Vous êtes sur la page 1sur 22

1 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES

Faculté : Faculté des sciences


Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

5. Transmission à Bonde de Base et transmission par Modulation ................. 9


a. Transmission en bande de base ............................................................. 10
Table des matières b. Transmission par modulation ................................................................ 11
I. Concepts de base .............................................................................................. 2
3. Circuit de données ..................................................................................... 12
1. Définition des TIC ....................................................................................... 2
a. Qualité du circuit de données ................................................................ 12
2. Composants d’une communication .............................................................. 2
b. Interface ordinateur-modem externe ..................................................... 12
a. Définitions ............................................................................................... 2
4. ADSL (Asymmetric Digital Subscriber Line) ........................................... 13
b. Composant d’une communication ........................................................... 2
5. Normalisation ............................................................................................ 14
c. Caractéristiques d’une transmission de données ..................................... 2
III. Réseaux et Internet .................................................................................... 14
3. Représentation des données ......................................................................... 2
1. Réseaux ..................................................................................................... 14
II. Transmission de données ................................................................................. 3
1.1. Définition .......................................................................................... 14
1. Modes de transmission ................................................................................ 3
1.2. Types de réseaux............................................................................... 14
a. Simplex ................................................................................................... 3
1.3. Protocoles de communication ........................................................... 17
b. Half-duplex.............................................................................................. 3
1.4. Interaction entre les protocoles ......................................................... 17
c. Full duplex............................................................................................... 3
1.5. Modèle de protocole et de référence ................................................. 18
2. Les supports de transmission ....................................................................... 4
1.6. Adressage dans les réseaux ............................................................... 20
a. Supports de transmission guidés ............................................................. 4
b. Supports de transmission non guidés ...................................................... 5
3. Types de transmission de données ............................................................... 6
a. Transmission parallèle ............................................................................. 6
b. Transmission en série .............................................................................. 6
4. Caractéristiques globales des supports de transmission ............................... 8
a. Bande passante ........................................................................................ 8
b. Bruits et distorsions ................................................................................. 8
c. Capacité limitée des supports de transmission ........................................ 9
d. Qualité des câbles .................................................................................... 9

R.ELNAGGER
2 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

 Récepteur : c’est le périphérique qui envoie le message. Il peut être un


ordinateur, une station, un téléphone,…
 Support de transmission : c’est le chemin par lequel les données sont
I. Concepts de base transférées de l’émetteur vers le récepteur. Ex : fibre optique, les ondes de
la radio.
 Protocole : c’est un ensemble de règles supervisant la transmission des
1. Définition des TIC données. Le but du protocole est de définir un arrangement entre les
Les TIC sont un ensemble de concepts permettant aux utilisateurs de traiter,
périphériques qui participent à une communication donnée. Sans
modifier, stocker, produire et échanger des informations, plus spécifiquement des
protocole, les périphériques peuvent être connectés mais ne
données numérisées. La naissance des TIC est due notamment à la convergence de
communiquent pas.
l'informatique, des télécommunications et de l'audiovisuel.
c. Caractéristiques d’une transmission de données
2. Composants d’une communication L’efficacité d’un système de transmission de données dépend de quatre
caractéristiques qui sont : le transfert, la précision, la ponctualité, le jitter.
a. Définitions  Le transfert : le système de transmission doit envoyer les données vers la
 Communication : une communication signifie le partage de l'information. bonne destination. Les données doivent être reçues par le dispositif ou
Ce partage peut être local ou distant. Entre les individus, la l'utilisateur prévu et uniquement par ce dispositif ou utilisateur.
communication locale se produit généralement en face à face, tandis que la  La précision : le système doit garantir que les données transmises vers le
communication à distance se fait entre des individus se trouvant dans des destinataire n’ont pas subi des modifications au cours de processus de
endroits différents géographiquement. communication.
 Télécommunication: le terme télécommunication qui comprend la  La ponctualité : les données doivent être transmises vers le destinataire
téléphonie, la télégraphie et de la télévision, signifie une communication à dans les délais.
distance (télé est un mot « Grec » qui signifie «loin»).  Jitter : le jitter représente la différence entre le temps d’arrivé des paquets
 Donnée : Le mot « donnée » se réfère à l'information échangée entre les au destinataire.
deux parties d’une communication. Une donnée peut prendre plusieurs
formes. Ces dernières seront discutées plus tard.
3. Représentation des données
b. Composant d’une communication L’information échangée sur les média est sous forme de texte, nombre, image, son
Une communication de données(ou une transmission de données) représente ou vidéo.
l'échange de données entre deux composants via un support de transmission (ex:  Texte : un texte est représenté par une séquence de bits. Plusieurs
câble). Pour qu’une communication de données se produise entre deux dispositifs, séquences (patterns) ont été définies pour représenter les différents
ces derniers doivent faire partie d'un système de communication composé des symboles d’un texte. Ces patterns sont appelés « Unicode » et le processus
équipements physiques (matériel) et logiques (programmes). de représentation de ces patterns est appelé « le codage ». l’Unicode est un
Le système de transmission de données a scinque composants: l’émetteur, le système de codification permettant de représenter n’importe quel caractère
récepteur, le message, le support et le protocole. utilisé dans n’importe quelle langue sur 32 bits. American Standard Code
 Message : c’est l’information (donnée) à communiquer. Cette donnée peut for Information Interchange (ASCII) a développé 127 caractères en
être sous forme de : texte, nombre, image, vidéo et son. Unicode.

R.ELNAGGER
3 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

 Nombre: un nombre est également représenté par une séquence de bits. o L’émetteur ne peut pas confirmer la réception des données qu’il a
Cette séquence correspond à la représentation binaire du nombre. envoyées.
 Image : une image peut être représentée comme une matrice de pixels o Garantie une communication unidirectionnelle.
(Picture elements) dont chaque pixel est un point. La taille du pixel
dépend de la résolution. Par exemple : une image (x) peut être b. Half-duplex
décomposée en 1000 pixels ou 10 000 pixels. Dans le deuxième Dans le mode, les données peuvent être transmises dans les deux sens mais dans
cas, on a une meilleure représentation de l’image mais un espace mémoire une direction à la fois. Au cours d’une transmission, une extrémité est l’émetteur et
plus important Si l’image est colorée, on distingue deux méthodes de l’autre est le récepteur. Donc pour chaque envoie ou réception de données la
codification : RGB et YCM. RGB est une technique de codification basée direction de communication doit être inversée ce que ralentisse la vitesse de
sur la combinaison des trois couleurs de base : Rouge (Red), vert (Green) transmission de données. Toutefois, la réception de données par le destinataire peut
et Bleu (Blue). Toutefois, la codification YCM est basée sur la être confirmée.
combinaison entre : Jaune (Yellow), Cyan et Magenta. Exemple : WIFI .
 Son : le son se réfère à un enregistrement ou diffusion du son ou de la  Avantage :
musique. Contrairement au texte, le nombre et les images qui sont o Garantie une communication dans les deux directions.
discrets, le son est un signal continu.  Inconvénient :
 Vidéo : une Vidéo peut soit être produite comme une entité continue (ex : o Couteux.
TV), ou elle peut être une combinaison d'images, chacune étant une entité o Un seul périphérique peut transmettre à la fois.
discrète, ordonnées pour transmettre l'idée de mouvement.
c. Full duplex
Une communication full-duplex est une communication bidirectionnelle. Les deux
extrémités d’une communication peuvent transmettre et recevoir les données au
II. Transmission de données même temps. Dans ce mode, la capacité du support de transmission est partagée
entre l’émission et la réception.
1. Modes de transmission Le partage de capacité peut prendre deux formes :
Une communication entre deux périphériques peut être : Simplex, Half-duplex ou  Le support de transmission contient deux voix séparées physiquement
Full-duplex. dédiées pour le transfert de données. Une voie pour l’émission et l’autre
pour la réception.
a. Simplex  La capacité du canal de transmission est partagée entre les signaux
Une communication simplex est une communication unidirectionnelle dans d’émission et de réception.
laquelle chaque appareil est soit toujours émetteur soit toujours récepteur. Le mode Exemple : téléphone.
simplex peut utiliser toute la capacité du canal de transmission pour envoyer des
données dans un seul sens.
Exemple : écran et l’unité centrale.
 Avantage :
o le mode de communication le moins chère.
 Inconvénient :

R.ELNAGGER
4 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

Avantage : afin de diminuer les interférences électromagnétiques. L’utilisation de ce support


garantit un débit de transmission jusqu’à 100Mbs.
o Communication simultanée entre les deux extrémités d’une
communication.
 Avantages
o Rapide en termes de transmission de données.
o Le support de transmission le moins
 Inconvénient :
couteux (installation et utilisation).
o Très couteux.
o Extensible.
 Inconvénient
2. Les supports de transmission o La distance d’utilisation, la bande
Le terme support de transmission désigne le support physique ou logique Figure 1 : Paire torsadée.
passante ainsi que le débit sont limités.
permettant de transporter les informations d’un périphérique à un autre. Les
supports de transmission peuvent être classifiés en support guidés et non guidés. ii. Câble coaxial
En utilisant des supports de transmission guidés, les ondes sont guidées tout au Le câble coaxial, comme la paire torsadée, comporte deux conducteurs: un
long d'un support solide, tel que les paires torsadées, câble coaxial, et la fibre conducteur cylindrique extérieur creux qui entoure un seul fil conducteur interne.
optique. Toutefois, les supports de transmission non guidés utilisent l’air comme un Cette structure lui permet de mieux fonctionner sur une large plage de fréquence
moyen pour transmettre les signaux électromagnétiques, mais ne les guideront pas. (ex : TV). L’utilisation de ce support garantit un débit de transmission jusqu’à
450Mbs.

 Avantages
o Offre un taux de transmission très
élevé.
o Offre une bande passante plus élevée
que celle du câble à paire torsadée.
o Extensible.
o Efficace pour les longues distances.
Figure 2 : câble coaxial o Offre une meilleure résistance au bruit.
o Garantit une communication très claire
a. Supports de transmission guidés sans perturbation ou perte du signal.
Pour les supports de transmission guidés, la capacité de transmission soit en terme
de débit ou de la bande passante, dépend essentiellement de la distance, le type de
signale ainsi que le type de communication (point à point ou multipoints).

i. Paire torsadée
La paire torsadée est considérée comme le support de transmission le plus utilisé
pour l’échange de données entre deux périphériques (ex : les lignes téléphoniques).
Ce support est composé d’une paire de fils en cuivre torsadés l’un autour de l’autre

R.ELNAGGER
5 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

ii. Satellite
Le problème des transmissions à travers l'océan est surmonté par l'utilisation de
iii. Fibre optique satellites. Ces derniers maintiennent une position constante par rapport à la surface
La fibre optique est le support de transmission le plus lège dans le monde. Il est de la terre. C'est ce qu'on appelle orbite géosynchrone. Un satellite comporte un
constitué d’un fil très fin en verre ou en plastique de la haute qualité. La répéteur et un amplificateur qui ont pour but de répéter les signes radio d’une base
transmission de données se fait sous forme de signal lumineux ce qui garantit une source vers une base destination. La transmission de donnée au niveau du satellite
vitesse de transmission très élevée. est basée sur l’utilisation de plusieurs transponder2 ce qui garantit une bande
passante entre 1 et 10GHz. Cependant, ce support de transmission est considéré le
 Avantages support le plus chère et le plus lent en temps de réponse (250 à 300 ms).
o Un support de transmission très
lège.
o Vitesse de transmission très élevée
(50000 Gbits/s théorique).
o Efficace pour les longues
distances.
Figure 03 : Fibre optique o Une meilleure résistance aux
interférences.
o Aucune perte d’information au
cours d’une transmission.
 Inconvénient
o Inextensible. Figure 04 : Satellite
o Coûteux.
b. Supports de transmission non guidés iii. Microonde
Les supports de transmission non guidés sont o les supports qui utilisent l’air comme Les microondes sont des signaux radio avec une Ultra Haute Fréquence (UHF).
moyen de transmission de données. L’émission et la réception des données se Elles peuvent être transmises entre deux stations radio (émettrice/ réceptrice) une à
basent sur l’utilisation des antennes1. On peut classifier les supports non guidés côté de l’autre car les microondes ne peuvent pas traverser les obstacles. En
selon la taille de la bande de fréquence en trois (03) catégories : radio, microondes, utilisant cette infrastructure, nous garantissons une fréquence entre 1GHz et 40GHz
et satellites. à condition que l’amplificateur du signal et les répéteurs soient installés dans des
endroits séparés de distances régulières entre les deux stations de la
i. Radio communication. Le fait que les microondes sont de nature Ultra Haute Fréquence,
C’est une infrastructure moins couteuse par rapport au support guidé cités au- le signal ne sera pas altéré durant sa transmission entre les deux stations de la
dessus. Elle offre une fréquence de transmission entre 3MHz et 1GHz. Cependant, communication.
elle génère un taux d’erreur très élevé vue qu’elle dépend des conditions
climatiques.

1 2
Antenne : est un périphérique permettant d’émettre ou de recevoir des ondes Transponder : 1 transponder = plusieurs centaines de communications
électromagnétique. téléphoniques

R.ELNAGGER
6 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

a. Transmission parallèle
Dans une transmission parallèle, les données binaires sont organisées dans des
groupes de n bits. Puis, à chaque impulsion d’horloge, les n bits seront envoyés à la
fois au lieu un seul bit. Pour effectuer cette opération, nous utilisons n fils. Par
conséquent, chaque bit à son propre fil, et les n bits d'un groupe peuvent être
transmis avec chaque impulsion d'horloge d'un appareil à un autre. La figure ci-
dessous montre comment fonctionne la transmission en parallèle pour n = 8.
Typiquement, les huit fils sont regroupés dans un câble avec un connecteur à
chaque extrémité.
L'avantage de la transmission parallèle est la vitesse. Puisque l’information est
transmise en bloc, alors le temps nécessaire pour transmettre une information est
minimisé. Toutefois, l’inconvénient majeur de la transmission parallèle est le coût
vue que chaque bit est transporté sur une ligne de communication spécifique. Pour
Figure 05 : Utilisation des Microondes. cela, la transmission parallèle est généralement utilisée pour des courtes distances.

3. Types de transmission de données


La transmission de données numérique sur le support de transmission peut être
effectuée soit en série soir en parallèle. En mode parallèle à chaque impulsion
d'horloge, un plusieurs bits sont envoyés à la fois. Or en mode série, un bit est
envoyé à chaque impulsion d'horloge. Bien qu'il n'y ait qu'une seule façon
d'envoyer des données parallèles, il existe deux sous-classes de la transmission
série; synchrone et asynchrone.

b. Transmission en série
Dans une transmission de série un bit est envoyé à la fois. Donc, nous avons besoin
d'un seul canal de communication plutôt que n canaux pour transmettre des
données entre deux appareils communicants. L'avantage d’une transmission en
série par rapport à une transmission parallèle est qu’on a besoin d’un seul canal de
Figure 06 : Types de transmission de données
communication ce qui permet de réduire le coût de transmission.

R.ELNAGGER
7 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

Puisque la communication au sein des dispositifs est parallèle, des dispositifs de mécanisme est appelé asynchrone car, au niveau de l'octet, l'expéditeur et le
conversion sont requis au niveau de l'interface entre l'émetteur et la ligne (parallèle- récepteur n'ont pas besoin d'être synchronisés. Mais dans chaque octet, le récepteur
série) et entre la ligne et le récepteur (série-parallèle). doit toujours être synchronisé avec la séquence de bits entrante.
La figure suivante est une représentation schématique d'une transmission
asynchrone. Dans cet exemple, les bits de départ sont des 0, les bits de fin sont à 1s,
et l'écart est représenté par une ligne libre plutôt que par des bits de fin
supplémentaires.
La transmission asynchrone est plus lente que les autres formes de transmission en
raison de l'ajout d'informations de contrôle. Cependant, elle est considérée comme
une transmission pas chère et efficace, d’où son utilisation pour les situations qui
nécessite une communication à faible vitesse. Par exemple, la connexion d'un
terminal à un ordinateur, une application naturelle pour la transmission asynchrone.
Un utilisateur saisit un seul caractère à la fois, ce que nécessite un temps de
traitement de données très important. De plus , il laisse des vides imprévisibles de
temps entre chaque caractère.

La transmission en série peut prendre deux formes : soit synchrone soit asynchrone.

i. Transmission asynchrone
La transmission asynchrone est une transmission dont le temps de transmission n’a
pas d’importance. Cependant, l'information reçue sera traduite sous forme de
groupes de 8 bits. Chaque groupe représente une unité de transmission.
Afin de notifier le récepteur à l’arrivée d’un nouveau groupe, un bit supplémentaire
est ajouté au début de chaque octet. Ce bit est appelé « le bit de départ » et
généralement est à un 0. Pour permettre au récepteur de savoir que l'octet est ii. Transmission synchrone
terminé, un ou plusieurs autres bits sont ajoutés à la fin de l'octet. Ces bits sont Dans la transmission synchrone, les données sont transmises sous forme d'une
appelés « les bits de fin » et généralement sont à 1. chaîne ininterrompue de 1 et de 0, et le récepteur décompose cette chaîne en octets
En utilisant cette approche, chaque octet est augmenté en taille pour au moins 10 afin de reconstituer l'information.
bits, dont 8 sont des informations et deux ou plus sont des signaux vers le La figure ci-dessous donne une représentation schématique de transmission
récepteur. En outre, l'émission de chaque octet peut alors être suivie par un synchrone. L'expéditeur met ses données sur la ligne comme une longue chaîne. Le
intervalle de durée variable. Cet écart peut être représenté soit par un canal inactif récepteur compte les bits à leur arrivée et les regroupe dans des unités de huit bits.
ou par un flux de bits de fin supplémentaires.
Les bits de départ et de fin et l'écart alertent le récepteur pour le début et la fin de
chaque octet et lui permettent de se synchroniser avec le flux de données. Ce

R.ELNAGGER
8 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

sortie et Pe la puissance d’entrée, l’affaiblissement A en décibels est donné par la


formule :

pour Ps/Pe = 0,5, on trouve : 10 × log10 Ps/Pe = 3 Db

L'avantage de la transmission synchrone est la vitesse. En l'absence de bits


supplémentaires, on aura moins de bits à déplacer à travers le lien. La transmission
synchrone est plus rapide que la transmission asynchrone. Pour cette raison, il est
plus utile pour les applications à grande vitesse tels que la transmission de données
d'un ordinateur à un autre.

4. Caractéristiques globales des supports de transmission


Quelle que soit la nature du support, le signal désigne le courant, la lumière ou
l’onde électromagnétique transmis. Certaines caractéristiques des supports (bande
passante, sensibilité aux bruits, limites des débits possibles) en perturbent la
transmission. Leur connaissance est nécessaire pour fabriquer de « bons »
signaux, c’est-à-dire les mieux adaptés aux supports utilisés. b. Bruits et distorsions
Les supports de transmission déforment les signaux qu’ils transportent, même
a. Bande passante lorsque leurs fréquences sont adaptées, comme l’illustre la figure 1.5. Diverses
Les supports ont une bande passante limitée. Certains signaux s’y propagent sources de bruit perturbent les signaux : parasites, phénomènes de diaphonie…
correctement (ils sont affaiblis mais reconnaissables à l’autre extrémité), alors que Certaines perturbations de l’environnement introduisent également des bruits
d’autres ne les traversent pas (ils sont tellement affaiblis ou déformés qu’on ne les (foudre, orages pour le milieu aérien, champs électromagnétiques dans des
reconnaît plus à la sortie). Intuitivement, plus un support a une bande passante ateliers…).Par ailleurs, les supports affaiblissent et retardent les signaux. La
large, il transporte plus d’informations par unité de temps. distance est un facteur d’affaiblissement, très important pour les liaisons par
satellite. Ces déformations, appelées distorsions, sont gênantes pour la bonne
 Définition
reconnaissance des signaux en sortie, d’autant qu’elles varient avec la fréquence et
La bande passante est la bande de fréquences dans laquelle les signaux appliqués à
la phase des signaux émis.
l’entrée du support de transmission ont une puissance de sortie supérieure à un
seuil donné après traversée du support. Le seuil fixé correspond à un rapport
déterminé entre la puissance du signal d’entrée et la puissance du signal trouvé à la
sortie En général, on caractérise un support par sa bande passante à 3 dB
(décibels), c’est-à-dire par la plage de fréquences à l’intérieur de laquelle la
puissance de sortie est, au pire, divisée par deux. Si on note Ps la puissance de

R.ELNAGGER
9 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

puissance du bruit (notée B) ; la base 2 du logarithme sert à exprimer la quantité


d’informations en bits.

d. Qualité des câbles


Le choix d’un support de transmission dépend de nombreux éléments. Des
considérations économiques (le prix de revient, le coût de sa maintenance, etc.)
interviennent en plus des facteurs techniques, de même que la nature des signaux
propagés, puisque l’équipement de transmission de données contient une partie
spécifique au support. Examinons maintenant les techniques de transmission du
signal véhiculant les données sur le support.

5. Transmission à Bande de Base et transmission par


Modulation
Selon les techniques de transmission, un équipement spécifique est placé à chaque
extrémité du support : soit un modem (modulateur-démodulateur), soit un codec
Même lorsque les signaux sont adaptés aux supports, on ne peut pas garantir leur (codeur-décodeur). Cet équipement, baptisé modem dans la suite, fabrique, avec les
réception correcte à 100 %. Le récepteur d’un signal doit prendre une décision dans données binaires à émettre, un signal dont les caractéristiques sont adaptées au
un laps de temps très court. De ce fait, cette décision peut être mauvaise. Par support de transmission. Inversement, en réception, il extrait la suite des données
exemple, un symbole 1 émis donne une décision « symbole 0 reçu », ce qui binaires du signal reçu. Le support et les deux modems placés à ses extrémités
constitue une erreur de transmission. Les fibres optiques sont les meilleurs constituent le circuit de données.
supports, car le taux d’erreur y est très faible : 10 -12 (une mauvaise décision pour
1012 bits transmis). Les câbles et les supports métalliques présentent des taux  Définition
d’erreur moyens. Les liaisons sans fil ont un taux d’erreur variable, sensible aux Le circuit de données est une entité capable d’envoyer ou de recevoir une suite de
conditions météorologiques. données binaires, à un débit donné, dans un délai donné et avec un taux d’erreur
dépendant du support utilisé.
c. Capacité limitée des supports de transmission
La capacité d’un support de transmission mesure la quantité d’informations
transportée par unité de temps. Les caractéristiques que nous venons de voir fait
que la capacité d’un support est limitée. Un théorème dû à Shannon exprime, en
bits par seconde, la borne maximale de la capacité CapMax d’un support de
transmission :

Dans cette formule, W est la largeur de la bande passante du support exprimée en L’équipement émetteur fournit au modem les données à transmettre. Ce dernier les
hertz, S/B représente la valeur du rapport entre la puissance du signal (notée S) et la émet sous forme d’un signal à deux valeurs (correspondant à 0 et 1), appelé
message de données synchrone (voir la figure suivante). En effet, les intervalles de

R.ELNAGGER
10 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

temps alloués à chaque symbole sont égaux et coïncident avec les périodes
successives d’une base de temps (ou horloge) indispensable à l’interprétation du
message de données par le récepteur.

Figure : codage simple


En utilisant ce principe de codage, on distingue deux problèmes majeurs :
1. Une tension nulle : est ce qu’elle signifie une transmission du bit 0 ou
l’absence d’envoi de données ?
2. Si une suite binaire comprend plusieurs bits 0 ou 1 consécutifs, il faut que
l’émetteur et le récepteur soient parfaitement synchronisés pour que le
a. Transmission en bande de base (transmission numérique) décodage se fasse correctement.
Dans la transmission en bande de base, l’équipement qui fabrique les signaux est Pour éviter ces problèmes, plusieurs codes ont été élaborés. Parmi eux, nous
un codec. Il code le message de données synchrone en une suite de signaux citons :
compatibles avec les caractéristiques physiques du support. Généralement, cette
technique de transmission est utilisée dans des petites distance (<100m). À titre  Le codage NRZ pour sa simplicité de conception.
d’exemple, les réseaux locaux. En utilisant cette technique, on va garantir une  Le codage Manchester pour sa mise en œuvre dans les réseaux Ethernet.
transmission de données à grand débit mais à faible portée.  Le code de Manchester différentiel, le code de Miller.
Le premier codage qui a été proposé pour le codage en Bande de base est le Dans le cadre de notre cours, on s’intéresse qu’au codage NRZ et Manchester.
« codage simple » qui consiste à faire correspondre un 1 à un signal.
Plusieurs facteurs expliquent les difficultés rencontrées dans la transmission en
bande de base : la limitation de la bande passante (dans les basses comme dans les
hautes fréquences) et le fait qu’il faille transférer les données quelle que soit leur
valeur. Les longues suites de 0 ou de 1 engendrent des problèmes à la réception.

R.ELNAGGER
11 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

i. Codage NRZ paramètres de la porteuse (fréquence, phase ou amplitude). Soit


une porteuse de fréquence f0, et d(t) la suite des données binaires à transmettre.
Le principe de codage NRZ se base sur l’affectation d’un signale de n volt pour la
Appelons l’intervalle de temps significatif pendant lequel d(t) vaut 0 ou 1,
transmission d’un bit égale à 1 et un signal opposé pour la transmission du bit 0
(voir la figure suivante). c’est-à-dire que d(t) est constant sur l’intervalle [t, t + [.
Selon le paramètre à changer au niveau de la porteuse, on distingue trois types
de modulation qui sont les suivants :
 En modulation d’amplitude simple, l’amplitude du signal transmis change
avec les données. Ainsi, pendant l’intervalle [t, t + [, le signal transmis
vaudra : m(t) = (a – k) cos(2 f0t + ) si d(t) = 0 et m(t) = (a + k) cos(2 f0t
+ ) si d(t) = 1. Dans ces expressions, k est une constante. À la réception,
pendant l’intervalle [t, t + [, le modem mesure l’amplitude du signal
reçu et en déduit la valeur de la donnée d(t).
Figure : codage NRZ
En utilisant le codage NRZ, on élimine le problème de l’absence du signal  En modulation de fréquence simple, la fréquence du signal transmis
cependant le traitement d’une longue suite de 0 et 1 persiste toujours. change avec les données. Ainsi, pendant l’intervalle [t, t + [, le signal
transmis sera : m(t) = a cos(2 (f0 – h) t + ) si d(t) = 0 et si d(t) = 1 alors
ii. Codage Manchester m(t) = a cos(2 (f0 + h)t + ), expressions dans lesquelles h est une
constante. Pendant l’intervalle [t, t + [, le modem mesure la fréquence du
Le codage Manchester ou le codage biphase, il propose une solution au problème signal reçu et en déduit la valeur de d(t).
de détection des longues chaînes de 0 ou de 1. Il s’agit d’un code basé sur la
variation du signal : ce n’est plus la tension qui est importante mais la différence  En modulation de phase simple, la phase du signal transmis change avec
de signal. Le bit 1 sera codé par un passage de la tension n à –n et le 0 par le les données. Ainsi, pendant l’intervalle [t, t + [, le signal transmis sera :
m(t) = a cos(2 f0t + ) si d(t) = 0 et m(t) = a cos(2 f0t + (  )) si
passage en sens inverse.
d(t)=1. Pendant l’intervalle [t, t + [, le modem mesure la phase du signal
reçu et en déduit la valeur de d(t).
Pour atteindre des débits élevés, on peut réduire l’intervalle . Si on remplace par
/3, l’information d(t) change à chaque intervalle /3, de même que le signal
modulé. Le récepteur n’a plus qu’un intervalle /3 pour effectuer ses mesures et
prendre sa décision. Cette méthode devient peu fiable si on réduit trop l’intervalle.
On préfère découpler l’intervalle de variation des données, désormais noté de
Figure : codage Manchester l’intervalle de variation du signal modulé, toujours noté ; on parle alors de
modulation complexe. Par exemple, si vaut /3, les données contiennent 3 bits
b. Transmission par modulation (transmission analogique) sur un intervalle (soit huit valeurs différentes) : le signal modulé prend, pendant
La transmission par modulation consiste à envoyer une onde sinusoïdale appelée une valeur parmi les huit possibles. Le nombre de valeurs du signal, noté V,
porteuse. En fonction de la donnée à transmettre, le modem modifie l’un des s’appelle la valence.

R.ELNAGGER
12 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

 Le débit binaire : D représente le nombre de bits transmis par seconde.


 La rapidité de modulation R, exprimée en bauds, caractérise le rythme de
travail du modem et mesure le nombre d’intervalles significatifs par unité
de temps. Si représente la durée en secondes de l’intervalle significatif,
alors R = 1/ bauds.
La formule exprime la relation liant la rapidité de
modulation au débit binaire.
 Le délai de propagation : définit le temps nécessaire au signal pour
traverser le support. Par exemple, il faut environ un quart de seconde à un
signal se propageant à la vitesse de la lumière pour parcourir une distance
de 72 000 km (cas des satellites géostationnaires).

b. Interface ordinateur-modem externe


Depuis bientôt 20 ans, on utilise le port série USB (Universal Serial Bus) dont la
version la plus rapide supporte jusqu’à 480 Mbit/s – pour raccorder un modem
externe à un ordinateur. Celui-ci permet de brancher ou de débrancher le modem à
chaud sans avoir à redémarrer l’ordinateur. Presque tous les appareils (scanners,
imprimantes, appareils photo…) sont dotés d’un tel port, ce qui simplifie
grandement la connectique. Le port USB contient quatre circuits : un pour
3. Circuit de données l’alimentation, deux pour les données (un par sens de transmission) et une terre de
Nous avons vu que l’introduction d’une distance entre équipements informatiques protection. Le dialogue de l’interface se déroule directement sur les circuits de
nécessite un support de transmission et que les modems cachent la nature réelle du données, par des échanges de messages codés, dans un dialogue totalement contrôlé
support à l’utilisateur (pour lequel elle est transparente). Le circuit de données ne par l’ordinateur. Cette dernière caractéristique prive le modem d’initiative en cas de
connaît que le débit binaire utilisé pour la transmission.
réception de données. C’est la raison pour laquelle on préfère désormais relier
a. Qualité du circuit de données l’ordinateur au modem externe en considérant que ces deux équipements sont reliés
par un réseau filaire ou sans fil. Les réseaux les plus utilisés à cet effet sont
La qualité du circuit de données se mesure selon différents critères techniques:
Ethernet et Wi-Fi.
 Le taux d’erreurs : est le rapport entre le nombre de bits erronés, sur le
nombre total de bits transmis.
 La disponibilité: évalue la proportion de temps pendant lequel la
transmission est possible (absence de panne ou de coupure).

R.ELNAGGER
13 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

4. ADSL (Asymmetric Digital Subscriber Line)


L’ADSL fait partie d’une famille d’accès à haut débit (le nom générique xDSL est
donné à ces techniques de transmission), qui recourt aux lignes téléphoniques
ordinaires comme support de transmission. L’ADSL utilise la boucle locale
raccordant chaque usager du téléphone au central téléphonique dont il dépend.
L’ADSL fait cohabiter, sur la ligne de l’abonné, les données numériques
(provenant d’un ordinateur par exemple) et le téléphone vocal. Les deux
équipements s’utilisent ainsi simultanément sans interférences. Une des
caractéristiques de l’ADSL tient dans son nom : le débit est différent dans les deux
sens de transmission ; le sens le moins rapide possède un débit environ 10 fois
inférieur à l’autre sens. Le débit disponible dépend de la longueur et de l’état de la
boucle locale. Ces deux facteurs déterminent, à l’initialisation, le débit maximal
offert à l’abonné. Au départ, l’ADSL permettait d’émettre jusqu’à 8 Mbit/s dans le Figure : raccordement ADSL
sens descendant (du fournisseur vers l’usager) et jusqu’à 800 kbit/s dans le sens La transmission des données de l’ADSL utilise une modulation particulière
montant (de l’usager vers le fournisseur). Les dernières versions offrent des débits (DMT, Discrete MultiTone), spécifiquement adaptée aux caractéristiques
pouvant aller jusqu’à 50 Mbit/s. Les deux débits sont différents car l’ADSL physiques des lignes d’abonnés sur une courte distance (généralement moins de
considère que l’usager télécharge beaucoup plus d’informations, en particulier
3,5 km) et utilisant des débits différents. Cette modulation combine deux
lorsqu’il visite des sites Web distants.
méthodes (modulation d’amplitude et modulation de phase) avec une rapidité
Dans le central téléphonique, les deux types de systèmes coexistent : le réseau de
de modulation de 4 000 bauds sur chaque porteuse, sachant que la bande
données (le réseau du fournisseur d’accès) vient se greffer sur le réseau
passante est subdivisée en 256 canaux sur un accès. Les fréquences les plus
téléphonique classique, les deux réseaux utilisant la ligne de l’abonné (voir figure
ci dessous). Un équipement appelé répartiteur (splitter) est responsable de
basses [4,3 – 64,7 kHz] sont disponibles pour la voie téléphonique classique ; la
l’éclatement et de la recombinaison des deux types de signaux dans le central et bande comprise entre 69 et 133,7 kHz sert à la transmission de l’usager vers le
chez l’abonné (indispensable chez ce dernier uniquement lorsqu’il se sert d’un réseau (sens montant). Enfin la plus grande partie de la bande [138 – 1 099,7
téléphone numérique ; il faut séparer les canaux utilisés pour la téléphonie de ceux kHz] est utilisée pour la transmission du réseau vers l’abonné (sens
employés pour la transmission des données). Pour un téléphone analogique, un descendant.)
simple filtre placé devant le téléphone de l’abonné suffit. Il transmet le signal
ADSL au modem qui extrait les informations numériques pour l’ordinate ur.

R.ELNAGGER
14 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

III. Réseaux et Internet


1. Réseaux
1.1. Définition
Un réseau est un ensemble d’ordinateurs connectés entre eux à l’aide d’un système
de communication. Le but principale d’un réseau est de garantir la communication
et le partage des fichiers entres les ordinateurs.

1.2. Types de réseaux


Les infrastructures réseau peuvent considérablement varier selon :
5. Normalisation  la taille de la zone couverte ;
 le nombre d’utilisateurs connectés ;
Dans des domaines techniques comme les réseaux et les télécommunications, la  le nombre et les types de services disponibles.
normalisation répond aussi bien aux attentes des consommateurs qu’aux besoins
En se basant sur ces trois critères, on distingue trois types de réseaux :
des fabricants. D’un côté, elle offre aux utilisateurs la garantie que deux produits de
fonctions identiques mais de fabricants différents fonctionneront correctement  Réseau LAN
ensemble. De l’autre, les industriels peuvent espérer toucher un plus grand nombre  Réseau WAN
de clients grâce à la normalisation. En effet, toute solution propriétaire provoque la  Inter-réseaux
réticence des utilisateurs et des entreprises à dépendre d’un seul fournisseur pour
i. Réseau LAN (Local Area Network)
leur approvisionnement : si certains équipements sont vitaux pour la survie même
de l’entreprise, la continuité du service impose de disposer de sources Un réseau local s’étend généralement sur une zone géographique unique et fournit
indépendantes d’approvisionnement. Différents organismes de normalisation des services et des applications aux personnes au sein d’une structure
organisationnelle commune, telle qu’une entreprise, un campus ou une région. En
édictent des avis qui couvrent tous les aspects d’un équipement : aspects règle générale, un réseau local est administré par une organisation unique. Le
électriques, mécaniques, connectique… Les principaux organismes internationaux contrôle administratif qui gère les stratégies de sécurité et de contrôle d’accès
de normalisation regroupent des représentants des industriels, des administrations, s’applique au niveau du réseau.
des utilisateurs : l’ISO et l’ITU (International Telecommunications Union). On
L’installation d’un réseau local peut se faire en :
trouve également divers groupements de constructeurs comme : l’ECMA
(European Computer Manufacturer), l’EIA (Electronic Industries Association)…  Bus
Dans Internet, l’IAB (Internet Architecture Board) définit la politique du réseau à  Etoile
long terme alors que l’IETF (Internet Engineering Task Force) s’occupe de  Anneau
l’homogénéité des solutions et publie les RFC (Request For Comments).

R.ELNAGGER
15 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

i) Topologie en Bus iii) Topologie en anneau

I I I

Ethernet
Serveur

Jeton

Serveur

ii) Topologie en étoile

ii. Réseau WAN (Wide Area Network)


Lorsqu’une entreprise ou une organisation dispose d’emplacements séparés par
d’importantes distances géographiques, il peut être nécessaire d’utiliser un
Serveur fournisseur de services de télécommunications pour interconnecter les réseaux
locaux à ces différents emplacements. Les fournisseurs de services de
télécommunications utilisent d’importants réseaux régionaux pouvant parcourir de
longues distances. Auparavant, ces fournisseurs de services de télécommunications
Hub transportaient des communications voix et données sur des réseaux distincts. Ces
fournisseurs proposent à leurs abonnés de plus en plus de services réseau
d’informations convergentes.

Les organisations individuelles utilisent généralement des connexions via un réseau


de fournisseurs de services de télécommunications. Ces réseaux qui connectent des
réseaux locaux à des emplacements géographiquement séparés sont appelés réseaux
étendus (WAN, Wide Area Networks). Bien que l’organisation gère l’ensemble des
stratégies et de l’administration des réseaux locaux aux deux extrémités de la

R.ELNAGGER
16 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

connexion, les stratégies au sein du réseau du fournisseur de services de  le suivi des résultats sportifs de son équipe favorite sur un téléphone
communications sont gérées par le fournisseur de services de télécommunications. portable.

Les réseaux étendus utilisent des périphériques réseau spécialement conçus pour a) Interréseau
effectuer les interconnexions entre les réseaux locaux. En raison de l’importance de
ces périphériques sur le réseau, la configuration, l’installation et la gestion de ces Un maillage international de réseaux interconnectés (interréseaux) répond à ces
périphériques sont des domaines qui font partie du fonctionnement du réseau d’une besoins humains en matière de communication. Une partie de ces réseaux
organisation. interconnectés appartiennent à d’importants organismes publics et privés, tels que
Les réseaux locaux et étendus sont très utiles pour les organisations individuelles. des organismes gouvernementaux ou des entreprises industrielles, et sont réservés à
Ils connectent les utilisateurs au sein de l’organisation. Ils permettent plusieurs leur utilisation exclusive. L’interréseau accessible publiquement le plus connu et
formes de communication, y compris l’échange de courriel, les formations dont l’utilisation est la plus répandue est Internet.
d’entreprise et autres partages de ressources. Internet a été créé par l’interconnexion de réseaux qui appartiennent aux
fournisseurs de services Internet (ISP: Internet Service Providers). Ces réseaux de
fournisseurs de services Internet se connectent entre eux pour fournir un accès à des
millions d’utilisateurs partout dans le monde. La garantie d’une communication
efficace à travers ces diverses infrastructures nécessite l’application de technologies
et de protocoles cohérents et couramment reconnus, ainsi que la coopération de
nombreux organismes gouvernementaux.

b) Intranet

Le terme intranet est souvent utilisé pour faire référence à une connexion privée de
réseaux locaux et étendus qui appartiennent à une organisation. Cette connexion a
été conçue de manière à être uniquement accessible aux membres, aux employés de
Figure : réseau étendu
l’organisation ou à d’autres personnes disposant d’une autorisation.
iii. Inter réseaux
Même si l’utilisation d’un réseau local ou étendu présente certains avantages, la Remarque : les termes suivants peuvent être interchangeables : interréseau, réseau
plupart d’entre nous devons communiquer avec une ressource sur un autre réseau, de données et réseau. La connexion d’au moins deux réseaux de données forme un
en dehors de notre organisation locale. interréseau, ou réseau de réseaux. Il est également courant de désigner un
interréseau par le terme réseau de données, ou simplement réseau, lorsqu’il s’agit
Parmi les exemples de ce type de communication, citons : de communications à un niveau élevé. L’utilisation des termes dépend du contexte
 l’envoi d’un courriel à un ami se trouvant dans un autre pays ; du moment et il est possible d’interchanger ces termes.
 l’accès à des informations ou à des produits sur un site Web ;
 l’obtention d’un fichier à partir de l’ordinateur d’un voisin ;
 la messagerie instantanée avec une connaissance qui se trouve dans une
autre ville ;

R.ELNAGGER
17 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

garantir que les messages sont reçus et compris par les deux parties. Parmi ces
protocoles, citons :
 Protocole d’application :
Le protocole HTTP (Hypertext Transfer Protocol) est un protocole courant qui régit
la manière selon laquelle un serveur Web et un client Web interagissent. Le
protocole HTTP décrit le contenu et la mise en forme des requêtes et des réponses
échangées entre le client et le serveur. Les logiciels du client et du serveur Web
implémentent le protocole HTTP dans le cadre de l’application. Le protocole HTTP
dépend d’autres protocoles pour gérer le transport des messages entre le client et le
serveur
 Protocole de transport :
Le protocole TCP (Transmission Control Protocol) représente le protocole de
transport qui gère les conversations individuelles entre des serveurs Web et des
clients Web. Le protocole TCP divise les messages HTTP en parties de plus petite
taille, appelées segments, pour les envoyer au client de destination. Ce protocole est
Figure : inter réseaux également responsable du contrôle de la taille et du débit d’échange des messages
entre le serveur et le client.
1.3. Protocoles de communication
 Protocole interréseau :
Les protocoles de communication décrivent des processus tels que: Le protocole interréseau le plus courant est le protocole IP (Internet Protocol). Le
• Le format ou la structure du message, protocole IP est responsable de la récupération des segments formatés à partir du
• La méthode selon laquelle des périphériques réseaux partagent des protocole TCP, de leur encapsulation en paquets, de l’affectation des adresses
informations sur des chemins avec d’autres réseaux; appropriées et de la sélection du meilleur chemin vers l’hôte de destination.
• Comment et à quel moment des messages d’erreur sont échangés entre les  Protocoles d’accès au réseau :
périphériques; Les protocoles d’accès au réseau décrivent deux fonctions principales : la gestion
• La gestion des sessions de transfert de donnée des liaisons de données et la transmission physique des données sur les supports.
Les protocoles de gestion de liaison de données prennent les paquets depuis le
1.4. Interaction entre les protocoles
L’interaction entre un serveur Web et un navigateur Web constitue un exemple de protocole IP et les formatent pour les transmettre à travers les supports. Les normes
l’utilisation d’une suite de protocoles dans des communications réseau. Cette et les protocoles des supports physiques régissent la manière dont les signaux sont
interaction utilise plusieurs protocoles et normes dans le processus d’échange envoyés à travers les supports, ainsi que leur interprétation par les clients
d’informations entre ceux-ci. Les différents protocoles fonctionnent entre eux pour destinataires. Des émetteurs-récepteurs sur les cartes réseau implémentent les
normes appropriées pour les supports en cours d’utilisation.

R.ELNAGGER
18 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

i. Modèle TCP/IP

Figure : interaction entre les protocoles

1.5. Modèle de protocole et de référence


Il existe deux types de modèles de réseau de base : les modèles de protocole et les
modèles de référence.

Un modèle de protocole fournit un modèle qui correspond étroitement à la structure


d’une suite de protocoles particulière. L’ensemble hiérarchique des protocoles
associés dans une suite représente généralement toutes les fonctionnalités requises
à l’interface entre le réseau humain et le réseau de données. Le modèle TCP/IP est  Unités de données de protocoles et d’encapsulation:
un modèle de protocole, car il décrit les fonctions qui interviennent à chaque
couche de protocole au sein de la suite TCP/IP. Lorsque les données d’application descendent la pile de protocoles en vue de leur
transmission sur le support réseau, différents protocoles ajoutent des informations à
Un modèle de référence fournit une référence commune pour maintenir la chaque niveau. Il s’agit du processus d’encapsulation.
cohérence dans tous les types de protocoles et de services réseau. Un modèle de
référence n’est pas destiné à être une spécification d’implémentation, ni à fournir La forme qu’emprunte une donnée sur n’importe quelle couche est appelée unité de
un niveau de détail suffisant pour définir précisément les services de l’architecture données de protocole. Au cours de l’encapsulation, chaque couche suivante
réseau. Le principal objectif d’un modèle de référence est d’aider à obtenir une encapsule l’unité de données de protocole qu’elle reçoit de la couche supérieure en
compréhension plus claire des fonctions et du processus impliqués. respectant le protocole en cours d’utilisation. À chaque étape du processus, une
unité de données de protocole possède un nom différent qui reflète sa nouvelle
Le modèle OSI (Open Systems Interconnection) constitue le modèle de référence apparence. Bien qu’il n’existe aucune convention d’attribution de noms universelle
interréseau le plus répandu. Il est utilisé pour la conception de réseaux de données, pour les unités de données de protocole, dans ce cours, les unités de données de
pour les spécifications de fonctionnement et pour le dépannage. protocoles sont nommées en fonction des protocoles de la suite TCP/IP.

R.ELNAGGER
19 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

 Données : terme général pour les unités de données de protocole utilisées ii. Modèle OSI
au niveau de la couche application
 Segment : unité de données de protocole de la couche transport
La couche application permet d’obtenir une
 Paquet : unité de données de protocole de la couche interréseau connectivité de bout en bout entre des individus à
 Trame : unité de données de protocole de la couche d’accès au réseau l’aide de réseaux de données.
 Bits : unité de données de protocole utilisée lors de la transmission
physique de données à travers le support. La couche présentation fournit une représentation
commune des données transférées entre des services
de couche application

La couche session fournit des services à la couche


présentation pour réorganiser son dialogue et générer
l’échange de données.

La couche transport définit des services pour


segmenter, transférer et réassembler les données de
communications individuelles entre les périphériques
finaux.

La couche réseau fournit des services pour échanger


les parties de données individuelles sur le réseau entre
des périphériques finaux identifiés.

Les protocoles de la couche liaison de données


décrivent des méthodes d’échange de trames de
données entre des périphériques sur un support
commun.

Les protocoles de cette couche décrivent les moyens


mécaniques, électriques, fonctionnels et
méthodologiques permettant d’activer, de gérer et de
désactiver des connexions physiques pour la
transmission de bits vers et depuis un périphérique
réseau.

R.ELNAGGER
20 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

iii. Comparaison entre le modèle TCP/IP et le modèle OSI Les protocoles de la suite TCP/IP sont généralement définis par des documents
RFC. L’IETF (Internet Engineering Task Force) conserve les documents RFC
comme normes de la suite TCP/IP.

1.6. Adressage dans les réseaux


Tous les périphériques appartenant à un réseau doivent être identifiés de manière
unique. Au niveau de la couche réseau, les paquets de communication doivent être
identifiés par les adresses source et destination des systèmes des deux côtés. Avec
l’adressage IPv4, cela implique que chaque paquet comporte, dans l’en-tête de la
couche 3, une adresse source 32 bits et une adresse de destination 32 bits.
Exemple

i. Classes réseaux
iv. Modèle TCP/IP et OSI
 Protocoles de la couche d’application
Les protocoles de la couche application TCP/IP les plus connus sont ceux
permettant l’échange d’informations entre les utilisateurs. Ces protocoles spécifient
les informations de format et de contrôle nécessaires à un grand nombre de
fonctions courantes de communication via Internet. Voici certains de ces protocoles
TCP/IP :
 Le protocole DNS (Domain Name Service) est utilisé pour traduire les
adresses Internet en adresses IP.
 Le protocole HTTP (Hypertext Transfer Protocol) est utilisé pour
transférer les fichiers qui constituent les pages du Web.
 Le protocole SMTP (Simple Mail Transfer Protocol) est utilisé pour
transférer les courriels et les pièces jointes.
 Le protocole Telnet, protocole d’émulation de terminal, est utilisé pour
permettre un accès distant aux serveurs et aux périphériques réseau.
 Le protocole FTP (File Transfer Protocol) est utilisé pour le transfert
interactif de fichiers entre les systèmes.

R.ELNAGGER
21 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

ii. Types d’adresse IP iii. Utilisation des NAT (Network Address Translation):
On distingue deux types d’adresse IP
 Permet l’accès aux ressources présentées sur Internet.
 Adresse Publiques  Les services NAT permettent aux hôtes du réseau « d’emprunter » une
adresse publique pour communiquer avec des réseaux externes.
 Adresse Privées :
a. 10.0.0.0 à 10.255.255.255 (10.0.0.0 /8), iv. Masque sous-réseau
b. 172.16.0.0 à 172.31.255.255 (172.16.0.0 /12),  Classe A: 255.0.0.0
c. 192.168.0.0 à 192.168.255.255 (192.168.0.0 /16).  Classe B: 255.255.0.0
 Classe C: 255.255.255.0

R.ELNAGGER
22 Université : M’HAMED BOUGUARRA BOUMERDES
Faculté : Faculté des sciences
Module : Technologies de l’information et de communication (TIC)
Spécialité: 1 année MI Année universitaire: 2014/2015

v. Création des sous réseaux

R.ELNAGGER