Vous êtes sur la page 1sur 63

1

4GCA1

Fondation

Réalisé par :

SAIDI Yassine

BERGAOUI Marwane

Année universitaire : 2017-


2018

2
REMERCIEMENTS

Nous profitons de ce rapport, pour exprimer nos vifs remerciements à


toute personne ayant contribué de près ou de loin à l’élaboration de cet
humble travail.

Nous tenons notamment à remercier vivement tous nos professeurs,


l’encadreuse Mme Marwa Ben Khalifa, qui a contribué à la réalisation de ce
projet et qui nous a bien encadrés et aidés tout au long de la période de sa
réalisation.

Nos remerciements s'adressent également à Mme.Yossra MELLITI


notre professeur Isolation acoustique, pour ses remarques, ses directives, et
l’intérêt qu’elle porte à ses étudiants. Nous tenons à lui exprimer notre
gratitude pour son suivi et ses orientations.

Que tous ceux qui ont contribué à mener à bien ce rapport trouvent ici
l’expression de notre parfaite considération.

3
Sommaire

REMERCIEMENTS .............................................................................................................. 3
Liste des figures ...................................................................................................................... 6
Liste des tableaux ................................................................................................................... 8
Introduction Générale ............................................................................................................ 9
Chapitre I. Etudes bibliographique ..................................................................................... 10
1. Sondage carotte.................................................................................................... 10
A. But de l’essai .....................................................................................................10
B. Mode opératoire ................................................................................................11
C. Matérielles utiliser ............................................................................................11
2. Sondage Pressiométrique ..................................................................................... 12
A. But de l’essai .....................................................................................................12
B. Mode opératoire ................................................................................................12
C. Matérielles utiliser ............................................................................................14
Chapitre II. Les fondations superficielle .......................................................................... 15
1. Définition ............................................................................................................. 15
2. Les types de Fondation superficielles .................................................................. 16
A. Semelle Isolée ...................................................................................................16
B. Semelle filante ..................................................................................................16
C. Radier ................................................................................................................17
Chapitre III. Etude d’une fondation superficielle .............................................................. 18
1. Présentation du projet .......................................................................................... 18
2. Calcule de la capacité portante ............................................................................ 18
A. Choix des dimensions .......................................................................................18
B. Choix de la classe du sol ...................................................................................18
C. Calcul de la pression limite nette équivalente...................................................19
D. Calcul du facteur de portance pressiométrique .................................................20
E. Contrainte de rupture ........................................................................................22
F. Capacité portante ..............................................................................................22
G. Vérification .......................................................................................................22
3. Calcul du Tassement ............................................................................................ 23

4
A. Tassement volumique .......................................................................................23
B. Tassement déviatorique ....................................................................................24
Chapitre IV. Les fondations profondes .............................................................................. 27
1. Types de fondations profondes ............................................................................ 27
A. Puits ..................................................................................................................27
B. Micropieux ........................................................................................................28
C. Pieu ...................................................................................................................28
2. Classes de fondations profondes : ....................................................................... 32
A. Les pieux mis en place par refoulement du sol .................................................32
B. Les pieux mis en place sans refoulement du sol ...............................................32
C. Les fondations injectées ....................................................................................32
3. Avantages et inconvénients de la construction sur pieux .................................... 33
Chapitre V. Fondation profonde ....................................................................................... 34
1. Présentation du projet .......................................................................................... 34
2. Hauteur d’encastrement géométrique D et mécanique De .................................. 34
A. Définition ..........................................................................................................34
B. Détermination de la couche porteuse ................................................................35
C. Calcule d’hauteur d’encastrement équivalente De ..........................................36
3. Calculer de la charge limite 𝑸𝒍............................................................................ 36
A. Détermination de la charge limite de pointe 𝑸𝒑...............................................37
B. Calcule de la charge limite latérale 𝑸𝒔 .............................................................38
4. Les étapes pour choisir le nombre des pieux ....................................................... 40
A. Calcule du coefficient du fluage 𝑸𝒄 .................................................................40
B. Calcule de la capacité portante .........................................................................40
C. Calcule de a décente de charge .........................................................................40
D. Choix des nombres des pieux ..........................................................................40
5. Exemple fait en classe D=28m et B=0.8m .......................................................... 43
Chapitre VI. Programmation sur EXCEL .......................................................................... 54
1. Fondation sur semelle isolée ............................................................................... 54
2. Fondation sur Pieux Foret ................................................................................... 57
Conclusion ............................................................................................................................. 62
[1] Fondations profondes par Roger FRANK. ...................................................................... 63
[2] Fondations superficielles par Roger FRANK. ................................................................. 63

5
Liste des figures
Figure 1-Sondage carotte ................................................................................................ 10
Figure 2-Mode opératoire du sondage carotte ................................................................ 11
Figure 3-Sondage pressiométrique ................................................................................. 12
Figure 4-Resultat sondage pressiométrique .................................................................... 13
Figure 5- Pressiométre Menard ...................................................................................... 14
Figure 6-Les différentes types de fondations superficielles ........................................... 15
Figure 7-Smelle Isolée .................................................................................................... 16
Figure 8-Semelle Filante ................................................................................................ 17
Figure 9-Radie ................................................................................................................ 17
Figure 10-feuille de sondage du projet ........................................................................... 19
Figure 11-Rapport géotechnique .................................................................................... 20
Figure 12-Modules pressiométrique à prendre en compte ............................................. 25
Figure 13-Une pelle mécanique qui creuse des puits ..................................................... 27
Figure 14-Les micropieux .............................................................................................. 28
Figure 15-Batage des pieux ............................................................................................ 29
Figure 16-Etape de l'exécution des pieux forés .............................................................. 30
Figure 17-Etape d'exécution des pieux vissés ................................................................ 31
Figure 18-Pieu avec et sans refoulement ........................................................................ 32
Figure 19- Hauteur d'encastrement ................................................................................. 34
Figure 20-Rapport géotechnique pour 24m et 28m ........................................................ 35
Figure 21-Illustration des différentes charges ................................................................ 36
Figure 22:valeurs du frottement latéral unitaire ............................................................. 39
Figure 23-Ilustration poteau, semelle et pieu ................................................................. 41
Figure 24-Deux Pieux de diamètre 800 .......................................................................... 42
Figure 25-Trois pieux de diamètre 800mm .................................................................... 42
Figure 26-Quatre pieux de diamètres 800mm ................................................................ 42
Figure 27-couche du sol à 28m de profondeur ............................................................... 43
Figure 28-Calcule de𝑷𝒍 ∗ ............................................................................................... 44
Figure 29_Differentes couche du rapport SP2 ............................................................... 45
Figure 30-Classe du sol entre 3m et 5m ......................................................................... 46
Figure 31-Courbe de calcule entre 3m et 5m ................................................................. 46
Figure 32-Courbe pour déterminer𝑸𝒔 de 3m à 5m ...................................................... 46
Figure 33-Classe du sol entre 5m et 8m ......................................................................... 47
Figure 34-Courbe de calcule entre 5m et 8m ................................................................. 47
Figure 35-Courbe pour déterminer 𝑸𝒔 de 5m à 8m ..................................................... 48
Figure 36-Classe du sol entre 8m et 22m ....................................................................... 48
Figure 37--Courbe de calcule entre 8m et 22m .............................................................. 48
Figure 38-Courbe pour déterminer 𝑸𝒔 de 8m à 22m ................................................ 49
Figure 39-Classe du sol entre 22m et 26m ..................................................................... 49

6
Figure 40-Courbe de calcule entre 22m et 26m ............................................................. 50
Figure 41--Courbe pour déterminer 𝑸𝒔 de 22m à 26m ................................................ 50
Figure 42--Classe du sol entre 26m et 28m .................................................................... 51
Figure 43--Courbe de calcule entre 26m et 28m ............................................................ 51
Figure 44---Courbe pour déterminer 𝑸𝒔de 26m à 28m.................................................. 51
Figure 45-Potau 33 ......................................................................................................... 52
Figure 46-calculétte Excel .............................................................................................. 53
Figure 47-Calculéte EXCEL .......................................................................................... 54
Figure 48-Saisie des valeurs des sondages ..................................................................... 55
Figure 49-Calculette de KP ............................................................................................ 56
Figure 50-Saisie des données des sondages ................................................................... 57
Figure 51-Calcul de KP .................................................................................................. 58
Figure 52-Calculette Charge Limite B=1 à 28m ............................................................ 58
Figure 53-Calculette Charge Limite B=1 à 24m ............................................................ 59
Figure 54-Insertion des charges sur les poteaux ............................................................. 60
Figure 55-Nombre des pieux pour chaque poteau ......................................................... 60
Figure 56-Nombre final des pieux avec le diamètres optimal ........................................ 61

7
Liste des tableaux

Tableau 1-Les catégories conventionnelles des sols ...................................................... 21


Tableau 2-Facteur de Pression pressiométrique Kp ....................................................... 21
Tableau 3-Coefficients de forme .................................................................................... 23
Tableau 4-Coefficient rhéologique ................................................................................. 24
Tableau 5-Coefficients de forme ................................................................................. 24
Tableau 6-Coefficient rhéologique .............................................................................. 25
Tableau 7-Les types de pieu pour chaque sol ................................................................. 32
Tableau 8-classsification du sol...................................................................................... 37
Tableau 9-Valeurs du coefficient de portance kp ........................................................... 38
Tableau 10:choix des courbes pour le calcul de𝑄𝑠. ....................................................... 39
Tableau 11: détermination de la capacité portante ......................................................... 40

8
Introduction Générale

Anciennement les fondations étaient toutes déterminées d'une manière très


empirique.

Depuis, l'augmentation considérable des constructions, il s'est avéré nécessaire


de mettre au point des méthodes de fondation plus solide par cela on veut elle supporte
une plus grande charge.

Les deux données les plus importantes à prendre en considération pour la


construction d’un ouvrage :
- Les qualités géotechniques des sols.
-La Fondation
En premier lieu nous allons définir et parler des différents types de fondation
mais plus précisément nous allons nous intéresser à la fondation superficielle (semelle
filante) en second lieu nous évoquerons les fondations profonde (sur pieux) durant
tout ce rapport nous détaillerons les étapes de calcul pour la détermination des
dimensions les plus optimale.

9
Chapitre I. Etudes bibliographique

Ce chapitre traitera principalement les sondages et essais effectuer sur le sol


pour pouvoir calculer la capacité portante du sol.

Les essais géotechnique en pour but de connaitre principalement :

 La teneur en eau
 La profondeur des différentes couches
 la granulométrie de différentes couches
 Module pressiométrique

 La pression limite et de fluage


Dans notre bureau d’étude nous allons nous intéresser a ces deux types d’essais
pour déterminer c’est paramétré.

1. Sondage carotte

A. But de l’essai
Les sondages carottés consistent à prélever des matériaux sous forme de carotte
sur des profondeurs importantes pour en étudier la nature précise et la structure.
Les sondages carottés permettent de déterminer précisément les niveaux de fondation ;
ils sont souvent prolongés par des sondages pressiométrique lorsqu’il est nécessaire de
déterminer les natures et caractéristiques des sols de fondation.

Figure 1-Sondage carotte

10
B. Mode opératoire
Le carottage se déroule selon les opérations suivantes :

− implanter le sondage carotté et niveler sa tête, régler son inclinaison éventuelle.

− réaliser le sondage carotté sur toute la profondeur convenue (hauteur de l’appui et de


son éventuel massif de fondation par exemple).

A la fin du sondage, récupérer les carottes et les mettre en caisses de bois fermées,
comportant le repérage du sondage et les cotes de prélèvement. Reboucher le forage sur
toute la hauteur par du béton ou un coulis de ciment.

Figure 2-Mode opératoire du sondage carotte

C. Matérielles utiliser

Machine de sondage dont la puissance est adaptée au diamètre du forage et à la


profondeur à atteindre. L’outil de forage est choisi en fonction de la nature présumée
des matériaux à carotter et doit être changé si nécessaire

11
2. Sondage Pressiométrique

A. But de l’essai

L'essai permet d'obtenir une courbe de variation des déformations volumétriques


du sol en fonction de la contrainte appliquée, et de définir une relation contrainte de
déformation du sol en place dans l'hypothèse d'une déformation plane.

Les trois caractéristiques du sol sont ainsi déduites :

- le module pressiométrique Em qui définit le comportement pseudo-élastique du sol.

- la pression limite Pl qui caractérise la résistance de rupture du sol.

- la pression de fluage Pf qui définit la limite entre le comportement pseudo-élastique et


l'état plastique.

Figure 3-Sondage pressiométrique

B. Mode opératoire
Le forage est réalisé de telle sorte que sa paroi demeure pratiquement intacte,
que son diamètre soit adapté à celui de la sonde et que les sols environnants soient le
moins perturbés. Avant d'effectuer un essai, il faut étalonner la sonde, en la gonflant à
l'air libre, ainsi on obtient la résistance propre de la sonde.

12
Puis, après avoir placé la sonde au niveau souhaité, on injecte de l'eau dans la sonde afin
d'appliquer une pression radiale croissante par paliers successifs, sur les parois du sol. A
chaque palier, on procède à 3 lectures de variation de volume d'eau injecté à 15, 30 et 60
secondes.

On a alors la courbe brute pour chaque profondeur, qui est par la suite corrigée pour
enlever la résistance propre de la sonde.

Figure 4-Resultat sondage pressiométrique

13
C. Matérielles utiliser
Le pressiomètre est constitué de trois éléments principaux :

- une bouteille de gaz sous pression et un mano-détenteur

- un indicateur de volume permettant d'apprécier au moins le cm3

- une série de manomètres dont la gamme de mesure est adaptée aux pressions à
mesurer

La sonde comporte trois cellules. La cellule centrale, dite de mesure, gonflée à l'eau et
deux cellules d'extrémité dites cellules de garde gonflées au gaz.

Figure 5- Pressiométre Menard

14
Chapitre II. Les fondations superficielle
Dans ce chapitre on va définir c'est quoi une fondation superficielle et
les différents types mais aussi les étapes de calcul pour la détermination des démentions
et le tassement des semelles.

1. Définition

On appelle “ fondation ”, la partie d’un ouvrage qui assure la transmission des


charges ver le sol, elle doit garantir la sécurité et le confort des utilisateurs.

Suivant la capacité portante du sol, le type de l’ouvrage, les forces mis en jeu et
les tassements admissible le constructeur choisiras le type de fondation le plus optimal
comme l'illustre la figure ci-dessous les différents types de fondation.

Figure 6-Les différentes types de fondations superficielles

15
2. Les types de Fondation superficielles

A. Semelle Isolée
Les dimensions en plan B et L sont toutes deux au plus de quelques mètres ;
cette catégorie inclut les semelles carrées (B/L = 1) et les semelles circulaires (de
diamètre B).

Figure 7-Smelle Isolée

B. Semelle filante

Filante : généralement de largeur B modeste (au plus


quelques mètres) et de grande longueur L (L/B > 10 pour fixer
les idées).

16
Figure 8-Semelle Filante

C. Radier
Radier : de dimensions B et L importantes, cette catégorie
inclut les radiers généraux.

Figure 9-Radie

17
Chapitre III. Etude d’une fondation superficielle
Dans Ce chapitre nous allons présenter les étapes de calcul de la
charge de portance et le tassement.

1. Présentation du projet
Le projet consiste à construire un immeuble a EL M’RASNA HAMMAMET
(Lotissement Nabeul cité ALWFA HC.76).

La Direction de la société de promotion immobilière LE PORTAIL à confier


l’entreprise THYNASONDAGE d’effectuer la mission de reconnaissance et
d’interprétation géotechnique du site de ce projet

2. Calcule de la capacité portante

A. Choix des dimensions


On doit tout d’abord fixer les dimensions qui seront ensuite vérifier tout en
respectant les conditions suivantes :

- Longueur (B) de 2 mètre à 3 mètre

- Hauteur (D) de 1 mètre à 3 mètre

Pour ce projet nous avons tout d’abord choisie de commencer par une dimension
de 3x3x3 (Longueur x largeur x hauteur)

B. Choix de la classe du sol


Grace au document géotechnique réalisé après un sondage carotté et un sondage
pressiométrique nous devons choisir le type de sol qui va supporter notre fondation.
Pour notre projet nous avons remarqué que le type de sol dominant sur notre site de
construction est l’argile.

18
Figure 10-feuille de sondage du projet

C. Calcul de la pression limite nette équivalente


Pour le calcul de, 𝑃𝑙∗𝑒 les normes impose de la calculer à une profondeur entre
D et D + 1,5 B en utilisant la formule suivante :
𝑛
𝑃𝑙∗𝑒 = √𝑃𝑙∗1 × 𝑃𝑙∗2 … 𝑃𝑙∗𝑛

A partir de la hauteur choisit qui est dans notre cas 3 mètre nous allons calculer
la pression limite équivalente entre 3 mètre et 7.5 mètre en se referont au document
géotechniques avec :
6
𝑃𝑙∗𝑒 = √28 × 19 × 27 × 23 × 25 × 25 × 10−1 Qui nous donne une valeur de 2.43
MPA.

19
Figure 11-Rapport géotechnique

D. Calcul du facteur de portance pressiométrique


Nous avons entamé le calcul de la hauteur d’encastrement équivalente 𝐷𝑒 entre
le terrain naturelle et la hauteur de la semelle pour pouvoir déterminer le facteur de
portance 𝐾𝑝 en utilise en premier lieu cette formule
1 𝐷
𝐷𝑒 = 𝑃∗ × ∫0 𝑃𝑙 ∗ Avec 𝑃𝑙∗𝑒 = 𝑛√𝑃𝑙∗1 × 𝑃𝑙∗2 … 𝑃𝑙∗𝑛
𝑙𝑒

20
En second lieu en ce referont au tableau si dessous nous devons choisir le type de sol à
l’aide du résultat de 𝑃𝑙∗𝑒 qui nous donneras le type (A, B, C) et la formule associé à ce
type de sol mais aussi le 𝐾𝑝 max.

Tableau 1-Les catégories conventionnelles des sols

Tableau 2-Facteur de Pression pressiométrique 𝑲𝒑

En utilisant le choix du type de sol, le tableau 2 et le résultat de 𝑃𝑙∗𝑒 =


2.43MPA on obtient pour notre projet cette formule :
𝐵 𝐷𝑒
0.8 × [1 + 0.25 × [0.6 + 0.4 × ] × ]
𝐿 𝐵

21
Pour pouvoir calculer 𝐷𝑒 nous avons eu recours au calcule de surface entre 1 mètre et 3
métré ce qui nous a donné une valeur de 2.871
Ce qui nous donne une valeur de 𝐾𝑝 1.0679.

E. Contrainte de rupture

En obtient la contrainte de rupture à l’aide des résultats précédant et cette


formule :
𝑞𝑙 = 𝑞0 + 𝐾𝑝 × 𝑃𝑙∗𝑒
Pour notre projet la contrainte de rupture est :
2.66 = 20 ∗ 3 ∗ 10−3 + 1.0679 × 2.43

D’où la charge de rupture est égale à 2.66 MPA

F. Capacité portante
En calcule la capacité portante a l’état limite et ultime et l’état limite de service
avec les formules suivante :
1
-ELU : [2 × 𝐾𝑝 × 𝑃𝑙∗𝑒 ] + 𝑞0 Avec A.N pour notre projet

1
[ × 1.0679 × 2.43] + 0.06 = 1.358𝑀𝑃𝐴
2
1
-ELS : [ × 𝐾𝑝 × 𝑃𝑙∗𝑒 ] + 𝑞0 Avec A.N pour notre projet
3

1
[ × 1.0679 × 2.43] + 0.06 = 0.9254𝑀𝑃𝐴
3

G. Vérification
En choisit la plus grande descente de charge propre et d’exploitation du même
poteau du projet puis en fait le calcul a l’état limite et ultime et l’état limite de service
pour en fin la compare respectivement avec la capacité portante si la charge à l’ELU et à
l’ELS est inferieur a la capacité donc les dimensions choisit sont acceptable si non en
redimensionne.

Pour notre projet la plus grande charge propre est 46 Tonne et pour
l’exploitation 12 Tonne ce qui nous donne :

22
-ELU : la charge est égale à 0.063MPAqui est inferieur a la capacité portante qui est
1.358MPA

-ELS : la charge est égale à 0.087MPAqui est inferieur a la capacité portante qui est
0.9254MPA

D’où les dimensions choisit son vérifier.

3. Calcul du Tassement
Pour connaitre la hauteur totale de tassement après 10 ans nous allons utiliser la
formule suivante :

𝑆(10𝑎𝑛𝑠) = 𝑆𝑐 + 𝑆𝑑 Avec 𝑆𝑐 tassement volumique

𝑆𝑑 Tassement déviatorique

A. Tassement volumique
Pour calculer ce tassement volumique nous devons deviser le sondage obtenue
𝐵
par un intervalle de et utiliser cette formule :
2

𝐵×𝛼
𝑆𝑐 = (𝑞 − 𝜎𝑣 ) × 𝜆𝑐 × 9×𝐸 Avec
𝑐

 q est la contrainte verticale appliquée par la fondation dans notre cas 0.225MPA.
 𝜎𝑣 Contrainte verticale totale avant travaux au niveau de la base de la fondation
dans notre cas 0.06MPA.
 𝜆𝑐 Coefficients de forme qu’en détermine en utilisions le tableau 3 si dessous.

Tableau 3-Coefficients de forme


Ce qui nous a donnée pour notre projet 𝜆𝑐 = 1.1

 𝛼 coefficient rhéologique, dépendant de la nature, de la structure du sol (ou de la


roche) et du temps, donné dans le tableau 4.

23
Tableau 4-Coefficient rhéologique
𝐸1
Pour notre projet étant donné que nous somme dans l’argile et en faisons nous avons
𝑃𝑙
obtenue 8.8 ce qui nous a donnes 𝛼 = 0.5

 B largeur de la fondation qui est égale a 3metre pour notre projet.


 𝐸𝑐 Modules pressiométrique équivalents dans la zone volumique. Il est pris égal
𝐵
au module E1 (𝐸1 = (𝐸(𝐵) + 𝐸(𝐵+𝐵) )/2 ) mesuré dans la tranche d’épaisseur 2
2
située sous la fondation.
(109+203)
[212+ ]
2
Dans notre cas = 184Bar
2

Pour conclure nous obtenons un Tassement volumique 𝑆𝑐 = 0.35𝑐𝑚

B. Tassement déviatorique
 Pour calculer ce tassement volumique nous devons deviser le sondage
𝐵
obtenue par un intervalle de et utiliser cette formule :
2

𝐵 𝛼
[𝜆𝑑 × ]
𝐵0
𝑆𝑑 = 2 × (𝑞 − 𝜎𝑣 ) × 𝐵0 × Avec
9×𝐸𝑑

 q est la contrainte verticale appliquée par la fondation dans notre cas 0.225MPA.

 𝜎𝑣 Contrainte verticale totale avant travaux au niveau de la base de la fondation


dans notre cas 0.06MPA.

 𝜆𝑐 Coefficients de forme qu’en détermine en utilisions le tableau 3 si dessous.

Tableau 5-Coefficients de forme

Ce qui nous a donnée pour notre projet 𝜆𝑑 = 1.12

 𝛼 coefficient rhéologique, dépendant de la nature, de la structure du sol (ou de la


roche) et du temps, donné dans le tableau 4.

24
Tableau 6-Coefficient rhéologique
𝐸1
Pour notre projet étant donné que nous somme dans l’argile et en faisons nous avons
𝑃𝑙
184
obtenue21.01 = 8.8 ce qui nous a donnes 𝛼 = 0.5

 B largeur de la fondation qui est égale a 3metre pour notre projet.

 𝐵0 une dimension de référence égale à 0,60 m,

 𝐸𝑑 Modules pressiométrique équivalents dans la zone déviatorique pour le


calculer en calcule tout d’abord E1 (𝐸1 = (𝐸(𝐵) + 𝐸(𝐵+𝐵) )/2),𝐸2 ,𝐸3 , 𝐸4
2

Jusqu’à 𝐸8 comme l’illustre la photo si dessous :

Figure 12-Modules pressiométrique à prendre en compte

25
Pour notre projet nous avons obtenu :

𝐸1 = 184𝑏𝑎𝑟
𝐸2 = 197𝑏𝑎𝑟
𝐸3 = 225.25𝑏𝑎𝑟
𝐸4 = 225.25𝑏𝑎𝑟
𝐸5 = 183𝑏𝑎𝑟
𝐸6 = 124.5𝑏𝑎𝑟
𝐸7 = 124.5𝑏𝑎𝑟
𝐸8 = 117𝑏𝑎𝑟

Puis en vas déterminer en premier lieu 𝐸3.5 en utilisions la formule suivante :

3 1 1 1
= + + = 0.0143
𝐸3.5 𝐸3 𝐸4 𝐸5

Elle nous donne pour notre projet 𝐸3.5 = 209.154𝐵𝑎𝑟

Et 𝐸6.8 en utilisons celle-là :

3 1 1 1
= + + = 0.02461
𝐸6.8 𝐸6 𝐸7 𝐸8

Elle nous donne pour notre projet 𝐸6.8 = 121.895𝐵𝑎𝑟

Pour conclure en obtient 𝐸𝑑 en se referont a cette formule

3,6 1 1 1 1
= + + + = 0.01946
𝐸𝑑 𝐸1 0.85 × 𝐸2 𝐸3.5 2.5 × 𝐸6.8

Pour notre projet 𝐸𝑑 = 185𝐵𝑎𝑟

Pour conclure nous obtenons un Tassement volumique 𝑆𝑑 = 0.381𝑐𝑚

D’où le tassement total après 10 ans 𝑆(10𝑎𝑛𝑠) = 0.731𝑐𝑚

26
Chapitre IV. Les fondations profondes

Les fondations profondes permettent d’aller chercher la couche résistante dans


le sol à une profondeur adéquate, en traversant les couches de qualité moindre lorsque le
terrain superficiel n'est pas susceptible de résister aux efforts qui sont en jeu, Dans ces
conditions, il faut rechercher le terrain résistant à une certaine profondeur
Généralement, utilisé lorsque le rapport H / B (hauteur de la fondation sur la base) est
supérieur à 6, ou prenant appui sur un sol d’assise situé à plus de trois mètres du niveau
le plus bas de l’ouvrage .

1. Types de fondations profondes

A. Puits

Pour un sol d’assise compris entre 3 et 8 m, les puits sont la technique de


fondation recommandée. Les puits sont creusés à l’aide d’une pelle mécanique ou d’une
benne preneuse, pour le réglage du fond il est nécessaire de procéder à une intervention
manuelle. Selon la qualité des sols le blindage peut être prévu, provisoire ou définitifs.

Figure 13-Une pelle mécanique qui creuse des puits

27
B. Micropieux

Les micropieux sont des pieux forés, tubés ou non avec un diamètre inférieur à
250 mm Ils travaillent en compression ou en traction par les frottements latéraux. Le
forage est effectué par roto-percussion ou rotation. L’armature est constituée d’une tige
d’acier ou d’un tube métallique. Le bétonnage se fait avec du mortier mis en place sous
pression. Les micropieux sont très souvent employés comme tirants d’ancrage ou dans
les travaux de reprise en sous-œuvre de fondations superficielles en raison du peu de
place que prend le matériel.

Figure 14-Les micropieux

C. Pieu

Un pieu est une fondation élancée, qui reporte les charges de la structure, sur
des couches de terrain de caractéristiques mécaniques suffisantes pour éviter la rupture
du sol.
Les parties principales d'un pieu sont : la tête, la pointe, et le fût compris entre la tête et
la pointe .Les pieux peuvent être classés selon le matériau constitutif (en bois, métal,
béton armé), ou selon leur mode d'installation dans le sol.

28
a) Les pieux battus

Le principe des pieux battus est celui du marteau et du clou. Le marteau frappe
le clou pour l’enfoncer. Quand le clou est presque perdu dans le sol, on rajoute un autre
clou au-dessus. Le marteau frappe sur le nouveau clou et celui-ci cogne sur l’ancien
clou. On rajoute des clous un par-dessus l’autre jusqu’au moment où il n’y a plus
d’enfoncement. Le pieu atteint ce qu’on appelle « le refus ». Il refuse de s’enfoncer plus
profondément.

Figure 15-Batage des pieux

b) Les pieux excavés

Le principe est d’enlever la terre, installer le pieu, et ensuite remettre la terre


autour. Ce pieu n’a pas atteint le refus donc il ne devrait pas être utilisé pour supporter
des charges importantes. Souvent, ces pieux servent à l’installation d’un poteau ou le
pieu lui-même est un « sonotube » rempli de béton armé.

c) Les pieux forés

29
On enlève la terre juste assez pour y insérer un pieu tubulaire d’acier sans toutefois
remettre la terre autour. On peut remplir les espaces vides avec du béton et ainsi sceller
le puits de forage. Les techniques de forage sont basées sur l’exploitation des ressources
naturelles. Ces techniques demandent du temps, des machines puissantes et de la main-
d’œuvre qualifiée. Si le pieu est foré dans le roc, il a l’avantage d’avoir un ancrage
exceptionnel s’il est accompagné de béton. Ces pieux sont idéaux pour l’utilisation de
pieu en traction, c’est-à-dire que l’on peut tirer sur le pieu sans qu’il arrache. Par contre,
étant donné que les puits de forage sont petits, il n’est pas possible d’y insérer toutes les
grosseurs de pieux. Donc, ils sont limités en capacité de supporter des charges
importantes.

Figure 16-Etape de l'exécution des pieux forés

d) Les pieux vibrés

Les pieux vibrés utilisent une tête de fonçage qui fait vibrer le pieu. Ces pieux
doivent être en acier pour transmettre la vibration. La vibration fait dissiper la terre à la
pointe du pieu. Cette technique s’applique bien quand le sol est mou. Dès que le pieu
atteint un sol plus dense, il va atteindre un refus prématuré. Ce type de pieu fonctionne
bien s’il est ancré par friction. C’est-à-dire, qu’en laissant dormir le pieu pendant au
moins sept jours, le sol va se recoller sur les parois extérieures du pieu. Il devient apte à
recevoir un essai de chargement afin de vérifier l’adhérence du sol sur les parois
latérales du pieu. Ceci dit, ce n’est pas tous les types de sol qui permettent une

30
adhérence. Par exemple, un pieu enfoncé dans du sable n’aura jamais d’adhérence
respectable sur les parois extérieures du pieu.

e) Les pieux vissés

La pointe du pieu est en forme d’hélice. La pointe se visse dans le sol un peu
comme le principe d’une tarière. Une tarière sert à faire des trous dans la terre. Sa vis
fait remonter la terre qui se jette autour du trou. Par contre, si la tarière rencontre de
grosses roches ou un sol dense, elle ne fait plus ressortir la terre. Le pieu vissé, lui aussi,
a une limite d’enfoncement. Il n’atteint jamais une profondeur dans le sol qui puisse
garantir un refus solide pour soutenir de grandes charges.

Figure 17-Etape d'exécution des pieux vissés

f) Les pieux enfoncés hydrauliquement

Les pieux enfoncés hydrauliquement ont besoin d’une charge fixe pour être
enfoncés. Ils sont idéaux pour corriger l’affaissement d’un bâtiment, car ils utilisent le
poids du bâtiment existant. C’est la seule technique qui se fait sans bruit et sans
vibration. Elle utilise l’immense force de vérins hydrauliques combinés avec une
mâchoire qui s’agrippe au pieu pour l’enfoncement et qui le relâche quand les vérins
reprennent leurs positions de départ.

31
2. Classes de fondations profondes :

A. Les pieux mis en place par refoulement du sol


Ils concernent les pieux battus et les pieux foncés. Leur mise en place se fait par
vérinage battage ou vibro-fonçage. Ils repoussent le sol et le compriment; ce qui génère
un bon frottement latéral.

B. Les pieux mis en place sans refoulement du sol


Ils concernent les pieux forés et les puits Leur mise en place se fait par
substitution. Ce qui a pour effet de remanier le sol et de le décomprimer. Le frottement
latéral est donc diminué, sauf pour certains types de mise en œuvre (pieux exécutés à la
tarière creuse, ou vissés moulés)

C. Les fondations injectées


Elles concernent les parois moulées, les barrettes.

Figure 18-Pieu avec et sans refoulement

.
Pieux avec refoulement de sol Pieux sans refoulement de sol
Pieu Battu Pieu foré
Pieu foncé Micro pieu
Pieu vissé
Tableau 7-Les types de pieu pour chaque sol

32
3. Avantages et inconvénients de la construction sur pieux

33
Chapitre V.Fondation profonde

Pour Ce chapitre nous allons présenter les étapes de calcul pour le choix des
pieux.

1. Présentation du projet
Le projet consiste à construire un bâtiment comprenant un sous-sol, RDC et 8
étages.

Le sous-sol est enterré à 3 Métré par apport au niveau du terrain naturel.

Notre travail consiste à choisir les pieux qui supporteront les charges données.

2. Hauteur d’encastrement géométrique D et mécanique De


A. Définition

La hauteur d'encastrement équivalent De est un paramètre conventionnel de


calcul, destinée à tenir compte que les caractéristiques mécaniques des sols de
couverture sont généralement plus faibles que celles du sol porteur, elle est définie à
partir des essais de sol en place : pressiomètre, et le pénétromètre statique.
Un élément de fondation est de type profond lorsque sa hauteur d’encastrement relatif
De/B est supérieure à 5.
D est la hauteur d'encastrement réelle du pieu

Figure 19- Hauteur d'encastrement

34
B. Détermination de la couche porteuse

On doit fixer la profondeur à 24m ou 28m.selant la valeur choisie on détermine


la nature du sol à l’aide de la fiche d’essai pressiométrique comme l’illustre la figure ci-
dessous

Figure 20-Rapport géotechnique pour 24m et 28m

35
C. Calcule d’hauteur d’encastrement équivalente De
1 𝐷
𝐷𝑒 = 𝑃∗ × ∫0 𝑃𝑙 ∗
𝑙𝑒

Sachant que, 𝑃𝑙∗𝑒 est la pression limite net équivalente au pressiomètre s’écrit sous la
forme suivante :
∗ 1 𝐷+3𝑎
𝑃𝑙𝑒 = 3𝑎+𝑏 × ∫𝐷−𝑏 𝑃𝑙 ∗ Avec a=B/2 si B>1 si non a=0.5m

b= minimum entre a et h=1.5*B

La pression limite 𝑃𝑙∗ est :


𝑃𝑙∗ = 𝑃𝑙 − 𝑃0 Avec 𝑃𝑙 Pression limite mesurée
𝑃0 Contrainte totale horizontale au même
Niveau dans le sol avant essai

3. Calculer de la charge limite 𝑸𝒍

Considérons un pieu isolé soumis à une charge verticale. Le pieu traverse


différentes couches de sol de qualité plus ou moins bonnes pour s’ancrer dans une
couche de sol aux caractéristiques mécaniques favorables. Cette couche s’appelle
couche d’ancrage ou substratum résistant.
La charge limite du pieu 𝑄𝑙 est obtenue en additionnant la charge limite de pointe 𝑄𝑝
qui correspond au poinçonnement du sol sous la base du pieu et la charge limite 𝑄𝑠
mobilisable par le frottement latéral entre le sol et le pieu.
𝑄𝑙 = 𝑄𝑝 + 𝑄𝑠

Figure 21-Illustration des différentes charges

36
A. Détermination de la charge limite de pointe 𝑸𝒑

𝑄𝑝 = 𝑲𝒑 × 𝑷𝒍𝒆 × 𝑨 Avec 𝐾𝑝 Facteur de portance

𝑷∗𝒍𝒆 Pression limite nette équivalente


A Section

a) Détermination la pression limite équivalente


En calcul la pression limite équivalente en utilisant cette formule :

∗ 1 𝐷+3𝑎
𝑃𝑙𝑒 = 3𝑎+𝑏 × ∫𝐷−𝑏 𝑃𝑙 ∗ Avec a=B/2 si B>1 si non a=0.5m

b= minimum entre a et h=1.5*B

b) Détermination du facteur de portance 𝑲𝒑


La valeur de𝑲𝒑 , facteur de portance, est déterminer en utilisons premier lieu le
type de sol, valeur de 𝑃𝑙𝑒∗ et le tableau n°7 si dessous on déduit le type de sol

Tableau 8-classsification du sol

En second lieu en utilisons la classe du sol déduit du tableau précèdent et le type


de mise en œuvre en détermine la valeur de K p en se referons aux tableaux°8 si dessous

37
Tableau 9-Valeurs du coefficient de portance kp

c) La section de pointe

𝐴 = 𝜋𝑟 2
R le rayon du pieu choisit (diamètre : 0.8m ,0.9m ,1m)

B. Calcule de la charge limite latérale 𝑸𝒔


𝑄𝑆 = P × ∫ 𝑞𝑠 (𝑧)𝑑𝑧
0

Le calcule sera effectué à partir de 3m si on ’a un sous-sol et les borne


d’intégrale dépondront des couches du sol dans lequel on travaille. P désigne le
périmètre du pieu.

On commence par le calcule de𝑄𝑠 . Pour cela on doit calculer 𝑃𝑙𝑒 on utilisant la racine

énième. A partir de 𝑃𝑙𝑒 on détermine la classe du sol à l’aide du tableau°7. Les valeurs
du frottement latéral unitaire𝑄𝑠 ont été établies empiriquement à partir d’essais de
chargement pieux. La banque de données qui a permis de fournir les valeurs de𝑄𝑠 est
basée environ sur les résultats de 200 essais sur des chantiers de référence concernant
l’ensemble des types de pieux utilisés dans la plupart des natures de sol. La valeur du
frottement latéral𝑄𝑠 , à une profondeur z, est donnée par les courbes du jeu d’abaques ci-
dessous en fonction de la valeur de la pression limite nette𝑃𝑙∗ .

38
Tableau 10:choix des courbes pour le calcul de𝑄𝑠 .

Figure 22:valeurs du frottement latéral unitaire

𝑄𝑠 Résulte de l’intersection de la courbe choisie avec la pression limite nette

39
4. Les étapes pour choisir le nombre des pieux

A. Calcule du coefficient du fluage 𝑸𝒄

Les charges de fluage en compression 𝑄𝑐 et en traction 𝑄𝑡𝑐 d’un élément de


fondation profonde sont évaluées, à défaut d’essai en place, à partir de 𝑄𝑝 et 𝑄𝑠
𝑄𝑝 𝑄𝑠
𝑄𝑐 = +
2 1.5

B. Calcule de la capacité portante

Tableau 11: détermination de la capacité portante


En ce referons au tbaleau°10 en détermine la valeur de la combinaison
fondamentale, quasi permanentes et rares pour les pieux en la projetons avec 𝑄𝑀𝑎𝑥

C. Calcule de a décente de charge

Combinaisons fondamentale (1,35 × 𝐺) + (1,5 × 𝑄)


Combinaisons quasi permanentes 𝐺 + (0.65 × 𝑄)
Combinaisons rares 𝐺 + 𝑄

D. Choix des nombres des pieux


Le choix du nombre des pieux est donné par :
Décente de charge
tout en majorant la valeur.
capacité portant×𝐶𝑒

40
Après avoir déterminé les nombres des pieux a utilisé pour chaque diamètre on
choisit le max entre les combinaisons tout en gardant un nombre inférieure ou égale à 4
et si le nombre dépasse 4 on doit passer au diamètre suivant.
Il faut choisir le pieu qui consomme le moins de matière possible et les nombres
de pieux choisit doit être le plus économique.

a) Règles d’implantation
La jonction entre un pieu isolé et un poteau est toujours assuré par une semelle
de liaison en béton armé.

Figure 23-Ilustration poteau, semelle et pieu

Le choix de la composition du groupe de pieu est lié au type d’effort (moment,


effort horizontal ou incliné) et à la géométrie de la structure à reprendre.
Dans la plupart des cas, on respectera les symétries dans les structures, et on fera en
sorte que les charges soient transmises le plus directement possible entre la structure et
les pieux. Cela qui conduit à :
Prévoir une répartition uniforme des pieux le long de la structure à
reprendre
respecter les symétries par rapport au point d’application des charges
prévoir des files de pieux en nombre pair.
Les conditions importantes à prendre en considération :
2.5 B ≤ d ≤ 3 B
d = 3B
1 𝑑′
Ce =4 (1+ 𝐵 )

Si d’ ≠ 3 B il faut recalculer Ce et revérifié la descente de charge


Comme l’illustre les figure si dessous :

41
Figure 24-Deux Pieux de diamètre 800

Figure 25-Trois pieux de diamètre 800mm

Figure 26-Quatre pieux de diamètres 800mm

42
5. Exemple fait en classe D=28m et B=0.8m
 On a fixé D=28m et B=0.8m d’où d’après la figure si dessous notre sol
est l’argile grisâtre plastique.

Figure 27-couche du sol à 28m de profondeur

43
 𝑄𝑝 = 𝑲𝒑 × 𝑷∗𝒍𝒆 × 𝑨
𝐴 = 𝜋𝑟 2
𝐴 = 𝜋 ∗ 0.42 =0.502 𝑚2
∗ 1 29.5
𝑃𝑙𝑒 = 3∗0.5+0.5 ∗ ∫27.5 𝑃𝑙∗ (𝑧) 𝑑𝑧

Pour calculer 𝑃𝑙∗ on fait le calcul de surface

Figure 28-Calcule de𝑷∗𝒍

S1=6.087 S2=12.7 S3=6.23



1
𝑃𝑙𝑒 = × (6.087 + 12.7 + 6.23)
2
=1.25 MPA
On utilisant la valeur 𝑃𝑙𝑒∗ on détermine la classe du sol

Après avoir déterminé la classe de sol on déduit la valeur de𝐾𝑝

 𝑄𝑝 = 𝟏. 𝟐 × 𝟎. 𝟓𝟎𝟐 × 𝟏. 𝟐𝟓
𝑄𝑝 = 0.754 MN

44
Détermination de 𝑄𝑠
28
𝑄𝑠 = 𝑃 × ∫ 𝑞𝑠 (𝑧)𝑑𝑧
3
Les bornes de l’intégrale dépendent des couches du sol .on ’a commencer le calcul de
3m car nous avons un sous-sol suivant notre cas on va deviser le sol on 5 couches

Figure 29_Differentes couche du rapport SP2

 De 3m à 5m notre type est le sable


3
𝑃𝑙𝑒∗ = √1.91 ∗ 1.8 ∗ 1.54

=1.74 MPA

A l’aide de 𝑃𝑙𝑒∗ on déduit la classe du sol

45
Figure 30-Classe du sol entre 3m et 5m

D’où La Classe de notre sol est le sables B.

En utilisant la classe de sol on détermine la courbe de calcul de 𝑄𝑠

Figure 31-Courbe de calcule entre 3m et 5m

Nous utilisons un pieu foré à la boue. La courbe de calcul est Q2

Figure 32-Courbe pour déterminer𝑸𝒔 de 3m à 5m

46
La valeur de𝑄𝑠 est 0.08 MPA

 De 5 à 8 le sol est de type sable


∗ 4
𝑃𝑙𝑒 = √1.54 ∗ 0.93 ∗ 0.86 ∗ 0.7

=0.963 MPA

A l’aide de 𝑃𝑙𝑒∗ on déduit la classe du sol

Figure 33-Classe du sol entre 5m et 8m

D’où La Classe du sol dans cette couche est le sables B.

En utilisant la classe de sol on détermine la courbe de calcul de 𝑄𝑠

Figure 34-Courbe de calcule entre 5m et 8m

Nous utilisons un pieu foré à la boue. La courbe de calcul est Q2

47
Figure 35-Courbe pour déterminer 𝑸𝒔 de 5m à 8m

La valeur de 𝑄𝑠 est 0.06MPa

 De 8 à 22 notre sol est l’argile



𝑃𝑙𝑒 =
15
√0.7 ∗ 0.89 ∗ 0.67 ∗ 0.66 ∗ 0.7 ∗ 0.73 ∗ 0.72 ∗ 0.71 ∗ 1.17 ∗ 0.78 ∗ 0.85 ∗ 1.11 ∗ 1.28 ∗ 1.06 ∗ 2.2

=0.917MPA

A l’aide de𝑃𝑙𝑒∗ on déduit la classe du sol

Figure 36-Classe du sol entre 8m et 22m

La Classe de sol est argiles B

En utilisant la classe de sol on détermine la courbe de calcul de 𝑄𝑠

Figure 37--Courbe de calcule entre 8m et 22m

48
Nous utilisons un pieu foré à la boue. La courbe de calcul est Q2

Figure 38-Courbe pour déterminer 𝑸𝒔 de 8m à 22m

La valeur de 𝑄𝑠 est 0.04MPa

 De 22 à 26 notre sol est du type sable

∗ 5
𝑃𝑙𝑒 =√2.2 ∗ 3.1 ∗ 2.6 ∗ 2.8 ∗ 1.56
=2.38MPA

A l’aide de 𝑃𝑙𝑒∗ on déduit la classe du sol

Figure 39-Classe du sol entre 22m et 26m

49
En utilisant la classe de sol on détermine la courbe de calcul de 𝑄𝑠

Figure 40-Courbe de calcule entre 22m et 26m

Nous utilisons un pieu foré à la boue. La courbe de calcul est Q2

Figure 41--Courbe pour déterminer 𝑸𝒔 de 22m à 26m

La valeur de 𝑄𝑠 est 0.08MPa

 De 26 à 28 argiles

∗ 3
𝑃𝑙𝑒 =√1.56 ∗ 1.03 ∗ 1.28
=1.27MPA

A l’aide de 𝑃𝑙𝑒∗ on déduit la classe du sol

50
Figure 42--Classe du sol entre 26m et 28m

En utilisant la classe de sol on détermine la courbe de calcul de𝑄𝑠

Figure 43--Courbe de calcule entre 26m et 28m

Nous utilisons un pieu foré à la boue. La courbe de calcul est Q1

Figure 44---Courbe pour déterminer 𝑸𝒔 de 26m à 28m

La valeur de 𝑄𝑠 est 0.04MPa

P = 2*π*r
= 2*3.14*0.4
= 2.513 Mètre

51
 𝑄𝑠 =2.512*(0.08*2 + 0.06*3 + 0.038*14 + 0.08*4 + 0.04*2)

=3.392MN

 𝑄𝑙 = 𝑄𝑠 + 𝑄𝑝
=3.195 + 0.754

=4.1476MN

𝑄𝑝 𝑄
 𝑄𝑐 = + 1.5𝑠
2

0.754 3.195
= +
2 1.5
= 2.639MN

Calcule de la descente de charge


Nous avons choisi le premier poteau :
G = 299.8 Tonne
Q = 136 Tonne

Figure 45-Potau 33

52
 Combinaisons fondamentale : (1,35 × 𝐺) + (1,5 × 𝑄)
1.35*299.8+1.5*136 = 608.73 Tonne
Combinaisons quasi permanentes : 𝐺 + (0.65 × 𝑄)

299.8+0.65*136= 388.2 Tonne


Combinaisons rares : 𝐺 + 𝑄
299.8+136 = 435.8 Tonne

Nombre de pieu
 Combinaisons fondamentale
𝐹𝑜𝑛𝑑𝑎𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑃33 608.73(𝑇𝑜𝑛𝑛𝑒)
= = 2.05~3𝑝𝑖𝑒𝑢
𝐹𝑜𝑛𝑑𝑎𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑢 𝑝𝑖𝑒𝑢 800𝑚𝑚 296.3(𝑇𝑜𝑛𝑛𝑒)
 Combinaisons quasi permanentes
Quasi permanentes 𝑑𝑒 𝑃33 388.2(𝑇𝑜𝑛𝑛𝑒)
= = 2.06~3𝑝𝑖𝑒𝑢
Quasi permanentes 𝑑𝑢 𝑝𝑖𝑒𝑢 800𝑚𝑚 188.522(𝑇𝑜𝑛𝑛𝑒)

 Combinaisons rares :
rares 𝑑𝑒 𝑃33 435.8(𝑇𝑜𝑛𝑛𝑒)
= = 1.82~2𝑝𝑖𝑒𝑢
rares 𝑑𝑢 𝑝𝑖𝑒𝑢 800𝑚𝑚 239.937(𝑇𝑜𝑛𝑛𝑒)

D’où pour le choix du nombre de pieux en vas prendre le nombre maximal pour
les trois combinaisons qui est dans notre cas égale à 3.

Mais pour notre projet nous avons choisie de travaillé avec une profondeur de D=24m
car nous avons trouvé une charge limite supérieur à celle de la profondeur D=28m
comme l’illustre la photo de notre travaille Excel.

Figure 46-calculétte Excel

53
Chapitre VI. Programmation sur EXCEL
1. Fondation sur semelle isolée

Figure 47-Calculéte EXCEL

54
Figure 48-Saisie des valeurs des sondages

55
Figure 49-Calculette de KP

56
2. Fondation sur Pieux Foret

Figure 50-Saisie des données des sondages

57
Figure 51-Calcul de KP

Figure 52-Calculette Charge Limite B=1 à 28m

58
Figure 53-Calculette Charge Limite B=1 à 24m

59
Figure 54-Insertion des charges sur les poteaux

Figure 55-Nombre des pieux pour chaque poteau

60
Figure 56-Nombre final des pieux avec les diamètres optimaux

61
Conclusion

Nous avons vu tout au long du dossier que dans une construction, les fondations
assurent le transfert des efforts repris par l’ossature de l’ouvrage au terrain qui lui sert
d’assise.

Elles doivent répondre aux forces de réaction du terrain. Les efforts peuvent
correspondre à :

- une compression verticale (charges verticales axées)

- une compression oblique à composantes verticales et horizontales


(appuis de pieds d’acres)- une traction verticale ou oblique (ancrages)

- des moments (encastrements en pieds de poteaux) Pour déterminer les


dimensions des fondations il faut connaître l’ensemble des charges.

- son poids propre après achèvement

- toutes les surcharges qui peuvent lui être appliquées.

De manière générale les fondations doivent répondre à la relation : Poids total


de l’ouvrage en fonction de la Force portante du sol Surface d’appui sur le sol.

Trois données essentielles servent à définir les fondations :

- la surcharge apportée par la construction

- la force portante du sol

- la typologie de la structure

Les fondations étant le point faible des constructions, il faut donc les élaborer
avec soins. Différentes méthodes permettent déjà de bien percevoir les caractéristiques
du terrain sur lequel on souhaite fonder.

On se rend compte que à chaque terrain peut correspondre une fondation mais
que globalement c’est toujours sur le terrain le plus stable et souvent celui possédant
une teneur en eau stable dans le temps qui sont les plus aptes à servir de base.

On peut alors maintenant se demander s’il n’est pas possible de concevoir des
fondations qui, sur n’importe quel type de sol, assurent toujours leur pouvoir de
transmission de charge et d’équilibre de la structure.

A partir de là serait-il possible de construire un bâtiment sur un sol mou sans


rencontrer de désordres dommageable pour la structure ?

62
Bibliographiques
[1] Fondations profondes par Roger FRANK.

[2] Fondations superficielles par Roger FRANK.

63