Vous êtes sur la page 1sur 320

Zend - Avesta

ou

sur les choses du paradis et de l'au-delà

Du point de vue de la nature


de
Gustav Theodor Fechner
Troisième édition.
Obtenu auprès de Kurd Laßwitz

Premier volume
----------------------------
Hambourg et Leipzig.
Maison d'édition de Leopold Voß.
1906.

Table des matières:


Premier volume.
À propos des choses du ciel.
I. Entrée
II. Considérations préliminaires
III. Géographie physique comparée et science céleste
IV. La question de l'âme
V. La terre, notre mère
VI. Des anges et des créatures supérieures en général
VII. De la conscience générale supérieure
VIII. Du domaine supérieur de la sensualité et de la volonté
IX. Sur l'état, le cours et les objectifs du développement de la terre
X. De l'étape de construction du monde
XI. De Dieu et du monde
A . Aspects conceptuels
B. Loi suprême de la valeur et sa relation avec la liberté. Les raisons de
l'existence de Dieu
C. Dieu comme l'être suprême par rapport aux détails du monde
D . lien conscience générale en Dieu
e . Rémunération maximale des individus à Dieu
F . Du développement de la conscience divine ou universelle
G . la bonté de Dieu et du mal dans le monde
H . Que signifie être Dieu dans un sens plus étroit et être contre Dieu?
J.Dieu comme Esprit par rapport à son monde matériel des apparences
K. La nature de leur profondeur et leur plénitude comme une expression de
l'Esprit Divin
L. L'inconscient et les morts dans le dieu nature animée
M. Création du monde
N. question de savoir si les créations naturelles appropriées par l' activité
créatrice consciente ou des forces de la nature agissant inconsciemment ont émergé
O. Concernant le fait que l'esprit de Dieu est accablé par la gravité de la
nature en y étant connecté, est lié par la nécessité de celle-ci
XII. Point de vue religieux-pratique et poétique
XIII. Choses chrétiennes
XIV. Conclusions. Historique

I. Entrée.

Plus tôt, dans l'opinion commune, j'ai dit que les plantes sont des âmes. Maintenant,
j'affirme que ce sont aussi les étoiles, à la seule différence qu'elles sont un genre
d'êtres animés plus élevé que nous, mais les plantes un genre inférieur.
Cette affirmation n'est pas seulement rétrospective, mais est plutôt née de la même
racine que la précédente, et se produit ici avec la même intention de passer de la vue
ordinaire des choses naturelles à une autre qui me semble plus rentable. Ce n'est
qu'une petite fenêtre qui ouvre sur la vue du vaste domaine de l'âme et de la vie de
l'âme d'une nature à laquelle on est habitué depuis longtemps, sombre, froid et mort
contre quelques points d'âme brillants. Les soleils d'âme viendront à ces points d'âme,
d'où les points eux-mêmes ont leur lumière.
Au début, notre affirmation semble absurde. Comment ne devrait-elle pas! Elle
contredit encore plus que ces vues antérieures, dont le contrôle nous a déjà fait une
nature différente. Et si l'habituation est bonne, nous avons tort dès le début et dans
tous les sens.
En attendant, deux cas sont possibles: soit l'affirmation, soit les vues dominantes
sont fausses, donc à changer. J'affirme et demande maintenant ce dernier, et, si la
contradiction survient pour toute la raison et toute l'étendue des vues dominantes, il y
a aussi un changement correspondant dans le même. Mais ce désir n'est-il pas encore
plus absurde?
Avant de parler, prenez à cœur ce qui suit: Notre déclaration contredit les vues
dominantes; mais cela peut-il prouver contre eux s'ils se contredisent tellement? Elle
ne se comprend pas, mais se comprennent-elles? Que veut notre question? Certains
tas de matière sont-ils animés ou non? La relation entre la matière et l'âme n'est donc
impliquée que dans un cas particulièrement important. Mais qu'en est-il de tout le
domaine des questions appartenant ici? N'y a-t-il pas seulement des contradictions et
des ambiguïtés? Votre mer veut toujours s'épuiser et se vider, mais donne toujours
naissance à une nouvelle mer de contradictions et d'ambiguïtés. Le vent qui est censé
apaiser cette mer, ou plutôt la conduire dans un nouveau train cohérent, ne peut pas
provenir de la mer elle-même. Il doit tout contredire
Comment? La religion et la science comprennent-elles et s'unissent-elles, la
philosophie avec la religion, la philosophie avec la science, ou tout simplement l'une
d'entre elles en soi, comme la relation de l'esprit divin à la nature, l'âme humaine au
corps humain dans le La question de la création, la question de l'immortalité, la
question de l'exercice des forces matérielles et idéales dans le monde et dans le
corps? Oui, nous ne savons que ce qui est réellement appelé âme dans notre propre
corps, un point dans le cerveau, un morceau dans le cerveau, tout le cerveau, tout le
système nerveux, le corps entier? Ou les vues de la vie commune sont-elles plus
claires sur tous ces points que les vues scientifiques et religieuses? Toutes les
principales contradictions de la science et de la religion ne leur sont-elles pas
transmises? Bien sûr, que si nos façons de saisir les relations entre le physique et le
spirituel ne sont pas claires et confuses partout, car elles sont certaines, même des
erreurs grossières sont inévitables partout. Nous nions les âmes végétales parce que
les plantes ne satisfont pas nos exigences de l'analogie superficielle approximative
avec nous-mêmes; pour la même raison, nous nions l'âme des étoiles. Mais
précisément l'impossibilité d'arriver à une analogie aussi grossière pour arriver à une
vision de base cohérente et à la fois tout à fait satisfaisante pour la religion, la
philosophie et les sciences naturelles, devrait nous emmener au-delà. Et maintenant je
dis: Dans le même contexte généralement satisfaisant où se trouve l'âme des plantes,
il y a aussi l'âme des étoiles. Ce n'est que parce que l'analogie recule encore plus loin
de la surface qu'il faut remonter encore plus en profondeur. Nous ne pouvons plus
nous référer à des similitudes dans la construction cellulaire, dans le processus de
croissance et de reproduction, auxquelles l'analogie entre les animaux et les plantes
pourrait encore être grossièrement maintenue; la terre entière avec ses processus
émerge de ce que nous comprenons habituellement comme un processus organique et
donc comme un possible porteur de vie et d'âme; si elle et ses frères et sœurs devaient
encore avoir la vie et l'âme, la fortune de l'âme et de la vie doit aller plus loin et plus
profondément que par ces phénomènes,
Le bon sens, bien sûr, n'a aucun doute que les étoiles sont des masses mortes, et
puisqu'il voit le ciel rempli de ces masses mortes, il ne sait plus où Dieu et les anges
regardent. Il les chasse maintenant du monde, voire de la réalité. Il considère que
cette vision désolante du monde va de soi, naturelle, parce qu'il l'a aspirée avec du lait
maternel; il semble insensé de penser seulement s'il ne pourrait en être
autrement. Mais cette vision est-elle vraiment naturelle? L'analogie limitée dont il est
issu, l'original qui vient naturellement à l'homme? Êtes-vous sous un instinct
inné? Au contraire, notre instinct at-il diminué la façon dont notre compréhension
s'est développée? Et ce n'est pas comme ça la confusion de nos esprits a également
augmenté? Oui, nous rendons hommage à l'instinct naturel d'origine, car il est
certainement né de Dieu, mais c'est précisément l'instinct naturel qui mène où notre
contemplation nous mènera. La vision naturelle des gens est que les étoiles sont
animées, dans un sens plus élevé que nous. Oui, aussi peu qu'il semble y avoir de
raison de rejeter les âmes de l'âme, il n'a pas fallu au début pour les accepter. Mais
cela peut-il maintenant être rejeté sans raison, qui, au départ, n'avait pas besoin de
raisons pour éclairer les gens? Pour ce faire, derrière nos conclusions, qui fluctuent si
sans fond dans ce quartier et qui sont mutuellement belliqueuses, sans soutien, il doit
y avoir de vraies raisons dans la nature inerrante et indigène des personnes et des
choses. Maintenant, en commençant à fermer, nous pouvons aller au-delà de la vue
d'origine; mais ne peut-il pas, oui ça ne doit pas être, y revenir un jour avec une
conscience développée? Sommes-nous à la fin de nos conclusions, de notre
éducation?
Bien sûr, le monde, qui est maintenant appelé l'éduqué, regarde avec un profond
mépris les croyances de ces enfants envers l'humanité qui ont trouvé l'âme partout
dans la nature, comme nous le faisons à nouveau, et ont vu des âmes divines
individuelles au soleil, à la lune et aux étoiles, nous recommencerons. Que nous le
fassions nous fera nous jeter sous les imbéciles et les enfants. Mais il y a parfois plus
de vérité chez les imbéciles et les enfants que chez les sages et les personnes âgées.
Rappelons-nous le mot qui est difficile à inspirer: ce que ne voit aucune
compréhension de l'intelligible, dans la simplicité voit un esprit enfantin, et, de plus,
le second, que le début et la fin sont entrelacés. L'oiseau pleinement développé pond
le même œuf à partir duquel il a grandi. Toute connaissance, toute religion est née de
cette croyance chez les enfants et finira par la produire à nouveau, mais elle ne peut
venir que de la plénitude du développement. Au milieu du travail de décomposer
clairement l'œuf en ses conclusions, de former l'oiseau et de le travailler avec ses
ailes, son bec, l'œuf est perdu. Ce n'est que lorsque tout est clair et pur qu'il est revenu
et que la vie humaine consiste dans ce développement.
Mais considérons plus tard l'importance de ce point de vue pour nous; seulement
que nous ne pensons pas que cela n'a aucun sens. En tout cas, pour insister sur le fait
que l'enseignement tardif de l'homme est plus juste que l'enseignement originel de la
nature, il devrait montrer en lui-même une durabilité et une harmonisation différentes
de ce qui est le cas.
Après tout, la principale difficulté de notre tâche réside dans le fait que nous
sommes habitués à voir l'âme non pas comme une règle mais comme une exception
dans la nature. Si toute la nature est animée, alors ce n'est qu'une question de ce qui
est individuellement animé en elle et à quel niveau de l'âme elle voit contre les
autres. Maintenant, les étoiles pour l'intuition la plus simple et pour l'examen le plus
approfondi, que nous n'éviterons pas, sont des créatures plus indépendantes que nous,
et supérieures à nous parce que, à juste titre, nous ne sommes que leurs
membres. Donc, si tout est animé, ils sont certainement plus indépendants et plus
animés que nous dans cet ensemble. Il n'y a aucune difficulté que ce que vous faites
vous-même. Et à tout moment où la nature allait de soi, les étoiles étaient
naturellement également valables pour les âmes supérieures. Comment, d'un autre
côté, devrions-nous considérer les membres comme vivants si nous considérons que
tout le corps est mort et que nous-mêmes, les derniers bouts épars de ces membres,
sont vivants, en effet parce que nous-mêmes sommes vivants; l'arbre mort parce que
les feuilles vivent. Au lieu de voir notre vie comme nourrie de la vie plus vaste, au
lieu de voir notre individualité comme unie et soutenue par la plus grande
individualité, au lieu de considérer notre indépendance et notre conscience comme un
signe que ce qui est si indépendant donne naissance à la conscience et pourtant
comme des moments reste en lui-même, doit être plus indépendant et plus conscient
que toutes ses flambées, nous considérons tout sauf notre vie comme un simple laitier
de vie, nous ne voyons dans notre individualité et notre puissance propre et notre
conscience qu'une contradiction contre une individualité et une puissance supérieures
et une conscience supérieure. Et si l'omnipotence des relations qui traversent le
monde entier force encore le philosophe à reconnaître un esprit d'humanité, d'histoire
et surtout du monde, qu'est-ce que cet esprit inconscient avec des moments
individuels conscients, dont l'extérieur, non l'énonciation, la nature, autre qu'une
contradiction en termes, ou un mot creux qui n'a pas encore pris vie sous une forme
individuelle, mais qui nous a au contraire volé les meilleures croyances et confondu
les connaissances les plus claires. Si, repoussant l'échange d'un Dieu qui n'est pas
meilleur et plus sage que nous, nous croyons sincèrement en un Dieu omniscient,
omniprésent, omnipotent, à travers lequel tout est, à travers lequel passent les soleils
et les mers, où chaque pli de notre cœur est clair, en fait plus clair que nous-
mêmes; qu'est-ce que la nature a de son omniprésence et de son œuvre, même si ce
mot reste mort, Dieu est toujours sans corps d'une part, la nature reste insensée de
l'autre, et qu'est-ce qui est bon pour nous si notre esprit et tous les esprits individuels
de Dieu plutôt tombé comme usé à l'intérieur? Nous autorisons tous les antécédents,
nous ne tirons aucune conclusion, ou seulement ceux qui contredisent les
antécédents. Comment un tel enseignement peut-il gagner et donner vie et
paix? Ensuite, toutes les plantes se fanent; les étoiles pétrifient; alors notre propre
corps devient trop mauvais pour l'esprit et seulement un logement pour les sens; tout
le livre vivant de la nature devient un manuel de mécanique et les organismes
d'étranges exceptions; mais surtout il reste une partition entre Dieu et nous; nos désirs
et nos prières s'estompent montant vers lui à travers l'espace vide et creux; nous
sommes préoccupés par des images grisâtres de la damnation éternelle au lieu de la
discipline corrective; L'esprit et le cœur sont à jamais dans la lutte de Dieu, et ce que
l'un croit et veut que l'autre échoue.
N'est-il pas pardonnable, au moins, de penser à une doctrine qui, au lieu de
contredire les meilleures, les plus hautes et les plus belles pensées de notre religion,
est basée sur sa vérité, pas seulement vos paroles, mais vos pensées dans la vie? veut
diriger, mais en même temps veut réconcilier notre foi avec une autre foi, que nous
avons toujours méprisée ou combattue avec hauteur, et qui a aussi sa part de
Dieu. Puis le chrétien reconnaît soudain dans le païen son frère, qui, comme lui, avait
un œil sur Dieu et, tandis que lui, le chrétien, cherchait le plus haut, tenait toujours les
traces de Dieu dans le bas, et se rend maintenant compte que Dieu n'est pas du tout
juste au-dessus, pas juste en dessous, pas seulement sauf, pas seulement chez les
gens, c'est qu'il est vraiment tout en tout, les véritables uns, éternels, omniprésents,
omniscients, omnipotents, tout-aimants et tout-juste. Dans l'ensemble, bien sûr, le
chrétien ne l'a jamais oublié, mais il ne l'a jamais fait en détail, tandis que le païen l'a
formé à mille applications individuelles et ne l'a jamais oublié dans son
ensemble. Ainsi, avec le conflit entre les deux religions, le conflit que chacune porte
en elle s'estompe; ce qu'ils manquent à chacun dans leur propre accomplissement, ils
le trouveraient accompli dans l'autre, et la guerre d'anéantissement des deux aboutirait
à une paix, où chacun ne ferait qu'exacerber les lacunes des autres, partager les
bénéfices des autres; De la part du paganisme, bien sûr, un gain que seule la
renaissance du christianisme et du christianisme pourra réaliser. Tout-aimant et
juste. Dans l'ensemble, bien sûr, le chrétien ne l'a jamais oublié, mais il ne l'a jamais
fait en détail, tandis que le païen l'a formé à mille applications individuelles et ne l'a
jamais oublié dans son ensemble. Ainsi, avec le conflit entre les deux religions, le
conflit que chacune porte en elle s'estompe; ce qu'ils manquent à chacun dans leur
propre accomplissement, ils le trouveraient accompli dans l'autre, et la guerre
d'anéantissement des deux aboutirait à une paix, où chacun ne ferait qu'exacerber les
lacunes des autres, partager les bénéfices des autres; De la part du paganisme, bien
sûr, un gain que seule la renaissance du christianisme et du christianisme pourra
réaliser. Tout-aimant et juste. Dans l'ensemble, bien sûr, le chrétien ne l'a jamais
oublié, mais il ne l'a jamais fait en détail, tandis que le païen l'a formé à mille
applications individuelles et ne l'a jamais oublié dans son ensemble. Ainsi, avec le
conflit entre les deux religions, le conflit que chacune porte en elle s'estompe; ce
qu'ils manquent à chacun dans leur propre accomplissement, ils le trouveraient
accompli dans l'autre, et la guerre d'anéantissement des deux aboutirait à une paix, où
chacun ne ferait qu'exacerber les lacunes des autres, partager les bénéfices des
autres; De la part du paganisme, bien sûr, un gain que seule la renaissance du
christianisme et du christianisme pourra réaliser. pendant ce temps, les païens l'ont
formé à mille applications individuelles et ne l'ont oublié que dans son
ensemble. Ainsi, avec le conflit entre les deux religions, le conflit que chacune porte
en elle s'estompe; ce qu'ils manquent à chacun dans leur propre accomplissement, ils
le trouveraient accompli dans l'autre, et la guerre d'anéantissement des deux aboutirait
à une paix, où chacun ne ferait qu'exacerber les lacunes des autres, partager les
bénéfices des autres; De la part du paganisme, bien sûr, un gain que seule la
renaissance du christianisme et du christianisme pourra réaliser. pendant ce temps, les
païens l'ont formé à mille applications individuelles et ne l'ont oublié que dans son
ensemble. Ainsi, avec le conflit entre les deux religions, le conflit que chacune porte
en elle s'estompe; ce qu'ils manquent à chacun dans leur propre accomplissement, ils
le trouveraient accompli dans l'autre, et la guerre d'anéantissement des deux aboutirait
à une paix, où chacun ne ferait qu'exacerber les lacunes des autres, partager les
bénéfices des autres; De la part du paganisme, bien sûr, un gain que seule la
renaissance du christianisme et du christianisme pourra réaliser. et la guerre
d'anéantissement des deux entraînerait une paix dans laquelle chacun ne fait
qu'exacerber les lacunes des autres, diviser les bénéfices des autres; De la part du
paganisme, bien sûr, un gain que seule la renaissance du christianisme et du
christianisme pourra réaliser. et la guerre d'anéantissement des deux entraînerait une
paix dans laquelle chacun ne fait qu'exacerber les lacunes des autres, diviser les
bénéfices des autres; De la part du paganisme, bien sûr, un gain que seule la
renaissance du christianisme et du christianisme pourra réaliser.
Mais ce n'est pas mon intention ici de partir du plus haut point de vue, où Dieu
apparaît vraiment comme le trésor omniprésent de toute vie, de tout esprit dans toute
la nature. Essayons simplement de construire une étape par en dessous. Si vous ne
grimpez pas d'en bas, vous aurez le vertige. Il ne s'agira pas de l'âme, de la vie de
l'ensemble, mais d'une vie individuelle de l'âme dans l'ensemble. Partout où il est
question de vie, nous voulons dire une, une seule qui est portée par le tout, et qui
pointe vers nous. Une enquête exhaustive sur les objets qui seront abordés ici irait
plus loin que les intentions de ce document, dont les raisons sont obtenues non pas du
dernier mais du premier partout. Il ne prétend pas être le réservoir de
durcissement, qui nous scelle de la vie naturelle, pour exploser à grands coups, mais
seulement avec autant de fissures qu'il y en a encore, pour insister sur autant de
pensées et de points de vue qui peuvent être présentés qui peuvent
l'assouplir. Comment pourrais-je imaginer, avec les simples considérations calculées
pour l'esprit le plus commun, que je présenterai ici, et qu'aucune philosophie, comme
la plus ancienne, n'a même pris la peine de provoquer une révolution qui va bien au-
delà de la science aurait à tendre la main pour déraciner une vue obsolète de la nature
et de l'esprit entrelacés avec toutes nos vies et nos pensées, dans lesquelles nous
avons tous été élevés et grandis. Je m'avoue, les considérations suivantes n'auront rien
de convaincant pour ceux qui veulent résister et à qui l'habitude ne résiste-t-elle pas
déjà? Je souhaite aussi seulement qu'ils aient quelque chose de stimulant. Suivez-les
en plaisantant, et peut-être qu'ils laisseront derrière vous de sérieuses pensées. Après
tout, chaque révolution doit être précédée de tentatives qui ne mènent pas
immédiatement au succès, mais aident à la préparer. Une première tentative ne trouve
pas le temps suffisamment mûr pour réussir, ni le temps de le mériter. Cela
s'appliquera également à cette expérience, dans laquelle un jeu de bon sens est osé
avec des mains enfantines. qui ne prennent pas immédiatement le succès avec eux,
mais aident à le préparer. Une première tentative ne trouve pas le temps suffisamment
mûr pour réussir, ni le temps de le mériter. Cela s'appliquera également à cette
expérience, dans laquelle un jeu de bon sens est osé avec des mains enfantines. qui ne
prennent pas immédiatement le succès avec eux, mais aident à le préparer. Une
première tentative ne trouve pas le temps suffisamment mûr pour réussir, ni le temps
de le mériter. Cela s'appliquera également à cette expérience, dans laquelle un jeu de
bon sens est osé avec des mains enfantines.
Je dis que les considérations suivantes n'auront aucun impératif pour ceux qui
veulent résister. Vous ne pouvez même pas l'avoir. Cela contredit la nature de leur
sujet. Croire en l'âme des étoiles restera toujours une question de croyance. Et s'il
suffit de rejeter une croyance, car elle ne vise qu'à rester une croyance, notre
personnel est brisé dès le départ. À cet égard, cependant, la croyance en l'âme des
étoiles est seulement au même niveau que la croyance en des âmes autres que la
mienne, même en ma propre âme au-delà et un Dieu au-dessus de nous. Cela signifie:
Tout cela ne peut jamais être saisi avec des mains, présenté et représenté dans
l'histoire naturelle. Il y a si peu de preuves qu'un autre être humain, un autre animal a
une âme, qu'une étoile en a un. Je ne connais que ma propre âme et je pourrai jamais
savoir par expérience. Toute autre personne ne se présente à moi que dans l'illusion
physique, et aucune expérience ne me permet de reconnaître ce qui apparaît dans
l'illusion elle-même. Si nous croyons en une âme au-delà de notre propre âme, seules
les analogies et les contextes qui satisfont l'esprit et l'esprit peuvent nous satisfaire de
plus d'un côté, nous y guider, ou l'habitude peut rendre toute orientation inutile. Bien
sûr, comme l'habitude peut rendre ces conseils inutiles, nous grandissons et respirons
une croyance comme dans l'air, donc cela peut nous rendre insensibles. Il en va de
même de la croyance en l'âme des étoiles. Toute autre personne ne se présente à moi
que dans l'illusion physique, et aucune expérience ne me permet de reconnaître ce qui
apparaît dans l'illusion elle-même. Si nous croyons en une âme au-delà de notre
propre âme, seules les analogies et les contextes qui satisfont l'esprit et l'esprit
peuvent nous satisfaire de plus d'un côté, nous y guider, ou l'habitude peut rendre
toute orientation inutile. Bien sûr, comme l'habitude peut rendre ces conseils inutiles,
nous grandissons et respirons une croyance comme dans l'air, donc cela peut nous
rendre insensibles. Il en va de même de la croyance en l'âme des étoiles. Toute autre
personne ne se présente à moi que dans l'illusion physique, et aucune expérience ne
me permet de reconnaître ce qui apparaît dans l'illusion elle-même. Si nous croyons
en une âme au-delà de notre propre âme, seules les analogies et les contextes qui
satisfont l'esprit et l'esprit peuvent nous satisfaire de plus d'un côté, nous y guider, ou
l'habitude peut rendre toute orientation inutile. Bien sûr, comme l'habitude peut
rendre ces conseils inutiles, nous grandissons et respirons une croyance comme dans
l'air, donc cela peut nous rendre insensibles. Il en va de même de la croyance en l'âme
des étoiles. ainsi seules les analogies et les contextes qui satisfont l'esprit et l'esprit
peuvent nous satisfaire de plus d'un côté, nous y conduire, ou l'habitude peut rendre
inutile toute orientation. Bien sûr, comme l'habitude peut rendre ces conseils inutiles,
nous grandissons et respirons une croyance comme dans l'air, donc cela peut nous
rendre insensibles. Il en va de même de la croyance en l'âme des étoiles. ainsi seules
les analogies et les contextes qui satisfont l'esprit et l'esprit peuvent nous satisfaire de
plus d'un côté, nous y conduire, ou l'habitude peut rendre inutile toute
orientation. Bien sûr, comme l'habitude peut rendre ces conseils inutiles, nous
grandissons et respirons une croyance comme dans l'air, donc cela peut nous rendre
insensibles. Il en va de même de la croyance en l'âme des étoiles.
Cela est également vrai, les besoins de l'esprit et du cœur, qui nous font croire à
l'âme de nos semblables, à notre propre âme au-delà et à un Dieu au-dessus de nous,
sont plus urgents, oui plus nécessaires que les besoins qui nous font sentir dans l'âme
de Que les étoiles croient et le seront toujours. Mais comment, si nous, à la recherche
d'une connexion répondant le mieux à ces besoins urgents, reconnaissions l'âme des
étoiles en tant que lien contraignant? Quelqu'un voudrait dire: Avec toutes les
contradictions dans la religion, la science et la vie au sujet de l'âme et du corps, nous
sommes tous d'accord pour dire que les étoiles n'ont pas d'âme. Et le fait que nous
soyons tous d'accord sur cela signifie que nous sommes en désaccord sur tout ce qui y
est lié; voici l'un des nœuds les plus importants de l'accord manquant, ou c'est aussi
dans le nœud de l'accord général. Dans la difficulté de structurer et de relier à la fois
tout le domaine des idées et des réalités les plus élevées, on a, bien sûr, le nœud qui
lie sa propre vie et qui lie le plus général, comme les plus importants plutôt que les
moyens. les fils sont toujours emmêlés et lâches. Mais nous sentons également qu'ils
se détachent et s'emmêlent.
Ne faites donc pas l'exigence contradictoire d'une présentation sensuelle où il n'y a
pas d'objet sensuel. L'âme de la terre n'est pas un animal, peut être montrée dans sa
cage, seule la cage peut être montrée et est son appareil pour l'animal spirituel. Ce qui
convient le mieux dans le meilleur contexte de ce que nous ne pouvons pas voir et
pourtant devons croire, et doit croire comme médiation de la meilleure relation entre
ce que nous pouvons voir, nous devons nous demander, demander si nous le faisons
déjà avoir la meilleure connexion. Mais si vous ne voulez rien croire du tout comme
ce que vous voyez ou avez l'habitude de croire, c'est un livre avec sept sceaux.

II. Considérations préliminaires.

Si l'on considère la terre uniquement comme une masse rigide et sèche, cela n'a
certainement pas de sens pour nous comment on pourrait parler de vie ou même
d'âme. Et notre idée habituelle de la terre n'est qu'un agrandissement de ceux que
nous tirons en partie de la vue du globe le représentant, en partie de l'observation de
morceaux individuels de sa surface, que nous remuons avec la bûche ou la charrue ou
où nous voyons le puits du mineur approfondi . Une boule d'une telle masse sèche,
entraînée par des forces dans un espace vide, dont l'effet est calculé dans la science la
plus sèche selon les formules les plus sèches, ne peut bien sûr pas nous sembler plus
vivante que la petite bosse que nous ramassons à la main du sol et la jetons dans
l'air . Mais jetons simplement notre vue sèche. Parce que la Terre n'est vraiment rien
de plus qu'une telle masse, pensée agrandie? Sur une si petite bosse, il y a aussi une
mer avec des flux et des reflux et des rivières et des ruisseaux qui coulent et la
circulation des eaux, une couverture d'air et de vapeur qui lui est propre, avec la
pluie, la tempête et le temps, dont les graines deviennent vertes et la mer se précipite,
un tel changement de saisons et d'heures de la journée et des climats, dans lequel la
liberté et la règle s'entrelacent si étrangement? Tout en elle tend vers un milieu; peut-
il avoir tout ce qui veut l'arracher de nouveau? Est-il né d'une plus grande sphère
d'une manière similaire à celle que nous connaissons de la Terre? A-t-il juste été
façonné par une force de forces autodéterminées, élaboré et continue le
faire? Pourrait-il créer un tel empire organique à partir de lui-même, se construire l'un
sur l'autre et le maintenir lié les uns aux autres et les uns aux autres par des liens
d'action et de but? Semble-t-elle aussi particulière et distante et fermée à d'autres
amas de terre que la terre à d'autres corps du monde? La terre n'est-elle pas dans tout
cela quelque chose de totalement différent de sa part, la plie? Mais si c'est le cas, les
réponses à ses questions, ce qu'elle signifie pour le monde et ce que le monde signifie
pour elle, que vous viviez dans son ensemble ou seulement individuellement, ne
seront pas complètement différentes pour elle. , des exigences assez différentes pour
eux que pour la plie, dans laquelle certains vers peuvent également être
dispersés? Tout ce qui peut nous guider pour répondre à ces questions se comporte de
façon opposée avec la terre et la plie. Néanmoins, il est certain que nous ne voulons
pas reconnaître à cet égard des revendications plus grandes ou différentes pour la
terre entière que pour sa particule, la plie; oui, regardez seulement les humains et les
animaux dans la même relation externe avec eux que les coléoptères et les vers de la
plie.
Ce qui nous induit en erreur ici, c'est une confusion de la terre au sens large avec
celle au sens plus étroit; le nom nous aide à nous confondre. Dans un sens plus large,
et à partir de maintenant cela s'appliquera à nous seuls, nous avons l'intégralité de la
terre pour comprendre le système de tout ce qui est maintenu par la gravité autour du
centre de la terre, c'est-à-dire non seulement tout ce qui est solide, mais aussi toute
l'eau et tout l'air et tout ce qui vit et se tisse dans la terre et dans l'eau et l'air, et
maudit et rampe, et à part la totalité de tout ce qui est lourd, tout ce qui est
imprévisible qui entre dans le système du lourd. Tout cela est lié en origine, matière,
finalité et travail à un seul système, comme un corps, encore plus fermement et
intimement que le nôtre; et c'est notre terre vivante.ex ungue leonem ; mais nous le
faisons ex leone unguem.
L'habitude d'apprendre à connaître la terre en regardant le globe n'est certainement
pas sans influence sur la façon dont nous la comprenons. Pygmalion aurait fait un
portrait féminin d'une beauté exceptionnelle et l'a tellement apprécié qu'il a demandé
à Aphrodites de l'animer et qu'il avait pris vie, comme l'archétype humain. Nous ne
l'inversons qu'en tuant l'archétype par la joie d'avoir réussi à obtenir une image morte
et facilement compréhensible de l'héritage. C'est comme adorer des idoles. Enfin, on
oublie l'esprit au-dessus de l'image et ne voit finalement qu'un objet d'art mort en
elle. Nous adorons maintenant seulement notre propre art et science dans le monde
qui l'a fait; la science que le globe a en soi
Sortez au bord de la mer, écoutez la vague qui frappe le rivage, vague après vague,
toute la mer est couverte d'un troupeau qui marche; et chacun dit: Ce n'est pas moi, la
force de tout ce qui me pousse, moi et mes compagnons; que puis-je faire une seule
vague; entendre la tempête venir et les vagues monter et monter, les nuages chasser et
le navire trembler, et tous les fanions flottent dans une direction; les nuages se
déplacent dans la même direction, les vagues se déplacent dans la même direction; et
vous-même tremblez extérieurement et intérieurement; Donc, vous avez un sentiment
différent que lorsque vous êtes assis sur le bureau de l'école en regardant le point
blanc du globe et que le professeur vous a dit: Voici l'océan Atlantique et voici la mer
Méditerranée. Ce sentiment vient de la vie de la terre, dont votre vie fait partie,
sentiment grandi, parce que cette vie vous affecte également dans sa vibration; mais
vous êtes assis sur le banc d'école depuis si longtemps, regardant le globe terrestre
pour la terre, que ce que vous ressentez maintenant n'est qu'un simulacre, uniquement
pour votre sensibilité, seulement bon pour un poème et tous les poèmes pour une
fiction; Ce que le professeur vous a montré du globe et ce qu'il a dit au sujet du
mouvement des vagues, du flux et du reflux et de l'attraction de la lune était toute la
vérité; et c'est certainement vrai, mais certainement pas le tout. C'était différent, bien
sûr, avec les premières personnes qui ne réfléchissaient pas encore au-dessus de la
nature, mais se sentaient debout dans la nature, qui n'avaient pas encore divisé
l'organique et l'inorganique, entre ce qui va avec l'âme et ce qui n'existe pas;
L'homme essaie également de passer du regard de la partie individuelle ou de
l'image de la terre au regard de la terre de tous les côtés. Mais ce n'est que le pire, car
cette vue d'ensemble n'est pas un tout, mais plutôt le contraire.
La terre reste toujours un corps trop grand pour englober à la fois avec notre regard,
pour mesurer avec nos normes à la fois; maintenant nous distribuons la vue et
l'entreprise de mesure, et bientôt la terre devient quelque chose d'aussi divisé que
notre vue et notre entreprise. Nous allons avec le géologue dans les profondeurs de la
terre, avec le géographe sur la surface de la terre et de la mer, avec le météorologue
dans les airs, avec le botaniste dans le règne végétal, avec le zoologiste dans le règne
animal, avec le physicien dans le royaume de Masses et forces, avec le chimiste dans
celui des éléments. Chacune d'elles entre dans une science spéciale, que nous
étudions à partir de livres spéciaux, à des heures spéciales, parfois dans des
institutions spéciales, et dont chaque personne étudie seulement ceci et cela. Les
sciences qui y font face essayer de délimiter leurs domaines tout à fait purement,
même à travers des définitions strictement divergentes, et aussi peu qu’ils ne sont pas
en mesure d’y parvenir, tant ils sont capables de nous faire connaître la vue
fragmentée, et même de se concentrer sur elle. Avec une certaine délibération, nous
admettons que cette fragmentation n'existe pas dans la nature comme dans notre
contemplation, mais elle est maintenant devenue si habituelle qu'elle nous détermine
involontairement beaucoup plus dans notre vision de la terre que ce raisonnement, et
toutes nos conclusions découlent uniquement de cette vue fragmentée. Comment
peut-on encore penser à l'âme dans un corps aussi en lambeaux, voire désintégré? Si
nous pouvions les trouver dans notre corps, si nous voulions le regarder de la même
façon? Un anatomiste peut-il les trouver? Mais nous ne faisons que représenter ou
anatomiser la terre dans la matière morte, et croire ensuite que ce qui n'est pas dans
l'image morte ou le corps brisé n'y est pas du tout.
En effet, qui voudrait blâmer ce point de vue séparateur, dans la mesure où il ne
sert qu'à diviser l'œuvre, à distinguer les côtés de l'objet; c'est même absolument
indispensable; nous n'avons pas seulement été tentés de regarder l'objet lui-même
pour un objet partagé et de voir des objets indépendants dans les pages et les
parties. Ce ne serait pas si essentiel.
"Seul un miroitement
vous permet de vous promener dans la pièce sombre, qui veut
comprendre toute la lumière dans le faisceau.
Ensuite, ouvrez la fenêtre afin que vous puissiez également reconnaître
que
la lumière est plus que son fantôme coloré."
(La sagesse de Rückert sur le brahmane. EST 59.)
Nous avons une pièce tellement sombre pour chaque classe de phénomènes
naturels, dans laquelle nous laissons tomber un scintillement individuel de lumière
dans des expériences individuelles, et nous apprenons en fait mieux de ces
scintillements individuels les lois de la nature que si nous laissions la pleine lumière
entrer dans la chambre à la fois. Mais avons-nous rouvert la chambre après pour voir
que toute la nature est plus que son fantôme coloré? Nous n'en avons pas.
En général, la géographie semble être le lien qui nous manque. Mais pouvez-vous
reconstituer un corps à partir des morceaux dans lesquels vous venez de le
décomposer? Et que faisons-nous d'autre dans cet enseignement que de rassembler
les morceaux dans lesquels nous ne les avons dispersés que dans d'autres
enseignements? C'est une collection où toutes les préparations, pas un corps, où tous
les membres sont ensemble. Une telle collection est également bonne, mais peut-elle
remplacer nos corps?
Nous apprécions les belles œuvres de Humboldt, Gauß, Buch u. a, sur les grandes
connexions qui affectent l'ensemble; nous méritons à juste titre
l'admiration. Cependant, si nous aimons ces grands contextes, nous admirons le
regard qui les a reconnus, ne serait-il même pas temps de mettre en place une idée et
de ne pas en être trop surpris, ce qui est une reconnaissance de la connexion de tous
ces contextes pénètre?
Nous aurions tort de l'astronomie si nous voulions nier qu'elle regarde vraiment la
terre dans son ensemble par rapport aux autres corps célestes. Mais là encore, dans
son ensemble, et cela ne nous donne que l'autre extrême de cette façon fragmentaire
de voir les choses, sans nous donner tout ce qui est en jeu. Là les parties sans le tout,
ici le tout sans les parties; ou là le tout n'est composé que de pièces extérieures; ici,
les pièces ne sont considérées que comme des pièces de masse sèche. Les gens, les
animaux, les plantes, l'air, l'eau, le sol, tout est effondré en une masse aveugle par
l'astronome, le ciel entier n'est rien pour l'astronome mais une collection de telles
masses qu'il préfère rassembler en points. Mais n'y a-t-il rien entre ces deux
approches? N'est-ce pas un troisième possible, qui, lorsqu'il y a un tout et des parties
individuelles du tout, considère maintenant vraiment les parties comme des parties du
tout et le tout comme une unité des parties, une connexion dans son ensemble au lieu
de l'annulation et Révèle la négation de l'individu? Seule une telle approche peut nous
servir. Mais où serait-elle?
Prenons une montre. Pour savoir ce qu'est réellement la montre, suffit-il d'étudier le
ressort, les roues, le cadran, les aiguilles, le boîtier, le tout individuellement ou leur
connexion dans des directions individuelles? Ou suffit-il de peser toute l'horloge
comme une balle contre d'autres horloges? Et que faites-vous d'autre lorsque vous
étudiez les gens, les animaux, les plantes, l'air, la mer, le sol, tous individuellement ou
selon les directions individuelles de leur contexte, faites parfois une seule balle à
partir de tous afin de les mettre en balance avec d'autres organismes mondiaux.
Ce n'est qu'à ce moment-là, je pense, que vous pourrez pleinement comprendre
toute l'horloge si vous savez comment chaque partie et chaque mouvement est
organisé de manière claire, efficace et téléologique par rapport à l'ensemble du
contexte de l'horloge, mais il est surtout nécessaire que vous aussi pense à une
connexion de tous les matériaux, mouvements et forces de l'horloge, et permet non
seulement des objectifs individuels pour les parties individuelles, mais aussi un
objectif uniforme pour l'ensemble uniforme. Dois-je dire: la montre est prête pour le
printemps? Mais alors pourquoi atteler les roues? Ou est-il configuré pour faire
fonctionner les roues? Mais alors pourquoi les pointeurs? Ou est-ce là pour faire
partir les mains? Mais alors pourquoi les chiffres? Il est, bien sûr, vraiment là pour
tout cela; mais ce ne sont que des objectifs subordonnés, subordonnés à un seul
objectif, pour montrer le temps à l'homme. Maintenant, la terre n'est pas une horloge,
fabriquée mécaniquement par nous et pour nous pour nos fins extérieures, mais
naturelle, qui, à son tour, comprend notre propre cours de la vie; Il ne s'agira donc pas
ici non plus de l'unité d'un but extérieur mort auquel les buts de ses parties sont
subordonnés, mais d'un but vivant intérieur auquel nos buts se subordonnent. En fin
de compte, nos buts sont des buts d'âme. Sera-ce le moins parent de la Terre? auquel
les buts de ses parties sont subordonnés, mais d'un but vivant intérieur auquel nos
buts se subordonnent. En fin de compte, nos buts sont des buts d'âme. Sera-ce le
moins parent de la Terre? auquel les buts de ses parties sont subordonnés, mais d'un
but vivant intérieur auquel nos buts se subordonnent. En fin de compte, nos buts sont
des buts d'âme. Sera-ce le moins parent de la Terre?
L'un des principaux défauts de notre vision de séparation est que nous plaçons les
domaines organique et inorganique de la terre si strictement l'un contre l'autre, que
l'un est placé d'un côté, l'autre de l'autre côté, comme s'il n'y avait pas de pont. C'est
la même chose que si quelqu'un mettait le ressort à remontage automatique de la
montre d'un côté, le boîtier fixe et les roues motrices de l'autre côté, en disant que ce
sont des choses et des forces très différentes que vous avez doit soigneusement
différencier. Si l'erreur n'est pas encore plus grande là-bas. Après tout, les organismes
doivent encore être continuellement élevés par les stimuli du monde extérieur
inorganique, le métabolisme avec lui, si leur cycle de vie continue,
Curieusement, on semble penser que les gens et les animaux se détachent de leur
monde extérieur terrestre beaucoup plus fortement que les pierres, les rochers. Au
lieu de cela, ils en sont inexorablement plus envahis. La pierre, le rocher est calme,
inactif, ne se soucie pas de ce qui se passe autour d'elle; il laisse son matériel au
monde extérieur, elle lui appartient; il ne sent rien d'elle, elle ne sent rien de lui; la
pierre et le monde extérieur ne se rencontrent que par contact extérieur. Que cela en
dit peu! Mais les êtres humains ou les animaux et le monde extérieur sont en plus
d'être touchés également dans un processus constant de pénétration mutuelle, ils
entrent et sortent constamment les uns des autres; Les humains et les animaux se
rassemblent constamment du monde extérieur et s'y dissolvent encore et
encore, sentir tout autour et tout ce qui se sent en eux. Et cela devrait signifier un
divorce plus important? Les humains et les animaux sont les membres mêmes de la
terre dans lesquels réside le plus grand pouvoir de connexion et de mélange de toutes
les substances et conditions terrestres; pas inégalement comparable à cet égard des
nœuds d'un tissu, dans lesquels les fils de substances et de forces, qui s'exécutent plus
simplement et se dispersent à l'extérieur, entrent pour se rencontrer dans l'espace le
plus étroit et pour dévorer et re-tourner intimement; dans chacun d'une manière
spéciale. Maintenant, cependant, le nœud n'est rien de séparé des fils qui y circulent,
c'est plutôt l'union la plus intime du même lui-même, car le nœud de tous, bien sûr, se
distingue de tous, mais n'est donc pas séparable. Nous sommes heureux de confondre
les deux. Et plus le nœud est recueilli des fils de tout le système, plus il les engloutit
et les emmêle, plus il diffère du tissu entier, bien sûr, plus il émerge indépendamment,
mais moins il se sépare du tissu entier; plus il est polyvalent et serré, il est lié à tous
les autres nœuds. L'homme est donc le membre le plus reconnaissable et le moins
divisible de la terre entière. Cependant, le tissu des nœuds est aussi ferme que les
nœuds sont maintenus ensemble par le tissu; et il n'a besoin que de la nouvelle
agglomération, nous avons donc un nœud plus gros. Une telle boule plus grosse et ce
nœud est la terre, un nœud torsadé de tous les nœuds simples. Mais est-ce
organique, comment cela ne devrait-il pas être spirituel? Si l'insecte n'est pas
également un nœud emmêlé de tous ses nœuds nerveux, et si l'esprit de l'insecte n'en
sait pas plus qu'ils ne le savent tous, alors l'indifférent en lui-même, la graisse, la
cellule, la coquille dure, acquièrent également un sens, ce qui, bien sûr, ne le fait pas
en soi aurait? Est-ce tout un lien du tout et un lien dans le tout; donc l'eau, le feu, l'air
et la terre entre, autour et sur et parmi les créatures vivantes. Les créatures vivantes,
cependant, sont déjà des nœuds plus élevés et plus conscients que les nœuds nerveux
qui les engloutissent; ainsi le nœud qui les dévore à nouveau sera une conscience plus
élevée et plus indépendante qu'eux-mêmes. Ce qui est intrinsèquement indifférent, la
graisse, la cellule, la coque dure ne gagne-t-il pas une telle importance qui, bien sûr,
n'en aurait pas? Est-ce tout un lien du tout et un lien dans le tout; donc l'eau, le feu,
l'air et la terre entre, autour et sur et parmi les créatures vivantes. Les créatures
vivantes, cependant, sont déjà des nœuds plus élevés et plus conscients que les nœuds
nerveux qui les engloutissent; ainsi le nœud qui les dévore à nouveau sera une
conscience plus élevée et plus indépendante qu'eux-mêmes. Ce qui est
intrinsèquement indifférent, la graisse, la cellule, la coque dure ne gagne-t-il pas une
telle importance qui, bien sûr, n'en aurait pas? Est-ce tout un lien du tout et un lien
dans le tout; donc l'eau, le feu, l'air et la terre entre, autour et sur et parmi les
créatures vivantes. Les créatures vivantes, cependant, sont déjà des nœuds plus élevés
et plus conscients que les nœuds nerveux qui les engloutissent; ainsi le nœud qui les
dévore à nouveau sera une conscience plus élevée et plus indépendante qu'eux-
mêmes. Les créatures vivantes, cependant, sont déjà des nœuds plus élevés et plus
conscients que les nœuds nerveux qui les engloutissent; ainsi le nœud qui les dévore à
nouveau sera une conscience plus élevée et plus indépendante qu'eux-mêmes. Les
créatures vivantes, cependant, sont déjà des nœuds plus élevés et plus conscients que
les nœuds nerveux qui les engloutissent; ainsi le nœud qui les dévore à nouveau sera
une conscience plus élevée et plus indépendante qu'eux-mêmes.
Bien sûr, bien sûr, si l'on pense, comme d'habitude, à toute l'humanité, la faune et la
flore loin de la terre, et que l'on appelle seulement le reste de la terre, cette terre,
dépouillée de ses parties les plus nobles, peut ne pas signifier beaucoup plus qu'une
tribu sèche dont on toutes les feuilles et fleurs arrachées ou sous forme de squelette
exposé à la chair, au sang et aux nerfs. Vous avez peut-être raison si vous pensez
qu'une telle terre est morte, mais vous avez tort si vous pensez à la terre en tant que
telle. Parce que le squelette de la terre n'est pas aussi spécial que le squelette d'une
personne dans la chambre anatomique. Toute la vie organique et tout le tissage sont
toujours aussi fermement et intimement liés à des substances, des effets et des buts
comme les nerfs, la chair et le sang avec notre structure osseuse. Que dis-je aussi
bien? Beaucoup plus intime. Parce que les nerfs et la chair peuvent être arrachés aux
os, mais pouvez-vous aussi arracher des humains ou un animal ou une plante du
système terrestre? Tu ne peux pas. Et mettez-le, vous pourriez, mettre celui qui veut
élever l'organique si haut au-dessus de l'inorganique à une hauteur réelle au-dessus de
l'air et de la terre, où il pourrait le mieux prouver son indépendance, il se flétrirait
aussi sec qu'un couper un membre; le mettre sur une autre planète; ce serait comme
mettre le membre d'une grenouille sur le corps d'un oiseau; l'homme ne peut pas y
grandir; il est tel qu'il n'est, à tous égards, mis en place pour exister qu'en relation
avec le système terrestre, en tant que véritable membre de celui-ci, pour transmettre
ses fonctions les plus importantes, mais aussi pour tirer de lui ses conditions de vie, et
autant que le philosophe puisse dire à l'homme son indépendance, il ne peut montrer
cette indépendance que dans cette dépendance. La terre peut être estropiée sans
homme, l'homme sans terre ne tomberait dans rien ni dans un tas de poussière.
Personne ne croit que la viande vivante peut croître avec la pierre morte et le bois
sec. Si je suis maintenant, non pas avec un morceau de terre spécial, mais avec la
terre dans son ensemble, plus fermement développée que ma chair avec moi, je pense
que la seule question est de savoir si je suis une partie morte de l'un dans l'ensemble
mort ou comme une partie vivante de toute une terre vivante. Mais comme je ne peux
pas faire le premier, je ne peux que faire le dernier.
Ne vous trompez pas partout par l'expression inorganique. Ce que nous appelons
ainsi et voyons contre l'organique comme quelque chose de très bas, inaccessible à la
vie ou éloigné de lui, est simplement pensé pour être arraché à sa connexion naturelle
avec l'organique, comme en physique, en chimie et autres. de même, d'autre part, sa
connexion avec l'organique, comme il l'est dans le domaine terrestre, et persiste
malgré toutes les séparations de la physique et de la chimie, offre à tous égards les
caractéristiques d'une organisation plus élevée que tout autre organisme sur terre,
comme ce sera le cas à l'avenir sera encore plus clair.
Si nous regardons une plante, elle se manifeste de manière multiple sur une racine
et une herbe et une fleur relativement brutes, simples et foncées. De même, la racine
relativement brute, simple et sombre du royaume inorganique de la terre s'élève de
manière multiple et légère sur les plantes et les animaux. Comme les herbes et les
fleurs à la racine, quoi et à partir de laquelle elles poussent, le organique reste lié au
minéral, quoi et à partir duquel il pousse. Où y aurait-il plus de raisons de se séparer
ici que là? Les matières premières des racines transforment et mélangent dans les
herbes et les fleurs, dans les plantes et les animaux les matières premières du domaine
inorganique. Tout s'applique. Vous dites: Mais je n'ai jamais vraiment vu une
créature, un animal ou une plante organique émerger de l'eau, de l'air et du sol
inorganiques; mais il n'en est pas ressorti comme les herbes et les fleurs des racines,
comment peut-il encore y être lié? Et je réponds: je n'ai jamais vu non plus une
nouvelle herbe et fleur émerger d'une racine, plutôt la racine pousse en même temps,
l'herbe et la fleur grandissent; ce n'est qu'après que la graine initialement peu claire de
la plante s'est clairement séparée en racines, herbes et fleurs que la racine sert à
nourrir et à soutenir les herbes et les fleurs; et de même, après que le grain
originellement peu clair, bien que quelque peu plus gros de la terre se soit clairement
séparé en organique et inorganique, l'inorganique sert maintenant à l'organique
comme source de nutrition et de soutien. Alors tout rentre à nouveau. D'une manière
ou d'une autre, Dieu seul sait comment, après tout, le germe de l'organique a dû
dormir dans la boule de la terre, comme le germe d'herbes et de fleurs dans la
graine. Lorsque le minéral s'est clarifié, le organique a grandi, et ce n'est que lorsque
l'empire inorganique a subi de nouvelles révolutions de développement que le
organique a souffert. Dès le début, l'éducation et le développement étaient liés en un,
tout comme leur existence. Tout comme la plante.
Il est généralement très faux de penser les choses de cette façon: le système
terrestre, bien sûr, avait initialement une force motrice organique gonflante ou une
force de génération vivante; mais en produisant les organismes, il leur avait renoncé à
toute sa vitalité, et ainsi le divorce devint vivant et mort. Tout sauf les organismes,
mais surtout le sol sec, est resté comme un résidu inactif, alors que le vivant est
maintenant en contraste. 1)
1)"Fondamentalement, ce n'est que la formation du cosmos et de la terre, dans laquelle nous sommes
probablement le plus grand droit d'introduire des pouvoirs organiques. Seule la terre se fige, meurt au milieu de
cette auto-formation organique; elle jette la vie organique hors d'elle-même, et reste comme un résidu mort
contrôlé par des forces mécaniques, physiques et chimiques. " (Schaller, lettres p. 25 f.)

C'est comme si l'on voulait dire que la racine est restée comme un résidu inactif
après que l'herbe et la fleur se sont séparées d'elle, ou que l'os est resté comme un
résidu inactif après que la chair et les nerfs s'en sont séparés. Mais il ne s'en séparait
pas du tout, mais le seul organisme n'était divisé qu'en nerfs, chair et os; seules de
grandes différences sont apparues, pas de divorce; et plus un organisme produit de
différences, plus il démontre la force vitale de l'ensemble. Ainsi, la différence entre la
roche et l'animal peut être encore plus grande qu'entre la racine et la fleur, les os et les
nerfs; mais cela prouve seulement que la structure organique de la terre entière
provient d'une formidable source de vie, part d'un point plus élevé et s'étend donc
plus profondément que celui de ses membres. Si la terre n'était qu'un être humain
élargi, alors dans ses roches, son eau, son air, cette vie humaine serait bien sûr
pétrifiée, fondue ou emportée; un homme ne peut pas avoir des pierres au lieu des os,
de l'eau au lieu du sang; mais puisque la terre ne comprend l'homme, même
l'humanité, que dans la subordination, sa roche, son eau, son air n'est que le
fondement le plus profond de cette hauteur organique. Les fondations les plus
profondes et les supports les plus longs du bâtiment le plus haut sont formés des
pièces les plus rugueuses et des masses les plus brutes. Donc, si le squelette sert à
maintenir le corps de l'homme et de l'animal de manière compacte, un tel squelette ne
peut pas servir à nouveau, même le corps de l'être humain tout entier, Pour garder la
vie animale et végétale compacte; le cadre en pierre de la terre est utilisé pour cela.
Si les gens et les animaux ne sortent plus frais de la terre comme la première fois,
mais que les humains ne sont recréés que par les humains, les animaux par les
animaux, les plantes par les plantes, est-ce différent en nous? Les os, les muscles et
les nerfs sont-ils fraîchement produits dans le corps fini par le général et l'ensemble
pour la première fois? Ici aussi, le nouveau n'émerge que de et sur la base de ce qui a
été créé, bien sûr non sans les forces et les matériaux de l'ensemble, mais uniquement
par la médiation spéciale de l'individu qui a déjà été créé; le tout est encore si complet
et vivant qu'avant, voire plus vivant qu'avant. Pourquoi la terre serait-elle devenue
moins vivante, parce qu'elle ne ressemble plus au général et au tout, mais uniquement
au moyen de médiations spéciales précédemment créées et qui lui sont encore
associées? Souvenons-nous que l'homme, l'organe producteur d'autres personnes, est
resté plus intimement lié à la terre qu'une pierre.
Mais les forces de l'organique et de l'inorganique ne sont-elles pas
fondamentalement différentes? En réponse, regardons la question au lieu des
mots. Les forces ne peuvent être caractérisées que par des lois; mais maintenant avec
l'effet de nos yeux, de nos organes vocaux, du cœur, des veines, des poumons, des
membres, il suit les lois de la camera obscura, les instruments à vent, la pompe à
tubes et volets, le soufflet, le levier à cordes de traction, c'est-à-dire selon les lois des
appareils inorganiques, mais seulement dans la mesure où les appareils en nous sont
en parfait accord avec les appareils de ces outils; mais dans la mesure où ce n'est pas
le cas, il va de soi, même selon les lois de l'inorganique, qu'ils doivent travailler
différemment. Mais ils sont vraiment d'accord avec cela jusqu'à de très larges
limites. Oui, qu'est-ce qui ne pourrait pas être mentionné dans lequel notre corps
utilise les soi-disant forces de l'inorganique, c'est-à-dire selon les lois du même? Bien
sûr, tout cela est loin d’être suffisant; et si nous rassemblons tout ce qui est dans nos
manuels de physique et de chimie, il y a encore beaucoup dans les processus
organiques, que nous ne pouvons pas expliquer ou attribuer à cela. Mais ce n'est pas
le point; cela prouve, cependant, que les forces dites inorganiques sont incluses dans
les systèmes vivants organiques et médient les fonctions organiques, de sorte que des
forces organiques peuvent également se produire; mais si dans notre corps, pourquoi
pas dans un corps plus grand? Nous ne prétendons pas que la terre n'est vivante que
grâce aux soi-disant forces inorganiques. Nous en faisons également partie, et le
pouvoir qui nous a formés en fait également partie, et l'interaction de ce qui se passe
en nous et en dehors de nous en fait également partie, et enfin la connexion délibérée
de toutes les forces, de tout le travail de la terre, L'intégration du organique et du non
organique en fait également partie. Bien sûr, nous n'avons pas à chercher exactement
la même combinaison de règles organiques et inorganiques dans la terre qu'en
nous; la terre est quelque chose de plus que notre corps; nous ne sommes plutôt
qu'une fraction de la même chose. Cependant, si nous rejetons une séparation des
forces organiques et inorganiques en nous, parce que tout le monde travaille dans la
connexion et l'interaction, il est tout à fait naturel d'étendre les mêmes raisons de rejet
à la séparation du contrôle organique et inorganique de la terre. Une différence de
forces ou de zones peut être faite ici et là, nous ne le contestons pas; Mais ici et là, ce
n'est qu'un relatif, qui peut être trouvé dans un accord supérieur et auquel on ne peut
pas lier la différence absolue entre la vie et la mort, l'âme et le manque d'âme. Ou tu
le veux quand même
Toutes les différences entre l'organique et l'inorganique ne tiennent que tant que
vous comparez un organisme terrestre entier à un morceau de la terre entière. Mais
peut-on tirer des conclusions valables d'une telle comparaison
déséquilibrée? Néanmoins, des conclusions sont tirées, sinon valides, en ne faisant
pas la comparaison pour examiner la question de la vie et de l'âme de la terre, mais
pour justifier à tout prix la décision préconçue.
Mais on en dit assez contre la conception inanimée de la terre; faisons maintenant
un peu de prévoyance sur la manière dont nous saisirons sa vitalité; pour l'instant
seulement en montrant des images explicatives; nous prendrons bientôt la question
plus directement.
Regardons à nouveau une plante. On voit que les feuilles sont à peu près les
mêmes, les fleurs sont à peu près les mêmes. C'est la même chose avec toutes les
plantes sur terre. Vous demandez: à quoi ressemblerait la plante dans un monde plus
vaste et surnaturel? Sera-ce une plante comme dans notre petit monde, où les feuilles
sont à peu près les mêmes, les fleurs sont à peu près les mêmes? Mais toutes les
possibilités unilatérales n'ont-elles pas été épuisées dans notre monde végétal
inférieur? Qu'obtenons-nous avec comme une nouvelle unilatérale similaire dans la
plus élevée? Je pense plutôt que la plante supérieure se développera à partir d'une
base plus profonde de la vie naturelle et pourra prendre le caractère d'une totalité
complètement différente, pas seulement tel ou tel côté de sa graine, mais pour
développer tous les différents aspects de la vie végétale et s'efforcer en complément
mutuel. Eh bien, la terre est une plante tellement supérieure, seulement qu'elle
déploie non seulement tous les côtés du légume terrestre, mais aussi tous les côtés de
l'animal terrestre et de la vie humaine terrestre en même temps. C'est une plante
plantée dans le lit d'éther léger du ciel, qui ne prend pas racine dans le domaine
inorganique de la terre, de l'eau et de l'air, mais, comme nous l'avons déjà vu, ayant
ceci comme racine; le organique comme feuille et fleur. C'est une plante plantée dans
le lit d'éther léger du ciel, qui ne prend pas racine dans le domaine inorganique de la
terre, de l'eau et de l'air, mais, comme nous l'avons déjà vu, ayant ceci comme
racine; le organique comme feuille et fleur. C'est une plante plantée dans le lit d'éther
léger du ciel, qui ne prend pas racine dans le domaine inorganique de la terre, de l'eau
et de l'air, mais, comme nous l'avons déjà vu, ayant ceci comme racine; le organique
comme feuille et fleur.
Mais dans le grand jardin du ciel, il n'y a pas seulement une, mais mille et mille
plantes supérieures et, dans un sens plus élevé, complémentaires, dont chacune, selon
leur point de vue, pousse et fleurit si différemment des plantes sur terre; ce sont les
différentes étoiles. Et Dieu est tout l'arbre de vie dont tous sont issus et auquel tous
sont encore attachés.
Une image, rien de plus, plante pour terre; parce que fondamentalement la terre
n'est pas une plante parce qu'elle a les plantes elle-même et les animaux. Tout comme
les extrêmes se touchent partout, les créatures terrestres les plus basses sont des êtres,
dans lesquels les personnages animaux et végétaux se rencontrent. Qui peut me dire à
quoi ressemblera l'être terrestre le plus élevé? Vous vous y rencontrerez à nouveau,
mais à la différence qu'ils ne se mélangent plus clairement comme là-bas, fusionnent
stupidement sans le savoir, mais les séparent clairement en la plus grande richesse de
développement. L'être terrestre le plus parfait est la terre elle-même.
Habituellement, on pense que l'homme est l'être terrestre le plus élevé; mais peut-il
aussi y avoir beaucoup d'êtres supérieurs? Nous pratiquons le paganisme avec nous-
mêmes et nous nous adorons comme des idoles au lieu d'un seul dieu de la terre, la
terre. Bien que, à certains égards, nous ayons raison de nous considérer à nouveau
comme les êtres terrestres les plus élevés, car la terre est un être céleste plutôt
qu’elle-même, car elle est supérieure à tous les êtres terrestres en tant que trésor
céleste et porteur. Mais comme c'est matériel, ce sera spirituel. Et si une personne
régnait sur la terre entière, bien qu'il n'y ait jamais eu personne dont cela pourrait être
dit, la terre serait quelque chose de plus élevé que cette personne, aussi vrai que mon
âme est quelque chose de plus élevé qu'une seule pensée en moi, de cette Je voudrais
également dire de manière incorrecte et temporaire qu'il contrôle toute mon
âme. Qu'est-ce que l'homme fait d'autre que de donner son moment à la plénitude du
développement de la terre, courte, petite en étant ici, et la terre va grande et éternelle
à travers le ciel.
Tout le monde est comme un mot vivant qui n'a et ne ressent que sa signification, la
terre est un discours qui a et sent la signification de tous ces mots, mais quelque
chose de plus élevé que cette signification des mots individuels, une signification qui
dans les relations et l'histoire de l'humanité, oui plus que ce qui est donné ici, parce
que les humains et les animaux ne sont que les mots principaux de ce discours, et
combien d'autre est impliqué dans le discours. De plus, la compilation des mots a
autant de sens que les mots eux-mêmes, oui, en eux réside le sens supérieur, dont
aucun mot ne peut maîtriser.
L'image, bien sûr, comme toutes les images, ne vient que d'un côté, parce que
l'esprit de l'homme n'a pas seulement sa propre signification comme un mot, mais
prend le sens de la terre entière, en fait du monde entier; mais seulement dans son
sens, et chacun dans un sens différent, et tous ces différents sens entrent dans un sens
supérieur; tout comme le sens de différents mots dans un même discours. Cette
relation simple peut au moins s'expliquer par l'image simple. Mais vous n'avez pas
besoin d'en chercher plus.
L'image manque également à cela: dans l'un de nos mots, une réflexion sur
l'ensemble du discours ne peut pas être exprimée. Mais un esprit humain peut aussi
réfléchir à toute l'histoire de l'esprit auquel il appartient. Cependant, si nous voulons
presser l'image, nous devons seulement utiliser un américain au lieu d'un de nos mots,
où chaque mot est une phrase. Il est vrai que l'essence de tout le discours ne peut pas
être épuisée dans la brève réflexion d'une phrase, mais ni l'essence de tout cet esprit
ni son histoire ne peuvent être épuisées dans la brève réflexion d'un esprit humain sur
l'esprit supérieur. Les deux ne font que s'épuiser.
Bien sûr, le fait que l'homme se sente comme un être indépendant ne nous semble
pas adapter son esprit à un esprit supérieur. Mais qui dit qu'il y est absorbé? Même si
son corps ne s'ouvre pas dans le corps de la terre, néanmoins qu'il lui appartient
inséparablement. Au contraire, l'esprit et le corps supérieurs sont individualisés par
l'homme. Un être supérieur d'une plus grande indépendance que nous a aussi des
membres ou des moments relativement plus indépendants que nous, nous sommes
nous-mêmes. Considérons seulement notre indépendance, ce que nous en avons, non
pas comme un vol, mais comme un côté de la plus grande indépendance. Comme le
dit le Christ: moi et le Père sommes un; c'est-à-dire que son pouvoir est le pouvoir du
père, mais il ne se fond pas dans le père. Nous sommes tous dans la même relation
avec une relation plus élevée, car nous le sommes; bien que la façon dont les vues, les
pensées et les sensations individuelles en nous puissent aller à l'encontre de la
direction, oui, la volonté de tout notre esprit, mais elles sont en nous, comme elles
sont avec nous dans l'esprit supérieur et le plus élevé, et à cet égard, nous ne sommes
pas tous comme ça unis à l'esprit supérieur et le plus élevé comme c'était le Christ. En
fin de compte, toute la différence de notre idée de l'ordinaire est seulement que nous
devrions avoir notre indépendance en tant que don externe d'un supérieur, en tant que
don interne d'un supérieur. Mais conduisons-nous pire? Rien dans le monde n'est
absolument indépendant sauf Dieu; sinon, il n'y a que des degrés d'indépendance
relative. il en est de même pour nous dans l'esprit supérieur et le plus élevé, et à cet
égard, nous ne sommes pas tous aussi unis à l'esprit le plus élevé et le plus élevé que
Christ était. En fin de compte, toute la différence de notre idée de l'ordinaire est
seulement que nous devrions avoir notre indépendance en tant que don externe d'un
supérieur, en tant que don interne d'un supérieur. Mais conduisons-nous pire? Rien
dans le monde n'est absolument indépendant sauf Dieu; sinon, il n'y a que des degrés
d'indépendance relative. il en est de même pour nous dans l'esprit supérieur et le plus
élevé, et à cet égard, nous ne sommes pas tous aussi unis à l'esprit le plus élevé et le
plus élevé que Christ était. En fin de compte, toute la différence de notre idée de
l'ordinaire est seulement que nous devrions avoir notre indépendance en tant que don
externe d'un supérieur, en tant que don interne d'un supérieur. Mais conduisons-nous
pire? Rien dans le monde n'est absolument indépendant sauf Dieu; sinon, il n'y a que
des degrés d'indépendance relative. Mais conduisons-nous pire? Rien dans le monde
n'est absolument indépendant sauf Dieu; sinon, il n'y a que des degrés d'indépendance
relative. Mais conduisons-nous pire? Rien dans le monde n'est absolument
indépendant sauf Dieu; sinon, il n'y a que des degrés d'indépendance relative.
En effet, quelle que soit l'indépendance que nous puissions penser, notre
dépendance à l'égard des relations physiques et spirituelles dans mille directions est
assez claire, toute notre indépendance est plus proche, mais ne doit être complétée et
sans une telle unilatéralité unilatérale et dénuée de sens. À cette fin, chaque personne
et chaque animal et chaque plante comprend et accomplit dans sa façon particulière
d'être sur terre, sur son point de vue terrestre spécial, avec tout ce qu'il sait, veut,
pense, ressent, s'efforce, un seul côté spécial de l'ensemble réciproquement exigeants
et uniquement par l'abondance interdépendante de l'existence terrestre, la possibilité
de ce qui était connu, voulu, pensé, ressenti du tout du point de vue individuel de la
terre, peut être recherché. Et il ne devrait pas y avoir d'unité spirituelle dans laquelle
ces unilatérales mentales s'accordent, pas de tout spirituel pour lequel elles se
complètent? Des points de vue célestes grands et séparés sont là, des êtres sont là,
grands et entiers qui se tiennent sur eux, sinon nous aimons croire aux êtres célestes
supérieurs, et nous voulions croire aux éclats de ces êtres en contradiction avec notre
point de vue et notre besoin de foi? Chez ces êtres, nous ne voyons que des
rassemblements spirituels, alors que nous voyons des unités spirituelles chez les gens,
confondant une plus grande unilatéralité avec une plus grande unité. aimons-nous
autrement croire en des êtres célestes supérieurs, et en contradiction avec notre
intuition et notre besoin de croyance, nous voulions seulement croire aux fragments
de ces êtres? Chez ces êtres, nous ne voyons que des rassemblements spirituels, alors
que nous voyons des unités spirituelles chez les gens, confondant une plus grande
unilatéralité avec une plus grande unité. aimons-nous autrement croire en des êtres
célestes supérieurs, et en contradiction avec notre intuition et notre besoin de
croyance, nous voulions seulement croire aux fragments de ces êtres? Chez ces êtres,
nous ne voyons que des rassemblements spirituels, alors que nous voyons des unités
spirituelles chez les gens, confondant une plus grande unilatéralité avec une plus
grande unité.
Le rayon du cercle d'une rosette, la feuille de la plénitude d'une rose est-il un tout
plus unifié et indépendant que la rosette entière, la rose entière? Et la terre n'est-elle
pas la rosette, rose de toutes ses créatures, qui, tirée de son cercle, arrachée à sa tige,
ne veut plus rien dire? Mais si le rayon, la feuille ressent sa position unilatérale dans
la rosette, la rose, la rosette, la rose, ne doit pas aussi prendre conscience de la
position panoramique de ses rayons, de ses feuilles; ou devrait-il y avoir seulement
des feuilles spirituelles, des rayons, pas aussi une rosette spirituelle, une rose? Ou la
matière seule est-elle capable d'une unité plus élevée? N'est-ce pas juste partout dans
l'esprit?
Il est trop facile de confondre la distinction avec un divorce, comme dans le
physique-organique, comme dans le spirituel. Mais le fait que nous puissions différer
spirituellement les uns des autres ne signifie pas que nous sommes également séparés
spirituellement les uns des autres, car plutôt le même esprit supérieur, qui nous
distingue en lui-même et dans lequel nous différons en conséquence, transmet si bien
notre connexion, comment mon esprit relie en même temps ce en quoi il diffère et ce
qui en diffère donc. Bien sûr, nos esprits diffèrent dans un sens complètement
différent, plus élevé et plus sûr de soi dans l'esprit supérieur et se différencient de lui
lorsque je distingue mes pensées et lorsque mes pensées diffèrent en moi,
Une spécialité des individualités empêche-t-elle la connexion dans une
individualité plus élevée? Cela ne suppose-t-il pas de telles choses partout? Quel est
le caractère individuel du pilier du temple, en termes de structure, de décoration, de
but, différent de tous les autres membres du temple; pourtant ce n'est qu'un membre
subalterne de tout le temple, soutenant le tout comme s'il était tenu par le tout, il
semble plus à cause de lui qu'à cause de lui; mais que serait le temple sans les
piliers? Chaque temple, cependant, est membre de toute la structure de l'église, qui
est divisée en milliers d'églises individuelles et de personnes et d'Écritures et
d'actions et porte une connexion invisible du spirituel dans le contexte du visible,
dont le temple a également sa partie individuelle. L'homme est le pilier la terre le
temple, le dieu général de l'église. Toute individualité supérieure est le lien des
individualités inférieures. Dieu est l'individualité la plus élevée, ou aucune, car les
extrêmes touchent partout, lien et porteur de toutes les individualités, en eux-mêmes
de plus en plus indépendants que tous, mais différents d'aucun plus, car tous sont
différents en eux-mêmes.
Regardons notre œil, notre oreille; qui ne voit pas ce qu'il entend, cela n'entend pas
ce qu'il voit. Chacun a son propre domaine, que sait mon oreille de la couleur, que
fait-elle de la couleur? Les couleurs et les tons se mélangent moins que l'huile et
l'eau. Un ton a une relation avec l'autre, s'entend avec l'autre, ils font quelque chose
ensemble; le ton c donne un tiers avec le ton e , mais que donne le ton cavec la
couleur bleue? Et aussi les couleurs ont une relation ensemble, dans un jardin, une
robe, un visage, une peinture; quel régal pour les yeux réside dans le beau, quel grief
dans la combinaison laide; chaque couleur jette une lueur sur la couleur voisine et
reçoit une lueur de la couleur voisine; s'envoie-t-il ou ne s'envoie-t-il pas, demande le
peintre; mais peut-il aussi se demander si ce ton va à ce tableau ou pas? Toute la
question ne va pas bien. Le ton ne veut pas briller une fois pour toutes et la couleur ne
ressemble pas au ton. Le royaume des couleurs est ainsi en soi, le royaume des tons
l'est en soi; chacun autonome, inversé et étranger à l'autre, apparemment sans pont de
compréhension entre les deux.
Y a-t-il deux individus humains dont l'individualité a dévié jusqu'ici dans le
domaine spirituel, qui seraient si purement séparés l'un de l'autre, de sorte qu'ils
n'auraient pas semblé avoir un pont de relation et de compréhension l'un avec l'autre
que le royaume des couleurs et des tons ici? Les gens ne se comportent-ils pas
beaucoup plus comme des couleurs en couleurs, comme des notes en notes? Ils le
font, ils donnent quelque chose ensemble.
Et pourtant, tout le domaine des couleurs et tout le domaine des tons sont liés par
un esprit supérieur en nous, la couleur ne sait rien du ton, le ton ne sait rien de la
couleur, mais moi, l'esprit supérieur, je connais le ton et la couleur en même temps et
les sentir, les penser et les voir dans des relations qui ne tombent ni dans le domaine
tonal ni dans le domaine des couleurs qui ne tombent qu'en moi. Et donc, après tout,
les esprits humains, dont chacun un royaume entier, comme le royaume des tons et
des couleurs, contraste si individuellement les uns avec les autres, oui, dans un
certain sens, se ferme les uns contre les autres, même s'il y a beaucoup plus de
médiations évidentes entre eux qu'entre les tons et les couleurs, donc cela
n'empêchera pas qu'il y ait un esprit supérieur qui les connaisse tous en même temps
et ressent et pense dans les relations,
L'esprit suprême, l'esprit du tout, c'est Dieu; mais s'il y a une division entre le haut
et le bas, alors le corps, dont notre corps fait partie, qui fait face à ses pairs beaucoup
plus indépendamment que nos corps, les autres corps humains, comprend également
un esprit plus indépendant, à travers et dans lequel le nôtre est incorporé à Dieu. Ne
considérons pas simplement que cette individualité, qui nous est supérieure, est
maintenant un être intermédiaire diviseur entre le nôtre et le divin. Le pilier du temple
n'est pas séparé de la structure générale de l'église par lui, mais est incorporé en lui
par lui-même. L'image qui appartient à mon œil ne m'appartient donc pas
moins; parce que l'œil est à moi aussi. Donc la terre n'est pas comme un mur entre
nous et Dieu, mais c'est le lit, sur lequel nous sommes tous plantés en Dieu. Seule
l'expression que la terre est un être intermédiaire entre nous et Dieu peut provoquer
une erreur; mais il n'y a ici aucun intermédiaire que celui de la contemplation. Nous
pouvons poursuivre cela dans le matériel comme dans le spirituel.
En faisant partie de la terre, je fais partie du monde, et il n'est pas nécessaire pour
moi de gagner mes relations avec le monde entier partout à travers le reste de la terre,
car moi, en tant que partie de la terre, je partage aussi directement leurs relations avec
le monde entier partager, voire aider à les transmettre. La terre a besoin de ma masse
elle-même pour se balancer dans le ciel, dans mon œil façonne la lumière du
soleil; bien que l'un de ses plus petits, je suis l'un de ses médiateurs les plus
importants avec le ciel. Et ainsi mon esprit est en relation non moins immédiate avec
l'esprit du monde, qu'il appartient à l'esprit de la terre, il contribue plutôt à transmettre
les relations de cet esprit à Dieu.
Imaginez un étang dans lequel beaucoup de pierres ou de gouttes ont été
jetées. L'étang est très coloré avec des cercles de vagues, tous les cercles s'emboîtent,
mais ne se confondent pas; chaque force motrice se trouve dans un centre
particulier. N'est-ce pas similaire aux sphères d'activité que possèdent les êtres
vivants dans le système terrestre? L'étang du terrestre est très coloré, toutes les
sphères d'activité s'imbriquent, mais ne se jettent pas les unes dans les autres, chaque
force motrice se trouve dans un centre spécial. Vous dites: Eh bien, mais maintenant
l'importance de l'étang n'est plus que celle d'une sous-couche paresseuse et
indifférente pour les cercles de vagues; chaque cercle de vagues a sa propre
unité; mais l'étang n'a pas d'unité de ses cercles, une vie dispersée à travers les
cercles, pas de vie unique pour lui-même et à travers lui-même;
Et je réponds: Oui, ce serait exactement comme ça si les gens et les animaux étaient
vraiment jetés dans l'étang terrestre depuis l'extérieur, comme des pierres ou des
gouttes dans l'étang, par accident, sans qu'il ne fasse quoi que ce soit. Mais
maintenant, l'étang du terrestre s'est secoué de telle manière que les cercles
ondulatoires de sa vie et de son tissage en sont sortis et continuent de surgir, et que
tout ce qui surgit, pleut et bouge est dans une telle connexion, une relation si
profonde les uns avec les autres, que notre propre raison au milieu de ce jeu ne peut
pas en avoir assez pour la refléter; c'est un type d'étang complètement différent; et de
tout saisir différemment de lui. Voici comment cela doit être compris: comment je
jette des images et des pensées dans le cerveau; la mienne est l'unité, la force, la
connaissance et le travail de toutes ces images et pensées; la terre jette ses âmes
vivantes et leurs fortunes; la sienne est l'unité et la force et la connaissance et le
travail de toutes ces âmes et fortunes d'âme; le battement de vague corporelle porte le
spirituel. Mais la terre entière elle-même n'est que comme une grosse goutte, jetée
dans l'océan de l'espace, un centre d'une grande auto-commotion, puisque l'esprit de
Dieu ne voyage pas dessus, mais en lui. Et toutes les étoiles sont de telles gouttes, de
tels centres de choc mental et physique à la fois; et Dieu est l'unité, la force, la
connaissance et l'œuvre de chacun d'eux. Mais la terre entière elle-même n'est que
comme une grosse goutte, jetée dans l'océan de l'espace, un centre d'une grande auto-
commotion, puisque l'esprit de Dieu ne voyage pas dessus, mais en lui. Et toutes les
étoiles sont de telles gouttes, de tels centres de choc mental et physique à la fois; et
Dieu est l'unité, la force, la connaissance et l'œuvre de chacun d'eux. Mais la terre
entière elle-même n'est que comme une grosse goutte, jetée dans l'océan de l'espace,
un centre d'une grande auto-commotion, car l'esprit de Dieu ne voyage pas dessus,
mais en lui. Et toutes les étoiles sont de telles gouttes, de tels centres de choc mental
et physique à la fois; et Dieu est l'unité, la force, la connaissance et l'œuvre de chacun
d'eux.
A l'inverse, le tronc de l'esprit divin chasse les esprits des étoiles comme des
branches, ceux-ci les esprits de leurs créatures comme des branches, ces pensées
comme des feuilles; chaque spirituel s'attache à quelque chose de corporel, parce que
même nos pensées ne peuvent pas aller sans que quelque chose aille dans notre
cerveau, et les pensées de Dieu ne peuvent pas aller sans que quelque chose aille dans
ses mondes, oui ses pensées sont exprimées au cours du monde. Chaque spirituel a la
conscience immédiate de tout ce qui le propulse et de ce qui continue à en émerger,
mais pas la conscience de qui il est chassé ou de ce qui est chassé avec lui dans le
voisinage, parce qu'il réside dans l'acte de le chasser. Acte de conscience lui-
même. Chaque esprit connaît directement ses produits et ne les connaît que
directement, et il ne rejette pas ses produits, mais les produits antérieurs deviennent la
base d'une production ultérieure. Ainsi, la tribu des esprits du monde connaît tout
l'agitation de ses branches, brindilles et feuilles en même temps, car ce ne sont que
les parties dans lesquelles elle se déploie progressivement, mais les branches ne
connaissent immédiatement que l'agitation de ses branches et feuilles, et de chaque
branche seulement celle de ses feuilles. D, h. Dieu sait tout dans l'âme des étoiles, les
étoiles tout dans l'âme de leurs créatures, les créatures tout dans leurs propres
pensées. Branches et feuilles à la fois, car ce ne sont que les parties dans lesquelles il
se déploie successivement, mais les branches ne connaissent qu'immédiatement
l'activité de ses branches et feuilles, et chaque branche seulement celle de ses
feuilles. D, h. Dieu sait tout dans l'âme des étoiles, les étoiles tout dans l'âme de leurs
créatures, les créatures tout dans leurs propres pensées. Branches et feuilles à la fois,
car ce ne sont que les parties dans lesquelles il se déploie successivement, mais les
branches ne connaissent qu'immédiatement l'activité de ses branches et feuilles, et
chaque branche seulement celle de ses feuilles. D, h. Dieu sait tout dans l'âme des
étoiles, les étoiles tout dans l'âme de leurs créatures, les créatures tout dans leurs
propres pensées.
Parfois, je regardais une fourmilière et une ruche et je me demandais ce qui liait les
fourmis et les abeilles ignorantes d'une manière si déterminée. J'ai lu sur les grands
trains de papillons et de chenilles, partout où un individu vole ou rampe derrière
l'autre, et je me suis demandé, qu'est-ce qui pousse ces animaux dans une
direction? Les âmes des animaux individuels n'expliquent pas. Le tout ne ressemble-
t-il pas à l'engrenage d'une âme? Mais où est-elle assise? Dans la fourmilière, dans les
ruches? Mais la fourmilière n'est cueillie que par les fourmis, le nid d'abeilles est
d'abord construit par les abeilles, les fourmis se dispersent entre toutes les racines, les
abeilles volent vers toutes les fleurs, les chenilles et les papillons rampent et survolent
le pays. Quand l'âme est assise quelque part donc elle ne peut s'asseoir que dans tout
ce qui la concerne, où tout cela rampe et vole, grandit et ment et se tient, fourmis,
abeilles, fleurs, terre, fourmilières et ruches, et c'est notre terre. Au sens large, le
monde; mais d'abord notre terre, puis tout cela se ferme d'abord et ensemble, plus que
notre propre corps ne tire et ne s'effondre. Il y aura donc ce qui pousse tous ces êtres
en partie les uns avec les autres, en partie les uns contre les autres. Cela s'appelle
inconscient ce qui la motive. Cela signifie expliquer au conducteur plus inconscient
que la calèche et les chevaux. puis tout cela se ferme initialement et ensemble, plus
que notre propre corps ne tire et ne tire ensemble. Il y aura donc ce qui pousse tous
ces êtres en partie les uns avec les autres, en partie les uns contre les autres. Cela
s'appelle inconscient ce qui la motive. Cela signifie expliquer au conducteur plus
inconscient que la calèche et les chevaux. puis tout cela se ferme initialement et
ensemble, plus que notre propre corps ne tire et ne tire ensemble. Il y aura donc ce
qui pousse tous ces êtres en partie les uns avec les autres, en partie les uns contre les
autres. Cela s'appelle inconscient ce qui la motive. Cela signifie expliquer au
conducteur plus inconscient que la calèche et les chevaux.
Est-ce différent avec les humains qu'avec les fourmis, les abeilles, les chenilles, les
papillons? Ne sont-ils pas également motivés par des objectifs que personne n'a
fixés? Chacun y travaille à sa manière, selon ses connaissances et ses pouvoirs; mais
ses connaissances et ses pouvoirs ne servent pas à faire bouger le but, qui plane sur
chaque détail, mais seulement à y parvenir. Toute l'humanité est une unité non pas en
elle-même, mais seulement à travers la médiation de tout le royaume terrestre.

III. Géographie physique comparée et science céleste.

Laissons maintenant reposer la question de l'âme pendant un certain temps, et


surtout abordons le fait que nous considérons les conditions matérielles de la terre un
peu plus étroitement du point de vue qui nous tient à cœur. Seul le corps de la terre
devrait maintenant être concerné; ce n'est que plus tard que nous voulons revenir à la
question de savoir si nous ne manquons pas les signes de l'âme dans ce corps. La
maison doit être en ordre avant que le résident puisse emménager. Et comme
beaucoup et toutes sortes d'ordre ont déjà été introduits dans la maison, ce n'est pas
toujours celui avec lequel une âme peut exister.
Mais la terre peut-elle être représentée comme un corps? Certainement pas tout à
fait comme un corps comme le nôtre, mais dans de nombreuses relations. Prenons
donc à la fois les similitudes et les différences; et voir plus loin où ils pointent,
comme nous nous souvenons déjà que, pour inférer le spirituel du physique,
l'analogie avec ce à quoi le spirituel est lié en nous est le plus important, en dernier
ressort, le seul fondement . Seulement, bien sûr, toutes les ressemblances avec notre
existence corporelle ou aucune différence ne peuvent prouver l'absence d'une âme.
Les principales similitudes de la terre avec notre corps résident dans les points
suivants: Toute la matière de la terre (du système terrestre), comme celle de notre
corps, forme un ensemble continuellement cohérent, connecté intérieurement par une
certaine forme, lié intérieurement par l'action des forces et des relations approfondies.
, qui est similaire à d'autres, bien qu'encore une fois individuellement différents
ensemble (d'autres corps du monde) dans l'espace est similaire, comme notre corps
sur terre lui-même à d'autres corps similaires, mais encore individuellement
différents.
Comme nos corps, la terre est constituée de substances solides, liquides,
brumeuses, aérées et impondérables dans de multiples connexions et
enchevêtrements, et est divisée et subdivisée en une variété de composants plus
grands et plus petits, en partie simples, en partie composés, en pièces moulées qu'il
n'y en a: c'est probablement le contenu fondu de la terre, la coquille solide qui
l'entoure, la mer, l'atmosphère, le règne organique, ici le règne végétal, le règne
animal, le monde humain, ici les plantes individuelles, les animaux et les
humains; sans une véritable séparation de tout cela, parce que tout cela est
inextricablement lié à travers la Terre.
Comme chez nous, un cadre solide donne un jeu et un mouvement d'approche et de
forme aux pièces en mouvement; et dans le jeu des parties mobiles, les principales
caractéristiques restent constantes et fixes, la direction et la manière du flux et du
reflux, les principaux courants de la mer, les rivières et les vents, tout ce qui est lié au
changement des saisons et des heures de la journée, la façon dont les processus du
domaine organique et inorganique, le monde végétal et animal s'entremêlent, les
événements les plus généraux du monde végétal, animal et humain lui-même; tandis
que la diversité, la liberté, le changement dans l'élaboration et les dispositions plus
détaillées de ces principes prévalent, plus nous entrons dans les détails et les détails.
Par exemple, le squelette nous donne un jeu et une forme dans le jeu des parties
mobiles.Si tous les mouvements musculaires sont déterminés par cette approche, le
cœur se déplace selon le rythme du pouls, le flux sanguin va tout le long, la
respiration prend son propre chemin, suit le métabolisme, ses règles généralement
déterminées, certaines voies sont tracées dans le cerveau; mais en détail le jeu
musculaire et le rythme cardiaque changent mille fois, les veines sont parfois plus
pleines, parfois vides, les flux sanguins et les cellules sanguines individuels
fonctionnent comme ça, parfois comme ça, parfois la respiration pénètre plus dans
ceux-ci, parfois dans ces cellules pulmonaires, parfois plus lentement, parfois plus
silencieux, le métabolisme change en mille variations subtiles, et qui aime mesurer la
liberté de jeu dans le cerveau. Cette liberté, ce changement, fait lui-même partie de la
liberté,
Tout le jeu des processus de la terre, comme celui de notre corps, est divisé
spatialement en cycles plus grands et plus petits, temporellement en périodes plus
grandes et plus petites; et encore les phénomènes circulatoires et périodiques de notre
corps ne sont que des branches subordonnées des phénomènes circulatoires et
périodiques généraux de la terre.
Comme les êtres humains, la terre interagit avec un monde extérieur et est soumise
à la codétermination dans ses mouvements externes et ses processus internes, mais se
termine par la manière particulière dont elle relie et réalise en partie ses effets
intérieurs, en partie contre les influences extérieures réagit et se caractérise comme un
être individuel envers les autres corps célestes, tout comme l'homme envers les autres
créatures terrestres.
La terre montre également un développement similaire à celui de notre corps en ce
que (selon les idées cosmogoniques actuelles), il est né d'une sphère matérielle plus
grande, dont il faisait partie, à un certain moment, lui-même façonné par des forces
internes et en vrac s'est divisé, et après la formation de sa forme principale et la
spécialisation de ses masses principales, il est continuellement actif pour développer
sa forme dans des déterminations plus fines, pour élaborer et élaborer davantage ses
masses, dans lesquelles les forces de relation sont actives à l'intérieur et à sa surface,
grâce auxquelles les substances sont résistantes dans les deux sens, de nouvelles
formes et des changements de forme sont toujours créés. À la fois la première
éducation, ainsi que l'ensemble du développement et de la formation continue de
l'empire organique, comme tout, Ce qui se développe à travers l'activité des humains
et d'autres êtres organiques de la terre tombe dans ce développement ultérieur, à
condition qu'il n'y ait pas d'empire organique sur lui au moins sous la forme que nous
connaissons maintenant. Mais tout ce qui se forme à partir de la terre n'en est pas plus
séparé que celui qui se forme sur et dans notre corps; au contraire, c'est toujours
seulement quelque chose qui peut être différencié en lui et sur lui, que c'est différent
de lui.
Comme chez nous, une terre semble être une sphère particulièrement
reconnaissable, mais non séparable, en tant que vecteur privilégié de la vie psychique
et médiateur des relations de trafic avec le monde extérieur. Pour nous, c'est la sphère
du système nerveux et des sens qui lui sont associés, qui se situe principalement vers
le haut (dans le cerveau) et vers l'extérieur (dans la peau et les autres organes
sensoriels); avec la terre, c'est la sphère extérieure et supérieure qui contient le
royaume organique et en dessous l'humanité avec toutes ses activités changeantes et
ses relations de trafic entre elles et avec le monde extérieur céleste.
Alors qu'après toutes ces relations, la terre présente la ressemblance la plus grande
et la plus frappante avec notre corps, d'un autre côté, elle en montre les différences les
plus grandes et les plus frappantes dans une autre relation, qui, cependant, dépend
toutes d'une circonstance principale, à savoir que notre corps lui-même précisément
en ce qui concerne ses substances et ses activités, il n'entre en tant que lien dans
l'ensemble du système des substances et activités sur terre; comme l'un des plus
petits, des plus spéciaux, mais en même temps que l'un des plus complexes, élaborés,
ou plutôt vraiment comme les plus complexes, élaborés.
Un lien doit à bien des égards ressembler à l'ensemble; mais dans d'autres il ne peut
pas en être de même, c'est dans la relation du membre à l'ensemble; les similitudes et
les différences sont fondamentalement enracinées.
La première, que nous sommes l'un des membres les plus petits et les plus spéciaux
de la terre, apporte avec elle les différences de la terre avec l'homme, que la terre
dans son ensemble est grande, lourde, énorme, de taille, de masse, de forces et
d'existence plus permanente, et s'étend en conséquence sur de plus grands cycles ,
soumis à de plus grandes périodes de développement, liés par des objectifs plus
larges, opposés à des individualités supérieures dans un sens plus élevé, mais
considérés individuellement, ils sont plus diversifiés, plus diversifiés, plus diversifiés
et plus gradués, donc plus riches en ordres subordonnés, superordonnés et
secondaires, en médiations et relations spéciales, et par des liens plus diversifiés et de
profondes différences par rapport à d'autres individualités opposées se caractérisent.
Apparentes précédemment considérées dépendent alors de ces différences
réelles. Parce que nous, en tant que petite partie de la terre, ne sommes pas aussi
facilement capables de la voir dans son ensemble que notre corps, nous essayons de
l'obtenir en regardant l'image petite mais morte ou en démontant son ensemble en
détail, et donc la similitude de la vie dans son ensemble va après tant de relations, elle
a vraiment perdu avec nous pour la contemplation.
En ce qui concerne le fait que la terre a tellement en elle que l'homme a en dehors
de lui, il y a presque une mauvaise relation entre elle et nous. La terre elle-même
nous enferme complètement dans son monde intérieur, bien que nous ne l'enfermions
pas entièrement, à condition que nous en fassions partie, mais l'excluions presque
complètement de notre monde extérieur, et donc d'innombrables conditions
extérieures qui nous sont dues doivent également cesser pour eux, et beaucoup Des
relations internes qui nous manquent. Nos relations extérieures, dans la mesure où
elles se rapportent à la terre, deviennent des relations internes même pour elles et
acquièrent donc une signification différente pour elles que pour nous; le vent qui nous
souffle à l'extérieur souffle à l'intérieur d'elle, la mer dont nous voyons les vagues à
l'extérieur reflue et coule en elle; tout le trafic de personnes où chacun est toujours
déterminé extérieurement par l'autre appartient à ses mouvements intérieurs; toute
l'histoire de l'homme, où un sexe remplace toujours l'autre, un homme se substitue à
l'autre, appartient à un flux de déterminations internes dans lesquelles il persiste
toujours dans son ensemble; tout le côté extérieur de notre métabolisme appartient à
leur métabolisme intérieur. Chacun de nous est attiré extérieurement vers un centre
qui lui est étranger, il inclut ce centre comme le sien; chacun de nous tourne chaque
jour comme une partie périphérique de la terre autour d'un axe extérieur, l'axe de la
terre, pour eux cet axe est son propre axe intérieur. Nous avons maintenant l'été et
l'hiver, le jour et la nuit, la tempête et le silence; il y a toujours été et toujours hiver,
toujours jour et toujours nuit, toujours tempête et toujours silence; tout en même
temps, seulement dans des endroits différents; toute périodicité à cet égard se réfère
uniquement à un changement de lieu, pour nous, c'est un changement de temps.
Mais tout ce qui appartient à la plénitude intérieure de la terre au-delà des êtres
humains contribue également à sa perfection, alors qu'il appartient à la condition
extérieure et à la détermination de l'être humain, qui se montre de cette manière dans
toute dépendance extérieure envers elle, pour ajouter des milliers d'additions à lui-
même doit chercher ce qu'est la terre en elle-même, à laquelle se produisent un
millier de pouvoirs externes, dont elle est la puissance intérieure. Il n'a pas de
possession et de cycle complètement autonomes de substances et de forces comme
elle; ce n'est qu'en échangeant et en complétant ses substances et pouvoirs avec la
terre qu'il peut survivre, et chaque tentative de la fermer le tue. Si vous prenez un
homme de la terre, il mourra; mais la terre n'est pas morte, elle l'a bientôt remplacée
par une nouvelle. Tout comme il est soumis à ses forces génératrices et soutenantes, il
en est de même de ses forces destructrices et destructrices lors des tremblements de
terre, des tempêtes, du gluten et des inondations. Mais seulement l'endommager et le
détruire; d'autre part, ses dommages et sa destruction, plutôt que de nuire à la terre
elle-même, font partie de son changement de vie intérieur, en vertu duquel il enlève
toujours les vieux pour les remplacer par les jeunes et les frais; pas différent de ce qui
se passe dans notre corps. Et autant que l'homme fait à la surface de la terre, ce n'est
pas quelque chose qu'il peut faire d'elle en tant qu'étranger, mais quelque chose
qu'elle peut faire de lui-même; chaque violence qu'il croit exercer à l'extérieur sur eux
n'est pas moins leur propre violence; lui, en tant que partie ou organe, ne peut rien
faire qu'elle ne se fasse, alors qu'elle peut lui faire d'innombrables choses dont il n'a
qu'à souffrir d'elle. donc leurs dégâts et destructeurs, dans les tremblements de terre,
les tempêtes, le gluten et les inondations. Mais seulement l'endommager et le
détruire; d'autre part, ses dommages et sa destruction, plutôt que de nuire à la terre
elle-même, font partie de son changement de vie intérieur, en vertu duquel il enlève
toujours les vieux pour les remplacer par les jeunes et les frais; pas différent de ce qui
se passe dans notre corps. Et autant que l'homme fait à la surface de la terre, ce n'est
pas quelque chose qu'il peut faire d'elle en tant qu'étranger, mais quelque chose
qu'elle peut faire de lui-même; chaque violence qu'il croit exercer à l'extérieur sur eux
n'est pas moins leur propre violence; lui, en tant que partie ou organe, ne peut rien
faire qu'elle ne se fasse, alors qu'elle peut lui faire d'innombrables choses dont il n'a
qu'à souffrir d'elle. donc leurs dégâts et destructeurs, dans les tremblements de terre,
les tempêtes, le gluten et les inondations. Mais seulement l'endommager et le
détruire; d'autre part, ses dommages et sa destruction, plutôt que de nuire à la terre
elle-même, font partie de son changement de vie intérieur, en vertu duquel il enlève
toujours les vieux pour les remplacer par les jeunes et les frais; pas différent de ce qui
se passe dans notre corps. Et autant que l'homme fait à la surface de la terre, ce n'est
pas quelque chose qu'il peut faire d'elle en tant qu'étranger, mais quelque chose
qu'elle peut faire de lui-même; chaque violence qu'il croit exercer à l'extérieur sur eux
n'est pas moins leur propre violence; lui, en tant que partie ou organe, ne peut rien
faire qu'elle ne se fasse, alors qu'elle peut lui faire d'innombrables choses dont il n'a
qu'à souffrir d'elle. Mais seulement l'endommager et le détruire; d'autre part, ses
dommages et sa destruction, plutôt que de nuire à la terre elle-même, font partie de
son changement de vie intérieur, en vertu duquel il enlève toujours les vieux pour les
remplacer par les jeunes et les frais; pas différent de ce qui se passe dans notre
corps. Et autant que l'homme fait à la surface de la terre, ce n'est pas quelque chose
qu'il peut faire d'elle en tant qu'étranger, mais quelque chose qu'elle peut faire de lui-
même; chaque violence qu'il croit exercer à l'extérieur sur eux n'est pas moins leur
propre violence; lui, en tant que partie ou organe, ne peut rien faire qu'elle ne se fasse,
alors qu'elle peut lui faire d'innombrables choses dont il n'a qu'à souffrir d'elle. Mais
seulement l'endommager et le détruire; d'autre part, ses dommages et sa destruction,
plutôt que de nuire à la terre elle-même, font partie de son changement de vie
intérieur, en vertu duquel il enlève toujours les vieux pour les remplacer par les
jeunes et les frais; pas différent de ce qui se passe dans notre corps. Et autant que
l'homme fait à la surface de la terre, ce n'est pas quelque chose qu'il peut faire d'elle
en tant qu'étranger, mais quelque chose qu'elle peut faire de lui-même; chaque
violence qu'il croit exercer à l'extérieur sur eux n'est pas moins leur propre
violence; lui, en tant que partie ou organe, ne peut rien faire qu'elle ne se fasse, alors
qu'elle peut lui faire d'innombrables choses dont il n'a qu'à souffrir d'elle. appartenant
même à son changement de vie intérieur, en vertu duquel elle enlève toujours l'ancien
pour le remplacer par du jeune et du frais; pas différent de ce qui se passe dans notre
corps. Et autant que l'homme fait à la surface de la terre, ce n'est pas quelque chose
qu'il peut faire d'elle en tant qu'étranger, mais quelque chose qu'elle peut faire de lui-
même; chaque violence qu'il croit exercer à l'extérieur sur eux n'est pas moins leur
propre violence; lui, en tant que partie ou organe, ne peut rien faire qu'elle ne se fasse,
alors qu'elle peut lui faire d'innombrables choses dont il n'a qu'à souffrir
d'elle. appartenant même à son changement de vie intérieur, en vertu duquel elle
enlève toujours l'ancien pour le remplacer par du jeune et du frais; pas différent de ce
qui se passe dans notre corps. Et autant que l'homme fait à la surface de la terre, ce
n'est pas quelque chose qu'il peut faire d'elle en tant qu'étranger, mais quelque chose
qu'elle peut faire de lui-même; chaque violence qu'il croit exercer à l'extérieur sur eux
n'est pas moins leur propre violence; lui, en tant que partie ou organe, ne peut rien
faire qu'elle ne se fasse, alors qu'elle peut lui faire d'innombrables choses dont il n'a
qu'à souffrir d'elle. ce qu'il peut faire d'elle en tant qu'étranger, mais quelque chose
qu'elle peut faire de lui-même; chaque violence qu'il croit exercer à l'extérieur sur eux
n'est pas moins leur propre violence; lui, en tant que partie ou organe, ne peut rien
faire qu'elle ne se fasse, alors qu'elle peut lui faire d'innombrables choses dont il n'a
qu'à souffrir d'elle. ce qu'il peut faire d'elle en tant qu'étranger, mais quelque chose
qu'elle peut faire de lui-même; chaque violence qu'il croit exercer à l'extérieur sur eux
n'est pas moins leur propre violence; lui, en tant que partie ou organe, ne peut rien
faire qu'elle ne se fasse, alors qu'elle peut lui faire d'innombrables choses dont il n'a
qu'à souffrir d'elle.
À cet égard, nous avons raison de dire que la terre est relativement moins
dépendante des conditions extérieures, plus autonome, plus autonome, plus
complètement autonome, et donc plus indépendante que l'homme, dont toute
l'indépendance, dans la mesure où il possède tel, seulement une partie, un côté de leur
indépendance, en revanche le leur s'étend au-delà de lui après d'innombrables
relations d'où naissent des relations externes de dépendance.
La terre n'est pas non plus un être absolument indépendant; tel n'est que le monde
entier qui porte tout Dieu. La terre a encore ses relations externes de dépendance vis-
à-vis du monde extérieur céleste dans lequel elle est implantée, seulement elle est à
un niveau d'indépendance plus élevé que l'homme, à condition que l'homme partage
ces relations célestes externes, mais maintenant plus ou moins que cela a des relations
terrestres externes de dépendance qui appartiennent à leurs conditions essentielles
intérieures. La terre est balancée par l'attraction du soleil, l'homme doit
l'accompagner; la terre a besoin du soleil pour développer la vie organique, y compris
la vie humaine; La terre doit sa mesure du temps aux relations extérieures avec le
ciel, c'est pourquoi l'homme, et à travers lui la terre, l'a. À cet égard, donc, l'homme
n'a rien devant la terre, ou seulement que s'il y a une avancée sur laquelle il, en tant
que petite partie de la terre, ne peut ressentir sa dépendance extérieure au ciel que du
côté et de la partie à laquelle il y va juste. Parce qu'il n'a pas la mer dans son corps, il
n'en ressent pas le flux et le reflux, et parce qu'il n'est pas habillé de sa flore verte, il
ne sent pas sa croissance et son flétrissement, le changement d'été et d'hiver comme
ça Terre.
Puisqu'il n'y a que des étapes d'indépendance, l'homme a aussi ses propres créatures
terrestres, et il y a une nouvelle différence entre la terre et l'homme en ce que, dans
l'ensemble plus indépendant que lui, il a maintenant aussi des composants plus
indépendants ou des membres que lui, car elle le compte avec des animaux et des
plantes parmi eux, et puisque ses membres ne sont pas seulement des personnes, des
animaux, des plantes indépendants. Mais l'indépendance qu'il a contre ses voisins ne
doit pas être confondue avec celle contre la terre supérieure elle-même.
L'autre fait que les êtres humains et les organismes terrestres sont les membres les
plus complexes et les plus développés du corps terrestre signifie que la terre, dans ses
caractéristiques les plus générales, indépendamment de ces membres, présente des
relations plus simples et plus clairement ordonnées, construites de façon plus brute et
semble être actif en tant que ces organismes, mais en tenant dûment compte d'eux et
en tenant compte de la circonstance précédente, il se présente comme un ensemble
beaucoup plus complexe ou, dans un sens plus élevé, plus complexe, plus élaboré et
plus actif que n'importe lequel des organismes subordonnés, à condition que la terre
ne soit pas ne comprend que tous les enchevêtrements de corps humains, animaux et
végétaux et leurs processus, mais comprend également un enchevêtrement de tous ces
enchevêtrements entre eux et avec le domaine inorganique,qui se manifeste dans le
but matériel mutuel et affecte les relations des êtres organiques en partie entre eux, en
partie avec le reste du monde terrestre.
Quelle est la simplicité et la régulation du cours de la Terre dans le ciel, quelle est
sa rotation autour d'elle-même, quelle est sa forme principale, quelle est la structure
de ses masses principales. Comment irrégulière et impliquée, d'autre part, tout est
dans le parcours de vie, la forme et la structure de l'homme. Mais si nous voulions
dire que la terre entière était un être plus simple et plus rugueux que nous, ce serait la
même erreur que si nous voulions appeler notre corps un être plus simple et plus
rugueux que ses membres, ses yeux ou son cerveau les plus complexes et les plus
élaborés. Parce que ces membres les plus impliqués contribuent non seulement toute
leur implication à notre corps, mais sont maintenant également impliqués les uns avec
les autres et avec les autres organes de notre corps.
Nous avons précédemment comparé le système terrestre avec un réseau, un nœud,
dont les fils convergent par endroits en nœuds plus petits, c'est-à-dire les êtres
organiques individuels. Certes, un si gros nœud sera appelé quelque chose de plus
complexe, plus riche, plus éduqué dans un sens plus élevé que tous les petits nœuds
qui y entrent, car tous les petits nœuds eux-mêmes appartiennent à son implication, sa
richesse, son élaboration. Mais, bien sûr, si l'on repense les petits nœuds et les liens
les plus importants du gros nœud, il se désagrège en ses éléments, et nous sommes
généralement si peu liés aux organismes lorsque nous regardons le système terrestre.
Si, d'autre part, nous comparons les créatures organiques de la terre avec les
feuilles et les fleurs d'une plante ou d'un arbre, alors l'arbre entier ne peut être rien de
plus simple et plus brut que ses feuilles et fleurs, car il s'agit plutôt du complexe
entier du même lui-même, seulement plus que ce complexe est. Bien que cette image
ne soit qu'à moitié adéquate. Pour les branches du tronc, les feuilles et les fleurs de
l'arbre ne sont reliées que dans un sens, pour ainsi dire par derrière, par le tronc, mais
les créatures organiques, après avoir grandi hors du système terrestre, se déplacent
également entre elles dans les interactions les plus variées , entrez dans une
implication plus élevée.
Si nous prenons ensemble toutes les similitudes et les différences entre la terre et
l'homme, nous trouverons des raisons suffisantes dans les similitudes pour appeler la
terre un organisme individuel comme les humains, mais dans les différences
seulement des raisons au lieu de raisons opposées, les unir Pour nommer l'organisme
dans un sens encore plus élevé que les humains, les animaux et les plantes. Nous
trouvons toutes les caractéristiques de l'unité, de la diversité, de la particularité, de
l'indépendance, de la structure, du développement de l'intérieur, d'une formation
rapide que nous pouvons, individuellement ou en combinaison, d'un point de vue
philosophique ou autre, faire du caractère d'un organisme individuel Terre non moins,
mais dans un sens plus élevé que chez les humains à nouveau.
Bien que le nom d'organisme ne soit pas important pour nous ici, nous ne voulons
donc pas lutter pour le définir de quelque manière que ce soit. En quoi le nom
organisme nous aide-t-il? Les plantes s'appliquent également aux organismes et
pourtant sans âme. C'est un titre qui ne donne pas encore de siège et de vote dans le
domaine de l'âme, mais seulement l'attente de celui-ci, et donc le titre n'est pas
nécessaire si seuls les moyens de l'âme peuvent être démontrés. Ce qui est certain,
c'est qu'une fois que vous avez décidé une fois pour toutes d'appeler uniquement les
humains, les animaux, les organismes végétaux, la terre ne l'est plus. D'un autre côté,
il est également certain que si vous vous demandez pourquoi vous appelez réellement
des êtres humains, des animaux et des plantes, vous ne trouverez pas un caractère
essentiel qui n'appartiendrait pas à la terre dans un sens encore plus strict et
supérieur. Et tout à l'heure,
Combien de fois avez-vous vraiment comparé la terre à un organisme humain ou
animal, et assez souvent avec l'intention d'en faire un être vivant? Certains les ont
déclarés être un animal 1). Mais précisément ce qui était le plus sûrement espéré pour
atteindre le but, l'accent unilatéral sur leurs similitudes avec un humain ou un animal,
devait être manqué. Il y avait toujours de fortes disparités et le talent artistique est
devenu visible. Après tout, la terre n'est ni humaine ni animale, et il est impossible
d'atteindre le plus petit, mais seulement le plus grand, ce qui, bien sûr, signifie
également élargir la vision spirituelle. La terre est un être supérieur aux humains et
aux animaux; De ce point de vue, toutes leurs différences entre les humains et les
animaux sont compréhensibles et s'ajoutent aux raisons de leur vie au lieu de s'en
retirer. Ensuite, il n'est plus nécessaire d'interpréter, mais seulement d'interpréter.
1)Le grand Kepler, dans son Harmonia Mundi, décrivait déjà la terre comme une bête vivante, "dont la
respiration semblable à une baleine, dans un sommeil et un éveil périodiques dépendant du temps du soleil, fait
gonfler et couler l'océan". J'emprunte cette note au Kosmos III de Humboldt. 19, puisque je n'ai pas vu le
travail de Kepler lui-même. Humboldt note également à ce sujet (p. 31): "La même écriture, qui offre tant de
splendeur, en fait le fondement de l'importante troisième loi, est illustrée par les exemples fantastiques les plus
inconsidérés sur la respiration, la nourriture et la chaleur de l'animal terrestre, sur l'âme animale. , sa mémoire,
voire son imagination créatrice, était défigurée. Le grand homme s’accrocha tellement à ces rêves que lui, avec
l’auteur mystique du microcosme, Robert Fludd d'Oxford, qui avait de sérieuses inquiétudes concernant le
droit de priorité aux vues d'animaux terrestres. (Harm. Mundi, p. 252). "Plus tard, l'idée des animaux terrestres
est apparue à plusieurs reprises.

De ce point de vue, nous n'avons pas trouvé de similitude profonde de la terre avec
les humains et les animaux. Déjà d'animal à humain, d'un animal à l'autre, d'animal à
plante, il n'y a pas de pure comparabilité; Dans chaque créature organique, les
organes et les fonctions sont différents, en partie assemblés, en partie séparés,
fusionnés d'une manière différente, différenciés, transférés, déplacés. Mais si cela
s'applique aux créatures subordonnées de la terre les unes par rapport aux autres,
comment ne pas prendre cela d'autant plus pour acquis par rapport à l'être
supérieur? Après tout, il est évident qu'un être, qui comprend les humains, les
animaux, les plantes elles-mêmes, comme les organes, ne peut pas simplement être la
répétition d'un de ces organes; aussi peu que vous pouvez voir dans tout l'être humain
une simple répétition de l'une quelconque de ses parties ou organes. Aucune, et si elle
était la plus élevée, ne peut néanmoins refléter toute la richesse, toute la plénitude,
toute la polyvalence et toute la gradation de l'organisme complet, et donc l'homme ne
peut pas le faire en tant que partie ou organe de la terre. Tout au plus, chacun dans ses
moindres détails représente l'un des plus hauts sommets du bâtiment dans le monde
entier, mais les sommets d'une cathédrale gothique reproduisent-ils l'ensemble du
bâtiment? Ils s'élèvent, se rétrécissent, sont structurés, sont faits du même matériau,
regardent le même ciel que toute la cathédrale; comment ne devraient-ils pas,
puisqu'ils doivent être membres de la cathédrale, et en tant que tels doivent contribuer
à lui donner le caractère, car ils ont aussi les plus hauts membres de la cathédrale, et
ainsi le caractère de la cathédrale devrait culminer en eux; mais néanmoins la
cathédrale reste indiciblement plus qu'une répétition élargie de ses plus hauts
sommets et on ne peut surtout pas vouloir faire de similitudes entre elle et ses
sommets.
Il y a donc une quantité indicible dans toute la structure de la terre qui ne peut être
trouvée chez l'homme, bien que rien chez l'homme ne puisse être trouvé sur terre, à
condition qu'elle contienne l'homme lui-même.
Certaines personnes, en comparant la terre avec l'homme, font la grande erreur de
chercher ce que la terre a dans et à travers l'homme à nouveau sur la terre en dehors
de l'homme. L'homme a des poumons, un cerveau, un cœur; elle a la terre à travers et
en elle, mais pas encore en dehors d'elle, pas même en équivalent. Les poumons de
l'homme sont les poumons de la terre, le cerveau de l'homme est le cerveau de la
terre; bien que son cerveau n'ait pas la même signification pour la terre entière que
pour lui; le sens qu'il a pour lui est plutôt subordonné au sens qu'il a pour la terre
entière. Maintenant, cependant, on pourrait rechercher quelque chose qui aurait
vraiment la même signification pour la Terre que pour le cerveau, les poumons, le
cœur et autres. similaires, mais la terre ne nous répète pas dans son ensemble, nous
nous complétons seulement avec d'autres disparités sur la terre entière; de sorte que la
terre ne nous est jamais très semblable selon la partie que nous en faisons. Si une tour
a un bouton comme sommet, vous n'avez pas besoin de répéter ce bouton, à
l'exception du bouton dans la tour. Au contraire, le seul bouton est là pour faire ce
que le bouton devrait faire à la tour. Et donc notre cerveau est là pour faire ce que le
cerveau de la terre peut faire, et vous n'avez plus besoin d'y chercher un cerveau pour
y trouver des pensées comme les nôtres. Il peut avoir quelque chose au-delà de notre
cerveau, à savoir la connexion de notre cerveau, mais tout suprême doit-il être un
cerveau et être appelé? Nous avons nous-mêmes comparé une partie du monde à un
cerveau, mais disons plus que qu'il lui ressemble en quelque sorte? Et tout est pareil
dans une certaine relation; pas après les autres; il suffit d'indiquer la relation pour
chaque comparaison.
Il n'est pas rare de comparer le flux et le reflux avec le pouls de la terre, le cycle de
l'eau avec le cycle du sang, l'atmosphère avec un poumon, l'été et l'hiver ou le jour et
la nuit avec le sommeil et le réveil de la terre, etc. Toutes ces comparaisons sont faites
dans une certaine mesure Page et peut être très explicatif d'une manière ou d'une
autre, car en fait des analogies significatives s'étendent des parties, des humains, à
l'ensemble, à la terre, et vice versa, mais dans le contexte et de manière cohérente,
elles ne peuvent jamais être réalisées sans incongruités bosse parce que rien n'est
exactement pareil; et si nous nous engageons donc occasionnellement dans de telles
comparaisons, elles ne serviront qu'à expliquer partout en fonction d'une certaine
relation et ne devraient pas s'appliquer plus loin que dans cette relation qui vient
d'être revendiquée.
Certaines vues philosophiques naturelles sont très différentes à cet égard, car les
membres subalternes ne répètent l'ensemble supérieur qu'à un niveau différent, en
fait, tout dans le monde se répète. Cette tentative a toujours été
infructueuse. Examinons de plus près certains des exemples ci-dessus à cet égard. À
première vue, cependant, elle a beaucoup à dire: la circulation de l'eau pour la terre
est ce que la circulation sanguine pour nous. L'eau va de la mer par évaporation dans
l'air, de l'air à travers les rivières sur terre pour retourner dans la mer. La mer avec le
pouls du flux et du reflux rappelle fortement le cœur palpitant, les branches fluviales
et fluviales des branches veineuses et l'atmosphère, à laquelle l'eau est constamment
transférée aux poumons. Le métabolisme terrestre est essentiellement lié à ce
cycle. Jusqu'à présent, tout semble convenir. Mais tout est à la traîne lorsque l'on
tente de comparer l'approche. Notre cœur conduit le sang dans toutes les veines par
son pouls, mais la mer ne conduit pas l'eau par le pouls du flux et du reflux, que ce
soit dans les rivières ou dans l'air, mais le flux et le reflux ne sont absolument pas liés
à cela. Le flux et le reflux de l'eau (ou plutôt seulement une partie de l'eau) circulent
autour de la terre dans un cycle spécial, où il n'est pas fait mention d'un analogue
avec les veines et les poumons, et c'est un cycle différent; qui renvoie l'eau de la mer
par l'air à la terre et de la terre par les rivières à la mer, là encore, il n'est pas question
d'un analogue de l'impulsion. De plus, le pouls de la mer doit son origine à une
stimulation externe beaucoup plus immédiate que le pouls de notre cœur, qui n'en
dépend que de loin. La relation de notre circulation aux poumons est également très
difficile à trouver dans la relation du cycle de l'eau à l'atmosphère. L'eau n'est en
aucun cas oxydée dans l'atmosphère comme le sang dans nos poumons.
D'autre part, il a beaucoup à comparer le règne animal de la terre avec les soi-
disant systèmes animaux, c'est-à-dire les systèmes nerveux et musculaires en nous, en
tant que porteurs privilégiés et médiateurs de la sensation et du mouvement
volontaire, en particulier depuis les principales masses du système nerveux et le
système musculaire montre une tendance à former des masses bosselées comme les
animaux; le règne végétal, d'autre part, avec les systèmes qui sont les porteurs et
médiateurs des fonctions dites végétatives pour nous, c'est-à-dire principalement le
système vasculaire et le système digestif, car les vaisseaux sont tout aussi ramifiés
que les plantes, et les intestins avec leurs villosités très bien les racines avec les leurs
Peut représenter des fibres; enfin le domaine inorganique avec le système osseux, le
tissu cellulaire, les cheveux, les ongles, l'épiderme et similaires. similaires
Mais cette comparaison n'est que partiellement vraie; car, pour ne rappeler que
l'évidence, la structure rocheuse de la terre ne peut pas être déplacée par les animaux
comme les os sont déplacés par l'action des muscles et des nerfs; les plantes ne
véhiculent pas autant de circulation des substances que le système vasculaire en nous
etc. De plus, cette comparaison entre en conflit avec la précédente. Si le système
ramifié des rivières et des ruisseaux doit représenter le système vasculaire ramifié de
la terre, le règne végétal ramifié ne peut pas le représenter dans le même sens et vice
versa. Et fondamentalement, ni l'un ni l'autre ne peut vraiment l'imaginer dans le
même sens que chez nous, parce que le mouvement des jus dans notre corps, le
mouvement des jus dans les plantes et le mouvement des rivières et ruisseaux sur la
terre et la vapeur dans l'air, au contraire, ne se complètent que dans le système
terrestre général (cf. annexe). Cela n'exclut pas certaines similitudes qui peuvent être
suivies sans être aveugle aux différences.
Aussi peu que la simple comparaison des êtres humains avec la terre, notre
vision de la question correspond à l'établissement d'une comparaison naturelle-
philosophique, comme Oken avait l'habitude de fonder sa division des règnes animal
et végétal. Il en va de même (General Naturgesch. F. All stands p. 896), les animaux
indépendants uniquement comme des parties du grand animal, qui est le règne
animal. Cela s'applique à lui dans son ensemble, qui a ses organes dans les animaux
individuels. Un seul animal survient lorsqu'un seul organe se détache du corps
général de l'animal et devient relativement indépendant. Le règne animal n'est pour
ainsi dire que l'animal le plus élevé démembré: l'humain; en fusionnant et en unifiant
tout ce qui se passe séparément chez les animaux individuels. Mais selon nous, ni le
règne animal ni le règne végétal ne forment un corps à considérer comme
indépendant, mais seules les deux connexions avec l'ensemble du système terrestre
forment un tel corps. C'est le principe de toute l'approche pour nous.
Même la comparaison générale des humains ou de l'humanité avec l'un des
organes de la terre est très bonne à certains égards, mais très peu à d'autres si nous
demandons que la relation entre nos organes et notre organisme soit reflétée, et elle
ne peut que le faire être dans un sens inapproprié ou plus large que l'homme ou
l'humanité est appelé un organe de la terre que la terre elle-même ne peut être appelée
un organisme dans un sens plus large, et il ne doit y avoir aucun accord dès le départ
selon toutes les particularités.
Ainsi, la terre n'est pas seulement quelque chose de plus grand quantitativement
que les humains et les animaux, mais aussi quelque chose de qualitativement
différent. Dans la mesure où il traite des personnes et des animaux lui-même, il
acquiert nécessairement des relations internes et externes différentes de celles avec
lesquelles il traite, tout en maintenant certaines relations sociales de base, mais
uniquement de manière très générale. Oui, qu'il est tellement plus grand que ses
humains et ses animaux, contribue de manière significative à le rendre si différent.
Goethe a dit un jour (dans le sens de Nachtr. Zur Osteol. Ges. WB 55. p. 231): "À
première vue, il faut penser qu'il doit aussi être possible qu'un lion de vingt pieds
puisse surgir comme un éléphant de cette taille, et qu'il devrait pouvoir se déplacer
aussi facilement que les lions maintenant sur terre si tout était proportionnellement
proportionné; l'expérience seule nous apprend que les mammifères pleinement
développés ne dépassent pas une certaine taille, et donc qu'avec une taille croissante
l'éducation commence également à faiblir et des monstres apparaissent. " Goethe a
tout à fait raison. Mais s'il est vrai qu'aucun mammifère ne peut survivre au-delà
d'une certaine taille, il s'ensuit naturellement que la nature, si elle voulait faire des
créatures encore plus grandes, devait le faire selon un autre plan que celle sous-
jacente aux mammifères; mais alors il est aussi insensé de chercher et d'effectuer des
comparaisons de la terre avec les mammifères en particulier. Si une grenouille ne
peut pas gonfler à la taille d'un bœuf sans éclater, comment peut-on s'attendre à ce
que le bœuf se contracte à la petitesse de la grenouille sans se fissurer; mais on exige
beaucoup plus en exigeant que la grande créature, la terre, présente des installations
comme le petit homme, le petit animal. Mais si l'extrême de l'élargissement chez les
mammifères est d'immenses monstres, il ne s'ensuit pas qu'une créature qui est encore
plus grande que la baleine, l'éléphant et le rhinocéros sera encore plus immature; il
s'agira simplement d'utiliser un autre plan, plus approprié pour son éducation qui
profite de l'énorme taille, autorisé à dominer et à bouger. C'est vraiment le cas avec la
Terre; il oscille dans le ciel avec suffisamment d'agilité et ses membres, c'est-à-dire
ses créatures, se déplacent assez librement sur lui. Ce n'est qu'avec quatre pattes
comme un mammifère qu'il n'est pas allé sur terre. En général, si nous posions la
question, quels changements l'organisation de l'animal devrait-elle subir pour pouvoir
survivre vivant et convenablement, si elle devait être aussi grande que la Terre, nous
trouverions juste ceux dont nous avons vraiment besoin à travers la Terre voir
accompli. Je ne vais pas en parler maintenant, car ce sera le cas à l'avenir (voir nos 2
et 3). bouge assez librement sur elle. Ce n'est qu'avec quatre pattes comme un
mammifère qu'il n'est pas allé sur terre. En général, si nous posions la question, quels
changements l'organisation de l'animal devrait-elle subir pour pouvoir survivre vivant
et convenablement, si elle devait être aussi grande que la Terre, nous trouverions juste
ceux dont nous avons vraiment besoin à travers la Terre voir accompli. Je ne vais pas
en parler maintenant, car ce sera le cas à l'avenir (voir nos 2 et 3). bouge assez
librement sur elle. Ce n'est qu'avec quatre pattes comme un mammifère qu'il n'est pas
allé sur terre. En général, si nous posions la question, quels changements
l'organisation d'un animal devrait-elle subir pour pouvoir survivre vivant et
convenablement, s'il devait être aussi grand que la Terre, nous trouverions juste ceux
dont nous avons vraiment besoin à travers la Terre voir accompli. Je ne vais pas en
parler maintenant, car ce sera le cas à l'avenir (voir nos 2 et 3). que nous voyons
vraiment remplis de terre. Je ne vais pas en parler maintenant, car ce sera le cas à
l'avenir (voir nos 2 et 3). que nous voyons vraiment remplis de terre. Je ne vais pas en
parler maintenant, car ce sera le cas à l'avenir (voir nos 2 et 3).
Examinons maintenant de plus près certains des points précédemment brièvement
abordés, sans autre but que de rendre la vision de la Terre reliée un peu plus familière,
qui est le fondement de nos considérations, comme elle-même, pour la vue de
démembrement habituelle de la Terre. A une fondation dans la nature. Ce sont des
fragments d'une petite géographie physique (comparative) et de la science céleste que
nous proposons ici, ne diffèrent que du traitement professionnel et scolaire habituel
d'un tel enseignement en ce sens que les pièces sont présentées ici dans leur
ensemble, au lieu d'être décomposées du tout et d'y revenir. être fusionné, à partir de
la philosophie ordinaire de la nature, en ce que les différences entre la terre et
l'homme sont tout autant soulignées et autant l'accent est mis sur les
similitudes. Nous ne dirons rien ici que ce que tout le monde sait et admet; nous le
dirons juste un peu différemment que tout le monde a l'habitude d'admettre. Vous
voyez maintenant si vous êtes maître ou esclave de l'habituation, qui est toujours
repoussée vers la vue démembrante et isolante. Je suppose de partout admis certaines
hypothèses sur l'état d'origine et l'intérieur de la terre, qui peuvent être contestées,
mais à la fin rien n'aura d'importance. Ils concernent un domaine où il n'y a que des
hypothèses, et le nôtre ne sera fondamentalement rien d'autre qu'un développement de
ceux sur lesquels les chercheurs les plus approfondis se sont à peu près, sinon
entièrement, unis de toute façon. que vous soyez maître ou esclave de l'habituation,
qui est toujours repoussée vers la contemplation démembrante et isolante. Je suppose
de partout admis certaines hypothèses sur l'état d'origine et l'intérieur de la terre, qui
peuvent être contestées, mais à la fin rien n'aura d'importance. Ils concernent un
domaine où il n'y a que des hypothèses, et le nôtre ne sera fondamentalement rien
d'autre qu'un développement de ceux sur lesquels les chercheurs les plus approfondis
se sont à peu près, sinon entièrement, unis de toute façon. que vous soyez maître ou
esclave de l'habituation, qui est toujours repoussée vers la contemplation
démembrante et isolante. Je suppose de partout admis certaines hypothèses sur l'état
d'origine et l'intérieur de la terre, qui peuvent être contestées, mais à la fin rien n'aura
d'importance. Ils concernent un domaine où il n'y a que des hypothèses, et le nôtre ne
sera fondamentalement rien d'autre qu'un développement de ceux sur lesquels les
chercheurs les plus approfondis se sont à peu près, sinon entièrement, unis de toute
façon.
En ce qui concerne les comparaisons spéciales non rares entre les parties ou les
fonctions de la terre et notre propre corps, n'ignorons pas la remarque déjà faite. De
telles comparaisons, lorsqu'elles se produisent, ne devraient servir qu'à mettre en
évidence certains points de vue qui sont en fait en accord avec nous et la terre; sinon,
ne comptez pas plus que ce qu'ils ont vraiment touché. Je répète qu'ils ne peuvent pas
frapper au-delà de certaines limites. D'une autre manière, quelque chose d'autre
frappe. Par conséquent, la même partie de la terre est souvent comparée à des parties
très différentes de l'homme à différents points de vue.
Afin de ne pas trop gonfler cette section, je me réfère à une annexe certaines des considérations
appartenant ici comme n'étant pas essentielles pour la persécution.
l. Toutes les substances de la terre, comme celle de notre corps, forment une masse
unique, complètement cohérente et cohésive, dans laquelle la masse de notre corps
elle-même est indissolublement incluse. Nous ne connaissons pas cette idée de la
façon dont elle devrait l'être par nature. Lorsque nous sautons par-dessus le sol, un
ballon se lève, un oiseau vole, une pierre est lancée en l'air, nous voulons dire que
quelque chose se détache de la terre, oui notre marche sur la terre prouve notre
connexion lâche avec la terre. Mais cela ne s'applique qu'à la conception limitée de la
terre qui fait que la terre solide tient à l'ensemble. L'oiseau qui vole dans les airs, mis
à part le fait que son poids l'attache toujours à la terre, se tient avec la terre dans tout
l'air; c'est juste une partie plus dense de la terre, qui ondule dans un diluant; et lorsque
nous traversons la terre, les navires, ce n'est pas différent que lorsque le petit sang
flotte dans le sang, de sorte que nos corps restent complètement entourés par la
matière de la terre, si nous nous souvenons seulement que l'air est également dans la
terre entendu largement. Fondamentalement, la terre nous enferme avec sa partie
transparente comme un ambre le moustique, seulement avec la différence que le
moustique est tué en étant enfermé dans l'ambre, mais nous ne pouvons préserver
notre vie qu'à travers une telle inclusion comme n'importe quel organe Association
avec son organisme; que nous ne sommes pas simplement dans des relations
accidentelles externes avec notre environnement, mais que nous avons grandi avec
eux grâce à des milliers de relations organiques qui sont tout aussi importantes. et
quand nous traversons la terre, les navires, ce n'est pas différent que lorsque le petit
sang flotte dans le sang, de sorte que nos corps restent complètement entourés par la
matière de la terre, si nous nous souvenons seulement que l'air est également avec la
terre entendu largement. Fondamentalement, la terre nous enferme avec sa partie
transparente comme un ambre le moustique, seulement avec la différence que le
moustique est tué en étant enfermé dans l'ambre, mais nous ne pouvons préserver
notre vie qu'à travers une telle inclusion comme n'importe quel organe Association
avec son organisme; que nous ne sommes pas simplement dans des relations
accidentelles externes avec notre environnement, mais que nous avons grandi avec
eux grâce à des milliers de relations organiques qui sont tout aussi importantes. et
lorsque nous traversons la terre, les navires, ce n'est pas différent que lorsque le petit
sang flotte dans le sang, de sorte que nos corps restent complètement entourés par la
matière de la terre, si nous nous souvenons seulement que l'air est également dans la
terre entendu largement. Fondamentalement, la terre nous enferme avec sa partie
transparente comme un ambre le moustique, seulement avec la différence que le
moustique est tué en étant enfermé dans l'ambre, mais nous ne pouvons préserver
notre vie qu'à travers une telle inclusion comme n'importe quel organe Association
avec son organisme; que nous ne sommes pas simplement dans des relations
accidentelles externes avec notre environnement, mais que nous avons grandi avec
eux grâce à des milliers de relations organiques qui sont tout aussi
importantes. comme si le peu de sang flotte dans le sang, nos corps restent
complètement entourés par la matière terrestre si l'on se souvient seulement que l'air
appartient aussi à la terre au sens large. Fondamentalement, la terre nous inclut avec
sa partie transparente comme un ambre le moustique, seulement avec la différence
que le moustique est tué en étant enfermé dans l'ambre, mais nous ne pouvons
préserver notre vie que par l'inclusion d'un organe Association avec son
organisme; que nous ne sommes pas simplement dans des relations accidentelles
externes avec notre environnement, mais que nous avons grandi avec eux grâce à des
milliers de relations organiques qui sont tout aussi importantes. comme si le peu de
sang flotte dans le sang, nos corps restent complètement entourés par la matière
terrestre si l'on se souvient seulement que l'air appartient aussi à la terre au sens
large. Fondamentalement, la terre nous enferme avec sa partie transparente comme un
ambre le moustique, seulement avec la différence que le moustique est tué en étant
enfermé dans l'ambre, mais nous ne pouvons préserver notre vie qu'à travers une telle
inclusion comme n'importe quel organe Association avec son organisme; que nous ne
sommes pas simplement dans des relations accidentelles externes avec notre
environnement, mais que nous avons grandi avec eux grâce à des milliers de relations
organiques qui sont tout aussi importantes. que l'air appartient aussi à la terre au sens
large. Fondamentalement, la terre nous inclut avec sa partie transparente comme un
ambre le moustique, seulement avec la différence que le moustique est tué en étant
enfermé dans l'ambre, mais nous ne pouvons préserver notre vie que par l'inclusion
d'un organe Association avec son organisme; que nous ne sommes pas simplement
dans des relations accidentelles externes avec notre environnement, mais que nous
avons grandi avec eux grâce à des milliers de relations organiques qui sont tout aussi
importantes. que l'air appartient aussi à la terre au sens large. Fondamentalement, la
terre nous inclut avec sa partie transparente comme un ambre le moustique,
seulement avec la différence que le moustique est tué en étant enfermé dans l'ambre,
mais nous ne pouvons préserver notre vie que par l'inclusion d'un organe Association
avec son organisme; que nous ne sommes pas simplement dans des relations
accidentelles externes avec notre environnement, mais que nous avons grandi avec
eux grâce à des milliers de relations organiques qui sont tout aussi
importantes. comme tout organe uniquement par association avec son organisme; que
nous ne sommes pas simplement dans des relations accidentelles externes avec notre
environnement, mais que nous avons grandi avec eux grâce à des milliers de relations
organiques qui sont tout aussi importantes. comme tout organe uniquement par
association avec son organisme; que nous ne sommes pas simplement dans des
relations accidentelles externes avec notre environnement, mais que nous avons
grandi avec eux grâce à des milliers de relations organiques qui sont tout aussi
importantes.
Mais la terre surpasse notre corps dans la force de la connexion. Nous pouvons
perdre de grandes parties de notre corps, comme certains soldats laissent leurs jambes
sur le champ de bataille. La terre est une une et indivisible, invulnérable, un véritable
atome de l'univers, non pas mathématique, mais physique; il n'y a aucun couteau dans
la nature qu'ils partagent, aucun vent qui pourrait en souffler quoi que ce soit. Ce
qu'elle a, elle l'a. À quel point tout le monde est lâche; s'il pense qu'il est ensemble, il
ne tient que de l'eau dans la passoire, s'il insiste sur la fermeté de sa constitution, il
insiste seulement sur une lueur éphémère. Il est en voie de dissolution et de
reconstruction constantes; les substances ne le traversent que; enfin, il fond
complètement; après mille ans, son corps est dispersé dans mille vents; mais après
mille ans, elle avait toujours le sien complètement ensemble comme elle le fait
aujourd'hui, et n'a pas lâché de poussière, même de son corps perdu depuis
longtemps. Ne pensez pas à la terre comme qu'il est lié tellement plus fermement que
notre corps, aussi par plus mort, plus rigide; non, il a en soi tous nos processus de
dissolution et de reconstruction; ces mille vents qui dispersent notre corps voyagent
tous en lui, jamais au-delà. Il est plus vivant que nous tous et plus lié que nous tous
car il inclut toutes nos vies en même temps avec les liens de tous nos liens. Ailleurs,
elle enveloppe les matériaux qu'elle diffuse dans un autre groupe; mais nos corps
frissonnent pour sortir du groupe, il sait qu'il ne pourra plus jamais le retrouver. Il est
plus vivant que nous tous et plus lié que nous tous car il inclut toutes nos vies en
même temps avec les liens de tous nos liens. Ailleurs, elle enveloppe les matériaux
qu'elle diffuse dans un autre groupe; mais nos corps frissonnent pour sortir du groupe,
il sait qu'il ne pourra plus jamais le retrouver. Il est plus vivant que nous tous et plus
lié que nous tous car il inclut toutes nos vies en même temps avec les liens de tous
nos liens. Ailleurs, elle enveloppe les matériaux qu'elle diffuse dans un autre
groupe; mais nos corps frissonnent pour sortir du groupe, il sait qu'il ne pourra plus
jamais le retrouver.
2. La terre est un monstre contre nous en taille, en poids et en puissance de
mouvement; mais nous y sommes relativement opposés quand nous considérons que
c'est une partie du monde à laquelle elle appartient tellement plus petite que nous n'en
sommes. Nous ne pouvons donc pas nous considérer comme des êtres trop
insignifiants car ils nous dépassent en poids et en taille plusieurs milliards de fois,
d'autant plus que le plus grand doit trouver sa plus grande importance dans le plus
petit.
En effet, si la totalité de l'enrobage organique de la terre ne constitue qu'un peu de
disparition contre la masse totale de la terre et la totalité des mouvements organiques
seulement une partie négligeable des mouvements totaux de la terre, alors cette
insignifiance quantitative de l'empire organique n'est pas d'ordre qualitatif. confus,
car la diversité et la complexité des conceptions et des mouvements organiques
auront toujours une signification éminente non seulement par rapport à la terre, mais
dans la terre et pour la terre. En général, les apparences les plus significatives au sens
le plus élevé semblent se fonder sur les moindres modifications d'une taille majeure
qui les surpasse de manière disproportionnée, tout en en ayant besoin comme
base; pour les changements d'un ordre mineur d'ordre supérieur (selon une expression
mathématique), qui comprend également un ordre inférieur changeant. Ainsi, les
changements physiques à partir desquels nos propres pensées sont soutenues sont
inconcevablement fins et, semble-t-il, extrêmement faibles contre les courants
énormes de sang et les mouvements des muscles de notre corps, qui, pour ainsi dire,
forment leur base brute; Sans ces bases rugueuses, cependant, ces mouvements fins
ne pourraient pas l'être. Lorsqu'une cloche de tour est sonnée, elle a toute la tour sous
elle et oscille d'avant en arrière dans de grands arcs, son battant puis dans d'autres
barres; mais tout cela n'est que la base grossière des petites vibrations invisibles de la
cloche, qui ne donnent en fait que le ton qui compte le plus. De même, un grand
piano avec le jeu des touches lourdes ne porte pas d'autre fruit que les vibrations fines
de ses cordes. La plus grande attraction d'une peinture ne réside pas dans sa plus
grossière, mais dans ses plus belles caractéristiques, que l'aspect brut néglige même
complètement, mais les plus belles caractéristiques de la peinture doivent être
soumises à de larges lignes. Pendant longtemps, l'origine des couleurs par des
prismes n'a pas pu s'expliquer selon la théorie de l'ondulation, car on néglige de
prendre en compte des changements d'ordre supérieur, etc.
Il est incontestable que l'importance des petites et fines variations d'une taille
principale n'est pas basée sur sa petitesse et sa délicatesse en tant que telles, mais sur
le fait qu'elle permet une rencontre, un enchevêtrement, une déviation, une traversée,
une interférence plus divers, varié, intime et plus pénétrant. Parce qu'il est facile de
voir que si la masse est la même ou dans le même espace, un nœud indiciblement
complexe et intimement emmêlé peut être formé de nombreux fils d'araignée fins que
de fils de ficelle moins épais, et aussi que beaucoup avec la même force vive (dans le
sens de la mécanique) les petites ondes peuvent produire des interférences plus
complexes que quelques grosses. Mais cela suppose la création et le maintien d'une
grande quantité et variété de petits changements, même en général une source active
importante et durable, élevée, facile et son développement sur une large base
massive. Si la terre était plus petite par rapport à ses créatures ou plus grande par
rapport à la terre, moins vivraient ensemble sur elle et celles-ci pourraient être
placées dans des relations beaucoup moins variées les unes avec les
autres; l'interaction entre eux serait moins riche et moins complexe; la base du
développement de l'humanité deviendrait ainsi plus petite, et donc le niveau de
développement serait également plus faible. Une terre assez grande par rapport à des
créatures assez petites était donc la moins chère possible pour le développement élevé
de la terre, et nous voyons cette considération de but dans une excellente
mesure. Dans la terre pas encore dans un degré absolu, mais dans le monde par
rapport auquel la terre elle-même appartient aux dimensions d'une petite chose du
plus haut ordre.
Si l'homme devait être aussi long, aussi large et aussi épais qu'il est, sa masse serait
deux fois deux fois deux fois, huit fois plus que maintenant; Il faudrait donc aussi
huit fois plus de terres arables pour nourrir une personne qu'aujourd'hui, et la densité
de la population ne serait que huit fois moins qu'aujourd'hui. Cela n'aiderait pas que
les plantes et les animaux dont il se nourrit grandissent en conséquence, de sorte
qu'ils auraient également besoin de plus d'espace et de plus d'espace au sol pour la
nourriture. Toute la vie serait massive, isolée et compte tenu de ce que nous voyons
au point 3. c. voyez, supposez la lenteur, car la force musculaire n'augmenterait pas
proportionnellement à la taille; au lieu que tout le monde maîtrise maintenant un petit
domaine avec facilité et établit des relations évoluant rapidement avec les autres.
Encke a dans le Berl. astronome. Année f. 1852, app. Pp. 318–342 un traité sur
les dimensions du corps terrestre et des tables pour la forme de la terre selon les
règlements de Bessel. Il peut être intéressant de trouver les données suivantes,
comme les plus récentes, communiquées à partir de cela.
Les toises dans le traité et dans les tableaux sont la toise du Pérou ou le modèle
en fer stocké à Paris à 13 ° R.
un demi-grand axe de la terre 3272077.1399 toisen;
b demi petit axe - - 3261139.3284 -

Aplatissement

= 0,0016741848
Selon une étude plus récente d'Encke sur l'axe parallèle du
soleil, la distance moyenne de la Terre au Soleil est de
20682329 Miles, dont 15 vont à 1 degré équateur.
De plus, geogr. Mile = 3807.23463 Toisen = 1970.25008 Prusse. 12
tiges de pied.
Surface de la terre entière = 9261238.314 geogr. ‡ Mile.
Contenu cubique - - - = 2650184445.1 geogr. Milles cubes.
Selon les informations précédentes, je suppose que le poids de la terre est de
116635 billions de Prussiens, en supposant une densité moyenne de la terre = 5,55
(basée sur la moyenne des expériences de Reichs et Baily). Hundredweight (à 110
£). Dans les lettres de Cotta, c'est 114 256 milliards de Leipz. talents calculés dans
le dictionnaire Gehlers (articles Système mondial) De Littrow, après adopté
précédemment trop faible densité de la terre 9 / 2 , seulement
87142230000000000000000 Vienne. Cent poids.
Dans la plus grande pyramide de merveilles non seulement au monde mais aussi
chez l'homme, 360 000 personnes ont dû construire depuis 20 ans; Son contenu n'est
que d'environ un millionième partie d'un mile cube, et Bessel note 2) que tout ce que
les forces de l'homme et les moyens à sa disposition depuis le déluge ont jusqu'à
présent considérablement déplacé du chemin, peut-être pas encore un mile cube
désordre, alors que selon le calcul de Bessel dans le mouvement des crues chaque
quart de jour à 200 miles cubes crée de l'eau à partir d'un quart de la circonférence de
la terre dans l'autre, et le Gange à Everest apporte chaque année près de 6400 millions
de pieds cubes de boue à la mer, ce qui signifie une couche de terre de 16 Q -Mile
stretch de 1 pied d'épaisseur là-bas. 3)Ici, cependant, il n'y a pas de comparabilité
complète dans la mesure où le mouvement de la marée et du fleuve est un
mouvement intérieur de la terre, par lequel elle emporte elle-même une partie de sa
masse; la suppression des charges dans la construction de la pyramide par l'homme
est un mouvement de charges externes; pourtant les mouvements que les hommes
provoquent extérieurement dépendent de la puissance de leurs mouvements intérieurs
et peuvent eux-mêmes en servir de mesure. La comparaison de la puissance
d'impulsion de la mer avec la puissance d'impulsion du cœur est plus proche. Bien
sûr, cette dernière force, qui crée quelques onces de sang d'un quart du cœur dans
l'autre ou du cœur dans les veines en une minute, environ 70 fois, est très faible
contre le pouls de la mer.
2) Conférences populaires. sur l'astronomie. P. 166 et suiv.

3) Burmeister, histoire de la création. 3e éd., P. 22.

3) Dans ce qui précède, il y a déjà une confirmation de ce que nous avons dit plus
tôt qu'une augmentation de la taille non seulement rend les choses plus grandes, mais
aussi différentes. Mais même après quelques autres relations, ce principe s'applique.
a) Le petit modèle d'une machine ou d'un bâtiment, dans lequel les proportions de
toutes les pièces sont pesées aussi rapidement que possible pour ses performances,
doit prendre d'autres proportions lorsqu'elle est exécutée à grande échelle, si
l'opportunité est tout aussi suffisante. Plus la conception est grande, plus les pièces
porteuses doivent être épaisses et solides par rapport aux pièces usées, sinon la
résistance et la durabilité en souffrent, car le poids à transporter dépend du rapport
cubique, la durabilité dépendante de la section transversale des poutres uniquement
en fonction du carré Les ratios de dimensions augmentent. Le même principe
s'applique également aux organismes. Si vous vouliez agrandir une souris tout en
conservant sa relation avec l'éléphant, vous ne pourriez plus porter vos jambes; plutôt
parce que l'éléphant est si gros même par rapport à son poids corporel, il doit avoir
des jambes tellement plus maladroites. S'il était encore plus grand, il devrait avoir les
jambes plus rigides. Les montagnes, qui veulent aussi se tenir debout, sont vraiment
plus grandes qu'un éléphant, donc elles ont vraiment des jambes plus maladroites, oui
elles sont en une seule jambe large, la base large de la montagne se contracte, et la
charge est de plus en plus réduite vers le haut . La terre est maintenant plus grande
que les montagnes en ce qu'elle doit supporter les montagnes elle-même; alors
maintenant ce qui les soutient s'est complètement contracté en une voûte épaisse et
ferme; car, en fait, la croûte terrestre solide n'est qu'une voûte autour de son contenu
fluide, et tout ce qui est transporté semble insignifiant. Les montagnes, qui veulent
aussi se tenir debout, sont vraiment plus grandes qu'un éléphant, donc elles ont
vraiment des pattes plus maladroites, oui elles sont en une seule jambe large, la large
base de la montagne se contracte, et la charge est de plus en plus réduite vers le
haut . La terre est maintenant plus grande que les montagnes en ce qu'elle doit
supporter les montagnes elle-même; alors maintenant ce qui les soutient s'est
complètement contracté en une voûte épaisse et ferme; car, en fait, la croûte terrestre
solide n'est qu'une voûte autour de son contenu fluide, et tout ce qui est transporté
semble insignifiant. Les montagnes, qui veulent aussi se tenir debout, sont vraiment
plus grandes qu'un éléphant, donc elles ont vraiment des pattes plus maladroites, oui
elles sont en une seule jambe large, la large base de la montagne se contracte, et la
charge est de plus en plus réduite vers le haut . La terre est maintenant plus grande
que les montagnes en ce qu'elle doit supporter les montagnes elle-même; alors
maintenant ce qui les soutient s'est complètement contracté en une voûte épaisse et
ferme; car, en fait, la croûte terrestre solide n'est qu'une voûte autour de son contenu
fluide, et tout ce qui est transporté semble insignifiant. La terre est maintenant plus
grande que les montagnes en ce qu'elle doit supporter les montagnes elle-même; alors
maintenant ce qui les soutient s'est complètement contracté en une voûte épaisse et
ferme; car, en fait, la croûte terrestre solide n'est qu'une voûte autour de son contenu
fluide, et tout ce qui est transporté semble insignifiant. La terre est maintenant plus
grande que les montagnes en ce qu'elle doit supporter les montagnes elle-même; alors
maintenant ce qui les soutient s'est complètement contracté en une voûte épaisse et
ferme; car, en fait, la croûte terrestre solide n'est qu'une voûte autour de son contenu
fluide, et tout ce qui est transporté semble insignifiant.
b) Il va sans dire que vous ne pouvez pas reproduire dans une miniaturisation ce
qui est en soi la meilleure élaboration possible sur une grande. Si quelque chose de
grand a été élaboré avec toute la minutie de l'artiste, alors soit les plus beaux traits
doivent se brouiller dans la réduction, soit le petit ne peut reproduire qu'un morceau
du grand. Pour cette raison même, l'homme ne peut pas répéter la terre à petite
échelle, mais reproduit plutôt seulement une partie de la fine élaboration de la grande
terre en la représentant directement lui-même; mais s'il reproduit également la mer et
les rivières et tous les animaux et plantes dans sa petite pièce, cela ne fonctionnerait
pas; la nature de la matière n'existe pas. Les grands artistes préfèrent donc essayer de
grandes œuvres d'art plutôt que de petites car la petitesse les empêche de développer
la plénitude et la profondeur de leur art. Sauf que certains font l'erreur de rendre le
gros dodu et vide. Mais les grandes créatures divines sont rendues si grandes pour
établir la plus grande fondation parmi les plus belles et les plus riches en elles.
Ainsi, la taille absolue de la terre se présente comme un moment très essentiel pour
sa perfection, non pas en soi, car sinon une montagne et un éléphant seraient plus
parfaits qu'un être humain, mais comme la base de leur développement riche et
élevé. Une terre aussi petite qu'un être humain n'aurait pas pu réaliser ce qu'elle fait
maintenant à grande échelle, même à petite échelle; n'aurait pas pu porter une seule
personne en petit; aussi grand soit-il, il transporte mille millions de personnes, ce qui
en fait un être sublime. Mais si l'homme voulait s'élargir à l'étendue de la terre, il ne
serait qu'un monstre maladroit car il perdrait toute l'élaboration de la terre, dont il ne
représente qu'une infime partie. Pour le peu qu'il contient, sa petitesse est juste. On
nous rappelle encore ici un principe artistique. Un dieu tolère la représentation en
taille surhumaine, pas la figure insignifiante d'une image de genre. Mais l'homme
n'en présente qu'un dans le domaine des êtres. Mais le Dieu ne pourrait pas être
représenté trop grand par nous, sans paraître outrageusement sublime, car nous
aurions à le représenter sous forme humaine et n'aurions pas à remplir les grandes
formes. Mais c'est différent avec les vrais êtres supérieurs. car il faudrait le
représenter sous forme humaine et ne pas avoir à remplir les grands formulaires. Mais
c'est différent avec les vrais êtres supérieurs. car il faudrait le représenter sous forme
humaine et ne pas avoir à remplir les grands formulaires. Mais c'est différent avec les
vrais êtres supérieurs.
Votre propre cerveau peut témoigner à l'homme que la taille fait plus qu'elle ne
grossit. Il est incontestable que l'homme n'aurait pas eu un cerveau relativement gros
s'il avait été possible d'obtenir le même niveau de développement, ce qui est un peu
plus qu'une augmentation quantitative, avec une petite masse, sauf qu'ici aussi la
taille du cerveau n'était pas seule et en soi le fait, mais seulement si elle laisse la place
à un développement plus instruit et polyvalent. Mais maintenant, la terre est à
nouveau directement au-dessus de l'homme, car elle a le cerveau de tous les êtres
humains et de tous les animaux; une telle diversité et une telle hauteur n'auraient pas
pu être obtenues avec un seul petit cerveau humain ou animal. Mais l'influence de la
taille peut encore être suivie.
c) Si nous pensions que les humains ou un éléphant avaient atteint la taille de la
terre, ils ne pourraient pas bouger le moins du monde et leurs membres ne pourraient
pas bouger, même s'il y avait un sol approprié pour marcher. pour la raison que la
charge corporelle et des membres augmente dans le cube, la force musculaire (en
fonction de la section transversale) uniquement dans les proportions quadratiques des
dimensions. Avec les muscles, par conséquent, le mouvement d'une créature aussi
grande que la terre n'est pas du tout possible, que ce soit en totalité ou en grande
partie. En conséquence, nous ne voyons vraiment que les muscles liés aux
mouvements de parties relativement petites de la terre, mais les mouvements en
général sont provoqués par d'autres moyens.
Un succès du principe précédent est incontestable que, ceteris paribus, les
mouvements des petits animaux sont plus rapides que ceux des grands animaux. Une
puce sauteuse de la taille d'un éléphant n'aurait pas pu être fabriquée.
d) Il a été remarqué que les très petites infusions d'un poumon et d'un estomac ne
sont pas autant nécessaires que nous, car leur corps tout entier peut tomber enceinte
d'air et de nutriments directement à travers la surface externe, car les parties les plus
internes du corps sont très proches de la surface. D'une certaine manière, ces petits
animaux ne sont que des surfaces. Pour la raison opposée, une très grande créature ne
pourrait pas utiliser les poumons et l'estomac comme organes internes parce que le
chemin à l'intérieur serait trop long, donc tous les poumons, l'estomac et le cerveau
sont vraiment attachés à la surface de la terre. L'exemple suivant l'explique encore
mieux:
Si vous vouliez agrandir une maison au point de couvrir un pays tout en conservant
ses proportions, il va sans dire que l'intérieur devient très sombre et la circulation
entre l'intérieur de la maison et le monde extérieur par le long chemin de l'intérieur
vers l'extérieur L'extérieur serait très handicapé. Au lieu de construire une grande
maison, il vaut mieux en construire plusieurs plus petites. Mais si vous aviez des
raisons de construire une grande maison, à quoi ressemblerait le mobilier? Les pièces
habitées ne pouvaient être situées que sur le périmètre, où la lumière et l'air ne
manquent pas et où la circulation avec le monde extérieur est aisée. Donc, si une
seule créature doit être aussi grande que la terre, pour des raisons similaires, les
phénomènes de la vie doivent de préférence se rassembler sur la surface
extérieure, parce que le rapport sexuel ou le changement de vie dans une créature
elle-même ne peut être maintenu que par la connexion avec le rapport sexuel
extérieur. Mais c'est vraiment comme ça avec la Terre.
Bien entendu, la grande maison ne conviendrait pas pour que l'intérieur devienne
inactif, et c'est précisément pourquoi on ne construit pas de maisons d'une certaine
taille ou les construit avec une grande cour. Mais cette inadéquation ne se produit pas
avec la terre, car ici, l'intérieur représente également le bas, et donc, contrairement à
une maison, le mur de fondation.
e) Plus un corps grandit tout en conservant ses proportions, plus il doit être difficile
de le nourrir à travers la surface du monde extérieur, car la surface n'augmente que
dans un rapport carré, tandis que la masse en cubique. (Cette relation s'affirme
toujours avec cet objet.) D'autre part, sa taille signifie aussi qu'il y a une possibilité
accrue d'en faire lui-même un garde-manger pour ses moyens de subsistance. Par
conséquent, alors que les petites personnes et les animaux sont complètement
métabolisés avec le monde extérieur et deviennent ainsi très dépendants de celui-ci, la
grande terre est devenue plus indépendante en recevant tout ce dont elle a besoin pour
maintenir et renouveler la vie de substances plus grossières; ce qui leur a permis de
pendre dans l'éther pur d'où il est maintenant alimenté en lumière et chaleur d'autant
plus librement et librement. La taille de la terre est donc aussi une condition très
essentielle de son inutilité extérieure en termes de matériaux bruts.
f) L'eau était autrefois apportée du chaud Gasteiner Heilquell à Salzbourg, à
environ 16 km, pour servir à la baignade, et elle y est arrivée si chaude qu'il a été
conclu que l'eau de Gastein avait la merveilleuse propriété, la chaleur retenez
fermement. Des expériences ultérieures ont montré que l'eau courante se comportait
de la même manière. La seule chose qui comptait était de retirer l'eau en tonnes assez
importantes; dans une petite tasse, l'eau de Gastein serait aussi bonne que l'eau froide
à Salzbourg. La terre est maintenant aussi une très grande tonne de liquide chaud, qui,
cependant, parce qu'elle est plusieurs milliards de fois plus grande que le baril de
Gastein, avec des kilomètres de parois épaisses, ne refroidit rien de notable, même
depuis des milliers d'années. Maintenant, il est facile de voir que si des mesures très
particulières ont été prises chez l'homme et les animaux à sang chaud pour maintenir
uniformément la chaleur interne (respiration, digestion et bien d'autres choses doivent
fonctionner ensemble), dans le cas de la terre, ces moyens ont simplement été
épargnés par la taille et l'épaisseur du mur ; mais elles sont complémentaires là où la
taille ne prolonge pas leur influence de rétention de chaleur, c'est-à-dire à la surface
de la terre dans des parties où elle semblait particulièrement importante. (Voir
l'annexe.) c'est à la surface de la terre dans des parties où cela semblait
particulièrement important. (Voir l'annexe.) c'est à la surface de la terre dans des
parties où cela semblait particulièrement important. (Voir l'annexe.)
Dans le cas des organismes également, l'influence de la taille sur la chaleur se
manifeste par le fait qu'il n'y a pas d'animaux à sang chaud, c'est-à-dire ceux qui ont
une température sensiblement plus élevée que l'environnement, de très petites
dimensions. Les insectes génèrent de la chaleur car elle est considérablement plus
chaude dans une ruche qu'à l'extérieur, mais cette chaleur ne devient perceptible que
lorsque les abeilles sont en grand nombre dans des espaces clos; dans le cas d'une
seule abeille en plein air, elle est rejetée à l'extérieur trop rapidement; comme nous,
les insectes ne sont pas non plus disponibles pour réguler la chaleur de telle manière
qu'elle soit toujours maintenue au même niveau; étant donné la petite taille des
insectes, ces moyens seraient inutiles pour résister aux effets changeants de
l'environnement. Les plus petites créatures à sang chaud sont les colibris; mais ils ne
prospèrent que sous les tropiques, où la chaleur s'approche de toute façon de la
chaleur du sang, et soutient le développement de la chaleur interne par des
mouvements très vifs. De plus, les petits oiseaux respirent beaucoup plus que les
grands. Le développement de la chaleur est lié à la respiration. Par exemple, (selon
Regnault et Reise) la consommation d'oxygène pour les moineaux pour la même
durée et le même poids est 10 fois supérieure à celle des poulets. Les oiseaux sont
généralement plus petits en moyenne que les mammifères; mais aussi maintenu au
chaud en moyenne par les ressorts. Les plus gros mammifères, éléphant, rhinocéros,
baleine, sont nus car la taille permet de sauver la couverture. Des discussions
intéressantes sur ce sujet sont contenues dans le document suivant d'E. Bergmann:
"Sur les relations de l'économie de chaleur des animaux avec leur taille. Göttingen
1848". et soutenir le développement de la chaleur intérieure par des mouvements très
vifs. De plus, les petits oiseaux respirent beaucoup plus que les grands. Le
développement de la chaleur est lié à la respiration. Par exemple, (selon Regnault et
Reise) la consommation d'oxygène pour les moineaux pour la même durée et le
même poids est 10 fois supérieure à celle des poulets. Les oiseaux sont généralement
plus petits en moyenne que les mammifères; mais aussi maintenu au chaud en
moyenne par les ressorts. Les plus gros mammifères, éléphant, rhinocéros, baleine,
sont nus car la taille permet de sauver la couverture. Des discussions intéressantes sur
ce sujet sont contenues dans le document suivant d'E. Bergmann: "Sur les relations de
l'économie de chaleur des animaux avec leur taille. Göttingen 1848". et soutenir le
développement de la chaleur intérieure par des mouvements très vifs. De plus, les
petits oiseaux respirent beaucoup plus que les grands. Le développement de la
chaleur est lié à la respiration. Par exemple, (selon Regnault et Reise) la
consommation d'oxygène pour les moineaux pour la même durée et le même poids
est 10 fois supérieure à celle des poulets. Les oiseaux sont généralement plus petits en
moyenne que les mammifères; mais aussi maintenu au chaud en moyenne par les
ressorts. Les plus gros mammifères, éléphant, rhinocéros, baleine, sont nus car la
taille permet de sauver la couverture. Des discussions intéressantes sur ce sujet sont
contenues dans le document suivant d'E. Bergmann: "Sur les relations de l'économie
de chaleur des animaux avec leur taille. Göttingen 1848". De plus, les petits oiseaux
respirent beaucoup plus que les grands. Le développement de la chaleur est lié à la
respiration. Par exemple, (selon Regnault et Reise) la consommation d'oxygène pour
les moineaux pour la même durée et le même poids est 10 fois supérieure à celle des
poulets. Les oiseaux sont généralement plus petits en moyenne que les
mammifères; mais aussi maintenu au chaud en moyenne par les ressorts. Les plus
gros mammifères, éléphant, rhinocéros, baleine, sont nus car la taille permet de
sauver la couverture. Des discussions intéressantes sur ce sujet sont contenues dans le
document suivant d'E. Bergmann: "Sur les relations de l'économie de chaleur des
animaux avec leur taille. Göttingen 1848". De plus, les petits oiseaux respirent
beaucoup plus que les grands. Le développement de la chaleur est lié à la
respiration. Par exemple, (selon Regnault et Reise) la consommation d'oxygène pour
les moineaux pour la même durée et le même poids est 10 fois supérieure à celle des
poulets. Les oiseaux sont généralement plus petits en moyenne que les
mammifères; mais aussi maintenu au chaud en moyenne par les ressorts. Les plus
gros mammifères, éléphant, rhinocéros, baleine, sont nus car la taille permet de
sauver la couverture. Des discussions intéressantes sur ce sujet sont contenues dans le
document suivant d'E. Bergmann: "Sur les relations de l'économie de chaleur des
animaux avec leur taille. Göttingen 1848". Par exemple, (selon Regnault et Reise) la
consommation d'oxygène pour les moineaux pour la même durée et le même poids
est 10 fois supérieure à celle des poulets. Les oiseaux sont généralement plus petits en
moyenne que les mammifères; mais aussi maintenu au chaud en moyenne par les
ressorts. Les plus gros mammifères, éléphant, rhinocéros, baleine, sont nus car la
taille permet de sauver la couverture. Des discussions intéressantes sur ce sujet sont
contenues dans le document suivant d'E. Bergmann: "Sur les relations de l'économie
de chaleur des animaux avec leur taille. Göttingen 1848". Par exemple, (selon
Regnault et Reise) la consommation d'oxygène pour les moineaux pour la même
durée et le même poids est 10 fois supérieure à celle des poulets. Les oiseaux sont
généralement plus petits en moyenne que les mammifères; mais aussi maintenu au
chaud en moyenne par les ressorts. Les plus gros mammifères, éléphant, rhinocéros,
baleine, sont nus car la taille permet de sauver la couverture. Des discussions
intéressantes sur ce sujet sont contenues dans le document suivant d'E. Bergmann:
"Sur les relations de l'économie de chaleur des animaux avec leur taille. Göttingen
1848".
g) En supposant que la terre était aussi petite qu'un être humain ou même plus
petite, elle serait plutôt indifférente à la façon dont le soleil réchauffe sa surface telle
qu'elle est conçue, car les parties ombragées des dépressions sont irradiées par les
voisines Partager facilement la chaleur par conduction et transfert (en utilisant de
l'eau et de l'air); mais maintenant qu'il est si grand, son onctuosité et sa rondeur
relatives sont très importantes pour son apport global et relativement uniforme de
chaleur; car si les irrégularités de leur surface (montagnes, vallées), qui disparaissent
presque par rapport à la taille de la terre, présentent déjà des obstacles non
négligeables à cet égard, on peut voir à quel point elles seraient plus grandes, les
irrégularités seraient proportionnellement plus importantes . En conséquence, seules
les petites créatures à la surface de la terre avaient la forme qu'elles étaient si
fortement découpées et renflées, pas la surface de la grande terre elle-même. Sinon,
même ces petites créatures sur de nombreuses parties du monde auraient été
négligées pour satisfaire leurs besoins de chauffage ; ou plutôt, de nombreuses parties
du monde n'auraient pas du tout pu transporter de telles créatures. La taille de la Terre
est donc également liée à sa forme, qui est bien sûr également déterminée par de
nombreuses autres considérations. de nombreuses parties du monde n'auraient pas du
tout pu transporter de telles créatures. La taille de la Terre est donc également liée à
sa forme, qui est bien sûr également déterminée par de nombreuses autres
considérations. de nombreuses parties du monde n'auraient pas du tout pu transporter
de telles créatures. La taille de la Terre est donc également liée à sa forme, qui est
bien sûr également déterminée par de nombreuses autres considérations.
4) La forme de la terre est fondamentalement simple, régulière, sphérique,
seulement avec une légère évasion dans l'elliptique (d'où vient l'aplatissement aux
pôles), en détail et finement mais le plus varié à travers les montagnes et les vallées et
encore plus finement à travers les formes et activités créatives des créatures
organiques; la forme de l'homme, d'autre part, est essentiellement une collection de
montagnes et de vallées, si irrégulière, si complexe que seule la combinaison
symétrique de deux moitiés trahit la cohésion à travers une idée.
En raison de la modification elliptique, la forme sphérique de la terre est
individualisée par rapport à celle d'autres étoiles, par exemple comment la forme
principale sphérique globale du crâne de différentes personnes et races humaines est
individualisée les unes contre les autres grâce à certaines modifications.
Il semble y avoir un grand saut entre la variation que la forme sphérique de la terre
subit dans son ensemble de l'ellipticité ou de l'aplatissement, et celle qui est donnée
dans les montagnes et les vallées; ce dernier est si petit contre le premier. Mais il
existe un lien intermédiaire qui n'a été reconnu que récemment. Les traits subtils de la
terre sont aussi peu attachés à la caractéristique principale de la figure que nous.
La vraie forme de la terre (en dehors de ses irrégularités) est celle d'un sphéroïde, c'est-à-dire un
corps que l'on peut penser avoir été créé en faisant tourner une ellipse autour d'un de ses
axes. Puisque le petit axe apparaît maintenant comme l'axe de rotation de la terre, cela fait
apparaître la terre aplatie aux pôles.
L'aplatissement de la terre ou de la partie de rapport par laquelle le petit axe (axe polaire) de
la terre est plus petite que le grand axe (axe équatorial) est approximativement une / 300 de l'axe
principal; di le diamètre de la terre, pris de pôle en pôle, est compris entre 5 et 6 géogr. Miles plus
court que le diamètre terrestre de 1719 milles dans le plan équatorial.
L'aplatissement ne peut pas vraiment être nul avec aucun corps mondial qui tourne, et s'il n'est
pas visible avec le soleil, le mercure, la lune (dont la rotation coïncide avec le mouvement autour de
la terre), cela signifie seulement qu'il est trop petit pour être accessible à nos mesures. Les
recherches théoriques ont montré que, outre l'aplatissement imperceptible des pôles en rotation, la
sphère lunaire doit avoir une extension vers la terre, qui n'est que de quelques centaines de
pieds. Par ailleurs, l'aplatissement des différentes planètes est très différent. Par la terre, comme il
est indiqué, à propos de 1 / 300 , lorsque Jupiter 1 / 16 , lorsque Saturn 1 / neufQuand Uranus une / dix .
Les passages suivants des conférences populaires de Bessel sur l'astronomie fournissent de
bonnes informations sur les écarts susmentionnés par rapport à la forme sphérique, qui sont plus
petits que l'aplatissement, plus grands que les montagnes et les vallées.
P. 292. "Il y a des raisons qui rendent probable que la figure de la terre, prise dans son
ensemble, ne s'écarte pas très considérablement de la figure d'un sphéroïde créé en faisant tourner
une ellipse autour de son petit axe; seulement si si l'on exclut des degrés existants les mesures qui
perdent plus ou moins leur droit à la sécurité en raison de moyens insuffisants liés à leur exécution,
ou pour d'autres raisons, les autres (il y en a 10) ne peuvent en aucun cas être présupposées par la
condition sphérique Unir la figure de la terre, montrant que la surface de la terre est plus incurvée à
certains endroits et moins incurvée à d'autres. La dernière de ces mesures de degré, celle de la
Prusse orientale, a probablement faitque la vraie figure de la terre se comporte de manière régulière,
comme la surface inégale d'une eau en mouvement à celle d'une eau calme, ainsi que que les
inégalités individuelles ont une petite étendue, ne dépassant peut-être pas quelques kilomètres. "
P. 57. "Le résultat principal des mesures terrestres les plus précises est qu'on ne peut pas
donner une figure régulière de la terre qui explique toutes ces mesures en même temps, il subsiste
des différences dont l'explication ne peut être cherchée nulle part ailleurs que dans les irrégularités
de la figure de la terre elle-même, en irrégularités, dont la cause est une distribution irrégulière de la
masse de diverses densités à l'intérieur de la terre. "
P. 60. "Les irrégularités de la figure de la terre, en général, ne sont pas si étendues qu'elles
empêchent la figure d'être vue à travers dans son ensemble. Cette forme de base semble être presque
ou tout à fait régulière; les écarts semblent si peu étendus, que si la courbure réelle en un point est
supérieure à celle de la forme de base, elle peut être trouvée plus petite à 5 ou 10 milles de distance.
"
5) La terre s'est donnée sa forme principale. Un potier agrippe une boule d'argile à
l'extérieur avec sa main et en tourne une assiette ronde et plate à l'aide de son pied. La
terre s'est agglutinée par ses propres forces intérieures puis s'est aplatie par sa propre
rotation, a chassé ses montagnes avec sa propre force et a créé les formes organiques
d'elle-même. Les influences générales du ciel y ont contribué, mais ne pouvaient que
contribuer en partie à modifier la forme principale générée indépendamment, en
partie à développer les installations existantes de l'organisation.
Le passage suivant, que j'ai rencontré dans les lettres de Cotla (p. 54), peut enseigner à quel point
il est proche de penser à la structure de la surface de la terre telle que nous la rencontrons en matière
organique:
"En raison de l'attraction du soleil et de la lune lors de la solidification et de la densité inégale
de la masse, de petits gonflements à la surface de la terre sont provoqués, qui sont au-delà des
prévisions et à travers lesquels les effets de force changeants d'une époque révolue peuvent être
fixés dans une certaine mesure, comme parfois une impression puissante dans l'enfance provoque
une certaine ombrage permanent du caractère de l'homme. Tout comme notre individualité
psychologique ou physique, la forme de la terre est le résultat d'influences externes infiniment
variées sur ce qui a été initialement donné, qui prévaut toujours comme essentiel. "
"Si nous tous, les bosses à la surface de la terre, qui sont presque très petites par rapport à la
forme dans son ensemble et qui, parce qu'elles ne changent la direction de la gravité que très
imperceptiblement, ne peuvent pas avoir un effet notable sur les résultats des mesures de degré; si
nous sommes tous des bosses de la Compte tenu du sol et du fond de la mer, toutes les montagnes,
montagnes, plaines et vallées, en partie dues à des causes externes, en partie à des causes internes,
sont la diversité, la complication, la difficulté de tout retracer individuellement jusqu'à ses causes,
aussi grande que si nous voulions essayer de dériver toutes les caractéristiques individuelles d'une
personne de son organisation d'origine et des événements de sa vie. Nous ne pouvons pas résoudre
de telles tâches, nous devons être satisfaits dans les deux cas,pour saisir les principales
caractéristiques ou pour expliquer des détails isolés. "
6) Comme pour les humains et les animaux, la forme extérieure de la terre est
entièrement liée à la nature de l'intérieur, comme sa conclusion doit être
considérée. Si la terre à l'intérieur était différemment dense et lourde, son
aplatissement aurait également été différent, chaque hauteur de montagne aurait été
différente, la rivière et les fonds marins auraient été différents, et même la taille et la
forme des créatures vivantes à la surface auraient été différentes Les considérations
d'objectif doivent être différentes de ce qu'elles sont maintenant, comme cela
continue de le montrer.
Par le calcul de l'aplatissement de Newton a été fondée sur l'hypothèse que la masse de la terre
est uniformément réparti à l'intérieur, il a trouvé la relation entre les axes 230 : 229 (di une / 230 ), qui
est trop grande , car la masse de la terre par Est vraiment plus dense à l'intérieur qu'à l'extérieur. La
plus petite taille, qui aura lieu dans le plus grand compactage autour du centre serait 1 / 576 . La
nature de la distribution des matériaux peut donc modifier considérablement la forme. (Bessel,
Popul. Conférences p. 42).
Clairault a montré que, quelle que soit la structure des couches à l'intérieur de la terre, la
somme de l'aplatissement et de l'augmentation de la gravité de l'équateur aux pôles doit être trois
fois et demie supérieure à la force centrifuge sous l'équateur.
Le fait que la forme principale de la terre dans son ensemble soit beaucoup plus
simple que celle de ses créatures est très clair du fait que la grande variété de
conditions terrestres dans lesquelles les organismes sont directement intégrés et par
rapport auxquels ils doivent se comporter de manière appropriée sont également
incontestables. joué un rôle dans leur éducation. Cela peut être ignoré en général,
même si l'on ne peut pas le suivre en particulier. D'un autre côté, les conditions du
monde extérieur, qui auraient pu exercer sur eux une influence d'étirement ou
d'oppression, se sont éloignées de la terre. Ce point de vue fait également apparaître
que le processus de conception de la Terre est relativement indépendant de celui de
l'homme. La terre a relativement beaucoup plus externe à la première formation de
l'homme, quand le ciel a travaillé pour façonner la terre; bien qu'une certaine
participation des stars ait également eu lieu avec elle. Il est lui-même une partie plus
importante du ciel, et a donc une part plus importante de ses pouvoirs créatifs que
l'homme
S'il existe des êtres terrestres inférieurs qui ont également une forme très simple,
presque sphérique, ce sont généralement ceux aux conditions de vie limitées, dont la
formation n'a sans doute pas permis une grande polyvalence et une non-uniformité
dans les conditions de conception plus détaillées. Ici, il n'a pas l'air beaucoup par
cœur, ni beaucoup à l'intérieur pour créer une forme compliquée.
7) Avec une évaluation esthétique de la forme de la terre, nous devrons faire
attention à ce que notre sentiment d'êtres humains ne nous trompe pas et que nous
fassions les mêmes exigences que nous devons naturellement faire dans le domaine
des êtres humains là où ils existent. est une zone surhumaine. La forme humaine,
avec toute son irrégularité et son manque apparent de principe, apparaîtra et doit
toujours apparaître à l'homme comme la plus belle pour des raisons de parenté; La
physionomie des hottentots semble la plus belle même aux hottentots. C'est pour ça
que c'est? Pour la même raison, cependant, pour un être supérieur à l'homme, la
forme humaine ne peut pas sembler être la plus belle, et au sens supérieur ne peut pas
être la plus belle. Maintenant demandons quelle forme nous pouvons considérer
comme des êtres supérieurs aux plus fantaisistes, pour des raisons de raison, puisque
les raisons de sentiment ne peuvent pas nous guider ici; il devra sans aucun doute être
celui qui permet le développement le plus harmonieux et la réalisation la plus
sophistiquée des tendances à des fins supérieures. Parce que même avec notre propre
design, la correspondance des motifs esthétiques et fonctionnels peut être suivie dans
les moindres détails. Cependant, il deviendra de plus en plus clair au cours de la
persécution comment la forme principale simple mais finement travaillée de la terre
répond aux exigences les plus élevées à cet égard. Plus d'informations sur ce sujet en
annexe. ce qui permet le développement le plus harmonieux et la réalisation la plus
sophistiquée des tendances à des fins plus élevées. Parce que même avec notre propre
design, la correspondance des motifs esthétiques et fonctionnels peut être suivie dans
les moindres détails. Cependant, il deviendra de plus en plus clair au cours de la
persécution comment la forme principale simple mais finement travaillée de la terre
répond aux exigences les plus élevées à cet égard. Plus d'informations sur ce sujet en
annexe. ce qui permet le développement le plus harmonieux et la réalisation la plus
sophistiquée des tendances à des fins plus élevées. Parce que même avec notre propre
design, la correspondance des motifs esthétiques et fonctionnels peut être suivie dans
les moindres détails. Cependant, il deviendra de plus en plus clair au cours de la
persécution comment la forme principale simple mais finement travaillée de la terre
répond aux exigences les plus élevées à cet égard. Plus d'informations sur ce sujet en
annexe.
Bien sûr, même les créatures les plus basses, les infusoires, les petits champignons,
ont la forme principale simple, presque sphérique, et donc la forme principale simple
des étoiles ne prouverait pas à elle seule le niveau élevé qu'elles occupent sur l'échelle
des êtres. Cependant, comme c'est si souvent le cas, il est possible que le plus bas
touche le plus haut dans l'aspect superficiel. Le crâne des personnes les plus
ingénieuses, où tous les organes de Gall seraient formés de manière assez uniforme,
serait tout aussi lisse que celui des plus simples, où aucun ne se formerait; mais sous
le crâne, cela aurait l'air très différent dans les deux cerveaux. La différence est que
les développements organisationnels inférieurs n'ont que la forme principale simple
sans élaboration, les plus élevés ont à nouveau la forme principale simple, mais avec
elle l'élaboration la plus riche, la plus fine et la plus profonde. Maintenant, avec la
terre entière, l'élaboration est apparemment encore plus subtile et profonde que même
chez l'homme, car elle va directement à l'homme lui-même.
8) L'apparence et la beauté physionomique de la terre sont basées non seulement
sur sa forme, mais encore plus sur son éclat et sa couleur et son changement d'éclat et
de couleur.
Dans l'ensemble, il est une sphère brillante, sur une moitié du ciel bleu et le soleil,
miroir de l'autre la nuit du ciel et les étoiles, en tenant compte du fait que plus
de 2 / 3de la terre sont recouverts de mer. La terre est le miroir du ciel, car elle ne peut
pas être le ciel tout entier. Seul le vert de la mer se dispute et change avec le bleu
miroir du ciel. Mais juste au moment où la terre et les montagnes jaillissaient du
miroir lisse de la mer par milliers de virages et de courbures avec des vallées et des
profondeurs entre les deux, une scène de milliers de couleurs terrestres et de reflets de
couleurs, avec des profondeurs d'ombre entre les deux, jaillit de la monotonie de la
réflexion céleste. Le bas du pays redevint vert; parce que cela reste toujours la
couleur principale de la terre; mais toutes les couleurs jouent sur le fond vert. Là où le
pays se termine, le miroir du ciel recommence, de sorte que, comme la terre entière se
baigne dans le ciel, une fois de plus leur terre à son image.
9) Lorsque vous vous tenez sur une haute montagne, comme vous êtes heureux de
voir la splendeur; mais il s'agit de la terre entière. Oui, la surface de la terre est un
paysage de tous les paysages qui peuvent être vus de toutes les hautes
montagnes. Tout gracieux, tout silencieux, tout sauvage, tout romantique, tout désolé,
tout gai, tout luxuriant, tout frais, ce que nous voyons dans les paysages individuels
serait vu tout d'un coup dans la physionomie de la terre, si seulement l'œil humain
faisait tout pourrait s'étendre à la fois. Le portrait et la peinture de paysage se
rencontrent ici parce que le paysage est la face de la terre. Mais ce n'est pas
seulement un paysage de montagnes et d'arbres, mais aussi avec les gens qui s'y
trouvent. Leurs visages ne sont eux-mêmes que des parties de leurs visages. Dans ce
document, les yeux humains comptent à côté des gouttes de rosée comme des
diamants vivants à côté de cailloux vides. De plus, ce qui change dans la floraison et
le flétrissement ci-dessous, dans les nuages changeants au-dessus, et comment le ciel
change, le miroir du ciel, la mer, change toujours.
Abondance de sève d'herbes, éclat de feuilles, contour de montagnes; tous ces éléments
déterminent l'impression totale d'une région. Les mêmes types de montagnes se forment sous toutes
les zones: trachyte, basalte, ardoise de pophyr et groupes de roches dolomitiques de même
physionomie .... Des formes végétales similaires, des sapins et des chênes limitent également les
pentes des montagnes en Suède, comme celles de la partie la plus méridionale du Mexique. Et avec
toute cette correspondance dans les formes, avec cette égalité des contours individuels, leur
regroupement en un tout prend le caractère le plus divers. (Les vues de Humboldt sont 16-18.) Des
groupes d'ardoises et de roches dolomitiques de Pophyr de même physionomie .... Des formes
végétales similaires, sapins et chênes, limitent également les pentes des montagnes en Suède,
comme celles de la partie la plus méridionale du Mexique. Et avec toute cette correspondance dans
les formes, avec cette égalité des contours individuels, leur regroupement en un tout prend le
caractère le plus divers. (Les vues de Humboldt sont 16-18.) Des groupes d'ardoises et de roches
dolomitiques de Pophyr de même physionomie .... Des formes végétales similaires, sapins et
chênes, limitent également les pentes des montagnes en Suède, comme celles de la partie la plus
méridionale du Mexique. Et avec toute cette correspondance dans les formes, avec cette égalité des
contours individuels, leur regroupement en un tout prend le caractère le plus divers. (Les vues de
Humboldt sont 16-18.)
On peut se demander pourquoi tout le beau contexte du paysage autour de la terre
alors que personne n'en a la vue cohérente? Je demande donc et je veux une
réponse. Il n'y a aucun moyen de saisir la Terre en général. Quand je vois un grand
paysage étendu dans ou sur un simple cadre rond, et que la terre est simplement un
cadre rond quand j'en vois un caractère continu, et il a certainement un caractère en
relation avec les paysages d'autres étoiles ainsi que les mêmes après les relations
subalternes changent, cela ne me satisfait pas de croire qu'elle n'est là que pour être
vue en morceaux, car nous ne pouvons regarder la terre qu'avec nos yeux. Mais
pourquoi ne considérons-nous que nos yeux comme des pièces isolées; pourquoi pas
comme les yeux d'un seul et même être, qui jettent leur image dans une âme? N'est-ce
pas une erreur du point de vue souvent critiqué? Et ne devrait-il pas y avoir aussi des
yeux sur l'humain? Mais nous n'y arriverons qu'à l'avenir.
En tout cas, le fait que nous voyons avec nos yeux ne peut pas empêcher la terre de voir avec
nous. Les gens aiment ramasser avec de petites tasses, en verser dans des seaux plus grands et les
verser hors des seaux dans un baril; mais chaque seau ne peut que savoir ce qu'il y a dedans, pas
ce qu'il y a dans le tonneau. Nos yeux sont les tasses, nous les seaux, la terre le tonneau. Des
milliers et des milliers d'images spéciales différentes ne tombent pas sur autant de terminaisons
nerveuses individuelles dans chacun de nos yeux et pourtant toutes se rejoignent pour former une
seule image qui tombe dans une âme, quelles que soient les fibres auxquelles ces extrémités
appartiennent, ne convergeant nulle part en un point ? Avec la libre disposition d'autres moyens
plus importants, un objectif similaire pourrait être atteint dans un sens plus large et plus
élevé. Mais cela fait partie de la question de l'âme.
10) Le vert reste toujours la couleur principale, oui on peut en fait dire la couleur
du corps de la terre. C'est seulement avec la couleur principale comme avec la forme
principale. Tout comme la figure principale s'aplatit aux pôles, gonfle à l'équateur et
se manifeste autrement de diverses manières, la couleur principale de la terre aux
pôles s'aplatit en blanc et gonfle et change sous les tropiques en raison de la
végétation luxuriante souvent en détail par d'autres couleurs. L'atmosphère bleue aux
voiles de nuages enveloppe la terre comme dans un vêtement transparent, léger et
facilement pliable; et la terre ne se lasse pas de constamment poser et plier les voiles
de nuages. Les vents lui servent pour cela. Aucune robe grecque ne permet à une
figure de voir à travers si magnifiquement et est pourtant capable de la couvrir si bien
et de changer la draperie si librement. Partout où cela sert, elle tisse immédiatement
les voiles et les laisse fondre à nouveau. Elle donne le matériel pour la robe et les
voiles elle-même, la couleur bleue et les ourlets dorés sont donnés par le ciel; au
moins il donne la lumière pour en préparer la couleur et l'or.
Si l'atmosphère ici est prise comme une robe, mais parfois comme une partie de la terre, cela ne se
contredit pas; La robe fait également partie du corps chez les animaux; en général, cependant,
l'atmosphère de la terre représente simultanément une grande variété de fonctions, dont certaines se
combinent différemment chez les créatures de la terre, dont certaines sont séparées, comme cela
sera plus clairement éclairé à l'avenir. Enfin, les comparaisons restent toujours des comparaisons.
Il n'est pas contesté que tous les corps du monde n'auront pas la même couleur
principale verte, la même coquille bleue, le même jeu de nuages blancs et d'or rouge
le matin et le soir, la même répartition de la mer réfléchie et des terres colorées, la
même alternance de prairies, de forêts et de champs et de sable que celle-ci.
Terre. Chacun aura quelque chose de différent et de différent pour cela; peut-être
même avoir des sensations de couleurs différentes aux yeux des créatures; qui peut
savoir Tout comme les créatures de la terre diffèrent de manière caractéristique par
une couleur principale et des marques spéciales et des modifications de celle-ci, de
même que celle du ciel. Les créatures de la terre, en particulier les plantes,
contribuent de manière significative à la couleur caractéristique de la terre. Un oiseau
colore et se caractérise par des plumes sèches; la terre à travers des herbes et des
arbres verts et fleuris.
On peut voir que Mars, le voisin de la Terre, apparaît rougeâtre, mais vert. Le vert
et le rouge se complètent optiquement au blanc. Peut-être que les couleurs principales
des différentes planètes se complètent de différentes manières au blanc de la lumière
du soleil 4) , dont toutes proviennent à l'origine, comme les planètes elles-mêmes
proviennent toutes à l'origine du soleil; de sorte que les planètes dans leurs orbites,
pour ainsi dire, dessinent les éléments d'un grand arc-en-ciel à travers le ciel, tout
comme notre arc-en-ciel terrestre est créé par des boules (gouttes), bien que beaucoup
plus petites. Mais ce sont des fantasmes.
4) Tout comme le vert et le rouge se complètent optiquement au blanc, le violet et le jaune, l'orange et le bleu le
font également.

La probabilité d'une coloration particulière des planètes semble être contrée par le fait que, à part
la faible coloration rougeâtre de Mars, nous ne voyons pas leurs disques comme colorés. Mais la
terre ne voudrait guère apparaître des autres planètes avec nos yeux dans la couleur verte
particulière, qui vient sûrement à la terre et à la mer. Les masses de glace des pôles de la terre, les
régions hivernales et désertiques du pays, les miroirs ondulatoires des mers 5), les nuages et les
brouillards de l'atmosphère et la masse d'air de l'atmosphère elle-même (en raison de son pouvoir
réfléchissant la lumière) donnent trop de lumière blanche ou de couleur étrangère, que l'observateur
extérieur mélange avec le vert, et l'affaiblit légèrement pour lui à l'imperceptible. Certaines planètes
comme Vénus et Jupiter ont vraiment une atmosphère très épaisse, nuageuse ou brumeuse. De plus,
il y a la circonstance suivante: nous voyons le soleil, la lune et les étoiles plutôt jaunâtres ou rouge-
jaunâtres que blancs ou de couleurs différentes, car notre atmosphère est de préférence inclinée à
laisser passer la lumière rouge-jaunâtre et à rejeter les bleus. Les corps célestes nous apparaissent
maintenant plutôt en accord avec cette particularité de notre atmosphère, donc tous colorés de la
même manière qu'à leur manière; et seulement là où, comme Mars, la coloration particulière est très
intense, elle prédomine quelque peu. Pour ainsi dire, la terre a l'œil d'une jaunisse, elle voit tout en
dehors du jaune, ou est comme une maison de verre avec des murs de verre jaune. Tout ce qui n'est
pas d'une couleur très décisive à l'extérieur apparaît désormais jaune.6)
5)Indépendamment du fait que la mer elle-même est verte, chaque réflexe solaire apparaît blanc, et ces reflets,
comme le montre chaque vague, sont beaucoup plus intenses que la lumière verte.
6)Il y a des verres qui apparaissent bleus lorsque vous les regardez à cause de la lumière qu'ils rejettent dans
les yeux, mais faites apparaître tout derrière eux jaune ou rouge-jaune, de préférence en ne laissant passer que
les rayons colorés; Un tel verre est notre atmosphère, qui apparaît bleue lorsque vous la regardez, mais qui de
préférence ne laisse passer que la lumière rouge-jaune.

12) Tout notre corps et chaque créature organique sont constitués de cellules,
chaque cellule est un mur rempli de liquide et le mur s'épaissit progressivement de
l'extérieur vers l'intérieur. La terre, avec sa coquille relativement mince mais aussi
solide qui s'épaissit progressivement de l'extérieur vers l'intérieur et son contenu
liquide, n'est que le plus grand modèle et en même temps la cellule mère de toutes ces
cellules; parce que tous les bâtiments de cellules organiques sont des produits de la
grande cellule terrestre, bien que inconnus, par quel processus. Dans la plus grande
simplicité et la plus grande magnificence, elle présente le modèle selon lequel les
éléments des êtres organiques sont formés; mais ce n'est pas lui-même un élément
équivalent à eux, mais le tout supérieur, qui se reflète dans la construction de ces
petits éléments. Le plus grand touche à nouveau avec le plus petit. La cellule végétale
était déjà appelée un petit organisme qui vivait de façon indépendante et voulait
subordonner toute l'individualité de la plante à l'individualité de la cellule.7) L'un s'est
trompé. Toutes les plantes, tous les animaux, l'individualité, sont vraiment
subordonnés à l'individualité de la cellule, pas seulement la cellule qu'ils ont en eux,
mais celle qui les a en eux. Dans la construction du monde, bien sûr, la terre et
chaque étoile réapparaissent en tant que cellule subordonnée en tant que cellule de
notre corps.
7) cf. Nanna p. 282.

13) La terre contient toutes les substances individuelles que contient le corps
humain, mais pas l'inverse, le corps humain contient toutes les substances
individuelles que la terre contient, ni or, ni argent, ni zinc, ni plomb, ni iode, ni
brome, etc. La terre doit probablement contenir toutes les substances que contient le
corps humain, puisque toutes les substances du corps humain lui-même viennent
d'abord du corps terrestre et y retournent. À cet égard, ce que la Bible dit est
strictement valable: l'homme est fait d'un morceau de terre et redeviendra la terre. Il
suffit de prendre la terre au sens large que nous faisons toujours; sinon, la Bible aurait
également tort. Les humains et les animaux sont même constitués des substances les
plus courantes sur terre, et c'est une bonne chose, sinon les humains et les animaux
devraient être rares. Mais il existe de nombreuses substances composées dans les
corps humains et animaux qui ne se produisent pas à l'extérieur, les graisses, les
protéines, le lait et le sang. Sur cette base, on dit souvent qu'elle justifie la séparation
entre organique et inorganique: les humains et les animaux ont donc des pouvoirs
complètement différents de ceux de la terre; car ils sont capables de forcer, de lier, de
changer les matériaux d'une manière qu'ils ne peuvent pas. Mais elle peut le faire; elle
peut le faire au moyen des créatures organiques, qui ne sont que ses
membres. Seulement au moyen d'elle, tout naturellement. Pour produire de l'acide
sulfurique, de la poudre à canon, des usines spécialement créées à cet effet sont
nécessaires, et d'ailleurs, aucune ne peut et ne peut être créée; Donc, le lait et le sang,
bien sûr, ne sont pas à part et à côté des créatures organiques, car elles seules sont les
usines adaptées à leur production. La terre ne produit pas seulement de telles choses
au moyen de ces usines, elle a également su produire ces usines elle-même. Vous
demandez, mais pourquoi les a-t-elle créés plus tôt, pas maintenant. Même
maintenant, juste d'une manière plus facile qu'initialement. La première forge a peut-
être été difficile à fabriquer, maintenant les vieilles forges peuvent facilement en
produire de nouvelles en forgeant les outils pour les nouvelles dans les anciennes, et
aucune forge ne sort de la terre. Ainsi, une fois que les créatures organiques ont
émergé, les nouvelles les feront naître à nouveau plus facilement qu'elles ne peuvent
en être originaires. mais pourquoi les a-t-elle créés plus tôt, pas maintenant. Même
maintenant, juste d'une manière plus facile qu'initialement. La première forge a peut-
être été difficile à fabriquer, maintenant les vieilles forges peuvent facilement en
produire de nouvelles en forgeant les outils pour les nouvelles dans les anciennes, et
aucune forge ne sort de la terre. Ainsi, une fois que les créatures organiques ont
émergé, les nouvelles les feront naître à nouveau plus facilement qu'elles ne peuvent
en être originaires. mais pourquoi les a-t-elle créés plus tôt, pas maintenant. Même
maintenant, juste d'une manière plus facile qu'initialement. La première forge a peut-
être été difficile à fabriquer, maintenant les vieilles forges peuvent facilement en
produire de nouvelles en forgeant les outils pour les nouvelles dans les anciennes, et
aucune forge ne sort de la terre. Ainsi, une fois que les créatures organiques ont
émergé, les nouvelles les feront naître à nouveau plus facilement qu'elles ne peuvent
en être originaires.
Ne trouvons-nous pas aussi en nous-mêmes que la bile ne peut être produite sans le
foie, la salive non sans les glandes salivaires, les larmes non sans les glandes
lacrymales? Il est naturel, bien sûr, que même la terre ne puisse pas produire les
substances qui se produisent dans les créatures organiques sans ces créatures
organiques. Mais est-ce pour cela que les créatures organiques lui appartiennent
moins que le foie au reste du corps, qui ne peut pas faire ce qu'il peut faire avec et à
travers le foie sans et sans le foie? Les créatures organiques sont tout aussi peu
capables de produire ces substances sans le reste de la terre que notre foie et nos
glandes salivaires, notre bile et notre salive sans le reste de l'organisme. Le corps
organique ne peut produire ses produits, tels que le foie et les glandes salivaires, que
si la substance est correctement absorbée par l'environnement et libérée dans
l'environnement.
14) Selon le contexte (forme d'agrégation) des substances, on peut distinguer
solide, liquide, aéré, brumeux et impondérable dans la terre et dans notre corps. Nous
avons des roches dans nos os, des courants traversent nos veines, des vapeurs et de
l'air soufflent à travers nos outils respiratoires, la lumière pénètre par nos yeux, la
chaleur pénètre par notre corps, un agent fin peut circuler dans nos
nerfs. Macrocosme, microcosme. Mais maintenant, si vous regardez de plus près, nos
os ne sont pas de la pierre pure, notre sang n'est pas de l'eau pure, notre souffle n'est
pas de l'air ordinaire pur et de la vapeur d'eau pure, et ce qui circule dans nos nerfs
n'est nulle part visible à l'extérieur, donc il ne peut en être autrement. être quand notre
corps est vraiment l'organe le plus complexe sur terre; la chose la plus simple dans
notre corps devra être un peu plus compliquée que ce que nous voyons à l'extérieur; il
y a donc plus d'humidité dans les os que dans les rochers, et dans le sang plus solide
et plus air que dans l'eau, et le souffle est plus brumeux que l'air et est impondérable
dans nous étions tellement pris dans le tangible qu'il n'était pas possible de séparer ses
lois et son cours.
Les relations spécifiques du solide, du fluide, de l'air et de l'impondérable sont discutées plus
en détail dans l'annexe de cette section.
15) La terre montre, comme notre corps, des mouvements qui sont en partie
externes, en partie internes, si nous comprenons que les mouvements externes sont
ceux où ils se déplacent dans le monde extérieur, ou (par rotation) changent de
position par rapport au monde extérieur dans son ensemble, parmi les intérieurs, où
leurs propres parties changent de position les unes par rapport aux autres. Il se
déplace autour du soleil dans son ensemble, tourne autour de son axe dans son
ensemble, et des mouvements des plus variés ont lieu entre ses parties, en particulier
à sa surface. Les anciens mouvements sont beaucoup plus uniformes que ceux que
nous pouvons faire; cette dernière beaucoup plus variée, indéfinissable, changeante.
Cette différence peut être interprétée comme suit:
Une grande machine parfaite avec de nombreuses roues et leviers, et en elle est un
organisme analogue à la machine, peut être obtenue en tirant un poids simple au
cours des activités et des performances les plus variées; la simple roue, le simple
levier lui-même nécessite une grande variété d'accessoires et de manipulation externe
afin d'accomplir beaucoup de choses. Il en est de même de notre terre contre nous. La
Terre a tellement plus de moyens de mouvement en elle que la simple marche autour
du soleil, le simple tour de soi suffit pour y divertir le jeu le plus vivant et le plus
varié. Notre compulsion à faire des va-et-vient irréguliers, à étirer et à étirer nos
membres dans toutes les directions, n'est pas une preuve de notre excellence, mais de
notre demi-cœur, de notre carence; car au lieu de ce dont nous avons besoin Afin de
garder notre équipement intérieur en marche et de nous entraîner pour nous retrouver,
nous devons chercher la plupart des outils en dehors de nous-mêmes; c'est le but de
notre flottement troublé. Pourquoi la terre attend-elle la même chose, car elle a tout à
l'intérieur que nous recherchons extérieurement, même les chercheurs et nos
recherches? Si la terre faisait des mouvements extérieurs similaires aux nôtres, elle ne
serait qu'un singe d'elle-même, même les plus petites particules d'elle-même. oui les
chercheurs nous-mêmes et nos recherches? Si la terre faisait des mouvements
extérieurs similaires aux nôtres, elle ne serait qu'un singe d'elle-même, même les plus
petites particules d'elle-même. oui les chercheurs nous-mêmes et nos recherches? Si
la terre faisait des mouvements extérieurs similaires aux nôtres, elle ne serait qu'un
singe d'elle-même, même les plus petites particules d'elle-même.
Börne a dit un jour (Ges. W. II. P. 51): "La colère des puissants est très différente de
celle des faibles. Ce dernier est agité parce qu'il essaie de se vider à travers les mots
et les signes. Plus grand est plus à l'intérieur. Pourquoi une reine devrait-elle serrer
son propre poing alors que mille poings étranges sont prêts à servir sa vengeance? " -
On peut facilement transférer cela à notre Reine, la Terre. Le mouvement de votre
âme est également plus intérieur. Elle n'a pas non plus besoin de serrer ses poings
vers l'extérieur, car tous nos poings se serrent déjà pour elle, seulement qu'ils ne sont
pas des étrangers, mais les siens.
La personne tout entière n'est-elle pas aussi un être plus calme que les courants
incessants et toujours circulants et le peu de sang dans ses nerfs et ses veines? Ce
qu'il fait à l'intérieur de lui, ce que ses pensées et ses sentiments lui attachent, il ne le
fait plus à l'extérieur, il fait tellement à l'extérieur que ce jeu intérieur continue
toujours. Il en est de même avec la terre et le jeu agité en elle. Mais parce qu'elle est
un être encore plus élevé et plus accompli que nous, elle le fait moins extérieurement
que nous et plus en elle-même que nous. Le monde dans lequel Dieu réside ne fait
rien extérieurement, tout en lui-même.
Comme partout, il y a une touche d'extrêmes. La pierre morte se déplace vers
l'extérieur aussi peu que le monde plein du Dieu vivant. Mais la différence est que la
pierre morte ne bouge pas intérieurement, mais le monde plein du Dieu vivant a tout
bougé intérieurement. La Terre s'approche de l'extrême supérieur plus que
nous. Cependant, parce que le monde se tient toujours au-dessus de la terre et des
étoiles, ils ne peuvent pas complètement manquer le mouvement extérieur, car leur
mouvement extérieur doit donner les plus grands mouvements intérieurs du monde.
Maintenant, les considérations fonctionnelles pour lesquelles la terre pourrait
conserver une caractéristique principale aussi simple de sa forme seront ignorées plus
complètement qu'auparavant. La forme des balais est directement liée à la façon dont
ils se déplacent. À quel point nous serions différents si nous n'avions pas besoin de
jambes pour courir, de bras allongés, de cou pour tourner la tête et d'organes
sensoriels pour trouver notre chemin. Mais la terre, pourquoi avait-elle besoin des
jambes, elle n'a rien d'autre qu'à marcher sur un sol ferme, le sol ferme et les jambes
qui courent sont dedans; pourquoi avait-elle besoin des pauvres, elle n'a rien en elle
que de longs, mille bras longtemps après mille choses en elle; pourquoi avait-elle
besoin d'un cou, elle n'a pas de tête spéciale pour tourner, elle se tourne tout autour, et
les gens en elle, et les têtes sur les gens et les yeux dans les têtes tournent
particulièrement pour compléter en détail ce que le mouvement dans son ensemble
laisse à désirer; pourquoi avait-elle besoin d'yeux spéciaux et d'un nez
particulièrement saillant, elle trouve son chemin sans yeux et nez et a mille yeux et
nez en elle pour chercher les voies en elle et sentir les fleurs en elle. Mais parce qu'il
contient tout ce que nous devons chercher à l'extérieur, il n'a pas du tout besoin de
nos moyens externes de recherche, ce qui lui donne la forme purement autonome. il
se fraye un chemin sans yeux ni nez et a mille yeux et nez dedans, pour y chercher les
voies et y sentir les fleurs. Mais parce qu'il contient tout ce que nous devons chercher
à l'extérieur, il n'a pas du tout besoin de nos moyens externes de recherche, ce qui lui
donne la forme purement autonome. il se fraye un chemin sans yeux ni nez et a mille
yeux et nez dedans, pour y chercher les voies et y sentir les fleurs. Mais parce qu'il
contient tout ce que nous devons chercher à l'extérieur, il n'a pas du tout besoin de
nos moyens externes de recherche, ce qui lui donne la forme purement autonome.
Cotta in Cic prouve par des considérations similaires. de natura deorum (I. c. 33.) contre Belleius
que la figure des dieux ne doit pas nécessairement être humaine.
,, Ne hoc quidem vos movet, considerantes, quae sit utilitas, quaeque opportunitas in homine
membrorum, ut judicetis, membris humanis Deos non egere? quid enim pedibus opus est sine
ingressu? quid manibus, si nihil comprehendendum? quid reliqua descriptione omnium corporis
partium, in qua nihil inane, nihil sine causa, nihil supervacaneum est? Itaque nulla ars imitari
sollertiam naturae potest. Habebit igitur linguam Deus, et non loquetur: dentes, palatum, fauces
nullum ad usum: quaeque procreationis causa natura corpori affinxit ', ea frustra habebit Deus: nec
externa magis, quam interiora, cor, pulmones, jecur, cetera, quae, detracta , quid habent venustatis?
"
17) La terre n'est pas entièrement sans besoin extérieur; elle a besoin de puiser dans
une source céleste plus élevée de lumière et de chaleur. Maintenant, cependant, sa
figure principale si simple est combinée avec son mouvement et sa position tout aussi
simples de la manière la plus avantageuse et avec l'élaboration et la structuration plus
fines de la forme et du mouvement, oui, comme nous l'avons vu plus tôt, même liés à
la taille pour répondre à ce besoin suffire de la manière la plus parfaite pour que, bien
qu'elle ne soit toujours qu'une seule et même source principale de lumière et de
chaleur et cela uniquement d'un côté et à une distance quasi constante, elle peut en
être tirée de tous côtés et du don, qui est toujours le même, dans l'ensemble peut se
diviser de différentes manières et basculer avec lui de différentes manières.
Si la terre était un disque plat, le soleil aurait toujours le même effet sur toute sa
surface; mais la forme sphérique de la terre signifie que les rayons du soleil la
frappent sous tout biais; maintenant, ils expriment le plein effet sur les endroits où ils
se rencontrent verticalement, et les plus faibles lorsqu'ils les frappent en ardoise. Cela
crée la diversité des climats de l'équateur aux pôles. Si la terre était un disque plat, le
ciel serait le même partout sur la terre; maintenant chaque endroit sur terre a un ciel
différent au-dessus; il y a la différence de la sphère droite, parallèle et oblique. Juste
le plus simple La forme principale de la terre, symétrique de tous les côtés, a permis
l'épuisement de toutes les différences possibles dans les climats et les façons de
regarder le ciel selon un plan de base cohérent, sans aucune résistance aux
modifications locales. Si la terre filait droit dans le ciel comme une flèche, elle
s'éloignerait de plus en plus de sa source de lumière et de chaleur; mais s'il restait
immobile vers lui, il ne serait éclairé et réchauffé que d'un côté et seulement de la
même manière. Mais de cette façon, il fait le tour de sa fontaine de lumière, le soleil,
pour qu'il reste avec lui, et se retourne de telle sorte qu'il reçoit progressivement la
lumière et la chaleur dont il a besoin de tous côtés; ce qui ne lui plaît pas parfois,
tombe dans le sommeil, en organisant la périodicité des organismes de telle manière
que le besoin de ce sommeil vienne aussi souvent que le soleil s'en va. Si l'axe de la
terre était perpendiculaire à son orbite, l'alternance du jour et de la nuit serait la même
partout dans le monde et tout au long de l'année, et il n'y aurait pas de saisons; mais la
terre incline son axe de telle sorte que les jours et les nuits au-dessus de la terre
prennent des longueurs différentes et changent tout au long de l'année à chaque
endroit, et que toutes les saisons se produisent simultanément à différents endroits de
la terre et à chaque endroit pendant une année passe par toutes les saisons, l'hiver
alternant entre les moitiés sud et nord. Si l'axe de la Terre a toujours suivi la même
étoile, donc chaque endroit sur terre garderait toujours le même ciel au-dessus de lui,
mais il en va de même du changement progressif dans la direction de l'axe de la terre
que chaque endroit change graduellement le ciel. Il est merveilleux de voir comment
le plan des changements les plus variés a pu être réalisé avec des moyens aussi
simples. Entre-temps, ce plan de base n'est que la base de nouveaux changements
plus libres d'un ordre supérieur. Si la terre était une sphère très lisse avec une surface
uniforme, des conditions de lumière et de température et tout ce qui y était lié
resterait le même dans chaque ceinture parallèle à l'équateur; chaque année, les
mêmes apparitions auraient lieu le même jour en tout lieu. Ainsi, malgré les grands
systèmes qui semblaient calculés pour empêcher la monotonie des circonstances, il
émerge à nouveau dans le changement réalisé dans la règle ferme de la même
chose. Maintenant, cependant, le même changement de température, qui se manifeste
de l'équateur aux pôles en grand, se répète sur chaque montagne supérieure en petit,
et l'emplacement des montagnes et des eaux suit des conditions incommensurables
qui, par leur effet sur les conditions climatiques et annuelles, chacune seule La
possibilité de récidive locale ou temporelle est annulée. Le calendrier centenaire est
une absurdité. Mais parce que ces influences locales ne font que modifier les
conditions climatiques et annuelles, et non les annuler, elles ont toujours une base
commune et un lien commun pour tous les changements qui dépendent des influences
locales.8) La pression de l'air et le vent ajoutent à la bande fixe, qui est basée sur le
principe des climats et des saisons, une bande mobile, qui met tous les changements
locaux, qui sont causés par toute influence dans les cercles de l'air de la terre, dans
une relation vivante, de sorte que chaque Changement qui a lieu quelque part, comme
continuer à travers une corde ou une corde tendue.
8) Ainsi, le niveau de neige sur la côte norvégienne (710 1/ 4 NB) à 720 mètres de hauteur, dans les Alpes (45 #
3/ 4 ° à 46 ° NB) à 2708 mètres; à Quito, assez en dessous de l'équateur, à une altitude de 4824 mètres. En été,
vous devez beaucoup moins escalader une montagne pour voir la température chuter d'une quantité donnée
qu'en hiver, etc.

Selon une idée intéressante (si je ne me trompe pas de Humboldt), on peut penser
que la terre entière elle-même est composée de deux hautes montagnes, qui sont
assemblées avec la base de l'équateur et ont leurs pics glacés dans les pôles. Vos
garçons, les petites montagnes, essayez ensuite de les imiter en petites. Mais selon un
principe différent; car tandis que le refroidissement des pôles dépend de la plus
grande inclinaison des rayons du soleil, celui des sommets des montagnes dépend de
la plus grande élévation au-dessus de la terre chauffée. Cela n'est pas sans intérêt, si
nous voyons que la terre produit des phénomènes analogues à grande et à petite
échelle déjà en dehors de nous selon des principes très différents, nous ne pouvons
pas être surpris si elle, dans le moindre détail, applique à nouveau de nouveaux
principes , et ainsi z. B.
Alors que les montagnes au sommet de la hauteur ont également un pic de
refroidissement fixe, elles ondulent également leurs ombres en se refroidissant sur la
zone environnante, et la façon dont ces sujets se déplacent est très différente selon
l'emplacement des montagnes et la saison; en même temps, ils soufflent le
refroidissement du sommet dans le lointain, comme le sommet du pôle glacial le fait
à grande échelle, et contribuent non seulement au rafraîchissement des zones
chaudes, mais supprime également la pluie. Outre les hauteurs et les eaux des
montagnes, la terre verte, le sable jaune du désert, les terres agricoles noires, chacune
différente avec les rayons du soleil saisissants, et la distribution irrégulière de tous
ces éléments contribue à rendre les changements d'apparence de la Terre
imprévisibles.
La régularité et la symétrie qui semblaient si complètement abandonnées et perdues
dans l'élaboration plus fine de la surface de la terre et de ses processus, cependant, ne
reviennent pas au sommet de cette élaboration, dans la conception et la périodicité
des créatures organiques, aussi parfaitement que dans les conditions principales de la
terre , mais approché maintenant de ce côté, maintenant de ce côté encore; sans une
monotonie de conditions pour ces créatures organiques elles-mêmes, car elles sont
immergées dans un royaume terrestre de telles conditions incommensurables. En eux,
la nature rappelle la règle, pour ainsi dire, mais montre toujours la plus grande liberté
dans une modification de cette règle, et ces modifications du droit chez les créatures
organiques sont téléologiquement liées aux libertés, que la nature a emporté des
conditions principales de la terre; la forme et l'agencement interne de chaque être
dépendent des circonstances extérieures particulières par rapport auxquelles il doit se
comporter; tandis que, d'autre part, le droit régulier chez les créatures organiques
montre également sa relation claire avec le droit régulier des principales relations
terrestres. Parce que les conditions principales de la terre dans la direction horizontale
sont plus uniformes avec tous les changements que dans la verticale, où la lumière et
la chaleur viennent d'en haut, la lourdeur d'en bas; nous voyons la symétrie de la
forme se déployer également plus horizontalement que verticalement, et la récurrence
périodique du besoin de sommeil et de veille, la chaleur, l'instinct errant, les
menstruations, l'instinct de floraison dépend en partie de la taille de la période,
18) Une différence entre la terre et l'homme peut sembler être que les humains et
les animaux déterminent eux-mêmes leurs mouvements externes de l'intérieur, mais
la terre ne fait que suivre les mouvements externes. Mais ce n'est pas tout à fait
comme vous l'imaginez. Un être humain ne peut pas se déplacer dans l'espace aussi
peu que la terre dans le ciel; elle a besoin de la résistance extérieure de la terre, celle-
ci de l'attraction extérieure du soleil; dans le vide, l'homme veut bouger comme il
veut, il ne peut pas bouger son regard par un cheveu. Seule la connexion avec le reste
de la terre lui donne la capacité de le faire. En effet, il ne peut se déplacer sur terre
que dans la mesure où un membre peut se déplacer, pendant ce temps, deux corps
mondiaux se déplacent plutôt comme deux corps l'un contre l'autre. Or, il est vrai que
les mouvements de l'homme sur la terre sont beaucoup plus compliqués, indéterminés
et, si l'on en conclut la liberté, plus libres que ceux du corps mondial contre le corps
mondial; seulement que ce n'est pas un défaut de la terre, puisque les mouvements
libres de ses créatures tombent en elle-même.
19) Il est frappant de constater à première vue que si les outils que nous fabriquons
ressemblent par ailleurs aux outils de notre propre corps tant de fois, la camera
obscural'œil, le soufflet des poumons, la pompe du cœur, le filtre du rein, le ciseau
des dents, le levier du bras, le marteau du poing, la nature a également résisté
obstinément à appliquer le principe des roues à la locomotion des organismes lorsque
nous avons refusé d'utiliser le principe des jambes ou des échasses pour déplacer nos
voitures. Et pourtant, il semble y avoir un grand avantage dans les roues, et un effort
approximatif pour obtenir cet avantage est en fait visible dans l'agencement de notre
corps, car nos jambes ne sont pas une roue entière, mais une roue parlait avec un
morceau de jante (pied) comparables, car ils se détendent du sol en marchant comme
le fait la jante d'une roue 9); si nos pieds traînent ou traquent sur le sol, ce serait
mauvais. Mais il manque encore beaucoup à la roue actuelle. Cependant, il est facile
de voir qu'un vrai vélo ne peut bien servir que sur un sol lisse; d'autre part, quand il
s'agit de grimper sur des bâtons et des pierres, de monter des montagnes, des
escaliers, nos jambes nous servent beaucoup mieux, et les vélos auraient été tout à
fait inappropriés. Bien sûr, si on nous avait donné un sol lisse, nous aurions eu des
roues au lieu de jambes. Mais maintenant la terre est vraiment le sol le plus lisse
qu'on puisse imaginer, rien n'est aussi lisse que l'éther; et ainsi leur organe de
mouvement est entièrement conçu comme une roue; oui, tout comme il est tout ce
qu'il est autrefois, pas seulement morceau par morceau comme nous, mais
complètement, il est donc complètement et entièrement un organe de mouvement et
en tant que tel entièrement conçu comme une roue; vous n'avez pas seulement une
boîte spéciale sur vos roues comme nos voitures; mais la roue représente aussi toute
la voiture; elle porte ce qu'elle porte juste sur la circonférence de son vélo, car ce
qu'elle porte ne souffre pas en roulant. Maintenant, les voyageurs ne sont pas fermés
à la vue du ciel à travers lequel ils conduisent, car la boîte de nos voitures nous
verrouille; mais la vue est claire partout. La nature a donc également appliqué le
principe de la roue roulante au mouvement progressif, à une échelle beaucoup plus
grande et avec des performances beaucoup plus polyvalentes que nous; mais elle ne
pouvait ou ne voulait que cela dans le royaume céleste, où les circonstances simples
et magnifiques permettaient le plein développement du principe et de ses
avantages. Dans les bosses terrestres, L'entêtement et la mesquinerie ont ensuite dû se
réfugier dans d'autres aides convenablement stupides et mesquines pour franchir les
obstacles: ce sont nos jambes; mais il nous laisse le soin de revenir au principe
céleste, en ouvrant la voie pour nous-mêmes.
9) cf. Mécanique des outils de marche de Weber.

On pourrait se demander pourquoi les poissons et les oiseaux ne se déplacent pas


aussi bien dans un milieu transparent et lisse que les corps du monde, comme des
sphères et sont prêts à rouler? Ce serait comme s'ils pouvaient se maintenir à flotter
dans ce milieu et s'en tirer sans battement d'ailes et de nageoires, et s'ils avaient la
nourriture qu'ils devaient chercher avec leur bec et leur museau étendus autant que la
terre. Cela nous amène à des considérations précédentes. Seul un corps mondial
pourrait être une roue parce qu'il est tout ce qu'il est. Les créatures sur les corps du
monde doivent être beaucoup plus en plus, car elles-mêmes sont un peu en passant et
doivent supporter d'autres types de relations secondaires de différentes
manières. Cependant, les avantages de la conception d'un vélo ont été tellement
perdus que la nature a préféré recourir à un autre principe. Mais avec quelques
infusoires, nous voyons le mouvement de roulement, qui appartient au chapitre sur le
toucher des extrêmes.
La terre est une roue et un wagon en un, mais la terre et les autres planètes peuvent
également être considérées comme des roues sur un grand wagon, à savoir le wagon
solaire, car vous savez qu'elle est vraiment allongée dans un cercle autour de la
colonne centrale en raison des planètes qui roulent l'hippodrome rond, c'est-à-dire le
foyer de tout le système, est guidé à un niveau fixe (plan invariable). 10) Cependant,
tout comme une chose tombe dans l'autre, il n'y a pas besoin de chevaux spéciaux
pour tirer le wagon, parce que les roues représentent également les chevaux vivants, il
n'y a pas besoin d'un conducteur spécial sur le wagon, parce que le wagon lui-même
est son propre conducteur est; le guidon blanc brillant conduit à ses chevaux
colorés; les anciens le présentaient à l'image de Phobos Apollon sur la voiture
solaire. Il y avait plus de vérité que nous ne le pensions. Ils aimaient laisser les rênes
sur la photo; il ne faut penser qu'aux rênes; ils sont aussi laissés de côté dans le ciel,
vraiment laissés de côté; les roues tournent, les chevaux poursuivent l'éclat de
Dieu; ou son regard suit-il les roues, les chevaux? Aucun ne suit l'autre; bien sûr, ils
vont ensemble.
10)Le soleil ne reste pas vraiment immobile, mais se déplace en raison du mouvement des planètes autour du
centre de gravité du système planétaire, uniquement dans un cercle plus petit que lui. Le plan invariable a une
signification astronomique.

20) À première vue, il semblerait que les mouvements ne se produisent qu'à la


surface de la terre. L'intérieur semble être une masse inactive. Mais c'est ici comme
d'habitude. Ce à quoi vous ne voyez pas auquel vous ne pensez pas. Il y a des
mouvements à l'intérieur de la Terre, ainsi qu'à l'extérieur, sinon aussi divers. Un
simple regard suffira à le montrer.
Supposons que nous ayons un ballon plein de liquide avec une balle de plomb
dedans, et qu'un corps puissant qui attire la masse s'approche du ballon par
cœur. 11)Ensuite, la masse d'eau et le plomb y sont tous deux attirés, mais le plomb
plus épais, avec sa plus grande force (en raison d'une tendance plus forte à attirer),
pousse l'eau plus mince hors du chemin afin de reposer contre la partie du mur
opposée au corps attrayant et si proche de lui rester aussi longtemps que possible tant
qu'il conserve sa position. Cependant, si le corps attrayant fait le tour du ballon, la
balle de plomb le suit nécessairement pour qu'il reste toujours aussi près que possible,
donc il va à l'intérieur du mur. Supposons maintenant que le contenu du ballon se
compose, au lieu de plomb et d'eau, d'un liquide dense et plus mince (spécifiquement
plus lourd et plus léger), comme de l'eau et du pétrole, ou du mercure et de
l'eau, Ainsi, au lieu de la boule de plomb, le liquide le plus dense préférerait se
presser devant le plus mince selon le même principe et, s'il faisait le tour du ballon
par cœur, se déplacerait à l'intérieur du mur en le suivant. Nous avons un cas traçable
sur Terre. Le liquide à l'intérieur est le contenu fondu de la terre, dont nous savons
que (indépendamment des forces perturbatrices externes), il a une densité
considérablement croissante de l'extérieur vers l'intérieur, c'est-à-dire qu'il peut être
considéré comme un liquide plus mince et plus dense à l'intérieur; mais de telle
manière que rien n'empêche que la relation soit considérée comme changeante en
raison de forces perturbatrices externes. Le corps attrayant est mémorisé par le soleil
ou la lune, qui sont connus pour provoquer le mouvement des marées de la mer à
l'extérieur de la coquille de terre solide en raison de leur attraction. Cependant, selon
le principe précédent, en raison de leur effet, à l'intérieur comme à l'intérieur, un
mouvement de crue doit avoir lieu, seulement que, en raison de la coque
environnante, il ne peut pas s'exprimer dans une vague d'élévation progressive, mais
dans une vague progressive d'étanchéité, qui, cependant, ne peut pas progresser sans
verticille pour mettre en mouvement toute la masse intérieure. L'expert néglige
également facilement le fait que si le mouvement de la marée extérieure de la mer
dépend davantage de la lune que du soleil, le mouvement de la marée intérieure
dépend plus du soleil que de la lune. Cependant, selon le principe précédent, en
raison de leur effet, à l'intérieur comme à l'intérieur, un mouvement de crue doit avoir
lieu, seulement que, en raison de la coque environnante, il ne peut pas s'exprimer
dans une vague d'élévation progressive, mais dans une vague progressive
d'étanchéité, qui, cependant, ne peut pas progresser sans verticille pour mettre en
mouvement toute la masse intérieure. L'expert néglige également facilement le fait
que si le mouvement de la marée extérieure de la mer dépend davantage de la lune
que du soleil, le mouvement de la marée intérieure dépend plus du soleil que de la
lune. Cependant, selon le principe précédent, en raison de leur effet, à l'intérieur
comme à l'intérieur, un mouvement de crue doit avoir lieu, seulement que, en raison
de la coque environnante, il ne peut pas s'exprimer dans une vague d'élévation
progressive, mais dans une vague progressive d'étanchéité, qui, cependant, ne peut
pas progresser sans verticille pour mettre en mouvement toute la masse
intérieure. L'expert néglige également facilement le fait que si le mouvement de la
marée extérieure de la mer dépend davantage de la lune que du soleil, le mouvement
de la marée intérieure dépend plus du soleil que de la lune. sans déplacer toute la
masse intérieure comme un fouet. L'expert néglige également facilement le fait que si
le mouvement de la marée extérieure de la mer dépend davantage de la lune que du
soleil, le mouvement de la marée intérieure dépend plus du soleil que de la lune. sans
déplacer toute la masse intérieure comme un fouet. L'expert néglige également
facilement le fait que si le mouvement de la marée extérieure de la mer dépend
davantage de la lune que du soleil, le mouvement de la marée intérieure dépend plus
du soleil que de la lune.
11) Ce corps d'attraction de masse pourrait être une deuxième balle de plomb, car en raison de la
gravité générale ou de la gravité, tous les corps s'attirent réellement. En attendant, l'attraction entre
les petits corps sur notre terre n'est pas perceptible car elle disparaît contre l'attraction plus forte de
la terre elle-même. Cela s'appliquerait donc également dans l'exemple ci-dessus de l'expérience
avec le ballon et les sphères sur terre, mais non plus d'une expérience avec la terre, à savoir lorsque
la coquille terrestre elle-même présentait le ballon et qu'une grande sphère apparaissait à l'extérieur,
une autre en le contenu liquide de la terre serait attaché.

Le mouvement des marées de la mer dépend des différences d'attractions que les
corps mondiaux expriment vers le centre de la terre et les extrémités opposées de la
terre. Bien que la force d'attraction du soleil sur la terre soit maintenant considérée
comme beaucoup plus grande que celle de la lune dans son ensemble, cette différence
d'attraction de la part de la lune la plus proche est rarement plus grande que celle du
soleil. 12) D'un autre côté, le mouvement de marée du fluide intérieur ne dépend pas
de la différence de distance d'un corps extérieur de la terre, mais de sa propre
différence de densité intérieure et de l'amplitude absolue de la force extérieure, il doit
donc être environ 160 fois plus du soleil que de la lune.
12) "Si l'on compare les forces avec lesquelles le soleil et la lune attirent la terre (dans son ensemble), on
constate qu'elle est environ 160 fois plus grande que cela, mais seulement environ la 12 000e partie de celle-ci
est utilisé pour générer la marée et le reflux, dont le 30 (car la distance du soleil de la terre est d'environ 12
000, celle de la lune de la terre est de 30 diamètres de la terre), on peut donc voir que l'inondation générée par
le soleil seulement 2 / 5 peut être l'inondation que la lune est nécessaire pour générer ". (Bessel.)

Je ne sais pas si quelqu'un a déjà signalé ce mouvement de crue intérieure; mais il


me semble qu'il faut supposer qu'il faut supposer que l'intérieur de la terre est liquide
et de densité inégale.
Je me suis demandé si l'on pouvait rendre le géomagnétisme dépendant du frottement du liquide
en mouvement sur la croûte solide et de l'électricité éveillée par celle-ci. Mais une telle hypothèse
est très difficile.
Des raisons locales peuvent très bien venir à ces raisons générales de mouvement
intérieur. Il n'est pas contesté que la terre n'a pas été uniformément mélangée depuis
le début, et avec sa masse énorme, ces irrégularités peuvent ne pas avoir
complètement compensé même après longtemps et contribuer ainsi au maintien des
mouvements internes. Même les phénomènes volcaniques semblent parler de
mouvements internes, mais ils dépendent au moins en partie des vapeurs d'eau, dont
l'origine est causée par l'eau qui a pénétré à l'extérieur.
21) Des phénomènes circulatoires de toutes sortes se produisent dans notre
corps; et aussi dans le plus grand corps de la terre. Les cercles sanguins dans les
veines, puis les substances circulent entre les veines et notre reste du corps, à
condition que les substances soient excrétées du sang dans le corps pour sa nourriture
et soient reprises et reprises par absorption; puis la matière tourne dans un cercle
encore plus large entre nos corps et le plus grand corps extérieur terrestre, dans la
mesure où les substances du monde extérieur terrestre passent continuellement dans
nos corps et de là retournent au monde extérieur; et si nous regardons de plus près, les
phénomènes circulatoires plus étroits dans notre corps ne sont que des boucles
ramifiées de ce système circulatoire plus large, auquel le monde de l'organique et de
l'inorganique se rencontrent en complément mutuel. Au-delà de ce cycle
supplémentaire, cependant, nous voyons des cycles encore plus grands à travers toute
la zone terrestre, dont tous les précédents n'apparaissent que comme ramifiés. Les
fleuves entrent dans la mer, la mer dans les nuages, les nuages dans les fleuves, les
fleuves retournent dans la mer; les arbres donnent aussi leur sève à ce cycle pour
qu'ils y prennent leur sève et que la sueur de notre travail y passe, et ainsi nous
obtenons la potion qui nous rafraîchit. La mer entière envoie un raz de marée autour
de la terre qui transporte des poissons, des écrevisses et des vers; en conséquence,
comme nous l'avons vu, un déluge de braises peut tourner sous la croûte terrestre. Les
vents tournent à travers tous les changements irréguliers, mais dans l'ensemble
régulièrement autour de la terre, et les supérieurs complètent les inférieurs pour
former un cycle; le souffle de tous les êtres vivants tourne également; et les navires
ajustent leurs voiles en conséquence; la matière solide, voire toute, de la terre tourne
autour de son axe, et proportionnellement, comme elle le fait, la luminosité et la
chaleur tournent aussi; enfin la terre est incluse dans le plus grand cycle céleste
autour du soleil et le cycle encore plus grand du soleil autour d'un centre plus élevé.
Cependant, la rotation de son propre axe doit être considérée comme la limite des
cycles réellement terrestres, qui sont autonomes dans la terre, les autres cycles
supérieurs se réfèrent à un centre autre que lui. Ce cycle de la terre autour de lui est à
la fois le plus indépendant, le plus original, le plus simple, le plus régulier, le plus
général, le plus permanent, le plus immuable de tous les terrestres, basé entièrement
sur l'individualité de la terre, et comprenant toute la matière de la terre en un; d'autre
part, les autres cycles terrestres dépendent largement de lui et n'affectent que des
parties spéciales de la terre. On peut dire que le mouvement de la terre autour de son
axe est la quantité principale, à laquelle tous les autres mouvements sur terre ne se
comportent que comme des changements d'ordre supérieur.
Tous les cycles des substances dans la terre sont, sinon purement en eux-mêmes,
mais tous dans la terre sont fermés, rien ne les dépasse; d'autre part, seule une partie
des substances de notre corps est acheminée intérieurement, l'autre nous dépasse
toujours pour entrer dans les autres cycles de la terre.
Le sens de rotation de la terre autour d'elle-même n'est immuable que par rapport à la terre elle-
même, c'est-à-dire que l'axe de rotation de la terre passe toujours par les mêmes points de la
terre; bien que leur direction soit variable contre le ciel, comme cela continue à être considéré.
Des symptômes circulatoires de divers types peuvent être distingués dans l'atmosphère. Si l'on
prend les relations du point de vue le plus général et le plus clair dans son ensemble et dans son
ensemble, on peut distinguer deux mouvements circulaires perpendiculaires l'un à l'autre, chacun
étant à nouveau divisé en deux cycles de directions opposées. D'une part, l'air à la surface de la terre
s'écoule des zones plus froides vers l'équateur, donc du nord au nord, du sud au sud, monte entre les
tropiques et retourne dans les régions supérieures dans la direction opposée, c'est-à-dire d'une part
au nord, retour au sud et redescend dans les zones plus froides au-delà des tropiques. Ce double
cycle n'est causé que par la différence de température entre les régions polaire et
équatoriale. Deuxièmement, cependant, les cercles d'air à la surface du patrimoine dans la direction
d'est en ouest, mais dans les régions supérieures dans la direction opposée d'ouest en est. Ce cycle
dépend de l'influence de la rotation de la terre sur l'air circulant entre les pôles et
l'équateur. Cependant, les mouvements que prend l'air en direction des deux circuits doubles se
composent, de sorte que l'on ne peut pas observer les phénomènes de l'un indépendamment de ceux
de l'autre. La composition des alizés entre les tropiques et le fait étrange que les vents du côté nord
de la terre tournent dans la séquence NOSW de l'autre côté et SONW du côté sud reposent sur une
telle composition. Dove a très bien expliqué tout cela dans ses recherches météorologiques. En plus
de ces circuits aériens généraux, il existe des circuits locaux, qui génèrent la différence de
température entre terre et mer. "Quand la terre se réchauffe plus de jour que la mer, l'air au-dessus
de la terre va monter, l'air plus froid va couler en dessous. L'air tombe au-dessus de la mer, comme à
l'ombre d'un nuage qui passe par une chaude journée d'été, D'où il souffle froid. La nuit, la terre se
refroidit plus que la surface de l'eau, elle se réchauffe enfin, l'air s'écoule de la terre vers la mer.
Ainsi, ce cycle vertical peut être comparé à une roue tordue. La température est la même , dit-elle, si
elle devient inégale, elle tourne, d'abord d'un côté, puis de l'autre. Il s'arrête deux fois par jour
lorsqu'une rotation se transforme en l'autre. Si le pays est six mois plus chaud que la mer, et vice
versa, la roue s'arrêtera deux fois et tournera deux fois dans l'année. Nous allons donc obtenir: Deux
flux d'air dans des directions opposées, séparés par des périodes sans direction prédominante. Mais
c'est l'apparence du Mousson. "(Dove, Meteorol. Unt. P. 250.)
La question d'où vient la rotation d'un corps céleste, comme la terre, n'a pas encore été
suffisamment résolue. Si vous pouviez prendre un choc excentrique, ce ne serait pas un
problème. Mais d'où venait-il? En attendant, on peut trouver une idée compatible avec les vues
cosmogoniques habituelles, ce qui rend ce choc inutile en lui donnant un équivalent. On peut
seulement supposer ce que les autres raisons appellent, que les particules à partir desquelles la terre
a été formée n'ont pas commencé à se reposer, mais avec des mouvements initiaux dirigés
différemment, elles ont commencé à suivre le cours de la gravité les unes contre les autres. Si ces
particules étaient si proches les unes des autres qu'elles devenaient mutuellement dépendantes les
unes des autres, alors ces mouvements initiaux devaient
Entre-temps, avec la terre et sans conteste aussi avec les autres corps du monde, il n'y a pas eu
une dépendance continue de toutes les parties comme cela se produit partout avec un corps
solide; et il est incontestable que dans les périodes antérieures, il l'était encore moins
qu'aujourd'hui. Si la terre était devenue assez solide, tous les mouvements initiaux devraient être
composés pour effectuer le mouvement de rotation et le mouvement progressif; mais si ce n'est pas
le cas, dans la terre, qui tourne toujours uniformément, les parties individuelles peuvent aussi faire
des mouvements opposés à la rotation générale.
Puisque les rotations des planètes ont généralement lieu dans la même direction, la théorie
précédente sur l'origine de la rotation s'applique sans aucun doute à toute la sphère de matière dont
les planètes se sont détachées. Mais s'il tournait dans une certaine direction, alors les masses qui
s'en détachaient périphériques devaient assumer une rotation dans la même direction, car les
particules de ces masses, tant qu'elles appartenaient à la grande sphère, ont une vitesse plus élevée
du côté périphérique que du côté central ( considérée par rapport à la grande sphère), et a conservé
le détachement (qui a pris initialement la forme d'un anneau), qui doit avoir le même effet,13) À
condition, cependant, que les particules des masses qui se détachent, en plus du sens général de
rotation de la grande sphère qui leur reste, aient également partiellement leurs propres mouvements,
car elles sont situées dans la grande sphère (car il y a encore des mouvements à la périphérie, même
sur Terre aujourd'hui) qui vont à l'encontre du sens général de rotation, ces mouvements doivent
avoir eu un impact sur le succès, de sorte que le sens de rotation des masses en détachement peut
être quelque peu différent du sens de rotation de la masse principale et différent les uns des autres.
13) Plateau imite artificiellement ces succès. S. Karsten, Fortsch. d. Phys. 2e année 1848. p. 80.

22) La personne entière est un être périodique, c'est-à-dire que tous ses processus
se déroulent à des époques plus petites et plus grandes, en partie ceux qui se
rapprochent toujours de l'ancien état, en partie ceux qui provoquent de nouveaux états
en tant qu'époques de développement. Les premiers sont les périodes du pouls,
l'inspiration et l'expiration, la faim et la satiété, le réveil et le
sommeil; deuxièmement, les grandes périodes graduées de l'état embryonnaire et de
l'être humain, dans ce passage encore plus indistinct de l'enfance à l'état fertile et de
ce retour à l'état non fertile.
Des phénomènes périodiques du premier type apparaissent sur terre dans
l'alternance de flux et reflux, de jour comme de nuit, en été et en hiver, sur les orbites
des lignes des absides et pendant la période d'équinoxe de printemps. Nous ne
pouvons ouvrir que des périodes de développement du deuxième type, mais il doit y
en avoir eu une: la Terre est née une fois, et un royaume organique est né sur la terre,
et l'homme est né une fois dans le royaume organique, et avec cela la terre est entrée
dans chacun grande nouvelle phase de développement.
Les phénomènes périodiques sont en partie liés aux phénomènes circulatoires, de sorte que l'on
peut généralement dire ce qu'est un phénomène circulatoire pour la terre entière, donne un
phénomène périodique pour un certain endroit sur terre par un objet ou un phénomène qui va dans
le cercle de la terre , arrivent toujours de temps en temps au même endroit dans le cercle et y
repassent, c'est-à-dire doivent y apparaître et y disparaître périodiquement. Comment z. B. la
hauteur des crues, la lumière du jour, en faisant le tour de la terre entière, n'apparaissent donc que
périodiquement au même endroit sur terre. Le pouls humain est basé sur une onde sanguine qui
circule dans tout le corps. Mais l'irrégularité fait partie du phénomène circulatoire, devrait vraiment
résulter d'une apparence réellement périodique. Parce que si z. B. L'eau se déplace uniformément
dans un bac circulaire, aucune partie du bac ne ressentira une apparence périodique. Ici aussi, la
même particule d'eau ne passe que périodiquement au même endroit, mais parce qu'une particule
d'eau est comme l'autre, cela n'apparaît pas; d'autre part, il y aurait une apparition périodique
immédiatement si une particule de peinture ou un raz de marée tournaient dans l'eau. D'un autre
côté, il peut également y avoir des phénomènes périodiques basés sur des phénomènes d'oscillation
au lieu de phénomènes circulatoires. Par conséquent, les symptômes circulatoires et les phénomènes
périodiques ne coïncident pas. aucune partie du canal ne ressentira d'apparition périodique. Ici
aussi, la même particule d'eau ne passe que périodiquement au même endroit, mais parce qu'une
particule d'eau est comme l'autre, cela n'apparaît pas; d'autre part, il y aurait une apparition
périodique immédiatement si une particule de peinture ou un raz de marée tournaient dans
l'eau. D'un autre côté, il peut également y avoir des phénomènes périodiques basés sur des
phénomènes d'oscillation au lieu de phénomènes circulatoires. Par conséquent, les symptômes
circulatoires et les phénomènes périodiques ne coïncident pas. aucune partie du canal ne ressentira
d'apparition périodique. Ici aussi, la même particule d'eau ne passe que périodiquement au même
endroit, mais parce qu'une particule d'eau est comme l'autre, cela n'apparaît pas; d'autre part, il y
aurait une apparition périodique immédiatement si une particule de peinture ou un raz de marée
tournaient dans l'eau. D'un autre côté, il peut également y avoir des phénomènes périodiques basés
sur des phénomènes d'oscillation au lieu de phénomènes circulatoires. Par conséquent, les
symptômes circulatoires et les phénomènes périodiques ne coïncident pas. d'autre part, il y aurait
une apparition périodique immédiatement si une particule de peinture ou un raz de marée tournaient
dans l'eau. D'un autre côté, il peut également y avoir des phénomènes périodiques basés sur des
phénomènes d'oscillation au lieu de phénomènes circulatoires. Par conséquent, les symptômes
circulatoires et les phénomènes périodiques ne coïncident pas. d'autre part, il y aurait une apparition
périodique immédiatement si une particule de peinture ou un raz de marée tournaient dans
l'eau. D'un autre côté, il peut également y avoir des phénomènes périodiques basés sur des
phénomènes d'oscillation au lieu de phénomènes circulatoires. Par conséquent, les symptômes
circulatoires et les phénomènes périodiques ne coïncident pas.
23) La même importance fondamentale que l'orbite de la Terre a autour de son axe
en termes spatiaux est attribuée à la période du jour qui dépend de cette orbite dans
une relation temporelle. Les deux ne peuvent pas du tout être séparés. La période de
l'année dépend de la relation de la terre avec les autres corps du monde; la période du
jour est fondée sur la terre elle-même et l'unité de mesure fixe pour toute
détermination du temps terrestre. Car même si le soleil et la lune tombaient, la terre
continuerait de tourner en même temps; le jour resterait inchangé comme un jour
sidéral s'il n'existait plus comme un dimanche, et même si toutes les étoiles
tombaient, la terre continuerait de tourner aveuglément comme maintenant,
seulement qu'elle ne pourrait plus connaître de signes si terminé un tour. C'est cette
torsion qui est entièrement et uniquement sur elle-même. Tout le temps mesuré sur
terre ne peut être mesuré qu'avec la coudée du jour et ses divisions; il n'y a pas d'autre
unité de temps fixe et sûre qui soit aussi valable partout sur terre que le pas que la
terre elle-même franchit dans le temps. Tout comme le pas du chameau au trot
uniforme sert le voyageur qu'il porte comme un couteau à travers le désert de
l'espace, le pas de la terre sert la personne qu'il transporte comme un mètre à travers
le désert du temps.
De cette façon, la terre est sa propre horloge. Toutes nos montres doivent apprendre
d'elle; leurs roues sont essentiellement toutes hissées, entraînées et régulées
collectivement par la grande roue de la terre au moyen de l'engrenage engrenage de la
machine organique humaine. Mais alors que nos horloges ne montrent toujours
qu'une seule fois à la fois, l'horloge terrestre montre toutes les heures de la journée,
minutes, secondes en même temps, car il s'agit d'une heure différente pour chaque
endroit sur terre d'une longueur géographique différente. Néanmoins, le même
déroulement des heures se déroule partout sur elle comme sur nos montres. C'est la
montre combinée de toutes nos montres.
Nos montres souffrent d'une grande imperfection; que s'ils ne sont pas très
artificiels, ils courent plus vite dans le froid que dans la chaleur. Notre terre n'est pas
à l'abri de ce danger. S'il faisait plus froid qu'il ne l'est, il se contracterait comme tous
les corps se contractent par le froid et commencerait à tourner plus vite selon les lois
mécaniques, ce qui raccourcirait la journée et les heures. Nous savons maintenant que
la terre est très chaude à l'intérieur et traverse une pièce très froide; néanmoins, la
longueur du jour et de l'heure restent les mêmes, car l'énorme taille et l'épaisse croûte
de la terre l'empêchent de se refroidir. 14) La coquille de terre prend ainsi l'importance
d'un boîtier de montre si épais qu'il donne à la terre le sens d'un chronomètre, qui
surpasse tous nos chronomètres en termes de précision.
14)Le réchauffement par le soleil n'est pas suffisant pour cela, tant que l'intérieur de la terre est encore plus
chaud que son extérieur.

En plus du calcul du temps terrestre commun, qui dépend de la rotation de la terre


autour de son axe, la terre montre l'heure dans un calcul de temps céleste plus élevé
au moyen de la rotation de son axe lui-même, comme au moyen d'un homme qui
tourne en rond. Le ciel est le cadran, et le cercle d'étoiles polaires, que le sage
traverse progressivement, le cercle du cadran. (Cf. n ° 43.) Avec la terre, comme avec
nos horloges, qui sont également fabriquées, il faut montrer les deux périodes, plus
ou moins longues.
24) Ce n'est pas seulement la mesure du temps, mais aussi ce qui se passe dans le
temps sur terre dépend le plus profondément de la période de la journée. L'alternance
du jour et de la nuit, du matin et du soir, régule partout l'activité et le repos, les
affaires et le plaisir d'une manière qui n'est pas uniforme pour toute la terre, mais qui
est complètement cohérente. La période de la journée est à peu près la même pour le
cours des événements terrestres que pour le cours d'un morceau de musique, la
signature temporelle immuable à laquelle tous les changements les plus variés dans la
séquence et la vitesse des tons sont subordonnés, et qui apporte la prise la plus
importante dans l'ensemble. - Aucune entreprise terrestre n'a un rythme aussi ferme
en soi que la terre n'en a pas besoin, ni ne le tolère, car elle est elle-même portée par
le rythme de la terre et devrait apporter le changement à l'égalité. Le pouls de l'être
humain fluctue de temps en temps, selon qu'il se précipite à l'extérieur ou à l'intérieur
ou se tait, change, mais ne le contrôle pas. Le battement de la terre n'est pas perturbé
par une tempête, pas retardé par un silence, mais la tempête et l'immobilité et les
cœurs battants pèsent de haut en bas sur leur rythme régulier.
25) Dans nos corps, chaque changement opéré quelque part s'étend au-delà de
l'influence locale et influence également l'ensemble. Le cœur se contracte localement
et, par conséquent, le pouls pénètre dans toutes les veines; la main est grattée avec
une aiguille et une vague d'action se propage à partir de là à travers le sang et les
nerfs de tout le corps. Pas différent avec la terre. Le forgeron pense qu'il vient de
frapper son enclume; la terre entière est son enclume; car la force de son bras
continue de l'enclume à travers la forge et la terre, et chaque particule de terre gagne
sa particule de la vibration. Quelqu'un pense que sa voix s'est estompée quand lui et
son voisin ne peuvent plus l'entendre, mais le son de l'air ne fait que se propager de
plus en plus, communiquant quelque chose de solide, de fluide, est rejetée et rejetée à
nouveau, traverse et traverse tout le royaume terrestre. Chaque pierre de la mer
réveille des vagues qui traversent toute la mer et arrivent sur le rivage divisées entre
un impact sur la terre et un mouvement qui se reflète en lui-même. Chaque particule
de la terre et de l'eau veut à nouveau sa particule des vagues.
On ne peut même pas dire que l'effet dans son ensemble s'affaiblit avec la
propagation; il ne s'affaiblit que pour un seul point, mais augmente en taille en
conséquence. Cela compense. Un son, une vibration qui se propage à travers un tube
ou un fil tendu sans pouvoir se propager, reste intact tout au long du parcours. C'est
aussi comme dans notre corps. C'est seulement pour cette raison que tant de tubes, de
fils, de veines, de nerfs sont attachés à notre corps que les substances et les effets sont
maintenus ensemble et transmis de manière intacte selon des directions données; mais
parce que les veines se ramifient et élargissent ainsi leur lumière totale, le pouls
continue de s'affaiblir et le sang coule plus lentement qu'il n'a été expulsé du cœur.
26) Mais n'y a-t-il pas aussi des pouvoirs, ou préférons-nous les appeler des
références efficaces dans notre corps, qui soudain l'englobent et le pénètrent, reliant
les plus éloignés aux autres, sans étendre progressivement leurs effets de près à
loin? Nous devons le croire quand nous voyons comment la forme de l'être humain
est formée à partir d'un verset et d'un flux, et toutes les activités sont effectuées dans
des contextes alternants dans tout le corps. La tête n'a pas la jambe, la jambe ne forme
pas la tête, les deux sont formées en connexion et fonctionnent toujours ensemble. Il
doit y avoir des forces et des références qui s'entrelacent dans l'ensemble.
Mais pas plus chez l'homme que sur terre. La forme de la terre est formée d'une
rivière et d'un plâtre, et la forme des personnes et des animaux eux-mêmes n'est
apparue que comme un jeu plus fin de ce plâtre et de ce flux. Tout de et sur et sur
terre fonctionne toujours dans une connexion approfondie; la moitié de l'atmosphère
maintient l'autre moitié en tension, la moitié de la mer maintient l'autre moitié en
équilibre, et toute perturbation de cette tension, cet équilibre, reçoit une loi de la
nature de cette tension, cet équilibre, auquel chaque partie contribue la sienne. Si l'air
dans son ensemble ne se comprenait pas, la mer dans son ensemble ne serait pas aussi
haute qu'elle l'est, chaque rafale de vent, de son et de vague irait
différemment. Pourquoi les étangs et les lacs n'ont-ils pas de flux et de reflux ainsi
que la mer, puisque le soleil et la lune y passent aussi bien? Parce que toute la taille et
la profondeur de la mer se rejoignent pour former la taille et la violence du
phénomène. Dans un verre d'eau, il ne peut y avoir ni flux ni reflux ni tempête. Et si
un vent ne souffle que sur une petite étendue de terre, mais qu'il peut souffler, tout est
de la faute; pas seulement l'air entier, la terre entière.
En effet, si l'air semble flotter légèrement et négligemment sur le sol comme si ce
n'était pas ses affaires, c'est bien le sol qui le souffle. Sans le contraste des pôles
froids et des pays tropicaux chauds, des pics montagneux froids et des plaines plus
chaudes, de la mer fraîche et du pays plus chaud, il n'y aurait pas de vents. Même les
nuages et la pluie qui fonctionnent de haut en bas doivent leur origine à l'action de
bas en haut. Voici beaucoup d'un effet se propageant progressivement; mais la
possibilité d'une reproduction successive elle-même ainsi que la nature et l'ampleur
des effets reproduits reposent sur la composition entière du sol, de l'eau, de l'air et de
la chaleur dans la terre. Chacun a un effet sur l'autre.
"L'œil exercé de l'Indien lit le cours des rivières dans le ciel, où le manque de culture du sol n'a
ajouté aucun artificiel aux différences naturelles de celui-ci, et il est clair comment une forte
végétation produit sa pluie, qui à son tour la retourne nourris. " - "Ce qui se condense en nuage sur
la forêt et le pré se dissout à nouveau sur la surface de sable plus chaude." - "Certains domaines sont
presque toujours salués, d'autres à proximité restent libres. La formation de la grêle est si locale.
Casalbero dans la province de degl 'Irpini à Naples était protégé contre le NO par une crête boisée
et exempte de grêlons. Depuis lors, la pente est labouré, il grêle presque chaque année. " (Dove,
Meteorol. Unters. Pp. 61, 60, 69.)
"Un effet étrange des eaux peu profondes qui refroidissent l'eau est que, comme les coraux plats ou
les îles de sable, elles ont également une influence notable sur les couches supérieures de l'air. Loin
de toutes les côtes, en haute mer, vous voyez souvent des nuages au-dessus de la Enregistrez les
points où se trouvent les bas-fonds. Vous pouvez alors, comme avec une chaîne de montagnes
élevée avec une photo isolée, enregistrer votre direction avec la boussole. " (Le cosmos de
Humboldt. EST 329 f.)
Considérons une rivière. Nous savons que plus son lit est incliné, plus il court
vite. Que son lit soit plus incliné à un point qu'à l'autre, afin qu'il ne court pas
seulement plus vite à ce point unique, il court plus vite dans l'ensemble; et si un
obstacle à la course se produit en un seul point, il ne court donc pas seulement plus
lentement en ce point unique, il court généralement plus lentement; donc ce qu'il
rencontre au même endroit fonctionne en connexion à travers le tout; on ne remarque
pas facilement l'influence du point le plus petit sur l'ensemble du fleuve, car la petite
influence sur l'ensemble est répartie. Comme ici avec l'écoulement de l'eau, c'est avec
l'écoulement de tous les événements terrestres, qui comprend également les processus
de vie des personnes, des animaux et des plantes. Quoi qu'il arrive
27) Mais qu'en est-il des profondeurs de la terre? Nous savons que la coquille de
terre solide comprend ce qui est probablement un contenu métallique-liquide et exclut
une couche d'eau, d'air et de vie organique, ce qui nous inclut. Cela ne se ferme-t-il
pas, comme les deux, alors les deux fonctionnent l'un de l'autre? Un essai peut nous
apprendre. Nous forons un trou dans la coquille terrestre et exploitons son contenu
liquide. Il semble que nous ne faisons rien de plus que de taper sur un tonneau avec
des murs en pierre. Ce qui se trouve à l'extérieur du baril peut-il ressentir un effet de
ce vidage, car il n'a aucun lien avec le contenu? Cela semble à peine vrai. Mais voyez
ce qui se passe? Tout comme l'intérieur de la terre se vide, la mer inonde
soudainement toute la terre à l'extérieur dans le déluge, les rivières deviennent lentes
et ne trouvent plus leur chemin; les pierres demandent où nous tombons; la plante ne
sait plus où va la racine pivotante; l'homme est aussi léger qu'une plume, mais aussi
soufflé sur la terre comme une plume par le vent le plus léger; l'atmosphère continue
de s'étendre; toutes les personnes et tous les animaux ont l'impression d'être sous la
cloche d'une pompe à air dont le piston est retiré, et ils haletent pour l'air de plus en
plus diluant. Une fois que tout le contenu a été vidé, ils volent avec toutes les pierres
et toute l'eau loin de la terre comme du sable que vous saupoudrez sur un dessus
tourné. Et tout cela parce que seul ce qui était auparavant à l'intérieur de la coquille
de terre solide n'affecte plus ce qui était à l'extérieur. l'homme est aussi léger qu'une
plume, mais aussi soufflé sur la terre comme une plume par le vent le plus
léger; l'atmosphère continue de s'étendre; toutes les personnes et tous les animaux ont
l'impression d'être sous la cloche d'une pompe à air dont le piston est retiré, et ils
haletent pour l'air de plus en plus diluant. Une fois que tout le contenu a été vidé, ils
volent avec toutes les pierres et toute l'eau loin de la terre comme du sable que vous
saupoudrez sur un dessus tourné. Et tout cela parce que seul ce qui était auparavant à
l'intérieur de la coquille de terre solide n'affecte plus ce qui était à
l'extérieur. l'homme est aussi léger qu'une plume, mais aussi soufflé sur la terre
comme une plume par le vent le plus léger; l'atmosphère continue de s'étendre; toutes
les personnes et tous les animaux ont l'impression d'être sous la cloche d'une pompe à
air dont le piston est retiré, et ils haletent pour l'air de plus en plus diluant. Une fois
que tout le contenu a été vidé, ils volent avec toutes les pierres et toute l'eau loin de la
terre comme du sable que vous saupoudrez sur un dessus tourné. Et tout cela parce
que seul ce qui était auparavant à l'intérieur de la coquille de terre solide n'affecte
plus ce qui était à l'extérieur. et haleter pour l'air de plus en plus dilué. Une fois que
tout le contenu a été vidé, ils volent avec toutes les pierres et toute l'eau loin de la
terre comme du sable que vous saupoudrez sur un dessus tourné. Et tout cela parce
que seul ce qui était auparavant à l'intérieur de la coque en terre solide n'affecte plus
ce qui était à l'extérieur. et haleter pour l'air de plus en plus dilué. Une fois que tout le
contenu a été vidé, ils volent avec toutes les pierres et toute l'eau loin de la terre
comme du sable que vous saupoudrez sur un dessus tourné. Et tout cela parce que
seul ce qui était auparavant à l'intérieur de la coquille de terre solide n'affecte plus ce
qui était à l'extérieur.
Nous pensons généralement qu'une balle de plomb ne fait que passer à travers elle-
même. Avec chaque morceau de terre que vous enlevez du centre de la terre, la boule
de plomb devient un peu plus légère, comme si vous en enleviez vous-même un
morceau. Il n'a pas sa gravité pour lui-même. Tout comme mon corps ne fait pas
partie de lui-même et possède sa propre force, il le doit à sa connexion et à son
interaction avec le tout.
28) On peut appeler la gravité, dont la réduction dépend de tout cela, une force
morte, et elle est aussi bonne que la puissance optique de notre œil; l'un comme
l'autre peut être estimé et calculé selon les mêmes règles physiques mortes; c'est
pourtant la puissance optique de nos yeux qui rassemble tous les rayons de lumière
pour former une image qu'une âme vivante sait saisir. Mais c'est la gravité qui
rassemble toutes les masses de la terre, y compris la nôtre, en un seul corps, qu'une
âme vivante peut désormais saisir également. Toutes les forces sont mortes dans notre
abstraction scientifique de séparation, celle du corps aussi bien que celle du corps
extérieur. Toutes les forces sont vivantes dans leur véritable interaction, celle du
corps extérieur aussi bien que celle du corps.
Bien sûr, la gravité est une force générale qui traverse le monde entier, et après
tout, la terre est censée être une créature spéciale. Mais les pouvoirs de mon corps
sont aussi quelque chose de plus général que ceux qui appartiennent simplement à
mon corps, qui lui-même a été créé et né pour la première fois par d'autres corps
grâce à ces pouvoirs; mais c'est pourquoi mon corps reste spécial. La seule chose qui
compte pour un individu est qu'il gère et utilise particulièrement les forces générales
en lui-même, et il en est de même avec la gravité avec la terre.
Que la terre, que les autres étoiles de la force de gravité générale, qui ne fait rien
dans le monde, tirent les particules contre les particules, ici et là, pour gagner leur
forme spéciale, ont émergé du chaos de la traction et de la traction de temps en temps
Les particules pour former des corps spéciaux avec des centres spéciaux, avec des
axes de rotation spéciaux, montrent même mieux qu'un principe individualisant est
silencieusement enfermé dans la généralité de la loi de la gravité elle-même.
29) En plus de la lourdeur, un autre semble silencieux avec une puissance
merveilleuse des profondeurs à la surface. C'est la force magnétique qui guide le
navire comme l'électrode au-dessus et remplit tout le fer sur terre d'un trait
sympathique secret. Quel mystère est encore enterré ici! L'aiguille magnétique est
comme un doigt silencieux pointant vers un profond secret intérieur, on voit le doigt
pointer et on ne sait pas comment l'interpréter. D'endroit en endroit, d'heure en heure,
de jour en jour, d'année en année, de siècle en siècle, il change de direction,
témoignant d'un cycle, d'un changement d'effets intérieurs que nous ne comprenons
pas. Les aurores boréales sont liées à des forces apparentées et mystérieuses.
Il ne reste pas seulement avec cette communauté silencieuse et distante de
l'intérieur et de l'extérieur. Parfois, l'intérieur perce la coquille, de nouvelles chaînes
de montagnes s'élèvent, le niveau de la mer se réorganise et, inconnu de quelle
manière, mais certainement en quelque sorte lié à lui, de nouvelles créations
organiques émergent. Il brille toujours à l'intérieur et peut être encore là; Les volcans
et les sources chaudes nous le disent; mais les produits des évolutions antérieures
doivent d'abord fonctionner, la vie doit se développer jusqu'à ce que la terre soit mûre
pour une nouvelle création. Puis l'ancienne création disparaît complètement ou en
grande partie, la terre la remplace, tendant et mélangeant toutes les forces de
l'intérieur avec toutes les forces de l'extérieur en même temps, à travers des
formations plus parfaites, du moins cela s'est-il produit plusieurs fois plus tôt.
Si nous considérons que c'est un privilège pour un être vivant de se moquer de
toute notre science avec des pouvoirs inexplicables, alors nous n'avons pas de forces
aussi déroutantes dans cette force magnétique, qui génère d'abord tous les êtres
organiques, comme dans cette force magnétique qui imprègne la terre entière. le plus
déroutant dans notre corps?
30) Le regard le plus profond sur le contexte de tout travail terrestre, la plus belle
équation pointe avec ce que nous voyons dans notre propre corps, la perception la
plus claire que ce corps lui-même se distingue, appartient à un corps plus grand, oui
que c'est un vrai corps auquel il est écouté, portons notre attention sur le but
primordial qui traverse tout le système terrestre, par lequel toutes les parties et tous
les côtés de celui-ci sont enveloppés en un seul, de sorte que nous-mêmes sommes
inclus dans le volume tel qu'il est lui-même formé aider.
Il serait infini de poursuivre ce but, qui pénètre tout jusque dans les moindres
détails, de tous côtés; regardons simplement l'évidence, si évidente que c'est pourquoi
tout le monde l'ignore.
Que veulent les ailes de l'oiseau, les nageoires du poisson, les pattes du
cheval? L'air, l'eau, le sol solide ne pouvaient pas faire ces outils de mouvement, ni
préparer l'air, l'eau, le sol. Donc, à la fois organique et inorganique devait être fait
dans le casting de création cohérent et les rivières, et cela doit encore couler ensemble
dans ses effets. Parce que même aujourd'hui, l'oiseau vole dans les airs, le poisson
nage dans l'eau, le cheval parcourt le pays car il n'est que la continuation du même
principe créatif, qui a d'abord formé les muscles et les os les uns par rapport aux
autres, puis le muscle peut tirer sur l'os pour atteindre cet objectif. L'oiseau ne va pas
seulement avec un morceau d'air, il en correspond à toute l'étendue; la baleine ne
rentre pas dans une mare, elle rentre dans le grand océan, le cheval ne rentre pas
seulement pour la parcelle de terre sous ses quatre pieds, mais pour un niveau
illimité. Donc, indépendamment du fait que l'oiseau, la baleine et le cheval ne
pouvaient être créés que dans un petit endroit, l'air, la mer, le sol devaient être inclus
dans le processus de création de l'oiseau, de la baleine et du cheval. Au lieu des ailes,
des nageoires, des pieds, vous pouvez également mettre la peau, les cheveux, les
écailles, la bouche, le bec, les dents, la langue, les poumons, oui toutes les parties
externes et internes. L'animal entier, en fait tous les animaux et les gens, sont élaborés
tout autour et au plus profond, comme s'ils appartenaient avec l'air, l'eau, la terre, du
même courant de création et de rivières,
31) Il m'a toujours semblé particulièrement étrange et frappant contre la façon
habituelle de voir la terre en ruine que même le vrai délabrement de la terre est
entrelacé d'une manière complètement organique avec la création de créatures
organiques et en est une. L'écrasement de la roche par les inondations, l'altération par
les attaques de l'eau salée et de l'air ont provoqué la formation de sable et de
débris. Cela semble être bien loin de la formation de créatures organiques, en fait
l'opposé; et pourtant, les deux doivent avoir été un processus, sinon simultané, mais
causal parce qu'il était étroitement lié sur le plan téléologique. Ce que nous appelons
mécaniquement, chimiquement mort pour lui-même est à nouveau montré dans le
contexte comme un facteur de vie. Personne ne croira15)Encore une fois, aucun n'a
constitué l'autre; L'éducation et l'effondrement devaient donc être le succès commun
d'une cause qui fonctionnait en une seule. Et même aujourd'hui, il continue de
fonctionner d'une manière utile, car la taupe est toujours en train de creuser dans la
terre. Son pied grave et la terre meuble sont, comme ils n'étaient que deux d'un,
toujours deux seulement en un. Tous les mammifères qui ont leurs terriers dans le sol,
tous les vers qui s'enfouissent dans le sol, toutes les chenilles qui se nymphosent sous
le sol, toutes les plantes qui sont enracinées dans le sol n'appartiennent au sol meuble
que par d'autres moyens. Même la fourmi lion, qui fait l'entonnoir dans le sable, doit
être d'un ruisseau et d'une rivière avec ce sable et les fourmis qu'il attrape dans
l'entonnoir. Même le chameau
15)"Les extrémités avant de cet animal sont miraculeusement adaptées à la fouille à laquelle il applique sa vie.
La première circonstance que nous remarquons est la force, la largeur et la solidité des mains, la brièveté des
doigts, la taille et la fermeté de la Les ongles qui sont concaves en dessous et se terminent par une pointe
acérée. Ils ne peuvent pas être dépassés comme outils pour creuser, et on constate que l'ensemble des membres
antérieurs et la disposition de la structure osseuse entière sont en parfaite harmonie. " (Linnäus Martin,
Naturgeschichte des Menschen. P. 91.)

32) Non seulement à travers toute l'étendue, mais aussi à travers toute la
profondeur de la terre, la référence efficace au but et au travail utile sont
suffisantes. Si la terre avait un poids différent, par exemple parce que la matière à
l'intérieur était plus dense ou plus mince, ou parce que la terre était plus ou moins
grande ou creuse, l'oiseau, le poisson, le cheval, l'éléphant et l'homme lui-même
devraient également être pesés différemment. leur charge corporelle et leur force
musculaire, selon toutes les relations du porteur au porté, du déplacement au
déplacé. Sur la même échelle sur laquelle le corps rugueux de la terre est pesé, tous
ses membres organiques sont pesés par rapport à lui.
Supposons que la terre était à nouveau aussi dense qu'elle l'est, mais rien n'aurait
changé chez les créatures, de sorte que cela se changerait en tirant vers le bas de la
terre avec deux fois plus de force qu'auparavant aurait lieu; ce serait comme s'ils
avaient un corps de double poids, mais sans double force pour le porter et le
déplacer. 16)Les gens et les animaux ne pouvaient marcher, courir, voler et nager
qu'avec de grandes difficultés. Comment un cavalier voulait-il utiliser un cheval qui
devrait supporter deux fois la charge du cheval avec sa simple puissance, comment
une alouette et une hirondelle voulaient-elles traverser la mer lors de la migration
d'automne, une truite nage si joyeusement dans le ruisseau, chacune avec le poids
d'une alouette ou pour transporter des hirondelles ou des truites 17) , oui, les pieds
épais de l'éléphant ne pourraient plus le maintenir éveillé pendant une courte période
sans fatigue.
16)Le développement de la force musculaire est lié à des processus chimiques et nerveux dans le corps qui ne
seraient pas favorisés par le poids plus important du corps.
17)L'idée que l'oiseau et le poisson devraient s'enfoncer dans leurs milieux avec une gravité accrue serait non
pertinente, puisque l'air et l'eau gagneraient en lourdeur dans la même proportion. Seul tout mouvement à
accomplir par la propre force du corps serait rendu plus difficile, car il devrait faire face à la double charge.
D'un autre côté, si la terre était à nouveau aussi légère qu'elle est, tous les
mouvements des créatures seraient très soulagés, mais la capacité à prendre
fermement pied et à tenir serait réduite dans la même proportion.
33) Non seulement quantitativement, mais aussi qualitativement, l'effet de la
lourdeur dans tout le corps de notre corps est calculé de manière très précise et
précise, et nous ne ressentons les effets de la lourdeur pas aussi ennuyeux parce qu'ils
le sont. Que la tête repose sur le tronc, la colonne vertébrale se plie d'avant en arrière,
se renforce vers le bas, un bassin sert de bol pour les tripes tâtonnant vers le bas, les
cuisses vers l'intérieur, le pied vers l'avant, la position du cœur et ce que pas tout le
reste, tout est lié au fait que nous sommes des êtres lourds, et le sang et tous les jus
fonctionnent différemment. Habituellement, les forces de vie sont opposées à la force
de gravité, mais la gravité fait également partie des forces de vie, qui sont
significativement impliqués dans le bon maintien et l'activité de notre corps, non
seulement ceux qui sont dus à l'interaction de nos propres parties du corps, mais qui
sont basés sur l'interaction de notre corps avec le reste de la terre, en vertu de laquelle
nous appartenons à la terre, comme nos parties nous appartient. Les plantes le
montrent presque plus clairement que nous. Comment la plante trouverait-elle de la
nourriture et de la lumière si elle ne faisait pas descendre ses racines, ses tiges? Mais
maintenant qu'il prend vraiment cette direction, cela ne fait pas le but abstrait, mais
fait la gravité agissant délibérément. Vous pouvez le prouver tout de suite en
remplaçant ou en dépassant la gravité par une autre force mécanique.18)
18) Dutrochet, Recherches p. 138.

34) Pas moins que l'organique avec l'inorganique, l'organique de la terre est lié les uns
aux autres par des relations fonctionnelles qui s'étendent au-delà des organismes
individuels, trahissant une force qui régit tout le système terrestre en un seul.
Quand je vois comment les queues enveloppantes et les mains saisissantes des
singes s'adaptent parfaitement aux branches des arbres et que les crocs des singes
correspondent aux noix dures de la même chose, je ne peux m'empêcher de penser
que les deux sont si compatibles à partir d'un œuf ou d'une graine ont surgi; et si je
cherche cette graine ou cet œuf, je n'en trouve pas d'autre que celle de la terre
entière; car avec tout le reste, les arbres et les animaux qui en vivent n'ont pas grandi,
qui appartient aussi à la terre. Un morceau du royaume terrestre n'aurait pas pu
produire des singes et des arbres, bien sûr, mais seulement la terre entière, mais en
même temps, il a donné naissance à d'innombrables plus que des singes et des arbres,
tout comme notre corps n'était que dans la totalité de ses organes en relation, pas dans
pourrait développer ceci ou cela en particulier. Le singe n'aurait pas pu surgir dans le
sud si l'ours ne s'était pas aussi levé dans le nord, sur lequel le chef de l'ours l'a laissé
plus tard monter. Le comment de cette connexion peut nous être complètement caché,
mais nous ne pouvons pas douter qu'elle existe.
Rêve de nature.
L'arbre vert et l'oiseau dessus
Ils sont dans un rêve et ne se
réveillent pas
Ils verdissent dans les rêves et
chantent,
Et ne peut pas y pénétrer
Comme un œuf
Sont tous deux
Germination et printemps.
(Rückerts Ged. IV. P.
234.)
Nous pouvons attacher des considérations similaires à l'appariement des coupelles
de miel de fleurs et de la trompe des papillons et des abeilles, à la correspondance des
ouvertures d'oreille orientées vers l'avant des prédateurs et aux ouvertures d'oreille
orientées vers l'arrière des animaux effrayants, etc. Ce sont tous des exemples de
relations proches d'un but qui ne trouvent leur chemin qu'en s'incarnant dans un
domaine de relations de but supplémentaires qui englobent l'ensemble du monde. Des
seules substances et pouvoirs, qui appartiennent à une fleur et à un insecte, ni fleur ni
insecte ne pouvaient naître, mais seulement d'un tout, qui contenait également les
substances et pouvoirs de tous les autres animaux et plantes, et l'air et l'eau et Terre au
besoin pour ces créatures.
33 a) On peut distinguer l'opportunité interne et externe. Il s'agit d'une institution
qui opère en interne, comment mon cœur et mes poumons travaillent pour préserver
ma vie; mais si l'air, l'eau et le sol me donnent le souffle, la boisson et la base, c'est
une question d'événements extérieurs opportuns. Mais cette différence n'affecte pas la
nature même de l'opportunité elle-même; est juste un parent. Parce que tout ce qui est
fonctionnel en interne est également utile en externe, et tout ce qui est utile en externe
est également utile en interne, uniquement à d'autres égards. Soulignons une seule
partie de nous-mêmes dans la considération, par ex. Si, par exemple, l'œil ou le
cerveau, le reste du corps, auquel nous attachons une opportunité interne dans son
ensemble, voit également par rapport à l'opportunité externe, comme si nous nous
distinguions de la terre dans la contemplation de soi, sans en faire moins partie et
pouvoir exister plus indépendamment d'elle que l'œil ou le cerveau de son corps; oui,
nous pouvons soulever n'importe quelle partie de nous, les poumons, l'estomac, la
main, le reste de l'organisme n'est disposé de manière appropriée que de l'extérieur
pour l'entretien de cette partie; et tout comme l'animal ou la plante que nous voulons
faire sortir de la terre, le reste de la terre ne convient qu'à l'extérieur pour préserver la
vie et ses fonctions. Mais il y a aussi une profonde opportunité intérieure pour la terre
entière aussi bien que pour nous, en ce que la connexion générale de l'organique et de
l'inorganique, puis les deux royaumes organiques en particulier, puis, dans ces grands
contextes, chaque créature de son côté contribue à maintenir et à développer le
processus de vie de la terre dans son ensemble, tandis que l'ensemble est à nouveau
mis en place en accord avec le maintien et le renouvellement de la vie de
l'individu. Mais si nous ressentons également ce que la connexion interne de notre
organisme peut faire pour nous et ne trouvons ici que le dernier point de vue de
l'opportunité interne, alors bien sûr, nous ne pouvons pas nier ce sentiment à la terre
parce que nous ne l'avons pas nous-mêmes ni ne pouvons le voir extérieurement, car
le sentiment ne peut pas du tout être vu de l'extérieur, mais ne peut être ressenti que
par l'être qui l'a. Mais nous ne sommes pas cet être. Au moins, nous ne sommes pas
tout à fait, mais en ce qui nous concerne, nous avons également ce
sentiment. D'ailleurs, nous en voyons tellement à l'extérieur,
les moyens d'attaque innés, d'une part, et la préservation de soi, d'autre part, sont tels qu'ils
compensent chaque lot. Vitesse, prudence, vigilance, refuge inaccessible, le type de revêtement et
même la couleur protègent les intrépides et les sans défense, tandis que les plus audacieux
s'opposent à la force. Ceux qui sont les plus sujets au malheur se multiplient le plus; leurs rangs se
complètent rapidement, tandis que d'autres, sûrement par leur masse corporelle, leur force, leur
courage, n'augmentent que dans la mesure où les pertes sont remplacées qui ont causé le hasard ou
la mort naturelle. Insectes z. B. sont la proie commune des oiseaux et des animaux à quatre pattes,
des reptiles et des poissons, même des insectes eux-mêmes. Mais qui a jamais vu leurs rangées
effacées? Après tout, il ne fait aucun doute que les myriades détruites seront remplacées par d'autres
myriades. Quelle est l'ampleur de la dévastation quotidienne parmi les poissons! Ils se
consomment. Le cachalot (Cachelot), l'espadon (Delphinus Orca), le cobaye (Delphinus Phocaena),
les loutres et le phoque les dévorent en grand nombre; Des milliers d'oiseaux de mer y trouvent leur
nourriture, tandis que les humains les tirent en vrac des profondeurs. Cependant, leur fertilité
étonnante est si grande que toutes les pertes sont complètement remplacées. Le nombre d'oeufs dans
les œufs de stockfish a été calculé à 3686760, Flinders à 1357400, Hareng à 36960, Maquereau à
546680, Stint à 38280, Plie (Pleuronect. Solca) à 100369, Schleihe à 383250. Aucun tel exemple ne
peut être trouvé dans les classes supérieures de vertébrés, à savoir les oiseaux et les
mammifères; mais la loi d'uniformité d'accès et de retrait ne leur est pas moins applicable. Nous en
concluons à juste titre qu'une partie de la création dépend de l'autre; et bien que tout puisse sembler
confus à première vue, il devient clair après un examen attentif que l'ordre et la relation sont les
succès d'un plan qui est tout aussi approprié que sage. "(Linnäus Martin, Naturgesch. des
Menschen. Einl. l f.)
34 a) Dans une certaine mesure, l'homme apparaît placé au centre des relations de
but terrestre et offre donc le sujet le plus important et le plus riche de sa
contemplation.
La terre lui donne la terre arable pour la charrue, le fer, en forgeant la charrue, le
bois et le charbon, faisant fondre le fer avec lui, l'air et la pluie, laissant le bois
pousser, une main pour couper le bois, le feu attiser, forger le soc, guider la charrue,
semer le champ et en récolter.
Plus on entre dans les détails, plus on peut admirer à quel point l'homme apparaît
complètement et de tous les côtés pour la terre et la terre pour l'homme, et encore une
fois seulement si l'on ne se concentre pas uniquement sur le suivant, ne va pas
seulement à l’être humain individuel et non à l’être humain seul, mais contient
toujours la référence à la totalité du terrestre, dont l’être humain individuel ne reste
qu’un maillon. Parce que l'individu est souvent dans le besoin, ne trouve pas toujours
ce dont il a besoin et les mêmes forces qui servent ses objectifs peuvent souvent avoir
un effet dévastateur sur lui. Mais même ce qui est un succès immédiat et immédiat, le
besoin et l'obstacle est un moyen de promotion pour l'humanité et, par conséquent,
pour la terre dans son ensemble. Sans difficultés, sans obstacle, Danger aucun
développement ultérieur des systèmes humains. L'individu peut en périr, mais
l'humanité grandit dans la lutte contre les obstacles et le danger, et dans la victoire sur
les obstacles et le danger, la destruction n'affecte que les factions individuelles ou tout
au plus individuelles de l'humanité, jamais l'humanité dans son ensemble, et plus les
gens détruisent plus vite ils se renouvellent seulement. La terre reste toujours
parfaitement agencée pour qu'un grand nombre de personnes puissent y vivre à tout
moment et en tout lieu et que l'humanité dans son ensemble puisse se développer
davantage. Ou si certaines localités sont privées d'habitabilité, les autres ne
deviennent que plus habitables. (Voir l'annexe.) et dans la victoire sur les obstacles et
le danger, la destruction n'affecte que les factions individuelles ou tout au plus
individuelles de l'humanité, jamais l'humanité dans son ensemble, et plus les gens
sont détruits, plus vite ils ne se renouvellent. La terre reste toujours parfaitement
agencée pour qu'un grand nombre de personnes puissent y vivre à tout moment et en
tout lieu et que l'humanité dans son ensemble puisse se développer davantage. Ou si
certaines localités sont privées d'habitabilité, les autres ne deviennent que plus
habitables. (Voir l'annexe.) et dans la victoire sur les obstacles et le danger, la
destruction n'affecte que les factions individuelles ou tout au plus individuelles de
l'humanité, jamais l'humanité dans son ensemble, et plus les gens sont détruits, plus
vite ils ne se renouvellent. La terre reste toujours parfaitement agencée pour qu'un
grand nombre de personnes puissent y vivre à tout moment et en tout lieu et que
l'humanité dans son ensemble puisse se développer davantage. Ou si certaines
localités sont privées d'habitabilité, les autres ne deviennent que plus habitables. (Voir
l'annexe.) qu'un grand nombre de personnes y vivent à tout moment et en tout lieu et
que l'humanité dans son ensemble peut se développer davantage. Ou si certaines
localités sont privées d'habitabilité, les autres ne deviennent que plus habitables. (Voir
l'annexe.) qu'un grand nombre de personnes y vivent à tout moment et en tout lieu et
que l'humanité dans son ensemble peut se développer davantage. Ou si certaines
localités sont privées d'habitabilité, les autres ne deviennent que plus habitables. (Voir
l'annexe.)
35) La plupart du temps, on s'en tient à la vision unilatérale que la terre entière est
si bien agencée pour l'homme, donc elle ne la regarde que par rapport à l'extérieur et
sert ainsi avec lui l'opportunisme, et néglige complètement le contraire également
justifié, également complètement réalisable Considérant que l'homme est tout aussi
fonctionnel pour la terre, doit rendre les services les plus importants à la terre comme
il le fait à lui, oui, plus il met ses services, plus il place seulement les services qu'il
rend à la terre. Ce sont les services qu'une partie hautement développée doit faire à
l'ensemble; le tout a besoin de la partie après des relations spéciales, comme la partie
du tout après le général. Nous sommes dans cette relation à la terre.
Nous n'avons pas nos mains à nous-mêmes, mais construire avec eux des navires et
des wagons et des outils, ou autrement les remuer, établir des liens avec eux sur la
terre, maintenir un trafic matériel et effectuer d'autres services que la terre fait sans
nous et les nôtres. Les mains ne pouvaient tout simplement pas le faire. Quel écart
pour le trafic terrestre si les gens tombaient! Certes, il fut un temps où l'homme n'était
pas encore là; mais alors, incontestablement, son besoin n'était pas encore là, car il
n'aurait pas trouvé la terre préparée à son besoin. À l'époque, ce n'était pas un écart
comme il le serait maintenant. L'homme n'est qu'une partie du développement plus
fin de la terre et n'est lui-même qu'un outil de développement plus fin. Dans le passé,
il n'était que grossièrement mis en place,
36) Avec pas moins d'injustice et pas moins de partialité, l'homme se réfère souvent
simplement à lui-même aux fins de la terre. 19) C'est tout aussi bon pour les animaux
et les plantes, sinon si polyvalent, car ce ne sont pas du tout des créatures
polyvalentes, au moyen d'installations spécifiques, que pour les humains, et pas
seulement pour ceux qui utilisent les humains, où vous pouvez en trouver un indirect
But, mais aussi pour ceux qui lui font du mal, sauterelles, chenilles forestières,
scorpions, serpents venimeux, mauvaises herbes, herbes vénéneuses, pas moins pour
ceux qui vivent dans des déchets lointains ou dans les profondeurs de la mer et pour
lui en aucun Les relations d'avantages et de préjudices existent. Combien de milliers
d'années la terre a chéri la vie d'innombrables animaux et plantes avant qu'une
personne n'y vive. Que pouvaient-ils faire pour les gens puisqu'ils n'étaient pas encore
là?
19) J'ai donc lu dans une écriture philosophique plus récente: "Toute la nature en général n'a d'autre but que
celui de la base et de l'organe du développement humain; l'homme est le sommet et le maître de la création
tellurienne, où dans la relation tout trouve son destin. "

Afin de tout relier aux humains, on peut dire que si la misère soutient l'humanité
dans une certaine mesure, alors la misère que les sauterelles, les chenilles, etc. lui
font appartiendra également. Et si le terrestre culmine du tout dans l'existence
humaine, alors, selon des raisons causales, l'homme ne pourrait bien sûr pas surgir et
exister sans une base de créatures inférieures antérieures et existantes; De
nombreuses créatures ne lui sont pas et ne lui ont pas été utiles en détail, mais selon
le lien que leur existence a avec le sien dans son ensemble, à condition que son
existence soit justifiée par le lien avec la sienne. Il n'aurait pas pu être sans qu'ils
soient ou soient. Mais c'était et n'est que pour lui. Ce qui l'a précédé, apparemment
inutile pour lui, des êtres organiques, ne servait qu'à préparer son éducation; ce qui
existe en dehors de lui, apparemment futile, n'est que le déclin du travail qui l'a
produit.
Rien de plus convaincant que cette considération, dans la mesure où elle ne vise qu'à montrer
que tout est terrestre, et nous aimons l'étendre à tout ce qui existe qui n'est pas étroitement ou
individuellement traçable aux êtres humains, mais dans un but éloigné ou général le soutient, mais
rien de moins hors de propos, à condition qu'une relation d'objet exclusif avec lui soit prouvée; si
l'on ne peut pas opposer d'autres relations à des fins plus proches.
Le sort que les sauterelles et les chenilles causent aux gens en dévastant leurs céréales et leurs
zones boisées peut servir les gens dans une relation lointaine, mais c'est en effet très loin, tandis que
les sauterelles et les chenilles en bénéficient directement. La relation de but que l'existence de tant
de créatures a en dehors de lui et devant lui pour sa création est très éloignée; d'autre part profiter et
avoir apprécié ces créatures de leur vie directement. Vous pouvez également inverser la vue. Seul
un ordre naturel ainsi arrangé, que l'homme a pu créer et porter, a pu créer et porter les autres
créatures; ainsi son existence a aussi une relation de but lointain avec eux; à bien des égards, mais
encore plus directement.
Il est incontestable que les humains utilisent les poux et les puces plus qu'ils ne les utilisent. Il
traite et abat le bétail et les moutons; mais la faim, le gel et le loup en hiver seraient beaucoup plus
susceptibles d'abattre les animaux si l'homme ne s'en souciait pas. Vous ne pouvez donc pas dire que
tout sur terre n'est là que pour l'homme.
Il s'agit plutôt d'un seul et même monde terrestre, qui remplit un but pour les êtres humains,
les animaux et les plantes, de telle sorte que ce qui est lié à certains dans un but extérieur lointain se
rapporte toujours à l'autre dans un but externe ou même interne plus étroit. stands; en attendant, tout
ce qui s'y rapporte a une relation intérieure de but, qu'il a en soi.
Cela n'empêche pas l'être humain, en tant que créature terrestre la plus polyvalente et la plus
significative, de développer et de négocier les relations de but les plus variées et les plus
significatives sur la terre et pour la terre, et dans le conflit des relations de but plus étroites
généralement le dessus, mais rien de moins que seul garde la place. De toutes les créatures
individuelles, ce n'est que le lien le plus important dans une combinaison de buts qui englobe tout le
royaume terrestre.
En dernier lieu, on peut ou peut-être devoir admettre que sur la terre, comme dans la nature et
le monde en général, tout n'est pas vraiment utile; cela dépend de la façon de définir l'opportunité,
dont nous n'avons pas discuté avec diligence ici, car pour notre tâche, il est seulement essentiel et
suffisant de montrer que ce qu'on appelle habituellement l'opportunité ou voit les moyens
fonctionnels comme le caractère des êtres organiques et pense en relation avec un principe idéal
uniforme, non moins le complexe de tout le système terrestre et appartient au même sens, pour
lequel l'arrangement ci-dessus devrait être suffisant.
Supposons, cependant, que dans un certain sens, on aurait dû reconnaître que tout n'est pas
opportun du tout dans le monde (et peut-on vraiment appeler l'existence du mal du tout utile?
Certainement pas dans le sens le plus étroit); cela montre au moins une tendance générale à rendre
de plus en plus inadapté l'inaptitude, à transformer le mal en quelque chose de mieux en mieux,
même à en faire une source de bien. Cependant, ce n'est pas le lieu de suivre ces considérations
générales.
37) Si nous résumons les relations du but terrestre du point de vue le plus général,
les résultats suivants: Comme dans notre corps, les dimensions, la pesée et
l'arrangement et l'enclenchement de toutes les parties, côtés, processus avec la
position et les relations avec leur monde extérieur coïncident dans la terre non
seulement pour le garder comme un ensemble individuel de substances et d'activités,
comme il est entré dans le monde, mais aussi pour le développer sur la base du stock
précédent de telle sorte que ses principales relations caractéristiques deviennent de
plus en plus fixes plus longtemps et plus son élaboration et sa structuration sont
élaborées et détaillées, plus elle affecte elle-même. À ces deux égards, il dépasse de
loin tout ce que nous considérons comme un arrangement et un ordre appropriés en
nous-mêmes. Aucune maladie, aucune mort ne menace leur existence ainsi que
l'existence de la désintégration ou même de la désintégration de notre corps; il n'y a
pas de limites à leur développement ultérieur dans le meilleur et le meilleur, à
condition que l'humanité elle-même, le siège et l'outil principal de ce développement
plus fin, n'a pas de limites. Au début, elles étaient énormément différentes des
conditions de base actuelles, mais en raison des relations de base organiquement liées
actuelles, elles ne sont devenues de plus en plus stables qu'elles ont traversé
d'énormes époques de développement, ont été organisées en cycles et phénomènes
périodiques de plus en plus spécifiques et ne sont donc pas mortes, car plutôt la
L'élaboration du design et du mouvement a grandi en même temps et le changement
de détail le plus vivant continue d'exister.
38) Nous disons des créatures organiques sur notre terre qu'elles se développent par
elles-mêmes à partir d'un principe intérieur. Ceci doit être bien compris. Un œuf ne
pond pas d'abord, mais a besoin de la poule pour le faire, puis ne se met pas à incuber
non plus, mais nécessite également la poule ou l'éclosoir, et le poulet qui a été relâché
a encore besoin d'air, de nourriture et de boisson. Tout cela ne vient pas de lui-même,
mais il ne peut se développer sans lui. Mais il reste vrai que la jeune créature ne doit
pas suivre passivement les suggestions qui doivent et doivent agir sur elle si le
développement réussit, mais réagit plutôt d'une manière qui ne lui est que particulière
et qui n'est prescrite par rien, les substances absorbées en une seule traitées
uniquement par son individualité. La terre ne diffère désormais de ses créatures que
par le fait qu'à tous égards, elle s'est développée à sa manière individuelle, encore
plus indépendamment des influences extérieures; si les influences extérieures
terrestres, dont les créatures ont encore besoin pour leur développement, sont des
moments de l'auto-développement intérieur de la terre. Mais si à son tour elle a
besoin de l'influence extérieure des étoiles et surtout du soleil pour les aider à se
développer, en particulier la vie organique, alors les créatures organiques partagent ce
besoin.
D'une certaine manière, on peut comparer le soleil lui-même à une grande poule
couveuse qui, après avoir pondu l'œuf de la terre, parce qu'on l'imagine maintenant,
assise sur l'œuf et en couvant la vie organique; et le développement de chaque œuf de
poule sur Terre en dépend indirectement; mais l'œuf de poule a également besoin
d'une petite poule couveuse pour s'y asseoir; La Terre n'en a pas besoin; il est assez
gros et il livre même ses petits à l'œuf de poule. Depuis le tout début, la terre s'est
développée beaucoup plus sous l'influence de la sienne que la chaleur du soleil. (Pour
plus d'informations à ce sujet, voir l'annexe.)
39) Si nous jetons un regard superficiel sur les créatures individuelles qui habitent
un même élément terrestre, elles semblent presque identiques dans leur construction
et leur mode de vie, les mammifères entre eux, les oiseaux entre eux, les poissons
entre eux; mais plus nous affinons la vue, plus les différences individuelles
apparaissent clairement. Un caractère de base différent, un ordre spatial et temporel
différent relie et contrôle la diversité des conditions de vie internes et externes de
chaque animal, et tout ce qui semble être le même est montré différemment et
différemment en termes de ce caractère de base, cet ordre. Chaque créature est un
système différent, à travers lequel intervient un principe différent, et cet autre
principe, qui contrôle le physique, est connecté,
C'est exactement la même chose avec la classe des êtres supérieurs qui habitent
l'élément céleste, seulement que la similitude est encore plus grande dans les
principes généraux, et la différence est encore plus profonde dans les particularités
individuelles. Tous semblent être des sphères, tous sont en alternance de lumière et de
lourdeur les uns avec les autres, tous sont des chemins sinueux à travers le
ciel. Chacun seul a un poids et une taille différents et oscille différemment et vibre
différemment dans la pièce; mais dans chacun un équilibre complètement différent
des forces et des masses les unes contre les autres, une périodicité de mesures
différentes, chacune est tournée différemment contre le ciel, comme si elle était
placée différemment en soi.
L'un (le soleil) est un géant, tandis que tous les autres petits nains, et parmi eux un
autre (Jupiter) est un géant contre tous les autres. Un (Saturne) presque plat, un autre
(Soleil, Mercure, Lune) presque purement sphérique; une (lune) rugueuse provenant
des montagnes, une autre (terre) comparativement beaucoup plus lisse, une (mercure)
plus dense que la terre, une autre (Saturne) 10 fois plus mince que la terre, plus mince
que le liège et l'éther; Sur l'une (le soleil), une plume est lourde en plomb, sur une
autre (l'astéroïde) comme une plume, sur une (terre, Mars) brouillard, nuages, eau,
glace; sur l'autre (lune) éternelle sécheresse et ciel clair, sur une (lune) un jour d'un
mois, sur d'autres (Saturne, Jupiter) seulement de 10 heures, sur une (mercure)
l'année 88 de nos jours, sur une d'autres (Neptune) pendant quelques centaines de nos
années, certains rampant autour du soleil, l'autre courant à la hâte, l'un (Vénus) sur un
chemin presque circulaire, l'autre (Pallas) dans l'ellipse la plus allongée, l'un
(Mercure) très proche du soleil, l'autre (Neptune) indiciblement loin de lui, presque
tous lisibles, mais certains (Lunes d'Uranus) en déclin, presque toutes les orbites
s'enveloppant, mais certaines (celles des astéroïdes) s'emboîtent comme des maillons
de chaîne; pour une planète (Mercure) le soleil est gros comme une roue de charrette
et brille comme un four dans le ciel, pour d'autres (Uranus, Neptune) comme une
étoile froide lointaine, là le jour est éblouissant, ici faiblement sombre, certains
(Vénus, Mars ) avec une nuit sans lune, d'autres (terre, Jupiter, Saturne) avec l, avec
4, avec 8 lunes; la plupart nus, un (Saturne) avec des pneus, etc. Et toutes ces
différences qui ont existé par milliers, oui, regardez des millions de kilomètres ou
faites-les évoluer; comment tout ce qui se trouve à proximité peut-il sembler différent
sur différents corps du monde; À quel point la vie organique doit-elle être
complètement différente en raison des différentes conditions de vie, où la lourdeur
semble si complètement différente, où le soleil est tellement plus lumineux ou
tellement plus froid, où l'année et le jour sont si différents, le mélange et la cohérence
des substances complètement différent.
Les différences entre les créatures de notre terre ne vont pas aussi profondément
qu'entre les corps du monde; oui, ils ne peuvent pas saisir, parce que les différences
entre les créatures de la terre elles-mêmes ne contribuent que de façon mineure aux
différences de la terre avec les autres corps du monde. Toute matière est connectée
d'une manière similaire; tous vivent dans des conditions générales similaires de
gravité, saisons, heures de la journée, lumière, air, eau, échangent et partagent plus ou
moins ces conditions. Mais les saisons et les heures de la journée, la lourdeur, la
lumière et l'air et l'eau et le solide sont tous fondamentalement différents entre les
différents corps du monde, et leurs relations ne se chevauchent pas. Chaque être
humain, chaque animal a même beaucoup d'êtres qui lui sont particulièrement
similaires; où la Terre, la Lune, Vénus, Jupiter ont-elles leurs pairs? Chaque étoile est
si unique lorsque sa position dans le monde est unique. La même étoile polaire se
tient au-dessus de toutes les personnes et des animaux, indiquant la position
commune et la relation avec le pôle; chaque étoile a une étoile polaire différente, bien
qu'en fin de compte un seul ciel.
Le soleil est si grand que si vous pensiez que la terre était en son centre, toute l'orbite lunaire
se trouverait au même endroit, même si elle avait presque le double de son diamètre. La masse de
Jupiter , mais, en dépit de seulement 1 / 1047 du soleil, la somme dépasse encore tous les autres corps
du système solaire considérablement. Si le soleil disparaissait de notre système, Jupiter deviendrait
son corps central et la terre se déplacerait autour de lui en 383 ans (Mädler). On pourrait faire
1407000 corps de la taille de notre terre à partir du soleil, de Jupiter 1414, de Saturne 735. Les
astéroïdes, cependant, sont minuscules, si petits que leur masse n'a jusqu'à présent pas été
déterminée.
Nous voyons le petit disque de lune dans le ciel la nuit, ce qui nous donne une luminosité
modérée; les habitants de la lune, le cas échéant, de voir le ciel la nuit un diamètre de plus de 3 fois,
dans la zone de 13 1 / 2 fois disque plus brillante dans le ciel, le disque de terre qui la nuit donc
également 13 1 / 2 parfois plus lumineux. Sur Terre, tous les résidents profitent des nuits au clair de
lune, alors que les résidents lunaires n'ont que des nuits orientées vers la terre d'un côté qui fait face
à la Terre, pour les résidents de l'autre côté, la nuit reste complètement sombre, à l'exception du ciel
étoilé, et ils doivent d'abord voyager si vous voulez voir le disque de terre brillant. Le disque
terrestre, d'autre part, illumine les habitants de ce côté de la lune chaque nuit, ne disparaît
jamais; mais la lune n'éclaire pas la moitié de la nôtre. La terre se tient également constamment
dans la même région du ciel d'un paysage lunaire, elle ne oscille que lentement d'avant en arrière, en
passant par ses phases exactement dans le même temps et dans l'ordre que la lune a fait pour nous.
Chez nous, le soleil est en moyenne 12 heures au-dessus de l'horizon et 12 heures au-dessous
de l'horizon; sur la lune, cependant, environ 354 heures; pour les habitants de la lune, un jour
beaucoup plus long change avec une nuit beaucoup plus longue; Le soleil ne disparaît jamais dans
les montagnes polaires de la lune.
Si nous passons à d'autres corps dans notre système planétaire, il y a des différences encore
plus frappantes. Le soleil nous apparaît, à nous et aux habitants de la lune, de la même taille en
moyenne; bien que les habitants de ce côté de la lune un peu plus petits (en moyenne de 4,8 "); ceux
de l'autre côté un peu plus grands que nous; en revanche, les habitants de Mercure voient le disque
solaire à la plus grande distance du soleil sur 2 fois est la plus proche , même plus de 3 fois plus
grand diamètre que nous (en aphelion d'un diamètre de 68 4 / 7 min., dans le perihelion de
99 1 / trois Min.); et la lumière du soleil au moins 5 fois, au moins 11 fois plus brillante que nous. La
différence de saisons change le diamètre apparent du soleil presque dans un rapport de 2 : 3, et la
luminosité plus de deux fois; alors que pour nous la taille et la luminosité du soleil changent peu
avec les saisons. Vénus apparaît aux habitants de Mercure tellement plus brillante que nous qu'elle
doit suffire à donner de l'ombre et de la lumière à un paysage; la terre, comme sa lune, apparaît
également grande et brillante. Le soleil apparaît sur Vénus d'environ 1 / 3 de diamètre plus grand que
sur terre (oscillant entre 44 '82 "et 45 '56") et l'éclat de la terre 6 à 8 fois plus grand que celui que
Vénus peut nous procurer. (Aucun de la planète principale de la Terre est si grand et brillant comme
on le voit de Vénus.) Sur Jupiter apparaît le soleil est seulement d' environ 1 / 5 sur Saturn 1 / 10 , sur
l'Uranus 1 / 20 aussi grand de diamètre que sur Terre. "La lumière d'un jour de Jupiter peut être
comparée à ce qui a été perçu dans de grandes parties du nord de l'Allemagne lors de l'éclipse du 16
mai 1836, et à ce qui était encore assez fort pour ne pas avoir à interrompre les activités
quotidiennes habituelles. Les ombres sur Jupiter, en revanche, est très tranchant, car puisqu'il
dépend de la taille du disque solaire, vous serez plus de 5 fois plus net que sur Terre. " (Fille.)
La force d'illumination sur Saturne est à peu près égale à la lueur de 81-101 fois plus faible que sur
la Terre et peut nous 1 / 2 ont St. après le coucher du soleil. La taille du soleil varie entre 3 1 / 2 et
3 1 / six minutes.
La force de l'illumination sur Uranus est 334–403 fois plus faible que la nôtre; le soleil a seulement
1 7 / 12 bis 1 3 / 4 min de diamètre. est à peu près aussi brillant qu'une étoile fixe de taille moyenne
dans un télescope modéré. Mais il brille encore beaucoup plus fort que notre lune.
La vue des lunes sur les différentes planètes et des planètes sur les différentes lunes est très
différente. Mercure, Vénus, Mars n'ont pas de lune du tout, donc toujours des nuits très sombres,
Jupiter en a 4, Saturne même 8 lunes; avec Jupiter, les 4 lunes peuvent parfois apparaître
simultanément à l'horizon d'un endroit donné, mais souvent aucune, et pour les régions polaires, une
lune n'apparaît jamais à l'horizon; le suivant apparaît à propos de la taille de notre lune, mais le reste
semble plus petit. Au lieu de pleines lunes, presque seulement des éclipses lunaires apparaissent
(toutes les pleines lunes des trois lune intérieure et extérieure); En effet, il passe du premier mois,
tous les 42 1 / 2 Heures d'obscurité. Pendant l'une de ses années, Jupiter voit 4400 éclipses
lunaires. Dès la première lune de Jupiter, Jupiter apparaît en dessous de 19 °, environ 36 fois le
diamètre de notre lune.
La durée des jours et des nuits, les années et la longueur, la nature des saisons et la différenciation
des climats sont extrêmement différentes pour les différentes planètes. Chez nous, l'été et l'hiver
diffèrent quelque peu dans l'hémisphère sud et nord, mais seulement légèrement; sur Mars,
l'hémisphère nord a un été relativement long mais peu intense et un hiver doux et stérile,
l'hémisphère sud un été chaud et court et un hiver rigoureux 20) ; les inégalités des moments de la
journée sont également beaucoup plus importantes sur Mars que sur Terre; d'autre part, sur Jupiter,
il n'y a pas d'inégalités majeures dans les saisons ou les heures de la journée.
20)
Hémisphère nord: Hémisphère sud:
Printemps 191 1/2 journée automne
été 181 hiver
automne 149 1/3 printemps
hiver 147 été.

L'anneau de Saturne produit ses propres apparences


merveilleuses. Pour les habitants de l'équateur de Saturne, il
s'élève comme une grande arche qui va d'est en ouest à travers le
zénith, sous lequel ils se tiennent comme sous une grande arche,
de sorte qu'ils ne voient que la surface intérieure face à
Saturne. Dans d'autres régions, l'anneau se montre plus bas à
l'horizon et ne couvre plus la moitié de celui-ci, mais vous
pouvez voir plus de sa vaste zone. Dans la moitié estivale de
chaque hémisphère, l'anneau est illuminé pendant la journée, mais
la nuit, il est assombri au milieu par l'ombre de Saturne, et
cette ombre change de position chaque nuit. La partie éclairée de
l'anneau permet d'éclairer les nuits comme une lune. En hiver, la
bague reste très sombre jour et nuit, en effet, il provoque de
grandes ténèbres durant plusieurs années terrestres, période
pendant laquelle l'obscurité nocturne la plus sombre prévaut. Pour
une latitude donnée sur Saturne, il existe une zone d'étoiles
fixes qui est cachée par l'anneau pendant une longue série de
millénaires. (Fille.)
Vous pourriez penser que la lumière, même si elle vient de différents soleils, devrait toujours
être la même. Ce n'est pas le cas non plus. Dans l'image couleur prismatique (spectre) générée par
notre soleil, des lignes sombres d'une position fixe apparaissent lorsqu'elle est créée avec une
certaine prudence. Dans les images en couleur que donnent la lumière réfléchie de la lune, de
Vénus, de Mars et des nuages, les lignes sombres se montrent dans la même position. Bien sûr, c'est
la lumière de notre soleil. "En revanche, les raies sombres du spectre Sirius sont différentes de
celles du Kastor ou d'autres étoiles fixes. Kastor lui-même montre d'autres raies que Pollux et
Procyon. Amici a confirmé ces différences, comme l'a déjà indiqué Fraunhofer." (Kosmos III de
Humboldt. P. 63.)
40) Les créatures individuelles de notre terre sont non seulement formellement
différentes les unes des autres, mais aussi matériellement différentes les unes des
autres. Bien qu'ils dépendent tous indirectement du système terrestre général, ils ne
sont pas directement connectés physiquement, chacun ferme sa masse sous une forme
spéciale, chacun a son propre cycle particulier de substances et d'activités, chacun
étant en harmonie les uns avec les autres et ne pouvant pas être identifié avec l'autre
Domaine d'utilisation.
Ce vrai divorce est aussi beaucoup plus complet entre les étoiles qu'entre les
créatures terrestres. La distance des étoiles est énorme; ils s'approchent et s'éloignent
l'un de l'autre sans jamais entrer en contact direct; n'ont pas de matière grossière,
seulement la gravité immatérielle et l'éther fin de lumière comme liants mutuels; ne
jamais échanger quoi que ce soit de substances pesables, porter leurs cycles purement
fermés de substances et d'effets en leur sein; ont leur propre but spécial.
D'un autre côté, les personnes et les animaux et les plantes entrent souvent en
contact, ils sont tous tissés les uns dans les autres dans le même faisceau de matériaux
grossiers à partir desquels ils sont fabriqués, échangent et mélangent ces matériaux, et
ont beaucoup moins un cycle fermé de substances et d'activités que la terre; et leurs
domaines d'utilisation se chevauchent avec beaucoup plus de particularités et se
rencontrent de telle manière que les mêmes circonstances externes ont presque la
même signification pour les créatures apparentées.
On peut trouver un point culminant clair ici. De nombreux organes, membres et
parties différents peuvent être distingués en nous-mêmes, mais à quel point sont-ils
davantage cultivés dans et avec la masse du corps entier que les gens entre
eux; combien plus les humains ont grandi ensemble dans et avec la masse de tout le
système terrestre que les corps du monde dans et avec la masse du monde
entier. Ainsi, tant les circonstances qui concernent la distinction que celles qui
concernent le divorce conviennent que les corps mondiaux soient des individualités
spéciales dans un sens plus élevé et plus strict les uns par rapport aux autres que les
individus.
Mais à aucun moment nous ne devons oublier que la confrontation individuelle
n'empêche pas la subordination à quelque chose de plus élevé et la connexion par
quelque chose de plus général. On aurait tort si l'on voulait voir quelque chose
d'absolu, que ce soit dans les différences formelles ou dans la séparation matérielle
des créatures individuelles les unes des autres. Au contraire, ce qui diffère et se divise
selon certaines relations spéciales est toujours lié à des relations plus élevées et plus
générales. Toutes les créatures individuelles de la terre, bien qu'elles diffèrent dans
leur disposition et leur ordre internes, sont soumises à l'ordre général des conditions
terrestres; n'offrir que des cas particuliers de cet ordre terrestre; et il en va de même
pour tous les corps du monde en ce qu'ils diffèrent encore plus individuellement que
les créatures terrestres, mais tous soumis à l'ordre céleste général, n'offrent que des
cas spéciaux de cet ordre dans leurs relations internes et externes. Combien peu de
gens peuvent être directement connectés par leur propre matière, tant ils sont
connectés et traversent la totalité de la matière terrestre dans les relations
professionnelles; et les corps du monde, même s'ils semblent beaucoup plus séparés
que les humains, sont liés par l'éther du ciel et les pouvoirs célestes généraux à un
ensemble général aussi bien qu'aux humains. La finesse des zones de destination, que
ce soit les humains ou dans un sens plus élevé des étoiles, sont séparées selon une
certaine relation,
41) Étant donné que la confrontation individuelle et la séparation matérielle entre
les étoiles sont plus nettes qu'entre leurs créatures, d'un autre côté, le mouvement des
mêmes selon certaines relations est plus intime et immédiat, à condition qu'aucune
étoile ne puisse faire même le plus petit mouvement auquel toutes les autres étoiles
n'ont pas réagi, le plus éloigné, bien sûr, plus silencieux que le plus proche; si l'effet
s'étend de l'un à l'autre sans temps à des distances incommensurables; à condition que
toute l'étendue des effets qu'ils expriment les uns sur les autres par la lumière et la
chaleur, et par lesquels ils contribuent à leur développement mutuel, soit entièrement
à la surface qu'ils se tournent l'un vers l'autre. Dans toutes ces relations, le
mouvement des personnes ou des animaux entre eux est très inférieur à celui des
étoiles. Combien peut-on faire en externe sans que les autres s'en soucient, sauf en
cas de succès lointain. Ce qui fonctionne sur l'éducation intérieure de l'autre n'apporte
sa contribution que par les accès externes clairsemés des yeux et des oreilles et doit
traverser des chemins nerveux relativement longs avant que la référence active et le
traitement se produisent dans le cerveau avec des stimuli créés différemment ou à un
autre moment, dont le plus élevé Le développement de la personne entière
dépend. Mais la terre peut être dite ainsi sur l'ensemble de son organe sensoriel de
surface et son cerveau en même temps, c'est-à-dire qu'elle crée de nouveaux dessins
sensuels individuels sur la même surface en communication vivante avec le soleil et
le reste du ciel, c'est-à-dire les êtres organiques individuels, et se produit sur la même
surface une vie généralement plus élevée aux rapports sexuels de ces êtres
organiques. sauf en cas de succès lointains. Ce qui fonctionne sur l'éducation
intérieure de l'autre n'apporte sa contribution que par les accès externes clairsemés
des yeux et des oreilles et doit traverser des chemins nerveux relativement longs
avant que la référence active et le traitement se produisent dans le cerveau avec des
stimuli créés différemment ou à un autre moment, dont le plus élevé Le
développement de la personne entière dépend. Mais la terre peut être dite ainsi sur
l'ensemble de son organe sensoriel de surface et son cerveau en même temps, c'est-à-
dire qu'elle crée de nouveaux dessins sensuels individuels sur la même surface en
communication vivante avec le soleil et le reste du ciel, c'est-à-dire les êtres
organiques individuels, et se produit sur la même surface une vie généralement plus
élevée aux rapports sexuels de ces êtres organiques. sauf en cas de succès
lointains. Ce qui fonctionne sur l'éducation intérieure de l'autre n'apporte sa
contribution que par les accès externes clairsemés des yeux et des oreilles et doit
traverser des chemins nerveux relativement longs avant que la référence active et le
traitement se produisent dans le cerveau avec des stimuli créés différemment ou à un
autre moment, dont le plus élevé Le développement de la personne entière
dépend. Mais la terre peut être dite ainsi sur l'ensemble de son organe sensoriel de
surface et son cerveau en même temps, c'est-à-dire qu'elle crée de nouveaux dessins
sensuels individuels sur la même surface en communication vivante avec le soleil et
le reste du ciel, c'est-à-dire les êtres organiques individuels, et se produit sur la même
surface une vie généralement plus élevée aux rapports sexuels de ces êtres
organiques. Ce qui fonctionne sur l'éducation intérieure de l'autre n'apporte sa
contribution que par les accès externes clairsemés des yeux et des oreilles et doit
traverser des chemins nerveux relativement longs avant que la référence active et le
traitement se produisent dans le cerveau avec des stimuli créés différemment ou à un
autre moment, dont le plus élevé Le développement de la personne entière
dépend. Mais la terre peut être dite ainsi sur l'ensemble de son organe sensoriel de
surface et son cerveau en même temps, c'est-à-dire qu'elle crée de nouveaux dessins
sensuels individuels sur la même surface en communication vivante avec le soleil et
le reste du ciel, c'est-à-dire les êtres organiques individuels, et se produit sur la même
surface une vie généralement plus élevée aux rapports sexuels de ces êtres
organiques. Ce qui fonctionne sur l'éducation intérieure de l'autre n'apporte sa
contribution que par les accès externes clairsemés des yeux et des oreilles et doit
traverser des chemins nerveux relativement longs avant que la référence active et le
traitement se produisent dans le cerveau avec des stimuli créés différemment ou à un
autre moment, dont le plus élevé Le développement de la personne entière
dépend. Mais la terre peut être dite ainsi sur l'ensemble de son organe sensoriel de
surface et son cerveau en même temps, c'est-à-dire qu'elle crée de nouveaux dessins
sensuels individuels sur la même surface en communication vivante avec le soleil et
le reste du ciel, c'est-à-dire les êtres organiques individuels, et se produit sur la même
surface une vie généralement plus élevée aux rapports sexuels de ces êtres
organiques. ne pénètre que par les accès externes clairsemés des yeux et des oreilles
et doit traverser des voies nerveuses relativement longues avant que la référence
active et le traitement ne se produisent dans le cerveau avec des stimuli créés
différemment ou à un autre moment, dont dépend le développement supérieur de la
personne entière. Mais la terre peut être dite ainsi sur l'ensemble de son organe
sensoriel de surface et son cerveau en même temps, c'est-à-dire qu'elle crée de
nouveaux dessins sensuels individuels sur la même surface en communication
vivante avec le soleil et le reste du ciel, c'est-à-dire les êtres organiques individuels, et
se produit sur la même surface une vie généralement plus élevée aux rapports sexuels
de ces êtres organiques. ne pénètre que par les accès externes clairsemés des yeux et
des oreilles et doit traverser des voies nerveuses relativement longues avant que la
référence active et le traitement ne se produisent dans le cerveau avec des stimuli
créés différemment ou à un autre moment, dont dépend le développement supérieur
de la personne entière. Mais la terre peut être dite ainsi sur l'ensemble de son organe
sensoriel de surface et son cerveau en même temps, c'est-à-dire qu'elle crée de
nouveaux dessins sensuels individuels sur la même surface en communication
vivante avec le soleil et le reste du ciel, c'est-à-dire les êtres organiques individuels, et
se produit sur la même surface une vie généralement plus élevée aux rapports sexuels
de ces êtres organiques. dont dépend le développement supérieur de la personne tout
entière. Mais la terre peut être dite ainsi sur l'ensemble de son organe sensoriel de
surface et son cerveau en même temps, c'est-à-dire qu'elle crée de nouveaux dessins
sensuels individuels sur la même surface en communication vivante avec le soleil et
le reste du ciel, c'est-à-dire les êtres organiques individuels, et se produit sur la même
surface une vie généralement plus élevée aux rapports sexuels de ces êtres
organiques. dont dépend le développement supérieur de la personne tout entière. Mais
la terre peut être dite ainsi sur l'ensemble de son organe sensoriel de surface et son
cerveau en même temps, c'est-à-dire qu'elle crée de nouveaux dessins sensuels
individuels sur la même surface en communication vivante avec le soleil et le reste du
ciel, c'est-à-dire les êtres organiques individuels, et se produit sur la même surface
une vie généralement plus élevée aux rapports sexuels de ces êtres organiques.
42) La loi fixe, selon laquelle les étoiles organisent leur parcours les unes par
rapport aux autres, peut facilement être interprétée d'un mauvais point de vue, à
condition que l'on confond en partie le légalisme avec la passivité et la coercition, en
partie voit tout le trafic des étoiles en cela, pour ainsi dire, en fixe une partie , exclut
en partie une variété de relations entre eux.
43) Vous avez en effet tort lorsque vous pensez qu'une planète se déplace sur son
orbite aussi passivement qu'une voiture dans une piste de course par des chevaux. Au
contraire, la planète est son propre cheval. Il traverse lui-même, bien que, comme un
être humain, il ne court pas sans ou après quelque chose qui a un effet déterminant
sur lui, et autant qu'il est destiné au mouvement, il le détermine à nouveau. Mais c'est
vrai, il fonctionne soit plus légalement que les humains, soit du moins selon un
système juridique encore plus simple. Même l'agitation entre les gens n'est pas
purement anarchique. Ils suivent les impulsions de leur nature intérieure et les attraits
extérieurs selon les lois généralement applicables de l'humanité et de la nature
terrestre en général; mais cette loi est soit plus changeante, soit plus complexe que
celle selon laquelle vont les corps célestes. La façon dont vous voulez le prendre
dépend de la vision de la liberté que vous suivez. Si, d'une manière ou d'une autre,
nous devons appeler les gens plus libres dans leur vie externe que les planètes, alors,
comme nous l'avons déjà rappelé, la prépondérance de la liberté externe que les
humains ont fait de la Terre une surcharge pondérale interne Liberté, car la libre
activité à l'extérieur appartient au peuple lui-même. Et le libre jeu des créatures
organiques sur la terre elle-même est si étroitement lié à leurs relations avec le jour et
la nuit, l'été et l'hiver et les relations célestes qui découlent des rapports des corps du
monde les uns avec les autres, il y a tellement de suggestions d'humains et d'animaux
La liberté dans ces conditions que nous ne pouvons pas dire
44) Il y a aussi beaucoup plus de diversité dans les relations qui découlent des
mouvements externes des planètes que nous ne le pensons habituellement; car bien
que l'orbite principale de chaque planète autour du soleil reste la même année après
année, elle serpente de temps en temps dans de beaux virages, selon que les autres
planètes sont tentées de se rapprocher d'un côté ou de l'autre. C'est avec le train,
comme avec la forme de la terre. Le train principal du train est de forme circulaire, en
fait elliptique, mais ce train principal gagne, comparable aux montagnes et aux
vallées de la figure principale, des sorties et des inflexions plus petites qui ne
perturbent pas l'allée principale dans son ensemble, mais avec la diversité des
conditions extérieures La Terre est tout aussi essentielle connectée que les courbes de
la forme avec celle de l'intérieur; la trajectoire principale immuable de l'orbite n'est,
pour ainsi dire, que le sol solide sur lequel se déplace le serpent du cours extérieur de
la vie changeant de la terre, reflétant dans ses courbes l'influence changeante des
relations extérieures de la terre avec ses compagnons. Ce serpent fait des tours
différents chaque année; tant que le monde se tiendra et se tiendra, les relations des
planètes les unes par rapport aux autres ne seront plus jamais les mêmes en un an; en
fait, aucune planète ne peut jamais prendre la même position sur la totalité des autres
planètes qu'elle avait auparavant, ce n'est qu'environ le cas. Il y a une
incommensurabilité des relations entre les modes de vie des planètes ainsi qu'entre les
modes de vie des individus.
Il est vrai que les perturbations que les planètes provoquent par leur influence
mutuelle sont relativement très faibles. "Si on imagine les orbites planétaires
exactement sur une carte, seul un examen microscopique nous montrerait que la main
tremblait quelque chose, ce qui les a dessinés. " 21)La terre ne peut (vue du soleil)
jamais se déplacer à plus de 40 degrés secondes de l'emplacement purement elliptique
de son orbite en raison des perturbations. En attendant, nous nous souvenons
comment les phénomènes les plus importants sont basés sur les plus petits
changements dans une taille majeure, selon lesquels rien n'empêcherait que les
changements silencieux que les orbites majeures des planètes subissent les uns des
autres aient une signification importante, dont, bien sûr, nous vous parlerons je ne
sais pas.
21) Colombe, Meteorol. Enquêtes p. 123.

Peut-être que la déclaration suivante de Leverrier peut aider à donner une idée plus précise des
variables de perturbation qui peuvent être considérées ici, bien que toutes les variables de
perturbation ne soient pas aussi petites que celles d'Uranus de Neptune. Les perturbations majeures
dépendent généralement de Jupiter.
«Une discordance s'était manifestée dans ces dernières années, entre les positions d'Uranus a
été évaluée par la théorie et les positions observées. Elle était due à une influence fort minime,
comme une simple comparaison le fera sentir. Imaginons, qu'un vaisseau, partant pour le tour du
monde, indiqué à l'avance le jour et l'heure de son retour; et supposons, qu'après avoir parcouru les
mers, sans jamais toucher la terre, il revient cependant au jour et à l'heure annoncés, avec un retard
d'une demi-lieue seulement dans sa marche. C'est une légère déviation de cet ordre, qu'une planète
inconnue avait exercé sur le mouvement d'Uranus; déviation, qui a suffi, malgré sa faiblesse, pour
conduire à la découverte de Neptune. »(Leverrier, Institut 1849. N ° 793. p. 84.)
Le mouvement principal d'une planète elle-même, même s'il se renouvelle année
après année, est également en constante évolution. La distance du soleil, la direction,
la vitesse changent d'instant en instant. L'ellipse entière, dans laquelle une planète
court, tourne dans le ciel, de sorte que son grand axe (ligne d'apsis) prend toujours de
nouvelles directions, ce qui signifie en partie que l'été plus long alterne avec les
moitiés sud et nord. Le centre de gravité du système planétaire, quoique immuable
par rapport à l'ensemble du système, tombe néanmoins, puisque le soleil lui-même se
déplace comme les planètes par rapport à lui, tantôt au soleil, tantôt à l'exception du
soleil; partout sauf le soleil lorsque Jupiter et Saturne sont distants de moins d'un
quadrant. La lune nous apparaîtra bientôt plus grande bientôt plus petit que le
soleil. Il y a 2000 ans, la hauteur du soleil à midi était la plus longue demi-latitude de
soleil plus grande qu'aujourd'hui, mais beaucoup plus courte les jours les plus courts
(en raison de changements périodiques de l'inclinaison de l'écliptique). Maintenant, la
terre est la plus proche du soleil dans les premiers jours de janvier; cependant, le plus
éloigné dans les premiers jours de juillet; il arrivera un moment où (à cause de la
circulation de la ligne du vestibule) l'inverse aura lieu. L'ellipse qui décrit la terre
s'ouvre désormais de plus en plus en forme circulaire (en raison des changements
périodiques d'excentricité), etc. Maintenant, la terre est la plus proche du soleil dans
les premiers jours de janvier; cependant, le plus éloigné dans les premiers jours de
juillet; il arrivera un moment où (à cause de la circulation de la ligne du vestibule)
l'inverse aura lieu. L'ellipse qui décrit la terre s'ouvre désormais de plus en plus en
forme circulaire (en raison des changements périodiques d'excentricité),
etc. Maintenant, la terre est la plus proche du soleil dans les premiers jours de
janvier; cependant, le plus éloigné dans les premiers jours de juillet; il arrivera un
moment où (à cause de la circulation de la ligne du vestibule) l'inverse aura
lieu. L'ellipse qui décrit la terre s'ouvre désormais de plus en plus en forme circulaire
(en raison des changements périodiques d'excentricité), etc.
45) Souvenons-nous également que la terre, avec le soleil et tout le groupe des
frères et sœurs des autres planètes, se déplace à travers l'espace céleste vers des
destinées qui, ensemble pour l'ensemble du système, ne peuvent être accomplies que
dans des millions d'années 22) ; et que, en tournant autour de lui-même, son axe
tourne toujours dans de nouvelles directions, de sorte que l'étoile polaire dans le ciel
devient une étoile changeante, mais comment il tourne l'axe différemment, le ciel
entier se déplace pour lui, différentes étoiles vont dans le ciel chacune Erdstrichs sur
et sous. Cette rotation est achevée en 25848 ans, c'est-à-dire la durée du grand jour
terrestre, et chaque jour le mène un peu plus loin dans la grande année, le temps de
contourner un centre plus élevé que le soleil lui-même.
22) Le célèbre mathématicien Poisson suppose que le ciel peut avoir une température différente dans
différentes parties, où il est possible que notre système vienne parfois dans des régions plus froides, parfois
plus chaudes; mais il faut admettre que cette vue a peu de probabilité.

Il est maintenant pleinement reconnu que notre système solaire n'est vraiment pas aussi
stationnaire que les étoiles fixes, seulement que pour nous, les mouvements énormes des étoiles
fixes semblent presque disparaître pour les mêmes raisons que les étoiles fixes elles-mêmes, malgré
leur taille énorme, disparaissent pour nous semblent petits, en raison de leur énorme
distance. Autant que les observations précédentes le permettent, notre système solaire se dirige vers
la constellation d'Hercule. Galloway a récemment déterminé le point vers lequel le soleil se déplace,
plus précisément comme suit: AR = 260 ° 0,6 '± 4 ° 31,4'; D = + 34 ° 23,4 '± 5 ° 17,2', ce qui
coïncide étroitement avec les résultats de Struve et Argelander (Philos. Transact. 1847). Bien que
l'on puisse supposer que notre soleil tourne autour du centre de notre système stellaire,
"L'étoile 61 du cygne montre un mouvement progressif dans le ciel de plus de 5 secondes par
an, qui provient de son le mouvement du soleil a lieu dans l'espace; On ne sait pas si ce mouvement
est propre à l'étoile ou au soleil ou aux deux, mais ce dernier est plus probable. On ne sait pas non
plus dans quelle direction contre la ligne faciale après l'étoile ce mouvement ou ce mouvement se
poursuit; si elle coupe verticalement cette ligne ou fait avec elle un angle plus ou moins aigu. Mais
il s'explique par le plus petit mouvement vrai par lequel il s'explique si l'on accepte le premier. Nous
savons donc que le mouvement annuel ou des deux étoiles ne peut pas être inférieur à une ligne qui
apparaît à la distance spécifiée de l'étoile (= 657700 rayon de l'orbite terrestre) aussi grande que sa
progression annuelle sur la sphère céleste de 5 secondes: Cette ligne mesure 16 centimètres de long
sur l'orbite terrestre, qui est la plus petite limite du mouvement annuel ou des deux étoiles. Pendant
une journée, cette limite de mouvement est supérieure à un million de miles, environ 3 fois plus que
le mouvement orbital copernicien de la terre autour du soleil. "(Bessel, Popul. Vorl. P. 262).
L'étoile polaire, comme l'étoile qui se trouve dans la direction de l'axe allongé de la terre, est
considérée par les non-informés comme tout à fait immuable. La direction de l'axe de la Terre vers
le ciel change progressivement (mais sans changer son inclinaison vers l'orbite terrestre). C'est
comme un rond-point ou une danse dite tyrolienne. En le faisant tourner autour de lui-même, c'est-
à-dire son axe, si l'axe ne se tient pas verticalement sur le sol, l'axe lui-même est en forme
d'entonnoir. Une telle rotation des axes prend 25848 ans pour se terminer (année platonicienne); et
il est lié au mouvement de recul des égaux nocturnes (incorrectement appelé avancement des égaux
nocturnes), ainsi qu'au fait qu'avec le temps une partie différente du ciel devient progressivement
visible au-dessus de chaque horizon. Stars,
"L'ancienne race humaine a vu de magnifiques constellations méridionales s'élever dans
l'extrême nord, qui, longtemps invisibles, ne reviendront qu'après des milliers d'années. Canopus
était déjà 1 ° 20 'sous l'horizon au moment de Colomb à Tolède (39 ° 54'NB); maintenant elle
s'élève presque autant à l'horizon de Cadix: pour Berlin et les latitudes nord en général, les étoiles
de la croix sud, comme a et bdes centaures, deviennent de plus en plus éloignées, tandis que les
nuages magellaniques se déplacent lentement vers nos latitudes approche. Canopus a été l'an dernier
mille dans sa plus grande approche nord et est maintenant, mais très lentement en raison de sa
proximité du pôle sud de l'écliptique, de plus en plus au sud. la croix a commencé à 52 1 / 2° NB à
devenir invisible 2900 ans avant notre ère, puisque cette constellation, selon Galle, avait auparavant
pu s'élever à plus de 10 ° d'altitude. Lorsqu'elle a disparu à l'horizon de nos pays baltes, la grande
pyramide de Khéops s'est tenue en Égypte pendant un demi-millénaire. "(Humboldts Kosmos II,
332.)
En plus de la grande rotation de l'axe de la Terre à long terme, ce qui est l'année
platonicienne, mais une rotation plus petite est la même dans la période plus courte d'environ 18
ans, 7 1 / 2 mois au lieu de la soi-disant. Nutation, dans la même période, dans lequel aussi l'orbite
lunaire maintient la même position contre l'équateur.
La rotation de l'axe terrestre ne doit pas être confondue avec la rotation de l'axe de l'orbite
terrestre.
46) Étant donné que le trafic humain est médié par des puissances pesables et
imprévisibles, la lumière, l'air, des substances liquides et solides, à notre
connaissance, à part le trafic par gravité, les étoiles ne sont ouvertes qu'au trafic par la
lumière et la chaleur qui en dépend. Cependant, ce trafic n'est pas aussi facile qu'il
nous semble être superficiel, il se déroule plutôt en de multiples modifications. La
mer reflète la lumière des étoiles comme un énorme miroir convexe; l'atmosphère se
brise comme une énorme lentille, les nuages et les champs de neige la dispersent en
blanc, les forêts vertes, les champs et les fleurs colorées la brisent en couleurs. La
lumière est capable de nombreux changements en général (pensez à la réflexion, la
réfraction, la diffusion, la diffraction, la polarisation, les interférences, l'absorption),
qui dans l'ensemble peuvent avoir une signification différente pour la terre, quand ils
ont trahi nos yeux. Il est incontestable que ce que la lumière des corps mondiaux
signifie pour nous et ce qu'elle signifie pour les corps mondiaux eux-mêmes ne peut
être que partiellement comparé; cela signifiera beaucoup plus pour eux que pour
nous; parce qu'entre eux c'est tout le moyen de transport, entre nous c'est seulement
un moyen partiel.
47) Sans vouloir développer ici des possibilités qui ne nous intéressent pas encore
et auxquelles nous reviendrons plus tard, la question de savoir si les étoiles dans le
trafic léger ont quelque chose d'analogue à notre langage peut indiquer qu'à le son de
la langue ne reflète pas une image des objets qu'il contient et suscite néanmoins la
compréhension. Cependant, il est tout à fait concevable que la même chose que nous,
les êtres terrestres, réalisons avec des vibrations sonores, pour des êtres supérieurs
avec des vibrations lumineuses. Comment la surface d'une étoile change en un seul
point, son effet visuel change de là à toute la face opposée de l'étoile, car un faisceau
de lumière se propage à partir de là sur toute cette zone. Laissons simplement les
plantes, les animaux et les gens être les organes, à travers lequel la terre détecte
quelque chose des autres étoiles, mais alors qu'ils ressentent tous quelque chose
individuellement, la terre pourrait également ressentir une connexion de ce qu'ils
ressentent, et ainsi un sentiment dont ils ne peuvent rien ressentir
individuellement. Mais plus tard.
48) Tous les humains, tous les animaux, toutes les plantes sont des êtres mortels et
périssables, pour autant que nous puissions en juger par leur corporéité. Croyez, et
nous osons dire que même la fin peut nous donner confiance au-delà de la tombe,
l'œil ne peut pas, et si nous ne sommes pas détruits par la mort, nous ne pouvons pas
sauver notre mode de vie antérieur dans la mort. Nous revenons visiblement sur la
terre d'où nous venons.
Mais à mesure que nous changeons, la terre existe et continue de se
développer; c'est un être immortel et toutes les étoiles sont avec elle. Nous espérons
aller un jour au ciel pour avoir notre vie éternelle; ils n'ont pas à espérer et n'ont pas à
changer; ils marchent déjà dans le ciel, dans un ordre éternel de choses qui ne risque
pas d'être détruit, pas plus que pour lui-même.
Et si, comme certains le croient, l'ordre du ciel qui existe maintenant est sur le point
de changer, il ne pourrait pas être autre que celui après des milliards d'années, les
planètes se sont enfoncées une par une dans le soleil dont elles étaient faites né le 23)
alors que nous nous enfonçons un par un dans la terre dont nous sommes nés. Mais si

nous espérons toujours continuer selon l'être intérieur, que peut-il faire en nous,
comment les étoiles devraient-elles espérer moins à leur retour? Ce ne serait donc pas
non plus une destruction de l'ordre, mais seulement le but d'un bon déroulement.
23) cf. sur cette hypothèse liée à une résistance supposée de l'éther l'appendice.

"Si nous voyons que toutes choses sur cette terre dépendent
généralement d'une très courte durée de leur existence, après quoi
elles disparaissent et, au moins sous cette forme, ne reviennent
pas; si chaque hiver à venir détruit les structures de nos jardins
et fleurs; si nombreux Des familles et même des sexes entiers
d'animaux disparaissent jusqu'à la dernière trace de cette terre
lorsque même les jeunes et les nations dominatrices du monde
passent devant nos yeux comme des images d'un jeu d'ombres et
plongent dans la nuit éternelle; lorsque tout ce qui nous entoure
est inexorablement déchiré Au fil du temps, nous frémissons de
nous détourner de ces images de la mort et tournons nos yeux vers
ces régions supérieures pour trouver au moins le confort et la
sécurité pour l'avenir.Nous nous trouvons rassurés de croire que
même si nous et nos descendants tardifs sommes depuis longtemps
retombés dans la poussière d'où ils ont été pris, au moins cette
terre et ce ciel voûté au-dessus d'elle subsistent et existent
toujours le même soleil et la même lune, dont la lumière nous
plaisait si souvent dans la vie, éclaireraient au moins nos
tombes. "(Littrow dans Gehler's Word. Art. Universe. p. 1484.)
(Littrow dans Gehler's Woert. Art. Universe. P. 1484.)(Littrow
dans Gehler's Woert. Art. Universe. P. 1484.)
Quelques considérations supplémentaires sur la durée du monde s. en annexe.

IV. La question de l'âme.

Avec cela, nous aurions considéré le corps ou les conditions matérielles de la terre,
par rapport au nôtre. L'âme n'était pas encore considérée; oui, nous avons voyagé
partout dans le monde dans toutes les directions sans rencontrer d'âme. Il pouvait
vraiment avoir une réputation, l'âme manquait. Mais rappelons encore une fois que
nous ne pouvons voir personne d'autre que notre âme. Donc, la question commence
maintenant si nous ne pouvons pas voir les signes de l'âme invisible dans ce que nous
pouvons voir.
Mais qu'avons-nous vu? Résumons-le à nouveau brièvement.
La terre est également liée par sa forme et ses matériaux, en termes de but et
d'impact à l'ensemble, de particularité individuelle, autonome, autonome, similaire,
mais pas les mêmes créatures, relativement indépendantes, avec stimulation et
codétermination par un monde extérieur auto-évolutif, une diversité inépuisable, en
partie juridiquement récurrente, en partie imprévisible, de nouveaux effets de sa
propre plénitude et de sa puissance créatrice, donnant naissance à un jeu de liberté
intérieure par la coercition externe, se développant en détail, changeant dans son
intégralité, comme notre corps. Ou plutôt, ce n'est pas seulement la même chose,
mais infiniment plus; est tout ce dont nos corps ne sont qu'un maillon, tout ce qui est
permanent ce que nos corps ne font que passer,
Mais si la terre dans tout cela n'est pas seulement la même chose pour nous, mais
nous surenchérit, supérieure à nous, en elle-même et en elle-même, dans la mesure où
nous devons conclure du corporel sur le spirituel, la question ne peut plus être quel
signe nous trouvons une âme indépendante et séparée sur la terre, mais ce qui nous
manque, oui, ce que nous n'y trouvons pas plus éminemment que sur nous.
Mon âme n'est-elle pas également celle qui est uniformément liée par sa forme et
son contenu, en termes de but et d'effets à l'ensemble, qui est autonome, autonome,
autonome, similaire, mais pas la même, relativement indépendante, sous la
suggestion et la cogestion d'un seul Le monde extérieur, qui se déploie de lui-même,
une diversité inépuisable, en partie juridiquement récurrente, en partie imprévisible,
donnant naissance à sa propre abondance et à son pouvoir créateur, évoluant de
manière individuelle, restant dans son ensemble?
Maintenant, si le corps peut être vu comme un miroir ou une expression, une
coquille ou un organe, un produit ou un témoin, un porteur ou un siège, un frère ou
un serviteur de l'âme ou comme toutes ces choses ensemble, il ne peut être adapté
qu'en vertu des propriétés essentielles de l'âme , apparentés, exprimant ou reflétant les
mêmes propriétés. Et si nous trouvons cela dans un autre corps à un degré encore plus
excellent, dans un sens plus élevé que dans le nôtre, alors nous aurons encore plus,
dans un sens encore plus élevé, pour croire en une âme en elle, ou le pont entre la
croyance et est brisé Connaissance du tout; parce que si cette conclusion nous est
refusée, comment pouvons-nous, d'une autre manière, être autorisés à déduire du
visible à l'invisible, du plus bas au plus élevé?
Si nous ne pouvons pas reconnaître une personne expressive par son expression,
comment devrions-nous la reconnaître? Si l'apparence corporelle externe ne peut pas
servir indirectement à laisser deviner l'apparence intérieure d'une âme, comment
serait-il possible de savoir quoi que ce soit sur les autres âmes, car chacune ne peut
apparaître directement qu'en tant qu'âme, et ce n'est que dans cette apparence que
l'âme . Il n'y aurait alors que sa propre âme pour tout le monde. Mais si nous
reconnaissons l'âme à côté de nous par l'expression corporelle, pourquoi pas l'âme au-
dessus de nous aussi, la plus haute seulement par l'expression plus élevée, mais les
voisins les mêmes que nous l'offrons nous-mêmes. Maintenant, il peut être plus
courant pour nous de reconnaître le prochain en ne voyant que le miroir de notre
propre visage; mais ne devrions-nous pas pouvoir nous lever pour reconnaître le
supérieur, ne pouvons-nous pas le faire sur les mêmes traits par lesquels nous
reconnaissons le voisin, en le trouvant seulement dans un sens supérieur en le
regardant dans un sens supérieur? Dans un sens beaucoup plus élevé, cependant, que
nous préférerions douter de notre propre âme que de la sienne, car comme ce que
nous semblons être contre lui, nous en douterions, nous ne nous aurions pas, et nous
devrions vraiment douter, sinon son âme, plutôt la garantie de nos inclusions. Parce
que, comme notre corps ne peut exister que dans le sien, notre âme ne peut exister
que dans le sien. car que ferions-nous contre lui, en douterions-nous vraiment, ne les
aurions-nous pas nous-mêmes, et aurions-nous vraiment à douter si son âme ne
comprenait pas la garantie de la nôtre. Parce que, comme notre corps ne peut exister
que dans le sien, notre âme ne peut exister que dans le sien. car que ferions-nous
contre lui, en douterions-nous vraiment, ne les aurions-nous pas nous-mêmes, et
aurions-nous vraiment à douter si son âme ne comprenait pas la garantie de la
nôtre. Parce que, comme notre corps ne peut exister que dans le sien, notre âme ne
peut exister que dans le sien.
portant tous les changements dans la vie élémentaire, végétale, animale et humaine
en lui-même, liant toutes les sensations unilatérales de la même chose, donnant
toujours naissance à elle-même d'une manière nouvelle et libre, et dans le même
changement qui la dévore, continuant et se développant de plus en plus
haut; J'aimerais vraiment savoir comment il devrait avoir l'idée que ces fragments
unilatéraux relativement indépendants devraient avoir une âme plus indépendante, ou
dans un sens plus élevé, que ceux qui relient, lient, soutiennent, changent, changent,
éternellement, pleinement. Il se tromperait probablement vraiment en ce qu'il ne
pourrait reconnaître que l'âme supérieure d'un niveau d'indépendance supérieur qui
lui est lié dans le corps correspondant, comme vice versa nous, les êtres inférieurs
unilatéraux,
Quelqu'un pourrait certainement le dire, car il ne peut pas prouver que seuls les
derniers niveaux particulièrement reconnaissables de la structure mondiale, l'homme,
l'animal, puis le plus haut, le plus général, Dieu, sont des êtres indépendants; mais
tout sur l'homme et les animaux, ce qui sous Dieu, seule médiation dépendante entre
les deux. Mais nos propres yeux et oreilles n'auraient-ils pas toujours la
priorité? Qu'est-ce qui peut voir en nous comme l'œil, qu'est-ce qui peut entendre en
nous comme l'oreille? Les membres individuels sont certains. Mais nous sommes
toujours au-dessus de ces liens et sommes encore plus indépendants que ces
liens; alors pourquoi pas la terre d'autant plus que nous, qui à son tour a des liens
avec nous. Quel que soit le sens de l'indépendance saisie, nous nous regardons en
remontant plutôt qu'en diminuant. Et que cela s'applique également à la terre
lorsqu'elle s'élève au-dessus de nous, la terre elle-même prouve avec tout ce que nous
y trouvons. Et seulement dans la mesure où la terre est au-dessus de nous dans un
sens beaucoup plus élevé que nous ne le sommes au-dessus de nos yeux, nos oreilles,
ne peut pas être comparé complètement. Mais jusqu'à présent, on peut comparer qu'il
ne faut pas chercher moins dans la terre dans le sens où elle offre plutôt tous les
signes d'un plus.
Exigez-vous la liberté de l'âme? Mais il est impossible que la terre puisse avoir
moins de liberté que nous, si non seulement la liberté de chaque personne, mais aussi
tous les règnes libres, que nous pouvons supposer dans l'histoire du peuple, lui
appartiennent, nous pouvons toujours prendre la liberté comme nous voulons. Toute
l'action libre de la terre n'est que plus interne que la nôtre; mais cela prouve leur plus
grande liberté. Dans nos actions, que nous appelons libres, nous sommes beaucoup
plus en partie déterminés par des circonstances extérieures, en partie handicapés; La
liberté, cependant, implique essentiellement d'agir sur la base d'un principe intérieur,
que ce soit (vu l'autre contradiction entre liberté et nécessité) la liberté ne peut pas
être définie uniquement par cela. Tout ce qui maintenant nous influence terrestre de
l'extérieur et nous empêche terrestre, fait toujours partie de leur autodétermination
intérieure (voir chapitre III). Et combien plus imprévisible, que nous pouvons
expliquer sans raison, est l'histoire intérieure de l'humanité, en fait de la terre entière,
que l'histoire intérieure d'un être humain. Qui peut même calculer la création de
l'homme à travers la terre comme un acte nécessaire? Donc, si l'imprévisible est un
signe de liberté, la terre est aussi au-dessus de nous à cet égard. Qui peut même
calculer la création de l'homme à travers la terre comme un acte nécessaire? Donc, si
l'imprévisible est un signe de liberté, la terre est aussi au-dessus de nous à cet
égard. Qui peut même calculer la création de l'homme à travers la terre comme un
acte nécessaire? Donc, si l'imprévisible est un signe de liberté, la terre est aussi au-
dessus de nous à cet égard.
Ou serait-ce plutôt le mouvement extérieurement libre que quelqu'un manque sur
terre? Mais comment une telle chose pourrait-elle être essentielle pour l'âme de
l'intérieur, puisque même chez nous, ce n'est qu'une extension insignifiante, souvent
même manquante, des mouvements intérieurs qui sont essentiels pour l'âme seule. La
pensée qui déplace le bras n'est pas liée au mouvement externe du bras, mais aux
mouvements internes du cerveau et au nombre de pensées qui entrent à l'intérieur
sans être déchargées du tout par des mouvements externes. Le bras, la jambe peuvent
être attachés ou tomber, la pensée va aussi bien qu'avant, si seulement les
mouvements intérieurs essentiels du cerveau ont encore disparu; ce n'est que lorsque
ces décrochage, il décroche, ou, si vous préférez, quand il vacille, il décroche. Des
mouvements libres du bras et de la jambe vers l'extérieur ne peuvent être nécessaires
que lorsqu'un bras et une jambe sont nécessaires pour atteindre des objectifs externes,
comme avec nous, mais pas avec la terre, qui ne peut pas atteindre les mêmes
objectifs par des moyens externes. a besoin parce qu'il nous a comme moyen de le
faire, mais il reçoit ce dont il a besoin de l'extérieur comme un cadeau céleste. C'est là
que les considérations antérieures entrent en jeu; selon lequel il y a plutôt un avantage
qu'un inconvénient de la terre contre nous. N'avons-nous pas vu comment tous nos
mouvements libres à l'extérieur ne sont liés qu'à notre besoin et à notre sens
unilatéral? Ou, si nous jouons parfois dans des mouvements extérieurs par plaisir,
cela n'est pas lié à une installation, qui est entièrement calculé sur nos besoins
externes et unilatéraux et maintenant, bien sûr, veut également susciter des jeux et
rester actif à travers le jeu pour le besoin, un jeu qui devient intérieur même pour la
terre? Elle ne souffre donc pas parce qu'elle n'a pas un extérieur comme
nous. L'homme lui-même, en s'élevant plus que le besoin extérieur et le jeu sensuel,
permet également au mouvement extérieur de se retirer davantage. À quel point la
personne cultivée est-elle au-dessus du sauvage à cet égard. Ce dernier est
constamment à la recherche de ce dont il a besoin et à quel point il est en colère dans
ses danses; mais il aime aussi s'asseoir tranquillement sur le tapis quand le besoin s'en
fait sentir et fumer sa pipe; il le fait pendant des jours. L'homme cultivé soulage une
partie de l'activité libre externe sur ses bêtes de trait et de trait et enfin même sur ses
machines; sa danse devient plus morale et calme; ce n'est qu'à l'intérieur qu'il remue
plus varié que chez le sauvage tout simplement cru, et encore plus que chez l'animal
qui prédit tant dans les mouvements extérieurs. Mais même chez les gens cultivés,
l'agriculteur et l'ouvrier travaillent plus à l'extérieur que le philosophe et le roi, mais
ils travaillent tout autant à l'intérieur; et tandis que la foule des roturiers doit exercer
ses propres jambes pour marcher, l'officier s'assoit à cheval et peut être emporté; le
général semble rester inactif derrière le front lorsque les armées se battent. Il travaille
le moins à l'extérieur et le plus à l'intérieur. Si cela ne nous rend pas clair, que
signifient les mouvements libres externes et internes? Nos activités spirituelles les
plus élevées, les plus libres et les plus spirituelles n'ont lieu que sur des mouvements
purement intérieurs; plus nous nous retirons dans la pensée, plus l'imagination
travaille en nous de façon créative, plus tout le jeu extérieur des membres
repose. Mais qui voudrait affirmer, ou pourrait prouver que ce qui nous arrive comme
un état temporaire d'élévation et de concentration spirituelles ne peut pas être l'état
naturel de créatures supérieures et plus concentrées? Les êtres supérieurs ne
devraient-ils partout imiter que les inférieurs, même dans ce qui appartient à leur
infériorité, les inférieurs ne devraient-ils pas, en règle générale, trouver le modèle du
supérieur pour leurs états les plus élevés? les activités mentales n'ont lieu que sur des
mouvements purement intérieurs; plus nous nous retirons dans la pensée, plus
l'imagination travaille en nous de façon créative, plus tout le jeu extérieur des
membres repose. Mais qui voudrait affirmer, ou pourrait prouver que ce qui nous
arrive comme un état temporaire d'élévation et de concentration spirituelles ne peut
pas être l'état naturel de créatures supérieures et plus concentrées? Les êtres
supérieurs ne devraient-ils partout imiter que les inférieurs, même dans ce qui
appartient à leur infériorité, les inférieurs ne devraient-ils pas, en règle générale,
trouver le modèle du supérieur pour leurs états les plus élevés? les activités mentales
n'ont lieu que sur des mouvements purement intérieurs; plus nous nous retirons dans
la pensée, plus l'imagination travaille en nous de façon créative, plus tout le jeu
extérieur des membres repose. Mais qui voudrait affirmer, ou pourrait prouver que ce
qui se produit ici comme un état temporaire d'élévation et de concentration
spirituelles ne peut pas être l'état naturel de créatures supérieures et plus
concentrées? Les êtres supérieurs ne devraient-ils partout imiter que les inférieurs,
même dans ce qui appartient à leur niveau inférieur, les inférieurs ne devraient-ils
pas, en règle générale, trouver le modèle du supérieur pour leurs états les plus
élevés? plus tout le jeu des membres externes repose. Mais qui voudrait affirmer, ou
pourrait prouver que ce qui se produit ici comme un état temporaire d'élévation et de
concentration spirituelles ne peut pas être l'état naturel de créatures supérieures et
plus concentrées? Les êtres supérieurs ne devraient-ils partout imiter que les
inférieurs, même dans ce qui appartient à leur infériorité, les inférieurs ne devraient-
ils pas, en règle générale, trouver le modèle du supérieur pour leurs états les plus
élevés? plus tout le jeu des membres externes repose. Mais qui voudrait affirmer, ou
pourrait prouver que ce qui se produit ici comme un état temporaire d'élévation et de
concentration spirituelles ne peut pas être l'état naturel de créatures supérieures et
plus concentrées? Les êtres supérieurs ne devraient-ils partout imiter que les
inférieurs, même dans ce qui appartient à leur niveau inférieur, les inférieurs ne
devraient-ils pas, en règle générale, trouver le modèle du supérieur pour leurs états les
plus élevés?
Une dernière chose: comme beaucoup d'animaux, parce que je ne veux pas parler
des plantes, dont l'âme, après tout, peut douter, sont très fermes et ne stimulent que
leurs parties les unes contre les autres. Comment peut-on alors garder la terre, qui
n'est même pas fixe mais qui ne court que conformément à la loi, morte pour le bien
de cette loi, car elle déplace ses parties, les créatures vivantes elles-mêmes,
indiciblement plus librement que ces animaux coincés? Bien sûr, ce ne sont que des
animaux très bas qui sont fermement assis. Mais des animaux, mais avec une
âme. Qui ose douter? Et nous savons déjà que le plus élevé tend à toucher le plus bas
à partir d'un certain point, mais pourquoi ces animaux sont-ils coincés? Parce que ce
dont ils ont besoin leur vient. Et donc, pour la même raison, la Terre ne se déplace
dans l'espace que conformément à la légalité établie. Tout écart par rapport à cela la
mettrait dans des proportions qu'elle ne pourrait pas utiliser. Leur processus intérieur
de vie est basé sur la légalité fixe de l'extérieur ainsi que celle de ces animaux sur leur
position fixe. Mais que ce soit seulement une légalité fixe, pas une position fixe, les
place, comme tant d'autres choses, plus haut que ces animaux.
Comme une grande dissemblance la terre peut avoir avec nous de certains côtés, et
si elle était encore plus grande qu'elle, que pouvons-nous faire si cette dissemblance
n'est que la plus grande hauteur et abondance, pas un manque de quoi l'âme a besoin
d'exprimer son essence, indique? La terre est tout aussi semblable à nous pour
prouver qu'elle a quelques âmes individuelles et indépendantes que nous, et si
dissemblable pour prouver qu'elle a un niveau d'individualité et d'indépendance de
plus en plus élevé, car elle il n'y a pas d'absolu ici, sauf en Dieu. Toute la
dissemblance de l'homme et de la terre en termes d'être et de travailler réside
uniquement dans le fait que le corps de la terre n'est pas construit, mais trop construit,
en substances, en travail et en desseins, d'autres étoiles sont construites encore plus
individuellement que le corps humain n'est le corps humain. Mais si c'est le corps,
comment ne devrait-il pas être l'âme tant que le corps doit être considéré comme
l'expression ou le miroir de l'âme?
Après avoir trouvé tous les signes extérieurs sur terre qu'ils sont une âme dans un
sens supérieur à nous, nous devrions être satisfaits s'ils étaient un être qui nous est
purement opposé, car c'est la seule façon, les êtres face à l'âme à venir. Mais puisque
nous appartenons nous-mêmes aux parties, membres de la terre, cela nous permet
cependant de percevoir quelque chose de plus de l'âme elle-même, un peu plus
comme un signe extérieur de son âme, et en fait quelque chose d'elle, à savoir celle
d'elle en nous-mêmes ; arrive, ou le moment qui forme notre âme de la sienne. Et en
partageant quelque chose de son âme, nous partageons également quelque chose de sa
conscience, qui fait son âme; bien sûr, en tant que simple partenaire de son âme, nous
pouvons avoir si peu de son tout,
Bien sûr, tant que les gens, les animaux et les plantes ne sont vus que comme
quelque chose d'extérieur sur et sur la terre, leur âme ne peut être pensée qu'en
relation externe avec la terre, le système terrestre et comme des corps sans le lien de
tout le système. Pour apparaître comme quelque chose de distrait, les âmes doivent
aussi sembler l'être. Si, cependant, toutes les considérations précédentes ont montré
que nos corps sont vraiment des parties, des organes, des membres de la terre, du
système terrestre lui-même, encore plus fermement à elle et liés en elle que les parties
et les membres de notre corps, alors nos âmes appartiennent également nécessaires à
l'âme de la terre et sont liés par elle, parce que le siège de l'âme ne peut être jugé
qu'en fonction du corps auquel elle appartient. Maintenant, nous pouvons bien sûr le
lien spirituel qui lie toutes les âmes de la terre, pas aussi directement perçu que le lien
physique qui lie tous leurs corps, car alors nous-mêmes devons être tout l'esprit du
terrestre qui le représente; mais nous pouvons et devons voir l'expression du spirituel
dans le lien physique, car nous n'avons pas d'autre moyen de voir un lien spirituel qui
nous dépasse, mais nous avons un exemple d'une telle expression dans notre propre
corps, qui nous conduit à Une justification supplémentaire aussi juste que possible.
Le simple fait que la terre porte des gens intelligents ne signifierait pas en soi
qu'elle est intelligente ou même plus intelligente qu'elle ne l'est. Un rassemblement de
gens intelligents est souvent un idiot; un étang avec de nombreux poissons dans son
ensemble ne se sent pas autant que chaque poisson individuel, ne supposant rien du
tout. Et donc, de ce point de vue, la terre dans son ensemble pourrait peut-être être
plus stupide que ce que tout le monde et tous les animaux ressentent ou rien du
tout. Certes, si les gens et les animaux y étaient jetés ensemble aussi extérieurement
qu'un rassemblement de gens qui ne se réunissent qu'en fonction de tel ou tel point de
référence extérieur et se dispersent à nouveau, ou comme les poissons de
l'étang; puisque pas l'assemblage, l'étang, mais seulement la terre devient un individu,
cohérent, complète l'ensemble insoluble, et l'assemblage ni le peuple ni l'étang n'ont
produit le poisson. Mais toutes les personnes et toutes les assemblées de personnes et
tous les poissons et tous les étangs ont grandi dans une connexion fonctionnelle avec
le système terrestre, car ils sont toujours fonctionnels et inséparables. Si nous voulons
comparer la terre correctement, nous devons la comparer avec une congrégation qui
s'est développée organiquement hors d'elle-même, comme elle, et toujours connectée
comme elle. Un tel assemblage est l'assemblage de nos yeux, de nos oreilles et de nos
fibres cérébrales et quoi d'autre est là dans notre corps. Nous remontons toujours à
cette comparaison, seulement qu'avec la terre il y a toujours un corps dans un sens
supérieur, parce que le nôtre y entre. Notre corps, c'est-à-dire l'âme de notre corps,
sait maintenant tout
Aussi, on a toujours trouvé plus de raison de reconnaître un lien général d'esprits
terrestres dans un esprit plus grand, plus on approfondissait son regard, et cet esprit,
tel qu'il était saisi jusqu'ici, était plus le nom que celui En fait, c'était uniquement
parce qu'il n'était pas suffisamment approfondi. Mais le bon nom indique la bonne
chose. Parler d'un esprit humain est devenu si courant que parler d'un esprit
humain. Oui, qui n'y pense pas. Vous vous croiriez stupide si vous ne vouliez pas
reconnaître l'esprit au-dessus de vous-même; la fragmentation des gens au sens
commun ne veut plus exister devant le regard supérieur. Et ne prouvez pas mille liens
d'État, de religion, de science, de socialisation, que l'humanité est vraiment un
spirituellement connecté? Mais est-ce seul et seul? N'est-ce pas plutôt la connexion
de tout le système terrestre dans lequel les êtres humains entrent, qu'est-ce qui relie
les gens à l'humanité? Tous les moyens de relations humaines vont au-delà des êtres
humains et ne sont fondés de manière cohérente que dans la connexion générale du
terrestre. Même les personnes et les peuples qui vivent à l'abri des rapports sexuels
avec d'autres personnes et peuples restent encore enchevêtrés dans leur ensemble à
travers cette connexion. Mais quoi d'autre lierait-il au reste de l'humanité que la
connexion générale du terrestre? Cependant, plus que l'humanité ne va dans le même
contexte, tous les animaux et les plantes y entrent, et encore plus que tous les
animaux et les plantes. Ainsi, les âmes de tous les animaux et plantes entreront
également dans l'esprit supérieur et un peu plus que toutes les âmes
individuelles; quelque chose sur toutes les âmes individuelles, tout comme la
connexion des corps dans quelque chose de terrestre et de terrestre sur tous les corps
individuels. Ne serait-ce pas aussi assez étrange, puisque notre esprit comprend tant
de moments de types et d'ordres différents, si un esprit au-dessus de nous ne
comprenait que des moments du même type et de l'ordre, juste des esprits
humains? Ne serait-ce pas comme la faible organisation d'un ténia? Ne serait-ce pas
assez étrange, puisque notre esprit comprend tant de moments de différents types et
ordres, si un esprit au-dessus de nous ne devait inclure que des moments du même
type et de l'ordre, juste des esprits humains? Ne serait-ce pas comme la faible
organisation d'un ténia? Ne serait-ce pas aussi assez étrange, puisque notre esprit
comprend tant de moments de types et d'ordres différents, si un esprit au-dessus de
nous ne comprenait que des moments du même type et de l'ordre, juste des esprits
humains? Ne serait-ce pas comme la faible organisation d'un ténia?
Quand quelqu'un regarde un jeu d'échecs, cherche-t-il l'esprit du jeu d'échecs
uniquement dans les chiffres ou même seulement les officiers, plutôt que dans la
composition entière des chiffres et du tableau? Que signifiaient les chiffres sans la
planche avec ses champs? Et que signifiaient les gens sans la terre avec leurs
champs? Aux échecs, bien sûr, il n'y a pas d'esprit de jeu particulier, les échecs ne se
jouent pas eux-mêmes; seul notre esprit a conçu le jeu d'échecs et joue avec lui
comme avec quelque chose d'extérieur; mais il ne peut en être autrement avec les
esprits intérieurs et les jeux mentaux des figures auto-vivantes sur terre, dont le jeu a
été conçu par le Dieu vivant, qui ne pense pas et ne joue pas seulement un jeu
extérieur comme nous. Il ne peut donc en être autrement car ici les mêmes conditions
de connexion sont immédiatement présentes en interne comme nous l'avons fait en
externe grâce à nos internes. Seulement cela sera et doit être différent, que nous seuls
connaissons le jeu d'échecs, parce que fondamentalement nous avons seulement
l'esprit d'échecs en nous, la terre se connaîtra d'elle-même et de ses figures, car elle en
a l'esprit en elle-même a.
On peut se demander: comment est-il possible, cependant, que tout le matériel,
physique, qui sert à communiquer avec les gens, le son, l'écriture, les rues, etc.,
connecte l'esprit à l'esprit, transplante spirituel d'esprit à esprit et donc un jeu dans un
esprit supérieur peut servir de médiateur? N'est-il pas obligé d'interrompre le trafic
des esprits en tant que matériau plutôt que de le lier? Néanmoins, il est certain que
cela le lie. Mais comment est-ce possible? Pas du tout, si c'est la façon dont vous
pensez habituellement, si tout au-delà des êtres humains est mort sans âme; très
simple, cependant, si tout cela appartient à une âme globale, car il est aussi co-porteur
et co-médiateur de sa capacité intellectuelle et de ses actions. Comme nos corps à
travers le physique, nos esprits sont ensuite liés par l'esprit de cet être porté par
eux, et tout autre type de relation spirituelle y sera porté par un autre type de relation
physique. Il n'y a pas d'autre moyen pour que l'œil et l'oreille soient liés par des voies
matérielles, et seulement si ces voies appartiennent à notre corps général avec un être
spirituel général, les sensations faciales et auditives entrent dans des relations
spirituelles. Ce qui nous dépasse n'est que le résultat de ce qui existe déjà en nous. De
cette façon, tout devient clair, compréhensible à travers l'ensemble cohérent, mais
dans la manière habituelle de saisir la question, il y a une difficulté que seule
l'habitude néglige, seule l'incohérence peut surmonter, un saut se trouve au-dessus
d'une tranchée autodidacte. Parce que si l'on doit reconnaître un rapport spirituel de
l'humanité par des moyens matériels, comment les moyens matériels se produisent-
ils, s'ils ne sont connectés qu'entre des parties enthousiastes de la terre et ne portent
pas leur esprit avec eux? Comment même un esprit d'humanité peut-il être lié par des
moyens qui ne sont qu'une apparence extérieure de l'esprit?
Un esprit humain, comme on y pense habituellement, peut encore exister, oui, il
peut exister seul; car pour avoir l'idée la plus insoutenable que l'on puisse avoir d'un
esprit, les idées auxiliaires les plus insoutenables sont bien sûr nécessaires. Mais plus
tard. Pour l'instant, il s'agit moins de savoir comment penser à un esprit terrestre que,
avant tout, de penser à un tel esprit; seulement que nous ne pouvons pas penser à lui
sans la qualité de base sans laquelle il serait son esprit. Et il n'en serait pas un s'il ne
savait pas ce qui est spécial en lui. Il y aurait alors de nombreux esprits, mais pas un
seul; puis nous l'avons collé en un mot et il s'est effondré.
Il y a un grand cercle et beaucoup de petits dans le grand. Chaque petit cercle a un
contenu d'âme, qu'il inclut et ferme, qu'il connaît. Mais comme le grand cercle
comprend tous les petits cercles, il inclut et exclut également le contenu de l'âme de
tous les petits cercles. Aucun des petits n'est fermé contre le grand cercle, car tous
sont plutôt des parties du grand lui-même, qui connaît donc tout son contenu; mais
chaque petit est fermé aux autres petits, aucun d'eux ne connaît immédiatement le
contenu de l'autre, et le grand est à nouveau fermé aux autres grands, qui peuvent
tous être contenus dans un grand cercle. Nous sommes les petits cercles, le grand
cercle est la terre, le plus grand Dieu.
Ainsi, la terre a tous les signes extérieurs de l'âme, ainsi que les signes
intérieurs. Nous voyons ce qui est un signe extérieur de l'âme en nous
augmenté; toute notre âme lui appartient directement, nous donne pour ainsi dire un
test direct de son âme. Les signes extérieurs pourraient nous laisser douter que nous
devrions non seulement avoir un bol vide devant nous; notre propre âme nous montre
qu'il y a vraiment de l'âme en elle; notre propre âme pourrait nous laisser douter que
ce ne soit pas seulement une bagatelle d'âme ou une fragmentation d'âmes qui soit
présente ici; les signes extérieurs nous prouvent la connexion supérieure qui nous
dépasse, qui nous inclut.
Compte tenu de cette approche à double sens, notre tâche de prouver l'existence
d'une âme dans la terre est en effet très avantageuse par rapport à la tâche de prouver
l'âme dans la plante. La plante est si proche et en dessous de nous, brièvement à
l'extérieur de nous, que nous ne pouvons pas immédiatement remarquer une étincelle
de son âme, parce que chaque âme n'est qu'en relation directe avec elle-même. Il n'y
avait que la considération des conditions matérielles et des conditions, que nous
n'avions qu'à regarder dans quelle mesure elles pouvaient indiquer ou exiger
l'existence de l'âme dans un contexte raisonnablement satisfaisant; mais combien plus
avantageux cela aurait dû nous paraître si nous avions pu montrer quelque chose de la
substance de l'âme dans la plante, d'autant plus, si cela aurait pu se produire à
plusieurs moments de la même. Les signes extérieurs d'unité nous auraient toujours
amenés à conclure qu'il y avait unité à l'intérieur. Dans ce cas favorable, cependant,
nous sommes sur Terre. Puisque nous appartenons tous à la terre nous-mêmes, aucune
analogie ou conclusion lointaine n'est nécessaire pour prouver que la terre a une
âme; chacun peut reconnaître directement son âme comme lui appartenant, mais bien
sûr ne pas s'en contenter seul. Que voulait-il seul et seul avec l'immense corps? Mais
maintenant, il y a les analogies et les besoins cardiaques les plus simples, qui nous
obligent à reconnaître au moins chez d'autres personnes, bientôt des animaux, des
âmes plus ou moins similaires comme en nous. Nous en sommes aussi sûrs que les
nôtres. Il y a donc sûrement une âme sur terre au-delà de chacun de nous. La seule
chose qui reste à montrer est que ces âmes ne sont pas aussi fragmentées que nous les
comprenons habituellement, et cela se fait en considérant d'abord comment nous
considérons que leur corps et leurs processus corporels ne sont pas aussi fragmentés
que nous le sommes. les comprennent généralement; le physique au-delà de nous doit
servir d'expression du spirituel au-delà de nous; deuxièmement, considérez comment
nos esprits individuels ne portent pour eux que le caractère d'unilatéral, qu'un lien
dans un esprit plus général exige tout aussi clairement que tout terrestre est exprimé à
cet égard; troisièmement, à l'avenir, nous examinerons comment faire le grand saut
entre Dieu qui gouverne l'espace et les esprits comme le nôtre, qui ne maîtrise que les
plus petits flocons de matière, à la recherche raisonnable d'étapes
intermédiaires. Mais si les corps des boules célestes forment de tels corps entre nos
corps et entre le monde omniscient, auquel appartient le Dieu omniscient, comment
ne devrions-nous pas être enclins à lui lier également des étapes intermédiaires
spirituelles. Cependant, cela ne peut pas être une étape intermédiaire
d'affaiblissement, mais seulement une individualité et une indépendance accrues
contre nous, car tout ce qui arrive enfin à son terme est dans ce sens.
Si, après tout, certaines des similitudes brutes, telles que la structure des cellules, la
façon dont elles sont nourries, la façon dont elles se reproduisent, les plantes
dépassent la similitude de la terre avec nous, nous ne pouvons trouver ici aucun
indice que leur âme est plus proche de la nôtre que notre âme. la terre. Et comment
cela ne devrait-il pas; après tout, elle est notre voisine sur terre, alors que nous ne
sommes pas tous les deux des voisins de la terre, qui n'a que ses voisins dans le
ciel. En termes de signes généraux de l'âme, la terre reste toujours loin devant les
plantes, même contre nous-mêmes, si nous la regardons correctement. Seulement,
nous n'avons absolument pas besoin de signes extérieurs pour nous.
Si les humains, les animaux et les plantes sont des voisins sur terre, alors les humains sont les
voisins les plus préférés, et à cet égard sont plus proches de la terre que la plante d'un certain point
de vue, car le mot voisin ne signifie pas vraiment la relation entre le supérieur et le Coupe
inférieure; ce n'est qu'en comparaison avec le supérieur que les deux sont voisins.
Bien sûr, ne cachons pas le fait que les avantages objectifs pour la détection d'une
âme dans la terre sont largement compensés par les inconvénients subjectifs qui font
obstacle à notre sensibilité à elle. Puisqu'il fallait croire en une âme végétale, il
suffisait de se contracter, de se rétrécir, c'était facile et commode pour tout le
monde; une âme végétale n'apparaît que comme un enfant faible contre une âme
humaine; on baisse les yeux avec indulgence, oui, la poupée nouveau-née aime être
pesée; mais il s'agit maintenant d'élargir violemment l'idée de prendre toutes les
conditions à une nouvelle et grande échelle, ce qui est difficile pour l'esprit, celui qui
a été si étroitement lié jusqu'à présent; vous devriez regarder un monstre qui nous
attrape nous-mêmes, puis vous vous détournez et préférez fermer les yeux et ensuite
penser probablement qu'il n'est pas là, parce que l'homme ne veut pas voir, et si cela
nous secoue, on pourrait plutôt supposer que c'est nous qui le secouons. Si on
préférait le regarder courageusement, on pourrait penser que ce n'est pas du tout le
monstre que nous pensons qu'il est, c'est notre mère amicale, ancienne et en même
temps toujours jeune et épanouie qui nous berce; mais nous ne les reconnaissons pas
à cause de la peur.
Tout le monde avait pensé ou avait pensé que les plantes pouvaient être
animées. Indépendamment du fait que ce soit vrai, il y avait un jeu gracieux pour en
expliquer quelques raisons: de quoi s'agit-il? Ici, il y a une contradiction qui va dur
dans la chair, qui a une portée considérable dans tous les domaines; tout le monde
pense que tout le bâtiment tombe, sous lequel il vivait auparavant sans soucis; bien
qu'il soit démontré que, fondamentalement, seul un nouveau pilier solide pour le
soutien de ce qui doit rester pour toujours est ainsi établi; et ce n'est qu'au moment de
l'érection que tout le bâtiment glisse. L'un tient la tentative méchamment, l'autre
ridicule; combien il est facile de condamner, combien plus facile de rire.
Ainsi, il ne manquera certainement pas que beaucoup, qui aiment laisser la fleur
simple à l'âme simple, car il a fallu si peu d'efforts dans leur propre âme, ne seront
pas autorisés à concéder à la terre, qui fleurit mille fois, loin du spirituel Un effort
indéniable. Là où il n'y a aucun effort, il n'y a aucun profit.
L'hypothèse jusqu'à présent que les plantes sont sans âme est elle-même essentiellement liée à
l'hypothèse que la terre est sans âme. Les plantes, si individuelles soient-elles, sont tellement
envahies, d'un seul tenant avec la terre, que ce qui s'applique à elles doit également s'appliquer à
elles. Si, au contraire, l'âme entre dans la terre, elle en passe nécessairement dans les
plantes; comme vice versa, lorsque les plantes ont une âme, les échantillons de l'âme de la terre se
multiplient avec elle, les indications d'un centre général de l'âme de la terre grandissent avec elle et
s'unissent davantage. En rendant toute la périphérie de la terre semblable à une âme, pour ainsi dire,
l'exigence d'un centre d'âme général contraignant se révèle plus claire.
Un philosophe naturel récent s'exprime dans un scénario que j'ai autrement lu avec plaisir et
instruction sur le sujet de la manière suivante; pour lesquelles j'ai peut-être fait quelques remarques
afin que ce que j'ai essayé de justifier avec tant d'effort et de soin dans mes écrits précédents ne
semble pas être barré par quelques légers coups de stylo. Une considération occasionnelle du point
de vue général, qui fait que la philosophie d'aujourd'hui contre l'expansion de l'âme consciente au-
delà de l'homme et de l'animal résiste tant, peut y être liée.
est donc sans âme, sans sensation, une vie silencieuse, innocente, désolée et sans joie qui
appartient à la terre autant qu'à elle-même. La plante est donc affectée par le cours périodique de
l'année d'une manière complètement différente de celle de l'animal; c'est l'année vivante, la terre en
train de germer, de fleurir, de porter des fruits et de mourir. "
Je demande maintenant contre cela: tout d'abord, pourquoi devrait-il être moins important en
ce qui concerne la question de l'âme que la plante confronte la nature inorganique individuellement
avec sa propre action indépendante que qu'elle semble croître extérieurement avec le sol, mais en
fait seulement plus efficacement s'est développée en elle est. Il ne fond pas du tout avec la terre,
pour ainsi dire, il n'y est que collé et ne montre qu'une différence relative avec les humains, dont la
semelle s'attache également au sol, et qui ne peut en aucun cas s'élever au-dessus de lui avec sa tête
comme l'arbre avec son sommet d'arbre. Cette ascension audacieuse au-dessus du sol ne devrait-elle
pas s'appliquer à l'âme de la plante lorsque l'enracinement dans le sol s'applique? Il me semble que
les deux sont logiques et inévitables dans la vraie conclusion. Bien sûr, une seule chose convient,
pas l'autre comme condition préalable. Oui, comment se fait-il avec l’importance attachée à la
connexion avec la terre, que la personne qui s’accroche tellement au sol qu’elle ne puisse s’en
débarrasser qu’un pied à la fois, mais soit tellement plus animée que le papillon et Des oiseaux
planant si haut et si libres; après, il ne pouvait être qu'un être dont l'âme se libère des entraves de
l'inconscient avec un seul pied, sans jamais le dépasser, sauf vers le milieu du ballon; mais la terre,
dans sa séparation complète des autres corps du monde, devrait être au plus haut de l'échelle de
l'âme, mais c'est précisément l'attachement à elle qui rend la plante sans âme. La réponse sera: il y a
d'autres raisons qui rendent l'homme très animé, ne font pas du tout paraître la terre animée; elle ne
dépend pas uniquement de l'attachement à elle. Mais pourquoi alors retourner unilatéralement et
uniquement contre la plante une raison aussi peu valable? À quel point est-il exact que les coraux,
les huîtres, même à travers une substance terreuse, tout à fait dans un plâtre et une rivière, sont
connectés à la masse terrestre solide, y sont soudés, tandis que la plante a beaucoup plus de racines
vivantes dans le sol, et continue de flotter et de roches peut le faire exploser et grimper sur des
rochers avec lui loin pour se nourrir? Après cela, l'auteur doit considérer les coraux et les huîtres
comme moins sensibles que les plantes s'il veut rester fidèle à lui-même. Il ne le devient pas, car les
coraux et les huîtres sont par ailleurs trop proches des autres animaux qui sont concédés pour être
animés; mais cela montre simplement que cette caractéristique ne peut rien signifier du tout pour la
question. S'il est philosophique de déduire des phrases générales, elles doivent aussi être
généralement valables.
Et laissons la terre vraiment sans âme morte et établissons une connexion intime avec elle
sans âme, mais le processus de vie individuel ne signifie rien pour l'âme, la sensation, car c'est la
conclusion, alors, pour le dire de manière approfondie, pas tous les animaux du tout, homme avant
tout, être encore plus sans âme, plus insensible que les plantes? Car les animaux sont-ils moins
inséparables de la terre que les plantes, pas beaucoup plus, toujours plus polyvalents, non pas avec
le solide mais avec la terre entière (voir chapitre II)? Mais peut-on considérer ces derniers moins
que les premiers, si le lien avec les sans-âme est de rendre les sans-âme? Plus les liens qui nous
engloutissent avec les morts sont nombreux, plus nous pourrons nous imaginer engloutis dans la
mort par la suite. La plante peut avoir ses racines, par lequel il est connecté au système terrestre, ne
s'étend pas très loin, n'a grandi ensemble, pour ainsi dire, qu'avec la petite tache sur laquelle il se
trouve, mais l'animal avec tout l'espace à travers lequel il se déplace, ce qui lui donne du terrain d'où
il se tient Attire l'air et la nourriture; parce qu'il ne se détache pas de la terre par un poil plus que la
plante, il reste toujours un élément inséparable, seulement plus déplaçable, les points de contact
avec le terrestre plus changeants, mais à cet égard aussi avec son processus mort, un morceau de
fusion de plus en plus polyvalent du La Terre, qui diffère suffisamment de son monde extérieur
individuellement par son processus de vie, ses actions; mais selon l'argument, cela ne devrait rien
signifier pour l'âme individuelle, la sensation, car cela appartient aussi à la plante. Et la plante
pousse également ses parties en avant d'un point de vue fixe et change les points de contact avec le
terrestre. Il n'y a qu'une différence relative. L'animal, bien sûr, se déplace complètement, sur
différents côtés, du principe intérieur pour atteindre ses objectifs, la plante s'arrête, mais la plante
flotte également de son état stationnaire, du principe intérieur, des feuilles, des fleurs de tous les
côtés, entre la hauteur et le bas, le fait également à des fins; avec stimulé par des stimuli
externes; mais c'est la même chose avec les animaux. Encore rien que des différences
relatives; mais on veut y établir un lien absolu: dans l'animal une âme doit apparaître elle-même,
pour le bien de laquelle l'animal est construit ici et si volontairement, rien dans la plante; il devrait
seulement apparaître aux autres comme s'il y avait quelque chose dedans comme chez les
animaux, à cause de quoi ils ont été construits là-bas et si délibérément; mais cela ne devrait être
qu'une apparence extérieure. Avec tous les signes d'opportunité interne, il ne devrait s'appliquer qu'à
l'extérieur.
La plante, dit-on, ne se démarque pas d'elle-même par une conclusion indépendante, et cela
devrait parler contre l'âme; mais si, chez les animaux, la terminaison indépendante ne peut résider ni
dans le fait d'être lâche de la terre ni dans le fait d'être lâche sur la terre, dont la première ne se
produit pas du tout, la dernière de loin pas en général, même si elle n'est pas dans un cycle fermé ou
un système nerveux centré peut mentir, ni l'un ni l'autre dont d'innombrables animaux ont
droit; qu'est-ce que cela peut être finalement, en dehors de la manière individuelle et de la
juxtaposition d'un processus vivant contre la terre, que les plantes reconnaissent également par
objection, est seulement repoussé, mais si elles ne signifient pas une âme individuelle pour la plante
devrait également signifier aucun pour les animaux.
Solidement enracinée dans le sol comme l'embryon sur les genoux de la mère, la plante doit
viser l'air et la lumière. Mais je pense que l'embryon est fermé par la lumière et l'air dans le ventre
de la mère plutôt que de s'efforcer vers eux; cependant, la sensation éclate immédiatement lorsqu'il
se transforme en lumière et en air; Je penserais maintenant que lorsque la plante éclate d'air et de
lumière de la graine dans le sol, et même lorsque la fleur éclate à nouveau dans une vie de lumière
plus élevée, cette analogie ferait penser à la sensation qui éclate dans la plante. Ce double
éclatement, la désintégration de l'usine pour la circulation de l'air et du soleil ne doit-il signifier
qu'un double sursaut d'inconscience? Si le processus de vie inconscient ne se fatigue pas du
tout, s'épuiser dans des jeux vides? Mais maintenant, d'ailleurs, l'embryon n'est pas enraciné dans
une mère inanimée, mais dans une mère animée; alors, selon la même analogie selon laquelle la
plante est censée être inanimée, la terre, en contradiction avec la base de l'argument lui-même, serait
considérée comme soulled encore, ou la conclusion se pose que si l'inconscient peut être fusionné
avec le conscient, c'est un inconscient Embryon avec une mère consciente, l'inverse doit être le plus
possible, une plante consciente avec une terre inconsciente. Si l'on pouvait respecter le cours à
travers des analogies que mon écriture prend d'un point de vue philosophique, on peut contrecarrer
de tels rebondissements de l'analogie qui ne peuvent que prouver ou expliquer le contraire de leur
intention, et si ce n'est pas le cas devrait se contredire parler seulement en notre faveur? Mais la
similitude externe de l'enracinement engloutit toute autre considération et contemplation, car cela,
bien sûr, reste entre l'embryon et la plante. Mais dans Nanna (p. 56), je crois que le fait que la plante
soit fermement enracinée dans la terre peut également être interprété différemment qu'en termes de
participation à l'absence d'âme de la terre, même sans égard à l'âme de la terre .
Bien sûr, tout l'argument vient du tout si la terre elle-même est vivante, animée au lieu de
morte. On pourrait alors seulement se demander si ce n'est pas ce qui contribue à la plante qui
deviendrait peut-être dépendant de l'âme générale de la terre, comme celle d'un morceau de sol ou
d'une vague qui ne ressent rien pour elle, mais seulement un sentiment dans son ensemble Les êtres
aident à construire, tout comme nos parties d'os et de sang ruissellent toute notre âme. Mais puisque
l'objection elle-même reconnaît la juxtaposition individuelle de la plante avec la terre, nous avons
maintenant tout ce dont nous avons besoin pour pouvoir accepter une âme individuelle.
Cet argument contre l'âme des plantes est présenté dans une police populaire, il doit donc
avoir semblé à l'auteur particulièrement plausible et le plus évident. Maintenant, il ne fait aucun
doute que dans le développement philosophique de l'auteur, il est également lié à des vues
philosophiques plus profondes de l'auteur, qui ne peuvent pas être mentionnées ici dans leur
contexte et ne peuvent donc pas être contestées; mais peut-il nous blâmer si nous préférons nous
appuyer sur l'inférence la plus simple, la plus naturelle, mais bien sûr un peu plus prudente en la
matière que sur des justifications philosophiques qui portent une argumentation comme la plus
tangible et la plus frappante? En effet, puisque c'est un homme d'esprit dont il vient, qu'elles ne se
révèlent pas plus valables, ne dépendent que d'une non-rigidité plus profonde; mais elle doit, bien
sûr, être considérée comme bonne, et n'est certainement pas pire que ce qui se trouve partout, tant
que la prémisse incontestable de la mort terrestre tue tout ce qui en dépend et ne ressemble pas à
l'homme, à qui, bien sûr, sa vie en fin de compte encore mieux que sa conséquence, sinon il devrait
succomber à la même mort.
Enfin, d'où vient l'absence d'âme philosophique des plantes et de la terre? De la vue de base
suivante: L'idée ne devrait que progressivement se détacher de la nature inconsciente tout en
maîtrisant le processus mécanique à la conscience et finalement basculer dans un esprit sûr de soi
chez l'homme; elle nécessite d'abord une nature mécaniquement morte, puis un processus de vie
sans âme, c'est-à-dire des étapes d'élévation vers elle. Selon cette vision philosophique, on construit
la nature, la met en ordre; de côté au besoin; tu ne le fais pas vraiment? Ce qui précède n'est-il pas
un exemple de comment et comment le faire? Et arrive à des conclusions et des contradictions
comme les précédentes. Ne serait-il pas préférable, cependant, de construire la vue de la nature à
l'envers? On rencontrerait donc aussi des considérations comme la nôtre. Même le philosophique le
fait au moins en secret; mais sur quel principe? Après cela: pour garder tout ce qui est moins
conscient dans la nature qu'il ne l'est moins pour l'homme extérieurement, je dis extérieurement; et
maintenant, bien sûr, il va sans dire que l'on ne peut pas dépasser la conscience au-delà des êtres
humains parce que la terre et le monde sont très différents de l'extérieur; et ne descend pas trop
profondément parmi les gens, parce que les plantes sont encore très différentes de l'extérieur; et
comme on ne voit vraiment aucune conscience ni dans la terre ni dans les plantes, cela ressemble
tout à fait à l'acquisition ou à la confirmation de la vue par l'expérience, mais bien sûr l'expérience
va plus loin et dit que personne ne voit d'âme, de conscience, sauf tout le monde dans ce qu'il voit
lui-même. Vraiment, la vue ne peut se développer qu'à partir de cet indice à la ressemblance
palpable, qui repose dans des circonstances très extérieures, et ce fait à moitié saisi, car seulement
ils peuvent être trouvés après. De telsa posteriori a a priori assez inconsciemmentcette vision
philosophique de base de la nature et de l'esprit, qui n'est bien sûr pas la seule aujourd'hui valable,
mais désormais prédominante. Du point de vue de la cohérence supérieure, de la téléologie
supérieure, qui, au cours de la nature elle-même, s'est présentée à nous à chaque pas, plus haut, plus
loin dans le voisinage nous laissons nos yeux errer, mais seulement du point de vue ou dans en ce
qui concerne le point de vue que l'apparence extérieure d'un esprit qui apparaît dans l'ensemble de la
nature, pas seulement à travers nous, en nous, doit être recherchée, bien sûr, rien de cela ne peut être
vu dans les conclusions de cette vision de base, parce que c'est juste que lui-même n'en a pas
émergé. Ou qu'auriez-vous pour la vraie bande, qu'entre tous les détails terrestres dans une pleine
terre entière, entre les zones organiques et inorganiques dans une organisation supérieure de la terre,
entre toutes les zones individuelles de conscience dans une conscience supérieure s'ouvrira et
s'ouvrira davantage, contrairement à un volume en mots? A travers cela, bien sûr, tout est lié; mais
si l'on pense saisir la profondeur dans l'ombre ou le reflet de la chair, la chair s'enfonce. Tout est
perdu dans la parole et le jeu d'une idée qui est devenue de nature extérieure, dont personne au
milieu de la nature, personne ne sait au-delà, que nous avec notre conscience isolée
tardive; expliquant ainsi, remplaçant, cachant tout vous-même, affaiblissant ainsi le pouvoir de la
nature et désobéissant à l'esprit de la nature, avec elle, on jette Dieu hors de la nature, la nature hors
de Dieu; cela fait de l'ignorance l'enseignant de la conscience, l'homme le Dieu connaissant et sa
vanité le roi; c'est un fantôme pâle, ne se connaissant pas lui-même, au lieu de l'esprit divin vivant,
qui, en tant qu'idée, circule encore dans le royaume des morts de la nature et rappelle son ancienne
existence en Dieu, ou même inconsciemment ne fait que le préfigurer. Une brume sensuelle s'est
ainsi posée sur la nature, dans laquelle la lampe philosophique répand une large lueur, et le soleil
lui-même est couvert. La lumière de la conscience sur les êtres humains ne peut pas briller, et les
progrès des sciences naturelles se transforment ou se transformeraient en un cercle fou, si les
naturalistes étaient vraiment tentés par la lueur de cette lampe. Mais, même s'ils marchent toujours
sous le même brouillard, ils s'éloignent avec une étape de test et une main de test, et si le brouillard
passe un jour, il leur sera plus facile d'interpréter ce qui a été vu sous un jour plus élevé, comme
l'aveugle qui a opéré, ce qu'il voit de loin ne peut apprendre à interpréter qu'en fonction de ce qu'il
ressent à proximité. Ensuite, vous serez étonné du nombre de notes qui auraient pu suivre aussi
longtemps. ce qu'il ressentait à proximité. Ensuite, vous serez étonné du nombre de notes qui
auraient pu suivre aussi longtemps. ce qu'il ressentait à proximité. Ensuite, vous serez étonné du
nombre de notes qui auraient pu suivre aussi longtemps.
En fin de compte, tout est héritage de Hegel. Comment dites-vous von Hegel? La vision de la
mort de la terre et de la vie morte des plantes n'était-elle pas depuis longtemps la vision
commune? En effet, rien que la vision commune ne naît de nouveau sous une forme
philosophique; Malheureusement, cependant, maintenant sans tous les remèdes pour leurs
conséquences, que les gens ordinaires ont heureusement encore à travers leurs propres
incohérences. Cependant, ces incohérences de la vision commune sont les conséquences de la nôtre.
D'une certaine manière, je pense que notre vision, qui déclare que la terre elle-
même est l'être principal de l'âme et tout ce que notre vie tourne autour de la sienne,
en dépend, à la vue ordinaire qui, à l'inverse, reconnaît que l'âme principale est dans
l'homme et tout. Les événements de la terre peuvent tourner autour d'elle, comme la
vision copernicienne du monde, qui transforme les planètes, les petites naissances du
soleil, autour du soleil, en Ptolémaïque, qui tourne le grand soleil autour des petites
naissances, la terre.
Il est vrai que la vision ptolémaïque est plus proche de nous, car elle est la plus
proche de chaque être pour se sentir comme le centre de l'ensemble, et il a fallu de
nombreux millénaires et d'abord une amère réticence à laisser la pensée, le grand pas,
prévaloir. qui l'a déplacé de l'enchevêtrement périphérique dans lequel notre réalité
est prise au centre clair et vrai de cette réalité. Parce que tout ne semblait pas
s'inverser à ce stade, l'apparence perdait de sa force; qu'est-ce qui a traversé nos têtes
dans l'ordre et la régulation, gelé, qu'est-ce qui était ferme et sûr sous nos pieds,
vacillé, tourné? Qui pourrait encore trouver son chemin, qui pourrait suivre le
renversement? Tout le vieux ciel semblait tomber à l'envers. Et pourtant, une fois le
pas franchi l'homme est devenu indigène au nouveau point de vue, le système
mondial tout entier est plus clair, plus beau, plus ordonné, en lui-même arrondi et
fondé, plus raisonnable, plus digne devant nous. Non seulement l'ordre terrestre, mais
aussi les raisons de l'ordre terrestre dans des règles célestes qui ne lient pas le temps,
une bande éternelle de règles est également révélée, et l'œil commence à trouver des
étoiles avant même de les voir .
De même, si nous décidons de faire le pas qui n'est pas moins grand, pas moins
dangereux, pas moins apparemment tout faux, chercher le centre de gravité de l'âme
non plus en nous, mais sur la terre, comme celui de l'ensemble en Dieu, ou plutôt
chercher cela dans le système qui forme la terre en un avec nous, tout comme le foyer
du système solaire n'est pas réellement dans le soleil qui est séparé des planètes, mais
dans le système qui le forme avec les planètes en un.
Il peut toujours arriver que, comme nous pensons que le soleil tourne toujours
autour de la terre dans la vie de tous les jours, l'homme et la terre peuvent toujours
penser de façon traditionnelle dans la vie de tous les jours. Là où cela n'est
qu'évident, cette façon de penser sera toujours la meilleure car elle est la plus
proche. Mais différemment, lorsque les demandes vont au-delà des besoins de la
journée et d'un point de vue supérieur, les besoins de plusieurs jours dans le contexte
doivent être satisfaits.
Est-ce que ce qui suit ne s'applique pas ici non plus, que dit Copernic?
"Surtout, nous devons nous rappeler que Copernic n'était pas simplement une confrontation
avec les autorités scientifiques, mais en même temps une croyance sanctifiée par l'Église de toutes
les manières et étroitement liée à l'esprit et à l'imagination de chacun. Il ne s'agissait pas seulement
d'en introduire une nouvelle hypothèse astronomique, mais il y avait une lutte avec les limites de la
façon de penser précédente, alors comment devrions-nous être surpris des attaques que le système
Copernic a dû subir de tous les côtés, même Melanchthon, qui était par ailleurs si conciliant qu'il ne
l'a écrit Les nouvelles de la nouvelle vision du monde ont commencé à se propager plus
généralement à un ami que les autorités devaient être persuadées de réprimer une telle opinion
mauvaise et impie par tous les moyens possibles. " (Schaller,
Dans notre question, comme avec la question de l'âme végétale, la considération
brute se pose à nouveau immédiatement, que la terre n'a pas un système nerveux qui
est similaire dans son intégralité, qu'elle ne court pas, ne crie pas, ne mange pas et
d'autres choses comme nous. et les animaux, sur lesquels nous pensons pouvoir
manipuler l'âme, mais nous ne saisissons qu'avec elle un type spécial de vaisseau et
rien n'empêche qu'il y ait aussi des vaisseaux sans de telles poignées.
Devrais-je maintenant montrer à nouveau en détail comment je l'ai fait dans mes
écrits précédents que, bien que l'existence de telles caractéristiques puisse
certainement prouver l'existence d'une âme humaine ou animale, son absence ne peut
prouver rien de plus que l'absence d'une âme humaine et animale , mais pas l'absence
d'une âme du tout, pas même une âme inférieure, encore moins une âme
supérieure? Et qui voudra avoir le point de vue limité de croire qu'il ne peut y avoir
que des âmes humaines et animales dans le monde entier? Mais s'il y a d'autres types,
il y a des âmes d'un type supérieur à l'humain et à l'animal, il doit donc aussi y avoir
d'autres types et des moyens plus élevés pour se présenter extérieurement que
ceux qui ne sont caractéristiques que des âmes humaines et animales. Et si nous
voulons rechercher de telles âmes, il ne s'agit pas de les rechercher pour de telles
caractéristiques spéciales, mais pour des caractéristiques plus générales, pour celles
qui se rapportent à ce qui, indépendamment de toutes les particularités humaines et
animales, fait de l'âme humaine et animale elle-même l'âme qui aussi sont liés à
l'essence même de l'âme, à laquelle nous ne pourrions penser sans, sans que le travail
de l'âme dans le corps doive nier sa nature même. Cependant, la même chose ne
réside pas dans l'existence d'un système nerveux d'institutions humaines et animales,
mais dans des caractères plus généraux, tels que ceux mentionnés au début, qui
appartiennent désormais tous à la terre dans un sens plus élevé que nous. Et si nous
voulons rechercher de telles âmes, il ne s'agit pas de les rechercher pour de telles
caractéristiques spéciales, mais pour des caractéristiques plus générales, pour celles
qui se rapportent à ce qui, indépendamment de toutes les particularités humaines et
animales, fait de l'âme humaine et animale elle-même l'âme qui aussi lié à l'essence
même de l'âme, à laquelle nous ne pouvions penser sans manquer le fait que le travail
de l'âme dans le corps devait nier sa nature même. Cependant, la même chose ne
réside pas dans l'existence d'un système nerveux d'institutions humaines et animales,
mais dans des caractères plus généraux, tels que ceux mentionnés au début, qui
appartiennent désormais tous à la terre dans un sens plus élevé que nous. Et si nous
voulons rechercher de telles âmes, il ne s'agit pas de les rechercher pour de telles
caractéristiques spéciales, mais pour des caractéristiques plus générales, pour celles
qui se rapportent à ce qui, indépendamment de toutes les particularités humaines et
animales, fait de l'âme humaine et animale elle-même l'âme qui aussi lié à l'essence
même de l'âme, à laquelle nous ne pouvions penser sans manquer le fait que le travail
de l'âme dans le corps devait nier sa nature même. Cependant, la même chose ne
réside pas dans l'existence d'un système nerveux d'institutions humaines et animales,
mais dans des caractères plus généraux, tels que ceux mentionnés au début, qui
appartiennent désormais tous à la terre dans un sens plus élevé que nous. qui,
indépendamment de toutes les particularités humaines et animales, transforme l'âme
humaine et animale elle-même en une âme, qui est liée à l'essence même de l'âme,
sans laquelle nous ne pouvons penser sans, sans que le travail de l'âme dans le corps
doive nier sa nature même. Cependant, la même chose ne réside pas dans l'existence
d'un système nerveux d'institutions humaines et animales, mais dans des caractères
plus généraux, tels que ceux mentionnés au début, qui appartiennent désormais tous à
la terre dans un sens plus élevé que nous. qui, indépendamment de toutes les
particularités humaines et animales, transforme l'âme humaine et animale elle-même
en une âme, qui est liée à l'essence même de l'âme, sans laquelle nous ne pouvons
penser sans, sans que le travail de l'âme dans le corps doive nier sa nature
même. Cependant, la même chose ne réside pas dans l'existence d'un système
nerveux d'institutions humaines et animales, mais dans des caractères plus généraux,
tels que ceux mentionnés au début, qui appartiennent désormais tous à la terre dans
un sens plus élevé que nous. sans que le travail de l'âme dans le corps doive nier sa
nature même. Cependant, la même chose ne réside pas dans l'existence d'un système
nerveux d'institutions humaines et animales, mais dans des caractères plus généraux,
tels que ceux mentionnés au début, qui appartiennent désormais tous à la terre dans
un sens plus élevé que nous. sans que le travail de l'âme dans le corps doive nier sa
nature même. Cependant, la même chose ne réside pas dans l'existence d'un système
nerveux d'institutions humaines et animales, mais dans des caractères plus généraux,
tels que ceux mentionnés au début, qui appartiennent désormais tous à la terre dans
un sens plus élevé que nous.
Bien sûr, l'anatomiste et le physiologiste aimeraient avoir un seul réactif tangible
pour l'existence d'une âme. Tout comme le chimiste reconnaît la présence ou
l'absence de fer dans un liquide à cause de l'apparence ou de la non-apparence d'une
couleur bleue lorsque le liquide est traité chimiquement, l'anatomiste et le
physiologiste veulent l'existence ou la non-existence d'une âme tout aussi facilement
à cause de l'apparition ou de la non-apparence de fils blancs dans le corps. connaître
le traitement anatomique du corps comme si l'âme dans le corps et le corps dans le
corps étaient les mêmes; et là où il ne voit plus de tels fils ou ne peut plus assumer
par analogie, il ne voit ni ne soupçonne plus une âme. Mais aucune expérience n'a
jamais pu lui prouver que les nerfs de l'âme doivent aller au-delà du règne
animal, puisque même leur existence au sein du règne animal est plus que douteuse
pour de nombreuses créatures inférieures, aucune expérience ne peut jamais le laisser
voir nulle part et d'une manière ou d'une autre, de sorte que personne ne peut les
laisser nier. Oui, partout ce n'est pas sa spécialité de les chercher ou de les nier; car
son domaine est le corps, où il accepte aussi l'âme dans des corps autres que le sien, il
emprunte l'hypothèse qu'il n'en a rien appris; et quelle expérience pourrait-il avoir s'il
limitait alors cette hypothèse? C'est juste une nouvelle acceptation, une acceptation
d'habitude; pourtant, il confond habitude et expérience. donc pas du tout et en
quelque sorte ils peuvent être refusés. Oui, partout ce n'est pas sa spécialité de les
chercher ou de les nier; car son domaine est le corps, où il accepte aussi l'âme dans
des corps autres que le sien, il emprunte l'hypothèse qu'il n'en a rien appris; et quelle
expérience pourrait-il avoir s'il limitait alors cette hypothèse? C'est juste une nouvelle
acceptation, une acceptation d'habitude; pourtant, il confond habitude et
expérience. donc pas du tout et en quelque sorte ils peuvent être refusés. Oui, partout
ce n'est pas sa spécialité de les chercher ou de les nier; car son domaine est le corps,
où il accepte aussi l'âme dans des corps autres que le sien, il emprunte l'hypothèse
qu'il n'en a rien appris; et quelle expérience pourrait-il avoir s'il limitait alors cette
hypothèse? C'est juste une nouvelle acceptation, une acceptation d'habitude; pourtant,
il confond habitude et expérience. une acceptation de l'habitude; pourtant, il confond
habitude et expérience. une acceptation de l'habitude; pourtant, il confond habitude et
expérience.
Si nous devions savoir ce qui rend le système nerveux si approprié en termes de
matière, de forme et de disposition en nous-mêmes pour servir l'âme, s'il était
constaté que c'est vraiment quelque chose que les nerfs de l'âme ne peuvent que faire,
nous aurions raison identifier leur absence et celle de l'âme; mais maintenant il est
complètement inexpliqué pour nous ce qui donne aux nerfs filiformes et au cerveau
non centré cette signification importante pour notre propre âme, cela reste pour nous
tout à fait énigmatique, voire incompréhensible; Alors, comment pouvons-nous voir
une condition nécessaire de toutes les âmes en elles, puisque nous ne pouvons même
pas comprendre comment elles sont telles pour la nôtre? Et si nous essayons de le
comprendre, nous le trouvons toujours: ils le sont parce qu'ils sont expérientiels, car
aucune conclusion ne peut nous apprendre transmettre ces relations essentielles
générales, les connexions dans le physique que nous considérons comme étant
vraiment caractéristiques de l'existence de l'âme; Mais ces points essentiels peuvent-
ils également se produire sans brins et amas de protéines dans le cerveau, pourquoi
voulons-nous toujours les exiger pour l'existence de l'âme? Cela ne signifie pas de
lier le corps par le lien de l'âme, mais de lier l'âme par des cordes corporelles.
J'ajoute parfois quelque chose à Nanna, ce qui n'est pas sans pertinence pour nos considérations
actuelles.
Dans Nanna (p. 38), j'ai dit: si une flûte sans cordes peut donner des notes qu'un violon ne
peut donner qu'avec des cordes, il n'y a aucun obstacle à croire que même une plante sans nerfs peut
donner des sensations qu'un animal ne peut donner Peut donner des nerfs; car ce qui est de
l'excitation objective peut tout aussi bien être d'origine subjective de la sensation; il n'y a pas d'autre
logique pour l'un que pour l'autre. Maintenant, je veux vous rappeler qu'une confirmation de cela
peut déjà être trouvée dans le règne animal lui-même, qui n'était pas à ma disposition à l'époque. On
pensait que lorsque les polypes, les infusions et certains vers intestinaux se sentent, cela est dû à
l'existence de nerfs qui ne sont tout simplement pas connus. Maintenant, selon des études récentes
de Dujardin et Ecker, on est à peu près généralement convaincu qu'ils n'ont vraiment pas de nerfs
parce qu'ils n'ont pas non plus de muscles; parce que vous pouvez toujours trouver les deux
ensemble. Au lieu de nerfs et de muscles, ils n'ont qu'un tissu contractile irrégulier ou maillé qui
relie la fonction des nerfs et des muscles. Oui, la connexion entre les nerfs et les muscles est si
essentielle partout que même avec des avortements humains, les muscles et les nerfs d'un membre
sont toujours absents en même temps. Ici, vous pouvez voir très clairement comment la sensation
est possible sans nerf avec un plan d'organisation autre que le plan ordinaire. Ou préférez-vous nier
les polypes et la sensation d'infusion? Vous ne le ferez pas; on changera la conclusion, mais pas le
mode de conclusion. Même ce qui a un tissu contractile peut maintenant se sentir; rien de plus. Mais
je veux dire un aspect plus élevé voit une expansion plus élevée ici. S'il y a des êtres qui ne peuvent
ressentir que par le biais des nerfs et d'autres qui ne peuvent ressentir qu'au moyen d'un tissu
contractile, peu importe qu'il s'agisse de nerf ou de tissu contractile; mais de quelque chose qui est
commun aux deux moyens; mais tant que vous ne savez pas ce que c'est, cela peut aussi être
commun à un grand nombre d'autres agents qui semblent aussi différents ou même plus différents
des tissus nerveux et contractiles que ceux-ci entre eux.
Maintenant, d'ailleurs, la terre ne manque même pas de système nerveux, pas de
chair, pas de sang, ne coule pas, ne crie pas, ne mange pas; tout cela vient aussi, car
les gens et les animaux l'accompagnent eux-mêmes. Sauf que les cerveaux
individuels des humains et des animaux ne forment pas à nouveau un cerveau humain
ou animal, les jambes ne forment plus une jambe, les voix ne forment pas une seule
voix, etc. Mais alors les fibres nerveuses en nous se forment à nouveau une fibre
nerveuse? Non, ils forment simplement un cerveau ou un système nerveux, un
arrangement complexe de nombreuses fibres nerveuses, qui dans le contexte de tout
le corps est quelque chose de complètement différent, agissant sur un principe plus
élevé et plus général, dans un sens plus élevé, quelque chose que toutes les fibres
nerveuses individuelles en elles-mêmes. De la même manière, les cerveaux humains
dans le contexte de l'ensemble du royaume terrestre forment quelque chose de tout à
fait différent d'un cerveau, quelque chose qui fonctionne selon un principe supérieur,
plus général, quelque chose de plus important, dans un sens plus élevé certaines
choses que tous les cerveaux humains individuels. Afin de permettre à une image
antérieure d'intervenir ici, les lettres ou les mots individuels que nous prononçons ou
écrivons ne forment pas à nouveau une lettre ou un mot, mais un discours d'une
signification beaucoup plus élevée, d'une signification beaucoup plus grande que la
lettre, le Parole. Ce ne sera pas différent avec le sens inhérent à la connexion de notre
cerveau, seulement que nous ne pouvons pas lire ce sens supérieur individuellement,
parce que nous y allons plutôt nous-mêmes. principe plus général Actif, plus
significatif, dans un sens plus élevé certaines choses que tous les cerveaux humains
individuels. Afin de permettre à une image antérieure d'intervenir ici, les lettres ou les
mots individuels que nous prononçons ou écrivons ne forment pas à nouveau une
lettre ou un mot, mais un discours d'une signification beaucoup plus élevée, d'une
signification beaucoup plus grande que la lettre, le Parole. Ce ne sera pas différent
avec le sens inhérent à la connexion de notre cerveau, seulement que nous ne
pouvons pas lire ce sens supérieur individuellement, parce que nous y allons plutôt
nous-mêmes. principe plus général Actif, plus significatif, dans un sens plus élevé
certaines choses que tous les cerveaux humains individuels. Afin de permettre à une
image antérieure d'intervenir ici, les lettres ou les mots individuels que nous
prononçons ou écrivons ne forment pas à nouveau une lettre ou un mot, mais un
discours d'une signification beaucoup plus élevée, d'une signification beaucoup plus
grande que la lettre, le Parole. Ce ne sera pas différent avec le sens inhérent à la
connexion de notre cerveau, seulement que nous ne pouvons pas lire ce sens
supérieur individuellement, parce que nous y allons plutôt nous-mêmes. mais un
discours d'un sens beaucoup plus élevé, d'un sens beaucoup plus grand que la lettre
qui a le mot. Ce ne sera pas différent avec le sens inhérent à la connexion de notre
cerveau, seulement que nous ne pouvons pas lire ce sens supérieur individuellement,
parce que nous y allons plutôt nous-mêmes. mais un discours d'un sens beaucoup plus
élevé, d'un sens beaucoup plus grand que la lettre qui a le mot. Ce ne sera pas
différent avec le sens inhérent à la connexion de notre cerveau, seulement que nous
ne pouvons pas lire ce sens supérieur individuellement, parce que nous y allons plutôt
nous-mêmes.
Le fait que la masse cérébrale entière qui existe sur terre ne forme pas une seule
masse compacte cohérente, mais est divisée en parties, c'est-à-dire les cerveaux
humains et animaux individuels, et chacun d'eux est équipé de ses propres organes
sensoriels spéciaux, a sa signification téléologique très importante, la visant
maintenant tout le reste plutôt que de faire de la terre un être séparé. De cette façon,
chaque jeu peut se faire le centre d'influences spéciales et le présenter de la manière
la plus appropriée, et la libre mobilité de notre cerveau vient à la rescousse. Si tous
les cerveaux de la terre sont dans une seule bosse, tous les yeux dans un ou deux yeux
et étroitement liés par des nerfs pour que le tout ressemble à un être humain, Ainsi, la
terre aurait pu recevoir beaucoup moins d'impressions absurdes et variées, aurait pu
s'occuper avec beaucoup moins de liberté intérieure que ce n'est le cas
actuellement. Si nous devons croire que la liberté de nos pensées elle-même est liée à
une liberté de mouvement correspondante dans notre cerveau, nous pouvons attacher
un niveau plus élevé de liberté intellectuelle à celle du gang, qui n'est pas célibataire,
avec laquelle tout le cerveau se déplace les uns contre les autres. être. Non seulement
il y a des mouvements libres dans nos cerveaux, mais nos cerveaux sont même
déplacés en mouvements libres dans l'ensemble supérieur de la terre; et la raison en
est en grande partie dans les interrelations de ces cerveaux, qui interviennent en
eux. Si nous devons croire que la liberté de nos pensées elle-même est liée à une
liberté de mouvement correspondante dans notre cerveau, nous pouvons attacher un
niveau plus élevé de liberté intellectuelle à celle du gang, qui n'est pas célibataire,
avec laquelle tout le cerveau se déplace les uns contre les autres. être. Non seulement
il y a des mouvements libres dans nos cerveaux, mais nos cerveaux sont même
déplacés en mouvements libres dans l'ensemble supérieur de la terre; et la raison en
est en grande partie dans les interrelations de ces cerveaux, qui interviennent en
eux. Si nous devons croire que la liberté de nos pensées elle-même est liée à une
liberté de mouvement correspondante dans notre cerveau, nous pouvons attacher un
niveau plus élevé de liberté intellectuelle à celle du gang, qui n'est pas célibataire,
avec laquelle tout le cerveau se déplace les uns contre les autres. être. Non seulement
il y a des mouvements libres dans nos cerveaux, mais nos cerveaux sont même
déplacés en mouvements libres dans l'ensemble supérieur de la terre; et la raison en
est en grande partie dans les interrelations de ces cerveaux, qui interviennent en
eux. avec lequel les cerveaux entiers sont déplacés les uns contre les autres. Non
seulement il y a des mouvements libres dans nos cerveaux, mais nos cerveaux sont
même déplacés en mouvements libres dans l'ensemble supérieur de la terre; et la
raison en est en grande partie dans les interrelations de ces cerveaux, qui
interviennent en eux. avec lequel les cerveaux entiers sont déplacés les uns contre les
autres. Non seulement il y a des mouvements libres dans nos cerveaux, mais nos
cerveaux sont même déplacés en mouvements libres dans l'ensemble supérieur de la
terre; et la raison en est en grande partie dans les interrelations de ces cerveaux, qui
interviennent en eux.
Une autre raison téléologique de la désintégration de la masse cérébrale et des
outils sensoriels de la Terre en partie peut être trouvée dans le fait qu'une telle forme
rend la blessure de l'individu inoffensive pour l'ensemble.
Ce sont les mêmes raisons qui nous ont donné deux au lieu d'un œil, une oreille,
une moitié du cerveau et ont donné aux yeux une certaine mobilité. Seulement, ils ont
agi à une échelle beaucoup plus élevée dans un sens beaucoup plus élevé. Mais
voyons-nous avec deux yeux, pensons-nous avec deux moitiés du cerveau moins en
un que si nous n'avions qu'un œil, un cerveau? Pourquoi l'assumer sur terre?
"Fondamentalement (comme je l'ai lu dans l'écriture d'un spécialiste des sciences naturelles), le
cerveau et la moelle épinière sont également constitués de nombreux organes centraux individuels
qui ne sont reliés que par des fils nerveux, car si vous divisez une grenouille en trois morceaux, par
exemple, il y a donc toujours des activités dans chacun d'entre eux qui démontrent irréfutablement
l'efficacité d'un organe central, mais les trois pièces n'effectueront bien sûr aucun mouvement
d'harmonisation, même si, au lieu de diviser la grenouille en plusieurs morceaux, vous ne touchez
que la moelle épinière - il faut donc partir du principe que le cerveau et la moelle épinière sont
constitués de plusieurs organes centraux dont chacun, indépendamment les uns des autres et dans
une certaine mesure, est indépendant du reste de son activité spécifique,mais que tous ces organes
centraux deviennent un organe central de puissance supérieure grâce à la connexion des fibres qui
les maintient ensemble. "(Volkmanns Hemodynamik p. 395.)
Pourquoi ce qui s'applique aux différentes parties du cerveau ne devrait-il pas s'appliquer
encore plus puissamment aux différents cerveaux eux-mêmes? Au lieu de connexions par fibres,
nous avons tous les connexions qui assurent la médiation des rapports humains, dont le fait est, en
fait, qu'elles médient les relations spirituelles, dont la conscience directe ne peut bien sûr que
tomber dans l'esprit supérieur. Le lien supérieur se produit uniquement par des moyens autres que le
lien inférieur.
Il me semble que parfois vous entrez dans votre propre contradiction. Quand je dis:
le cerveau est le principal organe de l'âme chez l'homme et chaque pensée est portée
par un mouvement dans le cerveau; Par exemple, pour élever l'esprit très haut au-
dessus de la matière, on dit: comment la liberté de pensée peut-elle coller aux voies
qui sont tracées dans le cerveau; là, vous ne voyez que des fibres solides dans une
position déterminée une fois pour toutes. Inversement, on demande quand je dis
quelques âmes à la terre, car elles ont un organe lié de la même manière que le
cerveau, et, puisque les gens se promènent librement entre eux, ne sont pas liés les
uns aux autres comme les fibres cérébrales, l'expression de l'unification Lien de leurs
âmes, l'un ou l'autre a tort.
Nous nous trompons aussi facilement en ce que nous considérons l'élaboration
soigneusement entrelacée de notre cerveau comme une expression ou une condition
de l'unité unificatrice de notre conscience, car elle exprime ou médie uniquement le
développement élevé de notre esprit, qui est toujours subordonné à la terre entière.
sert. Si rien n'avait d'importance que de conditionner ou de maintenir l'unité de notre
esprit dans le sentiment ou la conscience du côté corporel, alors aucun effort prudent
ou impliqué ne serait nécessaire. L'infusoire, le polype, le ver, l'insecte, dans leur
construction simple et rugueuse, ressentent, à leurs centres nerveux distraits ou
absents, ce qu'ils ressentent à un moment donné, certainement comme une
détermination de la même âme que nous, mais ils ne se sentent pas si haut, riches,
compliqués et Développé comme nous; son unité d'âme n'est pas divisée en aussi
divers, imbriqués et se chevauchant, reflétant et reflétant des moments et des
références créés individuellement comme les nôtres. Tout dans le monde est connecté
dans l'unité de la conscience divine sans institutions spéciales, l'unité ou la connexion
de la conscience est en général un fait divin général lié à tout le contexte de la nature,
dans lequel la lumière et l'air, l'eau et le feu, avec leur connexité Forces qui entrent
ainsi que tout ce qui est organique, et pour lesquelles ni les nerfs ni une connexion
nerveuse ne sont nécessaires. Nous devons nier un Dieu qui est omniprésent et
omniscient dans la nature afin de nier ce qui ne peut pas être résumé dans une sphère
de confiance en soi, et l'os unique de notre corps non plus, pas le muscle unique, pas
la fibre nerveuse unique en soi, qui va dans une telle sphère. Donc, il ne demande pas
où s'arrête et s'arrête la conscience, peu importe partout de séparer fondamentalement
le conscient et l'inconscient, car dans le contexte tout contribue à la formation du
conscient, mais de différencier les sphères supérieures et inférieures de la conscience
et de les distinguer les unes des autres et de quoi des sphères inférieures de
conscience apparaissant extérieurement et paraissant ainsi étrangères, mais aident à
les relier dans une sphère supérieure de conscience.
Après tout, les fibres nerveuses que nous percevons encore entre les ganglions des
insectes peuvent manquer entre nos cerveaux. Ils ne sont pas nécessaires pour relier
la conscience en soi; le contexte général de la nature suffit pour cela seul. Si ce
n'était, bien sûr, que le contexte de nature le plus général qui existait ici, ce ne serait
que la conscience divine la plus générale qui établirait la connexion de nos
esprits; mais puisque le système terrestre dans lequel nos cerveaux sont liés est à tous
égards encore plus individuel aux autres corps du monde que notre corps dans lequel
nos fibres nerveuses sont liées, d'autres corps terrestres, de même que l'esprit dans
lequel nos esprits se lient , être comparé encore plus individuellement aux autres
esprits célestes. Le haut développement, que nos esprits gagnent par rapport à
l'implication de leur cerveau va naturellement à l'esprit supérieur dans un sens encore
plus élevé; puisque son corps contient un enchevêtrement de tous ces cerveaux par
des moyens autres que la masse du cerveau et des nerfs.
On dit, par exemple: Mais combien d'efforts a-t-il fallu pour une construction
intérieure fine dans nos organes sensoriels et dans notre cerveau, juste pour justifier
les sensations sensuelles les plus simples, puis le cours de notre pensée sensible du
côté physique; et pourtant la simple insertion brute de l'inorganique entre nous et les
autres organismes devrait-elle faire de la terre un être spirituellement beaucoup plus
capable que nous-mêmes?
Maintenant, bien sûr, l'inorganique en plus de nous ne pouvait pas donner à la terre
un spirituel supérieur ou supérieur à l'organique en lui-même, car peu de toile et de
couleurs entre les figures d'un tableau peuvent donner quelque chose de plus
important intellectuellement que les figures pour vous-même; mais c'est un autre avec
la connexion de l'un à l'autre, une connexion qui, comme nous le savons, n'est pas
désinvolte, lâche et brute, mais est conditionnée dans le sol primordial du royaume
terrestre, intime et omniprésente et opportune dans toutes les relations. Prenons garde
de ne pas retomber dans cette vision séparatrice de l’organique et de l’organique et,
par là même, dans cette vision dégradante de ce dernier, que nous connaissons
malheureusement comme si l’organique ne pouvait interrompre que l’organique,
Un chemin de fer, vu dans le contexte du trafic humain et comme moyen de
médiation, est encore autre chose qu'un rail de fer en termes de conditions de
cohésion et d'étanchéité, vu isolément ou uniquement avec d'autres rails, tout comme
un morceau de voie nerveuse, dans le cadre de notre trafic physique interne et
considéré comme une médiation de celui-ci, est quelque chose de tout à fait différent
d'un morceau de fibre nerveuse, considéré en termes de rapports de cohésion et
d'étanchéité tout seul ou par rapport à d'autres fils nerveux. La fibre nerveuse ne
signifie désormais qu'un peu plus qu'une fibre protéique en ce qu'elle implique des
mouvements qui transportent quelque chose de spirituel, et donc le chemin de fer ne
signifie qu'un peu plus qu'un rail de fer que les gens qui portent quelque chose de
spirituel dessus. Mais il doit y avoir des trains ici et là pour y aller, rouler dessus, il
devrait y avoir un trafic plus élevé, oui un trafic du tout. Laissez toutes les rues entre
deux villes s'effondrer, et les villes s'effondreront sans référence, comme l'œil et
l'oreille s'effondreraient sans référence, si toutes les lignes nerveuses et artérielles
entre elles s'effondraient. Cependant, les voies nerveuses et veineuses, vues
individuellement, sont également beaucoup plus simples que les yeux et les oreilles
elles-mêmes, mais un plus grand ensemble émerge de leur connexion avec les
organes impliqués; En effet, le plus élevé est fondé sur la connexion plutôt que sur le
connecté, et si nous y regardons de plus près, le complexe multiple du nerf de
connexion et des voies artérielles dans l'ensemble de la connexion (en tant que
cerveau) forme une implication encore plus élevée que dans les organes qui y sont
connectés. trouve toi
Nous pouvons trouver le paradoxe que le plus simple, le plus brut, en tant que lien
contraignant, le plus haut niveau du spirituel, est confirmé dans notre propre corps; et
ce que nous voyons à l'extérieur à cet égard ne peut être considéré que comme une
augmentation du principe valable en nous, qui est requis par la plus grande hauteur de
l'être supérieur au-dessus de nous. Rien ne semble plus brut à l'aspect brut et ses
éléments sont vraiment plus simples que le cerveau; elle apparaît comme une masse
uniforme, douce et désorganisée; dans le passé, on pensait aussi que ce n'était qu'une
éponge de refroidissement du sang, sinon très lente. Pour l'observation plus détaillée,
cependant, d'innombrables chemins entrelacés et entrecroisés s'ouvrent les uns aux
autres, bien que nulle part en un point central, pour tout ce qui fonctionne et va dans
le corps. Pas seulement l'œil, Oreille, langue, nez, estomac, peau, membres, tout
s'effondrerait sans référence sans cette bosse finement sillonnée. Notre vision de ce
qui lie la vie organique à la surface de la terre n'est pas moins grossière que notre vue
précédente du cerveau. Nous considérons également l'air et la mer et la terre
seulement comme un morceau de refroidissement par rapport au corps chaud de la vie
organique; pourtant l'air, la mer et la terre sont criblés de mille rayons sonores qui
transportent les pensées de personne à personne, de mille rayons de lumière qui
portent le regard des gens vers les gens et guident les gens eux-mêmes dans leur
trafic, de mille routes et canaux solides sur lesquels les gens se rapprochent, d'un
millier de navires qui traversent la mer, d'un millier de messagers, de lettres et de
livres, éloignez vos pensées et gardez-les en partie le plus longtemps
possible. Maisons, églises, villes, monuments, mille outils de communication et de
mémoire qui maintiennent et élargissent la vie humaine se développent dans le même
domaine que mille outils de communication interne et de mémoire peuvent se
développer au cours de la formation humaine , ce que nous ne pouvons pas voir si
clairement, bien sûr, parce que le cerveau n'est pas aussi large et grand devant nous
que la surface de la terre. Et pouvons-nous voir la conscience et les références de
conscience qui sont liées à tout cela dans le cerveau plus que ce que nous recherchons
dans le monde extérieur si nous n'avons pas le cerveau lui-même? Des villes, des
monuments, un millier d'outils de transport et de mémoire qui maintiennent et
élargissent la vie humaine se développent dans le même domaine que des milliers
d'outils de circulation interne et de mémoire peuvent se développer au cours de la
formation humaine, ce que nous faisons certainement ne peut pas voir aussi
clairement parce que le cerveau n'est pas aussi large et grand que la surface de la
terre. Et pouvons-nous voir la conscience et les références de conscience qui sont
liées à tout cela dans le cerveau plus que ce que nous recherchons dans le monde
extérieur si nous n'avons pas le cerveau lui-même? Des villes, des monuments, un
millier d'outils de transport et de mémoire qui maintiennent et élargissent la vie
humaine se développent dans le même domaine qu'un millier d'outils de circulation
interne et de mémoire peuvent se développer au cours de la formation humaine, ce
que nous faisons certainement ne peut pas voir aussi clairement parce que le cerveau
n'est pas aussi large et grand que la surface de la terre. Et pouvons-nous voir nous-
mêmes la conscience et les références de conscience qui sont liées à tout cela dans le
cerveau plus que ce que nous recherchons dans le monde extérieur si nous n'avons
pas le cerveau lui-même? comment mille outils de communication interne et de
mémoire peuvent se développer dans le cerveau au cours de la formation humaine, ce
que nous ne pouvons pas voir si clairement, bien sûr, parce que le cerveau n'est pas
aussi large et grand que la surface de la terre. Et pouvons-nous voir la conscience et
les références de conscience qui sont liées à tout cela dans le cerveau plus que ce que
nous recherchons dans le monde extérieur si nous n'avons pas le cerveau lui-
même? comment au cours de la formation humaine, mille outils de communication
interne et de mémoire peuvent se développer dans le cerveau, ce que nous ne pouvons
pas voir aussi clairement, bien sûr, parce que le cerveau n'est pas aussi large et large
que la surface de la terre. Et pouvons-nous voir nous-mêmes la conscience et les
références de conscience qui sont liées à tout cela dans le cerveau plus que ce que
nous recherchons dans le monde extérieur si nous n'avons pas le cerveau lui-même?
Après tout, qui peut nier que tout ce que nous avons vu sur terre et au ciel peut être
interprété et arrangé différemment? Je dis seulement: nous ne trouverons pas un point
de vue plus naturel, plus clair, plus simple, plus frappant, plus élevé, sous lequel tout
le contexte de ce que nous voyons sur la terre et dans le ciel peut être mis comme ce
qui est exprimé dans la phrase: la terre et leurs voisins sont des créatures de Dieu
d'inspiration individuelle comme nous, mais sont des créatures plus fortement
inspirées d'un niveau supérieur d'individualité et d'indépendance.
Et non seulement pas plus clair, mais aussi plus beau, ainsi l'expression d'une
spiritualité supérieure dans la conception individuelle appartient au cœur et à
l'essence de la beauté. Maintenant, la terre peut nous sembler belle comme un corps
humain, car elle a une âme comme celle-ci. Mais ce qui s'étend de sa beauté au-delà
de notre compréhensibilité, déborde maintenant de grandeur. Tout ce qui semblait
s'effondrer et se déchirer dans le monde naturel et spirituel, ou qui semblait couler
dans l'infini, être emporté dans l'incompréhensible, se lie et se termine pour l'esprit
d'une manière claire et agréable dans une sphère tangible; et le limité pointe dans
l'illimité, toutes les frontières.
Et finalement pas de meilleur; Sachant que nous sommes tous d'un même esprit,
qui est Dieu, il nous sera plus facile pour nous tous de devenir maintenant un seul
esprit dans un sens tel que l'esprit supérieur et supérieur ont la paix en nous et avec
nous. Mais à partir de cela à l'avenir.
Et pourtant, la vue d'ensemble reste une question de croyance; rien ne peut être
montré avec le doigt; rien avec un, mais probablement avec tout le monde.
Certains arguments, qui jusqu'à présent ont été pris en compte avec plus de
désinvolture que sont pleinement développés et pondérés, doivent maintenant être
examinés dans les trois sections suivantes.

V. La Terre, notre mère.

On voit de temps en temps qu'une mère vivante donne naissance à des enfants
morts; une mère décédée peut-elle aussi donner naissance à des enfants vivants? Qui
veut le dire? Et qui ne le dit pas vraiment? Parce que n'appelons pas la terre notre
mère et la gardons toujours morte; et n'est-elle pas vraiment notre mère? Parce que
d'où venons-nous?
Nous rions des croyances de tant de sauvages que les gens ont à l'origine faits de
pierres. Mais est-ce une différence que nous les laissions surgir d'une grosse pierre ou
de plusieurs petites; c'est tout ce que nous en savons plus que vous? Ne gardons-nous
pas vraiment la terre morte comme une pierre et l'appelons-nous notre mère?
Nous penserions que nous devrions être ridiculisés, si nous devions croire
sérieusement à la fable des enfants qu'une montagne a donné naissance à une
souris. Pourquoi? Parce que les morts ne peuvent pas donner naissance aux
vivants. Mais la fable n'est tout simplement pas assez incroyable pour que nous le
croyions, car nous pensons que la montagne morte a donné naissance à des personnes
vivantes en plus de souris vivantes, tout comme des enfants.
Mais il me semble plus naturel de garder la mère au moins aussi vivante, oui plus
vivante que toutes ses naissances, car elle n'est pas une seule, car elle pourrait donner
naissance à tous; oui, une fois qu'elle l'a fait, elle a donné naissance à des créatures
nouvelles et toujours plus vivantes lors de naissances répétées; il ne semble pas
qu'elle soit morte une fois dans le travail et qu'elle soit restée morte après la
naissance, comme imaginez ceux qui pensent qu'ils vont le plus profondément et
restent à mi-chemin. Mais n'est-il pas aussi étrange de croire que la mère de l'homme
par la naissance a donné naissance à une pierre que celle de l'homme était une pierre?
Bien sûr, la plus grande bêtise apparaît enfin comme la plus grande sagesse, une
fois qu'on s'y est habitué, d'autant plus si elle est complètement incompréhensible, et
ce qui ne peut être compris d'aucune façon est tenu pour acquis tout comme ce qui va
de soi. Et en vérité, si stupide et incompréhensible, et pourtant en même temps si
ferme et confiante, est la croyance en la mère décédée des enfants vivants qu'il faut
inférer une raison profonde de cette folie et de cette fermeté. Il a aussi une raison
profonde et même sage, ce qui bien sûr ne le rend pas plus sage; en fin de compte,
c'est la même personne qui chasse toute folie et la maintient pendant un certain temps
afin d'acquérir une sagesse plus élevée et une certitude de sagesse en travaillant et en
la rejetant finalement. Et plus la folie est grande qui se résout et se rejette enfin, plus
le progrès et la fermeté de la sagesse sont grands. Et donc il faut aussi espérer que
lorsque la folie sera rejetée de la mère décédée des enfants vivants, nous serons un
bon pas en avant dans la sagesse vivante et vivifiante.
En effet, où y aurait-il une raison, une conclusion, une expérience qui pourrait
vraiment nous croire ou justifier la croyance que ce qui est né dans l'âme peut naître
différemment de ce qui est né de nouveau dans l'âme? un corps qui comprend l'âme,
d'un corps qui ne comprend pas? Ou comment pensez-vous? La terre était une boule
de matière brute, sans esprit, sans âme, seulement avec un étrange engrenage de
forces matérielles. En conséquence, des compositions particulières de matière ont
émergé, dont le produit est soudainement devenu l'âme. Mais cela ne serait-il pas le
matérialisme le plus flagrant, cela n'a-t-il pas été supprimé? Et peut-on sérieusement
penser qu'il est possible de faire de l'âme à travers une simple nouvelle composition
de matière? - Ou alors: La terre avait une âme, bien sûr, mais un inconscient, et
maintenant créé à partir de cette inconscience les âmes conscientes de leurs
créatures. Maintenant, bien sûr, leurs créatures sont conscientes; mais elle n'en avait
pas auparavant et n'en a toujours pas; il est apparu seulement avec les créatures et ils
l'ont maintenant. La conscience de l'enfant ne naît-elle pas aussi de l'inconscient? -
Oui, bien sûr; mais cela rend par la présente l'âme auparavant inconsciente
consciente; le conscient ne quitte pas l'âme dont il est né. Les moments de conscience
qu'un esprit donne naissance à rester et sont ce qui composent sa vie
consciente. Aucun esprit ne tombe dans les moments de conscience auxquels il donne
naissance, bien qu'il puisse s'y subordonner. Donc, cela signifierait seulement que
l'âme de la terre auparavant inconsciente était devenue consciente avec la création de
ses âmes. Peut-être que cela pourrait être ainsi, je ne veux pas en discuter; mais ce
serait toujours une âme désormais consciente de la terre. - Ou alors: Dieu a formé le
corps de l'homme à partir de la matière de la terre et y a mis l'âme de la plénitude de
son esprit. Mais il n'en est pas ainsi aujourd'hui; le corps de l'enfant n'est toujours pas
fait de matière terrestre avec l'aide de Dieu, qui fait tout, et nous ne croyons pas que
l'esprit de l'enfant naisse encore aujourd'hui de la plénitude de l'esprit divin; mais
aujourd'hui la phrase reste moins vraie que les âmes ne naissent que d'âmes; mais si
cela reste vrai aujourd'hui, pourquoi aurait-il été faux il y a mille ou millions
d'années? En fin de compte, tout vient de Dieu; mais partout où vous devez vous
demander: comment et à partir de quoi et selon quel ordre Dieu fait-il ce qu'il fait? Et
donc tout esprit peut venir de l'esprit universel Dieu, mais selon les lois éternelles, il
ne coule de lui que par des canaux déjà animés dans de nouvelles branches de ces
canaux. Afin de pénétrer dans le corps de l'homme, il devait d'abord traverser le corps
de la terre, car c'est le grand canal sur lequel le petit canal de son corps est suspendu.
Bien sûr, les circonstances de la première création des sexes humain et animal
étaient différentes de celles de la génération et de la naissance actuelles. Ce n'est
qu'une analogie qui, comme toute analogie, ne frappe que dans une certaine mesure
lorsque nous comparons la première naissance du sexe humain et animal de la terre
avec la naissance actuelle de l'homme par l'homme, de l'animal par l'animal. Dans ce
cas, il est même absent de points d'équation très importants. Maintenant, chaque mère
ne donne naissance qu'à des êtres qui sont à peu près semblables dans le corps et dans
l'âme entre eux et avec eux-mêmes; il ne peut que se répéter; avec une puissance
créatrice complètement différente, la terre a donné naissance à d'innombrables êtres
différents, qui ne se répètent ni ne se répètent dans le corps et l'âme, bien qu'il prouve
toujours à travers les relations de la séquence des étapes et des ajouts et l'interaction
appropriée que leur création a été réalisée sur un principe. Un animal jette aussi ses
petits; ils se séparent de lui. Mais les humains et les animaux ne sont pas jetés de la
terre de la même manière. Au contraire, tous les humains et les animaux pendent sur
la terre comme des moments de développement auto-croissants.
Mais ces écarts affaiblissent-ils notre conclusion? Ne le renforcent-ils pas? Afin de
produire une abondance du nouveau spirituel, après tout, ce qu'il faut, c'est un
pouvoir créateur spirituel plus puissant, plus complet et plus profond que de
simplement répéter ce qui a été créé; oui, cela peut se faire sans effort mental; et si le
corps humain ne quitte pas la terre de la même manière qu'un jeune homme quitte
l'utérus, cela ne peut que faire la différence et prouver que l'âme de l'homme ne quitte
pas aussi l'esprit mère, car rien de spirituel ne quitte l'esprit du tout généré. Même
l'esprit de l'enfant ne quitterait pas l'esprit de la mère s'il en sortait vraiment; mais il
faut plus que leur esprit pour créer un nouvel esprit humain, bien que le sien soit
toujours nécessaire comme occasion extérieure. Le développement des âmes
humaines et animales dans le domaine terrestre se comporte comme le
développement de nouveaux moments spirituels en nous-mêmes. Ce qui peut porter
ces moments spirituels en nous ne laisse pas le corps qui porte tout l'esprit.
Le fait que la terre ne soit plus capable de produire de nouveaux organismes
comme elle l'était peut être comparé en quelque sorte avec le fait que le langage n'est
plus capable de générer de nouvelles racines de mots comme il le faisait
auparavant. Après l'apparition d'un certain nombre de mots, tous les nouveaux
émergent seulement comme des enfants et des modifications des anciens; comme
toutes les nouvelles créatures maintenant. Comment sont nés les premiers
mots? Nous en savons aussi peu que les premières créatures. Mais nous savons que,
ou pouvons-nous sûrement conclure que lorsque les racines du mot ont été créées
pour la première fois, l'esprit n'était pas moins vivant, seulement moins conscient que
lorsqu'il était utilisé dans la langue maintenant, et qu'il ne cédait pas aux détails des
mots, se sont perdus et dispersés en elle, mais que c'est toujours le même esprit
entier qui travaille maintenant sur le développement et l'utilisation du langage que
celui qui a été actif dans la formation de ses premières racines. Et il en sera de même
avec la création des âmes terrestres. Le même esprit qui était actif dans sa création est
toujours actif dans son développement et son utilisation.
N'oublions pas que regarder l'Esprit de la Terre comme notre Créateur ne signifie
pas que l'Esprit de Dieu est notre Créateur dans un sens supérieur. C'est par la
médiation de l'esprit de la terre, c'est par lui qu'il nous crée.
Rien n'empêche donc que le même argument que nous faisons pour que l'âme de la terre soit
étendue à l'âme du monde par Dieu. C'est donc arrivé il y a longtemps aux stoïciens, comme le
souligne Cicéron (de nat. Deor. L. II. C. 8).
Pergit idem (Zeno) et urget angustius: "Nihil", inquit, "quod animi quodque rationis
est expers, id generare ex se potest animantem compotemque rationis. Mundus autem generat
animantes compotesque rationis. Animans est igitur mundus composque rationis." Idemque
similitudine, ut saepe solet, rationem conclusit hoc modo: "Si ex oliva modulate canentes tibiae
nascerentur: num dubitares, quin inesset in oliva tibicinii quaedam scientia? Quid, si platani
fidiculas ferrent numerose sonantes? Idem platinum scanicis censeres igitur mundus non animans
sapiensque judicetur, quum ex se procreet animantes atque sapientes? "
Bien que la terre ne puisse pas vraiment être appelée notre mère dans le sens
humain commun, elle peut toujours être appelée notre père dans un niveau supérieur,
comme Dieu, qui nous crée par sa médiation, non pas dans un sens humain commun,
mais dans un sens supérieur. Le père humain commun, la mère humaine commune
nous a laissés partir, le père céleste supérieur, la mère céleste supérieure nous garde
en nous. Ce n'est qu'un nouveau témoignage en lui-même qui nous en donne l'origine,
car ce qui vient de Dieu reste aussi en Dieu, et ce que la terre porte ne le laisse
pas. Votre père commun et votre mère commune, avec qui vous avez une relation
externe, ne sont que des outils externes pour vous, mais des outils internes pour eux.
Quelques réflexions sur les raisons matérielles qui ont été efficaces dans la création d'êtres
organiques, voir en annexe spéciale.

VI. Des anges et des créatures supérieures en général.

Chaque élément a autrement ses créatures vivantes et émouvantes, qui sont


configurées pour cet élément en termes de construction et de mode de vie. La terre
solide a ses vers et ses taupes en dessous, ses moutons, ses bovins, ses humains au-
dessus, l'eau ses crabes et ses poissons, l'air ses papillons et ses oiseaux. Mais ce sont
tous des éléments qui appartiennent toujours à la terre elle-même. Pensez-vous que la
mer éthérique céleste, cet élément le plus pur et le plus fin, le plus beau et le plus
clair, le plus général et le plus répandu, dont les vagues sont la lumière dans laquelle
la terre elle-même nage, n'a pas de créatures qui soient établies pour y vivre? Où
sont-ils s'ils ne sont pas les corps du monde eux-mêmes? Mais ils sont vraiment
orientés vers leur élément, comme le poisson sur l'eau, l'oiseau dans l'air, établis
comme des êtres supérieurs dans l'élément supérieur d'une manière supérieure à une
vie supérieure, car il ne nous semble pas tout à fait compréhensible dans notre
manière d'être inférieure. Ils nagent dedans sans nageoires, ils volent dedans sans
ailes, transportés dans l'élément mi-spirituel par une force mi-spirituelle, marchent
dedans, grand et calme, comme tout ce qui est sublime marche grand et calme, ne
cherche pas et ne court pas avec anxiété pour la nourriture physique, contentement
avec la lumière qu'ils se transmettent ne se poussent pas ou ne se poussent pas, mais
vont de pair dans un ordre clair et dans une direction harmonieuse, mais chacun suit
le mouvement le plus silencieux de l'autre, nous l'appelons perturbation, et ce n'est
que le plus fin, toujours nouveau, jamais répéter le jeu de leur vie extérieure et
développer
N'a-t-il pas toujours été fabuleux d'anges qui habitent dans la lumière et volent dans
le ciel, des aliments et des boissons inutilement terrestres, des êtres intermédiaires
entre Dieu et nous, qui accomplissent très bien leurs commandements? Ici, vous avez
des êtres qui vivent dans la lumière et volent dans le ciel, des aliments et des boissons
terrestres sans besoin, des êtres intermédiaires entre Dieu et nous, accomplissant ses
commandements très simplement. Et si le ciel est vraiment la maison des anges, alors
seules les étoiles peuvent être les anges du ciel, car il n'y a pas d'autres habitants du
ciel. De plus, ils ne sont pas considérés comme des anges uniquement parce qu'ils ne
ressemblent pas à des humains et n'ont pas d'ailes d'oiseaux; ils devraient regarder la
façon dont le peintre les peint; mais pensez-vous
Néanmoins, notre idée des anges est toujours correcte et exacte, car elle ne peut
être basée que sur le principe de les humaniser complètement.
En effet, notre mythe des anges me semble comme les préliminaires d'un enfant,
une belle prémonition, une parabole anthropomorphique de la vraie doctrine des
anges; cela ne se produit que dans tout ce que l'on ne croirait pas autrement en soi et
trouvé contradictoire avec toutes ses connaissances, car on laisse les anges jouer
fantastiquement et humainement sans aucun terrain entre les mondes, maintenant
soudain grands, énormes, solidement implantés dans le cercle le réel, ne dépouillant
que la forme extérieure insignifiante. La petite idée se développe énormément en ce
que nous ne saisissons plus les êtres surhumains dans notre être humain, mais dans
leur façon d'être surhumains; mais les traits les plus enfantins ne sont pas perdus, ils
ne deviennent que les traits les plus sublimes.
Tout le monde ne pensait-il pas qu'il avait son ange spécial, qui s'ajoutait à lui tous,
pour transmettre une préoccupation divine? Chaque personne a aussi la sienne, qui est
proche de lui avant tous les autres anges, prend soin de lui complètement, tout ce que
l'homme fait et pense, amène devant Dieu et sert de médiateur avec Dieu. Oui, Dieu
était encore plus miséricordieux, y compris chaque animal et chaque plante qu'il a
donné à un ange pour le représenter. Juste parce qu'il n'y a pas autant d'êtres
supérieurs qu'il y a d'humains inférieurs, d'animaux, de plantes, il n'a pas placé d'ange
spécial à côté de chaque être humain, de chaque animal, de chaque plante, aussi petit
que l'homme, l'animal, la plante elle-même - aurait dû ne combattez pas les nombreux
anges comme les humains, les animaux, les plantes en font assez eux-mêmes, si tout
le monde ne représentait qu'un intérêt particulier - mais ensemble, il a présenté à
chacun un seul grand ange qui représente tous leurs intérêts en rapport avec lui. Le
ciel entier vole plein de tels anges, dont chacun assume et représente le soin de Dieu
et le soin d'une société différente. N'est-ce pas une bien meilleure installation que
nous ne le pensions?
Ici aussi, nous devons changer notre notion enfantine: nous pensons que l'ange
marche aux côtés de l'homme comme un gardien et garde toujours un œil extérieur
sur lui; depuis lors, il ne serait plus qu'un serviteur de l'homme et ne pourrait
s'occuper de ses propres affaires. Nous pensons également que l'ange s'écarte parfois
de l'homme ou que l'homme se retire des soins de l'ange. Dieu a arrangé tout cela
beaucoup mieux. Pour que l'ange inquiète certainement toujours l'homme comme lui-
même, et n'ait pas à s'oublier en s'inquiétant pour lui, et qu'il ne puisse jamais quitter
l'homme et l'homme jamais de lui, et donc aussi ses pensées les plus secrètes, le mal
et bon, sachez et ramenez-le, Dieu, il n'a pas du tout mis l'ange à côté du peuple, mais
il a complètement plongé l'esprit de l'homme dans l'esprit de l'ange lui-
même. Maintenant, l'ange inquiète les gens, en s'inquiétant lui-même, ne les quitte
jamais, aussi peu qu'il se laisse; mais si nous disons que l'ange s'est éloigné de
l'homme, fondamentalement c'est l'inverse, alors c'est juste que même en nous une
seule pensée peut s'écarter du chemin de tout l'esprit et appartient toujours à cet
esprit, et que tout l'esprit ne se repose pas tant qu'il n'y a pas de paix et d'harmonie
entre tout ce qui lui appartient. Dieu a rendu l'ange responsable de veiller à ce
qu'aucun de ceux qu'il lui confie ne soit perdu; et comment Dieu nous punit, c'est
dans la propre âme de l'ange. mais si nous disons que l'ange s'est éloigné de l'homme,
fondamentalement c'est l'inverse, alors c'est juste que même en nous une seule pensée
peut s'écarter du chemin de tout l'esprit et appartient toujours à cet esprit, et que tout
l'esprit ne se repose pas tant qu'il n'y a pas de paix et d'harmonie entre tout ce qui lui
appartient. Dieu a rendu l'ange responsable de veiller à ce qu'aucun de ceux qu'il lui
confie ne soit perdu; et comment Dieu nous punit, c'est dans la propre âme de
l'ange. mais si nous disons que l'ange s'est éloigné de l'homme, fondamentalement
c'est l'inverse, alors c'est juste que même en nous une seule pensée peut s'écarter du
chemin de tout l'esprit et appartient toujours à cet esprit, et que tout l'esprit ne se
repose pas tant qu'il n'y a pas de paix et d'harmonie entre tout ce qui lui
appartient. Dieu a rendu l'ange responsable de veiller à ce qu'aucun de ceux qu'il lui
confie ne soit perdu; et comment Dieu nous punit, c'est dans la propre âme de
l'ange. Dieu a rendu l'ange responsable de veiller à ce qu'aucun de ceux qu'il lui
confie ne soit perdu; et comment Dieu nous punit, c'est dans la propre âme de
l'ange. Dieu a rendu l'ange responsable de veiller à ce qu'aucun de ceux qu'il lui
confie ne soit perdu; et comment Dieu nous punit, c'est dans la propre âme de l'ange.
Tous les cieux devraient être remplis de la louange éternelle; les anges devraient-ils
se rassembler en chœurs, chanter et lui faire de la musique, l'adorer? Et cela devrait
être leur principale activité; voici, ils se pressent autour de lui, leurs yeux sont sur lui,
ils touchent le bas de sa robe. Et ne rassemblez pas les étoiles dans des chœurs de
tous les cieux; et sera-t-il différent avec d'autres étoiles qu'avec notre terre, dans
laquelle la pensée la plus élevée est Dieu et l'adoration est le service le plus
élevé; Dieu ne chante et ne joue-t-il qu'avec une langue faible et un instrument, non,
même avec mille chœurs et mille instruments, avec flûtes et trombones, avec orgues
et avec cloches? Tout autour du ciel, elle crie la louange de Dieu, et avec les voix
fortes sa prière silencieuse continue. Et cherche à approcher Dieu de toutes les façons
de penser et de s'efforcer, et n'en a pas marre de se disputer et de se disputer avec
elle-même comme elle le servirait le mieux, et ne suffit que jusqu'au bas de sa
robe. Ce sera comme ça avec toutes les étoiles dans tous les cieux. Dans chacun
d'eux, la pensée la plus élevée sera Dieu et adorera le plus haut service. Tout le
monde chantera et jouera au même prix et priera celui-ci, en discutant de la meilleure
façon de le saisir et de qui peut le mieux.
Les anges ne devraient pas être seulement des chanteurs et des joueurs, des
messagers de Dieu, en tant que tels, ils ne choisissent pas leur propre chemin, mais le
chemin qu'il a tracé; les étoiles aussi; et devrait conduire les gens, leur montrer la
voie où les dirigeants terrestres ne suffisent pas; les étoiles aussi. Alors que l'ange de
la terre nous conduit intérieurement contre la sienne et notre paix, les autres anges
aident extérieurement. Il y a déjà un ordre éternel, une paix éternelle entre les anges
eux-mêmes; ils vont, un troupeau sous un berger, comme un exemple brillant dans le
ciel pour leurs créatures, que ceux-ci deviennent aussi un troupeau comme eux au
plus haut service. En voyant leur changement sûr ci-dessus, l'homme sent un
changement plus élevé au-delà de la possibilité de changement des choses
humaines; ses espoirs traversent la nuit aussi haut que les étoiles; que toutes les
étoiles louent, il veut aussi louer. Et tandis qu'il fait basculer ses pensées à leur vue
dans le monde illimité et gratuit, ils organisent et règlent pour lui toute la maison
terrestre en dessous. L'ordre fixe selon lequel ils s'alignent extérieurement donne à la
vie que leurs créatures mènent en eux, même partout, l'ordre, la loi, la mesure et le
but, guide leur liberté sans l'abolir. Vraiment pas une humiliation, mais un très beau
point de vue réside dans le fait que la diversité fondamentalement inépuisable des
relations extérieures dans lesquelles les êtres supérieurs peuvent entrer (Chapitre III),
cependant, à travers une liberté éternelle incassable qui laisse encore la liberté
intérieure La loi est dominée et liée. Ne voudrions-nous pas souhaiter d'un point de
vue humain que ce soit la même chose entre nous, les humains? Et seulement qu'il en
soit ainsi entre les créatures supérieures, le sauve qu'il en est de même entre nous. Si
les créatures supérieures parcouraient le ciel aussi sans retenue et au hasard que les
gens sur terre le font les uns avec les autres, comment les gens devraient-ils trouver
leur chemin dans le temps et l'espace sur la terre, se comprendre au cours de l'année,
du jour et de l'heure, du lieu et de la direction, comme ça Trouvez-vous un chemin à
travers la terre et à travers son histoire? Le fait qu'ils puissent le faire n'est dû qu'à la
vue de l'ordre céleste. Mais ne devrait-il y avoir que des êtres qui sont en dehors d'un
ordre, pas aussi ceux qui vivent et se tissent en eux-mêmes? La commande est-elle si
mauvaise? Si nous gardons la règle, la loi, l'ordre suffisamment élevé dans nos
propres circonstances, nous ne devrions pas d'autant plus de règle, de loi, d'ordre,
dignes du changement des êtres supérieurs que nous sommes nous-mêmes,
"Caelestem ergo admirabilem ordinem incredibilemque constantiam, ex qua conservatio et salus
omnium omnis oritur, qui vacare mente putat, est ipse mentis expers habendus est." (Cic. De nat.
Deor. II. C. 21.)
Le père et le fils ont traversé le champ;
Vous ne pouvez pas rentrer chez vous la nuit perdue.
Après chaque rocher, le fils, après chaque arbre, semble
être son guide dans la pièce sombre sans chemin.
Pendant ce temps, le père regarde les étoiles,
comme si la terre voulait apprendre le chemin dans le ciel.
Les rochers restaient silencieux, les arbres ne disaient rien,
les étoiles pointaient avec une lueur de lumière.
Ils pointent vers la maison; bien celui qui fait confiance aux étoiles!
Le chemin de la terre ne peut être appris que dans le ciel.
(La sagesse de Rückert sur le
brahmane. EST 29.)

"O regarde, si ton esprit veut confondre le monde,


vers le ciel éternel, où les étoiles ne se promènent
jamais. Le
soleil et la lune s'esquivent bien;
même pour eux, leur large maison serait autrement
trop étroite."

(Rückert, poèmes EST 22.)

"Tu vois! Comme dans la poussière,


les armées aveugles grouillent , elles
vont aussi peu que le refrain des étoiles dans le ciel."
(Ibid. P.
24.)

Les anges ne sont pas encore des êtres parfaits non plus; ils cherchent et luttent
encore, cherchent et luttent avec et à travers nous; ils sont seulement plus parfaits que
nous parce qu'ils portent la supplémentation de notre unilatéralité terrestre avec
d'autres unilatéralité terrestre que nous avons en dehors de nous; car intérieurement,
ils combattent la lutte que nous menons égoïstement et extérieurement avec nos
voisins, et ce faisant, ils continuent inexorablement vers le plus haut et le
meilleur; que ce soient encore des enfants contre leur condition unique. Ne prenons
pas les anges pour les enfants!
La forme des anges devrait être plus belle et plus noble que la nôtre; mais peu
familier pour présenter le surhumain différemment que dans l'image humaine, nous
pensons toujours à la plus belle figure humaine; bien qu'ici aussi le jeu enfantin soit
le plus involontairement frappé par la vérité la plus complète. Ne voit-on pas des têtes
d'ange ailées sans bras, jambes et corps lourds voler dans le ciel dans tant de tableaux
anciens; pour quoi les anges ont-ils besoin d'armes, de jambes, de corps lourds; tout à
fait raison, mais ils n'ont même pas besoin des ailes; ils n'ont besoin de rien qui révèle
le besoin et la partialité des humains et des animaux; leur forme est celle de la
perfection et de la plénitude. Et ce n'est pas un être qui n'a même pas besoin d'ailes
pour porter le corps le plus lourd à travers l'élément le plus fin,
Nous peignons les anges colorés des ailes et des robes, nous donnons aux anges un
aspect brillant. Mais si merveilleux, fait avec des couleurs si vives, nous n'aurions pas
pu imaginer des anges tels que la terre est vraiment, dont la robe est faite de mille
fleurs lumineuses; aucun regard de l'ange n'est aussi brillant que le regard de la terre
avec la puissante image du soleil dans l'œil de la mer.
A quoi bon tout ça, bien sûr! Un ange sans ailes, bras, jambes, puisque nous
sommes habitués à présenter les anges avec humanité, apparaîtra toujours à
l'imagination ordinaire comme un estropié humain; car il est vraiment juste un être
sans béquilles humaines. Mais si nous avons nous-mêmes besoin de ces béquilles
pour marcher sur cette terre inférieure et solide, nous ne devrions pas non plus
charger les êtres supérieurs dans le ciel clair et pur avec ces béquilles, pas car nous
cherchons toujours l'aide de notre besoin terrestre.
Le ciel de la souris

Une petite souris a dit une


fois à la souris:
Si notre vie
va se terminer, que nous
avons menée sur cette
terre,
que deviendrons-nous à
l'avenir?
La souris dit: Petite souris,
as-tu
vécu ici en vertu pour et
pour,
tu auras deux belles ailes,
Comme des anges volent
dans le ciel;

Nous trouverons une mise


en place complète de
bacon céleste au lieu de
bacon terrestre, Nous
planerons surtout sur
les chats
Et ne craindrons jamais
leurs pattes.
La petite souris dit:
Oh bonheur, si seulement
j'avais ma robe d'ange!
Mais parlez, aucun ange
ne voudra-t-il accorder
que nous pouvons déjà le
voir ici?
La souris à la
petite souris en
parle: Celui qui lève les
yeux à droite,
il peut arriver parfois
qu'un ange se laisse voir.
La petite souris l'a écrit
dans son esprit,
a fait des va-et-vient
quelques jours
et, tentée par les parfums,
est arrivée une fois au
poêle de la cuisine.
Quand il leva les yeux,
combien tout son sens est
ravi!
Tout son espoir est
maintenant réalisé,
le ciel semble
soudainement ouvert.
Il pend complètement
plein de bacon,
Et agissant sur le but
supérieur
Regarder vers le bas du
monde plein de défauts
La chauve-souris comme
un ange de souris.
La petite souris, c'est
devenu son visage,
ne l'oublie pas toute sa
vie!
Un peintre de tableaux
saints,
"Les anges ne pouvaient
pas décrire si joliment."
(Mises, poèmes p. 148.)

Enfin, que faisons-nous d'autre que de ramener la croyance aux anges à l'origine
dont elle est issue. Dans toutes les anciennes croyances de l'Orient, les étoiles
apparaissent comme des êtres supérieurs au service de la divinité qui partagent ses
pouvoirs créateurs et ordonnateurs; et la croyance biblique en anges y est liée. N'y a-
t-il pas encore des souvenirs sombres, voire plus que sombres, de cette origine de leur
croyance aux anges conservée dans la Bible elle-même? 1)
1)Strauß (Doctrine Chrétienne EST 661) Dit carrément que: "Dans l'hébreu les termes des anges et des
étoiles coulent souvent ensemble, et en particulier le nom ??????? est commun aux deux".

Ainsi dit Job 38, 7: "parce que les étoiles du matin m'ont loué (le Seigneur) et ont
applaudi tous les enfants de Dieu"; et Ésaïe 40:26: "Levez les yeux et voyez! Qui a
créé de telles choses, et faites sortir votre armée par le nombre? Qui les appelle tous
par leur nom."
Là, les étoiles appellent Dieu, ici Dieu appelle les étoiles; cela signifie-t-il des
créatures mortes?
Et plus loin, il est dit dans Jes. 24, 21: "à ce moment-là, le Seigneur hantera la
haute chevalerie qui est élevée, et les rois de la terre qui sont sur la terre."
Mais qui cette haute chevalerie peut-elle être comme les mêmes étoiles qu'Esaïe a
appelé Dieu par son nom? Et ils seront hantés comme les rois vivants de la terre.
Et dans Tobias 12: 5, il est dit: "et je suis l'un des sept anges qui se tiennent devant
le Seigneur"; et dans Apocalypse 8: 2: "et j'ai vu sept anges qui se sont présentés
devant Dieu."
Qui ne reconnaît pas le nombre sept autrement valide des planètes dans ce nombre
sept?
Le nom Elohim, aussi, qui dénote la multiplicité de l'être divin en une seule
personne, est probablement basé sur la vision originale de la nature que Dieu,
l'essentiel, se manifeste dans une variété d'êtres naturels, qui en même temps
considère ses anges et ses moments de son propre être peut être; comment Dieu est
même confondu avec des anges individuels dans la Bible. 2) De même, selon nous,
les anges ne sont pas en dehors de Dieu, mais en Dieu, comme nous ne sommes pas
en dehors des anges, mais dans les anges.
2) l. Mos. 31, 11. 13., 2.Mos. 3, 2 ff.; 13, 21; 14, 19. dir. 6, 11 et suiv.13, 20 et suiv.

Des preuves qui ne sont qu'indirectes mais très révélatrices sont que dans les documents bibliques
les plus anciens, les étoiles sont toujours considérées comme animées peuvent être trouvées dans ce
qui suit. Le récit biblique de l'histoire de la création se lit brièvement comme suit: Le premier jour,
Dieu créa et sépara la lumière des ténèbres et fit du soir et du matin le premier jour; à la seconde, il
sépara le ciel de l'eau; le troisième l'eau de la terre et a créé les plantes; le quatrième, il créa le
soleil, la lune et les étoiles; sur le cinquième poisson et oiseaux; le sixième, les animaux terrestres et
humains restants. Il s'est reposé sur le septième. Maintenant, on se demande depuis longtemps
comment de telles violations flagrantes du comportement naturel ont été commises ici, jour et nuit
devant le soleil, les plantes devant le soleil, car le jour et la nuit ne proviennent que du cours du
soleil et les plantes du soleil besoin de croissance. Même les plus ignorants auraient dû le
savoir. Jusqu'à finalement Herder3)a montré le point de vue suivant de la composition poétique dans
la représentation qui explique la nature de la séquence. À savoir, les œuvres de trois jours sont
disposées symétriquement les unes par rapport aux autres en termes de contenu, et les deux tiers
complètent le septième jour. Les trois premiers travaux quotidiens comprennent la création des
créatures inanimées, dont les plantes. Les trois autres étaient ceux des créatures émouvantes, qui
comprenaient les étoiles. Chacune des deux créations a été initiée par une création de lumière; celle
du premier avec la création de la lumière générale, celle du second avec la création des êtres
lumineux individuels et animés; le ciel et l'eau de la première moitié correspondent également aux
oiseaux et aux poissons de la seconde, et les plantes de la première moitié, les animaux terrestres et
humains de la seconde. De cette façon, tout s'harmonise parfaitement; mais seulement en concevant
les étoiles comme des êtres animés.
3)
Le plus ancien document de Herder sur la race humaine. TIS 128, cf. La
mythologie de Buttmann T. l. P. 133 et suiv.

On peut encore trouver beaucoup de traits individuels dans les


descriptions occasionnelles des anges dans la Bible, qui, s'ils ne
dépendent pas de leur identification originale avec les étoiles,
permettent néanmoins une référence à eux. Je partage quelque chose
à cet égard de Strauß, Christl. Doctrine de la foi (Th. IS 662
ss.), Où les idées bibliques des anges sont particulièrement
détaillées.
"Dans les mentions bibliques des anges, il y a une double différence dans leur relation avec
Dieu et le monde. Dans leur pure relation avec Dieu, ils apparaissent comme sa cour ou sa réunion
du conseil céleste *), dont le travail est de le servir * *) et pour le louer. ***) Le nombre de ces
serviteurs célestes est énorme 1. Peu à peu, un classement parmi eux émerge également. Après qu'un
ange se soit annoncé comme le prince de l' armée de Jéhovah 2 , le plus haut prince des anges est
mentionné 3 , leur nombre est déterminé par le nombre d'Amschaspands dans la religion Zend à 7 4,
et à qui le service direct de la personne la plus élevée est confié. Même dans l'emphase paulinienne
sur un Qcaggeloz 5 , dans son décompte de J Qóno í , àQca ì , xond ìa i, dun àme iz, cn Qi óthtez 6 ,
un classement des pouvoirs célestes est difficile à manquer.
Déjà, la relation des anges avec le monde est tournée vers leur désignation comme l'armée de
Dieu 7 , capacité à laquelle ils se campent bientôt avec des chevaux et des chars ardents pour se
protéger autour des hommes de Dieu 8 , parfois comme un chœur céleste louant les grandes actions
de Dieu sur la terre 9 . .... La forme et l'apparence (autrement humanisées) des anges sont de plus en
plus augmentées au terrible et surhumain 10 ; les martiaux ou punitifs en particulier †) portent une
épée nue 11 ; les Séraphins 12 et immédiatement les soi-disant anges volent 13, et dans les visages
prophétiques des temps ultérieurs, les descriptions de l'apparition des anges sont composées de
minerai, de pierres précieuses, de flammes de feu et similaires 14 ... Les sept anges supérieurs ont
pour mission d'apporter les prières des pieux devant Dieu 15 .... Le fait que les anges soient
considérés comme des êtres de lumière 16 a également la signification picturale de la plus haute pureté
morale 17 , qui, cependant, n'est ni un absolu 18 ni n'appartient à tout le monde 19 ; de même que
leur perspicacité dépasse les êtres humains, sans être néanmoins égale au divin. 20eEn raison de
cette limitation et de cette dépendance de Dieu partagées avec eux, ils acceptent le pas commun en
Orient avant même les dirigeants humains 21 , mais rejettent l'adoration comme ne leur étant pas
due. " 22

*) l. Mos. 28, 12. l. Kings 22, 19. 2. Chron.18, 18. Job 1, 6; 2, l. Ps. 89, 8.
**) Dan. 7, 10.
***) Est. 6, 3. †) Probablement lié aux comètes. 1 5e Mos. 33, 2
f. Matth. 26.53. Dan. 7, 10. 2 Isa. 5.14. 3 Dan. 10, 13. 4 Tob. 12, 15e
rév. 8, 2,5 l. Thess. 4, 16. 6 Ephes. l, 22; 3, 10. Col. l, 16. 7 l. Mos. 32, l f. Jos. 5,
14. Ps. 148, 2. 8 2. Rois. 6, 17. 9 Job 38, 7. Luc. 2, 13 f. 10 cf. À droite 13,
6, 11 4e Mos. 22, 23 Jos. 5, 13. l. Chron.21, 16; comparer l. Mos. 3,
24. 12 Is. 6, 2,13 Dan. 9, 21. 14 Dan. 10, 5 f. Rev. l, 13 ff.15 Tob. 1.2,
15. 16 l. Cor. 11, 14. 17 2. Sam. 19, 27, 18 Job 15, 15, 19 Jud. 6. 20 Matth. 24,
36, 21 Jos. 5, 14.Droit 13, 19 f. 22 Rév. 19, 10; 22, 9; voir Col.2, Héb.18. l ff.

Le point de vue judéo-chrétien particulier, que Dieu, en contradiction avec d'autres


considérations du même point de vue, élève du monde hors du monde, devait
constamment soulever les êtres subordonnés des corps mondiaux et les vider dans le
vide; et le même anthropomorphisme que Dieu crée à notre image, au lieu que
l'inverse soit la bonne chose, puisque l'image ne reflète toujours que unilatéralement
et imparfaitement son archétype, les anges ont dû la rendre anthropomorphique. Par
conséquent, tout ce qui est dit dans la Bible au sujet des anges, et encore moins ce
que nous en pensons maintenant, ne rentrera pas non plus dans les étoiles. Mais si
nous laissons à nouveau Dieu remplir le corps du monde de son omniprésence, alors
les anges se déplaceront automatiquement dans les corps du monde à nouveau,
Dans l'état actuel des choses, vous ne savez pas vraiment quoi donner aux anges, où donner
de la place aux anges, et vous préférez donc ne plus les accepter. Un ange, un conte de fées! Toute
l'efficacité que l'on voudrait attacher aux anges en tant que messagers de Dieu aux étoiles et leurs
représentants sur les étoiles peut déjà être trouvée à travers des médiations qui tombent dans des
interrelations des étoiles ou dans les étoiles elles-mêmes, l'espace entre les étoiles est vide, la place
sur les étoiles a déjà été occupée par des êtres qui ne signifient probablement pas plus que
nous. Alors, que devraient faire les anges, où devraient-ils avoir de la place? Il ne reste plus qu'à
identifier les anges plutôt qu'entre les deux au lieu de regarder les étoiles avec eux, leur efficacité ne
dépassant pas le travail des mondes, mais il n'est plus pensé de rechercher l'œuvre spirituelle
supérieure des mondes eux-mêmes; oui, avec tous les allers-retours des possibilités auxquelles on
pourrait penser, par exemple, pour sauver la croyance aux anges, cela ne leur revient pas, dans
lequel toute la croyance aux anges a ses racines. Bien sûr, si vous coupez cette racine, la foi doit
dépérir. On voudrait utiliser le dicton ici: "Le fermier cherche un cheval pour monter et ne voit pas
qu'il est assis dessus." Comme il ne le trouve pas du tout, il prétend qu'il a disparu du monde. Pour
soutenir ces commentaires dans lequel toute la croyance aux anges a ses racines. Bien sûr, si vous
coupez cette racine, la foi doit dépérir. On voudrait utiliser le dicton ici: "Le fermier cherche un
cheval pour monter et ne voit pas qu'il est assis dessus." Comme il ne le trouve pas du tout, il
prétend qu'il a disparu du monde. Pour soutenir ces commentaires dans lequel toute la croyance aux
anges a ses racines. Bien sûr, si vous coupez cette racine, la foi doit dépérir. On voudrait utiliser le
dicton ici: "Le fermier cherche un cheval pour monter et ne voit pas qu'il est assis dessus." Comme
il ne le trouve pas du tout, il prétend qu'il a disparu du monde. Pour soutenir ces
commentaires position suivante de Strauß, Christl. Doctrine de la foi (Th. IS 670):
que nous ne remontons à la causalité divine que dans son ensemble, dans l'enchaînement de
toutes ses parties et relations, mais jamais l'une d'elles pour elle-même. Mais quant à l'autre côté, la
relation des anges à Dieu, le système mondial copernicien nous prive du lieu où l'antiquité juive et
chrétienne pensait au trône de Dieu entouré d'anges. Puisque le ciel étoilé n'est plus une couche au-
dessus ou autour de la terre, qui formait la frontière entre le monde sensuel et le monde
supersensible; puisque, en raison de l'étendue infinie des premiers, les seconds ne doivent plus être
recherchés au-delà, mais dans les premiers; donc Dieu ne peut pas être au-dessus des étoiles
autrement qu'en dedans et sur eux:4)Ces êtres seuls sont fondamentalement différents des anges du
concept judéo-chrétien. Étant donné que nous ne pouvons supposer leur existence que par une
analogie déduite des habitants de notre terre, nous devons également, malgré toutes les différences
provoquées par la diversité des corps mondiaux, penser les êtres humains dans la mesure où eux, à
travers des organismes constitués de la matière qui leur appartient. Des lieux de résidence liés à eux,
poursuivant leurs propres fins pour eux, et seulement indirectement, comme nous les humains,
réalisant les intentions de Dieu: au lieu des anges en tant que serviteurs directs de Dieu, sans être
liés à un corps mondial, par Dieu à volonté dans l'espace être expédié;
4) Donc Reinhard, Dogm. P. 176. Bretschneider I. 747 ss.

"Alors que maintenant à travers notre connaissance élargie de


la nature et le présupposé heuristique que ce qui est encore
inexplicable pour nous en ce moment dans les phénomènes de la
nature et les événements de la vie humaine en soi doit être
explicable pour des raisons naturelles, ce qui est une source de
la croyance aux anges est bloqué: voir nous dérivons l'autre, à
savoir la tendance à présupposer plus d'esprit pour la masse de
substance sensuelle qui est présentée à nos yeux que ce qui est
réalisé dans l'espèce humaine, par la condition préalable
mentionnée ci-dessus que d'autres corps mondiaux en plus de la
terre avec des êtres humains sont dérivés laissez-les s'envoler de
leur lieu de vie afin qu'ils puissent être utilisés comme des
anges 5)signifierait détruire à la fois pour arbitrer entre les
idées chrétiennes et modernes; car tout aussi incompatible avec le
premier est la coexistence et l'activité humaine des anges sur le
sol matériel d'un corps mondial, la conception de Dieu comme un
roi qui met ses serviteurs en mouvement par des ordres directs
n'est pas compatible avec la vision du monde moderne. Il ne suffit
donc pas de laisser de côté des êtres tels que les anges avec
Schleiermacher, et de ne fixer que si nous ne les prenons pas en
compte dans nos actions ni n'attendons d'autres révélations de
leur nature: plutôt "Si l'idée moderne de Dieu et la vision du
monde sont correctes, il ne peut pas y avoir de tels êtres
partout ."
5) Longtemps, la crédibilité de l'évangile. Histoire. P. 45.

"Ces vues fondamentales des temps modernes, cependant, car


elles ont été formées sur la base de la connaissance progressive
de la nature, sont sans aucun doute fondées sur de meilleures
raisons que la croyance de l'église en anges."
Néanmoins, dans notre imagination d'aujourd'hui, la croyance aux anges n'a aucune
raison, elle semble être entièrement construite à partir du vide, car les gens ne l'ont
pas encore laissé tomber, du moins ils aiment toujours jouer avec. Un besoin
profondément ancré fera toujours revenir les gens à des êtres intermédiaires entre
Dieu et les gens. Peut-elle être désavantageuse à notre avis si elle répond à ce besoin
avec une base réelle et si cette base correspond également à la base historique de la
croyance aux anges eux-mêmes? Mais faut-il aussi exiger qu'elle corresponde
toujours à l'imagination habituelle dans les apparences extérieures, qui sont
simplement empruntées à la nature terrestre de l'homme quelle que soit la nature
céleste de ces êtres?
Certes, la belle puérilité d'une croyance qui permet aux gens et aux anges de se
traiter les uns les autres comme s'ils étaient de leur espèce ne peut plus être
maintenue. Mais c'est, seulement dans un sens plus élevé, la même perte que l'enfant
subit quand il cesse de grandir en jouant avec des poupées qui ne sont que des
manches vides et apprend à être plus sérieux avec de vraies personnes; seulement que
ce ne sont pas des images de personnes, mais d'êtres supérieurs. Allons-nous jouer
avec des poupées célestes pour toujours?
Dans l'enseignement de l'au-delà, il sera montré comment une phrase plus récente, que la
croyance aux anges a prise à plusieurs reprises, selon laquelle les âmes des justes décédés
deviennent des anges au lieu de contredire les précédentes, entrera en eux-mêmes, car elle éclairera
comment nous le ferons un jour dans un sens complètement différent et supérieur sera un partenaire
de l'esprit au-dessus de nous que maintenant.
Laissons le rapport à la croyance aux anges pour faire quelques considérations
supplémentaires qui viennent d'autres côtés à l'idée que nous devons rechercher des
créatures supérieures dans les étoiles.
C'est une phrase reconnue par les spécialistes des sciences naturelles que plus un
être est imparfait et abaissé, plus il est constitué d'une masse uniforme ou d'organes
répétitifs, d'autre part avec la diversité des organes et la division du travail en
fonctions la hauteur et la perfection de l'organisation grandit.
"Chaque animal est élevé sur l'échelle des êtres, plus la division du travail dans les fonctions est
poussée." (Milne-Edwards dans Ann. Des sc. Nat. 1844. Févr.)
"En partant de la loi de la nature, les niveaux les plus bas des règnes naturels organiques
montrent toujours l'uniformité la plus parfaite de leur formation physique, tandis que la plus grande
diversité possible, c'est-à-dire l'inégalité des parties, combinée à l'unité la plus parfaite de
l'ensemble, partout comme preuve et comme mesure de la perfection supérieure de chacun
L'organisme apparaît, le savant naturaliste (Carus) développe la considération que la formation
intellectuelle et la perfection de l'humanité sont justifiées et conditionnées dans cette diversité
physique et psychologique des individualités humaines. " (D'après une publicité dans le
mémorandum de Carus sur la qualification inégale des différentes tribus humaines pour un
développement spirituel supérieur.)
Même si ce principe ne peut pas être considéré comme le seul critère de la
perfection des créatures et ne peut donner aucune indication cohérente en détail, il
peut y en avoir un en général, et nous pouvons suivre une certaine série d'étapes
allant de l'infusion et du polype aux mammifères et aux humains. . Maintenant,
cependant, nous voyons ce principe appliqué à la terre dans un sens complètement
nouveau et infiniment plus élevé pour augmenter l'organisation que dans toute
créature terrestre, car la terre montre dans ses créatures la plus grande variété de
parties et la plus grande division possible des fonctions; en même temps, c'est dans le
sens de l'épargne connue de la nature qu'elle n'a pas placé cette créature supérieure à
côté des inférieures, mais a plutôt lié les inférieures elles-mêmes,
L'idée d'une composition d'êtres supérieurs provenant d'humains et de toutes sortes d'animaux
était également familière aux personnes âgées.
"Dans les Mystères égyptiens, on a rencontré de grandes images hiéroglyphiques de Dieu, qui
étaient composées de plusieurs figures animales. Le célèbre Sphinx est de ce genre; on voulait
décrire les propriétés qui unissent dans l'être le plus élevé, ou le plus puissant de tous les êtres
vivants dans jeter un corps ensemble. On a pris quelque chose de l'oiseau ou de l'aigle le plus
puissant, de l'animal sauvage ou du lion le plus puissant, de l'animal apprivoisé le plus puissant, le
taureau, et enfin du plus puissant de tous les animaux, l'homme. " (Schiller, Ges. Werke. XVI. P.
74.)
Cependant, la nature a appliqué le même principe au-delà de la Terre à un degré
plus élevé. La terre a une très grande quantité de parties dissemblables dans ses
habitants, ses animaux et ses plantes, mais beaucoup de gens sont similaires, de
nombreux animaux sont proches, de nombreuses plantes sont proches. Mais, comme
indiqué plus haut (chapitre III), les corps du monde qui appartiennent à l'ensemble de
l'espace sont tous si inégaux les uns aux autres dans leur disposition que l'un ne peut
pas être vu avec l'autre comme la même espèce. À cet égard, le corps du monde est
encore plus parfait que celui d'une seule étoile.
Comment était un naturaliste une fois:
Lors d'une excursion en eau claire, il voit une boule verte, blanche à deux points
opposés, nager dans un mouvement de rotation. Il le retire, constate qu'il est dur,
chaud dans l'ensemble, mais frais dans les zones blanches, voit un scintillement et
une altération particuliers à la surface dus à toutes sortes d'encres, et reconnaît au
microscope qu'il y a des franges vertes et des cils dessus . Que peut-il être Il pense
avoir découvert une infusion inhabituellement grande. La forme sphérique simple, la
coquille de galets durs, le mouvement rotatif, les garnitures de cils, tout en
parle; seulement la taille et la chaleur particulière contre elle; en attendant, dit-il, ce
n'est qu'un nouvel animal.
Après une enquête plus approfondie, il voit plus de ces animaux nager dans la
même eau, avec des signes clairs qu'ils sentent mutuellement leur existence; certaines
plantes continuent de se diviser, la plus grande brillance, comme le font certaines
infusions, les plus petites semblent toujours se regrouper autour des plus grandes,
mais chacune se comporte différemment, de sorte qu'il prévoyait qu'il grandirait dans
ce monde géant Les infusoires trouvent autant de façons de distinguer que dans la
petite. Il attend déjà avec impatience l'Ehrenberg, qui lui sera donné en tant que
nouvel Ehrenberg lorsqu'il décrit ce nouveau monde, car si vous avez déjà appelé
Ehrenberg le géant infusif, comment l'appellerez-vous qui a lui-même découvert les
géants infuseurs? Il veut dire quelque chose de scandaleusement nouveau, apporte-t-
il. Une illusion, bien sûr; car il aurait pu retrouver et nommer tous ces animaux il y a
longtemps dans un ancien cabinet d'objets naturels; seulement, bien sûr, qu'aucun
animal ne peut être vu dans les carcasses séchées et que seule une sorte particulière
de gravats secs peut y être vue. Alors tout ce qu'il avait à faire était de regarder les
animaux vivants en premier.
Au cours de la poursuite de l'enquête, il est rapidement devenu évident que, même
si superficiellement les animaux avaient l'air et étaient en quelque sorte d'accord avec
les infusions, ils avaient tellement dévié d'une autre manière. Au lieu de nager entre
eux de façon ordonnée, ils semblaient former un État ou une famille avec l'ordre le
mieux conservé et pourtant le plus librement suivi. Ils n'ont pas mangé de nourriture
grossière; c'était comme si les adultes nourrissaient les petits de leur lumière, et ils se
tournaient seulement pour profiter de la lumière de tous les côtés.
Pendant longtemps, le spécialiste des sciences naturelles a utilisé des
grossissements de plus en plus grands pour enfin découvrir la structure cellulaire à
partir de laquelle tous les animaux sont fabriqués; enfin, au plus fort grossissement, il
a soudainement découvert, à son plus grand étonnement, au lieu de cellules comme
les autres animaux, d'autres animaux eux-mêmes en tant que parties élémentaires du
grand animal, moutons, chevaux, chiens, personnes des milliers de fois, vacillant et
picotant, ainsi que des arbres, des fleurs, mais ils étaient tous si solidement attachés à
l'ensemble qu'il ne pouvait s'en débarrasser avec la pince à épiler; c'étaient vraiment
des parties distinctes du grand animal, qu'il déplaçait à volonté et avec la plus grande
liberté; tout à coup, il se vit même parmi les petites gens et sentit comment l'animal
regardait à travers lui et se demanda, se voyant soudain comme dans le miroir. Il se
réveilla avec stupéfaction, car ce n'était qu'un rêve, bien sûr, mais se voyait toujours
attaché au grand animal aussi grand qu'il l'avait vu dans son rêve, et se demanda
maintenant: en quoi est-ce différent? Il reste donc un animal. S'il était désolé
maintenant de ne plus pouvoir emporter l'animal avec lui, de le mettre dans sa
collection, mais plutôt de le laisser l'emmener avec lui, il était heureux de voir son
système enrichi d'une nouvelle espèce et de mettre dans son Le Cabinet d'histoire
naturelle, qui avait auparavant commencé avec le squelette d'un être humain en tant
que roi de la création, a ouvert un globe terrestre devant les êtres humains; parce que,
conclut-il très judicieusement, l'animal ressemble aussi superficiellement à un
infusoire, il doit, puisque je lui appartiens avec tous les autres animaux, mais soyez
une créature au-dessus de moi et de tous les autres animaux. Les autres spécialistes
des sciences naturelles se moquaient de lui, bien sûr. Mais qui avait raison?
Si le corps est d'un type supérieur, nous distinguons en lui de plus en plus de
supérieurs, de subordonnés et de subordonnés, alors l'esprit, de plus en plus de
différents supérieurs, subordonnés et subordonnés qu'il distingue en lui-
même. L'esprit de la terre, cependant, distingue en lui-même les royaumes de l'âme
entière des hommes, des animaux, des plantes, et encore leurs âmes individuelles, et
encore ce qui distingue chaque âme individuelle. Habituellement, on pense qu'un
esprit supérieur n'est qu'un agrandissement de l'être humain, on anthropomorphose
l'esprit comme le corps. Ici, vous pouvez voir un autre principe qui va de plus en plus
loin. Au contraire, un esprit supérieur a les esprits humains en même temps que
d'autres êtres avec d'autres esprits. Chercher à nouveau l'humain dans des êtres élargis
serait, je pense, le même,

<
VII. De la conscience de niveau supérieur.

Chacun a un petit domaine spirituel en lui, dans lequel il y a une variété de


moments subordonnés, superordonnés et secondaires, nous les appelons sensations,
sentiments, idées, pensées, envie et conduite, évoquer et réprimer les uns les autres,
s'entendre, argumenter, comparer , divorce. C'est l'échange et la communication les
plus intimes, les plus vivants entre eux, dans lesquels ils entrent dans les relations les
plus diverses.
Si nous regardons de plus près, nous constatons que cet échange et cet échange
dépendent d'une condition principale: du fait que toutes ces sensations, sentiments,
idées, pensées se poursuivent dans une conscience commune; ce n'est qu'au moyen de
cette conscience qui dépasse tout le monde qu'ils poussent et conduisent, évoquent et
déplacent, tolèrent, argumentent, comparent, divorcent. La conscience qui les lie tous
est la condition communautaire qui leur permet d'avoir toute relation entre leur
travail; sans la conscience commune, ils ne se trouveraient pas, ils ne travailleraient
pas et avec cela ils ne seraient pas.
N'y a-t-il pas aussi beaucoup de relations et d'effets spirituels inconscients en
nous? Mais ce que nous appelons ce ne sont que des effets et des relations que nous
n'apportons pas à notre conscience par une réflexion spéciale; mais ils ne seraient pas
sans conscience si l'on ne pouvait en parler. J'apprends quelque chose quand j'étais
enfant; inconsciemment, c'est-à-dire que je n'y pense plus, il continue de fonctionner
jusqu'à mon dernier âge, détermine en quelque sorte le type et le cours de mes idées
ultérieures. Mais si les idées créées dans l'apprentissage antérieur et les idées
ultérieures n'étaient pas liées par la même conscience, elles n'auraient plus aucun
effet sur elles. Ce n'est que par la conscience que l'effet, que nous appelons
inconscient, est transféré de la conscience antérieure à la conscience ultérieure. Et
donc tout est ce que nous appelons l'activité inconsciente dans notre esprit, non sans
conscience; Au contraire, il n'émerge que sans discernement dans la conscience
générale, il détermine également le même, n'apparaît qu'en lui-même, et plus il y a
d'activité inconsciente en nous, plus il doit y avoir de conscience dans laquelle il
surgit; c'est quelque chose qui est dévoré par la conscience générale, mais son attitude
et sa forme sont essentiellement médiatrices, très différentes ici de l'inconscient; il n'y
a aucune conscience du tout; souvent, bien sûr, on confond les deux. c'est quelque
chose qui est dévoré par la conscience générale, mais son attitude et sa forme sont
essentiellement médiatrices, très différentes ici de l'inconscient; il n'y a aucune
conscience du tout; souvent, bien sûr, on confond les deux. c'est quelque chose qui est
dévoré par la conscience générale, mais son attitude et sa forme sont essentiellement
médiatrices, très différentes ici de l'inconscient; il n'y a aucune conscience du
tout; souvent, bien sûr, on confond les deux.
On peut admettre que l'utilisation du langage, qui doit en fin de compte sous-tendre chaque
définition, permet une telle confusion en ne faisant pas une distinction claire entre l'inconscience et
l'inconscience que ce n'est le cas ici. Le sommeil sans rêve, où la conscience est silencieuse, est tout
aussi populairement appelé état d'inconscience que d'inconscience; d'un autre côté,
l'évanouissement est plus décidé que l'inconscience. Cependant, cela s'inscrit également dans la
distinction ci-dessus dans la mesure où le sommeil restaure l'esprit conscient après l'épuisement, a
donc une influence positive sur un changement d'état de conscience, a une relation vivante avec lui,
ce qui n'est pas le cas de l'impuissance, qui est un simple arrêt de la La conscience représente. Le
sommeil sans rêve prouve en même temps que l'esprit dans son ensemble peut expérimenter une
restauration des forces sans conscience, mais pas pourquoi il s'agit ici, d'une formation continue
interne, qui ne se fait plutôt toujours qu'avec la conscience. En effet, celui qui se développe, forme,
un sommeil très inconscient ou inconscient ne nous promeut pas spirituellement. Tant que la
conscience dort, les effets dorment dans nos esprits.
Si chaque circulation ou relation efficace des idées suppose une conscience qui les
relie, alors beaucoup d'idées peuvent entrer en conscience en même temps ou l'une
après l'autre, beaucoup de choses peuvent être vues en même temps ou l'une après
l'autre, en pensant sans relations spéciales entre ce qui est vu simultanément ou l'une
après l'autre, Pensé à devenir conscient. Nous avons beaucoup de choses dans la
même conscience, nous prenons conscience de cette propriété commune, mais seule
cette relation de conscience la plus générale existe entre les deux. Mais partout où il y
a une référence spéciale à la conscience, les idées se rencontrent dans un sens plus
étroit, il y a toujours une augmentation de la conscience. Distinguer, comparer,
superordonner, subordonner les idées à la conscience est un acte de conscience
supérieur, qu'ils ne l'ont fait ou les laisser courir dans la conscience
communautaire. Sans conscience, cependant, il n'y a ni avoir commun, ni
rétrécissement des idées. Dans l'inconscient vraiment, toute l'imagination mentale, le
travail, tous les rapports intellectuels s'arrêtent, et ce n'est que dans l'inconscient qu'il
s'arrête vraiment.
Comment maintenant, qu'est-ce qui s'avère si essentiel dans le petit domaine des
moments spirituels que nous portons en nous, devrait-il être différent dans le plus
grand qui nous porte en nous? Agiter et agiter, attirer et réprimer, tolérer, argumenter,
comparer, les esprits de l'humanité ne diffèrent-ils pas également de la manière la
plus variée? Les relations et échanges spirituels ne sont-ils pas les plus vivants de
l'humanité? Ce rapport devrait-il être possible dans le grand domaine spirituel sans
une conscience supérieure qui le chevauche, s'il n'est pas dans le petit? Et la petite
zone, car intégrée dans la grande, ne peut en avoir que la nature de son trafic. La loi
de l'esprit se détache-t-elle à la fois du petit au grand? Dans les petites zones, tout le
trafic brille avec la conscience, et uniquement possible avec cette lumière, dans
l'ensemble tout aveugle et sombre? Un millier de relations entre les esprits humains
individuels et tout inconscient? Rien ne rencontre mes idées et rien ne se rencontre
entre mes idées que je ne connais pas comme un être et au-delà de toutes. Dans leur
rencontre elle-même, ma conscience, la propriété communautaire autrement inactive,
augmente à un acte supérieur, et cet acte est exactement la façon dont vous le
rencontrez; parce qu'une chose est donnée avec l'autre; et dans la zone supérieure, ce
lien de conditionnalité devrait-il être desserré, qui existe inévitablement dans la zone
inférieure? Cela résoudrait la zone supérieure elle-même. à un acte supérieur, et cet
acte est précisément leur rencontre, comme on veut le comprendre; parce qu'une
chose est donnée avec l'autre; et dans la zone supérieure, ce lien de conditionnalité
devrait-il être desserré, qui existe inévitablement dans la zone inférieure? Cela
résoudrait la zone supérieure elle-même. à un acte supérieur, et cet acte est
précisément leur rencontre, comme on veut le comprendre; parce qu'une chose est
donnée avec l'autre; et dans la zone supérieure, ce lien de conditionnalité devrait-il
être desserré, qui existe inévitablement dans la zone inférieure? Cela résoudrait la
zone supérieure elle-même.
Ou serait-ce que nos esprits sont déjà conscients et efficaces dans un sens plus
élevé que leurs moments spirituels, pourquoi penser leur trafic moins consciemment
que le trafic de leurs moments? Il y a certainement une déviation ici; mais qu'est-ce
que cela peut signifier autrement que cela doit maintenant aussi être une conscience
de plus en plus élevée qui sert de médiateur à la communication du déjà très
conscient et actif. Une pièce est-elle sombre parce que ses lumières sont déjà
allumées? Plus sombre parce qu'ils brillent plus? Et le rapport intellectuel dans le
domaine de nos idées les plus élevées est-il moins conscient que celui dans le bas
sensuel?
Ou est-ce que les esprits humains se font face tellement plus différemment que les
idées plus conflictuelles de l'esprit humain, pourquoi n'est-il pas aussi concevable
pour les esprits humains que pour les idées de l'esprit humain qu'il existe une
conscience interconnectée plus élevée? Mais la fusion de nos idées ne peut pas
prouver la plus grande unité et force, mais seulement la plus grande indistinction et
faiblesse de notre conscience. N'est-ce pas la merveilleuse qualité de conscience
qu'elle lie et sépare en même temps, fondamentalement, ce n'est qu'une distinction, et
plus elle se sépare ou se différencie, plus elle est puissante et puissante? Combien peu
peut différer, différer dans l'âme du ver, combien peu dans l'âme du stupide? Tout se
heurte les uns aux autres impuissants, impuissants, comme l'âme entière; mais dans
l'imagination vive et clairement enflée du poète, les figures apparaissent nettement et
individuellement séparées, comme s'affirmant, indépendantes les unes contre les
autres, comme l'esprit du poète lui-même; vivre, tisser et agir à partir de leur
individualité, remplir leur cercle de vie comme s'ils étaient quelque chose pour eux-
mêmes; et plus le cas est grand, plus, non moins moins conscient, clair, autosuffisant,
autosuffisant est l'esprit du poète, et plus fort il a et lie toutes ces figures comme sa
propriété, plus il en sait; oui, les figures qui se détachent le plus de la base de sa
conscience générale et contrastent le plus différemment avec les autres et ne périssent
pas,
Donc, si les esprits des gens sont vraiment séparés les uns des autres avec une force
et une permanence complètement différentes des idées d'un poète, ils sont confrontés
à un esprit plus élevé avec une indépendance, une vitalité et une objectivité
complètement différentes des idées du poète, comment cela ne devrait-il pas aussi
pour prouver la violence et le pouvoir durable d'une conscience supérieure qui
pourrait provoquer et maintenir un tel divorce? Fondamentalement, c'est aussi juste
une distinction pour cela. Ou si nous disons à juste titre que toute gradation
quantitative n'est pas suffisante ici, qu'elle est qualitativement différente, la division
de notre esprit et celle de nos idées, alors un niveau de conscience supérieur ou
supérieur est quelque chose de qualitativement différent d'un niveau inférieur ou
supérieur. plus bas, à ne pas confondre avec juste plus ou moins de vitalité de
conscience. Nous pouvons trouver en nous des augmentations de conscience qui ne
sont pas quantitatives. Il ne s'agit maintenant que d'augmenter ces augmentations.
Nous avons donc tort si nous pensons que l'indépendance, la confiance en soi dont
nous nous vantons les uns contre les autres, signifie l'indépendance, une conclusion
de la conscience contre un esprit supérieur, ou même une telle absence. Nous ne
sommes indépendants que contre nous-mêmes, pas contre lui. Le fait que je me
connaisse et ne me connaisse que moi-même, et que quelqu'un d'autre me connaisse
et ne me connaisse que moi-même, ne peut pas empêcher un esprit supérieur de nous
connaître tous les deux en même temps. Quel divorce de nos connaissances pour nous
n'est qu'une distinction de nos connaissances pour lui.
Rappelons une première photo. Le point bleu que je vois ne sait rien du point rouge
que je vois à côté. Mais je connais les deux en même temps, et mieux ils diffèrent en
moi, plus ma connaissance d'eux est vivante. Et quand je différencie encore, fais la
distinction entre les concepts, les idées, les couleurs, les tons, ma conscience est
d'autant plus élevée. Alors Dieu distingue maintenant les hautes âmes des étoiles, les
étoiles les âmes de ses créatures, la créature n'a plus rien à distinguer que les idées.
Il y a une différence importante entre notre conscience et la supérieure qui nous est
supérieure: notre conscience est si étroite que les idées ne peuvent apparaître et
fonctionner différemment les unes des autres; mais des milliers et des milliers
d'esprits humains et d'âmes animales apparaissent en même temps et fonctionnent
différemment en même temps. S'agit-il de ce qu'une conscience supérieure ne peut
pas saisir?
Mais étrange si l'on voulait retourner ce que seule une vertu de l'esprit supérieur
peut avoir sur la nôtre contre son existence. Comment serait-il un esprit supérieur s'il
n'avait rien devant nous? Si une mélodie ne peut que lier les notes l'une après l'autre,
n'y a-t-il pas de symphonie qui lie les mélodies en cours d'exécution? Ne peut-on pas
différencier mille points en même temps dans la perception sensuelle? Mais pouvons-
nous le faire dans les domaines sensuels inférieurs, pourquoi pas un esprit supérieur
dans le spirituel supérieur? Le spirituel supérieur se construit partout selon la base
sensorielle; car elle requiert le sensuel comme matière, la symbolisation comme
aide. Le mental supérieur a également une base de sens mille fois plus étendue dans
nos zones de sens mille fois,
Partout où vous voulez comparer l'esprit de tout le monde terrestre avec un esprit individuel
terrestre, et sans une telle comparaison, comment devons-nous le comprendre, il faut toujours prêter
attention à ce côté de la dissemblance que l'homme en tant que moment unilatéral ou partiel de la
terre fait beaucoup ce que tout cela vient en même temps, ne peut être vécu et éprouvé que l'un
après l'autre et même alors dans une seule direction. Ce que nous avons trouvé plus tôt dans la
matière à cet égard (chapitre III) s'applique également au spirituel. En conséquence, une grande
partie de ce qui se passe dans l'esprit supérieur ne peut être expliquée de manière appropriée que par
ce qui se passe successivement dans l'âme humaine.
Ou est-ce étrange pour vous que les esprits humains soient si semblables les uns
aux autres dans leur ensemble, et que les âmes animales soient chacune si semblables
dans leur nature? Pourquoi demandez-vous à l'esprit supérieur de répéter autant de
fois le même moment? Combien de personnes pensent, pensent, ressentent la même
chose? Mais si quoi que ce soit, la simple répétition d'esprits similaires prouve qu'il
doit y avoir une connexion spirituelle plus élevée entre eux, car si chacun de ces
esprits n'est que pour lui-même, l'un est en effet superflu à côté de l'autre. L'isolement
comme ne se donne qu'à nouveau; ce qui est connecté dans l'esprit est plus fort et plus
important que lui-même. Puissance, forme et parce que rien n'est pareil, des nuances
indicibles en dépendent. Ou pourquoi es-tu heureux toi-même, tant de points verts
dans le pré, tant de points rouges dans la rose, de voir autant de blancs dans le lis se
répéter de la même manière dans vos perspectives? Quelle beauté un lit entier plein
de lis et de roses presque identiques? Seulement que nos esprits doivent être pensés
non seulement dans une telle vue extérieure, mais d'une manière plus intérieure reliée
par l'esprit supérieur.
Si nous voyons, ressentons beaucoup d'une chose, l'esprit supérieur verra, ne
ressentira qu'une seule chose à travers nous; à travers chacun de nous seulement d'un
autre côté, dans une relation différente. Il prendra conscience de l'identique, dans
lequel nous nous rencontrons extérieurement et intérieurement, ainsi que du différent,
dans lequel nous divergent; Dans cette mesure, il nous portera toujours dans notre
conscience en tant que personnes différentes, mais en même temps, à travers des
objets communs d'intuition et des idées communes, reliera nos différences et établira
notre propre trafic.
Ou, au contraire, avez-vous tort que, malgré l'uniformité de leur nature
fondamentale, les gens pensent tellement se contredire, voire se disputer? De telles
contradictions peuvent-elles être tolérées dans le même esprit? Au contraire, ils ne
sont possibles qu'à cause de cela; le spirituellement déconnecté ne connaît aucune
contradiction. C'est précisément dans la contradiction du spirituel que réside le plus
grand miracle et la plus grande preuve de l'existence d'une unité spirituelle
supérieure. Ou n'y a-t-il pas aussi des contradictions, des différends dans nos esprits,
et pourrait-il y en avoir sans la conscience unificatrice, qui ne se contredit pas encore
parce que ses dispositions individuelles entrent en conflit? Même tous les progrès de
l'esprit ne sont pas basés sur la poursuite, concilier les contradictions toujours
nouvelles avec une plus grande perspicacité? Il en sera de même des contradictions
des esprits dans l'esprit supérieur. Le progrès de l'humanité dans son ensemble n'est-il
pas vraiment basé sur cela? Les contradictions et la querelle sont, bien sûr, plus
variées et plus puissantes dans le supérieur que dans notre esprit, parce que l'esprit
supérieur lui-même est plus riche et plus puissant; le travail qui mène à la
réconciliation est également plus formidable, de sorte que le plaisir de la
réconciliation sera également plus formidable. Comment les contradictions
entreraient-elles dans le petit esprit si elles manquaient dans le grand? Mais le grand
esprit a en lui des moyens et des pouvoirs que le petit doit chercher en dehors de lui
dans le grand. Le progrès de l'humanité dans son ensemble n'est-il pas vraiment basé
sur cela? Les contradictions et la querelle sont, bien sûr, plus variées et plus
puissantes dans le supérieur que dans notre esprit, parce que l'esprit supérieur lui-
même est plus riche et plus puissant; le travail qui mène à la réconciliation est
également plus formidable, de sorte que le plaisir de la réconciliation sera également
plus formidable. Comment les contradictions entreraient-elles dans le petit esprit si
elles manquaient dans le grand? Mais le grand esprit a en lui des moyens et des
pouvoirs que le petit doit chercher en dehors de lui dans le grand. Le progrès de
l'humanité dans son ensemble n'est-il pas vraiment basé sur cela? Les contradictions
et la querelle sont, bien sûr, plus variées et plus puissantes dans le supérieur que dans
notre esprit, parce que l'esprit supérieur lui-même est plus riche et plus puissant; le
travail qui mène à la réconciliation est également plus formidable, de sorte que le
plaisir de la réconciliation sera également plus formidable. Comment les
contradictions entreraient-elles dans le petit esprit si elles manquaient dans le
grand? Mais le grand esprit a en lui des moyens et des pouvoirs que le petit doit
chercher en dehors de lui dans le grand. comment les contradictions entreraient-elles
dans le petit esprit si elles manquaient dans le grand? Mais le grand esprit a en lui des
moyens et des pouvoirs que le petit doit chercher en dehors de lui dans le
grand. comment les contradictions entreraient-elles dans le petit esprit si elles
manquaient dans le grand? Mais le grand esprit a en lui des moyens et des pouvoirs
que le petit doit chercher en dehors de lui dans le grand.
Mais pourquoi, si la terre sait tout dans une chose que son peuple sait, pourquoi
l'erreur de l'un n'est-elle pas immédiatement corrigée par la connaissance plus
correcte de l'autre; pourquoi un homme est-il si sage pour lui-même et l'autre si
insensé pour lui-même, puisque la conscience commune devrait aussi bénéficier
directement à la connaissance de l'un de l'autre?
Mais on pourrait tout aussi bien se demander, pourquoi n'y a-t-il pas autant et
autant d'intelligence dans chacune de nos idées que dans toutes les autres, puisque
notre conscience commune atteint tout le monde? Pourquoi des idées incohérentes
restent-elles en nous si souvent et pendant si longtemps que, si nous les mettons en
relation, ne peuvent exister, mais nous ne les mettons pas en relation. La connexion
générale dans la conscience, la simple possession communautaire de la conscience,
n'a en aucun cas le pouvoir de mettre le contenu de chaque imagination avec celui de
toute autre dans une relation explicative et correctrice, mais en nous-mêmes, nous
voyons combien de temps cela prend l'esprit, nos imaginations mutuellement rectifier
leurs contradictions; et dans un esprit infiniment plus grand et plus riche, il exigera
maintenant aussi un travail indiciblement plus grand et plus long pour ce faire entre
nos esprits; oui, l'épuisement dans cette relation est hors de question. Pour que
certaines idées en nous entrent dans certaines relations, certains liens intermédiaires
sont généralement nécessaires; pas différent, de sorte que certains esprits peuvent
entrer dans certaines relations dans l'esprit supérieur. Et ils ne sont pas toujours là.
Ceci est incontesté, car il existe des lois dans nos esprits d'association,
conceptuelles supérieures et subordonnées, jugement, raisonnement, etc., qui
régissent le cours et le trafic des idées en général sans exclure la liberté de ce cours et
du trafic. aussi du mouvement de nos esprits dans l'esprit supérieur, seulement que les
lois ici auront un caractère plus général et plus élevé que celles applicables à notre
petit royaume des âmes. Toutes les lois de la circulation et de l'histoire humaine sont
incorporées dans la psychologie de l'esprit supérieur; mais sont liés aux lois
psychologiques dans nos esprits, tout comme en nous les lois psychologiques du
supérieur général et des domaines spéciaux inférieurs sont liées. Selon ces lois plus
élevées, ceux qui se ramifient en nous sont dans l'esprit supérieur; nous n'avons
cependant pas à croire que sa hauteur au-dessus de nous ait atteint la libération de la
loi et de la conditionnalité.
Ou vous semble-t-il difficile que l'homme puisse penser à la terre après tout? Ne
prouve-t-il pas qu'il est plus haut que la terre? Et nous appelons la terre plus haute
que lui. Mais comment, la pensée avec laquelle vous pensez à vous est-elle quelque
chose de plus élevé que vous-même? Il n'est que le plus haut en vous; mais votre
esprit est suprême, et ainsi l'esprit de la terre est quelque chose de plus élevé que
votre esprit, avec lequel il pense à lui-même. Seulement que votre réflexion sur la
terre signifie beaucoup moins pour eux que votre réflexion sur vous signifie pour
vous; car, tout comme la terre est toujours grande et riche, elle considère également le
millier de fois ce qu'elle contient de mille manières différentes selon des points de
vue très différents et complémentaires. Toute votre réflexion sur elle est juste un
peu, que, de votre point de vue particulier, moment possible de ses réflexions sur elle-
même, dans lesquelles elle n'épuise qu'une partie de toute la richesse de ce qu'elle
peut même considérer; et ce n'est pas un obstacle que des réflexions plus élevées
s'accumulent dans tout ce que les esprits humains pensent d'eux individuellement, qui
ne se reflètent que partiellement dans les individus. Car comme l'esprit supérieur, au
moyen de l'être humain, attire dans le général de son esprit, ainsi les esprits humains
affluent à nouveau. L'histoire, l'État, la littérature et tant d'autres choses qui relient
l'humanité ou les grandes factions de l'humanité d'un point de vue général sont des
médiations par lesquelles l'individu se rapporte à ce qui a déjà été incorporé à l'esprit
supérieur général. dans lequel il épuise seulement une partie de la pleine richesse de
ce qu'il peut même considérer; et ce n'est pas un obstacle que des réflexions plus
élevées s'accumulent dans tout ce que les esprits humains pensent d'eux
individuellement, qui ne se reflètent que partiellement dans les individus. Car comme
l'esprit supérieur, au moyen de l'être humain, attire dans le général de son esprit, ainsi
les esprits humains affluent à nouveau. L'histoire, l'État, la littérature et tant d'autres
choses qui relient l'humanité ou les grandes factions de l'humanité d'un point de vue
général sont des médiations par lesquelles l'individu se rapporte à ce qui a déjà été
incorporé à l'esprit supérieur général. dans lequel il épuise seulement une partie de la
pleine richesse de ce qu'il peut même considérer; et ce n'est pas un obstacle que des
réflexions plus élevées s'accumulent dans tout ce que les esprits humains pensent
d'eux individuellement, qui ne se reflètent que partiellement dans les individus. Car
comme l'esprit supérieur, au moyen de l'être humain, attire dans le général de son
esprit, ainsi les esprits humains affluent à nouveau. L'histoire, l'État, la littérature et
tant d'autres choses qui relient l'humanité ou les grandes factions de l'humanité d'un
point de vue général sont des médiations par lesquelles l'individu se rapporte à ce qui
a déjà été incorporé à l'esprit supérieur général. que sur tout ce que les esprits
humains pensent d'eux individuellement, construisent en eux des réflexions plus
élevées, qui ne se reflètent que partiellement dans les individus. Car comme l'esprit
supérieur, au moyen de l'être humain, attire dans le général de son esprit, ainsi les
esprits humains affluent à nouveau. L'histoire, l'État, la littérature et tant d'autres
choses qui relient l'humanité ou les grandes factions de l'humanité d'un point de vue
général sont des médiations par lesquelles l'individu se rapporte à ce qui a déjà été
incorporé à l'esprit supérieur général. que sur tout ce que les esprits humains pensent
d'eux individuellement, construisent en eux des réflexions plus élevées, qui ne se
reflètent que partiellement dans les individus. Car comme l'esprit supérieur, au moyen
de l'être humain, attire dans le général de son esprit, ainsi les esprits humains affluent
à nouveau. L'histoire, l'État, la littérature et tant d'autres choses qui relient l'humanité
ou les grandes factions de l'humanité d'un point de vue général sont des médiations
par lesquelles l'individu se rapporte à ce qui a déjà été incorporé à l'esprit supérieur
général. de sorte que les esprits humains en sortent à nouveau. L'histoire, l'État, la
littérature et tant d'autres choses qui relient l'humanité ou les grandes factions de
l'humanité d'un point de vue général sont des médiations par lesquelles l'individu se
rapporte à ce qui a déjà été incorporé à l'esprit supérieur général. de sorte que les
esprits humains en sortent à nouveau. L'histoire, l'État, la littérature et tant d'autres
choses qui relient l'humanité ou les grandes factions de l'humanité d'un point de vue
général sont des médiations par lesquelles l'individu se rapporte à ce qui a déjà été
incorporé à l'esprit supérieur général.
Ils pensent beaucoup de choses stupides et stupides. Les gens sur les choses
terrestres et célestes comme sur eux-mêmes; mais donc la terre n'est pas aussi stupide
et insensée, bien qu'elle ne soit nulle part aussi sage que Dieu; Au contraire, il pèse
d'innombrables pensées les unes contre les autres, et parce que chaque pensée a un
vrai côté, est basée sur un vrai point de vue terrestre, comment elle aurait pu surgir
autrement, tous les points de vue sont connectés, même liés par un terrain d'entente,
donc même les idiots ne peuvent pas le faire lâchez prise; ils n'apparaissent si
insensés qu'à nous que nous ne les considérons pas en considération d'autres bêtises
et dans leur tendance plus élevée à se dissoudre dans la connaissance supérieure à
travers leur interrogation avec eux. Tout ce qui peut être pensé du point de vue
terrestre, la terre pense à travers ses âmes en partie en même temps, en partie l'une
après l'autre; mais chaque âme se retrouve avec un seul côté, une seule direction de
cette pensée. Celui qui a maintenant huit seulement ce qu'une âme pense peut
facilement y trouver autant de folie que dans une phrase arrachée à son contexte
supérieur.
Mais comment, notre imagination n'inclut-elle pas l'impossible? Parfois, une
personne est très drôle et l'autre est très triste; l'esprit supérieur, en incorporant ses
sentiments qui le contiennent complètement, peut-il être à la fois très aéré et très
triste? Non, il ne peut pas; mais il peut sentir comment l'un se sent très drôle, l'autre
très triste en lui, et prendre ses mesures en conséquence. En général, rien de ce qui
nous appartient dans son ensemble ne peut être appliqué à l'esprit supérieur, à moins
qu'il ne vienne lui-même de son tout ou n'entre dans son intégralité. Que je suis très
drôle n'est qu'un moment de plaisir, que je suis très triste, un moment de tristesse en
lui; Mais que ce soit complètement drôle ou non dépend de quelque chose qui
renverse toute notre luxure et notre deuil individuels. Bien sûr, il ne pouvait pas être
tout à fait lubrique si nous étions tous très tristes; mais le deuil individuel peut
souvent être la raison d'un plus grand air dans son ensemble, et en ce sens, il peut
aussi survenir avec plus de plaisir.
En général, l'esprit supérieur ressent tout ce que nous ressentons et comment nous
le ressentons; mais, étant encore plus que nous, il sent aussi comment le quoi et le
comment de nos sentiments entrent dans des relations que nous ne ressentons pas et
qui ont une signification beaucoup plus élevée que notre ressenti individuel.
Mais l'esprit supérieur n'a-t-il pas à rencontrer ce qui se produit dans de nombreux
concerts de nombreuses voix, que chaque voix contribue à l'impression générale,
mais que l'individu, au moins le faible et le moins indépendant, devient
indiscernable? L'esprit supérieur n'obtient-il pas simplement une impression générale
de nos sentiments, de nos pensées, mais n'entend rien de nous?
Oui, ce serait comme ça si on jouait comme des instruments en dehors de lui, mais
pas parce qu'on y joue. Le compositeur entend dans sa tête les voix les plus
silencieuses du concerto, ce qu'il compose, sinon il ne pourrait pas les inclure dans
ses concerts, sinon ils ne seraient pas là pour lui du tout. Quelle serait la différence
entre être à l'extérieur et être à l'intérieur? Cependant, l'esprit d'un compositeur
humain ne peut être comparé à celui d'un surhumain; il perçoit de manière encore
plus subtile et variée, et distingue en même temps beaucoup que les êtres humains ne
pouvaient que distinguer les uns après les autres.
Ou enfin vous me faites remarquer que le trafic de l'humanité n'est pas général, que
certains peuples individuels et entiers sur les îles sont isolés des autres hommes et
que certains animaux ne le sont pas moins. Comment peuvent-ils être inclus dans la
conscience générale? Mais rappelons-nous qu'en nous la circulation consciente des
idées ne va pas jusqu'à leur possession dans la conscience commune. N'y a-t-il pas en
nous des idées et des cercles d'idées séparés de la communication consciente avec les
autres et pourtant connectés avec elle dans le même esprit? Il en sera de même avec
les esprits de la terre. Le trafic conscient n'est que quelque chose de plus élevé et de
plus vivant que la possession dans la conscience, et bien que chaque conscience porte
nécessairement du trafic, pas tout à coup un rapport conscient de tout ce qui lui
appartient avec tout. Il n'y a qu'une seule possibilité générale d'un tel trafic entre
toutes les idées qui viennent en notre possession l'une après l'autre, et à partir de cette
possibilité le temps qui passe se réalise de plus en plus en nous. Cette possibilité
générale devient également de plus en plus réelle avec la Terre. Ici encore, la
différence entre en considération, que dans nos esprits unilatéraux inférieurs,
beaucoup de choses ne peuvent montrer les unes après les autres que ce que l'esprit
supérieur et complet offre à la fois. Ce que j'ai rencontré aujourd'hui et hier est en
partie à part sans référence consciente ni trafic, mais connecté par l'unité de la même
conscience au fil du temps. Dans l'esprit supérieur, il y a aussi, en partie sans
référence ni communication consciente, ce qui se passe ici et là en même temps, mais
est lié par l'unité de la même conscience en même temps; la même conscience a les
deux en même temps.
Ce sont surtout les esprits humains qui entrent en communication les plus
universels et les plus conscients les uns avec les autres, dans et sur lesquels se
déroulent au-dessus de nous les relations de conscience les plus importantes et les
plus profondes pour l'esprit. Mais les âmes animales ne sont pas moins en possession
de la conscience, et il ne manque pas beaucoup de relations spéciales entre elles et
avec les âmes humaines, qui ne sont pas aussi polyvalentes, d'une grande portée et
adaptées au développement de phénomènes de conscience supérieure. Une chenille
ne peut pas me parler; mais s'il ronge la forêt, il contribue à rendre le bois plus
cher; son âme aime manger; signifient que la réticence à coûter cher, et le plaisir et la
réticence, même quelque chose de psychologique, sont liés dans la psyché générale
du terrestre, qui est supporté par toute la connexion des conditions terrestres, qui en
même temps m'inclut avec la chenille, mais bien sûr inconsciemment ensemble dans
des relations aussi éloignées, autant dans mon esprit conscient est inconsciemment
connecté par des relations distantes. Mais je peux aussi entrer dans le trafic avec la
chenille. Je peux l'écraser, elle peut effrayer un enfant. Aucun poisson ne vit si
profondément dans l'eau que l'homme ne pouvait pas pêcher, aucun oiseau ne vole si
haut dans l'air qu'il ne pouvait pas attraper. Chaque chasse est une transmission de
luxure et de mécontentement entre les humains et les animaux. Mais je peux aussi
entrer dans le trafic avec la chenille. Je peux l'écraser, elle peut effrayer un
enfant. Aucun poisson ne vit si profondément dans l'eau que l'homme ne pouvait pas
pêcher, aucun oiseau ne vole si haut dans l'air qu'il ne pouvait pas attraper. Chaque
chasse est une transmission de luxure et de mécontentement entre les humains et les
animaux. Mais je peux aussi entrer dans le trafic avec la chenille. Je peux l'écraser,
elle peut effrayer un enfant. Aucun poisson ne vit si profondément dans l'eau que
l'homme ne pouvait pas pêcher, aucun oiseau ne vole si haut dans l'air qu'il ne pouvait
pas attraper. Chaque chasse est une transmission de luxure et de mécontentement
entre les humains et les animaux.
Après tout, la relation entre les créatures d'un même corps mondial est très
différente de celle entre les créatures de différents corps mondiaux, et cela confirme
nos conclusions que les corps mondiaux se tiennent les uns contre les autres en tant
qu'individus. Il n'y a pas de trafic analogique et aucune possibilité de trafic
analogique entre les âmes des créatures de différents corps mondiaux comme entre
les âmes des créatures du même corps mondial. Le trafic de l'âme est fermé dans
chaque corps du monde comme le trafic de l'imagination dans chaque tête; les deux,
bien sûr, seulement dans une certaine relation; car il y a communication entre nous
par le langage, entre les corps du monde par la lumière; mais d'un tout autre ordre est
le trafic entre les esprits humains qu'entre les idées de chacun pour soi,
Différent, mais plus beau, il y a beaucoup de choses que nous croyions.
Si deux s'aiment, ce n'est plus seulement un demi et demi, un ici et là qui se veulent
et pourtant ne peuvent jamais être complètement ensemble; un lien unificateur
maintient les âmes aimantes englouties dans l'esprit supérieur, et si c'est un amour
dans le bon sens, c'est-à-dire qu'il sert aussi la paix de l'esprit tout entier et porte ses
fruits dans son développement, il ne se détachera jamais comme aucun lien dans
l'esprit qui dans le sens de sa satisfaction et de sa demande, se dissout à nouveau.
Et si deux se disputent dans la haine la plus forte, comme s'il n'y avait pas de
réconciliation, le pouvoir de réconciliation est déjà là; un esprit ne peut rien laisser
insatisfait; oui, ils ne plaident qu'en faveur d'un profit plus élevé, que l'esprit
supérieur exige, et qui un jour, ici ou là, viendra de leur propre gré. Nous ne
discuterons que de ce que c'est pour l'esprit supérieur là-bas à l'avenir.
Et quand un orateur prêche à la communauté et les emporte, ce n'est pas un trait
extérieur de l'esprit des esprits, mais la façon dont une idée prévaut, intervient de
manière décisive et dominante dans de nombreuses autres idées encore plus brutes.
Et si une personne vit à part, abandonnée par tous les humains, elle n'est pas
abandonnée par l'esprit supérieur et est toujours profondément liée aux autres esprits
humains; et l'esprit supérieur aura pitié de lui un jour.
Et si un mal pèche que cela nous horrifie, eh bien, l'esprit supérieur horrifiera un
jour, si les conséquences du mal se développent en lui, parce qu'il doit tout porter en
lui et il commencera à contrecarrer, et de plus en plus et plus; c'est la punition du mal,
qui finit par croître sur le mal, aussi vraie au-dessus de la tête que l'esprit tout entier
est au-dessus de l'esprit du mal individuel, et comme aucun esprit à long terme ne
tolère ce qui le dérange.
Et si le juste agit à juste titre, non seulement qu'il n'apparaît que pour la durée de
cette vie, alors l'esprit supérieur, qui agit dans le sens de sa paix intérieure et promeut
ses buts généraux, le satisfera enfin enfin et promouvra ses buts, qui avec ses propres
voix, et s'il ne le faisait pas au début, plus le bien perdurait, plus le bien pouvait le
supporter, plus le bien pouvait subsister, car l'esprit ressentait ses propres dégâts, s'il
voulait être constamment opposé à ce qui le promouvait. La doctrine des dernières
choses nous y ramènera. Parce que ce qui manque à cette justice dans ce monde, nous
devons chercher dans l'au-delà, ce qui nous mettra dans une nouvelle relation avec
l'esprit supérieur.
Si l'esprit de tout le monde terrestre, dans sa polyvalence et son abondance, offre
des effets similaires, que l'esprit humain ne peut développer clairement qu'avec le
temps, dans le même présent, qui lui-même ne peut être compris que comme coulant,
alors l'esprit supérieur manque pour sa part, pas une séquence continue d'effets, mais
qui coule maintenant également dans un flux riche et complet complètement différent
du flux d'esprit humain étroit et peu profond. Nous appelons ce processus, dans sa
représentation externe, l'histoire. C'est, pour ainsi dire, la rivière dans laquelle coulent
les vagues de circulation.
La série de considérations que nous avons faites concernant le trafic humain ne sera
répétée dans l'histoire que pour une autre version. Aussi peu que peuvent en être les
effets sans conscience, si peu en cela. Il y a des interdépendances entre ce qui est
donné en même temps, ici entre ce qui suit et ce que c'est. Mais notre esprit a aussi
ces deux côtés, au moins séparables en considération, qu'il lie en même temps et qu'il
lie des éléments successifs dans la conscience. Naturellement, il n'y a pas de
séparation physique des deux côtés. Le succès des effets totaux de la simultanéité
dans la conscience est précisément le flux de la conscience.
Il est si clair que la similitude du petit royaume des esprits que nous portons en
nous et du plus grand qui nous transporte en termes de cours des phénomènes
psychologiques et historiques est principalement celle de la doctrine désormais
généralement acceptée d'un esprit d'humanité et La conscience de cet esprit s'est
établie. Réjouissons-nous de cette rencontre avec notre propre enseignement, bien
que cette rencontre ne soit que la moitié aussi longtemps que l'esprit de l'humanité
compte pour l'esprit de la terre, et que la conscience de cet esprit est considérée
comme identique au faisceau plutôt qu'au lien de la conscience humaine .
Surtout, en effet, en parlant d'un esprit d'humanité, on le pense comme n'étant
conscient que chez l'individu, dans l'inconscient tout entier; on pense que les gens, ou
du moins les philosophes, connaissent cet esprit, mais pas les gens, à moins que tout
le monde ne se connaisse, ce qui n'est toujours le cas qu'après les relations
individuelles et imparfaitement. L'esprit de l'humanité, tel qu'il est compris
aujourd'hui, a une conscience dans l'être humain individuel, mais pas à propos de
l'être humain individuel, c'est-à-dire aucune conscience qui englobe celle de l'être
humain en un. La somme sèche de la conscience humaine est sa conscience, pas
l'unification consciente de la conscience humaine. Le philosophe veut seulement dire
que le nombre qu'il tire de cette somme dans sa conscience individuelle, peut
représenter la conscience supérieure elle-même. Paul dit à juste titre: Nos
connaissances sont fragmentaires; mais maintenant, la conscience de l'esprit supérieur
ne devrait être qu'un élément de connaissance, bien sûr, non, mais oui, parce que oui,
seulement l'emboîtement et la mise en miroir des pièces, qui ne donnent que de
nouvelles pièces, pas la compréhension consciente de toutes les pièces, qui n'est
qu'une la véritable unité de conscience est attribuée à l'esprit supérieur. Le miroir
pense même que c'est la pièce, ou sa lumière n'est que ce qui illumine la pièce. Ainsi,
après avoir parlé d'un esprit d'humanité, ce ne devrait être fondamentalement que la
personnalité des esprits individuels dans cet esprit supérieur, qui devrait être
considérée comme le but et le centre de tout développement. Et bien sûr, comment
peut-il finalement viser le développement d'un esprit supérieur, qui n'est qu'en termes
de mot, pas de chose, qui est sur le point de s'effondrer car on ne peut que le toucher
fort. Oui, beaucoup pensent aussi que tout l'esprit de l'humanité n'est que leur propre
pensée, et comment ils le saisissent, ce n'est sûrement qu'un.
Parce que dans un véritable esprit, il n'y a pas d'individualités de conscience sans
une certaine conscience qui les couvre toutes en une. Mon esprit ne sait-il pas tout ce
qu'il y a dedans, ses plus hautes réflexions sur soi, comme ses moments les plus
sensuels de manière immédiate? Il ne serait pas un seul esprit, ou tout cela ne lui
appartiendrait pas s'il ne le savait pas en un seul; la conscience unificatrice est le
caractère même d'un véritable esprit. Il y a donc aussi un esprit supérieur, s'il y en a
un, et que nous pensions à un esprit d'humanité, à la terre ou à Dieu, nous ne pouvons
pas avoir en nous nos domaines particuliers de conscience sans les relier à une
conscience générale. Notre conscience spéciale ne peut que signifier pour lui que sa
conscience générale s'exprime d'une manière particulière en chacun de nous. Le fait
que l'une de nos âmes puisse penser à l'autre n'existerait pas encore dans une
connexion spirituelle, elle requiert plutôt une âme qui porte aussi tout ce qu'elle pense
les uns des autres dans la même conscience; aussi qu'une âme peut penser en partie la
même chose que l'autre n'aurait pas encore un lien comme celui de nos esprits; cela
nécessite une âme qui ressent également la dissimulation de ses pensées sur le même
point et leur divergence au-delà. L'inverse du fait que deux personnes pensent l'une à
l'autre, que leurs pensées peuvent partiellement coïncider, est dû à la connexion d'une
conscience supérieure. Si l'on ne saisit pas la conscience d'un esprit supérieur de telle
manière qu'il sait tout en un que nous connaissons individuellement les uns avec les
autres,
Et ainsi l'idée ordinaire de l'esprit de l'humanité se dissout comme une vaine
illusion de mots, ou se pousse au-delà d'elle-même dans la réalité de la nôtre.

VIII De la zone supérieure de sensualité et de volonté.

Bien que, comme on ne peut pas le répéter suffisamment, aucune analogie entre
l'homme et la terre ne puisse être faite entièrement, il est tout aussi peu possible
d'expliquer les relations de l'âme de la terre sans leur aide, car notre propre
spiritualité est la seule chose qui est immédiatement disponible pour notre
observation dans le domaine spirituel , et doit constituer le point de départ de
l'évaluation par-dessus tout, afin qu'il n'y en ait que huit, que l'analogie ne soit pas
étendue plus loin qu'elle ne le rencontre, et au lieu de toujours adhérer servilement à
la même analogie, elle se transforme en La chose ou le point de vue s'applique.
Et cela atteint donc très bien certaines limites, bien que très peu au-delà, si l'on
compare les personnes, les animaux, les plantes en termes de capacité sensuelle avec
les organes des sens de la terre dont ils ont besoin, des vues objectives du ciel et
d'eux-mêmes de se faire les fondements et les points de départ d'une structure
intellectuelle supérieure et plus générale.
La particularité, l'indépendance relative, la ségrégation apparente, qui existe entre
les humains, les animaux, les plantes de telle sorte que chacun est dépendant et
disposé sur sa propre zone, son propre point de vue, mais tous trouvent un lien plus
général dans l'ensemble de la zone terrestre , donne à cette comparaison quelque
chose de immédiatement attrayant. Seulement qu'il y a parfois des organes de
conception infiniment plus et indiciblement différents sur la terre qu'en nous, et ces
organes sur la terre en tant qu'être encore plus élevé doivent faire plus et plus haut
qu'en nous les organes des sens individuels, auxquels ils sont supérieurs . Et c'est ce
qui rend la comparaison plus ou moins inadéquate, bien qu'un examen plus
approfondi le rende plus significatif que l'observation superficielle ne peut le
révéler. Ce n'est pas seulement la sensualité que les gens et les animaux portent en
eux; il y a déjà des points de vue plus élevés qui, à travers eux, occupent l'espace
dans la terre, selon leur propre position plus élevée dans l'être supérieur. Mais il n'y a
toujours que des points de vue spéciaux qui sont possibles d'un point de vue
individuel, comment ils peuvent être acquis sur la base d'un instinct sensoriel spécial
et d'une position contre le monde extérieur; en attendant une connexion de conscience
supérieure couvrant toute la surface du terrestre, en attendant des références
spirituelles plus générales, qui sont dans le trafic, le développement et l'histoire de
toute l'humanité, oui pour gouverner le royaume terrestre tout entier et en tant que
tels sont inaccessibles à notre conscience individuelle, vont au-delà de tous les esprits
individuels terrestres et de leurs points de vue spéciaux et ne les utilisent que par des
réflexes unilatéraux, comme cela est rendu possible par chaque point de vue spécial,
et donc contribuent simplement, les esprits terrestres pour estampiller quelque chose
de plus général et d'une importance plus grande qu'ils ne pourraient l'être en dehors
d'un tel domaine spirituel qui leur est supérieur. Ce n'est pas différent, cependant, que
notre connexion supérieure de la conscience avec ses références générales va au-delà
de tout ce qui nous est apporté individuellement par les sens de chaque côté, et
retourne par réflexe dans le sensuel lui-même, et contribue ainsi à l'estampiller pour
quelque chose de plus élevé, que ça, hors contexte avec la conscience générale. En
nous aussi, le sensuel n'est pas coupé de la généralité supérieure de l'esprit, ni abstrait
et libre de lui. Toutes les intuitions acquises par nos sens, si isolées qu'elles puissent
nous paraître, sont pour ainsi dire ignorantes d'elles-mêmes excitées par quelque
chose de plus élevé qui vient de la connexion générale de l'esprit; oui, beaucoup de
choses spéciales qui se situent au-delà du sensuel, des références spirituelles et des
souvenirs, sont associées d'une manière spéciale au sensuel, de sorte qu'il va de pair
avec la façon de regarder plus loin. Même nos organes sensoriels physiques, quelle
que soit leur structure et leur activité, peuvent ne pas être uniquement des organes qui
existent et fonctionnent pour eux-mêmes,
Tout comme avec nous, les différents organes sensoriels ont des dignités et des
significations très différentes, et les fonctions de l'un pour la connexion du spirituel
supérieur, l'enthousiasme avec lui, donnent plus d'espace que les autres, il en est de
même avec les créatures individuelles de la terre, et les humains le prennent la
première place à cet égard sans aucun doute. L'usine ne fait qu'agrandir de plus en
plus sa maison et l'agrandir de plus en plus et la peindre plus joliment; dans ce métier,
elle dirige et ressent son existence en même temps; avec cela elle contribue
physiquement au corps terrestre et en même temps sensuellement à agrandir, enrichir
et décorer l'âme terrestre; mais il n'a qu'un sens immédiat d'existence sur la terre et la
terre en elle; la plante ne sait rien de la terre qui l'entoure, elle n'a pas de miroir, et
ainsi dans la terre il n'y a aucun lien avec l'existence sensuelle de la plante d'une
quelconque connaissance d'elle-même au-delà de la plante; dans la sensation de la
plante, la terre ne jouit que d'une détermination sensorielle particulièrement
reconnaissable de son existence; c'est aussi l'âme de la plante. La maison de l'âme des
humains et des animaux, cependant, a toujours un miroir, pour ainsi dire, qui, dans
une plus ou moins grande mesure, reflète le monde terrestre autour de lui, en fait
quelque chose de surnaturel, comme il peut maintenant apparaître du point de vue
terrestre, et reflète la maison miroir de l'être humain tout au long et cela se reflète
dans des images toujours plus hautes, parce que les images ne sont pas mortes, mais
vivent et tissent et s'entrelacent dans un monde supérieur, le miroir lui-même ne
reflète pas les morts, mais des changements dans les images. Mais même l'homme le
plus grand et le plus élevé ne reflète la terre et le ciel que d'un certain point de
vue; mais la terre a des milliers et des milliers de points de vue supérieurs et
inférieurs; il veut mille et mille personnes et animaux; et la terre ne se lasse pas de la
changer et de la reproduire encore et encore afin de développer et d'épuiser tout son
cycle de vie en auto-réflexion et réflexion du supérieur. Mais au-dessus de tout ce qui
est si unilatéralement reflété dans les créatures individuelles, une vie spirituelle
supérieure se construit dans leur relation et leur histoire dans le même rapport et
atteint la vie des créatures individuelles plus en arrière que dans l'esprit humain
individuel avant tout unilatéral Reflets une vie spirituelle plus élevée se construit et
dans le domaine de la sensualité, soulever encore plus haut, retombe. Mais, comme
on le montrera, ce que nous voyons du trafic et de l'histoire humaine n'est que le côté
très extérieur de quelque chose de plus profond à l'intérieur qui ne peut pas être vu de
notre point de vue de ce côté. La doctrine de l'au-delà apportera un complément
important à ces considérations. Toute notre vie présente, relativement sensuelle, n'est
que la base d'un futur supérieur, qui n'est pas moins d'un esprit supérieur que le
nôtre. Mais les considérations à ce sujet sont désormais sans fondement. Restons sur
ce qui peut être discuté sur la base jusqu'à présent. même seulement le côté très
extérieur de quelque chose de profondément interne, qui ne peut pas encore nous
apparaître de notre point de vue de ce côté. La doctrine de l'au-delà apportera un
complément important à ces considérations. Toute notre vie présente, relativement
sensuelle, n'est que la base d'un futur supérieur, qui n'est pas moins d'un esprit
supérieur que le nôtre. Mais les considérations à ce sujet sont désormais sans
fondement. Restons sur ce qui peut être discuté sur la base jusqu'à présent. même
seulement le côté très extérieur de quelque chose de profondément interne, qui ne
peut pas encore nous apparaître de notre point de vue de ce côté. La doctrine de l'au-
delà apportera un complément important à ces considérations. Toute notre vie
présente, relativement sensuelle, n'est que la base d'un futur supérieur, qui n'est pas
moins d'un esprit supérieur que le nôtre. Mais les considérations à ce sujet sont
désormais sans fondement. Restons sur ce qui peut être discuté sur la base jusqu'à
présent. cela n'appartient pas moins à l'esprit supérieur que notre esprit actuel. Mais
les considérations à ce sujet sont désormais sans fondement. Restons sur ce qui peut
être discuté sur la base jusqu'à présent. cela n'appartient pas moins à l'esprit supérieur
que notre esprit actuel. Mais les considérations à ce sujet sont désormais sans
fondement. Restons sur ce qui peut être discuté sur la base jusqu'à présent.
Je vais considérer certains objets (intuition et volonté objectives) qui présentent des
choses difficiles, même si nous ne les considérons qu'avec nous-mêmes, et encore
moins lorsque nous allons vers l'esprit supérieur, où la difficulté augmente sans
augmenter les moyens pour l'obtenir en même temps. Et il se peut donc que les
considérations suivantes ne semblent pas satisfaisantes à tous égards pour tout le
monde; il faut faire attention de ne pas considérer la possible erreur de considération
comme une erreur de la chose et de rejeter le général, car en particulier on a tort ou
des doutes surgissent. Si notre propre esprit existe, néanmoins, que certaines relations
importantes de celui-ci sont encore soumises à des considérations peu claires et
surtout non pertinentes, nous serons donc moins susceptibles de tirer des conclusions
contre l'existence de l'esprit au-dessus de nous d'une première tentative peut-être
infructueuse de discuter de ses relations analogues, car ici nous n'avons d'autre
observation directe que sur le petit échantillon qu'il nous a donné de se donne à nous-
mêmes, commande, mais tout le reste ne peut être ouvert que par analogie. Mais ces
discussions ne peuvent pas être complètement ignorées; il faut tenter d'y répondre,
car ce n'est que de cette manière que l'enseignement de l'esprit supérieur peut gagner
en vie et en conséquence; car si c'est un véritable esprit, si nous avons nous-mêmes
des relations avec cet esprit, alors ces relations entrent en considération pour lui
comme pour nous après les relations les plus importantes, et si les difficultés
d'enseignement ne sont pas attaquées, elles nous attaquent.
Dans notre sensualité, il y a pour nous en même temps un espace de clarté
objective, d'expérience en général, où le subjectif représente l'objectif par lequel il est
provoqué. En effet, il y a une réflexion très philosophique que nous faisons rarement,
et que la plupart des gens ne font jamais pour nous faire prendre conscience que tout
ce que nous voyons autour de nous et autour de nous entend et ressent comme nous le
faisons voir, entendre, sentir, n'est en fait que dans notre intuition, la sensation; ce
n'est pas quelque chose de réel en plus de l'intuition, la sensation ne lui correspond
pas; mais au début, nous ne les avons que; il représente l'objectif lui-même, nous
apparaît directement comme ceci. Parfois, de simples fantasmes sensuels, auxquels ne
correspondent que nous, peuvent revêtir le caractère d'objectivité.
De cette façon, nous comparons non seulement l'intuition sensuelle ou quelque
chose de sensuellement vif; tout ce qui lui est associé au cours de la vie à travers des
souvenirs conscients ou inconscients et des conclusions comme quelque chose qui lui
appartient est objectivé. Nous nous penchons, pour ainsi dire, sur nos esprits, bien
que déterminés par l'expérience précédente, chaque chose vivante, sensuellement
perceptible avec beaucoup de propriétés, la pense dans beaucoup de relations qui ne
sont pas immédiatement apparentes, la perception sensuelle et pourtant sont
objectivées. Un paysage z. B. nous apparaîtrait comme une simple impression
sensorielle seulement comme une surface marbrée; d'abord l'innombrable, la
dépendance elle-même, que nous n'associons plus aux formes et aux couleurs dont
nous nous souvenons, sinon pour faire prendre conscience à l'individu, le paysage
objectif au sens d'arbres, de maisons, de gens, de rivières le fait ressortir; mais nous
préférons ce qui est intellectuellement connecté, qui transmet ce sens, non pas à partir
de la sous-couche sensuelle; mais opposez-vous à nous en un seul. Que n'objectivons-
nous pas du point de vue d'une personne avec lui, que nous ne voyons pas
sensuellement en lui? Lorsque nous entendons un discours, nous n'entendons en fait
que du son sensuel; tout le sens du discours est lié spirituellement par nous-
mêmes mais opposez-vous à nous en un seul. Que n'objectivons-nous pas du point de
vue d'une personne avec lui, que nous ne voyons pas sensuellement en lui? Lorsque
nous entendons un discours, nous n'entendons en fait que du son sensuel; tout le sens
du discours est lié spirituellement par nous-mêmes mais opposez-vous à nous en un
seul. Que n'objectivons-nous pas du point de vue d'une personne avec lui, que nous
ne voyons pas sensuellement en lui? Lorsque nous entendons un discours, nous
n'entendons en fait que du son sensuel; tout le sens du discours est lié spirituellement
par nous-mêmes1) ; mais nous objectivons le sens de la parole avec le son; c'est
comme si le discours venant de l'extérieur avait tout de suite donné son sens, nous le
recevions comme quelque chose de nouveau, pas quelque chose qui vient de nous,
mais quelque chose qui vient en nous. - Les choses purement sensuelles ne semblent
jamais être objectives, et le plus haut et le meilleur qu'une personne a également joue
un rôle dans la façon dont elle interprète, interprète, interprète, se rapporte aux autres,
et la vivacité enrichie, l'expérience, lui apparaît. donc pas moins objectif.
1)La possibilité que l'auditeur relie correctement le sens du discours aux mots entendus, afin que le sens du
locuteur soit à nouveau généré, réside dans un arrangement mutuel de leurs esprits et de leurs corps, qui lui-
même n'est possible que par leur incarnation organique collective pourrait être transmis à un esprit et à un
corps supérieurs. Ici, cependant, nous ne nous soucions que du fait de l'objectivité, dans laquelle le sens
apparaît avec les mots en même temps.

En attendant, notre spirituel supérieur ne s'absorbe pas dans la connexion avec le


vivant, sensuellement perceptible et dans l'objectivation; En effet, l'esprit peut saisir
et considérer la même chose qui enrichit et inspire les vues de son arène générale,
sans objectivation et sans vue dans les mémoires et les références conceptuelles et les
combinaisons supérieures, seulement de telle manière qu'il traite toujours le monde
de la vivacité en causalité et en une relation raisonnable demeure.
Nous sentons aussi immédiatement que les souvenirs qui naissent de nos
perceptions, perceptions sensuelles et souvenirs appartiennent à notre esprit; ici, le
sentiment d'être étranger est perdu.
Il est maintenant incontestable que l'esprit de la terre a également sa zone de clarté
objective, l'expérience de ce qui le détermine à partir de sa base sensorielle et qui lui
est lié. Le monde d'apparence objective ne se développera qu'en fonction de la base
sensorielle plus large aux commandes de l'esprit supérieur et en fonction de la plus
grande hauteur qu'il a au-dessus de nous. Pour nous, il n'apparaît objectivement que
ce que nous créons à travers les outils sensoriels individuels, pour lui ce qu'il crée à
travers les créatures individuelles qui représentent ses organes sensoriels uniquement
à un niveau supérieur, et le spirituel supérieur qui se construit sur leur base
sensorielle est inclus , bien que celui de l'esprit supérieur n'y apparaisse pas, parce
que ce qui appartient à ses créatures peut plutôt être considéré en partie comme un
réflexe de la possession spirituelle plus générale de l'esprit supérieur, mais en partie
aussi, déterminé par elle, reflété en elle, de sorte que l'esprit supérieur nous
dépasse. Le spirituel supérieur dans l'être humain individuel n'est que la parenthèse
du lien avec le spirituel plus général de l'esprit qui nous entoure, qui n'est ni décidé en
quoi en tant qu'être humain individuel, ni en ce qui entre dans la somme des êtres
humains individuels; d'autant moins que nous ne réfléchissons qu'au monde humain,
comme nous le faisons toujours aujourd'hui. ce qui entre dans la somme des
individus; d'autant moins que nous ne réfléchissons qu'au monde humain, comme
nous le faisons toujours aujourd'hui. ce qui entre dans la somme des
individus; d'autant moins que nous ne réfléchissons qu'au monde humain, comme
nous le faisons toujours aujourd'hui.
Nous n'avons donc pas à penser que le plus haut et le meilleur que l'être ait sur nous
ne peut pas se révéler efficace et vivant chez l'homme, mais seulement qu'il ne peut
toujours apparaître que dans une certaine, même particularité non exhaustive. Notre
esprit n'est pas seulement une table de sens marbrée, malgré le fait que l'esprit
supérieur regarde autour de nous avec ses organes sensoriels et regarde son corps lui-
même, parce que nous ne pouvons pas être saisis sans nos racines dans son royaume
supérieur; la vie spirituelle supérieure et la plus élevée des mêmes tissages dans cette
table des sens nous élève d'une part au-dessus de la sensualité et, d'autre part, nous
acquérons une nouvelle détermination à travers nous. C'est ce quelque chose de plus
élevé et de plus élevé en nous que nous ne pourrions pas avoir de nous-mêmes en tant
qu'individus, mais seulement par notre vie dans l'esprit général, notre connexion dans
l'esprit général et à travers l'esprit général. Il est celui qui assure la médiation de nos
rapports spirituels, qui soulève de temps en temps les trésors accumulés de la
connaissance humaine; nous n'en voyons que les conditions extérieures, il en a la
conscience intérieure. Mais la façon dont ce supérieur se forme en nous et est façonné
par nous reste toujours quelque chose dans lequel l'esprit supérieur est redéfini par
nous, comme par quelque chose d'objectif, qui ne vient en lui qu'à travers
nous. Chaque être humain doit l'éducation qui l'élève au-dessus de l'animal sensuel,
en partie à ses relations de conscience avec la nature générale, en partie à un réflexe
de l'éducation générale, qui a été acquis par l'humanité en raison de sa connexion
avec elle-même et avec la nature environnante, et qui l'atteint dans des médiations
spéciales, contribue également à la demande d'éducation générale par la manière dont
il reçoit cette éducation et la façonne en lui-même et, en conséquence, a un effet sur
le monde. Et d'une part, les personnes les plus élevées et les meilleures reçoivent les
réflexes les plus élevés et les meilleurs de l'esprit supérieur, d'autre part, elles font de
leur mieux pour mieux la promouvoir. Le simple esprit supérieur pourrait obtenir
aussi peu que le nôtre par une simple pensée abstraite hors de relation avec son
domaine d'intuition, mais il est enraciné à travers les créatures dans l'intuition,
l'expérience externe, comme les créatures à l'inverse à travers leur spirituel supérieur
dans l'esprit supérieur. quelque chose pour promouvoir l'enseignement général. Et
d'une part, les personnes les plus élevées et les meilleures reçoivent les réflexes les
plus élevés et les meilleurs de l'esprit supérieur, d'autre part, elles font de leur mieux
pour mieux la promouvoir. Le simple esprit supérieur pourrait obtenir aussi peu que
le nôtre par une simple pensée abstraite hors de relation avec son domaine d'intuition,
mais il est enraciné à travers les créatures dans l'intuition, l'expérience externe,
comme les créatures à l'inverse à travers leur spirituel supérieur dans l'esprit
supérieur. quelque chose pour promouvoir l'enseignement général. Et d'une part, les
personnes les plus élevées et les meilleures reçoivent les réflexes les plus élevés et les
meilleurs de l'esprit supérieur, d'autre part, elles font de leur mieux pour mieux la
promouvoir. Le simple esprit supérieur pourrait obtenir aussi peu que le nôtre par une
simple pensée abstraite hors de relation avec son domaine d'intuition, mais il est
enraciné à travers les créatures dans l'intuition, l'expérience externe, comme les
créatures à l'inverse à travers leur spirituel supérieur dans l'esprit supérieur.
La relation entre nous et l'esprit supérieur est, pour résumer à nouveau, ceci: nos
perspectives ou domaines externes d'expérience se complètent pour le mental
supérieur un domaine plus large de perspectives, l'expérience, qui porte le caractère
d'objectivité pour lui comme pour nous et à travers nous pour lui; car il partage notre
vision objective; Avec cela, cependant, puisqu'il est un esprit supérieur à nous, tout ce
qui se construit au-dessus de nous dans nos domaines de perception et d'expérience
est objectivé de manière similaire à ce que le supérieur associe avec nous dans des
sens individuels objectivé pour nous avec ceux-ci en un. Mais le spirituel supérieur
n'entre pas dans cette objectivation pour lui. Au contraire, tout ce qui est plus haut en
nous est quelque chose ce que l'esprit supérieur a non seulement en nous en tant
qu'individus, mais au-delà de nous d'une manière plus générale; nous sommes reliés
par le même en lui; et sont actifs pour le déterminer comme il est actif pour nous
déterminer à travers lui.
S'il y a des difficultés dans les considérations précédentes, en revanche, cela
soulève des difficultés qui sembleraient autrement difficiles à résoudre; comment la
nécessité de les résoudre a d'abord montré la voie de ces considérations, seulement de
telle manière que l'analogie devait aider à les rencontrer et à les justifier.
On peut se demander pourquoi cela ne tombe pas dans notre sentiment d'appartenir
à un esprit supérieur quand nous vivons, tissons et sommes dans l'esprit supérieur, et
lui en nous. Elle ne peut pas tomber dans notre sentiment parce qu'elle ne tombe pas
dans le sentiment de l'esprit supérieur lui-même; nous sommes des outils de sa vision
objective, et ce n'est qu'à travers des réflexions particulières, dans lesquelles il nous
rencontre, qu'il peut penser que ce qu'il crée dans nos âmes lui appartient, sans qu'il
s'agisse de ressentir pour lui . L'esprit supérieur a, pour ainsi dire, toute notre âme
contenue devant nous sur la base de notre table des sens, alors que nous avons, pour
ainsi dire, toute notre âme contenue derrière nous, pour autant que nous ne la
représentions pas; il est donc pleinement conscient de nous, mais nous ne le
connaissons pas; mais ce qu'il a en nous à travers nous prend conscience, comme
quelque chose objectivement ou nouvellement déterminant, il ne le perçoit pas
comme une partie déjà existante de sa nature; d'où le sentiment qu'il ne peut pas venir
de l'intérieur de nous que nous faisons partie de sa nature. Si, cependant, nous nous
lions à sa propriété générale à travers le spirituel supérieur, alors il se sent être le
vaisseau et le maître de cette propriété générale, mais pas exactement ce qui se reflète
en nous d'une manière spéciale et lui est rendu par nous-mêmes et retraité devient ce
qui, au contraire, se confond dans le domaine de ce qui le détermine objectivement,
comme on pourrait l'expliquer en nous-mêmes par des relations analogues. Mais si
nous sentons immédiatement que les souvenirs qui naissent de nos perceptions nous
appartiennent, que le sentiment d'être objectif, d'être étranger se perd avec eux, sans
se brouiller dans notre conscience, notre éloignement apparent de l'esprit supérieur
n'existera que dans notre vie actuelle, relativement sensuelle et illustrative, et non
dans la vie de spiritualité supérieure que nous y menons dans l'au-delà, dans laquelle
nous vivons avec le La mort se produira. Mais cela appartient à des considérations
ultérieures.
Maintenant, les contradictions et les incompatibilités dans le domaine humain nous
seront d'autant moins étrangères, car elles ne viennent pas de l'humanité d'en haut de
la généralité de l'esprit supérieur, pour ainsi dire, mais d'en bas à travers les points de
vue sensoriels unilatéraux et divergents de l'humanité dans les êtres supérieurs.
L'esprit vient offrir l'égalisation et le traitement à travers lui. Chaque personne
nouvellement émergente forme une nouvelle occasion et le début d'un tel travail dans
l'esprit supérieur, tout comme en nous chaque nouveau look qui enrichit notre
domaine d'expérience. Tout ce qui se passe ici-bas dans nos esprits prend un certain
côté pour l'esprit supérieur le caractère de ce qu'il rencontre involontairement; à partir
d'un certain point, c'est-à-dire dans la mesure où il ne vient pas de l'intérieur de nous
d'en haut; et bien sûr à tout ce que nous faisons et pensons que quelque chose est
venu d'en haut de la généralité de l'esprit supérieur en nous, mais quelque chose est
également passé par nous dans la généralité de l'esprit supérieur. Les deux ne peuvent
être séparés que de manière abstraite. Nous le déterminons par nos détails d'en bas,
tout en étant soumis à sa détermination du général d'en haut, car tout ce que nous
faisons et pensons le fait coopérer ou contrecarrer de la plénitude de l'ensemble, et
même en nous affecte. Et c'est ainsi qu'il devient notre trésor, qu'il essaie d'équilibrer
nos contradictions et incompatibilités, car elles le rencontrent, dans l'échange de nos
esprits entre eux et avec la nature; seulement qu'il n'est pas illimité, comme nous ne
sommes pas illimités dans la conception de notre domaine d'expérience,
Avec de telles considérations, cependant, nous passons du domaine de la réceptivité
au domaine de l'activité spirituelle supérieure, et il sera donc utile d'étendre l'analogie
qui nous a guidé jusqu'à présent pour qu'elle serve également de base à de nouvelles
discussions. peut.
Que les créatures vivantes de la terre soient vues d'un côté comme des organes
sensoriels, d'un autre côté comme des organes de mouvement du même, mais
fondamentalement comme les deux en association, ainsi que nos yeux, nos oreilles,
notre nez, nos langues, nos mains Les organes de mouvement sont réunis. Les
muscles qui s'y trouvent fournissent le système musculo-squelettique 2), qui est relié
au cerveau par les nerfs ainsi que l'appareil sensoriel et par ses impulsions (physico-
mentales) peuvent recevoir du cerveau pendant que l'appareil sensoriel les y
propage. Le système musculo-squelettique ne peut être envisagé qu'en relation avec
ces racines dans le cerveau, sans lesquelles il serait inactif. Au moyen du système
musculo-squelettique, l'homme essaie toujours de présenter ses organes sensoriels
aux effets et de les repenser de telle sorte que certaines des vues et des sensations les
plus sensationnelles soient immédiatement acquises par les organes sensoriels,
d'autres plus générales, au-delà des organes sensoriels, bien que tout l'organisme ait
également des considérations de but. est rencontré et de manière analogue la terre
utilise ses créatures. Son système musculo-squelettique le sert également, de les
présenter aux influences extérieures et de les repenser de telle sorte que certaines des
vues et des sensations les plus approuvées pour les créatures elles-mêmes et par la
présente pour la terre soient acquises, d'autres plus générales, allant au-delà des
créatures, bien qu'elles s'y réfèrent également de l'ensemble et donc aussi pour eux,
des buts non indifférents sont ainsi atteints. L'instinct sensoriel ou la pulsion des
créatures travaille du côté spirituel dans la première relation, la direction vers
l'atteinte d'une suffisance immédiate, dans cette dernière, la direction vers l'atteinte de
buts plus élevés et plus élevés, la volonté supérieure de la même chose. aller au-delà
des créatures, même si cela signifie que tout cela leur revient également et ne les rend
donc pas indifférents. L'instinct sensoriel ou l'instinct des créatures travaille dans le
premier sens, la direction d'atteindre la satisfaction immédiate, dans ce dernier, la
direction d'atteindre des buts plus élevés et plus élevés, leur volonté supérieure. aller
au-delà des créatures, même si cela signifie que tout cela leur revient également et ne
les rend donc pas indifférents. L'instinct sensoriel ou l'instinct des créatures travaille
dans le premier sens, la direction d'atteindre la satisfaction immédiate, dans ce
dernier, la direction d'atteindre des buts plus élevés et plus élevés, leur volonté
supérieure.
2) Même l'oreille et le nez ne manquent pas. En plus des muscles de l'oreille externe, qui ne sont
pas très actifs chez l'homme, il existe également des muscles internes qui régulent la tension du
tympan et sont liés aux osselets. Les muscles peuvent également déplacer les narines.

On peut poursuivre l'analogie ci-dessus un peu plus loin; et même si cela ne peut
être et ne peut conduire à certaines limites du tout, même la poursuite de la poursuite
n'est pas essentielle pour justifier ce qui suit, il peut encore y avoir quelques mots à
ce sujet.
De même, le corps de la personne entière ou la totalité de ses organes sensoriels et de
mouvement est fermé par l'ensemble des nerfs sensoriels et de mouvement et l'ensemble du cerveau
et de la moelle épinière en tant que parties de connexion centrales à un cercle plus grand, dans
lequel un autre cercle (en particulier la partie de la même chose que ce Formes cérébrales) le
fondement physique de l'intelligence supérieure et de la volonté (au lieu de la simple sensation
sensuelle et de l'impulsion perçue) est inclus. Le cercle plus étroit (de l'organe sensoriel individuel)
est construit dans les autres (de la personne entière) de telle manière qu'il peut non seulement
exprimer, mais aussi recevoir des influences qui ont une signification plus générale que celle qui est
fermée dans le cercle plus étroit .3) Par conséquent z. B. les mouvements involontaires (réflexes) de
l'œil, qu'un stimulus lumineux, une humeur de l'œil induit ou veut induire, peuvent être en partie
modifiés, en partie empêchés par la volonté et le cours de notre pensée, et vice versa par les sens à
la volonté et l'intelligence supérieure peut être travaillée, combien de motifs de notre volonté et les
raisons de notre pensée résident dans des occasions sensuelles. De même, le cercle que l'homme
forme est construit dans le cercle encore plus loin, que la terre entière et toutes ses créatures
travaillent selon un principe supérieur 4)conclut, et chaque individu l'influe à travers ses actions et
reçoit de là des déterminants d'action qui ont une signification plus générale que ceux qui,
directement liés à lui-même, voudraient se refermer dans le cercle spécial de ses sentiments et de
ses mouvements.
3)On pense que les effets nerveux peuvent non seulement être transplantés par
la continuité, mais aussi par la contiguïté (attachement) des fibres
nerveuses; oui, que c'est l'un des moyens les plus importants de transmettre les
effets nerveux dans le corps. (Voir l'article de Volkmann "Nerve Physiology" p.
528 dans Wagner's Physiolog. Wortb.). Après cela, on peut imaginer
schématiquement qu'un petit cercle est enfermé par un plus grand, et par son
attachement partiel intérieur à lui entre en relations efficaces avec lui, mais doit
admettre, bien sûr, qu'il y a encore beaucoup d'obscurité sur les dispositions qui
ont réellement lieu à cet égard prévaut.
4)On ne peut contester que la manière dont l'homme se construit sur la terre ne
peut pas voir une pure répétition de la façon dont un organe sensoriel est
construit en l'homme.

La volonté et la volonté des créatures sont désormais liées tout autant dans une
zone de volonté plus élevée et plus étendue de la terre que la sensation et la
connaissance de celles-ci dans un domaine de connaissance supérieur. Tout comme
tous les sentiments et la connaissance de la terre finissent par se rassembler et se
conclure en une seule conscience de la terre, de même tous conduisent et
veulent. Dans les deux cas, cependant, c'est la même conscience qui n'est active de
manière réceptive que d'un côté et de l'autre, et cette conclusion ou cette connexion
automatique la plus élevée (et non la somme) de toutes les pulsions et volonté dans le
nœud le plus élevé de la conscience sur terre, ou ceci lui-même dans son action
activité décisive, comme volonté suprême ou principale, volonté totale ou volonté de
la terre en soi.
Dans la mesure où toutes nos volontés visent une seule et même chose, et l'objectif
principal partout est de façonner la situation de manière à ce que nous gagnions tous
en même temps, cela s'inscrit dans la volonté de l'esprit supérieur; dans la mesure où
il ne vise pas la même chose, cela signifie des raisons déviantes ou contestantes. Ce
qui coïncide dans notre volonté individuelle, coïncide dans la volonté entière de
l'esprit supérieur, ce qui diffère entre nous dévie dans sa volonté entière comme
déterminant spécial. En tout cas, notre volonté individuelle inférieure ne peut être
saisie que comme un moment de toute notre volonté; et notre liberté, notre volonté,
bien que tombant dans l'esprit supérieur avec tout ce qui se passe à travers elle, ne
peuvent néanmoins apparaître et être comptées pour elle comme sa liberté, sa volonté
au sens supérieur, Au contraire, c'est seulement quelque chose qui détermine sa
liberté supérieure, sa volonté supérieure, comment notre liberté, notre volonté
peuvent être déterminées par des motifs, des motifs qui lui sont subordonnés, souvent
subordonnés les uns aux autres et avec toute notre volonté. Pour la volonté de l'esprit
supérieur, plus indépendant, il y a juste quelque chose de plus indépendant, plus
élevé, c'est-à-dire la volonté individuelle de l'homme qui, par rapport à notre volonté,
ne prend qu'un motif plus dépendant et inférieur. Soit dit en passant, l'analogie avec
cette relation peut bien nous servir d'explication. Pour la volonté de l'esprit supérieur,
plus indépendant, il y a juste quelque chose de plus indépendant, plus élevé, c'est-à-
dire la volonté individuelle de l'homme qui, par rapport à notre volonté, ne prend
qu'un motif plus dépendant et inférieur. Soit dit en passant, l'analogie avec cette
relation peut bien nous servir d'explication. Pour la volonté de l'esprit supérieur, plus
indépendant, il y a juste quelque chose de plus indépendant, plus élevé, c'est-à-dire la
volonté individuelle de l'homme qui, par rapport à notre volonté, ne prend qu'un
motif plus dépendant et inférieur. Soit dit en passant, l'analogie avec cette relation
peut bien nous servir d'explication.
Peu importe le nombre de motifs qui entrent en jeu avec une volonté, la volonté est
plus que la somme des motifs individuels qui entrent dans la conscience, oui, souvent
nous faisons quelque chose avec volonté, non sans motifs, mais sans motif spécial
pour la conscience à apporter. Il en sera de même de la volonté de l'esprit
supérieur. La somme des volontés humaines conscientes individuelles ne peut pas
couvrir plus complètement sa volonté supérieure que la somme de nos motifs
individuels conscients ne peut couvrir la volonté humaine, d'autant plus que l'esprit
supérieur peut avoir de nombreux motifs après de nombreuses relations qui sont au-
delà de toute préoccupation humaine, bien que toujours avec nous. des motifs
considérables et efficaces en nous seront liés; comme vice versa, la pré-pensée de
l'individu et sa volonté de ne pas être isolée mais ne peut avoir lieu que dans le
contexte de tout le domaine supérieur de la pensée et de la volonté. Tant de choses
peuvent arriver de la volonté supérieure, qui n'était pas dans la volonté et la
préméditation d'une seule personne ni dans la volonté totale de toutes les personnes
individuelles; oui, tous les grands événements de l'histoire ont été pensés et voulus
par les gens tout au plus sur des pages individuelles, mais pas dans leur
ensemble. Inversement, cependant, les déterminants de ce qui est supérieur résideront
dans la volonté des personnes qui prennent la direction du tout de l'individu, oui, tous
les grands événements de l'histoire ont été pensés et voulus par les gens tout au plus
sur des pages individuelles, mais pas dans leur ensemble. Inversement, cependant, les
déterminants de ce qui est supérieur résideront dans la volonté des personnes qui
prennent la direction du tout de l'individu, oui, tous les grands événements de
l'histoire ont été pensés et voulus par les gens tout au plus sur des pages individuelles,
mais pas dans leur ensemble. Inversement, cependant, les déterminants de ce qui est
supérieur résideront dans la volonté des personnes qui prennent la direction du tout de
l'individu,
Tout comme en nous un motif de la volonté ne réussit que si la volonté entière, dont
il contribue également à sa détermination, ne s'y oppose pas de façon prédominante,
la volonté d'un individu ne peut réussir que si elle convient à la La volonté totale de
l'être entre en nous. Pour notre part, nous essayons maintenant toujours d'organiser
nos actions de telle sorte que tous les motifs de la volonté dont ils découlent soient
satisfaits autant que possible dans le contexte, et il est également facile de voir ce qui
se passe sur terre, dans la mesure où il est sous l'influence de la volonté générale de
l'esprit supérieur, prendra une forme telle que toutes les différentes volontés
individuelles le déterminant seront satisfaites autant que possible; et donc très
explicable que malgré la volonté générale plus élevée, oui, par le même, chacun peut
satisfaire sa volonté subordonnée à certaines limites. Mais seulement dans une
certaine mesure, dans la mesure où le conflit avec d'autres volontés individuelles
différentes et la volonté générale, qui va au-delà de tout, qui n'est pas couverte par la
somme de tous, le permettent; comme avec notre volonté dans le conflit des motifs
les uns avec les autres et avec la volonté générale qui les dépasse, la satisfaction de
l'individu doit subir des restrictions. Mais plus un motif est fort, plus la volonté totale
sera encline à prendre sa direction, ou plus la direction du total sera d'accord avec
celle du motif; et de même, plus la volonté d'une personne est forte, plus elle aidera à
déterminer la volonté de l'esprit supérieur. La volonté de l'homme est un poids sur
l'échelle de la liberté supérieure, l'échelle elle-même non, mais développée en relation
avec elle. Nous appuyons sur la balance comme nous le voulons, et elle pèse nos
poids comme elle le souhaite en les repositionnant encore et encore, selon qu'ils
appuient trop ou trop ici ou là. Mais elle le mettra jusqu'à ce que tout soit juste et bon.
Il n'y a donc rien dans l'apparence de la volonté individuelle humaine et dans la
façon dont ils travaillent les uns avec les autres et obtiennent leur satisfaction, en
partie ne réalisent rien, ce qui était contre l'hypothèse d'une volonté générale plus
élevée dans le domaine des choses terrestres. Seulement, bien sûr, nous n'avons pas à
demander aux individus d'avoir conscience de cette volonté générale pour nous; mais
chacun de nous ne peut prendre conscience que d'un moment de détermination de la
volonté entière, ou ce qui est pareil, en chacun de nous l'esprit supérieur ne peut
prendre conscience que d'un moment de détermination de toute notre volonté, c'est-à-
dire de notre volonté individuelle. Mais en étant soudain conscient de l'esprit
supérieur de toutes les volontés individuelles qui ont lieu à un moment donné, c'est-à-
dire de ce qui y prend une direction, aussi dans une direction, Il essaie également de
satisfaire tout le monde dans le contexte autant que possible, bien qu'il reste bien sûr
lié aux nombreuses conditions limites auxquelles sont soumis le contexte naturel et la
connexion des choses terrestres en particulier. La volonté de l'esprit supérieur est
aussi peu puissante que la nôtre; mais il est moins limité par les influences de la
volonté extérieure que le nôtre; ses restrictions sont des restrictions de nature plus
générales et des auto-restrictions internes dues au conflit de sa propre volonté. mais il
est moins limité par les influences de la volonté extérieure que le nôtre; ses
restrictions sont des restrictions de nature plus générales et des auto-restrictions
internes dues au conflit de sa propre volonté. mais il est moins limité par les
influences de la volonté extérieure que le nôtre; ses restrictions sont des restrictions
de nature plus générales et des auto-restrictions internes dues au conflit de sa propre
volonté.
Il est incontestable que le cours des grands cycles et la conception des fondations solides de la vie
et de la construction terrestres seront aussi éloignés de la volonté de la terre que le cours principal
des mouvements circulatoires dans notre corps et la conception des fondations de sa construction
sera la nôtre. Nous pouvons mettre nos membres différemment avec la volonté, diriger nos organes
sensoriels différemment, mais nous ne pouvons pas construire notre corps fondamentalement
différemment, et notre sang ne peut pas mener d'autres voies que celles qui y sont attirées sans notre
volonté, bien que des changements subordonnés le provoquent par notre volonté; comment chaque
activité arbitraire est associée à de tels changements, même sans la volonté de le faire. Et ainsi la
terre peut aussi nous placer, ses membres, différemment au moyen de leur volonté, dans laquelle la
nôtre est incluse comme motif; mais ne vous construisez pas fondamentalement avec la volonté, et
ne changez pas le cours principal des marées et des vents, bien que des changements subordonnés y
résultent d'activités arbitraires dans lesquelles nous sommes nous-mêmes impliqués. La volonté de
la terre, comme la nôtre, plane, pour ainsi dire, dans une zone consciente supérieure, qui nous inclut
avec notre conscience et la volonté, sur une base inférieure, qu'elle doit respecter, car elle est
soutenue par elle, afin qu'elle puisse la développer plus haut et plus fin, mais ne peut pas
reconstruire d'en bas; que la structure antérieure soit née sur une base plus approfondie et plus
profonde par la volonté antérieure d'un être supérieur. qui sont arbitraires et nous impliquent. La
volonté de la terre, comme la nôtre, plane, pour ainsi dire, dans une zone consciente supérieure, qui
nous inclut avec notre conscience et la volonté, sur une base inférieure, qu'elle doit respecter, car
elle est soutenue par elle, afin qu'elle puisse la développer plus haut et plus fin, mais ne peut pas
reconstruire d'en bas; que la structure antérieure soit née sur une base plus approfondie et plus
profonde par la volonté antérieure d'un être supérieur. qui sont arbitraires et nous impliquent. La
volonté de la terre, comme la nôtre, plane, pour ainsi dire, dans une zone consciente supérieure, qui
nous inclut avec notre conscience et la volonté, sur une base inférieure, qu'elle doit respecter, car
elle est soutenue par elle, afin qu'elle puisse la développer plus haut et plus fin, mais ne peut pas
reconstruire d'en bas; que la structure antérieure soit née sur une base plus approfondie et plus
profonde par la volonté antérieure d'un être supérieur. de sorte que bien qu'il puisse les construire
plus haut et plus fin, il ne peut pas les construire de bas en haut; que la structure antérieure soit née
sur une base plus approfondie et plus profonde par la volonté antérieure d'un être supérieur. de sorte
que bien qu'il puisse les construire plus haut et plus fin, il ne peut pas les construire de bas en
haut; que la structure antérieure soit née sur une base plus approfondie et plus profonde par la
volonté antérieure d'un être supérieur.
Dans l'ensemble, nous pouvons dire qu'il y a un intérêt commun pour l'humanité et
pour la terre; oui, en ce qui concerne l'au-delà au-delà des êtres humains, le véritable
intérêt de chaque individu s'accorde avec celui de l'ensemble de l'humanité et de la
terre; et il est maintenant important que l'homme apprenne de mieux en mieux les
règles sur la façon de protéger cet intérêt supérieur commun, et donc le sien pour
l'éternité, et d'apprendre à orienter de plus en plus sa volonté vers le respect de ces
intérêts; Mais qu'il apprenne cela de mieux en mieux et que l'humanité entière
progresse toujours à cet égard fait essentiellement partie du développement supérieur
de la terre. Pourrait-il jamais y avoir une adhésion volontaire totalement unanime
parmi les gens, afin que leurs relations avec Dieu et les uns avec les autres soient
arrangées de la meilleure façon possible, une harmonisation générale de la volonté et
de l'action humaines avec la volonté de l'esprit supérieur et une harmonisation de la
volonté et de l'action de l'esprit supérieur dans toutes les relations humaines et les
relations humaines qui entrent dans l'être humain seraient ainsi établies en même
temps, et pourraient difficilement être liées être placé sur tout ce qui est humain sans
y être du tout. Cet objectif n'a pas été atteint; mais l'effort pour y parvenir est visible
dans le fait que la volonté et les actions des gens, à travers les idées religieuses,
juridiques, étatiques, internationales, les statuts, les instituts, les contrats, même la
coutume, sont orientées vers des relations toujours plus générales dans l'intérêt de
l'ensemble, réglementé et lié. Surtout, c'est la propagation croissante du christianisme
qui entre en jeu ici comme cela deviendra encore plus clair si nous considérons l'idée
de base du christianisme lui-même dans une section ultérieure. Cependant, la section
suivante montre à quel point la terre doit encore être respectée dans ces relations.
Les considérations qui précèdent ont été si diligemment si générales qu'elles
devraient être compatibles avec toute conception de la liberté et de la volonté; et si
elles pouvaient être formulées différemment de certains points de vue, cela ne ferait
que montrer la compatibilité de l'homme et une volonté plus élevée avec d'autres
expressions. Tous les litiges, dont la discussion et la décision ne font pas la promotion
de notre sujet, restent à bon marché hors du jeu ici. Soit dit en passant, il faut
admettre que vouloir parler de la volonté et penser à nous par analogie avec la nôtre
est toujours un risque qui ne peut qu'à moitié réussir.
En tout cas, selon le précédent, la relation de l'esprit de la terre avec les esprits
subordonnés des créatures est représentée d'un point de vue significativement
différent, à la fois plus vivant, édifiant, plus réconfortant que selon la version
habituelle de l'esprit de l'humanité aux esprits des hommes. Prenons un examen
comparatif final de cette question, qui sera également une prévision à d'autres égards.
Quelle riche possibilité de se référer à la conscience vers le haut et vers le bas dans
la connaissance et la volonté s'ouvre pour l'esprit de la terre selon notre version. Cette
possibilité peut à première vue sembler générale et indéfinie; à l'avenir, cependant, il
sera déterminé et élargi, en faisant quelque chose que les gens demandent partout de
toute façon, pour lequel ils recherchent de l'espace partout et pourtant, jusqu'à
présent, ils n'ont pour la plupart trouvé que ce qui est vide ou impossible. Et tout reste
uni par une conscience entière suprême. D'un autre côté, dans l'esprit de l'humanité,
selon la formulation habituelle, avec l'extrémité supérieure de la conscience, la
possibilité de références de conscience plus élevées ainsi détenues, qui s'étend au-
delà de l'être humain individuel, le divise et le lie à des sphères spéciales parmi les
plus hautes, au lieu de cela, seule une connaissance et une volonté dispersées de
temps en temps ont lieu dans l'humanité, unies par rien d'autre qu'une conscience
externe, à moitié dispersée, que chacun a par rapport à l'autre et uniquement à propos
du philosophe de l'ensemble, et fondamentalement que La dispersion ne s'est répétée
qu'à un niveau supérieur et a donc augmenté au lieu de l'annuler. Selon nous, les
esprits des créatures forment l'inférieur, pour ainsi dire, mais selon la version
ordinaire, le supérieur, oui suprême dans l'esprit général. Vue désolée quand il n'y a
plus rien à regarder et nous en avons tellement besoin! Pour notre part, nous pouvons
reconnaître en partie un leadership conscient supérieur en dessous, promettre en
partie une ascension dans la vie consciente supérieure et pleine de l'esprit au-dessus
de nous dans la mort, et ainsi gagner des points de départ pour l'expansion de l'espace
large indéfini entre le haut et le bas, qu'il nous reste à déterminer; considérant que,
selon le libellé ordinaire, l'esprit de l'humanité a une idée aveugle au-dessus ou au-
dessous de l'humanité; ce n'est pas l'humanité, l'individu qui est le seul à voir, à
connaître, un sommet de conscience qui s'élève temporairement de la nuit de
l'inconscience et y retombe avec la mort.
Soit dit en passant, les considérations dans cette section entière seront répétées en
partie d'un point de vue supérieur, en partie élargies si nous (dans la onzième section)
considérons la nature divine et continuons (dans la deuxième section principale de ce
document) l'au-delà; En effet, ils peuvent eux-mêmes servir de préparation et
d'introduction, en partie aussi servir à sauver des considérations futures qui ne
seraient rien de plus qu'une répétition de celles présentées ici. Ce qui s'applique en
particulier à l'être supérieur qui nous entoure par rapport à nous, ne s'applique que
dans une mesure illimitée de la part de Dieu par rapport aux êtres supérieurs, bien que
le dépassement de toutes les limites de la finitude définisse à nouveau les points de
vue de Dieu qui n'ont aucune analogie avec quoi que ce soit d'autre Permettez ce qui
est encore décidé en finitude, veulent plutôt être considérés directement. Diverses
considérations sur l'aire sensorielle de la Terre, qui donnent à l'hypothèse une large
portée, sont évoquées en annexe.
Pour la connexion ultérieure des considérations qui sont dans l'enseignement de l'au-delàLa
remarque suivante: Une circonstance principale dans laquelle l'analogie de notre moi
avec les organes des sens de la terre échoue est que nos propres organes des sens
partagent la durée de notre corps tout entier, mais la terre ses organes des sens, dans
la mesure où l'on se tient dans leurs créatures vivantes , constamment renouvelé. À
cet égard, les corps avec l'âme des créatures doivent plutôt comparer les images
transitoires, au moins aussi corporelles avec la sensation qui leur est attachée, lorsque
nous les dessinons à travers nos yeux, comme nos yeux permanents eux-mêmes ou à
tous les organes sensoriels permanents, ou cela tombe ici, comme c'est souvent le cas,
deux en un dans la région supérieure, qui se divise dans la région inférieure. Chez
nous, l'œil forme une capsule ou une coquille spéciale, pour ainsi dire, autour de
l'image qui y est créée, qui reste, lorsque l'image avec la sensation qui lui est attachée
passe, et partout après le changement matériel qui a provoqué une sensation, l'organe
sensoriel dans lequel elle s'est produite reste; d'autre part, notre image corporelle, qui
est bien sûr beaucoup plus massive et, en même temps, comparable à tout un organe
sensoriel sur terre, n'a pas de capsule si spéciale autour d'elle qu'elle laisse derrière
elle en passant5)de sorte qu'il combine les fonctions de l'organe sensoriel massif et
l'image transitoire. Mais il n'est pas nécessaire d'entrer dans cette idée toujours
artificielle et unificatrice, si l'on ne sort pas du tout pour vouloir pousser à travers les
détails de l'analogie entre nous et la terre, qui selon nos principes n'est pas autorisée,
et cette idée unificatrice résisterait même d'un autre côté, plutôt, l'analogie ne prend
toujours que du côté auquel elle existe vraiment, et elle sert d'explication. Et donc la
doctrine des choses d'un autre monde, où au lieu des réalisations du corps qui
dépendent de l'existence actuelle de notre corps pour l'ici et maintenant, nous devrons
considérer les conséquences, dépendant de la fugacité de celui-ci, pour l'au-delà, le
besoin émergera, d'en considérer plutôt l'analogie avec l'image éphémère (mais aussi
corporelle) de notre œil plutôt qu'avec notre œil permanent lui-même, sans que l'on
puisse trouver de contradiction factuelle avec les considérations ci-dessus. La terre
n'est tout simplement pas une simple répétition des êtres humains, mais ne reflète que
leurs relations de tous les côtés, parfois de cela, maintenant de ce côté en
lui. L'homme est donc temporairement un organe sensoriel existant pour des
considérations liées à sa vie actuelle; image éphémère pour des considérations qui se
tournent vers sa vie après la mort. sans que l'on puisse trouver une contradiction
factuelle avec les considérations ci-dessus. La terre n'est tout simplement pas une
simple répétition des êtres humains, mais ne reflète que leurs relations de tous les
côtés, parfois de cela, maintenant de ce côté en lui. L'homme est donc
temporairement un organe sensoriel existant pour des considérations liées à sa vie
actuelle; image éphémère pour des considérations qui se tournent vers sa vie après la
mort. sans que l'on puisse trouver une contradiction factuelle avec les considérations
ci-dessus. La terre n'est tout simplement pas une simple répétition des êtres humains,
mais ne reflète que leurs relations de tous les côtés, parfois de cela, maintenant de ce
côté en lui. L'homme est donc temporairement un organe sensoriel existant pour des
considérations liées à sa vie actuelle; image éphémère pour des considérations qui se
tournent vers sa vie après la mort.
5)Si vous ne voulez pas prendre la terre entière pour elle en la considérant comme l'organe sensoriel d'un tout
encore plus élevé.

IX. Sur l'état, le cours et les objectifs du développement de la terre.

L'avantage absolu de la hauteur et de l'abondance du développement, que la terre a


avant l'être humain subordonné et classé, ne doit pas être confondu avec un relatif,
pour lequel une relation inverse a lieu. 1)En raison de la plus grande lenteur et de la
partialité du point de vue que l'homme doit réaliser et réaliser, il atteint et accomplit
le sommet et le cercle de ce qu'il peut et doit réaliser à tout moment et plus
facilement. Une courte vie suffit pour faire ce qui peut devenir de lui; Enfant,
homme, vieil homme, comme tout est proche; il apprend et s'entraîne rapidement en
fonction de ses capacités et pouvoirs et a accompli son cycle de vie. Mais avec la
Terre, c'est différent, elle a un but plus élevé; il a un cercle plus large à remplir. Et si
loin, on peut dire, la terre regarde toujours en arrière contre l'homme pleinement
instruit à l'époque de son propre développement. La possibilité de quelles formes du
point de vue général du terrestre, individualisée, vécue dans l'existence et le
développement élémentaire, végétal, animal et humain, est si indiciblement grande
que des millénaires pour l'épuisement et l'achèvement de tout cela sont comme un
jour. Chaque être humain de cette vie individuelle n'entre avec un court laps de temps
que comme un petit moment de développement unilatéral; de l'avenir dans l'avenir. Et
pour autant que nous puissions le retracer, nous ne voyons également le progrès du
développement de la terre que dans la conception, le divorce et l'ordre de
l'élémentaire, qui doit avoir porté la graine de toute conception organique; puis dans
diverses créations successives de mondes organiques, et après qu'il a atteint l'homme
et l'humanité, dans la formation continue de l'humanité et ses répercussions sur la
terre.
1) Ici, nous n'avons qu'un œil sur les gens de ce monde. Car les considérations concernant l'homme de l'au-delà
et sa détermination pour l'éternité seraient sensiblement différentes de celles ci-dessus, dans lesquelles il est
essentiel qu'il continue à travailler au développement conscient de l'esprit supérieur et qu'il en profite lui-
même, à discuter dans l'enseignement de l'au-delà.

Chacun sait que la terre est encore loin de l'objectif de son développement.
Un enfant comme un enfant entend et voit beaucoup de choses individuellement,
sans les mettre en relation les unes avec les autres, sans maintenir ni considérer ni
l'harmonisation ni le conflit, et si l'enfant commence à le considérer, il ne sait pas
comment le soulever tout de suite ; Une grande partie du matériel se trouve
initialement lié par rien, mais l'unité la plus générale de sa conscience, autrement
dissocié, brut à part, et dans la tentative de tout lier d'une manière tolérable, des
querelles et des contradictions surgissent. Et comme dans la connaissance, c'est en
voulant, en agissant; il n'y a pas d'objectif fixe, sûr et uniforme; agir ici et aujourd'hui
contredit agir ici et demain; l'enfant ne sait pas encore ce qu'il veut; oui, pouvez-vous
dire qu'il le veut vraiment? Il suit l'attraction du moment, l'attraction du présent. Mais
plus l'enfant grandit, plus tout fonctionne ensemble et les uns dans les autres, plus les
relations se développent, plus les ponts se construisent, plus les contradictions se
lèvent et les contradictions qui surgissent encore et encore conduisent à des
rapprochements toujours plus grands. Dans l'être humain idéalement développé, il n'y
a plus de matière spirituelle sans rapport avec le reste, aucun instinct ne se heurte à
une volonté; tout est traité, lié à des idées supérieures, orienté vers des objectifs
ultimes et fixes; ne contredit plus la croyance, la connaissance, la volonté, et rien ne
contredit la croyance, la connaissance, la volonté. Et si une personne n'atteint pas ce
développement idéal, les arguments et les contradictions en elle toujours ternes au fil
du temps, elle laisse de côté ce qu'elle ne peut pas approuver ce qui est le plus
important et le plus précieux pour lui. plus les relations se développent, plus les ponts
se construisent, plus les contradictions se lèvent et les contradictions qui surgissent
encore et encore conduisent à des réconciliations toujours plus grandes. Dans l'être
humain idéalement développé, il n'y a plus de matière spirituelle sans rapport avec le
reste, aucun instinct ne se heurte à une volonté; tout est traité, lié à des idées
supérieures, orienté vers des objectifs ultimes et fixes; ne contredit plus la croyance,
la connaissance, la volonté, et rien ne contredit la croyance, la connaissance, la
volonté. Et si une personne n'atteint pas ce développement idéal, les différends et les
contradictions en elle s'émousseront avec le temps, laissant de côté ce qu'elle ne peut
pas accepter ce qui est le plus important et le plus précieux pour lui. plus les relations
se développent, plus les ponts se construisent, plus les contradictions se lèvent et les
contradictions qui surgissent encore et encore conduisent à des réconciliations
toujours plus grandes. Dans l'être humain idéalement développé, il n'y a plus de
matière spirituelle sans rapport avec le reste, aucun instinct ne se heurte à une
volonté; tout est traité, lié à des idées supérieures, orienté vers des objectifs ultimes et
fixes; ne contredit plus la croyance, la connaissance, la volonté, et rien ne contredit la
croyance, la connaissance, la volonté. Et si une personne n'atteint pas ce
développement idéal, les arguments et les contradictions en elle toujours ternes au fil
du temps, elle laisse de côté ce qu'elle ne peut pas approuver ce qui est le plus
important et le plus précieux pour lui. et les contradictions qui apparaissent encore et
encore conduisent à des rapprochements toujours plus élevés. Dans l'être humain
idéalement développé, il n'y a plus de matière spirituelle sans rapport avec le reste,
aucun instinct ne se heurte à une volonté; tout est traité, lié à des idées supérieures,
orienté vers des objectifs ultimes et fixes; ne contredit plus la croyance, la
connaissance, la volonté, et rien ne contredit la croyance, la connaissance, la
volonté. Et si une personne n'atteint pas ce développement idéal, les arguments et les
contradictions en elle toujours ternes au fil du temps, elle laisse de côté ce qu'elle ne
peut pas approuver ce qui est le plus important et le plus précieux pour lui. et les
contradictions qui apparaissent encore et encore conduisent à des rapprochements
toujours plus élevés. Dans l'être humain idéalement développé, il n'y a plus de
matière spirituelle sans rapport avec le reste, aucun instinct ne se heurte à une
volonté; tout est traité, lié à des idées supérieures, orienté vers des objectifs ultimes et
fixes; ne contredit plus la croyance, la connaissance, la volonté, et rien ne contredit la
croyance, la connaissance, la volonté. Et si une personne n'atteint pas ce
développement idéal, les différends et les contradictions en elle s'émousseront avec le
temps, laissant de côté ce qu'elle ne peut pas accepter ce qui est le plus important et le
plus précieux pour lui. tout est traité, lié à des idées supérieures, orienté vers des
objectifs ultimes et fixes; ne contredit plus la croyance, la connaissance, la volonté, et
rien ne contredit la croyance, la connaissance, la volonté. Et si une personne n'atteint
pas ce développement idéal, les arguments et les contradictions en elle toujours ternes
au fil du temps, elle laisse de côté ce qu'elle ne peut pas approuver ce qui est le plus
important et le plus précieux pour lui. tout est traité, lié à des idées supérieures,
orienté vers des objectifs ultimes et fixes; ne contredit plus la croyance, la
connaissance, la volonté, et rien ne contredit la croyance, la connaissance, la
volonté. Et si une personne n'atteint pas ce développement idéal, les différends et les
contradictions en elle s'émousseront avec le temps, laissant de côté ce qu'elle ne peut
pas accepter ce qui est le plus important et le plus précieux pour elle.
Si nous regardons maintenant la terre contre cela, elle est encore loin de ce but de
coopération parfaite, de quelque conclusion, de paix intérieure de tous ses moments
spirituels; il est plutôt toujours en plein travail intérieur et en conflits intérieurs. Des
peuples entiers avec leurs aspirations et leurs idées sont presque séparés du cours
principal du développement humain, seulement connectés mentalement au reste par
l'unité générale de la conscience supérieure; Le christianisme, l'islam et le paganisme
se disputent encore; il n'y a toujours pas d'accord sur les plus hauts objets de
connaissance et de poursuite; il y a toujours une guerre pour la domination et les
avantages matériels entre les peuples. Mais l'esprit de la terre travaille dans et sur, et
les personnes les plus marginalisées sont progressivement entraînées dans la chaîne
de l'enseignement général ou, si elles ne veulent pas se soumettre, les contradictions
les plus graves et les plus profondes dans la connaissance et la croyance et l'action
visent un accord toujours plus nouveau, toujours plus élevé et plus complet. à. Et
l'imperfection initialement plus grande est la semence, oui, la condition d'une plus
grande perfection.
La considération suivante peut également nous sembler importante:
L'enfant se souvient à peine de la veille, il ne se soucie pas non plus du
lendemain; chaque nouveau jour l'occupe de nouveau; l'homme ne sait plus ce qu'il a
ressenti, pensé, souffert et fait enfant. La mémoire se développe progressivement
avec la réflexion, la prudence avec l'expérience; et le regard en arrière et la
prévoyance deviennent progressivement plus lumineux. Mais ce sont précisément
certains des plus anciens contes de fées et quelques événements simples et précoces
qui ont éveillé la conscience du sommeil en premier, qui, malgré tout l'oubli du reste,
sont les plus fermement retenus dans l'esprit et agissent comme un guide pour l'esprit.
Nous ne voyons pas autrement dans l'humanité le souvenir des premières
conditions, l'âge le plus précoce de l'humanité elle-même ne se préoccupe que du
souci du présent. La mémoire historique des temps passés, le soin des temps futurs
dans les institutions permanentes et les institutions ne sont que la chose de l'humanité
adulte. Mais certains mythes anciens et certains événements simples, qui ont d'abord
éveillé l'humanité de son sommeil spirituel, sont ceux qui, à travers tout l'oubli des
autres, ont été les plus fermement préservés dans la mémoire humaine et ont donné
une direction à leur esprit.
Combien de peuples sur terre sont sans histoire aujourd'hui? combien vivent encore
au jour le jour!
Peut-être que l'être humain, en tant que produit tardif de la terre après de nombreuses créations
précédentes, n'est pas la dernière chose avec laquelle il achèvera son développement. Une
discussion de cette possibilité se trouve dans la cinquième section. Si, cependant, les êtres humains
devaient être suivis par des créations organiques plus tard, le développement qui a été réalisé avec
et à travers lui pour la terre serait certainement préparatoire et préalable à l'état de développement
ultérieur de la terre, d'où son existence antérieure pour son avenir ne doit pas être considéré comme
perdu; oui, en ce qui concerne l'au-delà, l'homme lui-même ne serait pas perdu pour l'existence et le
travail terrestres, mais son esprit serait indiscutablement impliqué dans le développement supérieur
de la sphère terrestre, dans le cas contraire, nos futures considérations sur l'au-delà sont
valables. Aussi peu que la terre fasse un pas en arrière, néanmoins, une personne après l'autre qui
contribue à son développement ultérieur meurt; Au contraire, tout ce qui y est acquis reste en elle, si
peu que la terre fera un pas en arrière si toute l'humanité périt à la fois; ce sera plutôt un progrès
dans le même sens (ne serait-ce que dans une sphère subordonnée) que l'homme se fait s'il meurt
subitement, au lieu de simplement changer ses parties dans la vie, c'est-à-dire de mourir
partiellement. On peut alors demander davantage si la terre est destinée à vivre de telles époques de
développement uniquement dans la zone de création subordonnée, que ce soit selon les créatures
individuelles ou que ce soit après des créations entières, ou, de façon analogue à l'être humain tout
entier, de devenir la proie de la destruction de leur structure physique, qui ne pourrait sans doute
résulter que d'un déclin fini du soleil, tout comme l'homme meurt en retournant sur la terre d'où il a
été pris; et c'est déjà dans la cape. III. été rappelé que ce n'est au moins rien d'absolument
impossible. Il est incontestable, cependant, que l'on devrait faire mieux pour exposer de telles
questions, qui n'affectent pas notre intérêt proche et ne peuvent être répondues que par des
hypothèses sur des hypothèses, au lieu d'aller plus loin. que ce n'est au moins rien d'absolument
impossible. Il est incontestable, cependant, que l'on devrait faire mieux pour exposer de telles
questions, qui n'affectent pas notre intérêt proche et ne peuvent être répondues que par des
hypothèses sur des hypothèses, au lieu d'aller plus loin. que ce n'est au moins rien d'absolument
impossible. Il est incontestable, cependant, que l'on devrait faire mieux pour exposer de telles
questions, qui n'affectent pas notre intérêt proche et ne peuvent être répondues que par des
hypothèses sur des hypothèses, au lieu d'aller plus loin.
Une personne peut-elle être élevée seule? Il a besoin du père et du monde pour
cela. La terre peut-elle être élevée seule? Il a également besoin du père et du monde
pour le faire. L'homme individuel a besoin du père terrestre et du monde extérieur
terrestre; la terre de notre Père céleste et le monde extérieur céleste. S'il n'y avait pas
de monde au-delà de la terre, alors la terre manquait non seulement de l'extérieur
mais aussi de la direction intérieure à travers l'ordre céleste des étoiles (cf. VI); s'il n'y
avait pas de dieu au-delà de la terre, la pensée d'un dieu ne pourrait pas s'y
développer; mais elle se développe par des médiations divines plus générales, qui
viennent du tout, et c'est cette pensée dans laquelle, à travers toutes les
obscurcissements et ambiguïtés, par laquelle elle est apparue initialement; la
conscience de la terre augmente jusqu'au sommet, qui y fixe le plus haut et le dernier
but, forme en elle le lien le plus général (cf. XI.). Mais pour épuiser cette pensée de
l'infini et de l'éternel dans sa plénitude, pour saisir sa hauteur, pour en tirer ses
conclusions, il faut lui-même l'infini et l'éternité. Ainsi, comme tous les autres êtres,
la terre est finalement placée à une hauteur inaccessible; mais la progression
constante dans la direction de l'objectif doit elle-même être considérée comme une
réalisation continue de l'objectif. Cette progression n'est pas un flux, c'est une
foulée; De sorte que de plus petites étapes sont construites en plus grandes. Et une
étape était la plus importante de toutes pour l'humanité et la contemplation
humaine, qui a d'abord pris la direction ferme vers le but le plus élevé avec la
conscience humaine. Qu'était-il

X. De l'étape de construction du monde.

On peut voir après tout que si nous plaçons la terre à un niveau plus élevé que les
humains, les animaux et les plantes, cela ne doit pas être compris comme si la terre
n'était qu'un niveau supérieur du même escalier, mais l'homme est vraiment le plus
haut niveau de l'escalier terrestre , il n'y a rien de tel. Seule la maison dans laquelle
l'ensemble de l'escalier est construit est encore supérieure au plus haut niveau. Cette
maison est la terre. La plus haute marche menant au toit libre, c'est-à-dire le niveau
humain, peut toujours être le sommet et, de tous les points de vue particuliers de cette
maison, la plus appropriée pour surplomber toute la maison et au-delà du grand
ciel; mais la maison qui porte ce sommet veut dire plus et plus haut que le sommet
lui-même, qui s'est effondré en rien sans la maison, mais la maison sans cela, menant
à l'extérieur, le plus haut niveau n'a manqué que sa plus haute perspective. Et ce ne
serait le cas que si l'homme et l'humanité manquaient à la terre.
Maintenant, cependant, il y a une deuxième échelle (peut-être avec encore plus
d'étapes intermédiaires) dans l'élévation de la terre au-dessus de l'homme et plus loin
du monde au-dessus de la terre, où les marches ne sont pas extérieurement côte à
côte, mais intégrées les unes aux autres. Il y a des humains, des animaux, des plantes
en quelque sorte voisins du même niveau; la terre est le niveau supérieur, dans lequel
ils sont construits ensemble en tant que niveaux inférieurs, le monde est le suprême à
tous les niveaux, dans lequel encore la terre est construite avec les autres corps du
monde. Cette échelle de deuxième marche ne se tient pas à côté de la première, mais
l'inclut; de sorte que chaque être au niveau de la deuxième échelle porte en son sein
une structure entière d'êtres au sens du premier, dont le plus élevé est qui relie le plus
pleinement les relations de l'être supérieur. Les deux types de gradation s'appliquent
au spirituel et au physique en un.
Il ne serait peut-être pas inapproprié de comparer la relation entre ce que l'homme a aux animaux
et aux plantes en tant qu'êtres inférieurs mais voisins au sens du premier niveau, de ce que la terre a
à l'homme, aux animaux et aux plantes comme elle sous et les êtres classés au sens du second,
distingués par le fait que l'homme était appelé un être supérieur aux animaux et aux plantes, la terre
un être supérieur au-dessus des personnes, des animaux et des plantes. Cependant, ce n'est pas
exactement dans l'usage de la langue de faire cette distinction; et la dernière expression ne circule
souvent pas bien non plus, d'où l'expression plus élevée, en règle générale, utilisée indifféremment
par nous pour les deux relations, mais très différentes, et laissée à la connexion pour décider entre
les significations.
Sur l'échelle à degrés dans le premier sens, les créatures ne peuvent être ordonnées que de
manière approximative, car le principe de la même chose ne permet pas une détermination
ferme. Personne n'hésitera à appeler l'homme l'être terrestre le plus élevé, parmi les animaux les
mammifères supérieurs aux poissons, ces supérieurs aux vers, les animaux supérieurs aux plantes,
mais il n'y a pas de classement exact. Certaines créatures se tiennent plus haut après un complexe de
certaines relations, d'autres après un complexe d'autres relations, et il n'est pas possible de mesurer
ou de peser la valeur de ces complexes même par une certaine mesure.
En ce qui concerne la structure du niveau spirituel dans le deuxième sens, on peut penser à
comparer la relation des êtres supérieurs avec les inférieurs avec la relation des termes supérieurs à
ceux qu'ils contiennent. Cette comparaison est vraie d'un côté, mais pas du tout de l'autre. Elle
frappe dans la mesure où dans le concept supérieur, comme celui de l'oiseau, tous les concepts
subordonnés, comme celui de poulet et de moineau, peuvent être implicitement pensés; mais
seulement implicite, non explicite, et c'est la différence. Les termes ci-dessus deviennent
fondamentalement vides ou deviennent indéfinis en termes de déterminations réelles à mesure qu'ils
augmentent, seule la portée des déterminations possibles croît avec eux; mais avec les esprits
supérieurs la portée des déterminations réelles. Les termes ci-dessus sont des résumés spirituels
d'une plus grande étendue du réel; les esprits supérieurs traitent avec une plus grande étendue du
réel spirituel lui-même.
N'y a-t-il pas, peut-on demander, des étapes intermédiaires entre l'esprit de l'homme
et l'esprit de la terre? En fait, on parle encore d'esprits supérieurs à celui de l'individu
et inférieurs à celui de la terre entière. Dans chaque famille, chaque corporation,
chaque association, chaque communauté, chaque peuple, comme vous le dites, il y a
un esprit spécial, et surtout l'esprit d'humanité; seulement qu'aucun de ces esprits ne
peut se voir attribuer la même indépendance ou personnalité individuelle que l'esprit
de l'être humain individuel au niveau inférieur et l'esprit de la terre au niveau
supérieur. Ni la connaissance ni la volonté d'une famille, d'un peuple, etc. n'est
enfermée dans une conscience unifiée pour elle-même, et une telle communauté n'a
pas pour elle-même un corps cohérent. Au contraire, la conscience unifiée, comme le
corps unifié, n'appartient d'une part qu'aux personnes individuelles qui se
subordonnent à la communauté, d'autre part à la terre entière, à laquelle toutes les
communautés terrestres se subordonnent, et c'est seulement ici qu'elles peuvent
trouver la totalité de ce qui est en elles et autour d'elles. , leur lien entre eux comme
chacun à l'intérieur. Mais tant que l'esprit supérieur tient ensemble chaque
communauté qu'il inclut d'un point de vue unifié particulier, déterminé et ainsi
redéterminé, cette règle particulière de la même chose peut également être comprise
de manière inappropriée comme un esprit spécial. et c'est seulement ici que vous
pouvez trouver votre lien les uns avec les autres, comme les uns avec les autres, dans
la totalité de ce qui est en vous et sur vous. Mais tant que l'esprit supérieur tient
ensemble chaque communauté qu'il inclut d'un point de vue unifié particulier,
déterminé et ainsi redéterminé, cette règle particulière de la même chose peut
également être comprise de manière inappropriée comme un esprit spécial. et c'est
seulement ici que vous pouvez trouver votre lien les uns avec les autres, comme les
uns avec les autres, dans la totalité de ce qui est en vous et sur vous. Mais tant que
l'esprit supérieur tient ensemble chaque communauté qu'il inclut d'un point de vue
unifié particulier, déterminé et ainsi redéterminé, cette règle particulière de la même
chose peut également être comprise de manière inappropriée comme un esprit
spécial.
À l'avenir, cependant, il sera montré comment l'existence d'un autre monde de
l'homme s'élève au-dessus de son présent de telle manière que l'on peut, cependant,
voir un niveau individuel plus élevé que l'humain actuel; oui, comment les esprits de
l'au-delà peuvent aussi transmettre la connexion des communautés de ce monde; dont
le Christ est le plus grand exemple. Mais cette connexion ne doit pas être considérée
comme telle qu'un esprit de l'au-delà est composé des esprits d'une communauté
mondaine, ou ils peuvent les absorber complètement, ou même les incorporer
complètement, ou fusionner avec leur individualité, mais il ne peut que par sa
continuation animée d'un certain point de vue, qui ne lie pas encore un esprit
indépendant, en attendant, ils dépassent sa sphère d'activité à d'autres points de vue,
car d'un autre côté cela ne reste résolu dans aucun esprit de l'ici et maintenant, mais
s'étend au-delà. Selon lequel les esprits qui sont passés dans l'au-delà et qui sont
encore rétroactifs au présent apparaissent comme des aides pour l'esprit supérieur
pour lier le présent; mais doit laisser la fermeture totale et inclusive de toutes les
communautés terrestres à l'esprit supérieur. Cependant, une discussion plus
approfondie de ces relations appartient à l'enseignement de l'au-delà. mais doit laisser
la fermeture totale et inclusive de toutes les communautés terrestres à l'esprit
supérieur. Cependant, une discussion plus approfondie de ces relations appartient à
l'enseignement de l'au-delà. mais doit laisser la fermeture totale et inclusive de toutes
les communautés terrestres à l'esprit supérieur. Cependant, une discussion plus
approfondie de ces relations appartient à l'enseignement de l'au-delà.
Bien moins que les communautés humaines, nous serons bien entendu autorisés à
personnifier l'air, la mer, les pouvoirs souterrains, en tant qu'êtres spéciaux, comme
l'ont fait les païens; puisque ces parties de la terre ne font que porter l'esprit de la terre
dans son contexte; car nous ne considérons pas non plus notre souffle, notre sang, la
profondeur de notre corps comme des êtres porteurs d'esprit individuels, mais
seulement contribuons à la formation d'un être porteur d'esprit. Après tout, avec cette
personnification de zones terrestres particulières, le point de vue correct, qui est
correctement affirmé dans la personnification des étoiles, est que de plus grandes
sphères naturelles permettent la personnification du tout; seuls les païens sont entrés
dans la religion ce qui nous est arrivé en science; la taille et la gérabilité difficile de
l'ensemble véritablement unifié de la terre et la clarté intrusive de ses parties
spéciales ont incité à penser à une collection de morceaux de l'ensemble comme une
collection d'ensembles tout aussi spéciaux, alors qu'ils ne devraient en réalité être que
des points d'attaque spéciaux du même ensemble unifié. La conscience de l'union
unifiée a été perdue, ou le tout lui-même a été saisi et personnifié comme quelque
chose de spécial en plus des parties (Gaa). La conséquence reviendra à ce sujet. La
conscience de l'union unifiée a été perdue, ou le tout lui-même a été saisi et
personnifié comme quelque chose de spécial en plus des parties (Gaa). La
conséquence reviendra à ce sujet. La conscience de l'union unifiée a été perdue, ou le
tout lui-même a été saisi et personnifié comme quelque chose de spécial en plus des
parties (Gaa). La conséquence reviendra à ce sujet.
Il est incontestable que quand une tempête se précipite, la terre tremble, une
inondation se précipite, le printemps pompe les jus hors du sol, rien de tout cela n'a
d'importance pour la sensation de la terre. Elle ressentira non seulement ce que les
gens et les animaux ressentent en particulier, mais aussi les changements dans notre
circulation sanguine, la façon dont notre souffle marche, le réchauffement et le
refroidissement de notre corps en dehors de ce qui s'y reflète dans un sens spécial,
notre sens de la communauté plus ces changements seront importants et intenses, plus
ils seront importants pour la vie naturelle de la terre. Mais tout cela ne sera considéré
que comme un sentiment de la terre, mais pas d'êtres spéciaux en elle.
La question se pose ensuite de savoir si, après que la terre est apparue comme une
étape intermédiaire individuelle entre l'homme et le monde, il existe également des
étapes intermédiaires individuelles de niveau supérieur entre la terre et le monde, et
donc il y a l'esprit de la terre et l'esprit du monde. Il vaut peut-être mieux ne pas
approfondir cette question, sinon la traiter entièrement. Parce que plus nous regardons
vers le haut, plus la vue est étourdie, et ce n'est que devant Dieu que la paix et la
sécurité réapparaissent; le niveau le plus important de la totalité de l'être humain et la
totalité des niveaux eux-mêmes resteront toujours les plus importants pour nous de
toute la superstructure au-dessus de nous. Dans l'intervalle, des difficultés peuvent
surgir des possibilités, et il peut donc être utile de les contrer avec d'autres
possibilités. Le but

"Je vois sur cette marche sur


laquelle je me tiens,
rien quand mon regard se lève,
beaucoup quand il tombe.
Je vois au fond et toujours plus au
fond,
une armée de vie vivante, un
essaim éternellement vif ,
mais quand je regarde je, donc voir
«rien d' autre que la lumière,
assez, le duvet ne suffit pas,
l'échelle jusqu'à?
Eh bien , elle monte, probablement
entre moi
debout et suprême forme beaucoup
plus élevée étant entre vous.
mais je ne les vois pas, aveuglés
par ta lumière,
qui ne m'envoie que son pouvoir
pour regarder vers le bas. "

(Rüc
kert,
Sage
sse
du
brah
man
e
II.22
f.)

XI. De Dieu et du monde.

"Et il y a différents pouvoirs, mais c'est un Dieu qui fait tout en tout 1)
1). Cor. 12, 6.

C'est ce que dit Paul, et ce sera le thème principal de nos considérations suivantes.
Nous ne disons pas seulement que tout fonctionne en tout, mais que tout est en
tout; mais les deux sont les mêmes. Car comment pourrait ce qui ne fonctionne pas et
ce qui ne fonctionne pas; et ce que tout veut fonctionner doit être tout ce qui
fonctionne.
Mais Dieu ne peut être saisi par un simple jeu conceptuel. Et Dieu ne peut-il pas
être conçu d'une manière différente que de telle sorte que toutes choses soient pour
lui? Est-ce que Paul lui-même l'a pris de cette façon? De combien de façons ne peut-
il pas être saisi?
"Summa, tout est dans sa parole."
"Si nous disons la même chose, nous ne pouvons pas y parvenir. En bref, c'est le
cas."
2) Monsieur. 43, 28, 29.

C'est ainsi que nous devrons finalement parler à Sirach. Mais ne devrions-nous pas
chercher à savoir si nous ne pouvons pas y parvenir? Après tout, Dieu ne nous est pas
inaccessible dans la mesure où nous ne pouvons rien obtenir de lui, mais que sa
richesse donne tout à nos riches, que nous, en tant que ses créatures, ne pouvons pas
l'épuiser avec toutes nos créatures. Mais c'est précisément cela que nous pouvons
faire à la fois sujet et limite supérieure de nos considérations, que c'est la limite
supérieure de ce qui peut être atteint par tous les mondes et peut être saisie par des
considérations. En ce sens, nous allons maintenant considérer le sien et son monde,
en nous tournant maintenant de ce côté, maintenant de ce côté. Parce que si nous
disions de lui: Lui-même est le Tout; c'est juste un côté de ce qu'il faut dire et juste
une façon de le dire.
A. Aspects conceptuels.
Lorsque vous parlez de Dieu, cela peut se produire dans plus d'un sens. On ne peut
comprendre Dieu que comme le principe spirituel qui gouverne dans ou sur la nature
ou le monde comme l'incarnation des choses qui apparaissent à l'extérieur, et ainsi
cela se produit partout dans un sens plus étroit, oui notre religion ne reconnaît aucun
autre sens. Et pourquoi, là où il n'y a que des relations d'esprit à esprit, ne devrait-elle
pas laisser Dieu être saisi comme un esprit pur, lui ordonner en effet de le saisir.
En attendant, cela n'entrave pas, et cela ne peut que contribuer à souligner la
relation intime qui existe entre Dieu en tant qu'esprit et son monde matériel
d'apparence si, dans un sens plus large, nous opposons plutôt ce monde matériel
d'apparence à Dieu, plutôt que le côté extérieur de l'existence divine. nous
considérons comme quelque chose qui appartient à Dieu, de la même manière que
nous considérons le corps, que nous confrontons dans un sens plus étroit avec le
véritable intérieur, c'est-à-dire l'homme spirituel, dans un sens plus large comme le
côté extérieur de l'homme lui-même compte, ce qui ne signifie pas que la nature avec
l'esprit divin, le corps avec l'âme sont de hauteur et de valeur égales, rien n'a encore
été décidé sur la nature de leur relation mutuelle.On peut même considérer le
piédestal avec la statue ci-dessus comme une image fixe de la façon dont ils forment
vraiment un ensemble à un certain égard, sinon considérons le plus haut de
l'ensemble, la statue, dont dépend la dernière chose mais il ne serait pas un tout
complet sans le piédestal, seulement que le piédestal ne soit pas confondu avec la
statue et considéré comme dominant.
Nous avons donc également besoin dans cette écriture, dans laquelle il ne s'agit pas
seulement de la relation des esprits finis à l'esprit divin et du contraste de l'esprit
divin contre la nature, qui a toujours lieu d'un côté, mais aussi de l'autre. permettre à
la relation intime de l'esprit divin avec la nature de se produire, de la laisser émerger
plus que ce n'est le cas autrement, selon le point de vue et le but, le nom de Dieu,
parfois dans un sens plus étroit, parfois dans un sens plus large, en plaçant
simplement la statue de l'esprit divin au-dessus du Piédestal du monde matériel,
bientôt l'ensemble de la statue et piédestal d'un seul œil. Une comparaison qui, bien
sûr, si elle est à certains égards appropriée et explicative, est à d'autres égards aussi
peu pertinente que possible; car l'esprit de Dieu tient si peu que notre âme est morte
extérieurement au-dessus du monde physique, mais s'exprime plutôt en lui comme un
être vivant immanent à lui, ou autrement (nous expliquerons les deux expressions), la
nature elle-même est un énoncé qui est immanent à Dieu . Mais par l'abstraction, elle
reste toujours séparable de sa pénétration avec Dieu ou de son abolition en Dieu et
apparaît alors toujours avec le caractère de l'inférieur contre un supérieur, qui au sens
étroit peut être compris comme Dieu. Il est naturel, cependant, que la nécessité de
permettre à la nouvelle version du concept de Dieu de se produire à sa place, où un
tel divorce ne se produit pas par abstraction, s'applique plus à nous qu'ailleurs, car
sinon le divorce de Dieu et de la nature ou moins est considéré comme un réel. Il
s'exprime plutôt en lui comme un être vivant qui lui est immanent, ou différemment
(mais nous expliquerons les deux expressions) .La nature elle-même est un énoncé
qui est immanent à Dieu. Mais par l'abstraction, elle reste toujours séparable de sa
pénétration avec Dieu ou de son abolition en Dieu et apparaît alors toujours avec le
caractère de l'inférieur contre un supérieur, qui au sens étroit peut être compris
comme Dieu. Il est naturel, bien sûr, que la nécessité de permettre à la nouvelle
version du concept de Dieu de se produire à sa place, où un tel divorce ne se produit
pas par abstraction, s'applique plus à nous qu'ailleurs, car sinon le divorce de Dieu et
de la nature ou moins est considéré comme un réel. Il s'exprime plutôt en lui comme
un être vivant qui lui est immanent, ou différemment (mais nous expliquerons les
deux expressions) .La nature elle-même est un énoncé qui est immanent à Dieu. Mais
par l'abstraction, elle reste toujours séparable de sa pénétration avec Dieu ou de son
abolition en Dieu et apparaît alors toujours avec le caractère de l'inférieur contre un
supérieur, qui au sens étroit peut être compris comme Dieu. Il est naturel, bien sûr,
que la nécessité de permettre à la nouvelle version du concept de Dieu de se produire
à sa place, où un tel divorce ne se produit pas par abstraction, s'applique plus à nous
qu'ailleurs, car sinon le divorce de Dieu et de la nature ou moins est considéré comme
un réel. (mais nous expliquerons les deux expressions) la nature elle-même est un
énoncé immanent à Dieu. Mais par l'abstraction, elle reste toujours séparable de sa
pénétration avec Dieu ou de son abolition en Dieu et apparaît alors toujours avec le
caractère de l'inférieur contre un supérieur, qui au sens étroit peut être compris
comme Dieu. Il est naturel, cependant, que la nécessité de permettre à la nouvelle
version du concept de Dieu de se produire à sa place, où un tel divorce ne se produit
pas par abstraction, s'applique plus à nous qu'ailleurs, car sinon le divorce de Dieu et
de la nature ou moins est considéré comme un réel. (mais nous expliquerons les deux
expressions) la nature elle-même est un énoncé immanent à Dieu. Mais par
l'abstraction, elle reste toujours séparable de sa pénétration avec Dieu ou de son
abolition en Dieu et apparaît alors toujours avec le caractère de l'inférieur contre un
supérieur, qui au sens étroit peut être compris comme Dieu. Il est naturel, cependant,
que la nécessité de permettre à la nouvelle version du concept de Dieu de se produire
à sa place, où un tel divorce ne se produit pas par abstraction, s'applique plus à nous
qu'ailleurs, car sinon le divorce de Dieu et de la nature ou moins est considéré comme
un réel. Mais par l'abstraction, elle reste toujours séparable de sa pénétration avec
Dieu ou de son abolition en Dieu et apparaît alors toujours avec le caractère de
l'inférieur contre un supérieur, qui au sens étroit peut être compris comme Dieu. Il est
naturel, cependant, que la nécessité de permettre à la nouvelle version du concept de
Dieu de se produire à sa place, où un tel divorce ne se produit pas par abstraction,
s'applique plus à nous qu'ailleurs, car sinon le divorce de Dieu et de la nature ou
moins est considéré comme un réel. Mais par l'abstraction, elle reste toujours
séparable de sa pénétration avec Dieu ou de son abolition en Dieu et apparaît alors
toujours avec le caractère de l'inférieur contre un supérieur, qui au sens étroit peut
être compris comme Dieu. Il est naturel, cependant, que la nécessité de permettre à la
nouvelle version du concept de Dieu de se produire à sa place, où un tel divorce ne se
produit pas par abstraction, s'applique plus à nous qu'ailleurs, car sinon le divorce de
Dieu et de la nature ou moins est considéré comme un réel.
Après avoir soustrait la nature de Dieu et l'avoir opposée en tant qu'être spirituel, on
peut, avec une abstraction plus profonde, couper dans l'être spirituel lui-même, créant
ainsi des versions encore plus étroites du concept de Dieu.
De cette façon, Dieu en tant qu'esprit entier unifié, en tant qu'esprit absolu, esprit
universel, peut être juxtaposé et contrasté avec les esprits individuels des créatures
qui sont comprises sous lui, comme ses êtres spirituels partiels, similaires à l'esprit
humain comme un tout unifié avec les concepts particulièrement compréhensibles et
distinguables comme son les entités intellectuelles peuvent être comparées et
comparées. Seulement, il serait tout aussi faux de penser les esprits individuels créés
par Dieu en dehors de lui que les idées créées par notre esprit en dehors de lui. C'est
une juxtaposition purement interne ou abstraite de ce dont il s'agit, celle du tout unifié
et de ses êtres partiels, le contre-jeu même d'un réel ou d'un externe. Bien que le sous-
être individuel reste toujours enclin à confondre les deux, Car en voyant tout de
l'ensemble avec lequel il ne coïncide pas, sauf lui-même ou pas du tout, cela signifie
avoir une contrepartie extérieure du tout, alors qu'il en est une composante
essentielle. Seule son addition au tout peut être comparée, mais cet ajout n'est pas le
tout, qu'il doit contribuer à l'accomplissement lui-même. Combien d'ensembles y
aurait-il si chaque partie considérait que son ajout était le tout, car chaque ajout est
différent, et tous ces ensembles étaient pour ainsi dire perforés, chacun à un endroit
différent. C'est plutôt un tout qui comprend tous les êtres partiels en un, a sa plénitude
en lui, au lieu de ses lacunes. d'avoir une contrepartie extérieure, alors qu'elle en fait
partie intégrante. Seule son addition au tout peut être comparée, mais cet ajout n'est
pas le tout, qu'il doit contribuer à l'accomplissement lui-même. Combien d'ensembles
y aurait-il si chaque partie considérait que son ajout était le tout, car chaque ajout est
différent, et tous ces ensembles étaient pour ainsi dire perforés, chacun à un endroit
différent. C'est plutôt un tout qui comprend tous les êtres partiels en un, a sa plénitude
en lui, au lieu de ses lacunes. d'avoir une contrepartie extérieure, alors qu'elle en fait
partie intégrante. Seule son addition au tout peut être comparée, mais cet ajout n'est
pas le tout, qu'il doit contribuer à l'accomplissement lui-même. Quelle quantité y
aurait-il si chaque partie devait considérer son addition comme étant la totalité, parce
que chaque addition est différente, et toutes seraient perforées, pour ainsi dire,
chacune seulement à un endroit différent. C'est plutôt un tout qui comprend tous les
êtres partiels en un, a sa plénitude en lui, au lieu de ses lacunes. si chaque partie
devait considérer son ajout au tout, car chaque ajout est différent, et tous ces
ensembles seraient pour ainsi dire perforés chacun à un endroit différent. C'est plutôt
un tout qui comprend tous les êtres partiels en un, a sa plénitude en lui, au lieu de ses
lacunes. si chaque partie devait considérer son ajout au tout, car chaque ajout est
différent, et tous ces ensembles seraient pour ainsi dire perforés, chacun à un endroit
différent. Au contraire, c'est un tout qui comprend tous les êtres partiels en un, a sa
plénitude au lieu de ses lacunes.
Comme l'esprit divin universel comme un ensemble unifié de nos esprits individuels individuels,
la nature ou le corps divin comme un ensemble unifié de nos corps individuels individuels, notre
corps comme un ensemble unifié de nos organes individuels, peut être comparé et contrasté, mais
seulement de telle manière que la nature nous appartient Corps, notre corps comprend partiellement
ses organes. Ici aussi, cependant, la confusion de la juxtaposition intérieure abstraite avec une réelle
extérieure se produit très souvent. L'homme est toujours enclin à ne pas compter son corps comme
faisant partie de la nature, mais à les garder absolument réels, juxtaposés extérieurement, qu'il
s'agisse simplement de l'ajout de son corps à la nature entière avec laquelle il est juxtaposé.
Cependant, d'une manière encore plus profonde et plus profonde, une abstraction et
donc une comparaison et une confrontation dans le domaine de l'esprit peuvent être
provoquées, ce qui, bien que pertinent pour le précédent, ne coïncide pas avec lui en
suivant Dieu (au sens le plus étroit) comme un esprit général toutes les références et
tous les points de vue du domaine de l'individu, le concret, qui sont basés sur
l'individu et qui le lient et le lient, abstrait et juxtaposé et juxtaposé à lui, même si en
réalité le général n'existe pas sans l'individu dans lequel il entre liés. Ainsi, le plus
élevé, le meilleur, le plus général en nous et tous les esprits, dans lesquels nous
trouvons tous un lien, est considéré comme les contractions de Dieu et demeurant en
nous et au-delà de nous, mais selon nos détails spécifiques, comme dans lesquels il
n'y a pas de lien en soi, Dieu devrait être considéré comme étant opposé et opposé à
l'être général qui relie. Tout comme notre esprit en tant qu'esprit au sens étroit selon
toutes les relations générales et les points de vue (il y a des références plus élevées à
la conscience, aux jugements, aux conclusions, aux points de vue du bien, du vrai et
du beau), à travers lequel il concrétise l'individu de son domaine d'imagination (vues,
Souvenirs, structures imaginatives, termes et idées concrets) liés, les zones des détails
ainsi liés peuvent être contrastées et contrastées, malgré le fait qu'il vit et tisse
effectivement ces particularités. De cette manière aussi, Dieu et le royaume des
créatures ne se désagrègent pas vraiment. Tout comme notre esprit en tant qu'esprit au
sens étroit selon toutes les relations générales et les points de vue (il y a des
références plus élevées à la conscience, aux jugements, aux conclusions, aux points
de vue du bien, du vrai et du beau), à travers lequel il concrétise l'individu de son
domaine d'imagination (vues, Souvenirs, structures imaginatives, termes et idées
concrets) liés, les zones des détails ainsi liés peuvent être contrastées et contrastées,
malgré le fait qu'il vit et tisse effectivement ces particularités. De cette manière aussi,
Dieu et le royaume des créatures ne se désagrègent pas vraiment. Tout comme notre
esprit en tant qu'esprit au sens étroit selon toutes les relations générales et les points
de vue (il y a des références plus élevées à la conscience, aux jugements, aux
conclusions, aux points de vue du bien, du vrai et du beau), à travers lequel il
concrétise l'individu de son domaine d'imagination (vues, Souvenirs, structures
imaginatives, termes et idées concrets) liés, les zones des détails ainsi liés peuvent
être contrastées et contrastées, malgré le fait qu'il vit et tisse effectivement ces
particularités. De cette manière aussi, Dieu et le royaume des créatures ne se
désagrègent pas vraiment. individuel de son domaine d'imagination (vues, mémoires,
structures imaginatives, termes et idées concrets) liés, les domaines des détails ainsi
liés peuvent être contrastés et contrastés, indépendamment du fait qu'il vit et tisse
effectivement ces particularités. De cette manière aussi, Dieu et le royaume des
créatures ne se désagrègent pas vraiment. individuel de son domaine d'imagination
(vues, souvenirs, structures imaginatives, termes et idées concrets) liés, les zones des
détails ainsi liés peuvent être contrastées et contrastées, indépendamment du fait qu'il
vit et tisse effectivement dans ces particularités. De cette manière aussi, Dieu et le
royaume des créatures ne se désagrègent pas vraiment.
Alors que la comparaison précédente consistait à considérer le domaine spirituel comme un tout
unitaire, puis à ses parties individuelles, et ce qui apparaît dans les deux façons de se regarder
comme s'il s'agissait d'un double, l'actuel consiste à regarder le spirituel Analyse de la zone de deux
manières et après la double possibilité ou exécution de cette analyse, il y a un double. Cela
s'explique bien par la double vision analogue que notre corps permet. D'une part, vous pouvez le
décomposer en soi-disant systèmes qui traversent en partie, l'enferment en partie, en partie dans
tous les organes, en partie autour d'eux, même entre mutuellement, et reliez ainsi tous les organes et
vous-même d'une part, d'autre part, contribuent à former, comme le système nerveux, le système
vasculaire, le système de la peau, puis à retourner dans les organes, qui sont formés et liés de cette
manière, comme le cerveau, les yeux, la langue, les poumons, le cœur, l'estomac, le foie, la rate, etc.
Considérant qu'une analyse précise et complète n'est pas possible dans les deux sens, et donc pas de
comparaison nette des deux approches; et que leur mise en œuvre est sujette à une grande
incertitude, dont l'analogue s'applique également dans le domaine spirituel. En particulier, il est
démontré que le cerveau, le cœur, la peau englobante apparaissent simultanément comme des
organes dans lesquels tous les systèmes principaux entrent et, en tant que parties principales, le
centre de systèmes principaux spéciaux.
Le double point de vue pourrait également être étendu à l'ensemble de la nature, bien qu'une
mise en œuvre détaillée soit sujette à la même difficulté ou impossibilité qu'avec notre corps. En
tant que chose la plus générale qui traverse ou inclut tout, l'espace, le temps et la matière peuvent
être considérés, qui, en mouvement, en forme, etc. Nos corps, comme les systèmes et les organes de
nos corps, ne sont eux-mêmes que par rapport aux complications et à la subordination à ces grandes
généralités et particularités.
On montrera plus loin comment le contraste de base de l'âme et du corps, de Dieu et de la
nature est basé uniquement sur une double considération d'un seul et même être de base, subjectif et
objectif, de sorte que le même être de base apparaît dans son ensemble comme spirituel lui-même,
parfois à travers certaines parties de celui-ci. Apparence de ce qui gagne dans son ensemble ou
apparence physique contre ces parties dans leur ensemble.
La conséquence donnera une raison suffisante pour expliquer davantage ces
opposés, qui justifient des significations de Dieu encore plus étendues ou plus
étroites, dont la plus large reste toujours celle qui permet à Dieu de déduire tout ce
qui existe sans déduction.
Le concept du monde partage l'ambiguïté du concept de Dieu en suivant ses
expressions. Là où, dans le sens le plus large, tout le domaine de l'existence
spirituelle et matérielle, sans séparer l'abstraction, est compté comme Dieu, le
concept du monde coïncide avec le concept de Dieu, et nous obtenons la vision
panthéiste du monde dans le sens le plus complet du mot. Notre point de vue est celui
dans lequel il considère que la version la plus large du concept de Dieu est
techniquement justifiée, et que l'autre version n'existe que pour l'abstraction; bien
qu'il le permette, il le juge en effet utile pour le développement des conditions
internes de la zone d'existence, à condition qu'il ne s'oppose pas à la version la plus
large, selon laquelle les autres visions du monde ne contredisent pas la nôtre, que de
le subordonner ou de le classer. Le nôtre diffère du panthéisme ordinaire (hégélien),
qui est maintenant généralement compris simplement comme le panthéisme, en ce
que notre toute conscience et par là la conscience de l'univers s'abolit en un seul être
conscient suprême, mais dans l'ordinaire toute la conscience en une seule La pluralité
des créatures individuelles (même les créatures strictement terrestres selon la stricte
version hégélienne) est annulée.
Dans les versions plus étroites du concept de Dieu, le monde confronte Dieu au lieu
de coïncider avec lui; en appelant le monde ce qui, selon l'abstraction de Dieu, reste
comme l'opposé et le reste de tout le domaine de l'existence. Le monde ne coïncide
donc avec la nature, comme incarnation du monde extérieur de l'apparence, ou traite
même des êtres et des relations spirituels, mais seulement s'ils apparaissent en tant
qu'individus et dans des relations individuelles.
Le fait que le concept de Dieu et du monde se réfèrent toujours l'un à l'autre
présente l'avantage que les deux s'expliquent désormais mutuellement. Nous nous
basons sur cela et sur la connexion en général, si à l'avenir nous aurons besoin des
concepts de Dieu et du monde, parfois dans un sens plus large, maintenant dans un
sens plus étroit, maintenant dans ce sens, maintenant à ce tour, sans nous
particulièrement chaque fois sur le sens dans lequel il se produit expliquer; il faudrait
trop de mots pour toujours le faire avec des mots express. Maintenant, selon le libellé,
nos déclarations sur Dieu peuvent parfois sembler se contredire si elles sont
rassemblées à partir de contextes différents; mais si vous considérez d'abord chacun
dans son contexte particulier, puis le contexte de ces relations, qui est également
expliqué, tout sera d'accord.
Enfin, on ne se trompe pas sur l'utilisation du mot Dieu et de ses diverses
expressions, on s'occupe de la chose. "Parce que le royaume de Dieu n'est pas en
paroles, mais en puissance. 3) Luther lui-même a dit: Le mot Dieu a de nombreuses
significations, seulement qu'il ne reconnaissait que la bonne, qu'il considérait comme
la plus pieuse des pieuses. Mais peu importe l'usage factuel du mot qui est le plus
pieux pour les pieux; et ce sera celui qui confrontera le mieux les relations factuelles
de Dieu, y compris celles du pieux et de la piété, avec la vérité. Ce n'est que la pleine
vérité qui peut être pleinement pieuse, que ce soit l'interprétation de la Parole de Dieu
ou la Parole de Dieu, et les deux sont liées. La Parole de Dieu elle-même ne peut être
que ce que la Parole de Dieu interprète le plus fidèlement. Cette vérité peut cependant
exister avec différentes expressions de l'utilisation des mots.
3) 1er chœur. 4.20.

Il peut sembler que la version la plus étroite, selon laquelle Dieu en tant qu'esprit
général est comparé aux détails du monde, convient le mieux à notre intérêt pratique,
qui exige, d'une part, une omniprésente, omniprésente, omnisciente, d'autre part, de la
limitation, de la carence, du péché, qui Mal dans le domaine des individus non vus
avec des êtres impliqués. Et nous ne la contredisons pas; seulement qu'il ne nous
séduit pas, comme c'est presque trop facilement le cas, de négliger ou de nier la vérité
des relations qui sont immédiatement incluses dans la version la plus large; alors
l'avantage apparent ne peut pas durer. Puisse-t-il également répondre le plus
directement à l'intérêt pratique; mais tenue en contradiction objective avec la version
la plus large, peut-elle le moins pleinement le satisfaire, plutôt la version la plus
large, qui ne soustrait rien de Dieu, promet également la plus grande satisfaction sans
aucune déduction, selon la juste considération que le point de vue, la norme, la
raison, la conclusion de la perfection, la bonté, la sagesse partout non dans l'individu,
le particulier, mais dans le tout, qui englobe l'individu, mais qui ne peut exister sans
et sans les mêmes, se trouve, et ne peut donc pas être brisé en soi par ce qui dépend
de l'individu; d'un autre côté, le pire de l'individu lui-même est d'autant plus certain
de voir l'élévation, la guérison et la réconciliation s'il n'est pas extérieurement opposé
à la règle du bon tout, mais qu'il est réellement engagé. Mais cette considération ne
pourra se développer à l'avenir qu'après son poids. la version la plus large, qui ne
déduit rien de Dieu, promet également la plus grande satisfaction sans aucune
déduction, selon la considération appropriée, que le point de vue, l'échelle, la raison,
la conclusion de la perfection, la bonté, la sagesse ne sont pas partout en particulier,
mais en particulier dans l'ensemble qui englobe l'individu, le traite, mais ne peut
exister sans et sans les mêmes, se trouve, et ne peut donc pas être brisé en soi par ce
qui dépend de l'individu; d'un autre côté, le pire de l'individu lui-même est d'autant
plus certain de voir l'élévation, la guérison et la réconciliation s'il n'est pas
extérieurement opposé à la règle du bon tout, mais qu'il est réellement engagé. Mais
cette considération ne pourra se développer à l'avenir qu'après son poids. la version la
plus large, qui ne déduit rien de Dieu, promet également la plus grande satisfaction
sans aucune déduction, selon la considération appropriée, que le point de vue,
l'échelle, la raison, la conclusion de la perfection, la bonté, la sagesse ne sont pas
partout en particulier, mais en particulier dans l'ensemble qui englobe l'individu, le
traite, mais ne peut exister sans et sans les mêmes, se trouve, et ne peut donc pas être
brisé en soi par ce qui dépend de l'individu; d'un autre côté, le pire de l'individu lui-
même est d'autant plus certain de voir l'élévation, la guérison et la réconciliation s'il
n'est pas extérieurement opposé à la règle du bon tout, mais qu'il est réellement
engagé. Mais cette considération ne pourra se développer à l'avenir qu'après son
poids. aussi la plus grande satisfaction sans aucune déduction, selon la considération
factuelle que le point de vue, l'échelle, la raison, la conclusion de la perfection, la
bonté, la sagesse ne traitent pas de tout dans l'individu, le particulier, mais dans
l'ensemble, ce qui inclut l'individu, mais pas d'ailleurs et sans elle peut exister, donc
ne peut être rompu en soi par ce qui dépend de l'individu; d'un autre côté, le pire de
l'individu lui-même est d'autant plus certain de voir l'élévation, la guérison et la
réconciliation s'il n'est pas extérieurement opposé à la règle du bon tout, mais qu'il est
réellement engagé. Mais cette considération ne pourra se développer à l'avenir
qu'après son poids. aussi la plus grande satisfaction sans aucune déduction, selon la
considération factuelle que le point de vue, l'échelle, la raison, la conclusion de la
perfection, la bonté, la sagesse ne traitent pas de tout dans l'individu, le particulier,
mais dans l'ensemble, ce qui inclut l'individu, mais pas d'ailleurs et sans elle peut
exister, donc ne peut être rompu en soi par ce qui dépend de l'individu; d'un autre
côté, le pire de l'individu lui-même est d'autant plus certain de voir l'élévation, la
guérison et la réconciliation s'il n'est pas extérieurement opposé à la règle du bon
tout, mais qu'il est réellement engagé. Mais cette considération ne pourra se
développer à l'avenir qu'après son poids. Particulier, mais dans son ensemble, qui
englobe l'individu, mais qui n'existe pas sans et sans les mêmes, se trouve, et ne peut
donc pas être rompu en soi par ce qui dépend de l'individu; d'un autre côté, le pire de
l'individu lui-même est d'autant plus certain de voir l'élévation, la guérison et la
réconciliation s'il n'est pas extérieurement opposé à la règle du bon tout, mais qu'il est
réellement engagé. Mais cette considération ne pourra se développer à l'avenir
qu'après son poids. Particulier, mais dans son ensemble, qui englobe l'individu, mais
qui n'existe pas sans et sans les mêmes, se trouve, et ne peut donc pas être rompu en
soi par ce qui dépend de l'individu; d'un autre côté, le pire de l'individu lui-même est
d'autant plus certain de voir l'élévation, la guérison et la réconciliation s'il n'est pas
extérieurement opposé à la règle du bon tout, mais qu'il est réellement engagé. Mais
cette considération ne pourra se développer à l'avenir qu'après son poids. quand il ne
fait pas face à la règle du bon tout, mais est pratiquement impliqué. Mais cette
considération ne pourra se développer à l'avenir qu'après son poids. quand il ne fait
pas face à la règle du bon tout, mais est pratiquement impliqué. Mais cette
considération ne pourra se développer à l'avenir qu'après son poids.
En tout cas, Dieu restera un être unifié, tout-puissant, omniscient de la plus haute
bonté dans toutes les expressions dans lesquelles nous pouvons définir son concept,
avec tout ce qui appartient essentiellement à ces qualités.
Mais il y a encore beaucoup à demander et à discuter sur la relation que Dieu a
réellement en tant qu'esprit avec la nature ou le monde matériel, Dieu avec nous, et
s'il s'agit vraiment de la relation entre Dieu et la nature, Dieu avec nous, avec la
relation de notre âme avec la nôtre. Soyez conscient de nos esprits quant à leurs
détails, indépendamment de l'appel à la comparaison, comme étant les mêmes; à la
fin, ou plus important encore, s'il y a un esprit dans ou au-dessus du monde, et encore
une fois, quelles sont ses caractéristiques. Ce sont des questions difficiles et doivent
être considérées sérieusement. Mais je veux juste lier quelques réflexions aux
circonstances réelles, comme je pense que ce serait mieux. Et vous ne voulez pas
toujours construire les uns sur les autres, mais vous voulez partir de différents angles
pour que vous puissiez voir
B. Loi suprême et relations avec la liberté.
Raisons de l'existence de Dieu. 4)

Il y en a probablement certains qui, pris par la vue du collecteur côte à côte et l'un
après l'autre, la fragmentation visible dans toutes les directions dans la nature et le
monde des esprits, peuvent difficilement imaginer qu'un être omniprésent et
éternellement identique contrôle et lie le tout en un. Parce que voyez-vous dans ce
monde? La matière était dispersée et concentrée partout sous des milliers de
formes; les plus durs peuvent être décomposés en parties, particules et enfin atomes,
au moyen d'un regard et d'une conclusion plus nets; Les effets vont et viennent de
corps en corps, de particule en particule; Les mouvements se croisent dans de
multiples chemins; Il y a assez de Zentra, mais où est un centre général? Il y a
suffisamment de lois, mais elles sont différentes pour chaque domaine différent. Et
comme dans le domaine du corps, c'est dans le domaine des esprits. Chaque esprit est
extérieur à l'autre; personne ne sait vraiment ce qui se passe dans l'autre; personne ne
sait d'où il vient, où il va; ils se rassemblent, se dispersent, se pressent, dérivent; Il y a
suffisamment de principes, mais encore plus de controverse sur le principe; Il y a
suffisamment d'objectifs, où y a-t-il un objectif? Aucune heure, aucun jour, aucun
endroit n'est à l'abri de l'autre. Le nouveau donne toujours naissance au nouveau. Il y
en a un autre d'une autre manière. Le tout semble toujours être composé de l'individu,
pas de l'individu venant de quelque chose de tout. où un but des fins? Aucune heure,
aucun jour, aucun endroit n'est à l'abri de l'autre. Le nouveau donne toujours
naissance au nouveau. Il y en a un autre d'une autre manière. Le tout semble toujours
être composé de l'individu, pas de l'individu venant de quelque chose de tout. où un
but des fins? Aucune heure, aucun jour, aucun endroit n'est à l'abri de l'autre. Le
nouveau donne toujours naissance au nouveau. Il y en a un autre d'une autre
manière. Le tout semble toujours être composé de l'individu, pas de l'individu venant
de quelque chose de tout.
4)Les considérations suivantes sont reprises de plusieurs points de vue dans une annexe et développées plus
avant.

Mais nous n'avons qu'à accuser la superficialité de notre regard, pas la profondeur
des choses, si rien au monde ne semble être une seule et même chose. Si nous
regardons de plus près, nous reconnaîtrons d'abord dans le domaine physique que
deux corps mondiaux, que ce soit ici, que ce soit à des milliers de milliards d'ici, que
ce soit aujourd'hui, avant ou après des milliards d'années, agissent brièvement partout
et toujours, et se comportera toujours de la même manière les uns envers les autres,
s'ils ne se rencontrent à nouveau que dans les mêmes circonstances, c'est-à-dire avec
les mêmes masses, à la même distance, avec la même vitesse et la même direction
initiales; le suivi de leur mouvement reste alors le même partout et toujours. Nous
avons ici au moins un cas où quelque chose reste le même entre les espaces et les
temps les plus éloignés; la même loi prévaut ici et partout, aujourd'hui et toujours, et
relie les espaces et les temps les plus éloignés avec elle, uniquement en matière
matérielle, mais comme avec la violence intellectuelle. Et il est tout aussi certain que
si et où deux corps mondiaux se rencontrent dans des conditions différentes de masse,
distance, vitesse et direction, ils n'agiront jamais et jamais de la même manière et ne
se comporteront pas l'un envers l'autre; méfiez-vous d'une interdiction divine. Ne
serait-il pas également concevable que deux corps mondiaux songent à se comporter
comme ça aujourd'hui et comme ça, ici comme ça, ailleurs dans la salle, dans les
mêmes circonstances? Et puis se comporter à nouveau dans des circonstances
différentes, de sorte que ce qui se passe en une seule fois à un endroit n'affecte pas
l'autre temps ou le lieu les événements célestes seraient-ils espacés dans l'espace et le
temps? Mais ce n'est pas le cas. Au contraire, chaque espace et chaque temps est lié à
ce dans quoi les corps du monde commencent, liés par quelque chose qui ne déchire
jamais et jamais tout l'espace, tout le temps de la même manière. La même loi, qui
s'étend entre les corps du monde, s'étend aussi en eux, en effet s'étend à travers eux
jusqu'à leur profondeur la plus profonde, jusqu'à leur centre, et leur donne même le
centre autour duquel tout ce qui est en et en eux-mêmes ont, ensemble et dans lequel
tout se ferme comme si les corps du monde n'étaient que les nœuds les plus forts du
ruban qui s'enroule et boucle à travers tout le ciel. Selon la même loi, selon laquelle le
soleil tire la terre et la terre tire la lune, la terre tire la pierre, toutes les parties de la
terre luttent les unes contre les autres et ne fixent ainsi que leur centre et, en outre,
chaque corps terrestre son centre spécial. Selon la même loi, selon laquelle l'orbite de
la terre forme un cercle, la terre s'est serrée dans une sphère, les marées marines
tournent autour de cette sphère et les rivières plongent dans cette marée. Cependant,
si c'est néanmoins une loi qui régit tous ces effets, en tout autre endroit, à tout autre
moment différemment au ciel et sur la terre, ce n'est peut-être pas le poids lui-même,
auquel appartiennent tous ces effets, qui est différent contrairement à la loi, c'est
plutôt parce qu'elle contrôle les succès les plus variés dans les circonstances les plus
variées. Parce que les corps n'oublient pas l'interdiction d'être dans des circonstances
différentes, parmi lesquels ils se rencontrent pour toujours se comporter de la même
manière. Mais tout comme les circonstances deviennent les mêmes quelque part et à
un moment donné, le succès redevient le même, que ce soit au ciel ou sur la terre, ou
entre les deux, cela ne fait aucune différence. Et le savant, qui sait comment la loi
fonctionne ici et maintenant, sait aussi comment elle va partout et toujours. Ainsi,
l'harmonisation avec la loi ne périt pas dans la multiplicité et la variété des
circonstances et des succès qu'elle domine. Il ne se fend pas et ne se fendille pas,
mais il fleurit dans la richesse la plus colorée des particularités; si peu éclater une
plante, éclater en dépliant une variété de fleurs et de feuilles. Le même principe
réside toujours dans toute la richesse des particularités. Mais tout comme les
circonstances deviennent les mêmes quelque part et à un moment donné, le succès
redevient le même, que ce soit au ciel ou sur la terre, ou entre les deux, cela ne fait
aucune différence. Et le savant, qui sait comment la loi fonctionne ici et maintenant,
sait aussi comment elle va partout et toujours. Ainsi, l'harmonisation avec la loi ne
périt pas dans la multiplicité et la variété des circonstances et des succès qu'elle
domine. Il ne se fend pas et ne se fendille pas, mais il fleurit dans la richesse la plus
colorée des particularités; si peu éclater une plante, éclater en dépliant une variété de
fleurs et de feuilles. Le même principe réside toujours dans toute la richesse des
particularités. Mais tout comme les circonstances deviennent les mêmes quelque part
et à un moment donné, le succès redevient le même, que ce soit au ciel ou sur la terre,
ou entre les deux, cela ne fait aucune différence. Et le savant, qui sait comment la loi
fonctionne ici et maintenant, sait aussi comment elle va partout et toujours. Ainsi,
l'harmonisation avec la loi ne périt pas dans la multiplicité et la variété des
circonstances et des succès qu'elle domine. Il ne se fend pas et ne se fendille pas,
mais il fleurit dans la richesse la plus colorée des particularités; si peu éclater une
plante, éclater en dépliant une variété de fleurs et de feuilles. Le même principe
réside toujours dans toute la richesse des particularités. que ce soit au ciel ou sur
terre, ou entre les deux, cela ne fait aucune différence. Et le savant, qui sait comment
la loi fonctionne ici et maintenant, sait aussi comment elle va partout et
toujours. Ainsi, l'harmonisation avec la loi ne périt pas dans la multiplicité et la
variété des circonstances et des succès qu'elle domine. Il ne se fend pas et ne se
fendille pas, mais il fleurit dans la richesse la plus colorée des particularités; si peu
éclater une plante, éclater en dépliant une variété de fleurs et de feuilles. Le même
principe réside toujours dans toute la richesse des particularités. que ce soit au ciel ou
sur terre, ou entre les deux, cela ne fait aucune différence. Et le savant, qui sait
comment la loi fonctionne ici et maintenant, sait aussi comment elle va partout et
toujours. Ainsi, l'harmonisation avec la loi ne périt pas dans la multiplicité et la
variété des circonstances et des succès qu'elle domine. Il ne se fend et ne se fendille
pas, mais il fleurit dans la richesse la plus colorée des particularités; si peu éclater une
plante, éclater en dépliant une variété de fleurs et de feuilles. Le même principe
réside toujours dans toute la richesse des particularités. Ainsi, l'harmonisation avec la
loi ne périt pas dans la multiplicité et la variété des circonstances et des succès qu'elle
domine. Il ne se fend pas et ne se fendille pas, mais il fleurit dans la richesse la plus
colorée des particularités; si peu éclater une plante, éclater en dépliant une variété de
fleurs et de feuilles. Le même principe réside toujours dans toute la richesse des
particularités. Ainsi, l'harmonisation avec la loi ne périt pas dans la multiplicité et la
variété des circonstances et des succès qu'elle domine. Il ne se fend pas et ne se
fendille pas, mais il fleurit dans la richesse la plus colorée des particularités; si peu
éclater une plante, éclater en dépliant une variété de fleurs et de feuilles. Le même
principe réside toujours dans toute la richesse des particularités.
Beaucoup, en traçant le contexte de base de cet ensemble du point de vue que le
monde est un tout organique, ont mis un accent particulier sur le fait que l'attraction
générale qui pousse tous les corps l'un vers l'autre, que les corps mondiaux les plus
éloignés s'efforcent toujours de se déplacer les uns après les autres se cherchant
comme s'ils sentaient de loin leur existence. Et cela a certainement un poids. Mais pas
si grand que la même loi du train, dominant le train lui-même, existe entre ici et
aujourd'hui et les espaces et les temps les plus éloignés. Ce n'est qu'alors que quelque
chose de vraiment identique reste le même; car cette attraction s'affaiblit avec la
distance, devient même imperceptible sur de grandes distances, et avec cela le lien
des mondes semble s'affaiblir et s'estomper; mais la validité de la loi s'affaiblit, ne
disparaît jamais nulle part, et cet épuisement et l'épuisement fini de l'ampleur de la
force avec la distance elle-même réside dans la validité omniprésente et identique, la
durabilité du diamant de la loi, pour ainsi dire. Cette validité omniprésente, la
durabilité incassable de la loi est un lien bien plus profond, plus intime et plus ferme
de l'univers que le train qui n'obéit qu'à la loi et qui lutte avec la force centrifuge
n'atteint pas tous deux l'objectif d'unification car les corps tournent autour d'elle
laisse, alors qu'il n'y a pas de virage et aucun virage contre la loi du train. pour ainsi
dire la durabilité des diamants établie de la loi. Cette validité omniprésente, la
durabilité incassable de la loi est un lien bien plus profond, plus intime et plus ferme
de l'univers que le train qui n'obéit qu'à la loi et qui lutte avec la force centrifuge
n'atteint pas tous deux l'objectif d'unification car les corps tournent autour d'elle
laisse, alors qu'il n'y a pas de virage et aucun virage contre la loi du train. pour ainsi
dire la durabilité des diamants établie de la loi. Cette validité omniprésente, la
durabilité incassable de la loi est un lien bien plus profond, plus intime et plus ferme
de l'univers que le train qui n'obéit qu'à la loi et qui lutte avec la force centrifuge
n'atteint pas tous deux l'objectif d'unification car les corps tournent autour d'elle
laisse, alors qu'il n'y a pas de virage et aucun virage contre la loi du train.
Ainsi, dans la loi de la gravité, nous avons, pour ainsi dire, un roi invisible du
monde, un souverain sur tous les cieux, en tout temps; le soleil et la terre instruisent
leurs chemins et chaque petite poussière sa place sur un soleil ou sur la terre, le
service a lieu sous toutes sortes de formes et de coutumes, qui était et sera depuis le
début pour toujours. Peut-on être vraiment surpris quand un mathématicien français a
dit: la gravité c'est Dieu? En fait, son erreur n'est autre que celle d'un point de vue
matérialiste unilatéral, il ne l'a vu que dans les apparences et les effets du lourd et du
lourd, et a plutôt désigné Dieu comme nom et chose, partout et après chaque relation.
doit être vu et ne peut être véritablement interprété qu'en termes d'étendue, de hauteur
et de profondeur, bien que toujours à interpréter en premier; parce que ce n'est pas
encore lui-même. Parce que, comme c'est le cas avec les corps du monde et les effets
de la gravité, on le voit de plus près avec toutes choses, tous les événements et
activités dans le monde en général, le physique et le mental. Poursuivons-le dans le
domaine du mécanique, physique, chimique, organique, dans l'eau, le feu, l'air, la
terre, sous la terre, sur le soleil, la lune, les étoiles fixes éloignées, dans ou en dehors
des humains, des animaux, des plantes, des pierres, dans le conscient ou dans le
Inconscient, quelle que soit la direction et la relation, la même chose se produira
partout et toujours sous la même et différente dans des circonstances différentes, et à
mesure que les circonstances changent ou deviennent similaires, les succès aussi. La
distance de l'espace et du temps ne fait aucune différence. Elle s'applique en général
Si et où les mêmes circonstances se reproduisent, et quelles que soient ces
circonstances, les mêmes succès reviendront, mais dans d'autres circonstances, des
succès différents 5)
5) Ilva sans dire que les circonstances incluent non seulement les circonstances externes, mais aussi les
circonstances internes des choses, toute définition définissable de l'existence en général. La place absolue dans
l'espace et le moment dans le temps ne peuvent cependant pas être comptés parmi les circonstances qui ont une
influence sur ce qui se passe, puisqu'elles ne sont déterminées que par ce qui est et ce qui est là. Dans le
physique, les déterminations les plus pertinentes sont la masse, la distance, l'agencement, la qualité chimique,
la vitesse, l'état d'accélération et la direction; dans le spirituel toute détermination de la conscience et ce qui y
entre inconsciemment. Soit dit en passant, voir l'annexe.

Pas seulement d'une manière, à tous égards, chaque espace, chaque temps est lié à
ce qui se passe dans tous les autres, et ce qui se passe dans des millions ou des
milliers de milliards ou des années d'espace et de temps, est connecté à tous égards
comme s'il s'agissait d'un sur un En gros. Un seul être traverse tous les lieux et tous
les temps, à travers tout le corps et l'esprit.
La loi que nous avons prononcée est une véritable loi suprême du monde,
simplement dans l'expression qu'un enfant la comprend, mal en costume, que l'on
passe devant sans la regarder, avec un contenu médiocre que personne ne croit
pouvoir en retirer. , bien sûr, qu'il ne semble pas utile d'en parler d'abord; pourtant
énormes et variés dans ses conclusions que les plus grands sages ne peuvent les
épuiser et les sonder; souvent mal compris et mal compris et nié; et jamais
pleinement reconnu selon sa valeur et pleinement compris selon sa signification et
pleinement développé selon ses conséquences.
Qu'est-ce qui se passe et comment quelque chose se passe et où quelque chose se
passe, et quand quelque chose se produit, cela ne se produit que conformément à cette
loi. Toutes les lois spéciales des événements ne sont que des cas de celui-ci
suprême; car la loi ne signifie que ce qui détermine qu'ici et aujourd'hui elle va d'une
certaine manière, dans certaines circonstances, comme ailleurs et ailleurs. Mais notre
loi détermine la même chose à tous égards, pour toutes les circonstances à la fois. Il
transforme les lois en lois en les soumettant. Toutes les causes spéciales, les forces ne
sont que les cas d'une seule cause, force qui fonctionne et crée au sens de cette loi; et
ainsi avec le concept de droit, il établit également le concept de force juridique, parce
que quelque chose n'est que la cause d'un autre, à condition qu'on puisse voir que ce
qui en découle ici et maintenant partout dans les mêmes circonstances et en résulte
toujours, sinon il n'y aurait que des successions accidentelles. Vous ne pouvez voir
l'action d'une force que lorsque le succès dépend de la nature des
circonstances. Cependant, la loi la plus élevée stipule que tout succès, toujours et
partout, dépend de la nature des circonstances. Même sans la loi, la continuité du
temps et de l'espace forme un lien qui s'étend partout et toujours; mais non seulement
qu'il lie simplement les uns aux autres, alors que le droit mondial englobe toutes les
régions éloignées à la fois, il est également conceptuellement inerte, inefficace, alors
que notre droit ne justifie que le concept d'action lui-même. Parce qu'elle ne
fonctionne que ce qui est la cause d'une conséquence, et ce n'est que la cause d'une
conséquence qui, dans les mêmes circonstances, peut être partout et toujours. Avec le
concept de travail, cependant, le concept de réalité en dépend; parce que ce qui peut
vraiment fonctionner et ce n'est vraiment que ce qui peut fonctionner. Seule
l'existence de la réalité ne découle pas de cette loi, puisque l'un avec l'autre est donné
directement. Personne ne peut prouver qu'il doit s'appliquer, aussi peu que quiconque
puisse prouver qu'il doit y avoir une réalité, un effet; mais il est vrai qu'elle opère et
fait ses preuves par l'action; c'est la seule façon de l'avoir; c'est-à-dire que ce n'est pas
simplement une pensée oiseuse, mais la preuve et le caractère d'un être qui fonctionne
à travers toute la réalité et qui établit le concept de réalité elle-même; mais en
établissant le concept de réalité, il justifie aussi, même de façon non probante, toute
preuve de réalité. Parce que toutes les analogies, toute induction, toute conclusion sur
ce qui est, est et sera en réalité ne se produit qu'au sens de cette loi; et si la conclusion
échoue assez souvent, ce n'est pas la loi qui échoue, pas l'être agissant qui se
contredit, mais c'est seulement nous qui contredisons la loi dans nos applications.
Si notre loi est la chose la plus générale que l'on puisse concevoir, elle porte
également le principe de sa spécialisation dans les moindres détails. Parce que toute
autre combinaison de choses, même si elle est si spéciale, emporte également sa loi
spéciale, qui est confirmée encore et encore, si et où la même combinaison se
reproduit, et n'est confirmée que pour ce seul type de combinaison. Prendre 2 masses
de 2 livres à une distance de 2 pieds, prendre 2 masses de 3 livres à une distance de 3
pieds, dans les deux cas, ils s'habillent vides après une règle spéciale qui ne s'applique
qu'à ce type particulier de composition; mais cette règle reste récurrente valable pour
toutes les pièces et à tout moment, et elle reste donc toujours une règle. Mais parce
que rien au monde n'est si spécial qu'elle n'est pas subordonnée à tel ou tel côté d'une
généralité, à toutes les combinaisons spéciales de circonstances et avec elle aux lois
de l'action, à l'action plus générale et enfin applicable à elles, et enfin aux plus
générales, qui ne sont plus liées par aucune disposition particulière, mais lie tout le
monde. Ainsi, toutes les lois physiques d'un cercle de circonstances particulier
relèvent de lois physiques plus générales qui régissent un cercle de circonstances plus
général; toutes les lois de l'esprit non moins sous l'intellectuel plus général. qui n'est
plus lié par aucune disposition particulière, mais qui lie tout le monde. Ainsi, toutes
les lois physiques d'un cercle de circonstances particulier relèvent de lois physiques
plus générales qui régissent un cercle de circonstances plus général; toutes les lois de
l'esprit non moins sous l'intellectuel plus général. qui n'est plus lié par aucune
disposition particulière, mais qui lie tout le monde. Ainsi, toutes les lois physiques
d'un cercle de circonstances particulier relèvent de lois physiques plus générales qui
régissent un cercle de circonstances plus général; toutes les lois de l'esprit non moins
sous l'intellectuel plus général.
Donc, bien au-delà de la gravité, il y a quelque chose qui porte les propriétés que
nous admirions en lui, et qui ne porte maintenant que dans une mesure complète et
illimitée, quelque chose qui est vraiment identique à travers tout le domaine de
l'existence, quelque chose, éternel, omniprésent, omniprésent. "La décision, toutes les
activités, tous les événements dans le temps et l'espace, la nature et le monde des
esprits dans une seule liaison, et pourtant pas contraignante servilement; car les
mêmes succès reviennent partout et à tout moment selon la loi selon les mêmes
circonstances; mais ils ne reviennent jamais et jamais complètement, et la loi ne
l'exige pas. Le monde évolue constamment vers quelque chose de nouveau et est
différent partout; l'ancien, le local ne peut jamais être entièrement décisif pour le
nouveau, le lointain, parce que la loi exige simplement que les mêmes succès soient
répétés pour les mêmes circonstances; qui restent toujours les mêmes d'un certain
point de vue, et dans la mesure où elles portent le maintien de l'ancien dans le
nouveau, filent l'ancien avec le nouveau, le local avec l'existant, mais ne justifient pas
le nouveau, l'autre, dans la mesure où il est nouveau et différent peut. Si vous pensez
au monde d'une manière complètement nouvelle, tout est resté libre selon la loi. Il ne
détermine pas laquelle des premières circonstances ni laquelle des premiers succès a
dû être; il ne détermine même pas qu'il devait être lui-même en premier. Et si nous
pensions à un être suprême, créant et arrangeant le monde depuis le début selon notre
loi, alors tout pouvait être fait et arrangé comme il le voulait sans être lié par quoi que
ce soit, oui il n'a pas trouvé de base dans la loi au début , ce qu'il pourrait faire; il
restait purement tributaire de son autodétermination libre et indéterminée. Seul ce qui
avait été défini une fois devait être contraignant pour tous les épisodes. Ainsi, les lois
de toutes choses pourraient le faire avec liberté; oui, la loi la plus élevée elle-même
pourrait être imaginée avec liberté, car il n'y a rien dans son concept qui garantit
également sa réalité, mais il garantit toute réalité elle-même. Tout d'abord dans le
monde, tout ce qui ne peut être subordonné à des circonstances qui se produisent
également ailleurs et ailleurs, que ce soit dans le conscient ou l'inconscient, doit être
considéré comme tel comme librement créé; Ainsi, les lois de toutes choses
pourraient le faire avec liberté; oui, la loi la plus élevée elle-même pourrait être
imaginée avec liberté, car il n'y a rien dans son concept qui garantit également sa
réalité, mais il garantit toute réalité elle-même. Tout d'abord dans le monde, tout ce
qui ne peut être subordonné à des circonstances qui se produisent ailleurs et ailleurs,
que ce soit dans le conscient ou l'inconscient, doit être considéré comme tel comme
créé librement; Ainsi, les lois de toutes choses pourraient le faire avec liberté; oui, la
loi la plus élevée elle-même pourrait être imaginée avec liberté, car il n'y a rien dans
son concept qui garantit également sa réalité, mais il garantit toute réalité elle-
même. Tout d'abord dans le monde, tout ce qui ne peut être subordonné à des
circonstances qui se produisent également ailleurs et ailleurs, que ce soit dans le
conscient ou l'inconscient, doit être considéré comme tel comme librement créé;6) et
dans la mesure où le monde dans son ensemble, comme dans des domaines
individuels, continue de développer quelque chose de nouveau, quelque chose qui est
incomparable dans une certaine mesure, il existe également un principe de libre
passage à travers le monde dans son ensemble, comme en nous-mêmes et notre
conscience et nos actions; nous sommes nous-mêmes des aides pour changer le tout
librement. Notre liberté est incluse dans la plus haute liberté elle-même, de sorte
qu'elle ne reçoit pas de règle, de prédétermination de sa part et ne peut pas lui donner
de règle, de prédétermination, mais en tant que facteur participatif, des règles, des
prédéterminations pour l'avenir, que d'autres donnent, l'aident. Il établit de nouvelles
circonstances ainsi que de nouvelles circonstances, car de nouvelles choses créent
toujours de nouvelles choses, à partir de maintenant et pour toujours; mais chaque
nouveau n'est nouveau qu'une fois; et rien n'est si nouveau
6) Rien n'empêche la liberté d'être simplement liée au conscient, avec la considération que tout ce qui est
inconscient entre dans une conscience supérieure ou y fusionne; mais ce point de vue ne nous concerne pas
d'abord.

Il reste donc que la loi la plus élevée lie partout, éternellement et incassablement,
mais une loi supérieure comme notre propre liberté pleine de portée. La loi et la
liberté n'interfèrent pas, comme on le pense si souvent, mais la loi la plus élevée est
en même temps un principe suprême de liberté. Inversement, la liberté elle-même agit
comme le législateur suprême. Ce qui n'a rien devant lui ou autour de lui qui serait le
même doit se développer librement et à nouveau selon cette loi, d'où prend-il sa
certitude, et chaque personne ne le fait qu'après le côté qui est nouveau en lui, et
contribue ainsi un nouveau destin au monde, qui est désormais décisif pour tous les
épisodes, de plus, il fait comme ceux qui l'ont fait avant lui et ceux qui le font. Il se
détermine de plus en plus par sa volonté et son action antérieures; car chaque volonté
et action antérieures ont un effet régulateur pour les événements et actions ultérieurs,
à condition que les circonstances de la volonté et de l'action antérieures se
reproduisent toujours dans une certaine relation; mais d'une certaine manière, ils vont
toujours au-delà de l'ancienne, les anciennes relations ne se répètent jamais
complètement, et ainsi la liberté de déterminer d'une manière ou d'une autre ne
s'arrête jamais complètement et commence sûrement dans une nouvelle vie avec une
fraîcheur renouvelée.
Les lois du naturaliste ne sont liées que dans quelque chose de nouveau dans la
mesure où elles se reproduisent dans le nouvel ancien, il ne les a que du point de vue
de ce qui a déjà existé et ne demande rien de plus que ce qui était autrefois, se
reproduisant toujours dans les mêmes circonstances; cela est garanti par notre
loi. Pour les nouvelles circonstances qui ne peuvent pas être retracées à la précédente,
de nouvelles lois sont nécessaires, mais seulement qu'elles relèvent toujours du
sommet, ce qui en fait des lois; il ne peut et ne veut rien expliquer de la première
chose qui était là. La liberté de notre loi ne lui fait aucune entrée.
Notre loi suprême a donc son côté engagement ou nécessité et son côté liberté, ou
elle y élimine la nécessité et la liberté en une unité au plus haut niveau; c'est-à-dire
qu'il ne peut y avoir de nécessité supérieure et de liberté plus grande que celle qui est
dans son concept en un. C'est le même must absolu, après les mêmes circonstances
partout et toujours les mêmes, des circonstances différentes partout et des succès
toujours différents, rien ne se dégage de ce must; mais cela doit lui-même être déduit
comme non nécessaire à l'origine et laisse encore une liberté infinie de circonstances
et de succès. Et partout où nous pensons voir quelque chose d'absolument nécessaire
dans le monde qui est sous la loi, c'est en partie un succès de la liberté, en partie un
fondement de la liberté, en partie en rapport avec la liberté. Nous pouvons faire
abstraction des lois de la pure nécessité du monde, mais elles n'existent pas et
n'apparaissent pas aussi pures et abstraites dans le monde que, à l'inverse, la liberté ne
joue pas son jeu dans le monde aussi abstraitement que nous pouvons le comprendre.
Tout comme tout le concept de loi est fondé dans la loi suprême, la même mesure et
le même schéma des lois humaines le sont également; C'est-à-dire que la légalité
humaine ne mérite ce nom que si elle reflète la légalité la plus élevée et la plus
générale de l'humain conscient.
Mais qu'attendons-nous du légalisme dans le domaine humain?
Que les lois découlent de la nature des personnes et des choses, avec la liberté du
côté de ce qui les laisse libres, avec la nécessité du côté de ce dont elles ont
besoin; qu'une fois établis, ils sont également manipulés et maintenus fermement et
de manière incassable en dérivant d'un tel ordre d'une part, et d'autre part en
établissant eux-mêmes des raisons qui empêchent leur rupture; qu'en toute fermeté,
oui en leur faveur, car sinon personne ne pourrait et ne voudrait pas les tenir, ils
laissent aussi de la place à la liberté, en effet la maintiennent pour eux-mêmes et
permettent un développement ultérieur de la situation dans son ensemble ainsi
qu'individuellement, et même en fournissent la base. . Leur fermeté ne doit être que le
fondement solide de la libre circulation, leur rigidité n'est que le noyau du
développement vivant, la liberté par contre ne doit avoir de pouvoir, dans le sens et
conformément aux lois, pour ne pas aller à l'encontre des lois et renverser les lois, le
développement ne peut se produire que comme une continuation, pas comme une
destruction de ce qui a été précédemment développé et justifié. Toute législation
devrait encore pouvoir déterminer comment le cercle de circonstances auquel elle
s'applique est déterminé. Les lois devraient toujours être élaborées en tenant compte
de toutes les circonstances qui entrent en considération; pour les mêmes
circonstances, la même chose devrait s'appliquer partout, pour l'inégal
l'inégal; chacun doit y être lié comme l'autre selon ce qu'il a en commun avec l'autre,
et librement selon ce qui lui est propre, tout le monde doit être le même devant eux,
comme il marche devant eux dans les mêmes circonstances. Les lois générales
devraient être subordonnées à des lois spéciales et tout le monde devrait
s'entendre. ne pas aller à l'encontre des lois et renverser les lois, le développement ne
peut se produire que comme une continuation, pas comme une destruction de ce qui a
été développé et justifié auparavant. Toute législation devrait encore pouvoir
déterminer comment le cercle de circonstances auquel elle s'applique est
déterminé. Les lois devraient toujours être élaborées en tenant compte de toutes les
circonstances qui entrent en considération; pour les mêmes circonstances, la même
chose devrait s'appliquer partout, pour l'inégal l'inégal; chacun doit y être lié comme
l'autre selon ce qu'il a en commun avec l'autre, et librement selon ce qui lui est
propre, tout le monde doit être le même devant eux, comme il marche devant eux
dans les mêmes circonstances. Les lois générales devraient être subordonnées à des
lois spéciales et tout le monde devrait s'entendre. ne pas aller à l'encontre des lois et
renverser les lois, le développement ne peut se produire que comme une continuation,
pas comme une destruction de ce qui a été développé et justifié auparavant. Toute
législation devrait encore pouvoir déterminer comment le cercle de circonstances
auquel elle s'applique est déterminé. Les lois devraient toujours être élaborées en
tenant compte de toutes les circonstances qui entrent en considération; pour les
mêmes circonstances, la même chose devrait s'appliquer partout, pour l'inégal
l'inégal; chacun doit y être lié comme l'autre selon ce qu'il a en commun avec l'autre,
et librement selon ce qui lui est propre, tout le monde doit être le même devant eux,
comme il marche devant eux dans les mêmes circonstances. Les lois générales
devraient être subordonnées à des lois spéciales et tout le monde devrait
s'entendre. ne peut apparaître comme la destruction de ce qui a été développé et
justifié. Toute législation devrait encore pouvoir déterminer comment le cercle de
circonstances auquel elle s'applique est déterminé. Les lois devraient toujours être
élaborées en tenant compte de toutes les circonstances qui entrent en considération; la
même chose devrait s'appliquer partout pour les mêmes circonstances, l'inégale pour
l'inégale; chacun doit y être lié comme l'autre selon ce qu'il a en commun avec l'autre,
et librement selon ce qui lui est propre, tout le monde doit être le même devant eux,
comme il marche devant eux dans les mêmes circonstances. Les lois générales
devraient être subordonnées à des lois spéciales et tout le monde devrait
s'entendre. ne peut apparaître comme la destruction de ce qui a été développé et
justifié. Toute législation devrait encore pouvoir déterminer comment le cercle de
circonstances auquel elle s'applique est déterminé. Les lois devraient toujours être
élaborées en tenant compte de toutes les circonstances qui entrent en
considération; pour les mêmes circonstances, la même chose devrait s'appliquer
partout, pour l'inégal l'inégal; chacun doit y être lié comme l'autre selon ce qu'il a en
commun avec l'autre, et librement selon ce qui lui est propre, tout le monde doit être
le même devant eux, comme il marche devant eux dans les mêmes circonstances. Les
lois générales devraient être subordonnées à des lois spéciales et tout le monde
devrait s'entendre. comment le cercle de circonstances auquel il s'applique est
déterminé. Les lois devraient toujours être élaborées en tenant compte de toutes les
circonstances qui entrent en considération; pour les mêmes circonstances, la même
chose devrait s'appliquer partout, pour l'inégal l'inégal; chacun doit y être lié comme
l'autre selon ce qu'il a en commun avec l'autre, et librement selon ce qui lui est
propre, tout le monde doit être le même devant eux, comme il marche devant eux
dans les mêmes circonstances. Les lois générales devraient être subordonnées à des
lois spéciales et tout le monde devrait s'entendre. comment le cercle de circonstances
auquel il s'applique est déterminé. Les lois devraient toujours être élaborées en tenant
compte de toutes les circonstances qui entrent en considération; pour les mêmes
circonstances, la même chose devrait s'appliquer partout, pour l'inégal
l'inégal; chacun doit y être lié comme l'autre selon ce qu'il a en commun avec l'autre,
et librement selon ce qui lui est propre, tout le monde doit être le même devant eux,
comme il marche devant eux dans les mêmes circonstances. Les lois générales
devraient être subordonnées à des lois spéciales et tout le monde devrait
s'entendre. ce qu'il a en commun avec l'autre, et librement selon ce qui lui est propre,
chacun doit être égal devant eux, comme il marche devant eux dans les mêmes
circonstances. Les lois générales devraient être subordonnées à des lois spéciales et
tout le monde devrait s'entendre. ce qu'il a en commun avec l'autre, et librement selon
ce qui lui est propre, chacun doit être égal devant eux, comme il marche devant eux
dans les mêmes circonstances. Les lois générales devraient être subordonnées à des
lois spéciales et tout le monde devrait s'entendre.
La légalité humaine ne correspond pas maintenant pleinement à cet idéal, mais le
plus élevé y correspond complètement, et le fait que l'homme, selon les
considérations humaines, ne lui correspond pas complètement, n'est pas lui-même
contraire à la loi la plus élevée, n'est pas une rupture de sa validité, mais simplement
une fusion avec son supérieur. validité plus générale. Si une personne enfreint une loi
humaine, elle n'enfreint pas encore la loi la plus élevée; il ne peut jamais rompre cela
avec toute sa liberté, son péché; il agit différemment d'un autre parce qu'il est
différent, ou parce qu'il est différent à son sujet, même si les circonstances, dans la
mesure où le droit humain le prévoit, sont les mêmes pour les deux. Le droit humain
ne peut prévoir toutes les circonstances internes et externes comme les plus élevées.
Les règles de tout art, les règles de tous les métiers, les règles de toutes les langues,
tous les contrats, bref tout ce qui lie les gens ensemble, avec toute la liberté dont tout
cela a découlé, et qui lui a été laissé, a son principe dans la loi suprême; a mille
exceptions, mais elles ne sont utilisées que pour confirmer la règle la plus élevée.
Pour les liens et la liberté partout dans le monde, la loi la plus élevée nous garantit
notre propre existence continue ou nous aide à la garantir. Parce que, selon la loi, les
effets sont toujours basés sur les causes, différentes choses résultent toujours de
choses différentes et il n'y a rien de réel sans effets, les résultats, l'individualité de
l'homme, qui le distingue des autres, prévaut également à travers le cercle des effets,
les conséquences , qui découlent de son existence ici pour toujours, et même si
l'homme semble s'effondrer ici, le cercle des effets, les conséquences laissées par son
existence, sera toujours son être individuel dans le cercle plus large dans lequel il car
notre regard est descendu, oui semble avoir fondu, persisté, caché pour nous les
endeuillés, mais lumineux, d. h. consciemment, pour elle-même, comme résultat de
l'existence consciemment pour elle-même. La mort elle-même sera là pour élever ce
qui est inconscient à la conscience au-delà en abandonnant ce qui est conscient de ce
côté, l'étroit pour le large, le terrestre pour le paradis; car l'homme actuel est la terre,
la terre, dans laquelle il vivra dans le futur au lieu de son corps étroit, faisant partie de
leur nature angélique supérieure, le ciel. Ceci est un aperçu rapide. Soit dit en
passant, c'est la même chose pour l'homme que pour tout, sauf que ce qui n'a pas de
conscience ou pas d'unité de conscience pour lui-même, aucun d'eux ne s'abaissera en
conséquence, ou ne peut se rallumer à mesure que les conséquences diminuent. en
abandonnant ce qui est conscient de ce côté, l'étroit pour le large, le terrestre pour le
céleste; car l'homme actuel est la terre, la terre, dans laquelle il vivra dans le futur au
lieu de son corps étroit, faisant partie de leur nature angélique supérieure, le ciel. Ceci
est un aperçu rapide. Soit dit en passant, c'est la même chose pour l'homme que pour
tout, sauf que ce qui n'a pas de conscience ou pas d'unité de conscience pour lui-
même, aucun d'eux ne s'abaissera en conséquence, ou ne peut se rallumer à mesure
que les conséquences diminuent. en abandonnant ce qui est conscient de ce côté,
l'étroit pour le large, le terrestre pour le céleste; car l'homme actuel est la terre, la
terre, dans laquelle il vivra dans le futur au lieu de son corps étroit, faisant partie de
leur nature angélique supérieure, le ciel. Ceci est un aperçu rapide. Soit dit en
passant, c'est la même chose pour l'homme que pour tout, sauf que ce qui n'a pas de
conscience ou pas d'unité de conscience pour lui-même, aucun d'eux ne s'abaissera en
conséquence, ou ne peut se rallumer à mesure que les conséquences diminuent.
Mais maintenant, enfin, l'existence de Dieu, sa réalité et sa vérité selon toutes les
propriétés que nous lui demandons, nous est garantie par la réalité, la règle de la loi la
plus élevée dans la mesure où il ne manque que Dieu lui-même et sa conscience de
avoir soi-même, pour avoir tout avec la loi la plus élevée comme preuve de son
existence en tant qu'être conscient, comme il en manque encore, être déjà dans l'au-
delà, et avoir sa conscience au-delà, afin de prouver le plus essentiel avec la loi
comme preuve de d'avoir notre existence au-delà de la conscience.
Car nous n'avons pas reconnu dans la règle de la loi suprême un unifié, éternel,
omniprésent, omniprésent, omnipotent, non seulement travaillant à travers toute la
réalité, mais seulement travaillant lui-même, ce qui est fondamental pour tous les
flux, le temps et l'espace, la nature et l'esprit en un. couvrant et contraignant, et
pourtant libre et permettant la liberté pour la liberté individuelle, oui, un être qui
garantit notre vie après la mort elle-même? Et ne sont-ils pas tous les mêmes choses
que nous voulons de Dieu, oui, par lesquelles nous le caractérisons avant tous les
autres êtres? Alors, que manquons-nous à propos de Dieu? Juste sa conscience et ce
qui ne devient plein qu'à travers la conscience. Bien sûr, nous ne pouvons pas
reconnaître cela directement et pleinement dans l'état de droit au-delà de nous; nous
n'avons pas à exiger l'impossible; sinon, nous ne trouverions jamais Dieu nulle part et
au-delà de toute conclusion, pas plus que la conscience de nos semblables, parce que
nous avons cherché la preuve d'une contradiction in adjecto, puisque personne ne
peut reconnaître la conscience directement au-delà d'eux; pour cela, il devait d'abord
être au-delà de lui-même. Assez, cependant, si nous reconnaissons tant de qualités de
Dieu dans la règle de cette loi que seul ce qui est intrinsèquement non reconnaissable
par nous, mais seulement par nous-mêmes, manque. Mais c'est comme ça. Assez,
cependant, si nous reconnaissons tant de qualités de Dieu dans la règle de cette loi
que seul ce qui est intrinsèquement non reconnaissable par nous, mais seulement par
nous-mêmes, manque. Mais c'est comme ça. Assez, cependant, si nous reconnaissons
tant de qualités de Dieu dans la règle de cette loi que seul ce qui est intrinsèquement
non reconnaissable par nous, mais seulement par nous-mêmes, manque. Mais c'est
comme ça.
À savoir, la loi suprême ne nous montre pas toutes les propriétés de Dieu, sauf
celles qui doivent lui arriver en tant qu'être conscient, mais plutôt toutes les propriétés
essentielles de la conscience elle-même au plus haut niveau, dans la mesure où elles
peuvent être reconnues sans avoir la conscience du plus haut niveau lui-même.
Parce que si nous regardons notre propre conscience, par laquelle nous pouvons
mesurer ce qu'est la conscience, ce n'est pas la même dans son essence, une référence
active supplémentaire de ce qui a été au présent et à ce qui suit, ne lie pas le lointain
et le proche, le passé et le futur en un, elle ne traite pas d'un millier de variétés entre
elles dans une unité indivise; n'a-t-il pas son côté de libre développement ultérieur et
d'être lié au passé et à d'autres, ne règne-t-il pas dans une âme et un corps, ne
contient-il pas toutes ces propriétés de connexion elles-mêmes liées à l'unité? La loi
mondiale, cependant, est une unité de toutes les mêmes propriétés, seulement qu'elle
la possède dans une mesure illimitée, mais seulement dans une mesure limitée à notre
conscience. Mais si cette unité de propriétés pour nous n'est pas encore la pleine
conscience elle-même, mais plutôt seulement une déduction d'elle, il semble que ce
ne soit que le cadre sec et modelant de la chair vivante de la conscience, alors la
même unité de propriétés devient la loi mondiale de nous en tout. Ce qui dans le
monde, reconnu, n'est qu'une déduction d'une conscience du monde que nous en tant
que tels ne sommes pas en mesure d'attirer entièrement nous-mêmes. Oui, nous
pourrons sûrement conclure que même dans le monde, la chair vivante ne manque
pas dans le cadre sec de la conscience. Notre conscience, même avec cette unité de
propriétés, sera vue comme de la chair de cette chair avec une jambe de cette
jambe. Elle n'a cette unité de propriétés que dans la mesure où la loi mondiale y entre
avec son essence et notre pensée, Volonté, sentiment, action du côté de la liberté et de
la nécessité. Il n'est pas étonnant, cependant, que cette loi, même si elle appartient à
la nature de notre conscience elle-même, ne lui apparaisse pas sans réflexion
particulière, car elle contribue à la former elle-même dans la
conscience. Inconsciemment, il est impliqué dans la façon dont l'inconscient fusionne
avec la conscience jusqu'à ce qu'une réflexion spéciale la révèle (cf. Chapitre VII). Et
il en sera de même avec la loi mondiale dans la conscience mondiale. Il fonctionnera
en puissance et en action, mais n'apparaîtra pas particulièrement dans la conscience
du monde; jusqu'à ce qu'une réflexion particulière sur son œuvre le révèle comme un
terme soustrait. bien qu'appartenant à la nature de notre conscience elle-même ne lui
apparaît pas sans réflexion particulière, car elle contribue à la former elle-même dans
la conscience. Inconsciemment, il est impliqué dans la façon dont l'inconscient
fusionne avec la conscience jusqu'à ce qu'une réflexion spéciale la révèle (cf.
Chapitre VII). Et il en sera de même avec la loi mondiale dans la conscience
mondiale. Il fonctionnera en puissance et en action, mais n'apparaîtra pas
particulièrement dans la conscience du monde; jusqu'à ce qu'une réflexion
particulière sur son œuvre le révèle comme un terme soustrait. bien qu'appartenant à
la nature de notre conscience elle-même ne lui apparaît pas sans réflexion
particulière, car elle contribue à la former elle-même dans la
conscience. Inconsciemment, il est impliqué dans la façon dont l'inconscient fusionne
avec la conscience jusqu'à ce qu'une réflexion spéciale la révèle (cf. Chapitre VII). Et
il en sera de même avec la loi mondiale dans la conscience mondiale. Il fonctionnera
en puissance et en action, mais n'apparaîtra pas particulièrement dans la conscience
du monde; jusqu'à ce qu'une réflexion particulière sur son œuvre le révèle comme un
terme soustrait. Et il en sera de même avec la loi mondiale dans la conscience
mondiale. Il fonctionnera en puissance et en action, mais n'apparaîtra pas
particulièrement dans la conscience du monde; jusqu'à ce qu'une réflexion
particulière sur son œuvre le révèle comme un terme soustrait. Et il en sera de même
avec la loi mondiale dans la conscience mondiale. Il fonctionnera en puissance et en
action, mais n'apparaîtra pas particulièrement dans la conscience du monde; jusqu'à
ce qu'une réflexion particulière sur son œuvre le révèle comme un terme soustrait.
En fin de compte, nous ne pouvons tout reconnaître qu'à travers notre conscience; mais
maintenant nous constatons, pour le répéter brièvement d'une manière différente, la même chose
qu'auparavant, que tout le contexte, toute la conséquence de ce qui apparaît à notre conscience
comme une détermination acquise de l'extérieur et qui représente le monde extérieur lui-même, suit
la même loi que le contexte et les conséquences de notre propre autodétermination intérieure; par
conséquent, dans le contexte et la conséquence de ce qui nous détermine de l'extérieur, nous
devrons assumer le même être fondamental qu'en nous.
Certains disent que toute la loi naturelle n'a été transférée que de notre esprit à la nature; nous
n'aurions que la forme de notre esprit lui-même, que nous objectivons dans la nature en le
concevant sous la forme de notre esprit, sans que la nature en tant que telle et indépendamment de
notre conception soit légale. Revenir à la nature du légalisme que nous reconnaissons est le moyen
le plus sûr de reconnaître la non-rigidité de cette vision. Que dans le complexe des déterminations
qui nous concernent comme externes, le même suit toujours le même, l'inégal toujours l'inégal, est
quelque chose qui ne peut pas sortir de nos esprits dans ce complexe sans que l'ensemble des
déterminations mêmes et inégales de ce complexe vienne de lui-même assis. Pour croire ce
dernier mais ne pouvait être qu'une question d'idéalisme subjectif extrême, et même cela peut être
rejeté sur la base de notre loi. Mais cela ne devrait pas nous préoccuper maintenant.
Non pas que nous voulions que l'existence de Dieu, en tant qu'être le plus conscient
au-dessus de nous, ne soit reconnue que par la règle de la loi mondiale; mais c'est
avant tout un signe et la base de tout ce qui, autrement, pourrait pointer vers Dieu en
particulier. Mais ce qui ne le désigne pas, il suffit de suivre la direction et même de
combiner les directions. Tout ce qui nous a servi à prouver un esprit dans les choses
terrestres peut maintenant être ajouté pour prouver dans un sens supérieur pour un
Dieu dans le monde entier. Les points de vue de l'analogie avec nous, la connexion
avec nous, notre âge adulte d'elle, son exaltation au-dessus de nous, notre connexion
en elle, ne reviennent tous que dans une telle altération et exacerbation que l'existence
de l'un étant au-dessus de nous, l'autre, plus en face mais l'un étant avant tout, que
toute fermeture, inclusion, sommet est dans l'unité consciente, est ainsi prouvé. Mais
nous sommes fatigués et hésitons à remonter le couloir haut et large, pour continuer
au plus haut et au dernier. Pouvons-nous le faire? Tout le monde voit maintenant la
direction et le but.
Et non pas que nous pensions que Dieu ne devait être recherché que pour les
raisons qu'il était; non, que nous devons le chercher, le chercher, c'est la preuve la
plus forte qu'il en est, et que nous l'avons cherché partout et depuis le début, le plus
fort que nous devons le chercher. Mais jusqu'où faudrait-il remonter et jusqu'où aller
encore, pour en parler correctement et de manière appropriée. C'est réservé pour une
autre fois et une autre opportunité, sinon c'est réservé pour nous-mêmes. Ne pas
parler de Dieu, mais des êtres sous Dieu et de nous et de notre vie derrière, c'est ce
que nous avons réellement l'intention de faire ici, bien que sans parler de Dieu, tout
soit resté juste un tronc mort.
Donc, à l'avenir, nous ne demanderons plus: est-ce un Dieu? Nous demandons
simplement, comment va Dieu? Nous devons demander comme ça. Parce que de ce
qu'est Dieu dépend le plus haut et ultime comment de tous les êtres sous Dieu et notre
propre avenir; et la bonne connaissance de cela est en soi la conclusion et la clé. Et si
nous ne trouvions pas Dieu comme nous en avons besoin, toutes nos conclusions
n'attraperaient rien; car tout comme nous devons avoir Dieu nous oblige à le chercher
et, finalement, à croire que nous l'avons. Mais maintenant, la foi se réjouit, si la
conclusion vient vers elle, la conclusion n'arrive qu'à la fin, la foi lui serre la main.
Les considérations ci-dessus concernant la loi mondiale touchent en partie à celles qu'Oersted
a récemment développées dans deux écrits ("Spirit of Nature" et "Science and Spiritual
Education") 7) . En résumé, ces chiffres sont les suivants:
Dans la nature, il y a une diversité inépuisable et une éternelle alternance de formes et de
mouvements, mais en même temps une admirable unité, un être communautaire omniprésent,
consistant en la légalité rigoureusement dominante et partout cohérente du même. "Ce qui fait que
les caractéristiques immuables et en même temps distinctives des choses peuvent à juste titre être
appelées leur essence, et cette partie qu’elles n’ont pas en commun avec les autres peut être appelée
leur essence particulière. Nous pouvons donc affirmer que les lois de la nature, après quoi une chose
est produite, constitue sa particularité globale. " Cependant, toutes les lois naturelles ensemble (en
unissant le spécial entre le plus général et enfin le plus général, le plus élevé) "une unité, qui, dans
son efficacité, est considérée comme l'essence du monde entier. "La loi la plus élevée dépasse" ce
qui peut être parfaitement exprimé par des mots. "(Si je ne me trompe pas, l'expression se trouve ci-
dessus.)" Examinons maintenant cela de plus près Nous constatons que les lois sont si parfaitement
en harmonie avec la raison que nous pouvons dire en toute vérité que la conformité à la loi de la
nature est qu'elle est basée sur les règles de la raison, ou plutôt que les lois de la nature et les lois de
la raison en sont un. La chaîne des lois naturelles, qui par leur efficacité constitue l'essence de toute
chose, peut ainsi être considérée comme une idée naturelle, ou plus correctement, comme une idée
naturelle. Et puisque toutes les lois de la nature constituent une unité, constitue l'essence du monde
entier. "La loi la plus élevée dépasse" ce qui peut être parfaitement exprimé par des mots. "(Si je ne
me trompe pas, l'expression se trouve ci-dessus.)" Si nous examinons maintenant ces lois plus en
détail, nous trouvons qu'ils sont si parfaitement en harmonie avec la raison que nous pouvons dire
en vérité que la conformité légale de la nature est qu'elle est conforme aux règles de la raison, ou
plutôt que les lois de la nature et de la raison ne font qu'un. La chaîne des lois naturelles, qui par
leur efficacité constitue l'essence de toute chose, peut ainsi être considérée comme une idée
naturelle, ou plus correctement, comme une idée naturelle. Et puisque toutes les lois de la nature
constituent une unité, constitue l'essence du monde entier. "La loi la plus élevée dépasse" ce qui
peut être parfaitement exprimé par des mots. "(Si je ne me trompe pas, l'expression se trouve ci-
dessus.)" Si nous examinons maintenant ces lois plus en détail, nous trouvons qu'ils sont si
parfaitement en harmonie avec la raison que nous pouvons dire en vérité que la conformité légale de
la nature est qu'elle est conforme aux règles de la raison, ou plutôt que les lois de la nature et de la
raison ne font qu'un. La chaîne des lois naturelles, qui par leur efficacité constitue l'essence de toute
chose, peut ainsi être considérée comme une idée naturelle, ou plus correctement, comme une idée
naturelle. Et puisque toutes les lois de la nature constituent une unité, qui peut être parfaitement
exprimé par des mots. "(Si je ne me trompe pas, l'expression se trouve ci-dessus.)" Si nous
examinons ces lois de plus près, nous constatons qu'elles sont si parfaitement en harmonie avec la
raison que nous sommes avec la vérité pouvoir dire que la conformité de la loi de la nature consiste
dans le fait qu'elle suit les règles de la raison, ou plutôt que les lois de la nature et les lois de la
raison ne font qu'un. La chaîne des lois naturelles, qui par leur efficacité constitue l'essence de toute
chose, peut ainsi être considérée comme une idée naturelle, ou plus correctement, comme une idée
naturelle. Et puisque toutes les lois de la nature constituent une unité, qui peut être parfaitement
exprimé par des mots. "(Si je ne me trompe pas, l'expression se trouve ci-dessus.)" Si nous
examinons ces lois de plus près, nous constatons qu'elles sont si parfaitement en harmonie avec la
raison que nous sommes avec la vérité pouvoir dire que la conformité de la loi de la nature consiste
dans le fait qu'elle suit les règles de la raison, ou plutôt que les lois de la nature et les lois de la
raison ne font qu'un. La chaîne des lois naturelles, qui par leur efficacité constitue l'essence de toute
chose, peut ainsi être considérée comme une idée naturelle, ou plus correctement, comme une idée
naturelle. Et puisque toutes les lois de la nature constituent une unité, qu'ils sont si parfaitement en
harmonie avec la raison que nous pouvons dire en vérité que la conformité légale de la nature est
qu'elle est conforme aux règles de la raison, ou plutôt que les lois de la nature et de la raison ne font
qu'un. La chaîne des lois naturelles, qui par leur efficacité constitue l'essence de toute chose, peut
ainsi être considérée comme une idée naturelle, ou plus correctement, comme une idée naturelle. Et
puisque toutes les lois de la nature constituent une unité, qu'ils sont si parfaitement en harmonie
avec la raison que nous pouvons dire en vérité que la conformité légale de la nature est qu'elle est
conforme aux règles de la raison, ou plutôt que les lois de la nature et de la raison ne font qu'un. La
chaîne des lois naturelles, qui par leur efficacité constitue l'essence de toute chose, peut ainsi être
considérée comme une idée naturelle, ou plus correctement, comme une idée naturelle. Et puisque
toutes les lois de la nature constituent une unité, qui, dans leur efficacité, constituent l'essence de
toute chose, peuvent ainsi être considérés comme une idée naturelle, ou plus correctement, comme
une idée naturelle. Et puisque toutes les lois de la nature constituent une unité, qui, dans leur
efficacité, constituent l'essence de toute chose, peuvent ainsi être considérés comme une idée
naturelle, ou plus correctement, comme une idée naturelle. Et puisque toutes les lois de la nature
constituent une unité,ainsi le monde entier est l'expression d'une idée infiniment englobante, qui est
elle-même une avec une raison infinie qui vit et travaille en tout. En d'autres termes: le monde n'est
que la révélation de la puissance créatrice unie et de la raison de la divinité 8) - Maintenant, nous
comprenons encore mieux comment reconnaître la nature avec la raison, car cela ne consiste en rien
d'autre que cette raison elle-même. reconnu dans les choses. D'un autre côté, nous comprenons
également pourquoi nos connaissances ne deviennent qu'un faible reflet de la situation dans son
ensemble; pour notre raison, bien que dans son origine liée à l'infini, elle est contenue dans le fini et
ne peut s'en arracher que de manière limitée. "
La dernière police contient la vue d'Oerstedt de manière plus concise que la
7)

première, et ce qui suit en est un extrait.


8)Extrait de "Spirit of Nature" p. 61. "Le physique et le spirituel sont
inséparablement unis dans la pensée vivante de la Divinité, dont les œuvres
sont toutes choses."

Indépendamment de l'accord fondamental du point de vue


d'Örsted sur le droit naturel avec le nôtre, il semble y avoir une
certaine objection à sa présentation. Je ne veux pas appeler les
lois de la nature comme lui, étant donné leur accord avec les lois
de la raison, les pensées naturelles ou les idées naturelles, car
les pensées ou les idées ne sont pas toujours des lois et vice
versa. Parce que les lois peuvent et doivent être pensées pour
arriver à notre conscience, comme tout dans le monde à la fin; et
les pensées sont régies par des lois, comme tout dans le
monde; mais il me semble qu'il y a confusion des termes ou des
langages, donc identifier les lois comme telles avec les pensées
comme telles. Si les lois de la nature sont vraiment en accord
avec les lois de la raison, cela pourrait bien être une raison de
croire que la raison prévaut également dans la nature, et ainsi
Örsted signifie; seules les lois elles-mêmes ne doivent pas être
appelées pensées. Cela trompe l'imagination et conduit facilement
à se faufiler.
En effet, l'identification des lois de la nature avec les pensées de la nature a pour conséquence
que l'on est maintenant facilement incité à garder les pensées réelles remplacées par ces lois et ne
recherche plus la conscience dans le monde, indépendamment du fait qu'une pensée ne passe que
par la conscience. La raison humaine se manifeste dans les pensées, chacun sait directement par sa
conscience ce que c'est, mais la raison de la nature devrait s'exprimer dans quelque chose, qui est
aussi appelé pensée, mais ce n'est pas du tout dans le sens où sont nos pensées. parce que ce ne sont
pas des lois naturelles. Par conséquent, un esprit conscient de la nature ne perce pas vraiment dans
le récit d'Örsted, sauf au nom de Dieu.
Contre cela, je voudrais expliquer que les lois naturelles sont identiques aux lois de raison, ou
une, comme le dit Örstedt. Notre loi suprême est commune à la nature et à l'esprit parce qu'elle est
la loi suprême de toute existence, mais si les lois se spécialisent dans les domaines dans lesquels
elles opèrent, elles se spécialisent également dans la diversité de la nature et de l'esprit. La façon
dont l'esprit apparaît à lui-même et la façon dont l'expression de l'esprit apparaît dans la nature ont
en fait des lois étroitement liées, mais ne sont en aucun cas réductibles conceptuellement les unes
aux autres, et il est nécessaire d'être aussi conscient du point de vue de la diversité que de celui de
Point de vue d'accord. Je ne peux pas faire la loi gravitationnelle en esprit,
À mon avis, cependant, notre loi suprême, précisément parce qu'elle est commune à la nature
et à l'esprit, peut être considérée comme le nœud des deux d'où ils divergent.
Dans l'intervalle, Örsted convient au moins avec nous qu'il souligne le point de vue de cette
conformité générale des lois dans la nature et l'esprit, bien que cela ne soit pas spécifié plus en
détail, et y cherche des preuves de l'existence et de la conduite d'un être spirituel général, Dieu, dans
la nature. . Örsted n'a pas examiné de plus près la relation entre la loi et la liberté.
L'idée de base, qui a guidé nos propres considérations, a été exprimée sombrement dès le
début de la philosophie. À cet égard, je rapporte le passage suivant de Ritter's History of Philosophy
(I. 219):
"Diogène l'Apolloniat a d'abord essayé de montrer que tout ne pouvait venir que d'un être
primal, afin de donner, comme il le dit, une raison incontestable de son enseignement. Ce qu'il a
appelé à prouver, c'est la nécessité d'un général Reconnaître l'unité et la communion entre les
choses, ce qui ne pourrait pas être si tout ne venait pas de l'un. "Mais il me semble", dit-il, "que tout
ce qui existe doit changer d'un seul et même et être le même. Et cela est évident, parce que si ce qui
est dans ce monde est la terre et l'eau, et le reste de ce qui apparaît dans ce monde, si quelque chose
de cela était en quelque sorte différent de l'autre, étant différent par nature particulière, et pas le
même être, changer et changer de diverses manières, il ne se mélangerait nullement les uns avec les
autres, et il n'y aurait aucun avantage ou préjudice pour l'autre; ni une plante ne pourrait pousser
hors de la terre, ni un animal, ni rien d'autre s'il n'était pas ordonné d'être le même. "Mais comme il
n'en est pas ainsi", tout cela est changé du même à un autre Une autre fois, et revient au même. "-
Ainsi, l'interaction générale des choses a servi à Diogène pour prouver que le monde était un être
qui avait une origine et un développement communs."
Dans nos considérations, le point de vue, selon lequel "tout ce qui est, change d'une seule et
même chose et est le même", et comment la collecte et la fusion des choses est basée seulement plus
clairement et plus clairement a émergé dans nos considérations, comme cela est facile à croire.

C. Dieu comme être suprême par rapport aux détails du monde.


Dans la structure de niveaux que nous avons considérée (sous X.), où les niveaux
inférieurs sont tirés et à partir des niveaux supérieurs, Dieu, au sens le plus large
comme toute existence, abondance et perfection, s'élève au-dessus de tout et est parce
que tout n'est que niveau pour lui, mais lui-même ne mène à rien de supérieur, à ne
pas considérer comme un niveau non plus. Plutôt que quelque chose au-dessus de
tous les niveaux, il est un être unique à sa manière, d'une manière très différente de
tous les niveaux inférieurs à lui, à certains égards similaires à tous, père, créateur,
archétype, mesure et couteau de tous, selon l'esprit et l'esprit. côté du corps; un être
temporel, super-spatial, oui super-réel, mais pas pour que le temps, l'espace, la réalité
se trouvent bien en dessous de lui, non, que tout l'espace et tout le temps et toute la
réalité soient contenus en lui, la raison, Vérité, trouvez-y des êtres. L'infini et l'unité
sont les deux nombres qui comptent Dieu.
Dieu est le seul et le tout, le seul à tous se brise, mais lui-même ininterrompu, le
tout de tous, où chacun est mille, commence, milieu, fin, enlacé dans un cercle, le
centre de tous les cercles, le cercle à tous Centrage, toutes les contradictions est le
dernier volume. Mais celui qui veut dissoudre Dieu lui-même ne voit que des
contradictions, celui qui veut sortir de son lien entre en contradiction avec lui-même,
en contradiction avec les autres, en contradiction avec tout le monde.
Chaque personne qui naît a un père célibataire, mais l'origine croît à mesure que
l'on monte; car deux sont ses grands-pères et quatre et huit ancêtres au-dessus et au-
dessus; et devenez de plus en plus élevé. Combien pensez-vous maintenant que vous
aviez l'ancêtre au premier commencement? Environ une quantité infinie? Pas plus
d'un humain. Et la femme avec qui il a engendré tout le monde était lui-même fait de
sa côte.
Il semble que le nombre d'êtres ou de mondes augmente à chaque pas que vous
montez. Le niveau suivant au-dessus de vous est la Terre, le niveau au-dessus du
soleil avec quelques planètes, le niveau au-dessus de toute une armée de soleils de la
voie lactée, unis au système, le niveau au-dessus sera un système de telles armées, qui
est sûrement plus le Des armées plus que toute armée des soleils compte. Quelle
proportion des systèmes mondiaux y aura-t-il enfin dans la zone la plus
élevée? Même un seul, l'un divin; le monde entier n'est qu'un, et tous les systèmes,
armées, soleils, terres, lunes, ne viennent que d'un seul et sont toujours connectés en
un seul.
Le monde de tous les corps est lié à un seul corps de Dieu par une loi, le monde des
esprits à un seul esprit de Dieu par une loi; et tout le corps de Dieu et tout l'esprit de
Dieu en un seul être, Dieu, par une loi. Et ce groupe est le même partout.
Et toute liberté du monde n'éclate que dans les branches fraîches, les fleurs de ce
tronc de la loi divine et reste encore du tronc.
L'homme mesure l'espace par lignes, pouces, pieds, coudées, miles, temps par
secondes, minutes, heures, jours, semaines, lunes; mais la mesure de base de tout cela
n'est pas le petit, mais le grand; quelle est la taille de la terre et combien de temps le
temps qu'elle tourne autour d'elle-même, c'est la mesure de base, la seule chose fixée
sur terre pour les êtres humains, et toute mesure plus petite n'en est qu'une fraction,
s'il en était autrement. Ainsi, la dernière mesure de base de toute réalité et essence du
monde n'est pas la petite, mais la grande, oui la plus grande, Dieu lui-même ou la
propre mesure de Dieu. Demandez-vous: qui peut avoir besoin de la dimension de
base qui surpasse tout, qui peut trouver la fraction de l'infini, celle à appliquer au
fini? Mais au-delà de tout, il va au-delà de tout, s’attache à tout par lui-même, et
mesure automatiquement tout par rapport à l'autre, pas à quelqu'un d'autre; tout le
monde en a besoin à chaque instant; et n'y pense tout simplement pas; et ne pouvait
pas trouver la mesure de votre propre marche, que ce soit avec le pied ou sans la
pensée; et ne trouvez pas l'étape par vous-même et ne le faites pas avec. Le ruban est
aussi la mesure. C'est la même loi qui traverse tout l'être de Dieu, selon laquelle
chacun, quand et où cela se produit, est décisif pour tous les autres, si et où cela se
produit autrement, dans ce qui est le même et inégal entre les deux, mais que dans ce
tout peut être mesuré par l'autre, la propre liberté de Dieu ne peut pas mesurer. et ne
pouvait pas trouver la mesure de votre propre marche, que ce soit avec le pied ou sans
la pensée; et ne trouvez pas l'étape par vous-même et ne le faites pas avec. Le ruban
est aussi la mesure. C'est la même loi qui traverse tout l'être de Dieu, selon laquelle
chacun, quand et où cela se produit, est décisif pour tous les autres, si et où cela se
produit autrement, dans ce qui est le même et inégal entre les deux, mais que dans ce
tout peut être mesuré par l'autre, la propre liberté de Dieu ne peut pas mesurer. et ne
pouvait pas trouver la mesure de votre propre marche, que ce soit avec le pied ou sans
la pensée; et ne trouvez pas l'étape par vous-même et ne le faites pas avec. Le ruban
est aussi la mesure. C'est la même loi qui traverse tout l'être de Dieu, selon laquelle
chacun, quand et où cela se produit, est décisif pour tous les autres, si et où cela se
produit autrement, dans ce qui est le même et inégal entre les deux, mais que dans ce
tout peut être mesuré par l'autre, la propre liberté de Dieu ne peut pas mesurer.
Ce qui distingue en quelque sorte les êtres qui sont à des niveaux différents les uns
des autres, se transforme en absolu dans la transition vers Dieu, la fermeture et
l'inclusion de tous les niveaux; ce qui leur est commun est complètement, purement et
entièrement fondé en Dieu seul.
Quelle est la hauteur d'un être, il a toujours son monde extérieur, d'autres êtres qui
lui sont semblables; ce n'est qu'en s'élevant plus haut qu'il a plus en lui, l'entoure de
plus en plus pur, se détermine davantage en incluant plus de déterminants de
l'existence.
Mais Dieu, en tant que totalité de l'être et de l'ouvrage, n'a plus de monde extérieur
hors de lui-même, ne se fait pas face; il est le seul et le seul; tous les esprits remuent
dans le monde intérieur de son esprit, tous les corps dans le monde intérieur de son
corps; purement il tourne en lui-même, n'est plus déterminé par rien de l'extérieur, se
détermine purement en lui-même en incluant les raisons de toute existence.
Aucune créature au monde n'est entièrement sa propre créature, chacune provenant
d'un niveau supérieur qui s'est distingué; homme avec des animaux, les plantes
venaient de la terre mère, la terre avec ses frères et sœurs de la sphère céleste
supérieure. Chacun ne pouvait naître, chacun ne pouvait continuer à exister en plus de
l'autre, qui se posait au même niveau, en dernière analyse que de l'ensemble. Mais
chacun, plus il est haut, comprend plus de pouvoirs créateurs en lui, laisse plus jaillir
de lui et tient plus en lui-même, ce qui lui est complémentaire, a moins d'ailleurs, sur
lui-même, avec quoi pour quoi il est ajouté.
Mais Dieu, et juste Dieu, est égal à lui-même en tant que créateur et
créature; complètement son propre créateur, complètement sa propre créature, né de
rien, parce que de lui-même, complété par rien d'autre, est lui-même complet; mais
tout est sorti de lui, se complète en lui, pour lui.
Peu importe la hauteur de Dieu avec ses créatures, il doit les faire refléter sa taille
et sa gloire. Aucune créature n'est si basse et si petite qu'elle ne signifie pas un dieu
pour une sphère d'activité qui se comprend plus profondément entre elle; aucune
créature si haute et si haute qu'aucun Dieu supérieur et plus grand et pourtant fini ne
le reflétait dans une sphère d'activité de plus en plus grande, qui comprend à nouveau
la sienne. L'homme s'appelle une image de Dieu, mais au-dessus d'elle est la terre, et
au-dessus d'elle est le soleil avec sa multitude de planètes. C'est une image plus
grande, plus complète et plus lumineuse de Dieu en tant qu'être humain et en tant que
terre, avec une sphère d'activité plus grande qui comprend même la terre avec toutes
les personnes entre elles. Combien de fois les dieux puissances terrestres, combien de
fois le soleil a appelé Dieu! Mais est-elle vraiment Dieu? C'est le miroir suivant
seulement, dans lequel Dieu apparaît d'en haut de la terre et tout ce qui est terrestre, le
prochain, pas le plus grand, en dernier. Si une personne lève son regard au-dessus
d'elle, elle voit que ce n'est rien, son regard n'est rien lui-même. Le ciel entier avec
toutes ses étoiles, les anges s'ouvrent, il ne peut pas l'envergure, il ne peut pas le
mesurer, il ne peut pas être sondé; plus il pénètre profondément, plus il devient
profond. La pensée vole enfin au-delà de tous les yeux, mais ne peut jamais trouver
de fin, s'arrête enfin, fatiguée. Et ainsi le passage lui-même avec une vue et des
pensées du plus haut au plus haut, du plus loin à l'infini, miroir et partie du passage à
la fois, que Dieu parcourt à sa propre hauteur et à l'infini. dans lequel Dieu apparaît
d'en haut de la terre et de tout ce qui est terrestre, le prochain, pas le plus grand, le
dernier. Si une personne lève son regard au-dessus d'elle, elle voit que ce n'est rien,
son regard n'est rien lui-même. Le ciel entier avec toutes ses étoiles, les anges
s'ouvrent, il ne peut pas l'envergure, il ne peut pas le mesurer, il ne peut pas être
sondé; plus il pénètre profondément, plus il devient profond. La pensée vole enfin au-
delà de tous les yeux, mais ne peut jamais trouver de fin, s'arrête enfin, fatiguée. Et
ainsi le passage lui-même avec une vue et des pensées du plus haut au plus haut, du
plus loin à l'infini, miroir et partie du passage à la fois, que Dieu parcourt à sa propre
hauteur et à l'infini. dans lequel Dieu apparaît d'en haut de la terre et de tout ce qui est
terrestre, le prochain, pas le plus grand, le dernier. Si une personne lève son regard
au-dessus d'elle, elle voit que ce n'est rien, son regard n'est rien lui-même. Le ciel
entier avec toutes ses étoiles, les anges s'ouvrent, il ne peut pas l'envergure, il ne peut
pas le mesurer, il ne peut pas être sondé; plus il pénètre profondément, plus il devient
profond. La pensée vole enfin au-delà de tous les yeux, mais ne peut jamais trouver
de fin, s'arrête enfin, fatiguée. Et ainsi le passage lui-même avec une vue et des
pensées du plus haut au plus haut, du plus loin à l'infini, miroir et partie du passage à
la fois, que Dieu parcourt à sa propre hauteur et à l'infini. alors il voit, elle n'est rien,
son regard n'est rien elle-même. Le ciel entier avec toutes ses étoiles, les anges
s'ouvrent, il ne peut pas l'envergure, il ne peut pas le mesurer, il ne peut pas être
sondé; plus il pénètre profondément, plus il devient profond. La pensée vole enfin au-
delà de tous les yeux, mais ne peut jamais trouver de fin, s'arrête enfin, fatiguée. Et
ainsi le passage lui-même avec une vue et des pensées du plus haut au plus haut, du
plus loin à l'infini, miroir et partie du passage à la fois, que Dieu parcourt à sa propre
hauteur et à l'infini. alors il voit, elle n'est rien, son regard n'est rien elle-même. Le
ciel entier avec toutes ses étoiles, les anges s'ouvrent, il ne peut pas l'envergure, il ne
peut pas le mesurer, il ne peut pas être sondé; plus il pénètre profondément, plus il
devient profond. La pensée vole enfin au-delà de tous les yeux, mais ne peut jamais
trouver de fin, s'arrête enfin, fatiguée. Et ainsi le passage lui-même avec une vue et
des pensées du plus haut au plus haut, du plus loin à l'infini, miroir et partie du
passage à la fois, que Dieu parcourt à sa propre hauteur et à l'infini. La pensée vole
enfin au-delà de tous les yeux, mais ne peut jamais trouver de fin, s'arrête enfin,
fatiguée. Et ainsi le passage lui-même avec une vue et des pensées du plus haut au
plus haut, du plus loin à l'infini, miroir et partie du passage à la fois, que Dieu
parcourt à sa propre hauteur et à l'infini. La pensée vole enfin au-delà de tous les
yeux, mais ne peut jamais trouver de fin, s'arrête enfin, fatiguée. Et ainsi le passage
lui-même avec une vue et des pens