Vous êtes sur la page 1sur 4

Une production de la FAO sur le rôle des radios dans le développement rural (mars 2006)

Au milieu d’enchevêtrements de câbles, de fuseaux satellitaires, de bandes FM et


Narration d’ondes courtes, paradoxe : la radio rurale est en passe de gagner ses titres de
noblesse.
Aujourd’hui, elle a sa place dans le paysage médiatique africain et mondial.

Interview Ouverture de la station de Notsé + explications de Watchey Mawuena, chef de station

C’était 100.1 FM Radio NOVISSI, qui signifie « Fraternité » au Togo, et son Chef de
station Watchey Mawuena. Installée depuis 2004 dans le centre rural de Notsé, situé
Narration à 95 km de Lomé, cette radio rurale communautaire est le fruit de la volonté politique
de « prendre en compte les dimensions de la communication et de la culture dans le
développement ». Dès le début du 3ème millénaire, le gouvernement togolais
recommandait « la création des radios rurales au niveau des régions économiques du
pays pour un développement intégral des masses rurales ».
La FAO avait entendu cet appel, se souvient Jean-Pierre Ilboudo, spécialiste en
Communication pour le développement à la FAO :

Interview Jean-Pierre Ilboudo

Interview Ouverture station Radio rurale des Savanes-Dapaong+commentaires de Bonfoh


Tchontchoko, chef de station

Dapaong est un important carrefour de flux migratoire, certes à 600 km de Lomé


mais aux portes du Sahel. Chef-lieu de la Préfecture de Tône, dans la partie
Narration septentrionale du Togo, la ville est aux confins du Burkina Faso, du Bénin et du
Togo. La radio se doit de s’adresser à tous et elle a engagé le pari de refléter cette
diversité de langues et de cultures dans une entreprise commune de développement.
Le Chef de la station 102.5 FM, Bonfoh Tchontchoko nous l’explique :

Interview Bonfoh Tchontchoko

Les programmes diffusés perpétuent cette identité de radio de proximité et de soutien


Narration au développement communautaire. Les reporters de Radio Novissi sont ici au village
de Tsavé, près de Notsé, où sévit la maladie du ver de Guinée depuis 1990. La
prévention est le seul médicament, et il peut être administré par la voie des ondes :
Interviews Rencontre de villageois

Narration Les sujets qui intéressent une communauté villageoise rurale, loin du tumulte des
villes, sont nombreux. Pour Salan Tani, animatrice en langue gurma à la Radio rurale
des Savanes de Dapaong, une radio de proximité se doit de dénoncer les pratiques qui
entravent la bonne marche de la société :

Interview Salan Tani

Cela tient souvent de la gageure de faire fonctionner une radio rurale. Au départ, elle
Narration ne bénéficient d’aucune subvention de l’État et se débattent dans d’énormes
difficultés financières pour leur survie. Jacques Douti Sourou est responsable des
projets de radio rurale au Togo, au sein du Ministère de la Communication :

Interview Jacques Douti Sourou

L’essentiel des ressources de la station vient des avis et communiqués, des


Narration prestations de service et de quelques contrats avec des ONG providentielles. Pour
faire tourner les programmes à l’antenne au jour le jour, cela relève du miracle, nous
dit Dieudonné Koutomé, Chef des Programmes à la radio rurale des Savanes :

Interview Dieudonné Koutomé

Narration La recherche de partenariat peut-elle apporter des solutions ? Question posée à


Jean-Pierre Ilboudo :

Interview Jean-Pierre Ilboudo

Chants (fade in)

Narration Et se rapprocher des gens, c’est le credo de Binah FM, qui émet sur 88.9 FM, à 448
km au nord-ouest de Lomé.
Nous sommes au village de Lama-Saoudé, où nous avons suivi Essomanam Gnansa,
reporter et Chef de station :

Interview Essomanam Gnansa

Chants (fade out)-


Gnansa

2
Les années 2000 voient l’émergence d’un nouveau type de radio privé sur le
continent et ailleurs dans le monde : la radio communautaire rurale, apolitique, non
confessionnelle mais associative de droit privé, au service de la communauté.
Mais que faut-il pour faire une radio rurale ?
Narration
2006 verra naître la Radio rurale d’Éséka sur 97.5 MHZ, dans la Province du Centre
au Cameroun, à 120 km au sud de Yaoundé. À ses origines, en 2005, j’y étais.
Il y avait François Omgba, expert local en Sciences de l’Information, Éducation et
Communication :

Interview François Omgba

Narration Il y avait – ô combien important – le Comité de gestion de la radio, représenté par


son Secrétaire général Dieudonné Nguiddoi, qui avait insisté sur la bonne
gouvernance des membres et le respect de l’autonomie de la station :

Interview Dieudonné Nguiddoi

Narration Il y avait aussi Man-Theo, déjà un nom d’artiste pour un futur animateur populaire de
la future Radio ‘Hikuu Hilon’ qui veut dire ‘tam-tam d’appel’ :

Interview Man-Theo

« Mais la pauvreté ne se limite pas à un rayon de 25 ou 80 km », me disait un


agronome camerounais. En l’occurrence Moïse Nywande, coordonnateur provincial
Narration du Programme spécial pour la sécurité alimentaire, à Yaoundé. Il est d’avis qu’une
radio rurale peut également promouvoir le développement et les échanges
interdépartementaux :

Interview Moïse Nywande

Et de fil en aiguille, les ondes radiophoniques favorisent tout simplement les


Narration échanges entre les peuples, à l’instar de ‘Radio Environnement’ pour l’Afrique
centrale, de l’Union mondiale pour la nature, qui côtoie en bonne intelligence les
bandes FM des grandes radios internationales :

Interview Radio-Environnement à la Foire Internationale de l’Entreprise - Yaoundé 2005

Effet sonore Chanson pour ‘Les Éperviers’, équipe togolaise de football

3
Narration C’était une production radiophonique de la FAO consacrée à la radio communautaire
rurale.

Musique Folklore togolais

FIN

- Reportage/Script : Liliane Kambirigi, Division de l’Information, FAO


- Réalisation: Eric Deleu, Division de l’Information, FAO
- Conseiller technique : Jean-Pierre Ilboudo, Service Communication pour le Développement, FAO

Contact :

Liliane Kambirigi
Chargée de l' information (Radio)
Division de l' information
Tel: (+39) 06 57 05 32 23
Fax: (+39) 06 57 05 37 29
Courriel: liliane.kambirigi@fao.org

http://www.fao.org