Vous êtes sur la page 1sur 209
ECOLE NATIONALE DES SCIENCES GEOGRAPHIQUES Centre de Formation Permanente LE GUIDE DU FORMATEUR Octobre 1995

ECOLE NATIONALE DES SCIENCES GEOGRAPHIQUES

Centre de Formation Permanente

ECOLE NATIONALE DES SCIENCES GEOGRAPHIQUES Centre de Formation Permanente LE GUIDE DU FORMATEUR Octobre 1995

LE GUIDE DU FORMATEUR

ECOLE NATIONALE DES SCIENCES GEOGRAPHIQUES Centre de Formation Permanente LE GUIDE DU FORMATEUR Octobre 1995

Octobre 1995

Le guide du formateur 01/10/95 SOMMAIRE INTRODUCTION PREAMBULE   A - INGENIERIE DE LA FORMATION

Le guide du formateur

01/10/95

SOMMAIRE

INTRODUCTION

PREAMBULE

 

A

- INGENIERIE DE LA FORMATION

A

- 1

Répondre à un besoin en formation

A

- 2

Rédiger le CdC d'un DdF

A

- 3

Elaborer un DdF (norme X 50 755)

A

- 4

Informer sur la formation

A

- 5

Coordonner les différents acteurs de la formation (tuteur)

A

- 6

Divers : normes, rappel du vocabulaire formation

B

- CONCEPTION / OBJECTIFS ET METHODES

B

- 0

Se poser les bonnes questions avant de concevoir une action de formation

B

- 1

Définir un objectif pédagogique (niveaux, savoirs)

B

- 2

Formaliser un objectif pédagogique

B

- 3

Construire un synopsis pédagogique

B

- 4

Choisir une méthode pédagogique

B

- 5

Repérer les avantages et les inconvénients des différentes méthodes

COGEF DEVELOPPEMENT

pédagogique B - 5 Repérer les avantages et les inconvénients des différentes méthodes COGEF DEVELOPPEMENT 1

1

Le guide du formateur 01/10/95 C - CONCEPTION / METHODES ET OUTILS   C -

Le guide du formateur

01/10/95

C

- CONCEPTION / METHODES ET OUTILS

 

C

- 1

Choisir un outil pédagogique

C

- 2

Concevoir un conducteur d'animation

C

- 3

Préparer un exposé

C

- 4

Choisir un type de plan

C

- 5

Préparer une démonstration

C

- 6

Choisir et concevoir un exercice (contrôle, bilan, découverte

)

C

- 7

Réaliser un questionnaire

C

- 8

Créer une étude de cas

C

- 9

Choisir un multimédia

C

- 10

Choisir une technique de travail en groupe

C

- 11

Réaliser des transparents

C

- 12

Choisir un audiovisuel de formation (sur catalogue)

C

- 13

Intervenir dans la réalisation d'un audiovisuel de formation

C

- 14

Réaliser un audiovisuel : du cahier des charges au montage

C

- 15

Choisir d'utiliser des diapositives

D

- CONCEPTION / DOCUMENTS STAGIAIRES

 

D

- 1

Choisir un type de document stagiaire

D

- 2

Concevoir un manuel stagiaire

D

- 3

Concevoir un schéma

D

- 4

Concevoir un document préparatoire à la formation

D

- 5

Concevoir une fiche de synthèse

D

- 6

Constituer un glossaire

COGEF DEVELOPPEMENT

formation D - 5 Concevoir une fiche de synthèse D - 6 Constituer un glossaire COGEF

3

Le guide du formateur 01/10/95 E - ANIMATION   E - 1 Préparer l'environnement d'une

Le guide du formateur

01/10/95

E

- ANIMATION

 

E

- 1

Préparer l'environnement d'une formation (check-liste organisation matérielle)

E

- 2

Connaître le fonctionnement d'un groupe

E

- 3

Présenter un module de formation (objectifs, plan de formation,

 

intervenants, coordinateur

)

E

- 4

Démarrer une action de formation : programme, règles du jeu, présentation des participants

E

- 5

Utiliser les 3 fonctions de l'animation (Production, Facilitation et Régulation)

E

- 6

Utiliser les différentes formes de feed-back pédagogique

E

- 7

Utiliser les questions

E

- 8

Utiliser la reformulation

E

- 9

Gérer les questions du groupe

E

- 10

Manier les relances

E

- 11

Mener un tour de table

E

- 12

Animer un exposé

E

- 12bis

Animer un exposé participatif

E

- 13

Faire une démonstration

E

- 14

Faire une démonstration informatique

E

- 15

Utiliser un questionnaire participatif

E

- 16

Travailler en sous-groupes

E

- 17

Recueillir des idées avec la méthode Trigger

E

- 18

Utiliser un rétroprojecteur

E

- 19

Utiliser des diapositives

E

- 20

Utiliser un tableau mural

E

- 20bis

Utiliser un tableau papier

E

- 21

Utiliser la vidéo

E

- 22

Faire faire de l'autoscopie

E

- 23

Organiser une étude de cas

E

- 24

Utiliser une simulation

E

- 25

Utiliser un logiciel de PREAO

E

- 26

Former par projet

E

- 27

Animer un brainstorming

E

- 28

Gérer un groupe

E

- 29

Co-animer

E

- 30

Conclure une formation

COGEF DEVELOPPEMENT

E - 28 Gérer un groupe E - 29 Co-animer E - 30 Conclure une formation

4

Le guide du formateur 01/10/95 F - L'EVALUATION ET LE SUIVI DE LA FORMATION  

Le

guide du formateur

01/10/95

F

- L'EVALUATION ET LE SUIVI DE LA FORMATION

 

F

- 1

Formaliser un processus d’évaluation

 

F

- 2

Choisir un mode d’évaluation

F

- 3

Evaluer avant l'action de formation

F

- 4

Evaluer pendant l'action de formation

F

- 5

Evaluer après l'action de formation

F

- 5 bis

L’auto-évaluation du formateur

F

- 6

Choisir les supports de l'évaluation

ANNEXES

 

• Cahier des charges type

• Glossaire de formation

• Conducteur d’animation : exemple + matrice

 

• Déroulement étude de cas dans la formation au management de projet

• Grille bilan de fin de stage

 

• Grille d’auto-analyse du formateur

 

• Bibliographie

 

COGEF DEVELOPPEMENT

de stage   • Grille d’auto-analyse du formateur   • Bibliographie   COGEF DEVELOPPEMENT 5

5

 

Introduction

 

1/ Le contexte

Ce document s'adresse aux personnes de l'IGN qui, de manière permanente ou occasionnelle, ont pour charge d'effectuer des formations. Son but est de clarifier le rôle du formateur IGN, tant en formation initiale qu'en formation continue, et de l'aider dans son travail en lui présentant des outils et des méthodes pédagogiques.

Ce guide n'a pas pour but de remplacer une formation de formateur, mais pourra accompagner une telle formation et fournir une aide complémentaire.

Il s'inscrit dans le cadre de l'élaboration de la Charte de la formation. Il s'appuie donc sur les éléments définis par cette Charte, qu'il complète éventuellement.

2/ Le contenu du guide pédagogique

 

Le guide pédagogique de la formation se présente comme un classeur contenant plusieurs parties :

- un préambule présente le rôle du formateur IGN et précise ses domaines d'intervention ;

- le guide, sous forme de fiches, propose pour chaque domaine d'intervention des méthodes qui facilitent le travail du formateur ;

- des annexes permettent de préciser certaines informations sans alourdir le guide ;

- un sommaire renvoie aux fiches du guide ;

 

- une bibliographie permet au lecteur de retrouver les documents qui ont permis l'élaboration des fiches afin de compléter ses connaissances sur le sujet.

COGEF DEVELOPPEMENT

COGEF DEVELOPPEMENT   1/2
COGEF DEVELOPPEMENT   1/2
 
1/2
1/2
Introduction (suite) 3/ La réalisation du document Le maître d'ouvrage de ce document est le

Introduction (suite)

3/ La réalisation du document

Le maître d'ouvrage de ce document est le directeur de l'ENSG. Il a été réalisé au premier semestre 1995 par un groupe de travail de sept personnes, animé par le responsable du CFP (Centre de la Formation Permanente). Ce groupe a reçu l'aide d'un groupe de lecteurs représentant les formateurs. Certains des outils qui y figurent ont été conçus et validés lors de la 1ère session de formation de formateurs.

4/ Les autres appuis pédagogiques

En plus de ce guide pédagogique, le formateur trouvera une documentation pédagogique complémentaire soit au Centre de la Formation Permanente (CFP), soit dans la bibliothèque de l'IGN. D'autre part, les réalisations en vidéo et multimédias sont à sa disposition au bureau de l'audiovisuel de l'ENSG. Enfin, la photothèque et la cartothèque lui fourniront soit des exemples soit des supports.

COGEF DEVELOPPEMENT

Enfin, la photothèque et la cartothèque lui fourniront soit des exemples soit des supports. COGEF DEVELOPPEMENT
2/2
2/2
Enfin, la photothèque et la cartothèque lui fourniront soit des exemples soit des supports. COGEF DEVELOPPEMENT
 

Préambule

 

1/ Le formateur IGN

 

On peut distinguer deux types de formateurs "IGN" : le formateur permanent et le formateur occasionnel. Tous les deux peuvent intervenir en formation initiale comme en formation continue.

Le formateur permanent est affecté à l'ENSG. Son emploi (au sens du glossaire de formation) peut être "Chargé de projet formation ou "Chef de cellule pédagogique et de recherche". Tous les autres formateurs de l'IGN sont des formateurs occasionnels.

2/ Les étapes d'un dispositif de formation

 

En formation initiale, un dispositif de formation correspond à un cycle.

 

En formation continue, le dispositif de formation peut être une action décrite par le plan de formation, ou bien un élément du catalogue des actions de formation.

La mise en place, la réalisation et la validation d'un dispositif de formation comportent plusieurs étapes qui sont définies dans la Charte de la formation. Ces étapes sont rappelées et précisées ici, en mettant l'accent sur le rôle du formateur.

Les étapes en amont de la mise en place du dispositif ne concernent pas a priori le formateur. Les acteurs principaux sont :

- en formation initiale, le comité de direction, la direction de la formation, les groupes d'orientation, de programmation et le conseil de perfectionnement;

- en formation continue, les responsables formations des services, l'encadrement et la direction de la formation;

Ces étapes sont :

- l'expression des besoins (FC et FI);

 

- la formalisation de la demande (FC et FI);

- l'établissement de la commande (FC) ou le réajustement des objectifs (FI);

- la mesure des écarts de compétences (FC).

 

Ces différentes étapes débouchent sur la définition d'objectifs de formation.

 

COGEF DEVELOPPEMENT

 
COGEF DEVELOPPEMENT     1/2
COGEF DEVELOPPEMENT     1/2
 
1/2
1/2
 

Préambule (suite)

 

La première étape qui concerne le formateur est la conception du dispositif de formation (FC) ou des programmes d'enseignement (FI). L'objectif de cette étape est l'écriture d'un cahier des charges qui précise les conditions de réalisation de la formation.

En formation continue le dispositif de la formation est découpé en modules de formation. Chaque module correspond à un objectif modulaire.

Le maître d'oeuvre de cette étape est le Centre de la Formation Permanente (CFP).

Le formateur joue un rôle d'expert auprès du maître d'oeuvre. Dans certains cas, le maître d'oeuvre peut lui déléguer entièrement la conception du dispositif de formation. Ce guide présente en partie A des aides qui facilitent ce travail de conception.

L'étape suivante est la définition des modalités pédagogiques. Elle est réalisée pour chaque module par le formateur qui a la charge de ce module.

Pour cela, le formateur décompose l'objectif de l'action de formation en objectifs pédagogiques. Chaque objectif pédagogique correspond à une séquence pédagogique d'une durée variable (de 20 mn à une demi-journée). A la fin de la séquence, le formé doit être capable de réaliser la tâche définie par l'objectif pédagogique.

Ensuite le formateur définit les méthodes, techniques et outils nécessaires à la mise en oeuvre de la séquence.

Des méthodes concernant la définition des objectifs pédagogiques et le choix des méthodes, techniques et outils sont présentées dans les fiches des parties B et C du guide.

Le formateur peut avoir à réaliser divers documents pédagogiques : documents de présentation, cours écrit, support de l'enseignant, aide à la prise de notes, etc. Ces documents et leur réalisation sont présentés dans les fiches de la partie D.

Enfin, le formateur réalise et évalue sa formation. Les parties E et F proposent diverses méthodes qui permettent une meilleure maîtrise de ces étapes.

Les phases suivantes d'un dispositif de formation ne concernent plus le formateur. Il s'agit de l'évaluation de la pédagogie et de l'évaluation "à froid" des compétences acquises et des effets du dispositif. Ces étapes concernent les mêmes acteurs que lors des phases préliminaires à la mise en place du dispositif.

COGEF DEVELOPPEMENT

COGEF DEVELOPPEMENT   2/2
COGEF DEVELOPPEMENT   2/2
 
2/2
2/2

A -

A - Répondre à un besoin en formation Le format eur doit rassembler des informations pour
A - Répondre à un besoin en formation Le format eur doit rassembler des informations pour
A - Répondre à un besoin en formation Le format eur doit rassembler des informations pour

Répondre à un besoin en formation

Le formateur doit rassembler des informations pour établir le cahier des charges de la formation.

Après que :

• l'analyse des besoins ait été faite,

la décision de répondre aux besoins ait été prise,

le formateur intervient comme expert en vue de réaliser le cahier des charges. Il va donc, dans un premier temps, procéder au recueil et au tri des principaux éléments de contenu de la formation.

COGEF DEVELOPPEMENT

au tri des principaux éléments de contenu de la formation. COGEF DEVELOPPEMENT Ingénierie de la formation
Ingénierie de la formation A - 1 1/1
Ingénierie de la formation
A - 1
1/1
A - Rédiger le cahier des charges (CdC) d'un dispositif de formation (DdF) C'est le
A -
Rédiger le cahier des charges (CdC)
d'un dispositif de formation (DdF)
C'est le document de base qui définit tous les attributs d'une
formation depuis les besoins du demandeur jusqu'aux critères
d'évaluation à froid de la formation.
Pour que tous les acteurs d'une formation connaissent le rôle
et les objectifs de leur(s) participation(s).
Toutes les démarches et les phases de conception d'un cahier
des charges de formation sont placées dans la Charte de la
formation.

EXEMPLE :

Cf. : le cahier des charges type en annexe

!
!

COGEF DEVELOPPEMENT

La rédaction d'un CdC est soumise à la normalisation française. Cf. norme AFNOR X50 - 756 - Avril 1992

soumise à la normalisation française. Cf. norm e AFNOR X50 - 756 - Avril 1992 Ingénierie
Ingénierie de la formation A - 2 1/1
Ingénierie de la formation
A - 2
1/1
A -
A -

Elaborer un dispositif de formation (DdF)

Un constat sur le vocabulaire que nous utilisons.

A l'IGN, nous avons coutume de parler de modules, stages, actions de formation, etc. dans un sens qui est quelquefois éloigné des définitions de la Charte de la Formation.

- Module de formation ("je vais suivre le module Langage C niv. 1 la semaine prochaine", "je suis inscrit à la deuxième session du module Lecture rapide", la fiche de candidature de l'année 1994 demande quels modules, stages ou cours ont été accordés en 93 pour l'année scolaire 93-94).

- Action de formation : le plan de formation 1994 parle d'actions de formation du catalogue, d'actions prioritaires (de reconversion, d'adaptation et d'élévation du niveau de compétence) et transversales (d'amélioration de l'efficacité des organisations).

Par ailleurs, le terme dispositif n'est pas du tout mentionné dans les documents officiels comme le catalogue et le plan de formation.

Devant cette réalité, le groupe, reprenant les définitions de la Charte, a cherché à en préciser les définitions en l'illustrant d'exemples concrets.

- Module : Segment élémentaire intégré ou intégrable dans un dispositif de formation. Chaque module constitue un tout en soi. Il est défini par un objectif de formation, des prérequis, une durée et un contenu.

- Action de formation : Ensemble (objectif, programme, moyens pédagogiques et d'encadrement, suivi de l'exécution et appréciation des résultats) mis en oeuvre dans un temps déterminé ou non, nécessaire pour permettre à des personnes sorties du système scolaire d'atteindre un niveau de connaissances ou de savoir- faire constituant l'objectif de formation. L'action de formation peut avoir pour objet : l'adaptation, la promotion, la prévention, l'acquisition, l'entretien ou le perfectionnement des connaissances.

COGEF DEVELOPPEMENT

l'entretien ou le perfectionnement des connaissances. COGEF DEVELOPPEMENT Ingénierie de la formation A - 3 1/2
Ingénierie de la formation A - 3 1/2
Ingénierie de la formation
A - 3
1/2
A -
A -

Elaborer un dispositif de formation (DdF)

Au sens légal (Art. R.950.4 du Code du Travail) les actions de formation financées par les employeurs se déroulent conformément à un programme qui, établi en fonction d'objectifs préalablement déterminés, précise les moyens pédagogiques et d'encadrement mis en oeuvre et définit un dispositif permettant de suivre l'exécution de ce programme et d'en apprécier le résultat.

Pour plus de précisions, le groupe de travail rajoute :

- Module : "est un ensemble cohérent d'actions de formations au sein d'un dispositif", cohérent par rapport à une population et par rapport à un thème.

- Action

élémentaire par rapport à un

:

"est

l'unité

professeur.

par rapport à un : "est l'unité professeur. ! COGEF DEVELOPPEMENT L'él aboration d'un DfD est
!
!

COGEF DEVELOPPEMENT

L'élaboration d'un DfD est soumise à la normalisation française. Cf. norme AFNOR X50 - 755 - Juin 1994

soumise à la normalisation française. Cf. norme AFNOR X50 - 755 - Juin 1994 Ingénierie de
Ingénierie de la formation A - 3 2/2
Ingénierie de la formation
A - 3
2/2

A -

A - ! COGEF DEVELOPPEMENT Informer sur la formation Informer les acteurs directement ou indirectement liés
A - ! COGEF DEVELOPPEMENT Informer sur la formation Informer les acteurs directement ou indirectement liés
!
!

COGEF DEVELOPPEMENT

Informer sur la formation

Informer les acteurs directement ou indirectement liés à l'action de formation prévue.

• Recueillir les inscriptions de participants ayant choisi en toute connaissance de cause

• Informer l'environnement proche (hiérarchique par exemple) des possibilités offertes en matière de formation et des planifications à envisager.

• Permettre aux participants de préparer leur formation :

recherche documentaire, lecture de documents préparatoires à la formation (cf. Fiche D-4 "Concevoir un document préparatoire à la formation")

Transmission des objectifs, programmes et dates, communication des cahiers des charges (formation conçue en réponse à une demande spécifique), envoi des documents éventuels de préparation.

La date d'envoi est fonction du temps nécessaire à la préparation, mais aussi de la disponibilité des participants.

nécessaire à la préparation, mais aussi de la disp onibilité des participants. Ingénierie de la formation
Ingénierie de la formation A - 4 1/1
Ingénierie de la formation
A - 4
1/1

A -

A - Coordonner les différents acteurs de la formation Le tableau suivant a été élaboré collectivement
A - Coordonner les différents acteurs de la formation Le tableau suivant a été élaboré collectivement

Coordonner les différents acteurs de la formation

Le tableau suivant a été élaboré collectivement pour déterminer les participants et leur rôle en fonction des différentes phases d'élaboration d'un dispositif de formation.

Acteurs ENSG. Forma- DPE Resp. Encadr. CPR CFP Formé D.E. teur D.F. Form. hiérarc. Phases
Acteurs
ENSG.
Forma-
DPE
Resp.
Encadr.
CPR
CFP
Formé
D.E.
teur
D.F.
Form.
hiérarc.
Phases
I
A
E
Diagnostic
Compétences
A
E
E
A
Ingénierie
Elaboration
A
E
E
A
C
E
CdC / DdF
Déroulement
A
A
C
du DdF
A
Acteur
C
Coordinateur
E
Expert
I
Informé

ENSG D.E : Direction des Etudes de l'Ecole Nationale des Sciences géographiques.

CPR : Cellule pédagogique et de recherche

CFP : Centre de formation permanente

DPE - D.F : Directeur de la Formation (à la Direction du personnel)

COGEF DEVELOPPEMENT

: Directeur de la Formation (à la Direction du personnel) COGEF DEVELOPPEMENT Ingénierie de la formation
Ingénierie de la formation A - 5 1/1
Ingénierie de la formation
A - 5
1/1

A -

A - 1/ Normes Divers ingénierie Six norm es pour la formation professionnelle L'AF NOR a
1/ Normes
1/ Normes
1/ Normes
1/ Normes
1/ Normes
1/ Normes

1/ Normes

1/ Normes

Divers ingénierie

Six normes pour la formation professionnelle

L'AFNOR a présenté le 23 juin 1994 trois nouvelles normes sur la formation professionnelle. Elles sont expérimentales pendant un an (jusqu'en juillet 1995).

• La norme X50-755 "Formation professionnelle - Demande de formation - thode d'élaboration des projets de formation". Elle définit l'étape d'analyse des besoins en formation qui précède l'élaboration d'un cahier des charges d'achat de formation. Elle se présente sous forme d'un questionnaire dont l'objectif est de rappeler tous les éléments susceptibles d'être intégrés dans cette démarche.

• La norme X50-761 "Formation professionnelle - Organisme de formation - Service et prestation de service" définit les caractéristiques du service fourni par l'organisme de formation et les moyens nécessaires à la réalisation de ce service.

• La norme X50-760-2 "Formation professionnelle - Partie 2 : terminologie" est un complément à la X50-760-1. Elle définit 40 nouveaux termes couramment employés par la profession dans les échanges entre clients et fournisseurs.

Les trois premiers documents publiés en avril 1992 ont intégré les remarques parvenues à l'AFNOR après un an d'expérimentation. Leur publication en normes définitives (normes homologuées) est intervenue en octobre 1994, après une enquête de deux mois auprès des commissions de normalisation des ministères concernés. Il s'agit des documents :

X50-750-1 "Formation professionnelle - Terminologie". Les 80 termes les plus couramment utilisés par les professionnels ont été définis, testés et stabilisés.

X50-756 "Formation professionnelle - Demande de formation - Cahier des charges de la demande". Ce texte constitue une formalisation de la demande faite par l'entreprise et facilite la réponse de l'offreur. La commande doit être comprise comme la transformation du cahier des charges de la demande en cahier des charges de la formation.

COGEF DEVELOPPEMENT

charges de la demande en cahier des charges de la formation. COGEF DEVELOPPEMENT Ingénierie de la
Ingénierie de la formation A - 6 1/4
Ingénierie de la formation
A - 6
1/4
Divers ingénierie A - • X50-760 "Formation professionnelle - Orga nisme de formation - Informations

Divers ingénierie

A -

X50-760 "Formation professionnelle - Organisme de formation - Informations relatives à l'offre". Ce document permet une expression lisible et transparente de l'offre de formation et tient compte des obligations légales en matière d'expression de l'offre.

Les normes AFNOR sont plus utilisées dans l'esprit que dans la lettre mais elles constituent des outils de réflexion sur la qualité des formations et sur les minima du métier. La norme terminologie a permis de prendre conscience de la nécessité de clarifier le vocabulaire.

A la date d'août 1994, il avait été vendu 20 000 exemplaires de ces trois premières normes.

2/ Vocabulaire formation IGN (extraits)

Compétence : Ensemble de savoirs théoriques, procéduraux et pratiques mis en oeuvre dans le contexte particulier d'une situation professionnelle qui permettent d'exercer convenablement une fonction ou une activité.

Prérequis :

Maîtrise des savoirs et savoir-faire nécessaires pour suivre valablement un module de formation ou une formation complète.

Savoirs pratiques :

Les savoirs pratiques sont acquis par l'expérience. Ils sont empiriques, ils s'apprennent dans la pratique et s'expriment par l'action. Ils comblent ce qui n'a pas été codifié dans des procédures. Ex. : restituer l'altimétrie.

Savoirs procéduraux : Les savoirs procéduraux disent le "comment faire". Ils décrivent les enchaînements d'opérations, de règles et conditions à respecter pour obtenir les effets voulus. Ex. :

les procédures pour installer un cliché, pour transférer des données.

Savoirs théoriques : Les savoirs théoriques situent leur action dans l'abstrait et le symbolique. Ce sont les savoirs "généraux". Ils forment des modèles qui ont leurs propres lois. Ils n'ont pas de prise directe sur le réel. Ex. : les mathématiques, les statistiques

COGEF DEVELOPPEMENT

sur le réel. Ex. : les mathématiques, les statistiques COGEF DEVELOPPEMENT Ingénierie de la formation A
Ingénierie de la formation A - 6 2/4
Ingénierie de la formation
A - 6
2/4
A - Divers ingénierie 2/ Vocabulaire formation IGN (extraits) (suite)
A -
Divers ingénierie
2/ Vocabulaire formation IGN (extraits) (suite)
!
!

Pour les autres thèmes utilisés dans le "langage formation", se référer au

glossaire de la formation (annexe).

3/ Les acteurs de la formation

Tous les agents de l'IGN sont ou peuvent devenir des acteurs de la formation en jouant un des rôles listés ci-dessous. Certains exercent de façon permanente des fonctions en liaison avec la formation. Ils sont également susceptibles de participer à des groupes institutionnels dont l'objet est la formation.

- Le maître d'ouvrage

- Le maître d'oeuvre

- Le chargé de formation

- Le concepteur-gestionnaire

- Le responsable formation

- Le formateur

- Le tuteur (en production) et / ou le maître de stage

- Le formé

Tous ces rôles sont définis dans le glossaire de formation. ous ces rôles sont définis dans le glossaire de formation.

COGEF DEVELOPPEMENT

T ous ces rôles sont définis dans le glossaire de formation. COGEF DEVELOPPEMENT Ingénierie de la
Ingénierie de la formation A - 6 3/4
Ingénierie de la formation
A - 6
3/4
A - Divers ingénierie 4/ Les "lieux" du formateur IGN
A -
Divers ingénierie
4/ Les "lieux" du formateur IGN

Le Centre de Formation Permanente

La bibliothèque

Le bureau de l'audiovisuel de l'ENSG

La photothèque

La cartothèque

COGEF DEVELOPPEMENT

de l'ENSG ➠ La photothèque ➠ La cartothèque COGEF DEVELOPPEMENT Ingénierie de la formation A -
Ingénierie de la formation A - 6 4/4
Ingénierie de la formation
A - 6
4/4
B -
B -

Se poser les bonnes questions avant de concevoir une session de formation

Le concepteur doit organiser son travail de conception de façon à optimiser l'atteinte des objectifs qui sont définis dans le cahier des charges.

Objectif premier de la conception :

Faire passer, rendre transmissible et transparent ce qui existe dans la tête du formateur.

Objectif "secondaire" :

Transmettre les documents à un autre formateur (éventuel) avec un minimum d'explications.

La conception d'une session de formation commence en amont de l'écriture du contenu et de la fabrication des supports pédagogiques.

!
!

COGEF DEVELOPPEMENT

6 étapes interdépendantes et à harmoniser les unes par rapport aux autres.

En se posant des questions :

1.- Quels objectifs de formation ? Que veut-on que les formés sachent, sachent faire ou sachent être après la formation ?

• Objectif de formation

Objectifs pédagogiques (cf fiche B - 2 "Formaliser un objectif pédagogique")

2.- Quelle population concernée ?

Niveau professionnel actuel ou à venir

Prérequis (en termes de savoirs et savoir-faire préalables nécessaires)

Nombre de participants

3.- Quelles contraintes ?

• Durée

• Lieu

• Moyens à disposition

participants • … 3.- Quelles contraintes ? • Durée • Lieu • Moyens à disposition Conception
Conception B - 0 1/2
Conception
B - 0
1/2
B - Se poser l es bonnes questions avant de concevoir une session de formation

B -

Se poser les bonnes questions avant de concevoir une session de formation

4.- Quels contenus ?

5.- Quelles méthodes pédagogiques ?

6.- Quels supports pédagogiques ?

!
!

Pour concevoir une formation adaptée aux participants, le formateur doit faire préciser :

Le nombre de participants : ce nombre est particulièrement important pour déterminer ensuite des choix de méthodes et de supports pédagogiques.

Le niveau professionnel actuel ou participants.

à venir

des

Le niveau de connaissances préalables nécessaires par rapport au thème du stage (prérequis éventuels).

Le niveau hiérarchique.

Et, éventuellement, les intérêts communs des stagiaires (un problème particulier à résoudre, par exemple).

Tous ces éléments vont automatiquement influer sur les objectifs en termes de niveaux à atteindre par les participants à la fin du stage.

L’objectif premier est d’éviter les trop grands écarts de niveau et de motivation des participants. En effet, l’homogénéité permettra la mise en place d’une progression pédagogique, même si les participants sont plus «poussés à venir» que «volontaires».

COGEF DEVELOPPEMENT

même si les participants sont plus «poussés à venir» que «volontaires». COGEF DEVELOPPEMENT Conception B -
Conception B - 0 2/2
Conception
B - 0
2/2

B -

B - Définir un objectif pé dagogique Il s'agit de définir les acquisitions visées auprès des
B - Définir un objectif pé dagogique Il s'agit de définir les acquisitions visées auprès des
B - Définir un objectif pé dagogique Il s'agit de définir les acquisitions visées auprès des
B - Définir un objectif pé dagogique Il s'agit de définir les acquisitions visées auprès des

Définir un objectif dagogique

Il s'agit de définir les acquisitions visées auprès des formés.

On distingue objectif opérationnel de formation et objectifs pédagogiques.

Un objectif opérationnel de formation traduit l'intention de faire acquérir aux stagiaires un savoir. Cet objectif représente la direction globale visée par la formation. Il doit être compréhensible par les stagiaires, bien sûr, mais aussi par tout non professionnel de la formation.

EXEMPLE A la fin de la formation, le stagiaire saura rédiger une planche mère.

Les objectifs pédagogiques sont la traduction de l'objectif opérationnel de formation en savoirs à acquérir. Ils représentent des niveaux à atteindre. On distingue trois types d'objectifs pédagogiques : acquérir un savoir théorique, un savoir procédural ou un savoir pratique.

EXEMPLES

.

Connaître les procédés de rédaction d'une carte

.

Suivre les règles de généralisation de la carte

.

Savoir tracer un réseau routier sur couche à graver

. Savoir tracer un réseau routier sur couche à graver COGEF DEVELOPPEMENT Ces objectifs aident le

COGEF DEVELOPPEMENT

Ces objectifs aident le formateur à créer des contenus en fonction des buts à atteindre (et non l'inverse!) et à choisir les méthodes et supports pédagogiques les mieux adaptés.

A partir d'un jeu d'objectifs (de formation ou pédagogiques selon la durée de la formation), le formateur peut organiser rationnellement ses séquences de formation, affecter le temps pour les différents sujets, rassembler les documents, planifier ses interventions.

le temps pour les différents sujets, rassembler les documents, planifier ses interventions. Conception B - 1
Conception B - 1 1/4
Conception
B - 1
1/4
B -
B -

Définir un objectif dagogique

Les objectifs aident à communiquer avec les formés :

Le formé peut choisir des stages en toute connaissance de cause, suivre ses propres progrès, orienter et adapter ses efforts.

Ils facilitent la communication entre le concepteur gestionnaire et les formateurs : on peut coordonner des programmes, éviter le double emploi, contrôler que le niveau de départ des stagiaires correspond aux prérequis.

Ils renforcent la formation :

Le formé peut mettre en parallèle chaque expérience d'apprentissage avec les objectifs.

Ils facilitent l'évaluation :

L'évaluation ne peut se faire qu'à partir d'objectifs clairement définis en amont de la formation. Evaluation de la formation, des acquisitions des formés, de la méthode utilisée.

des acquisitions des formés, de la méthode utilisée. Les objectifs pédagogiques expriment des savoirs et des

Les objectifs pédagogiques expriment des savoirs et des comportements à acquérir. Ils s'expriment en terme de savoir pour préciser le type de contenu et en terme de niveau à atteindre. Ils doivent être formulés en termes de résultats escomptés, mesurables et/ou observables.

Niveau à atteindre par les formés

Niveau d'information :

Une formation qui vise ce niveau est essentiellement une vulgarisation où l'emploi et la définition de termes nouveaux sont réduits, mais où cette absence de connaissances spécialisées est compensée par une vue d'ensemble des phénomènes.

EXEMPLES :

.

Avoir des notions d'esthétique graphique

.

Connaître les techniques de reproduction graphique

COGEF DEVELOPPEMENT

graphique . Connaître les techniques de reproduction graphique COGEF DEVELOPPEMENT Conception B - 1 2/4
Conception B - 1 2/4
Conception
B - 1
2/4
B -
B -

Définir un objectif dagogique

Niveau d'appropriation :

Une formation qui vise ce niveau a pour but d'obtenir que les apprenants soient capables d'utiliser certains outils ou méthodes.

EXEMPLES :

.

Mettre en oeuvre ou utiliser

.

Connaître les procédures simples d'appel d'offre

.

Suivre les règles de tracé d'une carte

.

Maîtriser l'habillage d'une carte à 1/25 000

Niveau de transfert :

Une formation qui vise ce niveau a pour but l'acquisition de connaissances permettant d'assembler et d'organiser des éléments, de mettre en évidence leurs relations et de raisonner pour aboutir à une explication ou à un résultat. Ce niveau englobe les 2 niveaux précédents.

EXEMPLES :

.

Diagnostiquer une panne et intervenir

.

Concevoir une carte thématique

LES TYPES DE SAVOIRS :

Le savoir THÉORIQUE : centré sur les savoirs généraux (abstrait et symbolique), n'ayant pas de prise directe sur le réel. Ils forment des modèles qui ont leurs propres lois (mathématiques, statistiques…).

Le savoir PROCÉDURAL : centré sur le "comment faire", il décrit un enchaînement d'opérations, les règles et conditions à respecter pour obtenir les effets voulus.

COGEF DEVELOPPEMENT

Le savoir PRATIQUE : il est acquis par l'expérience. Empirique, il s'apprend dans la pratique et s'exprime par l'action. Il comble ce qui n'a pas été codifié dans les procédures.

s'exprime par l'action. Il comble ce qui n'a pas été codifié dans les procédures. Conception B
Conception B - 1 3/4
Conception
B - 1
3/4
B -
B -

Définir un objectif dagogique

EXEMPLES D'OBJECTIFS :

1. Les objectifs liés à l’acquisition d’un SAVOIR THÉORIQUE :

• connaître la théorie des moindres carrés

connaître les théories de la gestion des stocks en flux tendu

connaître les principes du droit de protection de l'information géographique

2. Les objectifs liés à l’acquisition d’un SAVOIR PROCÉDURAL :

• savoir organiser un cycle auteur lecteur selon la méthode SADT

connaître les spécifications de saisie de la BD Topo

• savoir démarrer un récepteur GPS

3. Les objectifs liés à l’acquisition d’un SAVOIR PRATIQUE :

• savoir restituer une courbe de niveau

• mettre en station un theodolite

S’il est important de les distinguer pour concevoir une formation adaptée, il ne faut pas se leurrer : la formation est souvent un savant mélange des trois types d’objectifs. Par exemple pour concevoir un réseau géodésique par triangulation, il faut connaître la trigonométrie, les normes d'implantation des points du réseau et savoir réaliser des observations.

COGEF DEVELOPPEMENT

d'implantation des points du réseau et savoir réaliser des observations. COGEF DEVELOPPEMENT Conception B - 1
Conception B - 1 4/4
Conception
B - 1
4/4

B -

B - ! Formaliser un objectif pédagogique Ce sont les objectifs qui vont déter miner les
B - ! Formaliser un objectif pédagogique Ce sont les objectifs qui vont déter miner les
!
!

Formaliser un objectif pédagogique

Ce sont les objectifs qui vont déterminer les contenus abordés au cours de la formation.

Après avoir formalisé les contenus abordés au cours de la formation, il est indispensable de s'assurer de la pertinence de l'objectif pédagogique,

En se posant des questions :

Est-ce que l'objectif reprend les conditions dans

lesquelles la connaissance ou le comportement souhaité doit se manifester (contexte, moyens, outils à

utiliser

)

?

Est-ce que l'on y trouve le niveau d'exigence auquel l'apprentissage doit se situer ?

Est-ce que le stagiaire sait quels sont les résultats

escomptés à l'issue de la formation (résultats escomptés, mesurables et/ou observables) ?

Est-ce que les normes de performance sont indiquées

(pourcentage d'erreurs tolérées par exemple

) ?

Est-ce que les moyens nécessaires à l'atteinte de l'objectif sont disponibles pour la formation ?

Est-ce que les prérequis éventuels sont réalistes (en fonction de la population) ?

ET SURTOUT

Est-ce que l'objectif est formulé en se mettant à la place du stagiaire et de son point de vue (et non du point de vue du formateur) ?

COGEF DEVELOPPEMENT

du stagiaire et de so n point de vue (et non du point de vue du
Conception B - 2 3/3
Conception
B - 2
3/3
B -
B -
B - Construire un synopsis pédagogique Il s' agit de disposer de la trame précise et

Construire un synopsis pédagogique

Il s'agit de disposer de la trame précise et chronologique du cours / module à animer.

Structure visuelle des différentes parties du cours

Synthèse du découpage des contenus

Pour regrouper toutes les caractéristiques essentielles du cours / module

Pour organiser le temps et vérifier que tous les supports pédagogiques sont disponibles

Pour valider le choix et l'alternance des méthodes et outils pédagogiques

et l'alternance des méthodes et outils pédagogiques Après avoir fixé les objectifs du stage, le formateur

Après avoir fixé les objectifs du stage, le formateur doit transposer ces objectifs en programme, en fonction des contenus déjà recensés et en fonction de la population des formés.

L'idéal est de pouvoir attribuer des contenus-clés à chaque objectif puis de s'interroger sur l'organisation des différentes séquences de la formation : acquisition des savoirs théoriques, procéduraux, pratiques, contrôle des acquisitions et éventuellement vérification de l'application par chaque formé sur le terrain.

EXEMPLE :

Objectifs :

* savoir ce qu'est un modèle de géoïde et ses différentes représentations

* savoir estimer la précision de modèles de géoïdes

Thème : Les modèles de géoïde

!
!

COGEF DEVELOPPEMENT

Attention : un objectif peut correspondre à plusieurs sous- thèmes ou thèmes et inversement un sous-thème ou thème peut atteindre plusieurs objectifs.

- 1/4 -
- 1/4 -
Conception B - 3 1/4
Conception
B - 3
1/4

B -

B - Construire un synopsis pédagogique Pour faciliter le choix des méthodes et des outils pédagogiques,
B - Construire un synopsis pédagogique Pour faciliter le choix des méthodes et des outils pédagogiques,
B - Construire un synopsis pédagogique Pour faciliter le choix des méthodes et des outils pédagogiques,
B - Construire un synopsis pédagogique Pour faciliter le choix des méthodes et des outils pédagogiques,
B - Construire un synopsis pédagogique Pour faciliter le choix des méthodes et des outils pédagogiques,

Construire un synopsis pédagogique

Pour faciliter le choix des méthodes et des outils pédagogiques, le synopsis doit d’ores et déjà prévoir une alternance des sujets de type «plutôt expositif» et des sujets de type «plutôt actif». Bien sûr, cette prévision repose sur des a priori quant à la façon de traiter tel ou tel sujet, et le choix des méthodes va permettre d’y revenir.

Le synopsis doit reprendre :

• les objectifs (cf fiches B-1 "Définir un objectif pédagogique" et B-2 "Formaliser un objectif pédagogique")

• les thèmes, sous-thèmes de la formation

• les contenus clés de formation par sous-thème

• la durée par sous-thème ou par thème (cf ci-dessous)

• les méthodes pédagogiques dominantes pour chaque thème (cf fiche B-4 "Choisir une méthode pédagogique")

• l'ensemble des outils pédagogiques par sous-thème (cf fiche C-1 "Choisir un outil pédagogique")

Le synopsis doit reprendre :

- sur une première page :

• population

• objectifs opérationnels de formation

• durée de la formation

- sur une deuxième page :

Objectifs pédagogiques ==> thèmes et sous-thèmes

Objectifs pédagogiques ==> thèmes et sous-thèmes

COGEF DEVELOPPEMENT

une deuxième page : Objectifs pédagogiques ==> thèmes et sous-thèmes COGEF DEV ELOPPEMENT Conception B -
Conception B - 3 2/4
Conception
B - 3
2/4

B -

B - Construire un synopsis pédagogique - sur un document à l'italienne : THÈME : SOUS-THEMES
B - Construire un synopsis pédagogique - sur un document à l'italienne : THÈME : SOUS-THEMES
B - Construire un synopsis pédagogique - sur un document à l'italienne : THÈME : SOUS-THEMES
B - Construire un synopsis pédagogique - sur un document à l'italienne : THÈME : SOUS-THEMES
B - Construire un synopsis pédagogique - sur un document à l'italienne : THÈME : SOUS-THEMES

Construire un synopsis pédagogique

- sur un document à l'italienne :

THÈME :

THÈME :

SOUS-THEMES

CONTENUS CLES

METHODES/

DUREE

SUPPORTS

©

COGEF DÉV ELO PPEMEN T

DATE

© COGEF DÉV ELO PPEMEN T DATE TITRE DE LA FORMATION

TITRE DE LA FORMATION

© COGEF DÉV ELO PPEMEN T DATE TITRE DE LA FORMATION

Une fois les contenus clés posés, et pour arriver à un synopsis pédagogique adapté, le formateur doit s'interroger sur l'organisation des différentes séquences d'une formation.

La construction du synopsis doit être rigoureuse pour permettre une utilisation très souple. Il pourra être modifié si les autres étapes de la conception (méthodes et outils pédagogiques) l’exigent.

La possibilité doit être laissée au formateur de raccourcir, ralentir ou rallonger les séquences en fonction du niveau acquis par les stagiaires.

La durée :

La durée d’une formation ou d'un cours est interdépendante des autres étapes de la conception.

Le formateur se retrouve souvent obligé de gérer une durée limitée pour animer ses cours. Or, il doit être extrêmement vigilant quant à la cohérence objectifs-temps. Ne pas prévoir l’acquisition d’une attitude par des méthodes actives utilisant l’entraînement vidéo sur une journée avec un groupe de 15 personnes, par exemple. Ou encore, ne pas prévoir une formation d’une durée de 5 jours alors que le sujet ne permet (on l’a bien vérifié !) que l’utilisation d’une méthode expositive.

COGEF DEVELOPPEMENT

(on l’a bien vérifié !) que l’utilisation d’une méthode expositive. COGEF DEV ELOPPEMENT Conception B -
Conception B - 3 3/4
Conception
B - 3
3/4

B -

B - Construire un synopsis pédagogique Pour respecter cette cohérence, le formateur peut être amené à
B - Construire un synopsis pédagogique Pour respecter cette cohérence, le formateur peut être amené à
B - Construire un synopsis pédagogique Pour respecter cette cohérence, le formateur peut être amené à
B - Construire un synopsis pédagogique Pour respecter cette cohérence, le formateur peut être amené à
B - Construire un synopsis pédagogique Pour respecter cette cohérence, le formateur peut être amené à

Construire un synopsis pédagogique

Pour respecter cette cohérence, le formateur peut être amené à remanier les objectifs.

En effet, des objectifs trop ambitieux dans le temps ne seront jamais atteints sauf à privilégier en permanence la "parole du formateur", aux dépens de la participation du groupe. Si le choix des méthodes permet de pallier en partie la contrainte de temps, il ne permettra pas d’atteindre les objectifs, surtout lorsqu’il s’agit de stages centrés sur l’acquisition de savoirs procéduraux ou pratiques.

La durée (qu’elle soit fixée ou non au préalable) est un paramètre qui doit servir de repère pour :

structurer le stage en séquences chronologiques,

s’assurer de la possibilité de mise en oeuvre matérielle de chacune des méthodes pédagogiques préconisées,

s’assurer de la "faisabilité pédagogique" de la quantité d’informations à transmettre :

vérifier "l’ambition des contenus et des objectifs".

sélectionner les contenus indispensables à transmettre par le formateur, des contenus "secondaires", c'est-à-dire pouvant être transmis différemment (document papier par exemple)

Contenus "indispensables"

* connaissances peu explicites sur un document écrit

* thème suscitant des questions

* compréhension indispensable pour la suite de la formation

COGEF DEVELOPPEMENT

- 4/4 -
- 4/4 -

Contenus "secondaires"

* transmissibles par écrit

* thème repris ultérieurement dans le détail

* thème déjà connu en grande partie

* thème simple et auto-explicite

Conception B - 3 4/4
Conception
B - 3
4/4

B -

B - C hoisir une méthode pédagogique Une méthode pédagogique correspond à une conception de l'accès
B - C hoisir une méthode pédagogique Une méthode pédagogique correspond à une conception de l'accès
B - C hoisir une méthode pédagogique Une méthode pédagogique correspond à une conception de l'accès
B - C hoisir une méthode pédagogique Une méthode pédagogique correspond à une conception de l'accès

Choisir une méthode pédagogique

Une méthode pédagogique correspond à une conception de l'accès au savoir. Chaque méthode va privilégier un certain nombre de techniques et d'outils d'animation.

A partir de la question "Où se trouve le savoir et comment le transmettre ?", il est possible de classer les méthodes pédagogiques en 3 grands groupes :

On

peut

considérer

que

le

savoir

est

extérieur

à

l'apprenant. Le formateur possède le

savoir

et

le

transmet. Les méthodes

correspondantes

à

cette

conception

sont

les

méthodes

expositives

et

démonstratives.

On peut considérer que le savoir est détenu en fait par les personnes en formation, mais il constitue une sorte de mosaïque sans forme. Le travail du pédagogue consiste à mettre au jour ce savoir, aider les personnes à le formuler et à le structurer. Les méthodes correspondantes sont les méthodes interrogatives.

Enfn, on peut considérer que le savoir est extérieur au formateur et à l'apprenant. Le rôle du formateur est alors de donner à chacun les moyens de s'approprier le savoir par une démarche responsable et personnelle. Les méthodes correspondantes à cette conception sont les méthodes actives (réflexion et découverte).

Exemples d'animation mettant en oeuvre les méthodes expositives et démonstratives : exposé, conférence, démonstration, manipulation d'outils, expéri- mentation, tutorat.

Exemples d'animation mettant en oeuvre les méthodes interrogatives :

recherche par essai/erreur, travaux dirigés, E.A.O., questionnaires.

Exemples d'animation mettant en oeuvre les méthodes actives : travail par projet, travail en groupe, formation-action, entraînement, simulation, jeu de rôle, étude de cas, discussion-débat, résolution de problème, travaux pratiques, auto- formation, formation à distance.

COGEF DEVELOPPEMENT

de problème, travaux pratiques, auto- formation, formation à distance. COGEF DEVELOPPEMENT Conception B - 4 1/4
Conception B - 4 1/4
Conception
B - 4
1/4

B -

B - C hoisir une méthode pédagogique Il faut garder à l'esprit que plus les méthodes
B - C hoisir une méthode pédagogique Il faut garder à l'esprit que plus les méthodes
B - C hoisir une méthode pédagogique Il faut garder à l'esprit que plus les méthodes
B - C hoisir une méthode pédagogique Il faut garder à l'esprit que plus les méthodes
B - C hoisir une méthode pédagogique Il faut garder à l'esprit que plus les méthodes

Choisir une méthode pédagogique

Il faut garder à l'esprit que plus les méthodes sont actives, plus le temps de préparation et la durée de formation seront longs. De plus, les méthodes actives ne sont applicables que pour de petits groupes. Le choix d'une méthode pédagogique est donc fonction des objectifs fixés et des moyens disponibles.

Il y a des cas où il faut utiliser des méthodes qui favorisent la participation des stagiaires, d'autres où l'information à transmettre ne nécessite ou ne permet pas l'échange…

C'est l'objectif pédagogique qui va nous l'indiquer, mais aussi les conditions de la formation, les caractéristiques de la population cible, la durée possible de la formation…

La méthode pédagogique doit être cohérente avec :

les objectifs pédagogiques : savoirs théoriques, procéduraux et pratiques,

La population cible : prérequis, métier, statut

les courbes d'attention et de participation du groupe (cf fiche E-2 "Connaître le fonctionnement d'un groupe")

La disponibilité des outils pédagogiques

Les principes d'animation de la méthode elle-même et des outils utilisés (cf chapitre E/Animation)

Le "style culturel" de l'entreprise

La durée du cours

La fréquence des cours et la durée globale de la formation

AUCUNE METHODE N'EST MEILLEURE QU'UNE AUTRE :

CE QUI COMPTE C'EST L'ALTERNANCE ET L'HARMONISATION DES METHODES ET DES SUPPORTS.

COGEF DEVELOPPEMENT

L'ALTERNANCE ET L'HARMONISATION DES METHODES ET DES SUPPORTS. COGEF DEVELOPPEMENT Conception B - 4 2/4
Conception B - 4 2/4
Conception
B - 4
2/4

B -

B - C hoisir une méthode pédagogique Le choix d'une méthode pédagogiqu e doit prendre en
B - C hoisir une méthode pédagogique Le choix d'une méthode pédagogiqu e doit prendre en
B - C hoisir une méthode pédagogique Le choix d'une méthode pédagogiqu e doit prendre en

Choisir une méthode pédagogique

Le choix d'une méthode pédagogique doit prendre en compte la redondance pédagogique nécessaire à l'appropriation, par les stagiaires, des points les plus "complexes" et/ou les plus essentiels par rapport aux objectifs de la formation.

La redondance pédagogique a pour objectifs :

de ne passer à la phase suivante de la formation, qu'après avoir vérifié et éventuellement consolidé l'acquisition de la première phase,

de ne pas contrôler les acquisitions dans" l'échec", ce qui est trop souvent le cas des contrôles dits "finals" : ni le formateur, ni le stagiaire ne savent alors la raison ou le moment qui, dans la formation, a été à l'origine de l'échec.

Cette redondance pédagogique, prévue lors de la conception, n'est pas à systématiser : cela risquerait de perturber de synopsis et la durée de la formation.

Exemple

ETAPE 1 Méthode expositive

ETAPE 1 Méthode expositive

ETAPE 1 Méthode expositive
ETAPE 1 Méthode expositive
durée de la formation. Exemple ETAPE 1 Méthode expositive Feed-back-contrôle Si feed-back satisfaisant ETAPE 2 COGEF

Feed-back-contrôle

Si feed-back satisfaisant

expositive Feed-back-contrôle Si feed-back satisfaisant ETAPE 2 COGEF DEVELOPPEMENT Si feed-back insatisfaisant

ETAPE 2

COGEF DEVELOPPEMENT

Si feed-back insatisfaisant

ETAPE 2 COGEF DEVELOPPEMENT Si feed-back insatisfaisant ETAPE 1 BIS Méthode active Feed-back-contrôle Conception
ETAPE 1 BIS Méthode active

ETAPE 1 BIS Méthode active

ETAPE 1 BIS Méthode active
ETAPE 1 BIS Méthode active
2 COGEF DEVELOPPEMENT Si feed-back insatisfaisant ETAPE 1 BIS Méthode active Feed-back-contrôle Conception B - 4
2 COGEF DEVELOPPEMENT Si feed-back insatisfaisant ETAPE 1 BIS Méthode active Feed-back-contrôle Conception B - 4

Feed-back-contrôle

2 COGEF DEVELOPPEMENT Si feed-back insatisfaisant ETAPE 1 BIS Méthode active Feed-back-contrôle Conception B - 4
Conception B - 4 3/4
Conception
B - 4
3/4

B -

B - C hoisir une méthode pédagogique TABLEAU COMPARATIF : Ce tableau permet de choisir une
B - C hoisir une méthode pédagogique TABLEAU COMPARATIF : Ce tableau permet de choisir une
B - C hoisir une méthode pédagogique TABLEAU COMPARATIF : Ce tableau permet de choisir une
B - C hoisir une méthode pédagogique TABLEAU COMPARATIF : Ce tableau permet de choisir une
B - C hoisir une méthode pédagogique TABLEAU COMPARATIF : Ce tableau permet de choisir une

Choisir une méthode pédagogique

TABLEAU COMPARATIF :

Ce tableau permet de choisir une méthode en fonction de sa plus grande efficacité :

- dans l'acquisition d'un savoir, théorique, procédural ou pratique,

- dans le cas d'une transmission d'un grand nombre d'informations,

- dans le cas de la formation d'un grand nombre de personnes (> 15).

MÉTHODES

 

Acquisition

Si grand volume d'infos à transmettre

Si grand nombre de personnes à former (>15)

PÉDAGOGIQUES

d'un savoir

d'un savoir

d'un savoir

théorique

procédural

pratique

EXPOSITIVES ET DÉMONSTRATIVES

         

Exposé

4

1

1

4

4

Exposé participatif

3

3

2

3

2

Démonstration

2

4

2

1

1

INTERROGATIVES

3

2

1

2

2

ACTIVES

2

3

4

2

1

Indice 1 : Méthode peu efficace Indice 2 : Méhode moyennement efficace Indice 3 : Méthode efficace Indice 4 : Méthode très efficace

!
!

Le formateur doit alterner les méthodes. Le changement de rythme est fondamental pour maintenir la motivation du groupe, au niveau d'attention et de participation.

Suite "Caractéristiques des méthodes" : cf chapitre Animation.

COGEF DEVELOPPEMENT

Su ite "Caractéristiques des méthodes" : cf chapitre Animation. COGEF DEVELOPPEMENT Conception B - 4 4/4
Conception B - 4 4/4
Conception
B - 4
4/4

B -

B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes Il est indisp ensable
B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes Il est indisp ensable

Repérer les avantages et les inconvénients des différentes méthodes

Il est indispensable que le formateur puisse choisir, en toute connaissance de cause, la méthode correspondant aux objectifs et à son rôle du formateur (cf chapitre Animation).

et à son rôle du formateur (cf chapitre Animation). MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS RÔLE DU
et à son rôle du formateur (cf chapitre Animation). MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS RÔLE DU
et à son rôle du formateur (cf chapitre Animation). MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS RÔLE DU
et à son rôle du formateur (cf chapitre Animation). MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS RÔLE DU

MÉTHODE

AVANTAGES

INCONVÉNIENTS

RÔLE DU FORMATEUR (dominantes)

EXPOSITIVES

ET

Elle exige assez peu de préparation puisqu'elle fait appel aux notes du formateur. Elle offre donc au débutant une sécurité certaine : il peut se reporter à ses notes en cas de défaillance. Ce senti- ment de sécurité lui permet d'accorder plus d'attention aux stagiaires et d'adapter peu à peu son programme à leur niveau de compréhension. • Cette méthode est familière aux stagiaires ; ils s'attendent à ce que le formateur sache. • Cette méthode ne demande aux stagiaires aucune implication per- sonnelle particulière.

• Elle favorise la passivité des stagiaires en limitant leur activité à l'écoute et à la prise de notes. Leur effort d'attention est beaucoup plus destiné à prendre des notes conformes au "dis- cours" du formateur qu'à comprendre le contenu, et à en discuter les consé- quences sur leurs situations personnelles et/ou profes- sionnelles.

 

PRODUIRE

DÉMONSTRA-

TIVES

 

EXPOSÉ

• Faire un plan, l'afficher, s'y tenir.

• l'informa-

Transmettre

tion.

• Mettre en place des temps de feed-back : c'est le

• Elle ne facilite pas le feed- back, d'où l'importance de la phase "débat".

seul moyen de savoir si le message est bien passé.

• C'est une méthode qui suppose résolue la difficulté la plus souvent évoquée par les formateurs : intéresser les stagiaires, susciter leur "appel à l'information".

• Surveiller le temps.

EXPOSÉ

• C'est le savoir du groupe qui va être repris en synthèse par le formateur; le groupe est plus réceptif pendant l'exposé.

• Il est très facile de se laisser "embarquer" par le groupe avant l'exposé.

FACILITER

PARTICIPATIF

• Le formateur doit réel- lement improviser pour adapter son exposé aux connaissances du groupe.

PRODUIRE

COGEF DEVELOPPEMENT

improviser pour adapter son exposé aux connaissances du groupe. PRODUIRE COGEF DEVELOPPEMENT Conception B - 5
Conception B - 5 1/3
Conception
B - 5
1/3

B -

B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES  
B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES  
B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES  
B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES  
B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES  

Repérer les avantages et les inconvénients des différentes méthodes

MÉTHODE

AVANTAGES

 

INCONVÉNIENTS

RÔLE DU FORMATEUR (dominantes)

 

EXPOSITIVES

     

ET

• Cette méthode permet au formateur de démontrer concrètement l'opération qu'il s'agit d'enseigner aux stagiaires.

• Elle lui permet également de vérifier immédiate- ment la compréhension des stagiaires et de corriger des erreurs éven- tuelles.

 

• Bien que plus active pour les stagiaires, cette méthode ne laisse pas la place aux initiatives : les stagiaires doivent mémoriser le

modèle tel qu'il leur est livré par le formateur.

PRODUIRE

 

DÉMONSTRA-

TIVES

FACILITER

DÉMONS-

TRATION

• Avoir préparé des fiches pédagogiques très précises sur l'opération à mener.

• Ne rien omettre pendant la phase d'explication.

 

• Ne pas favoriser les situa- tions d'échec.

INTERRO-

• Elle permet un feed-back constant.

L'art

de

se

poser des

 

GATIVE

questions pertinentes est

FACILITER

 

• Elle

facilite la

difficile et nécessite, pour le

PRODUIRE

mémorisation, fixe les connaissances.

formateur, une bien meilleure connaissance du

• Elle développe l'élocution des stagiaires et favorise une certaine rapidité

contenu transmis. Elle prend environ 50% de temps de plus que la méthode expositive de base.

• S'assurer

que

la

progression des questions est claire.

d'esprit.

• Poser des questions courtes et simples.

 

• Répartir la parole.

 

• Faire la synthèse des connaissances découver- tes par le groupe et la compléter.

COGEF DEVELOPPEMENT

la synthèse des connaissances découver- tes par le groupe et la compléter. COGEF DEVELOPPEMENT Conception B
Conception B - 5 2/3
Conception
B - 5
2/3

B -

B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS
B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS
B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS
B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS
B - Repérer l es avantages et les inconvénients des différentes méthodes MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS

Repérer les avantages et les inconvénients des différentes méthodes

MÉTHODE

AVANTAGES

INCONVÉNIENTS

RÔLE DU FORMATEUR (dominantes)

ACTIVES

• Mieux que toutes les autres méthodes, elles permettent la formation

• Ces méthodes exigent une certaine discipline sponta- née de la part des stagiai-

FACILITER

RÉFLEXION

ET

DÉCOUVERTE

autonome d'un savoir- faire mais aussi d'un savoir-être.

• Elles permettent égale- ment l'apprentissage des relations coopératives

sociales et du travail en groupe.

• Elles développent l'initia- tive et la créativité.

• Elles favorisent la com- munication des partici- pants, la structuration et la dynamisation du groupe.

res, ainsi qu'une forte implication.

• La durée de la formation : si

le formateur ne dispose que d'une heure pour transmet- tre un certain nombre

d'informations et qu'il ne peut faire un choix dans ces

informations, il lui sera difficile d'utiliser les

théories au travers des expériences, car les métho- des actives demandent plus de temps.

• Clarifier très précisément le cadre de fonctionne-

ment que va avoir le groupe (consignes, durée, …).

• Rester présent et disponi- ble.

• Valoriser les apports du groupe.

• Compléter les apports du groupe par une synthèse.

• Accepter des découvertes différentes ou "origina- les".

• Elles sont plus coûteuses

• Empêcher les dérives, les pauses prolongées, tout en laissant le groupe autonome dans le cadre

• Les découvertes faites par soi-même sont mieux maîtrisées.

(temps/nombre de stagiai- res) à court terme, bien que plus efficaces à long terme.

• La motivation des stagiai- res est beaucoup plus importante.

• Elles exigent une grande faculté de souplesse de la part du formateur quant à

fixé au départ.

• Elle permet également au formateur d'adapter ses apports futurs au(x) niveau(x) du groupe, ce qui permet d'assurer plei- nement le feed-back pédagogique.

l'adaptation de ses apports, et par conséquent une grande maîtrise de son sujet.

COGEF DEVELOPPEMENT

de ses apports, et par conséquent une grande maîtrise de son sujet. COGEF DEVELOPPEMENT Conception B
Conception B - 5 3/3
Conception
B - 5
3/3
C -
C -

Choisir un outil pédagogique

Le formateur doit choisir les outils pédagogiques les plus adaptés aux méthodes et aux objectifs visés.

Un outil pédagogique fait partie intégrante de la formation. Un choix non réfléchi peut aller à l'encontre des objectifs visés par la formation. De la même façon qu'une utilisation non conforme aux règles de fabrication peut parasiter la communication et perturber les acquisitions visées.

C'est du choix et de la qualité des outils que dépend en grande partie l'attractivité des contenus, leur compréhension et leur mémorisation.

La méthode choisie va conditionner les outils pédagogiques qui seront employés lors d'une séquence pédagogique donnée.

Le choix des outils se fait en onctionf des méthodes pédagogiques. Mais ce choix peut avoir une influence sur la durée des contenus à transmettre ainsi que sur le choix même des méthodes. Il peut également être déterminé par le lieu de la formation ou encore orienter le choix de ce lieu.

Les outils doivent être choisis et conçus avec pour objectifs de favoriser au maximum :

- la clarté de l'information transmise,

- la participation et la motivation du groupe,

- la facilité d'animation.

Chaque outil doit être conçu en tenant compte des critères

d'utilisation qui lui sont propres (cf chapitre E / Animation) et de la fonction qu'il va remplir :

- illustrer et prolonger les messages du formateur,

- être une source autonome d'information et/ou de formation,

- être l'occasion d'impliquer davantage les stagiaires dans l'acquisition des connaissances,

- être un moyen de feed-back/contrôle des acquisitions.

Quels que soient les outils possibles, le formateur s'attachera à maintenir dans ses choix le contact avec le groupe, sachant que trop d'audiovisuel, par exemple, détruit facilement le dialogue en rendant le groupe passif par rapport au message reçu.

COGEF DEVELOPPEMENT

le dialogue en rendant le groupe passif par rapport au message reçu. COGEF DEVELOPPEMENT Conception C
Conception C - 1 1/3
Conception
C - 1
1/3
Choisir un outil pédagogique C - Les atouts des différents outils : OUTILS AVANTAGES INCONVENIENTS

Choisir un outil pédagogique

C -

Choisir un outil pédagogique C - Les atouts des différents outils : OUTILS AVANTAGES INCONVENIENTS Tableau
Choisir un outil pédagogique C - Les atouts des différents outils : OUTILS AVANTAGES INCONVENIENTS Tableau
Choisir un outil pédagogique C - Les atouts des différents outils : OUTILS AVANTAGES INCONVENIENTS Tableau
Choisir un outil pédagogique C - Les atouts des différents outils : OUTILS AVANTAGES INCONVENIENTS Tableau

Les atouts des différents outils :

OUTILS

AVANTAGES

INCONVENIENTS

Tableau noir

(ou vert)

• Surface souvent importante

• Possibilité d'effacement partiel

• Rappel de l'école

• Rien ne subsiste après effacement total

• Perte de contact avec la groupe lors de l'écriture

Tableau blanc

• Cf. tableau noir

•Perte de contact avec le groupe lors de l'écriture •Effacement total •Marqueurs spéciaux

plastifié

• Lisibilité

• Couleurs vives

 

• Transportable

• Lisiblité

•Perte de contact avec le groupe lors de l'écriture, sauf si précautions •Surface petite •Ratures visibles •Mise en page difficile

Tableau de papier

• Couleurs vives

• Possibilité de préparation et de conserva-tion des feuilles

• Possibilité d'affichage

 

Rétroprojecteur

•Lumière du jour •Prise de notes •Travail face au groupe •Report de tous documents noir et blanc (bon marché) et couleur (cher) •Permet une découverte progressive (cf. règles d'utilisation) •Permet l'utilisation d'histogrammes et de pictogrammes •Permet le travail endirectsu rlemicro- ordinateur

•Coûtetencombrement •Ecran (ou équivalent) •Temps decréationdestransparents •Message prédigéré donc mémorisation limitée

de transparents

et écran

 

informatique

PREAO (Logiciels de Présentation Assistée par Ordinateur)

•Mouvements, animation

• Matériel lourd et onéreux

• Mise en avant de certains points

• Prépar ation importante

 

• Séduction

• Salle obscure • Les matériels complexes sont d'un emploi délicat • Tentation du package avec texte enregistré (pas d'adaptation)

Projection

de

diapositives

• Création souvent facile

• Souplesse

 

• Avantages du cinéma

•Tentation du presse bouton •Coût de la création d'un film s'il est réalisé par un professionnel •Pas de véritable action pédagogique de la part du formateur (sauf si le film est conçu pour)

Magnétoscope (projection de films)

• Possibilités pédagogiques (arrêt sur

image, etc.)

• Reproduction assez simple des cassettes

Camescope (enregistrement vidéo)

•Enregistrement immédiat •Analyse des comportements, des acquis individuels •Souplesse •Fort impact pédagogique •Action pédagogique de la part du forma- teur

•Montages prat iquement exclus •Exige une utilisation pédagogique "professionnelle" non manipulatrice.

COGEF DEVELOPPEMENT

une utilisation pédagogique "profe ssionnelle" non manipulatrice. COGEF DEVELOPPEMENT Conception C - 1 2/3
Conception C - 1 2/3
Conception
C - 1
2/3
C -
C -

Choisir un outil pédagogique

Méthodes et outils ne sont pas liés par des relations rigides et uniques. Leur choix se fait lors de la conception, sans ordre obligatoire ni contrainte particulière, si ce n'est la cohérence avec les objectifs de la formation. Il y a cependant des préférences pédagogiques inhérentes aux méthodes et aux outils. Il y a par exemple des empêchements majeurs à mettre en place une méthode interrogative utilisant l'autoscopie, ou encore une méthode active utilisant des transparents ou des diapositives…

OUTILS ET METHODES : comment les harmoniser le plus efficacement possible ? Le tableau ci-dessous donne des indications sur les préférences pédagogiques traitées précédemment.

MÉTHODES OUTILS
MÉTHODES
OUTILS
 

1. EXPOSITIVES et DEMONSTRATIVES

Démonstratives

 

INTERROGATIVE

3. ACTIVES

 

Exposé

participatif

Exposé

2. MÉTHODE

Découverte

Aide à la réflexion

Tableaux

Tableaux  
Tableaux  
Tableaux  
Tableaux  
 
Tableaux  

Diapositives

Diapositives      
Diapositives      
Diapositives      
     

Rétroprojecteur

Rétroprojecteur      
Rétroprojecteur      
Rétroprojecteur      
     

Vidéo (films)

Vidéo (films)    
Vidéo (films)    
Vidéo (films)    
   
Vidéo (films)    

Vidéo

       
Vidéo        
Vidéo        

(autoscopie)

COGEF DEVELOPPEMENT

MÉTHODES 1. EXPOSITIVES et DEMONSTRATIVES 3. ACTIVES EXERCICES Questionnaire QCM* participatif Etudes de cas
MÉTHODES
1. EXPOSITIVES et
DEMONSTRATIVES
3. ACTIVES
EXERCICES
Questionnaire
QCM*
participatif
Etudes de cas
Mises en
situation
Brainstorming
Exposé
Exposé
participatif
Démonstratives
2. MÉTHODE
INTERROGATIVE
Découverte
Aide à la
réflexion

* QCM : Questionnaire à choix multiple

INTERROGATIVE Découverte Aide à la réflexion * QCM : Questionnaire à choix multiple Conception C -
Conception C - 1 3/3
Conception
C - 1
3/3
C -
C -

Concevoir un conducteur d'animation

Le conducteur d'animation est en quelque sorte le "fil rouge" du formateur. C'est le document qui va lui permettre de dérouler son animation jusqu'au bout, sans perdre de vue l'objectif à atteindre, les thèmes à traiter, et les méthodes et outils pédagogiques préconisés lors de la conception, et même le temps de chaque séquence.

Le conducteur est construit à partir du synopsis de la formation (cf fiche B-3 "Construire un synopsis pédagogique").

Ce conducteur va permettre de visualiser les aspects méthodologiques de son animation. L'utilisation des pictogrammes (pour les méthodes et outils) est largement conseillée. Il doit également permettre à tout formateur de compétences équivalentes de prendre la "relève" si nécessaire.

Une fois écrit le synopsis de la formation, le formateur reprend dans le détail l'écriture de chacun des thèmes à aborder.

Pour cela, il s'aide d'une matrice de conducteur d'animation qui peut être la même que celle du synopsis pédagogique (cf. fiche B-3 "Construire un synopsis pédagogique") :

le THEME correspond à un titre général (un grand chapitre) :

chiffre romain ou lettre majuscule ;

chaque thème a plusieurs SOUS-THEMES : chiffre arabe ou lettre minuscule ;

les informations pédagogiques destinées au formateur sont clairement distinctes des contenus destinés au groupe :

colonne "Méthodes, Supports" pour les informations pédagogiques (et pictogrammes pour en faciliter une lecture rapide), et colonne "Contenus clés" pour les contenus stagiaires ;

COGEF DEVELOPPEMENT

rapide), et colonne "Contenus clés" pour les contenus stagiaires ; COGEF DEVELOPPEMENT Conception C - 2
Conception C - 2 1/4
Conception
C - 2
1/4
C -
C -

Concevoir un conducteur d'animation

les détails des contenus techniques ne sont pas notés dans la colonne Contenus clés mais dans des fiches pédagogiques* qui sont, soit insérées dans le conducteur, soit à part pour les contenus volumineux. Si ces fiches sont insérées dans le conducteur, elles doivent être alors réalisées sur un support vertical (pour les repérer facilement) et leur pagination reprend alors celle du conducteur ;

les fiches pédagogiques servent aussi à la formalisation des

exercices (consignes

).

EXEMPLE *

THÈME :

NOTIONS D'ALTITUDE

SOUS-THEMES

 

CONTENUS CLES

METHODES/S

 

UPPORTS

DUREE

Définition

- Notion commune

Définition - Notion commune    
   

générale

- tunnels équipotentiels

- formulation générale

FP1, T9,

15

 

DS10

mn

Les différents

- cote géopotentielle

Les différents - cote géopotentielle  
 

types

d'altitude

- altitude dynamique

- altitude orthométrique (formule pratique,

passage à une hauteur ellipsoïdique)

-

altitude normale (formule pratique, anomalie

 

15

mn

d'altitude, quasigéoïde, passage à une hauteur ellipsoIdique)

T 10 à 13 DS 11 à 16

 

différence entre altitude normale et orthométrique

-

© COGEF DÉVELOPPEMENT

DATE

© COGEF DÉVELOPPEMENT D A T E TITRE DE LA FORMATION

TITRE DE LA FORMATION

© COGEF DÉVELOPPEMENT D A T E TITRE DE LA FORMATION

* La matrice vierge du conducteur se trouve en annexe

COGEF DEVELOPPEMENT

TITRE DE LA FORMATION * La matrice vierge du conducteur se trouve en annexe COGEF DEVELOPPEMENT
Conception C - 2 2/4
Conception
C - 2
2/4
C -
C -

Concevoir un conducteur d'animation

Le conducteur doit être pratique à manipuler et facile à suivre (mise en page aérée, recto des feuilles seulement). Pour des raisons de lisibilité, les informations de type exposé y sont reprises dans leurs grandes lignes (en ayant à côté des documents plus précis).

La matrice à l'italienne du conducteur (cf annexe) permet de remplir toutes ces conditions d'efficacité, à condition que le support de fabrication soit de manipulation aisée (spirales ou classeur).

Pour être le plus lisible possible et le plus efficace au niveau du déroulement dans le temps, le formateur doit être très vigilant quant à la forme du découpage des contenus.

COGEF DEVELOPPEMENT

doit être très vigilant quant à la forme du découpage des contenus. COGEF DEVELOPPEMENT Conception C
Conception C - 2 3/4
Conception
C - 2
3/4
C -
C -

Concevoir un conducteur d'animation

C - Concevoir un conducteur d'animation COGEF DEVELOPPEMENT Conception C - 2 4/4
C - Concevoir un conducteur d'animation COGEF DEVELOPPEMENT Conception C - 2 4/4

COGEF DEVELOPPEMENT

C - Concevoir un conducteur d'animation COGEF DEVELOPPEMENT Conception C - 2 4/4
Conception C - 2 4/4
Conception
C - 2
4/4
C -
C -

Préparer un exposé

Un exposé qui vise un objectif de formation (et non seulement d'information) ne peut pas s'improviser. Le formateur est le garant de l'atteinte de l'objectif défini au préalable. Il doit donc maîtriser la forme et le contenu de son exposé.

Or il y a plusieurs façons de construire un exposé. Le formateur va en choisir une en fonction du mode de transmission du savoir au groupe. Ce choix implique une préparation formalisée de l'exposé.

Le formateur a trois ordres possibles pour organiser ses contenus :

l'ordre dans lequel il trouve ses idées sur le thème : il est aléatoire, imprévisible ;

l'ordre dans lequel il va placer ses idées pour les exposer : il y a 99% de chances pour que cet ordre définisse un plan différent du précédent. Et il y a une chance sur deux pour qu'il soit modifié en cours de rédaction ;

l'ordre dans lequel il semble logique de rédiger (introduction - corps du sujet - conclusion) : neuf fois sur dix, cet ordre ne sera ni le premier, ni même le deuxième. Il est rare qu'une introduction soit bonne lorsqu'elle est rédigée en premier. Il est souvent meilleur, selon le conseil de Pascal, de rédiger dans l'ordre suivant : corps du sujet - conclusion - introduction.

ou même :

Conclusion - corps du sujet - introduction. La conclusion est ici un objectif à atteindre en termes d'acquisitons pour les stagiaires.

Il est fréquent également d'avoir à modifier l'ordre des thèmes dans le sujet lui-même. Un plan peut même se faire au dernier moment, lorsque toutes les informations sont réunies.

COGEF DEVELOPPEMENT

se faire au dernier moment, lorsque toutes les informations sont réunies. COGEF DEV ELOPPEMENT Conception C
Conception C - 3 1/4
Conception
C - 3
1/4
C -
C -

Préparer un exposé

Si la rédaction, elle aussi, va être revue plus d'une fois, il faut dès le départ ne pas perdre de vue trois points importants :

Pour chaque point clé de l'information à transmettre, il y a une règle de trois que le formateur doit absolument respecter:

• annoncer ce qu'il va aborder,

traiter le sujet annoncé,

• faire remarquer à la fin qu'il vient de traiter tel sujet (conclusion, synthèse…) ;

Le style écrit et le style oral sont très différents. Par conséquent les gles de rédaction que nous allons aborder ci-après ne sont pas destinées à concevoir un texte qui doit être lu ou parcouru à haute voix

;

Pour une transposition plus facile d'un texte "écrit" en texte "parlé", il y a des règles générales de rédaction à respecter .

Pour choisir un type de plan, se reporter à la fiche C-4 "Choisir un type de plan".

LES

DIFFERENTES

EXPOSE

PHASES

DE

La conclusion d'un exposé

1 - Objectif visé

CONSTRUCTION

D'UN

2 - Comment y sommes-nous parvenus ?

3 - Ce qu'il y a à retenir pour nous

A éviter absolument :

• ne pas conclure ;

• définir de nouveaux termes, aborder de nouvelles idées, de nouveaux concepts ;

• faire de la conclusion un post-scriptum, un nota bene ;

• remettre en question les idées préalablement retenues ;

• élargir trop le sujet.

Pour conclure, le formateur a donc plusieurs possibilités :

COGEF DEVELOPPEMENT

• faire un résumé des

• donner une réponse claire à la question posée au départ ;

• énumérer les solutions possibles selon les cas énoncés ;

• mettre en route des applications pratiques, des actions à mener, un planning… ;

• faire une ouverture sur une autre étude à mener ultérieurement ou sur d'autres travaux en cours.

conclusions intermédiaires ;

étude à mener ultérieurement ou sur d'autres travaux en cours. conclusions intermédiaires ; Conception C -
Conception C - 3 2/4
Conception
C - 3
2/4
C -
C -

Préparer un exposé

Au niveau du style, la conclusion doit être nettement détachée du reste du texte, tant au niveau de la forme qu'au niveau du "ton" :

phrases plus courtes, mots plus tranchés, plus significatifs… Elle doit être annoncée : "En bref, en résumé, en définitive, en conclusion, pour finir, pour conclure…".

Pour

vous,

concepteur,

comme

pour

vous,

formateur,

c'est

la

conclusion qui indiquera la teneur de l'introduction.

L'introduction

Après les titres, c'est l'introduction qui va attirer l'interlocuteur. Mais la forme véritable de l'introduction n'apparaît qu'à la fin du travail de rédaction. Pour être "accrocheuse" une introduction doit mettre en évidence ce à quoi le texte compte répondre. C'est la raison d'être du sujet traité, c'est l'objectif d'acquisition visé par la formation.

Attention : il faut intriguer, mais non choquer ou ennuyer.

Le vocabulaire

Le vocabulaire utilisé pour la rédaction doit répondre à deux principes de base de communication :

faire preuve de vulgarisation lorsque l'on s'adresse à des non spécialistes, éviter les abréviations, les sigles divers et variés sur lesquels tout le monde semble d'accord mais pour lesquels personne n'osera poser la question de sens qui devrait s'imposer. Eh oui, qui n'a jamais craint de passer pour un imbécile ? Les quiproquos sont nombreux, et la communication difficile. Avec l'utilisation non explicite de "CE", le chef d'établissement se voit attribuer les pouvoirs du comité d'établissement ou encore du comité d'entreprise, la circonscription d'exploitation devient la caisse d'épargne… - définir et expliquer les termes techniques incontournables, sans noyer le groupe.

-

COGEF DEVELOPPEMENT

et expliquer les termes techniques incontournables, sans noyer le groupe. - COGEF DEV ELOPPEMENT Conception C
Conception C - 3 3/4
Conception
C - 3
3/4
C - !
C -
!

Préparer un exposé

Les phrases

La mémoire des stagiaires, et à plus forte raison celle du groupe, n'est pas extensible. Pour chacun, il y a un nombre de mots par phrase lue à ne pas dépasser sou peine de perdre le fil du sujet : de dix à trente mots grand maximum selon que la personne lit rarement ou beaucoup, lentement ou vite… Quoiqu'il en soit, au-delà de 30/35 mots par phrase, tout le monde éprouve des difficultés à mémoriser ce qu'il lit. Quant à la parole, sans précaution particulière, on a déjà vu qu'il n'en restait guère que 10 à 30% en étant optimiste !

Valider la rédaction

Quelques questions à se poser après la rédaction vont vous permettre de valider la formalisation de vos contenus :

• Y a-t-il moins de quinze mots par phrase, en moyenne ?

• Le vocabulaire est-il connu des stagiaires ?

• Les mots techniques incontournables sont-ils tous expliqués ?

• Y a -t-il assez de points concrets ?

• Les valeurs implicites (attitudes, arguments…) sont-elles claires ?

• Ces valeurs sont-elles communes aux stagiaires ?

• Le contenu de l'information est-il adapté au niveau des stagiaires ?

• Le contenu de l'information est-il adapté au temps prévu pour le transmettre ?

La mise à jour des informations

Lorsque vous rédigez, songez aussi que certaines informations sont "condamnées" à être très rapidement remplacées par d'autres, notamment dans les stages où figurent des documents officiels, des extraits de loi, des codes, articles de presse sont fréquents… Le concepteur, lorsqu'il en est averti, doit alors matérialiser des zones de modifications éventuelles, tant dans les documents du formateur que dans ceux destinés aux stagiaires. Par exemple, vous choisirez une zone de couleur (toujours la même bien sûr) pour ces informations non "durables". En concepteur-formateur averti, vous n'oublierez pas, bien sûr, qu'un feuille ne s'utilise que d'un seul côté ! Cela évitera au formateur un peu désorganisé ou un peu perturbé, de faire des mélanges regrettables, de se perdre dans des gymnastiques oculaires compliquées et risibles pour les stagiaires, et enfin d'être obligé de prendre des notes et modifications volantes, faute de pouvoir les inscrire au verso des pages !

N.B. : la formalisation des contenus, pour être efficace, doit bénéficier d'une organisation et d'un rangement pratique et agréable. En général, un formateur part avec ses cartons sous le bras. Le classeur du formateur n'est pas suffisant. Le concepteur doit penser qu'il y a souvent des supports pédagogiques, film, transparents, exercices… qui ne demandent qu'à se perdre, se mélanger… Sans parler des tonnes de photocopies pour les stagiaires ! Il est donc plus qu'utile de prévoir un rangement de type valise par exemple, si possible évidemment au nom de la société, et tant qu'à faire qui soit aussi esthétique.

COGEF DEVELOPPEMENT

au nom de la société, et tant qu'à faire qui soit aussi esthétique. COGEF DEV ELOPPEMENT
Conception C - 3 4/4
Conception
C - 3
4/4

C -

C -
C -
C - COGEF DEV ELOPPEMENT Choisir un type de plan Une fois les objectifs fixés, les
C - COGEF DEV ELOPPEMENT Choisir un type de plan Une fois les objectifs fixés, les

COGEF DEVELOPPEMENT

Choisir un type de plan

Une fois les objectifs fixés, les contenus réunis et formalisés (du moins leurs contenus-clés), le formateur va s'interroger sur le mode de rédaction de ces contenus, et donc sur le plan à choisir pour une transmission efficace.

Le plan est l'élément le plus essentiel de l'information à transmettre. L'attention du concepteur est appelée sur la nécessité de sortir de tout cadre "historique" dans la transmission d'une information. Ce n'est pas par ce que l'on a appris par cœur, après d'interminables séances d'exposé magistral, les techniques de base en comptabilité, qu'il faut utiliser les mêmes méthodes sans chercher à les rendre plus attractives. On peut même, pourquoi pas, en changer totalement ! Nous allons brosser rapidement les étapes des trois principaux plans qu'il est possible d'utiliser en formation :

le plan linéaire, le plan autour d'un problème et le plan sous forme de questions.

Le plan linéaire

C'est le plan le plus fréquemment utilisé. Il est simple à construire, facile à suivre. Il est surtout utilisé pour exposer les caractéristiques essentielles d'un sujet, c'est le plus utilisé dans les exposés d'ordre scientifique ou technique. Le tableau ci- après en résume la construction.

exposés d'ordre scientifique ou technique. Le tableau ci- après en résume la construction. Conception C -
Conception C - 4 1/5
Conception
C - 4
1/5
C -
C -

Choisir un type de plan

INTRODUCTION

 

1. Définir le sujet

• Définir et délimiter le sujet et en préciser l'intérêt (en général), et pour les stagiaires et préciser l'objectif recherché.

2. Annoncer le plan

Annoncer et afficher les thèmes qui vont être traités.

3. Intéresser le groupe

Prévoir une question de démarrage, pour le premier thème mais aussi pour les suivants, qui fera participer le groupe.

DEVELOPPEMENT

 

1. Les différents thèmes

• Chaque thème sera annoncé en référence au plan de départ, puis développé. Une synthèse en sera faite qui intègrera les réactions du groupe. Les thèmes abordés devont être de taille homogène les uns par rapport aux autres.

2. Le fil directeur

• Entre chaque thème, le formateur rappelle ce qu'il vient d'aborder puis annonce le thème suivant. C'est fondamental pour maintenir l'intérêt du groupe en suivant le plan (fil directeur) annoncé au départ et qui est resté affiché.

3. Les titres éventuels

• Les titres des thèmes sont à harmoniser (les mettre tous sous la même forme :

questions, verbes…).

CONCLUSION

 

1. Résumer ce qui précède

• Effectuer une rapide synthèse de ce qui a été dit tout au long de l'exposé.

2. Conclure

• En conclusion sur le sujet, le formateur arrive à son objectif de départ qui peut être :

- affirmer un savoir, une règle, une analyse…

- résoudre un problème ou en poser un autre

- proposer une action

3. Ouvrir éventuellement le débat

• Inviter le groupe à s'exprimer ou à réfléchir sur le sujet.

COGEF DEVELOPPEMENT

• I nviter le groupe à s'exprimer ou à réfléchir sur le sujet. COGEF DEV ELOPPEMENT
Conception C - 4 2/5
Conception
C - 4
2/5

C -

C - Choisir un type de plan ■ Le plan autour d'un problème Face à une
C - Choisir un type de plan ■ Le plan autour d'un problème Face à une
C - Choisir un type de plan ■ Le plan autour d'un problème Face à une
C - Choisir un type de plan ■ Le plan autour d'un problème Face à une
C - Choisir un type de plan ■ Le plan autour d'un problème Face à une

Choisir un type de plan

Le plan autour d'un problème

Face à une question, à un problème à résoudre, ce plan permet de présenter ou de rechercher plusieurs solutions, puis de prendre position lors de la synthèse ou bien de laisser le groupe choisir. L'exemple ci-dessous permet de bien comprendre comment le bâtir.

CE

PARTICIPATIF (cf fiche pédagogique")

PLAN

EST

UTILISÉ

B-4

LORS

D'UN

EXPOSÉ

une méthode

"Choisir

EXEMPLE :

1. Introduction : le formateur pose le cadre du problème soulevé

Exemple : Comment améliorer le classement informatique des dossiers clients au

secrétariat ?

2. Les solutions : le formateur propose ou fait rechercher par le groupe plusieurs

solutions. Ces solutions doivent être formulées en citant pour chacune : les points

clés, des illustrations ou exemples, les avantages et les inconvénients. Dans notre exemple, on peut ainsi décrire deux solutions.

Solution 1 : classement alphabétique sur micro-ordinateur, trois à six lettres par secrétaire

Clés : attribution d'un nombre de lettres par personne. Illustrations, exemples : Mme X prend les lettres de A à C, ce qui représente 30 dossiers clients. Avantages : mémorisation facile du système. Inconvénients : une secrétaire n'a pas forcément, dans son micro, les clients dont elle s'occupe, le volume des dossiers n'est pas pris en compte, la quantité des dossiers par lettre peut évoluer de façon non homogène selon les lettres.

Solution 2 : chaque secrétaire classe les dossiers dont elle s'occupe.

Clés : définition précise des dossiers classés par chacune dans son micro-ordinateur. Illustrations, exemples : Mme X classe… Avantages : organisation individuelle libre, motivation Inconvénients : mémorisation et accès difficile pour les autres, un client peut avoir plusieurs dossiers gérés par des secrétaires différentes.