Vous êtes sur la page 1sur 125

République Algérienne Démocratique Et Populaire

Ministère De L’enseignement Supérieur Et De La Recherche Scientifique


Université Dr. Moulay Tahar de Saida
Faculté des sciences
Département de physique

Polycopié de Cours

THERMODYNAMIQUE

2ème année Licence


Dr. BENHALIMA NADIA

2018-2019

1
Table des matières
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
I.1.Différentes échelles d’approche 01
I.1.1.Échelle macroscopique 01
I.1.2.Échelle microscopique 01
I.1.3.Échelle mésoscopique 01
I.2.Système thermodynamiques 01
I.3.Grandeurs d’état 02
I.3.1.Variables d’état 03
I.3.2.Grandeurs d’état extensives et intensives 04
I.3.3.Fonction d’état 05
I.4.Phases solide, liquide, gazeuse 05
I.5.Équilibre thermodynamique 06
I.6.Parois 08
I.7.Principe Zéro de la thermodynamique 08
I.8.Transformations 08
I.8.1.Transformation réversible 09
I.8.2.Transformation irréversible 10
I.8.3.Transformations ouvertes 10
I.8.4.Transformations fermées 10
I.8.5.Transformation quasi-statique 11
I.9.Convention de signe 11
I.10.Travail 11
I.10.1.Travail lors d’une transformation réversible 12
I.10.2.Travail lors d’une transformation irréversible 12
I.10.3.Travail d’une transformation isotherme 12
I.10.4.Travail d’une transformation isobare 14
I.10.5.Travail d’une transformation isochore 15
I.10.6.Application 15
I.11.Chaleur 20
I.11.1.Sources de chaleur 21
I.11.2.Convention de signe 21
I.11.3.Changement d’état de la matière 21
I.11.4.Chauffage d’un corps pur 22
I.11.5.Mélange des corps purs 13
I.11.6.Calorimétrie 24
I.11.7.Application 24
I.12.Premier principe de la thermodynamique 27
I.12.1.Enthalpie H 28
I.13.Application du premier principe aux gaz parfaits 30
I.13.1.Première loi de Joule 30
I.13.2.Deuxième loi de Joule 30
I.13.3.Relation entre 𝑸𝑷 et 𝑸𝑽 30
I.13.4.Relation entre Cp et Cv (relation de Mayer) 30
I.14.Transformation des gaz parfaits 31
I.14.1.Transformation isobare réversible 31
I.14.2.Transformation isochore réversible 31
I.14.3.Transformation isotherme 32
I.14.4.Transformation adiabatique réversible 34
I.14.5.Application 37
I.15.Second principe de la thermodynamique 39
I.15.1. Quelques énoncés historiques 39
I.15.2. Cycle de Carnot 39
I.15.3.Cycle de Lenoir 39
I.15.4.Cycle de Beau de Rochas ou d’Otto (Moteur à Essence) 45
I.15.5.Cycle de Diesel 48
I.15.6.Cycle d'Ericsson 51
I.15.7.Application : cycle de Stirling (1816) 55
I.16.Théorème de Carnot 55
I.16.1.Classification des machines thermiques 59
I.16.2.Rendement des moteurs thermiques 60
I.16.3.Coefficient d’efficacité frigorifique 61
I.16.4.Coefficient de performance des pompes à chaleur 63
I.16.6.Inégalité de Clausius 64
I.17.Fonction d’entropie 65
I.17.1.Définition 66
I.17.2.Propriétés de la fonction entropie 66
I.17.3.Calcul de la variation d’entropie 67
I.17.4.Transformation réversible isotherme 67
I.17.5.Transformation réversible isobare 67
I.17.6.Transformation réversible isochore 68
I.17.7.Transformation réversible adiabatique 68
I.17.8.Variation d’entropie lord d’un changement d’état 68
I.17.9.Transformation irréversible isotherme 69
I.17.10.Variation d’entropie d’un gaz parfait 71
I.17.11.Application 73
I.18. Notion d’entropie créée 73
I.18.1.Transformation réversible 73
I.18.2.Transformation irréversible 74
I.19.Troisième principe de la thermodynamique 74
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
II.1.Coefficients calorimétriques d’un fluide 76
II.1.1. Variables T et V 76
II.1.2. Variables T et P 77
II.1.3. Variables P et V 78
II.1.4. Coefficients thermo-élastiques 78
II.1.5.Application 81
II. Fonctions thermodynamiques 84
II.1.Energie interne U 84
II.2.Enthalpie H 85
II.3.Energie libre F 85
II.4.Enthalpie libre G 86
II.5.Relations de Maxwell 86
II.6.Relations Helmholtz 87
II.7.Relations de Clapeyron 88
II.8.Relation de Mayer 88
II.9.Potentiels Thermodynamique 88
II.10.Equation de Gibbs – Duhem 91
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
III.1. Gaz parfait 93
III.1.1.Hypothèse du gaz parfait monoatomique 93
III.1.2.Pression cinétique 95
III.1. 3.Température cinétique 97
III.1. 4.Vitesse quadratique moyenne 98
III.1. 5.Énergie interne d’un gaz parfait 99
III.1.6.Application 100
III.2.Loi de distribution des vitesses de Maxwell 101
III.3.Facteur de Boltzmann 112
III.4.Transport dans les fluides 116
III.4.1.Libre parcours moyen 116
III.4.2.Modèle des sphères dures 116
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

‫ وزدني علما‬،‫ وانفعني بما علمتني‬،‫اللهم علمني ما ينفعني‬


La thermodynamique a pour objet l’étude de la matière (gaz, liquides, solides...) et les
transformations qu’elle subit. Les domaines d’application de la thermodynamique sont très
vaste on peut citer : les moteurs thermiques, les réfrigérateurs et climatiseurs…
I.1.Différentes échelles d’approche
I.1.1.Échelle macroscopique
C’est l’échelle accessible expérimentalement pour laquelle on peut faire des mesures directes:
volume, température, pression...
I.1.2.Échelle microscopique
C’est l’échelle des composants élémentaires de la matière (atomes, molécules) sa dimension
inférieur de 𝟏𝟎−𝟏𝟎 (𝒎).
I.1.3.Échelle mésoscopique
C’est une échelle intermédiaire entre l’échelle macroscopique et l’échelle microscopique, On
peut prendre pour ordre de grandeur le𝝁𝒎.
.

I.2.Système thermodynamiques
Un système thermodynamique est une région de l'espace, délimitée par une frontière, que
l’on isole du reste de l'univers. Le reste est appelé extérieur (tout ce qui n’appartient pas au
système). Cette région est constituée d'un très grand nombre de particules (atomes, molécules,
ions,...).

1
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑬𝒙𝒕é𝒓𝒊𝒆𝒖𝒓 + 𝒔𝒚𝒔𝒕è𝒎𝒆 = 𝒖𝒏𝒊𝒗𝒆𝒓𝒔


I.3.Grandeurs d’état
Les grandeurs macroscopiques qui caractérisent et définissent l'état du système
thermodynamique sont appelées grandeurs d’état On peut citer : le volume𝑽 (𝒎𝟑 ) , la
température 𝑻(𝑲), la masse𝒎 (𝒌𝒈), la masse volumique𝝆(𝒌𝒈. 𝒎−𝟑 ) , la pression𝑷 (𝑷𝒂) , la
quantité de matière𝒏 (𝒎𝒐𝒍𝒆) .
Pression
La pression d'un fluide est la force par unité de surface que le fluide exerce sur une surface
élémentaire.
𝑭
𝑷=
𝒔
Dimension de pression
𝒗 [𝒙] 𝑳
[𝑭] [𝒎][𝒈] [𝒎] [ 𝒕 ] [𝒎] [𝒕]𝟐 𝑴 𝑻𝟐
[𝑷] = = = = = 𝟐 = 𝑴𝑳−𝟏 𝑻−𝟐
[𝒔] [𝒍][𝒍] [𝒍][𝒍] [𝒍][𝒍] 𝑳
[𝑷] = 𝑴𝑳−𝟏 𝑻−𝟐
Unité de pression
 Pascal dans le système international (MKSA)
 atmosphère:𝟏 𝒂𝒕𝒎 = 𝟏, 𝟎𝟏𝟑 × 𝟏𝟎𝟓 𝑷𝒂
 bar:𝟏 𝒃𝒂𝒓 = 𝟏𝟎𝟓 𝑷𝒂.
 millibar : 1 mbar =𝟏𝟎−𝟑 𝟏𝟎𝟓 Pa = hPa = 100 Pa.
 torr : 𝟏 𝒕𝒐𝒓𝒓 = 𝟏 𝒎𝒎 𝑯𝒈 = 𝟏𝟑𝟑, 𝟑 𝑷𝒂 et 𝟏 𝒂𝒕𝒎 = 𝟕𝟔𝟎 𝒕𝒐𝒓𝒓 ,
𝟏
𝟏 𝑻𝒐𝒓𝒓 = 𝒂𝒕𝒎
𝟕𝟔𝟎

Température
2
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

La température est liée à l'agitation microscopique des particules. Plus le mouvement des
molécules est important plus la température est élevée.
Unité de température
 Echelle Celsius (°𝑪): elle fixe la température de congélation de l’eau à 𝟎°𝑪et sa
température d’ébullition à𝟏𝟎𝟎°𝑪.
𝜽(°𝐂) = 𝐓(°𝐊) − 𝟐𝟕𝟑. 𝟏𝟓
 Echelle Fahrenheit (°F) : La température de congélation de l’eau est fixée à 𝟑𝟐°𝑭et
sa température d’ébullition à𝟐𝟏𝟐°𝑭.
𝟗 𝟗
𝑻(°𝑭) = × 𝜽(°𝑪) + 𝟑𝟐 = × 𝑻(°𝑲) − 𝟒𝟓𝟗. 𝟔𝟕
𝟓 𝟓
 Echelle Kelvin(°𝑲): c’est une échelle de température thermodynamique qui repose
sur un seul point de référence, il s’agit du point triple (Le point triple est un état où les
trois phases de la matière coexistent) de l’eau (𝑻 = 𝟐𝟕𝟑, 𝟏𝟔 °𝑲).
𝑻(°𝑲) = 𝜽(°𝑪) + 𝟐𝟕𝟑. 𝟏𝟓
 Echelle Rankine (°𝑹)
𝑻(°𝑹) = 𝑻(°𝑭) + 𝟒𝟓𝟗. 𝟔𝟕
Unité de volume
 Mètre cube(𝒎𝟑 )dans le système international (MKSA)
 1 L =1 dm3=10-3 m3
 1 cm3 = (1 x 10-2 m)3 = 1 x 10-6 m3
 1 dm3 = (1 x 10-1 m)3 = 1 x 10-3 m3
 1 L = 1000 mL = 1000 cm3 = 1 dm3
 1 mL = 1 cm3
I.3.1.Variables d’état
Les grandeurs d’état indépendantes choisies pour d’écrire l’état macroscopique d’un système
sont appelée variables d’état. Ces variables d’état ne sont pas toujours indépendantes,
certaines d’entre elles peuvent être liées par une relation appelée équation d’état du
type :
𝒇(𝑷, 𝑽, 𝑻, 𝑵, … ) = 𝟎
Exemple

3
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Dans le cas d’un système fermé le volume ne varie que sous l’effet de la température et de la
pression, Dans ce cas, le volume est considéré comme fonction d’état.
𝑽 = 𝑽(𝑷, 𝑻) : Fonction de deux variables.
𝑷𝑽 = 𝑹𝑻
𝑹𝑻
𝑽=
𝑷
En mathématique elle s’écrit sous forme d’une différentielle totale (Elle est une différentielle
totale si les dérivées secondes sont égales).
𝝏𝑽(𝑷, 𝑻) 𝝏𝑽(𝑷, 𝑻)
𝒅𝑽(𝑷, 𝑻) = ) 𝒅𝑷 + ) 𝒅𝑻
𝝏𝑷 𝑻
𝝏𝑻 𝑷

𝑹𝑻 𝑹𝑻
𝝏( ) 𝝏( )
𝑷 𝑷
𝒅𝑽(𝑷, 𝑻) = ) 𝒅𝑷 + ) 𝒅𝑻
𝝏𝑷 𝝏𝑻
𝑻 𝑷
−𝑹𝑻 𝑹
𝒅𝑽(𝑷, 𝑻) = 𝟐
𝒅𝑷 + 𝒅𝑻
𝑷 𝑷
𝝏 𝝏𝑽(𝑷, 𝑻) 𝝏 −𝑹𝑻 −𝑹
( ) = ( 𝟐 )= 𝟐
𝝏𝑻 𝝏𝑷 𝑻
𝝏𝑻 𝑷 𝑷 𝝏 𝝏𝑽(𝑷, 𝑻) 𝝏 𝝏𝑽(𝑷, 𝑻)
→ ( )= ( )
𝝏 𝝏𝑽(𝑷, 𝑻) 𝝏 𝑹 −𝑹 𝝏𝑻 𝝏𝑷 𝝏𝑷 𝝏𝑻
( ) = ( )= 𝟐
{ 𝝏𝑷 𝝏𝑻 𝑷
𝝏𝑷 𝑷 𝑷
Donc le volume est une différentielle totale (exacte).
I.3.2.Grandeurs d’état extensives et intensives
 Les grandeurs extensives sont liées aux dimensions du système, et proportionnelles à
la quantité de matière de ce dernier. Donc, lors d’addition de deux sous-systèmes, elles
sont additives.
Exemple : la masse, le volume, la quantité de matière, ...
 Les grandeurs intensives sont définies en chaque point du système, et sont
indépendantes de la quantité de matière de ce dernier.
Exemple La masse volumique, la pression, la température, le rapport de deus
𝒏
grandeurs extensives comme la concentration molaire 𝑪 = 𝑽.

I.3.3.Fonction d’état

4
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Ce sont des relations mathématiques qui lient les variables d’état d’un système
thermodynamique. Ces fonctions d’état sont dépend uniquement de l’état initial et final du
système et non du chemin suivi. Ces fonctions d’état sont indépendantes de la manière
dont la transformation est effectuée (réversible ou irréversible).

 Le travail𝑾 et la chaleur 𝑸 dépendent du chemin suivi, donc ne sont pas des


fonctions d’état ( 𝜹𝑾 , 𝜹𝑸 est appelé différentielle inexacte).
 Énergie interne𝒅𝑼 , enthalpie𝒅𝑯 , entropies 𝒅𝑺 se sont des fonctions d’état .
I.4.Phases solide, liquide, gazeuse
La matière existe généralement sous trois états, solide, liquide et gaz, ces états sont appelés
phases.
 Un Solide à une forme propre invariable.
 Un liquide n’a pas de forme propre, mais il a un volume propre invariable.
 Un gaz n’a ni forme propre ni volume propre.
Les phases solide et liquide ont des masse volumique du même ordre de grandeur est pour
cette raison les deux phases sont appelés les phases condensés(volume incompressible),
mais la masse volumique pour la phase gazeuse est plus faibles que les deux phases
précédentes. Les phases liquides et gazeuse peuvent s’écouler elles sont appelée phases
fluides ((écoulement et diffusion).

5
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.5.Équilibre thermodynamique
Système simple (homogène) : est un système dont les propriétés sont les mêmes en tout
point. Système compose (hétérogène) : est un système qui n’est pas simple.
Système isolé: il n’échange rien avec l’extérieur (pas de travail, pas de chaleur, pas de
matière).
Système fermé: peut échanger de l'énergie avec l’extérieur, mais il n’échange pas de matière
avec l’extérieur.
Système ouvert: peut échanger de l'énergie et de la matière avec l’extérieur.

6
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Système à l'équilibre: système isolé finit par atteindre un état dans lequel les variables
d’états sont constantes c-à-dire ces variables d'état ne subissent aucune modification au cours
du temps. Cet état est unique. C’est l’état d’équilibre de système.
Équilibre mécanique: les résultantes des forces s’exerçant sur le système sont nulles.
Équilibre thermique: la température du système est uniforme (Si la température est la même
en chaque point et n'évolue pas au cours du temps, on a un équilibre thermique.).
𝒏
Equilibre chimique : la composition 𝒙𝒊 = ∑ du système est uniforme.
𝒊 𝒏𝒊

 Un système est en équilibre stable lorsque, même écarté sensiblement de cet équilibre,
il y retourne dès qu’il est laissé à lui-même, (𝒇′′ (𝒙) > 0).

 Un système est dans un état d’équilibre instable lorsqu’une impulsion suffit à le faire
passer dans un état d’équilibre plus stable,(𝒇′′ (𝒙) < 0).

 Un système est dans un état d’équilibre métastable lorsque, s’il est écarté
suffisamment de cet état, il passe dans un état d’équilibre plus stable. (𝒇′′ (𝒙) > 0 →
𝑙𝑜𝑐𝑎𝑙, 𝒇′′ (𝒙) < 0 → 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐥𝐨𝐢𝐧).

 Neutre (𝒇′′ (𝒙) = 𝟎).

7
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.6.Parois
Les systèmes thermodynamiques peuvent être limités par des parois mais pas nécessairement.
Une paroi idéale peut être :
 Déformable : elle permet l’échange d’un travail.
 Diatherme : elle permet l’échange de chaleur.
 Adiabatique : elle est thermiquement isolante.
 Perméable : elle permet l’échange de matière.
I.7.Principe Zéro de la thermodynamique
Un système est dit en équilibre thermique s’il possède la même température en chacun de ses
points.
Si un corps A est en équilibre thermique avec un corps B, et si B est en équilibre thermique
avec un corps C, alors A est en équilibre thermique avec C.
I.8.Transformations
Une transformation est une opération qui modifie l’état d’un système, le faisant évoluer d’un
état d’équilibre initial à un état d’équilibre final.

Toute transformation finie peut être obtenue en sommant une infinité de transformations
infinitésimales.
L’évolution d’un système se traduit par une modification de la valeur de certaines variables
d’états, mais les transformations qui sont réalisées à valeur constante d'une des variables
d'état, elles sont dites:
 isothermes si la température est maintenue constante.

8
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

 isochores si le volume est maintenu constant.


 isobares si la pression est maintenue constante.
 adiabatique qui s’effectuent sans échange de chaleur.
Les transformations isotherme, isochore, isobare et adiabatique peuvent être représentées sur
le diagramme de CLAPEYRON(𝑷, 𝑽).

I.8.1.Transformation réversible
Une transformation est réversible si la transformation inverse passe par les mêmes états
intermédiaires dans un ordre inverse.
I.8.2.Transformation irréversible
C’est une transformation (réelles, naturelle, Spontanée) On ne peut pas l’arrêter, ni
l’inverser (exemple : frottements mécaniques, effet Joule,…).

9
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.8.3.Transformations ouvertes
Une transformation ouverte est une transformation ou l’état final du système est différent de
l’état initial.

I.8.4.Transformations fermées (Transformation Cyclique)


Une transformation fermée est une transformation ou l’état final du système est identique à
l’état initial.

I.8.5.Transformation quasi-statique
Une transformation est quasi-statique lorsque le système est à chaqueinstant infiniment voisin
d’un état d’équilibre interne.

10
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.9.Convention de signe
 On compte positivement tout ce qui est reçu par le système.
 On compte négativement tout ce qui est perdu par le système.
I.10.Travail
Le travail échangé entre un système et le milieu extérieur résulte des forces extérieures
appliquées au système.

⃗ . 𝒅𝒚
Le travail élémentaire : 𝜹𝑾 = 𝑭 ⃗ = −𝑭 𝒅𝒚 𝐜𝐨𝐬 𝒐
𝜹𝑾 = −𝑭 𝒅𝒚
Pression :
𝑭
𝑷𝒆𝒙𝒕 = → 𝑭 = 𝑷. 𝑺
𝑺
𝜹𝑾 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 . 𝑺 𝒅𝒚
Elément de volume
𝒅𝑽 = 𝑺 𝒅𝒚
𝜹𝑾 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽

11
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝑽𝒇𝒊𝒏𝒂𝒍

𝑾=− ∫ 𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽
𝑽𝒊𝒏𝒊𝒕𝒊𝒂𝒍

 𝜹𝑾 > 0 → 𝑑𝑉 < 0: le fluide est comprimé, il reçoit effectivement du travail du


milieu extérieur.
 𝜹𝑾 < 0 → 𝑑𝑉 > 0: le fluide se détente, il fournit effectivement du travail au
milieuextérieur.
I.10.1.Travail lors d’une transformation réversible
Lors d’une transformation réversible la condition d’équilibre mécanique entre le système et le
milieu extérieur à chaque instant nous permet d’écrire : 𝑷𝒆𝒙𝒕 = 𝑷𝒊𝒏𝒕 = 𝑷
𝑽𝒇𝒊𝒏𝒂𝒍

𝑾𝒓é𝒗 = − ∫ 𝑷 𝒅𝑽 = −𝑷(𝑽𝒇𝒊𝒏𝒂𝒍 − 𝑽𝒊𝒏𝒊𝒕𝒊𝒂𝒍 )


𝑽𝒊𝒏𝒊𝒕𝒊𝒂𝒍

𝑾𝒓é𝒗 − 𝑷 ∆𝑽
I.10.2.Travail lors d’une transformation irréversible
𝑷𝒆𝒙𝒕 ≠ 𝑷, on considère alors le cas :𝑷𝒆𝒙𝒕 = 𝒄𝒐𝒏𝒔𝒕𝒂𝒏𝒕𝒆.
𝑽𝒇𝒊𝒏𝒂𝒍

𝑾𝒊𝒓𝒓é𝒗 = − ∫ 𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 (𝑽𝒇𝒊𝒏𝒂𝒍 − 𝑽𝒊𝒏𝒊𝒕𝒊𝒂𝒍 )


𝑽𝒊𝒏𝒊𝒕𝒊𝒂𝒍

𝑾𝒊𝒓𝒓é𝒗 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 ∆𝑽
I.10.3.Travail d’une transformation isotherme
Dans le cas d’une transformation isotherme d’un état initial (1) vers un état final (2), seules
les variables P et V varient, Si P augmente V diminue et vice versa.
𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝒏𝑹𝑻𝟏
𝑷 𝑽 = 𝒏𝑹𝑻
{𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝒏𝑹𝑻𝟐 → { 𝟏 𝟏 → {𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝑷𝑽 =𝒏𝑹𝑻 = 𝒄𝒕𝒆
𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝒏𝑹𝑻
𝑻𝟏 = 𝑻𝟐 = 𝑻
{𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝑷𝑽 =𝒏𝑹𝑻 = 𝒄𝒕𝒆
𝑽𝟏 𝑷 𝟐
=
𝑽𝟐 𝑷 𝟏

Cas réversible : gaz parfait subissant une transformation isotherme

12
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝜹𝑾𝒓é𝒗 = −𝑷 𝒅𝑽
𝒏𝑹𝑻
𝑷𝑽 = 𝒏𝑹𝑻 → 𝑷 =
𝑽
𝒏𝑹𝑻
𝜹𝑾𝒓é𝒗 = − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝟐
𝒏𝑹𝑻
𝑾𝒓é𝒗 = ∫ − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝟏
𝑽𝟐
𝒅𝑽
𝑾𝒓é𝒗 = −𝒏𝑹𝑻 ∫
𝑽
𝑽𝟏
𝑽
𝑾𝒓é𝒗 = −𝒏𝑹𝑻 [𝒍𝒏 𝑽]𝑽𝟐𝟏
𝑾𝒓é𝒗 = −𝒏𝑹𝑻 [𝒍𝒏 𝑽𝟐 − 𝒍𝒏𝑽𝟏 ]
𝑽𝟐
𝑾𝒓é𝒗 = −𝒏𝑹𝑻 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝟏
𝑽𝟐
𝑾𝒓é𝒗 = −𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟏
𝑽𝟏
𝑾𝒓é𝒗 = 𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟐
𝑷𝟐
𝑾𝒓é𝒗 = 𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑷𝟏
Cas irréversible: gaz parfait subissant une transformation isotherme
𝜹𝑾𝒊𝒓𝒓é𝒗 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽

13
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝑽𝟐

𝜹𝑾𝒊𝒓𝒓é𝒗 = ∫ −𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽
𝑽𝟏
𝑽
𝑾𝒊𝒓𝒓é𝒗 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 [𝑽]𝑽𝟐𝟏
𝑾𝒊𝒓𝒓é𝒗 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 (𝑽𝟐 − 𝑽𝟏 )

𝑾𝒊𝒓𝒓é𝒗 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 (𝑽𝟐 − 𝑽𝟏 )


𝒏𝑹𝑻
𝑷𝑽 = 𝒏 𝑹 𝑻 → 𝑽 =
𝑷
𝒏𝑹𝑻 𝒏𝑹𝑻
𝑾𝒊𝒓𝒓é𝒗 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 ( − )
𝑷𝟐 𝑷𝟏
𝟏 𝟏
𝑾𝒊𝒓𝒓é𝒗 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒏 𝑹 𝑻 ( − )
𝑷𝟐 𝑷𝟏
I.10.4.Travail d’une transformation isobare
Le système est soumis à une pression extérieure constante 𝑷𝒆𝒙𝒕

Le système évolue d’un état initial 1 à un état final 2 conduit à : 𝑷𝟏 = 𝑷𝟐 = 𝑷𝒆𝒙𝒕


𝜹𝑾 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽
𝑽𝟐

𝒘 = ∫ −𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽
𝑽𝟏

𝑾 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 (𝑽𝟐 − 𝑽𝟏 )
𝑾 = −𝑷𝟐 𝑽𝟐 + 𝑷𝟏 𝑽𝟏
𝑾 = −𝒏 𝑹 𝑻𝟐 + 𝒏𝑹𝑻𝟏

14
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑾 = 𝒏 𝑹 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
I.10.5.Travail d’une transformation isochore

𝜹𝑾 = −𝑷 𝒅𝑽
𝑽𝟐

𝒘 = ∫ −𝑷 𝒅𝑽
𝑽𝟏

𝑽 = 𝑪𝒕𝒆 → 𝒅𝑽 = 𝟎
𝒘=𝟎
I.10.6.Application
𝒂
1/Une mole de gaz de Van Der Waals d’équation d’état(𝑷 + 𝑽𝟐 ) (𝑽 − 𝒃) = 𝑹𝑻 , voit son

volume passer de au cours de d’une transformation isotherme réversible. 𝑽𝟏 à 𝑽𝟐


a/ Calculer le travail échangé avec l’extérieur.
b/ Comparer le résultat obtenu avec celui du gaz parfait.
Solution
a/
𝜹𝑾 = −𝑷 𝒅𝑽
𝒂 𝒂 𝑹𝑻
(𝑷 + ) (𝑽 − 𝒃) = 𝑹𝑻 → (𝑷 + 𝟐 ) =
𝑽 𝟐 𝑽 (𝑽 − 𝒃)
𝑹𝑻 𝒂
𝑷= − 𝟐
(𝑽 − 𝒃) 𝑽
𝑹𝑻 𝒂
𝜹𝑾 = −𝑷 𝒅𝑽 → 𝜹𝑾 = − ( − 𝟐 ) 𝒅𝑽
(𝑽 − 𝒃) 𝑽

15
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝑽𝟐
𝑹𝑻 𝒂
𝑾 = ∫ −( − 𝟐) 𝒅 𝑽
(𝑽 − 𝒃) 𝑽
𝑽𝟏
𝑽𝟐
𝑹𝑻 𝒂
𝑾= ∫ − 𝒅𝑽 + 𝟐 𝒅𝑽
(𝑽 − 𝒃) 𝑽
𝑽𝟏
𝑽𝟐 𝑽𝟐
𝑹𝑻 𝒂
𝑾= ∫− 𝒅𝑽 + ∫ 𝟐 𝒅𝑽
(𝑽 − 𝒃) 𝑽
𝑽𝟏 𝑽𝟏
𝑽𝟐 𝑽𝟐
𝟏 𝟏
𝑾 = −𝑹𝑻 ∫ 𝒅𝑽 + 𝒂 ∫ 𝟐 𝒅𝑽
(𝑽 − 𝒃) 𝑽
𝑽𝟏 𝑽𝟏

𝑽 𝟏 𝑽𝟐
𝑾 = −𝑹𝑻[𝒍𝒏 (𝑽 − 𝒃)]𝑽𝟐𝟏 + 𝒂 (− )
𝑽 𝑽𝟏
𝟏 𝟏
𝑾 = −𝑹𝑻[𝒍𝒏 (𝑽𝟐 − 𝒃) − 𝒍𝒏 (𝑽𝟏 − 𝒃)] + 𝒂 (− + )
𝑽𝟐 𝑽𝟏
(𝑽𝟐 − 𝒃) 𝟏 𝟏
𝑾 = −𝑹𝑻 [𝒍𝒏 ]+𝒂( − )
(𝑽𝟏 − 𝒃) 𝑽𝟏 𝑽𝟐
(𝑽𝟏 − 𝒃) 𝟏 𝟏
𝑾 = 𝑹𝑻 [𝒍𝒏 ]+ 𝒂( − )
(𝑽𝟐 − 𝒃) 𝑽𝟏 𝑽𝟐
𝒃
𝑽𝟏 (𝟏 − 𝑽 ) 𝟏 𝟏
𝟏
𝑾 = 𝑹𝑻 [𝒍𝒏 ] + 𝒂 ( − )
𝒃
𝑽𝟐 (𝟏 − 𝑽 ) 𝑽𝟏 𝑽𝟐
𝟐

𝒃
𝑽𝟏 (𝟏 − 𝑽 ) 𝟏 𝟏
𝟏
𝑾 = 𝑹𝑻 [𝒍𝒏 + 𝒍𝒏 ] + 𝒂 ( − )
𝑽𝟐 𝒃
(𝟏 − 𝑽 ) 𝑽 𝟏 𝑽𝟐
𝟐

𝒃
𝑽𝟏 (𝟏 − 𝑽 ) 𝟏 𝟏
𝟏
𝑾 = 𝑹𝑻 𝒍𝒏 + 𝑹𝑻 𝒍𝒏 + 𝒂( − )
𝑽𝟐 𝒃
(𝟏 − 𝑽 ) 𝑽 𝟏 𝑽𝟐
𝟐

b/ gaz parfait 𝒂 = 𝒃 = 𝟎
𝑽𝟏
𝑾′ = 𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟐
𝒃
𝑽𝟏 (𝟏 − 𝑽 ) 𝟏 𝟏 𝑽𝟏
𝑾 − 𝑾′ = 𝑹𝑻 𝒍𝒏 + 𝑹𝑻 𝒍𝒏 𝟏
+ 𝒂 ( − ) − 𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟐 𝒃
(𝟏 − 𝑽 ) 𝑽𝟏 𝑽𝟐 𝑽𝟐
𝟐

16
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝒃
(𝟏 − 𝑽 ) 𝟏 𝟏
𝑾 − 𝑾′ = 𝑹𝑻 𝒍𝒏 𝟏
+ 𝒂( − )
𝒃
(𝟏 − 𝑽 ) 𝑽𝟏 𝑽𝟐
𝟐

𝒃 𝒃 𝟏 𝟏
𝑾 − 𝑾′ = 𝑹𝑻 𝒍𝒏 (𝟏 − ) − 𝑹𝑻 𝒍𝒏 (𝟏 − ) + 𝒂 ( − )
𝑽𝟏 𝑽𝟐 𝑽𝟏 𝑽𝟐
𝒃≪𝑽
𝒃 𝒃
𝒍𝒏 (𝟏 − ) ≈ −
𝑽𝟏 𝑽𝟏
𝒃 𝒃
𝒍𝒏 (𝟏 − ) ≈ −
{ 𝑽𝟐 𝑽𝟐
𝒃 𝒃 𝟏 𝟏
𝑾 − 𝑾′ = −𝑹𝑻 + 𝑹𝑻 + 𝒂( − )
𝑽𝟏 𝑽𝟐 𝑽𝟏 𝑽𝟐
𝟏 𝟏 𝟏 𝟏
𝑾 − 𝑾′ = 𝑹𝑻𝒃 ( − ) − 𝒂 ( − )
𝑽𝟐 𝑽𝟏 𝑽𝟐 𝑽𝟏
𝟏 𝟏
𝑾 − 𝑾′ = ( − ) (𝑹𝑻𝒃 − 𝒂)
𝑽𝟐 𝑽𝟏
Si le gaz subit une détente isotherme :

𝟏 𝟏
𝑽𝟐 > 𝑽𝟏 → <
𝑽𝟐 𝑽𝟏
Le signe de 𝑾 − 𝑾′ est relié à 𝒂 − 𝑹𝑻𝒃
𝒂
 𝑻 < 𝑹𝒃 → 𝑾 > 𝑾′
𝒂
 𝑻 > 𝑹𝒃 → 𝑾 < 𝑾′
𝒂
 𝑻 = → 𝑾 = 𝑾′
𝑹𝒃

17
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Si le gaz subit une compression isotherme :

𝟏 𝟏
𝑽𝟐 < 𝑽𝟏 → >
𝑽𝟐 𝑽𝟏
Le signe de 𝑾 − 𝑾′ est relié à 𝑹𝑻𝒃 − 𝒂
𝒂
 𝑻 > 𝑹𝒃 → 𝑾 > 𝑾′
𝒂
 𝑻 < → 𝑾 < 𝑾′
𝑹𝒃
𝒂
 𝑻 = 𝑹𝒃 → 𝑾 = 𝑾′

2/Une mole de gaz parfait, dans l’état initial 𝑨(𝑷𝟏 , 𝑽𝟏 , 𝑻𝟏 ),subit une détente isobare qui
l’amène à l’état 𝑩(𝑷𝟏 , 𝑽𝟐 , 𝑻𝟐 ) puis une isochore qui l’amène à l’état 𝑪 (𝑷𝟐 , 𝑽𝟐 , 𝑻𝟏 )et enfin
une compression isothermequi le ramène en A.
Calculer le travail lors de chacune de ces transformations.
Solution
Transformation isobare𝑨𝑩
𝑽𝟐

𝒘𝑨𝑩 = ∫ −𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽
𝑽𝟏

𝒘𝑨𝑩 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 (𝑽𝟐 − 𝑽𝟏 )

𝒘𝑨𝑩 = −𝑷𝟐 𝑽𝟐 + 𝑷𝟏 𝑽𝟏
𝒘𝑨𝑩 = − 𝑹𝑻𝟐 + 𝑹𝑻𝟏
𝒘𝑨𝑩 = − 𝑹(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )

18
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Transformation isochore 𝑩𝑪
𝑽𝟐

𝒘𝑩𝑪 = ∫ −𝑷 𝒅𝑽
𝑽𝟏

𝑽 = 𝑪𝒕𝒆 → 𝒅𝑽 = 𝟎
𝒘𝑩𝑪 = 𝟎
Transformation isotherme 𝑪𝑨
𝒏𝑹𝑻
𝑷𝑽 = 𝒏𝑹𝑻 → 𝑷 =
𝑽
𝑽𝟐
𝒏𝑹𝑻
𝑾𝑪𝑨 = ∫ − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝟏
𝑽𝟐
𝒅𝑽
𝑾𝑪𝑨 = −𝒏𝑹𝑻 ∫
𝑽
𝑽𝟏
𝑽
𝑾𝑪𝑨 = −𝒏𝑹𝑻 [𝒍𝒏 𝑽]𝑽𝟐𝟏
𝑾𝑪𝑨 = −𝒏𝑹𝑻 [𝒍𝒏 𝑽𝟐 − 𝒍𝒏𝑽𝟏 ]
𝑽𝟐
𝑾𝑪𝑨 = −𝒏𝑹𝑻 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝟏
𝑽𝟐
𝑾𝑪𝑨 = −𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟏
𝑽𝟏
𝑾𝑪𝑨 = 𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟐

I.11.Chaleur

19
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

La chaleur 𝑸 est une énergie qui apparait lorsque deux corps de température différente sont
mis en contact. Elle passe du corps le plus chaud vers le corps le plus froid, mais jamais
l’inverse.
L’énergie thermique peut se transmettre de plusieurs façons :
 La conduction : La chaleur passe d’un corps à l’autre par simple contact matériel.
 La convection : La chaleur est entraînée par un fluide en mouvement.
 Le rayonnement : La chaleur est portée, à travers le vide ou un milieu transparent,
par une onde électromagnétique.

Pour les liquides et les solides on écrit :


𝛅𝐐 = 𝐦 𝐜 𝐝𝐓
𝑻𝟐

𝑸 = ∫ 𝐦 𝒄 𝐝𝐓
𝑻𝟏

𝒄: Chaleur massique, si 𝒄 = 𝒄𝒐𝒏𝒔𝒕𝒂𝒏𝒕𝒆 → 𝑸 = 𝐦 𝒄 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )


𝑸 = 𝐂 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝐂=𝐦𝒄
𝐂 : Capacité calorifique ou capacité thermique (𝑱. 𝑲−𝟏 )
𝑻
 transformation isochore : 𝒅𝑽 = 𝟎 → 𝛅𝐐 = 𝐦 𝒄𝑽 𝐝𝐓 →. 𝐐𝑽 = ∫𝑻 𝟐 𝐦 𝒄𝑽 𝐝𝐓
𝟏

𝑻
 transformation isobare : 𝐝𝐏 = 𝟎 → 𝛅𝐐 = 𝐦 𝐜𝐩 𝐝𝐓 →. 𝐐𝑷 = ∫𝑻 𝟐 𝐦 𝒄𝑷 𝐝𝐓
𝟏

 transformation adiabatique : 𝜹𝑸 = 𝟎
𝑻𝟐

𝑸 = ∫ 𝐧 𝒄 𝐝𝐓
𝑻𝟏

20
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

 𝒄𝑽 (𝑱 𝑲−𝟏 𝒎𝒐𝒍−𝟏 ) : Capacité thermique (ou calorique) molaire à volume constant


𝑪𝑽 = 𝒏 𝒄𝑽 .
 𝒄𝑽 (𝑱 𝑲−𝟏 𝒈−𝟏 ) : Capacité thermique (ou calorique) massique à volume constant
𝑪𝑽 = 𝒎 𝒄𝑽 .
Note
 C : capacité calorifique molaire d’une substance = quantité de chaleur qu’il
faut fournir à 1 mole d’une substance pour élever sa température de 1 degré.
 Pour les corps purs à l’état gazeux : 𝒄𝑷 ≠ 𝒄𝑽
 Pour les corps pur à l’état liquides ou solides :𝒄𝑷 ≈ 𝒄𝑽 ≈ 𝒄
I.11.1.Sources de chaleur
 réservoir thermique : est une source de chaleur dont la température reste constante.
 Thermostat : est une source de chaleur dont la température peut être fixée par
l’expérimentateur à une valeur de son choix.
I.11.2.Convention de signe
 𝑸 < 0 : réaction exothermique (le système dégage de la chaleur)
 𝑸 > 0 : réaction endothermique (le système absorbe de la chaleur)
 𝑸 = 𝟎 : réaction athermique (pas d’absorption ou dégagement de chaleur)
Note
La capacité calorifique molaire 𝐂𝐩 ou 𝑪𝑽 d’un corps pur change avec la température suivant
une loi de la forme : 𝑪 = 𝒂 + 𝒃𝑻 + 𝒄𝑻𝟐 + ⋯
I.11.3.Changement d’état de la matière
Lorsque la chaleur échangée ne provoque pas de variation de température mais un
changement de phase (solidification, fusion, ébullition) on parle de chaleur latente.
𝑸=𝒎×𝑳
𝑳 : Chaleur latente(𝑱. 𝑲𝒈−𝟏 ).
𝑳 : Lorsqu’elle est exprimée pour 𝒎 = 𝟏 𝑲𝒈 de matière, c’est la chaleur latente
massique(𝑸 = 𝒎 × 𝑳), lorsqu’elle est exprimée pour𝒏 = 𝟏 𝒎𝒐𝒍𝒆, c’est la chaleur latente
molaire(𝑸 = 𝒏 × 𝑳).

21
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.11.4.Chauffage d’un corps pur


Soit un corps pur de masse m à l’état solide à la température𝑻𝒊 . Ce corps reçoit une quantité
de chaleur 𝑸 le conduisant à l’état gazeux à la température𝑻𝒇 . Le graphe ci-dessous résume
les calculs des quantités de chaleur au cours du chauffage d’un solide.

Phase I: la chaleur reçue est utilisée pour augmenter la température du solide jusqu’à la
température de fusion.
Phase II: la chaleur reçue est utilisée pour fondre le solide.
Phase III: la chaleur reçue est utilisée pour augmenter la température du liquide de la
température de fusion à la température de vaporisation.
Phase IV: la chaleur reçue est utilisée pour vaporiser le liquide.

22
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Phase V: la chaleur reçue est utilisée pour augmenter la température du gaz.


 Chaleur latente de fusion de 𝑯𝟐 𝑶 :𝑳𝑭 = 𝟑𝟑𝟓 𝑱. 𝒈−𝟏
 Chaleur latente de vaporisation de 𝑯𝟐 𝑶 :𝑳𝑽 = 𝟐𝟐𝟔𝟑𝑱. 𝒈−𝟏
 Chaleur massique de l’eau solide:𝑳𝑺 = 𝟐, 𝟏𝟒 𝑱. 𝒈−𝟏 . °𝑪−𝟏
 Chaleur massique de l’eau liquide:𝑳𝑳 = 𝟒, 𝟏𝟖 𝑱. 𝒈−𝟏 . °𝑪−𝟏
 Chaleur massique de l’eau gazeuse:𝑳𝑮 = 𝟐, 𝟎𝟐 𝑱. 𝒈−𝟏 . °𝑪−𝟏
I.11.5.Mélange des corps purs
Soit un corps A de masse 𝒎𝑨 à la température 𝑻𝑨 en contacte avec un corps B de masse
𝒎𝑩 à la température𝑻𝑩 (𝑻𝑨 > 𝑻𝑩 ). Après un certain temps les deux corps atteindront la
même température 𝑻𝒆𝒒
La chaleur cédée par le corps A =La chaleur reçue par le corps B
−𝐐𝑨 = 𝐐𝑩
𝐐𝑨 + 𝐐𝑩 = 𝟎
𝒎𝑨 𝐜𝐀 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝑨 ) + 𝒎𝑩 𝐜𝐁 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝑩 ) = 𝟎
𝒎𝑨 𝐜𝐀 𝑻𝒆𝒒 − 𝒎𝑨 𝐜𝐀 𝑻𝑨 + 𝒎𝑩 𝐜𝐁 𝑻𝒆𝒒 − 𝒎𝑩 𝐜𝐁 𝑻𝑩 = 𝟎
(𝒎𝑨 𝐜𝐀 + 𝒎𝑩 𝐜𝐁 )𝑻𝒆𝒒 − 𝒎𝑨 𝐜𝐀 𝑻𝑨 − 𝒎𝑩 𝐜𝐁 𝑻𝑩 = 𝟎
(𝒎𝑨 𝐜𝐀 + 𝒎𝑩 𝐜𝐁 )𝑻𝒆𝒒 = 𝒎𝑨 𝐜𝐀 𝑻𝑨 − 𝒎𝑩 𝐜𝐁 𝑻𝑩
𝒎𝑨 𝐜𝐀 𝑻𝑨 − 𝒎𝑩 𝐜𝐁 𝑻𝑩
𝑻𝒆𝒒 =
𝒎𝑨 𝐜𝐀 + 𝒎𝑩 𝐜𝐁
Pour N corps sont mis en contacte :
𝐐𝟏 + 𝐐𝟐 + 𝐐𝟑 + ⋯ … . . +𝐐𝑵 = 𝟎
𝒎𝟏 𝐜𝟏 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝟏 ) + 𝒎𝟐 𝐜𝟐 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝟐 ) + 𝒎𝟑 𝐜𝐀 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝑨 ) + ⋯ . . +𝒎𝑵 𝐜𝐍 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝑵 ) = 𝟎
𝑵
∑ 𝒎𝒊 𝐜𝐢 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒊 ) = 𝟎
𝒊=𝟏

∑𝑵
𝒊=𝟏 𝒎𝒊 𝐜𝐢 𝑻𝒊
𝑻𝒆𝒒 =
∑𝑵
𝒊=𝟏 𝒎𝒊 𝐜𝐢

I.11.6.Calorimétrie
Les mesures calorimétriques permettent de déterminer les quantités de chaleurs, les chaleurs
latentes et les pouvoirs calorifiques.

23
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑸𝒆 + 𝑸𝒄 + 𝑸𝒔 = 𝟎
𝑸𝒆 : Chaleur reçue par l’eau du calorimètre
𝑸𝒄 : Chaleur reçue par les accessoires du calorimètre (le vase, l’agitateur et le thermomètre)
𝑸𝒔 :Chaleur cédée par le corps solide
𝒎𝒆 𝐜𝐞 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒆 ) + 𝒎𝒄 𝐜𝐜 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒄 ) + 𝒎𝒔 𝐜𝐬 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒔 ) = 𝟎
𝑻𝒆 = 𝑻𝒄
𝐜𝐜 = 𝐜𝐞
𝒎𝒆 𝐜𝐞 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒆 ) + 𝒎𝒄 𝐜𝐜 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒆 ) + 𝒎𝒔 𝐜𝐬 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒔 ) = 𝟎
(𝒎𝒆 𝐜𝐞 + 𝒎𝒄 𝐜𝐞 )(𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒆 ) + 𝒎𝒔 𝐜𝐬 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒔 ) = 𝟎
𝒎𝒄 𝐜𝐞 = 𝐂𝐜𝐚𝐥
(𝒎𝒆 𝐜𝐞 + 𝐂𝐜𝐚𝐥 )(𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒆 ) + 𝒎𝒔 𝐜𝐬 (𝑻𝒆𝒒 − 𝑻𝒔 ) = 𝟎

I.11.7.Application
Application 1:𝑻𝒇 > 𝑻𝟎 (𝑻𝟎 = 0°𝐶)
Dans un calorimètre de capacité thermique négligeable contenant une masse d’eau 𝒎𝟏 =
𝟐𝟎𝟎𝒈 à la température𝑻𝟏 = 𝟓𝟎°𝑪 , on laisse tomber une masse 𝒎𝟐 = 𝟐𝟎𝟎𝒈 à la
température 𝑻𝟐 = −𝟏𝟎°𝑪 . Le mélange atteint un certain état d’équilibre à la température 𝑻𝒇
Déterminer la température finale𝑻𝒇 .
On donne :𝒄𝒈 = 𝟐, 𝟎𝟗𝑱. 𝒈−𝟏 . °𝑪−𝟏 ,𝒄𝒆 = 𝟒, 𝟏𝟖𝑱. 𝒈−𝟏 . °𝑪−𝟏 et𝑳𝑭 = 𝟑𝟑𝟒𝑱. 𝒈−𝟏

24
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Solution
Supposons que𝑻𝒇 > 0 . Dans ce cas la glace serait totalement fondue et on aurait à la fin
d’eau (𝒎𝒆 + 𝒎𝒈 ) = 𝟒𝟎𝟎 à𝑻𝒇 .
La chaleur fournie par l’eau :
𝑸𝒆 = 𝒎𝒆 𝒄𝒆 (𝑻𝒇 − 𝑻𝟏 )
La glace reçoit une quantité de chaleur 𝑸𝒈 telle que
𝑸𝒈 = 𝒎𝒈 𝒄𝒈 (𝑻𝟎 −𝑻𝟐 ) + 𝒎𝒈 𝑳𝑭 + 𝒎𝒈 𝒄𝒆 (𝑻𝒇 − 𝑻𝟎 )
𝑸𝒈 = 𝒎𝒈 𝒄𝒈 (𝟎 − 𝑻𝟐 ) + 𝒎𝒈 𝑳𝑭 + 𝒎𝒈 𝒄𝒆 (𝑻𝒇 − 𝟎)
L’équation calorimétrique 𝑸𝒆 + 𝑸𝒈 = 𝟎
𝒎𝒆 𝒄𝒆 (𝑻𝒇 − 𝑻𝟏 ) + 𝒎𝒈 𝒄𝒈 (𝟎 − 𝑻𝟐 ) + 𝒎𝒈 𝑳𝑭 + 𝒎𝒈 𝒄𝒆 (𝑻𝒇 − 𝟎) = 𝟎
𝒎𝒆 𝒄𝒆 𝑻𝒇 − 𝒎𝒆 𝒄𝒆 𝑻𝟏 − 𝒎𝒈 𝒄𝒈 𝑻𝟐 + 𝒎𝒈 𝑳𝑭 + 𝒎𝒈 𝒄𝒆 𝑻𝒇 = 𝟎
𝒎𝒆 𝒄𝒆 𝑻𝒇 + 𝒎𝒈 𝒄𝒆 𝑻𝒇 − 𝒎𝒆 𝒄𝒆 𝑻𝟏 − 𝒎𝒈 𝒄𝒈 𝑻𝟐 + 𝒎𝒈 𝑳𝑭 = 𝟎
(𝒎𝒆 + 𝒎𝒈 )𝒄𝒆 𝑻𝒇 − 𝒎𝒆 𝒄𝒆 𝑻𝟏 − 𝒎𝒈 𝒄𝒈 𝑻𝟐 + 𝒎𝒈 𝑳𝑭 = 𝟎
(𝒎𝒆 + 𝒎𝒈 )𝒄𝒆 𝑻𝒇 = 𝒎𝒆 𝒄𝒆 𝑻𝟏 + 𝒎𝒈 𝒄𝒈 𝑻𝟐 − 𝒎𝒈 𝑳𝑭
𝒎𝒆 𝒄𝒆 𝑻𝟏 + 𝒎𝒈 𝒄𝒈 𝑻𝟐 − 𝒎𝒈 𝑳𝑭
𝑻𝒇 =
(𝒎𝒆 + 𝒎𝒈 )𝒄𝒆

Application 2:𝑻𝒇 = 𝑻𝟎 (𝑻𝟎 = 0°𝐶)


Un glaçon de masse 𝒎𝟏 = 𝟐𝟎𝒈 à la température 𝑻𝟏 = −𝟓°𝑪 est plongé dans un
calorimètre, de capacité thermique𝑪 = 𝟗𝟏𝑱𝒌−𝟏 , contenant 𝑽 = 𝟓𝟎𝒄𝒎𝟑 d’eau à la
température 𝑻 = 𝟏𝟒°𝑪 .
a) Quelle est la masse 𝒎𝟎 de glaçon qui reste dans le calorimètre ?
b) Quelle masse minimale 𝒎′ d’eau prise à doit-on verser dans le calorimètre afin de
faire fondre tout le glaçon ?
On donne : 𝒄𝒈 = 𝟐, 𝟏𝟓𝑱. 𝒈−𝟏 . 𝑲−𝟏 , 𝒄𝒆 = 𝟒, 𝟏𝟖𝑱. 𝒈−𝟏 . 𝑲−𝟏 ,𝑳𝑭 = 𝟑𝟑𝟐𝑱. 𝒈−𝟏 et 𝝆 =
𝟏 𝒈. 𝒄𝒎−𝟑
Solution
a) Supposons que le glaçon n’a pas totalement fondue, donc l’équilibre est réalisé pour
𝑻𝟎 = 𝟎°𝑪

25
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

La quantité de chaleur fournie par l’ensemble eau+calorimètre s’écrit :


𝑸𝒆 + 𝑸𝒄 = 𝒎𝒆 𝒄𝒆 (𝑻𝟎 − 𝑻𝒆 ) + 𝒎𝒄 𝒄𝒄 (𝑻𝟎 − 𝑻𝒄 )
𝑻𝒆 = 𝑻𝒄 = 𝑻
𝑸𝒆 + 𝑸𝒄 = 𝒎𝒆 𝒄𝒆 (𝑻𝟎 − 𝑻) + 𝒎𝒄 𝒄𝒄 (𝑻𝟎 − 𝑻)
𝑸𝒆 + 𝑸𝒄 = (𝒎𝒆 𝒄𝒆 + 𝒎𝒄 𝒄𝒄 )(𝑻𝟎 − 𝑻)
𝒄𝒆 = 𝒄𝒄
𝑸𝒆 + 𝑸𝒄 = (𝒎𝒆 𝒄𝒆 + 𝒎𝒄 𝒄𝒆 )(𝑻𝟎 − 𝑻)
𝒎𝒄 𝒄𝒆 = 𝑪 = 𝟗𝟏𝑱𝒌−𝟏
𝑸𝒆 + 𝑸𝒄 = (𝒎𝒆 𝒄𝒆 + 𝑪)(𝑻𝟎 − 𝑻)
Le glaçon passe de la température𝑻𝟏 = −𝟓°𝑪 à 𝑻𝟎 = 𝟎°𝑪 ; il reçoit la quantité de chaleur :
𝑸𝒈 = 𝒎𝒈 𝐜𝐠 (𝑻𝟎 − 𝑻𝟏 )
𝑸𝒈 = 𝒎𝒈 𝐜𝐠 (𝟎 − 𝑻𝟏 )
La fusion du glaçon à𝑻𝟎 = 𝟎°𝑪 nécessite la quantité de chaleur :
𝑸′ 𝒈 = 𝒎′ 𝒈 × 𝑳𝑭
La quantité de chaleur totale reçue par le glaçon au cours de cette expérience est :
𝑸𝒈 = 𝑸𝒈 + 𝑸′ 𝒈

𝑸𝒈 = 𝒎𝒈 𝐜𝐠 (𝟎 − 𝑻𝟏 ) + 𝒎′ 𝒈 × 𝑳𝑭
Où𝒎′ 𝒈 est la masse de glaçon fondue.
Le système étant isolé, on peut écrire :
𝑸𝒆 + 𝑸𝒄 + 𝑸𝒈 + 𝑸′ 𝒈 = 𝟎

𝒎𝒈 𝐜𝐠 (𝑻𝟎 − 𝑻𝟏 ) + 𝒎′ 𝒈 × 𝑳𝑭 + (𝒎𝒆 𝒄𝒆 + 𝑪)(𝑻𝟎 − 𝑻) = 𝟎


𝒎′ 𝒈 × 𝑳𝑭 = −(𝒎𝒆 𝒄𝒆 + 𝑪)(𝑻𝟎 − 𝑻) − 𝒎𝒈 𝐜𝐠 (𝑻𝟎 − 𝑻𝟏 )
𝒎′ 𝒈 × 𝑳𝑭 = (𝒎𝒆 𝒄𝒆 + 𝑪)(𝑻 − 𝑻𝟎 ) + 𝒎𝒈 𝐜𝐠 (𝑻𝟏 − 𝑻𝟎 )
(𝒎𝒆 𝒄𝒆 + 𝑪)(𝑻 − 𝑻𝟎 ) + 𝒎𝒈 𝐜𝐠 (𝑻𝟏 − 𝑻𝟎 )
𝒎′ 𝒈 =
𝑳𝑭
𝒎𝒆 = 𝝆𝑽 = 𝟏 × 𝟓𝟎 = 𝟓𝟎𝒈
𝒎𝒆 = 𝟓𝟎𝒈
(𝟓𝟎 × 𝟒, 𝟏𝟖 + 𝟗𝟏)(𝟏𝟒 − 𝟎) + 𝟐𝟎 × 𝟐, 𝟏𝟓(−𝟓 − 𝟎)
𝒎′ 𝒈 = = 𝟏𝟐𝒈
𝟑𝟑𝟐
𝒎′ 𝒈 = 𝟏𝟐𝒈
26
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

La masse de glaçon qui reste dans le calorimètre est :


𝒎𝟎 = 𝒎𝒈 +𝒎′ 𝒈
𝒎𝒈 = 𝒎𝟎 − 𝒎′ 𝒈

𝒎𝒈 = 𝟐𝟎 − 𝟏𝟐 = 𝟖𝒈
𝒎𝒈 = 𝟖𝒈
b) L’état d’équilibre final obtenu précédemment est constitué d’un calorimètre contenant une
masse 𝒎𝒆 = 𝟓𝟎 + 𝟏𝟐 = 𝟔𝟐𝒈d’eau à la température 𝑻𝟎 et une masse 𝟖𝒈de glaçon à la
même température(𝑻𝟎 ).
Lorsqu’on verse une masse 𝒎′ à la température𝑻 = 𝟏𝟒°𝑪
𝒎′ 𝐜𝐞 (𝑻𝟎 − 𝑻) = 𝒎𝒈 𝑳𝑭
𝒎𝒈 𝑳 𝑭
𝒎′ =
𝐜𝐞 (𝑻𝟎 − 𝑻)
𝟖 × 𝟑𝟑𝟐
𝒎′ = = 𝟒𝟓, 𝟓 𝒈
𝟒, 𝟏𝟖. (𝟎 − 𝟏𝟒)
𝒎′ = 𝟒𝟓, 𝟓 𝒈
I.12.Premier principe de la thermodynamique
 Pour tout système thermodynamique, il existe une fonction d'état extensive et
conservative: l’énergie interne, notée 𝑼 elle s’exprime en Joule
 Cette énergie n’est pas mesurable ; seule la variation d’énergie interne (∆𝑼) peut être
déterminée.
 L'énergie se transforme d'une forme à une autre et se conserve.
 La variation de l’énergie interne (∆𝑼) d’un système fermé lors d’une transformation
est égale à la somme algébrique du travail (𝑾) et de la quantité de chaleur
(𝑸) échangée avec le milieu extérieur.
∆𝑼 = 𝑼𝑩 − 𝑼𝑨 = 𝑾 + 𝑸
𝟐
∆𝑼 = ∫ 𝒅𝑼 = 𝑼𝟐 − 𝑼𝟏
𝟏

 𝒅𝑼 différentielle totale exacte


𝝏𝑼 𝝏𝑼
𝒅𝑼 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑽
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻

27
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝑼 𝝏𝑼
𝒅𝑼 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑷
𝝏𝑻 𝑷 𝝏𝑷 𝑻
 ∆𝑼 ne dépend que des états : initiale et finale, alors que les grandeurs 𝑾 et Q
dépendent du chemin suivi.
𝑾 > 𝟎, 𝑸 < 0 → 𝑟𝑒𝑐𝑢𝑝𝑎𝑟𝑙𝑒𝑠𝑦𝑠𝑡è𝑚𝑒
 {
𝑾 < 0 , 𝑸 > 0 → 𝑐𝑒𝑑é𝑝𝑎𝑟𝑙𝑒𝑠𝑦𝑠𝑡è𝑚𝑒
 Pour une transformation isochore (volume constant (𝑽 = 𝑪𝒕𝒆),(𝒅𝑽 = 𝟎)), 𝒅𝑼 =
𝜹𝑸𝑽
NOTE : il y a égalité entre la variation d’énergie interne et la quantité de chaleur reçu, qui
devient alors une fonction d’état.
𝒅𝑼 = 𝒅𝑸𝑽
 Pour une transformation isobare (pression constant(𝑷 = 𝑷𝒆𝒙𝒕 = 𝑪𝒕𝒆),(𝒅𝑷 = 𝟎)),
𝒅𝑯 = 𝜹𝑸𝑷
𝒅𝑼 = 𝒅𝑸𝑷
 Pour une transformation cyclique
∆𝑼𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑾𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 + 𝑸𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝟎
𝑾𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = −𝑸𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆
 ∆𝑼 : variation macroscopique.
 𝒅𝑼 : variation infinitésimale (notation différentielle)
 Pour un système isolé𝑾 = 𝟎 , 𝑸 = 𝟎 , ∆𝑼 = 𝑼𝟐 − 𝑼𝟏 = 𝟎 → 𝑼𝟐 = 𝑼𝟏 →l’énergie
interne constante.

I.12.1.Enthalpie H
Pour une transformation isobare (pression constante(𝑷 = 𝑪𝒕𝒆),(𝒅𝑷 = 𝟎)), 𝑸𝑷 = ∆𝑯
𝑸𝑷 = ∆𝑼 − 𝑾
{ ∆𝑼 = 𝑼𝟐 − 𝑼𝟏 → 𝑸𝑷 = 𝑼𝟐 − 𝑼𝟏 − (−𝑷𝟐 𝑽𝟐 + 𝑷𝟏 𝑽𝟏 )
𝑾 = −𝑷𝟐 𝑽𝟐 + 𝑷𝟏 𝑽𝟏
𝑸𝑷 = 𝑼𝟐 − 𝑼𝟏 + 𝑷𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷𝟏 𝑽𝟏
𝑸𝑷 = 𝑼𝟐 + 𝑷𝟐 𝑽𝟐 − 𝑼𝟏 − 𝑷𝟏 𝑽𝟏
𝑸𝑷 = (𝑼𝟐 + 𝑷𝟐 𝑽𝟐 ) − (𝑼𝟏 + 𝑷𝟏 𝑽𝟏 )
𝑸𝑷 = 𝑯𝟐 − 𝑯𝟏

28
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑸𝑷 = ∆𝑯
𝑯 = 𝑼 + 𝑷𝑽
𝑻𝟐

𝐐𝑷 = ∫ 𝐦𝒄𝑷 𝐝𝐓 = 𝐦𝒄𝑷 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )


𝑻𝟏

𝐐𝑷 = 𝐦𝒄𝑷 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝐐𝑷 = ∆𝐇 = 𝑪𝑷 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
Pour une variation infinitésimale de température :
Pour une transformation isobare (pression constante(𝑷 = 𝑪𝒕𝒆),(𝒅𝑷 = 𝟎)), 𝑸𝑷 = ∆𝑯
𝜹𝑸𝑷 = 𝒅𝑯 = 𝑪𝑷 𝒅𝑻
𝒅𝑯 𝝏𝑯
𝑪𝑷 = =( )
𝒅𝑻 𝝏𝑻 𝑷
𝑪𝑷 : Capacité calorifique à pression constante
Pour une transformation isochore (volume constante(𝑽 = 𝑪𝒕𝒆),(𝒅𝑽 = 𝟎)),𝜹𝑸𝑽 = 𝒅𝑼
𝜹𝑸𝑽 = 𝒅𝑼 = 𝑪𝑽 𝒅𝑻
𝒅𝑼 𝝏𝑼
𝑪𝑽 = =( )
𝒅𝑻 𝝏𝑻 𝑽
𝝏𝑼
𝑪𝑽 = ( )
𝝏𝑻 𝑽
𝑪𝑽 : Capacité calorifique à volume constant

I.13.Application du premier principe aux gaz parfaits


I.13.1.Première loi de Joule
L’énergie interne d’un gaz parfait ne dépend que sa température. Sa variation est définit par :
𝒅𝑼 = 𝜹𝑸𝑽 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝑻𝟐
𝑸𝑽 = ∆𝑼 = ∫ 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝑻𝟏

I.13.2.Deuxième loi de Joule

29
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

L’énergie interne et l’enthalpie d’un gaz parfait ne dépend que de la température


𝒅𝑯 = 𝜹𝑸𝑷 = 𝒏𝒄𝑷 𝒅𝑻
𝑻𝟐
𝑸𝑷 = ∆𝑯 = ∫ 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻
𝑻𝟏

 𝑻𝟐 > 𝑻𝟏 : échauffement, le gaz reçoit de la chaleur𝑸 > 0


 𝑻𝟐 < 𝑻𝟏 : refroidissement, le gaz perde de la chaleur𝑸 < 0
I.13.3. Relation entre 𝑸𝑷 et 𝑸𝑽
Le premier principe de la thermodynamique conduit à :
∆𝑼 = 𝑾 + 𝑸𝑷 → 𝑸𝑷 = ∆𝑼 − 𝑾
Transformation isochore :∆𝑼 = 𝑸𝑽
𝑸𝑷 = 𝑸𝑽 − 𝑾
I.13.4.Relation entre Cp et Cv (relation de Mayer)
𝑯 = 𝑼 + 𝑷𝑽
𝒅𝑯 = 𝒅(𝑼 + 𝑷𝑽)
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝒅(𝑷𝑽)
𝒅𝑯 = 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻
{ 𝒅𝑼 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻 → 𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝒅(𝑷𝑽) → 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻 + 𝒅(𝒏𝑹𝑻)
𝑷𝑽 = 𝒏𝑹𝑻
𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻 + 𝒏𝑹𝒅𝑻
𝒄𝑷 = 𝒄𝑽 + 𝑹
𝒄𝑷 − 𝒄𝑽 = 𝑹

I.14.Transformation des gaz parfaits


I.14.1.Transformation isobare réversible
Le système est soumis à une pression extérieure constante (𝑷 = 𝑷𝒆𝒙𝒕 = 𝑪𝒕𝒆 → 𝒅𝑷 = 𝟎)

30
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Le système évolue d’un état initial 1 à un état final 2 conduit à : 𝑷𝟏 = 𝑷𝟐 = 𝑷𝒆𝒙𝒕


𝜹𝑾 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽
𝑽𝟐

𝒘 = ∫ −𝑷𝒆𝒙𝒕 𝒅𝑽
𝑽𝟏

𝑾 = −𝑷𝒆𝒙𝒕 (𝑽𝟐 − 𝑽𝟏 )

𝑾 = −𝑷𝟐 𝑽𝟐 + 𝑷𝟏 𝑽𝟏
𝑾 = −𝒏𝑹𝑻𝟐 + 𝒏𝑹𝑻𝟏
𝑾 = −𝒏𝑹(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝑻𝟐
𝑸𝑷 = ∆𝑯 = ∫ 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻 → 𝑸𝑷 = ∆𝑯 = 𝒏 𝒄𝑷 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝑻𝟏

𝑸𝑷 = ∆𝑯 = 𝒏 𝒄𝑷 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
I.14.2.Transformation isochore réversible
Pour une transformation isochore (volume constant (𝑽 = 𝒄𝒕𝒆) ,(𝒅𝑽 = 𝟎)), la chaleur
échangée (𝑸𝑽 )est égale à la variation d’énergie interne(∆𝑼) : 𝑸𝑽 = ∆𝑼
𝑷𝟏 𝒏𝑹
𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝒏𝑹𝑻𝟏 =
𝑷𝟏 𝑽 = 𝒏𝑹𝑻𝟏 𝑻𝟏 𝑽 𝑷𝟏 𝑷𝟐 𝒏𝑹
{𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝒏𝑹𝑻𝟐 → { → → = = = 𝑪𝒕𝒆
𝑷𝟐 𝑽 = 𝒏𝑹𝑻𝟐 𝑷𝟐 𝒏𝑹 𝑻𝟏 𝑻𝟐 𝑽
𝑽𝟏 = 𝑽 𝟏 = 𝑽 =
{ 𝑻𝟐 𝑽
𝑷𝟏 𝑷𝟐
=
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝑾=𝟎

31
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑻𝟐 𝑻𝟐

𝑸𝑽 = ∆𝑼 = ∫ 𝐧 𝒄𝑽 𝐝𝐓 = ∫ 𝑪𝑽 𝐝𝐓
𝑻𝟏 𝑻𝟏

𝑸𝑽 = ∆𝑼 = 𝑪𝑽 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
I.14.3.Transformation isotherme
Dans le cas d’une transformation isotherme d’un état initial (1) vers un état final (2), seules
les variables P et V varient, Si P augmente V diminue et vice versa.
𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝒏𝑹𝑻𝟏
𝑷 𝑽 = 𝒏𝑹𝑻
{𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝒏𝑹𝑻𝟐 → { 𝟏 𝟏 → {𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝑷𝑽 =𝒏𝑹𝑻 = 𝒄𝒕𝒆
𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝒏𝑹𝑻
𝑻𝟏 = 𝑻𝟐 = 𝑻
{𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝑷𝑽 =𝒏𝑹𝑻 = 𝒄𝒕𝒆
𝒅𝑼 = 𝒏𝒄𝑽 𝐝𝐓 = 𝟎 = 𝛅𝐐 + 𝛅𝐖
Une transformation isotherme est une transformation à énergie interne constante.
𝛅𝐐 = −𝛅𝐖

Transformation isotherme réversible

32
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝒏𝑹𝑻
𝑷𝑽 = 𝒏𝑹𝑻 → 𝑷 =
𝑽
𝒏𝑹𝑻
𝜹𝑾𝟏→𝟐 = − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝟐
𝒏𝑹𝑻
𝑾𝟏→𝟐 = ∫ − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝟏
𝑽𝟐
𝒅𝑽
𝑾𝟏→𝟐 = −𝒏𝑹𝑻 ∫
𝑽
𝑽𝟏
𝑽
𝑾𝟏→𝟐 = −𝒏𝑹𝑻 [𝒍𝒏 𝑽]𝑽𝟐𝟏
𝑾𝟏→𝟐 = −𝒏𝑹𝑻 [𝒍𝒏 𝑽𝟐 − 𝒍𝒏𝑽𝟏 ]
𝑽𝟐
𝑾𝟏→𝟐 = −𝒏𝑹𝑻 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝟏
𝑽𝟐
𝑾𝟏→𝟐 = −𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟏
𝑽𝟏
𝑾𝟏→𝟐 = 𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟐
𝑷𝟏
𝑾𝟏→𝟐 = 𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑷𝟐

33
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.14.4.Transformation adiabatique réversible


Si le système est thermiquement isole 𝜹𝑸 = 𝟎, le seul échange avec l'extérieur sefait
uniquement sous forme de travail. La transformation qui s'effectue s'appelle transformation
adiabatique.
D’après le premier principe :
𝒅𝑼 = 𝜹𝒘 + 𝜹𝑸
𝒅𝑼 = −𝑷𝒅𝑽 + 𝜹𝑸
𝜹𝑸 = 𝒅𝑼 + 𝑷𝒅𝑽
{ → 𝜹𝑸 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻 + 𝑷𝒅𝑽
𝒅𝑼 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝜹𝑸 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻 + 𝑷𝒅𝑽 = 𝟎
𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻 = −𝑷𝒅𝑽
𝑯 = 𝑼 + 𝑷𝑽
𝒅𝑯 = 𝒅(𝑼 + 𝑷𝑽)
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝒅(𝑷𝑽)
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝑽𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝑽𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽
{ 𝒅𝑼 = −𝑷𝒅𝑽 + 𝜹𝑸 → 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻 = −𝑷𝒅𝑽 + 𝜹𝑸 + 𝑽𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽
𝒅𝑯 = 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻
𝜹𝑸 = 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻 − 𝑽𝒅𝑷 = 𝟎
𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻 = 𝑽𝒅𝑷
𝒏 𝒄 𝒅𝑻 = −𝑷𝒅𝑽 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻 −𝑷𝒅𝑽
{ 𝑽 → =
𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻 = 𝑽𝒅𝑷 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻 𝑽𝒅𝑷
𝒄𝑽 −𝑷𝒅𝑽
=
𝒄𝑷 𝑽𝒅𝑷
𝒄𝑷 𝑽𝒅𝑷
=−
𝒄𝑽 𝑷𝒅𝑽
𝒄𝑷 𝒅𝑽 𝑽𝒅𝑷 𝒅𝑽
( ) ( ) = (− )( )
𝒄𝑽 𝑽 𝑷𝒅𝑽 𝑽
𝒄𝑷 𝒅𝑽 𝒅𝑷
( )( ) = −
𝒄𝑽 𝑽 𝑷
𝒅𝑷 𝒄𝑷 𝒅𝑽
= −( )( )
𝑷 𝒄𝑽 𝑽

34
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝒄𝑷
On pose𝜸 = 𝒄𝑽
, 𝜸constante adiabatique

𝒅𝑷 𝒅𝑽
= −𝜸
𝑷 𝑽
𝑷𝟐 𝑽𝟐
𝒅𝑷 𝒅𝑽
∫ = −𝜸 ∫
𝑷𝟏 𝑷 𝑽𝟏 𝑽

𝑷𝟐 𝑽𝟐
𝒍𝒏 = −𝜸𝒍𝒏
𝑷𝟏 𝑽𝟏
𝑷𝟐 𝑽𝟏
𝒍𝒏 = 𝜸𝒍𝒏
𝑷𝟏 𝑽𝟐
𝑷𝟐 𝑽𝟏 𝜸
𝒍𝒏 = 𝒍𝒏 ( )
𝑷𝟏 𝑽𝟐
𝑷𝟐 𝑽𝟏 𝜸
= ( )
𝑷𝟏 𝑽𝟐
𝜸
𝑷𝟐 𝑽
= 𝟏𝜸
𝑷𝟏 𝑽𝟐
𝜸 𝜸
𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝑪𝒕𝒆
𝜸 𝜸
𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝑪𝒕𝒆 → 𝑭𝒐𝒓𝒎𝒖𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝑳𝒂𝒑𝒍𝒂𝒄𝒆
𝒏𝑹𝑻𝟏
𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝒏𝑹𝑻𝟏 → 𝑷𝟏 =
𝑽𝟏 𝜸 𝜸 𝒏𝑹𝑻𝟐 𝜸 𝒏𝑹𝑻𝟏 𝜸
→ 𝑷 𝟐 𝑽𝟐 = 𝑷 𝟏 𝑽𝟏 → 𝑽𝟐 = 𝑽𝟏
𝒏𝑹𝑻𝟐 𝑽𝟐 𝑽𝟏
𝑷 𝑽 = 𝒏𝑹𝑻𝟐 → 𝑷𝟐 =
{ 𝟐 𝟐 𝑽𝟐
𝑻𝟐 𝜸 𝑻𝟏 𝜸
𝑽 = 𝑽
𝑽 𝟐 𝟐 𝑽𝟏 𝟏
𝜸 𝜸
𝑻𝟐 𝑽−𝟏 −𝟏
𝟐 𝑽𝟐 = 𝑻𝟏 𝑽𝟏 𝑽𝟏
−𝟏+𝜸 −𝟏+𝜸
𝑻𝟐 𝑽𝟐 = 𝑻𝟏 𝑽𝟏
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝟐 𝑽𝟐 = 𝑻𝟏 𝑽𝟏 = 𝑪𝒕𝒆
𝒏𝑹𝑻𝟏
𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝒏𝑹𝑻𝟏 → 𝑽𝟏 =
𝑷𝟏 𝒏𝑹𝑻𝟐 𝜸 𝒏𝑹𝑻𝟏 𝜸
→ 𝑷𝟐 ( ) = 𝑷𝟏 ( )
𝒏𝑹𝑻𝟐 𝑷𝟐 𝑷𝟏
𝑷 𝑽 = 𝒏𝑹𝑻𝟐 → 𝑽𝟐 =
{ 𝟐 𝟐 𝑷𝟐
𝒏𝑹𝑻𝟐 𝜸 𝒏𝑹𝑻𝟏 𝜸
𝑷𝟐 ( ) = 𝑷𝟏 ( )
𝑷𝟐 𝑷𝟏

35
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑻𝟐 𝜸 𝑻𝟏 𝜸
𝑷𝟐 (𝒏𝑹)𝜸 𝜸
( ) = 𝑷𝟏 (𝒏𝑹) ( )
𝑷𝟐 𝑷𝟏
𝑻𝟐 𝜸 𝑻𝟏 𝜸
𝑷𝟐 ( ) = 𝑷𝟏 ( )
𝑷𝟐 𝑷𝟏
−𝜸 𝜸 −𝜸 𝜸
𝑷𝟐 𝑷𝟐 𝑻𝟐 = 𝑷𝟏 𝑷𝟏 𝑻𝟏
𝟏−𝜸 𝜸 𝟏−𝜸 𝜸
𝑷𝟐 𝑻𝟐 = 𝑷𝟏 𝑻𝟏
𝜸 𝟏−𝜸 𝜸 𝟏−𝜸
𝑻𝟐 𝑷𝟐 = 𝑻𝟏 𝑷𝟏
𝜸 𝟏−𝜸 𝜸 𝟏−𝜸
𝑻𝟐 𝑷𝟐 = 𝑻𝟏 𝑷𝟏 = 𝑪𝒕𝒆
Travail échange au cours d'une transformation adiabatique
𝒅𝑼 = 𝜹𝒘 + 𝜹𝑸
{ 𝜹𝑸 = 𝟎 → 𝜹𝒘 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝒅𝑼 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝑻𝟐
𝑾 = ∫ 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝑻𝟏

𝑾 = 𝒏 𝒄𝑽 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝑾 = 𝒏 𝒄𝑽 ∆𝑻
Calcul du 𝒄𝑽
𝑹 = 𝒄𝑷 − 𝒄𝑽
{𝜸 = 𝒄𝑷 → 𝒄 = 𝜸𝒄 → 𝑹 = 𝜸𝒄𝑽 − 𝒄𝑽
𝑷 𝑽
𝒄𝑽
𝑹 = 𝒄𝑽 (𝜸 − 𝟏)
𝑹
𝒄𝑽 =
(𝜸 − 𝟏)
𝒏𝑹
𝑾= ∆𝑻
(𝜸 − 𝟏)
𝒏𝑹
𝑾= (𝑻 − 𝑻𝟏 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟐
𝟏
𝑾= (𝒏𝑹𝑻𝟐 − 𝒏𝑹𝑻𝟏 )
(𝜸 − 𝟏)
𝟏
𝑾= (𝑷 𝑽 − 𝑷𝟏 𝑽𝟏 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟐 𝟐
𝟏
∆𝑼 = 𝒏 𝒄𝑽 ∆𝑻 = 𝑾 = (𝒏𝑹𝑻𝟐 − 𝒏𝑹𝑻𝟏 )
(𝜸 − 𝟏)

36
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

∆𝑯 = 𝒏 𝒄𝑷 ∆𝑻
𝒄𝑷
𝜸= → 𝒄𝑷 = 𝜸 𝒄𝑽
𝒄𝑽
∆𝑯 = 𝒏 𝜸 𝒄𝑽 ∆𝑻
∆𝑯 = 𝜸 𝒏𝒄𝑽 ∆𝑻
∆𝑯 = 𝜸 ∆𝑼
I.14.5.Application
Application 1 : transformation polytropique
Une transformation est dite polytropique si à chaque instant le système est dans un état
d’équilibre interne et vérifie𝑷𝑽𝑲 = 𝑪𝒕𝒆 , où 𝒌 est une constante positive fonction des
conditions expérimentales.
𝒄
On considère une mole de gaz parfait dont le rapport 𝜸 = 𝑷 est constant. On fait subir à ce
𝒄 𝑽

gaz une transformation polytropique de l’état 1(𝑷𝟏 , 𝑽𝟏 , 𝑽𝟏 ) à l’état 2(𝑷𝟐 , 𝑽𝟐 , 𝑽𝟐 ).


1/ Montrer que le travail échangé par la mole de gaz au cours de la transformation s’écrit :
𝑷 𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷 𝟏 𝑽𝟏
𝑾=
(𝑲 − 𝟏)
2/ En déduire une expression de la quantité de chaleur𝑸 , sous la forme 𝑸 = 𝑪𝒎 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
On exprimera 𝑪𝒎 en fonction de k et γ.
Solution
𝟐 𝟐 𝑽 𝑽
𝜹𝑾 = −𝑷 𝒅𝑽 𝑪𝒕𝒆 𝒅𝑽
{ 𝑪𝒕𝒆 → 𝜹𝑾 = − 𝑲 𝒅𝑽 → 𝑾 = −𝑪𝒕𝒆 ∫ 𝑲 = −𝑪𝒕𝒆 ∫ 𝑽−𝑲 𝒅𝑽
𝑷= 𝑲 𝑽 𝑽
𝑽 𝑽𝟏 𝑽𝟏
𝑽
𝑽−𝑲+𝟏 𝟐
𝑾 = −𝑪𝒕𝒆 [ ]
−𝑲 + 𝟏 𝑽
𝟏

𝑽−𝑲+𝟏
𝟐 − 𝑽−𝑲+𝟏
𝟏
𝑾 = −𝑪𝒕𝒆 ( )
−𝑲 + 𝟏
𝑷 𝟏 𝑽𝑲 𝑲
𝟏 = 𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝑪𝒕𝒆

𝑪𝒕𝒆 𝑽−𝑲+𝟏
𝟐 − 𝑪𝒕𝒆 𝑽−𝑲+𝟏
𝟏
𝑾=
𝑲−𝟏
𝑷 𝟐 𝑽𝑲 −𝑲+𝟏
𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷 𝟏 𝑽𝑲 −𝑲+𝟏
𝟏 𝑽𝟏
𝑾=
𝑲−𝟏

37
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑷 𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷 𝟏 𝑽𝟏
𝑾=
𝑲−𝟏
𝑷 𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷 𝟏 𝑽𝟏
𝑾=
𝑲−𝟏
Gaz parfait
𝒏𝑹𝑻𝟐 − 𝒏𝑹𝑻𝟏
∆𝑼 = 𝒏 𝒄𝑽 ∆𝑻 = 𝑾 =
(𝜸 − 𝟏)
𝑷 𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷 𝟏 𝑽𝟏
∆𝑼 = 𝒏 𝒄𝑽 ∆𝑻 = 𝑾 =
(𝜸 − 𝟏)
D’après le premier principe, on a :
∆𝑼 = 𝑾 + 𝑸
𝑸 = ∆𝑼 − 𝑾
𝑷 𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷 𝟏 𝑽𝟏 𝑷 𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷 𝟏 𝑽𝟏
𝑸= −
𝜸−𝟏 𝑲−𝟏
𝟏 𝟏
𝑸=[ − ] (𝑷𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷𝟏 𝑽𝟏 )
𝜸−𝟏 𝑲−𝟏
𝑲 − 𝟏 − (𝜸 − 𝟏)
𝑸=[ ] (𝑷𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷𝟏 𝑽𝟏 )
(𝜸 − 𝟏)(𝑲 − 𝟏)
𝑲−𝜸
𝑸=[ ] (𝑷𝟐 𝑽𝟐 − 𝑷𝟏 𝑽𝟏 )
(𝜸 − 𝟏)(𝑲 − 𝟏)
𝑲−𝜸
𝑸=[ ] (𝑹𝑻𝟐 − 𝑹𝑻𝟏 )
(𝜸 − 𝟏)(𝑲 − 𝟏)
𝑲−𝜸
𝑸=[ ] 𝑹(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
(𝜸 − 𝟏)(𝑲 − 𝟏)
𝑲−𝜸
𝑸=[ ] 𝑹(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
(𝜸 − 𝟏)(𝑲 − 𝟏)
𝑲−𝜸
𝑸=[ ] 𝑹(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 ) 𝑲−𝜸
{ (𝜸 − 𝟏)(𝑲 − 𝟏) → 𝑪𝒎 = [ ]𝑹
(𝜸 − 𝟏)(𝑲 − 𝟏)
𝑸 = 𝑪𝒎 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝑲−𝜸
𝑪𝒎 = [ ]𝑹
(𝜸 − 𝟏)(𝑲 − 𝟏)

38
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑲 = 𝜸 → (𝑪𝒎 = 𝟎)𝒕𝒓𝒂𝒏𝒔𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒂𝒅𝒊𝒂𝒃𝒂𝒕𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒍𝒆𝒏𝒕𝒆


−𝜸𝑹
𝑲 = 𝟎 → (𝑪𝒎 = = 𝑪𝑷 ) 𝒕𝒓𝒂𝒏𝒔𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒆𝒔𝒕 𝒊𝒔𝒐𝒃𝒂𝒓𝒆 (𝑷𝑽𝟎 = 𝑷 = 𝑪𝒕𝒆)
(𝜸 − 𝟏)
𝑹
𝑲 = ∞ → (𝑪𝒎 = ) 𝒕𝒓𝒂𝒏𝒔𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒆𝒔𝒕 𝒊𝒔𝒐𝒄𝒉𝒐𝒓𝒆
(𝜸 − 𝟏)
{ 𝑲 = 𝟏 → (𝑪𝒎 = ∞)𝒕𝒓𝒂𝒏𝒔𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒆𝒔𝒕 𝒂𝒍𝒐𝒓𝒔 𝒊𝒔𝒐𝒕𝒉𝒆𝒓𝒎𝒆(𝑷𝑽𝟏 = 𝑪𝒕𝒆)

I.15.Second principe de la thermodynamique


Le second principe est apparu comme une nécessité pour expliquer en particulier les
phénomènes irréversibles.
I.15.1. Quelques énoncés historiques
Enoncé de Clausius (1850) : "La chaleur ne passe pas spontanément d'une source froide à
une source chaude.
Enoncé de Kelvin-Planck (1852): " Un système en contact avec une seule source de
chaleur ne peut, au cours d’un cycle, que recevoir du travail et fournir de la chaleur "
Enoncé de Carnot: "Si un système fournit du travail au cours d’une transformation
cyclique, il échange nécessairement de la chaleur avec au moins deux sources de chaleur à
deux températures différentes".
I.15.2. Cycle de Carnot

 On appelle cycle de Carnot un cycle ditherme et réversible, Il comporte deux


transformations isothermes et deux transformations adiabatiques réversibles.
 Pour fournir du travail au milieu extérieur, une machine diatherme doit nécessairement
recevoir de la chaleur de la source chaude et en fournir à la source froide.

39
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

 AB isotherme : 𝑻𝟏
 BC adiabatique : de 𝑻𝟏 à 𝑻𝟐
 CD isotherme : 𝑻𝟐
 DA adiabatique : de 𝑻𝟐 à 𝑻𝟏
Transformation isotherme 𝑨 → 𝑩
Pour 1 mole
𝒅𝑼 = 𝒏𝒄𝑽 𝐝𝐓 = 𝟎 = 𝛅𝐐 + 𝛅𝐖
𝐐𝟏 = 𝐐𝐀𝐁 = −𝐖𝐀𝐁
𝑹𝑻
𝑷𝑽 = 𝑹𝑻 → 𝑷 =
𝑽
𝑻 = 𝑻𝟏
𝑽𝑩
𝑹𝑻𝟏
𝑾𝑨𝑩 = ∫ − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝑨
𝑽𝑩
𝒅𝑽
𝑾𝑨𝑩 = −𝑹𝑻𝟏 ∫
𝑽
𝑽𝑨
𝑽
𝑾𝑨𝑩 = −𝑹𝑻𝟏 [𝒍𝒏 𝑽]𝑽𝑩𝑩
𝑾𝑨𝑩 = −𝑹𝑻𝟏 [𝒍𝒏 𝑽𝑩 − 𝒍𝒏𝑽𝑨 ]
𝑽𝑩
𝑾𝑨𝑩 = −𝑹𝑻𝟏 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝑨

40
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑽𝑩
𝑾𝑨𝑩 = −𝑹𝑻𝟏 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝑨
𝒅𝑼 = 𝒄𝑽 𝐝𝐓 = 𝟎 = 𝛅𝐐 + 𝛅𝐖
𝐐𝟏 = 𝐐𝐀𝐁 = −𝐖𝐀𝐁
𝑽𝑩
𝐐𝟏 = 𝐐𝐀𝐁 = 𝑹𝑻𝟏 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝑨
Transformation adiabatique 𝑩 → 𝑪
𝑸𝐁𝐂 = 𝟎
𝒅𝑼 = 𝜹𝒘 + 𝜹𝑸
{ 𝜹𝑸 = 𝟎 → 𝜹𝒘 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝒅𝑼 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝑻𝟐
𝑾𝑩𝑪 = ∫ 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝑻𝟏

𝑾𝑩𝑪 = 𝒄𝑽 (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝑾𝑩𝑪 = 𝒄𝑽 ∆𝑻
Calcul du 𝒄𝑽
𝑹 = 𝒄𝑷 − 𝒄𝑽
{𝜸 = 𝒄𝑷 → 𝒄 = 𝜸𝒄 → 𝑹 = 𝜸𝒄𝑽 − 𝒄𝑽
𝑷 𝑽
𝒄𝑽
𝑹 = 𝒄𝑽 (𝜸 − 𝟏)
𝑹
𝒄𝑽 =
(𝜸 − 𝟏)
𝑹
𝑾𝑩𝑪 = ∆𝑻
(𝜸 − 𝟏)
𝑹
𝑾𝑩𝑪 = (𝑻 − 𝑻𝟏 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟐
𝑹
𝑾𝑩𝑪 = (𝑻 − 𝑻𝟏 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟐
Transformation isotherme 𝑪 → 𝑫
𝒅𝑼 = 𝒏𝒄𝑽 𝐝𝐓 = 𝟎 = 𝛅𝐐 + 𝛅𝐖
𝐐𝟐 = 𝐐𝐂𝐃 = −𝐖𝐂𝐃
𝑹𝑻
𝑷𝑽 = 𝑹𝑻 → 𝑷 =
𝑽
𝑻 = 𝑻𝟐

41
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝑽𝑫
𝑹𝑻𝟐
𝑾𝑪𝑫 = ∫ − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝑪
𝑽𝑫
𝒅𝑽
𝑾𝑪𝑫 = −𝑹𝑻𝟐 ∫
𝑽
𝑽𝑪
𝑽
𝑾𝑪𝑫 = −𝑹𝑻𝟐 [𝒍𝒏 𝑽]𝑽𝑫𝑪
𝑾𝑪𝑫 = −𝑹𝑻𝟐 [𝒍𝒏 𝑽𝑫 − 𝒍𝒏𝑽𝑪 ]
𝑽𝑫
𝑾𝑪𝑫 = −𝑹𝑻𝟐 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝑪
𝑽𝑫
𝑾𝑪𝑫 = −𝑹𝑻𝟐 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝑪
𝐐𝟐 = 𝐐𝐂𝐃 = −𝐖𝐂𝐃
𝑽𝑫
𝐐𝟐 = 𝐐𝐂𝐃 = 𝑹𝑻𝟐 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝑪
Transformation adiabatique 𝑫 → 𝑨
𝑸𝐃𝐀 = 𝟎
𝒅𝑼 = 𝜹𝒘 + 𝜹𝑸
{ 𝜹𝑸 = 𝟎 → 𝜹𝒘 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝒅𝑼 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝑻𝟏
𝑾𝑫𝑨 = ∫ 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝑻𝟐

𝑾𝑫𝑨 = 𝒄𝑽 (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
𝑾𝑫𝑨 = 𝒄𝑽 ∆𝑻
𝑹
𝒄𝑽 =
(𝜸 − 𝟏)
𝑹
𝑾𝑫𝑨 = ∆𝑻
(𝜸 − 𝟏)
𝑹
𝑾𝑫𝑨 = (𝑻 − 𝑻𝟐 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟏
𝑹
𝑾𝑫𝑨 = (𝑻 − 𝑻𝟐 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟏
Bilan des échanges de chaleur

42
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝑽𝑩
 Transformation isotherme 𝑨𝑩 → 𝐐𝟏 = 𝐐𝐀𝐁 = 𝑹𝑻𝟏 [𝒍𝒏 ]
𝑽𝑨

 Transformation adiabatique 𝑩𝑪 → 𝑸𝐁𝐂 = 𝟎


𝑽𝑫
 Transformation isotherme 𝑪𝑫 → 𝐐𝟐 = 𝐐𝐂𝐃 = 𝑹𝑻𝟐 [𝒍𝒏 𝑽𝑪
]

 Transformation adiabatique 𝑫𝑨 → 𝑸𝐃𝐀 = 𝟎


Signe des quantités de chaleur
𝑽𝑩
𝐐𝟏 = 𝑹𝑻𝟏 [𝒍𝒏 ]>0
𝑽𝑨
𝑽𝑫
𝐐𝟐 = 𝑹𝑻𝟐 [𝒍𝒏 ]<0
𝑽𝑪
Relation entre les températures𝑻𝟏 et 𝑻𝟐 et les volumes𝑽𝑨 , 𝑽𝑩 , 𝑽𝑪 et 𝑽𝑫
𝜸 𝜸
𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝑪𝒕𝒆 → 𝑭𝒐𝒓𝒎𝒖𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝑳𝒂𝒑𝒍𝒂𝒄𝒆
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝟐 𝑽𝟐 = 𝑻𝟏 𝑽𝟏 = 𝑪𝒕𝒆
𝜸 𝟏−𝜸 𝜸 𝟏−𝜸
𝑻𝟐 𝑷𝟐 = 𝑻𝟏 𝑷𝟏 = 𝑪𝒕𝒆
Transformation adiabatique B→C
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝟏 𝑽𝑩 = 𝑻𝟐 𝑽𝑪
Transformation adiabatique D→A
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝟐 𝑽𝑫 = 𝑻𝟏 𝑽𝑨
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝟏 𝑽𝑩 𝑻𝟐 𝑽𝑪
𝜸−𝟏
= 𝜸−𝟏
𝑻𝟏 𝑽𝑨 𝑻𝟐 𝑽𝑫
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑽𝑩 𝑽𝑪
𝜸−𝟏
= 𝜸−𝟏
𝑽𝑨 𝑽𝑫
𝑽𝑩 𝜸−𝟏 𝑽𝑪 𝜸−𝟏
( ) =( )
𝑽𝑨 𝑽𝑫
𝑽𝑩 𝑽𝑪
=
𝑽𝑨 𝑽𝑫
𝑽𝑩 𝑽𝑪
=
𝑽𝑨 𝑽𝑫
𝑽𝑩 𝐐𝟏 𝑽𝑩
 𝐐𝟏 = 𝑹𝑻𝟏 [𝒍𝒏 𝑽𝑨
]→ 𝑻𝟏
= 𝑹 [𝒍𝒏 𝑽𝑨
]
𝑽𝑪 𝐐𝟐 𝑽𝑪 𝑽𝑩
 𝐐𝟐 = −𝑹𝑻𝟐 [𝒍𝒏 𝑽𝑫
]→ = −𝑹 [𝒍𝒏 ] = −𝑹 [𝒍𝒏 ]
𝑻𝟐 𝑽𝑫 𝑽𝑨

43
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝐐𝟏 𝐐𝟐
=−
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝐐 𝟏 𝐐𝟐
+ =𝟎
𝑻𝟏 𝑻𝟐
Cette relation est connue sous le nom d’identité de Carnot-Clausius.
𝐐𝟏 𝐐𝟐
+ = 𝟎 : Pour un cycle réversible
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝐐𝟏 𝐐𝟐
+ < 𝟎 : Pour un cycle irréversible
𝑻𝟏 𝑻𝟐

Rendement
1er principe : ∆𝑼 = 𝑾 + 𝑸𝟏 + 𝑸𝟐 = 𝟎 → 𝑾 = −(𝑸𝟏 + 𝑸𝟐 )
𝐐𝟏 𝐐 𝐐𝟏 𝐐
2éme principe : 𝑻𝟏
+ 𝑻𝟐 = 𝟎 → 𝑻𝟏
= − 𝑻𝟐
𝟐 𝟐

𝐐𝟏 𝑻𝟏
=−
𝐐𝟐 𝑻𝟐
Le rendement du moteur est défini par le rapport du travail fourni sur la chaleur qu’il a reçue
de la source chaude.
𝑾 −(𝑸𝟏 + 𝑸𝟐 ) 𝑸𝟐 𝑻𝟐
𝝆=− =− =𝟏+ =𝟏−
𝑸𝑺𝑪 𝑸𝟏 𝑸𝟏 𝑻𝟐
𝑸𝟐
𝝆=𝟏+
𝑸𝟏
𝑸𝑭 𝑻𝑭
𝝆=𝟏+ =𝟏−
𝑸𝑺𝑪 𝑻𝑺𝑪
Le rendement (efficacité) du cycle de Carnot ne dépend que des températures des sources
froides et chaudes.

I.15.3.Cycle de Lenoir

44
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Etienne Lenoir fut le premier à construire avec succès un moteur fonctionnant selon le
principe de la combustion interne. Le cycle de Lenoir (1860) est constitué de
transformations suivantes :
 L'air et le carburant sont admis dans le cylindre. A la fin de l'admission, le système
que constitue l'air emprisonne dans le cylindre se trouve dans l'état (1) décrit
par (𝑷𝟏 , 𝑽𝟏 , 𝑻𝟏 ) .
 Le carburant est brûlé (explosion) de façon très rapide, le volume ne change pas de
façon significative. Le nouvel état (2) obtenu est décrit par (𝑷𝟐 , 𝑽𝟐 = 𝑽𝟏 , 𝑻𝟐 ).
 Le gaz emprisonne dans le cylindre se détend de manière adiabatique jusqu'à l'état (3)
décrit par (𝑷𝟑 = 𝑷𝟏 , 𝑽𝟑 , 𝑻𝟑 ).
 La pression étant constante et égale a𝑃1 , les gaz brûles sont expulses du cylindre et se
refroidissent au contact de l'atmosphère jusqu'à l'état (1).

45
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Transformation isochore 𝟏 → 𝟐
𝑾𝟏𝟐 = 𝟎
𝑹
𝑸𝟏𝟐 = (𝑻 − 𝑻𝟏 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟐
Transformation adiabatique 𝟐 → 𝟑
𝑸𝟐𝟑 = 𝟎
𝑹
𝑾𝟐𝟑 = (𝑻 − 𝑻𝟐 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟑
Transformation isobare 𝟑 → 𝟏
𝑾𝟑𝟏 = −𝑷(𝑽𝟏 − 𝑽𝟑 )
𝑾𝟑𝟏 = −𝑹(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
𝑾𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑾𝟏𝟐 + 𝑾𝟐𝟑 + 𝑾𝟑𝟏
𝑹
𝑾𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝟎 + (𝑻 − 𝑻𝟐 ) − 𝑹(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟑
𝑹
𝑾𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 = (𝑻 − 𝑻𝟐 ) − 𝑹(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
(𝜸 − 𝟏) 𝟑
L'efficacité thermique de ce cycle est donne par :
𝑾 𝑾
𝝆=− =−
𝑸𝑺𝑪 𝑸𝟏𝟐

46
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝑹
(𝑻𝟑 − 𝑻𝟐 ) − 𝑹(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
(𝜸−𝟏)
𝝆=− 𝑹
(𝜸−𝟏)
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝑹
− (𝜸−𝟏) (𝑻𝟑 − 𝑻𝟐 ) 𝑹(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
𝝆= 𝑹 + 𝑹
(𝜸−𝟏)
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 ) (𝜸−𝟏)
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )

(𝑻𝟑 − 𝑻𝟐 ) (𝜸 − 𝟏)(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
𝝆=− +
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 ) (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
(𝑻𝟑 − 𝑻𝟐 ) 𝜸(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 ) − (𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
𝝆=− +
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 ) (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
−𝑻𝟑 + 𝑻𝟐 + 𝜸(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 ) − 𝑻𝟏 + 𝑻𝟑
𝝆=
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 ) + 𝜸(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
𝝆=
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 ) 𝜸(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
𝝆= +
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 ) (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
(𝑻𝟏 − 𝑻𝟑 )
𝝆=𝟏+𝜸
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
(𝑻𝟑 − 𝑻𝟏 )
𝝆=𝟏−𝜸
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝑷𝑽𝟏 = 𝒏𝑹𝑻𝟏 𝑽𝟏 𝑻𝟏
{ → = → 𝐓. 𝐈𝐬𝐨𝐛𝐚𝐫𝐞
𝑷𝑽𝟑 = 𝒏𝑹𝑻𝟑 𝑽𝟑 𝑻𝟑 𝟏 𝑻𝟏
→ =
𝑽𝟑 𝜶 𝑻𝟑
=𝜶
{ 𝑽𝟏
𝟏
𝑻𝟏 = 𝑻𝟑 → 𝑻𝟏 = 𝑻𝟑 𝜶−𝟏
𝜶
𝑻𝟏 = 𝑻𝟑 𝜶−𝟏
𝑻𝟐 𝑽𝟑 𝜸−𝟏 𝑽𝟑 𝜸−𝟏
𝑻𝟐 𝑽𝟐 𝜸−𝟏 = 𝑻𝟑 𝑽𝟑 𝜸−𝟏 → = 𝜸−𝟏 = ( ) → 𝐓. 𝐀𝐝𝐢𝐚𝐛𝐚𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞
𝑻𝟑 𝑽𝟐 𝑽𝟐 𝑻𝟐
𝑽𝟑 → = 𝜶𝜸−𝟏
=𝜶 𝑻𝟑
𝑽𝟏
{ 𝑽𝟐 = 𝑽𝟏 → 𝐓. 𝐈𝐬𝐨𝐜𝐡𝐨𝐫𝐞
𝑻𝟐 = 𝑻𝟑 𝜶𝜸−𝟏
(𝑻𝟑 − 𝑻𝟏 ) (𝑻𝟑 − 𝑻𝟑 𝜶−𝟏 )
𝝆=𝟏−𝜸 →𝝆 =𝟏−𝜸
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 ) (𝑻𝟑 𝜶𝜸−𝟏 − 𝑻𝟑 𝜶−𝟏 )

47
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

(𝟏 − 𝜶−𝟏 )𝑻𝟑
𝝆=𝟏−𝜸
(𝜶𝜸−𝟏 − 𝜶−𝟏 )𝑻𝟑
(𝟏 − 𝜶−𝟏 )
𝝆 = 𝟏 − 𝜸 𝜸−𝟏
(𝜶 − 𝜶−𝟏 )
𝟏
(𝟏 − 𝜶)
𝝆=𝟏−𝜸
(𝜶𝜸−𝟏 − 𝜶−𝟏 )
𝜶−𝟏
( )
𝜶
𝝆=𝟏−𝜸
(𝜶𝜸−𝟏 − 𝜶−𝟏 )
𝜶−𝟏 𝟏
𝝆 = 𝟏 − 𝜸( ) 𝜸−𝟏
𝜶 (𝜶 − 𝜶−𝟏 )
𝜶−𝟏
𝝆 = 𝟏 − 𝜸( )
𝜶𝜸 − 𝟏
I.15.4.Cycle de Beau de Rochas ou d’Otto (Moteur à Essence)

Cycle de Beau de Rochas (1862) ou Otto (1878).Ce cycle est constitué de deux
transformations adiabatiques et deux transformations isochores.
La combustion s'effectue à volume constant.

48
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

 IA : Admission : aspiration d'air+essence à Patm


 AB : Compression adiabatique réversible
 BC : Combustion à volume constant
 CD : Détente adiabatique réversible
 DA : Détente a l'ouverture de la soupape d'échappement
 AI : Echappement : évacuation des gaz
Le rendement thermique ne dépend que de rapport volumétrique de compression. Plus ce
rapport est grand, plus le rendement est élevé.
AB : Compression adiabatique réversible
𝑸𝐀𝐁 = 𝟎
𝑹
𝑾𝑨𝑩 = (𝑻 − 𝑻𝑨 )
(𝜸 − 𝟏) 𝑩
CD : Compression adiabatique réversible
𝑸𝐂𝐃 = 𝟎
𝑹
𝑾𝑪𝑫 = (𝑻 − 𝑻𝑪 )
(𝜸 − 𝟏) 𝑫
BC : Transformation isochore
𝑾𝑩𝑪 = 𝟎

49
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑹
𝑸𝑩𝑪 = (𝑻 − 𝑻𝑩 )
(𝜸 − 𝟏) 𝑪

DA : Transformation isochore
𝑾𝑫𝑨 = 𝟎
𝑹
𝑸𝑫𝑨 = (𝑻 − 𝑻𝑫 )
(𝜸 − 𝟏) 𝑨
∆𝑼𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑾+𝑸𝑩𝑪 + 𝑸𝑫𝑨 = 𝟎
𝑾 = −(𝑸𝑩𝑪 + 𝑸𝑫𝑨 )
Rendement
𝑾 −(𝑸𝑩𝑪 + 𝑸𝑫𝑨 )
𝝆=− =−
𝑸𝑺𝑪 𝑸𝑩𝑪
(𝑸𝑩𝑪 + 𝑸𝑫𝑨 )
𝝆=
𝑸𝑩𝑪
𝑹 𝑹
(𝜸−𝟏)
(𝑻𝑪 − 𝑻𝑩 ) + (𝜸−𝟏) (𝑻𝑨 − 𝑻𝑫 )
𝝆= 𝑹
(𝑻𝑪 − 𝑻𝑩 )
(𝜸−𝟏)

(𝑻𝑪 − 𝑻𝑩 ) + (𝑻𝑨 − 𝑻𝑫 )
𝝆=
(𝑻𝑪 − 𝑻𝑩 )
(𝑻𝑨 − 𝑻𝑫 )
𝝆=𝟏+
(𝑻𝑪 − 𝑻𝑩 )
AB : Compression adiabatique réversible
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝑨 𝑽𝑨 = 𝑻𝑩 𝑽𝑩 = 𝑪𝒕𝒆
CD : Compression adiabatique réversible
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝑪 𝑽𝑪 = 𝑻𝑫 𝑽𝑫 = 𝑪𝒕𝒆
𝜸−𝟏
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏 𝑻𝑨 𝑽𝑩 𝑽𝑩 𝜸−𝟏 𝑽𝑪 𝜸−𝟏 𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝑨 𝑽𝑨 = 𝑻𝑩 𝑽𝑩 → = =( ) =( ) =( )
𝑻𝑩 𝑽𝜸−𝟏 𝑽𝑨 𝑽𝑫 𝜶
𝑨
𝜸−𝟏
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏 𝑻𝑪 𝑽𝑫 𝑽𝑫 𝜸−𝟏
𝑻𝑪 𝑽𝑪 = 𝑻𝑫 𝑽𝑫 → = 𝜸−𝟏 = ( ) = 𝜶𝜸−𝟏
𝑻𝑫 𝑽 𝑽𝑪
𝑪
𝑽𝑩 = 𝑽𝑪
{ 𝑽𝑫 = 𝑽𝑨

50
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑻𝑨 𝟏 𝜸−𝟏 𝟏 𝜸−𝟏
=( ) → 𝑻𝑨 = 𝑻𝑩 ( ) = 𝑻𝑩 𝜶−𝜸+𝟏
𝑻𝑩 𝜶 𝜶
𝑻𝑪
= 𝜶𝜸−𝟏 → 𝑻𝑪 = 𝑻𝑫 𝜶𝜸−𝟏
{ 𝑻 𝑫

(𝑻𝑩 𝜶−𝜸+𝟏 − 𝑻𝑫 )
𝝆=𝟏+
(𝑻𝑫 𝜶𝜸−𝟏 − 𝑻𝑩 )
𝑻𝑫
(𝑻𝑩 − −𝜸+𝟏
)
𝜶
𝝆 = 𝟏 + 𝜶−𝜸+𝟏
(𝑻𝑫 𝜶𝜸−𝟏 − 𝑻𝑩 )

−𝜸+𝟏
(𝑻𝑩 − 𝑻𝑫 𝜶𝜸−𝟏 )
𝝆=𝟏+𝜶
(𝑻𝑫 𝜶𝜸−𝟏 − 𝑻𝑩 )
(−𝑻𝑩 + 𝑻𝑫 𝜶𝜸−𝟏 )
𝝆 = 𝟏 − 𝜶−𝜸+𝟏
(𝑻𝑫 𝜶𝜸−𝟏 − 𝑻𝑩 )
𝝆 = 𝟏 − 𝜶−𝜸+𝟏
𝟏
𝝆=𝟏−
𝜶𝜸−𝟏
𝟏
𝝆=𝟏−
𝜶𝜸−𝟏
I.15.5.Cycle de Diesel

Un moteur Diesel est un moteur à quatre temps, dont la modélisation est la suivante :
 Premier temps :I→A: admission isobare de l’air seul.
 Deuxième temps : A→B : compression adiabatique réversible de l’air
 Troisième temps : B→C: Injection du carburant et dilatation à pression constante (à
cause de la combustion du gasoil) puis C→D: détente adiabatique réversible du
mélange
51
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

 Quatrième temps : D→A: refroidissement à volume constant. A→I : échappement des


gaz vers l’extérieur.

Transformation Adiabatique A → B
D’après la loi de Laplace en température et volume,𝑻 𝑽𝜸−𝟏 = 𝒄𝒕𝒆 , d’où
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝑨 𝑽𝑨 = 𝑻𝑩 𝑽𝑩
𝜸−𝟏
𝑽𝑨 𝑻𝑩
𝜸−𝟏
=
𝑽𝑩 𝑻𝑨
𝟏
𝑽𝑨 𝜸−𝟏 𝑻𝑩 𝑽𝑨 𝑻𝑩 𝜸−𝟏
( ) = → =( )
𝑽𝑩 𝑻𝑨 𝑽𝑩 𝑻𝑨
𝑽𝑨
Le rapport 𝜶 =
𝑽𝑩

D’après la loi de Laplace en température et volume, 𝑷 𝑽𝜸 = 𝒄𝒕𝒆 , d’où


𝜸 𝜸
𝑷 𝑨 𝑽𝑨 = 𝑷 𝑩 𝑽𝑩
𝜸
𝑷 𝑩 𝑽𝑨
=
𝑷𝑨 𝑽𝜸𝑩
𝑷𝑩 𝑽𝑨 𝜸
=( )
𝑷𝑨 𝑽𝑩

52
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑽𝑨 𝜸
𝑷𝑩 = 𝑷𝑨 ( )
𝑽𝑩
𝑷𝑩 = 𝑷𝑨 𝜶𝜸
Transformation Isobare B → C
𝑻𝑪
𝑸𝑩𝑪 = ∫ 𝒄𝑷 𝒅𝑻
𝑻𝑩

𝑸𝑩𝑪 = 𝒄𝑷 (𝑻𝑪 − 𝑻𝑩 )
𝑸𝑩𝑪
𝑻𝑪 = + 𝑻𝑩
𝒄𝑷
𝑷𝑽𝑩 = 𝒏𝑹𝑻𝑩 𝑽𝑪 𝑻𝑪
{ → = → 𝐓. 𝐈𝐬𝐨𝐛𝐚𝐫𝐞
𝑷𝑽𝑪 = 𝒏𝑹𝑻𝑪 𝑽𝑩 𝑻𝑩 𝑽𝑪 𝑻𝑪
→ = = 𝜶′
𝑽𝑪 𝑽 𝑩 𝑻𝑩
= 𝜶′
{ 𝑽𝑩
𝑽𝑪 𝑻𝑪
= = 𝜶′
𝑽𝑩 𝑻𝑩
𝑽𝑪
𝜶′ 𝑽𝑩 𝑽𝑪
= 𝑽𝑨 =
𝜶 𝑽𝑨
𝑽𝑩

Transformation Adiabatique C → D
𝜸−𝟏 𝜸−𝟏
𝑻𝑪 𝑽𝑪 = 𝑻𝑫 𝑽𝑫
𝜸−𝟏
𝑻𝑫 𝑽𝑪
=
𝑻𝑪 𝑽𝜸−𝟏
𝑫

𝑻𝑫 𝑽𝑪 𝜸−𝟏
=( )
𝑻𝑪 𝑽𝑫
𝑽𝑪 𝜸−𝟏
𝑻𝑫 = 𝑻𝑪 ( )
𝑽𝑫
Transformation Isochore D → A
𝑽𝑫 = 𝑽𝑨
𝑽𝑪 𝜸−𝟏
𝑻𝑫 = 𝑻𝑪 ( )
𝑽𝑨
𝜸−𝟏
𝜶′
𝑻𝑫 = 𝑻𝑪 ( )
𝜶
53
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝑻𝑨
𝑸𝑫𝑨 = ∫ 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝑻𝑫

𝑸𝑫𝑨 = 𝒄𝑽 (𝑻𝑨 − 𝑻𝑫 )

Le rendement du moteur est défini par le rapport du travail fourni sur la chaleur qu’il a reçue
de la source chaude.
𝑾𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 𝑾𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆
𝝆=− =−
𝑸𝑺𝑪 𝑸𝑩𝑪
𝑸𝑩𝑪 = 𝒄𝑷 (𝑻𝑪 − 𝑻𝑩 ) > 𝟎
∆𝑼𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑾𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 + 𝑸𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝟎
−𝑾𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑸𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆
𝑸𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑸𝑨𝑩 + 𝑸𝑩𝑪 + 𝑸𝑪𝑫 + 𝑸𝑫𝑨
𝑸𝑨𝑩 = 𝑸𝑪𝑫 = 𝟎 (𝑻 𝑨𝒅𝒊𝒂𝒃𝒂𝒕𝒊𝒒𝒖𝒆)
𝑸𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑸𝑩𝑪 + 𝑸𝑫𝑨
−𝑾𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑸𝑩𝑪 + 𝑸𝑫𝑨
𝑾𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 𝑸𝑩𝑪 + 𝑸𝑫𝑨
𝝆=− =
𝑸𝑺𝑪 𝑸𝑩𝑪
𝑸𝑫𝑨
𝝆=𝟏+
𝑸𝑩𝑪
𝑸𝑫𝑨 𝒄𝑽 (𝑻𝑨 − 𝑻𝑫 )
𝝆=𝟏+ →𝝆=𝟏+
𝑸𝑩𝑪 𝒄𝑷 (𝑻𝑪 − 𝑻𝑩 )
𝒄𝑷
𝜸=
𝒄𝑽
𝟏 (𝑻𝑨 − 𝑻𝑫 )
𝝆=𝟏+
𝜸 (𝑻𝑪 − 𝑻𝑩 )

I.15.6.Cycle d'Ericsson
Le cycle d'Ericsson est composé de deux transformations isothermes et deux transformations
isobares.

54
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.15.7.Application : cycle de Stirling(1816)


Soit une machine utilisant comme fluide l’air assimilé à un gaz parfait diatomique. Cette
machine fonctionne réversiblement selon le cycle de Stirling :

Il est composé de deux isothermes 3→4 et 1→2 et de deux isochores 2 →3 et 4→1


 A l’état 1, la pression est𝑷𝟏 = 𝟏𝟎𝟓 𝑵𝒎−𝟐et la température est 𝑻𝟏 = 𝑻 = 𝟑𝟎𝟎𝑲
 A l’état 3, la pression est𝑷𝟑 = 𝟏𝟎𝟓 𝑵𝒎−𝟐et la température est𝑻𝟑 = 𝑻′ = 𝟔𝟎𝟎𝑲

1/ Déterminer les expressions des travaux𝑾𝟏𝟐 ,𝑾𝟐𝟑 , 𝑾𝑸𝟑𝟒 ,𝑾𝟒𝟏 ainsi que le travail 𝑾𝑻𝒐𝒕 et
les expressions des quantités de chaleur 𝑸𝟏𝟐 , 𝑸𝟐𝟑 , 𝑸𝟑𝟒 et 𝑸𝟒𝟏 échangées par une mole de
gaz au cours d’un cycle.
2/ Déduire de ces résultats le rendement thermodynamique du cycle de Stirling.

55
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

3/ Comparer ce rendement à celui que l’on obtiendrait si la machine fonctionnait selon le


cycle de Carnot entre les mêmes sources aux températures 𝑻 et 𝑻′ .
4/ Expliquer la différence.
Solution
1/ Transformation isothermes 𝟏 → 𝟐
𝑻𝟏 = 𝑻 = 𝟑𝟎𝟎𝑲
𝜹𝑾𝟏𝟐 = −𝑷𝒅𝑽
𝒏𝑹𝑻
𝑷𝑽 = 𝒏𝑹𝑻 → 𝑷 =
𝑽
𝒏𝑹𝑻
𝑾𝟏𝟐 = − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝟏
𝒏𝑹𝑻
𝑾𝟏𝟐 = ∫ − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝟐
𝑽𝟏
𝒅𝑽
𝑾𝟏𝟐 = −𝒏𝑹𝑻 ∫
𝑽
𝑽𝟐
𝑽
𝑾𝟏𝟐 = −𝒏𝑹𝑻[𝒍𝒏𝑽]𝑽𝟏𝟐
𝑾𝟏𝟐 = −𝒏𝑹𝑻[𝒍𝒏𝑽𝟏 − 𝒍𝒏𝑽𝟐 ]
𝑽𝟏
𝑾𝟏𝟐 = −𝒏𝑹𝑻𝒍𝒏
𝑽𝟐
Transformation isochore 𝟐 → 𝟑
𝑾𝟐𝟑 = 𝟎 → 𝒅𝑽 = 𝟎 → 𝑽 = 𝑪𝒕𝒆
Transformation isothermes 𝟑 → 𝟒
𝑻𝟑 = 𝑻′ = 𝟔𝟎𝟎𝑲
𝜹𝑾𝟑𝟒 = −𝑷𝒅𝑽


𝒏𝑹𝑻′
𝑷𝑽 = 𝒏𝑹𝑻 → 𝑷 =
𝑽

𝒏𝑹𝑻
𝑾𝟑𝟒 = − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝟒
𝒏𝑹𝑻′
𝑾𝟑𝟒 = ∫ − 𝒅𝑽
𝑽
𝑽𝟑

56
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝑽𝟒
𝒅𝑽
𝑾𝟑𝟒 = −𝒏𝑹𝑻′ ∫
𝑽
𝑽𝟑
𝑽
𝑾𝟑𝟒 = −𝒏𝑹𝑻′ [𝒍𝒏𝑽]𝑽𝟒𝟑
𝑾𝟑𝟒 = −𝒏𝑹𝑻′ [𝒍𝒏𝑽𝟒 − 𝒍𝒏𝑽𝟑 ]
𝑽𝟒
𝑾𝟑𝟒 = −𝒏𝑹𝑻′ 𝒍𝒏
𝑽𝟑
𝑽𝟑
𝑾𝟑𝟒 = 𝒏𝑹𝑻′ 𝒍𝒏
𝑽𝟒
𝑽𝟒 = 𝑽𝟐
𝑽𝟑 = 𝑽𝟏
𝑽𝟏
𝑾𝟑𝟒 = 𝒏𝑹𝑻′ 𝒍𝒏
𝑽𝟐
Transformation isochore 𝟒 → 𝟏
𝑾𝟒𝟏 = 𝟎 → 𝒅𝑽 = 𝟎 → 𝑽 = 𝑪𝒕𝒆
𝑾𝑻𝒐𝒕 = 𝑾𝟏𝟐 + 𝑾𝟐𝟑 + 𝑾𝟑𝟒 + 𝑾𝟒𝟏
𝑽𝟏 𝑽𝟏
𝑾𝑻𝒐𝒕 = −𝒏𝑹𝑻𝒍𝒏 + 𝟎 + 𝒏𝑹𝑻′ 𝒍𝒏 +𝟎
𝑽𝟐 𝑽𝟐
𝑽𝟏 𝑽𝟏
𝑾𝑻𝒐𝒕 = −𝒏𝑹𝑻𝒍𝒏 + 𝒏𝑹𝑻′ 𝒍𝒏
𝑽𝟐 𝑽𝟐
𝑽𝟏 ′
𝑾𝑻𝒐𝒕 = 𝒏𝑹𝒍𝒏 (𝑻 − 𝑻)
𝑽𝟐
Transformation isothermes 𝟏 → 𝟐
𝒅𝑼 = 𝒏𝒄𝑽 𝐝𝐓 = 𝟎 = 𝛅𝐐 + 𝛅𝐖
𝑽𝟏
𝐐𝟏𝟐 = −𝐖𝟏𝟐 = 𝒏𝑹𝑻𝒍𝒏
𝑽𝟐
Transformation isochore 𝟐 → 𝟑
volume constant (𝑽 = 𝒄𝒕𝒆) ,(𝒅𝑽 = 𝟎), 𝑄 = ∆𝑈
𝑻′

𝑸𝟐𝟑 = ∆𝑼 = ∫ 𝒄𝑽 𝐝𝐓
𝑻

𝑸𝟐𝟑 = ∆𝑼 = 𝒄𝑽 (𝑻′ − 𝑻)
Transformation isothermes 𝟑 → 𝟒

57
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝒅𝑼 = 𝒏𝒄𝑽 𝐝𝐓 = 𝟎 = 𝛅𝐐 + 𝛅𝐖
𝑽𝟏
𝐐𝟑𝟒 = −𝐖𝟑𝟒 = −𝒏𝑹𝑻′ 𝒍𝒏
𝑽𝟐
Transformation isochore 𝟒 → 𝟏
volume constant (𝑽 = 𝒄𝒕𝒆) ,(𝒅𝑽 = 𝟎), 𝑄 = ∆𝑈
𝐓

𝑸𝟒𝟏 = ∆𝑼 = ∫ 𝒄𝑽 𝐝𝐓
𝑻′

𝑸𝟒𝟏 = ∆𝑼 = 𝒄𝑽 (𝑻 − 𝑻′ )
𝑸𝑻𝒐𝒕 = 𝑸𝟏𝟐 + 𝑸𝟐𝟑 + 𝑸𝟑𝟒 + 𝑸𝟒𝟏
𝑽𝟏 𝑽𝟏
𝑸𝑻𝒐𝒕 = 𝒏𝑹𝑻𝒍𝒏 + 𝒄𝑽 (𝑻′ − 𝑻) − 𝒏𝑹𝑻′ 𝒍𝒏 + 𝒄𝑽 (𝑻 − 𝑻′ )
𝑽𝟐 𝑽𝟐
𝑽𝟏
𝑸𝑻𝒐𝒕 = 𝒏𝑹𝒍𝒏 (𝑻 − 𝑻′ ) + 𝒄𝑽 (𝑻′ − 𝑻) − 𝒄𝑽 (𝑻′ − 𝑻)
𝑽𝟐
𝑽𝟏
𝑸𝑻𝒐𝒕 = 𝒏𝑹𝒍𝒏 (𝑻 − 𝑻′ )
𝑽𝟐
∆𝑼𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑾𝑻𝒐𝒕 + 𝑸𝑻𝒐𝒕
𝑽𝟏 ′ 𝑽𝟏
∆𝑼𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝒏𝑹𝒍𝒏 (𝑻 − 𝑻) − 𝒏𝑹𝒍𝒏 (𝑻′ − 𝑻) = 𝟎
𝑽𝟐 𝑽𝟐
∆𝑼𝑪𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝟎
Ce qui vérifie le premier principe car l’énergie interne d’un gaz parfait ne varie pas au cours
d’un cycle.
2/ Rendement
𝑸𝟏𝟐
𝝆𝐒𝐭𝐢𝐫𝐥𝐢𝐧𝐠 = 𝟏 +
𝑸𝟑𝟒
𝑽
(𝒏𝑹𝑻𝒍𝒏 𝑽𝟏 )
𝟐
𝝆𝐒𝐭𝐢𝐫𝐥𝐢𝐧𝐠 = 𝟏 + 𝑽
(−𝒏𝑹𝑻′ 𝒍𝒏 𝑽𝟏 )
𝟐

𝑻
𝝆𝐒𝐭𝐢𝐫𝐥𝐢𝐧𝐠 = 𝟏 −
𝑻′
𝑻
𝝆𝐒𝐭𝐢𝐫𝐥𝐢𝐧𝐠 = 𝟏 − = 𝝆𝐂𝐚𝐫𝐧𝐨𝐭
𝑻′
Pas de différence.

58
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.16.Théorème de Carnot
Toutes les machines thermiques dithermes réversibles évoluant entre deux températures
données 𝑻𝟏 > 𝑻𝟐 ont le même rendement.
𝑻𝟐
𝝆=𝟏−
𝑻𝟏
Note : Les machines thermiques irréversibles fonctionnant entre ces mêmes températures
ont un rendement inférieur à celui des machines réversibles.

I.16.1.Classification des machines thermiques


 Une machine thermique transforme de la chaleur en travail mécanique par
l’intermédiaire d’un fluide.
 Si la machine fournit un travail, c’est un moteur thermique (exemple : moteur de
voiture).
 Si la machine ne reçoit de l’extérieur que de la chaleur ou du travail mécanique, elle
est appelée machine thermique (exemple : réfrigérateur).
 Si la machine en contact avec une seule source de chaleur en dit monotherme
 Si la machine en contact avec deux sources de chaleur en dit ditherme
 Si la machine reçoit du travail(𝑾 > 𝟎), elle donne donc de la chaleur (𝑸 < 𝟎) et
inversement
 Si le cycle est parcouru dans le sens trigonométique, le travail total est positif. Le
cycle est donc récepteur, il reçoit du travail.
 Si le cycle est parcouru dans le sens horaire, le travail total est négatif. Le cycle est
donc moteur, il donne du travail.
On peut représenter une machine ditherme de la façon suivante :
Exemple
La machine fournit un travail, reçoit de la chaleur d’une source chaude à 𝑻𝑺𝑪 et donne de la
chaleur à une source froide à 𝑻𝑭 )

59
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Pour les machines dithermes, l’échange de chaleur entre le milieu extérieur et le système (le
fluide) se fait au niveau de deux sources : la source chaude à 𝑇𝑆𝐶 et la source froide à𝑻𝑭 <
𝑻𝑺𝑪 .
Les machines thermiques réversibles doivent satisfaire aux deux principes de la
thermodynamique soit :
1er principe : ∆𝑼 = 𝑾 + 𝑸𝟏 + 𝑸𝟐 = 𝟎
𝐐𝟏 𝐐
2éme principe : 𝑻𝟏
+ 𝑻𝟐 = 𝟎
𝟐

I.16.2.Rendement des moteurs thermiques


𝑾 < 0 → 𝑸𝟏 > 0 → 𝑸𝟐 < 0
𝑾 𝑾
Le rendement du moteur est défini par 𝝆 = − 𝑸 → 𝝆 = −𝑸
𝑺𝑪 𝟏

D’après le premier principe


∆𝑼 = 𝑾 + 𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 = 𝟎
𝑾 = −(𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 )

60
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

−(𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 )
𝝆=−
𝑸𝑺𝑪
𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭
𝝆=
𝑸𝑺𝑪
𝑸𝑭
𝝆=𝟏+
𝑸𝑺𝑪
𝑸𝟐
𝝆=𝟏+
𝑸𝟏
𝑸𝟏 𝑸𝟐
+ =𝟎
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝑸𝟐 𝑻𝟐
=−
𝑸𝟏 𝑻𝟏
𝑸𝟐 𝑻𝟐
𝟏+ =𝟏−
𝑸𝟏 𝑻𝟏
𝑻𝟐
𝝆=𝟏−
𝑻𝟏
𝑸𝟐 𝑻𝟐
𝝆=𝟏+ =𝟏−
𝑸𝟏 𝑻𝟏
Le rendement d’un moteur thermique ne dépend que des températures, il ne dépend pas de la
nature du fluide.
I.16.3.Coefficient d’efficacité frigorifique
𝑾 > 0 → 𝑸𝟏 < 0 → 𝑸𝟐 > 0
𝑸𝑭 𝑸𝟐
Le coefficient d’efficacité frigorifiqueest défini par 𝜼 = 𝑾
= 𝑾

,
D’après le premier principe

61
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

∆𝑼 = 𝑾 + 𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 = 𝟎
𝑾 = −(𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 )
𝑸𝑭 𝑸𝑭
𝜼= =
𝑾 −(𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 )
𝑸𝑭
𝑸𝑭
𝜼=− 𝟏
(𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 )
𝑸𝑭

𝟏
𝜼 = − 𝑸𝑺𝑪 𝑸
𝑸𝑭
+ 𝑸𝑭
𝑭

𝟏
𝜼 = − 𝑸𝑺𝑪
𝑸
+𝟏
𝑭

𝟏
𝜼=− 𝑸𝑺𝑪
𝟏+
𝑸𝑭

𝟏
𝜼=− 𝑸
𝟏 + 𝑸𝟏
𝟐

𝑸𝟏 𝑸𝟐
+ =𝟎
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝑸𝟏 𝑻𝟏
=−
𝑸𝟐 𝑻𝟐
𝑸𝟏 𝑻𝟏 𝑻𝟐 − 𝑻𝟏
𝟏+ =𝟏− =
𝑸𝟐 𝑻𝟐 𝑻𝟐
𝟏
𝜼 = − 𝑻𝟐 −𝑻𝟏
𝑻𝟐

𝑻𝟐
𝜼=−
𝑻𝟐 − 𝑻𝟏
𝑻𝟐
𝜼=
𝑻𝟏 − 𝑻𝟐
Le coefficient d’efficacité frigorifique ne dépend que des températures, il ne dépend pas de la
nature du fluide. Il peut être inférieur ou supérieur à 1.

I.16.4.Coefficient de performance des pompes à chaleur


62
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

|𝑸𝑺𝑪 | 𝑸𝟏
Le coefficient d’efficacité frigorifique est défini par 𝐂𝐩𝐞𝐫 = =
𝑾 𝑾

D’après le premier principe


∆𝑼 = 𝑾 + 𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 = 𝟎
𝑾 = −(𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 )
𝑸𝑺𝑪 𝑸𝑺𝑪
𝐂𝐩𝐞𝐫 = | |=
𝑾 (𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 )
𝑸𝑺𝑪
𝑸𝑺𝑪
𝐂𝐩𝐞𝐫 = 𝟏
(𝑸𝑺𝑪 + 𝑸𝑭 ) 𝑸
𝑺𝑪

𝟏
𝐂𝐩𝐞𝐫 = 𝑸𝑺𝑪 𝑸
𝑸𝑺𝑪
+ 𝑸𝑭
𝑺𝑪

𝟏
𝐂𝐩𝐞𝐫 = 𝑸
𝟏 + 𝑸𝑭
𝑺𝑪

𝟏
𝐂𝐩𝐞𝐫 = 𝑸
𝟏 + 𝑸𝟐
𝟏

𝑸𝟏 𝑸𝟐
+ =𝟎
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝑸𝟐 𝑻𝟐
=−
𝑸𝟏 𝑻𝟏
𝑸𝟐 𝑻𝟐 𝑻𝟏 − 𝑻𝟐
𝟏+ =𝟏− =
𝑸𝟏 𝑻𝟏 𝑻𝟏
𝟏
𝐂𝐩𝐞𝐫 = 𝑻𝟏 −𝑻𝟐
𝑻𝟏

𝑻𝟏
𝐂𝐩𝐞𝐫 =
𝑻𝟏 − 𝑻𝟐

I.16.5.Inégalité de Clausius

63
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑸𝟐 𝑻𝟐
𝝆=𝟏+ =𝟏−
𝑸𝟏 𝑻𝟏
𝑻𝟐
𝝆𝒓é = 𝟏 −
𝑻𝟏
𝝆𝒊𝒓𝒓é < 𝝆𝒓é
𝑸𝟏 𝑸𝟐
+ <𝟎
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝑸𝟐 𝑻𝟐
<−
𝑸𝟏 𝑻𝟏
𝑸𝟐 𝑻𝟐
𝟏+ < 1−
𝑸𝟏 𝑻𝟏
𝑻𝟐
𝝆< 1−
𝑻𝟏
𝑸𝟏 𝟏 𝜹𝑸𝟏
= ∫ 𝜹𝑸𝟏 = ∫
𝑻𝟏 𝑻𝟏 𝑻𝟏
𝑸𝟐 𝟏 𝜹𝑸𝟐
= ∫ 𝜹𝑸𝟐 = ∫
{ 𝑻𝟐 𝑻𝟐 𝑻𝟐
Pour un cycle ditherme irréversible, l'inégalité de Clausius devient :
𝜹𝑸𝟏 𝜹𝑸𝟐
∫ +∫ <𝟎
𝑻𝟏 𝑻𝟐
Pour un cycle ditherme réversible, l'inégalité de Clausius devient :
𝜹𝑸𝟏 𝜹𝑸𝟐
∫ +∫ =𝟎
𝑻𝟏 𝑻𝟐

I.17.Fonction entropie

64
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Transformation cycle réversible


Transformations réversibles A et B
L’inégalité de Clausius s’écrit :
𝜹𝑸
∮ =𝟎
𝑻
𝟐 𝟏
𝜹𝑸 𝜹𝑸
∫( ) + ∫( ) = 𝟎
𝑻 𝑨 𝑻 𝑩
𝟏 𝟐
𝟐 𝟐
𝜹𝑸 𝜹𝑸
∫( ) − ∫( ) = 𝟎
𝑻 𝑨 𝑻 𝑩
𝟏 𝟏
𝟐 𝟐
𝜹𝑸 𝜹𝑸
∫( ) = ∫( )
𝑻 𝑨 𝑻 𝑩
𝟏 𝟏
𝟐 𝜹𝑸
∫𝟏 𝑻
: Ne dépend pas de chemin suivi, mais dépend de l’état initial et l’état final. Cette

fonction d'état est nommée entropie :


𝟐
𝜹𝑸
∆𝑺 = 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 = ∫ ( )
𝑻 𝒓𝒆𝒗
𝟏

𝑺 : est fonction d’état, 𝒅𝑺 est une différentielle totale exacte.


Transformation cyclique irréversible
𝜹𝑸
∫( ) <𝟎
𝑻 𝒊𝒓𝒓𝒆𝒗
Transformation non cyclique irréversible
Transformations irréversible C et Transformations réversibles B

65
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

L’inégalité de Clausius s’écrit :


𝟐 𝟏
𝜹𝑸 𝜹𝑸
∫( ) + ∫( ) < 𝟎
𝑻 𝑪 𝑻 𝑩

𝟏 ⏟
𝟐
𝒊𝒓𝒓𝒆𝒗 𝒓𝒆𝒗
𝟐
𝜹𝑸
∫ ( ) + 𝑺𝟏 − 𝑺𝟐 < 𝟎
𝑻 𝑪

𝟏
𝒊𝒓𝒓𝒆𝒗
𝟐
𝜹𝑸
∫ ( ) < 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏
𝑻 𝑪

𝟏
𝒊𝒓𝒓𝒆𝒗
𝟐
𝜹𝑸
𝟐 ∫ = ∆𝑺 → 𝑻𝒓𝒂𝒏𝒔𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏𝒓é𝒗𝒆𝒓𝒔𝒊𝒃𝒍𝒆
𝜹𝑸 𝑻
𝟏
∫ ≤ ∆𝑺 → 𝟐
𝑻
𝟏 𝜹𝑸
∫ < ∆𝑺 → 𝑻𝒓𝒂𝒏𝒔𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏𝒊𝒓𝒓é𝒗𝒆𝒓𝒔𝒊𝒃𝒍𝒆
𝑻
{𝟏
I.17.1.Définition
Il existe une fonction d’état (𝑺) appelée entropie, liée au désordre moléculaire, dont la
différentielle est :
𝜹𝑸𝒓é𝒗
𝒅𝑺 = (𝑱. 𝑲−𝟏 )
𝑻
𝒅𝑺 : Entropie de la transformation (Différentielle totale exacte),(𝑱. 𝑲−𝟏 ),
(𝑪𝒂𝒍. 𝑲−𝟏 ),(𝑪𝒍𝒂𝒖𝒔𝒊𝒖𝒔)
𝑻: Température de la source
𝑺 : est une quantité extensive
I.17.2.Propriétés de la fonction entropie
 Pour les transformations adiabatiques réversibles ∆𝑺 = 𝟎 On dit que la
transformation est isentropique.
 L'entropie d'un système mesure l'état de désordre de ce système. Plus l'entropie
augmente, plus le désordre augmente.
 L’entropie augmente avec la température; 𝑺𝒈𝒂𝒛 ≫ 𝑺𝒍𝒊𝒒𝒖𝒊𝒅𝒆 ≫ 𝑺𝒔𝒐𝒍𝒊𝒅𝒆

66
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.17.3.Calcul de la variation d’entropie


𝟐
𝜹𝑸𝒓é𝒗
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 = ∫
𝑻
𝟏

I.17.4.Transformation réversible isotherme


𝟐
𝜹𝑸𝒓é𝒗 𝑸𝒓é𝒗
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 = ∫ =
𝑻 𝑻
𝟏

𝑻: Température de la source
Une transformation isotherme est une transformation à énergie interne constante.
𝑷𝟏 𝑽𝟏 = 𝒏𝑹𝑻 𝑽𝟐 𝑷 𝟏
{ → 𝑷 𝟏 𝑽𝟏 = 𝑷 𝟐 𝑽𝟐 → =
𝑷𝟐 𝑽𝟐 = 𝒏𝑹𝑻 𝑽𝟏 𝑷 𝟐
𝒅𝑼 = 𝛅𝐐 + 𝛅𝐖 = 𝟎
𝑸𝒓é𝒗 = − 𝑾𝒓é𝒗
𝑽𝟐
𝑾𝒓é𝒗 = −𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟏
𝑽𝟐
𝑸𝒓é𝒗 = 𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑽𝟏
𝑷𝟏
𝑸𝒓é𝒗 = 𝒏𝑹𝑻 𝒍𝒏
𝑷𝟐
𝟐
𝜹𝑸𝒓é𝒗 𝑸𝒓é𝒗 𝑽𝟐 𝑷𝟏
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 = ∫ = = 𝒏𝑹 𝒍𝒏 = 𝒏𝑹 𝒍𝒏
𝑻 𝑻 𝑽𝟏 𝑷𝟐
𝟏
𝑽𝟐 𝑷𝟏
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝒏𝑹 𝒍𝒏 = 𝒏𝑹 𝒍𝒏
𝑽𝟏 𝑷𝟐
I.17.5.Transformation réversible isobare
Le système est soumis à une pression extérieure constante (𝑷 = 𝑷𝒆𝒙𝒕 = 𝑪𝒕𝒆 → 𝒅𝑷 = 𝟎)
Le système évolue d’un état initial 1 à un état final 2 conduit à : 𝑷𝟏 = 𝑷𝟐 = 𝑷𝒆𝒙𝒕
𝜹𝑸𝒓é𝒗 = 𝜹𝑸𝑷 = 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻
𝟐 𝟐 𝟐
𝜹𝑸𝒓é𝒗 𝒏 𝒄𝑷 𝒅𝑻 𝒅𝑻 𝑻𝟐
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 = ∫ =∫ = 𝒏 𝒄𝑷 ∫ = 𝒏 𝒄𝑷 𝒍𝒏
𝑻 𝑻 𝑻 𝑻𝟏
𝟏 𝟏 𝟏
𝑻𝟐
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝒏 𝒄𝑷 𝒍𝒏
𝑻𝟏

67
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

I.17.6.Transformation réversible isochore


𝜹𝑸𝒓é𝒗 = 𝜹𝑸𝑽 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝟐 𝟐 𝟐
𝜹𝑸𝒓é𝒗 𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻 𝒅𝑻 𝑻𝟐
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 = ∫ =∫ = 𝒏 𝒄𝑽 ∫ = 𝒏 𝒄𝑽 𝒍𝒏
𝑻 𝑻 𝑻 𝑻𝟏
𝟏 𝟏 𝟏
𝑻𝟐
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒍𝒏
𝑻𝟏
I.17.7.Transformation réversible adiabatique
𝜹𝑸𝒓é𝒗 = 𝟎
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝟎

I.17.8.Variation d’entropie lord d’un changement d’état


La Variation d’entropie lors d’un changement d’état physique de matière est égale au rapport
de la chaleur latente L de changement d’états sur la température de changement d’état.
𝜹𝑸𝒓é𝒗 = ∆𝑯
𝟐 𝟐
𝜹𝑸𝒓é𝒗 𝟏 𝑸𝒓é𝒗 ∆𝑯
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 = ∫ = ∫ 𝜹𝑸𝒓é𝒗 = =
𝑻 𝑻 𝑻 𝑻
𝟏 𝟏
∆𝑯
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 =
𝑻
∆𝑯: Chaleur latente de Vaporisation, fusion ou sublimation
T : température du changement d’état physique de matière.
I.17.9.Transformation irréversible isotherme
𝟐
𝜹𝑸
∫ < 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏
𝑻
𝟏

∆𝑺 : Ne dépend que de l’état initial et de l’état final


𝟐 𝟐
𝜹𝑸𝒊𝒓𝒓 𝜹𝑸𝒓é𝒗
∫ < (𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 )𝒊𝒓𝒓 = ∫ = (𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 )𝒓é𝒗
𝑻 𝑻
𝟏 𝟏
𝟐
𝜹𝑸𝒓é𝒗
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 = ∫
𝑻
𝟏

I.17.10.Variation d’entropie d’un gaz parfait

68
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝒅𝑼 = 𝛅𝐐 + 𝛅𝐖
𝜹𝑸 𝒅𝑼 = 𝑻 𝒅𝑺 − 𝐏 𝐝𝐕
{𝒅𝑺 = → 𝜹𝑸 = 𝑻 𝒅𝑺 → {𝒅𝑼 = 𝒏 𝒄 𝒅𝑻 → (𝐏𝐫𝐞𝐦𝐢è𝐫𝐞 𝐥𝐨𝐢 𝐝𝐞 𝐉𝐨𝐮𝐥𝐞)
𝑻 𝑽
𝛅𝐖 = −𝐏 𝐝𝐕
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝒅(𝑷𝑽) 𝒅𝑯 = 𝑻 𝒅𝑺 − 𝐏 𝐝𝐕 + 𝑽𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽 → 𝒅𝑯 = 𝑻 𝒅𝑺 + 𝑽𝒅𝑷
{ →{
𝒅𝑼 = 𝑻 𝒅𝑺 − 𝐏 𝐝𝐕 𝒅𝑯 = 𝒏𝒄𝑷 𝒅𝑻 → (𝐃𝐞𝐮𝐱𝐢è𝐦𝐞 𝐥𝐨𝐢 𝐝𝐞 𝐉𝐨𝐮𝐥𝐞)
𝒅𝑼 𝝏𝑼
=𝑻 →( ) =𝑻
𝒅𝑺 𝝏𝑺 𝑽
𝒅𝑼 𝝏𝑼
= −𝐏 → ( ) = −𝐏
{ 𝐝𝐕 𝝏𝑽 𝑺
𝒅𝑯 𝝏𝑯
=𝑻 →( ) =𝑻
𝒅𝑺 𝝏𝑺 𝑷
𝒅𝑯 𝝏𝑯
=𝐕→ ( ) =𝐕
{ 𝐝𝐏 𝝏𝑷 𝑺
Variation d’entropie en fonction de T et V
𝒅𝑼 = 𝑻 𝒅𝑺 − 𝐏 𝐝𝐕
𝒅𝑼 𝑻 𝒅𝑺 𝐏 𝐝𝐕
= −
𝑻 𝑻 𝐓
𝒅𝑼 𝐏
𝒅𝑺 = + 𝐝𝐕
𝑻 𝐓
𝐧𝐑𝐓
𝒏 𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝒅𝑺 = + 𝐕 𝐝𝐕
𝑻 𝐓
𝒅𝑻 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = 𝒏 𝒄𝑽 + 𝐧𝐑
𝑻 𝐕
𝑻𝟐 𝑽𝟐
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝒏 𝒄𝑽 𝒍𝒏 + 𝐧𝐑𝒍𝒏
𝑻𝟏 𝑽𝟏
Variation d’entropie en fonction de T et P
𝒅𝑯 = 𝑻 𝒅𝑺 + 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑯 𝑻 𝒅𝑺 𝑽𝒅𝑷
= +
𝑻 𝑻 𝑻
𝒅𝑯 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑺 = −
𝑻 𝑻
𝒏𝑹𝑻
𝒏𝒄𝑷 𝒅𝑻 𝒅𝑷
𝒅𝑺 = − 𝑷
𝑻 𝑻
𝒅𝑻 𝒅𝑷
𝒅𝑺 = 𝒏𝒄𝑷 − 𝒏𝑹
𝑻 𝑷
69
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑻𝟐 𝑷𝟐
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝒏𝒄𝑷 𝒍𝒏 − 𝒏𝑹 𝒍𝒏
𝑻𝟏 𝑷𝟏
Variation d’entropie en fonction de V et P
Pour une mole de gaz parfait
𝒅𝑻 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = 𝒄𝑽 +𝐑
{ 𝑻 𝐕 → 𝒄 𝒅𝑻 + 𝐑 𝐝𝐕 = 𝒄 𝒅𝑻 − 𝑹 𝒅𝑷
𝑽 𝑷
𝒅𝑻 𝒅𝑷 𝑻 𝐕 𝑻 𝑷
𝒅𝑺 = 𝒄𝑷 −𝑹
𝑻 𝑷
𝒅𝑻 𝐝𝐕 𝒅𝑻 𝒅𝑷
𝒄𝑽 +𝐑 = 𝒄𝑷 −𝑹
𝑻 𝐕 𝑻 𝑷
𝐝𝐕 𝒅𝑻 𝒅𝑻 𝒅𝑷
𝐑 = 𝒄𝑷 − 𝒄𝑽 −𝑹
𝐕 𝑻 𝑻 𝑷
𝐝𝐕 𝒅𝑻 𝒅𝑷
𝐑 = (𝒄𝑷 − 𝒄𝑽 ) −𝑹
𝐕 𝑻 𝑷
𝑹 = 𝒄𝑷 − 𝒄𝑽
𝐝𝐕 𝒅𝑻 𝒅𝑷
𝐑 =𝑹 −𝑹
𝐕 𝑻 𝑷
𝐝𝐕 𝒅𝑻 𝒅𝑷
= −
𝐕 𝑻 𝑷
𝒅𝑻 𝐝𝐕 𝒅𝑷
= +
𝑻 𝐕 𝑷
𝒅𝑻 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = 𝒄𝑽 +𝐑
𝑻 𝐕
𝐝𝐕 𝒅𝑷 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = 𝒄𝑽 ( + )+𝐑
𝐕 𝑷 𝐕
𝐝𝐕 𝒅𝑷 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = (𝒄𝑽 + 𝒄𝑽 ) + (𝒄𝑷 − 𝒄𝑽 )
𝐕 𝑷 𝐕
𝐝𝐕 𝒅𝑷 𝐝𝐕 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = (𝒄𝑽 + 𝒄𝑽 ) + (𝒄𝑷 − 𝒄𝑽 )
𝐕 𝑷 𝐕 𝐕
𝒅𝑷 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = 𝒄𝑽 + 𝒄𝑷
𝑷 𝐕
𝒅𝑷 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = 𝒄𝑽 + 𝒄𝑷
𝑷 𝐕
I.17.11.Application (Deux systèmes isolés)

70
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Deux systèmes isolés notés 1 et 2, initialement à température 𝑻𝟏 et𝑻𝟐 , de capacités


calorifiques à pression constante 𝑪𝑷𝟏 et 𝑪𝑷𝟐 sont mis en contact thermique, la pression restant
constante au cours de l’évolution. Au bout d’un temps suffisamment long, il s’établit un état
d’équilibre où les deux systèmes ont même température 𝑻𝒇
1) La transformation est-elle réversible ? Justifier votre réponse.
2) a) Calculer les quantités de chaleur 𝑸𝟏 et 𝑸𝟐 échangées par chacun des systèmes
b) en déduire que la température finale
𝑪𝑷𝟏 𝑻𝟏 + 𝑪𝑷𝟐 𝑻𝟐
𝑻𝒇 =
𝑪 𝑷𝟏 + 𝑪 𝑷𝟐
3) Déterminer les expressions des variations d’entropie ∆𝑺𝟏 et ∆𝑺𝟐 de chacun des deux
systèmes et ∆𝑺 de l’ensemble des deux systèmes.
4) a) On se place dans le cas𝑻𝟏 > 𝑻𝟐 , quels sont les signes de∆𝑺𝟏 et ∆𝑺𝟐 et de∆𝑺?
b) Déterminer l’expression de ∆𝑺 dans le cas 𝑪𝑷𝟏 = 𝑪𝑷𝟐 = 𝑪𝑷 , en fonction de𝑪𝑷 , 𝑻𝟏 et𝑻𝟐 .

Solution
1/ la transformation est irréversible, on ne peut pas retrouver l’état initial spontanément et
suivant le même chemin.
2/un système isolé n’échange ni chaleur ni travail, ni matière avec le milieu extérieur
(∑𝑁
𝑖=1 𝑄𝑖 = 0)

𝑸𝟏 = 𝑪𝑷𝟏 (𝑻𝒇 − 𝑻𝟏 )
𝜹𝑸 = 𝑪𝑷 𝒅𝑻 → { → 𝑸𝟏 = −𝑸𝟐
𝑸𝟐 = 𝑪𝑷𝟐 (𝑻𝒇 − 𝑻𝟐 )
𝑸𝟏 + 𝑸𝟐 = 𝟎 → 𝑪𝑷𝟏 (𝑻𝒇 − 𝑻𝟏 ) + 𝑪𝑷𝟐 (𝑻𝒇 − 𝑻𝟐 ) = 𝟎
(𝑪𝑷𝟏 𝑻𝒇 − 𝑪𝑷𝟏 𝑻𝟏 ) + (𝑪𝑷𝟐 𝑻𝒇 − 𝑪𝑷𝟐 𝑻𝟐 ) = 𝟎
(𝑪𝑷𝟏 + 𝑪𝑷𝟐 )𝑻𝒇 − (𝑪𝑷𝟏 𝑻𝟏 + 𝑪𝑷𝟐 𝑻𝟐 ) = 𝟎
(𝑪𝑷𝟏 + 𝑪𝑷𝟐 )𝑻𝒇 = (𝑪𝑷𝟏 𝑻𝟏 + 𝑪𝑷𝟐 𝑻𝟐 )
𝑪𝑷𝟏 𝑻𝟏 + 𝑪𝑷𝟐 𝑻𝟐
𝑻𝒇 =
𝑪 𝑷𝟏 + 𝑪 𝑷𝟐
3/

71
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020
𝑻𝒇 𝑻𝒇
𝜹𝑸𝟏 𝒅𝑻 𝑻𝒇
∆𝑺𝟏 = ∫ = ∫ 𝑪𝑷 𝟏 = 𝑪𝑷𝟏 𝒍𝒏 [𝑻]𝑻𝟏
𝑻 𝑻
𝜹𝑸 𝑪𝑷 𝒅𝑻 𝑻𝟏 𝑻𝟏
∆𝑺 = ∫ =∫ → 𝑻𝒇 𝑻𝒇
𝑻 𝑻
𝜹𝑸𝟐 𝒅𝑻 𝑻
∆𝑺𝟐 = ∫ = ∫ 𝑪𝑷 𝟐 = 𝑪𝑷𝟐 𝒍𝒏 [𝑻]𝑻𝒇𝟐
𝑻 𝑻
{ 𝑻𝟐 𝑻𝟐

𝑻𝒇
∆𝑺𝟏 = 𝑪𝑷𝟏 𝒍𝒏
𝑻𝟏
𝑻𝒇
∆𝑺𝟐 = 𝑪𝑷𝟐 𝒍𝒏
{ 𝑻𝟐
∆𝑺 = ∆𝑺𝟏 + ∆𝑺𝟐
𝑻𝒇 𝑻𝒇
∆𝑺 = 𝑪𝑷𝟏 𝒍𝒏 + 𝑪𝑷𝟐 𝒍𝒏
𝑻𝟏 𝑻𝟐
4/
a) 𝑻𝟏 > 𝑻𝟐 → 𝑻𝟐 < 𝑻𝒇 < 𝑻𝟏
𝑻𝒇
∆𝑺𝟏 = 𝑪𝑷𝟏 𝒍𝒏 <0
𝑻𝟏
𝑻𝒇
∆𝑺𝟐 = 𝑪𝑷𝟐 𝒍𝒏 >0
{ 𝑻𝟐
Transformation irréversible avec un système isolé∆𝑺 > 0
b)𝑪𝑷𝟏 = 𝑪𝑷𝟐 = 𝑪𝑷
∆𝑺 = ∆𝑺𝟏 + ∆𝑺𝟐
𝑻𝒇 𝑻𝒇
∆𝑺 = 𝑪𝑷 𝒍𝒏 + 𝑪𝑷 𝒍𝒏
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝑻𝒇 𝑻𝒇
∆𝑺 = 𝑪𝑷 (𝒍𝒏 + 𝒍𝒏 )
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝑻𝒇 𝑻𝒇
∆𝑺 = 𝑪𝑷 𝒍𝒏 ( )( )
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝑻𝒇 𝟐
∆𝑺 = 𝑪𝑷 𝒍𝒏 ( )
𝑻𝟏 𝑻𝟐
𝑻𝟏 +𝑻𝟐
𝑻𝒇 =
𝟐

72
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑻𝟏 +𝑻𝟐 𝟐
( 𝟐
)
∆𝑺 = 𝑪𝑷 𝒍𝒏 ( )
𝑻𝟏 𝑻𝟐

(𝑻𝟏 +𝑻𝟐 )𝟐
∆𝑺 = 𝑪𝑷 𝒍𝒏 ( )
𝟒 𝑻𝟏 𝑻𝟐
I.18.Notion d’entropie créée
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∆𝑺𝒆 + ∆𝑺𝒄𝒓éé

∆𝑺𝒔𝒚𝒔 : Variation d’entropie du système

∆𝑺𝒆 : Variation d’entropie du milieu extérieur


∆𝑺𝒄𝒓éé : Entropie crée ou formée (∆𝑺𝒄𝒓éé > 0)
I.18.1.Transformation réversible
Entropie crée ou formée est nulle ∆𝑺𝒄𝒓éé = 𝟎
𝜹𝑸𝒓é𝒗
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∆𝑺𝒆 = ∫
𝑻
𝜹𝑸𝒓é𝒗 : Quantité de chaleur fournie d’une manière réversible
I.18.2.Transformation irréversible
Entropie crée ou formée est positive ∆𝑺𝒄𝒓éé > 0
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∆𝑺𝒆 + ∆𝑺𝒄𝒓éé
𝜹𝑸𝒓é𝒗 𝟏
∫ = ∫ 𝜹𝑸𝒊𝒓𝒓é𝒗 + ∆𝑺𝒄𝒓éé
𝑻 𝑻𝒆𝒙𝒕
𝜹𝑸𝒓é𝒗
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∫ → 𝑻 ∶ 𝒕𝒆𝒎𝒑é𝒓𝒂𝒕𝒖𝒓𝒆 𝒕𝒉𝒆𝒓𝒎𝒐𝒅𝒚𝒏𝒂𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆
𝑻
𝟏
∆𝑺𝒆 = ∫ 𝜹𝑸𝒊𝒓𝒓é𝒗 → 𝑻 ∶ 𝒕𝒆𝒎𝒑é𝒓𝒂𝒕𝒖𝒓𝒆 𝒆𝒙𝒕é𝒓𝒊𝒆𝒖𝒓𝒆 = 𝑪𝒕𝒆
{ 𝑻𝒆𝒙𝒕

Pour un système isole:


 𝒅𝑺 ≥ 𝟎
 pour une transformation réversible𝒅𝑺 = 𝟎
 pour une transformation irréversible 𝒅𝑺 > 0

I.19.Troisième principe de la thermodynamique

73
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑻𝟐
∆𝑺 = 𝒏 𝒄𝑷 𝒍𝒏
𝑻𝟏
𝑻𝟐
∆𝑺 = 𝑺𝟐 − 𝑺𝟏 = 𝒎 𝒄𝑷 𝒍𝒏
𝑻𝟏
Si on veut connaitre l’entropie absolue d’un système à 25°C, on aura :
𝟐𝟗𝟖
𝒅𝑻
𝑺𝟐𝟗𝟖 = 𝑺𝟎 = ∫ 𝒎 𝒄𝑷
𝑻
𝑻𝟎

𝑺𝟎 : L’entropie au zero absolu


Remarque : l’entropie de corps purs cristallisés doit être nulle au zéro Kelvin
(𝑺𝟎 = 𝟎 à 𝑻 = 𝟐𝟗𝟖 𝑲)
I.20.Application
Un métal de masse 𝒎 = 𝟏𝑲𝒈 de chaleur massique à pression constante
𝒄𝒑 = 𝟖𝟖𝟎 𝑱. 𝒌−𝟏 . 𝒌𝒈−𝟏
Et de température 27°C, est mis en contact à pression constante, avec une source de chaleur de
température de 100°C. Au bout d’un certain temps, le métal est en équilibre thermique avec la source
de chaleur.
Déterminer la variation d’entropie du métal et la variation d’entropie crée.
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∆𝑺𝒆 + ∆𝑺𝒄𝒓éé
𝑻𝟏
𝜹𝑸𝒓é𝒗
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∆𝑺𝒎é𝒕𝒂𝒍 = ∫
𝑻
𝑻𝟎
𝑻𝟏
𝒎 𝒄𝑷 𝒅𝑻
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∫
𝑻
𝑻𝟎
𝑻𝟏
𝒅𝑻
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝒎 𝒄𝑷 ∫
𝑻
𝑻𝟎

𝑻𝟏
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = 𝒎 𝒄𝑷 𝒍𝒏
𝑻𝟎
(𝟏𝟎𝟎 + 𝟐𝟕𝟑)
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∆𝑺𝒎é𝒕𝒂𝒍 = 𝟏 . 𝟖𝟖𝟎. 𝒍𝒏 = 𝟏𝟗𝟏, 𝟔𝟔 𝑱. 𝑲−𝟏
(𝟐𝟕 + 𝟐𝟕𝟑)
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∆𝑺𝒎é𝒕𝒂𝒍 = 𝟏𝟗𝟏, 𝟔𝟔 𝑱. 𝑲−𝟏

74
Chapitre I : Rappel des principes de la thermodynamique
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Variation d’entropie du milieu extérieur :∆𝑺𝒆

𝟏
∆𝑺𝒆 = ∫ 𝜹𝑸𝒊𝒓𝒓é𝒗
𝑻𝒆𝒙𝒕
𝑻𝒆𝒙𝒕 = 𝑻𝟏
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝒅(𝑷𝑽) 𝒅𝑯 = 𝑻 𝒅𝑺 − 𝐏 𝐝𝐕 + 𝑽𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽 → 𝒅𝑯 = 𝑻 𝒅𝑺 + 𝑽𝒅𝑷
{ →{
𝒅𝑼 = 𝑻 𝒅𝑺 − 𝐏 𝐝𝐕 𝒅𝑯 = 𝒏𝒄𝑷 𝒅𝑻 → (𝐃𝐞𝐮𝐱𝐢è𝐦𝐞 𝐥𝐨𝐢 𝐝𝐞 𝐉𝐨𝐮𝐥𝐞)
𝑻𝟏
𝟏
∆𝑺𝒆 = ∫ 𝒎𝒄𝑷 𝒅𝑻
𝑻𝟏
𝑻𝟎

𝟏
∆𝑺𝒆 = 𝒎𝒄𝑷 (𝑻𝟏 − 𝑻𝟎 )
𝑻𝟏
𝟏
∆𝑺𝒆 = . 𝟏. 𝟖𝟖𝟎. (𝟑𝟕𝟑 − 𝟑𝟎𝟎) = 𝟏𝟕𝟐, 𝟐𝟑 𝑱. 𝑲−𝟏
𝟑𝟕𝟑
∆𝑺𝒆 = 𝟏𝟕𝟐, 𝟐𝟑 𝑱. 𝑲−𝟏
Entropie crée ou formée : ∆𝑺𝒄𝒓éé
∆𝑺𝒔𝒚𝒔 = ∆𝑺𝒆 + ∆𝑺𝒄𝒓éé
∆𝑺𝒄𝒓éé = ∆𝑺𝒔𝒚𝒔 − ∆𝑺𝒆
∆𝑺𝒄𝒓éé = 𝟏𝟗𝟏, 𝟔𝟔 − 𝟏𝟕𝟐, 𝟐𝟑 = 𝟏𝟗, 𝟒𝟑𝑱. 𝑲−𝟏
∆𝑺𝒄𝒓éé = 𝟏𝟗, 𝟒𝟑𝑱. 𝑲−𝟏
∆𝑺𝒄𝒓éé > 𝟎 → 𝑻𝒓𝒂𝒏𝒔𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒊𝒓𝒓é𝒗𝒆𝒓𝒔𝒊𝒃𝒍𝒆

75
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

‫ وزدني علما‬،‫ واحفظ علي ماعلمت‬،‫اللهم ذكرني ما نسيت‬


II.1.Coefficients calorimétriques d’un fluide
Pour une transformation infinitésimale réversible quasi-statique :
 Le système passe d’un état (𝑷, 𝑽, 𝑻) à un état (𝑷 + 𝒅𝑷, 𝑽 + 𝒅𝑽, 𝑻 + 𝒅𝑻)
 𝜹𝑸 dépend des variables d’état P, V, T et de leur variation
 Seulement deux variables d’état indépendantes,(𝑽, 𝑻), (𝑷, 𝑻) et(𝑷, 𝑽), donc 3
expression possible pour𝜹𝑸.
𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + 𝒍. 𝒅𝑽
{𝜹𝑸 = 𝑪𝑷 . 𝒅𝑻 + 𝒉. 𝒅𝑷
𝜹𝑸 = 𝝁 . 𝒅𝑷 + 𝝀. 𝒅𝑽
𝒍 : Chaleur latente de dilatation à 𝑻 = 𝒄𝒕𝒆
𝒉 : Chaleur latente de compression à 𝑻 = 𝒄𝒕𝒆
𝑪𝑽 Capacité calorique à volume constant
𝑪𝑷 Capacité calorique à pression constante
𝝏𝑸
𝝏𝑸 𝝏𝑸 𝑪𝑽 = ( )
𝜹𝑸 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑽 𝝏𝑻 𝑽
𝑷 = 𝑪𝒕𝒆 → { 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 →
𝝏𝑸
𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + 𝒍. 𝒅𝑽 𝒍=( )
{ 𝝏𝑽 𝑻
𝝏𝑸
𝝏𝑸 𝝏𝑸 𝑪𝑷 = ( )
𝜹𝑸 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑷 𝝏𝑻 𝑷
𝑽 = 𝑪𝒕𝒆 → { 𝝏𝑻 𝑷 𝝏𝑷 𝑻 →
𝝏𝑸
𝜹𝑸 = 𝑪𝑷 . 𝒅𝑻 + 𝒉. 𝒅𝑷 𝒉 =( )
{ 𝝏𝑷 𝑻
𝝏𝑸
𝝏𝑸 𝝏𝑸 𝝁=( )
𝜹𝑸 = ( ) 𝒅𝑷 + ( ) 𝒅𝑽 𝝏𝑷 𝑽
𝑻 = 𝑪𝒕𝒆 → { 𝝏𝑷 𝑽 𝝏𝑽 𝑷 →
𝝏𝑸
𝜹𝑸 = 𝝁 . 𝒅𝑷 + 𝝀. 𝒅𝑽 𝝀 =( )
{ 𝝏𝑽 𝑷
II.1.1. Variables T et V
Energie interne 𝑼 est une fonction d’état :
𝑼 = 𝑼(𝑻, 𝑽)
𝝏𝑼 𝝏𝑼
𝒅𝑼 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑽
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻

76
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Pour une transformation infinitésimale réversible quasi-statique :


𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + 𝒍. 𝒅𝑽
𝒅𝑼 = 𝜹𝑾 + 𝜹𝑸 → 𝜹𝑸 = 𝒅𝑼 − 𝜹𝑾 → 𝜹𝑸 = 𝒅𝑼 + 𝑷𝒅𝑽
𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + 𝒍. 𝒅𝑽
𝝏𝑼 𝝏𝑼
𝒅𝑼 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑽
{ 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻
𝝏𝑼 𝝏𝑼
𝜹𝑸 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑽 + 𝑷𝒅𝑽
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻
𝝏𝑼
𝝏𝑼 𝝏𝑼 𝑪𝑽 = ( )
𝜹𝑸 = ( ) 𝒅𝑻 + (( ) + 𝑷) 𝒅𝑽 𝝏𝑻 𝑽
{ 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 →
𝝏𝑼
𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + 𝒍. 𝒅𝑽 𝒍=( ) +𝑷
{ 𝝏𝑽 𝑻
𝝏𝑸
𝝏𝑸 𝝏𝑸 𝑪𝑽 = ( )
𝜹𝑸 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑽 𝝏𝑻 𝑽
𝑷 = 𝑪𝒕𝒆 → { 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 →
𝝏𝑸
𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + 𝒍. 𝒅𝑽 𝒍=( )
{ 𝝏𝑽 𝑻
𝝏𝑼 𝜹𝑸
𝑪𝑽 = (
) =( )
𝝏𝑻 𝑽 𝒅𝑻 𝑽
𝝏𝑼 𝜹𝑸
𝒍=( ) +𝑷=( )
{ 𝝏𝑽 𝑻 𝒅𝑽 𝑻
𝒍 : Chaleur latente de dilatation, s’exprime en unité de pression.
II.1.2.Variables T et P
Enthalpie 𝑯 est une fonction d’état :
𝑯 = 𝑯(𝑻, 𝑽)
𝝏𝑯 𝝏𝑯
𝒅𝑯 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑷
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑷 𝑻
𝑯 = 𝑼 + 𝑷𝑽 → 𝒅𝑯 = 𝒅(𝑼 + 𝑷𝑽) → 𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝑷𝒅𝑽 + 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝑷𝒅𝑽 + 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑯 = 𝜹𝑾 + 𝜹𝑸 + 𝑷𝒅𝑽 + 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑯 = −𝑷𝒅𝑽 + 𝜹𝑸 + 𝑷𝒅𝑽 + 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑯 = 𝜹𝑸 + 𝑽𝒅𝑷
𝜹𝑸 = 𝒅𝑯 − 𝑽𝒅𝑷

77
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝑯 𝝏𝑯
𝜹𝑸 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑷 − 𝑽𝒅𝑷
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑷 𝑻
𝝏𝑯
𝝏𝑯 𝝏𝑯 𝑪𝑷 = ( )
𝜹𝑸 = ( ) 𝒅𝑻 + [( ) − 𝑽] 𝒅𝑷 𝝏𝑻 𝑽
{ 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑷 𝑻 →
𝝏𝑯
𝜹𝑸 = 𝑪𝑷 . 𝒅𝑻 + 𝒉. 𝒅𝑷 𝒉 = [( ) − 𝑽]
{ 𝝏𝑷 𝑻
𝝏𝑸
𝝏𝑸 𝝏𝑸 𝑪𝑷 = ( )
𝜹𝑸 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑷 𝝏𝑻 𝑷
𝑽 = 𝑪𝒕𝒆 → { 𝝏𝑻 𝑷 𝝏𝑷 𝑻 →
𝝏𝑸
𝜹𝑸 = 𝑪𝑷 . 𝒅𝑻 + 𝒉. 𝒅𝑷 𝒉 =( )
{ 𝝏𝑷 𝑻
𝝏𝑯 𝝏𝑸
𝑪𝑷 = ( ) = ( )
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑷
𝝏𝑯 𝝏𝑸
𝒉 = [( ) − 𝑽] = ( )
{ 𝝏𝑷 𝑻 𝝏𝑷 𝑻
𝒉 : Chaleur latente de compression
II.1.3.Variables P et V
𝝏𝑼 𝝏𝑼
𝒅𝑼 = ( ) 𝒅𝑷 + ( ) 𝒅𝑽 = −𝑷𝒅𝑽 + 𝜹𝑸 𝝏𝑼 𝝏𝑯
𝝏𝑷 𝑽 𝝏𝑽 𝑷 𝝁=( ) =( ) −𝑽
𝝏𝑷 𝑽 𝝏𝑷 𝑽
𝝏𝑯 𝝏𝑯 →
𝒅𝑯 = ( ) 𝒅𝑷 + ( ) 𝒅𝑽 = 𝜹𝑸 + 𝑽𝒅𝑷 𝝏𝑼 𝝏𝑯
𝝏𝑷 𝑽 𝝏𝑽 𝑷 𝝀=( ) +𝑷=( )
{ 𝝏𝑽 𝑷 𝝏𝑽 𝑷
{ 𝜹𝑸 = 𝝁 . 𝒅𝑷 + 𝝀. 𝒅𝑽
II.1.4.Coefficients thermo-élastiques
𝟏 𝝏𝑽
 Coefficient de dilatation isobare : 𝜶 = 𝑽 (𝝏𝑻)
𝑷
𝟏 𝝏𝑽
 Coefficient de compressibilité isotherme : 𝝌 = − 𝑽 (𝝏𝑷)
𝑻
𝟏 𝝏𝑷
 Coefficient d’accroissement (augmentation) de pression isochore :𝜷 = 𝑷 (𝝏𝑻)
𝑽

II.5.Application
Application 1:thermo-élastiques
Une mole d’un gaz réel obéit à l’équation
𝑷
𝑷(𝑽 − 𝒃) = 𝑹𝑻 − 𝒂
𝑻
Avec 𝒂 et 𝒃 sont des constantes positives
1/ Ecrire la différentielle de cette équation

78
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

2/ déterminer le coefficient de dilatation isobare 𝛼 , compressibilité isotherme 𝜒

Solution
1/
𝒂𝑷
𝑷(𝑽 − 𝒃) = 𝑹𝑻 −
𝑻
𝒂𝑷 𝑷
𝝏 (𝑹𝑻 − ) 𝝏 (𝑹𝑻 − 𝒂 )
𝑻 𝑻
𝒅(𝑷(𝑽 − 𝒃)) = 𝒅𝑻 +
𝒅𝑷
𝝏𝑻 𝝏𝑷
𝒂𝑷 𝟏
𝒅(𝑷(𝑽 − 𝒃)) = (𝑹 + 𝟐 ) 𝒅𝑻 − 𝒂 𝒅𝑷
𝑻 𝑻
𝒂𝑷 𝒂
𝒅(𝑷(𝑽 − 𝒃)) = 𝑹𝒅𝑻 + 𝟐 𝒅𝑻 − 𝒅𝑷
𝑻 𝑻
𝒂𝑷 𝒂
(𝑽 − 𝒃)𝒅𝑷 + 𝑷𝒅(𝑽 − 𝒃) = 𝑹𝒅𝑻 + 𝟐 𝒅𝑻 − 𝒅𝑷
𝑻 𝑻
𝒂 𝒂𝑷
(𝑽 − 𝒃)𝒅𝑷 + 𝒅𝑷 + 𝑷𝒅(𝑽 − 𝒃) = 𝑹𝒅𝑻 + 𝟐 𝒅𝑻
𝑻 𝑻
𝒂 𝒂𝑷
((𝑽 − 𝒃) + ) 𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽 = (𝑹 + 𝟐 ) 𝒅𝑻
𝑻 𝑻
𝒂 𝒂𝑷
((𝑽 − 𝒃) + ) 𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽 = (𝑹 + 𝟐 ) 𝒅𝑻
𝑻 𝑻
2/
𝟏 𝝏𝑽
Coefficient de dilatation isobare𝜶 = 𝑽 (𝝏𝑻) , 𝒅𝑷 = 𝟎
𝑷

𝒂 𝒂𝑷
((𝑽 − 𝒃) + ) 𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽 = (𝑹 + 𝟐 ) 𝒅𝑻
𝑻 𝑻
𝒂𝑷
𝑷𝒅𝑽 = (𝑹 + ) 𝒅𝑻
𝑻𝟐
𝒅𝑽 𝒂𝑷
𝑷 = (𝑹 + 𝟐 )
𝒅𝑻 𝑻
𝒅𝑽 𝟏 𝒂𝑷
= (𝑹 + 𝟐 )
𝒅𝑻 𝑷 𝑻
𝟏 𝒅𝑽 𝟏 𝟏 𝒂𝑷
= (𝑹 + 𝟐 )
𝑽 𝒅𝑻 𝑽 𝑷 𝑻

79
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝟏 𝒅𝑽 𝟏 𝒂𝑷
= (𝑹 + 𝟐 ) = 𝜶
𝑽 𝒅𝑻 𝑷𝑽 𝑻
𝒂𝑷
𝑷(𝑽 − 𝒃) = 𝑹𝑻 −
𝑻
𝒂
𝑷 ((𝑽 − 𝒃) + ) = 𝑹𝑻
𝑻
𝑹𝑻
𝑷=
𝒂
((𝑽 − 𝒃) + )
𝑻

𝟏 𝑷 𝟏 𝟏 𝒂 𝑹𝑻
𝜶= (𝑹 + 𝒂 𝟐 ) → 𝜶 = 𝑹𝑻 𝑹+ 𝟐( )
𝑷𝑽 𝑻 𝑽 𝑻 ((𝑽 − 𝒃) + 𝒂)
𝒂
( ((𝑽− 𝒃)+ ) )
𝑻
𝑻
( )

𝒂
((𝑽 − 𝒃) + 𝑻) 𝒂 𝑹𝑻
𝜶= 𝑹+ 𝟐
( )
𝑹𝑻𝑽 𝑻 ((𝑽 − 𝒃) + 𝒂)
𝑻
( )

𝒂
((𝑽 − 𝒃) + 𝑻) 𝒂 𝑻
𝜶= 𝟏+ 𝟐
( )
𝑻𝑽 𝑻 ((𝑽 − 𝒃) + 𝒂)
𝑻
( )

𝒂
𝟏 𝒂 𝒂 ((𝑽 − 𝒃) + 𝑻) 𝑻
𝜶= ((𝑽 − 𝒃) + ) + 𝟐
( )
𝑻𝑽 𝑻 𝑻 𝒂
((𝑽 − 𝒃) + )
𝑻
( )
𝟏 𝒂 𝒂
𝜶= (((𝑽 − 𝒃) + ) + 𝟐 (𝑻))
𝑻𝑽 𝑻 𝑻
𝒂
((𝑽 − 𝒃) + 𝑻) 𝒂
𝜶= +
𝑻𝑽 𝑽𝑻𝟐
𝑻(𝑽 − 𝒃) + 𝒂 + 𝒂
𝜶=
𝑽𝑻𝟐
𝑻(𝑽 − 𝒃) + 𝟐𝒂
𝜶=
𝑽𝑻𝟐

80
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝟏 𝝏𝑽
Coefficient de compressibilité isotherme 𝝌 = − ( ) , 𝒅𝑻 = 𝟎
𝑽 𝝏𝑷 𝑻

𝒂 𝒂𝑷
((𝑽 − 𝒃) + ) 𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽 = (𝑹 + 𝟐 ) 𝒅𝑻
𝑻 𝑻
𝒂
((𝑽 − 𝒃) + ) 𝒅𝑷 + 𝑷𝒅𝑽 = 𝟎
𝑻
𝒂 𝒅𝑽
((𝑽 − 𝒃) + ) + 𝑷 =𝟎
𝑻 𝒅𝑷
𝒂 𝒅𝑽
((𝑽 − 𝒃) + ) = −𝑷
𝑻 𝒅𝑷
𝟏 𝒂 𝒅𝑽
((𝑽 − 𝒃) + ) = −
𝑷 𝑻 𝒅𝑷
𝟏 𝒂 𝟏 𝒅𝑽
((𝑽 − 𝒃) + ) = − =𝝌
𝑽𝑷 𝑻 𝑽 𝒅𝑷
𝟏 𝒂
𝝌= ((𝑽 − 𝒃) + )
𝑽𝑷 𝑻
𝟏 𝟏 𝒂
𝝌= 𝑹𝑻 ((𝑽 − 𝒃) + )
𝑽 𝑻
𝒂
((𝑽− 𝒃)+ )
𝑻

𝒂
𝟏 ((𝑽 − 𝒃) + 𝑻) 𝒂
𝝌= ((𝑽 − 𝒃) + )
𝑽 𝑹𝑻 𝑻
𝟐
𝒂
((𝑽 − 𝒃) + 𝑻)
𝝌=
𝑽𝑹𝑻
Application2 : Coefficients calorimétriques
Lors d’une transformation réversible infinitésimale d’un système thermodynamique,
l’échange de chaleur 𝜹𝑸 avec l’extérieur prend les formes équivalentes (pour une mole) :
𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 𝒅𝑻 + 𝒍𝒅𝑽
{
𝜹𝑸 = 𝑪𝑷 𝒅𝑻 + 𝒉𝒅𝑷
𝝏𝑽
1/ Différentier 𝒅𝑽 et démontrer la relation : 𝑪𝑷 − 𝑪𝑽 = 𝒍 (𝝏𝑻)
𝑷

2/ Calculer les différentielles 𝒅𝑼 et 𝒅𝑺 en fonction des variables indépendantes 𝑻 et𝑽. En


utilisant le fait que et sont des différentielles totales exactes, montrer que :
81
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝑷 𝝏𝑪𝑽 𝝏𝟐 𝑷
𝒍 = 𝑻 ( ) et( ) = 𝑻( )
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻𝟐 𝑽

3/ Que deviennent les deux relations précédentes dans le cas d’un gaz parfait ?

Solution
1/
𝑽 = (𝑻, 𝑷)
𝝏𝑽 𝝏𝑽
𝒅𝑽 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑷
𝝏𝑻 𝑷 𝝏𝑷 𝑻
𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 𝒅𝑻 + 𝒍𝒅𝑽 = 𝑪𝑷 𝒅𝑻 + 𝒉𝒅𝑷
𝝏𝑽 𝝏𝑽
𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + 𝒍. [( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑷]
{ 𝝏𝑻 𝑷 𝝏𝑷 𝑻
𝜹𝑸 = 𝑪𝑷 . 𝒅𝑻 + 𝒉. 𝒅𝑷
𝝏𝑽 𝝏𝑽
𝜹𝑸 = [𝑪𝑽 + 𝒍 ( ) ] 𝒅𝑻 + 𝒍 ( ) 𝒅𝑷
{ 𝝏𝑻 𝑷 𝝏𝑷 𝑻
𝜹𝑸 = 𝑪𝑷 . 𝒅𝑻 + 𝒉. 𝒅𝑷
𝝏𝑽
𝑪𝑽 + 𝒍 ( ) = 𝑪𝑷
𝝏𝑻 𝑷
𝝏𝑽
𝒍( ) = 𝑪𝑷 − 𝑪𝑽
𝝏𝑻 𝑷
2/
D’après le premier principe :
𝒅𝑼 = 𝜹𝑾 + 𝜹𝑸 → 𝒅𝑼 = −𝑷𝒅𝑽 + (𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + 𝒍. 𝒅𝑽) →
{ 𝜹𝑸 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + 𝒍. 𝒅𝑽 𝒅𝑼 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + (𝒍 − 𝑷)𝒅𝑽
𝜹𝑾 = −𝑷𝒅𝑽
𝝏𝑼 𝝏𝑪𝑽 𝝏 𝝏𝑼
𝝏𝑼 𝝏𝑼 𝑪𝑽 = ( ) ( ) =( ( ) )
𝒅𝑼 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑽 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑽 𝝏𝑻 𝑽 𝑻
{ 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 → →
𝝏𝑼 𝝏(𝒍 − 𝑷) 𝝏 𝝏𝑼
𝒅𝑼 = 𝑪𝑽 . 𝒅𝑻 + (𝒍 − 𝑷)𝒅𝑽 (𝒍 − 𝑷) = ( ) ( ) =( ( ) )
{ 𝝏𝑽 𝑻 { 𝝏𝑻 𝑽
𝝏𝑻 𝝏𝑽 𝑻 𝑽

𝝏 𝝏𝑼 𝝏 𝝏𝑼 𝝏𝑪𝑽 𝝏(𝒍 − 𝑷)
( ( ) ) =( ( ) ) →( ) =( )
𝝏𝑽 𝝏𝑻 𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝝏𝑽 𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽

𝝏𝑪𝑽 𝝏(𝒍 − 𝑷) 𝝏𝒍 𝝏𝑷
( ) =( ) =( ) −( )
𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑽

82
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Le second principe permet d’écrire :


𝜹𝑸 𝑪𝑽 𝒍
𝒅𝑺 = → 𝒅𝑺 = . 𝒅𝑻 + . 𝒅𝑽
𝑻 𝑻 𝑻
Puisque est une différentielle totale exacte on obtient :

𝑪𝑽 𝝏𝑺 𝝏 𝑪𝑽 𝝏 𝝏𝑺
=( ) ( ( )) = ( ( ) )
𝝏𝑺 𝝏𝑺 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑽 𝝏𝑻 𝑽 𝑻
𝑻
𝒅𝑺 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑽 → →
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 𝒍 𝝏𝑺 𝝏 𝒍 𝝏 𝝏𝑺
=( ) ( ( )) = ( ( ) )
{𝑻 𝝏𝑽 𝑻
{ 𝝏𝑻 𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝝏𝑽 𝑻 𝑽

𝝏 𝝏𝑺 𝝏 𝝏𝑺 𝝏 𝑪𝑽 𝝏 𝒍
( ( ) ) = ( ( ) ) → ( ( )) = ( ( ))
𝝏𝑽 𝝏𝑻 𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝝏𝑽 𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑻
𝑻 𝑽

𝝏 𝑪𝑽 𝝏 𝒍
( ( )) = ( ( ))
𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑻
𝑻 𝑽

𝝏 𝑪𝑽 𝟏 𝝏𝒍 𝝏 𝟏
( ( )) = ( ) + 𝒍 ( ( ))
𝝏𝑽 𝑻 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑻
𝑻 𝑽

𝟏 𝝏𝑪𝑽 𝟏 𝝏𝒍 𝝏 𝟏
( ) = ( ) + 𝒍 ( ( ))
𝑻 𝝏𝑽 𝑻 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑻
𝑽

𝟏 𝝏𝑪𝑽 𝟏 𝝏𝒍 𝒍
( ) = ( ) − 𝟐
𝑻 𝝏𝑽 𝑻 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝑻
𝝏𝑪𝑽 𝟏 𝝏𝒍 𝒍
( ) = 𝑻 [ ( ) − 𝟐]
𝝏𝑽 𝑻 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝑻
𝝏𝑪𝑽 𝝏𝒍 𝒍
( ) =( ) −
𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝑻
𝝏𝑪𝑽 𝝏𝒍 𝒍
( ) =( ) −
𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝑻 𝝏𝒍 𝒍 𝝏𝒍 𝝏𝑷 𝒍 𝝏𝑷
→ ( ) − = ( ) − ( ) → − = −( )
𝝏𝑪𝑽 𝝏𝒍 𝝏𝑷 𝝏𝑻 𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽
( ) =( ) −( )
{ 𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑽
𝒍 𝝏𝑷
− = −( )
𝑻 𝝏𝑻 𝑽
𝝏𝑷
𝒍 = 𝑻( )
𝝏𝑻 𝑽

83
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝑪𝑽 𝝏𝒍 𝒍
( ) =( ) −
𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝑻
𝝏𝑷
𝝏𝑪𝑽 𝝏 (𝑻 (𝝏𝑻) ) 𝝏𝑷
𝑽
( ) =( ) −( )
𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝝏𝑻 𝑽
𝑽
𝝏𝑷
𝝏𝑪𝑽 𝝏𝑷 𝝏(𝑻) 𝝏 (𝝏𝑻) 𝝏𝑷
𝑽
( ) =( ) ( ) + 𝑻( ) −( )
𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝝏𝑻 𝑽
𝑽
𝟐
𝝏𝑪𝑽 𝝏𝑷 𝝏 𝑷 𝝏𝑷
( ) = ( ) + 𝑻 ( 𝟐) − ( )
𝒅𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑽

𝝏𝑪𝑽 𝝏𝟐 𝑷
( ) = 𝑻 ( 𝟐)
𝒅𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽
𝒏𝑹𝑻
3/ 𝑷𝑽 = 𝒏𝑹𝑻 → 𝑷 = 𝑽
𝒏𝑹𝑻
𝝏𝑷 𝝏( 𝑽 ) 𝒏𝑹𝑻
𝒍 = 𝑻( ) = 𝑻( ) = =𝑷
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑽
𝑽
𝝏𝑪𝑽 𝝏 𝝏𝑷 𝝏 𝒏𝑹
( ) = 𝑻 ( ( )) = 𝑻 ( ( )) = 𝟎
{ 𝒅𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝝏𝑻 𝝏𝑻 𝑽
𝑽 𝑽

II. Fonctions thermodynamiques


II.1.Energie interne U
On appelle fonctions thermodynamiques les fonctions énergétiques associées à des
ensembles déterminés de variables. La plus simple d'entre elles est l'énergie interne 𝑼 =
(𝑽, 𝑺), fonction des deux variables extensives𝑉 et 𝑆 . Sa différentielle est donnée par :
𝒅𝑼 = 𝛅𝐖 + 𝛅𝐐
𝜹𝑸 𝒅𝑼 = −𝐏 𝐝𝐕 + 𝑻 𝒅𝑺
{𝒅𝑺 = → 𝜹𝑸 = 𝑻 𝒅𝑺 → {𝒅𝑼 = 𝒏 𝒄 𝒅𝑻 → (𝐏𝐫𝐞𝐦𝐢è𝐫𝐞 𝐥𝐨𝐢 𝐝𝐞 𝐉𝐨𝐮𝐥𝐞)
𝑻 𝑽
𝛅𝐖 = −𝐏 𝐝𝐕
𝝏𝑼 𝝏𝑼
𝒅𝑼 = ( ) 𝒅𝑽 + ( ) 𝒅𝑺
𝝏𝑽 𝑺 𝝏𝑺 𝑽
On en déduit alors les relations

84
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝑼
𝑷 = −( )
𝝏𝑽 𝑺 𝝏𝑻 𝝏𝑷
→( ) =− ( )
𝝏𝑼 𝝏𝑽 𝑺 𝝏𝑺 𝑽
𝑻=( )
{ 𝝏𝑺 𝑽
II.2.Enthalpie H
La fonction enthalpie est définie par 𝑯 = 𝑼 + 𝑷𝑽 .
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝒅(𝑷𝑽)
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝑷𝒅𝑽 + 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑯 = 𝒅𝑼 + 𝑷𝒅𝑽 + 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑼 = 𝛅𝐖 + 𝛅𝐐
𝜹𝑸 → 𝒅𝑯 = −𝐏 𝐝𝐕 + 𝑻 𝒅𝑺 + 𝑷𝒅𝑽 + 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑺 = → 𝜹𝑸 = 𝑻 𝒅𝑺
𝑻
{ 𝛅𝐖 = −𝐏 𝐝𝐕
𝒅𝑯 = 𝑻 𝒅𝑺 + 𝑽𝒅𝑷
𝝏𝑯 𝝏𝑯
𝒅𝑯 = ( ) 𝒅𝑺 + ( ) 𝒅𝑷
𝝏𝑺 𝑷 𝝏𝑷 𝑺
𝝏𝑯
𝑻=( )
𝝏𝑺 𝑷 𝝏𝑻 𝝏𝑽
→( ) = ( )
𝝏𝑯 𝝏𝑷 𝑺 𝝏𝑺 𝑷
𝑽=( )
{ 𝝏𝑷 𝑺
II.3.Energie libre F
La fonction énergie libre, ou fonction de Helmholtz, est définie par 𝑭 = 𝑼 − 𝑻 𝑺 .
𝒅𝑭 = 𝒅𝑼 − 𝒅(𝑻 𝑺)
𝒅𝑭 = 𝒅𝑼 − 𝑻𝒅𝑺 − 𝑺𝒅𝑻
𝒅𝑭 = 𝒅𝑼 − 𝑻𝒅𝑺 − 𝑺𝒅𝑻
𝒅𝑼 = 𝛅𝐖 + 𝛅𝐐
𝜹𝑸 → 𝒅𝑭 = −𝐏 𝐝𝐕 + 𝑻 𝒅𝑺 − 𝑻𝒅𝑺 − 𝑺𝒅𝑻
𝒅𝑺 = → 𝜹𝑸 = 𝑻 𝒅𝑺
𝑻
{ 𝛅𝐖 = −𝐏 𝐝𝐕
𝒅𝑭 = −𝐏 𝐝𝐕 − 𝑺𝒅𝑻
𝝏𝑭 𝝏𝑭
𝒅𝑭 = ( ) 𝒅𝑽 + ( ) 𝒅𝑻
𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑻 𝑽

85
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝑭
𝑷 = −( )
𝝏𝑽 𝑻 𝝏𝑷 𝝏𝑺
→( ) = ( )
𝝏𝑭 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻
𝑺 = −( )
{ 𝝏𝑻 𝑽
II.4.Enthalpie libre G
La fonction enthalpie libre a été introduite par Gibbs. Elle est définie par 𝑮 = 𝑯 − 𝑻 𝑺 .
𝒅𝑯 = 𝑻 𝒅𝑺 + 𝑽𝒅𝑷
𝒅𝑮 = 𝒅𝑯 − 𝒅(𝑻 𝑺)
𝒅𝑮 = 𝒅𝑯 − 𝑻𝒅𝑺 − 𝑺𝒅𝑻
𝒅𝑮 = 𝑻 𝒅𝑺 + 𝑽𝒅𝑷 − 𝑻𝒅𝑺 − 𝑺𝒅𝑻
𝒅𝑮 = 𝑽𝒅𝑷 − 𝑺𝒅𝑻
𝝏𝑮 𝝏𝑮
𝒅𝑮 = ( ) 𝒅𝑷 + ( ) 𝒅𝑻
𝝏𝑷 𝑻 𝝏𝑻 𝑷
𝝏𝑮
𝑽=( )
𝝏𝑷 𝑻 𝝏𝑽 𝝏𝑺
→( ) =− ( )
𝝏𝑮 𝝏𝑻 𝑷 𝝏𝑷 𝑻
𝑺 = −( )
{ 𝝏𝑻 𝑷
𝝏𝑭
𝑭 = 𝑼 − 𝑻𝑺→ 𝑼= 𝑭+ 𝑻𝑺 →𝑼 =𝑭− 𝑻 ( )
𝝏𝑻 𝑽
𝝏𝑮
𝑮 = 𝑯 − 𝑻𝑺 →𝑯 =𝑮+ 𝑻𝑺 →𝑯 =𝑮− 𝑻 ( )
{ 𝝏𝑻 𝑷
𝝏𝑭
𝑼=𝑭− 𝑻 ( )
𝝏𝑻 𝑽
𝝏𝑮
𝑯=𝑮− 𝑻 ( )
{ 𝝏𝑻 𝑷
II.5.Relations de Maxwell
 A partir de 𝒅𝑼 = −𝐏 𝐝𝐕 + 𝑻 𝒅𝑺
𝝏𝑻 𝝏𝑷
( ) =− ( )
𝝏𝑽 𝑺 𝝏𝑺 𝑽
Cette relation est parfois appelée relation de Maxwell relative à l’énergie interne.
 A partir de 𝒅𝑯 = 𝑻 𝒅𝑺 + 𝑽𝒅𝑷
𝝏𝑻 𝝏𝑽
( ) = ( )
𝝏𝑷 𝑺 𝝏𝑺 𝑷

86
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Cette relation est parfois appelée relation de Maxwell relative à l’enthalpie.

 A partir de 𝒅𝑭 = −𝐏 𝐝𝐕 − 𝑺𝒅𝑻
𝝏𝑷 𝝏𝑺
( ) = ( )
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻
Cette relation est parfois appelée relation de Maxwell relative l’énergie à libre.
 A partir de 𝒅𝑮 = 𝑽𝒅𝑷 − 𝑺𝒅𝑻
𝝏𝑽 𝝏𝑺
( ) =− ( )
𝝏𝑻 𝑷 𝝏𝑷 𝑻
Cette relation est parfois appelée relation de Maxwell relative l’enthalpie libre
II.6.Relations Helmholtz
La connaissance de l’énergie libre 𝑭 permet d’exprimer l’´energie interne 𝑼 = 𝑭 + 𝑻 𝑺 par
la 1ère relation de Helmholtz :
𝝏𝑭
𝝏 𝑭 𝑻 − 𝟏𝑭
( ) = 𝝏𝑻 𝟐
𝝏𝑻 𝑻 𝑻
𝝏 𝑭 𝟏 𝝏𝑭 𝑭
( )= 𝟐 𝑻− 𝟐
𝝏𝑻 𝑻 𝑻 𝝏𝑻 𝑻
𝝏𝑭
𝑺 = −( )
𝝏𝑻 𝑽
𝝏 𝑭 𝑺 𝑭
( )= − 𝟐 𝑻− 𝟐
𝝏𝑻 𝑻 𝑻 𝑻
𝝏 𝑭 𝑺 𝑭
( )=− − 𝟐
𝝏𝑻 𝑻 𝑻 𝑻
𝝏 𝑭 −𝑺 − 𝑭𝑻
( )=
𝝏𝑻 𝑻 𝑻𝟐
𝑼 =𝑭+ 𝑻𝑺
𝝏 𝑭 𝑼
( )=− 𝟐
𝝏𝑻 𝑻 𝑻
𝝏 𝑭
𝑼 = −𝑻𝟐 ( )
𝝏𝑻 𝑻
Qui est parfois appelée1ère relation de Gibbs - Helmholtz

87
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

La connaissance de l’enthalpie libre 𝑮 permet d’exprimer l’enthalpie 𝑯 = 𝑮 + 𝑻 𝑺 par la


2ème relation de Helmholtz :
𝝏𝑭
𝑼=𝑭− 𝑻 ( )
𝝏𝑻 𝑽
𝝏𝑮
𝑯=𝑮− 𝑻 ( )
{ 𝝏𝑻 𝑷
𝝏𝑮
𝑮=𝑯+ 𝑻 ( )
𝝏𝑻 𝑷
𝝏𝑮
𝝏 𝑮 𝑻 − 𝟏𝑮
( ) = 𝝏𝑻 𝟐
𝝏𝑻 𝑻 𝑻
𝝏 𝑮 𝟏 𝝏𝑮
( ) = − 𝟐 (𝑮 − 𝑻)
𝝏𝑻 𝑻 𝑻 𝝏𝑻
𝝏 𝑮 𝑯
( )=− 𝟐
𝝏𝑻 𝑻 𝑻
𝝏 𝑮
𝑯 = −𝑻𝟐 ( )
𝝏𝑻 𝑻
Qui est parfois appelée 2ème relation de Gibbs - Helmholtz
II.7.Relations de Clapeyron
𝝏𝑺
𝒍 = 𝑻( )
𝝏𝑽 𝑻
𝝏𝑷
𝒍 = 𝑻( )
{ 𝝏𝑻 𝑽
II.8.Relation de Mayer
𝝏𝑽
𝒍( ) = 𝑪𝑷 − 𝑪𝑽
𝝏𝑻 𝑷
𝝏𝑷 𝝏𝑽
𝑻 ( ) ( ) = 𝑪𝑷 − 𝑪𝑽
{ 𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑻 𝑷

II.9.Potentiels Thermodynamique

Nous avons équation d’état s’écrit sous la forme


𝒇(𝑻, 𝑽, 𝑷 , 𝑵) = 𝟎
Si le nombre de particule constant, donc il nous reste que deux variables :

88
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑺 = 𝑺(𝑻, 𝑽)
𝝏𝑺 𝝏𝑺
𝒅𝑺 = ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑽
𝝏𝑻 𝑽 𝝏𝑽 𝑻
𝒅𝑼 = 𝛅𝐖 + 𝛅𝐐
{ → 𝛅𝐐 = 𝒅𝑼 − 𝛅𝐖 → 𝛅𝐐 = 𝒅𝑼 + 𝐏 𝐝𝐕
𝛅𝐖 = −𝐏 𝐝𝐕
𝜹𝑸 𝒅𝑼 + 𝐏 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = =
𝑻 𝑻
𝒅𝑼 𝐏
𝒅𝑺 = + 𝐝𝐕
𝑻 𝑻
𝒅𝑼 = 𝒏𝒄𝑽 𝒅𝑻
𝒅𝑻 𝐏
𝒅𝑺 = 𝒏𝒄𝑽 + 𝐝𝐕
𝑻 𝑻
𝐧𝐑𝐓
𝐏𝐕 = 𝐧𝐑𝐓 → 𝐏 =
𝐕
𝐧𝐑𝐓
𝒅𝑻
𝒅𝑺 = 𝒏𝒄𝑽 + 𝐕 𝐝𝐕
𝑻 𝑻
𝒅𝑻 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = 𝒏𝒄𝑽 + 𝐧𝐑
𝑻 𝐕

Si le nombre de particule variables (système ouvert), les variables extensives (𝑼, 𝑽, . . ) ne


sont plus suffisantes pour décrire correctement l’entropie 𝑺 .Il faut leur adjoindre une
information liée au nombre N de particules du système.

𝒅𝑻 𝐝𝐕
𝒅𝑺 = 𝒏𝒄𝑽 + 𝐧𝐑 + (? )𝐝𝐍
𝑻 𝐕
Energie interne 𝑼 = 𝑼 (𝑺, 𝑽, 𝑵)
𝒅𝑼 = 𝛅𝐖 + 𝛅𝐐
𝛅𝐖 = −𝐏 𝐝𝐕
{ 𝜹𝑸 → 𝒅𝑼 = −𝐏 𝐝𝐕 + 𝑻𝒅𝑺
𝒅𝑺 = → 𝜹𝑸 = 𝑻𝒅𝑺
𝑻
Si le nombre de particule variables, donc on peut écrire
𝒅𝑼 = −𝐏 𝐝𝐕 + 𝑻𝒅𝑺 + 𝝁 𝒅𝑵
𝝏𝑼 𝝏𝑼 𝝏𝑼
𝒅𝑼 = ( ) 𝐝𝐕 + ( ) 𝒅𝑺 + ( ) 𝒅𝑵
𝝏𝑽 𝑺,𝑵 𝝏𝑺 𝑽,𝑵 𝝏𝑵 𝑺,𝑽

89
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑼 = 𝑼(𝑺, 𝑽, 𝑵)
𝝏𝑼
−𝐏 = ( )
𝝏𝑽 𝑺,𝑵
𝝏𝑼
𝑻=( )
𝝏𝑺 𝑽,𝑵
𝝏𝑼
𝝁=( )
{ 𝝏𝑵 𝑺,𝑽
Enthalpie 𝑯 = 𝑯 (𝑺, 𝒑, 𝑵)
𝒅𝑯 = 𝑻 𝒅𝑺 + 𝑽𝒅𝑷 + 𝝁 𝒅𝑵
𝝏𝑯 𝝏𝑯 𝝏𝑯
𝒅𝑯 = ( ) 𝒅𝑺 + ( ) 𝒅𝑷 + ( ) 𝒅𝑵
𝝏𝑺 𝑷,𝑵 𝝏𝑷 𝑺,𝑵 𝝏𝑵 𝑺,𝑷
𝝏𝑯
𝑻=( )
𝝏𝑺 𝑷,𝑵
𝝏𝑯
𝑽=( )
𝝏𝑷 𝑺,𝑵
𝝏𝑯
𝝁=( )
{ 𝝏𝑵 𝑺,𝑷
Energie libre 𝑭 = 𝑭 (𝑻, 𝑽, 𝑵)
𝒅𝑭 = −𝐏 𝐝𝐕 − 𝑺𝒅𝑻 + 𝝁 𝒅𝑵
𝝏𝑭 𝝏𝑭 𝝏𝑭
𝒅𝑭 = ( ) 𝒅𝑽 + ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑵
𝝏𝑽 𝑻,𝑵 𝝏𝑻 𝑽,𝑵 𝝏𝑵 𝑽,𝑻
𝝏𝑭
−𝑷 = ( )
𝝏𝑽 𝑻,𝑵
𝝏𝑭
−𝑺 = ( )
𝝏𝑻 𝑽,𝑵
𝝏𝑭
𝝁=( )
{ 𝝏𝑵 𝑽,𝑻
Enthalpie libre 𝑮 = 𝑮(𝑻, 𝒑, 𝑵)
𝒅𝑮 = 𝑽𝒅𝑷 − 𝑺𝒅𝑻 + 𝝁 𝒅𝑵
𝝏𝑮 𝝏𝑮 𝝏𝑮
𝒅𝑮 = ( ) 𝒅𝑷 + ( ) 𝒅𝑻 + ( ) 𝒅𝑵
𝝏𝑷 𝑻,𝑵 𝝏𝑻 𝑷,𝑵 𝝏𝑵 𝑷,𝑻

90
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝑮
𝑽=( )
𝝏𝑷 𝑻,𝑵
𝝏𝑮
−𝑺 = ( )
𝝏𝑷 𝑻,𝑵
𝝏𝑮
𝝁=( )
{ 𝝏𝑵 𝑷,𝑻
𝝏𝑼 𝝏𝑯 𝝏𝑭 𝝏𝑮
𝝁=( ) =( ) =( ) =( )
𝝏𝑵 𝑺,𝑽 𝝏𝑵 𝑺,𝑷 𝝏𝑵 𝑽,𝑻 𝝏𝑵 𝑷,𝑻
Remarques
Ces relations à partir de N sont utilisées en physique, mais les chimistes utilisent le nombre de
𝑵
moles 𝒏 = 𝑵
𝑨

La relation entre le potentiel chimique μ utilise en physique et le potentiel chimique μc utilise


en chimie est :

𝝁𝑪
𝝁=
𝑵𝑨
Remarque
Si il y a plusieurs fluides dans le système, alors l’expression 𝝁 𝒅𝑵 doit être remplacée par
𝑴

∑ 𝝁𝒊 𝒅𝑵𝒊
𝒊
𝑴

𝒅𝑮 = 𝑽𝒅𝑷 − 𝑺𝒅𝑻 + ∑ 𝝁𝒊 𝒅𝑵𝒊


𝒊

𝝏𝑮
𝝁𝒊 = ( )
𝝏𝑵𝒊 𝑻,𝑷,𝑵
𝟏 ,…,𝑵𝒊−𝟏 ,𝑵𝒊+𝟏 ,𝑵𝑴

A 𝑻 = 𝑪𝒕𝒆 et 𝑷 = 𝑪𝒕𝒆 ( 𝒅𝑻 = 𝟎 𝒆𝒕 𝒅𝑷 = 𝟎).


𝑴

𝒅𝑮 = ∑ 𝝁𝒊 𝒅𝑵𝒊
𝒊

II.10.Relation de Gibbs-Duhem
𝑴

𝑮 = ∑ 𝝁𝒊 𝑵𝒊
𝒊

91
Chapitre II : Fonctions thermodynamiques
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑴 𝑴 𝑴

𝒅𝑮 = 𝒅 (∑ 𝝁𝒊 𝑵𝒊 ) = ∑ 𝒅𝝁𝒊 𝑵𝒊 + ∑ 𝝁𝒊 𝒅𝑵𝒊
𝒊 𝒊 𝒊
𝑴 𝑴

𝒅𝑮 = ∑ 𝒅𝝁𝒊 𝑵𝒊 + ∑ 𝝁𝒊 𝒅𝑵𝒊 𝑴
𝒊 𝒊
𝑴 → ∑ 𝒅𝝁𝒊 𝑵𝒊 = 𝑽𝒅𝑷 − 𝑺𝒅𝑻
𝒊
𝒅𝑮 = 𝑽𝒅𝑷 − 𝑺𝒅𝑻 + ∑ 𝝁𝒊 𝒅𝑵𝒊
{ 𝒊
𝑴

∑ 𝒅𝝁𝒊 𝑵𝒊 = 𝑽𝒅𝑷 − 𝑺𝒅𝑻


𝒊

Cette relation, appelée relation de Gibbs et Duhem

92
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

‫اللهم أغنني بالعلم وزيني بالحلم وأكرمني بالتقوى وج ّملني‬


‫بالعافية‬
III.1. Gaz parfait
III.1.1.Hypothèse du gaz parfait monoatomique
Le gaz parfait est un modèle théorique basé sur les hypothèses suivantes :
 Les particules du gaz sont identiques et ponctuelles.
 Les particules, sont en agitation et ont des collisions (chocs) entre elles et contre les
parois du récipient qui contient le gaz.
 Ces chocs doivent être parfaitement élastiques.
 Les particules sont sans interaction entre elles, l’énergie potentielle est nulle.
 Entre deux collisions, les molécules ont des trajectoires rectilignes.
 Les molécules se répartissent uniformément dans tout le volume du récipient qui
𝑁
contient le gaz (densité homogène𝑛∗ = 𝑉 ).

On s’intéresse au mouvement de la particule A et à sa collision avec la paroi :

93
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

⃗ =𝒗
La vitesse de la molécule A est : 𝒗 ⃗ 𝒙 + ⃗𝒗𝒚 + 𝒗
⃗𝒛
⃗ = 𝒗𝒙 ⃗𝒆𝒙 + 𝒗𝒚 𝒆
𝒗 ⃗ 𝒚 + 𝒗𝒚 ⃗𝒆𝒛
Si la répartition des vitesses est isotrope et homogène alors la vitesse moyenne de toutes les molécules
est :
〈𝒗
⃗〉=𝟎

𝒗 = √𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 > 0

La norme de la vitesse individuelle des particules est non-nulle :


𝒗𝟐 = 𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛
〈𝒗𝟐 〉 = 〈𝒗𝟐𝒙 〉 + 〈𝒗𝟐𝒚 〉 + 〈𝒗𝟐𝒛 〉
〈𝒗𝟐 〉 = 〈𝒗𝟐𝒙 〉 + 〈𝒗𝟐𝒚 〉 + 〈𝒗𝟐𝒛 〉
Gaz isotrope : 3 directions de l'espace équivalentes〈𝒗𝟐𝒙 〉 = 〈𝒗𝟐𝒚 〉 = 〈𝒗𝟐𝒛 〉

〈𝒗𝟐 〉 = 𝟑 〈𝒗𝟐𝒙 〉
𝟏 𝟐
〈𝒗 〉 = 〈𝒗𝟐𝒙 〉
𝟑
𝟏 𝟐
〈𝒗𝟐𝒙 〉 = 〈𝒗𝟐𝒚 〉 = 〈𝒗𝟐𝒛 〉 = 〈𝒗 〉
𝟑
On définit la vitesse quadratique moyenne𝒗∗ par :

𝒗∗ = √〈𝒗𝟐 〉

94
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

III.1.2.Pression cinétique

⃗ 𝒊 = 𝒗𝒙 ⃗𝒆𝒙 + 𝒗𝒚 𝒆
𝒗 ⃗ 𝒚 + 𝒗𝒚 𝒆
⃗𝒛
⃗ 𝒇 = 𝒗𝒙 ⃗𝒆𝒙 − 𝒗𝒚 𝒆
𝒗 ⃗ 𝒚 + 𝒗𝒚 𝒆
⃗𝒛
La quantité de mouvement du système (molécule + paroi) est :
⃗⃗ 𝒊 = ⃗𝑷
Avant le choc :𝑷 ⃗𝒊 + ⃗𝑷
⃗𝒊
𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆

⃗⃗ 𝒇 = 𝑷
Après le choc :𝑷 ⃗⃗ 𝒇 + ⃗𝑷
⃗𝒇
𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆

⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 = ⃗𝑷
∆𝑷 ⃗𝒇 ⃗⃗ 𝒊
−𝑷
𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊

La conservation de la quantité de mouvement :


⃗⃗ 𝒊 = ⃗𝑷
𝑷 ⃗ 𝒇 → ⃗𝑷
⃗𝒊 + ⃗𝑷
⃗𝒊 = ⃗𝑷
⃗𝒇 + ⃗𝑷
⃗𝒇
𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆

⃗𝑷
⃗𝒇 = ⃗𝑷
⃗𝒊 + ⃗𝑷
⃗𝒊 − ⃗𝑷
⃗𝒇
𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆 𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆

⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 = 𝑷
∆𝑷 ⃗⃗ 𝒇 − ⃗𝑷
⃗𝒊 ⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 = ⃗𝑷
→ ∆𝑷 ⃗𝒊 + ⃗𝑷
⃗𝒊 − ⃗𝑷
⃗𝒇 ⃗⃗ 𝒊
−𝑷
𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆 𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊

⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 = 𝑷
∆𝑷 ⃗⃗ 𝒊 ⃗⃗ 𝒇
−𝑷
𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆 𝒎𝒐𝒍𝒆𝒄𝒖𝒍𝒆

⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 = 𝒎 𝒗
∆𝑷 ⃗ 𝒊 − 𝒎𝒗
⃗𝒇
⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 = 𝒎 (𝒗𝒙 𝒆
∆𝑷 ⃗ 𝒙 + 𝒗𝒚 𝒆
⃗ 𝒚 + 𝒗𝒚 𝒆
⃗ 𝒛 ) − 𝒎(𝒗𝒙 𝒆
⃗ 𝒙 − 𝒗𝒚 𝒆
⃗ 𝒚 + 𝒗𝒚 ⃗𝒆𝒛 )
⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 = 𝒎 𝒗𝒚 𝒆
∆𝑷 ⃗ 𝒚 + 𝒎𝒗𝒚 𝒆
⃗𝒚
⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 = 𝟐𝒎 𝒗𝒚 ⃗𝒆𝒚
∆𝑷
On suppose que toutes les particules se déplacent avec la même vitesse en norme𝒗 . Les
particules qui pourront atteindre la surface 𝒔 pendant l’intervalle de temps ∆t se trouvent initialement

95
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

dans le cylindre de base 𝒔 et de longueur ∆𝒍 (∆𝒍 = 𝒗𝒚 ∆𝒕). Le volume de ce cylindre est 𝒗′ =


𝒔 𝒗𝒚 ∆𝒕

1
La moitié (2) des particules contenues dans le volume 𝒗′ (𝒗′ = 𝒔 ∆𝒍 = 𝒔 𝒗𝒚 ∆𝒕) peut

atteindre la paroi, les autres se dirigent dans l’autre sens.


𝟏𝑵
𝜹𝒏 =
𝟐𝑽

Avec 𝜹𝒏 : est le nombre de particules par unité de volume qui se déplacent dans le bon sens
pour produire une collision.
Le nombre de particules venant frapper la paroi pendant ∆t est donc :
𝒗′ = 𝒔 𝒗𝒚 ∆𝒕
𝑵
𝒏∗ =
𝑽
𝟏𝑵
{ 𝜹𝒏 = 𝟐 𝑽
𝟏𝑵 𝟏𝑵
𝒏 = 𝒗′ 𝜹𝒏 = 𝒗′ → 𝒏 = 𝒗′
𝟐𝑽 𝟐𝑽
𝟏𝑵
𝒏 = 𝒔 𝒗𝒚 ∆𝒕
𝟐𝑽
La quantité de mouvement totale reçue par la paroi Pendant le temps ∆𝒕 est donc :
⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊
∆𝑷 ⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊
= 𝒏 ∆𝑷
(𝒕𝒐𝒕)

⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊
∆𝑷 = 𝒏 𝟐𝒎 𝒗𝒚 ⃗𝒆𝒚
(𝒕𝒐𝒕)

96
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

1𝑁
⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊
∆𝑷 = (𝒔 𝒗𝒚 ∆𝒕) 𝟐𝒎 𝒗𝒚 𝒆 ⃗𝒚
(𝒕𝒐𝒕) 2𝑉
1𝑁
⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊
∆𝑷 = 𝒔 ∆𝒕 𝟐𝒎 𝒗𝒚 𝟐 ⃗𝒆𝒚
(𝒕𝒐𝒕) 2𝑉
𝑁
∆𝑷⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊 = 𝒎𝒗𝒚 𝟐 𝒔 ∆𝒕 𝒆
⃗𝒚
(𝒕𝒐𝒕) 𝑉
⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊
∆𝑷
(𝒕𝒐𝒕) 𝑁
= 𝒎𝒗𝒚 𝟐 𝒔 𝒆
⃗𝒚
∆𝒕 𝑉
⃗⃗ 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊
∆𝑷
(𝒕𝒐𝒕) 𝑁
⃗ 𝒆𝒙𝒕 =
𝑭 = ( 𝒎𝒗𝒚 𝟐 ) 𝒔 ⃗𝒆𝒚
∆𝒕 𝑉
𝑁
⃗ 𝒚 = ( 𝒎𝒗𝒚 𝟐 ) 𝒔 ⃗𝒆𝒚
𝑭𝒆𝒙𝒕 𝒆
𝑉
𝑁
𝑭𝒆𝒙𝒕 = ( 𝒎𝒗𝒚 𝟐 ) 𝒔
𝑉
Pression
𝑭 𝑁
𝑷= → 𝑷 = 𝒎𝒗𝒚 𝟐
𝒔 𝑉
𝑁
𝑷 = 𝒎𝒗𝒚 𝟐
𝑉
𝟏
〈𝒗𝟐𝒙 〉 = 〈𝒗𝟐𝒚 〉 = 〈𝒗𝟐𝒛 〉 = 〈𝒗𝟐 〉
𝟑
Pression cinétiques est :
𝑁 𝟏
𝑷= 𝒎 〈𝒗𝟐 〉
𝑉 𝟑
𝟏
Energie cinétique de translation moyenne des particules est :〈𝜺𝒄 〉 = 𝟐 𝒎〈𝒗𝟐 〉
𝟐𝑁 𝟏 𝟐𝑁𝟏
𝑷= 𝒎 〈𝒗𝟐 〉 → 𝑷 = 𝒎〈𝒗𝟐 〉
𝟐𝑉 𝟑 𝟑𝑉𝟐
𝟐𝑁
𝑷= 〈𝜺 〉
𝟑𝑉 𝒄
III.1. 3.Température cinétique
𝑷𝑽 = 𝒏𝑹𝑻
𝑵
𝑷𝑽 = 𝑹𝑻
𝑵𝑨

97
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑹
𝑷𝑽 = 𝑵 𝑻
𝑵𝑨
𝑹
Avec = 𝒌𝑩 : Constante de Boltzmann(𝒌𝑩 = 𝟏. 𝟑𝟖 𝟏𝟎–𝟐𝟑 𝑱 𝑲−𝟏)
𝑵𝑨

𝑷𝑽 = 𝑵𝒌𝑩 𝑻
𝑷𝑽 = 𝑵𝒌𝑩 𝑻 𝟏
{ 𝟏 𝟐 → 𝑁 𝒎 〈𝒗𝟐 〉 = 𝑵𝒌𝑩 𝑻
𝑷𝑉 = 𝑁 𝒎 〈𝒗 〉 𝟑
𝟑
𝟏
𝒎 〈𝒗𝟐 〉 = 𝒌𝑩 𝑻
𝟑
𝟏 𝟏 𝟐 𝟏
𝒎 〈𝒗 〉 = 𝒌𝑩 𝑻
𝟐 𝟑 𝟐
𝟏 𝟏
𝒎〈𝒗𝟐 〉 = 𝟑 ( 𝒌𝑩 𝑻)
𝟐 𝟐
〈𝒗𝟐 〉 = 〈𝒗𝟐𝒙 〉 + 〈𝒗𝟐𝒚 〉 + 〈𝒗𝟐𝒛 〉
𝟏 𝟏
𝒎(〈𝒗𝟐𝒙 〉 + 〈𝒗𝟐𝒚 〉 + 〈𝒗𝟐𝒛 〉) = 𝟑 ( 𝒌𝑩 𝑻)
𝟐 𝟐
𝟏 𝟏 𝟏 𝟏
𝒎〈𝒗𝟐𝒙 〉 + 𝒎〈𝒗𝟐𝒚 〉 + 𝒎〈𝒗𝟐𝒛 〉 = 𝟑 ( 𝒌𝑩 𝑻)
𝟐 𝟐 𝟐 𝟐
𝟏
𝟐
𝒌𝑩 𝑻 : Énergie thermique

𝟑 : Degré de liberté (x, y, z)


Pour un gaz diatomique, il faut considérer (2) deux degrés de libertés liés aux rotations de la
molécule :
𝟏
𝑬 = (𝟑 + 𝟐) ( 𝒌𝑩 𝑻)
𝟐
𝟏
𝑬 = 𝟓 ( 𝒌𝑩 𝑻)
𝟐
III.1. 4.Vitesse quadratique moyenne

𝑷𝑽 = 𝑵𝒌𝑩 𝑻 𝟏
{ 𝟏 𝟐 → 𝑁 𝒎 〈𝒗𝟐 〉 = 𝑵𝒌𝑩 𝑻
𝑷𝑉 = 𝑁 𝒎 〈𝒗 〉 𝟑
𝟑
𝟑 𝒌𝑩 𝑻
〈𝒗𝟐 〉 =
𝒎

98
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝟑 𝒌𝑩 𝑻
𝒗∗ = √〈𝒗𝟐 〉 = √
𝒎
𝑴 𝒎𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒎𝒐𝒍𝒂𝒊𝒓𝒆
𝒎= =
𝑵𝑨 𝒏𝒐𝒎𝒃𝒓𝒆 𝒅′𝒂𝒗𝒐𝒈𝒂𝒅𝒓𝒐
𝑵𝑨 : Nombre d’Avogadro (𝑵𝑨 = 𝟔. 𝟎𝟐 𝟏𝟎𝟐𝟑 𝒎𝒐𝒍–𝟏 )

𝟑 𝒌𝑩 𝑻
𝒗∗ = √ 𝑵𝑨
𝑴

𝟑(𝑵𝑨 𝒌𝑩 )𝑻 𝟑𝑹𝑻
𝒗∗ = √ → 𝒗∗ = √
𝑴 𝑴

III.1. 5.Énergie interne d’un gaz parfait


𝟏
Energie cinétique de translation moyenne des particules est :〈𝜺𝒄 〉 = 𝟐 𝒎〈𝒗𝟐 〉
𝟏
〈𝜺𝒄 〉 = 𝟑 ( 𝒌𝑩 𝑻)
𝟐
𝑼 = 𝑵 〈𝜺𝒄 〉
𝟏
𝑼 = 𝑵 𝟑 ( 𝒌𝑩 𝑻)
𝟐
𝟑 𝑵𝑨
𝑼= 𝑵 𝒌 𝑻
𝟐 𝑵𝑨 𝑩
𝟑 𝒌𝑩
𝑼= (𝑵𝑵𝑨 ) ( ) 𝑻
𝟐 𝑵𝑨
𝟑
𝑼= 𝒏𝑹 𝑻
𝟐
Pour un gaz diatomique, il faut considérer (2) deux degrés de libertés liés aux rotations de la
molécule :
𝟓
𝑼= 𝒏𝑹 𝑻
𝟐
On à trouver que l’énergie interne d’un gaz parfait est une fonction d’un seul variable T
𝟑 𝟑
𝑼= 𝒏𝑹 𝑻 (𝒈𝒂𝒛 𝒎𝒐𝒏𝒐𝒂𝒕𝒐𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆) → 𝑪𝑽 = 𝑹
{ 𝟐 𝟐 →𝑼=𝑪 𝒏𝑻
𝑽
𝟓 𝟓
𝑼 = 𝒏𝑹 𝑻(𝒈𝒂𝒛 𝒅𝒊𝒂𝒕𝒐𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆) → 𝑪𝑽 = 𝑹
𝟐 𝟐

99
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑼 = 𝒏 𝑪𝑽 𝑻
𝑪𝑽 : Capacité calorifique molaire à volume constant.
III.1.6.Application
Vingt particules de masse m contenues dans un volume V sont animées de vitesses
suivantes : deux d’entre elles se déplacent à une vitesse 𝒗 ; trois à une vitesse 𝟐𝒗 ; cinq à 𝟑𝒗
; quatre à 𝟒𝒗 ; trois à 𝟓𝒗 ; deux à 𝟔𝒗 ; une à𝟕𝒗 . Déterminer
1/ la vitesse moyenne
2/ la vitesse quadratique moyenne
3/ la vitesse la plus probable
4/ la pression qu’elles exercent sur les parois du récipient en fonction de m, V et 𝒗
On donne :
𝟏
𝑷 = 𝑛 𝒎 〈𝒗𝟐 〉
𝟑
𝑵
Où 𝒏 = 𝑽 est la densité de particules.

Vitesse moyenne :
𝟐 × 𝒗 + 𝟑 × 𝟐𝒗 + 𝟓 × 𝟑𝒗 + 𝟒 × 𝟒𝒗 + 𝟑 × 𝟓𝒗 + 𝟐 × 𝟔𝒗 + 𝟏 × 𝟕𝒗
〈𝒗〉 = = 𝟑, 𝟔𝟓𝒗
𝟐𝟎
Valeur moyenne du carré de la vitesse :
〈𝒗𝟐 〉
𝟐 × 𝒗𝟐 + 𝟑 × (𝟐𝒗)𝟐 + 𝟓 × (𝟑𝒗)𝟐 + 𝟒 × (𝟒𝒗)𝟐 + 𝟑 × (𝟓𝒗)𝟐 + 𝟐 × (𝟔𝒗)𝟐 + 𝟏 × (𝟕𝒗)𝟐
=
𝟐𝟎
〈𝒗𝟐 〉 = 𝟏𝟓, 𝟗𝟓𝒗𝟐
Vitesse quadratique moyenne :
𝒗∗ = √〈𝒗𝟐 〉 = √𝟏𝟓, 𝟗𝟓𝒗𝟐 = 𝟑, 𝟗𝟗 √𝒗

100
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝟐
la probabilité d’obtenir la vitesse 𝟏𝒗 est 𝑷(𝟏𝒗) =
𝟐𝟎
𝟑
la probabilité d’obtenir la vitesse 𝟐𝒗 est 𝑷(𝟐𝒗) =
𝟐𝟎
𝟓
la probabilité d’obtenir la vitesse 𝟑𝒗 est 𝑷(𝟑𝒗) =
𝟐𝟎
𝟒
la probabilité d’obtenir la vitesse 𝟒𝒗 est 𝑷(𝟒𝒗) =
𝟐𝟎
𝟑
la probabilité d’obtenir la vitesse 𝟓𝒗 est 𝑷(𝟓𝒗) =
𝟐𝟎
𝟐
la probabilité d’obtenir la vitesse 𝟔𝒗 est 𝑷(𝟔𝒗) =
𝟐𝟎
𝟏
{ la probabilité d’obtenir la vitesse 𝟕𝒗 est 𝑷(𝟕𝒗) =
𝟐𝟎
La vitesse la plus probable est 𝟑𝒗
𝟏
𝑷 = 𝒏 𝒎 〈𝒗𝟐 〉
𝟑
𝑵 𝟏
𝑷 = 𝒎 〈𝒗𝟐 〉
𝑽 𝟑
𝟐𝟎 𝟏
𝑷= 𝒎 𝟓, 𝟗𝟓𝒗𝟐
𝑽 𝟑
𝟐𝟎 𝟏
𝑷= 𝒎 𝟓, 𝟗𝟓𝒗𝟐
𝑽 𝟑
𝟏𝟎𝟔
𝑷= 𝒎 𝒗𝟐
𝑽
III.2.Loi de distribution des vitesses de Maxwell
⃗ =𝒗
La vitesse d’une seule molécule est : 𝒗 ⃗ 𝒙 + ⃗𝒗𝒚 + 𝒗
⃗𝒛
⃗ = 𝒗𝒙 ⃗𝒆𝒙 + 𝒗𝒚 𝒆
𝒗 ⃗ 𝒚 + 𝒗𝒚 ⃗𝒆𝒛
Si la répartition des vitesses est isotrope et homogène alors la vitesse moyenne (totale) de toutes les
molécules est :

𝒗 = √𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛

⃗ =𝒗
La vitesse de la molécule en M est : 𝒗 ⃗ 𝒙 + ⃗𝒗𝒚 + 𝒗
⃗𝒛
⃗ = 𝒗𝒙 ⃗𝒆𝒙 + 𝒗𝒚 𝒆
𝒗 ⃗ 𝒚 + 𝒗𝒚 ⃗𝒆𝒛

101
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

∆𝒗 : Volume dans l’espace des vitesses et N le nombre de particule totale


Soit ∆𝑵 le nombre de particules dont les extrémités de leurs vecteurs vitesses se trouvent
dans le domaine ∆𝒗 .on définit la fonction de distribution des vitesses :
𝟏 ∆𝑵
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) = 𝐥𝐢𝐦
𝑵 ∆𝒗→𝟎 ∆𝒗
𝟏 ∆𝑵
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) = 𝐥𝐢𝐦
𝑵 ∆𝒗𝒙→𝟎 ∆𝒗𝒙 . ∆𝒗𝒚 . ∆𝒗𝒛
{∆𝒗𝒚 →𝟎
∆𝒗𝒛 →𝟎

𝟏 𝒅𝑵
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) =
𝑵 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝒅𝑵 = 𝑵 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛

On appelle 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) = 𝑭 (𝒗)la densité de probabilité de trouver une particule avec


⃗ compris entre 𝒗
levecteur vitesse 𝒗 ⃗ et𝒗
⃗ + 𝒅⃗𝒗.
⃗ et 𝒗
La probabilité que la vitesse de la particule soit comprise entre 𝒗 ⃗ + 𝒅𝒗
⃗ est :
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝟑 𝒗
Le produit 𝑭 (𝒗)𝒅𝟑 𝒗 grandeur sans dimension.
𝒅𝟑 𝒗 = 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
Avec

102
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

−∞ < 𝒗𝒙 < +∞
{−∞ < 𝒗𝒚 < +∞
−∞ < 𝒗𝒛 < +∞
+∞

∭ 𝒅𝑵 = 𝑵 = ∫ 𝑵 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛


−∞
+∞

𝑵 = 𝑵 ∫ 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛


−∞
+∞
𝑵
= 𝟏 = ∫ 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝑵
−∞
+∞

∫ 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛 = 𝟏


−∞
+∞

∫ 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛 = 𝟏 → 𝒄𝒐𝒏𝒅𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒆𝒍𝒂 𝒏𝒐𝒓𝒎𝒂𝒍𝒊𝒔𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏


−∞

Si nous sommons la probabilité 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) 𝒅𝟑 𝒗 sur toutes les valeurs possibles de la


vitesse, c’est à dire entre −∞ et+∞ , nous obtenons :
+∞
∫ 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝟑 𝒗 = 𝟏
−∞

Donc la densité de probabilité ne peut dépendre que de la, vitesse totale 𝒗 de la particule
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) = 𝒇(𝒗𝒙 )𝒇(𝒗𝒚 )𝒇(𝒗𝒛 ) = 𝑭(𝒗)
Remarque (Théorie de probabilité)
A et B deux événements sont indépendants si 𝑷(𝑨 ∩ 𝑩) = 𝑷(𝑨). 𝑷(𝑩)
𝒍𝒏 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) = 𝒍𝒏[𝒇(𝒗𝒙 )𝒇(𝒗𝒚 )𝒇(𝒗𝒛 )]
𝒍𝒏 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) = 𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒙 ) + 𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒚 ) + 𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒛 )

103
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏[𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒙 ) + 𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒚 ) + 𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒛 )] 𝝏𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 ) 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 )
= = =
𝝏𝒗𝒙 𝝏𝒗𝒙 𝝏𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒙
𝝏𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏[𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒙 ) + 𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒚 ) + 𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒛 )] 𝝏𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 ) 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 )
= = =
𝝏𝒗𝒚 𝝏𝒗𝒚 𝝏𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚
𝝏𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏[𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒙 ) + 𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒚 ) + 𝒍𝒏 𝒇(𝒗𝒛 )] 𝝏𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 ) 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 )
= = =
{ 𝝏𝒗𝒛 𝝏𝒗𝒛 𝝏𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛
𝝏𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏𝒗 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 )
=
𝝏𝒗𝒙 𝝏𝒗 𝒅𝒗𝒙
𝝏𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏𝒗 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 )
=
𝝏𝒗𝒚 𝝏𝒗 𝒅𝒗𝒚
𝝏𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏𝒗 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 )
=
{ 𝝏𝒗𝒛 𝝏𝒗 𝒅𝒗𝒛
𝝏𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏𝒗 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 )
=
𝝏𝒗 𝝏𝒙 𝒅𝒙
𝝏𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏𝒗 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 )
=
𝝏𝒗 𝝏𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚
𝝏𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏𝒗 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 )
=
{ 𝝏𝒗 𝝏𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏𝒗 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 )
=
𝝏𝒗 𝝏𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒙
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏𝒗 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 )
=
𝝏𝒗 𝝏𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝝏𝒗 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 )
=
{ 𝝏𝒗 𝝏𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛

𝒗 = √𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛

𝟏
𝝏√𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 𝝏(𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 )𝟐 𝟏
𝝏𝒗 𝟏
−𝟏
= = = × 𝟐 × 𝒗𝒙 × (𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 )𝟐
𝝏𝒗𝒙 𝝏𝒗𝒙 𝝏𝒗𝒙 𝟐
𝟏
𝝏√𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 𝝏(𝒗𝟐𝒙 +𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 )𝟐
𝝏𝒗 𝟏 𝟏
−𝟏
= = = × 𝟐 × 𝒗𝒚 × (𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 )𝟐
𝝏𝒗𝒚 𝝏𝒗𝒚 𝝏𝒗𝒚 𝟐
𝟏
𝝏√𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 𝝏(𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 )𝟐
𝝏𝒗 𝟏 𝟏
−𝟏
= = == × 𝟐 × 𝒗𝒛 × (𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 )𝟐
{𝝏𝒗𝒛 𝝏𝒗𝒛 𝝏𝒗𝒛 𝟐

104
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝒗 𝟐 𝟐
𝟏
𝟐 −𝟐
𝒗𝒙 𝒗𝒙
= 𝒗𝒙 × (𝒗𝒙 + 𝒗𝒚 + 𝒗𝒛 ) = 𝟏 =
𝝏𝒗𝒙 𝒗
(𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 )𝟐
𝝏𝒗 −
𝟏 𝒗𝒚 𝒗𝒚
= 𝒗𝒚 × (𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 ) 𝟐 = 𝟏 =
𝝏𝒗𝒚 𝒗
(𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 ) 𝟐

𝝏𝒗 𝟐 𝟐
𝟏
𝟐 −𝟐
𝒗𝒛 𝒗𝒛
= 𝒗𝒛 × (𝒗𝒙 + 𝒗𝒚 + 𝒗𝒛 ) = 𝟏 =
𝝏𝒗𝒛 𝒗
(𝒗𝟐𝒙 + 𝒗𝟐𝒚 + 𝒗𝟐𝒛 ) 𝟐

𝝏𝒗 𝒗𝒙
=
𝝏𝒗𝒙 𝒗
𝝏𝒗 𝒗𝒚
=
𝝏𝒗𝒚 𝒗
𝝏𝒗 𝒗𝒛
=
𝝏𝒗𝒛 𝒗
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝒗𝒙 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 )
=
𝝏𝒗 𝒗 𝒅𝒗𝒙
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝒗𝒚 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 )
=
𝝏𝒗 𝒗 𝒅𝒗𝒚
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝒗𝒛 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 )
=
{ 𝝏𝒗 𝒗 𝒅𝒗𝒛
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝟏 𝟏 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 )
=
𝝏𝒗 𝒗 𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒙
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝟏 𝟏 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 )
=
𝝏𝒗 𝒗 𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝟏 𝟏 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 )
=
{ 𝝏𝒗 𝒗 𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛
𝒅𝒍𝒏 𝑭(𝒗) 𝟏 𝟏 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 ) 𝟏 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 ) 𝟏 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 )
= = = =𝑨
𝝏𝒗 𝒗 𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒙 𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚 𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛
𝟏 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 )
= 𝑨 → 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 ) = 𝑨 𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒙
𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒙
𝟏 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 )
= 𝑨 → 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 ) = 𝑨 𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚
𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚
𝟏 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 )
= 𝑨 → 𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒛 ) = 𝑨 𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛
{ 𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛

105
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝒗𝟐𝒙
𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 ) = 𝑨 𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒙 → 𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒙 ) = 𝑨 + 𝒍𝒏 𝑩
𝟐
𝒗𝟐𝒚
𝒅𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 ) = 𝑨 𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚 → 𝒍𝒏 𝒇 (𝒗𝒚 ) = 𝑨 + 𝒍𝒏 𝑩
𝟐
𝒗𝟐𝒛
(𝒗 ) (𝒗 )
{ 𝒅𝒍𝒏 𝒇 𝒛 = 𝑨 𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛 = 𝒍𝒏 𝒇 𝒛 = 𝑨 𝟐 + 𝒍𝒏 𝑩
𝒗𝟐𝒙
𝒇 (𝒗𝒙 ) = 𝑨 + 𝒍𝒏 𝑩
𝟐
𝒗𝟐𝒚
𝒇 (𝒗𝒚 ) = 𝑨 + 𝒍𝒏 𝑩
𝟐
𝒗𝟐𝒛
{ 𝒇 (𝒗 𝒛 ) = 𝑨 + 𝒍𝒏 𝑩
𝟐
𝒗 𝟐 𝒗 𝟐
(𝑨 𝒙 +𝒍𝒏 𝑩) (𝑨 𝒙 ) (𝒍𝒏 𝑩)
𝒇 (𝒗𝒙 ) = 𝒆 𝟐 =𝒆 𝟐 𝒆
𝒗𝟐
𝒚 𝒗𝟐
𝒚
(𝑨 +𝒍𝒏 𝑩) (𝑨 )
𝒇 (𝒗𝒚 ) = 𝒆 𝟐
=𝒆 𝟐
𝒆(𝒍𝒏 𝑩)
𝟐 𝒗𝟐
𝒚
𝒗 (𝑨 )
(𝑨 𝒛 +𝒍𝒏 𝑩)
{ 𝒇 (𝒗𝒛 ) = 𝒆 𝟐 =𝒆 𝟐
𝒆(𝒍𝒏 𝑩)
𝒗 𝟐
(𝑨 𝒙 )
𝒇 (𝒗𝒙 ) = 𝑪𝒆 𝟐

𝒗𝟐
𝒚
(𝑨 )
𝟐
𝒇 (𝒗𝒚 ) = 𝑪𝒆
𝒗 𝟐
(𝑨 𝒛 )
{ 𝒇 (𝒗𝒛 ) = 𝑪𝒆 𝟐

𝒗𝒙 𝟐 𝒗𝒚 𝟐 𝒗𝒛 𝟐
𝑭(𝒗) = 𝒇 (𝒗𝒙 ) 𝒇 (𝒗𝒚 ) 𝒇 (𝒗𝒛 ) = (𝑪𝒆𝑨 𝟐 ) (𝑪 𝒆𝑨 𝟐 ) (𝑪𝒆𝑨𝟐 )

𝒙 𝒗 𝟐 𝒛 𝒗𝒚 𝟐 𝒗 𝟐
𝑭(𝒗) = 𝑪𝟑 𝒆𝑨 𝟐 +𝑨 𝟐 +𝑨 𝟐

𝟏 𝟐 +𝒗 𝟐 +𝒗 𝟐 )
𝑭(𝒗) = 𝑪𝟑 𝒆𝑨𝟐(𝒗𝒙 𝒚 𝒛

𝟏 𝟐
𝑭(𝒗) = 𝑪𝟑 𝒆𝑨𝟐𝒗
Remarque
La loi de probabilité ne peut donner plus de poids aux grandes vitesses. Donc on pose
𝑨
𝑨 < 0(𝐴 Négatif) et = −𝜷.
𝟐
𝟐
𝑭(𝒗) = 𝑪𝟑 𝒆−𝜷𝒗

106
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

La fonction de distribution est :


𝟐
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) = 𝑭(𝒗) = 𝑪𝟑 𝒆−𝜷𝒗
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝟑 𝒗 : Correspond à la probabilité qu’une particule ait une vitesse selon
composantes de vitesse comprises entre𝒗𝒙 + 𝒅𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 + 𝒅𝒗𝒚 et 𝒗𝒛 + 𝒅𝒗𝒛
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝟑 𝒗 = 𝒇(𝒗𝒙 )𝒇(𝒗𝒚 )𝒇(𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝟑 𝒗 = 𝒇(𝒗𝒙 )𝒅𝒗𝒙 𝒇(𝒗𝒚 )𝒅𝒗𝒚 𝒇(𝒗𝒛 ) 𝒅𝒗𝒛
𝒇(𝒗𝒙 )𝒅𝒗𝒙 ∶ correspond à la probabilité que 𝒗𝒙 soit entre 𝒗𝒙 𝑒𝑡 𝒗𝒙 + 𝒅𝒗𝒙
{𝒇(𝒗𝒚 )𝒅𝒗𝒚 ∶ correspond à la probabilité que 𝒗𝒚 soit entre 𝒗𝒚 𝑒𝑡 𝒗𝒚 + 𝒅𝒗𝒚
𝒇(𝒗𝒛 ) 𝒅𝒗𝒛 ∶ correspond à la probabilité que 𝒗𝒛 soit entre 𝒗𝒛 𝑒𝑡 𝒗𝒛 + 𝒅𝒗𝒛
La probabilité pour une molécule d’avoir une composante de vitesse comprise entre − ∞ et
+∞ est égale à 1.

𝒗𝒙 𝟐 𝒗𝒚 𝟐 𝒗𝒛 𝟐
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝟑 𝒗 = (𝑪𝒆𝑨 𝟐 ) (𝑪 𝒆𝑨 𝟐 ) (𝑪𝒆𝑨 𝟐 ) 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛

𝟐 𝟐 𝟐
𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝟑 𝒗 = (𝑪𝒆−𝜷𝒗𝒙 ) 𝒅𝒗𝒙 (𝑪𝒆−𝜷𝒗𝒚 ) 𝒅𝒗𝒚 (𝑪𝒆−𝜷𝒗𝒛 ) 𝒅𝒗𝒛
+∞ +∞
𝟐
∫ 𝒇 (𝒗𝒙 ) 𝒅𝒗𝒙 = ∫ 𝑪𝒆−𝜷𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒙 = 𝟏
−∞ −∞
+∞ +∞
𝟐
∫ 𝒇 (𝒗𝒚 ) 𝒅𝒗𝒚 = ∫ 𝑪𝒆−𝜷𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚 = 𝟏
−∞ −∞
+∞ +∞
𝟐
∫ 𝒇 (𝒗𝒛 ) 𝒅𝒗𝒛 = ∫ 𝑪𝒆−𝜷𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛 = 𝟏
{ −∞ −∞

+∞ +∞
𝟐 𝝅
∫ 𝑓(𝑣𝑥 )𝑑𝑣𝑥 = 𝑪 ∫ 𝒆−𝜷𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒙 = 𝟏 = 𝑪√
−∞ −∞ 𝜷
+∞ +∞
𝟐 𝝅 𝟏 𝜷
∫ 𝑓(𝑣𝑦 )𝑑𝑣𝑦 = 𝑪 ∫ 𝒆−𝜷𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒚 = 𝟏 = 𝑪√ → 𝑪 = →𝑪=√
−∞ −∞ 𝜷 𝝅 𝝅
√𝜷
+∞ +∞
𝟐 𝝅
∫ 𝑓(𝑣𝑧 ) 𝑑𝑣𝑧 = 𝑪 ∫ 𝑪𝒆−𝜷𝒗𝒛 𝒅𝒗𝒛 = 𝟏 = 𝑪√
𝜷
{ −∞ −∞

107
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝟏
𝜷 𝜷 𝟐
𝑪=√ =( )
𝝅 𝝅

𝟏 𝟐 +𝒗 𝟐 +𝒗 𝟐 )
𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗 = 𝑪𝟑 𝒆𝑨𝟐(𝒗𝒙 𝒚 𝒛

𝟏 𝟑
𝜷 𝟐 𝟐 𝟐 𝟐
𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗 = (( ) ) 𝒆−𝜷(𝒗𝒙 +𝒗𝒚 +𝒗𝒛 ) 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝝅

𝟑
𝜷 𝟐 𝟐 𝟐 𝟐
𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗 = ( ) 𝒆−𝜷(𝒗𝒙 +𝒗𝒚 +𝒗𝒛 ) 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝝅

 𝒅𝑵(𝒗) Le nombre de molécules dont le module de vitesse est comprise


entre𝒗et 𝒗+𝒅𝒗c’est-à-dire𝒗𝒙 ∈ [𝒗𝒙 , 𝒗𝒙 + 𝒅𝒗𝒙 ],𝒗𝒚 ∈ [𝒗𝒚 , 𝒗𝒚 + 𝒅𝒗𝒚 ]et𝒗𝒛 ∈
[𝒗𝒛 , 𝒗𝒛 + 𝒅𝒗𝒛 ].

𝒅𝒗 : Volume copris entre les deux sphères(𝒅𝒗 = 𝟒𝝅 𝒗𝟐 𝒅𝒗).


𝟒 𝟒
𝒗= 𝝅 𝒗𝟑 → 𝒅𝒗 = 𝟑 𝝅 𝒅𝒗 𝒗𝟑−𝟏
𝟑 𝟑
𝒅𝒗 = 𝟒 𝝅 𝒗𝟐 𝒅𝒗
𝒅𝑵(𝒗) = 𝑵 𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗
𝒅𝟑 𝒗 = 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛 = 𝒅𝒗 = 𝟒𝝅 𝒗𝟐 𝒅𝒗

108
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝟑
𝜷 𝟐 𝟐 𝟐 𝟐
𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗 = ( ) 𝒆−𝜷(𝒗𝒙 +𝒗𝒚 +𝒗𝒛 ) 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝝅
𝟑
𝜷 𝟐 𝟐
𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗 = ( ) 𝒆−𝜷𝒗 𝟒𝝅 𝒗𝟐 𝒅𝒗
𝝅

∭ 𝒗𝟐 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛 ∭ 𝒗𝟐 𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗 ∭ 𝒗𝟐 𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗


〈𝒗𝟐 〉 = = =
∭ 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛 ∭ 𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗 𝟏

∭ 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛 = 𝟏

〈𝒗𝟐 〉 = ∭ 𝒗𝟐 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛 = ∭ 𝒗𝟐 𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗

〈𝒗𝟐 〉 = ∭ 𝒗𝟐 𝑭 (𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 )𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛

𝟑
𝜷 𝟐 𝟐
〈𝒗𝟐 〉 = ∭ 𝒗𝟐 ( ) 𝒆−𝜷𝒗 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝝅
𝟑
𝜷 𝟐 𝟐
〈𝒗𝟐 〉 = ( ) ∭ 𝒗𝟐 𝒆−𝜷𝒗 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝝅
𝟏
Energie cinétique de translation moyenne des particules est :〈𝜺𝒄 〉 = 𝟐 𝒎〈𝒗𝟐 〉

𝟑
𝟏 𝜷 𝟐 𝟐
〈𝜺𝒄 〉 = 𝒎 ( ) ∭ 𝒗𝟐 𝒆−𝜷𝒗 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝟐 𝝅
𝟑
𝟏 𝜷 𝟐 𝟐
〈𝜺𝒄 〉 = 𝒎 ( ) ∭ 𝒗𝟐 𝒆−𝜷𝒗 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝟐 𝝅
𝟑 +∞ +∞ +∞
𝟏 𝜷 𝟐 𝟐
〈𝜺𝒄 〉 = 𝒎 ( ) ∫ 𝒅𝒗𝒙 ∫ 𝒅𝒗𝒚 ∫ 𝒗𝟐 𝒆−𝜷𝒗 𝒅𝒗𝒛
𝟐 𝝅
−∞ −∞ −∞

𝟑 +∞ +∞ +∞
𝟏 𝜷 𝟐 𝒅 𝟐
〈𝜺𝒄 〉 = − 𝒎 ( ) ∫ 𝒅𝒗𝒙 ∫ 𝒅𝒗𝒚 ∫ 𝒆−𝜷𝒗 𝒅𝒗𝒛
𝟐 𝝅 𝒅𝜷
−∞ −∞ −∞

109
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝟑 +∞ +∞ +∞ 𝟑 𝟑
𝟏 𝜷 𝟐 𝒅 𝟐 𝟏 𝜷 𝟐 𝒅 𝝅
〈𝜺𝒄 〉 = − 𝒎 ( ) ∫ 𝒅𝒗𝒙 ∫ 𝒅𝒗𝒚 ∫ 𝒆−𝜷𝒗 𝒅𝒗𝒛 = − 𝒎 ( ) (√ )
𝟐 𝝅 𝒅𝜷 𝟐 𝝅 𝒅𝜷 𝜷
−∞ −∞ −∞

𝟑 𝟏 𝟑
𝟏 𝜷 𝟐 𝒅 𝝅 𝟐
〈𝜺𝒄 〉 = − 𝒎 ( ) (( ) )
𝟐 𝝅 𝒅𝜷 𝜷

𝟑 𝟑
𝟏 𝜷 𝟐 𝒅 𝝅 𝟐
〈𝜺𝒄 〉 = − 𝒎 ( ) ( )
𝟐 𝝅 𝒅𝜷 𝜷
𝟑 𝟑
𝟏 𝜷 𝟐𝟑 𝝅 𝝅 𝟐−𝟏
〈𝜺𝒄 〉 = − 𝒎 ( ) (− 𝟐 ) ( )
𝟐 𝝅 𝟐 𝜷 𝜷
𝟑 𝟏
𝟏 𝜷 𝟐𝟑 𝝅 𝝅 𝟐
〈𝜺𝒄 〉 = − 𝒎 ( ) (− 𝟐 ) ( )
𝟐 𝝅 𝟐 𝜷 𝜷
𝟑 𝟏
𝟏 𝜷 𝟐𝟑 𝝅 𝝅 𝟐
〈𝜺𝒄 〉 = − 𝒎 ( ) (− 𝟐 ) ( )
𝟐 𝝅 𝟐 𝜷 𝜷
𝟑 𝟏
𝟏 𝜷 𝟐𝟑 𝝅 𝝅 𝟐𝟏
〈𝜺𝒄 〉 = 𝒎 ( ) ( ) ( )
𝟐 𝝅 𝟐 𝜷 𝜷 𝜷
𝟑 𝟑
𝟏 𝜷 𝟐𝟑 𝝅 𝟐𝟏
〈𝜺𝒄 〉 = 𝒎 ( ) ( )
𝟐 𝝅 𝟐 𝜷 𝜷

𝟏 𝟑𝟏
〈𝜺𝒄 〉 = 𝒎
𝟐 𝟐𝜷

𝟏 𝟑𝟏
〈𝜺𝒄 〉 = 𝒎
𝟐 𝟐𝜷 𝟏 𝟑𝟏 𝟑
→ 𝒎 = 𝒌 𝑻
𝟑 𝟐 𝟐𝜷 𝟐 𝑩
{ 〈𝜺𝒄 〉 = 𝟐 𝒌𝑩 𝑻

𝟏 𝟏 𝒎
𝒎 = 𝒌𝑩 𝑻 → 𝜷 =
𝟐 𝜷 𝟐 𝒌𝑩 𝑻
𝒎
𝜷=
𝟐 𝒌𝑩 𝑻

110
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝟑
𝒎 𝟐
𝒎
𝟐 𝒌𝑩 𝑻 − (𝒗 𝟐 +𝒗𝒚 𝟐 +𝒗𝒛 𝟐 )
𝟐 𝒌𝑩 𝑻 𝒙
𝑭(𝒗)𝒅𝟑 𝒗 = ( ) 𝒆 𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝝅

𝟑
𝒎 𝟐
𝒎
𝟑 𝟐 𝒌𝑩 𝑻 − 𝒗𝟐
𝑭(𝒗)𝒅 𝒗 = ( ) 𝒆 𝟐 𝒌𝑩 𝑻
𝒅𝒗𝒙 𝒅𝒗𝒚 𝒅𝒗𝒛
𝝅

𝟑
𝒎 𝒗𝟐
𝒎 𝟐 −
𝑭(𝒗) = ( ) 𝒆 𝟐 𝒌𝑩 𝑻
𝟐𝝅𝒌𝑩 𝑻

𝟑
𝒎 𝒗𝟐
𝒎 𝟐 −
𝑭(𝒗) = 𝑭(𝒗𝒙 , 𝒗𝒚 , 𝒗𝒛 ) ( ) 𝒆 𝟐 𝒌𝑩 𝑻
𝟐𝝅𝒌𝑩 𝑻

Rappel
+∞ 𝟐
Calcul de l’intégral : 𝑰 = ∫−∞ 𝒆− 𝜶𝒙 𝒅𝒙
+∞
𝟐
𝑰=∫ 𝒆− 𝜶𝒙 𝒅𝒙 +∞ +∞
−∞ 𝟐 − 𝜶𝒙𝟐 𝟐
+∞ →𝑰 =∫ 𝒆 𝒅𝒙 ∫ 𝒆− 𝒂𝒚 𝒅𝒚
𝟐 −∞ −∞
𝑰=∫ 𝒆− 𝒂𝒚 𝒅𝒚
{ −∞
+∞ +∞
𝟐 − 𝜶𝒙𝟐 𝟐
𝑰 =∫ 𝒆 𝒅𝒙 ∫ 𝒆− 𝒂𝒚 𝒅𝒚
−∞ −∞

Coordonnées polaire
𝒙 = 𝒓 𝒄𝒐𝒔 𝜽 𝒙𝟐 = 𝒓𝟐 𝒄𝒐𝒔𝟐 𝜽
{ →{ 𝟐 → 𝒙 𝟐 + 𝒚𝟐 = 𝒓 𝟐
𝒚 = 𝒓 𝒔𝒊𝒏𝜽 𝒚 = 𝒓𝟐 𝒔𝒊𝒏𝟐 𝜽
+∞
𝟐 +𝒚𝟐 )
𝑰𝟐 = ∫ 𝒆− 𝜶( 𝒙 𝒅𝒙 𝒅𝒚
−∞
+∞ 𝟐𝝅
− 𝜶𝒓𝟐
𝑰𝟐 = ∫ 𝒆 𝒓 𝒅𝒓 ∫ 𝒅𝜽
𝟎 𝟎
+∞
𝟐
𝑰𝟐 = 𝟐𝝅 ∫ 𝒆− 𝜶𝒓 𝒓 𝒅𝒓
𝟎

111
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

+∞
𝟐 𝟏 𝟐 +∞
𝑰 = 𝟐𝝅 ∫ 𝒆− 𝜶𝒓 𝒓 𝒅𝒓 → 𝑰𝟐 = 𝟐𝝅
𝟐
[−𝒆− 𝜶𝒓 ]𝟎
𝟐𝜶
𝟎

𝝅 𝝅
𝑰𝟐 = →𝑰=√
𝜶 𝜶
III.3.Facteur de Boltzmann
𝑬

Le nombre de particules ayant une énergie E est proportionnel à 𝒆 𝒌𝑩 𝑻

Exemple
L’équation barométrique de l’atmosphère terrestre à température constante s’écrit sous la
forme :
𝑬(𝒛)

𝑷(𝒛) = 𝑷𝟎 𝒆 𝒌𝑩 𝑻

Démonstration
𝑷𝑽=𝒏𝑹𝑻
𝒎
𝒏=
𝑴
𝒎
𝑷𝑽= 𝑹𝑻
𝑴
𝒎
𝝆= →𝒎=𝝆𝑽
𝑽
𝝆𝑽
𝑷𝑽= 𝑹𝑻
𝑴
𝝆
𝑷 = 𝑹𝑻
𝑴
𝑷𝑴
𝝆=
𝑹𝑻

L’équation hydrostatique donne :


𝒅𝑷 = −𝝆 𝒈 𝒅𝒛
𝑷𝑴
𝒅𝑷 = − 𝒈 𝒅𝒛
𝑹𝑻
𝒅𝑷 𝑴𝒈
=− 𝒅𝒛
𝑷 𝑹𝑻

112
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑷 𝒛
𝒅𝑷 𝑴𝒈
∫ = ∫− 𝒅𝒛
𝑷 𝑹𝑻
𝑷𝟎 𝟎
𝑷 𝒛
𝒅𝑷 𝑴𝒈
∫ =− ∫ 𝒅𝒛
𝑷 𝑹𝑻
𝑷𝟎 𝟎

𝑴𝒈
[ 𝒍𝒏 𝑷]𝑷𝑷𝟎 = − [𝒛]𝒛𝟎
𝑹𝑻
𝑴𝒈
𝒍𝒏 𝑷 − 𝒍𝒏 𝑷𝟎 = − 𝒛
𝑹𝑻
𝑷 𝑴𝒈
𝒍𝒏 =− 𝒛
𝑷𝟎 𝑹𝑻
𝑷 𝑴𝒈
= 𝒆(− 𝑹𝑻 𝒛)
𝑷𝟎
𝟏
𝑴𝒈 𝑵
(− 𝒛 𝟏𝑨 )
𝑹𝑻
𝑷 = 𝑷𝟎 𝒆 𝑵𝑨

𝑴
𝒈
𝑵
(− 𝑹𝑨 𝒛)
𝑻
𝑷 = 𝑷𝟎 𝒆 𝑵𝑨

𝑴
𝒎=
𝑵𝑨
𝑹
𝒌𝑩 =
𝑵𝑨
𝒎𝒈 𝒛
(− )
𝑷 = 𝑷𝟎 𝒆 𝒌𝑩 𝑻

𝑬 (𝒛) = 𝒎𝒈 𝒛
𝑬 (𝒛)
(− )
𝑷 = 𝑷𝟎 𝒆 𝒌𝑩 𝑻

Toujours dans le cadre de la description microscopique, on peut faire intervenir la densité


particulaire (nombre de particules par unité de volume)
𝑵
𝒏∗ =
𝑽
𝑵
𝒏= → 𝑵 = 𝒏𝑵𝑨
𝑵𝑨

113
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020


𝒏𝑵𝑨 𝒏∗ 𝑽
𝒏 = →𝒏=
𝑽 𝑵𝑨
𝒏∗ 𝑽
𝒏=
𝑵𝑨
𝒏 𝑹𝑻
𝑷𝑽 = 𝒏𝑹𝑻 → 𝑷 =
𝑽
𝒏∗ 𝑽
( 𝑵 ) 𝑹𝑻
𝑨
𝑷=
𝑽
𝑹
𝑷 = 𝒏∗ ( ) 𝑻
𝑵𝑨
𝑹
= 𝒌𝑩
𝑵𝑨
𝑷 = 𝒏∗ 𝒌𝑩 𝑻
𝑬 (𝒛)
(− )
𝒏∗ (𝒛) = 𝒏∗ 𝒆 𝒌𝑩 𝑻

Le terme exponentiel correspond au facteur de Boltzmann que l’on nomme aussi le poids de
Boltzmann.
Rappel
Loi de la statique des fluides
Choisissons un élément de fluide cubique de volume élémentaire 𝒅𝑽, tel que 𝒅𝑽 =
𝒅𝒙𝒅𝒚𝒅𝒛 . On note 𝑑𝑚 la masse élémentaire de l’élément de fluide :

114
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

Bilan des forces :


Poids de l’élément de fluide :
⃗𝑷
⃗ = 𝒅𝒎 𝒈
⃗⃗
𝒎
𝝆= →𝒎=𝝆𝑽
𝑽
𝒅𝒎 = 𝝆 𝒅𝑽
𝒅𝑽 = 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛
𝒅𝒎 = 𝝆 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛
⃗⃗ = 𝝆 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛 ⃗𝒈
𝑷 ⃗
Force de pression sur la face inférieure (en z) (action du milieu extérieur sur le fluide) :
⃗ (𝒛) = ⃗𝑷
𝑭 ⃗ (𝒛) 𝒅𝒔
𝒅𝒔 = 𝒅𝒙 𝒅𝒚
⃗ (𝒛) = ⃗𝑷
𝑭 ⃗ (𝒛) 𝒅𝒙 𝒅𝒚
-force de pression sur la face supérieure (en 𝒛 + 𝒅𝒛 ) (action du milieu extérieur sur le
fluide) :
⃗ (𝒛 + 𝒅𝒛) = ⃗𝑷
𝑭 ⃗ (𝒛 + 𝒅𝒛) 𝒅𝒔
⃗ (𝒛 + 𝒅𝒛) = ⃗𝑷
𝑭 ⃗ (𝒛 + 𝒅𝒛) 𝒅𝒙 𝒅𝒚
Principe fondamental de la statique appliqué à l’élément fluide :

∑ ⃗𝑭𝒆𝒙𝒕 = ⃗𝟎

⃗ 𝒆𝒙𝒕 = ⃗𝑷
∑𝑭 ⃗
⃗ + ⃗𝑭(𝒛) + ⃗𝑭(𝒛 + 𝒅𝒛) = 𝟎

Projection sur z :
−𝝆 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛 𝒈 + 𝑷 (𝒛) 𝒅𝒙 𝒅𝒚 − 𝑷 (𝒛 + 𝒅𝒛) 𝒅𝒙 𝒅𝒚 = 𝟎
−𝝆 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛 𝒈 + ( 𝑷 (𝒛) − 𝑷 (𝒛 + 𝒅𝒛)) 𝒅𝒙 𝒅𝒚 = 𝟎
Ecrivons le développement limité au 1er ordre de 𝑷 (𝒛) − 𝑷 (𝒛 + 𝒅𝒛) pour 𝒅𝒛 → 𝟎 , on obtient :
𝝏𝑷
𝑷 (𝒛) − 𝑷 (𝒛 + 𝒅𝒛) = − 𝒅𝒛
𝝏𝒛
−𝝆 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛 𝒈 + ( 𝑷 (𝒛) − 𝑷 (𝒛 + 𝒅𝒛)) 𝒅𝒙 𝒅𝒚 = 𝟎
𝝏𝑷
−𝝆 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛 𝒈 − 𝒅𝒛 𝒅𝒙 𝒅𝒚 = 𝟎
𝝏𝒛

115
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝝏𝑷
𝒅𝒛 𝒅𝒙 𝒅𝒚 = −𝝆 𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛 𝒈
𝝏𝒛
𝝏𝑷 𝒅𝑷
= = −𝝆𝒈
𝝏𝒛 𝒅𝒛
𝒅𝑷 = −𝝆𝒈 𝒅𝒛

III.4.Transport dans les fluides


III.4.1.Libre parcours moyen
Le libre parcourt moyen est la distance parcourue moyenne entre 2 chocs successifs d’une
particule de fluide. (Le libre parcourt moyen pour un gaz ≈ 𝟏𝟎−𝟕 𝒎 et pour un liquide ≈
𝟏𝟎−𝟏𝟎 𝒎 ).
III.4.2.Modèle des sphères dures
On assimile un atome à une sphère dure de centre A et de rayon 𝒓 . On considère qu’elle se
déplace parmi les autres sphères supposées identiques et fixes.
La distance moyenne parcourue par un atome entre deux collisions successives est appelée
libre parcours moyen.
Le libre parcours moyen dépend essentiellement du rayon de la sphère représentative des
atomes : plus le rayon est grand, plus la probabilité de collision augmente et le libre parcours
moyen diminue.

𝑵
On note 𝒏∗ = 𝑽
le nombre d’atomes par unité de volume. Plus 𝒏∗ sera élevé, plus le libre

parcours moyen sera faible.


⃗ vitesses de déplacement de la sphère mobile.
On considère l’axe défini par le point A et 𝒗
116
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

⃗ soit dirige de l’atome mobile


Il est clair que pour qu’il y ait collision, il faut d’abord que 𝒗
vers l’atome fixe, autrement dit que les deux atomes se rapprochent l’un de l’autre, et d’autre
part que la distance d soit inferieure à la somme des rayons des deux sphères (positions (a)
et (b)) :
𝟐𝒓 < 𝑑
Lorsque la sphère A parcourt une longueur 𝒍 elle doit subir un choc et donc ne rencontrer
qu’une seule sphère.
Le cylindre de longueur 𝒍 et de rayon 𝟐𝒓 ne doit contenir qu’une seule sphère.
Soit 𝝈 l’aire de ce cylindre. Sa valeur est :
𝝈 = 𝝅 (𝟐𝒓)𝟐
Cette aire est appelée section efficace de collision entre les deux atomes, (cette grandeur est
homogène à une surface).
𝑵 𝟏
𝒏∗ = =
𝑽 𝑽
𝑽=𝝈𝒍
𝑽 = 𝝅 (𝟐𝒓)𝟐 𝒍
𝟏
𝒏∗ =
𝝅 (𝟐𝒓)𝟐 𝒍
𝟏
𝒍 =
𝝅 (𝟐𝒓)𝟐 𝒏∗
𝑵 𝟏
𝒏∗ = =
𝑽 𝑽
𝟏
𝑽= ∗
𝒏
Volume de cylindre
𝑽=𝝈𝒍
𝒍
𝒗𝒓 =
𝝉
𝒗𝒓 : Le module de la vitesse relative des deux atomes
𝝉 : est appelé temps de libre parcours moyen

𝒍 = 𝒗𝒓 𝝉

117
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝑽 = 𝝈 𝒗𝒓 𝝉
𝟏
𝑽=
𝒏∗
𝟏
= 𝝈 𝒗𝒓 𝝉
𝒏∗
𝟏
𝝉= ∗
𝒏 𝝈 𝒗𝒓
On voit que le temps de libre parcours moyen est inversement proportionnel à σ.
Lorsque 𝜎 → 0 ,𝜏 → ∞ ; la probabilité de collision tend alors vers zéro.
Exemple
On prend 𝟐𝒓 = 𝟏𝟎−𝟏𝟎 𝒎 ; (𝑷 = 𝟏 𝒃𝒂𝒓 𝒆𝒕 𝑻 = 𝟐𝟗𝟑 𝑲).
Déterminer le libre parcours moyen.
Calculons 𝒏∗
𝑷 𝑽 = 𝒏𝑹𝑻
𝒏𝑹𝑻
𝑷 =
𝑽
𝑵
𝒏=
𝑵𝑨
𝑵 𝑹𝑻
𝑷 =
𝑵𝑨 𝑽
𝑵
𝒏∗ =
𝑽
𝒏∗ 𝑹𝑻
𝑷 =
𝑵𝑨
𝑷𝑵𝑨
𝒏∗ =
𝑹𝑻
𝑷𝑵𝑨 𝟏 × 𝟏𝟎𝟓 . 𝟔. 𝟎𝟐 × 𝟏𝟎𝟐𝟑
𝒏∗ = = = 𝟐. 𝟓 × 𝟏𝟎𝟐𝟓 𝒎−𝟏
𝑹𝑻 𝟖. 𝟑𝟏𝟒 × 𝟐𝟗𝟑
Calculons 𝒏∗
𝟏
𝒍 =
𝝅 (𝟐𝒓)𝟐 𝒏∗
𝟏
𝒍 =
𝝅 (10−10 )𝟐 𝟐. 𝟓 × 𝟏𝟎𝟐𝟓

118
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

𝒍 = 𝟎. 𝟏𝟐𝟕 × 𝟏𝟎−𝟓 ≈ 𝟏. 𝟑 × 𝟏𝟎−𝟔


𝒍 ≈ 𝟏. 𝟑 𝝁𝒎
Remarque
Dans un modèle plus précis, on attribue à la sphère la valeur moyenne de la vitesse relative
entre deux sphères.
𝟏 𝟏
𝒍=
√𝟐 𝝈 𝒏∗
𝟏. 𝟑
𝒍 ≈ = 𝟔. 𝟓 × 𝟏𝟎−𝟕 𝒎
√𝟐

Le libre parcours moyen est la distance moyenne parcourue par chaque atome entre deux
collisions successives dans le référentiel ou le récipient enfermant le gaz est fixe. Soit 𝒗∗ la
vitesse moyenne d’un atome .Le libre parcours moyen 𝝀 est :
𝝀
𝒗∗ =
𝝉
𝝀 = 𝒗∗ 𝝉
𝟏
𝝉=
𝒏∗ 𝝈 𝒗𝒓
𝟏
𝝀 = 𝒗∗
𝒏∗ 𝝈 𝒗𝒓
𝒗∗ 𝟏
𝝀=
𝒗𝒓 𝒏∗ 𝝈
𝒗∗
Calculons le rapport 𝒗𝒓

⃗ 𝟏 et 𝒗
Soient 𝒗 ⃗ 𝟐 les vitesses vectorielles des deux atomes entrant en collision dans le
référentiel ou le récipient est fixe.
La vitesse relative est :
⃗ = 𝒗
𝒗 ⃗𝟏 − 𝒗
⃗𝟐
⃗ )𝟐 = (𝒗
(𝒗 ⃗ 𝟏 )𝟐 + (𝒗
⃗ 𝟐 )𝟐 − 𝟐 𝒗
⃗ 𝟏 .𝒗
⃗𝟐
La valeur moyenne est :
⃗ )𝟐 〉 = 〈(𝒗
〈(𝒗 ⃗ 𝟏 )𝟐 〉 + 〈 (𝒗
⃗ 𝟐 )𝟐 〉 − 𝟐〈𝟐𝒗 ⃗ 𝟐〉
⃗ 𝟏 .𝒗

119
Chapitre III : Théorie Cinétique Des Gaz
Dr. BENHALIMA. Nadia
2019-2020

En supposant que la répartition des atomes est isotrope dans l’espace


⃗ 𝟏 )𝟐 〉 = 〈 (𝒗
〈(𝒗 ⃗ 𝟐 )𝟐 〉
⃗ )𝟐 〉 = 〈𝒗𝟐𝟏 〉 + 〈𝒗𝟐𝟏 〉 − 𝟐〈𝟐𝒗
〈(𝒗 ⃗ 𝟐〉
⃗ 𝟏 .𝒗
La moyenne de l’angle entre deux vitesses est nulle, aucune direction de la vitesse n’étant
privilégiée par rapport à d’autres :
〈𝟐𝒗 ⃗ 𝟐〉 = 𝟎
⃗ 𝟏 .𝒗

⃗ )𝟐 〉 = 〈𝒗𝟐 〉 + 〈 𝒗𝟐 〉
〈(𝒗
〈𝒗𝟐𝒓 〉 = 𝟐 〈𝒗𝟐𝟏 〉
⃗ )𝟐 〉 → 𝒗𝒓 et 〈𝒗𝟐𝟏 〉 → (𝒗∗ ) 𝟐
En identifiant 〈(𝒗
⃗ 𝒓 )𝟐 = 𝟐(𝒗∗ ) 𝟐
(𝒗
⃗𝒗𝒓 = 𝒗∗ √𝟐
𝒗∗
= √𝟐
⃗𝒓
𝒗
⃗𝒗𝒓 𝟏
=
𝒗∗ √𝟐
L’expression du libre parcours moyen devient :
𝟏 𝟏
𝝀=
√𝟐 𝝈 𝒏∗
Cas de gaz parfait

𝑷𝑵𝑨
𝒏∗ =
𝑹𝑻
𝑹
𝒌𝑩 =
𝑵𝑨
𝑷
𝒏∗ =
𝒌𝑩 𝑻
𝟏 𝟏
𝝀= 𝑷
√𝟐 𝝈
𝒌𝑩 𝑻

𝟏 𝒌𝑩 𝑻
𝝀=
√𝟐 𝑷 𝝈

120
REFERENCES

REFERENCES
1- H. Sazdjian, Physique Statistique et Thermodynamique, Université Paris XI Orsay, 2004-
2005.
2- Olivier Perrot, Cours de Thermodynamique, I.U.T. de Saint-Omer Dunkerque, 2010-2011.
3- Frédéric Doumenc, Eléments de Thermodynamique et Thermique, Université Pierre et
Marie Curie, 2008-2009.
4- P. Amiot, Thermodynamique, Université Laval, Québec, Canada, 2018.
5- Anne-Marie Cazabat, Théorie Cinétique et Thermodynamique, Université Pierre et Marie
Curie, 2000-2001.
6- Éric Brunet, Thierry Hocquet, Xavier Leyronas, Cours de Thermodynamique, Sciences
Sorbonne Université.
7- Kamel Khirouni, Thermodynamique, Université de Gabès, 2015-2016.
8-Olivier Bonnefoy, Thermodynamique, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-
Etienne, 2016.
9- Nouri Sabrina, Thermodynamique, Résumé de Cours et Exercices Corrigés, Université
des Sciences et de la Technologie H. Boumediene Alger, 2017-2018.
10- Chabane Mustapha, Notions Fondamentales en Thermodynamique, Centre Universitaire
Salhi Ahmed de Naama, 2016-2017.
11- C.Pailler-Mattei, Statique des Fluides, Tutorat Santé Lyon Sud, 2016-2017.
12- Badis Ydri, Thermodynamique, Institute Of Physics, Bm Annaba University, 2017
13-Nicolas Pavloff, Notes De Cours De Thermodynamique, Université Paris Sud, 2014

121