Vous êtes sur la page 1sur 88

Transferts Thermiques

Cours
Table des matières
Rappels mathématiques .....................................................................................................................1
Gradient .........................................................................................................................................1
Notation......................................................................................................................................1
Expression...................................................................................................................................1
Gradient d'un vecteur : ...............................................................................................................1
Divergence......................................................................................................................................2
Notation : ....................................................................................................................................2
Expression...................................................................................................................................2
Divergence d'un tenseur d'ordre 2 ..............................................................................................2
Le Laplacien ....................................................................................................................................2
Expression...................................................................................................................................2
Laplacien d'un vecteur ................................................................................................................3
Produit d'un tenseur d'ordre 2 par un vecteur.................................................................................3
Produit contracté de deux tenseurs d'ordre 2 .................................................................................3
Produit dyadique de deux vecteurs 𝒖 et 𝒗 ......................................................................................3
Dérivée partielle et dérivée particulaire ..........................................................................................4
Dérivée partielle .............................................................................................................................4
Notation......................................................................................................................................4
Différentielle totale .........................................................................................................................4
Dérivée particulaire (totale, lagrangienne) ......................................................................................4
Théorème de Flux-Divergence (Green-Ostrogradski) .......................................................................4
Généralités sur les transferts thermiques............................................................................................5
Définitions ......................................................................................................................................5
Flux de chaleur à travers une surface ..........................................................................................5
Densité de flux de chaleur ...........................................................................................................5
Champ de température ...............................................................................................................5
Surfaces isothermes ....................................................................................................................5
Gradient de température ............................................................................................................6
Généralités sur les bilans ....................................................................................................................7
Bilan d'une grandeur extensive 𝑭 ....................................................................................................7
Exemples.....................................................................................................................................8
Bilans usuels ..................................................................................................................................... 10
Bilan de quantité de mouvement .................................................................................................. 10
Bilan d’énergie cinétique............................................................................................................... 11
Bilan d’énergie potentielle ............................................................................................................ 12
Bilan d’énergie interne .................................................................................................................. 12
Transferts thermiques par conduction .............................................................................................. 16
L’équation de la chaleur .................................................................................................................... 18
L’équation de la chaleur à l’état stationnaire .................................................................................... 21
Exemples sans source interne de chaleur ...................................................................................... 21
Exemple de problème avec source de chaleur en coordonnées sphériques ................................... 24
Problèmes à plus d’une dimension ................................................................................................ 27
Résistance thermique ....................................................................................................................... 30
La résistance thermique de murs composites ................................................................................ 31
Matériaux en parallèle .............................................................................................................. 31
Résistances en série .................................................................................................................. 31
L’équation de la chaleur en régime non stationnaire ......................................................................... 34
1er cas : transfert par conduction instantané, transfert interfacial limitant .................................... 35
2ème cas : transfert interfacial instantané, transfert par conduction limitant .................................. 36
Transfert de chaleur par convection .................................................................................................. 40
Exemple de convection forcée ...................................................................................................... 41
Exemple de convection libre ......................................................................................................... 46
Analyse dimensionnelle des problèmes de convection .................................................................. 48
Analyse dimensionnelle des problèmes de convection forcée ................................................... 48
Analyse dimensionnelle des problèmes de convection libre ...................................................... 50
Exemples de corrélation en convection forcée .......................................................................... 52
Exemples de corrélations en convection libre ............................................................................ 54
Transfert de chaleur par rayonnement .............................................................................................. 55
Mise en évidence du transport radiatif de chaleur ........................................................................ 55
Définitions .................................................................................................................................... 56
Rappels sur l’angle solide .......................................................................................................... 56
Grandeurs relatives à la réception ............................................................................................. 57
Grandeurs relatives à l’émission ................................................................................................ 58
Le corps noir ............................................................................................................................. 60
Absorptivité d'un corps ............................................................................................................. 60
Emissivité d'un corps ................................................................................................................. 61
L’émission du corps noir ............................................................................................................ 61
Les corps réels........................................................................................................................... 63
Aspect géométrique du transfert radiatif de chaleur entre deux corps noirs ................................. 63
Transfert radiatif entre corps non noirs (corps gris) ....................................................................... 67
Les échangeurs de chaleur ................................................................................................................ 70
Généralités ................................................................................................................................... 70
Bilans thermiques dans les échangeurs ..................................................................................... 70
Les différents types d'échangeurs de chaleur ............................................................................ 73
Calcul des échangeurs thermiques ................................................................................................ 74
Appareils à co-courant .............................................................................................................. 74
Appareils à contre-courant ........................................................................................................ 78
Dimensionnement des échangeurs de chaleur à l'aide des unités de transfert .............................. 82
Rappels mathématiques

Ce chapitre succinct regroupe un certain nombre de définitions et de notations utiles pour le cours
de transferts thermiques.

Gradient
Le gradient est une grandeur vectorielle indiquent la manière dont une grandeur physique varie dans
l'espace. Il indique la direction et le sens de croissance de cette grandeur.

Notation
• gradient de la grandeur F : ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑𝐹 ou 𝛻⃗𝐹 ou 𝒈𝒓𝒂𝒅𝐹 ou 𝜵𝐹

Expression
─ En coordonnées cartésiennes
𝜕𝐹 𝜕𝐹 𝜕𝐹
𝜵𝐹 = 𝑢
⃗𝑥+ 𝑢
⃗𝑦+ 𝑢

𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧 𝑧
─ En coordonnées cylindriques
𝜕𝐹 1 𝜕𝐹 𝜕𝐹
𝜵𝐹 = 𝑢
⃗𝑟+ 𝑢
⃗𝜃+ 𝑢

𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃 𝜕𝑧 𝑧
─ En coordonnées sphériques
𝜕𝐹 1 𝜕𝐹 1 𝜕𝐹
𝜵𝐹 = 𝑢
⃗𝑟+ 𝑢
⃗𝜃+ 𝑢

𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃 𝑟𝑠𝑖𝑛𝜃 𝜕𝜑 𝜑

Gradient d'un vecteur :


• Vecteur 𝒗 = 𝑣𝑥 𝑢
⃗ 𝑥 + 𝑣𝑦 𝑢
⃗ 𝑦 + 𝑣𝑧 𝑢
⃗𝑧
𝜕𝑣𝑥 𝜕𝑣𝑥 𝜕𝑣𝑥

𝜵𝑣𝑥 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧
𝜕𝑣𝑦 𝜕𝑣𝑦 𝜕𝑣𝑦
• 𝜵𝒗 = (𝜵𝑣𝑦 ) = 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧
𝜵𝑣𝑧 𝜕𝑣𝑧 𝜕𝑣𝑧 𝜕𝑣𝑧
( 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧 )
𝜕𝑣𝑟 1 𝜕𝑣𝑟 𝑣𝜃 𝜕𝑣𝑟
𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃
− 𝑟 𝜕𝑧
𝜕𝑣𝜃 1 𝜕𝑣𝜃 𝑣𝑟 𝜕𝑣𝜃
• 𝜵𝒗 = + en coordonnées cylindriques
𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃 𝑟 𝜕𝑧
𝜕𝑣𝑧 1 𝜕𝑣𝑧 𝜕𝑣𝑧
( 𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃 𝜕𝑧 )
𝜕𝑣𝑟 1 𝜕𝑣𝑟 𝑣𝜃 1 𝜕𝑣𝑟 𝑣𝜑
𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃
− 𝑟 𝑟𝑠𝑖𝑛𝜃 𝜕𝜑 𝑟

𝜕𝑣𝜃 1 𝜕𝑣𝜃 𝑣𝑟 1 𝜕𝑣𝜃 𝑣𝜑 𝑐𝑜𝑡𝑔𝜃
• 𝜵𝒗 = 𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃
+
𝑟 𝑟𝑠𝑖𝑛𝜃 𝜕𝜑
− 𝑟
en coordonnées sphériques
𝜕𝑣𝜑 1 𝜕𝑣𝜑 1 𝜕𝑣𝜑 𝑣𝑟 𝑣𝜃 𝑐𝑜𝑡𝑔𝜃
( 𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃 𝑟𝑠𝑖𝑛𝜃 𝜕𝜑
+ 𝑟
+ 𝑟 )

1
Divergence
La divergence d’un champ de vecteur mesure le défaut de conservation du volume sous l’effet du flot
de ce champ.

Notation :
• ⃗ : 𝑑𝑖𝑣 𝑣 ou 𝛻⃗. 𝑣 ou 𝜵. 𝒗
divergence du champ de vitesse 𝒗

Expression

─ En coordonnées cartésiennes
𝜕𝑣𝑥 𝜕𝑣𝑦 𝜕𝑣𝑧
𝜵. 𝒗 = + +
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧

─ En coordonnées cylindriques
1 𝜕 (𝑟. 𝑣𝑟 ) 1 𝜕𝑣𝜃 𝜕𝑣𝑧
𝜵. 𝒗 = + +
𝑟 𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃 𝜕𝑧
─ En coordonnées sphériques

1 𝜕(𝑟 2 . 𝑣𝑟 ) 1 𝜕 sin 𝜃 𝑣𝜃 1 𝜕𝑣𝜑


𝜵. 𝒗 = 2
+ +
𝑟 𝜕𝑟 𝑟 sin 𝜃 𝜕𝜃 𝑟 sin 𝜃 𝜕𝜑

Divergence d'un tenseur d'ordre 2


𝐴𝑥𝑥 𝐴𝑥𝑦 𝐴𝑥𝑧
• Tenseur 𝐴̿ = (𝐴𝑦𝑥 𝐴𝑦𝑦 𝐴𝑦𝑧 )
𝐴𝑧𝑥 𝐴𝑧𝑦 𝐴𝑧𝑧

𝜕𝐴𝑥𝑥 𝜕𝐴𝑥𝑦 𝜕𝐴𝑥𝑧


+ +
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧
𝜵. 𝑨𝒙
𝜕𝐴𝑦𝑥 𝜕𝐴𝑦𝑦 𝜕𝐴𝑦𝑧
𝜵. 𝐴̿ = (𝜵. 𝑨𝒚 ) = + +
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧
𝜵. 𝑨𝒛
𝜕𝐴𝑧𝑥 𝜕𝐴𝑧𝑦 𝜕𝐴𝑧𝑧
+ +
( 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧 )

Le Laplacien
• C’est la divergence du gradient d’une grandeur :

∆𝜙 = 𝛻 𝟐 𝜙 = 𝜵. 𝜵𝜙

Expression
─ En coordonnées cartésiennes :

2
𝝏𝟐 𝜙 𝝏𝟐 𝜙 𝝏𝟐 𝜙
𝛻𝟐𝜙 = 𝝏𝒙𝟐
+ 𝝏𝒚𝟐 + 𝝏𝒛𝟐

─ En coordonnées cylindriques :

𝟐
1𝜕 𝜕𝜙 1 𝜕2𝜙 𝜕2𝜙
𝛻 𝜙= (𝑟 ) + 2 2 + 2
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝜃 𝜕𝑧
─ En coordonnées sphériques :

1 𝜕 2 𝜕𝜙 1 𝜕 𝜕𝜙 1 𝜕 2𝜙
𝛻𝟐𝜙 = (𝑟 ) + (sin 𝜃 ) +
𝑟 2 𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝑟 2 sin 𝜃 𝜕𝜃 𝜕𝜃 𝑟 2 sin2 𝜃 𝜕𝜑2

Laplacien d'un vecteur


𝜕 2 𝑣𝑥 𝜕 2 𝑣𝑥 𝜕 2 𝑣𝑥
+ +
𝜕𝑥 2 𝜕𝑦 2 𝜕𝑧 2
𝜕 2 𝑣𝑦 𝜕 2 𝑣𝑦 𝜕 2 𝑣𝑦
∆𝒗 = 𝛻 2 𝒗 = + +
𝜕𝑥 2 𝜕𝑦 2 𝜕𝑧 2
𝜕 𝑣𝑧 𝜕 𝑣𝑧 𝜕 2 𝑣𝑧
2 2
+ +
( 𝜕𝑥 2 𝜕𝑦 2 𝜕𝑧 2 )

Produit d'un tenseur d'ordre 2 par un vecteur

∑ 𝐴𝑥𝑗 𝑣𝑗
𝑗=𝑥,𝑦,𝑧
𝑨𝒙𝒙 𝒗𝒙 + 𝑨𝒙𝒚 𝒗𝒚 + 𝑨𝒙𝒛 𝒗𝒛
̿ . 𝒗 = (𝑨𝒚𝒙 𝒗𝒙 + 𝑨𝒚𝒚 𝒗𝒚 + 𝑨𝒚𝒛 𝒗𝒛 ) =
𝑨 ∑ 𝑨𝑦𝒋 𝒗𝒋
𝑨𝒛𝒙 𝒗𝒙 + 𝑨𝒛𝒚 𝒗𝒚 + 𝑨𝒛𝒛 𝒗𝒛 𝒋=𝒙,𝒚,𝒛

∑ 𝑨𝑧𝒋 𝒗𝒋
( 𝒋=𝒙,𝒚,𝒛 )

Produit contracté de deux tenseurs d'ordre 2

𝐴̿: 𝐵̿ = ∑ ∑ 𝐴𝑖𝑗 𝐵𝑖𝑗


𝑖=𝑥,𝑦,𝑧 𝑗=𝑥,𝑦,𝑧

⃗ et 𝒗
Produit dyadique de deux vecteurs 𝒖 ⃗
𝑢𝑥 𝑣𝑥 𝑢𝑥 𝑣𝑦 𝑢𝑥 𝑣𝑧
𝒖𝒗 = 𝒖 ⊗ 𝒗 = (𝑢𝑦 𝑣𝑥 𝑢𝑦 𝑣𝑦 𝑢𝑦 𝑣𝑧 )
𝑢𝑧 𝑣𝑥 𝑢𝑧 𝑣𝑦 𝑢𝑧 𝑣𝑧

3
Dérivée partielle et dérivée particulaire
Dérivée partielle
La dérivée partielle d’une fonction f est la dérivée par rapport à une de ses variables, les autres étant
constantes.
𝜕𝑓
Notation : dérivée partielle de f par rapport à x : 𝜕𝑥

Différentielle totale d’une fonction 𝑓(𝑥, 𝑦, 𝑧, 𝑡)


𝜕𝑓 𝜕𝑓 𝜕𝑓 𝜕𝑓
𝑑𝑓 = 𝑑𝑥 + 𝑑𝑦 + 𝑑𝑧 + 𝑑𝑡
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧 𝜕𝑡

Dérivée particulaire (totale, lagrangienne)


Dérivée par rapport au temps d’une grandeur en un point qui se déplace dans l’espace avec la vitesse
𝒗.
𝑑𝑓 𝜕𝑓
𝑑𝑡
= 𝜕𝑡
+ 𝒗. 𝜵𝑓 𝒗. 𝜵 est appelé opérateur d’advection

Théorème de Flux-Divergence (Green-Ostrogradski)


Ce théorème énonce l'égalité entre l’intégrale de la divergence d’un champ vectoriel sur un volume
et le flux de ce champ à travers la frontière du volume :

∫ 𝑭. 𝒅𝜴 = ∫ 𝜵. 𝑭 𝑑𝑉 𝜴
𝜴 𝑽

𝒏
𝒅𝜴
• 𝜴 : frontière du volume 𝑉

• 𝒅𝜴 : vecteur normal à la surface frontière de 𝑉 dirigé selon la normale sortante et de


module égal à l’aire de la surface 𝑑𝛺.

• 𝑭 : champ de vecteur

4
Généralités sur les transferts thermiques

On distingue trois types de transferts thermiques et ceux-ci seront développés dans le cadre de ce
cours :

- Les transferts thermiques par conduction. Ceux-ci se réalisent sans transport macroscopique
et résultent de phénomènes se déroulant à l'échelle atomique ou moléculaire (vibrations de
réseau, moléculaires…). Le transfert par conduction est quantifié à l'aide de la loi de Fourier
qui représente une relation linéaire entre le flux thermique de conduction et le gradient de
température.
- Les transferts thermiques par convection qui sont provoqués par un mouvement
macroscopique (écoulement) et nécessite donc la présence d'un fluide. Ce type de transfert
peut se réaliser à travers l'interface séparant le système du fluide en mouvement ou le long
de cette interface. Le transfert par convection est quantifié par la loi de Newton qui relie le
flux de transfert à la différence de température au voisinage de l'interface.
- Les transferts par rayonnement qui se réalisent sans support matériel et qui peuvent donc
avoir lieu dans le vide. Il s'agit d'un phénomène électromagnétique qui résulte d'interactions
rayonnement-matière. Ce type de transfert est quantifié par la loi de Stefan-Boltzmann.

Définitions
Flux de chaleur à travers une surface
C’est la quantité de chaleur qui traverse une surface donnée par unité de temps. Elle s’exprime en
Watt (W).
𝑑𝑄
𝜙=
𝑑𝑡
Densité de flux de chaleur
C’est la quantité de chaleur qui traverse une surface donnée par unité d’aire et par unité de temps.
Elle s’exprime en W.m-2 .
𝑑𝜙
𝜑=
𝑑𝑆

Champ de température
Celui-ci est défini à tout instant t par la fonction 𝑇(𝑥, 𝑦, 𝑧, 𝑡)

Surfaces isothermes
A tout instant t, ces surfaces sont définies comme le lieu des points ayant même température à
l’instant t.

Deux surfaces isothermes ne peuvent pas se couper.

5
Gradient de température
Le gradient de température est le vecteur qui caractérise en un point donné la variation de la
fonction 𝑇(𝑥, 𝑦, 𝑧, 𝑡). Il est normal à la surface isotherme passant par ce point.

6
Généralités sur les bilans

Bilan d'une grandeur extensive 𝑭


On considère une grandeur extensive 𝐹 (masse, volume, énergie…) à laquelle on associe une
grandeur volumique 𝑓 . On a ainsi :

𝐹 = ∫ 𝑓 𝑑𝑉
𝑉

Où 𝑉 est un volume fixe quelconque.


Ecrire le bilan de la grandeur extensive 𝐹 dans le volume consiste à quantifier les variations de 𝐹
dans le temps. Ces variations de la grandeur 𝐹 sont provoquées d'une part par la production ou la
consommation de 𝐹 au sein même du volume 𝑉 (source si c'est une production ou puits si c'est une
consommation) et d'autre part par l'échange de 𝐹 avec l'extérieur au volume 𝑉 (flux).

On écrit ainsi :
𝜕𝐹
= 𝛴+𝛷
𝜕𝑡
𝛴 : terme source (puits): création (disparition) interne

𝛷 : terme de flux (échanges avec l’extérieur)

Naturellement le terme source (ou puits) possède une origine volumique : chaque élément de
volume de 𝑉 contribue à la création ou à la consommation de 𝐹. Ainsi :

𝛴 = ∫ 𝜎 𝑑𝑉
𝑉

Les échanges avec l'extérieur se réalisent au travers de la surface frontière du volume 𝑉 et l'on peut
ainsi écrire :

𝛷 = ∫ 𝝋. 𝒅𝜴
𝛺

𝝋 est le vecteur densité de flux

𝒅𝜴 est un vecteur de mêmes direction et sens que la normale entrante 𝒏 et de module égal à l’aire
de la surface 𝑑𝛺 .

𝒅𝜴
7
On en déduit donc l'expression générale du bilan de la grandeur 𝐹 dans le volume fixe 𝑉:

𝜕𝑓
∫ 𝑑𝑉 = ∫ 𝜎 𝑑𝑉 + ∫ 𝝋. 𝒅𝜴
𝑉 𝜕𝑡 𝑽 𝛺

On peut alors appliquer le théorème de Green – Ostrogradsky en prenant soin de changer le signe de
l'égalité puisque pour ce théorème, le flux est compté positivement selon la normale sortante alors
qu'il est compté positivement selon la normale entrante pour le bilan. On obtient ainsi :

𝜕𝑓
∫ 𝑑𝑉 = ∫ 𝜎 𝑑𝑉 − ∫ 𝜵. 𝝋 𝑑𝑉
𝑉 𝜕𝑡 𝑉 𝑉

Et puisque cette relation est vraie pour tout volume fixe 𝑉 c'est donc vrai au niveau local et l'on peut
alors écrire :
𝜕𝑓
= 𝜎 − 𝜵. 𝝋
𝜕𝑡
Ce qui représente l'expression générale du bilan local de la grandeur 𝐹.

Le plus souvent, le flux comporte deux composantes, un flux de convection qui résulte de
mouvement d'ensemble d'un fluide que l'on peut écrire 𝑓𝒗 et un flux de diffusion que l'on note 𝒅 qui
s'opère sans mouvement d'ensemble.
𝝋 = 𝒅 + 𝑓𝒗

Exemples
Cas du volume
𝐹 = 𝑉 et 𝑓 = 1

Le bilan s'écrit donc :

0 = 𝜎 − 𝜵. 𝝋 = −𝜵. 𝒗 pour un fluide incompressible (pas de source de volume)

Et ainsi :

𝜵. 𝒗 = 𝟎 : condition d’incompressibilité

Cas de la masse totale


𝐹 = 𝑚 et 𝑓 = 𝜌

Le bilan s'écrit donc :


𝜕𝜌
𝜕𝑡
= 𝜎 − 𝜵. 𝜌𝒗= − 𝜵. 𝜌𝒗 (principe de Lavoisier)

Et ainsi :
𝜕𝜌
= −𝜵. 𝜌𝒗 Equation de continuité
𝜕𝑡

8
De cette dernière relation, on peut déduire la relation suivante vraie pour toute fonction scalaire 𝑔
dérivable :
𝑑𝑔 𝜕𝜌𝑔
𝜌 = + 𝜵. 𝜌𝑔𝒗
𝑑𝑡 𝜕𝑡
En effet :
𝜕𝜌𝑔 𝜕𝑔 𝜕𝜌 𝑑𝑔 𝜕𝜌
=𝜌 +𝑔 = 𝜌 ( − 𝒗. 𝛁𝑔) + 𝑔
𝜕𝑡 𝜕𝑡 𝜕𝑡 𝑑𝑡 𝜕𝑡
D'après l'expression de la dérivée particulaire.

D'où :
𝜕𝜌𝑔 𝑑𝑔
= 𝜌 ( − 𝒗. 𝛁𝑔) − 𝑔𝛁. 𝜌𝒗
𝜕𝑡 𝑑𝑡
D'après l'équation de continuité démontrée précédemment.

Et ainsi :
𝜕𝜌𝑔 𝑑𝑔
=𝜌 − 𝜌𝒗. 𝛁𝑔 − 𝑔𝛁. 𝜌𝒗
𝜕𝑡 𝑑𝑡
Et puisque 𝛁. 𝜌𝑔𝒗 = 𝜌𝑣𝛁𝑔 + 𝑔𝛁. 𝜌𝒗

On obtient finalement la relation recherchée :


𝑑𝑔 𝜕𝜌𝑔
𝜌 = + 𝜵. 𝜌𝑔𝒗
𝑑𝑡 𝜕𝑡

9
Bilans usuels

Bilan de quantité de mouvement


Le bilan de quantité de mouvement est obtenu par l’application de la relation fondamentale de la
dynamique à un système de masse constante (particule fluide).

On réalise alors le bilan des forces qui agissent sur le système en faisant la distinction entre les forces
de contact représentées par le tenseur des contraintes [] et les forces qui s’exercent à distance que
l’on représente par le vecteur F par unité de masse du système.

X3+dX3

X1
X3
X3
X1+dX1
X2 X2+dX2
X2
X1

On écrit ainsi, en projection sur l’axe OXi :


𝑑(𝜌𝑑𝑉𝑣𝑖 )
= 𝜌𝑑𝑉𝐹𝑖 + {𝜏1𝑖 (𝑋1 ) − 𝜏1𝑖 (𝑋1 + 𝑑𝑋1 )}𝑑𝑋2 𝑑𝑋3 + {𝜏2𝑖 (𝑋2 ) − 𝜏2𝑖 (𝑋2 + 𝑑𝑋2 )}𝑑𝑋1 𝑑𝑋3
𝑑𝑡
+ {𝜏3𝑖 (𝑋3 ) − 𝜏3𝑖 (𝑋3 + 𝑑𝑋3 )}𝑑𝑋1 𝑑𝑋2

Si l’on regroupe les termes de contraintes, on obtient alors :


𝑑(𝜌𝑑𝑉𝑣𝑖 ) 𝑑𝑉
= 𝜌𝑑𝑉𝐹𝑖 + ∑{𝜏𝑗𝑖 (𝑋𝑗 ) − 𝜏𝑗𝑖 (𝑋𝑗 + 𝑑𝑋𝑗 )}
𝑑𝑡 𝑑𝑋𝑗
𝑗

Où l’on reconnaît l’expression de la dérivée de 𝜏𝑗𝑖 par rapport à 𝑋𝑗 . Comme d’autre part la masse du
système (𝜌𝑑𝑉) est constante, il vient :

𝑑(𝑣𝑖 ) 𝜕𝜏′𝑗𝑖
𝜌𝑑𝑉 = 𝜌𝑑𝑉𝐹𝑖 − ∑ 𝑑𝑉
𝑑𝑡 𝜕𝑋𝑗
𝑗

D’où :
𝑑(𝑣𝑖 ) 𝜕𝜏′𝑗𝑖
𝜌 = 𝜌𝐹𝑖 − ∑
𝑑𝑡 𝜕𝑋𝑗
𝑗

𝑑𝑔 𝜕𝜌𝑔
Si l’on applique la relation 𝜌 𝑑𝑡 = 𝜕𝑡
+ 𝜵. 𝜌𝑔𝒗 à la fonction g=𝑣𝑖 , on en déduit :

10
𝜕𝜌𝑣𝑖 𝜕𝜏 ′𝑗𝑖
= 𝜌𝐹𝑖 − ∑ − 𝜵. 𝜌𝑣𝑖 𝒗
𝜕𝑡 𝜕𝑋𝑗
𝑗

Enfin, si l’on sépare les termes de contraintes et de pression ( 𝜏 ′𝑗𝑖 = 𝜏𝑗𝑖 + 𝛿𝑗𝑖 𝑃), on établit alors
l’expression du bilan de quantité de mouvement :
𝜕𝜌𝑣𝑖 𝜕𝜏𝑗𝑖 𝜕𝑃
= 𝜌𝐹𝑖 − ∑ − − 𝜵. 𝜌𝑣𝑖 𝒗
𝜕𝑡 𝜕𝑋𝑗 𝜕𝑋𝑖
𝑗

D’où l’expression vectorielle :

𝜕𝜌𝒗
= 𝜌𝑭 − 𝜵𝑃 − 𝜵. 𝜏̿ − 𝜵. 𝜌𝒗𝒗
𝜕𝑡

Bilan d’énergie cinétique


Le bilan d’énergie cinétique est alors obtenu directement à partir de la relation
𝑑(𝑣𝑖 ) 𝜕𝜏′𝑗𝑖
𝜌 = 𝜌𝐹𝑖 − ∑
𝑑𝑡 𝜕𝑋𝑗
𝑗

Que l’on multiplie par 𝑣𝑖 et que l’on somme sur tous les i :

𝑑(𝑣𝑖 ) 𝜕𝜏′𝑗𝑖
∑ 𝜌𝑣𝑖 = ∑ 𝜌𝐹𝑖 𝑣𝑖 − ∑ 𝑣𝑖 ∑
𝑑𝑡 𝜕𝑋𝑗
𝑖 𝑖 𝑖 𝑗

Soit

1 𝑑 𝜕𝑣𝑖 𝜏 ′𝑗𝑖 𝜕𝑣𝑖


𝜌 (∑ 𝑣𝑖2 ) = 𝜌𝑭. 𝒗 − ∑ ∑ + ∑ ∑ 𝜏′𝑗𝑖
2 𝑑𝑡 𝜕𝑋𝑗 𝜕𝑋𝑗
𝑖 𝑖 𝑗 𝑖 𝑗

En séparant les termes de contraintes et les termes de pression (𝜏 ′𝑗𝑖 = 𝜏𝑗𝑖 + 𝛿𝑗𝑖 𝑃 ), il vient alors :

1 𝑑𝑣 2 𝜕𝑣𝑖 𝜏𝑗𝑖 𝜕𝑣𝑖 𝜕𝑣𝑖 𝑃 𝜕𝑣𝑖


𝜌 = 𝜌𝑭. 𝒗 − ∑ ∑ + ∑ ∑ 𝜏𝑗𝑖 − ∑ + ∑𝑃
2 𝑑𝑡 𝜕𝑋𝑗 𝜕𝑋𝑗 𝜕𝑋𝑖 𝜕𝑋𝑖
𝑖 𝑗 𝑖 𝑗 𝑖 𝑖

𝜕𝑣𝑖
∑𝑖 ∑𝑗 𝜏𝑗𝑖 représente le produit contracté du tenseur des contraintes 𝜏̿ par le tenseur gradient du
𝜕𝑋𝑗
vecteur 𝑣 (𝜵𝒗 )
𝜕𝑣𝑖 𝜏𝑗𝑖
∑𝑖 ∑𝑗 représente la divergence du produit du vecteur 𝑣 par le tenseur des contraintes 𝜏̿
𝜕𝑋𝑗

𝑑𝑔 𝜕𝜌𝑔
Si l’on applique de plus la relation 𝜌 𝑑𝑡 = 𝜕𝑡
+ 𝜵. 𝜌𝑔𝒗 à la fonction g=𝑣 2 , on en déduit :

𝜕 1 2 1
( 𝜌𝑣 ) = 𝜌𝑭. 𝒗 + 𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 + 𝑃𝛁. 𝒗 − 𝛁. 𝜏̿. 𝒗 − 𝛁. 𝑃𝒗 − 𝛁. 𝜌𝑣 2 𝒗
𝜕𝑡 2 2
11
Dans cette expression, les trois premiers termes sont des termes source, les trois derniers termes
sont des termes de flux.

Bilan d’énergie potentielle


Si la force F est une force conservative (si le travail de cette force est indépendant du chemin suivi),
elle dérive alors d’une énergie potentielle et peut s’écrire sous la forme :
𝑭 = −𝛁𝐸𝑝

Le travail exercé par cette force est alors opposé à la variation d’énergie potentielle et constitue par
conséquent le terme source du bilan d’énergie potentielle que l’on va écrire sous la forme
canonique :
𝜕𝜌𝑒𝑝
= 𝜎𝑒𝑝 − 𝛁. 𝜌𝑒𝑝 𝒗
𝜕𝑡
Le bilan s’écrit par conséquent :
𝜕𝜌𝑒𝑝
= −𝜌𝑭. 𝒗 − 𝛁. 𝜌𝑒𝑝 𝒗
𝜕𝑡

Bilan d’énergie interne


On termine enfin par le bilan d’énergie interne qui se déduit des bilans précédents et que l’on
cherche à écrire sous la forme canonique :

𝜕𝜌𝑢
= 𝜎𝑢 − 𝛁. 𝝋𝑢
𝜕𝑡
L’énergie totale n’ayant pas de source, on en déduit que la source d’énergie interne s’exprime de la
manière suivante :

𝜎𝑢 = −𝜎𝑒𝑐 − 𝜎𝑒𝑝 = − 𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 − 𝑃𝛁. 𝒗

En l’absence de rayonnement, le flux contient quant à lui un terme de conduction et un terme de


convection :

𝝋𝑢 = 𝑸 + 𝜌𝑢𝒗

D’où finalement :
𝜕𝜌𝑢
= − 𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 − 𝑃𝛁. 𝒗 − 𝛁. 𝑸 − ∇. 𝜌𝑢𝒗
𝜕𝑡

A l’aide des résultats de la thermodynamique, il est possible de préciser ce bilan d’énergie interne :

Pour cela, écrivons la différentielle de l’énergie interne :

12
𝑑𝑢 = 𝛿𝑄 + 𝛿𝑊 = 𝑇𝑑𝑠 − 𝑃𝑑𝑣 𝑣 étant le volume massique

Et exprimons la différentielle de s avec les variables T et V:


𝜕𝑠 𝜕𝑠
𝑑𝑠 = ( ) 𝑑𝑇 + ( ) 𝑑𝑣
𝜕𝑇 𝑉 𝜕𝑉 𝑇
On peut alors écrire :
𝜕𝑠 𝜕𝑠 𝜕𝑠
𝑑𝑢 = 𝑇 ( ) 𝑑𝑇 + (𝑇 ( ) − 𝑃) 𝑑𝑣 = 𝐶𝑉 𝑑𝑇 + (𝑇 ( ) − 𝑃) 𝑑𝑣
𝜕𝑇 𝑉 𝜕𝑉 𝑇 𝜕𝑉 𝑇
D’où :
𝑑𝑢 𝑑𝑇 𝜕𝑠 𝑑𝑣
𝜌 = 𝜌𝐶𝑉 + 𝜌 (𝑇 ( ) − 𝑃)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜕𝑉 𝑇 𝑑𝑡
1
Comme 𝑣 = 𝜌
, il vient :

𝑑𝑣 𝑑 1 1 𝑑𝜌 1 𝜕𝜌 1
= ( )= − 2 = − 2 ( + 𝒗. 𝛁𝜌) = − 2 (−𝛁. 𝜌𝒗 + 𝒗. 𝛁𝜌)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜌 𝜌 𝑑𝑡 𝜌 𝜕𝑡 𝜌

Puisque
𝑑𝜌 𝜕𝜌
= + 𝒗. 𝛁𝜌
𝑑𝑡 𝜕𝑡

(définition de la dérivée totale par rapport à la dérivée partielle)

et
𝜕𝜌
= −𝛁. 𝜌𝒗
𝜕𝑡
(équation de continuité)

Et finalement :
𝑑𝑣 1
= 𝛁. 𝒗
𝑑𝑡 𝜌

Comme de plus, d’après les relations de Maxwell de thermodynamique :


𝜕𝑠 𝜕𝑃
( ) = ( )
𝜕𝑉 𝑇 𝜕𝑇 𝑉
Il vient finalement :
𝑑𝑢 𝑑𝑇 𝜕𝑃
𝜌 = 𝜌𝐶𝑉 + (𝑇 ( ) − 𝑃) 𝛁. 𝒗
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜕𝑇 𝑉
Or

13
𝑑𝑢 𝜕𝜌𝑢
𝜌 = + 𝛁. 𝜌𝑢𝒗
𝑑𝑡 𝜕𝑡

D’après la relation
𝑑𝑔 𝜕𝜌𝑔
𝜌 = + 𝜵. 𝜌𝑔𝒗
𝑑𝑡 𝜕𝑡
Appliquée à la fonction scalaire 𝑔 = 𝑢

Ce qui permet d’écrire :


𝑑𝑢
𝜌 = − 𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 − 𝑃𝛁. 𝒗 − 𝛁. 𝑸
𝑑𝑡
Et ainsi :

𝑑𝑇 𝜕𝑃
𝜌𝐶𝑉 = − 𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 − 𝛁. 𝑸 − 𝑇 ( ) 𝛁. 𝒗
𝑑𝑡 𝜕𝑇 𝑉

Si l’on refait maintenant le calcul en choisissant l’enthalpie h au lieu de u et les variables T et P pour
exprimer la différentielle de s, il vient :
𝑃
ℎ=𝑢+
𝜌
𝜕𝑠 𝜕𝑠
𝑑𝑠 = ( ) 𝑑𝑇 + ( ) 𝑑𝑃
𝜕𝑇 𝑃 𝜕𝑃 𝑇

La première relation conduit à :


𝑑ℎ 𝑑𝑢 𝑑 𝑃 𝑑𝑢 𝑑𝑃 𝑃 𝑑𝜌
𝜌 = 𝜌 + 𝜌 ( )= 𝜌 + −
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜌 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜌 𝑑𝑡
𝑑𝑢 𝑑𝑃 𝑃 𝜕𝜌 𝑑𝑢 𝑑𝑃 𝑃
= 𝜌 + − ( + 𝒗. 𝛁𝜌) = 𝜌 + − (−𝛁. 𝜌𝒗 + 𝒗. 𝛁𝜌)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜌 𝜕𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜌
𝑑𝑢 𝑑𝑃
= 𝜌 + + 𝑃𝛁. 𝒗
𝑑𝑡 𝑑𝑡
La seconde relation permet d’écrire :
𝜕𝑠 𝜕𝑠
𝑑ℎ = 𝑇𝑑𝑠 + 𝑣𝑑𝑃 = 𝑇 ( ) 𝑑𝑇 + ( 𝑇 ( ) + 𝑣) 𝑑𝑃
𝜕𝑇 𝑃 𝜕𝑃 𝑇
Grâce aux relations de Maxwell, on peut alors écrire :
𝜕𝑣
𝑑ℎ = 𝑇𝑑𝑠 + 𝑣𝑑𝑃 = 𝐶𝑃 𝑑𝑇 + (− 𝑇 ( ) + 𝑣) 𝑑𝑃
𝜕𝑇 𝑃

En remplaçant 𝑣 par 𝜌 , il vient alors :

14
𝑑ℎ 𝑑𝑇 𝑇 𝜕𝜌 𝑑𝑃 𝑑𝑇 𝜕𝑙𝑛𝜌 𝑑𝑃
𝜌 = 𝜌𝐶𝑃 + ( ( ) + 1) = 𝜌𝐶𝑃 + (( ) + 1)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜌 𝜕𝑇 𝑃 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜕𝑙𝑛𝑇 𝑃 𝑑𝑡

On en déduit par conséquent :


𝑑𝑇 𝑑ℎ 𝜕𝑙𝑛𝜌 𝑑𝑃 𝑑𝑢 𝑑𝑃 𝜕𝑙𝑛𝜌 𝑑𝑃
𝜌𝐶𝑃 = 𝜌 − (( ) + 1) = 𝜌 + + 𝑃𝛁. 𝒗 − (( ) + 1)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜕𝑙𝑛𝑇 𝑃 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜕𝑙𝑛𝑇 𝑃 𝑑𝑡
𝑑𝑢 𝜕𝑙𝑛𝜌 𝑑𝑃
= 𝜌 + 𝑃𝛁. 𝒗 − ( )
𝑑𝑡 𝜕𝑙𝑛𝑇 𝑃 𝑑𝑡
Or
𝑑𝑢
𝜌 = − 𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 − 𝑃𝛁. 𝒗 − 𝛁. 𝑸
𝑑𝑡
D’où finalement :
𝑑𝑇 𝜕𝑙𝑛𝜌 𝑑𝑃
𝜌𝐶𝑃 = − 𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 − 𝛁. 𝑸 − ( )
𝑑𝑡 𝜕𝑙𝑛𝑇 𝑃 𝑑𝑡

15
Transferts thermiques par conduction

Le transfert thermique par conduction est un phénomène qui se produit sans mouvement
macroscopique de matière, contrairement à la convection.

Il ne se produit que s’il existe un gradient de température et s’opère des parties les plus chaudes vers
les parties les plus froides par transmission de l’agitation thermique de proche en proche.

Enfin, on rend compte du phénomène de transfert par conduction à l’aide de la loi de Fourier qui est
une loi linéaire reliant le flux de chaleur et le gradient de température.

𝝋 = −𝑘𝛁𝑇
Où 𝝋 est le vecteur densité de flux thermique (s’exprime comme une puissance par unité de surface)
et k est la conductivité thermique (en W.m-1.K-1 ).

La loi de Fourier peut également être écrite sous la forme suivante :

𝜑 = −𝑘𝜵𝑇. 𝒏
Où 𝜑 est la densité de flux thermique dans la direction de la normale 𝒏 à l’élément de surface dS
localisé à l’intérieur du système considéré.

𝒅𝑺

Le tableau suivant indique les valeurs de conductivité thermique des matériaux usuels. On remarque
en particulier les valeurs très élevées de k pour les m étaux et les valeurs très faibles pour l’air ou les
matériaux à forte porosité qui constituent ainsi de bons isolants.

16
-1 -1 -1 -1
Materiau k (W.m .K ) Materiau k (W.m .K )

Argent 419 Plâtre 0,48

Cuivre 386 Amiante 0,16

Aluminium 204 Bois 0,12-0,23

Acier inox 15 Liège 0,044-0,049

Glace 1,88 Laine de roche 0,038-0,041

Béton 1,4 Laine de verre 0,035-0,051

Brique 1,1 Polystyrène expansé 0,036-0,047

Verre 1,05 Polyuréthane 0,030-0,045

Eau 0,6 Air 0,026

17
L’équation de la chaleur

Nous avons déjà établi précédemment une expression de l’équation de la chaleur mais celle-ci,
uniquement construite à partir de considérations mécaniques et thermodynamiques, est incomplète.

Elle ne contient en particulier pas un certain nombre de termes sources susceptibles d’intervenir
(sources chimique, radioactive, électrique…) et ne contient pas non plus de terme de flux radiatif.

Nous allons, dans ce chapitre, établir une nouvelle expression de l’équation de la chaleur à la fois plus
générale mais moins précise.

On considère ainsi un système susceptible d’échanger de la chaleur avec son environnement et les
différentes puissances thermiques qui vont intervenir dans le bilan thermique du système :

ϕ𝑠

ϕ𝑔

𝜙𝑎𝑐𝑐
ϕ𝑒

𝜙𝑒 représente le flux thermique entrant dans le système.

𝜙𝑠 représente le flux thermique sortant du système.

𝜙𝑔 représente la puissance thermique créée au sein du système.

𝜙𝑎𝑐𝑐 représente la puissance thermique accumulée au sein du système (élévation de la température


moyenne du système).

A tout instant t, la relation suivante est vérifiée :

𝜙𝑒 + 𝜙𝑔 = 𝜙𝑠 + 𝜙𝑎𝑐𝑐

𝜙𝑒 et 𝜙𝑠 dépendent du type de transfert (conduction, convection, rayonnement)

𝜙𝑔 = 𝜎𝑉

Où 𝝈 représente la puissance thermique créée au sein du système par unité de volume

Et la puissance stockée s’exprime selon la relation suivante :


𝜕𝑇
𝜙𝑎𝑐𝑐 = 𝜌𝑉𝐶𝑃
𝜕𝑡

18
Pour un système élémentaire de volume 𝑑𝑉 = 𝑑𝑥𝑑𝑦𝑑𝑧, les densités de flux thermique entrant et
sortant s’écrivent :
𝝋𝑒 = 𝜑𝑥 (𝑥)𝒖𝑥 + 𝜑𝑦 (𝑦)𝒖𝑦 + 𝜑𝑧 (𝑧)𝒖𝑧

et

𝝋𝑠 = 𝜑𝑥 (𝑥 + 𝑑𝑥)𝒖𝑥 + 𝜑𝑦 (𝑦 + 𝑑𝑦)𝒖𝑦 + 𝜑𝑧 (𝑧 + 𝑑𝑧)𝒖𝑧

Le bilan thermique au sein du système prend donc l’expression suivante :

𝜑𝑥 (𝑥)𝑑𝑦𝑑𝑧 + 𝜑𝑦 (𝑦)𝑑𝑥𝑑𝑧 + 𝜑𝑧 (𝑧)𝑑𝑥𝑑𝑦 + 𝜎𝑑𝑉


𝜕𝑇
= 𝜑𝑥 (𝑥 + 𝑑𝑥)𝑑𝑦𝑑𝑧 + 𝜑𝑦 (𝑦 + 𝑑𝑦)𝑑𝑥𝑑𝑧 + 𝜑𝑧 (𝑧 + 𝑑𝑧)𝑑𝑥𝑑𝑦 + 𝜌𝑑𝑉𝐶𝑃
𝜕𝑡

Soit

𝜕𝑇
𝜌𝑑𝑉𝐶𝑃 = 𝜎𝑑𝑉 + (𝜑𝑥 (𝑥) − 𝜑𝑥 (𝑥 + 𝑑𝑥))𝑑𝑦𝑑𝑧 + (𝜑𝑦 (𝑦) − 𝜑𝑦 (𝑦 + 𝑑𝑦)) 𝑑𝑥𝑑𝑧
𝜕𝑡
+ (𝜑𝑧 (𝑧) − 𝜑𝑧 (𝑧 + 𝑑𝑧))𝑑𝑥𝑑𝑦

En divisant par 𝑑𝑉 il vient :

𝜕𝑇 (𝜑𝑥 (𝑥) − 𝜑𝑥 (𝑥 + 𝑑𝑥)) (𝜑𝑦 (𝑦) − 𝜑𝑦 (𝑦 + 𝑑𝑦)) (𝜑𝑧 (𝑧) − 𝜑𝑧 (𝑧 + 𝑑𝑧))


𝜌𝐶𝑃 = 𝜎+ + +
𝜕𝑡 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧
Or, par définition de la dérivée, nous avons :
𝜕𝜑𝑥
𝜑𝑥 (𝑥 + 𝑑𝑥) = 𝜑𝑥 (𝑥) + ( ) 𝑑𝑥
𝜕𝑥
𝜕𝜑𝑦
𝜑𝑦 (𝑦 + 𝑑𝑦) = 𝜑𝑦 (𝑦) + ( ) 𝑑𝑦
𝜕𝑦
𝜕𝜑𝑧
𝜑𝑧 (𝑧 + 𝑑𝑧) = 𝜑𝑧 (𝑧) + ( ) 𝑑𝑧
𝜕𝑧

Et ainsi :
𝜕𝑇 𝜕𝜑𝑥 𝜕𝜑𝑦 𝜕𝜑𝑧
𝜌𝐶𝑃 = 𝜎− ( )− ( )− ( ) = 𝜎 − 𝛁. 𝝋
𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧

Dans le cas de la conduction pure, 𝝋 est donnée par la loi de Fourier et nous avons donc :
𝜕𝑇
𝜌𝐶𝑃 = 𝜎 − 𝛁. (−𝑘𝛁𝑇) = 𝜎 + 𝑘∇2 𝑇 + 𝛁𝑘. 𝛁𝑇
𝜕𝑡

19
Si k ne dépend que de T :

𝜕𝑇 2
𝜕𝑘 𝜕𝑇 2 𝜕𝑇 2 𝜕𝑇 2
𝜌𝐶𝑃 = 𝜎 + 𝑘∇ 𝑇 + (( ) + ( ) + ( ) )
𝜕𝑡 𝜕𝑇 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧

Si k ne dépend pas de T (ou d’une manière négligeable) :


𝜕𝑇
𝜌𝐶𝑃 = 𝜎 + 𝑘∇2 𝑇
𝜕𝑡

Si k est indépendant de T et qu’il n’y a pas de source de chaleur :

𝜕𝑇
𝜌𝐶𝑃 = 𝑘∇2 𝑇
𝜕𝑡
Qui conduit à :
𝜕𝑇
= 𝛼∇2 𝑇
𝜕𝑡

𝑘
où 𝛼 = est la diffusivité thermique ( en m2.s-1)
𝜌𝐶𝑃

A l’état stationnaire : ∇2 𝑇 = 0 (équation de Laplace)

L’équation de la chaleur est une équation aux dérivées partielles linéaire du second ordre dont la
résolution nécessite la connaissance :

- Des conditions initiales

𝑇0 = 𝑇0 (𝑥, 𝑦, 𝑧, 0)
- Des conditions aux limites qui peuvent être de plusieurs types :
o Température imposée à la surface (Dirichlet)
𝑇𝑆 = 𝑇𝑆 (𝑀𝑆 , 𝑡)
o Densité de flux imposée à la surface (Neumann)
𝜑𝑆 = 𝜑𝑆 (𝑀𝑆 , 𝑡)
o Coefficient de transfert de chaleur imposé (Newton)
𝜑𝑆 = ℎ𝑆 (𝑇𝑆 − 𝑇𝑒𝑥𝑡 )

20
L’équation de la chaleur à l’état stationnaire

Exemples sans source interne de chaleur


En coordonnées cartésiennes :

Transfert monodimensionnel 𝑇0

𝑇𝑙
0 𝑙 x

𝜕𝑘 𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇
0 = 𝑘𝛻 2 𝑇 + ⇔ (𝑘 ) = 0
𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝜕𝑥

Si 𝑘 est indépendant de la température :

𝑇𝑙 −𝑇0 𝑇0 −𝑇𝑙
𝑇0
𝑇= 𝑙
𝑥 + 𝑇0 𝑒𝑡 𝜑 = 𝑘 𝑙

𝑇𝑙
0 𝑙 x

Si 𝑘 est une fonction linéaire de la température : 𝒌 = 𝒌𝟎 (𝟏 + 𝒂𝑻)

𝑇0
𝑎 𝑇𝑙 −𝑇0 𝑇𝑙 +𝑇0 1
𝑇 + 2 𝑇2 = (1 + 𝑎 ) 𝑥 + 𝑇0 + 𝑎𝑇0 2
𝑙 2 2
𝑇𝑙
0 𝑙 x
𝑇0 −𝑇𝑙 𝑇𝑙 +𝑇0
et 𝜑 = 𝑙
𝑘0 (1 + 𝑎 2
)

21
En coordonnées cylindriques avec 𝑘 constant :

𝑇1

𝑟1 𝑇2 𝑘 𝑑 𝑑𝑇
(𝑟 ) = 0
𝑟 𝑑𝑟 𝑑𝑟
𝑟2

𝑇1 − 𝑇2 𝑇2 𝑙𝑛𝑟1 − 𝑇1 𝑙𝑛𝑟2
𝑇= 𝑟1 𝑙𝑛𝑟 + 𝑟
𝑙𝑛 𝑟 𝑙𝑛 𝑟1
2 2

et
𝑇1 − 𝑇2
𝜙 = 2𝜋𝑘 𝑟
𝑙𝑛 𝑟2
1

22
En coordonnées sphériques avec 𝒌 constant :

𝑇1 𝑇2
𝑟1
𝑘 𝑑 2 𝑑𝑇
(𝑟 )=0
𝑟2 𝑟 2 𝑑𝑟 𝑑𝑟

𝑟1 𝑟2 (𝑇1 − 𝑇2 ) 1 1
𝑇 = 𝑇1 + [ − ]
𝑟2 − 𝑟1 𝑟 𝑟1

et

𝑟1 𝑟2 (𝑇1 − 𝑇2 )
𝜙 = 4𝜋𝑘
𝑟2 − 𝑟1

23
Exemple de problème avec source de chaleur en coordonnées sphériques
On considère un élément sphérique de rayon 𝑅𝐹 d’un matériau radioactif recouvert d’une gaine
sphérique inerte d’épaisseur 𝑒 = 𝑅𝐶 − 𝑅𝐹 (voir schéma ci-dessous)

Cœur fissile (𝑟 ≤ 𝑅𝐹 )

Source de chaleur 𝑆𝑛

Température T0 à la surface
du gainage (𝑟 = 𝑅𝐹 )
Gainage inerte (𝑅𝐹 ≤ 𝑟 ≤ 𝑅𝐶 )

𝑆𝑛 représente la puissance thermique produite par la réaction nucléaire par unité de volume de
matériau fissile.

Afin de déterminer le profil de température au sein de ce système, il convient alors de réaliser un bilan
thermique à l’état stationnaire à la fois dans le matériau fissile et dans le gainage.

Dans le matériau fissile, compte tenu de la symétrie sphérique du système (le gradient de température
est dirigé selon 𝑟 ), on réalise un bilan thermique à l’état stationnaire sur le volume de matériau
compris entre les sphères de rayon 𝑟 et 𝑟 + 𝑑𝑟 (0 ≤ 𝑟 < 𝑅𝐹 ) :

Le volume 𝑑𝑉 du système élémentaire considéré est : 𝑑𝑉 = 4𝜋𝑟 2 𝑑𝑟


𝜕𝑇
𝜙𝑎𝑐𝑐 = 𝜌𝑑𝑉𝐶𝑃 𝜕𝑡
= 0 (état stationnaire)

𝜙𝑔 = 𝑆𝑛 𝑑𝑉 = (4𝜋𝑟 2 𝑑𝑟)𝑆𝑛

𝝋𝑒 = 𝜑𝑟 (𝑟)𝒖𝑟 𝑒𝑡 𝜙𝑒 = 4𝜋𝑟 2 𝜑𝑟 (𝑟)


𝝋𝑠 = 𝜑𝑟 (𝑟 + 𝑑𝑟)𝒖𝑟 𝑒𝑡 𝜙𝑠 = 4𝜋 (𝑟 + 𝑑𝑟)2 𝜑𝑟 (𝑟 + 𝑑𝑟)
𝑑𝑓 𝑑
En notant 𝑓 (𝑟) = 4𝜋𝑟 2 𝜑𝑟 (𝑟) il vient 𝜙𝑠 = 𝑓 (𝑟 + 𝑑𝑟) = 𝑓 (𝑟) + 𝑑𝑟 𝑑𝑟 = 𝜙𝑒 + 𝑑𝑟
(4𝜋𝑟 2 𝜑𝑟 (𝑟))𝑑𝑟

𝑑
Le bilan 𝜙𝑎𝑐𝑐 = 𝜙𝑒 − 𝜙𝑠 + 𝜙𝑔 donne ainsi : 0 = − 𝑑𝑟 (4𝜋𝑟 2 𝜑𝑟 (𝑟))𝑑𝑟 + (4𝜋𝑟 2 𝑑𝑟)𝑆𝑛

Que l’on simplifie par 4𝜋𝑑𝑟 pour obtenir finalement :


𝑑 2
(𝑟 𝜑𝑟 (𝑟)) = 𝑆𝑛 𝑟 2
𝑑𝑟
et en utilisant la loi de Fourier : 0 ≤ 𝑟 ≤ 𝑅𝐹
𝑑 2 𝑑𝑇 𝑆𝑛 2
(𝑟 )=− 𝑟
𝑑𝑟 𝑑𝑟 𝑘𝐹

où 𝑘𝐹 est la conductivité thermique du matériau fissile.

On procède de même pour établir le bilan thermique au sein du gainage (𝑅𝐹 ≤ 𝑟 ≤ 𝑅𝐶 ) afin d’obtenir :

24
𝑑 2
(𝑟 𝜑𝑟 (𝑟)) = 0
𝑑𝑟
et 𝑅𝐹 ≤ 𝑟 ≤ 𝑅𝐶
𝑑 2 𝑑𝑇
(𝑟 )=0
𝑑𝑟 𝑑𝑟

Par intégration de ces quatre équations différentielles, on détermine alors l’expression de la densité
de flux de chaleur et le profil de température dans le matériau fissile et dans le gainage :

- Dans le matériau fissile (0 ≤ 𝑟 ≤ 𝑅𝐹 ):


𝑟 𝐶1
𝜑𝑟 (𝑟) = 𝑆𝑛 + 2
3 𝑟
𝑆𝑛 𝑟 2 𝐶1
𝑇= − + + 𝐶′1
6𝑘𝐹 𝑘𝐹 𝑟

Avec les conditions aux limites :

𝜑𝑟 et 𝑇 finies en 𝑟 = 0

𝜑𝑟 et 𝑇 continues en 𝑟 = 𝑅𝐹

- Dans le gainage ( 𝑅𝐹 ≤ 𝑟 ≤ 𝑅𝐶 ) :
𝐶2
𝜑𝑟 (𝑟) =
𝑟2

𝐶2
𝑇= + 𝐶′2
𝑘𝐶 𝑟

Avec les conditions aux limites :

𝜑𝑟 et 𝑇 continues en 𝑟 = 𝑅𝐹

𝑇 = 𝑇0 𝑒𝑛 𝑟 = 𝑅𝐶

𝜑𝑟 étant finie en 𝑟 = 0 , il vient immédiatement 𝐶1 = 0 et de la continuité de 𝜑𝑟 en 𝑟 = 𝑅𝐹 , on


déduit l’expression de 𝐶2 :

𝑆𝑛 𝑅𝐹3
𝐶2 =
3
Comme 𝑇 = 𝑇0 𝑒𝑛 𝑟 = 𝑅𝐶 , on obtient alors l’expression de 𝐶′2 :

25
𝑆𝑛 𝑅𝐹3
𝐶′2 = 𝑇0 −
3𝑘𝐶 𝑅𝐶
La continuité de 𝑇 en 𝑟 = 𝑅𝐹 nous permet alors d’obtenir 𝐶′1 :

𝑆𝑛 𝑅𝐹2 𝑅𝐹 𝑆𝑛 𝑅𝐹2
𝐶′1 = 𝑇0 + (1 − ) +
3𝑘𝐶 𝑅𝐶 6𝑘𝐹
On obtient finalement les profils de température suivants :

- Dans le gainage ( 𝑅𝐹 ≤ 𝑟 ≤ 𝑅𝐶 ) :

𝑆𝑛 𝑅𝐹2 𝑅𝐹 𝑅𝐹
𝑇 − 𝑇0 = ( − )
3𝑘𝐶 𝑟 𝑅𝐶

- Dans le matériau fissile (0 ≤ 𝑟 ≤ 𝑅𝐹 ):


𝑆𝑛 𝑅𝐹2 𝑟 2 𝑆𝑛 𝑅𝐹2 𝑅𝐹
𝑇 − 𝑇0 = [1 − ( ) ] + (1 − )
6𝑘𝐹 𝑅𝐹 3𝑘𝐶 𝑅𝐶

𝑇⬚

S n RF2 S n RF2  R 
T0   1  F 
 RC 
6k F 3kC 

𝑇0

𝑟
𝑅𝐹 𝑅𝐶

26
Problèmes à plus d’une dimension

En l’absence de source interne de chaleur, le profil stationnaire de température peut être déterminé
par la résolution de l’équation de Laplace :
∇2 𝑇 = 0
D’une manière générale, cette équation ne peut être résolue que numériquement par des méthodes
telles que les différences finies ou les éléments finis. La résolution analytique est néanmoins possible
dans quelques rares cas tels que celui qui est décrit ci-dessous.

On considère une languette semi-infinie de largeur L initialement à la température uniforme 𝑇0 = 0 .


La base de cette languette est portée instantanément à la température
0 𝑇1 et on cherche à déterminer le profil stationnaire de température
y dans la languette.

𝑇(𝑥, 0) = 𝑇1 𝑇(0, 𝑦) = 𝑇(𝐿, 𝑦) = 𝑇0 = 0 𝑇 (𝑥, ∞) = 𝑇0 = 0


0 0
𝜕2𝑇 𝜕2𝑇
∇2 𝑇 = + =0
𝜕𝑥 2 𝜕𝑦 2

T L x
1

dont on va chercher une solution de la forme 𝑇(𝑥, 𝑦) = 𝑋(𝑥)𝑌(𝑦) (variables séparées).

Les fonctions 𝑋 (𝑥) et 𝑌(𝑦) sont de même signe puisque la température est positive. On choisit
arbitrairement des fonctions positives.

Physiquement, la température qui est égale à 𝑇0 = 0 en 𝑥 = 0 et en 𝑥 = 𝐿 va prendre des valeurs


𝐿
différentes de 𝑇0 pour 0 < 𝑥 < 𝐿 avec un maximum en 𝑥 = 2
.
𝐿 𝐿
La fonction 𝑋(𝑥) est donc croissante entre 𝑥 = 0 et 𝑥 = puis décroissante entre 𝑥 = et 𝑥 = 𝐿.
2 2
𝜕𝑋 𝐿 𝐿
La dérivée première 𝜕𝑥 est donc positive entre 𝑥 = 0 et 𝑥 = 2
puis négative entre = 2
et 𝑥 = 𝐿 et
𝜕2 𝑋
par suite la dérivée seconde 𝜕𝑥 2 est négative entre 𝑥 = 0 et 𝑥 = 𝐿 . On a donc :

𝜕2𝑋 𝜕2𝑌 1 𝜕2𝑋 1 𝜕2𝑌


𝑌(𝑦) (
+𝑋 𝑥 ) =0 ⇒ = − = −𝛼 2
𝜕𝑥 2 𝜕𝑦 2 𝑋(𝑥) 𝜕𝑥 2 𝑌(𝑦) 𝜕𝑦 2

Ce qui nous donne le système d’équations différentielles suivant :

𝜕2𝑋
+ 𝛼2𝑋 = 0
𝜕𝑥 2

𝜕2𝑌
− 𝛼2𝑌 = 0
𝜕𝑦 2

27
dont la solution générale est :

𝑋 = 𝐴𝑐𝑜𝑠𝛼𝑥 + 𝐵𝑠𝑖𝑛𝛼𝑥

𝑌 = 𝐴′ 𝑒 𝛼𝑦 + 𝐵′𝑒 −𝛼𝑦

Les constantes d’intégration sont alors déterminées à l’aide des conditions aux limites qui sont les
suivantes :

𝑇 (0, 𝑦) = 0 ∀ 𝑦 ≥ 0 ⇒ 𝑋(0) = 0
𝑇 (𝐿, 𝑦) = 0 ∀ 𝑦 ≥ 0 ⇒ 𝑋(𝐿) = 0
lim 𝑇 (𝑥, 𝑦) = 0 ∀𝑥 ∈ [0, 𝐿] ⇒ lim 𝑌(𝑦) = 0
𝑦→∞ 𝑦→∞

𝑇(𝑥, 0) = 𝑇1 ∀ 𝑥 ∈ ]0, 𝐿[

La première condition entraîne immédiatement la nullité de la constante 𝐴 . La deuxième condition


𝑛𝜋
implique que l’on a : 𝛼 = 𝐿 .

La troisième condition implique la nullité de 𝐴′

D’où :

𝑛𝜋
𝑋 = 𝐵𝑠𝑖𝑛 𝑥
𝐿

𝑛𝜋
𝑌 = 𝐵′𝑒 − 𝐿 𝑦

La dernière condition ne permet pas d’écrire la température sous la forme :


𝑛𝜋 𝑛𝜋
𝑇(𝑥, 𝑦) = 𝐸𝑒 − 𝐿 𝑦 𝑠𝑖𝑛 𝑥 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐸 = 𝐵𝐵′
𝐿
Et on doit donc écrire :

𝑛𝜋 𝑛𝜋
𝑇(𝑥, 𝑦) = ∑ 𝐸𝑛 𝑒 − 𝐿 𝑦 𝑠𝑖𝑛 𝑥
𝐿
𝑛=1

Les coefficients 𝐸𝑛 étant calculés à l’aide de cette dernière condition :



𝑛𝜋
𝑇1 = ∑ 𝐸𝑛 𝑠𝑖𝑛 𝑥
𝐿
𝑛=1

28
qui est la décomposition d’une constante en série de Fourier, ce qui permet de calculer les coefficients
𝐸𝑛 :
𝐸𝑛 = 0 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑛 𝑝𝑎𝑖𝑟
4𝑇1
𝐸𝑛 = 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑛 𝑝𝑎𝑖𝑟
𝑛𝜋

Les isothermes ont alors l’allure des courbes de la figure ci-dessous

T0 < T4 < T3 < T2 < T1

T4

T3

T2
T0
T1 x
T0

29
Résistance thermique

La résistance thermique représente la résistance d’un milieu à la diffusion du flux thermique.

Si 𝜙 représente le flux thermique entre deux surfaces isothermes aux températures respectives 𝑇1 et
𝑇2 , la résistance thermique entre ces deux surfaces s’exprime par la relation suivante :
|𝑇1 − 𝑇2 |
𝑅= (K. W −1 )
𝜙

1
On note également 𝐾 = 𝑅
la conductance thermique (W.K-1).

Afin de relier cette résistance thermique aux caractéristiques physiques du milieu, il convient de
rappeler une propriété importante du flux thermique.

Pour cela, nous définissons dans un premier temps les lignes et les tubes de flux thermique.

- Les lignes de flux thermique sont les courbes en tout point desquelles le vecteur flux de densité
𝝋 est tangent :

- Un tube de flux thermique est l’ensemble des lignes de flux thermiques reposant sur un
contour fermé :

𝑇1
𝑇2

Les flux thermique est conservatif sur un tube de flux. C’est-à-dire, si l’on se réfère au schéma ci-
dessous, que la valeur du flux 𝜙 est la même pour toute valeur de 𝑥 comprise entre 𝑥1 et 𝑥2 . Cette
propriété traduit l’absence d’accumulation dans le tube de flux et doit donc être considérée à l’état
stationnaire.

30
𝑆1 𝑆2
𝑥
𝑇1
𝑥1 𝑆(𝑥) 𝑇2
𝑥2

Ainsi :
𝑑𝑇
𝜙(𝑥) = −𝑘 (𝑥)𝑆(𝑥) ( )
𝑑𝑥 𝑥
est indépendant de x, et par suite, la résistance thermique peut donc s’exprimer de la manière
suivante :
|𝑇1 − 𝑇2 | 𝑥2
𝑑𝑥
𝑅= = ∫
𝜙 𝑥1 𝑘 (𝑥)𝑆(𝑥)

La résistance thermique de murs composites


Matériaux en parallèle
Dans le cas de matériaux disposés en parallèle, le flux thermique global va être la somme des flux
thermiques traversant chaque matériau et par suite, la conductance thermique de l’ensemble va
être la somme des conductances des différents matériaux

𝜙1 𝑅1
𝑛 𝑛
𝜙2 𝑅2 1
𝜙 = ∑ 𝜙𝑖 = (∑ ) ∆𝑇
𝑅𝑖
𝑖=1 𝑖=1
𝜙𝑛 𝑅𝑛

On parle alors d’additivité des conductances en parallèle.

Résistances en série

Dans ce cas, le flux étant conservatif, il prend alors la même valeur dans la traversée des différents
matériaux.

31
𝑅1 𝑅2 𝑅3 𝑅𝑛

𝑥0 𝑥1 𝑥2 𝑥3 𝑥𝑛−1 𝑥𝑛
𝑇0 𝑇1 𝑇2 𝑇3 𝑇𝑛−1 𝑇𝑛

|𝑇1 −𝑇2 |
D’après la définition de la résistance thermique 𝑅 = 𝜙
,

On a donc la relation :
𝑇0 − 𝑇1 𝑇1 − 𝑇2 𝑇𝑛−1 − 𝑇𝑛 𝑇0 − 𝑇𝑛
𝜙= = = ⋯. = 𝑛
𝑅1 𝑅2 𝑅𝑛 ∑𝑖=1 𝑅𝑖

On parle alors d’additivité en série des résistances thermiques.

Résistance thermique à l’interface entre deux milieux

Lorsque le contact thermique est parfait entre les deux milieux, il n’y a pas de résistance thermique de
contact et la température est continue :

𝑇1𝑠 = 𝑇2𝑠

Milieu 1 Milieu 2

𝑆
𝑇2 (𝑥)
𝑇1 (𝑥 )

Lorsque ce contact n’est pas parfait, on parle alors de contact réel et il existe alors une résistance
thermique de contact définie par :
𝑇1𝑠 − 𝑇2𝑠
𝑅𝑐 =
𝜙

32
Milieu 1 Milieu 2

𝑆
𝑇2 (𝑥)
𝑇1 (𝑥 )

33
L’équation de la chaleur en régime non stationnaire

Ce sujet correspond à deux types de situations d’intérêt :

- Régime transitoire, atteinte d’un état stationnaire : temps de chauffe, homogénéisation


thermique
- Régime variable, comportement dans un environnement changeant

Pour illustrer cela, nous allons considérer un solide en contact avec un fluide. A l’instant initial (𝑡 = 0),
le solide est à la température 𝑇 = 𝑇0 en tout point et le fluide est à la température 𝑇1 en tout point
également et à tout instant.

𝑇1
𝑇

Deux phénomènes sont à prendre en compte : le transfert par conduction au sein du solide et le
transfert interfacial par convection entre le solide et le fluide.

Comme nous le verrons dans la suite de cet ouvrage, lors de l’étude du transfert thermique par
convection, la densité de flux de transfert convectif s’exprime à l’aide de la loi de Newton qui prend ici
la forme suivante pour tout point 𝑀 de l’interface Ω :

𝜑 = ℎ(𝑇1 − 𝑇(𝑀, 𝑡))

où h est le coefficient de transfert thermique (W.m-2.K-1).

L’objectif ici est de déterminer le profil de température dans le solide à tout instant. Un tel problème
ne peut pas être résolu analytiquement dans le cas général mais il est possible de le décrire
quantitativement le phénomène dans deux cas limites selon l’importance relative du transfert par
conduction et du transfert interfacial.

Considérons pour commencer le cas où le solide est un très bon conducteur thermique et que le
transfert de chaleur est limité par le transfert interfacial. Dans un deuxième temps, nous considèrerons
le cas où le transfert interfacial est très rapide et que le transfert de chaleur est limité par la conduction
dans le solide.

34
1er cas : transfert par conduction instantané, transfert interfacial limitant
Dans ce cas, la température est homogène dans le solide, la température dans le solide ne dépend que
du temps :

𝑇(𝑀, 𝑡) = 𝑇 (𝑡) en tout point 𝑀 du solide.

En notant 𝜌 la masse volumique du solide, 𝑉 son volume, 𝐴 l’aire de l’interface entre le solide et le
fluide et 𝐶𝑃 sa capacité calorifique massique, nous pouvons écrire le bilan thermique global sur le
solide :
𝑑𝑇
𝜌𝑉𝐶𝑃 = 𝐴ℎ(𝑇1 − 𝑇)
𝑑𝑡
où h est le coefficient de transfert thermique interfacial défini précédemment.
𝑇−𝑇1
En notant Θ = il vient alors :
𝑇0 −𝑇1

𝑑Θ 𝐴ℎ Θ
= − Θ= −
𝑑𝑡 𝜌𝑉𝐶𝑃 𝜏𝑖
𝜌𝑉𝐶𝑃
avec 𝜏𝑖 = 𝐴ℎ
qui est appelé temps caractéristique.

Cette équation différentielle se résout alors à l’aide des conditions aux limites suivantes :

𝑡=0 ⇒ Θ=1
lim Θ = 0
𝑡→∞

La solution est alors :


𝑡

Θ= 𝑒 𝜏𝑖

dont on peut représenter les variations sur la figure ci-dessous :

1,2
𝛩
1

0,8

0,6

0,4

0,2 𝑡
𝜏𝑖
0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5

35
2ème cas : transfert interfacial instantané, transfert par conduction limitant
Le transfert interfacial étant instantané, la surface du solide est à la température 𝑇1 à tout instant et
on doit donc résoudre l’équation de la chaleur dans le solide.

Pour cela, on va se placer dans le cas simple d’un solide semi-infini afin de pouvoir négliger la
dépendance selon y (schéma de la figure ci-dessous) :

fluide solide
x
𝑇1 𝑇0

L’équation de la chaleur s’exprime donc sous la forme :

𝜕𝑇 𝜕2𝑇
= 𝛼∇2 𝑇 = 𝛼 2
𝜕𝑡 𝜕𝑥
Avec les conditions aux limites suivantes :

𝑡 = 0 ⇒ 𝑇 = 𝑇0
𝑥 = 0 ⇒ 𝑇 = 𝑇1
lim 𝑇 = 𝑇0
𝑥→∞

Nous allons résoudre cette équation par un changement de variable :


𝑇−𝑇1
Nous posons comme précédemment Θ = 𝑇0 −𝑇1
et de plus, nous allons utiliser le changement de
𝑥
variable 𝜂 =
√4𝛼𝑡

L’équation de la chaleur devient alors :

𝑑2 Θ 𝑑Θ
2
= −2𝜂
𝑑𝜂 𝑑𝜂

Avec les conditions aux limites suivantes :

𝜂=0 ⇒ Θ=0
lim Θ = 1
𝜂→∞

En intégrant deux fois, on obtient successivement :


𝑑Θ 2
= 𝐶1 𝑒 −𝜂
𝑑𝜂
puis

36
𝜂
2
Θ = 𝐶1 ∫ 𝑒 −𝜉 𝑑𝜉 + 𝐶2
0

où et sont des constantes que nous allons déterminer à l’aide des conditions aux limites :

La condition 𝜂 = 0 ⇒ Θ = 0 entraîne immédiatement 𝐶2 = 0

La deuxième condition implique que l’on a :



2
1 = 𝐶1 ∫ 𝑒 −𝜉 𝑑𝜉
0

Or

2
∫ 𝑒 −𝜉 𝑑𝜉 = √𝜋
−∞

−𝜉 2
La fonction 𝜉 → 𝑒 étant une fonction paire, il vient

2 √𝜋
∫ 𝑒 −𝜉 𝑑𝜉 =
0 2

Et finalement
2
𝐶1 =
√𝜋
Le profil de température est donc donné à tout instant t par la relation :
𝑥
2 √4𝛼𝑡 2 𝑥
Θ= ∫ 𝑒 −𝜉 𝑑𝜉 = 𝑒𝑟𝑓 ( )
√𝜋 0 √4𝛼𝑡
où 𝑒𝑟𝑓 est la fonction erreur.

Les courbes représentant le profil de température dans le solide à chaque instant ont l’allure des
courbes de la figure ci-dessous pour trois instants 𝑡1 , 𝑡2 et 𝑡3 :

Il est intéressant de déterminer le point d’intersection entre la tangente à la courbe 𝑇 (𝑥) en 𝑥 = 0 et


la droite horizontale d’équation 𝑇 = 𝑇0 car cela nous permet de caractériser la profondeur de
pénétration du flux de chaleur à tout instant t .
𝑑𝑇
Pour cela, on calcule (𝑑𝑥 ) :
𝑥=0

𝑑𝑇 (𝑇0 − 𝑇1 ) 𝑑Θ 𝑇1 − 𝑇0
( ) = ( ) = −
𝑑𝑥 𝑥=0 √4𝛼𝑡 𝑑𝜂 𝜂=0 √𝜋𝛼𝑡

La profondeur de pénétration est donc : 𝛿 = √𝜋𝛼𝑡

On peut alors en déduire une condition d’infinitude pour un solide d’épaisseur b :

Pour que la résolution précédente soit correcte, il faut en effet que la profondeur de pénétration soit
très petite par rapport à l’épaisseur du solide :
𝑏2
𝛿≪𝑏 c’est-à-dire 𝑡 ≪ 𝜋𝛼 qui est donc un temps critique que l’on va noter 𝜏𝑐

37
𝑇1

𝑡1 𝑡3
𝑡2
𝑥⬚
𝑇0
𝛿1 𝛿2 𝛿3

Pour savoir dans quel cas limite on se trouve, conduction limitante ou transfert interfacial limitant, il
convient de comparer les temps caractéristiques 𝜏𝑖 et 𝜏𝑐 .

Si, par exemple, on considère un parallélépipède d’épaisseur b en contact avec le fluide par une seule
de ses surfaces perpendiculaires à l’épaisseur, on a :

𝜌𝑉𝐶𝑃 𝜌𝑏𝐶𝑝
𝜏𝑖 = =
𝐴ℎ ℎ
𝑏2 𝑏2 𝜌𝐶𝑃
𝜏𝑐 = =
𝜋𝛼 𝜋𝑘
Ainsi :
𝜏𝑐 ℎ𝑏
=
𝜏𝑖 𝜋𝑘

Cette expression fait naturellement apparaître un nombre adimensionnel que nous pourrons utiliser
afin de déterminer si nous sommes dans l’un de ces deux cas limites et lequel, il s’agit du nombre de
Biot :
ℎ𝐷
𝐵𝑖 =
𝑘
où h est le coefficient de transfert thermique par convection, k est la conductivité thermique et 𝐷 une
longueur caractéristique du problème. Ici, il s’agit de l’épaisseur b du solide.

Si 𝐵𝑖 ≪ 1 on est dans un cas de conduction instantanée et le temps caractéristique est 𝜏𝑖

Si 𝐵𝑖 ≫ 1 on est dans un cas de transfert interfacial instantané et le temps caractéristique est 𝜏𝑐

38
Dans tous les autres cas, il faut prendre en compte simultanément les deux phénomènes et la
résolution du problème est dans ce cas beaucoup plus complexe.

39
Transfert de chaleur par convection

Ce type de transfert est provoqué par un fluide en mouvement qui se déplace le long du système ou
au travers du système. Dans ce cas de figure, il y a simultanément un transfert de chaleur par
conduction mais, en règle général, celui-ci est négligeable devant le transfert par convection. Nous
verrons plus loin comment vérifier que cette hypothèse est légitime et dans quels cas la conduction ne
peut plus être négligée.

On distingue deux types de convection :

- La convection forcée pour laquelle le mouvement du fluide est imposé par un élément externe
au système (pompe, ventilateur, vent…).
- La convection naturelle qui est créée par un mouvement spontané du fluide dans un champ
gravitationnel suite à la dépendance de la masse volumique 𝜌 vis-à-vis de la température
(chauffage domestique, circulation atmosphérique et océanique…).

Dans tous les cas, la densité de flux de chaleur par convection se mettra sous la forme :

𝜑 = ℎ(𝑇𝐹 − 𝑇𝑆 )

Solide
Fluide
𝑇𝐹 𝑇𝑆

Cette relation est appelée loi de Newton même si elle n’exprime pas rigoureusement une loi physique
mais plus simplement une définition du coefficient de transfert convectif ℎ (en W.m-2K-1).

La manière de résoudre le problème va dépendre directement du type de convection considérée.

- S’il s’agit d’une convection forcée, on résoudra dans un premier temps le problème de
mécanique des fluides par la résolution de l’équation de Navier – Stockes (bilan de quantité
de mouvement) afin de déterminer le profil de vitesse, puis on réalisera un bilan thermique en
faisant intervenir l’expression obtenue pour la vitesse du fluide afin de déterminer le profil de
température.
- S’il s’agit de convection naturelle, on réalisera dans un premier temps le bilan thermique afin
de déterminer le profil de température et donc de masse volumique, après quoi on utilisera
l’équation de Navier – Stockes afin de déterminer le profil de vitesse.
Nous allons illustrer ce propos par deux exemples, l’un en convection forcée, l’autre en convection
libre, ce qui nous permettra en particulier de mettre en évidence les nombres adimensionnels à
prendre en compte dans chaque cas.

40
Exemple de convection forcée
On considère un fluide newtonien incompressible de viscosité dynamique 𝜇 de masse volumique
constante 𝜌 et de conductivité thermique 𝑘 , initialement à la température 𝑇0 en écoulement
laminaire dans un tube cylindrique de rayon 𝑅 et de longueur 𝐿 . Cet écoulement est imposé par une
différence de pression ∆𝑃 = 𝑃0 − 𝑃𝐿 entre 𝑧 = 0 et 𝑧 = 𝐿 .

𝑇0 z
r

Densité de flux constante 𝜑0

Comme nous l’avons signalé précédemment, la démarche consiste à établir dans un premier temps le
profil de vitesse.

Ce profil de vitesse est donné par la loi de Poiseuille :


𝑟 2 ∆𝑃 𝑅 2
𝑣 = 𝑣𝑚𝑎𝑥 [1 − (𝑅) ] avec 𝑣𝑚𝑎𝑥 = 4𝜇𝐿

Cette relation peut être retrouvée facilement à l’aide d’un bilan de quantité de mouvement à l’état
stationnaire :

Le mouvement du fluide est dirigé suivant 𝑂𝑧 et ne dépend pas de 𝜃 pour des raisons de symétrie
évidentes.

Nous avons donc :

𝒗 = 𝑣𝑧 (𝑟, 𝑧)𝒖𝒛

Le fluide étant incompressible, nous savons de plus que nous avons 𝛁. 𝒗 = 0 c’est-à-dire :
1 𝜕 (𝑟. 𝑣𝑟 ) 𝜕𝑣𝑧
+ =0
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑧
𝜕𝑣𝑧
Comme 𝑣𝑟 = 0 il vient : 𝜕𝑧
=0 et ainsi :

𝒗 = 𝑣𝑧 (𝑟)𝒖𝒛

Projetons maintenant le bilan de quantité de mouvement sur l’axe 𝑂𝑧 :


𝜕𝜌𝑣𝑧 𝜕𝑃
= 𝜌𝑔𝑧 − 𝛁. 𝝉𝒛 − − 𝜵. 𝜌𝑣𝑧 𝒗
𝜕𝑡 𝜕𝑧
𝜏𝑟𝑧
𝜏
avec 𝝉𝒛 = ( 𝜃𝑧 )
𝜏𝑧𝑧

41
𝑔𝑧 = 0

Le fluide étant newtonien, les termes de contraintes se mettent sous la forme :


𝜕𝑣𝑧 2
𝜏𝑧𝑧 = −𝜇 [2 − 𝛁. 𝒗] = 0
𝜕𝑧 3
𝜕𝑣𝜃 1 𝜕𝑣𝑧
𝜏𝜃𝑧 = −𝜇 [ + ]=0
𝜕𝑧 𝑟 𝜕𝜃
𝜕𝑣𝑧 𝜕𝑣𝑟 𝜕𝑣𝑧
𝜏𝑟𝑧 = −𝜇 [ + ] = −𝜇
𝜕𝑟 𝜕𝑧 𝜕𝑟
De plus

𝛁. 𝜌𝑣𝑧 𝒗 = 𝜌𝑣𝑧 𝛁. 𝒗 + 𝒗. 𝛁𝜌𝑣𝑧 = 0

Puisque
𝜕𝑣𝑧
𝛁. 𝒗 = 0 et 𝜕𝑧
=0

Nous avons donc finalement, à l’état stationnaire :

1𝜕 𝜕𝑣𝑧 𝜕𝑃
(𝜇𝑟 )=
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑧
Egalité dont le membre de gauche ne dépend que de r et le membre de droite ne dépend que de z.
∆𝑃 𝑃𝐿 −𝑃0
Ces deux termes sont donc égaux à une même constante que l’on notera − = .
𝐿 𝐿

Et ainsi :
1𝜕 𝜕𝑣𝑧 ∆𝑃
(𝜇𝑟 )= −
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝐿
Equation différentielle que l’on va intégrer à l’aide des conditions aux limites qui sont :

𝑣𝑧 = 0 𝑒𝑛 𝑟 = 𝑅 condition de non glissement (le fluide adhère à la paroi)


𝜕𝑣𝑧
= 0 𝑒𝑛 𝑟 = 0 (contrainte nulle au centre du cylindre)
𝜕𝑟

Une première intégration conduit à :


𝜕𝑣𝑧 ∆𝑃 𝐶1
=− 𝑟+
𝜕𝑟 2𝜇𝐿 𝜇𝑟
Puis, par une deuxième intégration :
∆𝑃 2 𝐶1
𝑣𝑧 = − 𝑟 + ln 𝑟 + 𝐶2
4𝜇𝐿 𝜇
𝐶1 et 𝐶2 étant deux constantes que l’on va déterminer grâce aux conditions limites :

42
𝜕𝑣𝑧
= 0 𝑒𝑛 𝑟 = 0 entraîne 𝐶1 = 0
𝜕𝑟

∆𝑃
𝑣𝑧 = 0 𝑒𝑛 𝑟 = 𝑅 implique 𝐶2 = 4𝜇𝐿
𝑅2

Et finalement

∆𝑃𝑅2 𝑟 2
𝑣𝑧 = [1 − ( ) ]
4𝜇𝐿 𝑅

Nous allons donc maintenant réaliser un bilan d’énergie interne afin de déterminer le profil de
température.
𝜕𝜌𝑢
= − 𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 − 𝑃𝛁. 𝒗 − 𝛁. 𝑸 − ∇. 𝜌𝑢𝒗
𝜕𝑡
A l’état stationnaire, le fluide étant incompressible et comme 𝑣𝑧 ne dépend pas de 𝑧 , il vient :

1𝜕 𝜕𝑄𝑧 𝜕𝑇
0 = − 𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 − (𝑟𝑄𝑟 ) − − 𝜌𝐶𝑃 𝑣𝑧
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑧 𝜕𝑧
𝜕𝑇
𝑄𝑟 = −𝑘
𝜕𝑟
𝜕𝑇
𝑄𝑧 = −𝑘
𝜕𝑧

𝜕𝑣𝑖 𝜕𝑣𝑧 𝜕𝑣𝑧 2


𝜏̿ ∶ 𝛁𝒗 = ∑ ∑ 𝜏𝑗𝑖 = 𝜏𝑟𝑧 = −𝜇( )
𝜕𝑋𝑗 𝜕𝑟 𝜕𝑟
𝑖 𝑗

𝜕𝑣 𝜕𝑣𝑧
Car le seul terme 𝜕𝑋𝑖 non nul est 𝜕𝑟
.
𝑗

On a donc finalement :
𝜕𝑇
𝜕𝑣𝑧 2 1 𝜕 (−𝑘𝑟 𝜕𝑟 ) 𝜕2𝑇 𝜕𝑇
𝜇( ) − + 𝑘 2 − 𝜌𝐶𝑃 𝑣𝑧 =0
𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑧 𝜕𝑧

Le premier terme correspond à la création interne de chaleur par dissipation visqueuse. On admettra
à ce stade que ce terme est en général négligeable sauf dans le cas d’un fluide de haute viscosité
soumis à un gradient de contrainte très intense.

Le deuxième terme est un terme de conduction thermique selon r.

Le troisième terme représente le transfert par conduction selon l’axe 𝑂𝑧 .

Enfin le dernier terme représente le transfert par convection selon l’axe 𝑂𝑧 .


Dans le cas de la convection forcée, le transfert par convection est généralement prépondérant par
rapport au transfert par conduction, ce que nous allons supposer ici.

43
Il nous reste ainsi finalement :
𝜕𝑇
1 𝜕 (−𝑘𝑟 𝜕𝑟 ) 𝜕𝑇
− − 𝜌𝐶𝑃 𝑣𝑧 =0
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑧
C’est-à-dire :
𝜕𝑇
𝑘 𝜕 (𝑟 𝜕𝑟 ) 𝜕𝑇
= 𝜌𝐶𝑃 𝑣𝑧
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑧
Avec les conditions aux limites :

- En 𝑧 = 0 𝑇 = 𝑇0
𝜕𝑇
- En 𝑟 = 𝑅 𝑘 𝜕𝑟 = 𝜑0

En explicitant 𝑣𝑧 on peut alors réécrire cette équation :


𝜕𝑇
𝑅2 𝜕 (𝑟 𝜕𝑟 ) 𝜌𝐶𝑃 𝑣𝑚𝑎𝑥 𝑟 2 𝜕𝑇
= 𝑅2 (1 − )
𝑟 𝜕𝑟 𝑘 𝑅 𝜕𝑧
On choisit alors d’introduire les variables adimensionnées suivantes :
𝑇 − 𝑇0
Θ=
𝑅
𝜑0
𝑘
𝑟
𝜉=
𝑅
Et
𝑧
𝜁=
𝜌𝐶𝑃 𝑣𝑚𝑎𝑥 𝑅2
𝑘
L’équation ci-dessus devient alors :
∂Θ
∂Θ 1 𝜕 (𝜉 𝜕𝜉 )
(1 − 𝜉 2 ) =
𝜕𝜁 𝜉 𝜕𝜉
Les conditions aux limites deviennent :

En 𝜁 = 0 Θ = 0
∂Θ
En 𝜉 = 1 𝜕𝜉
=1

Si l’on se place suffisamment loin de l’entrée du tube, la température du fluide est supérieure à 𝑇0
en tout point de la section (toutes les couches de fluide sont affectées par le flux de chaleur) et
l’élévation de température pour une distance à l’axe r donnée est alors une fonction linéaire de z et
donc de 𝜁 .

On peut alors, pour les valeurs élevées de 𝜁 , chercher une solution de la forme :
Θ = 𝐶0 𝜁 + 𝑓(𝜉 )

44
𝐶0 étant une constante.

Et l’équation différentielle à résoudre est donc la suivante :


∂Θ
1 𝜕 (𝜉 𝜕𝜉 )
= 𝐶0 (1 − 𝜉 2 )
𝜉 𝜕𝜉
Dont la solution est :

𝜉2 𝜉4
Θ = 𝐶0 ( − ) + 𝐶1 ln 𝜉 + 𝐶2 + 𝐶0 𝜁
4 16

𝐶1 et 𝐶2 étant deux constantes à déterminer.

La température devant prendre une valeur finie pour toute valeur de r donc de 𝜉 , il vient
immédiatement que 𝐶1 est nulle.
∂Θ
La condition en 𝜉 = 1 = 1 entraîne 𝐶0 = 4
𝜕𝜉

On a donc :

𝜉4
Θ = 4𝜁 + 𝜉 2 − + 𝐶2
4
La constante 𝐶2 est alors déterminée en faisant un bilan thermique sur le fluide :
2𝜋 𝑅
2𝜋𝑅𝑧𝜑0 = ∫ ∫ 𝜌𝐶𝑃 (𝑇 − 𝑇0 ) 𝑣𝑧 (𝑟)𝑟𝑑𝑟𝑑𝜃
0 0

Ce qui revient à écrire que la puissance thermique fournie au fluide est stockée dans celui-ci sous
forme de chaleur par l’élévation de sa température.

Avec les variables adimensionnées, cela donne :


1
𝜁 = ∫ Θ(1 − 𝜉 2 )𝜉𝑑𝜉
0

Ce qui conduit à :
7
𝐶2 = −
24
Et finalement, le profil de température est donné par la relation :

𝜉4 7
Θ = 4𝜁 + 𝜉 2 − −
4 24

Si l’on remanie l’expression de 𝜁 , on fait alors naturellement apparaître deux nombres


adimensionnels, les nombres de Reynolds Re et de Prandtl Pr, qui sont essentiels dans les problèmes
de convection forcée :
𝑧 𝑧 𝑘 𝜇 𝑧 1
𝜁= = ( )( )=
𝜌𝐶𝑃 𝑣𝑚𝑎𝑥 𝑅2 𝑅 𝜇𝐶𝑃 𝜌𝑣𝑚𝑎𝑥 𝑅 𝑅 𝑃𝑟𝑅𝑒
𝑘

45
Exemple de convection libre
Comme indiqué précédemment, la convection libre concerne la mise en mouvement spontanée d’un
fluide sous l’action d’un gradient de température à cause de la dépendance de la masse volumique
vis-à-vis de la température. On a donc à la fois un transfert de quantité de mouvement et un
transfert de chaleur.

On considère un fluide incompressible placé entre deux parois infinies séparées par une distance 2𝑏,
une paroi froide à la température 𝑇1 et une paroi chaude à la température 𝑇2 .

Contrairement au cas de la convection forcée, on commence ici par réaliser un bilan thermique afin
d’établir le profil de température et donc le profil de masse volumique puis on fait un bilan de
quantité de mouvement afin d’établir le profil de vitesse.

𝑇2
Paroi froide

𝑇1
Paroi chaude
2b

Les parois étant infinies, on se retrouve dans un cas de transfert unidimensionnel sans source. A
l’état stationnaire, l’équation de la chaleur devient donc :

𝑑2 𝑇
=0
𝑑𝑦 2

Et le profil de température est donc donné par la relation :


𝑇1 + 𝑇2 𝑇1 − 𝑇2
𝑇= + 𝑦
2 2𝑏
Le fluide étant plus chaud au voisinage de la paroi chaude, sa masse volumique va être plus faible et
celui-ci va donc être animé d’un mouvement ascendant au voisinage de cette paroi chaude.
D’une manière symétrique, le fluide au va être plus froid au voisinage de la paroi froide et sera donc
animé d’un mouvement descendant.

Quelle que doit sa position, la vitesse du fluide va donc être dirigée selon l’axe 𝑂𝑧 .

Pour des raisons de symétrie évidentes, la vitesse du fluide ne dépendra pas de 𝑥 . Comme de plus le
fluide est incompressible, sa vitesse ne dépendra pas non plus de 𝑧 .

46
𝒗 = 𝑣𝑧 (𝑦)𝒖𝒛

On va donc pouvoir réaliser un bilan de quantité de mouvement à l’état stationnaire en projection


sur l’axe 𝑂𝑧 :

𝑑𝑃 𝑑2 𝑣𝑧
−𝜌𝑔 − + 𝜇 =0
𝑑𝑧 𝑑𝑦 2
𝜏𝑦𝑧 étant le seul terme non nul du tenseur des contraintes.

La pression diminue avec l’altitude selon la relation :


𝑑𝑃
= −𝜌𝑔
𝑑𝑧
Si nous prenons la même valeur de 𝜌 dans les deux cas, la solution de l’équation différentielle issue
du bilan de quantité de mouvement sera une vitesse variant linéairement avec y et qui ne dépendra
pas de la température.

Afin de pouvoir faire intervenir la température dans l’expression de la vitesse, nous allons expliciter
la masse volumique 𝜌 en fonction de la température uniquement pour la force de pesanteur, nous
prendrons une valeur moyenne pour le gradient de pression et négligerons ses variations dans les
limites du système considéré, donc sur une épaisseur limitée de fluide.

Si l’on note 𝛽 le coefficient de dilatation volumique :


1 𝑑𝑉
𝛽= −
𝑉 𝑑𝑇
On peut alors exprimer la masse volumique en fonction de la température :
𝑇1 + 𝑇2
𝜌 = 𝜌̅ − 𝛽𝜌̅ (𝑇 − )
2
𝜌̅ étant la masse volumique moyenne correspondant à la température moyenne c’est-à-dire à la
𝑇1 + 𝑇2
température 𝑇 = .
2

Et nous allons écrire :


𝑑𝑃
= −𝜌̅ 𝑔
𝑑𝑧
Cette approximation porte le nom d’approximation de Boussinesq.

Le bilan de quantité de mouvement donne finalement :

𝑑2 𝑣𝑧 𝑇2 − 𝑇1
𝜇 2
= (𝜌 − 𝜌̅ )𝑔 = 𝛽𝜌̅ 𝑔 ( )𝑦
𝑑𝑦 2𝑏

Dont la solution est :


𝑇2 − 𝑇1 𝑦 3
𝑣𝑧 = 𝛽𝜌̅ 𝑔 ( ) + 𝐶1 𝑦 + 𝐶2
4𝜇𝑏 3

𝐶1 et 𝐶2 étant deux constantes que l’on va déterminer à l’aide des conditions aux limites qui sont :

En 𝑦 = ±𝑏 𝑣𝑧 = 0

47
En 𝑦 = 0 𝑣𝑧 = 0

La deuxième condition implique que l’on a 𝐶2 = 0


𝑇 −𝑇
2
La première condition implique 𝐶1 = −𝛽𝜌̅ 𝑔 ( 12𝜇𝑏1
) 𝑏2

L’expression de la vitesse devient donc finalement :

𝑇2 − 𝑇1 3 𝑦 3 𝑦
𝑣𝑧 = 𝛽𝜌̅ 𝑔 ( ) 𝑏 (( ) − ( ))
12𝜇𝑏 𝑏 𝑏

On peut alors exprimer le nombre de Reynolds :

𝜌̅ 𝑣𝑧 𝑏 𝜌̅ 2 𝑏3 𝑔𝛽(𝑇2 − 𝑇1 ) 𝑦 3 𝑦 1 𝑦 3 𝑦
𝑅𝑒 = = 2
[( ) − ( )] = 𝐺𝑟 [( ) − ( )]
𝜇 12𝜇 𝑏 𝑏 12 𝑏 𝑏
Où l’on voit naturellement apparaître le nombre de Grashof.

Ainsi, dans un problème de convection libre, ce sont les nombres adimensionnels de Prandtl et de
Grashof qu’il conviendra de prendre en considération.

Analyse dimensionnelle des problèmes de convection


Ces résultats peuvent être également retrouvés par l’analyse dimensionnelle.

Analyse dimensionnelle des problèmes de convection forcée


Commençons par le cas de la convection forcée :

Les caractéristiques du système à prendre en compte sont :


- Une longueur caractéristique du système (longueur, diamètre…) que l’on notera 𝐷
- La viscosité dynamique du fluide 𝜇
- La conductivité thermique du fluide 𝑘
- La masse volumique du fluide 𝜌
- La capacité calorifique à pression constante du fluide 𝐶𝑃
- La vitesse du fluide 𝑣

On peut donc exprimer le coefficient de transfert convectif comme étant une fonction de ces
différentes grandeurs physiques :

ℎ = ℎ (𝐷, 𝜇, 𝑘, 𝜌, 𝐶𝑃 , 𝑣)

C’est-à-dire qu’il existe une fonction 𝜒 telle que :

𝜒(𝐷, 𝜇, 𝑘, 𝜌, 𝐶𝑃 , 𝑣, ℎ ) = 0
En comptant ℎ , on a donc 7 grandeurs à prendre en considération.

Ces 7 grandeurs peuvent être exprimées à l’aide des 4 unités fondamentales (masse M, longueur L,
temps T et température  ). On obtient donc le tableau suivant :

48
ℎ 𝐷 𝜇 𝑘 𝜌 𝐶𝑃 𝑣
MT-3-1 L ML-1T-1 MLT-3-1 ML-3 L T -1
2 -2
LT-1
M 1 0 1 1 1 0 0
L 0 1 -1 1 -3 2 1
T -3 0 -1 -3 0 -2 -1
 -1 0 0 -1 0 -1 0

D’après le théorème de Vaschy – Bukingham, comme nous avons 7 variables physiques dépendant
de 4 unités fondamentales, il existe une équation équivalente mettant en jeu 7-4 = 3 variables
adimensionnelles. C’’est à dire qu’il existe une fonction 𝜓 telle que :

𝜓(𝜋1 , 𝜋2 , 𝜋3 ) = 0

𝜋1 , 𝜋2 et 𝜋3 étant trois nombres adimensionnels construits à l’aide des 7 variables physiques.

Ces nombres adimensionnels dépendent du choix des 4 variables de base.

Prenons par exemple comme variables de base 𝐷, 𝜇, 𝑘 et 𝜌 . Pour trouver l’expression des 3
nombres adimensionnels 𝜋1 , 𝜋2 et 𝜋3 , il faut alors exprimer ℎ, 𝐶𝑃 et 𝑣 en fonction de ces 4 variables
de base.

Il vient immédiatement :
𝑘
ℎ=
𝐷
𝑘
𝐶𝑃 =
𝜇
et
𝜇
𝑣=
𝜌𝐷
On obtient alors les 3 nombres adimensionnels en faisant les rapports des membres de ces trois
égalités, et nous avons finalement :
ℎ𝐷
𝜋1 = qui est le nombre de Nusselt 𝑁𝑢
𝑘

𝐶𝑃 𝜇
𝜋2 = 𝑘
qui est le nombre de Prandtl 𝑃𝑟
𝜌𝑣𝐷
𝜋3 = 𝜇
qui est le nombre de Reynolds 𝑅𝑒

Il existe donc une relation entre les nombres de Nusselt de Prandtl et Reynolds et l’on peut donc écrire :

𝑁𝑢 = 𝑓(𝑅𝑒, Pr)
Regardons maintenant ce que l’on obtient en choisissant d’autres variables de base, par exemple
𝐷, 𝜌, 𝐶𝑃 et 𝑣 :

Il faut donc exprimer ℎ, 𝑘 et 𝜇 en fonction de ces variables de base.

Il vient alors très simplement :

ℎ = 𝐶𝑃 𝜌𝑣

49
𝑘 = 𝜌𝑣𝐷𝐶𝑃

et

𝜇 = 𝜌𝑣𝐷

Et on a finalement :

𝜋1 = 𝜌𝑣𝐶𝑃
qui est le nombre de Stanton 𝑆𝑡

𝑘
𝜋2 = qui est l’inverse du nombre de Péclet 𝑃𝑒
𝜌𝑣𝐷𝐶𝑃

et enfin
𝜇
𝜋3 = 𝜌𝑣𝐷
qui est l’inverse du nombre de Reynolds

Mais on peut constater que les nombres de Stanton et de Péclet peuvent s’exprimer facilement en
fonction des nombres de Reynolds, Prandtl et Nusselt.

En effet :
𝑁𝑢
𝑆𝑡 = et 𝑃𝑒 = 𝑅𝑒𝑃𝑟
𝑅𝑒𝑃𝑟
Ce qui, en fin de compte, revient au même que précédemment puisque l’on montre à nouveau que les
nombres de Nusselt, Prandtl et Reynolds sont liés.

On peut également noter la signification particulière des nombres de Péclet et de Stanton. En effet, le
𝜌𝑣𝐷𝐶𝑃
nombre de Péclet (𝑃𝑒 = 𝑘
) exprime le rapport entre l’énergie transportée par convection et

l’énergie transportée par conduction et le nombre de Stanton (𝑆𝑡 = ) exprime le rapport entre
𝜌𝑣𝐶𝑃
l’énergie totale transportée et l’énergie transportée par convection. Ces deux nombres
adimensionnels permettent donc d’évaluer l’importance de la convection par rapport à la conduction.

Analyse dimensionnelle des problèmes de convection libre


Considérons maintenant le cas de la convection libre.

Par rapport au cas de la convection forcée il convient de modifier la liste des variables physiques à
prendre en compte. En effet la vitesse n’est plus une variable directe et il faut faire intervenir cette
fois-ci la poussée d’Archimède provoquée par le gradient de masse volumique et à l’origine de la mise
en mouvement du fluide.

Comme nous l’avons vu précédemment, cette force s’exprime de la manière suivante par unité de
volume :

𝑷𝑨 = ∆𝜌𝒈

Correspondant à une accélération 𝜸 :


∆𝜌
𝜸= 𝒈 = −𝛽∆𝑇 𝒈
𝜌
Dans ces conditions, on a donc le tableau suivant :

50
ℎ 𝐷 𝜇 𝑘 𝜌 𝐶𝑃 𝛽𝑔∆𝑇
MT-3-1 L ML-1T-1 MLT-3-1 ML-3 L T -1
2 -2
LT-2
M 1 0 1 1 1 0 0
L 0 1 -1 1 -3 2 1
T -3 0 -1 -3 0 -2 -2
 -1 0 0 -1 0 -1 0

Comme pour le cas de la convection forcée, on cherche donc 3 nombres adimensionnels 𝜋1 , 𝜋2 et 𝜋3 .

Si l’on choisit comme variables de base 𝐷, 𝜇, 𝑘 et 𝜌 , on obtient facilement :

𝑘
ℎ=
𝐷
𝑘
𝐶𝑃 =
𝜇
et

𝜇2
𝛽𝑔∆𝑇 =
𝐷3 𝜌2

On en déduit donc l’expression de 𝜋1 , 𝜋2 et 𝜋3 :


ℎ𝐷
𝜋1 = = 𝑁𝑢
𝑘
𝐶𝑃 𝜇
𝜋2 = = 𝑃𝑟
𝑘
et

𝜌2 𝐷3 𝑔𝛽∆𝑇
𝜋3 = = 𝐺𝑟
𝜇2

Cette méthode nous permet bien de retrouver les mêmes résultats que précédemment.

La résolution d’un problème de transfert de chaleur par convection nécessite donc la détermination
du coefficient ℎ .

Pour cela, nous aurons à notre disposition des relations, la plupart du temps empiriques, entre les
nombres adimensionnels caractéristiques du problème. Ces relations sont appelées corrélations.

Ces corrélations vont dépendre de la géométrie de l’interface (cartésienne, cylindrique ou sphérique),


du type de transfert convectif (convection libre ou forcée, écoulement laminaire ou turbulent) et de la
position relative fluide / paroi (écoulement interne, externe, transverse, longitudinal…)

Nous allons dans ce cours recenser les corrélations les plus courantes en précisant leurs conditions
d’application.

51
Exemples de corrélation en convection forcée

écoulement dans un tube


1
1⁄ 1 𝐷 ⁄3
𝑁𝑢 = 1,86 𝑅𝑒 3 𝑃𝑟 ⁄3 ( ) pour un écoulement laminaire
𝐿
0,8 1⁄
𝑁𝑢 = 0,026 𝑅𝑒 𝑃𝑟 3 pour un écoulement turbulent

écoulement autour d’une sphère


1⁄ 1
𝑁𝑢 = 2 + 0,6 𝑅𝑒 2 𝑃𝑟 ⁄3

écoulement transversal autour d’un tube cylindrique

𝑁𝑢 = 𝐶 𝑅𝑒 𝑛
Les valeurs de 𝐶 et 𝑛 dépendant de la nature du fluide et du nombre de Reynolds (voir tableau
ci-dessous)

𝑅𝑒 𝑛 𝐶
Gaz Liquide
1à4 0,330 1 1
0,891 𝑃𝑟 ⁄3 0,989 𝑃𝑟 ⁄3
1 1
4 à 40 0,385 0,821 𝑃𝑟 ⁄3 0,911 𝑃𝑟 ⁄3
1 1
40 à 4000 0,468 0,615 𝑃𝑟 ⁄3 0,683 𝑃𝑟 ⁄3
4000 à 40000 0,618 1 1
0,174 𝑃𝑟 ⁄3 0,193 𝑃𝑟 ⁄3

52
écoulement le long d’une plaque plane de longueur 𝒍

2 1⁄ 1
𝑁𝑢 = 𝑅𝑒 2 𝑃𝑟 ⁄3 pour un écoulement laminaire
3

0,036 𝑅𝑒 0,8𝑃𝑟
𝑁𝑢 = pour un écoulement turbulent
1+0,83(𝑃𝑟0,6−1)

Pour le calcul des nombres adimensionnels, on prend 𝐷 = 𝑙 .

écoulement entre deux plaques planes de longueur 𝒍 distantes d’une longueur 𝒆.

𝑁𝑢 = 3,4 pour un écoulement laminaire


1⁄ 1
𝑁𝑢 = 0,023𝑅𝑒 2 𝑃𝑟 ⁄3 pour un écoulement turbulent

Pour le calcul des nombres adimensionnels, on prend 𝐷 = 2𝑒

Dans tous les cas, la méthodologie consiste à calculer les nombres de Reynolds et de Prandtl, à
déterminer la corrélation à utiliser à partir de la valeur du nombre de Reynolds et de la configuration
géométrique, de calculer le nombre de Nusselt grâce à la corrélation choisie et enfin de calculer le
𝑘 𝑁𝑢
coefficient de transfert ℎ grâce à la relation ℎ = 𝐷
. On peut alors déterminer le flux de chaleur par
convection grâce à la loi de Newton.

53
Exemples de corrélations en convection libre
Pour tous les fluides on peut utiliser une corrélation du type :

𝑁𝑢 = 𝐶 (𝐺𝑟𝑃𝑟)𝑛

𝑛 dépend du régime de l’écoulement (laminaire ou turbulent)

La constante 𝐶 dépend du régime de l’écoulement et de la géométrie

Le produit 𝐺𝑟𝑃𝑟 représente le nombre de Rayleigh noté 𝑅𝑎 qui caractérise le transfert de chaleur au
sein d’un fluide. En dessous d’une valeur critique de l’ordre de 1700, le transfert s’opère uniquement
par conduction alors qu’au-dessus de cette valeur critique, c’est la convection libre qui devient
prépondérante.

Pour des plaques et des cylindres verticaux, nous avons les corrélations suivantes :
1⁄
- Pour 104 < 𝑅𝑎 < 109 𝑁𝑢 = 0,59 𝑅𝑎 4
2⁄
- Pour 109 < 𝑅𝑎 < 1013 𝑁𝑢 = 0,021 𝑅𝑎 5

Pour des cylindres horizontaux :

- Pour 10−10 < 𝑅𝑎 < 10−2 𝑁𝑢 = 0,675 𝑅𝑎 0,058


- Pour 10−2 < 𝑅𝑎 < 102 𝑁𝑢 = 1,02 𝑅𝑎0,148
- Pour 102 < 𝑅𝑎 < 104 𝑁𝑢 = 0,85 𝑅𝑎0,188
- Pour 104 < 𝑅𝑎 < 107 𝑁𝑢 = 0,48 𝑅𝑎0,25
- Pour 107 < 𝑅𝑎 < 1012 𝑁𝑢 = 0,125 𝑅𝑎0,33

Il existe également des relations simplifiées pour l’air à pression atmosphérique :

Géométrie Ecoulement laminaire Ecoulement turbulent


104 < 𝑅𝑎 < 109 𝑅𝑎 > 109
1 1
Plaque ou cylindre vertical ∆𝑇 ⁄4 ℎ = 1,31 (∆𝑇) ⁄3
Hauteur 𝐻 ℎ = 1,42 ( )
𝐻
1 1⁄
Cylindre horizontal ∅ = 𝐷 ∆𝑇 ⁄4 ℎ = 1,24 (∆𝑇) 3
ℎ = 1,32 ( )
𝐷
1 1⁄
Face supérieure d’une plaque ∆𝑇 ⁄4 ℎ = 1,52 (∆𝑇) 3
horizontale chaude ou face ℎ = 1,32 ( )
𝐿
inférieure d’une plaque
horizontale froide
Longueur 𝐿
1⁄ 1⁄
Face inférieure d’une plaque ∆𝑇 4 ∆𝑇 4
horizontale chaude ou face ℎ = 0,59 ( ) ℎ = 0,59 ( )
𝐿 𝐿
supérieure d’une plaque
horizontale froide
Longueur 𝐿
Sphère diamètre 𝐷 0,17 1
ℎ = (1,14 + ) (∆𝑇) ⁄4
𝐷

54
Transfert de chaleur par rayonnement

Mise en évidence du transport radiatif de chaleur


William HERSCHEL a pu mettre en évidence, en 1800, le phénomène de transfert radiatif de chaleur
par une expérience, simple dans son principe, mettant en jeu une source, un prisme, un écran
absorbant et des thermomètres.

T
Source

Prisme

Ecran absorbant

Le prisme permet de réaliser la dispersion en longueur d’onde de l’émission de la source. La présence


de thermomètres au contact de l’écran absorbant permet alors de montrer que celui-ci s’échauffe de
manière différente selon l’endroit auquel on se place. L’échauffement provoqué par le rayonnement
dépend de la longueur d’onde de celui-ci. En un endroit donné de l’écran absorbant, la température
caractérise l’énergie reçue par l’écran pour la longueur d’onde correspondante. La courbe
représentant l’évolution de la température en fonction de la longueur d’onde 𝑇 = 𝑇(𝜆) représente
alors la répartition spectrale de l’énergie rayonnée pour la température de la source et l’on remarque
alors deux choses:

- L’énergie émise est maximale pour une certaine longueur d’onde 𝜆𝑚 qui dépend de la
température de la source.
- L’énergie n’est émise que dans un certain domaine de longueurs d’onde que l’on appelle les
longueurs d’onde thermiques et qui s’étend de 10−7 à 10−4 m, ce qui englobe l’infrarouge (de
0,75 10−6 à 10−4 m), le visible (de 0,38 10−6 à 0,75 10−6 m ) et l’ultraviolet proche (de 10−7
à 0,38 10−6 m).

55
Définitions
Le transfert radiatif de chaleur regroupe plusieurs phénomènes :

- L’émission
- Le transport depuis l’objet émetteur vers l’objet récepteur
- L’absorption

Nous allons dans cette partie définir les grandeurs physiques qui vont nous permettre de décrire
quantitativement les phénomènes d’émission et d’absorption après avoir fait au préalable quelques
rappels sur les angles solides qui nous permettront de quantifier le transport depuis l’objet émetteur
vers l’objet récepteur.

Rappels sur l’angle solide


L’angle solide est à l’espace en trois dimensions ce que l’angle est au plan.

Ainsi, si l’angle 𝛼 ( en radians rd) est défini par le rapport entre la longueur 𝑙 de l’arc de cercle intercepté
et le rayon 𝑅 du cercle :
𝑙
𝛼=
𝑅 𝑅
𝑙
𝛼

L’angle solide Ω (en stéradians sr) est défini par le rapport entre l’aire 𝑆 de la surface interceptée sur
une sphère et le rayon 𝑅 de cette sphère au carré :
𝑆
Ω=
𝑅2
𝑅 𝑆 𝑆
𝑅
Ω Ω

L’angle solide élémentaire 𝑑Ω , en coordonnées sphériques, est défini par des variations élémentaires
de la longitude 𝜃 et de la colatitude 𝜑 .

La surface interceptée par la sphère est alors assimilable à un rectangle de côtés 𝑅𝑑𝜃 et 𝑅𝑠𝑖𝑛𝜃𝑑𝜑 .

On a donc :

𝑑Ω = 𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑑𝜃 𝑑𝜑

56
Cercle de rayon
𝑅𝑠𝑖𝑛𝜃

𝑅 𝑑𝜃
𝜃
𝑅𝑑𝜃

O
Cercle de rayon
𝑑𝜑 𝑅𝑠𝑖𝑛𝜃
𝑅𝑠𝑖𝑛𝜃𝑑𝜑
𝑑𝜃

𝑅𝑑𝜃 𝑑𝜑

𝑅𝑠𝑖𝑛𝜃𝑑𝜑

Grandeurs relatives à la réception


L’éclairement
L’éclairement correspond au flux total incident (noté 𝜙 (𝑖) ) par unité de surface et s’exprime en W.m-2
.

𝑑𝜙 (𝑖)
𝐸=
𝑑𝑆
L’éclairement peut également être défini à toute longueur d’onde 𝜆 (éclairement monochromatique):
(𝑖)
𝑑𝜙𝜆
𝐸𝜆 =
𝑑𝑆
(𝑖)
𝜙𝜆 étant le flux incident à la longueur d’onde 𝜆 .

En arrivant sur une surface matérielle, le flux incident peut être réfléchi, absorbé (c'est cette partie qui
participe directement au transfert thermique) ou transmis.

On note ainsi 𝜌 la fraction du flux incident qui est réfléchie (c'est le coefficient de réflexion), 𝛼 la
fraction qui est absorbée (c'est le coefficient d'absorption) et 𝜏 la fraction transmise (coefficient de
transmission).

On a ainsi la relation :
𝜌+𝛼+𝜏 = 1

57
Chacun de ces coefficients dépend bien évidemment de la longueur d'onde, ce que l'on peut illustrer
pour le coefficient de transmission par exemple avec la figure ci-dessous qui représente l'évolution de
ce coefficient avec la longueur d'onde pour différents matériaux :

Grandeurs relatives à l’émission


Tous les corps émettent un rayonnement. Celui-ci est issu de la surface externe de l’objet et ses
caractéristiques dépendent à la fois de la température et des propriétés physiques de l’objet.
(𝑒)
Dans toute la suite, le flux de chaleur total émis est noté 𝜙 (𝑒) et on note 𝜙𝜆 le flux de chaleur émis
à la longueur d’onde 𝜆.

L’exitance (ou émittance)


L’exitance est définie comme étant le flux total émis par unité d’aire et s’exprime en W.m-2 :

𝑑𝜙 (𝑒)
𝑀=
𝑑𝑆
L’exitance peut également être définie pour toute longueur d’onde 𝜆 . On parle alors de l’exitance
monochromatique à la longueur d’onde 𝜆 (exitance monochromatique):
(𝑒)
𝑑𝜙𝜆
𝑀𝜆 =
𝑑𝑆

Et on a donc la propriété :

𝑀 = ∫ 𝑀𝜆 𝑑𝜆
0

58
𝑀𝜆 s’exprime donc en W.m-3 .

La radiosité
La radiosité représente le flux total par unité d’aire quittant une surface, c’est-à-dire la somme du flux
par unité d’aire émis par cette surface et de la fraction qui est réfléchie du flux incident sur cette
surface par unité d’aire.

𝐽 = 𝑀 + 𝜌𝐸

𝜌 étant la fraction réfléchie du flux incident.

On définit alors également la radiosité à la longueur d’onde 𝜆 (radiosité monochromatique):

𝐽𝜆 = 𝑀𝜆 + 𝜌𝐸𝜆

Si 𝜌 ne dépend pas de la longueur d'onde.

La luminance
La luminance énergétique est définie comme étant le flux de chaleur émis par unité de surface
perpendiculairement à la direction d’émission et par unité d’angle solide. Elle s’exprime en W.m -2.sr-
1

𝑑𝜙 (𝑒)
𝐿𝑒 =
𝑑𝑆 𝑐𝑜𝑠Θ 𝑑Ω

𝑑𝑆 𝑐𝑜𝑠Θ représente la projection de la surface d’émission sur un plan perpendiculaire à la direction


de l’émission.

𝑑𝑆 ′ = 𝑑𝑆 𝑐𝑜𝑠𝜃

𝜃
𝑑𝑆

La luminance peut également être définie pour une longueur d’onde 𝜆 (luminance monochromatique):
(𝑒)
𝑑𝜙𝜆
𝐿𝑒𝜆 =
𝑑𝑆 𝑐𝑜𝑠Θ 𝑑Ω

59
Si l’émission st isotrope, la luminance ne dépend pas de la direction de l’émission et on peut alors relier
l’exitance et la luminance.

L'exitance est exprimée par unité de surface émettrice et la luminance par unité d'angle solide et par
unité de surface perpendiculairement à la direction d'émission, il faut donc multiplier 𝐿𝑒 par 𝑐𝑜𝑠𝜃 et
intégrer sur l'ensemble des angles solides :

𝜋
𝜃= 𝜑=2𝜋
2
𝑀= ∫ 𝐿𝑒 𝑐𝑜𝑠𝜃 𝑑Ω = ∫ ∫ 𝐿𝑒 𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑐𝑜𝑠𝜃 𝑑𝜃 𝑑𝜑
𝑑𝑒𝑚𝑖−𝑒𝑠𝑝𝑎𝑐𝑒 θ=0 𝜑=0

𝜋 𝜋
𝜃= 𝜃=
2 2
𝑀 = 2𝜋𝐿𝑒 ∫ 𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑐𝑜𝑠𝜃 𝑑𝜃 = 𝜋𝐿𝑒 ∫ 𝑠𝑖𝑛2𝜃 𝑑𝜃
𝜃=0 𝜃=0

Et finalement :
𝜋
1 2
𝑀 = 𝜋𝐿𝑒 [− 𝑐𝑜𝑠2𝜃] = 𝜋𝐿𝑒
2 0

Ce résultat représente la loi de Lambert.

Outre les grandeurs qui viennent d’être définies, la description quantitative des phénomènes
d’émission et d’absorption va faire intervenir les propriétés intrinsèques des matériaux que l’on va
exprimer par référence au concept de corps noir.

Le corps noir
Le corps noir est un corps matériel qui absorbe l’intégralité du rayonnement électromagnétique qu’il
reçoit quel que soit le spectre de ce rayonnement. Il s’agit d’un corps idéal. Absorbeur parfait, le corps
noir est également l’émetteur parfait : à une température donnée, le corps noir, dont l’émission est
isotrope, présente l’émission par rayonnement dont le flux énergétique est maximal, et ceci pour toute
longueur d’onde 𝜆 .

Dans toute la suite du cours, les grandeurs relatives au corps noir seront identifiées à l’aide de
l’exposant °.
Pour quantifier l'absorption et l'émission d'un corps réel par rapport au corps noir, on utilise
l'absorptivité 𝑎𝜆 et l'émissivité 𝑒𝜆 .

Absorptivité d'un corps


L'absorptivité monochromatique à une longueur d'onde 𝜆 est définie comme le rapport entre le flux
absorbé à la longueur d'onde 𝜆 et le flux reçu toujours à la longueur d'onde 𝜆 (𝐸𝜆 ):
(𝑎)
𝜙𝜆 flux énergétique absorbé à 𝜆
𝑎𝜆 = =
𝐸𝜆 flux énergétique incident à 𝜆

60
L'absorptivité peut également être définie d'une manière globale sur tout le domaine de longueurs
d'onde :

𝜙 (𝑎) flux énergétique absorbé


𝑎= =
𝐸 flux énergétique incident

Pour le corps noir, 𝑎𝜆 = 1 ∀𝜆

L'absorptivité, globale ou monochromatique, dépend de la température et est donc définie à une


température donnée

Emissivité d'un corps


L'émissivité monochromatique 𝑒𝜆 à une longueur d'onde 𝜆 est définie comme le rapport entre le flux
émis à la longueur d'onde 𝜆 et le flux émis à la même longueur d'onde par le corps noir :
𝑀𝜆 flux énergétique émis à 𝜆
𝑒𝜆 = =
𝑀𝜆° flux énergétique émis à 𝜆 par le corps noir

De la même manière, on définit également l'émissivité globale 𝑒 sur l'ensemble du spectre :


𝑀 flux énergétique émis
𝑒= =
𝑀° flux énergétique émis par le corps noir

Comme l'absorptivité, l'émissivité dépend de la température et est donc définie à une température
donnée, qu'elle soit globale ou monochromatique.

A une température donnée et à l'équilibre, on a, pour toute longueur d'onde 𝜆 :

𝑎𝜆 = 𝑒𝜆

C'est la loi de Kirchhoff

L’émission du corps noir


A partir de la théorie des quanta, Planck a montré en 1900 que la luminance du corps noir à une
longueur d’onde 𝜆 et à une température 𝑇 s’exprime de la manière suivante :

2ℎ𝑐 2 1
𝐿°𝑒𝜆 (𝑇) = ℎ𝑐
𝜆5
𝑒 𝜆𝑘𝐵 𝑇 −1
𝑐0
𝑐 représente la vitesse de la lumière dans le milieu considéré égale à 𝑐 = 𝑛
où n est l’indice de
réfraction du milieu et 𝑐0 la vitesse de la lumière dans le vide égale à 2,9979 10 m.s-1
9

ℎ est la constante de Planck égale à 6,626 10-34 J.s

𝑘𝐵 est la constante de Boltzmann égale à 1,38 10-23 J.K-1

61
𝑇 est la température en Kelvin

L’émission du corps noir étant isotrope, on peut appliquer la loi de Lambert, ce qui nous permet
d’exprimer l’exitance du corps noir :

2𝜋ℎ𝑐 2 1
𝑀𝜆° (𝑇) = ℎ𝑐
𝜆5
𝑒 𝜆𝑘𝐵 𝑇 −1
L’allure des courbes obtenues en fonction de la longueur d’onde est représentée sur la figure ci-
dessous pour plusieurs températures. 5780 K est la température moyenne à la surface du soleil.

On constate sur ce graphique que l’ensemble des courbes passent par un maximum obtenu pour une
longueur d’onde 𝜆𝑚𝑎𝑥 qui est d’autant plus petite que la température est élevée.

Il est possible d’obtenir la relation 𝜆𝑚𝑎𝑥 = 𝑓(𝑇) en annulant la dérivée de la loi de Planck par rapport
à𝜆.

On obtient alors la première loi de Wien qui exprime d’une manière très simple cette relation :
2880
𝜆𝑚𝑎𝑥 =
𝑇
avec 𝑇 en Kelvin et 𝜆𝑚𝑎𝑥 en µm.

𝑇 (𝐾) 𝜆𝑚𝑎𝑥 (µ𝑚) 𝑀𝜆° 𝑚𝑎𝑥 (𝑊. 𝑚 −3 )


293 9.83 2.772 107
500 5.76 4.01 108
1000 2.88 1.2836 1010
2000 1.44 4.108 1011
5000 0.576 4.011 1013
5780 0.498 8.281 1013

Le rayonnement des corps à la température ambiante se situe donc essentiellement dans l’infrarouge
alors que le maximum du rayonnement solaire se situe dans le visible (maximum d’émission pour le
jaune). Ce phénomène est en particulier à l’origine de l’effet de serre.

14
M°l (W.m-3)
10
5780 K
1013
5000 K
1012
1011 2000 K
1010 1000 K
109
108 500 K
107 293 K
106
105
104
103
102
101 l (µm)
100
0 5 10 15 20

62
L’exitance monochromatique maximale pour une température donnée est alors obtenue en donnant
à 𝜆 la valeur 𝜆𝑚𝑎𝑥 dans la loi de Planck :

2𝜋ℎ𝑐 2 1
𝑀𝜆°𝑚𝑎𝑥 = = 1,2836 10−5 𝑇 5
𝜆5𝑚𝑎𝑥 ℎ𝑐
𝑒 𝜆𝑚𝑎𝑥 𝑘𝐵 𝑇 −1
avec 𝑇 en Kelvin

Ceci constitue la deuxième loi de Wien.

D’autre part, il est possible d’obtenir l’exitance totale du corps noir en intégrant la loi de Planck sur
l‘ensemble des longueurs d’onde :

𝑀° = ∫ 𝑀𝜆° 𝑑𝜆
0

On obtient finalement :

𝑀° = 𝜎𝑇 4

avec 𝜎 = 5,68 10−8 W. m−2 K −4

C’est la loi de Stefan – Boltzmann, 𝜎 est appelée constante de Stefan – Boltzmann.

Les corps réels


Par définition du corps noir, les corps réels ont une émission moins importante que celui-ci. Afin de
caractériser l’émission de ces corps réels par référence au corps noir, on utilise l’émissivité qui
représente le rapport entre le flux émis par un élément de surface du corps réel et le flux émis par le
corps noir à la même température.
𝑀𝜆 (𝑇)
𝑒𝜆 (𝑇) =
𝑀𝜆° (𝑇)

L’émissivité dépend de la température 𝑇 et de la longueur d’onde 𝜆 mais peut aussi dépendre de la


direction de l’émission.

Aspect géométrique du transfert radiatif de chaleur entre deux corps noirs


Exprimons tout d'abord le flux de chaleur émis par un corps noir par unité de surface émettrice et par
unité d'angle solide :

°(𝑒) 𝑐𝑜𝑠𝜃 𝑐𝑜𝑠𝜃


𝜙𝜃 = 𝐿°𝑒 𝑐𝑜𝑠𝜃 = 𝑀° = 𝜎𝑇 4
𝜋 𝜋
Puisque, d'après la loi de Stefan-Boltzmann, l'exitance du corps noir est :

𝑀° = 𝜎𝑇 4

63
Si maintenant on définit un angle solide élémentaire 𝑑Ω tel que sur la figure ci-dessous, on peut alors
exprimer le flux énergétique (puissance) par unité de surface rayonné dans cet angle solide
élémentaire (élément hachuré):

°(𝑒) 𝑐𝑜𝑠𝜃
𝜙𝜃 𝑑𝛺 = 𝐿°𝑒 𝑐𝑜𝑠𝜃𝑠𝑖𝑛𝜃𝑑𝜃𝑑𝜑 = 𝑀° 𝑠𝑖𝑛𝜃𝑑𝜃𝑑𝜑
𝜋

𝜙
𝜃

Angle solide
𝑠𝑖𝑛𝜃𝑑𝜃𝑑𝜙

Surface noire

On considère maintenant deux corps noirs, l'un à la température 𝑇1 , l'autre à la température 𝑇2 .

On va s'intéresser au flux de chaleur transmis par rayonnement du corps 1 vers le corps 2


conformément à la figure représentée ci-dessous :

La puissance rayonnée par l'élément de surface 𝑑𝐴1 dans l'angle solide élémentaire 𝑑Ω1 =
𝑠𝑖𝑛𝜃1 𝑑𝜃1 𝑑𝜑1 est donnée par la relation suivante :

°(𝑒) 𝜎𝑇1 4
𝜙𝜃 𝑑𝐴1 𝑑𝛺1 = 𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑑𝐴1 sin𝜃1 𝑑𝜃1 𝑑𝜑1
𝜋

64
Au niveau de l'élément de surface 𝑑𝐴2 du corps 2 situé à la distance 𝑟12 de l'élément de surface 𝑑𝐴1 ,
l'angle solide élémentaire 𝑑Ω1 délimite une surface 𝑑Ω1 𝑟12 2 (par définition de l'angle solide) et la
normale à cette surface (qui contient le vecteur ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑟12 ) fait un angle 𝜃2 avec la normale à la surface 𝑑𝐴2 .

La fraction de la puissance rayonnée par 𝑑𝐴1 dans l'angle solide élémentaire 𝑑Ω1 reçue par 𝑑𝐴2 est
donc donnée par le rapport entre l'aire de la projection de 𝑑𝐴2 sur le plan perpendiculaire à la direction
incidente (de vecteur ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑟12 ), qui est donc égale à 𝑑𝐴2 𝑐𝑜𝑠𝜃2 , et l'aire délimitée par l'angle solide
élémentaire 𝑑Ω1 au niveau de la surface 𝑑𝐴2 qui est égale à 𝑟12 2 sin𝜃1 𝑑𝜃1 𝑑𝜑1 .

Cette fraction est donc égale à :


𝑑𝐴2 𝑐𝑜𝑠𝜃2
2
𝑟12 sin𝜃1 𝑑𝜃1 𝑑𝜑1
Ainsi, la puissance rayonnée par la surface 𝑑𝐴1 reçue par 𝑑𝐴2 est donc donnée par la relation suivante
:

𝜎𝑇1 4
𝑑𝜙1⟶2 = 𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2 𝑑𝐴1 𝑑𝐴2
𝜋𝑟12 2
On peut de la même manière déterminer la puissance rayonnée par la surface 𝑑𝐴2 reçue par 𝑑𝐴1 :

𝜎𝑇2 4
𝑑𝜙2⟶1 = 𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2 𝑑𝐴1 𝑑𝐴2
𝜋𝑟12 2
La puissance nette échangée entre 𝑑𝐴1 et 𝑑𝐴2 est donc:

𝜎(𝑇1 4 − 𝑇2 4 )
𝑑𝜙12 = 𝑑𝜙1⟶2 − 𝑑𝜙2⟶1 = 𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2 𝑑𝐴1 𝑑𝐴2
𝜋𝑟12 2

La puissance nette échangée entre les deux corps d'aires 𝐴1 et 𝐴2 respectivement est alors obtenue
par intégration sur les éléments en regard :

𝜎(𝑇1 4 − 𝑇2 4 ) 𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2


𝜙12 = ∫ ∫ 𝑑𝐴1 𝑑𝐴2
𝜋 𝐴1 𝐴2 𝑟12 2

En notant :

1 𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2
𝐹12 = ∬ 𝑑𝐴1 𝑑𝐴2
𝜋𝐴1 𝐴1,𝐴2 𝑟12 2

Et

1 𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2
𝐹21 = ∬ 𝑑𝐴1 𝑑𝐴2
𝜋𝐴2 𝐴1 ,𝐴2 𝑟12 2

On peut alors exprimer simplement la puissance nette échangée entre les corps 1 et 2 :

𝜙12 = 𝐴1 𝐹12 𝜎(𝑇1 4 − 𝑇2 4 ) = 𝐴2 𝐹21 𝜎(𝑇1 4 − 𝑇2 4 )

𝐹12 et 𝐹21 sont appelés facteurs de forme ou facteurs d'angle (view factors en anglais) et peuvent être
déterminés simplement par des formules ou des abaques que l'on peut trouver aisément dans la
littérature (techniques de l'ingénieur par exemple).

65
Cette approche peut être généralisée au cas d'une cavité comportant 𝑛 surfaces. La puissance
rayonnée par la surface 𝑖 vers les 𝑛 − 1 autres surfaces est donnée par la relation suivante :
𝑛 𝑛

𝜙𝑖𝑟𝑎𝑑 = 𝐴𝑖 𝜎 ∑ 𝐹𝑖𝑗 (𝑇𝑖 − 𝑇𝑗 ) = 𝐴𝑖 𝜎 (𝑇𝑖 − ∑ 𝐹𝑖𝑗 𝑇𝑗 4 )


4 4 4

𝑗=1 𝑗=1

Car
𝑛

∑ 𝐹𝑖𝑗 = 1
𝑗=1

Remarques :

1- Pour une surface n'émettant pas de rayonnement vers elle-même (surface convexe) 𝐹𝑖𝑖 = 0
2- Pour toute surface 𝑖 entourée par 𝑛 − 1 autres surfaces :
𝑛

∑ 𝐹𝑖𝑗 = 1
𝑗=1
C'est la relation d'additivité

3- Pour deux surfaces quelconques 𝑖 et 𝑗 d'aires respectives 𝐴𝑖 et 𝐴𝑗 :


𝐴𝑖 𝐹𝑖𝑗 = 𝐴𝑗 𝐹𝑗𝑖
C'est la relation de réciprocité

On peut illustrer l'utilisation de ces relations sur l'exemple d'un objet hémisphérique constitué de deux
surfaces, un disque 1 de rayon 𝑅 et une hémisphère 2 de même rayon 𝑅.

1
En appliquant les trois relations précédentes, nous obtenons donc :

𝐹11 = 0

𝐹11 + 𝐹12 = 1 et 𝐹21 + 𝐹22 = 1 (relations d'additivité)

𝐴1 𝐹12 = 𝐴2 𝐹21 (relation de réciprocité)

On en déduit donc :

𝐹12 = 1
𝐴 1 1
𝐹21 = 𝐴1 𝐹12 = 2 𝐹22 = 1 − 𝐹21 = 2
2

66
Transfert radiatif entre corps non noirs (corps gris)
Un corps gris est un corps pour lequel absorptivité et émissivité sont indépendantes de la longueur
d'onde.

Pour ces corps, on a égalité entre l'absorptivité globale et l'émissivité globale :

𝑎=𝑒

Pour le calcul des puissances nettes échangées entre corps gris, il est nécessaire de prendre en compte
l'émissivité des corps en présence. La puissance rayonnée par le corps réel est donc obtenue en
multipliant l'exitance du corps noir par l'émissivité du corps réel.

Deux cas particuliers importants :

- Pour une petite surface convexe 1 dans une large cavité 2 qui l'entoure, la puissance nette échangée
entre les deux surfaces s'exprime de la manière suivante :

𝜙12 = 𝐴1 𝜎(𝑒1 𝑇1 4 − 𝑎1 𝑇2 4 )

Le rayonnement incident sur la surface convexe 1 est très proche du rayonnement du corps noir
(rayonnement d'une cavité).

Ici, le facteur de forme 𝐹12 est égal à 1

𝑒1 = 𝑒(𝑇1 ) est calculé à la température 𝑇1 , 𝑎1 = 𝑒(𝑇2 ) est estimé comme étant la valeur de 𝑒 à la
température 𝑇2

D'une manière générale, quand l'un des deux corps est noir, il n'y a pas de phénomène de réflexions
multiples.

- Pour une cavité fermée par des parois adiabatiques à l'exception des surfaces 1 et 2 qui ne sont pas
des corps noirs, il est nécessaire de prendre en compte les réflexions multiples entre les surfaces. On
remplace alors le facteur de forme 𝐹12 de la relation vraie pour les corps noirs :

𝜙12 = 𝐴1 𝐹12 𝜎(𝑇1 4 − 𝑇2 4 )

par un facteur de forme corrigé ℱ12 tel que :


1 1 1 1 1 1
= + ( − 1) + ( − 1)
𝐴1 ℱ12 𝐴1 𝐹12 𝐴1 𝑒1 𝐴2 𝑒2
Et on a :

𝜙12 = 𝐴1 ℱ12 𝜎(𝑇1 4 − 𝑇2 4 )

On utilisera également une autre relation dans le cadre des exercices de TD.

Il est possible de démontrer cette relation à partir de la notion de radiosité, particulièrement


importante dans le cas des corps non noirs dans la mesure où celle-ci permet de prendre en compte
les phénomènes de réflexion.

La radiosité de la surface 𝑖 est la somme de l'émission propre de la surface 𝑖, représentée par l'exitance
de cette surface, et de la fraction de l'éclairement de la surface 𝑖 qui est réfléchie :

𝐽𝑖 = 𝑀𝑖 + 𝜌𝑖 𝐸𝑖

67
On peut exprimer l'exitance de la surface non noire 𝑖 à l'aide de l'expression de l'exitance du corps noir
et de l'émissivité 𝑒𝑖 :

𝑀𝑖 = 𝑒𝑖 𝑀° 𝑖

D'autre part, si la surface 𝑖 est opaque, on peut écrire :

𝑒𝑖 + 𝜌𝑖 = 1

Et ainsi:

𝐽𝑖 = 𝑒𝑖 𝑀° 𝑖 + (1 − 𝑒𝑖 )𝐸𝑖

D'où l'expression de 𝐸𝑖 en fonction de 𝐽𝑖 et 𝑀° 𝑖 :

𝐽𝑖 − 𝑒𝑖 𝑀° 𝑖
𝐸𝑖 =
1 − 𝑒𝑖
La puissance nette rayonnée par la surface 𝑖 vers les autres surfaces qui l'entourent est donc la
différence entre ce qu'elle rayonne ( la radiosité multipliée par l'aire de cette surface) et ce qu'elle
reçoit (l'éclairement multiplié par l'aire de la surface) :

𝑒𝑖 𝑀° 𝑖 − 𝑒𝑖 𝐽𝑖 𝑀° 𝑖 − 𝐽𝑖
𝜙𝑖 = 𝐴𝑖 (𝐽𝑖 − 𝐸𝑖 ) = 𝐴𝑖 ( )=
1 − 𝑒𝑖 1 − 𝑒𝑖
𝑒𝑖 𝐴𝑖

La puissance thermique reçue par la surface 𝑖 est la somme des puissances rayonnées par les autres
surfaces qu'elle reçoit :
𝑛 𝑛

𝐴𝑖 𝐸𝑖 = ∑ 𝐴𝑗 𝐹𝑗𝑖 𝐽𝑗 = ∑ 𝐴𝑖 𝐹𝑖𝑗 𝐽𝑗 (réciprocité)


𝑗=1 𝑗=1

La puissance nette rayonnée par la surface 𝑖 vers les autres surfaces qui l'entourent est donc :
𝑛 𝑛 𝑛

𝜙𝑖 = 𝐴𝑖 (𝐽𝑖 − 𝐸𝑖 ) = 𝐴𝑖 (𝐽𝑖 − ∑ 𝐹𝑖𝑗 𝐽𝑗 ) = 𝐴𝑖 (∑ 𝐹𝑖𝑗 𝐽𝑖 − ∑ 𝐹𝑖𝑗 𝐽𝑗 ) (additivité)


𝑗=1 𝑗=1 𝑗=1

Et ainsi :
𝑛
𝐽𝑖 − 𝐽𝑗
𝜙𝑖 = ∑
1
𝑗=1
𝐴𝑖 𝐹𝑖𝑗

On a donc :
𝑛
𝑀° 𝑖 − 𝐽𝑖 𝐽𝑖 − 𝐽𝑗
𝜙𝑖 = =∑
1 − 𝑒𝑖 1
𝑗=1
𝑒𝑖 𝐴𝑖 𝐴𝑖 𝐹𝑖𝑗

Relations que l'on peut appliquer au cas d'une cavité comportant deux surfaces (1) et (2) échangeant
de la chaleur par rayonnement.

𝜙1 = −𝜙2

Compte tenu des relations précédentes :

68
𝑀°1 − 𝐽1 𝐽1 − 𝐽2 𝐽2 − 𝐽1 𝐽2 − 𝑀° 2
𝜙1 = = = −𝜙2 = − =
1 − 𝑒1 1 1 1 − 𝑒2
𝑒1 𝐴1 𝐴1 𝐹12 𝐴2 𝐹21 𝑒2 𝐴2

La relation de réciprocité nous donne :

𝐴2 𝐹21 = 𝐴1 𝐹12

Et finalement :

𝑀° 1 − 𝐽1 𝐽1 − 𝐽2 𝐽2 − 𝑀° 2 𝑀° 1 − 𝑀° 2
𝜙12 = = = =
1 − 𝑒1 1 1 − 𝑒2 1 − 𝑒1 1 1 − 𝑒2
𝑒1 𝐴1 𝐴1 𝐹12 𝑒2 𝐴2 𝑒1 𝐴1 + 𝐴1 𝐹12 + 𝑒2 𝐴2
Ce qui fournit le résultat escompté.

Ce calcul peut être schématisé par une méthode appelée analogie électrique qui ne relève pas d'un
principe physique, comme ce que nous avions pour la résistance thermique, mais d'un simple principe
𝑎 𝑏 𝑎+𝑐
mathématique ( = = ):
𝑐 𝑑 𝑏+𝑑

𝑀°1 𝐽1 𝐽2 𝑀° 2

𝝓𝟏 𝝓𝟐
1 − 𝑒1 1 1 − 𝑒2
𝑒1 𝐴1 𝐴1 𝐹12 𝑒2 𝐴2

On additionne ainsi, comme s'il s'agissait de résistances, des grandeurs qui ne sont pas des résistances:

𝑀°1 − 𝐽1 𝐽1 − 𝐽2 𝐽2 − 𝑀° 2 𝑀 °1 − 𝑀 ° 2
= = =
1 − 𝑒1 1 1 − 𝑒2 1 − 𝑒1 1 1 − 𝑒2
𝑒1 𝐴1 𝐴1 𝐹12 𝑒2 𝐴2 𝑒1 𝐴1 + 𝐴1 𝐹12 + 𝑒2 𝐴2

69
Les échangeurs de chaleur

Un échangeur de chaleur est un appareil permettant de réaliser le transfert de chaleur d'un système
chaud (source) vers un système froid (puits) qui peuvent être deux fluides ou un fluide et un solide.

On distingue trois grandes familles d'échangeurs :

- Les récupérateurs qui vont réaliser instantanément le transfert de chaleur du fluide chaud vers
le fluide froid
- Les régénérateurs dans lesquels on utilise l'inertie thermique pour stocker la chaleur avant
qu’elle soit transférée au milieu froid. Ce stockage peut être réalisé en utilisant la chaleur
sensible d’un milieu, sa chaleur latente ou encore une réaction thermochimique réversible.
- Les échangeurs à contact direct dans lesquels le transfert entre un fluide chaud et un fluide
froid est réalisé en mélangeant directement les deux fluides. Ce sont des échangeurs qui
n’utilisent pas de paroi d’échange pour séparer les deux fluides qui doivent donc être non
miscibles.

Nous allons dans ce chapitre, axé exclusivement sur les récupérateurs de chaleur, définir les outils et
méthodologies qui vont nous permettre d'étudier quantitativement le fonctionnement de ces
appareils et de les dimensionner, c’est-à-dire déterminer leurs caractéristiques nécessaires dans le
cadre de la réalisation d'une opération donnée.

Généralités
Bilans thermiques dans les échangeurs
Un échangeur de chaleur destiné à réaliser le transfert de chaleur depuis un fluide chaud (fluide 1) vers
un fluide froid (fluide 2) peut être représenté comme un quadripôle au sein duquel vont circuler les
deux fluides avec des trajectoires qui sont à priori indéterminées.

On définit alors les débits massiques pour les deux fluides :

𝑚̇1 = 𝐴1 𝜌1 𝑣1 pour le fluide chaud

𝑚̇2 = 𝐴2 𝜌2 𝑣2 pour le fluide froid

𝜌1 et 𝜌2 sont les masses volumiques des fluides chaud et froid respectivement

𝑣1 et 𝑣2 représentent les vitesses d'écoulement des fluides chaud et froid respectivement

𝐴1 et 𝐴2 représentent l'aire des sections d'écoulement des fluides chaud et froid respectivement.

On définit également les débits de capacité thermique 𝐶1̇ et 𝐶̇2 pour les deux fluides :

𝐶1̇ = 𝑚̇1 𝐶𝑝1 et 𝐶̇2 = 𝑚̇2 𝐶𝑝2

𝐶𝑝1 et 𝐶𝑝2 étant les capacités calorifiques des fluides chaud et froid respectivement.

On peut alors écrire le bilan thermique global sur l'échangeur en écrivant que la chaleur cédée par le
fluide chaud est récupérée par le fluide froid :

𝑚̇1 𝐶𝑝1 (𝑇1𝑒 − 𝑇1𝑠 ) = 𝑚̇2 𝐶𝑝2 (𝑇2𝑠 − 𝑇2𝑒 )

C’est-à-dire :

70
𝐶1̇ (𝑇1𝑒 − 𝑇1𝑠 ) = 𝐶̇2 (𝑇2𝑠 − 𝑇2𝑒 )
𝑇1𝑒 et 𝑇1𝑠 représentent les températures du fluide chaud respectivement à l'entrée et à la sortie de
l'échangeur.

𝑇2𝑒 et 𝑇2𝑠 représentent les températures du fluide froid respectivement à l'entrée et à la sortie de
l'échangeur.

Pour aller plus loin, il est nécessaire de faire un bilan thermique local au sein de l'échangeur. Pour cela,
on considère le schéma de la figure suivante :

T1(x)
Tp1(x) Paroi d’échange
d
e
𝑥 𝑥 + 𝑑𝑥 𝑥
T2(x)
Tp2(x)
dx

Entre le fluide chaud et le fluide froid, il y a trois transferts thermiques à prendre en considération :

- Le transfert thermique convectif entre le fluide chaud et la surface de la paroi en contact avec
ce même fluide.
- Le transfert thermique conductif à l'intérieur de la paroi qui sépare les deux fluides.
- Le transfert thermique convectif entre la surface de la paroi d'échange en contact avec le fluide
froid et ce même fluide froid.

Le flux de chaleur étant conservatif, on va pouvoir exprimer de plusieurs manières le flux élémentaire
𝑑𝜙 échangé entre les deux fluides au travers de la surface de la paroi de longueur 𝑑𝑥 en faisant
intervenir les différentes résistances aux transferts thermiques identifiés:
𝑇1 (𝑥) − 𝑇𝑝1 (𝑥)
𝑑𝜙 = ℎ1 (𝑇1 (𝑥) − 𝑇𝑝1 (𝑥)) 𝑃𝑚1 𝑑𝑥 =
1
ℎ1 𝑃𝑚1 𝑑𝑥
La résistance au transfert thermique convectif entre le fluide chaud et la paroi étant donnée par la
relation suivante :
1
ℛ1 =
ℎ1 𝑃𝑚1 𝑑𝑥

ℎ1 représente le coefficient de transfert thermique par convection entre le fluide chaud et la paroi.

𝑃𝑚1 représente le périmètre mouillé de la paroi côté fluide chaud (périmètre de la paroi en contact
avec le fluide chaud).

𝑇1 (𝑥) est la température du fluide chaud à l'abscisse 𝑥 supposée constante entre 𝑥 et 𝑥 + 𝑑𝑥 .

𝑇𝑝1 (𝑥) est la température de la paroi côté fluide chaud à l'abscisse 𝑥 supposée constante entre 𝑥 et
𝑥 + 𝑑𝑥 .

71
Nous avons également :
𝑇𝑝2 (𝑥) − 𝑇2 (𝑥)
𝑑𝜙 = ℎ2 (𝑇𝑝2 (𝑥) − 𝑇2 (𝑥)) 𝑃𝑚2 𝑑𝑥 =
1
ℎ2 𝑃𝑚2 𝑑𝑥

La résistance au transfert thermique convectif entre la paroi et le fluide froid étant donnée par la
relation suivante :
1
ℛ2 =
ℎ2 𝑃𝑚2 𝑑𝑥

ℎ2 représente le coefficient de transfert thermique par convection entre la paroi et le fluide froid.

𝑃𝑚2 représente le périmètre mouillé de la paroi côté fluide froid (périmètre de la paroi en contact
avec le fluide froid).

𝑇2 (𝑥) est la température du fluide froid à l'abscisse 𝑥 supposée constante entre 𝑥 et 𝑥 + 𝑑𝑥 .

𝑇𝑝2 (𝑥) est la température de la paroi côté fluide froid à l'abscisse 𝑥 supposée constante entre 𝑥 et 𝑥 +
𝑑𝑥 .

Et enfin :
𝑘 𝑇𝑝1 (𝑥) − 𝑇𝑝2 (𝑥)
𝑑𝜙 = (𝑇𝑝1 (𝑥) − 𝑇𝑝2 (𝑥)) 𝑃𝑚 𝑑𝑥 = 𝑒
𝑒
𝑘𝑃𝑚 𝑑𝑥
La résistance au transfert thermique conductif dans la paroi étant donnée par la relation :
𝑒
ℛ𝑝 =
𝑘𝑃𝑚 𝑑𝑥

𝑘 est la conductivité thermique de la paroi

𝑒 est l'épaisseur de la paroi

𝑃𝑚 est le périmètre moyen de la paroi

La résistance totale au transfert thermique entre le fluide chaud et le fluide froid est donc :
1 𝑒 1
ℛ 𝑡 = ℛ1 + ℛ 𝑝 + ℛ 2 = + +
ℎ1 𝑃𝑚1 𝑑𝑥 𝑘𝑃𝑚 𝑑𝑥 ℎ2 𝑃𝑚2 𝑑𝑥

Et on a donc :
𝑑𝜙 1 𝑒 1
𝑇1 (𝑥) − 𝑇2 (𝑥) = ℛ𝑡 𝑑𝜙 = ( + + )
𝑑𝑥 ℎ1 𝑃𝑚1 𝑘𝑃𝑚 ℎ2 𝑃𝑚2
Et si l'on se trouve avec une géométrie pour laquelle on a :

𝑃𝑚1 = 𝑃𝑚2 = 𝑃𝑚
Alors on peut écrire :

72
𝑑𝜙 1 𝑒 1
𝑇1 (𝑥) − 𝑇2 (𝑥) = ( + + )
𝑃𝑚 𝑑𝑥 ℎ1 𝑘 ℎ2

Et on définit alors le coefficient global de transfert thermique 𝐻 :


1 1 𝑒 1
= + +
𝐻 ℎ1 𝑘 ℎ2
Et finalement :

𝑑𝜙 = 𝐻𝑃𝑚 𝑑𝑥∆𝑇(𝑥)

Nous verrons dans la suite comment exploiter cette relation.

Les différents types d'échangeurs de chaleur


Dans un échangeur de chaleur, il est possible de réaliser différents types d'écoulement des fluides l'un
par rapport à l'autre.

On distingue ainsi des échangeurs à co-courant, dans lesquels les fluides s'écoulent dans le même sens,
les échangeurs à contre-courant, dans lesquels les fluides s'écoulent en sens opposés et les échangeurs
à courants croisés dans lesquels les fluides s'écoulent selon des directions perpendiculaires.

D'un point de vue technologique, on distingue plusieurs types d'échangeurs de chaleur dont les plus
courants sont les échangeurs à plaques et les échangeurs tubulaires.

Echangeurs à plaques
Dans ces échangeurs, les fluides circulent entre des plaques distantes de quelques millimètres et
empilées en grand nombre. L'étanchéité entre les plaques est assurée par des joints souples
comprimés. Les surfaces des plaques sont ondulées afin de rendre l'écoulement des fluides turbulent
et favoriser ainsi le transfert thermique.

73
Echangeurs tubulaires
Dans ce type d'échangeur, l'un des fluides circule dans un tube alors que l'autre circule autour de ce
premier tube, soit dans un tube concentrique avec le premier soit au sein d'une calandre. Dans ce
dernier cas, il est possible de réaliser des passes multiples en faisant passer plusieurs fois les tubes au
sein de la calandre. En général, on dispose également des chicanes à l'intérieur de la calandre afin là
encore de rendre l'écoulement turbulent et de favoriser ainsi l'échange thermique.

On peut également signaler l'existence d'échangeurs à spirales ou à bloc.

Calcul des échangeurs thermiques


Appareils à co-courant
Dans ces appareils, les fluides circulent dans le même sens

La figure suivante schématise l'évolution de la température du fluide chaud (1) et du fluide froid (2)
dans la traversée de l'échangeur.

T1e

74

T1s
𝑇2𝑒 𝑇2 (𝑥) 𝑇2𝑠
0 𝐿 𝑥
𝑥 𝑥 + 𝑑𝑥
𝑇1𝑒 𝑇1𝑠
𝑇1 (𝑥)

L'écart de température entre le fluide chaud et le fluide froid ∆𝑇(𝑥) = 𝑇1 (𝑥) − 𝑇2 (𝑥) dépend de la
position où l'on se situe dans l'échangeur, position repérée par l'abscisse 𝑥.

Afin de pouvoir exprimer le flux thermique échangé entre les deux fluides en fonction de l'écart de
température entre les deux fluides, on va donc définir un écart de température moyen sur
l'échangeur thermique dans sa globalité :

1 𝐿
̅̅̅̅
∆𝑇 = ∫ ∆𝑇(𝑥)𝑑𝑥
𝐿 0

Nous allons dans cette partie préciser l'expression de cette différence moyenne de température.

Il est possible d'exprimer le flux thermique global échangé entre les deux fluides de deux manières :

- Par un bilan enthalpique global au niveau des fluides


- Par l'expression de la puissance thermique transférée au travers de la paroi d'échange

On écrit ainsi :

𝜙 = 𝐶1̇ (𝑇1𝑒 − 𝑇1𝑠 ) = 𝐶2̇ (𝑇2𝑠 − 𝑇2𝑒 ) = 𝐻𝑃𝑚 𝐿∆𝑇


̅̅̅̅

75
𝑇1𝑒 et 𝑇2𝑒 sont les températures à l'entrée dans l'échangeur, respectivement du fluide chaud et du
fluide froid ( en 𝑥 = 0 pour les deux fluides dans le cas d'un échangeur à co-courant).
𝑇1𝑠 𝑒𝑡 𝑇2𝑠 sont les températures de sortie de l'échangeur, respectivement du fluide chaud et du
fluide froid ( en 𝑥 = 𝐿 pour les deux fluides dans le cas d'un échangeur à co-courant).

Nous avons ainsi la relation liant le flux et l'écart de température moyen dont nous allons préciser
l'expression :
̅̅̅̅
𝜙 = 𝐻𝑃𝑚 𝐿∆𝑇 (1)

Dans un deuxième temps, nous allons exprimer le flux élémentaire 𝑑𝜙 échangé entre les deux fluides
sur une partie d'échangeur de longueur 𝑑𝑥 (partie de l'échangeur comprise entre 𝑥 et 𝑥 + 𝑑𝑥):

Entre 𝑥 et 𝑥 + 𝑑𝑥 la température du fluide chaud passe de 𝑇1 à 𝑇1 + 𝑑𝑇1 (𝑑𝑇1 < 0) et la


température du fluide froid passe de 𝑇2 à 𝑇2 + 𝑑𝑇2 (𝑑𝑇2 > 0).

𝑑𝜙 = −𝐶1̇ 𝑑𝑇1 = 𝐶2̇ 𝑑𝑇2 = 𝐻𝑃𝑚 ∆𝑇(𝑥)𝑑𝑥

Avec

∆𝑇 (𝑥) = 𝑇1 (𝑥) − 𝑇2 (𝑥)


Ecart de température entre les deux fluides à l'abscisse 𝑥 dont la variation entre 𝑥 et 𝑥 + 𝑑𝑥 est
négligée.

𝑑𝜙 = −𝐶1̇ 𝑑𝑇1 = 𝐶̇2 𝑑𝑇2


𝑑𝜙 𝑑𝜙
⇒ 𝑑𝑇1 = − et 𝑑𝑇2 =
𝐶1̇ 𝐶̇2

Ce qui nous permet d'écrire :


1 1
d∆𝑇(𝑥) = 𝑑𝑇1 (𝑥) − 𝑑𝑇2 (𝑥) = −𝑑𝜙 ( + )
𝐶1̇ 𝐶̇2

Puisque
𝑑𝜙 = 𝐻𝑃𝑚 ∆𝑇(𝑥)𝑑𝑥

nous avons donc :

d∆𝑇(𝑥) 1 1
= −𝐻𝑃𝑚 ( + ) 𝑑𝑥 (2)
∆𝑇(𝑥) 𝐶1 𝐶2̇
̇

Relation que l'on peut intégrer sur toute la longueur de l'échangeur :


∆𝑇𝐿 𝐿
d∆𝑇(𝑥) 1 1
∫ = −𝐻𝑃𝑚 ( + ) ∫ 𝑑𝑥
∆𝑇0 ∆𝑇 (𝑥) 𝐶1̇ 𝐶̇2 0

C’est-à-dire :

76
∆𝑇𝐿 1 1
𝑙𝑛 ( ) = −𝐻𝑃𝑚 ( + ) 𝐿 (3)
∆𝑇0 𝐶1 𝐶2̇
̇

D'autre part :

1 1
𝜙 = 𝐶1̇ (𝑇1𝑒 − 𝑇1𝑠 ) = 𝐶2̇ (𝑇2𝑠 − 𝑇2𝑒 ) ⇒ 𝜙 ( + ) = (𝑇1𝑒 − 𝑇2𝑒 ) − (𝑇1𝑠 − 𝑇2𝑠 ) = ∆𝑇𝑒 − ∆𝑇𝑠
𝐶1̇ 𝐶̇2

Ce qui nous donne

1 1 ∆𝑇0 − ∆𝑇𝐿
( + )=
𝐶1̇ 𝐶2̇ 𝜙

Puisque, pour un échangeur à co-courant, on a :

∆𝑇𝑒 = ∆𝑇0 et ∆𝑇𝑠 = ∆𝑇𝐿


1 1
En remplaçant (𝐶̇ + 𝐶̇ ) par l'expression ainsi obtenue dans la relation (3), nous obtenons finalement
1 2
l'expression du flux échangé :
∆𝑇𝐿 − ∆𝑇0
𝜙 = 𝐻𝑃𝑚 𝐿 (4)
∆𝑇
𝑙𝑛 (∆𝑇𝐿 )
0

En rapprochant cette relation et la relation (1), on obtient alors l'expression de l'écart de


température moyen sur la globalité de l'échangeur :
∆𝑇𝐿 − ∆𝑇0
̅̅̅̅ =
∆𝑇 (5)
∆𝑇
𝑙𝑛 (∆𝑇𝐿 )
0

Qui représente la moyenne logarithmique de l'écart de température (DTML) entre les deux fluides
sur la globalité de l'échangeur.

On peut également exploiter la relation (2) afin d'obtenir l'expression de l'écart de température
entre les deux fluides à une abscisse quelconque de l'échangeur en intégrant cette relation entre 𝑥 =
0 et 𝑥 :
∆𝑇(𝑥) 𝑥
d∆𝑇 1 1
∫ = −𝐻𝑃𝑚 ( + ) ∫ 𝑑𝑥
∆𝑇0 ∆𝑇 𝐶1̇ 𝐶̇2 0

Qui nous donne :


1 1
−𝐻𝑃𝑚 ( ̇ + ̇ )𝑥
∆𝑇 (𝑥) = ∆𝑇0 𝑒 𝐶1 𝐶2 (6)

Enfin, puisque
𝑑𝜙
𝑑𝑇1 = −
𝐶1̇

Et que

𝑑𝜙 = 𝐻𝑃𝑚 ∆𝑇(𝑥)𝑑𝑥
On peut écrire :

77
1 1
𝑑𝑇1 𝐻𝑃𝑚 𝐻𝑃𝑚 −𝐻𝑃𝑚 ( ̇ + ̇ )𝑥
=− ∆𝑇 (𝑥) = − ∆𝑇0 𝑒 𝐶1 𝐶2
𝑑𝑥 𝐶1̇ 𝐶1̇
Que l'on intègre entre 𝑥 = 0 et 𝑥 pour obtenir la relation décrivant l'évolution de la température du
fluide chaud dans sa traversée de l'échangeur :
1 1
𝑇1𝑒 − 𝑇2𝑒 −𝐻𝑃𝑚 ( ̇ + ̇ )𝑥
𝑇1 (𝑥) − 𝑇1𝑒 = − [1 − 𝑒 𝐶1 𝐶2 ] (7𝑎)
1 + 𝑅1

avec

𝐶1̇
𝑅1 =
𝐶̇2

En procédant de la même manière avec le fluide froid, on obtient également :


1 1
𝑇1𝑒 − 𝑇2𝑒 −𝐻𝑃𝑚 ( ̇ + ̇ )𝑥
𝑇2 (𝑥) − 𝑇2𝑒 = [1 − 𝑒 𝐶1 𝐶2 ] (7𝑏)
1 + 𝑅2

avec

𝐶2̇
𝑅2 =
𝐶1̇
On peut alors représenter schématiquement l'évolution de la température de chacun des fluides le
long de l'échangeur en fonction des valeurs relatives de 𝐶1̇ et 𝐶̇2 :

T1, T2 T1, T2 T1, T2

T1e T1e T1e


T∞ T∞ T∞

T2e T2e T2e


0 0 0
L x L x L x

𝑪̇𝟏 >𝑪̇𝟐 𝑪̇𝟏 <𝑪̇𝟐 𝑪̇𝟏 =𝑪̇𝟐

Lorsque 𝑥 tend vers l'infini, 𝑇1 (𝑥) et 𝑇2 (𝑥) tendent vers la même valeur limite 𝑇∞ :
𝑇2𝑒 + 𝑅1 𝑇1𝑒 𝑇1𝑒 + 𝑅2 𝑇2𝑒
𝑇∞ = =
1 + 𝑅1 1 + 𝑅2

Appareils à contre-courant
Dans ces appareils, les fluides circulent en sens inverses
La figure suivante schématise l'évolution de la température du fluide chaud (1) et du fluide froid (2)
dans la traversée de l'échangeur.

78
T1e T1e

T2s
T2s T1s T1s

T2e

T2e
x x
0 L 0 L
𝑪̇𝟏 <𝑪̇𝟐 𝑪̇𝟏 >𝑪̇𝟐

𝑇2𝑠 𝑇2 (𝑥) 𝑇2𝑒


0 𝑥
𝑥 𝑥 + 𝑑𝑥
𝑇1𝑒 𝑇1𝑠
𝑇1 (𝑥)

On procède alors de même que pour les échangeurs à co-courant en réalisant un bilan global et un
bilan local.

On obtient ainsi :

𝜙 = 𝐶1̇ (𝑇1𝑒 − 𝑇1𝑠 ) = 𝐶2̇ (𝑇2𝑠 − 𝑇2𝑒 ) = 𝐻𝑃𝑚 𝐿∆𝑇


̅̅̅̅

Et

𝑑𝜙 = −𝐶1̇ 𝑑𝑇1 = −𝐶2̇ 𝑑𝑇2 = 𝐻𝑃𝑚 ∆𝑇(𝑥)𝑑𝑥 entre 𝑥 et 𝑥 + 𝑑𝑥


On remarque que, cette fois-ci, 𝑑𝑇2 est négatif puisque le fluide froid se réchauffe dans le sens des 𝑥
décroissants.

On en déduit donc :
1 1 1 1
𝑑∆𝑇 = 𝑑𝑇1 − 𝑑𝑇2 = −𝑑𝜙 ( − ) = −𝐻𝑃𝑚 ∆𝑇 ( − ) 𝑑𝑥
𝐶1̇ 𝐶2̇ 𝐶1̇ 𝐶2̇

On obtient ainsi :

79
𝑑∆𝑇 1 1
= −𝐻𝑃𝑚 ( − ) 𝑑𝑥 (8)
∆𝑇 𝐶1 𝐶2̇
̇

Que l'on intègre entre 𝑥 = 0 et 𝑥 = 𝐿 :


∆𝑇𝐿 𝐿
𝑑∆𝑇 1 1
∫ = −𝐻𝑃𝑚 ( − ) ∫ 𝑑𝑥
∆𝑇0 ∆𝑇 𝐶1̇ 𝐶2̇ 𝑂

Pour obtenir finalement :

∆𝑇𝐿 1 1
𝑙𝑛 ( ) = −𝐻𝑃𝑚 ( − ) 𝐿 (9)
∆𝑇0 𝐶1 𝐶2̇
̇

On notera qu'ici, à la différence de ce que nous avons obtenu pour les échangeurs à co-courant, on a:

∆𝑇0 = 𝑇1𝑒 − 𝑇2𝑠 ≠ ∆𝑇𝑒

et

∆𝑇𝐿 = 𝑇1𝑠 − 𝑇2𝑒 ≠ ∆𝑇𝑠


D'autre part, puisque

𝜙 = 𝐶1̇ (𝑇1𝑒 − 𝑇1𝑠 ) = 𝐶̇2 (𝑇2𝑠 − 𝑇2𝑒 )

On peut écrire :
1 1
∆𝑇0 − ∆𝑇𝐿 = (𝑇1𝑒 − 𝑇2𝑠 ) − (𝑇1𝑠 − 𝑇2𝑒 ) = 𝜙 ( − )
𝐶1 𝐶̇2
̇

D'où :
1 1 ∆𝑇0 − ∆𝑇𝐿
( − )=
𝐶1̇ 𝐶2̇ 𝜙

Ce qui nous permet d'obtenir l'expression du flux thermique global échangé sur l'ensemble de
l'échangeur :
∆𝑇𝐿 − ∆𝑇0
𝜙 = 𝐻𝑃𝑚 𝐿 (10)
∆𝑇
𝑙𝑛 (∆𝑇𝐿 )
0

1 1
En remplaçant (𝐶̇ − 𝐶̇ ) par l'expression ainsi obtenue dans la relation (9).
1 2

En rapprochant cette relation et la relation (1), on obtient de nouveau l'expression de l'écart de


température moyen sur la globalité de l'échangeur :
∆𝑇𝐿 − ∆𝑇0
̅̅̅̅ =
∆𝑇 (5)
∆𝑇
𝑙𝑛 (∆𝑇𝐿 )
0

On retrouve, comme pour les échangeurs à co-courant, la moyenne logarithmique de l'écart de


température (DTML) entre les deux fluides sur la globalité de l'échangeur.
On peut également exploiter la relation (7) afin d'obtenir l'expression de l'écart de température
entre les deux fluides à une abscisse quelconque de l'échangeur en intégrant cette relation entre 𝑥 =
0 et 𝑥 :

80
∆𝑇(𝑥) 𝑥
d∆𝑇 1 1
∫ = −𝐻𝑃𝑚 ( − ) ∫ 𝑑𝑥
∆𝑇0 ∆𝑇 𝐶1̇ 𝐶̇2 0

Qui nous donne :


1 1
−𝐻𝑃𝑚 ( ̇ − ̇ )𝑥
∆𝑇 (𝑥) = ∆𝑇0 𝑒 𝐶1 𝐶2 (11)

D'autre part, puisque


𝑑𝜙
𝑑𝑇1 = −
𝐶1̇

Et que

𝑑𝜙 = 𝐻𝑃𝑚 ∆𝑇(𝑥)𝑑𝑥

On peut écrire :
1 1
𝑑𝑇1 𝐻𝑃𝑚 𝐻𝑃𝑚 −𝐻𝑃𝑚 ( ̇ − ̇ )𝑥
=− ∆𝑇 (𝑥) = − ∆𝑇0 𝑒 𝐶1 𝐶2
𝑑𝑥 𝐶1̇ 𝐶1̇
Que l'on intègre entre 𝑥 = 0 et 𝑥 pour obtenir la relation décrivant l'évolution de la température du
fluide chaud dans sa traversée de l'échangeur :
𝑇1𝑒 − 𝑇2𝑠 1 1
𝑇1 (𝑥) − 𝑇1𝑒 = − [1 − 𝑒𝑥𝑝 (−𝐻𝑃𝑚 ( − ) 𝑥)] (12𝑎)
1 − 𝑅1 𝐶1̇ 𝐶2̇

En procédant de la même manière avec le fluide froid, on obtient également :

𝑇1𝑒 − 𝑇2𝑠 1 1
𝑇2 (𝑥) − 𝑇2𝑠 = [1 − 𝑒𝑥𝑝 (−𝐻𝑃𝑚 ( − ) 𝑥)] (12𝑏)
1 − 𝑅2 𝐶1̇ 𝐶̇2

On peut alors représenter schématiquement l'évolution de la température de chacun des fluides le


long de l'échangeur en fonction des valeurs relatives de 𝐶1̇ et 𝐶̇2 :

T1, T2 T1, T2 T1, T2

T1e T1e T1e


T2s T2s
T2s

0 x 0 0
L L x x
L
𝑪̇𝟏 >𝑪̇𝟐 𝑪̇𝟏 =𝑪̇𝟐 𝑪̇𝟏 <𝑪̇𝟐

Lorsque 𝑥 tend vers l'infini, 𝑇1 (𝑥) et 𝑇2 (𝑥) tendent vers la même valeur limite 𝑇∞ :

81
𝑇2𝑠 − 𝑅1 𝑇1𝑒
𝑇∞ =
1 − 𝑅1

On peut en outre étudier la concavité de la courbe en calculant la dérivée seconde de 𝑇1


(respectivement 𝑇2 ) par rapport à 𝑥 :

𝑑 2 𝑇1 𝐻2 𝑃𝑚 2 1 1 1 1
−𝐻𝑃𝑚 ( ̇ − ̇ )𝑥
𝐶1 𝐶2
= ( − ) ∆𝑇0 𝑒
𝑑𝑥 2 𝐶1̇ 𝐶1̇ 𝐶̇2
1 1
Qui est ainsi du signe de 𝐶̇ − 𝐶̇ et est donc positif si 𝐶1̇ est inférieur à 𝐶2̇ (courbe convexe) et négatif
1 2
dans le cas contraire (courbe concave).

Dimensionnement des échangeurs de chaleur à l'aide des unités de transfert


Dans un échangeur de chaleur, le fluide chaud ne peut pas sortir à une température inférieure à la
température d'entrée du fluide froid et, réciproquement, le fluide froid ne peut pas sortir à une
température supérieure à la température d'entrée du fluide chaud.

Pour un fluide donné, la différence de température entre l'entrée et la sortie de l'échangeur ne peut
donc pas être supérieure à ∆𝑇𝑚𝑎𝑥 = 𝑇1𝑒 − 𝑇2𝑒

Le flux de chaleur transféré dans l'échangeur ne peut donc pas être supérieur à
̇ ∆𝑇𝑚𝑎𝑥
𝜙𝑚𝑎𝑥 = 𝐶𝑚𝑖𝑛
̇
Où 𝐶𝑚𝑖𝑛 est la plus petite valeur des débits de capacité calorifique 𝐶1̇ et 𝐶2̇

On définit alors l'efficacité 𝜀 de l'échangeur par rapport à cette valeur maximale du flux de chaleur
échangé :
𝜙
𝜀=
𝜙𝑚𝑎𝑥

Où 𝜙 est le flux thermique transféré du fluide chaud au fluide froid dans l'échangeur.

Si 𝐶1̇ > 𝐶2̇ on a donc :

𝜙 𝐶̇2 (𝑇2𝑠 − 𝑇2𝑒 ) ∆𝑇2


𝜀= = = = 𝜀2
𝜙𝑚𝑎𝑥 𝐶2̇ ∆𝑇𝑚𝑎𝑥 ∆𝑇𝑚𝑎𝑥

Et si 𝐶1̇ < 𝐶̇2 on a :

𝜙 𝐶1̇ (𝑇1𝑒 − 𝑇1𝑠 ) ∆𝑇1


𝜀= = = = 𝜀1
𝜙𝑚𝑎𝑥 𝐶1̇ ∆𝑇𝑚𝑎𝑥 ∆𝑇𝑚𝑎𝑥

Pour les échangeurs à co-courant, si on reprend la relation (6) pour 𝑥 = 𝐿:


1 1
−𝐻𝑃𝑚 ( ̇ + ̇ )𝐿
∆𝑇𝐿 = ∆𝑇0 𝑒 𝐶1 𝐶2 (13)

82
1
Il est possible de mettre 𝐶̇ en facteur dans l'exponentielle :
1

𝐻𝑃𝑚
− (1+𝑅1 )𝐿
∆𝑇𝐿 = ∆𝑇0 𝑒 𝐶1̇

𝐻𝑃𝑚 𝐿
𝐶1̇
est un nombre sans dimension que l'on appelle nombre d'unités de transfert par rapport au
fluide chaud :
𝐻𝑃𝑚 𝐿
𝑁𝑈𝑇1 =
𝐶1̇

De la même manière, on définit le nombre d'unités de transfert par rapport au fluide froid :
𝐻𝑃𝑚 𝐿
𝑁𝑈𝑇2 =
𝐶̇2

La relation (13) peut alors être réécrite de la manière suivante :

∆𝑇𝐿 = ∆𝑇0 𝑒 −𝑁𝑈𝑇1 (1+𝑅1 ) = ∆𝑇0 𝑒 −𝑁𝑈𝑇2 (1+𝑅2 )


La relation (7a) nous permet d'écrire, pour 𝑥 = 𝐿 :
1 1
𝑇1𝑒 − 𝑇2𝑒 −𝐻𝑃𝑚 ( ̇ + ̇ )𝐿
𝐶1 𝐶2 ]
𝑇1𝑠 − 𝑇1𝑒 = − [1 − 𝑒
1 + 𝑅1

C’est-à-dire :
∆𝑇𝑚𝑎𝑥
∆𝑇1 = [1 − 𝑒 −𝑁𝑈𝑇1 (1+𝑅1 ) ]
1 + 𝑅1

On en déduit donc :
∆𝑇1 1
𝜀1 = = [1 − 𝑒 −𝑁𝑈𝑇1 (1+𝑅1) ]
∆𝑇𝑚𝑎𝑥 1 + 𝑅1

D'une manière similaire, à partir de la relation (7b), on obtient :


∆𝑇2 1
𝜀2 = = [1 − 𝑒 −𝑁𝑈𝑇2 (1+𝑅2 ) ]
∆𝑇𝑚𝑎𝑥 1 + 𝑅2
On obtient également, par la même méthodologie, pour les échangeurs à contre-courant :

∆𝑇1 [1 − 𝑒 −𝑁𝑈𝑇1 (1−𝑅1) ]


𝜀1 = =
∆𝑇𝑚𝑎𝑥 [1 − 𝑅1 𝑒 −𝑁𝑈𝑇1 (1−𝑅1 ) ]

et

∆𝑇2 [1 − 𝑒 −𝑁𝑈𝑇2 (1−𝑅2 ) ]


𝜀2 = =
∆𝑇𝑚𝑎𝑥 [1 − 𝑅2 𝑒 −𝑁𝑈𝑇2 (1−𝑅2 ) ]

On résume donc l'ensemble des relations qui nous permettront de dimensionner les échangeurs de
chaleur par cette méthode :
̇ ∆𝑇𝑚𝑎𝑥
𝜙𝑚𝑎𝑥 = 𝐶𝑚𝑖𝑛

83
𝜙
𝜀=
𝜙𝑚𝑎𝑥

Pour les échangeurs à co-courant :


1
𝜀= [1 − 𝑒 −𝑁𝑈𝑇(1+𝑅) ]
1+𝑅
Pour les échangeurs à contre-courant :

[1 − 𝑒 −𝑁𝑈𝑇(1−𝑅) ]
𝜀=
[1 − 𝑅𝑒 −𝑁𝑈𝑇(1−𝑅) ]

Auxquelles on ajoute les deux relations utiles pour le calcul des températures de sortie :

𝜙 = 𝐶1̇ (𝑇1𝑒 − 𝑇1𝑠 )

et

𝜙 = 𝐶̇2 (𝑇2𝑠 − 𝑇2𝑒 )

84