Vous êtes sur la page 1sur 47

Licence STA, parcours PC, semestre 1

Math 101 : Initiation à l’algèbre et la géométrie

Septembre 2009

1
Programme (50h).

Les nombres complexes (10h).


Définitions (partie réelle et imaginaire, module etc...)
Les formules de Moivre et Euler.
Solutions d’une équation du second degré.
Racines d’un nombre complexe (+ aspects géométriques).
Linéarisation des polynomes trigonométriques.

Géométrie dans le plan et l’espace (24h).

Repères.
Déterminants 2 × 2 et 3 × 3, méthode du pivot de Gauss. Interprétations géométriques.
Equations de droites, de plans, intersection, position relative ...
Produit scalaire, produit vectoriel, le produit mixte.
Orientations, angles.

Transformations du plan et l’espace (12h).

Transformations affines : définitions équivalentes, propriétés.


Description géométrique, expression analytique des homothéties, translations, projections, symétries
Isométries : définitions, propriétés (image d’un repère)
Classification des isométries du plan.
Similitudes dans le plan, expressions analytiques réelle, complexe.
Description géométrique à partir de la donnée de l’expression analytique. (recherche des points
fixes, de l’orientation, utilisation du tableau de classification).

Changements de repère dans le plan et l’espace (4h).

Le raisonnement mathématique logique (Intégré dans les sections précédentes).


Langage ensembliste.
“et” “ou”, négation, lois de Morgan, implication, contraposée, quantificateurs.
Raisonnement par l’absurde.
Raisonnement par récurrence.
Cette partie du programme sera intégrée aux autres en fonction des besoins.

2
Table des matières
1 Nombres complexes 4

2 Géométrie affine et euclidienne dans le plan 10

3 Déterminants 3 × 3, méthode du pivot et Géométrie analytique dans l’espace 14

4 Transformations affines, Isométries, Similitudes 20

5 Changements de repères 23

6 Annales 24
6.1 Novembre 1999 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
6.2 Septembre 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
6.3 Novembre 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
6.4 Janvier et Octobre 2001(extraits) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
6.5 Devoir surveillé de Novembre 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
6.6 Septembre 2002 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
6.7 Novembre 2002 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
6.8 Décembre 2002 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
6.9 Janvier 2003 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
6.10 Septembre 2003 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
6.11 Novembre 2005 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
6.12 Examen de Janvier 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
6.13 Février 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
6.14 Novembre 2006. DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
6.15 Novembre 2006 DS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
6.16 Décembre 2006. DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
6.17 Janvier 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
6.18 Mars 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
6.19 Novembre 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
6.20 Janvier 2008 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
6.21 Juin 2008 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
6.22 Novembre 2008 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
6.23 Décembre 2008 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
6.24 Janvier 2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

3
1 Nombres complexes
Rappels de cours.
Généralités.
On définit i tel que i2 = −1. On note C l’ensemble des nombres dit complexes :

z = a + ib avec (a, b) ∈ R2

La partie réelle de z est a, la partie imaginaire est b. Ce sont des nombres réels.
Deux nombres complexes sont égaux si et seulement si leurs parties réelle et imaginaire sont
égales.
On définit une addition et une multiplication sur C, avec les conventions :
(a + ib) + (c + id) = (a + c) + i(b + d),
(a + ib) × (c + id) = (ac − bd) + i(ad + bc).
Le conjugué d’un nombre complexe z = a + ib est noté z̄ et égal à z̄ = a − ib . On notera que :
1. z + z 0 = z + z 0
2. zz 0 = zz 0
a+ib (a+ib)(c−id)
On définit une division sur C par : c+id = c2 +d2
= .....

p
Le module de z est noté |z| et est défini par |z| = a2 + b2 . On notera que :
1. |z| = 0 ssi z = 0.
2. |zz 0 | = |z||z 0 |
3. |z + z 0 | 6 |z| + |z 0 |
4. |z|2 = zz
5. |z| = |z|

Forme trigonométrique et exponentielle d’un nombre complexe


Soit z = a + ib un nombre complexe non nul, on a :
p  a b 
z= a2 + b2 √ + i√
a2 + b2 a2 + b2
Ainsi, le nombre complexe non nul z = a + ib est également représenté par :

z = ρ(cos θ + i sin θ) = ρeiθ



avec ρ = a2 + b2 = |z|, cos θ = √ a et sin θ = √ b
a2 +b2 a2 +b2
et la convention eiθ := cos θ + i sin θ.
– L’écriture de z = ρ(cos θ + i sin θ) est appelée forme trigonométrique de z,
– l’écriture de z = ρeiθ est appelée forme exponentielle de z,
– l’écriture a + ib est appelée forme algébrique de z.

4
θ est appelé un argument de z, et parfois noté arg(z).
On remarque que si θ est un argument de z alors, pour tout k ∈ Z, θ + 2kπ est aussi un argument
de z.
Les arguments θ de z = a + ib sont donnés par
(
a
cos θ = |z|
b
sin θ = |z|

Soient z1 = ρ1 eiθ1 et z2 = ρ2 eiθ2 deux nombres complexes, on a :

z1 z2 = ρ1 ρ2 ei(θ1 +θ2 )

Racines n-ièmes d’un nombre complexe écrit sous forme trigonométrique : Z0 = ρ0 eiθ0 .
On appelle racine n-ième de Z0 une solution de l’équation z n = Z0 .
En posant z = ρeiθ , on écrit cette équation sous forme trigonométrique, on obtient :
ρn einθ = ρ0 eiθ0 , en identifiant les modules et arguments on obtient :

ρn = ρ0 et nθ = θ0 + 2kπ.

On en conclut que :

Les n racines n-ièmes de Z0 = ρ0 eiθ0 sont :


√ (θ0 +2kπ)
zk = n ρ0 ei n , k = 0, ..., n − 1.

Racines carrées d’un nombre complexe écrit sous forme algébrique : Z0 = a + ib.
Par définition z = x + iy est une racine carrée de a + ib si et seulement si (*) z 2 = (x + iy)2 = a + ib.
En développant, on obtient : x2 +2ixy−y 2 = a+ib. En prenant les modules, on obtient |z|2 = |a+ib|.
Ainsi, on peut écrire :
√ √
 (1) x2 + y 2 = |a + ib| = a2 + b2  (1)←(1)+(2)  (1) 2x2 = √ a2 + b2 + a 
   

(*) ⇐⇒ (2) x2 − y 2 = Re(a + ib) = a ⇐⇒ (2) 2y 2 = a2 + b2 − a .


 (2)←(1)−(2) 
(3) 2xy = Im(a + ib) = b (3) 2xy = b
 

On en déduit :
s√ s√
a2 +b2 +a a2 + b2 − a
x=± et y=±
2 2
D’autre part, l’égalité 2xy = b indique les signes relatifs de x et y. Autrement dit, si b > 0 alors x
et y ont le même signe et si b < 0 alors x et y ont des signes opposés.

Résolution dans C des équations du second degré.


On considère dans C l’équation dite du second degré : az 2 + bz + c = 0.
Etape 1 : calcul du discriminant ∆ = b2 − 4ac.
Etape 2 : recherche d’une racine carrée δ de ∆.
On utilise le paragraphe précédent.
Etape 3 : conclusion.
−b+δ −b−δ
Les solutions de l’équation sont z1 = 2a et z1 = 2a .

5
Interprétation géométrique des nombres complexes.
Dans le plan cartésien muni du repère orthonomé (O,~i, ~j), le point M dit d’affixe z = a + ib = ρeiθ
est le point dont les coordonnées dans (O,~i, ~j) sont (a, b). On a donc :

−−→ \ −−→
||OM || = ρ et (~i, OM ) = θ [2π].

Linéarisation des polynômes trigonométriques.


On dispose de la formule de Moivre, pour tout n ∈ Z et θ ∈ R :

(cos θ + i sin θ)n = cos(nθ) + i sin(nθ).

Et des formules d’Euler, pour tout θ ∈ R :

eiθ + e−iθ
cos θ =
2
eiθ − e−iθ
sin θ =
2i

Un polynome trigonométrique est une fonction F (x) de R dans R obtenue en ajoutant un nombre
fini de termes de la forme Csinp (x)cosq (x).
Linéariser un polynôme trigonométrique, c’est l’écrire comme une somme finie de termes de la
forme Csin(kx) et Dcos(lx) avec C, D réel et k, l entiers.
En pratique, pour linéariser un polynome trigonométrique :
- on remplace sinx et cosx par des exponentielles à l’aide des formules d’Euler,
- on développe les termes sinp (x) et cosq (x) en appliquant la formules du binome de Newton,
- on regroupe les termes eikx et e−ikx de manière à faire apparaı̂tre sin(kx) ou cos(kx).

6
Exercices.
Exercice 1
Placer dans le plan cartésien, les points d’affixes suivantes :
π
z1 = i, z2 = 1 + i, z3 = −2 + 2i, z4 = e−i 3 .

Exercice 2
Mettre chacun des nombres complexes suivants sous la forme a + ib, a ∈ R et b ∈ R.
−2 1 1 + 2i 2 + 5i 2 − 5i
√ , , , + .
1−i 3 (1 + 2i)(3 − i) 1 − 2i 1 − i 1+i

Exercice 3
1. Mettre sous forme trigonométrique les nombres complexes suivants :
√ 4
z1 = 3 + 3i, z2 = −1 − 3i, z3 = i, z4 = −2, z5 = 1 + eiθ , z6 = (1 + eiθ )n .
3

2. Calculer ( 1+i2 3 2000
) .

Exercice 4
1. Soit θ ∈ R. A l’aide de la formule de Moivre exprimer en fonction de cos θ et de sin θ :
(a) cos(2θ) et sin(2θ).
(b) cos(3θ) et sin(3θ).
(c) Déduire de (b) une expression de cos 3θ comme polynome en cos θ. En utilisant seulement
le fait que cos π = −1, trouver une équation du troisième degré admettant pour solution
cos( π3 ) et la résoudre.
2. Linéariser les polynomes trigonométriques suivants : 1 + cos2 x, cos3 x + 2 sin2 x.

Exercice 5
1. Pour quelles valeurs de z ∈ C a-t-on |1 + iz| = |1 − iz|?
 n
2. On considère dans C l’équation 1+iz
1−iz = 1+ia
1−ia , où a ∈ R. Montrer, sans les calculer, que les
solutions de cette équation sont réelles.

3. Calculer les racines cubiques de √3+i .
3−i

Exercice 6 Soit θ ∈ R.
1. Exprimer cos(2θ) et sin(2θ) en fonction de tan θ.
1−i tan θ
2. Déterminer le module et l’argument de 1+i tan θ .

Exercice 7
Résoudre dans C :
1. z 4 = 1.
2. z 5 = 1 − i.
3. z 3 = −2 + 2i.
4. z 5 = z̄.

7
Exercice 8
1. Soit A un point du plan d’affixe α = a + ib. Déterminer l’ensemble des points M du plan
dont l’affixe z vérifie |z|2 = αz̄ + ᾱz.
z1
2. Quelles conditions doivent vérifier les points M1 et M2 d’affixes z1 et z2 pour que z2 soit réel ?
2
3. Déterminer les nombres complexes z tels que z−1 z soit réel.
 
4. Déterminer les nombres complexes z tels que z+1−2iz+2+i soit de module 1.
5. Déterminer les nombres complexes z tels que les points du plan complexe d’affixes z, iz, i
forment un triangle équilatéral.
6. Soit z = a + ib, mettre l’expression z−1
z+1 sous forme A + iB, . Déterminer l’ensemble des points
du plan complexe d’affixe z telle que l’argument de z−1 π
z+1 soit 2 .

Exercice 9
2iπ
On note j = e 3 .
1. Mettre j et j 2 sous forme algébrique.
2. Vérifier que 1 + j + j 2 = 0.
3. Factoriser le polynôme z 3 − 8i.

Exercice 10

√ 3.
1+i
1. Calculer les racines carrées de 7 + 24i, i, 5 − 12i, 3+i
2. Résoudre les équations suivantes :
(a) z 2 + z + 1 = 0
(b) z 2 + z − 2 = 0
(c) z 2 − (5 − 14i)z − 2(5i + 12) = 0
(d) z 2 + 4z + 5 = 0
(e) z 2 − (3 + 4i)z − 1 + 5i = 0
(f) z 4 − (1 − i)z 2 − i = 0
(g) z 4 + 4z 3 + 6z 2 + 4z − 15 = 0
3. Calculer de deux manières différentes les racines carrées de 1 + i et en déduire une expression
algébrique avec radicaux de cos π8 .

8
Exercices supplémentaires.

Exercice 11 Pn
Soit x un nombre réel. On note Pn C = 1 + cos x + cos 2x + . . . + cos nx = k=0 cos kx, et
S = sin x + sin 2x + . . . + sin nx = k=0 sin kx. Calculer C et S.

Exercice 12
1. Pour α ∈ R, résoudre dans C l’équation z 2 − 2 cos(α)z + 1 = 0. En déduire la forme trigo-
nométrique des solutions de l’équation :

z 2n − 2 cos(α)z n + 1 = 0, où n est un entier naturel non nul.

Pα (z) = z 2n − 2 cos(α)z n + 1.
(a) Justifier la factorisation suivante de Pα :
   
2(n−1)π
Pα (z) = z 2 − 2 cos αn + 1 z 2 − 2 cos αn + 2π 2 − 2 cos α +
   
n + 1 . . . z n n +1 .
(b) Prouver, à l’aide des nombres complexes par exemple, la formule suivante :
 
2 θ
1 − cos θ = 2 sin , θ ∈ R.
2

(c) Calculer Pα (1). En déduire

sin2 α2
  
2
α
2
α π 2 α (n − 1)π
sin sin + . . . sin + = .
2n 2n n 2n n 4n−1

2. Pour tout α appartenant à ]0, π[, et pour tout entier naturel n > 2, on pose :
   
α π α 2π α (n − 1)π
Hn (α) = sin + sin + . . . sin + .
2n 2n 2n n 2n n

(a) Montrer que, pour tout α non nul, on a :

sin(α/2)
2n−1 Hn (α) = .
sin(α/2n)

(b) Quelle est la limite de Hn (α) lorsque α tend vers 0 ?

(c) En déduire que, pour tout entier naturel n supérieur ou égal à 2, on a


   
π  2π (n − 1)π n
sin sin . . . sin = n−1 .
n n n 2

Exercice 13
Soit β ∈ C tel que β 7 = 1 et β 6= 1. Montrer

β β2 β3
+ + = −2
1 + β2 1 + β4 1 + β6

9
2 Géométrie affine et euclidienne dans le plan
Dans les exercices suivants P est un plan muni d’un repère R : (O,~i, ~j). Les points et les vecteurs
sont exprimés par leurs coordonnées dans R.

Exercice 14
1. Donner un vecteur directeur, la pente et des représentations cartésiennes et paramétriques
des droites (AB) suivantes :
(a) A(2, 3) et B(−1, 4)
(b) A(−7, −2) et B(−2, −5)
(c) A(3, 3) et B(3, 6).
2. Donner des représentations cartésiennes et paramétriques des droites passant par A et dirigées
par ~u avec :
(a) A(2, 1) et ~u(−3, −1)
(b) A(0, 1) et ~u(1, 2)
(c) A(−1, 1) et ~u(1, 0).
3. Donner des représentations paramétriques et cartésiennes (que l’on pourra déduire des pa-
ramétriques) des droites définies comme suit :
(a) passant par le point (0, 4) et de pente 3,
(b) passant par le point (2, −3) et parallèle à l’axe des x,
(c) passant par le point (−2, 5) et parallèle à la droite D : 8x + 4y = 3,
(d) passant par le point (1, 0) et parallèle à la droite D : x − y + 5 = 0.

Exercice 15
1. Les trois points A, B et C de P sont-ils alignés ? Si oui donner une équation cartésienne de
la droite qui les contient.
(a) A(−3, 3), B(5, 2) et C(2, 1),
(b) A(1, 1), B(−2, 2) et C(2, 1),
(c) A(4, −3), B(0, −1) et C(2, −2),
(d) A(2, −1), B(1, −2) et C(−3, 4).
2. Dans les cas suivants, donner un vecteur directeur de D et déterminer si le point C appartient
ou non à D
(a) (D) : 3x + 5y + 1 = 0, C(3, −2).

x=3+t
(b) (D) : , C(5, 3).
y =2−t

Exercice 16
1. Déterminer un vecteur directeur et un point pour la droite D dans les cas suivants :
(a) D : 3x + 5y − 2 = 0
(b) D : −x + 10y + 1 = 0

x=1+t
(c) D :
y =0−t

10

x = 2t
(d) D :
y = 2 − 3t
2. Dans les cas suivants répondre aux questions :
- Le point C appartient t-il à la droite D ?
- Le vecteur ~u est-il un vecteur directeur de la droite D ?
(a) D : x − y − 1 = 0, A(2, 1) et ~u(1, −1)
(b) D : x − y − 1 = 0, A(0, 0) et ~u(1, 1)

x = 1 + 2t
(c) D : , A(−1, 1) et ~u(1, 0).
y=1
3. Dans cette partie, on considère des couples de droites D1 et D2 : on doit déterminer si elles
sont sécantes, parallèles ou confondues. Si elles sont sécantes, on déterminera les coordonnées
du point d’intersection, et si elles sont parallèles ou confondues on déterminera un vecteur
directeur.
(a) (D1 ) : 3x + 5y − 2 = 0 et (D2 ) : x − 2y + 3 = 0
(b) (D1 ) : 2x − 4y + 1 = 0 et (D2 ) : −5x + 10y + 3 = 0
 
x = 3 + 4t x=5−s
(c) (D1 ) : et (D2 ) :
y =2−t y = 2 + 3s
 
x = 1 + 2t x = 3 − 4s
(d) (D1 ) : et (D2 ) :
y = 2 − 3t y = −1 + 6s

x=2+t
(e) (D1 ) : x − 2y + 3 = 0 et D2 :
y = 3 − 2t

x = 1 − 4t
(f) (D1 ) : 3x − 2y + 1 = 0 et (D2 ) :
y = 2 − 6t

Exercice 17
On considère les deux droites du plan D : 2x − 3y + 4 = 0 et D0 : x + 3y + 1 = 0. On considère
le point A, intersection des deux droites et le point B de coordonnées (3, 8). Donner une équation
de la droite (AB).

Exercice 18
On considère le triangle ABC dont les côtés ont pour équations (AB) : x + 2y = 3, (AC) :
x + y = 2, (BC) : 2x + 3y = 4.
1. Donner les coordonnées des points A, B, C.
2. Donner les coordonnées des milieux A0 , B 0 , C 0 de (BC), (AC) et (AB) respectivement.
3. Donner une équation de chaque médiane et vérifier qu’elles sont concourantes.

De l’utilité d’un ”bon choix de repère affine” (Ex 19,20,21,22).

Exercice 19 (Médianes)
On considère dans P trois points A, B et C.
~ AC)
1. Déterminer dans le repère (A, AB, ~ des équations pour les médianes du triangle ABC.
2. En déduire que les médianes d’un triangle sont concourantes.

11
Exercice 20 (Théorème de Menelaüs)
Dans le triangle ABC, on considère trois points P, Q, R, sur les côtés (BC), (AC) et (AB)
respectivement, ces points n’étant pas les points A, B ou C. Montrer que P, Q et R sont alignés si
et seulement si
P B QC RA
× × =1
PC QA RB

Exercice 21 (Théorème de Ceva)


Dans le triangle ABC, on considère trois points P, Q, R, sur les droites (BC), (AC) et (AB)
respectivement, ces points n’étant pas les points A, B ou C. Montrer que les droites (AP ), (BQ)
et (CR) sont concourantes ou parallèles si et seulement si

P B QC RA
. . = −1
P C QA RB

Exercice 22 (Théorème de Pappus affine)


Soient D et D0 deux droites concourantes en 0, soient (A, B, C) trois points de D et (A0 , B 0 , C 0 )
trois points de D0 tous distincts. On suppose de plus que :
- les droites AB 0 et BC 0 sont parallèles,
- les droites A0 B et B 0 C sont parallèles.
Montrer alors que les droites AA0 et CC 0 sont parallèles.

Notions Euclidiennes.
→ →
Dans toute la suite le repère (0, i , j ) est orthonormé direct.

Exercice 23
On considère les droites D : x + 2y = 5 et D0 : 3x − y = 1 et on note A l’intersection des deux
droites et B le point de coordonnées (5, 2).
1. Donner une équation cartésienne de la droite (AB).
2. Donner une équation cartésienne de la perpendiculaire à D passant par B.
3. Donner une équation cartésienne de la parallèle à D0 passant par B.
4. Soit C le point de coordonnées (2, −7). Donner une équation cartésienne de la médiatrice ∆
du segment [B, C]. La droite ∆ est-elle parallèle à D ? Et à D0 ?

Exercice 24
1. On considère la famille des droites Dλ : x + λy + 1 = 0, où λ ∈ R.
(a) Vérifier que ces droites passent toutes par un même point A dont on donnera les coor-
données.
(b) Parmi toutes ces droites, y en a-t-il une qui est verticale ? Si oui donner une équation de
cette droite.
(c) Parmi toutes ces droites, y en a-t-il une qui est horizontale ? Si oui donner une équation
de cette droite.
(d) Parmi toutes ces droites, y en a-t-il qui sont parallèles, confondues ou perpendiculaires
à la droite ∆ d’équation 2x − 3y + 1 = 0 ? Si oui donner des équations de ces droites.
2. On considère la famille de droites Dm : (2m − 1)x + (3 − m)y + m + 1 = 0, m ∈ R.
Parmi toutes ces droites y en a-t-il une perpendiculaire à (∆) : x+y −1 = 0 ? Si oui, laquelle ?

12
Exercice 25
On considère les trois points de P : A(2, −3), B(0, −1) et C(−2, −5).
1. Dessiner le triangle ABC puis calculer son aire.
2. Calculer les coordonnées de l’orthocentre H, du centre du cercle circonscrit Ω et du centre de
gravité G de ABC.
−→ −−→
3. Vérifier que H, Ω et G sont alignés et qu’en particulier ΩG = 31 ΩH.

Exercice 26
1. Calculer les angles :
→ √ → √
(a) entre les vecteurs u 1 ( 3, 2) et v 1 (1, 3 3),
→ √ → √ √
(b) entre les vecteurs u 2 (1, 2) et v 2 ( 2 − 2, 2 + 2),
√ √
3 3
(c) du triangle de sommets A(−1, 0), B( 21 , 2 ) et C( 12 , − 2 ).
2. Calculer la distance du point A à la droite D :
(a) A(1, 1) et D : 2x + y − 1 = 0
(b) A(2, −1) et D : 3x − 2y + 4 = 0
(c) A(3, 3) et D : −x + 3y + 2 = 0.
3. Trouver les bissectrices de :
(a) D : 5x − 12y + 7 = 0 et D0 : 3x + 4y − 7 = 0,
(b) D : x − 3y + 5 = 0 et D0 : 3x − y − 1 = 0.

13
3 Déterminants 3 × 3, méthode du pivot et Géométrie analytique
dans l’espace
Exercice 27
1. Calculer les déterminants suivants.


1 3 2

1 1 1

5 −3 13
1 0 0
0 0 1


3 1

D1 = 1 3 3 , D2 = 3 3 2 , D3 = 0 −1 −16 D4 = 0 − D5 = 1 0 0

2 √2
1 2 1 2 3 1 0 0 2 1 3 0 1 0

0
2 2

2. Résoudre les systèmes suivants.


(a) 

 2x + y + z = 3
3x − y − 2z = 0


 x+y−z = −2
x + 2y + z = 1

(b) 
 x + 2y + 3z = 6
2x + 3y − z = 4
3x + y + 2z = 6

Exercice 28
Les quatre points A, B, C et D de l’espace sont-ils coplanaires ? Si oui, donner une équation
cartésienne du plan qui les contient :
1. A(1, 2, 2), B(−1, −2, −1), C(3, 4, 4) et D(−2, 3, 1).
2. A(0, 1, 3), B(1, 2, −1), C(1, 1, −1) et D(1, 2, 2).
3. A(−1, 2, 4), B(3, −3, 0), C(1, 3, 4) et D(5, 1, −6).
4. A(2, −1, 0), B(0, −4, 5), C(4, −13, 13) et D(−4, 5, −3).

Exercice 29
Trouver une équation cartésienne du plan (P ) défini par les éléments suivants.
1. A, B et C sont des points de (P )
(a) A(0, 0, 1), B(1, 0, 0) et C(0, 1, 0).
(b) A(1, 1, 1), B(2, 0, 1) et C(−1, 2, 4).
(c) A(5, 0, −1), B(1, 3, −2) et C(−2, 4, 5).
2. A est un point de (P ), ~u et ~v sont des vecteurs directeurs de (P )
(a) A(1, 2, 1), ~u(4, 0, 3) et ~v (1, 3, −1).
(b) A(1, 0, 2), ~u(2, −1, 3) et ~v (−1, 4, 5).

Exercice 30
1. Trouver une représentation paramétrique de la droite (D) définie par les éléments suivants.
(a) A et B sont des points de (D)
i. A(1, 0, 1), B(1, 1, 0).
ii. A(1, 1, 1), B(2, 0, 1).

14
iii. A(5, 0, −1), B(1, 3, −2).
(b) A est un point de (D), ~u est un vecteur directeur de (D)
i. A(1, 2, 1) et ~u(4, 0, 3).
ii. A(1, 0, 2) et ~u(2, −1, 3).

Exercice 31 .
1. Les plans suivants sont-ils parallèles ou sécants ? Dans ce dernier cas, donner un vecteur
directeur et un point de la droite (D) = (P ) ∩ (P 0 ).
(a) (P ) : 5x − y − 1 = 0 et (P 0 ) : z = 3.
(b) (P ) : x + y + z + 1 = 0 et (P 0 ) : 2x − y + 3z + 2 = 0.
(c) (P ) : 2x − z + 1 = 0 et (P 0 ) : 4x − 3y + 2z + 5 = 0.
(d) (P ) : 4x − 6y + 8z − 1 = 0 et (P 0 ) : −6x + 9y − 12z + 11 = 0.
2. Ecrire une représentation cartésienne puis une représentation paramétrique de la première
droite.

Exercice 32 . Quelle est la nature de l’intersection des trois plans suivants ? Si c’est un point en
donner les coordonnées, si c’est une droite en préciser un vecteur directeur et un point.
1. (P ) : z = 1, (P 0 ) : x − y − 2 = 0 et (P ”) : 4x − 2y + z + 2 = 0.
2. (P ) : 4x − 2y + 3z + 5 = 0, (P 0 ) : 3x + y − z + 2 = 0 et (P ”) : x − y + z + 1 = 0.
3. (P ) : 4x − 2y + 10z − 4 = 0, (P 0 ) : −10x + 5y − 25z + 13 = 0 et (P ”) : x + y − z + 1 = 0.
4. (P ) : 3x − y + 2z − 5 = 0, (P 0 ) : x − y + 3z − 7 = 0 et (P ”) : 4x + 2y − z + 1 = 0.
5. (P ) : x − y + 2z − 1 = 0, (P 0 ) : 2x + y + z + 3 = 0 et (P ”) : x − 4y + 5z − 6 = 0.
6. (P ) : x − y + 2z − 1 = 0, (P 0 ) : 2x + y − z + 1 = 0 et (P ”) : x + 5y − 8z + 2 = 0.

Exercice 33 .
1. Trouver une équation cartésienne du plan (P ) défini par les éléments suivants.
(a) A est un point de (P ), D est une droite contenue dans (P )

x+y−z+3=0
i. A(4, 1, −3) et (D) :
4x − y + 2z = 0

 x=t
ii. A(1, 1, 0) et (D) : y = −1 + 2t
z = 1 − 3t



(b) D est contenue dans (P ) et V est un vecteur directeur de (P ).

x+y−z =0 →

i. (D) : et V = (1, 0, 1)
x+y+z =0

 x=1+t →

ii. (D) : y = 2t et V = (1, 0, 1)
z =1−t

(c) D est perpendiculaire à (P ) et A appartient à (P )



x+y−z =0
i. (D) : et A = (1, 1, 1)
x+y+z =0

15

 x=1+t
ii. (D) : y = 2t et A = (0, 0, 1).
z =1−t

2. Trouver une représentation cartésienne de la droite (D) définie par les éléments de l’exercice
[29].

Exercice 34 Vérifier que les droites D et D0 sont coplanaires puis donner une équation cartésienne
du plan (P ) qui les contient.
 
x+y−z+3=0 0 3x − y − z + 5 = 0
1. (D) : et (D ) :
x−y−2=0 x+y−z+1=0
 
x + 2y − z + 1 = 0 2x + y − 3z + 7 = 0
2. (D) : et (D0 ) :
x + 3y + z − 4 = 0 3x + 2y + z − 1 = 0

Exercice 35 Montrer que les représentations paramétriques suivantes définissent le même plan :
 
 x = 2 + s + 2t  x = 1 + 3u − v
y = 2 + 2s + t et y = 3 + 3u + v
z =1−s−t z = 1 − 2u
 

Exercice 36 Les droites suivantes sont-elles sécantes, parallèles ou non coplanaires ? Si elles sont
sécantes donner leur point d’intersection et si elles sont parallèles donner un vecteur directeur.
 
x+y−z+2=0 0 3x − y + 2z − 7 = 0
1. (D) : et (D ) :
x+y+z+1=0 x−y =0
 
 x = 1 − 2t  x = 3t − 1
2. (D) : y = t + 2 et (D0 ) : y = −t + 2
z = 3t + 1 z = 2t
 

Exercice 37 Dans chacun des cas suivants, dire si la droite (D) est contenue dans le plan ou
disjointe de (P ) ou si (D) et (P ) sont sécants. Donner alors leur point d’intersection.

5x − 3y + 2z − 5 = 0
1. (D) : et (P ) : 4x − 3y + 7z − 7 = 0.
2x − y − z − 1 = 0

 x = 3 + 2t
2. (D) : y = 5 − 3t et (P ) : −3x + 2y + 3z − 5 = 0.
z = 2 − 2t

Exercice 38 √ √
On considère les quatre points suivants : A(2, 0, 0), B(−1, 3, 0), C(−1, − 3, 0), D(0, 0, 4).
1. Ces quatre points sont-ils coplanaires ?
2. Déterminer la nature du triangle ABC. Les points A, B et C sont-ils alignés, si non donner
une équation catésienne du plan P qui les contient.
3. Déterminer les coordonnées du barycentre G des points A, B, C et D.
4. Montrer que O, D et G sont alignés et que la droite OD est perpendiculaire à P .

Exercice 39
On considère les cinq points suivants : A(1, 2, −1), B(3, 2, 0), C(2, 1, −1), D(1, 0, 4) et E(−1, 1, 1).
Déterminer un vecteur directeur de la droite (ABC) ∩ (ADE).

16
Exercice 40 (**)
Donner une condition sur m pour que les trois plans suivants se coupent en une même droite.
(P ) : x + my − z + 1 = 0, (P 0 ) : (m + 1)x + 3y + 4z − 2 = 0 et (P ”) : y + (2m + 4)z − (2m + 2) = 0.

Exercice 41
On considère la famille de plans (Pm )m∈R définis par les équations cartésiennes :

m2 x + (2m − 1)y + mz = 3

  x=t+1
x+y =0
et le deux droites (D) : et (∆) : y = −t + 1 .
4x + y + z = 0
z=1

1. Déterminer les plans Pm dans chacun des cas suivants :


(a) A(1, 1, 1) ∈ Pm
(b) B(−1, −2, 6) ∈ Pm
(c) C(−1, 0, 1) ∈ Pm
(d) ~v (1, 1, 1) est un vecteur directeur de Pm
(e) ~n(0, 1, 0) est un vecteur normal à Pm
(f) la droite D est perpendiculaire à Pm
(g) la droite ∆ est contenue dans Pm .
2. Montrer qu’il existe un unique point R appartenant à tous les plans Pm .

Exercice 42  
y−z =3 −x + 3z = 1
On considère les deux droites (D) : et (∆) : .
−x − y + 2 = 0 −x − 3y = 2
1. Donner un vecteur directeur de D et un de ∆.
2. Donner une équation paramétrique de ∆.
3. Soit α un paramètre réel fixé, on note Mα le point de ∆ d’abscisse α. Donner une équation
du plan Pα passant par Mα et contenant D.
4. Pour quelles valeurs de α le plan Pα est-t-il perpendiculaire à ∆ ? Pour chacune des valeurs
de α trouvée, donner une équation de ce plan ainsi que les coordonnées du point Mα .

Exercice 43
1. Déterminer la distance du point A au plan (P )
(a) A(1, 1, 1) et (P ) : x + y + z − 1 = 0
(b) A(1, 0, 2) et (P ) : 2x + y + z + 4 = 0.
(c) A(3, 2, 1) et (P ) : −x + 5y − 4z + 2 = 0.
(d) A(4, 5, 2) et (P ) : 2x − y + z = 0.

x+y+z =1
2. Calculer la distance du point A(1, 1, 1) à la droite (D) :
x − y + z = −1

17
Perpendiculaire commune et distance entre deux droites de l’espace.

Exercice 44
L’espace est rapporté à un repère de référence orthonormé direct (O,~ı, ~, ~k). Soient d et d0 les droites
données dans ce repère par les systèmes paramétriques suivants,
  0 0
x = t
  x = 3t + 1

d : y = 2t , d0 : y 0 = 2t0 .
  0
 0
z = 3t z =t

1. Donner un vecteur directeur ~u de d et un vecteur directeur ~u0 de d0 , puis calculer leur produit
vectoriel ~n = ~u ∧ ~u0 .
2. Les droites d et d0 sont-elles : (a) sécantes, (b) parallèles ?
3. Montrer :
- que le plan Π engendré par d et ~n coupe d0 en un point P ,
- que toute droite de Π de vecteur directeur ~n est normale à d.
4. En déduire, en la caractérisant géométriquement, qu’il existe une unique droite δ qui est normale
à la fois à d et à d0 . Déterminer une équation de cette droite.

Exercice 45
On donne deux droites d et d0 de l’espace par des systèmes d’équations paramétriques dans un
repère orthonormé : d : (x = t + 1, y = 2t + 1, z = −t − 3) et d0 : (x = 2t, y = t − 4, z = 3t + 2).
I. Position relative de d et d0 . →

(1). Donner un vecteur directeur − →v pour d, et un vecteur directeur v 0 pour d0 . Calculer − →n =

− →
−0
v ∧v .
(2). Est-ce que d et d0 sont parallèles ?
(3). Est-ce que d et d0 sont concourantes ?
II. Construction d’une perpendiculaire commune.
On souhaite construire une droite d00 qui est orthogonale à la fois à d et d0 .
(1). Déterminer des équations affines :
(a). du plan P contenant d et ayant − →
n comme vecteur directeur ;
(b). du plan P contenant d et ayant −
0 0 →n comme vecteur directeur.
(2). Déterminer une équation paramétrique de la droite d00 intersection de P et P 0 .
(3). Vérifier par le calcul que d00 rencontre d et d0 en des points dont on précisera les coordonnées.
III. Justification de la construction.
(1). Montrer sans aucun calcul que d00 est perpendiculaire à d et d0 .
(2). Peut-il exister une autre perpendiculaire commune à ces deux droites ?

Exercice 46
Soit D une droite de l’espace passant par A, de vecteur directeur ~v . Soit de même D0 une droite
passant par A0 , de vecteur directeur v~0 . On suppose ~v et v~0 non-colinéaires.
1. Montrer que si M ∈ D et M 0 ∈ D0 , les produits mixtes (AA ~ 0 , ~v , v~0 ) et (M~M 0 , ~v , v~0 ) sont égaux.

On admet qu’il existe deux points B ∈ D, B 0 ∈ D0 tels que la droite BB 0 est à la fois orthogonale
à D et à D0 (l’existence de ces points peut être justifiée à l’aide des deux exercices précédents) ; la
~ 0 k.
distance entre D et D0 est alors égale à kBB

18
~ 0 , ~v , v~0 )| = kBB
2. Montrer que |(BB ~ 0 k.k~v ∧ v~0 k. En déduire que la distance de D à D0 est égale à

~ 0 , ~v , v~0 )|
|(AA
k~v ∧ v~0 k.

3. Calculer la distance entre D et D0 lorsque A = (1, 1, 1), A0 = (1, −1, 1), ~v = (0, 1, 1), v~0 = (1, 1, 0).

Exercice 47 Calculer la distance entre les deux droites D1 et D2 dans les cas suivants :
 
x−y−z+4=0 −x + 2y + z + 2 = 0
1. (D1 ) : et (D2 ) :
−x − 2y − 3z + 9 = 0 −2x + 4y − z + 1 = 0
 
x+y−z+2=0 3x − y + 2z − 7 = 0
2. (D1 ) : et (D2 ) :
x+y+z+1=0 x−y =0
 
 x = 1 − 2t  x = 3t − 1
3. (D1 ) : y = t + 2 et (D2 ) : y = −t + 2
z = 3t + 1 z = 2t
 
 
x−y−z−2=0 x + y + 2z − 1 = 0
4. (D1 ) : et (D2 ) :
x − 2y − 3z + 1 = 0 2x + y + z + 2 = 0

Exercice 48
1. Déterminer les plans bissecteurs de :
P : x + y + z + 3 = 0 et P 0 : 2x + y + 2z = 1
Q : 5x + 3y − 4z = 8 et Q0 : 4x − 5y − 3z = 2.
2. Déterminer l’ensemble des points de l’espace équidistants des trois axes de coordonnées.

 x = 3t − 1
3. On considère la droite D d’équation paramétrique y=1
z = −t − 1

0
Donner une équation des deux plans P et P contenant D à une distance de 1 de l’origine.

19
4 Transformations affines, Isométries, Similitudes

Exercice 49 → →
Soit P un plan muni d’un repère (O, i , j ) quelconque.

1. On considère D une droite d’équation cartésienne 2x − y + 3 = 0 et u (3, −2).
(a) Soit A(4, 2). Donner une équation paramétrique de DA droite passant par A de direction
→ →
u . En déduire les coordonnées de A0 = DA ∩ D projeté de A sur D selon u .

(b) Définir plus généralement analytiquement la projection sur D selon u en exprimant les
coordonnées x0 , y 0 de M 0 projeté de M (x, y) en fonction de x et y.

2. Définir analytiquement les projections sur D selon ∆ dans les cas suivants :
(a) ∆ d’équation x − 2y + 1 = 0.
(b) ∆ d’équation 3x + 2y + 2 = 0.
(c) ∆ d’équation x + y − 1 = 0.
(d) ∆ d’équation 2x − 2y + 4 = 0.

Exercice 50 → →
Soit P un plan muni d’un repère (O, i , j ) quelconque.
1. Donner l’expression analytique de la translation t1 de vecteur (1, 2).

2. Donner l’expression analytique de la translation t2 de vecteur (−1, 2).

3. Donner l’expression analytique de l’homothétie h1 de centre l’origine du repère et de rapport


2 et de l’homothétie h2 de centre A(2, −1) de rapport 3.

4. Donner l’expression analytique de t1 ◦ h1 , t2 ◦ h2 , h1 ◦ t1 , h2 ◦ t2 .


5. Soit M (x, y) un point de P . Donner les coordonnées du symétrique de M par rapport à la
droite d’équation y = ax + b.

Exercice 51
1. On considère S1 la transformation du plan définie par le système d’équations suivant :
√ √
x0 = 3
2 x + 12 y − 1, y 0 = − 12 x + 3
2 y
+ 2. Reconnaı̂tre cette transformation.
√ √ √ √
2. De même avec la transformation S2 définie par x0 = 5 2x + 5 2y, y 0 = −5 2x + 5 2y.
3. On compose S1 avec S2 . Donner l’expression de S1 ◦ S2 , et trouver la nature de cette trans-
formation.

Exercice 52
1. Soit f la transformation de l’espace définie analytiquement par
 0
 x = −3x + 2y − 2z + 4
y 0 = −8x + 5y − 4z + 8
 0
z = −4x + 2y − z + 4

(a) Déterminer l’ensemble P des points invariants par f.

20
(b) Montrer que pour M d’image M 0 , le milieu de [M M 0 ] est dans P, (MM’) est parallèle à
une direction fixe.
(c) En déduire une description simple de f.
2. Soit f la transformation de l’espace définie analytiquement par
 0 1
 x = 3 ( 2x − y − z + 1)
y 0 = 1 ( −x + 2y − z + 1)
 0 13
z = 3 ( −x − y + 2z + 1)

(a) Déterminer l’ensemble P des points invariants par f.


−−−→
(b) Montrer que pour M d’image M 0 le vecteur M M 0 est colinéaire à un vecteur fixe.
(c) En déduire une description simple de f.

Exercice 53
1. Définir analytiquement les projections orthogonales suivantes :
(a) sur le plan d’équation 2x + 2y − z = 1.
(b) sur le plan d’équation 2x − 3y + z = 6.

x+y+z =1
(c) sur la droite d’équation .
2x − z = 2
2. Donner l’expression analytique de la projection sur le plan (P ) contenant le point C(2, −1, 1)
et ayant pour vecteurs directeurs ~u(0, −1, 1) et u~0 (−2, 0, 1), selon la droite AB, où A(1, −1, 0)
et B(0, −1, 3).

Exercice 54
−→ −→
Dans le plan muni d’un repère orthonormé direct (O, OI, OJ).
1. Soit f la transformation du plan définie analytiquement par
(
x0 = √15 (x + 2y − 1)
y 0 = √15 (−2x + y + 2)

(a) Calculer les coordonnées de O0 , I 0 , J 0 les images par f des points O, I, J.


(b) Montrer que le repère (O0 , O~0 I 0 , O~0 J 0 ) est orthonormé, est-il direct ?
(c) En déduire que f est une isométrie, est-elle directe ?
(d) Déterminer l’ensemble des points invariants par f et reconnaı̂tre f .
(e) Donner l’expression analytique de la transformation inverse de f .
(f) Calculer l’image par f la droite d’équation 2x − y − 1 = 0.
π
2. Donner l’expression analytique de la rotation de centre A(1, 1) et d’angle 3, calculer l’image
de 0 par cette transformation.
3. Même question pour la symétrie d’axe la droite d’équation x + y + 1 = 0.
4. Donner l’expression analytique de la composée des deux applications précédentes.

Exercice 55 Dans le plan cartésien identifié à C, un point M est représenté par son affixe z.
1. Dessiner les ensembles suivants puis les exprimer en fonction de (x, y) où z = x + iy :
(i) z + z = 1 (ii) z − z = i (iii) iz − iz = 1
2. Donner l’expression analytique en complexe des transformations suivantes, puis calculer l’image
de i par ces transformations :

21
π
(a) la rotation de centre 1 + i et d’angle 3,
(b) la symétrie d’axe la droite d’équation iz − iz = 1,
(c) la composée des deux applications précédentes.

3. Soit f la transformation du plan définie analytiquement par z 0 = (1 + i)z + 1.


(a) Déterminer l’ensemble des points invariants par f .
(b) Donner l’expression analytique de la transformation inverse de f .
(c) Calculer l’image par f de l’ensemble z + z = 1.
(d) Ecrire f comme la composée d’une homothétie et d’une isométrie.
(e) Préciser la nature géométrique de f .

Exercice 56
Dans le plan cartésien identifié à C, un point M est représenté par son affixe z.
1. Donner l’expression analytique en complexe de f similitude directe du plan complexe C qui
fixe le point d’affixe 1 + i et envoie le point d’affixe i sur le point d’affixe 0. Puis décrire ses
caractéristiques géométriques (centre, rapport, angle).
2. Démontrer que f est une bijection de C dans C et déterminer sa réciproque.

Exercice 57
Dans le plan cartésien identifié à C, un point M est représenté par son affixe z.
1. Donner l’expression analytique en complexe de f similitude directe du plan complexe C qui
envoie le point d’affixe 1 + i sur le point d’affixe −1 + 2i et envoie le point d’affixe 3 + 2i sur
le point d’affixe −3 + 6i.
2. Préciser ses caractéristiques géométriques (centre, rapport, angle).
3. Déterminer l’expression analytique en réel de f .

22
5 Changements de repères
Exercice 58 On considère les 4 points A, B, C, D donnés. (A, AB, ~ AC,~ AD)
~ définit-il bien un nou-
veau repère ? Dans ce cas, trouver les formules de changements de repère exprimant les coordonnées
(x, y, z) dans (O,~i, ~j, ~k) en fonction de celles (x0 , y 0 , z 0 ) dans (A, AB,
~ AC,
~ AD).
~

1. A(2, −1, 0), B(7, −1, −1), C(−3, 0, −2), D(3, −6, −3)
2. A(4, 1, 4), B(7, 3, 1), C(9, 0, 0), D(5, 2, 3)
3. A(0, −1, 3), B(5, −6, 4), C(−4, 1, −2), D(−3, 3, 6)
4. A(1, 1, 0), B(1, 5, 2), C(0, −1, 1), D(3, 4, −1)
5. A(2, −1, 4), B(0, 0, 1), C(3, 2, −1), D(1, 3, 4)
6. A(4, 4, 2), B(5, 3, 2), C(4, 3, 3), D(3, 5, 2)
7. A(1, 3, 1) ,B(1, 2, 2) ,C(2, −1, −4), D(0, 8, 6).

Exercice 59 Les formules suivantes définissent-elles bien un changement de repère ? Dans ce cas,
indiquer le nouveau repère et donner les formules de changement de repère inverse.
 0  0  0
 x =y−z+1  x = 5x + 4y + 3z − 2  x = −2x − 4y + 2z − 2
(1) y 0 = −x − 4y + 5z + 2 (2) y 0 = 2x + 3y + z + 2 (3) y 0 = x + y − 5z + 1
 0  0  0
z = x − 5y + 5z + 1 z = 4x − y + 3z + 2 z = −3x − 4y + 4z − 2
 0  0  0
 x = 3x − 5y + z + 2  x = 2x − z + 1  x = x − 2y − 3z + 5
(4) y 0 = 2x − y + z − 1 (5) y 0 = −2x + 2y + 2z − 2 (6) y 0 = −3x + 4y + z − 2
 0  0  0
z = −3x − 4y − z − 5 z = −2x + y − z z = 2x − y + 6z + 3

Exercice 60 On considère les droites et les plans suivants dont les équations sont données dans le
→ → → → → →
repère (O, i , j , k ). Donner leurs équations dans le nouveau repère (A, AB, AC, AD), sachant que
→ → →
dans (O, i , j , k ) les points A, B, C et D ont pour coordonnées respectives A(4, −1, 2), B(2, −5, 4),
C(5, 0, −3) et D(1, −5, 6).

(1) P : x + y = 1 (2) Q : 2x − 3y + 4z − 1 = 0 (3) R : x − y + z + 3 = 0



 x = 2t + 3s + 1  
x+y+z =1 3x − y − z = −1
(4) S : y =t−s+2 (5) D : (6) ∆ :
2x − y + 4z = 3 4x − 3y − z = −2
z = 4t − 2s − 3


y−z =3
Exercice 61 On considère la droite (D) : .
−x − y + 2 = 0
→ → →
1. On considère le point A(−2, 4, 1), les vecteurs u (1, 1, 1), v (2, 2, −4), w(3, −1, 1) et le repère
→ → →
(A, u , v , w). On note x0 , y 0 et z 0 les coordonnées dans ce repère. Donner les formules analy-
tiques du changement de repère exprimant x, y, z en fonction de x0 , y 0 , z 0 .
→ → →
2. Utiliser ce changement de repère pour donner dans le repère (A, u , v , w) une équation de D
.
3. Donner les formules analytiques du changement de repère inverse.

23
6 Annales
6.1 Novembre 1999
Exercice 62
On définit une fonction f de C − {i} dans C − {1} en posant
z+i
f (z) = .
z−i
1. On suppose z réel. Quel est le module de f (z) ?
2. Trouver les nombres complexes z tels que f (z) = z.

Exercice 63
L’espace est rapporté à un repère orthonormé direct (0,~ı, ~, ~k). On définit les points

A : (1, 2, 3) ; B : (2, 3, 1) ; C : (3, 1, 2) ; D : (1, 1, 1)

et le plan
Π : 2x − 3y + 4z = 0.
1. Montrer que les points A, B, C ne sont pas alignés.
2. Montrer que les points A, B, C, D ne sont pas coplanaires.
3. Donner une équation cartésienne du plan P passant par A, B, C.
4. Calculer la distance de D au plan P .
5. Donner une représentation paramétrique de la droite d = P ∩ Π.

Exercice 64
π
On donne l’application f (z) = 2ei 3 z + 1 + i de C dans C. Donner, le plus précisément possible, la
nature de f .

Exercice 65
Montrer que la transformation de l’espace définie par les formules
 0
x = x + y + 2

y0 = x − y − 3
 0 √

z = 2z + 1
est une similitude.
- Est-elle directe ou indirecte ?
- Quels sont ses points fixes ? Quel est son rapport ?

Exercice 66
On donne un repère orthonormé (0,~ı, ~, ~k) et à tout point M , on associe le point M 0 tel que
−−−→0 −−→ −−→ −−→
OM = (OM .~ı)~ı + (OM , ~k,~ı)~ + ((OM ∧ ~ı) ∧ ~k) ∧ ~.

Calculer les images du point O et des points A, B, C, respectivement extrémités des vecteurs ~ı, ~, ~k.
En déduire une description plus simple de f (M ) = M 0 .

24
6.2 Septembre 2000
z = z0.
Exercice 67 Soit la fonction f de C dans C définie par f (z) = 1 − z
1. Donner le domaine de définition de f .
2. Lorsque z 0 est défini, donner z en fonction de z 0 . Quelle est l’image de f ?
3. Quelle est l’image par f du cercle x2 + y 2 = 1 ?
4. Quelle est l’image par f du cercle x2 + y 2 + 2y = 0 ?

Exercice 68 Soit la transformation de l’espace f (M ) = M 0 avec


 0
x = x + y + z

0 0 0 0
M (x, y, z), M (x , y , z ), y 0 = x + 2y .
 0

z = x + 3z
1. Est-ce que f préserve : (a) le volume, (b) les angles, (c) l’orientation ?
2. Donner une équation affine de l’image par f du plan x + 3y − z = 0.
3. Quels sont les points dont l’image par f appartient au plan x = 2y ?

6.3 Novembre 2000


Exercice 69 Tout ce problème se situe dans l’espace euclidien tridimensionnel muni d’un repère
→ −
− → − →
orthonormé direct R = (0, i , j , k ).
1. On considère les deux droites d et D données par les systèmes d’équations cartésiennes sui-
vant
 : 
x + y − 3z = 0 x−1 =0
d et D
y+z =0 y−z−1 =0
(a) i. Donner un point et un vecteur directeur de d. Donner un point et un vecteur direc-
teur de D.
ii. Dire si les droites d et D sont parallèles, sécantes ou non coplanaires.
iii. Justifier l’existence de deux plans parallèles (en donnant pour chacun de ces deux
plans un point et deux vecteurs directeurs) tels que d est contenue dans l’un et D
est contenue dans l’autre.
(b) i. Soient − →
u le vecteur de coordonnées (4, −1, 1) dans R, − →v le vecteur de coordonnées
(0, 1, 1) dans R et Ω le point de coordonnées (1, 1, 0) dans R.
Déterminer une équation cartésienne pour le plan P de repère cartésien (O, −→
u,→−v ),

− →

en déduire une équation cartésienne pour le plan Q de repère cartésien (Ω, u , v ).
ii. Donner des équations paramétriques pour la droite ∆ normale à P passant par O.
Déterminer les deux points ∆ ∩ P et ∆ ∩ Q puis calculer la distance entre eux.
Interpréter cette distance.


2. On considère les vecteurs de l’espace −→
a = ( 31 , 23 , − 23 ), b = ( 23 , 13 , 32 ), −
→c = ( −2 2 1
3 , 3 , 3 ).
→ →

(a) Montrer que (0, −→a , b ,−
c ) est un repère orthonormé. Est-il direct ?
→ →

(b) Ecrire les formules de changement de repères de R à (0, − →a , b ,− c ).

− → −
− →
(c) Quelle est l’équation dans le repère (0, a , b , c ) du plan d’équation x + 2y − 2z = 0
dans R ? Même question avec le plan d’équation x + 2y − 2z = 3 dans R.

25
6.4 Janvier et Octobre 2001(extraits)
Exercice 70 Questions de cours.
1. Soit P un plan de l’espace d’équation ax + by + cz + d = 0 dans le repère de référence. Donner
un vecteur normal de P . Celui-ci est-il unique ? Précisez.
2. Soient ~u, ~v , w
~ trois vecteurs de l’espace. (1) Rappeler la définition du produit mixte (~u, ~v , w).
~ (2)
Que signifient les conditions : (a) (~u, ~v , w)
~ = 0, (b) (~u, ~v , w)
~ > 0, (c) (~u, ~v , w)
~ < 0 ? (3) Que vaut
(w,
~ ~v , ~u) en fonction de (~u, ~v , w)
~ ?

Exercice 71
Le plan est ramené à un repère orthonormé (O,~ı, ~). A tout
√ point M on associe son affixe z = x + iy
dans ce repère. On rappelle que cos(π/4) = sin(π/4) = 2/2.
0
√ l’expression analytique complexe z = az + b de la similitude s de centre Ω(1 − i), de
1. Donner
rapport 2 et d’angle π/4.
2. Soit M un point d’affixe z, M 0 son image par s. Que peut-on dire du triangle ΩM M 0 ? Justifiez.

Exercice 72
Montrer que la transformation T de l’espace définie par les formules
 0
x = y + 1

y0 = z + 2
 0

z =x+3

est une isométrie.


- Est-elle directe ou indirecte ? Justifiez.
- Quel est son ensemble de points fixes ?
- Soit O l’origine, soit O0 l’image de O. Déterminer si la droite OO0 est invariante (on pourra
comparer un vecteur directeur de cette droite à son image par l’application linéaire associée à T ).

Exercice 73 Dans l’espace, on donne deux plans P et P 0 par leurs équations affines dans un repère
orthonormé : P : x−y +z = 2 et P 0 : x+2y +3z = 4. Donner un système d’équations paramétriques
de la droite d intersection de P et P 0 .

Exercice 74 Calculer le déterminant suivant :


 
m 0 2m
 1 m 0 .
0 2m + 2 1

Calculer alors, suivant la valeur du paramètre m, l’indépendance linéaire des 3 vecteurs colonnes.

Exercice 75
1. Montrer que les vecteurs x1 = (0, 1, 1), x2 = (1, 0, 1) et x3 = (1, 1, 0) forment une base de R3 .
Trouver dans cette base les composantes du vecteur x = (1, 1, 1).
2. Donner, dans R3 , un exemple de famille libre, qui n’est pas génératrice.
3. Donner, dans R3 , un exemple de famille génératrice, mais qui n’est pas libre.

26
6.5 Devoir surveillé de Novembre 2000
Exercice 76
1+z
Soit f la fonction de C dans C définie par f (z) = 1−z .
1. Calculer les points fixes de la fonction f , c’est à dire les nombres complexes z tels que f (z) = z.
2. Déterminer les nombres complexes z pour lesquels f (z) est réel.

Exercice 77
Soient A, B et C trois points distincts et non alignés de l’espace affine tridimensionnel E. On
note P le plan qui contient A, B et C. Soit O un point de E n’appartenant pas à P .
−→ −−→ −−→
1. (a) Expliquer rapidement pourquoi R = (O, OA, OB, OC) est un repère cartésien de E.
(b) Dans ce repère R, écrire les coordonnées des points O, A, B et C, et déterminer une
équation cartésienne du plan P .
−−→ −→
2. Soit A0 le point de la droite (OA) tel que OA0 = 2OA. On note P 0 le plan parallèle à P
passant par A0 . P 0 coupe (OB) en B 0 et (OC) en C 0 .
Dans R, écrire les coordonnées des points A0 , B 0 et C 0 et déterminer des équations pa-
ramétriques pour les droites (BC 0 ) et (B 0 C), en déduire des équations cartésiennes de ces
droites.
Calculer les coordonnées des points I = (BC 0 ) ∩ (B 0 C), J = (AC 0 ) ∩ (A0 C) et K = (AB 0 ) ∩
(A0 B).
−−→ −→
3. Soit A00 le point de la droite (OA) tel que OA00 = − 32 OA. On note P 00 le plan parallèle à P
passant par A00 . P 00 coupe (OB) en B 00 et (OC) en C 00 .
Montrer que les droites (IA00 ), (JB 00 ), (KC 00 ) sont parallèles.

6.6 Septembre 2002


Exercice 78
Tout ce problème se situe dans l’espace euclidien tridimensionnel muni d’un repère orthonormé
→ −
− → −→ √ √
direct R = (O, i , j , k ). On définit les trois points : A = (3, 6, 3), B = (3, − 6, 3) et C =
(4, 0, 0).
1. (a) Montrer que les points O, A et B ne sont pas alignés et donner une équation cartésienne
du plan P contenant O, A et B.
(b) Calculer les distances OA, OB et AB. En déduire la nature du triangle OAB.
(c) Les points O, A, B et C sont-ils coplanaires ?
2. Soit G le barycentre des points O, A, B et C, c’est à dire, par définition l’unique point G de
−−→ −→ −−→ −−→ − →
l’espace tel que : GO + GA + GB + GC = 0 .
−−→ −→ −−→ −−→
(a) Montrer que OG = 14 (OA + OB + OC).
(b) En déduire les coordonnées de G dans R.
3. (a) Montrer que la droite (GC) est perpendiculaire au plan P .
(b) Calculer les coordonnées du point d’intersection de la droite (GC) avec le plan P .
4. Montrer que la transformation de l’espace définie par les formules : (x0 = x, y 0 = −y, z 0 = z)
est une isométrie. Quels sont ses points fixes ? Déterminer les images des points O, A, B, C
par cette isométrie. Que remarque-t-on ?

27
6.7 Novembre 2002
Exercice 79 Questions de cours.
1. Combien faut-il d’équations affines pour définir une droite du plan ? de l’espace ?
2. Rappeler la définition du produit mixte (~u, ~v , w) ~ des trois vecteurs ~u, ~v , w
~ de l’espace et les
formules qui donnent (~v , ~u, w)
~ et (w,
~ ~v , ~u) en fonction de (~u, ~v , w).
~
3. Dans le plan affine rapporté à un repère orthonormé, on considère l’équation ax + by + c = 0
avec (a, b) 6= (0, 0). Donner la nature de l’ensemble X qu’elle définit, et dire quels rôles jouent les
vecteurs (a, b) et (−b, a) par rapport à X.

Exercice 80 Dans le plan rapporté à un repère orthonormé, on utilise les coordonnées complexes
z = x + iy. On considère la transformation qui, au point M d’affixe z, associe le point M 0 d’affixe
z 0 tel que zz 0 − z − 4z 0 + 7 + i = 0.
(a). Donner la formule z 0 = f (z) donnant z 0 en fonction de z ainsi que la formule inverse
z = g(z 0 ).
(b). Soient a et b deux nombres réels satisfaisant aux conditions (a + ib)2 = −3 − 4i et a > 0.
Déterminer les valeurs de a et b.
(c). En déduire la solution de l’équation f (z) = z. Si la question (c) n’a pas été résolue, on est
autorisé à faire figurer les nombres a et b dans la réponse.

Exercice 81
Dans le plan rapporté à un repère orthonormé, on considère le triangle formé par les points
A(1, 3), B(2, 1) et C(3, 5). On note C le cercle circonscrit au triangle ABC.
(a). Déterminer une équation paramétrique des médiatrices respectives d, d0 des segments [AB]
et [AC].
(b). En déduire les coordonnées du centre Ω de C et calculer le rayon de ce cercle.

Exercice 82
On donne, dans le plan, les droites suivantes : d d’équation affine x − 2y = −1, d0 d’équation
affine x + y = 5 et δ dont un système d’équations paramétriques est x = −t + 2, y = 2t + 4.
(a). Montrer que d, d0 , δ sont concourantes en un point dont on précisera les coordonnées.
(b). Parmi ces trois droites, lesquelles sont-elles orthogonales ?
(c). Dans un repère orthonormé d’unité graphique 1cm (que vous tracerez sur votre copie),
représentez les trois droites.

6.8 Décembre 2002


Exercice 83
Dans l’espace rapporté à un repère orthonormé (0,~ı, ~, ~k) on considère le point A de coordonnées
(1, 2, 2) et la droite d dont un système d’équations paramétriques est x = t + 1, y = 2t, z = t + 3.
(a). Déterminer une équation affine du plan P passant par A et orthogonal à d.
(b). Déterminer les coordonnées du point B intersection de P et d.
(c). En déduire la distance entre A et d.

28
6.9 Janvier 2003
Exercice 84
Dans l’espace, on donne deux plans P et P 0 par leurs équations affines dans un repère ortho-
normé, soit respectivement P : x − y + z = 2 et P 0 : x + 2y + 3z = 4.

1. Vérifier que P et P 0 ne sont pas parallèles, puis donner un système d’équations paramétriques
de la droite d intersection de P et P 0 .
2. Donner une équation affine du plan P 00 perpendiculaire à d et passant par le point A de
coordonnées (1, 0, −1).
3. Montrer sans aucun calcul que les trois plans P, P 0 , P 00 sont concourants.
4. Préciser les coordonnées du point B commun à P, P 0 et P 00 .

6.10 Septembre 2003


Exercice 85 Questions de cours.
1. L’espace est rapporté à un repère orthonormé direct. On considère également trois vecteurs
~u, ~v , w
~ et leur produit mixte (~u, ~v , w).
~
a. Que signifie la condition (~u, ~v , w)
~ < 0?
b. Que signifie la condition (~u, ~v , w)
~ = 0?
c. Sachant que ~v = ~u ∧ w~ et que ~v est non-nul, déterminer si (~u, ~v , w)
~ est > 0, = 0 ou < 0 (une
réponse juste ne sera prise en compte que si elle est convenablement justifiée).

z
Exercice 86 Pour t ∈ C, soit l’homographie complexe ft (z) = tz+1 .
1. Etant donnés deux nombres complexes a et b, comparer fa ◦ fb à fb ◦ fa .
2. Prouver qu’il existe une unique valeur de t, que l’on déterminera, telle que ft (1) = 3. Déterminer
l’image, pour cette valeur de t, de la droite {z ∈ R} par ft .
3. Déterminer l’image par f2 du cercle |z| = 1.

29
6.11 Novembre 2005
Devoir surveillé du 12 Novembre 2005
Durée 1h30 heure
Documents et calculatrice interdits

Exercice 1. (8 points)
1.( 5 points). Résoudre dans C l’équation :

z 2 + (1 − i)z + (i − 2) = 0
π
2. Donner l’expression analytique en complexe de la rotation de centre i et d’angle 4. Calculer
l’image du point 1 + i par cette transformation. (3 points)

Exercice 2. (12 points)


→ −
− →
Dans le plan cartésien P muni du repère cartésien (0, i , j ), on considère les trois points
suivants :
A = (1, 0), B = (0, 3) et C = (3, 2).
Le but de cet exercice est de montrer que le triangle ABC est le triangle des milieux d’un
triangle Ā B̄ C̄.

1. Faire une figure avec A, B et C. (1 point)


2. Donner des équations cartésiennes pour les droites suivantes :
DA la parallèle à (BC) passant par A, (1 point)
DB la parallèle à (AC) passant par B, (1 point)
DC la parallèle à (AB) passant par C. (1 point)
Dessiner ces droites sur la figure. (0,5 points)

3. Déterminer les coordonnées des points d’intersections :


Ā = DB ∩ DC , (1,5 points)
B̄ = DA ∩ DC , (1,5 points)
C̄ = DA ∩ DB . (1,5 points)
4.
Vérifier que A est le milieu de [B̄, C̄]. (0,5 points)
Vérifier que B est le milieu de [Ā, C̄]. (0,5 points)
Vérifier que C est le milieu de [Ā, B̄]. (0,5 points)

5. Montrer que la droite (ĀA) coupe le segment [B, C] en son milieu. (1,5 points)

6. Question Bonus (2 points) : Montrer en vous inspirant du cas particulier étudié, que tout
triangle est le triangle des milieux d’un autre.”

30
6.12 Examen de Janvier 2006
Documents et calculatrice interdits – Durée 2 heures

Exercice 1. Transformations affines.

1. Dans le plan complexe, on considère la transformation affine donnée par son expression ana-
lytique en complexe : √
z 0 = (3 − i 3)z + (1 − i)
(a) Décrire le plus précisément possible la nature géométrique de cette transformation.
(b) Donner l’expression analytique réelle de cette transformation.
→ −
− → − →
2. Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct (0, i , j , k ), on considère la transforma-
tion affine donnée par son expression analytique dans ce repère :
 0
 x = 2x + y + 2z − 2
y 0 = 2x + z−1
 0
z = 3x − 2y + 3z
(a) i. Calculer f (O) et f (I) où O = (0, 0, 0) et I = (1, 0, 0).
ii. f est-elle bijective ? f est-elle une isométrie ? f est-elle directe ?
iii. Déterminer les points fixes de f .

Exercice 2.
→ −
− → − →
Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct (0, i , j , k ), on considère :
- les points A = (1, 0, 1), B=(2, 1, −1), A0 = (1, 1, 0), B 0 = (0, 1, −1), D=(1, 2, 1), E=(−1, 1, 0) ;
- le plan P d’équation cartésienne y + z = 0.

1 a. Montrer que les points A, B, A0 et B 0 ne sont pas coplanaires.


b. Donner une représentation paramétrique de la droite (AB).
c. Donner une représentation cartésienne de la droite (A’B’).
2. Montrer que les plans OBD et OAE se coupent en une droite qui est orthogonale à P .

 x=t+1 
x−z =1
3. On considère les deux droites ∆ : y=t et ∆0 :
y=1
z = −2t + 1

a. Les droites ∆ et ∆0 sont elles coplanaires ?


b. Calculer l’intersection de P et ∆0 .
−−→
4 a. Déterminer une équation cartésienne du plan P 0 contenant la droite (AA0 ) et ayant BB 0
comme vecteur directeur.
b. Montrer que P et P 0 sont parallèles.
c. Calculer d(A, P ) et d(A0 , P ). Que vaut d(M, P ) pour M un point quelconque de la droite
(AA0 ) ? Justifier votre réponse.
5. Soit Mα le point de ∆ d’ordonnée (seconde coordonnée) α.
a. Déterminer les coordonnées de Mα .
b. Expliquer pourquoi ∆0 et Pα le plan parallèle à P passant par Mα se coupent en un point et
déterminer les coordonnées de Iα leur point d’intersection.
c. Montrer que d(A,M α) d(A,B)
d(A0 ,Iα ) = d(A0 ,B 0 ) .
d. Déterminer les valeurs de α pour lesquelles les points OAMα Iα sont coplanaires.

31
6.13 Février 2006
Seconde session, 22 Février 2006 – Durée 2 heures
Documents et calculatrice interdits

Exercice 1. (6 points)
1. a. Déterminer les racines carrées du nombre complexe z0 = −2i.
b. Résoudre dans C l’équation :

z 2 + (1 + i)z + i = 0.

2. Résoudre dans C l’équation z 3 = 4 2(1 + i).

Exercice 2. (6 points)
→ −
− →
Dans le plan cartésien muni du repère orthonormé direct (0, i , j ), on considère les trois points
A = (−1, 2), B = (2, −1) et C = (5, 2).

1. Faire une figure avec A, B et C.

2. Donner des équations cartésiennes pour les droites suivantes :


a. la médiatrice de [A, B], b. la médiatrice de [A, C].

3. Calculer les coordonnées du centre du cercle circonscrit au triangle ABC et donner le rayon de
ce cercle.
4. Décrire géométriquement l’ensemble des points M du plan tels que la distance de M à la droite
(AC) est égale à la distance de M au point D = (0, 2).

Exercice 3. (8 points)
→ −
− → − →
Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct (0, i , j , k ), on considère :
les points A = (1, 1, 0), B=(0, 0, −1), C=(3, 0, 0) et D=(4, 1, 1) et
les plans P et Q d’équations cartésiennes P : x + 2y − 3z = 3 et Q : −x + 2y + z = 0

1. Les points A, B, C et D sont-ils coplanaires ? Si oui, donner une équation du plan qui les contient.
2. a. Donner une représentation paramétrique de la droite ∆ orthogonale à P et passant par
O = (0, 0, 0) puis une représentation cartésienne de cette droite.

b. Déterminer une équation cartésienne du plan Q0 contenant ∆ et admettant →



u = (1, 0, 1)
comme vecteur directeur.

3. Déterminer l’intersection des plans P et Q. Si c’est une droite, on précisera un vecteur directeur
ainsi qu’un point de cette droite.

4. Déterminer l’intersection du plan Q et de la droite ∆0 donnée par une représentation cartésienne



0 x+ y+z =1
∆ :
x + 2y =3

32
6.14 Novembre 2006. DNS
Devoir non surveillé.

Exercice 1. (8 points)
1. a. Résoudre dans C l’équation : z 2 + z − 1 − 3i = 0
(On rappelle 132 = 169.)
b. Déterminer les racines carrées, puis les racines cubiques du nombre complexe z0 = 8i.
2. Linéariser cos3 x + sin2 x.
(On rappelle que (a + b)3 = a3 + 3a2 b + 3ab2 + b3 .)

Exercice 2. (14 points)


→ −
− →
Dans le plan cartésien P muni du repère cartésien (0, i , j ), on considère :
les quatre points : A = (−1, 2), B = (2, −1), C = (−1, −1), A0 = (−1, −4) et
la droite ∆ d’équation cartésienne : x − y + 3 = 0.

1. a. Faire une figure avec A, B, C et A0 .


b. Donner un point et un vecteur directeur de ∆, puis tracer ∆ sur la figure.

2. a. Montrer que ∆ est perpendiculaire à (AB) et contient A.


b. Calculer les coordonnées du point B 0 : point d’intersection des droites ∆ et (BC). Marquer
ce point sur la figure.

3. a. Déterminer la nature du triangle ABC.


b. Donner une équation cartésienne de la perpendiculaire à (AB) passant par B. Tracer cette
droite sur la figure.
c. Déterminer les coordonnées du point C 0 6= A0 pour que le triangle ABC 0 soit isocèle rectangle
en B. Marquer ce point sur la figure.

4. On suppose B 0 = (−4, −1) et C 0 = (5, 2).


a. Montrer que les points A0 , B, C 0 sont alignés sur une droite parallèle à ∆ et dont on indiquera
une équation cartésienne.
b. On note A00 le milieu de [A0 , B], B 00 le milieu de [A, C 0 ] et C 00 le milieu de [A, B 0 ].
Montrer que les droites (AA00 ) et (B 00 C 00 ) sont perpendiculaires, que les distances AA00 = B 00 C 00 et
calculer le cosinus de l’angle en A dans le triangle BAA00 .

33
6.15 Novembre 2006 DS
Devoir surveillé du 25 Novembre 2006 – Durée 1h30
Documents, calculatrice, téléphone interdits

Exercice 1. (8 points)
1. Résoudre dans C l’équation : iz 6 + (1 − i)z 3 − 1 = 0
(Indication : poser Z = z 3 . )
2. On rappelle que (a + b)4 = a4 + 4a3 b + 6a2 b2 + 4ab3 + b4 .
a. Donner le développement de (a − b)4 . Ecrire les formules d’Euler.
b. Linéariser sin4 x.

Exercice 2. (14 points)


→ −
− →
Dans le plan cartésien P muni du repère cartésien (0, i , j ), on considère :
les deux droites d’équations cartésiennes :
∆1 : x + y − 2 = 0
∆2 : x + 5y + 6 = 0

1. a. Déterminer un point et un vecteur directeur pour chacune de ces droites.


b. Ces droites sont-elles parallèles, perpendiculaires ?

2. a. Déterminer une équation de la perpendiculaire à ∆1 passant par O = (0, 0). On note cette
droite ∆3

b. On note :
A le point d’intersection de ∆1 et ∆2 ,
B le point d’intersection de ∆1 et ∆3 et
C le point d’intersection de ∆2 et ∆3 .
Calculer les coordonnées de A, B et C. Ecrire la correspondance entre les droites ∆1 , ∆2 , ∆3
et les droites (AB), (BC), (AC).

3. On suppose A = (4, −2), B = (1, 1) et C = (−1, −1).


a Déterminer la nature du triangle ABC, justifier votre réponse. Faire une figure avec A,B et
C.
b. Déterminer les coordonnées du point D pour que le quadrilatère ABCD soit un rectangle.
Tracer ce point sur la figure.

4. On pose D = (2, −4).


a. Vérifier que les segments de droites [B, D] et [A, C] se coupent en leur milieu I.
π
b. Calculer le cosinus de l’angle en I dans le triangle AID et comparer cet angle avec 3.

5. La parallèle à (BD) passant par A coupe (BC) en J.


a. Tracer cette droite et calculer les coordonnées de J.
b. Montrer que les droites (AD), (OI) et la droite verticale passant par J sont concourantes.

6. La parallèle à ∆2 passant par D coupe (AJ) en W .


a. Montrer que les points O, I et W sont alignés.
b. Montrer que (W I) et (BC) sont perpendiculaires et calculer la distance du point W à la
droite (AB).

34
6.16 Décembre 2006. DNS

Exercice 1. (8 points)
1. a. Résoudre dans C l’équation : iz 2 + 2z − 1 − i = 0
b. Déterminer les racines carrées, puis les racines cubiques du nombre complexe z0 = 2(1 + i).
2. Linéariser sin3 x.
(On rappelle que (a + b)3 = a3 + 3a2 b + 3ab2 + b3 .)

Exercice 2. (12 points)


→ −
− →
Dans le plan cartésien P muni du repère orthonormé direct (0, i , j ), on considère :
les trois points : A = (1, 2) , B = (0, −1) , C = (3, −2) et
la droite ∆ d’équation cartésienne : x − 2y − 2 = 0.

1. a. Les points A, B et C sont-ils alignés ? Faire une figure avec A, B et C. Déterminer la nature
du triangle ABC, justifier votre réponse.
b. Donner un point et un vecteur directeur de ∆, puis tracer ∆ sur la figure.

2. a. Montrer que la droite ∆ est la médiatrice du segment [A, C].


b. Donner une équation cartésienne de la perpendiculaire à (AC) passant par C. Tracer cette
droite sur la figure.
c. Déterminer les coordonnées des points D pour lesquels le triangle ACD est isocèle rectangle
en C. Marquer ces points sur la figure.

3. Dans toute la suite, on suppose D = (7, 0). Calculer l’aire du trapèze ABCD.

4. On note I le milieu de [A, D] et J le milieu de [B, C].


a. Montrer que les droites (AB), (CD) et (IJ) sont concourantes en un point K dont on
déterminera les coordonnées.
b. Calculer la distance de K à la droite (BC) et le cosinus de l’angle en K dans le triangle
BKC.
c. Donner une équation cartésienne de la parallèle à la droite ∆ passant par J et calculer les
coordonnées du point d’intersection de cette droite avec la droite (AD). Que remarque-t-on ?
Exercice 3. (6 points)
→ −
− →
Dans le plan cartésien P muni du repère cartésien (0, i , j ), on considère les trois points
suivants :
A = (−1, 2), B = (2, −1) et C = (5, 2).
1. Faire une figure avec A, B et C. (1 point)
2. Donner des équations cartésiennes pour les droites suivantes :
a. la médiatrice de [A, B],
b. la médiatrice de [A, C].
3. Calculer les coordonnées du centre du cercle circonscrit à (ABC) et donner le rayon de ce
cercle.
4.Déterminer l’ensemble des points M tels que la distance de M à (AB) égale la distance de M
à C.

35
6.17 Janvier 2007
Examen du 11 janvier 2007 [Durée 2h].
Documents, calculatrices et téléphones portables interdits.

Exercice 1. On se place dans le plan identifié à C. Les points O d’affixe 0, I d’affixe 1 et J d’affixe
−→ −→
i définissent un repère orthonormé direct R: (O, OI, OJ).
soit par son affixe complexe z = x + iy,
Un point M du plan peut être représenté :
soit par ses coordonnées réelles (x, y) dans R.
1. Déterminer l’affixe du point Ω de coordonnées (1, 1) dans R.
2. Donner l’expression analytique en complexe des transformations suivantes :
π
(a) la rotation de centre Ω et d’angle 4, notée R
(b) l’homothétie de centre Ω et de rapport 3, notée H
(c) la composée f = H ◦ R des deux applications précédentes.

3. Donner l’expression analytique en réel des transformations suivantes :


(a) la transformation f , définie ci-dessus.
(b) la symétrie orthogonale par rapport à la droite d’équatin x − 2y + 1 = 0.

→ −
− → − →
Exercice 2. Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct (0, i , j , k ), on considère :
– les trois points A = (0, −2, −1), B = (1, −3, 0) et C = (0, −2, 0).


– la droite D2 de vecteur directeur V 2 = (1, −1, 1) passant par le point C 0 = (0, −2, 4)
– les 3 plans :
P1 d’équation cartésienne x + y − z − 2 = 0
P2 d’équation cartésienne 2x + y + 2z + 1 = 0

 x=t+s+1
P3 de représentation paramétrique : y = −t + s + 3
z =t−s−1

1. (a) Montrer que les plans P1 et P2 ne sont pas parallèles et déterminer un vecteur directeur
de la droite D1 intersection de ces deux plans.
(b) Vérifier que le plan P3 admet pour équation cartésienne : y + z − 2 = 0.
(c) Calculer l’intersection des trois plans P1 , P2 et P3 .

2. Montrer que les points A, B et C ne sont pas alignés et que les plans P3 et (ABC) se coupent
en D2 .

3. Les droites D1 et D2 sont-elles parallèles, sécantes ou non coplanaires ?

4. (a) Montrer que la droite perpendiculaire à P1 et passant par E = (1, 1, 1) est contenue dans
P3 et calculer son intersection avec P1 .
Indication : on pourra préalablement écrire une représentation paramétrique de cette droite.
(b) Calculer d(E, P1 ).
5. Déterminer une équation cartésienne du plan contenant D1 et passant par A.

36
→ −
− → −→
Exercice 3. Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct (0, i , j , k ), on considère : la
transformation affine définie par son expression analytique dans ce repère :
 x0 = −x + 2y + 2z + 2

(x, y, z) représentent les coordonnées d’un point M et
y 0 = 2x − y + 2z + 2 , où .
0 (x0 , y 0 , z 0 ) représentent les coordonnées de son image M 0 par f
z = 2x + 2y − z + 2

1. Déterminer les points invariants de f .


2. Calculer les images par f des points suivants : O = (0, 0, 0), I = (1, 0, 0), J = (0, 1, 0) et
K = (0, 0, 1).
3. La transformation f est-elle bijective, directe, préserve -t-elle le volume, une isométrie ?
−−−→
4. Montrer que l’ensemble des points M tels que le vecteur M M 0 , où M 0 = f (M ), est orthogonal
au vecteur (1, 1, 1) est un plan P d’équation cartésienne : x + y + z + 3 = 0.
4b. Ecrire l’expression analytique de la symétrie par rapport au plan P et en déduire une
expression simple et la nature géométrique de la transformation f .

37
6.18 Mars 2007
Examen-Seconde session [ durée 2h ]

Les documents, les calculatrices et les téléphones portables sont strictement inter-
dits.

Exercice I (Cours) Dire si les sous-ensembles de l’espace formés des points dont les coordonnées
vérifient les systèmes suivants sont : plans, droites, points ou vides. 
x−y+1=0
(a) x − y + z = 0 (b)
x−y =0

  x−y+1=0
x−y+1=0
(c) (d) x−y+z =0
x−y+z =0
x=1

Exercice II Géométrie dans le plan.


1. On considère la transformation f du plan complexe C qui√à tout point M d’affixe z fait
correspondre le point M 0 d’affixe z 0 donnée par z 0 = 12 (1 − i 3)z + i.
(a) Montrer que f a un unique point fixe Ω, calculer l’affixe de Ω. Puis caractériser géométriquement
f.
(b) Déterminer l’image O0 par f du point O d’affixe 0. Faire une figure avec les points O,
O0 et Ω. Quelle est la nature du triangle OΩO0 ? Justifier votre réponse.
→ −
− →
2. Dans le plan P muni du repère orthonormé direct (0, i , j ), on considère les points :
A = (0, −1), B = (−1, 1) et C = (2, 1).
(a) Déterminer les points M de P tels que la droite (CM ) est perpendiculaire à la droite
AB et d(A, M ) = 2.
(b) Déterminer les points M de P tels que la droite (CM ) est parrallèle à la droite AB et
la droite (AM ) est perpendiculaire à la droite BC.

Exercice III Géométrie dans l’espace.


→ −
− → − →
Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct (0, i , j , k ), on considère :
- les points A = (1, 0, 1) et B=(1, 1, 2),
- le plan P d’équation cartésienne 2y + 2z − 1 = 0,
- le plan Q d’équation cartésienne x + y = 0.

1. Montrer que les plans P et Q se coupent en une droite dont on précisera un vecteur directeur
et un point.
2. Donner une représentation paramétrique de la droite (AB).
3. Montrer que la droite (AB) est perpendiculaire au plan P et calculer les coordonnées de leur
point d’intersection C.

x−y+1=0
4. Soit ∆ la droite de représentation cartésienne ∆ :
x − 2y + z = 0
(a) Les droites (AB) et ∆ sont-elles parallèles, confondues ?
(b) Montrer que les droites (AB) et ∆ sont coplanaires, déterminer leur intersection.

38
(c) Donner une équation cartésienne du plan qui contient (AB) et ∆.
5. Soit α un réel. On note Mα le point de coordonnées (0, −1, α).
(a) Montrer que A, B, Mα ne sont pas alignés et qu’une équation cartésienne du plan Pα
contenant A, B, Mα est Pα : αx − y + z = 1 + α.
(b) Déterminer, si elles existent les valeurs, de α pour lesquelles :
i. Le plan Pα contient le point O = (0, 0, 0).
ii. Le plan Pα est perpendiculaire à la droite ∆.
iii. Le plan Pα contient la droite ∆. Donner l’équation de ce plan.

39
6.19 Novembre 2007
Devoir Surveillé du 24 Novembre 2007 [Durée 1h30]
Documents, calculatrices et téléphones portables interdits.

Dans les Exercices 1 et 2, on se place dans le plan cartésien muni du repère orthonormé R =
→ −
− →
(0, i , j ).
Exercice 1. Soit m un réel et Dm la droite d’équation cartésienne :
(3m − 4)x + (m + 3)y + (m − 10) = 0.

1. (a) Ecrire une équation cartésienne pour chacune des droites D0 et D1 .


(b) Calculer les coordonnées du point d’intersection S des droites D0 et D1 .
2. Montrer que les droites Dm sont concourrantes et indiquer leur point de concours.
3. Pour tout réel m, indiquer un vecteur directeur, un vecteur normal et un point de la droite
Dm .
4. Dans chacun des cas suivants, déterminer l’ensemble des réels m pour lesquels la droite Dm
possède la propriété indiquée.
(a) La droite Dm passe par le point B de coordonnées (−1, 3) ;
(b) La droite Dm est parallèle à la droite d’équation x − y = 0 ;
(c) La droite Dm est parallèle à l’axe des x ;
(d) La droite Dm est la droite d’équation 2x + 5y − 8 = 0 ;
(e) La droite Dm est la médiatrice du segment [A, C] où A et C sont les points de coordonnées
respectives (0, − 25 ) et (2, − 32 ) ;
(f) La distance entre la droite Dm et le point O de coordonnées (0, 0) vaut 2.
(g) Tracer les droites obtenues.

Exercice 2. On considère le cercle C de centre l’origne O et de rayon 1 et le point P de coordonnées


(2, 2). On donne les définitions suivantes.
Définition : Une droite D est dite tangente à C si D passe par un point M de C et est
perpendiculaire au rayon [O, M ]. La droite D est alors appelée la tangente à C au point M . Le
point M s’appelle point de tangence de la droite D avec le cercle C.
Le but de cet exercice est de montrer qu’il existe deux tangentes à C qui passent par le point P
et de calculer les coordonnées des points de tangence de ces droites avec C.
1. Ecrire une équation cartésienne de C.

2. Vérifier que le point A de coordonnées ( 21 , 23 ) appartient à C. Calculer l’équation de la
tangente TA à C au point A.
3. Tracer une figure avec C, A, TA et P . Dessiner approximativement les deux tangentes à C
passant par P .
4. Soit Q un point du cercle C tel que la droite (P Q) est tangente à C. Trouver un système à
deux équations que les coodonnées (x, y) de Q vérifient. Résoudre ce système et conclure.

Exercice 3. Dans chacun des cas suivants, déterminer les nombres complexes z qui satisfont la
propriété indiquée.
1. Les points d’affixes respectives z, i et iz sont trois sommets consécutifs d’un carré.
2. Le point d’affixe z est le milieu des points d’affixes z 2 et −2 + 4i.

40
6.20 Janvier 2008
Examen 24 Janvier 2008 [ durée 2h ]
Les documents, les calculatrices et les téléphones portables sont strictement inter-
dits.
Exercice I Dans cet exercice, on se place dans l’espace E muni du repère orthonormé direct R =
− −
→ → −→
(0, i , j , k ). On considère le point A de coordonnées (1, 0, 1) et la droite ∆ dont une représentation
cartésienne
 est
2x + y − z − 2 = 0
∆:
x − 2y + z − 1 = 0
1. (a) Indiquer un vecteur directeur et un point de la droite ∆.
(b) Ecrire une équation cartésienne du plan PA contenant A et perpendiculaire à ∆.
(c) Justifier sans calcul pourquoi ∆ et PA se coupent en un point A0 et calculer les coor-
données de A0 .
(d) Calculer d(A, A0 ). Que représente cette distance ?
2. On considère
 la droite D donnée par une représentation paramétrique :
 x = t
D: y = 2t + 2
z = −t

(a) Indiquer un vecteur directeur et un point de la droite D.


(b) Déterminer la position relative des droites ∆ et D.
Exercice II (Transformations affines du plan et de l’espace).
1. On se place dans le plan identifié à C. Les points O d’affixe 0, I d’affixe 1 et J d’affixe i
−→ −→
définissent un repère orthonormé direct R : (O, OI, OJ).

soit par son affixe complexe z = x + iy,
Un point M du plan peut être représenté :
soit par ses coordonnées réelles (x, y) dans R.
(a) Déterminer l’affixe du point Ω de coordonnées (1, 1) dans R.
(b) Donner l’expression analytique en complexe puis en réel de
i. la rotation de centre Ω et d’angle π/3 ;
ii. l’homothétie de centre Ω et de rapport 2 ;
iii. la similitude F qui est la composée des deux transformations précédentes.
(c) Déterminer les nombres complexes z tels que le triangle de sommets 0, z, z + 1 ait un
angle π3 en 0 et un angle π2 en z.
→ −
− → − →
2. Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct (0, i , j , k ), on considère la transforma-
tion
 affine f définie par son expression analytique dans ce repère :
 x0 = 31 (−x + 2y + 2z)
(x, y, z) représentent les coordonnées d’un point M et
y 0 = 13 (2x − y + 2z) , où .
(x0 , y 0 , z 0 ) représentent les coordonnées de son image M 0 par f
z 0 = 13 (2x + 2y − z)

(a) Déterminer les points invariants de f .


(b) Déterminer les images par f des points O = (0, 0, 0), I = (1, 0, 0), J = (0, 1, 0) et
K = (0, 0, 1).
(c) Montrer que la transformation f est une isométrie. La transformation f peut-elle être
une symétrie orthogonale par rapport à un plan ? (justifier votre réponse)
(d) Ecrire l’expression analytique de la projection orthogonale sur le plan P : x + y = 1.

41
Questionnaire à rendre dans la copie d’examen.

DIPLÔME : Licence PC-Semestre 1


Examen de Math. 101 B
Numéro de place :

Exercice III
→ →
− − − →
Dans cet exercice, on se place dans l’espace E muni du repère orthonormé direct R = (0, i , j , k ).
Dire si les énoncés suivants sont vrais ou faux : entourer la bonne réponse.

1. Deux droites qui sont parallèles à une même troisième droite sont parallèles. VRAI
FAUX
2. Deux droites qui sont perpendiculaires à une même troisième droite sont parallèles. VRAI
FAUX
3. Deux plans qui sont perpendiculaires à une même droite sont parallèles. VRAI FAUX
4. Deux plans non parallèles se coupent en une droite. VRAI FAUX
5. Deux droites non parallèles sont sécantes. VRAI FAUX
6. Deux points de E sont toujours coplanaires. VRAI FAUX
7. Trois points de E sont toujours coplanaires. VRAI FAUX
8. Quatre points de E sont toujours coplanaires. VRAI FAUX
9. Deux droites parallèles sont toujours coplanaires. VRAI FAUX
10. Un plan qui contient deux points distintcs A et B contient la droite (AB). VRAI
FAUX

− −

11. Si V = (2, 4, 6) est un vecteur directeur de la droite D alors V 0 = (1, 2, 3) est aussi
un vecteur directeur de la droite D. VRAI FAUX
12. Si A = (2, 2, 2) est un point de la droite D alors A0 = (1, 1, 1) est aussi un point
de la droite D.
VRAI FAUX
13. Soit P le plan d’équation cartésienne : x + y + z = 3.
(a) Le point A = (2, 0, 1) appartient à P . VRAI FAUX


(b) Le vecteur V = (1, 1, 1) est un vecteur directeur de P . VRAI FAUX


(c) Le vecteur V = (1, 1, 1) est un vecteur normal à P . VRAI FAUX


(d) Le vecteur V = (1, −1, 0) est un vecteur directeur de P . VRAI FAUX

x +2y −5z = 5
(e) La droite D dont une représentation cartésienne est
2x +2y +2z = 6
est contenue dans P .
VRAI FAUX

42
6.21 Juin 2008
Examen - Seconde Session- Juin 2008 [ durée 2h ]
Les documents, les calculatrices et les téléphones portables sont strictement inter-
dits.

Exercice I Résoudre dans C l’équation suivante :


z 6 − (1 + i)z 3 + i = 0
Exercice II Dans cet exercice, on se place dans le plan P muni du repère orthonormé direct
→ −
− →
R = (O, i , j ).
1. On considère les points A = (2, 2), B = (1, 0) et O = (0, 0). Déterminer les coordonnées du
point C = (xc , yc ) pour que O soit l’orthocentre du triangle (ABC).
2. On considère les points A = (−2, −1), B = (3, 0). Déterminer les coordonnées des points
D = (xD , yD ) pour que le triangle (ABD) soit isocèle rectangle en D. Faire une figure et
vérifier les résultats.
Exercice III Dans cet exercice, on se place dans l’espace E muni du repère orthonormé direct
→ −
− → − →
R = (O, i , j , k ).
On considère :
- les points A = (1, 0, 2), B = (0, 1, 1) et C = (2, 1, 1),
- le plan P d’équation cartésienne : x − 2y + z = 0,
- le plan Q d’équation cartésienne : y + z = 2 et
- le plan R d’équation cartésienne : x + y − 2z = 0.
1. (a) Déterminer l’intersection des plans P , Q et R.
(b) Montrer que la droite (AB) est contenue dans Q.
(c) Ecrire une équation cartésienne du plan PC contenant C et perpendiculaire à la droite
(AB).
(d) Ecrire une équation cartésienne du plan T contenant A et B et perpendiculaire à Q (on
déterminera au préalable deux vecteurs directeurs non colinéaires pour le plan T ).
2. On considère
 la droite D donnée par une représentation paramétrique :
 x=t
D: y = −t + 2
z =t+1

(a) Indiquer un vecteur directeur et un point de la droite D.


(b) Déterminer la position relative des droites (AB) et D.
3. On considère la droite ∆ = P ∩ R.
(a) Ecrire une représentation cartésienne pour la droite ∆.
(b) Indiquer un vecteur directeur et un point de la droite ∆.
(c) Ecrire une représentation paramétrique de la droite (AB) puis déterminer la position
relative des droites (AB) et ∆.
Exercice IV (Transformations affines de l’espace).
→ −
− → −→
Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct (0, i , j , k ). Ecrire l’expression analytique
de :
1. la projection orthogonale p sur le plan P : x + y = 1,
2. l’homothétie h de centre A = (1, 1, 1) et de rapport 3 et
3. la composée p ◦ h.

43
6.22 Novembre 2008
Devoir Surveillé du 3 Novembre 2008 [Durée 2h00]
Documents, calculatrices et téléphones portables interdits

Exercice 1.
(4 points)
Soit x ∈ [0, 2π[.
1. Ecrire la formules exprimant cos 2x en fonction de cos x.
2. En déduire une expression de 1 + cos x + cos 2x en fonction de cos x.
3
3. Vérifier que lorsque x 6= 0, on a 1 + cos x + cos 2x = Re( 1−z ix
1−z ), où z = e .
4. Résoudre de 2 manières différentes l’équation 1 + cos x + cos 2x = 0. Retrouver cos 2π 1
3 = −2.

Exercice 2.
(6 points)
1. Au nombre complexe z on associe le nombre complexe
iz − i
Z=
z−i
(a) Déterminer z pour que Z soit un nombre réel.
(b) Déterminer l’ensemble des points M du plan complexe, d’affixe z tel que les points
d’affixe z, iz et i sont deux à deux distincts et alignés.

2. Résoudre dans C l’équation z 2 − iz + 3i = 0

Exercice 3.
(10 points)
→ −
− →
On se place dans le plan cartésien muni du repère orthonormé R = (0, i , j ). On considère les
5 15
trois points A = (− , ), B = (−5, 0) et C = (5, 0).
2 2
1. (a) Les points A, B et C sont ils alignés ?
(b) Donner une représentation cartésienne et une représentation paramétrique de la droite
(AC).

2. (a) Calculer les coordonnées du milieu du segment [B, C].


(b) Donner une représentation cartésienne de la médiatrice du segment [B, C].

3. (a) Donner une représentation cartésienne de la hauteur issue de B dans le triangle ABC.
(b) Calculer les coordonnées de K le pied de cette hauteur.

44
(c) Vérifier que la médiatrice de [B, C] coupe la droite (AC) en K et que O est le centre du
cercle circonscrit au triangle BKC.

4. (a) Déterminer les coordonnées de H le pied de la hauteur issue de A dans le triangle ABC.
(b) Déterminer les coordonnées de L le pied de la hauteur issue de C dans le triangle ABC.
5
5. On pose H = (− , 0), K = (0, 5) et L = (−4, 3).
2
(a) Donner des représentations cartésiennes pour les droites (HK) et (KL).
(b) Montrer que les deux bissectrices des droites (HK) et (KL) sont les droites (AC) et
(BK).

6. Calculer l’aire du triangle ABC.

45
6.23 Décembre 2008
Date et lieu : Jeudi 18 décembre à 10h30-12H30 A4
Documents, calculatrices et téléphones portables sont strictement interdits.

Exercice I Dans cet exercice, on se place dans l’espace E muni du repère orthonormé direct
→ −
− → − →
R = (0, i , j , k ).
Soit m un réel et soit Dm la droite dont une représentation cartésienne est

mx + y − z − 1 = 0
Dm :
x + 2y + z − 2 = 0
On considère le point A de coordonnées (1, 0, 1).
1. (a) Indiquer un vecteur directeur et un point de la droite Dm (on essaira de donner un point
dont les coordonnées ne dépendent pas du réel m).
(b) Déterminer l’ensemble des réels m pour lesquels la droite Dm contient le point A.
(c) Déterminer l’ensemble des réels m pour lesquels la droite Dm est perpendiculaire au
plan d’équation x − y + z + 1 = 0.
(d) Déterminer l’ensemble des réels m pour lesquels la droite Dm est contenue dans le plan
d’équation z = 0.
(e) Calculer l’intersection de D2 avec le plan d’équation x − y + z + 4 = 0.
2. On considère la droite ∆ donnée par une représentation paramétrique

 x=t
∆: y = 2t + 2
z = −t

(a) Indiquer un vecteur directeur et un point de la droite ∆.


(b) Déterminer les valeurs de m (s’il y en a) pour lesquelles les droites ∆ et Dm sont :
i. parallèles,
ii. sécantes. Dans ce cas, déterminer les coordonnées de leur point d’intersection.
Exercice II (Transformations affines du plan et de l’espace).
1. On se place dans le plan identifié à C. Les points O d’affixe 0, I d’affixe 1 et J d’affixe i
−→ −→
définissent un repère orthonormé direct R : (O, OI, OJ).

soit par son affixe complexe z = x + iy,
Un point M du plan peut être représenté :
soit par ses coordonnées réelles (x, y) dans R.
On considère la transformation f de définie par son expression analytique en complexe :
√ √ √
f (z) = ( 3 − i)z + (2 − 3) + 3i.
(a)
Déterminer les points fixes de f .
Montrer que pour tout z, z 0 ∈ C on a |f (z 0 ) − f (z)| = 2|z 0 − z|.
(b)
(c)
Préciser la nature géométrique de f .
(d)
(BONUS) Donner l’expression analytique en réel de f .
→ −
− → − →
2. Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct (0, i , j , k ).

x−y =0
(a) Ecrire l’expression analytique de la projection orthogonale sur la droite D :
x + y + 2z = 0
(b) (BONUS) Calculer d(B, D) la distance du point B = (1, −1, 3) à la droite D.

46
6.24 Janvier 2009
Date et lieu : Mardi 20 janvier 10h30-12h30 - Salles A4

Documents, calculatrices et téléphones portables sont strictement interdits.

Exercice I Résoudre dans C l’équation :


iz 6 + (1 + i)z 3 + (2 − 2i) = 0

Exercice II Dans cet exercice, on se place dans le plan P muni du repère orthonormé direct
→ −
− →
(0, i , j ).
On considère les points A de coordonnées (2, 1) et B de coordonnées (2, 3). Dans chacune des
situations suivantes déterminer les points C tels que :
1. Le triangle ABC est isocèle rectangle en A.
2. L’aire du triangle ABC vaut 1.
Exercice III Dans cet exercice, on se place dans l’espace E muni du repère orthonormé direct
→ −
− → − →
R0 = (0, i , j , k ).
On considère la droite D dont une représentation cartésienne est

x + 2y − z + 3 = 0
D :
2x − y + z − 2 = 0

On considère les points A de coordonnées (1, 0, 1) et B de coordonnées (2, 1, 1).

1. (a) Indiquer un vecteur directeur et un point de la droite D.


(b) Montrer que les droites (AB) et D sont coplanaires, si elles sont sécantes indiquer les
coordonnées de leur point d’intersection .
(c) Déterminer une équation cartésienne du plan P contenant les droites D et (AB).
2. Montrer que la droite D est contenue dans le plan Q de représentation cartesienne Q :
3x + y + 1 = 0.
3. Montrer que la droite (AB) est perpendiculaire au plan Q0 de représentation cartesienne
Q0 : 2x + 2y − 3 = 0 et déterminer les coordonnées de leur point d’intersection.
Exercice IV(Transformations affines du plan et de l’espace).
1. Donner l’expression analytique en complexe de la similitude directe du plan complexe C qui
fixe le point d’affixe 1 + i et envoie le point d’affixe i sur le point d’affixe 0. Puis décrire ses
caractéristiques géométriques (centre, rapport, angle).
→ −
− → − →
2. Dans l’espace E muni du repère orthonormé direct R0 = (0, i , j , k ). On considère la
transformation affine f donnée par son expression analytique dans R0 :
 0 1
√ 
 x = 4 3x + y + √6z 
y 0 = 41 √ x + √ 3y − 6z 
 0 1
z = 4 − 6x + 6y + 2z
 −−−−−→ −−−−−−→ −−−−−−→
(a) Calculer f (0), f (I), f (J) et f (K) et montrer que le repère 0, f (0)f (I), f (0)f (J), f (0)f (K)
est un repère orthonormé direct de E. Que peut-on en déduire sur la transformation f ?
(b) Montrer que l’ensemble des points fixes de f est une droite dont on précisera un point
et un vecteur directeur.

47