Vous êtes sur la page 1sur 3

Les deux formes de protectionnisme

Contrairement à ce que l’on pourrait penser , une étude historique montre que
leprotectionnisme se développe durant des périodes présentant des caractéristiques bien
précises . B.assudrie-Duchêne écrit ainsi : « les poussées protectionnistes doivent être mises
en relation , historiquement avec des périodes dans lesquelles les transformations
technologiques sont capables de créer des retournements d’avantages comparatifs ou de
spécialisation . »

B.Lassudrie-Duchêne est amené à distinguer 2 types de périodes :

- les périodes de croissance hégémonique : ( ex : 1840-1875 , 1945-1970 ) qui sont des


périodes au cours desquelles le pays leader comme ses partenaires bénéficient
d’avantages ou de désavantages comparés relativement stables . Dans les domaines
de la haute technologie , l’avantage du leader est tel que ses suiveurs ne peuvent le
concurrencer et qu’ils ont donc intérêt à importer ses produits afin d’exporter
librement des produits plus traditionnels dans lesquels ils sont spécialisés .

au contraire , dès lors que PROTECTIONNISME PROTECTIONNISME


l’hégémonie du pays leader DEFENSIF OFFENSIF
est remise en question ( la
GB à la fin du XIX° , les
EU depuis 1970 ) ou que la
croissance économique se
ralentit les conflits de
répartition interne et externe
se multiplient , les
décideurs politiques sont
alors incités à intervenir en
manipulant les droits de
douane , les taux de change
afin de protéger leur
avances technologique
( pays leader ) ou de réduire
leur retard ( pays suiveur ) .
Ils vont alors être amenés 2
types de protectionnisme
selon LAFAY qui visent
des objectifs bien différents
comme l’indique le tableau
suivant :

Secteur concerné -les secteurs stratégiques - les secteurs porteurs et


relevant de la défense nationale innovateurs pour lesquels le
pays ne dispose pas encore
-les secteurs de reconversion d’un avantage comparatif
qui subissent de plein fouet la
concurrence extérieure

Objectifs recherchés - il s’agit de reconvertir la - le pays qui n’est pas encore


branche menacée par la compétitif sur un secteur
concurrence étrangère en d’avenir doit protéger ses
favorisant un repli en bon industries naissantes , afin de
ordre sur les créneaux les plus combler le handicap provisoire
porteurs , en restructurant la et de ne pas tomber dans la
filière par la spécialisation dépendance du pays leader sur
intrabranche ce marché ( ex : l’informatique
en Europe )

Dangers encourus - le danger est que la - la protection des industries


protection devienne naissantes doit être planifiée et
permanente , sous la pression dégressive dans le temps .
des secteurs traditionnels qui LAFAY écrit : « rien ne serait
cherchent à se protéger de la plus dangereux qu’une
concurrence des PVD , ceci protection appliquée
retarderait un nécessaire hâtivement sous l’influence de
redéploiement du tissu groupes de pression et donc le
productif vers les branches les maintien illimité contribuerait
plus dynamiques ensuite à pérenniser des
structures inadaptées

Type de mesures à - une protection planifiée qui - une protection planifiée et


appliquer vise à assurer une dégressive dans le temps qui
restructuration en bon ordre du permette au producteur de
tissu productif , en particulier rattraper leur retard et d’opérer
un redéploiement des emplois ( une transition en douceur vers
mais aussi des investissements) le libre-échange qui est
vers les secteurs porteurs l’objectif de moyen terme

- une protection dégressive - des objectifs réalistes qui


dans le temps : les producteurs tiennent compte des capacités
nationaux doivent réelles du pays afin de
comprendre , dès l’application déterminer les activités pour
de mesures défensives qu’elles lesquelles le seuil de
visent à accélérer les compétitivité peut être atteint
restructurations et non à les des délais raisonnables
retarder
- une limitation du nombre de
productions protégées qui
permettent réellement d’opérer
des choix stratégiques de
spécialisation

Conclusion : Comme le conclue LAFAY , le protectionnisme peut être la meilleure ou la pire


des choses , la pire s’il consacre d’avantages d’efforts à la production défensive d’industries
du passé qu’à la protection offensive des industries de l’avenir ; la meilleure s’il vise par une
analyse de l’évolution des marchés une spécialisation qui dynamise les avantages
comparatifs .