Vous êtes sur la page 1sur 12

LA PRESSE AU BAnc dES AccUSéS M

PROCÈS KHALIFA SALL LIBRE PROPOS


Par aBDOULaYE THIaM
Fuite de responsabilité !
adame le Préfet du département de
Fatick a pris le vendredi 2 février 2018
LIRE PAGE 4 un arrêté pour annuler la rencontre
devant opposer, au stade Massène Sène,
Diambars de Saly à l’Us Ouakam, pour le compte
de la 11ème journée de la Ligue 1. Motif évoqué
par l’autorité déconcentrée : «Risques de réels
troubles à l’ordre public». Mis devant le fait accompli,
les dirigeants de la Ligue sénégalaise de football
professionnel (LSFP) n’ont eu autre réaction que
de se plier à la décision administrative. Une décision
qui, si elle se répète, risque d’être lourde de
conséquences. De graves conséquences pour le
football professionnel sénégalais qui a été porté

KHALIFA «MOUILLE» MAcKy


sur les fonts baptismaux en 2009. C’est pourquoi,
nous espérons que l’Etat prendra toutes les
dispositions nécessaires pour ne pas tuer notre
football local.
N° 7425 - Mercredi 07 Février 2018 - ISSN N° 0850 - 3060 - Prix 200 Fcfa - Zone UEMOa - 400 Fcfa - 150 UM - www.sudonline.sn LIRE SUITE PAGE 12

PROCES DU MAIRE DE DAKAR ET CO-ACCUSÉS

«Macky Sall a sollicité


les fonds en 2012»

LIRE PAGES 2 & 3

BASKETBALL- TOURNOI ALLER DES ELIMINATOIRES MONDIAL 2018


«Adidas» dévoile ses 12 «Combattants» pour Maputo LIRE PAGE 12
2 Actualité SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 7 FEVRIER 2018

TRIBUNAL DE DAKAR - KHALIFA SALL DEBALLE SUR LA CAISSE D’AVANCE


«Macky Sall a sollicité les fonds en 2012»
Khalifa Sall, principal concerné dans l’affaire dite de la caisse
d’avance de sa mairie, a comparu à la barre du Tribunal de
grande instance de Dakar statuant en matière correctionnelle
hier, mercredi 6 février. Balayant toutes les accusations portées
contre sa personne et ses co-prévenus, le maire de Dakar a in-
diqué que le président de la République, Macky Sall, a lui-même
sollicité les fonds incriminés en 2012.

L
Par FaTOU NDIaYE
e maire de Dakar, Khalifa défendu le maire de Dakar qui
Sall, a fait face au tribunal se considère d’ailleurs comme
de grande instance de Da- un «  otage politique». Et d’ar-
kar statuant en matière correc- guer en réfutant les faits : « Je
tionnelle pour justifier sa gestion conteste énergiquement les
jugée nébuleuse de la caisse d’a- faits. Ceux qui les ont formulés
vance. Dans sa réponse, l’édile ont eu la main très lourde. Cette
de la capitale a dit que les fonds affaire est simple. Nous avons

LA cAISSE d’AVAncE n’A JAMAIS


en question étaient des fonds été élu maire en 2009, nous
politiques et non une caisse d’a- avons essayé depuis lors de incriminé n’a jamais été destiné n’ont jamais fait l’objet d’une jus-
vance et que plusieurs autorités créer les conditions transparen- à la ville de Dakar, mais aux né-
FAIT L’OBJET dE JUSTIFIcATIOn tification. « Nous sommes attrait
ont eu à solliciter les fonds en tes et efficaces d’une gestion cessiteux qui viennent solliciter ici parce qu’on nous accuse de
Pour Khalifa Sall, c’est à la suite
question, y compris le président de la ville de manière participa- de l’aide auprès de la mairie. délits graves que je n’ose même
de la réforme de 1996 que le
de la République, Macky Sall. tive et inclusive avec le conseil Mieux, le fonds existe depuis l’é- pas penser. Il n’y a aucun docu-
maire de Dakar a arrêté de ren-
«  En 2009 quand je suis élu municipal et les Dakarois. Nous poque coloniale, a-t-il dit. « Ces ment d’archives sur ces fonds de
fonds n’ont jamais été destinés dre compte au ministre en 1960 à nos jours. Chaque maire,
maire, je m’en suis ouvert au avons donné les conditions de charge des collectivités pour se
président de la République Ab- participation de toutes les po- à la ville. La commune de Dakar au terme de son mandat, part
existe avant la République du soumettre à l’arbitraire de son avec son cahier. Il n’y a pas une
doulaye Wade sur la question. pulations. C’est pourquoi nous
Sénégal. Dakar était capitale de conseil municipal et il n’y a jamais seule autorité dans ce pays qui
En 2012, c’est Macky Sall qui nous sommes toujours interdits
l’Afrique occidentale française eu de contrôle de la caisse d’a- ne connait pas les fonds poli-
a abordé ces fonds. Et c’est lui de faire des actes contraires à
(Aof). Que ça soit le premier vance. « Le maire est responsa- tiques. Les fonds n’ont pas voca-
qui les a sollicités », a dit Khalifa la normale ».
maire africain ou après les in- ble devant son conseil municipal. tion à être justifiés. Dans les faits,
KHALIFA SALL, AVOcAT dU
Ababacar Sall. Dans la foulée,
dépendances, on a fait de sorte Et il recevait l’argent à travers un ce que j’ai constaté, il n’y a pas
MAIRE dE dAKAR
le maire de Dakar a emboité le
pas à son directeur administra- que la ville de Dakar joue un rôle mécanisme mis en place par le d’archives. Les fonds politiques
tif et financier, Mbaye Touré, en Khalifa Sall s’est dit par ailleurs éminent. C’est pourquoi ces percepteur ». D’ailleurs, jugera ne servent pas au maire. Ils ser-
manifestant toute sa surprise gêné par les déclarations por- fonds ont toujours existé ». Khalifa Sall, les fonds incriminés vent aux populations de Dakar ».
pour les faits à cause desquels tées contre sa personne et les
ils sont poursuivis. «  Après 21 autres prévenus. «  Cette accu-
ans d’existence, il est incompré- sation est gênante surtout
hensible qu’on nous attrait de-
vant votre tribunal pour les faits
quand elle concerne des faits
que tous les Sénégalais, toute
Moult propositions pour faire
concernés», a dit Khalifa Sall au la classe politique, a en connais- changer Khalifa Sall de position
président Malick Lamotte. Avant sance. On nous reproche tou-
de relever la caractère politique jours de faire référence à l’his- A la barre, le maire de Dakar a aussi fait part des diverses propositions qui lui ont été faites
du procès : «Vous allez juger un toire qui nous permet d’expliquer pour le faire changer de position politique. « Si en mars et juin 2016, j’avais accepté les propo-
homme politique. Depuis tou- une situation très claire. Il n’y sitions qui m’ont été faites, je ne serais pas là devant vous. Si durant mon incarcération j’avais
jours, j’ai demandé qu’on déclas- jamais eu de réunion pour faire accepté un certain nombre d’offres, je ne serais jamais devant vous. Ce qui m’est reproché
sifie le rapport. L’Inspection gé- une quelconque malversation. est éminemment politique », a dit Khalifa Sall au président Malick Lamotte, président de la
nérale d’Etat (Ige) est restée 18 Je ne me suis jamais réuni avec Cour et à ses assesseurs. Convaincu que l’affaire qui le maintient en détention depuis plus de
mois à la ville de Dakar. Pour un percepteur ou un agent de dix mois n’est juste qu’une cabale politique, Khalifa Sall a réaffirmé par ailleurs sa demande au
ces fonds, nous n’avons jamais la ville. Aucun des prévenus n’a président de libérer les autres prévenus poursuivis dans la cadre de cette affaire dite de la
fait un usage personnel », s’est jamais reçu aucun sou. Ils n’ont caisse d’avance de la mairie de Dakar. « Je continue à vous demander à libérer ces gens. Je
pas besoin de jurer  », a-t-il dé- suis le seul fautif. Je suis celui qui a dit non. Je suis celui qui a fait état d’une position politique »,
claré. Pour Khalifa Sall, l’argent a-t-il fait remarquer au président du Tribunal de grande instance de Dakar statuant en matière
criminelle dans l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar.

Groupe Sudcommunication
Amitié II x Bourguiba
BP 4130
Khalifa Sall refuse de livrer les noms des bénéficiaires
Tél : 33 824  33 06 cessiteux. Parfois, ce sont des mandeurs dont l’Etat du Séné-
Sud Quotidien autorités qui viennent en toute gal, des autorités administrati-
Edité par Sud Sarl discrétion nous solliciter. On a ves, coutumières et religieuses.
Associés : eu à aider aussi de grands ma- «  Nous avons plusieurs sollici-
La Rédaction
lades. Je refuse de donner leurs tations dont celles des popula-
Administrateurs
noms  », a-t-il dit. Le maire de tions elles-mêmes, des gens
Abdoulaye Ndiaga Sylla - Vieux Savané
Directeur de la publication
Dakar justifiera son refus de confrontés à des problèmes de
Vieux SAVANE donner les noms des bénéficiai- vie. Nous avons la sollicitation
Rédacteur en Chef res non pas par absence de de personnalités, des leaders
Abdoulaye THIAM preuves, mais par principe. « Ce d’opinion et des politiques. Ces
Impression : AFRICAPRINT n’est pas parce que nous ne fonds ont toujours servi aux po-
Distribution : pouvons pas donner les noms, pulations. C’est pourquoi, nous
Tél : 33 824  33 06
mais c’est parce que nous ne nous sommes inscrits dans
Service commercial
Tél : 33 824  33 06 devons pas donner les noms ». cette mouvance. L’Etat du Sé-
e-mail : sudcommercial@sudonline.sn Dans la foulée, a-t-il fait savoir, négal aussi nous a sollicités
Adresse Internet l’argent de la caisse à l’origine dans beaucoup d’autres mani-
http://www.sudonline.sn «Nous n’avons pas voulu donner sont sollicités par tout le monde. de sa présence au procès a été festations comme le 4 avril et
E-mail : sudquotidien@yahoo.fr les noms parce que les fonds L’argent a servi à aider les né- également distribué à des de- la visite de chefs d’Etat».
SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 7 FEVRIER 2018 Politique 3

CAISSE D’AVANCE DE LA MAIRIE DE DAKAR


Les prévenus plaident non coupable
Khalifa Ababacar Sall, Mamadou Oumar Bocoum, Ibrahima Diaw,
Mbaye Touré et Fatou Traoré, entre autres prévenus dans l’affaire
de la caisse d’avance de la mairie de Dakar ont tous nié les faits pour
lesquels ils sont poursuivis. Ils étaient à la barre hier, mardi 6 février.

A
Par FaTOU NDIaYE
la reprise du procès du de Dakar a aussi fait savoir que
maire de la ville de Dakar, depuis 1997, un ministre de la
Khalifa Ababacar Sall, et République à savoir Souty Touré
ses co-prévenus hier, mardi 6 avait indiqué que la caisse d’a-
février, relativement à la gestion vance de la mairie de Dakar est
de la caisse d’avance, les avo- un fonds politique et elle n’est
cats de la partie civile ont été pas destinée au fonctionnement
les premiers à «  cuisiner  » les de la municipalité. Mieux, a pour-
incriminés. Et c’est le directeur suivi Mbaye Touré, le fonds est
administratif et financier de la voté par le conseil municipal. Par
ville de Dakar, Mbaye Touré, qui ailleurs, Mbaye Touré, répondant
a été le premier à passer. Dans aux questions de Demba Ciré mais rencontré le maire de Dakar. de la ville de Dakar, car le dé- inscrit en faux contre les faits
sa déclaration, il a nié toutes les Bathily, a jugé nécessaire la pré- Et qu’elle n’a non plus bénéficié caissement obéit à la norme ». portés sur sa personne. Pour
accusations portées contre sa sence de Pape Diop et de Ma- d’une quelconque somme d’ar- Mamadou Oumar Bocoum a dit lui, ce qu’il avait à gérer est une
personne. Cependant, Me Yérim madou Diop, anciens maires de par ailleurs que plusieurs cais- caisse d’avance qui fonctionne
gent venant de la mairie de Dakar.
Thiam a fouillé dans les déclara- Dakar, «dès l’instant que d’im- ses d’avance existent à la mairie comme toutes les autres cais-
Le receveur et percepteur muni-
tions pendant l’enquête pour es- portantes décisions dans le fonc- de Dakar et que leur approvi- ses. A la question du président
cipal entre 2011 et 2015, Ma-
sayer de justifier les charges re- tionnement de la caisse d’a- sionnement est toujours fait de Malick Lamotte sur le paiement
madou Oumar Bocoum, a lui aussi
tenues comme Khalifa Sall et vance ont été prises sous leur la même manière, par des ver- en espèce de la caisse d’avance
nié les faits pour lesquels, il est
cie. S’adressant à Mbaye Touré, magistère  ». Dans la foulée, ii sements en liquide. Son succes- incriminée, Ibrahima Diaw a dit
poursuivi. « Je ne devais pas être
l’avocat de l’Etat a tenté d’en sa- dira que «  Si on devrait s’inter- seur, Ibrahima Diaw s’est aussi que la loi l’autorise
voir plus sur ses connaissances roger sur la création de cette ici. Je n’ai fait que respecter les
de la caisse d’avance. La décla- caisse, on devait commencer de- textes », a-t-il dit. Avant de relever
ration du prévenu faisant du puis 2003 et entendre tous les que les seuls contrôles qu’il devait
maire le seul ordonnateur des acteurs qui ont eu à passer à la faire en sa qualité de percepteur MBAYE TOURE, DIRECTEUR ADMINISTRATIF
dépenses issues de la caisse a ville de Dakar, ce qui n’a pas été étaient la qualité de l’ordonnateur,
été un point évoqué par l’avocat. fait ». Poussant le bouchon plus c’est-à-dire la signature du maire, ET FINANCIER DE LA VILLE DE DAKAR
Dans sa réponse, Mbaye Touré loin, Demba Ciré Bathily deman- la validité de la créance et un pro-
a indiqué que sa déclaration est dera au prévenu si l’enquête n’a cès-verbal de réception dûment «Je suis un homme meurtri»
motivée par le fait que seul le pas été ouverte seulement dans rempli, ce qui a été toujours le cas
L’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar sonne
maire est ordonnateur des le but d’atteindre khalifa Sall. Une à toutes les occasions qu’il a eu à
comme un signe fatidique de destin pour le fonctionnaire en fin
fonds. Le fait d’avoir qualifié la question à laquelle, le directeur autoriser une réception d’argent.
de carrière, Mbaye Touré. Répondant aux questions de la dé-
caisse d’avance de fonds poli- administratif et financier de la Le paiement en liquide de cer- fense, le directeur administratif et financier de la ville de Dakar
tiques est aussi dû à la destina- ville de Dakar s’est gardé de ré- taines dépenses de la caisse a s’est dit meurtri par tout ce qui lui est arrivé. « J’ai le sentiment
tion finale de l’argent en ques- pondre. été un point soulevé par le pré- d’un homme meurtri. Pendant 25 ans de carrière, je n’ai jamais
tion, a-t-il dit. Poursuivant son Fatou Traoré du Gie Tabaar, quant sident du tribunal Malick La- eu de problèmes. Si aujourd’hui, presque à ma retraite, je com-
argumentaire, le directeur ad- à elle, répondant aux questions de motte. « C’est une pratique nor- pare devant un tribunal pour des faits qui ne se sont jamais te-
ministratif et financier de la ville Me Borso Pouye, a dit n’avoir ja- male, a dit l’ancien percepteur nus, je ne peux qu’avoir des sentiments de regret », a-t-il soutenu.
En signant les procès-verbaux de réception de la ville de Dakar,
Mbaye Touré indique n’avoir pas fait quelque chose d’anormal
CONFRONTATION ENTRE MAMADOU OUMAR BOCOUM ET MBAYE TOURE pour qu’aujourd’hui, il se retrouve en prison. « Aucun organe
de contrôle n’a eu à déceler des manquements dans la gestion
Khalifa Sall refuse d’arbitrer de la caisse d’avance », dira le directeur administratif et financier
de la ville de Dakar qui a trouvé que, dès l’instant que les fonds
Le directeur administratif et fi- sent la vérité et l’ont dit, je ne clinant l’appel de Malick Lamotte alloués à la ville de Dakar n’ont jamais été inscrits dans le fonc-
nancier de la ville de Dakar , peux pas les arbitrer », a dit le a dit qu’il ne reconnait plus les tionnement de la collectivité locale, mais plutôt dans la rubrique
Mbaye Touré, et l’ancien percep- maire de Dakar. Revenant à la deux percepteurs municipaux. dépenses diverses, ils sont considérés comme des fonds poli-
teur municipal ont tenu des dé- charge, le président du tribunal Khalifa Sall a alors dit qu’il était tiques. Malgré ses déclarations, Mbaye Touré s’est gardé ce-
clarations contraires s’agissant a une fois de plus fait recours présent quand Mbaye Touré dis- pendant de qualifier l’affaire de la caisse d’avance de procès
du fait que le percepteur a une au maire de Dakar pour dépar- ait à Bocoum que la caisse d’a- politique. Il a dit dans ce sens être un fonctionnaire qui n’a au-
fois donné de l’argent en mains tager Mbaye Touré et l’actuel vance est un fond politique, cune considération politique et qui agit pour être en conformité
propres au maire de la capitale percepteur municipal. Cepen- chose qu’Ibrahima Touré a re- avec la mission qui lui a été assignée.
sénégalaise. Cette affirmation dant, le maire de Dakar en dé- fusée catégoriquement.
de Mbaye Touré a été rejetée
par l’ancien percepteur munici-
pal, Mamadou Oumar Bocoum. MBOUR -MASSIFICATION DE L’APR POUR UN DEUXIEME MANDAT DE MACKY SALL
Et pour arbitrer les deux et sa-
voir où se trouvait la vérité, le
président du Tribunal de grande
Vers la diversification des stratégies
instance statuant en matière cri- Pape Macodou Diouf, un inspecteur des im- pas toujours dans les partis politiques. Il a un angle de souffrir des batailles de lea-
minelle sur l’affaire de la caisse pôts et responsable politique de l’Apr dans jugé opportun de s’inscrire dans ce créneau dership et de positionnement. Un des dino-
d’avance Malick Lamotte a de- le quartier Liberté a organisé un atelier de et de trouver des compagnons dans cette saures de la politique, l’ancien député Kha-
mandé l’intervention du maire partage avec plusieurs membres de sa base démarche nécessitant un plan d’actions à dim Tabet, a convoqué d’ailleurs une réunion
de Dakar. Khalifa Sall a opposé politique pour définir la stratégie la plus à concevoir et à dérouler. Selon lui, la dyna- de responsables apéristes de la commune
un refus catégorique à cette re- même de convaincre les populations dans mique enclenchée pour répondre aux pré- de Mbour, dans le sens de siffler la fin de la
quête. «  Vraiment, cette scène le but de réélire Macky Sall en 2019. La occupations des populations qui ont élu récréation pour une harmonisation des po-
est pénible. Je préfère me suici- démarche, à l’en croire, repose sur l’expli- Macky Sall explique la nécessité d’un second sitions et points de vue et pour amorcer le
der que de répondre... Ce sont cation des  réalisations et de la politique de mandat pour lui permettre de mettre le Sé- travail   en vue de la réélection de Macky
deux jeunes collaborateurs que la majorité présidentielle aux populations, négal sur les rampes de l’émergence. A no- Sall à un an, jour pour jour de la présiden-
j’ai trouvé sur place. Ils connais- aux votants, car  ces derniers ne se trouvent ter enfin que l’Apr continue à Mbour, sous tielle de 2019. SaMBa NIéBé Ba
4 Actualité SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 7 FEVRIER 2018

TRAITEMENT MEDIATIQUE DU PROCES KHALIFA SALL ET CO-ACCUSES


Quand des journaux «annoncent»
déjà le verdict avant...
Le procès de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, impliquant Khalifa Sall et ses co-
accusés, remet au goût du jour le traitement médiatique des grands dossiers judiciaires.
Dans cette affaire, des journalistes et des organes de presse vont avec des positions ou un
«parti-pris» flagrant ou presque pour une partie ou une autre au procès, entament du coup
leur impartialité dans la relation des faits. En attestent les «Unes» de certains journaux.
Pour les journalistes-formateurs Mame Less Camara, Ibrahima Bakhoum et Jean Meissa
Diop que nous avons joints au téléphone hier, certains confrères semblent déjà prendre
parti dans leur traitement de l’information. «Ce qui pourrait porter atteinte à la crédibilité de

I
la presse».  Et, pour éviter une telle situation, ces professionnels des médias recommandent
aux journalistes d’être «plus responsables».

l y a deux ans, une interview faits et ça peut porter atteinte nous ne nous donnons pas la
du président du Collège des à la dignité d’un individu, à la peine de creuser un peu».

«IL FAUT y ALLER


délégués de l’Autorité de ré- respectabilité de sa famille. Et,
gulation des télécommunica- tel n’est pas le journalisme».
AVEc BEAUcOUP dE
avoir son point de vue sur l’af- «de trouver un éclairage en de-
tions et des postes (Artp) et non Quant à Ibrahima Bakhoum, faire Khalifa, sur la responsabi- hors du champ de conflit dans
moins responsable politique de cela s’explique par le fait que la PREcAUTIOnS» lité ou l’innocence de Khalifa, lequel on trouve des gens qui
l’Alliance pour la République «Une» est la «vitrine» d’un jour- Pour éviter de créer des suspi- mais on doit le faire de manière ont des positions à prendre». Et
(Apr), Abou Abel Thiam, parue nal. Et, c’est pour atteindre un cions sur cette couverture mé- honnête. Et, quand il s’agit de Ibrahima Bakhoum de renché-
concomitamment dans cinq lectorat large que des journa- diatique de l’affaire Khalifa Sall faire le compte rendu sur le pro- rir: «les journalistes devraient
quotidiens avait créé un tollé, listes se laissent parfois em- et Cie, Jean Meïssa Diop dira: cès de Khalifa Sall, et même s’il être un peu plus regardants,
voire une indignation générale. barqué par le sensationnel. «Un prendre un peu plus de distance
«il faut y aller avec beaucoup de s’agit de faire un titre de «Une»
Après les dossiers jugés ou en- titre renvoie toujours à un angle par rapport à ça, une distance
précautions et c’est la distance relatif à cette affaire-là, un
core en suspens devant la Cour d’attaque et c’est un moyen d’in- critique pour ne pas prendre
professionnelle qui est recom- compte rendu de l’audience, on
de répression de l’enrichisse- fluencer le lecteur ou le télé- position dans le traitement».
mandée ici, il faut être très cir- doit le faire de manière à ce que
ment illicite (Crei), aujourd’hui, spectateur. Et, en cherchant à Quoi qu’on en puisse dire, de
conspect», a-t-il expliqué. Non le titre de «Une» soit conforme
c’est le traitement médiatique attirer l’attention d’une certaine Karim Wade à Thione Seck, en
sans inviter au respect des ou bien reflète fidèlement le
du procès du maire de Dakar, manière, on fait comme ci on passant par Khalifa Sall, la
Khalifa Sall, et de ses co-accu- droits des accusés car, être contenu du texte de compte
avait déjà fini de prendre posi- «accusé ne veut pas dire cou- rendu». presse a toujours laissé des plu-
sés dans l’affaire dite de la tion, de dire que la personne a mes dans la couverture média-
caisse d’avance (de la ville de pable». «On peut faire un com- C’est pourquoi, pour renforcer
tort», a indiqué Ibrahima Ba- mentaire, mais commentaire ne le rôle des médias dans la dé- tique des grands dossiers judi-
Dakar) qui pose un autre pro- khoum. Mieux, dit le journaliste- ciaires.
blème. Pour cause, l’on se ré- veut pas dire instruire à charge mocratie, Mame Less Camara
formateur à l’ISSIC, «avec les
veille tous les lendemains d’au- et non plus à décharge. On peut recommande aux journalistes
sous-titres et sur-titres dans les
MarIaME DJIGO
diences avec des «Unes» de journaux, on sent nettement
journaux barrées de commen- que le journaliste est en train
taires plus ou moins tendan- de prendre parti, comme s’il en
cieux, allant parfois jusqu’à était le juge et c’est de la mani-
brouiller la compréhension des pulation».
lecteurs.
Chez des journalistes-forma- «c’EST LA cREdIBILITE dE LA
teurs que nous avons contactés PRESSE QUI SE JOUE
LORSQUE…»
hier, de Mame Less Camara à
Ibrahima Bakhoum en passant
par Jean Meïssa Diop, les ré- En effet, au dela même de l’at-
actions sont unanimes. Au vu teinte à la dignité des prévenus,
de la couverture médiatique de un traitement médiatique im-
l’affaire Khalifa Sall, certains partial peut semer le doute
journalistes semblent déjà pren- quant à la transparence dans
dre parti. Et, c’est à se deman- les médias surtout. A en croire
der si le Conseil national de ré- Mame Less Camara, «si le ver-
gulation de l’audiovisuel (Cnra) dict d’un procès va dans le sens
n’avait pas raison d’alerter en des journaux qui sont suspectés
invitant les journalistes à faire de connivence avec le régime,
preuve de responsabilité dans l’opinion était préparée à s’indi-
cette affaire, à travers une note gner parce que les journaux l’a-
envoyée à toutes les rédactions, vaient déjà dit, c’est un procès
le jeudi 1er février 2018. politique. S’il (l’accusé) n’est pas
«Les choses ont commencé de- condamné, on va dire que les
puis l’annonce de l’arrestation journaux racontent du n’importe
prochaine de Khalifa Sall. Et, cer- quoi. De sorte que le journal,
tains journaux semblaient beau- plutôt que d’apporter de la lu-
coup plus informés que d’autres mière, plonge tout le monde
et le public a été informé avant dans l’obscurité et le brouillage.
même l’instruction. Alors que le Et c’est la crédibilité de la
principe, c’est les faits d’abord, presse qui se joue lorsque le
les commentaires ensuite», a commentaire prend le pas sur
déploré Mame Less Camara. les faits. Et, très souvent, c’est
Poursuivant son analyse, le jour- ce qui se passe», a fait savoir
naliste-formateur a fait savoir M. Camara. Et d’ajouter: «le
que «la presse va plus vite que gros défaut de la presse au Sé-
la justice et qu’il y a des com- négal, c’est que nous sommes
mentaires de trop qui ont été une presse de compte rendu,
SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 7 FEVRIER 2018 Société 5

Déjà, lors d’une session extraor-


NOMINATION DU PREMIER MINISTRE DE CONSENSUS, ENTRAVES AU PROCESSUS DE SORTIE DE CRISE dinaire tenue à Addis Abéba en
Ethiopie, le 27 janvier 2018 (en

La CEDEAO annonce des sanctions marge de la réunion au sommet


de l’UA) rappelle-t-on, la Confé-
rence des Chefs d’Etat et de
de l’Union Africaine et des Nations Gouvernement de la CEDEAO, a
pour la paix en Guinée-Bissau Unies. C’est pourquoi, exhortant
les Forces de défense et de sécu-
invité les parties Bissau-guinéen-
nes à appliquer l’Accord de
La Communauté économique des Etat de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) presse les acteurs de rité de la Guinée-Bissau à garder Conakry, faute de quoi «des
la crise politique en Guinée-Bissau. Constatant le non respect de l’Accord de Conakry relatif à la la neutralité à l’égard des acteurs sanctions collectives et individuel-
«nomination du Premier ministre de consensus», la Commission de la CEDEAO annonce, pour politiques, la mission invite l’Union les seront appliquées dès le 1er
compter du jeudi 1er février 2018, la mise en place de «sanctions collectives et individuelles», Africaine (UA), l’Union Européenne février 2018 à l’encontre de tou-
à l’encontre de toutes les «personnes ou organisations qui entravent le processus de sortie de (UE) et les Nations-Unies (ONU) à tes les personnes ou organisa-

L
crise en Guinée-Bissau». Elle en appelle au soutien de l’Union Africaine (UA), l’Union Européenne soutenir la CEDEAO dans l’appli- tions qui entravent le processus
cation effective des sanctions qui de sortie de crise en Guinée Bis-
(UE) et des Nations-Unies (ONU) pour l’application effective de ces sanctions qui sont à définir.
sont à définir. sau». La Conférence a égale-
es acteurs de la crise po- L’annonce de la mise en applica- nation du Premier ministre de Conduite par le ministre des Af- ment mandaté le président de
litique et institutionnelle en tion effective de sanctions fait consensus telle que préconisée faires Etrangères, de la Coopéra- la Commission pour mettre en
Guinée-Bissau ont intérêt suite à une mission de paix dépê- par l’Accord de Conakry n’a pas tion et de l’Intégration Africaine œuvre lesdites sanctions. Un co-
à s’accorder sur la nomination chée à Bissau, les 31 janvier et été faite. Or, pour la mission de de la République Togolaise, Pr Ro- mité de suivi des sanctions com-
d’un Premier ministre de 1er février 2018, à la demande la CEDEAO, «sans l’application in- bert Dussey, et comprenant éga- posé du Togo, de la Guinée et
consensus, conformément à du président en exercice de la tégrale de l’Accord de Conakry, lement Naby Youssouf Kiridi Ban- de la Commission de la CEDEAO,
l’Accord de Conakry, au risque Conférence des Chefs d’Etat et notamment la nomination d’un goura, ministre d’Etat, Secrétaire a été mis en place à cet effet,
de se voir infliger des sanctions de Gouvernement de la CEDEAO, Premier Ministre de consensus général de la Présidence de la précise la source.
par la Communauté écono- Faure Essozimna Gnassingbé, et la formation d’un Gouverne- République de Guinée, représen- Depuis plusieurs années, la Gui-
mique des Etat de l’Afrique de président de la République du ment inclusif, les conditions poli- tant le Médiateur de la CEDEAO née-Bissau est confrontée à une
l’Ouest (CEDEAO). Dans un com- Togo. Et, dans un communiqué tiques idoines ne sont pas réunies pour la Guinée-Bissau ainsi que crise politique dont les fonde-
muniqué rendu public à cet effet rendu public le 1er février 2018, pour l’organisation d’élections Marcel de Souza, président de la ments historiques, les dimensions
et relayé par Afrique Perfor- la délégation de haut niveau de crédibles, inclusives et apaisées». Commission de la CEDEAO, la dé- sociologiques et implications éco-
L’UA, L’UE ET L’OnU SAISIES
mance avant-hier, lundi 05 fé- la CEDEAO a fait constaté que «la légation a pour objectif principal nomiques vont au-delà de la Gui-
POUR L’EFFEcTIVITE dES
vrier 2018, la Commission de nomination du Premier ministre de «procéder à l’évaluation de la née-Bissau et interpellent l’Afrique
la CEDEAO annonce, pour comp- de consensus telle que préconi-
SAncTIOnS… A dEFInIR
mise en œuvre des Accords de dans son ensemble.
ter du jeudi 1er février 2018, sée par l’Accord de Conakry n’a Conakry et de Bissau».
la mise en place de «sanctions pas été respectée». Selon la source, la Mission a éga-
I.DIaLLO

MBOUR – VISITE DE L’ENVOYEE SPECIALE DU


collectives et individuelles», à En effet, au terme des deux jours lement déploré la violation des li-
l’encontre de toutes les «per- de rencontres et d’échanges bertés démocratiques consa-
sonnes ou organisations qui en- qu’elle a eus avec les différentes crées par la Constitution de la
travent le processus de sortie parties prenantes de la crise, la Guinée-Bissau, ainsi que les instru- SECRETAIRE GENERAL DE L’ONU EN CHARGE DES JEUNES
de crise en Guinée-Bissau». mission a constaté que la nomi- ments juridiques de la CEDEAO, Mme Jayathma Wickramanaya
juge impressionnant le travail du
Centre conseil ados
Madame Jayathma Wickrama- Mabingué Ngom, le directeur
nayake, l’envoyée spéciale du régional Afrique de l’Ouest de
Secrétaire général des Nations l’Unfpa, a invité Madické Diouf,
Unies, en charge des jeunes, a le directeur du Cca de Mbour,
visité le Centre conseil adoles- à persévérer dans la voie à
cents (Cca) de Mbour, le week- prendre en charge les préoc-
end. Sa présence au Sénégal cupations, à les traduire en de-
s’inscrit dans le cadre de la mandes pour les solutionner,
conférence de financement du avec les moyens disponibles.
Partenariat mondial pour l’édu- Ainsi, il a fait comprendre qu’on
cation. A Mbour, et à côté du ne saurait soutenir un meilleur
directeur régional Afrique de investissement que celui fait en
l’Ouest du Fonds des Nations direction de la jeunesse. Car,
Unies pour la population les questions de la paix et de la
(Unfpa), elle a apprécié le travail stabilité se règlent avec les jeu-
fait au niveau du Cca de Mbour nes, a-t-il insisté, relevant que
en termes de prise en charge les accidents de trains, les
des préoccupations des jeunes morts dans le désert… restent
concernant la lutte contre les et demeurent des pertes.
infections sexuellement trans- Pour Mabingué Ngom, le poids
missibles. démographique est sujet à une
A en croire Madame Jayathma forte demande sociale mais, en
Wickramanayake, ce qu’elle a contrepartie, les jeunes qui en
vu dans ce domaine reste im- constituent la majorité sont ap-
pressionnant à travers les pairs pelés à construire leur avenir
éducateurs dont les rapports et et à se préparer à une vie adulte
bilans sont présentés. Selon elle, de qualité. A son avis, la santé
les jeunes du Cca sont privilégiés sexuelle est capitale pour les
dans l’accès à ces informations jeunes et reste un aspect im-
et de le partage. Elle pense que: portant de leur éducation. Tou-
«Etre jeune, c’est avoir des op- tefois, il se désole de constater
portunités d’opérer des change- la non ratification de la Chartre
ments avec la capacité d’intera- africaine de la jeunesse par bon
gir». Elle a en outre magnifié le nombre de pays, dix ans après
nombre important de visiteurs sa signature. Cette feuille de
jeunes du Cca, ce qui a comme route constitue, selon lui, un ca-
effet, un changement de com- dre pouvant aboutir à la créa-
portements et la baisse des in- tion d’une plateforme «Pas un
fections de type Ist (Infections pas, sans les jeunes».
sexuellement transmissibles). SaMBa NIéBé Ba
6 Société SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 07 FEVRIER 2018

JOURNÉE INTERNATIONALE TOLÉRANCE ZÉRO MUTILATIONS GENITALES FEMININES (MGF)


Le Dc du ministre de la Femme déplore
la persistance de la pratique, malgré…
Le ministère de la Femme, de la Famille et du Genre a organisé hier, mardi 6 février, une cette pratique traditionnelle profon- d’apporter l’information sur le plan
rencontre dans le cadre de la célébration de la Journée internationale tolérance Zéro mutilations dément ancrée qui, selon lui, «a de médical pour faire comprendre aux
génitales féminines (Mgf). Venu présider la cérémonie d’ouverture de cette rencontre, Ciré Lô, graves répercussions sur la santé communautés pratiquant l’exci-
des jeunes filles et des femmes, sions ses conséquences néfastes.
directeur de cabinet du ministre de la Femme, déplorant la persistance de cette pratique qui
ainsi que sur la dignité humaine». «Aujourd’hui, malgré les poches de
«a de graves répercussions sur la santé des jeunes filles et des femmes, ainsi que sur la «L’abandon de cette pratique né- résistances notées çà et là, nous
dignité humaine», a invité toutes les communautés à se mobiliser pour éradiquer l’excision. faste constitue un objectif majeur pouvons dire que notre message
du gouvernement du Sénégal, dans est en train de toucher nos cibles.
le cadre de la vision tracée par le Nous allons continuer le travail de
président de la République, à tra- sensibilisation et de discussion pour
vers le Plan Sénégal émergent persuader les communautés qui
(Pse) qui pose avec clarté dans son continuent de vivre cette pratique
Axe 1, la place du capital humain au caractère néfaste notamment
dans le processus de développe- les conséquences que l’excision a
ment socioéconomique», rappelle sur la santé de la femme, sur sa
le directeur de cabinet du ministre maternité. Nous avons prévus aussi
de la Femme, de la Famille et du d’ajouter à ce travail de sensibilisa-
Genre. Ciré Lô estime «qu’il est in- tion, un dispositif de suivi des cas
tolérable que les droits à l’intégrité d’abandon auprès des communau-
physique, à l’épanouissement tés qui ont déclaré l’abandon pour
psycho-social des filles et femmes voir s’il y a récidive et essayer de
soient entravées par cette pratique, comprendre les causes de cette

L
avec ses conséquences néfastes récidive» a souligné Moussa Faye
sur la santé et l’équilibre psycho- lors de cette rencontre qui a réuni
social des victimes.» Abondant plusieurs acteurs engagés dans la
dans le même sens, Moussa Faye lutte contre l’excision.
du Fonds des Nations unies pour Nando Cabral GOMIS
e Sénégal a encore du che- fin aux mutilations génitales fémini- excisées. Mais aussi que la préva- la population (Unfpa) a indiqué qu’un
min à faire dans sa lutte nes est une décision politique. Tolé- lence demeure plus élevée en milieu travail de terrain est en train d’être
pour l’éradication de l’exci- rance Zéro des institutions régio- rural (27%), qu’en milieu urbain effectué, avec tous les acteurs, afin
sion. En effet, en dépit des nales et sous – régionales», le (19%) notamment dans les zones
moyens déployés aussi bien par l’E- directeur de cabinet du ministre de Nord et Sud du Sénégal.
tat que ses partenaires pour venir la Femme, de la Famille et du Genre, Concluant son propos, le directeur
à bout de cette pratique, le taux de Ciré Lô, a situé ce taux à 13% de de cabinet de madame le ministre
prévalence de l’excision reste tou- filles de moins de 15 ans, en 2016. Salimata Diop Dieng, a cependant Les Mgf en chiffres
jours important au niveau national. Poursuivant son propos, Ciré Lô, ci- rassuré que l’abandon de la pra-
Venu présider hier, mardi 6 février, tant l’Enquête démographique et tique de l’excision demeure l’objectif Au total, les Nations Unies (ONU) estiment à 200 millions le nombre
la cérémonie d’ouverture de la Jour- de santé continue (Edsc) de 2016, principal du gouvernement. A ce ti- de femmes et de filles dans le monde ayant subi l’une ou l’autre forme
née internationale tolérance Zéro a indiqué que 23% des femmes de tre, il a invité toutes les communau- de mutilation génitale féminine (Mgf). Si cette tendance perdure, 3
excision, autour du thème «Mettre 15 à 49 ans ont déclaré avoir été tés à se mobiliser pour éradiquer millions de jeunes filles risquent de subir des mutilations génitales fé-
minines chaque année. Déjà, relève l’ONU (sur son site un.org), 44
millions de jeunes filles âgées de moins de 14 ans ont subi des muti-
lations génitales féminines, principalement en Gambie (56%), en Mau-
ANTONIO GUTERRES, SECRETAIRE GENERAL DES NATIONS UNIES ritanie (54%) et en Indonésie, où environ la moitié des filles âgées de
moins de 11 ans ont enduré cette pratique.
«Ensemble, nous pouvons et devons mettre Les mutilations génitales féminines sont pratiquées principalement
sur des jeunes filles entre la petite enfance et l’âge de 15 ans. Et, les
pays qui présentent le plus haut taux de prévalence de cette pratique
fin aux mutilations génitales féminines» parmi les filles et les femmes âgées de 15 à 49 ans sont la Somalie
(98%), la Guinée (97%) et Djibouti (93%). Les Mgf ne sont pas sans
«La dignité, la santé et le bien-être et rapide, ce chiffre pourrait aug- 2030.» D’ailleurs, «en collaboration
conséquence sur la santé des victimes. Selon la source, elles provo-
de millions de filles sont en jeu; il menter de 68 millions d’ici à avec l’Union européenne, l’ONU a
quent des saignements importants et des problèmes de santé tels
n’y a pas de temps à perdre. En- 2030.» Ce qui fait que «les mutila- lancé l’initiative Spotlight, un projet
que des kystes, des infections, l’infertilité, des complications à l’accou-
semble, nous pouvons et devons tions génitales féminines sont une pluriannuel mondial, dont le but est
chement ou des risques plus élevés de décès chez le nouveau-né.
mettre fin à cette pratique né- violation grave des droits fonda- d’établir des partenariats solides Aussi, Les mutilations génitales féminines violent-elles les droits fon-
faste.» C’est le Secrétaire général mentaux des femmes et des filles.» et de coordonner l’élimination de damentaux des femmes et des filles.
des Nations Unies, António Guter- Selon lui, «la volonté politique a per- toutes les formes de violence à l’é- C’est pour inverser les tendances que les Objectifs de développement
res qui appelle ainsi à préserver la mis de remporter des succès gard des femmes et des filles, no- durable (ODD), et plus particulièrement l'Objectif 5, appellent à mettre
dignité et la santé des millions de dans plusieurs pays, mais ces pro- tamment des mutilations génitales un terme aux mutilations génitales féminines d'ici à 2030. La cible
filles à travers l’abandon des mu- grès ne suffisent pas devant le féminines», indique la source. Le 5.3 vise à «Éliminer toutes les pratiques préjudiciables, telles que le
tilations génitales féminines (Mgf). rythme de la croissance démo- thème retenu cette année est: mariage des enfants, le mariage précoce ou forcé et la mutilation gé-
Dans un message publié à l’occa- graphique. Nous devons agir main- «Mettre fin aux Mutilations géni- nitale féminine.» D’ailleurs, l'élimination des mutilations génitales fémi-
sion de la Journée internationale tenant, de crainte que le nombre tales féminines est une décision nines a fait l'objet de nombreux appels de la part d'organisations inter-
de la tolérance zéro à l’égard des de cas ne continue d’augmenter. politique: Tolérance zéro des insti- gouvernementales, notamment l'Union Africaine, l'Union Européenne
mutilations génitales féminines, cé- Le développement durable ne tutions régionales et sous régio- et l'Organisation de la Coopération Islamique. Elle a également fait
lébrée hier, mardi 6 février 2018, pourra pas être atteint sans le nales» et implication du personnel l'objet de trois résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies.
António Guterres relève que «plus plein respect des droits fondamen- de la santé pour accélérer la Tolé- Et le FNUAP et l’UNICEF dirigent conjointement le plus grand pro-
de 200 millions de femmes et de taux des femmes et des filles. L’ob- rance Zéro aux mutilations géni- gramme mondial visant à accélérer l’abandon des mutilations génitales
filles sont victimes de mutilations jectif de développement durable tales féminines». féminines concentré dans 17 pays africains. Ce programme conjoint
génitales féminines dans 30 pays no 5, axé sur l’égalité des sexes, soutient également différentes initiatives régionales ou internationales.
répartis sur trois continents. En appelle à l’élimination des mutila- Tida MANE (Stagiaire) Tida MANE (Stagiaire)
l’absence d’une action concertée tions génitales féminines d’ici à
SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 07 FEVRIER 2018 Société 7

SEDHIOU - AMELIORATION DES SYSTEMES DE GOUVERNANCE LOCALE


L’observatoire des territoires lance une
plateforme de pilotage informatique
Un atelier interrégional de formation a réuni à Kolda, différents acteurs du développement des
régions de Sédhiou, Kolda et Ziguinchor autour de la mise en route d’une plateforme de gestion

C
du système informatique des données et indicateurs et le passage à l’échelle du processus en
cours. L’outil centralise la base des données avec option d’actualisation permanente confor-
mément aux normes ISO créditées d’une grande fiabilité et de performance selon l’agence de
développement local.
ette rencontre interré- niveau de l’agence de l’informa- tés locales par l’accès aux don-
gionale s’inscrit dans le tique de l’Etat (ADIE) à travers des nées fiables et la redevabilité vis-
sillage de la pratique serveurs qui seront installés là- à-vis de nos mandants», a indiqué
des mécanismes de bas. L’outil est évolutif avec possi- pour sa part Ibrahima Diédhiou,
gouvernance locale dans les ré- bilité d’actualisation en fonction le maire de la commune de
gions de Sédhiou, Kolda et Ziguin- des données nouvelles», note Adéane dans le département de
chor. Elle cible les administratifs, Kandji avant de préciser que «les Ziguinchor. Son collègue de Ou-
les exécutifs, les élus locaux et au- copies en dur sont stockées au doucar, Sankoung Sagna dans le
tres acteurs du pôle Casamance. niveau de l’ADL. C’est aussi un département de Sédhiou note que
Il a été surtout question d’éplucher outil qui respecte les normes ISO «cette plateforme est indispensa-
le contenu de l’observatoire na- 1915 et 1910, c’est-à-dire il est ble au bon fonctionnement des
tional des territoires et le suivi des interopérable avec d’autres qui collectivités locales. Un maire par-
services sociaux de base, un pro- présentent les mêmes normes». tout où il se trouve doit avoir accès
gramme pilote adossé à la gestion aux données de sa collectivité lo-
informatique des données et pré- LES cOLLEcTIVITES y cale. Et l’outil permettra aux nou-

APPOSEnT LEUR QUITUS


visions d’investissements mis en velles communes de rattraper
route par l’agence de développe- quelque peu les anciennes».
ment local avec le soutien de l’U- La phase pilote déjà engagée ras-
VERS LA MISE à L’écHELLE
sure les bénéficiaires. Amadou général de l’agence nationale de national des territoires pour amé-
NICEF. Malal Camara, le directeur développement local. A la clôture liorer, dit-il, le système de gouver-
dE LA PHASE PILOTE
général de l’ADL, explique que «le Baldé, le maire de la commune
de Coumbacara, dans le dépar- des travaux, l’adjoint au gouver- nance locale au bénéfice des po-
président de la République Macky neur de Kolda chargé des affaires pulations.
Sall pense territorialiser les poli- tement de Kolda entrevoit déjà un Le quitus de la fiabilité de cet outil
outil performant de collecte et de étant acté par cet atelier de Kolda, administratives Adrien Cyprien Moussa DRAME
tiques publiques, un outil extrême- Balo, a formulé des recomman-
ment important pour structurer gouvernance : «il est vrai que nous l’expérience pourrait être mise à
avions notre démarche tradition- l’échelle une fois évaluée en direc- dations fortes allant dans le sens
l’information au niveau des terri- d’une appropriation optimale de
toires. A notre avis, jusqu’à pré- nelle mais celle-ci vient donner un tion du reste des territoires, a ras-
coup de fouet dans l’opérationna- suré Malal Camara, le directeur cette plateforme de l’observatoire
sent les maires travaillent sans
pour autant disposer des données lisation de notre système de gou-
fiables. Et cet observatoire est un vernance locale. Il nous permettra
aussi de renforcer notre système
MBOUR – VISITE DE L’ENVOYEE SPECIALE DU SECRETAIRE
outil d’aide à la prise de décision».
Aliou Kandji, le directeur du sys- de collecte fiscale». GENERAL DE L’ONU EN CHARGE DES JEUNES
tème d’information et de l’obser- «Depuis l’avènement de l’acte III
de la décentralisation nous ten-
vatoire à l’ADL atteste de la fiabilité
et de la performance de ce sys- dons vers la territorialisation des
Mme Jayathma Wickramanaya juge impres-
tème «pour ce qui est de la sécu- politiques publiques si chères au
risation des données de ce sys- président de la République. Cela
ne fera que booster les collectivi-
sionnant le travail du Centre conseil ados
tème, l’hébergement est fait au
Madame Jayathma Wickrama- l’accès à ces informations et de le morts dans le désert… restent et
nayake, l’envoyée spéciale du Se- partage. Elle pense que: «Etre demeurent des pertes.
crétaire général des Nations jeune, c’est avoir des opportunités Pour Mabingué Ngom, le poids dé-
KOLDA - DRAME A SARE SANKOUNG Unies, en charge des jeunes, a vi- d’opérer des changements avec mographique est sujet à une forte
sité le Centre conseil adolescents la capacité d’interagir». Elle a en demande sociale mais, en contre-
Un écolier meurt dans un puits, (Cca) de Mbour, le week-end. Sa outre magnifié le nombre impor- partie, les jeunes qui en constituent
présence au Sénégal s’inscrit dans tant de visiteurs jeunes du Cca, ce la majorité sont appelés à cons-
le cadre de la conférence de finan- qui a comme effet, un changement truire leur avenir et à se préparer
à l’heure de la récréation cement du Partenariat mondial de comportements et la baisse à une vie adulte de qualité. A son
Revenu pour prendre un petit déjeuner à l’heure de la récréation, pour l’éducation. A Mbour, et à des infections de type Ist (Infections avis, la santé sexuelle est capitale
comme les autres élèves de son école, Oumar, le petit garçon, côté du directeur régional Afrique sexuellement transmissibles). pour les jeunes et reste un aspect
ne retournera plus à son établissement. Et pour cause, après de l’Ouest du Fonds des Nations Mabingué Ngom, le directeur ré- important de leur éducation. Tou-
avoir avalé quelques cuillerées de bouillies de mil, Oumar laisse Unies pour la population (Unfpa), gional Afrique de l’Ouest de l’Unfpa, tefois, il se désole de constater la
son petit sac pour aller au puits de la maison situé dans la vé- elle a apprécié le travail fait au ni- a invité Madické Diouf, le directeur non ratification de la Chartre afri-
randa. Il a voulu puiser de l’eau, mais par mégarde il tombe veau du Cca de Mbour en termes du Cca de Mbour, à persévérer caine de la jeunesse par bon nom-
dans le puits. Les efforts des parents pour sortir l’enfant du de prise en charge des préoccu- dans la voie à prendre en charge bre de pays, dix ans après sa si-
puits dont l’eau se situe à une hauteur de 7m seront vaines, pations des jeunes concernant la les préoccupations, à les traduire gnature. Cette feuille de route
parce qu’ayant trainé. Et, finalement, c’est un corps sans vie qui lutte contre les infections sexuel- en demandes pour les solutionner, constitue, selon lui, un cadre pou-
sera extrait, après plus d’une heure de manœuvre. Les sapeurs lement transmissibles. avec les moyens disponibles. Ainsi, vant aboutir à la création d’une
qui sont arrivés peu après dans ce village niché dans la commune A en croire Madame Jayathma il a fait comprendre qu’on ne sau- plateforme «Pas un pas, sans les
de Koulinto, dans le département de Médina Yéro Foulah, ne Wickramanayake, ce qu’elle a vu rait soutenir un meilleur investis- jeunes».
pouvaient que constater les dégâts. Un département où tous dans ce domaine reste impres- sement que celui fait en direction Samba Niébé BA
les habitants chanceux ont des puits traditionnels pour se ravi- sionnant à travers les pairs édu- de la jeunesse. Car, les questions
tailler en eau. L’eau potable est encore dans l’ordre des rêves. cateurs dont les rapports et bilans de la paix et de la stabilité se règlent
Abdou DIAO sont présentés. Selon elle, les jeu- avec les jeunes, a-t-il insisté, relevant
nes du Cca sont privilégiés dans que les accidents de trains, les
8 Social SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 7 FEVRIER 2018

EDUCATION NATIONALE
Les pistes de financement endogènes
2,3 milliards dollars mobilisés lors de la 3ème conférence de reconstitution
des ressources du Partenariat mondial pour l’Education (Pme). Un succès re-
tentissant pour les organisations, pour relever le défi d’une scolarisation de
millions d’enfants. Cette mobilisation de ressources financières au niveau inter-
national, a longtemps animé le débat au niveau national. C’est le cas du Sénégal
qui a dégagé de pistes de financement endogènes pour son secteur éducatif.

L
Le rapport final des assises de l’Education et de la Formation y consacre un
chapitre important qui mérite, selon la société civile, d’être matérialisé.
a 3ème conférence  de reconsti- des budgets particulièrement au niveau
tution des ressources du Partena- des écoles.

BAnQUE InnOVAnTE édUcATIVE


riat mondial pour l’Education (Pme)
a baissé ses rideaux la semaine der-
nière, sur fond de satisfaction avec à la Autres niches de financements inno-
clé 2,3 milliards dollars mobilisés. A côté vants pour mobiliser des ressources ad- tions et réductions fiscales font perdre est suivie par une hausse des dépenses
de cette mobilisation des ressources fi- ditionnelles en faveur de l’éducation, l’é- 500 milliards à l’Etat chaque année  ». publiques dans l’éducation au Sénégal.
nancières, la conférence aura été une quipe du professeur Abdou Salam Sall En plus de l’Etat, il a été signalé la place Entre 2009 et 2014, l’Etat a injecté
tribune pour certains de s’illustrer de préconise, entre autres, « la conversion importante des collectivités locales dans dans le secteur 2 700 milliards de
par leurs discours courageux et engagés de créances publiques (dettes extérieu- le financement de l’éducation, un do- francs Cfa. Toutefois, l’enseignant-cher-
sur des questions de fonds. res bilatérales) en soutien à l’éducation maine de compétences transférées. cheur, Mamadou Youri Sall, avait souli-

LA POSITIOn dES ORGAnISATIOnS


«L’Afrique doit croire en elle et ne doit et formation, la taxe sur le tabac et l’al- gné que « le Sénégal compte 82% d’ap-
cool au bénéfice de l’éducation et de la
dE LA SOcIéTé cIVILE
plus s’appuyer sur les investissements prenants qui n’ont pas dépassé le niveau
venus d’ailleurs pour émerger», avait dé- formation, le micro taxation sur les ap- primaire. Après 13 ans d’études, moins
claré le président Ghana, Nana Akufo- pels téléphoniques internes au bénéfice Les organisations de la société civile sé- de 5% ont le baccalauréat. Là où dans
Addo, non sans relever : «on doit croire de l’éducation». négalaise du Sénégal veulent un allége- les pays du Nord, 50% des apprenants
en nous-mêmes, et développer nos res- Dans le rapport final de la concertation, ment du coût des charges éducatives décrochent la licence, au Sénégal, on
sources qui sont de qualité. Et ensuite les «Assisards» ont proposé la «création des parents et d’assurer la gratuité de est à 2% ». Les résultats décevants des
ôter la corruption de notre continent d’une banque innovante éducative et l’ex- l’éducation publique. Pour ce faire, elles examens nationaux en attestent. Un taux
pour renverser la tendance». Tout ploitation des opportunités de la Banque prônent « l’émission d’obligations à l’in- de réussite de 31,6% en 2017 pour
comme le président Nana, Achille islamique pour renforcer la mobilisation tention des expatriés, la conversion des baccalauréat contre 36,6% en 2016.
Mbembé, va plus loin en qualifiant le Par- de ressources et appuyer le développe- créances publiques, la micro taxation Le Certificat de fin d’étude élémentaire
tenariat mondial pour l’éducation de ment du système éducatif». Selon eux, sur les transactions financières et sur (Cfee) et le Brevet de fin d’étude moyen
«énième para-téléthon». cette banque éducative va accorder, pas certains produits de consommation». (Bfem) enregistrent respectivement
«En ce qui concerne l’appel en particu- seulement des crédits aux étudiants, Dans son argumentaire, la société civile 45% en 2017 contre 54% en 2016 et
lier, je crois qu’on ne peut pas chercher mais aussi pour supporter des activités sénégalaise fait appel à la politique fis- 56% en 2017 contre 58% en 2016.
à récolter tant d’argent pour l’éducation variées du système éducatif. Les action- cale pour une augmentation des res- Le Sénégal compte toujours 54% d’a-
sans avoir tout remis à plat », souligne naires sont des enseignants – Etat et sources domestiques affectées à l’édu- nalphabètes. 1 million d’enfants hors
l’historien camerounais dans une tribune Collectivités locales – Secteur Privé». cation, considérant des Etats comme circuit école. Environ 10% des infras-
500 MILLIARdS d’ExOnéRATIOnS
parue sur le site pointafrique.fr. «  Les le Sénégal, le Nigéria et le Ghana ont tructures éducatives constituées d’abris

FIScALES
initiatives venues du bas de nos sociétés perdu environ 5,8 milliards dollars par provisoires, le  déficit du personnel en-
sont également étouffées par ces initia- an à cause d’un système fiscal inefficace seignant, la détérioration de l’environne-
tives venues de l’extérieur, avec  ces Les acteurs présents aux Assises et inéquitable, selon International et Tax ment scolaire et des conditions d’ap-
schémas tout faits, de l’argent, et sur- avaient invité l’Etat à affecter une partie Network Africa en 2015. prentissage, ainsi qu’une pénurie de
tout l’arrogance et le mépris. Le fait des ressources sur les mesures fiscales, Toujours est-il que l’augmentation des manuels scolaires.
qu’elles ne sachent ni soutenir, ni se à l’école. Car, selon eux, «les exonéra- effectifs dans les ordres d’enseignement IBraHIMa BaLDE
greffer aux potentiels endogènes, est
bien l’une des raisons de la destruction
du capital humain en Afrique », regrette
CHEIKH MBOW, COORDINATEUR DE LA COSYDEP
Achille Mbembé.
A la considération de ces argumentai-
res, force est de constater que l’Afrique
«Nous avons les moyens pour avoir un
ne doit pas dépendre des autres pour financement endogène robuste»
financer son système éducatif. Sommes-
nous en mesure de trouver des ressour- dire : 90% des bailleurs d’éducation se endogène robuste. L’émission d’obliga-
ces pour financer ses systèmes éduca- sont les citoyens. Il faudrait travailler à tions à l’intention des expatriés, la
tifs et des contenus de l’enseignement ? renforcer notre financement collectif. On conversion des créances publiques, la
Cette question rapportée au niveau local, pourrait continuer à compter sur le fi- micro taxation sur les transactions fi-
trouve un certain nombre de réponses nancement extérieur en complément à nancières et sur certains produits de
devant permettre au Sénégal «d’être un financement robuste et endogène. consommation, constituent des niches
souverain » en matière de financement L’autre enjeu est d’aller vers un finance- de financement. Le paradoxe dans notre
de son secteur éducatif ? Les réflexions ment qui converge sur les mêmes ob- pays est qu’on ne peut plus inventer de
profondes ont été menées lors des As- jectifs pour une meilleure optimisation nouvelles théories. Les avis ont été suf-
sises nationales de l’Education et de la des ressources. Donc, une utilisation op- fisamment partagés. Les consensus ont
Formation (Anef) dirigées par le Profes- timale des ressources pour relever les été également trouvés, y compris les as-
seur Abdou Salam Sall. Si l’Etat a mis la défis de l’heure, notamment une amé- sises nationales. Il faut maintenant être
main à la poche – 6% du Pib et 35% du lioration des enseignements et appren- pragmatique dans leur mis en œuvre,
budget national – le secteur reste sous «L’éducation doit être un secteur de sou- tissages. Sachant que les principaux avec prise en charge des préoccupations
financé. Les besoins persistent, car l’u- veraineté nationale. Nous avons toujours bailleurs sont la communauté, nous pré- des communautés. Une chose est de fi-
tilisation des ressources allouées est cru à un financement plus endogène. De conisons un dispositif de réédition de nancer son éducation, c’en est une autre
très problématique. Les «Assisards» pro- ce point de vue, nous considérons qu’il y comptes qui permet aux acteurs de tra- de faire en sorte d’avoir un budget qui
posent d’abord une réflexion pour amé- a beaucoup de niches sur lesquelles cer le financement de l’éducation. règle les problèmes récurrents. Il s’agit
liorer l’utilisation des ressources, notam- nous pouvons nous appuyer pour que Je continue à croire que le financement du taux de scolarisation, des abris pro-
ment la sensibilisation et le notre système éducatif soit financé au extérieur devrait être limité. Nous devons visoires, des revendications des syndi-
renforcement des capacités des ges- niveau interne. Le financement doit sur- faire le secteur de l’éducation une ques- cats d’enseignants. Il faut réfléchir da-
tionnaires et le contrôle citoyen au ni- tout être orienté vers les familles qui en tion de souveraineté. Limiter les finan- vantage en terme d’implication des
veau de la mobilisation et de l’exécution ont le plus besoin et les enfants qui sont cements entre 5 et 10 %. Nous avons communautés pour l’utilisation des res-
hors école. Nous ne le cesserons de le les moyens pour avoir un financement sources. rEcUEILLIS Par IB
SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 7 FEVRIER 2018 Social 9

des habitudes alimentaires futu- de développement des préfé-


LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION INFANTILE res. Par conséquent, il est im- rences alimentaires chez les
portant d’instaurer des habitu- nourrissons et les enfants; du
Nestlé Sénégal et Nestlé nutrition des et des schémas alimentaires
sains tôt dans la vie de l’enfant »,
rôle de l’alimentation maternelle
pendant la grossesse et l’allai-
dit-il, avant d’ajouter : « Avoir une tement, dans l’établissement
Institute Africa mutualisent leurs efforts alimentation saine est essentielle
pour assurer un apport suffisant
des préférences alimentaires
chez les enfants ; et du rôle de
Nestlé Sénégal, en collaboration avec Nestlé Nutrition Institute Africa (NNA), a procédé hier, de nutriments nécessaires à une la diversification alimentaire
mardi 6 février, au symposium de clôture du Post Graduate Program in Pediatric Nutrition (PGPN) bonne santé, croissance et dé- dans la modulation des préfé-
dans un hôtel de la place. A travers ledit programme qui a vu la participation de professeurs séné-

D
veloppement; pour atteindre et rences alimentaires».
galais émérites, 40 jeunes pédiatres ont reçu une formation de 7mois afin de renforcer leur maintenir un poids idéal ; et pour Quant professeur Ndeye Rama-
connaissance en termes de prise en charge nutritionnelle des nourrissons et des jeunes enfants. réduire le risque de développer toulaye Diagne Guèye, pédiatre
ispensé par l’école de forcer la connaissance des jeu- pital Dalal Jamm, invite à instau- des maladies chroniques et les et néonatalogie de l’Hôpital pour
médecine de l’université nes médecins pédiatres en nu- rer des habitudes alimentaires cas de mortalité prématurée ». Enfants de Diamniadio (HED),
de Boston, le Pro- trition pédiatrique. saines chez les enfants.  «Les Revenant, par ailleurs, sur le elle insiste sur une éducation en
gramme d’Etudes Supérieures Prenant part à la rencontre, le schémas alimentaires suivis pen- pourquoi du symposium, il nutrition. Car selon elle «l’édu-
en Nutrition Pédiatrique est une professeur Saliou Diouf, agrégé dant les premières années de ajoute: «cette session traite de cation et le conseil en nutrition
formation à distance sanctionné de pédiatrie et nutritionniste et vie s’étendent dans l’enfance et l’importance de développer des sont utilisés pour fournir des
par un certificat destiné à ren- chef du service pédiatrie de l’hô- l’âge adulte et forment la base habitudes alimentaires saines; conseils aux personnes sur com-
ment développer ou modifier
des pratiques et des comporte-
ments alimentaires afin de ré-
pondre aux besoins nutritionnels
et d’améliorer l’état de santé».
Pour ce faire, Ndeye Ramatou-
laye Guèye insiste sur l’impor-
tance de former en premier les
pédiatres. «Malgré les avan-
tages du conseil en nutrition,de
nombreux médecins n’ont pas
l’éducation ou la formation re-
quise en nutrition médicale pour
pouvoir conseiller leurs patients
et assurer la considération de
la nutrition parmi différents four-
nisseurs de soins de santé. Par
conséquent, fournir aux presta-
taires de soins desantéunguide
sur les conseils et éducation en
nutrition est d’une importance
capitale».
Le chef du service de néonatalo-
gie du centre hospitalier national
Albert Royer de Dakar, profes-
seur Papa Moctar Fall renseigne
que les résultats de cet essai ont
été concluants  «ces résultats
suggèrent que la farine de blé ad-
ministrée pendant 6 mois aux en-
fants, a permis de corriger et de
prévenir l’anémie ferriprive chez
54% des sujets investigués».
Venue représenter le directeur
général de Nestlé Senegal,
Mame Pane Sakho, a salué l’i-
nitiative du groupe Nestlé qui a
permis à plusieurs profession-
nels de santé de bénéficier de
la formation. «Au Sénégal, une
quarantaine de professionnels
de la santé ont pu suivre cette
formation 7 mois durant de fa-
çon très engagée, ceci grâce
au soutien de Nestlé Nutrition
Afrique. A ceux-là, on dénombre
800 autres pédiatres qui ont
bénéficié de cette formation en
Afrique Centrale et en Afrique
de l’ouest».
Les initiateurs du symposium ne
comptent pas s’arrêter en si
bon chemin, car pour M Serge
Dzenkou, responsable régional
de Nestlé Institute pour l’Afrique
de l’Ouest et Centrale,  «  ils
comptent mettre en place une
plateforme digitale afin que celui
qui est à Thiès ou à Saint-Louis
puisse partager ses connaissan-
ces avec son homologue de
Bouaké »,conclut-il.
PaPa aLIOUNE DIENG (STaGIaIrE)
10 Actualité SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 7 FEVRIER 2018

ADHESION DU MAROC A LA CEDEAO


L’ambassadeur du Maroc Taleb Barrada

«L
rassure le secteur privé réticent
a demande d’adhésion Le Diplomate précise d’ailleurs l’avant et qui a pu assurer des in-
du Maroc à la Cedeao que son pays n’est pas un com- vestissements», a-t-il souligné.
a été faite pour l’ins- merçant, mais un investisseur. Avant de souligner que le Maroc
tant sur le plan politique. Ce qu’il y «Le Maroc n’est pas un commer- est un membre actif qui investit
a, c’est que le Maroc est un in- çant. Nous commerçons en rai- et qui assure la création d’emplois
vestisseur potentiel dans la ré- son de moins de 6% avec la zone et contribue au développement
gion». L’assurance est de l’am- de la Cedeao. Si nous avons de- économique des pays.
bassadeur du Royaume du Maroc mandé à être membre de la Ce- Justifiant le choix porté sur le Sé-
au Sénégal, Taleb Barrada qui deao, c’est pour poursuivre notre négal par la caravane du club
s’exprimait hier, mardi 6 février, élan d’investissement qu’on a des investisseurs marocains de
en marge du lancement de la commencé depuis l’avènement l’étranger, l’ambassadeur sou-
1ere édition de la caravane du de sa majesté Mohammed 6 au tient : «le Sénégal est le premier
club des investisseurs marocains pouvoir. Depuis cette période, le partenaire du royaume du Maroc
de l’étranger (Cime) pour l’incita- Maroc a déployé une politique de en Afrique subsaharienne et c’est vestissements du royaume. Par lieu. C’est pour cette raison que
tion à l’investissement en Afrique. diplomatie économique qui va de la première destination des in- conséquent nous voulons main- cette caravane qui incite à l’in-
tenir et développer cet élan d’in- vestissement a choisi le Sénégal

FORUM dU 1ER EMPLOI - LUTTE CONTRE LE CHôMAGE ET LES INéGALITéS


vestissement dans le continent comme premier destination pour
africain et particulièrement dans chercher des possibilités d’inves-
les pays amis et frères parmi tissement ».
lesquels le Sénégal en premier
Le Mouvement des entreprises du aMINaTa cISSE

Sénégal s’engage nGUEnIEnE - DEVELOPPEMENT


La Fondation emploi jeune du mouvement des entreprises du Sénégal (MEDS), en partenariat
avec le Ministère de l’emploi, de l’insertion professionnelle et de l’intensification de la main COMMUNAUTAIRE
d’œuvre, a organisé hier, mardi, la 17ème édition du Forum du 1er emploi, à l’hôtel King
Fahd palace. C’était l’occasion pour le premier ministre Boune Abdallah Dionne de rappeler
«Suissepartage» inaugure une
que ce forum se tient dans un contexte où le gouvernement a mis en place des dispositifs école de six classes et offre une
pour investir davantage dans l’éducation et la formation des jeunes.
«Le forum du 1er emploi se veut treprises dynamiques et compé- au-delà de sa dimension patro- seconde plantation villageoise
aujourd’hui un salon de référence titives, dans un cadre macroéco- nale s’engage dans la lutte L’association ‘’SuissePartage’’ a, dans le cadre de la coopé-
des jeunes compétences Séné- nomique efficace et le tout dans contre le chômage et les inéga- ration décentralisée, procédé à l’inauguration d’une école
galaises, un carrefour unique où la bonne gouvernance. C’est la lités dans une perpétuité de de six classes construites à ses frais, la semaine dernière
se croisent des ressources hu- raison pour laquelle le gouverne- contribution à l’émergence an- dans la localité de Guedj Mad (commune de Nguéniène). Par
maines de qualité, les grandes en- ment a pris toutes les dispositions noncée par le président de la la même occasion elle s’est engagée à créer une plantation
treprises, les multinationales et pour investir davantage dans l’é- République… » villageoise pour le soutien des élèves de Guedj Diouly dans la
les organismes impliqués dans le ducation et la formation…», dit le «La promotion de la Haute in- même contrée. A en croire, Halim Tabet, le président de
développement socio économique 1er ministre. Et de rappeler qu’«A tensité des mains- d’œuvre et ‘’SuissePartage’’ la présence de son association dans la
du Sénégal», fait savoir le 1er mi- cet égard, le président de la Ré- de l’emploi», est le thème du commune de Nguéniène obéit à des préoccupations. La sa-
nistre Boune Abdallah Dionne, lors publique Macky Sall, a créé la dé- forum de cette année. «Quelle tisfaction des besoins notamment l’accès à l’eau potable,
de son allocution, à l’occasion de légation générale de l’entrepre- formation pour un emploi im- l’accompagnement de la commune et des populations dans
la 17ème Edition du forum du 1er nariat rapide (DGER), une médiat?», «L’entreprenariat so- l’éducation et la santé, en plus de l’allègement des travaux
emploi, organisé hier, mardi, au structure supplémentaire qui cial comme clé pour l’insertion domestiques des femmes (comme piler le mil et la corvée
King Fahd palace, par la Fonda- vient parachever le dispositif d’ac- des jeunes», «L’innovation nu- d’eau). Il a magnifié la collaboration du vieux Diatta Ndour
tion emploi jeune du Mouvement compagnement à l’initiative privée mérique, des opportunités éco- qui a cédé une partie de son champ pour permettre la cons-
des entreprises du Sénégal composée de FONGIP, FONSIS, nomiques !» sont, entre autre, truction de l’école de Guedj Mad dont le directeur se réjouit
(MEDS), en partenariat avec le BNDE, ADPME, du bureau de la des thèmes génériques à déve- de travailler dans un environnement scolaire favorable avec
ministère de l’Emploi, de l’insertion mise à niveau et de l’ASEPEX». lopper. des fournitures et des équipements offerts par SuissePar-
professionnelle et de l’intensifica- Selon Mbagnick Diop, prési- Pour rappel, le forum se pour- tage.
tion de la main d’œuvre. Il souli- dent du MEDS, «le diplôme ne suit aujourd’hui à l’hôtel King La représentante du maire de Nguéniène a magnifié l’apport
gne : «La bataille de l’emploi ne suffit plus pour accéder au mar- Fahd palace.   de cette association qui a foré 22 puits et installé une dou-
peut être gagnée qu’avec des en- ché du travail. Sur ce, Le MEDS TIDa MaNE (STaGIaIrE) zaine de moulins à mil, à ses frais, pour lutter contre les dif-

SOKOnE - ZIARRA ANNUELLE DE LA FAMILLE DE FEU THIERNO AMADOU DEME


ficultés des femmes. Halim Tabet, interrogé sur les prochains
chantiers de son association, a annoncé le forage d’un puits
à Bagana-Wolof, la création d’une plantation villageoise à
Guedj Diouly, à l’image de celle de Nguéniène Peul dont les
Aly Ngouye Ndiaye offre 2500 exemplaires premières récoltes des plants d’aubergine profitent à son
école primaire. Durant son séjour, il a fait le tour localités
de Coran à la famille du défunt khalife équipées des moulins à mil pour faire des réparations et
Dans le cadre de la 60ème édition de la ziarra vernement de soutenir le projet d’édition des prodiguer des conseils dans le cadre de la gestion et l’entre-
annuelle de la famille de Thierno Amadou Dème manuscrits de traduction du Coran que le défunt tien, y compris des puits.
de Sokone, le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouye auquel le Khalife  tenait le plus et à réhabiliter la La fondation Indosuez accompagne SuissePartage dans la
Ndiaye, a offert le week-end dernier, un important bibliothèque cette année même. Une initiative mise en place des plantations villageoises. Monsieur Tabet
lot de manuels de Coran à la famille Dème de pour faciliter la réalisation de ce projet religieux s’est tout de même désolé de voir des classes construites
Sokone. Estimé à 2500 exemplaires du livre saint, de la famille. Il faut cependant souligner que sans maîtres à Guedj Mad. Le patron de l’Inspection de l’é-
ces manuels constituent la contribution de l’Etat dans le domaine de la sécurité, Aly Ngouye ducation et de la formation (Ief) de Mbour 2, Moustapha
dans les activités d’expansion de l’Islam que l’ac- Ndiaye a aussi annoncé que toutes les disposi- Mbaye, a expliqué que cette situation résulte de deux facteurs:
tuel Khalife, Thierno Oumar Ahmeth Dème, tions ont été prises, avec la concours du gou- le déficit de maîtres sur tout le territoire et la planification
compte mener afin de pérenniser les actions et verneur, des préfets et sous préfets du dépar- des recrutements. Des alternatives sont à l’étude du côté
l’œuvre de son défunt père. tement de Foundiougne, pour la réussite de de SuissePartage pour l’occupation des deux salles de classe
C’était aussi l’occasion pour le ministre Aly l’événement. non utilisées. SaMBa NIéBé Ba
Ngouye Ndiaye d’annoncer la volonté du gou- aBDOULaYE FaLL
SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 7 FEVRIER 2018 Services 11
12 Sports SUD QUOTIDIEN - N° 7425
DU MERCREDI 07 FEVRIER 2018

BASKETBALL- TOURNOI ALLER DES ELIMINATOIRES MONDIAL 2018


«Adidas» dévoile ses 12 «Combattants» pour Maputo
Le sélectionneur de l’équipe nationale masculine de Basketball a dévoilé la liste des Lions qui binational Lamine Samba qui a par la Côte d’Ivoire et enfin ter-
iront à l’assaut du tournoi de Maputo qui se joue les 23 et 24 février prochains et comptant été préféré lors du dernier Afro- miner par le Mozambique. Au
pour la phase aller des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Compte tenu du temps basket à Clevin Hannah. terme de ces phases aller du
Les douze joueurs sont attendus tournoi, l’encadrement technique
réduit de préparation et de l’indisponibilité de Gorgui Sy Dieng, de Maurice Ndour ou encore
à Dakarle 18 février. Deux séan- compte aller à la rencontre des
de Cheikh Tidiane Mbodji entre autrs joueurs clés, Abdourahmane Ndiaye «Adidas» a composé ces seulement sont prévues le joueurs au niveau de leurs clubs
ses douze Lions pour une «mission de combat» en Mozambique. lendemain 19 février au stadium respectifs afin d’expliquer son pro-
joueurs, Adidas a également été Marius Ndiaye. Une occasion jet et prévenir les problémes de
contraint par cette disposition pour le technicien sénégalais et disponibilité qui peuvent survenir
de la Fiba qui n’autorise pas les ses assistants Dame Diouf et Ma- dans le futur. Le but est de créer,
joueurs de la Nba ou évoluant madou Guéye «Pa Bi», de mettre selon le coach des Lions, un
en Euroligue lors de ses fenêtres. en place les options offensives et «groupe Sénégal» de 24 joueurs.
C’est le cas Gorgui Sy Dieng, du défensives. Les Lions s’evoleront «Un groupe où chacun aura le
pivot Cheikh Tidiane Mbodji. Deux le 20 février pour Maputo. Trois même statut », précise «Adi-
joueurs clés de la Taniére aux- seances d’entrainement sont das»
quels il faut y ajouter l’indisponibilié également prévues sur place le Omar DIAW
du pivot Maurice Ndour pour des mercredi et jeudi 22 février. L’é-
«raisons familiales». quipe du Sénégal démarre le tour-
«Il m’était difficile de prendre 17 noi 23 mars face à la République
joueurs pour répéter les systé- centrafricaine avant d’enchaîner

LIBRE PROPOS
mes de jeu. J’ai pensé que convo-

A
quer 17 joueurs c’était trop.
Donc, les douze joueurs iront à
Maputo. Evaluer 17 joueurs en Par aBDOULaYE THIaM - SUITE DE La PaGE UNE
un seul jour, ce n’est pas pour
moi une évaluation juste. J’ai voulu Fuite de responsabilité !
bdourahmane Ndiaye ses-allers du tournoi éliminatoires être honnête et j’ai expliqué que
«Adidas» a arrêté son de la Coupe du monde qui se l’équipe nationale était pour tout C’est à l’Etat et à lui seul, de prendre ses responsabilités
groupe de perfor- jouent les 23 et 24 février à Ma- le monde. Il y a des fenêtres Fiba pour que tous les trois clubs de Mbour qui évoluent en Ligue
mannce pour les pha- puo. Compte tenu du temps de au mois de juin et au mois de no- 1 (Diambars, Stade de Mbour et Mbour Petite Côte) puissent
préparation réduit et des difficul- vembre et chacun peut revenir

LISTE dES 12 LIOnS


recevoir et jouer contre l’Us Ouakam. En dehors de la
tés pour convoquer 17 joueurs », explique le coach des Lions.
comme cela a été avancé, le sé- Pour ce tournoi, «Adidas» joue nécessité de jouer les rencontres Stade de Mbour–Us
lectionneur d’emblée s’est limité la carte de la continuité en re- Ouakam, à huis clos, comme le recommande, du reste, le
Xane D’Almeida, Thierno Ibra- à 12 pour cette mission de «com- mettant l’ossature de l’Afrobasket TAS, la délocalisation des autres matches est-elle obligatoire
hima Niang, Adama Louis bat». 2017. Hormis Xane d’Almeida ? Pour l’heure, les autorités footballistiques semblent opter
qui fait son grand retour en sé- pour cette stratégie. Alors que celles étatiques assurent
GORGUI Sy dIEnG OU L’In-
Adams,Mouhamadou Lamine
Sambe; El Hadji Maleye Ndoye, lection ou encore Ibrahima Tho- totalement et entièrement la sécurité des acteurs pour que
dISPOnIBILITE d’Un
mas, absent depuis 2015, on
Djibril Thiam, Mouhammad ces rencontres se tiennent. Garantir la sécurité de tous les
note le retour des joueurs qui
JOUEUR cLE
Faye, Moïse Diamé, Pape Ab- Sénégalais où qu’ils puissent être sur le territoire national,
dou Badji, Hammady Ndiaye, avaient pris part au tournoi de la
zone 2 à Dakar notamment les c’est une des missions régaliennes de l’Etat. Sinon, il aurait
Youssoupha Ndoye, Ibrahima Au delà des choix qu’il a opérés
Thomas pivots Moise Diamé et Abdou Al- failli. Nous ne sommes pas en guerre entre nous. Ouakam
initialement sur un groupe de 25
ces Badji mais surtout le meneur n’est pas en guerre contre Mbour. Il ne faudrait pas que la
passion l’emporte sur la raison. Alors, faisons très attention
TIRAGE MONDIAL BASKETBALL 2018- AVEC LES USA, CHINE ET LETTONIE à ces pompiers-pyromanes. Nous avons tous condamné
avec la dernière énergie l’attitude barbare des pseudo-
supporters de l’USO qui a débouché sur la boucherie humaine,
Les Lionnes tombent sur du lourd le 15 juillet de l’an dernier, lors de la finale de la coupe de
Ligue au stade Demba Diop entre l’Uso et le Stade de Mbour.
Les Lionnes du Basket ont hérité tion à une phase finale de Coupe pagnie du Japon, du Porto-Rico Une enquête a été ouverte. Ce n’est pas la décision du TAS
du lourd pour la Coupe du monde du monde. Ce, après celles dispu- et de la Belgique. Le premier de qui va éteindre l’action publique déjà déclenchée par les
de basket féminin, qui aura lieu tées en 1975, 1979, 1990, chaque groupe est qualifié direc-
autorités judiciaires. Les responsabilités doivent être situées
du 22 au 30 septembre à Tene- 1998, 2002, 2006, 2010. tement pour les quarts de finale.
et les coupables châtiés sur la base des lois et règlements
rife en Espagne. Le tirage au sort Pour les autres groupe, la France, Les 2es et 3es de groupe dispu-
des groupes qui a été effectué vice-championne d’Europe retro- teront un barrage pour rejoindre de notre pays. Sur ce plan, la décision du TAS ne souffre
hier, mardi 6 février, dans l’île uve dans le groupe A, la Corée le top 8 et le 4e sera éliminé. d’aucune ambiguïté, puisqu’elle «ne concerne que le volet
espagnole les place dans la poule du Sud, la Grèce et Canada, La phase de poules se jouera disciplinaire et sportif de cette tragique affaire et est sans
D où elles affronteront les Etats champion d’Amérique. Le Groupe dans deux salles, celle de Santiago aucun lien avec d’éventuelles procédures devant les autorités
unis, champions du monde et B est composé de l’Australie de Martín de San Cristóbal à La La- judiciaires du Sénégal, civiles et/ou pénales, actuelles ou à
champions olympiques, la Chine la Turquie, de l’Argentine et du Ni- guna et au Palais Municipal des venir». Mieux, contrairement au communiqué du Procureur
et la Lettonie. Ce tirage est géria, championne d’Afrique en sports de Quico Cabrera à Santa de la République qui semble «disculper» les forces de l’ordre,
sans doute une sorte de remake titre. Cruz . La phase finale (à partir des l’arbitre unique du TAS a déclaré que «l’Us Ouakam n’était
des derniers Jeux olympiques de Quant à l’Espagne, pays organi- quarts de finale) se jouera au San- que partiellement responsable des incidents survenus (…),
Rio 2016 au cours de laquelle, sateur et champion d’Europe, elle tiago Martín.
notamment eu égard à l’état du stade (vétusté) et au dispositif
les Lionnes avaient croisé l’ar- figure dans le groupe C en com- O.DIAW
de sécurité mis en place à cette occasion, lequel était
mada américaine et future mé-

TIRAGE AU SORT cOMPLET


daillée d’or mais aussi la Chinois. largement insuffisant». Reste à savoir s’il sera suivi par les
Avec en prime deux lourdes dé- enquêteurs. En attendant donc les résultats de l’enquête,
faites. Médaillées d’argent du der- gardons notre calme et notre sérénité. Démasquons toutes
nier Afrobasket qui s’est déroulé ces personnes tapies dans l’ombre qui attisent le feu pour
GROUPE A : France – Corée du Sud – Grèce – Canada
au moins d’août dernier à Ba- plomber l’envol de notre football et nous poussent à nous
GROUPE B : Australie – Turquie – Argentine – Nigéria
mako, les Lionnes, sous la
GROUPE C : Japon – Porto Rico – Belgique – Espagne haïr les uns les autres.
conduite de Cheikh Sarr, vont
GROUPE D : Etats-Unis – Chine – Sénégal – Lettonie
disputer leur huitième participa-