Vous êtes sur la page 1sur 2

LES SUPERSTITIONS EN FRANCE

1. PLACER LE PAIN À L’ENVERS


Une histoire qui nous replonge durant l'ère médiévale. À l'époque, la justice ne se
contente pas de jeter des faquins et fripons dans ses geôles, elle les punit également -
et ce régulièrement souvent- de la peine capitale. Pour ce faire, elle fait ainsi appel à
des bourreaux. « Le boulanger avait coutume de lui réserver un pain», raconte
Laurence Caracalla dans son livre. Afin que le bourreau puisse l'identifier, le
commerçant lui mettait alors sa miche à l'envers. Une opération qui n'échappait pas
aux yeux des clients. De peur de s'attirer le mauvais œil, ces derniers évitaient alors de
le toucher. C'est ainsi que tout naturellement, le pain retourné fut associé à la mort ou
du moins, au malheur.

2. PASSER SOUS UNE ÉCHELLE


Cette ancienne superstition tire ses origines dans la chrétienté. Selon les croyances
chrétiennes, lors de la crucifixion du Christ, une échelle était adossée à la croix.
Cette échelle permettait de hisser le Christ pour le crucifier. Ainsi, l’échelle est
associée à la trahison de Judas, donc un symbole fort de trahison Plus tard, au
moyen-âge, l’échelle est utilisée lors des pendaisons. Le condamné à mort devait
passer sous l’échelle que le bourreau allait utiliser pour le pendre.

3. OFFRIR DES ŒILLETS ET CHRYSANTHÈMES


C’est une superstition qui vient de l’univers théâtral. La croyance selon laquelle un
bouquet d’œillets est signe de mauvais présage remonte au XIXe siècle.
A cette époque, les actrices et les acteurs de théâtre signaient des contrats ponctuels,
renouvelés parfois chaque jour ou chaque -semaine. Les directeurs d’établis­sement
attendaient alors la fin des représentations pour indiquer aux artistes s’ils les gardaient
ou non, en leur offrant des fleurs. Le renvoi était exprimé par le bouquet de fleurs le
moins cher de l’époque : des œillets.
C’était le signe que le patron ne voulait plus verser un centime au comédien. A
l’inverse, un bouquet de rose, plus onéreux, était déposé dans les loges des ­artistes
dont les contrats étaient maintenus.
Les chrysanthè mes remplacent les bougies depuis le milieu du 19è me siècle. Cette
substitution viendrait de la tradition de fleurir les tombes des Soldats de la Première
Guerre Mondiale le 11 novembre. Tradition qui, petit à petit, se serait déplacée au 2
novembre. On l’offre aux tombes le jour de Toussaints

4. POSER SON CHAPEAU SUR UN LIT


Dans les campagnes, rares étaient les hommes qui portaient un chapeau. Ils ne le
revêtaient que les jours d'enterrement. En arrivant dans la chambre mortuaire, ils
l'enlevaient pour rendre hommage au défunt puis le posaient sur le lit. Un chapeau sur
un lit est alors devenu un mauvais présage, symbole de maladie, voire de mort.

5. ÊTRE 13 PERSONNES À TABLE


En effet, selon la croyance populaire, être 13 à table porterait malheur et prédirait
même un événement funeste. Cette superstition est née d'un passage de la Bible
faisant référence à la Cène, où Jésus partage un repas avec ses 12 apôtres. C'est à
l'issue de ce fameux repas que Jésus aurait été trahi par Judas. Ce dernier aurait
ensuite été arrêté avant d'être crucifié.
Depuis, il est de coutume de dire qu'être 13 à table porte malheur. Si cela se produit, il
se dit que le plus jeune de la tablée mourra vite car Jésus était le plus jeune de la Cène
et a connu un destin funeste après ce repas.