Vous êtes sur la page 1sur 7

TRAVAUX PRATIQUES DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION ET DE BETON

FICHE GUIDE N°3


Essais sur béton durci Fiche Guide N°3

FICHE GUIDE

Essais destructifs sur béton durci et analyse des résultats

Ecole Nationale Polytechnique 2 Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Essais sur béton durci Fiche Guide N°3

1. But de l’essai
Il s’agit d’essais destructifs menés sur un échantillon de béton. Ces essais, couramment utilisés en laboratoire,
permettent de connaitre le comportement mécanique du béton en compression et en traction. Les plus
couramment utilisés sont :

1.1. Résistance à la compression


En Algérie, pour mesurer la résistance à la compression, on utilise habituellement des éprouvettes
cylindriques de diamètre voisin de 16 cm et de hauteur 32 cm. Cependant, la norme NF EN 206-1 autorise
l’emploi d’éprouvettes cubiques. C’est la raison pour laquelle la classe d’un béton s’exprime, en général, par le
symbole C20/25, qui veut dire béton de résistance 20 MPa sur cylindre ou 25 MPa sur cube. L’avantage des
éprouvettes cubiques vient du fait que les faces de chargement sont directement obtenues en faisant un quart
de tour à l’éprouvette sortie du moule, alors que pour un cylindre, il faut surfacer les faces d’appui.

En général, on remarque que la résistance obtenue avec un cube représente environ 20% de plus que la
résistance sur cylindre. Aussi, la norme NF 206-1 prévoit une relation entre la résistance sur cube et sur
cylindre.
ƒck, cylindre (MPa) 20 30 40 50 60 70 80 90
ƒck, cube (MPa) 25 37 50 60 75 85 95 105
Relation entre ƒck,cylindre et ƒck,cube

1.2. Résistance à la traction


La résistance à la traction peut être déterminée par plusieurs types d’essai :
- traction directe,
- traction par fendage,
- traction par flexion.

1.2.1. Essai de traction directe


L’essai est assez délicat à réaliser car il nécessite, après sciage des extrémités, le collage de têtes métalliques
parfaitement centrées pour éliminer une éventuelle flexion parasite. Compte tenu de la complexité de cet
essai, il est exceptionnellement employé (réservé à la recherche).

1.2.2. Essai de traction par fendage ou essai brésilien


L’essai consiste à écraser entre les plateaux d’une presse un cylindre d’élancement 2 (par exemple, Ø16L32).
L’éprouvette est placée entre les plateaux suivant deux génératrices, et s’appuie sur deux bandes en
contreplaqué diamétralement opposées. Elle doit être centrée et appuyée sur toute sa longueur. La charge est
appliquée de manière continue et sans choc (cadence: 4kN/s pour une éprouvette 16 x 32 cm).

Bandes de contreplaqué 4 mm ± 1 mm H

(0.09 ± 0.01) Ø

Ø
Figure 1 : Traction par fendage

Ecole Nationale Polytechnique 3 Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Essais sur béton durci Fiche Guide N°3

2 Frupture 0,637 Frupture


La résistance à la traction par fendage est : ƒt, fendage = =
πØH ØH

Où :
Frupture = force de rupture en traction en Newton
Ø = diamètre du cylindre en mètre
H = 2 x Ø = hauteur de l’éprouvette
ƒt, fendage = contrainte de rupture en traction à l’essai brésilien en MPa

Remarque
La résistance en traction directe ƒt peut être estimée à partir de ƒt, fendage par la relation: ƒt = 0,9 ƒt, fendage

Le fait que ƒt, fendage soit plus élevée que ƒt s’explique par un effet d’échelle : dans l’essai de fendage le plan de
rupture est imposé par l’essai, alors que dans l’essai de traction directe, c’est le plan le plus faible qui va se
rompre. Il y a donc plus de chance d’avoir un plan plus faible dans ce dernier essai.

1.2.3. Essai de traction par flexion


Cet essai permet de déterminer la résistance en flexion du béton. Il s’applique uniquement aux éprouvettes
prismatiques. L’éprouvette, de section carrée et d’élancement 4, est placée sur l’appareil de chargement
conformément au schéma ci-dessous.
a a a
F

l = 3a
L = 4a
Figure 2 : Traction par flexion

Les appuis sont constitués par des rouleaux en acier de 20 mm de diamètre. La charge est appliquée de
manière continue et sans choc (cadence : 0,17 kN/s pour éprouvette prismatique 10 x 10 x 40 cm). A la
rupture, on mesure la force F et on en déduit la contrainte de traction par flexion sur la fibre la plus tendue.
Soit :
Mv 6M a a4
σj, t = = → v= et I =
I a3 2 12
3Fmax
La résistance à la traction par flexion se calcule : ƒt, flexion =
a2

Où:
Fmax = force maximale
L = 3a = portée libre
a = b = la largeur
a = h= la hauteur du prisme

Remarques
1) La formule précédente suppose que le matériau a un comportement élastique linéaire. Aussi, certains
auteurs proposent un coefficient correcteur égal à 0,6 pour obtenir la contrainte de traction pure. Sachant que
3Fmax 6M
ƒt, fle xion = =
a2 a3

Ecole Nationale Polytechnique 4 Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Essais sur béton durci Fiche Guide N°3

3 Fmax 1,8 Fmax 1,8 Fmax


Et, en tenant compte de la correction, il en sort : ƒt, flexion = x 0,6 = → ƒt ,flexion =
a2 a2 a2

Le coefficient correcteur de 0,6 provient du fait que la loi de Hooke, lorsqu’on s’approche de la charge de
rupture, n’est plus applicable.

2) Il faut, avant chaque essai, mesurer la masse volumique apparente des éprouvettes.

Traction par flexion


2. Manipulations
2.1. Masse volumique du béton durci
- Peser trois éprouvettes cylindriques
- Calculer leur volume.
- Déduire leur masse volumique.
- Calculer la masse volumique moyenne du béton durci.

2.2. Essai de compression


2.2.1. Mode opératoire
L’éprouvette est soumise à une charge croissante jusqu'à la rupture. Pour cet essai, les éprouvettes
cylindriques doivent être préalablement surfacées (rectifiées).

Après avoir nettoyé les plateaux de la presse:


- Placer verticalement l’éprouvette et la centrer sur le plateau.
- Amener le plateau supérieur au contact de l’éprouvette.
- Mettre en charge à vitesse constante jusqu’à la rupture [vitesse de mise en charge : (10 ± 4) kN/s].
- Nettoyer les abords de la presse à la fin de la manipulation.

Remarque
L’âge des éprouvettes est déterminé par rapport à la date de confection. S’il est supérieur à 28 jours, on prend
arbitrairement l’âge égal à 28 jours.
2.2.2. Traitement des résultats
- Déterminer la résistance à la compression en faisant la moyenne des valeurs de rupture.

- Comparer avec la valeur visée lors de la composition du béton.

- Faire un croquis des éprouvettes rompues avec commentaires et description des plans de rupture.

Ecole Nationale Polytechnique 5 Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Essais sur béton durci Fiche Guide N°3

- Expliquer pourquoi pour un même béton, il y a une différence entre la résistance sur cylindre et la
résistance sur cube.

- Calculer le rapport entre la compression sur cylindre et la compression sur cube.

- Comparer la résistance obtenue par le scléromètre avec celle de l’essai destructif sur éprouvette
cylindrique.

- Ces résultats sont-ils équivalents ? Expliquer.

2.3. Essai de traction indirecte


2.3.1. Traction par fendage ou essai brésilien
a) Mode opératoire
- Peser les deux éprouvettes cylindriques réservées à l’essai de traction indirecte.

- Placer l’éprouvette horizontalement entre les plateaux de la presse en interposant 2 bandes de


contreplaqué sur les génératrices.

- Effectuer l’essai de rupture en traction par fendage sur les deux éprouvettes prévues à cet effet avec
une vitesse de mise en charge v = (4 ± 0,8) kN/s.

- Relever la force de rupture pour chaque éprouvette.


b) Exploitation des résultats
- Relever la force de rupture et calculer la contrainte correspondante.

- Commenter le faciès de rupture de chaque éprouvette.

- Calculer ƒt28 à partir de la valeur ƒc28 donnée par l’essai de compression et en utilisant la formule des
BAEL : ƒt28 = 0,6 + 0,06 ƒc28 (si ƒc28 ≤ 60 MPa).

- Vérifier son application à partir des résultats obtenus et conclure.

2.3.2. Traction par flexion 4 points


a) Mode opératoire
L’essai se fait transversalement par rapport au sens de remplissage des éprouvettes.
- Placer l’éprouvette prismatique 10 x 10 x 40 cm conformément à la Figure 2.

- Effectuer l’essai de traction par flexion. La charge doit être appliquée de manière continue et sans choc
(cadence = 0,17 kN/s pour une éprouvette prismatique 10 x 10 x 40 cm).

b) Exploitation des résultats


- Noter la charge maximale atteinte avant la rupture et calculer la résistance à la flexion.

- Que peut-on dire de la résistance à la flexion ?

- De quoi dépend cette résistance ?

Ecole Nationale Polytechnique 6 Nadjia MIHOUBI BAOUCHE


Essais sur béton durci Fiche Guide N°3

Détermination des caractéristiques mécaniques du béton : Essai destructif

DOCUMENT REPONSE

Selon NF P18-406 - P18-407 - P18-408

Date de fabrication : Date de l’essai : Durée :

Résistance à la compression

Compression Masse Charge de rupture FC Contrainte de rupture ƒCJ ƒCJ (selon le CBA93)
cylindre 16 x 32 (kg) (kN) (MPa) (MPa)
Eprouvette 1
Eprouvette 2
Eprouvette 3
Moyenne

Résistance à la traction

Traction par fendage Masse Charge de rupture Ft Contrainte de rupture ƒt j ƒt j(selon le CBA93)
cylindre (kg) (kN) (MPa) (MPa)
16 x 32
Eprouvette 4
Eprouvette 5
Moyenne

Résistance à la flexion

Traction par flexion Masse Charge de rupture Ft Contrainte de rupture ƒt j ƒt j(selon le CBA93)
éprouvette prismatique (kg) (kN) (MPa) (MPa)
10 x 10 x 40
Eprouvette 1
Eprouvette 2
Eprouvette 3

Ecole Nationale Polytechnique 7 Nadjia MIHOUBI BAOUCHE