Vous êtes sur la page 1sur 3

Formation Quiz

KI
AN ER
Les instruments
de désobturation H

om
C

I
en endodontie
ch J D EN

l.c
iB

IL

ai
Stéphane Simon
J
gm
Professeur des Universités (Université Paris Diderot)
rk

Directeur scientifique de Endo-Académie


Exercice libéral limité à l’endodontie à Rouen
he

@
AD
nc

ki
er
be

La désobturation est l’une des étapes clefs du retraitement.


en

Souvent considérée comme aléatoire, elle est reconnue comme


un facteur primordial de la réintervention ; à tort ou à raison…
.b

Peu d’instruments sont dédiés à cette étape de l’intervention.


dr

1. Opener Endo ReStart®.


L’instrument est court (15 mm)
et présente un diamètre de
pointe de 30/100. Il est destiné
à désobturer les quelques
Questions…
millimètres les plus coronaires
Question 1 Le retraitement peut être réalisé entièrement avec
du canal.
une instrumentation mécanisée
2. Endo ReStart File®. Vrai/Faux
Instrument de désobturation
canalaire. Son diamètre Question 2 Les instruments de désobturation présentent des pointes actives
de pointe est de 25/100 Vrai/Faux
et la conicité de 5 %.
Il est proposé en 21 et 25 mm Question 3 Les instruments de désobturation mécanisés doivent être
de longueur. Les instruments plus rigides que ceux de mise en forme Vrai/Faux
de la série Endo ReStart®
sont repérables par leur bague Réponses pages suivantes
rose sur le mandrin.

L’INFORMATION DENTAIRE n° 30 - 11 septembre 2019 19


Formation Quiz
x ; 3 : faux
Réponses : 1 : faux ; 2 : vrai et fau

Commentaires 3. Les instruments de la série Endo ReStart® présentent des pointes dites semi-actives.
Les arêtes des derniers millimètres ont été rendues actives.
1. Le retraitement peut être
réalisé entièrement avec
une instrumentation mécanisée
Le retraitement est souvent restreint à
la seule notion de désobturation. Cette
conception restrictive fait oublier que la
désobturation n’est qu’une étape parmi

KI
d’autres. L’objectif d’un retraitement
est le même que celui d’un traitement a. Pointe de l’Opener®. b. Pointe de l’Opener Endo ReStart®.

AN ER
Deux arêtes ont été rendues actives
initial, à savoir désinfecter et obturer le pour permettre la pénétration
canal sur toute sa longueur. de l’instrument dans le matériau.
Lorsqu’un canal nécessite une réinter-
vention, c’est que le traitement existant
H

om
est incomplet. La partie obturée rend
C

I
inaccessible la zone apicale qui, pour-
ch J D EN
tant, est celle où se situe le problème.

l.c
Une fois désobturée, la partie apicale
du canal peut être « négociée », per-
iB

IL

ai
méabilisée, mise en forme, désinfectée
c. Pointe du SkyTaper® 25/6 %. d. Pointe de l’Endo Restart®.
J

puis obturée.
gm
rk

La désobturation peut, comme la mise Sur cet instrument, une seule arête
a été rendue active.
en forme, être effectuée avec des ins-
he

truments mécanisés. Des instruments


spécifiques ont été développés par les
AD
nc

industriels, et le kit Endo ReStart ®


ki

2. Les instruments truments a été conçue pour progresser


proposé par Komet est l’un d’eux. au sein du matériau et éviter la den-
de désobturation présentent
er
be

Composé de deux instruments, l’Ope- tine. Les pointes dites semi-actives de


ner Endo ReStart® (fig. 1) et l’Endo des pointes actives l’Opener Endo ReStart® et de l’Endo
ReStart® (fig. 2), ces instruments sont Contrairement aux instruments de
ReStart®permettent cette progression
des adaptations (plutôt que des évo- mise en forme où la pointe ne sert qu’à
sans risque au sein du canal obturé
en

lutions) des instruments de mise en guider l’instrument dans le canal pré-


(fig. 3).
forme, respectivement l’Opener® et alablement pré-élargi, les instruments
Attention, toute procédure qui vise à
.b

le Skytaper® 6 %. Seule la conicité de de désobturation sont utilisés dans


ramollir la dentine (telle que l’utilisa-
l’instrument a été modifiée, puisque des canaux qui ont préalablement été
tion d’un gel d’EDTA par exemple)
dr

celle de l’Endo ReStart® est de 5 %. obturés.


fausse les choses. La dureté de la den-
La difficulté est donc d’introduire et
tine ramollie se rapproche de celle du
de faire pénétrer l’instrument dans un
Trois conseils matériau, et l’instrument peut alors
canal rempli de matériau. Cet instru-
pour une utilisation ment va devoir se frayer un chemin au
s’engager dans une mauvaise direction
en toute sécurité sein du matériau, sans sortir de la tra-
et créer un faux canal, voire une perfo-
ration radiculaire.
1. Ne pas chercher à descendre jectoire canalaire au risque de créer un
l’Opener Endo ReStart ® plus de 3 mm faux canal et une butée.
dans le canal. La désobturation est possible grâce à 3. Les instruments
2. Ne pas aller au-delà de la phase la différence de dureté qui existe entre de désobturation mécanisés
de désobturation du canal. les matériaux d’obturation et le tissu doivent être plus rigides
3. Appuyer avec modération dentinaire qui constitue la dent. que ceux de mise en forme
sur les instruments pour assurer Partant du principe que l’instru- Pour la mise en forme canalaire, les
leur action ; ne jamais forcer pour ment prendra toujours le chemin de instruments utilisés doivent s’adapter
tenter de perméabiliser le canal. moindre résistance, la pointe des ins- à l’anatomie canalaire. L’instrument

20 L’INFORMATION DENTAIRE n° 30 - 11 septembre 2019


Formation Quiz

Protocole
opératoire (fig. 4 et 5)

• Cavité d’accès
• Localisation des entrées
canalaires
• Désobturation du canal sur 2
ou 3 mm avec l’Opener Endo ReStart®

KI
utilisé en rotation continue
4. Retraitement d’une molaire maxillaire. Les canaux ont été désobturés (300 tours/minute)
avec les instruments de la série Endo ReStart® puis perméabilisés avec des limes

AN ER
manuelles avant d’être mis en forme avec le SkyTaper® 6 %/25. Obturation • Rinçage et élimination des débris
en gutta chaude et Pulp Canal Sealer®. • Désobturation avec l’Endo Restart®
(300 tours/minute) en appliquant

H à l’instrument des mouvements de

om
C
va-et-vient verticaux, et en guidant

I
l’instrument en direction apicale
ch J D EN

l.c
• Après deux trois oscillations
verticales, retirer l’instrument
iB

IL
et vérifier la présence de matériau

ai
sur la pointe. Rincer et éliminer les débris
J
gm
rk

a • Recommencer l’opération tant


que du matériau sort sur la lime.
5. Retraitement d’une molaire maxillaire
he

avec le protocole décrit précédemment. • Lorsque l’instrument ressort


@

sans trace de matériau, l’étape est


AD

a. Radiographie préopératoire.
nc

terminée. Rechercher la perméabilité


ki

b. Radiographie postopératoire
après dépose des éléments coronaires avec des instruments manuels.
er
be

et radiculaires, restauration • Mettre le canal en forme, rincer,


préendodontique avec une bague etc. Mettre en forme le canal
de cuivre, désobturation avec la série
Endo ReStart, mise en forme Skytaper perméabilisé, le désinfecter
6 %/25 et obturation en gutta chaude. b et l’obturer.
en
.b
dr

doit suivre les courbures des canaux souplesse pour suivre l’anatomie L’auteur déclare avoir des liens d’intérêts
dont la perméabilité a été vérifiée et canalaire au fur et à mesure de leur avec la société Komet. Les instruments
testés pour la rédaction de ce document
confirmée (obtention du Glide Path). progression.
ont été fournis gracieusement.
Pour ce faire, l’instrument doit être Et en raison de cette rigidité, il faut
suffisamment souple pour s’adapter au donc les restreindre à ce pour quoi ils
canal et non l’inverse. sont destinés, à savoir l’élimination du Correspondance :
Dans le cadre de la désobturation, matériau. www.endo-academie.fr,
l’effet recherché est différent. Le canal Dès que l’instrument ressort sans stephane@endo-academie.fr
est obstrué ; ainsi, trop de souplesse matériau sur son tiers le plus apical,
conduirait l’instrument à se plier, son action est terminée ; il est alors
voire à se fracturer. temps de reprendre l’instrumentation
Pour la désobturation, les instru- manuelle pour rechercher la perméa-
ments doivent donc être suffisamment bilité, passer les butées et négocier le
rigides pour pénétrer au sein du maté- tiers apical. Une autre histoire com- Avec le soutien
riau, mais conserver une certaine mence… institutionnel de

L’INFORMATION DENTAIRE n° 30 - 11 septembre 2019 21