Vous êtes sur la page 1sur 594
Voyage d'un françois en Italie, fait dans les années 1765 et 1766 , contenant l'histoire
Voyage d'un françois en Italie, fait dans les années 1765 et 1766 , contenant l'histoire

Voyage d'un françois en Italie, fait dans les années 1765 et 1766 ,

contenant l'histoire , les

anecdotes les plus [

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

]

La Lande, Jérôme de (1732-1807). Voyage d'un françois en Italie, fait dans les années 1765
La Lande, Jérôme de (1732-1807). Voyage d'un françois en Italie, fait dans les années 1765

La Lande, Jérôme de (1732-1807). Voyage d'un françois en Italie, fait dans les années 1765 et 1766 , contenant l'histoire , les anecdotes les plus singulières de l'Italie, , sa

description, les moeurs, les usages

1769.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

Couvefturea

Mpëdew.

on

ceuJeut

tnMr.eu~

VOYAGE

D'M~ M~~po/~

EN

ITALIE.

TOME

J~~T~EAfE.

S~'A

G E

ZWN

F~A~O/~

EN

ITALIE,

FAIT

DANS

i7~y

LESAMNÉEy

~c

17~.

~OHKK~Kt~N~~rC

!M

~aM<fo~M

~p~~H~tJ~~

~f]M/

~'y~t~i~

~Ct~er~htMi~,

~eCo~M~cc,

~f~OMM'ï,~ la Littérature,

!~Mt

~h~f~)~a<Mjy<!mfe~jM

<fMJ<~fmCM/M'

~aM~a~t,

)

lei 0<K~'<!?M de Peinture, /M PMM de M«M<

~-cAw<StM'e

~M

Sculpture

gTOM~

~M<fZM/t~.

ro~f~H~rjjE~f~

A VENISE.

Et ~ë ~OM~e

P~RJS

phesrDESAiNT,

amL~-

Libraire,

rue duFofn~

DÇ&

J~XtX.

.l

.j-

'c\

.Mi~!oved<i.trt.tr'a!um

t-enovidvedate,

edi[\)otuï.

Gta'XV~;?*

f''

VO

Ejv

FAIT

YA

DANS

r~z

GE

7~,

LES ANNEES

176~ & ï7~.

CHAPITRE

PREMIER.

H!/?M/-c ~e J~m~e.

ENtSE

ta troUjeme

remarquable

nous

regardons

par

que Ville d'Italie, de toutes

eit

fa

comme

la

plus

Hruadon

& fon gouvernement

de

cent

de

latitude

mille

-ames,

& à

c'ett

~ruée

une

à ~.y'~2~ à l'orient

Ville

de

4.~°'

Paris,

c'e~-à-dire~

Elle

lieue

às~deton- mille toifes

depuis

A

qui

a deux

gnudc.

petite

Patriarchale

ou une

l'Eglife

de longueur de S. Pierre

e~au ~ud-ei~

Tome. ~JII.

A

Sotot!g!M

? <~i.

VO~~E~IË~'T~~

jusqu'à

du

coté~

~erëtae,

~lle

T~~b'~Hes

~n~

~tfor~-ou

e~ phts cran de

~B<

te canal de la Lnudeca ~c.~M,

des' lues

qui le commen-

que

les

l'iHe

~t~f.iargeur y compris qui~nal~ode~larg~u!

L'hiSoIre ont forme

parleras cette Ville

Eecté;

avant

cement

do

Magnats

de Rta~

bn voit

de Padoue peuplèrent &rlni accordereat

c'eit l'année

ta 'première

des privi- à laquelle

de

ïeges

on rapporfe

Pan ~ï

fondation

Venise.

va6on

Fan y 68, qui oGeafionna

pulation

Mais ce fut prmçipaiement

Roi

rin-

d'Alboln,

des* Lombards

la grande

po-

au premier orulc

de ces Mes

de cette irruption

une partie &: les principaux fe réfugièrent

avec

le Patriarche

des fes EceléHaftiques

d'Aquilee

citoyens

dans

Flûe

de {a Ville

de Grado

d'autres

abandonnèrent

pour

la

beaucoup

Venetie

dans

Se la Ligurie les Mes

~ui

du, Pô

de

Venife.

fe réfugier

étoient

au-delà

de

& la réunion

de

Pembouchure ces Mes forma

le nom dePhiitoire fuite

~a

~00 compte jufqu'à

la Ville qui a pris enfuite

( Abr.

caronolog. de S. Marc.

)

d'Italie parM.

des ïi8

Doges de Veniieque commence

préfent,

CH-1.

l'année

~07

H~o~ .l't.

où

P~~o

de

'1. P

~en~.

1- r-.

Lucio ~4n~/e/F<)

fut élu par les 72 Mes qui

d'hui

font aujour-

Pepin

les 72 Paroiues

de la Ville.

le Bref,

Etienne

Roi

avoit

de France,

que

attiré en Italie

attiré en Italie

le Pape

pour s'op-

pofer auui aux progrès

des Lombards,

fut

ie premier

qui

remit

aux Vénitiens

le

tribut il donna

qu'ils avoient coutume

une nouvelle

forme

de payer; &

une

nouvelle confiflance

Se il fut Je premier de ~enen~B à la des Mes voifines

à leur Etat namant,

qui donna

de

le nom

&

réunion

Rialto

vers l'an 760.

Les Empereurs

d'Occident

& d'O-

nenr, Charlemagne Se Nicéphore,

eu de longues contefhtions

de leurs Empires

ayant

fur les limites

vers l'an 800,

les Vent- fur

à devenir

tiens

les confins, en profitèrent pour maintenir

leur liberté,

plus indépendans

tion

qui fe trouvoient

peu-près

& commencèrent

que jamais. Leur Htua-

efîen-

au milieu

des eaux les rendit

tie!!ement navigateurs

& comonercans:

tout ie monde

nanre laquelle de Venife

connoit

la puiffance

eton-

parvint la République

le commerce

& par les

des

par fur-tout & avant

de la premiere

que aux Espagnols parle

armes,

croitade

au temps

le commerce

-Indes TÛT ouvert

Aij

~r~

~a~p~ 'p~d.e~g~j~ps

~~e~d~~r~tper~

~ejtqae~emps~ies

~<n.e,g~n~

~s

~e&en~

t'I~e

maires

te royaume, de Candie, mêmp de ÇonSaa-

d~

une

t de N~ples,

de ht

~uyën

pa~ip

de l'Italie;

Sa~ranns

les

~K<%j}j?s,Pi&~s~I§sG~o;s

tesAn-

~gt.o~s:, !jes I~ues de Atitan

&~ tes Turcs

n)~ !? (}Hi"Mt!pn ducommerce

~el!e de la Manne

~ntraîn~

des

& de la puMance

tes Turcs

~eQerent d'attgmencer~

R~qu€i

y~n!tiens;

dont

tes forces

ne

cette

attaquèrent & à tant

parts, qu'ils lui enieve- &îaMor~e

de

toutes

~e r;epri&s ~~ercptes,

Mt}te!]jf!p~a~eeo

Ctttyi~.

fut

~ehmet

I,a pa!~ en

!7ï3,

faite

l'Empire

l~ d~ Pa<Ïarovitz

entre

!e

qui

Sultap

dp

& !a Bepubtique

VeB)(g,

Jem'

peu ~avorab!~

aux Vën}dens,

a du~tnons

aiÏuré ta ~ranquUUt~

dont Us pnc toujours Les

époques dans rbiQ;oire

joui jusqu'à prêtent plus mémorables

~nt

tes

de Veniie,

cetle~

iies

années 124~,

C'e~

t'ann~e

iyo8 8<: t6~ï8.

ï 2~

qu'nh t~pporte

-~tabtinementdel'AnAocratieVentnea-

M~

d~tM ~tat

o~ e!I? ~ub~e

a~e!~

CH.Î. ~nenf, l'autônté &le

grand

du Doge

 

jf

fut anéantie

ï

Coh~fut~onnéàujy

nombre

par même ibtme de gouvernemeBi tenue

de

&

à leurs defceB-~ &Ia

autres,

s'eft

Citoyens exctuSon ~) tous

ce jour.

dans

jusqu'à La ligue fut l'époque cette

qui

résolu

regardoit

trimoine

de CamBrai rbrmée eu ï~o8~

des plus grands ait éprouves

revers que JuIeS II avoie

qu'il

pa-

avo'f

Aquilée

qui

République en fut le

principal de recouvrer

comtne

étant

de PEgIHe, Cervia

Maximilien

Vérone

auteur, des ~ViUes de l'ancien

il fufcita vouloit

telles qu&Raven-~

l'Em-

ne, Faenxa

pereur Padoue & le Frioul

prétendoit

Le Roi de Naples redemandoit

qui

Vicenfe,

& le Roi

de France

Crémone,

BretTe & Bergame.

Brindes de la

y

avoit

des

Trano,

Poui!te

prétentions & le Duc

ces Princes fondirent

Etats de la République

gnadel

le

Otrante

& d'autres-Villes

de Savoie

Duc

fur

le royaume

de Chypre,

de Ferrare

fur Mantoue; tous- à la fois Htr les

la bataitle

d'A"

qu'Alvianor

ou de Ghiaradada~

perdit

cenfe,

en ï~op

nt

perdre

& eBfLtitccetle

de Vi MHS~

aux VénttieRS

Jeurs~ Etats de terre fermer

on erut~o~.

A

iij

L!<rud

CMtbtai. 4

~a~ttMMon

ade

~618.

"Ë~~

UCL i~Sâ~

puBHq~~

? ~ums

e~ti~

démené Ké~

mais }es ~ëj~ô.uTces. de fa ma-

~ne~ de~s~t$:t~<ïes:8c

de Ja valeur

de-

&s ~a~ao&,

Sscp~Ëeurs

_hëu~ea&s 1~ ~avereaM

circon~ances ~MB~e inrvsnie.,

( Ht~o~'e

~e

MBtre hï R~!t~tt~'

~Ke ~aRc ~e

Qt?n~t

~K~e,

Paris

iyp~~

L~aa~e

3 v~.in-12.)

1~18

eft fameuse

dans ~bif~

toire,

centre

-rA.~b~de

des Espagnols, b

done

p~E ta eonjuTadoa ta Heptrbiiqae S;at

de Vem&,

donna

tme hi~oire

mtë~e~Me

en

~674

(V.

te

volume

de &s<Euvrcs. étoitsdepuis

) Le Marquis

i~o~Amba~ftadeur

de Ëedemac d'Ef-

à Veciie,

les Espagnols

pagoe

mécontens

de~acconimodement

eroierft

de Paul

V. avec la République;

entreprit

PAmba~deur

faire defcendre

PArmee

d'y

Navale

tES principaux

Ptace

fait rMttfe

& d'occuper

les poC-

Ja

d'Espagne

de la Ville

comme

S. Marc ce FArfenal

ieïeu

dans

apr~s avoir les endroits

qu'tt

éto!t te pttts important

de fecourir,

ort

décote s?eŒpa~er de toutes

les ~arquesL

q&'o~ trouvereit aïkf

queqr mais J~ef d~uvrït

~au: pbitt de.Riaite

ironpes

de

pouc

des

au Lazaret

rémora?,

·,

t

dévore

&s

la conspiration

spr~s la ccre'~

Ça,

L

~s~

Im

t~rue

des, noee~ ~la.Mer~,pn c~lle., de ~es. comphees

goulue

pr6ni!i

mais

on ne M tmf, pas paro~

te. r~trer

plupart des con)nf~. Bie!l des periq~nes

-tt f~i

30~ 'c.Q9a!n& !à

o~t cru que cette

rie~

rëel,

cqpjfpira~qn

qu'eue ~volt ~t~ ~RQ~p, ''?

de

~~t

par des V~i-

TjLe.ns qM yo~q~en.t d~BedeEpar,dn

!s

d~'re

~e~rq~~

du Çpnit~ de

Pau~m~.a meUe. ~~ns ancâtres,

i;rouv~ ,'cçtte

pn ~an~fcnt

q~

etoit

~rs

a~çr~op for-

d'un

de fes

~ba~deuï'

de.France~

~h~re

Yentie. ~e çetteP~p~Iqaeaet~

écrite

grand

p~r de ,tr~s-bor[S

np.tnbre

î.abe!pp.

Àmeurs

Ee~bp

en

Paruia,

~api

Moroûni,

Fo&arinl,

Sj:

ea de~Hjef ~en pierre

Garzoni

ont

écrit

fucceSvement

cette traire, des d'X

It

les di~ëreptes

fous 1~10! y en a un très-bon

de

parties dn ~Qn~elî

abr~

dont

~:ca

yQ!ci 1s ture

~t ~n~M.,

~cn4

~ntï

~n~~on~

j~!p ~M

~r~,

M

Ï74y'

F'ï/

~G~e~mp

p~p~

fp~

M-~

EnHn~. une en François~ eH impartiale

l'Abbé

Ijaugier~en

au~.bten

a\cpmpo~

écrite qu~e)!ç

volume

Se comp!ete j le ~i

A iv

VO"~A6'

'E'~

ÏTA

I.

YTf~

~!t aj~aru t~rcsien

<dcôfe qua~'e volumes.

~n )t76'7,

1~40,

&

oïut

doit

la

patk d~ y eh aveu*

(~n'trouve

3a~ns le DMrfo ou Atma-

la fmie des i J 8 Doges

nach

les derniers

en !'700 SebâAianQ Ruzzini

de Ventfe

ibntAM~

élu

t

Mocenigo,

GioVanni

Cornaro

en 170? Carlo

en ï'722;

Atvtte Pifani

Mocen~go 73 2, Grimani

en

ea

Pietro

en ~741 ? Fran- Marcô Fof-

Mocënigo régnant. République en Occident t oo tieues

ly~ cefco Loredano carini

en ty~a

é!u en :7o~

La

en t yys, & Alvife

a~ueHement

de

!a

d'Orient

domination

~de Venise s'étend iuf

un espace

d'environ

à

cOmpter depuis Pextrémice du Bergamafc

& tes conëns

trémitë

orientate

du Aiilanès,

qui la Mer

~ufqu~ l'ex-

partie

de PMrie

de

eH à

ta

mais

Adriatique de PEtat

de Venife

nord

de Venife

ïa largeur moyenne n'e~

guère au 4ud'; environ M&e

Heues du

que on eiUme dans ~Etat

de 2~

deux minions d'babitans.

de Corfou

eft la partie ta ptus

/éîôigné& "des Etats de* Vernie,

e!îe eit à

dontette

eA

Pentrée du gotre Adriatique,

comme ta

ctef~dont

pale C&re~ contre

ene~itta les Turcs.

pnoct-

CH.

I.

tK~HM

(f<

~n</C.

La République (omme Souveraine

qui a 200

de large s'étendaient

gnoit

bordée

de Venife &Lr€gMde du

go~ de îong ~es forces

fur

la Gréce,

Adriatique ~0 !iett€S maritimes elle ré- une met

elle:

lieues

ïoriq~

jufqu'à à plus forte par fès Etais

raifon dans

adueUemeni

cciulnue

de prendre

le même

titre;

~e

aucune Pui<îance

de lui dilput&r

m~ncime

n'a

cette

Souveraineté

intérêt

os

aSurc

un Roi d'Efpagne

Triefle

dant il y a douze

que le Séaat

dont

refufa de permettre fes flottes

d'envoyer

Souverain

ou quinze a fait travailler

ans

à

il étoit

cepen"

que la

au père

Reine de Hongrie

<te Trière;

établi

eublie

Cderabte

AncoRe

on

a

ereufe

en~n

des baSas l'oB n'a fiett

con-

paf

de Naples;

des chantiers

pOHT y établir un commerce

avec PEtat &: avec

EccIé~aAiaue

le royaume

par Manfredonia débouche

Stirie

poar & Carintie~

afin

ks fers

de procurer

& les

bois

un;

de'

Les

bornes

de ce vofume m'obligeant-

la description

la note

ccnMter

de'

~abréger

Venife,

vrages

eonaoH're plus ert détail.

beaucoup je vais donner t'en

peut

des ou-

pour 4~

que

~eae:M

c~

np~~m~

<n~<a'e

~?

'~00

1 ~E.A.m~~e

~k ~?;r.4'Ik~'Jt~

.<?.

-$~°.{.-

~$$?~

i~gi<p~

~~Hbire

'n~rM

On ou ~bf~ de Vet!

~eMMr~&M~

Jt~S~

chro-

Mr~~

~J~fM~

~yo/~e~KJ~CH~j

~n~.

~n~~ ~B~r~M~«~M~) ~~i~et aecMir~

i~~

~fn~~fë

<?~ Af~ ~MaM~ nM/zët~o ~&

~Hc~snM

&Mn~n~

~fKfn

M

J~

~jr~'j

M<

~fi'

~K~-

M ~Hc~n -~UH~ea~MH ~~M~

~n~~o

17~.1~

M/e

j~jMrë

eMrto/e,

i!

TM~ne

Mr*

~c~

ec~~e~

~'c.

t~e

itM ~'ne~~ï~ H

~re~ y a daasce à~ëz bien

C~a~âf~

jMvte <~e$ égares <;ai donnent

i~d~e des principaux as VëBi&

édi~ces

du p!at:

~-S<

~&~3fH<.

~e~~M,

Dc~?<n~

P<~r<~

~cne~M

~!rcpB~')/cÂ~h-

D~cr~Mne

~M~e~

~M~M

~M~~e~

~M~~e~

17~

y

t~

~ë'nd'-c}]M! ~terfe .B~gHa

cM~

!LV<Eai~.

N fe

`:~

y~ie

'€& &uce ~'dan& tc~ JLa~un-es

~t~t~në eit ~paré~de

de

grand

Lgc~t

la ni~p&rd~s~aDeS~

ÇH~Î~R~t~.

~T

fornteja ,de. T~q

i~Mp; ~etie;V~e.~e~

Mes

par do.qt p~nGe!ifs,~nt Mais" la plupart

u~ies

p!u~e

400

Pants~

de

ir~s-be~x,. de ce~ po{i[s U j~ive

~tr~ngers~

pt~s .d.e la- vie.

facitité

&pt ~ns'p~pet;

quel" de &: ~it y du

poùt~ a

ad~I-

qpefoi.s .(ur-~out~.des

îaUTer tomber dans les .canaux;

de g~ndol~

h~e

~rs

~es

on coure grand Ces canaux

ibnt: ùne

rab!e po~r le cc'mnerce

d~e

des

.jgens nche~s;

&: pjpuc ~a ib-

ils vp~

dapj~

leur gtmdoLE d'ujie. maiMere C cojp~Qdo'

&, n~o~ce .q~ils ~it€ ,~ppo.rter

p~ peuvent

pins

en-

"les

Y.p~tares de

~is

mais ceta~-dii~~nue

beaucoup

1~ Isc~tc

d~

peup~y~aiHëHrs.c~s

~N~E

~s-paan~

qu'Us ne produisent:

B~Jadies à Veni&s

~n

ét~

~is

fSc

pas be~uc(~up

je

~t&~n~

de'

pntbefoln

d'être

& l'on enlevé

BetMyes,

fpondices

dOjnt pn (e .fert

C~tt/~ngo

~.}e~Pqn;d~e,

auvent

les uo-

avec des dragues

la machina

cei e~t

pour y -t'qn tFani~offe ~i

s'appelle les m~tie.re~

miHes.d~-

l'au-

j&ns.

e~.a~j ne p3jS,c~ar

Veniîe,pouT

p~c~u.o~ ~~t;ra~ec,te~p~ .~etu~ &ouvefQic.

~s~canau~-te.

jemp~

la.viUe

de

iee

7"

~)!e en e&

'A~

PbtM

Venife.

&

'&

'<a~ë*'Ga~

'che~

reSaXt&~uMepaMfe

'~n~

Itères

de ces petits

canaux

n%&q~ncd''ëa~a:

's

iag~e~

~Bt anu~expoSes

a des-

t~~ <~€a&&' €Xtf9drdinairès

dé graB~s fkvages

!i~

qui

celtes

font

de

à ~enife,

&'

d~nt

rj-~y fbtîdes- rhiHoire''faSe

ptus. ta.émoràbt~ ,m'ention~

O~a

s*apper$otC à Veniïc

du

Huy Se

~~bx''de

ad~'pa~dëpuis'tmdi

c6jnmë-ted!~

2~j~ 3,

I&

mer 'deuy

&MSle jour~

)u{qu*à h-ois heures-

( T.~1'. vaneet-

qui

p~

M. Richard-

mais àr d'es ReurM

comme tB pa&g~deîa La di~rence'

ËM~ce~, au: M~ritË'èth

Lune~

des ba <~

eaux

a celtes de~

pkine, mereAd'e!

~iron~déu~pie'd~.

Les

r~

marbfe

?uïÏ)

de VÈniîe ~owr

bien

que

pavées

les quais

<~

mais!

Ïs§ utts' ?

pedc nombre~

co~c

~eau'

le

le~ autres

fbn~ étroite

ce ibnr les canaax

gfah<~ eaux! qui

prëiëntënt

Coirn~d~

~ocme~c

& e~

& ~m*

Te'

pRta

tK~Fuesde~ISe.:

~ën~

eS

ïnarbre-.

00, de

pre~ë

p!eî~

tbt~e- Ëa~et

d~Mnë~

a6

tcës'gen. djE ma~onyëa-biqMe~

etieër.e;

Cm I.

hsfondemeas

ïes efcaliers

Më~

tant

~bnt

ils

de FeH~. ï de marbre,

tous

de ta ~aetne mattiere

&

par

cette

raifon Ibsr

très-g~fïants

s

des canaux

Se des

~nguitérement

li

ceux stt ibtB a te

long

~on

le

de piquer des maiib~?

Miachc

les

ponts y quoiqu~on

marbre.

de grands gondoles. Lavi~e f~ffe aux

de Palais d'uBe rres~beHe areb~c~t.tre~

y

pieux

de Venife, curieux

ditM.Cochjn,

d'Egitfes

ëc'

quantkë

mais

des P'atais eft direct

à Rome

te goâc de la décoration

où eMe cbnMe

dans

des croifées

à Veni& îes de colonnes

eM~eufe

de e~ai ~m regne'

.prefquc uni- & dS portes

font en- ce&

qaetBem

ernees

batime~s

richis

à chaque

~tage

erdres

fonr petits en ralibn

mais

pa'r coptequent

paroît fondé )e tjouve & fenfible

ce goui ptan~her BatureMe

ê !~œlt'; èn- font plas FichemeE~ décores,

chaque pe~té d~!ï€ mamer~

ees Palais.- & its-

preientent

an afpeQ plus magnifique.

OrdiBairemect

on pratique

au mitieu'

de'chaque

Palais une galerie q~j te coupe-

rr travers, & qui communique

tppartemëns ta promenade

aux autres pour facUite~

ou

~ns

dans

doute

îa maiiea, d'ans' unè Ville

ce' qBK

H

eStt.rës'-M~ceHMre

t'y en a Eenn

au dabars.

Afthhtt~

f<~

<

-F.~

.b~~

'TA~~

)

t1

.<

jSppsr~s~

i~

jga~~n~e~Ge

de

~o~~de

dès

Feiui&pc&~s~t!?

~arbres

defîems l:r;e<:heEp~6S

I~r~QU~erf~

qui;repr~nt~

d~s e.o~a.p~rti~teos, fouvept des

<~ rappelle

Ce~

tnac~e~

p~~r en France,

â&'introduire

commence

il y en a fur-

M~tfb~a.nçMJp a Roue~ y ma~s en France

es n'e&

coHe

que du p)~re de ~bmie,

dje$ coBap~rti~ae~s

~âc~e

~queio~

ayec

de 1~

peiïn;

des dje~ems çomm~

j'~Hs

6 k p~anpher

~~Bi~e

e~~m<M~ïb~~qse~e~uc

a & ~endfe, ea~~re

<ite~gréabte que nos parquet

Tt'e~

pas

ViieHn~

qm

,ou s'it y a de ~hmn~Ut~

g

]te pSu,~ te.i&tc

dev~ept plu!;

np~ çar-r

ïaeaH? 3JJsxi~

de~ yçates

pour $tre ~de

-~j~rabj~}.

r~

.t~atnt.à

Ç}tno~

y~)fe,

.!e

prem~r G~M

jf~:

P~ce

S~~tic~

i~

~Sgjt~e

~Je

peu-~s

~re

~a~~u~t

~eu

 

~c

de

Vme

~~SO~s~e~i~t~j,

pr~s d~uqu~ pous

~g~;

q~~de

ia~Ma

~ous ~é~ de, îa ~ea~~up.plus âe

~c~

~€puj~<~e,

t'(m~

p~~

~â'a~jjCUTje~t~p~aEa~

VH!e) daas 'nos! ~SoireiS

.~c daa~

~os: i~vr~s /& &'e& par-

mencer ma delcription.

que ~e y:u$ co~

,i

CH. 1 L; H~~r~~

CHAPITRE

IL

F~

S.

A7~

JLf~EGnsE

devenue

DUCALE

DE

S.

MARC

e~

la prjBCtpaie EgUfe de .la Vdte~

celle

ne fut a~Kfbis

l'Eglise Patriarcha!e étant: à Pexiremije

quoiqu'eUe du Palais

tropolitaine

Ville & au-ddà dei'ArfenaI.

s'agit

que ou Mé- de

Cdk danT~

la

ici n~~pas

la plus grands ni }a plus

belle de Vemie,

gothique

cl!e

eH: d'un

masvajs

& elle a prefque l'air d'un

la plus

qrn~,

Ëour-

1a plus

Beau,

mais ~e~

riche,

doM elle porte

Ëgureme~t proem. Ezee~.i, d'ËzechieUbus

q~tîe ~bn Evanga!e comtaenee p&rlapr~-

diGat40B~€ S.; Jean dans le détert;

ia voix

&:qm&mHab]e

~~rai~en~eur

ia plus célébre deVeniie.

le Bcm

~on

Marc

y eft repre~eaté

in Matth~

S. Jetôtae

~o;,

) diacs~a~iiïon

!a ëgure

Lion', parce

c'eft

les p~cbeurs~

iea

de celui qui €t0on€

à un .Lioa rugi~ant, criant

Pr~r~J&~û~~K

Lien

Mate* ]

de s.

&zgneMr, rcn~c~ ~ro!€j~K~rj,~MS

~u~cu'j&~M/?~c€

~M.

Telie eN la raifon

va j'nf/r~ qui a ~Mt prendre

't~

V~E~A'I-ÎF~

Se

&

te

Lia~

pour

ie~mbojte

ensuite

de

R~puHique

c~eft ce Lion

qu'on y

de S. ~arCy de Ven~e,

paf-tom ~C

retroave

jt chaque inSant Marc.

(').

fur-tout

à la place

S.

Lorfque

les Szrra~ns ravageoient

rE~

dans

le

Cec!

& que te corps

eût

de

tran(<

on voulue & ou

SyP~ de S. Marc EvangéhAe

pott~ d*Ai.exandrie a Veitife,

bâtir uneEgttte Fan

à fon

828.

bonneor

Après l'incendie

tonMneR~a qui arriva

l'an

~76,

on recommença qui fubMe

le Doge

1&

Mti!nenr,&c'e(t

jourd'hui qui & 6r canOaM~oc

celui ce fut fous ensuite

au-

O~o~

& qui a été

façon.

religieux

pretendiE enquetquc

fuivre

te mode!e

Con~ant!nop!e

de

Sainte

de

Sophie maK il y a une prodi-

g!eufe dMfëre&ce. Un Secte

Pac ic~ïjtepoge&~o de marbres

Egh(e vant ~it l'enrichit:

après & vers &t orner cette tiT€& du Le-

Grecs

de mosaïques de pierres

Snes enes furent faites par des Grecs

venus de Con~antinop!e,

eue le&VëaitieBS

& c'eA delà

datent tefeno~veUe-

Le Boeuf

Je ?. tut, ? Usa & ftniout (Te S.

du~tiet

de S. Jetn, S~ MttCt d'hemmre

f~'gie

de

~ure

M<ddc]t(.~

)a ~tace

f on met

qùttq"tfoT<

uef

efpete

quatre

r~tN

1

c~.

d'Aa~e)

tnimatUL

&nt

les

tnyM

& )'A~«t!~XP& B~.

e

CH, 11.

de

H~otre

r~. en Italie. eft dtAribue

'7

fnent de la peinture

ment

tes anciennes EgMies des Chrétiens;

L~ bâti- comme

on

S. Marc

y entre

par

une

veflibule

ou portique

féparé de PEgtite, l'endroit

long;

cent

& quia 200 où les femmes

pieds

de

fe p l a -

fe pla-

de l'E-

de l'E-

p e t i -

peti-

eft plus élevé que

& l'on y monte

le refte par les deux

qui

glife,

tes porres intérieures

ibn~ aux deux

côtés

de la grande

on voit deux

ai!es,~

droite & à gauche

de la nef on monte chaires, l'autre

eft

le milieu

par quel-

de rEgnfe

ques degrés côté de PEvangiIe,

auquel a deux

l'une

~ti

du côte de

figure

de 6

en

la première

d'une

colonnes

i'Epître

edogone

portée

&

demi

pieds

par ï~ de hauteur

divine

deux étages, le plus bas iert à la te<3ure de

& aux prédications

des grsndt.s fert à lire t~E-

qui e~ de

l'Ephre

fêtes

vangile.

l'autre

de beaux &

gone,

l'étage

La

fupérieur chaire eu tribune

elle eft

côté eft foutenue

marbres

on l'appelle

par 9 cc~prnes

au~E c~o- c'ett

B~n~

delà que !e Doge après fa création,

la Relique -rannée FAteen~on.

la mufique

fe montre

& que

au peuple Fon montre Jeux foi!

de

du précieux

Saint

fang & !a veille

!e Jeudi

Pour fordinaire

on y place

de l'Eg!i(e.

V~î'E.

ÏE'~

~~an~em-e

ou le

centre

qu'~n

tapp~~

~n~a -S~o.~

'?'SM~ ~it

~y~eu~~

le ~e~u'!& pi~ Secret, le. grand~ ~~tet yeO

te,pln$.

place.

~'t'pB b~IjaquiodemarbEe pOE~ pac ,fqu.a~e. çolpjsces

fe~penlin de marbre!

ManG, charge tent des,, bt~res

Te~a)pe~t~

pta~

~deS~s

gq.~s.deiam~s

de Hg~re? qui représen-

de rascie!~ J~es ornecaens

da nou-r.

qui font

de l~AmeJ fonteom~ d;'oF maHlf avec des bas-

ret<e~

~omme

tourées

taudes,

la grecque dans des

de diamans de perles.

dont les figures

espèces

de nicher

j[on:

en-

de rubis,

d'éme-

Ce

bel ouvrage

fu~

çotp~nencé t~ais ii a été

Ëdefabtement

4ndré

D~<

à Cp~anrinople racommodé

en

en ~'76'. & enrichi

fous

con-

le Doga

Derrierp Bn aurre

le grand où Tepp~

Autet,

on en voit

le S. Sacrement

e~.envtronRédecptonnesdont

d~pt.ùs

b~ amarre

orientât,

quatra

hautes

Fareié,

p;&ds & denti, deu~ autres

d'une extrême

cotonnes

(ont

d~

ierpenen;; h petite

le parapet

eA d~ porphyre

du Sanduaire

~porie

de bronze

a

uni ouvrage de San (ovin.

.-La CbapeHe

Ducaie

eRenvirenc.ée

ÎI.

d'une colonne

Cs.

J~~o~re

dont l'entablement

H~.

ï~

a 3

pieds de large,

lonnes,

ou marbres précieux; au-deuus

il e~t Ibuienu

le tout en porpbire,

niche

e~ une croix

d'argent

par 8 co-

ferpentin de la cor- m:uEf avec

i~ figures

en marbre

relle qui reprétentent

de grandeur la Vierge,

natu-

les

douze Apôtres les colonnes

& S. Marc.

C'ettenir.e

que font les places

du Doge le Prë'vpr

du Sénat c< des Ambanadeurs

les Chanoines

P~m~r~

de rEg!i~ fe placent dans l'intërIeurduSanc~u.aire.

A gauche

de FAmel

du

S. Sacre-

du cote de FEvan-

ment, c'e~-à-dire, on entre

gile, porte de bronze

ioni

lut-même,

l'Aretin

]a