Vous êtes sur la page 1sur 78

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTÈRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR


ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

C.U Relizane . Ahmed Zabana

Institut des Sciences et Technologies

𝒆𝒓
Année ST

Cours Maths 2 et TD corrigées

Dr Djebbar Samir

ssamirdjebbar@yahoo.fr

Année Universitaire 2018/2019

1
Dr Djebbar Samir
Table des matières
Introduction …………...…………....…………………………………………………….……………..1

Matrices et déterminants...…… ……………………………………………………….……………......2

Matrices.……...…………………….......………………………………………………….………..…...2

Opérations sur les matrices…………………………………....…………………….…………………..3

Les matrices particulières……………………………….…...…………………………….…………….6

Matrices carrées inversibles………………...……………….………………………..…………………8

Déterminants………………………………………………....…...……………………………………..9

Comatrice d’une matrice…………………………………....………………………………………….11

Matrices et applications linéaires…………….......……………………………….……….…………...15

Matrice de passage, changement de bases……………………………………………………………..18

Fiche de TD 1…………………………………………………………………………………………..20

Correction de fiche TD 1……………….………...…...………………………………………………..22

Systèmes d’équations linéaires……….……..………………………………………….………...…….30

Généralités………………………………………....………………...…………………………………30

Rang d'un système linéaire……………………………………………….…………………………….31

Les méthodes de résolutions d’un système linéaire……………………………………………………32

Méthode de Cramer…………………………………………………………………………………….32

Méthode de la matrice inverse…………………………………………………………………………32

Méthode de Gauss……………………………………………………………..……………………….34

cas général………………………………………...……………………………………………………35

Fiche de TD 2………………………………………………………………….……………………….37

Correction de fiche TD 2…………………………………………………………………………....….38

Intégrales et calcul des primitives........................................................................................ ...................45

Introduction ……………………………………………………………………………………………45

Intégrale indéfinie............................................................................................ ....................................... 45

Techniques de calcul de primitives......................................................................................................... 46

2
Dr Djebbar Samir
Intégration par parties ………………………………………………………………………………….46

Intégration par changement de variable………………………………………………………………..47

Intégration des fonctions rationnelles..................................................................................................... 49

Décomposition en éléments simples....................................................................................................... 53

Intégration de certaines fonctions trigonométriques ............................................................................... 56

Intégrale définie....................................................................................................................................... 60

Fiche de TD 3…………………………………………………………………………………………..64

Correction de fiche TD 3…………………………………………………………………………….…66

Bibliographie……………………………………...…………………………………………………....75

3
Dr Djebbar Samir
Introduction
Ce cours d’Analyse et Algèbre s’adresse aux étudiants du domaine Sciences et Technique (dans le

cadre du système L.M.D). Il couvre le programme officiel du module Mathématiques II qui est

consacré au programme du semestre 2 du module Analyse et Algèbre II. On a inclus dans ce cours de

nombreux exemples typiques d’applications et on a proposé les fiches TD avec corrigées à la fin de

chaque chapitre.

Elle comporte les chapitres suivants :

1. Matrices et déterminants.
2. Systèmes d'équations linéaires.
3. Intégrales et calculs des primitives.
4. Equations différentielles.

Le contenu du cours est inspiré des manuels de mathématiques couramment utilisés, ainsi que

du cours que j’ai enseigné de 2015 à 2019 pour les étudiants de première année L.M.D du domaine

Sciences de Technologie au sein du Département de Technologie de la Faculté de Technologie.

J’espère que ce support aidera l’étudiant de première année à assimiler les mathématiques et plus

particulièrement l’Analyse et Algèbre II qui constituent la base des mathématiques à l’université.

En fin, des erreurs peuvent être relevées, merci de me les communiquer par Email

à l’adresse : (ssamirdjebbar@yahoo.fr).

1
Dr Djebbar Samir
Chapitre 1
Matrices et Déterminants

Matrices

Définition
• Une matrice A est un tableau rectangulaire d’éléments de = ℝ = ℂ .
• Elle est dite de taille × (ou de type , ) si le tableau possède lignes et colonnes.
• Les nombres du tableau sont appelés les coefficients de A.
• Le coefficient situé à la i-éme ligne et à la j-éme colonne est noté .
Un tel tableau est représenté de la manière suivante :

= =( ≤≤ ( .
≤ ≤

( )

Exemple


=

est une matrice × avec, par exemple, = et = .

Notations

-L’ensemble des matrices à n lignes et p colonnes à coefficients dans K est noté ,


-Les éléments de , ℝ sont appelés matrices réelles

– Si = (même nombre de lignes que de colonnes), la matrice est dite matrice carrée.

On note au lieu de , .



)

2
Dr Djebbar Samir
Les éléments 𝒂 , 𝒂 , 𝒂 , … . , 𝒂 forment la diagonale principale de la matrice.
– Une matrice qui n’a qu’une seule ligne ( = ) est appelée matrice ligne ou vecteur ligne.
On la note = … .

– De même, une matrice qui n’a qu’une seule colonne ( = ) est appelée matrice colonne ou

vecteur colonne. On la note = ) .

– La matrice (de taille × ) dont tous les coefficients sont des zéros est appelée la matrice nulle
et est notée , ou plus simplement . Dans le calcul matriciel, la matrice nulle joue
le rôle du nombre pour les réels

Opérations sur les matrices

a) Egalité de deux matrices

Soient =( , =( , .

= = ∀ ,∀ .

b) Somme de deux matrices

Soient =( , =( , . On définit la somme de et et on note +

la matrice + =( , tel que

= + ∀ ,∀ .

c) Multiplication d'une matrice par un scalaire

Soit =( , , 𝜆 , alors 𝜆 = 𝜆( = (𝜆 ∀ ,∀ .

Exemple

= , = , =

𝜆 𝜆
+ = ,𝜆 = ,∀ 𝜆 ℝ.
𝜆 𝜆
+ et + n'existent pas car , ℝ et , ℝ .

La matrice − est l’opposée de A et est notée − . La différence − est définie par

+ − .

3
Dr Djebbar Samir
Proposition
Soient , et trois matrices appartenant à , .. Soient et deux scalaires.
1. + = + : la somme est commutative,
2. + + = + + : la somme est associative,
3. + = : la matrice nulle est l’élément neutre de l’addition,
4. + = + ,
5. + = + .

d) produit de deux matrices

Définition

Soient = ( , . et = ( , . ( c'est à dire le nombre de colonnes de


est égal au nombre de lignes de ). On définit alors le produit de et dans cet ordre par la
matrice = × = de , tel que

=∑ .
=

On peut écrire le coefficient de façon plus développée, à savoir :

= + + + +

Exemple

= = (− )

On a de taille × et de taille × , alors la matrice obtenue ( × est de taille


× .

× + × − + × × + × + ×
× = × (− )=( )
× + × − + × × + × + ×

Donc × =

Remarques importantes
1. Si le nombre de colonnes de est différent du nombre de lignes de , alors le produit ×
n'est pas défini.
2. En général, et lorsque le produit est bien défini, on a × ≠ ×
3. Le produit des matrices carrées d'ordre est toujours défini

4
Dr Djebbar Samir
Exemple

=( ) =

× n'est pas défini car le nombre de colonnes de est différent du nombre de lignes de .

Pièges à éviter

Premier piège. Le produit de matrices n’est pas commutatif en général

En effet, il se peut que soit défini mais pas , ou que et soient tous deux définis mais
pas de la même taille. Mais même dans le cas où et sont définis et de la même taille, on a
en général ≠

Exemple

= =
− − − − −

Deuxième piège. = n’implique pas = ou =

Il peut arriver que le produit de deux matrices non nulles soit nul. En d’autres termes, on peut
avoir ≠ et ≠ mais =

Exemple

− −
= = =

Troisième piège. = n’implique pas = . On peut avoir = et ≠ .

Exemple

− − − −
= = = = =

Propriétés

Soient , et trois matrices. Lorsque le produit est bien défini, on a

1. = : associativité du produit,
2. + = + et + = + : distributivité du produit par rapport à

la somme,
3. ∙ = et ∙ =

5
Dr Djebbar Samir
Les matrices particulières

La matrice identité

La matrice carrée suivante s’appelle la matrice identité :

𝐼 = ⋱

( )
Est la matrice dont tous les coefficients = pour = et = pour ≠ .

Exemple

𝐼 =( )

Proposition Si est une matrice × , alors

𝐼 ∙ = ∙𝐼 =

Matrices triangulaires

Définition Soit .

1) On dit que est triangulaire supérieure si et seulement si


∀ , { , , ,…, } , > =

exemple : =

2) On dit que est triangulaire inférieure si et seulement si

∀ , { , , ,…, } , < =

exemple : =( − )

3) On dit que est diagonale si et seulement si

∀ , { , , ,…, } , ≠ =

6
Dr Djebbar Samir
exemple : =( )

Transposée d'une matrice

Définition Soit = , .

On appelle transposée de la matrice notée de , définie par = .

Exemple Soit

=

Alors

=( − )

Matrices symétriques

Définition Une matrice carrée est dite symétrique si et seulement si = .

Exemple Les matrices suivantes sont symétriques :


( − )

Matrices antisymétriques

Définition Une matrice carrée est dite antisymétrique si et seulement si =− .

Exemple Les matrices suivantes sont antisymétriques :


(− − )

Remarquons que les éléments diagonaux d’une matrice antisymétrique sont toujours tous nuls.

La trace

Définition On appelle trace d'une matrice carrée le nombre obtenu en additionnant les
éléments diagonaux de . Autrement dit,

tr = + + +

7
Dr Djebbar Samir
Exemple

Si = , alors tr A = + = .

Pour =( ), tr = + − = .

Matrices carrées inversibles

Définition Soit une matrice carrée de taille × . S’il existe une unique matrice carrée de
taille × telle que

=𝐼 = 𝐼,

on dit que est inversible. On appelle l’inverse de et on la note −

Exemple Soit = Étudier si est inversible, c’est étudier l’existence d’une matrice

= à coefficients dans K, telle que = 𝐼 et = 𝐼. Or = 𝐼 équivaut à :

+ +
=𝐼 = =

Cette égalité équivaut au système :

+ =
{ + =
=
=

Sa résolution est immédiate : = , =− , = , = . Il n’y a donc qu’une seule matrice


possible, à savoir = . Pour prouver qu’elle convient, il faut aussi montrer l’égalité

= 𝐼, dont la vérification est laissée au lecteur. La matrice est donc inversible et


− = .

Exercice Soit =( ) , trouver − .

8
Dr Djebbar Samir
Proposition Soient , deux matrices inversibles de , alors la matrice est aussi
inversible et
− − −
= .
− −
Preuve On pose = , il suffit de démontrer que

= =𝐼 .
− −
On a =
− −
=

= 𝐼 −


= =𝐼

et = − −

= − −


= 𝐼

= =𝐼

Proposition Soit une matrice inversible. Alors − est aussi inversible et on a :


− −
=

Déterminants

Attention : Les déterminants ne concernent que les matrices carrées

Définition Soit = , le déterminant de est l'élément de noté det A ou



| … … … |

Comment calculer det A ?

Exemple déterminant d'ordre 2

Soit = . Alors det =| |= − .

9
Dr Djebbar Samir
Exemple déterminant d'ordre 3

Calculer det A où =( )

1) Première méthode : Développement suivant la première ligne

det = | |− | |+ | |= .
− −
2) Deuxième méthode : Développement suivant la troisième ligne

det = | |− − | |+ | |= .

3) Troisième méthode : Développement suivant la troisième colonne

det = | |− | |+ | |= .
− −
Cas général

Soit une matrice de . On note la matrice d'ordre (n - 1) déduite de A en supprimant

la ième ligne et la jème colonne. On appelle déterminant de développé suivant la ième ligne

le scalaire

det =∑ − + det
=

On appelle déterminant de A développé suivant la jème colonne le scalaire

det =∑ − + det
=

Remarque Il est préférable de calculer le déterminant suivant la rangée (ligne ou colonne) qui
contient beaucoup de zéros.

La régle de Sarrus ( pour les matrices × )

| |= + + − − −

10
Dr Djebbar Samir
Exemple Calculons le déterminant de la matrice =( − ) . Par la règle de Sarrus

det = × − × + × × + × × − × − × − × × − × × =−

Attention : Cette méthode pour les matrices de taille ×

Comatrice d’une matrice

Définition On appelle comatrice de la matrice carrée d'ordre définie par



=( ≤≤ =(… … … ),
≤ ≤ …
+
= −

où la matrice d'ordre − déduite de en supprimant la ième ligne et la jème colonne.

Théorème Soit = , alors

∙ = ∙

= det ∙𝐼

où 𝐼 est la matrice identité.

11
Dr Djebbar Samir
Corollaire Soit = inversible, alors

− = ∙
det

Remarque est inversible det ≠

Exemple Soit la matrice de ℝ

=( )


Calculer si elle existe.


On a det =| |= ≠ , alors est inversible .

+| | −| | +| |
− − −
= −| | +| | −| | =( )
− −
− −
( +| | −| | +| |)

=( − )
− −
Finalement,

− −
= = )
det
− −

12
Dr Djebbar Samir
Espace vectoriel

Définition On dit que l’ensemble , non vide, est un espace vectoriel sur K = ℝ = ℂ

ou K-espace vectoriel si E est muni des deux lois de composition :

∎loi de composition interne "addition" : vérifiant :

∀ , , + + = + +

∀ , + = +

∃ tel que ∀ , + = ( élément neutre)

∀ ,∃− tel que + − = ( − élément symétrique)

∎loi de composition externe "multiplication par un scalaire" : vérifiant :

∀ , ,∀ ,

+ = +

+ = +

∙ =

Les éléments de sont appelés "vecteurs", les éléments de sont appelés "scalaires".

Exemple =ℝ = ℝ. ∎ℝ est un espace vectoriel sur ℝ

Un élément est donc un couple (x, y) avec x élément de ℝ et y


élément de ℝ. Ceci s’écrit

ℝ ={ , / ℝ ℝ}

– Définition de la loi interne. Si , et ′, ′ sont deux éléments de ℝ , alors :


′ ′
, + , = + ′, + ′

– Définition de la loi externe. Si est un réel et , est un élément de ℝ , alors :

, = ,

L’élément neutre de la loi interne est le vecteur nul ℝ = , . Le symétrique de , est


− , − que l’on note aussi − , .

∎ℝ est un espace vectoriel sur ℝ.

13
Dr Djebbar Samir
Base d’un espace vectoriel

Définition Soient E un K-e.v, ℕ∗ et , ,…,

1) On dit que la famille { , ,…, } est libre si et seulement si ∀ 𝜆 , 𝜆 , … , 𝜆

𝜆 +𝜆 + +𝜆 = 𝜆 =𝜆 = =𝜆 =

On dit aussi que les vecteurs , ,…, sont linéairement indépendants

2) On dit que la famille { , ,…, } est lièe si et seulement ∃ 𝜆 , 𝜆 , … , 𝜆 −{ }

et 𝜆 +𝜆 + +𝜆 = .

3) On dit que la famille { , ,…, } est génératrice si et seulement si

∀ , ∃ , ,…, = + + +

Définition On appelle base d’un espace vectoriel , toute famille ={ , ,…, }


libre et génératrice de E.

Dans ce cas , ,…, sont appelés les coordonnées (ou bien les composantes) de v dans la
base .

Exemple

1) =ℝ , ={ = , , = , } est une base de . On l'appelle base canonique de ℝ .

a) B est libre, en effet : soient , ℝ: + = ℝ

+ = ℝ , + , = ,

, = ,

= = .

b) B génératrice de ℝ , en effet, soit , ℝ , donc ∃ = ℝ, ∃ = ℝ:

, = , + ,

2) =ℝ , ={ = , , , = , , , = , , } la base canonique de ℝ

Définition Soit un -e.v. On appelle dimension de le cardinal d'une base de et on note


= .

14
Dr Djebbar Samir
Exemple

a) ={ = , , = , } est une base de ℝ , dim ℝ =

b) La famille ={ , , , }, ℝ ne peut pas être une base de ℝ car dim ℝ =

et = .

Matrices et applications linéaires

Définition Soient et deux espaces vectoriels sur et ∶ une application.

On dit que est une application linéaire si et seulement si

∀ , , + = +

∀ ,∀ , =

On note par , l'ensemble des applications linéaires de vers .

Remarque Si est une application linéaire alors =

Exemple

1) L’application définie par ∶ ℝ ℝ

, , , , = − , +

est une application linéaire. En effet, soient = , , et = ′, ′, ′ deux éléments de ℝ


et ‚ un réel .
′ ′ ′
+ = + , + , + = , ,
′ ′ ′
= − − , + + + et = − , +

= − , + + − ′, ′ + ′ = − , +

= + =

2) L’application définie par ∶ ℝ ℝ

, , = + , , −

n’est pas linéaire car , = , , ≠ , ,

15
Dr Djebbar Samir
Définition Soient , deux -e.v. tels que dim = et dim = n et , .

Soient ={ , ,..., } une base de et ={ , ,..., } une base de .

Pour chaque de { , , . . . , }, écrivons le vecteur dans la base C comme suit :

( =∑
=

Alors, la matrice dont les colonnes sont les coordonnées de pour est appelée
matrice associée à l'application relativement aux bases et , et on écrit

… …
… …
… … … … … …
B, C =
… … …
… … …
… …
( … … )

Exemple Soit

∶ ℝ ℝ

, , , , = + − , − + .

est linéaire (à vérifier)

={ = , , , = , , , = , , } une base de ℝ

={ = , , = , } une base de ℝ .

On a
= , = +
= ,− = −
= − , = − +

Donc,


, =

16
Dr Djebbar Samir
Exemple Soit

∶ ℝ ℝ

, , = + ,− , .

est linéaire (à vérifier)

={ = − , , = , } une base de ℝ (à vérifier)

={ = , , , = , , , = , , } une base de ℝ (à vérifier).

On a = − , = − ,− ,− .

− ,− ,− = + +
= , , + , , + , ,
= + + , + + , + + .

On aura le système suivant

+ + =−
{ + + =−
+ + =−

qui admet l'unique solution , , = − , , .

Donc − , − , − =− , , + , , + , ,

On a = , = ,− , = + +

,− , = + +
= , , + , , + , ,
= + + , + + , + + .

On aura le système suivant

+ + =
{ + + =−
+ + =

qui admet l'unique solution , , = , , − . Donc,


, =( ) .

17
Dr Djebbar Samir
Matrice de passage, changement de bases

Définition Soient un -e.v. de dimension . , deux bases de . On appelle matrice de


passage de à la matrice de dont les colonnes sont formées des composantes des
vecteurs de exprimés dans la base , on la note , [ou bien , ], c'est à dire,
si = { , , . . . , } et = { , , . . . , } alors

= + + +

= + + +

.. .. ..

= + + +

et


, = )

Exemple Soient =ℝ ,

={ = , , , = , , , = , , }

et

={ = , , , = , , , = , , }

= + + é
= − +
{ = + + ⇒ { = + −
= + + = + +

Donc

, = (− )

18
Dr Djebbar Samir
Changement de bases

Changement de bases pour un vecteur

Soient un -e.v. de dimension . , deux bases de et = , . Soit 𝑋 et


considérons , , . . . , les composantes de 𝑋 dans la base et , ,..., les composantes
de X dans la base . Alors


)= ) ou bien ) = )

Exemple

Soient ={ = , , = , , } et ={ = , , = , } deux bases de ℝ .


On a = et − =

Si , sont les coordonnées d'un vecteur 𝑋 dans la base , les composantes du même vecteur 𝑋
dans la base sont , où

− +
= − = )

Par exemple si , sont les coordonnées de 𝑋 dans la base , les composantes de 𝑋 dans la
base sont ,

3 1 𝑋

19
Dr Djebbar Samir
Centre universitaire de Relizane Ahmed Zabana 2018-2019
𝒆𝒓
année ST Maths 02

Fiche de TD 1


Exercice 1 : Soient les matrices =( ) =( )

1.Trouver une matrice telle que − − =

2.Trouver une matrice telle que + + − =

3·Trouver la matrice transposée de et

Exercice 2 : Dans ℝ , on considère les matrices = et B =

1. Calculer : + , × , × , ² et ²

2· A-t-on + ²= ²+ ²+ · × ?

Exercice 3 : Effectuer les multiplications suivantes :


×( ) − × (− ) (− ) × −
− − −

Exercice 4 : Soit =( )

On dit que deux matrices et commutent si × = ×


1· Trouver toutes les matrices qui commutent avec

2· déterminer , , et tels que =𝐼

Exercice 5 : Soit la matrice


=( − )

1) Vérifier que ² = 𝐼 − où 𝐼 est la matrice identité dans ℝ .
2) En déduire que est inversible et donner − .

Exercice 6 : I) Calculer les déterminants des matrices suivantes :

20
Dr Djebbar Samir
− −
= , =( ) = −
− −

− −
II) Résoudre les équations suivantes :


| − |= | − |=
− − −
III) 1. Trouver pour quelles de de la matrice suivante est inversible telle que :

+ −
=( − )
− +
2. Déterminer la matrice inverse de si {− , − , }.

Exercice 7 : I) On munit ℝ et ℝ de leurs bases canoniques respectives et , on


considère les applications linéaires et définies par :

∶ ℝ ℝ et ∶ ℝ ℝ

, , − − ,− + − ,− − + , , − , −

1· Déterminer , et , .
2· Calculer et déterminer , . par un calcul direct.
3· Vérifier que , = , × , .
II) On considère la famille ′ = { ′ = , , , ′ = , , , ′ = , , }
a) Montrer que ′ est une base de ℝ
b) Déterminer , ′ : La matrice de passage de la base à la base ′
c) Déterminer ′ , , : La matrice de passage de la base ′ à la base .

21
Dr Djebbar Samir
Correction de fiche TD 1

Solution de L’exercice 1:


=( ); =( )

1)


− − = ( )− ( )−( )=( )

− − × − = − × − =
{ − × − = et { − × − =
− × − = − − × − =

Alors :

− −
=( )
− −
2)

− − −
+ + − = ( )+( )+( )− ( )=( )
− − −
− + − − = + − − =
{ + + − = et { + + − =
+ − − = − + − − =

Alors :

( − )

3) Transposées de et de :


= ; =

22
Dr Djebbar Samir
Solution de L’exercice 2:

1)

+ +
+ = + = =
+ +
× + × × + ×
× = × = =
× + × × + ×
× + × × + ×
× = × = =
× + × × + ×
× + × × + ×
²= × = × = =
× + × × + ×
× + × × + ×
²= × = × = =
× + × × + ×
2)   + ²+  ?

× + × × + ×
+ = × = =
× + × × + ×

²+ ²+  = + +

+ + × + + ×
= =
+ + × + + ×
+  + ²+  car le produit entre matrices est non commutatif

Solution de L’exercice 3:


+ + + − − + + + +
×( )=
+ + + + − + + + +


=

− × (− ) = − × + × − + × − =− ce nombre s’appelle le produit



scalaire .

× − × × −
(− ) × − = − × − − × − × =( − )
− − × − − × − × −

23
Dr Djebbar Samir
Solution de L’exercice 4: 1) On cherche telle que =

( )×( )=( )×( )

( )=( )

il faut que

=
=
=
=
= =( ) avec , , ℝ.
=
=
=
{ =

+ +
2) = =
+ +
+ =
é −
{ + = ⇔ =( )
+ = −
+ =
Solution de L’exercice 5:

− − − −
=( − )×( − ) = (− − )
− − − −
− − −
𝐼 − = ( )−( − )=( ) + (− − )
− − −
− −
= (− − ) alors 𝐼 − = .
− −

On a = 𝐼 − + = 𝐼 + =𝐼

alors +𝐼 × = ×[ +𝐼 ]=𝐼 .

Donc est bien inversible et son inverse est donnée par : − = +𝐼 .

24
Dr Djebbar Samir
Solution de L’exercice 6: 1) calcul des déterminants

det =| |= × − − × =

det =| |= ×| |− − ×| |+ ×| |= × − ×

=− Développement suivant la troisième ligne.

Remarque : On peut calculer le déterminant selon n’importe quelle ligne ou n’importe quelle
colonne.
è 𝒆 Méthode : Règle de SARRUS ( pour matrices 3×3) :

det = × × + × − × + × × − × × + × − × + × ×
=− − − =−

− − − − − − −
det =| − |= | |− | |− | − |

− − − − − −
− −

Faites les calculs = − − − − − =− .

II) Résolution des équations :

− −
1) | − |= | |− | |+| |=
− −

+ − − − + − − 

+ − − − − − 

− − 

− +   − .

2) | − |=
− −

25
Dr Djebbar Samir
Par la règle de SARRUS :

[ − − − + × × + × × − ]

−[− − + × ×  + × × − ]

− − + + − − − 

− −    .

3) est inversible     .

+ −
det =| − |
− +
𝒆𝒓
Méthode Par la règle de SARRUS :
 detA  t  t − t +   −  × × + ×  −  × ]
 × t −  ×  ×   × t +  +  −  × × t + 

 det  t + t − t +  − − t+ + t+ + t + 


 det  t + t − t +  + t + 
 det  t + t² −  + 
 det  t + t² −  t + t + t − 
est inversible  ≠
t≠− t ≠− t ≠+ .
è 𝒆
Méthode

+ −
− −
det =| − |= + | |+| |+| |
− + + −
− +
= + − = + − +

est inversible  ≠
t≠− t ≠− t ≠+ .

L’inverse de : − =

+ le déterminant d′ ordre inférieur


=( ), = − ×{ }
en éliminant la iè𝐦𝐞 ligne et la jè𝐦𝐞 colonne

26
Dr Djebbar Samir
− −
+| | −| | | +|
− + + −
− + + −
= −| | +| | −| |
− + + −
− + + −
( +| − | −| | +|
− )
|

Finalement,

− − −
+| | −| | +| |
− + − + −
− + +
= −| | +| | −| |
+ − + +
− + − + −
( +| −
| −|

| +| |
− )
Solution de L’exercice 7

PARTIE I :
, ,  − − ,− + − ,− − + et , ,  − , −

1) , et ,

= , , = ,− ,− = − −
{ = , , = − , ,− = − + −
= , , = − ,− , = − − +

− −
, = (− − )
− −

et
= , , = , = +
{ = , , = , = +
= , , = − ,− = − −


, =

2) Calcul et , . par un calcul direct.

∀ , , ℝ : , , =  , , 
, , = − − ,− + − ,− − +
= − − − − − + , − + − − − − +

27
Dr Djebbar Samir
Donc

∀ , , ℝ

, , = − − ,− + − .

, =?

= , , = ,− = −
{ = , , = − , =− +
= , , = − ,− = − −

− −
, =
− −
3) , = , × , ?

− −
− − −
× (− − )=
− − −
− −
PARTIE II :

On considère ′ = { ′ = , , , ′ = , , , ′ = , , }

 ′ famille libre ∀ , , ℝ
′ + ′ + ′ = ℝ = =

En effet

, , + , , + , , = , ,

+ + = =
{ + = { = d’où ′ est une famille
= =

 ′ famille génératrice ∀𝑋 = , , ℝ
𝑋 = 𝜆 ′ +𝜆 ′ +𝜆 ′ tels que 𝜆 , 𝜆 , 𝜆 ℝ.

Cherchons 𝜆 , 𝜆 , 𝜆 ?

=𝜆 +𝜆 +𝜆
, , =𝜆 , , +𝜆 , , +𝜆 , , { =𝜆 +𝜆
=𝜆

28
Dr Djebbar Samir
𝜆 = − 𝜆 +𝜆 𝜆 = −
{𝜆 = − {𝜆 = − d’où ′ est une famille génératrice.
𝜆 = 𝜆 =

Donc ′ est une base de ℝ .

b) Matrice de passage de à ′ :

, ′ =?

Il suffit d’écrire les vecteurs de la base ′ en fonction de la base , alors :

′ = , , = + +
{ ′ = , , = + +
′ = , , = + +

Donc : , ′ =( )

c) Matrice de passage de ′ à :

′ , =?

Il suffit d’écrire les vecteurs de la base en fonction de la base ′ , alors :

′ = , , = = , , = ′
{ ′ = , , = + { = , , =− ′ + ′
′ = , , = + + = , , =− ′ + ′


Donc : ′ , =( − )

29
Dr Djebbar Samir
Chapitre 2
Systèmes d’équations linéaires

L'une des nombreuses applications des déterminants est la résolution des systèmes linéaires

Généralités

Définition On appelle système de équations linéaires à inconnues et à coefficients dans un


, tout système de la forme

+ + + =
+ + + =
{
+ + + =

= , > < , où les sont les inconnues, les et les sont des éléments
de .

Appellations :
1) On appelle solution du système tout élément , ,..., vérifiant .
2) On appelle système homogène associé à (S) le système tiré de avec = , = , . . . , .

Remarque Un tel système homogène ℎ possède au moins la solution , ,.., dite


solution triviale

Définition On dit que deux systèmes linéaires sont équivalents s’ils ont le même ensemble
de solutions.

Théorème Un système d’équations linéaires n’a soit aucune solution, soit à une seule solution,
soit à une infinité de solutions.

Notation matricielle

Peut s’écrire sous la forme matricielle : 𝑋=



où =( … ), 𝑋= ), = ).

est la matrice associée au système

30
Dr Djebbar Samir
+ + =
Exemple Soit { − − =
− =

La matrice associée est =( − − ), et 𝑋 = et =( ).



Rang d'un système linéaire

Définition : rang d’une matrice

Le rang d’une matrice quelconque est égal au plus grand entier tel que l’on puisse extraire de
une matrice carrée d’ordre inversible, c’est-à-dire de déterminant non nul. On note = .

Définition On appelle rang du système linéaire (S) le rang de sa matrice associée


=

Exemple 1) Soit la matrice suivante =

Le rang de est 2 :

 de taille × , donc = , ou .
 comme le déterminant de la sous-matrice composée de la première et de la deuxième
colonne est nul, on ne peut pas conclure
 comme le déterminant de la sous-matrice est − ≠ , donc = .

2) Soit =( − )
− −
 de taille × , donc .
 le déterminant de est 0 donc ≠
 comme le déterminant de la sous-matrice est ≠ , donc = .

3) Soit = . On a = , car tous les déterminants d’ordre sont nuls.

31
Dr Djebbar Samir
Les méthodes de résolutions d’un système linéaire

a) Méthode de Cramer

Le système est dit de Cramer si et seulement si est carrée et inversible c’est-à-dire

= = . Dans ce cas, admet une unique solution donnée par


… … …
… … …
| | | | | |
… … …
= , = ,…, =
det
c'est les formules de Cramer.

+ − =
Exemple Résoudre le système linéaire suivant : { + − =
− + − = .

On a ( − ) = ( ),
− −
det = ≠ donc est un système de Cramer et admet une solution unique donnée par

− −
| − | | − | | |
= − = , = − − = = − =

donc ; ; est une solution unique de ce système.

Remarque : si 𝑋= alors 𝑋 = est la solution unique du système de cramer

b) Méthode de la matrice inverse

Soit un système carré, avec l’interprétation matricielle : 𝑋= .

Si la matrice est inversible on peut résoudre ce système par la méthode de la matrice inverse
comme suit :

On a 𝑋= − 𝑋= −


𝑋=

32
Dr Djebbar Samir
+ − =
Exemple Résoudre { − + =−
+ − = .


=( − ) = (− )

det = ≠ alors est inversible.

− −
+| | −| | +| |
− −
− −
= −| | +| | −| |
− −
− −
(+ |− | −| | +| |
− )
− −
=( − ) =( − − )
− − −



= = − − .
det

( − )

Donc

− − × + × − + ×

𝑋= = − − × (− ) = × − × − − × = (− )

( − ) ( × + × − − × )

alors ;− ; − est une solution unique de ce système.

Les opérations élémentaires

Définition Soit un système linéaire de équations, inconnues et à coefficients dans ℝ.


Notons , , … , les équations de .
On appelle opération élémentaire sur les lignes de l’une des opérations suivantes :
- Multiplier une équation par un scalaire non nul .
Cette opération est notée :
-Ajouter à l’une des équations un multiple d’une autre équation .
Cette opération est notée : + .
-Echanger deux équation et : Cette opération est notée : → .

33
Dr Djebbar Samir
c) Méthode de Gauss

Par une suite d’opérations élémentaires, on transforme le système en un système ′


équivalent et dont la matrice est triangulaire supérieure.

Exemple
+ + + =
+ + + =
Soit le système linéaire {
+ + + =
+ + + = .

1. Résolution par la méthode de Gauss :


← −
+ + + = ← − + + + =
+ + + = ← − − − − =
{ ⇔ {
+ + + = − − − =
+ + + = . − − − =

← − + + + = + + + =
← − − − − = ← + − − − =
⇔ { ⇔ {
− + = − + =
+ = =

Donc = , = , = , = .

2. Résolution par la méthode de Gauss en écriture matricielle :


← −
← −
← − − − −
| = | ⇔ |
− − −
− − −
← −
← − − ← + −
⇔ − − | ⇔ − − |
− −

Donc = , = , = , = .

− + =
Exercice Résoudre par méthode de Gausss le système linéaire suivant : { − + =
− − − =

Solution : (15; 4; -8) est la solution unique du système. ( faites les calculs )

34
Dr Djebbar Samir
Le cas général

Soit le système suivant :

+ + + =
+ + + =
{ 𝑋=
+ + + =

Comment résoudre ?

On extrait de le système ′ suivant :

+ + + = −( , + + + , + + + + = ′
′ + + + = −( , + + + , + + + + = ′

{ + + + = −( , + + + , + + + + = ′


′ ′
𝑋 ′ = ′ avec 𝑋 ′ = ) , ′
= ) et une matrice carrée d’ordre telle que

det ≠ .
′ est donc un système de Cramer , qui a pour solution unique 𝑋′ telle que :

det
= , = ,…, =
det
où sont les matrices obtenues en remplaçant la colonne dans par la colonne ′.

𝒆𝒓 cas : Si le vecteur 𝑋 = , ,…, 𝑘


, , ,…, vérifie le système
+ +
alors 𝑋 est solution de .
è 𝒆
cas : sinon n’a pas de solutions.

+ =
Exemple Soit le système { − =
− =− …………

On a = , =

′ + =
On extrait de le système suivant : {
− =

on trouve = et b′ = , det =− ≠ , par méthode de Cramer on obtient :


35
Dr Djebbar Samir
| | | |
= − = = =
− −

Alors admet une unique solution , = , . La solution , ne vérifie pas
l'équation − =− . Donc le système n'admet pas de solutions.

+ + − =
Exemple Soit le système { − − + =
+ + − = .……..

On a = , =

Tous les déterminants d'ordre 3 extraits de la matrice associée au système sont nuls.

′ + =− +
On extrait de le système suivant : {
− = −

− +
on trouve = et b′ = , det =− ≠ , par méthode de Cramer on
− −
− 𝑧+ − 𝑧+
| | | |
𝑧− − 𝑧−
obtient : = = − et = = − + .
− −

On remplace dans la troisième équation (3)

+ + − = − + − + + −

= − − + + −

= − + + − + −

= ∀ , ℝ.

Donc le système admet une infinité de solutions

={ − , − + , , } , ℝ.

36
Dr Djebbar Samir
Centre universitaire de Relizane Ahmed Zabana 2018-2019
𝒆𝒓
année ST Maths 02

Fiche de TD 2

Exercice 1 : Résoudre par la méthode de Cramer les systèmes suivants :

+ + = + + =
+ =
{ {− + − =− { − + =
− =
+ + = − − =−

Exercice 2 : Résoudre par la méthode de la matrice inverse les systèmes suivants :

+ = − + + =
+ =
{ { − + = {− + − =−
− =
+ = − + + =

Exercice 3 : Résoudre par la méthode de Gauss les systèmes suivants :

+ − = − + + = + + =
{ − − =− { − + =− {− + − =−
+ + = + − = + + =

Exercice 4 : Résoudre les systèmes suivants :

+ + =−
+ + = + + =
+ − =
{ − + = { + + = {
− + + =−
− + = + + =
+ + =

Exercice 5 : 1. Soit la matrice suivante :

= )

a. Démontrer que est inversible et calculer son inverse.


− + =
b. Déduire la solution du système suivant : {− + =
− − =

+ + =
2. Résoudre suivant les valeurs de α le système suivant : { − + =−
− =

37
Dr Djebbar Samir
Correction de fiche TD 2

Solution de L’exercice 1:

* Résolution par la méthode de Cramer

+ =
1/ { matrice associée au système 𝑋 =
− =

= , 𝑋= et =

det =− ≠ le système est de Cramer , donc une seule solution

| | − | | −
= − = = et = = = .
− − − −

Donc , = ,

+ + =
2/ {− + − =− on a = (− − ), 𝑋 = et = (− )
+ + =

det =− ≠

|− − | |− − − | |− − |

= = , = = et = =
− − −
+ + =
3/ { − + = on a =( − ), 𝑋 = et =( )
− − =− − − −

det =− | |−| |=− ≠ , par la méthode de Cramer on obtient :


− −

| − | | | | − |

= − − = , = − − − = et = − − =
− − −
Solution de L’exercice 2:

* La méthode de la matrice inverse

+ =
1/ { = , = 𝑋=
− = −

On a 𝑋= 𝑋=

38
Dr Djebbar Samir
det =− ≠ la solution est unique ( est inversible )

− − − −
= =
− −

alors − = = −

donc 𝑋= − = × = = .

+ = − + + =
2/ { − + = { − + = , on a =( − ), 𝑋 = et =( )
+ = − + + =

det =− ≠ alors est inversible ( existe ).

− −
+| | −| | +| |
− −
= −| | +| | −| | = (− − )
− −
(+ |− | −| | +|

|)

− −
= (− − )
− −

− − − −
− = = × (− − )= .
det
− −

( )

On a 𝑋= 𝑋=


𝑋= ×( ) =

( )
( )

39
Dr Djebbar Samir
+ + =
3/ {− + − =− ; = (− − ) et = (− )
+ + =

− − − −
det = | |−| |+ | |= ≠

− − − −
+| | −| | +| |
− −
= −| | +| | −| | =( − )
− −
(+ | −
| −|
− −
| +|

|)


= (− − − )

− −

− −

= = × (− − − )= .
det

− −
( )

On a 𝑋= 𝑋=

− −


𝑋= × (− ) =
− −
( ) ( )

Solution de L’exercice 3: La méthode de Gauss

+ − = ← − + − = + − =
← − ← +
1/ { − − =− ⇔ { − − =− ⇔ { − − =−
+ + = + = =−

Donc la solution : =− , = et =− .

L’ensemble de solutions = { − ,− , }

40
Dr Djebbar Samir
− + + = ← + − + + =
← + ← − − + + =
2/ { − + =− ⇔ { + = ⇔ { + =
+ − = + = − =−

= , = et =

= {( , , )}

+ + =
3/ { − + − =− après calculs l’ensemble de solution
+ + = ……
={( ,− , )}

Solution de L’exercice 4:
+ + =
{ − + = système homogène la matrice associée =( − )
− + = −

det = ( n’est pas inversible ) le système n’est pas de Cramer car det = .

On extrait de le système ′ suivant :


+ =− −
′ ∶ { la matrice associée = ,𝑋 = et =
− =− − −

det =− ≠ par la méthode de Cramer :

− −
| | | |
= − − =− et y = − =
− −

On remplace dans l’équation (3) : − + = − − + = ∀ ℝ.

Donc finalement l’ensemble de solutions ={ − , , / ℝ}

soit = ℝ, ={ − , , / ℝ} une infinité de solutions .

2/ par méthode de Gauss

+ + = ← − + + =
← − ← − + + =
{ + + = ⇔ {− − = ⇔ {− − =
+ + = − − = =

La dernière équation est impossible donc = ∅ , n’admet aucune solution .

41
Dr Djebbar Samir
+ + =−
+ − =
3/ { , étant un système de 4 équations à 3 inconnues
− + + =−
+ + = …….
+ + =−
on considère le sous-système extrait carrée ′ { + − =
− + + =−

par exemple par la méthode de Gauss

+ + =− ← − + + =−
← + ← + + + =−
{ + − = ⇔ {− − = ⇔ {− − =
− + + =− + = ∙ = ∀ ℝ

admet une infinité de solutions de la forme + ,− − , ; ∀ ℝ.

Cherchons parmi ces solutions celles qui vérifient l’équation (4)

+ + = + − − + = si et seulement si = .

Donc admet unique solution ,− , .

Solution de L’exercice 5:

a) est inversible det ≠ .

| |=| |− | |+| | = − ≠ . Donc est inversible .


Calcul de :

+| | −| | +| | −

−| | +| | −| | −
= =

+| | −| | +| | ( )
( )


= −

( )

42
Dr Djebbar Samir


= = × − = (− ).
det −
− −

( )


b) le système s’écrit : 𝑋=



avec = (− ) , 𝑋= et =( )
− −
− −
𝑋= 𝑋= 𝑋= .

𝑋= )( ) = .

2. Posons

= −


det =| − |= | |−| |
− −

= ²− − − −

= − + +

= ² + .

Si det ≠ ≠ et ≠− . admet une seule solution .

Si det = admet une infinité de solutions ou il n’admet aucune solution .

 Si det ≠ . La solution est :

| |
− −
− + − −
= = =
² + ²

43
Dr Djebbar Samir
| |

− +
= = =
² +

| − − |
+ − + − +
= = = .
² + ²

 Si det =
situation : = .
= … … . impossible
{ + =
= .

Donc n’admet pas de solution .


è
situation : =− .

− − − = ……
− { + + = − ……
+ = ……………..

De (3) : = − …… .

En remplace (4) dans (2) : + − + =− = − …… .

Si (4) et (5) vérifient (1) alors − admet une infinité de solutions, sinon − n’a aucune
solution :

(4) et (5) dans (1) : − + − + − =

donc − admet une infinité de solutions , avec

= {( − , − , ) / ℝ }.

44
Dr Djebbar Samir
Chapitre 3
Intégrales et calcul des primitives
Introduction

Nous avons vu dans le chapitre de dérivation ( Maths 1 ) le problème suivant : étant donnée une
fonction , trouver sa dérivée c'est à dire la fonction = ′ .

Dans ce chapitre, nous considérons le problème inverse : étant donnée une fonction , trouver
une fonction telle que sa dérivée soit égale à , c'est à dire ′ = .

Intégrale indéfinie

Définition Soit ∶𝐼 ℝ une fonction, 𝐼 est un intervalle quelconque de ℝ .

On appelle primitive (ou intégrale indéfinie) de toute fonction ∶𝐼 ℝ dérivable telle que

′ = , 𝐼.

Exemple ⟼ ² est la primitive de ⟼ . La primitive de ⟼ cos est ⟼ sin

Remarque (non unicité de primitives)

Soit = + . On a

= + , = + + ( est une constante )

sont deux primitives de .

Théorème Si , sont deux primitives de , alors

− =

Conclusion : Si on connait une primitive de , toutes les autres primitives de sont de

la forme + .

Notation

L’ensemble des primitives d’une fonction est noté ∫ ou encore ∫

C’est-à-dire : ∫ = +

où est une primitive de .

45
Dr Djebbar Samir
Proposition ( Linéarité )

Soit 𝐼 un intervalle de ℝ , et ∶𝐼 ℝ deux fonctions intégrables ( admettent des primitives )


et 𝜆 ℝ. Alors

∫ + =∫ +∫ ∫𝜆 = 𝜆∫

Primitives des fonctions usuelles

La fonction La primitive de ( ℝ . L’intervalle 𝐼


= = + ℝ
= , ℝ − {− } = +
+ ] , +∞[
+
= = ln| | + ]−∞, [ ou ] , +∞[
𝑥
= 𝑥 = 𝑥 + ℝ
= sin = − cos + ℝ
= cos = sin + ℝ

Techniques de calcul de primitives

a) Intégration par parties

Proposition Soient et deux fonctions dérivables sur un intervalle 𝐼.


On a

′ ′
∫ = −∫

Preuve On a
′ ′
( = + ′

′ ′
∫( =∫ +∫ ′

′ ′
=∫ +∫

′ ′
∫ = −∫

46
Dr Djebbar Samir
Exemple 𝐼 = ∫ sin . Posons

= =
′ = sin = − cos

Donc

∫ sin = − cos + ∫ cos

= − cos + sin +

Exercice calculer 𝐼 = ∫ ² 𝑥

Solution Intégration par parties en posant :

= ² ′ =
′ 𝑥 𝑥
= =

Donc

𝑥 𝑥 𝑥
∫ ² = ² − ∫

𝐼

Calculons 𝐼 = ∫ 𝑥 par parties en posant



= =
′ 𝑥 𝑥
= =
𝑥 𝑥 𝑥 𝑥 𝑥
d'où : 𝐼 =∫ = −∫ = − +

et 𝐼= ² 𝑥 − 𝑥 − 𝑥 + = − + 𝑥 +

b) Intégration par changement de variable

Proposition Soit une primitive de et une fonction dérivable. Alors la fonction


′ est intégrable et l’on a


∫ ( = + .

Autrement dit, en posant = on obtient = ′ , soit encore = ′ et donc


𝑥

∫ ( ′ =∫ = +

47
Dr Djebbar Samir
Exemple

∫ √sin cos =∫ , = sin , = cos

+
= +
+

= sin +

= (√sin + .

Remarque

′ ′
∫ =∫ , = , =

= ln| | +

= ln| |+ .

Le succés de l'intégration dépend de notre habilité à choisir le changement de variable approprié


qui simplifiera les calculs.

Exercice Calculer les primitives suivantes

∫ , ∫ tan

Solution

1) On pose = − = , alors
∫ −
=∫ =∫

− −
= +

= + , ℝ.

i 𝑥 −
2) ∫ tan =∫ = −∫ On pose = cos , = − sin =
𝑥 𝑥 i 𝑥
= − ln| | +
= − ln|cos | + , ℝ.

48
Dr Djebbar Samir
Intégration des fonctions rationnelles

Définition Un polynôme à coefficients dans =ℝ = ℂ est une expression de la forme



= + − + + + + ,

avec ℕ et , ,…, .

L’ensemble des polynômes est noté [𝑋].

Les sont appelés les coefficients du polynôme .

On appelle le degré de le plus grand entier tel que ≠ , on le note deg

et on a

∫ =∫ + − + + + +

+ −
= + + + + + +
+
𝑥
Exemple ∫ + + = + ²+ +

Définition Soit une fonction . On dit que la fonction est une fonction rationnelle si
𝑥
= , où , sont des polynômes à coefficients réels.
𝑥

a) Intégrale du type : ∫ , 𝜆 ℝ
𝑥+𝜆

∫ = ln| + 𝜆| + , ℝ
+𝜆

b) Intégrale du type : ∫ et > .


𝑥+𝜆 𝑛

∫ = −
+ , ℝ
+𝜆 − +𝜆
𝑥+
c) Intégrale du type : ∫ où , , et ℝ avec ² + + possède deux racines
𝑥²+ 𝑥+
réelles et , donc :

+
= +
²+ + − −

Par suite on a :

49
Dr Djebbar Samir
+
∫ =∫ +∫
²+ + − −

= ln| − | + ln| − | + , ℝ

Exemple Calculer ∫ .
𝑥²−

On a :

= −
²− − +

Par suite on a :

∫ =∫ −∫
²− − +

= ln| − | − ln| + | +

𝑥+
d) Intégrale du type : ∫ 𝑛
où , , , ℝ, ℕ∗ avec ∆= ² − < .
𝑥²+ 𝑥+

Proposition Soit 𝐼 = ∫ 𝑛
, ℕ∗ alors .
𝑥²+

𝐼 =∫ = arctan +
𝑥²+

𝑥 −
𝐼 + = + 𝐼 , pour .
𝑥²+ 𝑛

Preuve

1) évident car arctan ′=


𝑥²+
2) 𝐼 = ∫ par parties en posant :
𝑥²+ 𝑛

′ − −

= =− + = +
²+ +
′ = =

²
𝐼 =∫ = +∫ +
²+ ²+ +
²+ −
= + ∫ +
²+ +

50
Dr Djebbar Samir
𝐼 = + ∫ − ∫ +
²+ + +
𝑥
alors 𝐼 = 𝑛
+ 𝐼 − 𝐼 + .
𝑥²+

𝑥 −
Donc 𝐼 + = 𝑛
+ 𝐼 , pour .
𝑥²+

𝑥+
- Calculons ∫ 𝑛
𝑥²+ 𝑥+

1) si ≠ on a

+ + + − +
∫ = ∫ = ∫
²+ + ²+ + ²+ +

+ − +
= ∫ + ∫
²+ + ²+ +
+
= ∫ + (− + )∫
²+ + ²+ +
𝑥+ ′
A) ∫ 𝑛
,On choisit = ²+ + = +
𝑥²+ 𝑥+

ln| | =
+ ′
∫ =∫ ={
²+ + [ ] [ ]− +
− +

B) ∫ 𝑛
𝑥²+ 𝑥+

²
²+ + = + + − , = + = − > , = .

∫ =∫ =∫ = ∫
²+ + ²+ ² ²
[ ² ( + )] [ + ]
²

on choisit = = =

∫ = ∫ voir la proposition
²+ + +

1) si = on a

+
∫ =∫ = ∫ ( .
²+ + ²+ + ²+ +

51
Dr Djebbar Samir
𝑥+
Exemple Calculer ∫ .
𝑥²+𝑥+

+ + + +
∫ = ∫ = ∫
²+ + ²+ + ²+ +
+
= ∫ + ∫
²+ + ²+ +
+
= ∫ + ∫
²+ + ²+ +
𝑥+ ′
A) ∫ , par changement de variable = ²+ + = +
𝑥²+𝑥+

on obtient :

+ ′ − −
∫ =∫ = = .
²+ + ²+ +

B) ∫ =?
𝑥²+𝑥+

²+ + =( + ) + , par changement de variable = + = on obtient

∫ =∫ =∫
²+ +
²+ √
( ²+ )

= ∫
( ) +


par changement de variable = = , = on obtient :
√ √

√ −
∫ = × ∫ , d′après ( 𝐼 + = + 𝐼 )
²+ + ⏟ ²+ ²+
𝐼

𝐼 =∫ = + arctan , =
²+ ²+

52
Dr Djebbar Samir
𝑥+
Finalement On a = = + alors =
√ √

+
+ − √ √ +
∫ = + × + arctan ( ) + .
²+ + ²+ + + √
( ) +
[ ( √ )]

Décomposition en éléments simples


𝑥
Soit = une fonction rationnelle par la division euclidienne on obtient :
𝑥

= + telque deg deg .


𝑥
Donc = +
𝑥

𝑥
On en déduit que : ∫ =∫ +∫ .
𝑥

Si

= − − … − 𝑘 + + + + … ²+ ℎ + ℎ

on peut écrire

, , ,
= + + +
− − −

, , ,
+ + + +
− − −

+ +

, , , 𝑘
+ + + +
− − − 𝑘

, + , , + , , + ,
+ + + +
+ + + + + +

, + , , + , , + ,
+ + + +
+ + + + + +

+ +

ℎ, + , ℎ, + , ℎ, ℎ + ℎ, ℎ
+ + + +
²+ ℎ + ℎ ²+ ℎ + ℎ ²+ ℎ + ℎ ℎ

où les , , , et , sont des constantes.

53
Dr Djebbar Samir
𝑥 + 𝑥−
Exemple = . On effectue d’abord la division euclidienne
𝑥²− 𝑥−

+ − ²− −

− − +

²+ −

²− −

7 7
𝑥− 𝑥−
Ainsi = + + . Maintenant on décompose le terme en fractions simples
𝑥²− 𝑥− 𝑥²− 𝑥−
on a ²− − = + − et on doit chercher les deux constantes et telles que


= + .
²− − + −
En utilisant le principe d’identité des polynômes on a

− − + + + − + + =
= = {
²− − ²− − ²− − − + =−

=
{
=

On conclut que

⁄ ⁄
= + + +
+ −
et

²
∫ = + + ln| + |+ ln| − | + .

𝑥−
Exemple = . On doit d’abord la décomposer en fraction simples, la fonction
𝑥− 𝑥+ ²
admet la décomposition

= + + .
− + + ²

54
Dr Djebbar Samir
On détermine les constantes en utilisant le principe d’identité des polynômes

− + + − + + −
=
− + ² − + ²

+ + − + + − − + =
= { − + =
− + ² − − =−

On conclut que

− ⁄ ⁄ ⁄
= + +
− + + ²

et

∫ =− ln| − | + ln| + | − + .
+

Intégration des fractions rationnelles en 𝒆𝒙

𝑥 𝑥
On utilise le changement de variable = et donc = ou =

𝑥
Exemple Calculer ∫ . On a
+ 𝑥

∫ 𝑥 =∫
+ +

=∫ −∫
+

= ln| | − ln| + | + .
𝑥
Intégrale du type ∫ où P est un polynôme et 𝜶 ℝ∗ .
𝑥
∫ peut se calculer par une intégration par parties. Mais on peut encore remarquer que

∫ 𝑥 = 𝑥

où est un polynôme de même degré que que l'on déterminera par identification.
−𝑥 −𝑥
Exemple Calculer 𝐼 = ∫ + + . On sait que 𝐼 = + + et on obtient
a, b, c de la formule
−𝑥 −𝑥 ]′
+ + =[ + + .
−𝑥
On aura =− , = − et = − . Finalement, 𝐼 = − − − .

55
Dr Djebbar Samir
Intégration de certaines fonctions trigonométriques

A) Transformation en une intégrale de fonctions rationnelles :

Soit une intégrale de la forme ∫ sin , cos . En effectuant le changement de variable


𝑥
= tan , les fonctions sin et cos s'expriment alors sous formes de fonctions rationnelles.

En effet

sin = sin + = sin cos

sin cos
sin cos cos²
= =
sin² +cos²
cos²

tan
= = ,
+ tan² + ²

cos = cos + = cos² − sin²

cos² − sin²
cos² − sin² cos²
= =
sin² +cos²
cos²

− tan² − ²
= =
+ tan² + ²

et

= tan = arctan

= arctan

= .
+

56
Dr Djebbar Samir
Donc on a :

= tan =
+

sin =
+ ²
− ²
cos =
+ ²

tan =
− ²
− ²
cot = .

Exemple Calculer ∫ .
i 𝑥

On a :

+ ²
∫ =∫
sin + ²

=∫ = ln| | +

= ln |tan | +

B) Les intégrales de types : ∫ cos . Ou ∫ sin .

Premier cas : est impair.

On utilise la formule cos² + sin² = : pour l’indice − qui est une puissance paire, ce qui
permet de donner une intégrale de type

∫ ′ [ ] .

Exemple :

∫ = ∫ sin² sin =∫ − cos² sin

= ∫ sin − cos² sin

= ∫ sin + ∫ − sin cos² = − cos + cos + , ℝ

57
Dr Djebbar Samir
Deuxième cas : est pair.

Dans ce cas on utilise la forme linéaire de sin² et cos ² c’est-à-dire les deux formules
cos² = + cos et sin² = − cos .

Exemple :

∫ cos x dx = ∫ cos² x dx = ∫ [ + cos x ] dx

= ∫ + cos² x + cos x dx

=∫ x+ ∫ cos x dx + ∫ cos² x dx

x
= + sin x + ∫ cos² x dx .

mais dans ∫ cos² x dx on pose : t = x dt = dx dx = .

∫ cos² x dx = ∫ cos² t dt = ∫ + cos t dt

=∫ + cos t dt

= ∫ dt + ∫ cos t dt

t
= + sin t + c

x
= + sin x + c

Donc

x x
∫ cos x dx = + sin x + + sin x + c

C) Intégrale de type : ∫ cos sin , et ℕ

Premier cas : l’un des deux indices ; est un entier impair.


C’est pratiquement la même chose comme (B) on applique la même méthode pour l’indice impair,
mais si les deux sont impairs alors le meilleurs choix est le plus petit.

58
Dr Djebbar Samir
Exemple Calculer I = ∫ cos x sin x dx. On a

I = ∫ cos x sin x cos x dx

=∫ − sin² x sin x cos x dx

=∫ + sin x − sin ²x sin x cos x dx

= ∫ sin x cos x + sin x cos x − sin x cos x dx

= ∫ sin x cos x dx + ∫ sin x cos x dx − ∫ sin x cos x dx

= sin x + sin x − sin x + c, c ℝ.

Exemple Calculer I = ∫ cos x sin x dx. On a

I = ∫ cos x sin x sin x dx

= ∫ cos x − cos² x sin x dx

= ∫ cos x sin x − cos x sin x dx

= − ∫ cos x − sin x dx + ∫ cos x − sin x dx

= − cos + cos + c , c ℝ.

Exemple Calculer I = ∫ cos x sin x dx. On a

I = ∫ cos x sin x dx = ∫ sin² x ² sin x cos x dx

=∫ − cos ²x sin x cos x dx

= − ∫ cos x − sin x dx − ∫ cos x − sin x dx + ∫ cos x − sin x dx

I = − cos x − cos x + cos x + c , c ℝ.

59
Dr Djebbar Samir
Deuxième cas : Les deux indices ; sont des entiers pairs.
On applique la forrmule suivante: sin cos = sin et la forme linéaire de cosinus ou sinus

Exemple Calculer I = ∫ cos x sin x dx. On a

I= ∫ sin x dx = ∫ sin t dt. qui est de type 𝐁 .

D) Intégrale de type ∫ cos x cos x dx, ∫ sin x sin x dx , ∫ sin x cos x dx , et ℝ∗ .

On utilise les formules suivantes :

cos x cos x = [cos + x + cos − x]

sin x sin x = [− cos + x + cos − ]

sin x cos x = [sin + + sin − ] .

Exemple Calculer ∫ sin sin

∫ sin sin = ∫[− cos + cos ]

= [− sin + sin ] +

=− i 𝑥+ sin + , ℝ.

Intégrale définie

Interprétation géométrique

L’intégrale définie de entre et , notée ∫

𝐼= 𝐼= −

60
Dr Djebbar Samir
Définition Soit une fonction continue sur [ , ]. L’intégrale définie de entre et est

le nombre réel défini par :

∫ =[ ] = −

où est une primitive de sur [ , ].

Remarque

 Il y a une différence entre l’intégrale définie et l’intégrale indéfinie d’une fonction

∫ s’appelle une intégrale indéfinie de , c’est une fonction primitive de .

∫ s’appelle une intégrale définie de , c’est un nombre réel.

 ∫ ′ =[ ] = − .

Exemple

∫ ² =[ ] = ( ) = .

Exercice Calculer ∫ ² ln

61
Dr Djebbar Samir
Solution : (intégration par parties)

∫ ² ln = ln − ∫ = ln − +

Donc

∫ ² ln =[ ln − + ] = ln − + − (− + ) = ln − .

Proposition (opérations élémentaires)

Soient et deux fonctions intégrables sur l’intervalle [ , ] et 𝜆 ℝ. Alors on a :

1) ∫ [ + ] =∫ +∫ .
2) ∫ = −∫ .
3) ∫ 𝜆 =𝜆∫ .
4) ∫ =∫ +∫ , tel que . relation de Chasles.
5) |∫ | ∫ | | .
6) Si = ∀ [ , ] alors ∫ = .
7) Si ∀ [ , ] alors ∫ ∫ .
8) Si , ∀ [ , ] tels que , ℝ alors

− ∫ − .

9) Si , ∀ [ , ] tels que , ℝ alors

∫ ∫ ∫ .

10) × est une fonction intégrable sur [ , ] mais en général

∫ ≠ ∫ ∫

62
Dr Djebbar Samir
Preuve de (5) : On a
−| | | | ∀ [ , ],

par suite

−∫| | ∫ ∫| |

c'est à dire

|∫ | ∫| | .

63
Dr Djebbar Samir
Centre universitaire de Relizane Ahmed Zabana 2018-2019
𝒆𝒓
année ST Maths 02

Fiche de TD 3

1-Intégrale indéfinie

Exercice 01 : Calculer les primitives suivantes:

. ∫ − + , . ∫ + , . ∫ ln + , . ∫
+

sin ln 𝑥 𝑥
. ∫ , . ∫ , . ∫ , . ∫ √ + . ∫ 𝑥
.
√ + ln −

Exercice 02 : Calculer les intégrales suivantes :

− + − − −
∫ ,∫ ,∫ ,∫
+ − + − + − +

Exercice 03 : Calculer les intégrales suivantes :

∫ , ∫ sin cos , ∫ sin sin


cos

Exercice 04 : Posons

𝑥 𝑥
=∫ cos² =∫ sin²

1) Calculer +

2) En appliquant la méthode d'intégration par parties deux fois, calculer −

3) Déduire . Indication : cos = cos² − sin ²

2- Intégrale définie

Exercice 05 : Calculer

/√

∫ , ∫ , ∫
+ − + +
− − − /√

Exercice 06 : Soit
/

𝐼 =∫ sin , ℕ∗

64
Dr Djebbar Samir
1) Calculer 𝐼 𝐼 ( Indication : cos = − sin ² )
+ / +
2) Montrer que 𝐼 + = 𝐼 (Indication : Ecrire 𝐼 + =∫ sin sin et
+
utiliser une intégration par parties).

3) En déduire 𝐼 𝐼 .

65
Dr Djebbar Samir
Correction de fiche TD 3

Solution de L’exercice 1:

∫ − + = − + + , ℝ

∫ + = ∫ + = ∫ × ′ avec = +

= [ ]+ = + + .

∫ ln + =? intégration par parties

= ln + ′ =
{ ′ { +
=
=

∫ ln + = ln + −∫
+
+ −
= ln + −∫
+

= ln + − ∫( − )
+

= ln + − + ln + +

= + ln + − + , ℝ.

∫ , posons = ², = = .
+

Alors ∫ = ∫
+ +

= ∫
+

= arctan +

= arctan ² + , ℝ.

∫ , on pose = + dx = dt.
√ +

66
Dr Djebbar Samir

Alors ∫ =∫ =∫
√ + √

− +
= +
− +

= + = √ + + , ℝ.

sin ln
∫ , on pose = ln = = .

sin ln
Alors ∫ = ∫ sin = − cos +

= − cos ln + , ℝ.

𝑥 ′
∫ =∫ =∫ avec = ln
ln ln

= ln| |+

= ln|ln | + , ℝ.

∫ 𝑥 𝑥 + =∫ 𝑥 𝑥 + =∫ ′ [ ] avec = 𝑥 +

𝑥 +
= + +
+

𝑥
= + + , ℝ.

∫ 𝑥 𝑥
− 𝑥 , on pose = = = .


Alors ∫ 𝑥
=∫ = ∫ − ∫
− − −

= ln| | − ln| − |+

𝑥|
= − ln| − + , ℝ.

Solution de L’exercice 2:

− + − +
∫ ; nous avons ∶ = ²− − +
+ + +

67
Dr Djebbar Samir
Par la division euclidienne :

− + +

+ ² − −

− − +

− −

− +

− −

− +
Alors ∫ = − − + ln| + | + , ℝ.
+

∫ , − + = ∆= >
− +

On a ∶ − + = − −

− − −
= on peut écrire sous la forme +
− + − − − − − −

+ − − + = =−
+ = par identification { {
− − − − − − =− = .

− −
Alors = +
− + − −

donc ∫ = −∫ + ∫
− + − −

= − ln| − | + ln| − | + , ℝ.

∫ comme ∆= − <
− +
+
il s’agit un intégrale de type ∫ avec ∆= ² − < , et =
+ +

68
Dr Djebbar Samir
− −
∫ = ∫
− + − +
− − −
= ∫ = [∫ ( − ) ]
− + − + − +

= ∫ −∫
− + − +
𝑥−
1) Calculons ∫ =?
𝑥 − 𝑥+

− ′
∫ =∫ , avec = − + > .
− +

= ln = ln − + + , ℝ.

2) Calculons ∫ =?
𝑥 − 𝑥+
− + = − + , on pose = − = .

∫ =∫ = arctan + , ℝ.
− + ²+
Donc finalement

∫ = ln − + − arctan − + , ℝ.
− +


∫ comme ∆= − < .
²− +
− −
∫ =∫ −∫
²− + ²− + ²− +
𝑥− ′
∫ 𝑥²− 𝑥+
, par changement de variable = ²− + = −

on obtient :

− ′ − −
∫ =∫ = = + .
²− + ²− +

∫ =?
²− +

²− + = − + , par changement de variable = − = on obtient

69
Dr Djebbar Samir
∫ =∫ =∫
²− + ²+ ²
[ ( + )]

= ∫
( + )

par changement de variable = = , = on obtient :


∫ = ∫ , d′après ( 𝐼 + = + 𝐼 )
²− + ⏟ ²+ ²+
𝐼

𝐼 =∫ = + arctan + , =
²+ ²+
𝑥−
Finalement On a = = − alors =


− − −
∫ = − + arctan ( )) + .
²− + ²− + −
+


− −
= − + arctan ( )) + .
²− + −
+
Solution de L’exercice 3:

+ ² + ²
∫ =∫ =∫ , t = tan = et cos =
cos − ² + ² − ² + − ²

=∫ +∫ +
+ −
= ln| + | − ln| − | +
= ln | + tan | − ln | − tan | +

+ tan
= ln | |+ .
+ tan

70
Dr Djebbar Samir
∫ sin cos = ∫ sin² cos sin =∫ − cos cos sin

= ∫ cos − ∫ cos sin

= − ∫ cos −sin + ∫ cos − sin

= − cos + cos + .

∫ sin sin = ∫[− cos + cos ]

= [− sin + sin ] +

=− sin + sin + , ℝ.

Solution de L’exercice 4:

1. + =∫ 𝑥 cos² + sin² =∫ 𝑥 = 𝑥 +

2. − =∫ 𝑥 cos − sin =∫ 𝑥 cos


′ 𝑥
= 𝑥 =
Posons { ′ {
= cos = sin

− = ∙ −∫ ′ ∙ = 𝑥 sin −∫ 𝑥 sin …………….. ∗



𝐼
′ 𝑥
= 𝑥 =
Posons { ′ {
= sin = − cos

′ 𝑥 𝑥
𝐼= ∙ −∫ ∙ =− cos +∫ cos

=− 𝑥 cos + −
en remplace dans ∗
− = 𝑥 sin + 𝑥 cos − − − = 𝑥 sin + 𝑥 cos

𝑥
= sin + cos +

71
Dr Djebbar Samir
+ = 𝑥 + ………
3. On a {
− = 𝑥 sin + cos + ……..

𝑥 𝑥
+ = + + sin + cos +

= 𝑥[ + sin + cos ]+ + , et ℝ

𝑥
+
= [ + sin + cos ]+

𝑥[
+
= + sin + cos ]+ , = ℝ.

𝑥 𝑥 𝑥[ ]−
= + − = + − + +

𝑥[ ]+
= − − sin − cos −

𝑥[ ′ ′

= − sin − cos ]+ , = ℝ.

Solution de L’exercice 5:

∫ = [arctan + ]− , ℝ
+

= arctan + − arctan − +

= arctan − arctan −
= − − = . ∗


∫ = [ln| − + |]− = ln − ln
− +

= ln − ln − ln

= − ln − ln .

/√ /√

∫ = ∫
+ + (√
− /√ − /√

On pose = √ =

72
Dr Djebbar Samir
si , et si − , − .
√ √
Alors
/√

∫ = ∫ = × = voir ∗
+ √ + √ √
− /√ −

Solution de L’exercice 6 :

𝐼 =∫ sin , ℕ∗

/
𝜋
𝐼 = ∫ sin = [− cos ] =

/ ⁄
− cos
𝐼 = ∫ sin² =∫

⁄ ⁄
cos
=∫ −∫
𝜋 𝜋
sin
=[ ] − [ ]

=

= .

è
Méthode (intégration par parties)

= sin ′ = cos
Posons { ′ {
= sin = − cos

⁄ ⁄
𝜋
[− sin cos ] + ∫ cos²
𝐼 =⏟ =∫ − sin² car cos ² + sin² = .
=

D’où
⁄ /

𝐼 =∫ − ∫ sin²

𝜋 𝜋
𝐼 =[ ] −𝐼 𝐼 =[ ] = .

73
Dr Djebbar Samir
Donc 𝐼 = .
+
2. Montrons que 𝐼 + = 𝐼 :
+
/

𝐼 = ∫ sin + sin
+

+ ′ = + sin cos
= sin
Posons { ′ {
= sin = − cos

𝜋
𝐼 = [− + ] +
+ ⏟ cos sin + ∫ sin cos
=

𝐼 + = + ∫ sin − sin
𝜋 𝜋

= + ∫ sin − + ∫ sin +

𝐼 + = + 𝐼 − + 𝐼 +

Donc + 𝐼 + = + 𝐼

+
Conclusion 𝐼 + = 𝐼
+
3. 𝐼 = ? et 𝐼 = ?
+
𝐼 = 𝐼 = 𝐼 = .
+

+
𝐼 = 𝐼 = 𝐼 = × = .
+

74
Dr Djebbar Samir
Bibliographie
[1] Jean-Pierre Ramis, Mathématiques Tout-en-un pour la Licence Cours complet et 270
exercices corrigés , (2007).
[2] Hitta Amara, Cours Algebre et Analyse I ,LMD : DEUG I–MI/ST–(2008/2009) :
[3] AndrE Girouxarc,Analyse 2 -Notes de cours (Avril 2004).
è
]4[ Gabriel Baudrand, Mathématiques résumés du cours -ECE 1re et années.(P aris; 2008)

[5] M. Mehbali, Mathématiques : (Fonction d’une variable réelle), O¢ ce des


publications universitaires, 1 Place centrale de Ben-Aknoun (Alger).
[6] J. M. Monier, ANALYSE MPSI / Cours, méthodes et exercices corrigés, è édition.Dunod,
Paris, 2006.

75
Dr Djebbar Samir

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)