Vous êtes sur la page 1sur 141

UNIVERSITÉ DE LUBUMBASHI

ECOLE SUPERIEURE DES INGENIEURS INDUSTRIELS

SPECIALITE: STRUCTURE

AMENAGEMENTS ET STRUCTURES HYDRAULIQUES:

PARTIE: AMENAGEMENTS

Titulaire: Professeur Ordinaire LUNDA ILUNGA J-M

Docteur en Géologie de l'Ingénieur

Assistant: KASONGO WA MUTOMBO P.

Diplomé d'Etudes Approfondies en Géologie de l'Ingénieur

4 juillet 2018
Table des gures

7.1 Flux d'eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33


7.2 Cycle de l'eau schématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

8.1 Bassin versant topographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36


8.2 Bassin versant hydrogéologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
8.3 Surface d'un bassin versant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
8.4 Perimètre d'un bassin versant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
8.5 Autres caractéristiques de la morphométrie d'un bassin versant . . . . . . . . . . . . . . . . 38
8.6 Hypsométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
8.7 Pente moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
8.8 Indice de pente de Roche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
8.9 Classication des thalwegs selon STRAHLER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
8.10 Détermination de Rc et Rl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

9.1 Pluviomètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
9.2 Principe d'un pluviographe à siphon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
9.3 Principe d'un pluviographe à augets basculeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
9.4 Calcul de la précipitation moyenne par la méthode de Thiessen . . . . . . . . . . . . . . . . 54
9.5 Calcul de la précipitation moyenne par la méthode des isohyetes . . . . . . . . . . . . . . . . 54

10.1 Schéma d'un psychromètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60


10.2 Bac classe A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
10.3 Bac Colorado . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
10.4 Black Bellani . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
10.5 Case lysimétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
10.6 Abaques d'évaluation de IgA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

11.1 Jaugéage par reservoir étalonné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74


11.2 Jaugéage par deversoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
11.3 Jaugéage par dilution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
11.4 Jaugéage par exploration des champs des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
11.5 Photo d'un moulinet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
11.6 Echelle limnimétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

I
11.7 Echelles limnimétriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
11.8 Implantation d'une échelle limnimétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
11.9 Limnigraphe à otteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
11.10Installation d'un limnigraphe à otteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

12.1 Abaques d'estimation de Kr . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

13.1 Schéma d'un lysimètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

II
Liste des tableaux

4.1 Lectures d'angles horizontaux : une paire de séquences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14


4.2 Lectures d'angles horizontaux : une paire de séquences (calculs) . . . . . . . . . . . . . . . . 15

8.1 Classication en fonction de Ig . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41


8.2 Classication en fonction de Ds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
8.3 Classication en fonction de la géologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

10.1 Table de lecture de K . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67


10.2 Exemple du bilan simplié selon THORNTHWAITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

11.1 Distance de bon mélange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

III
Table des matières

Table des gures I


Liste des tableaux III

I Acquisition des données topographiques 2


1 Acquisition des données topographiques à l'aide de l'imagerie satellitaire 1
1.1 Digitalisation ou numérisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Découpage des zones d'intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Obtention des courbes de niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.4 Gestion des projections des couches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.5 Conversion des types . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.6 Génération des zones tampons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.7 Obtention des paramètres topographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.8 Génération d'un Modèle Numérique de Terrain (MNT) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

2 RAPPELS DES NOTIONS DE BASE 7


2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

3 MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES A LA TOPOGRAPHIE 8


3.1 Mathématiques appliquées sur les données de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.1.1 Croquis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.1.2 Schéma général de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.1.3 Présentation des calculs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.1.4 Présentation des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.1.5 Précision des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
3.1.6 Arrondis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
3.1.7 Contrôles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
3.1.8 Constructions géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3.1.9 Conventions littérales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3.1.10 Informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

IV
4 MESURES DES DISTANCES ET DES ANGLES HORIZONTAUX 11
4.1 Lever de détails . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
4.2 Estimation de la portée par stadimétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.3 Séquence et tour d'horizon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.3.1 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
4.4 Calcul de gisement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
4.4.1 Applications1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
4.4.2 Détermination des écarts et tolérances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
4.4.3 Applications2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
4.5 Cheminements planimétriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
4.5.1 Terminologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
4.5.2 Angles de gauche ou de droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
4.5.3 Transmission des gisements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
4.5.4 Transmission du G0 de station . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.5.5 Fermeture angulaire d'un cheminement encadré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.5.6 Fermeture angulaire d'un cheminement avec transmission de G0 . . . . . . . . . . . . 19
4.5.7 Tolérance sur la fermeture angulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.5.8 Compensation angulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.5.9 Coordonnées rectangulaires des sommets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.6 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.6.1 Polygonale classique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.6.2 Cheminement avec mesure de G0 de station . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

5 MESURES DES ALTITUDES ET DES ANGLES VERTICAUX 24


5.1 Formules de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
5.2 Tolérances réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
5.3 Fermeture du cheminement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
5.4 Compensation du cheminement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
5.5 Cheminement mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

6 Génération des cartes topographiques en isovaleurs 27

II Acquisition des données hydrologiques 29


7 Cycle de l'eau 30
7.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
7.2 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
7.3 Composantes du cycle hydrologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
7.3.1 Précipitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
7.3.2 L'évaporation/l'évapotranspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
7.3.3 L'interception et le stockage dans les dépressions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

V
7.3.4 L'inltration et la percolation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
7.3.5 Les écoulements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
7.4 Stocks, ux et inertie de système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
7.4.1 Volumes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
7.4.2 Flux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
7.4.3 Inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
7.5 Cycle de l'eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
7.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

8 Bassin versant 36
8.1 Notion de bassin versant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
8.1.1 Bassin versant topographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
8.1.2 Bassin versant hydrogéologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
8.2 Caractéristiques morphométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
8.2.1 Caractéristiques de la disposition dans le plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
8.2.2 Indices de pente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
8.3 Caractéristiques du réseau hydrographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
8.3.1 Hiérarchisation du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
8.3.2 Lois de Horton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
8.3.3 Autres caractéristiques du chevelu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
8.3.4 Prols en long . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
8.4 Caractéristiques géologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
8.5 Couvert végétal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
8.6 Coecient de ruissellement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
8.7 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

9 Mesure des précipitations 49


9.1 Mécanismes de formation des précipitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
9.2 Types de précipitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
9.3 Diculté de la mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
9.4 Apareillages pluviometriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
9.4.1 Pluviomètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
9.4.2 Pluviographes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
9.5 Stations pluviometriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
9.5.1 Site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
9.5.2 Précautions d'installation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
9.6 Gestion du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
9.6.1 Fréquence des observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
9.6.2 Pluie moyenne sur une surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
9.6.3 Publication des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
9.7 Notion de temps de retour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
9.8 Question et Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

VI
10 Mesures liées à l'estimation de l'évaporation et de l'évapotranspiration 59
10.1 Mesure des paramètres physiques conditionnant l'évaporation . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
10.1.1 Mesure des températures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
10.1.2 Mesure de l'humidité de l'air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
10.1.3 Mesure des pressions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
10.1.4 Mesure du rayonnement solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
10.1.5 Mesure du vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
10.2 Mesures de l'évaporation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
10.2.1 Mesures de l'évaporation à partir d'une surface libre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
10.2.2 Mesure de l'évaporation à partir de surfaces poreuses : les atmomètres . . . . . . . . 64
10.3 Mesures et estimation de l'évapotranspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
10.3.1 Notion d'évapotranspiration réelle et potentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
10.3.2 Mesures directes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
10.3.3 Estimation de l'évapotranspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
10.3.4 Évaluation de l'évapotranspiration réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
10.4 Questions et Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

11 Hydrométrie 73
11.1 Acquisition des débits en fonction du temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
11.2 Méthodes de jaugéage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
11.2.1 Réservoirs étalonnés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
11.2.2 Déversoirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
11.2.3 Jaugeages par dilution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
11.2.4 Jaugeages par exploration du champ des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
11.3 Stations de jaugéage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
11.3.1 Seuil ou contrôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
11.3.2 Limnimétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
11.3.3 Sections de jaugeage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
11.3.4 Courbes de tarage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
11.4 Etablissement des hydrogrammes et des annuaires hydrologiques . . . . . . . . . . . . . . . 84
11.4.1 Digitalisation des courbes de tarage et des limnigrammes . . . . . . . . . . . . . . . . 84
11.4.2 Annuaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
11.5 Questions et Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

12 Méthodes d'études des crues 88


12.1 Historique et Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
12.2 Méthodes empiriques de prédétermination des crues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
12.2.1 Intérêts de la recherche historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
12.2.2 Évolution du débit avec la surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
12.2.3 Évolution du débit avec la fréquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
12.2.4 Diérentes méthodes empiriques valables pour l'Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . 90
12.3 Étude statistique des débits de crue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

VII
12.3.1 Constitution de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
12.3.2 Choix du type de loi et ajustement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
12.4 Protection des ouvrages - choix de la fréquence de la crue de projet et de la crue de chantier 93
12.4.1 Crue de projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
12.4.2 Crue de chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

13 Inltration et écoulements 96
13.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
13.2 L'inltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
13.2.1 Dénitions et paramètres descriptifs de l'inltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
13.2.2 Facteurs inuençant l'inltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
13.2.3 Variation du taux d'inltration au cours d'une averse . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
13.2.4 Modélisation du processus d'inltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
13.2.5 Mesurage de l'inltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
13.3 Les écoulements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
13.3.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
13.3.2 L'écoulement de surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
13.3.3 L'écoulement de subsurface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
13.3.4 L'écoulement souterrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
13.3.5 Écoulement dû à la fonte des neiges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
13.3.6 Bilan annuel des écoulements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
13.3.7 Introduction au transport solide (dans les cours d'eau) . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
13.4 Questions et Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

14 Travaux pratiques d'hydrologie 109


14.1 Délimitation d'un bassin versant et calcul de ses caractéristiques morphologiques . . . . . . 109

III Drainage, assainissement et Navigabilité 110


15 Drainage 111
15.1 Études à réaliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
15.2 Règles permettant de réaliser des projets ecaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
15.3 Diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
15.4 Conception d'un projet de drainage de surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
15.4.1 ANALYSE DES PROFILS LONGITUDINAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
15.4.2 ANALYSE DES PROFILS TRANSVERSAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
15.4.3 INTÉGRATION DES SECTEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
15.4.4 CHOIX ET DESIGN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
15.5 Les fossés collecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
15.5.1 LE BASSIN VERSANT ET LES DÉBITS DE POINTE . . . . . . . . . . . . . . . . 114

16 Navigabilité 115

VIII
Bibliographie 116

IX
Introduction Générale
1. Acquisition des données topographiques ;
2. Etudes hydrologiques ;
3. Acquisition des données géologiques ;
4. Acquisition des données géotechniques ;
5. Contrôle et gestion des inondations ;
6. Drainage et assainissement et Navigabilité.

1
Première partie

Acquisition des données topographiques

2
Chapitre 1

Acquisition des données topographiques à


l'aide de l'imagerie satellitaire
Dans ce cours, nous allons utilisé les logiciels SIG 1 suivant :
 QGIS : qui est open source, multi-plateforme ;
 ARC GIS : qui est complet à partir de ces extentions compilées dans Arc ToolBox.

1.1 Digitalisation ou numérisation


Les données SIG sont de deux types :
 les données Raster : qui correspondent aux images ; l'information est stockée sous forme des
matrices des cellules. Ces informations sont diciles à mettre à jour et se déforment par exemple en
fonction du niveau de zoom ;
 les données Vecteur : qui correspondent à des primitives élémentaires : point, multipoint, linestring,
multilinestring, polygon, multipolygon. Ces informations sont faciles à mettre à jour et ne sont pas
altérées quelque soit le niveau de zoom adopté pour leur achage. Ces informations sont stockées
sous forme des chiers de forme (shapele) dans les logiciels SIG, sous forme SVG 2 dans d'autres
logiciels comme Inkscpe. Un shapele ne peut stocker qu'une seule géométrie.
Un shapele possède deux composantes :
1. une composante géométrique : qui donne la géométrie de la couche à représenter : point, mul-
tipoint, linestring, multilinestring, polygon, multipolygon. Comme il est dicile de présenter une
couche 3D sur une carte ou un plan qui est 2D sans altération, des transformations mathématiques
sont nécessaires. Ces transformations altèrent soit les angles, soit les surfaces. C'est l'objectif des
projections qui sont classées en :
 projections cylindriques : qui conviennent aux pays près de l'équateur comme la République
Démocratique du Congo. La représentation se fait en long/lat (WGS1984) pour des distances
importantes(coordonnées géographiques) et en UTM 3 pour une locale en métrique (coordonnées
1. Système d'Information Géographique

2. Scalable Vector Graphic

3. Universal Transverse Mercator

1
projetées). Cette dernière représentation en topographie corresponde aux coordonnées rectangu-
laires planes. Ces dernières coordonnées permettent à eectuer des calculs de géométrie comme :
la surface, le périmètre, les coordonnées de début et de n d'une géométrie ;
 projections coniques : qui sont utilisés pour les pays se trouvant dans les tropiques ;
 projections azimuthales : utilisés pour les pays se trouvant aux pôles.
Par exemple pour représenter un site, une rivière, un territoire, nous choisissons respectivement le
type point, multilinestring et multipolygon. Le multipoint permet à réprésenter un object ponctuel
à l'aide des plusieurs points, le multilinestring, une couche linéamentaires à l'aide de plusieurs lignes
et multipolygon, une couche polygonale à l'aide de plusieurs polygones comme par exemple les îles
qui peuvent représenter un seul pays ;
2. une composante attributaire : qui donne les informations relatives à une géométrie tracée. Ces
informations sont structurées dans une table en colonnes (champs) comme celle gurant dans une
base des données. Un champs est caractérisé par :son nom, son type et ses propriétés. Le nom du
champs ne doit pas contenir des caractéères accentués ni d'autres caractères compliqués se trouvant
sur le clavier, le type correspond à text, integer, oat, date,.... Les propriétés d'un champs c'est par
exemple le nombre des caractères maximum et la précision.
Pour créer un shapele en QGIS, on procède de la manière suivante :
1. menu Couche ;
2. menu nouvelle couche ;
3. menu nouvelle couche shapele ;
4. choix du type de géométrie ;
5. choix du SCR 4 ;
6. renseignement des tous les champs avec leurs types respectifs de la couche (layer) à créer ;
7. saisi du nom du chapele en caractères normales comme sur les noms des champs.
Dès qu'une couche est créé, on peut y ajouter des informations qui sont des tuples ou des enregistrements
(lignes). Chaque objet numérisé, doit avoir un identiant unique. Pour y parvenir, on procède de la manière
suivante :
1. dénition des options d'accrochage : à l'aide du menu préférences ;
2. ouverture d'une session de mise à jour 5 : à la n de la digitalisation de chaque entité, il
faut penser à enregistrer les modications à l'aide de la disquette qui accompagne la barre d'outils
d'édition des entités. A la n de l'opération de numérisation, la session doit être fermée pour bloquer
la couche en lecture seule.
Si nous voulons créer des entités à partir d'un chier tabulaire (Fichier *.txt, *.dbase, *.csv) ; on procède
de la manière suivante :
1. menu couche ;
2. menu ajouter une couche ;
4. Système de Coordonnées de Référence

5. la couche devient en mode lecture/écriture

2
3. menu ajouter une couche de texte délimité ;
4. charger la table ;
5. nom de la couche (nom du shapele) à créer ;
6. format de chier (délimiteurs personnalisés ; tab) ;
7. nombre des lignes à ignorer en-tête ;
8. dénition de la géométrie (point) ;
9. champ x ;
10. champs y ;
11. bouton ok ;
12. choix du système de coordonnées utilisées par champs xy ;
13. enregistrement d'un chier permanent par clic droit dans la table de matière puis sur enregistrer
sous.

1.2 Découpage des zones d'intérêt


Souvent, nous disposons des images qui couvrent une zone importante. Les projets d'ingénieur sont très
localisés. Il est recommandé de découper l'image pour ne retenir que la portion qui se trouve à proximité
du site ou la zone d'inuence du projet.
Ceci se fait en QGIS de la manière suivante :
1. menu Traitement ;
2. menu ligne de commande ;
3. fonction clip :
 Processing algorithm :Clip ;
 Processing algorithm : Clip points with polygons ;
 Processing algorithm : Clip grid with polygon ;
 Processing algorithm : Clip vectors by polygon ;
 Processing algorithm : Clip raster by extent ;
 Processing algorithm : Clip vectors by extent ;
 Processing algorithm : Clip raster by mask layer.
Dès que l'image est découpée, il faut créer une couche raster permanente par click droit sur la couche
dans la table des matières puis sur sauvegarder sous.

1.3 Obtention des courbes de niveau


Pour une zone étendue, il est dicile voir impossible de réaliser des levers topographiques au théodolite,
à la station totale, au GPS diérentiel. Les images satellitaires stockent des informations qui permettent à
ressortir le modèle numérique de terrain 6 . Ces dernières permettent à ressortir les courbes de niveau d'un
6. MNT

3
secteur d'intérêt. Celles utilisées dans ce cours sont des images monospectrales SRTM qui couvrent dié-
rentes zones en République Démocratique du Congo. Pour y parvenir, on procède de la manière suivante :
1. menu Traitement ;
2. menu ligne de commande ;
3. fonction contour :
 Processing algorithm : Contour lines from grid ;
 Processing algorithm : Contour ;
 Processing algorithm : r.surf.contour - Surface generation program from rasterized contours ;
 Processing algorithm : r.contour.level - Create vector contour from raster at specied levels ;
 Processing algorithm : v.lidar.growing - Building contour determination and Region Growing
algorithm for determining the building inside ;
 Processing algorithm : Clip vectors by extent ;
 Processing algorithm : r.contour.step - Create vector contours from raster at specied steps.

1.4 Gestion des projections des couches


Les images satellitaires sont fournis avec des coordonnées géographiques long/lat. Pour faire certains
calculs topographiques (calcul de la surface de géométrie et de leur périmètre par exemple), nous avons
besoin de coordonnées projetée (en UTM par exemple). Pour ce faire, une transformation des couches
s'avère très importante.
Pour y parvenir, on procède de la manière suivante :
1. menu Traitement ;
2. menu ligne de commande ;
3. fonction reproject :
 Processing algorithm : Reproject layer : pour les vecteurs ;
 Processing algorithm : Warp (reproject) : pour les rasters ;.

1.5 Conversion des types


Dans plusieurs opérations pratiques, nous sommes confrontés aux problèmes de conversion des géométrie
en d'autres si c'est possible, la conversion des raster en vecteur si c'est possible. C'est le cas par exemple
d'extraire les noeuds d'un polygone ou des courbes de niveau.
Pour y parvenir, on opère de la façon suivante :
1. menu Traitement ;
2. menu ligne de commande ;
3. fonction convert :
 Processing algorithm : Convert geometry type ;
 Processing algorithm : Convert lines to polygons ;
 Processing algorithm : Convert lines to points ;

4
 Processing algorithm : Convert data storage type ;
 Processing algorithm : Convert multipoints to points ;
 Processing algorithm : Convert polygon/line vertices to points ;
 Processing algorithm : Convert points to line(s) ;
 Processing algorithm : Convert polygons to lines ;
 Processing algorithm : Convert format ;
 Processing algorithm : Translate (convert format).

1.6 Génération des zones tampons


Les zones tampons sont très utilisées dans l'étude des inondations et d'autres en ingénierie. La zone
tampon (buer) représente en pratique l'étendue d'inuence d'un phénomène (inondation, zone d'action
d'un captage ou pompage d'eau, zone d'inuence d'un barrage, zone d'inuence des crues historiques, ...).
Pour y arriver, on procède de la manière suivante :
1. menu Traitement ;
2. menu ligne de commande ;
3. fonction buer :
 Processing algorithm : Variable distance buer ;
 Processing algorithm : Fixed distance buer ;
 Processing algorithm : Threshold buer ;
 Processing algorithm : Grid buer ;
 Processing algorithm : Shapes Buer (Attribute distance) ;
 Processing algorithm : Shapes Buer (Fixed distance) ;
 Processing algorithm : Grid proximity buer ;
 Processing algorithm : Buer vectors ;
 Processing algorithm : Single sided buers (and oset lines) for lines ;
 Processing algorithm : r.buer - Creates a raster map layer showing buer zones surrounding
cells that contain non-NULL category values.

1.7 Obtention des paramètres topographiques


Ces paramètres comprennent par exemple : l'ombrage, la pente, l'index d'exposition topographique
(TPI), la rugosité, l'exposition,... Pour y arriver on procède de la manière suivante :
1. menu Traitement ;
2. menu ligne de commande ;
3. fonction slope :
 Processing algorithm : Slope length ;
 Processing algorithm : Downslope distance gradient ;
 Processing algorithm : Slope, aspect, curvature ;
 Processing algorithm : Relative heights and slope positions ;

5
 Processing algorithm : Upslope Area ;
 Processing algorithm : Dtm lter (slope-based) ;
 Processing algorithm : Vegetation index (slope based) ;
 Processing algorithm : Slope ;
 Processing algorithm : r.slope.aspect - Generates raster layers of slope, aspect, curvatures and
partial derivatives from a elevation raster layer ;
 Processing algorithm : r.ow - Construction of slope curves (owlines), owpath lengths, and
owline densities (upslope areas) from a raster digital elevation model (DEM) ;
 fonction roughness :
 Processing algorithm : Roughness ;
 Processing algorithm : r.shaded.relief - Creates shaded relief from an elevation layer (DEM) ;
 fonction shade :
 Processing algorithm : Hillshade ;
 fonction index :
 Processing algorithm : Multiresolution index of valley bottom atness (mrvbf) ;
 Processing algorithm : Stream power index ;
 Processing algorithm : Convergence index (search radius) ;
 Processing algorithm : Topographic position index (tpi) ;
 Processing algorithm : Saga wetness index ;
 Processing algorithm : Aggregation index ;
 Processing algorithm : Terrain ruggedness index (tri) ;
 Processing algorithm : Convergence index ;
 Processing algorithm : Topographic wetness index (twi) ;
 Processing algorithm : Grid cell index.

1.8 Génération d'un Modèle Numérique de Terrain (MNT)


Le modèle numérique de terrain (MNT) est très utilisé dans les sciences d'ingénieur comme en hydrologie,
en hydrogéologie, en géologie de l'ingénieur, en cartographie.
Pour arriver à générer un MNT, on procède de la manière suivante :
1. menu Traitement ;
2. menu ligne de commande ;
3. fonction mnt :
 Menu action : MNT/DEM (Modèles de Terrain)... ;
 Fichier source (Raster MNT) ;
 Fichier en sortie ;
 Mode : ombrage, pente, exposition, relief en couleur, rugosité du terrain (TRI), index d'exposition
topographique (TPI), rugosité.

6
Chapitre 2

RAPPELS DES NOTIONS DE BASE

2.1 Introduction
De tous le temps, les savants se sont occupés de dénir la terre et de tenter d'en mesurer ses dimensions.
Au XVII siècle apparaissent les premières méthodes de triangulation. On se rend compte que d'une base
mesurée, on peut à l'aide de mesurages d'angles élargir les mesurages et obtenir des résultats très favorables.
On appelle topographie, la représentation graphique d'un terrain avec son relief sur un plan une fois les
déformations géodésiques compensées. Cette représentation comporte deux parties distinctes :
 La planimétrie : qui est la représentation en plan (Situation) des objets du terrain.
 L'altimétrie : qui est la représentation des altitudes des points par le dessin de courbes de niveau.
Topographie : association de topos et de graphein qui, en grec, signie décrire. C'est donc la science qui
donne les moyens de représentation graphique ou numérique d'une surface terrestre.
Topologie : c'est la science qui analyse les lois générales de la formation du relief par les déformations
lentes des aires continentales appelées mouvements épirogéniques, atténués ultérieurement par les actions
externes : érosion due à la mer, au vent, à la glace, à l'eau et à la neige.
Géodésie : c'est la science qui étudie la forme de la terre. Par extension, elle regroupe l'ensemble des
techniques ayant pour but de déterminer les positions planimétriques et altimétriques d'un certain nombre
de points géodésiques et repères de nivellement.
Cartographie : c'est l'ensemble des études et opérations scientiques, artistiques et techniques intervenant
à partir d'observations directes ou de l'exploitation d'un document en vue d'élaborer des cartes, plans et
autres moyens d'expression. Ci-après, est donnée une classication des cartes en fonction de leur échelle et
de leur nalité.
Canevas : c'est l'ensemble des points connus en planimétrie et/ou en altimétrie avec une précision absolue
homogène.

7
Chapitre 3

MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES A LA
TOPOGRAPHIE

3.1 Mathématiques appliquées sur les données de terrain


3.1.1 Croquis
Un lever de terrain doit s'accompagner d'un croquis clair, précis et lisible par une autre personne que
le dessinateur l'ayant réalisé. Cela demande habileté et habitude. Notez que certains géomètres arrivent de
plus en plus à travailler sans croquis de terrain grâce à l'introduction d'une codication des points levés et
enregistrés sur un carnet de terrain.

3.1.2 Schéma général de calcul


Lors de calculs longs et fastidieux, il est très utile pour une éventuelle relecture ou correction de présenter
un schéma général de calcul qui représente une sorte de table des matières de la note de calcul. L'ordre
de présentation des calculs doit être l'ordre logique des résolutions numériques possibles. Cet ordre logique
peut être issu de la construction géométrique. Cela est également valable pour les programmes informatiques
(pour lesquels on commence par réaliser un organigramme) et les tableaux de calcul réalisés à l'aide d'un
tableur comme MS EXCEL qui sera utilisé.

3.1.3 Présentation des calculs


Pour être le plus lisible possible, une note de calcul doit utiliser une présentation en tableaux. La
présentation des calculs introduit parfaitement le recours aux tableurs (calcul informatisé mis sous forme
de tableaux). .

3.1.4 Présentation des résultats


Une note de calcul dans laquelle les résultats intermédiaires importants sont encadrés et dans laquelle
on fait usage de couleurs est plus facile à suivre et à relire. On prendra soin, par exemple, d'utiliser dans
les schémas des couleurs correspondant à celles du texte de la note de calcul.

8
3.1.5 Précision des résultats
Les résultats ne peuvent être plus précis que les données. En eet, si vous connaissez deux points en
coordonnées au centimètre près, vous ne pourrez pas donner la distance entre ces points au millimètre près :
c'est même une faute de raisonnement. Pour obtenir une précision donnée sur les résultats, deux cas de
gure sont possibles :
 si vous eectuez une résolution graphique au moyen d'un logiciel de DAO (Dessin Assisté par Ordi-
nateur comme AUTOCAD) ou si vous utilisez un logiciel de calcul, il sut d'arrondir les résultats
donnés ;
 si vous utilisez une calculatrice, pour éviter la perte de précision nale par cumul d'arrondis, il
convient de garder au moins une décimale de plus dans les calculs. Certains calculs peuvent même
demander de garder beaucoup plus de décimales dans les calculs intermédiaires : par exemple, un
calcul faisant intervenir des puissances. La solution à ce problème est de stocker les valeurs intermé-
diaires dans les mémoires de la calculatrice (toute calculatrice moderne le permet) et de rappeler le
contenu de ces mémoires pour des calculs ultérieurs. Dans ces travaux pratiques les calculs seront
eectués à l'aide de MS Excel qui donne une bonne précision. Si la calculatrice ne possède pas cette
possibilité, vous avez toujours la solution de noter au crayon un maximum de décimales derrière les
décimales susantes et de les eacer une fois le calcul terminé.

3.1.6 Arrondis
L'arrondi à (n  1) décimales de la valeur absolue d'un nombre de n décimales est réalisé comme suit :
 à la valeur inférieure quand la (n + 1)eme décimale est 0, 1, 2, 3 ou 4 ;
 à la valeur supérieure quand la (n + 1)e décimale est 5, 6, 7, 8 ou 9.
Par convention, 12,5 s'arrondit à 13 de manière à équilibrer le nombre de décimales s'arrondissant au
chire inférieur (12,0 ; 12,1 ; 12,2 ; 12,3 et 12,4) avec celui des décimales s'arrondissant au chire supérieur
(12,5 ; 12,6 ; 12,7 ; 12,8 et 12,9). Attention à la diculté suivante : Si l'on arrondit un nombre une première
fois (par exemple 12,48 arrondi à 12,5) puis une deuxième fois (12,5 s'arrondit à 13), on commet une erreur
puisque 12,48 est plus proche de 12 que de 13. Il faut donc toujours revenir au nombre exact pour eectuer
un arrondi.

3.1.7 Contrôles
Le contrôle des mesures doit être la philosophie de base du géomètre-topographe ; il consiste par exemple :
 à doubler les mesures sur le terrain pour permettre des recoupements,
 à vérier les calculs faits par des constatations faisant appel à la logique ou bien par d'autres calculs ;
même s'ils sortent d'un listing d'ordinateur, ces calculs peuvent donner des valeurs fausses ayant pour
causes essentielles des erreurs humaines ;
 le dessin à l'échelle est aussi un excellent contrôle. Dans des calculs menant à des résultats littéraux,
le contrôle de l'homogénéité des formules est indispensable.

9
3.1.8 Constructions géométriques
Autrefois, elles constituaient une vérication approximative des calculs pour éviter les erreurs grossières.
Elles permettaient également de trouver l'ordre logique d'enchaînement des calculs littéraux à partir de la
construction graphique, avec cette restriction que la construction graphique fait appel à des notions de
géométrie plane (ou dans l'espace) qui ne sont pas toujours simples à maîtriser. Les calculatrices étant
rares, voire inexistantes, les problèmes étaient parfois résolus graphiquement.
Puis, l'emploi de calculatrices de plus en plus performantes a eu tendance à dévaloriser les résolutions
graphiques.
Aujourd'hui, le rôle des constructions graphiques est essentiel puisque depuis l'avènement du Dessin
Assisté par Ordinateur (DAO), elles permettent de résoudre les problèmes de manière visuelle avec, au
minimum, la même précision que l'on obtiendrait sur une calculatrice.
En eet, un ordinateur moyen actuel calcule avec une précision de 16 chires après la virgule et ce
qu'il dessine à l'écran n'est que la visualisation graphique des calculs internes à la machine. C'est pourquoi,
dans ces TP, nous faisons une grande place aux résolutions graphiques à l'aide d'AUTOCAD qui sont un
moyen de calcul de l'avenir, même si tout ne peut être calculé graphiquement. Il est conseillé d'apprendre
l'utilisation d'un logiciel de DAO pour mesurer toute la puissance de ce moyen de calcul qui présente le
double avantage de limiter les erreurs possibles en permettant de visualiser directement le problème et,
enn, de fournir directement le report sur papier à toute échelle du problème traité. Exemple : Soit à
trouver le point d'intersection I de deux droites : l'une passant par les points A et B, l'autre par les points
C et D, tous connus en coordonnées.

3.1.9 Conventions littérales


Respecter les conventions littérales du métier est un gage de lisibilité accrue, même si ces dernières
demandent souvent un nouvel apprentissage. par exemple, la confusion fréquente entre z : angles zénithaux
et Z : coordonnée ou altitude nous a amené à préférer la notation V pour les angles zénithaux dans ce cours.

3.1.10 Informatique
L'informatique est un outil exceptionnel pour le topographe moderne : il faut absolument apprendre à
le maîtriser. Mais attention : l'ordinateur n'est qu'un outil et ne fait donc que ce qu'on lui demande ; il
vous appartient de rester critique devant ses résultats et devant ses possibilités. En eet, certains calculs
ou reports peuvent être obtenus plus rapidement à la main ; seules les opérations répétitives ou fastidieuses
donnent tout son sens à l'utilisation de l'outil informatique. Parmi les apprentissages proposés dans ce
cours, Il n'est pas nécessaire de faire plus des scripts car il existe déjà des programmes performants écrits
par des professionnels : il est préférable de se contenter d'en être de bons utilisateurs. Parmi ces programmes
nous citons : MS Excel, AUTOCAD ou autres logiciels qui viennent avec les appareils de mesure comme la
station totale, SURFER, ArcGIS,...
Remarque : Il existe des outils informatiques qui permettent à tous de calculer littéralement les plus
complexes des intégrales ou dérivées, de résoudre numériquement toutes les équations possibles imaginables,
à partir d'une interface graphique simple et conviviale. Le logiciel AUTOCAD CIVIL 3D en est un exemple.

10
Chapitre 4

MESURES DES DISTANCES ET DES


ANGLES HORIZONTAUX

4.1 Lever de détails


Le lever de détails est l'ensemble des opérations intervenant dans un lever topographique et consistant
à déterminer à partir des points du canevas d'ensemble, polygonal ou de détails, la position des diérents
objets d'origine naturelle ou articielle existant sur le terrain. Le levé, nom donné au document résultant
d'un lever, est destiné, éventuellement après traitement numérique, à l'établissement de plans graphiques
ou numériques : c'est la phase de report. Lors d'un lever de détails, le topographe est confronté à trois
problèmes principaux :
 déterminer les détails à lever ;
 dénir le degré de précision ;
 arrêter les mesures à eectuer.
Le choix des détails dépend essentiellement de deux caractéristiques : leur type et leur taille. Les plans
topographiques ont des destinations diérentes et des objets nécessaires à certains seront inutiles pour
d'autres. Il faut donc eectuer une sélection en fonction du type de plan à élaborer. Par exemple, si le lever
d'arbres est obligatoire pour un plan de propriété, il l'est beaucoup moins pour un plan de récolement.
La taille minimale des détails à lever est directement liée à l'échelle du plan. On admet en général que le
pouvoir séparateur de l'÷il humain est d'un dixième de millimètre. Les détails non représentables ne sont
pas levés. Pour les plans numériques, susceptibles de générer des plans graphiques à diérentes échelles, il
faut se référer au cahier des charges. La précision d'un plan est liée à celle du lever et implique directement la
précision avec laquelle les détails sont levés. Les plans peuvent être classés suivant le type de lever : expédié
ou régulier, ou en catégories, P1 à P7 et A1 à A7 (arrêté du 21 janvier 1980). L'échelle d'un document est
dénie par la formule 4.1.
distance plan
E= (4.1)
distance terrain
L'échelle E est donc le rapport d'une dimension mesurée sur le plan par la dimension homologue sur le
terrain. Un lever est dit régulier si la détermination des détails est eectuée avec une erreur qui, réduite
à l'échelle du levé, est inférieure ou égale à l'erreur graphique, soit un dixième de millimètre, plus petit
écart perceptible à l'÷il sur le plan. Dans le cas contraire, le lever est dit expédié. Par exemple, pour un

11
plan au 1/1 000, l'erreur maximale est de 10 cm sur le terrain (0,1 mm x 1 000 = 10 cm). L'arrêté du 21
janvier 1980 xe des tolérances sur les écarts individuels des points suivant sept catégories : de P1 à P7 en
planimétrie, de A1 à A7 en altimétrie. Par exemple, ces tolérances sont de 10 cm en P2 et 1 m en P5. Les
plans des catégories P1 et P2 doivent être appuyés sur un canevas de précision. Il faut noter qu'un même
plan peut contenir des détails de catégories diérentes.

4.2 Estimation de la portée par stadimétrie


La portée, c'est-à-dire la distance horizontale entre le point de station et le point visé, est utile dans les
calculs de cheminement.
Dh = K(m1 ˘m2 ) = KL (4.2)

Le manque de précision sur la connaissance de Dh vient essentiellement de la valeur de la constante


stadimétrique qui multiplie les erreurs de lecture sur mire par 100. La précision sur la distance horizontale
Dh est de l'ordre de ± 14 cm à 35 m avec un niveau classique (type NAK), ce qui est médiocre et ne fournit
qu'un ordre de grandeur de Dh susant pour les calculs grossiers ou pour les compensations.

4.3 Séquence et tour d'horizon


Le cercle horizontal (ou limbe) est la graduation du théodolite sur laquelle l'opérateur lit les angles
horizontaux. Il est lié au socle de l'appareil mais peut aussi pivoter sur luimême de manière à régler le zéro
des graduations sur une direction donnée.
Figure : Cercle horizontal
Après la mise en station du théodolite, ce cercle est horizontal, ce qui explique que les angles lus soient
des angles projetés sur le plan horizontal appelés angles horizontaux (ou azimutaux), notés Hz. Sur la gure,
l'appareil est en station sur le point S. L'opérateur vise le point A (sommet du bâtiment) et règle le zéro des
graduations sur ce point. En visant le point B, il lit dans le théodolite l'angle horizontal A0 −S 0 −B 0 (A0 , B 0 , S 0
sont les projections de A, B et S sur le plan horizontal passant par l'axe des tourillons de l'appareil).
Le double retournement est une manipulation consistant en un demi-tour simultané de la lunette et
de l'alidade. Cette technique de mesure permet d'éliminer certaines erreurs systématiques et de limiter les
fautes de lecture. Lors d'une mesure d'angle horizontal, cela permet :
 de doubler les lectures et donc de diminuer le risque de faute de lecture ;
 de ne pas toujours lire sur la même zone du limbe, donc de limiter l'erreur due aux défauts de
graduation du limbe ;
 d'éliminer les défauts de collimation horizontale et de tourillonnement.
Figure : Double retournement
Pratiquement, on eectue :
 une lecture en cercle gauche (cercle vertical de l'appareil à gauche de l'opérateur, plus généralement
en position de référence) ;
 un double retournement ;
 une nouvelle lecture du même angle en cercle droite (cercle vertical à droite).

12
Si l'on appelle HzCG la valeur lue en cercle gauche, et HzCD celle lue en cercle droit, on doit observer :

HzC D = HzC G + 200 (4.3)

On appelle séquence un ensemble de (n + 1) lectures eectuées à partir d'une même station sur n
directions diérentes avec la même position des cercles horizontaux et verticaux, le contrôle de fermeture
sur la référence et la répercussion sur les n lectures de l'écart de fermeture sur la référence (sur laquelle on
réduira les angles à zéro).
Figure : séquence
La fermeture angulaire de chaque séquence est soumise à des tolérances réglementaires dont les valeurs
xées par l'arrêté de janvier 1980 (voir la bibliographie) correspondent à :
 1,5 mgon en canevas de précision et
 2,8 mgon en canevas ordinaire.
Le tour d'horizon est le résultat nal de la combinaison des observations angulaires (séquences) en
une même station et rapportées à une même référence (dans nos exemples le point R). Lors du calcul, on
détermine la valeur moyenne de l'écart sur la référence : c'est la somme algébrique de tous les écarts de
lecture d'une même paire divisée par (n + 1), n étant le nombre de directions visées y compris la référence.
Cet écart est soumis à des tolérances réglementaires :
 0,7 mgon en canevas de précision pour quatre paires (0,8 mgon pour huit paires) ;
 0,8 mgon en canevas ordinaire pour deux paires (0,9 mgon pour quatre paires).
Figure : image d'une géodesique
L'image d'une géodésique est une courbe dont la concavité est toujours tournée vers l'isomètre centrale
de latitude φo . Pour eectuer des calculs dans le plan (résoudre des triangles par exemple) à partir des
mesures angulaires réalisées sur le terrain, les réductions à faire sur (AB) sont :
 connaissant le module linéaire m, la réduction de la distance (AB) sur l'ellipsoïde à la distance plane
de la corde (ab), très peu diérente de l'arc ;
 la réduction des observations angulaires de l'arc (ab) à la corde (ab).
Les calculs sont eectués sur les triangles plans abc ; les angles du triangle sont ceux dénis par les
cordes alors que les angles observés sont ceux dénis par les arcs. Il faut donc les corriger de la quantité dv.
Réduction de l'arc à la corde
On appelle cette réduction la correction de dv. Cette correction s'applique soit aux gisements observés, soit
aux directions observées an d'obtenir les gisements réels à introduire dans les calculs. Cette correction est
accompagnée d'un signe.
Figure : Signe de correction de dv
Figure : correction de dv
Calcul pratique de dv
∆E (km) : diérence d'abscisse entre les deux points ;N1/3 (km) : ordonnée du point situé au tiers de ab ;
s : signe de la correction de dv fonction de la position de ab par rapport à l'isomètre centrale et au méridien
de la station.

13
4.3.1 Applications
Pour mesurer la surface (projetée à l'horizontale) délimitée par le polygone ABCDE ci-contre
Figure : Mesure d'une surface horizontale
On eectue les opérations suivantes avec un goniomètre au mgon, une chaîne de 50 m, un niveau de
chantier et une mire :
1. Mise en station en S et calage de l'origine du limbe près du point de référence A.
2. Tour d'horizon avec une seule paire de séquences sur les cinq sommets (référence : point A).
3. Mesure à la chaîne des distances inclinées de la station aux cinq sommets (le sol étant en pente
régulière).
4. Lecture des dénivelées entre la station et les sommets pour le calcul des distances horizontales.
Le tableau 4.1 récapitule les lectures.

Table 4.1  Lectures d'angles horizontaux : une paire de séquences


Point Lecture CG gon CG réduite sur A Lecture CD gon CD réduite sur A Moyenne gon
A 2.472 0 104.244 0 0.000
B 58.097 55.623 159.866 55.62 55.622
C 176.705 174.231 278.471 174.225 174.228
D 259.313 256.839 361.08 256.834 256.837
E 325.07 322.596 26.845 322.599 322.598
A 2.476 0 104.248 0 0.000
Moy. 2.474 104.246
Ecart 0.004 0.004

Le détail des calculs du tableau précédent est donné ci-après.


1. La moyenne sur référence pour la première séquence CG est 2,474 gon. La moyenne sur référence
pour la deuxième séquence CD est 104,246 gon. On retranche ces valeurs aux lectures CG et CD
pour obtenir les lectures réduites sur la référence A. On en fait enn la moyenne.
2. Le contrôle des tolérances est la fermeture des séquences de 4 mgon (tolérance : 2,8 mgon). L'écart
des lectures et l'écart sur la référence ne sont pas calculables pour une seule paire.
3. On peut considérer la manipulation correcte bien qu'un écart soit hors tolérances car l'opération de
mesure de surface n'est pas une opération entrant dans le cadre des levers à grande échelle, pour
lesquelles les tolérances sont données. En outre, les visées sont courtes. La tolérance est donc plus
indicative que restrictive.
La lecture des dénivelées entre sommets et des distances suivant la pente de la station à chaque sommet
permet d'eectuer les calculs suivants (tableau b4.2) :
Le détail des calculs du tableau 4.2 est donné ci-après :
1. Calcul des angles au sommet et vérication de la somme qui doit être égale à 400 gon aux arrondis
près.
2. Calcul des distances horizontales et des surfaces de chaque triangle puis de la surface totale.

14
Table 4.2  Lectures d'angles horizontaux : une paire de séquences (calculs)
Angle ∆H (m) Dp(m) Dp(m) Dh(m) S(m2) Dh(m) Dénivelée(m) Dp(m)
Point Pj sommet côté opp. côté opp. côté opp. côté opp
A -2.5 72.15 72.11
B 55.622 -2.38 74.92 62.25 74.88 2069.93 62.24 -0.12 62.24
C 118.607 0.45 56.99 106.34 56.99 2043.22 106.37 -2.83 106.41
D 82.609 2.56 73.97 80.21 73.93 2028.33 80.25 -2.11 80.28
E 65.761 1.78 62.33 68.02 62.3 1977.83 68.03 0.78 68.03
A 77.404 -2.5 72.15 77.17 72.11 2106.27 77.19 4.28 77.31
400.003 surface Périmètre
P

10225.58 394.08

3. Calcul de la longueur du côté opposé de chaque triangle pour un calcul du périmètre. On peut, dans
la pratique, chaîner ces côtés sur le terrain pour contrôler les calculs. C'est l'objet de la dernière
colonne, dans laquelle la longueur suivant la pente de chaque côté opposé est recalculée à partir
de la longueur horizontale (Dh côté opposé) et de la dénivelée entre les sommets consécutifs. La
comparaison avec les mesures montre des écarts de 1 à 4 cm.
Remarque : Le niveau de chantier peut être remplacé par le théodolite dont l'axe optique sera
bloqué à l'horizontale. On fait alors toutes les lectures L j sur la mire posée sur chaque sommet j. Il
ne faut pas oublier de mesurer la hauteur de l'axe des tourillons au-dessus du point de station ht.
La dénivelée entre la station et le point j devient : ht  L j
Tour d'horizon sur des points connus éloignés
Figure : vue en plan On mesure directement la diérence d'abscisse ∆E entre la station et les points
d'appui sur une carte au 1/50 000 ; l'opérateur peut donc lire ∆E à ± 50 m près, ce qui est susant pour le
calcul de dv. Le travail se situe en zone Lambert II. Les coordonnées de la station sont de l'ordre de (902,1
km ; 65,6 km) relevées sur la carte. Calcul des corrections de dv On applique la formule dv = sK|∆E|. avec
et s signe de la correction de dv. Dans cette formule, dv est en dmgon pour des coordonnées E et N en
km. Ici, N0 = 200 km, par approximation NT = 65,6 km, donc K = 1,05 dmgon/km. Le signe des dv est
déterminé en fonction de la position des points par rapport au parallèle origine et par rapport au méridien
de la station : le point 62 est à l'ouest du méridien de 92 et au sud du parallèle origine ; donc dv > 0 (s =
+1) ; Les points 63 et 71 sont à l'est du méridien de 92 et au sud du parallèle origine donc dv < 0 (s = 1).
Tableaux de calcul du tour d'horizon
Tableau de calcul des corrections de dv sur les lectures nales
La chronologie des calculs des tableaux précédents est détaillée ci-après :
1. Calcul des moyennes sur la référence et des écarts de fermeture angulaire pour chacune des huit
séquences, comparaison à la tolérance réglementaire (1,5 mgon en canevas de précision). (A eectuer
sur le terrain).
2. Réduction des huit séquences à zéro sur la référence (point 62) en retranchant la moyenne sur la
référence aux lectures sur les autres points (63 et 71).
3. Moyenne des lectures par paire puis moyenne des quatre paires.
4. Calcul des écarts des lectures par rapport à la moyenne et comparaison à la tolérance (1,2 mgon en
précision). (A eectuer sur le terrain).

15
5. Calcul des écarts sur la référence pour chaque paire et comparaison à la tolérance (0,7 mgon en
précision).
6. Ajout des corrections de dv puis, si nécessaire, nouvelle réduction à 0 sur la référence (ou bien,
comme ici, ajout direct des diérence de dv entre chaque point et la référence).

4.4 Calcul de gisement


Le gisement est un angle horizontal très utilisé par les topographes puisque très pratique dans les calculs.

4.4.1 Applications1
Calculez à partir de la formule le gisement de la direction AB suivante : A (10 ; 50) et B (60 ; 10) S
(680 379,84 ; 210 257,06) est donné en coordonnées Lambert (m), calculez les coordonnées de P tel que :
DSP = 45,53 m et GSP = 172,622 gon. Lors de la mise en station d'un théodolite sur un point S connu
en coordonnées Lambert, la position du zéro du limbe est au départ quelconque. S'il désire xer le repère
dans lequel il va travailler, l'opérateur oriente le limbe (cercle horizontal de l'appareil) sur un autre point
connu P. Deux cas se présentent alors : Le point est connu en coordonnées locales : le travail se fait en
coordonnées locales. L'opérateur place généralement le zéro du limbe sur le point P et dénit ainsi le repère
Sxy . Le point est connu en coordonnées Lambert : il est alors possible de calculer le gisement de la direction
SP et l'acher sur le point P. On dénit ainsi le repère SEN de la dont les axes sont parallèles au repère
Lambert général. L'intérêt de cette deuxième manipulation est de travailler directement en repère Lambert
et donc de limiter les calculs intermédiaires. Dans la pratique, on ne bougera pas le limbe de l'appareil. On
se contentera de viser le point P et d'en déduire le gisement du zéro du limbe, appelé G0. Cette orientation
peut être faite sur un seul couple de points SP, mais, pour plus de précision, on peut calculer une moyenne
sur plusieurs autres points connus bien répartis autour de la station, d'où le terme de G0moyen de station.
Figure : a) origine du limbe sur P. b) origine du limbe sur le nord Lambert. C) G0 de station Le gisement
de la direction SP est déni par :

4.4.2 Détermination des écarts et tolérances


1. Détermination de l'écart d'orientation en une station Pour une visée d'orientation donnée, l'écart
d'orientation (noté ei) est l'écart angulaire entre le gisement  observé  et le gisement dénitif calculé
d'une direction c'est-à-dire l'écart entre le G0moyen et la valeur du G0 issu de cette visée. Il doit être
comparé aux tolérances réglementaires suivantes (arrêté du 21 janvier 1980).
où : n est le nombre total de visées d'orientation sur les points anciens pour le calcul du G0moyen.
Dm est la longueur moyenne des visées en km. Ces tolérances sont justiées de la façon suivante : On peut
considérer que l'erreur en orientation sur une station provient de deux causes distinctes :

 Erreurs de lectures angulaires du tour d'horizon. La tolérance sur cette erreur est t1 = / p pour un
nombre p de paires de séquences et  est l'écart angulaire sur une lecture pour une paire.
 Incertitude sur la connaissance des points anciens. La tolérance sur cette erreur est t2 = (T (x))/D
, T(x) étant incertitude sur la connaissance d'un point ancien.

16
En canevas de précision, les valeurs prises sont :  = 1, 16mgon , p = 4 et T(x) = 4 cm. En canevas ordinaire,
les valeurs prises sont :  = 1, 5mgon, p = 2 et T(x) = 20 cm. La tolérance résultante de ces deux erreurs
est de la forme ci-après :
On retrouve ainsi les coecients 0,3 et 6,5 (canevas de précision) ainsi que 1 et 162 (canevas ordinaire).
Cette tolérance Tr ne s'applique qu'à une détermination d'une valeur du G0 sur une direction. Si on eectue
n déterminations du G0 et que l'on en fait la moyenne arithmétique, on obtient la tolérance suivante sur

la valeur moyenne du G0 : T m = T r/ n. La tolérance sur un écart d'orientation e j donné s'exprime
diéremment. Soit ej l'écart d'orientation sur la visée j :
Si l'on admet que la tolérance sur chaque G0i est identique et vaut Tr pour une longueur moyenne des
visées Dmkm , la tolérance sur chaque écart ej est alors :
Détermination de L'écart moyen quadratique d'orientation Généralement calculé pour un ensemble de
mesures (par exemple pour tout un chantier), il peut être aussi calculé pour une seule station. Il correspond
à une moyenne statistique sur plusieurs manipulations. Par dénition, on a :
ei représente tous les écarts d'orientations. N est le nombre total des écarts d'orientation ei. Cet écart
moyen quadratique est soumis aux tolérances réglementaires suivantes :
Figure : calcul des points nouveaux

4.4.3 Applications2
A partir d'un extrait de carnet sur lequel apparaît un tour d'horizon en deux paires de séquences (deux
pointés par visée) depuis la station 50 sur trois points anciens (51, 52 et 53) et deux points nouveaux
(80 et 81) du canevas ordinaire, calculez les coordonnées des points nouveaux et vériez que toutes les
mesures faites pour arriver au résultat entrent dans les tolérances réglementaires. Ci-contre sont données
les coordonnées des points anciens.
Le détail des calculs est le suivant :
1. calcul de la moyenne des deux lectures faites sur chaque point.
2. calcul de la moyenne des lectures sur la référence : vériez l'écart de fermeture angulaire de chaque
séquence par rapport à la tolérance qui est de 2,8 mgon en canevas ordinaire.
3. retranchez la moyenne sur la référence aux lectures moyennes sur chaque point : réduction à 0 sur
la référence.
Calculez les corrections de dv et appliquez-les pour obtenir les lectures dénitives

4.5 Cheminements planimétriques


Le calcul consiste en une suite de rayonnements : on calcule les coordonnées du point 1 à partir de celles
de B, puis celles du point 2 à partir de celles du point 1 et ainsi de suite jusqu'au point P, c'est-à-dire :
Pour faire ces calculs, il faut connaître les distances réduites à la projection Drj, déduites des longueurs
horizontales Dhj mesurées sur le terrain, et les gisements Gij de chaque tronçon. Les distances Dhj peuvent
être facilement mesurées sur le terrain en stationnant chaque sommet du parcours. Les gisements Gij
peuvent être lus directement ou bien, plus généralement, être déduits de l'observation des angles Hzj entre
les côtés. Les lectures d'angles sont réalisées en stationnant tous les sommets du cheminement. La nécessité

17
d'un contrôle des mesures et des calculs oblige à refermer le parcours sur un couple de points connus pour
contrôler l'écart angulaire et l'écart planimétrique dus aux erreurs de lectures.

4.5.1 Terminologie
4.5.2 Angles de gauche ou de droite
C'est l'angle que l'on trouve à sa gauche (ou à sa droite) dans le sens de calcul, ce sens de calcul étant
celui dans lequel on parcourt les sommets lors du calcul : il peut être diérent du sens de parcours sur le
terrain bien qu'il soit préférable de conserver le même. Sur la gure 2.7., c'est le sens (i-j-k). En station au
sommet j, on note :
1. Lrj la lecture arrière au sommet j sur le sommet précédent ;
2. Lvj la lecture avant au sommet j sur le sommet suivant ;
3. Hgj l'angle topographique de gauche (ou angle à gauche) dans le sens de calcul, Hdj étant l'angle à
droite.

Hgj = Lvj˘Lrj
Hdj = Lrj˘Lvj
(4.4)

Si le résultat est négatif, ajouter 400 gon. On remarque que : Hdj = 400  Hgj.

4.5.3 Transmission des gisements


Ce calcul consiste à déterminer les gisements de tous les côtés du parcours à partir du gisement de la
direction de référence et des angles mesurés aux sommets. Au sommet j et à partir de l'angle de gauche, on
peut écrire :

Gjk = Gij + Hgj + 200


Gjk = Gij + Hgj˘200
(4.5)

Dans la pratique, on utilise l'une ou l'autre des formules et on ajoute 400 gon à tout résultat négatif,
ou on retranche 400 gon à tout résultat supérieur à 400 gon. La formule générale est donc :

Gjk = Gij + Hgj ± 200 (4.6)

Les gisements G et les angles H sont exprimés en gon. Notez qu'ajouter ou retrancher 200 gon à un
gisement revient à faire  demi-tour  donc le résultat est le même.

18
4.5.4 Transmission du G0 de station
La transmission du G0 de station est un autre mode de transmission des gisements basé sur le G0moyen
de la station de départ. Si on calcule un G0moyen de station au départ du cheminement, on peut calculer
le G0 de station en chaque sommet j par transmission du G0. En station au sommet j , on peut écrire : G0j
= Gij + ( 200  Lrj ) Au sommet i, on peut écrire : Gij = G0i + Lvi  400 G0j = G0i + Lvi  Lrj  200 Si
le résultat est négatif, ajouter 400 gon. S'il est supérieur à 400 gon, retrancher 400.

4.5.5 Fermeture angulaire d'un cheminement encadré


Les données sont : A, B, C et D, donc aussi GAB noté Gd, et GCD noté Gf. On calcule de proche
en proche tous les gisements de tous les côtés pour arriver au gisement d'arrivée GCD connu qui sert de
contrôle des erreurs de lecture d'angles.

GB1 = GAB + HgB˘200


G1 − 2 = GB1 + Hg1˘200
etc.
G0 f = G3C + HgC˘200
G0 f est le gisement d0 arrive observ (G0 CD)
(Hgj) reprsente la somme de tous les angles de gauche. (4.7)
X

Si le résultat G'f est négatif, ajoutez 400 gon autant de fois nécessaires. L'erreur de fermeture angulaire
fa est alors la diérence entre ce gisement de fermeture observé et le gisement de fermeture théorique GCD,
noté Gf, issu des coordonnées des points connus C et D.

fa = G0f ˘Gf (4.8)

4.5.6 Fermeture angulaire d'un cheminement avec transmission de G0


Pour simplier le raisonnement et faciliter les calculs, on procède par transmission de gisement, cela
permettra de ne mémoriser qu'une seule formule. Sur le cheminement précédent, la position du zéro du
limbe à chaque station a été dessinée, de même que toutes les lectures angulaires. Pour se ramener à une
transmission de gisement, il sut de considérer que :
 le G0 de départ au point B est une visée sur un point B' ctif qui se trouverait dans l'alignement
du zéro du limbe. La lecture arrière LrB de B sur B' est égale à 0. Donc l'angle de gauche en B a
pour valeur Hg B = Lv B  Lr B = Lv B ;
 le G0 d'arrivée au point C est une visée sur un point ctif C'. La lecture avant sur le point C' est
égale à zéro, l'angle de gauche au point C vaut Hg C = Lv C  Lr C =  Lr C. Le gisement de
départ est alors : Gd = G0B  200 Le gisement d'arrivée observé est : G'f = (G0B  200) + (Hgi)
P

 (n+1) . 200 avec (HgB = LvB ) et (HgC =  LrC)


Le gisement d'arrivée  exact  est : Gf = G0C La fermeture angulaire est toujours : fa = G'f  Gf

19
4.5.7 Tolérance sur la fermeture angulaire
Tolérances théoriques
Soit σa l'écart type angulaire par station dépendant du théodolite utilisé ; on obtient comme tolérance
angulaire Ta pour un cheminement de n côtés :

 pour un cheminement fermé : Ta = 2.7σa n ;
 pour un cheminement encadré : Ta = 2.7σa n + 1).
p

Tolérances applicables aux levers à grande échelle


L'arrêté du 21 janvier 1980 donne les tolérances suivantes : n : nombre de côtés du cheminement.

4.5.8 Compensation angulaire


C'est l'opération qui consiste à répartir l'écart de fermeture angulaire sur tous les angles observés. On
ne peut compenser angulairement un cheminement que si l'écart de fermeture angulaire est inférieur à la
tolérance réglementaire. Si ce n'est pas le cas, la manipulation doit être reprise en entier car il s'agit d'une
faute. La compensation angulaire est la quantité à répartir sur les diérentes mesures ; c'est donc l'opposé
de la fermeture angulaire :
Ca = ˘f a (4.9)

Suivant le type de cheminement eectué et suivant la valeur de la fermeture angulaire, on compense de


deux manières diérentes.
Compensation proportionnelle au nombre de stations
Si les distances de visées sont homogènes, on répartit l'écart de fermeture fa de manière égale sur chaque
station. Donc, pour un cheminement de n côtés, la compensation angulaire Cj sur chaque lecture est :

Ca
Cj = (4.10)
(n + 1)

Compensation proportionnelle à l'inverse des distances de visées


Si les distances de visée ne sont pas homogènes, on répartit l'écart de fermeture fa en considérant que
l'on commet plus d'erreur en angle sur une visée courte que sur une visée longue. Comme à chaque station
intervient la distance de la visée arrière et celle de la visée avant, on fait intervenir des poids pj tels que,
au sommet j avec Dj et Dj-1 exprimées en kilomètre :
1 1
pj = + (4.11)
Dj−1 Dj

La compensation angulaire Cj sur chaque lecture est alors :

Ca
Cj = P p j (4.12)
pj

La compensation est eectuée avec les mêmes décimales que les lectures sur le terrain (cgon, mgon,
dmgon). L'écart fa est généralement réparti sur les angles Hzj, le cumul est alors automatique. Si cet écart

20
est réparti sur les gisements observés, il ne faut pas oublier de cumuler les répartitions intermédiaires. Une
vérication des calculs est de retrouver comme gisement d'arrivée le gisement de fermeture théorique.

4.5.9 Coordonnées rectangulaires des sommets


Connaissant le gisement et la longueur de chaque côté du cheminement, on calcule à partir des coor-
données du point de départ les coordonnées des autres sommets par rayonnements successifs.

E1 = EB + Dr1 × sinGB1
E2 = E1 + Dr2 × sinG1 − 2
etc.
E 0 C = E3 + Dr4 × sinG3C
(4.13)

Si l'on fait la somme de toutes ces équations membre à membre, on obtient en abscisses :

(4.14)
X
E 0 C = EB + (Drj × sinGij)

De même en ordonnées : N 0 C = N B + (Drj × cosGij) On note ∆Eij = Drj.sinGij et ∆N ij =


P

Drj.cosGij . Ces termes correspondent en eet à la diérence de coordonnées en E et en N entre le point


i et le point j. On obtient ainsi les coordonnées observées du point d'arrivée C' :

X
E 0 C = EB + (∆Eij)
X
N 0C = N B + (∆N ij)

(4.15)

Fermeture planimétrique
Les coordonnées du point d'arrivée du cheminement (point C) étant connues, on peut en déduire une
erreur de fermeture planimétrique du cheminement due au cumul des erreurs de lectures angulaires et des
erreurs de mesures de distances. L'erreur de fermeture en X (repère local) est :

(4.16)
X
f X = X 0 C˘XC = XB + (∆X)˘XC

L'erreur de fermeture en Y (repère local) est :

(4.17)
X
f Y = Y 0 C˘Y C = Y B + (∆Y )˘Y C

Ces fermetures en X et en Y permettent de calculer une fermeture planimétrique f p qui est la distance
séparant le point C' issu des mesures de terrain du point C réel ; on parle de vecteur de fermeture . La

21
longueur de ce vecteur s'exprime par : q
fp = (fx2 + fy2 ) (4.18)

Si le cheminement BC est  tendu  (angles du cheminement proches de 200 gon), le vecteur de fermeture
fp peut être décomposé en : une fermeture en longueur fL suivant la direction BC (due uniquement aux
imprécisions sur les côtés). Une fermeture en direction fD perpendiculairement à BC (due uniquement aux
imprécisions sur les angles). Un cheminement est  tendu  s'il vérie : Dj < 1, 5 . LT avec LT : distance
P

entre la station de départ et la station d'arrivée. Dj : longueur de chaque côté j du cheminement. Un


cheminement non tendu est appelé  inéchi . On peut aussi calculer fL et fD en fonction de fX et fY. On
appelle G le gisement de la direction générale du cheminement (ici BC) ; on obtient alors les composantes
fL et fD par rotation de repère d'angle (100  G), d'où les expressions suivantes :

f L = f X.sinG + f Y.cosG
f D = f Y.sinG˘f X.cosG
(4.19)

Ces deux composantes du vecteur de fermeture n'ont de signication que dans le cas d'un cheminement
 tendu  ; dans les autres cas, les deux composantes ne sont pas dissociables l'une de l'autre puisque les
erreurs en longueur et en angle inuent ensemble sur l'erreur planimétrique nale.
Tolérance sur la fermeture planimétrique
Considérons un cheminement parfaitement tendu de n côtés égaux

 La tolérance de fermeture en longueur est : TL = 2.7σL n σL est l'écart type sur la mesure de
longueur d'un côté. TL et σL sont donnés en mètre.
 Tolérances réglementaires applicables aux levers à grande échelle On applique les valeurs suivantes
(arrêté du 21 janvier 1980) à tout cheminement encadré (tendu ou inéchi) ou fermé.
Les tolérances sont données en centimètre. n est le nombre de côtés du cheminement. Li est la distance
en kilomètre de chaque sommet au point d'arrivée ; L est la longueur totale du cheminement en kilomètre.
Ajustement planimétrique L'ajustement planimétrique est le calcul qui consiste à répartir les fermetures
planimétriques sur les mesures du cheminement. On ne peut procéder à cet ajustement que si la longueur du
vecteur de fermeture est inférieure à la tolérance réglementaire. Il existe plusieurs méthodes d'ajustement :
nous ne développons que la plus fréquemment employée dans les calculs manuels.
 La compensation à eectuer sur les ∆X est l'opposée de la fermeture en X : CX =  fX
 La compensation à eectuer sur les ∆Y est l'opposée de la fermeture en Y : CY =  fY
 La répartition de ces compensations peut être eectuée de deux manières diérentes :
1. Si les côtés sont de longueur homogène, on répartit CX et CY de manière égale sur tous les côtés,
donc sur le côté j : Cxj = Cx /n et Cyj = Cy /n ;
2. Si les côtés ne sont pas homogènes, on répartit CX et CY proportionnellement à la longueur de
chaque côté (considérant logiquement que plus le côté est long, moins il est précis), donc sur le
côté j : Cxj = PnCx Di Dj et Cyj = PnCy Di Dj .
i=1 i=1

22
Ces compensations sont calculées avec la précision des données. Un contrôle des calculs est de retrouver
pour le point d'arrivée observé les coordonnées réelles.

4.6 Applications
4.6.1 Polygonale classique
Considérons la polygonale représentée sur la gure ; il est demandé de la calculer à partir des données
des tableaux suivants. Les indications de lignes et de colonnes en tête de ces deux tableaux serviront à la
création du tableau de calcul sur Excel. Les côtés du parcours étant inférieurs au kilomètre, les corrections de
dv sur les lectures angulaires ne sont pas nécessaires. Les coordonnées des points d'appui sont les suivantes :
Les mesures eectuées sur le terrain sont résumées dans le tableau ci-après :
 Longueur L du cheminement :
 Pour le calcul de la fermeture et de la tolérance de fermeture angulaire
 Calcul des gisements dénitifs ;
 Calcul de la fermeture planimétrique ;
 Compensations en Est et Nord puis coordonnées dénitives des points ;
 Tolérance de fermeture planimétrique ;
 Dessin des points d'appui (en négligeant les dizaines de milliers de km) ;
 Dessin du cheminement :
 Contrôle des écarts de fermeture ;
 Compensation des fermetures planimétriques ;
 Sur le cheminement réel.

4.6.2 Cheminement avec mesure de G0 de station


An d'améliorer la précision de l'orientation de départ d'une polygonale en canevas de précision, il
est intéressant de calculer un G0moyen de station au départ et à l'arrivée. Par exemple, sur le parcours
schématisé ci-contre, un G0moyen de station a été calculé au départ (au point B sur trois points d'appui)
et à l'arrivée (au point C sur deux points d'appui). On travaille en canevas de précision. En reprenant les
données de l'exemple précédent, calculez à nouveau les coordonnées des sommets 1, 2, 3, 4 et 5. Attention :
les coordonnées des points A et D ont changées, de même que les lectures Lv du point B vers le point 1 et
Lr du point C vers 5 .

23
Chapitre 5

MESURES DES ALTITUDES ET DES


ANGLES VERTICAUX

5.1 Formules de base


Soit un point M visé au théodolite, on note généralement :
 V tout angle mesuré dans un plan vertical ;
 z angle zénithal ;
 i angle de site (par rapport à l'horizon).

∆H = Dh.cotV
HC = HA + Ht + Dh /tanV
(5.1)

Calculez la distance Dh caractérisée par les données suivantes et évaluez son incertitude. La longueur
interceptée sur la mire est L = 3,8 m ; l'angle V = 103,333 gon et l'angle V' = 96,445 gon sont mesurés au
théodolite T16.
Si le cheminement est fermé, la dénivelée totale doit être égale à zéro.

5.2 Tolérances réglementaires


L'arrêté du 21 janvier 1980 précise les tolérances applicables au nivellement (tableau ci-contre). L est la
longueur totale du parcours en kilomètre. N est le nombre de dénivelées. N est le nombre de dénivelées au
kilomètre (n = N / Lkm). La valeur limite n = 16 correspond à un cheminement dont la distance moyenne
entre points est de 62,50 m soit une portée moyenne d'environ 30 m. Cette valeur est la limite supérieure
autorisée en nivellement de haute précision.

24
5.3 Fermeture du cheminement
Connaissant l'altitude de A, on peut calculer à nouveau à partir des mesures de terrain, l'altitude de
B : on appelle cette valeur de HB la valeur observée, notée HB obs.
Si les mesures étaient exemptes d'erreurs, on retrouverait exactement l'altitude connue HB . En réalité,
il existe un écart appelé erreur de fermeture du cheminement (ou plus simplement fermeture) qui est soumis
à tolérance. Cette fermeture notée fH vaut :
Si l'on appelle TDeltaH la tolérance réglementaire de fermeture du cheminement, on doit donc vérier :
|f H| < T ∆H . Si ce n'est pas le cas, les mesures doivent être refaites.

5.4 Compensation du cheminement


La compensation est l'opération qui consiste à répartir la fermeture sur toutes les mesures. La compen-
sation, notée CH , est donc l'opposée de la fermeture, c'est-à-dire : CH = −fH . Cet ajustement consiste
à modier les dénivelées partielles en répartissant la compensation totale C H sur chacune d'elle. Cette
répartition peut être eectuée de plusieurs manières : proportionnellement au nombre N de dénivelées : on
choisira ce type de compensation dans le cas où la fermeture est très faible c'est-à-dire inférieure à l'écart
type σH = T H/2, 7. Donc la compensation sur chaque dénivelée est : CH i = CH /N Dans le cas où la
fermeture est comprise entre écart type et tolérance, on peut choisir entre les deux méthodes de répartition
suivantes : proportionnellement à la portée : on considère que plus la portée est importante et plus la dénive-
lée peut être entachée d'erreur. Ceci oblige à connaître un ordre de grandeur de la portée, qui est obtenu par
stadimétrie. La compensation sur chaque dénivelée est alors : CHi = CH Li /( Li ) proportionnellement à
P

la valeur absolue de la dénivelée : la compensation à appliquer à chaque dénivelée partielle du cheminement


vaut donc : CH i = CH |∆Hi |/( |∆Hi |) L'ajustement n'est qu'un mal nécessaire qui n'améliore jamais les
P

mesures et rend donc inutiles les décimales de calcul sans signication ; donc les compensations partielles
sont arrondies, au mieux, au millimètre leur somme devant toutefois être rigoureusement égale à la com-
pensation totale. Le contrôle du calcul consiste à vérier que l'altitude de l'extrémité obtenue de proche en
proche depuis celle de l'origine à l'aide des dénivelées compensées est strictement égale à l'altitude connue.
l'altitude de chaque point se calcule de proche en proche par la formule ci-dessous (attention aux unités) :
Applications

5.5 Cheminement mixte


Le mesurage terminé, on calcule d'abord le cheminement sans tenir compte des points de détails rayon-
nés. Puis on calcule les points rayonnés et on les note, par exemple, dans une autre couleur. Leur calcul
est diérent de celui des points cheminés. En eet : tous les points rayonnés depuis une même station sont
calculés à partir de l'altitude du point arrière de la station. Cette diérence de calcul entraîne souvent des
erreurs qui peuvent être limitées par le respect du calcul en deux étapes : d'abord le cheminement seul
puis les rayonnements et par l'emploi de couleurs diérentes ; il n'y a pas de compensation sur la dénivelée
d'un point rayonné puisqu'il n'y a pas de contrôle possible de sa valeur. L'altitude du point rayonné dé-
pend de celle, déjà compensée, du point arrière du cheminement : H (du point rayonné) = H(du point du

25
cheminement) + ∆H . Ce manque de contrôle exige une lecture particulièrement attentive sur ces points
(par exemple, une lecture sur les trois ls). Sur chantier, on calcule souvent l'altitude d'un point rayonné
en faisant intervenir la notion d'altitude du plan de visée, c'est-à-dire l'altitude de l'axe optique du niveau :
elle est égale à l'altitude du point de référence arrière de la station augmentée de la lecture sur mire en ce
point. Application :

26
Chapitre 6

Génération des cartes topographiques en


isovaleurs
Dans le cadre de ce cours, nous utiliserons QGIS et ARC GIS. La procédure de création des cartes en
isovaleurs comme les cartes en courbes de niveau suit la même procédure quelque soit le logiciel choisi :
1. Génération de la grille (grid) cartographique : Cette phase se déroule de la manière suivante :
(a) choix de la colonne x ;
(b) choix de la colonne y ;
(c) choix de l'attribut à interpoler z ;
(d) choix de la méthode d'interpolation (natural neighbor, krigging,...) ;
2. appel de la grille pour un achage cartographique.
Pour y arriver, on procède de la manière suivante :
1. menu Traitement ;
2. menu ligne de commande ;
3. fonction natural :
 Processing algorithm : Natural neighbour ;
4. fonction kriging :
 Processing algorithm : Ordinary kriging ;
 Processing algorithm : Universal kriging (global) ;
 Processing algorithm : Universal kriging ;
 Processing algorithm : Ordinary kriging (global).
5. fonction interpolation :
 Processing algorithm : Multilevel b-spline interpolation (from grid) ;
 Processing algorithm : Multilevel b-spline interpolation ;
 Processing algorithm : v.surf.bspline.sparse - Bicubic or bilinear spline interpolation with Tykho-
nov regularization ;
 Processing algorithm : r.resamp.interp - Resamples a raster map layer to a ner grid using
interpolation ;

27
 Processing algorithm : r.llnulls - Fills no-data areas in a raster layer using v.surf.rst splines
interpolation or v.surf.bspline interpolation ;
 Processing algorithm : v.surf.idw - Surface interpolation from vector point data by Inverse Dis-
tance Squared Weighting ;
 Processing algorithm : v.surf.bspline - Bicubic or bilinear spline interpolation with Tykhonov
regularization ;
 Processing algorithm : r.bilinear - Bilinear interpolation utility for raster map layers ;
 Processing algorithm : v.surf.bspline.lambda - Bicubic or bilinear spline interpolation with Ty-
khonov regularization ;
 Processing algorithm : r.surf.idw - Surface interpolation utility for raster layers ;
 Menu action : & Interpolation ;
 Menu action : Interpolation...
 pour tirer les isovaleurs d'une image qui provient de l'interpolation on utilise la fonction contour
déjà présentée.

28
Deuxième partie

Acquisition des données hydrologiques

29
Chapitre 7

Cycle de l'eau

7.1 Introduction
La question de la disponibilité et d'accès à l'eau est sans aucun doute un des problèmes majeurs auquel
devra faire face l'humanité durant le siècle à venir. Aujourd'hui on estime en eet qu'un habitant sur cinq
de la planète n'a pas accès à l'eau en susance et un sur trois a une eau de qualité. Dans ce contexte, il
peut être utile de rappeler que "la mesure quantitative et qualitative des éléments du cycle hydrologique
et la mesure des autres caractéristiques de l'environnement qui inuent sur l'eau constituent une base
essentielle pour une gestion ecace de l'eau". (Déclaration de Dublin, 1992 cité par Musy, 2005). De fait,
la compréhension et l'analyse du cycle de l'eau est la base de toute étude et réexion au sujet de la gestion
des eaux.

7.2 Dénition
Le cycle de l'eau, appelé aussi cycle hydrologique, est l'ensemble des cheminements que peut suivre une
particule d'eau. Ces mouvements, accompagnés de changements d'état, peuvent s'eectuer dans l'atmo-
sphère, à la surface du sol et dans le sous-sol. Chaque particule n'eectue qu'une partie de ce cycle et avec
des durées très variables : une goutte de pluie peut retourner à l'océan en quelques jours alors que sous
forme de neige, en montagne, elle pourra mettre des dizaines d'années.

7.3 Composantes du cycle hydrologique


7.3.1 Précipitations
Sont dénommées précipitations toutes les eaux météoriques qui tombent sur la surface de la terre,
tant sous forme liquide (bruine, pluie, averse) que sous forme solide (neige, grésil, grêle) et les précipitations
déposées ou occultes (rosée, gelée blanche, givre,...). Elles sont provoquées par un changement de tempé-
rature ou de pression. La vapeur d'eau de l'atmosphère se transforme en liquide lorsqu'elle atteint le point
de rosée par refroidissement ou augmentation de pression. Pour produire la condensation, il faut également
la présence de certains noyaux microscopiques, autour desquels se forment des gouttes d'eau condensées.
La source de ces noyaux peut être océanique (chlorides, en particulier NaCl produit par l'évaporation de

30
la mer), continentale (poussière, fumée et autres particules entraînées par des courants d'air ascendants)
ou cosmiques (poussières météoriques). Le déclenchement des précipitations est favorisé par la coalescence
des gouttes d'eau. L'accroissement de poids leur confère une force de gravité susante pour vaincre les
courants ascendants et la turbulence de l'air, et atteindre le sol. Enn, le parcours des gouttes d'eau ou des
ocons de neige doit être assez court pour éviter l'évaporation totale de la masse. Les précipitations sont
exprimées en intensité (mm/h) ou en lame d'eau précipitée (mm) (rapport de la quantité d'eau précipitée
uniformément répartie sur une surface).

7.3.2 L'évaporation/l'évapotranspiration
L'évaporation se dénit comme étant le passage de la phase liquide à la phase vapeur, il s'agit de
l'évaporation physique. Les plans d'eau et la couverture végétale sont les principales sources de vapeur
d'eau. On parle de sublimation lors du passage direct de l'eau sous forme solide (glace) en vapeur. Le
principal facteur régissant l'évaporation est la radiation solaire.
Le terme évapotranspiration englobe l'évaporation et la transpirationdes plantes. On distingue :
 l'évapotranspiration réelle (ETR) : somme des quantités de vapeur d'eau évaporées par le sol et
par les plantes quand le sol est à une certaine humidité et les plantes à un stade de développement
physiologique et sanitaire spécique ;
 l'évapotranspiration de référence (ET0) (anciennement évapotranspiration potentielle) :
quantité maximale d'eau susceptible d'être perdue en phase vapeur, sous un climat donné, par un
couvert végétal continu spécié (gazon) bien alimenté en eau et pour un végétal sain en pleine
croissance. Elle comprend donc l'évaporation de l'eau du sol et la transpiration du couvert végétal
pendant le temps considéré pour un terrain donné.
L'évaporation est une des composantes fondamentales du cycle hydrologique et son étude est essentielle
pour connaître le potentiel hydrique d'une région ou d'un bassin versant. En général, des analyses spéciques
d'évaporation devront être faites pour des études de bilan et de gestion de l'eau par les plantes. Cependant,
ces analyses approfondies sont moins nécessaires pour les études de projets d'aménagement où l'eau est
plutôt considérée sous un aspect d'agent dynamique

7.3.3 L'interception et le stockage dans les dépressions


La pluie (ou dans certains cas la neige) peut être retenue par la végétation, puis redistribuée en une
partie qui parvient au sol et une autre qui s'évapore. La partie n'atteignant jamais le sol forme l'interception.
Son importance est dicile à évaluer et souvent marginale sous nos climats, donc souvent négligée dans la
pratique. Le stockage dans les dépressions est, tout comme l'interception, souvent associé aux pertes. On
dénit l'eau de stockage comme l'eau retenue dans les creux et les dépressions du sol pendant et après une
averse.
La quantité d'eau susceptible d'être interceptée varie considérablement. Si la végétation ore une grande
surface basale ou foliaire, donc un important degré de couverture, la rétention d'eau peut atteindre jusqu'à
30% de la précipitation totale pour une forêt mixte, 25% pour les prairies et 15% pour les cultures. L'eet
respectif de l'interception et du stockage dans les dépressions est très variable et diminue au cours de
l'averse. Il provoque en générale un retard dans le démarrage et la réaction hydrologique qui peut être

31
perçue à l'exutoire du bassin.

7.3.4 L'inltration et la percolation


L'inltration désigne le mouvement de l'eau pénétrant dans les couches supercielles du sol et l'écoule-
ment de cette eau dans le sol et le sous-sol, sous l'action de la gravité et des eets de pression. La percolation
représente plutôt l'inltration profonde dans le sol, en direction de la nappe phréatique. Le taux d'inltra-
tion est donné par la tranche ou le volume d'eau qui s'inltre par unité de temps (mm/h ou m3 /s). La
capacité d'inltration ou l'inltrabilité est la tranche d'eau maximale qui peut s'inltrer par unité de temps
dans le sol et dans des conditions données. L'inltration est nécessaire pour renouveler le stock d'eau du
sol, alimenter les eaux souterraines et reconstituer les réserves aquifères. De plus, en absorbant une partie
des eaux de précipitation, l'inltration peut réduire les débits de ruissellement.

7.3.5 Les écoulements


De par la diversité de ses formes, on ne peut plus aujourd'hui parler d'un seul type d'écoulement mais
bien des écoulements. On peut distinguer en premier lieu les écoulements rapides des écoulements souterrains
plus lents. Les écoulements qui gagnent rapidement les exutoires pour constituer les crues se subdivisent en
écoulement de surface (mouvement de l'eau sur la surface du sol) et écoulement de subsurface (mouvement
de l'eau dans les premiers horizons du sol). L'écoulement souterrain désigne le mouvement de l'eau dans le
sol. On peut encore ajouter à cette distinction les écoulements en canaux ou rivières qui font appel à des
notions plus hydrauliques qu'hydrologiques (à l'exception des méthodes de mesures comme nous le verrons
ultérieurement).
Au-delà de cette distinction simpliste  ces notions seront réexaminées plus en détail au chapitre 9
consacré à l'étude des processus de génération des crues  on remarquera que les écoulements peuvent
aussi se signaler par leur domaine d'application. L'écoulement de surface caractérise un écoulement sur une
surface et s'exprime généralement par un rapport volume / surface / temps [L3 /L2 /T ]. Il est ainsi souvent
exprimé en millimètre par année hydrologique dans les études de bilans ou encore en litres par secondes
et par hectares dans le cadre de projet d'aménagement des terres et des eaux (drainage ou irrigation). Les
écoulements souterrains et en rivière font explicitement référence à la notion de débit, à savoir à un volume
d'eau traversant une section par unité de temps [L3 /T ].

7.4 Stocks, ux et inertie de système


Quelles sont les quantités d'eau correspondant à chacun des termes de ce tableau, et avec quelles vitesses
se font les échanges ? Les réponses à ces questions sont très diciles à donner ; on pourra retenir, pour xer
les ordres de grandeur.

7.4.1 Volumes
En surface, les terres émergées ne représentent que 146 106 km2 sur une surface totale de la planète
de 510 106 km2 (soit sensiblement 1/4). Cette disparité entre océans et terres est beaucoup plus accentuée
entre eaux douces et eaux salées.

32
Le volume total des eaux douces est d'environ 36106 km3 , soit 2,8 % des réserves totales en eau. Par
ailleurs, les eaux se répartissent à peu près ainsi, exprimées en épaisseur uniformément réparties sur la terre.

7.4.2 Flux
La vitesse avec laquelle l'eau circule est très variable ; généralement, on prend l'année comme période
de référence.
Les ux annuels sous forme liquide et gazeuse (les plus importantes) sont sensiblement les suivants
(gure 7.1) :

Figure 7.1  Flux d'eau

7.4.3 Inertie
On appelle "taux de renouvellement" le rapport du stock au ux qui l'alimente et "temps de séjour"
l'inverse du taux de renouvellement. Plus le temps de séjour est important, plus l'inertie du système est
importante : c'est par exemple le cas des eaux souterraines où il atteint couramment, pour des nappes
importantes, 10 à 50000 ans ; en revanche la quasi totalité des eaux continentales ont un temps de séjour
relativement limite, de l'ordre de quelques jours à un an.

7.5 Cycle de l'eau


La gure 7.2 synthétise les diérents éléments du cycle hydrologique.

33
Figure 7.2  Cycle de l'eau schématique

34
7.6 Exercices
Exercice de compréhension 1. Vrai - Faux
97,2% de l'eau présente sur la planète se trouve sous forme salée dans les mers et les océans.
0,001% de l'eau du globe se trouve dans le sous-sol.
Seulement 0,65% de l'eau du globe n'est ni salé ni glacé, donc potentiellement consommable par
l'homme.
Depuis l'existence de la terre et grâce à l'atmosphère c'est toujours la même eau qui réalise son cycle
de l'eau.
L'eau douce est répartie de manière très égale sur notre globe.
1/3 de l'eau douce présente sur la planète se trouve sous forme solide dans les glaciers et les couvertures
neigeuses permanentes.
Exercice de compréhension 2. Le cycle de l'eau ...
 à l'échelle du globe terrestre tout entier présente un cycle externe et un cycle interne.
 a pour moteur principal le soleil.
 concerne la circulation continue de l'eau entre l'atmosphère et la Terre et son retour dans l'atmosphère
grâce à la condensation, à la précipitation, à l'évaporation et à la transpiration.
 ne concerne qu'une faible partie du volume d'eau présent sur Terre.
 n'est pas inuencé par les activités humaines.

Exercice de compréhension 3. Vrai - Faux


Le point triple de l'eau précise les conditions de température et de pression pour lesquelles les trois
phases de l'eau peuvent coexister.
Dans le diagramme de phase de l'eau, la courbe de "vaporisation" indique les états dans lesquels l'eau
solide coexiste et reste en équilibre avec sa vapeur.
Au niveau de la mer, l'eau pure bout à 100o C et gèle à 0o C.
La température d'ébullition de l'eau augmente quand la pression diminue.
Au-dessus du point critique il n'y a plus de diérence entre l'état liquide et l'état gazeux.
Le comportement "anormal" de l'eau est dû aux liaisons hydrogènes.

Exercice de compréhension 4. Vrai - Faux


Chaque année il s'évapore moins d'eau qu'il n'en précipite au-dessus des continents.
Chaque année il pleut plus d'eau au-dessus des océans qu'au-dessus des continents.
Le cycle de l'eau crée un déséquilibre entre l'évaporation et les précipitations.
Le temps de résidence est égal au rapport entre le volume d'eau et la somme des ux entrants ou
sortants du réservoir.
Plus le temps de résidence dans un réservoir est court, plus l'eau de ce réservoir est rapidement
renouvelée.
A l'échelle de la Terre, le temps de résidence moyen des eaux courantes (rivières) se compte en heures.

Exercice de compréhension 5. En RDC, les deux sources principales d'eau douce sont constituées par
...

35
 Les eaux de surface.
 Les glaciers .
 Les nappes souterraines.
 La pluie.
 La neige.

Exercice de compréhension 6. Vrai - Faux


Le bilan hydrologique vise à établir le budget entre les entrées et les sorties en eau d'une unité
hydrologique dénie pendant une période de temps donné.
Le décit d'écoulement peut être assimilé, en première approximation, à l'évapotranspiration réelle.
La lame d'eau écoulée reste souvent la valeur à déduire par soustraction à partir de l'équation de bilan.
Pour un bassin versant n'ayant ni glacier, ni lac, le bilan hydrologique annuel doit être proche de zéro.
Un bilan hydrologique négatif signie une diminution des réserves.
Les diérents termes du bilan hydrologique sont facilement mesurables.

Exercice de compréhension 7. Pour un bassin versant donné, on a : S= 2 500 km2 , Pannuelle = 1300
mm et Qannuel =30 m3 /s.
1. Quel est le volume d'eau total écoulée à l'exutoire ?
2. Quel est le decit d'écoulement en mm ?

36
Chapitre 8

Bassin versant
En tout point d'un cours d'eau, nous serons amenés à dénir son bassin versant et à caractériser son
comportement hydrologique.

8.1 Notion de bassin versant


Le bassin versant en une section d'un cours d'eau est déni comme la surface drainée par ce cours d'eau
et ses auents en amont de la section. Tout écoulement prenant naissance à l'intérieur de cette surface doit
donc traverser la section considérée, appelée exutoire, pour poursuivre son trajet vers l'aval.
Selon la nature des terrains, nous serons amenés à considérer deux dénitions.

8.1.1 Bassin versant topographique


Si le sous-sol est imperméable, le cheminement de l'eau ne sera déterminé que par la topographie. Le
bassin versant sera alors limité par des lignes de crêtes et des lignes de plus grande pente comme le montre
la gure 8.1.

Figure 8.1  Bassin versant topographique

8.1.2 Bassin versant hydrogéologique


Dans le cas d'une région au sous-sol perméable, il se peut qu'une partie des eaux tombées à l'intérieur
du bassin topographique s'inltre puis sorte souterrainement du bassin (ou qu'à l'inverse des eaux entrent
souterrainement dans le bassin (gure 8.2)).

37
Figure 8.2  Bassin versant hydrogéologique

Dans ce cas, nous serons amenés à ajouter aux considérations topographiques des considérations d'ordre
géologique pour déterminer les limites du bassin versant.
Cette distinction entre bassin topographique et hydrogéologique se justie surtout pour les petits bassins.
En eet, lorsque la taille du bassin augmente, les apports et les pertes souterraines ont plus de chance
de se compenser.
De plus, on peut admettre que le débit des cours d'eau est proportionnel à la surface du bassin, les échanges
souterrains se font, eux, aux frontières et varient donc sensiblement comme le périmètre. Lorsque la taille
du bassin augmente, la surface croît plus vite que le périmètre et la valeur relative des échanges souterrains
par rapport au débit de surface tend à devenir négligeable.

8.2 Caractéristiques morphométriques


L'utilisation de caractéristiques morphométriques a pour but de condenser en un certain nombre de
paramètres chirés, la fonction h = f (x,y) à l'intérieur du bassin versant (h altitude, x et y coordonnées
d'un point du bassin versant).
Nous utiliserons trois types diérents de paramètres morphométriques.

8.2.1 Caractéristiques de la disposition dans le plan


Surface A
La surface du bassin versant est la première et la plus importante des caractéristiques. Elle s'obtient
par planimétrage sur une carte topographique après que l'on y ait tracé les limites topographiques et
éventuellement hydrogéologiques. La surface A d'un bassin s'exprime généralement en km2 (gure 8.3).

Figure 8.3  Surface d'un bassin versant

38
Longueur
On utilise diérentes caractéristiques de longueur ; la première et une des plus utilisées est le "périmètre
P du bassin versant" (gure 8.4).

Figure 8.4  Perimètre d'un bassin versant

Le périmètre est curvimétré sur une carte cartographique mais, selon l'échelle de la carte, les détails
sont plus ou moins nombreux et il en résulte des diérences de mesures. Par ailleurs, on devrait souvent
prendre en compte des détails de la frontière qui, on s'en rend compte intuitivement, n'ont aucune inuence
sur l'écoulement. Avant de procéder au curvimétrage, il faut donc procéder à une schématisation des limites
du bassin, soit par des courbes à grand rayon de courbure, soit par un tracé polygonal.
Dans des cas particuliers tels que celui d'un bassin replié sur lui-même, on pourra être amené à tracer des
contours ctifs qui tiendront compte de chaque cas particulier.
Le périmètre P n'est généralement pas utilisé directement mais le plus souvent à travers des valeurs qui
en dérivent, comme la "longueur L du rectangle équivalent". On dénit le rectangle équivalent comme le
rectangle de longueur L et de largeur l qui a même surface et même périmètre que le bassin versant, soit à
l'aide de l'équation 8.1 :
P = 2.(L + l) et A = L.l (8.1)

L'inconvénient de cette méthode est que l'on peut rencontrer des bassins plus compacts qu'un carré ;
l'équation n'a alors plus de racines réelles.
A la suite de ces remarques critiques sur l'utilisation du périmètre comme critère de longueur, il a fallu
dénir d'autres caractéristiques et en particulier (gure 8.5) :

Figure 8.5  Autres caractéristiques de la morphométrie d'un bassin versant

39
 la "longueur du plus long thalweg" (lt). Cette caractéristique n'amène guère de remarques si
ce n'est que dans la plupart des cas, on admet qu'il faut poursuivre le thalweg indiqué sur les cartes
topographiques, vers l'amont jusqu'à la limite du bassin. De même, si le cours aval présente des
méandres, on curvimètre en général tous les méandres.
 la "distance de l'exutoire au centre de gravité du bassin" (lg). Ceci paraît être une bonne
caractéristique de longueur mais elle nécessite l'évaluation de la position du centre de gravité du
bassin ;
 la "plus grande longueur entre deux points de la frontière" (L). On utilise cette carac-
téristique surtout en association avec la "plus grande largeur" (l) perpendiculaire à la plus grande
longueur. La caractéristique de forme la plus utilisée est le "coecient Kc de Gravelius" (équation
8.2). Il se dénit comme le rapport du périmètre du bassin versant au périmètre d'un cercle ayant
même surface (appelée aussi coecient de capacité) :

P
Kc = √ (8.2)
2 πA

Cet indice se détermine à partir d'une carte topographique en mesurant le périmètre du bassin versant
et sa surface. Il est proche de 1 pour un bassin versant de forme quasiment circulaire et supérieur à 1 lorsque
le bassin est de forme allongée.
On utilise également pour caractériser la forme d'un bassin, son "rectangle équivalent" (déni plus haut)
et le rapport de la plus grande longueur à la plus grande largeur perpendiculaire (voir plus haut).
Enn, une des façons des plus sophistiquées (mais des plus pénibles) pour caractériser la disposition
d'un bassin dans le plan est d'établir la courbe aire-distance. Cette courbe donne la surface s en km2 (ou
en %) qui se trouve à une distance hydraulique supérieure à une valeur donnée d. (La distance hydraulique
est la distance parcourue par une particule d'eau qui ruisselle d'un point du bassin jusqu'à l'exutoire.

Caractéristiques des altitudes (hypsométrie)


L'inuence du relief sur l'écoulement se conçoit aisément, car de nombreux paramètres hydrométéoro-
logiques varient avec l'altitude (précipitations, températures, etc.) et la morphologie du bassin. En outre,
la pente inue sur la vitesse d'écoulement. Le relief se détermine lui aussi au moyen d'indices ou de carac-
téristiques suivants
En général, on ne s'intéresse pas à l'altitude moyenne mais plutôt à la dispersion des altitudes. L'étude
statistique permet de tracer la "courbe hypsométrique". Cette courbe donne la surface s (en km2 ou en
% de la surface totale) où les altitudes sont supérieures à une cote h donnée. Cette courbe est établie en
planimétrant pour diérentes altitudes les surfaces situées au-dessus de la courbe de niveau correspondante.
Cette méthode est précise mais fastidieuse (gure 8.6). Une autre consiste à échantillonner les altitudes selon
un maillage carré. On admet alors que l'altitude au centre d'une maille est égale à l'altitude moyenne de la
maille.
Bien souvent, on dénit la "dénivelée D" comme étant la diérence de cote entre H5% et H95% (équation
).
D = H5% − H95% (8.3)

40
Figure 8.6  Hypsométrie

La courbe hypsométrique fournit une vue synthétique de la pente du bassin, donc du relief. Cette courbe
représente la répartition de la surface du bassin versant en fonction de son altitude. Elle porte en abscisse
la surface (ou le pourcentage de surface) du bassin qui se trouve au-dessus (ou au-dessous) de l'altitude
représentée en ordonnée. Elle exprime ainsi la supercie du bassin ou le pourcentage de supercie, au-delà
d'une certaine altitude.
Les courbes hypsométriques demeurent un outil pratique pour comparer plusieurs bassins entre eux ou
les diverses sections d'un seul bassin. Elles peuvent en outre servir à la détermination de la pluie moyenne
sur un bassin versant et donnent des indications quant au comportement hydrologique et hydraulique du
bassin et de son système de drainage.
Parfois, on schématise la forme du bassin et la répartition des altitudes sur le rectangle équivalent. On
construit alors une surface ayant même hypsométrie, même périmètre et même surface que le bassin versant.

8.2.2 Indices de pente


L'objet de ces indices est de caractériser les pentes d'un bassin et de permettre des comparaisons et des
classications.

Pente moyenne
L'idée première qui vient à l'esprit est de caractériser les pentes par leur valeur moyenne I pondérée par
les surfaces.
Soit D l'équidistance des courbes de niveau, soit dj la largeur moyenne de la bande j comprise entre les
lignes de niveau j et j+1 et soit li la longueur moyenne de cette bande. La pente moyenne nj sur cette
bande est : nj = dDj (gure 8.7).
La surface de la bande j est : dj .lj = aj .
La pente moyenne I pondérée par les surfaces est (équation 8.4) :
P P
nj aj D lj
I= P = (8.4)
aj A

Si Lc est la longueur totale des courbes de niveau équidistante de D, la pente moyenne I a pour

41
Figure 8.7  Pente moyenne

expression : I = DL
A .
c

L'estimation de cette expression simple est cependant laborieuse puisqu'il faut curvimétrer toutes les
courbes de niveau. Ceci explique que cet indice est peu utilisé dans la pratique.

Indice de pente de Roche Ip


ROCHE a proposé un indice de pente plus facile à calculer que le précédent : Ip est la moyenne de la
racine carrée des pentes mesurées sur le rectangle équivalent, et pondérée par les surfaces.

Figure 8.8  Indice de pente de Roche

La pente moyenne i sur la bande j est : ij = xj .


D
La surface de cette bande est : aj = lj xj .

D X√
Ip = xj (8.5)
L

L'estimation de Ip est plus simple que celle de I puisque l'on travaille sur le rectangle équivalent. Par
ailleurs, la valeur de I est peu aectée par le choix de D (une dizaine de classes sut pour bien estimer Ip ).

Indice de pente globale Ig


L'indice de Roche étant cependant trop long à évaluer pour des études rapides, on a proposé un indice
encore plus simple : la pente globale.
D
Ig = (8.6)
l

42
D étant la dénivelée h5% − h95% , dénie sur la courbe hypsométrique ou même directement à l'oeil sur la
carte topographique ; L étant la longueur du rectangle équivalent.
Cet indice, très facile à calculer, est des plus utilisés. Il sert de base à une des classications O.R.S.T.O.M.
pour des bassins versants dont la surface est des l'ordre de 25 km2 (tableau 8.1 ) :

Table 8.1  Classication en fonction de Ig


Types Classes Limites
R1 Relief très faible Ig < 0,002
R2 Relief faible 0.002 < Ig < 0.005
R3 Relief assez faible 0.005 < Ig < 0.010
R4 Relief modéré 0.010 < Ig < 0.020
R5 Relief assez fort 0.020 < Ig < 0.050
R6 Relief fort 0.050 < Ig < 0.100
R7 Relief très fort 0.1 < Ig

Par ailleurs, cet indice simple est étroitement corrélé avec l'indice de pente de Roche, avec un coecient
de corrélation de l'ordre de 0,99 (équation 8.7).

Ig = 0.8Ip2 (8.7)

Dénivelée spécique Ds
L'indice Ig décroît pour un même bassin lorsque la surface augmente, il était donc dicile de comparer
des bassins de tailles diérentes.
La dénivelée spécique Ds ne présente pas cet inconvénient : elle dérive de la pente globale Ig en la

corrigeant de l'eet de surface admis étant inversement proportionnel à A :


r
l
Ds = Ig A = D (8.8)
L

La dénivelée spécique ne dépend donc que de l'hypsométrie (D = H5% − H95% ) et de la forme du bassin
(l/L).
La dénivelée spécique donne lieu à une deuxième classication de l'O.R.S.T.O.M., indépendante des
surfaces des bassins (tableau 8.2 ) :

Table 8.2  Classication en fonction de Ds


Types Classes Limites
R1 Relief très faible Ds < 10 m
R2 Relief faible 10 m < Ds < 25 m
R3 Relief assez faible 25 m < Ds < 50 m
R4 Relief modéré 50 m < Ds < 100 m
R5 Relief assez fort 100 m < Ds < 250 m
R6 Relief fort 250 m < Ds < 500 m
R7 Relief très fort 500 m < Ds

43
"Reliefs ratios"
Les Anglo-Saxons utilisent d'autres indices de pente IAS que nous ne citerons que pour mémoire :

P lus grande dnivele


IAS = (8.9)
P lus long thalweg

8.3 Caractéristiques du réseau hydrographique


Le réseau hydrographique est constitué de l'ensemble des chenaux qui drainent les eaux de surface vers
l'exutoire du bassin versant. La dénition d'un cours d'eau est dicile à donner avec précision, en particulier
pour les cours d'eau temporaires. Selon le support cartographique utilisé, on étudiera le réseau avec plus
ou moins de détails : en photographie aérienne, on pourra déceler des thalwegs de très faibles extensions,
tandis qu'on ne verra que les cours d'eau pérennes et importants sur une carte au 1/100 000 ème.
L'étude du chevelu hydrographique servant surtout à comparer des bassins entre eux, il sut, dans la
plupart des cas, de se xer une dénition du thalweg élémentaire et de l'appliquer pour l'étude de tous les
bassins.
La diérenciation du réseau hydrographique d'un bassin est due à quatre facteurs principaux.
 La géologie : par sa plus ou moins grande sensibilité à l'érosion, la nature du substratum inuence
la forme du réseau hydrographique. Le réseau de drainage n'est habituellement pas le même dans une
région où prédominent les roches sédimentaires, par comparaison à des roches ignées (i.e. des "roches
de feu" dénommées ainsi car ces roches proviennent du refroidissement du magma). La structure de
la roche, sa forme, les failles, les plissements, forcent le courant à changer de direction ;
 Le climat : le réseau hydrographique est dense dans les régions montagneuses très humides et tend
à disparaître dans les régions désertiques ;
 La pente du terrain, détermine si les cours d'eau sont en phase érosive ou sédimentaire. Dans les
zones plus élevées, les cours d'eau participent souvent à l'érosion de la roche sur laquelle ils s'écoulent.
Au contraire, en plaine, les cours d'eau s'écoulent sur un lit où la sédimentation prédomine ;
 La présence humaine : le drainage des terres agricoles, la construction de barrages, l'endiguement,
la protection des berges et la correction des cours d'eau modient continuellement le tracé originel
du réseau hydrographique.
Le réseau hydrographique peut se caractériser par trois éléments :
1. sa hiérarchisation ;
2. son développement (nombres et longueurs des cours d'eau) et
3. son prol en long.

8.3.1 Hiérarchisation du réseau


Pour chirer la ramication du réseau, chaque cours d'eau reçoit un numéro fonction de son importance.
Cette numérotation, appelée ordre du cours d'eau, dière selon les auteurs. Parmi toutes ces classications,
nous adopterons celle de Strahler (gure 8.9) :
1. tout cours d'eau n'ayant pas d'auent est dit d'ordre 1 ;
2. au conuent de deux cours d'eau de même ordre n, le cours d'eau résultant est d'ordre n + 1 ;

44
3. un cours d'eau recevant un auent d'ordre inférieur garde son ordre, ce qui se résume par : n + n
= n + 1 et n + m = max (n,m).

Figure 8.9  Classication des thalwegs selon STRAHLER

8.3.2 Lois de Horton


Ces "lois" empiriques relient le nombre, la longueur moyenne et l'ordre des cours d'eau. On constate
que pour un bassin versant homogène, le "rapport de conuence" Rc , rapport du nombre Ni de cours d'eau
d'ordre i au nombre Ni+1 de cours d'eau d'ordre i + 1, est sensiblement constant :

Ni
Rc = = Cste (8.10)
Ni + 1

Il en est de même du "rapport des longueurs moyennes" :

li
Rl = = Cste (8.11)
li−1

(li : longueur moyenne des cours d'eau d'ordre i).


La détermination de Rc et Rl se fait par voie graphique (gure 8.10) en portant Ni, li et i sur un
graphique semilogarithmique comme le montre la gure jointe. La pente de la droite moyenne permet de
déterminer la raison de la progression géométrique.
Le rapport de conuence est un nombre sans dimension exprimant le développement du réseau de drai-
nage. Il varie suivant l'ordre considéré. C'est un élément important à considérer pour établir des corrélations
d'une région à une autre. Selon Strahler, le Rc varie de 3 à 5 pour une région où la géologie n'a aucune
inuence. Le rapport de conuence le plus élevé est rencontré sur le bassin de forme le plus allongé et
présentant une vallée étroite et pentue.

45
Figure 8.10  Détermination de Rc et Rl

8.3.3 Autres caractéristiques du chevelu


Densité de drainage Dd
Elle se dénit par le rapport de la longueur totale des cours d'eau à la surface du bassin versant (équation
8.12) : P
li
Dd = (km−1 ) (8.12)
A
La densité de drainage dépend de la géologie (structure et lithologie) des caractéristiques topographiques
du bassin versant et, dans une certaine mesure, des conditions climatologiques et anthropiques. En pratique,
les valeurs de densité de drainage varient de 3 à 4 pour des régions où l'écoulement n'a atteint qu'un
développement très limité et se trouve centralisé ; elles dépassent 1000 pour certaines zones où l'écoulement
est très ramié avec peu d'inltration. Selon Schumm, la valeur inverse de la densité de drainage, C=1/Dd,
s'appelle  constante de stabilité du cours d'eau . Physiquement, elle représente la surface du bassin
nécessaire pour maintenir des conditions hydrologiques stables dans un vecteur hydrographique unitaire
(section du réseau).

Fréquence des thalwegs d'ordre 1 : F1


C'est le rapport du nombre total de thalwegs d'ordre 1 à la surface du bassin versant (équation 8.13) :

N1
F1 = (km−2 ) (8.13)
A

Les régions à haute densité de drainage et à haute densité hydrographique (deux facteurs allant souvent
de pair) présentent en général une roche mère imperméable, un couvert végétal restreint et un relief mon-
tagneux. L'opposé, c'est-à-dire faible densité de drainage et faible densité hydrographique, se rencontre en
région à substratum très perméable, à couvert végétal important et à relief peu accentué.

46
Courbe aire-distance
Déjà citée comme caractéristique de la forme du bassin, elle tient également compte de la répartition
des thalwegs et peut donc être considérée comme une caractéristique du réseau hydrographique.
A partir de données sur un bon nombre de bassins versants (Hack, 1957 cité par Musy, 2005), une
relation a pu être établie entre la longueur L [km] de la rivière et l'aire A [km2 ] du bassin versant :

L = 1.4 × A0.6 (8.14)

On peut aussi dénir la courbe aire-distance, qui met en relation la longueur moyenne des cours d'eau
d'ordre u donné et l'aire tributaire moyenne des cours d'eau du même ordre u, et ceci ordre par ordre. Cette
courbe permet de visualiser la répartition des supercies du bassin par rapport à l'exutoire ou par rapport
au point de mesure du débit. Cette répartition aecte en eet la concentration du ruissellement et donc
inuence la réponse hydrologique du bassin versant.

Endoréisme
On caractérise par ce terme, les réseaux hydrographiques qui ne se relient à aucun autre réseau plus
important. Les réseaux endoréiques sont surtout fréquents en zone aride et en zone karstique. On peut
distinguer deux types d'endoréisme :
 un endoréisme total où le réseau hydrographique converge vers une zone centrale (ou parfois
périphérique) du bassin où apparaît une surface d'eau libre permanente ou non, à partir de laquelle
s'évapore la quasi-totalité des apports ;
 un endoréisme du ruissellement. Dans ce cas, le réseau de drainage aboutit à une zone où l'eau
s'inltre et poursuit son écoulement vers l'extérieur du bassin par les nappes.

8.3.4 Prols en long


Ces prols sont établis en portant en abscisses les longueurs développées à partir d'un point de référence
et en ordonnées les cotes de l'eau dans le cours d'eau principal et dans ces auents (parfois on donne la
cote du fond). Ces prols sont parfois disponibles lorsque la navigation, où les besoins en hydroélectricité
ont nécessité des études. Mais dans la plupart des cas, on devra faire ce relevé, soit par nivellement sur le
terrain, soit plus sommairement à partir des cartes topographiques.
Les prols en long permettent d'estimer la pente moyenne du cours d'eau. Cette pente moyenne sert
surtout dans l'évaluation des temps de concentration d'un bassin versant, ce temps de concentration étant

lié à la vitesse de propagation des particules nes ; elle-même proportionnelle à i.

8.4 Caractéristiques géologiques


La géologie d'un bassin versant est un facteur très important du régime des cours d'eau qui drainent
ce bassin. En période de crue, les volumes écoulés seront d'autant plus grands que le bassin sera plus
imperméable. En période de basses eaux, les débits seront d'autant plus forts que les nappes sont plus
nombreuses et importantes.

47
Enn, la géologie inue indirectement sur l'évapotranspiration par l'eet thermique dû à la couleur des
sols et par le développement de la végétation en fonction des sols (albédo). On se contente généralement de
caractériser la géologie d'après le comportement hydrogéologique du bassin.
L'O.R.S.T.O.M. a proposé une classication en cinq groupes ainsi dénis (tableau 8.3) :

Table 8.3  Classication en fonction de la géologie


Types Classes
P1 Perméable à aquifère drainant ou non drainé
P2 Perméable à aquifère drainé
P3 Perméabilité moyenne ou faible
P4 Karstique
P5 Imperméable

8.5 Couvert végétal


Le couvert végétal inue beaucoup sur les quantités d'eau disponibles pour l'écoulement de surface. En
eet, l'évapotranspiration par les végétaux est très importante et elle varie selon la nature des végétaux
(forêts, cultures, prairies, etc.).
Par ailleurs, la végétation joue également un rôle atténuateur important en période de crue : en eet,
lorsque la végétation est développée, le ruissellement est retardé et la pointe de crue est atténuée. Par
ailleurs, l'écoulement étant plus long, la part d'eau reprise par l'évapotranspiration augmente et le volume
de la crue diminue.
Pour caractériser le couvert végétal, on utilise le pourcentage des surfaces occupées par chaque type de
végétation.
La détermination des surfaces occupées par chaque type de végétation est dicile car les documents
cartographiques les mentionnant sont rares et bien souvent dépassés. Par exemple, le type de culture peut
changer d'une année à l'autre (prairies -> cultures). La télédétection satellitaire trouve ici une application
particulièrement ecace.

8.6 Coecient de ruissellement


Pour caractériser la capacité d'un bassin versant à ruisseler un indice est très souvent utilisé en hydrologie
de surface : le coecient de ruissellement (Cr). Son calcul et son emploi sont simples, mais notons qu'il
peut conduire à commettre de grossières erreurs. Ce coecient est déni comme suit :

Hauteur d0 eau ruisselle[mm]


Cr = (8.15)
Hauteur d0 eau prcipite[mm]

Ce coecient est fortement inuencé par la couverture du sol.

48
8.7 Exercices
Exercice de compréhension 8. Vrai - Faux
bigcirc Le bassin hydrogéologique est le domaine aquifère dans lequel les eaux s'écoulent vers un même
exutoire ou groupe d'exutoires. Il est délimité par une ligne de partage des eaux souterraines.
Toutes les précipitations tombées sur le bassin versant s'écoulent vers le cours d'eau principal.
Le bassin hydrographique est l'ensemble d'une région ayant un exutoire commun pour ses écoulements
de surface.
Le bassin versant topographique à son exutoire est délimité par une surface à l'intérieur de laquelle
tous les écoulements de surface se concentrent vers le même point de sortie.
Dans un bassin versant réel, la ligne de partage des eaux passe toujours par les lignes de crêtes.
Certains aménagements du territoires peuvent modier la délimitation du bassin versant.

Exercice de compréhension 9. La réaction du bassin versant à une sollicitation pluvieuse...


 est étudiée par l'observation de la quantité d'eau qui s'écoule à l'exutoire.
 est caractérisée uniquement par sa vitesse (temps de montée de l'hydrogramme).
 est inuencée par une multitude de facteurs.
 dépend uniquement des caractéristiques de la pluie incidente.
 est inuencé par les activités humaines.

Exercice de compréhension 10. Vrai - Faux


Le temps de concentration est le temps que met le ruissellement d'une averse pour parvenir à l'exutoire
depuis le point du bassin pour lequel la durée de parcours est la plus longue.
Le temps d'écoulement est le temps mis par l'eau pour s'écouler dans le réseau hydrographique jusqu'à
l'exutoire.
Le temps de concentration est la durée comprise entre la n de la pluie nette et le maximum de débit
Le temps de réponse est le temps écoulé entre les instants qui correspondent respectivement au centre
de gravité d'une averse et au débit de pointe.
Le temps de concentration dépend de nombreux facteurs liés notamment aux caractéristiques du bassin
versant.
Les courbes isochrones permettent de déduire l'hydrogramme de crue résultant d'une pluie donnée.

Exercice de compréhension 11. Vrai - Faux


La déforestation a pour conséquence d'amortir les crues et d'augmenter le temps de concentration.
Un sol caractérisé par une forte perméabilité favorise un ruissellement très rapide.
Le laminage correspond à la diminution du débit par rétention ou dérivation d'eau.
Au printemps, les cours d'eau alpins sont principalement approvisionnés par la fonte des glaciers.
L'accumulation de glace ou de débris dans un cours d'eau peut provoquer des embâcles.
L'urbanisation a pour conséquence de réduire la capacité d'inltration des sols et par voie de consé-
quence le temps de concentration.
Exercice de compréhension 12. Les conditions antécédentes qui prévalent sur un bassin versant...
 jouent un rôle peu important par rapport à la quantité d'eau ruisselée.

49
 sont la principale cause de non-linéarité de la réponse hydrologique.
 sont principalement caractérisées par l'étendue des sols humides et l'étendue des sols gelés.

Exercice de compréhension 13. Le coecient de ruissellement...


 est le rapport entre l'écoulement de surface (exprimé en lame d'eau) et la hauteur de précipitation.
 ne peut pas dépasser la valeur de 0.8 en milieu urbain.
 peut dépasser dans certains cas la valeur de 1.
 peut prendre la valeur de 0.6 en forêt.

Exercice de compréhension 14. Calculer le coecient de ruissellement d'un évènement pluie/débit à


partir des données suivantes : supercie du bassin versant de 12.5 km2 ; précipitation de 250 mm et volume
ruisselé de 15105 m3 .

50
Chapitre 9

Mesure des précipitations


Sous le terme de précipitations, on regroupe toutes les eaux météoriques qui arrivent au sol sous quelque
forme que ce soit.

9.1 Mécanismes de formation des précipitations


La formation des précipitations nécessite la condensation de la vapeur d'eau atmosphérique. La satura-
tion est une condition essentielle à tout déclenchement de la condensation. Divers processus thermodyna-
miques sont susceptibles de réaliser la saturation des particules atmosphériques initialement non saturées
et provoquer leur condensation :
 Saturation et condensation par refroidissement isobare (à pression constante) ;
 saturation et condensation par détente adiabatique ;
 saturation et condensation par apport de vapeur d'eau ;
 saturation par mélange et par turbulence.
La saturation n'est cependant pas une condition susante à la condensation ; cette dernière requiert
également la présence de noyaux de condensation (impuretés en suspension dans l'atmosphère d'origines
variées - suie volcanique, cristaux de sable, cristaux de sel marin, combustions industrielles, pollution) autour
desquels les gouttes ou les cristaux se forment. Lorsque les deux conditions sont réunies, la condensation
intervient sur les noyaux ; il y a alors apparition de gouttelettes microscopiques qui grossissent à mesure
que se poursuit l'ascendance, celle-ci étant le plus souvent la cause génératrice de la saturation. Les noyaux
de condensation jouent en faite un rôle de catalyseur pour la formation de gouttelettes d'eau.
Pour qu'il y ait précipitations il faut encore que les gouttelettes ou les cristaux composant les nuages (les
hydrométéores) se transforment en gouttes de pluie. Ce phénomène est lié à l'accroissement de ces éléments
dont la masse devient susante pour vaincre les forces d'agitation. Ce grossissement peut s'expliquer par
les deux processus suivant :
 l'eet de coalescence. Il y a grossissement par choc et fusionnement avec d'autres particules. Du
fait de la dispersion des vitesses, le cristal en se déplaçant, soit en chute libre, soit par turbulence,
entre en collision avec les gouttelettes surfondues ; la congélation de celles-ci augmente le volume
du cristal. Il en est de même pour les gouttelettes de diamètre supérieur à 30 microns qui entrent
en collision avec des gouttelettes de diamètre inférieur. Ce processus provoque un accroissement

51
rapide de leur dimension et donc de leur masse augmentant leur vitesse de chute ; l'eet Bergeron.
Dans la partie du nuage où la température est négative mais supérieure à -40o C, coexistent des
cristaux de glace et des gouttelettes d'eau surfondues (eau liquide avec une To <0o C, l'eau pure ne se
solidie pas à 0o C mais en dessous de - 40o C). Autour d'un cristal de glace, l'air est saturé à un taux
d'humidité plus bas qu'autour d'une gouttelette d'eau surfondue. Suite à cette diérence d'humidité,
il apparaît un transfert de la vapeur d'eau des gouttelettes vers les cristaux. Par conséquent, les
gouttelettes s'évaporent tandis qu'il y a condensation autour des cristaux. Lorsque la masse du
cristal est susante, il précipite. S'il traverse une région à température positive susamment épaisse
(souvent à partir de 300 m dans les nuages stables) et si la durée de chute le permet, il fond et
donne lieu à de la pluie. Le même processus de grossissement a lieu entre deux gouttelettes à des
températures diérentes (la plus froide grossit au détriment de la plus chaude).

9.2 Types de précipitations


Il existe diérents types de précipitations : les précipitations convectives, les précipitations orographiques
et les précipitations frontales.
Les précipitations convectives. Elles résultent d'une ascension rapide des masses d'air dans l'atmo-
sphère. Elles sont associées aux cumulus et cumulo-nimbus, à développement vertical important, et sont
donc générées par le processus de Bergeron. Les précipitations résultantes de ce processus sont en général
orageuses, de courte durée (moins d'une heure), de forte intensité et de faible extension spatiale.
Les précipitations orographiques. Comme son nom l'indique (du grec oros, montagne), ce type de
précipitations résulte de la rencontre entre une masse d'air chaude et humide et une barrière topographique
particulière. Par conséquent, ce type de précipitations n'est pas  spatialement mobile  et se produit
souvent au niveau des massifs montagneux. Les caractéristiques des précipitations orographiques dépendent
de l'altitude, de la pente et de son orientation, mais aussi de la distance séparant l'origine de la masse d'air
chaud du lieu de soulèvement. En général, elles présentent une intensité et une fréquence assez régulières.
Les précipitations frontales ou de type cyclonique. Elles sont associées aux surfaces de contact
entre deux masses d'air de température, de gradient thermique vertical, d'humidité et de vitesse de dépla-
cement diérents, que l'on nomme  fronts . Les fronts froids (une masse d'air froide pénètre dans une
région chaude) créent des précipitations brèves, peu étendues et intenses. Du fait d'une faible pente du
front, les fronts chauds (une masse d'air chaude pénètre dans une région occupée par une masse d'air plus
froide) génèrent des précipitations longues, étendues, mais peu intenses.

9.3 Diculté de la mesure


Les mesures de précipitations intéressent des secteurs d'activités assez divers mais principalement la
météorologie, l'agriculture, l'hydrologie, etc. Des réseaux de mesures ont généralement été installés de
longue date. De nos jours, il est encore fréquent d'avoir à installer de nouvelles stations pluviométriques
pour les besoins d'une étude.
L'idée est de mesurer la quantité d'eau tombée au sol durant un certain intervalle de temps ; or, ceci
n'est pas aussi facile qu'il y paraît :

52
 la taille de l'échantillon est ridiculement faible puisqu'avec une surface réceptrice ne dépassant pas
2000cm2 , on espère dans le meilleur des cas, représenter la pluie sur quelques kilomètres-carrés ; on
échantillonne donc quelques dix millionièmes de la surface ;
 les précipitations sont par ailleurs très sensibles au vent, ce qui explique que l'introduction de l'ap-
pareil occasionne une perturbation de la circulation et ainsi, une modication des précipitations ;
 enn, signalons que pour la neige, on peut souvent se contenter de mesurer son équivalent en eau,
mais dans ce cas, encore faut-il que les ocons aient bien voulu se poser dans la surface réceptrice.
On retiendra que la signication d'une mesure pluviométrique n'est que relative. Si on a le soin d'uni-
formiser les appareils et les conditions d'implantation, les hauteurs de pluie enregistrées seront comparables
entre elles et liées par une relation stable mais inconnue à la hauteur de pluie réellement tombée au sol.
Cet handicap est acceptable dans la plupart des cas puisque les hauteurs de pluie mesurées seront mises
en relation avec les écoulements par des modèles statistiques ou par des modèles déterministes mais calés
sur diérentes observations (par exemple, trouver un coecient de ruissellement supérieur à 100 % est alors
acceptable et signie pratiquement que la hauteur de pluie réelle est sous-estimée).

9.4 Apareillages pluviometriques


9.4.1 Pluviomètres
Le pluviomètre est un appareil très simple qui comporte une surface réceptrice limitée par une collerette
cylindrique ; l'eau traversant cette surface est dirigée par un entonnoir vers un seau récepteur. Si durant un
certain intervalle de temps ∆t, on a récupéré un volume V à travers la surface réceptrice S, la hauteur de
pluie HDeltat tombée est (équation 9.1) :
V
H∆t = (9.1)
S

Figure 9.1  Pluviomètre

Dans la pratique, on adjoint à chaque pluviomètre une éprouvette graduée (fonction de la surface
réceptrice S) qui permet la lecture directe de H∆t en 1/10 ème mm.

53
Bien que les surfaces réceptrices soient identiques, les mesures divergent du fait du changement de
hauteur : 1,5 → 1 mètre et du changement de matériaux : tôle → plastique, ce qui modie les condensations
sur les parois du récepteur. En général, les pluviomètres sont relevés par un observateur une ou deux fois
par jour.

9.4.2 Pluviographes
Ces appareils sont destinés à l'enregistrement de la hauteur de pluie cumulée en fonction du temps.
Deux types principaux ont eu un certain développement : les pluviographes à augets basculeurs et ceux à
siphons. Actuellement, ces derniers tendent à être abandonnés.
Les pluviographes à siphon ne sont plus que très rarement installés. Cependant on peut encore en
rencontrer sur le terrain (gure 9.2).

Figure 9.2  Principe d'un pluviographe à siphon

Les pluviographes à augets basculeurs ont la partie captante commune avec les pluviomètres ; ils en
dièrent par la partie réceptrice en aval de l'entonnoir. L'eau est dirigée par un court tube vers les augets
de mesures. Ceux-ci sont disposés symétriquement par rapport à un axe de rotation horizontal. Dans la
situation du schéma ci-contre, l'auget de gauche est en train de se remplir alors que celui de droite s'est
déjà vidé (gure 9.3 ).
Lors du remplissage, le centre de gravité de l'ensemble des deux augets se déplace vers la gauche jusqu'à
dépasser la verticale de l'axe de rotation ; l'ensemble bascule alors vers la gauche et l'auget plein se vide
alors que celui de droite est venu en position de remplissage. Les augets sont tarés de façon à ce que le
basculement se produise lorsqu'ils contiennent 20 g d'eau. La partie captante ayant des surfaces de 2000
cm2 , 1000 cm2 ou 400 cm2 , un basculement correspond à 0,1 mm, 0,2 mm ou 0,5 mm de pluie.

9.5 Stations pluviometriques


9.5.1 Site
Le site d'implantation d'un pluviomètre comme d'un nivomètre doit répondre à certains critères :

54
Figure 9.3  Principe d'un pluviographe à augets basculeurs

 être représentatif du secteur en étant exposé "normalement" aux vents ;


 être éloigné de toute singularité trop proche. On admet en général une distance minimum de quatre
fois la hauteur de l'obstacle.
Ces règles ne sont pas toujours faciles à respecter en particulier en montagne et en forêt. Par ailleurs,
si les appareils autonomes peuvent être installés a priori à n'importe quel point, les pluviomètres imposent
de les installer à proximité de la résidence de l'observateur. Le choix d'un site est donc un compromis entre
des impératifs techniques, économiques et humains. Il garde donc un côté subjectif important.

9.5.2 Précautions d'installation


La collerette du capteur doit être rigoureusement horizontale ; on admet qu'un écart de 1o peut provoquer
des erreurs de l'ordre de 1 %.
Les pluviomètres nouvellement installés auront une surface réceptrice normalisée : 400 ou 1 000 cm2
(plus la section est grande, plus la pluie captée est importante).
Les pluviomètres seront installés à 1 m du sol. Si un ancien pluviomètre (situé à 1,5 m) doit être
remplacé, il est prudent de le laisser fonctionner durant un an concurremment avec le nouveau calé à 1,0
m.
Après chaque installation, il convient d'établir une che descriptive du site avec croquis et photos, ce qui
permettra dans les années à venir, de mettre en évidence les évolutions progressives du site (constructions,
développement des arbres, etc.).

9.6 Gestion du réseau


9.6.1 Fréquence des observations
Les pluviomètres ne sont guère plus installés que sur des sites où on étudie les pluies à une échelle de
temps journalière. Un observateur local relèvera la pluviomètrie une ou deux fois par jour et transmettra
ses observations au bureau central une fois par mois.
Dans les autres cas, l'installation d'appareils enregistreurs permet d'espacer les visites. Les autonomies
théoriques atteignent plusieurs mois ; cependant, il est bon de procéder à des visites au moins mensuelles,

55
car les appareils nécessitent un petit entretien (par exemple, déboucher l'orice d'un entonnoir que les
oiseaux remplissent une fois sur deux en se posant sur la bague d'un pluviomètre). D'autre part, les pannes
sont toujours possibles (ne serait-ce qu'un feutre à sec). Dans ce cas, on ne perd qu'un mois au maximum
d'informations.

9.6.2 Pluie moyenne sur une surface


D'une façon générale, le problème se pose de la manière suivante : on connaît sur n points (aux postes
pluviométriques), la fonction P (x, y) et on se propose de calculer la valeur moyenne PBV de P(x, y) sur
un certain domaine BV (en général un bassin versant).
Le problème est alors un problème d'interpolation de la fonction P(x, y) entre les points d'échantillon-
nage.
Les solutions à ce problème sont nombreuses, mais elles peuvent se résumer en deux grands types : des
solutions simples et rustiques applicables à la main, des solutions précises et sophistiquées d'application
plus complexe.

Méthode de Thiessen
Cette méthode, basée uniquement sur les pluies observées aux pluviomètres, consiste à supposer que la
fonction P (x, y) varie discrètement. Pour cela, sur tout élément de surface dx dy, on admet que P (x, y)
est égal à la valeur enregistrée au poste le plus proche.

Figure 9.4  Calcul de la précipitation moyenne par la méthode de Thiessen

Comme le suggère la gure ci-contre, les éléments de surface plus proches d'un pluviomètre que de tout
autre, sont déterminés par le réseau des médiatrices des segments joignant les postes 2 à 2. Dans cette
hypothèse, la pluie moyenne s'exprime ainsi
Pn
Pi Si
Pmoy = Pi=1
n (9.2)
i=1 Si

56
Méthode des isohyètes
Cette méthode consiste, connaissant la fonction P (x, y) en quelques points d'échantillonnage à interpoler
P(x,y) en tout point du bassin versant. Cette interpolation est généralement faite selon des techniques de
krigeage où la pluie estimée en un point quelconque est une combinaison linéaire des pluies connues aux
pluviomètres ; les poids étant aectés selon la distance du point au pluviomètre par rapport à la structure
spatiale du phénomène. Cette méthode permet de tenir compte d'autres paramètres, en particulier du
relief que l'on connaît en tout point. Dans ces conditions, on étudie les régressions pluie-morphométrie aux
diérents points d'observation, puis on interpole les résidus de régression qui par construction sont une
fonction aléatoire stationnaire d'ordre 2. Enn on reconstitue en tout point les précipitations en ajoutant
aux résidus interpolés, la moyenne conditionnelle des précipitations expliquée par le relief.

Figure 9.5  Calcul de la précipitation moyenne par la méthode des isohyetes

Cette façon de procéder est préférable puisqu'elle permet de prendre en compte des paramètres autres
que ceux mesurés uniquement aux pluviomètres, mais elle présente les inconvénients d'être plus longue
(calcul automatique quasiment nécessaire) et de devoir être répétée pour chaque averse.

9.6.3 Publication des résultats


Chaque station pluviométrique ou pluviographique est exploitée à l'échelle journalière. En n de mois
ou plus généralement en n d'année, on établit un annuaire pluviométrique où gurent pour chaque poste :
 les pluies journalières ;
 les totaux décadaires ;

57
 les totaux mensuels ;
 les totaux annuels ;
 le nombre de jours de pluies et des informations particulières sur les phénomènes exceptionnels qui
ont pu se produire dans l'année.
Le dépouillement des hyétogrammes à une échelle plus ne de temps ne font pas l'objet d'une publication
systématique. Ces données sont archivées sur support informatique (facilement pour les enregistreurs sur
support magnétique) ou encore à l'état brut des originaux papiers. La banalisation des tables à digitaliser
rend plus facile l'archivage informatique à partir des hyétogrammes ; cependant, la plupart des services n'ont
pas pu faire ce travail pour des raisons de personnel. Les stocks d'enregistrement sur papier augmentent
d'année en année et cela est inquiétant car une partie de cette information risque de se dégrader ou même
de s'égarer.

9.7 Notion de temps de retour


Les projets d'aménagements hydrauliques ou hydrologiques sont souvent dénis par rapport à une averse
type associée aux fréquences probables d'apparition.
Lorsque l'on étudie des grandeurs comme les précipitations (caractérisées à la fois par leur hauteur et
leur durée) ou les débits de crue d'un point de vue statistique, on cherche donc et, en règle générale, à
déterminer par exemple la probabilité pour qu'une intensité i ne soit pas atteinte ou dépassée (i.e. soit
inférieure ou égale à une valeur xi)
On dénit alors le temps de retour T d'un événement comme étant l'inverse de la fréquence d'apparition
de l'événement.

58
9.8 Question et Exercices
Question de compréhension 1. Les précipitations sont-elles variables à l'échelle d'un événement plu-
vieux ?
Question de compréhension 2. Par quels critères peut-on diérencier une averse d'une autre ?
Question de compréhension 3. Quelles sont les deux lois générales de pluviosité ? Le comportement
hydrologique du bassin versant est-il inuencé par la distribution de la pluie dans l'espace et dans le temps ?
Question de compréhension 4. La méthode de la moyenne arithmétique est-elle recommandée pour
calculer la pluie moyenne sur un bassin versant si le relief du bassin n'est pas homogène ?
Exercice de compréhension 15. Vrai - Faux
Les nuages sont formés, par accumulation dans les hauteurs de l'atmosphère, de minuscules goutte-
lettes d'eau.
Les noyaux de condensation sont constitués de particules provenant des éruptions volcaniques, de
poussières arrachées au sol, de poussières de combustion, de pollens, etc.
Une masse d'air qui s'élève se réchaue, ce qui provoque l'évaporation des nes gouttelettes d'eau au
sein du nuage.
Le phénomène de condensation de vapeur d'eau sur les gouttelettes d'eau des nuages n'est pas susant
pour former des gouttelettes de précipitation.
Le processus de coalescence est le processus par lequel les molécules d'eau s'évaporent de la gouttelette
d'eau du nuage pour aller se solidier sur le cristal de glace qui devient plus gros, puis tombe.
Le processus de Bergeron est le processus par lequel les gouttelettes au sein d'un nuage entrent en
collision entre-elles et grossissent pour nalement tomber.
Exercice de compréhension 16. Les précipitations...
 sont dites stratiformes lorsqu'elles résultent d'une ascension rapide des masses d'air dans l'atmosphère.
 sont dites convectives lorsqu'elles sont très localisées et qu'elles sont produites par l'instabilité convective
de l'air.
 de type orographique sont très importantes en région montagneuse.
 associées à des nuages de types "stratus" couvrent de grande étendue, elles durent longtemps mais sont
de faible intensité.
 associées à des nuages de types "cumulus" sont très étendues, de courte durée mais très intense.
 sont très variables dans le temps aussi bien à l'échelle annuelle qu'à celle d'un événement pluvieux.
 présentent une variabilité dans l'espace très faible et ceci quelle que soit l'échelle spatiale prise en compte
(régionale, locale, etc.).
Exercice de compréhension 17. Vrai - Faux
Un pluviographe est un pluviomètre comportant un dispositif d'enregistrement en continue des hauteurs
de précipitation.
Un pluviomètre fournit une mesure régionale des précipitations.
L'intensité des précipitations lors d'un évènement pluvieux est obtenue à partir des mesures d'un
pluviographe.

59
Plus le réseau de pluviomètres est dense et plus l'ensemble des mesures est représentatif de la lame
d'eau tombée sur une surface donnée.
La structure d'une averse inuence fortement le comportement hydrologique du bassin versant.
Une carte d'isohyètes est une représentation graphique de la distribution spatiale d'une précipitation
sur une période de temps donnée.
Exercice de compréhension 18. Avec un pluviomètre, on a mesuré une précipitation de 12 mm. Com-
bien cela représente-t-il en volume par unité de surface ?
 1200 l/ha
 120 m3 /ha
 12 m3 /ha
 1,2 l/m2

Exercice de compréhension 19. Quelle est la valeur moyenne des précipitations tombées sur le bassin
versant ci-dessous ? Utiliser la méthode des polygônes de Thiessen.
Exercice de compréhension 20. Parmi les méthodes ci-dessous, laquelle ou lesquelles n'est / ne sont pas
utilisée(s) pour calculer la pluie moyenne sur un bassin versant si le relief du bassin n'est pas homogène ?
 La méthode de Thiessen.
 La moyenne arithmétique.
 Le krigeage.
 La méthode des isohyètes.

Exercice de compréhension 21. Le temps de retour d'un événement considéré est déni par T = 1 / p,
ou p est la probabilité ...
 de non-dépassement de l'événement au cours d'une année quelconque.
 de dépassement de l'événement au cours d'une année quelconque.

Exercice de compréhension 22. Vrai - Faux


Une pluie de fréquence centennale se produit tous les cent ans.
La probabilité et le temps de retour ne sont que des estimations de l'invraisemblance de l'événement
considéré.
Le temps de retour est la durée moyenne séparant deux occurrences de l'événement considéré.
Les temps de retour sont supérieurs ou égaux à un an car la probabilité de la formule T=1/p est
nécessairement inférieure ou égale à 1.
Le temps de retour est lié aux notions de régularité des phénomènes extrêmes.
évènements qui ne se sont pas produits et qui ne se produiront peut-être jamais à l'avenir.

Exercice de compréhension 23. Les courbes Intensité-Durée-Fréquence...


 traduisent graphiquement le fait que pour une durée de pluie donnée, plus le temps de retour est grand et
plus l'intensité moyenne maximale sera importante.
 permettent de calculer des pluies de projets.
 permettent d'apprécier la répartition spatiale de la pluviosité sur un bassin versant donné.

60
 sont construites à partir d'ajustements fréquentielles de séries de pluies extrêmes qui utilisent la loi de
Gumbel.
 sont établies sur la base de l'analyse d'averses enregistrées à une station au cours d'une longue période.

Exercice de compréhension 24. Pour une région donnée, la quantité d'eau qui tombait habituellement
en une année (700 mm) est tombée en un mois provoquant des crues dommageables. Ceci s'est produit en
1979, 1988, 1991, 2000 et 2001 au cours des 25 dernières années.
1. Quelle est la probabilité d'occurrence de ce phénomène ?

2. Quel est son temps de retour ?


3. S'il a lieu en 2004, a-t-il autant de chance de se produire en 2005 ?
4. ... NON OUI Pourquoi ?
Exercice de compréhension 25. Quelles séries de précipitations peut-on utiliser pour construire des
courbes IDF dans une région donnée selon la loi de Montana ?
 Série de maximums annuels de pluies journalières pour une période d'au moins 20 ans.
 Série de maximums annuels de pluies horaires pour une période d'au moins 20 ans.
 Série de maximums annuels de pluies sur 3 jours pour une période d'au moins 20 ans.
 Série de maximums annuels de pluies sur 5 jours pour une période d'au moins 20 ans.

Exercice de compréhension 26. Vrai - Faux


Pour certains épisodes pluvieux, plus on s'éloigne du centre de l'averse et plus l'intensité de la pluie
est faible.
Le coecient d'abattement est le rapport de la hauteur de pluie moyenne au minimum ponctuel de
précipitations.
L'analyse des hauteurs des précipitations en fonction de la surface concernée permet de construire
des courbes " hauteur de précipitation - surface".
Plus l'averse concerne une grande supercie, plus le coecient d'abattement sera faible.
Plus l'averse est de courte durée, plus le coecient d'abattement sera important.

61
Chapitre 10

Mesures liées à l'estimation de l'évaporation


et de l'évapotranspiration
Le retour de l'eau à l'atmosphère peut se faire de diérentes manières, soit directement par évaporation
à partir d'une surface d'eau libre (mer, lac, cours d'eau, etc.), soit le plus souvent à partir d'un sol ou
par l'intermédiaire des végétaux. On parle dans ce deuxième cas d'évapotranspiration. Pour l'évaporation,
la quantité d'eau qui repart dans l'atmosphère dépend uniquement des paramètres physiques tels que la
température de l'air, de l'eau, de la vitesse du vent, du degré hygrométrique, de l'ensoleillement, etc.
L'évapotranspiration, elle, dépend en plus du couvert végétal et de son stade de développement ; sa mesure
en est rendue d'autant plus dicile.

10.1 Mesure des paramètres physiques conditionnant l'évaporation


Ces mesures sont généralement faites par les services météorologiques. Cependant, dans certains cas
particuliers, les données ne sont pas disponibles à proximité du site envisage ; dans ce cas, l'hydrologue peut
être amené à installer des stations climatologiques plus ou moins complètes. Il faut noter qu'il existe de
grandes diérences dans les appareils de mesures. Lorsqu'ils sont destinés à équiper des stations du type
synoptique, on rencontre des appareils très précis mais nécessitant entre autres un important investissement,
des sources d'énergie électrique et un personnel compétent. Au contraire, pour les stations tertiaires que
l'hydrologue peut être amené à installer, il convient de mettre l'accent sur la robustesse et l'autonomie
d'appareils destinés bien souvent à être "abandonnés" durant des semaines.

10.1.1 Mesure des températures


Un thermomètre quel qu'il soit ne mesure que sa propre température. Il faut donc prendre un soin
particulier pour qu'il soit en équilibre thermique avec le milieu dont on veut mesurer la température. Que
ce soit pour la mesure de la température de l'air ou de l'eau, il convient donc de protéger l'appareil des
rayonnements solaires directs ou indirects.
L'air étant un très mauvais conducteur de la chaleur, il faut renouveler l'air au contact du thermomètre ;
l'abri devra donc être aéré. Sous nos climats, la ventilation naturelle à travers des parois à persiennes est
considérée comme susante. Par ailleurs, l'abri sera peint en blanc, brillant si possible, de façon à limiter

62
son échauement. Enn, la mesure de température se fera à environ 1,5 m du sol.
Pour les besoins de l'hydrologie, un thermomètre à mercure à 0.1o C est susamment précis, mais pour
obtenir des températures moyennes journalières ou mensuelles, il nécessiterait des relevés trop fréquents.
On peut alors utiliser des thermomètres à maxima et minima.
Le thermomètre à maxima est un thermomètre à mercure présentant un étranglement à la sortie du
réservoir. Lorsque la température augmente, le mercure le franchit aisément. Par contre lorsque la tempé-
rature décroît, le mercure se fractionne et maintient donc l'indication de la température maximale atteinte.
Pour la bonne marche de l'appareil, il convient de l'installer dans une position voisine de l'horizontale
(environ 2o ). Pour réduire le fractionnement après la lecture, il sut de "centrifuger" à la main l'appareil.
Le thermomètre à minima est généralement un thermomètre à alcool dont le capillaire contient un
petit index mobile se déplaçant librement. Si la température augmente, l'alcool monte dans le capillaire
en s'écoulant autour de l'index qui ne bouge pas. Par contre si la température baisse, l'alcool va s'écouler
autour de l'index jusqu'à ce que le ménisque l'atteigne. Les forces de capillarité sont alors susantes pour
que le ménisque entraîne l'index dans sa descente.

10.1.2 Mesure de l'humidité de l'air


La mesure directe de l'humidité de l'air est dicile ; aussi utilise-t-on le plus souvent des mesures
indirectes.

Psychromètre
Le psychromètre se compose de deux thermomètres à mercure, l'un normal dit "sec" et l'autre dit
"humide" dont le réservoir est entouré d'une mousse humidiée par de l'eau (gure 10.1). Le thermomètre
sec indique alors la température de l'air ambiant (t) alors que le thermomètre humide enregistre une
température plus faible(t') due à l'évaporation de l'eau de la mousse.

Figure 10.1  Schéma d'un psychromètre

L'évaporation est d'autant plus intense et cette température plus faible que l'air est plus sec. Les tables

63
psychrométriques permettent, connaissant θ sec, θ humide et la pression atmosphérique, d'évaluer le degré
de saturation de l'air. A défaut on utilisera la relation 10.1 :

et = est0 − 0.00079.P.(t − t0 ) (10.1)

et et est0 sont respectivement la tension de vapeur réelle à la température t et la tension de vapeur saturante
à la température t', P est la pression.
Évidemment, pour que la mesure soit représentative, il faut éviter que la vapeur émise par la mousse
humide ne stagne autour du thermomètre ce qui perturberait la mesure. On utilise donc de préférence des
psychromètres à ventilation forcée où l'air est introduit dans l'appareil par une petite turbine actionnée par
un moteur à ressort. L'avantage de ce type d'appareil est de permettre des mesures tout à fait reproductibles
et indépendantes de l'aération de l'abri ou du tour de main de l'observateur.

Hygromètre enregistreur
Les psychromètres se prêtent mal à un enregistrement en continu du degré de saturation de l'air. On a
recours alors à des hygromètres organiques utilisant la propriété de certains corps de s'allonger lorsque
l'humidité relative croît. Le plus souvent, c'est une mèche de cheveux qui sert de "capteur" ; leur dilatation
relative est ampliée et rendue linéaire en fonction de l'humidité relative. Les mouvements sont transmis
à une plume qui enregistre les variations sur un diagramme entraîné par un mouvement d'horlogerie. Là
encore, on utilise le plus souvent des diagrammes hebdomadaires.
Malheureusement, ces appareils sont sujets à de fréquents détarages dus entre autres au vieillissement
du capteur ou à un phénomène d'hystérésis après une période sèche. Il convient donc de réétalonner fré-
quemment ces enregistreurs après avoir eu soin de les réhumidier. Le réétalonnage pourra être fait grâce
à un psychromètre lors du relevé hebdomadaire du diagramme.

10.1.3 Mesure des pressions


La mesure des pressions peut être intéressante dans quelques cas particuliers (surveillance piézométrique
de nappes par exemple), mais elle est nécessaire pour l'interprétation d'autres mesures.
Les appareils le plus souvent utilisés sont des barographes métalliques à capsules anéroïdes. Certains
types d'appareils comme celui présenté plus loin, permettent l'enregistrement en "parallèle" de la tempé-
rature, de l'hygrométrie et de la pression.

10.1.4 Mesure du rayonnement solaire


Les mesures sont relativement rares. Les appareils dièrent selon qu'ils mesurent le rayonnement direct
(Phyrhéliomètre) ou le rayonnement global (Pyranomètre). Pour les besoins de l'hydrologue, seuls ces
dernières mesures sont intéressantes. Encore doit-on s'assurer que la mesure s'eectue sur la totalité du
spectre.
Les pyranomètres les plus utilisés en Europe et en Afrique sont des appareils à thermopiles Moll. Les
thermopiles se composent d'un montage en série de couples thermo-électriques. Ceux-ci comportent deux

64
soudures engendrant entre elles une force électromotrice fonction de leur diérence de température. Cette
force électromotrice est dirigée sur un galvanomètre enregistreur.
Une mesure indirecte mais beaucoup plus simple du rayonnement solaire est celle de la durée d'insolation.
L'appareil le plus utilisé est l'héliographe de Campbell-Stockes . Il se compose d'une sphère de cristal qui,
jouant le rôle d'une loupe, focalise les rayons du soleil. A la distance focale de la sphère, on dispose à l'opposé
du soleil une feuille de papier sensible. Lorsque le soleil brille, le papier se consume et la brûlure progresse
avec le mouvement apparent du soleil. Chaque soir, on relève le papier qui, convenablement gradué, permet
de mesurer la durée quotidienne d'insolation.

10.1.5 Mesure du vent


La mesure du vent est faite dans les stations météorologiques par des anémomètres enregistreurs des
vitesses instantanées, doublés d'une girouette donnant la direction du vent. Pour l'hydrologue et sauf cas
particulier, on peut se contenter d'anémomètres totalisateurs.
En général, ils comportent quatre coupelles hémisphériques de 44 mm de diamètre. Le mouvement de
rotation provoqué par le vent quelle que soit sa direction, est transmis par un axe et un système d'engrenage
à un compteur indiquant directement le nombre de kilomètres parcourus par le vent. Il sut de relever ce
compteur à l'intervalle de temps souhaité (de l'ordre de une à deux fois par jour) pour pouvoir calculer la
vitesse moyenne du vent. La vitesse du vent variant d'une façon sensible au voisinage du sol, on dispose
généralement les anémomètres à 10 m au-dessus d'un sol plat et à une distance de tout obstacle égale au
moins à dix fois la hauteur de cet obstacle. La vitesse du vent variant d'une façon sensible au voisinage
du sol, on dispose généralement les anémomètres à 10 m au-dessus d'un sol plat et à une distance de tout
obstacle égale au moins à dix fois la hauteur de cet obstacle.

10.2 Mesures de l'évaporation


Les mesures de "l'évaporation" peuvent se faire de diérentes façons selon les buts poursuivis : estimation
de l'évaporation à partir d'un réservoir, estimation de l'évaporation potentielle.
Parfois on souhaite même évaluer l'ensemble de l'évaporation et de la transpiration par le système
sol-végétaux, c'est à dire directement l'évapotranspiration réelle.

10.2.1 Mesures de l'évaporation à partir d'une surface libre


Diérents types d'appareils ont été conçus mais avec leurs défauts et leurs qualités.

Bac classe A (du Weather Bureau, U.S.A.)


Ce bac est constitué d'un cylindre métallique de 121,9 cm de diamètre et de 25,4 cm de hauteur. Dans
ce cylindre, on maintient une épaisseur d'eau de 17,5 à 20 cm (gure 10.2 ).
Le cylindre est supporté par un caillebotis à 15 cm du sol. Le caillebotis doit permettre une bonne
aération sous le bac.
Ce bac universellement répandu ne satisfait que très partiellement l'hydrologue car, du fait de sa dis-
position par rapport au sol, il est très sensible aux variations de température, son inertie thermique étant

65
Figure 10.2  Bac classe A

faible.

Bac Colorado et Bac ORSTOM


Le bac Colorado et le bac ORSTOM qui en dérive, sont des bacs de section carrée de 92,5 cm de côté
(1 m pour le bac ORSTOM), d'une hauteur de 60 cm et enterré de 50 cm (gure 10.3 ).

Figure 10.3  Bac Colorado

L'eau est maintenue à 10 cm environ du rebord, soit sensiblement au niveau du sol. Cet appareil étant
enterré et avec une plus grande épaisseur d'eau, il possède une plus grande inertie thermique et se rapproche
plus des conditions naturelles.

Utilisation des bacs et des résultats des mesures


Ces bacs doivent toujours être installés dans un site représentatif du milieu hydrologique ambiant. On
évitera de mettre les bacs au milieu d'une zone recouverte de sable ou de gravillons (augmentation de la
température) mais plutôt au milieu d'une zone enherbée. Par ailleurs, les bacs devront être entourés d'un
grillage pour éviter que des animaux viennent y boire.
Chaque bac doit être associé à un pluviomètre pour pouvoir corriger l'évaporation apparente des préci-
pitations.
Cependant, le pluviomètre doit avoir le même coecient de captation que les bacs. On utilisera donc des
pluviomètres de mêmes dimensions que les bacs et disposés au sol.
Évidemment, lorsque les averses sont importantes (quelques dizaines de millimètres), il est illusoire de
mesurer avec une bonne précision une évaporation de quelques millimètres au maximum.

66
Pour mesurer l'évaporation apparente, on peut utiliser une pointe immergée xe ; on mesure alors le
volume d'eau à ajouter ou retrancher pour rétablir le niveau du bac.
Cette méthode étant plus pénible pour obtenir une bonne précision, il est préférable d'utiliser une pointe
recourbée montée sur une tige letée ; une molette graduée permet de déplacer la pointe.
La lecture des déplacements de la pointe sur un vernier permet aisément une précision du 1/10 ème de
mm. Les mesures sont faites généralement deux fois par jour, à 6 h et 18 h par exemple.
Lorsque l'on veut passer de l'évaporation mesurée sur un bac à celle d'un réservoir de grandes dimensions,
il convient de tenir compte de la diérence d'échelle. En général, on admet que l'évaporation sur le réservoir
sera celle mesurée sur un bac placé dans les mêmes conditions climatiques, multipliée par un coecient dit
"coecient de bac".
Dans le cas où une estimation précise est nécessaire, il est possible de mesurer directement l'évaporation
à partir d'un bac ottant de quelques dizaines de mètres-carrés. Le coecient du bac est alors de 1, mais
il faut prendre un soin particulier pour éviter les entrées d'eau intempestives.
En l'absence de mesures directes, on pourra évaluer l'évaporation mensuelle à partir de réservoirs
de grandes dimensions, par des formules telles celles de Meyer (équation 10.2), du Service Hydrologique
d'U.R.S.S. (équation 10.3), de Lugeon (équation 10.4).

V(miles/h 25 pieds)
E(pouces/mois) = 11 × (est − e) × (1 + ) (10.2)
10
est et e désignent la tension de vapeur saturante à la température moyenne de l'air et la tension moyenne
réelle de vapeur (en pouces de Hg).

E(mm/mois) = 0.15 × (est − e) × (1 + 0.072V(m/s 2 mtres) ) (10.3)

est et e désignent la tension de vapeur saturante à la température moyenne de l'eau en surface et la tension
moyenne réelle de vapeur à 2 m au dessus de la surface (en millibars).

273 + tmax 760


E(mois/mois de n jours) = 0.398 × n × (est − e) × × (10.4)
273 P a × est

est et e désignent la tension de vapeur saturante à la température moyenne de l'air et la tension moyenne
réelle de vapeur (en pouces de Hg), Pa la pression barométrique moyenne.

10.2.2 Mesure de l'évaporation à partir de surfaces poreuses : les atmomètres


Ces appareils sont destinés à mesurer une grande caractéristique du pouvoir évaporant de l'air ambiant.
Ces appareils devraient donc avoir les qualités suivantes : faible inertie thermique, surface évaporante, plane,
horizontale et à comportement de corps noir, faible perturbation du champ des vitesses du vent, ne pas
modier l'humidité relative de l'air ambiant au voisinage de l'appareil.

Le "Black Bellani"
C'est un des appareils qui correspond le mieux aux qualités que l'on exige d'un atmomètre. L'évaporation
se fait à partir d'une surface poreuse de porcelaine noire de 7,5 cm de diamètre. Cette coupelle est alimentée
en eau à partir d'un réservoir qui sert également à mesurer la quantité d'eau évaporée (gure 10.4 ).

67
Figure 10.4  Black Bellani

Les faibles dimensions de l'appareil permettent d'obtenir une faible inertie thermique, et l'évaporation
réduite ne perturbe pas l'hygrométrie ambiante. Enn, la couleur noire de la surface évaporante permet de
capter les radiations sur la quasi-totalité du spectre. Cet appareil est installé sans protection à 2 m du sol,
dans une zone représentative.

Le "Piche"
Parmi un grand nombre d'autres atmomètres, nous signalerons l'atmomètre de Piche, bien qu'il ne
réponde qu'imparfaitement aux qualités exigibles d'un appareil de mesure. Il est utilisé très fréquemment
par les agronomes. Son emploi se justie par la simplicité et le faible coût de l'appareil.
La surface évaporante est constituée par un lm de papier buvard blanc, xé à l'extrémité du tube
en verre en forme de U. Ce tube sert à la fois à l'alimentation et à la mesure de l'évaporation. La feuille
de buvard est changée chaque jour après lecture de l'appareil Le Piche est disposé à l'intérieur de l'abri
météorologique ; aussi la mesure dépend-elle beaucoup des conditions d'aération.

10.3 Mesures et estimation de l'évapotranspiration


10.3.1 Notion d'évapotranspiration réelle et potentielle
On appelle évapotranspiration réelle (notée par la suite Etr ), la quantité d'eau, généralement exprimée
en millimètres, évaporée ou transpirée par le sol, les végétaux et les surfaces libres d'un bassin versant. L'éva-
potranspiration potentielle (notée par la suite Etp ) est la quantité d'eau qui serait évaporée ou transpirée
à partir d'un bassin versant si l'eau disponible pour l'évapotranspiration n'était pas un facteur limitant.

10.3.2 Mesures directes


Les mesures directes d'Etp ou d'Etr se font surtout en agronomie où on étudie chaque type particulier
de cultures. Les résultats de ces mesures sont diciles à utiliser en hydrologie car il y a une très importante
diérence d'échelle entre la surface de la parcelle d'essai (quelques mètres carrés) et celle d'un bassin
versant (des dizaines de kilomètres carrés). Par ailleurs, les plantations utilisées ne sont généralement pas
représentatives de la végétation d'un bassin versant.
La mesure d'Etr peut être faite sur une case lysimétrique (gure 10.5). On isole un bloc du sol de
quelques mètres-carrés de surface sur environ 2 m d'épaisseur. Cet échantillon de terrain est drainé à sa

68
base et on enregistre les débits D sortant par les drains. En surface, un collecteur fait le tour de la parcelle
et récupère les eaux de ruissellement dont le débit Q est également enregistré. Les apports d'eau par la
pluie P sont mesurés avec un pluviomètre. Enn, on évalue le stock d'eau R contenu dans la case, soit par
une mesure à la sonde à neutron des teneurs en eau dans le sol, soit en montant la case sur un système de
bascule. Un bilan très simple permet d'évaluer l'Etr sur un intervalle de temps ∆t puisque l'on doit avoir

Figure 10.5  Case lysimétrique

la relation 10.5.
P = [Q + D + Etr ] + ∆R (10.5)

Entre = [sorties] + variation de la rserve (10.6)

Le même système que la case lysimétrique, mais on parle alors "d'évapotranspiromètre", permet de
mesurer l'Etp . Il sut alors de maintenir un niveau d'eau dans les drains pour que l'eau disponible ne soit
plus un facteur limitant de Etr . On mesure Etp en écrivant le même bilan que précédemment mais le terme
D pouvant être positif ou négatif.

10.3.3 Estimation de l'évapotranspiration


Plusieurs formules permettent d'évaluer l'Etp à partir de diérentes mesures climatologiques. La plus
complète et la plus complexe est certainement la formule de Penman basée sur la notion de bilan énergétique.
Cependant, le nombre de paramètres utilisés par cette formule (diérentes températures, hygrométrie,
rayonnement global, albédo, etc.) font que son emploi est rarement possible compte tenu des mesures
disponibles.

Formule de Turc
La formule de Turc, qui dérive en la simpliant de la formule de Penmann, ne nécessite que la connais-
sance des températures de l'air et de la radiation globale ou de la durée d'insolation. Cette formule est la

69
suivante (équation 10.7) :
t
Etp = 0.4 × × (Ig + 50) × K (10.7)
t + 15
Avec :
 Etp évapotranspiration potentielle mensuelle (en mm d'eau) ;
 t température moyenne mensuelle de l'air (en o C) ;
 Ig radiation globale moyenne mensuelle reçue au sol (en calorie/cm2 /jour) ;
 K un coecient égal à 1 si l'humidité relative hr est supérieure à 50 % ; sinon K = 1 + 80−h 70
r

Si la radiation globale Ig n'est pas mesurée, on pourra l'évaluer à partir de la durée d'insolation h par
la formule 10.8.
h
Ig = IgA × (08 + 0.62 × ) (10.8)
H
Avec :
 IgA radiation globale théorique (en cal/cm2 /jour) ;
 H durée théorique des jours du mois.
Les abaques de la gure 10.6 permettent d'évaluer IgA et H en fonction de la latitude et du mois dans
les mêmes unités (cosinus d'angles en o ) et en numérotant les mois de 1 (janvier) à 12 (décembre).

Figure 10.6  Abaques d'évaluation de IgA

La formule associée à la gure 10.6 d'emploi aisé, bénécie d'un préjugé assez favorable quant à la

70
précision des estimations obtenues à l'échelle mensuelle. Parfois, on utilise même cette formule à l'échelle
décadaire en y adjoignant, si besoin, un terme tenant compte des eets de la végétation.

Formule de Thornthwaite
THORNTHWAITE a proposé également une formule basée essentiellement sur les températures de
l'air :
t
Etp = 16 × (10 )a × K (10.9)
I
Avec :
1. i = ( 5t )1 .5 ;
2. I = i;
P12
1

3. a = 1.6
100 I + 0.5 ;
4. t est la température moyenne mensuelle du mois considéré ;
5. Etp est l'évapotranspiration potentielle du mois considéré (en mm d'eau) ;
6. K est un coecient d'ajustement mensuel lu dans la table 10.1.

Table 10.1  Table de lecture de K


Mois J F M A M J J A S O N D
K 0,73 0,78 1,02 1,15 1,32 1,33 1,33 1,24 1,05 0,91 0,75 0,70

10.3.4 Évaluation de l'évapotranspiration réelle


Formule de Turc
TURC a proposé une formule permettant d'évaluer directement l'Etr annuelle moyenne d'un bassin à
partir de la hauteur annuelle de pluie et de la température moyenne annuelle :

P
Etr = q avec L = 200 + 25t + 0.05t3 (10.10)
P2
0.9 + L2

Avec :
 Etr l'évapotranspiration réelle (en mm/an) ;
 P la hauteur annuelle de pluie (en mm) ;
 t la température annuelle (en o C).
Cette formule est d'un emploi aisé mais elle ne donne malheureusement que l'ordre de grandeur de l'Etr.
En eet, cette formule permet l'estimation du "décit d'écoulement" qui ne se rapproche de l'évapotrans-
piration réelle que pour des bassins versant relativement étendus, sans échanges à la frontière et pour des
durées d'observation assez longues pour que l'on puisse négliger les variations de réserves souterraines.
Dans la mesure du possible, on préférera la méthode suivante.

71
Bilan simplié selon THORNTHWAITE
Cette méthode est basée sur la notion de réserve en eau facilement utilisable (notée par la suite RFU).
On admet que le sol est capable de stocker une certaine quantité d'eau (la RFU) ; cette eau peut être
reprise pour l'évaporation par l'intermédiaire des plantes.
La quantité d'eau stockée dans la RFU est bornée par 0 (la RFU vide) et RFU max (capacité maximale
de la RFU qui est de l'ordre de 0 à 200 mm suivant les sols et sous-sols considérés, avec une moyenne de
l'ordre de 100 mm).
On admet que la satisfaction de l'Etp a priorité sur l'écoulement, c'est-à-dire qu'avant qu'il n'y ait
d'écoulement, il faut avoir satisfait le pouvoir évaporant (Etp = Etr ). Par ailleurs, la complétion de la RFU
est également prioritaire sur l'écoulement.
On établit ainsi un bilan à l'échelle mensuelle, à partir de la pluie du mois P, de l'Etp et de la RFU.
1. Si P > Etp, alors :
 Etr = Etp ;
 il reste un excédent (P −Etp ) qui est aecté en premier lieu à la RFU , et, si la RFU est complète,
à l'écoulement Q ;
2. Si P < Etp :
 on évapore toute la pluie et on prend à la RFU (jusqu'à la vider) l'eau nécessaire pour satisfaire
l'Etp soit :
 Etr = P + min(RF U, Etp − P ) ;
 RF U = 0 ou RF U + p − Etp ;
 si RFU = 0, la quantité (Da = Etp −Etr ) représente le décit agricole, c'est-à-dire sensiblement la
quantité d'eau qu'il faudrait apporter aux plantes pour qu'elles ne sourent pas de la sécheresse.

Table 10.2  Exemple du bilan simplié selon THORNTHWAITE


Mois J F M A M J J A S O N D
P 67 55 41 49 54 77 60 67 65 55 61 62
Etp 3 8 33 61 90 103 109 94 67 35 14 5
RFU 100 100 100 88 52 26 0 0 0 20 67 100
Etr 3 8 33 61 90 103 86 67 65 35 14 5
D.A. 0 0 0 0 0 0 23 27 2 0 0 0
Ecoulement 64 47 8 0 0 0 0 0 0 0 0 23

Exemple 1.
Pour établir ce bilan, il faut se donner la RFU maximale en fonction de la nature du bassin versant
(dans cet exemple RFU max = 100 mm). Par ailleurs, il faut connaître l'état de la RFU à la n du mois
antérieur au début de l'établissement du bilan. On tient alors l'un des deux raisonnements suivants :
 si la RFU doit être pleine un jour, ce sera à la n de la période durant laquelle on a pu la remplir,
c'est-à-dire à la n du dernier mois où P > Etp ;
 si la RFU doit être vide un jour, ce sera à la n de la période durant laquelle on a pu la vider,
c'est-à-dire à la n du dernier mois où P < Etp . Ayant établi ce bilan par mois, on évalue l'Etr
annuelle par la somme de 12 Etr mensuelles.

72
Cette méthode peut être également utilisée avec l'estimation d'Etp par la formule de Turc et donne des
résultats satisfaisants.

73
10.4 Questions et Exercices
Question de compréhension 5. L'interception et l'évapotranspiration réduisent ou augmentent-ils la
quantité d'eau de pluie disponible pour le ruissellement ? L'évaporation dépend-elle des conditions météoro-
logiques ou de la disponibilité en eau ?
Question de compréhension 6. Quelle est la diérence, en terme d'évaporation, entre une surface d'eau
libre, un sol nu et une surface couverte par de la végétation ? L'évapotranspiration réelle peut-elle être plus
grande que l'évapotranspiration de référence ?
Question de compréhension 7. Toute l'eau interceptée par la végétation est-elle soustraite au ruisselle-
ment de surface ?
Question de compréhension 8. La structure de l'épisode pluvieux joue-t-il un rôle essentiel sur le pro-
cessus d'interception ?
Question de compréhension 9. Par quels types de grandeurs physiques mesurées peut-on apprécier
l'évaporation à l'échelle d'un bassin versant ?
Exercice de compréhension 27. Vrai - Faux
L'interception et l'évapotranspiration sont autant de phénomènes qui réduisent la quantité d'eau de
pluie disponible pour le ruissellement.
Les pertes brutes par interception concernent les précipitations perdues par évaporation à partir de la
frondaison des arbres et de la litière.
L'évapotranspiration augmente la quantité d'eau s'inltrant vers la nappe.
L'évaporation correspond au passage progressif de l'eau à l'état gazeux à partir de la surface libre
d'une étendue d'eau, de la neige, du sol ou d'un végétal.
L'évapotranspiration est la quantité d'eau transférée du sol vers l'atmosphère par évaporation et
transpiration des plantes.
L'évapotranspiration est, au cours de la phase continentale du cycle de l'eau, la somme de toutes les
pertes d'eau liquide par transformation en vapeur.
Exercice de compréhension 28. Vrai - Faux
Le phénomène d'évaporation est accéléré en présence de vent car celui-ci facilite le renouvellement de
l'air humidié par l'évaporation par de l'air plus sec.
Tant que la pression partielle de la vapeur d'eau est supérieure à la pression de vapeur saturante de
l'eau s'évapore.
L'évaporation est un processus qui provoque le réchauement de l'air environnant car les molécules
d'eau puisent leur énergie dans l'environnement.
L'évaporation est d'autant plus importante que la température est élevée car à pression constante la
pression de vapeur saturante diminue avec la température.
Le décit de saturation correspond à la quantité de vapeur d'eau que l'air peut encore absorber.
L'évaporation est d'autant plus importante que la surface d'eau est grande, car dans ce cas, un plus
grand nombre de molécules d'eau ont la possibilité de se détacher de la masse d'eau.

74
Exercice de compréhension 29. Il existe de nombreuses façons d'exprimer l'humidité de l'air (quantité
de vapeur d'eau dans l'air), notamment à l'aide :
 de l'humidité relative qui est le rapport entre la quantité d'eau contenue dans une masse d'air et la
quantité maximale d'eau que peut contenir cette masse d'air, pour une température donnée.
 de la température du point de rosée qui est la température à laquelle l'évaporation de l'eau se produit.
 du taux d'humidité qui est la même grandeur que l'humidité relative.
 de l'humidité absolue qui est le rapport entre la masse de la vapeur d'eau pour un volume d'air donné.
 de l'humidité spécique qui est le rapport de la masse de vapeur d'eau sur la masse de l'air humide.

Exercice de compréhension 30. Vrai - Faux


Les seuls paramètres qui inuencent l'évapotranspiration sont le rayonnement solaire, la température
de l'air, l'humidité de l'air et la vitesse du vent.
L'évaporation d'un sol nu dépend de caractéristiques relatives au terrain, telles que l'orientation des
pentes, la couleur du sol.
L'évaporation d'une nappe d'eau libre est fonction de sa profondeur mais aussi de son étendue.
L'énergie nécessaire pour extraire l'eau d'un sol nu par évaporation est d'autant plus faible que le sol
s'appauvrit en eau.
La transpiration des plantes extrait l'eau de la zone non saturée du sol et dépend donc de la profondeur
du sol colonisée par le système racinaire et de sa texture.
La transpiration d'un végétal est réglée par l'ouverture des stomates, elle-même dépendant de la nature,
de l'état hydrique du végétal et des conditions climatiques.
Exercice de compréhension 31. On a enregistré à la station de Pully (VD, Suisse) pour le mois de juillet
1999, une température moyenne t de 20,9o C, un rayonnement global RG de 547 cal/cm2/j, une humidité
relative Hr de 62,8 % et une durée d'ensoleillement de 97,6 heures. ?
1. Quelle est la valeur de l'évapotranspiration de référence ETo selon la formule de Turc pour ce mois
de juillet en mm ?
2. Quel moyen peut-on utiliser pour estimer les besoins en eau d'un sol couvert par de la végétation à
partir de ce résultat ?
Exercice de compréhension 32. Parmi ces méthodes lesquelles sont utilisées pour estimer l'évapotrans-
piration de référence ?
 Bilan hydrologique.
 Formules empiriques et pseudo-empiriques.
 Formules à base physique de type Penman-Monteith.
 Mesures avec des bacs évaporants.

Exercice de compréhension 33. Sur un terrain de golf, l'évapotranspiration réelle est proche de l'éva-
potranspiration de référence ...
 lorsque le terrain de golf est bien arrosé.
 lorsque le terrain de golf est peu arrosé.
 lorsqu'il fait nuit et que l'évaporation est nulle.

75
Exercice de compréhension 34. Vrai - Faux
L'interception ne concerne que l'eau qui reste bloquée dans le feuillage et repart par évaporation directe,
sans entrer dans le cycle d'eau du bassin versant.
L'interception est inuencée par le type de couvert végétal et par le type de précipitation.
Les épineux ont des capacités d'interception bien inférieures aux feuillus, d'autant plus que ces derniers
sont dépourvus de feuillage une partie de l'année.
Les pluies intermittentes sont moins fortement interceptées que les précipitations continues.
L' interception due aux brouillards et aux brumes est plus importante que l'interception due aux
averses de courtes durées.
L'interception est généralement à son maximum dans la région immédiate du tronc, et diminue à
mesure que l'on s'en éloigne.

76
Chapitre 11

Hydrométrie
Les débits des cours d'eau varient en fonction du temps. Certaines études nécessitent des mesures
instantanées de ces débits ; on exécute alors des jaugeages aux instants choisis. Dans la plupart des cas, c'est
l'évolution des débits en fonction du temps qui nous intéresse ; on installe alors des stations hydrométriques
(appelées également stations de jaugeage).

11.1 Acquisition des débits en fonction du temps


Actuellement, il n'existe aucune technique opérationnelle qui permette de mesurer directement le débit
en fonction du temps. Cette opération se fait généralement dans la pratique de la manière suivante :
 on enregistre en un point du cours d'eau (la station hydrométrique), la hauteur d'eau H en fonction
du temps. Cet enregistrement H(t) est appelé "limnigramme" ;
 A diérents instants t = t1, t2, ... tn, on pratique des mesures instantanées de débits Qt1, Qt2,
...Qtn ; ces mesures correspondent à des enregistrements de hauteur synchrone Ht1, Ht2, ... Htn ;
 Dans certaines conditions hydrauliques, comme le passage en "section critique", il existe une relation
biunivoque entre la hauteur d'eau et les débits. Dans ces conditions, les diérents jaugeages (Qti,
Hti) permettent d'établir la relation hauteur-débit appelée courbe de tarage : Q (H) ;
 en combinant la courbe de tarage Q (H) et le limnigraphe H (t), on obtient aisément l'évolution du
débit en fonction du temps Q (t) appelé hydrogramme.
Cette vision est tout à fait idyllique car de nombreuses dicultés apparaissent au long des diérentes
étapes comme nous allons le voir.

11.2 Méthodes de jaugéage


Un jaugeage est donc une mesure quasiment instantanée du débit d'un cours d'eau. Les techniques
utilisées sont nombreuses et généralement complémentaires ; elles s'appuient sur des principes très diérents
selon les cas.

77
11.2.1 Réservoirs étalonnés
Cette technique simple consiste à mesurer le temps nécessaire ∆t, pour remplir un récipient de volume
V. On obtient le débit Q par la relation suivante : Q = ∆t
V
.

Figure 11.1  Jaugéage par reservoir étalonné

Cette méthode est surtout utilisée pour jauger des sources ou de très petits cours d'eau (débits de
l'ordre de quelques litres par seconde au maximum). Le récipient peut être un seau de 10 litres ou un bac
plastique de 100 litres par exemple. La seule condition est de pouvoir faire rentrer l'eau dans le récipient ce
qui nécessite, soit une chute naturelle, soit de pouvoir aménager cette chute par une gouttière en plastique
par exemple.

11.2.2 Déversoirs
Le débit d'un cours d'eau peut être mesuré en utilisant des déversoirs sur des orices normalisés. Ces
techniques, adaptées surtout aux petits débits, utilisent les résultats de l'hydraulique classique mais dans
des conditions bien souvent éloignées de celles rencontrées en laboratoire.
Diérents types de déversoirs sont utilisés mais on rencontre principalement des déversoirs triangulaires
dont la relation hauteur-débit théorique est :
α
Q = ahb ou en gnral Q = 1.32 × tg × h2.47 (11.1)
2

Dans la pratique, il est prudent de réaliser quelques jaugeages de contrôle permettant de déterminer les
valeurs a et b dans les conditions réelles d'installation. Il en est de même pour les autres types de déversoirs
rectangulaires avec ou sans contraction, à large seuil ou prolés.

Figure 11.2  Jaugéage par deversoir

Dans la quasi-totalité des cas, on utilise des déversoirs xés à demeure dans le cours d'eau. Cette

78
technique n'intéresse donc que des stations où l'on est disposé à réaliser un certain investissement. Par
ailleurs, l'installation d'un déversoir ne peut se faire que si la pente est susante pour permettre un
relèvement de la ligne d'eau amont sans conséquences néfastes ; d'autre part, le ralentissement provoqué à
l'amont entraîne des sédimentations qui peuvent modier progressivement la relation hauteur-débit.

11.2.3 Jaugeages par dilution


Le principe général du jaugeage par dilution est simple. On injecte dans une section I, un traceur à une
concentration C1 ; en un point de prélèvement P situé en aval, on prélève un échantillon d'eau de la rivière
et l'on détermine sa concentration C2 en traceur. Il est alors aisé d'établir la relation entre le débit Q du
cours d'eau et les concentrations C1 et C2, soit par l'égalité des ux, soit par la conservation des masses
entre les points P et I selon les procédés d'injection.

Figure 11.3  Jaugéage par dilution

Choix du traceur
A priori, le nombre de traceurs utilisables est élevé ; cependant, il est souhaitable qu'ils possèdent les
qualités suivantes :
 facilement solubles dans l'eau ;
 stables chimiquement en solution ;
 non toxiques ;
 facilement dosables et à faibles concentrations ;
 peu coûteux ;
 non adsorbable par les matières en suspension ou au contact des rives (argiles) ;
 non préexistants dans le cours d'eau (si possible) ou à faible concentration ;
 etc.
Dans ces conditions, le choix se réduit beaucoup et dans la pratique, on utilise les produits suivants :
 chlorure de sodium (NaCl) : l'inconvénient est que souvent les quantités de sel à injecter sont im-
portantes ; par contre, le dosage par résistivimétrie est relativement aisé ;
 La Rhodamine B (C10 H21 Cl03 N2 ) : son avantage essentiel est d'être dosable à de très faibles concen-
trations. On utilise ainsi peu de produit même pour de gros débits ; on fait donc une économie
nancière et surtout la mise en ÷uvre sur le terrain est simpliée. Cependant, ce colorant rouge
très violent est dicile à diluer, à nettoyer des appareils et d'autre part, il se xe sur les argiles en
suspension dans l'eau ;
 le biochromate de sodium (N a2 Cr2 07 ) : c'est de loin le traceur qui a été le plus utilisé. Il satisfait
à la quasi-totalité des qualités requises pour un traceur hydrologique. Cependant, il s'avère que ce

79
Table 11.1  Distance de bon mélange
Largeur du cours Longueur de bon d'eau (m) mélange (m)
0 à 10 50 à 500
10 à 50 500 à 2500
50 à 200 2500 à 15000

sel est toxique tout au moins à forte concentration (1 mg/litre) et pour des durées supérieures à la
journée ;
 colorants alimentaires : trois traceurs ont été retenus jusqu'à maintenant : la tartrazine (E102), le
jaune orange S(E110) et le rouge cochenille (E124). Au niveau des avantages, citons la non-toxicité ;
par contre, comme la rhodamine, ces substances sont dicilement solubles ;
 enn, d'une autre nature, les traceurs radio-actifs :
 à rayonnements γ , surtout le brome 82 ; les inconvénients sont surtout dus à la protection né-
cessaire (matériel lourd) et à la nécessité d'avoir une pile proche pour les irradiations (période
courte de l'ordre de 36 h) ;
 à rayonnements β essentiellement le tritium, beaucoup moins dangereux mais avec une période
beaucoup plus longue (24 ans), ce qui justie son utilisation plutôt comme traceur des eaux
souterraines.
Le bichromate est un bon traceur jusqu'à présent le plus utilisé. Il est probable que d'autres produits
pourront le supplanter comme peut-être les colorants alimentaires ou des traceurs radio-actifs avec le déve-
loppement des générateurs de radio-éléments ("vaches" à radio-éléments).
Le principe général n'en demeure pas moins le même. Seules les techniques de dosages seront aectées.

Choix du site
La mesure des débits par dilution ne peut s'eectuer que s'il y a un bon brassage de l'eau entre le point
d'injection et le point de prélèvement. Il faut que la concentration C2 mesurée au point de prélèvement
représente bien la concentration moyenne dans toute la section à cet instant.
Un site favorable est un tronçon de rivière particulièrement agitée avec soit des blocs rocheux au milieu
du cours d'eau, soit une succession de coudes qui assurent un brassage latéral. Dans la pratique, on a souvent
tendance à privilégier le rôle de chutes ou de rapides qui n'assurent cependant qu'un brassage vertical.
La longueur du tronçon sur lequel on doit faire la mesure sera au moins égale à la "distance de bon
mélange". Cette notion est un peu subjective ; la meilleure façon de procéder est encore de faire un test
avec un colorant et d'évaluer à l'÷il la distance nécessaire pour que ce colorant se répartisse uniformément.
Selon la nature du courant, l'ordre de grandeur des distances de bon mélange est, selon MUSY :

Injection à débit constant


Supposons que l'on ait déterminé le site d'injection I, la distance de bon mélange L et par conséquent
le point de prélèvement P ; on injecte en I un débit constant q de traceur à la concentration C1. Au point
P, on prélève des échantillons à la concentration C2.
Si on peut supposer que le régime permanent est atteint, le ux de traceur entrant dans le tronçon est

80
égal au ux sortant :
q.C1 = (Q + q).C2 (11.2)

En général, q est négligeable devant Q, d'où l'on tire :

C1
Q=q× (11.3)
C2

La seule diculté est de réaliser le régime permanent. Pour cela, on eectue un essai avec un colorant
généralement de la uorescéine. (Pour une rivière limpide, on peut compter 100 grammes de uorescéine
pour colorer 1 000 m3 d'eau et on dissout aisément 100 grammes de uorescéine dans un litre d'eau. On
peut se baser sur une dose de 100 g par m3 /s).
A un instant t = 0, on injecte la uorescéine au point I et on note au point P l'instant t1 où apparaît
la uorescéine et t2 l'instant où elle disparaît. Cet essai peut s'interpréter comme l'injection en I d'une
impulsion de traceur et l'observation P de la réponse impulsionnelle du tronçon IP. On admet aisément que
la durée t2 - t1 est indépendante de la qualité de colorant injecté (dans la mesure où l'injection demeure
quasi-instantanée).

Méthode dite globale


Comme pour le cas précédent, on se positionne en deux points P et I séparés par une distance L de bon
mélange. On injecte instantanément en I une certaine quantité de traceurs : un volume V à la concentration
C1 soit V.C1. Au point P, on fait diérents prélèvements dans le temps dont on mesure la concentration
C2 (t).
V × C1
Q = R∞ (11.4)
0 C2 (t)dt

Les diérents prélèvements faits en P permettent de construire point par point la courbe C2(t) et de
déterminer alors l'intégrale qui permet d'évaluer Q. Il faut toutefois noter que les "queues de courbe"
sont toujours mal connues, dans la mesure où l'opérateur ne dispose pas de l'éternité pour achever ses
prélèvements. Il sera dans ce cas toujours judicieux de rechercher si cette "queue de courbe" ne s'ajuste pas
à une fonction de type hyperbolique ou exponentielle décroissante, ce qui en facilite l'intégration algébrique.

11.2.4 Jaugeages par exploration du champ des vitesses


Soit une section droite S d'un cours d'eau ; le débit dans cette section se dénit comme le ux du vecteur
vitesse à travers S...

Figure 11.4  Jaugéage par exploration des champs des vitesses

81
Les jaugeages par exploration du champ des vitesses consistent à étudier la fonction V (x,y) en l'échan-
tillonnant suivant diérentes valeurs de x et de y. Généralement, on se xe diérentes abscisses (des "verti-
cales") x1, x2, ... xi xn et sur chaque abscisse xi, on échantillonne à diérentes profondeurs yi1, yi2, ... yij
... yip, la vitesse V (xi, yij) ; cette technique est appelée jaugeage "point par point".

Matériel de mesures
La chaîne de mesures comporte diérents éléments.

Capteurs : les hélices


Le paramètre à mesurer est la composante normale à la section de la vitesse de l'eau.
Le capteur le plus utilisé est une hélice. Si on introduit cette hélice dans l'écoulement, la vitesse longi-
tudinale de l'eau va provoquer la rotation de l'hélice. Théoriquement, la relation entre la vitesse de rotation
n (en tours/seconde) et la vitesse de l'eau V (en m/s) ne dépend que du pas p de l'hélice : V = np.
Dans la pratique, on s'éloigne de cette courbe idéale du fait des frottements et des perturbations des
vitesses dues au support de l'hélice. L'étalonnage est fait au laboratoire dans les conditions réelles d'emploi
et la relation V (f (n)) est du type :
V = an + b (11.5)

où a représente le pas réel et b la vitesse de démarrage (ou vitesse de frottement). Parfois même, on est
amené à utiliser deux formules, suivant les plages de vitesses : par exemple, une hélice de pas nominal 0,25
m peut avoir des formules d'étalonnage suivantes :

n < 0, 59V = 0, 2345n + 0, 017 (11.6)

n > 0, 59V = 0, 2515n + 0, 007 (11.7)

Traitement du signal : les moulinets


raitement du signal : les moulinets Les moulinets ont pour objet de transformer le mouvement de rotation
de l'hélice en impulsions électriques aisément transférables et enregistrables.
Le principe en est simple ; un axe auquel est xée l'hélice est entraîné dans son mouvement de rotation.
La partie arrière de cet axe porte, soit une vis sans n qui par un système d'engrenage ferme un circuit
électrique à chaque tour, soit un aimant dont la rotation provoque la fermeture d'un contacteur magnétique.
L'axe du moulinet est porté par des paliers de haute précision à très faible frottement.
Les éléments mécaniques sont dans un bain d'huile spécial dont les variations de viscosité avec la
température sont négligeables. Des joints empêchent la pénétration des substances en suspension : il n'y a
donc qu'une très faible usure des paliers.
L'ensemble du moulinet est généralement réalisé en acier inoxydable. Notons enn que pour certains
matériels, le dispositif de contact est modiable de façon à n'émettre une impulsion que les 1, 2, 10 ou 20
tours.

82
Figure 11.5  Photo d'un moulinet

Conduite et exploitation du jaugeage


Généralement, le site du jaugeage n'est pas complètement imposé ; on peut très bien selon les cas,
envisager diérents sites plus ou moins en amont ou en aval, dans la mesure où il n'y a pas d'auent ou de
pertes entre ces points.
On choisira donc de préférence un site où les vitesses sont parallèles entre elles et perpendiculaires à
la section de jaugeage. La profondeur doit être susante par rapport au diamètre de l'hélice (au moins 10
cm environ), mais les vitesses doivent être également susantes par rapport aux vitesses de démarrage des
hélices (au moins 5 cm/s).
Enn, le fond doit être si possible régulier et dépourvu d'entraves au fonctionnement de l'hélice (vé-
gétation par exemple). Pour les jaugeages au saumon depuis un pont, on choisira de préférence des ponts
n'ayant pas ou peu de piles en rivière car cela provoque des remous dans lesquels il est dicile de mesurer
le débit. Généralement, la mesure se fait en aval du point avec un saumon et en amont avec une perche,
mais l'inverse est possible selon les cas.
Le nombre de verticales doit être susant pour bien dénir la section mouillée et la répartition des
vitesses. Ce nombre est variable et il est bien dicile de xer une règle stricte. Disons que généralement 5
à 20 verticales sont susantes mais le choix est une question d'appréciation sur le terrain. On multipliera
les verticales par des hétérogénéités de la section.
Dans le cas d'un jaugeage point par point, le nombre de mesures par verticale dépend de la profondeur
totale et de la variabilité des vitesses.
Ce nombre de points varie généralement de 5 à 10, les points étant souvent resserrés vers le bas. Prenons
le cas d'une verticale de 40 cm de profondeur jaugée avec une microperche et une hélice de ø 5 cm ; on fera
la première mesure à 5 cm du fond (2,5 cm en plus du rayon de l'hélice) puis les autres à 10, 20, 30 et 37,5
cm du fond (l'hélice tangentant la surface libre).
A chaque point de mesures, il faut laisser tourner l'hélice un temps susant pour obtenir la vitesse
moyenne en ce point et que l'erreur sur les temps soit négligeable. En général, on admet des mesures d'au
moins 30 secondes et d'au moins 100 impulsions.
Dans le cas d'un jaugeage par intégration, le principe est d'explorer la verticale, de profondeur h, à
vitesse constante v (variant de 1 à 5 cm/s dans les cas les plus fréquents).

83
L'exploitation du jaugeage ne peut se faire correctement que si la tenue du carnet de terrain a fait
l'objet d'un soin particulier. Tous les éléments qui peuvent expliquer les anomalies constatées au bureau
sont notées. Il vaut toujours mieux être trop précis dans la description du jaugeage.
Cours d'eau, lieu, jour, heures, minutes de début et de n de jaugeage, hauteurs à l'échelle de début
et de n (si on dispose d'une échelle), noms des opérateurs et matériels utilisés (numéro de l'hélice, du
moulinet, support).
Pour chaque verticale, on notera l'abscisse, la profondeur totale et soit les diérentes couples hauteur-
vitesse (jaugeages point par point), soit la vitesse moyenne, l'angle α du câble du saumon par rapport à la
verticale et l'angle β du saumon par rapport à la normale à l'écoulement (jaugeage au saumon).
On interprétera le jaugeage en considérant successivement chaque verticale et on porte dans un graphique
les couples hauteur-vitesse. (Après avoir corrigé éventuellement la hauteur h de l'angle α et la vitesse de
l'angle β ).
On interpole à partir de ces points, le prol des vitesses le plus vraisemblable.

11.3 Stations de jaugéage


Une station de jaugeage est un site (ou éventuellement plusieurs mais proches) où on réalisera les
diérentes opérations nécessaires à l'acquisition des débits en fonction du temps. En particulier, ce site doit
de préférence être tel que la relation hauteur-débit soit biunivoque et stable dans le temps.

11.3.1 Seuil ou contrôle


Le cas idéal est donc celui d'un site où la courbe de tarage est biunivoque : on choisira donc un
emplacement situé juste à l'amont d'une traversée du niveau critique, ainsi les perturbations de niveau aval
ne se feront pas sentir.
H ne dépend que du débit, de la forme de la section critique et des pertes de charge entre station critique
et station de mesures (qui sont sensiblement constantes). Pour que la courbe de tarage soit stable dans le
temps, il faut donc essentiellement que la forme de la section de contrôle soit stable dans le temps.

Figure 11.6  Echelle limnimétrique

Enn, il est souhaitable que la section soit sensible, c'est-à-dire qu'une erreur ∆t (en général de l'ordre
du cm) n'entraîne pas une erreur inacceptable sur le débit. Cette sensibilité est souvent faible en basses
eaux.

84
Dans la mesure du possible, on cherchera des seuils naturels ou installés depuis longtemps ; on est à peu
près assuré dans ces cas, d'avoir un seuil stable. Les contrôles de ce type sont tous ceux qui conditionnent
un passage en régime critique : chutes, rapides, rétrécissements du lit, passage de ponts, etc.
S'il n'est pas possible de trouver un seuil satisfaisant, on pourra se rabattre sur un tronçon où le régime
est uniforme. Là-aussi, une relation biunivoque existe entre hauteur normale et débit :

Q = kSRH 2/3 I 1/2 (11.8)

On installera donc de préférence la station au milieu d'un tronçon uniforme. Dans ce cas, on voit que
le coecient de Strickler et la forme de la section jouent un rôle ; donc, même avec une section stable,
on risque d'avoir une courbe de tarage instable du fait des variations du coecient de Strickler avec le
développement saisonnier de la végétation.
Une autre solution est de construire un seuil articiel (déversoir, jaugeur, etc.) ; les inconvénients sont
d'une part le coût d'une telle installation si on veut qu'elle ne soit pas emportée par la première crue ; d'autre
part, une modication du lit entraîne une variation des conditions de transport solide et cette station n'est
pas stable immédiatement (sédimentation et aouillement tendant, on l'espère, vers un équilibre stable).

11.3.2 Limnimétrie
La limnimétrie est la mesure des niveaux en fonction du temps. Toute station comporte au moins une
échelle de mesures des hauteurs et éventuellement un limnigraphe.

Echelles
Les échelles sont les repères xes sur lesquels on lira le niveau d'eau H. Elles sont réalisées le plus souvent
en tôle émaillée). Constituées généralement d'éléments de 1 m, elles portent des indications métriques,
décimétriques et centimétriques. L'installation des échelles se fait sur des supports xes : fers IPN battus
dans le lit, culée de point, quais, rives rocheuses, etc.
L'échelle doit être installée de façon à être protégée des corps ottants qui pourraient l'endommager
lors des crues. Par ailleurs, elle doit être à l'abri du battillage de façon que l'on puisse lire les niveaux de
près.
Une fois installées, les échelles seront nivelées et rattachées au nivellement général. Ainsi, au cas où
une échelle serait endommagée, il sera possible d'en remettre une nouvelle à la même cote. Enn, il faut
que le zéro de l'échelle soit toujours sous l'eau, même lors des étiages les plus sévères et après d'éventuels
aouillements (des hauteurs négatives entraînent souvent des gênes dans le traitement informatique).

Limnigraphes à otteur
Ces appareils ont pour but d'enregistrer les niveaux d'eau en fonction du temps. Parmi tous les types
de limnigraphes, ceux à otteurs sont les plus utilisés. Leur principe commun est très simple. Le capteur
est un otteur équilibré en partie par un contre-poids dont les déplacements sont liés à ceux du otteur par
un câble et une poulie. Les mouvements verticaux du otteur sont transformés en mouvements de rotation

85
Figure 11.7  Echelles limnimétriques

Figure 11.8  Implantation d'une échelle limnimétrique

86
de l'axe de la poulie. Cet axe entraîne, par un système d'engrenage, le déplacement transversal d'un stylet
le long d'une tige letée.

Figure 11.9  Limnigraphe à otteur

Figure 11.10  Installation d'un limnigraphe à otteur

Le stylet inscrit sur le papier d'un tambour ou d'une table déroulante dont le déplacement est propor-
tionnel au temps. Les modèles sont très nombreux : ils se distinguent essentiellement entre les limnigraphes
à tambour (à axe horizontal ou vertical) et à table déroulante. En général, le système d'engrenage permet
diérentes démultiplications : 1/1, 1/2, 1/5, 1/10, 1/20 (1/5 => 1 cm papier = 5 cm niveau)
L'installation de ces appareils se fait à la verticale d'un puits de mesures dans lequel est situé le otteur.
Il est ainsi protégé du batillage et des corps ottants. Selon les cas et les circonstances, l'installation peut se
faire soit en prise directe dans le cours d'eau, soit enterrée dans la rive avec un tube de prise (gure 11.10).

87
11.3.3 Sections de jaugeage
Lorsque l'on choisit le site d'une station de jaugeage, le critère essentiel est l'existence d'un contrôle
stable et sensible ; des critères d'accessibilité s'y ajoutent ; ce n'est qu'en dernier lieu que l'on considère
les sections où on eectue les jaugeages. En eet, il n'est généralement pas nécessaire de faire le jaugeage
dans la section même où on eectue la mesure de niveau. Ayant donc choisi le contrôle, on prospectera
vers l'amont et vers l'aval (à distance raisonnable bien sûr) les sites possibles pour eectuer les jaugeages.
On peut imaginer plusieurs sites selon que l'on est en basses, moyennes ou hautes eaux. Ce dernier cas
est certainement celui qu'il faut le mieux prévoir car en période de crues, on ne dispose guère de temps à
perdre. Dès l'installation de la station, on retiendra un site pour les jaugeages de crue (pont ou jaugeage en
bateaux) et si nécessaire, on installera à demeure un câble pour une station téléphérique. Il faut absolument,
pour des crues exceptionnelles, que l'équipe de jaugeage n'ait pas à hésiter sur le site de la mesure et sur la
technique à employer. Ce n'est que dans ces conditions que l'on ne ratera pas la crue exceptionnelle.

11.3.4 Courbes de tarage


Si on a pu réunir les conditions idéales d'installation d'une station de jaugeage, l'établissement d'une
courbe de tarage ne devrait pas poser de dicultés particulières. Malheureusement, ces conditions idéales
ne se rencontrent pas fréquemment.
La relation hauteur-débit pour une station avec une section de contrôle dépend à la fois de la hauteur
critique Hc pour le débit considéré dans la section de contrôle, mais aussi au niveau normal à l'amont et
de la distance à la section de contrôle.
La relation hauteur-débit dépend donc de la forme du lit et du coecient de Strickler ; il n'est guère
possible de préjuger de la forme mathématique que prendra cette relation. On se contente donc de reporter
les couples hauteurs-débits obtenus par jaugeage, sur un graphique millimétré ; le nuage de points permet
d'évaluer la relation la plus probable.
En général, il est relativement aisé de tracer la courbe de tarage en eau ; par contre, le tarage est plus
délicat en hautes et basses eaux.
Lorsque les eaux sont basses, on constate une diminution de la précision relative sur les débits. En eet,
de faibles modications du lit perturbent gravement la relation hauteur-débit. Il en est de même pour le
développement de la végétation.
Il est toujours dicile d'obtenir une bonne courbe hauteur-débit en étiage. Les remèdes sont, soit de
multiplier les jaugeages d'étiage, soit d'aménager la station pour la mesure des débits de basses eaux. Il est
parfois même impossible d'établir une véritable courbe de tarage.
En hautes eaux, le problème essentiel est celui de l'extrapolation de la courbe ; en eet, on enregistre au
limnigraphe des hauteurs supérieures à celles correspondant aux jaugeages des plus grands débits. Comment
extrapoler cette courbe ? Les solutions sont multiples mais pas toujours satisfaisantes.
Dans les cas les plus simples où la variation de la section est progressive avec la hauteur, on peut
supposer que les diérents paramètres varient comme des fonctions puissances de (H - Ho), Ho étant un
paramètre dépendant du zéro de l'échelle. Pour extrapoler la courbe de tarage, on portera donc sur un
papier log-log, les plus forts jaugeages en testant diérentes valeurs de Ho jusqu'à obtenir l'alignement.
Cependant, la section n'est pas toujours homogène et il est alors préférable d'extrapoler la courbe de

88
tarage d'après par exemple, la formule de Strickler :

Q = kS(H)(RH(H))2/3 I 1/2 (11.9)

S(H) est la section mouillée pour une hauteur H ; RH (H) est le rayon hydraulique. Ces deux fonctions
sont déterminées par l'étude des prols en travers au voisinage de la section de mesures. On se contentera
seulement d'extrapoler k(H) et I(H) d'après l'allure de ces courbes obtenues d'après les plus forts jaugeages
réalisés. Il faut là-encore se méer car une station peut très bien avoir plusieurs contrôles.
Dans les premières années de la vie d'une station, on multiplie les jaugeages de façon à établir au plus
tôt une courbe de tarage précise.
Dans certaines conditions, on peut avoir une courbe parfaitement stable (pas de végétation, transport
solide faible, lit parfaitement stabilisé) ; il sut alors de procéder à quelques jaugeages de contrôle assez
espacés dans le temps.
Bien souvent, les courbes ne sont pas stables surtout en basses eaux. En eet, l'inuence de modications
du lit ou de la végétation perturbe beaucoup la relation hauteur-débit. On est alors obligé de multiplier les
jaugeages et d'établir diérentes courbes suivant les périodes de l'année. Généralement, ces courbes sont
plus stables en hautes eaux.
On obtient donc des faisceaux de courbes de tarage auxquelles sont attachées diérentes périodes de
validité.
Parfois même, pour les périodes d'étiage, il est impossible d'établir une courbe de tarage. On se contente
alors d'interpoler les débits entre les jaugeages successifs en tenant compte d'une façon subjective du
limnigramme.

11.4 Etablissement des hydrogrammes et des annuaires hydrologiques


11.4.1 Digitalisation des courbes de tarage et des limnigrammes
Après le développement de l'informatique, les limnigrammes sont bien sûr archivés mais leur exploitation
se fait d'une façon automatique après digitalisation. Les jaugeurs sont indiqués sur les limnigrammes, les
points limitant des zones où on peut considérer que H varie linéairement en fonction du temps.
Le limnigramme est alors passé à la table à digitaliser à partir de laquelle on constitue une chronique
dite des hauteurs-temps. Cette chronique est celle de base car une fois ce travail fait, il n'y a plus lieu d'y
revenir.
Parfois, au lieu d'utiliser un pas de temps variable, on utilise un pas de temps xe ; cela conduit à un
stockage d'informations beaucoup plus volumineux.
Pour les courbes de tarage, on peut procéder à une approximation de cette courbe par un polynôme de
degré susant, ou - ce qui est généralement préféré - procéder à une digitalisation de la courbe en segment
de droite comme pour les limnigrammes.
Évidemment, on archivera également dans le dossier de la station, les résultats de jaugeage qui sont
établis une fois pour toute.

89
11.4.2 Annuaires
Chaque année, les principaux services hydrologiques établissent un annuaire où sont récapitulés les
débits moyens journaliers de chaque station. Ayant en machine limnigramme et hydrogramme, ce travail ne
présente guère de dicultés particulières. Les annuaires précisent également les débits moyens mensuels et
annuels aux diérentes unités m3 /s, l/s/km2 , mm/mois, etc.
Enn, on donne les plus forts débits instantanés. Rappelons qu'un annuaire est susceptible d'être modié
par des améliorations des courbes de tarage, ce n'est donc pas un document dénitif. Cependant la sortie
de l'annuaire est une étape indispensable au moins moralement, pour la motivation des personnels.
Avant d'utiliser les données d'un annuaire, il est indispensable de consulter le service gestionnaire pour
savoir s'il est toujours valide. Avec le développement de l'informatique, il est aisé de recalculer les dé-
bits à la demande (périodes autres que journalières) et de fournir des résultats plus élaborés (graphiques,
ajustement).

90
11.5 Questions et Exercices
Question de compréhension 10. A partir de quelles mesures peut-on apprécier le pouvoir évaporant de
l'air ?
Question de compréhension 11. Le débit d'une rivière peut-il être mesuré directement ?
Question de compréhension 12. Comment peut-on explorer un champ de vitesse dans une section de
rivière ?
Question de compréhension 13. A quoi sert le deuxième cyclindre (extérieur) de l'inltromètre à double
cylindre ?
Exercice de compréhension 35. Vrai - Faux
Un pluviomètre crée une perturbation aérodynamique qui modie le champ local des précipitations.
Une des principales causes d'erreur dans la mesure des précipitations avec un pluviomètre est la va-
riation de son coecient de captation avec la vitesse du vent.
Les erreurs instrumentales ont presque toutes pour conséquence de surestimer les quantités précipitées.
L'échantillon de pluie récolté ponctuellement au niveau d'un pluviomètre est d'autant moins représen-
tatif du volume total d'eau précipitée sur l'ensemble du bassin que celui-ci est grand.
Un pluviomètre peut être placée au pied d'un mur, près d'un obstacles situés au-dessus de lui (arbre,
toit, ...), dans un lieu trop ventilé (courant d'air entre deux bâtiments).
Dans le cas de précipitations solides (chutes de neige ou grêle) l'erreur relative due au décit de
captation de la neige peut atteindre 60 à 80 % par fort vent.
Exercice de compréhension 36. 3. L'évaporation à partir d'une nappe d'eau libre...
 est mesurée directement à l'aide de bacs à évaporation.
 est mesurée directement à l'aide de lysimètres
 est estimée à partir de facteurs météorologiques qui conditionnent l'évaporation.
 est mesurée directement à l'aide de châssis vitrés.

Exercice de compréhension 37. Vrai - Faux


Le psychromètre est un instrument formé par l'association de deux hygromètres dont l'un est un
hygromètres ordinaire, et l'autre est entouré d'une mousseline propre qu'on imbibe d'eau distillée avant une
observation.
Un hygromètre permet de mesurer l'humidité relative de l'atmosphère et de déterminer le point de
rosée.
Les pyranomètres et les héliographes mesurent tous deux chaque jour la durée totale de l'insolation.
Un héliographe enregistre la durée pendant laquelle le rayonnement solaire est d'une intensité susante
pour produire des ombres distinctes.
La mesure de la température doit se faire sous un abri météorologique blanc et aéré de manière à ne
pas capter le rayonnement.
Exercice de compréhension 38. 6. Compléter les phrases suivantes :
La station de jaugeage est un site où sont régulièrement réalisées des mesures concomitantes de....... et

91
de....... . La répétition de ces mesures permet de tracer une............ . Il devient alors possible pour la
section considérée de passer d'un enregistrement continue des hauteurs d'eau, courbe appelée.......... à celle
des débits appelée.......... .
Exercice de compréhension 39. Parmi les idées suivantes quelle(s) sont celles qui vous paraissent im-
portantes pour installer une station de mesure des débits ?
 L'écoulement doit être uniforme, c'est à dire que la vitesse doit être perpendiculaire à la section de jau-
geage.
 Le site doit être accessible à tout moment.
 Les caractéristiques hydrauliques et topographiques de la rivière aux abords de la station doivent être
stables.
 Le site doit être dégagé et ensoleillé.
 La section doit être située dans une partie du cours d'eau où tous les écoulements se concentrent, même
pour des fortes crues.
 Le régime d'écoulement doit être torrentiel.
 A une faible variation de débit doit correspondre une grande variation de hauteur d'eau.

Exercice de compréhension 40. Pour jauger une rivière de 200 l/s environ en écoulement turbulent,
quelle méthode est la plus précise ?
 Utilisation des lois de l'hydraulique classique au niveau d'un ouvrage calibré.
 Le jaugeage par exploration du champ de vitesse en utilisant un micromoulinet.
 Le Jaugeage au sel à l'aide d'une sonde conductimétrique.
 Le jaugeage au otteur.
 Le jaugeage par exploration du champ de vitesse en utilisant l'ADCP (Acoustic Doppler Current Proler).
 Le Jaugeage par méthode volumétrique (volume de liquide pénétrant dans un réservoir jaugé).

Exercice de compréhension 41. Vrai - Faux


On appelle la quantité de sédiment transportée par un cours d'eau la turbidité.
Le débit solide en suspension à travers une section donnée est obtenu en intégrant sur la section le
produit de la concentration en matière en suspension par le débit liquide.
La quantication des ux solides peut se faire de manière indirecte par des études bathymétrique et
topographique.
La mesure du charriage est très facile car la plus grande partie des matériaux, notamment les plus
gros, sont transportés pendant les crues.
Pour eectuer des prélèvements pour le transport de fond on utilise des préleveurs à pompe.
Les principales dicultés rencontrées lors des mesures de concentrations en suspension sont liées à
la variabilité naturelle du transport sédimentaire et aux erreurs de mesures
Exercice de compréhension 42. Vrai - Faux
La mesure de la teneur en eau d'un sol sur le terrain est très dicile et coûteuse alors qu'elle est plus
aisée au laboratoire mais toutefois destructrice.
L'aptitude du sol à inltrer l'eau à sa surface est classiquement étudiée in situ à l'aide de piézomètres.
Le cylindre externe dans l'inltromètre à double cylindre est destiné à favoriser une inltration

92
verticale depuis le cylindre central, en limitant les phénomènes de diusion depuis celui-ci.
Les humidimètres neutroniques (ou sondes à neutrons) mesurent l'humidité absolue de l'air.
Le principe de la méthode des sondes TDR (Time Domain Reectometry) repose sur la relation
existant entre la constante diélectrique relative des sols et la teneur en eau volumique.

93
Chapitre 12

Méthodes d'études des crues

12.1 Historique et Dénition


La défense contre les crues et les problèmes d'irrigation ont été historiquement à l'origine du dévelop-
pement de l'hydrologie.
L'importance économique extrême de l'étude des crues s'explique en grande partie par des considéra-
tions de géographie : les zones de fortes concentrations urbaines sont très fréquemment près des euves ;
les terres agricoles les plus riches sont généralement dans les basses vallées. D'autres considérations écono-
miques justient également une étude approfondie des crues : par exemple, les ouvrages de franchissement
représentent une part très importante des coûts des infra-structures routières ou ferroviaires, le coût de
l'évacuateur de crue qui protège une retenue en terre peut très bien être du même ordre de grandeur que
celui de la digue elle-même...
L'homme de tout temps s'est donc intéressé aux crues, que ce soit à leur prédétermination ou à leur
prévision ; il en a résulté une foule de méthodes d'étude dont, bien sûr, certaines sont dépassées maintenant.
Cependant, il en persiste un grand nombre encore et chaque année voit l'apparition d'une nouvelle
méthode ou l'amélioration d'anciennes. Une conclusion s'impose : le problème des crues est loin d'être
réglé. Dans la plupart des cas, plusieurs méthodes d'étude sont envisageables et ce n'est que la convergence
d'un faisceau de présomptions qui justie une certaine conance.
Mais avant d'aller plus loin, qu'est-ce qu'une crue ? Quelle est son origine ? Comment la caractériser ?
Les dénitions s'articulent autour de deux concepts justiés par l'existence de deux phénomènes qui peuvent
être plus ou moins liés :
 la crue est une augmentation brutale du débit quel que soit ce débit (typiquement, la crue provoquée
par un orage) ;
 la crue est la période durant laquelle le débit dépasse un certain multiple (2 à 3 par exemple) du
débit moyen annuel.
En fait, la dénition peut changer en fonction de la taille du bassin et du phénomène engendrant la
crue. Les phénomènes engendrant les crues peuvent se ramener à trois grands types :
 les crues d'averses sont de loin les plus fréquentes sous nos climats ; elles sont provoquées par des
averses exceptionnelles, soit par leur durée, leur intensité, leur extension géographique, leur répéti-
tion, ou la combinaison de plusieurs de ces caractères ;

94
 les crues de fonte de neige sont plus rares en République Démocratique du Congo ;
 enn, signalons les crues d'embâcle et de débâcle de glace bien qu'elles n'aectent généralement que
les régions sub-polaires (nord du Canada et Sibérie par exemple).
Quelles sont par ailleurs les valeurs numériques qui permettent de caractériser une crue ? La réponse à
cette question en nécessite une autre : quel est le problème posé ?
 Dimensionner l'évacuateur de crue d'une retenue au l de l'eau (pas de stockage possible de l'eau en
amont ; l'élément caractéristique de la crue est certainement son débit de pointe instantané. Dans
certains cas, ce débit est méconnu et on est obligé de se rabattre sur le débit moyen journalier
maximum, quitte à rétablir le débit instantané par un coecient multiplicatif, dit "coecient de
pointe", plus ou moins empirique.
 Eectuer le recalibrage d'un cours d'eau en zone agricole ; l'élément caractéristique de la crue est la
durée pendant laquelle le débit demeure supérieur au débit de débordement.
 Dimensionner un bassin de compensation ; c'est alors le volume de la crue qui est la caractéristique
essentielle.
 Etudier l'amortissement de la crue à la traversée d'un barrage réservoir ; c'est alors tout l'hydro-
gramme de la crue qu'il est nécessaire de connaître. Bien d'autres cas sont encore possibles. Tout est
aaire de bon sens dans le choix des variables que l'on étudiera.

12.2 Méthodes empiriques de prédétermination des crues


La prédétermination du débit d'une crue consiste à associer au dépassement d'un certain débit une
probabilité d'occurrence. Pendant très longtemps, les hydrologues ont travaillé avec l'idée qu'il existait sur
un bassin versant, un débit maximum possible. Cette notion de crue maximale possible est généralement
réfutée aujourd'hui. On considère que si la probabilité de dépassement d'un débit x tend vers 0, ce débit
tend lui-même vers l'inni. Nous ne parlerons donc plus de crue maximale possible mais de débits de crue
de fréquence donnée.

12.2.1 Intérêts de la recherche historique


Les crues sont un phénomène susamment important pour que l'on conserve le souvenir des principales
catastrophes. Ce souvenir peut se traduire par des descriptions écrites, par des repères de niveau marqués
par l'homme, par des déplacements de blocs de rochers...
La période sur laquelle portent ces souvenirs est variable de quelques dizaines d'années à quelques
centaines.
Généralement, les crues sont caractérisées par un niveau d'eau . Il nous faudra, pour dimensionner des
ouvrages, passer des hauteurs aux débits. Ceci ne peut se faire que si une courbe de tarage, établie de nos
jours, est valable pour les périodes anciennes. Une telle validité dans le temps n'est justiée que si le site a
été hydrauliquement stable. Cette stabilité est envisageable dans certains cas comme des passages de ponts
anciens, des endiguements entre des quais...
De toute façon, le passage des hauteurs aux débits, lorsqu'il est possible, sera toujours entaché d'une forte
incertitude. Que peut donc apporter la recherche historique ? Surtout l'ordre de grandeur du phénomène.

95
L'étude des crues, basée sur d'autres méthodes telles que nous les verrons, s'appuie sur des observations
plus ou moins longues, plus ou moins stables. Il se peut très bien que les observations chirées disponibles sur
une période restreinte ne permettent pas d'envisager l'ampleur de crues excessivement rares et provoquées
par des phénomènes tout à fait exceptionnels et d'une autre nature que ceux observés habituellement.
Dans tous les cas, il est donc recommandé de procéder à une investigation "historique". Que ce soit
dans des textes anciens ou tout au moins par interrogation des populations locales. Les résultats que l'on
peut en espérer serviront essentiellement à vérier que les estimations de débits de crues faites par d'autres
méthodes permettent de rendre raisonnablement compte des diérentes crues catastrophiques enregistrées.

12.2.2 Évolution du débit avec la surface


Les paramètres essentiels qui inuent sur le débit de crue de fréquence donnée pour un bassin versant
sont :
 la surface ;
 la pluviométrie ;
 la nature géologique du bassin versant.
Dans une région restreinte où on peut supposer que "géologie" et surtout "pluviométrie" varient peu,
il est possible d'étudier l'évolution du débit de crue de fréquence F en fonction de la surface du bassin. La
quasi-totalité des études montrent qu'en première approximation, le débit QF de fréquence F varie comme
une fonction puissance de la surface :
QF = aS b (12.1)

Le terme b est inférieur à 1, ce qui traduit l'amortissement du débit de pointe de crue en fonction de la
surface.
Le coecient a est lui une variable régionale intégrant essentiellement "pluviométrie" et "géologie".

12.2.3 Évolution du débit avec la fréquence


De nombreux auteurs ont proposé de relier la variation du débit à celle de la période de retour T
1
T = 1−F par des relations du type :
Q(T ) = Q(1)(1 + βlogT ) (12.2)

Q(T) étant le débit de période de retour T années ; Q (1) étant la crue dite annuelle et β est un coecient
régional variant généralement de 0,7 à 0,8 mais pouvant atteindre parfois des valeurs supérieures à 2.
Le caractère local de cette valeur β ne permet pas de donner ici les valeurs à prendre dans chaque cas
particulier. On peut seulement constater que le débit devenant une fonction linéaire de la période de retour,
cela sous-entend que les lois de distribution des débits de crue ont un comportement asymptotiquement
exponentiel.

12.2.4 Diérentes méthodes empiriques valables pour l'Afrique


Approche déterministe - les débits de crues décennales en Afrique
Détermination de l'averse décennale

96
On constate que les fortes averses présentent un corps de courte durée et qu'il ne se produit généralement
qu'une seule averse par jour. La statistique des hauteurs précipitées lors des averses se ramène sensible-
ment à celle des hauteurs de pluies journalières Pj. Pour ces hauteurs de pluies journalières, on rencontre
généralement des distributions gumbeliennes.
Pour passer de la pluie ponctuelle à la pluie sur le bassin versant de surface S, on applique un coecient
d'abattement K qui, en Afrique, varie avec la surface S (en km2 ), la hauteur de pluie annuelle Pan (en mm)
et la période de retour T (en années) de l'averse :

K = 1 − 0.001(9logT − 0, 042Pan + 152)logS (12.3)

Il est donc possible de calculer pour la période de retour T, le volume d'eau V précipité sur le bassin
versant :
V = K(T, S, Pan ) × S × Pj (T ) (12.4)

Passage à l'averse de la pluie nette


RODIER et AUVRAY proposent de passer de l'averse à la pluie nette par un coecient de ruissellement
Kr qui dépend à la fois de la perte et de la maîtrise du sous-sol.
En admettant des classications suivant les pertes de R1 à R6 et suivant la perméabilité de P1 à P5
(Classication ORSTOM), plusieurs abaques sont proposées donnant Kr dans les conditions de la crue
décennale (gure 12.1).

Approche stochastique-les débits de crues décennales en Afrique de l'Ouest et Centrale (par


PUECH et CHABI GONNI du C.I.E.H.)
Inventaire des variables explicatives et à expliquer
1 Inventaire des variables explicatives et à expliquer La seule variable à expliquer est le débit de pointe
de crue décennale Q10 . Les variables explicatives sont nombreuses, qualitatives et quantitatives :
 S : surface du bassin versant en km2 ;
 Pan : hauteur de pluie annuelle en mm ;
 Ig : indice de pente global ;
 Kr : coecient de ruissellement dans les conditions décennales ;
 nature du sous-sol (élément qualitatif).
Nature de la régression
Le C.I.E.H. suppose que Q10 varie avec les autres variables comme une fonction puissance du style :

Q10 = aS α Pan
β
Ig γ Krδ (12.5)

Manifestement, la régression logQ10 en logS , logPan , etc., est une régression linéaire multiple de réso-
lution classique.
A partir des observations sur 162 bassins versants,des régressions de types suivants ont été obtenues :
 Afrique de l'Ouest : Q10 = 197 S 0.633 Ig 0.35 Pan −0,643
;
 Afrique de l'Ouest : Q10 = 0.163 S 0.628 0.26
Ig Kr 0.877 ;
 Afrique centrale : Q10 = 15.77 S 0.787 Ig 1.089 Pan −0,638
;

97
Figure 12.1  Abaques d'estimation de Kr

98
 Afrique centrale : Q10 = 0.225 S 0.496 Ig 0.507 Kr1.087 .
En fonction de la géologie, Kr est évalué de la manière suivante :
 granite : Kr = 2.300Pan −0.67 ;

 grès : Kr = 300Pan −0.375 ;

 sable : Kr = 210Pan 2.2 ;

 argiles et marnes : Kr = 300Pan 2.2 ;

 schiste : Kr = 370Pan −0.375 .

12.3 Étude statistique des débits de crue


Lorsque l'on dispose d'observations de débits de crue, au site même ou à proximité, il est possible de
procéder à un ajustement statistique puis à une extrapolation sur les fréquences. Cette méthode est parfai-
tement justiée si on dispose de susamment d'observations (10 ans est un strict minimum). Cependant, il
n'est pas raisonnable d'extrapoler l'ajustement statistique à des périodes de retour supérieures à 2n ou 3n,
n étant la durée d'observations. Cette méthode est donc limitée par la durée habituelle des observations à
la prédétermination de débits de crue de fréquence généralement inférieure à 0,99.

12.3.1 Constitution de l'échantillon


Dans le cas où les observations ont été faites sur une durée susante, de l'ordre de 20 ans, on pourra
travailler sur les débits instantanés ou moyens journaliers, maximaux annuels. Bien souvent, la période
d'observations est restreinte et on pourra constituer un échantillon de débits de crue par corrélation à
partir d'une station plus longue.
Généralement, les corrélations se font en log-log, les distributions de fréquence des crues étant à forte
dissymétrie positive.
Les variables utilisées sont généralement un débit maximum instantané Qi ou un débit moyen journalier
Qj maximum. Que ce soit à partir d'une période réellement observée ou d'une série reconstituée, on peut
retenir :
 les débits maxima annuels de chacune des n années (on s'assure de l'indépendance des observations
puisque l'on travaille sur des années hydrologiques débutant à la n de la période d'étiage) ;
 tous les débits supérieurs à un certain seuil de débit Qo ;
 etc.
La première dénition est préférable lorsque la taille de l'échantillon est susante. Les fréquences s'ex-
priment alors en an-1, et les observations sont généralement parfaitement indépendantes.
La seconde dénition est d'un emploi un peu plus délicat, soit à cause du problème de l'indépendance,
soit du problème de la fréquence de (Q < Qo ). Elle ne s'utilise que si le nombre d'années disponibles est
faible et avec une extrême prudence.

12.3.2 Choix du type de loi et ajustement


Le choix du type de loi peut être guidé par des tests statistiques, les coecients de symétrie et d'apla-
tissement.

99
Malheureusement la taille de l'échantillon est généralement trop faible pour que les estimations des
moments d'ordre supérieur soient ables.
Le plus souvent, on procède par expérience en choisissant une loi à priori puis en vériant a posteriori
que ce choix n'est pas absurde (alignement correct des points dans un graphique adéquat). Dans telle
région, les expériences faites sur des stations longues et ables montrent que ce sont les lois de Galton, de
Gumbel... qui rendent le mieux compte de la statistique des débits de crue (sous les climats tempérés, ce
sont généralement les lois de Gumbel, Galton ou Pearson III).
Le choix d'une technique dépend alors essentiellement des moyens de calcul dont on dispose et de la
taille de l'échantillon.

12.4 Protection des ouvrages - choix de la fréquence de la crue de projet


et de la crue de chantier
On appelle crue de projet, la crue maximale que l'ouvrage est capable d'évacuer sans dommage grave.
En général, on se xe la fréquence (ou période de retour) de la crue du projet puis on évalue le débit de crue
(ou l'hydrogramme) à l'entrée dans l'ouvrage ; enn, on étudie l'éventuel laminage de la crue à la traversée
de l'ouvrage an de déterminer les capacités d'évacuation nécessaires au transit de la crue : c'est le débit
de la crue évacué par le déversoir qui intéresse le calcul de l'évacuateur. La crue de chantier quant à elle,
est celle pour laquelle on calcule les ouvrages de protection du chantier. En général, la période de retour de
cette crue est beaucoup plus faible (de l'ordre de quelques années) que pour la crue de projet (de l'ordre de
quelques milliers d'années).

12.4.1 Crue de projet


Le choix de la fréquence de la crue de projet est très important ; en eet, il inue directement sur le
débit à évacuer donc sur la taille de l'évacuateur. Le coût de l'évacuateur de crue représente une part non
négligeable du coût total d'un barrage ; en augmentant la période de retour, on augmente donc le coût total
de l'ouvrage. Par contre, l'augmentation de la période de retour de la crue de projet diminue le risque de
voir arriver des dommages à l'ouvrage au cours de sa durée de vie. Le choix de la période de retour peut
donc s'aborder par le biais de la comparaison du coût en regard du risque. Les risques de rupture ne sont
pas négligeables et dans 30 % des cas de rupture, elle a été provoquée par des crues.

Ouvrages présentant un risque pour les populations en cas de rupture


C'est le cas des grands barrages (on range sous ce vocable les barrages de plus de 20 m de haut ou de
plus de 15 millions de mètres-cube de retenue), ou des petits barrages lorsque la propagation de l'ordre de
rupture risque de provoquer des pertes en vie humaine. Dans ces cas, une étude plus ou moins économique
du coût de l'ouvrage par rapport au coût des dommages n'est pas philosophiquement envisageable car elle
ne pourrait se faire qu'en attribuant un certain "prix" aux vies humaines. En conséquence, on adopte pour
fréquence de la crue de projet, une valeur telle que les risques de rupture du fait des crues deviennent nuls
ou tout au moins négligeables. En général, les périodes de retour retenues sont de l'ordre de 10.000 ans.

100
Ouvrages ne menaçant pas la sécurité publique
On peut alors mettre en ÷uvre un calcul économique. En eet, le prix de l'évacuateur de crue peut être
considéré comme une prime d'assurance contre les dégâts provoqués par une crue. Il sut alors d'étudier la
rentabilité maximum en fonction du coût de l'ouvrage par rapport au coût des dégâts et à leur fréquence.
Cette étude économique dépend à chaque fois du cas de gure mais quelques simplications permettent
de généraliser les résultats d'une étude synthétique menée par le Centre Technique du Génie Rural des
Eaux et des Forêts.
Les aspects essentiels de cette étude sont :
 si une crue a un débit maximal Q inférieur au débit x, il se produit des dommages dont le montant
est évalué à R francs. Ce coût représente le montant des dégâts subis par le barrage et les dégâts en
aval de l'ouvrage. On admettra que R est indépendant de Q (dans la mesure où Q > x) donc de la
fréquence de la crue ayant provoqué les dégâts.
Le principe est donc de minimiser la somme de deux coûts qui varient en sens inverse en fonction de
la période de retour T du débit x pour lequel est dimensionné l'évacuateur :
 coût de l'ouvrage,
 espérance mathématique du coût des dommages éventuels.
Soit C le coût de l'ouvrage à l'année 0, T la période de retour de la crue de débit x et α le taux
d'actualisation ; l'investissement à l'année 0 sera C. Chaque année, la probabilité pour avoir Q > x est
sensiblement 1/T. Pour la ième année, s'il y a rupture, le coût des dégâts sera : (1+a) R
i (coût actualisé à

l'année 0).
Le coût C de l'ouvrage dépend du débit x de l'évacuateur, donc de T. Il est donc logique de décomposer
le coût C en une partie D représentant le coût de la digue seule (indépendant de T) et une partie E, coût
de l'évacuateur de crue en fonction de T : C = D + E .
Appelons :
 h la hauteur maximale de charge sur le déversoir
 H + h la hauteur totale de la digue
 a le gradex des débits (en général, les débits sont gumbeliens surtout pour T grand).
On admet alors les hypothèses simplicatrices suivantes :
 la modication de x se fait en modiant h ;
 le coût D de la digue est proportionnel à (H + h)2 (donc à son volume) ;
 le coût E de l'évacuateur est proportionnel à (H + h) ∞ h ;
 les débits suivent une loi de Gumbel telle que : Q = Cte + alogT ;
 la loi de débit x du réservoir est du type : x = Cte∞h3/2 . Soit Q le débit maximum entrant dans la
retenue et x le débit laminé qui en sort ; la relation entre Q et x est du type :

Q
x= (l = Cste) (12.6)
1 + lQ−0.44

12.4.2 Crue de chantier


Pour des chantiers devant durer plusieurs années, le problème est analogue au précédent. Il n'en dière
que par le fait qu'il n'y a pas d'amortissement de la crue. Dans ce cas, il n'y a généralement pas de risque

101
pour la sécurité des personnes et le coût des dégâts au chantier est relativement faible devant le coût des
ouvrages de dérivation ; aussi prend-on généralement des périodes de retour assez faibles, de l'ordre d'une
dizaine d'années.
Dans le cas de chantier de moindre durée, il est possible de limiter la période des travaux à un certain
nombre de mois où les risques d'apparition de crues sont plus faibles. Le même calcul économique pourra
être établi mais on n'introduira que la statistique des crues saisonnières de la période considérée.

102
Chapitre 13

Inltration et écoulements

13.1 Introduction
Les écoulements représentent une partie essentielle du cycle hydrologique. On a déjà vu que l'eau
précipitée sur un bassin versant va se répartir en eau interceptée, évaporée, inltrée et écoulée. La quantité
d'eau collectée puis transportée par la rivière résultera des précipitations directes à la surface même du
cours d'eau et des écoulements de surface et souterrain parvenant à son exutoire. La proportion entre ces
deux types d'écoulements est dénie par la quantité d'eau inltrée dans le sol.

13.2 L'inltration
L'estimation de l'importance du processus d'inltration permet de déterminer quelle fraction de la pluie
va participer à l'écoulement de surface, et quelle fraction va alimenter les écoulements souterrains et donc
aussi participer à la recharge des nappes souterraines.

13.2.1 Dénitions et paramètres descriptifs de l'inltration


L'inltration qualie le transfert de l'eau à travers les couches supercielles du sol, lorsque celui-ci reçoit
une averse ou s'il est exposé à une submersion. L'eau d'inltration remplit en premier lieu les interstices
du sol en surface et pénètre par la suite dans le sol sous l'action de la gravité et des forces de succion.
L'inltration inuence de nombreux aspects de l'hydrologie, du génie rural ou de l'hydrogéologie. An
d'appréhender le processus d'inltration, on peut dénir :
 Le régime d'inltration i(t), nommé aussi taux d'inltration, qui désigne le ux d'eau pénétrant
dans le sol en surface. Il est généralement exprimé en mm/h. Le régime d'inltration dépend avant
tout du régime d'alimentation (irrigation, pluie), de l'état d'humidité et des propriétés du sol ;
 L'inltration cumulative, notée I(t), est le volume total d'eau inltrée pendant une période
donnée. Elle est égale à l'intégrale dans le temps du régime d'inltration.
Z t
I(t) = i(t)dt (13.1)
t=t0

Avec :

103
1. I(t) : inltration cumulative au temps t [mm] ;
2. i (t) : régime ou taux d'inltration au temps t [mm/h].
La conductivité hydraulique à saturation Ks est un paramètre essentiel de l'inltration. Il représente la
valeur limite du taux d'inltration si le sol est saturé et homogène. Ce paramètre entre dans de nombreuses
équations pour le calcul de l'inltration.
La capacité d'inltration ou capacité d'absorption (ou encore inltrabilité) représente le ux
d'eau maximal que le sol est capable d'absorber à travers sa surface, lorsqu'il reçoit une pluie ecace ou s'il
est recouvert d'eau. Elle dépend, par le biais de la conductivité hydraulique, de la texture et de la structure
du sol, mais également des conditions aux limites, c'est à dire, la teneur en eau initiale du prol et la teneur
en eau imposée en surface.
La percolation désigne l'écoulement plutôt vertical de l'eau dans le sol (milieu poreux non saturé) en
direction de la nappe phréatique, sous la seule inuence de la gravité. Ce processus suit l'inltration et
conditionne directement l'alimentation en eau des nappes souterraines.
La pluie nette représente la quantité de pluie qui ruisselle strictement sur la surface du terrain lors d'une
averse. La pluie nette est déduite de la pluie totale, diminuée des fractions interceptées par la végétation
et stockée dans les dépressions du terrain. La séparation entre la pluie inltrée et la pluie écoulé en surface
s'appelle fonction de production. Ce concept est développé dans le chapitre 11  la réponse hydrologique .

13.2.2 Facteurs inuençant l'inltration


L'inltration est conditionnée par les principaux facteurs ci-dessous :
 Le type de sol (structure, texture, porosité) - Les caractéristiques de la matrice du sol inuencent les
forces de capillarité et d'adsorption dont résultent les forces de succion, qui elles-mêmes, régissent
en partie l'inltration ;
 La compaction de la surface du sol due à l'impact des gouttes de pluie (battance) ou à d'autres eets
(thermiques et anthropiques) - L'utilisation de lourdes machines agricoles dans les champs peut par
exemple avoir pour conséquence la dégradation de la structure de la couche de surface du sol et
la formation d'une croûte dense et imperméable à une certaine profondeur (sensible au labour). La
gure 5.3 montre à titre d'exemple les diérentes évolutions du régime d'inltration au cours du
temps selon le type de sol ;
 La couverture du sol - La végétation inuence positivement l'inltration en ralentissant l'écoulement
de l'eau à la surface, lui donnant ainsi plus de temps pour pénétrer dans le sol. D'autre part, le
système radiculaire améliore la perméabilité du sol. Enn, le feuillage protège le sol de l'impact de
la pluie et diminue par voie de conséquence le phénomène de battance ;
 La topographie et la morphologie - La pente par exemple agit à l'opposé de la végétation. En eet,
une forte pente favorise les écoulements au dépend de l'inltration ;
 Le débit d'alimentation (intensité de la précipitation, débit d'irrigation) ;
 La teneur en eau initiale du sol (conditions antécédentes d'humidité) - L'humidité du sol est un
facteur essentiel du régime d'inltration, car les forces de succion sont aussi fonction du taux d'hu-
midité du sol. Le régime d'inltration au cours du temps évolue diéremment selon que le sol est
initialement sec ou humide. L'humidité d'un sol est généralement appréhender en étudiant les préci-

104
pitations tombées au cours d'une certaine période précédant un événement pluvieux. Les Indices de
Précipitations Antécédentes(IPA) sont souvent utilisés pour caractériser les conditions d'humidité
antécédentes à une pluie ;
 Finalement, les facteurs les plus inuents, pour une même topographie, sont le type de sol, sa
couverture et son taux initial d'humidité.

13.2.3 Variation du taux d'inltration au cours d'une averse


La variabilité spatiale et temporelle de la teneur en eau dans le sol est décrite par des prols d'inltration,
ou plus généralement prols hydriques, successifs, représentant la distribution verticale des teneurs en eau
dans le sol, à diérents instants donnés. Dans un sol homogène et lorsque la surface du sol est submergée,
le prol hydrique du sol présente : une zone de saturation, située immédiatement sous la surface du sol ;
une zone proche de la saturation appelée zone de transmission, qui présente une teneur en eau proche de
la saturation et en apparence uniforme ; et nalement une zone d'humidication qui se caractérise par une
teneur en eau fortement décroissante avec la profondeur selon un fort gradient d'humidité appelé front
d'humidication qui délimite le sol humide du sol sec sous-jacent.
Finalement la pluie qui arrive à la surface du sol y pénètre assez régulièrement selon un front d'humec-
tation qui progresse en fonction des apports, selon le jeu des forces de gravité et de succion.
Au cours d'une averse, la capacité d'inltration du sol décroît d'une valeur initiale jusqu'à une valeur
limite qui exprime le potentiel d'inltration à saturation. En fait, elle diminue très rapidement au début
de l'inltration mais par la suite, la décroissance est plus progressive et tend en règle générale vers un
régime constant, proche de la valeur de la conductivité hydraulique à saturation. Cette décroissance, due
essentiellement à la diminution du gradient de pression, peut être renforcée entre autre par le colmatage
partiel des pores et la formation d'une croûte supercielle suite à la dégradation de la structure du sol
provoquant la migration de particules.
Si l'on compare l'intensité de la pluie et la capacité d'inltration d'un sol, il existe deux possibilités :
Tant que l'intensité de la pluie est inférieure à la capacité d'inltration, l'eau s'inltre aussi vite qu'elle
est fournie. Le régime d'inltration est dans ce cas déterminé par le régime d'alimentation. C'est le cas
au début du processus. Le temps nécessaire pour égaler la capacité d'inltration est variable. Il dépend
principalement des conditions antécédentes d'humidité du sol et de l'averse. Le temps requis est d'autant
plus long que le sol est sec et que le régime d'alimentation est voisin de la conductivité hydraulique à
saturation Ks.
Lorsque l'intensité des précipitations est supérieure à la capacité d'inltration du sol, l'excédent d'eau
s'accumule en surface ou dans les dépressions formant des aques, ou bien encore s'écoule en suivant les
dénivelés topographiques. Dans ce cas, on a atteint le temps de submersion et l'on parle d'inltration à
capacité (le régime d'inltration est limité par la capacité d'inltration du sol). Comme la détermination du
seuil de submersion dénit le début de l'écoulement superciel (principe de Horton), on peut alors déduire
la lame ruisselée provoquée par une averse (volume du ruissellement divisé par la surface du bassin versant).
Celle-ci correspond à la pluie nette.

105
13.2.4 Modélisation du processus d'inltration
Parmi les nombreux modèles existants, on peut retenir deux grandes approches, à savoir :
 une approche basée sur des relations empiriques, à 2, 3 ou 4 paramètres ;
 une approche à base physique.

Relations empiriques
Les relations empiriques expriment une décroissance de l'inltration en fonction du temps à partir d'une
valeur initiale (soit exponentiellement, soit comme une fonction quadratique du temps) qui tend vers une
valeur limite, en général Ks mais pouvant être proche de zéro. Citons à titre d'exemple deux formules
empiriques :
La formule de Horton - La capacité d'inltration s'exprime comme suit :

i(t) = if + (io − if ) × e−rt (3paramtres) (13.2)

Avec :
1. i(t) : capacité d'inltration au temps t [mm/h] ;
2. io :capacité d'inltration respectivement initiale dépendant surtout du type de sol [mm/h] ;
3. if : capacité d'inltration nale [mm/h] ;
4. t : temps écoulé depuis le début de l'averse [h] ;
5. g : constante empirique, fonction de la nature du sol [min-1].
L'utilisation de ce type d'équation, quoique répandue, reste limitée, car la détermination des paramètres,
i0, if, et g présente certaines dicultés pratiques.
La formule de l'Institut d'Aménagement des Terres et des Eaux de l'EPFL - La relation est légèrement
diérente de celle de Horton (seulement deux paramètres). Elle est du type :

i(t) = if + a × e−bt (13.3)

Avec :
1. i(t) : capacité d'inltration au temps t [mm/h] ;
2. if : capacité d'inltration nale [mm/h],
3. a et b : coecients d'ajustement.
Cette relation a l'avantage de permettre la recherche de relations fonctionnelles, d'une part entre la
capacité limite (ou nale) d'inltration et la texture du sol, d'autre part entre le paramètre a et l'humidité
volumique. On lève ainsi l'indétermination sur certains paramètres par l'intervention de caractéristiques
objectives.
D'autres formules peuvent être utilisées pour déterminer le régime d'inltration de l'eau du sol. Elles
font toutes appel à des coecients empiriques à évaluer en fonction du type de sol rencontré.

106
Modèles à base physique
Ces modèles décrivent d'une manière simpliée le mouvement de l'eau dans le sol, en particulier au niveau
du front d'humidication et en fonction de certains paramètres physiques. Parmi les modèles présentés dans
le tableau 5.1, les deux modèles suivants sont les plus connus :
Le modèle de Philip - Philip a proposé une méthode de résolution de l'équation de l'inltration verticale
pour certaines conditions initiales et limites (tableau 5.1). Ce modèle introduit la notion de sorptivité qui
représente la capacité d'un sol à absorber l'eau lorsque l'écoulement se produit uniquement sous l'action du
gradient de pression. La sorptivité est dénie par la lame inltrée I en écoulement horizontal. Elle dépend
des conditions initiales et des conditions aux limites du système. Elle est fonction des teneurs en eau initiale
du sol qi et imposée en surface q0.
Le modèle de Green et Ampt - Un autre modèle tout aussi connu que le précédent est celui de Green et
Ampt. Ce modèle repose sur des hypothèses simplicatrices qui impliquent une schématisation du processus
d'inltration.
Il est basé sur la loi de Darcy et inclut les paramètres hydrodynamiques du sol tels que les charges hydrau-
liques totales, au niveau du front d'humidication (Hf est la somme de la hauteur d'eau inltrée depuis le
début de l'alimentation - Zf - et de la charge de pression au front d'humidication - hf ) et en surface (H0 =
ho = charge de pression en surface).Une des hypothèses du modèle de Green et Ampt stipule que la teneur
en eau de la zone de transmission est uniforme. L'inltration cumulative I(t) résulte alors du produit de
la variation de teneur en eau et de la profondeur du front d'humidication. Ce modèle s'avère satisfaisant
dans le cas de son application à un sol dont la texture est grossière. Cette méthode reste cependant em-
pirique puisqu'elle nécessite la détermination expérimentale de la valeur de la charge de pression au front
d'humidication.

13.2.5 Mesurage de l'inltration


L'analyse des hydrogrammes des bassins versants de très petite taille ou des parcelles permet d'estimer
la capacité d'inltration. La capacité d'inltration correspond à la diérence entre la précipitation et le
ruissellement. Pour les bassins de grande taille, seule la capacité moyenne d'inltration peut être estimée.
Les mesures d'inltration in situ visent à connaitre le ux vertical de l'eau en régime constant (q) d'un
sol soumis à une lame d'eau ou d'une pluie articielle. Par celles réalisées au laboratoire, on détermine
généralement la conductivité hydraulique en milieu saturé Ks .
Dans les tests de terrain classiques, le gradient de charge hydraulique (i) n'est pas déterminé. Très
généralement on considère sa valeur égale à 1 . Cependant, cette condition n'est remplie que si on a aaire à
un sol de prol de porosité homogène ou si le niveau commandant le transfert se trouve à quelques dizaines
de centimètres de la surface ou en profondeur.
Elles se diérencient dans leur exécution essentiellement par :
 le nombre d'anneaux employés (technique à simple anneau, ou à double ;
 le maintien d'une lame d'eau d'épaisseur constante ou pas pendant la anneaux) : mesure (technique
à charge constante ou à charge décroissante aussi appelée "méthode à charge variable") : la mesure ;
 la surface occupée par l'anneau central ou unique sur lequel se fait la mesure.
La technique à un seul anneau est aectée d'un biais dû aux ux latéraux. Dans celle à charge décrois-

107
sante, q peut être fonction de la hauteur de d'eau si l'inltration est régie par la surface du sol.
La technique à double anneaux et à charge constante, est donc à préconiser.
Pour que le résultat soit représentatif de l'unité à laquelle il se rapporte, il faut que la ou les mesures
prenant en compte l'ensemble de l'hétérogénéité spatiale de la porosité existante. La surface de mesure
(SM) doit par conséquent être au moins égal à celle qui peut être considérée représentative de la porosité.
La technique préconisée a l'inconvénient d'être plus laborieuse et d'exiger un matériel plus sophistiqué que
pour les mesures faites à charge variable avec double anneaux ou simple anneau.
La première de ces deux techniques, à priori non appropriées, peut néanmoins être employée, sans risque
de biais, si on a à faire à des sols de prol de porosité homogène ou si le niveau se trouve à plusieurs dizaines
de cm de la surface ou en profondeur.
Dans la pratique, on utilise fréquemment le lysimètre (gure 13.1).

Figure 13.1  Schéma d'un lysimètre

13.3 Les écoulements


13.3.1 Généralités
De par la diversité de ses formes, on ne peut plus aujourd'hui parler d'un seul type d'écoulement mais
bien des écoulements. On distingue dans un premier temps deux grands types d'écoulements, à savoir : les
écoulements  rapides  et par opposition, les écoulements souterrains qualiés de  lents  qui représentent
la part inltrée de l'eau de pluie transitant lentement dans les nappes vers les exutoires. Les écoulements
qui gagnent rapidement les exutoires pour constituer les crues se subdivisent en écoulement de surface et

108
écoulement de subsurface :
1. L'écoulement de surface ou ruissellement est constitué par la frange d'eau qui, après une averse,
s'écoule plus ou moins librement à la surface des sols. L'importance de l'écoulement superciel dépend
de l'intensité des précipitations et de leur capacité à saturer rapidement les premiers centimètres du
sol, avant que l'inltration et la percolation, phénomènes plus lents, soient prépondérants ;
2. L'écoulement de subsurface ou écoulement hypodermique comprend la contribution des horizons de
surface partiellement ou totalement saturés en eau ou celle des nappes perchées temporairement
au-dessus des horizons argileux. Ces éléments de subsurface ont une capacité de vidange plus lente
que l'écoulement superciel, mais plus rapide que l'écoulement diéré des nappes profondes.
Ces processus qui se produisent à des vitesses très diérentes, mobilisent des eaux d'âge, d'origine et de
cheminement très distincts, et permettent d'expliquer la plupart des comportements hydrologiques rencon-
trés sur les bassins versants, depuis les crues de  ruissellement pur  jusqu'aux crues où la contribution à
l'écoulement nal est essentiellement hypodermique ou phréatique.
Les éléments les plus importants dans la génération des crues sont nalement les écoulements de surface
et de subsurface et les précipitations directes à la surface du cours d'eau, l'écoulement souterrain n'entrant
que pour une faible part dans la composition du débit de crue.
Fig. 5.10 - Découpage de diérentes phase d'un hydrogramme de crue.
Rappelons que l'écoulement de surface ne peut pas être mesuré directement sur un versant, sauf dans
le cas de très petites parcelles expérimentales équipées à cet eet. Généralement, on mesure indirectement
cette composante des écoulements par l'évaluation des débits dans le réseau hydrographique.

13.3.2 L'écoulement de surface


Après interception éventuelle par la végétation, il y a partage de la pluie disponible au niveau de la
surface du sol :
en eau qui s'inltre et qui contribue, par un écoulement plus lent à travers les couches de sol, à la
recharge de la nappe et au débit de base, et en ruissellement de surface dès que l'intensité des pluies dépasse
la capacité d'inltration du sol (elle-même variable, entre autre selon l'humidité du sol). Cet écoulement de
surface, où l'excès d'eau s'écoule par gravité le long des pentes, forme l'essentiel de l'écoulement rapide de
crue.
L'écoulement par dépassement de la capacité d'inltration du sol (écoulement Hortonien) est considéré
comme pertinent pour expliquer la réponse hydrologique des bassins en climats semi-arides ainsi que lors
de conditions de fortes intensités pluviométriques. Il est généralement admis que même des sols naturels
présentant une conductivité hydraulique élevée en climats tempérés et humides peuvent avoir une capacité
d'inltration inférieure aux intensités maximales des précipitations enregistrées.
Cependant des crues sont fréquemment observées pour des pluies d'intensité inférieure à la capacité
d'inltration des sols. Dans ce cas, d'autres processus tel que l'écoulement sur des surfaces saturées en
eau, permettent d'expliquer la formation des écoulements. Des zones de sol peuvent être saturées soit par
contribution de l'eau de subsurface restituée par exltration (d'une nappe perchée par exemple), soit par
contribution directe des précipitations tombant sur ces surfaces saturées.
Il existe ainsi deux modes principaux d'écoulement de surface qui peuvent se combiner :

109
 l'écoulement par dépassement de la capacité d'inltration (écoulement hortonien) ;
 l'écoulement sur surfaces saturées.

13.3.3 L'écoulement de subsurface


Une partie des précipitations inltrée chemine quasi horizontalement dans les couches supérieures du
sol pour réapparaître à l'air libre, à la rencontre d'un chenal d'écoulement. Cette eau qui peut contribuer
rapidement au gonement de la crue est désignée sous le terme d'écoulement de subsurface (aussi appelé,
dans le passé, écoulement hypodermique ou retardé). L'importance de la fraction du débit total qui emprunte
la voie subsupercielle dépend essentiellement de la structure du sol. La présence d'une couche relativement
imperméable à faible profondeur favorise ce genre d'écoulement. Les caractéristiques du sol déterminent
l'importance de l'écoulement hypodermique qui peut être important. Cet écoulement tend à ralentir le
cheminement de l'eau et à allonger la durée de l'hydrogramme.

13.3.4 L'écoulement souterrain


Lorsque la zone d'aération du sol contient une humidité susante pour permettre la percolation profonde
de l'eau, une fraction des précipitations atteint la nappe phréatique. L'importance de cet apport dépend de
la structure et de la géologie du sous-sol ainsi que du volume d'eau précipité. L'eau va transiter à travers
l'aquifère à une vitesse de quelques mètres par jour à quelques millimètres par an avant de rejoindre le cours
d'eau. Cet écoulement, en provenance de la nappe phréatique, est appelé écoulement de base ou écoulement
souterrain. A cause des faibles vitesses de l'eau dans le sous-sol, l'écoulement de base n'intervient que pour
une faible part dans l'écoulement de crue. De plus, il ne peut pas être toujours relié au même événement
pluvieux que l'écoulement de surface et provient généralement des pluies antécédentes. L'écoulement de
base assure en générale le débit des rivières en l'absence de précipitations et soutient les débits d'étiage
(l'écoulement souterrain des régions karstiques fait exception à cette règle).

13.3.5 Écoulement dû à la fonte des neiges


L'écoulement par fonte de neige ou de glace domine en règle générale l'hydrologie des régions de mon-
tagne ainsi que celles des glaciers ou celles des climats tempérés froids. Le processus de fonte des neiges
provoque la remontée des nappes ainsi que la saturation du sol. Selon les cas, il peut contribuer de manière
signicative à l'écoulement des eaux de surface. Une crue provoquée par la fonte des neiges dépendra : de
l'équivalent en eau de la couverture neigeuse ; du taux et du régime de fonte et nalement des caractéristiques
de la neige.

13.3.6 Bilan annuel des écoulements


L'écoulement total Et représente la quantité d'eau qui s'écoule chaque année à l'exutoire d'un bassin
versant considéré. L'écoulement est la somme des diérents termes : écoulement superciel Es, écoulement
hypodermique Eh et écoulement de base (ou écoulement souterrain) Eb qui résulte de la vidange des nappes.
Le bilan hydrologique d'un bassin versant est également caractérisé par trois coecients essentiels :
 le coecient d'écoulement total Cet, déni par le rapport entre les quantités d'eau écoulées et les
quantités d'eau précipitées P ;

110
 le coecient d'écoulement de surface Ces, obtenu en calculant le rapport entre les quantités d'eau
écoulées rapidement et les quantités d'eau précipitées ;
 le coecient de ruissellement Cr est déni par le rapport entre la quantité d'eau ruisselée (i.e. écoulée)
à la surface du sol et celles des précipitations.
Pour de fortes précipitations, Es  Eh. Par ailleurs, il n'est pas toujours évident de distinguer quantita-
tivement sur le terrain Es et Eh. Par conséquent on adopte souvent Cr  Ces. Cr varie en général entre 0
et 1 (voir chapitre 2) mais peut être supérieur à 1 dans le cas où des échanges entre bassins, via le système
géologique, sont supposés exister (exemple des milieux karstiques).

13.3.7 Introduction au transport solide (dans les cours d'eau)


Les écoulements de surface transportent avec eux les produits de la désagrégations des roches des
régions hautes vers les zones basses et en dénitive vers la mer. Cette section est une introduction brève
aux problématiques du transport solide dont l'étude est devenue essentielle dans de nombreux domaines,
de l'étude des processus d'érosion et de sédimentation (dans les retenues par exemple) aux études sur la
pollution des cours d'eau.

Transport solides dans les cours d'eau


Le transport solide est par dénition la quantité de sédiment (ou débit solide) transportée par un cours
d'eau. Ce phénomène est limité par la quantité de matériaux susceptible d'être transportée (c'est à dire la
fourniture sédimentaire). Il est principalement réglé par deux propriétés du cours d'eau :
 Sa compétence - Elle est mesurée par le diamètre maximum des débris rocheux que peut transporter
le cours d'eau. Cette caractéristique est essentiellement fonction de la vitesse de l'eau. Les variations
de la compétence en fonction de la vitesse et la granulométrie du substrat ont été étudiées par
Hjulstrom ;
 Sa capacité - C'est la quantité maximale de matériaux solides que peut transporter en un point
et à un instant donné le cours d'eau. La capacité est fonction de la vitesse de l'eau, du débit et des
caractéristiques de la section (forme, rugosité, etc.).
Ces deux propriétés du cours d'eau ne sont pas directement liées. Ainsi dans un euve, la compétence
décroît vers l'aval, ce qui n'est pas le cas de la capacité.Le transport des sédiments par les cours d'eau
est donc déterminé par les caractéristiques des particules (taille, forme, concentration, vitesse de chutes et
densité des particules). Ce qui permet de distinguer :
 la charge en suspension (suspended load), constituée de matériaux dont la taille et la densité
leur permettent, dans des conditions d'écoulement déterminées, de se déplacer sans toucher le fond
du lit. Le transport en suspension est en général constitué de matériaux ns, argiles et colloïdes et
quelquefois de silts. C'est souvent la seule fraction du débit solide qui puisse être aisément mesurée :
par rapport à la capacité de mesures, on peut d'ailleurs distinguer la charge échantillonnée de la
charge non échantillonnée (Fig. 5.12). Dans la très grande partie des cas, la charge en suspension
représente quantitativement un pourcentage très important du transport global ;
 la charge de fond (bed load), formée de matériaux trop gros pour être mis en suspension compte
tenu de leur densité et de la vitesse du courant. Ces particules roulent sur le fond ou se déplacent

111
par saltation. Le transport par saltation correspond à un déplacement par bonds successifs.

Notions de transport spécique et érosion mécanique sur un bassin versant


Les notions d'érosion mécanique sur un bassin versant (ou prédictions des pertes en sols) et de transport
spécique dans les euves (ux annuel de MES rapporté à la supercie du bassin versant ) regroupent deux
processus diérents. Ces deux notions permettent de distinguer d'une part les processus de détachement et
de transport de matériaux du sol avant leur entrée dans le système "rivière" et d'autre part leur transport
dans la rivière elle même. Pour le premier point, on peut parler des agents de l'érosion qui sont principale-
ment les pluies, les ruissellements qui en découlent et le vent, ainsi que des facteurs qui vont conditionner les
quantités de particules arrachées : caractéristiques des pluies, des sols, de la végétation, de la topographie et
enn les activités humaines. Les taux de particules transportées vont à leur tour être régis par de nombreux
facteurs dont la vitesse de l'eau, les caractéristiques du lit, la granulométrie des particules... Le matériel
particulaire ainsi transporté par le cours d'eau ne reétera qu'en partie les phénomènes d'érosion sur les
versants puisqu'une partie des sédiments arrachés au bassin pourra se déposer (éventuellement temporai-
rement) entre les sources d'érosion et l'exutoire du bassin de drainage. D'autre part, l'érosion des berges
pourra contribuer à la charge en suspension mesurée dans le cours d'eau tandis que la présence de lacs,
réservoirs entraînent une sédimentation des particules. Pour ces diérentes raisons, il est donc généralement
admis que le transport spécique de matières particulaires calculé dans les euves ne peut être assimilé à
un taux de dénudation mécanique des versants.

Distribution du transport spécique à travers le monde


Pour l'ensemble du monde, tous continents réunis la quantité totale des sédiments évacués en suspension
est aujourd'hui de 13,505 106 tonnes par an sur une aire de drainage externe de 88,6 106 kilomètres carrés
(contre 148,9 106 km2 pour l'ensemble des continents), ce qui correspond à une transport spécique de
152 tonnes par kilomètre carré et par an. Cependant, la distribution est très variable d'un point à l'autre.
Sur les grandes îles du Pacique (Indonésie), le transport spécique est près de six fois supérieure à la
moyenne globale (1 000 t . km-2 an-1). En Asie du Sud-Est, l'érosion mécanique des régions himalayennes
est également très forte (380 t . km-2 an-1 pour l'ensemble du continent). L'Europe (50 t . km-2 . an-1),
l'Afrique (35 t . km-2 . an-1), l'Australie (28 t . km-2 an-1) ne contribuent que pour une faible part (6%)
au bilan global.

112
13.4 Questions et Exercices
Question de compréhension 14. Qu'appelle t-on fonctions d'inltration ? Qu'est ce qu'un prol hydrique
et quelles en sont les principales caractéristiques ?
Question de compréhension 15. Que représente la pluie nette ? La capacité d'inltration est-elle dépen-
dante de l'indice des précipitations antérieures ?
Question de compréhension 16. Comment peut-on calculer l'apport en eau par inltration dans un sol
durant une certaine période ?
Question de compréhension 17. L'écoulement de surface et le ruissellement représentent-ils le même
processus ? Quelle est l'origine des matériaux granulaires transportés par les cours d'eau ?
Exercice de compréhension 43. Vrai - Faux
L'eau du sol qui ne représente que 0,064% de l'eau douce totale joue un rôle cependant essentiel pour
les plantes.
Les termes d'inltration et de perméabilité désignent le même ux d'eau, à savoir le ux d'eau que
peut transmettre un sol.
En hydrologie de surface le concept d'inltration s'intéresse surtout aux ux de toute origine (préci-
pitations, écoulement superciel) pénétrant dans le sol.
L'eau dans un sol non saturé n'est soumise qu'aux forces de gravité.
Le phénomène de percolation correspond à l'écoulement de l'eau dans le sol non saturé, sous l'eet
de la gravité et des forces de capillarité.
Au sens actif, phénoménologique, l'inltration concerne le passage de l'eau à travers la surface du sol
mais aussi son déplacement en milieu non saturé.
Exercice de compréhension 44. La capacité d'inltration d'un sol...
 est aussi dénommée l'inltrabilité du sol.
 est la quantité maximum d'eau que le sol peut absorber dans un intervalle de temps déterminé à travers
sa surface maintenue avec de l'eau à la pression atmosphérique.
 est la dérivée par rapport au temps de l'inltration cumulative.
 dépend de la conductivité hydraulique K, ou coecient de perméabilité du sol mais pas de la structure et
de la texture du sol.
 en écoulement horizontal tend asymptotiquement vers 0 car le terme de gravité est absent.
 en écoulement vertical tend asymptotiquement vers la conductivité hydraulique à saturation.
 varie dans le temps en fonction de l'état de saturation du sol et de la température.

Exercice de compréhension 45. Compléter les phrases suivantes.


 L'eau s'inltre aussi vite qu'elle est fournie lorsque l'intensité des précipitations (ou débit d'irrigation)
est inférieur à....... du sol.
 Il y a accumulation d'eau en surface ou ruissellement lorsque du sol est dépassée. On parle alors d'........
 Le moment pour lequel l'intensité des précipitations est égal à du sol se nomme le temps de .

Exercice de compréhension 46. Parmi les nombreux facteurs suivants lesquels ne régissent pas les parts
respectives du ruissellement et de l'inltration ?

113
 Les conditions initiales du sol.
 La couleur de la végétation.
 Les activités humaines.
 La pente.
 L'intensité de la pluviométrie.
 La profondeur du sol.

Exercice de compréhension 47. La fonction d'inltration de Horton...


 est un modèle à base empirique.
 est un modèle à base physique.
 prend en compte la complexité du processus d'inltration.
 prend en compte de manière simpliée les conditions initiales.
 fait intervenir la conductivité hydraulique à saturation.

Exercice de compréhension 48. Connaissant les paramètres de la fonction d'inltration de Horton pour
un sol donné, à savoir : une capacité d'inltration initiale de 100 mm/h, une capacité d'inltration nale
de 2 mm/h et une constante empirique de 0,5 h-1.
1. Quelle est la capacité d'inltration au bout de 1 heure en mm/h ?
2. Au bout de combien de temps la capacité d'inltration aura plus ou moins atteint atteint sa valeur
limite ?
Exercice de compréhension 49. Vrai - Faux
La quantité d'eau livrée par la pluie au ruissellement est la pluie nette.
La pluie nette est le volume d'eau qui reste disponible à la surface du sol après soustraction des pertes
par évapotranspiration réelle.
La détermination du seuil de submersion dénit le début de l'écoulement superciel.
Lorsque le seuil de submersion est dépassé il n'y a plus d'inltration.
La connaissance du taux d'inltration au cours d'une averse permet de calculer le volume ruisselé.

Exercice de compréhension 50. Vrai - Faux


L'écoulement de surface est considéré comme un écoulement rapide car il répond directement et rapi-
dement aux précipitations.
Ce qui pénètre dans le sol pour alimenter les réservoirs souterrains est appelé la recharge.
La principale et souvent unique composante régulière de l'écoulement total est constituée par l'écoule-
ment de surface.
L'écoulement souterrain est généralement et en pratique identié au "débit de base" estimé à partir
de l'analyse de l'hydrogramme du cours d'eau.
L'écoulement de subsurface est dit " retardée " car bien que l'eau circule dans les couches supérieures
du sol à une vitesse supérieure à la vitesse normale de l'écoulement souterrain, elle arrive quand même dans
le cours d'eau après l'écoulement de surface.
La fonte des neiges ne contribue qu'à l'écoulement de surface.
L'écoulement souterrain est considéré comme un écoulement lent.

114
Exercice de compréhension 51. Dans le cas simple d'une averse uniforme dans le temps et l'espace,
quel est l'écoulement proportionnellement le plus important lors du pic de crue ?
 Écoulement de subsurface.
 Écoulement de surface.
 Écoulement souterrain.
 Précipitations directes à la surface du cours d'eau.

Exercice de compréhension 52. Vrai - Faux


Les matériaux granulaires transportés par les cours d'eau proviennent uniquement du fond ou des
berges du lit mineur.
La compétence de transport solide est le débit solide maximal qui peut être assuré par un chenal dans
des conditions d'écoulement données.
Pour une vitesse donnée, il y a simultanément transport par charriage des matériaux les plus lourds
et transport en suspension des matériaux plus légers.
La capacité d'un cours d'eau est fonction de la vitesse de l'eau, du débit et des caractéristiques de la
section (forme, rugosité, etc.).
Un matériel sédimentaire de 1 micron transporté à 10 cm/seconde se déposera au fond du lit de la
rivière.
Un matériel sédimentaire de 0.1 mm peut être érodé puis transporté si le courant atteint 100 cm/s.

115
Chapitre 14

Travaux pratiques d'hydrologie

14.1 Délimitation d'un bassin versant et calcul de ses caractéristiques


morphologiques

116
Troisième partie

Drainage, assainissement et Navigabilité

117
Chapitre 15

Drainage

15.1 Études à réaliser


Lorsque la décision de drainer est positive, on procède à l'étude du relief. Cette description sera à la base
du design des fossés ainsi qu'à leur disposition sur le terrain. Au cours de cette étude, les tâches suivantes
sont à réaliser :
 Mesurage des courbes de niveau ;
 Délimitation des bassins versants ;
 Localisation du réseau hydrographique existant et des structures hydrauliques ;
 Localisation des chemins forestiers, des lignes de lot, des aeurements ; rocheux, des lignes télépho-
niques et des conduites d'eau enfouies ;
 Localisation de tout élément susceptibles d'aecter la disposition des fossés (secteurs à protéger, sol
trop mou...) ;
 Mesurage de la hauteur de la berge du cours d'eau récepteur. Cette profondeur limitera celle du
fossé collecteur.
Ces renseignements vont permettre au planicateur de disposer ecacement les fossés de drainage. La
topographie des fossés importants sera mesurée après qu'ils auront été marqués sur le terrain an de guider
leur excavation.

15.2 Règles permettant de réaliser des projets ecaces


Voici quelques règles permettant de réaliser des projets ecaces :
 Les sols peu profonds reposants sur un horizon imperméable (changement textural, roc, etc.) ou les
sols peu perméables (< 0,1 m/jour) ne peuvent être drainés ecacement par des drains. De plus,
en raison du nombre de lignes de drains à installer, il est dicile de justier économiquement ces
investissements. Dans ces cas, ces sols ont avantage à être nivelés de manière très précise an de ne
laisser aucune dépression et/ou accumulation d'eau en surface. Un réseau hydraulique ecace est
alors de mise et devrait comprendre des fossés entre 40 et 90 mètres d'espacement.
 Plus un sol est imperméable et plus le taux de ruissellement sera élevé. Il en va de même dans les
sols gelés. Il faudra porter une attention particulière à ces sols, car les risques d'érosion sont élevés.

118
 Pour conserver le potentiel des sols et diminuer les coûts, le drainage de surface devrait être réalisé
en déplaçant le minimum de sol arable.
 Il est toujours recommandé d'investiguer et de réaliser les aménagements suivant la chronologie sui-
vante : le réseau hydraulique, le drainage de surface et si nécessaire le drainage souterrain. Quoiqu'il
soit préférable de réaliser les étapes sur plusieurs années, le tout est possible sur une seule.
 Les sols qui proteront le plus du drainage de surface sont ceux ayant des perméabilités faibles.

15.3 Diagnostic
Un bon diagnostic commence tout d'abord par la consultation, lorsque disponible des documents sui-
vant :
 les photographies aériennes, infrarouges et/ou carte de rendement : pour localiser les zones de mau-
vais rendement ;
 les relevés topographiques et/ou plans de drainage souterrain et/ou prol des cours d'eau munici-
paux : pour localiser les zones potentielles de mauvais drainage (dépression, écoulement hypoder-
mique, etc.),
 Carte de sol et perméabilité : an d'évaluer le potentiel et la limite des sols.
Une visite doit être réalisée an de :
 Connaître la problématique et localiser les supercies aectées ;
 Connaître l'historique du terrain soit ;
 Vérier si le champ est drainé souterrainement. Si oui :
 Regarder les plans et devis et vérier l'écartement ;
 Vérier le type de sol, la granulométrie et son uniformité dans le terrain ;
 Vérier, s'il y a lieu, le type de ltre.
 Dans les sols sableux, ayant moins de 20 % d'argile, il faut dans la plupart des cas utiliser un ltre
selon la grosseur des particules. De même dans ces sols, il y a risque de colmatage par l'ocre de fer.
Pour ce faire, évaluer dans les fossés et/ou à la sortie des conduites souterraines s'il y a de la rouille.
 Évaluer le réseau hydraulique :
 Localiser les cours d'eau, fossés, rigoles, des raies de curage avaloir, sorties de conduite et drainage
souterrain.
 La présence de fossé de zones boisées.
 Estimer la profondeur des émissaires pour évacuer l'eau de surface et souterraine.
Il faut aussi tenir compte de la forme, de la largeur et de la disposition des planches existantes.
Par exemple, un terrain avec des aménagements étroits et/ou avec de nombreuses rigoles d'inter-
ception, aura parfois à être réaménagé an d'améliorer l'ecacité de la machinerie et de récupérer
des surfaces non cultivées.

119
15.4 Conception d'un projet de drainage de surface
15.4.1 ANALYSE DES PROFILS LONGITUDINAUX
On doit porter une attention particulière à la pente longitudinale d'un terrain. Cette dernière est la plus
importante à analyser lors de la conception d'un nivellement ecace.
À partir d'un relevé topographique, nous pouvons réaliser plusieurs prols longitudinaux du terrain et
des terrains que nous voulons aménager. Généralement 3 à 5 prols sont susants. À partir de ces prols,
il est intéressant par la suite d'étudier les pentes du terrain et de localiser :
 les changements de pentes ;
 les contre-pentes ;
 les longueurs de pentes ;
 les zones hautes (buttons) et basses du terrain (dépressions).
Il sera intéressant d'aligner les prols un au-dessus de l'autre pour visualiser et analyser la tendance des
pentes.

15.4.2 ANALYSE DES PROFILS TRANSVERSAUX


Réaliser plusieurs prols latéraux dans chacun des secteurs ayant des pentes longitudinales similaires.
Généralement, des coupes à tous les 50 mètres sont susantes. À partir de ces coupes, il est intéressant de
porter une attention :
 à la largeur et la forme du terrain ;
 sur la localisation des buttes et dépressions ;
 la tendance des pentes latérales.
Aligner les prols un au dessus de l'autre par secteur de pente longitudinale similaire. Ceci permet d'éva-
luer le type d'aménagements possibles et de délimiter les surfaces de terrains qui pourront être regroupées
en secteur homogène ayant les mêmes pentes longitudinale et transversale.

15.4.3 INTÉGRATION DES SECTEURS


Lorsque l'on crée un design, il faut s'assurer que les pentes longitudinales et transversales choisies des
secteurs adjacents donnent une continuité de l'écoulement de l'eau. C'est-à-dire qu'il ne faut pas créer des
marches d'escalier à la jonction des secteurs. Cela pourrait bloquer l'écoulement de l'eau de surface et
l'écoulement hypodermique.
Dans le cas d'une contre-pente longitudinale, il sut de modier légèrement les pentes des secteurs
adjacents an d'éliminer cette contre-pente.
Lorsque le secteur en amont a une pente latérale plus forte que celle du secteur en aval, il se produit
une  marche d'escalier  qui peut nuire à l'écoulement de l'eau de surface et surtout hypodermique.

15.4.4 CHOIX ET DESIGN


Le design d'aménagement de surface doit être choisi en fonction des paramètres intrinsèques du terrain
énumérés ci-après, risques d'érosion. Les paramètres à considérer :
 les pentes longitudinales et transversales ;

120
 les propriétés du sol :
 porosité ;
 perméabilité ;
 granulométrie du sol ;
 les aménagements existants :
 les largeurs de planches existantes, les structures hydroagricoles (avaloirs, rigoles, etc.) ;
 la présence d'un système de drainage souterrain ;

15.5 Les fossés collecteurs


15.5.1 LE BASSIN VERSANT ET LES DÉBITS DE POINTE
Pour déterminer la dimension du fossé principal, on doit connaître le débit qu'il aura à évacuer.
Pour ce faire, il faut d'abord déterminer la supercie du bassin versant en amont. Un bassin versant est
une surface de terrain dont les eaux de ruissellement se concentrent en un seul point, dans sa partie la plus
basse. La délimitation des bassins versants s'eectue à l'aide des courbes de niveau et des photographies
aériennes.
Parmi les éléments du bilan hydrologique, seul le ruissellement superciel compte dans le calcul des débits
de crue. Les autres formes d'écoulement sont négligeables. L'intensité des pluies dépend de la période de
récurrence. En hydrologie, c'est la période qui sépare deux précipitations d'une intensité donnée. Plus cette
période est longue, plus la précipitation sera importante. En d'autres termes, la plus forte pluie qui survient
sur une période de 20 ans sera probablement plus grande que la plus forte pluie qui survient annuellement.
En milieu forestier, cette période est de 2 à 5 ans. Pour les ponceaux, on choisit 20 ans, en raison de risques
économiques plus élevés.

A×C ×H
Q= (15.1)
57(5.28 × S)−0.43 pf0.27
Avec :
 Q = débit de pointe (m3 /s) ;
 A = supercie du bassin versant (km2 ) ;
 S = pente du cours d'eau (m/km) ;
 Pf = pourcentage de supercie du bassin versant en forêt ;
 H = précipitation totale pour un temps de concentration et pour une récurrence donnés ;
 C = Coecient de ruissellement.
Le coecient de ruissellement est calculé pour chaque partie homogène du bassin versant de manière à
déterminer une valeur pondérée.

121
Chapitre 16

Navigabilité
[]

122
Bibliographie
[1] O. ABUHAJAR, M. HESHAM El NAGGAR et T. NEWSON : Review of available methods
for evaluation of soil sensitivity for seismic design. In International conferences on recent ad-
vances in geotechnical earthquake engineering and soil dynamics, Missouri University of Science and
Technology, Mai 2010. Missouri University of Science and Technology, Misouri. http ://scholars-
mine.mst.edu/icrageesd.
[2] ADDINSOFT : XLSTAT 2007. Addinsoft, http ://www.addinsoft.com, 2007. 596p.
[3] C. AKAYULI et B. OFOSU : Empirical model for estimating compression index from physical
properties of weathered birimian phyllites. EJGE, 18(2013):61356143, 2013. 10p.
[4] R. ALPINI et L. FATTORINI : Empirical performances of some goodness-of-t tests for the weibull
and type 1 extreme value distributions. Statistica Applicata, 5(2):20, 1993.
[5] C. AMRANI : Les corrélations en mécanique des sols : Applications aux sols compactés. Mémoire
de D.E.A., Université Abou Bekr Belkaid, Algerie, Juin 2014. 76p.
[6] J. ANDREW, S. BERND, S. GIUSEPPE et L.L. TREVOR : Eurocode 7 : Geotechnical Design
Worked examples. European Union, Italie, Juin 2013. 172p.
[7] P. AUTRET : Latérite et graveleux latéritiques. ISTED-LCPC, 52, rue Madame-75006 Paris, 1983.
42p.
[8] A. AYSEN : Soil mechanics. Basic concepts and engineering Applications. Lisse, Netherlands, Juin
2002. 468p.
[9] E. BAGARRE : Utilisation des graveleux latéritiques en techniques routières. ISTED, 38, rue
Liancourt-75014 Paris (FRANCE), 1990. 148p.
[10] M.J. BATUMIKE, A.B. KAMPUNZU et J.L.H. CAILTEUX : Petrology and geochemistry of the
neoproterozoic nguba and kundelungu groups, katangan supergroup, southeast congo : implication for
provenance, paleoweathering and geotectonic setting. Journal of African Earth Sciences, I(44):97115,
2006.
[11] M. BAYER : Sqlalchemy documentation. release 1.1.0b1, October 2015. 1482p.
[12] A. BEUGNIES : La nappe phréatique des environs de lubumbashi et les phénomènes connexes
d'altération supercielle. Publ. C.S.K, II:658662, 1950. Bruxelles.
[13] G. BIGOT : Essais géotechniques en laboratoire. description - identication - caractérisation du com-
portement mécanique des terrains. BULLETIN DES LABORATOIRES DES PONTS ET CHAUS-
SÉES, NT 4251(221):4, Mai-Juin 1999. p. 89-92.

123
[14] P. BONFILS et J. MOINEREAU : Propriétés physiques des andosols et des sols bruns andiques au
sud du massif central. O.R.S.T.O.M., vol. IX:19, 1971. ser. Pedol.
[15] P. BOSC, M. GUYOMARD et L. MICLET : Conception d'algorithmes, Principes et 150 exercices
non corrigés. IUT, ENSSAT, Université de Rennes 1, 2016. 271p.
[16] L. CAHEN : Géologie du Congo belge. Vaillant Carmanne, Belgique, 1954.
[17] M. CALLAUD : Cours de mécanique des sols, propriétés des sols. Institut International d'Ingénierie
de l'Eau et de l'Environnement, groupe eir-etsher édition, 2004. 137p.
[18] S. CANNY : python-docx documentation. release 0.8.5, April 2016. 170p.
[19] S. CHARNOZ et A. DAERR : Résolution numérique des équations aux dérivées partielles (pde).
Université Paris 7 Denis Diderot.
[20] J.W. CHIPMAN : Tkinter 8.5 reference : a GUI for Python. NEW MEXICO TECH Computer
Center, 2013. 168p.
[21] M.C. CLAYTON et N.E. SIMONS : Site Investigation. Université de Surey, Surey, 2ème édition,
Janvier 2005. http ://www.geotechnique.info/.
[22] O. COMBARIEU : Capacité portante des fondations supercielles, pressiomètre et essais de la-
boratoire. Bulletin des laboratoires des ponts et chaussées, 4134(211):20, Septembre-Octobre 1997.
20p.
[23] O. COMBARIEU : Estimation du frottement latéral sol-pieu à partir du pressiomètre et des carac-
téristiques de cisaillement. Bulletin des laboratoires des ponts et chaussées, 4255(221):18, Mai-Juin
1999. 18p.
[24] A. COMBEAU : Remarques sur les facteurs de variation des limites d'atterberg. O.R.S.T.O.M,
page 11, 1964. 11p.
[25] R. COPELAND : Mapping Python to Database, Essentiel SQLAchemy. O'REILLY, 1er édition,
2008. 215p.
[26] D. CORDARY : Mécanique des sols. TEC-DOC, 1994. 380p.
[27] A. CORNUEJOLS : Bases de données. Concepts et programmation. AgroParisTech, 2009. 121p.
[28] J. COSTET et G. SANGLERAT : Cours pratique de mécanique des sols, plasticité et calcul des
tassements, volume Tome 1. Dunod, 2ème édition, 1975. 262p.
[29] J. COSTET et G. SANGLERAT : cours pratique de mécanique des sols, calcul des ouvrages, volume
Tome 2. Dunod, 3ème édition, 1983. 447p.
[30] J.Y. DAUXOIS : Statistique inférentielle. Université de Franche-Comté, 2012. 142p.
[31] P. DE-CLERCK : Limites d'atterberg, rapport d'un étalonnage croisé et d'essais complémentaires.
Rapport, C.R.R, Belgique, 1977. 82p.
[32] Django-Software-Foundation : Django documentation. release 1.10.dev20151212194648, De-
cember 2015. 1650p.
[33] P. DUCAUFOUR : Précis de pédologie. Masson, 3ème édition, 1970. 481p.
[34] S. DUCAY : Estimation, intervalle de conance, test statistique. Cas d'une ou de deux moyennes,
d'une ou de deux variances. Université de Picardie Jules Verne, Picardie, 2012. 17p.

124
[35] X. DUPRE : Langages Informatiques, Programmation avec le langage Python, Un outil commode au
service de l'ingénieur. ENSAE, 2010. 336p.
[36] P. DUSART : Cours de Statistiques inférentielles, 2017. 72p.
[37] M. DYSLI : Cycle postgrade : Géologie appliquée à l'ingénierie et à l'environnement. Ecole poly-
technique fédérale de Lausanne, Mai 1997. 79p.
[38] M. DYSLI : Recherche bibliographique et synthèse des corrélations entre les caractéristiques des
sols. Rapport 314, Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la
communication, Oce fédéral des routes, Laboratoire de mécanique des sols de l'EPFL-Suisse, Juillet
2001. 314p.
[39] J. FILLIBEN : The probability plot correlation coecient test for normality. Technometrics, 17(1):
111117, Mars 2006.
[40] G. GAGNE, I. BEAUDIN, M. LEBLANC, A. DROUIN, G. VEILLEUX, J.D. SYLVAIN et
A. MICHAUD : Classement des séries de sols minéraux du québec selon les groupes hydrologiques.
https ://www.irda.qc.ca/assets/documents/Publications/documents/, Décembre 2013. pages consul-
tées le 20/02/2017.
[41] E. GAZONI et C. CLARK : openpyxl documentation. release 2.4.0. http ://bitbu-
cket.org/openpyxl/openpyxl/src, January 2016. 290p.
[42] S. GILLIES : Geoalchemy2 documentation. release 0.2.6. http ://toblerity.org/shapely/manual.html,
December 2013.
[43] E. GONCALVES : Méthodes, analyse et calculs numériques. https ://cel.archives-ouvertes.fr/cel-
00556967, Institut Polytechnique de Grenoble, Septembre 2005. 100p.
[44] J.P. GRIVET : Méthodes numériques appliquées pour le scientique et l'ingénieur. EDP Sciences,
Université Joseph Fourier, Grenoble, 2009. 374p.
[45] J. HILDEBERT : Dictionnaire de l'anglais de l'informatique. Business Management Series, France,
Juin 2004. www.pocket.fr.
[46] J. HUNTER, D. DALE, E. FIRING et M. DROETTBOOM : Matplotlib. release 1.5.1, January
2016. 2864p.
[47] IFSTTAR : Liste des normes françaises du domaine géotechnique. Rapport, BUREAU DE NOR-
MALISATION SOLS ET ROUTES, Paris, 2012. 32p.
[48] K.M. KASONGO : Contribution à l'étude hydrogéologique du bassin versant dans la Kafubu supé-
rieure. thèse, Université de Lubumbashi (UNILU), Lubumbashi, 1985. Vol. I.
[49] P. KASONGO : Mise en place d'un système d'informations géotechniques, validation avec des
données géotechniques de la ville de lubumbashi en république démocratique du congo. Mémoire de
D.E.A., Université de Lubumbashi, Lubumbashi, Juillet 2017. 155p.
[50] P. KIENZLE : Periodic table documentation. release 0.9, July 2010. 50p.
[51] L. KIPATA : Brittle tectonics in the Lulian fold-and-thrust belt and its foreland. An insight into
the stress eld record in relation to moving plates (Katanga, DRC). Phd thesis, K. Leuven, Belgique,
2013. Geodynamics and Geoduid Reacherch Group.

125
[52] P. LAFFITTE : Traité d'informatique géologique. Masson et Cie, 1972. 624p.
[53] P. LAPLANTE : what every engineer should know about software engineering. CRC Press, 2007.
299.
[54] E. LEMOINE : The shapely user manual, October 2015. 44p.
[55] J. LEPERSONNE : Notice explicative de la carte géologique du zaïre. Rapport technique, Musée
Royal de l'Afrique centrale, Belgique, 1974. 64p.
[56] J. LETOURNEUR et R. MICHEL : Géologie du génie civil. Armand Collin, 1971. 728p.
[57] E. LOUSBERG : Mécanique des sols, essais de chantier. Rapport, Université Catholique de Louvain,
Belgique, 1978. 90p.
[58] J.M LUNDA : Contribution à l'étude de stabilité de la carrière de kamoto-oliveira-virgule (KOV),
nouvelle approche des méthodes déterministes. thèse, Université de Lubumbashi (UNILU), Lubum-
bashi, 2003. 285p.
[59] J.P. MAGNAN : Classication géotechnique des sols. 1. a propos de la classication lpc. Bull, liaison
Labo. routiers P. et Ch., 2420(105):4, Janv.-Fév. 1980. p. 49-52.
[60] P. MAGNIN : Modélisation de la consolidation des sols non saturés : amélioration, validation,
justication du logiciel UDAM. Thèse, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Juin 1995. 342p.
[61] MALAISSE et LEBLANC : Lubumbashi, un écosystème urbain tropical. Centre international de
sémiologie, II, 1978.
[62] M. MASSAMBA : Contribution à l'étude de sols latéritiques du Sénégal et du Brésil. Thèse de
doctorat, Université CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR, Dakar, Septembre 2013. 163p.
[63] J.P. MATHERON : Comprendre Merise. Outils conceptuels et organisationnels. Eyrolles, 2000. 265p.
[64] C. MCINTOSH : Cambridge advanced learner's dictionary. Cambridge university press, Cambridge,
4ème édition, 2013. www.cambridge.org/9781107619500.
[65] W. MCKINNEY et PyData Development Team : pandas : powerful python data analysis tool-
kit.release 0.15.1. http ://github.com/pydata/pandas, November 2014. 1757p.
[66] J. MCNAMARA : Creating excel les with python and xlsxwriter. release 0.9.1, June 2016. 523p.
[67] C. MIEUSSENS, J.P. MAGNAN et B. SOYEZ : Essais de compressibilité à l'÷domètre. procédures
recommandées par les laboratoires des ponts et chaussées. Bull, liaison Labo. routiers P. et Ch.,
3034(139):14, Janv.-Fév. 1985. p. 5-18.
[68] V. MONBET : Tests statistiques, 2009. 32p.
[69] P. MONTES : geotechnique.info. http ://www.geotechnique.info/, Fevrier 2017. pages consultées le
20/02/2017.
[70] G. MUKOKO : Comportement des sols latéritiques compactés dans les remblais et digues de retenue
des rejets miniers du Katanga (RDC). Thèse, Université Catholique de Louvain, Louvain, Août 2014.
320p.
[71] S. NILAY, M. TEKINSOY et S. UZUNDURUKAN : The eects of over consolidation ratio and
eective stresses on the earth pressure coecient at rest of clayey soils. Digest, pages 947961,
Decembre 2004. 16p.

126
[72] R. OOSTERBOSCH : The mineralization of the roan system of the katanga. in : Stratiform copper
deposits in africa,. Ass. Serv. Géol. Africa, pages 71135, 1963.
[73] G. PHILIPPONNAT et B. HUBERT : Fondations et ouvrages en terres. Eyrolles, 2002. 548p.
[74] P. PIPER : Objectlistview documentation. release 1.3, May 2015. 80p.
[75] V. PLANCHON : Traitement des valeurs aberrantes : concepts actuels et tendances générales. Centre
wallon de Recherches agronomiques, 9(1):1934, Janvier 2005.
[76] PostGIS-Development-Group : PostGIS 2.2.1 Manual. The PostGIS Development Group, 2016.
774p.
[77] PostgreSQL-Global-Development-Group : Documentation PostgreSQL 9.4.0. The Post-
greSQL Global Development Group, 2014. 2240p.
[78] PySAL-Developers : pysal documentation. release 1.11.0dev, August 2015. 503p.
[79] P. RAMACHANDRAN et G. VAROQUAUX : Mayavi user guide. release 3.3.1, December 2009.
286p.
[80] N. RAPPIN et R. DUNN : wxPython in action. MANNING, 2006. 583p.
[81] ROCKSCIENCE : Settle3d, settlement and consolidation analysis. Rocscience Inc, 2009. 56p.
[82] G. ROY : Conception de bases de données avec UML. Presses de l'université du Québec, 2009. 511p.
[83] G. SANGLERAT et B.C. OLIVARI : Problèmes pratiques de mécanique des sols et de fondations,
Calcul des soutènements et des fondations, stabilité des pentes, volume Tome 2. Dunod, 2ème édition,
1983. 271p.
[84] G. SANGLERAT et B.C. OLIVARI : Problèmes pratiques de mécanique des sols, Généralités,
plasticité, calcul des tassements, Interprétation des essais in situ, volume Tome 1. Dunod, 1983.
327p.
[85] A.N. SCHOFIELD et C.P. WROTH : Critical State Soil Mechanics. Université de Cambridge,
Cambridge, Janvier 2005. http ://www.geotechnique.info/.
[86] C. SCHON : classication géotechnique des sols basée sur la classication u.s.c.s. Bull, liaison Labo.
routiers P. et Ch., I(16):12, Nov.-Déc 1965. p.3-5/3-16.
[87] SciPy-community : Scipy reference guide. release 0.7.dev, December 2008. 435p.
[88] B. SEN et S. KUMAR PAL : Index properties of soils collected from dierent locations and correla-
tions of parameters. EJGE, 19(2014):33433452, Mai 2014. 10p.
[89] G.N. SMITH et G.N. IAN SMITH : Elements of Soil Mechanics. Blachwell, 1998. 509p.
[90] C. SOUTOU : UML 2 pour les bases de données avec 20 exercices corrigés. Eyrolles, 2007. 316p.
[91] C. SOUTOU : SQL pour Oracle Applications avec Java, PHP et XML. Eyrolles, 3ème édition, 2008.
576p.
[92] A. STEPHENS : The anderson-darling statistic. Rapport technique 39, Université de STANFORD,
Californie, Octobre 1979. 23p.
[93] G. SWINNEN : Apprendre à programmer avec python. Eyrolles, 2005. 370p.

127
[94] S. TAHSIN : Behaviour of sentitive clay under cyclic loading. Mémoire de D.E.A., Université de
Concordia, Quebec, Avril 2005. 95p.
[95] N. TALBOT : Using LATEX to write PhD thesis. Dickimaw, 2013. 138p.
[96] J. TISSEAU : Initiation à l'algorithmique. ENIB, 2009. 271p.
[97] P. TRIBOULET : Application de la statistique au traitement des données au laboratoire d'analyses
et en fabrication. Rapport technique, Lycée Niepce, Saône, Mars 2007. 68p.
[98] J. VERDEYEN, V. ROISIN et J. NUYENS : La mécanique des sols, volume Tome 2. Dunod, 1968.
508.
[99] J. VERDEYEN, V. ROISIN et J. NUYENS : Application de la mécanique des sols, volume Tome
2. Dunod, 1971. 483p.
[100] Wikigeotech : Wikigeotech limites d'atterberg - wikhydro. http ://wikhydro.developpement-
durable.gouv.fr/index.php/Wikigeotech, Fevrier 2017. pages consultées le 20/02/2017.
[101] L.T. WILLIAM et W.V. ROBERT : Soil Machanics. MI, 1969. 548p.
[102] T. ZIADE : Programmation Python. Eyrolles, 2009. 594p.

128
Abaques

129