Vous êtes sur la page 1sur 6

Relation contrainte-déformation des sols Consolidation σ

σ σ grains σ σ = σ’+uw d
Espace poral
σ solides
Espace poral
rempli d’eau σ
rempli d’eau
u
U
V uw
V uw σ’
σ’
Documents pédagogiques internes au Mastère TOS

grains solides
σ = σ’+uw En général, lorsqu’on applique une contrainte σ, elle est d’abord reprise par la pression
d’eau uw, car l’eau prend du temps à sortir à travers les pores (schématisées par le tube de
Réduction d’un volume de sol vient de: dimaètres d). Progressivement, la contrainte appliquée est transférée vers le squelette du sol
1) compression des particules solides et de l’eau dans les pores (ressort). Plus le sol est fin (d petit), plus ce processus prend du temps. C’est le phénomène
2) expulsion d’eau des pores de consolidation.
En mécanique des sols, le niveau des contraintes est faible*, de sorte que (1) est négligeable, Cas d’un chargement infiniement lent
la contraction volumique vient toujours de (2), accompagné d’un ré-arrangement des grains,
donc l’espace poral Dans ce cas, l’eau sort de l’élément du sol de telle sorte que la pression d’eau ne monte pas.
Ainsi, tout incrément de contrainte total est transféré au suqelette solide, repris par les forces
Principe de Terzaghi: toute déformation de sol est pilotée par la contrainte effective σ’ (qui
de contact inter-granulaires, c’est à dire la contrainte effective: dσ’=dσ.
traduit les forces de contact inter-granulaires)**.
On s’intéresse à la relation contrainte déformation ε ´σ
σ’ dans ce cas conceptuel, sans
* Module de l’eau (bulk modulus) Kw ~ 2 GPa surpression d’eau. Le cas 3D est complexe, on se limite ici au cas 1D.
** dans la figure, on voit bien que le déplacement U ne varie que si la force du ressort change ! 1 2

Essai en Laboratoire sur la Consolidating des Sols Relation contrainte-déformation des sols 1D
jauge

Charge y x,
∆e
s eau e0
capsule
pierre poreuse H
Solide 1
échantillon de sol
z
anneau métallique
très rigide

L’oedomètre ε xx = ε yy = 0 (condition oedométrique)

s ∆e (grains solides indéformables, toute variation volumique


L’oedomètre est utilisé pour étudier : ε v = ε zz = =−
bâtiment
H 1 + e0 vient des pores avec un réarrangement des grains)
• la relation déformation (tassement) – contrainte effective
sol ∆e
• l’évoilution des déformations suivant le temps s=− H (tassement total de l’échantillon ou sous un bâtiment selon H)
roche 1+ e0
• le tassement des sols sous un ouvrage (sous condition ±
oedométrique)
*Remarque: contrainte de compression positive, déformation en contraction positive (mécasol)
3 4

1
Relation contrainte-déformation des sols 1D Relation typique entre variation de l’indice des vides et
contrainte effective C : indice de compression p
Indice des Indice des
q O O Cs: indice de gonflement
vides e vides e 1
t Cp
Q
q1 OPR : courbe vièrge lors d’un Q
P P
q2 premier chargement Cs
1
q3
Documents pédagogiques internes au Mastère TOS

q4 QP : déchargement-rechargement
R R
Indice des
O log10σ′ log10σ′
q=σ′ vides e
Comportement réel Idéalisation
e Q

P
Lorsque la contrainte effective est tracée sur une échelle logarithme (base 10 par
convention) en fonction de l’indice des vides, le graphe est proche d’une droite.
e∞1 Cette linéarité dans le plan (log10σ’, e) est supposée par le modèle classique de la
e∞2 mécanique des sols.
e∞3 R
e∞4 q=σ′ Lors d’une décharge-recharge, on suppose aussi, pour simplifier, que le trajet aller-
Echelle log10
retour est linéaire et superposable.
t
Explication théorique: OPR  élastoplastique écrouissable; QP  élastique
5 6

Comportement élastoplastique écrouissable Comportement élastoplastique écrouissable


Cp: indice de compression
σmn Indice des Cr: indice de gonflement
O
vides e 1
A σ
Cp
C B
Q
B P
E Cr
D σij D Comportement élastoplastique idéalisé 1
A C N M
G
G’
ε R
log10σ′
G: Domaine élastique Domaine élastique initial lors du trajet AB
initial lors du trajet AB
G’: Domaine élastique
actuel au point C et pendant σ Domaine élastique pendant le trajet QP σ’
CD, DE.
σ Domaine élastique pendant le trajet MNM σ’
Domaine élastique actuel à l’état C, et pendant CD, DC
Au-delà du point M, on suit à nouveau le trajet
normalement consolidé MR.

Cas multi-axial Cas uni-axial Explication théorique: OPR  élastoplastique ; QP  élastique

7 8

2
Sol normalement consolidé Sol surconsolidaté
e O
Déposition OP – Chargement lors du dépôt O
Dépôt
(génèse)
e
Q
PR – poursuite du chargement, décharge OP – chargement lors du dépôt
Chargement Q
P e0
dans une extension de OP
PQ – décharge
Documents pédagogiques internes au Mastère TOS

e1
epc P Chargement
QRR − courbe de chargement vièrge
QPR - recharge
R obtenue lors d’un essai
oedométrique R
log10σ′
σ′0 σ′1 σ′pc
log10σ′
O-P-R est la courbe vièrge. Un sol qui donne une réponse suivant la
courbe vièrge est appelé un sol normalement consolidaté (N/C)
Notons que les variations de l’indice des vides sont
En fait, suivant la courbe vièrge, les déformations élastiques et
plastiques se produisent (il apparaît donc plus mou), tandis que lors
beaucoup moins importantes lors de la décharge et recharge
d’une décharge-recharge, seules les déformations élastiques se que lorsqu’on est sur la courbe vièrge. Un sol dans un état
produisent (donc plus rigide). quelque part entre P et Q est appellé surconsolidaté.
9 10

Contrainte de pré-consolidation Résumé: contrainte de préconsolidation, NC & OC


O O
Dépôt Dépôt
e e
décharge OP – chargement lors du dépôt décharge OP – chargement lors du dépôt
Q Q
e0 e0
e1 e1
epc P Chargement PQ – décharge epc P Chargement PQ – décharge
vièrge vièrge
QPR - recharge QPR - recharge
R R

σ′0 σ′1 σ′pc σ′0 σ′1 σ′pc


log10σ′ log10σ′

La contrainte de préconsolidation (σ′pc) est définie comme étant la contrainte


maximale vécue par le sol durant son histoire passé de chargement. Ceci σ ′ < σ ′pc ⇒ Surconsolidation (OC)
correspond à la contrainte au point P lors du trajet QP, donc le ratio entre la
contrainte de préconsolidation et la contrainte actuelle = σ’pc/σ’1 > 1 (donc
surconsolidé). σ ′ = σ ′pc ⇒ Normalement consolidation (NC)
Au-delà, lors du trajet PR, la contrainte de préconsolidation est égale à la
contrainte actuelle. Le coefficient de surconsolidation (ovre-consolidation ratio en σ ′pc
OCR = Overconsolidation ratio
anglais) est donc σ’pc/σ’ = 1. 11
σ′ 12

3
Indices de Compression, indice de gonflement Calcul de tassement de Consolidation

Domaine NC
∆e = −Cc log 10 (σ 3′ σ 2′ )
∆e
water
e
e s
∆H 1
Documents pédagogiques internes au Mastère TOS

Solid
e0
1
Cr
Domaine OC
∆e = −Cr log 10 (σ 1′ σ 0′ )
e1
epc 1

e2 Cc
Pour une couche fine de sol où la variation de l’indice des vides ∆e est homogène:
e3
Domaine en parties OC & NC
s ∆e
σ′0 σ′1 σ′pc σ′2
Etape 1: ε zz = =− NB: s > 0 si ∆e < 0
∆e1 = −C r log 10 (σ ′pc σ 0′ )
σ′3
log10σ′ ∆H 1+ e
∆e
Etape 2: s=− ∆H
∆e2 = −Cc log 10 (σ 3′ σ ′pc ) 1+ e

∴ ∆e = ∆e1 + ∆e2 13 14

Calcul de tassement de Consolidation d’un sol


Calculation of Consolidation Settlement
en multi-couches
Si le sol se présente en plusieurs couches hétérogènes, ou si la variation des contraintes ∆σ’,
donc des indices des vides ∆e sont hétérogènes, il faut procéder à un calcul par couche puis
Cc  σ ′ + ∆σ ′  additionner les résultats.
s= log 10  0 ∆H
Variation uniquement dans le
1+ e  σ 0′  domaine NC
∆ei H i
H1 couche 1 si = −
H2 couche 2
1 + ei
Cr  σ ′ + ∆σ ′  Variation uniquement dans le
s= log 10  0 ∆H
1+ e  σ 0′  domaine SC M

Hn couche n
n n
∆ei H i
s = ∑ si = − ∑
 σ ′pc   ′ ′ i =1 i =1 1 + ei
C
s = r log 10 
Cc  σ 0 + ∆σ ∆H Variation concernant tous les deux
∆H + 1 + e log 10  σ ′ 
1+ e  σ 0′   pc  domaines NC & SC

15 16

4
Exemple 1 – Solutions
Exemple 1
Argile couche 1:

graviers
La nappe est à 2 m sous la surface. graviers Poids volumique de l’argile
2m 2m

3m graviers
Calculer le tassement dû à la
3m graviers γ sat =
(Gs + e )γ w = (2.7 + 0.8)9.81 = 19.06 kN / m 3
consolidation des deux couches 1+ e 1 .8
Documents pédagogiques internes au Mastère TOS

4m argile – couche 1 ×A 4m argile – couche 1 ×A Etat initial en A:


d’argile si la nappe monte lentement
4m argile – couche 2 ×B jusqu’à la surface du terrain naturel et
4m argile – couche 2 ×B Contrainte totale
σzz = (2)(18)+(3)(22)+(2)(19.06) = 140.12 kPa
entre temps une surcharge à la surface
Pression d’eau
Graviers: Gravel:
induit une augmentation de contrainte u = (5)(9.81) = 49.05 kPa
γsat = 22 kN/m3; γdry = 18 kN/m3 γsat = 22 kN/m3; γhumide = 18 kN/m3
totale de 100 kPa au point A et 60 kPa Contrainte effective
au point B. La contrainte de σ′zz = 140.12−49.05 = 91.07 < 120 kPa !
Argile: Clay:
préconsolidation en A est 120 kPa et La couche d’ argile 1 est
e = 0.8; Gs = 2.7; Cc = 0.2; Cr = 0.05 e = 0.8; Gs = 2.7; Cc = 0.2; Cr = 0.05
normalément consolidaté en B. initialement surconsolidaté

17 18

Exemple 1 – Solutions Exemple 1 – Solutions


Argile couche 1:
Argile couche 1:
2m graviers Etat final en A (attn: nappe remonte !) : 2m graviers

Contrainte totale
Tassement de la couche 1 d’argile est:
3m graviers 3m graviers
σzz = 100+ (2)(22)+(3)(22)+(2)(19.06) = 248.12 kPa
4m argile – couche 1 ×A Pression d’eau
4m argile – couche 1 ×A
Cr  σ ′pc  C  σ ′ + ∆σ ′ 
u = (7)(9.81) = 68.67 kPa s1 = log 10   H + c log 10  0 H
 σ′ 
×B ×B 1+ e  σ 0′  1+ e
4m argile – couche 2 4m argile – couche 2
 pc 
Contrainte effective
σ′zz = 248.12-68.67 = 179.45 kPa 0.05  120  0.2  179.45 
= log 10  4 + log 10  4
Gravel: Gravier: 1.8  91.07  1.8  120 
γsat = 22 kN/m3; γhumide = 18 kN/m3 γsat = 22 kN/m3; γhumide = 18 kN/m3 = 0.0911 m
La couche 1 d’argile est à l’état final est
normalement consolidaté
Clay: Argile:
e = 0.8; Gs = 2.7; Cc = 0.2; Cr = 0.05 e = 0.8; Gs = 2.7; Cc = 0.2; Cr = 0.05

19 20

5
Exemple 1 – Solutions Exemple 1 – Solutions
Argile couche 2:
Argile couche 2:
2m gravel 2m graviers
Etat initial en B:
Etat final en B:
3m gravel Contrainte totale 3m graviers

σzz = (2)(18)+(3)(22)+(6)(19.06) = 216.36 kPa Contrainte totale


Documents pédagogiques internes au Mastère TOS

4m ×A 4m ×A
Clay – sublayer 1 argile – couche 1
σzz = 60+ (2)(22)+(3)(22)+(6)(19.06) = 284.36 kPa
Pression d’eau
4m Clay – sublayer 2 ×B u = (9)(9.81) = 88.29 kPa 4m argile – couche 2 ×B Pression d’eau
u = (11)(9.81) = 107.91 kPa
Contrainte effective
σ′zz = 216.36-88.29 = 128.07 kPa Contrainte effective
Gravier: Gravier:
σ′zz = 284.36-107.91 = 176.45 kPa
γsat = 22 kN/m3; γhumide = 18 kN/m3 γsat = 22 kN/m3; γhumide = 18 kN/m3
Argile couche 2 est initialement normalement Argile couche 2 reste normalement consolidatée
Argile: consolidaté (info. donnée dans l’énoncé) Argile: en fin de chargement
e = 0.8; Gs = 2.7; Cc = 0.2; Cr = 0.05 e = 0.8; Gs = 2.7; Cc = 0.2; Cr = 0.05

21 22

Exemple 1 – Solutions

Argile couche 2:
2m graviers

3m graviers
Tassement de la couche 2 est:

4m ×A Cc  σ ′ + ∆σ ′ 
argile – couche 1
s2 = log 10  0  H
1+ e  σ 0′ 
4m argile – couche 2 ×B
0.2  176.45 
= log 10  4
1.8  128.07 
Gravier: = 0.0620 m

γsat = 22 kN/m3; γhumide = 18 kN/m3


Tassement total:

Argile: s = s1 + s 2 = 0.0911 + 0.0620 = 0.1531 m


e = 0.8; Gs = 2.7; Cc = 0.2; Cr = 0.05

23