Vous êtes sur la page 1sur 41

Introduction

Le lien entre croissance économique et système d'éducation semble aujourd'hui suffisamment établi
pour recueillir un large consensus des économistes. Les premières études sur ce lien sont basées sur
le modèle de croissance néo-classique (Solow, 1956), en particulier l’article pionnier de Mankiw,
Romer et Weil (1992). Il en ressort que, le capital humain joue le même rôle dans la croissance
économique que le capital physique dans la production. Ainsi, accumuler des années d’études
revient à démultiplier la force de travail. Autrement dit, cela revient à augmenter l’efficacité
productive à technologie constante de cette force de travail. (Sènou, 2014). De plus, Lucas (2002)
insiste sur les effets de contagion ou « externalités » du capital humain. Non seulement, une
personne instruite sera elle-même plus productive, mais elle rendra également les autres plus
efficaces, en favorisant l’adoption d’idées nouvelles, en plaidant pour une meilleure utilisation des
ressources existantes. Pour que l’éducation joue son rôle, il faut qu’elle soit de bonne qualité. La
mesure de cette qualité peut s’apprécier à travers plusieurs indicateurs, dont les indicateurs
d’efficacité interne au nombre desquels la performance des apprenants.

Pour qu’il en soit ainsi, le système éducatif tel un système de production accompagne l’apprenant
en mobilisant les « inputs » (enseignants, dispositions réglementaires, étudiants, etc.) afin de
« produire » à court terme, des apprenants bien formés et à long terme, des cadres participant
activement au développement de leur pays. Il s’attend ainsi à ce que l’apprenant, inscrit à un
programme, investit le temps, l’énergie et les efforts nécessaires pour acquérir les connaissances et
les compétences désirées pour obtenir le diplôme visé. Mais comment obtenir de ce système des
produits de meilleures qualités tout en utilisant au mieux les ressources disponibles dans les mêmes
conditions? Autrement dit, dans quelles mesures obtenir des étudiants plus performants dans les
mêmes conditions? Rechercher les facteurs qui influencent les résultats des étudiants devient dès
lors l’une des préoccupations majeures pour l’efficacité du système.

La présente étude cherche à expliquer de façon empirique, la performance académique à


l’ENEAM. Elle s’articule autour de trois chapitres. Le premier chapitre procède à une brève
présentation de l’École Nationale d’Économie Appliquée et de Management, institution qui abrite le
CREAM, notre lieu de stage. Le second chapitre présente la partie théorique et la méthodologie de
l’étude. Enfin le dernier chapitre, expose les résultats obtenus puis quelques suggestions.

1
Chapitre 1 : Cadre institutionnel de l’étude

1.1 L’Ecole Nationale d’Economie Appliquée et de Management


(ENEAM)
L’Ecole Nationale d’Economie Appliquée et de Management (ex- Institut National d’Economie) est
l’une des entités de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC). Elle est chargée de la formation
professionnelle et de la recherche scientifique dans les domaines de l’économie appliquée et de la
gestion des entreprises. Elle sise au quartier Gbégamey de la ville de Cotonou.

1.1.1 Mission et offres


de formations de
l’ENEAM

L’ENEAM est un établissement de formation professionnelle et de recherche scientifique, qui


forme en Sciences Economiques et de Gestion(SEG). Sa mission est de :
 former des techniciens et cadres de conception en économie appliquée et management;
 dispenser l’enseignement supérieur professionnel à l’Université d’Abomey–Calavi
(UAC) notamment dans les domaines de l’économie appliquée et du management des
organisations ;
 participer à l’organisation et à l’exécution des programmes de recherche en économie appliquée
et de management ;
 participer au recyclage et à la formation professionnelle des cadres moyens et supérieurs, au
profit, des secteurs privé, public et parapublic.

Elle dispose de deux principaux cycles de formation :


 Le cycle 1: formation des cadres ingénieurs des travaux et techniciens supérieurs;
 Le cycle 2: formation d’ingénieurs de conception et d’administrateurs

A ces deux cycles de formation, il faut ajouter le cycle court de Brevet de Technicien Supérieur
(BTS). Ce diplôme est obtenu suite à un examen national passé avec succès. Les filières de
formation pour le BTS à l’ENEAM sont : Banque et Finance d’Entreprise, Comptabilité de Gestion,
Marketing et Action commerciale, Management des Ressources Humaines, Informatique de
Gestion, Transport et Logistique et Communication d’Entreprise.

2
1.1.2 Organisation
Administrative

L’administration de l’ENEAM est assurée par :

Les principaux organes de l’ENEAM sont :

- Une Direction, chargée de la gestion et de l’administration.

- Une Direction Adjointe, chargée de la Coordination des Affaires Académiques et Pédagogiques,


qui est assistée d’un Secrétariat Général d’Entité (SGE) et de quatre départements.

Le SGE se décline en sept (07) services techniques:


 le Service du personnel ;
 le Service Examens et Diplômes (SED) ;
 le Service Scolarité (SS) ;
 le Service de la Documentation et des Archives (SDA) ;
 le Service du Matériel et de la Maintenance (SMM) ;
 le Service de l’informatique, de la Statistique et de l’Analyse de la Performance (SISAP) ;
 le Service Coopération, Communication, Orientation et Relations Extérieures (SCCORE).
Les quatre(04) départements sont :
 un département de Management des Organisations ;
 un département de la Statistique ;
 un département de la Planification du Développement ;
 un département de l’Informatique de Gestion ;
Le Centre de Recherche en Economie Appliquée et en Management (CREAM) assure la
promotion de la recherche scientifique à l’ENEAM.

1.1.3 Le
microenvironne
ment de
l’ENEAM

Le microenvironnement de l’ENEAM se compose des acteurs scolaires, des partenaires et


concurrents de l’ENEAM.

Les Ecoles/Universités privés : au Bénin et particulièrement à Cotonou, nombreuses sont les


écoles de formations supérieures qui offrent les mêmes formations que l’ENEAM.

3
On note entre autres : l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO), la Haute Ecole de
Commerce et de Management (HECM), l’Institut Supérieur de Management Adonaï (ISM Adonaï),
GASA Formation, PIGIER, Ecole Supérieure d'Economie et de Gestion (ESEG), Ecole Supérieure
de Management (ESM), Ecole Supérieure de Gestion et de Commerce (ESGC), Institut
International de Management (IIM), Centre d'Etude Commerciale et de Gestion (CECG), etc.

Les acteurs scolaires : il s’agit de tous ceux qui interviennent règlementairement à l’ENEAM. Ce
sont :

Le corps professoral : constitué des enseignants qui dispensent les cours à l’ENEAM. On y
distingue les enseignants vacataires et les enseignants permanents.
Les étudiants : C’est la clientèle de l’ENEAM, ceux que l’ENEAM a pour mission de former.
Le corps administratif : composé des agents employés au Secrétariat Général d’Entité.

1.2 Le macro environnement de l’ENEAM


L’environnement scolaire

D’une part, l’effectif sans cesse croissant du nombre de bacheliers chaque année affecte bien
évidemment celui des étudiants de l’ENEAM qui s’accroit également d’année en année.
L’ENEAM fait ainsi face à de nouveaux défis :
Va-t-elle augmenter l’effectif actuel des salles de classe ? Cela n’est pas l’idéal car étant une école
de formation professionnelle l’effectif des salles est supposé être restreint pour répondre aux
exigences d’une telle école.
Va-t-elle construire de nouvelles salles de classe ? Là encore, il faut une budgétisation des frais de
construction. L’ENEAM est-elle prête à y faire face à court terme ? Y-a-t-il encore assez de places à
l’ENEAM pour ces nouvelles constructions ? Voici tant d’interrogations que suscite une telle
situation.
D’autre part, l’ENEAM, dans l’atteinte de ses objectifs vise pour les étudiants une meilleure
performance et à long terme leur meilleure insertion professionnelle. Mais elle se heurte à par
exemple à une situation : le niveau initial des étudiants qui n’est pas forcément le même.

Environnement juridico institutionnel

Etant une école publique, l’ENEAM est soumise aux règles générales de l’Université d’Abomey-
Calavi. L’UAC, à son tour dépend des décisions prises au niveau de son Ministère de tutelle, le
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique(MESRS). Ainsi, quand il y

4
a des problèmes propres à l’ENEAM, l’administration n’est pas capable de les régler
immédiatement. Elle se voit souvent limitée dans ces actions, à cause des nombreuses démarches
administratives qu’elle doit entreprendre.

1.3 Déroulement du stage et observations


A l’ENEAM, nous avons effectué notre stage au Centre de Recherche en Economie Appliquée et en
Management (CREAM). Il a pour mission d’assurer la visibilité scientifique de l’ENEAM, à travers
la promotion de la recherche, la valorisation des résultats de recherche et la prestation de services
scientifiques et techniques. Il constitue un cadre de recherche scientifique et technique, de
promotion et de valorisation des enseignants de l’ENEAM. Plusieurs projets de recherche dans
divers domaines sont actuellement en cours : la microfinance, l’agriculture, le capital humain,
l’entrepreneuriat, le transport etc.

Nos activités de stage se sont inscrites dans le cadre du projet de recherche, relatif au capital
humain, intitulé : Evaluation des Enseignants par les Etudiants (EEE). Nous avons eu l’opportunité
de participer à toutes les étapes de la recherche, de la collecte à l’analyse des données, à des
séminaires de recherche. Nous avons eu également l’occasion de collaborer avec des enseignants
chercheurs qui nous ont entretenues et dirigées dans la démarche scientifique. Ainsi, nous avons
constitué la base de données ayant servi à notre projet de recherche en collaboration avec le
CREAM. Ces données sont relatives aux caractéristiques générales des étudiants de l’ENEAM, des
professeurs qui y interviennent ainsi que certains attributs des enseignants notés par leurs étudiants.
Nos activités de recherche nous ont donné l’occasion de participer à des opérations d’enquête. Nous
avons eu l’opportunité et le plaisir de travailler avec des étudiants d’autres filières de l’ENEAM en
les aidants dans les analyses statistiques et économétriques et en apprenant beaucoup d’eux.

En définitive, le CREAM nous a offert un cadre exceptionnel de travail où nous avons eu le plaisir
de mettre en application nos connaissances théoriques. Notre stage s’est déroulé dans une ambiance
de travail, conviviale. Les enseignants chercheurs du CREAM, nous ont permis de consolider nos
acquis en recherche scientifique, et de trouver de solutions à nos préoccupations. Néanmoins, nous
avons été confrontées à certaines difficultés lors de notre projet de recherche notamment l’absence
de la connexion internet et la gestion de notre base de données.

5
Chapitre 2 : Cadre théorique et méthodologique de
l’étude

2.1 Enoncé du problème et intérêt de l’étude

2.1.1 Enoncé du
problème

Au sens de la théorie du capital humain, l’éducation est un bien d’investissement Becker(1964)


jouant un rôle primordial dans l’analyse de la croissance économique (Schultz, 1950 ; Lucas, 1988).
Ainsi, la croissance d’une économie dépend fortement du stock de capital humain dont elle dispose.
De nombreuses politiques éducatives sont d’ailleurs mises en œuvre dans maints pays. Cela témoigne,
de la priorité accordée au secteur de l’éducation dans le processus de croissance économique. Par
exemple au Bénin, sur la de période 2002-2010, la part des dépenses publiques d’éducation est en
moyenne de 18,7% et représente en moyenne 4% du Produit Intérieur Brut. (UNESCO et al. 2014).
Mais, Hanushek et Woessmann (2008), ont par la suite montré que, ce n’est pas le poids de
l’investissement réalisé dans le secteur éducatif, mais plutôt la qualité de l’éducation qui importe en
premier lieu. Il est alors nécessaire pour toute institution, qui s’investit dans l’éducation de prêter
une attention particulière aux performances scolaires, indicateurs de la qualité de l’enseignement.

La transition entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur est souvent perçue


comme une phase stressante par les étudiants (Shaver et al, 1985), notamment par ceux qui
quittent le foyer familial. Les étudiants de la première année, intégrant un nouveau système
d’enseignement, éprouvent des difficultés d’adaptation qui se répercutent sur leurs résultats
académiques. Or le système éducatif dans son ensemble vise un idéal. Et cet idéal veut que les
élèves ou les étudiants inscrits dans le système ou du moins la majorité parviennent au terme de
leurs études, de manière la plus brillante possible. A l’Ecole Nationale d’Economie Appliquée et de
Management (ENEAM) par exemple, les professeurs se plaignent aussi bien en classe, qu’entre eux,
qu’à l’administration de la baisse continue du niveau des étudiants. Ceci se manifeste par le taux
d’échec relativement important des étudiants de la première année (environ 56,44% des étudiants en
cycle Licence n’ont pas validé le premier semestre, données du service Scolarité de l’ENEAM,
année académique 2014-2015). Une telle situation n’est pas de nature à faire de l’ENEAM une
école d’excellence, dans un environnement de plus en plus concurrentiel où plusieurs écoles (136

6
établissements privés au Bénin) du sous-secteur éducatif privé offrent les mêmes formations qu’elle
(MESRS, 2011).

De plus, le redoublement fait payer deux années d’étude au système et aux familles pour une seule
année validée. Autrement dit, à contrainte budgétaire donnée, les redoublants occupent des places
qui surchargent les classes et/ou empêchent d’autres enfants d’accéder à l’école (UNESCO et al.,
2014). Il est donc primordial, de connaitre les facteurs qui déterminent la performance des étudiants
de l’ENEAM.

On se pose alors les questions suivantes: Quelle est l’influence des caractéristiques socio-
économiques de l’étudiant sur sa performance académique ? Quel est l’effet du profil scolaire
antérieur ainsi que du mode de choix de filière de l’étudiant sur sa performance académique ?

Pour répondre à cette préoccupation, ce travail vise à identifier et analyser les déterminants de la
performance académique des étudiants de la première année, cycle licence de l’ENEAM.

2.1.2 Intérêt de l’étude

Les résultats de cette étude permettront aux différents acteurs du système éducatif (familles,
étudiants, l’Etat, l’école) en particulier ceux de l’ENEAM, de maitriser les principaux facteurs qui
influencent les résultats des étudiants afin d’orienter de façon objective leurs politiques pour avoir
de meilleures « performances », indicateurs d’une éducation de qualité. Quant aux parents, cette
étude leur permettra de jouer convenablement leur rôle pour aider l’enfant à obtenir de bons
résultats scolaires et à s’épanouir intellectuellement.

2.2 Objectifs et hypothèses de la recherche

2.2.1 Objectifs de la
recherche

L’objectif général de cette étude est d’analyser la performance académique des étudiants de
première année au premier semestre de l’année académique 2014-2015.

7
De façon spécifique, nous allons :

 déterminer l’influence des caractéristiques socio-économiques de l’étudiant sur sa


performance académique ;

 examiner l’effet du profil scolaire antérieur ainsi que du mode de choix de filière de
l’étudiant sur sa performance académique.

2.2.2 Hypothèses de la
recherche

Sur la base des objectifs précédents, nous formulons les hypothèses suivantes :

 Les caractéristiques socio-économiques de l’étudiant, affectent sa performance


académique ;

 le profil scolaire antérieur et le mode du choix de filière de l’étudiant influencent sa


performance académique.

Le profil scolaire antérieur de l’étudiant rend compte de toutes les variables relatives aux
études effectuées avant les études supérieures (baccalauréat, type d’école secondaire). Le
contexte scolaire indique l’ensemble des variables relatives à l’école.

2.3 Revue de littérature et méthodologie

La littérature concernant la réussite et l’échec scolaire fait appel à plusieurs théories pour
expliquer la performance académique suite à un processus d’apprentissage.

2.3.1 La performance
académique et
ses déterminants.

2.3.1.1 La notion de performance académique

8
Landsheere (1979), définit la performance comme « le résultat d’une activité ».Pour Abernot
(1996), elle n’est qu'un effet de la compétence, le savoir potentiel.

De ces différentes définitions, on retient alors trois aspects importants de la performance :

 l’activité de l’individu
 le résultat obtenu lors de sa réalisation ;
 la norme qui permet d’apprécier ce résultat.

Ainsi en éducation, l’activité est l’apprentissage et l’appréciation des performances de l’étudiant


se fait par le biais des évaluations. Ces dernières se traduisent par un résultat chiffré, censé
mesurer les facultés intrinsèques de l’apprenant. Les résultats aux examens et les notes obtenues
peuvent être utilisés directement comme mesure des performances (Psacharopoulos et Woodhall,
1988). Nous considérons alors, dans le cadre de cette étude la «performance »comme étant le
résultat chiffré obtenu après les évaluations. Il s’agit, de la moyenne sur vingt obtenue par un
apprenant, suite à une série d’évaluations scolaires dont les règles ont été préétablies.

2.3.1.2 Les déterminants de la performance académique

Pour expliquer les performances académiques, deux grandes catégories de facteurs ont été étudiées
dans la littérature : les facteurs liés à l’étudiant et les facteurs liés au contexte scolaire.

Les facteurs relatifs à l’apprenant

Le climat familial et le statut socio-économique des parents de l’étudiant

Jimerson et al. (2000) montre que la qualité de l'environnement familial et la qualité des soins
dispensés à l'enfant, sont de puissants prédicteurs de la réussite scolaire ou du décrochage scolaire.
McNeal, (1999) ajoute à ces facteurs, le manque de supervision et les pratiques éducatives
inadéquates. Potvin et al. (1999) quant à eux montrent que, les pratiques éducatives des parents
telles que : une insuffisance de soutien des parents, d'engagement dans les activités scolaires et
d'encadrement influencent fortement la performance académique.

Selon d’autres études, le statut économique favorable des parents de l’apprenant, s’est révélé en tant
que facteur positif du rendement scolaire. Par exemple, Sall(1996) a trouvé sur un échantillon de
935 étudiants, que la profession du père avait un impact positif sur les résultats des étudiants. Il
s’agit, le plus souvent, de l’effet cumulatif de plusieurs facteurs (revenu, niveau de formation,
possession de biens etc.), tous susceptibles d’être des indicateurs du statut socio-économique

9
(Barahinduka, 2006 ; Kantabaze, 2006, 2010) et d’agir sur d’autres facteurs tels que la disponibilité
d’ouvrages et documents scolaires, la motivation, l’intérêt pour les études etc. (Dieng, 2007). Mais
pour Sall (1996), le lien entre le rendement scolaire (dans les pays en voie de développement) et le
statut socio-économique reste équivoque.

L’apprenant lui-même, responsable de sa performance

Pour Rothkopf (1976), «l’élève à un pouvoir de veto absolu sur la réussite de l’enseignement».Cela
se justifie dans la mesure où, un étudiant qui a confiance en ses compétences et en ses capacités et
qui vit positivement l'expérience universitaire s'investit davantage et mieux dans ses études qu’un
étudiant qui a peu confiance en lui (Viau, 1994). D’ailleurs, une étude de Heyneman (1986)
souligne que dans les pays pauvres, la valeur attribuée aux études détermine les attitudes des
étudiants. Cette inégalité de désir et d’ambition est donc la source des différences entre les
performances d’un individu à un autre. Ainsi, il faut remarquer qu’il ne s'agit pas seulement d'être
bon pour réussir, mais encore faut-il être motivé et persévérant. Selon Bulle (2000), « l’essence de
toute action pédagogique est supposée reposer sur le rôle actif joué par le sujet apprenant». Sènou
(2012) explique que, les résultats obtenus en fin de cycle dépendent du niveau initial des élèves. En
effet, plus le niveau initial des élèves est élevé, plus ils sont capables de profiter du contenu des
enseignements.

D’autres chercheurs encore, ont montré que le sexe de l’apprenant affecte sa performance. Pour
Sall (1996) les garçons réussissent mieux que les filles dans l’enseignement supérieur. Mais pour
(Kantabaze, 2010), dans les pays en voie de développement, cela tient plutôt solidement à des
considérations socioculturelles et non pas biologiques (Tanko, 2005). Ces deux auteurs
soutiennent que les familles ont en général beaucoup moins d’ambitions pour les filles que
pour les garçons. Le sexe comme facteur discriminant de la réussite scolaire parait alors subjectif.

Les facteurs relatifs au contexte scolaire

La plupart des travaux sur les performances académiques soulignent aussi l’importance du
contexte scolaire. En effet, mentionnant que l’origine socioéconomique ne constitue pas une
barrière infranchissable, Coleman & al. (1966) ont noté que, cette situation n’était pas irréversible
et que l’école elle-même, pouvait y jouer un rôle déterminant. Ainsi, l’école peut générer une

10
différence considérable dans les résultats scolaires des élèves bien que ces derniers n’aient pas les
mêmes conditions socio-économiques. Autrement dit, un élève de caractéristiques individuelles
données, progresse selon son lieu de scolarisation. Le lieu désigne selon les cas: l’enseignant, la
classe, l’école… (Bressoux, 1994). Cousin (1998), a aussi démontré que la performance de l’enfant
dépend des facteurs internes à l’école. Il s’agit notamment de la qualité de la direction, la
compétence des enseignants, la qualité de l’infrastructure, etc. L’idée que l’institution scolaire
à travers son organisation, ses programmes, ses méthodes d’enseignement et ses modes
d’évaluation doivent contribuer aux performances scolaires est aussi défendue par beaucoup
d’autres auteurs dont Duru-Bellat (2003).

La part de responsabilité de l’enseignant

Gauthier et al.(1997) ont confirmé que l’enseignant, par le biais des pratiques enseignantes
(gestion de la classe, enseignement), affecte directement l’apprentissage des élèves. Felouzis
(1997) quant à lui, montre que pour des élèves au départ équivalents du point de vue scolaire,
le niveau d'acquisition en fin d'année varie très fortement selon le professeur chargé de leur
enseigner des connaissances. Ainsi, l'enseignant et ses pratiques pédagogiques ont une forte
influence sur la réussite des apprenants. Sanders et Horn (1998) et Anderson (2004) montrent aussi
que l’efficacité de l’enseignant représente plutôt le facteur déterminant des progrès scolaires
réalisés par les apprenants.

Mais tous les élèves percevront-ils la manière d’enseigner d’un enseignant de la même manière ?
N’y a–t-il pas un effort d’adaptation personnel obligatoire de la part des étudiants ou de
l’enseignant ? Dans une même classe par exemple, les plus intelligents seront très tôt lassés des
longues explications de l’enseignant pendant que leurs camarades moins intelligents les trouveront
intéressantes. Qui sera donc satisfait ou qui l’enseignant va-t-il satisfaire ? Les préjugés que les
étudiants ont sur un professeur n’affectent-ils pas leur manière de suivre le cours, leur assiduité aux
cours et par ricochet leurs performances? Un effort personnel d’assimilation de recherche est
nécessaire pour chaque étudiant. Il est lui-même autant important que son enseignant dans son
processus d’apprentissage. L’étudiant a donc une part non négligeable de responsabilité dans son
échec ou dans sa réussite scolaire.

Concernant les dispositions scolaires

Il s’agit entre autres de la taille des classes, de l’équipement de la salle, de la disponibilité des
manuels scolaires (Anderson, 2004), de la fréquence des devoirs de maison et de la fréquence des
11
évaluations écrites en classe qui affectent la performance de l’étudiant. L’indicateur de la qualité du
suivi de l’apprenant est le ratio apprenants/enseignant et les classes à petits effectifs sont plus
simples à gérer et conviennent mieux aux élèves (Verspoor, 2005). Cela est d’ailleurs facilité par, le
fait que la communication entre l’enseignant et les élèves s’intensifie dans ces classes, (Bascia et
Fredua-Kwarteng, 2008). Les apprenants y sont moins distraits et se livrent mieux à leurs tâches
que leurs camarades des classes à grand effectif. (Kantabaze, 2010; Barahinduka, 2010). Ce constat
certes vrai, mérite cependant, d’être émis avec réserve dans la mesure où pour CONFEMEN(1999)
« les élèves appartenant à des classes à fort effectif ont de meilleurs résultats que les
autres».

Il y a alors derrière toute cette architecture de l’école, des éléments indépendants de l’école qui
distinguent les étudiants les uns des autres, bien qu’étant soumis aux mêmes contraintes et évoluant
dans le même environnement. Considérer isolement l’influence de l’étudiant d’une part, et d’autre
part, celui de l’école (celui de son enseignant par exemple) parait alors erroné. Mais c’est plutôt une
interaction entre ces deux types de facteurs, qui conduit en réalité aux résultats scolaires. Ni l’un ni
l’autre, ne saurait agir individuellement et de manière efficace sur les performances universitaires. Il
faut alors une adaptation de l’étudiant à l’enseignement reçu et c’est cette combinaison qui explique
les résultats scolaires. Cela traduit le fait que l’élève ne devrait pas se contenter de recevoir de
manière « brute » l’instruction transmise, mais la transforme à l’aide des outils intellectuels
et des caractéristiques qui lui sont propres. Par ailleurs, si les élèves contribuent à la
performance du fait qu’ils ont des aptitudes, des prérequis et motivations pour certaines choses, des
facteurs indépendants d’eux peuvent les empêcher de les utiliser à bon escient au moment opportun
comme : les maladies, les fréquentations, les comportements de leurs pairs.

2.3.2 Méthodologie et
limites de
l’étude

 Nature et source des données

Les données de notre étude proviennent d’une part d’une enquête réalisée par le Centre de
Recherche en Economie Appliquée et en Management (CREAM) au moyen d’un questionnaire,
portant sur le thème « Evaluation des Enseignants par les Etudiants (EEE)» et d’autre part de la
base de données du service scolarité de l’ENEAM, qui nous a fourni les moyennes des
étudiants de première année de licence au premier semestre 2014-2015.

12
Ainsi, les données ainsi collectées décrivent :

 Les caractéristiques personnelles des étudiants ;


 Les caractéristiques de classe ;
 Les moyennes des étudiants de la première année du cycle DTS, premier semestre, année
académique 2014-2015.

 Population étudiée et méthode d’échantillonnage


La présente étude concerne les étudiants de la première année du cycle Licence. Il s’agit donc
des filières : Gestion Financière et Commerciale (GFC) ; Gestion Commerciale (GCO); Gestion
des Banques (GBA) ; Gestion des Transports et Logistique (GTL) ; Gestion des Ressources
Humaines (GRH) ; Informatique de Gestion (IG) ; Statistique-Planification (STAT-PLAN). Le
choix de ces filières s’explique par l’indisponibilité des moyennes des autres classes. Les
étudiants enquêtés sont au nombre de 327.

La méthode d’échantillonnage utilisée est le recensement. L’enquête s’est faite salle de classe
par salle de classe et tous les individus présents dans une classe sont enquêtés.

 Outils et processus d’analyse

Le processus d’analyse

Une analyse descriptive préliminaire est réalisée pour connaitre les grandes tendances de notre
échantillon, à l’aide des logiciels EXCEL et SPSS. Par la suite, une analyse économétrique est
effectuée à l’aide du modèle Tobit sous le logiciel STATA.

Choix du modèle d’analyse

Nous avons utilisé le modèle économétrique Tobit pour analyser la performance des étudiants
de première année. La pertinence de ce choix se trouve dans le fait que, la variable dépendante
est continue et censurée à gauche et à droite ; c’est-à-dire observable sur un certain intervalle.
On a : Dans cette étude, la variable dépendante Y est représentée par les moyennes
sur vingt des étudiants.

En considérant, le niveau de performance de l’apprenant (variable latente car


systématiquement non observable) et des variables explicatives , le modèle s’écrit de
manière classique comme dans le cas des modèles à choix discrets :

13
= avec :

moyenne des étudiants

, la matrice des valeurs des variables explicatives,

la matrice des coefficients du modèle,

le terme d’erreur avec → (N (0, ))

Les valeurs observées de la variable explicative yi sont données par :

b et c, les seuils de censure.

 Identification et spécification des variables

Identification et spécification de la variable dépendante

La variable dépendante Y dans le cadre de notre étude est représentée par les moyennes sur
vingt des étudiants du cycle licence, de la première année de l’ENEAM. C’est une variable
continue censurée à gauche par 0 et droite par 20.

Identification et spécification des variables indépendantes

Le tableau ci-après présente les variables indépendantes retenues après plusieurs simulations.

Tableau1 : Présentation des variables

Signes
Variables Description Modalités
attendus

1-preseul
Premre1 Indique que l’étudiant vit avec son père et sa mère +
0-Sinon

1-mreseule
Mreseule Indique que l’étudiant vit avec sa mère seulement -
0-Sinon
1-conjoint
Conjoint Indique que l’étudiant vit avec 0-Sinon +

1-Preseul
Preseul Indique que l’étudiant vit avec son père seulement +
0-Sinon
1-frresoeur
Frresoeur Indique que l’étudiant vit avec ses frères ou sœurs -
0-Sinon
amisfamille Indique que l’étudiant vit avec des amis de la famille 1-amisdefamille -

14
0-Sinon
1 Indique que la mère de l’étudiant n’a aucun niveau 1-Mre0
Mre0 -
d’études 0-Sinon
Indique que la mère de l’étudiant a un niveau d’études du 1-Mre2
Mre2 +
Secondaire 0- Sinon
Indique que la mère de l’étudiant a un niveau d’études 1-Mre3
Mre3 +
Supérieur 0-Sinon
1-Bac scientifique
scientifique Indique que l’étudiant a un bac scientifique (C, D ou E) +
0-Sinon
1-Bac de gestion
Gestion Indique que l’étudiant a un bac de gestion (G2 et G3) +
0-Sinon
1-G3
G3 Indique que l’étudiant a un bac de série G3 -
0-Sinon
Indique que l’étudiant a obtenu la mention passable ou non 1-Assez-bien
Bnementions -
au bac 0-Sinon
1-Sponsoring
Sponsoring1 Indique que l’étudiant est inscrit à titre sponsoring +
0-Sinon
1-Boursier
Boursier Indique que l’étudiant est inscrit à titre boursier +
0-Sinon
1-drogation
drogation Indique que l’étudiant est inscrit à titre dérogation -
0-Sinon
Indique que le choix de filière de l’étudiant a été réalisé 1-Choixparents
Choixparents1 -
par les parents 0-Sinon
Indique que le choix de filière de l’étudiant a été réalisé
1-Choixplan
Choixplan sur la base d’un plan de carrière de carrière préétabli +
0-Sinon

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Deux méthodes sont généralement utilisées pour l’estimation d’un tel modèle : la méthode en deux
étapes de Heckman et la méthode du maximum de vraisemblance. Dans le cadre de cette étude
nous avons utilisé la méthode de maximum de vraisemblance.

 Limites de l’étude

Cette étude ne peut prétendre avoir identifié tous les facteurs déterminants dans la performance
de l’étudiant, car elle s’est principalement accentuée sur les caractéristiques de l’étudiant et de
son environnement immédiat. Des variables qui captent la satisfaction de l’étudiant par rapport à
l’enseignement reçu, les conditions dans lesquelles il étudie ... n’ont pas été vraiment prises en
compte. Aussi convient-il-de rappeler, que cette étude s’est limitée aux étudiants de la première
année et ce, uniquement au premier semestre.

1
Variable mise en référence
15
Chapitre 3 : Présentation des résultats

3.1 Présentation et interprétation des résultats

3.1.1 Analyse
descriptive de la
population étudiée

327 étudiants de première année du cycle licence ont été enquêtés lors de l’enquête EEE.

 Répartition des étudiants suivant le sexe

Le graphique n°1 ci-dessous présente la répartition de la population étudiée suivant le sexe.

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

On remarque que la population est constituée d’une proportion plus importante d’hommes
(53,8%) que de femmes (46,20%).

 Répartition des étudiants suivant la filière


Le graphique n° 2 ci-dessous présente la répartition de la population étudiée suivant la
filière d’étude. Les filières représentées sont les suivantes: Gestion Financière et
Commerciale (GFC), Gestion Commerciale (GCO), Gestion des Banques (GBA), Gestion
des Transports et Logistique (GTL), Gestion des Ressources Humaines (GRH),
Informatique de Gestion (IG), Statistique-Planification (STAT-PLAN).

16
Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Ce graphique ci-dessus montre que les filières Statistique-Planification (26% des


étudiants) et Gestion Financière et Commerciale (25,4% des étudiants) sont les plus
représentées à l’ENEAM.

 Moyen de déplacement utilisé

Le graphique n°3 ci-dessous présente l’utilisation des moyens de déplacements utilisés par
les étudiants.

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Ce graphique montre que les étudiants concernés utilisent divers moyens de déplacement
pour se rendre à l’école : les pieds, les transports publics, les motos personnelles, les
voitures personnelles ou familiales, les occasions (auto-stop).On constate que le transport
public est le moyen de déplacement le plus utilisé par les étudiants (45,30%). Il est suivi du
moyen de déplacement « moto personnelle » (30,30%).

17
 Les étudiants de l’ENEAM en double inscription
Le graphique suivant présente la proportion des étudiants de l’ENEAM qui sont en double
inscription et ceux qui ne le sont pas. Etre en double inscription à l’ENEAM revient à
s’inscrire à la fois à l’ENEAM et dans une faculté au campus d’Abomey Calavi.

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Ce graphique révèle que plus des étudiants de la population (52%) sont en double
inscription. Autrement dit, beaucoup d’étudiants de l’ENEAM sont également inscrits en
faculté à l’Université d’Abomey Calavi (UAC).

 Motivations pour le choix de la filière

Il est présenté ici la répartition des étudiants suivant les raisons qui ont motivé l’inscription
des étudiants dans les différentes filières.

Source: Données de l’enquête EEE, 2015

Le graphique ci-dessus montre qu’une grande partie des étudiants, 56,90%, ont choisi leur
filière conformément à leurs projets professionnels préalablement bien définis.

18
 Les mentions obtenues au baccalauréat

Le graphique n°6 ci-dessous présente la répartition des étudiants suivant la mention obtenue
à l’examen du baccalauréat.

Source : Données d’enquête de l’EEE, 2015

L’analyse de ce graphique montre que la moitié, des étudiants concernés ont eu une
mention passable au baccalauréat. Ainsi les nouveaux étudiants de l’ENEAM ont un niveau
relativement bas et ceci interpelle vivement l’ENEAM quant aux conditions d’admission des
étudiants en son sein.

 Statistiques descriptives des variables quantitatives

Le tableau suivant présente les statistiques descriptives des variables suivantes : l’âge, le
montant des frais de transport d’aller-retour entre la résidence habituelle de l’étudiant et
l’ENEAM, le montant de l’allocation mensuelle reçu, le nombre d’enfants de l’étudiant.

Tableau 2 : Quelques Statistiques descriptives.

Age Montant des frais de transport Montant de l’allocation Nombre


d’aller-retour mensuelle reçu d'enfants
Moyenne 18,84 860,52 31.754,48 0,01
Mode 19 1000 30.000 0
Source : Données d’enquête de l’EEE, 2015

Ce tableau indique que les étudiants concernés sont en moyenne âgés de 19 ans et dépensent
en moyenne, 900FCFA environ pour leur déplacement. Ces étudiants reçoivent des parents
ou de toute autre personne 31.800FCFA en moyenne par mois. La plupart de ces étudiants
n’ont généralement pas d’enfants à charge.

19
 Test ANOVA à un facteur entre les étudiants exerçant une activité génératrice de
revenus et les étudiants qui n’en exercent n’ont pas.

Le tableau ci-dessous présente les résultats du test ANOVA à un facteur réalisé sous SPSS, pour
comparer les moyennes de deux groupes : les étudiants exerçant une activité génératrice de revenus
et les étudiants qui n’en exerçant pas.

Tableau 3 : Résultats du test Anova à un facteur

ANOVA
Moyenne
Somme des carrés ddl Moyenne des carrés F Signification
Inter-groupes 1,193 1 1,193 0,252 0,616
Intra-groupes 1517,136 321 4,726
Total 1518,33 322
Test d'homogénéité des variances
Statistique de Levene ddl1 ddl2 Signification
0,89 1 321 0,346
Source : Données d’enquête de l’EEE, 2015

Il ressort du tableau précédent qu’il n’y a pas de différence significative entre les étudiants exerçant
une activité génératrice de revenus et ceux qui n’en exercent pas au niveau de leurs moyennes.
Ainsi, l’exercice d’une activité génératrice de revenus par l’étudiant n’affecte pas sa moyenne.

3.1.2 Analyse
économétrique

Validation du modèle
Les résultats d’estimation révèlent que, la probabilité associée au ratio de vraisemblance est
inférieure à 5%. Cela atteste de la significativité globale du modèle. Le modèle est donc validé sur
le plan statistique.

Par ailleurs, les variables suivantes sont significatives au seuil de 5%, dans l’analyse de la
performance académique : le baccalauréat scientifique, le baccalauréat de gestion, les mentions
assez-bien, bien et très bien au baccalauréat, le choix de la filière guidé par un projet professionnel,
le niveau d’études supérieur de la mère, le statut boursier de l’étudiant, le fait de résider avec un
frère ou une sœur.

20
Analyse des résultats d’estimation

Le tableau ci- après présente les résultats d’estimation obtenus suite à la modélisation
économétrique (modèle Tobit) de la performance académique sous le logiciel STATA :

Tableau 4 : Résultats d’estimation du modèle Tobit de performance

Variables Coefficients P-value


variable dépendante: moyenne
Preseul -0.445 0.298
Mreseule -0.355 0.294
Conjoint -2.416 0.056
Frresoeur* -0.812 0.012
mre2* -0.315 0.164
mre3 -0.666 0.016
amisfamille 0.037 0.960
Gestion* 2.097 0.000
Scientifique* 2.335 0.000
Bnementions* 1.082 0.000
Boursier* 1.651 0.000
Drogation 0.296 0.343
Choixplan* 0.514 0.012
Cons 8.667 0.000
Prob>Chi2=0,000
Source : D’après estimation dans Stata.

* : variable significative au seuil de 5%

De l’analyse des résultats d’estimation, il ressort que :

 les étudiants qui vivent avec leur frère ou leur sœur performent moins que ceux qui vivent
avec les parents ;

 Le fait qu’un étudiant réside avec son père seul, sa mère seule, son conjoint, ou avec des
amis de famille n’influence pas sa performance académique comparativement à un autre
étudiant qui vit avec ses parents ;

 lorsque la mère a un niveau d’études du supérieur, l’étudiant réalise de faibles performances


académiques comparativement à celui dont la mère a un niveau intellectuel inférieur (sans
instruction formelle) ;

 comparativement aux étudiants dotés d’un baccalauréat littéraire, ceux qui ont un
baccalauréat scientifique ou de gestion travaillent mieux ;

21
 les étudiants ayant une mention supérieure à la mention passable, sont les meilleurs à
l’ENEAM ;

 l’étudiant ayant un statut « boursier » travaille mieux que les autres.

 Le statut « dérogation » de l’étudiant n’affecte pas sa performance

 les apprenants qui choisissent une filière sur recommandation des parents ou amis sont
moins performants que ceux qui l’ont choisi sur la base d’un plan de carrière préétabli.

3.2 Interprétation des résultats

 Tuteur et performance académique.

Lorsque les étudiants résident avec leur frère ou leur sœur, ils performent moins que ceux
qui vivent avec les deux parents. Une explication logique de ce résultat serait que, lorsque
l’apprenant vit avec les deux parents, le suivi est plus régulier. La présence de l’autorité
parentale conditionne l’enfant à mieux travailler, donc à avoir de meilleurs résultats
scolaires.

Par contre, en vivant avec un frère ou une sœur, l’apprenant pourrait se trouver dans un
climat qui lui offre plus de liberté qu’il n’en faut. Il peut même dans d’autres cas être au
service de ce frère ou cette sœur tout le temps et consacrer alors moins de temps aux
études. On se rend ainsi compte que l’effet d’externalité en éducation qui postule que les
frères ou sœurs de niveau scolaire élevé influence positivement la performance de leurs
frères n’est pas vérifié. On peut donc supposer que les frères et sœurs avec qui les étudiants
résident ont un niveau d’éducation formel moins élevé.

 Niveau d’instruction des parents et la performance académique.

On remarque que les étudiants dont les mères ont un niveau d’études supérieur performent
moins que ceux dont les mères ont un niveau intellectuel inférieur. En effet, lorsque la mère
occupe un grand poste de responsabilité du fait de son niveau d’éducation, elle en arrive à
être moins présente et en contact avec les enfants. Or généralement, les pères sont toujours
presque absents à la maison du fait de leurs activités. Et si père et mère sont tous deux
absents les enfants se retrouvent très tôt responsables de leur éducation. Or, notre
population d’étudiants est très jeune, (19 ans en moyenne) et une fois laissée à eux-mêmes,
ils ne prennent pas toujours les bonnes décisions. On pourrait donc comprendre que, ces
individus éprouvent des difficultés à bien assumer cette responsabilité. Ceci témoigne

22
également de l’importance de l’accompagnement familial (père et mère) même si l’étudiant
a plus de 18ans et se trouve en première année à l’université.

 Antécédent scolaire et performance académique.

Comparativement aux étudiants qui possèdent un baccalauréat littéraire, ceux pourvus d’un
baccalauréat scientifique et de gestion, obtiennent de meilleurs résultats scolaires. Cela est
aisément compréhensible car l’ENEAM est une école spécialisée en Economie et en
Gestion. Cela témoigne donc du fait, qu’il y a une adéquation entre le profil d’apprentissage
au secondaire (série scientifique ou de gestion) et les enseignements reçus à l’université.

Par ailleurs, la mention du baccalauréat se révélant très pertinente dans l’évaluation de la


performance de l’étudiant, atteste que le niveau initial des étudiants se répercute sur leur
cycle supérieur. La mention du Baccalauréat donne alors réellement un aperçu sur le niveau
de l’apprenant à la fin du secondaire.

 Statut « boursier » de l’étudiant et la performance académique.

Les boursiers étant plus performants que les étudiants à statut « sponsoring », cela permet de
dire que les apprenants à statut boursier ont un bon niveau. Ils ont eu un bon parcours
scolaire au secondaire. Par conséquent, ils sont bien préparés à recevoir les enseignements
du cycle supérieur.

 Motivations pour le choix de la filière et la performance académique.

Le choix de filière basé sur un plan de carrière préétabli par l’étudiant lui-même, lui permet
de mieux réussir que si la filière lui a été recommandée par quelqu’un d’autre (parents ou
amis ou autres personnes). Une cause logique de ce résultat serait que l’étudiant est au cœur
de la connaissance de ses forces et faiblesses et, une fois qu’un choix provient de lui-même,
sa motivation est grande, il s’attèle mieux au travail ; les risques de déceptions ou
d’abandons sont réduits et ils travaillent mieux, car il vise un objectif qu’il s’est fixé.

3.3 Propositions de solutions

Au terme de cette étude, il ressort que les variables telles que : le département d’origine, le
retard par rapport à l’âge réglementaire d’entrée en première année, le niveau d’instruction de
la mère, la série du baccalauréat, la mention au baccalauréat et les motivations pour le choix

23
de la filière, le tuteur, le statut « boursier » de l’étudiant sont déterminantes dans le niveau de
performance académique de l’étudiant.

Nous proposons à L’ENEAM :

 D’instaurer une année préparatoire pour la mise à niveau des étudiants de première année
afin que ceux-ci intègrent plus facilement la filière de leur choix ;

 D’instaurer un système de vulgarisation pour aider les étudiants de première année à mieux
comprendre le système Licence-Master-Doctorat (LMD);

 D’organiser des séances de sensibilisations à l’endroit des futurs bacheliers dès le second
cycle pour leur faire découvrir les métiers de l’économie et du management afin de préparer
leur plan de carrière ;

Aux futurs étudiants, nous suggérons de redoubler d’ardeur au travail dans leur parcours
scolaire afin d’être mieux préparés à intégrer le niveau supérieur. Par ailleurs, nous leur
suggérons dès le second cycle du secondaire, de préparer leur plan de carrière
professionnelle afin d’effectuer judicieusement et consciencieusement le choix de leur
filière. Nous suggérons aux parents de porter une attention de plus en plus particulière à
leurs enfants de la première année. Les pères sont invités à aider les mères dans cette tache si
importante.

24
Conclusion
A l’ENEAM, les plaintes répétées des professeurs relatives à la baisse du niveau des étudiants et
le faible d’admissibilité des étudiants de la première année, cycle Licence au premier semestre,
nous amènent à examiner performance académique de ces étudiants. On s’intéresse alors dans cette
étude à l’influence des caractéristiques de l’étudiant, de son profil scolaire antérieur et du mode de
choix de filière de l’étudiant sur sa performance académique.

Pour cela, nous avons réalisé une analyse économétrique à l’aide du modèle Tobit, en utilisant le
logiciel STATA sur 327 étudiants de la première année. De cette analyse, se dégage les résultats
suivants : le statut boursier, les baccalauréats scientifique et de gestion, les autres mentions autre
que la mention passable au baccalauréat, le choix de filière basé sur un plan de carrière préétabli ,
affectent positivement la performance de l’étudiant tandis que le fait que la mère de l’étudiant ait un
niveau d’études supérieur, le fait de résider avec un frère ou une sœur influencent négativement la
performance de l’étudiant.

Ainsi nous suggérons aux futurs étudiants de redoubler d’ardeur au travail leurs études dès le
secondaire dans afin d’être mieux préparés à intégrer le niveau supérieur. Aussi leur faudra- t-il dès
le second cycle du secondaire, avoir un projet professionnel et un projet d’études bien défini afin
d’effectuer judicieusement et consciencieusement le choix de leur filière.

Par ailleurs, l’ENEAM veillera à instaurer une année préparatoire pour la mise à niveau des
étudiants et leur faciliter ainsi la formation. Quant aux parents, ils devront maintenir le suivi des
étudiants très jeunes afin de leur favoriser meilleure réussite.

Enfin, nous proposons que des études sur la performance académique des étudiants de l’ENEAM
soit fréquemment réalisées en tenant compte de l’ensemble des étudiants, de la première jusqu’en
troisième année et que des variables relatives au contexte scolaire, aux conditions de vie, à la
gestion du temps des étudiants, les perturbations dans le cycle académique, le quotient intellectuel
des étudiants et d’autres aspects importants soient mieux pris en compte afin de permettre à
l’ENEAM de disposer d’indicateurs de qualité de l’éducation à jour pour prendre les dispositions
idoines y afférentes.

25
Références bibliographiques

1. Ballou, D., Sanders, W. et Wright, P. (2004). Controlling for student background in


value-added assessment of teachers. Journal of Educational and Behavioral
Statistics, 29, n°1, pp. 37–66.

2. Barahinduka, E. (2006), Les déterminants de la réussite scolaire : le cas du concours


national à la fin de la scolarité primaire au Burundi. (Mémoire de Master),
Université Cheikh Anta Diop.

3. Boujut, E. Schweitzer B. (2007), Rôle de certains facteurs psychosociaux dans la


réussite universitaire d’étudiants de première année, P157-177.
4. Bressoux, P. (2000), Modélisation évaluation des environnements pratiques
d'enseignement, Université Pierre Mendes.

5. Bressoux, P. (2001). Réflexions sur l'effet-maître et l'étude des pratiques enseignantes.


In M. Bru J.J. Maurice (Eds.), Les Dossiers des sciences de l'éducation, n°5
(pp. 35-52), Toulouse : Presses universitaires du Mirail.

6. Bressoux, P. (2008). Comment favoriser les progrès des élèves ? In Sciences


Humaines, n°192.

7. Bulle, N. (2000). Sociologie et éducation. Paris : PUF.

9. Coleman, J.S., Campbell, E.Q., Hobson, C.J., Mc Partland, J., Mood, A.M., Weinfeld,
F.D., et York, R.L. (1966). Equality of Educational Opportunity. Washington,
DC: U.S. Government Printing Office of Education.

10. CONFEMEN. (1999). Les facteurs de l’efficacité dans l’enseignement primaire : les
résultats du programme PASEC sur neuf pays d’Afrique de l’Océan indien.
Dakar : Secrétariat Technique Permanent.

11. De Ketele J.M et Pirot, L., (2000) L'engagement académique de l'étudiant comme
facteur de réussite à l'université : étude exploratoire menée dans deux facultés
contrastées, revue des sciences de l'éducation, Volume 26, numéro 2, pp. 367-
394

12. Dieng, B.D. (2007). Les déterminants de la réussite à l’Université : Vers une
modélisation dans le contexte sénégalais, (Thèse de doctorat), Université
Catholique de Louvain.

26
13. Direction de la Programmation de la Prospective du Ministère d’Etat de l’Enseignement
Supérieur de la Recherche Scientifique. Annuaire Statistique 2010-2011.

14. Duru-Bellat, M. (2003). Inégalités sociales à l’école politiques éducatives. Paris :


UNESCO/IIPE.
15. Fédération étudiante universitaire du Québec, (2008). Évaluation de la qualité de
l’enseignement universitaire par des indicateurs.

16. Felouzis, G. (1997). L'efficacité des enseignants. Sociologie de la relation


pédagogique. Paris : PUF.

17. Gauthier, C., Desbiens, J.F., Malo, A., Martineau, S., et Simard, D. (1997). Pour une
théorie de la pédagogie. Recherches contemporaines sur le savoir des
enseignants, Bruxelles : De Boeck.

18. Heyneman, S.P. (1986). Les facteurs de la réussite scolaire dans les pays en
développement. In M. Crahay D. Lafontaine (Eds.), L’art et la science de
l’enseignement, (pp. 304-339). Bruxelles: Édition Labor.

19. Kalamo A. (2011). Des déterminants des performances scolaires à la fin de


l’enseignement élémentaire au Sénégal : Cas de l’Inspection Départementale de
l’Éducation de Vélingara, dans la région de Kolda (Mémoire de master),
Université cheikh Anta Diop, Dakar.

20. Kantabaze, P.C. (2010). Déperdition scolaires dans le secteur de l’élémentaire au


Burundi : cas de la Mairie de Bujumbura. (Thèse de doctorat), Université
Cheikh Anta Diop Dakar, Sénégal.

21. Landsheere, G. (1979). Dictionnaire de l’évaluation de la recherche en éducation.


Paris : PUF

22. Lambert-Le Mener M. (2012). La performance académique des étudiants en première


année universitaire : influence des capacités cognitives de la motivation.
(Thèse de doctorat), Université de Bourgogne.

23. Morlaix, S. et Suchaut, B. (2012). Analyse de la réussite en première année


universitaire : effets des facteurs sociaux, scolaires et cognitifs. Les documents
de travail de l’IREDU, (2012/2), pp. 1-34.
24. Morlaix S. et Suchaut B., (2012). Les déterminants sociaux, scolaires cognitifs

27
de la réussite en première année universitaire. Revue française de pédagogie,
180 | 2012, pp. 77-94.

25. Psacharopoulos, G., et Woodhall, M. (1988). L’Éducation pour le développement :


une analyse des choix d’investissement. Paris :Economica.

26. Rothkopf, E.Z. (1976). Writing to teach and reading to learn: A perspective on the
psychology of written instruction. In N.L. Gage (Ed.), The psychology of
teaching methods. Chicago: National society for the Study of Education,
University of Chicago Press.

27. Sanders, W. L., et Horn, S.P. (1998). Research Findings from the Tennessee value-
added assessment system (TVAAS) database: Implications for educational
evaluation and research. In Journal of personnel evaluation in education,
12, pp. 247-256.

28. Schmitz J. (2009). La persévérance en première année à l’université : sources et


effets de l’intégration sociale. (Thèse de doctorat), Université catholique de
Louvain.

29. Sènou M .B. (2012), Contractualisation de la fonction enseignante au Bénin : Cas de


l’enseignement primaire. (Thèse de Doctorat, Ph.D), Université d’Abomey-
Calavi.
30. Shaver P., Furman W. et Buhrmester D.(1985), « Transition to college: Network
changes, social skills, and loneliness ». In S. Duck et D. Perlman (dir.),
Understanding personal relationships: An interdisciplinary approach. Londres.

31. Tanko, L. (2005). Éducation pour tous qualité : accès des femmes nigériennes à
l’éducation en matière de santé de lutte contre le sida. Mémoire de DEA en
sciences de l’éducation inédit, Université Cheikh Anta Diop Dakar, Dakar,
Sénégal.

32. Unesco, Unicef, Pôle de Dakar Banque mondiale, (2014). Guide méthodologique
pour l’analyse sectorielle de l’éducation volume 1.

33. Verspoor, A.M. (2005). Le défi de l’apprentissage : améliorer la qualité de l’éducation


de base en Afrique sub-saharienne. Paris : L’Harmattan.

34. Viau, R. (1994). La motivation en contexte scolaire. Montréal/Bruxelles: Édition du


renouveau pédagogique, De Boeck Université.

28
ANNEXES

29
Annexe 1 : Questionnaire de l’enquête EEE

REPUBLIQUE DU BENIN
Université d’Abomey-Calavi
Ecole Nationale d’Economie Appliquée et de Management

Année académique : 2013-2014 Date : ………/.……/ 2014

Chère étudiant/cher étudiante,

Prière remplir très soigneusement et objectivement cette fiche anonyme (vous n’y écrivez en aucun
cas votre nom). C’est un questionnaire d’étude scientifique. Vos réponses seront comparées à
celles des autres puis analysées. Les résultats obtenus permettront aux enseignants d’améliorer leurs
manières de dispenser les cours pour le mieux-être des actuels et futurs de l’ENEAM.

Questionnaire N° :…………........

I. Caractéristiques générales de l’étudiant (cette partie te concerne spécialement. Mais tu


n’écris pas ton nom)

Filière : Année : Effectif de ta classe :

Tu es en :
1 |___|
1-BTS ; 2-DTS ; 3-LP
2 Quel est ton âge (au dernier anniversaire) ? |_______|

Quel est ton sexe ?


3 |___|
1-Féminin ; 2-Masculin
Quelle est ta religion ?
4 1-Christianisme ; 2- Islam ; |___|
3-Traditionnel ; 4-Autres

Quel est ton département d’origine ?


Choisir et écris le numéro correspondant :
5 1-Atacora-Donga ; 2-Atlantique-Littoral ;
|___|
3-Borgou-Alibori ; 4-Mono-Couffo ;
5- Ouémé-Plateau ; 6-Zou-Collines

Es-tu orphelin ?
6 1-non ; 2-oui de père seulement ; |___|
3-oui de mère seulement ; 4-oui de père et de mère

30
7 Où résides-tu (où quittes-tu chaque jour pour venir à l’école)? ……………
Avec qui résides-tu ?
1-Seul ; 2- Co-location ; 3-père & mère ensemble ;
8 4-Père seulement; 5-mère seulement ; 6-conjoint (mari ou
épouse) ; 7-Oncle ; 8-Tante ; 9-Cousin(e) ; |___|
10-Autre lien familial ; 11-Amis de la famille

Combien dépenses-tu pour le loyer, l’eau et l’électricité par mois ?


|__________|
9 (si tu n’es pas en location, écris 0 FCFA, si tu es en location, écris le
FCFA
montant).

Quel est approximativement le montant total d’argent que tu gagnes ou


|__________|
10 que tu reçois des parents ou de toute autre personne pendant un mois
FCFA
pour tes dépenses hormis les charges ci-dessus (de la question 9) ?

Par quel moyen de transport tu te rends à l’ENEAM chaque jour ?


1-A pieds ; 2-Moto personnelle;
11 |___|
3-Voiture personnelle ; 4-Voiture familiale;
5-Transport public (zémidjan, taxi, bus, minibus)

Si tu vas à l’ENEAM ou si tu devais y aller par un moyen de transport


|__________|
12 public (comme zémidjan, taxi, bus, minibus ou autres), combien paies-tu
FCFA
ou combien paierais-tu pour ce transport aller-retour par jour ?

Quel est ton statut à l’ENEAM ?


13 |___|
1-boursier ; 2-dérogation ; 3-sponsoring ; 4-à titre payant

De quel type d’allocation bénéficies-tu ?


14 |___|
1-Aucune ; 2-Secours; 3-Bourse

Quel est ta situation matrimoniale ?


15 1-Célibataire ; 2-Concubinage ; 3-Marié; |___|
4-Divorcé ; 5-Veuf/veuve

16 Combien d’enfants as-tu ? |___|

Quel BAC as-tu ?


17 1-A1; 2-A2; 3-B; 4-C; 5-D; |___|
6-E; 7-F; 8-G1; 9-G2; 10-G3
As-tu redoublé cette classe à l’ENEAM ?
18
1-Oui ; 2-Non |___|

31
Es-tu inscrit dans une faculté ?
19 1-Non ; 2-Oui en FADESP; 3-Oui en FASEG; |___|
4-Oui en FLASH ; 5-Oui en FAST

As-tu fais une autre Ecole supérieures/faculté puis stopper avant d’entrer
……………
à l’ENEAM ?
20 ………..…
-Si non, écris « Non »;
……………
-Si oui, écris « le nom » de l’Ecole supérieure ou de la faculté

32
Annexe 2 :Résultats d’estimation

. tobit moyenne mreseule conjoint preseul frresoeur amisfamille scientifique gestionbac bnes

> mentions boursier drogation choixplan mre2 mre3, ll(0) ul(20)

Tobit regression Number of obs = 322

LR chi2(13) = 128.22

Prob > chi2 = 0.0000

Log likelihood = -638.6998 Pseudo R2 = 0.0912

------------------------------------------------------------------------------

moyenne | Coef. Std. Err. t P>|t| [95% Conf. Interval]

-------------+----------------------------------------------------------------

mreseule | -.3553149 .3380505 -1.05 0.294 -1.020487 .3098572

conjoint | -2.416799 1.259249 -1.92 0.056 -4.894588 .0609888

preseul | -.4454053 .4275232 -1.04 0.298 -1.28663 .3958197

frresoeur | -.8116537 .3219254 -2.52 0.012 -1.445097 -.1782103

mre2 | -.3148206 .2257079 -1.39 0.164 -.7589395 .1292984

mre3 | -.6655118 .2754435 -2.42 0.016 -1.207494 -.1235297

amisfamille | .0369597 .7368358 0.05 0.960 -1.412891 1.48681

scientifique | 2.335443 .5297803 4.41 0.000 1.29301 3.377876

gestionbac | 2.096543 .5391819 3.89 0.000 1.03561 3.157476

bnesmentions | 1.08246 .240697 4.50 0.000 .6088474 1.556072

boursier | 1.650917 .2855001 5.78 0.000 1.089147 2.212687

drogation | .2958499 .3116282 0.95 0.343 -.3173318 .9090317

choixplan | .5145764 .2030239 2.53 0.012 .1150922 .9140606

_cons | 8.667289 .5552043 15.61 0.000 7.574829 9.759748

-------------+----------------------------------------------------------------

/sigma | 1.758746 .0693027 1.622381 1.895111

------------------------------------------------------------------------------

Obs. summary: 0 left-censored observations

322 uncensored observations

0 right-censored observations

33
Annexe 3 :Tableaux descriptifs des variables

Tableau1 : Pyramide de l’échantillon

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Tableau2 : Répartition de l’échantillon suivant la religion

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

34
Tableau3 : Répartition des étudiants suivant la nationalité

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Tableau4 : Répartition des étudiants suivant le département d’origine

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

35
Tableau5 : Répartition des étudiants suivant la situation matrimoniale

Source :Données de l’enquête EEE,2015

Tableau6 : Répartition des étudiants suivant celui avec qui il réside

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

36
Tableau7 : Répartition des étudiants suivant le type d’école secondaire fréquenté

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Tableau8 : Répartition des étudiants suivant la série du Baccalauréat

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

37
Tableau9 : Répartition des étudiants suivant leur statut de l’étudiant

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Tableau10 : Répartition des étudiants suivant le niveau d’instruction du père

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

38
Tableau 11 : Répartition des étudiants suivant le niveau d’instruction de la mère

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Tableau12 : Répartition des étudiants suivant la profession du père

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

39
Tableau13 : Répartition des étudiants suivant la profession de la mère

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Tableau14: Répartition des étudiants suivant l’exercice d’une activité génératrice de


revenu

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

40
Tableau15 : Répartition des étudiants suivant le type de famille

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

Tableau16 : Redoublement des étudiants

Source : Données de l’enquête EEE, 2015

41