Vous êtes sur la page 1sur 41

7J 'l t

ir
ul
o
oe
!l rl I r

æFF;t,æ (}

r ttl
t
=gr-,5rni,iim-
z
---
---
-.-
-.-
1l
\ TT É,
l!
ÉE-\E ( 'f /n^ \. II z
ffiB m o
oI
1H tgtg
l-
fJ
Oo
.È*=
É,Ë =

".t
_(
v Jr§ ig

=x
.+
,.h'-l
Fl Is J

t E
REVOLI

à petits pos
LA REVOLUTION
FRANçAiSE
à petits pqs
oÉnnno oHôrrl
Ittustroti.ons de

itËï?N

Iiditrice : Isabelle Péhourticq


Directeur artistique : Guillaume Berga
llaquette : Christelle Grossin
O Actes Sud, 2011
ISBN 978-2-7 427 -962t-2
Loi 19-956 du 16 iuillet 1949 sur les publications destinées à la ieunesse ACTES SUD ltlllltoXi
Les mots de 1a Révotution étus des citogens. Lo Fronce est oujourdhui
Les dix années qui ont changé la France une démocratle.
Ancien Régime: rotn donné à portir de 1792 Monorchi.e obsotue : c'est quond [e roi
La Révolution française est le nom donné aux diftrents à [a monorchie obsolue. o tous les pouvolrs. Dons [o monorchie
Aristocrotes : notn donné oux nobles, portementoire, [[ portoge son pouvoir ovec
événements qui se sont succédé en France, entre mai 1789 un Portement é[u. C'est [e régime qui. existe
puis oux opposonts à [o Révotutlon.
et novembre Vgg. Cette période a marqué à jamais l'histoire oujourd'hui ou Royoume-Unl et en Suède.
Citoyen : en 1793, les termes "monsleur"
de France. Phitosophe: écrlvoin et penseur qui étudie
et "modome" sont remplocés por "citogen"
et "cltogenne". Le tutoiement est ob[gotoire. lo ptoce et [e rôle de lhomme doru te monde.
Répubtique,,Jorme de gouvernement oùr
Constltution: €rls€ffi,ble des règles qui
te cheJ de lEtot Qrésiden0 pos seul
détermi.nent [e Jonctlonnement dun Étot. '{est
à détenir [e pouvoi.r. Lo Fronce est une
Les grondes dotes Démocrotie: régime politique dons leque[ répubtique.
[e pouvoi.r est exercé par des représentonts
1 7Bq
5 moi : Louis XVI réunit les étots
généraux.
20 juin : serment du Jeu de poume. FLEURUS

9 juittet , Assemblée notionote JEMMAPES

constituonte.
*-
14 juiltet : prise de [a Bostille.
4 ooût : obotition des privilèges.
1 7q3
21 janvier : exécution s4;1î'"' VALMY

ARCIS-SUR-AUBE
/1 ,orrMEDY
VARENNES.
EN-ARCONNE
26 ooût : Déctoration des droits de Louis XVI.
de lhomme et du cltogen. 10 mars : insurrectlon en Vendée. §q,i,'LEMANS
6 octobre : les Porislens romènent 2 juin : coup d'Étot
[e roi. et sa Jomitte à Poris. des Montagnords.
5 septembre : [o Terreur est mlse
17 qO à lordre du jour. ROYAtltT
14 juittet : Jête de [o Fédérotion. 16 octobre : Morle-Antoinette est
guiltotinée.
17 q1 FRANIT
21 juin : Juite et orrestotlon du ro[. 1794
1"' octobre : Assembtée légistative. 5 ovril : exécutlon de Donton. BORDEAUX

28 juitlet : exécutlon
"1792 de Robesplerre.
I l juitl,et : [o potrle est déclorée
en danger. 17 95
10 ooûrt : chute de [a rogouté. 26 octobre : to Conventlon lalsse
Arrestotlon du rol. [o ptoce au Directolre.
2-7 septembre : mossocres à Poris.
20 septembre : vlctolre de Vatmg. 179q
21 septembre : [a Conventlon 10 novembre : coup dÉtot
proclome to Républigue. de Bonaporte.

6
Colossale Encyclopédie
Des idées révolutionnaires !

Mois en 1772, i[ n'est questlon que


d'un gros ouvroge de dix-sept volumes

ffi
ll n'y aurait peut-être pas eu de Révolution si les philosophes recensont [o somme des connoissonces
n'avaient pas pensé que les hommes pouvaient vivre plus libres du moment. C'est l'Encyclopédie,
dirigée par Denis Diderot et por
et plus heureux.
[e mothémoticien dAtembert,
ou sont dévetoppées les ldées
des philosophes. Ces idées joueront un rôte
Conversotions de solon majeur pour [o vlctoire de [o Révolutlon.
Au mitieu du XVIIF siècle, olors que Louis XV est encore rol, des hommes
et des Jemmes se réunlssent, [e solr, dons de beoux sotons à Poris. Médecins,
journatistes ou ovocots, its discutent des idées nouvetles répondues Des idées qui ptoisent
por Vottolre, Rousseo.u et Montesquieu. Ceux gu'on oppe[lero les "phltosophes Les bourgeois que lon croise dons les solons sont en cotère. Its r{en peuvent
des Lumlères" critiquent [a monorchie obsotue tetle quette est pratlquée ptus de devolr pouer des impôts olors que les nobles en sont dispensés.
depuis ptusieurs sièctes en Europe, et dénoncent les privilèges. Et its rêvent de jouer un rôle politigue dons [e poys. I[ n'est donc pos étonnont
que les idées des phitosophes les séduisent. Mois, oltteurs, surtout dons
les compognes, personne n'o entendu parler des Lum[ères...

\l / ^. \^.^.
COMME Si LEUR
LuyriÈne ALLAiT Écuipsr i
LE SOLE iU...

lt
Idées révo lutionnoires
Autour d'un roJraîchissement, du Contrat social de Rousseou oùt
on parle, por exempte, du llvre i[ est guestion d'un pacte qul doit
dun certoln Montesquleu, De l'esprit [[er ceux gui. gouvernent et ceux
des lois, écrlt en 1748. Pour gui. sont gouvernés. Pour résumer :
ce boron bordelais, les pouvolrs si les premlers ne remptlssent pos
Le savais-tu l
Aucun des grands philosophes des Lumières n'a vécu la période de la Révolution.
exécuttJ, tégistotf et judlcioi.re leurs devoirs, les seconds peuvent Charles de Secondat, baron de Montesquieu, né en r689, est mort en't755.
devroient être portagés et ne ptus décîder de les chosser ! l- idée Né en 1694, François Marie Arouet, dit Voltaire, est décédé en ry78.
se trouver entre les seutes molns de totéronce prônée par Vottolre Jean-Jacques Rousseau a vécu de r7t z à t778. Et Denis Diderot, né en t7t3,
du roi.. Ai.lteurs, on lit un possoge est égolement à [o mode. est mort en t784.

8
ollionce franco-oméricoine
Le rêve américain L'
En Fronce, [Amérique est à [o mode. Les "Insurgents" Jont rêver de jeunes
nobtes ovldes d'oventures. Ça tombe bien ! Le roi. Louls XVI o décidé d'aider
Quelques années avant les Français, les insurgés américains to rébettion oméricolne, histolre de clouer [e bec oux Anglols. En 1777,
ont fait leur révolution. des soldots Jronça's emmenés por La Fogette rejoignent les insurgés. En 1781,
les troupes Jronco-oméricaines bottent les Angtois à Yorhtown. Voincue,
llAngleterre signe [e trolté de poix de Versoittes, [e 20 jonvier 1783,
et reconnoît lindépendonce de ses 13 colonles qui Jondent un nouveou PoUs,

fÇ'
hù,
les Étots-Unts dAmérique.

RTNDEZ-VOUS,
LE5 BRiTJSH I

*'r
:' rf
<a<
rrffi
Lo "Boston Tea Portg"
1776. LAngteterre o des soucis ovec ses cotonles aux Amérigues. Là-bos,
de [outre côté de lAttontigue, des irsurgés remettent en couse son outorité.
L'exemple oméricoin
Les rebetles sont ces Ecossois, ces Irtondois et ces Hottondois dont les oncêtres
En Fronce, [o gverre dAmérique
avaient rejoint [e Nouveou Monde ou XVII' siècle à porti.r de 1603. Its ne se
o vidé les calsses du trésor rogol
sentent pos respectés et ne comprennent pos pourguoi ils ne sont pos représentés
déjà bien molgre. Por oltleurs,
ou Portement de Londres. Déjà, te 16 décembre 1773, des hobitonts de Boston
les cotons oméricoins ont servl
s'étolent opposés à [o tevée de nouveoux i.mpôts en jetont à [o mer une corgolson
d'exempte à ceux qui veulent
de thé angtois. Cette monfestotlon de mouvoise humeur, qudon oppelte
en Jinir ovec [o monorchle obso[ue...
[o "Boston Teo Porty", ovoit proJondément agacé [e roi dAngleterre, George [.
VOUS TOI.,IBEZ
Independonce Dog mÀL,lf \^/âSlliNeT«
En septembre 1774, les représentonts C,EST L,HEURE C'est qui, La Fayette )
De tous les jeunes nobles tentés
des 13 cotonles ongloi.ses d'Amérique
par l'aventure en Amérique, le plus
décident [o levée dune ormée
connu est le marquis de La Fayette
de votontaires et lachot d'armes (tl5l-t8l+).ll part à l'âge de vingt ans.
à [Europe. Les Angtois réogissent ll devient officier dans l'armée
en envouont des troupes. américaine, se lie d'amitié avec
Le juittet 177 6, les Américains vont le futur président des États-Unis,
ptus loin : ils rédigent une Déclaratlon Ceorge Washington, et participe
à de nombreux combats. De retour
dindépendonce oùr [on retrouve
en France, c'est une véritable star !

les idées des philosophes des Lumlères.


ll jouera un rôle important pendant
Les Angtois [o rejettent. Cette Joit, la Révolution.
c'est [o guerre...

10 11
llEurope en
ÿ7J
V&g
Lo Prtrsse,
après Frédéric le Grand
Quond Frédéric [e Grond, oml des
La France est une grande puissance mais elle n'est pas la seule. phitosophes, meurt en 1786, c'est son
neveu, Frédéric-Gulttaume II, qui monte
ll faut aussi compter sur lAutriche, la Prusse et lAngleterre.
sur [e trône de Prusse. Personnoge sor§
envergure, l[ s'engoge dons une guerre
contre [o Fronce qui olJaibtit son poys.
Monorchies absolues ou éclairées
Presque Partout, en Fronce mols oussl en Autrlche, en Prusse, en Russle, ( Lo Russie de Cotherine
les souveroins règnent seuts. On por[e d'obsotutlsme. Mois des monorgues De 1 7 62 à, 17q6, Cotherine II a Joit
comme Frédéric II de Prusse et Cotherine II de Russie sont lntéressés (§î de [o Russle une pulsso.nce mi.titoire sons
por les idées des phitosophes. Ce sonr des despores éc[a[rés.

L'Angleterre,
!,. pouvolr rottroper son retord sur [e pton
économique. Admlrotrlce des phitosophes,
e[te sero néanmoins très choquée por
les excès de [o Révotution Jrançaise.
\
monorchie porlementoire NGLETERRE [Autriche Joit portie, ovec [a Hongrie,
Depuis [o révotution de 1 688,
;-{- [o Bohême et une portie de lAttemogne,
lAngteterre est une monorchle
porlementoire : [e roi règne
mols ne gouverne pos. ,-\
l\rh
Tm -'\ rF
du sa'lnt
i:r:::Tïf-':*,ill1ï:
C'est une très gronde puissonce.
\
George III, rol de Gronde- vsÉÿ RUSS{E En 178e, Joseph n]1ra,e àe ta rerne
de France, Morte-Antolnette, est sur
Bretogne et d'Irtonde depuis 1760;
[e trône. I[ mène plusi.eurs réformes.
lalsse son mlnlstre Pitt s'occuper
Son Jrère Léopotd II tui succède
des offoires du rououme.
de 1790 à, 17q2.

ocÉAN
f'ô
/\TLA NTIqTIE
L'Espogne affaiblie
Lo mort de Chorles III,
rol de 1759 à 1788,
AUTRICHE W
est une catostrophe
pour lEspogne cor
son Jils, Chortes IV,
,4\
est un souveraln
médlocre.
\ ,,
Son royoume ")
reste pourtont aç C'est un souverain qui décide d'adapter

une putssonce o la monarchie absolue aux idées


des Lumières en cherchant, par exemple,
\-f
cotoniole. § à assurer le bonheur de son peuple.
l"1FR
,AFtc,
/
\
l

ESPAGNE RR
:ANÉ€
mÉoiTE
=<f
Timide et hésitont
Louis XVl, le roi qui hésitait trop Pour ne rien orronger, Louls n'o pos été inttié ou méti.er de ro[.
On ne [ui. o pos oppris à se tenlr drolt, à soluer, à être à laise à [o cour.
En r l8g, Louis XVI est roi depuis quinze années. I[ ne monque pos de quatités, i[ est intelligent et possède une excettente
C'est un monarque influençable et hésitant qui ne sait pas mémolre, mols so très gronde timidité gôche tout. I[ n'ose pos regorder
les gens en Jace. Porter en société
prendre les bonnes décisions.
est pour lui une épreuve. Lorsque,
[e jour de son ovènement, i[ dit
"Je veux être Louls [e Sévère",
Un roi trop jeune les nobles de [o cour
"Le roi est mort ! Vive [e roi !" Ce 10 moi 1774, Louis XV, qui régnoit se moguent de [u[.
sur [e rogoume de Fronce depuis 1715, meurt. Son petit-Jils, Louls-Auguste, Le monorque n'auro jomois
duc de Berrg, monte sur [e trône. "Mon Dieu, protégez-nous, nous régnons
trop jeunes", dtt [e douphln ou chevet de son oïeut. Louis n'o que vlngt ons.
I[ est né l'e 23 ooût 1754. Lo mort de ses deux Jrères oînés et de son père
ossez d'outorlté ni ossez
d'énergie pour tenlr son rô[e.
De toute Jaçon, it préJère
-t
avolt Joit de lui lhérlti.er du trône à liôge de orze ans. Marle-Antolnette, consocrer du temps à ses
quit a épousée te 16 moi 1770, est encore ptus jeune. posslons, la géographle,
les sclences, les langues
étrongères, [o serrurerie,
to chosse... Le probtème,
a
c'est gue tout ou long
A6ENoUiLLEZ- Votls
de son règne, morgué
DAVANTAG DEVANT par des événements groves,
-\
\ VOTRE ROi ! [[ sero hési.tont et inJluençob[e.
Rorement i[ prendro les bonnes
\ déctsions, ou olors, i.[ les
) prendro trop tard...

ry)
Un grond gôchis
Pourtant, tout débute ptutôt bien. Le jeune Louis est oimé de ses sqjets.
On loppette même "Louis [e BienJoisont". Le peupte respecte cet homme
un peu étoJJé oux troits nobles. I[ est bon et choritobte. Dès [e début
de son règne, ses corseitlers [e poussent à entomer une potitigue de réformes
pour modernlser [e poys, mois i[ hésite et ne porvient pos à prendre diniti.oti.ves...
Du coup, onnée oprès onnée, jusquà so mort le 2l jonvier flq3, i[ deviendro
un roi dont on se méJie.

Le savais-tu )
Deux des frères de Louis XVI deviendront rois. Louis XVlll règnera d'avril r814
à mars r8r5 puis de juillet r8r5 à t824. Charles X sera roi de $24 à t83o.

t4 15
Marie-Antoinette, la mal-aimée
Une jeune fltte frivole
La princesse autrichienne, devenue reine de France, exerce Mori.e-Antoinette est une jeune Jitte vive
une grande influence sur Ie roi. Les Français Ie lui reprocheront, et pétutonte, un peu sauvogeonne.
jusqu'à la haïr. Et[e ne supporte pos les controintes.
Et[e oime [a liberté, s'omuser, donser,
chonter, porter des cofJures excentriques,
des bljoux et des plerres précleuses.
Une union diptomotique Ette nest pas d'une beouté parJoite,
Marie-Thérèse, impérotri.ce dAutrlche, veut resserrer les liens ovec [o France
mals elte o beoucoup de charme.
contre qui son pogs o trop souvent Joit [o gverre. Quoi de mleux qr/un beau
morlage pour scetter une entente ? Les der.rx pulssances vont donc unlr [e douphin
de Fronce, Louls, et [o quiruième des seize enJonts de Morle-Thérèse, [a peti.te
orchiduchesse Mori.a Antonio Josepho Johonno, née [e 2 novembre 1755.

I
Lo mat-qimée
Le mariage de deux odos
Le 21 avril 1770, [o jeune prlncesse,
:P. Au début, [a jeune prlncesse est odulée.
Mois dès 1776, [e peupte lui reproche
qui rto pos quinze ons, Joit ses odleux de gaspitler [argent de l'Etot dons des Jêtes,
à Vienne. Le 14 mal, [e douphin dou son surnom, "Modome DéJlclt".
[o rencontre pour [o première Jois. lloffoire du Co[[ler, une escroquerie dont
Gêné et ti.mide, c'est à peine s'i[ lul elte est [o victlme, achève de compromettre
odresse [o porote. Le morioge a lieu sa réputotion. Très vlte, on s'ottague à so vle
te 16 mol à Versoltles. privée, et [e bruit court guette est inJidète
ou roi. Les dfJicultés du couple royol à ovolr
un premier enJont otlmentent ces rumeurs.
Ette y Joit Joce ovec couroge et dignlté.

Lo reine guitlotinée
Le 11jutn 1774, Louis et Morie-Antolnette deviennent roi et relne de Fronce.
Morie-Antolnette vo devenir de plus en ptus impoputoire ouprès des Fronçois
qui [o surnomment "tAutrtchlenne", cer its to soupçonnent de trohlr [a Fronce
ou proJtt de son pous notol. Peu à peu, [e désomour se tronsJorme en holne.
E[[e sero guittotinée [e 16 octobre 1793.

Le savais-tu l
Louis XVI et Marie-Antoinette ont eu quatre enfants dont trois sont morts très jeunes.
Une fille, Marie-Thérèse (r778-185r), un fils, Louis-Joseph (r78r-r789), un second fils,
Louis-Charles, qui deviendra Louis XVll mais qui ne régnera pas (r785-t795) et
une dernière fille, Sophie Hélène Béatrice (t786-t787).

t6 t7
Les coisses sont vides
La France va mal En ptus de [a crlse économlque,
[o Fronce doit Joire Jace à un vroi
En juin r 78g,le royaume connaît une crise fïnancière problèmeJlnancier. It ng o plus
et économique très grave. La colère gronde. un sou dans les colsses du poUS,
en portle à couse de [o guerre
en Amérique qui a coûté très cher
Itngaplusdebté Tout [e monde est mécontent et de [o cour gui dépense [e trésor
Ce[a Le rol a beou Jatre dlstri.buer royol en Jêtes, bo[s, concerts,
Joit ptusieurs années gue
les récoltes sont désostreuses. Après de largent et des vivres oux ptus Jeux d'ortfice.
un été humlde, lhlver 178t178q pouvres, rien dy Joit. Les émeutes
a été trèsJrold. À Paris, [o Seine et les pittoges se muttiptient. Tout Les réformes sont bloquées
a gelé. Le bté n'o pas potrssé et,
du coup, [e prix du poin ne cesse
[e monde est mécontent
'
les pogsors Le roi ne solt pos trop quoi Joire
pour débloquer [o situotion. Ses
DW;
qui soufJrent de [o misère, les bourgeois
dougmenter. Les gens rdont plus qui olmeralent gue les choses changent, mln'stres successfs, Turgot, Necher
dorgent et pourtont, lls doi.vent pouer et même certolns nobles qul voi.ent bien et Colonne, tentent des réJormes
les impôts. Dons les compagnes que quetque chose ne tourne plts rond lnstouront llégotité devant limpôt,
et dons les viltes, c'est [o mlsère. dars [e royaume. mols les portements, que [e rol doit
consulter, les rejettent.

Lo cotère monte ) .--


C'est dons [e Douphiné qu/ont ÿ-^ 1-/ \l-
ç
^ .\r -
Je He suis lleu les troubles les plus groves.
TouT DE mÊ me CALMEL- VOUS, Le 7 juin 1788, à Grenoble, \f
PAS RESPONSÀBLE [o Joule monfeste violemment,
,
ENFinr !
DE LA PLUiE ET jetont des tuites sur des sotdats.
Le 21 juiltet, non [o[n de [à, 1
DLI BEAU TEI'îPS...
au chôteou de Vizltle, des étus
récloment [o réunlon des étots
généroux. Après de longues üN I'
hésltotions, Louis XVI s'g résigne.
Tout [e monde ottend beaucoup a "ô
s
de cette réunion des représentonts
de toutes les composantes \
de [o société. Trop, peut-être...

Le savais-tu )
Avec z8 millions d'habitants, la France est, en V8g,le pays le plus peuplé d'Europe.
È Les nobles sont environ 35o ooo alors que les paysans sont zo millions ! Un homme
,*
peut espérer vivre z8 ans (contre 75 de nos jours) et une femme 30 ans (83 aujourd'hui).
^^=-, Chaque famille compte en moyenne 4 enfants.

18 t9
Trois ordres dispersés Le tiers état
Quond on n'est nl noble ni membre
La société française est divisée en trois groupes qu'on
appelle "ordres" : la noblesse, le clergé et le tiers état.
^-+
1-
Ë §:r§tEtHBtBlH du clergé, on est du tiers étot,
c'est-à-dlre qudon Joit partie des 96 o/o
de [o poputotion. Cet ordre comprend
Leur composition est moins simple qu'il ,'y paraît.
1\ -r
I
les bourgeois : les bonquiers, les commerçonts,
les ovocots, les notolres, tes écrlvoins,
les médec[ns... I[s sont parJois très rlches,
Le noblesse ou point de pouvoir prêter de lorgent
-1 -r
On peut croiser des nobtes à to cour au Trésor royal. Beoucoup ont [u les llvres
de Verso[[[es, très rlches et menant

=\ des phitosophes et se sont lmprégnés
un troln de vle somptueux en parti.e /- \Â\\ ,â de leurs idées, ce qul exptique gu its mèneront
\-. I [e peupte à [o Révolution. On trouve aussl
poVé por les pensions reçues du roi.
les ouvrlers et les ortlsons des villes
Parml eux se gtissent les nobtes È,
d'épée, dispensés de ltmpôt cor its te a* et [es pogsons, souvent très pouvres.
-\-"- -/ t

En ce début de lonnée 1789, [e tiers étot


poyent de leur song sur les chomps
de botollte. Les nobtes de robe sont réctome [o suppression de [o dîme,
des bourgeois ayont une Jortune
r{ de [o gobette et des impôts selgneurtoux,
te[[e qrdits ont pu ocheter un titre
de nob[esse. On les trouve dons 'lrt I
# \ J;
§r J
les portements et dons lodmlnistrotion.
Its sont donc oux commondes de lÉtot
et leur but est d'ovoi.r de plus en ptus
N. o
rli
de pouvolr, d'oùr leur reJus de toute
réJorme. À quetques exceptlons près,
les nobles n'ont oucunement lintentlon ⧻
de renoncer à leurs pri.vi.tèges,
\ l'ral
N
C'est quoi,
fi)
à leur pouvolr et à [eurs biens.
illil; la dîme et la gabelle )
Résuttot [a nobtesse est, pour
'
[e peupte, lennemi à obottre. a?\
il La dîme est un impôt en nature
payé au clergé: les paysans versent
un dixième de leur récolte.
La gabelle est un impôt indirect sur le
lltltrlt
Le clergé sel, denrée de première nécessité.
taille est payée au roi par le peuple
L,r,Ï-îrl
On distingue [e hout cLergé, très riche, composé de cordlnaux rIililttilt illtit
et dévêques souvent issus de [o nobtesse, et [e bqs cLergé mais pas par les nobles.
La corvée est un travail gratuit ,lll t tttrt,u,ili,,,
([es curés, notomment) dorigine ptus modeste, pouvre et humble. \ et obligatoire dû au seigneur
LÉgtise de Fronce possède un dixième des rerres du pogs et perçoir qry Ces impôts, très impopulaires,
iltlrhurt
un impôt versé par les pousons, [o d[me. Cet impôt projte o.ux évêgues
t !§ï (ûilil\,,1,

N
disparaîtro1t en r79o et r79r.
et oux cordlnoux mols pos ou bos clergé qui o de plts en plus t1

de mol à supporter cette i{r,stice. lrftl


yl

,-frr€
\
Les cahiers des plaintes
Les Français s'expriment Dans un même temps, les Fronçois de choses. Les nobles et les membres
peuvent écrire leurs idées, leurs du hout clergé s'occrochent à leurs
Le roi accepte que ses sujets expriment leur mécontentement crltlques, leurs espolrs, leurs cralntes privilèges et émettent [e væu
et qu'ils demandent des réformes dans des cahiers de doléances. et leurs plalntes sur des cohiers de portoger [e pouvolr ovec [e roi.
qr/on oppelle "cohlers de doléonces". Les artlsors et tes paysors demondent
La gronde mqjorité des gens que les drolts Jéodou soient obolis
En attendent les états générou.x ne sochont pos écrire, ce sont et gue limpôt soit pogé por tout
Pour tenter de sortlr [e rogoume de [o crise dons loquelte i.[ est englué, les ovocots ou [es curés qui prennent [e monde. Les contenus sont Jort

Louls XVI envisoge donc de convoquer les étots généroux. Au printemps [a plume et couchent sur [e papier dfJérents selon les ordres, les corps
1789, les Fronçais qui [e peuvent éli.sent teurs représentonts (on dit "députés"). leurs doléonces. A Arros, de métler, tes régi.ors. Ils reflètent
Tous les nobles et membres du clergé peuvent voter. Pour [e ti.ers étot, por exempte, unjeune avocot [a dlverslté de [o France. Mois nul
sont considérés comme étecteurs les hommes de ptus de vingt-cinq ons du nom de Robespierre écrlt au nom ne remet en couse [a rnonarchle.
poyont un impôt. de [o corporotlon des sovetlers. Lo personne du roi reste socrée.
Ptus de 50 000 cahlers sont alnsl On trouve égolement, ici et [à,
rédigés. QuU dit-on ? Beaucoup les idées des philosophes des Lumières.

k.^q t-\- t r

JE SOUHAiTERAiS
QUE §
TiERS ÉTTT CES§E
r l..' l"'
tltr -^-f §es ENFANTiIJ-^çES !
^ -fr'
^r(((T*P-*: ^ ''o'

, [1r,, \1t,, -,fr: t,

Les idées circutent


Louis XVI pense gue ses sqjets, rovis dovolr pu expri.mer leur mécontentement
se contenteront de quelques petites réJormes et qu its se cotmeront.
Cor [a tenslon reste vlve dons [es régions. On osslste au prlntemps
à des émeutes contre [e prix éLevé de [o Jorlne.
C'est quoi, les états généraux ? Au Jur et à mesure gue [a dote de [a réunion opproche, [e peupte donse,
Depuis le Moyen Âge, les rois ont pris l'habitude de réunir des prêtres, des nobles chonte, porte, et ceux gui [e peuvent écrivent. De nombreuses brochures sont
et des bourgeois pour les consulter sur l'état du pays. Les états généraux ont été éditées. Une des ptus connues est rédigée por un prêtre, Emmonuel Joseph
convoqués vingt-huit fois entre 13c.2, sous Philippe le Bel, et't6t4, derniers en date. Siegès. I[ s'oglt de Qu'est-ce que le tiers état ? Ces textes sont lus dons les ctubs,
oncêtres de nos porti.s potitiques.

22 23
Rien n'ovonce !
Du rififi aux états généraux Les débots s'en['sent. Le 6.juin, les étus du tlers état, exospérés por [e peu
d'ovoncées, demondent à rencontrer [e rol. Le souveroln, obottu por [o mort
Pour sortir de la crise, Louis XVI convoque les états généraux. récente du douphln, reJuse. Et de quel drolt te tlers état exige-t-il que te vote
ll ne se doute pas qu'ils vont déboucher sur une révolution. por tête remploce [e vote por ordre ? Jusque-tà, les votes s'efJectuent comme
sult : une volx pour le clergé, une volx pour [o nobtesse, une volx pour [e tlers
état. Comme Le clergé et [o nobtesse votent toujours ensembte contre
ce dernier, te peupte ne peut jomais se Joire entendre. Avec une volx
Première séance
par représentont, tout chongerolt, te tlers étot pourrolt être mojorltalre.
Jeudi 4 mai 178q. Une procession ovonce lentement dans [es rues
Le roi Joit to sourde oreitte. Le tlers état s'énerve. Et [e 17 juin, ses députés
de Versoittes. Ce sont les représentonts du peupt€ : €r'r tête, les membres
se déctarent "Assemblée notlonote".
du ctergé et les nobtes, ovec leurs hobits d'or, sulvis du tlers étot tout de nolr
vêtu. Le lendemoln, les mêmes sont instotlés dons [o sotle des Menus-P[aislrs,
pos loin du chôteou. Its sont 1 154 en tout : 285 nobtes, 29 ] membres 7, A J'ÉrflENDS RrFrV Dt C€ QUe yp,1t Hr DiTES...
du clergé (dont 2Ob curés) et 578 représentonts du tiers étot. ItJout près l-À,L"'
^'- ,G-.!
de quotre heures pour lnstatler tout te monde. Une centaine de personnes !e rvez /AtLorrs cRÉE( ribrne
sont dons les tribunes, décidées à ne pos perdre une miette des débots.

C'eST qN ENTERREI'IENT?

Porte close
C'en est trop pour Louis XVI. Rien ne se posse comme prévu...
Courroucé, i[ décide dlnterdlre oux députés rebelles [o solte des Menus-Plaisirs.
I[s ne pourront plus se réunir, et ço les catmera ! Le 20 juin ou matin,
les étus du tiers étot trouvent porte ctose. C'est [o consternatlon et to cotère
,

chacun pense que [e rol veut dlssoudre les étots généroux... Un député de Poris,
te docteur Guitlotin (ou[ ! cetui de [o guillotine), suggère gue lon se réJugie
dons [o solte du Jeu de poume, toute proche. C'est tà que [e tiers étot prêtero
un serment gui Jero date.

Premières d,éceptions C'est quoi, le jeu de paume )


C'est un sport qui consiste
Le dlscours du ro[, un oppe[ à [o roison ovec des mises en garde contre tous
à se renvoyer une balle
tes obus, déçoit... Puis, c'est au tour du mlnistre Necher de prendre [a porote. avec le creux de la main
On ottend beoucoup de [ui. Mais son dlscours, sons oucune proposition, soulève (la paume). ll est considéré
[o cotère des députés du tiers étot, des membres du bos clergé et de certolns comme l'ancêtre du tennis.
nobtes comme Mlrobeou et Lo Fogette qui réclament des réJormes.

24 25
Les députés prêtent serment Lo monorchie tremble
Comme à son habitude, [e roi ne s'lnquiète pas. Mois le 23jui.n, tout [e monde
est convoqué sotle des Menus-Ploisi.rs pour [o séonce royole. Le maître
Le serment du Jeu de paume annonce Ia disparition de cérémonie, [e morquis de Dreux-Brézé,Jatt entrer les nobles puis [e ctergé.
de Ia monarchie absolue. Les députés du ti.ers étot sont volontolrement lolssés dehors sous
des trombes d'eou. Une porte s'ouvre enJin. Trempés et humitiés, les élus
du tiers étot entendent [e rol dlre "Je vous ordonne, messleurs, de vous
'
séporer tout de sulte et de vous rendre demoln moti.n chocun dons
les chombres olJectées à votre ordre !"
Lo séonce est [evée, mois [es étus
du tlers étot ne bougent pos.
Le morquis de Dreux-Brézé exige
gu its gui.ttent les lieux. Boitty répond :
"Lo Notion ossemblée ne peut recevolr
,t \) tl //,

d'ordres." Et [e comte Mirobeou ourolt


o,,1outé "Atlez dire à votre moître que
' J
nous sommes [à por [o Jorce du peuple
a
et que nous n'en sortirons gue por
[o volonté des boïonnettes."
Dreux-Brézé s'eJJace. Après ovolr
écouté son réclt, [e rol aurolt dlt :
"Eh blen ! Foutre ! Qu'its restent !"
Quel [ongoge...

L'Assemb [ée constituonte


Le 27 juin, Louis XVI cède [[ ordonne à [o nobtesse et ou ctergé
'
de se joindre oux autres députés. Les événements s'occélèrent. Le 9 juiltet,
lossemblée des députés se proclome "Assembtée natlonole constltuonte".
Coup de force E[te se met oussltôt ou travall pour rédiger une constitutlon qui donnero molns

Mordi 20 juin 178q. Les députés du tiers étot et les membres du ctergé de pouvoir ou roi. Mols on ne porte pos encore de rupture ovec [o monorchle.
qui les ont rejoints se retrouvent dons [o vaste solte du Jeu de poume.
llombionce est étectrique. Que Joire ? Le député Mouni.er suggère de prêter
serment. Ptusteurs élus prennent [o plume et c'est lostronome Jeon-Sglvoin
Boitty, président de [Assembtée, qui lit [e texte. Les représentonts du tiers C'est qui, Mirabeau )
Élu du tiers état à Aix et Marseille, ce comte s'impose
étot promettent de "ne jomois se séparer, et de se rossembter portout
comme l'homme fort de lAssemblée constituante. ll cherche
oùr les circonstances [exigeront, jusqu à ce gue [a constitutlon du royaume
à instaurer une monarchie parlementaire et se fait conseiller
soit étob[[e". C'est un véri.tobte coup de Jorce ! Le tiers état se donne du roi qui l'écoute peu. ll meurt, malade et épuisé, le z avril 1791.
l'e droit d'écrire de nouvetles règles pour [e pags.

27
Lo Jorteresse tombe
On a pris la Bastille !
{
e coups de hoche. Les ossoltlonts entrent dons [a Bastitle. Un coup de Jeu
Événement secondaire de la Révolution, la prise de la Bastille est tiré on ne soit d'ou. Pour [o Joule, it n g o oucun doute , Lounoy o ordonné
reste le symbole de la victoire du peuple sur la monarchie à ses hommes de tirer. C'est une trohison ! Des gordes orrlvent. On crolnt
absol ue. "in baln de song. Mois its poctisent ovec les Pori.si.ens et tournent leurs conons
en d.irecti.on delo prtson. it .rt 15 heures. Le gouverneur se rend. LoJoute
entre dans [aJorteresse, s'empare d.es armer, ü..oge tout. Lounog esi conduit
Poris est en colère
ItJott très beou, ce dlmonche 12 juittet. Et lt g o du monde doru les jordins
à llHôtet de Vitte où on lui tronche [a tête.
du Potois-Rogal. Hissé sur une tobte, un journaliste du nom de Comille Desmoullrs ,-/ *'/
,*/
horongue [o Joute. "Parlsiens, ce gue l'o cour de Versaitles prépore, c'est une Salnt-
Barthétemy des patriotes ! (.J Je vous oppetle, mes Jrères, à [o [[berté." Une révotte ?
Que se posse-t-il donc ? La vel[[e, [e roi a renvogé Necher, un rnlnlstre poputalre. Non, une révo[ution !
Ce n'est pos tout. Inguiet de [o tournure des événements, Louls XVI o Jait venir À Versoiltes, [e rol ne comprend
des régiments suisses et otlemands oux portes de Poris. Le peupte est en colère pos très blen ce qui se posse.
et crle "Aux ormes !" Un de ses consel[ters, [e duc
'
de [a RocheJoucoutd-Lioncourt
[e révei.
Loui.s XVI s'éc
^{
une révotte ^^
Ato de répo
Porisiens gr c'gst
à [o recherche d
ta Jin de journée et [e
on ossiste à des piltoges
dormurerles. Mals [e butin
est malgre. Le 14 au matin,
des Porisiens se dlri.gent vers [hôte[
des Invoti.des ou lls s'emparent
de ptusieurs conons et Jusits.
Quetquun lance otors, "À [o Bostitte !
C'est tà quit g o de [o poudre !" \mm 0 utDtD
I[ est 10 heures. Un petit mitlier
dhommes et de Jemmes, ormés
de Jusils, de hoches, de Jourches,
arrlve à [o prison. Le gouverneur lt"
C'est quoi, la Bastille )
de Lounog occepte de recevolr
une délégatton. Troi.s hommes
entrent. Launag donne so porole
de ne pas Joire tlrer souJ sL [a Joute
cherche à Jronchlr [e pont-levis.

TI u u E ir
i'
Ponique à [a cour !
Panique dans les campagnes A Lo cour, en revonche, c'est [a ponique. De nombreux nobtes et [es Jrères
du rol quittent Versatttes, en ouont bi.en soin de prendre leurs bgoux et leur or.
Des émeutes dans les campagnes vont obliger les députés C'est [e début de lémigrotion , 130 000 personnes
Juiront [a Fronce duront
à accélérer Ie cours de l'histoire. la Révolutton.

Le roi réogit enfln


Le lendemotn de [o prise de to Bostllle, Loui.s XVI se réveitte enJin.
I[ commence par nommer [e héros de liindépendonce oméricoine, [e poputoire
La Foyette, commondant général de ta garde notlonale. It Joit retirer
les troupes étrangères des Joubourgs et i[ rappette Necker. Puis i[ se décide
à recevoi.r Jeon-Sylvoin Baitly, [e molre de [a toute nouvetle Commune
de Poris. Ce dernier tui dit que des émeutes rlsguent ,Céclater dons [o copi.tole
et gu'l[ serolt bon que So Mojesté oitte parler à son peupte.
Violences dons [es compognes
Mois ta situotion n'est pos stabilisée.
c'Esr L^ Nouy6ttt Dès [e 20.julttet, les rumeurs les ptus
r.4oDE À PARaS, SiRE !
Jottes courent les campagnes. On dit
que des sotdots, poyés por les selgneurs,
mossocrent Jemmes et enJonts et pittent
les villoges. Les nobtes voudralent alnsl
vous ÊrEs sûn ? se venger et affomer [e peuple.
Les poysons, ormés de Joux et de piques,
ottoguent et brûtent tes chôteaux,
les abbayes, les monostères. Its vident
les greni.ers à groin. C'est [a Grande Peur,
étronge réoctlon de ponigue, gul va durer
jusqu/ou 6 ooût. Ces vi.otences lnquiètent
les députés réunis à Versoiltes. Ettes vont
les obliger à accétérer le cours de lhistoire.

C'est quoi,
Lo fln de lo Révolution ?
la garde nationale )
Le 17 juiltet, c'est une Joute en llesse qul occueille [e rol à [Hôtel de Vitte.
Créée le r3 juillet't789,
Louis XVI occepte de mettre sur son chopeou les lnsi.gnes gue les Porisiens
c'est une sorte d'armée
se sont donnés , [o cocorde bleu et rouge, couleurs de Pari.s, à laquetle de citoyens chargée
on o ojouté [e btonc, sgmbole de [a monorchie. I[ bredouille quetques mots : de maintenir I'ordre.
"Mon peupte peut toujours compter sur mon omour." A ce moment, Chaque ville en possède
les Porisi.ens pensent que [a Révolutlon est terminée et gue [e roi vo désormols une.
oglr pour leur bonheur.

31
La Déctorq,tion des droits de l'homme
La folle nuit du 4 août Les députés n'en restent pos [à ! Dons votent, [e 2b aoit,
[o Joutée, its
un texte qul auro un retentlssement dons [e monde entler et gui est encore
La Révolution prend une dimension historique avec l'abolition clté en exempte. C'est [o Déclaration des droits de l'homme et du citoyen,
des privilèges et la Déclaration des droits de l'homme inspi.rée de [a déctorotion des droi.ts oméricolne de 1776. Le texte, qui doit
servlr de préombute à [o Juture Constitutlon, comporte 17 artictes dont
et du citoyen. [e premier, [e ptus connu , "Les hommes nolssent et demeurent li.bres
et égoux en dro[ts."

L'obolition des privilèges


Dons les compognàr, c'est [a Gronde Peur. À Versoittes, c'est loffolement
générol. Le 4 ooût, à 8 heures du soir, tous les députés se réun'ssent.
;Itlout souver ce qüit o à souver. On restero [à toute [a nuit s'i[ [e Jout !",
U
crle un étu. Le vicomte de Noolttes
prend [o porote , "Comment esPérer
[o tronquittité ? En colmont
[e peuple ! Les nobtes ont troP
dovantoges. ItJout que
ço cesse !" Le duc dAigultton,
lhomme [e ptus rlche
du royoume, ojoute :
"Abotissons les privi.lèges I"
Les spectoteurs présents ENCORE UN
dons les trlbunes p'rir rrroRr ! Louis foit de [a résistonce
opptoudissent à tout
En septembre, les députés discutent
rompre. Ators, emportés J 'urf r-f sg mot-
longuement des pouvolrs à ottribuer
por une incroyobte vogue
ou rol. Le 1 1, oprès des débots houleux,
d'euphorle, les nobtes
its lui occordent [o possibilité de ne pos
et les membres du clergé
slgner tout de sulte une [o[. C'est
prennent [o porote,
[e droit de veto. Loui.s XVI s'en sert
un à un, et occePtent
oussitôt pour repousser [o première
d'obondonner
verslon de [o Décloration et les premlers
leurs privilèges.
textes de [o Constitution qu/i[juge trop
obstraits. Agocés, bon nombre de
députés exigent du roi un accord
oq rE sicxç\
À vorce pr-nce ll
sons dlscusslon. La sltuotlon se tend...

t
Lo séonce dure jusquà heure du motln. En quetgues heures, lAnclen Régime
(c'est
s,écroule. [Assembtâe obotit les droits des seigneurs vls-à-vis de leurs sqjets Le savais-tu )
ce qr,lon oppette les drolts Jéodoud, certolns impôts _et tes privilèges des nobles La Déclaration des droits de l'homme de r789 est très incomplète. ll n'est fait
et du clergé.1-égotité devont lJimpôt est proclomée. Dès quits oPprennent mention ni de l'abolition de l'esclavage, ni du suffrage universel, ni du droit au travail,
ni de l'égalité des sexes !
[o nouvettË, [.r pousons cessent de brûter les chôteoux et retournent trovoltler.

32 33
À Paris !
Un boulanger à Paris Au petit motln, [o Joute se rue dons [o cour. Des gordes sont tués.
Des Jemmes porvlennent à s'lntrodulre dans [ontlchombre de [o relne gui o
6 octobre't789: la famille royale est contrainte de quitter juste [e temps de se réJugier chez [e roi. Ettes crient "À mort lAutrichienne !"
'
Versailles et de s'installer à Paris. Les gordes porvlennent à Joire évocuer te chôteau. Sur tes conselts
de La Fogette, [e rol occepte de se montrer ou bolcon et de s'odresser
à ta Joute. "Mes am[s. J'lral à Paris ovec mo Jemme et mes enJants.
Une provocetion C'est à [omour de mes bons et Jidètes sujets que je conJie ce gue j'oi de plus
Le mo's doctobre 178q est trlste. Le pain est rore et les Jites d'ottente se Jont précleux", dit-i[. Puis [o relne apparoît à son tour.
de plus en plus tongues devont les boulongeries; les chômeurs mendlent dons La Joute se toit. À t heure de loprès-mldl,
tes rues de Paris. Le peupte se remet à désespérer. Le 3, un brui.t court dons les Jemmes reprennent [o route
les Joubourgs. Un noble ouroit piétiné [o cocorde tricolore lors d'un bonquet de Paris, ovec [e rol et sa Jamilte.
à Versoilles. C'est une provocotlon ! Et ce n'est Pos tout : [e roi ourolt Joit venir "C'est [e boutanger, [a boulangère
des troupes près de son chôteou. Que prépore-t-il ? et [e petit mltron", dlt une Jemme.
Pourquol ? Parce que [a reine
HHEE rëj aurolt eu ces mots malodrolts
"S'[[s n'ont pas de pain,
'

BEEB W qu its mongent de [a brloche !"

rI B
qflo
on
o,uq-
o Lieu de résidence :
tfl* les Tuileries
Lo Jamitte rogole est molntenont
À V"rsoil,les --A-l-.\
! instottée au polois des Tulterles
Dès les premières heures ,\J*AJ à Parls, un bôtiment lugubre oùr i.[ est
du 5 octobre, des Jemmes impossibte de s'lsoler. Jamois p[us un roi.
se rossembtent dors les rues
\, de Fronce ne revlendro à Versoiltes.
et crlent , "À Versoitles ! Là-bos, [Assemblée, etle oussl, déménoge à Poris,
its ont des stochs de Jarine !" sotte du Monège. Ette se remet ou trovoil.
Près de 8 000 portent, ormées Louis XVI, qrdon oppette désormois
de Jourches, de gourdins \..â\- "rol des Françols", va-t-i,[ supporter
et de bolots, en criont "Du pain !" .+ son séjour Jorcé à Poris et de partoger
' ^
Quelques hommes les sulvent. son pouvoir ? Ri.en n'est molns sûr !
Dons laprès-midi, ettes orrlvent
devant les gril[es du chôteou. ^-,.N .-> <^.
-,^
Louis XVI reçolt une délégotion
de cinq Porisiennes. I[ les rossure et promet de Joire venlr du bté. Lo nult C'est quoi, le palais des Tuileries l
est tombée : [o Joute est instatlée devont les griltes. On chonte, on bo[t... Situé près du Louvre, c'est un long bâtiment commencé en 1570,
Pendont ce temps, [e rol reçoit des députés et occepte de signer les premiers sous Catherine de Médicis, achevé sous Louis XIV et abandonné
orticles de [o nouvette Constitution. A-t-on évité te pire ? Non. depuis un an, en r789.
Un nouveou clergé
La Révolution et l'Église divorcent En réotité, [e rol n'est Pos content du tout. Deux jours ovont [o Jête,
les députés ont voté une lol qui [o mls hors de [ui. Its ont décidé
Les membres du clergé doivent désormais prêter serment de réorganlser lÉgtise de France en étoblissant une "constitution civite
à la Nation. Le roi n'aime pas ça. du ctergé". Ce[o veut dire que les évêques et les curés seront désormols
étus poi les citoyens et quits seront pogés por [Étot.

Lo fête de [o Fédérotion
À [e voir et à [entendre, on o [impresslon gue Louis XVI dit oui à tout.
Le l4juittet 1 7q0, un on oprès [o pr'se de [o Bostitte, i[ jure même devont
[es Porislens de respecter [a Juture Constitution et d'g être Jidète. Lo Joute
est nombreuse, ce jour-[à, sur [o voste esplonode du Chomp-de-Mors Pour
$: /\
apptoudir les 14 000 détégués des gordes notlonotes venues de toutes
les munlcipolltés de Fronce. On chonte et on donse. On ovotionne Lo Fogette,
moître de cérémonie de cette Jête de [o Fédérotlon. Chaque Fronçois se sent
citogen. Et chacun croit gue [o Révotuti.on et [e rol vont Jaire bon ménoge.

§inE!
TIrWY HouftRAl ILS SONT DEVfN(ô
compûrem[Nr rcqs...

L'Égtise est divisée


Cette nouvetle organisotion reJusent, sont oppetés les réJroctolres.
bouleverse les troditlons, créont Its sont soutenus por [e roi,
C'est quoi, les clubs et les journaux ) une Égtise notionole, indépendonte cothotique pratiquont, et por
Les députés ont I'habitude de se retrouver dans des clubs (les ancêtres du roi. Résultot lEgtise de Fronce une ponle des Fronçoi.s hostites
de nos partis politiques) pour y discuter. La Société des Amis de la Constitution '
se sclnde en detu. Lo moltié du bos à [a Révolution.
est installée dans un ancien couvent. On l'appelle le club des Jacobins. Un autre Lo constitutlon civile du ctergé,
clergé et une poignée dévêques
est appelé club des Cordeliers. On lit aussi beaucoup de journaux, vendus dans
occeptent les nouvetles règles qui lntervient oprès [o conJlscation
la rue par les "aboyeurs". Certains journalistes (Marat, Hébert...) écrivent
des textes remplis de haine. et prêtent serment à [o natlon. On les des biens de llEgtise, divise
oppe[te les jureurs. Les outres, cer.rx qul [a société Jronçaise.

36 37
I .r.f j I I I r t I I I tr Irfl n{ r
:, ffiJl"lwffi ,\'
Reconnu è Vorennes
I[ est 20 heures. Lo berline s'orrête
à Sointe-Menehould pour chonger
de [o garde notlonale bloquent
loccès au vitloge. Les Jugards
sa liberté et son pouvoir. les chevoux. Au moment de poger, sont orrêtés. C'est to Jin du vogoge.. /
\,^,q n
[e rol remet des blltets ou maître Des gardes escortent [e rol

§\\^ N de poste, Drouet. Dessus, i.[ y o son et les slens, directi.on Pori.s
'eî portrolt. Drouet [e reconnoît : c'est oùr ils arrlvent te 25 juin. Louis XVI
\
L'envie de portir
Louis XVI joue un doubte jeu. I[ sembte occepter
N v iTr Louis XVMI soute à chevot, Jonce
vers Vorennes, un bourg voisln,
est occueilti dons un sllence pesont.
I[ a perdu [a conJlonce du peupte.
tes nouvetles règtes lmposées par l,es députés et,
et donne lalerte. Les hommes

iH rc
en même temps, i[ prépore so Juite. Au cours
\ de loutomne 1 7q0, Marie-Antolnette lui gtisse
un ptan concocté por son omi Axe[ de Fersen
'
N I,lERCI
Z-
o€{lr
0

Juir, rejolndre des troupes Jidètes à Montmédy, POUR CfS


t T

à [o Jrontière betge, marcher ensuite sur Parls ovec o{EvAUX


loide des Autrlchiens et reprendre [e pouvoir. Comme
à son hobitude, [e rol hésite et remet plusteurs Jois
lo dote du départ.

La fuite
Le 1B ovr[[ 17q1, Louls veut se rendre -
à Sotnt-C[oud pour g posser [o betle solson. -:! --
Les membres du club des Cordetiers soupçonnent I

un déslr de Juite. Its omeutent [o Joute oJin


\ de bloquer [e co,rrosse royot. Des lnsuttes Jusent.
Le souveroln doit Jaire demi-tour. I[ sent qu/i[ Ée
n'o ptus prise sur les événements. I[ vo portir.

\
Le mercredi 2}juln, vers mlnult, [a Jomitte royole
quitte secrètement les Tulterles pour rejoindre
une grosse berllne, porte Soint-Martin. On chonge \
J
k l2
ta
c-ltI<
r\
d'ldentité et de costume. Le roi. devient M. Durond,
un lntendont. I[ est 2 heures du motin. On o déjà n*DuRÀND!
\ pris du retord sur [horolre prévu. Lo berllne,
trop tourde, ovance lentement. I[ est 4 heures
de [oprès-midi quond its possent à Chotons.
Loui.s n'est pos i.nquiet. I[ soit qr"dun peu plus loin
les covollers du marquls de Bouitlé l'ottendent.
C'est qui, fean-Baptiste Drouet
'T
I
\ Mois à Somme-Vesle, it n y o personne. Ne voyont
rien venlr, les sotdots sont reportis... À Porls, un volet
t,/
--A\
Le maître de poste est devenu célèbre quand il a reconnu Louis XVI
à Sainte-Menehould. Plus tard, il sera élu à la Convention (voir p.
o constoté lobsence de to Jomitle rogole. Très vlte,
À 46)
où il deviendra un des Montagnards les plus exaltés. ll mourra en t824.
La Foyette o envogé dons tout [e pous des courriers
ordonnont [arrestatlon des Jugords.
è LJ
-J

î-a^-ra'a, É.
Une nouvel[e Constitution
Que faire du roi ) Le 3 septembre 1791, [o Constlrutlon,
enJin termlnée, est votée. Ette crée
Septembre t 791 i la nouvelle Constitution est votée. les départements, obotit les privllèges
Le roi n'a presque plus de pouvoir. Jéodoux, décrète tiégatité devonr
limpôt, [a liberté de [o presse,
occorde aux jufs et oux protestonts
[e statut de citoyens, obolit
Louis XVI souve son trône
[o torture, etc.
Lo tentotive de Juite du roi n'o pos été du goût des députés. Le 25 iuin 17q1 ,
its [e suspendent et [e placent sous surveittonce. Mols tout [e monde n'est pas
d'occord à lAssembtée. Certolns étus, les ptus modérés, veulent [e molntenir Lo Léglslotive
pour souver [o monorchie portementolre (voir p.7) Les ptus rodlcaux réctoment llAssemblée constltuonte o termlné son trovoit. Le 1" octobre, e[[e lai.sse
[a suppresslon de [o monorchle et évoquent, pour [o première Jols, lidée to ptoce à [Assembtée tégislotlve, ciargée de voter les [oi.s gui. permettronr
de République. Le 15 jui[[et, on o tronché : [e roi est rétobti dons ses Jonctions à [o Constitutlon d'exlster. Les nouveoux députés ont du trovoit. Lo situotion
à condltion gu'i[ occepte pour de bon [a nouvetle Constltution. du royaume est cotostrophique. Les prix grimpent, les boutangeri.es sont prlses
d'ossout. Et, oux Jrontières, des troupes autrichiennes et prussiennes menacent.
Et puis i[ g o Loui.s XVI. Le 14 septembre, i.[ di.t occeprer [a Constitutlon.
JE POURRAi Mois i[ va prendre des décisions qul vont mettre te
Jeu aux poudres...
LA GARDER
EN §ouvexin?

--+
-.§-

Fusil,tade ou Chomp-de-Mars
Les membres du club des Cordetlers par Lo Fogette, est [à pour prévenlr
et certains Jocobi.ns ne sont pos tout débordement. Des plerres sont
doccord. Pos questlon de pardonner loncées. Une orme est même pointée
ou traître ! I[s loncent une pétition sur te héros de [Amérique. La gorde
réctomant sa destltutlon et oppellent tire. I[ g o au moins 50 morts.
[e peuple de Pari.s à to signer Le lendemoln, Morot et Donton
Le savais-tu l
Depuis t5g7,la France possède la partie occidentale de l'île d'Hispaniola (Harti).
ou Chomp-de-Mars. Le 17 juittet, (voir p. 55 et p. 60), accusés dovolr Lezz août t79t, les esclaves noirs qui y cultivent la canne à sucre se révoltent.
[o Joule s'y rend nombreuse. voutu prendre [e pouvolr por [o Jorce, lls sont conduits par Toussaint Louverture. lJesclavage ne sera aboli qu'en
Vg4
Lo gorde notlonate, condulte sont obligés de Juir et de se cocher. pour être rétabli par Napoléon. Et définitivement supprimé en rg4g.

40 4t
La petrie en danger
La monarchie, c'est fini !
Quelques jours ptus tord, [o Prusse entre en guerre aux côtés de lAutriche.
Le 1 1 juittet 17q2, [Assembtée déclare [o potrle en donger. Une ormée
Les troupes étrangères menacent. Le pouvoir est dans la rue. de volontolres est levée. Le 2Sjuittet, [e duc de Brunswich Jait sovoir
Et la monarchie rend l'âme. qu it détrui.ro Poris s'[[ est Joit te moindre outroge à Louls XVI.
Cette menoce Joit opporoître [e rol comme lenneml de [o notlon.

La guerre est votée


XVI nest pos dupe. I[ vo avolr du mol à retrouver son pouvolr. Ators,
L'assout du l0 août
Loui.s
Lo réponse des sons-cutottes
i[ o une idée : l[ suggère oux députés de déclorer [a guerre oux souverains
pori.slens ne se Joit pos
européens. I[ soit que formée de [o Révotutlon est Jaibte. E[[e sero vlte
ottendre : lts exlgent
onéontle et, du coup, i[ pourro reprendre [e pouvoir. Les députés tombent
[o déchéonce du rol.
dons [e piège, doutont que certalns sont prêts à se loncer dons un conJtit
Le 9 ooût, lts renversent
pour exporter [o Révolution à toute lEurope. Le 20 ovri.l 17q2, lls votent
[o Commune de Pori.s
en mosse [o guerre contre [Autrlche. (te gouvernement
révoluti.onnolre) et, [e 10
ou motln, lts se lancent
iYh'.i!,ÿ à [ossout des Tulterles.
Les députés somment [e roi
de se réJugîer à l'Assembtée.
I[ étoit temps: [es émeutiers
mossocrent ses gordes.
Le pouvolr est dons [o rue
et les sons-culottes vont
dicter leur [o[ oux députés.
\, rll.
Le roi prisonnier
Les guelques députés présents à [Assembtée décident que [e rol
Monsieur Veto
est déJinltlvement suspendu de ses Jonctions. Et te 13 ooût, lts livrent
Comme prévu, [ormée Jrançoise cottectionne
à [o nouvette Commune [o Jomitte rogote qui est enJermée à [o prison
les déJoites. On soupçonne [e rol et [a relne
du Tempte. C'est to Jtn de [o monorchle.
de monter un comptot contre [o Révoluti.on
et de préparer [o victolre de [ennem[.
Et lorsque Louis XVI reJuse de slgner
des lois votées por lAssembtée, C'est qui, les sans-culottes ?

les sons-culottes explosent. Le 20.juin, Dès r789, les artisans et les ouvriers
parisiens participent activement
its envohlssent les Tuiterles en crlont :
aux événements. On les appelle
"À bos Monsteur Veto !" Le rol va les sans-culottes. À la différence
à leur rencontre. Lo Joute loblige des nobles qui portent une culotte
à cofJer un bonnet rouge et à boire en soie moulante s'arrêtant aux genoux,
du vin à [o sonté de [o notlon. Louis XVI le sans-culotte a un pantalon long.
est humltlé mois i[ ne cède pos.

43
Val my: enfin une bonne nouvelle ! C'est quoi, La Marseillaise ?
Le toaoût'1792, à Paris, des soldats venus
Les soldats de la Révolution remportent une victoire qui redonne de Marseille participent à l'insurrection

Ie moral aux Français.


des Tuileries. lls entonnent un chant écrit
en avril pour I'armée du Rhin par un poète
il3Ëï?^H
et violoniste amateuç capitaine d'un bataillon
basé à Strasbourg, Claude-Joseph Rouget
Les messocres de Septembre de Lisle. Ce chant deviendra hymne national
le r4 juilletlT95 sous le nom de Marseillaise.
Pendont gu'on enJerme [e roi. à [o prison du Temple, les Prusslens prennent
D'autres chansons révolutionnaires restent
Verdun. Ils ovoncent malntenant vers Poris. Un vent de ponique soulJte
célèbres : Ça ira, ça ira, La Carmagnole,
sur [o copitole. Morat Joit courlr [e bruit que les portisans du roi s'opprêtent Le Chant du départ...
à libérer des nobles et des prêtres réJractoires emprisonnés. Le2 septembre 1792,
encouragés par Danton, les sans-culottes se précipltent dans les prlsons et,
durant cinqjours, mossocrent 1 500 prisonniers soupçonnés dêtre des traîtres Une gronde victoire
et des esptons. Ce sont les "mossocres de Septembre". llatmosphère est lourde. 20 septembre, Volmg, près son chopeau b[eu, btanc, rouge,
La Révotutlon ourait besoin dune victolre pour retrouver un peu de sérénité. de Solnte-Menehould. Des coups et [e piguont ou bout de son sabre.
(
de conon percent [e sllence de loube I[ s'étonce en crlont , "Vlve [o notion !"
\11,r noissonte. Les Prusslens marchent Les hommes enthousiastes [e sulvent
\,, vers to colllne ou les Fronçois en chantant La Marseillarse. AlJotés

It,
ont pris position. Les sotdots mols otssl molodes de [o dgsenterle,
de [o Révolutlon tombent sous les Prusslens s'orrêtent puis s'enJuient.
/t/ \, les premiers tirs. Comment llormée de [o Révotution o remporté
/' //,
les 47 000 hommes commondés so première victotre. C'est historique !
It por Dumourlez vont-lls résister Jace Les Fronçois ont montré que
Ir, rl
t, à [a puissonte ormée de Brunswick ? [es troupes révolutionnolres
i
C'est otors gue [e général Keltermonn pouvolent voincre une ormée
,',, grimpe sur son chevol, soutevant européenne.
; «--
î,=) ErRm
t
t,, ,
'q, tl z
(\t"l, lt)

It fout scuver [o potrie !


Qu'ur sANG
Le 2 septembre, Donton lonce
oux députés : "I[Jaut gue [Assemblée 1_
se montre dlgne de [a notion (...)
1l
Pour valncre, messleurs, [[ nous Jout \
de loudoce, encore de loudoce, toujours
de loudoce, et [o France est souvée !
I[ est temps de dire ou peuple qu'i[ doit
se précipiter en mosse sur ses ennemis."
Le lendemoin, dons tout te poUs,
on s'lnscrit pour otter souver [a potri.e.

44 45
La Première République
Vive Ia République ! Lo Conventlon se réunlt pour [o première Jois le 21 septembre 1792,
au lendemaln de [a vlctoire de Votmy. Sons attendre, les députés décrètent
Après la victoire de Valmy, la toute nouvelle Convention abolit que "to royouté est obolie en Fronce". Et its proctament [o Premlère
la monarchie et proclame la République. Répubtique. Louls XVI n'est donc plus rol.. Le lendemaln, sur propositi.on
du député Bitlaud-Vorenne, [o Conventlon décide que le 21 septembre sera
I N- [e premler jour de lonnée et 1 7q2, [on I de [a Répubtigue. On met en ptace
[e catendrler répubticoin.
Lo Convention
Au soir du 10 ooût flq2 et oprès [o suspension du ro[, [Assembtée légistotive
î
,Il
estime nécessolre [o convocatlon dune nouvette ossembtée Pour Joire Jace
à [o situotlon. Ce sero to Conventlon notlonole. Pour [o première Jois en Fronce, _:- tult PouR L'ABoLiTiou
tous tes cttogens hommes (tes Jemmes n'ont pos [e droit de vote) sont oppelés
DE LA ROYAUTÉ
à voter. Mois 80 o/o des électeurs ne se rendent Pos oux urnes.
L..

;i
LEVEZ LA YIAiN !

'f*
o
Girondins et Montognards \ Æ
Composé e de 7 49 députés,
presgue tous issus de [o bourgeolsle /î4
et des proJessions libéroles, [o Conventlon c
§,
est dominée, dons .un premler temPs,
It
por les Glrondtns. Etus des provlnces
et modérés, its voudroient gue tout ne
se décide pos à Poris. Les gronds oroteurs
vlennent du déportement de lo Gironde,
I-r \-+
J"*u$I
doùr leur nom. À gouche, i[ g o
les Montognards qu'on oppelte ainsl cor Le poète Fabre d'Églantine (l'auteur de la chanson tl pleut, il pleut bergère\ invente
its siègent sur les boncs les ptus houts les noms des nouveaux mois qui évoquent les saisons. Cela donne:
de lhémicgcle. Pour beoucoup étus de Poris
vendémiaire (vendanges) : ventôse (giboulées et vent) : février-mars
dont ils veutent Joire [e centre du pouvoir,
septembre-octobre germinal (germination) : mars-avril
ils pensent gue [o Révolution doit otter brumaire (brumes et brouillards) : floréal (fleurs) : avril-mai
ptus to[n. Les leoders sont Robesplerre, octobre-novembre prairial (récoltes des prairies) : mai-juin
SaintJust, Donton... Entre les deux, frimaire (froid) : novembre-décem bre messidor (moissons) : juin-juillet
it g a les députés modérés qudon appette nivôse (neige) : décembre-janvier thermidor (chaleur) : juillet-août
ovec mépris "te Morois" ou "[o Plolne" pluviôse (pluies) : janvier-février fructidor (fruits) : août-septembre

46 47
Le procès de Copet
Le procès de Louis XVI
COUPABLT/ Son procès
Après
s'o 26 décembre.

[un des tout premiers actes de la nouvelle Républiqud les doi.vent se décider.
est de juger l'ex-monarque. Le 15 janvi.er 17q3,
707 députés (sur 7 4q)
répondent oui. à
[o questlon: "Louls Copet
Fout-i[ juger [e roi ?
est-ll coupoble de consplration
Louis XVI est en prlson ; doit-[[ être jugé et por gui ? En novembre 17q2,
contre [a liberté publigue
les débots Jont rage chez les députés. Les ptus modérés pensent gue
[o déchéance est une punition sulJlsante. Les ptus rodlcoux réclament 7 et contre [a sûreté générote
de lÉtot ?" Après trente-stx heures
gue [e rol comparalsse devont les représentonts du peupte. Uun d'eux, [e jeune
de débats, ils se prononcent sur
Soint-Just, ovonce même que lex-roi n'a pos à être 1ugé. "Du seutJait qu t[
[o pelne à inJtiger à [ex-rol.
règne, Louls XVI est coupoble. On ne règne pos innocemment !", dlt-lt.
En déJinitive, les élus décrètent gue lex-rol sero entendu por eux. VOUS AURIEL
rlir quoi À
Verdict : [o mort
}1A PLACE ? Les députés montent
à [a tri.bune [un oprès [autre
pour exptiquer leur cholx.
Por peur, certolns changent
d'av[s. Lo mort lmmédiate
recuellle 366 voix; [o mort
Louis devont les députés ovec sursls n'a que 34 volx ;
Le 11 décembre, p6 un seul é[u [o détention sulvie du
de [o Conventlon ne mongue à loppet. bonnissement , 319 voix...
Its sont 7 49 Jace au cltogen Capet, qr/on a sortl
de [a prison du Tempte. Borère, [e prési.dent
de séonce, prend [o parote : "Louis, [e peuple
A H0RII Louls devra être exécuté
sons torder, dès [e
lundi 21 jonvier 1793.
Jrançois vors occuse davolr commls une muttltude
de crlmes pour établir votre tgronnle en détruisant
so [i.berté." I[ lui reproche dovolr trop héslté
à reconnaître [a Déclaration des droits de lhomme,
davotr voutu Juir... Mats [e ptus compromettont,
ce sont des lettres retrouvées dans une ormotre
de Jer, aux Tulteries, que [ex-ro[ aurolt reçues
de lempereur dAutrlche. Ettes seroient [o preuve C'est qui, Louis Capet l
qu i[ cherchoit à s'entendre ovec les souverolns Après le ro août 1792, il n'est plus question de nommer l'ex-roi Majesté ou Louis XVl.
étrangers pour reconquérlr son trône por [o Jorce. Les révolutionnaires inventent le nom de Capet, en souvenir d'Hugues Capet
Louis nle tout en btoc mois i[ ne se Jait guère (g+o-gg6), fondateur de la dynastie dont Louis XVI est le lointain descendant.
dittusions : [[ est iugé coupobte dovonce.
Dq,ns une fosse commune
La mort d'un roi Des gens montent sur [échoJoud En Angleterre, en Autriche,
pour tremper leur mouchoir en Russle, on décrète [e deuil.
Louis XVI reste !e seul roi de France à avoir été exécuté. Sa mort, dons [e song royot. On vend Le rol d'Espagne déclare
le zr janvier 1793, aura de multiples conséquences. ses mèches de cheveux, [o guerre à [o Fronce. Dons
son trlcorne, des morceoux d'étoffe... les semalnes gui sulvent,
Le corps de [ex-ro[ est emmené les révolutlonnolres poussent

Louis quitte [e Temple au clmetlère de [a Modetei.ne ptus loin leur volonté d'en Jinir
Après ovolr passé l'o soirée ovec un prêtre et écri.t son testoment, Loui.s ou son cercuell est jeté dons ovec [a monorchle en détruisont
une Josse commune. A [étronger, les tombeoux des rols de France
dort poisibtement. À son réveit, it prie et se prépore. Puis on [e conduit jusqu à
[o nouvette crée un énorme choc. étevés dans [o bositique Solnt-Denls.
une volture qui lottend rue du Temple. Ce [undi 21 jonvier 1793, itJoit Jroid
et un broulllord épois obscurclt les rues de Poris. It g o déjà beoucouP
de monde sur [o ptoce Louls XV devenue ptoce de [a Révotuti.on (oujourd'hui,
ptoce de [o Concorde) ou est dressée [a guiltotine. Des "spectoteurs" sont
orri.vés à t heure du motin pour avoir les mei.tteures p[oces... 80 000 gordes
notlonoux ont été mobilisés cor on crolnt un entèvement. Sur tout [e porcours,
Louis entend des cris hostites et des lnsultes. Le cortège orrlve ploce
de [a Révolution ou bout dune heure et demle. ,.
C EST COÿIBIEN
LÀ MÈ CHC

Les derniers mots


L. DE CHEVEUX?

La volture ovonce jusqu à léchoJaud.


Les bourreoux, Sonson et ses Jrères,
VoUS ÂVEZ
sont [à. On veut entever à Louis
TOUS PERDU
so redingote, i[ reJuse et lôte [ui-même.
. LA rÊrE !?
I[ se [oisse couper les cheveux sur
[o nuque. l]ex-roi reste sereln, digne
et colme. I[ demonde gue les tombours
n\ l-\
A
S
cessent et dlt, dune volx à pelne \s»X
oudible "Je meurs lnnocent de tous
'
les crlmes qu'on m'impute. Je pordonne
aux outeurs de mo mort et je prie Dieu
:,r k
gue [e song gue vous o[[ez répandre
ne retombe jomois sur [o Fronce..."
Des clomeurs étouffent ses dernlers C'est quoi, la guillotine )
mots. Sonson [u[ dit de s'o[[onger. Sous lAncien Régime, les condamnés à mort subissaient des châtiments différents
selon leur crime et leur condition (pendus, décapités, brûlés...). Le député Joseph
Un bruit sec : [e couperet tombe.
Guillotin fait adopter, le ro octobre V8g,le principe d'une exécution égalitaire et moins
I[ est 10 h 22. Un des bourreoux cruelle. Le 5 juin 't791, il est décrété que "tout condamné à mort aura la tête tranchée".
brandi.t une tête songulnotente On demande au chirurgien Antoine Louis de mettre au point une machine
à to Joute qui hurle de joie et crie : qui deviendra la guillotine. Elle est employée pour la première fois le z5 avril 1192.
"Vive to Républlque !" Et pour la dernière fois en... i977.

50 51
Représeil[es song lantes
La Vendée se soulève Le 1" ooût, [o Conventlon déctore [o guerre totote. On porte de "pton
de destructlon". En septembre, les Bloncs (tes rogolistes) sont mis en déroute
Les paysans vendéens, soutenus par des nobles, se dressent par les répubticains des généravx Ktéber et Morceou. Le 17 octobre 1793,
contre la Convention. i.[s sont bottus à Chotet. Its doivent posser to Loire. 80 000 hommes, Jemmes
et enJonts morchent vers Gronvilte, en Normondie, ou its espèrent rejoindre
des émigrés et les Anglois. Mois i.ts sont reJoutés vers Le Mans et vers Savenag
oùr les troupes républicaines les mossocrent.
Lo République en donger
llexécution de Louis XVI o choqué les souverolns étrongers qu[, en représolltes,
constituent une voste coatition regroupont [a presgue totalité de lEurope.
Motgré une victoi.re à Jemmopes (en Be[g[que), tes troupes Jronçoises
ne parviennent pos à prendre [e dessus. Pour Joire Joce ou périt, [o Conventlon \/
décide, le 24 Jévrter 1793, [o levée en mosse de 300 000 "votontalres"
-o-
/r\
dons tout [e pous. Sont réquisltionnés les hommes de 18 à 40 ans.
C'est [e début du service mltltolre obligotoire.

\tNGtANIE !

Dernière résistonce
En jonvier 1794, dons [e morois
breton, Chorette résiste encore.
Lo Conventlon envoie Corrler
et Turreou dont les "cotonnes lnJernoles"
mettent [a région à Jeu et à song.
En Jévrler 1795, une polx est slgnée
ovec Chorette. En jui.n, des émigrés
débarquent à Quiberon. Its se joignent
aux chouans mois lts sont bottus.
Les guerres de Vendée ont Joit entre
150 000 et 300 000 victlmes.
Résistance vendéenne
Mois ço ne se posse pos comme En mors, des désordres éctatent
prévu, notomment en Vendée, à Chotet, Chattons, Mochecoul.. C'est qui, les Vendéens et les chouans )
dons louest du pogs. Les Vendéens Lo Répubtique envole des soldats Les Vendéens sont les révoltés du sud de la Loire :

ne veulent pos alter se bottre pour pour [es moter, mots i.ts doivent Vendée, Maine-et-Loire, Loire-lnférieure,
Deux-Sèvres. Les chouans se trouvent plus
un régime qu its n'opprouvent pos. Joîre Joce à une véritoble guéri[[o. au nord. Leur insurrection se déclenche dès r79r
ProJondément cotholigues, lls rdont Les pogsons Jorment une armée
et gagne lAnjou, la Bretagne, la Basse-Normandie
pos digéré qu'on obtige les curés menée par des nobles nostolglques et une partie de la Touraine. Pour annoncer
à prêter serment à [o notlon. de [Ancien Régime (Chorette, l'arrivée des soldats républicains, ils imitent le cri
De ptus, lts ont été choqués La Rochejoqueteiru.,). llinsurrection de la chouette ou du chat-huant. D'où leur nom,
por fexécutlon de Louis XVI. est devenue une guerre. qui vient aussi d'un de leur chef, Jean Chouan.
Ators ils se révottent.

52 53
La Constitution de l'on I
Quelle Terreur ! Une nouvetle Constitution est odoptée le 24juin 1793. E[te prévoit
de nombreux drolts : droit ou trovoi.t, à li.nstructlon, subsistonce pour les plus
Dans le combat que se livrent les Girondins et les Montagnards pouvres... Mois les députés [o jugent inopplicobte en rolson des dangers
(voir p.46), ces derniers l'emportent. lls instaurent un régime que court [o Répubtique. Its to mettent de côté.

où tout le monde soupçonne tout le monde.


BON ALORS ? 0N Sicrur ou PAS ?

Rivalités à [a Convention
Depu's Le 21 septembre 1792, [a Conventlon est dominée par les députés
modérés les Gi.rondins. Leur rivotité ovec les élus les plus durs
'
(tes Montognords) apporoît ou grond jour lors du procès de Louis XVI.
Les Girondins ne peuvent empêcher [o Jormotlon du Tribunol révolutlonnoire
chorgé de juger les octes ontirévotutlonnolres, [e 28 mors 17q3, ni cette,
[e 6 ovrit, du Comité de solut pubtic qui. vo exercer te pouvoir.

Coup de force montagno,rd


Début ovril 17q3, Marot et Robespierre Lo Terreur è l'ordre du jour
occr.sent les GirondLu de voulolr Les Gi.rondins porvlennent à soulever Bordeoux, Morseitle, Toutoru..
mettre Jin à [o Révolution en s'otltont Les Vendéens se rebettent. Les ormées étrongères sont oux Jrontières.
avec les rogotistes. Its demondent même Lo République est menacée de toutes parts. Ators, Robespierre, leoder

rr
leur arrestotion. Les Girondirs réptiquent du Comité de sotut public depuis jui[[et, décide de [a "souver".
en Joisont arrêter Morot, en rotson de ses I[ met [o Terreur à [ordre du jour, [e 5 septembre. Ce[o veut dire gu'itJout
,1 ortictes r{uri.er.u<. Le journotiste est ocquitté. terrfler tous ceux quiJont couse commune ovec les ennemis de ta Répubtique.
ARRETEZ A [o suite de nouveat»< lncldents,
des sors-cutottes se rossembtent outour
cEs cinou»irts! Lo loi des suspects

ry
de [o Conventlon. Des Glrondirs sont
Le 17 septembre, [o Convention t.'esr Lui
orrêtés, doutres s'enJulent en provlnce. '
Les Montognords ont les molrs libres. Jronchit un pos supptémentaire
en votont [o loi des suspects. lL a q,ve crlpnr.
Ette ordonne [arrestotlon de tous
les ennemis de [o Révotutlon ovoués
ou présumés. [exécution de cette
[oi est conJiée à des comités
de survelllonce chorgés de dresser
des llstes de suspects.
-\,

Le savais-tu )
Le r3 juillet, le journaliste Jean-Paul Marat, l'un des Montagnards les plus radicaux,
^ est assassiné d'un coup de couteau par Charlotte Corday, proche des Girondins.
- Condarnnée à mort, elle est exécutée le r7 juillet. Marat devient un héros.

54 55
Plus de 35 æ0 exécutions
Les têtes tombent Le 31 octobre,2l ex-députés girondlns montent sur léchaJaud.
Le 6 novembre, c'est Phitippe dOrtéons, cousln de Louis XVI, passé dons
Pendant les mois de Terreur, les prisons ne désemPlissent pas. [e comp de ta Révolution sous [e nom de Phitippe-Égotité, qui est guitlotiné.
Des guillotines sont dressées dans toutes les villes. On exécute Le Tribunol révotutlonnolre va condamner à mort ptus de 2 600 personnes
à Poris. La Terreur s'étend oussl en province : Jusittode à Lgon, noyode
à tour de bras.
à Nontes... En tout, elte Jero de 35 000 à 40 000 vlctlmes.

Des procès spectocles Donton dit stop !


Tout [e monde soupçonne tout [e monde Pendont ce temps, les ormées révolutlonnolres
et on Peut se retrouver devont -à\ remportent des vlctoires contre les Angtais
[e Tribunol révotutionnolre sous n'lmporte /- 2 et les Autrlchiens. Puisgue [o Répubtique n'est
quel prétexte. À Poris, des porodies plus en donger, [a Terreur n'o plus de ralson
de procès ont [[eu ou Potais de Justlce. 7--
d'être, pense Donton (voir p. 60). Mois
Le président lit locte doccusotlon. Robespierre veut poursulvre so potitique.
On écoute quetques témoins, tous Donton et Comille Desmoulins, oppelés
à chorge. Puis [occusoteur pubtlc, "tes lndutgents", sont arrêtés et guittotinés
[e redoutobte Fouquier-Tinvltte, réctome [e 5 ovri.t. Tout: [e pouvoir est entre
[o mort. Des Jemmes possent les molns de Robespi.erre.
[a journée ou tribunot, se bousculont
pour avolr les meilleures ploces.
Munles de leurs trovoux doiguittes,
les "trlcoteuses" lnterpel[ent [e jug., tE PouvoiR
[e jurg, eltes lnsultent laccusé T'AVEu.GLE, I
et opploudlssent loccusoteur. I ROBE S Pf ERRE .1

L^issez- Moi coqvnin Lo mort de Morie-Antoinette


tlEs CIIEV€UX BIANCS
D§VANT LA C'est dons ce contexte que se déroule
[e procès de Morie-Antolnette,
les 14 et 15 octobre 17q3.
Fouquier-Tinville lit lacte docctsotlon
(retoti.ors ovec lenneml et dilopidation
C'est qui, Louis XVll )
À la mort de Louis XVl, le nouveau roi aurait dû
des deniers publics) ouquel i[ qjoute être son fils Louis-Charles, qui aurait pris le nom
des cotomnies ignobles. Ses ovocots, de Louis XVll. Enfermé à la prison du Temple
jugés trop indutgents, sont orrêtés. à sept ans, il est recueilli par des geôliers.
Condamnée à mort, lex-souveroine Cravement malade, il s'affaiblit de jour en jour
est exécutée le 1 6 octobre. et meurt le 8 juin V95 à l'âge de dix ans.

56 57
La chute de l'lncorruptible Le coup d'État du I thermidor
Le 27 juittet 1794, Robespierre se rend à [a Conventlon. I[ interpetle les députés.
Le Comité de sotut pubtic s'apprête à loncer une nouvelte chosse oux "troîtres".
Robespierre (voir p.6z) ne veut pas mettre un terme à Ia Terreur.
Robespierre menoce mois ne donne pas de norns. Les députés sont terrorlsés.
Cela va lui coûter Ia vie. Pourtant, lun d'eux ose : "Quond on se vonte dovolr [e couroge de [o vertu,
itJaut ovolr celui de [a véri.té. Nomme ceux que tu occuses !" "Nomme-tes !",
reprennent ptusieurs étus. Robespierre ne bronche pos. Le lendemoln
Lo Grqnde Terreur (9 thermidor de [on ID, Saint-Just tente de déJendre [o politigue du Comité
Après ovoir envoyé ses odversolres de solut public. Ses mots sont étoufJés por les cris. Robespierre réctome
à lléchoJoud, Robesplerre Jolt voter, [o porole. Les députés loncent : "Mort ou tyron !" l]un d'eux crle : "Qu'on
te 10 juin 1 7q4, un texte gui. outori.se larrête !" Les Montognords votent larrestotlon de Robesplerre et de SointJust.
à Joire comporoître tout suspect devont
le Tribunal révotutlonnalre sons gue 7-
son procès oit été lnstrult. C'est [e règne
Ie comr.ae^rçes À
des dénonciotlons, de [o vengeonce...
'impAri€NTER !
En un mois, 2 000 personnes sont
r.t
I
exécutées à Porls, dont [e poète
îHÂirRE, t-
André Chénier et [e sovant Lovoi.sier.
La guittoti.ne Jonctlonne slx heures ü @
'l u
por jour !

c'esr L'HeuRE \-
\\-
B B E
D€ LA
REr-èvE
Èfi
!
â

Lo mort du tgron
Lo nouvelle se répond dans Paris. Des sons-culottes, mossés à proximi.té
des Tui.terles, porvtennent à déltvrer les occusés qui se réJugient à [Hôte[
de Vi[[e. Mais ou matln du 23jui[[et, les gordes notionaux orrivent. On ti.re
quelques coups de Jeu. Robespierre est btessé. Le lendemoln, Uncorruptibte
est debout sur léchoJoud, [o môcholre brisée. I[ est guiltotiné. Soint-Just
et leurs amls oussl. C'est ta Jin de ta Terreur. La Jin d'une certoine ldée
de [o révolutlon oussl.

Robespierre [e tgron
Au même moment, les troupes Jronçaises remportent des victolres. Le savais-tu l
La Convention a accompli une tâche immense : abolition ala a-
Le 26juin, les soldats de Jourdoin vlennent à bout de larmée outrichlenne
de l'esclavage dans les colonies, autorisation du mariage
dons un vittoge de Belgique, Fleurus. Le donger extérleur s'éloigne. Lo Terreur
civil et du divorce, instauration de I'instruction publique
na ptus de ralson d'être. Mais Robespierre et ses omis ne [entendent pos olnsi. (écoles primaires), création de grandes écoles, abolition
Du coup, llncorruptibte est perçu comme un tyran. totale des droits féodaux...

58 59
Le Tribunol révolutionnoire,
Danton, Ie géant c'est Lui !
Étu de l'o Conventlon, i[ rejoint
ll a contribué à instaurer la Terreur avant d'en dénoncer les abus. les Montognords dont i[ ne portoge
ll en a perdu la tête... pos toutes les idées extrémlstes.
I[ est pourtont à lorigine du sinlstre
Pt-uS llAul:
QU§ TOqT tE Tribunol révotutlonnoire, et sero
Tu montreros mo tête ! Ir,tof{DE P(i§se lun de ceux qui oppelteront
Arrivé en hout des marches de léchaJoud, t"te voln I à l'lnstaurotlon de [a Terreur.
[homme s'odresse au bourr€ou : I[ est égolement à [o tête du Comité
"Tu montreros ma tête ou peupte. de sotut public ovant den être évincé
E[[e en vout [o pei.ne !" C'est peut-être por son rivot, Robespierre.
ce qudont entendu [es Parlsi.ens présents,
ce 5 ovrl 17q4, pour [exécutlon
de Donton. Cet homme qu/on va
Condomné par Robespierre
gutttotiner a été lun des personnoges \

1tïlï
En 1794, Donton réctame to Jin de [a Terreur. Accusé por Robesplerre
les ptus i.mportonts et les ptus
de consplrer contre [o Répubtique, l[ est arrêté te 30 mors en compognie
controversés de [a Révotutlon.
de Comille Desmoutins. Après un slmulacre de procès ou [on est obligé
de lévocuer pour éviter qu'i[ ne se déJende, Donton est condult à t'échoJoud.
Ce 5 ovri.l 17q4, en possont devont te domicile de Robespierre, l[ lonce :
MoNrqs^/5 Aux Ginon»ius QUE Nws NE
,./?
"Tu te coches mols tu vos me sulvre !" It n'o pos tort.
'r / So rv M§5 p,ls DEs cHiFF€s î"to LLE' !!.1

L\
Jcre cARDE
LA PLAC^E
ilt lllr
ctt^uDE,
RoBrsflsn REI

Oroteur redouté
Georges Jocques Danton est né I[ loisse Joire les mossocres
à Arcls-sur-Aube, en Chompogne,
Le 26 octobre 1759. Avocot, député
du tlers étor en 178q, i.[ devient
dans les prisons, ou début
de septembre, ottont jusgu à dlre
"Cette exécutlon était nécessolre
'
Wffi
un des membres les plus importonts pour opoiser [e peuple de Parls" !
du ctub des Cordeliers oùr [on De décembre 17q2 à Jévrier 17q3, --.^
,--
remorgue so Jorte stoture Donton est en Betgique pour U porter
et surtout son tlmbre de volx
gul en lmpose. Principol ortisan
[a porote révotutionnolre. It ditopide
[orgent guon lui o conJié pour
C'est qui, les "indulgents" )
-F
En janvier 1794, Robespierre dénonce ceux qui souhaitent mettre fin à la Terreur.
de [insurrectlon du 10 ooût 17q2, cette misslon, ce qul entachero Ce sont les "indulgents", Danton, Desmoulins... ll les fera exécuter.
i[ devient minlstre de [o Justice. sa réputotlon.

60 6l
Vers to Terreur
Robespierrê, l' I ncorru pti ble Dès les débuts de lAssemblée
constltuonte, Robesplerre se Joit
Cet avocat idéaliste est devenu le personnage le plus important remorquer en réctomont [e sufJroge
unlversel et [lnstructlon gratuite.
de la Convention, en r 7g3.Et le symbole de la Terreur.
I[ se dit même parti.son de
[abotition de [o peine de mort !
Oroteur sévère, ou débit [ent,
L'él,u d'Arras oux phroses lnterminabtes,
Porml les représentonts du tlers étot réunis à Versailtes pour les états i[ déctenche pourtont
généroux, en mol 178q, se trouve un jeune homme à [otture strlcte, pas [enthouslasme guond i[ lit son
très grond, molgre, les Ueux bleu-vert, les cheveux blond-chôtoin poudrés. texte écrlt mlnutleusement des
Il a été étu à Arros. Ce jeune homme s'oppelte Moximilien de Robespierre. nuits entlères. I[ est étu député
I[ vo devenlr [un des personnoges principoux de [o Révolutlon. de Ports à [o Conventlon,
Un personnoge étronge et redouté. et s'lmpose ropldement comme
[un des ch.Jt des Montagnords.
Après avolr obtenu [o chute
0tlAH! rq coxrunis
des Gi.rondins et oppeté
RoussgAtl I Frqr
à llnstourotton de [o Terreur,
l[ entre ou Comité de solut pubtic
\ SAVOIR,

dont i.[ devlent [e leader oprès ltlES egg8 ql corffRE


/'J

avoir évlncé son rlvat, Donton.


,/ LA PEiNE DE MORT ?/
I[ est de ptus en plus i.ntronslgeont,
on [e surnomme "llncorruptlbte".
Pendont un on, [[ exerce une
véritoble dictoture à [a tête
du gouvernement révoluti.onnalre.
ÇA T,EN BoucHE
r uN coiN... /
fit"" Lo chute et [o mort
Ne voutant pas mettre un terme à [o Terreur, [t est orrêt é Le 27 juittet flq4.
I[ est guitlotiné ovec ses omls, Couthon et Soint-Just, [e 28. Après so mort,
Un étudiont bril[ont Robespierre devient un personnage presgue légendolre, symbote de [a Terreur
Né [e 6 moi. 1758, Maximilien son maître à penser. Très bon é[ève, et monstre songulnolre pour les uns, ôrne de [o Révotutlon et gorant
de Robesplerre est [e Jits d un ovocot i[ est choisi pour réciter un texte de [a moro[e républicolne pour les outres.
dArros. Orpheti,n à clnq ars, [[ est de blenvenue lors dune vlslte du roi.
éLevé por son grond-père. I[ obtient au cottège. En 1781, Robesplerre
une bourse pour olter étudier regagîe so v[[[e natole pour U exercer
ou cottège Louls-te-Grond à Poris [e métler dovocat. Quelques procès C'est quoi, Ie culte de l'Être suprême l
où i[ côtole Comitle Desmoutins. l'u[ donnent loccoslon de s'opposer Robespierre imagine une sorte de religion "civile" pouvant remplacer
It g découvre Rousseou qui devi.ent oux prtvltèges de [o noblesse. la religion catholique, basée sur la vertu.

62
Des lettres onti-Robespierre
Olympe de Gougês, au nom des femmes chose qu un Étot s'incorne
Quetques onnées plus tord,
en 1793, ette s'lnsurge contre dans un seul lndividu, gr,fil soi.t roi.,
Femme de lettres, Olympe de Couges considère que les femmes [a Terreur. Ette lécrit dons des [ettres solnt ou Janotique qui croit Jaire
sont les oubliées de la Révolution. Son combat lui coûtera la vie. et dans des [[vres. Ette cri.tique [e socrfi.ce de so vle à [a vérlté."
également Robespierre, devenu Ses propos vont [ui. être Jotots.
lhomme Jort du réglme : Otgmpe est orrêtée, dénoncée
iI EST GRAND TEMPS "C'est toujours une mauvolse par son éditeur.
QUE vous APPR€Nirz À
Vous SEnvin D'uNE
Épomcr !

Condomnée è mort
Le 2 novembre, etle est lnterrogée por [e terribte Fouguier-Tinvi.tte, occusoteur
redouté du Tribunol révotutlonnolre. Etle n'o pos dovocot. Fouqui.er-Tinville
[u[ reproche d'être à forigine des clubs de Jemmes gue to Conventlon vient
d'lnterdlre cor jugés dangereux pour [o poix pubtigue. It [accuse aussl dovolr
pris [o déJense de Louis XVI mois, surtout, dovoir écrit les lettres criti.quont
Robespierre. Lo sentence ne tarde pos : "Le Trlbunol condomne lodite
Femmes mois pos citogennes Otgmpe de Gouges à [o peine de mort."
Née [e 7 moi 1748 à Montoubon, orrlvée à Paris en 1770 pour g écrire Le 3 novembre 1793, Otympe est emmenée ptoce de to Révotution pour
des pièces de théôtre, Otgmpe est une Jemme libre, jogeuse et omoureuse. y être guittotinée. Et[e monte sur les morches en disont : "EnJonts de [o potrie,
Ette est oussi une Jemme en colère, ulcérée que [o Déctorotlon des drolts vous veftgerez mo mort !" Avont que [e couperet ne tombe, une Jemme
de [homme de 1789 oit oubtié les Jemmes. Eltes ont beau porticiper dons ta Joute crle : "À mort !"
aux événements et aux combats de [o Révotutlon, comme [o marche sur Versoitles
en octobre 1789, les Jemmes sont renvogées à leurs tôches domestigues.
Le savais-tu )
On n'en volt oucune dons les ossembtées. Pire, ettes rdont pos te droit de vote. En France, les femmes n'obtiendront le droit de voter que le zt avril1944.
E[[es ne sont pcrs considérées comme des cltogennes. Alors, en 1791, Elles voteront pour la première fois en avril 1g45.
Otgmpe rédige une Déctoratlon des droits de [o femme et de [o citogenne,
gui stipute , "LoJemme noît libre et demeure égale à lhomme en drô[ts." Alne : Olympe de Couges : "Non à la discimination desfemmes", Elsa Solal, coll. "Ceux qui ont dit non", Actes Sud Junior.

64 65
La République "bourgeoise" Terreur blanche
Dans [e sud de [a Fronce, des rogollstes s'en prennent
oux révotutlonnalres. On porte de "ferreur btanche".
Après les excès de la Terreuç la Révolution se fige. Et la France Comprenont qrdits ne pourront pos revenlr ou pouvoir
connaît une période relativement calme. por les électlons, its tentent d'attaguer [o Convention.
Lo révotte est réprimée, [e 5 octobre 17q5
Les Thermidoriens (13 vendémioire an I[), por unjeune général,
Après [a chute de Robesplerre, les députés de [o Conventlon cherchent Nopotéon Bonoporte. Le peupte o un nouveou héros.
à romener [e catme. Appetés "Thermldoriens" à couse du coup d'Étot
du 9 thermidor (voir p.59), its suppriment [e Comlté de solut public et Le Directoire
[e Tribunat révolutlonnolre. Dons les rues, les gens ont envle de s'omuser, de v[vre... Lo Convention se sépore le 26 octobre 17q5 et cède [o ptoce ou Dlrectoire, chorgé
dopptiguer une nouvelte constitution, dlte de lan III. Cinq dlrecteurs sont oux
commondes, étr.s por deux ossembtées, [e Conseil des Cinq-Cents (qui discute
et vote les résotutiors) et [e Conseil des Anclers (qui trorsJorme ou non
les résolutlors en tois). Its dolvent JaireJoce à une sltuation économlgue dfJicite,
668 it n y a plus dorgent, les inégotltés s'occentuent. Des révotutlonnolres emmenés por
8EE Grocchrs Bobeuf tentent de déclencher des émeutes. On parte de to corspirotion
I des Égoux. C'esi un échec. BabeuJ est condomné et exécuté. Les membres
du Directoire Jont de nouveou oppel à lormée pour repousser les royolistes
désireux de Joire un coup dEtot. Le régime, lmpoputolre, est ofJoibti. Tout est prêt
pour qr/un homme providentiel prenne [e pouvolr. Cet homme, ce sero Bonoporte...

ÿous rue fniles


pÉrixiTivefiENr PAs
LE PoiDô FAcE

Lo défalte des scns-culottes


Lo Conventton "thermldorlenne" ne veut plus
de débordements poputoires : etle interdlt
les ottroupements. Pourtont, des émeutes C'est qui, les "incroyables" )
ne tardent pas à éctoter dons les Joubourgs Début Vg5,les bourgeois de Paris font
de Poris. Le 1" avrtl et le 20 moi 1 7q5, la fête. Désormais, on s'intéresse plus
des sans-culottes envohissent lAssembtée. à la mode qu'à la politique. On peut
Ils réctament du paln et [e rétobt'ssement croiser dans les rues de la capitale
les "incroyables" et les "merveilleuses",
de [o Constituti.on suspendue por les
qui se livrent à toutes les excentricités
Montognords en juin 1793. Lo Convention
vestimentaires et langagières. lls ne
prend peur et Joit arrêter les Montognords prononcent plus les "r". lls disent
occusés de soutenlr les émeutlers. "ma pa'ole" ou "c'est ho'ible".
Les sons-cutottes ont perdu.

66 67
Lo compogne d'Itolie
Bonaparte, la nouvelle star Sa carrière est loncée, doutont plus éclotontes. Dors les troités de poix,
qui[ est lomi duJrère de Robespierre. Bonoporte exige du vaincu des
En t 795, un jeune général corse remporte des victoires en ltalie. Mois en jul[tet 17q4, ['Incorrupti.bte sommes très lmportontes et, même
Ses exploits en font l'idole des Français. tombe. Bonaparte est arrêté.It na ptus s'[[ en garde une gronde port
[e vent en poupe, mois [o tentotive pour lui et so Jomltle,
de coup dEtot du 13 vendémiolre vo i[ remptit les caisses de [Étot.
L enfont de Corse [e remettre en setle, on lui demonde Par ollteurs, [e générotJoit dfJuer

[étève n'a gue dlx ans. It est petlt, ses cheveux sont nolrs. I[ o un drôte de moter une émeute de rogotistes à son propre journol, Le Courrier
d'accent et se prénomme Nopoteone. Mois personne à [éco[e mllitolre Poris ; itJoit tirer sur [es monfestants ; de l'armée d'lnlie.l[ soit Jaire
de Brlenne, en Chompogne, n'ose se moguer cor [e petit Bonoporte [a Conventlon est sauvée. Quetque so publiclté, [e petit générat!
est cotérique. Gore à cetul gui [u[ mongue de respect ! En ptus, temps après, Bonoparte devient cheJ I[ est [idote des Fronçois.
it est très bon élève en mathématigues, en hi.stoire et en géogrophie. des armées dltotie. It y olJronte Au point de deveni.r gênont
Nopoléon est corse. Son îte no été rattochée au rououme de Fronce lAutriche et remporte des vlctoires pour [e pouvolr...
qden 1768. Lui est né à Ajoccio un on ptus tord, [e 15 ooût fl6q.

Retour ou pogs
Bonoporte est odmls à [écote militoi.re
de Paris en 1784. I[ en sort ovec L
le grode de li.eutenant. En 1789, d)
quand éctote [a Révolutlon, i[ est
à Auxonne, en Bourgogne. I[ opploudit
à [obotitlon des privitèges mois _,
b.--
n'opprouve pos les viotences. Napotéon
retourne en Corse, espéront devenlr
[e bros droit de Paoti, un homme
politique qul voudroit obtenir
lindépendonce de son îte. Mois
les deux hommes ne s'entendent pas.
En 1 7q3, [o Conventlon décrète
lorrestatlon de Pooli. Accusés
de trahison, Nopoléon et so Jomille INqT,LE DE
doivent gultter l]îte. Its se réJugient R(IIETTRE LE}
à Touton. Lo Convention o besoln Pi€D5 icil
d'un militoire pour reprendre [o vitte C'est qui, foséphine de Beauharnais ?
Née en Martinique en t753, veuve d'un noble,
aux molns des Angtois. Ce sero
Bonoporte qui réussit à chosser
[enneml britonnique. Cet exptoit
elle rencontre.le jeune Napoléon qui en tombe
amoureux. lls se marient le 9 mars't7g6
7
et elle deviendra impératrice. Napoléon l"'
divorcera en r8og.
de brigode, à vingt-quotre ons !

68
Le coup d'Étot du 19 brumoire
Comment se termine une révolution En Fronce, [e Directoire est ou plus mo[, oux prises ovec [o Joittite et
[e mécontentement de toute [o poputation. On crolnt un retour des royolistes.
Un coup d'État, le Directoire tombe, Bonaparte prend le pouvoir. Certoi.ns députés sont prêts à se donner à n'importe guel homme Jort copobte
La Révolution est terminée. de remettre un peu dordre dons [e pays. Aidé por un des membres du
Dlrectolre, Sleyès, et por son Jrère Luclen, Bonaporte Joit disperser les membres
des Conseils, réunis à Soint-Cloud, Jorce tes directeurs à donner [eur démlssion
Lo compogne d Éggpte et s'empore du pouvoir. C'est [e coup d'Étot des 18 et 19 brumoi.re on vIII.
Trop poputolre, Bonoporte devlent gênont C'en est Jini du Directoire. Et de [o Révotutlon.
poul [e Dlrectolre. On décide de lenvoyer
en Eggpte pour couper à lAngteterre la route
des Indes. A ta tête de 280 novi.res NAVRÉ, JE DoiS
et de 54 000 hommes, [e jeune générol port PnRrin AU sEcotlRs
de Toulon te 19 moi 1 7q8. Le 1" julttet,
lexpédition orrlve à Atexondrie. Le 21,
DE LA FBANCE.
rrtriltl
[o covalerle turque est écrosée au pled
des pgromides. C'est [à que Bonoporte Prrusgz À m'ervoyeff
ourolt dit: "Soldots, songez que du hout TINE CART€ PO§TALE.
de ces pyramides, guoronte sièctes vor.ls
contemplent !" Les Françals s'instoltent
ou Colre mols, une semalne oprès,
lomlrol onglois Netson détruit
[o flotte Jrançaise en Médit erranée. Le Premier consul
Bonoporte remporte de nouveltes Au lendemain du coup d'Étot, trois hommes
victoires puis, en ooût 17qq,
i[ apprend que [a Fronce est
< =(,t
prennent [e pouvolr : Bonoporte, Siegès
et Ducos. Ce sont les consuls. En réatité,
de nouveou menocée par seul te Premler consul décide. Et ce Premler
une coolltlon des puissonces consut, c'est Bonoporte. I[ est lhomme Jort.
dEurope. I[ décide de rentrer, I[ veut à to Jois poursulvre læuvre
loissont son ormée sur ptoce. de [o Révotution et Joi.re en sorte qu tt n g ait
plus de troubles. Pour osseolr son outorité,
i[ se Jero élire consul à vle en 1800.
La France vlt désormols sous un régime
de dictature mititoi.re. Lo Révolution
est à ronger ou rauon de lhistoire
de Fronce...

_.-_-

-.
T Le savais-tu l
En t8o4, au lendemain d'un complot royaliste, les Français votent pour que Bonaparte
devienne empereur des Français. Le z décembre, il est sacré à Notre-Dame, à Paris.
C'est le Premier Empire. Napoléon !" abdiquera deux fois, en r8r4 et en r815,
et mourra à Saint-Hélène le 5 mai r8zr, prisonnier des Anglais.

7t
A quoi a serui la Révolution l E[[e o oboti [es privitèges
Nuit du 4 ooût fl9q, les nob[es
et [e c\ergé renoncent à leurs
A-t-elle ouvert la voie à un monde meilleur ) Bilan d'une période
trou ble et fascinante.
privilèges. Mols, au bout
du compte, tout [e monde
n'en o pas proJité. Les ouvrlers
F(a\
notomment, sont les grands
§ t\s a-
t/

perdonts de [o Révotution -/\\-=


cor leur condition ne s'est pas
vralment amétlorée.

«
Lo vie des Fronçais a chongé
tîî,Tfl Dans les Jamiltes, [[ n'y o ptus
de droit d'oînesse : tous les enJonts
Ette o mis f,n à [o moncrchie absolue ont des ports égotes ou moment
Dès 178q, [e roi perd une gronde portie de ses pouvoirs. La monorchle de [o succession. Les Fronçais sont
devi.ent partementoire, un peu comme ce qui ex'ste aujourd'hui en prlnclpe égaux devanr [a loi
ou Rogaume-Unl ou en Suède. Lo monorchie disporoît en 1792 ovec et devont [impôt. I[s sont libres
lovènement de [a Première Répubtique. Ette Jero son retour ovec Loui.s XVm, de pratiquer [o religion
r
\1/r ,\'\tr1r
Chartes X et Louis-Phttippe, et [[Jaudro ottendre [onnée 1848 pour de leur choix...
que [o Fronce vive à nouveou en république.

Le poys s'est unif,é


E[[e o mis [o démocratie Llun des mérltes de [o Révolution o été de donner à [a Fronce lunité
ou goût du jour qui lui monguoit. Paris est devenu [e centre du pouvolr et ce gu'on oppette
Lo Révolution Jronçaise [o centroti.sati.on est, oqjourd'hul encore, une des porti.cularités rdu p"ü,
n'a pas inventé to démocrotle,
ni [o république. Mais c'est [o
première Jois qu un tel réglme
s'instolle dons un grond pous
européen. Plusieurs Etots ont 4t \
copié lexemple de [o Fronce, L'rsr ici a.
\,
ennis . I
dons les années qui ont sutvl. QUE TOUT ('' zlD, r
1-/,
EA
Aujourdhul encore, tous Se pesse!
[es pogs de [Union européenne
vlvent en démocrotle.

MN
72
:E METRÊ
Souvenirs de la Révolution | | i
lr,-, 1,,,t,,,, lrrrtlr.r,rlr,,.l,',.lrr
i i li

tE GRAMMÉ
Le sgstème métrique
Des dates, des monuments, des idées, des symboles...

m
En mors 17q4 arrlvent
Que reste-t-il de Ia Révolution ) [e litre, [e gromme, [e mètre,
[ore, [e stère, [e Jronc...

LF LiIRE L-l

Les droits de Phomme


LÉ F«âNC
Lo Déclorotlon de 1789 est encore très présente dons les esprits et les textes. -
E[[e o été complétée à dfJérentes époqu€s : en 1848 (on a ajouté [e droit
ou trovoil et [a liberté de lenselgnement) et en 1q48.
Le divorce
Le suffroge universel Lo loi du 20 septembre 1792
I[ est lnstouré pour [o première Jois en septembre 1 792 oJin détire (onnulée en 1816 et rétoblie Ïtt Errl A5 MiS
[a Conventton, mots i[ exctut encore les Jemmes (et [es domestiques). en 1884) instoure [o rupture uu re mes !

tégate du morloge.

vEuiuuez ATTENDR.E
.Lr 24 AvRiL 4q\U.

Et oussl..
llinstructton grotuite et obtigatoire pour tous, [e Code civil (mis en oppticatlon
en 1804), lobotition de lesctovoge (rétobti por Nopoléon et déJinitivement
oboti en 1848), les grondes écoles, [o guiltotine (qui ne disparoîtro quden 1q81
ovec lobolition de [o peine de mort)... Et des symboles [o devlse "Liberté,
Le jurg
'
Égotité, Froternlt é", le dropeou bteu, btonc, rouge, La Marseillaise devenue
Composé de cltogens tlrés ou sort qul se réunlssent en cos de procès hgmne notlonol, le 14 Jui.[[et, devenuJête notionole en 1880...
aux côtés des juges aJin de rendre [o justice, i.[ o été lnstouré en 1790.

Les déportements
Tu habites oujourd'hui
dons un déportement
qul dote peut-être
de 1791 . Les députés
en ont créé 83 pour
remplocer les provinces.
Its sont tous à peu près
de [a même taitte. Dans
I le »ois Bierrl avoii
LE TE MPS POUR
BoiRE UN Coup pReS
D'uNE rÂvERNE ...
,,,,
a

chocun, un cheJ-tieu
se trouve à une journée
de chevol de ses Jrontlères
Q= Le savais.tu l
ll reste quelques pierres de la Bastille dans la station de métro du même nom (ligne 5),
(envlron 40 hm). à Paris.

74 75
8. V.r"nnes se trouve auiourd'hui 12. Qui a dit: "Tu montreras
Quiz dans Ie département de la Meuse. ma tête au peuple, elle en vaut

I Vrai E Faux la peine" l


I. Louis XVI est Ie petit-fils de :
4. Le zo juin 1789, les députés a. Danton
ont prêté serment dans une salle
a. Louis XIV b. Saint-Just
de Versailles. Laquelle ?
b. Louis XV c. Robespierre
a. La salle des Pas perdus 9. Qri a mené la révolte
c. Henri lV des esclaves à Haiti en r79r l
b. La salle des Menus-Plaisirs
a. Jean Laverdure
c. La salle du Jeu de paume
b. Timon Lassoudure I3. Frimaire est le mois du froid.
2, Lesquels de ces hommes c. Toussai nt Louverture E Vrai E Faux
n'ont pas été ministres de Louis )(VI l t
a. Turgot

ü3 gr
b. Colbert
I O. Un sans-culottes porte : | 4. Robespierre était :

c. Sully
a. Des caleçons a. Médecin
d. Calonne
b. Un pantalon b. Journaliste

B@ §. tvtirabeau a été guillotiné en Vgt.


c. Un short c. Avocat

d . cos l.,loNAqf€

E Vrai E Faux
3. Qrel chant va devenir l'hymne
national l
a. Le Chont du départ 6. De Launay est te gouverneur...
b. La Carmognole a. De la Bastille
c. Le Chant de guerre b. Des Tuileries
pour l'ormée du Rhin
c. Du Temple

4 u or{eqe
I Ï.
Remets dans I'ordre
d'apparition ces quatre assemblées.
7. Qri a reconnu Louis XVI
à Varennes I a. Constituante

a. Marat b. Convention 15. Les femmes ont obtenu


b. Drouet c. Directoire le droit de vote en Vg3.

c. Bailly d. Législative fl Vrai E Faux


Elle a écrit la "Déclaration Iô. Charette était un chef Table
des droits de Ia femme". montagnard.
Elle s'appelle:
E Vrai E Faux Les dix années qui ont changé la France p.6
a. Louise Michel Des idées révolutionnaires p.8
b. George Sand Le rêve américain P.ro
L'Europe en t789 P. 12
c. Olympe de Couges Louis XVl, le roi qui hésitait trop p. 14
Marie-Antoinette, la mal-aimée P.16
La France va mal
I9. Leque! de ces hommes P.18
Trois ordres dispersés P. 20
n'est pas mort guillotiné )
1/ . Comment s'appelle aujourd'hui Les Français s'expriment P. 22
la place de la Révolution à Paris l a. Saint-Just Du rififi aux états généraux P. 24
Les députés prêtent serment P. 26
a. Place de la Concorde b. Bailly
On a pris la Bastille ! P-28
b. Place de la Nation c. Marat Panique dans les campagnes P. 30
La folle nuit du 4 aoCtt P.32
c. Place de la République Un boulanger à Paris P.34
La Révolution et l'Église divorcent p. 36
Le roi s'est enfui !
20. Un poète cé!èbre a été P. 38
Que faire du roi ) P. 40
guillotiné en Vg4.ll s'agit de :
La monarchie, c'est fini ! p. 42
a. Lamartine Valmy: enfin une bonne nouvelle ! P-44
Vive la République ! P. 46
b. André Chénier
Le procès de Louis XVI P. 48
c. Alfred de Musset La mort d'un roi P- 50
La Vendée se soulève P-52
Quelle Terreur ! P.5q
Réponses Les têtes tombent
La chute de l'lncorruptible
o. sÉ

P-56
Danton, le géant p. 60
Robespierre, I' I ncorruptible P.62
Olympe de Couges, au nom des femmes p.6+
La République "bourgeoise" P.66
Bonaparte, la nouvelle star P. 68
'q-oz 'r-5 Comment se termine une révolution P.70
'(uteq uos suep purssesse) r-5r '(auuo8ry ue) rern-g À quoi a servi la Révolution ) p.72
'(uagpuan1eqf, un 1sa,r) xneJ-8r '(p;noqauay\-alures ep Souvenirs de la Révolution P.74
'e-Lt atsod ep erlJeru a; t;etp,r) q-l
')-9 r 'e-9
'(ÿÿ6r ua) xnel-Sr '(arpe;err ep uour lsa l!) xnel-S Quiz P.76
't-ÿt 't-ÿ
' (arqurargp-erqure^ou ua) rern-f r ' (etolloaoyy e1 tsa,r)r-€ I{cprtxluit et achcr.'é d'inrprirncr clr tér'ricr 201 I par l'irrrprirrrcrit' l\rllina i) Luç«rrr
.e-zt 'fu1; r.ruag,p a.rlsruru) r p lxxrr lc c()rnl)tc tlcs éditiorrs r\(.'l'[S SIIl), Lc NIéjaIr, l'l;rcc Nina-l]crberol,a, I.12(X) ,\rlcs
') 'q 'p 'e-tI srnol ap arlsrurr.u) q-z l)é1ilt légal I (,rliti«rn: ar.'ril 2Oll - N" irnprcssion : thnprhrni ttt F'nun'c) L565O1ll
fi11y
'q-or 'q-r
lnrprirné sur tlu llapier issu tlc forôts gér(,cs tlur:rblcrncnt.

78
ul
o
.- Tous les ans, le r4 juillet, on célèbre la fête nationale
de la France ; feux d'artifice, bals, pétards se font

u
z
entendre partout.,. Mais sais-tu que ceüe fête
commémore le début de la Révolution française,
pendant l'année V8g l En effet, la Révolution est
une période tellement importante dans notre histoire
É, et dans celle du monde qu'elle nous influence encore
T!
z aujourd'hui. La France, où tout était auparavant
dirigé par une seule personne, !e roi, a vu alors
o
.-
le peuple se révolter contre les injustices qu'il subissait,

F prendre le pouvoir et instaurer la République.

fJ o Selon la Déclaration des droi* de l'homme issue

o o
CL
de la Révolution, il est désormais écrit dans la loi que
les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit.

rlll .-Èo Ce livre t'aidera à mieux comprendre comment le peuple

É, È français a gagné la liberté, l'égalité... et la ÿaternité !


o
CL
J ,o

www. octes-s ud-j unio r.fr