Vous êtes sur la page 1sur 7

1 ER O C T O B R E 2 0 1 9   139e ANNÉE . NO 33 . HEBDOMADAIRE .

À la une Actualité
Formation initiale : le big bang des écoles d’avocats « On ne peut pas continuer
de nous imposer de travailler
Les écoles d’avocats traînent derrière elle la réputation de n’être gratuitement »
que des redites de l’université. Une critique répétée à l’envi mais qui entretien avec Alain COCKENPOT
n’est plus justifiée au regard des efforts qu’elles fournissent pour
rendre leur pédagogie professionnalisante et pratique. Passage en
revue des atouts des 11 écoles assurant la formation initiale. Jurisprudence
Gestation pour autrui et effet
collectif de l’acquisition
de la nationalité française
par naturalisation
note par Patrice LE MAIGAT
sous CE, 2e-7e ch. réunies, 31 juill. 2019
Chronique de jurisprudence
du droit du surendettement
par Eva MOUIAL-BASSILANA
et Jérôme LASSERRE CAPDEVILLE
© L. Garnerie

Gazette Spécialisée
DROIT DE LA FAMILLE
SOUS LA RESPONSABILITÉ SCIENTIFIQUE DE
• Élodie MULON
Avocate au barreau de Paris, associée, Mulon Associés
• Béatrice WEISS-GOUT
Avocate honoraire, BWG Associés

AVEC LA PARTICIPATION DE
Camille ANGER, Noémie ASSUIED, Arnaud BAUTRAIT-LOTELLIER, Béatrice BLOQUEL, Mathilde BOISNARD, Alice BOUISSOU, Coline LE CAM-
MAYOU, Anne-Laure CASADO, Flora CASSOUDESALLE, Aurélia CORDEIRO, Mélanie COURMONT-JAMET, Laura DALIBERT, Valentine DARMOIS,
Alice DEPRET, Cyrielle DUFLOUX, Gaëtan ESCUDEY, Soussan FATHI, Julie FLAMENT, Marion GALVEZ, Pauline GOURDON, Emmanuelle HUBY,
Antoine LAÎNÉ DELACOUR, Arnaud LEICK, Romane LEMAITRE, Sophie MALBAUT-MANAS, Héloïse MALHERBE, Alice MUNCK-BARRAUD,
Rahima NATO-KALFANE, Niamh NÍ GHAIRBHIA, Helen O’NEIL, Julie PIERROT-BLONDEAU, Olga PÉNY-PELTIER, Isabelle REIN-LESCASTÉREYRES,
Charlotte ROBBE, Anne-Laure SARDABY, Clara SCHLEMMER-BÉGUÉ, Stéphanie TRAVADE-LANNOY et Agathe WEHBE

gazette-du-palais.fr
S o m m air e

Actualité
■■Pénitentiaire,
numérique et justice pénale des mineurs : le tiercé
gagnant du budget 2020 5
Édité par Lextenso-éditions
70, rue du Gouverneur Général Éboué ■■Formation initiale : le big bang des écoles d’avocats 8
92131 Issy-les-Moulineaux Cedex

P-DG, Directeur de la publication : Bruno Vergé ; ■■« On ne peut pas continuer de nous imposer de travailler
Directrice générale déléguée : Emmanuelle Filiberti ; gratuitement »
Présidente du Conseil scientifique :
Marie Burguburu Charvet
entretien avec Alain COCKENPOT 13
Rédactrice en chef : Clémentine Kleitz ■■Un G7 pour rappeler les notions cardinales de la défense pénale
Rédactrice en chef adjointe : Laurence Garnerie
Coordinatrice de la Gazette spécialisée : Marie Rajchenbach
libres propos par Laurence ROQUES 14
Rédacteurs : Catherine Berlaud, Philippe Graveleau

Jurisprudence
Assistante d’édition : Elsa Boulinguez
Assistante de direction : Evelyne Chelza

Rédaction : ■■Gestation pour autrui et effet collectif de l’acquisition


Tél. : 01 40 93 40 00 de la nationalité française par naturalisation
Courriel : redactiongp@lextenso.fr
Abonnements :
note par Patrice LE MAIGAT sous CE, 2e-7e ch. réunies, 31 juill. 2019 16
■■Droit des passagers aériens : la présence de carburant sur une piste
Tél. : 01 40 93 40 40
Courriel : abonnements@lextenso.fr
d’aéroport constitue une circonstance extraordinaire
Publicité : benoit.favre@lextenso.fr
Tél. : 01 40 93 40 68 note par Pascal DUPONT et Ghislain POISSONNIER sous CJUE, 26 juin 2019 19
Tarifs 2019 ■■Chronique de jurisprudence du droit du surendettement
* Prix TTC au n° : 15,32 €
+ frais de port par Eva MOUIAL-BASSILANA et Jérôme LASSERRE CAPDEVILLE 24
* Abonnement France (un an) :
Journal seul : 474,77 € TTC ■■Panorama de jurisprudence de la Cour de cassation
Recueils + table seuls : 454,35 € TTC par Catherine BERLAUD 35
Journal, recueil + table : 646,29 €
* Abonnement étranger (un an) : ■■Panorama de jurisprudence du Conseil d’État
Journal seul : 520 €
Journal, recueil + table : 732 € par Philippe GRAVELEAU 39
Internet : gazette-du-palais.fr ■■Panoramade jurisprudence de la Cour européenne des droits
Twitter : @gazpal de l’Homme
Commission paritaire n° 0523 T 83097 par Catherine BERLAUD 42
ISSN 0242-6331
Dépôt légal à parution
Imprimé par Jouve 1, rue du Docteur Sauvé 53100 Mayenne
sur des papiers produits aux Pays-Bas et en Italie, Gazette Spécialisée
issus de forêts gérées durablement ;
0% de fibres recyclées ; impact gaz à effet de serre
pour un exemplaire : 216 g éq. CO2 DROIT DE LA FAMILLE 43
Sous la responsabilité scientifique de
Élodie MULON et Béatrice WEISS-GOUT
Illustration de la Gazette spécialisée sur la couverture :
Fanny Dallé-Asté / Da-fanny

Toute reproduction, même partielle, est interdite,


sauf exceptions prévues par la loi.

Projets d’articles : les manuscrits doivent être adressés par


courriel en format word à redactiongp@lextenso.fr
et comporter 15 000 caractères maximum (notes de bas
de page et espaces compris). Nous vous remercions
par ailleurs d’indiquer vos coordonnées complètes
ainsi que vos titres ou fonctions professionnels.
La rédaction n’est pas responsable des manuscrits
communiqués.

La Gazette du Palais se référence de la manière suivante :


Gaz. Pal. 3 janv. 2019, no 257k3, p. 27

4 G A Z E T T E D U PA L A I S - M A R D I 1 ER O C T O B R E 2 0 1 9 - N O 3 3
Actualité

AVOCATS
360e7

Formation initiale : le big bang des écoles d’avocats 360e7

L’essentiel
Les écoles d’avocats traînent derrière elle la réputation de n’être que des redites de l’université. Une critique
répétée à l’envi mais qui n’est plus justifiée au regard des efforts qu’elles fournissent pour rendre leur
pédagogie professionnalisante et pratique. Passage en revue des atouts des 11 écoles assurant la formation
initiale.

Par
Laurence GARNERIE
L
’enseignement dans les
écoles d’avocats a déci-
dément du mal à se défaire
mal à retrouver les bases nécessaires en pénal ou en pro-
cédure. Mais après avoir tant critiqué les CRFPA pour leurs
enseignements trop théoriques, comment leur reprocher
de sa mauvaise réputation : aujourd’hui de devenir des écoles d’application ? Preuve
trop théorique, redondant par rapport à l’université, que les élèves-avocats font leurs premiers pas dans la pro-
inadapté à la profession d’avocat, de qualité inégale en fession en en franchissant la porte : ils prêtent serment de
fonction des établissements et des intervenants… Que ce conserver le secret de tous les faits et actes dont ils auront
soit dans le cadre d’enquêtes syndicales, du rapport Haeri connaissance en cours de formation et de stages.
ou des récents états généraux sur l’avenir de la profes- Tronc commun. Afin de mettre fin aux disparités entre les
sion d’avocat, les anciens élèves ne manquent jamais une établissements, le CNB impose désormais un tronc com-
occasion de dire tout le mal qu’ils pensent de leur passage mun strictement encadré.
dans les centres régionaux Tout d’abord, 50 heures sont
de formation professionnelle consacrées à l’environnement
© Philippe Cluzeau

d’avocats (CRFPA). Sauf que, professionnel de l’avocat et à


pour la plupart, ils en ont la déontologie, et se répar-
fréquenté les bancs avant la tissent comme suit : histoire
réforme de 2015. Leurs re- de la profession d’avocat
marques ne prennent donc (3 heures) ; les interlocuteurs
pas en compte les efforts de l’avocat (3 heures) ; l’avo-
fournis par les écoles depuis cat « connecté » (6 heures) ;
la rentrée 2018. et initiation à l’acte d’avocat
Pratique professionnelle. (3  heures). Vient ensuite la
Dans sa décision du 7 janvier formation en déontologie,
Les élèves-avocats prêtent serment de conserver le secret
2015 définissant les principes de tous les faits et actes dont ils auront connaissance en cours d’une durée de 35  heures,
d’organisation et harmo- de formation et de stages, ici lors de la rentrée solennelle composée d’un enseigne-
nisant les programmes de de l’EFB le 10 janvier 2019. ment magistral de 20 heures
formation des élèves-avocats, et d’un enseignement de pra-
publiée au Journal officiel du 18 janvier 2015 et désormais tiques de 15 heures. 167 heures sont par ailleurs dédiées
en vigueur, le Conseil national des barreaux (CNB) a pour- à l’expression et à la pratique du métier de l’avocat. Elles
tant tenté de répondre aux critiques. La formation se divise se divisent comme suit  : 3  heures pour les techniques
de rédaction, 3  heures pour la psychologie des clients,
toujours en trois semestres dédiés respectivement aux
confrères, etc., 15 heures pour l’expression orale, tech-
enseignements, au projet pédagogique individuel (PPI) et
niques de plaidoirie, expression et audience, 6 heures pour
au stage. Mais la scolarité se veut davantage profession-
la tenue de réunion et travail en équipe, environ 40 heures
nalisante. Dès l’article 1er, le ton est d’ailleurs donné : « le
pour le conseil, 50  heures pour la rédaction d’actes et
contenu pédagogique de la formation commune de base (…)
50 heures pour le contentieux. Enfin, 36 heures sont af-
est exclusivement consacré à la pratique professionnelle de
fectées au management et au développement du cabinet
l’avocat. Cette formation est dispensée aux élèves-avocats
d’avocats.
sur le principe de mises en situation pratique ». Terminés
les cours universitaires. Tous les directeurs de la pédagogie Au-delà du tronc commun, les écoles peuvent prévoir
et de la formation initiale le répètent : dans les écoles d’avo- d’autres formations, à condition qu’elles soient consa-
cats (EDA), les élèves ne font pas de droit ; ils apprennent à crées à la pratique professionnelle de l’avocat et que
s’en servir et à développer les compétences comportemen- leur volume horaire total ne dépasse pas 320 heures en
tales indispensables à leur futur métier (soft skills). Pour ce présentiel –  sans compter l’enseignement de langues
faire, les centres de formation sont invités à privilégier le étrangères dont l’organisation dépend également du
travail en petits groupes et à pratiquer la pédagogie inver- centre de formation –, auquel peut s’ajouter du e-learning.
sée. Et si les élèves traînent des lacunes dans certaines L’EFB, victime de son succès. Si toutes les écoles sont
matières juridiques, à eux de les combler sur leur temps évidemment tenues de respecter le tronc commun à la
de travail personnel. Une responsabilisation déroutante de lettre, la façon dont elles le mettent en œuvre et déclinent
l’aveu de certains d’entre eux qui, après s’être spécialisés les possibilités de formation complémentaires diffère.
en droit des affaires ou en fiscal en M1 et M2, ont bien du Ce, en raison de multiples facteurs : taille, géographie,

8 G A Z E T T E D U PA L A I S - M A R D I 1 ER O C T O B R E 2 0 1 9 - N O 3 3
Actual ité

partenariats, proximité de grandes écoles, situation d’élèves qui attendent de l’école qu’elles leur donnent les
économique de leur ressort… La plus célèbre, l’École cartouches pour orienter leur carrière. Or, « l’EFB, c’est
de formation des barreaux (EFB) –  située à Issy-les- ce qu’on en fait. Il faut avoir un projet et construire des-
Moulineaux mais qui couvre l’ensemble du ressort de la sus », estime Christophe Delaisement, élève-avocat dans
cour d’appel de Paris – est pour sa part victime de son la promotion Jean-Michel Darrois. 
succès. En raison du passage à l’examen d’entrée natio- Proximité. Ce besoin d’orientation, c’est davantage dans
nal en 2017, la promotion Jean-Michel Darrois de 2018 ne les anciens centres de formation régionaux que les élèves
comptait « que » 1 600 élèves-avocats. Une accalmie qui a pourraient le combler. Car face au mastodonte parisien, ces
été bien accueillie par la direction après les 2 000 élèves de derniers jouent la carte de la légèreté et de la proximité. Les
la promotion Laurent Fabius de l’année précédente, mais promotions voient leurs effectifs varier de 100 à 170 dans
qui a été de courte durée. La promotion Jacques Toubon, la plupart d’entre eux, pour dépasser les 200 à l’École des
qui a fait sa rentrée en janvier 2019, a en effet renoué avec avocats Rhône-Alpes (EDARA) ou Sud-est, voire atteindre
des effectifs à la hausse en comptabilisant 1830 élèves- les 300 à la Haute école des avocats conseils (HEDAC)
avocats, soit 55  % du nombre total d’élèves-avocats de Versailles. Ici, pas de problème de place. Le travail en
en France. Dans ces conditions, difficile de privilégier petits groupes (20 à 30 élèves), en atelier (15 à 20) ou en
l’enseignement par atelier. « Le CNB nous demande de équipe (2 à 5) est privilégié. À l’HEDAC, le directeur de la
travailler en petits groupes de 20 à 25 élèves, mais cela formation initiale, Benoît Dumontet, s’enorgueillit ainsi de
représente 76 groupes ! » note Aliénor Kamara-Cavarroc pouvoir offrir quasiment du sur-mesure à ses élèves-avo-
qui dirige la pédagogie de l’EFB. Certes, l’école permet cats. Au début de l’année, il reçoit d’ailleurs chacun d’entre
aux élèves de choisir l’ordre de leur PPI, stage et scola- eux avec leur CV pour discuter de leur projet. Ces effectifs
rité, ce qui évite que toute la raisonnables permettent aux
promotion suive les cours élèves de mieux se connaître
© Scriblr/GazetteduPalais

en même temps. Mais cela et de constituer un réseau.


ne suffit pas à assurer aux Certaines écoles comme
élèves-avocats la qualité des celles du Sud-ouest Pyrénées,
enseignements visée par le du Centre-sud ou l’EDARA
CNB. La question de la satu- organisent avant le début de
ration de l’EFB est d’ailleurs la période d’enseignements
un sujet qui revient à chaque fondamentaux une semaine
élection au bâtonnat. Lors d’intégration qui passe par
de leur dernière campagne, des cours de théâtre et se clô-
Olivier Cousi et Nathalie ture par une représentation.
Roret, aujourd’hui bâtonnier Expérimentée l’an dernier
et vice-bâtonnière désignés pour la première fois, cette
de Paris, ont ainsi pointé le initiative s’est révélée posi-
fait que « les moyens actuels tive pour Marianne Charbon,
ne permettaient pas une for- directrice de l’EDARA, en
mation de qualité pour plus permettant de développer un
de 1 000 élèves ». Le nume- «  esprit de promo  ». «  Cela
rus clausus étant exclu, il permet de créer une véritable
conviendrait donc de répartir cohésion et de faire sauter
le surplus dans les autres beaucoup de verrous  », ren-
EDA en incitant les élèves- chérit Christophe Toulza.
avocats à comparer les projets et à ne pas hésiter à
demander leur transfert dans une autre école que celle du Débuter par les cours ou le PPI  ? L’ordre dans lequel
ressort de leur IEJ. Mais difficile pour eux de ne pas céder s’organisent les trois périodes (cours fondamentaux, PPI
à l’appel des sirènes de la capitale. « Beaucoup d’élèves- et stage final) peut également être un critère de choix pour
avocats viennent à l’EFB dans l’espoir de s’assurer un les futurs élèves-avocats. Si pour gérer les flux, l’EFB
stage dans un cabinet parisien, observe Aliénor Kamara- laisse ses élèves-avocats se déterminer en fonction des
Cavarroc. Or, on peut tout à fait faire son stage à Paris opportunités qui se présentent à eux, les EDA du Sud-ouest
quand on vient d’une école de province ». Un avis partagé Pyrénées, du Nord-ouest (IXAD), du Grand Est (ERAGE),
par Christophe Toulza, directeur de la formation initiale de Bordeaux (EDA Aliénor), du Sud-est ou Centre-ouest
à l’École des avocats de Centre-sud. « Les élève-avocats (ECOA) imposent de commencer par les cours fonda-
vont en stage partout. Ils ont compris qu’il fallait être mo- mentaux. Un choix que justifie la directrice de l’ERAGE,
bile. La plupart de ceux qui sont passés par le DJCE de Enke Kebede  : «  On veut leur présenter la profession
l’université de Montpellier par exemple vont dans les cabi- avant qu’ils soient envoyés dans des cabinets ». Beaucoup
nets anglo-saxons à Paris. Nous avons d’ailleurs sur notre de ces écoles débutent néanmoins cette période par un
site un espace recrutement sur toute la France ». « Les stage d’observation dont la durée peut varier de quelques
raisons pour lesquelles les élèves viennent à Paris ne jours à plusieurs semaines. « Sinon, ils ne savent pas de
sont pas les bonnes, poursuit Aliénor Kamara-Cavarroc. quoi on leur parle  », estime Étienne Durand-Raucher,
L’élève ne doit pas prendre en compte son souhait de stage directeur pédagogique de la formation initiale à l’EDA du
mais son besoin personnel ». Cependant, cette démarche Sud-ouest Pyrénées. D’autres écoles préfèrent commen-
nécessite d’avoir bien défini son projet professionnel en cer la scolarité par le PPI, généralement pour permettre
amont, ce qui n’est pas forcément le cas pour nombre aux étudiants de valider une formation qualifiante (LLM,

G A Z E T T E D U PA L A I S - M A R D I 1 ER O C T O B R E 2 0 1 9 - N O 3 3 9
A ct u al i t é

grande école, master…). C’est le cas à l’EDA Centre- plaidoirie pour se familiariser avec les principales juri-
sud qui a noué des liens très forts avec l’université de dictions) et les simulations d’audience. Le mécanisme
Montpellier. Les élèves-avocats peuvent ainsi valider leur des parcours devrait également intégrer IXAD, en pleine
master 2 lors de leur PPI. Pour ce faire, ils doivent s’ins- refonte de son programme pour 2020. Parmi eux : quatre
crire à l’IEJ en même temps que leur master 1 puis passer parcours classiques portant sur l’oralité, les actes ju-
l’examen d’entrée en début de master  2. «  Ils gagnent diciaires, les actes juridiques et les MARD, et quatre
ainsi une année », relève Christophe Toulza. À l’EDAGO, parcours davantage tournés vers l’entreprise portant sur
les promotions de 110 à 170 élèves sont réparties en trois chiffres et droit, entrepreneuriat, RGPD/Compliance et
groupes, les deux premiers intégrant directement l’école numérique/digital. Celui-ci aura notamment pour objectif
pour y suivre les enseignements fondamentaux, le troi- de permettre aux élèves-avocats de passer le certificat de
sième débutant par le PPI. Même organisation à l’HEDAC. DPO de la CNIL. Le parcours sur les MARD débouchera,
Les élèves sont divisés en trois groupes : les groupes 1 et lui, sur un diplôme universitaire (DU). « Si les élèves font
2 débutent par les enseignements fondamentaux (à temps 40 heures de formation, je souhaiterais qu’elles puissent
plein pour le groupe 1 et en alternance pour le groupe 2) être intégrées dans les 200 heures obligatoires pour être
et le groupe 3 commence par le PPI. Une souplesse ap- inscrits au centre national de médiation des avocats  »,
préciée par Andréa Rizk, élève-avocate de la promotion commente Karine Losfeld.
sortante, qui a pu ajouter une belle expérience à son CV :

“ 
« J’ai fait mon PPI à l’OCDE, ce qui n’aurait pas été pos-
sible si je n’avais pas pu commencer par cette période ». S’agissant des cours optionnels,
Alternance. Séparer la promotion peut aussi être un les écoles offrent des possibilités diverses,
moyen pour les écoles de mettre en place un système
d’alternance. L’EDA Aliénor divise ainsi sa promotion, que les futurs élèves-avocats devraient


d’environ 130  élèves-avocats, en deux groupes, eux- mieux étudier
mêmes subdivisés en classe de 30, ayant cours 2 jours
et demi par semaine. Cet emploi du temps leur permet
À Versailles, l’HEDAC propose un large éventail de « mo-
de multiplier les stages en cabinet. «  Nous l’avons ex-
dules approfondis de pratique professionnelle » (MAPP).
périmenté l’an dernier et nous avons constaté que cela
Au nombre de 49, ces derniers vont du contentieux admi-
suscitait davantage de questions pendant les cours », se
nistratif en passant par la réparation du préjudice corporel,
félicite Carole Fayet, directrice de l’école. Le mécanisme
la restructuration d’entreprise, la défense pénale d’ur-
de l’alternance est également proposé par l’EDARA et
gence, le droit de la famille ou encore l’avocat lobbyiste
l’ECOA. Cette organisation donne la possibilité à ceux qui
auprès des institutions européennes. La proximité avec le
le souhaitent de travailler ou de poursuivre leurs stages.
barreau des Hauts-de-Seine, premier barreau d’affaires,
Le système séduit d’ailleurs IXAD à Lille, qui devrait le
incite aussi l’école à affiner son offre en fonction des be-
proposer à la rentrée prochaine sous la forme suivante :
soins de son ressort. L’an prochain, les MAPP devraient
2 jours de cours par semaine et 3 jours durant lesquels les
ainsi se renforcer, entre autres, en droit des affaires avec
élèves-avocats pourront soit occuper un emploi, soit faire
de nouveaux modules sur le secrétariat juridique des so-
un stage en cabinet ou un stage ayant une finalité profes-
ciétés, le droit boursier ou encore les fusions-acquisitions.
sionnelle, soit suivre d’autres cours indépendamment de
Chaque élève-avocat doit suivre trois MAPP en cohérence
l’école. À noter que dans le même esprit, l’EFB propose
avec son projet professionnel qui lui permettent ensuite de
un parcours salarié qui permet aux élèves-avocats qui tra-
se voir délivrer une majeure lui conférant une pré-spécia-
vaillent de suivre des cours du soir.
lisation dans les domaines suivants : conseils juridiques
Parcours. S’agissant des cours optionnels, les écoles aux entreprises, fiscalité des entreprises, droit du travail,
offrent des possibilités diverses, que les futurs élèves- droit des personnes, contentieux privé et public, droit
avocats devraient mieux étudier. L’EFB possède ainsi pénal général et des affaires, droit public et public des
des atouts qui justifieraient que les élèves choisissent d’y affaires, droit de l’immobilier, de la construction et de
suivre spécifiquement leur formation, lesquels seraient l’urbanisme, droit des nouvelles technologies appliqué,
mieux mis en valeur si les conditions matérielles le per- et droit de la consommation, de la distribution et de la
mettaient. En témoignent la richesse de ses « parcours », concurrence appliquée. Dans le cadre de chaque MAPP,
des blocs thématiques en social, public, pénal, famille, des cabinets virtuels de 4 ou 5  élèves-avocats traitent
droit des affaires, procédures collectives, concurrence, fu- des dossiers réels ou fictifs. Sur le campus de Ker Lann à
sions-acquisitions, IP-IT, immobilier, droit fiscal, droit des Bruz, l’EDAGO, pour sa part, après la dispense d’enseigne-
étrangers, et voies d’exécution. Les élèves doivent choi- ments généraux, propose aux élèves de choisir l’un des
sir l’une des 22 combinaisons de deux matières. Chaque parcours suivants : social / affaires, civil / pénal ou public.
parcours est introduit par une conférence portant sur Ces parcours, qui débutent après le stage découverte de
l’introduction au conseil de 3 heures, dispensée par des 15 jours, sont conçus de façon transverse et intègre des
professionnels qualifiés, ou par la visite d’une institution, exercices de simulation de rendez-vous client, calibrage
puis est subdivisé en 6 cours de 2 heures de contentieux, de la mission et détermination des honoraires, stratégie
dispensés en amphi par un binôme avocat et magistrat, et incluant le réflexe « européen/communautaire » et la QPC,
de 6 cours de 2 heures de conseil dispensés par un binôme analyse et choix des pièces, consultation, négociation et
adapté. Preuve de leur aspect professionnel : « certains rédaction de clauses ou d’actes entiers, mise en œuvre de
d’entre eux ont été ouverts aux avocats déjà installés. Cela l’acte d’avocat et des modes alternatifs de règlement des
dynamise le cours », se félicite Aliénor Kamara-Cavarroc. différends, rédaction d’actes de procédure et plaidoirie.
À cela s’ajoutent les foisonnements (rédaction d’acte et Adeline Levrel, qui dirige l’EDAGO depuis 2011, témoigne

10 G A Z E T T E D U PA L A I S - M A R D I 1 ER O C T O B R E 2 0 1 9 - N O 3 3
Actual ité

du mouvement de professionnalisation de l’enseignement pays de l’Union européenne en bénéficiant d’une bourse.


ces dernières années : « Il faut arrêter de dire que les L’ERAGE travaille, elle, avec toutes les grandes écoles de
écoles d’avocats ne servent à rien. Elles permettent d’ac- la région : l’ENA, l’école de management de Strasbourg,
quérir les savoirs-faire et savoirs-être indispensables à Epitech… « Nous échangeons et mutualisons les interve-
la profession ». D’ailleurs, afin de mettre les élèves dans nants », explique Enke Kebede. À Lyon, l’EDARA a noué
le bain de leur future vie professionnelle, l’apprentissage un partenariat avec l’EM Lyon qui permet aux élèves-
se réalise à partir de vrais dossiers, évidemment soumis avocats qui le souhaitent d’intégrer le mastère spécialisé
au secret. «  C’est un vrai ruban pédagogique que nous juriste manager international. Spécificité lilloise oblige, les
utilisons dans toutes les matières, y compris en pénal. élèves-avocats d’IXAD peuvent bénéficier, quant à eux, d’un
Les élèves-avocats suivent les dossiers de bout en bout. partenariat avec l’EDHEC, à l’issue duquel ils se voient déli-
Nous leur apprenons la technique juridique et à utiliser vrer un certificat de management juridique.
le droit dans l’intérêt du client ». À Montpellier, les élèves Innovation. Dans le cadre du parcours entrepreneuriat, les
peuvent choisir plus classiquement entre le droit public, élèves-avocats de l’école lilloise peuvent également tirer
la pratique judiciaire ou la pratique du droit de l’entre- profit du partenariat avec l’incubateur EuraTechnologies,
prise, tandis qu’à Marseille, trois modules optionnels leur ce dernier ayant créé une structure interprofessionnelle
sont proposés : module juridique (droit de l’entreprise, spécialement dédiée aux innovations « Fintech, Assurtech,
conseil...), module judiciaire (contentieux civil, pénal, Legaltech – Cybersécurité » (FALC). L’école poursuit ainsi
social...) et module public (fonction publique, urbanisme, sur sa lancée en matière d’innovation. Outre le Forum
marchés publics...). L’EDA Sud-ouest Pyrénées impose, numérique organisé pour la première fois l’an dernier,
de son côté, de choisir un module spécialisé comprenant les élèves participent en effet à un challenge de création
30 heures de formation (droit pénal, droit social, droit de de cabinet. « L’été dernier, 21 équipes ont concouru. À
l’entreprise et conseil fiscal, droit administratif et conten- la fin, plusieurs membres du jury ont vu qu’il y avait déjà
tieux fiscal, droit de la construction et droit immobilier et des pépites ! », se félicite Karine Losfeld. Le numérique,
droit de la famille). Quant à l’innovation, les legaltechs…
l’ECOA, elle propose en op- c’est évidemment l’un des
tion aux élèves ne sachant
© ERAGE

grands sujets des écoles


pas lire un bilan comptable d’avocate aujourd’hui. Chacun
6 heures de formation, ainsi assure préparer les élèves-
qu’un cours magistral sur la avocats à ce défi inconnu de
réforme de la cour d’appel. leurs aînés, en les faisant
Partenariats. À côté de ces notamment travailler sur des
options, les écoles déve- cabinets virtuels ou en les
loppent de véritables spéci- formant au RGPD. Mais en la
ficités grâce aux partena- matière, l’ERAGE se distingue
riats qu’elles nouent. Ainsi nettement du lot avec son
l’EFB s’enorgueillit de pou- école de l’innovation. « Nous
voir notamment envoyer ses les obligeons à avoir un projet
élèves-avocats à l’étran- À l’ERAGE, le programme innovation comprend plus innovant, à voir la profession
de 100 heures.
ger dans le cadre de leur de façon différente, à créer
PPI, voire de leur stage final. À l’HEDAC, ce sont les for- une nouvelle profession qui n’existe pas encore  », ex-
mations complémentaires qui font la différence : l’école plique Enke Kebede. Le programme innovation comprend
versaillaise a d’ailleurs créé un DU Avocat Conseil des ainsi plus de 100 heures. Les élèves sont sensibilisés à
entreprises innovantes avec la faculté Jean Monnet, et la legaltech, au legal design, aux stratégies innovantes,
un DU Avocat / juriste Conseil Fiscal des entreprises avec aux nouveaux besoins des clients, à la remise en cause
l’université Paris Est Créteil et EY Société d’avocats. Trois du business model… L’an dernier, l’ERAGE a même orga-
autres habilitations vont suivre en droit des sociétés, en nisé son premier « Legal Hackaton ». Pendant 5 mois, les
droit social et en contentieux. «  55 à 60  élèves-avocats élèves-avocats ont travaillé sur des projets qui ont pris
viennent d’autres IEJ que ceux du ressort, et cela est dû forme, pour 10 équipes, lors des 48 heures du hackaton,
aux formations complémentaires que nous proposons », en collaboration avec les élèves de l’école d’informatique
constate Benoît Dumontet. L’école des avocats de Bordeaux Epitech. Si les élèves-avocats sont au départ déconcer-
bénéficie, elle, de sa proximité géographique avec l’École tés par l’approche de l’ERAGE, très différente de l’image
nationale de la magistrature, avec laquelle elle organise qu’ils se font de leur futur métier, ils trouvent tous en
des séances pédagogiques communes, notamment sur revanche des stages et des collaborations à la sortie. « Ils
les questions déontologiques et éthiques. Dans le cadre sont de plus en plus recrutés pour faire autre chose que
du PPI, les élèves-avocats peuvent également suivre une du droit : travailler sur le développement économique du
formation à l’ENM. L’EDA Aliénor a par ailleurs noué un cabinet, revoir le business plan, faire du legal design… les
partenariat avec l’école de commerce et de management cabinets recrutent à l’ERAGE pour ces compétences », se
Kedge, permettant aux élèves-avocats d’y effectuer leur félicite Enke Kebede. « Le fait d’avoir fait l’ERAGE est une
PPI afin d’obtenir une certification, voire d’y poursuivre leur plus-value du fait du parcours particulier qu’offre l’école,
parcours pour obtenir un double diplôme. Une Job fair est reconnaît Dehlia de Faria, élève-avocate à l’école stras-
également organisée par les deux écoles. L’EDA Aliénor bourgeoise. Tous les partenariats ne peuvent qu’aider à
étant labellisée Erasmus+, les élèves-avocats qui le souhai- trouver des stages  ». C’est ainsi que Kristina Lazatian,
tant peuvent effectuer leur stage ou leur PPI dans l’un des élève-avocate à l’ERAGE dans la promotion précédente,

G A Z E T T E D U PA L A I S - M A R D I 1 ER O C T O B R E 2 0 1 9 - N O 3 3 11
A ct u al i t é

réalise des infographies en droit social pour le cabinet les élèves-avocats se font aussi les ambassadeurs de
Sagan Avocats. Ce, après avoir cofondé la Law Box, un la profession grâce aux partenariats de l’école avec les
site de conseils et fiches juridiques à destination des étu- maisons de justice, en participant à la reconstitution d’un
diants en droit. « J’ai été étonnée qu’on ne nous ait parlé procès fictif aux journées du patrimoine ou en se ren-
à la fac de cet écosystème qui est essentiel aujourd’hui », dant dans des collèges et des lycées. «  Nous essayons
témoigne-t-elle. Du côté de l’EDA Centre-sud, le volet de multiplier les projets et de communiquer sur l’offre de
numérique (stratégie digitale du cabinet, utilisation des droit », explique Carole Fayet. À l’EDAGO, durant l’année,
réseaux sociaux à des fins professionnelles, legal design, les élèves-avocats se penchent également sur les grands
RGPD…) est d’autant plus important que l’école noue des sujets d’actualité et organisent un colloque qui a lieu le
relations de plus en plus étroites avec la french tech de même jour que le gala en juin. Dans le même esprit, les
Montpellier. Dans le cadre d’un parcours « Talent & inno- élèves-avocats de l’EDA Sud-ouest Pyrénées ont parti-
vation », le Lab EFB offre également des possibilités de cipé avec l’ordre des avocats de Toulouse à l’organisation
développement pour les projets innovants des élèves ten- du procès de la femme. Car aux côtés des compétences
tés par le numérique, lesquels peuvent ensuite candidater purent techniques, les écoles veulent désormais pousser
pour l’incubateur du barreau de Paris. Une ouverture vers les élèves-avocats à révéler d’autres aptitudes. À IXAD, un
un monde nouveau qui a séduit Christophe Delaisement. passeport de compétences mettant en avant les soft skills
Ce dernier, devenu membre de Young Avotech, estime devrait ainsi être créé. Même démarche à l’EDA Centre-
d’ailleurs que le Lab constitue la véritable valeur ajoutée sud qui veut développer le learning contract. « Nous allons
de l’EFB : « C’est génial car les legaltechs sont une part créer un module d’intelligence émotionnelle s’appuyant
importante de ce que sera la profession demain. En arri- sur les soft skills », explique Christophe Toulza. Et de pré-
vant à l’EFB, nous n’avons pas de culture technologique ciser : « Nous voulons que les élèves-avocats prennent
donc l’acquérir à l’école est vraiment intéressant ». conscience qu’au-delà des qualités juridiques, il existe des
qualités humaines tout aussi importantes s’ils veulent se

“ 
démarquer ».
Aux côtés des compétences
purement techniques, les écoles Vers 12 mois de scolarité ?
veulent pousser les élèves-avocats Alors que la mise en œuvre de la dernière réforme de


la formation initiale commence tout juste à porter ses
à révéler d’autres aptitudes fruits, les écoles d’avocats vont-elles devoir revoir leur
copie sous la pression du CNB ? Lors de son assem-
Soft skills. Les écoles invitent également leurs élèves à blée générale des 16 et 17  novembre 2018, l’institu-
se frotter à la réalité de leurs futurs métiers dans le cadre tion représentative des avocats a en effet adopté une
d’activités annexes à la scolarité. Elles les incitent ainsi à résolution visant à réformer profondément le contenu
participer aux cliniques juridiques qui se développent de de la formation initiale des avocats. Elle recommande
plus en plus dans le giron des universités. Ces dernières notamment de diminuer sa durée de 18 à 12 mois qui
permettent aux élèves-avocats de pratiquer le droit en seraient répartis comme suit : 4 mois d’enseignements
conseillant le grand public sous la supervision d’un avocat pratiques à l’école ; 2 mois de stage en juridiction, en
ou d’un professeur. Aide aux différents concours de plai- entreprise, dans une administration, auprès d’autres
doirie ou thématiques organisés par les cabinets d’avocats professionnels du droit, ou à défaut, en cabinet d’avo-
et participation aux opérations pros bono leur sont égale- cats (ancien PPI) ; et 6 mois de stage en cabinet d’avo-
ment proposées. À l’EFB, certains élèves-avocats peuvent cats. Si la plupart des élèves-avocats interrogés saluent
même participer aux séances du conseil de l’ordre ou à cette réduction du temps de scolarité pour entrer plus
ses commissions. À l’HEDAC, les élèves doivent suivre un vite dans la profession, les directeurs de la formation
projet d’engagement professionnel spécifique (PEEPS) en initiale et de la pédagogie, en revanche, ne cache pas
participant à de multiples manifestations de la profession leurs réticences. « Former des avocats en 6 mois, c’est
(avocat dans la Cité, consultations gratuites, concours, déjà compliqué ; en 4 mois, c’est de la magie en raison
conférence des mercredis de l’HEDAC…). À IXAD, une des nouvelles compétences à acquérir », estime Enke
plateforme devrait être mise à disposition des avocats Kebede, directrice de l’ERAGE. Un avis partagé par
à la rentrée pour leur proposer un pôle d’élèves-avo- Adeline Levrel, directrice de l’EDAGO, qui regrette de
cats pour une aide ponctuelle (pour faire de la recherche voir le PPI sacrifié : « Nos élèves-avocats suivent des
par exemple). Les élèves seront indemnisés par le biais PPI de grande qualité, en juridiction, en banque ou en
d’une convention de stage. «  Cela peut permettre à un assurance, etc. Un stage en juridiction permet d’appré-
élève-avocat qui n’a pas de réseau de se faire remarquer hender avec efficacité le fonctionnement du tribunal et
et aux barreaux de moindre importance qui ne trouvent les attentes des magistrats ; l’avocat en devenir devient
pas de collaborateurs d’avoir des ressources et de se ainsi plus performant et percutant ».
360e7

faire connaître  », explique Karine Losfeld. À Bordeaux,

12 G A Z E T T E D U PA L A I S - M A R D I 1 ER O C T O B R E 2 0 1 9 - N O 3 3