Vous êtes sur la page 1sur 15

Comité des droits des personnes handicapées

Observations finales sur le rapport initial de l'Algérie *

I- Introduction
1. Le Comité a examiné le rapport initial de l'Algérie (CRPD / C / DZA / 1) à ses 401 et
40e séances (voir CRPD / C / SR.401 et 402), tenues les 29 et 30 août 2018. Il a
adopté les présentes observations finales lors de sa 421 e réunion du 13 septembre
2018.
2. Le Comité accueille avec satisfaction le rapport initial de l'Algérie, établi
conformément à ses directives concernant l'établissement des rapports, et remercie
l'État partie pour ses réponses écrites (CRPD / C / DZA / Q / 1 / Add.1) à la liste des
questions préparées par le Comité (CRPD / C / DZA / Q / 1).

II. Aspects Positives

3. Le Comité se félicite de l'adoption de l'instruction du Premier ministre n ° 368 du 21


décembre 2013 sur l'intégration du handicap dans les programmes sectoriels,
conformément à l'art. 33 (1) de la Convention relative aux droits des personnes
handicapées et de la norme nationale n ° 16227 régissant l'approbation technique
des infrastructures pour personnes handicapées et l'accord signé le 22 avril 2018
visant à établir des mécanismes de suivi et d'inspection des travaux relatifs à la
accessibilité des bâtiments et des installations ouverts au public. Le Comité prend
également note avec satisfaction de la première édition du Dictionnaire de la langue
des signes algérienne (2017), qui constitue un pas en avant vers la reconnaissance
officielle de la langue des signes algérienne.

III. Principaux sujets de préoccupation et recommandations

A. Principes généraux et obligations (art. 1 à 4)

4. Le Comité note avec préoccupation que l'État partie n'a pas ratifié le Protocole facultatif à
la Convention.

5. Le Comité recommande à l'État partie d'envisager d'engager le processus de ratification


du Protocole facultatif à la Convention.

6. Le Comité note avec préoccupation que l'État partie n'a pas encore harmonisé sa
législation avec la Convention, notamment la loi no 02-09 de mai 2002 et le décret exécutif
no 14-204 du 15 juillet 2014, qui reposent principalement sur le modèle médical du
handicap. Il s'inquiète également de ce que les multiples niveaux d'évaluation de l'incapacité
aux fins des prestations et des autres services restent axés sur les déficiences de la personne.
7. Le Comité recommande à l'État partie:

a) Garantir la pleine incorporation de la Convention dans l'ordre juridique interne, abroger


ou modifier toute loi contraire à la Convention et discriminatoire à l'égard des personnes
handicapées, y compris la loi n ° 02-09 de mai 2002 et harmoniser les politiques et pratiques
avec la Convention ;

b) Éliminer les multiples niveaux d'évaluation du handicap et, en consultation avec les
organisations représentatives des personnes handicapées, élaborer une politique et une
procédure d'évaluation, conformément au modèle de handicap fondé sur les droits de
l'homme, consacré par la Convention.

8. Le Comité est préoccupé par le fait que, par le biais de leurs organisations représentatives,
les personnes handicapées ne sont pas consultées et ne participent activement à tous les
processus décisionnels les concernant, y compris à la mise en œuvre de la Convention.

9. Le Comité rappelle son observation générale no 7 sur les articles 4.3 et 33.3 de la
Convention (2018) et recommande à l'État partie d'adopter des mesures pour consulter
efficacement et systématiquement les personnes handicapées et les faire participer
activement, par l'intermédiaire de leurs organisations représentatives, à toutes les questions
qui: les affecter. Il lui recommande également d'adopter des mesures permettant
l'interaction des organisations représentatives de personnes handicapées avec l'État partie
de manière sûre et collaborative.

B. Droits spécifiques (art. 5 à 30)

Égalité et non-discrimination (art. 5)

10. Le Comité est préoccupé par:

a) La législation nationale, y compris la Constitution, qui ne reconnaît pas explicitement les


principes d'égalité et de non-discrimination des personnes handicapées;

b) Le fait que la loi n'identifie pas explicitement le refus d'accommodement raisonnable


comme une discrimination fondée sur le handicap et que celui-ci n'est pas bien compris ni
largement appliqué par les employeurs et les prestataires de services, empêchant les
personnes handicapées de jouissent de leurs droits sur un pied d'égalité avec les autres et;

c) Des termes dérogatoires qui stigmatisent les personnes handicapées dans la législation, y
compris le Code civil et le Code de la famille;

d) Politiques discriminatoires, notamment le fait que les personnes handicapées doivent


présenter un certificat d'exonération de responsabilité avant de voyager dans la compagnie
aérienne nationale.
11. Le Comité rappelle son observation générale no 6 (2018) sur l'égalité et la non-
discrimination et recommande à l'État partie:

a) Aligner sa législation sur la Convention et modifier toutes les législations nationales


pertinentes afin d'interdire et de sanctionner la discrimination fondée sur le handicap et
reconnaître le refus d'accommodement raisonnable comme une discrimination fondée sur le
handicap;

b) Abroger toute législation qui contient encore des termes dérogatoires et qui stigmatise les
personnes handicapées;

c) Modifier toute politique discriminatoire à l'égard des personnes handicapées.

12. Le Comité s'inquiète de ce que:

a) Il n'existe pas de législation spécifique protégeant contre les formes de discrimination


multiples et intersectionnelles.

b) Aucune plainte relative à la discrimination fondée sur le handicap (article 295 bis 1 du
Code pénal) n'a été déposée, ce qui pourrait indiquer que les procédures de plainte ne sont
pas bien connues des victimes.

13. Le Comité recommande à l'État partie:

a) Introduire une législation et des mesures pour garantir que les personnes handicapées
exercent effectivement leur droit à l'égalité et à la non-discrimination, conformément à
l'Observation générale n ° 6 (2018) sur l'égalité et la non-discrimination et son concept
d'égalité inclusive;

b) Sensibiliser les acteurs publics et privés, notamment les avocats, les magistrats, les
responsables de l'application des lois, les fonctionnaires, les employeurs, les professionnels
de l'éducation et de la santé et les personnes handicapées elles-mêmes au droit à l'égalité et
à la non-discrimination, y compris les droits multiples et formes de discrimination
intersectionnelles, la fourniture d’aménagements raisonnables et la formation appropriée;

c) Sensibiliser les personnes handicapées, les responsables publics et les fournisseurs de


services aux recours juridiques disponibles et redoubler d'efforts pour créer des
environnements permettant aux personnes handicapées de faire valoir leurs droits.

Femmes handicapées (art. 6)

14. Le Comité est préoccupé par le fait que:

a) Il n'existe pas de lois ni de politiques pour lutter contre les formes de discrimination
multiples ou aggravées subies par les femmes et les filles handicapées;

b) Le handicap n’a pas été intégré dans les efforts nationaux en faveur de l’égalité des sexes;
c) Les organisations de femmes et de filles handicapées ne sont ni impliquées ni consultées
en ce qui concerne l'application de la Convention.

15. Le Comité recommande à l’État partie de tenir compte de l’article 6 de la Convention et


de son Observation générale n o 3 (2016) sur les femmes et les filles handicapées, dans la
mise en œuvre de l’objectif 5 des objectifs de développement durable et:

a) Intensifier ses efforts pour intégrer les droits des femmes handicapées dans le droit et
dans la pratique, notamment en adoptant des lois renforçant la protection juridique des
femmes et des filles handicapées contre les formes de discrimination multiples et aggravées;

b) Intégrer le handicap dans tous les efforts nationaux en faveur de l'égalité des sexes, y
compris la future «Stratégie nationale de promotion et d'intégration de la femme et ses
plans d'action»;

c) Assurer la consultation et la participation des organisations représentatives des femmes et


des filles handicapées pour la mise en œuvre de la Convention.

Enfants handicapés (art. 7)

16. Le Comité est préoccupé par le fait que:

a) Le handicap n’est pas intégré dans les lois, politiques et stratégies nationales relatives à
l’enfance;

b) Les enfants handicapés seraient très fréquemment victimes de violence et de négligence,


notamment à la maison, dans les écoles et dans les établissements de placement alternatif;

c) Le nombre d’assistants en soins de l’enfance, d’enseignants et d’autres professionnels


qualifiés est insuffisant pour mener à bien une politique de développement inclusif et
d’autonomisation des enfants handicapés;

d) Les enfants handicapés ne bénéficient pas du soutien nécessaire pour jouir de leurs droits
sur un pied d'égalité avec les autres, notamment leur droit d'accéder aux services de santé, à
la protection sociale et à l'éducation inclusive;

e) Un grand nombre d’enfants handicapés, en particulier d’enfants handicapés mentaux et


psychosociaux, continuent de vivre dans des établissements de placement alternatif.

17. Conformément à la Convention et à la cible 16.2 des objectifs de développement


durable, le Comité recommande à l'État partie:

a) Intégrer le handicap dans la législation, les politiques et les stratégies nationales relatives
à l'enfance;
b) Adopter une législation et mettre en œuvre des mesures spécifiques pour protéger les
enfants handicapés des abus et de la négligence, et pour enquêter sur les auteurs et les
sanctionner;

c) Fournir une formation continue de qualité à l'ensemble du personnel travaillant avec des
enfants sur les droits des enfants handicapés;

d) Augmenter les ressources pour faire en sorte que les enfants handicapés reçoivent le
soutien dont ils ont besoin pour faire valoir leurs droits sur un pied d'égalité avec les autres;

e) Encourager la protection de remplacement dans le cadre familial pour les enfants


handicapés et, entre-temps, veiller à ce que les établissements de placement de
remplacement disposent d'un personnel suffisamment formé et de ressources financières
suffisantes pour garantir le respect des droits des enfants handicapés dans ces
établissements.

Sensibilisation (art. 8)

18. Le Comité est préoccupé par la stigmatisation, les préjugés et les stéréotypes à l'égard
des personnes handicapées dans le public et dans les médias. Il est également préoccupé par
le fait que l'État partie mal interprète les programmes de prévention du handicap,
notamment ceux qui figurent dans le décret exécutif n ° 17-187 du 3 juin 2017, comme une
mesure d'application de la Convention entraînant une discrimination à l'égard des personnes
handicapées. Il s'inquiète également de l'absence d'une politique nationale de sensibilisation
à l'approche du handicap fondée sur les droits de l'homme.

19. Le Comité recommande à l'État partie:

a) Prendre les mesures juridiques et autres nécessaires pour transformer les préjugés et
lutter contre la stigmatisation et les stéréotypes à l'égard des personnes handicapées;

b) Éliminer toutes les politiques visant à légitimer la prévention du handicap en tant que
mesure de mise en œuvre de la Convention;

c) En étroite collaboration avec les organisations représentatives des personnes


handicapées, élaborer et adopter une stratégie nationale de sensibilisation et de promotion
d'une image positive des personnes handicapées et de la connaissance de leurs droits, telles
qu'énoncées dans la Convention.

Accessibilité (art. 9)

20. Le Comité est préoccupé par le fait que la législation en vigueur sur l'accessibilité
physique n'est pas contrôlée et appliquée en raison d'un manque de ressources. Il s'inquiète
également de l'absence de législation facilitant l'accès aux personnes handicapées autres
que les personnes à mobilité réduite, à l'environnement physique, aux transports, à
l'information et aux communications, y compris aux technologies et systèmes de
l'information et de la communication, ainsi qu'à d'autres installations et services. ouvert ou
accessible au public, tant en milieu urbain que rural.

21. Rappelant son Observation générale no 2 (2014) sur l'accessibilité, le Comité


recommande à l'État partie:

a) Introduire une législation et une politique d'accessibilité pour promouvoir l'accès de


toutes les personnes handicapées, sur un pied d'égalité avec les autres, à l'environnement
physique, aux transports, à l'information et aux communications, y compris aux technologies
et systèmes de l'information et de la communication, et à d'autres installations et services
ouverts ou fournis au public, tant en milieu urbain que rural;

b) Allouer les ressources nécessaires pour suivre sa mise en œuvre;

c) S'appuyer sur l'article 9 de la Convention pour mettre en œuvre les objectifs 11.2 et 11.7
des objectifs de développement durable, afin de donner à tous l'accès à des systèmes de
transport sûrs, abordables, accessibles et durables, notamment en développant les
transports publics, en accordant une attention particulière à personnes handicapées, et de
fournir un accès universel à des espaces verts et publics sûrs, inclusifs et accessibles, en
particulier pour les personnes handicapées.

Situations de risque et urgences humanitaires (art. 11)

22. Le Comité est préoccupé par l'absence de mesures pour répondre aux besoins
spécifiques des réfugiés handicapés dans le contexte de crises humanitaires.

23. Le Comité recommande à l'État partie d'adopter, dans un délai bien défini, une stratégie
de gestion des risques et des situations d'urgence et de veiller à ce que les problèmes
d'invalidité soient intégrés dans la stratégie, conformément au Cadre de Sendai pour la
réduction des risques de catastrophe 2015-2030.

Égalité de reconnaissance devant la loi (art. 12)

24. Le Comité est préoccupé par le fait que la législation nationale, en particulier le Code civil
(art. 40, 42, 44 et 78) et le Code de la famille, art. 81, 85 et 86, chapitre 5, art. 99, Chapitre 1
sont incompatibles avec la Convention autant qu'ils nient la capacité juridique des personnes
handicapées complètement ou partiellement, et prévoient une prise de décision substituée
au lieu d'une prise de décision assistée. Il est également préoccupé par le manque de
données sur les personnes encore sous tutelle, ventilées par âge, sexe et type de déficience.

25. Le Comité recommande à l'État partie d'abroger ou de modifier immédiatement les lois
discriminatoires, de reconnaître la pleine capacité juridique de toutes les personnes
handicapées, sur un pied d'égalité avec les autres, et de mettre en place des mécanismes
décisionnels soutenus qui respectent l'autonomie, la volonté et les préférences des
personnes. personnes handicapées dans tous les domaines de la vie, conformément à
l'Observation générale n ° 1 du Comité (2014) sur l'égalité de reconnaissance devant la loi. Il
recommande également à l'État partie d'adopter des mesures pour renforcer la collecte de
données sur les personnes encore sous tutelle, ventilées par âge, sexe et handicap.

26. Le Comité est préoccupé par l'article 26 du décret exécutif n o 16-159 du 30 mai 2016 et
par l'article 34 de la loi n o 13-17, qui établit certaines normes d'aptitude physique et
psychologique en tant que conditions d'accès aux professions de juge et d'avocat. . Il
s'inquiète également des obstacles existants à l'accès aux cours et tribunaux, y compris des
obstacles physiques à l'accès aux informations dans des formats accessibles tels que le
braille, la lecture facile et la langue des signes. Le Comité est également préoccupé par
l'absence de formation systématique des membres de l'appareil judiciaire, des praticiens du
droit et des responsables de l'application des lois sur la notion d'aménagement de la
procédure et / ou d'aménagement adapté à l'âge des personnes handicapées.

27. Le Comité recommande à l'État partie, compte tenu de l'article 13 de la Convention et de


l'objectif 16.3 des objectifs de développement durable:

a) Abroger toute loi et toute politique discriminant les personnes handicapées de la


profession d’avocat;

b) Éliminer tous les obstacles physiques empêchant les personnes handicapées d’avoir accès
à l’ensemble du système de justice sur un pied d’égalité avec les autres;

c) Faciliter l'accès des personnes handicapées à l'information, dans tous les formats, y
compris Easy-Read, le braille, les formats numériques accessibles et la langue des signes;

d) Dispenser une formation systématique et continue aux membres de l'appareil judiciaire,


aux praticiens du droit et aux responsables de l'application des lois à la Convention et à
l'obligation de garantir un accès physique et des services juridiques accessibles.

Liberté et sécurité de la personne (art. 14)

28. Le Comité est préoccupé par la privation de liberté des personnes handicapées et par le
placement involontaire de personnes handicapées dans des établissements de soins pour
bénéficiaires internes en raison de leur déficience réelle ou perçue. Il s'inquiète également
de l'absence d'aménagements raisonnables ou adaptés aux personnes handicapées
soupçonnées d'avoir commis un crime à toutes les étapes du processus judiciaire, en
particulier pendant leur interrogatoire et leur détention.

29. Le Comité recommande à l'État partie, inspiré par ses directives concernant le droit à la
liberté et à la sécurité des personnes handicapées (voir A / 72/55, annexe I) d'abroger toute
législation autorisant la privation de liberté base d'une déficience réelle ou perçue ou
autorisant une institutionnalisation sans le consentement libre et éclairé de la personne, y
compris dans les cas où le consentement est substitué par un tiers. Il recommande
également à l'État partie d'adopter une législation prévoyant des aménagements
raisonnables et / ou des aménagements procéduraux pour les personnes handicapées
soupçonnées d'avoir commis un crime, notamment lors des interrogatoires, des poursuites,
des poursuites et des mises en détention.

Droit de ne pas être soumis à l'exploitation, à la violence et à la maltraitance (art. 16)

30. Le Comité est préoccupé par l'absence de plaintes concernant des cas d'exploitation, de
violence et de maltraitance d'adultes et d'enfants handicapés, ce qui ne signifie pas
nécessairement que de tels cas ne se produisent pas. Il est également préoccupé par le fait
que:

a) Il n'existe pas de mécanisme indépendant chargé d'enquêter et de surveiller les cas


d'exploitation, de violence et de sévices à l'encontre de personnes handicapées, en
particulier de femmes et de filles handicapées et de personnes handicapées psychosociales
ou intellectuelles vivant encore en institution;

b) Les personnes handicapées qui vivent encore dans des institutions n'ont pas accès à l'aide
juridictionnelle indépendante et ne bénéficient pas de services de substitution à la vie
autonome dans la communauté;

c) Les services de réadaptation physique et psychologique des victimes d'exploitation, de


violence et de maltraitance ne sont pas toujours accessibles aux personnes handicapées, en
particulier les femmes et les filles.

31. Le Comité recommande à l'État partie de prendre davantage de mesures pour garantir
l'accessibilité et la disponibilité des recours et des mécanismes de plainte et sensibiliser
davantage les personnes handicapées, y compris les enfants. Il recommande également à
l'État partie:

a) Mettre en place un mécanisme indépendant chargé d'enquêter sur et de combattre


l'exploitation et la violence à l'égard des personnes handicapées qui vivent encore dans des
institutions, en particulier des femmes et des filles et des personnes présentant un handicap
psychosocial et intellectuel;

b) Introduire des mesures permettant aux personnes handicapées vivant dans des
institutions d'accéder à des conseils juridiques indépendants et accessibles et leur
permettant de faire valoir leurs droits et adopter des mesures garantissant le droit de toutes
les personnes handicapées à une vie, à un soutien et à l'inclusion indépendants,
communauté;

c) Adopter des mesures supplémentaires pour faire en sorte que tous les services de
réadaptation physique et psychologique des victimes d’exploitation, de violence et d’abus, y
compris les abris temporaires, soient accessibles aux personnes handicapées, en particulier
aux femmes et aux filles;
d) Redoubler d'efforts pour assurer le rétablissement, la réadaptation, la réinsertion,
l'autonomisation et l'autonomie des personnes handicapées et des victimes d'exploitation,
de violence et de maltraitance.

Vivre de manière autonome et faire partie de la communauté (art. 19)

32. Le Comité note avec préoccupation que l'État partie n'a pas engagé de procédure de
désinstitutionnalisation des personnes handicapées et note avec préoccupation l'absence de
mesures visant à garantir le respect du droit des personnes handicapées à une vie autonome
et à leur intégration dans la société.

33. Le Comité recommande à l'État partie de prendre des mesures pour engager le processus
de désinstitutionnalisation des personnes handicapées en étroite consultation avec les
organisations représentatives des personnes handicapées, en tenant compte de son
Observation générale no 5 (2017) relative à l'article 19.

Mobilité personnelle (art. 20)

34. Le Comité est préoccupé par les difficultés rencontrées par les personnes handicapées
pour accéder à un équipement de mobilité personnel gratuit ou pour l’acquérir, ainsi que
par le manque de clarté des critères d’éligibilité permettant aux personnes handicapées de
bénéficier d’aides à la mobilité.

35. Le Comité recommande à l'État partie de prendre les mesures nécessaires pour faciliter
l'accès des personnes handicapées à des équipements et aides à la mobilité individuels,
abordables ou gratuits.

Liberté d'expression et d'opinion et accès à l'information (art. 21)

36. Le Comité est préoccupé par l'absence d'une politique cohérente visant à promouvoir et
à protéger le droit d'accès à l'information sur des supports accessibles, y compris le braille,
Easy Read, et à reconnaître officiellement la langue des signes algérienne.

37. Le Comité recommande à l'État partie de mettre en place une politique cohérente de
promotion et de protection de l'information sous des formats accessibles, notamment le
braille, les formats numériques accessibles, Easy Read et la reconnaissance de la langue des
signes algérienne.

Respect de la maison et de la famille (art. 23)

38. Le Comité est préoccupé par le manque d'appui financier et de conseils, ainsi que par
l'absence d'appui communautaire aux parents et aux familles d'enfants handicapés et aux
parents handicapés.

39. Le Comité recommande à l'État partie de fournir le soutien financier et les services de
conseil nécessaires et de garantir la disponibilité d'un soutien communautaire aux parents
handicapés et aux familles ayant des enfants handicapés afin de garantir l'exercice du droit
de famille au même titre que les autres.

Education (art. 24)

40. Le Comité est préoccupé par le fait que l'éducation des enfants handicapés relève de la
compétence du Ministre de la solidarité nationale et que l'éducation séparée pour les
enfants handicapés existe toujours. Il s'inquiète également de l'absence d'une politique sur
le droit à l'éducation inclusive pour les enfants handicapés et d'une stratégie visant à
transformer les environnements spécialisés en environnements d'éducation inclusive, y
compris des programmes révisés et une formation.

41. Le Comité recommande à l'État partie, conformément à son Observation générale no 4


(2016) sur l'éducation pour l'inclusion:

a) Veiller à ce que le Ministère de l'éducation soit responsable de l'éducation de tous les


enfants, y compris les enfants handicapés;

b) Prendre rapidement des mesures pour que tous les enfants handicapés aient accès à un
enseignement primaire et secondaire inclusif, de qualité et gratuit, et mettre en place des
aménagements raisonnables pour leur permettre de suivre un enseignement;

c) Formuler, appliquer et contrôler les mesures prises dans le domaine du droit à l’éducation
intégratrice, notamment l’élaboration de programmes scolaires appropriés, d’outils
d’apprentissage accessibles et de méthodes d’enseignement accessibles, en étroite
consultation avec les organisations représentatives des personnes handicapées;

(d) Introduire des programmes de formation pour les enseignants et autres personnels
éducatifs sur le droit à l'éducation inclusive.

Santé (art. 25)

42. Le Comité est préoccupé par la discrimination à l'égard des personnes handicapées, qui
limite leur accès aux services de santé, y compris aux services de santé en matière de
sexualité et de procréation, et en particulier:

a) Le manque de capacité des services de santé, en particulier pour les enfants handicapés et
dans les zones rurales;

b) Des informations et des communications qui ne sont pas adaptées aux besoins des
personnes handicapées;

c) L'insuffisance de personnel de santé qualifié pour s'attaquer aux multiples obstacles


rencontrés par les personnes handicapées.

43. Le Comité recommande à l'État partie de se conformer à la Convention pour mettre en


œuvre l'objectif de développement durable n ° 3 et:
a) Augmenter la disponibilité et la capacité de services de santé complets à base
communautaire pour répondre aux besoins des personnes handicapées, en particulier des
enfants et des régions rurales;

b) Veiller à ce que les personnes handicapées telles que le braille, la langue des signes, les
formats numériques accessibles et Easy Read, aient accès à des informations sous des
formats accessibles, concernant les services et programmes de soins de santé disponibles,
en particulier en ce qui concerne la santé et les droits sexuels et reproductifs, la santé
maternelle et infantile, services de santé infantile et services de soutien psychosocial;

c) Allouer des ressources suffisantes pour former le personnel médical et paramédical aux
droits des personnes handicapées, notamment au consentement libre et éclairé et au droit
d'accéder au système de soins de santé sur un pied d'égalité avec les autres.

Travail et emploi (art. 27)

44. Le Comité est préoccupé par le manque de ressources et de professionnels qualifiés au


sein de l'agence nationale chargée de la mise en œuvre et du suivi du décret no 14-214 du
30 juillet 2014 visant à faciliter l'emploi des personnes handicapées. Il est également
préoccupé par le fait qu'en dépit de l'entrée en vigueur de l'article 27 (1) de la loi n ° 02-09
du 8 mai 2002, qui prévoit que tous les employeurs doivent consacrer au moins 1% des
emplois aux personnes handicapées reconnues comme travailleurs. et la possibilité pour les
employeurs de bénéficier d'un financement pour l'adaptation des postes de travail (arrêté
interministériel du 4 octobre 2017), les personnes handicapées continuent à faire l'objet de
discriminations dans le secteur de l'emploi.

45. Le Comité recommande à l'État partie:

a) Renforcer l'agence nationale chargée de l'application du décret n ° 14-214 en allouant les


ressources nécessaires et en le dotant d'un personnel qualifié;

b) Élaborer une stratégie nationale en étroite consultation avec les organisations


représentatives des personnes handicapées en vue d’accroître le taux d’emploi des
personnes handicapées, en particulier des femmes;

c) sensibiliser les employeurs à l'arrêté interministériel du 4 octobre 2017 afin de bénéficier


des subventions octroyées pour l'adaptation et l'équipement des lieux de travail des
personnes handicapées;

d) Adopter une stratégie et un plan d’action assortis de critères pour l’emploi des personnes
handicapées, conformément à la cible 8.5 des objectifs de développement durable, en
particulier les femmes handicapées, sur le marché libre du travail.

Niveau de vie adéquat et protection sociale (art. 28)


46. Le Comité est préoccupé par le fait que l'allocation de protection sociale accordée aux
personnes handicapées et à leur famille est insuffisante pour assurer un niveau de vie
adéquat et que la loi interdit à la personne handicapée qui reçoit des prestations de toucher
des revenus provenant d'autres sources.

47. Le Comité recommande à l'État partie de se conformer à l'article 28 de la Convention


pour mettre en œuvre l'objectif 10.2 des objectifs de développement durable et:

a) Identifier un socle de protection sociale qui couvre le contenu minimum du droit à un


niveau de vie suffisant, sur un pied d'égalité avec les autres;

b) Garantir l'accès des personnes handicapées, en particulier des femmes et des enfants
handicapés, aux programmes de protection sociale;

c) Adopter les mesures nécessaires pour que les personnes handicapées ayant droit à des
allocations de protection sociale puissent également toucher des revenus provenant
d'autres sources, en particulier d'un emploi, afin de faire valoir leur droit à l'inclusion sociale
et à l'autonomie.

Participation à la vie politique et publique (art. 29)

48. Le Comité est préoccupé par les restrictions légales, notamment celles du Code électoral
(art. 5), qui limitent de manière discriminatoire et sévère le droit de vote des personnes
handicapées, en particulier des personnes soumises à une «interdiction». Il s'inquiète
également des obstacles physiques et informationnels qui dissuadent les personnes
handicapées de participer aux processus électoraux et de participer à la vie publique et
politique.

49. Le Comité recommande à l'État partie d'abroger toutes les lois qui restreignent les droits
des personnes handicapées, en particulier des personnes psychosociales et des personnes
présentant une déficience intellectuelle, afin que les personnes handicapées puissent
exercer leur droit de participer à la vie politique et à la vie publique. base égale avec les
autres. Il lui recommande également d'adopter les mesures nécessaires pour éliminer tous
les obstacles physiques et informationnels empêchant les personnes handicapées de
participer aux processus électoraux.

Participation à la vie culturelle, aux loisirs, aux loisirs et au sport (art. 30)

50. Le Comité est préoccupé par le fait que l'État partie n'a pas ratifié le Traité de Marrakech
visant à faciliter l'accès aux œuvres publiées pour les personnes aveugles, malvoyantes ou
mal imprimées. Il s'inquiète également de l'insuffisance des mesures permettant à toutes les
personnes handicapées d'accéder aux sites touristiques, aux musées, aux galeries d'art, aux
centres culturels, aux parcs publics et aux autres équipements culturels publics et
d'encourager les enfants handicapés à participer à des activités de loisirs et de sport. .
51. Le Comité recommande à l’État partie de prendre toutes les mesures voulues pour
ratifier et appliquer le Traité de Marrakech afin de faciliter l’accès des œuvres aveugles,
malvoyantes ou autrement imprimées handicapées aux œuvres publiées, de manière à
assurer l’accessibilité des sites touristiques, des musées et des sites touristiques. galeries
d'art, centres culturels, parcs publics et autres espaces publics pour toutes les personnes
handicapées et d'encourager la participation des jeunes handicapés aux activités récréatives,
sportives et culturelles sur un pied d'égalité avec les autres.

C. Obligations spécifiques (art. 31 à 33)

Statistiques et collecte de données (art. 31)

52. Le Comité est préoccupé par l'absence de collecte systématique de données sur les
personnes handicapées, ventilées par handicap, sexe et âge, dans tous les secteurs, y
compris ceux soumis à la violence. Il regrette également les longs retards dans la mise en
œuvre de l'enquête nationale sur le handicap prévue depuis 2011.

53. Gardant à l'esprit les liens entre l'article 31 de la Convention et la cible 17.18 des
objectifs de développement durable, le Comité recommande à l'État partie:

a) Adopter des mesures visant à accroître la disponibilité de données ventilées fiables,


fiables et de qualité, garantissant une participation active et une collaboration étroite avec
les organisations représentatives des personnes handicapées aux étapes de la planification
et de la conception des activités de collecte de données;

b) Accélérer la mise en œuvre de l'enquête nationale sur le handicap en tenant compte de la


courte série de questions du groupe de Washington sur le handicap;

c) Concevoir et mettre en œuvre des politiques fondées sur la recherche participative


conformément à l'Observation générale n ° 7 (2018) donnant effet à la Convention.

Coopération internationale (art. 32)

54. Le Comité est préoccupé par le manque d'intégration des droits des personnes
handicapées dans la mise en œuvre et le suivi nationaux du Programme de développement
durable à l'horizon 2030. Il est également préoccupé par le fait que les organisations de
personnes handicapées ne sont ni consultées de manière exhaustive et indépendante ni
impliquées dans la mise en œuvre de la Convention.

55. Le Comité recommande à l'État partie d'intégrer les droits des personnes handicapées
dans la mise en œuvre et le suivi au niveau national du Programme de développement
durable à l'horizon 2030 et des objectifs de développement durable, et à ce que ces
processus soient entrepris en coopération étroite avec les organisations de personnes
handicapées. Le Comité encourage l’État partie à envisager de ratifier le Protocole à la
Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, relatif aux droits des personnes
handicapées en Afrique, afin de permettre un suivi régional des droits de ces personnes.

Mise en œuvre et suivi au niveau national (art. 33)

56. Le Comité est préoccupé par le fait que:

a) Contrairement à l'instruction du Premier ministre n ° 368 du 21 décembre 2013 sur


l'intégration du handicap dans les programmes sectoriels, des points focaux pour les
questions relatives au handicap n'ont pas été nommés dans tous les ministères;

b) Le coordonnateur nommé au niveau central, le Ministère de la solidarité nationale, de la


famille et de la condition féminine, n’a pas la capacité d’assumer efficacement son rôle;

c) Le Conseil national des droits de l'homme ne respecte pas pleinement les principes relatifs
au statut des institutions nationales de protection et de promotion des droits de l'homme
(Principes de Paris);

d) En attendant la révision du Conseil national des personnes handicapées, il n’existe aucun


mécanisme spécifique permettant la participation des organisations représentatives des
personnes handicapées au suivi de la Convention.

57. Le Comité, rappelant les principes directeurs sur les cadres de surveillance indépendants
et leur participation aux travaux du Comité des droits des personnes handicapées (CRPD / C /
1 / Rev.1, annexe), recommande à l'État partie:

a) Accélérer la mise en œuvre de l'instruction du Premier ministre n ° 368 du 21 décembre


2013 et désigner des points focaux dans tous les ministères pour intégrer les questions
relatives au handicap dans l'ensemble des politiques et des programmes;

b) Prendre toutes les mesures nécessaires pour que le Conseil national des droits de
l'homme puisse s'acquitter de son mandat de manière efficace et indépendante, dans le
plein respect des Principes de Paris;

c) Faciliter la participation effective et significative des organisations représentatives des


personnes handicapées à l'ensemble du processus de suivi de la mise en œuvre de la
Convention, y compris au sein d'un Conseil national révisé pour les personnes handicapées,
conforme à la Convention;

d) Veiller à ce que les cadres de surveillance soient indépendants des organes consultatifs ou
des correspondants désignés en vertu du paragraphe 1 de l'article 33 de la Convention.

IV Suivi et diffusion

58. Le Comité souligne l’importance de toutes les recommandations figurant dans les
présentes recommandations finales et souhaite attirer l’attention de l’État partie sur la
recommandation figurant au paragraphe 57 concernant la mise en œuvre et le suivi à
l’échelle nationale, sur laquelle des mesures urgentes doivent être prises.

59. Le Comité demande à l'État partie de mettre en œuvre les recommandations du Comité
figurant dans les présentes observations finales. Il recommande à l'État partie de
transmettre les observations finales pour examen et suite à donner aux membres du
gouvernement et du parlement, aux fonctionnaires des ministères compétents, aux autorités
locales et aux membres des groupes professionnels concernés, tels que les professionnels de
l'éducation, de la médecine et du droit médias, en utilisant des stratégies modernes de
communication sociale.

60. Le Comité encourage vivement l'État partie à associer les organisations de la société
civile, en particulier les organisations de personnes handicapées, à l'établissement de son
rapport périodique.

61. Le Comité demande à l'État partie de diffuser largement les présentes observations
finales, y compris auprès des organisations non gouvernementales et des organisations
représentatives des personnes handicapées, ainsi que des personnes handicapées et des
membres de leur famille, dans les langues nationales et minoritaires, y compris la langue des
signes et dans des formats accessibles, y compris Easy Read et à les mettre à disposition sur
le site Web du gouvernement consacré aux droits de l'homme.

Prochain rapport périodique

62. Le Comité demande à l'État partie de soumettre ses deuxième, troisième et quatrième
rapports périodiques combinés au plus tard le 4 janvier 2024 et d'y inclure des informations
sur la suite donnée aux présentes observations finales. Le Comité invite l’État partie à
envisager de soumettre les rapports susmentionnés à sa procédure simplifiée, aux termes de
laquelle il établit une liste de points au moins un an avant la date limite fixée pour la
présentation des rapports combinés d’un État partie. Les réponses d’un État partie à une
telle liste de points constituent son rapport.