Vous êtes sur la page 1sur 8

Lorsque l’enfant paraît

Françoise DOLTO

I. Développement de l’enfant (Dorothée)

A. La propreté
B. L’âge du NON
C. Le sommeil
D. Le langage
E. La différenciation des sexes

II. L’enfant dans la famille (Anaïs)

A. Les parents: des partenaires privilégiés


B. La place de l’homme
C. Le complexe d’Oedipe
D. La fratrie

III. L’enfant devenant élève (Vanessa)

A. La 1ère rentrée
B. Une définition de socialisation
C. L’école à la maison
D. L’adulte: une modèle
E. L’enfant artiste
F. L’agressivité
INTRODUCTION

Françoise DOLTO (1908-1988) était une pédiatre et psychanalyste française. Elle


s'est largement consacrée à la psychanalyse de l'enfance dont elle est une des pionnières.
Ainsi, elle a, par exemple, participé, en 1979, à la création de la Maison verte pour
accueillir des (grands-) parents et nourrices, c’est-à-dire tous ceux qui s’occupent d’un
enfant, dans le but de préparer l’enfant à la séparation avec la mère.
Elle a rendu accessible ses connaissances en les vulgarisant à travers une émission
radiophonique sur Europe 1 dès 1961 et en France Inter en 1976. C’est d’ailleurs ce qui a
permis l’écriture du livre que nous vous présentons aujourd’hui “Lorsque l’enfant paraît”
qui retrace les 1ères conversation radiophoniques.

I/ Développement de l'enfant.

Dans ce livre, Françoise Dolto répond aux questions des auditeurs vis à vis du
développement de leurs enfants.
Elle tente d'expliquer aux parents comment un enfant se développe mais aussi leur faire
comprendre, que dès son plus jeune age, un enfant s'exprime .

Les étapes que je vais vous présenter tiennent compte des anecdotes racontées dans le
livre. Elles ne correspondent pas à la chronologie des stades de développement chez
l'enfant.

A. La propreté

Elle donne l'exemple d'une mère de famille de 4 enfants qui a essayé différentes
façons d'apprendre à ses enfants à utiliser le pot.( imposer le pot, ne pas l'imposer revoir
ds le livre)
Cette mère conclut d'elle même qu'il est inutile de vouloir obliger son enfant à devenir
propre le plus tôt possible. Tous ses enfants ont été propres vers 2ans et demi.

C'est ainsi que F. Dolto explique que c'est vers l'age de 2 ans que le système nerveux d'un
enfant est constitué. S'il l'enfant est attentif , alors il sera propre.
Elle ajoute même qu'un enfant sera propre à partir du moment où il sera capable de
monter et de descendre une échelle tout seul.

Par ailleurs elle conseille de ne jamais mettre le pot dans les pièces à vivre mais dans les
toilettes.
En effet l'enfant P43.

Même si F.Dolto ne le cite pas, mais nous pouvons faire référence au stade anal freudien,
qui se joue entre 1 et 3 ans. La perte des excréments est assimilée, par le jeune enfant, à la
perte d'une partie de son corps; l'enfant peut en être angoissé. C’est lorsqu’il désire faire
un cadeau à sa mère qu’il accepte l’expulsion. Mais il y a une période de rétention
lorsqu’il rentre dans une autre période : celle de l’opposition.

B. L'age du « NON »

Autre phase du développement chez l'enfant donc: l'opposition à travers le NON.


Vers l'age de 2ans , l'enfant entre dans une période d'opposition.
Pour répondre aux parents qui ne comprennent pas les réactions de leur enfants (caprices,
le non omniprésent...), F.Dolto explique que l'enfant pour grandir et affirmer sa
personnalité, a besoin de dire NON à ce que dit l'adulte.
Cet adulte est souvent représenté par une femme, soit la mère, soit la nourrice.
Selon elle, un NON chez l'enfant signifie que l'enfant agira vers le OUI, quelques minutes
plus tard.
Donc elle conseille aux parents de ne pas faire cas de ces NON répétitifs, de ne rien
répondre face à cette opposition et de se montrer patient puisque l'enfant finira par
accepter les règles des adultes (p:66; p:148).

C. Le sommeil

Autre sujet dont les parents se soucient, c'est le sommeil.


Pour F. Dolto , un enfant dort quand il en a besoin, à son rythme, et ceci dès la naissance.
Elle insiste sur le fait de respecter ce rythme biologique des enfants .
Il faut les laisser dormir quand ils en ont besoin et peu importe l'endroit.
L'enfant s'adapte à son milieu environnant (milieu calme, bruyant).
Elle pense aussi qu'il n'est pas nécessaire d'obliger les enfants à se coucher le soir à une
heure fixe. Elle conseille aux parents d'envoyer les enfants dans leur chambre et que
l'enfant de lui même s’endormira quand il sera fatigué.
Par contre elle consent qu'il faut instaurer des habitudes et des règles: l'heure du coucher,
ne pas dormir dans le lit des parents.

C. Le langage

F. Dolto considère que l'enfant possède un véritable langage , il communique à sa


façon par le corps.

C'est alors que, face à l'inquiétude de certains parents lorsque leurs enfants ne parlent pas ,
elle répond qu'il n'y a pas d'age légal où l'enfant doit parler.
Pour elle, le langage oral n'est pas une obligation chez l'enfant puisqu'il a appris à
s'exprimer depuis la naissance par d'autres moyens.
Par exemple, elle dit qu’un enfant qui partage son doudou, c'est une façon personnelle de
parler.
Mais elle insiste sur le rôle de la parole de l'adulte: c'est en voyant sa mère parler de lui ,
avec lui ou pour lui, que l'enfant apprend le langage parlé.
F. Dolto compare la mémoire de l'enfant depuis sa naissance à une bande magnétique qui
enregistre tout.
La parole de d'adulte va donc permettre à l'enfant de construire sa pensée.

Elle propose une autre façon « d'enseigner à parler à un enfant » que celle de vouloir
apprendre avec des mots:
 on peut proposer des activités manuelles ( empilages, jeu de balles, les cubes)
 chanter des chansons, faire des bruitages.

Par ailleurs , elle précise que les garçons parlent plus tard que les filles.

D. La différenciation des sexes

A la fin du livre, une question porte sur l'identification sexuelle des enfants par rapport
aux jeux.
Est-ce que les filles jouent à la poupée et les garçons aux voitures?
F. Dolto explique que l'enfant s'identifie à ce qu'il voit.
Si l'enfant est élevé tout seul, son modèle sera le père pour le garçon et la mère pour les
filles.
Mais si l'enfant est entouré d'enfants avec lesquels il joue, il s'identifie à son compagnon
de jeu et choisit les jeux en fonction d'eux.
Ainsi des garçons peuvent jouer à la poupée mais ils joueront autrement que les filles.
Mais c'est surtout vers l'âge de 4 ans que les enfants vont jouer avec leurs petits
camarades.

II/ L’enfant dans sa famille.

Françoise Dolto insiste sur la place de l’enfant et « réfléchit avec les parents mais
non à leur place » comme elle le souligne dans le livre.

A. Les parents : des partenaires privilégiés

Tout d’abord elle vient en aide à des parents en détresse mais accepte les remises
en cause de ces propositions.
Je vous lis un extrait que j’ai apprécié (p 183) :
« Seuls les parents savent vraiment ce qu’il faut faire devant une situation donnée. On ne
devrait pas essayer de se construire un enfant-type de faire entrer son enfant dans le
moule, d’une sorte d’enfant idéal. On a tendance maintenant à ne connaître que par le
livre, par le cinéma ou par autre chose. » (ex : enfant qui range p 149 ; à table p 152-153)
152-153

B. La place de l’homme

Le rôle des deux parents est important ; Dolto note une absence de témoignages de
pères dans ces communications. Si le père est absent, le grand-père peut remplacer la
place de l’homme, essentielle pour l’équilibre des enfants, notamment du garçon. « se
développer garçon en identification à cet homme. » Pour parler de la sexualité, elle
propose aux mères de consulter un médecin homme pour répondre aux garçons.

C. Le complexe d’Œdipe

Dans le complexe d’Œdipe, les relations peuvent être conflictuelles jusqu’à


l’adolescence, si les explications ne sont pas claires.
Dolto préconise un dialogue adapté du genre : « Pour l’instant, tu ne peux pas encore
avoir une femme (ou un homme) à toi. Comme bien de petits garçons, comme ton papa
quand il était petit, tu voudrais devenir le mari de ta mère (ou femme de ton père), ce
n’est pas possible pour de vrai. C’est comme çà la vie.
Dolto précise que les différends entre les parents sont utilisés par les enfants âgés
de 4 à 7 ans. C’est pourquoi elle demande aux parents de répondre par le vrai à propos
de la mort, des divorces, des adoptions, des injustices au sein de la fratrie… sans jamais
humilier l’enfant en public (ex : croyance : témoin de Jéhovah p 169 ; demande d’un
chien p 132-133 ; Père Noël p 94 : mythe/personne vivante)
vivante Dolto précise que dans les
familles divorcées ou vivant en concubinage, le nom de famille s’explique comme étant
un référant pour l’enfant : ce qui nécessite un dialogue avec l’enfant pour connaître son
identité, sans âge spécifié.
Dans les familles bilingues, la mère doit continuer à parler sa langue maternelle pour
s’exprimer naturellement même si la langue paternelle est celle de l’école.

D. La fratrie

L’attachement des parents à leur enfant peut créer des conflits :


- notamment à l’âge du ‘non’ évoqué dans la première partie ; avant
2 ans, l’enfant peut confondre « embrasser et cannibalisme »
- et surtout au sein de la fratrie : la jalousie est fréquente entre 18
mois – 5 ans.
Dolto recommande un écart d’âge d’au moins 3 ans entre les frères/sœurs pour laisser à
l’aîné une relation privilégiée avec ses parents et non un sentiment d’abandon surtout chez
des enfants sensibles.
Chez les jumeaux, la distinction des 2 êtres est importante, en commençant par l’aspect
vestimentaire. (anecdote d’une mère qui a des jumeaux et un autre enfant ; solution aux
nombreuses disputes : habits identiques plus de différenciation sexuelle !!!)
Ainsi, Dolto conseille d’écouter l’enfant, sans hurler, sans crier et surtout de
s’interroger à ce qu’il pense, à ce qu’il veut ( ex : changement de chambre entre frère-
sœur)
sœur dès les premiers mois et surtout à son entrée hors du milieu familial (crèche,
école… blouse blanche p 143)
143

III/ Quand l’enfant devient élève

A. La 1ère rentrée

Tout d’abord pour la véritable 1ère rentrée, Dolto préconise d’éviter de trop mettre
de pression et de ne pas diaboliser l’école. Anecdote p17

Difficultés d’un enfant qui de retrouve noyé dans un grand groupe d’enfants. Il ne s’y
attendait pas. Surtout que jusqu’à cet âge-là, l’enfant ne vit que pour lui, est dans la toute-
puissance.
Que faire alors ? surtout dire, et sans le cacher, tout ce qu’il va se passer, y compris que
l’école n’est pas que jouer, quand on le veut. Cela nécessite aussi de se lever tôt, d’être
fatigué. L’enfant doit être ainsi préparé à ce qu’il va vivre.
Les parents, pour éviter l’angoisse de séparation, doivent affirmer, et réaffirmer à leur
enfant, qu’ils penseront à lui. Possibilité d’objet transitionnel. Dolto donne l’exemple
d’un ticket de Metro.
Pour continuer sur les parents, ils doivent être conscients que l’enfant ne peut pas raconter
ce qu’il a fait à l’école. Dolto a le sens de la formule en disant que : « L’enfant est présent
dans le présent ». Dans notre jargon, nous parlerons alors de langage en situation.

Rentrée « classique » lors de laquelle un enfant « subit » un changement :


S’il y a difficultés, il est intéressant, mais nous le faisons souvent instinctivement, de se
pencher sur l’année précédente. Une anecdote amusante : un enfant était malade tous les
jours de la semaine sauf le dimanche. Dolto, en discutant avec lui, s’est aperçu que cet
élève regrettait sa maitresse de PS. Or, la nouvelle maitresse avait dit à sa classe que
« ceux qui ne suivent pas retourneront avec les petits ». Ce petit faisait tout pour retourner
avec son ancienne maitresse…
Si l’enfant a des problèmes relationnels avec son enseignant, les parents doivent rappeler
que le maitre ou la maîtresse est là pour apprendre, enseigner, expliquer. Dolto dit :
« Pour le reste, c’est maman qui est là ».

B. Une définition de la socialisation

L’école n’est possible que si l’enfant a été socialisé c'est- à dire s'il a rencontré
d’autres enfants, a joué avec eux, a interagi avec eux que ce soit chez lui ou dehors. Ainsi,
pour elle, 2 ½ ans, c’est trop tôt, surtout si c’est un enfant unique.
Dans un autre passage, Dolto précise encore que pour être socialisé, l’enfant doit
« connaître d’autres petits camarades, savoir jouer seul et avec d’autres, savoir être séparé
des parents, et surtout être habile de ses mains, de son corps, et de la parole, savoir à la
fois s’amuser et être stable ». Ce qui nous amène au point suivant.

C. L’école à la maison

Dolto est donc pour l’école à l’âge de la grande école. Si possible, l’enfant doit être
gardé par sa mère auparavant. Elle était d’ailleurs pour la mise en place d’un salaire
maternel. Mais comment faire alors de l’école à la maison ? Elle répond à cette
interrogation en disant que, dès 4/5 ans, la maman peut proposer à son enfant des activités
de 20mn, les amenant ainsi à se stabiliser sur une tâche précise et de manière pas
seulement ludique. De même, ces activités doivent avoir lieu toujours au même endroit,
voire aux mêmes horaires. Cf avenir de la maternelle ?

E. L’adulte: un modèle

Pour l’enfant de plus de 2 ½ ans, la différence de volume est synonyme de


différence de beauté. Il existe alors un sentiment d’infériorité où l’enfant se sent différent
négativement. « Le grand est mieux que le petit ». Nous nous posons alors la question de
savoir si ce sentiment existe également dans la relation avec l’enseignant. Il en est alors
fort possible. De la même manière avec les camarades plus âgés. D’ailleurs, on retrouve
ce phénomène dans celui de la jalousie où l’enfant ne comprend pas pourquoi un bébé
serait admiré alors que lui est plus grand…

E. L’enfant artiste

Nous avons décidé d’en parler dans cette partie car nous connaissons l’intérêt (a
priori !) des arts visuels. Certains élèves sont sensibles à l’Art quel qu’il soit. Alors
comment les accompagner dans ce don ? Dolto donne des pistes pour la mère mais il est,
selon nous, tout à fait possible de les transférer à l’enseignant -> le faire verbaliser sur ses
productions, même si plus simple que la mère le fasse car ce n’est plus du « scolaire ». Ne
pas se cantonner à : « Bravo, il est beau ». Les dessins doivent être mis en valeur,
encadrés par exemple. Cela correspondrait aux expos que nous pouvons monter dans
l’école par exemple. Afin de développer cette période artistique (que ce soit le dessin ou
la musique), il convient de faire parler l’artiste et non de lui expliquer l’Art. Peut être
remis en cause actuellement ? cf Histoire des Arts. Une chose que nous avons retenu
également, c’est la possibilité de faire dessiner par l’enfant sensible, ou choisir des
couleurs, sur de la musique. Ce n’est pas sans rappeler la dictée plastique. Enfin, en ce qui
concerne la psychologie à travers le dessin, Dolto est plutôt réfractaire à cela. En effet,
chercher à tout prix la signification de ce qui est caché, volontairement, par le dessin peut
être préjudiciable et inhiber l’enfant.
F. L’agressivité

Nous avons pris le parti de traiter l’agressivité sous le couvert de l’enfant-élève car
souvent, dans nos classes, nous y avons à faire. Une demande d’une mère, à propos de son
garçon agressif à l’école, est traitée par Dolto d’une façon qui peut surprendre. En effet,
elle souligne que si le garçon fonctionne comme cela c’est parce « il veut montrer qu’il
est garçon ». Cet enfant était pris en étau entre deux soeurs et le père pas assez présent
apparemment. D’une manière générale, Dolto affirme que les garçons sont les plus
aggressifs entre 3 ans ½ et 7 ans car, justement, pour eux, c’est cela être garçon. C’est
alors le fruit de représentations sociales. Il ne suffit pas d’aller plus loin: regardons nos
cours de récré... Ce n’est que lorsqu’ils auront intégré que la virilité n’est pas la force
physique, la violence mais l’utilisation de cette force dans un comportement social
comme, par exemple, le respect et la tolérance.
Dans le cas d’un élève qui agresse, même verbalement, un camarade, Dolto préconise que
ce soient les parents de l’enfant agressé qui viennent parler à cet élève. Pas à l’enseignant!
Souvent, ces élèves « méchants » sont en fait jaloux que l’autre soit plus heureux et
veulent être leur ami.
Pour finir, l’auteur propose et ce, à plusieurs reprises dans le livre, une piste en réaction à
de grosses colères d’un enfant: l’eau. Effectivement, l’eau appaise. Même si ce n’est
qu’avec une bassine d’eau, mettre un enfant à jouer peut le calmer. Dans un passage
(p:61), Dolto dit même que l’énurésie nocturne viendrait du fait que l’enfant a besoin
d’eau pour se rassurer.

CONCLUSION

Cet ouvrage est intéressant à lire. Très facile d’accès, il permet une vulgarisation de la
psychanalyse infantile. Les parents, grands-parents et autres peuvant y puiser toute sorte
de renseignements et d’aides afin d’accompagner au mieux l’enfant dans la conquête de
son développement.
Critique positive : statut de l’enfant, langage libre d’une mère de 3 enfants et
psychanalyste
Cependant, nous nous permettons aussi d’émettre des réserves. En effet, ce livre, pourtant
très avant-gardiste à son époque (années 70’s) ne l’est bien sûr plus de nos jours. La
famille a changé (familles monoparentale, recomposée ; immigrée) ainsi que le contexte
social: chômage, travail de la femme... Par exemple, à plusieurs reprises, sont cités des
exemples de vie quotodienne à la ferme.
Nous avons également été interpellées par l’idée de Dolto sur l’âge idéal d’une 1ère
rentrée solaire et donc la légitimité de la maternelle... (cf jardins d’éveil).