Vous êtes sur la page 1sur 104

BETON ARME

Séance n°2
D. Vié
Photo : F. Mancini
Flexion simple ELU
Principe
Cas d’une section rectangulaire
Section en T

1
EC2 - Section 6 – ETAT LIMITE ULTIME

6.1 Flexion simple et flexion composée

(1)P La présente section s'applique aux régions sans discontinuité des poutres, dalles et autres
éléments analogues dont les sections demeurent approximativement planes avant et après le
chargement. Le dimensionnement et le choix des dispositions constructives des régions de
discontinuité des poutres et autres éléments, dans lesquelles les sections planes ne restent pas
planes, peuvent être effectués conformément à 6.5.

(2)P La détermination du moment résistant ultime de sections droites de béton armé ou de béton
précontraint s'appuie sur les hypothèses suivantes :
— les sections planes restent planes
— les armatures adhérentes (armatures de béton armé ou armatures de précontrainte), qu'elles
soient tendues ou comprimées, subissent les mêmes déformations relatives que le béton adjacent
— la résistance en traction du béton est négligée
— les contraintes dans le béton comprimé se déduisent du diagramme contrainte-déformation de
calcul donné en 3.1.7
— les contraintes dans les armatures de béton armé ou dans les armatures de précontrainte se
déduisent des diagrammes de calcul donnés en 3.2 (Figure 3.8) et en 3.3 (Figure 3.10)
— l'évaluation des contraintes dans les armatures de précontrainte tient compte de leur déformation
relative initiale.

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


EC2 - Section 6 – ELU – Règle des pivots

(3)P La déformation en compression du béton doit être limitée à ecu2, ou ecu3, selon le
diagramme contrainte-déformation utilisé — voir 3.1.7 et Tableau 3.1. Les déformations des
armatures de béton armé et des armatures de précontrainte doivent être limitées à eud si cette
limite existe; voir 3.2.7 (2) et 3.3.6 (7) respectivement.

(4) Dans le cas de sections droites avec un ferraillage symétrique, soumises à un effort de
compression, il convient d'adopter une excentricité minimale e0 = h/30, ou 20 mm si cette valeur
est supérieure, h étant la hauteur de la section.

(5) Dans les parties des sections qui sont soumises à une charge approximativement centrée (e/h
< 0,1), telles que les membrures comprimées des poutres-caissons, il convient de limiter la
déformation moyenne en compression dans cette partie de la section à ec2 (ou ec3 si l'on utilise la
relation bilinéaire de la Figure 3.4).

(6) La Figure 6.1 montre les valeurs limites des déformations relatives admissibles.

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Section 6 – ELU Règle des pivots

C
A

allongement

A - limite de déformation relative en traction des armatures de béton armé


B - limite de déformation relative du béton en compression
C - limite de déformation relative du béton en compression pure
Fig. 6.1 – Diagrammes de déformations relatives admissibles à l’ELU

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 4


Dimensionnement ELU - Section rectangulaire

Efforts rapportés au centre d’inertie de la Asc, d’


section de béton seul h/2
Moment positif tend la fibre inférieure
Effort normal nul

Déterminer les sections d’armatures


« tendue » Ast et «comprimée» Asc
h/2
nécessaires pour équilibrer le Melu
Ast, d
Sont fixées
- Les dimensions b et h de la section et
positions respectives d et d’ des centre de
gravité des armatures tendues et b
comprimées
- La classe du béton et des armatures

Séance n° 5 – Flexion composée 5


Hypothèse des sections planes

Le déplacement d’une section de poutre est décrit par un torseur dont la dérivée
par rapport à l’abscisse curviligne est le torseur des déformations dont les
éléments de réduction au centre de gravité de la section de béton seul sont :

- la déformation 0 au centre de gravité;


- la courbure 

Ces deux grandeurs suffisent à déterminer la déformation de tout point de la


section et en particulier :

- les déformations des lits d’aciers inférieurs « tendus» et supérieurs


« comprimés»
 h h 
 st   0    d    sc   0     d' 
 2 2 
- les déformations b eta des fibres supérieures et inférieures du béton

h h
b  0   a  0 
2 2

Séance n° 5 – Flexion composée 6


Hypothèse des sections planes

A noter qu’il serait plus exact de parler de lits inférieurs et supérieurs d’armatures
car on veut étudier toutes les combinaisons d’effort normal (traction et
compression) et de moment. On se limitera toutefois au cas de moment positif, le
cas contraire pouvant être obtenu en inversant les positions respectives des lits
d’armature.

L’axe neutre (point de déformation nulle) ou axe central du torseur des


déformations est repéré par sa position par rapport à la fibre supérieure du béton
h 
0    x  0
2 
On utilisera les notations suivantes
h d' x
  
De la sorte 2d d d

 st   0 
1   h  sc   0 
   h
 2  2

Séance n° 5 – Flexion composée


Enoncé de la règle des pivots

Pivot A Pivot B

 st   0 
1    h   b  0 
h
  cu
 2
ud
2
Pivot C
h  2 c 
c  0    1
2   cu 
 h 
Chaque pivot correspond à une droite dans le plan  , 0 
 2 
Les intersections de ces droites sont définies par des points« frontières »

Frontière AB

0 
1    h     cu 
h

h
   cu   ud 
 2
ud
2 2
Frontière BC
h
 0   cu    c  h   cu
2

Séance n° 5 – Flexion composée 8


Ligne de rupture
Pivot C
0
La ligne de rupture peut être
paramétrée indifféremment par la  Pivot B
position de l’axe neutre ou par l’angle
polaire 
h/2
h
tan      1  cot  
2 0

Pour les valeurs positives de la


courbure on vérifie
Pivot A
0  

On dit que l’axe neutre est réel lorsqu’il est situé à l’intérieur de la section
Dans le cas contraire on dit que l’axe neutre est virtuel : la section est
alors soit entièrement tendue, soit entièrement comprimée.
L’axe neutre est réel lorsque
 3
   0    2
4 4

Séance n° 5 – Flexion composée 9


Règle des pivots
A1 A2 A3
B

C
A

B C
Pour la détermination du torseur des contraintes du béton, on sera amené à
distinguer les cas suivants :
-Pivot A, selon la déformation de la fibre supérieure
-A1 - Section entièrement tendue (a<0)
-A2 - Axe neutre réel 0<a<c
-A3 - Axe neutre réel c <a<cu
-Pivot B, selon la déformation de la fibre inférieure
- Axe neutre réel (b<0)
-Pivot C
-Section entièrement comprimée 0<b<c

Séance n° 5 – Flexion composée 10


§ 3.1.7 - Lois de comportement du béton

Loi non-linéaire Loi bi-linéaire


compression

compression
fck fck

fcd = fck/c

0,4fck

tg=Ecm
raccourcissement raccourcissement
0 c1 cu1 0 c3 cu3
Fig. 3.2- Analyse structurale Fig. 3.4 – Diagramme bilinéaire

Valeurs numériques de ci et de cui fonctions de la classe de béton (Tab. 3.1)

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 11


§ 3.1.7 - Lois de comportement du béton

Valeurs numériques de c2 et de


cu2 fonctions de la classe du fck
béton selon Tab. 3.1.

compression
fcd = fck/c

raccourcissement
0 c2 cu2
Fig. 3.3 – Parabole-rectangle

 Distribution rectangulaire plafonnée des contraintes du béton comprimé

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 12


EC2 – Article 3.1.7

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Parabole - rectangle
Section rectangulaire de largeur b
Axe neutre réel fck < 50 Mpa soit n=2, c = 2.0e-3 et cu = 3.5e-3

Déformations Bras de levier


𝜀𝑐𝑢 𝑓𝑐𝑑 𝑥

3𝑥
7
𝜀𝑐
4𝑥
𝑥 7
4𝑥
7

Contraintes

Résultante et moment des contraintes du béton : intégrales de Mohr


2 4𝑥 3𝑥 17
𝑁𝑐 = . + 1. 𝑏𝑓𝑐𝑑 = 𝑏𝑥𝑓𝑐𝑑
3 7 7 21
5 4𝑥 4𝑥 11 3𝑥 139 2
𝑀𝑐 = . . + . 𝑏𝑓𝑐𝑑 = 𝑏𝑥 𝑓𝑐𝑑
12 7 7 14 7 294

Séance n° 3 – Flexion simple ELU 14


Distribution rectangulaire
Section rectangulaire de largeur b

Déformations Contraintes

𝜀𝑐𝑢 𝜂𝑓𝑐𝑑

𝜆𝑥
2
𝜀𝑐
𝑥
𝜆𝑥
2

Résultante des contraintes du béton et moment / axe neutre :


intégrales de Mohr
𝑁𝑐 = 𝜂𝜆𝑏𝑥𝑓𝑐𝑑

𝜆
𝑀𝑐 = 𝜂𝜆 1 − 𝑏𝑥 2 𝑓𝑐𝑑
2

Séance n° 3 – Flexion simple ELU 15


Identification du torseur résultant

Une seule solution

17 𝜆 139
𝜂𝜆 = 𝜂𝜆 1 − =
21 2 294
99 289
𝜆= ≈ 0,83 𝜂= ≈ 0,97
119 297

Mais calcul un peu plus compliqué lorsque n < 2

Et il n’y a pas que des section rectangulaires

Et l’axe neutre peut être virtuel (situé en dehors de la section)

Séance n° 3 – Flexion simple ELU 16


Torseur des contraintes du béton

On utilisera les notations suivantes


 a b x
 a  b  s
c c c b
Ce changement de variable permet de donner l’expression suivante du torseur des
contraintes du béton, rapporté à l‘axe neutre :
x b
N  b   s ds   f  d
bxfcd
0
b 0

x b
bx 2 f cd
M x  b  s s ds   f  d
0
 2
b 0

Au pivot B et lorsque l’axe neutre est réel, ces intégrales se réduisent à deux
coefficients qui ne dépendent que des valeurs de n, c et cu.
L’étude des autres cas nécessite une analyse plus précise à partir des résultats
donnés page suivante.

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Justification diagramme rectangulaire

Considérons la fonction
1  1  x n si 0  x 1 1


f x    1 si 1  x  xu

 0 sin on
pour n=1, diagramme bi-linéaire, 0 1 xu
pour n> 1, diagramme parabole rectangle

Si la fonction f représente une force répartie, les intégrales suivantes S et M0


représentent la résultante et le moment par rapport à l’origine

xu2
xf  x dx 
1
f  x dx  xu 
xu
xu 1 M0   
S
0 n 1 0 2 n  1n  2 

Pour xu=1 et n=1 > S=1/2 et M0=1/3 (loi linéaire fragile)

xu=1 et n=2 > S=2/3 et M0=5/12 (parabole fragile)

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Loi de comportement du béton

1  1   n 0   1
   si
    f cd f    
f     1    u
 c  c 1 si
 0 sin on

On utilisera les intégrales suivantes, pour 0<a<1

1  1  a 
a n 1
F0 a    f  d  a 
0
n 1
a 2 1  1  a  1  1  a 
a n 1 n2
F1 a    f  d   
0
2 n 1 n2
Pour 1<a<u , on vérifie
a2
F0 a   a  F1 a  
1 1

n 1 2 n  1n  2 
Pour a=1
nn  3
F0 a   F1 a  
n
n 1 2n  1n  2

Séance n° 5 – Flexion composée 19


Torseur des contraintes du béton

Pivot B
 cu
a  0  b   cu 
c
Effort normal et moment par rapport à l’axe neutre
 1 
N  bxfcd 1  
 n  1 cu 
1 1 
M x  bx 2 f cd   2 
 2 n  1n  2  cu 

Déformation relative de la fibre inférieure de la section


  2
a   cu

Séance n° 5 – Flexion composée 20


Diagramme rectangulaire

Torseur résultant, exprimé par rapport à l’axe neutre

N  b.x.f cd  
M x  bx 2f cd  1  
 2
Au pivot B et pour une section rectangulaire, il y a une distribution
rectangulaire unique qui donne le même torseur qu’une loi parabole
rectangle
1   1 1
  1   1    
n  1u  2 2 n  1n  2u2
 et  sont représentés sur le graphique suivant en fonction de fck pour une
section rectangulaire et pour les diverses lois de comportement selon le
tableau 3.1. Pour xu=1 et n=1 on obtient =2/3 et =3/4

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Paramètres diagramme parabole-rectangle

Les paramètres  et  ne dépendent que la classe de résistance du béton.

fck
n c2 cu2 u  
(Mpa)

50 2,00 2,000 3,500 1,750 0,832 0,973


55 1,75 2,199 3,125 1,421 0,785 0,948
60 1,59 2,288 2,884 1,260 0,754 0,920
70 1,44 2,416 2,656 1,099 0,720 0,871
80 1,40 2,516 2,604 1,035 0,709 0,843
90 1,40 2,600 2,600 1,000 0,706 0,826

Les mêmes tables peuvent être obtenues pour la loi bilinéaire (indice 3) et pour la
loi non linéaire (indice 1)

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Section rectangulaire : calage  et 
1,00

0,95

0,90

0,85

0,80

0,75
lambda_parabole
eta_parabole
0,70 lambda_approx
eta_approx

0,65 lambda_bilineaire
eta_bilineaire

0,60
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Resistance caractéristique fck (MPa)

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Section rectangulaire : calage  et 
0,9
S2/xu
M02/xu^2
S3/xu
0,8
M03/xu^2
S1/xu
M/(h²fcd)

M01/xu^2
0,7
S_approx
M_approx

0,6
et
N/(hfcd)

0,5

0,4

0,3
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Resistance caractéristique (MPa)

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Commentaires

1) Les coefficients  et  peuvent être déterminés de manière exacte lorsque :


a) la section est rectangulaire
b) l’axe neutre intérieur à la section (axe neutre réel)
c) l’on est au pivot B (compression maximale du béton)

2) Lorsque ces conditions ne sont pas vérifiées il ne peut s’agir que d’une
première approximation que, sans autre vérification, l’on ne peut utiliser que
dans le cadre d’un dimensionnement (réduction de 10 % si la largeur diminue
du coté comprimé)

3) L’EC2 favorise la loi parabole rectangle - qui bénéficie d’une longue tradition -
mais l’utilisation des valeurs approchées de  et  peu dans certains cas
donner des efforts légèrement plus favorables

4) La loi non linéaire est proposée pour les calculs non linéaire et non pour la
justification des sections : elle donne des efforts généralement un peu moins
importants mais, en contrepartie, des redistributions d’efforts plus
importantes, ce qui va dans le sens de la sécurité

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Comment obtenir les coefficients  et  ?

A partir de fck

f ck  50 Mpa f ck  50 Mpa
 90  f ck 
4

n2 n  1,4  23,4 *  


 100 
 c 2  2,0  c 2  2,0  0,085 *  f ck  50 0,53

4
 90 f ck 
 cu 2  3,5  cu 2  2,6  35,0 *  
 100 

 c2 1  c22
puis S0  1  S1  
n  1 cu 2 2 n  1n  2 cu2

 S1  S0
  21   
 S0  

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Valeur de calcul de la résistance

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Autres informations

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Autres informations

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Béton confiné
1,8

lambda
1,6
eta

1,4

1,2

1,0

0,8

0,6
0 0,025 0,05 0,075 0,1 0,125 0,15 0,175 0,2
sig2 / fck

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Béton confiné – Valeurs de  et 

fck = 30 Mpa

sig2/fck fck,c ec2,c ecu2,c S0 S1 lambda eta


0 30 2 3,5 0,810 0,473 0,832 0,973
0,01 31,5 2,205 3,502 0,790 0,467 0,818 0,966
0,02 33,0 2,420 3,504 0,770 0,460 0,804 0,957
0,03 34,5 2,645 3,506 0,749 0,453 0,791 0,947
0,04 36,0 2,880 3,508 0,726 0,444 0,778 0,934
0,05 37,5 3,125 3,510 0,703 0,434 0,766 0,918
0,06 38,3 3,251 3,512 0,691 0,429 0,760 0,909
0,07 39,0 3,380 3,514 0,679 0,423 0,755 0,900
0,08 39,8 3,511 3,516 0,667 0,417 0,750 0,889

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0


Lois de comportement des armatures

Diagramme de calcul pour les aciers de béton armé (tendus ou comprimés)

Déformations ultimes kfyk


fyk
>> Annexe C kfyd
st
Valeur caractéristique
fyd = fyk /s
Courbe 1 : uk = 

Courbe 2 : uk = 1 à 7,5%


Selon classe d’armatures

Valeur de calcul
ud = 0,9 uk uk
p=fyd /Es st (ud)

   st   p 
 p     ud   st  f yd 1  k  1 
    
 uk p 

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 32


Introduction au calcul non linéaire
Section rectangulaire en flexion simple

Fixer la déformation de l’armature


𝜀𝑏
𝜀𝑠𝑡 𝜀𝑠𝑡 − 𝜀𝑝
𝜈𝑠𝑡 = 𝑚𝑖𝑛 ; 1+ 𝑘−1
𝜀𝑝 𝜀𝑢𝑘 − 𝜀𝑝
𝑥
𝐹𝑠𝑡 = 𝐴𝑠 𝑓𝑦𝑑 𝜈𝑠𝑡
𝑑−𝑥
𝑥𝜀𝑠𝑡 𝑥 𝜀𝑏
𝜀𝑏 = ⇔ =
𝑑−𝑥 𝑑 𝜀𝑏 + 𝜀𝑠𝑡
𝜀𝑠𝑡

Calculer la résultante des contraintes du béton


𝜀𝑏 𝑎
𝑛
𝑓 𝑎 = 1− 1−𝑎 𝐻 1−𝑎 𝐹0 𝑎 = 𝑓 𝜉 𝑑𝜉
0

𝑠 𝜀𝑏
𝜀 𝑠 = 𝜀𝑏 𝜎 𝑠 = 𝑓𝑐𝑑 𝑓
𝜀 𝑠 𝑥 𝑥 𝜀𝑐
𝑥
𝑠 𝜀𝑐 𝜀𝑏
𝐹𝑐 = 𝑏 𝜎 𝑠 𝑑𝑠 = 𝑏𝑥𝑓𝑐𝑑 𝐹0
0 𝜀𝑏 𝜀𝑐

Séance n° 3 – Flexion simple ELU 33


Introduction au calcul non linéaire

Ecrire l’équation d’équilibre de l’effort normal


𝜀𝑐 𝜀𝑏
𝐹𝑠𝑡 = 𝐹𝑐 𝑏𝑥𝑓𝑐𝑑 𝐹0 = 𝐴𝑠 𝑓𝑦𝑑 𝜈𝑠𝑡
𝜀𝑏 𝜀𝑐
Introduire le pourcentage mécanique
𝐴𝑠 𝑓𝑦𝑑
𝜛=
𝑏𝑑 𝑓𝑐𝑑

Résoudre l’équation
𝜀𝑏 𝜀𝑏 𝜀𝑠𝑡
𝐹0 = 𝜛𝜈𝑠𝑡 +
𝜀𝑐 𝜀𝑐 𝜀𝑐

Cas n=2
𝑎
0<𝑎<1 𝐹0 𝑎 = 𝑎2 1 −
3
1
𝑎>1 𝐹0 𝑎 = 𝑎 −
3

Séance n° 3 – Flexion simple ELU 34


Introduction au calcul non linéaire

Cas n=2

Branche parabolique : équation de degré 3


𝜀𝑏 2 𝜀𝑏 𝜀𝑏 𝜀𝑠𝑡
1− = 𝜛𝜈𝑠𝑡 +
𝜀𝑐 3𝜀𝑐 𝜀𝑐 𝜀𝑐

> cas particulier de la méthode de Cardan


𝜒3
− 𝜒2 + 𝛼𝜒 + 𝛽 = 0
3
2 1 2−3 𝛼+𝛽 2𝜋
𝛼+𝛽 < 𝜃 = cos −1 𝜒 = 1 + 2 1 − 𝛼 cos 𝜃 −
3 3 2 1−𝛼 3 2 3

Branche linéaire
𝜀𝑏 1 𝜀𝑏 𝜀𝑠𝑡
− = 𝜛𝜈𝑠𝑡 +
𝜀𝑐 3 𝜀𝑐 𝜀𝑐

Séance n° 3 – Flexion simple ELU 35


Introduction au calcul non linéaire

Déterminer en fonction de la déformation de l’armature st

 La déformation de la fibre supérieure du béton


 La position de l’axe neutre
 Le moment résultant

Tracer

 Diagramme courbure / déformation de la fibre moyenne du béton


 Diagramme moment / courbure

Séance n° 3 – Flexion simple ELU 36


Section rectangulaire – flexion simple
𝑏
𝜀𝑐𝑢 𝑓𝑐𝑑 𝜂𝑓𝑐𝑑
𝑀𝐸𝑑𝑢 𝑏. 𝜆𝑥. 𝜂𝑓𝑐𝑑
𝜆𝑥
𝑥

Résultantes
Distribution simplifiée
Déformations
𝜆𝑥
𝑑−

Contraintes
2
𝑑−𝑥

𝐴𝑠𝑡 𝜎𝑠𝑡
𝐴𝑠𝑡 𝜎𝑠𝑡
𝜀>0 𝜎>0

Au pivot B, la déformation de la fibre la plus comprimée du béton est cu


Les coefficients  et  permettent de remplacer la distribution réelle des
contraintes du béton par une distribution rectangulaire équivalente
(même résultante et même ligne d’action)

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 37


Section rectangulaire en flexion simple (pivot B)
f cd
Moment au niveau des armatures

 x  x Fc
M u  b.x.f cd  d  
 2 

Effort normal
Pivot B x
zd
2
As st  b.x.f cd  N c
d As s
h
Moment au centre de pression du béton
compression
 x 
M u  Ast st  d  
 2 
Bras de levier Si acier plastifié et palier horizontal
x Mu
zd  st  f yd  Ast 
2 zf yd

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 38


Solution
Moment au niveau des armatures

 x 
M u  b.x.f cd  d    b.2d  z .f cd z
 2 
1,0
Equation de degré 2 en z
0,9

z d  z  
Mu 0,8
2bf cd

dzeta
0,7

Grandeurs « réduites » 0,6

Mu z x
   0,5
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5
bd 2 f cd d d mu / eta

Résolution Si acier plastifié et palier horizontal

1 2 
Ast 
Mu
  1  1  

2  
df yd
>> mais l’armature est-elle plastifiée ?

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 39


Section rectangulaire en flexion simple
Si k ≠ 0 calcul de l’allongement et de la contrainte de l’armature

 cu
Définitions :

-Pourcentage géométrique
x   .d
As

bd
d -Pourcentage mécanique
 st h f yd
 
1  f cd
 st   cu

On en déduit la contrainte des armatures st puis la section ou le pourcentage
d’armatures nécessaire

Mu f yd
As    
z st  st

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 40


Axe neutre et déformation des armatures (fck < 50MPa)
1,00
0,90
0,80
0,70
 (x/d)

0,60
0,50
0,40
0,30
0,20
0,10
0,00
0 0,05 0,1 0,15 0,2 0,25 0,3 0,35 0,4 0,45 0,5

Moment réduit 

25

20
st/cu

15

10

0
0 0,05 0,1 0,15 0,2 0,25 0,3 0,35 0,4 0,45 0,5
Moment réduit 

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 41


Note : plastification et rupture des armatures

La plastification et, le cas échéant, la rupture des armatures interviennent pour


les deux valeurs suivantes des déformations de l’armature

 st 
1    
p

f yd
 st 
1   r     ud
p cu
Es r cu

C’est-à-dire pour une valeur particulière de  notées respectivement p et q

 cu  cu
p  r 

  cu 
f yd 

 cu   ud 
 Es 
Les valeurs de  correspondantes sont obtenues par la formule

  
   1   Note : BAEL
 2 
r 
3,5
 0 ,256   r  0 ,186
3,5  10

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 42


Moment réduit : valeurs caractéristiques
(acier Fe E 500 - classe B)
0,50

0,45

0,40

0,35

0,30
Armature tendue


0,25
Armature plastifiée
0,20
Rupture de l'armature
0,15

0,10

0,05

0,00
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
Résistance caractéristique fck (Mpa)

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 43


Contrainte des armatures

Diagramme acier B2 : Triangles semblables    st   p 


 st  f yd 1  k  1 

Attention : ud inutile ici!    uk   p 

kfyk
fyk
kfyd
st

fyd = fyk /s

p=fyd /Es st (ud) uk


 st
P.M. : il sera utile de noter  st  44
f yd rectangulaire Asc=0
Séance n° 2 – ELU Section
Contrainte des armatures

Il sera utile de noter


 st   st   p 
 st   1  k  1 
f yd   
 uk p 
Que l’on peut écrire en fonction de 

1  k  1 cu  uk  k p  k  1 cu
 st   cu  st  
   uk  p   uk   p
On posera donc
 uk  k p  k  1 cu k  1 cu
ka  kb 
  uk   p    uk   p 
De la sorte
k   kb  
 st   a 
2
 k a   kb
Les valeurs de ka et kb dépendent de la classe de l’armature, du coefficient
partiel s et de la classe de béton.

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 45


Détermination de la section des armatures
f yd
Plastification des armatures ? p    st   ud ou  A    D
Es
Sinon Si oui

f yd  2 2
  
Es cu 1    k a   kb
Courbe 1 k a  1 kb  0
Courbe 2 : ka et kb selon table

Puis calcul du pourcentage géométrique et de la section d’armatures


f cd
  As  bd
f yd

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 46


Evaluation de la section des armatures (fck < 50 Mpa)
0,50
Pourcentage mécanique

0,45
0,40
0,35 Courbe 1
0,30 Courbe 2
0,25 mur
0,20
0,15
0,10
0,05
0,00
0 0,05 0,1 0,15 0,2 0,25 0,3 0,35 0,4 0,45 0,5

Moment réduit 
1,00
0,99
0,98
0,97
(As2/As1)

0,96
0,95
0,94
0,93
0,92
0,91
0,90
0 0,05 0,1 0,15 0,2 0,25 0,3 0,35 0,4 0,45 0,5
Moment réduit 

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 47


Pourcentage géométrique d'armature
1,00

C<=50
C55
0,80 C60
C70
C80
0,60 C90
wfyd/fcd

0,40

0,20

0,00
0,00 0,05 0,10 0,15 0,20 0,25 0,30 0,35 0,40
Moment reduit ELU ()

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 48


Démarche de vérification
Les formules du dimensionnement s’inversent facilement

Dimensionnement Vérification

Moment réduit Pourcentage d’armatures


Mu As f yd
 
bd 2 f cd bd f cd
Axe neutre Axe neutre (*)
1   k  4k b 
 1  1  2   a 1  1  2 
   
 2 k a 

Pourcentage mécanique d’armatures Moment réduit
2   
  lu   1  
k a   kb  2 


(*) courbe 1 


Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 49


Pourcentage minimal (titre 9)

L’EC2 évoque un pourcentage minimal d’armatures dans deux sections


différentes : 7.3.2 et 9.2.1. Les rédacteurs de l’AN française, ont pensé qu’une
clarification était nécessaire et demandent l’application de la clause 9.2, sauf
indication contraire du CCTP.

As ,min 
 f 

 max 0,26 ctm 0,0013
bt d 
 f yk 

bt est la largeur moyenne de la zone tendue
fctm est la résistance moyenne en traction du béton
fyk la valeur caractéristique de la limite élastique de l’armature

La clause 9.2 est générale et s’applique en toute situation, tandis que la clause
7.3.2 s’applique lorsque la maîtrise de la fissuration est nécessaire.

Paradoxalement, c’est la clause 7.3.2 qui permet de comprendre la formule de la


clause 9.2.1 : il s’agit d’une condition de non-fragilité, le moment résistant à l’ELU
doit être supérieur au moment de fissuration.

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 50


Pourcentage minimal (suite)

Inertie de la section de béton seul Contrainte maximale


bh 3 Mh 6 M
Iy  c  
12 2I y bh 2
Moment de fissuration
bh 2 2 2 f ct 
h
Mf  f ct soit f  avec
6 3 f cd 2d
Moment ELU en fonction du pourcentage d’armatures
  
elu   1  
 2 
 f   elu    2 2
Pourcentage de non-fragilité   1   
 2  3
4 2 f ct 2 2 f ct
Pour  1 on obtient 
3 f cd 3 f yd

Soit  = 0,58 pour  = 1,0

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 51


Moment réduit : valeurs caractéristiques
(acier Fe E 500 - classe B)
0,50

0,45

0,40

0,35

0,30
Armature tendue
Armature plastifiée


0,25
Rupture de l'armature
0,20 Non-fragilité
0,15

0,10

0,05

0,00
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
Résistance caractéristique fck (Mpa)

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 52


Démarche de dimensionnement

Déterminer l’enveloppe des effets des actions (moment)

Déterminer les dimensions de la section b et d (# 0,9 h) puis fcd pour que


le moment réduit soit d’un ordre de grandeur convenable

max  min ;  r    
Mu
2
 p
bd f cd
Déterminer la position de l’axe neutre Déformation armature

x 1  
 st 
1  
 cu
   1  1  2 

d    
Calculer le pourcentage mécanique z 
Bras de levier 
2 d 
 
k a   kb
Note : courbe (1)   
Déterminer la section des armatures

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 53


Acier B500

s 1,15 ELU pivot B : Table des paramètres


c 1,50

fck 12 16 20 25 30 35 40 45 50 55 60 70 80 90

 0,973 0,948 0,920 0,871 0,843 0,826

 0,832 0,785 0,754 0,720 0,709 0,706

ka 1,224 1,332 1,430 1,582 1,659 1,701

kb*1e3 7,232 7,025 6,954 7,088 7,285 7,457

_min 0,13% 0,13% 0,13% 0,13% 0,15% 0,17% 0,18% 0,20% 0,21% 0,22% 0,23% 0,24% 0,25% 0,26%

_min 0,072 0,055 0,045 0,038 0,036 0,034 0,033 0,032 0,031 0,029 0,027 0,024 0,022 0,021

_A 0,057 0,057 0,057 0,057 0,057 0,057 0,057 0,057 0,057 0,047 0,041 0,034 0,032 0,031

_D 0,371 0,371 0,371 0,371 0,371 0,371 0,371 0,371 0,371 0,337 0,310 0,276 0,263 0,257

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 54


Pourcentage mécanique d'armature
0,80

C<=50   
 1   1  
2 
0,70 C55
C60  
0,60 C70
Pourcentage mécanique ()

C80
0,50 C90

0,40

0,30

0,20

0,10

0,00
0,00 0,05 0,10 0,15 0,20 0,25 0,30 0,35 0,40 0,45 0,50
Moment reduit ELU ()

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 55


Choix du diagramme de l'armature
0,07

fck <= 50
0,06 fck = 55
fck = 60
fck = 70
0,05
fck = 80
fck = 90
0,04
1-As2/As1

0,03

0,02

0,01

0,00
0,00 0,05 0,10 0,15 0,20 0,25 0,30 0,35 0,40
Moment réduit _lu

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 56


APPLICATION NUMERIQUE

Effets des actions


MG = MQ = 0,15 MN.m

Mu x Matériaux
Béton C30
Armature en acier B500 (courbe 2)

d=0,65 Valeurs caractéristiques elu et 


As
Pivot elu 
h=0,7m
D 0,372 2,30 %
b=0,35
A 0,056 0,25 %
%min 0,037 0,15 %

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 57


APPLICATION NUMERIQUE
ELU fondamental et moment réduit

M u  1,35 M G  1,5 M Q  0 ,427 MN .m Paramètres pivot B


Mu
 2
 0,144 C30, B500, s=1,15
bd f cd
Vérification pivot B et As,min =0,973
0,037  0,056    0,144  0,372 =0,832
ka=1,224
1 2  kb=7,232.10-3
Axe neutre  1  1    0 ,193
   

Pourcentage mécanique
2 0,1932
    0,153
ka   kb 1,224.0,193  7 ,232.10 3

Section d’armature
  0,704%  As  16,1cm²

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 58


Table des sections nominales d’armatures

Diamètre Masse Nombre de barres

mm kg/m 1 2 3 4 5 6 7 8 9

6 0,221 0,28 0,57 0,85 1,13 1,41 1,70 1,98 2,26 2,54

8 0,392 0,50 1,01 1,51 2,01 2,51 3,02 3,52 4,02 4,52

10 0,613 0,79 1,57 2,36 3,14 3,93 4,71 5,50 6,28 7,07

12 0,882 1,13 2,26 3,39 4,52 5,65 6,79 7,92 9,05 10,18

14 1,201 1,54 3,08 4,62 6,16 7,70 9,24 10,78 12,32 13,85

16 1,568 2,01 4,02 5,03 8,04 10,05 12,06 14,07 16,08 18,10

20 2,450 3,14 6,28 9,42 12,57 15,71 18,85 21,99 25,13 28,27

25 3,829 4,91 9,82 14,73 19,63 24,54 29,45 34,36 39,27 44,18

32 6,273 8,04 16,08 24,13 32,17 40,21 48,25 56,30 64,34 72,38

40 9,802 12,57 25,13 37,70 50,27 62,83 75,40 87,96 100,53 113,10

Sections en cm²

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 59


APPLICATION NUMERIQUE

Ferraillage pratique: 350

2HA 25+2HA20 = 16,1 cm²

Autres résultats
Allongement de l’armature

1 
s   cu 2  1,44%
 650
Contrainte de l’armature 700 50

 0 ,973.0 ,832.0 ,193 2HA25+2HA20


 st    1,021
 0 ,153
500
 st   st f yd  1,021.  444MPa
1,15

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 60


Autre exemple
M Edu
Moment réduit  Edu 
bd 2 f cd
1,43
 Edu   0,229
40
x 0,40.0,7652.
Mu 1,5
1 2 
Bras de levier réduit  1  1  
2   

As d=0,765 m
1 2.0,229 

  1  1    0,868
h=0,85m 2 1 

b=0,40 M Edu
Section d’armatures Ast 
df yd
Matériaux Moment ELU
1,43
Ast   49,53cm 2
Béton C40 M Edu  1,43MN .m 500
(=1) 0,868.0,765.
1,15
Armature B500

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 61


Autre exemple

Solution 1 – 4  40 Solution 2 – 10  25

10
10
35
35

35 25
35 40 50 10 46
10

Solution 3 – 6  25 + 6  20 Solution 4 – 8  25 + 4  20

36

10 50
35 10
35

35 25
10 32 35 25
10 70

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 62


Critères de choix

Traité de béton armé


Lacroix, Fuentes, Thonier
1982

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 63


EC 2 – Dispositions constructives

e  max  ; d g  0,5;20

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 64


Critères de choix

Choix du diamètre

- enrobage et adhérence
- enrobage et durabilité
- maîtrise de la fissuration

Mais avant cela


- longueur (portée) de calcul
- l’armature tendue est-elle plastifiée ?

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 65


Portée de calcul

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 66


Portée de calcul

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 67


Portée de calcul

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 68


Section rectangulaire avec aciers comprimés

Efforts rapportés au centre d’inertie de la Asc, d’


section de béton seul h/2
Moment positif tend la fibre inférieure
Effort normal nul

Déterminer les sections d’armatures


« tendue » Ast et «comprimée» Asc
h/2
nécessaires pour équilibrer le Melu
Ast, d
Sont fixées
- Les dimensions b et h de la section et
positions respectives d et d’ des centre de
gravité des armatures tendues et b
comprimées
-La classe du béton et des armatures

>> Ecrire successivement le moment résistant au niveau des armatures


inférieures et supérieures

Séance n° 5 – Flexion composée 69


ELU Flexion simple pivot B (Asc > 0)

Au niveau des armatures, contraintes en valeur algébrique

 x 
M inf  b.x.f cd . d    Asc sc d  d '
 2 
 x 
M sup  b.x.f cd  d '   Ast st d  d '
 2 
Moments réduits

    sc 
inf   1    1    c sc avec  sc   st  st
 2  f yd f yd
  
sup        1    t st
 2 

Comme l’effort normal est nul, Minf = Msup = MEdu

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 70


ELU Flexion simple pivot B (Asc > 0)

Au niveau des armatures, contraintes en valeur algébrique

  
1    c sc  inf  c ,inf   c ,inf     1  
 2 
avec
  
1    t st   c ,sup    sup  c ,sup        
 2 
On choisit la position de l’axe neutre qui plastifie l’acier inférieur ( = p)
 st  1 avec inf  sup   Edu
On obtient
 Edu  cp ,inf  Edu   cp ,sup
c  t 
1   . sc  p  1   
Ce qui correspond à une décomposition en deux sections
- La première constituée du béton et d’une seule armature inférieure
équilibre le moment de plastification
- La deuxième constituée de l’armature supérieure et d’un supplément
d’armature inférieure équilibre le moment supplémentaire

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 71


ELU – Asc >0 – exemple

fck 50 fyk 500 chi_r 0,072


gc 1,5 gs 1,15 mu_r 0,057
ec2 2,000 Es 200 chi_p 0,617
ecu2 3,500 euk 50 mu_p 0,371
n 2,000 k 1,08 mu_max 0,473
csi_cu 1,750
r0 0,810 fyd 434,8 ka 0,991
r1 0,473 eud 45 kb 0,006
lambda 0,832 csi_ud 22,5
eta 0,973 ep 2,174 om_p 0,499
fcd 33,3 csi_p 1,087 delta 0,111
esc 2,870
nu_sc 1,001

mu chi omt nust omc om omt


40 0,390 0,665 0,665 0,810 0,021 0,541 0,520
41 0,398 0,689 0,767 0,727 0,030 0,559 0,529
42 0,406 0,714 0,894 0,646 0,039 0,578 0,539
43 0,415 0,740 1,056 0,567 0,049 0,597 0,548
44 0,423 0,767 1,271 0,489 0,058 0,615 0,557

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 72


ELU – Asc >0 – exemple
Pivot B
1,00

Asc=0
0,90

Asc>0
0,80
Pourcentage mécanique d'armatures - 

0,70

0,60

0,50

0,40

0,30

0,20

0,10

0,00
0,000 0,050 0,100 0,150 0,200 0,250 0,300 0,350 0,400 0,450 0,500
Moment reduit ELU - mu_Edu

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 73


Equations du pivot A

Deux situations doivent être distinguées

- Pivot A3 b  c

- Pivot A2 0  b  c

Lorsque la déformation maximale du béton est négative, toute la section est tendue : on
ne peut pas être en flexion simple.

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 74


Pivot A3

On peut trouver une solution analytique, à partir des résultats ci-dessus

 1 
N  bxfcd 1  
 n  1 b  avec b 
b
1 1  c
M x  bx 2 f cd   2
 2 n  1n  2  b 

Par ailleurs, en raison de la planéité de la section, à partir de triangles semblables on


peut écrire
x dx  b ud b
  b    
b  cu c 1   b   ud
En posant
1 1 1
A  
2 n  1ud n  1n  2 ud2
On obtient

 A1   
1
 Edu  2

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 75


Pivot A3

La valeur réduite de la résultante des contraintes du béton est

1 
c   
n  1ud
Et, la déformation de l’armature étant égale à sa valeur limite de calcul

 st   0  1 ud
D’où l’on déduit le pourcentage mécanique

c

 st

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 76


Pivot A2

Pas de solution analytique, mais on peut tracer, sous forme paramétrique des courbes
donnant la position de l’axe neutre, la résultante des contraintes du béton et le moment
au niveau de l’armature tendue en fonction de la déformation maximale du béton

1  1   b 
n 1
b 
c 
n  1
 b   ud

A 2
 1  ud 
1  b 
n 1

1  b 
n2

 Edu
1
 
ud
n  1 n  2
2 b  ud 2
La position de l’axe neutre est obtenue comme au pivot A3

b

 b  ud

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 77


Pivot A

0,08
Section Rectangulaire ELU - fck = 30 MPa
Pivot A3
0,07 Pivot B
Pivot A2
0,06 Pivot B
Position axe neutre – x/d

0,05

0,04

0,03

0,02

0,01

0,00
0,00 0,01 0,02 0,03 0,04 0,05 0,06
Moment réduit

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 78


Pivot A

0,06
Section Rectangulaire ELU - fck = 30 MPa
Pivot A3
Pivot B
0,05 Pivot A2
Pivot B
Pourcentage mécanique – 

0,04

0,03

0,02

0,01

0,00
0,00 0,01 0,02 0,03 0,04 0,05 0,06
Moment réduit

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 79


Pivot A - résumé
Au pivot A :

- Il n’y a de solution analytique exacte pour trouver la position de l’axe neutre que dans
le cas du pivot A3

- La résultante des contraintes du béton est toutefois sensiblement égale à celle que l’on
aurait déterminé avec les équation du pivot B, c’est-à-dire

 2 
 c   1  1  Edu 

  
- La déformation, et donc la contrainte, de l’armature est connue et, en l’absence
d’armature comprimée, il n’est pas nécessaire de connaitre la position de l’axe neutre on
écrira
c
 
 0   1 ud
- Le graphique suivant montre que l’erreur ainsi faite sur l’effort normal réduit, ou sur le
pourcentage mécanique d’armature, ne dépasse pas 0,42 % au pivot A2

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 80


Pivot A - résumé
Pivot A2
0,45

fck=50
0,40 fck=55
fck=60
0,35 fck=70
Erreur effort normal réduit (%)

fck=80
0,30
fck=90

0,25

0,20

0,15

0,10

0,05

0,00
0,000 0,005 0,010 0,015 0,020 0,025 0,030 0,035
Moment réduit

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 81


ELU – Asc >0 – MG = MQ = 0,55 MN.m
ELU fondamental Moment réduit – Pivot D
Mu
M Edu  1,35M G  1,5M Q  1,568 MN .m  D  0,371   Edu  2
 0,454
bd f cd
Valeur réduite résultante béton Armature comprimée
cp ,inf  0,371     
 D 
 sc   3,064
  cu
cp ,sup   D      0,090
 2   sc   0  1. sc  1,001
Pourcentages armature tendue
 Edu   cp ,sup  Edu  cp ,inf
t   0,589 c   0,090
1    1   . sc
Section armature tendue Section armature comprimée
20 20
Ast  0,589.0,65.0,35.  71,95cm² Asc  0,090.0,65.0,35.  11,81cm²
435 435
Pourcentages géométrique total

   t   c   0,589  0,090 .
f cd 20
 3,65%  4,00%
f yd 435

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 82


Section en T

𝑏 𝑠
Au pivot B, deux nouvelles « frontières »
ℎ𝑓
apparaissent :
𝑥
𝑑
- L’axe neutre peut-être dans la table de 0 𝜀𝑓 𝜀𝑐𝑢
𝜀

compression (point E du diagramme)


𝑏𝑤
- Lorsque l’axe neutre est en-dessous du point
F, la déformation est supérieure à c dans toute
B
la table F
E

Dans ces deux cas, le calcul des contraintes est aisé.


Dans le cas contraire, il n’y a pas de solution simple.

On distinguera le calcul des contraintes dans la partie propre aux semelles (largeur b-bw)

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 83


Section en T

Résultante et moment par rapport à l’axe neutre


hf u hf u
x 2 f cd
  s ds   F  d  s s ds   F  d
xfcd
nu  mOu 
d h f
u f d h f
 u2 f

Par rapport aux aciers tendus Hypothèse section plane


mu  m0u  nu d  x  u  f

Valeurs réduites u   f

  0  1   
nu mOu
 O 
df cd d 2 f cd
Soit
  f 1   f n 1  
1    f 
2
 1   f n 1 1   f n  2 

   1    O    1  
2
  
  u n  1 
u 
   u
 2    n  1 u
2
n  2u2 
C’est-à-dire que l’on peut exprimer le torseur de contraintes du béton en fonction d’un seul
paramètre, à savoir f ,qui caractérise la déformation de la fibre inférieure de la table.

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 84


Section en T
Moment réduit table
0,20

0,19

0,18

0,17
Moment réduit table - mu_st

0,16
Série1
Série2
0,15
Série3
Série4
0,14

0,13

0,12

0,11

0,10
0,000 0,100 0,200 0,300 0,400 0,500 0,600
Position relative axe neutre - chi

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 85


Section en T

b (m) 0,8 fck 30 fyk 500


bw (m) 0,4 gc 1,5 gs 1,15
h (m) 1 fcd 20 fyd 434,8
hf (m) 0,16 n 2 Es 200
d (m) 0,9 ec 2 k 1,08
ecu 3,5 euk 50
thw 1 chi_u 1,75 eud 45
chi_E 0,178 S0 1,417
mu_tE 0,133 S1 1,448 eps 2,174
chi_F 0,415 S1/S0 0,584 nu_0 0,996
mu_tF 0,162 lambda 0,832 nu_1 0,00585
Np 50 eta 0,973 chi_p 0,617

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 86


Section en T
0,600

0,500

0,400
Moment réduit total - mu

mu
0,300
mu_min
mu_max
Série4
0,200

0,100

0,000
0,000 0,100 0,200 0,300 0,400 0,500 0,600 0,700
Position de l'axe neutre - chi

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 87


Section en T
Section d'armatures
0,70

om_TE
om_TF
0,60
mu_E
mu_F
0,50
Pourcentage mecanique omicron

0,40

0,30

0,20

0,10

0,00
0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60
Moment réduit - mu

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 88


Section en T

Paramètres
b  bw hf u  f
f  f  w 
bw d u  1
Puis les moments réduits
M Edu  f    f    w 
 TF   f 1 
 TE   f 1   Tw   w 1  
bw d 2 f cd  2   2   2 
-  moment réduit sollicitant
- TF moment réduit table seule plastifiée
- TE moment réduit table seule lorsque l’axe neutre est en fibre inférieure
- Tw moment réduit dans l’âme pour la position w de l’axe neutre

Expression du moment réduit « total »


  
   1 
   f T
 2 
(somme des moments réduits dans l’âme et dans la table)

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 89


Section en T

Cas 1) axe neutre dans la table

1 2 
  1   f TE    1  1  
   1   f  
Cas 2) table totalement plastifiée

1 2   f TF  
   w   f TF    1  1  
   

Cas 3) entre les deux cas précédents, à défaut d’un calcul itératif,

- formule du cas 1) si   1   f TF

- formule du cas 2) sinon

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 90


Cas 1) MG = MQ = 0,55 MN.m
Dimensions ELU fondamental
0,15
b  0,55m h  0,70m C 35 / 45 M Edu  1,35,15.0,55
bw  0,35m h f  0,15m B500  1,568 MN .m
d  0,65m 0,50

Axe neutre dans la table ?


 f  h f d  0,231 0,05

TE   f 1   f 2   0,169


0,10 0,35 0,10
bd f cd TE  0,916  1,568  M Edu
2

L’axe neutre n’est pas dans la table

Moment résistant et effort normal du débord de table (après plastification)


TF   F 1   F 2   0,204
M TF  b  bw d 2 f cd TF  0,403MN .m
N TF  b  bw h f f cd  0,700 MN

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 91


Cas 1) MG = MQ = 0,55 MN.m
Moment et effort normal équilibrés par l’âme

M w  M Edu  M TF  1,165

On suppose ici que l’on est sur le palier plastique horizontal de l’armature.

M Edu  M TE 1,165
 wF    0,338
bw d 2 f cd 0,35.0,652.23,3
 2  wF 
 cwF   1  1    0,435
  
N cwF  bw df cd cwF  2,309
NTE  N cwE
As   69,2cm²
f yd
En section rectangulaire de même largeur que l’âme, il fallait 83,8 cm² dont 72,0 cm²
d’aciers tendus.

La position de l’axe neutre est  w   cwF   0,537 très proche de la position


pour laquelle la déformation de la fibre inférieure de la table est c . Il est donc ici tout à
fait normal de considérer que la contrainte est fcd sur toute la table de compression.

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 92


Cas 2) MG = MQ = 0,325 MN.m
ELU fondamental
0,15

M Edu  1,35,15.0,325  0,927 MN .m


Axe neutre dans la table ?
0,50
bd f cd TE  0,916  0,927  M Edu
2

L’axe neutre n’est pas dans la table


0,05
A titre indicatif : calcul avec axe neutre dans la table
 Edu  M Edu bd 2 f cd  0,171 0,10 0,35 0,10

 
 c   1  1  2   0,189
As  bd f cd f yd  36,3cm²
Moment résistant et effort normal du débord de table (après plastification)
TF   F 1   F 2   0,204
M TF  b  bw d 2 f cd TF  0,403MN .m
N TF  b  bw h f f cd  0,700 MN

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 93


Cas 2) MG = MQ = 0,325 MN.m

Moment et effort normal équilibrés par l’âme

M w  M Edu  M TF  0,525
Supposant à nouveau que l’on est sur le palier plastique horizontal de l’armature.

M Edu  M TE 0,525
 wF    0,152
bw d 2 f cd 0,35.0,652.23,3
 2  wF 
 cwF   1  1    0,166
  
N cwF  bw df cd cwF  0,882
N TE  N cwE
As   36,4cm²
f yd
La section d’armatures est à peine supérieure à celle que l’on a obtenue en considérant
l’axe neutre dans la table.

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 94


Section en T

𝑏
𝜀𝑐 𝜀𝑐𝑢

ℎ𝑓
𝐸
𝐹
𝑑

𝐴𝑠

𝑏𝑤

Trois valeurs caractéristiques du moment


- MTE l’axe neutre est sur la sous-face de la table
- MTF la contrainte est égale à fcd sur toute la table
- MTU moment de la table seule lorsque la contrainte est égale à fcd sur toute la table

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 95


Section en T

1) « Pivot E » axe neutre sur la sous-face de la table


ℎ𝑓 𝜆𝜒𝐸
𝜒𝐸 = 𝜇𝐸 = 𝜂𝜆𝜒𝐸 1 − 𝑀𝑇𝐸 = 𝜇𝐸 𝑏𝑑2 𝑓𝑐𝑑
𝑑 2
2) Moment de la table seule sous contrainte uniforme fcd
ℎ𝑓
𝑀𝑇𝑈 = 𝑏ℎ𝑓 𝑑− 𝑓
2 𝑐𝑑
3) « Pivot F » contrainte uniforme fcd sur toute la table
𝜀𝑐𝑢 ℎ𝑓 𝜆𝜒𝐹 𝑏 − 𝑏𝑤
𝜒𝐹 = 𝜇𝐹 = 𝜂𝜆𝜒𝐹 1 − 𝑀𝑇𝐹 = 𝑀𝑇𝑈 + 𝜇𝐹 𝑏𝑤 𝑑2 𝑓𝑐𝑑
𝜀𝑐 𝑑 2 𝑏

b (m) 0,65 fcd (Mpa) 20 chi_E 0,231 chi_F 0,404


bw (m) 0,35 eps_c 2 mu_E 0,168 mu_F 0,271
hf (m) 0,15 eps_cu 3,5 MTE (MN.m) 0,920 MTF (MN.m) 1,319
d (m) 0,65 eta 1
lambda 0,8 MTU (MN.m) 1,121

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 96


Section en T – cas Medu > MTU

1 1

1 1

𝐴𝑠1 𝐴𝑠2

𝐴𝑠 = 𝐴𝑠1 + 𝐴𝑠2

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 97


Section en T

1) Calcul MTU - moment de la table seule sous contrainte uniforme fcd


ℎ𝑓
𝑀𝑇𝑈 = 𝑏ℎ𝑓 𝑑 − 𝑓
2 𝑐𝑑

2) MEdu < MTU  Calcul en section rectangulaire de largeur b

𝑀𝐸𝑑𝑢 1 2𝜇𝐸𝑑𝑢 𝑀𝐸𝑑𝑢


𝜇𝐸𝑑𝑢 = 𝜉= 1+ 1− 𝐴𝑆 =
𝑏𝑑2 𝑓𝑐𝑑 2 𝜂 𝜉𝑑𝑓𝑦𝑑

3) MEdu > MTU  Table sous contrainte uniforme fcd

𝑏 − 𝑏𝑤 ∆𝑀 1 2∆𝜇 ∆𝑀
∆𝑀 = 𝑀𝐸𝑑𝑢 − 𝑀𝑇𝑢 ∆𝜇 = 𝜉= 1+ 1− 𝐴𝑆2 =
𝑏 𝑏𝑑2 𝑓𝑐𝑑 2 𝜂 𝜉𝑑𝑓𝑦𝑑

𝑓𝑐𝑑
𝐴𝑠1 = 𝑏 − 𝑏𝑤 ℎ𝑓 𝐴𝑠 = 𝐴𝑠1 + 𝐴𝑠2
𝑓𝑦𝑑

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 98


Section en T

MTE < MEdu < MTU  on fait comme si l’axe neutre était dans la table

Alors que ce n’est pas le cas

MTU < MEdu < MTF  on fait comme si la table était sous contrainte uniforme égale à fcd

Alors que ce n’est pas non plus le cas

Il est admis que l’erreur ainsi commise est généralement négligeable

L’exemple suivant compare les deux solutions en faisant varier la largeur de table :

- bmin Largeur de table pour laquelle l’axe neutre est en sous-face de la table (MTE = MEdu )

- bTU Largeur pour laquelle MEdu = MTu

𝑀𝐸𝑑𝑢 𝑀𝐸𝑑𝑢
𝑏𝑚𝑎𝑥 = 𝑏𝑇𝑢 =
𝜇𝐸 𝑑2 𝑓𝑐𝑑 ℎ𝑓
ℎ𝑓 𝑑 − 2 𝑓𝑐𝑑

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 99


bw (m) 0,35 eta 1 b (m) 0,65 0,75 1,130 b (m) 1,25
hf (m) 0,15 lambda 0,8 Mtf (MN.m) 0,920 1,062 1,600 mu 0,151
d (m) 0,65 fcd 20 Mtu (MN.m) 0,518 0,690 1,345 dzeta 0,917
fyd 435 Medu-Mtu 1,0825 0,91 0,255 As (cm²) 61,7
fck (Mpa) 30 chi_f 0,2307692 mu 0,366 0,308 0,086
gmc 1,5 mu_f 0,167574 dzeta 0,759 0,810 0,955 ec 2
fyk (Mpa) 500 As1 (cm²) 50,5 39,7 9,4 ecu 3,5
gms 1,15 Ntu (MN) 0,9 1,2 2,340 chi_e 0,538
Classe B Medu (MN.m) 1,6 As2 (cm²) 20,7 27,6 53,8 mu_e 0,338
As (cm²) 71,2 67,3 63,3 Me 1,000
b (m) As (cm²) bmin 0,698
0,65 71,2
0,675 70,0 Section en T b (m) As (cm²)
0,7 69,0 72 1,25 61,7
0,725 68,1 0,67 68,2
"Axe neutre sous la table"
0,75 67,3 "Axe neutre dans la table"
0,7 67,5
0,775 66,7 70 M_E 0,73 66,9
0,8 66,1 M_F 0,76 66,3
0,825 65,5 0,79 65,8
0,85 65,1 68 0,82 65,3
0,875 64,7 0,85 64,9
Section (cm²)

0,9 64,3 0,88 64,5


0,925 64,0 66 0,91 64,2
0,95 63,8 0,94 63,9
0,975 63,6 0,97 63,6
1 63,4 64 1 63,3
1,025 63,3 1,03 63,1
1,05 63,3 1,06 62,8
62
1,075 63,2 1,09 62,6
1,1 63,2 1,12 62,4
1,125 63,2 1,15 62,3
60
1,15 63,3 0,6 0,7 0,8 0,9 1 1,1 1,2 1,3
1,18 62,1
1,175 63,4 Largeur de la table - b(m)
1,21 61,9
1,2 63,5 1,24 61,8
1,225 63,6
1,25 63,8

Séance n° 7 – Flexion simple avec aciers comprimés 100


ELU – Redistribution des moments

Une redistribution des moments peut être prévue dans le cas d’une analyse
élastique linéaire à l’ELU.

L’EC2 fixe plusieurs conditions préalables :


- la redistribution doit conserver l’équilibre des charges appliquées
- le rapport de longueur des portées adjacentes compris entre 0,5 et 2
- pièces soumises principalement à la flexion
- pas de redistribution :
- dans les poteaux
- lorsque la capacité de rotation ne peut être garantie

Sous ces réserves, un pourcentage de redistribution  > kmin peut être autorisé si
la hauteur de béton comprimée (à l’ELU ‘redistribué) vérifie la relation suivante

M redistribué x
  k A u  kB
M élastique d

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 101


ELU – Redistribution des moments

kA et kB sont fonctions de la classe du béton

 0,0014  0,44 si f ck  50 MPa


k A  1,25 0,6   kB  
  cu 2  0,54 si f ck  50 MPa

kmin dépend de la classe des armatures et de la nature de l’ouvrage

- pour les aciers de classe A kmin = 0,80


- pour les aciers de classe B et C
kmin = 0,85 pour les ponts
kmin = 0,70 dans les autres cas

Pour pouvoir prendre en compte une redistribution, il faut donc que la


hauteur de béton comprimé soit inférieure à la valeur suivante
xu   k B

d kA
Le moment réduit est une fonction croissante de xu/d :
 il devra être inférieur à la valeur correspondante

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 102


Redistribution à l’ELU

fck 50 55 60 70 80 90
 = 0,70 (xu/d)_max 0,208 0,122 0,118 0,114 0,112 0,112
_max 0,154 0,086 0,078 0,069 0,065 0,063
 = 0,75 (xu/d)_max 0,248 0,160 0,155 0,150 0,148 0,148
_max 0,180 0,111 0,101 0,089 0,084 0,082
 = 0,80 (xu/d)_max 0,288 0,198 0,192 0,186 0,183 0,183
_max 0,205 0,136 0,124 0,109 0,102 0,100
 = 0,85 (xu/d)_max 0,328 0,236 0,229 0,222 0,218 0,218
_max 0,229 0,159 0,145 0,128 0,120 0,117
 = 0,90 (xu/d)_max 0,368 0,274 0,266 0,257 0,253 0,253
_max 0,252 0,182 0,166 0,146 0,138 0,134
 = 0,95 (xu/d)_max 0,408 0,312 0,303 0,293 0,288 0,288
_max 0,274 0,204 0,186 0,164 0,155 0,151
 = 1,00 (xu/d)_max 0,448 0,350 0,340 0,329 0,323 0,323
_max 0,295 0,225 0,206 0,182 0,171 0,167

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 103


Redistribution à l’ELU
Valeurs limites du moment réduit selon % redistribution
0,35

delta=0,70
0,30 delta=0,75
Valeur maximale du moment réduit

delta=0,80
delta=0,85
0,25
delta=0,90
delta=0,95
0,20 delta=1,00

0,15

0,10

0,05

0,00
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Resistance caractéristique (MPa)

Séance n° 2 – ELU Section rectangulaire Asc=0 104