Vous êtes sur la page 1sur 4

Résumé et application de NAPON Mme AKISSI Esther

MOBILISER LES HOMMES DERRIERE UNE VISION ET LES GARDER MOTIVES


PENDANT L’ACTION

Introduction
A l’heure où le temps est devenu très difficile, le serviteur de Dieu africain est confronté à
beaucoup de dilemmes. Ces dilemmes comprennent tant, l’aspect spirituel que les exigences socio-
économiques. Seul, il ne peut pas fait face à ces dilemmes malgré les qualités qu’il posséderait.
Comment impliquer l’Eglise de Dieu pour obtenir les ressources nécessaires pour la bonne marche
de l’œuvre de Dieu à travers la mobilisation ? Comment maintenir en même temps l’Eglise en
éveil ? Ce sont là des questions qui seront répondues afin de trouver des solutions pour un ministère
efficace.

Mobiliser les hommes autour d’une vision


La mobilisation est le mouvement de plusieurs personnes motivées vers un idéal. Mais pour
le faire, il faut des stratégies, parce que lorsqu’une vision est partagée, il y’a ceux qui l’acceptent, il
y’a ceux qui non seulement n’acceptent pas, mais découragent les autres.

La hiérarchie des besoins


Le leader doit identifier les besoins de ses collaborateurs et les prendre en compte de façon
hiérarchisé.

La grande commission en tant que facteur la mobilisation


La grande commission est le facteur le plus qualifié de la mobilisation. Depuis l’Eglise
primitive, elle n’a cessée d’emballer des hommes et des femmes autour d’elle.

Les obstacles à la mobilisation


La non maîtrise de la vision et sa mauvaise présentation, le fait de compter sur les
compétences et négliger la prière, la publication de la vision au mauvais moment et au mauvais
endroit, le manque de constance.

Le népotisme
Les taches doivent être reparties selon les compétences et les dons et non par affinité.

Bien s’organiser pour bien mener les actions


Pour faire une bonne organisation en vu de bien mener les actions, le visionnaire doit
connaître son environnement pour exploiter les ressources.

Savoir planifier pour réussir


Planifier c’est connaître les objectifs et les priorités, faire une évaluation objective. Ceci
nous permettra de réunir les éléments pour la réalisions notre vision.

Budgétisation
Budgétiser est nécessaire dans la réalisation d’une vision, parce qu’il nous évite des
dépenses désordonnées, les détournements de fonds qui peuvent compromettrent notre ministère et
montre nos limites.

1
Résumé et application de NAPON Mme AKISSI Esther
LES APPLICATIONS DE NAPON QUI POURONT AIDEES L’ACTION MISSIONNAIRE
INTERAFRICAINE (A.M.I.) ET SON DEPARTEMENT DE FORMATION

Dans l’introduction nous avons dit que l’œuvre de Dieu rencontre beaucoup de dilemmes en
Afrique. L’Action Missionnaire Interafricaine (A.M.I.) étant une agence missionnaire africaine, est
confrontée à ces dilemmes. Ainsi, une analyse de l’application de NAPON pourrait l’aider à faire
face à ses dilemmes.
L’ A.M.I. n’étant pas une église, mais un agent mobilisateur, a sa propre stratégie
d’approche du corps de Christ qui a ses forces et ses faiblesses. (Proverbes 15 : 22) dit : « les projets
échouent, faute d’une assemblée qui délibère ; mais ils réussissent quand il y’a de nombreux
conseillers ». L’on dit aussi qu’il est toujours bon d’aller voir ce qui se passe à ailleurs. C’est dans
ce sens qu’en tant qu’une personne exerçant le ministère à l’A.M.I je pense que certaines approches
de NAPON pourraient aider l’A.M.I. à avoir plus de cordes sur son Arc.

MOBILISER LES HOMMES AUTOUR D’UNE VISION1


Pour rallier un grand nombre d’églises et de chrétiens à sa vision, l’A.M.I. peut désormais
revoir sa façon de les aborder. Ceci sous entend que les besoins de ces églises ou des personnes
doivent être pris en compte à partir de leur situation réelle, de l’environnement dans lequel ils se
trouvent à cause de leur arrière plan. Incorporer et viser leurs intérêts. Car ce sont des facteurs très
déterminant d’une mobilisation efficace.

HIERARCHIE DES BESIONS2


Comme il a été dit plus haut, toute communauté ou individu à un arrière plan. Cela veut dire
qu’il y’aura toujours des besoins qui nécessitent des services adéquats. Sur le plan physiologique
par exemple, l’homme doit manger, boire, respirer l’air pour bien vivre.
Privé de ces besoins il peut succomber.

BESOINS DU SALUT3
Il est vrai que c’est difficile de trouver des hommes et femmes pour adhérer à la vision, mais
l’A.M.I. doit s’assurer que ses recrues ont expérimentés la nouvelle naissance et avoir la maturité
qu’il faut pour exercer le ministère. Afin d’éviter les désagréments qui peuvent compromettre sa
crédibilité.

BESOINS D’EPANOUISSEMENT4
Il peut arriver qu’en A.M.I. l’on place les ouvriers dans les postes non pas par leurs dons, mais par
nécessité. Elle devrait aussi reconnaître que pour l’épanouissement des ouvriers, pour éviter les
frustrations et les départs prématurés, il est nécessaire de canaliser les ouvriers selon leurs dons.

TENIR COMPTE DES REALITES5


Que ce soit au niveau de l’implantation d’églises ou de la mobilisation des églises et des individus,
l’A.M.I. doit renforcer ses stratégies en discernant les réalités du milieu où l’implantation se fait et
là où l’on fait la mobilisation pour présenter des solutions prophétiques qui rassembleront des
personnes motivées pour réaliser un programme donné.

1
Page 25
2
Page 26
3
Page 26 et 27
4
Page 29
5
Page 32

2
Résumé et application de NAPON Mme AKISSI Esther
DEPASSER LE STADE DE REVEUR6
Pour monter ses projets sociaux, l’A.M.I. doit présenter des projets intégrés au milieu, réaliste, près
du vécu quotidien et réalisable humainement, techniquement, avec des effets durables,
financièrement et spirituellement à la porté de ceux pour qui il est conçu. C’est pourquoi il faut
sortir des rêves pour présenter des visions d’actions.

LA GRANDE COMMISSION ET LA MOBILISATION7


La grande commission étant un facteur efficace de la mobilisation, l’A.M.I. pourrait l’utiliser pour
briser les frontières des dénomination et les murailles des cultures. Parce que la finalité de toute
vision d’une église ou un individu tourne autour de cette grande commission que notre Seigneur
nous a laissée. Pour y arriver, il faut des méthodes appropriées.

MOBILISER LES RSSOURCES EXISTANTES8


Dieu a mit à la disposions de l’action missionnaire inter Africaine des ressources humaines qui ont
beaucoup de potentialité. Ces ressources doivent être géré avec la sagesse pour ne pas les perdre. Il
peut s’agir des missionnaires en plein temps, comme les partenaires. Les partenaires sont
volontaires, de ce fait, il faut tenir compte qu’ils ont des activités principales. Parce qu’une
personne compétente trop sollicitée ne peut donner un bon rendement.

CREE DES COMPETENCES NOUVELLES9


Pour remédier au problème d’ouvrier, l’A.M.I. pourrait renforcer la compétence de ses partenaires
en leur donnant des formations pour être qualifier afin de rependre la Bonne Nouvelle partout où ils
se trouveraient. Que ça soit à leurs voisins, au bureau et lieu d’affection. Car, nous ne devons pas
oublier que la plus part des chrétiens sont venus au Seigneur par l’intermédiaire des laïcs dont mon
cas.

L’ORGANISATION DOIT ETRE SOUTENUE PAR UNE STRUCTURE10


L’action missionnaire inter Africaine a atteint une certaines crédibilités à travers les services qu’elle
rend au corps de christ. A ce stades où elle est arrivée, elle à besoin de faire beaucoup d’attention
pour ne pas tomber dans la bureaucratie. C'est-à-dire, organiser sur forme de pyramide en mettant
l’accent sur l’hiérarchie qui montre que les chaînes de commande vont du haut en bas. L’A.M.I.
doit continuer à observer les recommandations de Jésus Christ, c'est-à-dire la pyramide renversée
où le maître serviteur, où le leader qui s’abaisse pour laver les pieds de ses disciples et chercher le
développement de ses collaborateurs.11

L’ENTRETIEN DE BONNES RELATIONS HUMAINES.12


Pour que l’AMI soit une structure dynamique et productive, il faut que les relations de travail, les
relations humaines et sociales soient bonnes. Elles ne doivent souffrir d’aucune injustice. Elles
doivent être empreintes de cordialité, de respect mutuel et de conscience professionnelle.
L’assiduité au travail, même quand celui-ci est volontaire, l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut,
l’encouragement des collaborateurs doivent être des valeurs qui caractérisent l’A.M.I.. Les leaders
doivent user de délégation qui consiste à transférer une partie de leur pouvoir à un collaborateur. Ce
6
Page 33
7
Page 34 et 35
8
Page 26 et 37
9
Page 37
10
Page 45 46
11
Math 20 : 25 à
12
Page 47

3
Résumé et application de NAPON Mme AKISSI Esther
pouvoir confère une responsabilité et l’autorité nécessaire pour l’exercer convenablement. Celui qui
reçoit la délégation doit rendre compte régulièrement de son exercice à qui de droit.

LES RESSOURCES DE L’ORGANISATION13


Les différents département de l’AMI doivent établir des cahiers de charges accompagner de
stratégie adéquates.

LES RESSOURCES HUMAINES14


Pour éviter les frustrations et avoir une plus grande efficacité des missionnaires à plein temps et les
partenaires dans le travail, l’AMI doit connaître le profil personnel du leader qui sont : passion
spirituelle, dons spirituel, style de travail, tendances du leadership.

LES RESSOURCES MATERIELLES


C’est vrai que l’argent est au centre de beaucoup de choses, mais il ne doit pas freiner l’A.M.I. dans
ses actions. Elle doit toujours avoir à l’idée que sa principale ressource se trouve dans la prière. De
ce fait, elle doit bien gérer les ressources spirituelles, humaines et matérielles.

QU’EST CE QUE LA PLANIFICATION ? ET SON PROCESSUS ?15


La planification permet de réunir les éléments qui nous aident à réussir un projet. Si la vision est
« de rêver les yeux ouverts », la planification est un exerce rigoureux et astreignant qui oblige à
faire des recherches sur le terrain pour le plus proche possible de la réalité. C’est aussi la démarche
qui consiste à fixer d’abord les résultats auxquels nous voulons aboutir à court, moyen et long
terme. Ensuite se demander comment y parvenir et quelle méthode utiliser, de quelle manière
travailler pour atteindre les résultats d’une satisfaisante ?
Il serait important que l’A.M.I. en tant qu’une structure qui vit par la foi, y pense. Car, planifier et la
foi vont ensemble.

LA BUDGETISATION16
Budgétiser est une discipline à la quelle les leaders de l’action missionnaire inter Africaine
doivent s’attacher. Il se fait au debout de la vision. Ça permet d’éviter les dépenses désordonnées,
les détournements de fonds et le gaspillage. Il montre les et empêche la compromission du
ministère.

CONCLUSION
Ce sont là, à mon avis les approches qui pourront aider l’Action Missionnaire Interafricaine à faire
face aux dilemmes que l’œuvre de Dieu rencontre en ce vingt et unième siècle.

13
Page 48
14
Page 48 à 49
15
Page 52 à 53
16
Page 56