Vous êtes sur la page 1sur 18

Jérémie et Evelyne NEMBOT

La plénitude du Saint-Esprit
Comment y parvenir ?
ISBN 978-2-918629-59-7

© 2012, Jérémie et Evelyne NEMBOT (www.icuglob.com)


Tous droits réservés.

Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ni transmis sous une
forme quelconque, que ce soit par des moyens électroniques ou mécaniques, y
compris la photocopie, l'enregistrement ou tout stockage ou report de données
sans la permission écrite de l'éditeur.

Sauf indication contraire, les textes bibliques sont tirés de la version Louis
Segond.

Publié par Editions l'Oasis, année 2012.

Ce livre a été publié sous la division 'auto publication' des Editions l'Oasis. Les
Editions l'Oasis déclinent toute responsabilité concernant d'éventuelles erreurs,
aussi bien typographiques que grammaticales, et ne sont pas forcément en
accord avec certains détails du contenu des livres publiés sous cette forme.

Dépôt légal: 2e trimestre 2012. Imprimé en France.

9, Rte d'Oupia, 34210 Olonzac, France


tél (33) (0) 468 32 93 55 * fax (33) (0) 468 91 38 63
email: editionsoasis@wanadoo.fr * www.editionsoasis.com
Pour un catalogue gratuit de toutes les Editions Oasis, ou toute information
comment publier votre livre, merci de nous contacter à l'adresse ci-dessus.

Boutique en ligne sécurisée sur www.editionsoasis.com


DÉDICACE

Nous dédions ce livre au Saint-Esprit qui, depuis maintes années, a œuvré en


nous pour que nous expérimentions la mort à soi-même. Son activité bénie
nous a conduits à un ordre plus élevé de sa puissance.
Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus,
afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. Ainsi la
mort agit en nous, et la vie agit en vous. 2 corinthiens 4.6-12

3
TABLE DES MATIÈRES

Dédicace page 3
Préface page 5
Avant-propos page 7
Introduction page 9
Chapitre I
Qui est le Saint-Esprit ? page 11
Chapitre II
Notion de plénitude du Saint-Esprit page 23
Chapitre III
La plénitude de l’Esprit et les niveaux d’onction page 29
Chapitre IV
L’ascension de Jésus pour la plénitude de l’Esprit page 37
Chapitre V
Les candidats à la plénitude du Saint-Esprit page 45
Chapitre VI
Les préalables à la plénitude du Saint-Esprit page 53
Chapitre VII
Les outils pour la plénitude du Saint-Esprit page 63
Chapitre VIII
Le coût de la plénitude du Saint-Esprit page 79
Chapitre IX
La survenance de la plénitude du Saint-Esprit page 87
Chapitre X
Les premiers apôtres et la plénitude de l’Esprit page 93
Conclusion page 101

4
PRÉFACE

Je crois que plusieurs chrétiens ne vivent pas dans la plénitude du Saint-Esprit


de nos jours parce qu’ils ne réalisent pas qu’il y a plus à connaître (Osée 4.6).
Dans ce livre La Plénitude du Saint Esprit, comment y parvenir ?, les pasteurs
Jérémie et Évelyne Nembot apportent la vérité et la révélation de la parole de
Dieu pour continuer à équiper les croyants afin qu’ils parviennent à une
nouvelle dimension dans l’Esprit. Il est important de savoir que dans la
dispensation dans laquelle nous vivons, le fait d’apprendre ces vérités bibliques
va nous propulser à une communion intense avec Dieu et à une onction élevée.
La vie des pasteurs Jérémie et Évelyne est un témoignage continu de la
plénitude du Saint-Esprit. En Septembre 2006, le Saint-Esprit a établi le pasteur
Jérémie comme le directeur international des Universités Bibliques du Dr
Lester Sumrall. Sous son leadership et son onction, cette école a expérimenté
une grande croissance, devenant l’une des plus grandes universités Bibliques de
la nation.
Ses enseignements ont influencé et inspiré les vies d’innombrables étudiants.
Par ses émissions et ses enseignements au travers des ondes radio, plusieurs
vies ont été transformées. J’ai moi-même vu des vies transformées par
l’enseignement et le ministère du pasteur Jérémie.
Pendant que vous lirez cet enseignement inspiré, et découvrirez les vérités pour
croître dans l’Esprit, je suis sûre que le Seigneur permettra à votre vie de
s’élever à de nouvelles dimensions, et vous recevrez une puissante onction pour
rester victorieux.
Soyez bénis.
Dr Georgeann Nicodemus

5
AVANT-PROPOS

Ce livre est un agrégat de révélations et de messages du Seigneur sur les


thèmes relatifs à l’onction et à la plénitude du Saint-Esprit.
Un jour où je donnais un enseignement au sein d’un Institut Biblique, je fus
témoin d’une controverse entre étudiants. Des notions voisines étaient
concernées : l’onction du Saint-Esprit, la plénitude du Saint-Esprit, être rempli
du Saint-Esprit et/ou être baptisé du Saint-Esprit. Ces concepts étaient-ils
similaires ou différents ? Étaient-ils d’actualité ou périmés ?
Mon épouse et moi décidâmes alors de faire des recherches sur ce sujet. Nous
constatâmes que cette controverse n’était que l’extension des divisions sur le
plan doctrinal. Fort était de relever qu’il n’y avait dans ce domaine aucune
ombre d’unanimité, y compris chez les auteurs charismatiques.
Dans la même période, le Seigneur nous fit grâce. Un enseignement consistant
sur la signification de la plénitude de l’Esprit et les moyens d’y parvenir nous
fut accordé. Par ailleurs nous revisitâmes les exhortations directement reçues
du Saint-Esprit sur une période de quinze ans, portant sur l’onction divine. Les
révélations reçues furent merveilleuses. Elles furent à la base de la
transformation de plusieurs. Elles furent aussi une source précieuse
d’enrichissement spirituel dans nos vies.
Le style de rédaction de cet ouvrage se veut simple. La première personne du
singulier l’emporte bien souvent sur le « nous » ; la lecture en sera facilitée.
Nous déclarons maintenant dans l’onction de l’Esprit du Seigneur que tout mur
d’incompréhension maléfique soit renversé sur vos vies. Que l’Esprit de
sagesse et d’intelligence submerge vos pensées et que sa gloire illumine votre
entendement au nom tout puissant de Jésus-Christ.

6
INTRODUCTION

En 1996, nous eûmes l’honneur d’assister à une cérémonie de baptême du


Saint-Esprit au sein d’une Église de réveil. De jeunes convertis venaient juste
de recevoir le baptême d’eau. La congrégation était mobilisée. Les jeunes
chrétiens avaient été escortés sur le chemin séparant la rivière de l’église. Des
chants de louange avaient ponctué les marches. Le baptême d’eau avait été
précédé de témoignages émouvants. Les cœurs étaient préparés. Une nouvelle
Pentecôte allait avoir lieu.
Le dirigeant principal pris ensuite place au pupitre et commença à imposer ses
mains aux candidats au baptême du Saint-Esprit. Musiciens et chantres furent
mis à contribution. Pourtant, rien chez les jeunes convertis ne refléta les signes
bibliques relatés dans le livre des Actes des Apôtres. On rendit grâces à Dieu et
la réunion se poursuivit.
Des scènes similaires se répétaient après chaque baptême d’eau, ce
qui
m’étonnait profondément, car la promesse d’Actes 2.38-41 restait bien ancrée
dans mon esprit :
Repentez-vous, et que chacun soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le
pardon de vos péchés ; et vous recevrez le Saint-Esprit. Car la promesse est
pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand
nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.
Le don du Saint-Esprit était promis pour toutes les générations. Les grands
personnages de la Bible marchèrent d’ailleurs dans la puissance de l’Esprit de
Jésus. La plénitude fut leur lot. Qu’en est-il à notre époque ? Les promesses de
la Bible sont-elles imaginaires ? Pourquoi ce manque de puissance dans le
corps de Christ ? Pourquoi tant de défaites lorsqu’il s’agit de gagner des âmes,
de triompher des principautés et des puissances ainsi que des maladies et des
infirmités ? Pourquoi ces échecs apparents dans l’endiguement de religions
païennes ? Pourquoi ce mépris affiché par les élites sociales pour tout ce qui
concerne Dieu et son Christ ?
Cependant, quelques-uns marchent remplis de puissance spirituelle. Pour eux,
la plénitude de l’Esprit est bien réelle. La fréquence des miracles fait partie de
leur quotidien. Quel est le secret de ces hommes et de ces femmes ? Comment
sont-ils parvenus à ce niveau de "performance" ? Quels sont les outils qu'ils ont
utilisés ?
7
Tels sont les questionnements auxquels ce livre se propose de répondre.
Seule la plénitude de l’Esprit permettra à l’Église de relever les défis des temps
modernes. Seule la plénitude du Saint-Esprit rendra sa force à l'Église de Jésus-
Christ et permettra aux enfants de Dieu de dominer. Seule la plénitude de
l’Esprit restaurera l’Église dans les signes apostoliques qui doivent la
caractériser.
Car ce n’est ni par la puissance, mais par mon Esprit. Zacharie 4.6

8
CHAPITRE PREMIER

Il y a de cela une quinzaine d’années, je participais à une réunion de prière dans


la ville de Douala, capitale économique du Cameroun, une nation africaine
située au fond du golfe de Guinée. Nous étions en train de prier le Père pour un
sujet particulier quand il nous répondit : « Le Saint-Esprit est au milieu de
vous, demandez-le-lui. » Cette directive venant du Père m’étonna.
J’avais toujours adressé mes prières au Seigneur Jésus. À plusieurs reprises, je
m’étais adressé à Dieu le Père. Il ne m’était jamais venu à l’idée de demander
quoi que ce soit au Saint-Esprit ! À mes yeux, le Saint-Esprit n’était que l’agent
chargé d’exécuter les volontés de la Sainte Trinité. L’idée d’une requête
adressée directement au Saint-Esprit me laissait perplexe. Dieu n’était-il pas
Dieu ? Pourquoi ne voulait-il pas m’exaucer directement ? N’était-il pas celui
qui devait écouter nos prières et y donner suite ?
Je compris que le Père était soucieux de nous enseigner quelque chose
d’important. Il écoute certes nos prières et y répond, mais il désire une chose :
que ses enfants jouissent d’une communion intime avec le Saint-Esprit. Mais
qui était réellement le Saint-Esprit ? Était-il possible de lui parler directement ?
N’était-il pas simplement une puissance à notre service venant de Dieu ?
Quelle importance avait-il et quelles tâches lui étaient-elles attribuées ? Je me
jetai dans les Écritures afin de trouver des réponses définitives à ces
interrogations. Le verdict fut sans équivoque. C’est de Dieu lui-même qu’il
s’agissait. Parler du Saint-Esprit, c’est parler du Créateur.

9
LE SAINT-ESPRIT EST UNE PERSONNE
1
Le dictionnaire Larousse définit simplement une personne comme un individu
considéré en lui-même. Une personne est donc un être conscient. La
personnalité du Saint-Esprit est attestée par la possession d’éléments suivants :
l’intellect, les émotions et la volonté.
L’intellect
L’intellect est l’organe qui rend l’homme capable de savoir, de penser,
2
d’imaginer, de se souvenir, et de comprendre . L’intellect désigne pour l’être
humain l’ensemble des opérations du cerveau. L’intellect est l’apanage de la
personnalité. En effet, si un être pense, alors il s’agit d’une personne. Vous ne
pouvez pas demander à un objet de penser. Le Saint-Esprit est une personne,
car il pense. De nombreux passages de la Bible rendent compte de cette réalité.
Romains 8.27 dit :
Celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que
c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.
Le Saint-Esprit est porteur de la connaissance. Il a des idées. Il se souvient de
tout. Il nous comprend. Il est le Pasteur de l’Église. Il la conduit selon sa
pensée et son but. Lorsque nous cherchons sa face, Il nous communique sa
pensée. Un disciple prudent se tourne constamment vers lui pour solliciter la
communication de sa pensée.
Il y a de cela plusieurs années, j’étais à la recherche d’un local. J’en trouvai un
idéalement positionné. Je perçus cela comme une bénédiction. Pendant que je
rendais grâces, le Saint-Esprit me rappela que je n’avais pas recherché sa
pensée. Je dus renoncer à mon projet. Ce ne fut que plus tard que je me rendis
compte que l’acquisition de ce local aurait été une erreur majeure de ma part.
L’homme est toujours attiré par ce qui frappe le regard. La pensée de l’Esprit
est plus précieuse que de l’or pur.
L’intellect du Saint-Esprit est nettement affirmé dans son ministère
d’enseignant de la parole de Dieu.

1 Dictionnaire de français, Éditions Larousse, 21 rue de Montparnasse, 72283 Paris


Cedex
2
Watchman Nee, L’homme spirituel, Éditions VIDA, Deerfield, Floride, 1996, page
305

10
Jean 14.26 dit :
Mais le consolateur, l’Esprit saint, que le Père enverra en mon nom, vous
enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.
Tous les enfants de Dieu jouissant d’une communion avec le Saint-Esprit
peuvent rendre témoignage de son rôle d’enseignant. Qui mieux que lui peut
enseigner les mystères de Dieu ? N’est-Il pas l’auteur des Écritures ? Lorsqu’il
m’appela à lui pour m’incorporer au corps de Christ, je me rendis compte qu’en
plus du temps où il m’enseignait dans l’assemblée des saints, il désirait que je
lui consacre des instants réguliers. Il me dit qu’il cherchait ces moments durant
lesquels il pourrait m’enseigner sa pensée. Aucun mot ne pourra jamais
exprimer ma reconnaissance envers le Saint-Esprit. Il a formé le dessein de
m’enseigner, de me révéler des choses cachées. Il est impossible de faire la
somme de ce qu’il a déposé en moi.
Les divisions et les schismes doctrinaux sont apparus dans le corps de Christ à
cause de l’absence de communion avec le Saint-Esprit. À moins d’une
communion intime avec lui, nous restons emprisonnés dans notre théologie
personnalisée. Sans intimité avec l’Esprit, l’homme aura tendance à enseigner
ses propres idées.
Les émotions
Si l’intellect désigne la faculté de penser, de réfléchir ou de raisonner, les
émotions touchent, quant à elles, au domaine des sentiments et des affections.
Seuls les êtres conscients sont dotés d’émotions. En d’autres termes, les choses
inanimées n’ont pas de sentiments. Vous ne pouvez pas demander à un caillou
ou bien à une motte de terre d’en avoir. Le fait que le Saint-Esprit ait des
sentiments est une vérité incontestable.
Néhémie 9.20 dit :
Tu leur donnas ton bon esprit pour les rendre sages, tu ne refusas point ta
manne à leur bouche, et tu leur fournis de l’eau pour leur soif.
Il est merveilleux que les Saints Écrits soulignent la bonté de l’Esprit de Dieu.
Il est favorable, il est propice et affectueux. Il arrive souvent que nous ayons
des doutes à ce sujet, surtout lorsque nous traversons des épreuves et des
tribulations. Pourtant, si nous sommes attentifs à la voix de l’Esprit de Jésus,
nous comprendrions que tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu et qui
sont appelés selon son dessein. Le Saint-Esprit sait mieux que nous ce qui nous

11
convient. Nous devons donc, jour après jour apprendre à nous en remettre à sa
volonté. Soyons confiants : il est bon pour nous.
Éphésiens 4.30 poursuit :
N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le
jour de la rédemption.
Nous devons tout mettre en œuvre pour lui faire plaisir. Nous le faisons lorsque
nous décidons de marcher par lui. Apprendre à écouter sa voix, être sensible à
ses directives est la meilleure manière de réjouir son cœur. Il est en effet
l’Esprit de vérité. Seule la marche dans la vérité nous permet de lui être
complètement agréables. N’essayons pas de lui mentir comme ce fut le cas de
quelques-uns.
Parlant d’Ananias et de Saphira, la Bible dit dans Actes 5.3 :
Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu mentes au
Saint-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ ?
La volonté
Qui dit volonté parle de résolution, de décision, de détermination et de volition.
Le Saint-Esprit possède toutes ces qualités. Il a des intentions, des projets et
des desseins.
Actes 13.2 est un exemple parfait du pouvoir de décision du Saint-Esprit :
Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le
Saint-Esprit dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je
les ai appelés.
3
Pour Myer Pearlman , le Saint-Esprit est le représentant de Christ, à qui
l’administration complète de l’Église a été confiée jusqu’au retour de Jésus.
Actes 20.28 dit :
Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-
Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est
acquise par son propre sang.

3Myer Pearlman, Aux sources de la vérité biblique, Éditions VIDA, Miami, Florida,
1981
12
Il est donc important pour les serviteurs de Dieu de comprendre qu’ils ont été
établis gardiens du troupeau par la volonté du Saint-Esprit. Celui qui nous a
établis l’a fait en fonction de ses plans et de ses buts. Le meilleur serviteur de
Dieu n’est pas forcément celui qui travaille intensément, mais celui qui œuvre
dans la volonté révélée du Saint-Esprit. Nous pourrions accomplir une action
bonne en soi, mais ne pas être dans la volonté de l’Esprit.
Nous devons donc permettre au Saint-Esprit d’exercer une volonté souveraine
dans notre ministère. Si nous comprenons que nous ne sommes que des
intendants, nous l'accepterons. Si nous avons au contraire la conviction
malheureuse que sans nous, tout sera fichu, alors nous attristerons l’Esprit de
Jésus. Lorsque le royaume de Dieu est en mouvement, celui de l’ennemi l’est
également. Il est donc vital de rechercher la volonté du Saint-Esprit, lui seul
connaît les plans et les buts de Satan, car c’est de Dieu Lui-même qu’il s’agit.
LE SAINT ESPRIT EST DIEU
4
Il est Dieu le Saint-Esprit . Il est Dieu, au même titre que le Père et le Fils. Ses
noms et ses attributs l’attestent.
Noms divins
Le premier nom divin que nous mentionnerons est celui de Dieu. Dans Actes
5.4, l’apôtre Pierre se réfère à lui comme étant Dieu. Ainsi, mentir au Saint-
Esprit, c’est mentir à Dieu. Ananias et Saphira le comprirent à leurs dépens.
Puisque le Saint-Esprit est Dieu, nous lui devons louange, adoration et culte. Si
nous mettons de coté cette exigence, alors nous serons perdus, car, connaissant
Dieu, nous refuserions de le reconnaître de cette manière-là.
Le deuxième nom divin pour le Saint-Esprit est tout simplement celui de
Seigneur.
II Corinthiens 3.17 dit :
Or, le Seigneur c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Le mot grec pour Seigneur est kurios qui procède du mot kuros indiquant la
« suprématie ». C’est le mot communément utilisé dans le Nouveau Testament
pour indiquer Dieu. Le Saint-Esprit partage la divinité avec le Père et le Fils. Il
est l’autorité suprême. Nous devons donc nous donner à lui totalement et sans

4J. M. Nicole, Précis de Doctrine Chrétienne, page 43, Éditions Institut Biblique de
Nogent-s/Marne, 1998
13
restriction. Les Israélites ne comprirent pas toujours l’importance d’une
soumission absolue au Saint-Esprit.
Hébreux 3.8 :
N’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte, le jour de la tentation
dans le désert, où vos pères me tentèrent pour m’éprouver, et ils virent mes
œuvres pendant quarante ans. Aussi je fus irrité contre cette génération, et je
dis : Ils ont toujours un cœur qui s’égare. Ils n’ont pas connu mes voies. Je
jurai donc dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos !
Ou encore Ésaïe 63.10 :
Mais ils ont été rebelles, ils ont attristé son Esprit saint ; Et il est devenu leur
ennemi, il a combattu contre eux.
La Bible Esprit et Vie de Life Publishers International 2006, page 1163, en
donne le commentaire suivant : « Le verbe attrister suggère que l’on a blessé
l’amour du Saint-Esprit et qu’on s’est rebellé contre ses voies. L’Esprit est une
personne divine qu’il est possible de blesser ou d’attrister. Il est d’une sainteté
majestueuse et d’une pureté sans tache. Le Saint-Esprit a été donné à tous les
croyants pour les introduire dans la grâce, la révélation, la puissance, l’amour,
la présence et la sainteté de Dieu. »
Attributs divins
Le mot attribut renvoie aux caractéristiques, aux propriétés et aux qualités
d’une personne. Il existe donc des attributs divins. Il s’agit de qualités
possédées de Dieu seul. Autrement dit, si une personne possède ces attributs,
alors sa divinité est incontestable. Le Saint-Esprit possède tous les attributs
divins.
Tout d’abord l’omniprésence. Pour certains, elle signifie que le Saint-Esprit est
partout au même moment. Pour d’autres, l’omniprésence est la capacité du
Saint-Esprit à être en relation avec ses créatures partout où elles se trouvent.
Pour nous toutefois, il existe une nouvelle réjouissante. L’Esprit de Christ
habite en nous, chacun pour sa part. Lorsque nous soupirons, il nous entend et
il est prêt à répondre à nos demandes.
Psaume 139.7-10 :
Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face ? Si je monte aux
cieux, tu y es ; Si je me couche au séjour des morts, t’y voilà. Si je prends les

14
ailes de l’aurore, Et que j’aille habiter à l’extrémité de la mer, Là aussi ta
main me conduira, Et ta droite me saisira.
Le second attribut divin du Saint-Esprit est l’omniscience.
Ésaïe 40.13-14 :
Qui a sondé l’esprit de l’Éternel, Et qui l’a éclairé de ses conseils ? Avec qui
a-t-il délibéré pour en recevoir de l’instruction ? Qui lui a appris le sentier de
la justice ? Qui lui a enseigné la sagesse, Et fait connaître le chemin de
l’intelligence ?
Rien dans l’univers n’échappe à la connaissance du Saint-Esprit. Nous avons la
grâce et le privilège de le voir partager certaines de ses connaissances avec
nous.
Le troisième attribut divin du Saint-Esprit est celui de l’omnipotence. Le
5
révérend Benny Hinn rend témoignage de l’omnipotence de l’Esprit de la
façon suivante :
− la création : formation de l’univers à partir de rien ;
− l'animation : production de la vie à partir de ce qui n’est pas vie ;
− la résurrection : rendre vivant ce qui est mort.
Luc 1.35 dit :
Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son
ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de
Dieu.
Il est significatif de noter que le Saint-Esprit est appelé ici la puissance du Très-
Haut. Dans le cas de l’espèce, la vierge Marie, conformément à la logique
humaine, savait qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfant, car elle ne connaissait
point d’homme. C’est pourquoi, l’ange lui fit comprendre que la puissance du
Très-Haut pouvait tout réaliser. Ceci est une leçon pour tous les enfants de
Dieu. Il nous appartient de prier avec foi, et la puissance du Très-Haut
accomplira le reste.
L’éternité est le dernier attribut que nous verrons. L’Esprit de Dieu n’a ni
Genèse, ni fin d’existence. Il était, il est, et il sera toujours.

5Benny Hinn, Welcome Holy Spirit, page 50, Publishers, USA, Nashville,
1995
15
Hébreux 9.14 :
Combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même
sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que
vous serviez le Dieu vivant !
L’éternité est incompréhensible, logiquement parlant. Nous avons tous un
commencement et une fin. Les choses créées ont un début. Le Saint-Esprit est
Dieu. Il n’a ni origine, ni fin de jours. Il est le Dieu d’éternité. Le présent, le
passé et l’avenir sont immuables en lui. Le temps n’a aucune prise sur lui. Il est
étranger à toute variation.
LES SYMBOLES DU SAINT-ESPRIT
Un symbole est un emblème, un étendard ou une bannière. Dans les Écritures,
le Saint-Esprit est représenté par plusieurs symboles. Les plus courants sont
présentés ci-dessous :
La colombe
La colombe est le symbole le plus courant pour représenter le Saint-Esprit.
Nous nous souvenons tous du baptême de Jésus.
Après avoir été baptisé, Jésus sortit de l’eau : et voici, les cieux s’ouvrirent, Il
vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.
Dans Matthieu 3.16, Jean-Baptiste rendit le témoignage ci-après :
Je vis l’Esprit descendre comme une colombe et s’arrêter sur lui.
L’eau
Depuis l’Ancien Testament, l’eau est un symbole constant du Saint-Esprit.
L’effusion du Saint-Esprit est régulièrement symbolisée par la pluie.
Zacharie 10.1 :
Demandez à l’Éternel la pluie, la pluie du printemps ! L’Éternel produira des
éclairs, Et il vous enverra une abondante pluie, Il donnera à chacun de l’herbe
dans son champ.
Joël 2.23 :
Et vous, enfants de Sion, soyez dans l’allégresse et réjouissez-vous En
l’Éternel, votre Dieu, Car Il vous donnera la pluie en son temps, Il vous
enverra la pluie de la première et de l’arrière-saison, Comme autrefois.
16
Par ailleurs le baptême dans le Saint-Esprit est décrit par Jésus comme des
fleuves d’eau vive.
Jean 7.38 :
Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit
l’Écriture.
Ézéchiel 47.1 présente le Saint-Esprit sous le symbole d’une rivière :
Il me ramena vers la porte de la maison. Et voici, de l’eau sortait sous le seuil
de la maison, à l’orient, car la face de la maison était à l’orient ; l’eau
descendait sous le côté droit de la maison, au midi de l’autel.
Le vent
Parlant du Saint-Esprit, Jésus déclara dans Jean 3.8 :
Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient,
ni ou il va […].
Le vent est un symbole constant du Saint-Esprit. Dans Actes 2, le Saint-Esprit
descendit tel un vent impétueux. Le mot hébreu pour Esprit ruach signifie
« vent ou brise ». Il en est de même du mot grec pneuma qui désigne un
courant d’air.
De même, dans Ézéchiel 37, le Saint-Esprit est symbolisé par un vent. Le
prophète reçoit l’ordre de prophétiser au vent. Suite à son obéissance, les vents
ressuscitèrent des ossements secs. Il s’agissait du Saint-Esprit.
Le feu
Le feu est un symbole courant de l’Esprit de Dieu. Le baptême du Saint-Esprit
est toujours associé au feu.
Matthieu 3.11 :
Moi, je vous baptise d’eau pour vous amener à la repentance ; mais celui qui
vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses
souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.
Cette promesse faite par Jean-Baptiste trouva son plein accomplissement le
jour de la Pentecôte. Le Saint-Esprit descendit comme un vent impétueux et il
remplit le lieu où les disciples étaient assemblés. Puis des langues de feu leur
apparurent.

17