Vous êtes sur la page 1sur 20
Les Juifs, rois de l'époque, histoire de la féodalité financière . (Signé : J.) Source
Les Juifs, rois de l'époque, histoire de la féodalité financière . (Signé : J.) Source

Les Juifs, rois de l'époque, histoire de la féodalité financière . (Signé : J.)

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Toussenel, Alphonse (1803-1885). Les Juifs, rois de l'époque, histoire de la féodalité financière . (Signé
Toussenel, Alphonse (1803-1885). Les Juifs, rois de l'époque, histoire de la féodalité financière . (Signé

Toussenel, Alphonse (1803-1885). Les Juifs, rois de l'époque, histoire de la féodalité financière . (Signé : J.). 1846.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

LESJUIFS,

ROIS

DE

L'ÉPOQUE.

HistoiredelaFéodalitéFinancière

Chez M.lle

(EXTRAITS DU BRETON

PRIX

:

15

« Les financiers

soutiennent

l'État,

comme

la

corde

soutient

le pendu.

MONTESQUIEU.

DES 19 ET 20 AOÛT 1846.)

centimes.

SETROUVEANANTES:

DAUVIN, M. GUÉRAUD et M. SEBIRE, libraires.

1846.

»

LES

ROIS

JUIFS,

DE

L'ÉPOQUE.

*

HISTOIRE DE LA

Par

A.

FÉODALITÉ FINANCIÈRE.

TOUSSENEL.

Avec

cette épigraphe

prise

dans Montesquieu

:

te Les financiers

comme la

corde

soutiennent

l'État,

soutient

le

pendu.

»

I.

Encore

le livre

de M.

Toussenel

, direz-vous

mais

il

y

ou-

ou-

,

de cet

a près

vrage

voulez

d'un

an que le Breton

nous a entretenus

d'autre

: c'est une vieillerie.

que nous vous

Parlez-nous

si vous

chose,

lisions.

Vous auriez

raison

Il

de parler

faut

ainsi

s'il

de l'une a

il

y

vite,

plus

ou

s'agissait étions inondés

bien

de ces brochures

politiques dix ans, et qui heureusement commencent à devenir

rares

dont nous

lire

aujourd'hui.

ces écrits-là

mieux

d'en

encore ne pas les lire

lorsque

été

l'intrigue

publiés

Toussenel

du tout;

mais

parler

parlementaire

et

haute

laquelle

ils ont

Le livre

de M.

est accomplie

a une plus

il

serait ridicule

à l'occasion

de

par suite oubliée. portée ; lorsqu'il

parut, quelques personnes n'y virent qu'un pamphlet élo-

*

Chez M.lle

Dauvin

, rue Crébillon.

— Prix

:

5 francs.

_

4

mais

il

son

est impossible

auteur

Les

;

faits

et ils

ont

aujourd'hui

de ne pas recon- et

très-justes les finan-

quent,

naître

sur la société.

ciers

de

maintenant

cation.

nouveau

chez

des

ont marché

vues

profondes

vite

on

a vu

;

justifié

à l'oeuvre

tellement

les prévisions

présente

de sa publi-

M.

Toussenel,

bien

Ne

soyez

votre

que là lecture d'intérêt

de son; ouvrage

l'époque

le

ne

plus

donc

qu'à

Breton

attire

de

pensaient

qu'à

«

de

la

annonça

licence

, nom-

des

sont

quels du génie, assez sûre

pas surpris

sur

ce

tous

que

attention

que

livre.

Dès 1808, un

guerre,

et décrivit

;

alors

les

esprits

la

commerciale

ma

prédictions

homme

ses

de génie, dangers

seul

en parlant

» ,

et de

le

inconnus

la féodalité

temps

Dieu

financière.

Bien des gens font

à connaître

le don

apprend a réellement

le présent

ceux

accordé

d'une

auxquels et qui peuvent analyser l'avenir.

pour

prévoir

manière

tard

Trente-sept

la

ans plus fera

acquise

,

plus

dont

puissance

publication

déjà

la

par

M.

tard

Toussenel,

époque,

dans un livre

a consigné ses allures

la

féodalité

nouvelle,

et ses tendances.

Dans

tous

les temps

on

a

vu

des

financiers

s'emparer

d'industries importantes , et des compagnies de marchands

acquérir

thias

postes,

l'Allemagne

sieurs

une

en 1615 Taxis encore

:

de

avons

Ma-

des

de

grande

à

puissance

l'empereur

monopole

une

,

accordait

Lamoralde

le

dans

que sa famille

;

possède

partie

le spectacle l'une

de plu-

au-

une

,

a

l'Angleterre

a présenté dont

;

compagnies

un

vaste

qui

importantes,

empire

gouverne eu en France

jourd'hui

nous

possédait les îles de Maurice

dans

les Indes.

et de Bourbon

1711

compagnie

et des territoires

été

chands armèrent

de Duguay-Trouin

cette

— La guerre

En

sous le

Rio

elle-même des mar-

et avec

de

l'objet

ville

en

d'entreprises

une

commerciales.

qui,

et

prit

,

Commandement

escadre

de Janeiro,

, assiégea navires

sont

soixante

Ces exemples

marchands

rares

,

les

et des

vaisseaux

tien-

gouvernements

de

la

guerre.

nent

, de Vérone, quand il vint offrir aux souverains assemblés de

à se réserver

ne

fut-il

le monopole

pas

destruc-

général

lion

aussi Ouvrard

même écouté

et

au congrès

par

faire la guerre d'Espagne armes Ferdinand VII sur ce siècle

la

l'empire

que par

lieu de vertu

, des faits

à forfait, le trône.

la

fin

de rétablir

ses

de

des grandes

ne

Jusqu'à

jusqu'à

guerres

en

,

féodalité

financière

la

la

et

paraissait

ne

tenait

eu

germe

encore

isolés ;

richesse

nul

pas pensée de récemment

et de génie,

de

n'aurait

la

la

mettre

au-dessus

le faisait

foi,

comme

5

-

un cynique

grand

Le

journal.

des

y avait

hommes

une

pouvoir

il

était

supé-

d'argent

Fugger

sans nul

doute,

mais

puissance

Quand

rieure

Quint,

marchand,

cevoir

tements

traites

devant laquelle traversant

le plus

chez lui

avec

que

ils savaient

grand

s'humilier.

fut

Charles-

,

ce

les

,

si

chez

,

Augsbourg

riche

de

loger la. chrétienté

,

prince

,

de

surpris

du

re-

ses àppar-

feu

un aussi

fagots

, chauffait

et

jetait

des

de cannelle

endetté

lui

le monarque

les

avait

souscrites.

leur

Si

financiers,

un

;

parfois'

oubliaient

position

sur,

Coeur

château

écrivait

de Boissy

et la

la

Jacques de son insolente, que leur

distique

si

arrogant

porte

devise

Fouquet

prenait

une

l'exil

bientôt

leur

qu'ils

prison

venaient

rappeler

l'avaient

puissance

n'était

pas aussi

grande

supposé. Ce qui le

règle

en jour,

pour

évolution

n'était

autrefois

des

tend

à devenir

la

que

hommes

l'exception

d'argent

de jour

;

pouvoir

augmente

et malheureusement

de

part,

Il

il n'existe

aucun

contre-poids

le modérer.

la

est facile

et

d'un

de se rendre

lois

de cette

le

fabri-

compte

société. nos moeurs

;

progrès,

et

D'une

tendent

à diviser

de

nos en un nombre

autre côté,

commerce et l'industrie cants et de détaillants font de

rapides des industries

plus

financiers

et,

ont

divisés, hors

croissant

les arts

industriels

qui tous

tendent

plus

à la concentration

sur

ne sont

de

applicables

capitaux

une échelle

Les

,

, et à l'aide

que

vaste ,

considérables.

aux inventeurs nombreux,

tous les

s'approprient

des arts

;

perfectionnements

prix

s'il

le faut, beau jeu

,

d'état

et

les achètent

contre

à vil

ils

mais

alors

des adversaires

longtemps

souvent

trouve

de soutenir

le

La

une concurrence

réductive

beaux

incapables

qu'eux.

plus

société

de fournir souvent

d'aussi un avan-

tou-

produits tage matériel

à cette transformation

; mais elle éprouve

jours

vivent

un dommage

de

leur

moral,

que tous

leur

les hommes

se

parce

et

de

,

qui

intelligence

de

travail

ont

trouvent

réduits à la position

rançonne quand l'occasion

constamment Un exemple

salariés

c'est-à-dire

favorable,

de gens qu'on qu'on domine déplu.

cette

est

et qu'on

renvoie

ils

quand fera mieux

des plus simples

lès voyageurs

comprendre

ville,

pensée. Autrefois aller à Paimboeuf

était très-pénible,

tablissement

lioration,

personne ont remplacés.

de

de notre sur des

qui

voulaient

le

voyage

L'é-

amé-

s'embarquaient

et durait

barges ;

le plus souvent

à

vapeur

a

été

qui

les

ne

deux jours.

une grande

des bateaux les

mais

bargers ont disparu;

dépendaient

de

la

directement

salariés

les

compagnie

- 6

-

Nous avons pris

facile

voir

que et que

manière,

un

exemple les choses se

des plus

passent

mais

il

simples,

est

de la même

dans

toujours

sont

ces

transformations

inévitables

notre

régime de l'industrie

talent, jusqu'à ce que ces trois principes de toute production aient été associés.

économique;

tendront

en un

mot,

au

tous

les

que

progrès

et

le

à asservir

le travail

capital

On conçoit le mécanisme l'asservissement de riches

que des choses au point de donner extrême

l'importance

aisément

de

homme

ait

avait

tout

qu'un

qui

analysé à l'avance

nombre

notre

société

annoncer

à

pu des travailleurs

il

n'était

collectif

un petit

mais

de prévoir la marche

capitalistes, des circonstances

a une

déclarer

pas possible

accidentelles

précipiteraient en peu d'années,

qu'ils

aux hommes

ont aujourd'hui.

d'argent

d'argent,

Il

fait

y

d'années, une loi

par

est

les gens qui,

se sont la dif- a mer- C'est de la com-

ils s'es- maîtres

et

vingtaine

inviolables

en défendant

famation

même lorsqu'elle

favorisé

point

de preuves, individuelles.

appuyée

veilleusement là le véritable

leurs

de départ Déjà la lourdement

opérations, tout en

manoeuvres

des opérations des

puissance

sentir

laissant

récentes

finance et de l'usure.

mençait sayaient des tarifs supporter

à

se faire

à quelques

des canaux,

seul

avait

lité

deux

financiers

en France;

comme de se rendre

l'Etat

les construire

les chances de pertes;

mais cette puissance

et la féoda-

les idées démocratiques,

contre-poids,

nobiliaire.

Les financiers

ont

habilement

manoeuvré

détruire

à l'aide de nais-

pour — D'abord

la féodalité

l'un

des idées démocratiques

sance,

de ces ennemis

et

ils

lui

ont

cette

révolution,

mais,

l'ont

et dominer

ils

porté

la

l'autre.

ont

attaqué les derniers

en 1830.

en 1830.

a

été

De-

com-

de

re-

du

coups des financiers

il

conduite

puis

plexe,

connaître

peuple,

sans l'examiner

en détail,

éloigné

est facile

ont peu à peu

discrédité

le gouvernement

qu'ils

l'ont

des masses, et que quand

lui

ont

offert

leur

pro-

qu'ils

vu

auprès

ils

ils

affaibli

et désarmé,

Le pouvoir

a

en

cru

soutenu

plus

eût dû,

tection.

qui

il

sans doute, suivant

de

chercher

un

appui

de 89,

dans le peuple,

mais

les principes

aux

soutient

gouvernant

prudent

se soumettre

la corde

qui

rappelle

financiers

le pendu.

de Bé-

l'ont

comme

Ce fut

langer

une honteuse

:

sont

venus

l'aliénation

le vers

capitulation

le refus

Nous serons serfs pour demeurer tyrans.

douanière et leur

avec la Bel-

à

Alors

d'union

des voies de fer

les

fusions

des

concession

gique,

conditions

des compagnies

onéreuses,

concurren-

7

tes, l'invasiondes actions industrielles dans les chambres, etc,

toutes choses qui

de la France ;

bien

connues

eussent ne lisait

soulevé l'indignation

presque

plus

mais

la France

que les

sur tous les tons l'éloge

le

privilège

les

journauxdes des honnêtes de se ruiner

»

banquiers

gens

de

pour

de

qui

ont répété

le

finance,

« qui sollicitaient

pays.

de

».

toute

enrichir

la

couleur

par de la finance

L'accaparement

d'argent

presse

hommes

est

est une des

de

lire

manoeuvres

dans M.

qu'il On trou-

de cette réfléchit d'abon-

le plus

intéressant

Toussenel.

lorsque

dans son ouvrage

les

que

une éttide des plus complètes

l'on

vera

question,

que

nés

qu'avec

et des révélations

bien tristes

ont

de spéculation

de

journaux

beaucoup

qui

M.

ne

plus se soutiennent

un fait

de la

avec

les journaux

peine.

la

principes,

du livre

de

Toussenel,

Depuis

publication

produit

s'est

dans la presse

: les

rédacteurs

ce journal

très-grave

Démocratie

pas soutenir

Pacifique

ne pouvant

leurs ressources

qui

partagent

rente

pour

taire.

spéculation,

Mais

ordinaires,

ont fait

et les

un appel ont priées de

aux personnes

de fonder

une

l'école

socié-

de

leurs opinions,

les

assurer

diverses a fait

opérations

Cette démarche

qui

l'appel

rire

des journaux

plusieurs

ont annoncé des rédacteurs

la mort

de la Démocratie.

de ce journal

a été entendu,

et

de cent

cessé de rire

la rente

dix

demandaient s'est bientôt élevée à près

des financiers ont

qu'ils

mille

;

par

francs.

ont

vu

ils

Les

qu'ils

journaux

avaient

s'étaient

croyaient

ils

Jusque-là

sans

le

dé-

des

compté

guère

vouement.

journaux

tôt

ou

ne

qu'ils

inquiétés

La

de

détruire

Démo-

principes

une

pouvoir

tard

concurrence

réductive.

cratie

raires,

les capitaux de la spéculation

des modestes revenus

en obtenant

des sacrifices

payée,

pas

Pacifique,

mais

non pas

tempo- a montré

bon

on

a

une rente

régulièrement

que

n'auraient

marché

in-

du dévouement.

présenter

Alors

jurié

, et on

;

de

a cherché

à

sous des couleurs

des hommes

de

odieuses

Pacte le plus honorable : d'une

qui s'imposent des sacrifices dans l'intérêt

convaincus

leurs

opi-

qui nécessaires au milieu

ainsi

deman-

le

bel

leur

a ren-

part,

nions

l'autre, dent hautement à leurs

des écrivains

amis

consciencieux

les

à

la

leurs

et qui

presse

l'un

sommes se maintiennent

d'argent, de leurs

publications,

de

prouve

purs

des tripotages

éloge que M. Michelet,

du dans son Livre du Peuple.Nous

parce qu'il

méritant

adversaires,

disons que ce fait est grave,

financière

ne

de l'opinion sur

appuyée

parviendra

publique

en

une

rente

la féodalité

que

à s'emparer

la

de tous les organes

Pacifique,

pas

Démocratie

France;

8

librement

solidement

consentie

établie

est aussi

sur trois questions

de

par quinze que tout autre

la

de

l'annonce

presse

intéressés.

cents

et

souscripteurs,

repose

des

la venté

dernière

journal,

spéculation

Chacun sait

que

bases :

économiques revenus a

sions de. chemins de fer.

le feuilleton,

pris

Cette

aux une très

source

depuis les conces-

grande importance

Nous

ne

ferons

observation

le

feuilleton

qui

leur

qu'une

de voir

des

pour

,

c'est

assurés

est triste

qu'il

que des capitalistes

littérature

se sont

,

opi-

intérêt

lui,

à l'avance

Ouvragés de

attrayants

aux

soient certains de donner

nions

de débiter.

et nulle

de

être

attendons

que

une grande sera

qu'il

publicité

dans

sociales

politiques

ne

mort,

M.

peut

ou

de

Chateaubriand

entre

qui

a été vendu

mains

malgré sera , faudra

Il

savoir

à l'heure

peut-

quelles

le

sa

le journal

possédera.

du

nous

ses

autres,

mémoires

admirateurs

une

grand

qui

impatience dont nous

poëte,

avec

religieuse

,

nous allions contribuer au succès d'un

repousserons

journal

avec

les doctrines.

de

M.

entier,

La

justesse

chapitre

l'annonce

traitée

question

par

en

est

de

le

beaucoup

citer

Toussenel.

mais

Nous

en

ne

pouvons

nous

rapporterons

un

pas-

sage:

«

pour

nos

a

leur

pères

ont

fait

révolution

Lorsque

assurer

grande de la liberté

leur

les bienfaits

de

patrie nous avons fait la nôtre dans les mêmes

ne

s'imaginaient

guère,

la

travailler

plus

pour

Charles Albert

ni

nous

grande

ou des

de 89 comme

droits

de

la

fondamen-

presse.

faire

de

Et

la

commerce

la

intentions,

presse,

plus,

lorsque

nos

pères

non

gloire

pillules

» Les

celui

pensée ,

tale

avouons-le,

des remèdes secrets du docteur

du

docteur

Giraudeau

de

fils, comme

les

pères,

1830,

avaient

cru

ils avaient le

principe

quand

pays

loin

instrument

était

de

Saint-Gervais.

le

législateur

assurer

les de la loi

de

de

la

le

écrit en tête

de

la

leur

du

liberté

l'idée

certes

un

esprit, à favoriser

destiné

publicité;

des drogues.

» Oui,

gers

la

aux

loi

le plus

les intérêts du commerce ont été totalement

qui

étran-

motifs

fait

reconnaître

je

supérieurs

la

ont

par

défie

la

fondamentale

impudent

dominent

de

la

liberté

de

la

et

presse,

d'oser

de tous les industriels

et

cependant ce sont tous

aujourd'hui

Le

droit

de

les plus

soutenir

thèse contraire;

tique

les intérêts

les

autres

de bou-

dans

la

est

et

qui

question

devenu

publier

un journal du capital,

publicités un des priviléges

précieux

-

9

-

l'enseignement

donné

public

au

bon plaisir

la voie

par et à l'intérêt

de

la

presse des écus.

est subor-

»

Les

faveurs

de la

loi,

comme

le transport

du journal

à bas

cordées

par

frauduleusement

aucunement

de patente),

et

à

la

n'avaient

parasite

où

la

été

prix

(et

l'exemption

ac-

de

l'idée

qu'à

l'enseignement

Mais

voici

dans

à

les

propagation

place;

pensée ,

de

cette

la pressé.

industrie

politique

qu'une

la feuille

se glisse n'avait

profite

s'as-

la loi,

à l'en-

par

loi

lui

réserver

une

accordée

à

la

plus

positifs

de la

elle

pour

songé

d'abord

de

surer

les

l'immunité

bénéfices

d'user

immunité;

de

finit

non contenté

elle usurpe seignement accaparer

et d'abuser de l'espace religieux

complaisance

le quart politique, le monopole

destiné

primitivement

et elle

ou social,

»

de la publicité.

« Par

l'annonce,

par

le

le député, »

tout.

le

le journal;

chemin

de fer.

par

le

journal,

C'est la nation

le député;

qui

paiera

Nous trouvées culation à leur cun

Toussenel

deux observations

D'abord,

annonces,

nous

n'avons

ajouterons dans M.

que les journaux On voit

qu'ils

pas de spé- peuvent

Toussenel.

des

étant maîtres

refuser

ou accorder

n'a

la publicité.

C'est ainsi qu'au-

le livre

de

M.

eu beaucoup

gré

de finance

voulu

journal

annoncer

sans cette

circonstance,

aurait

qui, de retentissement.

plus

En

second

lieu,

l'annonce

étant

devenue

le

premier

élé-

ment de la publicité,

peuvent seules avoir des journaux à bas prix. Les ouvriers

qui n'achètent que chez les modestes détaillants de leur voi-

sinage

les classes qui

dans

consomment

une

position

beaucoup

sont,

sous ce rapport,

très-défa-

vorable,

veulent

et cependant rester

pas

peut

leur

qui,

Nous

par

ils ont besoin d'être

sérieusement

général,

tels

conseillés

de

ils

ne

de

;

société,

au mouvement

de lire

la

les journaux

étrangers

dire

et

la bourgeoisie

pour eux.

toujours convenable

on

ne

en

devons

ne présentent rendre

que

aucun

au

intérêt

ici

pensées généreuses

hommage

de

langage des journaux l'Industrie,

et aux

rédigés

l'Atelier,

des ouvriers,

: l'Echo

la Fraternité

et le Phocéen.

On a souvent

demandé

les annonces fussent

que que cette mesure ne serait

imposées pas suffi-

po-

qui

de

immunités.

:

M. Toussenel

sante, et il

litiques,

seraient

doctrine

et

trouve

les annonces des journaux

des feuilles

que

de

les

larges

spéciales

journaux

propose

de

d'expulser

les reléguer

dans

fortement

et

de

imposées,

tandis

discussion

jouiraient

10

II.

« Le mépris la féodalité

Nous

ne

de

l'intelligence

»

pas M.

d'argent.

suivrons

est de ton

Toussenel

sous

dans le

le régime

de

développe-

ment

anecdote

de cette

proposition,

nous

:

avons

que Génie civil

Journal

du

nous raconterons

lue

seulement

mois

une

dans le

il y a quelques

Plusieurs ; l'un

la

avaient

le

sinistre

de Baren-

une dé-

la

Le

travaux

que

Cor-

man-

ingénieurs

prédit

tin

marche

d'eux,

M. Corréard,

auprès

du

Havre,

de

la

avait

cru devoir

que

Corréard

prix

faire

à ce

du banquier ce financier

manière

à

M.

des

sujet

judéo-anglo-français

qui

est

entré

à

vous

savez.

;

les

de

compagnie

conduits

de

étant allé

chambre

banquier

étaient

des députés

député

n'écouta

guère

et

rapidement

plus?

Après

chez

notre

avantageux,

M.

un

lui fallait-il

réard

la chute financier

de l'édifice, toucher

pour

dat,

crut

pouvoir

lui

rappeler

ses prévisions.

« Monsieur

lui

je

fut-il

lu le Nouveau-Testament

un pauvre

raillé

répondu, ne crois plus

le propos

Du reste,

car

depuis

que j'ai

» Ne trouvez-vous

raillant

d'être

avait

pas char- chrétien

aux prophètes.