Vous êtes sur la page 1sur 2

SECTION VI DE LA TRAITE DES ETRES HUMAINS ‫االتجار بالبشر‬

Article 448.1
Le crime de la traite des êtres humains est commis à l’égard des enfants âgés de
moins de 18 ans, dès lors qu’il s’avère que le but poursuivi est l’exploitation
desdits enfants…
…L’exploitation ne peut être invoquée que lorsqu’elle a pour effet d’aliéner la
volonté de la personne et de la priver de la liberté de changer sa situation et de
porter atteinte à sa dignité par quelque procédé que ce soit même si elle a perçu
une contrepartie ou une rémunération à cet effet.
Article 448.4
L’infraction de la traite des êtres humains est punie de l’emprisonnement de 20 ans
à 30 ans et d’une amende de 200.000 à 2.000.000. (Rectifier après le concours)
CHAPITRE VIII DES CRIMES ET DELITS CONTRE L’ORDRE DES
FAMILLES ET LA MORALITE PUBLIQUE
(Articles 449 à 504)
SECTION VII DE LA CORRUPTION DE LA JEUNESSE ET DE LA PROSTITUTION
‫االستغالل الجنسي وفي إفساد الشباب‬
(Articles 497 à 504)
Article 497
Quiconque excite, favorise ou facilite la débauche ou la prostitution des mineurs de
moins de dix-huit ans, est puni de l'emprisonnement de deux à dix ans et d'une
amende de 20.000 à 200.000. (Délit correctionnel)
‫يعاقب بالحبس من سنتين إلى عشر سنوات وبغرامة من عشرين ألف إلى مائتي ألف درهم كل من حرض‬
.‫القاصرين دون الثامنة عشرة على الدعارة أو البغاء أو شجعهم عليها أو سهلها لهم‬
Article 498 (Délit correctionnel)
Est puni de l'emprisonnement d’un an à cinq ans et d'une amende de 5000 à
1.000.000, à moins que le fait ne constitue une infraction plus grave, quiconque
sciemment :
1) Aide, assiste, ou protège la prostitution d'autrui ou le racolage ;
2) En connaissance de cause, perçoit une part des produits de la prostitution ou de
la débauche d'autrui
3) vit, en connaissance de cause, avec une personne se livrant habituellement à la
prostitution ;
4) embauche, entraîne, livre, protège,
5) fait office d'intermédiaire,
Article 499 (circonstances aggravante) (Délit correctionnel)
Les peines édictées à l'article précédent sont portées à l'emprisonnement de deux à
dix ans et à une amende de 10.000 à 2.000.000 de dirhams lorsque :
1) l'infraction a été commise à l'égard d'un mineur de moins de dix-huit ans ;
2) l'infraction a été commise à l'égard d'une personne dans une situation difficile,
ou à l'égard une femme enceinte, que sa grossesse soit apparente ou connue par le
coupable ;
3) l'infraction a été commise à l'égard de plusieurs personnes ;
4) l'auteur de l'infraction est l'un des époux ou (ascendant, ou serviteur) ;
5) Lorsque des moyens qui permettent de photographier, de filmer ou
d'enregistrer ont été utilisés.
7) l'auteur de l'infraction était porteur d'une arme apparente ou cachée ;
8) l'infraction a été commise par plusieurs personnes ;
Article 499–1 (circonstances aggravante) (Crime)
Les infractions prévues à l'article 498 ci-dessus sont punies de l'emprisonnement de
dix à vingt ans et d'une amende de 100.000 à 3.000.000 si elles sont commises par
une association de malfaiteurs.
Article 499-2 (circonstances aggravante) (Crime)
Les infractions prévues aux articles 498 sont punies de la réclusion perpétuelle si
elles sont commises par la torture ou des actes de barbarie.
Article 503-1-1- Est coupable de harcèlement sexuel et est puni d’un
emprisonnement d’un mois à six mois et d’une amende de 2.000 à 10.000 dirhams
ou de l’une de ces peines, quiconque persiste à harceler autrui dans les cas suivants
1. Dans les espaces publics ou autres, par des agissements, des paroles, des gestes
à caractère sexuel ou à des fins sexuelles ;
2. Par des messages écrits, téléphonique ou électroniques, des enregistrements ou
des images à caractère sexuel ou à des fins sexuelles.
La peine est portée au double si l’auteur est collègue de travail ou une personne en
charge du maintien de l’ordre et de la sécurité dans les espaces publics ou autres.

Article 503-1-2- la peine est l’emprisonnement de trois à cinq ans et d’une amende
de 5.000 à 50.000dirhams, si le harcèlement sexuel est commis par un ascendant, un
proche ayant avec la victime un empêchement à mariage, un tuteur, une personne
ayant autorité sur la victime ou ayant sa charge ou un kafil ou si la victime est un
mineur.