Vous êtes sur la page 1sur 100

3’:HIKLLA=]U[YU]:?

a@f@o@d@p";
M 01108 - 543H - F: 6,40 E - RD

JANVIER 2019 - N°543 - DOM 7,40 € - BEL 7,40 € - LUX 7,40 € - ALL 8,20 € - ESP 7,40 € - GR 7,40 € - ITA 7,40 € - PORT.CONT 7,40 € -
CH 12,40 FS - MAR 65 DH - TUN 9,50 TND - CAN 10,99 $ CAN - MAYOTTE 8,80 € - TOM SURFACE 970 XPF - TOM AVION 1620 XPF
L’édito par Dominique Leglu
Directrice de la rédaction

Une tardive histoire d’amour

C’
est une scientifique comme on aimerait produits polluants et toxiques. Belle leçon pour tous ceux
en entendre plus souvent. Heureusement, qui se piqueraient de ne voir en la chimie qu’un mode
c’est le cas, grâce à La Recherche (p. 6), mais d’agression de la nature. Et ce travail n’est pas fini,
pas seulement. Nobélisée à l’automne 2018, annonce celle qui ne va certainement pas se priver des
l’Américaine Frances Arnold a pu en effet voir foule de nouveaux outils d’intelligence artificielle (3) !
micros brusquement se tendre vers elle, ce prix mon-
dialement connu ayant l’heur de focaliser l’attention, CETTE PASSION pour leurs travaux, on la retrouve, à
au moins quelques heures, sur ses récipiendaires. Foca- vrai dire, chez toutes celles et ceux cité(e)s dans ce
lisation accrue quand il s’agit d’une femme, rareté au numéro, qui fait le point sur les dix plus importantes avan-
royaume Nobel (1) , surtout dans les domaines dits de cées de l’année 2018. Que ce soit en Suisse, avec Fabien
sciences « dures », appellation du genre repoussant. Wagner, Grégoire Courtine (EPFL) et Jocelyne Bloch
(CHUV), ou aux États-Unis, avec Megan Gill et Peter
QUE RÉPOND DONC cette spécialiste à la fibre entre- Grahn, de la clinique Mayo (Rochester), ou Claudia Angeli,
preneuriale aux questions du rédacteur en chef Philippe de l’université de Louisville (Kentucky), qui veulent faire
Pajot ? Qu’à l’école, « tout le monde a horreur de la chimie » remarcher les paraplégiques ! Que ce soit chez les adeptes
et que son « histoire d’amour » avec cette science n’a été de la génétique redresseuse de globules rouges déficients
que « tardive » ! Le plus intéressant étant peut-être encore ou lutteuse contre les moustiques porteurs du paludisme.
ailleurs. Dans le fait qu’elle « voulait forger des choses Sans oublier les recherches fondamentales du type chasse
utiles au genre humain ». Cette antienne, avouons-le, sort aux neutrinos extragalactiques. Le comble de l’inutile,
souvent de la bouche des scientifiques. Joseph Fourier, ricaneront certains. Rira bien qui rira le dernier.
homme des Lumières, n’affirmait-il pas déjà que « le but (1) Cinquième femme Prix Nobel de chimie. Donna Strickland, également
principal des mathématiques est l’utilité publique » (2) ? récompensée en 2018, est la troisième femme Nobel de physique.
Aujourd’hui, par ses recherches, Frances Arnold peut se (2) Et aussi « l’explication des phénomènes naturels ».
dire fière des enzymes dont elle a quasiment piloté l’évo- (3) Lire le dossier « L’intelligence artificielle à l’assaut des labos »,
lution, capables de mettre hors course nombre de La Recherche n° 529, novembre 2017, p. 40.

SOPHIA PUBLICATIONS : 8, rue d’Aboukir 75 002 Paris. Tél. : 01 70 98 19 19 l e-mail rédaction : courrier@larecherche.fr l Pour joindre directement par téléphone un membre de la rédaction, composez le 01 70 98, suivi des
quatre chiffres placés après son nom. Par mail, libellez l’adresse sur le modèle : initiale du prénom suivi du nom@sophiapublications.fr (sans accents).

Pour toute question concernant votre abonnement : 01 55 56 70 56 l Adresse : La Recherche, 4 rue de Mouchy 60438 Noailles Cedex. Tél. : 01 55 56 71 15. l ABONNEMENTS : Tarif France : 1 an 10 nos + 1 n°
double 67 euros. 1 an 10 nos + 1 n° double + 4 hors-séries 89 euros. Tarif international : nous contacter. E-mail : abo.recherche@groupe-gli.com l Suisse : Edigroup. Tél. : (0041) 22 860 84 01 1 Belgique :
Edigroup. Tél. : (0032) 70 233 304 l Achat de revues et d’écrins La Recherche – BP 65 – 24, chemin latéral 45390 Puiseaux. Tél. : 02 38 33 42 89

La Recherche est publiée par Sophia Publications l Président-directeur général et directeur de la publication : Claude Perdriel l Directeur général : Philippe Menat l Directeur éditorial : Maurice Szafran
l Directeur éditorial adjoint : Guillaume Malaurie l Directeur délégué : Jean-Claude Rossignol l Directrice de la rédaction : Dominique Leglu l Rédacteur en chef : Philippe Pajot l Rédacteur en chef adjoint :
Vincent Glavieux l Conception graphique : Dominique Pasquet l Assistante : Gabrielle Monrose (19 06) l Chefs de rubrique : Hervé Cabibbo (19 30), Mathias Germain (19 33) l Rédacteurs : Gautier Cariou
(19 31), Sylvain Guilbaud (19 38), Bérénice Robert (19 34) l Directrice artistique : Maryvonne Marconville (19 28) l Service photo : Claire Balladur (19 41) l Première secrétaire de rédaction : Anaëlle Bruyand
(19 35) l Ont collaboré à ce numéro : Antoine Cappelle, Marie-Agnès Joanny, Muriel Seisser l Fabrication : Christophe Perrusson (19 10), Thibault Quéré (19 21) l Activités numériques : Bertrand Clare
(19 08) l Communication : Marianne Boulat (06 30 37 35 64) l Directeur des ventes et promotion : Valéry-Sébastien Sourieau (19 11) l Vente messageries VIP- diffusion : Frédéric Vinot
l Numéro vert 0800 51 49 74 l Responsable gestion abonnements : Isabelle Parez (19 12) l Responsable du marketing direct : Linda Pain (19 14) l Responsable administratif et financier : Nathalie Tréhin
(19 16) l Comptabilité : Teddy Merle (19 15) l Diffusion librairies : Pollen DIF’POP’. Tél. : 01 43 62 08 07 Fax : 01 72718451 l Régie publicitaire : MediaObs 44, rue Notre-Dame-des-Victoires 75002 Paris.
Tél. : 01 44 88 97 70. Fax : 01 44 88 97 79 l e-mail : pnom@mediaobs.com l Pour joindre directement une personne, composez
le 01 44 88, suivi des quatre chiffres placés après son nom. l Directeur général : Corinne Rougé (93 70) l Directeur commercial :
Jean-Benoît Robert (97 78) l Directeur du pôle Sciences : Sylvain Mortreuil (97 75) l Partenariats : KarineGrossman(89 08)
l Studio/Maquette/Techniques : Cédric Aubry (89 05) l Imprimerie : G. Canale & C., Via Liguria 24, 10071 Borgaro (TO), Italie. Dépôt Certifié PEFC
légal à parution. Les titres, les intertitres, les textes de présentation et les légendes sont établis par la rédaction du mensuel. La loi
BERNARD MARTINEZ

Ce produit est issu


de forêts gérées
du 11 mars 1957 interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction durablement et
intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur, ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (article L.122-4 du de sources contrôlées

Code de propriété intellectuelle). Toute copie doit avoir l’accord du Centre français du droit de copie (CFC, 20, rue des Grands- www.pefc.org
PEFC/18-31-330
Augustins, 75 006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70.Fax : 01 46 34 67 19). L’éditeur s’autorise à refuser toute insertion qui semblerait contraire
aux intérêts moraux ou matériels de la publication. Commission paritaire : 0919 K 85863. ISSN 0029-5671.
CRÉDIT COUVERTURE : PASIEKA/SCIENCE PHOTO LIBRARY/COSMOS - CALTECH - MAX PLANCK INSTITUTE FOR EVOLUTIONARY ANTHROPOLOGY Origine du papier : Italie - Taux de fbres recyclées : 0 % - Eutrophisation. PTot = 0,009 kg/tonne de papier.
- EPFL/JAMANI CAILLET - DESY/SCIENCE COMMUNICATION LAB - EDUARDO MARABUTO - INSTITUT IMAGINE - HUGUETTE&PROSPER Ce magazine est imprimé chez G. Canale & C. (Italie), certifé PEFC.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 3


sommaire/janvier 2019 - n°543

PRIX NOBEL 2018 ACTUALITÉS

3 ÉDITO 29 Technologie Un avion à propulsion ionique


PRIX NOBEL 2018 30 Anthropologie Déterminer le sexe d’un individu
grâce à une simple dent
6 CHIMIE FRANCES ARNOLD 31 Informatique Fausses nouvelles, bots et vraie science
« Les mécanismes biologiques doivent devenir
les usines chimiques du futur » 32 Médecine Réduire les lésions après un AVC
Propos recueillis par Philippe Pajot 37 LA CHRONIQUE NUMÉRIQUE
12 PHYSIQUE DONNA STRICKLAND, GÉRARD MOUROU La simulation, un paradis pour l’imagination
Gérard Berry
ET ARTHUR ASHKIN
Des lasers à tout faire Sylvain Guilbaud 38 START-UP Pierre Vandeginste
15 ÉCONOMIE WILLIAM NORDHAUS 40 COULISSES News Tank
Premier économiste du climat Vincent Glavieux 42 LA CHRONIQUE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
16 MÉDECINE JAMES ALLISON ET TASUKU HONJO Éloge de la sobriété numérique Marie Dégremont
L’immunothérapie à l’honneur Mathias Germain
18 COURRIER
44 dossier
20 actualités UN AN DE SCIENCES
Oak Ridge NatiONal labORatORy/dR - JOSH edelSON/aFP

FONDAMENTAUX
20 Environnement Le climat change,
les menaces s’accumulent 46 Des neutrinos éclaircissent le mystère des rayons
cosmiques Sylvain Guilbaud
23 Planétologie La sonde InSight sur Mars
50 L’angle magique du graphène Denis Delbecq
24 Biologie Les truffes alliées aux arbres
depuis 150 millions d’années 53 Une lentille qui en voit de toutes les couleurs
Vincent Glavieux
25 Immunologie Le chemin inattendu
de certains anticorps 54 Et aussi…
26 Biochimie Un acide aminé formé
sans intervention biologique Retrouvez La Recherche sur RFI
28 Glaciologie Un cratère de météorite découvert dans l’émission « Autour de
sous un glacier du Groenland la question », le 9 janvier à 16 h

4 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


DOSSIER LIVRES

55 LA CHRONIQUE MATHÉMATIQUE 76 Une maladie du sang corrigée par thérapie génique


Relevez le défi combinatoire de la superpermutation Anne Debroise
Roger Mansuy 79 Et aussi…
HUMAIN ET TECHNIQUES
56 Stimuler la moelle épinière, ça marche ! Gautier Cariou
60 Comment le cerveau élimine ses déchets 80 livres
Gautier Cariou
62 Denny, symbole du rôle de la génétique dans l’étude LES GRANDES QUESTIONS
de la préhistoire William Rowe-Pirra
66 Et aussi…
SUR L’UNIVERS
67 LA CHRONIQUE NEUROSCIENCES 80 Entretien avec Jean-Philippe Uzan : « L’étude
ALFRED PASIEKA/SCIENCE PHOTO LIBRARY/COSMOS - GEMINI OBSERVATORY/GMOS-SOUTH/NSF

Ce cannabis du cerveau utile à la mémoire du cosmos est une science particulière »


Propos recueillis par Philippe Pajot
Mariana Alonso
SANTÉ ET ENVIRONNEMENT 83 Extraits du livre de Marco Zito :
Supernova, le dernier éclat de l’étoile disparue
68 Les greffons de demain naissent in vitro Agnès Vernet
88 LA SÉLECTION DU MOIS
72 La ville, un problème de taille pour les invertébrés
Anne Debroise
74 Des moustiques mutants contre le paludisme
Mathieu Germain 92 agenda - jeux
www.larecherche.fr 92 AGENDA Les manifestations scientifiques

RECHERCHER S’INFORMER 96 JEUX Énigmes, logique et mathématiques


nLes archives nL’actualité ACHETER Pierre Berloquin
du magazine de la recherche nAbonnement
Les sujets qui vous Retrouvez les et vente d’anciens 98 LA CHRONIQUE ÉTHIQUE
intéressent dans chroniques et numéros La légende du piratage des implants mnésiques
une base de plus l’agenda des nLivres sélectionnés
Jean-Gabriel Ganascia
de 20 000 articles. manifestations. par La Recherche

 a Recherche sur Twitter… Rejoignez-nous sur Twitter pour


L
un éclairage original sur la science et les technologies. Ce numéro comporte un encart abonnement La Recherche sur les
http://twitter.com/maglarecherche exemplaires kiosque France, un encart RBA sur les exemplaires abonnés
et un encart 20 pages Linvosges sur les exemplaires abonnés.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 5


Prix Nobel 2018

Chimie
FRANCES ARNOLD a joué un rôle clé dans la mise au point de nouvelles molé-
cules biochimiques qui catalysent des réactions particulières. Ce travail fonda-
mental mêlé à un souci de l’application a fait de cette Américaine un personnage
inspirant, entre chercheuse et ingénieure.

Les mécanismes
biologiques doivent devenir
les usines chimiques du futur ”

L
a création de molécules capables de La Recherche Les enzymes n’étaient pas votre
nouvelles fonctions chimiques : telle sujet d’étude, ni celui avec lequel vous avez
était l’ambition de la biochimiste commencé votre carrière. Comment en
Frances Arnold. Elle y est si bien parve- êtes-vous arrivée à la biochimie ?
nue avec l’évolution dirigée que cette technique Frances Arnold En effet, ni les biotechnologies ni la
est aujourd’hui massivement employée dans les chimie n’étaient mes sujets de prédilection durant
laboratoires et les entreprises à travers le monde. mes années d’université – je n’aimais d’ailleurs pas
Son credo : accélérer les processus d’évolution pour la chimie lorsque j’étais au lycée. J’ai commencé
concevoir des protéines qui n’existent pas dans la par un bachelor of science [une licence, NDLR] de
nature. Les applications sont innombrables. Entre- génie mécanique et d’ingénierie spatiale. Rien à
preneuse – elle codétient cinquante-sept brevets –, voir avec la chimie. Toutefois, lorsque je suis arri-
elle a également participé à la création de plusieurs vée au niveau graduate school [master], j’ai étudié
compagnies, dont Gevo, qui commercialise des l’enzymologie. Ces protéines qui accélèrent les réac-
biocarburants, et Provivi, dont l’objectif est l’utili- tions chimiques de l’organisme sont fascinantes. Et
Oak Ridge NatiONal labORatORy/dR

sation de phéromones comme alternative aux pes- ce n’est que lorsque j’ai obtenu un poste à Caltech
ticides. Bien consciente de son statut de modèle que j’ai commencé à travailler comme biochimiste
– elle est la cinquième femme à recevoir le prix sur les protéines. J’avais déjà 30 ans. On peut dire
La biochimiste Nobel de chimie et la première Américaine –, cette que c’est une histoire d’amour tardive.
américaine Frances professeure au California Institute of Technology D’où vous est venue l’idée de travailler
Arnold est professeure (Caltech) et militante partage avec des centaines sur l’évolution dirigée ?
au California Institute of de jeunes filles sa passion pour les sciences, mal Les enzymes agissent comme catalyseur des réac-
Technology (Caltech). enseignées à l’école selon elle. tions chimiques. Grâce à elles, les réactions sont

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 7


Prix Nobel 2018 Chimie

BIO ingénierie chimique


de Princeton.
biocarburants Gevo.
2011 Elle reçoit
 e combien de mutants parle-t-on ? La
D
librairie a-t-elle besoin d’être de grande taille ?
1956 Frances Arnold 1986 Rejoint Caltech. le prix Draper pour Non, et c’est bien là toute la beauté de l’évolution
naît en Pennsylvanie, 1993 Elle fabrique une les ingénieurs. dirigée : la librairie n’a pas besoin d’être grande du
aux États-Unis. enzyme (subtilisine E) 2013 Elle cofonde tout. C’est pourquoi les méthodes que nous avons
1979 Bachelor degree fonctionnelle dans la société Provivi, mises au point diffèrent grandement de celles qui
(licence) en mécanique un environnement pour le biocontrôle ont été élaborées par mes collègues ayant reçu
et ingénierie non naturel. en agriculture. l’autre moitié du prix Nobel (lire p. 9). Les enzymes
aérospatiale de 1996 Elle est nommée 2016 Elle synthétise sont de grandes molécules qui comprennent des
l’université de professeure à Caltech. une enzyme capable centaines d’acides aminés. Du coup, rien ne sert
Princeton. 2005 Elle cofonde de créer une liaison de fabriquer une séquence au hasard en espérant
1985 Doctorat en la société de carbone-silicium. tomber sur une fonction utile : l’espace des pos-
sibilités – la combinatoire – est bien trop grand.
Cependant, le fait que l’évolution fonctionne nous
considérablement accélérées, ce qui permet à la apprend des choses sur le paysage adaptatif,
vie de se maintenir. Mais elles sont aussi très spéci- c’est-à-dire la relation entre les géno-
fiques : il existe des milliers d’enzymes naturelles types et les succès reproductifs ou,
aux fonctions différentes, qui catalysent cha- pour le cas qui nous intéresse, entre
cune des réactions différentes. À cette les séquences d’acides aminés
époque, personne ne savait comment et les fonctions des enzymes.
concevoir de nouvelles enzymes. Je Si toutes les mutations détrui-
voulais forger des choses utiles saient les fonctions enzyma-
au genre humain. Par où com- tiques, nous n’évoluerions
mencer ? Nous ignorions quelle pas. Le fait que nous soyons
séquence en acides aminés d’une le fruit de 3,7 milliards d’an-
enzyme conduirait à des propriétés nées d’évolution signifie que, si
spécifiques qui serviraient à des appli- vous effectuez un petit nombre de
cations. Et, aujourd’hui, trente ans plus mutations, bien que la plupart soient
tard, nous ne sommes pas beaucoup plus délétères, certaines ne le sont pas et peuvent
avancés. C’est pourquoi je me suis tournée vers Enzyme conçue pour même mener à une adaptation bénéfique : c’est le
l’évolution, la considérant comme un algorithme oxyder des hydrocarbures. principe de la sélection naturelle.
permettant de trouver de nouvelles fonctions pro- L’évolution dirigée  n quoi la sélection naturelle vous aide-t-elle ?
E
téiques. Nous nous demandions à l’époque si nous consiste à répéter des  ’astuce est d’induire une ou deux mutations à
L
parviendrions à le faire suffisamment vite pour que mutations d’une enzyme chaque génération et d’évaluer les petits change-
donnée – en modifant
cela soit utile. ments que vous pouvez espérer en termes de muta-
des séquences d’acides
 ouvez-vous décrire comment fonctionne
P tions bénéfiques. En cumulant les mutations sur
aminés (en rouge) – pour
le processus d’évolution dirigée ? en obtenir une avec les de nombreuses générations – en itérant le proces-
Vous partez d’une enzyme dont la fonction cata- fonctions recherchées. sus –, vous pouvez obtenir une enzyme fonction-
lytique connue vous intéresse – par exemple, une nellement très différente de celle que vous aviez au Dr. Stephan hammer/Science / DOi : 10.1126/Science.2001482

enzyme capable de coaguler du lait en précipitant départ. On ne peut rien obtenir avec une grande
la caséine, telle la présure. Ensuite, vous construisez librairie de mutants : il faut une petite librairie de
une collection de mutants de cette enzyme, ce que variants et la laisser évoluer. C’est l’évolution qui
l’on appelle une librairie. Pour ce faire, on utilise soit fait le travail. Mais il faut être patient…
les erreurs de recopie de l’ADN qui code cette enzyme  ’évolution est un phénomène lent.
L
– par PCR (*) –, soit des mutagènes chimiques. Puis, (*) La PCR désigne Comment parvenez-vous à obtenir de
vous placez ces enzymes mutantes dans des condi- l’amplification en chaîne par nouvelles enzymes rapidement ?
tions où l’enzyme initiale fonctionne mal. Parmi ces polymérase (polymerase chain Dans la nature, l’évolution prend des millions, voire
variants, vous conservez ceux qui ont fonctionné reaction), une technique de des milliards d’années parce qu’elle n’a pas de direc-
dans ces conditions particulières. À partir d’eux, duplication de l’ADN ou l’ARN tion privilégiée : les mutations se font au hasard.
par le biais d’une enzyme,
vous construisez une librairie de nouveaux mutants utilisée universellement Avec l’évolution dirigée, les choses sont bien plus
et répétez le processus jusqu’à obtenir une enzyme dans les applications rapides. Une analogie parlante est celle de la résis-
qui fonctionne bien dans les conditions recherchées. en lien avec la génomique. tance aux antibiotiques. Nous élevons en notre sein

8 • La Recherche | Janvier 2019 • N °543


Les deux autres lauréats

des microbes qui acquièrent une résistance aux


antibiotiques, et cela peut se produire très vite. Si
vous recherchez uniquement les mutations adap-
tatives, l’évolution peut être très rapide.
 e premier variant utile que vous avez
L
découvert en 1993 est la subtilisine E, agissant
sur les protéines du lait, et qui fonctionne très
effcacement dans un milieu non naturel (1) .
Quel était votre état d’esprit à l’époque ?
Nous avions réussi ce qu’une grande partie des cher-
cheurs estimait impossible. La subtilisine E fonc-
tionne de manière très efficace dans un solvant
GEORGE SMITH GREGORY WINTER
non organique. Ce que nous voulions faire avec PROFESSEUR ÉMÉRITE de l’université CHIMISTE britannique né en 1951,
cette expérience, c’était démontrer que la nature du Missouri, l’Américain né en 1941 il a breveté la technique mise
pouvait apprendre rapidement à faire quelque chose a découvert, en 1985, qu’un virus au point par George Smith pour
que nous considérions tous comme hautement infectant les bactéries permet de créer des banques de millions
non naturel. Que nous pouvions créer une enzyme façonner des peptides, molécules à d’anticorps spécifques, ensuite
qui fonctionnerait aussi bien dans un environnement base d’acides aminés, plus petites que sélectionnés par criblage pour
non naturel que l’enzyme naturelle dans son environ- les enzymes. En en fabriquant des leur intérêt thérapeutique.
nement habituel. Nous avons choisi cette démons- milliers, il peut alors les sélectionner. Il a créé plusieurs sociétés.
tration parce que c’était facile à mesurer : le variant
détruisait la caséine – protéine du lait – dans ce milieu
non naturel et avec une efficacité multipliée par 250. généralement en chimie. Je réalise beaucoup de tra-
Quand cela a fonctionné, j’étais bien entendu ravie vaux en collaboration avec de brillants jeunes scien-
parce que je me suis aperçu que cela se produisait tifiques. Mais le nombre de citations n’est pas cor-
rapidement, mais surtout parce que les mutations rélé avec la probabilité de recevoir un prix Nobel…
qui s’étaient cumulées sur les enzymes étaient sur-  ors de vos premiers travaux, vous avez choisi
L
prenantes : elles s’étaient rassemblées à des endroits de publier plutôt que de faire breveter votre
de la molécule que personne ne pouvait expliquer, et technologie. Pour quelle raison ?
encore moins prédire. Je n’ai pas fait breveter le mécanisme de base, parce
que je voulais qu’un maximum de gens l’utilisent.
Le processus est si simple et facile à mettre en œuvre
Des chercheurs et ingénieurs que des centaines de laboratoires s’en sont emparés.
Des chercheurs et ingénieurs du monde entier uti-
du monde entier utilisent lisent aujourd’hui ces méthodes. Et je suis heureuse
aujourd’hui l’évolution dirigée ” de ne pas avoir breveté la technologie, parce que ces
scientifiques l’ont poussée bien plus loin que si elle
l’avait été. Toutefois, nous avons déposé des brevets
 algré ce succès retentissant qui a marqué
M pour des produits spécifiques.
UNIVERSITY OF MISSOURI-COLUMBIA - REUTERS/CHRIS RADBURN

le début de l’évolution dirigée, votre article  ourquoi cette différence d’approche ?


P
le plus cité est une publication de physique S i vous avez passé des années à mettre au point une
sur la microfuidique… enzyme spécifique et que vous souhaitez que les
Oui, c’est drôle, cet article de 2001 que vous men- gens l’utilisent, mon expérience est qu’il est plus
tionnez correspond à un travail, en collaboration facile de convaincre une société d’investir dans sa
avec de jeunes physiciens, où l’on a montré com- production si le produit est breveté. Les investis-
ment, dans les dispositifs microfluidiques, on par- sements substantiels qu’il faut mettre en jeu ne
vient à produire différentes structures – gouttelettes, se feront pas sinon. Il faut donc bien distinguer la
hélices, rubans – selon la géométrie des canaux et technologie elle-même qui, à mon sens, ne doit pas
la pression du fluide (2) . La microfluidique, qui être protégée si l’on veut qu’elle se diffuse rapide-
produit des microgouttes, est devenue aujourd’hui ment, et le produit qui doit être protégé si l’on veut
un dispositif indispensable pour la sélection des être en mesure de le commercialiser. Ce sont les
molécules d’intérêt en évolution dirigée, et plus choix que j’ai faits.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 9


Prix Nobel 2018 Chimie

L’une de vos interviews était intitulée : du matériau organique renouvelable en un alcool


« Comment l’évolution a changé le monde », primaire (2-méthylpropan-1-ol, ou isobutanol),
soulignant l’ubiquité des applications issues commercialisé comme additif dans les carburants.
de vos idées. Y a-t-il des applications  a chimie de la vie est fondée sur le carbone,
L
dont vous êtes plus fère que d’autres ? mais on cite souvent un autre élément,
En fait, je suis très fière de toutes les applications le silicium, comme brique de base possible
où la catalyse enzymatique remplace des proces- de la vie. Cela vous paraît-il envisageable ?
sus chimiques polluants ou toxiques. Qu’il s’agisse Le silicium est un élément très intéressant pour la
de la synthèse pharmaceutique ou de la fabrica- biochimie. D’ailleurs, nous avons réalisé, il y a peu,
tion de biocarburants, pour remplacer les métaux un travail remarqué où nous avons modifié généti-
toxiques ou quoi que ce soit ayant un impact quement une bactérie afin qu’elle crée des liaisons
négatif sur l’environnement. Les enzymes sont les chimiques carbone-silicium (3) . Les enzymes qui
chimistes de la vie. Ce sont les meilleurs cataly-
seurs chimiques de la planète. Elles convertissent la
lumière solaire et le dioxyde de carbone en plantes,
Je suis fère des applications
c’est-à-dire du matériau organique. J’aimerais que où la catalyse enzymatique
les mécanismes biologiques deviennent les usines
chimiques du futur. remplace des processus polluants ”
 ous avez mentionné les biocarburants.
V
Pensez-vous que l’on parviendra à les produire catalysent la formation de la liaison entre ces élé-
beaucoup plus effcacement ? ments n’étaient pas connues dans la nature, bien
L’évolution l’a déjà fait. La photosynthèse est fina- qu’il s’agisse de deux éléments chimiques très abon-
lement un processus naturel, sélectionné par l’évo- dants sur Terre. Nous avons montré que des bacté-
lution, qui convertit l’énergie solaire et le dioxyde Les sensilles de cette ries pouvaient évoluer de manière à produire des
de carbone en matériau organique : une plante antenne d’Helicoverpa enzymes capables de créer ces liaisons. Mais cela
est un réservoir d’énergie. Les enzymes efficaces zea, insecte destructeur reste bien loin d’une vie fondée sur le silicium. Je
peuvent alors convertir cette énergie en carbu- du maïs, perçoivent les pense d’ailleurs que ceux qui prétendent qu’une
rant liquide. Nous n’en sommes pas encore là – les phéromones, odeurs telle vie serait possible manquent d’arguments sur
émises par des membres
enzymes ne font pas encore tout le travail –, mais le plan chimique. Il me paraît très peu probable que
de la même espèce.
les choses avancent. J’avais étudié ce problème il l’on trouve un jour quelque chose que l’on puisse
y a quinze ans, lorsque j’avais cofondé la compa- reconnaître comme de la vie à base de silicium. En
gnie Gevo, dont l’objectif est de fabriquer du bio- revanche, on pourra certainement incorporer du
carburant pour avion. En combinant biotechnolo- silicium dans des organismes vivants.
gie et chimie classique, les ingénieurs convertissent  uelles sont les pistes qui vous paraissent
Q
prometteuses dans le domaine de l’étude
des enzymes ? À quoi ressemblera,
selon vous, la prochaine génération de
DES ODEURS POUR LUTTER
l’ingénierie des protéines ?
CONTRE LES RAVAGEURS 10micromètres
Cela fait vingt-cinq ans que l’évolution dirigée a été
Les pesticides et leur toxicité sont au cœur des problèmes de société inventée et elle a beaucoup apporté. Les modèles
liés à l’agriculture et à la santé. En France, le plan Écophyto a pour physiques ont énormément progressé, notamment
objectif de réduire le recours aux produits phytosanitaires. La société pour la prédiction de la structure des protéines,
Provivi, que Frances Arnold a créée en 2013 avec ses étudiants Peter grâce à des simulations informatiques de grande
Meinhold et Pedro Coelho, vise justement à élaborer des alternatives ampleur. Les calculs de structures de protéines,
non toxiques aux pesticides. L’idée consiste à utiliser des odeurs émises s’ils ne sont pas parfaits, sont aujourd’hui excellents.
INRA/ MARIe-ChRIstINe FRANCoIs

naturellement par les insectes – les phéromones – pour lutter contre ces Toutefois, il y a une distinction importante à faire
derniers en agissant sur leur comportement, notamment leur capacité à entre la structure d’une molécule et sa fonction. Je
se reproduire. « Nous aimerions fabriquer ces molécules très complexes reste très sceptique sur l’existence de modèles phy-
que sont les phéromones à l’aide d’enzymes », précise Frances Arnold. siques capables de prédire la fonction des enzymes.
Pour accélérer le développement de sa société, elle y investit l’argent Pour quelques fonctions peut-être, mais, pour les
des nombreux prix qu’elle a reçus, dont celui du Nobel. fonctions catalytiques des enzymes, les modèles
physiques ne parviennent pas à capter ce qui est

10 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


important. En revanche, je crois fermement que l’in- revêt-il une importance particulière pour vous ?
telligence artificielle, et en particulier l’apprentis-  eaucoup de jeunes femmes talentueuses ne pour-
B
sage statistique (machine learning), devrait être en suivent pas d’études scientifiques parce que leur
mesure de le faire. Ainsi, mon nouveau champ d’ex- expérience en sciences, au collège ou au lycée,
ploration consiste à trouver les motifs complexes n’était pas si exaltante que cela, comparé à d’autres
permettant de faire correspondre des séquences domaines. Dans les écoles, on n’accorde sans doute
moléculaires à leurs fonctions à l’aide de l’apprentis- pas à la science l’importance qu’elle devrait avoir.
sage statistique. La prochaine génération d’ingénie- Aux États-Unis, nous n’avons pas assez de bons pro-
rie des protéines devrait combiner les modèles fon- fesseurs de sciences capables de transmettre cette
dés sur la physique et la chimie, les connaissances passion. Tout le monde a horreur de la chimie à
empiriques – comme l’évolution dirigée – et l’intel- l’école – et, comme je le disais, c’était mon cas éga-
ligence artificielle. lement. Étant la première femme américaine à
 a-t-il un lien entre vos travaux et ceux de vos
Y recevoir le prix Nobel de chimie, j’ai parlé depuis
colauréats, George Smith et Gregory Winter ? quelques semaines à des milliers de jeunes femmes,
Ils ont été pionniers du domaine. George Smith a de femmes, d’enseignants qui sont très excités par
notamment fait de superbes expériences montrant ma récompense. Par l’exemple, j’espère parvenir à
la nature combinatoire des systèmes biologiques leur communiquer cette idée que la chimie est fan- English
version
– en fabriquant d’un coup des millions de molécules. tastique. Et que d’autres prix Nobel de chimie sui-
Même si cela n’était pas relié directement à la fabrica- vront pour les femmes. n La version
tion d’enzymes, cela a constitué une démonstration  Propos recueillis par Philippe Pajot en anglais
importante, illustrant cette nouvelle idée d’utiliser (1) K. Chen et F. H. Arnold, PNAS, 90, 5618, 1993. de cet entretien
la biologie pour explorer des choses non naturelles. (2) T. Thorsen et al., Phys. Rev. Lett., 86, 4163, 2001. est à lire sur
Le fait d’être une femme recevant le prix Nobel (3) S. B. J. Kan et al., Science, 354, 1048, 2016. researchinfrance.com

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 11


Prix Nobel 2018

Physique
DONNA STRICKLAND, GÉRARD MOUROU ET ARTHUR ASHKIN ont été
récompensés pour leurs travaux autour des lasers : la mise au point de pinces
optiques pour manipuler des objets minuscules et une technique d’amplifica-
tion des impulsions de lumière.

Des lasers à tout faire

«L a plupart des applications [du laser]


sont encore devant nous. » C’est ce
que déclarait le physicien américain
lieu : c’est l’effet laser. Contrairement à une lampe
classique, le faisceau qui sort de cette cavité est uni-
directionnel, avec des photons de même longueur
Charles Townes, en 1964, lors de la d’onde. Il existe de nombreuses architectures de
réception du prix Nobel. Avec les Russes Nicolay laser, mais toutes partagent ce principe.
Basov and Aleksandr Prokhorov, ses travaux ont posé La lumière n’a pas de masse, mais elle possède une
les fondations théoriques des sources lasers, réali- quantité de mouvement (*) . Elle exerce donc une
sées pour la première fois par Theodore Maiman en poussée, dite pression de radiation, sur les objets
1960. Cinquante-huit ans plus tard, grâce aux lasers, (*) Laquantité de qu’elle éclaire. Cette propriété a été postulée dès le
nous utilisons des horloges atomiques, nous lisons mouvement d’une XVIIe siècle par Johannes Kepler, puis démontrée
des DVD, nous mesurons la composition atmosphé- particule massive est expérimentalement au début du XXe siècle.
le produit de sa masse par
rique (avec le Lidar) ou nous étudions les roches sur sa vitesse. Mais, dans le cadre Avec le faisceau laser fin et directionnel, le physicien
Mars (avec l’instrument ChemCam, à bord du rover de la théorie de la relativité, américain Arthur Ashkin a montré, en 1970, que la
Curiosity)… À la longue liste des applications exis- cette notion s’étend aux lumière laser pouvait déplacer de petites billes de
tantes, il faut ajouter celles apportées par Donna particules sans masse. matière dans l’eau et dans l’air dans la direction du
Strickland, Gérard Mourou et Arthur Ashkin, lauréats (*) L’indicede faisceau par pression de radiation. Il a aussi constaté
du prix Nobel de physique 2018 : des pinces optiques réfraction caractérise que, si l’indice de réfraction (*) des billes était supé-
permettant d’étudier des molécules, et la possibilité la propagation de la lumière rieur à celui du milieu environnant, celles-ci étaient
dans un milieu donné.
d’amplifier la lumière à des intensités extrêmes. attirées vers le centre du faisceau laser, où l’inten-
Laser est un acronyme anglais pour « amplification sité est la plus forte. Arthur Ashkin a ensuite proposé
lumineuse par émission stimulée de radiation ». un dispositif de piégeage dans lequel le laser est tiré
L’émission stimulée a été découverte théorique- verticalement. La gravité compense alors la pression
ment par Albert Einstein en 1917. Il s’agit d’une inte- de radiation. L’équilibre reste cependant instable.
raction particulière entre lumière et matière : lors- La parade est publiée en 1986 : en utilisant un seul
qu’un atome se trouvant dans un niveau d’énergie faisceau laser fortement focalisé grâce à un objectif
excité reçoit un photon, il peut émettre un photon de microscope, Arthur Ashkin montre qu’une force
ayant exactement les mêmes propriétés (direction s’exerce aussi sur la bille dans le sens opposé à la
et longueur d’onde). En plaçant des atomes majori- propagation du faisceau. Il peut ainsi piéger des
tairement dans leur niveau excité entre deux miroirs particules dont la taille va de quelques dizaines de
(une cavité), une cascade d’émission de photons a nanomètres à quelques dizaines de micromètres. La

12 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Lasers intenses
DONNA STRICKLAND PHYSICIENNE, Donna
Strickland est née en 1959
à Guelph, au Canada. Elle
développe la technique
CPA pendant sa thèse
de doctorat à l’université
de Rochester. Elle est la
3e femme récompensée
par le prix Nobel de
physique, après Marie
Curie en 1903 et Maria
Goeppert-Mayer en 1963.

L’amplifcation à dérive de fréquence a ouvert la voie PHYSICIEN né en 1944 GÉRARD MOUROU


aux lasers puissants, comme le laser UHI 100 à Paris-Saclay.
à Albertville, en Savoie,
Gérard Mourou est
pince optique est née (1) . L’Américain réalise immé- spécialisé en optique.
diatement le potentiel de son invention pour la bio- Alors qu’il est chercheur
logie. Il réussit à piéger et à manipuler des virus et à l’université
des cellules vivantes. Cette méthode non invasive de Rochester,
permet de mesurer des déplacements et des forces aux États-Unis, il a l’idée
au sein même de la cellule. de la technique
L’une des observations phares réalisées au début des d’amplifcation laser CPA
années 1990 grâce aux pinces optiques est celle du en 1985. Il est
déplacement pas à pas de la kinésine, cette protéine aujourd’hui professeur à
qui sert de transporteur le long des microtubules, l’École polytechnique.
sortes d’autoroutes dans les cellules (2) . En atta-
chant une molécule de kinésine à une bille de silice matière augmentent avec l’intensité, et on atteint
située dans une pince optique, les biologistes ont des régimes impossibles à explorer sans laser (phé-
mesuré la longueur des pas de la protéine (8 nano- nomènes non linéaires, accélération relativiste des
mètres environ) et la force de traction qu’elle déve- électrons…), d’où l’intérêt des physiciens. Problème :
loppe (jusqu’à 5 piconewtons). Depuis, la précision ces impulsions contiennent trop peu d’énergie, typi-
des pinces optiques a été améliorée, pour l’étude de quement un nanojoule. On sait les amplifier jusqu’à
moteurs moléculaires plus petits et de mécanismes un millijoule environ, mais aller à des intensités plus

1015 W
biomoléculaires fondamentaux. hautes endommage les amplificateurs.
En parallèle, l’invention a été envisagée en sciences En 1985, le Français Gérard Mourou, alors à l’univer-
physiques comme moyen de piéger des atomes. Les sité de Rochester, aux États-Unis, et la Canadienne
philippe stroppa - peter poWer / reUters - aleXis CheZiere/CNrs photothÈQUe

travaux poursuivis dans cette direction par le physi- Donna Strickland, doctorante à l’époque, ont trouvé
cien américain Steven Chu lui ont valu le prix Nobel le moyen d’amplifier sans dommage des impulsions
de physique dès 1997 (en compagnie du Français courtes. Il s’agit de partir d’une impulsion courte
Claude Cohen-Tannoudji et de l’Américain Bill C’EST LA PUISSANCE « classique », qui est étirée temporellement. On utilise
Phillips). Les atomes sont aujourd’hui couramment désormais dépassée pour cela la dispersion, c’est-à-dire le fait que les dif-
manipulés par ce biais (3) . par la nouvelle férentes longueurs d’onde de la lumière se propagent
génération de lasers, à des vitesses différentes – contrairement à une onde
Amplifier les impulsions courtes comme Petal à continue, une impulsion brève est en effet une super-
À la même période que la pince optique, un nou- Bordeaux. Le laser position de nombreuses ondes lumineuses de dif-
veau principe d’amplification des impulsions lasers géant Apollon, à férentes longueurs d’onde. À l’origine, Gérard Mou-
a vu le jour. Si les lasers utilisés pour les pinces Paris-Saclay, devrait rou et Donna Strickland faisaient passer l’impulsion
optiques sont continus, c’est-à-dire qu’ils émettent atteindre les 5 PW dans 1,4 km de fibre optique enroulée, constituée de
de la lumière en permanence, on peut aussi produire (5  1015 W). verre, un milieu dispersif – aujourd’hui, on emploie
de brèves impulsions lumineuses. Pour une même des réseaux de diffraction. En sortie, les longueurs
énergie, plus l’impulsion est courte, plus la puis- d’ondes qui se sont déplacées plus rapidement sont
sance (l’énergie par unité de temps) et l’intensité (la en tête d’impulsion, celles qui se sont déplacées plus
puissance par unité de surface éclairée) sont impor- lentement en queue. Au total, l’impulsion dure plus
tantes. Or les effets de l’interaction entre lumière et longtemps, donc son intensité a diminué. Il est

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 13


Prix Nobel 2018 Physique

Pinces lasers
ARTHUR ASHKIN PHYSICIEN, Arthur Ashkin
est né en 1922 à Brooklyn,
aux États-Unis. Après un
doctorat à l’université
Cornell, il rejoint les
laboratoires Bell. Au cours
de ses recherches, il se
focalise sur le piégeage
et la manipulation
de particules à l’aide de
faisceaux lasers, ce qui
le conduit à inventer les
pinces optiques.
Schéma de principe de la pince optique inventée
par Arthur Ashkin. permis d’explorer des domaines nouveaux. Ainsi, les
impulsions courtes (de l’ordre de la femtoseconde,
possible de l’amplifier avec des moyens habi- 10–15 seconde) correspondent aux temps d’évolution
tuels. Puis, un second système de dispersion recom- des réactions chimiques. Les recherches sur ce sujet
prime l’impulsion. Les étireurs et les compresseurs ont valu le prix Nobel de chimie à Ahmed Zewail
doivent être parfaitement symétriques dans leur en 1999. Aujourd’hui, le front pionnier se situe au
effet, au risque sinon de détériorer l’impulsion finale. niveau de l’attoseconde (10–18 seconde), le temps
Celle-ci est aussi courte qu’au départ, mais contient caractéristique du déplacement des électrons dans
plus d’énergie. C’est le principe de l’amplification à les réactions chimiques. Ces lasers de très haute
dérive de fréquence (Chirped Pulse Amplification ou intensité peuvent aussi accélérer des particules à
CPA en anglais) (4) . une très grande énergie sur de courtes distances.

De plus en plus puissants


Peu après cette première preuve de principe, des
On peut parier que les travaux autour
impulsions nanojoules ont été amplifiées jusqu’au du laser ou de ses applications
joule, soit un facteur 1 milliard. Sur cette base,
des premiers lasers dont la puissance dépassait le seront encore primés à l’avenir
térawatt (1012 watts) ont été construits. Aujourd’hui,
les lasers les plus puissants dépassent le pétawatt Ils sont envisagés à long terme comme une alterna-
(1015 watts). C’est le cas du laser Petal à Bordeaux, tive au gigantisme des accélérateurs actuels (5) . Les
qui permet d’étudier des régimes d’interaction lasers femtoseconde compacts rendus possibles par
extrême entre le rayonnement et la matière, avec des CPA sont, eux, couramment employés en médecine
impulsions durant moins d’une picoseconde d’une pour la chirurgie oculaire. L’impulsion est si brève
énergie de près d’un kilojoule. On reproduit ainsi que la chaleur n’a pas le temps de se propager et d’en-
des conditions semblables à certains phénomènes dommager les tissus environnant la zone visée.
astrophysiques, afin de comprendre, par exemple, POUR EN Il est impossible de lister ici toutes les applications
comment apparaissent les champs magnétiques SAVOIR PLUS actuelles des techniques lasers récompensées par
galactiques. Les infrastructures de ce type sont en n Sylvain Guilbaud, « Les lasers le prix Nobel de physique 2018, ni de prédire ce qui
plein essor. En région parisienne, le laser Apollon de l’extrême », La Recherche sera possible dans le futur. Mais on peut parier que
devrait être opérationnel sous peu. Une série d’ins- hors-série n° 14, les travaux autour du laser ou de ses applications
tallations, dites ELI pour Extreme Light Infrastruc- juillet-août 2015, p. 25. seront encore primés à l’avenir. n
DR - BRENDAN MCDERMID / REUTERS

ture, sont en construction en Roumanie, en Répu- Sylvain Guilbaud


blique tchèque et en Hongrie. (1) A. Ashkin et al., Opt. Lett. 11, 288, 1986.
Outre ces « bêtes » de lumière, la technique CPA (2) K. Svoboda et al., Nature, 365, 721, 1993.
a lancé le développement de lasers à impulsions (3) Antoine Browaeys, « La force entre deux atomes enfin
courtes à énergie plus modeste, tenant sur une mesurée », La Recherche n° 509, mars 2016, p. 63.
paillasse de laboratoire. Dotés d’un grand taux (4) D. Strickland et G. Mourou, Opt. Commun., 56, 219, 1985.
de répétition (plus de 10 tirs par seconde), ils ont (5) E. Adli et al., Nature, 561, 363, 2018.

14 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Prix Nobel 2018

Économie
WILLIAM NORDHAUS a ouvert un nouveau domaine d’application de l’analyse
économique avec ses modèles liant économie et changement climatique.

Premier économiste du climat

F
aut-il se réjouir de la désignation de les émissions globales de ce gaz, elles-mêmes liées à
William Nordhaus comme colauréat l’activité économique humaine. Le deuxième décrit
2018 du prix de « sciences économiques l’évolution du climat au fil du temps, et notam-
en mémoire d’Alfred Nobel » ? La question ment l’augmentation de la température mondiale
a divisé les spécialistes depuis que, le 8 octobre der- moyenne ; il modélise les liens entre cette hausse
nier, la Banque royale de Suède a récompensé l’éco- et la concentration en CO2 dans l’atmosphère. Le
nomiste américain et son compatriote Paul Romer dernier modèle explique comment l’activité écono-
(lire ci-dessous). William Nordhaus, 77 ans, profes- mique et le bien-être de la population sont affectés
seur à l’université Yale, est considéré comme un par les dégâts liés aux variations climatiques ; il décrit
pionnier. Dès les années 1970, il se pose la ques- aussi l’impact de l’activité économique humaine sur
tion de l’influence de l’économie sur le change- WILLIAM NORDHAUS les émissions de CO2 fossile.
ment climatique, dont les premiers signes sont PROFESSEUR À partir de là, William Nordhaus imagine différents
alors mis en évidence. Son travail aboutit à la créa- D’ÉCONOMIE scénarios de politiques climatiques – qui vont du
tion de modèles numériques dynamiques décrivant à l’université Yale laisser-faire à l’interventionnisme – et en analyse les
cette interaction. Le plus connu est baptisé Dice, depuis 1967, il est né bénéfices et les coûts. Cela le mène à défendre, par
pour Dynamic Integrated Climate Economy (1) . Ce en 1941 à Albuquerque, exemple, la fixation d’un prix du carbone par tonne
modèle, qui pose les fondations de ceux qui sont utili- au Nouveau-Mexique. de CO2 émise. Cette mesure doit inciter les États à
sés aujourd’hui par le Groupe d’experts intergouver- mener des politiques volontaristes pour réduire
nemental sur l’évolution du climat (Giec), s’appuie leurs émissions de gaz à effet de serre et engager
sur trois sous-modèles interdépendants. Le premier leur transition vers des énergies plus respectueuses
cartographie la concentration de dioxyde de carbone de l’environnement.
(CO2) dans l’atmosphère ; celle-ci est déterminée par D’où provient, alors, le manque d’enthousiasme de
certains experts vis-à-vis de William Nordhaus ? De
L’autre lauréat ses préconisations jugées trop prudentes. L’écono-
miste, en tout cas, a toujours fait évoluer ses modèles
PAUL ROMER PROFESSEUR D’ÉCONOMIE à l’université de New York à mesure que s’enrichissaient les connaissances sur
(Stern School of Business), Paul Romer, 63 ans, né à les effets du réchauffement. Gageons qu’il en sera de
Denver, a été économiste en chef de la Banque mondiale. même avec le dernier rapport du Giec sur les consé-
Il est récompensé pour sa théorie de la croissance quences d’un réchauffement climatique à 1,5 °C,
HAMILTON/REA - DR

endogène : un concept qui donne des outils pour rendu public… le même jour que l’annonce du prix
comprendre en quoi la circulation d’idées innovantes est de la Banque de Suède. n Vincent Glavieux
essentielle à la croissance économique à long terme (1). (1) William D. Nordhaus, Managing the Global Commons :
(1) P. Romer, J. Polit. Econ., 98, S71, 1990. The Economics of Climate Change, MIT Press, 1994.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 15


Prix Nobel 2018

Médecine
JAMES ALLISON, de l’université du Texas, et TASUKU HONJO, de l’université de
Tokyo, ont reçu le prix Nobel de médecine pour leurs recherches à l’origine du
développement de nouveaux médicaments contre les cancers.

L’immunothérapie
à l’honneur

D
eux chercheurs des rives opposées de les lymphocytes) peut être considérée comme l’une
l’océan Pacifique ont reçu le prix Nobel des premières formes d’immunothérapie contre les
de physiologie ou médecine 2018. James cancers du sang : une fois la greffe réalisée, les lym-
Allison, directeur du département d’im- phocytes du donneur éradiquent les cellules cancé-
munologie du MD Anderson Cancer Center de l’uni- reuses du patient receveur. En 1963, le médecin fran-
versité du Texas, et Tasuku Honjo, professeur à la çais Georges Mathé traite une leucémie grâce à une
Graduate School of Medicine de l’université de Kyoto, greffe de moelle osseuse.
ont identifié des molécules qui freinent normalement
le système immunitaire. Leurs études réalisées Interactions entre protéines
indépendamment sont à l’origine d’une nouvelle D’autres approches d’immunothérapie ont été
forme de traitement du cancer, s’appuyant sur explorées par les médecins et les biologistes.
l’action du système immunitaire. Ils se sont intéressés aux interactions entre les
Ce dernier détecte l’émergence de la maladie protéines présentes à la surface des cellules
tumorale : soit la tumeur est éradiquée, soit sa immunitaires et des cellules cancéreuses. De
prolifération est stoppée, soit les cellules tumo- façon schématique, après avoir identifié une
rales parviennent à échapper au contrôle immu- protéine étrangère, un antigène, les cellules
nologique et le cancer se développe. D’où l’idée immunitaires produisent une protéine, un anti-
d’utiliser cette barrière naturelle et d’en faire un corps, capable d’interagir de façon spécifique avec
outil thérapeutique. Au début du XXe siècle, William Sur cette vue au l’antigène. Par exemple, un anticorps, en se fixant
Coley, chirurgien américain, a tenté d’activer les cel- microscope d’une à un antigène présent sur la membrane d’une cel-
lules de défense de ses patients atteints de cancers en tumeur colorectale, les lule tumorale, peut bloquer une voie moléculaire
leur injectant des bactéries. Il espérait ainsi pouvoir cellules immunitaires essentielle à la survie cellulaire. En 1975, l’Allemand
diriger leurs cellules immunitaires, comme les lym- (les lymphocytes T, en Georges Kölher et l’Argentin César Milstein mettent
rouge) luttent contre
phocytes, contre les cellules cancéreuses. À l’époque, au point une technique pour produire à façon des
les cellules cancéreuses
Inserm/Jérome Galon

ses essais, aux effets modestes, n’ont pas convaincu. anticorps qui ciblent des cellules tumorales spéci-
(en vert).
Mais, à mesure de l’avancée des connaissances sur fiques. Les biologistes parlent d’anticorps monoclo-
le fonctionnement des cellules immunitaires, la stra- naux, car ils sont issus d’une même lignée de cel-
tégie d’immunothérapie a fait des adeptes. La greffe lules immunitaires (les plasmocytes). Pour cette
de moelle osseuse (qui produit les globules rouges et avancée, Georges Kölher et César Milstein ont reçu

16 • La Recherche | Janvier 2019 • N °543


JAMES ALLISON
Les deux lauréats
IMMUNOLOGISTE, James Allison, né en 1948
au Texas, aux États-Unis, a obtenu son doctorat
en 1973. Il a enseigné à l’université du Texas, à
l’université de Californie, et au Memorial Sloan-
Kettering Cancer Center, à New York. De 1997 à
2012, il a été chercheur au Howard Hughes Medical
Institute. Depuis 2012, il enseigne au MD Anderson
Cancer Center de l’université du Texas, et est afflié
le prix Nobel de médecine en 1985. Cette stratégie à l’Institut Parker pour l’immunothérapie du cancer.
a abouti à la mise au point de nombreux anticorps
monoclonaux utilisés dans les services de cancéro-
logie. L’un des plus connus est le trastuzumab, qui
TASUKU HONJO
agit sur les cellules des cancers du sein HER2 positif. IMMUNOLOGISTE, Tasuku Honjo est né en 1942
Dans les lymphomes, l’immunothérapie est large- à Kyoto, au Japon. Devenu médecin en 1966,
ment utilisée en association avec la chimiothérapie. il a été chercheur aux États-Unis de 1971 à 1974.
Ces thérapies ne cessent de se multiplier. Il a obtenu son doctorat en 1975 à l’université de
Les travaux de James Allison et de Tasuku Honjo Kyoto. De 1974 à 1979, il enseigne à l’université
s’inscrivent dans ce contexte. Mais ils ont choisi une de Tokyo et, de 1979 à 1984, à celle d’Osaka.
approche différente : celle-ci ne vise pas des molé- Depuis 1984, il est professeur à l’université de
cules présentes à la surface des cellules cancéreuses, Kyoto. Il a été doyen de cette faculté de 1996
mais des molécules présentes sur la membrane des à 2000, et de 2002 à 2004.
lymphocytes. En effet, face à une agression, comme
la présence anormale d’un cancer, les cellules du molécule qui freine l’activité des lymphocytes T, la
système immunitaire sont naturellement « freinées » protéine PD-1 (protéine de mort cellulaire program-
dans leur action, en partie verrouillées et endormies, mée). Après l’avoir expérimenté sur des animaux,
pour empêcher que le système ne s’emballe et ne puis lors d’essais cliniques, Tasuku Honjo a montré
s’attaque aux cellules normales de l’organisme. Ces qu’un blocage de PD-1 avec des anticorps pourrait
freins sont assurés par des points de contrôle immu- guérir plusieurs types de cancers. Lors d’un essai de
nologiques ou checkpoints. L’idée de James Allison et phase 1 en 2012, le traitement a entraîné des effets
Tasuku Honjo a consisté à identifier ces verrous et à bénéfiques, avec peu d’effets secondaires, chez des
les débloquer pour réveiller l’immunité. malades atteints de cancers à un stade avancé (2) . La
FDA a approuvé des thérapies immunitaires avec des
Effets secondaires inhibiteurs de PD-1 en 2014 et 2015. Depuis la décou-
Dans les années 1990, James Allison étudiait une pro- verte du rôle de régulateur négatif de ces récepteurs
téine baptisée CTLA-4, associée aux lymphocytes T. (CTLA-4, PD-1), de nombreuses études ont conduit
Il a constaté, avec d’autres biologistes, qu’elle inhi- au développement d’anticorps baptisés « inhibiteurs
bait les réponses immunitaires. Certains ont cher- de point de contrôle », permettant de les bloquer. En
ché à activer plus encore cette protéine pour traiter 2017, ceux-ci étaient testés dans plus de 1 300 essais
les maladies auto-immunes (dues à un emballement L’ipilimumab est un cliniques à travers le monde.
des lymphocytes). Mais James Allison a eu l’intuition anticorps monoclonal En France, ces inhibiteurs de point de contrôle, réser-
que désactiver CTLA-4 pourrait aussi libérer la puis- dirigé contre la protéine vés à l’usage hospitalier, sont administrés à quelque
sance du système immunitaire contre les cellules CTLA-4, qui inhibe la 20 000 nouveaux patients chaque année. Ils peuvent
tumorales. En 1994, alors qu’il était à l’université de réponse immunitaire. se montrer particulièrement efficaces, mais les résul-
Il est effcace contre
Californie à Berkeley, il a démontré que la désacti- tats varient selon les cancers ciblés et même en fonc-
le mélanome de la peau
ver avec un anticorps éradiquait des tumeurs chez tion de chaque patient. Dans le cas du mélanome,
chez l’homme.
la souris (1) . Malgré le désintérêt des firmes pharma- en moyenne seuls 20 % des patients participant aux
University of texas - DaviD aUsserHofer - Dr

ceutiques, il poursuivit ses travaux et réussit à pro- essais réagissent positivement au traitement. Hélas,
duire un anticorps monoclonal (l’ipilimumab) qui ils ne sont pas exempts d’effets secondaires. Empê-
vise CTLA-4. Il démontra en 2010 que cet anticorps chant la régulation négative du système immuni-
était efficace chez l’homme contre le mélanome de taire, ces molécules augmentent le risque de réac-
la peau, jusque-là quasiment incurable. Dès 2011, tions auto-immunes, comme une inflammation des
l’agence du médicament américaine, la Food and POUR EN poumons ou des reins, ainsi que des états fiévreux et
Drug Administration (FDA), l’a approuvé comme SAVOIR PLUS nauséeux, une fatigue intense et des douleurs dans
traitement contre le mélanome métastatique. n Dossier « Les nouvelles armes l’abdomen et les muscles. n Mathias Germain
Pendant que James Allison travaillait sur CTLA-4 aux contre le cancer », La Recherche (1) D. R. Leach et al., Science, 271, 1734, 1996.
États-Unis, Tasuku Honjo étudiait au Japon une autre n° 542, décembre 2018, p. 38. (2) J. R. Brahmer et al., NEJM, 366, 2455, 2012.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 17


courrier

Adresse électronique : courrier@larecherche.fr


actualités

ENTOMOLOGIE Zoologie

La ménopause concerne aussi


à l’âge adulte », raconte Samuel
Ellis. Or, lorsqu’une femme
rejoint un nouveau groupe,
LINGUISTIQUE
L’HÉRITAGE GRAMMAIRE
elle n’a aucun intérêt à par-
les bélugas et les narvals tager ses ressources avec les
autres. « La meilleure stratégie
La courte liste des espèces où l’on observe la ménopause passe de trois pour cette femme est de par-
à cinq. Ce phénomène n’avait été mis en évidence jusqu’à présent que tager ses ressources seulement
chez l’orque, le globicéphale tropical et l’homme. avec ses enfants. Mais, au fur et
à mesure du temps, les membres

DE JANINE PAIN UNIVERSELLE


qui ne lui sont pas liés meurent
usqu’à peu, les et sont remplacés par ses enfants

J femelles de trois
espèces seulement
et petits-enfants », précise-t-il.
Et si les filles partent, les fils
étaient connues pour cesser restent et se reproduisent à
leur activité ovarienne passé un leur tour. La vieille femme a
certain âge : l’homme, l’orque et tout intérêt à aider sa descen-
le globicéphale tropical. Une dance à survivre.
équipe britannique vient
d’ajouter le béluga et le narval Stratégie des anciennes
à cette courte liste. « Nous avons Parallèlement, de nouvelles

L’article sur les termites et les La grammaire universelle est


utilisé des examens anato- femmes arrivent dans le groupe
miques des ovaires de baleine et refusent de partager leurs res-
pour déterminer leur modèle de sources avec les plus anciennes.
déclin reproductif, en compa- Les bélugas, comme les humains, sont des êtres très sociaux. La stratégie la plus efficace pour
rant la valeur de l’activité ova- les anciennes est donc alors

fourmis (La Recherche n° 537- rienne avec l’âge dans une


population de baleines »,
explique Samuel Ellis, de l’uni-
versité d’Exeter, coauteur de ce
pourtant pas faute de cher-
cher ! », raconte-t-il. L’arrêt de
la reproduction au cours de la
vie est en effet une curiosité
Alors pourquoi ces espèces ont-
elles développé cette particu-
larité ? « Les odontocètes, tout
comme les êtres humains, sont
d’arrêter de se reproduire pour
ne pas entrer en compétition
avec les plus jeunes et obtenir
leur aide. « Chez les orques, où
décrite par Noam Chomsky
travail. Pour cela, l’équipe a étu- évolutive. Comme le souligne des êtres extrêmement sociaux », cette fois ni les femelles ni les

538, p. 46) mentionne le rôle dié des données issues de tra-


vaux déjà publiés sur 16 espèces
de cétacés à dents (1) .
Vincent Ridoux, de l’observa-
toire Pelagis, « les performances
d’une population sont généra-
indique Samuel Ellis.
Dans les sociétés ancestrales,
« nous pensons que les humains
mâles ne quittent le groupe, le
même effet est observé, conclut
Samuel Ellis. Et nous prédi-
comme « la somme […] de tous
La découverte a beaucoup sur- lement estimées par leur capa- quittaient leur groupe fami- sons qu’en étudiant les narvals

des phéromones. Ces subs- les principes immuables que


pris Samuel Ellis et ses collè- cité à produire la génération lial lorsqu’ils atteignaient leur et les bélugas, nous trouverons
gues. « La ménopause n’avait suivante ». Ainsi, « le maintien maturité sexuelle. En langage une structure sociale similaire
jusqu’alors été observée que en vie des individus qui ne sont moderne, les femmes partaient pour expliquer ce phénomène. »
chez trois espèces (précédem- plus reproducteurs peut sembler probablement se marier à un Bérénice Robert
ment citées), mais ce n’était contre-évolutif », ajoute-t-il. individu d’un groupe différent (1) S. Ellis et al., Sci. Rep., 8, 12833, 2018.

tances sont souvent évoquées, YVES VILLE, LAURENT “ L’AMNIOCENTÈSE N’ACCROÎT Éthologie
l’hérédité implante dans l’or-
SALOMON ET VALÉRIE UN POISSON PASSE LE TEST DU MIROIR

mais pourquoi ma demi-sœur gane du langage » (La Recherche


PAS LE RISQUE DE FAUSSE
MALAN, médecins à Le labre nettoyeur commun, un poisson des mers
l’hôpital Necker, à Paris, COUCHE ET PERMET [...] tropicales qui a l’habitude de manger les parasites des
imageBROKeR/ hemis.fR

défendent l’amniocentèse DE DÉPISTER D’AUTRES autres poissons, a rejoint le club des animaux qui ont
plutôt que le dépistage ANOMALIES réussi le test du miroir. Cette expérience classique est

Janine Pain, qui les a décou- hors-série n° 27, p. 79). Mais


sanguin prénatal, dans utilisée pour déterminer la conscience de soi.
QUE LA TRISOMIE 21 ”
Le Monde du 5 septembre. M. Kohda et al., bioRxiv, doi:10.1101/397067, 2018.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 23

vertes chez les abeilles, n’est- suffit-elle à nous faire parler et


elle jamais citée ? penser ? Une confrontation à
autrui, à sa parole et à sa pen-
nMichel Pain
Réponse d’Yves Le Conte,
LA MÉNOPAUSE sée, n’est-elle pas nécessaire,
biologiste Les travaux de Janine comme l’ont montré les cas
Pain ont en effet été détermi- DES POULES d’« enfants loups », pour que le
nants dans la compréhension Je suis étonné de lire qu’il existe si peu d’animaux concer- langage émerge et se développe
des mécanismes de commu- nés par la ménopause (La Recherche n° 540, p. 23). Ce phé- sur ses bases héréditaires ?
nication chimique et de régu- nomène n’existe-t-il pas chez les poules ? Celles d’éle- nEdmond Couchot
lation sociale entre les indivi- vage sont souvent tuées à la fin de leur première année Réponse de Noam Chomsky,
dus des colonies d’abeilles. S’ils de ponte, mais peuvent vivre plus longtemps. J’ai alors linguiste Pour que des capaci-
sont peu cités dans les revues observé que la ponte diminue chaque année, jusqu’à tés se développent, elles doivent
grand public, davantage por- s’arrêter vers 10 ans. Mais peut-être les poules sauvages généralement être déclenchées.
tées sur l’actualité, ils le sont ne sont-elles pas soumises au même cycle. Elles grandissent ensuite selon
toujours par les scientifiques. nRodolphe Dumouch leur propre chemin, déterminé
Dans les années 1960, à l’Inra, Réponse de Samuel Ellis, éthologue Il aurait fallu préciser de façon intrinsèque. Si un cha-
elle a participé, avec le chimiste que la ménopause n’a été identifiée que chez cinq espèces ton (et vraisemblablement un
Michel Barbier, du CNRS, à la de mammifères. La reproduction au cours de la vie chez humain) est privé de stimu-
découverte et à la caractérisa- les oiseaux est beaucoup moins connue ; nous ne savons lation visuelle dans les pre-
tion d’une phéromone émise pas combien d’entre eux sont concernés. Par ailleurs, votre mières semaines de sa vie, il sera
par les glandes mandibulaires remarque sur d’éventuelles différences entre espèces aveugle pour toujours. Mais le
de la reine d’abeilles domes- apprivoisées et sauvages me permet de souligner que, fait qu’il développe un système
tiques, le 9ODA. Il s’agissait de dans notre étude, nous parlons de ménopause unique- visuel de mammifère plutôt que
la première phéromone modi- ment chez des populations sauvages. Pour des animaux d’insecte ne sera pas déterminé
ficatrice, molécule sécrétée à captifs, les sources externes de mortalité sont supprimées par cette stimulation. De même,
l’extérieur par un individu et – ils sont, par exemple, à l’abri des prédateurs. Cela signifie les humains ont besoin de sti-
qui exerce un effet sur la phy- qu’ils peuvent vivre au-delà de leur durée de vie reproduc- mulation pour développer le
siologie de ceux de la même tive, dans une proportion qui ne s’observerait pas dans la langage, mais celui-ci ne pourra
espèce (1) . Depuis, de nom- nature. Pour en revenir à votre exemple, les poules sau- grandir que selon sa prédispo-
breuses phéromones ont vages n’auraient probablement pas vécu 10 ans, à cause sition génétique liée à la gram-
été identifiées dans le règne du risque d’être mangées par un prédateur – qui s’accroît maire universelle.
animal, mais peu de phéro- à mesure que l’animal vieillit et devient plus lent. De plus,
mones modificatrices, dont les dans le contexte d’un élevage intensif, le cycle reproductif Sauf mention contraire de leur auteur, toute lettre
parvenue à la rédaction de La Recherche est
effets sont difficiles à mettre des poules n’a sûrement plus rien à voir avec celui de leurs susceptible d’être éditée et publiée, en tout ou en
partie, dans le journal. Les lettres concernant un
auteur extérieur à la rédaction de La Recherche lui
en évidence. ancêtres sauvages, car elles ont été sélectionnées sur de sont envoyées. Sans réaction de l’auteur dans un
délai raisonnable, nous les considérons comme
(1) J. Pain et al., Comp. Biochem. nombreuses générations pour pondre davantage d’œufs. publiables en tout ou en partie, sans attendre une
éventuelle réponse de sa part. Dans la mesure du
Physiol., 6, 233, 1962. possible, évitez les fax et les lettres manuscrites.

18 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


actualités
Environnement

Le climat change,
les menaces
s’accumulent
Sécheresse, vagues de chaleur, incendies de forêt, inondations ou tempêtes… Une étude inédite
recense les dangers multiples et combinés entraînés par le dérèglement climatique.

Les émissions de gaz de chaleur, incendies de forêt, populations », souligne le géo- les zones côtières tropicales,
« à effet de serre repré-
sentent une grande
précipitations pluvieuses
intenses, inondations, tem-
graphe. Par exemple, New York
devrait faire face à quatre
seront exposés à cette collision
de risques climatiques de plus
menace pour l’humanité, car ils pêtes, élévation du niveau de risques climatiques majeurs, en plus intenses.
intensifient simultanément de la mer et modifications de la comme l’élévation du niveau
nombreux dangers qui se sont chimie des océans : les fléaux de la mer et les précipitations 467 risques différents
déjà révélés néfastes par le s’intensifient et surtout se extrêmes. La même année, Comment ont-ils établi ces
passé », alerte Camilo Mora, combinent. Sydney et Los Angeles seront estimations ? Les auteurs,
professeur agrégé de géogra- « Si les émissions de gaz à effet confrontés à trois aléas clima- 23 scientifiques internatio-
phie au Collège des sciences de serre ne sont pas atténuées, tiques concomitants, Mexico à naux, en majorité issus de l’uni-
sociales de l’université d’Hawaï nous prévoyons que, d’ici à 2100, quatre, et la côte atlantique du versité d’Hawaï, ont épluché
à Manoa et coauteur d’une le nombre de dangers se pro- Brésil à cinq. Selon les modéli- 3 300 études publiées depuis
importante étude sur les duisant simultanément aug- sations des auteurs de l’étude, 1980, relatives à des événe-
risques du réchauffement cli- mentera, ce qui rendra encore les pays pauvres comme les ments climatiques induits par
matique (1) . Sécheresse, vagues plus difficile la gestion des pays riches, en particulier dans l’action des hommes ou par la
variabilité naturelle du climat.
Ils ont retenu dix risques cli-
matiques, comme le réchauf-
DES EFFETS NÉFASTES POUR LA SANTÉ fement, les inondations, les
Chaleurs meurtrières, dispersion de maladies infectieuses ou bouleversement de la production vagues de chaleur, les séche-
alimentaire… Le changement climatique menace directement notre santé, souligne un rap- resses, les incendies, la mon-
port produit par 150 experts, issus de 27 universités et institutions, y compris l’Organisation tée du niveau des eaux…
mondiale de la santé (OMS) et la Banque mondiale. En 2017, comparée à 2000, 157 millions Ces événements affectent six
de personnes supplémentaires ont été exposées à des risques liés à la chaleur (1) . Et ce chifre aspects essentiels de la vie
ne prend pas en compte l’été caniculaire de 2018. Selon le rapport, les pays d’Europe et de humaine : la santé, l’alimen-
l’Est méditerranéen seraient les plus à risques. En outre, les températures croissantes et les tation, l’eau, l’économie, les
intempéries modifent la répartition des maladies tropicales dans le monde, notamment la infrastructures et la sécurité.
dengue ou le paludisme, qui ont vu leur incidence grimper ces dernières années. De même, Ces thèmes ont été déclinés
le risque de choléra a connu une hausse préoccupante le long des côtes baltes. en 89 sous-rubriques. En croi-
(1) N. Watts et al., The Lancet, doi:10.1016/S0140-6736(18)32594-7, 2018. sant ces données, les auteurs
de l’étude ont constaté que le

20 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


1 3

Les aléas climatiques provoquent des catastrophes,


climat affectait l’humanité sous engendrer une crise du tou- comme les récents incendies de Paradise en Californie (1),
467 formes différentes : des risme dans certaines régions. les inondations dans le nord de la France au printemps 2016,
maladies ou des décès occa- Tout cela accentue les violences qui ont notamment touché la ville de Nemours (2),
sionnés par les inondations, entre les populations et multi- ou encore l’assèchement du Doubs l’été dernier (3).
les incendies ou les vagues de plie les migrations. « Cette ana-
JOSH EDELSON/AFP - AURELIEN MORISSARD/IP3 - SEBASTIEN BOZON/AFP

chaleur ; des destructions sur lyse est impressionnante, sou-


les cultures, l’élevage ou les ligne Robert Vautard, directeur l’arrivée simultanée de plu- maximale, qui produiront de
pêcheries après des précipita- de recherche CNRS au Labora- sieurs risques climatiques. nouveau des centaines d’effets
tions ou des sécheresses ; des toire des sciences du climat et « Le fait d’avoir combiné les sur les vies humaines. Si, en
destructions d’infrastructures de l’environnement (LSCE). risques est la grande origina- revanche, des actions significa-
à la suite de tempêtes et de la Elle a été réalisée avec des lité de ce travail », souligne tives sont déployées pour limi-
montée des eaux ; des effets méthodes nouvelles d’analyse Robert Vautard. Résultat : si ter l’envolée des températures
nocifs sur la qualité et la quan- bibliographique systématique, les émissions de gaz à effet de à + 2 °C, comme le prévoit l’ac-
tité d’eau douce. Ils ont aussi objective. » serre continuent sur leur tra- cord de Paris, les citoyens ne
constaté que les aléas clima- À partir de ces données, les jectoire actuelle, la moitié de la subiraient qu’un seul risque.
tiques affectaient l’économie, auteurs ont effectué, dans un population sera soumise à trois Si toutes les nations sont
en provoquant des pertes d’em- deuxième temps, une modéli- dangers climatiques simulta- concernées, quel que soit
ploi et des chutes de la produc- sation afin de déterminer dans nés en 2100, voire jusqu’à six leur niveau de revenus, les
tivité. L’acidification des océans quelle mesure les populations pour certaines régions côtières effets de ces catastrophes
et la déforestation peuvent peuvent être inquiétées par tropicales, d’une intensité d e v ra i e n t va r i e r e n

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 21


actualités
Nombre de jours de pic de chaleur sur une année
0 50 100 150 200 250 300 350

2018 2100

En cas de réduction nulle des émissions de CO2 ,


fonction des différentes cette simulation montre que le nombre de jours de pic de ont laissé des dizaines de mil-
capacités d’adaptation : chaleur dans le monde augmentera fortement d’ici à 2100. liers de personnes sans électri-
comme aujourd’hui, les États cité et provoqué la fermeture
développés pâtiront davantage du musée du Louvre. Les dom-
de dégâts économiques, tan- aurait autant d’impact qu’une exemple, l’Europe est un terri- mages ont été estimés par les
dis que les pays en développe- catastrophe extrême comme toire qui subit des inondations. assurances à plus d’un milliard
ment devraient enregistrer la un puissant tremblement de Ces événements seront de plus d’euros rien qu’en France.
majorité des pertes humaines. terre. De quoi inciter à agir. en plus marqués en Europe, Pour évaluer le lien potentiel
Les résultats de cette modéli- « Les preuves de l’impact du mais on ne le voit pas dans entre les fortes précipitations
sation sont consignés sur une changement climatique sur la modélisation parce que les en France et les gaz à effet de
carte interactive (2) qui permet l’humanité sont nombreuses débits des rivières tropicales sont serre dans l’atmosphère dus
d’identifier, pour n’importe et claires, insiste Daniele beaucoup plus élevés. Du coup, à l’activité humaine, l’Institut
quel endroit du monde, les Spirandelli, de l’université cela masque certaines régions. » météorologique royal des Pays-
risques cumulés jusqu’à la fin d’Hawaï, coauteur de l’étude. Bas, l’université d’Oxford et le
du siècle en fonction de trois Clairement, la question en sus- Au niveau local LSCE, dans le cadre du World
scénarios d’émissions de CO2 pens est la suivante : combien de Pour contrer ces biais, et Weather Attribution, ont réa-
(réduction forte, moyenne ou sonneries faut-il pour se réveil- pour favoriser la prise de lisé différentes analyses :
nulle). Par exemple, en cas de ler ? » Cette publication y contri- conscience auprès des popu- études statistiques de l’histo-
buera-t-elle ? « Cet article est lations, le chercheur français rique des températures, de la
important, il sera certainement insiste sur les analyses détail- tendance des modèles clima-
« COMBIEN beaucoup cité. Il va servir pour lées d’événements climatiques tiques globaux, des modèles
DE SONNERIES le sixième rapport du Groupe extrêmes au niveau local. À cet climatiques régionaux et des
FAUT-IL d’experts intergouvernemental effet, le LSCE participe, avec résultats de milliers de simu-
POUR SE sur l’évolution du climat, qui d’autres équipes, à une plate- lations météorologiques.
est en cours d’écriture et sera forme intitulée World Weather Conclusion : la probabilité de
RÉVEILLER ? » remis en 2021, indique Robert Attribution, initiée en 2014, telles précipitations a été mul-
Vautard. Cependant, certains qui essaie de déterminer pour tipliée par 2,2 environ sur la
réduction nulle des émissions, points méthodologiques de cette chacun de ces événements la Seine à cause des émissions
Marseille ferait face à une aug- étude peuvent être discutés. Les part du changement clima- anthropiques de CO2 (4) . Nos
Camilo mora et al. Université d'Hawaii, manoa

mentation des sécheresses, des auteurs ont privilégié les chan- tique (3) . Dernièrement, cette activités ont donc eu leur part
vagues de chaleur et des incen- gements forts pour la norma- plateforme a travaillé sur les dans le déclenchement des
dies, et aussi à une réduction lisation qui a servi à la modé- précipitations extrêmes qui inondations de 2016.
de l’accès à l’eau potable, sans lisation. Or cela peut induire ont eu lieu dans le nord de la Mathias Germain
oublier une hausse du niveau des biais, car des changements France et en Bavière au prin- (1) C. Mora et al., Nat. Clim. Change,
de la mer et des changements qui sont très importants à un temps 2016. Ces précipitations 8, 1062, 2018.
océaniques (de température, endroit peuvent masquer des ont provoqué le débordement (2) impactsofclimatechange.info
d’acidité et de quantité d’oxy- changements moins puissants de la Seine, qui a atteint alors (3) www worldweatherattribution.org
gène)… Selon les prévisions, à d’autres endroits mais qui ont son plus haut niveau depuis (4) S. Philip et al., J. Hydrometeorol.,
le cumul de ces événements tout autant d’importance. Par trente ans. Les inondations doi:10.1175/JHM-D-18-0074.1, 2018.

22 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


actualités

Planétologie

La sonde InSight sur Mars


Conditions optimales pour la sonde américaine InSight, qui s’est du globe de Paris et fourni par le Centre national d’études
posée sur Mars le 26 novembre 2018. Plantée sur la plaine Elysium spatiales. Le bras robotique de la sonde est ici partiellement
Planitia, qui paraît dépourvue de gros cailloux, elle effectuera ses déployé (en haut). Il devrait poser délicatement les instruments
deux ans de mission. Au programme, des mesures de la capacité sur le sol. La prise de données commencera courant janvier.
NASA/JPL CALteCh

thermique du sol, à l’aide d’une sonde thermique allemande, et Responsable du sismomètre, Philippe Lognonné est prêt
l’analyse de la structure intérieure de la planète, grâce à un à parier que Mars abrite en son cœur un noyau liquide.
sismomètre français (dôme gris) piloté par l’Institut de physique Réponse d’ici un an. Philippe Pajot

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 23


actualités

Zoologie
LANGUE DE CHAT Biologie
Même si leur langue
est sèche, cela n’empêche
Les truffes alliées aux arbres
pas les chats de nettoyer
et mouiller leur fourrure.
depuis 150 millions d’années
Une équipe a découvert La comparaison du patrimoine génétique de diverses espèces de truffes permet
que cette langue était, de mieux comprendre l’évolution de leur partenariat avec les arbres.
en effet, recouverte
de 300 papilles creuses
qui stockent la salive et es truffes noires du Périgord ou les
permettent de la déposer
à la base de la fourrure.
L truffes blanches du Piémont pros-
pèrent sous la terre, aux pieds des
A. C. Noel et D. L. Hu, chênes et des noisetiers… Ces champignons aux
PNAS, 115, 12377, 2018. parfums intenses, qui appartiennent à la famille
des ascomycètes, vivent en symbiose avec les
arbres. Leurs filaments pénètrent entre les cel-
lules des racines de l’arbre et lui apportent du

1,6 %
phosphore et de l’azote, tandis que l’arbre
fournit des sucres. Ce partenariat, bap-
tisé ectomycorhize, s’est établi il y a
plus de 150 millions d’années,
d’après les travaux d’un consortium
C’EST LA HAUSSE des international, coordonnés par
émissions mondiales de l’Inra de Nancy (CEA-Génoscope, Ci-dessus, une truffère
CO2 fossile enregistrée université de Turin, université de en Charente. Ci-contre, la
Lorraine, CNRS). Pour le déterminer, truffe blanche du Piémont,
entre 2016 et 2017, après
les microbiologistes ont comparé les ou Tuber magnatum.
trois ans de stagnation,
selon les nouveaux génomes de cinq espèces de truffes et de
résultats publiés par les trois autres espèces d’ascomycètes, comme la deuxième famille », souligne Francis Martin. Les
scientifques du Global morille (1) . « La morille est un saprophyte, elle est truffes ont acquis d’autres gènes leur permettant
Carbon Project. capable de dégrader elle-même la matière orga- de communiquer avec les arbres, en synthétisant
doi.org/10.5194/essd-10-2141-2018 nique grâce à des enzymes », décrit Francis Martin, de petites protéines qui pénètrent dans les cel-
de l’Inra, à Nancy, coauteur de la publication. lules végétales et interfèrent avec leur système
immunitaire. Le travail comparatif a aussi révélé
Éthologie Les variations de parfum expliquées que les truffes noires, qui comptent 10 700 gènes,
LA CULTURE L’ancêtre commun aux morilles et aux truffes et les blanches, qui en possèdent 9 400, diffèrent
DES MOUCHES était un saprophyte. Alors comment les truffes peu sur le plan génétique, alors que ces espèces
Les drosophiles, ou sont-elles devenues des alliées des arbres ? La se sont séparées il y a 110 millions d’années. « Il
mouches du fruit, sont comparaison entre ces génomes a fourni des n’y a que 10 % de gènes exprimés qui sont propres à
capables de transmettre éléments de réponses : les truffes ont perdu des une espèce, ce qui explique en partie les variations
culturellement leurs gènes codant des enzymes nécessaires à la dégra- de couleur et de parfum », explique Francis Mar-
préférences sexuelles dation de la cellulose ou de la lignine – essentiels tin. Les biologistes ont aussi identifié les gènes
d’une génération à l’autre. à la survie des saprophytes. Grâce à cela, elles impliqués dans la fabrication des composés aro-
C’est la première fois que sont devenues inoffensives pour les arbres. La matiques des truffes et découvert que les sapro-
l’on démontre chez un truffe noire, Tuber melanosporum, a ainsi perdu phytes, telles les morilles, ont le même répertoire
insecte l’existence des les deux familles d’enzymes capables de dégra- de gènes. En fait, c’est le niveau d’expression de
mécanismes nécessaires à der la cellulose, tandis que la truffe blanche, Tuber ces gènes qui varie fortement chez les truffes, ce
une telle transmission. magnatum, n’en a perdu qu’une seule. « Ce pro- qui expliquerait la composition si particulière de
Claude Murat

É. Danchin et al., Science, cessus évolutif est toujours en cours. Il est probable leurs parfums. Mathias Germain
doi:10.1126/science.aat1590, 2018. que, au fil du temps, la truffe blanche perde la (1) C. Murat et al., Nat. Ecol. Evol., 2, 1956, 2018.

24 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


actualités

Immunologie

Le chemin inattendu
de certains anticorps
Produits dans les ganglions lymphatiques, des
anticorps empruntent des canaux de collagène qui les
transportent rapidement vers la circulation sanguine.

ors d’une infection, 70 kilodaltons (2) . Avec un poids

L les immunoglobu-
lines de type M
d’environ 1 000 kilodaltons, les
IgM n’y étaient pas attendues.
(IgM) sont les premiers types
d’anticorps mobilisés. Pro- Expérience renouvelée
duites dans les ganglions lym- Les biologistes, en collabora-
phatiques, elles doivent donc tion avec une équipe de l’uni-
être rapidement exportées dans versité Vita-Salute San Raffaele,
la circulation sanguine pour à Milan, ont renouvelé l’expé-
rejoindre et neutraliser les bac- rience en utilisant un marqueur
téries, virus et autres patho- spécifique du collagène, princi-
gènes. Jusqu’ici, le mécanisme pal composant de la charpente
permettant cet acheminement des IgM. Résultat : quatre jours
rapide restait inconnu. après que des souris ont été
Les IgM étant de grosses molé- infectées avec un antigène ou
cules, elles semblent mal tail- un virus, les IgM étaient visibles
lées pour se frayer un chemin à à l’intérieur des microconduits
travers les cellules se massant et dans les vaisseaux sanguins
au sein des ganglions lympha- voisins. « C’est la première fois
tiques lors d’une infection. Pour que l’on montre que ces struc-
comprendre comment elles y tures peuvent transporter de
parviennent, une équipe du grosses molécules comme les
Centre d’immunologie de IgM, souligne Emmanuel Don-
Marseille-Luminy a injecté des nadieu, de l’Institut Cochin, à
antigènes microbiens à des sou- Paris. Se pose à présent la ques-
ris, puis observé la répartition tion du mécanisme permettant
des IgM produites en réponse à à ces anticorps d’y pénétrer. »
cette intrusion. Comme prévu, Les IgM pourraient s’introduire
celles-ci étaient localisées au dans les microconduits « via de
niveau de leurs cellules produc- petites ouvertures potentielle-
trices, les lymphocytes B. Mais, ment présentes sur leur paroi »,
étonnamment, elles étaient imagine Guilhem Thierry,
aussi présentes au sein d’une auteur principal de l’étude.
zone traversée par des micro-  Oriane Dioux
conduits (1) . Ces canaux ont
(1) G. R. Thierry et al., J. Exp. Med.,
auparavant été décrits comme doi:10.1084/jem.20180344, 2018.
étant un moyen de transport
(2) J. E. Gretz et al., J. Exp. Med., 192,
rapide dans les ganglions lym- 10, 2000 ; P. K. Rantakari et al.,
phatiques, mais pour des molé- Nat. Immunol., 16, 4, 2015 ; M. Sixt
cules ne pesant pas plus de et al., Immunity, 22, 1, 2005.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 25


actualités

Biochimie

Un acide aminé formé sans intervention biologique


Après des décennies de recherches, une équipe française a découvert un acide aminé géochimique dans
des roches souterraines au fond de l’océan. Si le tryptophane n’est pas l’une des briques de base de la vie, sa
présence suggère que des acides aminés sont créés dans la nature, sans intervention d’un organisme vivant.

est un endroit physique du globe de Paris, En 1952, l’Américain Stanley

C’ perdu au milieu de
l’océan, sur la dor-
Bénédicte Ménez, première
auteure de ces travaux parus
Miller a montré qu’une soupe
d’éléments et de molécules
sale médio-atlantique. Les dans Nature (1) , n’en revient inorganiques placés dans un
anglophones l’ont baptisé pas d’avoir trouvé du trypto- contexte physico-chimique
massif Atlantis, dont un som- phane dans des roches pré- adapté est un creuset pour la
met abrite Lost City, la Cité levées, en 2004, à 173 mètres formation de molécules bio-
perdue, à plus de 4 000 mètres sous la Cité perdue. logiques. Cette expérience a
du plancher océanique, à « Sa présence confirme ce que été confirmée par la présence
700 mètres des vagues. Un lieu les modèles thermodyna- de molécules prébiotiques
habité de créatures sous-ma- miques, les expériences de labo- dans de nombreuses météo-
rines souvent étranges. Des ratoire et des météorites sug- rites retrouvées sur Terre, sans
êtres modelés par la biochimie L’acide aminé a été retrouvé gèrent depuis des décennies : qu’on ait jamais démontré leur
particulière de ce champ de sur des échantillons de roches de simples réactions chimiques présence naturelle sur le globe.
sources hydrothermales prélevés par forage. peuvent former des acides ami- Dans ce contexte, la décou-
chaudes, chargées de soufre et nés sans intervention d’un verte de tryptophane dans des
de divers éléments présents inattendue. « Notre première organisme biologique, pour peu roches souterraines suscite
dans cette région connectée réaction a été la stupeur. que les constituants chimiques, l’interrogation. Puisque l’on
aux entrailles terrestres par les Nous cherchions à caractéri- la température et la pression sait que la vie se niche partout,
lois de la tectonique. ser cette roche et à y découvrir soient favorables », explique la les échantillons sont-ils vierges
Une expédition scienti- des traces d’activité biologique chercheuse. Jusqu’à présent, de toute contamination ?
fique a prélevé des échan- comme nous le faisons depuis toutes les preuves concrètes
tillons de roches par forage des années, sans imaginer d’une synthèse de ces molé- Des indices solides
dans ce Machu Picchu océa- découvrir des processus abio- cules organiques reposaient « Il faut être prudent. On a déjà
nique. L’analyse de ces ser- tiques. C’est d’ailleurs pour sur des organismes vivants vu des roches polluées par des
pentinites, une famille de cela qu’il a fallu si longtemps qui, eux-mêmes, en ont besoin n-alkanes de la scie diaman-
roches silicatées, a révélé la avant d’envisager de publier pour vivre. Une sorte de para- tée qui a servi à découper les
présence d’une molécule nos résultats. » À l’Institut de doxe de l’œuf et de la poule. échantillons, par exemple »,
rappelle Marie-Paule Bassez,
professeure à l’université de
DES NANORÉACTEURS NATURELS Strasbourg. « Nous avons suivi
un protocole très soigneux
L’analyse des serpentinites, famille de roches de l’argile à pilastres. » Une forme dont la pour éviter de contaminer les
silicatées retrouvées sous la Cité perdue, a réactivité chimique est connue. On peut, par échantillons. Il est vrai aussi
montré qu’elles sont riches en saponite, une exemple, y insérer des piliers de fer pour créer que, du fait de leur faible pro-
argile riche en fer. « Ce matériau se présente des catalyseurs. « Dans nos échantillons, la fondeur, le risque de contami-
généralement comme une succession de feuil- saponite contient des pores microscopiques nation biologique était très fort,
lets empilés, explique Bénédicte Ménez. Mais, riches en fer et en carbone. C’est là que l’on insistent Bénédicte Ménez et
ici, les feuillets ont été distordus, car de nou- retrouve du tryptophane. Cela laisse penser sa consœur Céline Pisapia,
veaux composés et éléments chimiques sont que ces pores ont pu jouer le rôle de réacteurs coauteure de la publication.
venus s’y insérer. C’est ce que l’on appelle naturels pour synthétiser cet acide aminé. » Mais tous les indices sont
solides et convergent vers l’idée
DR

26 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Transplantation
UNE XÉNOGREFFE
CARDIAQUE DE
PLUS DE SIX MOIS
Une transplantation
30 micromètres de cœurs de porcs
génétiquement modifiés
chez des babouins a été
supportée pendant
195 jours. L’essai, fait
à l’université Louis-et-
Maximilien de Munich,
combine une
modification génétique
et l’administration d’un
antiagrégant.
M. Längin et al., Nature, doi:
30 micromètres 10.1038/s41586-018-0765-z, 2018.

Section fne de la roche dans laquelle a été détecté le tryptophane abiotique. En médaillon, une image
réalisée avec le synchrotron Soleil, dont la fuorescence révèle cet acide aminé (en violet) dans l’argile.

que ce tryptophane est d’ori-


gine géochimique. »
comme essentiels pour former
les premières briques de la vie,
molécule chirale, dont les deux
formes – énantiomères – sont 11
Selon ces travaux, aucun indice rappelle Bénédicte Ménez. symétriques l’une de l’autre
d’activité biologique n’a pu être Mais il est connu pour cataly- dans un miroir. « Le trypto-
retrouvé. « Il n’y a pas de trace ser d’autres réactions qui for- phane biologique contient une
d’autres macromolécules bio- ment, par exemple, des sucres majorité de molécules de forme ONDES
logiques, explique Bénédicte et des aldéhydes. Sa présence appelée “gauche” (L-). Si on GRAVITATIONNELLES
Ménez. On ne trouve pas non confirme que des processus trouve les énantiomères L- et D- ont été détectées par
plus de débris de bactéries, géochimiques, abiotiques, en parts à peu près égales, cela l’interféromètre Ligo
par exemple des fragments de peuvent former des acides ami- prouvera qu’il s’agit de tryp- depuis 2015. Dix
membrane cellulaire. Et le tryp- nés. On en trouvera peut-être tophane abiotique. » « Nous émanent de la fusion
tophane ne se trouve que dans d’autres à l’avenir. » y avons bien sûr pensé, mais de deux trous noirs,
l’argile de ces roches – un maté- « À ma connaissance, c’est bien les quantités en jeu sont trop une de celle d’étoiles
riau connu pour faciliter ce type la première fois que l’on fait état faibles pour ce type d’analyse », à neutrons.
de chimie. Les analyses spec- de la présence d’un acide aminé répond Bénédicte Ménez. dcc.ligo.org/LIGO-P1800307/public
troscopiques, réalisées notam- formé sans intervention biolo- Pour le moment, son groupe
ment dans l’ultraviolet avec le gique dans la nature, se réjouit se penche, en collaboration
synchrotron Soleil, montrent Marie-Paule Bassez. J’y vois avec des chercheurs de l’uni- Chimie
une signature spectrale très une confirmation de ma pro- versité de Lyon, sur d’autres COMMENT LE
proche de celle du tryptophane position, publiée en 2003, sur la échantillons de la même SANG LIBÈRE
“libre” et plus éloignée de celle synthèse d’acides aminés dans carotte. « Le forage de 2004 L’OXYGÈNE
du tryptophane lorsqu’il est les pores et cavités rocheuses avait atteint 1 200 mètres de Des chimistes proposent
intégré dans une protéine. » des terrains hydrothermaux. profondeur, explique-t-elle. pour la première fois
Produit dans l’industrie Des expériences de chromato- Plus les roches sont profondes, une théorie qui explique
pour toutes sortes d’applica- graphie en phase gazeuse cou- plus elles sont chaudes, et plus comment les molécules
tions, le tryptophane est en plée à la spectroscopie de masse la possibilité d’une synthèse d’O2 sont libérées
effet bien connu des spécia- pourraient confirmer les obser- biologique peut être écartée. » par l’hémoglobine.
listes. « Il ne fait pas partie vations de mes collègues. » En  Denis Delbecq K. Falahati et al., Nat. Commun.,
des acides aminés considérés effet, le tryptophane est une (1) B. Ménez et al., Nature, 564, 59, 2018. 9, 4502, 2018.
IPGP

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 27


actualités

Mission spatiale
OSIRIS-REX PRÈS Glaciologie
DE L’ASTÉROÏDE
BENNU
Un cratère de météorite découvert
Après la sonde japonaise
Hayabusa 2, la sonde
sous un glacier du Groenland
américaine Osiris-Rex Niché depuis des milliers d’années sous une épaisse couche de glace, un cratère
est la seconde, en 2018, plus vaste que Paris a été mis au jour par une équipe de glaciologues et de
à s’approcher d’un géophysiciens. Il résulterait de l’impact d’un astéroïde d’un kilomètre de long.
astéroïde. Elle effectuera
une reconnaissance,
avant de se mettre en es vastes étendues glacées qui ils ont pu détailler la topographie de la surface.
orbite autour de l’objet,
baptisé Bennu, de le
L couvrent les pôles de la Terre recèlent
encore de nombreux secrets. Une
C’est ainsi qu’ils ont observé le cratère et sa bor-
dure avec plus de précision. D’une largeur de
cartographier et d’y équipe internationale de glaciologues et de géo- 31 kilomètres, cette dépression, située sous envi-
prélever un échantillon. physiciens, issus entre autres du Muséum d’his- ron un kilomètre de glace, est plus vaste qu’une
toire naturelle de Copenhague et du Centre de grande ville comme Paris.
vol spatial Goddard de la Nasa, a découvert
La date de l’impact difficile à estimer

421
l’existence d’un cratère massif. Dissimulé sous
un glacier du Groenland, il pourrait s’être formé Pour confirmer leurs observations satellites et
à la suite de l’impact d’un astéroïde (1) . radars, les glaciologues se sont rendus sur le
KM Entre 1997 et 2014, l’opération IceBridge et le
Program for Arctic Regional Climate Assessment
terrain afin de prélever des échantillons sédi-
mentaires issus de la rivière adjacente au gla-
de la Nasa ont collecté de nombreuses don- cier. Leur analyse a révélé la présence de « quartz
C’EST LE NOUVEAU nées radars pour cartographier la surface sous- choqué », dont la structure cristalline particu-
RECORD de distance glaciaire du Groenland. En les analysant, les lière en plans de fractures parallèles se forme
pour la distribution chercheurs ont repéré une étrange dépression sous une pression intense, comme celle de l’im-
de clé quantique circulaire dans la roche située sous le glacier pact d’une météorite. « Il est difficile d’estimer la
par fbre optique. Hiawatha, au nord-ouest du Groenland. Intri- date de l’impact et la taille du corps céleste impli-
Cette méthode de gués, ils ont conduit une étude plus poussée de qué, explique Anja Diez, glaciologue à l’Institut
cryptographie assure la région en mai 2016 à l’aide d’une méthode de polaire norvégien de Tromsø. L’une des diffi-
une confdentialité forte pointe. En bombardant le glacier d’ondes radars, cultés pour estimer la taille de cet astéroïde, par
des communications. lesquelles pénètrent la glace et sont ensuite réflé- exemple, réside dans le fait que nous ignorons si
chies à sa frontière avec la roche sous-jacente, la région était déjà couverte de glace au moment
A. Boaron et al., Phys. Rev. Lett.,
121, 190502, 2018. de l’impact et, si elle l’était, nous ne connaissons
pas l’épaisseur de la couche. »
Les chercheurs estiment que ce cratère date
Physique d’après la formation de la calotte glaciaire du
UNE DIODE Groenland et qu’il résulterait de l’impact d’un
MAGNÉTIQUE astéroïde qui aurait mesuré un kilomètre de
Une équipe autrichienne long, mais ces éléments demeurent pour le
a conçu un dispositif qui moment incertains. La chute d’une météorite
transfère un champ aurait profondément marqué la région, en sou-
magnétique d’une bobine levant des débris dans l’atmosphère et en pro-
vers une autre, sans qu’un voquant la fonte de grandes quantités de glace.
champ magnétique ne Ces indices vont être analysés afin d’éclaircir la
soit induit en retour. La question. Pour Anja Diez, « une chose est sûre :
géométrie particulière cette étude nous montre qu’il nous reste beaucoup
retenue brise la symétrie. à découvrir sous les grandes couches de glace qui
Svend Funder

J. Prat-Camps et al., Phys. Rev. Un glaciologue prélève des échantillons recouvrent la Terre ».  William Rowe-Pirra
Lett., 121, 213903, 2018. de sable devant le glacier Hiawatha. (1) K. H. Kjaer et al., Sci. Adv., 4, 2018.

28 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


actualités

Technologie

Un avion à propulsion ionique


Une équipe américaine a mis au point un appareil sans pilote capable de voler
uniquement avec un vent ionique engendré par un champ électrique.
électroniques, avec
une géométrie et des
e domaine spatial matériaux particu-

L connaît depuis
longtemps la pro-
liers, car aucun sys-
tème commercial ne possédait
pulsion électrique : des sondes les caractéristiques requises.
spatiales emblématiques, telles L’engin construit a effectué
Dawn et Hayabusa, utilisent dix vols sur une cinquantaine
l’accélération des ions due à de mètres, dont les paramètres
des champs électriques pour se Sur ce modèle 3D de l’avion de 5 m d’envergure, les électrodes ont été étudiés avec précision.
propulser ou manœuvrer dans sont les barres horizontales situées sous la partie centrale des ailes. En moyenne l’avion s’est élevé
l’espace interplanétaire. de 47 cm sur tous ces vols.
Jusque-là, on pensait que cette lui les gaz dont les atomes permettant de faire voler Cette preuve de concept d’un
technologie n’était pas utili- seront ionisés. Sur Terre, un quatre paires d’électrodes avion sans combustion ni par-
sable pour maintenir des moteur ionique n’a pas besoin superposées. Ils ont ensuite tie mobile ouvre la voie à des
avions en vol. Une équipe du de carburant, car ce sont les choisi la taille des ailes de expérimentations et un pas-
MIT vient de prouver le molécules de l’air ambiant manière à optimiser une fonc- sage à l’échelle qui excite les
contraire : son avion de 5 m (oxygène et azote) qui sont tion prenant en compte la ingénieurs. « Nos calculs sug-
d’envergure, très optimisé, a ionisées et accélérées. Il faut masse de l’avion, une puis- géraient que l’on pouvait faire
réussi une dizaine de vols dans aussi maintenir l’avion en vol sance électrique basse, un voler ainsi un avion solaire du
un hangar de laboratoire (1) . et donc s’opposer à la gravita- développement court, le risque type Solar Impulse, et les cher-
En appliquant un champ élec- tion. Des petits jouets scienti- et les coûts. cheurs du MIT l’ont fait avec
trique intense autour d’un petit fiques baptisés « ionocrafts » un petit drone ! », s’enthou-
fil, celui-ci produit un plasma parvenaient à léviter grâce au Dix vols réussis siasme Franck Plouraboué, de
froid dans l’air, un phéno- vent ionique. Mais, pour faire Le programme d’optimisation l’Institut de mécanique des
mène baptisé effet couronne. voler un avion, les paramètres a abouti à un avion de 5 m d’en- fluides de Toulouse (2) . Grâce
Les ions créés dans ce plasma ne sont pas favorables, car les vergure, pesant 2,45 kg et avec à cette percée inattendue, les
sont ensuite accélérés, entrent masses en jeu sont bien supé- une vitesse de vol de 4,8 m/s, recherches sur la conception et
en collision avec les molécules rieures et une haute tension est une poussée de 3,2 newtons l’optimisation de la propulsion
neutres de l’air, engendrant nécessaire. avec une puissance électrique ionique sur Terre vont pouvoir
un « vent ionique » qui, à son Pour remédier à ce problème, nécessaire de 600 watts. Ces commencer. Philippe Pajot
tour, provoque une force de les ingénieurs du MIT ont contraintes ont conduit les (1) H. Xu et al., Nature, 563, 532, 2018.
poussée. Dans l’espace, un tel modélisé l’effet couronne. Ils ingénieurs à concevoir leurs (2) N. Monorolin et al., AIAA J.,
moteur doit embarquer avec ont trouvé une configuration propres batterie et systèmes 55, 4296, 2017.

Nanotechnologie
14 (TÉRAÉLECTRONVOLTS), soit 14  1012 eV :
DES SYNAPSES ARTIFICIELLES TeV telle serait l’énergie que pourrait atteindre,
MIT ElEcTrIc AIrcrAfT InITIATIvE

Des scientifiques de Juliers, en Allemagne, et des collègues d’Aix-la- en 2021, l’accélérateur de particules le plus
Chapelle et de Turin ont mis au point un dispositif composé de nanofils puissant du monde, le Grand collisionneur
cristallins, qui est à la fois capable de sauvegarder et de traiter des de hadrons, après des travaux d’amélioration
informations, ainsi que de recevoir de nombreux signaux en parallèle. qui ont commencé fn 2018. Jusqu’à
Un premier pas vers des processeurs « neuromorphes » bio-inspirés. présent, l’accélérateur, situé près de Genève,
G. Milano et al., Nat. Commun., 9, 5151, 2018. a atteint une énergie de 13 téraélectronvolts.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 29


actualités

sur le chromosome Y est plus


Anthropologie courte que celle située sur le

Déterminer le sexe d’un individu chromosome X. C’est pour-


quoi, selon la version du gène
grâce à une simple dent exprimée, la protéine sera
légèrement différente : l’amé-
Les anthropologues peuvent désormais savoir si une dent fossilisée a appartenu à logénine Y est plus courte que
un homme ou à une femme. Pour ce faire, ils mesurent la quantité d’une protéine l’amélogénine X. Ainsi, lors
de l’émail dont la synthèse dépend de gènes situés sur les chromosomes sexuels. d’une analyse par spectro-
métrie de masse, la détection
dans l’émail de la version Y de
es fossiles humains Les dents (celle-ci est un véritable l’amélogénine témoigne du

L fournissent de pré-
cieuses informa-
date du XIXe siècle)
résistent bien au
puits d’informa-
tions sur l’indi-
sexe biologique masculin du
propriétaire de la dent. De la
tions aux archéologues et aux passage du temps, vidu auquel elle même manière, si seule l’amé-
paléoanthropologues pour ce qui permet de a appar tenu. logénine X est détectée, cela
les analyser assez
comprendre l’histoire des Sa morpholo- signifie qu’elle appartenait à
facilement.
sociétés anciennes. L’estima- gie peut don- un individu de sexe féminin.
tion du sexe de ces individus ner des indications Les inventeurs de la technique
est cruciale dans la contextua- contenter de frag- sur l’ascendance, ont mis au point une méthode
lisation de leur découverte. ments osseux. Un et les plaques qui statistique rigoureuse qui leur
Une équipe de paléoanthropo- autre moyen de la recouvrent, sur permet d’écarter tous les éven-
logues de l’université de procéder consiste à l’alimentation ou tuels faux négatifs lors de la
Californie à Davis a mis au séquencer le génome encore le microbiote recherche de la version Y de
point une nouvelle technique du fossile. Mais les ana- buccal. L’émail d’une l’amélogénine.
visant à identifier le genre bio- lyses ADN sont relativement dent peut également « L’avantage de cette technique
logique d’un spécimen à partir onéreuses et provoquent renseigner les paléoanthro- est qu’elle coûte moins cher
des protéines qui constituent souvent la destruction par- pologues sur le sexe biologique qu’une analyse ADN et qu’elle
l’émail dentaire (1) . tielle ou totale de l’échantillon de son propriétaire. ne nécessite pas de condi-
Pour déterminer le genre d’un pour l’extraction d’une quan- tions stériles pour être utili-
individu à partir de restes fos- tité suffisante de molécules, à Technique moins chère sée, explique Glendon Parker,
silisés, les archéologues se condition que celles-ci soient Pour ce faire, les chercheurs anthropologue à l’université
tournent généralement vers bien conservées. mesurent dans cette dent de Californie à Davis. Couplée
les éléments du squelette qui La nouvelle méthode présen- la quantité d’une protéine, à d’autres approches, elle per-
diffèrent entre les femmes et tée par les auteurs de cette l’amélogénine, qui participe à met de lever le voile sur le sexe
les hommes, comme le bas- étude ne nécessite qu’une la formation de l’émail. Le gène biologique d’un individu sans
sin. Toutefois, lors de leurs seule dent. Connue dans le codant cette molécule se situe la moindre ambiguïté. »
fouilles, ils trouvent rare- milieu de l’archéologie pour sur les chromosomes sexuels  William Rowe-Pirra
ment des squelettes entiers et résister particulièrement bien X et Y. Mais, détail important, (1) G. J. Parker et al., J. Archaeol. Sci.,
doivent la plupart du temps se au passage du temps, la dent la séquence du gène présente doi.org/10.1016/j.jas.2018.08.011, 2018.

Pierre Jouannet, médecin, Francis Collins, généticien,


spécialiste de la biologie de la reproduction HE JIANKUI, de la Southern directeur du NIH (États-Unis)
University of Science and
“ IL EST INSENSÉ Technology de Shenzhen, “ UNE ÉPIQUE MÉSAVENTURE
courtesy of Jelmer eerkens

DE METTRE EN ŒUVRE en Chine, a indiqué avoir SCIENTIFIQUE, QUI BAFOUE


CETTE TECHNIQUE modifé, avec CRISPR-Cas9, le L’ÉTHIQUE ET DONT LES
génome d’embryons humains.
POUR FAIRE NAÎTRE Lulu et Nana, deux petites flles,
JUSTIFICATIONS SONT PEU
ACTUELLEMENT DES BÉBÉS ” seraient nées. CONVAINCANTES ”
(Le Monde, 26 novembre 2018) (Science, 30 novembre 2018)

30 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


actualités

Biologie
Informatique DE L’ADN

Fausses nouvelles, bots et vraie science MITOCHONDRIAL


PATERNEL
Sur Twitter, les programmes autonomes, ou « bots », facilitent la diffusion d’infox. Des généticiens ont
Ils agissent précocement pour garantir une visibilité maximale à leurs messages découvert chez trois
douteux. Une technique décortiquée par des informaticiens américains. familles que l’ADN
mitochondrial était
transmis par la mère,
es fake news, ou infox, deviennent des diffusent massivement des articles avec des mais aussi par le père.

L objets d’étude pour les sciences,


comme le démontrent des chercheurs
indices de fiabilité faibles, c’est-à-dire émis par
des sites connus pour contenir beaucoup d’infox.
Une particularité qui
bouscule le dogme
de l’université de l’Indiana à Bloomington. Ils ont Ils sont donc bien programmés pour accroître la selon lequel l’ADN
étudié l’impact des bots – ces logiciels automa- visibilité d’informations douteuses. Pour ce faire, mitochondrial provient
tiques se faisant souvent passer pour des comptes d’après l’analyse américaine, ils agissent très pré- toujours de la mère.
légitimes et capables d’interagir sur Internet avec cocement au cours de la diffusion du message, S. Luo et al., PNAS, doi:10.1073/
des internautes en chair et en os – sur la diffusion avant que celui-ci ne devienne viral. pnas.1810946115, 2018.
des fausses nouvelles.
Ils ont analysé pendant dix mois, entre 2016 Les comptes influents ciblés

100
et 2017, 14 millions de messages diffusant « Avec cette analyse à grande échelle, ces tra-
400 000 articles sur Twitter, à l’aide de systèmes vaux confirment ce qui avait déjà été exposé de
informatiques permettant de traquer la diffu-
sion des informations sur un réseau et d’identi-
manière théorique, souligne David Chavalarias,
du Centre d’analyse et de mathématiques
MILLIARDS
fier les bots parmi ses utilisateurs (1) . Ils révèlent sociales, à Paris. C’est ce que l’on appelle le prin-
ainsi que les comptes suspectés d’être des bots cipe de dépendance au chemin emprunté. L’idée
que l’on peut renforcer une information au début C’EST LA SOMME, en
de sa période de diffusion. » dollars, que la Banque
Les informaticiens montrent aussi que les bots mondiale consacrera,
sont programmés pour cibler préférentielle- entre 2021 et 2025, aux
ment des comptes influents, c’est-à-dire pays en développement
ceux qui disposent d’une audience large pour qu’ils s’adaptent au
et savent inciter à partager leur mes- changement climatique.
sage. « En cela, ils ne diffèrent pas des www.banquemondiale.org
autres manières de promouvoir arti-
ficiellement un contenu : les comptes
de personnes payées pour diffuser les Diabétologie
opinions de leurs clients (astroturfing) UNE ENZYME CLÉ
et le marketing ciblé », commente le Des médecins de
spécialiste français. Mais les bots sont l’Inserm et de l’université
des outils puissants, qui ne coûtent pas de Toulouse ont montré
cher à leur commanditaire et peuvent que, en bloquant l’action
tweeter 24 heures sur 24… d’une enzyme, la lipase
courtesy Filippo Menczer, indiana university

Enfin, ils apprennent, ou du moins sont pro- hormono-sensible,


grammés, à se faire plus discrets. « Ils sont facile- ils augmentaient la
ment repérables par les plateformes s’ils agissent sensibilité à l’insuline
de manière très automatisée. Ils adoptent alors des cellules graisseuses.
des comportements plus humains et jouent sur Une piste intéressante
Diffusion d’une infox sur Twitter : en bleu, les plusieurs comptes. » De quoi polariser encore pour traiter le diabète
retweets sans doute partagés par un humain ; davantage nos débats démocratiques. de type 2.
en rouge, ceux probablement envoyés par un bot.  Agnès Vernet P. Morigny et al., Nat. Metab.,
tinyurl.com/fake-news-bots (1) C. Shao et al., Nat. Commun., doi: 10.1038/s41467-018-06930-7, 2018. 10.1038/s42255-018-0007-6, 2018.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 31


actualités

Neurosciences
AUTISME : Médecine
UN PARADIGME
ÉBRANLÉ
Réduire les lésions après un AVC
Selon le modèle En traitant la matrice extracellulaire, une équipe française parvient à réduire les
théorique dominant, lésions après un accident vasculaire cérébral (AVC). Pour l’instant testée chez
l’autisme est associé l’animal, cette stratégie pourrait aider les patients à récupérer plus rapidement.
à un déficit des
connexions cérébrales à
longue distance et à une es accidents vasculaires cérébraux Rome. Le produit peut être délivré par voie intra-
augmentation de la
connectivité à courte
L (AVC) résultent, pour 80 à 85 %, de
l’obstruction d’un vaisseau par un
veineuse, sans recourir à des méthodes invasives
d’injections intracérébrales. Et ça marche.
distance. Une étude IRM caillot sanguin. La zone concernée se retrouve Chez des rats auxquels on a administré l’hépa-
remet en cause ce ainsi privée d’oxygène. On parle d’AVC isché- rane sulfate de synthèse une heure après un AVC,
paradigme, révélant mique. Aux urgences, les médecins détruisent le on observe, quatorze jours plus tard, des signaux
une diminution de la caillot le plus rapidement possible pour irriguer de régénérescence neuronale et vasculaire au
connectivité à courte à nouveau l’ensemble du cerveau. Mais cette pri- niveau de la lésion. « C’est un effet de neuropro-
distance. vation transitoire d’oxygène a des conséquences tection. En apportant des facteurs de croissance,
M. A. d’Albis et al., Brain, catastrophiques : les cellules vasculaires qui la reconstruction des vaisseaux dans la zone est
141, 3472, 2018. constituent le réseau sanguin local meurent, et le accélérée, ce qui aide les cellules à retrouver leur
réseau de protéines qui soutient et forme l’envi- fonction plus vite et limite l’étendue de la lésion »,
ronnement des neurones se désagrège. Des cher- explique la neuroscientifique. Chez les rats, c’est
cheurs de l’université de Caen et du CNRS ont visible : les animaux traités ont de meilleures

+ 30 %
décidé de soigner cette matrice extracellulaire. aptitudes sensorimotrices.
« Cela fait longtemps qu’on cherche à cibler la
matrice extracellulaire, mais on manquait d’ou- Premiers essais cliniques en 2019
tils efficaces », explique Claire Rome, neuroscien- Les chercheurs de Caen espèrent débuter les
tifique au Grenoble-Institut des neurosciences. premiers essais cliniques d’ici à la fin de l’an-
DE CAS DE ROUGEOLE
Les biologistes ont employé un biomatériau : ils née 2019. Ce délai très court est possible, car
à travers le monde,
ont utilisé un héparane sulfate de synthèse, poly- l’héparane sulfate est déjà un traitement auto-
entre 2016 et 2017,
saccharide qui peut se fixer à des protéines struc- risé en France pour soigner des plaies graves,
selon un rapport de
turelles extracellulaires, comme le collagène, et comme des ulcères externes ou des escarres.
l’Organisation mondiale
jouer le rôle de réservoir de facteurs de crois- « Si ces résultats sont confirmés en clinique, cela
de la santé.
sance (1) . « Au lieu d’administrer plusieurs compo- pourrait avoir un effet impressionnant chez les
sants de la matrice, ils ciblent un produit qui trans- patients et réduire la phase de récupération post-
A. Dabbag et al., MMWR,
67, 1323, 2018. porte différents facteurs de croissance et concentre AVC », conclut Claire Rome. Agnès Vernet
des nutriments dans la zone lésée », précise Claire (1) Y. Khelif et al., Theranostics, doi:10.7150/thno.28252, 2018.

Médecine ANIMAUX NON TRAITÉS ANIMAUX TRAITÉS


GREFFE D’UTÉRUS
RÉUSSIE
Pour la première fois, une
femme à qui on a greffé
un utérus prélevé chez
une donneuse décédée
a donné naissance à un
enfant. Âgé d’un an, il est
Xavier Laffray/CrreT

en bonne santé.
D. Ejzenberg et al.,
The Lancet, doi:10.1016/S0140- La matrice extracellulaire (en vert) entoure les cellules cérébrales (en bleu). Chez les animaux
6736(18)31766-5, 2018. non traités après un AVC, elle est disloquée. Chez les animaux traités, son organisation est rétablie.

32 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


LA CHRONIQUE Numérique
de Gérard Berry

La simulation, un paradis
pour l’imagination
a simulation informatique est fournit les algorithmes de résolution de Le temps réel s’impose, lui, dans les simu-
L devenue un moyen de choix
pour mieux comprendre et
leurs équations, que l’informatique implé-
mente sur les ordinateurs.
lateurs d’entraînement pour les pilotes
d’avion. La simulation se couple avanta-
maîtriser des phénomènes naturels extrê- Mais l’équation n’est pas toujours le geusement avec la synthèse d’images et la
mement variés. En aéronautique, pion- bon modèle. L’informatique propose réalité virtuelle, autres domaines majeurs
nière du domaine, l’informatisation des des approches très différentes, notam- de l’informatique. Né avec les avions, puis
algorithmes de l’analyse numérique per- ment pour la simulation du vivant. Les les jeux vidéo, ce couplage prend une
met de simuler finement les écoulements modèles logiques d’interactions intro- importance de plus en plus grande : simu-
aérodynamiques, rendant le recours aux duits pour le calcul parallèle et distribués lation des voitures autonomes dans les
maquettes physiques souvent superflu. En par Robin Milner, Prix Turing 1991, sont villes, entraînement des chirurgiens sur
automobile, on simule le comportement ici d’un précieux secours. Ils décrivent des patients numériques…
des voitures, ainsi que les déformations et les systèmes avec des états discrets, entre Un couplage plus récent est celui avec le
leur absorption d’énergie dans des lesquels des transitions sont possibles. Ils traitement de données massives. Diverses
crash tests numériques. En sciences de la industries commencent ainsi à associer,
terre, on simule le climat, la météorologie aux appareils qu’elles fabriquent, des
ou les tremblements de terre… En méde- « doubles numériques », simulateurs
cine, certaines opérations du cœur peuvent embarqués calculant en temps réel au
déjà être préparées en simulation. En bio- Un avantage est côté du système physique et mesurant
logie, on simule qualitativement et quan- que le temps de constamment l’écart entre la simula-
titativement les cartes d’interactions entre tion et les données. De tels jumeaux sont
protéines, qui règlent le comportement de
calcul se disjoint envisagés pour des fermes éoliennes, des
la cellule et celui de certaines horloges bio- du temps propre moteurs d’avions ou d’autres équipe-
logiques. En agriculture, on simule le com- des phénomènes ” ments industriels. Cela permet de détec-
portement des plantes selon les ensoleille- ter rapidement des anomalies, mais aussi
ments et les arrosages. En éthologie, les s’étendent maintenant aux modèles pro- d’améliorer les simulateurs par l’analyse
comportements collectifs d’insectes, babilistes, mieux à même de décrire les des écarts recueillis à l’aide des techniques
oiseaux ou poissons, mais aussi ceux des phénomènes biologiques (1) . d’analyse de données massives et d’ap-
humains, par exemple lors de l’évacuation prentissage automatique.
d’une salle. Bien sûr, l’informatique utilise DANS TOUS LES CAS, l’apport cru- Au total, la simulation est un paradis pour
intensivement la simulation en interne, cial de l’informatique est de remplacer l’imagination. Mais il ne faut jamais oublier
pour mettre au point les circuits électro- la matière et l’énergie des phénomènes à un principe fondamental : elle n’est jamais
niques – car on ne peut pas corriger les simuler par le calcul sur la seule informa- la réalité. Comme on dit aux États-Unis,
bugs après leur fabrication –, pour affiner tion, à l’aide d’algorithmes de traitement pays pragmatique par excellence, « on ne
les algorithmes de propagation de paquets de données. Un avantage majeur est que le trouve pas de pétrole en forant la carte ». n
dans Internet… J’arrête là cette énuméra- temps de calcul se disjoint du temps propre (1) Un exemple de machine biochimique :
tion, qui deviendrait interminable. des phénomènes. On simule ainsi, pour les contraintes.inria.fr/biocham
Quels sont les outils scientifiques à l’œuvre ? accélérer, des collisions de galaxies qui,
Bien sûr, ceux qui permettent de modéli- dans l’Univers, se déroulent sur des mil- Gérard Berry est professeur au Collège de France, membre
InrIa / C.TournIaIre

ser mathématiquement le phénomène en liards d’années. Ou, au contraire, pour les de l’Académie des sciences et médaille d’or 2014 du CNRS.
question, en particulier pour les phéno- ralentir, des repliements de protéines, qui ➔Cette chronique est proposée en alternance avec celle
mènes physiques. L’analyse numérique ont une durée de l’ordre de la milliseconde. de Serge Abiteboul, de l’ENS Paris et Inria.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 37


start-up

Médecine d’urgence a notamment mis au point


un algorithme qui protège les
ORIXHA expérimente l’hypothermie poumons en régulant la circu-
thérapeutique par ventilation liquide lation du liquide, en volume et
pression, pendant leur rem-
Son respirateur liquide permettrait d’abaisser rapidement la température plissage et au cours de la ven-
corporelle d’un patient après un arrêt cardiaque, avec pour but d’améliorer le taux tilation liquide. De son côté,
de survie et de réduire les séquelles. Un premier essai clinique est prévu en 2020. l’équipe française de l’École
nationale vétérinaire d’Alfort
et de l’Inserm (Institut Mon-
n Créée en mars 2018 dor de recherche biomédicale)
n Levée de fonds : exploite le fait que les pou-
prévue en 2019 mons représentent un formi-
n Effectif : 7 fondateurs, dable échangeur thermique ;
pas de salarié la ventilation liquidienne est
de ce fait un moyen très effi-
Lors d’une réanimation, refroi- cace de faire baisser rapide-
dir rapidement le corps d’un ment la température interne
patient ayant subi un arrêt car- du corps humain.
diaque, afin de limiter les dégâts
neurologiques, en lui faisant Ralentir le métabolisme
respirer un liquide froid assu- Lors d’un arrêt cardiaque, les
rant les échanges gazeux : l’idée organes vitaux ne sont plus irri-
peut sembler folle, mais c’est Pour refroidir rapidement un patient, le prototype mis au point gués, leurs cellules manquent
pourtant le projet de la jeune par Orixha utilise du perfuorocarbone, un liquide réfrigéré. d’oxygène et risquent de mou-
pousse Orixha. Elle élabore rir. Après quelques minutes
un respirateur liquide capable aiguë ou pour permettre à des Canada, entament une colla- sans circulation sanguine, les
de réaliser automatiquement plongeurs d’atteindre des pro- boration fructueuse. À l’uni- neurones, notamment, sont en
cette prouesse, l’aboutisse- fondeurs extrêmes. Il s’est avéré versité de Sherbrooke, au danger, et le restent des heures
ment d’une longue collabora- que la technique était épuisante Québec, l’équipe de Philippe après la reprise de la circula-
tion franco-québécoise. et dangereuse, surtout chez un Micheau cherche à appliquer tion sanguine. Placer en hypo-
« La ventilation liquide est une patient conscient et sans assis- cette technique de la ventila- thermie un patient en arrêt
idée ancienne, raconte Renaud tance respiratoire mécanique. » tion liquide aux détresses res- cardiaque permet de ralentir le
Tissier, directeur scientifique Dans les années 2000, deux piratoires sévères chez le nou- métabolisme et de réduire les
de l’École nationale vétérinaire équipes, en France et au veau-né et le prématuré. Elle besoins en oxygène, le stress
d’Alfort et consultant scienti-
fique d’Orixha. Les expériences
de Leland Clark et Frank Gollan, DES LIQUIDES BIEN TOLÉRÉS PAR LES POUMONS
publiées en 1966 dans Science,
montraient déjà que de petits n Les perfluorocarbones (PFC) sont des de perfuorooctyle, par exemple, dissout
mammifères survivaient après molécules semblables aux hydrocarbures, l’oxygène 18 fois mieux que l’eau, et le dioxyde
avoir respiré quelque temps avec des atomes de fuor au lieu des atomes de carbone près de 4 fois mieux. Leur densité,
un perfluorocarbone (PFC) d’hydrogène. Leurs propriétés physico- près de deux fois supérieure à celle de l’eau,
liquide. » « Par la suite, poursuit chimiques particulières leur permettent favorise l’invasion des poumons, tandis que
Renaud Tissier, d’autres équipes dans certaines conditions d’être tolérés par leur viscosité dynamique faible, inférieure à
ont exploré les applications les poumons comme substitut de l’air. Ce celle de l’eau, facilite leur circulation. Enfn,
potentielles de cette découverte sont d’abord de bons transporteurs des gaz ils sont inertes, hautement biocompatibles et
à l’homme, afin de traiter des impliqués dans la respiration : le bromure rapidement éliminés par l’organisme.
cas d’insuffisance respiratoire
Orixha

38 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


oxydatif et l’inflammation. L’is- Robotique
sue neurologique et le pronos-
tic vital s’en trouvent améliorés. IFOLLOW conçoit un robot autonome
L’hypothermie thérapeutique
se pratique habituellement à
pour les entrepôts frigorifques
l’aide de couvertures, cous- Ce chariot circule de manière autonome dans un entrepôt où règne
sins, sacs et autres disposi- une température de -25 °C. En contournant les obstacles, il y transporte
tifs refroidissants externes. les marchandises collectées par le préparateur de commande.
Mais, avec ces techniques,
trois à six heures sont néces- suivre un préparateur de commandes dans un
saires pour obtenir le résul- entrepôt pour transporter les marchandises.
tat souhaité. L’équipe à l’ori- Les deux ingénieurs trouvent des solutions pour
gine d’Orixha a montré qu’il opérer par -25 °C et visent en priorité le marché
était possible, en remplissant délaissé de l’entrepôt frigorifique.
les poumons de PFC réfrigéré, Le prototype se présente comme une base rou-
d’abaisser la température cor- lante motorisée, dotée de deux lidars (capteurs
porelle d’un mammifère de analysant le temps de vol d’un faisceau infra-
90 kg de 5 °C en vingt minutes. rouge tournant) et d’un ordinateur permettant
La publication est en cours. La base roulante motorisée d’iFollow peut à un logiciel de le piloter en toute sécurité. Il se
En France, on déplore environ aller seule jusqu’aux marchandises à charger. localise sur une carte, contourne les obstacles,
46 000 arrêts cardiaques par an. détecte son utilisateur… « L’essentiel n’est pas
Le taux de survie est inférieur incent Jacquemart et Nicolas de suivre le préparateur, mais d’aller de manière
à 5 %. Les meilleurs essais pré-
cliniques réalisés chez l’animal
V Menigoz se sont rencontrés sur le
campus de CentraleSupélec Rennes
autonome jusqu’à la prochaine marchandise à
charger, indique Vincent Jacquemart. Nous tra-
par l’équipe franco-québécoise en 2015. Ils rêvaient de concevoir une valise vaillons sur le contrôle non plus d’un seul, mais
laissent entrevoir la possibi- autonome, capable de suivre docilement son d’une flotte de robots qui collaboreront avec des
lité d’améliorer nettement ce propriétaire. « Nous avons vite compris que préparateurs, affectés à une commande, ou le
chiffre, ainsi qu’une réduction c’était une fausse bonne idée », raconte Vincent cas échéant à une zone. »
des séquelles. Jacquemart, aujourd’hui président d’iFollow. Le La jeune pousse, créée en mars 2017 et installée
La start-up est née en mars 2018 duo décide alors que leur robot suiveur sera un à Gentilly, a levé 1,2 M€ en mai 2018 et emploie
de ces années de collaboration caddie. Mais travailler pour la grande distribu- déjà 15 personnes. Elle doit finaliser début 2019
franco-canadienne. Six cher- tion est une gageure pour une jeune pousse… sa première commande de 15 robots. P. V.
cheurs issus des deux équipes iFollow développe alors un robot capable de n ifollow.fr
initiales ont trouvé un septième
cofondateur et président en la
personne de Fabrice Paublant,
En bref
un entrepreneur doté d’une Le capteur de radioactivité automatiquement la nature tablette, ils offrent le pointage
longue expérience du secteur connecté sur lequel la jeune des radioisotopes. Il existe automatique, grâce à une base
de la santé, puisque cette aven- pousse Icohup, installée à deux modèles : grand public ou de données d’étoiles. L’un se
ture est la sixième pour lui. Limoges, travaille depuis trois pour des usages professionnels. passe d’oculaire mais offre
Le prototype de ventilateur ans est en production. Il décèle n icohup.com une meilleure définition,
liquide donne toute satisfac- les rayonnements gamma et X, Deux télescopes l’autre propose une plus grande
tion dans les expériences pré- et transmet ses données « intelligents » numériques et ouverture, un capteur plus
cliniques. L’équipe va réaliser à une application mobile motorisés sont proposés aux sensible, un œilleton… et de
un modèle homologable et qui les visualise et permet de les astronomes amateurs par la participer à des campagnes
devrait organiser un premier partager et de les cartographier jeune pousse montpelliéraine d’observation organisées
essai clinique en 2020. sur un site dédié. Une Vaonis et la marseillaise par le Search for Extra-
Pierre Vandeginste prochaine version du logiciel Unistellar. Commandés à partir Terrestrial Intelligence (Seti).
Ifollow

n orixha.com devrait reconnaître d’un smartphone ou d’une n vaonis.com et unistellaroptics.com

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 39


coulisses

3 3 questions à
Mds€
Mathias Bernard,
président de l’université Clermont-Auvergne
C’EST L’INVESTISSEMENT
prévu par le gouvernement
allemand d’ici 2025 dans
« Nous voulons 
le domaine de l’intelligence aller vers une 
artifcielle. Cette somme
doit notamment fnancer
science ouverte »
cent chaires universitaires  ’université Clermont-Auvergne
L
et soutenir cinq centres de a choisi de se désabonner
recherche. Le pays entend de grands éditeurs scientifques
aussi mettre en place une en 2018. Pourquoi ?
plateforme de partage de Pour l’éditeur John Wiley & Sons, nous
données du secteur privé. avons préféré passer à un abonnement par demander leur avis, est inacceptable. Le
titre plutôt que de payer pour la collection minimum serait de leur laisser le choix.
complète. De 125 000 € par an, le coût est  a dépendance aux éditeurs est liée à
L
passé à 25 000 €. Mais l’argument n’est pas
7,2 %
l’évaluation de la recherche. Comment
uniquement financier. Mon objectif est la faites-vous évoluer ces pratiques au
mise en œuvre d’un système de diffusion niveau de votre université ?
de travaux de grande qualité, via l’accès En juillet 2018, nous avons signé la Décla-
libre ou la politique éditoriale des univer- ration de San Francisco (Dora), qui remet
DE HAUSSE DU NOMBRE sités et des organismes. notamment en cause l’utilisation abusive
DE BACHELIERS inscrits en  oncernant Elsevier, pourquoi
C du facteur d’impact des revues dans l’éva-
première année de licence craignez-vous la reconduction, luation. Concrètement, nous sommes par-
à l’université, en France, à en 2019, du principe tis sur l’idée de mettre en place non pas
la rentrée 2018, par rapport de « licence nationale » ? des sanctions, mais des mécanismes inci-
à l’année précédente. Ce principe est politiquement incom- tatifs, qui valorisent l’engagement des
Due notamment au boom préhensible. On parle d’universités auto- enseignants-chercheurs dans la science
démographique des nomes, mais le fait de déduire de leur ouverte. Cet engagement pourra être pris
années 2000, cette hausse dotation publique un abonnement à une en compte lors de l’examen de leur dossier
concerne surtout les multinationale privée, sans même leur d’avancement, par exemple.
bacheliers généraux de la série
« économique et social ».

Nominations

1 d
 Dorothée Berthomieu, 
  irectrice de recherche en
recherche pour cinq ans.
Elle est par ailleurs élue
présenter pour un second
mandat en raison d’un conflit
Md€ chimie théorique au CNRS,
devient présidente du conseil
SNCS-FSU au Conseil national
de l’enseignement supérieur
d’intérêts – il est l’époux de la
ministre des Solidarités et de la
scientifique de l’organisme de et de la recherche. Santé Agnès Buzyn.
Franck Boileau/la MonTaGne/MaxPPP - Dr

C’EST LE MONTANT dont Gilles Bloch, président de  Marie-France Bellin, 


le CEA aurait besoin, à moyen l’université Paris-Saclay, est  professeure des universités et
terme, pour assainir son nommé président-directeur praticienne hospitalière des
budget, selon la députée général de l’Institut national de hôpitaux Bicêtre et Paul-Brousse,
LREM Amélie de Montchalin. la santé et de la recherche est la nouvelle présidente du
Pourtant, l’État prévoit médicale (Inserm), à partir du conseil d’administration de
de réduire sa dotation 2 janvier 2019. Il succède à Yves l’Institut de radioprotection et
de 65 M€ d’ici 2020. Dorothée Berthomieu Lévy, qui avait renoncé à se de sûreté nucléaire (IRSN).

40 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Stratégie Lauréat(e)s
ATTIRER PLUS D’ÉTUDIANTS ÉTRANGERS
La politique du gouvernement est discutée Bernard Malissen,
directeur de recherche au
Accueillir 500 000 étudiants de campus à l’étranger. Une CNRS en immunologie,
étrangers en 2027 contre autre mesure fait en revanche est lauréat du Grand prix
320 000 aujourd’hui : c’est débat : la hausse des droits 2018 de la Fondation pour
l’ambition du gouvernement, d’inscription pour les étu- la recherche médicale,
énoncée par le Premier mi- diants non européens, qui doté de 120 000 €.
nistre, Édouard Philippe, en passeront de 170 € à 2 770 € Il est notamment reconnu
novembre dernier, lors des par an en licence, et de 243 € pour ses travaux sur
rencontres universitaires de (master) ou 380 € (doctorat) les lymphocytes T.
la francophonie. L’objectif fait à 3 770 € par an. Nalini Anantharaman,
consensus parmi les acteurs Une mesure d’équité fnancière professeure de
de l’enseignement supérieur, selon le Premier ministre, afn que ne partagent pas nombre mathématiques à
comme certaines des mesures de fnancer l’amélioration des d’acteurs du secteur, dont les l’université de Strasbourg,
prévues : simplifcation des services aux étudiants étran- syndicats étudiants et certains obtient le prix Infosys
procédures administratives, gers, avec des tarifs qui res- présidents d’université, qui y pour les sciences
création de guichets uniques teraient « bien en dessous » voient une mesure discrimina- mathématiques, doté
d’accueil et de services, ou de ceux d’autres pays. Un avis toire, voire contre-productive. de 100 000 $ (87 800 €).
Elle est récompensée
pour ses travaux sur
le « chaos quantique ».
Initiatives Ses découvertes
fondamentales en
DES NOBEL POUR LEVER monde économique », souligne Régis Bello, biologie moléculaire et
DES FONDS président de la fondation. cellulaire des infections
Avec sa campagne Tous Nobels !, la fon- PREMIER CONCOURS POUR valent à Pascale Cossart
dation de l’université de Strasbourg veut LES DOCTEURS À L’ENA de recevoir le prix
lever 50 M€ d’ici 2022. Un slogan qui Le concours spécial d’entrée à l’École Heinrich Wieland 2018
s’appuie sur les dix-huit Prix Nobel, dont nationale d’administration (ENA), réservé et ses 100 000 €.
quatre aujourd’hui en activité, que reven- aux titulaires d’un doctorat, se déroulera Alain Tedgui,
dique l’établissement. Les fonds récoltés pour la première fois fin août 2019. Il sera spécialiste de
doivent permettre d’accélérer les grandes ouvert dans la spécialité « sciences de la l’athérosclérose
découvertes en santé et en chimie, de por- matière et de l’ingénieur ». Il comportera et directeur du Centre
ter des projets pionniers en recherche et en trois épreuves : une épreuve d’admissibi- de recherche
formation « au service de la société », et de lité et deux épreuves d’admission (entretien cardiovasculaire de Paris,
développer les aides et les bourses aux étu- et épreuve orale d’anglais). En 2020, c’est à l’hôpital européen
diants. « Cette campagne est destinée égale- dans la spécialité « sciences humaines et Georges-Pompidou, reçoit
ment à continuer à développer le lien avec le sociales » que l’école recrutera ses docteurs. le Grand prix Inserm.

Universitaires, nous nous polarisons parfois avec


sur une reconnaissance institutionnelle
Bruno Levesque / IP3

et superficielle. La vraie reconnaissance, c’est de


rendre les étudiants épanouis ” education.newstank.fr
Aurélien Barrau, professeur à l’université Grenoble Alpes, à News Tank le 8 novembre 2018 « Le média des acteurs de
l’enseignement supérieur
et de la recherche »

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 41


LA CHRONIQUE Transition énergétique
de Marie Dégremont

Éloge de la sobriété
numérique
es fêtes de fin d’année sont un pour limiter le réchauffement climatique, en Europe. La Chine, qui pose de fortes res-
L moment propice à la généro-
sité, qu’il s’agisse des présents
la tendance observée pour ce secteur est
inverse. Sa part dans la consommation
trictions aux exportations, en est l’un des
principaux producteurs. D’autres, comme
que l’on offre, des repas que l’on prépare, mondiale d’énergie pourrait augmenter la République démocratique du Congo,
ou des décorations et lumières qui viennent de 70 % entre 2013 et 2020 si les tendances sont instables et leurs mines souvent aux
réchauffer les longues nuits d’hiver. C’est actuelles se poursuivent, et ses émissions mains de mercenaires sanguinaires. Par
donc une période d’intense consomma- doubler d’ici à 2025 (2) . C’est 4 milliards de ailleurs, le recyclage de ces métaux est très
tion, d’autant que nous ne réglons pour le smartphones qui sont actuellement en cir- complexe, du fait de leur mélange au sein
moment qu’une partie de la facture. Sous culation, avec un taux de renouvellement des composants et de la miniaturisation
la surface de l’océan d’abondance qui inférieur à deux ans, en particulier dans des objets. Il concerne par exemple moins
miroite devant nos yeux fin décembre, se les pays développés, où ils sont remplacés de 1 % de l’indium, utilisé pour les écrans.
cache en effet la partie immergée de l’ice- par des terminaux de plus en plus élabo-
berg : ce qu’il a fallu exploiter, rejeter, trans- rés. Cela se traduit par une consommation DE FAIT, SUSCITER LE BESOIN de
former pour assurer la magie de Noël. Forer d’énergie accrue, tant lors de l’utilisation nouveaux bijoux high-tech est loin de cor-
plus profondément, extraire des minerais que lors du processus de production. Cette respondre au mode de vie qu’il convient
là où les droits humains sont piétinés, tendance est d’autant plus problématique d’adopter pour limiter l’ampleur des chocs
expulser dans l’atmosphère des milliards que 90 % de la consommation d’énergie énergétiques et environnementaux à venir.
de tonnes de gaz à effet de serre. Janvier se D’autant que, parmi les autres présents que
prêtant à la prise de bonnes résolutions, il nous avons reçus à Noël, il y avait sûrement
faut espérer que l’ivresse de décembre des vêtements et des équipements électro-
motive la sobriété des jours à venir, qui doit ménagers, dont l’empreinte environne-
être durable dans tous les domaines : éner- Les ordinateurs, mentale n’est pas négligeable. Cela incite
gétique, alimentaire, matériel… téléphones, objets à interroger nos besoins, nos pratiques et
nos conventions sociales. Ce qui nous fait
LE CAS DU numérique est à ce titre
connectés causent plaisir, nos attentes réciproques reposent
révélateur. Les smartphones, tablettes et près de 4 % des gaz encore trop largement sur l’exploitation
autres objets connectés auront certaine- à effet de serre ” de ressources épuisables. Nous avons un
ment trouvé une place de choix au pied travail individuel et collectif à réaliser pour
du sapin. Ils représentent à ce jour entre associée a lieu lors de leur fabrication. Cette dépasser ces tabous et transformer nos
6 et 10 % de la consommation électrique étape implique l’extraction de métaux pratiques sociales. Les rires partagés, les
mondiale, et près de 3 % de la consom- comme le cobalt ou l’indium, processus sourires échangés, n’est-ce pas ce que nous
mation finale mondiale d’énergie. S’il très énergivore et polluant. Ces métaux chérirons le plus, de manière durable ? Il est
était un pays, le numérique se classe- étant aussi utilisés par les nouvelles tech- temps de reconnaître l’essentiel. n
rait au troisième rang des nations les nologies de l’énergie, leur consommation (1) BP, tinyurl.com/BP-review-energy, 2018.
plus consommatrices d’électricité, der- totale augmente rapidement. La demande (2) The Shift Project, tinyurl.com/LEAN-ICT, 2018.
rière la Chine et les États-Unis, et devant de ces matériaux dits « critiques », du fait (3) Oakdene Hollins et Fraunhofer ISI, « Study
l’Inde (1) ! Il est responsable de près de 4 % de leur importance pour nos systèmes éco- on Critical Raw Materials at EU Level », 2013.
des émissions mondiales de gaz à effet nomiques, devrait doubler dans les huit à
de serre, soit le double de celles de l’avia- quinze ans (3) . Notre dépendance vis-à-vis Marie Dégremont est chercheuse associée au Centre de
tion civile. À l’heure où la consommation d’eux pose également des problèmes de sociologie des organisations à l’Institut d’études politiques
d’énergie doit être réduite et décarbonée souveraineté : moins de 3 % sont produits de Paris.
DR

42 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


© Edouard Caupeil / Pasco Une collection

Présentée par
HUBERT REEVES

Partez pour un fascinant voyage scientifque


et visuel aux confns de l’Univers

ATLAS DU
COSMOS
Une collection essentielle pour contempler et comprendre
le spectacle du Cosmos. Réalisés par des spécialistes de
l’astrophysique, ces ouvrages accessibles et rigoureux décryptent
l’Univers et donnent un sens à son histoire.

LE VOLUME 1

3 99 ,

SEULEMENT
visuel non contractuel
RCS B 533 671 095

DÈS LE MERCREDI 26 DÉCEMBRE CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX


Et sur www.AtlasDuCosmosLeMonde.fr
P. 46 Le blazar, une source possible
de neutrinos extragalactiques

DESY/SCIENCE COMMUNICATION LAB - EPFL/JAMANI CAILLET - REINOUT VERBEKE

P. 56 Restaurer la marche grâce P. 72 La taille des invertébrés


à un implant électronique s’adapte aux zones urbaines
dossier
FONDAMENTAUX
Des neutrinos éclaircissent le mystère
46 des rayons cosmiques

Un an 50

53
L’angle magique
du graphène

Une lentille qui en voit


de toutes les couleurs

de 54 Et aussi…

SCIENCE
ALFRED PASIEKA/SCIENCE PHOTO LIBRARY/COSMOS - BENCE VIOLA, MAX PLANCK INSTITUTE FOR EVOLUTIONARY ANTHROPOLOGY - INGRAM/BSIP

HUMAIN ET TECHNIQUES SANTÉ ET ENVIRONNEMENT


Stimuler la moelle épinière, Les greffons de demain
56 ça marche ! 68 naissent in vitro

Comment le cerveau La ville, un problème


60 élimine ses déchets 72 de taille pour les invertébrés

Denny, symbole du rôle de la génétique Des moustiques mutants


62 dans l’étude de la préhistoire 74 contre le paludisme

Une maladie du sang corrigée


66 Et aussi… 76 par thérapie génique

79 Et aussi…

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 45


dossier Un an de science • Fondamentaux

Des neutrinos
éclaircissent le mystère
des rayons cosmiques
Grâce au travail coordonné d’une vingtaine d’observatoires
astronomiques, les scientifiques soupçonnent un blazar, trou noir
au centre d’une galaxie très active, d’être la source de neutrinos
extragalactiques. Un résultat qui marque une avancée vers
la compréhension des rayons cosmiques de haute énergie.

U
n minuscule passage fugace des neutrinos, ces guette IceCube dans la glace pure
neutrino peut particules neutres de masse lillipu- de l’Antarctique. Ses 5 160 cap-
cacher bien des tienne, dont il existe trois familles teurs de lumière sont en effet sou-
choses. Il semble différentes (lire l’encadré p. 48). terrains. Ils se trouvent attachés le
p o u r t a n t n’ y Très rarement, un neutrino peut long de 86 lignes, telles des perles
avoir aucune heurter le noyau d’un atome de sur 86 colliers, qui plongent ver-
commune mesure entre cette par- matière d’une épaisse couche ticalement de la surface jusqu’à
ticule quasi indécelable, qui n’inte- de glace et arrêter sa course. Il une profondeur de 2 450 m dans
ragit que très peu avec la matière, donne alors naissance à une des trous creusés dans la glace.
et les colosses que sont les blazars, particule chargée qui prend le L’envergure totale s’élève à 1 km3.
ces noyaux actifs de galaxies connus relais. Cette dernière se déplace
pour faire partie des sources de très vite, plus vite que la lumière Le laboratoire Sillage bleuté d’un muon
rayonnement les plus puissantes de dans la glace – mais moins que la IceCube, situé sur la Le 22 septembre 2017 à 20 heures
l’Univers. Mais une enquête menée lumière dans le vide. À la différence base Amundsen-Scott, 54 minutes (UTC), un sillage bleuté
en coopération par plusieurs cen- du neutrino qui n’interagit pas via la à proximité du pôle caractéristique du passage d’un
taines de scientifiques, grâce à force électromagnétique, une parti- Sud, collecte les muon est enregistré. Il s’agit donc
données des capteurs
des détecteurs de particules et des cule chargée laisse, dans ces condi- de la signature d’un neutrino muo-
dans la glace, qui
télescopes sensibles à toutes les tions, un cône de lumière bleutée nique, l’un des trois types de neutri-
tentent de saisir le
longueurs d’onde, sur Terre et dans sur son passage. C’est cette faible passage des neutrinos. nos. Rien d’étonnant a priori : les
l’espace, a réussi à faire ce lien entre lueur, dite lumière Tcherenkov, que neutrinos interagissent peu avec la
l’infiniment petit et l’infiniment matière, mais sont omniprésents !
grand (1) . Il constitue une avancée Ils peuvent par exemple être créés
pour comprendre comment, dans
Contexte D’où viennent les rayons cosmiques, dans l’atmosphère terrestre, lors de
l’Univers, des particules peuvent être les particules de très haute énergie qui arrivent sur Terre ? l’arrivée de rayons cosmiques, ces
Erik BEisEr / icEcUBE / NsF

accélérées à des énergies inouïes, Des phénomènes extrêmes dans l’Univers lointain, des particules énergétiques venues du
surpassant de loin ce qu’il est pos- fusions d’étoiles à neutrons ou des trous noirs très ac- cosmos. Plus de 99 % des neutrinos
sible de réaliser sur Terre. tifs sont suspectés mais, comme les rayons cosmiques détectés par IceCube sont de ce type
Situé sur la base Amundsen-Scott, à sont déviés par les champs magnétiques de l’Univers, et forment un bruit de fond. Mais
proximité du pôle Sud, l’instrument aucune source n’a encore pu être directement identifée. l’énergie déposée par ce muon se
IceCube a été construit pour saisir le monte à 24 téraélectronvolts (TeV)

46 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Au centre d’un blazar, un jet de particules, dont des neutrinos, émane du trou noir d’une galaxie très active (dessin d’artiste).

environ. Cela signifie que le neutrino Si IceCube mérite son nom de téles- IceCube transmet donc automati-
initial était de haute énergie : quelque cope à neutrinos, ce sont désor- quement son alerte à un ensemble
290 TeV. Pour comparaison, au sein mais d’autres télescopes plus clas- d’observatoires partenaires, sous
du plus grand accélérateur de par- siques qui se joignent à l’enquête. forme de mail formaté, lisible par les
ticules construit sur Terre, le Grand Car le phénomène astrophysique machines. « Quand cela leur est pos-
collisionneur de hadrons, les pro- qui aurait produit ce neutrino a sible, les observatoires pointent alors
tons sont lancés au maximum à également dû envoyer d’autres dans la direction indiquée. »
13 TeV. Avec une énergie vingt fois messagers. Par exemple, des rayons IceCube avait déjà signalé par le
supérieure, ce neutrino n’a peut- gamma, qui sont des photons de passé le passage de neutrinos de
être pas été créé dans l’atmosphère haute énergie (2) , une dizaine en
et proviendrait des confins de l’Uni- tout, mais aucun autre signal pro-
vers. Or, en passant dans le détec-
IceCube transmet son bant n’avait été détecté par les dif-
teur, le muon a successivement illu- alerte automatique à des férents observatoires. Dans le cas
miné les capteurs selon une trace présent, certains instruments
qui permet de reconstruire sa direc- observatoires partenaires n’ont rien détecté en pointant vers
tion d’arrivée. À ces énergies-là, les la direction indiquée. Ainsi, HESS,
scientifiques savent que le neutrino haute énergie. « Il est extrêmement un ensemble de télescopes gamma
DESY/SciEncE communication Lab

initial avait quasiment la même, ils difficile d’imaginer un mécanisme situés en Namibie, a tenté une obser-
ont ainsi accès à la direction d’ori- physique qui fabrique des neutri- vation seulement quatre heures
gine du neutrino dans le ciel avec nos sans produire dans le même après l’alerte. Rien n’a été capté,
une précision inférieure à 1°. Une temps des rayons gamma », explique mais les conditions météorolo-
alerte automatique est donc lan- Mathieu de Naurois, astrophysicien giques n’étaient pas favorables. Idem
cée, 43 secondes seulement après au CNRS, au laboratoire Leprince- pour le réseau Veritas, en Arizona,
la détection du muon. Ringuet, à l’École polytechnique. douze heures après le passage

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 47


dossier Un an de science • Fondamentaux

du neutrino. « Heureusement, des rayons gamma, bien que, situés


dans le cas de neutrinos de haute au sol, les télescopes Magic ne les
énergie, les sources que l’on soup- détectent pas directement, car les
çonne peuvent rester actives et visibles rayons gamma sont absorbés dans
sur de longues durées, contrairement l’atmosphère. Mais les particules
aux sursauts gamma (*) , qui sont très secondaires qu’ils créent produisent
brefs », poursuit Mathieu de Naurois. une lumière Tcherenkov, analy-
Le satellite Fermi est le premier à sée par ces télescopes. Le rayonne-
exhiber un indice, le 28 septembre. ment gamma reçu par Magic est
Ce satellite de la Nasa capte les de plus haute énergie que celui de
rayons gamma du cosmos avec Fermi (jusqu’à 400 GeV). Et d’autres
un grand champ de vue et balaie la observatoires, tels Subaru, à Hawaï,
quasi-totalité du ciel en trois heures ou le satellite NuStar, ont collecté les
seulement. À l’intérieur de la petite émissions de cet endroit du ciel à
zone délimitée par IceCube, à d’autres longueurs d’onde (ondes
0,1° de la direction supposée du radio, lumière visible, rayons X…).
neutrino, Fermi remarque une Tous remarquent une grande varia-
source gamma particulièrement Les capteurs de lumière de l’instrument IceCube sont bilité dans les courbes de lumière,
active. Baptisé TXS 0506+056, il attachés le long de lignes dans des trous creusés dans la glace. caractéristique d’un flamboie-
s’agit d’un blazar éloigné de 4 mil- ment de blazar.
liards d’années-lumière, dans L’étude des observations des mois
la direction de la constellation passés a montré que ce blazar bril- Trajet en ligne droite
d’Orion. C’est un noyau de galaxie lait de plus en plus depuis avril 2017. Le neutrino d’IceCube peut-il vrai-
très actif. Il héberge en son centre Ce flamboiement, qui peut s’étaler ment provenir de ce blazar particu-
(*) Les
sursauts
un trou noir, lequel attire la matière gamma sont des flashs sur plusieurs mois, se produit régu- lier ? « Ce ne serait pas une surprise,
autour de lui. Celle-ci s’enroule, s’ac- ponctuels brillants lièrement dans les noyaux actifs, car nous avions déjà des modèles
célère, et une partie est expulsée en constitués de photons conduisant à des émissions plus théoriques qui prédisaient une pro-
jet très puissant. Lorsque la Terre gamma. Les plus courts intenses. Il s’agit néanmoins ici du duction abondante de neutrinos
se trouve dans la ligne de visée de durent moins de deux flamboiement le plus important de lors de flamboiements de blazars »,
secondes.
ce jet, le noyau actif prend le nom TXS 0506+056 analysé par Fermi. Ce affirme Kumiko Kotera, astrophy-
de blazar. « Nous en connaissons satellite n’a pas été le seul à récolter sicienne des hautes énergies à l’Ins-
quelques milliers, dont une petite des informations : les deux téles- titut d’astrophysique de Paris. Les
centaine à très haute énergie », sou- copes Magic, aux Canaries, ont blazars fonctionneraient en effet
ligne Mathieu de Naurois. TXS perçu un signal en provenance de comme de gigantesques accéléra-
0506+056 était déjà connu et avait la même direction, quelques jours teurs de particules, en particulier de
été observé par le satellite Fermi. après Fermi. Ce sont également protons et autres noyaux atomiques
– les rayons cosmiques. À l’intérieur
du blazar, ceux-ci peuvent interagir
UNE PARTICULE OMNIPRÉSENTE avec de la lumière et de la matière
pour produire des particules secon-
Il existe trois types de neutrinos : électronique, en interagissant avec la lumière ou la matière daires, tels des photons gamma ou
muonique et tauique. Ils apparaissent sur Terre environnante, des protons ou d’autres noyaux des neutrinos. Ces derniers se pro-
par la radioactivité naturelle ou lors de l’arrivée plus lourds donnent naissance à une ribambelle pagent en ligne droite, contraire-
de rayons cosmiques dans l’atmosphère. On en de nouvelles particules, dont des pions, lesquels ment aux rayons cosmiques char-
crée aussi artifciellement dans les centrales se désintègrent ensuite en produisant notam- gés électriquement, lesquels sont
nucléaires et les accélérateurs de particules. ment des neutrinos. Les neutrinos possèdent défléchis par les champs magné-
IcecUbe collaboratIon/nSF

Enfn, des neutrinos sont produits dans l’espace, une masse. Plus précisément, il existe trois tiques baignant le cosmos.
au cœur du Soleil ou plus loin dans l’Univers, états de masse des neutrinos. Ces masses sont Alors qu’on ne peut pas identifier
dans les supernovæ ou à proximité de trous très faibles, mais leur valeur exacte demeure l’origine de ces rayons cosmiques
noirs de galaxies très actives, par exemple. Dans inconnue. Il s’agit d’une autre énigme de la chargés lorsqu’on les reçoit sur
chacun des cas, le mécanisme est similaire : physique contemporaine. Terre (lire p. 49), le neutrino est un
témoin direct, inaltéré, du cœur de

48 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


3 questions à Kumiko Kotera
« Plusieurs projets sont en préparation
pour détecter des neutrinos de 1018 eV »
ASTROPHYSICIENNE spécialiste Si nous voulions les produire artificiellement, 3 000 km². Environ deux rayons cosmiques
des rayons cosmiques de haute il faudrait un accélérateur de particules de la de ultra-haute énergie y sont donc détectés
énergie, Kumiko Kotera travaille taille de notre Galaxie ! L’origine de ces parti- chaque mois.
à l’Institut d’astrophysique de Paris. cules est un mystère depuis les années 1960. Qu’apporte
 l’annonce de la
On suppose qu’ils viennent d’autres galaxies. collaboration IceCube ?
Que sont les rayons cosmiques ? Pourquoi est-ce un mystère ? Si le lien entre la détection d’IceCube et le
Ce sont des particules qui bombardent en Le mystère de l’origine des rayons cosmiques blazar TXS 0506+056 se confirme, ce serait
permanence l’atmosphère terrestre. Ce fait a est dû au fait qu’ils sont déviés par les champs alors une première et cela marquerait le
été confirmé, dès 1912, par les expériences de magnétiques durant leur trajet jusqu’à nous. début de l’astronomie avec des neutrinos
mesure de l’ionisation de l’atmosphère réa- La valeur de ces champs galactiques et inter- de haute énergie. Un tel neutrino n’a pu être
lisées en ballon par le physicien autrichien galactiques est faible, mais les distances phé- produit que par un rayon cosmique « père »,
Victor Hess. Leur nature était inconnue à noménales parcourues par ces particules font accéléré à l’intérieur de la source à une éner-
l’époque et nous savons aujourd’hui qu’ils que leur direction d’arrivée sur Terre ne cor- gie vingt fois supérieure à celle du neutrino,
n’ont de rayons que le nom. Ce sont en réa- respond pas du tout avec celle qu’elles avaient soit 1017 eV. Ce ne sont pas les rayons cos-
lité essentiellement des noyaux atomiques. au départ. Même si, plus l’énergie des parti- miques les plus énergétiques, mais c’est déjà
Parmi eux, les noyaux d’hydrogène – les cules est grande, moins elles sont déviées, colossal. L’avantage des neutrinos est qu’ils
protons – sont les plus nombreux. Mais des aucune source de rayons cosmiques de se déplacent en ligne droite et peuvent nous
noyaux plus lourds peuvent aussi faire partie ultra-haute énergie n’a encore été directe- renseigner directement sur la source. Réussir
des rayons cosmiques. Les particules de plus ment identifiée. Sur une surface terrestre de à détecter des neutrinos de 1018 eV constitue
basse énergie proviennent du Soleil. Celles de 1 km2, il tombe en moyenne un rayon cos- le défi à relever à l’avenir si l’on veut éclair-
moyenne énergie sont vraisemblablement mique de ultra-haute énergie par siècle. Cette cir le mystère des rayons cosmiques. Plu-
issues de phénomènes qui ont eu lieu dans quantité est bien sûr beaucoup plus impor- sieurs projets sont en préparation, tel ARA,
notre Galaxie, comme d’anciennes explo- tante pour des particules d’énergie inférieure. en Antarctique ou Grand (pour Giant Radio
sions de supernovae. Mais nous recevons Sur Terre, le principal lieu de détection de ces Array for Neutrino Detection), qui pourrait
également des rayons cosmiques de haute, particules est l’observatoire Pierre-Auger, en être installé en Chine à partir de 2025. n
voire de ultra-haute énergie, jusqu’à 1020 eV. Argentine, où des capteurs sont dispersés sur Propos recueillis par Sylvain Guilbaud

ses accélérateurs cosmiques, dont et le blazar-accélérateur cosmique. détecter d’autres neutrinos associés
le fonctionnement reste mal com- Se pourrait-il quand même que le à un flamboiement de blazar pour
pris. Un autre signe, surgi du passé, blazar soit innocent ? Si le neutrino corroborer ce résultat. » En attendant
conforte l’association entre ce venait d’une autre source ou s’il était la confirmation du verdict, ce travail
neutrino du 22 septembre 2017 et dû au bruit de fond, le lien ne serait est un nouvel exemple de la montée
le blazar TXS 0506+056. Les scien- alors que pure coïncidence. La pro- en puissance de l’astronomie multi-
tifiques de la collaboration IceCube babilité que cela soit le cas est faible messager, laquelle observe un même
ont fouillé leurs archives. Comme (moins de 1 chance sur 400), mais phénomène astrophysique grâce à la
on l’a dit, IceCube détecte énormé- cela reste un peu trop pour que les POUR EN lumière (dans toutes ses longueurs
ment de neutrinos, dont beaucoup physiciens parlent de « découverte ». SAVOIR PLUS d’onde), des particules de matière
sont du bruit de fond. Quelques D’une part, les neutrinos détectés en nF. Daigne et M. Barsuglia, ou des ondes gravitationnelles,
aiguilles dans une botte de foin 2014-2015 ne sont pas associés à une « Bienvenue dans l’ère de comme ce fut le cas l’année der-
peuvent passer inaperçues. Mais, phase de flamboiement indéniable l’astronomie multimessager », nière lors de l’observation de la pre-
en scrutant les données concer- de TXS 0506+056. D’autre part, les La Recherche n° 531, mière fusion d’étoiles à neutrons. Le
nant le coin précis du ciel où se modèles préexistants d’émission janvier 2018, p. 50. neutrino n’est que l’un des témoins
niche le blazar, les chercheurs ont des blazars ont du mal à expliquer nicecube.wisc.edu qui ont des révélations à nous faire
découvert une dizaine de neutri- le détail des combinaisons des dif- Le site de la collaboration sur l’Univers. n Sylvain Guilbaud
nos, arrivés entre septembre 2014 férents signaux captés. « Les rayons X IceCube. (1) IceCube Collaboration et al., Science,
et mars 2015, qui se détachent mesurés sont difficiles à modéli- 361, 146, 2018.
Jean Mouette

du bruit de fond (3) . Tout un fais- ser en même temps qu’une émis- (2) M G. Aartsen et al., Science, 342,
ceau d’indices semble confirmer sion de neutrinos, explique Kumiko 1242856, 2013.
le lien entre le neutrino d’IceCube Kotera. Il faudra dans le futur (3) IceCube Collaboration, Science, 361, 147, 2018.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 49


dossier Un an de science • Fondamentaux

L’angle magique
du graphène
Un siècle après la découverte de la supraconductivité avec le mercure, une équipe
américaine ajoute un nouveau matériau n’opposant pas de résistance au passage
du courant. Un supraconducteur dont les propriétés découlent de la géométrie :
deux feuilles de graphène superposées, tout en faisant un angle de 1,1°. Il pourrait
trouver des applications dans la métrologie ou l’informatique quantique.

C
est une nou- au passage du courant dès que sa l’effet d’une attraction provoquée

’ velle ère qui


vient de s’ou-
vrir. « Une
expérience
très difficile
température descend en dessous de
4,19 kelvins (K), soit environ -268 °C
– ce seuil est appelé « température
critique ». D’autres matériaux sui-
vront, tous métalliques. « On définit
par un échange de phonons, des
quanta d’énergie associés à la vibra-
tion des atomes. Cet appariement
fait que le courant électrique circule
sans rencontrer de résistance.
à réaliser et une découverte remar- aujourd’hui la supraconductivité Dans les années 1980, une nou-
quable », se félicite Kamran Behnia,
de l’École supérieure de physique et
par la présence de deux propriétés,
résume Rebeca Ribeiro, qui vient -270 °C velle famille de matériaux supra-
conducteurs fait son apparition : les
de chimie industrielles de la ville de d’intégrer le CNRS, au Centre de cuprates, dont la température cri-
Paris. À l’Institut de technologie du nanosciences et de nanotechnolo- tique grimpe jusqu’à 138 K (environ
Massachusetts (MIT), un groupe gies, à Palaiseau. Il s’agit de l’absence -135 °C). C’est l’un de ces matériaux,
conduit par Pablo Jarillo-Herrero a de résistance au passage du courant ENVIRON, SOIT un arrangement complexe de cuivre,
présenté, en mars dernier dans la et l’expulsion de tout champ magné- 3 KELVINS : c’est la d’oxygène, de bismuth, de strontium
revue Nature, un nouveau supra- tique à l’intérieur du matériau, ce que température critique et de calcium, qui est utilisé dans des
conducteur. Superposées avec un l’on appelle l’effet Meissner. » du matériau câbles électriques refroidis à l’azote
angle de 1,1° – si particulier qu’il est Les causes de ce phénomène supraconducteur liquide dans le Grand collisionneur
qualifié de magique –, deux minces restent obscures jusqu’en 1957 et constitué de la de hadrons du Cern, près de Genève.
feuilles de graphène se comportent la formulation d’une théorie, bap- superposition de Mais les cuprates ne répondent pas
comme un isolant ou un supra- tisée depuis « BCS », par les Amé- deux feuilles aux exigences de la théorie BCS : ce
conducteur selon la tension élec- ricains John Bardeen, Leon Neil de graphène. sont ce que l’on appelle des supra-
trique qu’on leur applique (1) . « Un Cooper et John Robert Schrieffer : à conducteurs non conventionnels,
matériau dont on espère qu’il aidera très basse température, les électrons dont le principe reste mystérieux.
à comprendre, enfin, les mécanismes des métaux forment des paires, sous
mystérieux de la supraconductivité Basse température critique
dans d’autres contextes », explique Depuis, d’autres matériaux ont
Kamran Behnia.
Contexte Depuis la première synthèse du permis de franchir de nouveaux
L’histoire de la supraconducti- graphène, en 2004, par Andre Geim et Konstantin caps, mais dans des conditions de
vité démarre très précisément le Novoselov, ce matériau de l’épaisseur d’un atome fait pression – proches de celles qui
8 avril 1911, quand le physicien l’objet d’une intense activité de recherche. Un engoue- règnent au centre de la Terre – telles
néerlandais Heike Kamerlingh ment dû à ses propriétés électroniques exceptionnelles, qu’aucune application pratique ne
Onnes observe que le mercure, un dont on découvre le potentiel chaque jour un peu plus. semble envisageable, en tout cas pas
métal, n’oppose plus de résistance pour dénicher le graal, un matériau

50 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Le graphène, cette feuille de carbone dont les atomes sont arrangés sous forme de cellules hexagonales (illustration), est solide et fexible.

capable de transporter sans perte simplicité étonnante sur le papier : en faire des câbles électriques.
l’électricité de nos centrales. Il y a le graphène est une feuille de car- « Nos expériences sur les bicouches
par exemple le sulfure d’hydrogène, bone dont les atomes sont arrangés de graphène sont désormais routi-
détenant, depuis 2015, le record de sous forme de cellules hexagonales, nières, sourit Pablo Jarillo-Herrero.
supraconductivité à haute tempé- et dont l’épaisseur ne dépasse pas Nous avons pu étudier toutes sortes de
rature avec -70 °C (environ 200 K) celle d’un atome, environ 500 pico- configurations. » Le groupe publiera
quand il est soumis à 1,5 million mètres (*) . Proposée en 2006 par prochainement ses nouveaux résul-
de fois la pression atmosphérique. deux chercheurs britanniques, la tats : la supraconductivité s’observe
Il pourrait être battu par un com- superposition de deux feuilles de entre 1° et 1,2° – deux valeurs qui
posé d’hydrogène et de lanthane, graphène légèrement décalées (*) Un picomètre encadrent l’angle magique prévu
présenté en août 2018 sur la plate- l’une par rapport à l’autre provoque est égal à 10-12 mètre. par la théorie – et une hausse de la
forme de prépublication en ligne un phénomène de moiré (*) . « Ils (*) Le moiré est l’effet pression augmente légèrement la
arXiv ; selon les auteurs de l’article, avaient prédit que, pour un angle de contraste qui résulte température critique.
leur matériau reste supraconduc- de 1,1°, de fortes interactions appa- de la superposition de deux À l’université Columbia, à New York,
réseaux à mailles régulières.
teur à près de 7 °C (280 K), mais à une raîtraient entre les électrons des le groupe de Cory Dean a confirmé,
pression deux fois plus élevée (2) .
ALFRED PASIEKA/SCIENCE PHOTO LIBRARY/COSMOS

deux feuilles de graphène, sans pou- fin août, la supraconductivité et


Alors que les théoriciens désespèrent voir dire leurs effets, explique Pablo l’existence de l’angle magique de
de décrire le comportement de ces Jarillo-Herrero. Nous avons décou- 1,1° (3) – des travaux qui, selon nos
matériaux supraconducteurs, l’an- vert qu’à cet angle, le matériau se informations, apparaîtront bientôt
nonce du MIT est une excellente comporte soit comme un isolant, soit dans Science. « C’est une excellente
nouvelle. « C’est la découverte de l’an- comme un supraconducteur, suivant nouvelle », indique Javier Villegas, de
née en physique des matériaux ! », se la tension électrique appliquée. » l’équipe de recherche CNRS-Thales,
réjouit Mark Oliver Goerbig, du Ce supraconducteur versatile est à Palaiseau. « Le groupe de Columbia
CNRS, à Orsay. Complexe et délicate une première. Mais sa température est allé plus loin qu’une simple confir-
à réaliser, l’expérience du groupe critique de 3 K (environ -270 °C) mation, souligne Rebeca Ribeiro,
de Pablo Jarillo-Herrero est d’une est hélas trop faible pour espérer rentrée il y a quelques mois d’un

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 51


dossier Un an de science • Fondamentaux

postdoctorat effectué dans cette faible pour expliquer la supracon-


équipe. Leurs mesures de l’influence ductivité. Quant au graphène du
de la pression sur la température cri- MIT, on ne sait pas encore s’il y est sen-
tique montrent que les interactions sible. Nous n’en sommes qu’au début !
entre les deux feuilles de graphène Peut-être découvrira-t-on qu’il existe
se renforcent quand on réduit la dis- d’autres angles magiques avec une
tance qui les sépare. » température critique plus élevée de
On en sait encore très peu sur la quelques degrés. »
physique de ce nouveau matériau.
« Depuis le printemps, une centaine Paramètres modifiables
de travaux théoriques ont été publiés Pour l’instant, les recherches dans
ou prépubliés, mais aucun ne permet forme de graphène dispose d’atouts Suivant la tension ce nouveau domaine sont l’apanage
de dire s’il s’agit d’un supraconduc- pour les physiciens. « Elle n’est formée électrique appliquée, de quelques laboratoires américains
teur conventionnel ou non conven- que d’un seul type d’atomes et ne pré- les deux feuilles de – en particulier, le MIT et les universi-
graphène décalées
tionnel », insiste Rebeca Ribeiro. sente pas la complexité structurelle et d’un angle de 1,1° se tés Columbia et de Californie à Santa
« Cette forme de graphène présente chimique des cuprates, ce qui devrait comportent comme Barbara. Mais cela devrait changer,
des similitudes avec les cuprates, mais faciliter sa modélisation », se réjouit un isolant ou comme puisque Rebeca Ribeiro espère mon-
aussi des différences, ajoute Kamran Kamran Behnia. « De plus, il y a un supraconducteur. ter une équipe à Palaiseau, avec les
Behnia. Dans les deux cas, le supra- moins d’électrons qui participent à financements français et européens
conducteur est en voisinage immé- la supraconductivité dans la double qu’elle a demandés. « Nous utili-
diat d’un état isolant. Mais tandis couche de graphène. Mais cela n’est serons un autre procédé. L’angle de
que, dans les cuprates, on sait que pas pour autant un problème tri- moiré sera réglable in situ et non figé
cet état isolant est magnétiquement vial », ajoute Javier Villegas. au moment de la fabrication, comme
ordonné, il n’y a pas d’évidence de la « On a pu vérifier dans les métaux c’est le cas pour le moment. » Cette
présence d’un magnétisme dans l’état supraconducteurs que ce sont bien fois, presque tous les paramètres
isolant de la bicouche de graphène ; les vibrations du réseau qui jouent le seront modifiables en cours d’ex-
dans ce cas, la formation des paires rôle de colle entre électrons, ce qui les périence : un objet idéal pour mieux
d’électrons pourrait – comme dans rend libres de se déplacer sans résis- comprendre la supraconductivité.
les métaux – être la conséquence tance, rappelle Mark Oliver Goerbig. Comme les cuprates, ce graphène
d’une interaction provoquée par les Cet effet de phonons est observé aussi devrait trouver des débouchés rapi-
phonons. » Quoi qu’il en soit, cette dans les cuprates, mais il est trop dement, sans même que sa descrip-
tion théorique ait été réalisée. La
métrologie et la physique quantique
UNE PREMIÈRE APPLICATION INATTENDUE sont particulièrement concernées.
« On pourrait s’en servir pour faire
Le graphène est un conduc- étudiants de l’université McGill, des capteurs ultrasensibles de ten-
teur électrique, fexible, d’une au Canada, ont mis au point sion électrique, ce qui aidera à préci-
solidité à toute épreuve et un des membranes sonores en ser la valeur de la constante de Planck
excellent conducteur de cha- graphène oxydé. Un maté- utilisée pour la nouvelle définition du
leur. Des propriétés qui attisent riau qui semble offrir une kilogramme, adoptée mi-novembre
l’imagination. Il fait ainsi l’objet sensibilité et une réponse en à la Conférence générale des poids et
d’un ambitieux programme eu- Le graphène va être utilisé fréquence exceptionnelles, et mesures », souligne Rebeca Ribeiro.
ropéen, un FET Flagship lancé dans la fabrication de casques dont le rendement élevé limite Ce matériau pourrait aussi inté-
Pablo Jarillo-Herrero et al. / Mit - ora

en 2013, doté d’un budget de


hi-f, pour un son amélioré. la consommation d’énergie. resser les utilisateurs de jonctions
1 Md€ sur dix ans. Ce projet capacité, écrans ou puces élec- Après une campagne de f- Josephson, composants utilisés pour
met l’accent sur les proprié- troniques fexibles, cellules nancement participatif réussie construire des bits quantiques desti-
tés électriques du graphène, solaires… « La première ap- – plus de 660 000 € récoltés –, nés à de futurs supercalculateurs. n
puisque certains y voient un plication concrète du graphène leur entreprise, ORA, devrait Denis Delbecq
matériau miracle pour de arrive d’un autre univers », livrer ses premiers casques (1) Y. Cao et al., Nature, 556, 43, 2018 ;
nouvelles générations de sourit Mark Oliver Goerbig, du hi-f sans fl début 2019. Y. Cao et al., Nature, 556, 80, 2018.
composants : batteries à haute CNRS, à Orsay : deux anciens www.ora-sound.com (2) M. Somayazulu et al., arXiv:1808.07695, 2018.
(3) M. Yankowitz et al., arXiv:1808.07865, 2018.

52 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


dossier Un an de science • Fondamentaux

Une lentille qui en voit


de toutes les couleurs
Léger, très fin, composé d’une surface plane et nanostructurée, le dispositif
optique mis au point par des physiciens d’Harvard est le premier capable
de focaliser en un même point toutes les couleurs du spectre lumineux visible.

L
es technologies classique, les lentilles subissent 600 nm de hauteur, mais dont les
évoluent, se minia- deux types d’aberrations : une aber- autres dimensions (épaisseur et
turisent. Toutes, ration sphérique – les rayons lumi- longueur) sont variables – ont été
sauf les lentilles. neux passant par le bord et le centre disposés, individuellement ou par
Celles-ci sont tou- du dispositif ne focalisent pas au paire, en respectant un espacement
jours des morceaux même point – et une aberration régulier de 400 nm entre chaque
de verre épais, de forme sphérique chromatique – les rayons lumineux entité (l’écart entre chaque pilier
et incurvée, dont les procédés de de différentes longueurs d’onde tra- d’une paire, lui, est de 60 nm) et des
fabrication ont peu changé depuis versant un matériau en un même angles de rotation précis les unes
le XIXe siècle. L’équipe de Federico point le font à des vitesses diffé- 500 nanomètres par rapport aux autres. En faisant
Capasso, à l’université Harvard, rentes et ne focalisent donc pas en varier ces paramètres – dimen-
travaille à une nouvelle généra- même temps en cet endroit précis. Grâce à la sions, appariement ou non, espace-
tion de ces dispositifs optiques : confguration de la ment, angle de rotation –, les phy-
des métalentilles. Le premier com- Structure en nanopiliers métalentille, où les siciens ont réglé le comportement
posant de ce type a été présenté en La métalentille de 2016 avait déjà paires de nanopiliers de chaque duo de nanopiliers,
2016. De surface presque plane, il résolu le problème de l’aberration (vus de dessus) sont de manière qu’ils produisent des
orientées de façon
était constitué de tours nanomé- sphérique, mais elle n’était capable retards différents pour la lumière
particulière, toutes
triques de dioxyde de titane, dispo- de corriger celui de l’aberration qui les traverse, en fonction de sa
les longueurs d’onde
sées selon des motifs particuliers ; chromatique que pour trois cou- atteignent le point longueur d’onde. Ils ont ainsi rendu
chaque motif permettait la foca- leurs du spectre visible. Celle de focal en même temps. possible le fait que toutes les lon-
lisation d’une longueur d’onde 2018, qui reste une preuve de gueurs d’onde atteignent le point
visible différente (1) . concept, y parvient pour toutes les focal en même temps.
Cette fois, la métalentille conçue longueurs d’onde comprises entre L’efficacité encore relative – autour
par le groupe réalise une perfor- 470 et 670 nanomètres (nm), soit la de 20 % – du prototype résulte-
mance inédite : elle focalise presque presque totalité du spectre visible. rait d’erreurs de fabrication ou de
toutes les couleurs du spectre Comment ? Federico Capasso et couplage entre les éléments de la
lumineux visible (donc la lumière son équipe ont joué sur la struc- POUR EN métalentille. La prochaine étape
blanche) en un seul point et en turation de leur métalentille. SAVOIR PLUS consistera à optimiser ce résultat,
haute résolution (2) . De manière Les nanopiliers – qui mesurent nS. Guilbaud, entretien tout en augmentant le diamètre de
avec Federico Capasso, « La l’objectif – aujourd’hui de l’ordre
physique quantique permet du micromètre – jusqu’à envi-
Contexte Les lentilles en verre sont volumineuses, lourdes de créer un matériau nouveau ron 1 cm. n Vincent Glavieux
et coûteuses. Un inconvénient certain, à l’heure où l’on cherche de A à Z », La Recherche (1) M. Khorasaninejad et al., Science,
Capasso Lab

de plus en plus à miniaturiser la multitude d’appareils qui y font n° 529, novembre 2017, p. 4. 352, 1190, 2016.
appel : caméras, smartphones, microscopes… (2) W. T. Chen et al., Nat. Nanotechnol.,
13, 220, 2018.

N°543 • Janvier 2019| La Recherche • 53


dossier Un an de science • Fondamentaux

Et aussi…
ASTRONOMIE

Un visiteur venu de l’extérieur du Système solaire


Reparti dans le cosmos, l’éphémère buent à un dégazage non décelé. Ce qui a
Oumuamua (« éclaireur » en hawaïen) a, lors poussé certains chercheurs à imaginer que,
de son bref passage, fait cogiter les cerveaux comme dans le roman d’Arthur C. Clarke,
des astronomes et donné lieu aux spécula- Rendez-vous avec Rama, il pourrait s’agir
tions les plus folles. En octobre 2017, il est d’un vaisseau extraterrestre avec son propre
repéré par un télescope de surveillance des système de propulsion (3) . Cette hypothèse
astéroïdes croisant à proximité de la Terre farfelue, surtout destinée à faire parler d’elle,
(Pan-Starrs 1, à Hawaï). Sa trajectoire inha- ne pourra en tout cas jamais être vérifiée :
bituelle fait penser qu’il s’agit d’un astéroïde l’astre est maintenant bien trop loin et trop
non lié au Soleil, autrement dit, qu’il provient faible pour être observable ; et, vu sa nature
d’un autre système stellaire (1) . extrasolaire – il n’est pas lié au Soleil –, on ne
Premier objet extrasolaire jamais observé Vue d’artiste d’Oumuamua. Cet objet le reverra jamais… C’est le premier exem-
dans le Système solaire, il est étudié en allongé mystérieux ferait 800 mètres de plaire observé d’un objet venant de l’exté-
détail, notamment par les télescopes spa- long sur une centaine de mètres de large. rieur du Système solaire. Toutefois, on peut
tiaux Hubble (dans le visible) et Spitzer (dans parier que ce ne sera pas le dernier. n
l’infrarouge). Conclusion : il ne s’agirait pas comète – un corps glacé recouvert de pous- (1) K. J. Meech et al., Nature, 552, 378, 2017.
d’un astéroïde, mais d’une comète (2) . Sauf sières –, les astronomes ne parviennent pas (2) S. N. Raymond et al., MNRAS, 476, 3031, 2018.
que, même en supposant que ce soit une bien à expliquer sa trajectoire, qu’ils attri- (3) S. Bialy et A. Loeb, ApJ Letters, 868, L1, 2018.

PHYSIQUE QUANTIQUE PHYSIQUE DES PARTICULES

Des atomes agencés en 3D Du nouveau sur le boson de Higgs


Grâce à des faisceaux lasers, simulation quantique les Six ans après l’annonce en fanfare de la détection du boson de Higgs, les
des physiciens de l’Institut plus en pointe au monde. expériences Atlas et CMS de l’accélérateur LHC, au Cern, ont observé la
d’optique à Palaiseau sont Ces atomes manipulables à désintégration de cette particule en deux quarks b (ou bottom). Bien que
capables de déplacer près souhait reproduisent en effet ce phénomène soit fréquent, il est difficile à distinguer, car de nombreuses
d’une centaine d’atomes et le comportement d’autres paires similaires sont produites directement. Après le dépouillement et
de les arranger dans la géo- matériaux, que l’on ne peut l’analyse minutieuse des données du LHC, c’est aujourd’hui chose faite.
métrie tridimensionnelle pas sonder aussi facilement Les mesures effectuées sont encore et toujours en accord avec les prédic-
de leur choix. Les atomes ni modéliser numérique- tions du modèle standard de la physique des particules. n
restent alors piégés par la ment, car cela nécessiterait CMS Collaboration, Phys. Rev. Lett., 121, 121801, 2018 ; The Atlas Collaboration, Phys. Lett. B, 786, 59, 2018. NASA - LABORATOIRE CHARLES FABRY, INSTITUT D’OPTIQUE, CNRS

lumière, et les chercheurs trop de puissance de calcul,


contrôlent et mesurent même pour les superordina-
leurs interactions. Il s’agit teurs actuels. n ASTROMÉTRIE
D. Barredo et al., Nature, 561, 79, 2018.
là d’une des plateformes de
La carte de la Voie lactée se précise
Le satellite européen Gaia a fourni 1 % des étoiles de la Voie lactée), dix
en avril 2018 des données d’une fois plus qu’avec la mission Hippar-
richesse inégalée. La position, la bril- cos dans les années 1990. La préci-
lance, la couleur des étoiles de laVoie sion de certaines mesures a été amé-
lactée et, pour certaines, la vitesse, liorée d’un facteur 1 000. L’analyse
10 micromètres ont été mesurées par cette sonde de ces données chamboulera nos
lancée en 2013. Ainsi, 1,5 milliard connaissances sur notre Galaxie. n
Image obtenue avec un système de simulation quantique. d’étoiles ont été cartographiées (soit Gaia Collaboration, A&A, 616, A1, 2018.

54 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


LA CHRONIQUE Mathématiques
de Roger Mansuy

Relevez le déf combinatoire


de la superpermutation
est un fichier bien mystérieux Greg Egan est bien plus courte, grâce à sommets, avant de revenir au point de
C’ qui s’ouvre sur mon écran : une
double page d’exactement
une idée relativement simple : faire se che-
vaucher les écritures des différentes per-
départ – un chemin hamiltonien. Greg
Egan a adapté ce parcours afin de déter-
5 908 caractères ; aucune lettre, aucune mutations. Par exemple, les dix premiers miner comment enchaîner les différentes
ponctuation, mais des chiffres de 1 à 7, caractères 1234567123 correspondent permutations dans sa superpermutation.
répétés dans un ordre qui n’apparaît pas aux permutations 1234567, mais aussi, en
vraiment « logique » (1) . Jugez par vous- décalant notre fenêtre de lecture d’un cran AINSI RÉSUMÉ, cela semble simple, mais
même, voici le début : 12345671234561723 vers la droite à chaque fois, aux permuta- déterminer la longueur de la superpermu-
4516723451762345172634517… Le mys- tions 2345671, 3456712 et 4567123… Avec tation requiert une observation attentive
tère s’épaissit lorsque l’on apprend que cette méthode, on peut gagner beaucoup du graphe. D’ailleurs, Greg Egan avait pro-
l’auteur de ce « texte » est Greg Egan, écri- de place. Encore faut-il parvenir à savoir s’il posé un texte de 5 909 caractères, avant de
vain australien de hard science fiction, cette est (et comment il est) possible d’« enchaî- comprendre qu’il pouvait faire mieux (un
branche de la SF où l’intrigue respecte les ner » toutes les permutations. caractère de moins) en exploitant une nou-
contraintes du monde actuel et les connais- velle propriété du graphe. Peut-on faire
sances scientifiques acquises. encore plus court ? Un anonyme a présenté
sur un forum internet une « preuve » que
DISONS-LE TOUT DE SUITE, il ne ce nombre minimal est 5 884 = 7! + 6! + 5! + 4 ;
s’agit pas d’un code à déchiffrer, mais bien Il s’agit d’écrire ce résultat semble correct, mais n’est pas
du résultat d’un défi combinatoire. Tout les permutations publié dans une revue à comité de lec-
repose sur ce que l’on appelle « permu- ture (3) . Il existe une démonstration qu’il
tations » : si vous disposez de sept objets
dans un texte faut au moins 5 040 + 6 = 5 046 caractères
numérotés de 1 à 7 à ordonner, vous pou- le plus pour sept éléments… et la solution de
vez les placer dans l’ordre croissant des court possible ” Greg Egan est actuellement la meilleure
numéros 1234567, dans l’ordre décrois- proposée – on conjecturait encore récem-
sant 7654321, mais aussi dans de nom- Greg Egan n’a pas détaillé sa méthode, mais ment que la longueur minimale était 5 913.
breux autres ordres, comme 3524176. a avoué s’être inspiré d’un travail d’Aaron La taille minimale n’est connue que pour
Comment calculer le nombre total de ces Williams, spécialiste canadien de mathé- les permutations de moins de cinq élé-
permutations ? Il y a sept possibilités pour matiques discrètes (2) . Dans cet article, en ments (4) . Si vous voulez un défi facile,
le choix du premier élément, plus que six partie publié dans les Proceedings of the vous pouvez vous amuser à retrouver une
pour le choix du deuxième (on ne peut Twenty-Ninth Annual ACM-SIAM Sym- superpermutation de longueur 9 pour n = 3.
pas reprendre le même), cinq pour le troi- posium on Discrete Algorithms en jan- Bien plus difficile : tenter de battre le record
sième… et il ne restera qu’un objet pour la vier 2018, Aaron Williams part d’un graphe de superpermutation pour n = 8, qui est de
dernière position. Le nombre de permu- dont les sommets sont les 5 040 différentes 46 205 caractères… n
tations est donc 7  6  5  4  3  2  1, ce permutations de sept éléments et dont les (1) tinyurl.com/Superpermutations
qui correspond à 7! = 5 040. Le défi consiste arêtes relient les permutations déduites (2) A. Williams, arxiv.org/abs/1307.2549, 2017.
à écrire toutes ces permutations (au moins l’une de l’autre, soit en échangeant le rôle (3) warosu.org/sci/thread/S3751105#p3751197
une fois) dans un texte le plus court pos- de 1 et 2, soit en décalant chaque élément (4) Voir la suite A180632 sur l’encyclopédie des suites
sible, baptisé « superpermutation ». vers le suivant (donc en envoyant 1 sur 2, numériques : oeis.org/A180632
Si l’on écrit successivement toutes les per- 2 sur 3… et 7 sur 1). Il indique ensuite un Roger Mansuy est professeur au lycée Saint-Louis,
mutations, il faut 5 040  7 = 35 280 carac- chemin sur ce graphe (le long des arêtes) à Paris, et membre de la Commission française
tères. Toutefois, la superpermutation de qui passe une seule fois par chacun des pour l’enseignement des mathématiques (CFEM).
DR

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 55


dossier Un an de science • Humain et techniques

Stimuler la moelle
épinière, ça marche !
Trois groupes de recherche indépendants sont parvenus à
restaurer la marche chez des patients paralysés des membres
inférieurs. Le principe de leur méthode ? Associer une rééducation
intense et des séances de stimulation de la moelle épinière
au moyen d’un implant électronique.

C
était fin volontaire, et cela même en l’ab- spécifique, permettant d’activer

’ décembre 2016.
« Ce matin-là,
David est arrivé
dans le labora-
toire et nous a
sence de stimulation », réagit Fabien
Wagner, de EPFL et premier auteur
de la publication détaillant les résul-
tats de l’étude Stimo (1) .
L’étape initiale a consisté à implan-
sélectivement des groupes de mus-
cles via les fibres nerveuses locali-
sées dans les cordons postérieurs de
la moelle épinière. Car, même si la
plupart des connexions sont rom-
dit :“Regardez”. Il gesticulait son orteil ter chez les patients un dispositif de pues entre le cerveau et les muscles,
gauche, qu’il ne pouvait pourtant stimulation composé de seize élec- (*) La
dure-mère les fibres nerveuses situées sous la
plus bouger depuis sept ans. Là, je trodes. L’équipe de Jocelyne Bloch, spinale est l’enveloppe lésion, entre l’implant et les mus-
qui protège la moelle
me suis dit qu’on tenait quelque chose neurochirurgienne au CHUV, a dis- cles, sont intactes. « La stimulation
épinière.
d’important », se souvient Grégoire posé les électrodes entre la vertèbre revient à amplifier le signal d’acti-
Courtine, chercheur à l’École poly- (os) et la dure-mère spinale (*) , dans (*) Lepotentiel vation émis par le cerveau par un
d’action est un courant
technique fédérale de Lausanne le bas du dos des patients, au niveau signal électrique “artificiel” engen-
électrique délivré par un
(EPFL). David est l’un des patients « lombo-sacral » de la moelle épi- neurone lorsque ce dernier dré par les électrodes de l’implant »,
inclus dans l’essai clinique Stimula- nière. « Ce type d’implant est déjà est suffisamment excité par résume la neurochirurgienne.
tion Movement Overground (Stimo), utilisé dans le traitement de la dou- ses voisins.
Essai sur sept patients
piloté par l’EPFL et le Centre hospita- leur chronique, explique Jocelyne (*) La proprioception
lier universitaire vaudois (CHUV), à Bloch. L’opération en elle-même ne désigne la perception que Le principe est le suivant : la stimula-
Lausanne. Il vise à tester les bénéfices présente pas de difficulté majeure et l’on a de la position de notre tion augmente localement l’excitabi-
d’une stimulation électrique de la est assez rapide. Le plus long est de corps dans l’espace. lité des circuits nerveux de la moelle
moelle épinière – la stimulation épi- positionner correctement les élec- épinière, ce qui permet au peu de
durale – sur la motricité de patients trodes pour que l’effet de la stimula- fibres épargnées en provenance du
paralysés des membres inférieurs. tion soit maximal. » En effet, chaque cerveau de déclencher des poten-
David, qui est allé au bout du pro- électrode est placée sur une zone tiels d’action (*) , qui ont pour effet de
tocole, est aujourd’hui capable de contracter les muscles. En quelque
contrôler volontairement les mus- sorte, la stimulation « booste » la
cles de sa jambe gauche, autrefois
Contexte La stimulation électrique de la moelle commande motrice résiduelle du
paralysés, et de marcher hors du épinière a montré des efets positifs pour restaurer cerveau. En combinant ces stimu-
laboratoire à l’aide d’un déambula- la marche, d’abord chez le rongeur, il y a une dizaine lations avec des exercices de réédu-
teur. « Selon la sévérité de leur lésion, d’années, puis chez le primate. Cette année, les pre- cation, les sept patients implantés à
tous les patients n’ont pas recouvré les miers résultats d’essais menés chez l’homme posent les ce jour (sur huit prévus à terme) ont
mêmes facultés motrices, mais ils ont jalons vers de nouveaux traitements de la paraplégie. pu améliorer le contrôle volontaire
tous amélioré leur contrôle moteur de certains muscles. Pour autant,

56 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


David fait partie des patients paralysés implantés. Il peut désormais marcher à l’aide d’un déambulateur, comme le montre ce photomontage.

l’équipe suisse n’est pas la seule à phase du cycle de la marche, détaille en deçà du seuil d’activation mus-
avoir réussi cet exploit en 2018 : aux Fabien Wagner. Si le patient veut culaire, ou seuil moteur, et limite
États-Unis, deux autres équipes ont effectuer une flexion de la jambe, de fait l’efficacité de la technique.
présenté des résultats similaires, alors on va stimuler une configu- Par ailleurs le signal de stimulation
avec des patients capables d’effec- ration d’électrodes qui promeut continue interfère avec le signal
tuer quelques pas grâce à la stimula- seulement une flexion de la jambe. sensoriel permettant aux patients
tion et après de longs mois d’entraî- Puis, au moment où le pied touche de « ressentir » la position de leurs
nement (2) . La différence réside dans le sol, on stimule une configuration membres dans l’espace. Les cher-
la technique employée : les équipes d’électrodes qui promeut l’exten- cheurs ont ainsi montré qu’en sti-
américaines ont utilisé une stimula- sion du genou, et ainsi de suite. » mulant de façon dynamique, la
tion continue, là où l’équipe suisse probabilité qu’une telle interfé-
a préféré une stimulation dyna- rence survienne est diminuée, ce
mique, inspirée du signal transmis La commande motrice qui améliore la proprioception (*)
naturellement du cerveau vers les
membres lors de la marche. Ce signal
résiduelle du cerveau des patients (3) .
Autre différence majeure entre les
varie dans le temps et dans l’espace, est amplifée deux techniques : les patients stimu-
ce qui n’est pas le cas de la stimula- lés de façon dynamique recouvrent
tion continue, dont l’amplitude et Cette stimulation, dite « spatio- des facultés motrices, même en
la fréquence restent constantes. Or temporelle », est en rupture avec ce l’absence de stimulation, ce qui
la marche peut être vue comme un que proposent les autres groupes n’est pas le cas des patients stimulés
cycle comportant plusieurs phases de recherche et répond à une limi- en continu. Par exemple, plusieurs
mettant en jeu les alternances de tation majeure de la stimulation patients ont récupéré la capacité
flexion et d’extension de diffé- continue. En effet, au-delà d’une de marcher en l’absence de stimu-
rents muscles. certaine fréquence (30 hertz) et lation, à l’aide d’un déambulateur
EPFL/Jamani CaiLLEt

« Notre technique consiste à activer d’une certaine amplitude, la sti- ou de barres parallèles pour aider à
alternativement des configurations mulation continue provoque une la stabilisation latérale. Comment
d’électrodes permettant d’effectuer activation simultanée de tous les l’expliquer ? « Nous pensons que, à
le mouvement nécessaire à chaque muscles, ce qui oblige à stimuler la suite d’un accident, certaines

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 57


dossier Un an de science • Humain et techniques

Les étapes clés de la stimulation dynamique Premiers Lancement d’un


résultats essai clinique
Établissement d’une Un singe paraplégique doté d’une encourageants chez des patients
stimulation dynamique interface cerveau-machine chez des patients paralysés depuis
reproduisant le signal parvient à contrôler par la pensée paralysés depuis peu (environ
du cerveau. un stimulateur et à marcher. plusieurs années. un mois).

2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019

Début de l’essai Stimo,


Preuve du concept visant à évaluer la
stimulation dynamique
chez le rongeur de la moelle épinière
chez l’homme.
Adaptation du protocole
chez le singe

Preuve qu’un
entraînement Premiers essais sur l’homme
associé à l’injection
d’un cocktail Fabrication d’un Création d’une
chimique et une neurostimulateur plateforme de
stimulation implantable, rééducation au
électrique continue contrôlable en temps Centre hospitalier
permettent de réel, sans danger universitaire Premier patient
remarcher. pour la santé. vaudois, en Suisse. implanté.

fibres nerveuses sont épargnées suivi le protocole de stimulation. Il système de rails accrochés au pla-
et traversent la lésion, explique semble y avoir des modifications fond. Ce harnais robotisé allège arti-
Fabien Wagner. Dès lors, notre hypo- dans l’ensemble du système nerveux ficiellement le patient, et réduit les
thèse est la suivante : en répétant des central. » C’est ce bourgeonnement forces verticales et horizontales qu’il
exercices de marche volontaire, asso- et donc la création de synapses qui doit fournir pour marcher. Au fil des
ciés à des stimulations dynamiques permettrait aux patients d’amélio- séances, cette aide peut être progres-
de la moelle épinière, les patients rer leurs capacités motrices, même sivement réduite si le patient se sent
augmentent la plasticité synaptique en l’absence de stimulation. plus à l’aise.
de ces fibres résiduelles. Le fait que Attention, la stimulation seule Mais ce n’est pas tout. La salle de réé-
ces dernières s’activent de manière ne fait pas tout ! Le travail de ducation est équipée d’un système
synchrone avec l’activation de la digne des tournages de films hol-
moelle épinière lombaire mène à lywoodiens. Au total, seize caméras
une repousse synaptique : de nou-
La salle de rééducation est infrarouges sont disposées autour
velles connexions sont créées et sont équipée d’un système digne du patient sur les jambes duquel
renforcées au fil des exercices. » Cette sont installés de multiples mar-
hypothèse s’appuie sur des études du tournage d’un flm queurs réfléchissants, sortes de
menées en 2012, puis répétées en petits miroirs renvoyant la lumière
2018 sur des modèles animaux. rééducation est primordial dans infrarouge. « Cet équipement est un
L’équipe de Grégoire Courtine avait l’amélioration du contrôle mus- système de motion capture simi-
alors observé un bourgeonnement culaire. Et cela n’a rien d’une pro- laire à ce qui est utilisé au cinéma
synaptique à l’extrémité des fibres menade de santé. Les patients de pour reproduire le mouvement
nerveuses épargnées (4) . l’étude Stimo sont en effet enrôlés des acteurs sur des images de syn-
pour six mois, pendant lesquels ils thèse », explique Fabien Wagner. Le
Harnais robotisé réalisent cinq séances hebdoma- principe est simple : des LED infra-
« Puisque les patients récupèrent un daires de rééducation de deux à rouges émettent de la lumière qui
contrôle volontaire de leurs muscles trois heures. Ils suivent un proto- se réfléchit sur les marqueurs pla-
paralysés, on en déduit qu’il y a une cole exigeant privilégiant des exer- cés sur les articulations de la jambe
telle repousse, même si on ne peut cices de marche active au sol plutôt des patients. La lumière réfléchie est
pas le montrer directement, pré- que sur tapis roulant – trop passifs. renvoyée vers les caméras. « Cela per-
cise Grégoire Courtine. Un autre Pendant ces séances, ils marchent met de reconstruire la cinématique en
indice est que l’activité corticale des en étant soutenus par un harnais, 3D de la jambe et donc d’avoir une
patients change avant et après avoir suspendu à des câbles reliés à un information complète en temps réel

58 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


sur le mouvement du patient, précise note Grégoire Courtine. Le cher-
Fabien Wagner. Même si ce dernier cheur rappelle toutefois qu’il
n’a pas la force nécessaire pour lever la ne s’agit là que d’une preuve de
jambe et effectuer un pas complet, le concept. Ces recherches n’en sont
système optique peut détecter les ini- pas encore au stade d’un essai cli-
tiations du mouvement (décollage du nique avec des groupes statistiques.
talon) et transmettre cette informa- Toutefois, l’espoir est là. « Plusieurs
tion à l’implant qui adapte la stimu- groupes indépendants l’ont montré,
lation en conséquence. » il y a un nouveau concept thérapeu-
Concrètement, quand le système tique : la stimulation associée à un
détecte que la jambe repose sur le entraînement intensif. Maintenant,
sol, il initie un mouvement d’exten- L’implant, composé de seize électrodes, permet d’activer il faut que le processus de stimula-
sion du genou pour donner de la des groupes de muscles via les fbres nerveuses. tion soit mieux compris et pragma-
stabilité. Puis, au moment de la tique pour en faire un traitement
phase d’appui, il stimule les mus- La marche n’est pas la seule applica- applicable dans n’importe quelle
cles extenseurs de la cheville pour tion thérapeutique de la stimulation. clinique. Ces travaux sont en passe
réaliser une propulsion vers l’avant. L’équipe de l’EPFL a utilisé le pro- de complètement changer la menta-
À la demande des patients, qui sou- cédé pour entraîner des patients à se lité de la recherche sur la paraplégie
haitaient s’entraîner en dehors tenir debout, pour les aider à mus- qui, jusqu’à maintenant, était assez
du laboratoire, les chercheurs ont English
cler certains muscles atrophiés, ou défaitiste. » n Gautier Cariou
adapté la technologie en rempla- version pour leur permettre, en dehors du (1) F. B. Wagner et al., Nature, 563, 65, 2018.
çant le système optique par des cap- laboratoire, de pédaler en position
EPFL - ALAIN HERZOG

(2) M. L. Gill et al., Nat. Med., 24, 1677, 2018 ;


teurs mobiles (gyroscopes, accéléro- Cet article, allongée sur un tricycle. « En fait, les C. A. Angeli et al., N. Engl. J. Med., 379, 1244, 2018.
mètres). Placés sur les chaussures, traduit en anglais, patients ont tous récupéré des capa- (3) E. Formento et al., Nat. Neurosci., 21, 1728, 2018.
ces derniers mesurent en temps réel est à lire sur cités motrices très variées participant (4) R. van den Brand et al., Science, 336, 1182,
la dynamique de la jambe. researchinfrance.com à améliorer leur vie quotidienne », 2012 ; L. Asboth et al., Nat. Neurosci., 21, 576, 2018.

« Aller plus loin avec la réparation biologique »


On ne parviendra pas à la moelle épinière chez le primate conjointement à
guérir les lésions de la une grefe de cellules souches. Si l’on arrive à allier
moelle épinière avec des les deux, alors on peut s’attendre à des résultats
stimulations électriques. impressionnants dans le futur. En attendant, nous
Mais je suis convaincu sommes en train de préparer un essai clinique
que l’on parviendra à augmenter la récupéra- qui débutera l’an prochain, mettant en jeu une
tion motrice et faire en sorte que des personnes vingtaine de patients dont les lésions sont très
qui auraient dû rester complètement paralysées récentes, typiquement un mois, pour évaluer l’efet
ou rivées à un fauteuil roulant puissent bouger de la stimulation dynamique à l’aide de nouvelles
leurs jambes, et exécuter des mouvements qui électrodes sur des lésions dites « fraîches ». Nous
GRÉGOIRE COURTINE, améliorent leur qualité de vie au quotidien. Après pensons que plus on la débute tôt, plus les efets
chercheur et professeur leur accident, on avait dit à nos participants que de la stimulation seront bénéfques. Nous l’avons
à l’École polytechnique c’était fni pour eux, qu’ils avaient en face d’eux clairement montré sur les rongeurs. Par ailleurs,
fédérale de Lausanne. un plateau infranchissable et aujourd’hui, ils conti- je suis en train de préparer la prochaine phase
nuent de progresser. Toutefois, la stimulation de qui consistera à lier le cerveau au dispositif de
la moelle épinière n’est qu’une pièce du puzzle stimulation, pour que le patient puisse contrô-
thérapeutique. Il faut aller plus loin en associant ler directement l’activité de ses muscles par sa
nos protocoles à une réparation biologique. Nous pensée. Dans le traitement de la paraplégie, le
sommes en discussion avec les laboratoires amé- train est parti à pleine vitesse et je m’assure que
ricains pour tester l’efcacité de la stimulation de toutes nos idées avancent en même temps. » n

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 59


dossier Un an de science • Humain et techniques

Comment le cerveau
élimine ses déchets
Le mécanisme d’évacuation des déchets produits par les cellules nerveuses vient
d’être élucidé par une équipe américaine. Il met en jeu un équilibre subtil entre
deux systèmes de drainage : l’un, déjà connu, est assuré par les vaisseaux sanguins
traversant le cerveau ; l’autre, inconnu jusqu’alors, utilise les vaisseaux
lymphatiques qui parcourent les méninges, l’enveloppe protectrice du cerveau.

L
e corps humain est été assemblées en 2013. Maiken ce qu’il advenait de ces déchets.
une immense usine Nedergaard, alors neuroscienti- Cette année, l’équipe de l’université
contenant une cen- fique à l’université de Rochester, deVirginie a montré qu’ils sont ache-
taine de milliers de dans l’État de New York, avait mon- minés vers les ganglions lympha-
milliards de minus- tré que le liquide dans lequel baigne tiques cervicaux, via les vaisseaux
cules ateliers : nos le cerveau y pénètre et circule entre lymphatiques des méninges. Ces
cellules. Chacune rejette une mul- les cellules cérébrales. Ce liquide (*) La
barrière derniers ont été découverts fortuite-
titude de déchets, dont l’accumu- interstitiel charrie les protéines et hémato- ment, en 2015, par Antoine Louveau,
lation est toxique pour l’organisme. les déchets produits par les cellules, encéphalique est post-doctorant dans l’équipe de
Mais à chaque poison, son remède. et les draine le long des vaisseaux une frontière physiologique Jonathan Kipnis (3) , ce qui avait
séparant la circulation
Le corps est ainsi doté d’un système sanguins cérébraux pour les éva- alors été retenu par la revue Science
sanguine du système
de nettoyage très performant, le cuer (2) . Une partie de ces déchets nerveux central. comme l’une des percées scienti-
réseau lymphatique, composé de entre dans les vaisseaux sanguins fiques majeure de l’année.
(*) Le
liquide
vaisseaux dans lesquels circule un cérébraux, où ils traversent la bar- cérébrospinal est
liquide – la lymphe – qui draine les rière hémato-encéphalique (*) et Déclin cognitif
un liquide biologique
déchets jusqu’aux ganglions lym- quittent le cerveau – un phéno- transparent dans lequel Trois ans plus tard, la même équipe
phatiques, où ils sont filtrés. Si des mène baptisé « clairance transvas- baignent le cerveau précise donc le rôle fonctionnel
corps étrangers ou pathologiques culaire ». Les autres déchets longent et la moelle épinière. de ces vaisseaux. Pour ce faire, les
sont détectés, les cellules immu- la paroi des vaisseaux sanguins et neuroscientifiques ont mené plu-
nitaires migrent vers les tissus d’où parviennent jusqu’aux méninges, sieurs expériences chez la sou-
proviennent ces corps pour lutter l’enveloppe qui protège le cerveau et ris. Ils ont commencé par détruire
contre l’infection. dans laquelle circule le liquide céré- les vaisseaux lymphatiques des
Ce réseau est présent dans tous les brospinal (*) . Jusqu’alors, on ignorait méninges en y injectant une subs-
tissus du corps humain… à l’excep- tance chimique. Puis ils ont utilisé
tion du cerveau. Le système ner- un marqueur fluorescent afin de
veux central est en effet dépourvu
Contexte En 2013, la neuroscientifque danoise tracer les déchets à la fois dans les
de vaisseaux lymphatiques. Dès lors, Maiken Nedergaard caractérise pour la première fois le méninges et dans le cerveau. Résul-
comment élimine-t-il ses déchets ? « système glymphatique », par lequel les déchets produits tat : les marqueurs présents dans
L’équipe de Jonathan Kipnis, de dans le cerveau sont évacués vers les méninges. Mais les méninges n’atteignent pas les
l’université de Virginie, aux États- qu’advient-il ensuite de ces déchets dont l’accumulation ganglions lymphatiques cervicaux.
Unis, a apporté une réponse à cette peut être toxique ? Les travaux de l’équipe de Jonathan Le drainage n’a donc pas lieu. De
épineuse question ( 1 ) . Les pre- Kipnis, à l’université de Virginie, apportent la réponse. la même façon, dans le cerveau, le
mières pièces du puzzle avaient drainage du liquide interstitiel est

60 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


SOURIS TÉMOIN SOURIS TRAITÉE ablation des vaisseaux lympha-
Méninges
tiques chez des souris « modèles »
de la maladie d’Alzheimer. Comme
on pouvait s’y attendre, cette abla-
tion accélère le dépôt de plaques
amyloïdes dans le liquide intersti-
tiel et dans les méninges, précipitant
le déclin cognitif. Toutefois, lorsque
Cerveau les premières plaques apparaissent
chez les souris témoins (modèles
d’Alzheimer dont on ne retire pas les
vaisseaux), l’intégrité des vaisseaux
lymphatiques méningés n’est pas
atteinte. L’accumulation des déchets
s’expliquerait donc plutôt par une
défaillance du système de clairance
transvasculaire, l’autre voie de net-
Seule une faible quantité de plaques amyloïdes (en rose ou en rouge) se dépose dans les méninges toyage du cerveau. Reste qu’un
lorsque les vaisseaux lymphatiques (en vert) sont intacts. Lorsqu’ils sont détruits par traitement chimique dysfonctionnement au niveau des
(souris traitée), les plaques amyloïdes s’accumulent dans les méninges et leur quantité augmente vaisseaux lymphatiques méningés
dans le cerveau. Les vaisseaux lymphatiques sont donc indispensables à l’élimination de ces déchets. pourrait aggraver la maladie et accé-
lérer la survenue des symptômes.
réduit. Cela signifie que les vaisseaux autre approche pour induire la pro-
lymphatiques sont essentiels à l’éli- duction du facteur de croissance Accumulation de protéines
mination des déchets cérébraux. La sans avoir à l’injecter directement. À l’inverse, en dopant artificielle-
défaillance de ce système n’est pas Le principe ? Introduire un vec- ment le système lymphatique, au
anodine, car elle se traduit par un teur viral dans les méninges. « Lors- moyen de la thérapie génique par
déclin cognitif. Les souris qui ont qu’elles sont infectées, les cellules exemple, peut-être pourra-t-on
reçu l’injection ont eu plus de mal à des méninges se mettent à produire un jour ralentir la progression de
s’orienter dans l’espace et à mémo- VEGF-C, précise Antoine Louveau. la maladie d’Alzheimer. Et pas seu-
riser des associations simples. Et L’introduction d’un vecteur viral per- lement. « On peut imaginer que la
cela se traduit sur le plan génétique. met donc d’obtenir une expression manipulation des vaisseaux lympha-
« L’incapacité des souris à apprendre continue de VEGF-C dans le liquide tiques soit utile dans d’autres mala-
une tâche est visible via des modifica- cérébrospinal. » Le diamètre des dies où l’on observe une accumula-
tions de l’expression de gènes essen- tion de protéines dans le cerveau,
tiels à la formation de la mémoire », comme la maladie de Parkinson »,
explique Antoine Louveau. Doper le système prévoit Antoine Louveau. Ces
Les neuroscientifiques ont ensuite
montré que, plus les souris sont
lymphatique pourrait freiner études mettent en évidence l’im-
portance des vaisseaux lympha-
âgées, plus la surface couverte par la maladie d’Alzheimer tiques méningés dans les maladies
les vaisseaux lymphatiques ménin- neurologiques et neurodégénéra-
gés diminue, et plus leur diamètre vaisseaux en a été augmenté, le drai- tives. « Nous devons poursuivre la
est réduit. Cela entrave le drainage nage restauré et l’orientation spatiale recherche afin de mieux comprendre
du liquide interstitiel et du liquide des souris âgées améliorée. comment ils fonctionnent ou dys-
cérébrospinal vers les glandes lym- Et si cette approche était bénéfique fonctionnent, pour ensuite mettre en
phatiques. Le développement de ces contre la maladie d’Alzheimer ? En place des approches thérapeutiques
vaisseaux étant piloté par un facteur effet, cette dernière est associée qui puissent atteindre la clinique. »
de croissance – une protéine – bap- à une accumulation dans le cer- Une voie de recherche pleine de
tisé VEGF-C, les chercheurs ont pro- veau de déchets toxiques pour les promesses. n Gautier Cariou
cédé à son injection et ont montré neurones : les plaques amyloïdes. (1) S. Da Mesquita et al., Nature, 560, 185, 2018.
Kipnis Lab

que le drainage s’en trouvait amé- L’équipe de Jonathan Kipnis a donc (2) L. Xie et al., Science, 342, 373, 2013.
lioré. Ils ont ensuite utilisé une eu l’idée d’étudier l’effet d’une (3) A. Louveau et al., Nature, 523, 337, 2015.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 61


dossier Un an de science • Humain et techniques

Denny, symbole du rôle


de la génétique dans
l’étude de la préhistoire
En analysant l’ADN d’un fragment d’os issu de la grotte de Denisova, en Sibérie,
des paléogénéticiens ont révélé l’existence de Denny, adolescente née d’un père
dénisovien et d’une mère néandertalienne. Cette découverte renforce l’idée que
le métissage se produisait bien entre ces deux groupes humains, et confirme
la place grandissante de la génétique en paléoanthropologie et en archéologie.

Q
ui donc est âgée d’environ 13 ans à sa mort. Si cette découverte revêt une impor-
Denisova 11 ? L’étude de l’ADN nucléaire, le maté- tance particulière, c’est parce qu’elle
D e r r i è re c e riel génétique transmis par les deux confirme que le métissage était bel
nom, raccourci parents, a révélé une constitution à et bien possible, et peut-être plus
en Denny pour parts égales d’ADN dénisovien et fréquent qu’on ne l’imaginait, entre
les intimes, se d’ADN néandertalien. Cela signifie Néandertaliens et Dénisoviens,
cache un individu ancestral particu-
lier : une jeune fille issue d’un père
que cette adolescente descendait
directement de parents issus de 2,5 CM deux groupes qui ont divergé il y a
environ 390 000 ans et qui habitaient
dénisovien et d’une mère néander- ces deux groupes différents d’ho- respectivement l’Eurasie occiden-
talienne. La découverte de ce métis, minines. Pour lever le doute quant tale et l’Asie orientale.
le premier de son genre, était relatée à son ascendance exacte, les paléo- Quelques cas d’hybridation entre
dans la revue Nature, en août 2018, généticiens se sont intéressés à son D’UN BOUT D’OS différentes espèces du genre Homo
par Svante Pääbo, de l’Institut Max- ADN mitochondrial, qui contient vieux de 90 000 ans étaient déjà connus, notamment
Planck de paléoanthropologie évo- des gènes uniquement transmis par ont suff pour entre Homo sapiens et Homo nean-
lutive de Leipzig, en Allemagne, et la mère. Ils y ont découvert des simi- déterminer derthalensis. Ce nouveau cas est tou-
son équipe (1) . litudes génétiques avec l’homme l’ascendance exacte tefois sensiblement différent, dans
L’identité de Denny a pu être déter- de Neandertal, ce qui leur a permis de Denny. la mesure où les Dénisoviens ne
minée grâce à l’étude d’un mor- de déduire que Denny descendait constituent pas une espèce à pro-
ceau d’os long lui ayant appar- d’un père dénisovien et d’une mère prement parler. En effet, la décou-
tenu, vieux de 90 000 ans, mesurant néandertalienne. verte de l’homme de Denisova
quelque 2,5 centimètres et qui fai- résulte de l’analyse génétique de
sait partie des plus de 2 000 frag- deux fragments osseux découverts
ments osseux extraits de la grotte
Contexte La génétique révolutionne l’archéo- dans la grotte du même nom, située
de Denisova, en Sibérie. L’analyse logie et la paléoanthropologie, en confrmant ou en dans les monts Altaï : une dent et
génétique de l’ADN isolé à partir infrmant certaines hypothèses établies depuis des une phalange. Morphologique-
de cet os a permis de fournir plu- années par les archéologues. La discipline a pris de l’im- ment, il n’existe donc pratiquement
sieurs informations. En séquen- portance, comme le montre la découverte de l’homme aucune information sur ces humains
çant les chromosomes sexuels, les de Denisova, mais les tensions sont fréquentes entre proches et pourtant vraisemblable-
auteurs ont pu déterminer que ces paléogénéticiens et archéologues. ment différents des Néandertaliens.
restes étaient ceux d’une jeune fille, La découverte des Dénisoviens, et

62 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


par extension de cet individu métis,
est symptomatique de la place
de plus en plus importante de la
génétique dans les domaines de la
paléoanthropologie et de l’archéo-
logie. Les analyses de nombreux
extraits d’ADN issus de vestiges
anciens, tels que des os, ont boule-
versé de bien des manières l’étude
de la préhistoire humaine.
Le séquençage de l’ADN d’indi-
vidus ancestraux redessine les
1 cm

cartes : il apporte des informations


sur les modalités de mouvements,
de remplacements et de mélanges
des populations anciennes. Il per-
met de situer l’émergence et la
propagation de cultures entières, à
la fois géographiquement et chro-
nologiquement, ou de lever le voile
sur l’identité d’individus pour les-
quels les indices morphologiques
étaient insuffisants, comme dans
le cas de Denisova.

Différence culturelle
À l’instar de la datation au car-
bone 14 dans la seconde moitié
du XXe siècle, ces changements
ont révolutionné l’approche de la Ces fragments d’os de Denny, découverts
Thomas higham, UniversiTy of oxford - max PLanCK insTiTUTe for evoLUTionary anThroPoLogy

paléoanthropologie et de l’archéo- dans la grotte de Denisova en 2012, ont été


logie. Ils ne font toutefois pas l’una- analysés par les paléogénéticiens de l’Institut
nimité car ils s’opposent parfois à Max-Planck de Leipzig, en Allemagne.
des résultats obtenus par des études
plus traditionnelles. À tel point qu’ils en archéologie. De l’autre côté, les
sont sujets de désaccord. Quelles archéologues n’ont généralement
sont les sources de cette tension que des connaissances de base en
qui oppose archéologues et paléo- biologie et en génétique. « Cette dif-
généticiens ? « La paléogénétique est férence conduit à la confrontation de
une discipline jeune. Le climat par- deux discours, estime-t-elle. Là où
fois tendu qui existe entre paléogé- les généticiens travaillent sur des qui utilisent des objets ou des tech-
néticiens et archéologues provient populations comme un ensemble niques de fabrication similaires.
avant tout d’une incompréhension d’individus qui se reproduisent Or, si la corrélation entre ces deux
mutuelle », explique Céline Bon, fréquemment, les archéologues les catégories est parfois bonne, ce n’est
chercheuse en anthropologie évo- étudient comme des complexes pas systématique. »
lutive du Muséum national d’his- culturels, à savoir des individus Une autre différence réside dans le
toire naturelle, à Paris. fait que les généticiens utilisent des
Cette incompréhension, selon elle, règles de statistiques pour inférer
repose avant tout sur une différence Le séquençage de l’ADN des conclusions sur une population
culturelle. D’un côté, les paléogéné-
ticiens sont avant tout des spécia-
d’individus ancestraux générale à partir d’un échantillon-
nage aléatoire. Pourtant, en archéo-
listes en biologie moléculaire et non redessine les cartes logie, les restes osseux retrouvés

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 63


dossier Un an de science • Humain et techniques

ne sont pas nécessairement


représentatifs de la population de MIGRATIONS ET CULTURE
laquelle ils sont issus, les individus
inhumés pouvant être d’une classe L’un des exemples récents permettant d’illustrer une divergence
sociale privilégiée, par exemple. La entre archéologues et généticiens réside dans l’étude de la culture
différence est alors majeure. « L’un campaniforme. Celle-ci, apparue en Europe au IIIe millénaire avant
de mes projets consiste à étudier notre ère, est caractérisée par la présence de gobelets céramiques
des individus d’Asie centrale méri- en forme de cloche dans les sépultures. Longtemps, les archéologues
dionale de l’âge du fer, période où Une étude génétique ont pensé que la présence du campaniforme au Royaume Uni résultait
la pratique funéraire est d’exposer a tranché : des d’une difusion culturelle, c’est-à-dire des objets en eux-mêmes. Mais
les corps, ce qui ne laisse presque mouvements de une étude génétique menée sur plus de 170 Européens ancestraux,
aucune trace, explique Céline Bon. population ont diffusé a montré que cette difusion était due à des mouvements de popu-
Qui étaient donc les individus inhu- ce gobelet en Europe. lations venues de l’est de l’Europe, lesquelles ont progressivement
més que j’étudie ? Des étrangers ? remplacé les groupes locaux (1) . Pour Olivier Lemercier, archéologue à
Des esclaves ? Pourquoi bénéfi- l’université Paul-Valéry de Montpellier, « la génétique n’est qu’un bouleversement technique de
ciaient-ils d’un rite funéraire diffé- plus qui vient enrichir l’archéologie. » Jusque dans les années 1950, la pensée archéologique
rent ? Sont-ils alors représentatifs de était historico-culturelle : on associait les découvertes à des grandes idées culturelles et à
la population locale de l’époque ? » des concepts historiques. À partir des années 1960, avec la New Archaeology et la datation
Ces réserves ne sont, hélas, par- au radiocarbone, les approches se détachent des scénarios historiques.
fois pas prises en compte lorsque (1) I. Olalde et al., Nature, 555, 190, 2018.
les paléogénéticiens généralisent
leurs résultats.
Au-delà d’une incompréhension fossiles peuvent ou ne peuvent pas
Questions de fond mutuelle culturelle, un problème être détruits ? Pour Florent Détroit,
Dernier aspect de cette différence d’ordre matériel et éthique divise paléoanthropologue au Muséum
culturelle, archéologues et paléogé- archéologues et paléogénéticiens. national d’histoire naturelle, « il faut
néticiens ne travaillent pas sur les En effet, pour extraire des quantités avant tout se demander ce qu’une
mêmes problématiques. Ces der- d’ADN suffisantes pour être analy- analyse ADN va réellement appor-
niers s’intéressent aux populations sées, les paléogénéticiens doivent ter en termes de connaissances.
ancestrales d’un point de vue biolo- scier, percer et parfois complète- A-t-on vraiment besoin de faire
gique, et leurs études se concentrent ment détruire les échantillons qui ces extractions maintenant ou ne
sur les dynamiques de peuplement leur sont fournis par les archéolo- pourrait-on pas attendre quelques
ou sur des questions de santé. gues. Or, ces échantillons ont sou- années que les techniques aient pro-
Au contraire, les archéologues vent été obtenus au terme de tra- gressé et que la discipline ait mûri
visent à lever le voile sur le fonc- vaux qui ont nécessité beaucoup de manière à prélever moins de
tionnement des sociétés anciennes, de temps et d’argent : de longues matériau ? Face au problème de la
ils travaillent donc sur des pro- journées de fouilles, sous la pluie
blématiques liées aux traditions ou sous un soleil écrasant.
maritales, aux rites funéraires ou « Certains laboratoires de paléogé-
Pour extraire de l’ADN,
encore à des méthodes de fabri- nétique ont agi comme des cow-boys des paléogénéticiens ont
cation de pots et d’outils, ce qui au Far West, allant piller des collec-
nécessite de se concentrer sur un tions d’archéologie sans se poser la dû détruire des fossiles
contexte culturel. C’est justement question de la rareté des artefacts »,
ce que permettent les outils tech- déplore Céline Bon. Si pour certains destruction d’artefacts, les généti-
RMN – GRaNd Palais / FRaNck RaUx

niques que sont les analyses ADN ossements communs, cette pra- ciens invoquent souvent la nécessité
et la datation au radiocarbone : les tique peut être tolérable, ce n’est de faire progresser techniquement la
archéologues n’ont plus à se sou- pas le cas pour des fossiles plus paléogénétique et, dans un sens, ils
cier de détails comme l’âge des anciens, comme ceux du Paléo- ont raison. Mais on peut se deman-
vestiges et peuvent se concentrer lithique (de -2,5 millions d’années der si, pour ce faire, ils n’auraient
davantage sur les questions de à -12 000), qui sont plus rares et pas dû utiliser des spécimens moins
fond, comme l’organisation des plus précieux. Une problématique emblématiques, complets ou rares. »
sociétés anciennes (2) . de conservation se pose alors. Quels Parmi les spécimens concernés

64 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


figure notamment un humérus est plus importante que le gain des modalités de financement et
d’homme non moderne qui était d’information à court terme (4) . de développement de la recherche.
le plus complet jusqu’à récem- « On détruit des vestiges générale- « Cela s’illustre avec l’idée forte que,
ment. Issu du squelette original ment découverts au XXe siècle, pour pour être visible et avoir une chance
du premier homme de Neandertal en analyser l’ADN avec une techno- d’obtenir de gros financements, il
découvert en 1856, il est désormais logie du XXIe siècle afin de répondre à faut publier des scoops, dans de
partiel et réduit en morceaux, altéré des questions vieilles du XIXe siècle… grosses revues, ce que permettent les
par des extractions d’ADN. N’avons-nous pas progressé au-delà études génétiques. »
Dans une étude de 2018 sur la varia- de ces questions ethnocentriques et Les analyses ADN redémontrent
bilité du labyrinthe humain – la raciales ? », s’interroge-t-il dans son POUR EN parfois des faits archéologiques
cavité qui se trouve dans l’os tem- commentaire. SAVOIR PLUS mais peuvent aussi infirmer des
poral – Marcia S. Ponce de León, n W. Rowe-Pirra, « Denny, hypothèses (lire l’encadré p. 64). La
paléoanthropologue à l’université Une discipline à la mode l’enfant métis de la grotte plupart des archéologues sont tou-
de Zurich, en Suisse, estime que Appliquée à l’archéologie depuis de Denisova », La Recherche tefois confiants quant aux nouvelles
dans de nombreux cas les fossiles environ six ans, la paléogénétique n° 540, octobre 2018, p. 14. pistes que la paléogénétique per-
sont irremplaçables (3) . Ces ves- est une discipline qui a le vent en n F. Détroit et D. Pleurdeau, mettra d’ouvrir dans les années à
tiges ne devraient être utilisés pour poupe. « Les médias en parlent et « Homo sapiens », in venir. « À condition bien sûr, précise
des extractions d’ADN que s’ils ont les agences de financement en sont J. Vonk, T. Shackelford (dir.), Céline Bon, que les paléogénéticiens
au préalable été scannés en haute friandes, explique Céline Bon. Beau- Encyclopedia of Animal écoutent sincèrement ce que 200 ans
résolution par tomodensitométrie coup d’archéologues ont l’impres- Cognition and Behavior, d’archéologie ont à leur dire… » En
et que l’image numérique qui en sion que leurs recherches sont passées Springer, doi.org/10.1007/978- définitive, ces deux disciplines sont
résulte apporte autant d’informa- sous silence, alors que les travaux des 3-319-47829-6_1941-1, 2018. complémentaires et ont tout intérêt
tions que le ferait l’os original. paléogénéticiens, appuyés pourtant n E.-M. Geigl, « L’apport à travailler main dans la main. Des
Dans un commentaire associé à par des preuves archéologiques, sont de la paléogénétique et collaborations que prônent de plus
cette étude, Erik Trinkaus, paléoan- sur le devant de la scène. » de la paléogénomique à en plus certaines structures pluri-
thropologue à l’université Washing- Florent Détroit, quant à lui, l’archéologie », Les Nouvelles disciplinaires comme le Muséum
ton de Saint-Louis, aux États-Unis, estime que la paléogénétique s’est de l’archéologie, 138, 10, 2015. national d’histoire naturelle.
partage le même avis. Pour lui, la construite en même temps que L’archéologie et la paléogénétique
dégradation des fossiles ne peut être certains changements considé- abordent des problématiques très
tolérée si leur perte, à long terme, rables au niveau des structures et sensibles, que ce soit sur le plan
politique ou idéologique, et sur
lesquelles elles ont un impact très
fort. « Nous parlons de populations
humaines et d’histoire : des thèmes
réutilisés dans la construction des
identités nationales, rappelle Céline
Bence Viola, Max Planck institute for eVolutionary anthroPology

Bon. La génétique, les statistiques et


l’archéologie ont, par le passé, été
utilisées pour justifier des théories
inacceptables. En tant que passeurs
de sciences, nous n’avons pas le droit
de nous comporter comme des bar-
bares. Il est de notre responsabilité
de collaborer pour être le plus clair,
le plus rigoureux et le plus scienti-
fique possible. » n
William Rowe-Pirra
(1) V. Slon et al., Nature, 10.1038/s41586-018-
0455-x, 2018.
(2) E. Callaway, Nature, 555, 573, 2018.
Des archéologues au travail dans la grotte de Denisova, dans les montagnes de l’Altaï, en Sibérie. (3) P. de León et al., PNAS, 115, 4128, 2018.
Près de 2 000 fragments osseux, certains vieux de 90 000 ans, ont été extraits du site. (4) E. Trinkaus, PNAS, 115, 3992, 2018.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 65


dossier Un an de science • Humain et techniques

Et aussi…
ARCHÉOLOGIE
CERVEAU

Horloge neurale
Des neuroscientifiques norvégiens
ont identifié le circuit cérébral qui
permet d’associer une tempora-
lité et une chronologie aux évé-
nements vécus. Ce circuit est logé
dans le cortex entorhinal latéral
(LEC), structure cérébrale pro-
fonde proche de l’hippocampe, où
se forme la mémoire. Le LEC est voi-
sin du cortex entorhinal médian, où
se trouvent les « cellules de grilles »,
sorte de GPS neuronal encodant la
position. Les informations émanant
LES PLUS VIEILLES PEINTURES FIGURATIVES À BORNÉO Cette peinture rouge orangé, de ces deux structures seraient donc
en partie effacée, fgurerait un grand ongulé (un banteng), dont le fanc est percé par une lance. intégrées par l’hippocampe sous la
Elle est caractéristique du style d’art pariétal le plus ancien que l’on trouve sur l’île de Bornéo, forme d’une représentation unifiée
en Indonésie. L’âge de cette représentation est estimé à 40 000 ans environ, d’après les du temps, de l’espace et de l’événe-
échantillons de carbonate de calcium prélevés sur des motifs juste à côté. ment : un souvenir. n
M. Aubert et al., Nature, doi:10.1038/s41586-018-0679-9, 2018. A. Tsao et al., Nature, 561, 57, 2018.

177 000 PALÉONTOLOGIE

À 194 000 L’énigme Dickinsonia résolue


ANS Plat, ovale, nervuré, sans bouche ni anus : Dickinsonia est un
genre fossile à l’apparence unique, datant de l’Édiacarien (-635
à -542 millions d’années). Tellement unique que, depuis sa
C’EST L’ÂGE du plus vieux découverte en 1947, les paléontologues s’interrogeaient sur sa
fossile d’Homo sapiens nature : s’agit-il d’un lichen ? D’un animal ? Une nouvelle étude
retrouvé en Israël, repoussant a analysé des dépôts moléculaires encastrés dans les sédi-
de 50 000 ans la première ments contenant des spécimens de ces fossiles. La découverte
migration connue de nos quasi exclusive de cholestéroïdes dans ces dépôts apporte une Un fossile de Dickinsonia retrouvé
ancêtres hors d’Afrique. preuve de l’appartenance de Dickinsonia au règne animal. n en Russie. Les chercheurs ont tranché :
I. Hershkovitz et al., Science, 6374, 456, 2018. I. Bobrovskiy et al., Science, 361, 1246, 2018. il s’agit bien d’un animal.
LUc-Henri Fage - iLYa BOBrOVSKiY/ aUSTraLian naTi/aFP

NEUROSCIENCES beaucoup plus court. Puis les neuroscien-

Mémoire transmissible tifiques ont extrait de l’ARN dans les neu-


rones d’escargots entraînés et dans ceux
Le paradigme en neurosciences veut que les d’un escargot de mer a été transféré à l’un de d’escargots témoins, avant de les introduire
souvenirs soient stockés à l’extrémité des ses congénères par l’intermédiaire d’ARN. chez des mollusques n’ayant jamais subi de
neurones, au niveau des synapses. Mais, Les escargots ont été soumis à de petits choc. Ceux ayant reçu l’ARN des mollusques
selon le neuroscientifique David Glanzman, chocs électriques au bout de leur queue. entraînés ont tendance à rétracter leur queue
de l’université de Californie à Los Angeles, ils Résultat : lorsqu’on les effleure, ces escargots plus longtemps que ceux ayant reçu l’ARN de
seraient plutôt enregistrés dans le noyau des « entraînés » rétractent leur queue pendant mollusques témoins. n
neurones. Cette idée s’appuie sur une expé- près d’une minute, alors que les mollusques A. Bédécarrats et al., eNeuro, doi:10.1523/
rience étonnante dans laquelle le souvenir « témoins » ont un temps de rétractation ENEURO.0038-18.2018, 2018.

66 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


LA CHRONIQUE Neurosciences
de Mariana Alonso

Ce cannabis du cerveau
utile à la mémoire
près l’Uruguay, le Canada est Des neurobiologistes de l’Inra et de l’In- évitée par l’animal. Même si l’odeur n’est
A devenu, depuis octobre, le
deuxième pays du monde à
serm ont mis en évidence une nouvelle
fonction de ce système : la mémoire asso-
pas directement liée au malaise gastrique,
les rongeurs lui attribuent, par associa-
légaliser le cannabis. Le principal composé ciative indirecte (1) . Voyons un exemple. tion, une valeur répulsive. Ce phénomène
psychoactif de cette plante est le tétrahy- Dans un restaurant du bord de mer, je concerne également des stimuli « attrac-
drocannabinol (THC) : il produit des effets déguste un délicieux plat de fruits de mer, tifs », et s’étend à la vision et à l’ouïe.
mentaux et physiques – des changements sous un parasol rouge. Quelque temps plus
de perception, d’humeur, d’appétit. tard, je déguste à nouveau des fruits de mer, SUR LE PLAN NEURONAL, les cher-
D’autres conséquences sont souvent citées, mais dans un autre contexte. Manque de cheurs ont montré que cette forme d’ap-
comme une tendance accrue à la schizo- chance, je tombe malade. Si, par la suite, prentissage associatif nécessite l’activa-
phrénie ou des effets sur la mémoire et le je retourne dans le même restaurant, j’évi- tion des récepteurs cannabinoïdes CB1R
quotient intellectuel, même si ces derniers terai alors le parasol rouge et me placerai des neurones inhibiteurs de l’hippocampe,
sont encore discutés. Un autre composé, le sous le bleu. Même s’il n’y a aucune relation structure cérébrale indispensable à l’ap-
cannabidiol (CBD), qui régule l’action du prentissage et à la mémoire. Par ailleurs,
THC, est relaxant, mais pas hallucinogène. ces associations augmentent l’expression
de ce type de récepteurs dans l’hippo-
SI CES MOLÉCULES ont un effet, c’est campe et la plasticité neuronale. En plein
parce qu’elles sont « reconnues » par le Les cannabinoïdes débat sociétal sur le cannabis, de son usage
cerveau. Concrètement, elles se lient à des endogènes médicinal à la légalisation de sa consom-
récepteurs synaptiques, principalement les mation, cette découverte met en évidence
cannabinoïdes de type 1 (CB1R). Il va sans
jouent un rôle une nouvelle fonction fascinante des can-
dire que l’évolution n’a pas sélectionné ces dans l’association nabinoïdes endogènes et rappelle l’impor-
récepteurs en prévision d’une consomma- d’informations ” tance d’approfondir nos connaissances sur
tion récréative de cannabis. En fait, le cer- ce système modulateur. De fait, des ques-
veau humain produit naturellement son entre la couleur du parasol et le fait d’avoir tions aussi épineuses que passionnantes
propre cannabis – les « cannabinoïdes été malade ailleurs, un processus associe surgissent : ce système est-il impliqué
endogènes » ou « endocannabinoïdes ». ces informations, étiquetées comme de dans l’altération de la mémoire associa-
Ces molécules font partie d’un système mauvais souvenirs. tive observée dans certaines pathologies,
cérébral composé d’enzymes impliquées Pour étudier cette mémoire indirecte, les comme la schizophrénie ou les états psy-
dans leur synthèse et leur dégradation, neuroscientifiques ont mis au point des chotiques ? Est-il mobilisé par d’autres
et aussi de plusieurs récepteurs, dont le modèles comportementaux d’appren- structures cérébrales ? Comment le canna-
CB1R. Des années de recherche ont per- tissage associatif indirect. En clair, ils ont bis récréatif interfère-t-il sur l’équilibre de
mis d’établir que ce système endocanna- présenté à des souris une odeur (banane ce système ? Nous avons encore peu d’in-
binoïde, largement répandu chez les ver- ou amande) et un goût (sucré ou salé), de formations sur ces questions. Poursuivre
tébrés, module l’activité neuronale. Il joue façon répétée et simultanée, sans consé- ces travaux est donc essentiel. n
un rôle important dans le développe- quence particulière pour l’animal. Ils ont (1) A. Busquets-Garcia et al., Neuron, 99, 1247, 2018.
ment du système nerveux central, la plas- ensuite associé l’un de ces goûts à une
ticité synaptique et la réponse aux agres- injection déclenchant un malaise gastrique Mariana Alonso est neuroscientifique au laboratoire
sions endogènes et environnementales comparable à une intoxication alimentaire. perception et mémoire de l’Institut Pasteur.
(régulation de la réponse immunitaire et Résultat : l’odeur initialement associée ➔Cette chronique est proposée en alternance avec celle
réponse au stress). Mais pas seulement ! à ce goût – et aucune autre – est ensuite d’Adrien Peyrache, de l’université McGill, au Canada.
DR

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 67


dossier Un an de science • Santé et environnement

Les greffons de demain


naissent in vitro
En août 2018, des chercheurs ont annoncé avoir greffé quatre cochons
avec des poumons issus de la bio-ingénierie, c’est-à-dire fabriqués
dans leur laboratoire. D’autres organes complexes profitent de ces techniques
prometteuses, même si la prudence reste de mise avant de pouvoir
réaliser les premières transplantations chez l’homme.

E
n 1997, dans le film capables de restaurer une fonc- équipe ont remplacé les trachées de
Le Cinquième Élé- tion ou une structure. Outre le treize malades, détériorées par des
ment, Luc Besson manque de greffons, on espère lésions, le plus souvent des tumeurs.
mettait en scène la ainsi résoudre l’un des principaux Les médecins ont utilisé des aortes
régénération d’un problèmes de la greffe d’organes : (issues du don d’organes) qu’ils ont
organisme entier à la compatibilité immunologique renforcées avec un stent, petit res-
partir d’une seule cellule parfaite… entre le receveur et le donneur. En sort fréquemment utilisé en chirur-
Vingt ans plus tard, la bio-ingénie- utilisant les cellules du malade pour gie. Ils ont ensuite implanté l’en-
rie tissulaire n’est pas près de satis- faire pousser un nouvel organe sain, semble et laissé la nature agir. « Nous
faire les fantasmes du réalisateur le succès des greffes sera amélioré, (*) L’épithélium avons réussi à faire coloniser notre
français, mais elle commence à les greffés libérés des traitements est un tissu constitué trachée issue de la bio-ingénierie
produire ses premiers organes. antirejet et l’ensemble du système de cellules juxtaposées, par de l’épithélium (*) et observé une
Des chercheurs de l’université du simplifié, puisque chaque bénéfi- comme celles qui recouvrent réparation du cartilage », souligne
le corps (peau) ou des
Texas Medical Branch à Galveston ciaire sera son propre donneur. cavités internes (bouche, Emmanuel Martinod.
ont publié les succès des transplan- Aujourd’hui, cette approche affiche estomac, etc.).
tations de poumons issus de la ses premiers succès cliniques Risque de rejet évité
bio-ingénierie chez quatre cochons, pour des organes complexes. En Mais le poumon est un organe
réalisées entre 2014 et 2017 (1) . La mai 2018, la première implantation bien plus complexe. Responsable
bio-ingénierie tissulaire entrecroise d’un organe artificiel respiratoire a des échanges gazeux entre l’air
des techniques de génie biologique, été réalisée en France, à l’hôpital et le sang, il présente une archi-
de la science des matériaux et d’in- Avicenne, à Bobigny (2) . Emmanuel tecture hiérarchisée et fortement
génierie mécanique afin de fabri- Martinod, chef du service de chirur- vascularisée afin d’alimenter en
quer des substituts biologiques gie thoracique et vasculaire, et son oxygène les machineries énergé-
tiques cellulaires de tout le corps.
Les chercheurs aux États-Unis ont
Contexte Les progrès de la médecine améliorent l’état donc assemblé deux éléments : une
général de nombreux patients soufrant de perte de fonction d’un matrice et des cellules. En utilisant
organe. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à pouvoir pré- des cellules du receveur, ils évitent
tendre à la transplantation. Mais, en parallèle, la sécurité routière le risque de rejet. Pour la matrice,
s’améliorant, les donneurs potentiels se raréfent. Une équation ils ont prélevé, sur un autre cochon,
insoluble que la bio-ingénierie tissulaire propose de résoudre en un poumon qu’ils ont traité afin
produisant des organes sur mesure en laboratoire. d’enlever tout le matériel biolo-
gique vivant. Ne reste alors que

68 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


« l’ossature » protéique du pou- sont restés en vie respectivement vasculaire n’est pas suffisamment
mon, sur laquelle les chercheurs dix heures, deux semaines, un mois mature, explique Joaquin Cortiella,
font pousser les cellules durant et deux mois après la transplanta- qui dirige le laboratoire où ces tra-
trente jours dans un bioréacteur. tion. Au terme de chaque période, vaux ont été effectués. Les poumons
Dans cette armoire hermétique, ils ont été sacrifiés afin d’étudier issus de la bio-ingénierie ont continué
les conditions – température, taux l’évolution du poumon greffé in vivo. à se développer après la transplan-
d’oxygène, cocktails de nutriments, Deux semaines après la transplanta- tation sans aucune infusion de fac-
facteurs de croissance – sont fine- teurs de croissance. Le corps a fourni
ment contrôlées. Rien n’y est laissé tous les éléments de base nécessaires
au hasard. « Cette étape ex vivo est Produire un système aux nouveaux poumons. » « Cette
indispensable pour les organes com- publication de l’équipe texane est
plexes. Elle permet de créer un orga-
de vaisseaux hiérarchisé un grand pas dans ce domaine »,
noïde imparfait qui pourra se remo- est une étape clé reconnaît Emmanuel Martinod. « Le
deler et maturer dans son hôte », fait de produire un système de vais-
explique Emmanuel Martinod. seaux hiérarchisé est une étape clé de
Sortis du bioréacteur, les pou- tion, les chercheurs ont observé un la bio-ingénierie des organes », sou-
mons ont ensuite été transplantés réseau vasculaire irriguant le gref- ligne le chirurgien Jean-Christophe
chez les cochons receveurs, dotés fon. « Nous n’avons observé aucun Fricain, qui dirige l’unité de bio-
d’un seul poumon fonctionnel. Les signe d’œdème pulmonaire, ce qui ingénierie tissulaire de l’Inserm et
quatre animaux, en bonne santé, indique généralement que le système l’accélérateur de recherche
J.E.NICHOLS/UTMB

Sur cette « ossature » d’un poumon de cochon placé dans un bioréacteur, les chercheurs ont fait pousser des cellules du cochon receveur.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 69


dossier Un an de science • Santé et environnement

technologique BioPrint, à « Le rein est un organe complexe,


Bordeaux. Or cet apport sanguin est constitué d’au moins 22 types cel-
indispensable à la survie des organes lulaires », explique Anthony Atala,
et tout indique ici que ces poumons l’urologue américain qui dirige
sont viables. Mais sont-ils fonction- l’un des centres les plus avancés
nels ? Impossible à dire. « Même dans le monde en la matière, l’Ins-
après deux mois, le poumon issu de la titut Wake Forest de médecine
bio-ingénierie n’était pas encore suf- régénérative, à Winston-Salem, en
fisamment développé pour que nous Caroline du Nord. Des organoïdes
puissions empêcher l’animal de res- sont aujourd’hui utilisés dans les
pirer normalement via son poumon laboratoires de recherche pour
naturel », précise Joaquin Cortiella. tester des médicaments en cours
Ce tissu imprimé contenant des cellules endothéliales est de développement. Et l’obtention
Des efforts sur le rein produit au laboratoire de recherche de l’Inserm à Bordeaux. d’organes complets reste incer-
Mais le chercheur américain a bon taine. Ainsi, dans ces organoïdes
espoir et il imagine pouvoir réaliser prélever des cellules saines pour colo- rénaux, des biologistes de l’uni-
les premières transplantations chez niser le greffon sera délicat, en parti- versité américaine Washington de
l’homme d’ici cinq à dix ans, dans culier en cas de maladies comme la Saint-Louis, dans le Missouri, ont
le cadre de soins compassionnels, mucoviscidose. » mis en évidence la présence de 10 à
c’est-à-dire chez des patients pour D’autres organes pourraient bénéfi- 20 % de cellules cérébrales ou mus-
lesquels tous les autres recours thé- cier de ces techniques. Le rein, pour culaires qui n’ont rien à y faire (3) .
rapeutiques ont été écartés. Un délai lequel les besoins en greffons sont Cet exemple traduit combien il est
bien court, selon les experts français. très importants, concentre de nom- ardu de maîtriser les processus de
« Cela va prendre plusieurs décen- breux efforts. En 2012, une équipe différenciation cellulaire in vitro au
nies, on est encore très loin de la mise de l’Institut de recherche pharma- sein d’un organe complexe.
en fonction, estime Jean-Christophe cologique Mario-Negri, à Milan, a Peut-être est-il trop ambitieux pour
Fricain. Il sera difficile de mettre en réussi à produire des organoïdes le moment d’imaginer créer des gref-
pratique cette technique en clinique, – structure multicellulaire et tridi- fons de rein à partir d’organoïdes.
car les patients en attente de greffe de mensionnelle – fonctionnels. Mais Conjuguer la biologie du dévelop-
poumon sont très précaires. De plus, leur croissance reste compliquée. pement et les biomatériaux semble

LES PROMESSES DE LA BIO-IMPRESSION 3D

InSerm/FrançoIS GUénet - InSerm/aLPHanoV/LUDoVIC LeSCIeUX/FaBIen GUILLemot


L’impression 3D a fait une entrée fra- de l’Inserm et l’accélérateur de recherche
cassante en médecine en proposant aux technologique BioPrint, à Bordeaux. Cette
chirurgiens de fabriquer facilement des technique est aujourd’hui utilisée pour créer
prothèses sur mesure pour leurs patients. des matrices qui soutiendront le développe-
La bio-impression pourrait être encore ment des futurs organes. Mais elle promet
plus spectaculaire. Elle permet de réaliser, un meilleur contrôle de leur développement
couche par couche, un support matriciel au sein des bioréacteurs. Associée à l’in-
et d’imprimer des cellules pour reproduire telligence artifcielle, la bio-impression 3D
un tissu vivant. « La bio-impression nous pourrait donner sa quatrième dimension à
sert aujourd’hui à produire des organites la bio-ingénierie tissulaire : le temps. « On
ou des tissus pour tester des candidats mé- a beaucoup de mal à prédire comment
dicaments. Elle permet une organisation les structures vont évoluer », reconnaît
tissulaire précise, plus proche de ce qui se Jean-Christophe Fricain. Les technologies
passe durant le développement. Elle nous d’apprentissage automatique pourraient
donne également accès à la reproductibili- anticiper les modifcations structurales et
L’unité Inserm à Bordeaux a créé ModuLab, té », explique Jean-Christophe Fricain, qui aider les chercheurs à créer des organes sur
un prototype de bio-imprimante laser. dirige l’unité de bio-ingénierie tissulaire mesure. Mais la route est encore longue.

70 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


plus prometteur, en utilisant des Emmanuel Martinod. Outre son
matrices biologiques comme sup- architecture délicate, le cœur est
port de la croissance tissulaire. Ces en effet un muscle avec des pro-
matrices peuvent être obtenues par priétés électriques complexes et
« décellularisation » d’un organe, une fonction endocrine – il sécrète
comme ce qu’a réalisé l’équipe des hormones qui régulent la ten-
texane avec le poumon ; par impres- sion artérielle et la croissance du À l’Institut Wake sur une matrice biodégradable. Les
sion 3D (lire p. 70) ; ou grâce aux tissu cardiaque… Un défi ! Forest de médecine patientes ont pu ainsi accéder à la
sciences des matériaux à partir de Mais d’autres tissus sont plus avan- régénérative, en sexualité. Mais la procédure reste
matières biologiques (collagènes, cés, comme les organes creux. Caroline du Nord, expérimentale. Elle a d’ailleurs été
polysaccharides…) ou biocom- Une dizaine de personnes dans le ces matrices d’os et effectuée hors des États-Unis, dans
d’oreille ont été
patibles, comme l’acide poly(lac- monde vivent ainsi avec une vessie un hôpital de la ville de Mexico.
bio-imprimées,
tique-co-glycolique), par exemple. issue de la bio-ingénierie. Ces pro- L’autorisation réglementaire consti-
puis déposées dans
grès résultent du travail d’Anthony un milieu de culture tue en effet un obstacle délicat à
Vessies et vagins artificiels Atala, de l’Institut Wake Forest. Les franchir pour ces approches. « Il
cellulaire.
Du côté du foie, des universités japo- transplants sont constitués d’une existe beaucoup de contraintes sani-
naises et américaines ont créé des taires pour réaliser un essai clinique
mini-amas de cellules hépatiques de thérapie cellulaire », témoigne
à partir de cellules souches (4) . Ces L’utilisation de matériaux Jean-Christophe Fricain. L’utilisa-
amas cellulaires sont fonctionnels tion de matériaux biologiques exige
et, associés en patch, ils ont res- biologiques exige des normes extrêmement sévères
tauré la fonction chez des souris
en insuffisance hépatique. Mais le
des normes très sévères pour la production, l’achemine-
ment ou le stockage des cellules,
passage à l’homme est encore loin- afin de réduire les risques de conta-
tain. Ces organoïdes dérivent de cel- matrice bio-imprimée sur laquelle minations infectieuses. Ces normes
lules souches induites, obtenues par les scientifiques cultivent les cel- entravent les développements cli-
la reprogrammation génétique de lules du patient. Ces procédures POUR EN niques, c’est pourquoi de nombreux
cellules adultes. Or elles n’ont pas expérimentales n’ont pas encore été SAVOIR PLUS laboratoires travaillent sur des ani-
encore d’accréditation clinique en publiées. La prudence reste de mise. n tinyurl.com/ maux de grande taille avant d’enta-
Europe, leur stabilité génétique au Le même institut avait fait par- imprimer-vivant mer les discussions avec les autori-
cours du temps restant à établir. ler de lui en 2014, en publiant les « Imprimer le vivant », tés réglementaires. n Agnès Vernet
Quant au cœur, l’ingénierie tis- résultats de quatre greffes de vagin, reportage réalisé au (1) J. E. Nichols et al., Sci. Transl. Med.,
sulaire n’en est qu’à ses balbutie- réalisées entre 2005 et 2008, chez laboratoire Inserm de 10, eaao3926, 2018.
ments. « Les solutions associant pro- des jeunes femmes souffrant de biophysique/bio-ingénierie (2) E. Martinod et al., JAMA, 319, 2212, 2018.
thèses mécaniques et biologiques, tel malformation congénitale. Les tissulaire à Bordeaux, (3) H. Wu et al., Cell Stem Cell,
le cœur artificiel Carmat, semblent vagins artificiels ont été obtenus en Science & Santé n° 38, doi:10.1016/j.stem.2018.10.010, 2018.
WFIRM

les plus prometteuses », reconnaît cultivant les cellules des patientes décembre 2017. (4) T. Takebe et al., Cell Reports, 10, 2661, 2017.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 71


dossier Un an de science • Santé et environnement

La ville, un problème de
taille pour les invertébrés
La chaleur favorise les espèces les plus petites. Mais la fragmentation des habitats
avantage les grandes, qui migrent plus facilement d’un milieu à l’autre. D’après
une équipe belge, en ville, ces deux facteurs jouent, mais différemment selon
les groupes. Ainsi, les araignées ont tendance à rapetisser, à l’inverse des papillons.
Ces évolutions bouleversent le fonctionnement de tout l’écosystème.

S
i vous avez déjà pollution…) sur une espèce ou sur quets) qu’aquatiques (puces d’eau,
croisé un cafard une famille d’espèces. L’ambition de crustacés). « Nous nous sommes
de 5 cm de long l’étude parue en 2018 dans Nature efforcés de choisir des terrains d’obser-
en ville, peut-être est de comprendre l’interaction de vation variés. Nous avons sélectionné
vous êtes-vous deux facteurs sur plusieurs cen- des sites présentant des degrés divers
posé la question : taines d’espèces. d’urbanisation », explique Hans Van
les espèces urbaines sont-elles Dyck. Grâce à des modèles statis-

95 001
plus grosses ou plus petites qu’à la Îlots de chaleur urbaine tiques, les chercheurs examinent dif-
campagne ? Tout dépend, répond « Nous avons choisi de nous inté- férents paramètres et en déduisent
l’équipe de Hans Van Dyck, au resser à de petits invertébrés, car ils un degré d’urbanisation qui permet-
Centre de recherche sur la biodi- sont nombreux et se reproduisent tra d’analyser le changement des dif-
versité, à Louvain-la-Neuve, en Bel- rapidement. On peut donc assez vite férentes caractéristiques des popula-
gique. La faune urbaine est en effet C’EST LE NOMBRE juger du changement des popula- tions en fonction de celui-ci.
soumise à deux pressions contra- D’INVERTÉBRÉS, tions », indique Hans Van Dyck. « En Les zones urbaines se distinguent
dictoires, l’une favorisant les petites issus de 81 sites de la tout, nous avons identifié et com- essentiellement des zones rurales
tailles, l’autre les grandes. Si, pour région de Bruxelles paré la taille de 95 001 individus de par deux paramètres. Le premier est
les araignées, ce sont les petites et de Flandre, dont la 702 espèces d’invertébrés, issus de la température, puisqu’il fait envi-
espèces qui prédominent en ville, taille a été mesurée 81 sites dans la région de Bruxelles ron 1 à 2 °C de plus en ville qu’à la
on y retrouve des espèces de papil- dans l’étude et en Flandre », explique son col- campagne. Cet effet d’îlot de cha-
lons plus grandes (1) . de Hans Van Dyck lègue Thomas Merckx, coauteur de leur urbaine se fait essentiellement
La question n’est pas anecdotique. et son équipe. ce travail réalisé par un consortium sentir la nuit et en été. L’autre élé-
Le changement climatique et l’ur- de près de trente chercheurs. Dans le ment qui caractérise les zones
banisation galopante façonnent lot se trouvent aussi bien des espèces urbaines est la fragmentation des
notre environnement en profon- terrestres (araignées, scarabées, cri- habitats : les parcs, les zones vertes
deur. Et pour anticiper la manière et les plans d’eau sont en général
dont les populations animales, en éloignés les uns des autres, et sépa-
général, réagissent à ce change-
Contexte Alors que les villes continuent de rés par des zones difficiles à fran-
ment, les chercheurs bâtissent des gagner du terrain dans le monde et que les tempéra- chir pour les animaux – comme des
modèles à partir de leurs obser- tures moyennes s’élèvent, la faune évolue. Les zones routes, des habitations –, car ils n’y
vations sur le terrain. Jusqu’ici, urbaines hébergent une population moins diverse et retrouvent aucun de leurs repères
les études ont essentiellement moins fournie que les zones rurales. La composition habituels – couleurs, odeurs, etc.
concerné l’effet d’un facteur unique de ces populations change aussi. Or, si l’on en croit la littérature
(la température, l’acidité de l’eau, la scientifique, ces deux paramètres

72 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


ont des effets diamétralement
opposés sur les populations.
En 1994, David Atkinson, de l’uni-
versité de Liverpool, constatait une
relation assez généralement répan-
due chez les ectothermes, les ani-
maux qui dépendent de leur milieu
pour maintenir leur température
corporelle (les insectes, les reptiles
ou les poissons, par exemple) : « Plus
les températures sont élevées, plus la
taille définitive des ectothermes est
faible. (2) » L’hypothèse générale-
ment avancée pour expliquer cette
relation est que la chaleur augmente
le niveau métabolique, donc la
dépense énergétique, des orga-
nismes. Ce qui favoriserait les indi-
vidus plus petits, moins consom-
mateurs d’énergie.
Mais la fragmentation des habi-
tats pourrait avoir l’effet inverse. Le
maintien des populations nécessite
souvent qu’elles puissent migrer
d’un milieu à l’autre. Or, pour se dis-
perser dans des milieux fragmentés, Les coléoptères (ici, Nebria brevicollis) sont en général plus petits en zone urbaine qu’en milieu rural.
il vaut mieux être doté de longues
pattes ou de grandes ailes. exceptions notables : les papillons l’ensemble des services rendus par
de jour et de nuit, les sauterelles et ces écosystèmes, tels que la produc-
La pollinisation affectée les criquets étaient, eux, plus grands tion des fruits ou la régulation des
Cet effet est-il suffisant pour contre- que leurs cousins des zones rurales. insectes ravageurs, qui pourrait être
carrer la hausse des températures ? Selon le groupe auquel on s’inté- modifié par le milieu urbain.
En général, non, répond l’étude. resse, on retrouve des espèces de « Notre étude doit servir de base de
Chez la majorité des groupes étu- 7 à 21 % plus grandes dans les habi- réflexion pour les urbanistes. S’ils
diés (araignées, scarabées, charan- tats fragmentés urbains. anticipent les effets de l’urbani-
çons, puces d’eau…), les commu- Or ces changements de taille POUR EN sation, ils peuvent penser à mul-
nautés animales des zones urbaines peuvent bouleverser le fonction- SAVOIR PLUS tiplier des zones vertes, à créer des
sont en effet constituées d’espèces nement de tout l’écosystème. La nVincent Bradel (dir.), corridors pour connecter ces zones
en moyenne 16 % plus petites qu’en production de matière organique Urbanités et biodiversité. et à prévoir des mares pour la faune
milieu non urbain. Ce sont les puces et sa décomposition, le cycle des Entre villes fertiles et aquatique », préconise Hans Van
d’eau (cladocères) qui subissent éléments chimiques, en sont affec- campagnes urbaines, quelle Dyck. La multiplication des zones
la plus forte réduction de taille tés. Mais aussi la démographie des place pour la biodiversité ?, vertes aurait par ailleurs l’avan-
(-44 %), ce qui confirme les pré- populations, et leurs relations avec Presses universitaires de tage de diminuer l’effet de chaleur
cédentes observations montrant les autres espèces – proie-prédateur Saint-Étienne, 2014. urbaine. De plus, elles constituent
que l’effet de la température sur la notamment. On a ainsi remarqué nPhilippe Clergeau et des refuges pour la faune. Car l’un
taille est exacerbé pour les espèces que les mésanges charbonnières Nathalie Machon, Où se cache des constats de l’étude est que,
aquatiques. « Un autre facteur sont peu fertiles en milieu urbain, la biodiversité en ville ?, effectivement, les insectes et les
entre en jeu dans ce cas : les étangs car leur régime alimentaire n’est pas Quæ, 2014. papillons sont bien moins abon-
Reinout VeRbeke

urbains, plus chauds, contiennent le même qu’en milieu rural. dants en ville qu’à la campagne. n
moins d’oxygène et sont peu pro- La modification de la taille des  Anne Debroise
pices aux espèces plus grosses », pré- papillons peut aussi affecter la pol- (1) T. Merckx et al., Nature, 558, 113, 2018.
cise Thomas Merckx. Mais il y a des linisation des plantes. À terme, c’est (2) D. Atkinson, Adv. Biol. Res., 25, 1, 1994.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 73


dossier Un an de science • Santé et environnement

Des moustiques mutants


contre le paludisme
Grâce à une manipulation génétique, une équipe britannique vient de réussir
à faire disparaître en laboratoire toute une population de moustiques
responsables de la transmission du paludisme. Elle a utilisé une technique
qui permet de modifier l’ADN des insectes – par exemple, pour les rendre stériles –
et de transmettre cette mutation de génération en génération.

M
ettre une colo- parvenue. Après avoir fait cohabiter molécule capable de couper l’ADN,
nie de mous- 300 femelles d’Anopheles gambiae, l’enzyme Cas9, d’une molécule qui
tiques K.-O. ! l’une des espèces responsables de va guider Cas9 à l’endroit choisi sur
Un rêve pour la propagation du paludisme en l’ADN et d’un gène synthétique qui
les popula- Afrique, et 300 mâles, dont la moi- apportera les caractéristiques choi-
t i o n s f ra p - tié a été génétiquement modi- sies. « La cassette gene drive se com-
pées par le paludisme, la dengue,
le chikungunya ou le virus Zika.
fiée, la population s’est éteinte en
sept générations dans une cage, et 300 porte comme un élément égoïste,
puisqu’elle provoque une cassure
Pour y parvenir, les biologistes four- onze dans une autre (1) . dans les chromosomes naturels
bissent leurs armes. Après les agents L’équipe londonienne et celle qu’elle rencontre à l’occasion des
chimiques, voici l’ère des mous- d’Anthony James, à l’université fécondations, explique Éric Marois,
tiques mutants. Grâce aux progrès de de Californie à Irvine, se sont inté- MOUSTIQUES qui travaille sur cette technique à
la génétique, il est possible de modi- ressées au forçage génétique dans MÂLES, dont la l’Institut de biologie moléculaire et
fier l’ADN de ces insectes pour les les années 2000. La mise au point, moitié a été cellulaire (CNRS, Inserm, université
rendre infertiles ou pour empêcher en 2012, des ciseaux génétiques génétiquement de Strasbourg). Ces chromosomes se
leur infection par un agent patho- CRISPR-Cas9 a rendu cette tech- modifée, ont été réparent généralement en recopiant
gène. Et, surtout, des équipes ont nique accessible. Les équipes ont utilisés pour cette cassette égoïste pour “boucher la
réussi à faire en sorte qu’une muta- conçu une boîte à outils génétique l’expérimentation cassure”, mais ils ne savent pas qu’un
tion induite sur quelques spécimens capable de se transmettre de géné- de forçage génétique élément artificiel se trouve à l’endroit
se propage, au fil des générations, à ration en génération et d’intégrer menée à l’Imperial même de la cassure sur le chromo-
toute une colonie de moustiques la mutation voulue à chaque indi- College de Londres. some homologue transgénique qu’ils
en cage. Les spécialistes parlent de vidu. Cette boîte à outils, ou cas- utilisent comme matrice de répara-
forçage génétique ou gene drive. sette gene drive, se compose d’une tion. » Cette boîte à outils molécu-
La technique a été mise au point laire fait ainsi du « copier-coller »
en 2015. Jusque-là, des biologistes génétique à la chaîne…
avaient apporté des preuves de sa
Contexte Le paludisme est une maladie due à
faisabilité chez les moustiques, mais des parasites transmis à l’homme par des piqûres de Le gène doublesex
aucun n’avait réussi à les éliminer moustiques femelles infectés. En 2016, 216 millions Dans leur expérimentation, Andrea
totalement en laboratoire. de cas ont été recensés dans le monde, provoquant Crisanti et Tony Nolan ont ciblé un
Pour la première fois cette année, 445 000 décès. L’Afrique représente 90 % des cas et gène d’Anopheles gambiae appelé
l’une des équipes pionnières, celle 91 % des décès. Le moustique Anopheles gambiae est le doublesex. Lors du développe-
d’Andrea Crisanti et de Tony Nolan, principal vecteur du paludisme en Afrique subsaharienne. ment embryonnaire, il est impliqué
à l’Imperial College de Londres, y est dans la différenciation sexuelle du

74 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


moustique. Même si tous les méca- reproduction n’est plus possible. La populations un million de fois plus
nismes moléculaires en jeu n’ont population de moustiques est alors nombreuses que celles testées dans
pas encore été élucidés, les biolo- éliminée. « Contrairement à de pré- les cages, si la cassette gene drive
gistes ont déterminé que, lorsque cédentes expériences, la transmission POUR EN ne se heurtera pas à des polymor-
l’embryon est un mâle, le gène de la mutation n’a pas rencontré de SAVOIR PLUS phismes qui permettraient une résis-
n« Génétique rime avec
doublesex code un certain type de résistance. La séquence génétique tance dans des populations sauvages
protéines, et que, lorsque c’est une qui est ciblée semble très stable, très moustique », in Vaincre de moustiques. Et est-ce qu’elle ne
femelle, le gène code un autre type conservée. Elle ne présente pas de les épidémies, La Recherche pourrait pas être transmise à d’autres
de protéines. Dans ce gène qui com- polymorphismes qui pourraient blo- hors série n° 19, octobre- espèces de moustiques non ciblées ?
prend plusieurs milliers de nucléo- quer le fonctionnement de la cassette novembre 2016, p. 82. Le biologiste Kevin Esvelt, à la tête
nFrédéric Darriet, Des
tides, ils ont découvert qu’une gene drive », explique Éric Marois. de l’équipe Sculpting Evolution, à
séquence beaucoup plus courte Dans les expériences de Tony Nolan moustiques et des hommes, l’Institut technologique du Massa-
peut être coupée et remplacée de et Andrea Crisanti, la transmission chronique d’une pullulation chusetts, avertit que « le fait que la
façon à obtenir des femelles sté- s’est produite à 100 %. « Ces résultats annoncée, IRD Éditions, 2014. séquence cible du gène doublesex soit
riles. Les mâles porteurs de ce gène confirment que le forçage génétique hautement conservée signifie qu’elle
modifié ne montrent aucun change- peut être efficace contre le paludisme, pourrait être présente dans le génome
ment, pas plus que les femelles avec d’autres espèces de moustiques. La
une seule copie de ce gène. Mais les cassette gene drive pourrait alors se
femelles avec deux copies du gène Il faudrait cinq à dix ans répandre dans des espèces de mous-
modifié ont des caractéristiques à la
fois masculines et féminines, et ne
avant d’envisager des tests tiques non ciblées, s’il y a des croise-
ments. » En outre, que se passera-t-il
peuvent pas pondre. en milieu naturel chez les espèces qui se nourrissent
En ciblant le gène doublesex, les bio- de moustiques ? Face à ces questions,
logistes ne modifient pas les capaci- a estimé Andrea Crisanti, lors de la Éric Marois privilégie une autre stra-
tés de reproduction des mâles, qui publication de ces résultats. Il reste tégie : utiliser le forçage génétique
peuvent ainsi transmettre la muta- encore beaucoup à faire, à la fois pour pour transmettre une mutation
tion avec la cassette gene drive à leur tester la technologie dans des labora- empêchant le moustique de deve-
descendance. Lors de la fécondation, toires plus importants et pour évaluer nir un vecteur d’agent pathogène, tel
la copie du gène doublesex paternel la faisabilité d’une telle intervention Plasmodium falciparum, le parasite
corrige la copie maternelle. L’em- dans des pays concernés ». Selon le responsable du paludisme.
bryon, qu’il soit mâle ou femelle, biologiste, il faudrait attendre cinq Enfin, les populations humaines
est systématiquement porteur de à dix ans avant d’envisager de tester touchées par les infections trans-
Des biologistes
deux copies du gène doublesex le forçage génétique en milieu natu- sont arrivés à rendre mises par les moustiques sont-elles
muté. Ainsi, au fil des générations, rel. Ces résultats réalisés en labora- stérile le moustique prêtes à subir des lâchers de mous-
les femelles d’une population sont toire pourraient-ils être obtenus Anopheles gambiae tiques génétiquement modifiés por-
de plus en plus nombreuses à être dans la nature ? Pour Éric Marois, en modifant l’un teurs de la cassette gene drive ? En
stériles. Jusqu’au moment où la il est difficile de prédire, dans des de ses gènes. août dernier, l’Autorité nationale de
biosécurité du Burkina Faso a auto-
risé le lâcher de 10 000 moustiques
Anopheles génétiquement modi-
fiés autour du village de Pala, dans
la région Ouest du pays, dans le cadre
du programme Target Malaria (2)
financé par la Fondation Bill et
Melinda Gates. Il s’agit de mâles por-
teurs d’une mutation qui empêche
le développement des larves. Mais
Dr. AnDrew HAmmonD

cette mutation ne se répandant pas,


il n’y a pas de forçage génétique. n
 Mathias Germain
(1) K. Kyrou et al., Nat. Biotechnol., 36, 1062, 2018.
(2) targetmalaria.org

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 75


dossier Un an de science • Santé et environnement

10

Une maladie du sang


corrigée par
thérapie génique
On peut traiter les anomalies génétiques les plus fréquentes provoquant
des malformations des globules rouges dans une maladie héréditaire du sang,
la bêta-thalassémie. C’est ce qu’ont confirmé des essais cliniques de phase 1-2.
Greffés il y a cinq ans avec leurs propres cellules génétiquement modifiées,
des patients vivent désormais sans transfusion sanguine.

I
ls sont aujourd’hui 19 ex- En octobre 2018, l’Agence euro- recherche de l’Institut des mala-
malades de la bêta-thalassé- péenne des médicaments a en effet dies génétiques Imagine.
mie. Nés avec une forme grave annoncé que le dossier de demande Tous les volontaires souffraient
de cette maladie héréditaire d’autorisation de mise sur le mar- d’une des formes les plus handi-
du sang, ils vivent désormais ché déposé par le laboratoire amé- capantes de bêta-thalassémie.
normalement. Ils n’ont plus ricain Bluebird Bio était accepté, et Cette maladie héréditaire résulte
besoin de se rendre à l’hôpital pour qu’il devrait bénéficier d’un traite- de la mutation qui affecte l’hémo-
recevoir leur transfusion mensuelle ment accéléré. globine, la protéine des globules
et sont libérés de la fatigue conti- Cette bonne volonté affichée est rouges transportant l’oxygène dans
nuelle due à l’anémie. Beaucoup la conséquence des résultats la circulation sanguine. Chez les
témoignent, comme cette jeune prometteurs de quatre essais personnes saines, cette protéine
femme de 24 ans qui a reçu le trai- cliniques de phase 1-2 dévoi- est constituée de quatre chaînes
tement il y a quatre ans, de leur sen- lés en avril 2018 ( 1 ) , ayant de deux types différents : deux
timent d’être, enfin, « comme tout le impliqué 22 volontaires, dont chaînes alpha et deux bêta.
monde ». Pourtant, jusqu’ici, la bêta- 4 en France. Ceux-ci ont été Chez les malades, le gène codant
thalassémie était jugée incurable. Le traités à l’hôpital Necker-Enfants la chaîne bêta est muté. On recense
traitement de thérapie génique que malades, à Paris, sous la supervision plus de 200 mutations patholo-
ces malades ont reçu en 2013, bap- de Marina Cavazzana, responsable Pour réparer giques, qui abolissent ou réduisent
tisé LentiGlobin, devrait être bientôt du département de biothérapie génétiquement des l’expression de la chaîne bêta.
disponible sur le marché européen. à l’hôpital Necker et directrice de cellules défectueuses, « On peut vivre normalement avec
les chercheurs utilisent un seul des deux gènes défectueux,
des virus modifés, tel et même devenir champion sportif,
Contexte Depuis les premiers succès en demi-teinte de la
celui du VIH, comme
comme Pete Sampras ou Zinédine
agent modifcateur.
thérapie génique, la sécurité et l’efcacité des protocoles ont été Zidane, tous deux porteurs du trait
renforcées. Les premières thérapies pour corriger des maladies thalassémique », indique Thierry
monogéniques rares sont désormais disponibles sur le marché. VandenDriessche, de la Vrije Uni-
Mais avec les hémoglobinopathies – bêta-thalassémie et drépano- versiteit Brussel. Mais, lorsque
INGRAM/BSIP

cytose –, qui sont les maladies monogéniques les plus répandues, chacun des parents a légué un gène
un nouveau cap est en train d’être franchi. défectueux à l’enfant, il souffre
de bêta-thalassémie sévère. Son

76 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


organisme produit alors très peu cette maladie, en Afrique, en Asie, Ils sont bien entendu modifiés pour
de globules rouges fonctionnels. La au Moyen-Orient et dans le pour- ne pas être pathogènes. Leur ADN
maladie se traduit notamment par tour méditerranéen. En France, on a été remplacé par le gène médi-
de l’anémie, de la fatigue, une res- compte 350 à 400 malades. cament. Une fois que celui-ci a été
piration difficile… L’enfant est plus Comment corriger un gène défec- inséré dans les cellules souches, elles
sensible aux infections et grandit tueux ? Les chercheurs peuvent deviennent capables de fabriquer la
plus lentement. effectuer la manipulation génétique chaîne bêta manquante.
Les malades sont traités par des directement dans l’organisme ou Le choix du vecteur est une étape
transfusions, une fois par mois. Mais prélever des cellules défectueuses, délicate des thérapies géniques.
celles-ci entraînent des dépôts de les modifier en laboratoire, avant de En 1999, le premier essai clinique
fer dans l’organisme, qui endom- les réimplanter. C’est cette seconde réussi avait été réalisé à l’hôpi-
magent le système cardio-vasculaire, option qu’a choisie l’équipe de tal Necker par une équipe asso-
le foie et perturbent le fonctionne- Marina Cavazzana. Dans le cas des ciant Salima Hacein-Bey Abina,
ment hormonal. Un traitement par maladies sanguines, elle est d’au- Marina Cavazzana et Alain Fischer.
des chélateurs du fer (*) , à leur tour tant plus indiquée que les cellules Il avait concerné une dizaine d’en-
responsables d’effets indésirables, (*) Un chélateur à corriger peuvent être prélevées à fants bulles, souffrant de déficits
est alors utilisé. La seule guéri- forme des ions avec un l’aide d’une simple prise de sang. Il immunitaires rares dus à des muta-
son possible impose une greffe de métal, comme le fer, ce s’agit de cellules souches, présentes tions dans l’un des gènes impliqués
cellules souches de moelle osseuse. qui facilite son élimination dans la moelle osseuse, qui peuvent dans les défenses immunitaires (2) .
par l’organisme.
Mais ces greffes sont réservées aux s’y multiplier et acquérir les traits Or, si ces premiers essais – en France,
jeunes malades ayant un frère ou caractéristiques de cellules matures, puis au Royaume-Uni – ont bien
une sœur qui puisse lui fournir des notamment des globules rouges. permis à une vingtaine d’enfants de
cellules génétiquement compa- Des facteurs de croissance peuvent développer un système immunitaire
tibles avec les siennes. cependant les amener à passer dans satisfaisant, ils ont aussi provoqué
la circulation générale. cinq cas de leucémie, dont un fatal.
Une cible de choix Une fois ces cellules souches pré- En s’insérant, le vecteur a activé un
La bêta-thalassémie est une cible levées, elles sont mises en culture gène de prolifération cellulaire à
de choix pour la thérapie génique. et modifiées. Les agents modifi- l’origine des cancers.
C’est une maladie où un seul gène cateurs sont des virus : ceux-ci, en Les équipes se sont donc inves-
est défaillant mais, contrairement effet, se reproduisent en insé- ties dans l’élaboration de vecteurs
à la plupart des maladies monogé- rant leur ADN à l’intérieur plus sûrs. Cette partie du travail
niques, elle est relativement fré- du génome de leur hôte. a été effectuée à l’université
quente. « Il y a une très grande
différence de fréquence avec les
maladies que l’on a commencé
à soigner par thérapie génique
il y a dix ans », note Thierry
Inserm/ elIsabeth Cramer bordé - maUro FermarIello/sPl/Cosmos

VandenDriessche. En 2016, la
première autorisation de mise
sur le marché accordée pour une
telle thérapie en Europe concernait
le Strimvelis, qui soigne un défi-
cit immunitaire touchant environ
15 enfants par an en Europe.
La forme sévère de la bêta-thalassé-
mie touche 288 000 personnes dans
le monde. Cette fréquence élevée
s’explique : la présence d’un gène
muté protège en effet contre les
effets les plus graves du paludisme.
L’évolution a donc favorisé sa per- Les malades atteints d’une forme grave de bêta-thalassémie produisent peu de globules rouges
sistance dans les régions où sévit fonctionnels (en haut, vus au microscope). Ils doivent donc être transfusés une fois par mois.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 77


dossier Un an de science • Santé et environnement

Les lentivirus ont été utilisés préparer les malades avant la réin-
sur plus de 200 patients, et aucun jection des cellules réparées pour
qu’elles prennent la place des cellules
n’a montré de signe alarmant malades. » Les résultats sont à la hau-
teur de leurs efforts : entre 80 et 100 %
de prolifération cellulaire ” des cellules souches traitées sont cor-
Marina Cavazzana, du département de biothérapie à l’hôpital Necker rigées. Surtout, quelques semaines
à quelques mois après la greffe,
Harvard, près de Boston, et au obtiennent après une transfusion 12 des 13 patients les moins sévè-
CEA de Fontenay-aux-Roses par sanguine. Le jeune homme soigné rement atteints n’ont plus besoin
Philippe Leboulch, en collabora- peut donc s’en passer. de transfusion. Chez les 9 patients
tion avec la société de biotechno- Où le gène s’est-il inséré ? Le séquen- les plus malades, 3 se passent de
logie américaine qu’il a fondée, çage de l’ADN indique que, dans la transfusion. Et, chez les 6 restants,
Bluebird Bio. Le vecteur mis au point moitié des cellules modifiées, le vec- le volume des transfusions a dimi-
est dérivé du virus de l’immunodé- teur viral s’est inséré dans le gène nué de 73 % en moyenne. « C’est un
ficience humaine (VIH), particuliè- qui code la protéine HMGA2, une tour de force car, pour corriger un sys-
rement efficace pour transférer de molécule qui participe également à tème qui produit une grande quan-
grands fragments d’ADN dans les la prolifération cellulaire. Chez une tité de globules rouges [5 000 mil-
cellules souches du sang. Le vecteur personne saine, cette protéine s’ex- liards par litre de sang, NDLR], il
LentiGlobin BB305 insère ainsi la prime peu. Mais on la retrouve dans faut rendre le protocole très efficace »,
longue séquence codant la chaîne certains types de cancer et en quan- salue Anne Galy.
bêta des hémoglobines et tous tité chez le patient. Si ce constat a Les patients continueront à être sui-
les éléments accessoires régulant pu inquiéter les équipes au début, vis pendant quinze ans. Pour Thierry
son expression. il semble, dix ans après, n’avoir eu VandenDriessche, « dans le contexte
Un premier essai clinique, com- aucune conséquence sur sa santé. de la bêta-thalassémie, la greffe pour-
mencé en 2007, concerne un jeune « Les lentivirus, ces vecteurs dérivés rait avoir un effet permanent ». « Cet
homme de 18 ans souffrant d’une du VIH, ont été utilisés depuis plus de essai marque un cap, renchérit
forme grave de bêta-thalassémie. dix ans sur plus de 200 patients dans Marina Cavazzana. Il témoigne des
Ses cellules souches sont prélevées, des essais pour différentes maladies POUR EN progrès effectués en thérapie génique
SAVOIR PLUS
puis corrigées en laboratoire par le génétiques, et aucun n’a montré de par addition de gène. » Ce résultat
nwww.inserm.fr/
vecteur lentiviral. Pendant ce temps, signe alarmant de prolifération cel- constitue un formidable espoir pour
information-en-sante/
le patient subit une chimiothérapie, lulaire », insiste Marina Cavazzana. tous ceux qui souffrent de maladies
dossiers-information/
qui détruit les cellules défectueuses génétiques, notamment de drépa-
Bien préparer les malades therapie-genique
présentes dans sa moelle osseuse. nocytose. Cette maladie du sang, très
Le dossier de l’Inserm
« Il faut préparer le corps à recevoir Ces bons résultats conduisent au semblable à la bêta-thalassémie, est
sur la thérapie génique,
les cellules corrigées. Le condition- lancement, en 2013, de quatre essais à l’origine de plus de 100 000 morts
à lire en ligne.
nement des patients est l’une des cliniques de phase 1-2 pour confir- chaque année dans le monde. En
clés qui ont permis cette prouesse mer l’innocuité et l’efficacité de la 2017, l’équipe de l’hôpital Necker
clinique et médicale », explique thérapie. Au total, 22 patients âgés de avait publié les détails de la greffe,
Anne Galy, directrice de recherche 12 à 35 ans seront traités, dont 14 aux réussie, de cellules souches corri-
Inserm au Généthon. Les résultats États-Unis, 2 en Australie, 2 en Thaï- gées, chez un jeune drépanocytaire,
de cet essai, publiés en 2010, sont lande et 4 en France. Le protocole est avec une technique identique à celle
très encourageants : plus de 10 % amélioré. « Nous avons dû surmon- utilisée pour la bêta-thalassémie (4) .
des cellules souches de la moelle ter des difficultés, témoigne Marina Les résultats d’autres essais, de plus
osseuse contiennent désormais le Cavazzana. La première consistait grande ampleur, devraient bientôt
gène corrigé ; et 3 % des précurseurs à produire des vecteurs en quantité être publiés. n Anne Debroise
de globules rouges (3) . Mais sur- assez élevée pour pouvoir corriger un (1) A. A. Thompson et al., NEJM, 378, 1479, 2018.
tout, la concentration d’hémoglo- maximum de cellules souches. Nous (2) M. Cavazzana-Calvo et al., Science,
288, 669, 2000.
INStItUt ImagINe

bine atteint désormais 9 g par déci- avons dû aussi optimiser la phase de


litre de sang. C’est certes quatre fois correction pour être sûrs de transfu- (3) M. Cavazzana-Calvo et al., Nature, 467,
inférieur à la concentration normale, ser une proportion suffisante de cel- 318, 2010.
mais équivalent à ce que les malades lules corrigées. Enfin, il a fallu bien (4) J. A. Ribeil et al., NEJM, 376, 848, 2017.

78 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Et aussi…
ENVIRONNEMENT

Le déclin de
la biodiversité
D’ici à 2050, 38 à 46 % des espèces animales et
végétales pourraient disparaître dans le monde.
Tel est le constat dressé par la Plateforme inter-
gouvernementale scientifique et politique sur
la biodiversité et les services écosystémiques
(abrégée IPBES en anglais), qui a mobilisé,
BIOLOGIE durant trois ans, 550 chercheurs bénévoles. À Le rhinocéros blanc fait partie des espèces
LES MACAQUES ZHONG ZHONG l’échelle de l’histoire de la Terre, cela représente animales menacées.
ET HUA HUA sont les premiers la sixième grande extinction. « Nous sommes
primates issus d’un clonage dépendants du bon état des écosystèmes et de à la lutte contre les changements climatiques,
par transfert de noyau somatique, la biodiversité, explique Sandra Lavorel, spé- via la capture du carbone ou la régulation de la
la technique qui a donné cialiste de l’écologie fonctionnelle au CNRS. température. En Europe, les mousses et plantes
naissance à la brebis Dolly en Et l’exemple le plus évident est peut-être le rôle hépatiques, les poissons d’eau douce et les
1996. Les biologistes de Shanghai, des pollinisateurs dans notre agriculture. » La amphibiens sont particulièrement en danger. n
en Chine, voudraient créer des biodiversité participe aussi à la dépollution et tinyurl.com/IPBES-declin
lignées de primates modélisant
des pathologies cérébrales,
comme Alzheimer ou Parkinson.
SANTÉ
Z. Liu et al., Cell, 172, 881, 2018.
Et les astrocytes devinrent neurones !
QIANG SUN/INSTITUTE OF NEUROSCIENCE/CHINESE ACADEMY OF SCIENCES - RAYMOND ROIG/AFP - SCIENCE SOURCE/BSIP

MÉDECINE
Dans un article publié sur la plateforme ou lors d’accidents vasculaires cérébraux.
Les progrès de la bioRxiv, Hongkui Deng et son équipe, bio- D’où l’idée de les utiliser pour remplacer les
thérapie génique logistes à l’université de Pékin, expliquent
comment ils sont parvenus pour la pre-
neurones détruits. La transdifférenciation
consiste à injecter un cocktail moléculaire
L’équipe de Federico Mingozzi, du mière fois à transformer des astrocytes en dans le cerveau pour reprogrammer géné-
Généthon, à Évry, a démontré chez neurones fonctionnels. Les astrocytes sont tiquement les cellules d’un certain type en
l’animal qu’il est possible de réadmi- les cellules qui servent habituellement un nouveau type cellulaire. Et cela sans les
nistrer un médicament de thérapie de support nutritionnel et protecteur aux rendre pluripotentes, c’est-à-dire sans les
génique par vecteur viral. Cette pre- neurones. Dix fois plus nombreux que ces rendre immatures au préalable. Pour ce faire,
mière ouvre des perspectives. La thé- derniers, les astrocytes sont souvent épar- les chercheurs ont identifié trois molécules
rapie génique, qui consiste à injec- gnés par les maladies neurodégénératives dont la présence suffit à activer les gènes
ter un gène-médicament dans un responsables de la structure particulière
organisme grâce un virus modifié, des neurones. En injectant ce cocktail dans
a en effet une limite : une fois injec- une structure cérébrale baptisée « striatum »,
tés, les virus induisent une réaction les biologistes sont parvenus à transformer
immunitaire du sujet, qui empêche des astrocytes en neurones chez des souris
de réadministrer le produit. Pour vivantes. Au bout de seize jours, ces nou-
contourner le problème, les biolo- veaux neurones ont été capables de trans-
gistes ont utilisé des nanoparticules mettre un courant excitateur, ce qui montre
de rapamycine, qu’ils ont injectées bien qu’ils ont formé des connexions avec
simultanément au vecteur viral par leurs voisins. Une preuve de concept encore
voie intraveineuse. n Les astrocytes se trouvent en abondance loin d’une application clinique. n
A. Meliani et al., Nat. Commun., doi:10.1038/ dans la substance grise. Y. Ma et al., bioRxiv, doi:10.1101/305185, 2018.
s41467-018-06621-3, 2018.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 79


livres
Les grandes questions
sur l’Univers
D’où vient l’Univers ? Comment est-il né ? Quel est son devenir ? En existe-t-il d’autres ?
Si certaines de ces questions restent d’ordre métaphysique, d’autres relèvent du champ
de l’astrophysique et de la cosmologie. Cette « science particulière », comme nous
l’explique Jean-Philippe Uzan dans son ouvrage Big Bang, est extrêmement jeune.
Ce que nous ne savons pas encore reste immense, mais ce que nous avons appris sur
le cosmos en un siècle l’est tout autant. Parmi les phénomènes que l’on commence à
comprendre, on peut citer les supernovae, explosions d’étoiles qui, dans une débauche
d’énergie, ensemencent la Galaxie de nouveaux éléments chimiques. n

Entretien avec Jean-Philippe Uzan

L’étude du cosmos est


une science particulière ”
Toute science se comprend dans un cadre théorique donné, pointe d’astres, comme les trous noirs. Par ailleurs,
Jean-Philippe Uzan. Ce qui permet de faire confiance au modèle nous sommes à une époque où ce savoir
jusqu’à un certain point. Avec l’Univers comme objet d’étude, la tâche est présent dans tous les ouvrages et dans
est délicate, car nous faisons partie de ce que nous étudions. Un tous les films de science-fiction. Autrement
plaidoyer pour une science cosmologique pas toujours bien perçue. dit, c’est un savoir à la fois proche et très
lointain, et qui pose des questions existen-
tielles. La difficulté pour nous, les scienti-
La Recherche Pourquoi cet fin ? Que faisons-nous là, etc. ? D’ailleurs, fiques, est alors de faire passer le message
engouement du grand public pour les depuis l’Antiquité, les penseurs, en particu- que, parmi toutes les questions sur le cos-
questions ayant trait à l’Univers ? lier grecs, avaient déjà ces interrogations et mos, il y en a certaines pour lesquelles nous
Jean-Philippe Uzan Sans doute parce que ont imaginé des modèles d’Univers. Cultu- avons des éléments de réponse, et d’autres
chacun de nous a, à un moment donné, rellement, nous sommes tous proches de qui sont hors du champ de ce que la science
levé les yeux et vu le ciel avec émotion. ces questions. C’est aussi parce que l’on dis- est capable d’établir.
Le cosmos nous confronte immédiate- pose aujourd’hui d’images fabuleuses grâce L’Univers en tant qu’objet d’études
ment à de grandes questions métaphy- aux télescopes au sol ou dans l’espace. Elles est-il particulier ?
siques : l’Univers est-il fini ou infini ? A-t-il permettent de voir la diversité des galaxies C’est un système physique très particulier,
une origine ? Est-il éternel ou aura-t-il une et révèlent l’existence de nouveaux types en effet. À tel point que certains physiciens

80 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


considèrent – à tort, selon moi – que la cos-
mologie n’est pas vraiment une science…
La première raison est que nous n’avons JEAN-PHILIPPE UZAN
accès qu’à un seul Univers, le nôtre. On ne COSMOLOGISTE, il est directeur
peut pas tester la notion de reproductibilité de recherche CNRS à l’Institut
de l’expérience « Univers » comme nous le d’astrophysique de Paris, spécialiste
faisons avec les expériences de laboratoire. de gravitation relativiste. Ses
La seconde raison est que nous sommes à recherches portent actuellement sur les
l’intérieur de l’Univers, qu’on l’observe ondes gravitationnelles primordiales.
depuis un seul point de l’espace et du Il se passionne pour la diffusion des
temps : ici et aujourd’hui. Cela implique connaissances, au travers de livres
un biais d’observation et un accès limité à et de conférences. Ses centres d’intérêt
l’information. Malgré ces contraintes et ces le conduisent à explorer des chemins
limitations, le cosmologiste tente de recons- moins empruntés, comme les liens
truire les propriétés de l’Univers observable. entre arts et science. Il a reçu
Se pose alors la question de savoir ce que le prix Georges-Lemaître de diffusion
cette reconstruction nous apprend sur des connaissances en 2015.
l’Univers dans son ensemble. Notre petit
coin d’univers est-il représentatif de l’Uni- les propriétés de l’Univers et les phéno- pour le comprendre et les représentations
vers avec un grand U ? Grâce aux mathéma- mènes astrophysiques. Mais toute cette successives qui se sont complétées pour
tiques et à la physique théorique, on par- construction est chargée d’une histoire fournir aujourd’hui le modèle du Big Bang.
vient à apporter des réponses et surtout à qui inclut des erreurs et l’élaboration Pour moi, cette démarche est fondamen-
quantifier la crédibilité de notre reconstruc- d’un modèle, d’un cadre théorique, qui tale, d’autant plus que nous sommes à une
tion dans un cadre théorique bien donné. lui-même repose sur des hypothèses époque où la confiance dans la parole des
Les choses sont « sous contrôle ». Toutefois, souvent non explicitées. Si l’on oublie ce experts se perd. Dans les médias en par-
on ne peut pas éviter de questionner ces cadre théorique, et surtout ses limites, ticulier, on communique souvent sur les
spécificités et d’essayer de tester par l’ob- beaucoup d’affirmations perdent leur aspects scientifiques en simplifiant : c’est
servation les hypothèses qui sous-tendent sens. C’est parce qu’il y a cette rigueur, à vrai, c’est faux, c’est révolutionnaire…
cette construction théorique. la fois théorique et reposant sur de nom- On oublie que la science ne se construit
 ans votre ouvrage, vous insistez
D breuses observations, que peut se déga- pas à coups de slogans, que les experts
sur l’importance de préciser les ger un consensus dans la communauté peuvent certes se tromper, mais qu’ils
démarches scientifques… autour d’un modèle cosmologique stan- passent une grande partie de leur car-
Dans le paysage actuel, il y a beaucoup dard. Mon livre décrit ainsi ce que nous rière à questionner avec beaucoup de
de livres de vulgarisation qui décrivent savons sur l’Univers, mais aussi nos efforts finesse leurs constructions et leurs résul-
tats. Qu’il s’agisse de la cosmologie, de la
théorie de l’évolution, du réchauffement
climatique – dans toutes ces questions
Big Bang. Comprendre l’Univers scientifiques qui sont très larges et où la
depuis ici et maintenant dimension historique est présente, où l’on
Ce n’est pas la belle histoire de qui fait consensus des idées a du mal à détacher l’être humain du sys-
l’Univers que nous narre ici plus discutées. Inflation, énergie tème physique étudié –, il est primordial
Jean-Philippe Uzan, mais celle noire et univers multiples de rappeler la spécificité de la démarche
de la construction des modèles sont ainsi examinés à travers le scientifique. Surtout, il ne faut jamais sur-
PhiliPPe MATSAS / FlAMMArion

cosmologiques. Faisant le lien prisme des allers-retours entre vendre les conclusions auxquelles nous
Jean-Philippe Uzan, entre ces deux piliers des observations et théories. avons abouti. Ce n’est qu’à ce prix que
Flammarion, sciences que sont théorie et Cette démonstration mettant la l’on parviendra, espérons-le, à redonner
octobre 2018, 304 p., 21 € observation, sa description de démarche scientifique au centre confiance et à faire qu’au niveau politique,
(14,99 € en version
numérique). l’échafaudage qui a mené à de la réflexion tombe juste. la connaissance scientifique soit prise au
l’idée de Big Bang distingue ce Salutaire et passionnant. Ph. P. sérieux, pas simplement comme une jus-
tification a posteriori. Pour moi, c’est

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 81


livres Les grandes questions sur l’Univers

important en tant que scientifique, comprendre la singularité initiale, ce que comprendre. Plus de 1 000 personnes tra-
mais aussi en tant que citoyen. l’on appelle communément le Big Bang. vaillent sur le satellite de l’Agence spatiale
 evenons à l’Univers : quels sont
R Celle-ci apparaît dans un cadre théorique européenne, Euclid, qui devrait être lancé
les éléments qui font consensus donné et souligne avant tout la limite de en 2022 et qui permettra de cartographier
et ceux qui sont plus discutés ? cette construction. En étendant ce cadre, la matière noire, dont la nature reste mys-
L’Univers est en expansion, ce qui veut dire on aborde alors des questions telles que : térieuse, de préciser l’expansion de l’Uni-
que l’espace se dilate au cours du temps. qu’y avait-il avant le Big Bang ? Existe-t-il vers et de tester la relativité générale aux
Et donc, si on extrapole dans le passé, il d’autres univers, ainsi que le prétendent échelles astrophysiques. Le Large Synop-
émerge d’une phase primordiale très les modèles de multivers ? Ces explora- tic Survey Telescope (LSST), grand téles-
chaude, très dense et à l’équilibre ther- tions sont nécessaires, car elles façonnent cope américain situé au Chili, sera dédié à
modynamique. Cela fait consensus parce les recherches du futur, éventuellement les l’étude de l’expansion de l’Univers, en par-
que c’est fondé sur des théories validées projets observationnels. Mais leur statut ticulier pour mieux comprendre son accé-
dans les gammes d’énergie où, dans les est très différent : elles se fondent sur des lération récente. Il devrait entrer en fonc-
accélérateurs de particules, les choses tion fin 2019-début 2020. L’espoir est que
sont bien comprises et contrôlées. Cela toutes les nouvelles informations récoltées
fait aussi consensus car on dispose d’ob- Notre savoir révèlent quelques inconnues, et peut-être
servations conformes à cette reconstruc-
tion. Ensuite, la phase d’inflation primor-
sur l’Univers quelques fils à tirer, qui nous permettront
de repartir vers de nouveaux modèles et de
diale – une expansion brusque et brève est très récent nouvelles questions. La science, c’est tou-
de l’Univers à ses premiers instants – jours un pari fait sur l’avenir.
possède un certain crédit, parce qu’on pans théoriques plus spéculatifs et ne sont  u côté de la théorie, on a
D
ne dispose actuellement d’aucune autre pas étayées par des observations. Il n’est l’impression que la situation stagne…
explication et parce que ses implications donc pas étonnant que ces affirmations se Les choses paraissent bloquées, en effet.
observationnelles sont en accord avec les contredisent, apparaissent, disparaissent. La difficulté est de relier la relativité géné-
mesures. Mais, attention, il ne s’agit pas Cela ne remet pas en cause ce qui a été éta- rale, qui décrit la gravitation, et la physique
d’une preuve directe de validité, et la cré- bli par le modèle standard. quantique, qui décrit la matière et les inte-
dibilité de l’inflation est débattue dans la  eaucoup d’instruments performants
B ractions non gravitationnelles. Les cher-
communauté. sont en construction et devraient nous cheurs ont exploré de nombreuses exten-
 t si l’on remonte encore dans
E permettre d’avoir des éléments de sions de la relativité générale, sauf que
l’histoire de l’Univers ? réponse dans la prochaine décennie. toutes ces extensions un peu phénomé-
Là, on arrive dans les aspects les plus dis- O ui, et c’est enthousiasmant parce nologiques sont détachées des construc-
cutés, car ils sont plus spéculatifs. De nom- qu’on a de grandes questions et que l’on tions de gravité quantique, elles aussi
breux modèles et constructions tentent de est capable de dire : là, il y a un truc à explorées par ailleurs. On sait que l’on va
devoir étendre la relativité générale pour
construire une théorie de la gravitation
quantique, mais à des échelles d’énergie
tellement élevées que l’on ne pense pas
que cela ait une influence sur le pro-
blème de la matière noire et sur l’ori-
gine de l’accélération, par exemple.
C’est comme si l’on avait deux
mondes déconnectés et que l’on
était sans moyen, pour l’instant, de les
relier. Quand vous voulez formuler une
nouvelle théorie, il faut avoir quelques
idées qui proviennent de l’expérience et de
l’observation pour vous aiguiller. Les théo-
riciens ont exploré des pistes, ils ont géné-
Cette carte du fond diffus cosmologique, témoin de l’Univers primordial, a été obtenue ralisé les théories les plus simples, ils ont
ESA

à l’aide du satellite Planck, développé par l’Agence spatiale européenne. commencé à classifier les modèles mais,

82 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


sans boussole, c’est un peu aller au petit
bonheur la chance. Extraits du livre de Marco Zito
 tes-vous malgré tout optimiste pour
Ê
ce qui concerne la résolution de ces
mystères de l’Univers ?
Certains resteront de nature métaphysique
Supernova, le dernier
– comme les univers parallèles –, tandis
que, pour d’autres, nous sommes dans
une phase de latence. Mais ce n’est pas
éclat de l’étoile disparue
très étonnant. Il faut remettre les choses
en perspective, car notre savoir sur l’Uni-
vers est très récent : il y a un siècle, on ne La fin de vie des étoiles massives est marquée
savait même pas qu’il existait d’autres par une débauche d’énergie qui dissémine
galaxies que la nôtre. Les grands catalo- dans le cosmos les éléments qui nous constituent.
gues de galaxies ont commencé dans les Les supernovae sont aussi des accélérateurs
années 1980-1990. Le satellite Planck, de particules efficaces. Dans cet ouvrage publié
qui a fait une carte précise du fond dif-
aux éditions Belin, le physicien Marco Zito nous
fus cosmologique – vestige du Big Bang –,
emmène à la rencontre de ces astres remarquables.
date des années 2010. L’accumulation des
savoirs a été très rapide. Notre vision du
cosmos a à peine un siècle et les théories
utilisées – relativité générale et physique
quantique – ont également un siècle. Les rémanents de le fonctionnement de ce type d’accé-
N’est-il pas normal, dans un développe- supernova jouent aussi lérateurs cosmiques. Ce schéma est,
ment scientifique, d’alterner des phases un rôle crucial dans dans ses grandes lignes, celui qui tient
d’accumulation de nouveaux savoirs et l’accélération des par- la corde aujourd’hui, même s’il a subi
des phases de latence pendant lesquelles ticules, notamment les électrons, les pro- d’importants changements suite à des
on doit digérer pour pouvoir reposer les tons et d’autres noyaux plus lourds, qui études ultérieures.
questions d’une façon nouvelle ? Soyons forment les « rayons cosmiques » […]. Ces Pour illustrer ce schéma, imaginons
patients et, pour répondre à votre ques- rayons cosmiques ont été étudiés par un un joueur de tennis qui lance une balle
tion, oui, je suis optimiste. Il ne faut d’ail- grand nombre d’expériences. […] contre un mur, puis la laisse rebondir
leurs pas s’engager dans la recherche si Depuis leur découverte, [ils] ont fait l’ob- de multiples fois entre sa raquette et le
on ne l’est pas. À titre d’exemple, depuis jet de toutes sortes de spéculations quant mur, tout en courant très vite en direc-
septembre 2015, nous avons la preuve de à leur origine. Selon une hypothèse évo- tion du mur. À chaque rebond contre sa
l’existence des ondes gravitationnelles et catrice, mais erronée, émise par le phy- raquette, la balle gagne de l’énergie. Dans
des trous noirs stellaires. La relativité nous sicien américain Robert A. Millikan, il le cas des supernovae, l’équivalent de la
permet, grâce aux ondes gravitationnelles, s’agissait des « cris de naissance » des raquette du joueur est l’onde de choc cor-
de « voir » des astres et des phénomènes atomes (aujourd’hui, on dirait un reste du respondant à la matière expulsée. Le mur,
qui n’émettent pas de lumière. Cette nou- Big Bang). Zwicky [astrophysicien suisse quant à lui, correspond à la matière du
velle astronomie est à peine naissante. Je (1898-1974), NDLR] fut le premier à les milieu interstellaire, juste à l’extérieur de
suis persuadé que, de la même façon que associer aux supernovae, sur la base d’un l’onde de choc. Naturellement, on peut se
l’invention de la lunette et du télescope a argument relativement simple : une frac- demander ce qui fait rebondir des éven-
révolutionné l’astronomie, les instruments tion de 10 % de l’énergie produite dans tuelles particules qui s’aventureraient
conçus pour détecter ces ondes – les inter- notre Galaxie par ces explosions est en dans cette région. Depuis l’époque de
féromètres géants – vont nous révéler de effet suffisante pour accélérer des parti- Fermi, on a imaginé des champs magné-
nombreuses propriétés du cosmos. Une cules et maintenir le système à l’équilibre, tiques qui dévieraient la trajectoire de
grande partie de la communauté s’engage une partie des rayons cosmiques s’échap- ces particules chargées jusqu’à leur faire
dans cette nouvelle voie. Nous allons avoir pant de la Galaxie ou étant absorbés. rebrousser chemin. Dans les années 1970,
des surprises. n Le physicien italien Enrico Fermi ima- on a compris que, lors du choc, à la fois
 Propos recueillis par Philippe Pajot gina un schéma concret pour expliquer la matière interstellaire et la matière

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 83


livres Les grandes questions sur l’Univers

éjectée sont dans un état de plasma, et d’influencer l’environnement où se déve- programme de mesure a été l’objet de tous
que ce sont les quelques particules énergé- loppent les espèces vivantes ! […] les désirs des astronomes, mais sa mise en
tiques en amont du choc qui créent elles- application pratique butait sur des obsta-
mêmes des champs magnétiques. Quand Imaginons que nous cles qui semblaient insurmontables. L’exis-
on calcule le spectre en énergie attendu disposons d’une tence de chandelles standard est loin d’être
pour ce modèle, on trouve un spectre de chandelle standard assurée. Certes, on peut considérer des
type E–2 qui correspond aux observations (c’est-à-dire d’une source lumineuse de étoiles, mais celles-ci présentent en géné-
du spectre des rayons cosmiques. puissance connue) en de nombreux exem- ral des luminosités intrinsèques très diffé-
Ce schéma a été détaillé quantitativement plaires tous identiques, et répartissons-les rentes et, de plus, elles ne sont pas visibles
suite à des observations approfondies partout dans l’Univers. Une fois de retour dans l’Univers lointain. On y distingue à
de rémanents de supernovae. On a ainsi sur Terre, nous pourrions tirer deux carac- peine des galaxies entières ; inutile d’espé-
observé un rayonnement de type synchro- téristiques de leur observation. D’une part, rer y voir des étoiles individuelles. Il fallait
tron émis par des électrons avec une éner- la puissance lumineuse apparente, c’est-à- donc imaginer des objets bien plus lumi-
gie de l’ordre du TeV [téraélectronvolt, soit dire l’énergie du rayonnement électroma- neux ! Peu après la découverte des superno-
1012 électronvolts, NDLR] dans les régions gnétique reçu par unité de surface et de vae, en 1938, Walter Baade a suggéré de les
correspondant aux chocs. On a aussi temps. Dans le cas d’un Univers statique, utiliser pour ce faire. Cette intuition géniale
observé des photons de très haute énergie cette énergie est inversement proportion- restera néanmoins sans conséquences pra-
émis par ces régions du ciel, dont certains nelle au carré de la distance entre nous et la tiques pendant une longue période. […]
trouvent leur origine dans des protons for- source. D’autre part, nous pourrions aussi Selon le modèle communément admis, les
tement accélérés qui ont ensuite subi des mesurer, pour chaque source lumineuse, supernovae de type Ia correspondent à des
interactions avec les noyaux du gaz envi- son décalage vers le rouge, qui résume toute explosions thermonucléaires d’une naine
ronnant. Malgré ces avancées dans la com- l’histoire de l’expansion passée de l’Univers blanche. Cette explosion est inévitable dès
préhension du phénomène, de nombreuses – en effet, cette lumière, avant d’arriver que le compagnon de la naine blanche lui
questions restent ouvertes. En effet, on peut jusqu’à nous, a dû traverser de vastes éten- cède suffisamment de matière pour que la
imaginer d’autres mécanismes d’accélé- dues d’espace pendant un voyage qui a duré masse de celle-ci s’approche de la limite
ration à proximité des étoiles à neutrons des milliards d’années. Si l’expansion de de Chandrasekhar [1,44 fois la masse du
ou des trous noirs. L’origine des rayons l’Univers se produisait à vitesse constante, Soleil, NDLR]. C’est l’universalité de cette
cosmiques de très haute énergie […] est la puissance lumineuse apparente serait limite, dictée par les lois de la physique, qui
elle aussi incertaine. Il pourrait s’agir de inversement proportionnelle au déca- assure la bonne uniformité de la lumino-
particules accélérées dans des sources lage vers le rouge. Pendant longtemps, ce sité des supernovae Ia : la quantité de com-
extérieures à notre Galaxie… Un certain bustible est quasiment la même pour tous
nombre de nouveaux appareils de détec- ces objets. En effet, dès que l’étoile accu-
tion récoltent actuellement des données ou mule une masse proche de cette limite,
sont aujourd’hui en construction. l’explosion se déclenche, et elle engendre
Après leur production, les rayons cos- une quantité d’énergie similaire d’une
miques commencent un long voyage étoile à l’autre. Depuis les travaux pion-
dans la Galaxie. C’est un chemin chao- niers de Zwicky et Baade […], cette unifor-
tique, fait de rencontres avec des régions mité a été vérifiée expérimentalement sur
de champ magnétique plus intenses, qui des échantillons de plus en plus importants
dévient ces particules de façon aléatoire. d’explosions de ce type. Mais jusqu’à quel
En moyenne, les rayons cosmiques effec- point les supernovae de type Ia sont-elles
tueraient de l’ordre de 3 000 passages à tra- semblables ?
Gemini ObservatOry/GmOs-sOUth/nsF

vers le disque galactique (la Galaxie prend Une autre particularité des supernovae
la forme assez aplatie d’un disque ; c’est la Ia permet de s’affranchir de leurs diffé-
raison pour laquelle, vue de la Terre qui est rences. Lors d’une supernova Ia, en effet,
située sur le bord, elle apparaît comme une l’étoile brûle une grande partie de son car-
tache allongée), et resteraient dans notre bone et de son oxygène pour former des
Galaxie 20 millions d’années. Pendant noyaux proches du fer. Puis ces noyaux se
ce temps, ils ont l’occasion de créer les Deux rémanents de supernovae vus par désintègrent et libèrent des photons qui,
noyaux de certains éléments, mais aussi le télescope Gemini Sud, situé au Chili. par la suite, donneront la lumière que nous

84 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


« La plus grande surprise ne vint pas
de la Terre, mais du ciel »
Les observations effectuées par les satellites Vela sont à l’origine d’une extraordinaire découverte
astrophysique : celle des sursauts gamma. Leur origine commence tout juste à être comprise.

Suite au traité [d’in- dont les produits de fission avec à l’origine de la conception des
terdiction des essais leur émission caractéristique de satellites, comparèrent les résul-
nucléaires, NDLR], entre 1963 et rayons gamma, auraient fini par tats enregistrés. Ils constatèrent
1970, les États-Unis décidèrent émerger. Le physicien américain que le signal du 2 juillet 1967,
de lancer une série de satellites, Stirling Colgate lui-même (un à 14 h 19 en temps universel,
appelés Vela, afin de vérifier que des experts mondiaux des super- avait été observé par deux satel-
tous les États, en particulier novae), aurait suggéré ce choix lites, ce qui excluait la possibi-
l’URSS, respectaient l’interdic- d’instrumentation pour les satel- lité d’un mauvais fonctionne-
tion. Ces satellites étaient équi- lites. Il aurait également encou- ment du détecteur ou d’un autre
MARCO ZITO pés à la fois de détecteurs de ragé le démarrage, au laboratoire signal parasite. De plus, aucune
PHYSICIEN AU CEA, rayons X et de détecteurs de de Los Alamos – là où fut conçue éruption solaire ni explosion de
Marco Zito est rayons gamma, rayons consti- et construite la première arme supernova connue ne s’étaient
spécialiste de tués de photons d’une énergie nucléaire –, d’un programme produites à la même date.
physique des autour du MeV, produits entre d’études d’astrophysique, néces- Le signal, qui durait quelques
particules. Il a publié, autres par des noyaux radioac- saire pour distinguer les signaux secondes et présentait un double
en 2015, Dans le tifs. D’après les spécialistes, et d’origine naturelle de ceux pro- pic, n’était pas non plus ce qui
tourbillon des en particulier ceux qui furent à duits par l’activité humaine. était attendu pour une explo-
particules, également l’origine de cette découverte, les La plus grande surprise ne vint sion nucléaire. De quoi s’agis-
aux éditions Belin. Américains craignaient que les pas de la Terre, mais du ciel ! En sait-il ? Ce n’est que six ans
Soviétiques effectuent des tests 1969, les satellites Vela 4 avaient plus tard, en 1973, que le pre-
sur… la face cachée de la Lune ! observé chacun environ une mier article scientifique relatant
Le flash de rayons X produit par quarantaine de « signaux » cette découverte [des sursauts
l’explosion aurait alors pu rester par an. Dans leur bureau de gamma] fut publié, grâce aux
occulté par notre satellite. Tôt Los Alamos, Ray Klebesadel et observations de satellites Vela
ou tard néanmoins, les débris, Roy Olson, deux scientifiques plus sophistiqués. […] »

observons. Or la luminosité d’une super- standard. Une autre corrélation a été trou- l’évolution de sa luminosité, et d’en obte-
nova Ia, à son maximum d’intensité, est vée entre la luminosité des supernovae Ia nir le spectre (pour déterminer le type de
proportionnelle à la quantité de nickel 56 et la couleur de la lumière émise. Grâce à supernova). Cette tâche exige des temps
produit ; il y a ensuite une diminution pro- cette astucieuse procédure de calibration, d’observations importants sur les plus
gressive de la luminosité. Cette diminu- essentiellement empirique, la dispersion de puissants télescopes disponibles […]. Et
tion, plus ou moins lente, est liée au fait luminosité est réduite de 50 % à 15 % envi- ces mêmes télescopes sont aussi les plus
que les photons produits à l’intérieur de ron entre les différentes supernovae Ia. demandés par les astronomes […]. Com-
cette grande masse de matière en expan- Le deuxième problème de taille, dans ment réserver assez tôt une plage d’obser-
sion qu’est la supernova doivent trouver cette recherche de chandelle standard, vation… pour le suivi d’une découverte qui
leur chemin vers l’extérieur. Plus la quan- est la rareté des supernovae : seulement ne se produira peut-être pas ?
tité de nickel est grande, plus long sera le quelques-unes de ces explosions ont lieu La résolution de ce dilemme n’a été pos-
trajet suivi par les photons pour sortir. Il par galaxie et par siècle. Il s’agit donc d’ob- sible qu’avec les progrès techniques des
Marc chauMeil / Divergence

existe donc une relation entre la lumino- server suffisamment de supernovae Ia loin- dernières décennies. Des caméras avec
sité des supernovae Ia à leur pic d’inten- taines pour déterminer avec précision les un champ de vision très large, capables
sité et la durée de l’émission lumineuse. paramètres de l’expansion de l’Univers. De d’observer une large portion du ciel, […]
On est donc en mesure de corriger la plus, la simple découverte d’une supernova ont été développées. Ensuite, les plaques
luminosité observée et de ramener toutes Ia n’est pas suffisante : il est nécessaire de photographiques ont été remplacées par
les supernovae Ia à une même luminosité suivre sa courbe de lumière, c’est-à-dire des capteurs de type CCD, bien plus

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 85


livres Les grandes questions sur l’Univers

sensibles et susceptibles d’un traitement

SUR LE MÊME THÈME numérique rapide de l’information. Et,


pour finir, les chercheurs développeront
une méthode très astucieuse d’observa-
Le Petit Livre des trous noirs lire leurs explications, agrémentées de petits tion que l’on qualifiera de « supernova à la
Les trous noirs sont a dessins sur des questions, telles que la demande ». De quoi s’agit-il ? Des obser-
priori les objets de nature du temps, de l’espace, de la gravité, vations d’une centaine de régions du ciel
l’Univers les plus l’antimatière, les extraterrestres, etc. Et si sont lancées juste après la nouvelle lune,
simples à décrire. Tout l’on se rend compte que ce qu’on ignore est quand les conditions d’observation sont
ce que nous savons une part importante de la science, il y a aussi les plus favorables. Une image de réfé-
d’eux est contenu dans bien des choses que l’on connaît ! Vous rence est alors établie. Une vingtaine de
trois paramètres apprendrez, par exemple, que l’on peut voir jours après, juste avant la nouvelle lune sui-
seulement : leur masse, dans toutes les directions autour de nous vante, ces mêmes régions sont observées
leur rotation et leur charge. Ce sont aussi les jusqu’à une distance de presque 50 milliards une seconde fois pour établir une image où
objets les plus difficiles à appréhender, car la d’années-lumière, alors que l’Univers n’est s’effectuera la « découverte » potentielle. Un
relativité générale qui entre en jeu n’est pas âgé que de 14 milliards d’années. Ou que programme informatique dédié soustrait
intuitive. Les auteurs, tous deux physiciens à votre téléphone portable peut être ensuite l’image de référence à l’image de
l’université de Princeton, prennent le lecteur transformé en un élément d’un vaste découverte. La présence d’une supernova Ia
par la main pour les conduire jusqu’aux détecteur de rayons cosmiques. Délectable. se révélera alors par une augmentation
simulations de la fusion de trous noirs et les Jorge Cham et Daniel Whiteson, Flammarion, de la luminosité d’une galaxie, visible sur
récentes détections des ondes mars 2018, 400 p., 21,90 €.
gravitationnelles qui en résultent. Frans
Pretorius, en particulier, est celui qui, en À la recherche des neutrinos Une méthode
2005, a réussi les premières simulations Les neutrinos seraient-
numériques de fusion de trous noirs, ils la clé des mystères d’observation très
ingrédient indispensable pour comprendre
les ondes gravitationnelles. Une plongée
de l’Univers ? À la
croisée de la physique
astucieuse
vertigineuse dans ces astres dont Albert des particules, de la
Einstein refusait d’admettre la réalité. physique nucléaire et quelques pixels de l’image. Une fois cette
Steven S. Gubser et Frans Pretorius, Dunod, de l’astrophysique, ces augmentation de luminosité détectée par le
septembre 2018, 24 p., 19,90 €. particules produites programme informatique, les astronomes
dans les réactions nucléaires ne sont pas vérifient la découverte […]. Comme une
Tout ce que nous ne savons faciles à attraper. Grâce à des détecteurs supernova met typiquement deux semaines
pas encore, le guide géants, abrités des signaux parasites sous avant d’atteindre sa luminosité maximale,
de l’Univers inconnu les montagnes ou au fond des mines, on sait cette méthode révèle la présence de super-
L’humour est-il un bon désormais qu’ils ont une petite masse, mais novae dont la luminosité est encore en train
vecteur pour faire passer qu’elle est insuffisante pour expliquer la d’augmenter. Lors de la phase lunaire sui-
des notions masse manquante de l’Univers, la fameuse vante, on programme alors des observa-
scientifiques ? La matière noire. Bien que le neutrino n’ait pas tions détaillées. Avec cette méthode, les
réponse est assurément de charge électrique (d’où son nom « petit astronomes ont la garantie d’observer en
positive lorsqu’on lit cet neutre » en italien), on ignore s’il est ou non moyenne une douzaine de nouvelles super-
ouvrage, fruit du travail sa propre antiparticule. Les auteurs, tous novae par session d’observation. La com-
deJorge Cham, deux physiciens des neutrinos, nous narrent munauté des astronomes, d’abord scep-
roboticien connu des internautes pour son cette traque qui se dirige aujourd’hui vers tique, a rapidement été convaincue de la
blog dessiné, PhD Comics, qu’il distille une nouvelle astronomie, dont les messagers puissance de cette méthode. Des suivis
depuis plus dix ans sur le Net, et de Daniel ne sont pas la lumière, mais cette particule détaillés, à la fois spectroscopiques et pho-
Whiteson, physicien des particules. On sent élusive qui reste bien mystérieuse. tométriques, sont donc programmés avec
que les deux compères se sont amusés à Antoine Kouchner et Stéphane Lavignac, les plus puissants télescopes depuis les
faire ce livre. Comme lecteur, on se régale à Dunod, septembre 2018, 240 p., 22 €. années 1990. [...] » n
Marco Zito, Belin, novembre 2018, 236 p., 19 €.

86 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Complétez votre collection
LE MENSUEL
6,40€ le numéro

Année 2017 Année 2018


 N°522 avril 2017  N°531 janvier 2018
LES HORS-SÉRIE
Dossier : L’antimatière défe les lois Les 10 découvertes de l’année. 6,90€ le numéro
de la physique.  N°532 février 2018
 N°523 mai 2017 La révolution microbiote.
Dossier : La révolution des machines  N°533 mars 2018 SP18 : L’intelligence en 20 questions
moléculaires. Voir les trous noirs pour révéler SP19 : Vaincre les épidémies
 N°524 juin 2017 une nouvelle histoire de l’univers.
SP23 : Le Système solaire se révèle
Dossier : Au cœur des atomes.  N°534 avril 2018
SP24 : Les plus grandes controverses
 N°525-526 juillet-août 2017 La neuroscience des émotions.
scientifques
Les pouvoirs de la lumière : énergie,  N°535 mai 2018
informatique, électronique, espace, santé. SP25 : Le sommeil et le rêve, comment
Planète Mars, 50 ans d’exploration
le cerveau se régénère
 N°527 septembre 2017 spatiale.
Comment le cerveau construit SP26 : 100 jeux mathématiques
 N°536 juin 2018
ses réseaux. et 25 énigmes policières
Comment l’homme va évoluer.
 N°528 octobre 2017  N°537-538 juillet-août 2018
Infation, l’enfance controversée Chaos et systèmes complexes.
de l’Univers.
 N°539 septembre 2018
 N°529 novembre 2017
L’intelligence artifcielle transforme
L’intelligence artifcielle transforme Et pour conserver
les sciences.
les sciences. votre collection
 N°540 octobre 2018 précieusement
 N°530 décembre 2017
La topologie bouleverse la physique.
La topologie bouleverse la physique.
 l’écrin 12 numéros
18 seulement
(hors frais de port)

Retrouvez l’intégralité des numéros disponibles sur le site www.larecherche.fr



Bon de commande À retourner sous enveloppe affranchie à
Sophia Publications - anciens numéros - 8 rue d'Aboukir - 75002 Paris - commandes@sophiapublications.fr
VPC543
Nom : Prénom :

Adresse :

Code postal : Ville : Pays :

Portable :
Pour une meilleure gestion de votre commande, merci de nous indiquer votre e-mail : @
f J’accepte de recevoir par mail, des informations des partenaires de La Recherche.

Oui, je souhaite recevoir dans les 10 jours la commande ci-dessous Je règle aujourd’hui par :
Indiquez ci-dessous les numéros souhaités Quantité Prix unitaire TOTAL
 chèque à l’ordre de SOPHIA PUBLICATIONS  carte bancaire
 LA RECHERCHE

6,40 € € Je note aussi les 3 derniers chiffres du numéro inscrit au dos
de ma carte bancaire,
 LES DOSSIERS DE LA RECHERCHE au niveau de la signature : Expire fin :
6,90€

Signature obligatoire :
 L’écrin LA RECHERCHE 12 numéros 18,00 € € Votre commande sera
FRAIS DE PORT : France métropolitaine (Étranger, nous contacter) expédiée à réception
1,50€ le numéro / + 0,50€ le numéro supplémentaire € de votre règlement.
6,85€ l’écrin / 8,35€ de 2 à 3 / 9,10€ de 4 à 5
Au-delà de 5 écrins, nous contacter. €
Loi informatique et libertés : vous disposez d’un droit d’accès et de rectifcation
Total de ma commande (Frais de port inclus) € des données vous concernant. Elles pourront être cédées à des organismes extérieurs
sauf si vous cochez la case ci-contre 
livres Sélection du mois

La Dernière Étreinte
Frans de Waal

M
ama, une femelle chimpanzé du Burgers’ de chocolat et un compagnon enfermé dans une petite cage de
Zoo, à Arnhem, aux Pays-Bas, est au seuil de verre, le rat libre préfère l’aider avant d’aller manger ! Sauf s’il a
la mort. Le biologiste Jan van Hooff, qui la été drogué avec un relaxant : il est alors insensible au sort de ses
connaît depuis plus de quarante ans, vient semblables. Quand on voit à quel point les animaux agissent
à son chevet. Mama, couchée sur son lit comme nous, ont les mêmes expressions physiologiques, pos-
de paille en position fœtale, fait alors un sèdent le même type de cerveau, n’est-ce pas étrange de penser
large sourire, caresse les cheveux du visiteur, enroule son bras que leurs expériences intérieures sont radicalement différentes ?
autour de son cou pour le serrer contre elle. Le chimpanzé sou- En ces temps d’élevage industriel, la question gêne comme un
ligne sa longue étreinte en pianotant contre sa nuque. Cette éléphant dans un magasin de porcelaine. Il y a urgence : si nous
scène d’adieux entre deux hominidés est le point de départ du prenons la biomasse totale des vertébrés vivant sur Terre, les ani-
livre de Frans de Waal, éthologue, spécialiste des grands singes, maux sauvages n’en représentent que 3 %, les hommes un quart,
qui a enseigné au département de psycholo- le bétail presque les trois quarts !
gie de l’université Emory, à Atlanta. Depuis
une trentaine d’années, il bouscule nos idées
Ces adieux entre Avec espièglerie, l’éthologue règle quelques
comptes avec les transhumanistes persuadés
reçues sur les primates et les animaux d’une deux hominidés que l’esprit n’a pas besoin de corps : « Le bon-
manière plus générale. Dans son précédent heur a quelque chose de viscéral ; je serais prêt
ouvrage, il soulignait que ceux-ci sont intel- sont le point à parier qu’un cerveau coupé de ses viscères ne
ligents. Ici, il nous explique avec érudition
et humour qu’ils sont capables d’émotions :
de départ du livre sent rien. » À l’ère de Donald Trump et de Vla-
dimir Poutine, Frans de Waal fait une mise au
joie, empathie, colère, mais également honte, dégoût, sentiment point sur la notion de mâle dominant détournée par les managers
d’injustice et esprit de revanche ! et les politiques. Un primate dominant est un être beaucoup plus
Pour appuyer sa démonstration, il puise avec talent dans sa complexe et plus responsable qu’une grosse brute. Protecteur,
longue expérience de primatologue. Nous découvrons la vie des guérisseur, le mâle alpha est l’arbitre ultime, celui qui restaure
chimpanzés, des bonobos, des capucins, mais également d’autres l’harmonie. « Il est capable de se planter au milieu de deux groupes
espèces comme les éléphants, les loches clowns, les crabes verts en opposition qui hurlent, en levant les bras jusqu’à ce que tout le
et les rats… On apprend que ces derniers réagissent à la détresse monde se calme… » Une leçon à méditer. Mathias Germain
d’un congénère prisonnier. Placé entre un bocal rempli de pépites Frans de Waal, Les liens qui libèrent, 400 p., 23,50 €.

88 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


BEAU LIVRE Écologie
Les Animaux de Buffon
À la fois naturaliste, zoologiste, botaniste,
Sous la forêt
mathématicien, philosophe et homme d’affaires, « Le plus grand organisme vivant
Georges-Louis Leclerc de Buffon (1707-1788), sur Terre n’est pas un mammifère
créateur du Jardin des Plantes, a vulgarisé ou l’un des séquoias millénaires
l’histoire naturelle et initié un genre éditorial de la forêt californienne. En fait, il
nouveau. Tout au long des trente-six volumes de s’agit d’un être discret, quasiment
son Histoire naturelle, générale et particulière, invisible : un champignon parasite
Buffon a en effet accordé une place incontournable aux illustrations. des arbres, l’Armillaire couleur
Œuvres d’une petite équipe rassemblant les meilleurs artistes de de miel », raconte le microbio-
l’époque, elles contribuent au succès immédiat des premiers volumes, logiste Francis Martin au début
publiés en 1748. Ici sont rassemblées 130 de ces planches colorisées. de son ouvrage. De quoi faire
L’occasion de (re)découvrir les codes de la représentation au XVIIIe siècle, redoubler d’attention ceux dont
au charme aujourd’hui désuet, et aussi de rappeler que c’est à Buffon que les connaissances en mycologie
l’on doit l’usage des noms indigènes pour certaines espèces animales (le sont sommaires… Pour beaucoup,
tamanoir, le coati…). Enfin, au-delà de son intérêt historique, ce livre très le champignon est cet organisme poussant dans nos forêts, re-
soigné comporte une dimension actuelle : le détour par les planches de connaissable à son pied et son chapeau. Faux, nous dit l’auteur,
Buffon est un prétexte permettant de remettre en perspective l’évolution il s’agit là seulement de son sexe, son appareil reproducteur
de chaque animal évoqué, et notamment de pointer ceux qui, (« sporophore » en langage scientifque) chargé de disséminer
aujourd’hui, sont menacés, tel le lynx du désert. V. G. les spores dans la nature. Le champignon en lui-même est un
Jacques Cuisin, E/P/A, 304 p., 39,90 €. organisme bien plus discret constitué de flaments microsco-
piques, les hyphes, dont le diamètre est de 1 à 10 micromètres.
Un réseau invisible dénommé « mycélium », qui s’étend sur
CULTURE SCIENTIFIQUE des kilomètres carrés.
Le travail de Francis Martin, et il le raconte avec passion dans le
Ma carte des merveilles livre, consiste à étudier les interactions entre les champignons
Si certains croient encore que les sciences ont et les arbres. La symbiose est basée sur l’échange nutritionnel,
désenchanté le monde, ce livre les détrompera. sucres contre éléments minéraux : « un marché biologique, régi
L’auteur, écrivain et journaliste britannique, nous par des lois similaires à celles qui régulent nos marchés écono-
invite à un voyage placé sous le signe de miques – dont celle de l’ofre et de la demande ». En prenant
l’émerveillement, celui qui nous rend attentif à ce l’exemple du chêne, qui a réalisé sa colonisation de façon chao-
qui nous entoure, et qui forme donc la base de la tique au fl des diférentes périodes de glaciation, il explique
philosophie et de la science. Également récit comment sa migration a favorisé l’implantation des trufes. À
personnel émaillé d’annotations, de référence à l’art ou à l’histoire, ce bel l’inverse, certaines plantes n’ont pu coloniser le milieu terrestre
ouvrage illustré rassemble surtout une somme de connaissances que grâce à leurs alliés fongiques, qui leur ont permis de résister
impressionnante. Ainsi le chapitre sur la lumière s’interroge sur sa nature, à la sécheresse, de s’alimenter dans des sols très pauvres en
sa vitesse, décrit le phénomène de la vision, de la perception des éléments nutritifs, de se protéger des parasites.
couleurs, des arcs-en-ciel, le fonctionnement du Soleil, et présente Au-delà de ces alliances gagnant-gagnant, il en existe bien
d’autres signaux invisibles de l’Univers, comme les neutrinos et les ondes d’autres, de nature plus hostile, à découvrir au fl des pages. Et
gravitationnelles. D’autres chapitres s’arrêtent sur l’apparition de la vie, aussi de surprenants spécimens de champignons : hallucino-
l’activité du cerveau… Le côté patchwork est plaisant, mais une trame gènes, carnivores, mangeurs de bois ou de plastique. Certains
existe, celle de « l’émergence », processus par lequel des propriétés sont même capables de « zombifer » chenilles et fourmis, ou
nouvelles naissent de la combinaison d’éléments plus simples. L’ensemble de faire ofce d’allume-feu. Au fnal, Francis Martin nous livre
est agréable à lire (on peut néanmoins regretter, dans la traduction, un recueil d’histoires étonnantes qui se déroulent juste sous nos
l’emploi erroné de « nitrogène » au lieu d’« azote »). Et l’auteur ne reste pieds, et qui transformera à coup sûr le regard que l’on portera
pas béat devant le progrès scientifique et technologique. S. G. sur sa prochaine poêlée de champignons… Hervé Cabibbo
Caspar Henderson, Les Belles Lettres, 416 p., 29 €. Francis Martin, Humensciences, 232 p., 21 €. À paraître le 9 janvier.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 89


livres Sélection du mois

Sociologie COLLAPSOLOGIE

En attendant Une autre fin du monde


est possible
les robots La collapsologie, ou science (transdisciplinaire)
de l’effondrement de notre civilisation thermo-
En 2013, Carl Benedikt Frey et Michael Osborne, chercheurs en industrielle, est un concept inventé par Pablo
intelligence artifcielle (IA) à l’université d’Oxford, publient une Servigne et Raphaël Stevens, développé en
étude évaluant ses efets sur l’emploi aux États-Unis. Le couperet 2015 dans leur premier ouvrage, Comment tout
tombe : 47 % des emplois seraient menacés. Cette estimation peut s’effondrer. Dans ce nouvel opus, les
a de quoi inquiéter. Mais, pour le sociologue Antonio Casilli, ce auteurs, qui affirment que cet effondrement est proche, enfoncent le
« grand remplacement » est l’arbre qui cache la forêt. L’auteur clou en avançant l’idée, étrange de prime abord, que l’accepter est une
remet en cause cette idée même, rappelant que les intelligences nécessité, qu’il faut faire le deuil de notre monde actuel. « C’est se
artifcielles ne sauraient se passer d’une aide humaine. En ef- donner l’occasion de bien vivre ce qu’il nous reste à vivre, c’est-à-dire
fet, pour être performants et créer de la valeur pour les plate- paradoxalement de s’ouvrir à des chances de créer autre chose. » Pour
formes numériques, les algorithmes d’apprentissage ont besoin les auteurs, donc, imaginer l’avenir est un projet excitant, même si sa
de petites mains qui produisent et nettoient les données avant construction ne sera pas facile. Ils préconisent de réaliser un profond
de les en abreuver. Quand il n’est pas réalisé gratuitement par changement de conscience, de miser sur l’entraide, sur l’altruisme,
les utilisateurs des plateformes, ce travail est assuré par des mais surtout d’opérer un grand rapprochement avec le vivant.
« tâcherons du clic », des personnes dont l’activité consiste à Cet ouvrage, au final assez optimiste, met en lumière des pistes
annoter des images, fltrer des vidéos, traduire des bouts de de réflexion et des idées pour permettre à tous de participer
phrases, « liker » des pages… Souvent délocalisé dans les pays à l’émergence de ce qui arrive. H. C.
du Sud et rémunéré quelques centimes la tâche, il est organisé Pablo Servigne, Raphaël Stevens et Gauthier Chapelle, Seuil, 336 p., 19 €.
par diférents acteurs, comme Amazon Mechanical Turk, service
permettant de recruter des centaines de milliers de « turkers ».
Cette dénomination fait référence au Turc mécanique, un au- ÉPISTÉMOLOGIE
tomate joueur d’échecs mis au point au XVIIIe siècle, mais qui
n’était qu’une habile illusion : une personne cachée à l’intérieur Quand est-ce qu’on biaise ?
jouait les coups. Les turkers seraient quarante à plusieurs cen- Ce livre est une invitation à l’échange – non pas de
taines de millions, travaillant dans l’ombre des IA. Dès lors, le fluides, mais de points de vue, pour ne pas se
problème n’est pas tant la disparition du travail que sa profonde laisser manipuler… Sous la forme d’un dialogue
mutation et sa dégradation. dynamique entre deux personnages – Mendax, la
La « plateformisation » des activités bouleverse ainsi le rapport marionnette, incarnation de notre cerveau avide
au travail et la confguration salarié-entreprise : les plateformes de réponses simples et définitives, et Vled Tapas,
n’ofrent pas d’emplois à des salariés, mais des tâches à des contri- professeur d’esprit critique –, ce livre décrypte les
buteurs « décrits comme des sous-traitants et des indépendants, pièges qui nous font tomber dans l’erreur. L’auteur, Thomas Durand,
voire des producteurs-consomma- a enseigné et fait des recherches en biologie végétale. Mais, depuis
teurs et des passionnés ». Cette plusieurs années, il s’est engagé dans une démarche de vulgarisation des
enquête sociologique dense et connaissances scientifiques : il a lancé sa chaîne YouTube, La Tronche en
engagée montre l’envers du décor biais, et codirige l’Association pour la science et la transmission de l’esprit
de l’automation et de la platefor- critique. Ce livre s’inscrit dans cette démarche. Il expose l’art du doute, la
misation de nos sociétés. Une mise zététique. Idées reçues, fausses évidences, illusions sensorielles, duperies
au point salutaire dans l’écosys- du langage, raisonnements erronés, Thomas Durand passe à la
tème numérique, où les discours, moulinette ces pièges dans lesquels nous tombons souvent. Il rappelle
empreints de novlangue à la tona- avec talent des règles élémentaires : ne jamais prétendre savoir plus que
lité optimiste, anesthésient toute ce que l’on sait vraiment, se méfier de ses intuitions et de ses sentiments.
velléité critique. Gautier Cariou La pensée critique est d’abord une pensée contre soi-même. Un appel à
Antonio A. Casilli, Seuil, 400 p., 24 €. l’humilité très bien argumenté. M. G.
À paraître le 3 janvier. Thomas C. Durand, Humensciences, 326 p., 20 €. À paraître le 9 janvier.

90 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Lu d’ailleurs

Unsavory Truth
Marion Nestle

I
l y a quelque chose de pourri dans le royaume de l’agroali- « bénigne » – myrtilles, amandes ou grenades - n’échappent pas
mentaire et Marion Nestle, spécialiste de la nutrition à l’uni- non plus au jugement de Marion Nestle : les vertus contre telle ou
versité de New York et considérée comme une référence dans telle maladie attribuées à ces soi-disant « superaliments » sont
le domaine, est bien décidée à le dénoncer. largement exagérées, aucun ne pouvant à lui seul
Dans son livre, elle expose au grand jour la façon constituer un remède miracle.
dont les géants de l’alimentaire, pour infuencer Au-delà du réquisitoire, l’auteure propose aussi
les politiques et l’opinion générale, manipulent plusieurs solutions pour lutter contre le lobbying
la recherche scientifque en leur faveur, souvent des groupes alimentaires. Aux chercheurs d’abord,
à l’encontre de la santé publique. Leur stratégie ? exposés en permanence à de potentiels confits
Financer des chercheurs pour publier des études d’intérêts – et elle la première –, elle recommande
qui, sous couvert de rigueur scientifque, mettent d’adopter une éthique stricte pour ne pas compro-
uniquement en avant les bénéfces nutritionnels mettre leur recherche à des fns commerciales. Quant
de leurs produits, tout en éludant volontairement à nous, consommateurs, elle nous invite à « voter
leurs efets néfastes potentiels. avec notre fourchette », en nous donnant ce conseil
L’auteure livre une critique particulièrement vé- simple de « manger des légumes, éviter autant que
hémente à l’encontre des fabricants de junk food possible les produits alimentaires transformés et la
et de sodas, qui mettent tout en œuvre pour mi- junk food, et faire attention à l’excès de calories ».
nimiser les risques sur la santé d’un excès de sucre. Elle bat ainsi Elle nous incite aussi à douter des études trop belles pour être
en brèche cette étude, fnancée par Coca-Cola, qui conclut que vraies et à demander à nos élus de fxer des règles plus strictes
l’exercice physique est plus efcace que le régime alimentaire pour contrôler l’infuence des entreprises alimentaires. C’est à ce
pour contrôler son poids. Ou ces travaux afrmant que les en- prix-là que la santé restera dans nos assiettes.
fants mangeant des bonbons sont moins sujets à l’obésité que Julien Bourdet, journaliste scientifque
les autres. Mais les marchands de nourriture en apparence plus Basic Books, 2018, 320 p., 25 £.

GÉOLOGIE ROMAN

Un tsunami sur le Léman Erectus


En 2010, deux scientifiques qui travaillent Imaginez un virus qui fasse régresser les êtres
sur les crues du lac Léman découvrent par humains. C’est sur cette idée que se fonde le roman
hasard que la légende du Tauredunum, qui de Xavier Müller, journaliste scientifique devenu
raconte le déferlement d’un tsunami sur le écrivain. À mesure que l’épidémie se répand, des
lac il y a 1 500 ans, n’en est pas une. La Homo erectus – espèce éteinte du genre Homo –
catastrophe s’est bien déroulée en 563. Cet ouvrage raconte cet apparaissent en nombre. Une scientifique française
incroyable événement et ce que les simulations ont dévoilé. L’avalanche se lance dans une course contre la montre pour
sédimentaire qui a provoqué ce phénomène représentait 250 millions freiner cette contagion qui sème la panique dans la population
de mètres cubes – l’équivalent de 238 Empire State Building ! – et des mondiale. Menée sur un rythme endiablé, cette fiction vertigineuse
vagues de 13 mètres ont déferlé sur Lausanne. Passionnant. H. C. interroge la notion d’humanité. Un mélange intéressant d’aventure et de
Pierre-Yves Frei et Sandra Marongiu, Presses polytechniques notions scientifiques amenées de manière très naturelle. Prenant. Ph. P.
et universitaires romandes, 192 p., 18 €. Xavier Müller, XO Éditions, 440 p., 19,90 €.

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 91


agenda

Jusqu’au
LES MONDES INCONNUS 24 février
1518, la fièvre
Décollage immédiat pour les curieux en quête de de la danse
connaissances sur l’Univers ! Cette exposition, en Pourquoi, en juillet 1518,
trois étapes réparties sur trois lieux grenoblois, des dizaines de personnes
invite à explorer le Système solaire et à confron- se sont-elles
ter les représentations aux réalités scientifques. soudainement mises
Petits et grands peuvent d’abord se rendre à à danser comme des
La Casemate, où le petit robot Curio livre les diables dans les rues
secrets du fonctionnement d’une station spatiale. de Strasbourg ? 500 ans
Quelle est la vie quotidienne d’un astronaute ? plus tard, cette exposition de se plonger dans
À quoi sert un satellite ? Il n’y a qu’à franchir revient sur cet événement l’histoire du musée.
le sas d’entrée pour le découvrir et acquérir son permis pour l’espace. marquant, à travers Toulon (Var), Muséum
L’exposition se poursuit au Muséum, à bord de l’Osugus, vaisseau que diverses représentations départemental du Var
les visiteurs doivent aider à faire atterrir, à la suite d’un incident, sur une graphiques et sources tinyurl.com/130-ans-decouvertes
planète sûre. Pour ce faire, il faudra résoudre une série d’énigmes, avec historiques. Elle
l’aide de l’équipage et des scientifques de plusieurs laboratoires. Enfn, s’intéresse notamment Jusqu’au 10 mars
l’exploration mène vers l’espace muséographique de l’Observatoire des aux interprétations Electrosound
sciences de l’Univers de Grenoble. Dans une ambiance futuriste, les résul- médicales, ainsi qu’aux Entrez dans les coulisses
tats des travaux de chercheurs en astronomie sont présentés au public, processus mentaux du spectacle ! Cette
qui peut se familiariser avec la variété d’astres de notre Univers, comme et sociaux entourant exposition montre
les planètes, les étoiles ou les trous noirs. ce comportement comment la technologie
Jusqu’au 28 juillet, Grenoble (Isère), La Casemate, Muséum et Observatoire épidémique. permet de passer de
des sciences de l’Univers de Grenoble Strasbourg (Bas-Rhin), l’électricité à la lumière et
lacasemate.fr/expositions/les-mondes-inconnus Musée de l’Œuvre au son. Relever des défis
Notre-Dame à travers des installations
tinyurl.com/fievre-danse interactives aidera à
d’activités – des jeux, des commun, l’Islande est comprendre la physique
EXPOSITIONS installations interactives aussi le domaine d’une Jusqu’au 3 mars des ondes sonores et
ou des dispositifs vidéo – boule de poils fugitive, au 130 ans de lumineuses. Combinaison
Jusqu’au permettent de découvrir regard captivant. Cette découvertes de lumières colorées,
30 janvier les recherches sur le rire, exposition présente, à Pour célébrer 130 ans de modification de la voix,
Rire ses formes, son caractère travers une collection de découvertes, le grand compression sonore,
sociétal, sa contagion, photographies prises par public est invité à découvrir fonctionnement de
son existence chez les Fabien Zunino, le renard une cinquantaine d’objets l’oreille et science du
animaux ou encore polaire islandais, le « petit rares et pour la plupart rythme y sont abordés.
ce qu’il se passe dans prince », qui habite la inédits, en provenance de Toulouse (Haute-Garonne),
notre corps lorsque nous péninsule du Hornstrandir. Provence et d’ailleurs, Espace EDF Bazacle
rions, nerveusement L’ensemble des clichés issus de la collection du tinyurl.com/Electrosound
ou joyeusement. relate l’histoire marquante Muséum départemental
Saint-Étienne (Loire), de la rencontre du du Var. Parmi eux, des
La Rotonde photographe avec cet animaux naturalisés,
tinyurl.com/expo-Rire animal sauvage, dans comme le mandrill ou
un environnement la tortue géante, des
Il est bon pour la santé Jusqu’au 3 février extraordinaire. herbiers et des fossiles
et peut illuminer notre Le petit prince Poitiers (Vienne), conservés jusqu’ici dans
journée : le rire est au du Hornstrandir Espace Mendès France des réserves. Des clichés
cœur de cette exposition. Célèbre pour ses tinyurl.com/petit-prince- anciens et des lettres de
Plus d’une quarantaine paysages hors du Hornstrandir scientifiques permettent

92 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Jusqu’au 31 mars développement de la
Face au vent
Son souffle peut être
motricité, de l’anticipation
et de la coopération.
SPÉCIAL ÉTUDIANTS
porteur d’énergie ou de Paris, Cité des sciences
destruction. Le vent est
ici présenté à travers
et de l’industrie
www.cite-sciences.fr
CONCOURS
dix espaces thématiques, ÉTUDIANTS ET JEUNES
afin de découvrir sa place
dans les mythologies,
CONFÉRENCES CHERCHEURS 2019
ses usages domestiques, Le 10 janvier Le concours organisé par La Fabrique de l’industrie a pour objectif de
ou les conditions à 19 heures valoriser les travaux de recherche originaux de jeunes chercheurs et
physiques propices à la Cerveau, langage d’étudiants, qui abordent des thèmes tels que l’efet de la mondiali-
formation de tornades. et musique sation et de l’innovation sur les entreprises ou encore l’évolution des
Des manipulations Les méthodes d’imagerie métiers industriels. La compétition est divisée en plusieurs catégories.
ludiques permettent de cérébrale permettent Les jeunes chercheurs et docteurs peuvent envoyer, au choix, leur
se familiariser notamment aujourd’hui d’observer thèse ou un article, et les étudiants de niveau master leur mémoire.
avec ses instruments l’organisation structurale Pour concourir, les participants doivent cependant avoir soutenu le
de mesure. et fonctionnelle du travail qu’ils soumettent moins de trois ans avant la date de clôture
Bordeaux (Gironde), cerveau avec un niveau de des inscriptions. Les dossiers seront ensuite examinés par un jury qui
Cap Sciences Hangar 20 détail inédit. Lors de cette évaluera l’originalité et la pertinence du sujet et de la réfexion, la
tinyurl.com/face-vent conférence, Mireille qualité de la rédaction et de la présentation, ainsi que l’intérêt des
Besson, neurologue à résultats. La délibération aura lieu le 30 avril et les prix seront remis
l’université d’Aix-Marseille, aux lauréats avant le 30 juin.
parlera des zones Inscriptions jusqu’au 31 janvier à minuit
cérébrales impliquées www.la-fabrique.fr/fr/projet/2e-edition-concours-etudiants-jeunes-chercheurs
dans le langage et
abordera l’influence de
ORIENTATION : PRÉPAREZ VOTRE AVENIR !
l’apprentissage de la
musique sur l’organisation Le 12 janvier Le 19 janvier
de ces structures. Salon des études Salon des formations
Allauch (Bouches-du- supérieures de Strasbourg en agroalimentaire
Rhône), salle François- Ce salon Studyrama s’adresse aussi et environnement
Mitterrand bien aux élèves de terminale à la Les secteurs d’avenir que sont
Du 22 décembre tinyurl.com/langage-musique recherche d’une formation supérieure l’agroalimentaire et l’environnement
2018 au qu’aux étudiants en quête de sont au cœur de ce salon Studyrama.
5 janvier 2020 Le 16 janvier réorientation ou de spécialisation. Plus de 300 formations, initiales ou
Cabanes à 19 h 45 Plus de 400 formations, issues en alternance, dans les domaines de
Cachettes insolites Perturbateurs d’universités, de filières la production et de l’acheminement
ou lieux de rêveries, les endocriniens : professionnelles ou de grandes d’énergie, de la gestion de la nature
cabanes peuvent être que dit la chimie ? écoles et allant jusqu’à bac + 5, seront et des déchets, ou du traitement
un véritable outil dans le Malgré leur nocivité, représentées. Un pôle sera dédié aux de la pollution, seront présentées.
développement des les perturbateurs études et aux métiers du webdesign, Les professionnels parleront des
enfants. Cette exposition endocriniens semblent de la communication visuelle, de débouchés, parfois méconnus, de
met à la disposition avoir envahi notre l’animation 3D et de l’architecture. ces secteurs, tels que les métiers de
des petits de 2 à 10 ans quotidien. Yves Jacquot, Des spécialistes seront également garde-moniteur de parc, d’ingénieur
diverses cabanes, ainsi enseignant-chercheur présents pour présenter Parcoursup. analyste de l’air, d’hydraulicien ou
que des matériaux en chimie organique à Strasbourg (Bas-Rhin), Palais de conseiller en agrodéveloppement.
permettant d’en Sorbonne Université, de la musique et des congrès Paris, Espace Champerret, hall A
construire. L’objectif : expliquera leur tinyurl.com/etudes-sup-Strasbourg tinyurl.com/salon-agroalimentaire
stimuler la créativité et le fonctionnement,

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 93


agenda

leur complexité, ainsi


que leurs conséquences
flotte sur les océans,
la problématique de ESPÈCES EN VOIE
sur notre santé, avec
notamment l’exemple
la pollution par les
plastiques est cruciale. D’ILLUMINATION
du cancer du sein. Nathalie Gontard, de
Paris, Cité internationale l’Inra, à Montpellier, La biodiversité du passé et celle d’aujourd’hui sont
universitaire, abordera les questions sous le feu des projecteurs lors de ce festival des Lumières. Le Jardin des
Maison du Japon liées au recyclage du Plantes convie à une promenade sur ses sentiers une fois la nuit tombée,
tinyurl.com/que-dit-chimie plastique, ses avantages pour s’émerveiller à la vue de grandes installations éclairées. Après avoir
et ses inconvénients. vu des espèces disparues, comme des mammouths ou des tigres à dents de
Le 24 janvier L’objectif étant d’armer sabre, les promeneurs peuvent aller à la rencontre d’animaux actuellement
à 18 h 30 les citoyens avec les bases menacés, tels que l’ours polaire, la girafe et le panda, représentés sous la
La pollution par scientifiques leur forme de lanternes géantes. Il faut également traverser un requin blanc
les plastiques : le permettant d’agir de de 30 m de long pour se rendre à la Ménagerie. Cette balade illuminée,
recyclage est-il façon plus responsable. accompagnée de spectacles vivants sur le thème de la nature, invite à la
une solution ? Melle (Deux-Sèvres), féerie, mais aussi à la réfexion sur la préservation de la faune et de la fore.
À l’heure où un véritable Le Métullum Jusqu’au 15 janvier, Paris, Jardin des Plantes
continent de déchets tinyurl.com/plastique-recyclage www.mnhn.fr/fr/visitez/agenda/evenement/especes-voie-illumination

SOLUTIONS DES JEUX DU NUMÉRO 542

Le passage à la nouvelle année Le cube magique


Voici un moyen d’y parvenir en onze opérations (une double flèche en résume deux) :
2 018 ->> 218  5 = 1 090 ->> 19  16 = 304 ->> 34  5 = 170 -> 170  6 = 1 020
->> 12  25 = 300 ->> 3  673 = 2 019

L’écran géant de 2019


Il s’agit de trouver un triplet pythagoricien (x ; y ; 2 019). Or 2 019 = 3  673.
On commence par décomposer 673 en une somme de deux carrés : 673 = 232 + 122.
On en déduit le triplet pythagoricien (232 – 122 ; 2  23  12 ; 673), soit (385 ; 552 ; 673).
En multipliant par 3, on obtient la solution (1 155 ; 1 656 ; 2 019).
L’écran a donc pour largeur 1 656 mm et pour hauteur 1 155 mm.

Carrés blancs Des vœux, encore et encore…


Le nombre minimum de cases blanches est 2 019  500 = 1 009 500.
94 221
On y parvient en coloriant en blanc 500 lignes de 2 019 cases et en noir
+ 32 211
les 501 lignes restantes (en alternant les lignes blanches et les noires).
+ 2 019

F a D 128 451
La carte se plie
aux vœux
Voici la figure de la carte pliée, avec L/2 Des cadeaux de taille !
des indications de longueurs et L–a
Vous avez écrit NOEL ? Bravo !
des noms attribués aux sommets.
O 10
En remarquant que le triangle OCF
a les mêmes proportions que la
Prendre racine
L/2 L2 + 100
carte avant pliage et en utilisant le Le plus petit entier dont le carré
théorème de Pythagore, on trouve : 2 commence par 2 019 est 1 421.
a2 = 25 (√5 – 2) 1 4212 = 2 019 241.
soit a = 2,42934… : moins de 2,5 cm.
L–a
G C
a
Oh, la belle étoile !
10
Agathe, 5 ; Brian, 3 ; Claire, 4 ; David, 1 ; Elisa, 2.
B

94 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


ABONNEZ-VOUS À
Et et
recevez
recevez EN CADEAU
EN CADEAU cesces
deux2hors-série
hors-série
L’histoire de l’homme a C’est une révolution
Ce numéro spécial vous fait Comment se construit
constamment
découvrir les étécontroverses
remodelée, laconceptuelle qu’Einstein
mémoire ? Comment
au gré des découvertes.
qui ont marqué, ou marquent fonctionne-t-elle ? Dans
propose en 1915. Pourquoi
Un encore,
exemplel’histoire
: la misedes
au jour
sciences. la théorie de
oublie-t-on la relativité
? Notre mémoire
Certaines d’entre elles
en 2015 d’outils vieux ont
de 3,3 n’est pas unique.
générale, Les
l’espace-temps,
opposé des scientifques neuropsychologues ont

+
millions d’années, alors qu’on considéré auparavant
à des institutions
attribuait
groupes
de l’outil à Homo habilis,
ont pris la forme
ou à des
jusque là l’invention
sociaux. D’autres
de
les plus vieux représentants
dont
duels
+ identifé
peut
diférents
composent
systèmes
comme rigide et immuable,
qui la se déformer dont
! :
la mémoire de travail, qui
intellectuels entre hommes La Recherche
joue explore
un rôle pivot dans
n’ont que 2,4 millions d’années. cette révolution
de sciences : Newton et Leibniz l’encodage et la récupé-
Dans ce numéro, La Recherche
sur la paternité du calcul ration des informations,
conceptuelle dans son
faitdiférentiel
le point sur; ce que l’on
Pasteur sait
et Pouchet la mémoire sémantique,
Hors-Série sur Einstein.
de nos ancêtres.
sur la génération spontanée ; qui recense nos connais-
Kelvin et Darwin sur l’âge sances sur nous-mêmes et

5€
de la Terre. sur le monde et la mémoire
1 AN D’ABONNEMENT /mois (1)
épisodique, qui nous fait
revivre avec émotion les
(soit 10 nos + 1 no double) ou 60� auscènes
lieu de denotre passé.�(2)
71,90

1 AN D’ABONNEMENT
60€
*
au lieu de 71,90€
(soit 10 nos + 1 no double)
_
BULLETIN D’ABONNEMENT

PLRC543/G01+F81
À retourner sous enveloppe affranchie à La Recherche - Service Abonnements - 4, rue de Mouchy - 60438 Noailles cedex

OUI, je m’abonne à La Recherche et je reçois EN CADEAU les 2 hors-série : Les plus grandes controverses scientifques + La mémoire
f OFFRE CLASSIQUE 1 AN - 10 n° + 1 n° double pour 60€ au lieu de 71,90€*, soit plus de 10€ d’économie.
f OFFRE COUPLÉE 1 AN - 10 n° + 1 n° double + 4 hors-série pour 84€ au lieu de 99,50€*, soit plus de 15€ d’économie.
MES COORDONNÉES MON MODE DE RÉGLEMENT

f M. f Mme f Melle
f chèque bancaire à l’ordre de La Recherche f carte bancaire
Nom : N°
Prénom : Expire fn
Adresse :
Signature obligatoire

Code postal : Tél. :

Ville : SOPHIA PUBLICATIONS - SA au capital de 9 115 568 € - 562 029 223 RCS Paris
Service abonnements : France : 01 55 56 71 15 - & Étranger ; 00 33 155 56 71 15
Pour une meilleure gestion de votre abonnement, merci d’indiquer votre e-mail : E-mail : abo.recherche@groupe-gli.com

E-mail : @
f J’accepte de recevoir par mail des informations de La Recherche et de ses partenaires.
* Vous pouvez acquérir séparément chacun des numéros normaux au prix de 6€40, le numéro double au prix de 7€90 et les hors-série au prix de 6€90. Offre exclusivement réservée aux nouveaux abonnés
résidant en France métropolitaine et valable jusqu’au 31/12/19 et dans la limite des stocks disponibles. Vous recevrez vos cadeaux sous 4 semaines maximum après l’enregistrement de votre abonnement.
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 06/01/78 (art 27) vous disposez d’un droit d’accès, de rectifcation et de suppression des informations vous concernant. Elles sont destinées exclusive-
ment à SOPHIA PUBLICATIONS et à ses partenaires sauf opposition de votre part en cochant la case ci-après f
jeux

ÉNIGMES, LOGIQUE
ET MATHÉMATIQUES
Ces pages proposent un choix d’énigmes et de casse-tête pour solliciter votre esprit
dans de multiples directions, faisant appel à votre bon sens. Aucune connaissance
mathématique n’est nécessaire. Quoique…

Sudo-grille Aires et périmètres


Chaque alignement, horizontal ou vertical, de cases blanches doit Un triangle équilatéral et un hexagone régulier
recevoir un nombre entier composé de chiffres de 1 à 6, avec un chiffre ont un même périmètre.
par case. Sur chaque ligne et chaque colonne, on ne doit pas trouver
deux fois le même chiffre. Si le nombre a plus d’une case, la somme des
chiffres qui le composent est parfois indiquée, à droite ou au-dessous.

Saurez-vous remplir la grille ?

Quel est le rapport de leurs aires ?


13 6
3 Une suite toute simple ?
5 1 3 8 12 17 24 35 45 57 …
Selon quelle règle cette suite est-elle construite
et quel est le nombre suivant ?

13 Vous avez dit honnêtes ?


Tous les dés traditionnels à points n’ont pas
8 6 9 12 l’honnêteté d’opposer le 1 au 6, le 2 au 5
et le 3 au 4.
9 5

La dernière cigarette
Deux joueurs ayant décidé simultanément d’arrêter de fumer veulent,
au cours d’un jeu, épuiser leur stock de cigarettes, qui se trouvent
être de la même marque. Chacun à son tour pose une cigarette sur
une table rectangulaire. Le joueur qui, le premier, est incapable de poser Honnêtes ou non, combien de modèles
une nouvelle cigarette sans en toucher une déjà posée a perdu. différents de ces dés peut-on envisager de
construire ? Attention : il y en a quelques
Le premier joueur dispose-t-il d’un stratagème pour gagner à coup sûr ? centaines.

96 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543


Le Chemin des Dames Les serrures du coffre
Traversez ce labyrinthe comme un pion de Un directeur de banque sollicite les conseils
dames. Sautez toujours, horizontalement de la police pour gérer les serrures d’un coffre
ou verticalement, par-dessus une étoile. à l’ancienne, entièrement dépourvu d’électronique,
donc imperméable au piratage.
Allez du départ à l’arrivée. La banque possède un directeur, un directeur
adjoint et quatre chefs de service.
Le directeur souhaite installer un coffre dont la
porte sera munie d’un certain nombre de serrures.
Il désire en distribuer les clés de telle sorte que :
Départ • il peut l’ouvrir seul ;
• le directeur adjoint ne peut l’ouvrir que
s’il est accompagné de l’un des chefs de service,
quel qu’il soit ;
• les chefs de service ne peuvent l’ouvrir que
s’ils sont trois.
Quelles dispositions le spécialiste de la police
peut-il conseiller et comment les mettre en œuvre ?

Ana-croisés
E F I O U N L
E O N F R M T
A I E G S S T
A A E I G N L
I I O L L M N
E O U L R S T

Saurez-vous croiser, sur la grille, les mots


français originaux de ces anagrammes ?

Pages réalisées
Solutions dans par Pierre Berloquin,
Arrivée le prochain numéro Créalude

N°543 • Janvier 2019 | La Recherche • 97


LA CHRONIQUE Éthique
de Jean-Gabriel Ganascia

La légende du piratage
des implants mnésiques
a prise de contrôle d’implants garde : selon lui, à n’en pas douter, dans incontestables. Pourtant, la lecture détail-
L neuronaux par des cyberdélin-
quants engendre d’effarantes
une dizaine d’années au plus, les implants
mnésiques, dont nous disposerons tous
lée des articles qu’ils ont rédigés à desti-
nation du grand public ne convainc pas le
dystopies dignes d’épisodes de la série pour notre bonheur, seront susceptibles scientifique épris de preuves rigoureuses :
télévisée britannique Black Mirror ! Ici ou d’être piratés. Par un souci d’éthique fort en effet, nous n’y voyons pas beaucoup de
là, on lit que, grâce aux progrès actuels des louable, cette société se place aux avant- résultats empiriques tangibles qui justi-
technologies neurocognitives, nos postes afin de nous aider à éviter le pire, fient leurs affirmations. De plus, en fouil-
mémoires vont bientôt être couplées à des en nous proposant dès à présent des pro- lant sur le Web, on apprend qu’ils ont par-
dispositifs électroniques grâce auxquels tections contre les attaques. Cette préten- tie liée avec des instituts de promotion du
on téléchargera dans nos cerveaux des due philanthropie, de la part d’une société transhumanisme. De même, on peut dou-
connaissances, sans nécessiter d’efforts russe accusée d’espionnage par les autori- ter de la véracité des propos de la société
personnels. Nous n’aurons plus besoin tés américaines, laisse songeur. Cela pose Kaspersky, car il est difficile d’imager les
d’apprendre les tables de multiplication, deux questions : les implants mnésiques vulnérabilités de dispositifs informatiques
les verbes irréguliers anglais ou les décli- qui n’existent pas encore – sans compter
naisons latines : il suffira d’appuyer sur un qu’on lit sur le site même de cette entre-
bouton pour que ces contenus imprègnent prise que certains de ses employés adeptes
d’eux-mêmes nos mémoires. Les collé- du transhumanisme se sont fait implanter,
giens, les étudiants en médecine ou en Nous serions dès 2015, des puces sous-cutanées.
droit, et tous ceux qui l’ont été s’en réjoui- surtout soumis
ront, car on retiendra sans douleur. En LA QUESTION n’est donc pas, et ne
contrepartie, certains craignent que des
à l’arbitraire sera peut-être jamais, celle des risques
personnes malfaisantes en profitent pour des décisions de détournement, par des pirates, de
nous manipuler de loin en insérant, à des fabricants ” très hypothétiques implants mnésiques.
notre insu, des idées fausses dans nos Si ceux-ci devaient voir le jour, il y aurait
esprits, voire en y effaçant des souvenirs. vont-ils vraiment se développer et, si plus lieu de craindre les industriels qui
oui, serons-nous vulnérables face à des les fabriquent, car nous serions sou-
DÈS À PRÉSENT, la stimulation céré- menaces informationnelles ? mis à l’arbitraire de leurs décisions. Et il
brale profonde supprime certains symp- Les publications faisant état des progrès risque d’en aller de même pour toutes
tômes de la maladie de Parkinson et des scientifiques en matière d’extensions les autres technologies neurocognitives,
chercheurs se proposent d’utiliser des électroniques de nos mémoires internes comme la stimulation transcrânienne.
implants neuronaux à d’autres fins thé- sont rédigées par des personnalités rele- Enfin, pour l’heure, la manipulation de
rapeutiques, par exemple pour soigner vant d’institutions prestigieuses. Ainsi nos esprits ne tient pas tant à d’éventuels
des défaillances de la mémoire ou des épi- en va-t-il de Theodore Berger, ingénieur dispositifs neurocognitifs qu’à de réelles
lepsies, ou encore des personnes souffrant en biomédecine et chercheur en neuros- falsifications de l’information par la dif-
du trouble de stress post-traumatique. Il ciences à l’université de Californie du Sud, fusion massive d’infox, dont la légende
n’en faut pas plus pour justifier les antici- ou de Laurie Pycroft, doctorant travaillant des implants mnésiques est une excel-
pations hyperboliques de certains. au sein du groupe de neurochirurgie fonc- lente illustration. n
À titre d’illustration, le laboratoire de la tionnelle de la très vénérable université
Pierre Kitmacher

société russe Kaspersky, spécialiste de la d’Oxford. Nous devrions donc tous nous Jean-Gabriel Ganascia est professeur d’informatique
chasse aux virus et de la protection contre incliner devant les déclarations publiques à Sorbonne Université. Il préside le comité d’éthique du
les attaques informatiques, nous met en d’autorités qui, par leur statut, apparaissent CNRS (Comets).

98 • La Recherche | Janvier 2019 • N°543