Vous êtes sur la page 1sur 6

Amélioration de l’EAD Jouef

(1) Remotorisation, attelages. Textes & photos: Hervé Leclère

Ayant acquis cet engin d’occasion en très bon état, il fallait que je le rende plus performant en améliorant
en priorité la prise de courant. Il a fallu donc l’ouvrir... et ce n’est pas le plus facile; malgré tout j’y suis
arrivé... sans casse!

La toiture s’enlève en glissant «en douceur» par ex. une lame de cutter à la jointure entre la toiture de
couleur rouge et la paroi couleur crème en faisant levier: normalement ça doit se déclipser sans forcer!

À ce stade on aperçoit les sièges, le gros contre-poids en plomb brillant (côté motrice), le moteur (le fameux
«tourne- broche» Jouef), avec les engrenages noirs, positionnés au dos de la cabine de conduite.

On inversera la position en leur faisant faire un demi-tour et donc en changeant la polarité des fils, pour
ne faire qu’apparaitre la forme blanche du support moteur: la vue par le pare-brise en sera plus esthétique à
mon avis.

Cette opération ne nuit pas du tout au rendement de l’ensemble. Pour permettre l’ouverture et l’accès facile,
il faut passer par un démontage, avec des pics à brochettes en bambou par exemple (longueur 10 cm
environ), que l’on insère entre la caisse et le châssis, il ne faut pas être étonné tant on doit écarter les
plastiques latéraux, pour sortir l’ensemble châssis / vitrages / moteur.
La caisse finit par se déchausser, les pics se libèrent et on peut voir la semelle supportant le moteur; il faut
débloquer avec précaution le châssis moteur vers le bas. À ce stade, j’ai choisi de remplacer ce moteur
par un modèle plus récent, issu d’un moteur de BB 66000 Piko. Les dimensions correspondent si ce n’est
qu’il faut éliminer un axe avec son volant d’inertie.

À gauche: le moteur d'origine Jouef ….. À droite: le nouveau moteur Piko (Mabuschi?).

Il est ajusté en fonction des roues dentées et se loge à la même place, mais collé à la colle chaude, pour
des raisons de bruit et d'accès pour maintenance. Les supports ne sont plus les mêmes. On remarque les
roues dentées inversées de l’origine Jouef, la grande en haut la petite en bas; les rapports de traction n’ont
plus rien à voir avec la version Jouef. On gagne également en réduction de bruit, puisque ce ne sont plus
que les engrenages nylon qui 'parlent'.
Il est impératif de prendre des
précautions afin de ne pas casser
cette partie de support moteur situé
de chaque côté de la caisse. Les
éventuelles réparations risqueraient
d'être difficiles!

Une fois le bogie moteur remonté,


on peut réassembler la caisse.

Les attelages d'origine de l'EAD vont être remplacés par des attelages à aimants et de surcroit avec
connections, que j’ai choisies de chez REE. Toutefois il a fallu adapter en longueur le débattement
d’élongation, en se servant partiellement de l’existant. Toutefois je conseille le branchement pour les
inconditionnels en 12 v continu, et non pas pour le digital, car la prise de courant traction est
largement bien corrigée par le décodeur; il est donc plutôt déconseillé de les brancher lorsqu’on installe un
décodeur.
J’avais connecté ces attelages, pour la marche en courant continu, que j’ai débranché ensuite pour une marche
en digital. Le fonctionnement général n’en est que meilleur, même le vieux moteur jouef retrouve une jeunesse
insoupçonnée!

On ôte proprement le système de barre d’attelage Jouef, sans toutefois le supprimer entièrement puisqu'il
va servir de support pour les attelages REE
Il faut diminuer la hauteur du tube pour que le clip de fixation fonctionne. J’ai retrouvé dans ma 'caisse à
bricoles' un timon pour attelage court, permettant d’y fixer le REE. Voilà qui ménage une possibilité de
réglage en hauteur entre pièces de différentes marques!
Une fois les essais de longueur adaptée effectués, il n'y a plus qu’à souder les fils à la longueur adéquate sur
les frotteurs de contact.

FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE

À suivre: La cabine et ses feux

Textes & photos: Hervé Leclère © 10/2020 / Corail76

Évaluer