Vous êtes sur la page 1sur 283

Cours MEC3400

Éléments finis en mécanique du Solide 7e édition


Notes de cours

Luc Marchand
Georges McIntyre
Martin Lévesque

Département de Génie Mécanique,


École Polytechnique de Montréal
Août 2008

Tous droits réservés  Luc Marchand, Georges McIntyre, Martin Lévesque, École Polytechnique de Montréal, 2008

i
TABLE DES MATIÈRES
1 MÉTHODES APPROXIMATIVES POUR LA RÉSOLUTION DES PRINCIPAUX PROBLÈMES D’INGÉNIERIE......... 1-1

1.1 LES PRINCIPAUX PROBLÈMES D'INGÉNIERIE........................................................................................................ 1-1

1.1.1 Problèmes avec conditions aux rives ................................................................................................. 1-4

1.1.2 Problèmes aux valeurs propres .......................................................................................................... 1-5

1.1.3 Problèmes de diffusion ...................................................................................................................... 1-6

1.1.4 Problèmes dynamiques ...................................................................................................................... 1-6

1.2 MÉTHODE DE RÉSOLUTION APPROXIMATIVE ...................................................................................................... 1-7

1.2.1 Forme de l’équation différentielle...................................................................................................... 1-7

1.2.2 Méthode générale de résolution........................................................................................................ 1-7

1.2.3 Exemple............................................................................................................................................ 1-10

1.3 SOLUTION PAR LES MÉTHODES DE RÉSIDUS PONDÉRÉS ....................................................................................... 1-12

1.3.1 Collocation par points ...................................................................................................................... 1-13

1.3.2 Collocation par sous domaines ........................................................................................................ 1-14

1.3.3 Méthode des moindres carrés ......................................................................................................... 1-15

1.3.4 Méthode de Galerkin ....................................................................................................................... 1-18

1.3.5 Comparaison entre les différentes méthodes .................................................................................. 1-19

1.4 MÉTHODE VARIATIONNELLE DE RITZ .............................................................................................................. 1-20

1.4.1 Méthode .......................................................................................................................................... 1-20

1.4.2 Exemple numérique ......................................................................................................................... 1-22

1.5 EVALUATION DE LA PRÉCISION DES SOLUTIONS (ÉTUDE DE LA CONVERGENCE) ........................................................ 1-22

1.6 EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES ...................................................................................................................... 1-26

2 MÉTHODES PRATIQUES DE RÉSOLUTION .................................................................................................. 2-1

2.1 CONDITIONS AUX RIVES: NOMENCLATURE ........................................................................................................ 2-1

2.2 INTERPOLATION........................................................................................................................................... 2-3

2.2.1 Fonctions d’interpolation ................................................................................................................... 2-3

2.2.2 Méthode matricielle d'interpolation ................................................................................................ 2-10

ii
2.2.3 Solution à plusieurs éléments .......................................................................................................... 2-11

2.2.4 Méthode d'interpolation de LAGRANGE .......................................................................................... 2-12

2.2.5 Utilisation d'éléments d’ordre supérieur ......................................................................................... 2-13

2.2.6 La méthode matricielle d’interpolation appliquée à un élément poutre ......................................... 2-15

2.3 INTÉGRATION PAR PARTIES ............................................................................................................................ 2-19

2.3.1 Une dimension ................................................................................................................................. 2-19

2.3.2 En deux et trois dimensions ............................................................................................................. 2-19

2.3.3 Exemple d'application. ..................................................................................................................... 2-21

2.3.4 Autre classification des conditions aux rives (Selon la méthode d'application) ............................... 2-24

2.4 EXEMPLES NUMÉRIQUES ............................................................................................................................. 2-25

2.4.1 Exemple no. 1 – Application de la méthode matricielle et de l'intégration par parties ................... 2-25

2.4.2 Exemple no. 2, Méthode matricielle avec valeurs constantes ......................................................... 2-37

2.4.3 Exemple no.3 – Analogie avec le barreau droit ............................................................................... 2-44

2.5 EXERCICES ................................................................................................................................................ 2-47

2.5.1 Interpolation .................................................................................................................................... 2-47

2.5.2 Intégration par parties et Galerkin .................................................................................................. 2-50

3 DÉVELOPPEMENT D’UN ÉLÉMENT FINI POUTRE-COLONNE ....................................................................... 3-1

3.1 ÉQUILIBRE .................................................................................................................................................. 3-2

3.2 CHOIX DE LA FONCTION D'ESSAI ...................................................................................................................... 3-4

3.3 FORME INTÉGRALE FAIBLE ............................................................................................................................. 3-5

3.4 SOLUTION PAR ÉLÉMENTS FINIS ...................................................................................................................... 3-7

3.5 CALCUL DE LA CHARGE CRITIQUE DE COLONNES DROITES .................................................................................... 3-15

3.5.1 Système d'équations pour un élément............................................................................................. 3-15

3.5.2 Exercice no.1 : Colonne rotule-rotule (1 élément)............................................................................ 3-15

3.5.3 Exercice no.2 : Colonne encastrée-libre (1 élément) ........................................................................ 3-16

3.5.4 Exercice no.3 : Colonne rotule-rotule (2 éléments finis de longueur L) ............................................ 3-17

3.6 EXERCICES ................................................................................................................................................ 3-19

iii
4 CONVERGENCE D’UNE SOLUTION PAR ÉLÉMENTS FINIS ............................................................................ 4-1

4.1 CONDITIONS DE CONVERGENCE ...................................................................................................................... 4-1

4.1.1 Représentation constante .................................................................................................................. 4-1

4.2 CONTINUITÉ ............................................................................................................................................... 4-2

4.2.1 Classe ................................................................................................................................................. 4-3

4.3 TAUX DE CONVERGENCE DE LA FONCTION D'ESSAI .............................................................................................. 4-3

4.4 TAUX DE CONVERGENCE DU FLUX .................................................................................................................... 4-5

4.5 POINTS DE SURCONVERGENCE ........................................................................................................................ 4-7

4.6 CONCLUSION ............................................................................................................................................ 4-13

5 TRANSFORMATIONS DU SYSTÈME MATRICIEL D'UN ÉLÉMENT.................................................................. 5-1

5.1 TRANSFORMATION DE COORDONNÉES ............................................................................................................. 5-1

5.1.1 Matrice de rotation............................................................................................................................ 5-2

5.2 TRANSFORMATION D'UN VECTEUR .................................................................................................................. 5-2

5.3 CALCUL DE LA MATRICE DE ROTATION .............................................................................................................. 5-4

5.3.1 Matrice de rotation d'un élément à deux dimensions ....................................................................... 5-5

5.3.2 Matrice de rotation d'une poutre ...................................................................................................... 5-7

5.4 CHANGEMENT DE BASE EN ÉLÉMENTS FINIS ..................................................................................................... 5-11

5.5 AUTRES TRANSFORMATIONS ........................................................................................................................ 5-13

5.5.1 Libération (relaxation) de degrés de liberté d'un élément ............................................................... 5-13

5.5.2 Les fonctions de contraintes ............................................................................................................ 5-14

5.5.3 Les éléments rigides ......................................................................................................................... 5-16

5.6 SYMÉTRIE ET ANTISYMÉTRIE ......................................................................................................................... 5-18

5.6.1 Symétrie par réflexion ...................................................................................................................... 5-18

5.6.2 Antisymétrie (des charges) .............................................................................................................. 5-19

5.6.3 La symétrie cyclique ......................................................................................................................... 5-19

5.7 EXEMPLE DU DÉVELOPPEMENT ET DE L'UTILISATION DE LA MATRICE [P] ................................................................ 5-22

6 FORMULATION DES ÉLÉMENTS ISOPARAMÉTRIQUES ............................................................................... 6-1

iv
6.1 INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 6-1

6.1.1 Famille de Lagrange........................................................................................................................... 6-2

6.1.2 Famille de Serendip ............................................................................................................................ 6-4

6.1.3 Interpolation linéaire ......................................................................................................................... 6-4

6.1.4 Interpolation quadratique ................................................................................................................. 6-5

Propriétés des fonctions d'interpolation .......................................................................................................... 6-5

6.2 FONCTIONS DE FORME DES ÉLÉMENTS BIDIMENSIONNELS (SURFACE 2D) ................................................................ 6-6

6.3 FONCTIONS DE FORME DES ÉLÉMENTS TRIDIMENSIONNELS (SOLIDE 3D) ................................................................. 6-9

6.4 INTERPOLATION DES FONCTIONS D’UN PROBLÈME ............................................................................................ 6-11

6.5 DÉRIVÉES D'UNE FONCTION PAR RAPPORT AUX COORDONNÉES CARTÉSIENNES ...................................................... 6-13

6.5.1 Exemple............................................................................................................................................ 6-14

6.6 INTÉGRATION DES EXPRESSIONS .................................................................................................................... 6-15

6.6.1 Méthode d'intégration numérique .................................................................................................. 6-16

6.7 EXERCICES ................................................................................................................................................ 6-17

7 LES ÉLÉMENTS FINIS POUR L'ANALYSE DES STRUCTURES .......................................................................... 7-1

7.1 INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 7-1

7.1.1 Problèmes linéaires ............................................................................................................................ 7-1

7.2 LES PRINCIPAUX ÉLÉMENTS ............................................................................................................................ 7-3

7.3 THÉORÈME DE L’ÉNERGIE POTENTIELLE MINIMALE .............................................................................................. 7-4

7.3.1 Énergie de déformation interne ......................................................................................................... 7-4

7.3.2 Potentiel des charges extérieures ...................................................................................................... 7-5

7.3.3 Application à la méthode des éléments finis ..................................................................................... 7-5

7.4 ÉLÉMENTS DE BARRE ET DE POUTRE ................................................................................................................. 7-6

7.4.1 Éléments de barre [4]......................................................................................................................... 7-6

7.4.2 Éléments de poutre [4]....................................................................................................................... 7-7

7.4.3 Matrices de rigidité ............................................................................................................................ 7-8

7.5 LES ÉLÉMENTS MEMBRANE .......................................................................................................................... 7-13

v
7.5.1 Introduction [4] ................................................................................................................................ 7-13

7.5.2 Les principaux éléments membrane [4] ........................................................................................... 7-15

7.5.3 Les états plans ................................................................................................................................. 7-18

7.5.4 Énergie de déformation ................................................................................................................... 7-22

7.5.5 Potentiel des charges ....................................................................................................................... 7-24

7.5.6 Énergie potentielle (Équation du mouvement) ................................................................................ 7-26

7.5.7 Remarque sur l'intégration .............................................................................................................. 7-26

7.5.8 Remarques sur la forme géométrique des éléments ....................................................................... 7-27

7.5.9 Erreurs communes de maillage........................................................................................................ 7-28

7.6 PLAQUES EN FLEXION ................................................................................................................................. 7-31

7.6.1 Introduction ..................................................................................................................................... 7-31

7.6.2 Hypothèses simplificatrices de la théorie des plaques ..................................................................... 7-32

7.6.3 Fonctions de déplacement d'une plaque ......................................................................................... 7-33

7.6.4 Théorie de KIRCHOFF (Théorie des plaques minces) ........................................................................ 7-34

7.6.5 Théorie de MINDLIN (Plaques avec cisaillement transversal) .......................................................... 7-36

7.6.6 Contraintes ...................................................................................................................................... 7-39

7.6.7 Remarques sur les théories de Kirchoff et de Mindlin...................................................................... 7-39

7.7 LES COQUES ............................................................................................................................................. 7-40

7.7.1 Éléments plats.................................................................................................................................. 7-40

7.7.2 Éléments isoparamétriques ............................................................................................................. 7-42

7.8 ÉLÉMENT SOLIDE AXISYMÉTRIQUE ................................................................................................................. 7-47

7.8.1 Introduction [4] ................................................................................................................................ 7-47

7.8.2 Relations déformations-déplacements ............................................................................................ 7-48

7.8.3 Hypothèses du problème axisymétrique .......................................................................................... 7-49

7.8.4 Relations contraintes-déformations ([3], chapitre 9) ...................................................................... 7-50

7.8.5 Énergie de déformation ................................................................................................................... 7-51

7.8.6 Fonctions de déplacement et critères de convergence .................................................................... 7-51

vi
7.9 ÉLÉMENTS DE VOLUME (SOLIDES 3D) ............................................................................................................ 7-52

7.9.1 Introduction [4] ................................................................................................................................ 7-52

7.9.2 Éléments finis de volume ................................................................................................................. 7-54

7.9.3 Relations déformations-déplacements ............................................................................................ 7-55

7.9.4 Relations contraintes-déformations ................................................................................................ 7-55

7.9.5 Énergie de déformation ................................................................................................................... 7-56

7.9.6 Fonctions de déplacement et critères de convergence .................................................................... 7-56

8 RÉSOLUTION DE PROBLÈMES DYNAMIQUES ............................................................................................8-58

8.1 SYSTÈME À UN SEUL DEGRÉ DE LIBERTÉ, UNE BRÈVE RÉVISION ............................................................................. 8-58

8.1.1 Vibration libre sans amortissement ................................................................................................. 8-58

8.1.2 Vibration libre avec amortissement ................................................................................................... 8-3

8.1.3 Vibration forcée avec amortissement ................................................................................................ 8-7

8.1.4 Détermination expérimentale du facteur d'amortissement ............................................................ 8-10

8.2 PROBLÈMES DYNAMIQUES ........................................................................................................................... 8-13

8.2.1 Fréquences naturelles de vibration .................................................................................................. 8-13

8.2.2 Méthode de réduction de GUYAN (Condensation statique) ............................................................ 8-15

8.2.3 Orthogonalité des vecteurs propres { Di } ........................................................................................ 8-18

8.3 RÉPONSE D'UN SYSTÈME DYNAMIQUE ............................................................................................................ 8-20

8.3.1 Méthode de superposition des modes ............................................................................................. 8-20

8.3.2 Remarques sur l'amortissement ...................................................................................................... 8-23

8.4 MÉTHODE D'INTÉGRATION DIRECTE............................................................................................................... 8-27

8.5 EXEMPLES DE CALCUL, FRÉQUENCES NATURELLES ET MODES VIBRATOIRE .............................................................. 8-31

8.5.1 Système à deux masses avec ressorts .............................................................................................. 8-31

8.5.2 Colonne encastrée-libre ................................................................................................................... 8-34

8.6 EXERCICES ................................................................................................................................................ 8-39

9 INTRODUCTION À ANSYS .......................................................................................................................... 9-1

10 PROBLÈMES SUPPLÉMENTAIRES, COURS 1 À 9 .........................................................................................10-1

vii
RÉFÉRENCES

[1] “Finite Element Analysis, from Concept to Applications”, David S. Burnett, Addison-Wesley Publishing
Company, 1987, ISBN 0-201-10806-2.

Reproduction des figures 3.4, 3.6, 3.8, 3.9, 3.10, 3.12, 3.13,4.5,5.1, 5.2, 5.4, 5.6, 5.9, 5.11, 5.14, 9.2, 9.4 à
9.7, 13.48, 13.63, 13.64

[2] “Concepts and Applications of Finite Element Analysis”, Robert D. Cook and al., John Wiley and Sons, Inc.,
Fourth edition, 2001, ISBN 0-471-35605-0.

Reproduction des figures 3.2-1,6.4-2, 6.4-3, 10.3-1, 10.3-3

ième
[3] "Résistance des matériaux", A. Bazergui et al., Éditions de l'École Polytechnique de Montréal, 3 éditions,
2003

ième
[4] "Modélisation des structures – Calcul par éléments finis", Jean-Charles Craveur, Dunod, 2 édition, 2001,
ISBN 2 10 005547 X

Reproduction partielle ou totale des pages 35, 36, 41, 75, 79 à 81, 91, 92, 117, 131 à 133.

nd
[5] "Finite Element Analysis – Theory and Application with ANSYS", Saeed Moaveni, Pearson Education Inc., 2
Edition, 2003, ISBN 0-13-111202-3.

Reproduction de: Table 1.1, Fig. 6.1, pages 129 à 136 ( Chap. 3), 345 à 375 et 391 à 396 (Chap. 8)

viii
Chapitre 1

1 MÉTHODES APPROXIMATIVES POUR LA RÉSOLUTION


DES PRINCIPAUX PROBLÈMES D’INGÉNIERIE

Dans ce premier chapitre nous allons exposer les méthodes fondamentales pour résoudre
approximativement les principaux problèmes d'ingénierie. Dans le chapitre 2 nous apporterons des
raffinements à l’une de ces méthodes fondamentales afin d’obtenir “la méthode des éléments finis” ou
MEF.

1.1 Les principaux problèmes d'ingénierie

En général, pour résoudre les problèmes d’ingénierie, nous construisons des modèles mathématiques
pour représenter des phénomènes physiques. Dans plusieurs cas, ces modèles sont faits d’équations
différentielles avec un ensemble de conditions initiales ou de conditions aux rives. Les équations
différentielles sont développées en appliquant des lois fondamentales à un système ou à un volume de
contrôle. Ces équations représentent une loi de conservation comme l’équilibre des forces, de l’énergie
ou des masses. Pour les systèmes relativement simples, comme par exemple dans le cas de problèmes
unidimensionnels, il est souvent possible de trouver la solution exacte du problème. Cette solution
analytique nous permet de connaître de façon détaillée la réponse en tout point du système, sous des
conditions spécifiques. La Table 1.1 qui suit, illustre quelques uns de ces cas simples.

Il existe une grande variété de problèmes pratiques d’ingénierie pour lesquels il est impossible de
trouver une solution mathématique exacte. Cela peut provenir du fait que les équations différentielles
représentant le système sont trop complexes ou cela peut être causé par les difficultés générées lors du
traitement des conditions initiales et des conditions aux rives du problème. Quoiqu’il en soit, pour
résoudre de tels problèmes, nous faisons appel à des solutions numériques approximatives. À la
différence des solutions analytiques qui nous donnent le comportement exact en tout point du système,
les solutions numériques nous donnent seulement une approximation de la réponse exacte à certains
points particuliers que l’on nomme les nœuds. Il y a deux grandes classes de méthodes numériques : 1-
la méthode des différences finies, 2- la méthode des éléments finis.

1-1
Avec la méthode des différences finies, une équation différentielle est écrite pour chaque nœud, les
dérivées étant remplacées par des équations de différences finies. Cette approche donne un ensemble
d’équations linéaires qu’il faut résoudre par la suite. La méthode des différences finies est facile à
comprendre et à appliquer à des problèmes simples. Cependant, elle devient difficile à appliquer si la
géométrie du système ou les conditions aux rives sont complexes. Ceci est particulièrement le cas avec
les problèmes traitant des matériaux non-isotropes.

1-2
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Table 1.1 – Exemples de problèmes d'ingénierie modélisés par des équations différentielles avec
conditions aux rives ou conditions initiales.

Quant à elle, la méthode des éléments finis utilise une formulation intégrale plutôt que les équations
différentielles pour créer un système d’équations algébriques. De plus, une fonction continue est
utilisée pour représenter la solution approximative de chaque élément. La solution complète du modèle
est générée en assemblant les solutions individuelles de tous ces éléments tout en s’assurant qu’il y a
continuité aux rives entre les éléments. Par rapport aux autres méthodes numériques, la méthode des
éléments finis présente les avantages suivants :

- Applicable à tout problème de champ, incluant : mécanique du solide, transfert de chaleur, champ
magnétique, écoulement des fluides, etc..

1-3
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

- Il n’y a pas de restriction sur la géométrie des modèles.

- Pas de restriction également sur les conditions aux rives et les types de chargement.

- On peut modéliser différents comportements de matériau dans le même modèle (ex : matériau
isotropique (métal) et non-isotropique (composite)

- On peut combiner des composantes (éléments) ayant des comportements différents dans un
modèle É.F. (ex. poutres avec plaques).

- Un modèle ÉF ressemble de très près à la structure réelle.

- La réponse approximative peut être facilement améliorée en raffinant le maillage de tout le


modèle ou de seulement une partie de celui-ci.

1.1.1 Problèmes avec conditions aux rives

a) En une dimension

d  dU ( x )
− α (x ) + β (x) U (x) = f (x ) (1.1)
dx  dx 

où : α (x) et ß(x) sont des coefficients

f(x) est le chargement

U(x) est une fonction inconnue

Il y a deux types de conditions aux rives: celles qui s'appliquent à la fonction U(x) et celles qui
s'appliquent à son flux φ(x)1.

1
φ(x) =-α(x) dU/dx

1-4
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

 dU ( x ) 
à x = xa U ( xa ) = U a ou  −α ( x )  = φa
 dx 

U ( xb ) = U b  dU ( x ) 
à x = xb ou  −α ( x )  = φb
 dx 

Ua domaine de solution Ub

ou  ou

b) En trois dimensions

∂ ∂U (x, y, z ) ∂  ∂U (x, y, z ) ∂  ∂U (x, y, z )


− αx(x, y,z )  − αy( x, y, z )  − αz (x, y,z )  + β (x, y, z ) U (x, y, z ) = f ( x, y, z )
∂x  ∂x  ∂y  ∂y  ∂z  ∂z

α x 
− {∇}   ∇U + β U = f
αy { }
T
Notation matricielle

 α z 

α x 
  ∇U
Conditions aux rives sur Σ U → U; sur Σφ → φ = − αy { }
 α z 

1.1.2 Problèmes aux valeurs propres

d  dU ( x ) 
1D − α ( x )  + β ( x) U ( x) − λ γ ( x) U ( x) = 0 (1.2)
dx  dx 

à x=a Ua = 0 ou φa = 0
Conditions aux rives :
à x=b Ub = 0 ou φb = 0

3D

1-5
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

α x  U =0 sur ΣU
− {∇}   ∇U + β U − λγ U = f
αy { }
T
avec
 φ = 0 sur Σϕ
 α z 

1.1.3 Problèmes de diffusion

∂U ( x, t ) ∂  ∂U ( x, t ) 
1D µ ( x) − α ( x )  + β ( x ) U ( x, t ) = f ( x, t )
∂t ∂x  ∂x 

α x 
∂U T   ∇U + β U = f x, y , z , t
3D µ − {∇}  αy { } ( )
∂t
 α z 

Même type de conditions aux rives que pour 1.1.1, mais aussi fonction du temps t.

1.1.4 Problèmes dynamiques

∂ 2U ( x, t ) ∂U ( x, t ) ∂  ∂U ( x, t ) 
1D ρ (x ) + µ (x ) − α ( x ) + β ( x ) U ( x, t ) = f ( x, t )
∂t 2
∂t ∂x  ∂x 

α x 
∂U
2
∂U  
ρ +µ − {∇} αy  {∇U } + β U = f ( x, y, z , t )
T
3D 
∂t 2
∂t  
 α z 

Dans les équations précédentes, U(x,y,z,t) représente la fonction inconnue et nous l'avons traitée
comme une quantité scalaire (température par exemple). Dans plusieurs problèmes, U(x,y,z,t) est une
quantité vectorielle (déplacements ou vitesses par exemple).

1-6
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

r r v
U ( x, y, z , t ) = u ( x, y, z , t ) i + v( x, y, z , t ) j + w( x, y, z , t ) k

Nous avons alors pour chaque type de problèmes, des ensembles d'équations aux dérivées partielles
semblables aux précédentes. Ces équations seront habituellement couplées entre elles.

1.2 Méthode de résolution approximative

Nous allons maintenant développer une méthode de résolution approximative qui est générale, mais
nous nous concentrerons plus spécifiquement sur les problèmes avec conditions aux rives. Pour des
raisons de simplicité, les exemples présentés seront dans un espace à une dimension.

1.2.1 Forme de l’équation différentielle

d  dU ( x )
− α (x) + β (x) U (x ) = f (x ) (1.2)2
dx  dx 

U(x) → Solution exacte. En une dimension elle existe dans la majorité des cas.

U*(x) → Solu_on approxima_ve. Elle sera obtenue par la MEF.

1.2.2 Méthode générale de résolution

La méthode générale de résolution comprend trois grandes étapes.

1 - Définir une fonction d'essai U*(x) de forme :

2
Bien que simple, cette forme d’équation différentielle est utilisée dans plusieurs applications comme : la flèche
d’un câble, la déformation axiale d’un barreau élastique, et dans des modèles 1D de distribution de température,
de potentiel électrique ou magnétique, d’écoulement d’un fluide incompressible.

1-7
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

U * ( x ) = Φ 0 ( x ) + a1 Φ1 ( x ) + a2 Φ 2 ( x ) + a3 Φ 3 ( x ) + etc...
(1.3)

où Φi : fonctions d’essai

ai : nombre fini de coefficients indéterminés (degrés de liberté ou DL)

Généralement, Φ0 sert à définir les conditions aux rives

2 - Appliquer un critère d'optimisation

Afin de déterminer les valeurs numériques des coefficients ai, les meilleures possible, il
existe deux types de méthodes.

i) Méthodes de résidus pondérés

a) Collocation par points

b) Collocation par sous-domaines

c) Moindres carrés

d) Galerkin

ii) Méthode variationnelle de Ritz

Par exemple: Déplacements virtuels

Energie potentielle minimale

Etc ...

1-8
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

3 - Estimation de la précision

L’erreur E(x) est définie comme la différence entre la solution exacte et la solution
approximative :

E (x ) = U (x ) − U * (x ) (1.4)

Normalement l'erreur est inconnue puisque la solution exacte U(x) n’est pas connue.
Cependant, il existe deux méthodes pratiques pour estimer l'erreur. Elles seront discutées plus
loin.

La Figure 1.1 résume la méthode générale de solution par MEF.

Critère d’optimisation Solution approximative


Solution d’essai

Précision incertaine ou inacceptable

Figure 1.1

1-9
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

1.2.3 Exemple
d  dU ( x )  2
Soit l'équation différentielle suivante : x = (1.5)3
dx  dx  x 2

Domaine de solution



x=1 x=2

 dU ( x )  1
avec les conditions aux rives suivantes : U ( x = 1) = 2 et φ ( x = 2) =  − x  =
 dx  x = 2.0 2

Solution d'essai

Soit U * ( x ) = a0 + a1 x + a2 x 2 + a3 x 3 une fonction d'essai polynomiale cubique.

Nous pourrions, au besoin, prendre plus de termes. Les séries polynomiales sont les plus
générales et les plus simples du point de vue des opérations mathématiques. C’est pourquoi on
les préfère en pratique. Cependant, on peut choisir d'autres types de fonctions.

Cette solution doit satisfaire les conditions aux rives. Ici, nous allons établir la valeur des
coefficients de la fonction d'essai par la méthode traditionnelle. Plus tard nous verrons qu'il est
beaucoup plus simple d'y parvenir avec des manipulations mathématiques (intégration par
parties) consécutives à l'application d'un critère d'optimisation.

Application des conditions aux rives

3
La solution exacte de l’équation (1.5), pour les conditions aux rives spécifiées, est : U(x)=2/x+½log(x) et pour le
flux φ(x)=-x dU/dx=2/x-½. Nous l’utiliserons pour vérifier la précision des résultats obtenus par la MEF.

1-10
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

U * ( x = 1.0 ) = 2.0 = a0 + a1 + a2 + a3 (a)


Il faut:  dU  1
φ * ( x = 2.0 ) =  − x  = 2 = −2a1 − 8a2 − 24a3 (b)
 dx 

Nous avons ainsi deux équations ce qui permet de déterminer deux coefficients.

(b) ⇒ a1 = − 1 4 − 4a2 − 12a3


(a) ⇒ a0 = 2 − a1 − a2 − a3 = 9 4 + 3a2 + 11a3

U * ( x) = ( 9 4 + 3a2 + 11a3 ) − ( 1 4 + 4a2 + 12a3 ) x + a2 x 2 + a3 x3


= 1
4 ( 9 − x ) + a2 ( 3 − 4 x + x 2 ) + a 3 (11 − 12 x + x3 )
Donc (1.6)
( )
=  2 − 1 4 ( x − 1)  + a2 ( x − 1)( x − 3)  + a3 ( x − 1) x 2 + x − 11 
 
= Φ0 ( x ) + a2 Φ1 ( x ) + a3 Φ 2 ( x )

où Φ1 et Φ2 sont des fonctions d’essai également nommées fonctions de pondération.

Flux

( )
φ * ( x ) = − x dU dx = 1 4 x + a2 ( 4 x − 2 x 2 ) + a3 (12 x − 3 x3 )
=  1 2 + 1 4 ( x − 2 )  + a2  −2 x ( x − 2 )  + a3  −3x ( x − 2 )( x + 2 )  (1.7)
d Φ0  d Φ1   d Φ2 
= −x + a2  − x  + a3  − x 
dx  dx   dx 

1-11
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Figure 1.2 – Fonctions d’essai et flux des fonctions d’essai de l’exemple 1.2.3

1.3 Solution par les méthodes de résidus pondérés

Si U(x) est la solution exacte du problème précédent, à partir de l’éq. (1.5) nous devons obtenir:

d  dU ( x )  2
x − =0
dx  dx  x 2

Pour la solution approximative U*(x) nous aurons cependant:

d  dU ( x )  2
*

R ( x; a ) =  x − ≠0
dx  dx  x 2 (1.8)

( )
= − 1 4 + 4 ( x − 1) a2 + 3 3x 2 − 4 a3 − 2 x 2

où R(x,a) est défini comme étant le résidu

1-12
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

La méthode des résidus pondérés consiste à déterminer les valeurs numériques de a2 et a3 pour que le
résidu R(x ; a) devienne le plus petit possible à tous les points du domaine de solution.

Si par chance on trouve U * ( x ) tel que R ( x, a ) = 0 pour 1.0 < x < 2.0

alors U * (x ) = U ( x ) solution exacte du problème,

autrement U*(x) est une solution approximative.

L'application d'une méthode de résidus pondérés donne un ensemble d'équations algébriques linéaires.
La solution de ces équations donne les meilleurs valeurs possibles des coefficients ai que l’on désigne
également comme des degrés de liberté généralisés.

1.3.1 Collocation par points

Pour chacun des coefficients indéterminés ai, on doit choisir un point xi et forcer le résidu à zéro à ce
point :

R ( xi ; a ) = 0.0

Exemple numérique

R ( x; a ) = − 1 4 + 4 ( x − 1) a2 + 3 ( 3x 2 − 4 ) a3 − 2 x 2

R (x = ;a) =
Soient x1 = ⇒ a 2 + 4 a 3 − 11 8 = 0.0  a 2 = 2.0993
4 4 4
3 3 3
solution 
x2 = 5
3 ⇒ R (x = 5
3 ;a) = 8
3 a 2 + 13 a 3 − 97
100 = 0.0  a 3 = − 0.3560

U * (x) = 1
4 ( 9 − x ) + 2.0993 ( 3 − 4 x + x 2 ) − 0.3560 (11 − 12 x + x 3 )
Donc
(
φ * ( x ) = − x dU dx = ) 1
4 ( )
x + 2.0993 4 x − 2 x 2 − 0.3560 12 x − 3 x 3 ( )

1-13
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Figure 1.3 – Solution par collocation par points (ŨC ≡ U*, τ%C ≡ φ*)

1.3.2 Collocation par sous domaines

Pour chacun des paramètres indéterminés ai, il faut choisir un intervalle ∆xi dans le domaine de
solution et poser:

1
∫ R ( x; a ) dx = 0.0 (moyenne du résidu nulle) (1.9)
∆xi ∆xi

Exemple numérique

Soient ∆ x1 ⇒ 1.0 < x < 1.5 et ∆ x2 ⇒ 1.5 < x < 2.0

1.5
 − 1 + 4( x − 1)a + 3(3x 2 − 4)a − 2  dx = 0.0
∫1.0  4 2 3
x 2  a2 = 2.5417
solution 
 − 1 + 4( x − 1)a + 3(3x 2 − 4)a − 2  dx = 0.0 a3 = −0.4259
2.0
∫1.5  4 2 3
x 2 

Donc

1-14
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

U * ( x) = 1
4 ( 9 − x ) + 2.5417 ( 3 − 4 x + x 2 ) − 0.4259 (11 − 12 x + x3 )
( )
φ * ( x ) = − x dU dx = 1 4 x + 2.5417 ( 4 x − 2 x 2 ) − 0.4259 (12 x − 3x3 )

Figure 1.4 – Solution par collocation par sous-domaine (ŨS ≡ U*, τ%S ≡ φ*)

1.3.3 Méthode des moindres carrés

On minimise par rapport aux a i l’expression suivante ∫ R 2 ( x; a )dx


D

∂ ∂R( x; a )
Donc: ∫ R 2 ( x; a )dx = 2 ∫ R( x; a ) dx = 0.0 (1.10)
∂ai D D ∂ai

R 2 ( x; a ) toujours positif.

1-15
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Exemple numérique

∂R
R ( x; a ) (
dx = ∫  − 1 4 + 4 ( x − 1) a2 + 3 3 x 2 − 4 a3 − )  4 ( x − 1) dx = 0.0
2.0 2.0

1.0 ∂a2 1.0 
2
x2 
∂R
R ( x; a ) ( ) (
dx = ∫  − 1 4 + 4 ( x − 1) a2 + 3 3x 2 − 4 a3 − 2 x 2  3 3x 2 − 4 dx = 0.0 )
2.0 2.0

1.0 ∂a3 1.0

Solution ⇒ a 2 = 2.3155 a3 = −0.3816

U * ( x) = 1
4 ( 9 − x ) + 2.3155 ( 3 − 4 x + x 2 ) − 0.3816 (11 − 12 x + x3 )
Donc
( )
φ * ( x ) = − x dU dx = 1 4 x + 2.3155 ( 4 x − 2 x 2 ) − 0.3816 (12 x − 3x3 )

Figure 1.5 – Solution par la méthode des moindres carrés (ŨL ≡ U*, τ%L ≡ φ*)

1-16
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

1-17
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

1.3.4 Méthode de Galerkin

Pour chacun des paramètres Ni(x), on pose : ∫ N i ( x ) R( x; a ) dx = 0.0 (1.11)


D

où Ni(x) sont des fonctions de pondération qui sont aussi les fonctions d’essais (Φ1, Φ2)

La méthode force à zéro une moyenne pondérée du résidu sur le domaine de solution. Chacune
des fonctions d’essai est utilisée comme fonction de pondération.

Exemple numérique

( )
 − 1 4 + 4 ( x − 1) a2 + 3 3x 2 − 4 a3 − 2 x2  ( x − 1)( x − 3) dx = 0.0
2.0
∫1.0  
Solution 
a 2 = 2.1378

+ 4 ( x − 1) a + 3 ( 3x − 4) a ( )
− 2 x2  ( x − 1) x 2 + x − 11 dx = 0.0  a3 = −0.3477
2.0
− 14

2
1.0  2 3

U * ( x) = 1
4 ( 9 − x ) + 2.1378 ( 3 − 4 x + x 2 ) − 0.3477 (11 − 12 x + x3 )
Donc
( )
φ * ( x ) = − x dU dx = 1 4 x + 2.1378 ( 4 x − 2 x 2 ) − 0.3477 (12 x − 3x 3 )

1-18
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Figure 1.6 – Solution par la méthode de Galerkin (ŨG ≡ U*, τ%G ≡ φ*)

1.3.5 Comparaison entre les différentes méthodes

Une comparaison entre les différentes méthodes est présentée à la figure ci-dessous. On peut y
constater que la solution obtenue avec la méthode de Galerkin est la plus près de la solution analytique
exacte.

1-19
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Figure 1.7 – Comparaison entre les différentes solutions

1.4 Méthode variationnelle de Ritz

Cette méthode de solution est basée sur une branche des mathématiques appelée "Calcul des
variations".

1.4.1 Méthode
À partir de l’équation différentielle (1.1), on pose :

 d  dU  
α ( x) + β ( x ) U ( x ) − f ( x )  dx = 0.0
x2
∫x δ U −  
1
 dx  dx  

δU ( x ) ... petite variation continue mais arbitraire de la fonction

1-20
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

En intégrant par parties l’expression précédente et suite à des manipulations mathématiques nous
obtenons une forme intégrale de l'équation différentielle c’est ce qu’on nomme la forme faible de
l’équation différentielle.

 2
 dU  1   dU 
x2

I (U ) = ∫  2 ( )  + 2 β ( x ) U ( x ) − f ( x ) U ( x )  dx −  α ( x )  U ( x ) (1.12)
x2
1 α x 2
x1
  dx    dx  x1

L’équation différentielle est satisfaite lorsque la première variation de l’intégrale précédente par rapport
à la fonction U devient stationnaire. Cette méthode est purement mathématique.

δ I (U ) = 0.0

Pour trouver une solution, la méthode de Ritz consiste à poser:

U =U*

{ }
Après l’intégration par parties de (1.12) nous avons: I U * ( x; a ) = I (a1 , a 2 , a3 , etc ...)

∂I
Pour obtenir la valeur stationnaire de cette intégrale on pose: dI = ∑ ∂a dai = 0.0
i

Comme les coefficients ai peuvent être variés indépendamment, cette dernière relation sera satisfaite si
nous avons :

∂I
= 0.0
∂ai

Nous obtenons ainsi autant d’équations linéaires que nous avons d’inconnus ai .

1-21
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

1.4.2 Exemple numérique

U ( x = 1) = 2.0
d  dU ( x )  2
Nous avons: x − = 0.0 avec  dU 
dx  dx  x 2 − x  = 1
2
 dx  x = 2.0

La forme intégrale de l’équation différentielle précédente est donnée par:

x = 2.0
  dU 
2
2   dU 
I (U ) = ∫ U ( x )
2.0
 2   + 2 U dx +  − x
1 x
1.0
  dx  x   dx  x =1.0

avec [ ]
U * ( x) = [2 − 1 4 ( x − 1)] + a 2 [( x − 1)( x − 3)] + a3 ( x − 1)(x 2 + x − 11) réf. éq. (1.6)

∂I ∂I
En posant = 0.0 et = 0.0
∂a 2 ∂a3

nous obtenons deux équations avec deux inconnus a2 et a3

La solution donne: a2 = 2.1378 et a3 = -0.3477

La méthode variationnelle de Ritz, lorsque la forme intégrale de l'équation différentielle existe, donne
exactement les mêmes résultats que la méthode des résidus pondérés, critère de Galerkin (Figure 1.7).
L’application de la méthode variationnelle est souvent difficile et le succès dans la recherche d'une
forme intégrale de l'équation différentielle n'est pas assuré. La méthode des résidus pondérés de
Galerkin nous amène toujours à une solution. C'est la méthode habituellement utilisée.

1.5 Evaluation de la précision des solutions (étude de la


convergence)

1-22
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Il est difficile d'évaluer la précision d'une ou de plusieurs solutions numériques. La solution exacte est
habituellement inconnue puisque nous utilisons une méthode approximative de résolution. En
comparant les solutions précédentes, obtenues en utilisant plusieurs méthodes différentes, nous avons
une indication sur la précision des résultats. Toutes ces solutions peuvent cependant être loin de la
solution exacte. Nous pouvons aussi effectuer une étude de la convergence.

Étude de la convergence

Lorsqu'un seul critère d'optimisation est utilisé, comme celui de Galerkin par exemple, nous calculons
une série de solutions, U 1* ( x ), U 2* ( x ), U 3* ( x ) , etc., en utilisant des fonctions d'essai progressivement
meilleures (plus de termes).

Nous avons convergence si : U n* ( x ) − U n*−1 ( x ) → 0.0 pour n → ∞ (Figure 1.8a)

La convergence vers une mauvaise solution (Figure 1.8b) est également possible si les fonctions d'essai
ne satisfont pas conditions suivantes :

a) Ces fonctions doivent être complètes (completeness).

b) Elles doivent être continues.

Figure 1.8 – Représentation schématique du phénomène de convergence, (a) vers une solution exacte,
(b) vers une solution erronée.

1-23
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Les critères de convergence seront étudiés en détails, au chapitre 4. Cependant, nous pouvons déjà
mentionner qu’il y a deux façons fondamentales de conduire une étude de convergence dans le cas d’un
modèle d’éléments finis.

La méthode "h", où "h" est la dimension caractéristique de l'élément. Tout en gardant la même fonction
d'essai pour les éléments du modèle, on augmente le nombre d'éléments en raffinant le maillage du
modèle. Cela équivaut à augmenter le nombre de degrés de liberté dans le modèle.

La méthode "p", où "p" signifie polynôme. Dans ce cas, on conserve le même maillage du modèle mais
on augmente le nombre de coefficients de la fonction d'essais en utilisant un polynôme de degré plus
élevé. En augmentant le nombre de coefficients de la fonction d'essai, on augmente aussi le nombre de
degrés de liberté dans le modèle. La Figure 1.9, donne un exemple des résultats obtenus lorsqu'on
augmente le degré du polynôme de la fonction d'essai utilisée pour résoudre l'équation différentielle.
Nous remarquons un rapprochement entre les solutions lorsque le nombre de DL augmente, ce qui est
indicateur de la convergence de ces solutions vers la solution exacte.

1-24
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Figure 1.9 – Solutions approximatives obtenues avec la méthode Galerkin et un nombre croissant de
degrés de liberté. Valeurs aux rives (BC) calculées pour chaque solution (Ũ ≡ U*, τ% ≡ φ*)

1-25
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

1.6 Exercices supplémentaires

Problème 1.1

L'équation différentielle d'un câble suspendu est donnée par l'expression suivante:

d  dW ( x) 
− T  = −ρ g 0< x< L
dx  dx 

où W(x) est la flèche verticale du câble. Le câble à une longueur L=10 m, une tension horizontale T=98
N, une masse par unité de longueur ρ= 1kg/m et subit l'accélération terrestre g=9.8 m/s2. Les conditions
aux rives sont W(x=0) =0.0 et W(x=10)=0.0. Quelle est la flèche du câble à x=L/2 et à x=L/4 ?. Pour
trouver la solution,

a) Utilisez la méthode des résidus pondérés (critère au choix) et la fonction d'essai polynomiale
quadratique suivante: W * ( x; a ) = a1 + a 2 x + a 3 x 2 .

b) Comparez vos résultats avec la solution exacte suivante: W ( x) = x( x − 10) / 20 .

c) Développez trois solutions approximatives en utilisant la méthode de Galerkin et les trois


fonction d'essais suivantes:

πx 
W1* ( x; a) = a1 sin  
 10 
πx   3π x 
W2* ( x; a) = a1 sin   + a2 sin  
 10   10 
πx   3π x   5π x 
W3* ( x; a) = a1 sin   + a2 sin   + a3 sin  
 10   10   10 

Note: W1*, W2*, W3* satisfont directement les conditions aux rives

Ces solutions convergent-elles vers la solution exacte?

Réponses:

1-26
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Problème 1.2

Soit l'équation différentielle suivante:

d  dU ( x) 
 ( x + 1) =0 1< x < 2
dx  dx 

dU
Les conditions aux rives sont U(x=1) = 1 et φ(x=2) = 1. Le flux est égal à ϕ = −( x + 1)
dx

a) Développez une solution approximative avec la méthode de Galerkin et une fonction d'essai
polynomiale quadratique U * ( x; a ) = a1 + a2 x + a3 x 2

b) Développez une seconde solution avec une fonction d'essai polynomiale cubique:
U * ( x; a) = a1 + a2 x + a3 x 2 + a4 x3

Y a t'il convergence vers la solution exacte donnée ci-dessous?

 ( x + 1) 
Solution exacte: U ( x) = 1 − ln   φ ( x) = 1
 2 

Réponses:

Problème 1.3

1-27
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Soit la même équation différentielle qu'au problème 1.2, mais avec les conditions aux rives suivantes:
U(x=1)=1 et U(x=2)=2.

a) Développez une solution approximative avec la méthode de Galerkin et une fonction d'essai
polynomiale quadratique U * ( x; a ) = a1 + a2 x + a3 x 2

b) Développez une seconde solution avec une fonction d'essai polynomiale cubique:
U * ( x; a) = a1 + a2 x + a3 x 2 + a4 x3

Y a t'il convergence vers la solution exacte donnée ci-dessous?

Solution exacte :

ln( x + 1) + ln(3 / 4)
U ( x) =
ln(3 / 2)
.
−1
φ ( x) =
ln(3 / 2)

Réponses:

Problème 1.4

Soit l'équation différentielle suivante:

d  2 dU ( x)  1
 = ( −30 x + 204 x − 351x + 110 x ) 0< x<4
4 3 2
x
dx  dx  12

Les conditions aux rives sont, U(x=0) = 1 et U(x=4) = 0. Utilisez la méthode de Galerkin pour développer
deux solutions approximatives, la première avec un polynôme quadratique et la seconde avec un
polynôme cubique.

1-28
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

Y a t'il convergence vers la solution exacte donnée ci-dessous?

Solution exacte U ( x) =
1
24
(
− 3x 4 + 34 x 3 − 117 x 2 + 110 x + 24) )
Réponses:

Problème 1.5

Soit un corps possédant une source interne de chaleur qui dissipe sa chaleur dans son environnement
selon l'équation différentielle suivante:

dT (t )
c + kT (t ) = f t>0
dt

Il s'agit d'une équation différentielle d'ordre 1 qui décrit le changement température dans le temps
(problème transitoire) où: T(t) est la température, t est le temps écoulé à partir de 0, c est la capacité
thermique (c=1 cal/cm3-°C), k est le coefficient des pertes par convection (k=0.1 cal/s-cm3-°C) et f est la
source interne de chaleur (f=2 cal/s-cm3).

La condition initiale (condition aux rives) est T(t=0) = T0 = 40°C. Évaluez la température aux temps t = 5 s
et t = 10 s. Développez une solution approximative avec la méthode Galerkin et un polynôme
quadratique. Comparez vos résultats à ceux obtenus avec la solution exacte donnée ci-dessous.

f  f  −(k / c)(t −t0 )


Solution exacte : T (t ) = +  T0 −  e
k  k

Réponses:

1-29
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

1-30
Chapitre 1 – Méthodes approximatives pour la résolution….

1-31
Chapitre 2

2 MÉTHODES PRATIQUES DE RÉSOLUTION

Pour les problèmes pratiques courants qui sont habituellement complexes, la méthode de résolution du
chapitre 1 est laborieuse et peu systématique. Dans ce chapitre nous allons introduire des méthodes qui
vont simplifier considérablement la résolution en la rendant beaucoup plus systématique.

Nous allons commencer par traiter de la nomenclature des conditions aux rives afin d'éviter les
ambiguïtés à ce sujet. Nous poursuivrons ensuite avec l'interpolation et les propriétés des fonctions
interpolées. Nous traiterons finalement l'intégration par parties et nous discuterons de ses avantages.

2.1 Conditions aux rives: Nomenclature

Forme des équations différentielles:

2m 2 m -1
d U ( x) d U ( x) dU ( x)
a 2 m( x ) 2m
+ a 2 m-1( x) 2 m -1
+ ... + a1( x) + a 0( x ) U ( x ) = f ( x ) (2.1)
dx dx dx

La dérivée d’ordre supérieur est PAIRE

Dans la majorité des problèmes d’ingénierie, m=1 ou m=2

1 - Conditions aux rives Essentielles (Dirichlet, cinématique, déplacement).

Ce sont les conditions reliant U(x) et ses dérivées jusqu'à l'ordre (m-1).

2-1
2 - Conditions aux rives Naturelles (Neumann, dynamique, force)

Sont les conditions reliant les dérivées de U(x) de l'ordre (m) à (2m-1).

Exemple: Soit l'équation différentielle permettant la résolution d'une poutre en flexion.

q(x)

d  d v ( x) 
2 2

2  EI 2  - q( x) = 0 où m=2
x dx  dx 
L

Figure 2.1

2-2
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

À l’encastrement:

dv
Conditions essentielles (Dirichlet, déplacement) : v(0) = 0 ; =0
dx x =0

Conditions naturelles (Neumann, Force) :

dv
2
d  d v
2
M(L) = EI =0 V(L) = − EI =0
dx
2
x=L
dx  2
dx  x=L

2.2 Interpolation

L'interpolation permet de définir une fonction d'essai en utilisant les valeurs de la fonction et de ses
dérivées jusqu'à l'ordre (m-1) à certains points du domaine de solution (noeuds). La Figure 2.2 qui suit,
illustre l’utilisation d’une fonction
d’interpolation (fonction d’essai) linéaire utilisée
pour représenter approximativement le profil de
température le long d’une ailette de
refroidissement. On remarquera qu’aux nœuds
(1 et 4), la température de la fonction
d’interpolation est égale à celle du profil réel de
température. Ainsi, avec une telle fonction
d’interpolation, nous sommes en mesure
d'appliquer directement les conditions
essentielles (Dirichlet) sur la fonction d'essai.
Plus loin, lorsque nous diviserons le domaine de
solution en plusieurs sous-domaines (éléments)
nous n'aurons plus à nous préoccuper des
conditions essentielles aux frontières de chacun
des sous-domaines. La continuité sera assurée.

Figure 2.2
2.2.1 Fonctions d’interpolation

2-3
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

La méthode que nous allons utiliser en premier lieu est la plus générale. Bien qu’elle soit assez
fastidieuse, sa compréhension nous permet de bien saisir les principes qui régissent l’interpolation.
Nous allons développer la solution à un problème unidimensionnel avec des fonctions d’interpolation
linaires. Le concept d'élément sera également introduit.

2.2.1.1 Solution d'un problème unidimensionnel avec un seul élément

Soit un seul élément couvrant tout le domaine de solution. Comme fonction d’interpolation, nous
désirons un polynôme qui a des propriétés spéciales aux rives :

- vaut 1 au nœud associé à la fonction d’interpolation

- vaut 0 à tous les autres nœuds

Comme nous le verrons plus loin, cette approche est avantageuse du point de vue calcul lorsqu’il y a
plusieurs éléments dans le modèle.

Exemple 1

Équation d’une droite (Figure 2.3)

U * ( x : α ) = α1 + α 2 x
Figure 2.3

Cette forme n’est pas appropriée

pour le calcul par É.F.

Exemple 2

2-4
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Choisissons une fonction où chaque coefficient ai représente la valeur de la fonction d’essai à un point
spécifique du domaine, point que l’on désigne comme un nœud (Figure 2.4).

U * ( xa , a ) = a1
U * ( xb , a) = a2

En reprenant le polynôme du premier degré précédent, on


trouve que :

α1 + α 2 xa = a1
α1 + α 2 xb = a2
Figure 2.4
xb a1 − xa a2 a2 − a1
donc α1 = α2 =
xb − xa xb − xa

La nouvelle forme de la fonction d’essai sera:

 x a − x a   a −a 
U * ( x; a) =  b 1 a 2  +  2 1  x
 xb − xa   xb − xa 

En réarrangeant pour mettre en évidence les coefficients

 x −x   x − xa 
U * ( x; a) = a1  b  + a2  
 xb − xa   xb − xa 
U * ( x; a) = a1Φ1 ( x) + a2Φ 2 ( x)
U * ( x; a) = a1 N1 ( x) + a2 N 2 ( x)

où Φ1(x), Φ2(x) sont les fonctions d’interpolation d’un élément

et N1(x), N2(x) sont les fonctions de forme d’un élément (identiques à Φ1(x), Φ2(x))

2-5
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

On peut remarquer que les expressions « fonction d’interpolation » et « fonction de forme »


représentent la même chose et sont donc interchangeables. Dans le texte qui suit, nous utiliserons
indifféremment l’une ou l’autre de ces expressions.

Propriétés des fonctions d’interpolation (ou de forme)

Les fonctions d’interpolation sont égales à l’unité pour un nœud et sont nulles pour les autres nœuds du
domaine de solution (Figure 2.5).

Φ1 ( xa ) = 1
Φ1 ( xb ) = 0
Φ 2 ( xa ) = 0
Φ 2 ( xb ) = 1
Figure 2.5

Généralisation

En substituant au nœud 1, x1 pour xa et au nœud 2, x2 pour xb, nous obtenons :

 x −x   x − x1 
Φ1 ( x) =  2  Φ 2 ( x) =  
 x2 − x1   x2 − x1 
Φ i ( x j ) = δ ij Kronecker Delta

Propriétés du Kronecker Delta, δij

δ ij = 1 si i = j
δ ij = 0 si i ≠ j

Une approche alternative pour développer les fonctions d’interpolation consiste à travailler directement
à partir des propriétés d’interpolation désirées :

2-6
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

U * ( x, a) = a1Φ1 ( x) + a2 Φ 2 ( x)
si Φ1 ( x) = β1 + β 2 x
Φ 2 ( x) = γ 1 + γ 2 x

Pour Φi(x), les valeurs aux nœuds sont :

x2
β1 =
β1 + β 2 x1 = 1  x2 − x1

β1 + β 2 x2 = 0  1
β2 = −
x2 − x1

La solution est similaire pour les coefficients γ 1 et γ 2 de Φ 2 ( x)

La valeur des fonctions d’interpolation est donc, égale à :

x2 − x x − x1
Φ1 ( x) = Φ 2 ( x) =
x2 − x1 x2 − x1

Ce résultat est identique au précédent.

2.2.1.2 Solution avec deux éléments


Le domaine de solution est maintenant divisé en deux éléments (ou sous-domaines) et les fonctions
d’interpolation précédentes sont appliquées à chaque élément.

Figure 2.6

Au point xc, situé au nœud inter élément dans la Figure 2.6, nous devons avoir continuité de la solution
(U*, dU*/dx, etc…). Par exemple, dans le cas de la solution de l’équation (1.5), cela implique continuité
de la fonction U* et du flux φ*. Ces deux conditions de continuité sont en fait des conditions aux rives
qui s'appliquent aux deux éléments au niveau de leur nœud commun situé à xc. L'équation différentielle
(1.5) étant de deuxième degré (m=1), la continuité de U* est donc une CR essentielle (Dirichlet) tandis
que la continuité du flux φ* est une CR naturelle (Neuman), étant donné que le flux est égal à –x dU*/dx.
Ces conditions de continuité s’expriment de la façon suivante :

2-7
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

*(1) *( 2 )
U ( xc ) = U ( xc ) condition aux rives essentielle
*(1) *( 2 )
dU ( x) dU ( x)
-x = -x condition aux rives naturelle
dx x = xc dx x = xc

Les fonctions d’essai des deux éléments sont :

Élément(1) Élément(2)
*(1) *( 2 )
U ( x; a) = a1Φ1 ( x) + a2 Φ 2 ( x) U ( x; a) = a3Φ 3 ( x) + a4Φ 4 ( x)

Une illustration de ces fonctions d'essai est donnée à la Figure 2.7.

Figure 2.7

En appliquant sur U* la condition aux rives essentielle précédente, il s’en suit que :

a1 ∗ 0 + a2 ∗1 = a3 ∗1 + a4 ∗ 0
a2 = a3
et de façon générale ai = a j

2-8
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Au nœud inter élément, nous avons donc la même valeur du coefficient a, ce qui implique que la CR
essentielle est satisfaite exactement.

Pour la suite de la solution, la condition de continuité du flux au point xc sera utilisée, de même que les
autres CR qui s’appliquent aux nœuds situés aux deux extrémités du domaine de solution. Le
développement complet de la solution mathématique pour le modèle à deux éléments est trop long
pour être présenté dans le présent texte. Les lecteurs intéressés pourront le trouver dans le chapitre 4
de la référence [1]. On peut cependant voir la solution obtenue à la

Figure 2.8 qui inclut également la solution avec un seul élément pour fin de comparaison. Il est crucial
de mentionner que le développement mathématique permet de tirer deux importantes conclusions en
ce qui concerne la satisfaction des CR lors de la solution:

1) Les conditions aux rives essentielles sont satisfaites exactement.

2) Les conditions aux rives naturelles sont satisfaites approximativement.

Les exemples d’application présentés plus loin viendront corroborer ces deux conclusions.

2-9
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Figure 2.8 – Solutions avec 1 et 2 éléments ((Ũ ≡ U*, τ% ≡ φ*)

2.2.2 Méthode matricielle d'interpolation

Pour illustrer de façon simple la méthode matricielle qui sert à développer les fonctions d’interpolation
(fonctions de forme), nous allons utiliser un problème unidimensionnel de transfert de chaleur.

T(x)=a0+a1x

Tj
Ti
1 2

x
L

Figure 2.9

Soit un élément de longueur L dans un domaine tel qu’illustré à la Figure 2.9

à x=0 T(x)=Ti
Les valeurs aux rives sont :
à x=L T(x)=Tj

Pour interpoler la température, nous utilisons un polynôme d’ordre 1 tel que :

T ( x) = a0 + a1 x
a 
= 1 x   0  où 1 x  est la base polynomiale
 a1 

Aux rives :

2-10
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

a  
àx=0 Ti = 1 0   0  
 a1    Ti  1 0  a0 
  =  
a   {T j  1 L  {a1 
àx=L Ti = 1 L   0  
123
 a1   C.R . [ A] DL
généralisés

où [A] est la matrice d’interpolation

Pour obtenir la valeur des degrés de liberté généralisés, nous avons :

a0  −1  i 
T
  =  A   
 a1  T j 

Ti  Ti 
Donc T ( x) = 1 x   A−1    =  N i N j   
T j  14243 T j 
Fct de forme
de chaque noeud

Le calcul des fonctions de forme s’effectue de la façon suivante :

1  L 0 1  L 0 
 A−1  = =
A  −1 1  L  −1 1 

1  x=0
N1 = L L = 1
Ni = ( L − x) 
L N2 = 0 L = 0
 satisfait à δ ij (Kronecker) ⇒
1 x x = L N1 = 0 L = 0
N j = (0 + x) = 
L L  N2 = L L = 1

2.2.3 Solution à plusieurs éléments

2-11
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

T(x) Tj
Ti
La Figure 2.10 illustre une courbe de distribution de
température en fonction de x. Le domaine de solution est
divisé en plusieurs éléments linéaires afin de suivre
approximativement la courbe de température. Pour
chaque élément on utilise des fonctions de forme
x
identiques qui satisfont au Kronecker delta. Cela a pour 1 i j
x (noeud)
conséquence que:

Élément
L

1) La valeur d'une fonction Ni est nulle à tous les nœuds sauf au nœud i.

Figure 2.10
2) Lors de l'assemblage de la matrice globale [K] du
modèle qui comprend toutes les valeurs des
matrices locales de chaque élément, on s'assure d'avoir des valeurs Kij nulles partout à
l'exception des DL de l'élément. Nous obtenons donc une matrice globale avec peu de valeurs
non nulles et ces valeurs sont regroupées autour de la diagonale de la matrice (matrice bande).
Le traitement mathématique subséquent s'en trouve grandement allégé.

 K11 K12 0 0 0 0
 
 K 21 K 22 K 23 0 0 0 
 
0 K 32 O O 0 0 
[K ] =  
0 0 O O O 0
 
0 0 0 O O O
 
0 0 O O
 0 0

Nous verrons plus loin dans ce chapitre ce qu'est la matrice [K] et comment les valeurs Ni servent à son
calcul.

2.2.4 Méthode d'interpolation de LAGRANGE

2-12
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

La méthode d'interpolation de Lagrange permet d'obtenir directement des fonctions d'interpolation.


Elle utilise uniquement les valeurs nodales de la fonction ce qui limite son utilité aux équations
différentielles d'ordre 2.

La fonction interpolée est donnée par:

n
f ( x) = ∑ N i fi = N1 f1 + N 2 f 2 + N 3 f 3 + K
i =1

n
x − xk  x − xi 
Ni = ∏ omettant  
k =1 xi − xk  xi − xi 
avec (2.2)
où n = nombre de noeuds de l'élément

Reprenons l’exemple précédent pour calculer aux nœuds 1 et 2 (i et j), les fonctions de forme de
l’élément à l’aide de l’équation (2.2).

x − x2 x − L L − x
N1 = = =
x1 − x2 0 − L L 
 Résultat identique à la méthode matricielle
x − x1 x−0 x 
N2 = = =
x2 − x1 L − 0 L 

2.2.5 Utilisation d'éléments d’ordre supérieur

Jusqu'à maintenant nous avons fait appel à des fonctions d'interpolation linéaires. Comme le montre la
Figure 2.2, il est possible de représenter un phénomène physique de nature non-linéaire avec plusieurs
éléments qui utilisent des fonctions d'interpolation linéaires. Cependant, dans plusieurs cas, il est
avantageux d'avoir recours à une interpolation non-linéaire pour diminuer le nombre d'éléments requis
et pour augmenter la précision des résultats pour les points situés entre les nœuds. Dans le cas d'un
problème unidimensionnel, pour faire une interpolation non-linéaire, il suffit d'ajouter un nœud
intermédiaire ou plus à l'élément.

2-13
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

T(x)
Élément no. 1

T1 T2 T T4 T5 T1 T2
3 T3

1 3 5 7 9 11
x
x
L/2 L/2
Élément

Figure 2.11

La Figure 2.11 illustre une courbe de distribution de température en fonction de x. Cette distribution est
modélisée à l'aide d'éléments à trois nœuds. Si on regarde l'élément no. 1, avec les températures aux
trois nœuds connues (T1, T2, T3), on peut interpoler de façon non-linéaire sur tout l'élément. Dans ce
cas, cela exige une fonction d'interpolation de type polynôme quadratique puisque l’élément possède
trois degrés de liberté, il faut donc une fonction qui a trois coefficients (DL généralisés):

T ( x) = a0 + a1 x + a2 x 2
 a0 
 
= 1 x x 2   a1 
 
 a2 

Calculons la matrice d'interpolation [A] en appliquant les CR de température

2-14
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

T1  1 0 0   a0 
     
 2
T = 1 L 2 L2
4   a1  = [ A]{ai }
    
 3  
T 1 L L 2
 a2 
 L2 0 0

1  
où  A  = 2 −3L 4 L − L 
−1

L  
 2 −4 2 

T1  T1 
   
T ( x) = 1 x x 2   A−1  T2  =  N1 N2 N 3  T2 
   
T3  T3 

et  N1 N2 N 3  = 1 x x 2   A−1  (2.3)

La valeur des trois fonctions de forme peut-être trouvée en complétant le calcul matriciel. On peut
également obtenir directement ces valeurs en faisant appel à la méthode de Lagrange qui n’exige pas le
développement et l’inversion de la matrice d'interpolation [A].

Par exemple pour le nœud 1:

N1 ( x) =
( x − x2 )( x − x3 ) ( x − L 2 )( x − L )
=
 x  x
= 1 − 3  + 2  
2

( x1 − x2 )( x1 − x3 ) ( − L 2 )( − L )  L  L

Comme exercice, il est suggéré de calculez la valeur de N2 et N3 par la méthode de Lagrange puis de
comparer avec celles que donnent l’équation (2.3).

2.2.6 La méthode matricielle d’interpolation appliquée à un élément poutre

2-15
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Dans ce nouvel exemple, nous allons calculer les fonctions de forme de l’élément de poutre à deux
nœuds qui est illustré à la Figure 2.12. Il s’agit d’un élément fini typique de la mécanique du solide sur
lequel nous reviendrons au chapitre 6. Chaque nœud possède deux degrés de liberté, un pour la flèche
(vi) et un autre pour la pente (θi). Donc au total, l’élément possède quatre DL.

v(x)
vj
vi
θ(x)
θi θj
x
L

Figure 2.12

Nous devons choisir une fonction d’interpolation qui assure la continuité à la fois de la flèche v(x) et de
la pente θ(x). Puisque nous avons un total de quatre DL avec cet élément, nous choisissons une fonction
de type polynôme cubique qui possède quatre coefficients, donc quatre DL généralisés.

 a0 
a 
3  1
v( x) = a0 + a1 x + a2 x 2 + a3 x3 = 1 x x2 x   
a2 
 a3 
a0 
a 
dv( x) 2  1
θ ( x) = = a1 + 2a2 x + 3a3 x = 0 1 2 x 3x   
2

dx a2 
 a3 

Appliquons les conditions aux rives pour obtenir la matrice d’interpolation [A]

2-16
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

àx=0  vi  1 0 0 0  a0 
θ  
 i  0 1 0 0   a1 
 =  
àx=L  v j  1 L L
2
L3  a2 
θ j  0 1 2 L 3L2   a3 
144 42444 3
 A

 vi   vi 
θ  θ 
−1  i   i
v( x) = 1 x x2 x   A    =  N1
3
N 2′ N3 N 4′   
v j  v j 
θ j  θ j 

L’indice ′ dans N'2 et N'4, indique que la fonction de forme est associée à la dérivée de v(x).

 L4 0 0 0 
 
1  0 L4 0 0 
[ A] = 4  2
−1

L −3L −2 L3 3L2 − L3 
 
 2 L L2 −2 L L2 

 L4 0 0 0 
 
1  0 L4 0 0 
donc  N1 N 2′ N3 N 4′  = 1 x x2 x  4
3

L  −3L2 −2 L3 3L2 − L3 
 
 2 L L2 −2 L L2 

2-17
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Valeurs aux noeuds (i,j)


2 3
 x  x
L
1
(
N1 = 4 L4 + 0 ∗ x − 3L2 x 2 + 2 Lx3 ) = 1 − 3  + 2  
L  L
= (1, 0)

 x   x  2  x 3 
N 2′ =
1
4 (
0 + L4 x − 2 L3 x 2 + L2 x3 ) = L   − 2   +    = (0, 0)
L  L   L   L  
2 3
 x  x
L
1
( )
N 3 = 4 0 + 0 − 3L2 x 2 − 2 Lx 3 = 3   − 2  
 L L
= (0,1)

  x  2  x 3 
N 4′ =
1
L4
(
0 + 0 − 3 L3 2
x + L2 3
x = )
L −   +    = (0, 0)
  L   L  

2-18
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Conclusion

N i ( x j ) = δ ij
dN i′( x j )
N i′( x j ) = 0.0 mais = δ ij (à vérifier en exercice)
dx

2.3 Intégration par parties

Les solutions par les méthodes de résidus pondérés telles que celles des moindres carrées ou bien de
Galerkin, font appel fréquemment à l’intégration par parties pour trouver la solution.

2.3.1 Une dimension


d dg df
Nous savons que: ( f ( x) g ( x) ) = f ( x) + g ( x)
dx dx dx

x2 x2
dg df
∫ dx = - ∫ dx + ( f ( x) g ( x) )
x2
On peut donc écrire: f ( x) g ( x) (2.4)
x1
dx x1
dx x1

2.3.2 En deux et trois dimensions

Ici il est beaucoup plus simple d'utiliser la notation matricielle. Considérons l'identité suivante,
r
où u est un scalaire et V un vecteur:
r r r
∇ • (u V) = ∇ u • V + u ∇ • V

En intégrant sur le volume cette identité et en réarrangeant les termes nous avons:

r r r
∫V u ∇ • V dV = ∫V ∇ • (u V) dV - ∫V ∇u • V dV

2-19
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Selon le théorème de la divergence nous avons:

r r r
∫V ∇ • V dV = ∫ S V • n dS

En appliquant le théorème de la divergence sur la deuxième intégrale de l'équation précédente


nous avons finalement:

r r r r
∫V u ∇ • V dV = ∫ S u V • n dS - ∫V ∇u • V dV (2.5)

2-20
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

2.3.3 Exemple d'application.

Reprenons l'équation différentielle (1.5) du chapitre précédent.

d  dU(x)  2
 x = avec 1 ≤ x ≤2
dx  dx  x 2

et appliquons les conditions aux rives suivantes :

dU
U ( x = 1) = 2 et φ ( x = 2) = - x = 1/ 2 (flux)
dx x=2

Considérons une fonction d'essai pour l’interpolation ayant la forme suivante:

 u 1
 
U ( x) =  N1 ( x) N 2 ( x) L u 2  = [ N i ( x) ] {u i}
*
(2.6)
 M
 

où Ni(x) sont les fonctions de forme et ui les valeurs nodales de la fonction d'essai.

d  dU *(x)  2
Soit le résidu R ( x; a ) =  x − 2
dx  dx  x

Pour alléger la notation, nous remplaçons U* par U, et φ* par φ. En utilisant la méthode des résidus
pondérés, critère de Galerkin nous avons:

xb xb
 d  dU  2 
Galerkin ∫ N i(x) R(x;a) dx = ∫ N i(x)   x  - 2  dx = 0
 dx  dx  x 
xa xa

xb xb
d  dU   2
ou encore ∫ N i(x)  x  dx = ∫ N i ( x )  2  dx (2.7)
xa
dx  dx  xa x 

2-21
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Intégrons par parties le membre de gauche de l'équation (2.7). En une dimension, l'intégration par
parties est obtenue de l'équation (2.4) :

dg d  dU 
Soient: f ( x ) = N i(x) et = x 
dx dx  dx 

df dN i (x)  dU 
alors = et g ( x) =  x 
dx dx  dx 

Après intégration nous avons donc:

xb
xb
dN i(x)  dU    dU   xb
2
-∫  x  dx +  N i  x  = ∫ N i  2  dx (2.8)
xa
dx  dx    dx   x x a x 
a

 dU 
Puisque le flux est égal à : φ (x) = −  x  (2.9)
 dx 

Alors en introduisant (2.9) dans (2.8) nous obtenons

xb xb
dN i(x)  dU  2
∫  dx = − ∫ N i  2  dx − ( N i(x) φ (x)) x a
xb
 x (2.10)
xa
dx  dx  xa x 

Afin d'alléger la notation dans les équations qui suivent, nous allons introduire la notation tensorielle
pour la dérivée des fonctions de forme:

dN i d 2N i
N i,x ≡ N i,xx ≡ etc..
dx dx 2

Pour les "n" équations nécessaires à la détermination des "n" inconnues et en remplaçant la fonction
U(x) par sa fonction d'essai interpolée, U(x) = [ N i ] { ui }, nous obtenons:

2-22
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

xb
xb
 N1, x   u1  xb
 N1   N1 
      2   
∫ x  N 2, x   Ni, x  u2  dx = − ∫  N2   x 2  dx −  N 2 φ(x)
xa   M xa    M 
 M     M    x a
(2.11)
( )
xb xb
 2
∫ x [ N ] [ N ] dx { u i } = − ∫ [ N i ]  2  dx − [ N i ] φ (x)
T T xb
T
i,x i,x
x 
1444424444
xa
3 144
xa
42444 3 144{244 F2 }
3x a
[K ] { F1}
1444444 24444443
{F}

Le résultat sous forme simplifiée est : [K ] {ui} = {F }

où [K] : matrice de rigidité (symétrique)

{F} : vecteur de charge (incluant les conditions de flux aux rives).

{ui}... degrés de liberté inconnus (valeurs aux rives)

Prenez note que le vecteur de charge {F} sert à appliquer les CR naturelles (Neuman) tandis que le
vecteur {ui} sert à appliquer les CR essentielles (Dirichlet).

2.3.3.1 Avantages de l'intégration par parties

1) Réduction l'ordre des dérivées sous l'intégrale du résidu ce qui facilite la satisfaction des
conditions de convergence (fonctions complètes et continues).

2) Obtention d'une matrice de rigidité [ K ] symétrique ce qui exige moins de mémoire de stockage
et facilite le calcul de la solution.

([ N ] )
xb
φ (x)
T
3) Création du terme i permettant l'application directe des conditions de flux aux
xa

rives et d'une façon plus générale, création d'un vecteur de charge {F} qui permet d'appliquer
toutes les CR naturelles.

2-23
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

2.3.4 Autre classification des conditions aux rives (Selon la méthode


d'application)

1 -Forcées (constrained), lorsqu'elles sont appliquées directement sur la fonction d'essai


(fonction d'interpolation). Elles sont satisfaites exactement.

2 -Libres (unconstrained), lorsqu'elles sont appliquées sur les termes qui apparaissent lors de
l'intégration par parties de l'équation du résidu. Dans ce cas, elles sont satisfaites
approximativement.

2.3.4.1 Remarques sur l'intégration par parties

Le terme intégré par parties est:

xb 2m
d U
∫ Ni
dx
2m
dx ("2m" conditions aux rives)
xa

Après une première intégration, nous obtenons:

xb
xb
dN i d
2m -1
U  d
2m -1
U
- ∫ dx dx 2m -1
dx + 


N i
dx

2m-1 
 xa
(2.12)
xa

Un terme de condition aux rives naturelle est créé dans lequel la dérivée de U(x) est réduite de 1.
L'intégrale est remplacée par une autre dans laquelle la dérivée de U(x) est réduite de 1 et la dérivée de
Ni est augmentée de 1. Le terme situé à droite de l'équation (2.12) permet d'appliquer une CR naturelle
(libre) à la dérivée 2m-1 de U.

xb xb
N i d U dx +  U  d m -1 N i d m U 
xb m m 2m-1
d d
Après "m" intégrations : - ∫ dx
m
dx
m

 i

N
dx

2m -1 
 xa
+ ... + 
 dx
m -1

m 
dx  xa
xa

Nous avons alors "m" conditions essentielles forcées et "m" conditions naturelles libres.

2-24
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

xb xb
N i U(x) dx +  U  d 2m N i 
xb 2m 2m -1
d d
Après "2m" intégrations : - ∫ dx
2m

 Ni
 dx

2m -1 
 xa
+ ... + 
 dx
2m
U(x) 
 xa
xa

Les "m" conditions naturelles et les "m" conditions essentielles sont toutes libres ("2m" conditions
libres).

En général, on intègre par parties "m" fois seulement, afin de réduire au minimum l'ordre des dérivées
sous l'intégrale. Cela nous assure de la continuité et de la convergence de notre solution.

On a alors: "m" conditions essentielles qui sont forcées.

"m" conditions naturelles qui sont libres.

2.4 Exemples numériques

Les exemples qui suivent vont mettre en application la méthode matricielle et l'intégration par partie.
Pour solutionner, nous utiliserons également la méthode des résidus pondérés avec le critère de
Galerkin. Le problème posé par l'équation (1.5) du chapitre sera repris et des solutions avec 1, 2 et 5
éléments sont développées. La comparaison des résultats obtenus par la MEF avec la solution exacte
permettra de dégager plusieurs conclusions importantes.

2.4.1 Exemple no. 1 – Application de la méthode matricielle et de


l'intégration par parties

Reprenons l'équation différentielle (1.5)

U(x = 1) = 2
d  dU *(x)  2 
 x = 2 1 ≤ x ≤2 avec  dU 1
dx  dx  x φ (x = 2) = -x dx =
 x=2 2

2-25
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Figure 2.13

Précédemment, nous avons développé une fonction d'essai pour l'interpolation ayant la forme suivante:

 u 1
 
U (x) = [ N1(x) N 2 (x) L] u 2  = [ N i (x) ] {u i}
*
(2.13)
 M
 

En utilisant la méthode des résidus pondérés, critère de Galerkin, et après intégration par parties, nous
avons obtenus la forme intégrale suivante:

( )
xb xb
2
[ N i,x ] [ N i,x ] dx { } = − ∫ [ N i]
xb

∫  2  dx − [ N i ] φ (x)
T T T
x ui (2.14)
xa xa x  xa

Pour obtenir une solution numérique en utilisant la MEF, nous allons subdiviser le domaine de solution
en sous-domaines ou éléments, et pour chacun de ces éléments nous utiliserons une fonction
d'interpolation linéaire.

Figure 2.14

2-26
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

a   ui 
U * ( x) = a0 + a1 x = 1 x   0  =  N i N j   
 a1  u j 
1  ui 
Soit: U * ( x) = [ ( L − x) x ]  
L u j 
dU * − x u 
φ * ( x) = − x = [ −1 1] u i 
dx L  j

Notons que chaque élément utilise un système local de coordonnées où 0≤x≤L (Figure 2.14). Le
problème est cependant formulé dans un système global de coordonnées (Figure 2.15). Pour obtenir la
solution au niveau d'un élément, nous remplaçons, dans l'intégrale du résidu, la valeur de x par X=(Xi + x)
où Xi est la coordonnée globale du nœud "i" de l'élément. Nous devons maintenant évaluer l’effet de
ce changement sur la dérivée de U.

Figure 2.15

X = Xi + x
x = X − Xi
dU dU dx dU
= ⋅ = ⋅1
dX dx dX dx

Comme on peut le voir, il n'y a pas de changement d'échelle. Réécrivons (2.14) en coordonnées globales
(X remplace x)

 
 dx - ([ N i ]T φ (x))
2
( X i + x) [ N i,x ] [ N i,x ] dx { u i } = − ∫0 [ N i ] 
L L L

∫144444
T T

 ( X i + x )  3 144244
0
42444444 3
2
 30
[K ] 144444244444 { F2 }
{F1}

2-27
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Calcul de [K]

[ K ] = ∫ ( X i + x) [ N i,x ] [ N i,x ]
T
dx
0

où [ N i ] = 1 L [( L − x) x]  N i , x  = 1 [ −1 1]
L

L
1  1 −1  X i 1   1 −1
[ K ] = ∫ ( X i + x)  −1 1  dx =  L + 2   −1 1 
0 L2     

Calcul de {F1}

1 ( L − x ) 
L L
2 2
{F1 } = − ∫ [N ] ( X dx = − ∫
T
  dx
+ x) L 0  x  ( Xi + x)2
i 2
0 i  

après intégration

 L  X +L 
 − ln  i  
2  Xi  Xi  
{F1 } = −  
L  X +L L 
−
i
ln  
  Xi  Xi + L 

Calcul de {F2}, utilisons les propriétés du Kronecker δij

 N1 ( L ) φ ( L )   N1 ( 0 ) φ ( 0 )   φ ( 0 )   φi 
{F2 } = −([ N i ]T φ (x)) 0 = − 
L
+ = = 
 N 2 ( L ) φ ( L )   N 2 ( 0 ) φ ( 0 )  −φ ( L ) −φ j 

Finalement, pour un élément nous obtenons le système matriciel suivant:

2-28
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

 L  X + L 
 − ln  i  
 X i 1   1 −1  ui  2  Xi  X i    φi 
 +    = − L  +  (2.15)
 L 2   −1 1  u j  ln  X i + L  − L  −φ j 
  X  X + L
  i  i 

 K ii K ij   ui   Fi 
Forme finale K  = 
 ji K jj  u j   Fj 

En terme de mécanique du solide, le coefficient Kij représenterait la force exercée par l'élément sur le
nœud "i", lorsque se produit un déplacement unitaire du nœud "j" (uj=1).

Fi = K ii ui + K ij u j

2.4.1.1 Solution avec un seul élément

Figure 2.16

X i = 1.0 L = 1.0 
  φ1  −0.6137   1.5 −1.5  u1 
Xi + L   + =  
= 2.0  −φ2   −0.3863  −1.5 1.5  u2 
Xi 

En substituant les valeurs aux rives

2-29
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

 φ1  −0.6137   1.5 −1.5 2.0 


 1+  =  

 2   −0.3863 
  −1.5 1.5   u2 

La deuxième équation donne :

− 12 − 0.3863 = −1.5 ∗ 2.0 + 1.5 ∗ u2


u2 = 1.4091

Les valeurs de u1 et u2 étant maintenant connues, nous pouvons écrire les équations de U* et φ*.

1  2.0 
U * ( x) = [ ( L − x) x ] 1.4091 (2.16)
L  

dU * dU * 1  2.0 
φ * ( x) = − X = − ( Xi + x) = − ( X i + x ) [ −1 1]  
dX dx L 1.4091 (2.17)
= (1 + x ) ∗ 0.5909

Au centroïde de l’élément: φ * ( x = L 2 ) = 0.8864 (solution exacte =0.8333)

Les deux dernières équations permettent de tracer la variation de U* et φ* dans le domaine de solution.
On remarque dans la Figure 2.17 que U* est assez près de la solution exacte et la CR essentielle est
satisfaite exactement (U*(X=1) = 2.0). Pour le flux, les valeurs φ* sont éloignées de la solution exacte et la
CR naturelle n’est satisfaite qu’approximativement. Cependant, on remarque qu’au centroïde de
l’élément (X=1.5), la valeur φ* est très proche de celle de la solution exacte. Cette proximité s’explique
par le fait que nous nous trouvons à un point de surconvergence dans l’élément, position où l’erreur est
moindre pour le calcul du flux. Les points de surcongervence seront expliqués en détails au chapitre 4.

2-30
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Solution
exacte
Solution
exacte

U * ( x) φ * ( x)

x x

Figure 2.17 –Solution exacte vs solution par MEF à 1 élément

2.4.1.2 Solution avec deux éléments

Figure 2.18

Élément no. 1

X i = 1.0 L= 1

 φ1   −0.3781  2.5 −2.5  u1 


2

Xi + L  + =  
= 1.5 −φ
 2   −0.2885   −2.5 2.5  u2 
X i

Élément no. 2

X i = 1.5 L= 1

 φ2   −0.1826   3.5 −3.5  u2 


2

Xi + L  + =  
=4 −φ3  −0.1507   −3.5 3.5  u3 
X 3
i

Assemblage des matrices des éléments pour obtenir la matrice globale

2-31
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

 φ1   0.3781  2.5 −2.5 0   u1 


       
  
0 − 0.4711  =  − 2.5 6.0 − 3.5  u2 
      
−φ3  0.1507   0 −3.5 3.5  u3 

Substituons les valeurs des deux CR

 φ1   0.3781  2.5 −2.5 0  2.0  (1)


       
 0  −  0.4711 =  −2.5 6.0 −3.5  u2  (2)
      

− 2  0.1507   0
1 −3.5 3.5   u3  (3)

Avec les équations (2) et (3) on obtient les déplacements inconnus u2 et u3.

 0   0.4711 −2.5  6.0 −3.5 u2 


   − =
   * 2.0 +   

 2  
1 0.1507   0  
 − 3.5 3.5  u3 

 4.5289   6.0 −3.5 u2  u2  1.5513 1.5361


 =   ⇒ =  sol. exacte  
−0.6507   −3.5 3.5  u3  u3  1.3654 1.3466 

Équation du flux

 ui 
= − ( X i + x ) [ −1 1]   = − ( X i + x ) ( ui − u j )
dU * 1 1
φ * ( x) = − ( X i + x )
dx L u j  L
Élément no. 1 Élément no. 2
φ *(1) ( x) = 0.8974( x + 1) φ *(2) ( x) = 0.3718( x + 1.5)
au centroïde
φ *(1) ( L 2 ) = 1.122 (exact=1.10) φ *(2) ( L 2 ) = 0.6507 (exact=0.6429)

En observant la Figure 2.19, nous remarquons que les solutions trouvées pour U* et φ* se rapprochent
des valeurs exactes. Déjà, avec seulement deux éléments, il est évident que nous convergeons vers la
solution exacte. On remarque aussi que le flux au centroïde des éléments est très près de la valeur

2-32
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

exacte. Ailleurs dans le domaine de solution, la valeur calculée du flux demeure cependant
approximative.

Solution
exacte
Solution
exacte

U * ( x) φ * ( x)

x x

Figure 2.19 Solution exacte vs solution par MEF à 2 éléments

2.4.1.3 Solution avec cinq éléments

Figure 2.20

Élément 1

 φ1  0.1768  5.5 −5.5  u1 


L=0.2 Xi=1.0  − =  
−φ2  0.1565  −5.5 5.5  u2 

Élément 2

2-33
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

 φ2  0.1252  6.5 −6.5 u2 


L=0.2 Xi=1.2  − =  
−φ
 3   0.1129 
  −6.5 6.5 
 u3 

Élément 3

 φ3  0.0933  7.5 −7.5 u3 


L=0.2 Xi=1.4  − =  
−φ4  0.0853  −7.5 7.5  u4 

Élément 4

 φ4  0.0722   8.5 −8.5 u4 


L=0.2 Xi=1.6  − =  
−φ5  0.0667   −8.5 8.5  u5 

Élément 5

 φ4  0.0575  9.5 −9.5 u5 


L=0.2 Xi=1.8  − =  
−φ
 5   0.0536 
  −9.5 9.5 
 u6 

Assemblage:

φ1  0.1768  5.5 −5.5  u1  (1)


0  0.2817   −5.5 12.0 −6.5  u  (2)
      2
0  0.2062   −6.5 14.0 −7.5  u3  (3)
 − =  
0  0.1575   −7.5 16.0 −8.5  u4  (4)
0  0.1242   −8.5 18.0 −9.5 u5  (5)
      
−φ6  0.0536   −9.5 9.5  u6  (6)

Appliquons les deux CR, u1 = 2.0 et φ6=1/2 et utilisons les équations (2) à (6) pour trouver les
déplacements des nœuds 2 à 6.

 0  0.2817  −5.5 12.0 −6.5  u2 


 0  0.2062     −6.5 14.0 −7.5  u 
     0     3 
  
0 − 0.1575 =
  0  ∗ 2.0 +  −7.5 16.0 −8.5  u4 
 0  0.1242     
0  −8.5 18.0 −9.5 u5 
       
− 1 2  0.0536   0   −9.5 9.5  u6 

2-34
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

10.7183  u2  u2  1.7594  1.7578


−0.2062  k K k15  u3 
 u  1.5992  1.5968
   11     
3
  
 −0.1575 =  M O M  u4  → u4  = 1.4878 sol. exacte= 1.4850 
−0.1242   k L k55  u5  u  1.4081 1.4081
   51    5    
−0.5536  u6  u6  1.3498 1.3466 

Calcul du flux:

 ui 
= − ( X i + x ) [ −1 1]   = 5 ∗ ( X i + x ) ( ui − u j )
dU * 1
φ * ( x) = − ( X i + x )
dx L u j 
à x = L/2 = 0.1 sol. exacte
φ *1 ( x) = 1.2030 (1 + x) 1.3223 1.3182
φ *2 ( x) = 0.8010 (1.2 + x) 1.0413 1.0385
φ *3 ( x) = 0.5570 (1.4 + x) 0.8355 0.8333
φ *4 ( x) = 0.3985 (1.6 + x) 0.6775 0.6765
φ ( x) = 0.2915 (1.8 + x)
*5
0.5539 0.5526

2-35
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

U * ( x) φ * ( x)

Solution
exacte
Solution
exacte

x x

Figure 2.21-Solution exacte vs solution par MEF à 5 éléments

Remarques

1) Dans le cas du vecteur de chargement {F}, la somme des flux entre deux éléments donne
toujours zéro. Il ne reste que les deux flux aux rives du domaine dont un est une CR connue (φ6).

2) Plus nous augmentons le nombre d’éléments (raffinement du maillage), plus nous convergeons
vers la solution exacte (Figure 2.21).

3) Pour φ*, ce sont les valeurs au centroïde de chaque élément qui convergent vers la solution
exacte.

4) Pour U*, ce sont les valeurs nodales qui convergent le plus vers la solution exacte.

2-36
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

2.4.2 Exemple no. 2, Méthode matricielle avec valeurs constantes

But: Simplifier la résolution numérique par l'utilisation de valeurs constantes moyennes.

Nous pouvons réduire considérablement l'effort de calcul en utilisant, au niveau de chaque élément, des
valeurs constantes moyennes pour k(x) et f(x) de l'équation différentielle. Par exemple, l'équation (1.5)
peut s'écrire:

d  *
dU (x) 
 ( )
k x  = f ( x)
dx  dx 
avec k ( x ) = X Propriété du domaine de solution
2
et f ( x) = 2
Fonction de chargement
X

L'intégrale du résidu est donnée par:

( )
xb xb

[ N i,x ] [ N i,x ] dx { u i }= − ∫ [ N i]
xb

∫ k ( x) f ( x) dx − [ N i ] φ (x)
T T T

xa
xa xa

Pour k(x) et f(x), nous pouvons utiliser les valeurs calculées au centroïde des éléments, soit à x=L/2.
Ainsi pour un élément nous obtiendrons:

( X i + L 2) ∫ [ N i,x ] [ N i,x ] dx
2
2 ∫0 [ N i ] ( )
L
{ }= − dx − [ N i ] φ (x)
L T L T T
ui
1444442444443 0 ( X i + L 2)
[K ] 1444 4244443 144{244 F}
30
{ F1} 2

Calcul de [K]

L
L  1 −1
[ K ] = ( X i + L 2 ) ∫ [ N i,x ] [ N i,x ] dx = ( X i + L 2 )
T
 −1 1 
0 L2  
X i 1   1 −1
[ K ] =  +  
 L 2   −1 1 

2-37
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Calcul de {F1}

 2 L  2  L 1
{ 1}  2 ∫ [ N i]
= − dx = − 
T
  
 ( X + L 2 )  2 1
F
( + ) 0 2
 i X L 2   i  
 L  1
{F1} = −  
2  
 ( X i + L 2 ) 
 1

2-38
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Calcul de {F2}, utilisons les propriétés du Kronecker δij

 φi 
{F2 } = −([ N i ]T φ(x)) 0 = 
L

−φ j 

Finalement, pour un élément nous obtenons donc le système matriciel suivant:

 X i 1   1 −1  ui   L  1  φi 
+   = −   +
 
 L 2   −1 1  u j   ( X + L 2 ) 2  1 −φ j 
 i 

Solution avec un seul élément (Propriété + chargement moyen)

X i = 1.0   φ1  0.4444   1.5 −1.5 2.0 (1)


  − =  
L = 1.0  − 1 2  0.4444   −1.5 1.5   u2  (2)

avec la deuxième équation

− 1 2 − 0.4444 + 1.5 * 2 = 1.5u2


u2 = 1.3704 (Exacte = 1.347)

2-39
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Solution avec deux éléments (Propriété + chargement moyen)

X i = 1.0   φ1  0.3200   2.5 −2.5 2.0


  − =  
L = 0.5  − φ
 2   0.3200 
  − 2.5 2.5 
  u2 
X i = 1.5   φ2  0.1633  3.5 −3.5 u2 
  − =  
L = 0.5  −
 2  
1 0.1633 
  − 3.5 3.5 
 u3 

2-40
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Assemblage

 φ1  0.3200   2.5 −2.5  2.0  (1)


      
 0  − 0.4833 =  −2.5 6.0 −3.5  u2  (2)
− 1  0.1633  −3.5 3.5   u3  (3)
 2   

Avec les équation (2) et (3)

 0  0.4833 −2.5  6.0 −3.5 u2 


 1 − −  * 2.0 =   
− 2  0.1633  0   −3.5 3.5  u3 

 4.5167   6.0 −3.5 u2  u2  1.5414  1.5361


 =  ⇒  =  exacte  
−0.6633  −3.5 3.5  u3  u3  1.3518 1.3466 

Solution avec cinq éléments (Propriété + chargement moyen)

Attention : les numéros des nœuds ne sont pas séquentiels le long de l’axe x.

Élément 1

 φ4  0.1653  5.5 −5.5 u4 


Xi=1.0 L=0.2  − =  
−φ1  0.1653  −5.5 5.5   u1 

Élément 2

2-41
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

 φ1  0.1183  6.5 −6.5  u1 


Xi=1.2 L=0.2  − =  
−φ
 6   0.1183 
  −6.5 6.5  u6 

Élément 3

 φ6  0.0889   7.5 −7.5 u6 


Xi=1.4 L=0.2  − =  
−φ3  0.0889   −7.5 7.5  u3 

Élément 4

 φ3  0.0692  8.5 −8.5 u3 


Xi=1.6 L=0.2  − =  
−φ2  0.0692  −8.5 8.5  u2 

Élément 5

 φ2  0.0554   9.5 −9.5 u2 


Xi=1.8 L=0.2  − =  
−φ
 5   0.0554 
  −9.5 9.5  u5 

Assemblage (dans l’ordre des numéros de nœuds)

 0  0.2836  12.0 0 0 −5.5 0 −6.5  u1  (1)


 0  0.1246   0
     18.0 −8.5 0 −9.5 0   u2  (2)
 0  0.1581   0 −8.5 16.0 0 0 −7.5  u3  (3)
 − =  
 φ4  0.1653   −5.5 0 0 5.5 0 0   2.0 (4)
− 1 2  0.0554   0 −9.5 0 0 9.5 0   u5  (5)
      
 0  0.2072   −6.5 0 −7.5 0 0 14.0   u6  (6)

Avec les équations (1), (2), (3), (5) et (6)

2-42
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

 0  0.2836  −5.5 12.0 0 0 0 −6.5  u1 


 0  0.1246   0 
     
 0
 18.0 −8.5 −9.5 0  u2 
 
 0  − 0.1581  −  0  * 2.0 =  0 −8.5 16.0 0 −7.5 u3 
− 1  0.0554   0   
 0 −9.5 0 9.5 0  u5 
 2      
 0  0.2072   0   −6.5 0 −7.5 0 14.0  u6 

10.7164   u1   u1  1.7584  1.7578


−0.1246        1.4081
  u2  u2  1.4058  
 −0.1581 = [ K ] u3  ⇒ u3  = 1.4858 Exacte= 1.4850 
−0.5554  u  u  1.3474  1.3466 
   5  5    
−0.2072  u6  u6  1.5976  1.5968

Conclusions:

1) L’examen des solutions avec 1, 2 et 5 éléments montre que nous convergeons aussi rapidement
que lorsque k(x) et f(x) sont des variables. Nous sommes également plus près de la solution
exacte.

2) Avec des valeurs constantes pour k(x) et f(x), les calculs sont plus systématiques et plus rapides.

3) La solution avec cinq éléments montre ce qui arrive à la matrice [K] lorsque les numéros de
nœud ne sont pas séquentiels dans la matrice du modèle. Nous observons alors une dispersion
des termes dans toute la matrice ce qui alourdit les calculs subséquents.

2-43
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

2.4.3 Exemple no.3 – Analogie avec le barreau droit

Considérons un logiciel pour l’analyse des structures qui offre un barreau droit supportant la
traction/compression.

Théorie de la résistance des matériaux

Soit un barreau dont la section à une surface unitaire ; A=1.0

Équilibre d'un élément infinitésimal

dσ x du
Alors : + Fx = 0 avec σ x = Eε x = E
dx dx

d  du  d  dU *  2
donc :  E  = − Fx ↔  k ( x )  = f ( x) = 2
dx  dx  dx  dx  x

du dU *
Flux : −σ x = − E ↔ φ = −k ( x)
*

dx dx

Analogie entre l’élément barreau et le problème de l’équation (1.5) dans un système global

Barreau équation (1.5)


u(x) ↔ U* ( x )
dU *
−σ x ↔ φ * ( x) = − X
dx
−2
Fx ↔ − f ( x) = 2
X
E ↔ k ( x) = X

Élément

2-44
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Chargement équivalent sur l’élément (en coordonnées globales)

2 2
Force Totale = F ( x) * L = − *L = − *L
( )
2 2
X Xi + L
2

Le chargement est réparti également sur les deux nœuds, donc :

L L
Fi = Fj = − =
(X )
2
+L X2
i 2

Maillage

Données

2-45
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

ÉLÉMENT E=X Fi = Fj = L
X2

1 1.1 0.1653

2 1.3 0.1183

3 1.5 0.0889

4 1.7 0.0692

5 1.9 0.0554

Charges et conditions aux rives

Outputs

U*i ≡ ui

φ*(centroïde de l’élément) ≡ -σx (élément)

2-46
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

2.5 Exercices

2.5.1 Interpolation

Problème 2.1

Nous utilisons une fonction d'interpolation linéaire pour approximer la distribution de température le
long d'une ailette de refroidissement (voir figure ci-dessous). Des éléments linéaires 1D sont employés
pour modéliser l'ailette. Les températures nodales sont connues et données dans le vecteur qui suit.
Quelle est la température aux positions:

(a) x = 4cm (mesuré à partir du nœud 1)

(b) x = 8 cm

T1  50
   
T2   41
 = 
T3  34
   
T4  20

Réponses: 36.3°C, 25.6°C

Rappel:

T1 
Pour un élément à 2 nœuds (un seul DL par nœud): T ( x) = N 1 N2    .
T2 

Les fonctions de forme peuvent être calculées avec:

2-47
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

[
la méthode matricielle: N i Nj ]
.. = base polynomiale A −1 [ ]

n
( x − xk ) ( x − xi )
Ni = ∏ omettant
ou avec la méthode de Lagrange: k =1 ( xi − x k ) ( xi − x i )
n = nbre de noeuds dans l ' élément

Problème 2.2

La flèche d'une poutre en porte-à-faux est approximée par des éléments linéaires 1D (fct d'interpolation
linéaire). Les valeurs nodales de la flèche sont données dans la figure qui suit.

(a) Quelle est la flèche à la position x = 2 ft,

(b) Évaluer la pente de la poutre au nœud 5.

Rappel: La pente est calculée avec la dérivée de la flèche.

Réponses: a) 0.012775 mm; b) 0.012475

Problème 2.3

2-48
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

La distribution de température dans une plaque métallique est approximée avec des éléments linéaire
1D. Une source de chaleur est enfouie dans la plaque. La position des nœuds et les températures
nodales sont données dans la figure qui suit. Quelle est la température de la plaque à x = 2.5 cm si on
utilise pour les éléments:

(a) une fonction d'interpolation linéaire (2 nœuds par élément)

(b) une fonction d'interpolation quadratique (3 nœuds par élément)

Réponses: a) 113.5°C; b) Nœuds 2, 3 et 4: 113.75°C; Nœuds 3, 4, et 5: 113.75°C

Problème 2.4

Dans la pièce présentée à la figure ci-dessous, la flèche aux nœuds 2 et 3 est respectivement 0.02 mm et
0.025 mm. Aux nœuds 1 et 4, la pièce est encastrée. On modélise cette pièce à l'aide d'éléments
linéaires. Calculez la flèche aux points A et B.

2-49
Chapitre 2 – Méthodes pratiques de résolution

Réponses: Point A: 0.012 mm; Point B: 0.023 mm

Problème 2.5

La figure suivante représente une colonne d'acier qui supporte plusieurs étages d'un édifice. Le
déplacement vertical des nœuds sous la charge est donné dans le vecteur qui suit. Calculez le
déplacement des noeuds A et B en utilisant des éléments linéaires. Les noeuds A et B sont
respectivement situés au milieu des éléments (3) et (4).

Réponses: Point A: 0.06644 in.; Point B: 0.07973 in.

2.5.2 Intégration par parties et Galerkin

Refaire les exercices 1.1 à 1.5 du Chapitre 1 avec un ou plusieurs éléments. Commencez fois-ci, par
appliquer la méthode des résidus pondérés, critère de Galerkin, puis intégrez par parties l’expression
obtenue.

2-50
Chapitre 3

3 DÉVELOPPEMENT D’UN ÉLÉMENT FINI POUTRE-


COLONNE

Dans ce chapitre, nous allons faire le développement complet des équations matricielles d’un élément
fini qui représente le comportement d’une poutre-colonne sur fondation élastique avec courbure initiale
(Figure 3.1). Ce type d'élément peut être utilisé pour résoudre un problème complexe comme, par
exemple, celui du flambement d'un couvert de glace sur un lac ou une rivière. Bien qu’à prime abord, il
s’agisse d’un problème de la mécanique du solide qui apparaît difficile à résoudre d’un point de vue
analytique, nous allons voir comment nous pouvons développer facilement les équations d’un élément
fini qui représente fidèlement ce comportement. Pour ce faire, nous allons faire appel aux notions vues
aux chapitres 1 et 2.

Notre solution comprendra quatre grandes étapes:

1. Développement des équations d’équilibre d'un élément infinitésimal qui nous donneront
l'équation différentielle à résoudre.

2. Choix de l'élément poutre et de sa fonction d'essai (polynôme).

3. Solution par la méthode des résidus pondérés, critère de Galerkin et obtention de la forme faible
de l'équation différentielle par l'application de l'intégration par parties.

4. Développement des matrices et autres termes.

3-1
Figure 3.1

Nomenclature

EI: Rigidité en flexion

k: Coefficient de fondation

M: Moment fléchissant

P: Charge axiale (compression)

q(x): Charge répartie

 1 d2y 
R: Rayon de courbure initial  ≅ 2  y(x): Courbure initiale
 R dx 

V: Effort tranchant

v(x) : Flèche (flexion)

3.1 Équilibre

Pour trouver l’équation fondamentale du comportement de notre élément poutre-colonne, nous allons
commencer par faire l’équilibre de l’élément infinitésimal illustré à la Figure 3.2.

∑F y =0

3-2
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

−V + qdx − k ( v + y ) dx + V + dV = 0
divisons par dx
dV
q − k (v + y ) + =0 Figure 3.2
dx

donc

dV
= −q + k ( v + y ) (3.1)
dx

∑M Z =0 (au centroïde de l'élément)

dx
− M + Vdx + dV + P d (v + y ) + M + dM = 0
2

En négligeant le terme d'ordre supérieur,

d (v + y ) dM
divisons par dx V + P + =0 (3.2)
dx dx

dV d 2 (v + y ) d 2 M
dérivons par rapport à x +P + =0
dx dx 2 dx 2

Introduisons (3.1) dans l’équation précédente

d 2 (v + y ) d2  d 2v 
− q + k (v + y ) + P +  EI 2  = 0
d2x dx 2  dx 

M d 2v
Rappel poutre : =
EI dx 2

Regroupons les termes de v à gauche

3-3
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

d2  d 2v  d 2 (v + y )
 EI 2  + P = q − k (v + y ) (3.3)
dx 2  dx  d2x

Ceci est l’équation différentielle qui représente le comportement de notre élément poutre-colonne.
L'ordre de l'équation est 2m=4, donc m=2. La prochaine étape est le choix d'une fonction d'essai.

3.2 Choix de la fonction d'essai

Pour que la solution converge, il faut:

1. Une représentation constante de la fonction v et de ses "m" premières dérivées. Dans le cas
présent, puisque m=2 :

dv d 2v
v représentation constante
dx dx 2
donc v ( x ) = a0 + a1 x + a2 x 2 + KK
1442443
obligatoire

2. Continuité de la fonction et de ses "m-1" premières dérivées

dv
v continuité
dx
donc v ( x ) = a0 + a1 x + a2 x 2 + KK
1442443
obligatoire

3. Un élément poutre en flexion dans le plan x-y (Figure 3.3). Pour cela il faut "m" degrés de
liberté par nœud, soit deux DL: un déplacement (flèche) et une rotation (pente). Au total nous
avons quatre degrés de liberté dans l'élément. Nous avons donc besoin d'une fonction d'essai
qui nous fournit au moins quatre degrés de liberté généralisés. Un polynôme cubique satisfait
cette condition.

v ( x ) = a0 + a1 x + a2 x 2 + a3 x3

3-4
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

 a0   v1 
   
 a1  θ1 
v( x) = 1 x x2 x3    = 1 x x 2 x 3   A−1   
a2   v2 
   
 a3  θ 2  Figure 3.3
 v1 
 
θ1 
=  N1 N 2′ N 3 N 4′    =  N i  {∆ i }
 v2 
 
θ 2 

Les fonctions de forme de cet élément ont déjà été calculées au chapitre 2 (voir 2.2.5).

3.3 Forme intégrale faible

En combinant l'intégration par parties et la méthode des résidus pondérés, critère de Galerkin,
développons la forme faible de l'équation différentielle (3.3).

Résidu

d 2  d 2v  d 2 (v + y )
R( x; a) = 2  EI 2  + P − q + k (v + y ) (3.4)
dx  dx  dx 2

Galerkin

b
 d 2  d 2v  d 2 (v + y ) 
∫a N i ( x )   EI  + P − q + k ( v + y )  dx = 0 (3.5)
dx 2  dx 2  14243
 14 dx 2 
4244 3
 I1 I 
 2

Intégrons par parties le terme I1 (2 fois) et le terme I2 (1 fois) pour obtenir la forme faible

3-5
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

b
b
d 2  d 2v 
b
d  d 2v   d  d 2v  
I1 = + ∫ N i ( x ) 2  EI 2 dx = − ∫  EI 2  N i , x ( x ) dx +  N i ( x)  EI 2  
a
dx  dx  a
dx  dx   dx  dx  
a
b b
 d 2v   d  d 2v  
b
d 2v
= ∫ EI N i , xx ( )
x dx −  i,x
N EI +
  i N ( x )  EI 
a
dx 2  dx 2  a  dx  dx 2  
a
b b
d 2v  dM 
N i , xx ( x ) dx − ( N i , x ( x) ∗ M ( x) ) +  N i ( x)
b
= ∫ EI 
a
dx 2 a  dx  a

Pour l'ensemble des équations de Galerkin

( )
b b
d 2v  T dM 
b
T T
I1 = + ∫  N i , xx  EI 2 dx −  N i , x  M ( x) +   N i   (3.6)
a
dx a  dx  a

Intégration de I2

d 2 (v + y ) d (v + y ) d (v + y ) 
b
b b

I 2 = + ∫ Ni ( x ) P dx = − ∫ P N i , x ( x) dx +  N i ( x ) P 
a
d 2x a
dx  dx  a

Pour l'ensemble des équations de Galerkin

d (v + y ) d (v + y ) 
b
b
T 
I 2 = − ∫  N i , x  P dx +   N i  P
T
 (3.7)
a
dx  dx  a

3-6
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

Sachant que:

v( x) =  N i  {∆i }
dv
=  N i , x  {∆i }
dx 
d 2v
=  N i , xx  {∆ i }
dx 2 

Réécrivons l'équation (3.5) pour l'ensemble des équations de Galerkin en remplaçant les termes I1 et I2
par les équations (3.6) et (3.7). Regroupons à gauche tous les termes de ∆i , et à droite tous les termes
de charge.

b b b

∫a  Ni, xx  EI  Ni , xx  dx {∆i } − ∫a  Ni, x  P  Ni, x  dx {∆i } + ∫a  Ni  k  Ni  dx {∆i } =


T T T

1444 424444 3 1442443 144244 3


[ K ] matrice de rigidité [C ] matrice [ F ] matrice
de compression de fondation

( )
b b
 b dy 
b b
 T dM   d (v + y ) 
 ∫  N i , x  P dx  + ∫  N i  ( q( x) − ky ) dx +  N i , x  M ( x) a −   N i 
T T
 −   N i  P
T T

 a dx  a  dx  a  dx  a
14442444 3 144424443 1444444 424444444 3
{Ci } compression initiale {q}−{Fi } (  Ni T V ( x ) ) a
b

14444444444 4244444444444 3
Dernier terme
(3.8)

dM d (v + y )
Dans le dernier terme nous avons remplacé − −P par V(x), d'après l'équation (3.2).
dx dx

3.4 Solution par éléments finis

Soit l'élément de poutre en flexion tel que montré à la Figure 3.3.

Fonction d'essai pour la flèche

3-7
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

v ( x ) = 1 x x2 x3   A−1  {∆ i } =  N i  {∆ i }

Avec

 N i  = 1 x x2 x3   A−1 
 N i , x  = 0 1 2 x 3x 2   A−1 
 N i , xx  = 0 0 2 6 x   A−1 

3-8
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

Matrice d'interpolation

 L4 0 0 0 
 
1  0 L4 0 0 
[ A] = 4  2
−1

L −3L −2 L3 3L2 − L3 
 
 2 L L2 −2 L L2 

Matrice de rigidité

Pour ce calcul on doit faire appel à la règle de transposition. Rappel:

soit [ P ] = [ A][ B ][C ]


[ P ] = [C ] [ B ] [ A]
T T T T
alors

[ K ] = ∫  Ni , xx 
T
EI  N i , xx  dx
0

0
 
L
T  0 
= ∫  A−1    EI 0 0 2 6 x   A−1  dx
0 2
 
6 x 

Vu que [A] et EI sont des termes constants, alors on peut les sortir de sous l'intégrale

3-9
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

0 0 0 0 0 
   
L  0  L 0 0 0 0 
[ K ] = EI  A −1 T
 ∫
−1 −1 T
  0 0 2 6 x  dx  A  = EI  A  ∫   dx  A−1 
0 2 0 0 0 4 12 x 
   
6 x   0 0 12 x 36 x 
2

6 L −12 6 L 
L
0 0 0 0   12
   
T 0 0 0 0  EI  6 L 4 L2
− 6 L 2 L2

= EI  A−1     A−1  = 3  
0 0 4x 6 x2  L  −12 −6 L 12 −6 L 
   
0 0 6x2 12 x 3  0  6 L 2 L2 −6 L 4 L2 

En procédant d'une façon similaire au calcul de la matrice [K], nous pouvons obtenir toutes les autres
matrices de l'équation (3.8)

3-10
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

Matrice de compression

 36 3L −36 3L 
 
L
P  3 L 4 L2
−3 L − L2

[C ] = ∫
T
 N i , x  P  N i , x  dx =  
0
30 L  −36 −3L 36 −3L 
 
 3L − L −3L 4 L 
2 2

Matrice de fondation

 156 22 L 54 −13L 
 
kL  22 L 4 L −3L2 
2
L 13L
[F ] = ∫  N i  k  N i  dx =
T
 
0
420  54 13L 156 −22 L 
 
 −13L −3L2 −22 L 4 L2 

Traitement de q(x) et y(x)

Figure 3.4

Soit y(x), la courbure initiale de la poutre que nous représentons par une fonction d'interpolation
quadratique (Figure 3.4).

y ( x) = a0 + a1 x + a2 x 2 = 1 x x 2  {ai } = 1 x x 2   B −1  { yi } = [ M i ]{ yi }


dy
=  M i , x  { yi }
dx 

Utilisons la même approche pour la charge répartie

3-11
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

q( x) = 1 x x 2  {ai } = [ M i ]{qi }

Matrice d'interpolation [B] utilisée pour y(x) et q(x)

1 0 0   L2 0 0
  1  
[ B ] = 1 L 2 ( L 2)   B −1  = 2  −3L 4 L − L 
2
et (réf. p. 2-10)
  L  
1 L L 
2  2 −4 2 

Calcul des charges initiales

Charge de compression initiale

3 0 −3 
   y1 
L
P  − L 2 L − L   
{Ci } = ∫  N i , x  P  M i , x  dx { yi } =
T
   y2 
0
3L  −3 0 3  
   y3 
 L −2 L L 

Charge de fondation initiale

11 20 −1 
   y1 
L
kL  L 4 L 0   
{Fi } = ∫  N i  k  M i  dx { yi } =
T
   y2 
0
60  −1 20 11   
   y3 
 0 −4 L − L 

Charges réparties

3-12
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

11 20 −1 
   q1 
L
L  L 4 L 0   
{q} = ∫  N i   M i  dx {qi } =
T
  q2 
0
60  −1 20 11   
   q3 
 0 −4 L − L 

Si q1= q2= q3= q= constante, alors :

 30  6
   
qL  5L  qL  L 
{q} =   =  
60  30  12  6 
   
−5L  − L 

Dernier terme

( ) ( )
L L
T
+  N i  V ( x)
T
"Dernier terme" =  N i , x  M ( x)
0 0

= (  N )
L
T
 M ( x) +  N i  V ( x)
T
i, x
0

 N1, x   N1   N1, x   N1 
N ′  N′  N ′  N ′ 
 2, x   2  2, x   2
=  M ( L ) +   
V ( L ) −   M (0) −   V (0)
 N 3, x   N 3  N 3, x   N3 
 N 4,′ x   N 4′   N 4,′ x   N 4′ 
x=L x=L x =0 x =0

Sachant que: N i = δ ij N i′ = 0 Ni, x = 0 N i′, x = δ ij

Alors

 −V (0)   −V1 
   
− M (0)  − M 1 
"Dernier terme" =  = 
 V ( L)   V2 
   
 M ( L)   M 2 

3-13
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

Nous obtenons finalement le système matriciel suivant pour la poutre-colonne sur fondation élastique
avec courbure initiale.

 
 
 
12 6L −12 6L   156 22 L 54 −13 L   36 3 L −36 3 L   ν 1 
        
 −6 L 2 L  kL  22 L −3 L   −3 L − L  θ 
2 2 2 2 2 2
6L 4L 4L 13 L 3L 4L
 EI P  1

L 
3
+  −    
  −12 −6 L 12 −6 L 
420  54 13 L 156 −22 L  30 L  −36 −3 L 36 −3 L   ν 
2

        

      θ 
3 14444  3 14444  244443 
− − − − − −
2 2 2 2 2 2

 1444 6 L 2 L
424444
6 L 4 L 13 L 3 L 22
4244444
L 4 L 3 L L 3 L 4 L 2

 MATR. RIGIDITÉ [K] MATR. FONDATION [F] MATR. COMPRESSION [C]  

3 0 −3  11 20 −1  6  −V 
1

       
P  − L 2 L − L  kL  L 4 L 0  qL  L   − M 
{y } −  {y } +
1

=  i  
i
+ 
3 L  −3 0 3  60  −1 20 11  12  6   V 2

       
 L −2 L L   0 −4 L − L   − L   M 
1442443 1442443 123 2

CHARGES CHARGES CHARGES


COMPRESSION FONDATION RÉPARTIES (3.9)
{Ci } {Fi } {q}

Sous une forme plus condensée

 −V1 
 
− M 1 
([ K ] − [C ] + [ F ]) {∆i } = {Ci } − {Fi } + {q} +   (3.10)
 V2 
 
 M 2 

3-14
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

3.5 Calcul de la charge critique de colonnes droites

Nous allons maintenant comparer des valeurs obtenues avec notre élément fini, avec des résultats
analytiques pour des cas classiques de colonnes droites. Plus précisément, nous allons calculer les
charges critiques de flambement de colonnes en solutionnant un problème aux valeurs propres. Soit une
poutre-colonne ayant les propriétés suivantes :

i) Initialement droite → y(x)=0

ii) Sans fondation élastique → k=0

iii) Avec charge répartie constante → q1 = q2 = q3 = q

3.5.1 Système d'équations pour un élément

Simplifions l'équation (3.9) en introduisant les trois conditions précédentes.

 
 
 
12 6L −12 6 L   36 3 L −36 3L   ν 1   6   −V1 
  6 L 4 L2 −6 L 2 L2         
   − −  θ1  qL  L  − M 1 
2 2
3 L 4 L 3 L L
 EI P
 L3   −    =  + 
 − 12 − 6 L 12 − 6 L  30 L  −36 −3 L 36 −3L   ν 2  12  6   V2 
 
          
 6 L 2 L24444
−6 L 4 L   3L − L −3L 4 L   θ 2  − L   M 2 
2 2 2 2
 14444 3 14444244443
 MATR. RIGIDITÉ [K] MATR. COMPRESSION [C]  
(3.11)

3.5.2 Exercice no.1 : Colonne rotule-rotule (1 élément)

3-15
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

Conditions aux rives

Aucune charge répartie q = 0

à x = 0 → v1 = M1 = 0.0 et à x=L → v2 = M2 = 0.0

 EI  4 L2 2 L2  P  4 L2 − L2   θ1 
 3  −     = 0
L  2 L2 4 L2  30 L  − L2 2 

4 L   θ 2 

2 1  PL2  4 −1  θ1 
 −     = 0
 1 2  60 EI  −1 4   θ 2 

Posant

PL2
= −α → det = (2 + 4α )2 − (1 − α ) 2 = 0
60 EI
det = 15α 2 + 18α + 3 = 0

Racines

−18 ± 182 − 4 *15 * 3  α = −1


α= 
 α = − 5
30 1

PL2 EI π 2 EI EI
Avec α = − 1 = − → Pcr = 12 Exact= ≅ 9.86
5 60 EI L2 L2
L2

3.5.3 Exercice no.2 : Colonne encastrée-libre (1 élément)

Conditions aux rives

3-16
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

Aucune charge répartie q = 0

à x = 0 → v1 = θ1 = 0.0 et à x=L → V2 = M2 = 0.0

 EI  12 −6 L  P  36 −3L   v2 
 3  −     = 0
  −6 L 4 L2  30 L  −3L 4 L2   θ 2 
L

  12 −6 L  PL2  36 −3L   v2 


 −     = 0
  −6 L 4 L2  30 EI  −3L 4 L2   θ 2 

Posant

PL2  12 − 36α −6 L + 3α L 
= +α →  =0
30 EI  −6 L + 3α L −4 L2 − 4α L2 
det = 12 (1 − 3α ) ∗ 4 L2 (1 − α ) − [3L(α − 2) ] = 0
2

det = 45α 2 − 52α + 4 = 0

Racines

−52 ± 522 − 4 * 45 * 4  α = 1.0727


α= 
90  α = 0.0829

PL2 EI π 2 EI EI
Avec α = 0.0829 = + → Pcr = 2.48 2
Exact= 2
= 2.46 2
30 EI L 4 L L

3.5.4 Exercice no.3 : Colonne rotule-rotule (2 éléments finis


de longueur L)

Conditions aux rives

3-17
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

q=0 Aucune charge répartie

àx=0 → v1 = M1 = 0.0

à x=2L → v3 = M3 = 0.0 Lt

Puisqu’il n’y a pas de charge appliquée au nœud 2

àx=L → V2(1) = −V2(2) et M2(1) = −M2(2)

Assemblage des matrices

  12 6 L −12 6 L   36 3L −36 3L  ν 1   −V1 


        
  6 L 4 L2 −6 L 2 L2   3L 4 L2 −3L − L2  θ1  − M 1 
        
 EI  −12 −6 L 24 0 −12 6 L  P  −36 −3L 72 0 −36 3L   ν 2   0 
 3  −    = 
L  6 L 2 L2 0 8 L2 −6 L 2 L2  30 L  3L − L2 0 8 L2 −3L − L2   θ 2   0 
        
  −12 −6 L 12 −6 L   −36 −3L 36 −3L   ν 3   V3 
        
  6 L 2 L −6 L 4 L 
2 2   2 
3L − L −3L 4 L  
2
θ 3   M 3 
  

Éliminons les colonnes (1) et (5) parce que v1 = v3 = 0.0 et les rangées (1) et (5) parce que les efforts
tranchants V1 et V3 sont indéterminés. Il reste une matrice 4x4.

  4 L2 −6 L 2 L2   4 L2 −3L − L2  θ1  0 
        
 3L  
 EI
 −6 L 24

0 6L 
−
P  −3L 72

0
 ν 2  0 
 = 
 L3  2 L2 0 8L2 2L 2 30 L  − L2 0 8L2 −L2 
θ 2  0 
        
  6 L 2 L2 4 L2   3L − L2 2 
θ3  0 
   4L  

3-18
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

α1 = 0.08287 (critique)


PL2 
= +α → α 2 = 0.4
30 EI etc...

Racines Pour une poutre de longueur totale Lt = 2 L, (L = Lt / 2)
EI EI EI
Pcr = 9.94 Exact=π 2 = 9.8696 2
Lt 2 Lt 2
Lt

EI
Note : Avec un modèle à trois éléments on obtiendrait Pcr = 9.8852
Lt 2

3.6 Exercices

Problème 3.1

Obtenez le système matriciel d'un élément fini pour le calcul de la déflexion d'un câble de longueur L,
soumis à une tension uniforme T, supportant une charge transversale répartie f et qui repose sur une
fondation élastique de coefficient k. Développez les équations avec la méthode des résidus pondérés,
critère de Galerkin, et utilisez la fonction d'interpolation linéaire suivante:

v( x) = a0 + a1 x

L'équation différentielle dans le cas de petites déflexions est:

d 2v
T 2 − kv + f = 0 conditions aux rives v(0) = v( L) = 0
dx

Réponse: La formulation de l'élément fini est

 T  1 −1 kL  2 1    vi  fL 1  φi  dν
  +     =  +  où le flux φ ( x) = -T
 L  −1 1  6 1 2   v j  2 1 −φ j  dx

où L est la longueur de l’élément (dans la figure ci-dessous, cette longueur est notée ∆x)

3-19
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

Problème 3.2

À l'aide d'un modèle composé de cinq É.F. de câble (probl. 3.1), calculez la flèche d'un câble fixé à ses
deux extrémités (ν1 = ν6 = 0.0) pour les conditions suivantes: L=3.048m (120 po.), T=2.669 KN (600 lb),
k=3.448 KPa (0.5 lb/po2), f =350.3 N/m (2 lb/po). Pour calculez les valeurs nodales des flèches du câble,
utilisez un logiciel comme Matlab pour inverser la matrice globale.

3-20
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

ν1   0.00 
ν  47.11
 2  
ν 3  65.79
Réponse:  =  ( mm)
ν 4  65.79
ν 5  47.11
   
ν 6   0.00 

Problème 3.3

Le transfert de chaleur d'une ailette de refroidissement est donné par l'équation différentielle suivante:

d 2T dT
c1 2 + c2T + c3 = 0 conditions aux rives: T (0) = Tb , − c1 =0
dx dx x=L

où c1 = k A c2 = -h pc3 = h p Tf

A=aire de la section; h= coefficient de transfert de chaleur par convection;

k=conductibilité thermique; L= longueur; p=périmètre de l'ailette;

Tf= température du fluide entourant l'ailette; Tb=température à la base de l'ailette

W= largeur (unitaire)

Développez les équations d'un élément fini qui permettra trouver une solution approximative pour la
température le long de l'ailette. Utilisez avec la méthode des résidus pondérés, critère de Galerkin, et
utilisez également une fonction d'essai linéaire: T ( x) = a0 + a1 x

 dT 
 −c1 dx 
c1  1 −1 Ti  −c2 L  2 1   Ti  c3 L 1  x = xi 
Réponse:  +  =  + 
L  −1 1  T j  6 1 2  T j  2 1  dT 
+c
 1 dx 
 x= x j 

où L est la longueur de l’élément.

3-21
Chapitre 3 – Développement d'un élément fini poutre-colonne

3-22
Chapitre 4

4 CONVERGENCE D’UNE SOLUTION PAR ÉLÉMENTS FINIS

Par définition, une solution par éléments finis est convergente si elle tend vers la solution exacte lorsque
la dimension de tous les éléments d'un maillage tend vers zéro.

4.1 Conditions de convergence

Pour nous assurer d'une solution convergente, la fonction d'essai doit satisfaire à certaines conditions,
autrement il est possible que la solution par éléments finis converge vers une solution erronnée.

Forme de l'équation différentielle du résidu:

 d 2 m U d 2( m-1) U 2
d U 
 2m
, 2( m -1)
, ... , 2
, U ( x ) , f ( x)  = 0 (4.1)
 dx dx dx 

Forme de l'équation du résidu, après "m" intégrations par parties avec Galerkin

xb
 d m U d m N i d ( m-1) U d ( m-1) N i dU d N i 
∫ 
 dx
m
dx
m
,
dx
( m -1)
dx
( m -1)
, ... ,
dx dx
, U N i , f ( x) N i  dx = 0

(4.2)
xa

4.1.1 Représentation constante

La fonction d'essai U(x) et toutes ses dérivées jusqu'à l'ordre "m", apparaissant sous l'intégrale du résidu,
doivent avoir une représentation constante dans l'élément lorsque la dimension des éléments tend vers
zéro.

4-1
Exemple: Si m = 2, alors il faut que la base polynomiale de la fonction d'essai contienne au moins
les termes suivants:

U(x) = a0 + a1 x + a2 x2

On aura alors la possibilité d'avoir: U(x) = a0 dU/dx = a1 d2U/dx2 = a2

Cette condition est absolument nécessaire pour assurer la convergence d'une solution. Elle s'explique de
la façon suivante: À la limite lorsque les éléments deviennent très petits, la fonction U(x) et toutes ses
dérivées sous l'intégrale du résidu deviennent pratiquement constantes dans le domaine de l'élément et
doivent avoir la possibilité d'une représentation constante.

4.2 Continuité

Dans le domaine d'un élément et à la frontière entre deux éléments, la fonction U(x) de même
que toutes ses dérivées jusqu'à l'ordre "m-1" doivent être continues.

Exemple: Si m = 2, alors il faut que: U(x) et dU/dx soient continues.

Cette condition s'explique de la façon suivante: Lorsque la dérivée (m-1) n'est pas continue, la dérivée
m devient infini et l'intégrale de cette dernière dérivée (équation du résidu) devient indéterminée.
Entre les éléments, cette condition n'est pas toujours nécessaire et dans certains cas lorsqu'elle n'est
pas satisfaite, l'élément converge plus rapidement.

Avec des éléments finis 1D, la continuité aux noeuds est relativement facile à obtenir en utilisant comme
degrés de liberté une fonction U dont la dérivée doit être continue. Cependant, avec les éléments à
deux et trois dimensions, la continuité implique aussi la continuité le long des côtés (deux dimensions)
ou des faces (trois dimensions) de l'élément. Cette dernière condition est habituellement très difficile à
réaliser. Des essais numériques ont permis de constater que beaucoup d'éléments 2D et 3D étaient
convergents avec la continuité aux noeuds seulement.

4-2
On peut expliquer ce résultat de la façon suivante. Lorsque la dimension d'un maillage diminue de plus
en plus, les noeuds se rapprochent les uns des autres et, dans l'ensemble, le milieu devient de plus en
plus continu. À la limite, pour des éléments infiniment petits, les noeuds sont très près les uns des
autres et nous avons en pratique continuité des côtés et des faces.

4.2.1 Classe

Une fonction est dite de classe Cn , dans un domaine de solution, si la fonction et toutes ses dérivées
jusqu'à l'ordre "n" sont continues dans le domaine.

Exemple, fig. 4.1: Si U(x) seulement est continu, alors U(x) est C0 .

Si U(x) et dU(x)/dx sont continus, alors U(x) est C1 .

Pour satisfaire la condition de continuité, la fonction d'essai U(x) dans l'équation (4.2) devra être de
classe Cm-1.

Figure 4.1– La fonction φ1 est une classe C0 alors que la fonction φ2 est une C1.

4.3 Taux de convergence de la fonction d'essai

L'erreur ponctuelle d'une solution approximative par éléments finis est donnée par:

4-3
%
E(x) = U(x) - U(x) (4.3)

où U(x) solution exacte

Ũ(x) solution approximative (idem à U*(x))

La solution exacte U(x) étant inconnue, nous pouvons cependant la représenter par une série de Taylor,
au voisinage d'un point x̂ dans l'élément (Figure 4.2).

h
2 n un élément
U(x) = c0 + c1 (x - xˆ) + c 2 (x - xˆ ) + ...+ c n (x - xˆ ) + ...
x

Figure 4.2
1 d nU 
où cn =
n! dx n  x = xˆ

La solution approximative est donnée par un polynôme complet de degré "p".

% = a 0 + a 1 x + a 2 x 2 + ...+ a p x p
U(x)
ˆ + a 2 (x - xˆ ) 2 + ...+ a p (x - xˆ ) p
= a 0 + a 1 (x - x)

Lorsque la dimension du maillage tend vers zéro (convergence vers la solution exacte) nous avons alors
la valeur des termes de degrés ≤ p dans Ũ(x) qui tend vers celle des termes ≤ p dans U(x). Nous avons
alors:

%
E(x) = U(x) - U(x) → c p+1 (x - xˆ ) p+1 + c p+2 (x - xˆ ) p+2 + ...

Pour | (x - xˆ) | ≡ h petit, le terme dominant est (x - xˆ )


p+1
et nous avons:

4-4
%
U(x) - U(x)
Erreur normalisée = ≤ C h p+1 (4.4)
U(x)

Une autre notation est aussi utilisée où la lettre "O" signifie "Ordre de l'erreur":

~
U(x) - U(x)
≤ O h p+1
U(x)

Nous pouvons aussi écrire à partir de (4.4):

~
U -U
log ≤ log C + (p + 1) log h (4.5)
U

Dans un graphique log-log, l'équation (4.5) est une droite ayant une pente (p+1). Cette pente est une
indication du taux de convergence. Voir la Figure 4.3(a).

4.4 Taux de convergence du flux

Le flux étant donné par la dérivée d'ordre "m" de la fonction d'essai, nous avons:
m ~
~ d U(x)
τ (x) = α m
dx

Un raisonnement identique à celui utilisé pour la fonction d'essai U(x) donne:

τ (x) - τ~(x)
Erreur normalisée = ≤ D h p −m+1 (4.6)
τ (x)

De la même façon, nous pouvons écrire:

τ - τ~
log ≤ log D + (p − m + 1) log h (4.7)
τ

4-5
Encore une fois, sur un graphique log-log (Figure 4.3 (a)), nous avons une droite ayant une pente de (p-
m+1) qui est une indication du taux de convergence du flux.

Exemple:

Soit l'équation différentielle suivante avec ses conditions aux rives.

2
d U(x)
- 2
+ U(x) = - x3 + 6 x2 + x - 12 0< x<5
dx

dU(x)
avec U(x = 0) = 10 et τ (x = 5 ) = - =5
dx

En utilisant la fonction d'essai linéaire suivante, U% ( x) = [1 x] [ A] {∆i }


−1

où {Δ} est le vecteur des degrés de liberté

nous avons p=1 et m=1, donc:

U - U%
≤ Ch p +1 ≤ Ch1+1 ≤ Ch 2
U

τ - τ%
≤ D h p − m +1 ≤ Dh1−1+1 ≤ Dh
τ

La Figure 4.3(a) représente graphiquement (échelles log-log), pour un point ordinaire de l'élément,
l'erreur de la fonction d'essai et du flux, en fonction du nombre d'éléments utilisés pour obtenir la

4-6
solution. La pente de ces courbes est une indication du taux de convergence. Lorsque le nombre
d'éléments est grand, nous obtenons effectivement le taux de convergence qui est prévu par les
équations précédentes. Il est aussi à noter que pour un maillage plus grossier, le taux de convergence
est supérieur à celui prévu par la théorie. La figure (fig. 4.3 (b)) illustre aussi les solutions obtenues avec
les trois premiers maillages.

4.5 Points de surconvergence

Les deux graphiques de la Figure 4.3(a) indiquent les taux de convergence pour un élément linéaire
lorsque l'erreur est calculée à un point ordinaire de l'élément. Il existe cependant des points dans
l'élément où le taux de convergence est supérieur à celui que nous donne la théorie précédente pour un
point ordinaire. Ces points sont appelés points de surconvergence.

Les figures 4.4 à 4.7 indiquent les taux de convergence à des points ordinaires ainsi qu'à d'autres points
spécifiques de l'élément, pour un élément linéaire (fig. 4.4), quadratique (fig. 4.5), cubique (fig. 4.6) et
quartique (fig. 4.7). Dans le cas de la fonction d'essai, les meilleurs points de surconvergence
correspondent aux noeuds inter-éléments. Dans le cas du flux, les points de surconvergence sont les
points de Gauss dont le nombre est égal à p-m+1.

La théorie servant à expliquer le phénomène de surconvergence est complexe et trop longue pour être
présentée dans le cadre de ce cours. En se basant sur les résultats numériques présentés dans les figures
4.4 à 4.7 nous pouvons cependant énoncer les deux règles suivantes.

Première règle

~
Aux noeuds inter-éléments, la fonction U(x) converge à un taux de l'ordre de (h2p), comparé à un
taux de l'ordre de (hp+1) pour un point ordinaire. Il est à noter que "p" représente le degré du
~
polynôme de la fonction U(x) tandis que "h" est la dimension relative de l'élément.

4-7
Figure 4.3– (a) Erreur de la fonction Ũ et du flux τ% à un point ordinaire pour un élément linéaire. Le
taux de converge est indiqué par les pentes. (b) Comparaison entre les solutions exactes et les solutions
par É. F. pour les trois premiers maillages.

4-8
Deuxième règle

m ~
~ d U(x)
Aux points de Gauss de l'élément, le flux τ (x) = - k m
converge à un taux de l'ordre de (hp-
dx
m+2
), comparé à un taux de l'ordre de (hp-m+1) pour un point ordinaire. Le nombre de points de Gauss
est égal à p-m+1 et la position exacte de ces points est donnée dans des tables de mathématiques.

La deuxième règle est basée sur plusieurs arguments, les principaux étant les suivants :

Une solution par éléments finis utilisant Galerkin et l'intégration par parties correspond à toutes
fins pratiques, à un lissage par moindres carrés du flux. Par exemple:

m % ( )
U x  d mN i 
avec τ%(x) = - k d m
= - k  m  {∆}
dx  dx 

xb
  d mN  -1  d mN  
la forme intégrale est ∫   mi  k  m i   dx {∆} + ...= 0
  dx   dx  
xa  

Selon la théorie des polynômes, si un polynôme de degré "q" représente un lissage par moindres carrés
d'un polynôme de degré "q+1", ces deux polynômes sont égaux (se coupent) aux (q+1) points de Gauss.
En d'autres mots, si le flux est donné par un polynôme de degré "q", aux points de Gauss nous avons la
précision d'un polynôme de degré "q+1" (voir figure 4.8).

4-9
Figure 4.4– Éléments 1D linéaires. Erreur de la fonction Ũ et du flux τ% aux points ordinaires et
surconvergents.

Figure 4.5– Éléments 1D quadratiques. Erreur de la fonction Ũ et du flux τ% aux points ordinaires et
surconvergents

4-10
Figure 4.6– Éléments 1D cubiques. Erreur de la fonction Ũ et du flux τ% aux points ordinaires et
surconvergents.

Figure 4.7 – Éléments 1D quartiques. Erreur de la fonction Ũ et du flux τ% aux points ordinaires et
surconvergents.

4-11
Degré (q+1) = 3
τ% ( q = 1)
Degré (q+1) = 1
Degré (q+1) = 2 τ% (q = 2)

d mU%
τ% = (q = 0)
dx m

ξ = −1 0 ξ =1 ξ = −1 0 ξ =1 ξ = −1 0 ξ =1
1 point de Gauss 2 points de Gauss 3 points de Gauss
ξ
1 3
ξ =± ξ =± ξ =0
ξ =0 3 5
p − m +1 = 1 p − m +1 = 2 p − m +1 = 3
E = D ( h2 ) E = D ( h3 ) E = D ( h4 )

Figure 4.8 – Erreur du flux aux points de Gauss en fonction du polynôme utilisé.

4-12
4.6 Conclusion

Dans cette présentation, nous avons traité du taux de convergence que nous pouvons obtenir d'une
solution par éléments finis. Ces notions sont importantes lorsque nous devons décider du type
d'élément et de la finesse du maillage à utiliser. Souvent, nous devons répéter l'analyse en utilisant un
maillage différent afin de nous assurer que nous avons des résultats convergents. Par exemple, en
doublant la finesse d'un maillage, un élément ayant une erreur de l'ordre de (h3) verra son erreur
réduite par un facteur de 8 [ h3 = (1/2)3 ]. Si les deux maillages donnent des résultats à peu près
semblables, nous saurons alors que nous avons convergé vers la solution exacte du problème.

Les règles que nous avons établies dans ce chapitre sont toujours valides. Dans la pratique courante,
nous n'avons pas trop à nous préoccuper de la méthode utilisée pour le calcul des flux (contraintes) dans
un maillage. Les firmes qui commercialisent les logiciels d'éléments finis utilisent habituellement des
algorithmes éprouvés (souvent confidentiels) afin de nous donner les meilleurs résultats possibles. Par
exemple, avec certains logiciels, les contraintes sont calculées aux points de Gauss et ensuite
extrapolées aux noeuds de l'élément. Une moyenne peut ensuite être calculée entre les résultats
obtenus de tous les éléments connectés à un noeud.

Souvent, en utilisant un logiciel d'éléments finis, nous ignorerons le comportement d'un élément pour
un chargement particulier. Le comportement de l'élément dépendra généralement de certains
algorithmes utilisés pour en améliorer les performances. Il sera alors tout indiqué d'effectuer des essais
numériques sur des problèmes ayant une solution connue.

4-13
Chapitre 5

5 TRANSFORMATIONS DU SYSTÈME MATRICIEL D'UN


ÉLÉMENT

En éléments finis, plusieurs transformations sont nécessaires pour donner à un élément les propriétés
désirées. Parmi les transformations les plus importantes nous avons:

- Les transformations de coordonnées

- L'imposition de contraintes spéciales pour modifier le comportement d'un élément.

- La relaxation (libération) des degrés de liberté de l'élément.

5.1 Transformation de coordonnées

Le système matriciel d'un élément est toujours déterminé dans le système local de coordonnées de
l'élément afin d'en simplifier le calcul. Ainsi, les déplacements (degrés de liberté) de l'élément sont
orientés dans la direction des coordonnées locales de l'élément.

Pour obtenir le système matriciel de l'ensemble d'un maillage nous devons ensuite réaliser l'assemblage
des matrices de chacun des éléments qui le composent. Cependant, avant de procéder à cet assemblage
nous devrons effectuer les transformations nécessaires pour orienter les déplacements de l'élément
dans la direction des coordonnées de déplacement des nœuds (système de coordonnées global). Ce
système est le seul qui est commun à tous les éléments. Pour simplifier la nomenclature nous allons
l'appeler le système global de coordonnées.

5-1
5.1.1 Matrice de rotation

Considérons le cosinus des angles entre chacun des axes de deux systèmes de coordonnées différents
(Figure 5.1). Posons aussi que x’, y’ et z’ sont de longueur unitaire.

r r r
x′ = cos( x′ , x)i + cos( x′ , y ) j + cos( x′ , z )k
r r r
y′ = cos( y′, x)i + cos( y′, y ) j + cos( y′ , z )k
r r r
z ′ = cos( z ′ , x)i + cos( z ′ , y ) j + cos( z ′ , z )k

Ces cosinus directeurs peuvent être représentés par


une matrice [ R ] que nous allons appeler matrice de
rotation.

 cos( x ′ , x) cos( x ′ , y ) cos( x ′ , z ) 


[ R ] = cos( y ′ , x) cos( y ′ , y ) cos( y ′ , z )  (5.1)
 cos( z ′ , x) cos( z ′ , y ) cos( z ′ , z ) 
Figure 5.1

Il est à noter que cette matrice n'est pas symétrique puisque par exemple:

R 12 = cos( x ′ , y ) ≠ cos( y ′ , x) = R 21

On peut cependant démontrer qu'elle est orthogonale, c'est-à-dire que:

[ R ]-1 = [ R ]T (5.2)

5.2 Transformation d'un vecteur

En notation matricielle, un vecteur peut être représenté en utilisant ses trois composantes dans la
direction de chacun des axes d'un système de coordonnées de référence (Figure 5.2).

5-2
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

 vx  v x′ 
r   r  
{ V } =  v y  { V ′ } =  v y′ 
   
 vz  v z′ 

r r
avec { V } ≡ { V ′ }

Figure 5.2

5-3
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

r
En projetant les composantes du vecteur V dans la direction des axes x', y' et z' nous aurons:

v x′ = v x cos( x′ , x) + v y cos( x′ , y ) + v z cos( x′ , z )


v y′ = v x cos( y′ , x) + v y cos( y′ , y ) + v z cos( y′ , z )
v z′ = v x cos( z′ , x) + v y cos( z′ , y ) + v z cos( z′ , z )

 v x′   vx 
r r
Ou encore:
   
 v y′  = [ R ]  v y  et {V ′} = [ R]{V } (5.3)
 v   v
 z′   z

Les déplacements, les forces de même que les rotations (lorsqu'elles sont petites) sont des quantités
vectorielles. Nous pouvons donc écrire:

 u′  u r r
    { d ′ } = [ R ]{ d }
Déplacements  v′  = [ R ]  v  r r
 w′  w { d } = [ R ]T { d ′ } puisque R -1 = RT
   

 F x′   Fx  r r
    { F ′ } = [ R ]{ F }
Forces  F y′  = [ R ]  F y  r r
 F   F  { F } = [ R ]
T
{ F ′}
 z′   z

 θ x′  θ x  r r
    { θ ′ } = [ R ]{ θ }
Rotations  θ y′  = [ R ]  θ y  r r (si θ est petit)
 θ   θ  { θ } = [ R ]T { θ ′ }
 z′   z

5.3 Calcul de la matrice de rotation

Pour obtenir la matrice de rotation nécessaire à un changement de coordonnées, la méthode la plus


efficace est l'algèbre vectorielle. La matrice de rotation est obtenue directement des vecteurs unitaires

5-4
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

orientés dans la direction des axes du système local de coordonnées, ces vecteurs unitaires étant définis
par rapport aux axes du système global de coordonnées (Figure 5.3).

r r r r
u-v-w, système local u = ux i + uy j + uz k

x-y-z, système global r r r


r
v = vx i + v y j + vz k

r r r r
w = wx i + w y j + wz k

 ux uy uz 
 
[ R ]=  vx vy v z (5.4)
 w x wy w z 
Figure 5.3

5.3.1 Matrice de rotation d'un élément à deux dimensions

Pour déterminer la matrice de rotation d'un élément à deux dimensions (un élément membrane par
exemple), les coordonnées globales d'au moins trois des noeuds de l'élément doivent être connues.

Généralement, l'axe local u sera parallèle à l'arête 1-2 de l'élément (Figure 5.4), l'axe local v sera
perpendiculaire à u mais dans le plan de la plaque et l'axe local w sera perpendiculaire au plan u-v.

5-5
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

r
Soient U // à l'arête 1-2

r
A // à l'arête 1-3

Avec la notation xij = xi - xj

nous avons:

Figure 5.4

r r r r
U = x 21 i + y 21 j + z 21 k

r r r r
A = x 31 i + y 31 j + z 31 k

r r r
i j k W x = y 21 z 31 - z 21 y 31
r r r
W = U × A = x 21 y 21 z 21 ⇒ W y = z 21 x 31 - x 21 z 31
x 31 y 31 z 31 W z = x 21 y 31 - y 21 x 31
r r r
i j k V x = W y z 21 - W z y 21
r r r
V = W ×U = W x Wy Wz ⇒ V y = W z x 21 - W x z 21
x 21 y 21 z 21 V z = W x y 21 - W y x 21

r r r
Finalement, en normalisant les trois vecteurs U , V , W nous obtenons la matrice de rotation.

Longueur des vecteurs :

5-6
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

2 2 2 2 2 2 2 2 2
LU = x 21 + y 21 + z 21 LV = V x + V y + V z LW = W x + W y + W z

Vecteurs unitaires selon les axes u, v, w:


r 1 r r r 
u= ( x 21 i + y 21 j + z 21 k ) 
LU 

  ux uy uz 
r 1 r r r   
v= ( V x i +V y j +V z k )  [ R ]=  vx vy vz 
LV   w x wy w z 

r 
r 1 r r 
w= (W x i + W y j + W z k )
LW 

5.3.2 Matrice de rotation d'une poutre

Dans le système de coordonnées local d'une poutre (Figure 5.5), nous avons l'axe longitudinal u et les
deux axes principaux de sa section, v et w. L'orientation de l'axe u est facilement obtenue des
coordonnées des deux noeuds aux extrémités de la poutre.

r 1 r r r
u= ( x 21 i + y 21 j + z 21 k )
LU

2 2 2
où xij = xi - x j LU = x 21 + y 21 + z 21

5-7
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

Figure 5.5- Système de coordonnées local d’une poutre

Pour définir l'orientation des axes principaux de la section, les trois méthodes suivantes sont utilisées :

a) On donne les coordonnées d'un troisième point situé dans le plan u-v de la poutre. Ce point doit
être situé du côté positif de l'axe v. C'est une méthode que nous retrouvons dans
MSC/NASTRAN et également dans ANSYS.

r
b) On donne les composantes d'un vecteur V 0 situé dans le plan u-v de la poutre. Ce vecteur doit
avoir une composante dans la direction positive de v. Cette méthode est celle que nous
utilisons le plus souvent dans MSC/NASTRAN.

c) On donne l'inclinaison de l'axe principal v de la poutre par rapport à un plan de référence. Par
exemple, ce plan de référence peut être le plan défini par l'axe local u de la poutre et l'axe z du
système global de coordonnées. Ce peut aussi être le plan x-y global qui sert de plan de
référence. Cette méthode est utilisée par certains logiciels (ex. ANSYS, MSC/PAL2).

5-8
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

5-9
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

5.3.2.1 Obtention de la matrice de rotation d’une poutre

Cas a)
r
On détermine un vecteur V 0 qui sera nécessairement dans le plan u-v de la poutre à l’aide des
coordonnées des points 1 et 3 (Figure 5.5). La matrice de rotation est ensuite déterminée en utilisant la
méthode du cas (b).

r r r r
V 0 = x31i + y 31 j + z31 k

Cas b)
r r
Connaissant le vecteur V 0 et le vecteur u , les deux étant dans le plan u-v de la poutre, nous avons:

r r r r r r
i j k i j k
r r r r r r
W = U × V 0 = x21 y 21 z21 et V = W ×U = W x W y Wz
0 0 0
Vx Vy Vz x21 y 21 z21

r r r
En normalisant les trois vecteurs U , V , W , nous aurons les trois rangées de la matrice de rotation.

Cas c) - ANSYS
Pour définir l'orientation des axes principaux de la section d’une poutre avec le logiciel ANSYS, nous
donnons l’angle d’inclinaison θ de l’axe local v de la poutre par rapport au plan x-y du système global
(Figure 5.6). Cet angle est positif autour de la direction positive de l’axe longitudinal u de la poutre. Il est
r
mesuré à partir d’un vecteur n normalisé, qui est à la fois parallèle au plan global x-y (perpendiculaire à
r
l’axe global z) et perpendiculaire à l’axe local u. Ce vecteur de référence n est obtenu par le produit
r r r
vectoriel de Z global par U local qui nous donne le vecteur N que nous devons ensuite normaliser.

r
( )
r r
r r r r ur = 1 x i + y j + z k
 LU 21 21 21
Nous connaissons: U = x 21 i + y 21 j + z 21 k 
 LU = x212
+ y21
2
+ z212

r r r
r r
r r r
i j k nr = 1 ( − y21 i + x21 j )
 LN
N = Z ×U = 0 0 1 
x21 y21 z21  LN = y212
+ x21
2

5-10
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

Figure 5.6

r r r r
Ensuite, nous posons: v = v x i + v y j + v z k où vx , v y et vz sont les composantes inconnues du
r
vecteur v qui seront déterminées à l'aide des deux équations vectorielles suivantes.

r r r
Produit vectoriel n × v = u sin θ  3 inconnues v x , v y et v z
r r 
Produit scalaire n o v = ( n v ) cos θ = cos θ 3 équations indépendantes

Finalement le dernier vecteur unitaire, nécessaire pour définir la matrice de rotation, est obtenu de la
façon suivante:
r r r
w = u ×v

5.4 Changement de base en éléments finis

Matrice de passage:

5-11
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

La première étape consiste à établir une relation matricielle entre les degrés de liberté [DL'] des noeuds
de l'élément dans son système local de coordonnées, et les degrés de liberté [ DL ] des mêmes noeuds
par rapport au système de coordonnées global de l'ensemble de la structure. Nous appelons "matrice de
passage" [ P ] cette relation.

{DL '} = [ P ] {DL} (5.5)

Lorsque nous effectuons un changement de coordonnées, la matrice de passage [P] est déterminée à
partir des éléments de la matrice de rotation [R]. Par exemple, pour l’élément de poutre de la Figure 5.7
nous aurons:

r r
 d 1′   R 0 0 0   d 1
 r   0 R 0 0  r 
 θ 1′     θr 1
 r = (5.6)
 dr 2′   0 0 R 0   dr 2 
 θ 2′   0 0 0 R   θ 2 
144424443
[ P]

Figure 5.7

Pour la membrure en traction/compression de la Figure 5.8 nous avons:

 u1
 
 v1
 u1′  R11 R12 R13 0 0 0   w1
 =   
 u2′ 1444444
0 0 0 R11 R12 R13  u2 
42444444 4
3
[ P]  v2 
 
w2 
(5.7)

Figure 5.8

5-12
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

L’équation (5.7) démontre que la matrice de passage [P] n'est pas toujours une matrice carrée.

Changement de base

L'expression de l'énergie potentielle minimum que nous utiliserons au chapitre 7 lors du calcul (dans un
système local de coordonnées) des différentes matrices d'un élément, est donnée par l’équation
suivante :

1
Π = { DL′ }T [ K ′ ]{ DL′ } -{ DL′ }T {Fequ
′ .} (5.8)
2 14 4
144424443 potentiel des charges 244 3
énergie de déformation

En utilisant la relation (5.8) et la matrice de passage [P] nous pouvons écrire:

1
2 144244 3 14 4
{
Π = { DL }T [ P ]T [ K ′ ][ P ]{ DL } -{ DL }T [ P ]T { Fequ
244
′ .}
3
} (5.9)
[ ] K
 Feq 

En posant:

[ K ] = [ P ]T [ K ′ ][ P ]
(5.10)
′ .}
{ Fequ . } = [ P ] { Fequ
T

Nous avons alors:

Π = { DL } [ K ]{ DL } -{ DL } { Fequ .}
T T
(5.11)

5.5 Autres transformations

5.5.1 Libération (relaxation) de degrés de liberté d'un élément

Dans une structure, nous avons souvent des connexions qui ne permettent pas le transfert de certaines
charges ou qui les permettent mais de façon très réduite. Lorsqu'un élément doit être raccordé à une

5-13
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

structure par l'intermédiaire d'une telle connexion, les degrés de liberté de l'élément qui ne sont pas
fixés rigidement à la structure sont indépendants de ceux de la structure. Avant d'assembler les matrices
de l'élément nous devons libérer ces degrés de liberté.

Considérons la matrice de rigidité d'un élément avec ses degrés de liberté "maîtres", ∆m, fixés
rigidement à la structure, et ses degrés de liberté "esclaves", ∆e, qui sont indépendants de ceux de la
structure.

 Fm   K mm K me  ∆ m 
 =    (5.12)
 0  144K em K ee   ∆ e 
2443
[ K ′]

Il est à noter qu'au niveau de l'élément, les forces Fe associées aux degrés de liberté esclave ∆e sont
nulles puisque ces degrés de liberté sont entièrement libres. En utilisant la deuxième partition de la
matrice précédente nous avons:

{0 } = K em {∆m} + K ee {∆e} d'où {∆e} = - K -1ee K em {∆m} (5.13)

Nous pouvons donc écrire la matrice de passage suivante:

∆ m   I 
 =   {∆m} = [P ] {∆m} (5.14)
 ∆ e  - K ee K em 
-1

Avant d'assembler la matrice [K] de cet élément à celle de la structure, nous aurons à effectuer la
transformation suivante:

[K ] = [P ]
T
[K ′] [P]

[ K ] est une matrice réduite ayant seulement les degrés de liberté { ∆m }.

5.5.2 Les fonctions de contraintes

5-14
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

Afin d'obtenir un modèle numérique satisfaisant d'une structure, nous avons souvent des conditions
spéciales à imposer entre les degrés de liberté de cette structure. Ces conditions spéciales sont appelées
"fonctions de contraintes" ou en anglais "multipoint constraints". Lorsque nous utilisons le logiciel
NASTRAN, ces fonctions de contraintes doivent être entrées dans le format suivant (commande MPC).

∆ m 
[ Amm Aee ] = 0 (5.15)
 ∆e

En utilisant cette dernière expression, nous pouvons écrire:

{ ∆ e } = - Aee
-1
Amm { ∆ m } (5.16)

Dans cette dernière expression, les degrés de liberté esclaves { ∆e } sont entièrement dépendants des
degrés de liberté maîtres {∆m}. Nous devons donc les éliminer du système global d'équations. Lorsque la
solution {∆m} du système d'équations réduit aura été déterminée nous pourrons alors calculer la valeur
des degrés de liberté esclaves {∆e} en utilisant l’équation (5.16).

Reprenons le système global d'équations, avant l'imposition des fonctions de contraintes.

 F m   K mm K me  ∆m 
 =    (5.17)
 F e   K em K ee   ∆e 

En utilisant l'équation (5.16) nous pouvons écrire la matrice de passage suivante.

∆ m   I 
 =  { ∆m } = [ P ] { ∆m } (5.18)
 ∆ e   - Aee Amm 
-1

Les fonctions de contraintes seront imposées en effectuant la transformation des matrices suivantes:

[ K ] = [ P ]T [ K ′ ] [ P ]
{ F } = [ P ]T { F ′ }

Encore une fois, [K] est une matrice réduite ayant seulement les degrés de liberté {∆m}.

Exemple : La commande MPC de NASTRAN

5-15
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

MPC, SID, Gm, Cm, Am, G1, C1, A1

, , G2, C2, A2, etc ...

SID ... No. d'ensemble.

Gi ... No. de noeud.

Ci ... No. de degré de liberté.

Ai ... Coefficient.

- Une carte MPC est nécessaire pour chacune des fonctions de contraintes.

- Le degré de liberté identifié par l'indice "m" est "esclave". Il est entièrement défini par les
autres degrés de liberté et n'est plus une inconnue. Il sera éliminé du système d'équations à
résoudre.

5.5.3 Les éléments rigides

L'élément rigide sert à relier « rigidement » plusieurs noeuds d'un maillage. C'est un élément
extrêmement utile pour raccorder des éléments de nature différente ou encore pour modéliser des
éléments ayant une rigidité très grande par rapport aux autres éléments. Par exemple dans NASTRAN,
le vecteur d’excentricité de la commande CBAR et la commande RBE2 définissent tous deux des
éléments rigides.

Cet élément est en fait une transformation qui n'affecte Dans l'espace, six degrés de liberté seulement
aucunement le conditionnement de la matrice de sont nécessaires pour définir toutes les
rigidité comme le ferait par exemple un élément configurations possibles d'un élément rigide.
élastique ayant une rigidité de plusieurs ordres de
grandeur supérieurs aux autres éléments.
Considérons l'élément rigide illustré dans la
Figure 5.9. Les configurations de cet élément
peuvent être définies entièrement par les six
degrés de liberté du noeud maître "m". Les

5-16
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

degrés de liberté des noeuds esclaves "e" sont


entièrement déterminés par ceux du noeud maître et
seront éliminés du système d'équations.

Les degrés de liberté d'un noeud esclave "e" sont


déterminés par ceux du noeud maître "m" à l'aide des
relations suivantes.

Figure 5.9

r r r r
R = x em i + y em j + z em k  θr e = θr m
r r r r  r r r r (5.19)
θm = θ mx i + θ my j + θ mz k  D e = D m + θ m × R

r
Le rayon vecteur R est rigide et il est défini par les coordonnées du noeud esclave et du noeud maître avec
la notation xem = xe - xm.

r r
Le déplacement Deθ du noeud esclave "e" causé par la rotation θ m du noeud maître est donné par:

 D exθ = θ my z em - θ mz y em
r r r 
i j k 
r r r
D eθ = θ m × R = θ mx θ my θ mz  D eyθ = θ mz x em - θ mx z em (5.20)
x em y em z em 

 D ezθ = θ mx y em - θ my x em

Nous pouvons maintenant écrire une matrice de passage pour le noeud esclave "e".

5-17
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

 D ex   1 0 0 0 z em - y em   D mx 
  0 1 0 - z em 0  
 D ey   x em   D my 
 D ez   0 0 1 y em - x em 0  D mz 
 =    (5.21)
 θ ex   0 0 0 1 0 0  θ mx 
 θ ey   0 0 0 0 1 0  θ my 
    
 θ ez  1444444
0 0 0 0 0
424444444
1 
3 θ mz 
 P 

5.6 Symétrie et antisymétrie

5.6.1 Symétrie par réflexion

Dans une structure, nous avons souvent deux moitiés identiques qui
sont chargées de façon identique. En prenant l'une de ces moitiés
avec ses charges et en la plaçant devant un miroir nous verrions par
réflexion, l'ensemble de la structure et des charges. C'est ce qui
justifie le nom que nous donnons à ce genre de symétrie: symétrie
par réflexion.

Figure 5.10
Nous savons aussi que les deux moitiés de la structure sont séparées
par le plan de symétrie qui demeure plan après déformation. Il faut
donc que la translation normale au plan de symétrie, de même que les deux rotations qui sont dans le
plan de symétrie, soient nulles (Figure 5.10).

T n = R1 = R 2 = 0 (5.22)

5-18
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

5.6.2 Antisymétrie (des charges)

Nous pouvons aussi avoir un plan de symétrie géométrique avec des charges disposées symétriquement
par rapport à ce plan. Cependant, ces charges de modules égaux sont de sens contraires de part et
d'autre du plan de symétrie géométrique. Par exemple en plaçant un miroir dans le plan de symétrie, les
charges réfléchies de la première moitié seront identiques (modules) mais de sens contraire à celles de
la deuxième moitié (Figure 5.11). C'est ce que nous appelons de l'antisymétrie.

Les conditions cinématiques à imposer sur un plan d'antisymétrie sont exactement l'inverse de celles
que nous imposons sur un plan de symétrie. Les deux translations dans le plan d'antisymétrie de même
que la rotation perpendiculaire au plan d'antisymétrie sont nulles.

T 1 = T 2 = Rn = 0 (5.23)

Figure 5.11

5.6.3 La symétrie cyclique

5-19
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

Dans beaucoup d'applications, nous avons une symétrie particulière que nous appelons symétrie
cyclique. Prenons, par exemple, le rotor de pompe illustré sur la Figure 5.12. Dans ce rotor, nous avons
quatre secteurs qui sont géométriquement identiques et qui sont soumis aux mêmes charges. Il est donc
inutile de modéliser le rotor au complet. Nous pouvons simplement modéliser la partie répétitive de la
géométrie. La difficulté ici est que nous ne pouvons identifier aucun plan de symétrie entre les secteurs
du rotor puisque aucun ne demeure nécessairement plan après déformation. Nous pouvons cependant
utiliser la procédure suivante pour prendre avantage de la symétrie cyclique.

Figure 5.12

Procédure d'analyse

1) On fait le maillage de la partie répétitive seulement de la géométrie. Dans le cas de la Figure


5.12, on maille uniquement le quart de la géométrie, soit la section hachurée.

2) Les arêtes AA et BB du maillage peuvent être des droites ou des lignes courbes, cependant elles
doivent géométriquement être identiques.

3) Le long des arêtes AA et BB, les noeuds doivent coïncider exactement et les degrés de liberté
doivent être orientés exactement de la même façon par rapport aux arêtes (système local).

4) Les degrés de liberté correspondants le long des arêtes AA et BB sont égaux. Nous devons donc
imposer les conditions suivantes à l'aide de fonctions de contrainte.

5-20
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

r
r r  DB
DB = D A ou encore : [1 -1]  r  = 0 (5.24)
 D A

Matrice de passage [P]

r
Soit { D I } les autres degrés de liberté du secteur modélisé. La matrice de passage est obtenue de
la façon suivante:

r
 DI  r 1 0 r
 r   D I     D I 
 D A  = [ P ]  r  = 0 1   r 
r   D A     D A 
 D B  0 1 

5-21
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

5.7 Exemple du développement et de l'utilisation de la matrice [P]

Soit un modèle ÉF à deux éléments poutre tel qu'illustré dans la figure qui suit. Le nœud 2 est une rotule
qui permet la rotation θz. Également au nœud 2, une force externe P=1 est appliquée.

 12 6 L −12 6 L   12 6 −12 6 
   
EI  6 L 4 L2
−6 L 2 L2
 L =1  6 4 −6 2 
[K ] = 3   K12 = K 23 = 
L  −12 −6 L 12 −6 L  EI = 1.0  −12 −6 12 −6 
   
 6 L 2 L2 −6 L 4 L2   6 2 −6 4 

Pour représenter la rotule au nœud 2, transformons la matrice K de l’élément 2-3 pour libérer la
rotation.

 F2   12 6 −12 6   v2 
 M = 0  6 4 −6 2  θ 2 
 2  
  =  
 F3   −12 −6 12 −6   v3 
 M 3   6 
2 −6 4  θ3 

Équation de la 2ième rangée

6v2 + 4θ 2 − 6v3 + 2θ 3 = 0
1
θ2 = − ( 6v2 − 6v3 + 2θ3 )
4
Donc

5-22
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

 v2   1 0 0 
θ   − 3 + 3 − 1  v2 
 2  2 2 
  v 
 =
2

 v3   0 0  
3
1
θ 3   0  θ 3 
0 1 
144 42444 3
P
 

∆ m 
  = [ P ] {∆ m }
 ∆e 

 12 6 −12 6 
   3 −3 3
 6 4 −6 L 2   
′ = [ P]   [ P ] =  −3 3 −3
T
K 23
 −12 −6 12 −6   
   3 −3 3
 6 2 −6 4 

Nouveau système matriciel pour l’élément 2-3

 F2   3 −3 3  v2 
    
 F3  =  −3 3 −3  v3  (5.25)
 M   3 −3 3  θ 
 3   3

Système matriciel pour l’élément 1-2

 F1   12 6 −12 6  v1 
 M   6 4 −6 2 θ 
 1    1 
 = (5.26)
 F2   −12 −6 12 −6  v2 
 M 2   6 2 −6 4 θ 2 

Assemblage des matrices (5.25) et (5.26) pour obtenir K global

5-23
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

 F1   12 6 −12 6 0 0   v1 
 M1   −6 2 0 0  θ1 
   6 4
 F2 + F2   −12 −6
(1) (2)
(12 + 3) −6 −3 3  v2 
 (1) (2) 
=   (5.27)
M 2 + M 2   6 2 −6 4 0 0  θ 2 
 F3   0 0 −3 0 3 −3  v3 
    
 M3   0 0 3 0 −3 3  θ 3 

Conditions aux rives essentielles

v1 = θ1 = v3 = θ3 = 0.0 (encastrement)

Conditions aux rives naturelles

M 2 (1) + M 2(2) = 0.0 (rotule)


F2 + F2
(1) (2)
= P =1

Application des CR pour simplifier le système matriciel (5.27)

 P  15 −6   v2 
 =  
 M 2 = 0   −6 4  θ 2 

 v2  1  4 6   P 
Donc  =   
θ 2  24  6 15  0 

v2 = 1 P
6
et
θ2 = 14 P

Calcul des forces aux extrémités de chaque élément

5-24
Chapitre 5 – Transformations du système matriciel d’un élément

Se fait à l’aide des matrices K de chaque élément, en utilisant les valeurs de v2 et θ2 trouvées
précédemment. Peut aussi être fait avec la matrice globale.

Force élément 1-2 Force élément 2-3


 F1   12 6 −12 6   0 
M   6  F2   3 −3 3   16 P 
 1  4 −6 2   0      
 = 1   F3  =  −3 3 −3  0 
 F2   −12 −6 12 −6   6 P   M   3 −3 3   0 
   3   
 M 2   6 2 −6 4   14 P 
 F1  − 1 2 
M  − 1   F2   12 
 1  2    
  = P  1   F3  = P − 1 2 
 F2   2  M   1 
 M 2   0   3  2 

On remarquera que la force F2 obtenue pour chaque élément est égale à 0.5, ce qui signifie que la force
totale appliquée sur le nœud 2 est : F2 TOTALE = 0.5 + 0.5 = 1.0 = P

La rotation de l’élément 1-2 est égale à 0.25 P, tandis que celle de l’élément 2-3 est égale à :

1 1 1
θ2 = − ( 6v2 − 6v3 + 2θ3 ) = − (6 × P + 0 + 0) = −0.25P
4 4 6

Donc les deux éléments ont des rotations égales mais de signe contraire au point 2, ce qui est tout à fait
logique puisqu’ils ont la même longueur, les mêmes propriétés EI et les mêmes conditions aux rives
(encastrement-rotule).

5-25
Chapitre 6

6 FORMULATION DES ÉLÉMENTS ISOPARAMÉTRIQUES

6.1 Introduction

La formulation isoparamétrique permet d’obtenir des éléments quadrilatéral (2D) et hexaèdre (3D) qui
ont des formes non rectangulaires. C’est une formulation versatile qui sert à développer des éléments
de type plan, solide, plaque ou coque.

La détermination des fonctions de forme des éléments rectangulaire ou cubique est relativement facile
à obtenir, mais en pratique ces éléments sont d'une utilité limitée car ils peuvent difficilement servir à
mailler une géométrie complexe, spécialement dans le cas où il faut passer d’un maillage grossier à un
maillage fin dans le but de connaître le comportement d’une région critique du modèle. La
détermination des fonctions de forme d'un élément de géométrie simple mais dont les sommets et les
nœuds milieux éventuels ont des coordonnées globales (x,y) ou (x,y,z) quelconques est quasiment
impossible analytiquement.

Les éléments isoparamétriques dont nous allons discuter dans ce chapitre peuvent être de formes non-
rectangulaires et avoir aussi des côtés courbés. Pour ce faire, ils utilisent un système local de
coordonnées normalisées (coordonnées naturelles orthogonales) dont son origine est située au
centroïde de l’élément. Pour un élément en deux dimensions nous avons un système d’axes (ξ,η) et
pour les éléments tridimensionnels le système d’axes est (ξ,η,ζ). Dans ces systèmes de coordonnées
normalisées, les axes sont orthogonaux entre-eux et ils varient toujours entre les valeurs -1 et +1. Le
système de coordonnées normalisées sert à représenter un élément physique réel par un élément de
référence qui est un carré ou un cube. L'avantage de cette approche est que les fonctions de forme sont
relativement faciles à déterminer pour les éléments très particuliers que sont le carré de côté 2 et le
cube de côté 2. Ces éléments, décrits dans le système de coordonnées normalisées, sont appelés
éléments de référence ou éléments parents et ils permettent d'écrire simplement les conditions de
continuité sur les bords. Ils jouent un très grand rôle en pratique car pour évaluer les caractéristiques de
raideur de la plupart des éléments vrais, on se ramène aux éléments parents qui leur correspondent.
L'utilisation de cette approche exige une transformation du système de coordonnées qui produit des
formes algébriques qui sont difficiles à intégrer exactement. Il faut donc avoir recours à des méthodes
d'intégration numérique qui sont plus exigeantes en temps de calcul. Ce sujet sera discuté à la fin du
chapitre.

6-1
Pour les éléments présentés dans ce chapitre, les mêmes fonctions de forme sont utilisées pour
interpoler à la fois la variable champ (ex. déplacement, température) et la géométrie de l'élément.
Ainsi, le déplacement ou la température d'un point quelconque de l'élément peut être calculé à partir
des valeurs nodales (D.L.) de déplacement ou de température, et les fonctions de forme [N ] qui sont
développées dans le système de coordonnées normalisées (ξ,η,ζ). Similairement, la position d'un point
quelconque de l'élément dans le système global (x,y,z) peut être exprimée à

partir des coordonnées globales des nœuds et des fonctions de forme  N%  qui sont aussi développées
dans le système de coordonnées normalisées (ξ,η,ζ). La représentation mathématique des deux
énoncés précédents est la suivante:

v w = [ N ] {d } , avec {d } les déplacements des nœuds et u v w le déplacement


T
- u
d'un point quelconque de l'élément;

z  =  N%  {c} , avec {c} les coordonnées globales des nœuds et x


T
-  x y y z  la position
d'un point quelconque de l'élément.

Si les matrices [N ] et  N%  sont identiques, alors l'élément est appelé isoparamétrique. Si  N%  est

d'un degré inférieur à [N ] , l'élément est subparamétrique, et si  N%  est d'un degré supérieur à [N ] ,
on dit alors que l'élément est superparamétrique.

6.1.1 Famille de Lagrange

Une façon simple de générer des fonctions de forme pour les éléments rectangulaires ou cubiques
orientés parallèlement aux axes structuraux (ou normalisés) consiste à effectuer des produits de
polynômes de chaque variable, la continuité le long des bords devant être respectée d'un élément à
celui qui lui est adjacent. Cette condition de continuité impose qu'il y ait exactement (n+ 1) valeurs
connues sur les bords (arêtes) d'un élément de degré n, donc le nombre total de nœuds d'un élément
sera n x nombre d'arêtes. En supposant une approximation linéaire selon chaque axe, on détermine:

u(x,y) = (ao+a1 x)(bo+b1 y) ou u(x,y,z) =(ao+a1 x)(bo+b1 y)(c0+c1z)

6-2
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

Ce même type de développement peut être réalisé pour des interpolations quadratiques, cubiques ou
plus selon chaque direction. Pour des degrés supérieurs à 1, il est nécessaire de définir des noeuds sur
chaque arête (Figure 6.1) mais aussi des noeuds internes, ce qui enrichit le comportement de l'élément
mais augmente le nombre de degrés de liberté de l'élément.

Figure 6.1 - Position des noeuds pour le carré de Lagrange

Les fonctions de forme associées à ces noeuds internes, appelées « modes bulles », n'ont pas d'incidence
sur les éléments voisins (Figure 6.2). C'est la raison pour laquelle on élimine parfois des degrés de liberté
internes par condensation, le temps nécessaire pour cette opération au niveau de chaque élément étant
nettement compensé par le gain de temps résultant de la réduction de taille du système à résoudre.

Tous calculs faits, les fonctions de forme Ni sont des produits pour chaque direction des polynômes de
Lagrange d'où le nom donné à cette famille. On peut aussi les construire directement par application de
la formule les définissant. Pour une barre du premier degré parallèle à l'axe des x, avec x1 = 0 et x2 = L,

Au second degré, on calcule directement avec x1 = 0, x2 = L/2 et x3 = L,

Même lorsqu'il s'agit de fonctions de forme associées à des degrés de liberté dans le plan de l'élément,
la représentation graphique qui en est faite est transversale, ce n'est que la valeur prise par la fonction
en un point. La Figure 6.3 illustre la fonction de forme associée à un noeud d'élément quadrangulaire

6-3
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

bilinéaire : elle prend la valeur 1 sur le noeud considéré et 0 sur les autres pour garantir la condition de
continuité inter-éléments.

Figure 6.2– Mode bulle associé à un noeud Figure 6.3 – Fonction de forme associée à un
interne noeud sommet

6.1.2 Famille de Serendip

On ne rajoute des noeuds que sur les arêtes des éléments pour augmenter leur degré (Figure 6.4). Au
premier degré, les éléments de Lagrange et de Serendip sont identiques. Au second degré, le rectangle
de Serendip est défini par 8 noeuds alors que celui de Lagrange est défini par 9 noeuds (Figure 6.1). Les
fonctions de forme de ces éléments sont classiques et connues. Comme nous le verrons plus loin, ces
fonctions de forme sont faciles à construire pour les deux familles si les éléments ont des bords droits
parallèles aux axes structuraux (ou normalisés), si les quadrilatères sont des rectangles ou des carrés, et
les hexaèdres des cubes.

Figure 6.4-Carré de Serendip, position des noeuds

6.1.3 Interpolation linéaire

6-4
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

ξ, η, ζ

Figure 6.5

L1 (ξ ) = 1
2 (1 − ξ ) L2 (ξ ) = 1
2 (1 + ξ )
L1 (η ) = 1
2 (1 − η ) L2 (η ) = 1
2 (1 + η ) (6.1)
L1 (ζ ) = 1
2 (1 − ζ ) L2 (ζ ) = 1
2 (1 + ζ )

6.1.4 Interpolation quadratique

ξ, η, ζ
Figure 6.6

Q1 (ξ ) = 1
2 ξ (ξ − 1) Q2 (ξ ) = (1 − ξ 2 ) Q3 (ξ ) = 1
2 ξ (1 + ξ )
Q1 (η ) = 1 2 η (η − 1) Q2 (η ) = (1 − η 2 ) Q3 (η ) = 1 2 η (1 + η ) (6.2)
Q1 (ζ ) = 1
2 ζ (ζ − 1) Q2 (ζ ) = (1 − ζ 2 ) Q3 (ζ ) = 1
2 ζ (1 + ζ )

Propriétés des fonctions d'interpolation

Ni (noeud j) = δij (Kronecker Delta)

6-5
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

6.2 Fonctions de forme des éléments bidimensionnels (surface 2D)

Élément bilinéaire - 4 nœuds (Lagrange)

Figure 6.7 Figure 6.9

Élément biquadratique - 9 nœuds (Lagrange)

N1 = L1 (ξ ) L1 (η ) = 1 4 (1 − ξ )(1 − η )
N 2 = L2 (ξ ) L1 (η ) = 1 4 (1 + ξ )(1 − η )
(6.3)
N 3 = L2 (ξ ) L2 (η ) = 1 4 (1 + ξ )(1 + η )
N 4 = L1 (ξ ) L2 (η ) = 1 4 (1 − ξ )(1 + η )

Figure 6.8

Élément quadrilatéral - 8 nœuds (Serendip)

6-6
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

N1 = Q1 (ξ ) Q1 (η ) = 1
4 ξη (ξ − 1)(η − 1)
N 2 = Q3 (ξ ) Q1 (η ) = 1
4 ξη (1 + ξ )(η − 1)
N 3 = Q3 (ξ ) Q3 (η ) = 1 4 ξη (1 + ξ )(1 + η )
(6.4)
N 4 = Q1 (ξ ) Q3 (η ) = 1
4 ξη ( ξ − 1)(1 + η )

N 5 = Q2 (ξ ) Q1 (η ) = 1
2 (1 − ξ )η (η − 1)
2 ( )
N 5 = Q2 (ξ ) L1 (η ) = 1 2 1 − ξ 2 (1 − η )

etc.... N8 = L1 (ξ ) Q2 (η ) = 1 2 (1 − ξ ) (1 − η )2

N1 = L1 (ξ ) L1 (η ) − 1 2 N 5 − 1 2 N8
( ) (
= 1 4 (1 − ξ )(1 − η ) − 1 4 1 − ξ 2 (1 − η ) − 1 4 (1 − ξ ) 1 − η 2 )
= 1 4 (1 − ξ )(1 − η ) 1 − (1 + ξ ) − (1 + η ) 
= − 1 4 (1 − ξ )(1 − η )(1 + ξ + η )
(6.5)

6-7
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

N1

Figure 6.10– Élément Lagrange 2D à 9 nœuds. De gauche vers la droite, représentation graphique des
fonctions d’interpolation N9, N5 et N1.

Figure 6.11- Élément Sérendip 2D à 8 nœuds. Représentation graphique des fonctions d’interpolations
N5, N8 et N1.

6-8
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

6.3 Fonctions de forme des éléments tridimensionnels (solide 3D)

Élément trois dimensions - 8 nœuds (Lagrange)

N1 = L1 (ξ ) L1 (η ) L2 (ζ ) = 1
(1 − ξ )(1 − η )(1 + ζ )
8

N 2 = L2 (ξ ) L1 (η ) L2 (ζ ) = 18 (1 + ξ )(1 − η )(1 + ζ )
N 3 = L2 (ξ ) L2 (η ) L2 (ζ ) = 18 (1 + ξ )(1 + η )(1 + ζ )
etc.....
ζ N8 = L1 (ξ ) L2 (η ) L1 (ζ ) = 1
8 (1 − ξ )(1 + η )(1 − ζ )
Figure 6.12
(6.6)

Élément trois dimensions - 20 nœuds


(Serendip)

ζ
Figure 6.13

6-9
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

(6.7)
N 9 = Q2 (ξ ) L1 (η ) L2 (ζ ) = 1
4 (1 − ξ ) (1 − η )(1 + ζ )
2

N12 = L1 (ξ ) Q2 (η ) L2 (ζ ) = 1
4 (1 − ξ ) (1 − η ) (1 + ζ )
2

N13 = L1 (ξ ) L1 (η ) Q2 (ζ ) = 1
4 (1 − ξ )(1 − η ) (1 − ζ )
2

N1 = L1 (ξ ) L1 (η ) L2 (ζ ) − 1 2 N 9 − 1 2 N12 − 1 2 N13
= (1 − ξ )(1 − η )(1 + ζ ) 1 − (1 + ξ ) − (1 + η ) − (1 − ζ )
1
8

= − 18 (1 − ξ )(1 − η )(1 + ζ ) (2 + ξ + η − ζ )

6-10
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

6.4 Interpolation des fonctions d’un problème

Les fonctions de forme ou fonctions d'interpolation d'un élément peuvent être utilisées pour interpoler
n'importe laquelle des fonctions d'un problème, si nous connaissons les valeurs nodales de cette
fonction. Voici quelques exemples.

Fonction quelconque φ (ex. température)

ϕ1 
 
ϕ2 
ϕ (ξ ,η ) =  N1 N2 N3 N 4   
ϕ3 
 
ϕ4 
(6.8)

Figure 6.14 ou encore ϕ (ξ ,η ) =  N i (ξ ,η )  {ϕi }

Fonctions de déplacement

Figure 6.15

6-11
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

u1  (6.9)
 
u2 
 
u3 
 
u (ξ ,η )   N1 N2 N3 N4 0 0 0 0  u4 
 =  
 v (ξ ,η )   0 0 0 0 N1 N2 N3 N 4  v1 
 
v2 
 
v3 
 
v4 
u (ξ ,η )    N i  0  {ui }
ou encore   =   
 v (ξ ,η )   0  N i   {vi } 

6-12
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

Coordonnées cartésiennes

 x1 y1 
 
 x2 y2 
 x (ξ ,η ) y (ξ ,η )  = [ N1 N2 N3 N4 ]  
 x3 y3 
 
 x4 y4 

 x (ξ ,η ) y (ξ ,η )  =  N i (ξ ,η )  { xi } { yi } (6.10)

Figure 6.16

6.5 Dérivées d'une fonction par rapport aux coordonnées


cartésiennes

En utilisant la règle de différentiation en chaîne nous pouvons écrire :

∂ϕ ∂ϕ ∂x ∂ϕ ∂y  ∂ϕ   ∂x ∂y   ∂ϕ 
= +   
∂ξ ∂x ∂ξ ∂y ∂ξ  ∂ξ   ∂ξ ∂ξ   ∂x 
⇒  = 
  
∂ϕ ∂ϕ ∂x ∂ϕ ∂y  ∂ϕ   ∂x ∂y   ∂ϕ 
= + 
∂η ∂x ∂η ∂y ∂η  ∂η   ∂η ∂η   ∂y 
  
 ∂ϕ   ∂ϕ 
 ∂ξ   
   ∂x 
ou encore   = [J]  
Figure 6.17  ∂ϕ   ∂ϕ 
 ∂η   ∂y 
 
(6.11)
La matrice [ J ] porte le nom de matrice jacobienne. Pour obtenir les dérivées cartésiennes de la fonction
φ, nous pouvons multiplier les deux membres de l'équation précédente par la matrice jacobienne
inverse [ J ]-l.

6-13
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

 ∂ϕ   ∂ϕ 
 ∂x   ∂ξ 
  −1  
Ainsi nous aurons:   = [J]  
 ∂ϕ   ∂ϕ 
 ∂y   ∂η 
 

6.5.1 Exemple

Pour un élément quadrilatéral de quatre noeuds en deux dimensions nous avons :

 ∂x ∂y 
 ∂ξ ∂ξ 
[ J ] =   avec [ x (ξ , η ) y (ξ ,η )] = [ N i (ξ ,η )][{ xi } { yi }]
∂x ∂y 
 
 ∂η ∂η 

 N i ,ξ   N i ,ξ { xi } N i ,ξ { yi }
Donc : [ J ] =   { xi } { yi } =  
 N i ,η   N i ,η { xi } N i ,η { yi }
Figure 6.18

Pour cet élément nous avons les fonctions de forme (interpolation) suivantes :

[ Ni ] = 1 4 (1 − ξ ) (1 − η ) (1 + ξ ) (1 − η ) (1 + ξ ) (1 + η ) (1 − ξ ) (1 + η ) 

 x1 y1 
 
1  −(1 − η ) (1 − η ) (1 + η ) −(1 + η )   x2 y2 
Donc : [J] =   
4  − (1 − ξ ) − (1 + ξ ) (1 + ξ ) (1 − ξ )   x3 y3 

 
 x4 y4 

6-14
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

Puisque qu'une fonction quelconque est donnée par : ϕ (ξ ,η ) =  N i (ξ ,η )  {ϕi }

 ∂ϕ   ∂ϕ 
 ∂x   ∂ξ   N i ,ξ 
  −1  
[ ] [ ]  {ϕ i }
−1
Alors :   = J   = J 
 ∂ϕ   ∂ϕ   N i ,η 
 ∂y   ∂η 
 
De façon analogue nous pouvons écrire :

 Ni , x   N i ,ξ   N1, x N 2, x N 3, x N 4, x   N1,ξ N 2,ξ N 3,ξ N 4,ξ 


 = [J]   = [J] 
−1 −1
 ⇒ 
 N i , y   N i ,η   N1, y N 2, y N 3, y N 4, y   N1,η N 2,η N 3,η N 4,η 

6.6 Intégration des expressions

Pour obtenir le système matriciel d'un élément, nous avons des expressions à intégrer sur le volume de
l'élément qui ont la forme suivante. Dans le cas d'un élément de membrane à deux dimensions, nous
avons:

dV = t dA avec dA = dξ × dη

Figure 6.19

6-15
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

r  ∂x r ∂y r
dξ =  i+ j  dξ
 ∂ξ ∂ξ 
r  ∂x r ∂y r
dη =  i+ j  dη
 ∂η ∂η 

r r r
i j k ∂x ∂y
r ∂x ∂y r ∂ξ ∂ξ
dA = 0 d ξ dη = k d ξ dη
∂ξ ∂ξ ∂x ∂y
∂x ∂y ∂η ∂η
0
∂η ∂η

Donc, l'élément de volume élémentaire est donné par: dV = t dA = t abs [ J ] dξ dη

6.6.1 Méthode d'intégration numérique

Nous utilisons des méthodes numériques d'intégration qui nous permettent d'obtenir une approximation de
l'intégrale. En une dimension, ces méthodes ont la forme suivante :

+1 n

∫ I (ξ ) d ξ = ∑ w I ( ξ )
−1 i =1
nl nl

Dans cette expression, n représente le nombre de points d'intégration, wnl, est le poids donné au point
d'intégration et I(ξnl) représente la fonction à intégrer évaluée au point d'intégration.

Il existe plusieurs méthodes d'intégration numérique. La plus simple est celle de Newton-Cotes qui intègre
exactement, avec n points également espacés, un polynôme de degré n-1. Pour une fonction plus complexe,
l'erreur d'intégration est de l'ordre de hn, où h est l'intervalle d'intégration. Les formules d’intégration les
plus connues sont la méthode du trapèze (deux points d'intégration, intégration exacte d'un polynôme
linéaire, erreur de l'ordre de h2) et la règle de Simpson (trois points d'intégration, intégration exacte d'un
polynôme du second degré, erreur de l'ordre de h3). Les points d'intégration également espacés rendent
cette dernière méthode particulièrement utile pour les calculs manuels.

6-16
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

Lorsque nous utilisons un ordinateur, il est plus avantageux d'utiliser la méthode des quadratures de Gauss.
Cette méthode est beaucoup plus précise puisque, avec n points d'intégration, elle intègre exactement un
polynôme de degré 2n-1. Pour les fonctions plus complexes, l'erreur d'intégration est de l'ordre de h2n . Les
poids wnl , ainsi que les points d'intégration de Gauss I(ξnl) ont été calculés à partir de la théorie des
polynômes et sont présentés dans de nombreuses références.

6.7 Exercices

Problème 6-1

L'élément quadrilatéral illustré dans la figure (a) ci-dessous, est modélisé à l'aide d'un élément
isoparamétrique bilinéaire (fig. b). Évaluez la valeur du Jacobien aux quatre points de Gauss montrés dans la
figure (b).

Fig. (a) Fig. (b)

6-17
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

 1.5 0.606  0.592 −0.223


J1 =  J1−1 = 
 −0.5 1.606  
0.184 0.553 
Rép.:
 1.5 0.894   1.5 0.606   1.5 0.894 
J2 =  J3 =  J4 = 
 −0.5 1.606  
 −0.5 1.894 

 −0.5 1.894 

6-18
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

Problème 6-2

Nous utilisons un élément isoparamétrique bilinéaire pour modéliser la distribution de température dans
une paroi d'un cylindre (Figure ci-dessous). Calculez la température et le gradient de température (∇T) au
point de coordonnées: r = 1.2 cm, z = 1.4 cm.

Rép. partielle: T(1.2, 1.4) = 47.11°C

6-19
Chapitre 6 – Formulation des éléments isoparamétriques

6-20
Chapitre 7

7 LES ÉLÉMENTS FINIS POUR L'ANALYSE DES


STRUCTURES

7.1 Introduction

Dans ce chapitre nous étudierons les principaux types d’éléments qui sont disponibles, dans les logiciels
d'éléments finis, pour réaliser des modèles numériques efficaces pour l'analyse des contraintes.

La majorité des structures mécaniques sont des assemblages plus ou moins complexes de poutres et de
plaques. Souvent, ces assemblages forment des surfaces courbes dans l'espace qui sont appelés coques.
Dans certains cas, ces structures sont des solides axisymétriques avec chargement axisymétrique tandis
que dans d'autres cas, on doit les considérer comme des solides à trois dimensions.

Il est évidemment toujours possible de modeler ces différentes géométries (une poutre par exemple) en
utilisant uniquement des éléments solides à trois dimensions. Les modèles numériques requis seraient
alors énormes si on veut obtenir une précision raisonnable. Le pire serait cependant la préparation des
données et l'interprétation des résultats qui deviendraient des opérations extrêmement fastidieuses.

Nous avons donc intérêt à construire nos modèles numériques en utilisant les éléments appropriés.
Pour obtenir des modèles numériques précis et efficaces, il faut cependant connaître la théorie de base
des différents éléments et surtout comprendre les hypothèses simplificatrices et reconnaître le domaine
de validité des éléments. C'est le but de ce chapitre.

7.1.1 Problèmes linéaires

La très grande majorité des problèmes pratiques sont linéaires ou peuvent être linéarisés sans erreurs
appréciables. Il existe aujourd'hui plusieurs logiciels pour l'analyse des problèmes non-linéaires

7-1
(ABAQUS, ADINA, ANSYS, NASTRAN, etc.). Il y a quelques années, ce type de problèmes relevait surtout
du domaine de la recherche, mais les logiciels actuels rendent la solution des problèmes non-linéaires
beaucoup plus abordable à l'ingénieur praticien. Pour ce type de problèmes, les logiciels utilisent
habituellement les mêmes éléments que pour les problèmes linéaires. Cependant, les méthodes de
résolution sont presque toujours itératives. Dans le cadre de ce cours, nous allons nous limiter
uniquement à la solution des problèmes linéaires. L'étudiant intéressé au sujet particulier des
problèmes non-linéaires pourra facilement trouver de l'information dans les références [2] et [5].

Pour qu'un problème soit linéaire, il faut que le matériau et la géométrie aient un comportement
linéaire.

Problème avec matériau linéaire

Le matériau est parfaitement élastique et réversible. Les relations contraintes-déformations sont


linéaires et il n'y a aucune dissipation d'énergie lors du chargement et du déchargement. Lorsqu'on
enlève les charges, un matériau linéaire reprend immédiatement sa configuration initiale. Il n'y a aucune
déformation plastique et aucun effet visqueux.

Problème géométriquement linéaire

Les gradients de déplacement sont suffisamment petits pour pouvoir négliger leurs produits (de l'ordre
de 10-3 m/m). Les relations déformations-déplacements sont alors linéaires. Par exemple:

 ∂u   ∂u   ∂v   ∂w  ∂u
2 2 2

ε x = 1+ 2   +   +   +   - 1 ≈ (7.1)
 ∂x   ∂x   ∂x   ∂x  ∂x

De plus, les déplacements doivent être suffisamment petits pour que l'effet d'une charge demeure
pratiquement inchangé lors de l'application d'une autre charge. Le principe de superposition doit
s'appliquer. Les contraintes et les déformations totales sont la somme des contraintes et des
déformations causées par chacune des charges agissant seule sur la structure.

7-2
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.2 Les principaux éléments

Dans ce chapitre, nous allons étudier les principaux éléments qui sont utilisés régulièrement en
éléments finis dans les analyses linéaires. Ces éléments sont les suivants:

- Éléments barre et poutre (traction, torsion et flexion dans les deux plans)

- Élément membrane (2D, état plan de contrainte et de déformation)

- Élément de plaque en flexion (plaque de Kirchhoff et plaque de Mindlin)

- Élément de coque plat et isoparamétrique

- Élément axisymétrique (géométrie et chargement axisymétrique)

- Élément solide à trois dimensions

Le but principal de cette partie du cours est d'apprendre les particularités ainsi que les limitations de
chacun des éléments que nous utilisons pour construire le modèle numérique d'une structure. Il faut en
effet capturer, avec ces éléments, les principales caractéristiques du comportement de la structure.
Cette tâche est difficile et aucun logiciel d'éléments finis ne peut remplacer le jugement et l'expérience
de l'ingénieur.

Les détails importants à retenir de chacun des éléments sont les suivants:

• Les hypothèses de base et les limitations des théories sur lesquelles sont basées chacun des
éléments.

• Selon les noeuds de l'élément, l'ordre des polynômes utilisés pour représenter les déplacements
ainsi que l'ordre des polynômes représentant les contraintes. Ces détails sont importants pour
l'étude de la convergence d'un maillage.

• Il faut aussi connaître les conséquences des distorsions d'un élément sur son comportement.

• Les degrés de liberté actifs aux noeuds de l'élément selon le système d'axes utilisé.

• Les contraintes actives de l'élément.

7-3
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

• Plusieurs sociétés commercialisent et maintiennent des logiciels d'éléments finis. Ces sociétés
utilisent souvent des algorithmes numériques particuliers afin d'améliorer le comportement des
éléments de leurs logiciels.

7.3 Théorème de l’énergie potentielle minimale

Le théorème de l'énergie potentielle minimale est la forme intégrale faible des équations différentielles
d'équilibre. Ce théorème est à la base du développement de pratiquement tous les éléments
nécessaires pour l'analyse mécanique des structures par éléments finis.

Énergie potentielle: π =U -W (7.2)

Par définition, la fonction π est l'énergie potentielle du système, U est l'énergie de déformation interne
et W représente le potentiel des charges extérieures.

"Parmi les configurations admissibles d'un système conservateur, celle qui satisfait les équations
d'équilibre rend l'énergie potentielle stationnaire par rapport à de petites variations admissibles des
déplacements."

L'état d'équilibre est donc obtenu en posant: d π = d U - d W = 0 (7.3)

7.3.1 Énergie de déformation interne

Sous forme matricielle, si les contraintes sont données par:

{σ } = [ E ]{ε } − [ E ]{ε 0 } + {σ 0 } (7.4)

où [ E ] ... matrice d'élasticité. (Relations contrainte-déformation)

{ ε } ... déformations élastiques ou "mécaniques" du système.

7-4
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

{ εo } ... déformations initiales. (par exemple, les dilatations thermiques α ∆T)

{ σo } ... contraintes initiales.

alors, l'énergie de déformation prend la forme suivante:

U =∫
V
( 1
2 {ε } [ E ]{ε } − {ε } [ E ]{ε 0 } + {ε } {σ 0 })
T T T
dV (7.5)

Nous devons nous souvenir ici que la première variation de l'énergie potentielle doit être prise par
rapport aux déplacements. Dans l'équation précédente, la déformation totale { ε } est le seul paramètre
qui est fonction des déplacements.

7.3.2 Potentiel des charges extérieures

n m
W = ∫ uFx + vFy + wFz  dV + ∫ uTx + vTy + wTz  dS + ∑ Piδ i + ∑ M jθ j (7.6)
V S
i =1 j =1

où les Fi représentent des forces massiques, les Ti des forces de surface, Pi des forces ponctuelles et Mj
des moments ponctuels.

7.3.3 Application à la méthode des éléments finis

En éléments finis, les fonctions de déplacements sont définies par leurs valeurs nodales que nous
appelons les degrés de liberté {∆i } de l'élément. C'est donc par rapport à ces degrés de liberté que nous
prendrons la première variation de l'énergie potentielle.

∂π ∂π n
∂π
dπ = d ∆1 + d ∆ 2 + ...= ∑ d ∆i = 0 (7.7)
∂ ∆1 ∂ ∆2 i = 1 ∂ ∆i

Comme les degrés de liberté peuvent varier indépendamment les uns des autres, il faut donc:

7-5
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

∂π ∂π ∂π
= = ...= =0 (7.8)
∂ ∆1 ∂ ∆ 2 ∂ ∆i

Nous obtenons ainsi une équation pour chacun des degrés de liberté de l'élément.

La forme quadratique

Après l'intégration sur le volume d'un élément, l'énergie potentielle prendra la forme suivante:

π = 1/2 {∆ i} [ K ] {∆ i} - {∆i } {F 1} {∆ i} {F 2}
T T T
- - etc (7.9)

Le premier membre de droite est appelé forme quadratique. En utilisant la méthode matricielle, la
première variation de l'énergie potentielle par rapport au vecteur des degrés de liberté est donnée par:

∂π
= [ K ] {∆ i} - {F1} - {F 2} - etc. = 0 (7.10)
∂ {∆ i}

ou encore: {F 1} + {F 2} + etc = [K ] {∆i}

7.4 Éléments de barre et de poutre

7.4.1 Éléments de barre [4]

Une barre est un élément de structure dont les dimensions transversales sont petites par rapport à la
longueur et qui ne travaille qu'en traction-compression le long de son axe, ce qui la différencie de la
poutre. La section, généralement constante, peut néanmoins évoluer lentement en forme et en taille le
long de l'élément. Les barres sont utilisées pour la modélisation des structures articulées car, ne
reprenant ni moments ni efforts tranchants, elles sont naturellement rotulées à leurs deux extrémités.
Elles peuvent être considérées comme des poutres particulières. La barre est un élément à définition
linéique, dont la topologie peut être définie par des mailleurs automatiques linéiques, seule la fibre
neutre de l'élément (ligne passant par le centre de gravité de toutes les sections droites) est définie.
Bien que de géométrie uni-directionnelle, les barres sont employées dans des modélisations bi ou tri-
dimensionnelles. Elles peuvent être utilisées comme des jauges de déformation, permettant de lire la
déformation ou la contrainte sur le bord d'un élément bi ou tri-dimensionnel. N'ayant de raideur que
selon leur axe, elles peuvent également être utilisées comme des ressorts à condition que ceux-ci aient
une longueur non nulle ou supposée telle : il suffit d'ajuster les paramètres E, A et L (k = EA/L).

7-6
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Les déformations dans la section d'une barre soumise à un effort axial, induites par l'effet de Poisson, ne
sont pas prises en compte. C'est pour cette raison qu'il n'est pas nécessaire de donner le coefficient de
Poisson pour caractériser le matériau constitutif d'une barre. La contrainte et la déformation sont uni-
axiales dans le repère propre de l'élément, reliées par le module de Young (σ = E ε).

Contrairement aux autres éléments finis, découper une barre physique en plusieurs éléments finis de
barre n'améliore pas la convergence vers la solution, bien au contraire. Une barre physique se modélise
par un seul élément fini de barre. Il ne faut pas raffiner le maillage car de ce fait, on introduit une
succession de rotules (ou de charnières pour les problèmes plans) entre les éléments: le programme
détecte et bloque ces pivots nuls, dénaturant ainsi le problème et la solution.

7.4.2 Éléments de poutre [4]

La poutre, tout comme la barre, est un élément de structure dont les dimensions transversales sont
généralement petites par rapport à la longueur. La section, souvent constante (la poutre est alors dite
prismatique), peut évoluer lentement et continûment en forme et en dimension. La fibre neutre,
souvent rectiligne, est la ligne qui passe par le centre de gravité de toutes les sections droites de la
poutre. La poutre est l'élément de base en Résistance Des Matériaux et est très utilisée en construction
mécanique, soit seule dans un treillis plan ou spatial, soit comme raidisseur dans les structures à
panneaux minces. La poutre est susceptible de reprendre les efforts et les moments dans toutes les
directions, ce qui la différencie de la barre qui ne travaille qu'en traction-compression selon son axe.

C'est un élément à définition linéique, qui n'est décrit que par sa fibre neutre et dont la topologie peut
être définie par des mailleurs automatiques linéiques. Le profil d'une poutre (topologie d'une section
droite quelconque) n'est pas décrit géométriquement, sauf cas particulier dans certains codes de calcul ;
il est caractérisé par ses axes d'inertie et les moments d'inertie. Il est donc nécessaire de compléter la
définition de la fibre neutre par l'orientation de la section autour de la fibre neutre de manière à calculer
correctement la raideur de la poutre en positionnant les axes principaux d'inertie du profil et en
introduisant les moments d'inertie. Les axes propres x, y et z de la poutre peuvent ne pas être
confondus avec les axes principaux d'inertie de la poutre IY, et IZ : c'est par exemple le cas pour les
cornières de section en L.

Contrairement à l'élément de barre, le coefficient de Poisson du matériau constitutif de la poutre est


nécessaire car il sert à déterminer sa rigidité torsionnelle et l'énergie de cisaillement dans le cas où elle

7-7
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

est déformable à l'effort tranchant. Outre la topologie, il faut obligatoirement fournir à un programme
d'analyse linéaire les caractéristiques suivantes:

• module de Young,

• coefficient de Poisson ou module de cisaillement,

• section,

• orientation des axes principaux d'inertie du profil,

• constante de torsion et moments quadratiques de flexion.

Pour des poutres déformables à l'effort tranchant (L < 20 h), il faut en outre donner les sections réduites
(aires effectives) dans le repère principal d'inertie pour déterminer l'énergie de cisaillement.

7.4.3 Matrices de rigidité

La membrure droite est le seul élément pour lequel nous pouvons déterminer les matrices de rigidité en
utilisant les méthodes classiques de la résistance des matériaux, et en particulier le théorème de
Castigliano. Nous ne reviendrons pas ici sur ces méthodes. Seules les matrices de rigidité relatives aux
différents modes de chargement sont données.

Traction et compression

 F x1  A E  1 - 1  u1 
 =   (7.11)
 F x2  L - 1 1  u 2 

7-8
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Figure 7.1

7-9
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Torsion

 M x1  G J  1 - 1  θ x1 
 =   (7.12)
 M x2  L - 1 1  θ x 2 

Figure 7.2

Flexion dans le plan X-Y

 F y1   12 6L -12 6L   v1 
   2 
6L (4 + φ y ) L -6L (2 + φ y ) L θ z1 
2
 M z1  E Iz   
  =
   
 F y2  L
3
(1 + φ ) -12 -6L 12 -6L
 
v2
y

 M z2   6L (2 + φ y ) L 2
-6L (4 + φ y ) L  θ z 2 
2 

(7.13)

12 E I z
où φy= ×ky
G Asy L 2
Figure 7.3

Flexion dans le plan X-Z

 F z1   12 -6L -12 -6L   w1 


  -6L 2 
 M y1  E Iy  (4 + φ z ) L 6L (2 - φ z ) L  θ y1 
2

  =  
 F z2  L (1 + φ z )  -12  w2 
3
6L 12 6L
 M y2   2
-6L (2 - φ z ) L 6L (4 + φ z ) L  θ y 2 
2

(7.14)

7-10
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

12 E I y
Figure 7.4 où φz= × kz
G Asz L 2

φy et φz effet du cisaillement transversal (effort tranchant) selon y et z. Il devient négligeable


lorsque L >> h, h représentant la hauteur de la poutre.

ky et kz coefficients de section réduite pour le calcul des déformations de cisaillement selon les
axes y et z.

Asy et Asz aires effectives en cisaillement selon les axes y et z.

7-11
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Matrice de rigidité de la poutre (12 degrés de liberté) (7.15)

Figure 7.5

7-12
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.5 Les éléments membrane

7.5.1 Introduction [4]

Une membrane est une structure plane dont une dimension est très petite par rapport aux deux autres
et qui n'est sollicitée que par des charges dans son plan lorsqu'elle est bidimensionnelle. Les
membranes peuvent en effet être soit bidimensionnelles soit tridimensionnelles, mais dans le repère
propre attaché à chaque élément, le comportement mécanique est de l'état plan de contrainte. Une
sphère mince sous pression interne peut être modélisée par un ensemble de facettes planes, chaque
facette pouvant n'être soumise, selon les conditions aux limites, qu'à des efforts plans…. Dans la
pratique, on préfère utiliser des coques dans l'espace et on réserve les membranes pour des modèles
géométriquement bidimensionnels….. On se limitera dans ce chapitre aux éléments de membranes
bidimensionnelles.

Par définition, les membranes n'ont pas de raideur transversale. L'épaisseur e est toujours dirigée selon
l'axe z. Le plan de symétrie situé à mi-épaisseur est conventionnellement le plan xOy et porte le nom de
feuillet moyen. Il n'y a aucune charge transversale sur la membrane donc la contrainte σz, est nulle sur
ses peaux et en tout point intérieur. Aucun effort tranchant n'est appliqué perpendiculairement au plan
de la membrane donc les contraintes τxz et τyz sont nulles. Aucun moment ne peut être appliqué autour
d'un axe quelconque du plan, car cela engendrerait des contraintes τxz et τyz et un déplacement
transversal perpendiculaire au feuillet moyen, contraire aux hypothèses de membrane. Par contre, la
déformation εZ, est non nulle. Elle correspond à la variation relative d'épaisseur de la membrane sous la
charge appliquée (effet de Poisson).

Figure 7.6 - Feuillet moyen et axes d'une membrane

7-13
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Une caractéristique du comportement membranaire est la symétrie du champ de contrainte par rapport
au feuillet moyen : sous l'action d'une charge dans le plan, la contrainte est uniformément répartie dans
l'épaisseur

7-14
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Figure 7.7 - Contraintes dans l'épaisseur de la membrane

La membrane est un élément de l'élasticité bidimensionnelle à définition surfacique, seul est décrit son
feuillet moyen. Outre la topologie, il faut obligatoirement fournir à un programme d'analyse linéaire,
pour un matériau isotrope, les caractéristiques suivantes :

• Module de Young,

• Coefficient de Poisson,

• Épaisseur.

Masse volumique, coefficient de dilatation thermique ne sont nécessaires que pour certains types de
calculs : analyse modale, réponse dynamique, calcul statique sous chargement thermique.

7.5.2 Les principaux éléments membrane [4]

Il existe généralement deux éléments de membrane, un triangulaire et un quadrangulaire, définis


conventionnellement dans le plan xOy (voir Figure 7.8). Au premier degré, ces éléments ont des bords
géométriquement rectilignes. Chaque noeud possède deux degrés de liberté de translation dans le plan,
notés u et v. Le triangle est topologiquement défini par 3 noeuds et a 6 degrés de liberté. Le quadrangle
est topologiquement défini par 4 noeuds et a 8 degrés de liberté. Ces éléments sont en général
sensiblement trop raides et il en faut un grand nombre pour converger vers la solution attendue. Il
existe néanmoins dans certains codes des éléments « extérieurement » du premier degré, à bords
rectilignes, mais qui, de par leur construction (intégration sélective du cisaillement), donnent
d'excellents résultats.

7-15
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Les membranes sont souvent disponibles au second degré. Le degré des champs de déplacement est
enrichi par l'adjonction d'un noeud supplémentaire sur chaque bord. C'est le noeud milieu qui possède
lui aussi les deux degrés de liberté de translation dans le plan u et v. Il devient alors possible de prendre
en compte la courbure géométrique de l'élément. Le triangle est défini par 6 noeuds et 12 degrés de
liberté, le quadrangle par 8 noeuds et 16 degrés de liberté (Figure 7.8). Ces éléments sont plus souples
que ceux du premier degré et le raffinement du maillage peut parfois sembler grossier bien que la
solution soit numériquement satisfaisante.

Figure 7.8 - Éléments membranes linéaires et quadratiques

Triangles ou quadrangles ?

7-16
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Les éléments triangulaires ont une « mauvaise réputation » bien qu'ils présentent un certain nombre
d'avantages par rapport aux quadrangles. N'importe quelle surface plane ou non, avec ou sans trou,
peut être maillée sans trop de problèmes avec des éléments triangulaires ce qu'il n'est pas toujours
possible ou facile de réaliser avec les autres types d'éléments. Cependant, à nombre égal de degrés de
liberté, les quadrangles convergent plus vite vers la solution et les limitations informatiques d'il y a
quelques années ont forgé leur réputation. Il est vrai que couper un quadrangle du premier degré selon
une de ses diagonales et le remplacer par deux triangles du premier degré n'augmente pas la taille du
modèle mais le modifie de plusieurs façons. En pratique, on ne procède jamais de cette façon : quand
un maillage comporte des quadrangles, on les garde.

7-17
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.5.3 Les états plans

Considérons une plaque, plus ou moins épaisse, dans un système de coordonnées cartésien ayant son axe Z
perpendiculaire au plan de la plaque (sens de l'épaisseur). Si toutes les charges agissent dans le plan XY de la
plaque et sont uniformément réparties sur l'épaisseur de la plaque, nous aurons:

σ x = σ x (x, y) σ y = σ y (x, y) τ xy = τ xy (x, y)

u = u (x, y) v = v (x, y)

Relations déformations-déplacements

∂u  ∂u 
ε x=  
∂x  εx   ∂x 
∂v    ∂v 
ε y=  εy =   (7.16)
∂y γ   ∂y 
∂u ∂v  xy   ∂u ∂v
γ xy = +  + 
∂y ∂x  ∂ y ∂ x

Selon les possibilités de la déformation εz dans le sens de l'épaisseur de la plaque (déformation due à l'effet
de Poisson), nous pouvons obtenir la solution d'un problème selon l'une ou l'autre des deux hypothèses
suivantes.

7.5.3.1 État plan de contrainte

Hypothèse: σ z = τ zx = τ zy = 0 (7.17)

- Les contraintes pouvant agir sur n'importe lequel des plans XY de la plaque sont nulles.

- Selon cette hypothèse, il ne doit y avoir absolument aucune restriction à la déformation εz due à l'effet
de Poisson (sens de l'épaisseur de la plaque). Autrement σz serait différent de zéro.

7-18
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

- Cette hypothèse s'applique principalement aux plaques minces et elle demeure valide dans le cas
d'une plaque épaisse lorsque les gradients de contraintes agissant dans le plan XY sont faibles.

7-19
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Relations entre les contraintes et les déformations

1
εx= (σ x - ν σ y ) + α ∆T
E  εx   1 -ν 0  σx   α 
  1    
1 εy  = - ν 1 0   σ y  +  α  ∆T
ε y = (σ y - ν σ x) + α ∆T   E 0    0  (7.18)
E  γ xy   0 2 (1 + ν ) 
  τ xy   
τ xy 2 (1 + ν ) { ε } = [ C ]{ σ } + { α } ∆T
γ xy = = τ xy
G E

En posant [ E ] = [ C -1 ] (7.19)

Alors { σ } = [ E ] { ε } - [ E ] { α } ∆T (7.20)

 1 ν 0 
E  
où [ E ]= ν 1 0  (7.21)
1 -ν2
2 (1 - ν ) 
 0 0 1 

7.5.3.2 État plan de déformation

Hypothèse: ε z = γ zx = γ zy = 0 (7.22)

- Les déformations dues à l'effet de Poisson dans le sens de l'épaisseur de la plaque sont totalement
bloquées.

Il existe en pratique des cas où nous retrouvons cette condition εz = 0. Par exemple, dans une plaque plus
ou moins épaisse même s'il n'existe aucun mécanisme apparent pour bloquer cette déformation, la
déformation de Poisson peut être bloquée plus ou moins complètement par le matériel adjacent lorsque le
gradient de (σx + σy) est très élevé.

Relations entre les contraintes et les déformations

7-20
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Avec εz = 0, nous avons:

1
εz= [ σ z - ν ( σ x + σ y )] + α ∆T = 0 donc σ z = ν ( σ x + σ y ) − Eα ∆T
E

En remplaçant cette valeur de σz dans les relations contraintes-déformations du cas général, nous
obtenons:

1 +ν
εx= (1 − ν ) σ x - ν σ y  + (1 + ν ) α ∆T
E
1 +ν (1 − ν ) σ - ν σ x  + (1 + ν ) α ∆T
εy=  y 
E
τ xy 2 (1 + ν )
γ xy = = τ xy
G E
(7.23)
 εx  1 − ν - ν 0  σx   α 
  1 +ν     
εy =  - ν 1 −ν 0   σ y  + (1 + ν )  α  ∆T
  E
 γ xy   0 0 2   τ xy 

 0 
 

{ ε } = [ C ]{ σ } + (1 + ν ) { α } ∆T

En posant [ E ] = [ C -1 ]

alors { σ } = [ E ] { ε } - (1 + ν ) [ E ] { α } ∆T

7-21
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

1 - ν ν 0 
E  
où [ E ]= ν 1-ν 0 (7.24)
(1 + ν ) (1 - 2ν )  
 0 0 1
2 (1 - 2 ν ) 

Remarque: Nous pouvons obtenir la solution d'un l'état plan de déformation en utilisant celle d'un état
plan de contrainte si nous modifions les constantes élastiques de la façon suivante:

E ν
E =
*
ν*= α * = α (1 + ν ) (7.25)
1 -ν2 1-ν

7.5.4 Énergie de déformation

U = 12 ∫ V { ε }T [ E ] { ε } dV - ∫ V { ε }T [ E ] { ε 0 } dV + ∫ V { ε }T { σ 0 } dV (7.5)

Fonctions de déplacement et critères de convergence

En remplaçant les déformations { ε } dans l'équations (7.5) par les équations (7.16) nous obtenons des
dérivées premières sous l'intégrale de l'énergie de déformation. Pour obtenir des éléments convergents,
seule la continuité des fonctions de déplacement est donc nécessaire. Pour obtenir la continuité des
déplacements entre les éléments les seuls degrés de liberté nécessaires aux noeuds sont les valeurs nodales
des deux fonctions de déplacement u(x, y) et v(x, y).

u (ξ , η ) = [ N 1 N 2 N 3 ... ] { u i }   u   Ni   {u i} 
 →  =   (7.26)
v (ξ , η ) = [ N 1 N 2 N 3 ... ] { v i }  v  N i   {v i} 

Encore une fois, les seuls degrés de liberté actifs aux noeuds d'un élément membrane sont les translations
Tx (ui) et Ty (vi).

Énergie de déformation

En utilisant les équations (7.16) et (7.26) nous obtenons le vecteur déformation.

7-22
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

 εx   ∂u / ∂x   N i,x 0 
       {u i} 
{ε } =  ε y = ∂v / ∂y = 0 N i, y   
     {v i} 
 γ xy  ∂u / ∂y + ∂v / ∂x   N i , y N i , x 
(7.27)
{ ε } = [ N ′ ] { ∆i }

Nous pouvons définir la température de l'élément de la même façon que nous avons défini ses fonctions de
déplacement, soit par le produit des fonctions de forme de l'élément et des valeurs nodales de la
température.

T(ξ, η) = [Ni (ξ, η)] {Ti}

Ainsi les déformations thermiques de l'élément seront données par:

{ ε0 } = { α } T (ξ, η) = { α }  Ni (ξ, η)  {Ti } (7.28)

En remplaçant les équations (7.27) et (7.28) dans l'expression de l'énergie de déformation (7.5) et en
l’absence de contraintes initiales {σo} nous obtenons:

U = 12 ∫ V { ε } [ E ] { ε } dV - ∫ V { ε } [ E ] { ε 0 } dV
T T

E ] [ N ′ ] dV { ∆ } - { ∆ } ∫ [ N ′ ] [ E ] { α } [ N ] dV { T
∫ [ N ′] [4244444
T T
U = 12 { ∆ }
T T
i i }
14444
V
3 1444442444443
V
K  Q 
   

U = 12 { ∆ } [ K ] { ∆ } - { ∆ } [ Q ] { T i }
T T
(7.29)

7-23
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.5.5 Potentiel des charges

7.5.5.1 Charges massiques et matrice de masse [M]

Les forces massiques d'inertie sont données par le produit de la masse spécifique "ρ" du matériau et de
l'accélération. Elles s'opposent à l'accélération. Le potentiel de ces forces est donc:

r r r r r r
We= ∫ D o Fm dV = - ∫ ρ DoD
&& dV où Fm = − ρ D
&& (7.30)
V V

Dans un élément membrane, les deux composantes du vecteur déplacement sont définies par l'équation
(7.26). De plus, nous pouvons définir l'accélération de la même façon que les déplacements, soit par le
produit des fonctions de forme et des valeurs nodales de l'accélération.

r  u ( ξ , η )   N i  0  {u i}
D=  =     (7.31)
 v ( ξ , η )  0  N i   {v i}

r  Fx  r  u&& ( ξ , η )    N i  0   {u&&i} 
Fm=   = - ρ &&
D =- ρ  = - ρ    
 Fy   v&& ( ξ , η )   0  N i    {v&&i} 

En remplaçant les équations (7.31) dans (7.30) nous obtenons:

 [ N Ti ] 0    N i  0   {u&&i} 
W e = - {ui } {vi }  ∫ ρ 
T T
   dV  
V
 0 [ N Ti ]  0  N i    {v&&i} 

T && }
W e = - { ∆i } [ M ] { ∆ (7.32)
i

où [M] est la matrice masse.

7.5.5.2 Charges visqueuses et matrice d'amortissement [C]

7-24
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Comme dans le cas précédent, il est toujours possible, mathématiquement, de définir des forces visqueuses
qui s'opposeraient à la vitesse. Ces forces seraient données par le produit d'un coefficient de viscosité
interne "c" du matériau par la vitesse. La vitesse pourrait être définie, comme les déplacements et les
accélérations, par le produit des fonctions de forme de l'élément et des vitesses nodales.

r r r r
W e = ∫V D o F v dV = − ∫V c D o D& dV
(7.33)

r  F x u& (ξ , η )    N i  0  {u& i} 
Fv =  = − c & =−c    
F y  v (ξ , η )   0  N i   {v& i} 

En procédant ainsi, le potentiel de ces forces visqueuses serait donnée par:

W e = - { ∆ i } [ C ] { ∆& i }
T
(7.34)

Cette approche n'est cependant pas très réaliste. Premièrement, le coefficient de viscosité interne n'existe
pas et l'amortissement n'est pas nécessairement visqueux. L'amortissement est le résultat d'une dissipation
d'énergie qui fait intervenir plusieurs mécanismes complexes. Lorsque nous étudierons les méthodes de
résolution des problèmes dynamiques au chapitre 8 nous verrons comment considérer, de façon pratique,
l'amortissement d'une structure.

Note : Attention de ne pas confondre la matrice d’amortissement [C] de l’équation (7.34) et les matrices de
flexibilité [C] que l’on retrouve dans les équations (7.18) et (7.23).

7.5.5.3 Potentiel des charges concentrées sur les noeuds d'un élément

Le potentiel des forces concentrées sur les noeuds d'un élément est donné par:

T  { F xi}
n
r r n n  
We= ∑ δ k F k ∑ u i F xi ∑ v i F yi = {ui } {vi }  
= +
T
o 
k =1 i =1 i =1  {F yi}
(7.35)
W e = { ∆ i } { Fi }
T

Tous les autres types de forces mécaniques donneront aussi un potentiel identique à l'équation (7.35).
7-25
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.5.6 Énergie potentielle (Équation du mouvement)

En remplaçant les équations (7.29), (7.32), (7.34) et (7.35) dans l'équation (7.5) nous obtenons l'énergie
potentielle de l'élément. L'énergie potentielle d'un maillage est la somme de l'énergie potentielle de chacun
de ses éléments. Cette énergie potentielle est donnée par:

Π = U − We

π = 12 { ∆i }T [ K ] { ∆i }-{ ∆i }T [ Q ] { T i } + { ∆i }T [ M ] { ∆
&& } + { ∆ }T [ C ] { ∆& }-{ ∆ }T { F mec }
i i i i
(7.36)

L'état d'équilibre est obtenu lorsque, en faisant varier les degrés de liberté, l'énergie potentielle du maillage
devient stationnaire.

∂ π && } + [ C ] { ∆& } -{ F mec } = 0


= [ K ] { ∆i } - [ Q ] { T i } + [ M ] { ∆
∂{∆}
i i

(7.37)
&& } + [ C ] { ∆& } + [ K ] { ∆ } = { F mec } + [ Q ] { T i }
[ M ]{∆ i i i

7.5.7 Remarque sur l'intégration

Les expressions que nous avons sous les intégrales des matrices [ K ] et [ M ] sont complexes et
généralement les intégrales sont effectuées en utilisant la méthode d'intégration numérique de GAUSS.
Avec "n" points d'intégration, cette méthode intègre exactement un polynôme de degré (2n - 1). Lorsque
nous intégrons les expressions des matrices [ K ] et [ M ] il est possible d'obtenir des intégrations exactes en
utilisant un nombre suffisant de points d'intégration. Cependant, les éléments ainsi obtenus sont souvent
"trop" rigides ou encore possèdent des comportements sous certaines charges qui sont indésirables.

Afin d'améliorer le comportement de leurs produits, les sociétés commerciales qui développent et
maintiennent des logiciels d'éléments finis ont généralement recourt à l'intégration réduite. Certains termes
des matrices sont intégrés en utilisant moins de points d'intégration que le nombre nécessaire pour obtenir
une intégration exacte. Les éléments ainsi obtenus sont plus flexibles et possèdent des comportements plus
désirables.

7-26
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Les algorithmes d'intégration réduite utilisés par les sociétés commerciales sont habituellement
confidentiels. Même si les algorithmes utilisés étaient connus, le comportement d'un élément sous
certaines charges serait très difficile à prévoir théoriquement. Lorsque nous utilisons un logiciel d'éléments
finis pour la première fois, il est donc fortement recommandé d'effectuer des essais numériques avec les
éléments utilisés, particulièrement si nous prévoyons des gradients de contraintes sévères. Ces essais
peuvent être effectués sur des problèmes possédant une solution connue, par exemple, des poutres de
section rectangulaire avec un rapport longueur/profondeur très faible soumises à de la flexion avec et sans
cisaillement.

7.5.8 Remarques sur la forme géométrique des éléments

Pour éviter divers problèmes et obtenir de bons résultats lors d'une analyse, les règles suivantes
devraient être respectées. La forme géométrique de l'élément quadrilatéral devrait tendre vers celle du
carré et l'élément triangulaire vers celle du triangle équilatéral. De plus, l'angle au sommet d'un élément
doit toujours être inférieur à 180°. Dans un élément isoparamétrique (quadratique) l'angle de l'arc
circulaire, définie par les trois noeuds le long d'un côté, devrait être inférieur à 45°. Finalement, le noeud
situé le long du côté (arête) d'un élément isoparamétrique devrait être, si possible, en plein centre du
côté. Sa distance maximale du centre du côté ne devrait jamais dépasser le quart de la longueur du côté.
Lorsque cette distance est égale au tiers de la longueur du côté, le sommet voisin devient un point de
singularité.

Les figures Figure 7.9 et Figure 7.10 décrivent les distorsions d'élément qui réduisent la précision des
résultats obtenus. Il est à noter que les distorsions présentées s'appliquent également aux éléments 3D.

Figure 7.9 – Limites géométriques des éléments isoparamétriques quadratiques : (a) α < 180°;

(b) le nœud d’arête doit se situer à ± L/4 du centre de l’arête; (c) β ≤ 45°

7-27
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Figure 7.10 – Distorsion des éléments qui réduisent la précision des résultats

7.5.9 Erreurs communes de maillage

Lorsqu'on utilise dans un modèle d'éléments finis un mélange d'éléments linéaires et quadratiques, il
faut porter une attention toute particulière à la compatibilité des déplacements sur les côtés ou faces
inter-éléments. La première (Figure 7.11) des trois figures qui suivent, illustre la bonne façon de
connecter les éléments. Les figures Figure 7.12 et Figure 7.13 montrent des exemples d'incompatibilité
dans les connexions inter-éléments.

7-28
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Figure 7.11 – Façon correcte de combiner les éléments : faire coïncider les nœuds de sommet et d’arête
et garder le même nombre de nœuds d’arête pour les éléments adjacents.

Figure 7.12 – Exemples de combinaisons d’éléments différents qui détruisent la continuité des
déplacements le long des arêtes.

LST : élément triangulaire quadratique à 6 noeuds; CST: él. triangulaire linéaire à 4 noeuds; Q4: él.
quadrangle linéaire à 4 noeuds ; Q6 él. quadrangle à 4 nœuds utilisant des fonctions d'interpolation qui
éliminent l'effet du verrouillage en cisaillement; Q8 él. quadrangle quadratique à 8 noeuds.

Figure 7.13 – Autres exemples de (mauvaises) connections qui détruisent la continuité des
déplacements.

7-29
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7-30
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.6 Plaques en flexion

7.6.1 Introduction

Une plaque en flexion est un corps à trois dimensions, mais dont l'épaisseur est faible par rapport aux deux
autres dimensions. Elle supporte des charges perpendiculaires à sa surface ou des moments de flexion
autour des axes qui sont parallèles à sa surface.

a)
b)

Figure 7.14

La Figure 7.14 illustre une plaque avec les contraintes qu'elle doit supporter. De façon analogue à une
poutre, il existe dans la plaque en flexion un feuillet moyen ou plan neutre. Sur la Figure 7.14 (a) les axes x
et y passent par le feuillet moyen et l'axe z lui est perpendiculaire. Par définition les composantes de
contraintes σx, σy et τxy sont nulles au feuillet moyen.

La Figure 7.14(b) illustre les efforts résultant associés aux composantes de contrainte. Par convention, les
indices associés aux efforts résultants sont les mêmes que ceux des composantes de contraintes produites
par ces efforts. Les efforts positifs produisent des composantes de contrainte positives au-dessus du
feuillet moyen. Ainsi, le moment Mxx est la résultante de la composante de contrainte σx, Myy celle de la

7-31
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

contrainte σy et Mxy la résultante de τxy. Les moments résultant Mxx et Myy sont des moments de flexion
tandis que le moment résultant Mxy est appelé moment de torsion parce qu'il provoque une torsion de la
plaque. Les résultantes Qx et Qy sont les efforts tranchants qui sont respectivement responsables des
contraintes de cisaillement transversales τxz et τyz. Le cisaillement transversal est habituellement
négligeable dans une plaque mince mais devient très important dans une plaque épaisse ou une plaque
sandwich.

7.6.2 Hypothèses simplificatrices de la théorie des plaques

1) Les sections transversales planes avant déformation, demeurent planes après déformation.

- Selon la théorie de Kirchoff, qui néglige le cisaillement transversal, elles demeurent aussi
perpendiculaires au feuillet moyen.

- Selon la théorie de Mindlin, qui considère les effets moyens du cisaillement transversal, les
sections planes demeurent planes mais pas nécessairement perpendiculaires au feuillet
moyen.

2) Les pentes du feuillet moyen sont petites. Cette hypothèse nous conduit à une simplification
importante qui rend le problème géométriquement linéaire. La courbure de la plaque peut ainsi
être donnée approximativement par la dérivée seconde de la flèche.

∂w
2

∂x ∂w
2 2
1
= ≈ (7.38)
ρx 3
∂x
2
  ∂w  
2 2

1 +   
  ∂x  

3) La composante de contrainte σz = 0. Elle est négligeable par rapport aux autres composantes.

4) Le feuillet moyen ne subit aucune déformation normale et les déplacements u et v sont nuls.

7-32
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

 u(x, y,z) = v(x, y,z) = 0



z=0  (7.39)
 ε x=ε y=ε z=0

Cette hypothèse est toujours valide lorsque la déflexion w de la plaque est égale ou inférieure à
l'épaisseur t de la plaque. Lorsque la déflexion est plus grande que l'épaisseur de la plaque, cette
hypothèse demeure valide si l'hypothèse 2 est valide et si les deux rayons de courbure principaux sont
de même signe. Dans le cas contraire, la plaque prend la forme d'une selle de cheval et des effets
membranes secondaires sont créés. Ces effets membranes qui résultent de la déformation de la plaque
ne sont pas linéaires et sont négligés par la théorie des plaques.

7.6.3 Fonctions de déplacement d'une plaque

La Figure 7.15 illustre les trois composantes de déplacement des points de la plaque. La composante de
déplacement w (selon z) représente la déflexion au feuillet moyen de la plaque et elle est fonction
uniquement de x et de y. Selon l'hypothèse 4, les déplacements u et v sont nuls au feuillet moyen et
selon l'hypothèse 1, les sections demeurent planes après déformation. Les déplacements u et v varient
donc linéairement sur l'épaisseur de la plaque et dépendent de la coordonnée z et des rotations θx et θy
au feuillet moyen. Nous avons:

w (x, y) ≠ 0

u(x, y,z) = + z θ y(x, y) (7.40)

v(x, y,z) = − z θ x(x, y)


Figure 7.15

7-33
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.6.4 Théorie de KIRCHOFF (Théorie des plaques minces)

Les sections planes avant déformation, demeurent planes et perpendiculaires au feuillet moyen de la
plaque après déformation (Figure 7.16). Nous avons donc:

w(x, y) ≠ 0
∂w 
θ x= 
∂y
 ∂w
 u(x, y,z) = − z
 ∂x
∂w
θ y= − 
∂x 
∂w
v(x, y,z) = − z
∂y

∂u ∂w
2
ε x= =− z
∂x ∂x
2

∂v ∂w
2
ε y= = − z
∂y ∂y
2

∂u ∂v ∂w
2
γ xy = + = − 2z
∂y ∂x ∂x∂y
∂u ∂w
γ xz = + =0
∂z ∂x (7.41)
∂v ∂w
Figure 7.16 γ yz = + =0
∂z ∂y

7-34
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Il est à noter que les composantes de déformation γxz et γyz sont nulles et que le cisaillement transversal
(selon z) est complètement négligé. Nous devons aussi souligner que le seul paramètre indépendant du
problème est la déflexion w(x,y). En effet, les déplacements et les déformations (contraintes) sont
entièrement définis par w(x,y) et par ses dérivées.

Critères de convergence

Reprenons l'expression de l'énergie de déformation:

U = 12 ∫ V{ ε } [ E ] { ε } dV
T

Sous l'intégrale du résidu, nous avons ici des dérivées secondes de la déflexion w(x,y).

- Pour avoir la possibilité d'une représentation constante de la fonction w(x,y), de ses dérivées
premières et de ses dérivées secondes, la fonction w(x,y) devra nécessairement inclure les termes
suivants:

w( x, y ) = [1 x y x
2
xy y
2
etc... ] {ai }

- De plus, nous devons avoir continuité de la fonction w(x,y) et de ses dérivées premières. Aux noeuds
de l'élément, la continuité est assurée si nous prenons les degrés de liberté suivants:

∂w ∂w
wi θ xi = θ yi = −
∂y ∂x

7-35
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.6.5 Théorie de MINDLIN (Plaques avec cisaillement transversal)

Les sections planes avant déformation, demeurent planes mais pas nécessairement perpendiculaire
au feuillet moyen après déformation (Figure 7.17). Nous avons:

7-36
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Figure 7.17
∂w  w(x, y) ≠ 0
θx≠ 
∂y

 u(x, y,z) = z θ y(x, y)
∂w 
θy≠ − 
∂x  v(x, y,z) = − z θ x(x, y)

∂u ∂θ y
ε x= = z
∂x ∂x
∂v ∂θ x
ε y= = − z
∂y ∂y

∂u ∂v  ∂θ y ∂θ x 
γ xy = + = z  − 
∂y ∂x  ∂y ∂x 
∂u ∂w ∂w
γ xz = + = +θ y
∂z ∂x ∂x
∂v ∂w ∂w (7.42)
γ yz = + = −θ x
∂z ∂y ∂y

7-37
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Ici les composantes de déformation γxz et γyz ne sont pas nulles et nous considérons les effets du
cisaillement transversal. Nous observerons aussi que les rotations θx(x,y) et θy(x,y) sont complètement
indépendantes de la déflexion w(x,y). Le problème (déplacements, déformations et contraintes) est
défini par les trois paramètres indépendants w(x,y), θx(x,y) et θy(x,y).

Critères de convergence

U = 12 ∫ V{ ε } [ E ] { ε } dV
T
Considérons l'expression de l'énergie de déformation:

Sous l'intégrale du résidu, nous avons ici les dérivées premières des trois paramètres indépendants
suivants:

w(x,y) θx(x,y) et θy(x,y).

La représentation constante exige les termes suivants pour les trois fonctions indépendantes :

w( x, y ) = [ 1 x y etc... ]{ai }
θ x ( x, y ) = [ 1 x y etc... ]{bi }
θ y ( x, y ) = [ 1 x y etc... ]{ci }

De plus, les trois fonctions indépendantes doivent êtres continues. Cette exigence est assurée si nous
avons aux noeuds de l'élément les degrés de liberté suivants:

wi θ xi θ yi

Nous remarquerons que les degrés de liberté sont les mêmes pour les deux théories.

7-38
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.6.6 Contraintes

Puisque σz = 0 (composante négligeable par rapport à σx et σy) nous utiliserons les mêmes relations
contraintes-déformations que pour l'état plan de contrainte. Pour l'élément plaque de Kirchoff et celui
de Mindlin nous aurons:

 σ x 1 ν 0   ε x
  E    
 σ y = ν 1 0   ε y (7.43)
  (1 - ν )   
2

 τ xy   0 0 1
(1- ν )  γ xy 
2  

ou encore { σ } = [ E ]{ ε } (7.44)

Pour la plaque de Mindlin, nous aurons en plus:

τ xz  E 1 0  γ xz 
  =    (7.45)
 τ yz  2 (1 + ν )  0 1  γ yz 

ou encore { τ }=[ G ] { γ } (7.46)

7.6.7 Remarques sur les théories de Kirchoff et de Mindlin

Dans une plaque sandwich ou encore dans une plaque très épaisse, le cisaillement transversal est
important et l'analyse devrait être basée sur la théorie de Mindlin.

Dans les cas où le cisaillement transversal est faible ou négligeable, la théorie de Kirchoff donne de
meilleurs résultats. En effet, sous ces conditions, l'élément de Mindlin peut devenir très rigide et même
se "verrouiller" sur le cisaillement. Dans les logiciels d'éléments finis on utilise différentes méthodes
pour combattre cette tendance, entre autres des techniques d'intégration réduite pour l'énergie de
déformation.
7-39
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.7 Les coques

- Les coques forment dans l'espace des surfaces courbes. Elle sont minces par rapport à leurs autres
dimensions.

- La géométrie est définie par l'épaisseur de la paroi et par la forme du feuillet moyen. La forme
géométrique du feuillet moyen est définie par deux rayons de courbure principaux mesurés
perpendiculairement au feuillet moyen et mutuellement perpendiculaire l'un à l'autre.

- En général les coques supportent les charges externes principalement par effet membrane.
Cependant, au voisinage des discontinuités (charges concentrées, changements brusques de
géométrie) elles doivent aussi supporter des flexions qui peuvent être relativement élevées.

7.7.1 Éléments plats.

Pour résoudre les problèmes de coque nous pouvons utiliser des éléments plats qui peuvent être de
forme triangulaire ou quadrilatérale. L'élément de coque triangulaire est illustré sur la Figure 7.18 avec
ses degrés de liberté actifs.

Figure 7.18 – Éléments de coque triangulaire; à gauche l'effet membrane, à droite l'effet flexion

7-40
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

 wi 
 u i   
Effet membrane [ K m ]   (7.47) Effet flexion [ K f ] θ xi  (7.48)
 vi   
 θ yi 

Cet élément est simplement une superposition d'un élément membrane en état plan de contrainte ou
de déformation et d'un élément plaque (flexion) de type Kirchoff ou Mindlin. Comme l'élément est plat,
il n'y a aucun couplage entre l'effet membrane et l'effet flexion. La matrice de rigidité de l'élément de
coque triangulaire à la forme suivante.

 ui   Fxi 
[ K ]
 m 6×6 [ 0]6×3 [0]6×9  v i   F yi 

[ K ]{∆} =  [ 0]3×6 [0]3×3 [ 0]3×9  {θ zi } = {M zi } (7.49)


 
 [ 0] [0]9×3  K f    wi   Fzi 
 9×6 9×9     
θ xi   M xi 
θ   M 
 yi   yi 

- Les sous-matrices [ Km ] et [ Kf ] sont entièrement découplées. Il n'y a pas de couplage au niveau de


l'élément entre l'effet membrane et l'effet flexion.

- L’élément coque plat est convergent et donne de bons résultats si l'angle entre deux éléments
adjacents est inférieur à 10°.

- Les degrés de liberté θzi peuvent être problématiques. Ces degrés de liberté sont souvent appelés
"perforants" (drilling).

Tous les logiciels permettent initialement à chacun des noeuds d'un maillage les 6 degrés de liberté
classiques ( Tx, Ty, Tz, θx, θy, θz ). Lorsque tous les éléments coque connectés à un noeud sont dans le
même plan, il n'y a aucune composante de rigidité pour θz à ce noeud. Ce D. de L. peut physiquement
tourner librement sur lui-même. Le noeud possède alors un mouvement rigide et la matrice est
singulière. Il existe plusieurs façons de contourner cette difficulté.

7-41
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

a) La méthode la plus efficace est simplement de fixer ou d'éliminer ce degré de liberté.


(Commandes SPC et MPC de Nastran)

b) Certains logiciels nous offrent la possibilité de remplacer la partition centrale de la matrice


assemblée (7.49) de l'élément de coque par (7.50):

 M z1   1.0 -0.5 -0.5  θ z1 


     
 M z 2  = α E V  -0.5 1.0 -0.5  θ z 2  (7.50)
    
 M z 3   -0.5 -0.5 1.0  θ z 3 

où V : volume de l'élément;

E : module d'élasticité

α. : nombre arbitraire < 0.3

Nous introduisons ainsi une rigidité artificielle pour les D. de L. θzi. Cette rigidité artificielle qui est
découplée des autres D. de L. actifs ne les affecte aucunement. De plus, cette rigidité artificielle permet
la rotation rigide de l'élément autour de z (Avec θz1 = θz2 = θz3 nous avons Mzi=0).

Les valeurs α, V et E sont introduites afin d'obtenir des termes de rigidité ayant le même ordre de
grandeur que ceux des autres D. de L de l’élément.

7.7.2 Éléments isoparamétriques

Une coque de géométrie quelconque peut être modélisée en utilisant l'élément solide à trois
dimensions illustré sur la Figure 7.19(a).

Cependant, même pour des coques épaisses, les trois noeuds distribués sur l'épaisseur de l'élément
possèdent beaucoup plus de D.L. (total de 9 D.L. par ligne verticale) que nécessaire pour modéliser le
comportement en épaisseur de la coque.
7-42
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

En enlevant le noeud central (Figure 7.19(b)) nous avons encore 6 D. de L. sur l'épaisseur, le
déplacement w3 est linéaire et ε3 = ∂w3/∂x3 = constante. Lorsque la coque est mince les termes de
rigidité associés à ε3 sont beaucoup plus grands que les autres termes et provoquent des difficultés
numériques.

Ces difficultés peuvent être évitées en contraignant les deux noeuds adjacents sur l'épaisseur à avoir le
même déplacement w3 (donc ε3 = 0). Il nous reste alors 5 D.L. actifs qui sont associés à chaque paire de
noeuds adjacents sur l'épaisseur. Ces 5 D.L. peuvent être remplacés par ceux d'un seul noeud situé au
feuillet moyen de la coque. Les D.L. sont alors les trois translations ainsi que les deux rotations agissant
dans le plan du feuillet moyen de la coque. L'élément qui en résulte est illustré sur la Figure 7.19(c). A
cause des trois noeuds le long de chacun de ses cotés, cet élément peut avoir une géométrie courbe et
nous l'appelons isoparamétrique.

Les cinq D. de L. de l’élément isoparamétrique définissent le mouvement d'une normale au feuillet


moyen. Cette normale demeure droite mais pas nécessairement perpendiculaire au feuillet moyen. Cet
élément peut être de type MINDLIN et considérer le cisaillement transversal γ31 et γ32. Les éléments de
ce type n'ont pas tous nécessairement 8 noeuds. Les éléments les plus populaires ont entre quatre et
neuf noeuds selon les fonctions de forme utilisées. Il est à noter que le D. de L. rotation perpendiculaire
au feuillet moyen est toujours absent dans cet élément.

Figure 7.19 – Éléments de coque isoparamétriques

7-43
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.7.2.1 Géométrie et déplacements

En utilisant les données géométriques il est possible de définir, à chacun des noeuds "i" de l'élément et
en fonction des axes cartésiens, trois vecteurs unitaires mutuellement perpendiculaires l'un à l'autre.
Les vecteurs unitaires n1i et n2i sont dans le plan du feuillet moyen et le vecteur n3i sera perpendiculaire
au feuillet moyen (Figure 7.20).

Les degrés de liberté rotation α1i et α2i sont respectivement dans les directions de n1i et n2i. Les
coordonnées cartésiennes d'un point (ξ, η, ζ) de l'élément sont alors données par:

 
0   x i   ζ N i(ξ , η )
ti  0 0
 x(ξ , η, ζ )   N i(ξ , η ) 0 2    n x3i 
          (7.51)
 y(ξ , η, ζ ) =  0 N i(ξ , η ) 0   yi  +  0  ζ 2  N i (ξ , η )
 ti  0   n y3i 
          
 z(ξ , η, ζ )   0 0 N i(ξ , η)  z i     n z 3i 
 ζ 2  N i (ξ , η ) 
0 0  
 
t i
 

où Ni(ξ, η) sont les fonctions de forme de l'élément.

 n x3i 
 
n3i  n y3i
=  les trois composantes cartésiennes du vecteur unitaire n3i qui varient selon ξ et
  η.
 n z3i 

Les déplacements d'un point de l'élément sont donnés par:

7-44
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

u(ξ , η, ζ )   N i(ξ , η ) 0 0  u i 
     
 v(ξ , η, ζ ) =  0 N i(ξ , η ) 0   vi
    
 w(ξ , η, ζ )  0 0 N i(ξ , η )  wi 
  ti   (7.52)
  ζ 2  N i(ξ , η )
0 0
  n x1i n x 2i 
   α 1i 
+ 0 ζ 2 
 ti 
N i(ξ , η ) 0   n y1i n y 2i   
      α 2i 
   n z1i n z 2i 
 0 0 


ζ ti 
2  N i(ξ , η ) 

7-45
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Finalement, les déformations et les contraintes sont obtenues de la façon suivante:

 εx   u ,x   ε1   σ1 
       
 εy   v,y   ε2   σ2 
       
 εz   w,z   0   0 
    
 =   ⇔  ⇔  (7.53)
 γ xy   u , y + v ,x   γ 12   τ 12 
       
 γ xz   u , z + w, x   γ 13   τ 13 
       
 γ yz   v ,z + w, y   γ 23   τ 23 
Figure 7.20

7-46
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.8 Élément solide axisymétrique

7.8.1 Introduction [4]

Lorsqu'une structure a une géométrie, des chargements, des conditions aux rives qui présentent une
symétrie de révolution et que la loi constitutive est indépendante du choix du plan contenant l'axe de
révolution de la structure, il y a axisymétrie. La structure peut être modélisée simplement dans n'importe
quel demi-plan contenant l'axe de révolution : c'est, par abus de langage, le plan méridien, (on devrait dire
le demi-plan méridien) et le modèle est dit axisymétrique (voir Figure 7.23).

Ce type de modélisation présente deux avantages appréciables : tout d'abord une grande simplification
dans l'introduction des données et une diminution très sensible de leur volume, ensuite un gain de temps
CPU, d'entrées-sorties et d'espace disque. On ramène une analyse tridimensionnelle à un calcul
bidimensionnel. En effet, la connaissance du champ de déplacements dans le plan méridien (déplacements
axiaux et radiaux en tout point) permet à elle seule de déterminer la solution tridimensionnelle complète. Il
n'est pas rare de faire, en pré-dimensionnement, des calculs axisymétriques sur des structures qui ne le sont
pas tout à fait, de manière à avoir un ordre de grandeur des déplacements et des contraintes. C'est par
exemple le cas de brides, où on remplace la couronne localement percée par un matériau homogène
axisymétrique équivalent (Figure 7.21). Outre la topologie, il faut obligatoirement fournir à un programme
d'analyse linéaire, pour un matériau isotrope, les caractéristiques suivantes:

• Module de Young,

• Coefficient de Poisson,

• Épaisseur des coques axisymétriques.

• Masse volumique, coefficient de dilatation thermique ne sont nécessaires que pour certains
types de calcul.

7-47
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Figure 7.21 - Bride boulonnée, structure réelle vs modèle axisymétrique

Éléments finis axisymétriques

Il existe dans la plupart des logiciels de calcul une bibliothèque spécialisée comportant divers éléments
axisymétriques pour traiter ces situations. Dans le plan méridien r-z, les mailleurs automatiques
bidimensionnels de tous types peuvent être utilisés pour les parties massives nécessitant des éléments de
volumes axisymétriques, les mailleurs linéiques pour les parties élancées nécessitant des éléments de
coques axisymétriques.

7.8.2 Relations déformations-déplacements

Pour un solide en trois dimensions dans un système de coordonnées cylindrique, les relations déformations-
déplacements sont données dans [3] au chapitre 8.

∂u ∂v v 1 ∂u
εr= γ rθ = - +
∂r ∂r r r ∂θ

1 ∂v u ∂u ∂w
εθ = + γ rz = +
r ∂θ r ∂z ∂r

∂w ∂v 1 ∂w
εz= γ θz = +
∂z ∂z r ∂θ
Figure 7.22

7-48
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.8.3 Hypothèses du problème axisymétrique

Un solide axisymétrique est caractérisé par:

- une géométrie axisymétrique

- un chargement axisymétrique

Dans ces conditions, tous paramètres sont constants dans la direction circonférentielle θ; Les contraintes et
les déplacements sont les mêmes dans tous les plans passant par l'axe axisymétrique. Le problème est à
deux dimensions. Nous avons:
Figure 7.23

v=0 =0 (7.54)
∂θ

Les déplacements actifs sont donc:

u = u (r, z) et w = w (r, z)

Après application de (7.54), les relations déformations-déplacements deviennent :

∂u
εr =  ∂u 
∂r  ∂r 
 ε r  
u
εθ =  
r   u
 ε θ   
∂w r 
εz= [ ε ]=  =   (7.55)
∂z  ε z   ∂w 
∂u ∂w    ∂z 
γ rz = + γ rz   
∂z ∂r
 ∂u ∂w 
 + 
γ rθ = 0 γ θ z = 0  ∂z ∂r 

7-49
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.8.4 Relations contraintes-déformations ([3], chapitre 9)

 ε r  1 -ν -ν 0  σ r   α 
1        
ε r = [σ r - ν (σ θ + σ z )] + α ∆T  ε θ  1 - ν -ν
E 1 0  σ θ   α 
1  =     +   ∆T
ε θ = [σ θ - ν (σ r + σ z )] + α ∆T  ε z  E - ν -ν 1 0  σ z   α 
E        
1 γ rz   0 0 0 2 (1 + ν )  τ rz   0
ε z = [σ z - ν (σ r + σ θ )] + α ∆T
E
τ 2 (1 + ν ) {ε } = [C ]{σ } + {α } ∆T
γ rz = rz = τ rz
G E

(7.56)

En posant [ E ] = [ C -1 ]

Alors {σ } = [E ]{ε } - [E ]{α } ∆T où

Figure 7.24

1 - ν ν ν 0 
 
E  ν 1-ν ν 0 
[E] =   (7.57)
(1 + ν )(1 - 2ν )  ν ν 1-ν 0 
 
 0 0 0 1 
2 (1 - 2ν ) 

7-50
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.8.5 Énergie de déformation

U = 12 ∫ V { ε }T [ E ] { ε } dV - ∫ V { ε }T [ E ] { ε 0 } dV + ∫ V { ε }T { σ 0 } dV (7.5)

7.8.6 Fonctions de déplacement et critères de convergence

Les fonctions de déplacement de l'élément auront la forme suivante.

u ( ξ , η )= [ N 1 N 2 N 3 ... ] { ui }   u   Ni   u i 
 →  =    (7.58)
w ( ξ , η )= [ N 1 N 2 N 3 ... ] { wi }   w   N i   wi 

Les raisons qui justifient le choix de ces fonctions de déplacement sont les mêmes que celles qui sont
évoquées pour élément solide 3D (voir 7.9.6).

On observera ici que le problème est à deux dimensions. Lorsque nous maillons un solide axisymétrique,
nous utilisons des éléments à deux dimensions et seule une coupe du solide dans un plan passant par l'axe
axisymétrique est maillée. On remarquera aussi que les seuls degrés de liberté actifs aux noeuds d'un
maillage sont les translations Tr (ui) et Tz (wi), tel que montré dans la Figure 7.25.

Figure 7.25

7-51
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

7.9 Éléments de volume (solides 3D)

7.9.1 Introduction [4]

Un élément de volume est un élément tri-dimensionnel dont toutes les dimensions sont du même ordre
de grandeur. On l'utilise pour la modélisation des pièces massives ou des parties massives dans une
structure. Aucune hypothèse n'est faite a priori sur le champ de contrainte ni sur le champ de
déformation : c'est de l'élasticité tri-dimensionnelle. C'est un élément à définition volumique, dont la
géométrie est explicitement décrite. C'est un élément coûteux lors de l'introduction des données,
souvent plus longue et plus fastidieuse que pour les autres types d'éléments. Il est également coûteux
dans la phase de résolution car, à nombre égal de degrés de liberté, les matrices sont plus peuplées et la
largeur de bande ou de front est plus importante que dans le cas de problèmes à définition surfacique.
Vu l'évolution des programmes de maillage automatique, la puissance des machines actuelles et la
capacité des disques, l'utilisation de ce type d'éléments est néanmoins fréquente. Il en existe de
plusieurs formes comme le montre la Figure 7.26: hexaèdres, prismes et tétraèdres.

7-52
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Fonction d’interpolation Fonction d’interpolation


linéaire quadratique

HEXAÈDRES

8 noeuds 20 noeuds

PRISMES

6 noeuds 15 noeuds

TÉTRAÈDRES

4 noeuds 10 noeuds

Figure 7.26 - Éléments de volume (Solides 3D)

Dans un grand nombre de modèles industriels, la génération de ces éléments se fait par extrusion
globale ou locale à partir d'une géométrie surfacique. Les éléments sont alors des prismes, issus de
triangles ou des hexaèdres issus des quadrangles. Dans le cas de pièces pour lesquelles l'extrusion n'est
pas possible, il existe deux techniques de maillage automatique : le maillage réglé (ou transfini) 3D ou le
maillage libre 3D. Le maillage réglé est contraignant car il est nécessaire de découper la structure en
blocs de forme simple, d'imposer un nombre de noeuds adéquats sur chaque arête. En contrepartie, le
nombre d'éléments et leur qualité sont maîtrisés. Selon que le mailleur réglé 3D accepte ou non
certaines dégénérescences, les éléments générés sont des hexaèdres, des prismes voire des tétraèdres.

7-53
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Les mailleurs libres 3D génèrent des tétraèdres, basés sur une formulation de type triangulaire dont ils
ont les inconvénients au niveau calcul. Ces mailleurs permettent cependant de remplir n'importe quel
volume sans être obligé de le découper en blocs et d'ajuster les noeuds sur des faces en regard, d'où un
gain de temps précieux pendant la phase de maillage qui est de loin la plus coûteuse dans une étude
industrielle. Cependant, s'il est facile de contrôler la qualité des éléments surfaciques générés par des
mailleurs automatiques 2D ou 3D surfaciques, il est plus difficile de contrôler la qualité des mailles
générées à l'intérieur des volumes bien qu'un certain nombre de tests basés sur des critères
géométriques soient maintenant disponibles. Comme il n'existe pas d'algorithme permettant de
regrouper plusieurs tétraèdres en un hexaèdre, équivalent à la recombinaison de triangles en
quadrangles pour les maillages surfaciques, et que les éléments sont généralement du second degré, il
en résulte une augmentation très sensible du nombre de degrés de liberté, de la taille des matrices. de
la largeur de bande ou de front, du temps et du coût de calcul.

Outre la topologie, il faut obligatoirement fournir à un programme d'analyse linéaire, pour un matériau
isotrope, les caractéristiques suivantes:

• module de Young,

• coefficient de Poisson.

• Masse volumique, coefficient de dilatation thermique ne sont nécessaires que pour certains
types de calcul.

7.9.2 Éléments finis de volume

Il existe des tétraèdres, des prismes et des hexaèdres du premier degré, donc à bords rectilignes, ou de
degré plus élevé (deux ou trois), à bords rectilignes ou non, souvent isoparamétriques. Les éléments du
premier degré sont en général trop raides et nécessitent un raffinement important du maillage pour
donner une solution numériquement satisfaisante. Les éléments du troisième degré sont très coûteux et
n'améliorent généralement pas de façon sensible les résultats obtenus, à maillage identique, avec des
éléments du second degré. C'est la raison pour laquelle on utilise des éléments de volume au second
degré, car ils offrent un bon compromis entre précision et coût du calcul.

Chaque noeud sommet et chaque noeud milieu s'il existe possède trois degrés de liberté de translation
dans les trois directions de l'espace, notés u, v et w, tous alimentés en raideur. Il n'y a pas de rotation
définie aux noeuds d'un élément volumique. L'hexaèdre du second degré est topologiquement défini

7-54
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

par 20 nœuds et sa matrice de raideur est carrée de dimension 60 x 60. Il en existe à 27 noeuds, basés
sur une formulation de type Lagrange, mais dont l'utilisation industrielle reste marginale et qui
n'améliore pas de façon sensible les résultats par rapport aux éléments à 20 noeuds.

7.9.3 Relations déformations-déplacements

Réf. [3], chapitre 8

 ∂u 
∂u  ∂x 
εx=  
∂x  ∂v 
∂v εx   
εy=    ∂y 
∂y  ε y  
∂w    ∂w 
εz=  ε z  ∂z 
∂z   
∂u ∂v
[ε ] =   =   (7.59)
γ xy = +  γ xy   ∂u + ∂v 
∂y ∂x    ∂y ∂x 
 γ xz   
∂u ∂w    ∂u ∂w 
γ xz = +
∂z ∂x  γ yz   + 
∂v ∂w  ∂z ∂x 
γ yz = +  
∂z ∂y  ∂v + ∂w 
 ∂z ∂y 

7.9.4 Relations contraintes-déformations

Réf. [3], chapitre 9

7-55
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

1  ε x  1 -ν -ν 0 0 0  σ x   α 
εx= [σ x - ν (σ y + σ z )] + α ∆T        
E  ε y - ν 1 -ν 0 0 0  σ y   α 
1        
ε y = [σ y - ν (σ x + σ z )] + α ∆T  
 ε z  1 - ν -ν σ z   α 
 1 0 0 0     
E 
  =  +  T
1
ε z = [σ z - ν (σ x + σ y )] + α ∆T γ xy  E  0 0 0 2 (1 + ν ) 0 0  τ xy   0 
E        
γ xz   0 0 0 0 2 (1 + ν ) 0  τ xz   0 
τ xy τ xz τ yz        
γ xy = γ xz = γ yz =  0
G G G γ yz   0 0 0 0 2 (1 + ν )  τ yz   0 
E
avec G =
2 (1 + ν )
{ ε} = [C ] {σ } + {α } T
(7.60)

En posant [ E ] = [ C -1 ]

alors { σ } = [ E ]{ ε } - [ E ]{ α } T

où:

1 - ν ν ν 0 0 0 
 
 ν 1-ν ν 0 0 0 
 
E  ν ν 1-ν 0 0 0 
[ E ]=   (7.61)
(1 + ν )(1 - 2ν )  0 0 0 1
(1 - 2ν ) 0 0 
 2

 0 0 0 0 1
(1 - 2ν ) 0 
 2

 0 0 0 0 0 1
(1 - 2ν ) 
 2

7.9.5 Énergie de déformation

U = 12 ∫ V { ε }T [ E ] { ε } dV - ∫ V { ε }T [ E ] { ε 0 } dV + ∫ V { ε }T { σ 0 } dV (7.5)

7.9.6 Fonctions de déplacement et critères de convergence

7-56
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

En remplaçant les relations déformations-déplacements (7.59) dans l'expression de l'énergie de


déformation (7.5) on observera que sous l'intégrale de l'énergie de déformation, nous aurons des dérivées
premières des trois fonctions de déplacement u, v et w.

Convergence

- Les fonctions ainsi que toutes leurs dérivées jusqu'à l'ordre "m" (m = 1), sous l'intégrale du résidu
(énergie potentielle), doivent avoir une représentation constante. Les trois fonctions u, v et w
devront donc inclure un terme constant ainsi que tous les termes linéaires.

u ( ξ, η, ζ ) = [ 1 ξ η ζ ... ] { a i }
v ( ξ, η, ζ ) = [ 1 ξ η ζ ... ] { b i } (7.62)
w ( ξ, η, ζ ) = [ 1 ξ η ζ ... ] { c i }

- Les fonctions ainsi que toutes leurs dérivées jusqu'à l'ordre "m - 1" (m - 1 = 0), sous l'intégrale du
résidu doivent être continue. Dans le cas des éléments solides 3D, seules les fonctions doivent êtres
continues. En interpolant les fonctions précédentes de façon à les définir en fonction des valeurs
nodales des déplacements, nous assurerons la continuité des fonctions de déplacement entre les
éléments. Les fonctions de déplacement prendrons alors la forme suivante et les seuls degrés de
liberté actifs seront les trois translations ui, vi et wi à chacun des noeuds de l'élément.

u (ξ , η , ζ ) = [ N 1 N 2 N 3 ... ] { u i }     N i   ui 
u
   
   
v (ξ , η , ζ ) = [ N 1 N 2 N 3 ... ] { v i }  →  v  =  Ni   vi  (7.63)
 
w (ξ , η , ζ ) = [ N 1 N 2 N 3 ... ] { w i }     
  
w N i   w i 

où N i (ξ , η , ζ ) sont les fonctions d'interpolation ou encore les fonctions de forme. Nous


aurons une fonction de forme Ni pour chacun des noeuds "i" de l'élément.

u i , vi , wi sont les trois déplacements à chacun des noeuds "i" de l'élément ou encore les
degrés de liberté de l'élément.

Nous n'entrerons pas ici dans le détail des développements mathématiques de ces éléments, car nous
l'avons déjà fait précédemment dans le cas des éléments membranes.
7-57
Chapitre 7 – Éléments finis pour l'analyse des structures

Chapitre 8

8 RÉSOLUTION DE PROBLÈMES DYNAMIQUES

8.1 Système à un seul degré de liberté, une brève révision

Dans cette introduction nous allons étudier un système simple ayant un seul degré de liberté. Il est
important de bien comprendre le comportement d'un tel système avant d'entreprendre l'étude de
systèmes plus complexes. La figure 8.1 illustre un système composé d'une masse M, d'un ressort linéaire
de constante K et d'un amortisseur visqueux C. L'équation différentielle d'équilibre permettant la
résolution de ce système, lorsqu'il est excité par une force F(t), est donnée par:

M u&& + C u& + K u = F ( t ) (8.1) C K

8.1.1 Vibration libre sans amortissement


Figure 8.1
Dans ce cas nous avons: F(t) = 0 et C=0

L'équation (8.1) devient: M u&& + K u = 0 (8.2)

8-58
K
En divisant les deux membres de cette équation par M et en posant: ω 2 =
M

Nous obtenons: u&& + ω 2 u = 0

La solution de cette équation est donnée par:

u(t) = C 1 sin ω t + C 2 cos ω t = C sin (ω t + φ ) (8.3)

K
où ω= est la période naturelle du système en rad/sec
M

ω
f= est la fréquence naturelle de vibration en Hertz

Dans l’équation (8.3), C1 et C2 ou encore C et φ sont des constantes d'intégration (système d'ordre 2) qui
seront déterminées par les conditions initiales du problème.

8-2
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Exemple: Soit le cas où nous relâchons le système après lui avoir donné un déplacement initial u =
h.

Pour t = 0 nous avons donc: u = h et u& = 0

u = h = C 2 = C sin φ C1 = 0 C=h
L'équation (8.3) donne: d'où et
u& = 0 = C 1 ω = C ω cos φ C2 = h φ =π 2

t
Donc: u = h cos ω t = h sin (ω t + π/2 )
Figure 8.2

8.1.2 Vibration libre avec amortissement

Dans ce cas nous avons: M u&& + C u& + K u = 0

2 ωn C K
ou encore: u&& + u& + u = 0
2 ωn M M

K
En posant: ωn= fréquence naturelle du système sans amortissement.
M

C C
et ξ= = facteur d'amortissement.
2 M ωn 2 K M

8-3
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Nous obtenons: u&& + 2 ξ ω n u& + ω 2n u = 0 (8.4)

La solution de cette équation différentielle est de la forme u = C eλ t

La vitesse et l'accélération sont: u& = C λ eλ t et u&&= C λ 2 eλ t

En remplaçant dans l'équation (8.4) nous obtenons: C eλ t ( λ 2 + 2 ξ ω n λ + ω 2n ) = 0

Puisque C eλ t ≠ 0 alors il faut: λ 2 + 2 ξ ω n λ + ω 2n = 0

(
λ 1,2 = 1/2 − 2 ξ ω n ± 4 ξ ω n - 4 ω n
2 2 2
)
( )
Les racines de cette équation sont: (8.5)
=ωn −ξ ± ξ -1
2

Nous avons trois cas possibles selon la valeur de ξ.

a) Pour ξ > 1, nous avons deux racines réelles négatives et distinctes.

u = C 1 eλ 1 t + c 2 eλ 2 t (8.

C'est un mouvement apériodique (sans vibration) avec


décroissance logarithmique.

Nous avons suramortissement.

8-4
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Figure 8.3

b) Pour ξ = 1, nous avons deux racines réelles égales: λ 1 = λ 2 = − ω n ξ

u = ( C 1 + C 2 t ) e- ω n t (8.7)

C'est encore un mouvement apériodique

avec décroissance logarithmique. Nous avons


l'amortissement critique

Figure 8.4

c) Pour ξ < 1, nous avons deux racines imaginaires : (


λ 1, 2 = ω n - ξ ± i 1 - ξ
2
)

En posant ω d = ω n 1 - ξ λ 1, 2 = - ξ ω n ± i ω d
2
alors

et nous obtenons: u = C 1 eλ1 t + C 2 eλ 2 t = e- ξ ω n t ( C 1 ei ω d t + C 2 e- i ω d t )

En utilisant la relation: e
±i θ
= cos θ ± i sin θ

8-5
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

nous avons: u = e- ξ ω n t [ ( C 1 + C 2 ) cos ω d t + i ( C 1 - C 2 ) sin ω d t ]

Puisque le déplacement est une quantité réelle, posons: A1 = C 1 + C 2 et A2 = i ( C 1 - C 2 )

u = e-ξ ω n t ( A1 cos ω d t + A2 sin ω d t )


Alors nous obtenons finalement: (8.8)
= A e-ξ ω n t sin ( ω d t + φ )

C’est un mouvement période avec sous-amortissement (Figure 8.5).

Figure 8.5

Remarque: Nous avons amortissement critique pour ξ = 1, donc:

Cc
ξc= =1 d'où Cc = 2 K M (8.9)
2 K M

En résumé:

Pour ξ > 1 suramortissement avec mouvement apériodique (sans oscillation).

Pour ξ = 1 amortissement critique avec encore un mouvement apériodique.

8-6
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Pour ξ < 1 sous-amortissement avec mouvement périodique (vibratoire).

8.1.3 Vibration forcée avec amortissement

Dans le cas d'une excitation harmonique nous avons:

M u&& + C u& + K u = F sin ω t (8.10)

La solution complète de cette équation différentielle est la somme de la solution complémentaire et de


la solution particulière. La solution complémentaire est obtenue en posant F(t) = 0. C'est la solution
obtenue au paragraphe précédent et elle correspond à un régime non-permanent lorsque l'excitation
débute ou prend fin.

uc = A e
-ξ ω n t
sin ( ωd t +φ ) où ωd =ωn 1-ξ
2

Il nous reste à déterminer la solution particulière. Cette solution, qui correspond à un régime vibratoire
permanent, prend la forme suivante.

u p = B1 sin ω t + B2 cos ω t (8.11)

En remplaçant (8.11) dans (8.10) nous obtenons:

[( K - M ω 2 ) B1 - C ω B 2 ] sin ω t + [C ω B1 + ( K - M ω 2 ) B 2 ] cos ω t = F sin ω t

En comparant maintenant les deux membres de cette dernière équation nous avons:

(K -M ω 2 ) B1 - C ω B 2 = F et C ω B1 + ( K - M ω 2 )B 2 =0

8-7
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

La solution de ces deux dernières équations nous donne:

F (K -M ω ) 2
et
-F (C ω )
B1 = B2 =
( K - M ω ) +( C ω )
2 2 2
(K -M ω ) +( C ω )
2 2 2

La solution particulière est donc:

up=
F
[( K -M ω 2 ) sin ω t - C ω cos ω t ] (8.12)
(K -M ω ) +( C ω )
2 2 2

En exprimant cette dernière équation en fonction de l'amplitude et du déphasage nous avons:

u p = A sin ( ω t - φ ) (8.13)

F
où A= amplitude du mouvement vibratoire.
(K -M ω 2 2
) +( C ω ) 2

C ω
φ = tg - 1 déphasage du déplacement par rapport à l'excitation.
K - M ω2

En divisant par K, le numérateur et le dénominateur des expressions de l'amplitude et du déphasage


nous avons:

F/K C/K ω
A= φ = tg - 1
( 1 - M/K ω 2 ) + ( C/K ω
2
)2 1 - M/K ω 2

8-8
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

F
En posant: u0 = le déplacement sous charge statique,
K

K C C/K C/K 2ξ
avec ω 2n = et ξ= = = → C/K =
M 2 K M 2 M/K 2 ωn ωn

Nous obtenons finalement:

u 1
= amplification du mouvement
 1 - ( ω / ω n )  + [ 2 ξ ( ω / ω n )]
2
u0  2

2

2ξ (ω / ωn )
φ = tg -1  2 
déphasage
 1- ( ω / ω n ) 

Les deux diagrammes suivants représentent l'amplification et le déphasage du mouvement vibratoire en


fonction du rapport ω / ω n et du facteur d’amortissement ξ .

8-9
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Figure 8.6– Réponse en fréquence et déphasage en fonction du rapport de fréquence pour différentes
valeurs d’amortissement

8.1.4 Détermination expérimentale du facteur d'amortissement

L'amortissement d'un système vibratoire est complexe et très difficile à déterminer. Il est provoqué par
des frottements, des effets d'hystérésis et par d'autres phénomènes
dissipateurs d'énergie.

8-10

Figure 8.7
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

On peut le déterminer expérimentalement en donnant au système une impulsion et en mesurant


ensuite son déplacement en fonction du temps (Figure 8.7). C'est un problème de vibrations libres avec
amortissement. La réponse du système est donnée par l’équation (8.8).

Le rapport de l'amplitude entre deux cycles successifs ( Td = ∆ t = 2 π / ω d ) nous donne:

A e- ξ ω n t
u1 =
- ξ ω n (t + 2 π / ω d )
= e2 π ξ ( ω n / ω d )
u2 A e

Le décrément logarithmique est défini par:

δ = ln ( u1 / u 2 ) = 2 π ξ ( ω n / ω d ) où ωd =ωn 1-ξ
2

2π ξ
Donc δ = ln ( u1 / u 2 ) =
1-ξ2

En résolvant l'équation précédente pour obtenir le facteur d’amortissement ξ, nous avons:

δ
ξ= avec δ = ln  u1  (8.14)
(2 π ) + δ
2 2  u2 

δ
Pour un facteur d'amortissement faible nous avons u 1 ≈ u 2 et δ << 1 d'où: ξ =

Lorsque la différence entre u1 et u2 est trop faible, on peut mesurer l'amplitude de deux oscillations
séparées par N cycles. Nous avons alors:

8-11
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

δ
ξ= avec δ = ln  u1  (8.15)
( 2 π N ) +δ
2 2  u N

8-12
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

8.2 Problèmes dynamiques

Nous savons déjà que la solution d'un problème dynamique en éléments finis est donnée par un
ensemble d'équations différentielles couplées ayant la forme suivante.

[ M ] { D&& (t) }+ [ C ] { D& (t) }+ [ K ]{ D(t) }= { F (t) } (8.16)

où [ M ] ... matrice masse.

[ C ] ... matrice d'amortissement.

[ K ] ... matrice de rigidité.

&& } , { D& } ,{ D } ... vecteurs d'accélération, de vitesse et de déplacement.


{ D

{ F (t ) } ... excitation.

Nous savons aussi que la réponse d'un système excité à une fréquence voisine de l'une de ses
fréquences naturelles de vibration peut être relativement grande, dépendant de l'amortissement du
système. Plus l'amortissement sera faible, plus l'amplitude de la réponse sera élevée.

Souvent, lors de la conception d'un système, les fréquences d'excitation sont connues et bien définies. Il
est logique à ce stade de modifier les paramètres du système (rigidité et/ou masse ) de façon à ce que
ses fréquences naturelles de vibration soient le plus loin possible des fréquences d'excitation. Dans ces
conditions, la détermination des fréquences naturelles de vibration est d'un intérêt pratique
considérable.

8.2.1 Fréquences naturelles de vibration

Les fréquences naturelles et les modes de vibration sont obtenus de l'équation (8.16) pour une
excitation nulle et en supposant que l'amortissement est négligeable. Nous avons alors:

8-13
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

[ M ] { D&& (t) }+ [ K ]{ D (t) }= 0 (8.17)

Le système est animé d'un mouvement harmonique et la solution de l'équation (8.17) aura la forme
suivante.

{ D (t) } = { D } eiωt (8.18)

où { D } ... vecteur des amplitudes.

En dérivant (8.18) deux fois, nous avons: { D&& (t) } = - ω { D } eiωt


2

En remplaçant maintenant dans (8.17) nous obtenons:

( [ K ] - ω [ M ] ) { D } eiωt = 0
2
(8.19)

Puisque eiωt ≠ 0 il faut donc que:

( [ K ] - ω [ M ] ) { D }= 0
2
(8.20)

L'équation (8.20) correspond à un problème aux valeurs propres. La solution triviale { D } = 0 ne nous
apporte rien puisqu'elle correspond à la position de repos du système. Les autres solutions sont
obtenues en posant le déterminant de la matrice des coefficients de l'équation (8.20) égal à zéro.

[ K ] - ω 2 [ M ]= 0 (8.21)

En résolvant l'équation (8.21) nous obtiendrons pour chacune des équations du système, une valeur
propre différente ωi2. Les racines carrées de ces valeurs propres représentent les fréquences naturelles
de vibration du système en radian par seconde. La fréquence en Hertz est obtenue en divisant cette
valeur par 2π.

8-14
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

ωi
f i=

En substituant chacune de ces valeurs propres ωi2 dans l'équation (8.20) nous obtiendrons un vecteur
propre {Di}. Ce vecteur donne l'amplitude relative du déplacement des D. de L. du système (la
déformée) lorsque le système vibre à sa fréquence naturelle ωi.

( [ K ] - ω [ M ] ) { D }= 0
2
i i (8.22)

Il est à noter que chaque valeur propre ωi introduit une relation linéaire entre les équations de (8.22). La
matrice des coefficients est singulière et chaque vecteur propre est déterminé à une constante près qui
reste indéterminée. En d'autres termes, le vecteur propre représente le mode de vibration
correspondant à la fréquence naturelle ωi sans donner aucune indication sur l'amplitude réelle des
vibrations.

Lorsque les matrices [ M ] et [ K ] sont toutes les deux définies positives, toutes les valeurs propres sont
positives. Un système possédant des mouvements rigides est positif semi-défini. Il y aura alors une
valeur propre nulle associée à chacun des mouvements rigides qu'il possède. Il est toujours possible que
des termes sur la diagonale de la matrice masse (termes Mii ) soient nuls et même négatifs. Associé à
chacune des valeurs nulles Mii nous aurons une valeur propre infinie, et associé à chacune des valeurs
négatives Mii nous aurons une valeur propre ωi2 négative et donc une fréquence naturelle imaginaire.
Certains algorithmes pour l'extraction des valeurs propres exigent une matrice masse définie positive, et
ne fonctionnent donc pas si la diagonale de la matrice masse contient des valeurs nulles ou négatives.
Lorsque nous avons une valeur nulle nous pouvons cependant l'éliminer du système d'équations par une
condensation statique.

La solution de l'équation (8.20) peut être obtenue par différentes méthodes (Jacobi, QR, etc..). Ces
méthodes de solution sont bien documentées et chacune possède ses avantages et ses inconvénients. À
ce stade de notre étude il est inutile d'expliquer en détails chacune de ces méthodes.

8.2.2 Méthode de réduction de GUYAN (Condensation statique)

En éléments finis, l'analyse statique de problèmes ayant 10,000 degrés de liberté ou plus est
relativement fréquente. L'analyse dynamique de problèmes ayant seulement 1000 degrés de liberté est

8-15
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

difficile, principalement à cause de l'effort de calcul nécessaire à l'extraction des valeurs propres et au
calcul des vecteurs propres.

On peut cependant utiliser la condensation statique pour réduire le nombre de degrés de liberté et ainsi
réduire la quantité de calcul nécessaire à la résolution du problème aux valeurs propres. La
condensation statique dégrade la précision des résultats, mais cet effet est négligeable si nous
l'appliquons convenablement.

Nous présentons ici un algorithme connu sous le nom de "réduction de Guyan". L'équation (8.20) est
partitionnée de façon à regrouper ensemble les degrés de liberté maîtres {Dm} que nous voulons
conserver et les degrés de liberté esclaves {De} que nous désirons éliminer.

  K mm K me  2  M mm M me    D m  0 
  T  -ω  T   =   (8.23)
  K me K ee   M me M ee    D e  0 

L'hypothèse principale sur laquelle repose la réduction de Guyan est qu'aux fréquences les plus basses,
les forces d'inertie agissant sur les degrés de liberté esclaves sont négligeables par rapport aux forces
élastiques transmises par les degrés de liberté maîtres. En d'autres mots, nous supposons qu'à basse
fréquence, les déplacements des degrés de liberté esclaves { De } sont les mêmes que ceux qu'ils ont lors
du déplacement statique des degrés de liberté maîtres. Afin d'obtenir une relation entre { De } et { Dm }
nous allons ignorer temporairement la masse dans la partition inférieure de l'équation (8.23). En
développant cette partition nous avons:

[ T
K me ] { D }+ [ K ] { D }= 0
m ee e
(8.24)
d ′où { De }= - [ K ] [ K ] { D }
-1
ee
T
me m

En utilisant cette dernière équation nous pouvons maintenant écrire:

D m  I   I 
 =  -1 T  { D m }= [ P ]{ Dm } où [ P ]=  -1 T  (8.25)
 D e   - K ee K me   - K ee K me 

8-16
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

La matrice [P] est une matrice de passage. En remplaçant (8.25) dans (8.23) et en pré multipliant le
résultat par [PT] nous obtenons un problème aux valeurs propres de dimensions réduites qui ne fait
intervenir que les degrés de liberté maîtres {Dm}.

([ Kr ]−ω2 [ Mr ] ) {D m} = 0
(8.26)
où [ K r ] =  P 
T
[ K ][ P ] et [ M r ] =  P
T
 [ M ][ P ]

Au besoin nous pouvons récupérer par la suite les degrés de libertés esclaves en utilisant l’équation
(8.24). Il est cependant préférable de considérer la masse des degrés de liberté esclaves que nous avions
négligée précédemment. En reprenant la deuxième partition de (8.23) nous avons:

[ K Tme ] { D m } + [ K ee ] { D e } - ω 2 [ M Tme ] { D m } - ω 2 [ M ee ] { D e } = 0
-1 (8.27)
d ′où { D e } = -  K ee - ω 2 M ee   K Tme - ω 2 M Tme  { D m }

Nous devons souligner ici que si les matrices [ K ] et [ M ] étaient des matrices bandes avant la
condensation statique, elles ne le sont plus après. Pour bénéficier de l'efficacité de cette technique, il
faut condenser un grand nombre de degrés de liberté soit de 50% jusqu’à plus de 90% des D. de L. du
modèle.

La Figure 8.8 illustre le maillage d'une plaque en flexion qui contient 30 noeuds actifs ayant chacun trois
degrés de liberté (wi, θxi et θyi), pour un total de 90 D.L.. Les fréquences naturelles obtenues pour le
système complet de 90 D. de L. sont données, de même que celles obtenues d'un système réduit à 6 D.L.
seulement. Ce dernier système est composé du déplacement wi des six noeuds encerclés. On remarque
que les deux systèmes donnent des réponses très similaires pour les deux premiers modes de vibration.
Pour les modes supérieurs, il y a une divergence croissante entre les fréquences obtenues car l’inertie
de D. de L. esclaves commence à prendre de l’importance.

8-17
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Figure 8.8

8.2.3 Orthogonalité des vecteurs propres { Di }

Lorsque la matrice de rigidité et la matrice masse sont symétriques, on peut facilement démontrer que
les vecteurs propres sont orthogonaux par rapport à la matrice masse [ M ] et aussi par rapport à la
matrice de rigidité [ K ]. En utilisant l'équation (8.22) nous pouvons écrire:

[ K ] {D i} = ω i2 [ M ] {D i} (8.28)

ou encore [ K ] {D j} = ω 2j [ M ] {D j} (8.29)

Pré-multiplions l'équation (8.28) par {DjT} pour obtenir (8.30). Pour l'équation (8.29) pré-multiplions par
{DiT} puis transposons le tout. Puisque [ K ] et [ M ] sont symétriques, nous obtenons finalement
l'équation (8.31):

{ D Tj } [ K ] { D i } = ω i2 { D Tj } [ M ] { D i } (8.30)

{ D Tj } [ K ] { D i } = ω 2j { D Tj } [ M ] { D i } (8.31)

En soustrayant l'équation (8.31) de (8.30) nous avons:

8-18
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

( ω i2 - ω 2j ){D T
j } [ M ] { Di } = 0 (8.32)

Pour i ≠ j nous avons (ωi2 - ωj2 ) ≠ 0 et il faut donc:

{ D Tj } [ M ] { D i } = 0 (8.33)

(8.30) ou (8.31)donnent alors : { D Tj } [ K ] { D i } = 0 (8.34)

Les produits représentés par les équations (8.33) et (8.34) étant nuls, on dit que les deux vecteurs
propres différents { Di } et { Dj }, sont orthogonaux par rapport aux matrices de masse et de rigidité. En
reprenant l'équation (8.35), pour i = j nous avons ωi2 - ωi2 = 0, donc:

{ D Ti }[ M ]{ D i } ≠ 0

Normalisation

Les vecteurs propres {Di} étant déterminés à une constante près, nous pouvons les normaliser par
rapport à la matrice masse [M].

Pour i = j, posons : { D Ti } [ M ] { D i } = 1 (8.36)

Alors (8.30) donne : { D Ti } [ K ] { D i } = ω i2 (8.37)

8-19
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

8.3 Réponse d'un système dynamique

Il est souvent nécessaire d'étudier la réponse d'un système en fonction du temps, lorsqu'il est soumis à
une excitation quelconque. Il faut alors résoudre l'équation (8.16) en utilisant une méthode
d'intégration directe ou encore par la méthode de superposition des modes. Nous allons considérer en
premier lieu la méthode de superposition des modes et nous reviendrons plus loin sur les différentes
méthodes d'intégration directe.

8.3.1 Méthode de superposition des modes

Lorsque le système d'équations (8.16) est linéaire, la méthode de superposition des modes est la plus
efficace. Elle consiste à découpler les équations du système (8.16) de façon à obtenir un ensemble
d'équations différentielles linéaires, indépendantes les unes des autres. En définitive, nous remplaçons
un système de "n" degrés de liberté par "n" systèmes ayant un seul degré de liberté. La solution de ces
équations indépendantes est alors beaucoup plus simple.

8.3.1.1 Matrice de passage

Considérons une matrice de passage [ P ] telle que:

{ D(t ) } = [ P ] { X (t ) } (8.38)

Dans cette dernière équation, les éléments du vecteur { D(t) } sont les degrés de liberté réels des noeuds
du maillage, tandis que, les éléments de { X(t) } sont appelés "degrés de liberté généralisés". En
remplaçant (8.38) dans l'équation (8.16) et en pré-multipliant le résultat par [PT] nous obtenons:

[ P T ] [ M ] [ P ] { X&& (t ) } + [ P T ] [ C ] [ P ] { X& (t ) } + [ P T ] [ K ] [ P ] { X (t ) } = [ P T ] { F (t ) } (8.39)

Pour découpler l'ensemble d'équations représenté par (8.39) il nous faut choisir la matrice de passage [
P ] de façon à ce que les produits suivants soient des matrices diagonales.

8-20
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

[ PT ] [ M ] [ P ]
[ PT ] [ C ] [ P ]
[ PT ] [ K ] [ P ]

Pour la matrice masse [ M ] et la matrice de rigidité [ K ] le résultat recherché est obtenu en posant:

[ P ]=[ { D1 }{ D 2 }{ D 3 }... ] (8.40)

où { D1 }, { D2 }, etc... sont les vecteurs propres du système, obtenus de l'équation (8.22). Selon les
équations (8.33) à (8.37) nous avons alors:

[ PT ] [ M ] [ P ] =  I 
(8.41)
[ PT ] [ K ] [ P ] = ω i2 

La matrice de passage [ P ] est donc construite en plaçant des vecteurs propres les uns à la suite des
autres. Par exemple, les éléments de la colonne "i" de la matrice [ P ] sont ceux du vecteur propre { Di }.
En principe on devrait utiliser tous les vecteurs propres du système, la matrice de passage [ P ] serait
alors une matrice carrée. En pratique cependant, nous n'utiliserons que les vecteurs propres
correspondant aux fréquences naturelles les plus susceptibles d'être excitées. Ainsi, le nombre
d'équations différentielles indépendantes que nous obtiendrons de (8.39) sera égal au nombre de
vecteurs propres que nous aurons inclus dans la matrice de passage [ P ].

En examinant de nouveau les équations (8.38) et (8.40) nous pouvons maintenant interpréter les degrés
de liberté généralisés {X(t)} comme étant la contribution de chacun des modes de vibration à la réponse
du système.

8.3.1.2 Amortissement

La matrice d'amortissement [ C ] telle que nous l'avons développée lorsque nous avons discuté des
matrices des différents éléments est définie par un coefficient d'amortissement visqueux de nature
inconnue.

8-21
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Puisque le produit [ PT ][ C ][ P ] doit donner une matrice diagonale, posons:

[ PT ] [ C ] [ P ] =  2 ω i ξ i  (8.42)

où ξi est l'amortissement réel du système à la fréquence ωi.

L'équation (8.42) s'inspire du fait que nous désirons obtenir ainsi l'équivalent de "n" systèmes ayant
chacun un seul degré de liberté. Or, pour un système d'un seul degré de liberté nous avons une telle
expression. En remplaçant maintenant (8.41) et (8.42) dans (8.39) nous obtenons:

{ X&& (t ) } +  2 ω i ξ i  { X& (t ) } +  ω i2  { X (t ) } =  P T  { F (t ) } (8.43)

L'équation (8.43) représente un ensemble d'équations différentielles linéaires entièrement découplées.


Chacune des équations de (8.43) est indépendante des autres. Par exemple l'équation no.1 est donnée
par:

X&& 1(t ) + 2 ω 1 ξ 1 X& 1(t ) + ω 1 X 1(t ) = { D1 } {F (t )}


2 T

À cause d'une excitation qui est habituellement définie numériquement, la solution de ces équations
différentielles est habituellement obtenue par des méthodes d'intégration numérique.

8-22
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

8.3.1.3 Conditions initiales pour la résolution de l'équation (8.43)

Reprenons l'équation (8.38): { D(t) } = [ P ]{ X(t) }

En prémultipliant les deux membres de (8.38) par [ PT ][ M ] nous obtenons:

[ P T ] [ M ] { D(t ) } = [ P T ] [ M ] [ P ] { X (t ) }

où [ PT ][ M ][ P ] = [ I ]

Donc { X (t = 0) } = [ P T ] [ M ] { D(t = 0) } (8.44)

De la même façon nous obtenons aussi la vitesse initiale:

{ X& (t = 0) } = [ P T ] [ M ] { D& (t = 0) } (8.45)

Lorsque tous les degrés de liberté généralisés {Xi} sont déterminés en fonction du temps, la réponse du
système est donnée par l'équation (8.38). Les degrés de liberté généralisés {Xi} représentent donc la
contribution de chacun des modes de vibration dans la réponse du système.

8.3.2 Remarques sur l'amortissement

Lorsque nous avons établi les matrices des différents éléments nous avions utilisé le concept d'un
coefficient d'amortissement visqueux interne. En pratique, ce concept n'est pas très réaliste,
l'amortissement dans une structure n'étant pas de nature visqueuse. C'est une dissipation d'énergie
causée par des mécanismes tels que les frottements, les effets d'hystérésis, le glissement dans les
connections, les déplacements d'air, etc... De plus l'amortissement varie très souvent avec la fréquence
de vibration.

8-23
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Une étude détaillée des mécanismes d'amortissement serait très fastidieuse et incertaine. De plus, elle
conduirait inévitablement à une matrice d'amortissement non linéaire avec laquelle la méthode de
superposition des modes serait inutilisable. Comme alternative nous pouvons utiliser les "méthodes
d'amortissement spectrales". Ces méthodes sont basées sur l'observation expérimentale de
l'amortissement réel dans les structures. Elles nous permettent d'introduire un amortissement visqueux
dans un système en spécifiant un certain pourcentage du facteur d'amortissement critique ξ. Ce
pourcentage est habituellement déterminé expérimentalement en excitant le système à une fréquence
naturelle spécifique et en mesurant ensuite le décrément logarithmique du déplacement.

δ  u 
ξ= où δ = ln  1  (8.46)
( 2 π )2 + δ  u2 

8-24
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

8.3.2.1 Méthode d'amortissement proportionnel de Rayleigh

La méthode de Rayleigh ou méthode d'amortissement proportionnelle, est la plus utilisée des méthodes
d'amortissement spectrales. La matrice d'amortissement [ C ] est remplacée par une combinaison
linéaire des matrices [ K ] et [ M ].

α [ K ]+ β [ M ]=[ C ] (8.47)

En pré multipliant par [ PT ] et en post multipliant par [ P ] nous avons:

[ P T ] ( α [ K ] + β [ M ] ) [ P ] = [ P T ][ C ][ P ]

Introduisons (8.41) dans l’équation précédente

α  ω i2  + β [ I ] =  2 ω i ξ i 

À une fréquence donnée ωi, nous avons donc :

α ω i2 + β = 2 ω i ξ i (8.48)

On détermine les valeurs des facteurs α et ß à partir de la mesure expérimentale des pourcentages
d'amortissement critiques ξ1 et ξ2, à deux fréquences naturelles différentes ω1 et ω2.

En utilisant (8.48) nous obtenons deux équations qui permettent la détermination des deux inconnus α
et ß.

8-25
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

2 (ξ 2ω 2 - ξ 1ω 1)
α ω 12 + β = 2ω 1ξ 1 α = (a)
 (ω 22 - ω 12)
 (8.49)
 2ω 1ω 2 (ξ 1ω 2 - ξ 2ω 1)
α ω 22 + β = 2ω 2ξ 2 β = (b)
(ω 22 - ω 12)

Connaissant les facteurs α et ß, le pourcentage d'amortissement critique ξi à la fréquence ωi est calculé


en utilisant l'équation (8.48).

ξi = 1/2 ( α ωi + β/ωi ) (8.50)

Les valeurs de ξi calculées à l'aide de l'équation (8.50) peuvent être utilisées dans l'équation (8.43) pour
obtenir la réponse du système.

La Figure 8.9 représente le pourcentage d'amortissement critique en fonction de la fréquence pour un


amortissement de Rayleigh. Elle illustre aussi la contribution respective de l'amortissement
proportionnel à la masse (β) et de l'amortissement proportionnel à la rigidité (α).

Figure 8.9

8-26
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

8.4 Méthode d'intégration directe

On résout le système d’équations (8.16), en traitant la variable temps par une méthode de différences
finies. En partant des conditions initiales de déplacement et de vitesse, la réponse de chacun des degrés
de liberté est obtenue à chaque intervalle de temps et la solution progresse d'un intervalle de temps à
l'autre.

Figure 8.10

Il est à noter que les équations (8.16) sont couplées les unes aux autres. La résolution d'un problème est
donc très fastidieuse et très longue. Cette méthode est cependant justifiable lorsque le système
d'équations (8.16) est non linéaire, par exemple, lorsque les matrices [ K ] et [ M ] sont des fonctions de
{ D } ou encore des fonctions du temps. Dans les références de langue anglaise ces méthodes sont dites
"Time marching". Nous allons limiter notre étude à une seule de ces méthodes afin de mieux en
comprendre le fonctionnement.

8-27
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Méthode de CRANK-NICOLSON (Méthode trapézoïdale)

La méthode de Crank-Nicolson est largement utilisée en éléments finis puisqu'elle est


inconditionnellement stable, peut importe la longueur de l'intervalle de temps choisie. C'est une
méthode à "un intervalle" qui utilise uniquement l'information de l'intervalle de temps précédent.

Au cours d'un intervalle de temps ∆t, cette méthode est basée sur les approximations suivantes :

1
∆D = (vitesse moyenne) ∆t → D t +1 - D t = ( D& t + D& t +1 ) ∆t (8.51)
2

1
∆D& = (accélération moyenne) ∆t → D& t +1 - D& t = && t + D
(D && t +1 ) ∆t (8.52)
2

Figure 8.11

En utilisant (8.51) et (8.52) nous obtenons:

2
D& t +1 = ( D t +1 - D t ) - D& t (8.53)
∆t

8-28
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

2
&& t +1 =
D ( D& t +1 - D& t ) - D
&& t
∆t
2  2
= ( D t +1 - D t ) - D& t - D& t  - D
&& t (8.54)
∆t 
 ∆ t 
4 4
= 2 ( D t +1 - D t ) - D& t - D&& t
∆t ∆t

À l'intervalle de temps (t+1) l'équation du mouvement s'écrit de la façon suivante :

&& t +1 } + [ C ]{ D& t +1 } + [ K ]{ D t +1 } = { F (t + 1) }
[ M ]{ D (8.55)

En remplaçant (8.53) et (8.54) dans (8.55) nous obtenons:

 4 
&& t  + [ C ]  
4 2
[ M ]  2 ( Dt +1 - Dt ) - D& t - D ( Dt +1 - Dt ) - D& t  + [ K ]{ Dt +1 } = { F (t + 1) }
 ∆t ∆t   ∆t 

En regroupant les termes semblables nous obtenons finalement:

 4 2 
 ∆t 2 [ M ] + ∆t [ C ] + [ K ]  { Dt +1 } =
 4 2 
 ∆t 2 [ M ] + ∆t [ C ]  { Dt }

 4 
+ [ M ] + [ C ]  { D& t } + [ M ] { D
&& t } + { F (t + 1) }
 ∆t 

ou encore: [ K eff ]{ D t +1 } = { F eff } (8.56)

8-29
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

 4 2 
avec Keff  =  2 [ M ] + [ C ] +[ K ] 
 ∆t ∆t 

{Feff } =  ∆t2 [ M ] + ∆t [ C ]  { Dt }+  ∆t2 [ M ] +[ C ] { D& t }+[ M ]{ D&&t }+{ F(t +1) }
4 2 4
   

Conditions initiales

Au temps initial t = 0, le déplacement { D 0 } et la vitesse { D& 0 } doivent être connus. L'accélération


initiale est obtenue de l'équation du mouvement (8.16) au temps t = 0.

&& 0 } = [ M -1 ] { { F 0 } - [ C ]{ D& 0 } -[ K ]{ D 0 }}
{ D

Méthode de résolution

Au temps t, connaissant le déplacement { D t } , la vitesse { D& t } et l'accélération { D


&& t } :

1) L'équation (8.56) donne le déplacement { D t +1 }

2) L'équation (8.53) donne la vitesse { D& t +1 }

3) L'équation (8.54)donne l'accélération && t +1 }


{ D

Nous revenons ensuite à (8.16) pour le calcul des mêmes paramètres au temps t + 2 ∆t, et ainsi de suite
jusqu'au temps final. Nous avons déjà mentionné que la méthode trapézoïdale de Crank-Nicolson est
inconditionnellement stable. Cependant, étant une méthode linéaire, pour obtenir une précision
acceptable l'intervalle de temps ∆t devrait être égal ou inférieur à un dixième de la période T = 1/f d'un
cycle d'excitation.

1
∆t ≤ 0.1 T = 0.1
f

8-30
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

8.5 Exemples de calcul, fréquences naturelles et modes vibratoire

8.5.1 Système à deux masses avec ressorts

Équilibre

M 2 X&&2 + k2 ( X 2 − X 1 ) = 0
M X&& + k X − k ( X − X
1 1 1 1 2 2 1 )=0
Équation du mouvement

[ M ]{D&&(t )} + [ K ]{D(t )} = 0

 M1 0   X&&1   k1 + k2 −k2   X 1 
  +    = 0
 0 M 2   X&&2   −k2 k2   X 2 

k = 4 N/mm
Soient
M = 1 (N-s 2 ) / mm → 1000 kg

1 0   X&&1   8 −4   X 1 
Alors   +    = 0
0 1   X&&2   −4 4   X 2 

Solution

&&
 X 1   A1  iω t  X 1  A 
2  1  iω t
Posons que   =  e →   = −ω   e
 X 2   A2   X&&2   A2 

Donc

8-31
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

  8 −4  1 0    A1  iωt
  −ω    e = 0
2
  −4 4      A2 
   0 1

8 − ω 2 −4   A1  iω t
   e = 0
 −4 4 − ω 2   A2 

Calcul des racines, méthode du déterminant

( )( )
det = 8 − ω 2 4 − ω 2 − 16 = ω 4 − 12ω 2 + 16 = 0

ω12 = 1.53 → ω1 = 1.237


ω =
2 1
2 (12 ± 12 − 4 *16
2
) →  2
ω2 = 10.47 → ω2 = 3.236

Modes de vibration

8 − 1.53 −4   A1 
ω12 = 1.53 →    =0
Mode 1  −4 4 − 1.53  A2 1
En fixant ( A2 = 1)1 alors ( A1 = 0.618 )1

8 − 10.47 −4   A1 
ω2 2 = 10.47 →    = 0
Mode 2  −4 4 − 10.47   A2 2
En fixant ( A1 = 1.0 )2 alors ( A2 = −0.618 )2

Résultats

8-32
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

ω1 0.618
ω1 = 1.237 f1 =

= 0.197 D1 =  
 1.0 
ω2  1.0 
ω 2 = 3.236 f2 =

= 0.515 D2 =  
−0.618

Orthogonalité (vérification)

1 0  0.618
{ }
D2T [ M ]{D1 } = 0 → 1.0 −0.618   =0 ok
0 1   1.0 

 8 −4  0.618
{ D } [ K ]{ D } = 0
2
T
1 → 1.0 −0.618   =0 ok
 −4 4   1.0 

Normalisation des vecteurs propres

Nous désirons { D } [ M ]{D } = 1


i
T
i

1 0  0.618
0.618 1.0     = 1.3819
0 1   1.0 
Mode 1
1 0.618 0.5257 
{D1 } =  = 
1.3819  1.0  0.8507 

1 0   1.0 
1.0 −0.618    = 1.3819
 0 1  −0.618
Mode 2
1  1.0   0.8057 
{D2 } =  = 
1.3819 −0.618 −0.5257 

8-33
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

{ } [ K ]{D } = ω
Vérification de DiT i
2

 8 −4  0.5257 
Mode 1 0.5257 0.8507     = 1.53 ok
 −4 4  0.8507 

 8 −4   0.8507 
Mode 2 0.8507 −0.5257     = 10.47 ok
 −4 4  −0.5257 

8.5.2 Colonne encastrée-libre

Soit une colonne droite ayant les propriétés suivantes:

E=200 x 109 N/m2 I=5 x 10-9 m4 A=1000 x 106 m2

ρ=4200 (N-s2)/m4 (4200 Kg/m3)

La colonne est modélisée avec deux éléments poutre

(flexion dans un seul plan).

Les matrices de rigidité et de masse de l'élément sont:

8-34
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

 12 6 L −12 6 L   156 22 L 54 −13L 


   
EI  6 L 4 L2
−6 L 2 L2
 ρ AL  22 L 4 L
2
13L −3L2 
[K ] = 3   [M ] =  
L  −12 −6 L 12 −6 L  420  54 13L 156 −22 L 
   
 6 L 2 L2 −6 L 4 L2   −13L −3L2 −22 L 4 L 
2

EI ρ AL
Avec L=1m → 3
= 103 = 10 −2
L 420

L'équation du mouvement d'un élément devient

 12 6 −12 6   v1  156 22 54 −13  v&&1 


     
 6 4 −6 2  θ1   22 4 13 −3  θ&&1 
103     + 10−2    = 0
 −12 −6 12 −6   v2   54 13 156 −22   v&&2 
     
 6 2 −6 4  θ 2   −13 −3 −22 4  θ&&2 

Assemblage après application des conditions cinématiques

 24 0 −12 6   v2   312 0 54 −13  v&&2 


     
 0 8 −6 2  θ 2   0 8 13 θ 2 
−3   &&
−2
10 
3
   + 10    = 0 (8.57)
 −12 −6 12 −6   v3   54 13 156 −22   v&&3 
     
 6 
2 −6 4  θ 3  
 −13 −3 −22 4  θ 3 
&&

Posons {D(t )} = {D} eiω t → {D&&(t )} = −ω {D}eiω t


2

(8.57) devient alors:

8-35
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

  24 0 −12 6   312 0 54 −13   v2 


     
  0 8 −6 2   0 8 13 θ 2 
−3   
103   − 10−2 ω 2      eiω t = 0 (8.58)
  −12 −6 12 −6   54 13 156 −22    v3 
     
     
  6 2 −6 4   −13 −3 −22 4   θ 3 

Réduction de Guyan

θ 2  v2 
Soit {De } =   {Dm } =  
θ 3  v3 

  24 −12 0 6   312 54 0 −13   v2 


     
  −12 12 −6 −6   54 156 13 −22    v3 
Réécrivons (8.58) 103   − 10−2 ω 2    = 0
  0 −6 8 2   0 13 8 −3   θ 2 
     
  6 −6 2 4   −13 −22 −3 4   θ3 

Matrice de passage [P]

8 2 0 −6  1  3 3
[ K ee ] =    K meT  =   −  K ee −1   K meT  =  
 2 4  6 −6  7  −12 9 

 v2   7 0
   
 Dm   v3  1  0 7  v2 
 = =     = [ P ]{ Dm }
 De  θ 2  7  3 3 v3 
   
θ3   −12 9 

8-36
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Matrices réduites

 96 −30 
103
[ K r ] =  PT  [ K ][ P ] =  
 −30 12 
7

10−2 18336 3615 


[ M r ] =  PT  [ M ][ P ] =  
49  3615 5652 

Fréquences naturelles et modes de vibration

 103  96 −30  10−2 2 18336 3615  v2 


  − ω    = 0 (8.59)
 7  −30 12  49  3615 5652   v3 

Note: nous avons ([ K ] − ω [ M ]) {D } = 0


i
2
i

( )
Multiplions par  M −1  →  M −1  [ K ] − ωi 2 [ I ] { Di } = 0

  5031.97 −1645.83 1 0  v2 


(8.59) devient:    − ωi 2    = 0
  −6933.93 2538.87    
   0 1    v3 

8-37
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Valeurs propres

ω12 = 184.588 ω2 2 = 7386.249


ω1 = 13.586 ω2 = 85.94
f1 = 2.16 f 2 = 13.678

0.3395 −0.699 
{D1 } =   {D2 } =  
 1.0   1.0 

Fréquences obtenues avec le système non condensé (8.58)

f1 = 2.16 f 2 = 13.64 f 3 = 46.14 f 4 = 133.9

Note : f3 et f4 ne peuvent être calculés à partir du système condensé car celui-ci ne possède que deux
degrés de liberté.

8-38
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

8.6 Exercices

Problème 8-1

Soit le système à deux masses et trois ressorts illustré dans la figure qui suit. Si m1=m2=0.1 kg, et k=100
N/m, trouvez les fréquences naturelles du système.

Réponses: ω12 = 1000 (rad/s)2, ω22 = 3000 (rad/s)2

Problème 8-2

Dans la figure à droite, on voit un poteau vertical de 30 cm de long qui est


A=20 cm2
encastré au sol. Le poteau est fait d'aluminium (E=70 GPa, ρ=2700 kg/m3) et a
une section circulaire de 20 cm2. À l'aide d'un modèle à 3 éléments, déterminez
ces fréquences naturelles de vibrations axiales. Calculez aussi les déplacements
des deux premiers modes de vibration, vérifiez leurs orthogonalités et
normalisez les. Les matrices de rigidité et de masse d'un élément barreau en
traction-compression sont les suivantes:

30 cm

2 1  1 − 1
[M ] = ρAL   [K ] = AE  
6 1 2 L − 1 1 

Réponses:

8-39
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

π
Valeur exacte (solution analytique): ω1 = AE
2 ρAL2

Modèle É.F.: ω1= 0.270 x 105, ω2=0.8819 x 105, ω3=1.60 x 105 rad/s

Note: Il serait également intéressant de comparer ces résultats avec ceux obtenus à l'aide d'un modèle à
deux éléments.

8-40
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

Problème 8-3

Déterminez les deux premières fréquences naturelles de vibration axiale du barreau à sections variables
présenté dans la figure qui suit. Le barreau est fait d'un acier qui a les propriétés suivantes: E=200 GPa,
ρ=7800 kg/m3.

A=5 cm2 A=3 cm2 A=5 cm2

30 cm 20 cm 30 cm

Problème 8-4

Pour la poutre en porte-à-faux illustrée dans la figure qui suit, déterminez les deux premières
fréquences naturelles de vibration en flexion. Calculez les déplacements des deux premiers modes de
vibration, vérifiez leurs orthogonalités et normalisez les. Utilisez un modèle à un puis à deux éléments.

5 cm

ρ=7800 kg/m3, E=200 GPa 10 cm

1.5 m

Réponse exacte (analytique): ω1 = 3.516 EI ω 2 = 22.03 EI


ρAL4 ρAL4

Problème 8-5

Déterminez les deux premières fréquences naturelles de la poutre en bois sur appuis simples qui est
illustrée dans la figure qui suit.

8-41
Chapitre 8 – Résolution de problèmes dynamiques

3m 5 cm

ρ = 700 kg/m3, E=10 GPa 10 cm

π 
2

Réponse exacte (analytique): ω1 =   EI


 L ρA

Problème 8-6

Une structure a les caractéristiques suivantes d'amortissement: ξ1 = 0.03 à 5 Hz et ξ2 = 0.20 à 15 Hz


(mesures expérimentales). Déterminez les paramètres α et β nécessaires au calcul de l'amortissement
selon la méthode de Rayleigh.

8-42
Chapitre 9

9 INTRODUCTION À ANSYS

Lors des travaux en laboratoire qui se dérouleront durant la session, nous ferons appel à deux logiciels
d'éléments finis très populaires: MSC/Nastran et ANSYS.

Dans le cas de MSC/Nastran, une documentation très complète est disponible via le site Internet du
cours. Les nouveaux utilisateurs de ce logiciel devrait consulter en tout premier lieu le livre
"MSC/Nastran 2001 – Getting Started…..User's Guide", qui présente d'une façon simple et claire, une
introduction sur tous les sujets importants pour la réalisation de modèles d'éléments finis faits à l'aide
du logiciel Nastran. De nombreux exemples y sont aussi inclus.

Dans le cas du logiciel ANSYS, il existe une information très détaillée qui est accessible par le menu
d'aide interactif de ce programme. Cependant, nous ne possédons pas pour le moment, une
documentation qui pourrait être accessible pour consultation sur le site Internet du cours. Pour palier à
ce manque, nous avons inclus dans le présent chapitre, une courte documentation qui permettra à un
nouvel utilisateur de comprendre rapidement les principaux aspects du fonctionnement du programme
ANSYS. Cette documentation, tirée de la référence [5], comprend:

• Le chapitre 3.4 qui présente brièvement une vue d'ensemble du programme ANSYS incluant, le
démarrage, l'interface graphique, les menus principaux et les différents modes de sélection des
objets avec la souris.

• Le chapitre 8 qui explique plus en détails le fonctionnement du programme, comment créer un


modèle d'élément finis et comment obtenir les résultats voulus.

• Le tableau 8.2 qui donne une liste complète des différents éléments offerts par ANSYS.

9-1
9-2
Chapitre 10

10 PROBLÈMES SUPPLÉMENTAIRES, COURS 1 À 9

Voir pages suivantes

10-1
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9
Problème 1
Soit le barreau de section variable présenté à la figure 1.

F IG . 1 – Schéma du barreau de section variable

On désire calculer le déplacement u(x) en x = 50 par la méthode des éléments finis. Pour ce
faire, on fera l’hypothèse que la distribution de contrainte est uniforme dans toutes les sections
du barreau. Cette hypothèse est réaliste pour L assez grand. En effet, si on avait L = 0 on aurait
un changement abrupt de section (i.e. un coin) et l’on sait que cela entraîne des concentrations
de contraintes à la racine du coin.
Comme le chargement consiste en une seule force axiale, ce problème est unidimensionnel et
l’on ne tiendra compte que du déplacement en x uniquement. Le barreau est fait d’un matériau
de module E = 1.
On demande de calculer le déplacement en x = 50 avec 3 maillages différents : un maillage
à 1 élément, un maillage à 2 éléments et un maillage à 3 éléments. Dans chaque maillage, on
prendra des éléments de même longueur. Par convention, on notera les noeuds de 1 à n + 1,
où n est le nombre d’éléments, de x = 0 à x = 50. De plus, on désire comparer la solution par
éléments finis avec la solution analytique de ce problème.
Finalement, on prendra une aire effective Ã(i) pour la section de chaque barreau (i). Ã(i) est
calculée de la manière suivante :
1
Ã(i) = [A(xi ) + A(xj )]
2
où xi correspond à la position du noeud i de l’élément (i).

10-2
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9
Guides pour la solution
Pour arriver aux solutions finales, on vous propose le schéma suivant :
1. Exprimer la matrice
de
 rigidité
  (i)d’un
barreau droit dans son repère local. On aura ainsi pour
cet élément f ¯(i)
= K̄ (i)
ū .
2. Calculer les matrices de rigidité de chaque élément dans leurs repères locaux.
3. Calculer les matrices de rigidité de chaque élémentdans le repère
 (i)  global. Il ne faut pas
oublier d’augmenter les matrices (i)
pour que : (i)
K {u}. On rappelle que

K̄ f =
et {u} représentent toutes les forces et déplacements du problème, même ceux qui
 (i)
f
ne sont pas attachés à cet élément (i).
4. Calculer la matrice de rigidité [K] du système avec la formule : [K] = K . On aura
P  (i) 
alors le système suivant à résoudre : {f } = [K] {u}.
5. Remplacer dans {f } et {u} les valeurs connues et inconnues.
6. Réorganiser le système d’équations pour trouver les valeurs de {u} qui sont inconnues.

La solution analytique
Si l’on trace un DCL, on peut voir par équilibre que la force qui s’applique sur chaque section
est égale à F . Comme on a fait l’hypothèse que la contrainte σ est constante dans une section, on
aura directement que :
σ(x)A(x) = F
On peut calculer directement A(x) à partir de la figure 1 qui est : A(x) = 10 − 3
25
x. On tire donc :

F
σ(x) = 3
10 − 25 x

On sait que la déformation ε = du


dx
, où u(x) est le déplacement. De plus, par la loi de comporte-
ment, on a : σ = Eε. On tire donc l’équation différentielle à résoudre suivante :

du F 1 F 25
= 3 =
dx E 10 − 25 x E 250 − 3x

Par intégration, on tire :


25 F
u(x) = − ln[250 − 3x] + C
3 E
où C est une constante d’intégration. Comme l’on a que u(x = 0) = 0, on peut calculer C. On
tire donc :  
25F
u(x) = ln[250] − ln[250 − 3x]
3E
En remplaçant F et E par leurs valeurs, on tire :

u(50) ∼
= 7.636

10-3
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9
Les solutions numériques
Le tableau 1 donne les solutions numériques. On peut remarquer que l’on s’approche de plus
en plus de la solution exacte à mesure que le nombre d’éléments augmente. À la limite, quand la
dimension des éléments sera infinitésimale, on atteindra la solution analytique. On parle alors de
convergence de la solution. Nous verrons ce sujet plus en détails dans le cours. Pour ce problème
ci, on remarque que pour seulement 3 éléments, la précision relative sur u(50) est de l’ordre de
0.9%, ce qui peut être acceptable dans certaines conditions.

1 élément 2 éléments 3 éléments

   
    u 1 0
 u1   0 
    
 
  
u1 0   
u2 1.85
  

= u2 ∼
= 2.94 ∼
=
u2 7.14 u3   4.23 
u3 7.49
    
 
  
u4 7.56
  

TAB . 1 – Solutions numériques du problème 1

10-4
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9
Problème 2
Considérons la même pièce qu’au problème 1, sauf que cette fois-ci, ce n’est pas une force F
qui est appliquée mais un déplacement U = 7.636.
Calculer, par la méthode des éléments finis, la force f en x = 50 ainsi que les déplacements
ui pour un maillage à 4 éléments de même longueur.

Attention : Il y a un petit piège au niveau de la réduction du système d’équations, saurez-vous


le trouver ?

La solution exacte
La solution exacte de ce problème a été calculée au problème 3. On avait alors que pour une
force F = 1 un déplacement de 7.636. Donc, f en x = 50 est donc égale à 1.

La solution numérique
Le système à résoudre est le suivant :
    
68 −31 0  u2   0 
1  ∼
−31 56 −25  u3 = 0
50
0 −25 44 u4 2.90
   

La solution de ce système est :    


 u2   1.36 
u3 ∼
= 2.98
u4 4.99
   

Ce qui conduit à :    

 f1 
  −1.0064 
  
 f2  0

  
   

f3 ∼
= 0
f 0
   
 4 

   
   

f5 1.00548
   

On peut voir que −f1 6= f5 , ce qui devrait être le cas si on avait équilibre. Cette différence est
attribuable à l’arrondissement des valeurs aux différentes étapes des calculs. Si l’on voulait plus
de précision, il aurait fallu garder plus de chiffres significatifs à chaque calcul. Si l’on avait fait
les calculs avec toute la précision d’un ordinateur (sur 32 bits) on aurait −f1 ≈ f5 ≈ 1.005255...
et la différence entre −f1 et f5 serait de l’ordre de 2.2 × 10−16 .

10-5
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9
Problème 3
Soit le problème du cadre de barreaux droits vu en classe représenté à la figure 2.

!"#$%& "($! F~ (2, 1)


)*+! %& $&#,

-#$./,,/&#
3
!"#$ 0121

34$54"#(/ (3) (2) y


6$ +*(,+"($!

3*$7+*(,+"($!
(1)
8$*&"($!
1 2
9$! *&,($! x
$ +7&*+(#/

:!("4,
On rappelle
√ que E (1) (1)
A
! #$% #$ &$' ()*!+,+-' '),.*!+$'
F IG . 2 – Cadre à barreaux droit vu en classe

= 100, E (2) (2)


A = 50, E (3) (3)
A = 200

2, L(1) = 10, L(2) = 10 et
L(3) = 10 2.
8;54"#(/

!"#$1 <)=
Calculez les matrices de rigidité de chaque élément dans le repère global.

Guide pour arriver à la solution


1. Calculer les matrices de rigidité K̄ (i) de chaque élément dans son repère local
 

2. Calculer les matrices de rotation R(i) de chaque élément


 

3. Calculer la matrice de rigidité de l’élément dans le repère global par la formule : K (i) =
 
 (i) T  (i)   (i) 
R K̄ R
4. Augmenter la matrice K (i) de sorte à avoir une relation entre toutes les forces et dépla-
 

cements du problème (i.e. rajouter des colonnes et lignes de 0 pour les degrés de liberté et
chargements qui ne sont pas attachés à l’élément (i))

10-6
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9
La solution numérique
   
1 0 −1 0 0 0 0 0 0 0 0 0

 0 0 0 0 0 0  
 0 0 0
 0 0 0 

 (1)   −1 0 1 0 0 0   (2)   0 0 0 0 0 0 
K = 10   K = 5  

 0 0 0 0 0 0  
 0 0 0
 1 0 −1 
 0 0 0 0 0 0   0 0 0 0 0 0 
0 0 0 0 0 0 0 0 0 −1 0 1
 
1 1 0 0 −1 −1
 1 1 0 0 −1 −1 
 
 (3)   0 0 0 0 0 0 
K = 10 
 
 0 0 0 0 0 0 

 −1 −1 0 0 1 1 
−1 −1 0 0 1 1
On retrouve bien [K] = K qui a été donnée en cours :
 (1)   (2)   (3) 
+ K + K
 
20 10 −10 0 −10 −10
 10 10 0 0 −10 −10 
 
 −10 0 10 0 0 0 
[K] =  
 0 0 0 5 0 −5 

 −10 −10 0 0 10 10 
−10 −10 0 −5 10 15

10-7
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9
Problème 4
La figure 3 montre une plaque mince de section variable qui supporte une force de 6700N.
La plaque est faite d’un aluminium dont le module est 73 GPa. Il y a un trou dans la partie
centrale de la plaque, comme indiqué sur la figure. On désire traiter ce problème avec un modèle
élément finis de trois éléments. Calculez les déplacements aux points B, C et D. Sur la base de ces
déplacements, calculez la force verticale de réaction au point A (qui devrait être égale à -6700N
si on veut être en équilibre).

Conseil : Utilisez des barreaux de section constante dont la section est la moyenne de celles aux
extrémités de chaque élément (i.e. pour le premier barreau, la section effective sera la moyenne
de celle au point A et au point B).

100 mm
A

62.5 mm x
12.5 mm
B

125 mm

62.5 mm
50mm Épaisseur = 3.2 mm
D

6700 N

F IG . 3 – Barreau de section variable troué

Réponse
   

 uA 
 
 0.0000 

uB 0.0191
   
= mm

 uC 
 
 0.0765 

uD 0.1084
   

10-8
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9
Problème 5 – Exercice sur les unités consistantes
On vous donne comme mandat d’étudier par éléments finis la viabilité de certaines modifica-
tions sur un barrage hydro-électique dans le Nord du Québec. Le barrage est fabriqué de béton
(E = 30GPa et ν = 0.28). Dans le fichier de commandes NASTRAN, on trouve les commandes
MAT1 et GRAV suivantes :

$ Propriétés du béton
MAT1, 1, 3.0E+13, , 0.28, X
$ Accélération gravitationnelle
GRAV, 201, , 9.81E-03, 0.0, 0.0, -1.0
$

On pourra se référer à la liste des commandes NASTRAN postées sur le site web du cours, dans
le menu « Références NASTRAN » pour la signification des champs de ces commandes.

Question a)
Dans quel système d’unités (triplet Longueur – Force – Temps) travaillez-vous ? La base de
temps est la seconde.

Question b)
Si le béton a une masse volumique de 2320 mkg3 , quelle valeur allez-vous entrer pour le para-
mètre X de la commande MAT1 écrite plus haut ?

Réponses
Question a) km – kN – s
Question b) 2.32E+12

10-9
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9
Problème 6 – Problème sur les conditions de symétrie
Soit le problème 2D avec chargement et conditions aux rives suivant :

F
2
Ty = R x = 0
F
2 y

x
Ty = R x = 0
F IG . 4 – Figure du problème 6

A quelle structure complète ce problème est-il équivalent et pour quelle portion de la struc-
ture obtiendra-t-on le champ de déplacements ?

Réponses

Zone pour laquelle


la solution est obtenue

F F y

F IG . 5 – Réponses au problème 6

10-10
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9

Problème 1 - Exercice sur les MPC


Soit le problème à barreaux droits illustré à la figure 1. Le noeud 3 est attaché à un mécanisme
qui fait en sorte que le déplacement de ce noeud ne peut se faire que selon un axe défini par
le vecteur ~γ . Le vecteur ~γ fait un angle de θ = 37◦ avec l’axe x global. Le problème est 2D
uniquement et les seuls degrés de liberté qui ne sont pas fixés à 0 sont les Tx et Ty . On désire
incorporer cette contrainte avec une commande MPC.
Questions :
a) Écrire sous forme d’équation(s), les contraintes à imposer sur les degrés de liberté du
noeud 3.
b) Écrire la (les) commande(s) MPC nécessaire(s).
Réponses
T3y − tan (37)T3x = 0
MPC, 1, 3, 2, 1.0, 3, 1, -0.754
Note : La réponse n’est pas unique, il peut y avoir plusieurs possibilités qui soient équivalentes.

F IG . 1 – Figure du problème 1

10-11
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9

(0,1) (1,1)
Barreaux
acier 4 3

Plaque Al
x y
1 2
(0,0) (1,0) x

F IG . 2 – Panneau de cisaillement du problème 2

Problème 2 - Exercice sur les panneaux de cisaillement


Soit le panneau de cisaillement à la figure 2. Ce panneau est en fait une plaque d’aluminium
(E = 70GPa) sur laquelle est soudée des raidisseurs en acier (E = 180GPa). Il n’y a pas de
raidisseur dans la direction y. La plaque est carrée et d’une épaisseur T = 0.1mm. Les barreaux
ont une section dont l’aire est de 0.03mm2 . Ce panneau de cisaillement est attaché aux noeuds
illustrés à la figure 2. Les noeuds ont déjà été définis par la commande GRID, l’aluminium par la
commande MAT1 où le MID = 1 et l’acier par la commande MAT1 où le MID = 2. Les distances
sont en mm, les forces en N et le temps en s.
Écrivez toutes les commandes nécessaires pour définir ce panneau de cisaillement dans NAS-
TRAN. Attention, ce petit problème est bourré de pièges.
Réponse :

CSHEAR, 1, 1, 1, 2, 3, 4
PSHEAR, 1, 1, 0.1, 0.0, 15.43, 0.0

Problème 3 - Exercice sur les combinaisons de chargements


La structure de la figure 3 présente un plan de symétrie géométrique et est soumise à un
moment autour de x :
Tous les degrés de liberté sont fixés à 0 aux noeuds 1 et 3. Comme la structure présente un
plan de symétrie géométrique, vous ne maillez qu’une seule partie, comme illustré sur la figure.

a) Élaborez des cas de chargement, que vous combinerez, pour calculer la réponse dans la partie
de gauche.
b) Écrivez l’équation qui combine ces cas de chargement pour calculer la réponse dans la partie
de gauche.

10-12
Chapitre 10 - Problèmes suppl. pour les cours 1 à 9

Plan de symétrie
géométrique
y
Maillage Mx > 0
x

F IG . 3 – Figure pour le problème portant sur les combinaisons de chargement.

Réponses

SYM ASYM
Mx > 0 Mx > 0 Mx > 0 Mx > 0

LC1 LC2

1
LCF = (LC1 − LC2)
2

Problème 4 - Exercice sur les MPC et les RBE2


Nous avons déterminé en classe une équation de contrainte à imposer sur le bouclier anti-
radiation du TP1 afin de simuler une très grande rigidité en torsion du quadrilatère formé par
les noeuds 2-3-20-21. On avait imposé que les déplacements en z de ces noeuds fassent en sorte
qu’ils demeurent toujours dans le même plan.
Maintenant, on se demande s’il serait possible d’imposer que ces quatre noeuds demeurent
dans le même plan avec des éléments rigides RBE2.
Question
Montrez que la commande :

RBE2, 1, 2, 345, 3, 20, 21

fait en sorte que les noeuds 2-3-20-21 demeurent dans le même plan.
Guide pour la solution

1. Établissez le déplacement Tz de chaque noeud esclave en utilisant les équations de contraintes


associées au lien rigide qui ont été données en classe.
2. Vérifiez que ces points demeurent dans le plan avec l’équation que nous avons obtenue en
classe lorsque l’on a développé la commande MPC pour la partie F du TP1.

10-13