Vous êtes sur la page 1sur 14

Faire la lumière

sur les lampes


à polymériser

Formation Continue

Présenté par:
Isabelle Dumas
Karine Moore
Xuan Huong Tran
Julie Tremblay
Claudia Voiselle

Consultante:
Dre Cathia Bergeron

1
FACTEURS QUI INFLUENCENT LA
POLYMÉRISATION
• Intensité de la source lumineuse ***
- distance embout-matériau
- composantes de la lampe

• Durée de l’exposition ***

• Matériau de restauration
- grosseur des particules
- teinte du composite
- épaisseur de la couche appliquée
2
PROPRIÉTÉS DE LA LAMPE IDÉALE

•Peu coûteuse •Durable


•Esthétique •Insonore
•Facile d’utilisation •Légère et compacte

Propriétés techniques de la lampe idéale


• Temps opératoire rapide
• Degré de conversion final:
– en profondeur: 100%
– en surface: monomère résiduel
• Contraction de polymérisation: nulle (Facteur C )
– Infiltration marginale: nulle
– Douleur post-opératoire: aucune

3
Longueurs d’ondes λ produites par les différentes lampes à polymériser
comparées à la valeur optimale d’excitation de la camphoroquinone

Laser à argon

Lampe à haute
intensité PAC

Lampe
progressive

Lampe
conventionnelle

0 400 420 440 460 480 500 520 λ en nm


468
camphoroquinone
4
Variation d’intensité lumineuse des différentes lampes à polymériser

Laser à argon

Lampe à haute
intensité PAC

Lampe
progressive

*Lampe
conventionnelle

0
100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
Intensité en mW/ cm2
* Lampe quartz-tungstène-halogène
5
LAMPE CONVENTIONNELLE
(Quartz-tungstène-halogène)

Temps de polymérisation*: 40 secondes


Distance embout-matériau: < 1 cm
Spectre: 400-520 nm ( lumière du visible bleue)
Intensité: 100-600 mW/cm2

Avantages Désavantages
• Meilleure intégrité • I=1/d2 quand d > 1 cm
marginale vs PAC et laser (perte de 40 %)
• Polymérisation qui se • Spectre large
poursuit un certain temps
• Degré de conversion faible
* Pour 2 mm d’épaisseur
en profondeur

6
LASER
Temps de polymérisation : ¼ du temps requis par la lampe
conventionnelle
Distance embout-matériau : aucune restriction
Spectre: 450-490 nm
Intensité: 1000 mW/cm2
Avantages Désavantages
• Aucune perte d’intensité • Contraction de polymérisation Ò
• Moins de monomère – Intégrité marginale Ô
résiduel – Douleur post-opératoire Ò
• Meilleures propriétés • Dégagement important de chaleur
physiques affectant la pulpe et le parodonte
• Effets inconnus sur les tissus
• Puissance et rapidité Ò biologiques
• Polymérisation à travers la • Dommages aux yeux
dent • Encombrant
• Image publique • Ventilation bruyante
intéressante • Coût Ò Ò Ò Ò

7
LAMPE À HAUTE INTENSITÉ (PAC LIGHT)
Plasma Arc Curing
Caractéristiques:
•Technologie semblable au laser
•Source lumineuse: gaz ionisé à haute pression traversé par un
courant électrique
•Utilisée pour de nombreuses applications médicales
•Temps de polymérisation: 3 secondes
•Distance embout-matériau: peu d ’impact clinique
•Spectre: 430-500 nm
•Intensité: > 600 mW/cm2
Avantages Désavantages
• Spectre spécifique à l ’excitation• Contraction de polymérisation
de la camphoroquinone très Ò
• Degré de conversion Ò • Stress et contraintes très Ò
– Microfractures nombreuses
• Temps à la chaise Ô
– douleur post-opératoire Ò
• Réglage automatique pour une
– récidive de caries
intensité lumineuse constante
• Achat très coûteux 8
FACTEUR C
(Configuration de la cavité)
1 2 3 4 5
C=
5 4 3 2 1

Classe: Facette IV III II I, V

Favorable Défavorable
9
A) À paliers (pulse)
LAMPE PROGRESSIVE
B) Progression continue (ramp)

-Temps de polymérisation : programmable et variable


- Distance embout-matériau : < 1 cm
- Spectre : 400-520 nm
- Intensité : 100-600 mW/cm2
Avantages Désavantages
• Initiation de la polymérisation : • Temps opératoire plus long
lente, la manière la plus efficace
• Retard de la phase GEL : meilleure • Chaque lampe progressive est
adaptation du matériau différente : adaptation du
• Contraction de polymérisation lente mode d’emploi plus complexe
- Ô les micro-fractures
- Ô l’infiltration marginale
- Ô les tensions
- Ô les contraintes
• Moins de monomère résiduel
• Meilleure organisation moléculaire
du polymère
• Propriétés physiques améliorées
• Programmable
10
CONCLUSION
• En 2001, la lampe progressive → concept très
prometteur
• La lampe conventionnelle → toujours une option
intéressante
• Toutefois, le matériau obturateur et les règles de
l ’art de la DO sont des facteurs proéminents de
réussite ou d ’échec
• PAC Light serait un atout → polymérisation pour cavité
à faible FACTEUR C
• Achat d ’une lampe à polymériser :
– compagnie renommée
– produits et pièces de qualité
– bon service après vente
– radiomètre intégré → vérifications hebdomadaires
répondant au genre de pratique
effectuée
– bien cibler la lampe
111
REMERCIEMENTS

•Dre Cathia Bergeron, consultante


•Louis Desbiens, Québec Dentaire
•Sylvia Vinci, Patterson Canada
•Gilles Hamel, 3M Canada

121
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1) Blankenau R.J. et al, Degree of Composite Resin Polymerisation with Visible Light and Argon Laser,
American Journal of Dentistry, 1991, vol. 4, no. 1, pp. 40-42
2) Bouschlicher M.R. et al, Effect of Composite Type, Light Intensity, Configuration Factor and Laser
Polymerization on Polymerisation Contraction Forces, American Journal Dental, 1997, vol. 10, no. 2,
pp.88-96
3) Bouschlicher M.R. et al, Effect of Stepped Light Intensity on Polymerization Force and Conversion
in a Photoactivated Composite, Journal of Esthetic Dentistry,2000, vol. 12, no. 1, pp.23-32
4) Burgess J.O. et al, An Evaluation of Four Light-Curing Units Comparing Soft and Hard Curing,
Practical Periodontics and Aesthetic Dentistry, 1999, vol. 11, no. 1, pp.125-32
5) Caughman W.F. et al, Clinical Guidelines for Photocuring Restorative Resins, Clinical Practice, 1995,
vol. 126, pp.1280-86
6) Chiche G.J., The Search for a Standard Light-Curing Protocol, The Faculty Perspective, vol. 11, no. 2,
p.260
7) Cobb D.S. et al, Physical Properties of Composites Cured with Conventional Light or Argon Laser,
American Journal of Dentistry, 1996, vol. 9, no. 5, pp.199-202
8) Davidson C.L. et al, Polymerization Shrinkage and Polymerization Shrinkage Stress in Polymer-
Based Restoratives, Journal of Dentistry, 1997, vol. 25, no. 6, pp435-40
9) Goracci G. et al, Curing Light Intensity and Marginal Leakage of Resin Composite Restorations,
Quintessence International, 1996, vol. 27, no. 5, pp355-61
10) Kanca J., Adhesive Dentistry Where Are We ?, Oral Health, 1999, pp.7-9

13
11) Koran P. et al, Effect of Sequential versus Continuous Irradiation of a Light-Cured Resin Composite on
Shrinkage, Viscosity, Adhesion, and Degree of Polymerisation, American Journal Dental, 1998, vol. 11,
no. 1, pp.17-22
12) Fleming M.G. et al, Photopolymerization of Composite Resin Using the Argon Laser, Journal de
l’Association dentaire canadienne, 1999, vol. 65, no. 8 pp.447-50
13) Mehl A. et al, Physical Properties and Gap Formation of Light-Cured Composites with and without
‘Softstart-Polymerization’, Journal of Dentistry, 1997, vol. 25, no. 3-4, pp.321-30
14) Sakaguchi R.L. et al, Reduced Light Energy Density Decreases Post-Gel Contraction while Maintaining
Degree of Conversion in Composites, Journal of Dentistry, 1998, vol. 26, no. 8, pp. 695-700
15) Suh et al, Light Intensity and Exposure Time Effects on Light-Cured Composites, Abstract no.73, IADR,
1998, pp. 1-6
16) Suh et al, Examination of Experimental Cavity Substrates as a Function of Modulus of Elasticity During
Polymarization of Composites, Abstract no. 1242, AADR, 1998, pp.1-7
17) Suh et al, Shrinkage Stress Relaxation Using Pulsed Curin, Abstract no. 1394, AADR, 1998, pp. 1-8
18) Vargas M.A. et al, Polymerization of Composite Resins: Argon Laser vs Conventional Light, Operative
Dentistry, 1998, vol. 23, pp. 87-93
19) Le Système PAC, http://mdvision.com/techno/pac.htm

Références des Images et Graphiques


1) The effects of the Pulse-Delay Cure Technique on Residual Strain in Composites, Compendium of
Continuing Education in Dentistry, 1999, vol. 20, no. 2, p.8
2) First Annual Restorative Summit, Verbatim the New Word in Dentistry, 2000, vol. 2, no. 2, pp.3-5

14