Vous êtes sur la page 1sur 5

Des tags au taquet

Par Hervé Leclère

Les «tags» qui sont réalisés sur les wagons et voitures voyageurs 'égaient' le paysage ferroviaire, c'est le moins qu'on
puisse dire, et sont de plus en plus répandus. QUESTION: Le phénomène va-t-il envahir nos réseaux miniatures?
J'ai décidé d'anticiper «l'épidémie» sur mes propres wagons de fret, pour commencer.

J'ai eu la chance de tomber sur celui-ci, en consultant Facebook®; qui raconte une histoire.,,,,

En bon amateur de trains, j'ai remarqué que ce sont souvent les céréaliers qui sont tagués. Celui-ci, par exemple,
est issu d'une photo vue sur FB, imprimée et recadrée à la dimension adéquate sur du papier ordinaire, pour ce vieux
modèle JOUEF qui va reprendre du service, juste pour le coup d'œil! Preuve que nous avons affaire à de véritables
artistes, il s'agit là d'une commande dûment signée par son auteur. (Vu à St-Pierre Des Corps /SPDC. 2017).

Je suis désormais à l'affût avec l'appareil photo pour de nouvelles idées lors de mes visites à SPDC.
Si l'on a la chance de les trouver sur la 'toile', quelle aubaine: ya plus qu'à découper.....

et même 'retaguer' par dessus le nouveau logo !

Comme on peut le constater aisément,


les wagons ne sont pas toujours bien
positionnés pour en faire une photo
exploitable, mais, au passage, on peut
prendre des notes pour refaire à
l'occasion... une bonne patine.

Cette voiture DEV par exemple, ne


permet pas une prise de vue
suffisamment bien orientée pour en tirer
un imprimé acceptable. S'il existe des
logiciels de correction adaptés, pour ma
part, je peux m'en passer.
L'artisan "Tchou tchou" commercialise
des décalques exploitables,
redimensionnés, recadrés facile à
utiliser qui sont très convenables et il
n'est pas dans mes intentions de
rivaliser!

Il n'est pas toujours facile de 'capturer le motif' pour la suite de l'exercice. Il arrive souvent que l'image soit polluée par
des fils électriques (caténaires entre autres), l'important étant d'obtenir le maximum d'éléments pour notre
reproduction: l'inclinaison est de toute façon 'rattrapable' puisque la police des caractères employée est, pour le
moins... aléatoire!

Le modèle ci-dessus est imprimé sur feuille A4; on remarquera qu'il s'agit d'un wagon VTG dont le cartouche semble

même avoir été quasi épargné.


Après un découpage aux ciseaux
fins, on comprend qu'il est facile
d'oublier l'inclinaison initiale. J'ai
choisi un wagon de mon parc, pour
la présentation de l'essai de
positionnement: pensez à la taille à
l'échelle 1 du tagueur en exercice;
les tags sont donc rarement placés
hauts sur les wagons; c'est
pourquoi il est important d'en
respecter la bonne hauteur.

La hauteur adéquate est respectée mais l'épaisseur du papier blanc est encore visible, les traits blancs aussi; des
retouches de couleur adaptée aux crayons feutre vont estomper tout ça.

Avant et...après retouche: l'impression d'épaisseur sur les bords a quasiment disparu, prenant l'aspect d'un aplat.
Vue à bonne distance, c'est une réalisation rapide et efficace; l'important est de faire disparaître l'épaisseur du papier
par des retouches appropriées et discrètes au feutres de couleur.

Il ne reste plus qu'à intégrer ce wagon-œuvre d'art à la rame et...ça roule!

TEXTES & PHOTOS: Hervé Leclère. © 2020