmatie européenne, dans la Chersonèse CELETRUM [Liv. 32], ville de l'Illyrie grecen Tasch-Katschik Taurique, auj. que, auj. Kastoria, ville de Dalmatie, Crimée. suiv. Pouqueville. Celeusum [Tab. Theod.], localité de la VinCiieciacum, Chezy-l' Abbaye Caziacum, comm. de Fr. (Aisne), anc. abb.deBén. délicie, sur la rive droite du Danube, ou Ettlmg, bourg de auj. Œtling, Cea [Plin. Ovid., etc.], CEOS,kéu? [Strab., Bavière. Kîa [Ptol.], ile des Steph.], KafOaîa, Celia, KsXfa [Strab., Ptol.], Cœlianum Cyclades, auj. Zea, dans l'Archipel. [Tab. Peut.], Cœjjnus At.er [Front.], le TaCeba [Plin.], ville de Ligurie, sur ville de l'Apulia Peucetia, auj. Cegli, naro, auj. Ceva, ville du Piémont Ceglie, ville de la Terra di Bari, prov. (prov. de Mondovi). napol. du roy. d'Italie. Cebanum, voy. Geneva. CELLA,Cell* la Celle; plusieurs localités Cebenna Mons [Caes. VII], Gebenna [Plin. en Fr. portenteenom: Celi-aClodoaldj, la Celle St-Cloud, etc. [Mêla], CemmeCell.], Gebennici MONTES NUS mons, Tè KÉu.p.svov'poç [Strab.], è Cella [Cluv., Coll.], Cell. Cesla [Cod. les Cévennes Ta Kipfj.i-13.pn [Ptol.] i Shaesla Gothan.l, [Cod. Guelferb.|, chaîne de montagnes qui rattache les ZELLA,Celle, ville de Hanovre, dans la Vosges aux Pyrénées, du N.-E. au S.-O. préf. de Luneburg. GEBENNARUM M. Ternaux cite un volume imprimé dans cette Cebennica REGIO [Luen.], villeen 1080:lletdcbrandus (sic|,de lmmortalitate Tkactus, les Cévennes, anc. prov. frananimœ Cellis, 1080,inù. Nousignoronsoù ce biçaise, faisant partie du Languedoc, et bliographea puisécette indication. LesCatal.d'Amscomprenant le Gévaudan, le Vivarais et terdam (ap. Janss. Waesberg.) qui contiennent la le Velay. liste des ouvrages imprimésen Allemagne, rance, F Belgique, etc., de1673à 1683,n'endisentpas un mot; Cebrijs fl.,Ciabrus, Kiau.êpoî [Ptol.], fleuve le Père Le Long, Bauer,Frcytag, etc., imitent ce de la Mœsie, afQ. du Danube, auj. le silencesignificatif. D'un autre côté, Feverlin (Bibl. Symb. Luth. I, 7Abvu [Forbiger]. p. 370)fait remonter à 1541la datede l'imprimerie dans cette ville, citant un Catéchismepar Urbanus Cecerr-ï, VOy. Cervaria. Regius,portant: «CeltceSaxomun, 1541.» Est-cela Cecilionicum [Itin. Ant.], ville de la Baltidatede la composition,est-cecellede l'impression? Celivre lui-mêmeexiste-t-il? le fait paraîtdouteux; que, auj. Baîios en Andalousie, suiv. nous connaissons très-grand nombre d'ouvrages un M. de Labordc. théologiquesd'UrbanusRegius tous sont imprimés à des dates postérieures, et aucun n'est exécuté à Cecina [Mêla], ville d'Étrurie, auj. Cesina, Celleou Zell,et nous ne trouvonsdans aucun bibliobourg de Toscane. dont parle Feverlin. graphe trace de ce Catecliismus Cecinna FL. [Plin.], le Cecina, rivière de CELLA Mosellam, Zell imllamm, ville de AD Toscane. la Prusse Rhénane (rég. de Coblentz). Cecropia, voy. Athen.e. Cella Francomca, Zell, bourg de Bavière, dans le cercle du Haut-Mein. CEDENS,Cens, comm. de Fr. près Rochecorbon (Indre-et-Loire). CELLA Rudolpiii, CELLASuevi..e, Zell am Cedonie [Tah. Peut.], en Dacie Harmersbach, bourg du gr.-duché de auj. Bade (Kinzigkreise). Szerdahely, ville des prov. danubiennes. CELLA S. CANICI, voy. Kjlkenia. CELA [Cluv.], fi. de Sicile, auj. Fiume di Terra Nuova. CELLASola, Cella Solonis Sohlenhofen, CELADUS FL. [Mêla], fl. de la Tarracon., bourg de Bavière, sur l'Altmûhl. auj. le Celado ou Rio de Gefrones. CELLA Tirolensis, Zell imZillerthale, bourg 0 Cei.eja [Plin., Itin. Anton.], Ks'Xeta[Ptol.], du Tyrol, dans le cercle d'Inspruck.

301

CELL/E

CENETA

302

CriIELLE ClîLL.-E, CALA, CaLLA, KaLA, Roberti [Prœc. Reg.], [Anc. Chr.], de Fr. sur la Marne Chelles, bourg abb. célèbre de (Seine-et-Marne) filles de fondée la St-Benoît par reine vu0 s. Concile Bathilde au en 1008. Cilll.-iî jltin. Anton.], Kixx» [Hierocl.], ville de Macédoine, dans auj. Ostrova, le pachal. d'Andrinople. Ciïlije, Celles, Selles; localités, plusieurs et anc. abb. de ce nom en Fr. Nous citerons ville de Fr. (LoirSelles-sur-Chcr, avec une de et-Cher), antique abbaye fondée Feuillants, par Childebert. M. Cotton, dans son premier ouvrage, dit avec autorité Selles, sur la rivière le Cher imprimerie 1618. Nous déclarons avec confusion ignorer absolument ce qu'il veut dire. localité Cellemna, dans le canton de la Haute-Engadinc, des Grisons (Suisse).

CembuMj Gennewjm, Gennep, bourg de Belgique (Limbourg). Cemenelium [Plin.], Cemenelum [Tab. Peut.], K6[a!vs).6gvPtol.], localité des [ Vediantii dans les Alpes Maritimae; auj. les Cimicz, Notre-Dame des Cimiez, vill. et anc. abb. qui dominent la ville de Nice (Alpes-Maritimes). CemmenusMoxSj voy. Cebenna. CENA [Itin. Anton.], localité de Sicile, suiv. Forbiger et Mannert, Monte-Alleçiro, près Agrigente; suiv. Reichard, Cianciana; mais Bisch. et Môll. prennent Cena pour un fleuve, et le traduisent par Fiumc della Cane l'Itinéraire Ks'î.oœ [Strab., Colonia Celsa [Plin.] PtoJ.], d'Antonin donne certainement Cexa Victiux ville des Edetani, sur la Julia, comme une station, à xvm m. p. d'Agririve gauche de l'Èbre, dont on voit les gente etxu m. p. d'Allava. suiv. Marca et Florez, à Velilla ruines, Cenabum, voy. Aurélia. Xelsa près (Aragon). Cenadium, voy. Canadium. CELSONA, Sohona, ville d'Espagne (CataloCenjîum Prom., Kiîvaiov [Strab., Ptol.], gne). cap de l'ile d'Eubée, auj. Cap Litar ou KeXroî CelTjE,KiXrat, [Polyb., Strab., etc.], Canaias (Negroponte). nom primitif d'un peuple qui couvrait la plus grande partie de l'Europe ce Cenchre.e [Plin., Liv.]. Ke-^yp-'ai [Thucyd.], KeTxpsaî [Strab., Ptol.], KÊ-prfî;[Calhm.J, nom, à l'époque des guerres de César, ville et port de Corinthe, du côté du n'était conservé qu'aux habitants de la Gaule Celtique. golfe Corinthiaque; s'appelle auj. Kekhries (Pocockc). Celtibebes [Lucan.], KeX-îoT.fE; [Polyb., Strab.], Celtibew [Plin., Liv.], peuple 1 Cenestum, Santa-Lucia, bourgade de l'île de Corse. de l'Espagne ïarrac. formé de la réunion des Celtes et des Ibères. Ceneta [Grut.], Cenitense CASTRUM [Gesta

M. Ternaux emprunte à l'auteur anon. de l'Histoire de L'Imprimerie en Suisse (Saint-Gall, 1830 in-8) une anecdote que nous mentionnerons: pour exécuterle recueil decantiques nécessaires au service divin, le clergé fit venir de Bergame un imprimeur, qui chargea sur son dos et sur son âne le matériel nécessaire à cette impression dans une écurie, sans autre aide que celle d'un petit vacher, il parvint à terminer ce recueil de Cantiques, qui forma un gros in-8, assez bien exécuté. On ne nous dit pas en quelle année s'accomplit ce tour de force; on ne nous donne pas non plus malheureusement de preuve à l'appui d'une assertion qui nous parait un peu risquée. M. Cotton, en disant que G. N. Gadina y établit une imprimerie en 1765, trancherait-il la question et nous donnerait-il à la fois le nom et la date qui nous manquent? Cela ne serait pas impossible; mais il ajoute que ce Gadina avait en même temps une même canton; ce qui ne nous presse à Scuol, bourg du rapproche pas de Bergame; de plus il y a entre ce nom G. N. Gadina et VEngadina, vallée célèbre de ce canton des Grisons, une certaine similitude, une sorte d'onomatopée qui nous inquiètent. Cei.nius kl., KsXvlg;, dans la Britannia Barbara, auj. le Spey, riv. d'Ecosse.

Celtiheria [Plin., Liv., Ctes.l, K£X-rië»ipîa Polyb., Strab.], prov. de la Tarraconaise forme auj. la partie S.-O. de l'Aragon, le S. de la Navarrc, la prov. de Soria dans la Haute-Castille, et le N.-E. de la Nouvelle-Castille (prov. de Cuença). Celtica, VOy. Gallia. Celtici, KeXtixo![Strab.] peuple de la Lusitanie occupait la prov. actuelle de l'Alemtejo. Torrecilla de Aldea Tejada, Celticoflavia, ville d'Espagne, près Salamanca. • Celticum Promontorium, voy. Artabrum. Celtorum Mons le Cantal montagne d'Auvergne qui donne son nom à un département. t. Celurca, Moks Rosarum, Montrose, Montross, ville d'Ecosse (comté de Forfar). L'imprimerie remonte en cette ville à l'année 1784,nous dit le Suppl. du D' Cotton, et le nom du premier typographeest GeorgeJohnston. Celydnus, Ke'XuÎvc; [Plot.], fl. d'Épire, des monts Acrocérauniens à l'Adriatique, auj. le Salnich.

303

CENETUM.

CENTULUM.

304

ville de la Gaule Transpadane, LoTigob.], dans la Vénétie, auj. Ceneda, près de la Carniole. Falkenstein n'enregistre pas cette ville parmicelles mais de l'imprimerie, qui ont joui des bénéfices M. Cotton dit que Marcus Claserius imprimait à 1609. Cinéda en Cenetcm, Lavoro, Ceni Cerreto, prov. de bourg napol. duroy. la Terra d'Italie. di

de la Britannia MaSxi peuple les comtés de habit. actuels Romana; et HunSuffolk, Norfolk, Cambridge tingdon. Cenisius Mons, le Mont-Cenis. Cessa, Cinna Bavière, près Langenzenn Nuremberg. bourg de

Ks'nvoi [Dio C], peuple de laVindéCenni, du lac du Garde. licie, au N.-E. Cesomani Ptol.], Gaule nation [Ptol.l. de la Gaule Cenomani, Kevou.otvcf, peuple au N. du Pô c'était une fracCisalpine, tion des Aulerci de la Lyonnaise IIIe, qui vinrent s'établir sur le territ. des Ëuganéens au Ive s., et en chassèrent les habitants. Cenomani CENOMANIA Cexomanum. [Cell.], Civitas Cenoman(Civitas) [Greg. Tur.], norum Cenomannum [Notit. Gall.j Subdinnum OJivoWv [Cell.], [Tab. Peut.], ou plutôt [Ptol.], Vindikum, Sltndixum des Aulerci Cenocapitale [d'Anville], chef-lieu de mani, auj. le Mans, dudép. la Sarthe; anc. de la prov. cap. du Maine. En tôic d'un manuscrit de la Bibliothèque impériale (Fonds latin, n° 13, 303) se trouvait une petite pièce gothique de 4 feuillets, que nous a communiM. Guérin, secrétaire de l'admiquée obligeamment en voici le titre et la souscription nistration AbéCEDAIRE: •• L'Oraison dominicale. La Salutation Les douze articles de la foy. La Angélique. de la table. La confession bénédiction générale. on monstre nostre. Seigneur. on (luant Quant monstre le calice. Quant on monstre nostre Seile l'ater no.il er. Oraison a son boa gneur devant ange. les respons de la Messe. Les dix commandemens de la loy. Les commandemens de l'église. A la fin Au Mans, par Mathurin le Houx, demeurant en la grand rue. 15.1, pièce de 4 ff. pet. in-8, goth. Malheureusement le troisième chiffre de la dateest mais tout nous gratté et a complètement disparu à croire qu'il faut lire 1541, ou tout au moins porte 1551: dans la première ce serait le prehypothèse, mier livre avec date qu'il nous serait possible de citer; avec la seconde, il ne passerait qu'en seconde ligue, car nous avons en 1546 un admirable livre à mentionner Missale ad vsum preclare tc\clcsie Cenomanèsis et auxilio Uoftctissimorû nuper adminiculo virora a nonnn«<4n!endMpM?'9a<Km j ac~prfstine integriStr. [Plin.], Kevojiav.; [Polyb., de la vulgô Cœno.uani, peuple de la Ille, faisant Lyonnaise partie oî Kevcuxvoî des Aui.ERci,Aùxîsx:ct

tati reslilulâ Sacre quoq? biblie con\ccrdantijs et adauctum.– Venundûtur passim adornatnm Franciscum CoCenom apudl Dionysiû Gaignot clieri et Slephanum JiiïnAlcxandrû\Chouen deau commoran. in ma'gno vico diui Itiliani annodili. ji.d.xlu. îpressum Au v" du dernier f. est cette souscription avec la marque de Gaignot Impressum Ccnomanis.[Pcr Dionysium Gaignot JuCalcographû.flConunoraû prope EcclesiamUDiui liani || M. D.xlvj. In fol. goth. avec fig. en bois, sur 2 col. de. 43lig. Le bel exenipl. de la Biblioth. impériale adix feuillets du Canon de la messe imprimés sur vélin. Ce nom de Mathurin le Houx que nous avoi:scité à l'art. Abécédaire pourrait n'être que le nom d'un libraire; mais dans le cas contraire ce ne serait qu'un de ces typographes de passagers qui colportaient ville en ville leur matériel el. leur industrie, car nous ne connaissons aucun autre livre qui porte son nom, tandis que Denis Gaignot semble être le véritable et. sérieux premier de la ville, travaillant imprimeur à la fois pour le clergé, la municipalité et les particuliers. Nous citerons encore le Coustumier de 1554, in-8, sur lequel son nom figure comme libraire et comme imprimeur avec celui de Macé Vaucelles et d'autres libraires. sus le chant A la même date les Nocls nouueaulx de plusieurs belles chansons nouvelles de ceste présente année viil cinq cens L. III au Imprime Mans, par Denys Gaignot, imprimeur et libraire demourant en la grand rue près Saint-Julian. Nous avons au xvie siècle un grand nombre de recueils de Noëls etCantiques imprimés en cette ville, et jusqu'à la fin de ce siècle les différents imprimeurs gothique, qui les exécutent emploient le caractère fait qui se représenle dans plusieurs villes de province, quand à Paris, Lyon, llouen, etc., ce caractère était abandonné comme suranné. depuis longtemps La famille des Olivier fournit une nombreuse suite à la ville du Mans; le premier, Iliéd'imprimeurs rosme Olivier (ln65-160ù), puis sa veuve, qui débute en 1605; François olivier, a la fin du xvi° siècle; Gervais Olivier, que nous croyons le fils de Jérôme, au xvne siècle; enfin un second Iliérosme Olivier, au milieu de ce même xvnc siècle on doit a celui-ci les mémoires des complusieurs livres importants les du Maine, par Pierre Trouillarl, 16&3, in-12, et les Prémices de la Poésie du Sr de Houille. etc. 1647, in-8, Les arrôls de 1704 et de 1739 fixent à deux le nombre des imprimeurs autorisés de la ville du Mans, et le Rapport fait à M. de Sartines en 1765 omet cette ville, fait que nous ne pouvons expliquer. Centrones gique; [Cîcs.J, habitait Belpeuple de la-Gaule une partie du Hainaut.

CENTHONES [Crcsl], peuKs-jTpuve; [Ptol.], habitait ple de la Gaule Narbonnaise; la Savoie de la Taranorientale, partie taisc et du Faucigny. Centrondm CIVITAS, S. TnunoNis Saint-Tiityen Saint-Trond, Belgique (Limbourg). oppidum, ville de

Centhonum CIVITAS [Not. DaranProv.], tasia Monasterium IN [Itin. Anton.], local. des CenTarantasia, Monsterium, Moutiers-en-Tarantroncs, auj. Moutiers, de France taise, ville (Savoie). ou RiciieCentulum, CENTULA, S. Richarii nii Moxast., S. Bicquier, S. Riquier, et anc. abb. de Picardie bourg (Somme).

305

CENTUM.

CERAUSIUS MONS.

306

à propos M. V. Pouy signale un fait intéressant le moine H6ric,.cliarg'> par de retle célèbre abbaye dit monasde l'économat Louis le Débonnaire dans un état daté' de 831, que la tère, rapporte, était rue des fabricants de boucliers, à St-Ricquier, des livres qui faichargée de fournir la couverture de la bibliothèque conventuelle, et dont saient partie le cataluguea été conservé par le moine llariulfe. Ces livres étaient reliés et cousus dans cette mime rue, à coûtait annuellement et cette double opération l'abbaye la somme de 30 sous d'or.

[Herod., Thucyd.l, KEoaXnvfa [Polyb., 2âu.ïi Ptol.J Samus Same [Virg.] [Hom., Strab.], ile de lamer Ionienne, sur la cote d'Achaïe, auj. Cefalonia, la Kephalenia, île de la Méditerranée, plus grande des îles Ioniennes (Grèce); elle fut appelée parfois Samos du nom de sa ville principale, et il faut se garder de la confondre avec l'ile de ce d'Italie de ville Centum, Cento, (délég. nom sur la côte de l'Asie-Mineure, auj. Ferrare). Soiisam-Adassi, à la Turquie. fait remonter C'est à l'année 1543 que Falkenstein Cei'iialœdis [Plin.] KeçaXcîtfwv[Strab.], l'imprimerie dans cette ville, que nous ne connaissons voici, à Cephalœdis, Keooû.oiîî; [Ptol.J, Cepiialoguère que comme la patrie du Ciuerchin, et 1): Vocette date, le livre que cite llaym Ip. dO7, nuM [Itin. Anton.], Cefiialedum [Tab. délia Lingna Gramatica, ed Ortografia cabolario, l'eut.], ville de la cote N. de la Sicile, di Alberto Acarisio volgare (o Accarisi). Cento, à 15d3, in-4. Edition rlslampala per il Valgrisio, auj. Cefalu, dans le val di Dcmona. c'est-à-dire Venise, en 1550 que cet imprimeur Si l'on devait croire sur parole Falkcnslein, acheta en bloc ce qui restait de l'édition de Cento llaym, Cotton, etc., dont l'opinion est corroborée et renouvela le titre et le dernier feuillet. Donidit par lesCatal. Baluze,Floncel,liulteau, etc., on ferait « elle appresso ctetl' Accarisio cran île cet ouvrage, remonter l'imprimeriedans cette petite villeà l'anle parole dello scriver belle, ma in falti lo scriver née 16M:LoScucto l'asta dclsotdato Monftrrino c benc era appresso agli altri. » impngnali, alla (Ufesadelsuo politicosistema contio l'istorico politico indifférente, da ec, con un Itin. Tab. Centum Anton., Cell.k [Plin., discorso pnliticosopra i correnti affari delVïtalia Cei.L/E 'du ColenuccioKicoleonm(VittorioSiri abbate CaPeut.], KevTCUjAxs'Uai [Pl'OCOp.], sinese).Cefalii,appressoAllabalipaLcontino, Ki-'il, Itin. Anton.] Tiiaianum [Fr. Itin. [Frag. în-a. MalheureusementMelzi (Anon.et J'seud.) nous Civitas Tpaïawç Xifiri-/ [Ptol.], Anton.], apprend que ce pamphet du célèbre Vitt. Siri fut Centocelle vêtus à Venise:il forme un pet. vol. de 202 p., Cenceli.e, [Cell.J, J, imprimé dont ladernière est, par erreur, chiffrée29a. Depuis ville d'Étrurie, auj. fane, eliro.], la publicationdu roman satirique d'Adr.Banchieri, Çivita (en Esp.j, Vieja Civita Vecchia, la Sobilità deWAsiiw di Attabatipa del Périt, ce États pontificaux, dans ville et port des nom d'Attabalipa était peut-être entré dansle calendrier des Grotesques,inaisà coup sur il n'avait pas la. (le Viterhc. étéadmis ait nombre dessainlsde l'Église romaine, n'est pas supposé, Melzi Si le lieu d'impression et ce fait seul aurait dû iuspirerquelquedéfianceaux nous donne deux indications qui [Anon. et l'setid.) bibliographes précités. en nous permeuent de faire remonter l'imprimerie 1621 et 1631 /( Pancette ville aux années CeI'HISSIA K.Y,<5«j(jta[Strab.] Kvoiameû; talone impnzito, Comrnedia in prosa (di Francesco [Philostr.], Cepiiisia [A. Gell.], local. de Cività Vecchia, 1621, in-12, I\ighetti, Jlantovano). seconde édition la première, de 169), est de Viterbe. l'Attiqnc, auj. Kivisia. Commedia di Francesco Cli Amanti Scliiaui, Cëphissus [Stat.], i Kïi(fta<jo{[Hom., Pind., Civita Vecchia, 1631, in-12. Ce Wierfe((Miedelchini). nom Miëilelchini publia d'autres fl. de la Phocide, auj. le ouvrages sous. Strab.], iï il Acadcmico Ilitirato. Mavronero [Forbiger]. Zashalon, Centum COLLES, Jlundertsbuel CEpmssus,Kïiçtaoo; [Strab.], fl.del'Attique, de Transylvanie, près Hcrmantombe entre le Pirée et les ruines bourg stadt. d'Eleusis dans le golfe d'Égine, auj. le l'ab. Podhonista [Bisch. et Mol!.] CENTuniPA Anton., Peut.], [Itin. Centoripisom Centuripa [Plin., Sil.J Kaiitîava [PtOl.],PlNELUM, ville de CEPIA.NA, Civitas Centuripina [Cic], [Mcla] Lusitanie, auj. Pinhel, bourg de PorKsvtoûTa KevTo'puva [Thucyd., Polyb.], tugal dans la prov. de Beira. au pied de. ville des Siculi, piitai [Ptol.], Cepusiensis Comitatos, Cercle de Zips, en dans le val di Centorbi, auj. l'/Etna, Hongrie, sur la Theiss. Dcmona (Sicile). Cepusiilm, voy. Aux Scepusiensis. Kevrcûpiviv [Ptol.], CENTURIUM, KsvToûpicv, di de Corse, Porto local. de l'ile auj. Ceramis, toc. dcl'Attiquc, auj. Sepolia. Ccnturi. Cebasium, Cerisy, bourg de Normandie CeosIns., voy. Cea. (Calvados); anc. abb. de Bénédictins. île Ta KspaTa [Strab.], promont. de St-Margaretheninsel, CEPELIA, Csepel, CERATA, du Danube, en Hongrie. l'Attique, auj. cap Kandili. Ceperanum, Ceprani, bourgade du Napoli- Ceraunii MONTES, Kepaùvia i'pn [Strab.], tain (Italie). VOy. ACROCERAUNII. CERAUSIUS MOXS,Ta Ktpiâoiov spej [Ptol.] Cepitallenia Plin.], KsœaXXnv!* [Liv.

307

CERBALUS.

CERVAR1A.
Cergeium, Pontoise Gergy, Cergiacum, (Seine-et-Oise). comm.

308
près

montagne de laMessénie, auj. le Mont Tetrazi. Cerbalus [Plin.]j fl. de l'Apulia Daunia, auj. le Cervaro, dans le Napolitain. fl. CERCIDIUS, de l'ile de Sardaigne, le Pianello. auj.

CERILLI [Sil. Ital.], Kr;?-.».« [Strab .],-Cekeli rrab. ville du Brdtium, Peut.], auj. Cirella Vecchia (Calabres).

d'Eubée, auj. 1 CERCIDIUS, 1. de l'ile de Corse, auj. le Zéro, petit port de Ncgroponte. Liamone. le Monténégro Cernagora, il Monte Nero, Cercinitis Palus, KEpxivm;Xi'javyi [Aman.], en turc) État nominative(Karatag, lac de la Macédoine, auj. lac de Takino, ment soumis à la Porte dans la Takhyno, dans le pachal. de SaloiN.-O. de l'Albanie partie sept. niki. Le Monténégro est divisé en quatre Cercunum, Cerzun, bourg de la Valteline chacune se subdivise Nahijé, desquelles de Sondrio). (délég. en Knezine et Plemena; dont Cettigne, nous le radical latin Cerdania, Ceretania, la Cerdagne, Geixlana, ignorons ( Ceticontrée Pyrénéenne divisée entre la en est la capitale. gna?), France et l'Espagne. remonte dans cette petite ville à L'imprimerie une haute antiquité un typographe dalmate, du Cerebeuaca Chabellium, nom deMacarius ou Macario, y transporta un matériel [Itin. Hier.], en 1493, et jusqu'en 1513 y publia plusieurs voluChqbueil, Chabeuil, comm. du Dauphiné mes mais il seraitintéressant de comparer ces raris(Drômc). simes spécimens d'une typographie presque inconnue avec les caractères de Gabriel di Pietro, l'imprimeur CERENTnu, Geruntia, Cerenzia, bourg du d'Udine, ou avec ceux dont Gérard de Flandre se serNapolitain (Calabre Citér.). vit à la même époque dans plusieurs des villes voisines, Vicence, Udine, Friuli, etc. CERERA,Cerea, bourg de la Vénétie (prov. Voici les titres succincts des volumes que l'on sait de Vérone). avoirété imprimés par ce Macarius: Okoih ililiosmoglasnik. Cetigne, Slacario, lMfi, in-fol., de 270 pp. CERESIUS LACUS,Coresiom Stagnum [Greg. Psallir La même an(en dalmate}*, 1Ù95, in-4.dans la Rhétie, auj. Lacjo cli née 1M5, il donne encore un ouvrage intitulé Tur.], Molituenik ils Euclwlogioiiy et en 1512, VEvanLugano, en Tyrol. gjetic. La Bibliographie du Monténégro nous apprend CERESUS, Ksps'ao;,ville des Jaccetani, dans fut établie qu'en 1834, une nouvelle imprimerie la Tarrac., auj. Columba de Keralto dans cette ville, et prit sur les livres le titre de di Moiucnero. [Forbiger], ou Cervera, suiv. Reichard Stamperia (voy. Cervaria). Cerretani, voy. Ceretani. CERET, Sr,fâ [Steph. Byz.], Sera ou Cera, Cersilla, VOy. Sarcella. bourg d'Espagne entre Xerez et MedinaSidonia [Forbiger]. de l'anc. Certaldo, Certaldum, bourg gr.d. de Toscane, sur auj. roy. d'Italie, Ceretani [Cell.], Cerretani [Plin.], KEppy,l'Elsa. ravo! [Strab.] peuple de l'Espagne Boccace mourut dans cette localité; nous trouvons Tarrac. au pied des Pyrénées, habit. la dans Melzi (Alton, et Pscud. II, 87) trace d'une Cerdagne. Lellera del C. F. imprimerielocale au xviii" siècle M. G. G. P. A. Il. A. 0. F., filologo Etruseo ad ArisCeretania, voy. Cerdania. tarco Scannabue. 10 aprile 1764, in-12, Certaldo, a data finta, » dit Melzi, qui croit avec l'Aristarque, Ceretanorum PODIUM,PODIUMCeretajsum qui n'est autre que Giuseppe Baretti, que cette pièce fut imprimée en Toscane, mais sans affirmer le lieu [Marca], Puigcerda, Puycerda, ville de désigné d'impression. Catalogne (voy. JuijaLibyca). ville de Certerat^î, Cortracum, Contras, de Sicile, CERETANUM, Ceretana, bourgZD France dans le Val di Noto. (Gironde). CERTIACUM [Luen.] Fohum Cereticensis COMITATUS, Tiberii, Cardi«Po'po; CERETICA, sur Tiëejicu ZURZACUM, Zurzach, [Ptol.], gan, ville et comté d'Angleterre (Pays ZD le Rhin, ville de Suisse d'Arde Galles). (canton govie). CERETUM, voy. AD Centuriones. ville des Celtiberi, CERTIMA [Liv.], dans la Cerfennia [Itin. Anton.], Cirfenna, Tarrac. dans le roy. Arlanzo, anj. ville des Marses, auj. Peut.] [Tab. d'Aragon. Collarmeno, dans l'Abruzze Citér., ou, suiv. Reichard, Cervaria [Mêla], Cervaria Laceta^orum Cerchio, près Collarmeno. Cervera, ville d'Espagne (Catalogne).

Cerintous |Plin.], KrîjtvOoç [Hom.,Strab.], ville de la côte E. de l'ile

300

CERVIA. CHALYBON

310

En ITiO, dit M. Ternaux, qui cite un livre qui nous est inconnu Relation que hace et Clauslro de la real y pontificia uniuersidad de Cervera a la rcal mageslatl ilel Iley N. S. D. Fernando VI, de las rcales exequias (tel rey Felipe V, por D. Max IJarrai; Cervera, n&G, hi-4. en 1150. dit Falkenstein; Imprimerie nous connaissons seulement IiomaSylloge inscriptionum narum quœ in vrincipalu Calalauniœ extanl, allthore Josepho Finestrcs. Cervariœ, 1762; in-a. O.hvu, Chièwes, (llainant). Ceiivipunum, ClïKVlMONTIUM Hirschbevg dans sienne, Cervon, bourg de Belgique m

bourg

de Fr.

(Nièvre).

AD SaLAM HlRSCHBERGA ville de la Silésie Prus-V la rég. de Liegnitz.

Cehvimontium Westpiiatm Hivschberg, ville de Westphalie (Prusse).
Cerynites vl., KsfuvÎTT,; [Pausan.] il. d'Aà Cehynia,, chaïe, qui passe cnArcadie, ou. Buplmsia auj. Bokhusia [Boblayc]. KÉaaàa loc. [Itin. Anton.],, [Ptol.], Celtiberi dans la Tarrac, auj. ffita., suiv. dans la près Esl)iiiosa, Flore/ prov. dcGuadalajara. Cesano, bourg du Milanais.

Cksaiu des

Cicsakum, ClîSARISTA,

VOy. ClTIIAHISTA. loc. de la de la Boul-

Ksiiava Cesiana, [Procop.j, ville Mœsie, auj. Kac'zanik, garie (Turquie). Cessero, Ceste Cksserone, voy. Ahaura.

[ltin. Reichard,

ville de Hier.], Monte-Sestino,

suiv. Ligurie, en Piémont.

Cestria, DEVA, Devana fltin. Anton.] i-coûîtva, Ar,cuv« [Ptol.], ville des Cornavii, dans la BritanniaRomana, auj. Chester, ville d'Angleterre sur la Dec. l'alkenstein et Cotton donnent 1656 comme date de l'introduction de la typographie dans l'amiquc capitale du Cheshire, mais sans aucun titre à l'appui de cette assertion le Supplément (lu D' Cotton est également muet à cet égard. Nous avons, à la date de 1088, un livre important que nous croyons devoir décrire Banale I/otme, the Academy ofArmory, or a Sloreliousc and Rlaton. of Armory Chester, 1688, in-fol. Ce vol., d'une extraordinaire rareté, se compose d'un titre gravé et d'un titre imprimé, daté de Chester, for Ilie Aulhor, 1688; divisé en quatre parties, mais Iroisseulcmentont été imprimées a cette date; le troisième tome se termine au f. signé SS et coté 501, au verso duquel est une adresse au lecteur. A la date de 1701, on a ajouté une dédicace au roi Guillaume et à la reine Marie. Une partie du quatrième tome (environ 100 p.) fut imprimée à Chester, mais on ne connait qu'un seul exempl. de ce enfin en 1821, on ajouta un index. Orfragment; merod, l'auteur de VHistory of Cheshire, dit de ce a It is considered to be one of tlie précieux votume most scarce of heraldic books, and that not more than flfty copies are to be found in the Kingdom. » Cestriensis de Chester territoire le comté COMITATUS, Ctieshire, (en saxon, anc. Ceasterscyrë) des Cornavii, dans la Flavia-

CiEsariana, érigé en comté par Guillaume le Conquérant. CETARIA, copello, bourg de Sicile, dans S le val di Mazara. CET1GNA Cetigne, voy. Cernagora. (?) Cetium [ltin. Antou., Tab. Peut.], /Elu Cetiensis, ville de la Norique, auj. JlfflHtern, bourg prcsKrems, suiv. Krusc, ou Poôlten, suiv. Heichard, pet. ville d'Autriche. CETIUS MONS,To'Kituv opo;[Ptol.], Kallktlberç), montagne d'Autriche. Cetobriga, VOy. C.htobrk. CnABELuuM,VOy. Cereheluaca. Ciijedisi, XoLi&tmi [Ptol.], peuple de la habit. les environs de Scandinavie, Linkôping (Finmark). Cmronea [Plin., Tab. Peut.], Xaipûvsia [Th'uc, Plut.], ville de la Rœotie, dont les ruines subsistent encore auprès de Kapmina, ou Gaprena, suiv. Kruse. Ciiaingiacum [Charta Phil. Pulc. A: 1302], Cymgiacum, Chaingy anc. villa, roy., bourg de l'Orléanais (Loiret). CllALASTRA [Plin.], XaXaîoTpa[Strab.],Xa>ioTf-i [Plut.j.XœXaioTpa, ville de Macédoine (Mygdonia), dont les ruines se trouvent dans le sud de KulaMa. Chalce [Plin.] XaXxii [Thuc], XaX/.ix [Strab.J, ile de l'Archipel, auj. Charki, suiv. Imise, à l'O. de Rhodes. Ciiajxis, XaUî; [Steph.], localité de l'Épirc, auj. Khaliki, dans le pachal. de Janina. Chalcis, XaXxi; [Hom., Strab,, Ptol.], ville d'vEtolie, dont les ruines subsistent près de Kakiskala, dans le gouv. de Missolonghi. Chalcis Plin., XaX/.î; [llcrod., Vell.] Ptol., Str.], Eubce.* [Liv., Plin.], capitale de l'île d'Ëubée, auj. Egripo ouiVc(jmponte, sur la côte 0. de l'île; elle est réunie au continent par un pont jeté sur l'Euripos, qui la se parcdel'Attique. Ciialia, XaXîa [Steph. Byz.j, ville de Bœotie, auj. Akhalia, sur le canal de Negroponte, suiv. Forbiger. CiuuvEiuM, Chalivoy-Milm, village du Berry (dép. du Cher). Ciiallandium, Chalant, bourg et comté de Piémont, entre Aostc et Bardo. ClIALUSUS FL., Xct).5'JO04 [PtOl.], TRAVA [Cluv., Cell.], Trave.ft. duHolstcin. XaXÛêuv[PtOl.], BlïR(EA,HALAPF. ClIAt.YBON, [Joinville], Alep, Aleppo (en arabe:

3H

CHALYBS.

CHERRONE.
le gr. -duché occupait du Hanovre. partie CiiAunENAYUM, Chaudenai, (Haute-.Marnc); [Guido Chaudenayo, Curt.]. Chavaxciacum, Chavancy, que (Luxembourg). Ciielma, Cheuiu.m, dans le Palat. sis Palatinatus. du d'Oldenbourg de village Dominus bourg

312
et

Haleb), ville de Syrie, chef-lieu de l'Eyalet du même nom. Chalyus [Justin.], il. de l'EspagneTarrac., auj. Cabe oaQueiles, affl. de l'Ebro. Chamavi [Tac.], peuple du Nord de la Germanie, dont le territoire correspond aux environs d'Eichsfeld, dans le Hanovre. CïTAMBARIACUM, CaJIBERIACUM. VOy. CnAMBLiAcuM, Chamblis, village de France (Oise). ClIAMBORDIUM, CaJIRORITL'M. VOV. Ciiantiliacl'.m, Chantilly, bourg et château de l'île de France (Oise). Ciiaonia [Cic, Lucan.], Xawa [l'tol.], district de l'Epire, au pied des monts Acroecrauniens, auj. Canina, fait partie du Pachal. de Janina (Albanie). CiURAnitus, Xapaopo;[PtoL] plusieurs petits fleuves de Grèce portaient ce nom; le plus important est en Epire, auj. le Zalongos, qui se perd dans le golfe n d'Arta. Ciiarax, xâpa$ [Strah.], localité de l'ile de Corse, que Forbiger dit auj. s'appeler Carghese, pet. port sur la côte 0. de l'île. Chahax, X»'pa$ [Ptol.] ville de la. Chersonèse Taurique, en auj.. Cara-Kaja, Crimée. Ciiariatl'm, Cariati, bourg de la Calabre Citér., sur le golfe de Tarcnte. CnARIDEMI Prom. XafiJriu-O'j âxprar/ip'xv [Ptol.], Cabo de Gata, entre Adra et dans le roy. de Grenade (EsVerga, pagne). Chamtas, Ciiaritatis Oppidum, voy. Caritœum. ClIARL'DES, XafOÛSe; Ptol.], HaRUDES [ [C.1ÏS.], peuple du N. de la Germanie, habitant le Jutland, suiv. Mannert; ou le pays entre le Rhin et le Danube, suiv. Cellarius. Ciiarus, voy. CARIS. CiiARYBnis,rochers sur la côte N.-E. de Sicile, dans le détroit, au S.-E. des ré: cifs de Scylla. Ciiasuarf [Tacit.], Xarre-jâpioi [Strab.], X*CIIASUAR! ffouâpioi[Ptol.], Cattuarh [Amm. Slarc], fTacit.], x<x"ou"ptOt(_lmm.llarc.J, peuple de la Germanie, sur le Visurgls (Weser), habitant le territoire de Paderborn etMinden, en Westphalie. Ciiauci [Tac.], Cauciii [T. Peut.], KaO/.oi [Strab.], KaùXo; [Ptol.], peuple de la Germanie septenlr., à 10. des Saxones;

Fr. de

de BelgidePologne, CriELME.v-

Chclm, ville môme nom,

CheU»;atasPr.,XeXc<>v(Xtx; XO.av~i; [Strab.], en Elide, auj. Capo Toniese, [Ptol.], ou, suiv. d'autres Chiarenza. géogr., Capodi Ciiei.oxites Sinus, XïXovîtb; entre l'Elide et Zante. CiiEsii.vio, pagne CinxsEA, Cheminon, (Marne) xo'x-o; [Ptol.],

de la Chambourg anc. abb. de Cit.

> ville du comté de Middlosex, de Londres auj. faubourg (all-absovsur la rive gauche de la Tamise. bing), L'imprimerie exista dans cette localité en 1745, nous dit Ic Suppl. du D' Coltnn. Le premier C.aeiic New -Testament, imprimé en Angleterre, le fut dans cette ville en 1807. Une importante fabrique de porcelaine, dont les produits sont recherches aujourd'hui, exista à Chelsea à la fin du siècle dernier. ClIEMXITIl'JI, ClIEMXICIUM, KeMNITIUM, C/(«Hville de Saxe. niU, en 1691 (Falkcnstcin). Imprimerie J. C. Wolfius, au tom. Il, p. UQ'i, de ses M omtment a typograp/nca, nous donne le renseignement suiiant. que nous ne transmettons que sous toutes réserves, ce bibliogran'étant pas considéré comme une autorité conphe sidérable J. G. Cutuer y établit la première imprimerie en 1661. et son premier livre est intitulé z V keMnitz erste bLatter voit der DrVCkcrey kobliclien und scliatzbaren Jlucltdruckercy-Kwist iViKî und Jteforderung. MU gotl Und Erfmdunq, ghVck (sic) c'est une histoire de l'art typographique, mais, jusqu'à preuve contraire, nous nous permettrons de contester l'existence de ce livre de plus, les lettres capitales qui semblent donner la date en chiffres romains, sont celles-ci JI.U.CLLVVV, ce qui ferait 1715 et non pas 1661. Voici un volume avec date certaine dont la llibliotlieca Saxon. (p. 106) nous fournit nue indication exacte M. la. Wincklerî, ArclliBiacom oraBorncnsis, lio syuodalis de urbe Borna, germmiice versa et ronlinaala a !1/. Sebastiano Ktrkrlio, ~r<j!Mc~M~ Chemnicii, 1688, in-4. Cette même Bibliotli. Saxo/ contient à la p. 133 et suiv: une série d'oune cette ville et de ses vrages consacrés l'histoire abbayes; nous citerons :de Bibliotheca Chcmniccnsi, Daniel Multei'us singulari egit programmate 1709, in-fol. ville et portd'AnCHEPTOVIA, Chepstow, de Montmoutli, gleterre, dans le comté sur la riv. Wye. en 1806 (Cotton's Suppl.). Imprimerie Cheriu.m, CnERRONE voy. CAREA.

Ciiersox, [Mêla], Ciiersoxesi's, ville de la ChersoXejpoWoç [Ptol.] nèse dont les ruines Taurique, subsistent près de Schurschi, en Crimée.

31'J

CHERSO.

CHIOS.
aurait encore sentis. émigré et aurait été transférée

314
à Ui-

CniiRso [Jornand.], Ciiehsosium, Klierson, ville et gouvern. de la Russie mérid., sur le liman du Dniester. ClIERSONESUS lMBIiICA, C Xefoo'wao; Kip&çuvf, [Ptol.], presqu'île de la Germanie septentr., auj. le Jutland, ou peut-être la péninsule Danoise tout entière. ClIERSONESUS NoVAXTL'M, VOy. (jAI.LOVIDIA. CllERSONESUS ÏAUHICA [Ccjl.], r, TaujlXïi Xspoo'wioo; [Piol.],ifi TaupixinStrab.], CllEll[ SONESIISSCYTHICA,Xsjjovw.; [«.SfâXri CiiEnsoNEStis Cmm.-ka la Grimée, prcsqu'île de l'empire Russe dans la mer Noire. ClIEHSONESUS fl TlIHAClCA fCell.], TlIRACIvE, Xeppo'woo;@(iaxix [Hcr.J, presqu'île de la Thraoe maritime; auj. presqu'île de Gallipoli, Kaliboli, formant avec la côte de l'Asie, à l'O., le détroit des Dardanelles. dans le Ciiertsev, bourg d'Angleterre, comté de Surrcy nous en ignorons le radical latin. Une imprimerie fonctionnadans cette localitéen 179: Ciii:iu;pci [Cnss., Tac], Xr,pc.û<r/.oi [Strab. Xaipcuoswi[Ptol.], Chkei-stini [T. Peut. peuple de la Germanie sept. entre le Weser et l'Elbe; en l'an ix de J.-C., Arminius, l'un de ses chefs, détruisit les légions de Varns. Ciiesin'us kl., Xs'owo;[Ptol.], fl. de la Sarmatie européenne, auj. la Dwina du sud, ou, suiv. Wilhem, la Narowa, dans la Russie méridionale. Chëstehi'iei.d, ville d'Angleterre, comté et au N. de Derby, sur le Rather. (Radical latin inconnu.) Imprimerie en 1774(Cotton's Suppl.). Nousconnaissons Nredliam (K.) on the square of a circie. Chesterficld, 1"88, in-4. Chiemium, Ciiiemum,Chiemsee, village et château de Bavière, sur le lac de même nom, Ciuemensis LAcus [Cell.]. Cuiiskium, voy. Carea. Ciiilmoria, Kilmora, Kilmore, ville d'Irlande (comté de Cavan). ClULONlUM, VOy. KlLONIA. Ciiiltjadiba, Nossa Donna (?), près du village de Truns, dans le canton des Grisons (Suisse). Suiv. Ternaux, quiemprunte ce renseignementà l'auteur de VHisl. de la Typogr. en Suisse (SaintGall,1836),l'imprimerie fondéepar un nommeBarhisch à Cumbels, dans le mêmecanton, aurait été danscette localité,à Pocnsion de transportée en 1689 troubles religieux onzeannées après, en 1700,elle

Crimacum, CnnLEUM, Semacum, Cltimay, ville de Belgique (Hainaut) on trouve de Groy, Cornes Simacensis. Philippus ClIIJM'HA, [Plin.], Xiu.atpa [PrOC.], X!|*apa ville [Ann. Conin.], d'Iipii'c, auj. Khidu pachal. cle Janina, au mura, bourg Acrocérauniens. pied des monts CuniERiUM, Xeijiîf.oy [Thuc, d'Epire, auj. ErimoKastro, de Janina. du pachal. bourg CllISElUM, VOy. CEiNNACUM. Cuin'iacum, Chiny, Luxembourg. bourg du ville Strab.], près Arpitza,

gr.

-duché

de

ville de Fr. Ciuxokium, Caino, Chinon, (Indre-el-Loire). Patrie de Rabelais l'imprimerie a existé dans cette ville au xvn^ siècle, jusqu'en 1139 elle fut supprimée par l'arrêt du conseil du 31 mars cle cette audans toutes née, qui fixe le nombre des imprimeurs les villes du royaume. Un célèbre collectionneur M. Tasclictourangeau, rcau, a bien voulu nous communiquer l'exemplaire d'un très-rare petit volume, qui, si l'on qu'il possède pouvait fournir la preuve (le son lieu d'impression, serait le premier produit des presses chinonaises Arrestside règlement, enfjtre les officiers duftsiege Royal de Chinon. A Chinon, Par lacques le Roy, c. xi, petit in-8, de 22 f\, marchand libraire||M.D. sign. A. cii. Dans le même volume se trouve une pièce séparée, imprimée la même année EXTRAicr|]rfcs registres A Chinon, (par lacques le Koy, yie parlement. marchand libraire. M.D.C.XI, pet. in-8 de 8 p. Ce ou seulement Jacques le Roy était-il imprimeur libraire ? voilà ce que nous ignorons nous ne connaissons aucun autre volume portant ce nom, et jusqu'à preuve contraire nous ne pouvons l'admettre que comme libraire. d'un nouvel En 166'i nous trouvons l'indication établissement dont nous citerons: typographique, Ecclesiœ t'hinonensis ad supremam aposApologia tulicam et romanam sedem nullo ntedio pertinenlis in anoiiymi cujusdmn opusculum, quo jura ipsius ecclesiœ contenait subuertere. Chinonii, typis P. D'Ayrcm, lGCti, in-4. L'auteur de ce rare volume chaest, au dire du Père Le Long, Pierre Santcrre, noine de l'église collégiale de Chinon. Le même imprimeur donne en 1668 un livre bicité qu'au IVe vol. du zarre, que nous lie trouvons Anatomie en vers, par Catal. de la Vallière-Nyon Rend Jlrion, Sr de la llelandière. Chinon, d'Ayrem, 1668, in-s |à la bibl. de VArsenal). Ciiios Liv.], Ciiius [Horat., [Plin., Cic.j, île Xio; [Hom., Strab.], Pityusa [Plin.], sur la côte d'jonie, de la mer iEgée, sur la côte 0. auj. Sdo, dans l'Archipel, à la Turquie. d'Anatolic; Le nom de Chin figure au bas de quelques livres ou pamphlets imprimés pour la plupart en Hollande nous citerons Relation véritable de ce qui s'est entre le grand visir et passé à Gonstanlinople ambassadeur de France. il. de CiiiiWragues, Chio, Pierre de Touche, 1682, in-12. Peu de temps avant l'insurrection grecque, l'administration du collège de Chios, qui possédait enrichie des dons bibliothèque, déjà une très-belle Kiriiiin Didot lui avait faits en 1814. queM.Ainbruise reçut de lui plus tard une imprimer ic complète où lors du massacre de beaux livres furent exécutés;

315

CHIOVIA.

CHKONUS.
seulement pographie de l'année 1823 l'introduction dans cette vi!le. ClIKlSTIANOPOLIS

310
de la ty-

de Chios par les Turcs, en 1822, cette imprimerie fut anéantie ainsi que la bibliothèque. Un de ceslivres et des mieux imprimés fut la Grammaire grecque, écrite en langue vulgaire, par le prode l'école. Chios, fesseur Bambas, iu-8, typographie 1821. Cihovia, voy. lûovu.

bourg du CiurTEMLUiUM Chippcnham, en et Wiltshirc, Angleterre [Bisch. Môll.]. Robert Warne imprima dans cette localité en 1721 Sermon on King Charles AIr, Jonson's [Cotton's Suppl.].

Christlixga(?). Nom de ville que nous croyons supposé, et que l'on rencontre, au xvie siècle, au bas d'un ouvrage de polémique religieuse bien connu, que M. Brunet ne Mini Celsi Senensis disputatio, daigne pas citer in hœreticis coercendis quatenus progredl liccal, vbi nominatim eos vllimo supplicio affici non dcPrusse, bere, aperte demonstralur, Chrisllinga?, 1577, in-S. près Dan tzig. Réimprimé en 158/1, sans nom de lieu, mais avec les de Fr. Choisy-le-Roy, Ciioisiacum, bourg mêmes caractères, sous ce titre: Mini Celsi Senensis, de Hœreticis capitali siipplicio non afficiendis. Ad(Seine). f Tlteodori Jiezte et junctœ sunt cjusdem argumntli Ciione, Xwvïi[Strab.], ville du Bruttium, Andr. Dudithii Cum indice. Epistolœduœcontraria:. S. 1. in-8. Les avis sont partagés à l'endroit du vériauj. Belcastro, dans la Calabre Citér. table nom de l'auteur de ce livre « Sunt qui C CuoRA, ura, la Cure, riv. de Bourgogne, sub Mini Celsi nominc Sebast. Castalionem latere Bailvolunt; alii, ut Sandius, l'tacciiis, Arnoldus, affl. de l'Yonne. lelus et Hetimannus, hanc personam induisse L(C' S. Columbani, localité lium Socinum existimant.n Choha [Vita Vales.], [Vogt.]. Schellhorn, au veut que ce nom de Minus Celsus soit contraire, de Bourgogne entre Saulieu et Aubien réel; il dit que le livre fut d'abord écrit en l'abbé Lebeuf xerre pretend que c'est italien, puis traduit en langue latinc, et que l'auteur, sur d'autres Gravant l'Yonne qui professait la religion catholique, fut converti par géogr. IScrn. Ochin et Aonius Palearius à la foi protestante de pour Queire village penchent Mclzi [Anon. et Pseud.), qui consacre un article assur la Cure. sez développé à cet auteur, ne nous apprend absol'Yonne, lument rien de nouveau à cet égard ce qui est cerde Saxe Choriani villa, Kôhren, bourg Ilalice recueillies tain, c'est que parmi les Epistolc de Sienne, et iinpr. par Claudio Tolomco, également [Graësse]. à Venise en 1566, in-8, les lettres de Fabio Benlivoforte Chotdiia, Ciiotinum,* Choczim, place glio (datées de Venise du 15 sept. 1518) sont adres. sées ad Minum Celsum Senensem; ce qui semble sur le Dniester de Bessarabie, [Bisch. être une preuve sans réplique de l'existence de cet et Môll.]. écrivain. CnREMISSi MONASTEMU.U CREMISANUM, En 1572 parut à Râle une édition du \ooum Testa- à mentum, par Minus Celsus; tout Cremsmûnster, bourg d'Autriche, sur le croire que publiéedomicile d'élection était cette porte son même Crems. ville de Bàle, et que c'est par Jlasitea qu'il nous faut traduire ce nom de lieu inconnu Ciiristlinga. ile de l'AdriatiCressa, Cherso, Chrepsa, Quant au livre de Donatus Gotuisus, mentionné à la par l'éverlin comme imprimé à ChristUnga, que, sur la côte lllyrienne. date de 1573, nous déclarons n'avoir rien trouvé, localité de la de minutieuses qui nous mette à après recherches, Chretina, XpnTÎva [Ptol.], même de contrôler cette assertion le livre et son auj. probablement Cintra, Lusitanie, auteur nous sont inconnus. ville de Portugal (Estramadure). CimisTOPOus [Niceph. Greg., Cantac], ville ville du DauCIIRISTA, Crestidium, Crest, de Macédoine, Kamlla, auj. Cavala, phiné (Drôme). suiv. ou Jeni-Keni, dans le Forbiger, Christiania, voy. Ansloa. deSaloniki. pachal. Christiani ville forte munitio, Christiansand, CuitoBATiA, voy. Croatia. de la Norvége, sur le et port militaire Tïlsit, Skager-Rack. CmioNOPOi.is, ïilsa, Tilse,' ville de la Prusse-Orient. en 1781, suiv. Ternaux sur le Niémen. Gertsen, Imprimerie traité sur la manière de faire sécher le tabac (en 1781. Falkenstein date CllRONL'S KL., Xfo'vc; [Ptol.], danois). Christiansand, VulgÔ Xpûvo;,

d'un talent remarquable, Charles Un imprimeur du siècle, Wittingham, y installa, au commencement un établissement dont quelques protypographique, duits sont justement recherchés des bibliophiles; nous la charmante citerons particulièrement réimpression exécutée en 1815, à des JlaUverneries d'Eutrapel, aux frais de trois bibliophiles 100 exemplaires, anglais. ville de Kaunitz, Ciioinitia, Coniza, pet.

CmssiiNGA, Kissixga. voy. Chiswick,village des environs de Londres (Middlesex).

ClIKISTIAXOSTAMUM, [Cell.], ville forte de Suède, Christianstadt chef-lieu de préfecture. Nous trouvons au catal. des frères de Tournes (Genève, 1670), et dans Rauer (Suppl., vol. 1, p. 91), l'indication d'un livre imprimé dans cette ville, en 1653 Apncalijpsis reserata, d. i. GeCsnete offenba' nach qemachler Eintlieirung Joliannis darinnea, der Zeiten des A'. T. das lieich des Drachcns, lung die Stadlhalterey des Anticlirists, der ruliigc Zustnnd der Kirclien im Beiche Clirisli durch erlauterung des XI, und XVI, cap. gezeigt tvird, etc. Christianstadt, 1C53, in-8, qualifié de Libcr rarus. CllHISTIA>'OSTADIUM AB BOBICHA.M, CIlristiaHville de Prusse, dans le cercle de stadt, Sorau.

317

CHRONUS.

C1CONUM FLUMEN.

318

Chrokius [Ammian.], Nemenus, Memela, [Cluv., Coll.], le Niémen (en russe Memet) fleuve de l'Empire russe, qui vient se jeter en Prusse dans le CurischeHaff. CiinuimiA, CimuniMUM, Chrudim, ville de Bavière, chef-lieu du cercle du même nom, Ciirummensis Circulus. île de la mer CiinvsE, Xpûav-, Pausan.], [ yEgce, a l'E. de Lemnos, auj. Strati, dans l'Ai'eliipel. Cnnvsn aurama, Aitenbwrg (en Hongr. Kôrôs-Bauya) bourg de Transylvanie. Cnnysius, le Kôrôs, riv. de Hongrie, affl. de la Theiss. prom. sur le PontChrysockiias [Plin.], Euxïn, auj. Cap cle Pera, sur le Bosphore. Ciuiysopous [Amm. Marc., Plin]., Xpuaoxoki; [Steph., Strah.], ville de la côte de Ou,sBithynie, auj. Scutari (en turc koudar), ville de l'Anatolie, en face de sur le canal; elle est Constantinople, considérée comme unfauhourg de Constantinople. Une imprimeriefut installéeà Scutari, à la fin du siècledernier, par ordre du sultan Sélim III; leplus ancien monument, cité par le célèbre orientaliste M. de llammcr, comme provenant de cet établissement, est daté de 1193 les presses furent briséeset l disperséesen 1807,ors de larévolutionfatalequi enlevaau sultan et letrône et la vie; une manufacture de papier, fondéeà la infimeépoque,eut probablement le mêmesort que la typographie. XoSvoi [Ptol.], Hunni Cjiuni [Auson.], [Amm. Marc., Jornand.], peuple de la Sarmatie européenne, originaire de la Mandchourie, et de race mongole; sous le nom de Huns et conduits par Attila, ils dévastèrent l'Europe au vc siècle on croit qu'après la mort de ce chef, ils se divisèrent, et qu'une partie vint habiter le pays entre le Danube et la Theiss, auquel ils donnèrent leur nom, la Hongrie. CIABRUS, i'agpo;, K-ap-ëjo; [Ptol.], rivière K de la Mœsic, auj. le Cvibru ou 7Àbm, dans la Boulgarie Ottom., affl. du Danube [Forbiger]. CibaljE [Eutrop.], KiêâXai [Sozom.], Ciualas [1t. Ant.], Cibalis [Dio C.], localité de Pannonie, entre la Drave et la Save, auj. Vinhoveze, sur le Bosset, suiv.. Kruse; et suiv. qq. autres, Swilej, bourg d'ilPyrie. Ccbiniensis comitatus, ou Sedes, le Comitcit d'Eermannstadt[Szeben-Szehe), en Tran-

sylvanie, dans la prov. appelée le Pays des Saxons.
Hehmannopous [Cluv., Cell.], VILLA Hiïumanm, Hermannstadl, ICluv.J, ville de Transylvanie, sur le Szeben, Zibin. La réforme pénétra a Ilcrmannstadt en 1529, et ses à l'aide de leurs doctrines propagateurs appelèrent un puissant auxiliaire, l'imprimerie; mais ce n'est qu'eu 1575, qu'une typographie stable et importante fonctionna dans cette ville avec Martinus Ileusler et Martinus Vintzler. L'excellent ouvrage de Jean Nemeth sur l'établ. de l'imprimerie en Hongrie et en nous fournit à cette occasion tous les Transylvanie détails les plus autbentiques; le premier ouvrage sorti de leurs presses est intitulé Schestei christiani imago seu typus de lapsu et restitutions Iwmani generis pc Christian sine operibus Lcgis, et cultibus Levilicis ex parabola (le evangelica, homine saucio et Samaritano :adttilum est Carmen de sanctorum angclorum officio, et custodia erga pios. in officina Marlmpressum Cibinii Transsylvaniœ, tini Ileusler et Mart. Wintzlcr, 1575, in-d". du même Jean-Henri Crato, fils de l'imprimeur nom, qui avait ses prcsses Witteberg. tint ensuite, et. son établissement considéraeut une importance ble. Les typographes suivants furent Job. Fabricius, 1598; Jacobus Thilo, 1BI0-1C19; Marcus Pistorius, 163Î1-1G50, dont Frolicb, dans sa MeduUageogr., « TypograpMam Iwjus ciuitaparle en ces termes lis (Cibiniensis) snpcrioribus annis turpiter prostituil alaslor Blarcux Pistorius, injuriosas quando. » quc chartaa in ca imprimendo. Nous ne donnerons pas la longue nomenclature notons seulement des imprimeurs d'Hçrmannstadt; la réimpression du célèbre ouvrage du comte de de rébus Transyleaiiici»), qui fut Betblen(//is(oWa exécutée dans cette ville à la fin du xviii^siècle, Peler 1782-1795, en 6 vol., in-8°, par l'imprimeur Barth, pour les premiers volumes, et son fils Jean Barlh, pour les deux derniers. Omnium Cibikium minus, Kis-Szeben, sur la rivière Hongrie, com. de Sarosch. It. petite Toriza, ville dans de le

Ciiinus iîhon infér., dans Môll.].

CjajiAnt.], Kéêpo; [Procop.j, de la Mresic [G. Rav.], localité ou auj. Arzer-Palanha, Zibru, la Boulgarie et ottomane [Bisch.

VÀzers, sur le Rhin, Cicehes, Zizaiua, de Suisse des (eant. Grisons, bùndten). Cicesthia,

bourg Grau-

Chicliester Gissun(en saxon ville de (comté cea.ster), d'Angleterre Sussex). M. Cotton dit simplement que cette ville possédait une imprimerie dès l'année n2U. Nous citerons lui vol, Sccman's Friend, inipr. a Chicliester en petit faite 1TO l'histoire de celle ville est admirablement James Dallaway, et forme le premier vol. par le Uév. du splendide ouvrage consacré au Sussexshire, et du duc de Norfolk (Lond. publié sous le patronage 1815-19-30). Cicu.iANA, sitanie, Merida, ville de la LuCiliana [It. Ant.], suiv. Seiwola, Ukert, près auj. l'Estramadurc dans espagnole.

ClCOKUM FLUMEN, VOJ'. LlSSL'S.

310

CIERIUA1. CIRPHIS.

320

Cierium, Kispiov[St. Byz.], KUpo; [Strab.], ville de l'Epire, dont les ruines se trouvent près de Mataranga, dans le pach. de Janina (voy. Transact. of the Roy. Soc. of Litt., 4, 1827). Cu.eni, Cilki [Plin.], KiXivoî,peuple de la Tarraconaise; hab. les environs d'Aquœ Cilinœ, Caldas de Rey, dans la Galice. CILIANUM, Cigliano, bourg du Piémont, dans la prov. de Vercelli. Cn.icu, Zuh, Zùlch ou Biala, ville de Silésie (Graësse). Clllm [It. Ant.], CILLIUM Hier.], loca[It. lité de Thrace, auj. Million, ou, suiv. Mannert, Kayali, dans le pach. d'Andrinople (.Roumélie). Cilniana [It. Ant.], ville des Bastuli, dans laBétique, auj. Estepona, dans le roy. de Grenade [Bisch. etMôll.]. Cilurnum [Not. Imper.], ville des Brigantes, dans la Britannia Romana, auj. 'Collerton, près Walwick (iSorthumberland) COMACOMACHIUM, ClMACULUM, COMACIUM, cula, Comachio, ville forte d'Italie (délég. de Ferrare). Cimarum, Kif/.âpov6'poç[Strab.], prom. de l'ile de Crète, auj. Capo Spada, dans l'île de Candie. Cimbri [Cœs., IJv.]3K^.gpoi [Strab., PtoL], peuple de la Germanie septentrionale; habitait le Jutland, et particulièrement les districts d'Aalborg et de AViborg. Cimbria Parva, Fimbkia, l'ile de Femern, au Danemark (Sleswig). ClMBRIANA, ÙMBRIANUM, VOy. AlJJAMUM. Cimbrorum PORTUS, Cimbrisham, ville de Suède [Bisch. et Môll.]. Cimbrorum prom., Skagen, cap du Jutland. Ciminius Lacus, Kiaivia xï(j.vr,[Strab.], Lago di Vico, ou Lago di Ronciglione, près de Viterbe (Italie). Mons [Liv., T. Peut.], Ciminus CIMINIUS [Virg., Sil. Ital.], Monte Cimino, ou Monte Fogliano, dans la délég. de Viterbe (Italie). Ciminius Saltus [Liv.], Silva Cimima [Liv.], la Forêt Giminienne; s'étendait entre le Tibre et Viterbe. localité de la SarmaCimmerium, Kt(Au.s'ftov, tie europ., auj. Eski-Krimm, 'sur le il. Salgir, en Crimée. Cimolos, KifuùXoi[Scyl.], ïs'Sn [Stcph.l, CiAIOLIS [ [Plin., Ovid.], KijmoXî; Ptol.J, ile

de la mer iËgée, auj. Kimoli, dans l'Archipel. CINARA [Plin.],Kt'vapo; [Plut.], l'une des INS. Sporades, auj. Zinari. Cinga kl. [Cœs.], dans la Tarraconaise, auj. Cinca, riv. d' Aragon,affl. del'Ébre. Cingari, Zingari [Clir. Bavariœ], les Zingari, die Zigeuner, los Gitanos, peuple nomade, originaire d'Egypte ou de l'Asie occidentale. ClNGIACL'M, ClIAINGIACUM. Voy. Cingilia [Liv.], ville des Vestini dans le Samnium, auj., suiv.Reichard, S. Cilia, [Abruzze-Ultér.]. CINGULUM [Cœs.], ville du Picenum, auj. Cingoli, ville d'Italie (délég. d'Ancône). Cmium [Plin.], ville de l'ile Balearis Major, auj. Sineu, ou CalaJonga, bourg de l'île de Majorque. CINNA,voy. CENNA. Cinna [It. Ant.], Xiwa [Ptol.], en Illyrie, auj., suiv. Mannert, Zetta ou Zenta, sur le lac de Scutari, en Albanie. Cinniana [H. Ant.], dans la Tarraconaise, auj., suiv. Reichard, Ciurana, bourg de Catalogue. Cinnibantum [Not. Imper.], Kimbolton, d'Angleterre (comté d'Hunbourg tingdon). Cinum, Scinum, Gin, bourg de Suisse (C.des Grisons). CraciEUMProm. Kipxalov â/.jov [Str., Pt.), Circ-eum jcgum [Virg.], Circjeia juga [Sil.], mont. du Latium, auj. ïïlonteCircello, montagne de la Campagne de Rome, près San Felice. CIRCEII [Cic, Hor.], Ktpxstîot, habitants d'une colonie romaine dans le Latium, auj. Circello, près de Civita-Vecchia. CiRCESTRIA, voy. CoiUSIUM. Circonieinsis lacus, Lac Czirknitz, en Illyrie, dans le cercle d'Adelsberg (InnerKrain). Cireola, Zivl, Cirle, bourg du Tirol, près Innspruck. ClRICIUM, ClRNA, CZERCUM,CZERSCHIA, Czerch, ville de Pologne, sur le Weichsel (Woicw. de Mazovie). CiRi'ins, Kiftoi; [Strab.],. mont. de la Phocide, au S.-E. de Ddphes, auj. Xerovuni, ou, suiv. Knise,Zimeno, près de l'isthme de Corinthe.

321 I
Cikkha ville

CIRRHA.

C1VITAS D1VI PONTII THOMEMAKUM.

322

[Plin.,Stat.], *K£?f>a|_Ptol.,Strab.], de Phocide, sur le Sinus Crissœus, en Livadie, sur le golfe auj. Asprospiti, de Lépante; suiv. d'autres géographes, Salona.

CIRTISA [It. Ant.] CERTISIA [Geo. Rav.] Cehtis [Tab. Peut.],KÉPTiaaa [Ptol.], ville de la Pannonie, ou,suiv. auj. Diakovar, localités de SlavoReichard, Kondries, nie (Autriche). ClSAMUS, de l'ile Cisonium, Flandre 'Cissa, des auj. Ki'dia Ki'aajAO; [Ptol.], de Candie, auj. Chisoing, Wallonne ville du N.-O. Kisamo-Kasteli. de la bourg anc. abbaye. local. [Plin.], Tarraconaise,

sacrœ sciographia. (Christophorij Philologie Ziza;, 1678, in-4; et encore Cellarius, Eulropii Jlrcaiarium Hisloriœ Romanœ.Ciix, 1678, in-8. fuis vient En 1680, Ifacliricln ilber llcrru D. Nicolai Setneccert vom 80 vnd etltchen nwhfolgenden Jajiren lierumgctraoene Beutung. Zcitt, 1680, in-8. '(Cat. Bibl. Pulcovensis, p. 242.) Pour l'histoire de Zeitz, voy. la Bibl. Saxon., de Struvius, p. 657 et suiv. île du ClTUATUM, ClTUORUM INSULA, SchÙtt, dans la Basse-Hongrie Danube, (com. de Pressburg). Cium [H. Ant.], localité de Mœsie, Cius, suiv. dans la auj., Reicbard, Rosesti, ottomane. Boulgarie

Cisoing, (Nord)

Cissum [Polyb.l, dans la Lacetani, Guissona.

Civitas, Civeda, bourg de la Vénétie (prov. deBrcscia).
CIVITAS Carsici, Carsicum, xive s.), La Cioitdad (en CIVITAS Aurélia CIVITAS Al'strt.s, Julii. Forum Aq.ue.nsis, Civitas La Cieutat Prov.), ta£,villedeFrance(Bouches-du-Rhônc). voy. (au La Cio-

CISSA, voy. Chessa.
hameau du dép. de Citeaux Cistercium, la Côte-d'Or, dans l'arrond. deBeaunc, célèbre son abbaye de par prélatiale fondée en Bénédictins, 109S; depuis chcl'-d'ordre 3600 duquel dépendaient abb. ou prieurés. Les priviléges de l'ordre de Citeaux ont été imprimes à Dijon en 1491. M.Colton nous apprend qu'une fut installée dans le monastère, au comimprimerie mencement du xvii° siècle, en 1602, et que le typode son magraphe auquel l'abbé confia l'exploitation tériel s'appelait Jean Savine; il s'appuie du nom de M. Brunet pour authentiquer ce fait or Jean Savine (voy. Clabus-LOCCS) fut appelé en 1606 à l'abbaye de Clairlieu, près Nancy; il aurait pu exercer à Clteaux en 1002 et, sur la demande de l'abbé de Clairlieu, être envoyé par le monastère chef-d'ordre, quatre ans après en Lorraine. Ce fait n'est point suffisamment éclairci, et nous regrettons de ne point avoir trouvé le vol. que M. Brunet cite comme imprimé à Citeaux en 1002. Quoi qu'il en soit, la proximité de Sens, oit nous trouvons un imprimeur du nom de Jean Savine, plu; de vingt ans auparavant (en 1569), nous fait supposer que l'abbé de Citeaux le fit venir de cette ville pour lui confier la direction des presses de son ordre. Citii/eron Béotie, Elatia. Citharista bourg de ClTIIARISTES mons, près Ki6xi5wv, Thèbes, de montagne auj. Kithàronou Ceyreste, le près la

Aou.«. voy.

Fouojuliessis,

CIVITAS Camp;VN1.e, Campania, Campugna, ville d'Italie (Princip. Citér.). M. Ternaux cite un livre imprimé dans cette ville en 1545 llepei'torium D. loanmirtfici apparattts nis Ant. de Kigris, civitalis Campanile, super exconstitutioiic démentis Iranaganti Papcc Vil contracterions non incidentes in habitu et tonsura. Franciscuni linpressum in civita'tc per de l-'abris de Corinaldo.15£i5, in-folio. Un écrivain du même nom, Nicolo de Nigris, puin-4. blia en 1691, 5 Kaplcs, Vlsloria di Campagna, La libreria de' Volpi nous fournit l'indication d'un second volume imprimé dans cette localité au xvi« siècle lo. IVicolaus Bogerius, in Galenum de saitin civitate Campanix, 1570, in-4. guinis missione; CIVITAS CASTELLANA, Città di Castello, sur r le Tibre, de Pérouse. bourgcleladclég. Civitas Curiosopitum, voy. Coriosopitum. divim VULTUS (?). Ceci est un nom Civitas de lieu qui se trouve sur la souscription d'un livre en 1482, et signifie imprimé cette dénomination viendrait Vérone; du sacrosanctum sudarium de Ste VéroM. Brunet. nique, d'après Civitas divi Pontii St-Pons tiiomeriahum, de Thomiers, du Languedoc ville pet. (Hérault). remonte en cette petite ville a l'anL'imprimerie née 1516. M. Brunet consacre an livre lare qu'il décri à cette date, un article consciencieux, que nous ne pouvons mieux faire que d'analyser succinctement: ProblcmatamagistrillartlioluvicideSottwtis L'ivaricnsis medici ? p bnrtarttut nrtfMHt 7)t0(;f.<«'i nec non in facultate medicinc ex atma uiôtispesulaul vnUicrsitate merilo graduali super sexagenarium astronomie ad moriû utile et profecto admirable inttrumeiUum subse(]uenter tncipinnt. Au bas du v° du dernier f. Impressum fuit opus psens. 150pblematû magistri liartjioloinei desolliolis: in ciuitate diui l'ûtii thoineria^; sup sexagenariû p Alagtiu IoSnë de jjuerlins impssorie artis mirilicû artilicê. Anno Christi. 500 et. 10. sup: 1000 afiu aîu 11

Cesarista, [Mêla], Fr. (13ouches-du-Rhône).

PROM. sur Cap d'Aigle, de Ceyreste.

Kt9*pi<rni; [Ptol.], la Méditerranée,

CITIUM [Plin.], de Chypre, ou CMti.

KiTiov [Strab.], ville sur la côte S., auj.

de l'île Chieti,

Ziza Citium, Ciza [Cell.], [I-uen.], Citizum, ville de dans la Citza, Zeitz, Prusse, reg. de Merseburg. Le premier livre imprime dans cette ville que nous connaissions est celui-ci CMariiis. Cliristopliorus Porlœ Syriœ sicc nova methodus grammatictt. Cellai it Ciza:, 1677, iu-4. (Cat. Elzev. 1681, p.107.) DICTIONN. DE GÉOGIt.

323

CIVITAS

DUCALIS.

CLARAVALLENSE

CQEN0B1UM.

324

Clamardum, Clamart-sous-Meudon, bourg0 de France (Seine). Clameciacum, Clamiacum, Clementiacum, Cllmiciacum, Clamecy, ville de France (Nièvre). ville d'Italie Citta-Ditcale, CivitasDucalis, Clamorgania, GLAMORGANIENSIS (Abruzze-Ultér. H).). COMITATUS, Glam&rgan, comté d'Angleterre, dans le CIVITAS Imperialisad GOSAM, voy. Goslaria. pays de Galles. CIVITAS INDAGINIS, Haga SCHAUENRCRGI, StadCLAMPETIA [Liv., Melal, Clampeia [Tab. ville de la petite tiiagà, Stadthagen, prinPeut.],Aau.irÉT£ta [Polyb.], ville du Brutde Schauenburg-Lippe, entre la cipauté tium, sur la côte 0., auj. Cetraro, dans Prusse et le Hanovre. la Calabre Citér., ou, suiv. d'autres Feverlin nous dit que cette ville possédait une imgéogr., San Lucilo. en 1614, et voici le titre du premier volume primerie exécuté unser von Gottes GnaKirchen-Ordnung Clanis FL. [Plin., Liv.], Glams, fl. d'Éden Ernsts, grafen zu Holste.in-Schaiim.burg und trurie, auj. le Sacco ou Fiume di Cumworin zu sehen, ivie es mit Lehr und sternberg, cérémonial in unsern und Lancten Graffchaften j>agna, et, suiv. quelques géogr., la hinfïïro mit GOtllicher Httlfe gehalten werden soit. Chiana, affl. de l'Arno. 1. cor. XI V. Lasse.l ailes in der Gemeine ehrlich in und odentlich zugehen. Gedruckt zu Stadthagen le Clanis, CLANUS, Clain, riv. de France, Jahr 1614, in-4, de 270 p. aftl. de la Vienne. Livre fort rare, même dans le comté de Schauenin Catal. Biblioth. p. 101. burg, nous dit Bunemann, Ci-anius FL. [Virg.], GLANIS,rxâvt; [D. IlaLanuvium. CIVITAS Lavinia, lic], fleuve de la Campanie, auj. le voy. Clanio, dans la Terra di Lavoro. CIVITAS Montis GRACCENSIS, Zagrabia. VOy. Namnetus PORTUS. CLANOVENTA Ant.], GLANNIBANTA [It. CIVITAS [Not. Namnetum, voy. Imp.], localité de la Britannia Romana, ville d'IlCIVITAS Nova, Città ISTiiova, pet. l'on croit retrouver dans l'anc. abque lyrie (gouv. de Laibach). baye de Holme, sur le Firth of Sohvay, delle Pieve, CIVITAS PLEBIS, Civita ou Città côte N.-O. du Northumberland. ville d'Italie de Pérouse). (délég. Clanum [It. Ant.], localité des Senones, CIVITAs REGALIS ou Regia Ciudadclans laquelle Ukert voit Villeneime-sur[Cluv.], dans la Nouv.ville Real, d'Espagne, Vanne, et Reichard, Chailly (Seine-etchef-lieu anc. Castille, d'Intendance, Marne). de la Manche. capitale CLARA, REGIA Magna, Kralowa-Welika, Cette ville ne figure pas dans la nomenclature, bourg de.Croatie. donnée par Mendez, des villes d'Espagne qui ont posune imprimerie. .sédé ou possèdent aujourd'hui CLARA,Clore, anc. ville d'Irlande, dans le comté du même nom, sur le Fergus CIVITAS REMORUM, voy. REMI. (Munster) n'est plus auj. qu'un village. Civitas CiudadRODERICI, RODERICOPOLIS, dans le ville forte d'Espagne, Claramontium, voy. Claromontium, Clarus Rodrigo, MONS Arverna. et de Léon quelques géograroyaume ont vu dans cette ville l'emplacephes Clarascum, Quierasque, Cherasco, pet. ville Transcudana. ment de l'anc. Lancia du Piémont (prov. et au N. de Mondovi). Même observation que pour Ciudad-Real; ne figure Voiciun livre imprimé dans cette ville en 1631 pas au Catal. de Mendez. Aggiustamentoper l'cssccutioncdel trattato del 6 di aprile 1631,fatto in Cherasco.Cherasco Pavia, et CIVITAS Salinarum, voy. Salinjs. per gli Heredi di G.B. de Rossi, 1681,in-4. LaStoria di Cherasco,par Francesco Voersio, fut illlpri' Civita di S. Angelo, CIVITAS SANCTI An&eli, niéeà Mondovi, n 1618,in-4. e du Napolitain bourg (Abruzze-Ultér. 1)* CLARAVALLENSE Cœnobium, CLARAVALUS, ville CIVITAS TuTA, Civitatula, Cittadella, Clairvause, ville de France (Aube); anc. sur la Brenta de de la Vénétie, (prov. et illustre abbaye de S.-13enoit, fondée Vicence). en 1115, et dont S. Bernard fut le pre^ mier abbé. CIVITAS Vallensiïïm, voy. Octodurus.

mundi. 6860. die H°- 28. aprilis, sole 18. gdû tauri luna t^o. 10. gdû ariet; pegrâte. In-4, de 32 ft., chiff. jusqu'à 31, sign. a-d., à 47 1. par page. Ce livre est conservé à la biblioth. Mazarine; il est imprimé en très-petits car. goth., d'une grande netteté et sur un excellent papier sur le titre une gravure sur bois, où figurent deux hommes occupés d'observations astronomiques. un de ces Remarquons le nom de cet imprimeur, un si artistes nomades, comme nous en trouvons grand nombre à cette époque; en 1519 nous le voyons à Toulouse; mais plus de vingt ans auparavant il exerçait scm art en Espagne, signant tantôt Jean de Gherlinc et tantôt Jean de Gherlins, à Braga en 1494 et à Barcelone en 1498.

CIVITAS Vasatica, voy. Vasatum. CIVITAS VENETORUM, Dariorigum. voy. CIVITAS VETUS,VOy. Centuji-Cell^ Ciza, voy. Citium. Clagenfurtum, voy. CLAUDIA.

325

CLARA VALLIS.

CLARUS MONS LOTHARliNCI/E.

32C

CLARA Valus, de France Cluirvaitx, bourg = Cleravaux, du dép. de (Jura). bourg la Haute-Vienne. = Clerevaux, bourg de Franche-Comté (Doubs). Clarexka localité de la Rhétie, ['l'. Peut.], sur l'emplacement les géode laquelle divisés: est-ce Munderkingraphes sont ville du gen, Wurtemberg [Kruse] ou Rain, ville de BaKirchheirn, pet. dans le cercle du haut Danube? vière, Clahentia, (C. de Clarence, Suffolk). ville d'Angleterre

tence contradictoire porte que Blaise Paschal, marchand papetier d'Auvergne, sera condamné à remettre les exemplaires des livres saisis, etc. Arrêt du conseil du 22 août 1626, confirmant celui du 20 féles frères Paschal, marchands vrier, qui condamne papetiers à Paris, en 200 livres d'amende, etc. Ce Guillaume etee Blaise Paschal, papetiers d'Auvergne, et possédant un dépôt à Paris, étaient, croyonsnous, proches parents de leur illustre homonyme. Claromontium Clermont rault). Claromontium, CLAROMONS, Clermont, bourg et château d'Anjou (Maine-et-Loire), à l'illustre donne son nom maison qui des Clermont-Gallerandc. et château Claromontium, Clermont, bourg du Viennois d'où viennent les (Isère), Clermont-Tallard [P. Anselme]. Clarus fons, Sherborue, bourg d'AngleZD terre (C. de Dorset). CLARUS ClairlieulezLOCUS, Claholocus, de Lorraine village (Meurlhc), ducs de Lorraine avaient un châanc. abb. de Citeaux, fondée en teau duc de Lorraine. 11K9, par Mathieu, En 1606, dit Jl. Beaupré, une nouvelle imprimerie vient prendre place dans les annales de la typographie lorraine; c'est celle de l'abbaye deCIairlïeu-lezun typographe du nom de Jean Savinc (apNancy pelé peut-être de Sens, où nous voyons une imprimerie de ce nom en 1569) et certainement de Citeaux, si la supposition que nous fait émettre une assertion et Cotton peut être admise (voy. de MM. Brunet de l'abbé des Cisterciubi), y établit, à l'instigation une imprimerie dont les produits sont Bernardins, la beauté des caractères et par une remarquables par exécution presque elzévirienue; en 1609 les presses cessent de fonctionner, conventuelles et Jean Savine va s'établir à Nancy. Pendant ces trois années huit ouvrages sont imdes Bernandins primés tant au monastère qu'à la maison qu'ils possédaient à Nancy, rue de la Monnaie. Le premier est à la gloire de l'illustre fondateur de l'ordre Vita et miracula sancii llernardi, abbatis et jirœcipui sacri Cisterprimi Clarevallis sciensis orainis a quodam ipsius prillustratoris, dinis monacho metrice édita. Pet. in-8, de 36 If. en ital. à l'exception des sommaires imprim. qui sont en car. rom.; à la fin, au V du 36" f. ClariLoci ad Nanceium. Excuclebat Joannes Savinc tyAnno domini 1606, sign. A-En. pographus. Le plus important des huit ouvrages sortis de l'abDiscours des cérémonies, de Clairlieu est le baye honneurs et pompe funèbre faits it l'enterrement et serenissime dit très-haut, très-puissant prince Chaiie III du nom duc de Calabre, Lorraine, des Bar, etc., par Claude de la Itucltc, secrétaire commandements de feue son altesse. à Cler-lieulez-Nancy, par Jean Sauine, 1609, in-8,'de vui-202 f., chiffrés. plus 3 non A partir de 1609 les ouvrages dont la souscription est datée de Clairlieu sont imprimés à Nancy. Nancy, où les CLARUS mons Biauvoisin Beauvoisis, comté. Clarus gonne, mons bourg Bellovacensis, [Gr. Chron.], ville de France CLERMONT EN Clermont en âne. (Oise); erl Ar* Clarëmontium de Lodève, ville LUTEVENSE, de France (Hé-

ad Ligerim, Clemacum AureliaClaiuacum sur la ville de nense, Loire, Cléry, XI fut enterré France Louis (Loiret); dans son église de Notre-Dame. Clahitas dans JULIA, Espejo, bourg 0 d'Espagne, 0 le roy. de Cordoue. bourg du Milanais (prov. châen

Clarium, Clriari, de Brescia).

ClarofontanumPalatium, teau de plaisance, Autriche. Claromons, Chiaramonte, dans le Val di Noto.

Jlellcbmnn, Salzbach, près bourg ZDde

Sicile,

ClaromoiNtii Collegium, le Collége de Clerà Paris, aux RR. PP. mont, appartenant Jésuites. Sentence (lu 6 octobre 1614, contre le P. François Loriot,jésuite, par laquelle défenses sont faites audit P. Loriot, et aux prêtres et aux écoliers du collége de Clermont, de tenir aucunes presses, caractères et ni ustensiles de librairie, et reliure, imprimerie à l'avenir sur l'art et fonction desdits d'entreprendre libraires et relieurs de livres, à peine imprimeurs, de confiscation et de 3000 livres d'amende. Quand, au siècle dernier, les jésuites furent chassés de France, leur admirable bibliothèque, dans laquelle était venue se fondre celle de l'archevêque de fut adjugée au collége de Louis-le-Grand, Ilarlay, par arrêt du 24 février 176a, et la vente en fut faite des le mois suivant; la police interdit la vente de des 7 premiers vol. qui Y Encyclopédie, c'est-à-dire étaient parus, et, ce qui est bizarre, des tableaux de Tortorel etPérissin. Claromontium, voy. ARVERNA. Nous ajouterons à la notice que nous avons conLes arrêts du sacrée à l'imprimerie de Clermont conseil du 21 juillet 1704 et du 31 mars 1739 autorià conserver deux imprisent la ville de Clermont meries. en 1764, lors du Rapport Ces deux imprimeurs, Pierre Viallanes, pourvu Sartines, étaient depuis 173G, avec trois presses; etL.-Picrre Boutandon, reçu du roi en 1755, avec qualie maître et imprimeur du roi était dans la la charge d'imprimeur presses famille des Boulandon depuis 1697. Une sentence du Châtelet du 2 juillet 1625, pour des librailes syndics et adjoints de la communauté res de Paris, fut prononcée contre Guillaume et Blaise Paschal frères, marchands papetiers, qui avaient fait par Métayer, maitrc imprimeur, Appaimprimer ralus in Ciccronem, in-4, laquelle édition fut confisquée, et ledit Métayer condamné à l'amende, avec aux rèdéfense auxdits Paschal de plus contrevenir Confirmé à peine de 400 liv. d'amende. glements, du 30 janvier 1626 et cette scnpar autre sentence

LotiiarjngijE, de France

Clermont (Meuse),

327
Clarus

CLARUS MOiNS.

CLAVASIUM.

328

mons, Mo«tec/aaro, ville de Sicile(?). Fatkenstein, et, d'après lui, M. Cotton signalent comme existant dans cette localité en l'imprimerie 1655. Le titre du livre dont veut parler le rév. docteur nous est fourni par Hayin La vita di Cesnrr. detto poi il Duca Valentino, (ta Tomaso Borgia, Tomasi. audit Montcchiaro, 1655, in-a, réimprimé lieu en 1671. Malheureusement tout nous porte à croire que le lieu d'impression est supposé, et nous pensons, avec Melzy, qu'il fut exécuté à Macerata. CLASIS, riv. d'Ombrie, al'fl. du Tibre. auj. la Chiascia,

KXauTiJiov [Polyb., Clastidium [Liv.], Str.], ville de la Gaule CasCispadane, auj. teggio, ou Schiateggio, près du Pô, bourg entre Plaisance et Tortona, en Piémont. Clater (ERIS), Cleder, de-Léon (Finistère). Claterna village près St-Pol-

Ci-aternum [Cic, Plin.], [Geogr. ville de la Gaule Rav.], KX'rifva [Ptol.], d'ItaCispadane, auj. Varignano, bourg de Bologne). lie (délég. KXauSioûî&v Claudia Claudivium, [Plin ], ville KXauSoviov, Clagenfurtiuh, [Ptol.], sur le de la Norique, auj. Klagenfurt, ville de la Haute-Carinthie Danube, (Autriche). Falkenstein nous donne 1777, comme la date de l'introduction de la typographie dans cette ville. Chiozzia, CLAUDIA, CLAUDIA FOSSA, Chioggia, au S. de Veville forte de la Vénétie, orient. des lagunes. nise, à l'extrémité CLAUDIA Clevdm. CASTRA:, Claudiocestria y voy.

miné ses études à Witlcmuerg, revint à Kolosvar. sa patrie, en qualité de pasteur, et y fonda un établissement typographique qu'il dirigea lui-même de 1550 à 1577. Sa veuve lui succéda de 1578 à 1580: puis son fils, qui portait le même nom, Caspar Heltai, et ce dernier étant encore sans enfants, sa sœur Anna, mariée au sénateur Mathias Raw, hérita des pressesetdu matériel de la famille. En 1551 l'un des ouvriers de Caspar Heltai le père fonda lui-même une imprimerie; il s'appelait George Iloffgreff (1551-1558). Voici le premier livre imprimé par C. Heltai Mlus explorandœ verilatis, qiio Ilungarica Natio in dirimendis controversiis ante annos 340 usa est, et ejus testimonia plurima in sacrario summi lempii Varadicnsis reperta. Colosvarii, 1550, in-'i à la fin lmpressum Colosvarii per G. H. (Gasparem Heltum) George Hoflgreff a publié en 1551, de concert avec son maître C- Heltai :S«mma Christliclier Lehrer der kurse Cathechismux Auderstt durch Caspar zu Klausenburg à la fin: Zu Klaullelth, Pfarrern durch Kaspar llelth und senburg in Siebenbûrgen Georg Hoffgreff, 1551, in-8. En 1555, nous le voyons signer seul les livres qui sortent de ses ateliers Dialysis scripti stancari.conscripla per Franc. Davidis. lmpressum Claudiopoli ïransylv. per Georgium Hoffgrevium, ami. jidlv, in-8o. Claudii SaintCLAUDIOPOLIS, S. Fanum, ville et cvèchc de Fr. (Jura). Claude, A la fin du XVIIIe siècle, dit M. Goullieur, à l'occasion de la révolution française, on imprime dans cette petite ville un grand nombre de brochures. ClaudiusMons tie, cours près de de Croa[Plin.], montagne de Warasdin, dominant le la Drave. voy. Claudia. bourg Antona de la Vénétie Meridionaus. ville du Ty(dé-

Claudivium,

CLAUSA, Chiusa, lég. d'Udine). Clausentum, voy.

CLAUDIANOPOLIS, Claudiopolis [Cluv., Cell.], Colosvaiua, Colosvarium, Clausenbunj ville forte d'AuKolosvar), (en hongr. de la Transylvanie, triche, capitale l'un des ch.-l. du pays des Hongrois, de la principauté. Patrie trois districts Corvin. de Mathias JoannesNémeth (typogr.Hungariœel Transsilv.) a Kolosvar ne fait remonter qu'à 1550 l'imprimerie ce bibliographe nous inspire une confiance absolue, mais nous devons cependant noter un volume portant une date antérieure, dont Vogt (Cal. tib. rar.) Jo. Decii syntagma nous fournit la description llungarici, quatuor italilutionum juris imperialis ac responsionum libris comperspicuis quœslionum in-4. Claudiopoli, 1539, prelieitsum. Vers la même époque, mais ne portant pas de date, nous donne la paraît un livrecclcbre.dontSchelhorn Fulmen de Cœlo Delapsum Trinitariodescription: Contwidens. in rum Deum Triunum Claudiopoli Transylvania.' Ce livre, ou plutôt ce Blasphème, comme l'appelle Vogt, parut à peu près à la même époque que les cémais il Servet; lèbres ouvrages de l'Anti-Trinitaire n'est pas du tout prouvé qu'il ait existé ou, s'il fut à Kolosvar, il futsaisi et supprimé réellement imprimé avec un tel soin que Schelhorn raconte qu'un de ses hoc debeo, se cujus relationi amis, vir erudilus, hune librum sibi omni cura in ipsa Transylvania haud potuisse, ce qui est afprmavit comparare sûr, c'est qu'il a totalement disparu. parfaitement En 1555 Caspar Heltai ou Hclti, après avoir ter-

Clausina, Clausium, Brixen rol, entre

Clausen, et Botzen.

Claustual, ville de la Basse-Saxe, dans le Brunswick, dont nous ignorons le 0 radical latin.
Falkenstein rie en 1727. dit que cette ville eut une imprimeCLAUSTRUM Neoburgensi;, sur le Danube, ville infér. du Wiencrwald). village (Vienne). de France,

Claustrihurgum, Klosterneuburg, d'Autr. (Cercle

CLAUSTRUM, Lencloistre, Châtellerault près

CLAUSULA [Liv.], fleuve de l'Illyrie FL. grecque, auj. la Morascaou la Drinassa [Forbigcr]
ClausuljE, Hollande Clausul/e Hollande Clus*, Sluys (pr. Zeeland). (écluse), ville de

nigr. Sivarte-Sluys, (Over-Yssel).

bourg 0 ville

de

Clavarum, Claverium, Chiavan, lie (prov. de Gènes). CLAVASIUM, Chiavasco (Chivas), de Turin, lie, au N.-E. sur

d'Ita-

ville d'Itale Pô.

329

CLAVENNA.

CLITIS.

330

Un imprimeur de Suigo de nomade, Jacobinus Sancto Germano, qui exerçait à Venise en 1485, vint l'année suivante, sans doute avec un matériel roulant, essayer de Chivazzo, alors l'une des places les il y publia un seul volume, plus fortes du Piémont et continua sa route jusqu'à Turin, où il se fixa de 1487 à 1496 puis il passe les Alpes et nous le voyons exercer à Lyon en 1498 et 1497 enfin l'amour de la patrie le ramène à Venise en 1498, et ce fut sans doute là qu'il termina sa vie tourmentée. Les bibliographes ne citentdecet imprimeur qu'un seul ouvrage imprimé à Chivasso en voici le titre exact: Angélus de Clanasio summa Angelica de Casibus Conscienliœk de Suigo de la fin Jacobinus sancto Germano huiits impressionis auclor ad lecto • à la louange de rem; puis viennent six distiques l'auteur, et la souscription [mpressitm hoc opus Clavassii aimo chrisliane salutis mcccc. octuagesimo sexto, tertio idus ma», féliciter imper&tibus Innocentio octavo Pontifice Maximo et Karolo duce Sabaudie reillustrissimo Pedemontaneque gionis, in-4, imprimé en gros caractères goth. Dans une réponse de l'auteur a une lettre de Jér. « Magistro Jacobino Tornielo, il s'exprime ainsi de sancto Germano in prœfala arte perilissimo, ut vint» tuis volis morem geram, imprimeiulum » (librlim) tratisniitto. T. Peut. P. Anton. [Itin. ville de la Rhœtie, du lacus Diac.J, près Chiavenna Comacenus, auj. (en allem. ville du Milanais, dans la ValClœven), teline de Sondrio). (délég. Imprimerie en 1550 Franc. Nigri de Fanini Faventini et Dom. Bassanensis morte historia. Clavenna;, 1550, in-8 (llaym). Clavenna Claverium, Clementiacum, Cleonje voy. Clavarum. voy. Clameciacum.

primé par Richard Railccs, qui mourut en 1757 un vol. in-4° d'une certaine importance typographique y fut aussi publié en 1764 Grieve's [James] and the Kurilscki IsIllstory of Kamlsclmtka lande, witli Maps and Plates ouvrage curieux traduit du russe de Krasheninnicov. CLICIACUM, VOy. Clipiacum. voy. Augusta Ali-

Climbeius, Cumberrum, SCIORUM. CLINIACUM, Cluninium CLUNACUM

KXewvai [Liv. Ovid. Plin.] au S.de l'Argolide, [Hom., Pind.],ville se trouU. de Corinthe, dont les ruines vent de Kurtesi, dans le dioc. de près

ÏNauplie. CLEPIACUM IN PAGO ALNETENSI, Aulnoy-enBrie ou du de Aunoy, village dép. l'abbé Lebeuf. suiv. Seine-et-Marne, KXr.TCÎSaua. [Ptol.], ville de la Clepidava, Sarmatie suiv. Cluvier, europ., auj., ville forte de RusKarneneU, Kaminiec, du gouv. de Podolie. sie, chef-lieu Clepsydha riv. de Ithome, Clemacum, Fons, KXeiJiûîpa. [Pausan.], du la Messénie, près auj. le Secreci [Pouqueville]. pet. mont

VILLA, ClUNIACUM, [Ann. Vcdast.] Clugny, ville de Fr. (Saône-et-Loire). Cluny, Anc. abbaye, chef d'ordre des Bénéfondée en 910 dictins, par Bernon, sous la protection de Guillaume lor, comte de Cluny, d'Auvergne. L'abbaye à Paris, ne fut fondée qu'en 1269, par Yves de Vergy trois conciles. Le Missel de Cluny, imprimé en 1483, porte une le monastère lui-même qui indique souscription comme lieu d'impression; cette souscription nous parait précise, et nous la rapportons A la fin, en car. rouges Slissale Cluniacense. Iteuerendissimus et Pater Dominns Dominus Jacobus de Amboysia abbas–prœsens Alissale ordinale e vir fecit. Quod tandem industriosus ingeniosusque civis Jlasiliensis, magister Micliael JVenster, plus causa, impresnit affectu devotionis quam lucrandi in Cluniaco, anno Domini mittesimo quadringentesimo tertio, die nona mensis juin, pet. iu-fol. Nous avons vu ce Michel Wensler, à l'histoire typode graphique de Bâle; il fut le troisième imprimeur cette ville; nous avons omis de rapporter là ce fait curieux de son excursion à l'abbaye de Cluny; nous ne pouvons du reste expliquer cette bizarrerie de l'abbé qui a sous la main tous les imprimeurs (le Lyon, et s'en va en chercher un en Suisse; la Bouret gogne était depuis six ans province française; de Cluny était resté peut-être que le monastère dans l'àme, et n'avait pu pardonner au bourguignon roi de France la rapacité avec laquelle il avait étendu sa main puissante sur la plus belle des clépouilles de Chartes le Téméraire. Clippiacus non procul Parisius Clipiacum, Clippi Cle[Frédég.], [Gesta Dagob.], piacum Palatium [Cli. Chlod. 11, et ChilCliciacum, Clichy-la-Garenne, derici], attenant à Paris; anc. bourg palais saint Vincent de Paul, mérov.; qui en a fait construire fut curé, l'église paroissiale. dans le Clipstone, village d'Angleterre, Northamptonshire. En 1799 et 1800 J. W. Morris imprima dans cette petite localité les Anmtal accounts of the Jiaptist l'année suivante il transporta son étamissionaries; blissement à Dunstable, dans le Bedfordshire. Clisius Pô. FL. [T. Peut.], le Clusone, affl. du

VOy. CLARIACUM. CLESJUS, voy. CLUSTUS. Clevum Anton.1, GLEVUM, Glebon [Itin. CLAUDIA CASTRA, COLONIA [Geo. Rav.], Glocestria s., Gleaweceaster) (au xne anc. ville des DoGlocester, Gloucester, dans la Britannia buni, Romana, auj. du même sur chef-lieu du comté nom, la Severn. Le Dr Cotton cite comme premier livre imprimé un Sermon, by Rev. John James, dans cette ville 1720, in-8° (inconnu à Lowndes). Un journal, the ou Chronicleil), Gloucester Journal parut pour la fois dans cette ville, le 9 avril 1722, impremière

Cijssomum, Clisson, ville et anc. château de Bretagne (Loire-Infér.).
Cliternia ville [Plin., Mêla], au N.-E. duSamnium, tani, dans la Capitanate. Marino, des auj. FrenCampo de la

Ci.ms [Sid. Apoll.], Gaule Narbon., auj.

OLTIS (?), fl. le Lot.

331

CLITUMNUS.

COBURGUM.

332

ClitusinusFl. [Plin., Virg.], riv. de l'Umbrie, auj. le Clitunno, dans la délég. de Spoleto. Clivia [Cluv.], Clèves, Kleve, ville de la anc. ch.-l. du duché Prusse rhénane; de Clèves. Falkensteinet Cotton font remonter l'imprimerie dans cette ville à l'année1625; voicile volumequ'ils avaient probablementen vue D. Joh. Peil, TabutaProcessum seu ordinem ultimi divini et criminalis judicii exhibens.Cliviœ,1625,in-4.Le cat. d'une vente faite à Utrecht en 1776 (tom. le', n° 1002!,qui cite ce volume, ajoute rare et curieux, ornéde 12 estampes en taille-doucetrès-joliment gravées. M. Brunet le cite également, au tom. VI, no 2108. Clivxensis ducatus, le duché de Clèves. Clivus S. Andrew, la Côte-St-André, ville de France (Isère). Clodiana [Itin. Anton.], Coladiana [Itin. Hier.], Gloditana [Geo. Rav.], ville de auj., suiv. Kruse, l'Illyrie grecque Croja, Kroja, dans le S.-E. de Durazzo. ClODIAN'USL. KXfflîiavo; [Ptol.l, fl. de la F Tarrac., auj. la Muga, en Catalogne; .se jette dans la Méditerranée. Clodoaldi Vicus, voy. Novientum. Orsoioa, ville de la SerCLODOVA, ORSOVA, vie, dans une île du Danube. CLOIA[Chr. Phil. Pulc.a. 1302], anc. villa roy., auj. Claye, village de la Brie (Seine-et-Marne). Clona, Clonmel, ville d'Irlande, chef-lieu du comté de Tipperary (sur les livres irlandais Cluain Meala). M. Cotton ne connait pas de livre exécutédans cette ville antérieurement à l'année 1804; il citeun vol. de poésies par Samuel Fennell, imprimé par T. Gorman. Clonfertia, Clonfert, bourg d'Irlande, sur le Shannon, dans le comté de Galway. CLOTA tEstuarium, Cluid.e /Est., Firth of Clyde, en Ecosse. CLOTA Iss. [Itin. Anton.], GLOTA, l'Ile d'Arran, en Ecosse, dans le comté de Bute, à l'embouchure de la Clyde [Camden]. Clïïana [Mêla, Plin.], ville du Picenum, dans la Marche auj. Sanf Elpidio d'Ancône. L'histoirede cette antique cité fut publiéepar Andrea Bacci,à «lacerata,en 1692,n-a. i CLUANUM, Cloyne, bourg d'Irlande (c. de Cork). Cludanus Amnis, Cluba [Cell.], GLOTA [Tac], la Clyde, fl. d'Ecosse. Clunia [Plin.], KXouvîa[Ptol., Plut.], Cwniense Municipium, localité sur les con-

fins de la Celtibérie, dans la Tarraconaise, auj. Coruna del Conde, ville de la Haute-Castille. Clunia, localité de la Rha:tie, auj. Altstadt, près Feldkirch, en Tyrol, suiv. Mannert, et Schlins, suiv. Reichard. Cluniacum, voy. Cliniacum. KXewviov S. CLUNIUM, [Ptol.], FANUM CaTIIArin.-e, S. Catarina, bourg du N. de l'ile de Corse. CLUPEDA, VOy. Memelia. CLUS. voy. Clausina. Clus^e Yallis [Hincmar.], CLUSA,Clausa Vallis, Vaucluse, vallee et départ. de France. Clusini FONTES, Étrurie, auj. Bagni di en San Cassiano, établiss. thermal en Toscane. CLUSINUSLACUS, ïi sept KXoûsiov XÎjavïî [Strab.], Lago di Chiana, en Toscane, près de Chiusi. Clusium [Liv., Plin.], KXoûoicv [Polyb., Strab.], Camars [Liv.], ï, KaiiEfTÎavyâça [Polyb.], sur la via Clodia, antique résidence du roi Porsenna, auj. Chiusi, ville de Toscane, près Arezzo. Clusius FL., KXoûd'.oç [Polyb.], Clesus [Gco. Rav.], fl. de Toscane, auj. le Chiese. Clusonium, Cluson, bourg du Piémont, sur le Pô, dans la vallée du même nom, Clusonia Valus. CLUVIA [Liv.|, ville du Samnium, auj., suiv. Reichard, Campo di Jiove, dans l'Abruzze Citér. Cnapdalia, Knapdale, district du comté d'Argyle (Ecosse). Cnemibes [Mêla], Kvïi^e? [Ptol., Strab.], localité de la Locride, au pied de la montagne du même nom, Kwiaîç; on en voit les ruines à Nikoraki, dans la Phthiotide. Cnossus [Flor.], GNOSSUS, rvaso' Kvmoo'ç, Kvumroç, [Hom., Pol., Plut.], ville de Crète, auj. MakroTeikho, et, suiv. Krnse, Ginossa. COAGIA, OAGIUM, C Kiogia, Kioege, Koège, ville du Danemark (Seeland). Cobena, Kôben, pet. ville de la Silésie (rég. de Breslau). COBIOMACUS, CAUNiE. VOy. COITORGICUS duché DUCATUS, COBURGENSIS, de Saxe-Coburg. CoburguMj COBURGIUM [Cluv.], Coburg,

333

COCCIUM.

COLBERGA.

334

Cobourg,ville d'Allemagne, capit. du duché de Saxe-Cobourg-Gotha.
Prosper Marchand (p. "37) cite une édition des Pandectes imprimée dans cette ville en 1M52 il emau Spicil. vet. edit. [Bibl. prunte ce renseignement Mallinkrot, 74) mais cette édition n'est citée par aucun et tout porte à croire qu'elle n'existe bibliographe, pas sans doute une édition imprimée par Anth. Koburger, le typographe de Nuremberg, aura, par la similitude du nom, induit le bibliographe en erreur ce n'est pas la première fois (nous le savons par expérience) qu'on prend le Pirée pour un homme; Hain nous donne en effet le titre d'une édition des Pandectes donnée à Nuremberg par cet imprimeur sous cette date. M. Cotton dit avoir vu à la Boldéienne un traité de ni Luther, imprimé à Coburg en 1530 ni Feverlin, ni Bauer, ne nous fournisFreytag {Apparat. litt.), sent l'intitulé de ce traité, que nous déclarons ne pas connaître. Nous sommes forcé d'assigner une date infiniment plus modeste à l'introduction de l'imprimerie dans cette ville illustris gymnasii CasimiIuauguratio Dn. Io. riani, ab Ulustrissimo principe ac domino, duce Saxonue, Casimiro, Landgrauio Tliuringiœ, aperti, Marchione Misniœ, etc., apud Coburgensis et peracta, die 3 jul. anni ci/rquœ féliciter cœpta rentis et in patrire ac regionum vicinarum gratiam literis proclita fuit a designatis scholarchis, redore et collagio gymnasii Casimiriani. Coburgi, 1605, in-4. (Bibl. sax. Struvii, p. 913.) Coccium tannia localité de la Bri[Itin. Anton.], chez les Romana, Brigantes, suiv. auj., Camden, Ribchester, bourg du Lancashire. Cockermouth, le Cumber-

COCCYMUTIUM, Courmutium, ville dans d'Angleterre, suiv. Bisch. et MôlI. land,

CociîEMiuii,Cochima, Kochheim, Cochem, bourg de Prusse, sur la rive gauche de la Moselle (rég. de Coblentz). COCIACUM, Codiciacum,Cuciacum,Coucy-leChâteau, bourg de France et anc. château (Aisne).
Cocintia [Ovid.], du Bruttium, PwAta di Stilo, de la politaine Consitjnum ville [Pliii.], sur le Cocintiium Phom., auj. Stilo, pet. ville naCalabre ultér. I.

de la Gaule COCOSSATES, COCOSATES, peuple habitait le territoire Aquitaine; qui au diocèse de Dax. correspond CocvNTnuM Prou., voy. COCINTIA.

Cœla, KoIXa [Ptoi.], Cœlos [Plin., Mêla], KoïXoç Xi(j.iivPtol.], port sur la côte de la [ Chersonèse de Thrace, auj. Kilidbahr, le plus important des forts qui défendent le détroit des Dardanelles. Cœlanum, voy. Celanum. château de Cœli Corona, Himmehh'on Bavière, près de Baireuth. Cœliobriga, KoiXio'ëpifa,ville des Cœlcrini, dans la Tarraconaise, auj. Guimaraës, Guimaraens (?), en Portugal (Minho). Cœlium, VOy.CELIA. Cœnobium, Canobbio, bourg du Piémont. CŒNOBIUM ElNSIDLENSE, VOy. ElNSIDLA. Cœnobium Mahi.«vai-lense, Marienthal, bourg de Hongrie (anc. grande abb. de Bénéd.). localité de la GermaCœnoenum, Kciv6r,vov, nie, chez les Carinï, que "Wilhelm voit auj. près de Ratzebzirg, et qucRcichard place à Gnoieii, dans le district mecklembourgeois de Rostock. Cœsao, CŒSiONE, Geshaone [Itin. BurGesabone digal.], GAEONE[T. Peut.], [Anon. Rav.], Césanne, pet. ville de Savoie. Cœtnum, le Conesnon, pet. 11.de Bretagne, se jette dans la mer, près de Pontorson est appelé Fluhen Cosnonis dans la tapisserie de Bayeux. CONACUM, VOy. CONDATE. CûGNACUM, COLA,Coll, l'une des Hébrides, sur la côte 0. d'Écosse. COLANCORUM, [Ptol.], ville des KoXâ-fXOOOV Marcomans, dans la Germanie, auj. Collochau, près Schlieben, dans la basse Lusace, suiv. Reichard. ColaniAj KoXema [Ptol.], KcXàvixa,Lanark, Lanerk, sur la Clyde, ville d'Ecosse, ch.-l. du comté du même nom Camden voit, dans Colania, Coldingham. CoLAPis,KoXai7ic[Strab.],KoXo«ji[D. Cass.], CULPA[Cell.], riv. de la Pannonie sup., auj. Kulpa, riv. d'illyiie. Colarnum [Plin.], Ko'Xapvov, ville des Colarni, dans la Lusitanie, auj. villa Cova a Coelheira, suiv. Reichard. Cot-atio [T. Peut.], Coliatio, LrruoPOLis, ville de la Norique, auj. Stain, Stcin (Kamnecli), pet. ville illyrienne du cercle de Laybach, ou, suiv. Reichard, Kotalach. Colberga, Colberg, ville et pet. forteresse de Prusse (Poméranie). Falkensteindonne1050 commedate de l'introduc-

CODANTA, VOy. HaFNIA. Codanonia mark). Codanus Sinus [Mêla, Plin.], CODANUM MARE Suevicum Mare [Tac.|, le Catte[Cluv.], Codanischer gat, Kattegatt, Meerbusen, détroit entre la Suède et le qui s'étend et unit la Baltique à la Danemark, mer du Nord. INS., l'ile de Seeland (Dane-

Codrio [Liv.] ville de Macédoine, auj. Zagwa, suiv. Reichanl.

335

COLCESTRIA.

COLLIS.
Colinum, Bohème, Collin, dans Kolin, le cercle ville pet. de Kaurzim.

330
de

tion de l'imprimerie dans cette ville, et M. Cotton nous donne le nom du premier typographe, Ileniieus llasius. «Scnatûs typographus; » nomme aussi Cieorgius Rolhius, comme imprimant en 108*, sous la mémo dénomination. COLCESTRIA, voy. Coldania, d'Ecosse, Coludi dans Camalodunum. ville Uhks, Coldingham, le comté de Berwick. Cokling, Koldingen, pet.

Coldixua [Cell:], ville du Jutland.

Colditia, Colditz, ville de Saxe, dans pet. le cercle de Leipzig. I.a Biblioth. saxon. de Struvius (part. V, p. 1010> nous donne le titre d'un vol. imprimé dans cette 10calité au xvii' siècle; Georgii IVeisii Snperinlenilcnlis Coldicensis, Verzciclmis der Gespraeclis mit 1). Casp. Pcuee.ro in Schloss zu Leipzig 15"G gelialten 1510 4. Colditz, 1683, \n-\°. Coi.dui, voy. Quadi. COLONIA AD WlNDAM, WeRTHEHOCOLEDA, RUM oppidum Coin an Colleda, [Struv.] der Losse, Kuhcôln, ville de Prusse (rég. de Merselmrg). KoX;'vJa [Appian.], des IlerColenda, ville dans la Tarrac, Covarcaones, auj. de la rubios, Vieille-Castille bourg de Burgos). (prov. CoLENTUM [Plin.], ile de l'Adriatique, auj. sur la cùte dalmate. Mortara, Coijcahia localité [ltin. Anton.], f.aule sur la voie Cispadane, à Vérone; suiv. auj., Reichard, et suiv. glio cli Sotto, Mannert, ville d'Italie de dola, (prov. Voy., pour Mirandula. l'imprimerie dans dans la de Modène RoncaMiranModène). cette ville,

ville de l'Apulia. serait Collatia, Daunia; auj., suiv. Reichard, Coylionisi (?) [Forbiger]. Collatia KoXXaTÎa [Strab.], [Plin., Cic], CONLATIA ville des [Festus], Sabini, de l'Anio, sur la près uuj. Castellaccio, rive droite de l'Anio, l'affirmad'après tion de Forbiger. COLLATIOj VOy. COLATIO. Colles vallis Trumpi. Yallis Trumpia in finibus Brixianorum est, dit Panzer (toin. XI, p. 391). F'iusieurs imprimeries existèrent au xvc siècle et au commencement du xvi" siècle, dans les environs de Brescia; celle-ci est certainement une des moins connues, puisque l'on ignore même son emplacement exact les collines du Val Trompia peuvent et doivent être une désignation imaginaire, et nous avions cru d'abord pouvoir aux presses assigner bressanes les trois ouvrages que cite Panzer, mais le nom (le l'imprimeur ne figure pas parmi lesproto-typographes bressans, et force nous est de faire un article spécial à propos de cette localité indéterminée. I.ibkb PONTIFICAL1S, cdilus diligcntia Augustini Palricii de Picolominibus à la fin Finit liber pontificalis emendatus diliijcntia lteûd'i in Xpo patris J)ni de Lutiis u. i. doctoris épi caiacensis et VniJoannisBurcliardi Capellœ S. D. N. l'apœccrirvoniarum magislri. Impressus collibus vallis Trompiœ per Mafeum de Fracazinis, sedente Alexandro VI. P. M., anno eius XI. m.ccccc.iii. die XI. Augusti (litteris rubris et nigris) fol. (Cat. Colbert, n° 302). 2e livre imprimé Forma seu instrumeiitorum, jorma ea)'<K<a)'tt pro uotarüs ordirtnla per <)/<!j7fstrum ilartinum de Buxiis Solarium, sub anno 1472, à la lin Collibus vallis ïrunipia; per Maphamm de Fracazinis. at.D.X., in-8. 3e livre imprimé llenrici de Ilassia sécréta sacerdotum, quœ in missa leneri depent, miittum utilia. Jmpressa Collibus Vallistrumpia: per Gabiïclem de Kracazinis, 1516, in-û. Collippo ville de LusilaCollippus, [Plin.J, nie dont tes ruines,suiv.Florez, se voient t de S.-Scbastien; suiv. Reichard, auprès ce serait le Guipuscoa. Covilho, dans Collts, terra. Colle, bourg de Toscane, près Vol-

CouNiGUM, Collinèe, Collincc, Collimum, de Saintparoisse Bretagne, près Brieuc (Côtes-du-Nord). Bien que certains écrivains picards soutiennent que le célèbre Simon de Collines est un enfant de leur province, nous croyons devoir appuyerl'opinion plus généralement répandue, qui le fait naître au bourg de Collinec, en Bretagne, dont il aurait pris le nom, légèrement modifié: il avait travaillé pendant sa jeunesse à l'atelier des imprimeurs de Bréliant-Loudéac, Jehan Crez et Robin Foucquet; puis il oit il épousa la veuve de Jlenry Estiennc .alla à Paris, du caractère italique, ler; on lui doit l'introduction et la disposition du livre d'éducation interligné de blanc, pour laisser à l'élève la faculté de mettre le mot à mot au-dessous du texte latin sa marque parlante était formée de trois lapins qu'on appelait Conils [Conniffl en breton). ¡. Inter nos norunt libros qui cudere tres sunt Insignes; languet caetera turba famé; Casttgat Stephanus, sculpsil Colinauis, iitrumquc Gryphius edocta mente manuque fdeit. C'est bien là Henry Estiennc, le savant correcteur, Simon de Collines, le prince des typographes, et ta pauvre foule des imprimeurs qui meurt (le faim est cancteristique. Coliniacum, Colinium, Colicjny, de Fr. (Ain); a donné bourg l'illustre famille des Coligny. Golligny, son nom à

remonte dans cette petite ville à L'impression l'année 1478; d'importantes manufactures de padans les faubourgs, pier, carterie, qui existaient avaient sans doute déterminé des ouvriers allemands ;i s'y fixer dès cette époque. Le premier livre, cité comme imprimé à Colle, est par les bibliographes Uioscorides de materia celui-ci medica /ibri y, etc., latine, curante Petro Paduano la souscription est au r" du f. signé F 0 Expliô Dyascorides (sic) que vertus (sic) 0 paduanesis legnuto correxit o expo\nendo q utilioratîu ï lucezdeduxit.\j,lmpressus colle p magistruz Joh"em\allemanumde Medemblick anno 0 Xfri millesimo. cccc". Lxxviijo. in-fol. de 103 ff., à 2 col. de 47, mensepulij, en caract. goth. assez maigres, qui se rapprochentimpr. de ceux de Hailbrun et de Jenson, avec grandes capitales en marge. Les signat. sont très-irrégulièimprimées res a8, b8, c8, dïi, e8, fo, gO, h8, aC, B6, c8, d8, E8 et F8; le dernier f. FS a un registre au recto. On remarquera la qualification A'allemanus que se donne cet imprimeur, né a Medenblick, en Hollande; ce fait se représentera plusieurs fois.

337

COLLIS ANGEL1.

COLONIA.

338

trad. en L'édition princeps d'Oppien, de Piscatu, vers latins par Laurentius Lippus de Colle, et déest le second livre imdiée à Laurent le Magnifique, primé dans cette ville. En voici la souscription Pliilippus Poscus ad lectorem. Laurentius Lippus Collensis vir utraque lin||gua apprime eruditus hoc diuinû Oppiani opus[[traduxil. Gallus cognomine Bonus impressit. || ut esset studiosis litterarum utrisque industriaj|quantulacunolector que accessio. Quapropter quod Op||pianum latinum legis utrisque gratiasjjagas Impressum in anno ab hûaîtalc Colle oppido inunicipio||Floremino Christ i. Ji.cccc. Lxxviu.fldie xn. septeinbris. ln-4, de 64 ff., à 32 1., avec registre et sign., en caract. golh.qui rappelle, avec plus de netteté et de celui de Nie. Ketelacr. régularité, donne la même année, mais Le même imprimeur sans date de mois un livre ÏUusu: pliilosopM et medici Apollinaris Offrcdi Cremonensis, in-4, et Joannis l'année suivante Micliaetis Savonarolœ de œgritudinibus, in-fol. goth. a\ecsign. Praclica et. registre. ne reparait Comme le nom du premier imprimeur sur aucun livre, il est permis de supposer, qu'errant en Jtalie avec un matériel portatif, Jean de .Medcnou plus blick fut retenu à Colle par la municipalité probablement par les fabricants de papier, qui lui du pays, et demandèrent de former un typographe que, dès que son élève Gallus Bonus fut initié aux secrets de l'ait divin, le pauvre Hollandais fut congésa pérégrination dit et obligé de reprendre typographique. COLLIS ANGELI, Coulange-la-Vineuse, pet. Plusieurs ville de Bourgogne (Yonne). France le autres localités en portent nom de Coulange. Collis ville Collis lité Martis, de Fr. Colmartium, (Basses-Alpes). Colmars, pet.

le Rapport fait à M. de Sartines nous donne le nom en 1764; il s'appelait J. -Henry de cet imprimeur en 1760, Decker, né à Basle, reçu maitre imprimeur le Rapport ajoute qu'il est et possédant 3 presses; cet imprimeur ne soit pas cathoà regretter que lique. ville de HusColmogara, pet. Colmogrod, dans le gouv. de Wosie, sur la Dwina, logda. Colobianum, Colobian'o, Vercelli. près bourg du Piémont,

COLOHURGUM, VOy. CûLMARIA.

Colocia, Colozza [Coll.], Colocza,ville de Hongrie, sur le Danube, dans la prov. de.Pesth.
Falkenstein et M. Cotton donnent 1749 comme à Colocza, mais J. Népremière date de l'imprimerie de Honîneth, le bibliographe spécial du royaume grie, dit formellement 1766. Franc.-Ant. Royer, imson à Erlau (en hongr. Juger), transporta primeur en 1702, sur matériel à Strigau (voy. Stbiuonium) l'invitation du comte BarkOtzy, archevêque de cette alla s'élaville, et après la mort de son protecteur blir à Colocza; le premier livre sorti de ses presses dans cette ville est intitulé Csôdy Pâl-Siombatltees Strattmann tnjos lyi l'répost, Grdf, llatthyâni etc. Kalocsan, 1760, Magyar Orsztig l'alatinussànak, in-fol. de de ce siècle l'imprimeur Au commencement l'archevêché s'appelait joannes Tomentsek. Colombahuï, lumbière; nom en Columiurle, plusieurs France. Colombiers, localités portent Coce

.Mahbaciuum Peregrinorum, (?), locachez les Agri Dede la Germanie, Bisch. et Môll. pensent cumates, que ville du ètre Marbach, Wurtemberg, de sur le c'est 'la patrie Neckar; Schiller.' Coi.OBURGUl! [ClUV.] [Allll. COLUMBHjE, ClIOLlHlDARE, CIIOFuld.], et Columbahia I.ONPUKUM [Ch. Dipl.] Colmere Colmib, (Schôpfl. Alsat.J, (au ville de Fr. (Haut-Rhin). xue s.), Colmar,

CouC0L0MERI.fi, COLUMBARIA, COLOMERIA, lommiers, ville de France (Seine-etMarne).
Kolomyja, Colomia, le Pruth. COLONESUS, ville de Gallicie, sur voy. Calonesus. TaCOLONtA Agrippina [It. Aut., Colonia, cit., Ami. et llist.] 'Afptiririvr.voiç (ColoAugijsta COLONIA Claudia nia) [Ptol.J, AgripAgrippinensium [Inscr. ap. Crut.], pina [T. Peut., Colonia AgripAmin.], pina OPPIDUM Ubiorum Ubiorum, [Tac. Coui.oigne B. Ann.], [Chron. Dion.], Keiden Cuelen, Ceulen, Allein.j, [Liv. sur le Rhin, ville prusCœln, Cologne, du même chef-lieu de la régence sienne, université fondée en 1388. nom; Les origines de l'imprimerie à Cologne sont enà en croire certains bihlioveloppées de ténèbres graphes, on pourrait reporter à Iii6ù, peut-être même à 1457, les prototypes des presses locales mais comme nous ne pouvons trouver de livre portant une à 1466, c'est à cette année date certaine antérieure seulement que nous croyons pouvoir faire remonter avec sécurité l'imprimerie dans cette grande et illustre ville. Tout le monde sait (j'entends~le monde des bibliophiles] qu'en 1462, la ville de Mayence ayant été prise et saccagée par les reîtres d'Adolphe de Nassau, les ouvriers typographes sous la direcqui travaillaient tion de Gutenberg |?j et dans l'atelier de Pierre Shœffer ou Sclioiffer, épouvantes de ces scènes d'horreur, et déliés de leur serment d'engagement, allèrent chercher des villes plus trauquilles, où ils pussent

COLMAHIA

et les autres Panzer, Falkenstein bibliographes de la typographie datent de 15231'introduclion dans historici grœci, libri VIII, celle ville Ilerodiani, curante Am. Farcallio, Angeto Politiano interprète, ù la fin: Colmariœiex sedibus Ainandi Farcaltii même in-8° (Cat. Crevenna, n° 0155 decembri ji.d.xxiii, C cat. Libri, 1801, n° 3GE>0). e livre rare aurait mérité de la part de M. Brunet l'honneur d'une insertion au Manuel. Notons, en passant, que le cat. Mailtaire sous le (II, p. 71) désigne par erreur l'imprimeur prénom A'Armundus. Le second volume cité par Panzer est une édiet la souscription dc tion du Nouveau Testament, ce livre nous donne le nom vulgaire de l'imprimeur Amand l'arckalt. Fn 15Ù0 la Bibl. Ritualis de Zaccaria (I, 13) nous d'un typogradonne le nom d'un nouvel imprimeur, bien connu Liturgia Uasiliana, phe strasbourgeois ab lirusmo conversa, Colmayiœ, lypis Jlartliolomœi edita. m.d.xl, in-4. Gryeninqen Gryeninger ou Grüninger était le fils Barthélémy de Jean Grûninger u> Strasbourg. l.es arrêts du conseil de 17i>'j et de 1739 conservent un seul imprimeur dans la ville de Colmar, et

339

COLONIA.

340

avec sécurité cultiver et propager le plus noble des arts de la paix les uns, comme Ulrich Zell de Hanau, s'en allèrent dans les villes avoisinantes d'autres, les monts et portèrent plus aventureux, passèrent en Italie la sublime découverte qui faisait la gloire de leur patrie. Ulrich Zell ou Zel était né à flanau, petite ville de la llesse Electorale, près de Francfort-sur-Mein il était probablement de l'atelier de Schœffer, dont il imita toujours les caractères et les procédés typograad Moguntinos Favsli proxime phiques (nitore dit Lichtenberger), bien que, plus tard, wcedunl, il ait eu l'occasion de rendre pleine et entière justice à la priorité des titres de Gutenberg, comme inventeur de l'imprimerie, et que dans le récit qu'il dicta de cette découverte, il ait omis jusqu'au nom de Schœfler. Obligé de quitter Mayence en ruines, comme nous l'avons dit, il alla se fixer à Cologne, et le nouvel établissement typographique devait, suivant de fortes fonctionner déjà dans le courant de présomptions, 1/iGù. Maittaire, Panzer, Hain et bien d'autres bibliographes, citent un grand nombre des premiers produits de ces presses, exécutés sans aucune désignation mais avec d'année, de lieu ni de nom d'imprimeur, les caractères bien connus d'Ulrich Zell, et dont plusont antérieurs à l'annéee sieurs, bien probablement, 1466; nous y reviendrons. Mais comme il nous est impossible de rien préciser à cet égard, et comme le point de départ de l'histoire d'une imprimerie doit être logiquement fixé au premier livre imprimé avec une date certaine, c'est a cette année 1466 seulement qu'il nous est permis de faire remonter l'histoire de l'atelier d'Ulrich Zell à Cologne. Joiiannis Ciirysostomi super psalmo quinqnaà la fin Deo et deifeve refera gesimo liber primus gras influilas de fine\\primi libri Johanis crisostomi sancti docto^ris episcopi sup psatmo quïquagesimo, \\per me Ulrich zel de lianau elerieti diocesis^ U Anno dfii millesimo Mogûlinen. quadrî\gctesimo sexto. in-4, sans chiff., réel. ni sign. (sexagesimo) 10 ff. de 33 longues lignes à la page entièreRéimprimé l'année suivante par le même typogradu second livre, in-4, de 2!) phe, avec l'adjonction lignes par page. de l'édition de 1466, et l'omission La souscription du mot Sexagesimo ont donné naissance à de nomla Serna Sanlander soutient breux commentaires; Zell ayant imprimé au moins jusqu'en qu'Ulrich on peut tout aussi bien lire 1410, ltcSO 1499, et même, à la rigueur, 1490, que 1466; mais d'abord l'absence de tout signe typographique indique une antiquité reculée, puis Zell se qualifie ici de Clerc du Diocèse de Mayence. et il ne conserve celle dénomination que jusqu'en H73, époque à laquelle il prend le titre de Artis impressoriœ magister (Rob. de Licio Çuadragesimalis, an. 1473, per U. Z. impr.), puis en 1492 il s'intitule Coloniœ Protocliaragmaticus. La Chronique de Cologne prouve que ce grand imprimeur exerçait encore en 1499. Parmi les innombrables ouvrages sans date, et souvent sans aucune désignation, exécutés par Ulr. Zell, nous citerons une édition des Offices de Cicéron, que AI. Brunet croit imprimée vers 1460, et que Panzer au contraire pense avoir précédé celle de SchelTer de 1465; elle est in-4, de 60 ir. à 34 lignes. « Ses fautes nombreuses, dit Panzer, prouvent son elle fut exécuantériorité sur l'édition de Mayence tée probablement sur un manuscrit, et quand le ou l'éditeur ne pouvaient lire le texte, typographe ils laissaient des blancs, ce qui ne serait pas arrivé si l'édition de 1465 de Mayence avait été publiée, puisque « Colonia nonnisi XXX P lioris a Moquulia distet. » mais pour Nous citerons encore avec M. Bernard, rectifier une légère erreur que cet excellent biblioa commise, la célèbre Bulla ltctractalionum graphe tfu Pape Pie 11; le catalog. La Vallière nous donne

de cette bulle et du singulier revirement l'histoire de cet illustre Italien, qui, devenu pape en 1458,1 brûla les faux dieux qu'il avait adorés, alors qu'il s'appelait /Eneas Silvius Piccolomini. Jlulla rétractation^. On lit au Pij ppe secudi flractationù r* du XIe f. Pij ppe secûdi. Jlulla minoribus adlmc agltem pro. oîm dudûfp cumin summuni J'onConftcilio Basilien. ? cofl Eugenium finit féliciter tifi\cem scriptorum datée VI Kal. Maias. Millesimo Cette bulle est tercio (26 avril), et adressexagesimo quïgêtesimo sée aux recteurs et membres de l'illustre université à longues lignes au nombre de de Cologne, in-4, goth. 27 sur les pages entières, sans chif., réel, ni signât., contenant 11 ff. Acheté 410 fr. à la vente La Volliere, pour la biblioth. du Roi. 36 feuillets; c'est MM. Brunet et Bernard disent que, dans le même vol., se trouve relié, dans l'exeinpl. le traité d'jEneas Silvius, de de la Biblioth. impér., Curialium miseria, imprimé avec les mêmes caractères et la même justification, sans titre, composé de 25 feuillets. dit que cette bulle a été imLa Serna Santander primée en 1468 nous pensons, avec M. (le Bure et avant la il. Bernard, qu'elle a dû être imprimée mort d'/Eneas Silvius, qui obiit anno m.cccc.lxiiii, contra Turcos. in Ancliona, dû proficisci pposuerit Le Pape Pie II a dû exiger ou tout au moins presdes ser la prompte publication de cette rétractation erreurs de sa jeunesse, erreurs qui pouvaient porter atteinte à son caractère sacré. Ulrich Zell eut la gloire.d'imprimer pour le célèbre duc de Bourgogne Philippe le Bon, le plus grand et, avecMathias Corvin, le plus magnifique collectionneur de riches manuscrits de son siècle Cologne faison chasait alors partie de la maison de Bourgogne pelain, Raoul Lefebvre, qui venait, à son instigalion, le Rede composer un beau roman de cltevalerie, cueil des histoires de Troye, lui fit part du bruit à se répandre au loin de la nouvelle qui commençait découverte de Mayence, et lui apprit qu'un des plus fervents adeptes de cet art divin était devenu sou sujet. Le vieux duc donna aussitôt à son chapelain un nouveau caractère fut les ordres nécessaires la belle écriture du fondu, imitant à s'y méprendre et de lettres temps, avec un nombre de ligatures groupées qui donnent au livre l'aspect des xylogradit avec justesse M. Bernard: ce caractère fut phies, confié à Ulrich Zell (quoi qu'en disent les Anglais, W. Caxton ait été qui veulent que leur compatriote pas l'imprimeur du duc, mais leurs prétentions ne sontl'hisoutenables), et, suivant toutes les probabilités, le Bon put voir, avant sa mort arrivée le 15 juin lipe imprimé du Recueil 1467, le premier exemplaire DE troyes. Compose par vénérable, DES histoihes de vifn homme raoul lefeure prestre chaiipetlan le Duc l'hetres redouble seigneur Monseigneur En tan de grâce, mil. cccc. lippe de boiirgoiugne LXiiii. Pet. in-fol., goth., de 285 ff., il 31 longues ligues par page, sans ch., réel, ni sign.; les ca pi sont laissées en blanc pour être imbriquées à la main. C'est le PREMIER LIVRE IMPRIMÉ EN FRAIVÇA1S. Ce qui tend à prouvcrque le livre fut publié avant dans le pro1467, c'est que Caxton nous apprend, logue de la traduction anglaise qu'il en a publiée, que cette" traduction avait été commencée par lui en 1M7, abandonnée pendant deux ans, et reprise et menée à bonne fin en 1469. llaoul le Tebure avait encore composé son roman avant la mort de Philippe le Bon; il fut AcJason, imprimé avec le même caractère, mais après le décès du bon duc, car dans le prologue l'auteur parle de la présentation père et du manuscrit « a J'hilippe ameur d' vertus en son temps tlucde Bourgoingne. son viuant a este moutt affecte et enlequel tout clin de oyr et veoir lire les anciennes liystoires. » Ce rare volume forme un petit in-folio, de 131 ff., à 31 ligues, divisé par cahiers de 4 feuillets. Ulrich Zell fut le maître de William Caxton, et ce

341

COLONIAACCITANA.

COLONIA EQUESTOIS.

342

n'est pas là le moindre de ses titres de gloire; nous aurons occasion de nous occuper individuellement du proto-typographe de l'Angleterre, aussi nous conde dire ici que sa traduction dn tenterons-nous Jtecueil des hystoires de Troyes étant parachevée à Cologne, le 19 septembre 1411, il obtint, par rentremisc de la duchesse Marguerite de Bourgogne, sœur du roi d'Angleterre et femme de Charles le Téméde disposer des caractères spéraire, l'autorisation ciaux, gravés par l'ordre de Philippe le Bon, et l'imsous les yeux d'Ulrich Zell à prima, probablement Cologne, ou les caractères étaient restés en dépôt, et peut-être avec l'aide de ce maitre imprimeur, fait qui, pour nous, offre toutes sortes de bonnes raisons d'être les apologistes de Caxton lui-môme n'osent pas affirmer qu'il ait entrepris seul cette rude d'un in-folio qui n'a pas besogne de l'impression moins de 351 ff. suivant Brunet,de 389 suiv. Dibdin. « To say thaï Caxton printed lits book is to describe, in fcw words, a work ofgreat complexily and difficully,» dit un des historiens du grand typographe, s'attribue formellement la gloire de qui cependant du livre « liane pracl'exécution typographique tysed and lerned at my grele charge and dispense to ordeyne (/lis said book in pnjnte after tlie maner and forme as ye may hère sec. » Ce livre est le PREMIER QUI AIT été imprime EN ANGLAIS. M. Bernard a étudié avec un soin tout particulier et une grande puissance d'élucidation toute cette période intéressante du séjour de Caxton dans les l'ayslias nous aurons l'occasion d'y revenir. N'oublions pas de citer le llartholomœvs Anglieus (Glanuilla), dont Winkin de Worde imprima une traduction anglaise, à la fin de laquelle il dit formellement que cet auteur avait été primitive-' ment imprimé en latin, par W. Caxton, à Cologne, ^ers 1470. (Voy. à ce sujet une note de M. Tross, dans son calai, de 1861, n" IV.) En 1470 s'élèvent à Cologne de nouveaux ateliers rivaux de celui de Ulrich Zell nous citerons Arnold Ther Hoernen le premier livre sorti de ses in presses est le Sermo ad popiditm predicabilis marie semper virgifeslo psentalionis Jlealissime nis nouiter. sub per impressions multiplicatits, hoc currcnte anno Oomilli iM'.cccc. lxx", pet. in-4, de 12 If., à 27 lig. avec chiffres arabes. Il y a deux éditions sous la même date l'une porte au v° du frontispice une préface de 27 I., à la fin de laquelle on lit: In ciuitale Coloièsi per discrettt uf^t Arnoldù. Tlierhoernê et cette préface n'existe pas dans l'autre tirage. Ce livre a de plus passé pour être le premier dans lequel on ait fait usage des chiffres arabes; mais nous avons déjà cité, à l'article Berone, un volume offrant cette même et imprimé à la même date. particularité Ce même Ther Hoernen imprime en 1471 le liber (le saint Thomas, pet. in-foi., goth. Quodlibelonim c'est, dit M. Firmin Didoi, le premier livre dans le. quel on trouve des titres courants imprimés en haut des pages. Citons encore Johanncs Koelhoff de Lubeck, dont le premier volume est de 1470, mais duquel nous citerons seulement Joli. Syder ou iVidcr, pro'ceptorium dioinœ tegis, Explieit prœceptorium. Colonie impressU per tnagislrum Joliannem Lubick (sic)awio /)»iM.cccc.LXXij, in-fol. Kocllwfde goth., de 307 ff., à 2 col., de 39 lign., avec signât. C'est le plus ancien livre connu imprime avec des signatures, au moins portant une date certaine. Ce Jean Koelhof fut aussi l'imprimeur de la célèbre Chronique de Cologne en 1499. Petrus de Olpe imprime également à Cologne des l'année 1470. Jean Veldener, célèbre imprimeur hollandais, débute aussi dans cette ville en 1470 nous le retrouverons à Louvain, à Utrecht et à Culemburg, dans la province de Gueldre. Nous ne citerons plus, au xve siècle, que llcnricus Quentel, qui imprime avec les caractères d'Ulrich

de Mayence et Conr. Winter Zell, J. Guldenschaaf de Ilomburg. et pour finir, nous dirons que Maitlaire et Enfin, Vogt ont parlé d'un Donat imprimé par ce Quentel en 1457, et Vogt cite lui fragment d'une lettre de Le Duchat à l'appui de son assertion « M. de la Crozc et moi avons vu et manié ce livre, et il est actuellement à Dresde dans la Biblioth. du baron de Au bas du titre, tout entouré de figures en Besser. forme de vignettes, se lit bien distinctement 1457, à Cologne, chez Quentel. Je ne doute pas qu'il n'y ait là de l'imposture. » Effectivement il faut lire 1487. COLONIA ACCITANA, yoy. GaDES. Colonia ad Spream, Colonia BrandenburCOLONIA Marciimî, an clef Coin gica, de Berlin. Spree, faubourg cette désignation; nous Quelques livres portent citerons Marci Pauli Vencti de regionibus orientalibus libri tres, cum manuscripw collati et notis accessit Ilaitonis etc.. Colonia: illustrali, historia, 1071, in-t. [Man. t. III, c. 1406.) Brandeburgicœ, M. Cotton cite un traité d'Elsholtius, sur la transfusion du sang, imprimé dans ce faubourg par George de l'Électeur en 1067. Schultz, imprimeur Colonia Allobrogum, voy. Geneva.

COLONIAlpina. Lieu d'impression supA posé.
M. Cotton cite une édition italienne de l' Histoire des bèniflccs ecclésiastiques, du célèbre Fr. P.Sarpi, imprimée sous cette rubrique, par Pietro Albertiaio, en 1675. COLONIA APULENSIS, VOy. Alba Caroi.ina. AUGUSTA Bracara^ Colonia AUGUSTA yoy. BRACAIIA. Colonia AUGUSTA Fihma, voy. Astigi. voy. Ovilia. Barcino. Camalo-

COLONIA AUGUSTA Panohmus. Colonia Colonia Colonia dunum. Aurélia Barcino

Panormitanorum,

Antoniana, FAVENTIA,

VOy. voy. VOy.

Camalodulensis

Colonia Claritas anc. Julia, Atturl, lité des Turdetani, Olivera, auj. d'Andalousie. COLONIA Classica, Colonia deha. Colonia Colonia Colonia voy. Forum Juin.

locabourg

CLAUDIA AUGUSTA Jadera, Diensis, voy. Dia. voy. Eboracum.

voy.

Ja-

Eboracensis, Equestris

Hist. Gc[Plin., Sport, CIVITAS EQUES'ExoueoTpi; [PtOl.], Noiodunum [Orelli], (de SNoia, et Dus, lieu bas, voc. celt.). Novia, Eau, Civitas Equëstrium Noioi>unum [Not. sur le côté N. du lac Léman, Prov.], Nion, ville de Suisse Nyon, Neuss, de Vaud). (cant. existe dans cette petite ville à la fin L'imprimerie du xvme siècle. Peignot cite une Bibliographie de: nCV.], tbium

343

COLOMA FERENTINENSIS.

COLRANA.

344

Pays-Bas imprimée à Nyon en 1783. « A l'époque de la révolution la guerre française, dit M. Caullieur, de brochures polémiques redouble de vivacité; on en à Genève, mais à Carouge, imprime non-seulement à Nyon et à Saint-Claude. » COLONIA Ferentijjensis, voy. FERENTINUM.

village de Suisse, près du lac de Genève (cant. de Vaud).
En 1565 un libraire de Genève, Perrin, établit à assez réguCologny une succursale qui fonctionna lièrement pendantplusieurs années; on trouve, à partir de cette époque, un très-grand nombre de livres publiés à Genève ou ailleurs sous la rubrique de cette localité. M. Gaullieur nous fournit d'excellents renseignements à ce sujet. Les livres imprimés à Genève étant devenus un objet de réprobation dans tous les pays où le catholicisme avait triomphé à la suite des terribles luttes qui suivirent la réforme, les principaux imprimeurs et libraires genevois, en vue de faciliter l'écoulement de leurs marchandises, jugèrent prudentdediset remplacèrent le nom trop célèbre de la simuler, ville de Calvin, par ceux de Cologny, et de SaintGervais, petite localité peu connue, située aux environs de Genève. C'était le fameux Simon Goulard, de Senlis, intéressé dans la question, qui avait imaginé cet expédient. Mais les libraires français, particulièrement ceux de Lyon, réclamèrent contre la conénergiquement currence des Genevois, qui ne se gênaient nullement, il faut l'avouer, pour contrefaire tout ce qu'ils jugeaient de bonne vente; ils dévoilèrent toutes les ruses des Genevois, et la douane française saisit, avec un redoublement de sévérité, toutes les provenances typographiques de Genève. de Candolle à Pyramus que nous retrouverons Yverdon et à Saint-Gervais, fut envoyé par le gouvernement de Genève auprès du roi Henri IV, pour tâcher d'obtenir du roi de mettre fin aux vexations sans nombre que les libraires français, disait-il, leur faisaient subir. M. Gaullieur raconte, avec de longs détails que nous ne pourrions reproduire, toutes les phases de cet des imprimeurs antagonisme genevois et lyonnais; nous aurons du reste l'occasion d'en reparler. à Cologny, il parait certain et prouvé que Quant plusieurs étahlissements typographiques y furent réellement installés d'abord celui de Perrin, que nous avons cité puis on trouve imprimés sous la rubrique Cologni ou Cologny, à la fin du xvie siècle et pendant tout le xviie, des ouvrages sortis des presses de Jean Gymnicus, des Chouet, de Dixmier, de Lefebvre, et de plusieurs autres imprimeurs de Genève. Parmi les innombrables ouvrages publiés sous ce nom de lieu, nous citerons le Paradis ou Jardin de devotès oraisons; à Colognie (sic), par Jean Gymnicus, 1593, in-2d la première édition du Tlirèsor des langues de CI. Duret, publiée par les ouvriers de Pyramus de Candolle, à Cologny, en 1613, par Jean Berjon (reçu bourgeois de Genève en 1576), cl avec un titre renouvelé, à Yverdon, de la société helvétiale Caldoresque, 1619; enfin les Antiquités de la ville de Marseille, par Raymond de Solier. Cologny, par A. Pernet. 1615, in-8. Et l'illustre famille des de Tournes, elle-même, LES EMBLEMESd'Alciat; emprunte cette souscription Cologny, Jean de Tournes, 1615, in-8.

COLONIA ITALICENSIS [Inscr. ITAap. Grut.], lica Trajani CIVITAS [Jor[Eutrop.], localité de la Bétique, à vi M. P. nand.], Sevilla la Vieja, sur le d'Hispalis, auj. Guadalquivir, de Séville. bourg d'Andalousie, près

COLONIA JULIA,* VOY. BONNA. COLONIA JULIA AUGUSTA Dertona, TONA. Colonia COLONIA JULII. JULIA Fanestris, JULIA voy. voy. Fanum. VOy. FORUM DER-

Octavianorum,

COLONIA JULIA SALONA, Colonia Marchica, voy.

VOy. SALO. BEROLINUM. dans d'An-

Colonia MARCIA, ville des Turdetani, la Bétique, auj. Marchena, bourg dalousie, près d'e Séville. COLONIA Morinorum, voy. TARUANNA. BASILEA.

COLONIA MUNATIANA, voy. Colonia COLONIA Jum. COLONIA PACENSIS, Pacensis voy.

BEGIA. voy. FORUM

Classica Corduba. Basilea.

PATRICIA, voy. voy.

COLONIA RAURICA,

COLONIA ROMULENS1S, COLONIA Dacica.

VOy. HISPALIS. voy. JULIA. AUGUSTA

SARMIZEGETHUSA, Sena

COLONIA SENENSIS, COLONIA Solmontina, Colonia Colonia Peut.], bourg Tolosa, Trajana

voy.

voy. voy.

Sulmo.

TOLOSA.

Tab. [ltin. Anton., Kelhl, Tpaïftvï) xoXtovfa [Ptol.], de Clève, suiv. Cluvier. près voy. AUGUSTA TREVI-

COLONIA Treverorum, RORUM. Colonia COLONIA UBIORUM, voy.

COLONIA.

ville de la Venetorum, Cologna, de Vicence. Vénétie, près Le catal. Pinelli (vente de Londres) cite un livre imprimé sous la rubrique Cologna, en 1765(?). COLONIA Villa Car. Coulai[Capit. Calvi], connes, comm. près du Mans (Sarthe) cile en 843; suiv. d'autres Cougéogr. du mème longes, bourg département. Coloniacum, COLONIA, Cologni, Colorjny,

KoXuvtâsc[Pausail.] KoXwv/: COLONIDES [Ptol.], localité de la Messénie, sur la côte 0. du Sinus Messeniacus, auj'. Coron, sur le golfe du mème nom, ville du dioc. de Messénie.
COLOSIA, Colosium, voy. Claudiopoi.is. COLOSVARIENSIS COMITATUS, COLOSENSIS Code Kolosvar MITATUS, le comitat (en ail. en Klausenburg), Transylvanie (Land der Magyaren).

COLRANA, Colrane, bourg d'Irlande, dans

3-i a

COLUBRAKIA.

COMIT1S MOLA.

340

nrd. S. PauU. Coinaromii typis Nie. Joanuis Schmid,niiO,in-G,de503 p. Aprèsde longuesannées d'intervalle,une nouvelle typographiefut installéeà Goniornpar Simon-Pierre Weber de Presburg,en 1789, t il la dirigea e jusqu'en 1794;puis vint Joseph-Valentin Weinmullerde 17'Jli à 1800,et sa veuve, Clara Weinmüller,lui succéda. COMAROMIENSIS COMITATUSle comitat de Coluda, Komwn, en Hongrie. Goldingham bourgCI d'Écosse (comté de Berwick). Co.marus Portus, Ko'(;.apo; Strab.], port de [ et COLUMBARIA, VOy. COI-MAIIIA CoLOMERIA. l'Epire, auj. Gomaro, au N. de Prévéza de Jannina). (pach. Columbarium PR.[Plin.],KoXu|j.êâjiov [Ptol.], Combaiustum [Tab. Peut.], Combrées, bourgn Capo Figari, en Sardaigne. de Fr. (Mayenne). Coi.umbus fl., Columbton, pet. riv. d'AnCombelli VILLAregia, Combeaux, village gleterre, suiv. Bisch. etMôll. 0 de la Brie (Seine-et-Marne). Coi.umna, Cholm, ville russe du gouv. de anc. district de Pskow. Combralia, Combraille l'Auvergne; dépend auj. du départ, de Columna Rhegina, n 'Pr,fïvo>v otuXÎ; [Strab.], la Haute-Vienne. voy. Rhegium. Combuetonium [Itin. Anton.], Convetoni Cot.UMNjK HERCULIS 'HpaueXsiiu; 2-riiXai, les [Tab. Peut.], Cambretonium, BreiteH/tam, Colonnes d'Hercule; Calpe, dans la Bétibourg d'Angleterre (Suffollshire). que, Abyla, dans la Mauritanie 'Pingitane, auj. Gibraltar, au N. du détroit Combusta [H. Aquar. Apollin.], au S. de du mème nom, en face de la Sierra la Gaule Narbonn., auj. St-IIippolyte (?), de las Monas, au S. au-delà de l'Aigly, dans les PyrénécsOrientales. Coi.umnarum Caput, cap Coloiiiia, dans la Calabre ultér., sur la mer Ionienne. Comensis LACUS,voy. LARIUS LACUS. CoLUMNARUM FnETUMHkHCULIS, le HRETUM, Comeranuji, Boscus Communis, Bois-Comdétroit de Gibraltar; réunit la Méditermxvn, pet. ville du Gatinais (Loiret). ranée à l'Atlantique. Comesattum, Comesazzo, bourg du MilaColvium, Couy, bourg du Berri (Cher). nais, sur l'Oglio. COMACENUS laccs [Itin. Anton.], voy. LACOMESIANORUM CONVENTUS, GambS, bourg et mus LACUS. anc. abb. de Suisse (St-Gall). ClMACULUM. COMACHIUM, COMACLIUM, VOJ'. Comidava, Kc.fj.fôaua[Ptol.], ville de la DaComagena [Tab. Peut.], Comagen.u [Itin. cie, auj. Dees akka, Salzdwf, bourg de C> la rive Anton.], ville de la Norique, sur Transylvanie [Bisch. etMôll.]. droite du Danube, auj. Zeiseltnaâr, suiv. AD COMIIIAVA SaMOSIUM, ONl'LL'ENTES C SAMuchar, en Autriche (Land unter der mosh, Dees Dyesch, bourg de TransylvaEns]. nie, au confluent des grand et petit Comianus [Ann. Fuld.], auj. COMAGENUS, Szamosch. de Kaumberg, bourg d'Autriche, près Comillomacus [Itin. Anton.], ComeliomaZeiselmaür. gus [Tab. Peut.], ville de la Gaule CisCOMORRA COMARA [ClUV.], COMARONIUM, padane, auj. Cicognola, suiv. Mannert [Cell.], Commia (moy. âge), Komorn, Koet Forbiger. marom, ville forte de Hongrie, au confl. du Waag et du Danube, sur l'ile de Comineum, Comminium,Commines, Comines, ville de Fr. (Nord); la Lys la sépare de Schütt. la ville belge de Commines, dans la Nicolas-JeanSchniid, imprimeur à Oldenburg, en Flandre occidentale. ti"insporta 1740sonétablissementà Komorn,mais à son imprimerie; il fut bientôt obligéde renoncer on neconnaît qu'un seul livre sortide ses presses; Cominium [Liv.], Comini [Plin.l, ville des en voici, d'aprèsJ. Neineth,le titre exact FloriileHirpins, auj., suiv. Roichard, S. Gioin geium sponsaliliumcanonico morale Foro Fort et Galdo (Princip. ultér.). l'oli accommodatum, e,çsell/illm,proprielates et L. cum effixlus spoiisalium, nec non decisiones VOy. llEPII/ESTIA. pro et contra discussiscomplectcns COMINUM, fundamciitis juxta inconcussa tutlssimaque dogmata Docloris Comitis MOLA,Comitatis MOLA,GreifsmùhD. Thomœ Aquinatis, aliorumqueprobaAngelici len, ville du Mccklenburg-Schwerin. torum authonim, conetnnatum a LudovicoPaxy le comté de Londonderry (prov. d'Ulster). CoColubraria [Plin.], probablement i.UMBA fltin. Anton.], Ophiusa, 'Otoioùra, 'Oçioûaaot[Ptol.], l'une des îles Baléares, auj. Formentera.

347

C0.M1TATUSREGIS.

COMPLUTUM.

348

Comitatus Régis, Kings County, comté d'Irlande (Leinster).
Comitatus sin, en Venascinus, France, auj. le dép. Comtat Venaisde Vaucluse.

Castille, sur le Henarès de Miguel Cervantès.

c'est la patrie

Commerciacl'm Com[Coll., ann. Einhard.], ville de Fr. (Meuse). mercy, Le Dictionnaire avec (économique de J. Marrct, supplément par Noël Chomel, fut imprimé ou tout au moins fut publié sous la rubrique Commercy, Henri Thomas, 1741, U vol. in-fol. M. Ternaux cite Lcslic. Abrégé généalogique de l'histoire de la maison de Lorraine. Commercy, H. Thomas, 1743, in-8. Nous manquons de détails sur cette imprimerie d'Henri Thomas. COMOPOLIS. Lieu d'impression un livre de Paulus supposé Mcrula, porte Comopoli, typis Lucœ Molinœi, 1620; ce livre fut imprimé à Amsterdam. Hincm. Ann. [Ann. Rem., Compendium Palatium Vcdast., Cell.], Childcberti a. o3l>], Compiégne, [Pr;cc. rois mérov. des et carlov., une. palais ville de Fr. (Oise); anc. abb. de S. B.; conciles. Pendant les troubles de la minorité de Louis XIV, fut établie à Compiégne, à la tête une imprimerie de laquelle fut mis un typographe du nom de Jean Courant, que nous avons déjà vu figurer comme imprimeur à Pontoise, où nous avons dit qu'il avait suivi le parlement; on trouve à la date de 1652 un grand nombre de pièces imprimées par lui la nature de ces pièces nous prouve que Jean Courant était au Mazarin et loyal royaliste, aux probablement appointements par le Roi à la dernière lettre de Itépoiise (aite sous le titre: S.A. R. (12 septembre). Réimpression la véritable réponse. et encore Lettres de S. A. avec la réponse, It., écrite au Jloy (7 septembre), (12 septembre). La véritable réponse du Boy, (aite à la harangue de M. le cardinal de Retz et M M. du clergé. Extrait de l'instruction envoyée par le Prince de Condé au sieur de S. Romain, étant de présent en Champagne. Toutes ces pièces tirées in-4, et imprimées à Compiègne, par Jean Courant, 1652. En 1G"4, nous trouvons un nouvel imprimeur du nom de Ravesson; il imprime en 1680 un Catéchisme de S. Joseph, in-12, qui figure au catal. du cardinal Dubois, sous le n° 3233. à Compiégne, devait avoir une cerL'imprimerie, taine importance au xvne siècle, puisque les arrêts du conseil de 1704 et de 1739 crurent devoir autoriser un maître imprimeur à séjourner dans cette ville. Le rapport fait à il. de Sartines, en 176a, nous donne le nom de cet imprimeur à cette date; il s'apen pelait Louis Bertrand, avait été reçu imprimeur 1751, et possédait deux presses. Compitum Compitum AnacniAnton.], [Itin. num [Tab. de Peut.], Savignano, bourg la délég. de Frosinone, près d'Anagni. Complega, Celtiberi, la Yieja, KopiXs'fa [Appian.], dans la Tarrac., sur le Xucar, suiv. vil,le des auj. Valeru Florez. Compendium

Complutl'm Itin. [Plin., Anton.], KojaitXoutcv ville des Carpetani, [Ptol.] dans cle Ilel'Esp. Tarrac., auj. Alcala dans la Nouv.ville narès, d'Espagne,

Michel Maittaire (Ann. typ. 1741, t. H, p. 581) cite, d'après le cat. de la bibi. Rothean. (p. 32, n° 421), un exécuté dans cette ville livre, sans nom d'imprimeur, au xve siècle Gabriel Vasques de cultu adorationis. Compluti, 149(i, in-A. C'est tout simplement une erreur d'un siècle; Gabriel Vasques, jésuite, mourut à Alcala en 1600, à l'àge de 55 ans son livre de Cullu adorationis, imprimé à Alcala en 1594, fut réimprimé ù Jlayence en 1600 (Antonio, 1, 511). ). L'université d Alcala n'ayant été fondée qu'en 1499 par l'illustre Ximenès de Cisneros, archevêque de Tolède, il y a tout lieu de croire que l'établissement d'une imprimerie, indispensable complément des études universitaires, suivit de très-près cette institution. D. Melchior de Cabrera nous apprend (en cl cliscurso legal acercade fol. 10), que le laimprenta, licencié Varez de Castro introduisit le premier à Alcala cet art, dans lequel il était expert; et que le cardinal Ximenès, en sa qualité de gobernador lie lui accorda de notables privilèges. Espana, Mais nous ne connaissons pas de livres sortis (tes presses de cet habile licencié, et c'est le Polonais Slade Sévillc, que nislas, Lanzalao Polono, l'imprimeur nous voyons quitter son associé Mcynard Ungut el venir s'établir à Alcala, en 1501 c'est lui que nous devons considérer comme le père de la typographie ie dans cette ville, qui eut une si grande importance littéraire en Espagne au XVIe siècle. On connaît de lui en 1502 un placard contenant des Orilenanzas reales, au bas duquel il s'intitule Impresor de libros, estante en la villa de Alcalà de Henares, avec son écusson formé d'un S, et Polonvs dans un double cercle surmonté d'une croix de Lorraine. La même année Vita Xpti Cartvxano Romanzado por Fr. Ambrosio. fué emprentado por' endustria e arte del muy ingenioso e honrado Stanislao de Polonia, varon precipito del arle impresoria. E imprimiose a cosla c espensas (tel virtuoso e muy noble varon Garcia de Rueda en la muy noble villa de Alcalà de Henares, a XXII. dias del mes de Noviembre (tel ano de nuestra reparacion de inill cqiiî- inicnlos et dos, 4 vol. in-fol.; réimpr. ù Séville, eu 1537. Cet Ambrosio Montelino, franciscain, est l'auteur du fameux Cancionero imprimé à Tolède eu 1527. Quelques années après, un célèbre imprimeur, qui possédait un établissement important à Pampelune, au xve siècle; que nous retrouvons à Logrono en 1503 et 1506, vient s'établir à Alcala vers 1511 c'est Arnaud Guillen de Brocar, dont le moine Augustin Fr. Géronimo Roman dit « que el impresor mas famoso que vino ri Alcala de Henares fué Arnao Guillen. » («ep. Gentilica, I. VU, c. III.) Nous citerons de lui FLORES y Blanca FLOR, la historia de los dos enamorados Flores yBlancade Espaila de flor, rey y reyna y emperadores, ù la fin de nuestro sefior Roma A loor ?gloria Jesu Christo, emprimiose este présente tratado por Arnao Guillen de Brocar. Acabose ano de mil ccccc.y xn, in-a. goth., de 2(i ff. non chiffrés. (Cat. de Bure, n° 947, vendu 150 fr.) L'année suivante, la première édition du Libro net Esforçado Cauallero Comte Partimtptes que fue de Constanlinopla, emperador imprimé lelOnov. 1513, in-û, goth. (même vente, n° 945, 145 fr.). Conchu, dans la Biblioth. des Romans, cite, du une édition deTarragone, Partenoplcs, 1488, in-8; il se trompe d'un siècle. Le plus beau titre de gloire d'Arnaud-Guillaume de Brocar est d'avoir été l'imprimeur de la très-justemeut célèbre Polyglotte de Ximenès, imprimée à Alcala, en quatre années, 1514-1517, et formant six volumes in-fol. Ce noble livre est trop connu pour que nous en parlions en détail. Les principaux imprimeurs d'Alcala au xvi« siècle sont Miguel de lguia, 1522-1536; nous le trouvons aussi à Logrono; le fils d'Arnaud de Brocar, Juan,

340

COMPOSTELLA.

CONCURCALLUM.

350

de 1550 a 1560; puis viennent Andrès de Angulo '1563); Sébastian Martinez (1558-1567) Juan Ifiigucz de Lequerica (1572-1587); Juan Gracian (1674-1588) et sa veuve, à partir de 1589, etc. COMPOSTELLA, VOy. FLAVIONAVIA. Compsa sani Kûfwjia [Ptol.], [Liv., Vell.], ville des Hirpins, [Plin.], ville de la prov. Conza, napolit., cip. ultér. Compauj. Prin-

Compulteria sur le haut Volturno, [Liv.], localité le Biferno, S. Ferrante, auj. de la province de Molise suiv. (Italie); Mommsen. Comijm Tab. Itin. Anton., Peut.], [Plin., Novocomum |Sall., Kêip-cv [Strab., Ptol.], des NeoVuttov ville Cies.] [Appian. | la Gaule dans Orobii, Transpadane, ville du Come, Milanais, auj. Cctmo, des chef-lieu de délégation; patrie deux Pline.

Romance y glosa sobre la muerte de la cmperanuestra senora, y el sunluoso enterratrizyreina miento que se le hizo en la ciudad de Granada, con un villancico. llecho por Anton Delgado à la fin En Cuenca aito 1539, in-4, de d ff., avec une sur bois, comprenant 19 copias. pi. gravée Alonso de Cervantes. Glosa famosissima sobre las a lamuer^tc copias quc\Mzo don Jorge Manriqiie del maestre de Santiagoftsu à la fin En padre; M. D. Lij, in-4, de Cuenca, por Juan de Canoua. 16 ff., sign. A, B. Quand on trouve sur un ouvrage du XVI" ou XVIIe siècle le nom de Cuença latinisé c'est toujours par coucha qu'il est traduit J. B. de Madrigal, tratado brève sobre los mysterios de la missa. conciuî, m.dc. in-8 (Antonio). de Johannes de Buslamantc la Camara, de las eeremonias de la Missa. Cunclue, 1622, in-8. [Bibtiotli. Bitualis, 11, p. 151.) Le livre qu'eut sans doute voulu désigner Kalkcnstein et Cotton est celui-ci Diego Nunez Alun. Dialogo de la vida de soldado. Cuenca, 1589, in-8. anc. local. Conca, ruines se voient de auprès l'Ombrie. dont de Rimini. les

On ne connalt que trois ouvrages imprimés dans celte ville au xve siècle; le plus ancien est daté de 1!|7(| incipivnt RVBRICE tra||ctatus APPELLATIONVNCVPATVS TRACTATVScongi||arivm nvji]qui est|| OVIA SCOLARIBVS SVISflABIPSO AVCTORE PROflCONGlARIO ET REFECTlflONELABORVMQVOSfllN QVOTII)IANIS TRACTATVS EST. -Au lec||tionibvspatieban[|tvr dernier f. (192) Completa p Dominum Jnliaiiem saneto Georgio dictû de placentia AiUoniitj\\clc ppositU\\ecclesic Sàcli Ambroxij Maioris Mcdiolani Hjiiris utriusq; <<oc(ore3 Comf(e;0)'(<h!arta~j)jMt-).< canonici legenlem de mane infelici sluidio papiensi sub illustrissime) duce Galeaz || Maria vice comitc duce SIcdiolani.§Comi impressa per magistros orclio et Dycnisium de paraueAmbroxium^de sino QuiHtojJdus <n<gus(as.||MCCCC Lxx ihi°||. deo GRATIAS.AMEN, in-fol., de 192 ff., à 2 col. de 50 lig., sans chiffr. ni sign. Le second volume est un in-fol. à 2 col. en caract. de Fossatn, romains, imprimé per M. Haldesarem en 1G77; il est intit. AlbertideUosate Bergomensis opus statulorum. Le troisième Teofllo iiila di S. Giovanni Capisil est exécuté trano, in-û, sans nom d'imprimeur; en 1S79. CONA, CONADA, VOy. COKDATE. CONACTIA, CONNACIA, le des divisions quatre l'Irlande. Comwuglit, territoriales l'une de

Conques, CoNCiE, Con'ch. pet. ville de Fr. = Conches, ville de Norman(Aveyron). une. marquisat; anc. abb. deBén. die (Eure).

CONC/K_, CONQUESTUS. voy. Co.NXANA, Ko'yzava[Ptol.], ville des Concani, dans la Tarraconaise, auj. Santillana, ville de la Vieille-Castille, dans l'intendance de Santander, ou, suiv. Reichard, Cangas de Onis.
Kendal, Concangium, (Wcstmoreland). ville d'Angleterre

ville de BretaCoNCAHNiiim Concarneau, gne (Finistère), que quelques géograont pris pour l'anc. Vorganium de phes Ptolémée. CONCII/E, voy. CONC/Ë.

CONCIl/E. On trouve surquelqucs livres italiens cette dénomination, qui est fausse, et qui veut désigner 1. p. 210). modena, (Melzi, Anon. eil'seud., Conciacum, (Aisne), anc. Coincy, abb. de bourg Bénéd. de la Brie ville suiv.

Conacum,voy. CocrîAcuM.
CONATIA, ter). Tirconel, bourg CoxciA, d'une d'Irlande (Ulsd'Esde la

CONCORDIA [Plin.], de Lusitanie,

Conca, CoscnA, ch.-l. pagne, Nouvclle-Castille.

ville Cuciiça, intendance

l'alkenslein et Cotton portent à l'année 1589 la à Cuença. de la typographie date de l'introduction Le nouvel Ënsayo de typograpliia espaiiola de Galnous citelardo nous donne des dates antérieures; rons sombre el psalmo Dcuotissima^exposicion un dcuo\toremei\\deus. Feclia\por tî^miscrerc nueuamète corre\gldo y emidado. tigioso.^Agora la presente obra. .Q.xxxij, à la fin Imprimiosse en En la muy noble y muy leal cibdad de Cuenca, casa de Francisco de ai Faro. Acabose a sicte dias del mes de Marco, de si. D. xxxij. Aflos, in-8o, goih. sans pngin., mais avec sign. A. F. par 8.

Reichard, la (Estremadure). Con'cordia ville des Nemetcs, [Ammian.], dans la Gaule Belgique, auj., suiv. Simde Fr. ler, Kô'chersberg, bourg (Bassuiv. il faudrait Rhin) Reichard, placer cette localité de Lautcrburg auprès dans le même département. Concordia Plin.], Ko-yxopSia [Strab., [Mêla, la Gaule ville des Vcncti, dans Ptol.l, Concordia, Transpadane, auj. pet. ville de ta Vénétic, dans la délég. d'Udine. CoNCRESSANDM, Coiicressant, Bcrri (Cher).

Ko-p/pît'a [Ptol.], Thomar, auj. ou, en Portugal Guarda,

Coxcurcallum, du bourg

351

CONDATE. ONFLUENTES. C

352

au N.-E. de Bordeaux, Condate [Auson.], du Périgord, dans une Coudât, bourg île de la Dordogne. le mot signifie En celtique, confluent, ce qui le grand nombre de explique ce nom. localités qui portent Condate Ukert, Loire) de la Geo. sniv. [Tab. Peut., Rav.], Chanteuges, près Langeac (Hautesuiv.Rcichard, Lanyogne, bourg ZD Lozère.

CONDRIACUM, CoNDRJEVIUM, CONORUSIUM ville de Fr. (Rhône). Condrieu, Condrusi ronet qui sunt inter Ebu[Cœs., Oros.], de la Gaule Trevirosque, peuple entre Trêves et Liège; occuBelgique, de Cologne. pait les environs

Condurum, Condures,bourg de Gascogne (Landes).
CoNEDRACIUM CûNNARACUM du Maine bourg (Sarthc). Coillim'ay

au confluent Condate Seissel, [Geo. Rav.], du Rhône et du Sier (Haute-Savoie). Tab. Condate Anton., Peut.], Mo[Itin. ville des NASTERIOLUM AD lcAUNUM, anc. dans la Gallia Senones, Lugdun., auj. ville Montereau, Montereau-fault-Yonne, de Fr. au confl. (Seine-et-Marne), de l'Yonne et de la Seine. Condate Cona, Conada, Anton.], [Itin. Brannovicus Aulercoruji [Tab. Peut.], ville de la Gaule Lyonnaise, auj. Cosne, ville de Fr. (Nièvre). Cosne-sur-Loire, Condate T. Peut.], ville des Anton., [Itin. Condé-sur-Iton, Eburoviccs, auj. bourg avec titre de comte de Kormandie, (Eure).

CoNEUANUsi, Conegliano, "ville de laVénétie, dans la délég. de Trévise.
Impr. en 1611, suivant Falkenstein Ilaym (p. 173) nous donne une date antérieure La Battotea di Tomasi moiisig. Giorgio protonotario apostolico. Conegliano, pcl Clascri, 1609, in-4. Ce livre figure au catal. Colbert, n° 8337. CONEMRRIA, VOV. CONIMBRICA. CONEUJI, VOy. CUNEUM.

Anton., Tab. Peut., Cœs., CoNFLUENTEsflt. Cosfluens Plin., etc.], \Ann. Colon., Conki.uentes Ann.Fuld., Fortunat.] RlIENl ET MOSJS [ClllV.] CONFLUENTIA, ville des Treviri, dans la Gaule BelgiCoblentz, ville de la que, auj. Cobleitz, Prusse au continent de la Murhénane, selle et du Rhin. 11 est extraordinaire ait foncque l'imprimerie tionné aussi tardivement dans une Mlle de cette imn'en fait même pas mention, portance; Falkenstein et nous ne pouvons la faire remonter qu'au comdu xvnie siècle; voici le livre le plus mencement ancien que nous connaissions C. A liclt. l'aseiculusMyrrliœ in tuctuosammortis schettam J ffugnnis archiepiscopi Trevirensis. Germanice, ConlluenUîe, 1711, in-fol. On voit sur le frontispice le portrait de l'archevêque exposé sur un lit de parade et six figures emblématiques. (Catal.Libri,1861, n" 1006.) CONKLUENTES, CONFLUENTIA perioris, Conflans, bourg Saône). BURGUNIU.E Sl> de Fr. (Haute-

Condate AD SCALDIM, Condè, Condate, ville forte de Fr. Condé-sur -l'Escaut, entre l'Aisne et l'Escaut; anc. (Nord), à la maititre de prince, appartenant son de Bourbon. CoNDATË, CONDATUM AD NERALLL'M, Cmidéville de Fr. (Calvados). sur-Noireau, Condate, Condate voy. Norvicum. voy. Riiedones. PORTUS.

Rhedonum, voy.

Condivincuji,

Namnetus

CONDOMIUM, CONDOMIL'M VASCONUM, CONDOville mus, Condum [GestaDag.], Condom, de Fr. (Gers). existe à Condom au XVII» siècle, et L'imprimerie les arrêts du conseil, en date du 21 juillet 1704 et mars 1739, autorisent cette ville à conserver du 31 un imprimeur, évidemment à cause de l'importance ecclésiastique que lui donnait son évôché. Le titre du livre imprimé à Condom que nous puissons premier citer nous est fourni par M. Ternaux La respoitcc à S. Germain, ou les lumières le Mathieu de Morgues, pour l'histoire de France, esteinle.i par SciCondom, Jlanes, 16to, in-4 (à l'Arsepion Duplcix. nal). Un livre de liturgie locale est imprimé en 1689 PropriumxanctorumecclesiœCondomiensis. ConAoinii, 1089, in-12 (Cat. Dubois, III, n°, 5397;; M. Cottou, qui cite ce volume, dit qu'il a sans doute été fait de Bossuel; il y avait longtemps sous la direction que Bossuet était à Meaux, et il lie s'occupait guère en 1089 de son premier diocèse. Le rapport Sartines nous donne le nom de l'imde Condom en 1764 LarPierre-Jacqurs primeur roire, libraireimprimeur reçu en 1751 possédant 2 presses.

CONFLUENTIA CONFLUENTES ClîNTHONUM de la Haute-Savoie, Conjlans, bourg au N.-E. de Chambéry. CONFLUENTES, CONELUENTIA INSL'LjK FllANCIJE, hameau au conConflans-V Archevêque fluent de la Seine et de la Marne. On y voit le château des anc. archevèques de Paris; une imprimerie exista dans ce village à la fin du dernier siècle Du somvteil, par Chabcrt. ConuausCharentrfn, an IV, in-8. Confluentes, Conflans-Ste-IIonorine, bourg 0 de Fr. (Seine-et-Oise), au confluent de ces deux rivières. Confluentes, Confoulans, de Fr. (Charente), au de la Vienne. ville Confolens, conll. duGoirc et

Confluentes Confluentia-Lotharingi.e de Lorraine, Confluns-en-Jamy, bourg Verdun. près

3a3

C0NFLUENT1A WESTPHAL1CA. COiNSEiNTIA.
VOy. BECKENA. au

3.Ï4 4

CONFLUENTIA WESTPIIALICA,

la Britannia CONGAVATA, dans Komana, de Luguvallum, N.-Ë. Stanwick, auj. du Cumberland. bourg

CONGIA, Koege, ville du Danemark (Seeland).
Congliîtonium et Môll.], [Bisch. Congleton, ville d'Angleterre (Cheshire). John Dean imprimait dans cette ville en 1800, nous dit M. Cotton.

ceinte du couvent de Santa-Crocc; ce fut de ces presses sacrées que sortit, en 1531, le Livro da regia c de conversassam dos Monges, por Louperfeiçam renzo Justiniano, traduzido por donna Catharina, do in-fol., et en 1536 P. Jorge Coelho, secretario de cardinal Rcy ad Virginem deiparam elegia Christo moriente. in Cœnobio sancUc Coninbricie, in-&. Crucis, 1536, Le grand imprimeur de Lisbonne Gcrmno Galharde avait aussi établi à Coïmbre une succursale; c'est de là qu'est sorti en 1531 un livre précieux et rare Duarte de Retende. Tratado da narigaçào de Fernâo da Magalhaens as illtas de Moluco. Coimb., por G. Galharde, 1531, in-4. {Bibl. Lusit.) CONIZA, voy. ClIONTTIA.

Coma Cogna, bourg du Piémont, près d'Aosta. Conicia, voy. Ciionitia.
It. Ant.], CONIMBRICA, CONEMBRIGA [Plîn.j CoNIMbRIA, COLIMBBIA, COLIMBRE [anC. Coimville de Lusitanie, chron.], auj. ville forte du Portugal, bra, Coïmbre, de Beira. prov. elle fut fortC'est la seule université du royaume dée en 1516; évêché érigé au VIe siècle l'imprimerie, suivant Falkenstein et Cotton, ne remonte en cette ville qu'à 1536; mais nous croyons pouvoir la reporter plus haut; nous avons d'abord une date qui nous est. fournie par Panzer d'après Hennings, c'est 1516: l'année même de la fondation de l'université Joan. Rrabi Chamici, de Capitis Vulneribus. Coin-fol. Ceci niinurigx per Didac. Loureiro, m.d.xvi, est une erreur du bibliographe de Nuremberg: D. Joâo Bravo Chamisso, natif de Serpa, professeur de médecine à l'université de Coïmbre, n'était pas tous ses ouvrages sont datés du né à cette époque; nous croyons donc commencement du xvlte siècle; qu'il faut lire m. DC. xvt. M. Ribeiro dos Santos, dans en son mémoire sur les origines typographiques nous apprend qu'aussitôt après que l'uniPortugal, versité eut été fondée par le roi Joan 111,elle fit venir de Lisbonne deux habites imprimeurs, J. Barreiraet J. Alvarez le premier livre exécuté par Barreira, dit M. Hibeiro dos Santos, est un Beporlorio dos tempos, Conimbricse, 1519, in-a, que nous ne connaissons pas, mais dont nous serions assez disposé à en effet nous trouvons, dans contester la légitimité; Antonio et dans la Dibliotlieca Lusitana, II, p. 264, ce Reportorio dos tempos, avec Joào Barreira Coimbra comme lieu d'impresdonné comme auteur, sion, et avec la date de 1579, réiinpr. en 1582, in-4 l'exactitude habituelle de la Bibi. Lusitana nous ferait volontiers pencher la balance en sa faveur. Quoi qu'il en soit, nous pouvons citer avec certitude, sous la date de 1520, un livre célèbre dont parle la Bibl. Antonio Gallardo, et même Brunet CroLusitana, tresladou do Uninica do Imperador Clarimundo, Ioâo de Jlarros, Coimbra, J. Barreira, garo, por in-fol. ,goth.,à2 col., livre d'une rareté telle que Gallardo n'a pu le trouver en Espagne et n'a pu le décrire de visu. Jono de Barros, né à Vizeu, Mestre da lingoa porsabio, mourut tugueza, e homem verdadeiramente en 1570 [Bibt.Lusit., IV, p. 169). J. Barreira introduisit en Portugal les caractères grecs, et le premier volume qu'il publia à l'usage des écoliers avec ce nouveau caractère est daté de 1534 (Mém. de litt. port., II, 356, vm, 79). son établisseBarreira conserva fort longtemps à Coïmbre en 1565 nous le ment typographique encore donner dans cette ville la seconde voyons édition du voyage d'Antonio Tenreiro, que da India veio por terra a este reino de Portugal, pet. in-8, son fils (in-12 suiv. Antonio et la Bibi. Lusilana) lui succéda et imprima jusqu'aux premières années du siècle suivant. Dans l'intervalle une imprimerie rivale de celle de l'université s'était établie à Coïmbre dans l'enL1CTIONN. DE CÉOGR.

CONNACIA, VOy. CONACTIA.

Connoburgum [Chi\ Moissiac.], Conncburçi, bourg de Prusse, dans la régence de Potsdam. Connovius,voy. Tœsobis. Conopa, KuvwTnfi [Polyb.J, ville de YJEtolie, sur l'Achéloùs, dont les ruines subsistent près d'Anghelokastro, dans- lc dioc. de Missolonghi. Conquestus, Conc*, le Conquet, ville de Bretagne (Finistère).
It. Consabruh Consabuho[Plin., Ant.], NENSE MUNic. [lnscr. ville ap. Crut.], la Tarrac., des dans Carpetani, auj. dans le roy. de Tolède. Consuegra, It. Ant.], Kovuïvrfa Plin., [Liv.; CoPtol.j,CosENTrA [Jornand.], ville du Bruttium, Peut.], [Tab. chef-lieu de la Calabre Cosenza, auj. citérieure (Italie). Tous les bibliogr. fixent à l'année 1478 la date de l'introduction de la typographie à Coseiua deux ouvrages sont cités par Panzer et Brunet à cette date; le second est omis par Hain Francesco Filclfo, dell' immortalità dell' anima in modo di dialogo, Ottoviano Salamonio de Manfredonia, in Cosenza, per 1478, in-U. C'cstainsi que le titre est donné par presque tous les bibliographes et par Panzer lui-mCmc mais celui-ci (tom. iv, p. 285), et, avec lui, Giustiniani et Amati,rectifient ce titre, et voici la nouvelle rédaction, d'après laquelle la paternité du lirre passe de Fr. Philelphcà il Jacobo Çampharo un nouvel auteur de immortalitate animœ in modum dialogi vulgariter ineipil prologus féliciter. Al venerable e discreto suo magciladino de Venetia, giore Joli, de lUarchanova Frate Jacobo Campliaro di Genoa dell' ordine de in sacra theologia ticenciato in la frati predicalori università di Oxoufordi (sic), etc. Cusaiiliœ, Octaviani Salomonii, 1478, in-4, sans chif., récl. ni sign. est faite d'après l'exemplaire Cette rectification que nous croyons unique, de la Bibliolh. impériale de Paris. Le second ouvrage est sans titre; c'est un traité de la sphère en ottava rima de Gregorio Dati, portant de Manfridonia. Cusenciaî, Octavianus Salomonius 1478, in-4 (décrit par Magné de Marolles). Un troisième vol. sans date, mais imprimé par le au xvc siècle, est décrit partout: même imprimeur, dai Qui si tractano le fabule del Exopo transmutate dicto latino in vulgare per M0 Fado Caffarello da Faenza. Per lo egregio maestro Octauiano Salomonius de Manfridoni impressore in la cita de Cosenza; à la fin du registre CusENTiffi. Suivent Canlilenœ Calabriœ Gu tres in obitum Uenrici de Aragonia [Strab., tentia 12 Consent»

355

CONSENTINA PROVINCIA.

CONTREBIA.

356

bcrnaloris,sans date, in-ade47ff.,impr.en gros car.gbth.,sansch., récl.ni paginationHain, 40). I, ( CONSENTINA provincia, Calabria citeriore. AqUjECoNSORCONSORANUM, CONSERANUM, ranorum, ville des Consuarani [Plin.], dans la Gaule Narbonnaise, auj. S. Lazier, dans le Conserans, anc. comté de Gascogne, auj. compris dans le dép. de la Haute-Garonne. Consilinum [Plin., Cassiod.], Consignant), bourg de ta Calabre ultér.
Geo. Constantia Rav., Cell.], [1t. Ant., CONSTANTIA ALEMANICA, GANODURUM (?}, AUGUSTA TURGOIORUM, CONSTANCIA HELVEdans le Pagus TIORUM, ville des Helvètes^ de Zurich), (le canton auj. Tigurinus ville du Constance (Konstanz, Kostnitz), de Bade, sur le lac de grand-duché des anc. Constance palais (Bodensee), ch.-l. du cercle rois de la seconde race, célèbre du lac; concile (1414-1418). Une petite pièce de 8 ff. passe pour être la predans la ville cémière production de la typographie, lèbre où furent condamnés Jean Huss et Jérôme de Pragensis. Epistola de morte Hieronymi Prague Cette épttrc est du Pogge elle est adressée à Léonard Arétin, et datée Constanflcic tertio Kias Iunij Liber Leonardi quo die Hieronim' penas luit. Suit Aretini de duobus [ Amantibus Guiscardo scilicet Et J Sigismunda feliciler finit, in-4, de 8 ff., à 33 lignes ni dépar page, sans aucun signe typographique, signation de lieu ni d'imprimeur. Cette pièce, dont le caractère et l'absence de tous les sisiies typogr. révèlent une assez haute antiquité, à Constance même, ainsi que le est-elle imprimée soutient hardiment M. Libri (Cat. 1862, n»468), qui même indique une édition qui parait postérieure, de 9 fT. à 34 lignes (Hain, n° 13211) ? Voilà ce à déterminer; une qui nous parait très-difficile « Premier livre imprimé à Consnote ainsi conçue mais bien sur un catalogue de vente tance. fait s'il fallait justifier cette assertion, nous croyons qu'il faudrait entrer dans un examen minutieux des types, du papier, des signes, en faire l'objet d'une compade la raison avec les monuments typographiques et de la même époque, bref, se même provenance dont l'aridité à une série de petits travaux livrer est de nature à épouvanter le plus intrépide des catalogographcs. Ainsi, malgré l'affirmation de M. Libri, nous croyons dans la voie qui pouvoir passer outre, et rentrer nous a été tracée par nos devanciers. aussi de côté l'indication que donne Maitlaissant taire d'un opuscule de Florius, de Duobus Amantiimprimé à Constance en bus, Camilli et Emilie, justice, nous arri14S9 assertion dont Panzer fait la voix publique proclame comme vons a 1505, que a fait son apparition où la typographie l'année C. Crispvs Salvstios. dans les murs de Constance: L. Ser. Catitinœ. Constantin, De conjuratione per M. D.v. die xn. junii, in-4. Ce Joannem Schaeffeler. à la première vente de Richard Hevol. rare a figuré ber, sous le n° 6139. Panzer indique un second ouvrage exécuté à Constance en 1519, sans nom d'imprimeur. de Costnitz am Bodensee Le principal imprimeur à la fin du xvie siècle s'appelle Leonhard Straub. CASTRA [AmCONSTANTINA Constantia, Civitas Constantina [Greg. mian.], Constantia anc. Normannoruh, Tur.j, CoSEnl/E, CoSEDICE, CoSTANCA (?), COUS-

tances, Coûtâmes, ville de Normandie (Manche) anc. abb. cle S. Bon.
C'est à l'année 1597 que M. Frère (I, p. 91) fait remonter la typographie à Coutances Benedictionale ecclesiœ et diœcesis Constantiensis. Constantin (Joan. le Cartel impr.), 1597, in-4, imprimé en et noir, musique notée. Ce Jean le Cartel était rouge aussi imprimeur à Avranches. En 1604, nous avons Ilistoire de la fondation de l'église et abbaye du Mont St-Michel, par F. FranConstance (sic), par J. le Cartel, çois Feu-Ardent, 1604, in-8. En 1608, les Antiquités des plus célèbres villes et châteaux de France, par F. Des-Hues, Constances, J. le Cartel, 1608, in-12. par Signalons encore un petit livre rare imprimé par Robert Coquercl, vers 1650: Gilles de St-Joseph, solitaire de l'hermitage de St.-Gerbold, la Trompette de l'Union, in-4 de 21 ff. en vers alexandrins c'est une satire des vices du temps, divisée en 156 quatrains (à l'Arsenal). ville CONSTANTIANA, KavaTavTtavi [Pl'OCOp.], de la Mœsie sur Boulgarie, en infér., auj. Kostendsje, la côte de la mer Noire.

CONSTANTIENSIS LACUS, BODAMICUS LACUS, den le lac de Constance. Bodensee, Constantina, voy. Arelas. VOV. BïZANTIUM.

CONSTANTINOPOLIS,

CONSTANTINUS PAGUS, CONSTANTIENSE TERRIdes anc. deTORIUM, territoire Unelli, le Cotentin, district de la basse puis fait auj. du dép. de Normandie; partie la Manche. COXSUANECONSUANTiE, KGVUGuâvTOU [PtOl.], TES [Plin.], de la Vindélicie; ocpeuple en Bavière cupait partie de. l'isarkrcise, aux environs de Landshut.

Consuarani [Plin.], Consoranni [Not. prov. Gall.], peuple de la Narbonnaise; occupait t'anc. Conserans,comté de la haute Gascogne.
CONTESTANI [Plin.], Kov-Earavoi [Ptol.], le S.-E. de l'Espagne ple habitant de Carthagène. raconaise, province peuTar-

Contiacum, Conteium, Conti, Conty, boui'g de France, sur la Seille au(Somme); trefois titre d'une princip. appartenant à la maison de Bourbon.

Contilianum, Contùjliano, bourg d'Italie, dans la délég. de Spoleto. Miranda Durii, MiContinus!, CONCINUM, randa do Duero, ville de Portugal, sur le Duero (Traz os Montes).
Contra Acincum, VOy. Pessium.

Contra Aginnum [It. Ant., Tab. Peut.], ville des Veromandui, dans la Gaule Belgique, auj. Chauny, ville de France (Aisne); et suiv; Lebeuf, Coudrain, village de Picardie (Somme).
Contrebia Aur. [Liv., ville des Celtiberi,dans Geo. Vict., Rav.], la Tarraconaise,

3S7

CONTRIBUTA.

CORBEJA VETUS.

358

auj. Santaver, suiv. d'Anville; Cuerva, d'après Reichard, près d'Alcala.
CONTRIBUTA [H. Allt.], ville de la B;etique, Torres, pet. ville de Conus FL., la Queugne, affluent du Cher. KovTp-.g&ÙTa [Ptol.], Médina de las auj. l'Estramadura. pet. riv. du Berri,

CONVALLES, Combrailles, âne. district de la basse Auvergne; fait auj. partie du dép. de la Creuse. Convenue[Plin., Itin. Anton.], KuvouEvaî [Str., Ptol.], peuple de la Novempopulanie, au pied des Pyrénées, auj. partie S. du dép. de la Haute-Garonne. 0 ConvenarumLugdunum[Itin. Anton.], CtotVEN.-E [Notit. Gall.] Convenn/e [Gr. COMBANES Clir.l, COMBANENSISURBS, [Frédég.], capit. des Convenœ, St-Bertrand de Cominges, anc. éveché, ville de Fr: (Haute-Garonne).
ville Conventria, Coventranum, Coventry, d'Angleterre (Warwickshire). Voici la note que M. Cotton, dans son Suppl., consacre à l'imprimerie de cette ville « On prétend que fut exercée l'imprimerie à Coventry pendant le xvno siècle; un ouvrage est mentionné dans les Noies and Queries, du 13 avril 1861, Flora nobilissima, qui passe pour avoir été exécuté à Coventry, en 1690 ou 1692. » William Raffen imprimait là en 1730 (Upcott). Dugdale's History of Warwickshire fut imprimée à Coventry, en 1765, un vol. the Coventry Alercury, in-foj. un journal, y fut publié à partir du 16 novembre 1741. Cupersanum ConConveksanuh, [Graé'sse], de la Terra versano, di Bari, bourg du roy. d'Italie. prov. napol. Copaïs I.ACUS [Liv.], Kmwat; Xf(Avïi [Strab., Herod.] Cephissis -h Kïioiooi; x(u.vti lac de Grèce, [Hom., Topolias, PausJ, au S.-E. di d'Orchornène, auj. Lago dans le dioc. de Béotic. Topocjlia,

Bibliothèque impériale nous donne le titre d'une pièce imprimée à la date de 1590, sous la rubrique mais cette pièce est exécutée par l'impriCorbeil meur parisien, qui avait suivi le parlement à Tours l'année précédente, Jamet Meitayer Discours de ce qui s'est passé en l'armée dll lioy, depuis que le duc de Parme s'est ioincl à celle de ses ennemis, iusques au quinziesme de septembre 1590. Corbeil, s. d. (1590) in-8. On ne peut faire remonter à Corbeil l'imprimerie plus haut que la révolution, et voici même une pièce sans date, mais imprimée au commencement de 1798, qui peut nous servir de point de départ Typograex (astis corboliensibus, ocpliia Corbolii instiluta, lava februarii (1Û98) latine, galliceel metrice (auctore J. A. Guiot). Corbolii, typis C. J. Gelé, vergente seculo decimo octavo, in-12. Guiot a publié un grand nombre Joseph-André de pièces relatives à la ville de Corbeil, cbez ce même imprimeur, qui toutes sont à la Bibliothèque impériale. CORACODES PORTUS, KcpaxwSy); Xi[«iv fPtol.], de l'île de Sardaiport de la côte N.-O. chef-lieu de gne, auj. Alghero, Alglier, la province de ce nom. Corax [Liv.] K6pa£ [Strab.], montagne Monte du d'^Etolie, Coraka, près auj. de Lépantc. golfe ville de Corbacum, Corbaciuum, Corbctch, la Hesse-Cassel. en 1678, suiv. Falkenstein; Imprimerie le Catal. des Elzevirs de 1681 (p. 465) nous donne une indication antérieure Zachariœ Victoris dissertatio de exemptionibus imperif, Corbachii, 1G70, in-8. Le livre qu'indique Falkenstein peut Otre Joli. Colneri chronologin et syncrotema hoc papatus, est ex avitis ipsissimis pontificis aliisque veridicis autoribus so/ida demonslratio quod hodicrna Jlomana ecclesia sit apostatica nova et hœrelica, editio novo-ilcrata. 1618, in-8. (Cat. libr. Corbachii, novissime impr.. Amst., 1679, in-4.)

Corhahia Palatium, Corbière, la Corbière, village de Franche-Comté (Doubs); anc. résidence carlovingienne.
Corbaria dans la valus, le Languedoc vallée (Aude). de Corbières,

Copinga, Kôping, ville de Suède, dans l'anc. Westmanie, auj. préfecture de Westcras. Coi'ranitia, Copranitz, bourg de Slavonie, 0 sur la Drave.
Cophinitia, pet. ville Copreinitz,Kaproncza, de la Croatie, sur la riv. du même nom. Copulata phiné VIA, Coublevie, (Isère). bourg du Dau-

Cora, anc. cité des Volsques, auj. Cori, bourg des États pontificaux, près de Velletri.
Corabilium ad Corbonium (Tab. Peut.] SEQUANAM, CORBOLIUM, CoRBOILUM, CORiiellum ville de France Corbeil, [Cell.], de France de la

(Seine-et-Oise). Le tome 1er du Catal. d'histoire

Corbeja ville de vêtus, Corbeia, Corbie, France elle est célèbre (Somme); par son antique abb. de Bénéd. fondée par le roi Clotaire 111, en 060. La hibliotlièquc de cette illustre abbaye était l'une des plus importantes parmi toutes celles que réunissait et conservait religieusement cet ordre lettré nous devons de posséder encore quelquesauquel uns des plus précieux monuments littéraires de l'anelle ne le cédait en importance tiquité qu'à celles du Mont-Cassin et de Saint-Germain-dcs-Prés. Le plus ancien document relatif à cette librairie est un de catalogue du XIe siècle, conservé à la fragment Vaticanc (ms. 520, du fonds de la reine Christine); il fut transcrit et publié, mais avec quelques inexactitudes, par le cardinal Mai. L'un des catalogues au postérieurs mentionne, xmc s., environ 330 volumes, parmi lesquels figurent presque tous les grands classiques latins Cicéron, Térence, Virgile, Tite-Live, Salluste, Lucrèce, Stace, Juvénal, Lucain, Martial, Perse, César, QuinteCurce, Florus, Valère Maxime, le Timée de Platon, mss. de Cicéron on en etc. parmi les nombreux dont voyait trois du célèbre traité de Consolatione, la perte est à jamais regrettable. A partir du xme siècle, des copistes séculiers sont

3S9

CORBEJA NOVA.

CORCYRA.

300

attachés au monastère pour s'occuper régulièrement de la transcription des anciens textes. Après le pillage de cette abbaye au xvne siècle, ce qui restait de ces précieux monuments fut porté à Paris et réuni à la bibliothèque de Saint-Germaindes Près en 1636; il restait encore environ 400 volumes. Ces manuscrits furent compris sans annot. dans le catal. général des mss. de Saint-Germain-desPrés, dressé en 1677 cat. dont Montfaucon a donné l'abrégé. On pouvait croire enfin que ces trésors seraient là en sûreté, et que leurs pérégrinations étaient terminées mais, en 1791, un vol considérable est commis des plus beaux mss. disàSaint-Gerinain-des-Prés;25 et presque tous provenaient de Corbie paraissent, ils furent pour la plupart portés et vendus à l'étranger; on peut encore les admirer aujourd'hui à la biblioth. impériale de l'Ermitage. En août 1794, un incendie dévore une partie du couvent, et quelques-uns des manuscrits sont brûlés, ou fortement endommagés; ce qui restait des mss. de Corbie (375 environ) fut enfin transporté à la Bibl. nationale, cn décembre 1795 et janvier 1796, et forment, avec les mss. de une des plus précieuses secSaint-Germain-des-Prés, tions de l'incomparable collection des mss. de la Bibl. de impériale. (Voy. le tome xxiv des Mémoire» l'Acad. des inscriptions et une excellente monographie que le savant Léopold Delisle a consacrée à l'abbaye de Corbie.) Parmi les grands hommes qu'a produits Corbie, nous citerons Adalard, le conseiller de Charlemagne Wala, confident de Louis le Débonnaire; Eudes, évêque de Beauvais; le ministre de Charles le Chauve, Hincmar;et le moine Jehan de Corbie, l'archevêque appelé par le roi Alfred en Angleterre, pour former les moines d'Abingdon à la lecture et diriger les études chorales.

Corbo, Corbomum, orbon, bourg du PerC che (Orne). On trouve Corbonensis Pagus, le Corbonois.
CORBOILIUM, VOy. CORABILIUM.

CORBUI.ONIS MONUMENTUM, GRONINGA. VOy. Corcagia, Corcavia, Cork, sur les livres irlandais et gaéliques Corcuigh, ville et comté d'Irlancle (Munster).
SI. Cotton avait mentionné dans son premier ouvrage un volume imprimé en 1649, mais dont il ne connaissait qu'une réimpression exécutée à Dublin Certain acts and declaratioits made by tlie ecclcsiastical congregation of archbishops, bishops, aud met at Cionmacnoise, olher prêtâtes on 4th Dec. 1649. Printed at Cork 25th Feb. 1649 (1650), and rein Dublin, by W. B., in-4° de 20 p. Dans printed son second volume, publié seulement à la fin (le La li1866, il donne de nouveaux renseignements. brairie diocésaine de Cashel renferme un spécimen la typographie de Cork, plus ancien que celui qu'il de avait mentionné dans son premier ouvrage c'est un A speech made by placard de l'année 1648, intit. the lord lient, gen. of the kingclom of Ireland to the gênerait assembly ofthe conlederate catholique at the conclusion of the city of Kilkenny, of tlie peace. = Printed ad Corcke, and are to be sold at Roche's. building without South Gâte, 1648. Ware, dans ses «Wrilers of Ireland, » mentionne un Sermon by Dean Worlh, at the funcpreached ral of Richard lioyle, arehbislwp of Tuam, imdans la ville de Cork en 1644. primé Le cat. Stewart (Lond. 1863) contient A déclaration ofthe lord licut. gen. of Ireland for the settlcme?U of theprotetlant religion. imprimé à Cork en 1648. Le premier nom d'imprimeur que l'on trouve dans cette ville est William Smith, mais seulement sur un livre à la date de 1679. Le premier journal de Cork, que l'on connaisse, existait dans cette ville en 1710 c'était une seule page, in-4°, publiée sous le titre de the Freeholder ce journal fut suivi d'une nouvelle feuille, in-fol., en 1725. appelée the Cork Newsletter, M. Windele a consacré à la ville de Cork une mofort curieuse, nographie publiée en' 1848, sous le titre Notices ofCork and its vicinity, in-12. Courcelles, Corcelles; Corcell.'ë, plusieurs localités de ce nom en France.: nous ne citerons que Courcelles-lez-Semur, de Bourgogne village (Côte-d'Or). Nous trouvons au catal. Secousse (n° 2009) une édition des Mémoires de Guillaume de Saulx, scigneur de Tavannes, désignée sous la rubrique 1597, in-4. Ce serait le une édition inCourcelles, connue et non citée de ces mémoires qui auraient été publiés pour la seconde fois avec ceux de Gaspar de Saulx, maréchal de France. (Voy. Lugny.) CORCONIANA [ltin. localité de SiAnton.], de Girgenti cile, auj. Naro, sur la route à Catane (Forbiger].

CORBEJA Nova, Corbeia Saxonica, Corvey, bourg et anc. abb. de Westphalie, de l'ordre de Saint Benoît, dans la régence de Minden.
C'est dans la librairie de cette abbaye que furent retrouvés les cinq premiers livres des Annales de Taon en doit la transcription et la publication au cite pape Léon X, qui s'empressa de faire l'acquisition du commencer l'immanuscrit, et en fit immédiatement de Philippe Beroalde, pression, sous la surveillance ;» qui il adressa une bulle spéciale, datée de lloine, 151(1 l'imprimeur fut un Lorrain Magister Stepltanus Guillereli de Lotharingia. CoRBELlUM, VOy. CORABILIUM.

CORBENIACUM, CORBIMACUM, VICUS S. MaRou St-Marcoulf, Corbeni de c.olfi, bourg dans le dioc. de Rheims Picardie, célèbre de Bénédicprieuré (Marne) tins. N'est-ce des pas là le Cokbenacum l'on trouve traduit que Mérovingiens, dans les Gr. Chron. terre par Carbonat, de Carbone, et où les barons de France à Charlemagne rendirent hommage ? localité de la CORBILO, KcpSiXrâv [Strab.], Gaule sur la Loire, Lyonnaise, auj. de la Loire-Inférieure. Coueron, bourg CORBINIACUM Nivernense ville de Léonard, pet. anc. abb. de Bénédictins. StCorbigny Fr. (Nièvre); ville liai.], Carboauj.

Corbio [Liv.], KopSuàv [Dion. des A^qui, dans le Latium, niano.

CORCYRA [Plin., Mêla], Kdpxupa,Ks'pxupa [Hérod., Thuc., Xén./Ptol., etc.] Schéma, Sxspfo [Hom., Od.J, Drepane [Plin.], PlLEACIA Apsirâv», vïÎjoç [Tibul.], «taiiixuv î [Hom.], ri vïiuo;tûv Oaioéxuv, le de la mer Ionienne, sur la côte de l'Épire, auj. Corfu, Corfou, l'une des sept îles Ioniennes, la principale et la plus septentrionale fait partie du royaume de Grèce.

361

CORCYRA.

CORINTHIACUS ISTHMUS.

3G2

CORCYRA [Plin.] PMACUM URBS, <Jiaiïi*uv iroXt; de l'île [Hom.], Corfu, capitale située au N.-E., évèehc archev. grec, université. catholique; Bien que l'Ile de Corfou ait appartenu à laTurquie, à la fin du siècle dernier, c'est cependant à cette époque que nous ferons remonter l'introduction de la tradolti dal latino et dal typographie Epigrammi da Antonio T. Pieri, (rancese lat., gall. et ilal. Corfu, 1799, in-8. (Ilaym.) M. Ternaux cite un Essai sur l'état de la civilisation des Pliëacicns, imprimé à Corcyre en 1811, in-ft, en grec moderne, avec le français en regard. En 1818, les premiers journaux grecs furent publiés à Corfou, imprimés par l'ordre du gouvernement anglais, et par les presses du gouverneur; ils étaient composés en italien et en grec moderne. En 1822, sur la demande de M. Pétridès, de Corfou, un matériel de typographie complet fut expédié de Paris à Corfou, par la maison Didot. cette époque un missionnaire Depuis anglais, M. Lowndes, y lit imprimer une traduction albanaise de la Bible, qu'il supposait (à tort) être le premier livre imprimé dans cette langue.

ne datait en cette ville que de l'année L'imprimerie 1585, suiv. Falkenstein et Cotton; mais les nouveaux travaux de M. Gallardo nous permettent de la l'iire remonter au xve siècle Este, es el quaderno de las leyes nueuas et la hermâdad II del Rey dela he (~chas lleyna nros senores p por su müdado en la junta gênerai en tordelaguna notificadas el delnascimièlo del nro saluador Jesu Cliristo a\\iio de mill oiquulrocientos p ochenta pseysanos. A la fin Dada en la muy noble ctudad de Co'rdoua â siete dias del mes de Julio. Ano del nascimiento del nuestro Senor Jesu Christo de mill e e ochenta e seys anos. Yo el Rey. quatrocientos Yo la Jleyna'. Yo Diego de Santander, seerctario del lley y de la Reyna nuestros seiiores, la flze escreuir por su mandado. Doctor. -Fillodericus, nis. Deo gratias. ln-fol., goili., de 8 ff., à 1. 1., sans aucune autre ne nous permet indication, ce qui malheureusement pas d'affirmer que cette pièce rare et précieuse ait été réellement imprimée à Cordoue, mais nous autorise néanmoins à le supposer. Grenade, qui ne fut reconquise sur les Arabes qu'en 1M2, eut une on imprimerie presque aussitôt après la conquête; doit admettre que Cordoue, qui depuis plus de deux

CoucyhaNiora [Plin., Mêla],Ks'pxupa. [Str.], r. ILLY- Cohfinium [C;gs., Cic.], -n Kcpcpi-ncv [Strab., Kipxupa (xs'Xatva [Ptol.], CORCYRA île de l'Adriatique, sur la côte illyrijE, CORFINIENSIS RESPIJRLICA [OrCllij, PtOl.], Italicum rienne, auj. Cuzzola, Karkar (en esclaITALICA, 'iiaXirnî [Strab.l, [Vell. von) dépend du cercle de Raguse. ville de la Sabine, Pelino, Pat.], auj. 'dans l'Abruzze citér. CORDA, Ko'pJa [Ptol.], localité du N. de la Britannia Romana, auj., suiv. Cam- Coma. den, Old-Cumnock, bourg d'Ecosse Lieu d'impression supposé voyez la note biblio. graphique que nous avons donnée à ce sujet au (comté de Dumfries). mot Cauiiium. Coudona [Cell.], ville des Lacetani, dans la Tarrac., auj. Cordon, en Catalogne. Coriacum, Coray, commune de Bretagne, dans le canton de Rosporden (FinisCoitnujfi,Cordes, ville de Fr. (Tarn). tère). COIIDUBA Plin., Mêla], K&pSuêïifPo[Cic, CORIALLUM, CORIALLO, VOy. CjÊSAIUS BURGUS. lyh., Strab., Ptol.], Colonia Patricia ville du S. Cordubensis [Inscr.ap. Crut.], PATRICIA Cohidorgis, KoptScp-ffç [Ptol.], de la Germanie, suiv. auj., Rcicbard, [Plin.], ville de l'Hispania Btetica, auj. ville du de Cordova, Cordoba,Cordoue, sur le GuaChrudim, roy. Bohème, ch.-lieu d'un cercle. dalquivir, ville d'Andalousie, capit. de l'intendance du même nom; patrie Corinium Du[Geo. Rav.], Kcpfviov [Ptol.], des deux Sénèque, de Lucain, d'AviHocoRxoyiUM ville des [Itin. Anton.] cenne et d'Averrhoès. ào&uwoî la Bredans Oobunni, [Ptol.],
Ciromaine, tagne depuis Circestria, ville Circester, Cirencester, cesfer anc. d'Angleterre (Gloucestershire) abb. de Cit., fondée lor. par Henri fut exercée dans cette ville à partir. L'imprimerie de l'année 1720; un livre fort important v fut publié en 1779 Sam. Iiudder's New History of Gloucestershire, the Topography, contprising Antiquities, Curiosities. Produce, Trade, and Manufactures of thaï County. Cirencester, 1779, in-foL, map and 17 plates. Le Supplément du D' Cotton nous apprend que Sam. Rudder fut lui-mime de cet uul'imprimeur /lisvrage, ainsi probablement que du suivant and antiquities tory of the city ofGloucester, par le même; Cirencester. 1781, in-8, with a view of Gloucester infirraary, by T. Bonnor. CORINIUM [Plin.], ville d'11Kopfviov [Ptol.], Carin, de Ualmatie. lyrie, auj. bourg CoRiNTtiiAcus Istomus [Plin., Liv., Ovid.],

la couronne d'Espagne, avaitdu siècles appartenait jouir plus tôt des bénéfices de la nouvelle découverte. Si notre hypothèse n'est pointadmise, ce qui pourrait bien arriver, il nous faut de toute nécessité franchir un long intervalle, et ce n'est qu'en 1566quenous pouvons, avec Antonio, faireremonter l'imprimerie: Fr. Viccnle Mexia, dell'orden de S. Domingo, saludable inslruccion del estado del matrinionio y la obligacion que ticnenlosCasados, Cordubœ, 1560, in-4 puis nous arrivons à l'année 1577, époque a laquelle nous trouvons à Cordoue le premier nom d'un imprimeur l'cnlade'Êa sobre un relacion martii-io que dieron los Turcos, ertemigos de nuestra sanla fee calolica en Constantinopla « un devoto fraile de la orden de San Francisco tlamado fray Gonzalo lj)bo. Impreso con licencia en Cordoba por Juan Baptista; ano 1577, in-4, à 1. lignes, avec fig. gravées sur bois. En 1601 une imprimerie existait à particulière Cordoue, en et convenlo de San l'ablo, de la orden de sanlo Domingo, et le chef de cette imprimerie, qui exerçait avec privilège du Hoi, s'appelait Andres Barrera. L'un des principaux imprimeurs de Valladolid au xvie s. était de Cordoue; il s'appelait Francisco Fernandez de Cordoba, impresor junlo à las Fscitelas mayores.

303

CORINTHIACUS SINUS.

CORMICIACUM.

304

l'Isthme 'i«6|j.ôî KcpMcu [Strab., Pind.], de terre de Corinthe, langue qui relie la Slorée au reste de la Grèce, baignée de dans l'O. par le golfe et Lépante, dans l'E. par le golfe d'Athènes. CoRINTHIACUS SINUS [Plin., Liv.], KoptvOiaueô; xo'x-ttc; [Ptol.], le golfe Corinthiaque, auj. golfo di Lepanto. CoRi-N'Tiius [Pli n., Cic., etc.], K¿p\V6~; [Pind., r, ™X' râv Herod., Thuc, Ptol., etc.], anc. Epiiïra KopOiav pzfakn [Strab.], COLOKIA LAtJS JULIA, CORINTHUS, [Plin.], Korinthos (en Cordos Corinthe, grec), ville de Grèce, chefCorinthe, (en turc), lieu dn dioc. de ce nom. En 1822, on publiait dans cette ville un journal imprimé en grec moderne, la Trompette hellénique. Comoi.1 [Liv., Plin., Flor.], Koçîoxxa [Dion. in tûv KofioXâvwv 1:0X15 [Plut.], Halyc.J, des trente villes ville des Volsci, l'une fédérales dont on voit les ruilatines, nes sur le monte au S.-E. de Giove, Rome. Coriolum ville d'Italie Calabri. (Calabria [Bisch. (terra et Môll.], d'Otranto). Co-

Coriolanl-m, rigliano, Cdkioi.anl'm d'Italie

Corigliano, citer.).

ville

Allienne et portant, ainsi que le précédent d Quimen sa boutique, 1033, in-16. percorentin De ce petit livre rare, M. Brunet indique une première édition de 1626 que nous ne connaissons pas, mais la nôtre porte un privilège à George Allienne, et libraire demeurant à Morqualifié d'Imprimeur laix, daté du 20 janvier 1631, et au bas achevé d'imprimer Iel5 de mars 1633, pour ta première fois. En 1659 nous trouvons à Quimper un nouvel imprimeur du nom de Hardouyn Le sacré collége de Jésus, où l'on enseigne en langue armorique les avec trois clefs pour y entrer leçons chrétiennes, un dictionnaire, une grammaire et une syntaxe en la mesme langue, par le P. Julien If aunoir. Quimpcr-Corenlin, Hardouyn; 1659, in-8. A la fin du siècle, plusieurs imprimeries rivales s'établissent Romain Malassis, de la famille des. fonde un établissement Malassisd'Alençpn, typographique simultané à Brest et à Quimper; un certain Gauthier Buitingh, qui se qualifie (l'imprimeur du Diocèse et Collége; et enfin Jean Périer, mort seulement en f733. Les arrêts de 170a et de 1739 n'autorisent qu'un imprimeur dans la ville de Quimper, et le rapport fait à M. de Sartines en 1764, dit:Quimper, Simon-Marie Périer ou Perrier, seul imprimeur et libraire, a succédé à son père Jean, le 31 août 1733 possède trois presses qui sont en bon état. Ajoutons à cet article que des heures à l'usage de Quimper ont été trouvées par M. Tross, et par lui cédées à M. Didot ces heures sont sans titre, mais au bas du 1er feuillet de chaque cahier on lit en guise de signature Corisop. et au bas du Lxve f. des SuffraFesta immobilia in curia officiagia sunclorum lattis Corisopitemis observata. Ce volume est bien décrit dans le nouveau Manuel de M. Brunet à la col. 1685 du tom. V. Coriovallum Coriovaujum [Itin. Anton.], ville de la Gaule Belgique, [Tab. Peut.], croit être la môme localité que Cluvier Falconis Falque Faixoburgum, honS, kemberg, pet. ville du Limbourg belge; suiv. d'autres géographes Faulquemont, de Fr. (Moselle). bourg

du N.-E. Coriondi, Kojik5vSoi [Ptol.], peuple au N. des de l'Hibernia, Brigantes; le comté de Cork, en Irlande. occupait Coiîiosopiti [C;es.], suf.utes [Not. imper.] Coriosopites [Mot. [Plin.], peuple les Osismii Lyon. 111, entre du dép. partie occupait Curiosolim: CurioGall.], de la Gaule et les Veneti du Finistère.

Curiosoij[Not. civ. Gall.], At.auna [Itin. Anton.] (?), Cricornu ville des CorioGalij.«, sopiti, auj. Kemp<ir, Quimper, } QuimperCorentin la révolution (pend. Montagneville de Fr. (Finistère). sur-Odet), Un libraire de?iOuen,George Allienne, fonde un établissement 1 ypographique à Morlaix vers 1620, et presque aussitôt monte une succursale, ou tout au moins un dépôt de librairie, à Quimper; le premier livre, nom de cette dernière ville sur le litre, est portant daté de 1633, et ce sont les Notices chronologiques de la Bretagne, de Miorcec de Kerdanet (Brest, 1818, Noneetein-8), qui nous donnent ce renseignement clator commitnium rerum propria nomina Gallico Idiomate indicans multo quàm anteà brevior et auctore Hadviano cmendatior, Julio, medico, in Soc. Jesu. En eeste edition a usum studiosorum ta langue bretonne, esté adiouslée correspondante à la latine et française, par maistre Guillaume Qvi. de Bosco (f, en loueur de MM. les escoliers quier, et Vanes, à Mordes colleges de Quimpercorenlin et libraire laix, chez George Allienne, imprimeur et à Quimper. juré à Rouen, au Palmier couronne; en sa boutique, 1033, in-24. corentin, De ce mtoe Guillaume Quiquier te Moscovite nous et Colloques Françoispossédons un Dictionnaire Bretons, également imprimé à Morlaix chez George Coriosopitum MAGUS, sopitum

Coritavi, KopiTouoî [Ptol.], peuple de la Britannia Romana; occupait presque entiers les comtés de Nottingham et de ZD Lincoln [Forbiger].
CORITI ARX, VOy. CORTONA. CORIUM, Kopiov Crète, auj. sur Candie, Corlinum, rég. de Corma, localité [Steph.], Korna, Kurna, un lac du môme ville de du Prusse, Maine de l'île de de

bourg nom. dans

Côrlin, Côslin.

la

Cormes,

bourg

(Sarthe).

CoRHARicuM

Prud. Corme[Ann. Trec.], riacum, Cormery, pet. ville de Touraine, sur l'Indre anc. abb. (Indre-et-Loire); de Bcnéd., fondée en 780.

Cormelia, CormeilkSj bourg de Normandie (Eure); abb. de Bénéd. fondée en 1060.
CORMELIA in PAGO Parisiaco, Cormeilles-ende l'Ile-de-France Parisis, bourg (Seineet-Oise). Cormiciacum, (Marne). Cormicy, bourg de France ·

3C5

CORMONES.

CORRERIA.

366

la Gaule Lyonnaise, S.-Ouen, bourg de CORMONES [Paul- Warnefr.], localité de la Gaule Transpadane, Cormons, bourg Champagne (Marne), suiv. Bisch. et Môller. dans le cercle de Gôrz [Celd'Myrie, lar.J. COROCOTINUM, Carocotinum. voy. CORNABII, Kopvàëici[Ptol.], Kofvâëuci, peuCorone, riv. du Milanais, affl. Corona, ple de la Calédonie, occup. le comté de du Po. · Caithness. Corona, la Couronne, bourg de l'AngoùCornacates, peuple de la Pannonie infér., mois (Charente); anc. abb. d'Augushabitant les environs de Cornacum. tins. Cornacum fltin. Anton., Tab. Peut.J, Kop- Corona, Voy. Bkassovia. vaxov [Plol.] ville de la Pannonie Coron^iiurgum, Krouenburg Kronborg, infér., entre la Drave et la Save, auj., place forte de Danemarck (Seeland). suiv. Rcichard, Vukovar, et suiv. Mandans la basse Hongrie. Corone [Plin., Liv.], Kopww [Strab. nert, DM, Ptol.], ville de Messénie, auj. Petalidhi, Corna vu, Kepvaûisi [Ptol.], peuple de la suiv. Pouqueville et Boblaye. Britannia Romana; occupait le comté CORONEA de Chester. [Liv., Plin.], Kopmvtta[Hom., Strab., etc.], ville de la Béotie, dans Wimpina [Luen.], Wimpfen, Cornelia, l'O. du lac Copaïs, auj. Conneria, dans ville hessoisc de la prov. de Starkenle dioc. de Livadia, suiv. Graësse. burg. Coronia [Cell., Luen.], Landskrona, ville Cornelianum, Corneillan, bourg de l'Arforte de Suède, sur le Sund, près de magnac (Landes). Malmoë. Corniculum [Plin., Liv.], KopvixoXov [Dion.], de l'IUyric Corragus localité grec[Liv.], KspvixXo; Stcph.], ville des Sabini, dans [ suiv: chat, que, auj. Kmina, Reichard, le Latium, sur une montagne au N. de de la Dalmatie. Monticelli, au pied du monte Tibur, auj. ville du Modénat Gennaro ('?). Corregio, Corregium, d'Antonio (Italie) patrie Allegri. de la basse HonCoknicum, Korom, bourg Nous pouvons faire remonter l'imprimerie dans grie, au confluent du Danube et de la cette petite ville à l'année 15M Delle private rapTheiss. trattato di Ilinaldo Corso, dotlor di pacifteazioni, In Correggio, 155ft, in-4, Lcggi, con le Allegazioni. Cornilianum, Cornigliano, bourg de Sarde 94 p. au même lieu, et le l'année suivante daigne, prov. de Gènes. Réimprimé catal. des frères Volpi qui indique cette seconde édiCORNWAI.UA [Cell.l, CORNUAUS, tion ajoute « Uno de' pochissimi esemplari fatli COHNUBIA, Dumnoniohum regio [Cell.J en saxon da un gran caualiere italiano, per esser ristampare (Uvenulo introvabile • l'originale. Cornweallas, Comwall, Cornouailles, cap Du même auteur, nous avons encore Vita dlGi-iet comté d'Angleterre, au S.-O. berto Terzo di Correggio, detw il defensore, colla vita di Veronica Gambara; e gli onori délia casa Cornubium, la Cornouaille, bourg de l'Anrecitati net carnevale del M. n. uni; di'Correggio, con due capitoli in Iode delle donne Correggesi di jou (Maine-et-Loire). R. C. (lUnaldo-Corso), Correggio, 1566, in-8; la seAf) conde CaSTRUSI OVUM N CORNUETiJM, CûRNETUAl, à Ancône. partie avait été d'abord imprimée Mahtam, Corneto, ville du territoire de la Correria, la Correrie, imprimerie pontifical, délég. de Viterbe. Grande de Grenoble Chartreuse, près la CORNU Galu*, QUERNOU.ULLES S.), (xme (Isère). province de Cornouailles, en basse Bredela Grande Chartreuse, écrivent en L'imprimerie de1779 D. Robinet, général de l'ordre, et en 1787, tagne, territ. des anc. Curiosopiti D. Nicolas, Chartreux de Paris, a été établie par le puis formait le dioc.de Quimper, qu'on Il. P. D. le Masson, un des généraux de l'ordre, vers appelait aussi l'évèché de Cornouailles. l'an 1680, à l'occasion de quelques changementsqu'il fit dans l'ordre et qui donnèrent lieu à quelques moCORNUS[Liv.J, Krfpvo;[Ptol.], Corni, [Itin. difications liturgiques: il fit venirdeGrenobleau couanc. cap. de l'île de SardaiAnton.], vent André Galle, imprimeur, qui fut chargé de fourle matériel typographique, dans la prov. de Sasnir et d'organiser et digne, auj. Corneto, mais les rigea l'impression des premiers produits; sari. incendies successifs qui ont désolé ce monastère lui ont fait perdre presque tous ses titres et nombre de suiv. le P. Dom. Magnan. Cornutius, il ne possi>de que des lettres parichesses littéraires; [Dict. géogr. de la France], c'est Sttentes renouvelées de temps en temps jusqu'en 1757; de Bretagne ville de faire imprimer Aubin-du-Cormier, ces lettres patentes permettent tous les livres d'église à l'usage de l'ordre dans le lieu (Ille-et-Vilaine). le plus commode et le plus proche de la maison des Chartreux, depuis, s'étant aperçu qu'il leur en coûCohouilium, localité des Catalauni, dans

367

CORSICA.

COSETANI.

368

tait beaucoup plus de faire imprimer par eux-mûet mes que (le recourir aux imprimeurs ordinaires, livres étaient moins satisfaisants sous le que leurs la maison renonça, vers 1760, rapport de l'exécution, à faire usage de ses propres caracières, et s'adressa aux presses de Faure, typographe de Grenoble. Le plus ancien produit de l'imprimerie de la Correrie est daté de 1681 Xoiia Collectio statutorum ordinis Carlttsfensis. Correriœ, 1681, in-8. C'est un livre fort rare que possédait Baluze et la bibliothèà la révolution que de Grenoble, qui s'est enrichie des dépouilles de la Grande Chartreuse, conserve cet ouvrage, qui pourrait être rendu au couvent. Nous citerons encore de quelqucs Explication endroits des anciens statuts de l'ordre des Chararec des êclaircissemens donnez sur le sutreux, et jet d'un libelle qui a été composé contre l'ordre qui s'est divulgué secretlemenl (par Dom le Masson). La Correrie, par André Galle, imprimeur de Grenoble, 1683, in-Ii. En 1687, un nouvel imprimeur, Fremon, préside à de la Correric c'est lui qui donne les l'imprimerie Annales de l'ordre, publiées en latin par le même Dom Innocent le Masson, in-fol.; un autre général, imprimeur de la Correrie, vers la fin du xvne siècle, s'appelait Laurent Gilbert. de l'ordre des CharLes anciens livres liturgiques treux avaient été imprimés les Statuta et Privilégia à Bâle, en 1510, goth.; jusque-là l'ordre ne s'était servi que de manuscrits un Alisscl à Paris, en 1520, réimpr. également à Paris en 15I|1; en 1582, à Paris, une nouvelle édition des Statuts; en 1585, de l'ordre, a Lyon; l'unique édition des Iloméliaires en1588, une édition des Hymnes àson usage, à Grenoble, etc.

Haymcite plusieursouvragesdeJ. Lauro Romano, de Dom.Tartagliniet de Nie. Mannozzi, consacrés à la descriptionde Cortona,niais aucun n'est imprimé dans cette ville; nous ne trouvons trace d'une typographie locale dans aucun catalogue italien le nom de Cortonan'est signalépar aucun des bibliographes spéciaux,et toutes nos recherchespour découvrir une imprimerie antérieure au xixo siècle sont demeurées infructueuses. CORTYNA, VOy. GORTYNA. Corvantiana VALLIS, Chunoaldm, district du canton des Grisons (Suisse), dans lequel était un monastère de saint BeOU MOnoit, CURIOVALLIS CORVANTIENSE nasterium, «66. de Ghunoalden. CORYCUS, ràpu/.c; [Ptol.], ville de Crète, K près du cap du mème nom, auj, Cor nico, près du CAPOGrabusa (Candie). CORYTHUS, voy. CORTONA.

Cosa [Tab. Peut.], localité de la Gaule Aquitaine, auj., suiv. d'Anville, Cos, sur l'Aveyron, et suiv. Ukert, Catessade, ville de Fr. (Tarn-ct-Garonne). CosA [Cic, Virg., Tac., etc.], Ko'aoat Cossa Volscientium [Plin.|, [Strab.], Colo.nia Jiilia Cossa, ville des Volscientes sur la côte d'Etrurie, avec un port Corsica Ko'foixa [Strab.], [Virg., Liv., Tac.], nommé PORTUS Cosanus [Liv.]; aurait Koupaixii Kopaixn [Ptol.], [Dion.], Kopaî; Cyknus existé, suiv. quelques géographes, en[Procop.], [Plin.], Kûsvo; [Str.], la Méditertre autres Mommsen, au-dessus d'OrbiVile de Corse, Corsica, dans ranée. tello, ville de Toscane, près de Sienne, à la place qu'occupe auj. Ansedonia; CORSILIANLM, CORSIAXUM, PlENTIA, PieilZCl, d'autres géographes voient dans Cosa ville d'Italie (prov. de Siena). la ville d'Orbitello elle-mème. (Voy. Morstorpitum Coksopitum [Itin. Anton.], Orbitellum.) the Tine, ville fCell.], Corbridge upon du Northumberland, ou Morpeth, dans COSA,voy. Cassaxum.
le même suiv. Camden. comté, CORSORA, VOy. CRUCISORA. COURTENAYUM CûRTENACUM, CORTINIACUM, xnie de Fr. (au s.), Courtenay, bourg célèbre de ce (Loiret); par la famille dont la branche aînée monta sur nom, le trône des Constantin. CORTRACUM [ClllV.], CoRTOCoRTERIACUM, riacuh [Not. imper.], Courtray, Cortryck, ville forte de Belgique (Flandre occid.). Falkenstein porte à 1626 la date de l'introduction de la typographie dans cette ville; et M. de lieiffeinà l'aimée suivante, 1627; mais il berg, seulement nous donne le nom du premier imprimeur, Jean Van Ghemmert. Corticata, gana, Cortona ville bourg de la Bétique, d'Andalousie. auj. Corte-

Cosaniim [Cic. AU.] Fasum S. Stepiiani [Coll.], San Stepltano, pet. ville sur la côte de Toscane. CosnuNo VILLA, oudun, village près ComC piègne (Oise); anc. villa niérov. Cosedijë [Itin. Anton.] Cosedia [Tab. Peut.], ville de la Britannia minor, sur l'emplacement de 'laquelle on n'est pas les uns veulent que ce soit en d'accord Normandie; mais d'autres, et Sprùner dans son nouvel atlas est du nombre, placent cette localité en Bretagne, peutètre à Carhaix (Finistère), ce qui serait d'accord avec l'opinion d'Ukert. K COSELIA, osel, Kozle, bourg et chât. de Prusse, dans la rég. de Oppeln. COSENTIA, VOy. CONSENTIA. COSETANI [Plin.], Kocrr,-xvc!fPtol.], CûSIoctani, peuple de l'Espagne Tarrac. cupait une partie de la Catalogne au N. de l'Ebre.

[Liv., Virg., etc.], Ko'pruva [Ptol.], CûRITI ARX KooTtov, Koâupvia [Polyb.], Corytiius ville d'E[Sil. Ital.], [Virg.], lac de Trasimène, trurie, près du auj. ville.de Cortona, Cortone, Toscane (prov. de Florence).

369
Cosfeuha, phalic

COSFELDIA.

COVELIACiE.

370 0

ville de WestCoesfeld, Kosfeld, de Munster). (rég. mais Vogt en 1712, suiv. Falkenstein; Imprimerie ab Joliannis (Catal. libr. rar. p. 26) nous donne Coloniensis armétropolitaine Alpcn, ccclesiarum clevila et rébus gestis Cliristoclndinconimajoris, monastcBernhardi, episcopi et principis phori riensis, decas. Pars I. Coesfeldiœ, typis Andr. Hermanni Wemmeyeri, 1694, in-8; la seconde partie fut imprimée à Munster, en 1703, également in-8. Les Acta eruditorum de 1703 (p. 425), louant le mérite de ce livre, en déplorent l'extrême rareté: ita « Illud dolendnm, libri egregii exemplaria omnino disparuisse, ut difficulter brevi tempore et ne vix quiitem comparari possint. • Cosliniensis en Prusse. comitatus, régence de Kôslin,

foreign Bible Society nous apprend qu'un Ancien Testament en langue illyrienne ou windique y fut imprimé en 1796, sous la rubrique Cottbtts, d'après l'anc. traduction de George le Dalmate le renseimais M. Tergnement est reproduit par Falkenstein naux nous donne une date antérieure Anweisung in Chrislentlwm. Cotbus, 172'J, in-8, filrdiejugend et M. Cotton dit qu'un Nouveau Testament en langue wendique y fut exécuté l'aunée précédente 1728, et réimprimé en 1759 et en 1775. COTUA, COTHENA, CoTIIENUM AnHALTINOIWM, Koethen, eh.-l. de la princip. Côthen, au-S.-O. de Dessau. d'Anhalt-Côthen, en 1621, et nous avons à cette date Imprimerie un grand nombre de livres imprimés, parmi lesquels nous citerons en première ligne Kitlerliche Thaten dess vnmderseltzamen Abenthewers Dos kiZU TeulSCll CHOTE DE LA JIANTSCHA, JWICkcr nuss l'ieckenland, miss Spnnisclier Zivurckflachens in die Teutsclm ubcrselzet. Cothonis (sic) spracli Anhaltinorum, 1621, in-8. Une autre traduction, d'un poète français cette fois: La seconde Semaine déduit, de Salusle seivon du Jiartas. Die and£rc Woche Ifitlielms gneur Salusle Herrn zu Bartas, etc. Cothenis Anlialt., in-4. 1621, Un livre français Dialogues pour l'usage deceux à Cotben, quiapprencnl [Sic) la tangue françoise, en principauté u'Anhalt, 1621, in-8. Un rare volume en syriaque iXovum Testnmenlum Syriacurn^ Cothenis, 1621, in-4, publié par Martin Trust, qui deux ans après fait imprimer dans la même ville son Lcxicon Syriacum.

Kôslin, ville de Prusse, chcf-1. CosLLNusi, de la régence de ce nom, en Poméranie.
ville de Pologne, Koimin, Cosminecum-, dans le palatinat de Kalisch (oppidum in Palat. Poloniœ Calissiensi). majoris de l'imprimerie ne fait pas mention Wengierski a Kosmin, mais J. D. Hoffmann (typogr. Poloniœ) nous dit que les frères Confesseurs de Bohême eurent dans cette ville un établissement typographique au xvie siècle, et que là fut traduit du bohémien en De cultu dipolonais et imprimé le traité suivant nino christianonitn, id est Ksiazki te sa o prawterazz czesdzhvem nabozenstwie clirzescianskiem kicli na polskie przepisane a ivydrukowane wKoza. 1561, die XI sept. in-8. Peu d'années minku, après, la ville ayant changé de maitre, l'établissement des frères Confesseurs bohémiens cessa d'exister. Cossiacum, (Mayenne). COSSIO, Cossé-le-Vivien, Vasatum. bourg de Fr.

Cossium,

voy.

Cotia silva, forêt de Cuise, qui couvrait une partie des dép. de l'Oise et de l'Aisne, et dont subsistent encore deux fragments, la forêt dé Comiriègne,et la forêt de Villers-Cotterets. Cotignacum, Cotignac,bourg de Provence (Var); anc. baronnie.
Cotinussa ins. Erytiiiuîa [Fest. Avien.], Tartessus Apiiiiodisias (Solin.], [Plin.], ile de la côte 0. de la Bétique, [Mêla], ile de Léon, sur la côte de S.-O. auj. la ville de Cadix'est située l'Espagne à l'extrémité N. de l'ile. Crouy-enThelle, bourg de Fr.

Costa Andhe.e, la côte St-André, pet. ville de Fr. (Isère). Costa BalenjE [Itin. Anton.], Costa Beli.ene [Tab. Peut.], Costa Ballenis [Geo. Kav.], localité de Ligurie, auj. Torre di Larma, près de Poggio,-suiv. Reichard. COSTNITSIUM, CONSTANTIA. VOy.
COSTHINUM [ClUV.], CUSTRINUM, CùsMn, forte de la Prusse, dans Kùstnn, place la régence de Francfort, au conflucnt de la Wartlia et de i'0der. en 1709, suiv. Falkenstein et Cotton; Imprimerie m