Vous êtes sur la page 1sur 63

École d’Architecture

Exposé Sur :

Suivi par :
Mr BENDAHOU

Présenter Par :
cherigui abdelkarim
Construction

qu’il constitue toute l’enveloppe du bâtiment


ou qu’il s’intègre à la brique ou au béton, le
mur rideau est un concept apte à répondre
aux multiples.

Exigences et normes régissant l’enveloppe du


bâtiment,Notamment pour les immeubles en
hauteur.

Sa Popularité auprès des concepteurs ne


cesse d’ailleurs de Croître à cet égard. il a
pour objectif de satisfaire une tendance
contemporaine de l’architecture et offrir au
bâtiments un aspects modernes répondant
ainsi a une lègertè recherché dans le milieu
urbain par ailleurs le mur rideau sert a cacher
les imperfections de la construction causée
par une mauvaise exécution des gros oeuvres
Construction

Le mur-rideau comprend un système


complet de mur extérieur et de
revêtement, Il est généralement constitué
de cadres en aluminium, de panneaux de
verre transparent et de verre (ou de métal
ou de pierre) d’allège pour envelopper un
édifice, du niveau du sol jusqu’au toit.

Le mur-rideau est conçu pour résister aux


forces du
vent et des séismes, pour limiter
l’infiltration d’air, contrôler la diffusion de
la vapeur, empêcher la
pénétration de la pluie, la condensation sur
les surfaces et dans les vides, et limiter la
perte (ou le gain)
thermique. Il est en outre conçu pour
résister au bruit et au feu.
Construction

légèreté (50 à 80 kg/m²), soit 20 à 30 % du poids d'une construction


traditionnelle ;
encombrement réduit (de 10 à 20 cm), soit un gain de 10 à 30 cm par rapport à
la construction traditionnelle ;
préfabrication industrielle permettant une grande vitesse de mise en œuvre ;
performances d'étanchéité à l'eau, à l'air et au vent, supérieures à une
construction traditionnelle ;
 larges possibilités d'adaptation au niveau du concept architectural.
Ces avantages expliquent le très fort développement de cette technique,
principalement dans les bâtiments destinés au secteur tertiaire.
Construction

Le plus ancien type de mur-rideau est le système à ossature. Il s’agit d’un


système de mur et de revêtement extérieur qui est accroché à la surface de
l’édifice, d’un plancher à un autre. Il est monté avec des composants divers, qui
comprennent des ancrages en acier ou en aluminium, des meneaux (éléments
tubulaires verticaux), des longerons (éléments tubulaires horizontaux), des
vitres transparentes, des vitres d’allège, des isolants et des plaques profilées en
métal . En outre, il comporte plusieurs éléments accessoires, dont des ancrages,
des connecteurs en aluminium, des cales d’appui, des blocs d’angle, des plaques
d’appui, des recouvrements, des garnitures et des joints d’étanchéité.
Construction

Le système à ossature est installé en accrochant le meneau vertical du bord d’un


plancher avec une cornière en acier, tout en faisant glisser l’extrémité inférieure
du meneau vertical sur un ancrage mâle dans le meneau vertical fixé en dessous.
Les meneaux sont espacés de 1,25 m (4 pieds) à environ 1,85 m (6 pieds), selon
l’espacement des colonnes, la force du vent et l’esthétique voulue de la façade
. Le joint entre les meneaux est également un joint de dilatation pour tenir
compte de la flèche due à la surcharge d’un plancher à un autre, le fluage des
structures en béton, ainsi qu’un joint de dilatation thermique pour les
composants du mur-rideau. Ces joints doivent être conçus en fonction de chaque
chantier. Les longerons (meneaux horizontaux) sont ensuite fixés aux meneaux
verticaux pour former les ouvertures de cadre.
Construction
Les allèges sont habituellement fermées avec une plaque métallique profilée (pare-air et
parevapeur), avec un isolant en fibre de verre ou en fibre minérale à haute densité à
l’intérieur de la plaque profilée (ou coffrage). La plaque profilée est ensuite fixée et scellée
au cadre en aluminium. La vitre d’allège est habituellement en verre monolithique renforcé à
chaud, avec un revêtement coloré (fritte) et une pellicule de polyester pour rendre la vitre
d’allège opaque et pour s’approcher de la couleur ou de la teinte de la vitre transparente.
Les couvre allèges peuvent également être en aluminium, en acier inoxydable ou en
panneaux de cuivre. Au cours des dernières décennies, des panneaux de granit et des
ensembles scellés ont été installés dans les allèges des systèmes de murs-rideaux.
Construction
Mur-rideau(niveau du sol )
Construction
Construction

Un mur-rideau fabriqué et installé en panneaux s’appelle un mur-rideau en


panneaux. Un mur-rideau en panneaux a les mêmes composants qu’un mur-rideau
à ossature. Il comprend des meneaux en aluminium, une vitre isolante et un
panneau d’allège, montés dans un cadre en aluminium préfabriqué. Toutefois, au
lieu de monter le mur-rideau sur le chantier, la plupart des composants du
système sont assemblés en usine, dans des conditions de travail contrôlées. Cela
améliore la qualité de l’ensemble et permet un délai de fabrication raisonnable et
une fermeture rapide de l’édifice.
Le mur-rideau en panneaux est monté en panneaux sur l’édifice même . Les
meneaux verticaux et les longerons horizontaux sont fabriqués en demi-profilés
plutôt qu’en profilés tubulaires, qui s’assemblent au moment du montage pour
former le système de mur-rideau. Les panneaux sont installés comme des
bardeaux, en commençant par le bas de l’édifice et en entourant
chaque étage, puis en montant vers le toit.
Si les murs-rideaux en panneaux offrent de nombreux avantages en ce qui
concerne la qualité du montage et la rapidité de fermeture de l’édifice, un
problème de conception se pose à l’égard du rendement et de la durabilité,
Construction
Sur le plan architectural, les murs à panneaux sont essentiellement marqués par
des surfaces dégageant une impression d'unité, sans autre articulation que celle
des joints entre panneaux. Ce système est plus rapide que le précédent et donne
plus de facilités au point de vue de la réalisation des étanchéités.
Construction
Construction

les murs-rideaux à vitrage structurel utilisent les mêmes composants de meneaux en


aluminium que les murs-rideaux à ossature, sauf que l’embout (le col) des meneaux est
omis afin de créer un système de joints verticaux sans recouvrement. Les joints verticaux
entre les vitres isolantes sont scellés sur l’extérieur avec du mastic d’étanchéité en
silicone pour donner une apparence extérieure lisse. Les longerons horizontaux sont
construits avec des plaques de pression et des recouvrements standard.
Pour maintenir la vitre isolante contre l’aluminium des meneaux verticaux, la face
intérieure de la vitre isolante est maintenue séparée du meneau en aluminium par une
garniture ou un ruban intercalaire, et un mastic d’étanchéité structurel en silicone est
posé entre le verre et l’aluminium
Construction

Mur-rideau 1600 – Vitrage structural au siliconeMene


Construction

on distingue diverses techniques de fixation au vitrage :

Verre Extérieur Agrafé ou Attaché ou "VEA«

Le verre extérieur attaché (VEA) est perforé et fixé directement sur une structure porteuse
par l'intermédiaire d'attaches mécaniques métalliques ponctuelles, platine de serrage,
boulons traversants ou non le verre, lesquels seront, ensuite, repris soit par des rotules, soit
articulées, soit rigides. Ce dispositif doit permettre la reprise des efforts dus :
•au vent et/ou à la neige,
•au poids propre,
•aux mouvements différentiels entre verre et structure
En fonction du choix architectural, la paroi peut être supportée par différents type de
structure : charpentes métalliques, structures en câbles inoxydables, poutres en verre,
structures intégrant des contreventements…
Construction
Construction
Verre Extérieur collé ou "VEC"
La technique VEC permet, par l'effacement de la structure métallique derrière les produits verriers, d'obtenir
un aspect de façade uni, mettant en valeur les vitrages. Les composants verriers sont collés à l'aide de mastics
qui agissent avant tout comme élément de transfert des contraintes de ces composants vers leur support.

1.joint de structure
2.vitrage
3.joint d'étanchéité
4.structure de collage
5.espaceur
6.fond de joint
7.plans d'adhérence

Ce sont les mastics qui doivent transférer les contraintes extérieures vers le support. Les
mastics jouant le rôle de joint de structure doivent reprendre les efforts engendrés par le vent,
éventuellement le poids propre et les dilatations différentielles entre verre et cadre support. En
aucun cas, ils ne doivent reprendre les déformations prévisibles du bâtiment. Celles-ci doivent
être reprises au niveau de la liaison "cadre/structure" porteuse du VEC.
Le VEC est un système de collage et non un système mécanique pur. La maîtrise des
problèmes de vieillissement, de compatibilité, de propreté de surface, de définition de barrière
d'étanchéité, est donc fondamentale.
Construction

Deux systèmes VEC peuvent être utilisés :

le système "deux côtés" pour lequel les volumes verriers sont pris en feuillure classique
sur deux côtés, les autres côtés étant collés sur une structure de maintien,
le système "quatre côtés" ou système intégral, pour lequel les volumes verriers sont
collés sur quatre côtés sur des châssis non apparents (cadre à coupure thermique), ce qui
se traduit par un aspect extérieur uniforme et sans aspérité.

Les parties ouvrantes et les parties fixes sont fabriquées selon le même principe. Chaque
remplissage est collé séparément sur un cadre en atelier.

Il y a lieu, de prévoir des moyens de réglage des cadres pour assurer une planéité, un
aplomb, un équerrage et une rectitude des lignes optima de l'ensemble de la façade.

La juxtaposition des éléments vitrés laisse un joint extérieur ouvert de ± 12 mm qui est
remplis à refus d'un silicone spécial inaltérable aux U.V. et 100 % compatible avec le
silicone structurel.
Construction
Verre Extérieur Parclosé

Le remplissage n'est pas collé sur le cadre, mais


maintenu par une parclose visible autour du verre
ou du panneau vitré autour du verre ou du
panneau vitré.
Construction

Cas particulier : la double peau

Le mur rideau peut être dédoublé par une deuxième façade vitrée. La distance entre les deux
parois est généralement comprise entre 200 et 1 000 mm.
On crée ainsi une lame d'air qui peut-être utilisée de multiples façons selon le type de
construction. La température de l'air dans la lame d'air peut être influencée par la
modification des surfaces des entrées et sorties d'air.
Ces systèmes peuvent être conçus avec ou sans recoupements horizontaux ou verticaux de la
lame d'air. Les recoupements empêchent les flux d'air sur plusieurs niveaux, appelés de court
circuit, qui font que l'air se mélange avec l'air frais.
De plus, les recoupements permettent d'empêcher de façon efficace la transmission acoustique
entre deux étages dont les fenêtres sont ouvertes.
Ces systèmes permettent par leur construction d'intégrer les avantages suivants :
Le store peut-être intégré dans la lame d'air. Il est ainsi protégé des intempéries et de la
pollution.
Construction

La protection solaire fonctionne même en cas de vent important, ce qui représente un avantage
incontestable pour les immeubles de grande hauteur. Donc on renonce aux stores intérieurs peu
efficaces.
La chaleur retenue par les stores entraîne une élévation de la température dans la lame d'air. Par
un effet de poussée thermique, l'air chaud monte et s'échappe à l'extérieur ou il peut être
conduit vers un accumulateur d'énergie.
La paroi complémentaire (si étanche) peut améliorer sensiblement l'isolation acoustique contre le
bruit extérieur.
Les fenêtres de la façade intérieure peuvent être ouvertes. Même pour les immeubles de grande
hauteur, une aération naturelle est possible.
La paroi vitrée extérieure, assure les aspects de sécurité en cas d'ouverture nocturne des
fenêtres, permettant un rafraîchissement du bâtiment non occupé.
Les pertes par transmission thermique sont diminuées en hiver en raison de la vitesse d'air
réduite et de la température plus élevée dans l'espace tampon.
Amélioration de la lumière dans les volumes intérieurs, par une ouverture accrue de la façade.
Mais des inconvénients apparaissent également dont tout particulièrement le surcoût du système.
Par rapport aux économies d'énergie réalisées (à étudier finement car le bilan d'été n'est pas
forcément positif...), il apparaît que d'autres techniques sont beaucoup plus efficaces, à budget
égal.
Construction

Les murs-rideaux semblent souvent n’être faits que de verre. Certains sont en verre avec des couvre allèges
métalliques, etCertains autres comprennent des panneaux à surface de granitdans les cadres d’allèges. Le
verre des parties transparentes et le verre des allèges, ainsi que les panneaux en pierre, sont des
produits spécialisés.Le verre des murs-rideaux se présente sous forme de verre flotté, de verre armé
(anticalorique), de verre formé et de verre cathédrale. Le verre flotté peut subir un traitement thermique pour
devenir un verre renforcé à chaud ou trempé, afin d’offrir une meilleure résistance aux contraintes
thermiques et mécaniques. Le verre laminé est également offert pour une plus grande sécurité.
Le verre des parties transparentes est habituellement du verre flotté. Toutefois, si une résistance ou sécurité
supplémentaires sont nécessaires, on peut utiliser du verre renforcé à chaud, trempé, laminé ou armé. Le verre
des parties transparentes peut être anticalorique (teinté) ou thermo réflecteur (recouvert).
Le verre laminé ou le verre armé à treillis métallique servent à résister aux chocs et au feu. Le verre des
parties transparentes d’un mur-rideau peut être un vitrage simple, double ou triple., l’architecte ou le
concepteur choisit des vitres isolantes à vitrage double ou triple, selon la force des vents et d’autres facteurs,
dont le rayonnement solaire et les exigences de chauffage ou de climatisation. Le vitrage des murs-rideaux
peut varier considérablement selon l’application. En général, ce vitrage est transparent et son
épaisseur peut varier, mais elle se situe habituellement entre 4 et 6 mm.
Construction

Le vitrage est normalement assemblé en une vitre Isolante qui assure un contrôle des pertes (ou
des gains) thermiques et une meilleure résistance à la condensation. Pour décrire les produits de
verre, Une vitre isolante type comprend deux panneaux de verre avec un intercalaire entre les
deux panneaux, pour maintenir un vide d’une épaisseur uniforme entre eux. Les intercalaires
peuvent être métalliques (aluminium) ou non métalliques (fibre de verre). Les intercalaires en
fibre de verre sont utilisés pour réduire la perte thermique au bord de la vitre isolante, ou pour
augmenter la température du verre au bord intérieur. Ils sont habituellement remplis d’une
poudre qui absorbe l’humidité (tamis moléculaire ou déshydratant), dans le but d’absorber
l’humidité résiduelle dans le vide d’air entre les deux couches de verre, après sa fabrication.

En général, la poudre est placée entre les quatre intercalaires et elle abaisse la température du
point de rosée de l’air du vide du vitrage à – 60°C, ou moins encore.
Construction
Construction

Ce sont des matériaux simples ou composites qui s'insèrent dans l'ossature de la façade légère pour en
remplir les vides et former la façade.
Ces éléments peuvent être fixes ou mobiles, isolants ou non, opaques, transparents ou translucides; ils
doivent, en tous cas, assurer leur propre stabilité. Les éléments de remplissage sont indépendants de la nature
de l'ossature.
Des exigences élevées :
On doit sélectionner des matériaux en plaques ou en feuilles, incombustibles, résistants aux conditions
atmosphériques et de belle apparence.

Les matériaux isolants


a.Les laines minérales.
b.Certains bois très légers comme le balsa.
c.Le verre cellulaire.
d.Les mousses de résines synthétiques :
ole polystyrène,
ole polyuréthane,
a.Le liège aggloméré.
b.Les panneaux isolants de fibres.
Construction

Les parois extérieures


Les parois rarement employées seules, constituent généralement les faces rigides des complexes isolants ou
servent de parement à ces complexes, dont elles sont alors séparées par une lame d'air.
Certaines parois, outre leur résistance propre, possèdent les qualités d'aspect nécessaires à un parement
décoratif. Il s'agit par exemple, de tôle d'acier inoxydable, de verre ou de glace trempées colorées dans la
masse, de tôle d'aluminium teintées ou non ou encore de tôle de cuivre.
D'autres n'offrent pas un aspect suffisamment esthétique et sont alors revêtus sur la face visible d'un
revêtement extérieur de décoration, dont :
a.Les produits verriers qui sont utilisés dans ce but sont : le verre coulé coloré dans la masse (armé ou non), le
verre opaque, le verre opalescent, le verre émaillé, le verre façonné.
b.Les tôles d'acier :
oinoxydable,
orecouverte d'émail vitrifié à haute température,
ogalvanisée ou électrozinguée à peindre sur chantier,
olaquée au four en usine sur support laminé à froid, électrozingué ou galvanisé,
oprépeinte en continu en usine.
a.Les tôle d'aluminium planes ou à dessins sont utilisées sous différents états.
b.Le bois déroulé ou tranché.
c.Le bois massif.
d.Les plaques en asbeste-ciment.
e.Les feuilles de matières plastiques les plus diverses collées sur le parement.
f.Les peintures appliquées à froid.
Construction
Principes de conception d'un mur rideau

Au sens large, l'enveloppe d'un bâtiment est un ensemble d'éléments reliés entre eux qui servent
d'écran entre l'intérieur et l'extérieur. Ces éléments englobent les murs extérieurs, la toiture, les
fenêtres et les portes, et parfois les planchers à découvert. L'enveloppe d'un bâtiment a pour
fonction de s'opposer à la pénétration de la neige, du vent, de la pluie et du soleil tout en
assurant les conditions intérieures souhaitées. L'enveloppe doit satisfaire de nombreuses
exigences, dont six seront mentionnées ici:
limiter l'écoulement d'air,
limiter l'écoulement thermique,
limiter la pénétration de la neige et de la pluie,
limiter les effets du rayonnement solaire et autres formes d'énergie radiante,
limiter la diffusion de la vapeur d'eau,
s'adapter aux mouvements du bâtiment.
La plupart des murs-rideaux sont étanches à l'air et préviennent donc les fuites d'air à cause des
propriétés intrinsèques du verre et des tubes d'acier ou d'aluminium. La continuité de l'écran
pare-vent est assurée par la continuité entre le panneau de verre, la garniture d'étanchéité à
l'air aux épaulements du support tubulaire, l'élément en aluminium et l'épaulement suivant.
Construction

Isolant thermique (limiter l'écoulement


thermique)

Règle générale, l'écoulement thermique est limité à l'aide d'isolant. Bien qu'on ne puisse le voir de l'extérieur,
un mur-rideau comporte une quantité considérable d'isolant, surtout derrière le verre-tympan ou autre panneau
opaque. Puisque les matériaux utilisés (verre et métal) sont d'excellents conducteurs, il y a risque de
condensation sur les surfaces intérieures. Pour cette raison, la plupart des murs-rideaux comportent deux
éléments distincts: premièrement, une fenêtre à double vitrage scellé ou un coffrage métallique isolé et
deuxièmement, un support à coupure thermique qui consiste, le plus souvent, en une pièce d'insertion en PVC
et, plus récemment, en polyuréthanne injecté sur place. Une fenêtre à double vitrage scellé peut supporter une
humidité à l'intérieur d'environ 35% par une température à l'extérieur de -25°C sans que se produise de
condensation importante. De même, la coupure thermique du support d'aluminium ou d'acier maintient la
température en surface du support bien au-dessous du point de rosée dans la plupart des bâtiments, sauf
lorsque le taux d'humidité intérieure est élevé comme dans les piscines recouvertes ou les salles d'ordinateurs.
La coupure thermique assure également la stabilité thermique du support en évitant les dilatations et les
retraits extrêmes.
Construction
Principe de l'écran pare-pluie (limiter la
pénétration de la neige et de l'eau)

La façon traditionnelle d'empêcher la pénétration des eaux de pluie par les murs extérieurs est de
colmater la façade du bâtiment. Toutefois, l'expérience a démontré que le colmatage absolu d'une
façade n'est guère possible. Dans la plupart des cas, la technique du colmatage exige une
surveillance et un entretien continus.

Des études sur la pénétration des eaux de pluie ont permis d'élaborer une meilleure méthode pour
assurer l'étanchéité des façades. Si l'air qui s'infiltre dans les fissures et les crevasses d'une façade
au cours d'un orage était bloqué ou arrêté, une bonne partie de l'eau pourrait simplement ruissele
le long de la surface sans passer dans le mur. C'est ainsi que s'énonce, essentiellement, le principe
de l'écran pare-pluie. Un élément étanche placé derrière la façade produit, entre le revêtement
extérieur et cet élément, un vide qui peut atteindre le même niveau de pression exercé sur la
surface du revêtement, neutralisant ainsi la force qui fait passer l'eau à travers les ouvertures
éventuelles de la façade.
Construction
Dans la plupart des murs-rideaux, le joint entre le panneau de remplissage (panneau-tympan
ou d'allège) et le support est normalement conçu comme un élément de l'écran pare-pluie
(figure 2). Il comporte un vide en équilibre de pression, relié à l'extérieur par les orifices
d'écoulement dans les couronnements extérieurs, ainsi qu'un joint en équilibre de pression qui
sert de déflecteur pour l'eau de pluie entre la surface extérieure du vitrage et le couvre-
support. L'enceinte du vide est constituée des garnitures d'étanchéité à l'air qui relient la
surface intérieure du vitrage et le coffrage métallique du panneau-tympan aux épaulements
du support et aux autres éléments d'ossature. Ainsi, les éléments qui constituent le vitrage, la
garniture d'étanchéité à l'air, le support en aluminium et le coffrage métallique jouent le rôle
d'écran pare-vent. Ce genre de conception des murs-rideaux a fait ses preuves et est très
répandu.
Construction
RAYONNEMENT SOLAIRE (LIMITER LES
EFFETS DE RAYONNEMENT)

Le rayonnement solaire exerce une double influence sur les surfaces d'un bâtiment: d'une part,
il produit d'importante changements de température des éléments de la façade; d'autre part, les
rayons ultraviolets provoquent une lente destruction de tous les matériaux, surtout ceux
d'origine organique. Le rayonnement solaire a été une source de préoccupation en raison du
phénomène de dilatation et de retrait thermique des éléments des murs-rideaux,
particulièrement ceux formant le revêtement extérieur, et des effets des rayons sur les
éléments de vitrage. Un vitrage peut subir un voilement sous l'effet d'une différence de
température entre la vitre intérieure et la vitre extérieure. D'autre part, la dilatation et le
retrait de l'air dans le vide entre les éléments scellée produisent un effet de pompage. Des
différences de température quotidiennes et saisonnières peuvent également produire cet effet.
Ce genre de pompage thermique est particulièrement néfaste pour la garniture d'étanchéité à
l'air intérieure, mais des bords cannelés ou des épaulements en retrait peuvent maintenir la
garniture intacte. La plupart des matériaux sensibles aux rayons ultraviolets dans un mur-rideau
se trouvent dans les zones occluses des joints, donc partiellement à l'ombre des éléments en
métal ou en verre.
Construction
ÉCRAN PARE-VAPEUR (LIMITER LA
DIFFUSION DE LA VAPEUR D'EAU)

L'eau sous sa forme gazeuse (vapeur d'eau ou humidité) tend toujours à passer d'une région de pression de
vapeur d'eau élevée à une région de pression moins élevée. La migration de la vapeur d'eau à travers un
mur est comparable à l'écoulement de la chaleur; elle traverse tous les matériaux à une vitesse qui est
fonction tant de la résistance du matériau au passage de la vapeur d'eau que de la différence de pression de
la vapeur d'eau de part et d'autre du matériau.

La migration de la vapeur d'eau à travers un assemblage de matériaux n'est pas en soi un problème sérieux
tant et aussi longtemps qu'il n'y a pas de condensation. Si la vapeur d'eau risque de se condenser, il
importe d'en limiter la migration à l'aide d'un écran pare-vapeur dont la résistance au passage de la vapeur
d'eau est élevée, et qui est installé du côté chaud de l'isolant ou du mur.

La migration de la vapeur d'eau à travers un mur-rideau est limitée par les propriétés pare-vapeur du verre
et de l'aluminium, la résistance de ces matériaux à l'écoulement de vapeur étant pratiquement parfaite.
Ainsi, le vitrage intérieur du vitrage double scellé et les surfaces intérieures du support en aluminium ou
en acier s'opposent à la diffusion de la vapeur d'eau. Les produits de scellement favorisent également la
continuité du pare-vapeur.
Construction
Jointe et tolérances (adaptation aux
mouvements du bâtiment)

Les mouvements des éléments de charpente d'un bâtiment doivent être évalués avant l'étape
de la conception des murs extérieurs. On distingue trois catégories de mouvements:
les fléchissements sous charges variables dus aux occupants et aux forces maximales du vent
contre la façade, et les fléchissements sous charges permanentes de l'ossature du bâtiment
même;
la dilatation et le retrait des matériaux sous l'effet de la température, du rayonnement et
parfois de phénomènes hygroscopiques;
les mouvements lents mais inexorables causés par les déformations graduelles comme le fluage
du béton, le tassement des fondations, etc.
Dans le cas des murs-rideaux, le principal élément qui doit s'adapter aux mouvements du
bâtiment est le panneau vitre. Autour d'eux, les éléments typiques, c'est-à-dire les supports
tubulaires, les couvre-joints et les couvre-supports, peuvent s'adapter à un mouvement
différentiel de 4 à 5 mm d'un étage à l'autre et entre chaque élément vertical. Cet écart rend
compte de la plupart des mouvements causés par la compression, la dilatation et la translation
des ossatures. Lorsqu'un mur-rideau peut être exposé à des mouvements plus considérables, il
convient de prévoir un autre système de supports. Il en résulte inévitablement des détails de
conception plus complexes et une augmentation disproportionnée des coûts.
Construction

Conception de la jonction "par d'autres"


En supposant que la plupart des murs-rideaux donnent un bon rendement et que l'on puisse obtenir tous les
éléments pour exécuter un mur-rideau de qualité, il reste à considérer la jonction ou le liaisonnement entre le
mur-rideau et les autres parties du bâtiment.

Le parapet
Lorsqu'un mur-rideau est conçu de façon à dépasser la ligne du toit et donc à être plus exposé; au froid, il faut
tenir compte d'un certain nombre de problèmes possibles. Si le couronnement du mur-rideau n'est pas exécuté
correctement, la formation de condensation et de givre dans les tubes risque d'entraîner des pénétrations d'eau
vers l'intérieur, ou encore des glaçons risquent de provoquer le décollement du sommet du parapet. De plus, si
au gré des intempéries, cette zone est soumise à des changements de température, l'ossature du mur-rideau
risque de subir des dilatations et retraits au-delà des valeurs limites, entraînant ainsi la déformation des
éléments de jonction du parapet.
Construction
Puisque les supports tubulaires d'un mur-rideau constituent en quelque sorte de petites cheminées,
particulièrement dans les bâtiments en hauteur, ils peuvent acheminer d'énormes quantités d'air (humide) vers
l'extérieur si leur sommet n'est pas fermé ou scellé. Compte tenu des nombreux joints dans l'ossature du mur
rideau, il est préférable que l'élément pare-vent soit rattachée à l'épaulement supérieur du support horizontal,
de façon à franchir l'écart entre l'ensemble du mur rideau et du parapet et l'élément pare-vent dépassant la
toiture-terrasse (figure 3). Cette technique est parfois difficile à appliquer, surtout dans le cas d'une toiture
multicouche traditionnelle dont l'isolant se trouve sous la membrane et doit franchir la jonction tant bien que
mal. De plus, le pare-vent entre le mur-rideau et le parapet doit être isolé vers l'extérieur, sans quoi de la
condensation risque de se former sur la surface intérieure.
Construction

Les parties des supports tubulaires à l'intérieur de la coupure thermique doivent rester du côté chaud
du mur en tout temps. Les supports de l'ossature devraient donc donner sur une lame d'air chaud. Il
n'est pas recommandé de poser un isolant contre les supporte ni à l'intérieur des éléments tubulaires.
Le sommet du parapet peut dès lors être conçu de façon à couvrir la jonction du parapet. Ce sommet
devrait être en pente vers le toit et rester en équilibre de pression pour minimiser les pénétrations
d'eau de pluie. Un tel procédé est applicable à tous les genres de parapet, qu'il s'agisse de briques, de
blocs, de bois ou d'éléments préfabriqués.

Il convient d'accorder une attention toute particulière au matériau qui sert à exécuter le pare-vent du
parapet. La garniture d'étanchéité à l'air peut être constituée d'une membrane flexible, mais elle doit
résister à des pressions aussi élevées que la force combinée du vent, de l'appel d'air et du système de
ventilation, sans quoi se produira une rupture qui entraînera un problème majeur d'exfiltration d'air.
Il est préférable d'avoir recours à un matériau rigide comme la tôle, et à un liaisonnement
convenable, puisque l'isolant sur sa face externe doit rester bien en place.
Construction

La jonction aux angles

Il arrive souvent que deux murs-rideaux forment un angle intérieur ou extérieur. La conception de ce
genre de jonction doit tenir compte de tous les aspects déjà abordés. Puisque les exigences varient
d'un projet de construction à un autre, les fabricants n'ont pas d'éléments préfabriqués pour ce genre
de détail. Par contre, les fabricants de murs-rideaux peuvent fournir les éléments voulus si leur
participation est assurée dès l'étape de la planification et de préférence avant la date limite des
soumissions. Ce type de jonction exige un écran pare-vent, un isolant et un revêtement extérieur
Construction
Le pare-vent doit être assez rigide pour permettre à l'angle de supporter les pressions de l'air. Il convient
d'avoir recours à l'aluminium comme pare-vent si le mur-rideau est en aluminium. Une tôle d'acier galvanisé
peut être utilisée avec de l'aluminium, mais il faut alors tenir compte du potentiel de corrosion des deux
métaux. Les coupures de liaison comme les peintures ou les bandes butyliques ont donné de bons résultats
dans de nombreux murs-rideaux. Si le revêtement extérieur le long de l'angle du bâtiment doit prendre la
forme d'un élément continu sans interruptions aux supports, il faut s'assurer qu'il y a une garniture d'étanchéité
à l'air aux extrémités des éléments pare-vent.
Construction
Dans le cas d'un angle intérieur, les mêmes exigences sont applicables . Toutefois, si les couvre-supports se
touchent ou se chevauchent quelque peu, il n'est pas nécessaire d'ajouter une chicane d'écran pare-pluie par-
dessus l'isolant. Le pare-vent devrait être rigide et scellé contre les épaulements des supporte verticaux, puis
retenu par des éléments appropriés. Le plan final d'exécution exigera parfois l'installation d'un revêtement
décoratif à l'intérieur. Cette zone ne doit pas être isolée sans quoi le pare-vent rigide devient également un
pare-vapeur installé du mauvais côté de l'isolant, ce qui augmente les risques de condensation.
Construction

La jonction au niveau du sol


Qu'il s'agisse d'un sol en béton, d'un mur de blocs de béton ou d'une dalle de plancher en
béton, la jonction entre le mur-rideau et le reste du bâtiment est particulièrement sujette
aux pénétrations d'eau de pluie et aux infiltrations d'air. Le type de jonction le plus
répandu est illustré à la figure 6. Il suscite toutefois deux problèmes: tout d'abord, une
infiltration d'air froid se produit aux extrémités des tubes verticaux, augmentant par le fait
même les risques de condensation à la surface des tubes et les risques de bris de vitrages;
deuxièmement, les eaux de pluie s'accumulent dans le vide entre le mur-rideau et le
plancher, provoquant une détérioration prématurée de la garniture d'étanchéité à l'air à la
jonction plancher-support.
Construction

Compte tenu des exigences relatives à la continuité de l'écran pare-


vent celui-ci doit s'étendre de l'épaulement inférieur du support
horizontal jusqu'au niveau du sol ou du plancher comme l'indique
la . Un produit de scellement peut être utilisé pour obtenir un bord
en pente ou servir de déflecteur d'eau, et une petite quantité d'isolant
peut empêcher toute formation de condensation du côté chaud de la
surface du pare-vent. Un élément de solin devrait alors être installé
au-dessus d'un couvre-joint et sous le couronnement-pression, afin
que toute eau ruisselant sur le panneau supérieur s'écoule vers
l'extérieur du vide d'air.
Construction

Cette configuration permet à l'air froid qui a pénétré la lame d'air par les trous d'évacuation d'eau dans
le parement de brique de s'infiltrer de l'autre côté des jonctions de supports et à l'intérieur des tubes
verticaux. Lorsqu'un tel agencement se produit à la partie supérieure d'un bâtiment, l'air contenu dans
la pièce aura tendance à s'exfiltrer. Lorsque de l'air chaud et humide s'infiltre dans le vide entre les
briques et les blocs de béton, une bonne partie de l'humidité se condense au dos du parement de
brique. Il en résulte des efflorescences graves sur le briquetage juste au-dessous de la fenêtre pendant
le dégel du printemps, et parfois un décollement ou une fissuration du briquetage.

Ce type de jonction doit être conçu de sorte que, peu importe son aspect externe, un élément pare-
vent soit mis en place entre l'épaulement du support du mur-rideau et l'élément correspondant du mur
en maçonnerie. Il peut s'agir de placoplâtre du côté intérieur du mur de blocs de béton, ou d'un mastic
posé à la truelle entre une couche d'isolant et le mur de fond en blocs de béton. Un des éléments doit
supporter toute pression ou force du vent susceptible de se produire à cet endroit.
Construction

Le mastic posé à la truelle possède certaines propriétés de pare-vapeur mais il ne saurait aucunement
représenter un pare-vent approprié. Même un trou minuscule dans le mastic permettra à l'air de s'infiltrer entre
le mastic et l'isolant. Si l'isolant n'est pas perméable à l'air, la pression de l'air risque de le décoller du mur.
Il est également souhaitable de prévoir un alignement de l'isolant mural et de la coupure thermique du support
du mur-rideau. Si pour une raison ou une autre, cette exigence ne peut être remplie, la jonction doit prévoir un
espace suffisant pour que la couche d'isolant puisse franchir le vide entre l'isolant du mur en maçonnerie et la
coupure thermique du mur-rideau. L'isolant doit se trouver directement contre le côté froid de l'élément pare-
vent et celui-ci devrait s'opposer aussi à la diffusion de la vapeur.
Construction

Jonction avec un parement métallique


La jonction entre un mur-rideau d'aluminium et un parement d'acier doit tenir compte du potentiel de
corrosion des deux métaux. Si la jonction entre le support d'un mur-rideau et un parement d'acier est
constituée d'un élément pare-vent en acier, elle ne doit pas se corroder de manière importante. La jonction se
trouvant du côté chaud de la coupure thermique, on doit éviter tout contact avec l'humidité. De plus, la
jonction est souvent séparée de l'aluminium par un ruban ou un mastic quelconque. Si un élément d'acier
galvanisé ou inoxydable sert de jonction entre le parement d'acier et le support d'aluminium du mur-rideau du
côté extérieur de la cale, il faut prévoir une protection anticorrosive à la ligne de contact entre les deux
métaux. Un ruban, une peinture spéciale ou une garniture de vinyle permet d'éviter le ternissement qui se
produit souvent lorsque l'eau de pluie arrose les métaux oxydés de ce type de jonction. Il importe également
de choisir une cale appropriée, de préférence en matière plastique, afin d'éviter toute action corrosive de
l'aluminium ou autre élément en contact avec cette cale.

Résumé
Les jonctions qui sont à exécuter "par d'autres" exigent une conception soigneusement élaborée et axée sur
tous les principes d'une bonne performance des murs. L'entrepreneur général doit également prévoir les
modalités d'exécution des détails élaborés par l'équipe de conception. Les étapes de la construction ont une
importance toute particulière pour la bonne tenue des éléments de jonction.
Construction
SYSTEME DE NETOYAGE D’UN MURS RIDEAU
La conception d’un mur rideau prévoit le mode et les éléments nécessaires au nettoyage et à
l’entretien des façades qui se fait soit par :des nacelles circulant sur des railles fixées au murs
rideaux,soit PAR des chariots
Construction Nouvel Aérogare international d'Alger
(Projet en cours)
Mur Rideau
Intérieur : Ensembles Sécurit.
Surface : 15.000 M²
Maître d’œuvre
ADPI (France)
Construction Banque Nationale d'Algérie - Direction
Régionale de la wilaya de Tlemcen
Systèmes :
Mur-rideau VEP,
Revêtement en panneaux composites
Aluminium.
Surface : 3.000 M²
Architecte
BET El Binna - Tlemcen
Construction GROUPE IMMOBILIER RAVIN
DE LA FEMME SAUVAGE - Alger
Mur-rideau
Revêtement des façades en panneaux composites Aluminium,
Menuiseries Aluminiums.
Surface :4.000 M²
Architecte MERHOUME
(1er prix national de l'architecture, année 1994)
Construction Institut National supérieur
Mur Rideau VEC ( Vitrage extérieur collé )
de Musique (INSM) - Alger
Menuiseries aluminiums
Surface : 5.000 M²
Architecte: Kamel SAHRAOUI
Construction
Nouveau siège Ministère des Finances
Mur Rideau VEC ( Vitrage extérieur collé ) Ben Aknoun - Alger
Mur Rideau VEP ( Vitrage extérieur parclosé )
Revêtement en panneaux composites Aluminium
Verrières.
Surface : 40.000 M²
Architecte: BET BEREG
Maître d’œuvre: SNC Lavalin
Construction URBAL SAHRAOUI : Projet LES CASCADES
Mur-rideau VEC, - El Achour - Alger
Menuiseries Aluminiums
Surface : 6.000 M² (Projet en cours)
Architecte SOPIREF SAHRAOUI
Construction
Construction
Construction
Descriptif du mur rideau du siège
de la SONATRACH
 Le mur rideau est composé d’une structure porteuse en profilé
d’aluminium type montants traverse contenant les châssis a
élément de remplissage en panneaux d’allège.
 Le système du projet est du type parclosé.
 Les profilés extérieurs et intérieurs sont pré laqué, le vitrage
est composé de double vitrage comprenant :
 Verre réfléchissant trempé, Ep=06mm.
 Vide d’aire (intercalaire) Ep=12mm.
 Verre simple claire Ep=05mm.
 L’aspect extérieur est identique pour les parties fixes et
ouvrantes.
Construction
Construction
Construction
Construction
Construction