Vous êtes sur la page 1sur 91

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE


UNIVERSITE ABBES LAGHROUR
Département : Génie industriel

Polycopié

Transfert de chaleur
Cours et exercices résolus

(Ce polycopié est destiné aux étudiants de Licence LMD, 3ème Année
Génie des procédés, option: Génie des procédés de l’environnement)

Dr. Amina TOUATI


(Maitre de conférences B)

Année 2019- 2020


Sommaire
AVANT-PROPOS .................................................................................................. 2

I. CHAPITRE .............................................................................................................. 2

GENERALITE SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR ............................................. 2

I.1. Introduction ............................................................................................................................................................ 2


I.2. Définitions et notions ........................................................................................................................................ 2
I.2.1. Champs de température ...................................................................................................................................... 2
I.2.2. Gradient de température ..................................................................................................................................... 2
I.2.3. Régimes thermiques.............................................................................................................................................. 2
I.2.4. Flux de chaleur ........................................................................................................................................................ 3
I.2.5. Densité de flux de chaleur................................................................................................................................... 3
I.2.6. Bilan d’énergie ......................................................................................................................................................... 3
I.2.7. Génération d’énergie............................................................................................................................................. 4
I.2.8. Stockage d’énergie ................................................................................................................................................. 4
I.3. Modes de transfert de chaleur ....................................................................................................................... 5
I.3.1. Conduction thermique ......................................................................................................................................... 5
I.3.2. Convection ................................................................................................................................................................. 7
I.3.3. Rayonnement ........................................................................................................................................................... 8
I.4. Méthode d'analyse d'un problème de transfert de chaleur................................................................ 8

II. CHAPITRE .............................................................................................................. 9

CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT ................... 9

II.1. Hypothèses .......................................................................................................................................................... 9


II.2. Définition .............................................................................................................................................................. 9
II.3. Transfert de chaleur à travers un mur simple à faces isothermes................................................. 9
II.3.1. Résistance équivalente en série ....................................................................................................................10
II.3.2. Résistance équivalente en parallèle ............................................................................................................14
II.3.3. Paroi en contact avec deux fluides...............................................................................................................16
II.3.4. Paroi multicouches en contact avec deux fluides ..................................................................................19
II.4. Transfert de chaleur à travers un cylindre creux à faces isothermes .........................................22
II.4.1. Cas d’une couche cylindrique simple en contact de deux fluides ...................................................24
II.4.2. Cylindre creux multicouches..........................................................................................................................25
II.4.3. Cylindre creux multicouches en contact avec deux fluides ................................................................28
II.5. Transfert de chaleur à travers une sphère creuse à faces isothermes .......................................30
II.5.1. Sphère creuse en contact avec deux fluides...............................................................................................31
II.5.2. Sphère creuse composite .................................................................................................................................33
II.5.3. Sphère creuse concentrique en contact avec deux fluides ..................................................................34
II.6. Isolation thermique ........................................................................................................................................36
II.6.1. Épaisseur critique d’un mur composé entre deux fluides ....................................................................36
II.6.2. Calorifugeage des cylindres ............................................................................................................................40
II.6.3. Calorifugeage des Sphère .................................................................................................................................43
II.7. Equation général de la conduction ...........................................................................................................45
II.8. Problèmes des ailettes ..................................................................................................................................46
II.8.1. L’équation de la chaleur pour des ailettes à section constante ...............................................................48

III. CHAPITRE ........................................................................................................... 57

TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS


CHANGEMENT D’ETAT .....................................................................................57

III.1. Définitions ........................................................................................................................................................57


III.1.1. Convection naturelle et forcée.....................................................................................................................57
III.1.2. Régime d’écoulement ......................................................................................................................................58
III.2. Expression du flux de chaleur en convection .....................................................................................59
III.3. Nombres adimensionnels ...........................................................................................................................60
III.4. Notion de température moyenne du fluide .........................................................................................61
III.5. Régime de convection mixte......................................................................................................................63
III.6. Convection naturelle ....................................................................................................................................63
III.7. Convection forcée ..........................................................................................................................................66

IV. CHAPITRE ........................................................................................................... 71

TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT ..............................71


IV.1. Introduction.....................................................................................................................................................71
IV.2. Mesures quantitatives .................................................................................................................................72
IV.2.1. Absorption, réflexion et transmission .....................................................................................................73
IV.2.2. Loi de Lambert ....................................................................................................................................................73
IV.3. Corps noir .........................................................................................................................................................74
IV.3.1. Loi de Stefan-Boltzmann (Emittance totale du corps noir) ...............................................................74
IV.3.2. Loi de Planck........................................................................................................................................................74
IV.3.3. Loi de Wien ..........................................................................................................................................................75
IV.4. Corps réels .......................................................................................................................................................76
IV.4.1. Emissivité..............................................................................................................................................................76
IV.4.2. Loi de Kirchhoff ..................................................................................................................................................77
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES .................................................................82
Liste des figures

Figure ‫‏‬II-1 : Transfert de dans une paroi plane. ................................................................................................................. 9


Figure ‫‏‬II-2 : Transfert de chaleur entre deux fluides de part et d’autre d’une paroi. ...............................................17
Figure ‫‏‬II-3 : Transfert de chaleur dans un cylindre creux. ............................................................................................23
Figure ‫‏‬II-4 : Transfert de chaleur d’un cylindre creux en contact de deux fluides. .................................................24
Figure ‫‏‬II-5 : Transfert de chaleur dans une couche cylindrique composite. .................................................................25
Figure ‫‏‬II-6 : Transfert de chaleur d’une sphère creuse...................................................................................................30
Figure ‫‏‬II-7 : Transfert de chaleur d’une sphère creuse en contact de deux fluides..................................................33
Figure ‫‏‬II-8 : Mur composé entre deux fluides..................................................................................................................37
Figure ‫‏‬II-9 : Calorifugeage des tubes. ..................................................................................................................................40
Figure ‫‏‬II-10 : Exemples de systèmes à ailettes utilisés dans différents secteurs d’applications. ..........................46
Figure ‫‏‬II-11 : Utilisation d’ailettes pour augmenter le flux de chaleur évacué du mur : (a) mur plan, (b) mur
muni d’ailettes. ............................................................................................................................................................ 48
Figure ‫‏‬II-12 : Différents types d’ailettes : (a) ailette droite à section constante, (b) ailette droite à section
variable, (c) ailette annulaire, (d) ailette en forme d’aiguille à section variable. .......................................... 48
Figure ‫‏‬II-13 : Bilan d’énergie sur une tranche d’ailette d’épaisseur dx......................................................................49
Figure ‫‏‬II-14 : Rendements de différentes ailettes en fonction des variables géométriques pertinentes. ..................54
Figure ‫‏‬III-1 : Deux modes de transfert de chaleur par convection. ...............................................................................57
Figure ‫‏‬III-2 : Schématisation d’un écoulement laminaire. ................................................................................................58
Figure ‫‏‬III-3 : Schématisation d’un écoulement turbulente. ..............................................................................................58
Figure ‫‏‬III-4 : Couche limite. ..................................................................................................................................................59
Figure ‫‏‬IV-1 : Spectre des ondes électromagnétiques.........................................................................................................71
Figure ‫‏‬IV-2 : Emittance monochromatique d’un corps noir à deux températures différentes. .................................75
Liste des tableaux

Tableau ‫‏‬I-1 : Conductivités de quelques corps solides, liquides et gazeux........................................................ 6


Tableau ‫‏‬III-1 : Constante C de l’expression de nombre de Nusselt en convection naturelle. .......................... 64
Tableau ‫‏‬III-2 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection forcée. ....................... 67
AVANT-PROPOS

Ce support de cours de transfert de chaleur est destiné aux étudiants de


3ème année en formation de licence dans la filière de Génie des procédés : pour la matière de
transfert de chaleur. Son enseignement est planifié en un semestre (5ème). Ainsi qu’à tous les
spécialistes concernées par les problèmes de thermo-technique. Cette matière est enseignée de 2012
à 2019, donc, c'est le fruit de huit années d'enseignement.
L’étude de phénomène de transfert thermique qui accompagnent la propagation de la chaleur
et le calcul des valeurs du flux thermique représente l’objectif fondamental du transfert thermique
(ou de chaleur) ou thermocinétique. Cette partie importante de la physique traite aussi la description
des mécanisme des modes de la propagation de la chaleur, conduisant à des relation établies soit
théoriquement, soit sur la voie expérimentale entre le flux thermique transféré, les paramètres
caractéristiques du système ( propriétés physiques , géométrie) et les condition de son milieu
environnant .
Ce cours présente les principaux modes du phénomène de transferts thermiques Il donne
une compréhension générale de ces phénomènes tout en exposant les lois fondamentales décrivant
les trois modes de transfert de chaleur : Conduction, Convection et Rayonnement. Les cours sont
enrichis par plusieurs exemples et exercices corrigés. Tout échange d'énergie entre les corps se
produit par l'un de ces modes ou par une combinaison de ceux-ci.
Le chapitre I présente les définitions, les notions de base ainsi que les modes de transfert de
chaleur (conduction, convection et rayonnement).
Les chapitres II à IV présentent ces divers modes de façon détaillée afin de déterminer les
flux thermique engendrés.

1
CHAPITRE I GENERALITE SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR

CHAPITRE .I

GENERALITE SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR

I.1. Introduction

La thermodynamique permet de prévoir la quantité totale d’énergie qu’un système doit


échanger avec l’extérieur pour passer d’un état d’équilibre à un autre.
La thermique (ou la thermocinétique) se propose de décrire quantitativement (dans l’espace
et dans le temps) l’évolution des grandeurs caractéristiques du système, en particulier la
température, entre l’état d’équilibre initial et l’état d’équilibre final.

I.2. Définitions et notions

I.2.1. Champs de température

Un champ de température est la donnée, pour chaque point de l'espace-temps, de la valeur


d'une température , il définit mathématiquement par l’équation T= f(x, y, z, ѳ).
En chaque point P d’un milieu, on définit une température par certaine coordonnées spatiale
et du temps, on distingue des champs instationnaire (variable) et des champs stationnaires
(permanent) suivant que la température varie ou non avec le temps.

I.2.2. Gradient de température

On appelle gradient de température T d’un point P de l’espace, le vecteur dont les

projections cartésiennes sont : , , .Il est noté gradT = →+ → →

I.2.3. Régimes thermiques

Régime permanent : la température en tout point du milieu (système) est indépendante du


temps.
Régime périodique établi : la température, en tout point, effectue des oscillations
périodiques indépendantes de la température initiale

2
CHAPITRE I GENERALITE SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR

Régime transitoire : qui correspondent à l’évolution d’un système d’un état initial vers un
état final provoquée par un changement à l’instant initial des sources; le champ de température
T(M,t) dépend du champ de température initial T(M,0) et du temps.
Régime variable : pour lesquels les sources évoluent constamment, le champ de
température T(M,t) dépend des valeurs instantanées des sources et des évolutions antérieures.

I.2.4. Flux de chaleur

Le flux de chaleur (noté Ф) entre deux milieux de températures différentes correspond au


transfert thermique Q qui s'écoule par unité de temps entre les deux milieux.

∅= ] (I.1)

∅ est un débit de chaleur, et s’exprime en joules par seconde (J/s), c’est-à-dire en watt(W).

Pour les unités de puissance (ou de flux de chaleur), il leur correspond les équivalences:

1 W = 0,86 kcal/h

I.2.5. Densité de flux de chaleur

On définit la densité de flux thermique notée comme la puissance échangée par unité de

surface tele que :

; [W/ ] ou [Kcal/hm2] (I.2)

I.2.6. Bilan d’énergie

Il faut tout d’abord définir un système (S) par ses limites dans l’espace et il faut ensuite
établir l’inventaire des différents
flux de chaleur qui influent sur
l’état du système et qui peuvent
être :
Qe : flux de chaleur entrant

3
CHAPITRE I GENERALITE SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR

Qst : flux de chaleur stocké


Qg : flux de chaleur généré
Qs : flux de chaleur sortant.
On applique alors le 1er principe de la thermodynamique pour établir le bilan de conservation de
l’énergie du système (S) :
[CE QUI RENTRE] - [CE QUI SORT] + [CE QUI EST GÉNÉRÉ] = [CE QUI S ' ACCUMULE]

Qe – Qs + Qg= + Qst (I.3)

Le terme "énergie générée" est à considérer au sens large: énergie produite (en +) ou
consommée (en -). Il en est de même pour le terme d'accumulation (variation dans le temps de
l’énergie dans le volume de contrôle).
Dans le cadre du cours, le bilan d'énergie se limitera à un bilan d'énergie thermique.

I.2.7. Génération d’énergie

Elle intervient lorsqu’une autre forme d’énergie (chimique, électrique, mécanique,


nucléaire) est convertie en énergie thermique. Nous pouvons l’écrire sous la forme :
̇ (I.4)

Qg : Flux d’énergie thermique générée (W) ;


̇ Densité volumique d’énergie générée (W m-3) ;
: Volume (m3).

I.2.8. Stockage d’énergie

Le stockage d’énergie dans un corps correspond à une augmentation de son énergie interne
au cours du temps d’où (à pression constante).

(I.5)

Avec:
Flux de chaleur stocké (W),
Masse volumique (kg m-3),

4
CHAPITRE I GENERALITE SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR

Volume (m3),
Chaleur massique (J kg-1 °C-1),
T : Température (°C),
ѳ : Temps (s).

I.3. Modes de transfert de chaleur

Le transfert thermique peut être effectué par trois modes de transmission de la chaleur :
conduction, convection et rayonnement.

I.3.1. Conduction thermique

La conduction ou la diffusion thermique est un phénomène au moyen duquel la chaleur


s’écoule l’intérieure d’un milieu opaque (solide, liquide ou gazeux) sans déplacement de la matière,
d’une région à haute température vers une autre à basse température, ou entre différentes milieux
mis en contact direct. Elle s'effectuée selon deux mécanismes différents: une transmission par
vibration des molécules ou atomes et une transmission par les électrons libres.
Ce mode de transfert est le seul mécanisme au moyen duquel la chaleur peut s’écouler dans
les corps solides (qui absorbe tous les rayons).

 Loi fondamentale de la conduction-Loi de Fourier


Le flux de chaleur transféré par conduction dans une direction donnée est proportionnel au
gradient de température dans cette direction. Cette loi, dite de Fourier (1822), Jean-Baptiste Joseph
Fourier (1768-1830) est un mathématicien et physicien Français propose la loi de la conduction :

(I.6)

Tel que :
Conductivité ou conductibilité thermique, est une propriété physique caractéristique du milieu
matériel. Son unité est :

Système d’unité Système Système Système anglo-


international (SI) thermiciens (S Th) saxon (SAS)
Unité

5
CHAPITRE I GENERALITE SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR

: Surface de la section dans laquelle la chaleur s’écoule par conduction (m2)


Le signe traduit le fait que les échanges tendent à uniformiser la température (autrement dit que
spontanément les transferts thermiques se produisent du corps chaud vers le corps froid.
Dans le tableau suivant sont reportées les conductivités de quelques corps solides, liquides et
gazeux.

Tableau ‫‏‬I-1 : Conductivités de quelques corps solides, liquides et gazeux.

Métaux et alliages à la température ambiante


Aluminium à 99,9 % 228 Zinc 111
Aluminium à 99% 203 Acier doux (1% de C) 46
Cuivre à 99,9 % 386 Acier inox (Cr 18 % - Ni 8%) 16
Etain 61 Alliage (Al 92% - Mg 8%) 104
Fer pur 85 Laiton (Cu 70% - Zn 30%) 99
Nickel pur 61 Titane 21
Plomb pur 35
Solides non métalliques
Amiante (feuilles) 0,162 Liège 0 ,046
Béton plein 1,7 Matière plastique 0 ,046
Briques de terre cuite pleines 1,16 phénoplastes 0,209
Plaque de fibrociment 0 ,74 Matière plastique polyester 0,162
Verre courant 0,70 Matière plastique polyvinyles 0,928
Verre pyrex 1 ,16 Porcelaine 0 ,046
Electrographite 116 Laine de verre
Liquides Gaz à 0°C et sous une pression normale
Eau à 20°C 0 ,59 Air 0 ,024
Eau à 100°C 0 ,67 Azote 0 ,024
Dowtherm A à 20°C 0 ,139 Acétylène 0,019
Benzène à 30°C 0 ,162 Hydrogène 0,174
Mercure à 20°C 8,47 Anhydride carbonique 0,014
Sodium à 200°C 81,20 Oxygène 0,024

Les valeurs de λ varient de 10-2 à 103(W/ m.K).


D’une façon générale, les métaux sont beaucoup plus conducteurs de la chaleur que les substances

6
CHAPITRE I GENERALITE SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR

non métalliques.
λ des gaz < λ des liquides < λ des solides

I.3.2. Convection

La convection thermique est un mode de transport d’énergie par l’action combinée de la


conduction, de l’accumulation de l’énergie et du mouvement du milieu. La convection est le
mécanisme le plus important de transfert d’énergie entre une surface solide et un liquide ou gaz. La
transmission de chaleur par convection est désignée, selon le mode d’écoulement du fluide,
convection naturelle (convection libre) et convection forcée. Lorsqu’il se produit au sein du
fluide des courants dus simplement aux différences de densité résultant des gradients de
température, on dit que la convection est naturelle (déplacement des particules, dilatation), exemple
(chauffage de l'air pour une montgolfière, chauffage de l’eau dans un récipient). Par contre si le
mouvement du fluide est provoqué par une action externe, telle une pompe ou une ventilateur, le
processus est appelé convection forcée.
 Loi fondamentale de la convection (Loi de Newton)
La loi fondamentale de la convection est la loi d’Isaac Newton (1643-1727), traduite par la relation
expérimentale de flux de chaleur échangé par convection entre un fluide et une paroi solide.

( ) (I.7)

Tels que ;
représente l’épaisseur d’un film mince du fluide adhéré à la paroi solide;
: Conductivité thermique du fluide;
: représente le coefficient du transfert de chaleur par convection ou conductance thermique
moyenne de convection par unité de surface; [W/m2.K] ou [kcal/h.m2.C].

 la résistance thermique de transfert de chaleur, et qui représente l’inverse de la conductance

thermique par convection est donnée par :

7
CHAPITRE I GENERALITE SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR

I.3.3. Rayonnement

Le rayonnement est le mécanisme par lequel la chaleur se transmet éléctromagnétiquement


d’un corps à haute température vers autre à basse température, lorsque ces corps sont séparés dans
l’espace ou même lorsqu’un vide existe entre eux. En général, tout corps opaque ou partiellement
opaque porté à une température supérieure à zéro Kelvin rayonne de l’énergie dans toutes les
directions. Cette énergie est transportée sous forme d’une onde électromagnétique. Ce type de
transport de chaleur est analogue à la propagation de la lumière et il ne nécessite aucun support
matériel, contrairement aux écoulements. Les gaz, les liquides et les solides sont capables d’émettre
et d’absorber les rayonnements thermiques.
 Loi fondamentale de rayonnement-Loi de Stefan-Boltzmann
Le flux de chaleur rayonné par un milieu de surface (A) et de température (T) s’exprime grâce à la
loi de Joseph Stefan (1835-1893) et Ludwig Eduard Boltzmann (1844-1906).
(I.8)
Tels que ;

: Constante de Stefan-Boltzmann,

: L’émissivité de la surface sans unité et la température en [K].

I.4. Méthode d'analyse d'un problème de transfert de chaleur

Très fréquemment, la résolution d'un problème consiste d'abord à obtenir la variation spatiale
et/ou temporelle de la température d'un système donné. Dans cette résolution, différentes étapes
doivent être franchies:

- qu'est-ce qu'on connaît ? (comprendre l'énoncé).

- qu'est-ce qu'on veut trouver ? (comprendre la question).

- faire un schéma (identifier les modes et les lieux du transfert de chaleur).

- faire des hypothèses simplificatrices pertinentes et définir le volume de contrôle.

- faire le bilan de chaleur, poser les conditions frontières (et/ou ou initiale).

- résoudre et discuter la solution obtenue.

8
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

CHAPITRE .II

CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

II.1. Hypothèses

-La chaleur se propage principalement sur l’axe x (1-D).

- Régime permanent-Conductivité thermique constante.

-Pas de génération interne (pas de terme source).

II.2. Définition

La conduction thermique (ou diffusion thermique) est un mode de transfert thermique


provoqué par une différence de température entre deux régions d'un même milieu, ou entre deux
milieux en contact, et se réalisant sans déplacement global de matière.

II.3. Transfert de chaleur à travers un mur simple à faces isothermes

L’une des configurations possibles est d’imaginer que


chacune des parois est maintenue à une température constante et
connue.

- Le profil de température est linéaire, avec un gradient


égal à -(Tf -Tc ) / e

La quantité de flux de chaleur à travers le mur est donnée


Figure II-1 : Transfert de dans une paroi
par la loi de Fourier:
plane.

= dT / dx

dx = dT

∫ ∫

( ) ( )
= (II.1)

9
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Tel que : appelé la résistance thermique de la paroi considérée s’exprime en

Kelvin/Watt (K/W) ou en (°C/W).

La densité de flux thermique à travers le mur est donc:

= /A = (Tc - Tf) / e en (W/m2) (II.2)

Tel que :

e : l’épaisseur en (m),

λ la conductivité thermique en (W/ m.K),

A : aire de surface en (m2).

Exercice II.1

Calculer le flux de chaleur par conduction à travers un mur de pierre d’épaisseur 0.35 m, de
hauteur 3.5 m et de longueur 5.7 m. les températures des faces sont respectivement
22°C et 7°C. λ =0.805 kcal/h.m.°C. (Le régime est permanent, pas de source de chaleur,
unidirectionnelle).

Solution
Le régime est permanent, pas de source de chaleur, unidirectionnelle :
Pour calculer le flux de chaleur par conduction nous utilisons l'équation (II.1):
( )

Application numérique :
( )

II.3.1. Résistance équivalente en série

Les résistances thermiques obéissent aux mêmes règles que les résistances électriques,
La résistance thermique équivalente d’un ensemble de résisteurs branchés en série est égale à la
somme des résistances des résisteurs en série :

(II.3)

10
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Le circuit thermique équivalent relatif à ce problème d’échange de chaleur est le suivant :

Avec

Exercice II.2

Soit une paroi composée d’une

plaque de cuivre de conductibilité c=372

W/mK et d’épaisseur ec=3mm placé entre

deux plaques identiques en inox, de

conductibilité I=17 W/mK et d’épaisseur

eI=2mm. Les contacts entre ces

différentes plaques sont parfaits.

La température de la face gauche de cette paroi est Tg=400°c, tandis que celle de droite vaut

Td=100°c.

On demande de déterminer les températures des deux faces de la plaque de cuivre.

11
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Solution

Le flux de chaleur est donné par :

, tel que

( )

Le régime est permanent , avec:

( )

12
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Exercice II.3

Un double vitrage est constitué de deux plaques de verre séparées par une couche d’air sec
immobile. L’épaisseur de chaque vitre est de 3,5 mm et celle de la couche d’air est de 12 mm.
La conductivité thermique du verre est égale à 0,7 W/m °C est celle de l'air est de 0,024 W/m °C sur
le domaine de température étudié. Pour une chute de température de 5°C entre les deux faces
extrêmes du double vitrage, calculez les pertes thermiques pour une vitre de 1m².

(Note : ce calcul néglige l’effet du coefficient de convection de part et d’autre de chaque vitre).
Comparez ces pertes thermiques à celles qui seraient obtenues avec une seule vitre d’épaisseur
égale à 3,5 mm.

Solution

 Le double vitrage est constitué de trois résistances thermiques en série

Le flux traversant ce double vitrage est donné par :

13
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Remarque : sur le profil de température (voir figure)


La résistance thermique de l'air est 100 fois plus élevée que celle de chaque vitre, la chute de
température dans l'air sera 100 fois plus élevée que dans chaque vitre, c'est à dire :

- Comparons le flux traversant le double vitrage à celui traversant une seule vitre en verre
pour une même surface et une même différence de température.
( )

Conclusion : Si on considère uniquement les échanges par conduction (on verra au chapitre suivant
que le résultat est modifié du fait des échanges par convection), le double vitrage permet de réduire
100 fois les pertes thermiques à travers la vitre. Ceci est surtout dû à la résistance thermique très
élevée de la couche d'air car l'air a une faible conductivité thermique.

II.3.2. Résistance équivalente en parallèle

Les résistances placées perpendiculairement à l’écoulement de la chaleur sont en parallèles et


on a :

La résistance équivalente d’un ensemble de résisteurs branchés en parallèle est égale à

14
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

l’inverse de l’addition des résistances des résisteurs en parallèle :

(II.4)

Exercice II.4

Considérons le mur composé de plusieurs couches de différents matériaux illustré ci-dessous


avec les dimensions dans les trois directions. Supposant une conduction unidimensionnelle et
connaissant les températures des surfaces de gauche et celle de droite respectivement, Tp1 et Tp2, de
même que les conductivités thermiques de ces différentes couches, calculer le flux de chaleur à
travers ce mur.
Données : Tp1=200°C, Tp2=50°C, λA=70 W/m.K, λB=60 W/m.K, λC=40 W/m.K,
λD=30 W/m.K, λE=20 W/m.K

Solution
Pour simplifier le calcul, on doit représenter le schéma équivalent de mur considéré en se
basant sur l’analogie existant entre les grandeurs thermiques et électriques.
Le flux de chaleur est donné donc par :
( ) ( )
=

Tels que ;

Le circuit thermique équivalent :

15
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Pour les résistances en série :

Pour les résistances en parallèles :

( )

( ) ( )

( ) ( )

II.3.3. Paroi en contact avec deux fluides

Ce cas correspond à celui d’un mur dont les températures des deux faces T1 et T2 résultent

16
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

d’un échange convectif entre deux fluides. La chaleur est transférée, à travers le mur d’épaisseur e,
entre le fluide chaud ayant la température T∞1 et le fluide froid ayant la température T∞2. Il s’agit
alors d’un problème dit mixte, combinant deux modes de transmission de la chaleur: la convection
et la conduction.

Le problème étant unidimensionnel, la conservation du flux thermique (stationnarité du problème),


se traduit par l’égalité des flux :
- , cédé par le fluide chaud à la paroi (convection)
- , traversant la paroi (conduction)
- , cédé par la paroi au fluide froid (convection)
On a vu qu’on avait:

= h1 A (T∞1 - T1 ) = (T∞1 - T1 )/(1/ h1 A) =(T∞1 - T1

)/Rc1

- = h2 A (T2 - T∞2 ) = (T2 - T∞2 )/(1/ h2 A) =( T2 - T∞2 Figure II-2 : Transfert de chaleur entre deux
)/Rc2 fluides de part et d’autre d’une paroi.
Où h1 et h2 sont deux coefficients d’échange s’exprimant en
W / (m2. °C).
Quant au flux dans la paroi elle-même, on a déjà montré qu’il était égal à:
= A (T1 - T2) / e = (T1 - T2)/ (e/ A) = (T1 - T2)/ R où R est résistance thermique par
conduction.
le régime est permanent , donc on a:
= (T∞1 - T1)/(Rc1)= (T1 – T2)/(R) = (T2 - T∞2)/Rc2 (II.5)
RC1 = 1 / h1 A (II.6)
RC2 = 1 / h2 A (II.7)
Ces expressions suggèrent de définir des résistances thermiques convectives, qui s’expriment en
°C/W comme la résistance thermique de conduction R = e / A.

(Rc1)= (T∞1 - T1)

(R) = (T1 – T2)


(Rc2) = (T2 - T∞2)
(Rc1+ R+ Rc2)= (T∞1 - T∞2)
L’équation (II.5) permet d’exprimer le flux échangé entre les fluides repérés par les indices (1) et

17
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

(2) en fonction des températures de ces fluides, des caractéristiques de la paroi qui les sépare, et de
deux coefficients d’échange convectif:

( ) (Rc1+ R+ Rc2) (II.8)

On peut exprimer la relation (II.8) sous la forme:

=UA( ) (II.9)
Dans laquelle U désigne un coefficient global d’échange entre les deux fluides, coefficient U qui a
pour expression:

U = 1/(RC1+R+RC2)A (II.10)

Exercice II.5

a) Calculer la densité du flux et les températures T1 et T2 d'un mur


d’une épaisseur de 10 cm.

b) On double l'épaisseur de ce mur : que deviennent les pertes ( ) et


les températures T1 et T2 ?

Données :

T0 = 500°C; h0 = 20 W/m2K; T’0 = 20°C; h’0 = 5 W/m2K ; = 1 W/m2K

Solution

On calcule :

( )

De plus,

( ) ( ) D’où

et ( ) 20 + ( ) d’où

Si maintenant e = 20 cm :

18
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( )

Ainsi à diminué de 23% (et non moitié), T1 a augmenté et T2 a diminué.

II.3.4. Paroi multicouches en contact avec deux fluides

C’est le cas des murs réels constitués de plusieurs couches de matériaux différents et où le ne
connaît que les températures et des fluides en contact avec les deux faces du mur de
surface latérale A, Pour les mêmes hypothèses on a le flux est constante:

( )

Qconv 1 = Qcnd 1 = Qcnd 2 = Qcnd 3 = Qcnd n = Qconv 2=Q

∑ ∑

( ) ( )
(II.11)
∑ ∑

Exercice II.6
Soit un four de traitement thermique composé de deux couches la première couche est un
garnissage en briques réfractaires (épaisseur e1 = 0,20 m, conductivité 1 = 1,38 W/(m . °C)), la
seconde est un isolant fibreux (épaisseur e2 = 0,10 m, conductivité 1 = 0,17 W/(m . °C)). La
température de traitement à l’intérieur du four, , est de 1650 °C, et le coefficient h1 d’échange
2
sur la face intérieure vaut 70 W / (m . °C).
La température de l’air ambiant, , est de 25°C, et le coefficient h2 d’échange sur la face

19
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

extérieure vaut 10 W / (m2. °C).


Calculer les pertes de chaleur par m2 de surface de paroi, les températures des faces intérieures et
extérieures, et celle de l’interface entre le briquetage et l’isolant.
Solution
Les pertes sont données par la relation:
= /A =( )/[RC1+R1+R2+RC2]A

Avec : Rc1 = 1 / h1 = 0,0143 m2. °C / W

R1 = e1 / 1 = 0, 1449 m2. °C / W

R2 = e2 / 2 = 0, 5882 m2. °C / W

Rc2 = 1 / h2 = 0,100 m2. °C / W

Soit = 1916 W / m2

La température de la paroi interne est fournie par la relation:


- T1 = (1/ h1) = 0,0143 x 1916 = 27,4 °C D’où T1 = 1622,6 °C.
Cette température est peu différente de celle de l’atmosphère interne du four de traitement.
La température de l’interface entre les deux couches est obtenue de la même manière:
T1 - T’ = (e1 / 1) soit T’ = 1344,6 °C
La température de la face externe de la paroi du four vaut:

T2 = + (1 / h2) = 216,6 °C

Exercice II.7

Soit la structure illustrée sur la figure ci-dessous:

a) calculez la résistance thermique de chaque couche.

b) quelle est la résistance équivalente.

Le régime est permanent, pas de source de chaleur, unidirectionnelle, la surface d'échange (A).

20
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Solution

D’après les hypothèses : le régime est permanent (Q est constant)

( ) ( )

( ) ( )

( ) ( ) ( )
( )
( )

C’est le cas des résistances thermiques en parallèle

21
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( ) ( )

( ) ( )

Le schéma thermique équivalent

( ) ( ) ( ) ( ) ( )

( ) ( )

II.4. Transfert de chaleur à travers un cylindre creux à faces isothermes

22
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

On considère un cylindre creux


homogène et suffisamment long de
conductivité thermique , de rayon
intérieur ri, de rayon extérieur re, de
longueur L, les températures des faces
internes et externes étant

respectivement T1 et T2 tel que T1 > T2 Figure II-3 : Transfert de chaleur dans un cylindre creux.

(cf. figure II-3). On suppose que le


gradient longitudinal de température est négligeable devant le gradient radial.

La quantité de flux de chaleur radial transmis par conduction à travers un cylindre est donnée par
la loi de Fourier:

= dT / dr où dT / dr est le gradient de température dans la direction radiale

Pour le cylindre creux, l’aire est une fonction du rayon r et de longueur L

Le flux de chaleur par conduction peut donc s’exprimer sous la forme :


= dT / dr

dT, le régime permanent = Cte

∫ ∫

( )
( )
(II.12)

Tel que (II.13)

Appelée la résistance thermique d’un cylindre creux s’exprime en Kelvin/Watt (K/W) ou en


(°C/W).

Exercice II.8

23
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Calculer la perte de chaleur par conduction à travers la paroi d'un tube de cuivre de
10/12(diamètre intérieur et extérieur en mm) et de longueur 15m. La température de la paroi

interne est de 100°C, celle de la paroi externe 99,8°C.

Solution
On utilise l'équation (II.12)

( ) ( )

II.4.1. Cas d’une couche cylindrique simple en contact de deux fluides

Soit une paroi cylindrique baignant dans un fluide ‘’1’’ de température T1. Un fluide’’0’’
de température T0 circule à l’intérieur de ce cylindre. On pose T0> T1.
En régime permanent, le flux thermique s’exprime par :

( )
(II.14)

( )
L’expression du flux thermique peut etre ecrite sous la forme :

Figure ‫‏‬II-4 : Transfert de chaleur d’un cylindre creux en contact de deux fluides.

24
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Avec (II.15)

C’est l’expression de la résistance thermique.

Remarque :

La résistance équivalente Req est la somme de trois termes :

représente la résistance de convection interne (Rthcv0).

: représente la résistance de conduction de la paroi cylindrique (Rthcd).

représente la résistance de convection externe (Rthcv1).

Le circuit thermique équivalent à ce problème est le suivant :

II.4.2. Cylindre creux multicouches

Figure II-5 : Transfert de chaleur dans une couche cylindrique composite.

25
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

En Régime permanent, le flux thermique s’exprime par :

( )
(II.16)

On en déduit, l’expression de la résistance thermique équivalente :

(II.17)

Le circuit thermique équivalent à ce problème est le montage de 3 résistances thermiques en série :

Généralisation :
En régime permanent, le flux thermique s’exprime par :

(II.18)

( )

Il en résulte ainsi l’expression de la résistance thermique équivalente :



( )
(II.19)

n: nombre de couches cylindriques.


λi : conductivité thermique relative à la couche i.

Exercice II.9
Calculer le flux de chaleur perdu par unité de longueur d’un tuyau en acier(
), de 48mm de diamètre intérieur et 56mm de diamètre extérieur, recouvert d’un
isolant en amiante( ), de 75mm de diamètre extérieur. De la vapeur à
145°C s’écoule dans le tuyau. La résistance thermique totale à la paroi intérieure est 0,2
et la température de la surface extérieure d’amiante est de 21°C.

26
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Solution


1. Résistance thermique du tube d'acier :

2. Résistance thermique de l'isolant d'amiante

3. Résistance thermique de la vapeur d'eau : 0,2 (par unité de longueur).

( ) ( )

Exercice II.10
Un tube en acier inoxydable (
=19W/m.°C) avec 3cm de diamètre intérieur et
5cm de diamètre extérieur est isolé par une
couche d'amiante ( =0,2 W/m. °C) de 2,5cm
d'épaisseur (voir figure cidessous). Sachant que
la température de la paroi interne de tube est
maintenue à 578°C et celle de la paroi externe
de l'isolant est à 92°C.
1. Calculer le flux de chaleur perdu par mètre
de longueur.
2. Donner le schéma électrique équivalent (le circuit thermique équivalent).
3. Quelle est l'importance de l'utilisation de l'analogie existant

27
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

entre les grandeurs thermiques et électriques ?


Solution
1. Le flux de chaleur perdu par mètre de longueur:

( )

2. Schéma électrique équivalent:

3. L'importance de l'analogie existant entre les grandeurs thermiques et électriques:


L’application des techniques simples de l'électrocinétique linéaire et stationnaire, l'introduction
des notions de résistance et de conductance, l'association en série et en parallèle, théorèmes
de Thévenin, de Norton, lois des réseaux …etc. Pour simplifier les schémas des circuits
thermiques.

II.4.3. Cylindre creux multicouches en contact avec deux fluides

De même, le flux thermique s’écrit comme suit :

( )
(II.21)

Il en résulte ainsi l’expression de la résistance thermique équivalente :


(II.21)

n: nombre de couches cylindriques.

28
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

λi : conductivité thermique relative à la couche i.

Exercice II.11
Soit une conduite de 50/60 mm de diamètre
intérieure et extérieure, la longueur est de
50m. La température de la face interne est 200°C
la conductivité du métal
λ1 = 52 kcal/h.m.°C. Elle est entourée d’une
première couche de calorifuge de 3 cm
d’épaisseur (λ2 = 0.1 kcal/h.m.°C), puis d’une
seconde couche d’une autre calorifuge de
6cm d’épaisseur (λ3 = 0.05 kcal/h.m.°C).Cette
conduite se trouve dans l’air à 20°C et le
coefficient d’échange air paroi externe du calorifuge est h= 0.1 kcal/h.m2.°C.
Calculer la quantité de chaleur perdue par heure et les températures aux différentes
interfaces.
Solution
r1= 2,5 cm
r2= 3 cm
r3= 6 cm
r4= 12 cm
Le régime est permanent pas de source de chaleur
parce que Tf1=T1

( ) ( ) ( ) ( )

29
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( )

( )

( ) ( )

( ) ( )

( ) ( )

II.5. Transfert de chaleur à travers une sphère creuse à faces isothermes

Figure ‫‏‬II-6 : Transfert de chaleur d’une sphère creuse.

La quantité de flux de chaleur radial transmis par conduction à travers une sphère creuse est

30
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

donnée par la loi de Fourier:

= dT / dr où dT / dr est le gradient de température dans la direction radiale

Pour la sphère creuse l’aire est donné par la relation suivante : .

Les températures des faces internes et externes étant respectivement T0 et T2 tel que T0 > T1
Le flux de chaleur par conduction peut donc s’exprimer sous la forme :
= dT / dr, le régime permanent = Cte

∫ ∫

D’où, ( )| ( )

L’expression du flux thermique peut être écrite sous la forme :


( )
(II.22)
( )

La résistance thermique d’une sphère creuse est :


( )
(II.23)

S’exprime en Kelvin/Watt (K/W) ou en (°C/W).


Exercice II.12
Une sphère creuse en aluminium de diamètre 50/60 mm, sa paroi interne maintenue
à la température 70°C. La surface externe étant de 25°C, calculer le flux de chaleur par
conduction à travers la paroi. λal = 232,22 W/m.°C.
Solution
( )
( )
( )
( )

II.5.1. Sphère creuse en contact avec deux fluides

Soit une paroi sphérique baignant dans un fluide ‘’1’’ de température T 1. Un fluide’’0’’ de température
T0 se trouve à l’intérieur. On pose T0> T1.

En régime permanent, le flux thermique s’exprime par :

31
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( )
( ) (II.24)

( )
( )

C’est l’expression de la résistance thermique équivalente.

Remarque

La résistance équivalente Req est la somme de trois termes :

: représente la résistance de convection

interne (Rthcv0).

( )
: représente la résistance de conduction de la paroi sphérique (Rthcd).

: représente la résistance de convection externe (Rthcv1).

Exercice II.13
Un ballon en verre de conductivité thermique (λ= 0,8 W/m.°C) utilisé en laboratoire
contenant une huile chaude est assimilé à une sphère dont les diamètres intérieur et extérieur sont
respectivement 20 cm et 21 cm. L'huile et l'air environnant possèdent des coefficients de convection
respectivement de hh= 15W/m.°C, et ha= 10W/m.°C.
 Calculer le flux de chaleur perdu du ballon afin de garder la température de l'huile constante
à 80°C. On prendra la température ambiante égale à 20°C et en négligera les pertes par le haut
du ballon.
Solution:
( ) ( ) ( )
( )

Avec :

32
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( )

( ) ( )

( )

( ) ( )

II.5.2. Sphère creuse composite

En régime permanent, le flux thermique s’exprime par :

( )
( ) ( ) (II.26)

On en déduit, l’expression de la résistance thermique équivalente :

( ) ( )
(II.27)

Figure II-7 : Transfert de chaleur d’une sphère creuse en contact de deux fluides.

Le circuit thermique équivalent à ce problème est le montage de trois résistances thermiques


en série :

33
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Généralisation

En régime permanent, le flux thermique s’exprime par :

( )
( ) (II.28)

Il en résulte ainsi l’expression de la résistance thermique équivalente :

( )
∑ (II.29)

n: nombre de couches sphériques.

Conductivité thermique relative à la couche i.

II.5.3. Sphère creuse concentrique en contact avec deux fluides

On considère une sphère creuse d’épaisseur e en contact avec deux fluides de températures
constantes Tf1 et Tf2. Entre chacun des fluides et la sphère il s’établit un échange convectif, les
températures respectives de chacune des deux couches de la sphère étant T1 T2 et T3.
On pose T f1 > Tf2.

En régime permanent, le flux thermique s’exprime par :

34
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( )
( ) ( ) (II.30)

( ) ( )
(II.31)

C’est l’expression de la résistance thermique équivalente.


Exercice II.14
Un réservoir sphérique de rayon r1=1.5 m,
contient de l’air liquide. Le réservoir est isolé par
une épaisseur de 0.05 m d'un matériau isolant de
conductivité =0.05 W/(m.K). On peut supposer
que la paroi externe du réservoir reste à
température constante T1=80 K. A la surface de
l'isolant, il y a un échange par convection avec l'air
ambiant à la température T∞=283 K et le
coefficient de convection h est égal à 18 W/(m2.K).

a) En utilisant, le concept des résistances thermiques,


calculer la température T2, à la surface de l'isolant en
contact avec l'air. (On négligera la résistance de contact paroi-isolant).

b) Est-ce que l’épaisseur de l’isolant vous parait suffisante ? Commenter.

Solution

Un réservoir sphérique de rayon r1=1.5 m, contient de l’air liquide. Le réservoir est isolé par
une épaisseur de 0.05 m d'un matériau isolant de conductivité =0.05 W/(m.K). On peut supposer
que la paroi externe du réservoir reste à température constante T1=80 K. A la surface de l'isolant, il
y a échangé par convection avec l'air ambiant à la température =283 K et le coefficient de
convection h est égal à 18 W/(m2.K).

En régime permanent, le flux thermique s’exprime par :

Tel que :
35
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( ) ( )

( )

( ) ( )

( )

À 272.6 K l’eau gèle, il y aura donc condensation de la vapeur d’eau sur la surface du réservoir puis
congélation, le réservoir va devenir un gros glaçon : l’épaisseur est insuffisante !

II.6. Isolation thermique

L’isolation thermique désigne l'ensemble des techniques mises en œuvre pour limiter les
transferts de chaleur entre un milieu chaud et un milieu froid. L'isolation thermique est utilisée dans
nombreux domaines incluant notamment : le bâtiment (maintien d'une température de confort à
l'intérieur des habitations), l'industrie, l'automobile, et le textile.

II.6.1. Épaisseur critique d’un mur composé entre deux fluides

L’épaisseur eA constante et l'épaisseur eB variable, le régime permanent pas de source de chaleur

36
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( )

(II.32)

Figure II-8 : Mur composé entre deux fluides.

Si on augmente eB la résistance augmente

aussi, ainsi que la résistance équivalente Se qui fais diminué le flux de chaleur.

Exercice II.15

On considère un mur en béton, de conductivité


thermique λb et d’épaisseur eb, en contact sur une de ses
faces avec un milieu à la température (intérieur, d’une
pièce d’habitation par exemple) l’autre face étant en
contact avec un milieu à la température (l’extérieur).
Les échanges de chaleur entre le mur et son milieu
environnant se produisent par convection, dus au vent à
l’extérieur et aux mouvements de l’air dans la pièce. On
définit les coefficients d’échange convectifs : hint caractérisant les échanges avec la pièce hext
caractérisant les échanges avec l’extérieur.

Données : T int

= 20°C ; = -5°C ; hint = 5 W/m2.K ; hext = 10 W/m2.K ; λb = 2 W/m.K ; eb = 10 cm.

Questions

a)

- Schématiser le circuit électrique équivalent.


- Déterminer la résistance thermique totale.

- Calculer le flux de chaleur qui traverse le mur (de l’intérieur vers l’extérieur car la pièce est
plus chaude que l’extérieur) pour une surface d’échange A= 1 m2.

37
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

- Calculer la température du mur à l’intérieur de la pièce (Tint)

b) Si on rajoute une couche d’isolant (laine de verre) de conductivité thermique λiso = 0.04
W/m.K et d’épaisseur eiso = 10 cm.

- Schématiser le circuit électrique équivalent.


- Déterminer la résistance thermique totale.

- Calculer le flux de chaleur qui traverse le mur pour une surface d’échange A= 1 m2.

- Calculer la température du mur à l’intérieur de la pièce (Tint*).

Solution

a)

- Le circuit électrique équivalent

- La résistance thermique équivalente

La résistance thermique équivalente d’un ensemble de trois résisteurs branchés en série est

égale à la somme des résistances:

- Le flux de chaleur

En régime permanent, le flux thermique s’exprime par :

( )

38
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

- La température du mur à l’intérieur de la pièce (Tint).

( )

Rq : dans ce cas, même si l’air dans la pièce se trouve à 20°C, la température ressentie par une
personne se trouvant dans la pièce sera beaucoup plus basse, dû aux échanges de chaleur par
rayonnement entre le corps et les murs.

b) on rajoute une couche d’isolant (laine de verre) de conductivité thermique λiso = 0.04
W/m.K et d’épaisseur eiso = 10 cm.

- Le circuit électrique équivalent

- Calcul de la résistance équivalente

- Calcul du flux de chaleur qui traverse le mur pour une surface d’échange A = 1 m2.

( )

39
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

- Calcul de la température du mur à l’intérieur de la pièce :

( )

= ( )

18,24°C

II.6.2. Calorifugeage des cylindres

On pourrait penser qu'il suffit de recouvrir une surface par une couche d'un matériau peu conducteur
pour réduire les pertes thermiques, et que plus l'épaisseur de revêtement est importante, plus les
pertes sont faibles. Ceci est exact pour des surfaces planes, mais ne l'est pas toujours pour des
surfaces courbes.

Considérons un tube cylindrique composite de longueur L et


de rayon r1 et r2. Supposons que de ce tube soit calorifugé
par un calorifuge de rayon extérieur r et de conductivité λ2.
h1 et h2 sont les coefficients de convection avec l’air ambiant et
le fluide chaud intérieur, le régime permanent pas de source de
chaleur

Figure II-9 : Calorifugeage des tubes.

( )

( )

( )

40
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Tel que et

Si on augmente l'épaisseur du calorifuge r :

Pour que flux de chaleur augmente il faut que

On suppose que

( )
( )

( )

( )

Le rayon critique (II.33)

C'est le rayon critique qui donne la valeur max du flux de chaleur Max.

Le calorifugeage peut conduire à une augmentation du flux de perte thermique

Exercice II.16

Une conduite d’eau chaude est constituée par un tube en cuivre de longueur
L=1m, de conductivité thermique λ1 =380 W/ m.°C, de rayon intérieure r1=5mm et de
rayon extérieur r2=1cm. La température de la paroi interne du tube est T1= 80°C, On
réalise, à l’aide d’un matériau isolant (λ2 =0,16 W/ m.°C), une gaine coaxiale de rayon
intérieur r2 et de rayon extérieur r3= 1,5cm. La température de l’air ambiant à l’extérieur est Ta=

41
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

20°C et le coefficient d’échange convectif à la surface extérieur est h= 8


W /m2.°C . On suppose que le régime est stationnaire monodimensionnelle selon la
direction radiale du cylindre.
1) Exprimez puis calculez le flux de chaleur Q perdu par la conduite isolée.
2) Déterminer la valeur de l'épaisseur de l'isolant pour laquelle le flux thermique perdu est
maximal. Calculer ce flux.

Solution
1) Le transfert de chaleur à travers la conduite isolée, peut être représenté par le schéma
électrique suivant:

( ) ( ) ( )

( )

( )

42
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( ) ( )

2) Le flux perdu est maximal pour un rayon d'isolation critique : d’après l’équation (II.33)

( ) ce qui correspond à une

épaisseur de l'isolant

Et un flux maximal

( )

II.6.3. Calorifugeage des Sphère

Pour les mêmes conditions et les mêmes hypothèses simplificatrices on obtient l'équation
suivante

( ) ( )

( )
( ) ( )

( ) ( )

Si on augmente l'épaisseur de la couche isolante r :

43
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Pour que flux de chaleur augmente il faut que

( ) ( )

( ) ( )

( ) ( )
On suppose que ( )

( )

( )

Le rayon pour lequel la résistance est Min c'est : (II.34)

Exercice II.17

Une sphère, de 4 cm de diamètre extérieur, est entourée d’un isolant en caoutchouc dont la
conductivité thermique est de 0,134 kcal/hm°C. On admettra que le coefficient de convection de la
chaleur avec l’air est de 7,44 kcal/hm2°C.

Démontrer qu’il exister un rayon critique d’isolement, pour que le flux de chaleur soit maximal.
Quelle est sa valeur ?

Solution

( )
( ) ( )

Le rayon critique est

44
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

II.7. Equation général de la conduction

L’équation de bilan d'énergie thermique :

+ Chaleur générée= Energie accumulée (II.35)

Avec :

Chaleur générée :

Energie accumulée :

On remplace dans l’équation de bilan :

On divise par on fait tendre les vers 0 et en remarquant que :

On obtient:

45
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

En appliquant la loi de Fourier :

Suivant x

Suivant y ;

Suivant z

On trouve finalement :

( ) ( ) ( )
(II.36)

Cette équation de diffusion de la chaleur peut se simplifier sous certaines conditions:

- si =constante, on sort des dérivées partielles, on divise par , ainsi on fait apparaître le
coefficient qu'on appelle la diffusivité thermique, qui a les mêmes dimensions (m2/s)
qu'un coefficient de diffusion massique et l’équation de diffusion thermique devient:
-

(II.37)

- en régime permanent :
- sans génération de chaleur

II.8. Problèmes des ailettes

Les ailettes sont de bons conducteurs de la chaleur dont une dimension est grande par rapport
aux autres. Elles sont utilisées pour améliorer l’évacuation de la chaleur d’un système solide
confiné dans lequel les densités de flux de chaleur sont élevées.

Figure ‫‏‬II-10 : Exemples de systèmes à ailettes utilisés dans différents secteurs d’applications.

46
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Dans les paragraphes précédents, le transfert de chaleur par conduction dans le solide et le
transfert de chaleur par convection à partir de ses frontières se produisait dans la même direction.
Dans les systèmes avec ailettes, la direction du flux de chaleur convectif est perpendiculaire à la
direction principale du flux de chaleur dans le solide.
Considérons le mur plan de la figure II.11 (a). Le flux de chaleur évacué du mur par convection
s’exprime par la loi de Newton :

( )
Si est fixée, il y a deux possibilités pour augmenter le flux de chaleur évacué:

 Augmenter le coefficient d’échange convectif, h, en augmentant la vitesse de l’écoulement


et/ou diminuer la température du fluide T∞. Dans la plupart des applications, augmenter h au
maximum ne suffit pas pour évacuer le flux de chaleur souhaité et bien souvent le coût est
trop élevé (installation de pompes ou ventilateurs puissants et encombrants). Réduire T∞ est
bien souvent infaisable dans l’installation.

 La deuxième solution est beaucoup plus simple à mettre en œuvre : il s’agit d’augmenter la
surface d’échange, , en utilisant des ailettes s’étendant à partir du solide dans le milieu
environnant (voir figure II.11 (b)). La conductivité thermique du matériau constituant
l’ailette doit être élevée afin de minimiser les gradients de température entre la base et
l’extrémité de l’ailette.

L’augmentation du flux de chaleur sera maximale si l’ailette est à température uniforme à Tp


(conductivité infinie).

47
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Figure ‫‏‬II-11 : Utilisation d’ailettes pour augmenter le flux de chaleur évacué du mur : (a) mur plan, (b) mur
muni d’ailettes.

Il existe plusieurs configurations d’ailettes (voir figure ci-dessous), dont le choix, dans la
pratique, est conditionné par de nombreux critères : l’espace disponible dans le système, le poids, la
facilité de fabrication, les coûts…Il faut également prendre en compte la perturbation de
l’écoulement engendrée par la présence des ailettes (pertes de charge).

Figure ‫‏‬II-12 : Différents types d’ailettes : (a) ailette droite à section constante, (b) ailette droite à section
variable, (c) ailette annulaire, (d) ailette en forme d’aiguille à section variable.

II.8.1. L’équation de la chaleur pour des ailettes à section constante

On cherche à déterminer dans quelle mesure la présence d’ailettes peut améliorer le transfert de
chaleur d’une surface d’un solide vers le fluide environnant. Considérons l’ailette de section

48
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

constante schématisée sur la figure II.13 baignant dans un fluide en mouvement à la température
T∞. Pour quantifier le transfert de chaleur associé à cette ailette nous devons tout d’abord déterminer
la distribution de température le long de l’ailette à partir d’un bilan d’énergie que nous allons établir
en posant les hypothèses suivantes :

- Le régime est permanent : et il n’y a pas de dissipation interne de chaleur (pas de

génération de chaleur : Qg=0).

- La conductivité thermique de l’ailette λ, est constante.

- Le coefficient d’échange convectif, h, est uniforme sur toute la surface de l’ailette.

- On néglige le transfert de chaleur par rayonnement.

- Le problème est monodimensionnel, c’est-à-dire que le flux de chaleur ne se propage que


dans une seule direction (la direction x). On considère ainsi que la température est uniforme
dans une section de l’ailette en x donné, ce qui est généralement assuré par l’utilisation
d’ailettes fines.

Figure ‫‏‬II-13 : Bilan d’énergie sur une tranche d’ailette d’épaisseur dx.

Effectuons un bilan d’énergie sur le système constitué d’une tranche de l’ailette comprise entre x
et x + dx :

49
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

flux de chaleur transmis par conduction en x : ( )

flux de chaleur transmis par conduction en x + dx : ( )

flux évacué par convection à la frontière entre x et x + dx : ( ( ) )

A est l’aire de la section de passage du flux de conduction.


où :
p est le périmètre de l’ailette (périmètre d’échange du flux convectif).

( ) ( ) ( ( ) )

( ) ( ) ( ( ) )

( ( ) ) (II.38)

Posons ( ) ( ( ) ) et . L’équation (II.38) devient :

(II.39)

Pour une ailette rectangulaire d’épaisseur e et de largeur l : S = le et p = (e2 + l).


Pour une ailette cylindrique de rayon r : S =2π r2 p = 2πr .

L’équation différentielle (II.39), d’ordre 2 linéaire et homogène à coefficients constants, admet une
solution générale de la forme :

( ) (II.40)

Les constantes C1 et C2 sont déterminées à partir des conditions aux limites à la base et l’extrémité
de l’ailette.

CF1 : à la base de l’ailette ( ) ( )

CF2 : à l’extrémité de l’ailette (x = L) : plusieurs cas peuvent être considérés :

50
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

a) x = L, la température est connue ( ) ( ( ) ) ( ( ) )

b) x = L, le flux de chaleur est négligeable ( )

c) à x = L, la température est égale à la température de l’air ailette suffisamment longue


.

d) x = L, il y a échangé par convection ( ) ( ( ) )

Si on choisit la condition b), on peut donc écrire les deux équations que doivent vérifier les deux
constantes d'intégration:

CF1 : et CF2 : ( ) ( ) car ( ) ( ( ) )

( ) ( )

et

( ) ( ) ( ) ( )

En utilisant la définition du cosinus hyperbolique , on obtient :

( ) ( )
( ) ( )
( )

( )
(II.41)

L'énergie évacuée par l'ailette peut se calculer de deux manières:

a) c'est la somme de toute la chaleur qui sort à la surface

51
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

∬ ( )

b) un bilan macroscopique sur toute l'ailette donne . Ce qui sort vient


d'être calculé en a). La chaleur qui entre dans l'ailette à x=0 est donnée par le

flux de conduction ( ) ( )

En utilisant le profil de température précédent, la quantité totale de chaleur évacuée par


l'ailette est donnée par:

( )

( ) ( )
( ) ( ) ( ) ( )

( ) ( )

On a √

Posons √ (II.42)

Il est important de mentionner que l'utilisation d'une autre condition frontière à x=L,
conduira à l'obtention d'une autre expression du profil de température.
Pour une ailette on définit l'efficacité, , (effectiveness en anglais) comme le
rapport entre l'énergie réellement évacuée par l'ailette et l'énergie qui serait évacuée si
il n'y avait pas d'ailette. L'installation d'une ailette est intéressante si l'efficacité est au
moins supérieure à 2. (Attention A=Aéch section à la base de la paroi).

(II.43)
( )

52
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Le rendement, , d'une ailette (en anglais, efficiency) se définit comme le rapport entre l'énergie
réellement évacuée par l'ailette et l'énergie qui serait évacuée si l'ailette était faite d'un matériau
infiniment conducteur (la température serait Tb partout dans l'ailette)

( )

Pour les conditions frontières utilisées précédemment,


( )

(II.44)

Le rendement est un nombre inférieur ou égal à 1.

On trouvera sur les figures suivantes les variations des rendements de différentes ailettes en
fonction des variables géométriques pertinentes.

53
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Figure ‫‏‬II-14 : Rendements de différentes ailettes en fonction des variables géométriques pertinentes.

54
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

Exercice II.18

Prenons une cuillère en acier inoxydable (λ= 15


W/m.°C), partiellement immergé dans l'eau bouillante à
93°C dans une cuisine à 24°C. Le manche de la cuillère
est une section de 0,2cm*1,3cm, et s'étend dans l'air de
18cm de la surface libre de l'eau. Si le coefficient de
transfert de chaleur à la surface de la cuillère exposée à
l’air est h=17 W/m2.°C, déterminer la différence de
température à la surface du manche de la cuillère.

Indiquez vos hypothèses.

Solution

Hypothèses : 1 La température de la partie immergée de la cuillère est égale à la température de


l'eau. 2 La température de la cuillère varie le long de la cuillère T (x). 3 Le transfert de chaleur à
partir de l'extrémité de la cuillère est négligeable. 4 Le coefficient de transfert de chaleur est
constant et uniforme sur toute la surface de la cuillère. 5 Les propriétés thermiques de la cuillère
sont constantes. 6 Le transfert de chaleur par rayonnement et supposé négligeable

Notant que la section transversale de la cuillère est constante et x a pour origine la surface libre de
l'eau. La variation de température le long de la cuillère peut être exprimée comme :

( )
D’après l’équation (II.41):

( ) ( )


( )

55
CHAPITRE II CONDUCTION UNIDIRECTIONNELLE EN REGIME PERMANENT

( )( )

√ √

La température de la pointe de la cuillère est déterminée par :

( ) ( )
( ) ( )
( )

( )

( )

Par conséquent, la différence de température dans l'ensemble de la poignée de la cuillère exposée


est :

( ) ( )

56
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

CHAPITRE .III

TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION


SANS CHANGEMENT D’ETAT

III.1. Définitions

Les transferts de chaleur qui s’effectuent simultanément avec des transferts de masse sont dits
transferts de chaleur par convection. Ce mode d’échange de chaleur existe au sein des milieux
fluides dans lesquels il est généralement prépondérant.

III.1.1. Convection naturelle et forcée

Selon la nature du mécanisme qui provoque le mouvement du fluide on distingue :


- Convection libre ou naturelle : le fluide est mis en mouvement sous le seul effet des
différences de masse volumique résultant des différences de températures sur les frontières et d’un
champ de forces extérieures (la pesanteur).
- Convection forcée : le mouvement du fluide est induit par une cause indépendante des
différences de température (pompe, ventilateur,...).
L’étude du transfert de chaleur par convection permet de déterminer les échanges de chaleur
se produisant entre un fluide et une paroi.

Figure ‫‏‬III-1 : Deux modes de transfert de chaleur par convection.

57
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

III.1.2. Régime d’écoulement

Régime d’écoulement : Compte tenu du lien entre le transfert de masse et le transfert de


chaleur, il est nécessaire de prendre en compte le régime d’écoulement. Considérons à titre
d’exemple l’écoulement d’un fluide dans une conduite :

- En régime laminaire, l’écoulement s’effectue par couches pratiquement indépendantes.

Figure ‫‏‬III-2 : Schématisation d’un écoulement laminaire.

Entre deux filets fluides adjacents les échanges de chaleur s’effectuent donc :

- Par conduction uniquement si l’on considère une direction normale aux filets fluides.

- Par convection et conduction (négligeable) si l’on considère une direction non normale aux filets
fluides.

- En régime turbulent, l’écoulement n’est pas unidirectionnel :

Figure ‫‏‬III-3 : Schématisation d’un écoulement turbulente.

58
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

L’échange de chaleur dans la zone turbulente s’effectue par convection et conduction dans toutes
les directions. On vérifie que la conduction moléculaire est généralement négligeable par rapport à
la convection et à la « diffusion turbulente » (mélange du fluide dû à l’agitation turbulente) en
dehors de la sous-couche laminaire.

 Couche limite

Les mesures de vitesses dans les écoulements (laminaire ou turbulent) réalisées proche de la
paroi ont permis de dévoiler des zones connues sous le nom de couches limites et dans lesquelles
les variations de vitesse, température et concentration sont localisées (figure III-4). La quantité de
chaleur transmise par convection entre une paroi solide de surface A ayant une température Tp et un
fluide en écoulement ayant une température T1 (Tp > T1) est donnée par :

Figure ‫‏‬III-4 : Couche limite.

III.2. Expression du flux de chaleur en convection

Quelle que soit le type de convection, (libre ou forcée), et quelle que soit, le régime
d’écoulement du fluide (laminaire ou turbulent), le flux de chaleur Q est donné par la relation dite
loi de Newton:

Q= h A (Ts- ) (III.1)

Où :
Q est exprimé en watts (W) ;

59
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

h : coefficient d’échange thermique, (W/m2.K).


Le problème majeur à résoudre avant le calcul du flux de chaleur consiste à déterminer le
coefficient de transfert de chaleur par convection h qui dépend d’un nombre important de
paramètres : caractéristiques du fluide, de l’écoulement, de la température, de la forme de la
surface d’échange,...

III.3. Nombres adimensionnels

a) Nombre de Reynolds : Le régime d’écoulement d’un fluide peut être laminaire ou


turbulent. Le passage d’un régime à un autre est caractérisé par le nombre de Reynolds.
L’expérience montre que pour Re inférieur à une valeur critique (Re c=2200 pour les
écoulements dans des tubes, et Rec=3.105 pour les écoulements sur des parois planes)
l’écoulement dans une conduite est toujours laminaire.

Le nombre de Reynolds : (III.2)

( ⁄)

̇
(III.3)

viscosité dynamique ( ⁄ ) ( );

: masse volumique du fluide, en (kg/m3) ;

: longueur de référence caractéristique (m).

– pour un écoulement parallèle à une plaque plane ; = L (‫‏‬III-5 a)

– pour un écoulement externe perpendiculaire à une conduite horizontale de diamètre d ; =d

(‫‏‬III-6 b).

– pour un écoulement interne dans une conduite de diamètre d ; = dh = 4A/ Pmp = d (‫‏‬III-7 c)
– pour un écoulement dans un espace annulaire d’épaisseur e ; = dh = 4A/Pmp = 2e (‫‏‬III-8 d)).

b) Nombre de Prandtl

60
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

( )

( )
( )
c) Nombre de Nusselt

( )

d) Nombre de Rayleigh

( )

Avec :

ρ : masse volumique du fluide, en (kg/m3),


g : force de gravité, en (m/s2),
: coefficient d'expansion thermique, en (K−1),

ΔT : ∆T = TP - est l’écart de température paroi-fluide en (K),


α : diffusivité thermique, en (m2/s),
: viscosité dynamique du fluide, en (Pa s)= kg/m.s

e)

( )

III.4. Notion de température moyenne du fluide

Les propriétés physiques du fluide (viscosité, conductivité, chaleur massique, etc.) sont
généralement calculées à la température moyenne du fluide :
– elle peut correspondre à la température prise par le fluide sur la surface intérieure en contact
avec l’écoulement. Elle est appelée, dans ce cas, la température de film ou de surface Tf (voir fig. ‫‏‬III-9
a) :

( ) ( )

61
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

Figure ‫‏‬III-10 : Température moyenne du fluide.

62
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

- pour les écoulements internes en conduites (‫‏‬III-11 b), la température moyenne peut être associée à
là la température du mélange .

( ) ( )

– est la température de la plaque (surface) sur laquelle le fluide s’écoule


– est la température du fluide

– et sont les températures d’entrée et de sortie du fluide.

III.5. Régime de convection mixte

Dans certains cas, le phénomène de convection naturelle pourra se superposer à celui de la


convection forcée. La comparaison des nombres de Reynolds et de Grashof permettra de déterminer
le régime dans lequel le système se trouve:

( )

III.6. Convection naturelle

En convection libre, le mouvement résulte de l’existence d’un gradient de température dans le


fluide entre les deux faces de la couche, un gradient de masse volumique s'installe.
Expérimentalement, on observe que le fluide se met en mouvement spontanément si la différence de
température est suffisante. Le seuil à partir duquel la convection se produit est déterminé par une
valeur critique d'un nombre de Rayleigh:

En convection naturelle un tel échange se calcule par une corrélation expérimentale de type
Rayleigh

Nu C(RaL)n = C( )n ( )

63
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

L’exposant n prend les valeurs :


n=1/4 en écoulement laminaire
n=1/3 en écoulement turbulente
Constante C de l’expression de nombre de Nusselt en convection naturelle
où C et n dépendent des caractéristiques du fluide, de la géométrie et du régime d'écoulement.
Les propriétés du fluide en écoulement pour le nombre de Rayleigh sont déterminées pour la valeur moyenne
de température :

( )

Quelques valeurs de la constante C en différentes configuration sont rapportées dans le tableau


suivant :

Tableau ‫‏‬III-1 : Constante C de l’expression de nombre de Nusselt en convection naturelle.

Géométrie, Dimension C en convection laminaire C en convection


Orientation caractéristique turbulente
L
0,59 0,10
Plaque verticale Hauteur

Plaque Horizontale 0,27 0,54


Largeur
chauffant vers le bas
Plaque Horizontale 0,54 0,15
Largeur
chauffant vers le haut
C=1,02 et n=0,148 pour
Cylindrique Diamètre 0,135
horizontal extérieur 0,54

Donc le calcul d’un flux de chaleur transmis par convection naturelle s’effectue donc de la
manière suivante :
1. Calcul des nombres adimensionnels de Grashof et de Prandtl ;
2. Suivant la valeur de Gr et la configuration → choix de la corrélation ;

3. Calcul de Nu par application de cette corrélation ;

64
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

4. Calcul de .

Exercice III.1 (Flux échangé entre un mur et de l’air en convection naturelle)


Le mur d’un bâtiment a 6m de hait et 10 m de long. Sous l’échauffent dû au soleil, sa
température extérieure atteint Tm = 40°C. La température ambiante extérieure est T air = 20°C. On
donne les propriétés physiques suivantes de l’air, à la température de 30°C :
Masse volumique : ρ=1,149 (kg/m3)

Conductivité thermique : ( )

Viscosité dynamique = 18,4 10-6 Pa .s


Capacité thermique massique CPair = 1006 (J/Kg K)
Calculer le flux de chaleur échangé par convection entre le mur et l’air ?
Solution
En convection naturelle un tel échange se calcule par une corrélation expérimentale de type
Rayleigh Nu =C(RaL)n = C( )n

Le nombre de Grashof est :

Avec

On obtient :

( ) ( )
( )

Le nombre de Prndtl est :

65
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

On calcule alors le produit qui determiner le régime de convection naturelle


(laminaire ou turbulent), la valeur critique étant de est :

On est donc en régime de convection naturelle turbulente et on utilise les coefficients C=0 ,10
Et n=1/3 dans la corrélation précédente.
On en déduit la valreur du nombre de Nusselt :

( ) ( )

Ainsi, le coefficient d’échange convectif est :

Donc le flux de chaleur échangé sur toute la surface A est :

( ) ( )

III.7. Convection forcée

La convection forcée apparaît lorsque l'écoulement est engendré par des moyens externes
comme un ventilateur ou les vents atmosphériques.

L’application de l’analyse dimensionnelle montre que la relation liant le


flux de chaleur transféré par convection aux variables dont il dépend peut être recherchée sous
la forme d’une relation entre trois nombres adimensionnels :

Nu f (Re, Pr).

Pour la convection forcée, les principales corrélations sont données dans le tableau II.2. Les
propriétés du fluide sont calculées à une température moyenne dite température de film.

66
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

Tableau ‫‏‬III-2 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection forcée.

Géométrie Corrélation

Ecoulement sur un Ecoulement laminaire : ⁄

plan

Ecoulement turbulent :

Ecoulement dans un ⁄

Ecoulement laminaire : ( ) ( ) ( )
tube

Ecoulement turbulent :

est calculé pour où

Ecoulement ⁄
où la vitesse du fluide est calculée en amont du tube
perpendiculaire à
un cylindre Re c n
circulaire
0,4 – 4 0,989 0,330

4 – 40 0,911 0,385

40 – 4000 0,683 0,466

4000 – 40000 0,193 0,618

40000 – 2500 0,0266 0,805

Le calcul d’un flux de chaleur transmis par convection forcée s’effectue donc de la manière
suivante :

1. Calcul le nombre de Reynolds par la formule : et le comparer à Rec ;

Si Re < Rec le régime est dit laminaire,


Re > Rec le régime est dit turbulent ;

2. Calcul le nombre de Prandtl ;

67
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

3. Suivant la valeur de Re et Pr et selon le type de convection (naturelle ou forcée)→ choix de


la corrélation pour calculer le nombre de Nusselt.

4. Calcul de Nu par application de cette formule ;

5. Calcul le coefficient hc par la formule

6. Calcul par la formule de Newton

Exercice III.2
Une plaque mince d'une longueur de 3m et d'une largeur de 1,5m est
sous l'effet d'un écoulement d'air à la vitesse de 2,0m/s et de température de
20°C, dans la direction longitudinale. La température de la paroi est de 84°C.
Il est demandé de calculer:
- Le coefficient d'échange de la chaleur par convection suivant la
longueur (pour Pr=0,71);
- Le flux de chaleur transmis par la plaque à l'air (cette dernière possède deux parois,
inférieure et supérieure).
Les caracteristiques de l'air à 20°C sont:
ρ=1,175 kg/m3, μ =1,8.10-5 kg/m.s, λ =0,026 W/m.° K et Cp=1006 J/kg.°K.

Solution

1. Le coefficient d’echange de chaleur par convection h :

La nature de l’écoulement :

68
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

( ) ( )

2. Le flux de chaleur transmis par la plaque (cette dernière possède deux parois inférieure et
supérieure) à l’air est donné par :
( )

( ) ( )

Exercice III.3

Dans un tube 50/60 (mm) circule de l’eau chauffée. Calculer le coefficient de transfert thermique
entre le fluide et la paroi interne. On donne :

̇ .

ρ=103kg/m3, μ =10-3 Pa.s, λ =0,526 kcal/h.m.° C et Cp=1kcal/kg.°C.

Solution

La nature de l’écoulement : tel que

̇ ̇ ̇
̇

69
CHAPITRE III TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION SANS CHANGEMENT D’ETAT

( ) ( )

70
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

CHAPITRE .IV

TRANSFERT DE CHALEUR PAR


RAYONNEMENT

IV.1. Introduction

Tous les corps solides, liquides ou gazeux émettent un rayonnement de nature


électromagnétique. Cette émission d’énergie représente un flux de chaleur émis par le corps
considéré. Ce rayonnement est composé de radiations de longueurs d’ondes différentes (0.1 µm
à 100 µm). On notera par ailleurs que le rayonnement est perçu par l’homme :

- Par l’œil : pour 0,38µm < λ < 0,78µm rayonnement visible.


- Par la peau : pour 0,78 µm < λ < 314 µm rayonnement IR.

Figure ‫‏‬IV-1 : Spectre des ondes électromagnétiques.

71
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

Le rayonnement électromagnétique est composé d’ondes se propageant à la vitesse de la


lumière (c=3x108 m/s dans le vide). On peut les distinguer par leur longueur d’onde λ ou
leur fréquence ν, reliées par ν = c/ λ.

IV.2. Mesures quantitatives

Le flux d’énergie total Q émis par une


source de rayonnement ou reçu par un objet est
homogène à une puissance (énergie divisée par
temps) et s’exprime en watts. En divisant par la
surface de la source, on obtient l’émittance M (pour
une source) ou l’éclairement E (pour un récepteur), qui s’expriment en W/m2.
Toujours dans le cas d'une source étendue, l'émittance M est le flux émis par unité de
surface dans tout le demi-espace supérieur. C'est une grandeur hémisphérique.
On rencontre aussi les termes d’irradiance ou de densité de flux. L’énergie transférée ou
émise cette fois dans une direction spécifique, par unité de surface perpendiculaire à cette direction
et de temps, est appelée la luminance énergétique ou radiance L. Ses unité sont le W/ m2.Sr -1, où
le stéradian sr est l’unité d’angle solide.
Si l’on considère un élément de surface dA émettant vers un élément de surface dA’, on
aura :
Luminance monochromatique

Luminance totale

est

72
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

l’angle solide sous lequel on voit, de S, la surface dA’ et langle entre la normale à dA et la
droite joignant les deux surfaces.
Toujours dans le cas d’une source étendue, l’émittance M est le flux émis par unité de surface dans
tout le demi-espace supérieur. C’est une grandeur hémisphérique.

Emittance monochromatique ( )

Emittance totale ( )

IV.2.1. Absorption, réflexion et transmission

Le rayonnement incident sur une surface peut être absorbé, transmis ou réfléchi en
différentes proportions. Les contributions des trois phénomènes à une longueur d’onde donnée sont
données par des coefficients spectraux d’absorption , de transmission , et de et de réflexion
caractéristiques de la surface. En plus de la longueur d’onde, ces coefficients dépendent parfois
de la direction du rayonnement incident.
Le flux arrivant sur un corps peut être réfléchi, absorbé ou transmis par celui-ci, définissant
les trois coefficients suivants :
- coefficient de réflexion = flux réfléchi/flux incident
- coefficient d'absorption = flux absorbé / flux incident
- coefficient de transmission = flux transmis / flux incident

La conservation du flux d’énergie s’écrit :

( )

Ces coefficients peuvent dépendre de la longueur d'onde λet de la direction du rayonnement


incident.

IV.2.2. Loi de Lambert

On dit qu'une source vérifie la loi de Lambert (ou qu'elle est à émission diffuse) si sa
luminance ne dépend pas de la direction d'émission. La plupart des corps émissifs vérifient cette
propriété. On peut ainsi s'affranchir de l'utilisation de coefficients directionnels.
On obtient alors une relation simple entre la luminance et l'émittance (par intégration sur la
direction)

73
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

( )

IV.3. Corps noir

Le corps noir est un corps émissif idéal pour lequel  = 1 quel que soit .
C'est donc l'absorbeur parfait. Si le corps noir est à une température d'équilibre T, la puissance qu'il
absorbe est égale à la puissance qu'il émet. Le corps noir est donc également un émetteur parfait,
c’est-à-dire qu’il réémet toute la puissance qu’il reçoit. Attention : les longueurs d’onde du
rayonnement reçu et du rayonnement émis ne sont pas forcément les mêmes ; un corps éclairé par le
soleil (donc dans le visible) réémet à température ambiante (donc dans l’infrarouge).

Il s'agit d'un corps purement fictif permettant d'obtenir les lois de base du rayonnement
thermique. En thermodynamique classique, l'équivalent est le gaz parfait que l'on étudie en premier
lieu avant d'étudier les gaz réels.

IV.3.1. Loi de Stefan-Boltzmann (Emittance totale du corps noir)

Cette loi donne la valeur de l’intégrale sur les longueurs d’ondes de la courbe du corps noir.
Elle est en général exprimée en termes d’émittance totale :

( )

Avec . L’énergie totale émise par un corps noir


dépend donc seulement de sa température.

IV.3.2. Loi de Planck

 Emittance monochromatique du corps noir dépend seulement de la longueur


d'onde ( ) et de la température (T). Elle est donnée par la loi de Planck :

( )
( )

Avec

74
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

La loi de Planck permet de tracer les courbes isothermes représentant les variations de
en fonction de la longueur d’onde pour diverses températures :

Figure ‫‏‬IV-2 : Emittance monochromatique d’un corps noir à deux températures différentes.

 Emittance totale
L’intégration de la formule de Planck pour toutes les longueurs d’onde donne l’émittance totale Mo T du corps noir qui
n’est plus fonction que de la température T , on obtient la loi de Stefan-Boltzmann :

( )

Dans les calculs on ecrira souvent :

( ) ( )

IV.3.3. Loi de Wien

IV.3.3.1. Première loi de Wien

La première loi de Wien permet d'exprimer ou d'évaluer les longueurs d'ondes


correspondantes l'émittance monochromatique maximale (pour laquelle le rayonnement est
maximal) en fonction de la température. Pour sa dérivation, il suffit d'annuler la dérivée de
l'émittance:

75
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

T=A ( )

Tel que : A est constante = 2898µmK.

Cette loi est fondamentale pour comprendre un certain nombre de phénomènes faisant appel au
rayonnement comme, par exemple, l'effet de serre.

IV.3.3.2. Deuxième loi de Wien

Cette loi exprime la valeur de l'émittance monochromatique maximale, il suffit qu'on remplace
( ) par sa valeur dans la loi de Planck pour obtenir:

( )

Avec, B=1,287.10-5W.m-3.K-5 et T en Kelvin.

IV.4. Corps réels

IV.4.1. Emissivité

 L’émissivité spectrale  est définie comme le rapport de la luminance du corps


considéré à la luminance du corps noir ayant la même température :

( )
( )
( )

L'émissivité est toujours inférieure à 1.

 L'émissivité totale est définie de même par

∫ ( )

L’approximation la plus simple (mais aussi la plus grossière) est de considérer que
l’émissivité est indépendante de la longueur d'onde et de la direction d’émission. On dit alors que le
corps considéré est un corps gris à émission diffuse.
Les propriétés énergétiques (luminance, émittance) d'un corps réel se déduiront simplement de
celles du corps noir ayant la même température par simple multiplication par l'émissivité.
• Pour ce qui est du rayonnement, on doit toujours considérer un corps comme étant à la fois

76
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

émetteur (du fait qu'il est à une température T différente de 0) et récepteur (vis-à-vis du
rayonnement émis par les autres corps).

IV.4.2. Loi de Kirchhoff

(Relation entre absorption et émission)

La loi de Kirchhoff montre que :

( )

Cette relation se simplifie dans le cas de corps gris à émission diffuse pour lesquels on a 
quel que soit la longueur d’onde.

• Les propriétés d'un corps réel, assimilé à un corps gris à émission diffuse, seront donc définies
par son émissivité et son coefficient de réflexion s'il s'agit d'un corps opaque avec
et .

- L'émittance monochromatique de tout corps est égale au produit de son pouvoir absorbant
monochromatique( ) par l'emittance monochromatique du corps noir à la même
température:

-
( ) ( )

Tel que; est l'emittance monochromatique du corps noir.

- L'émittance totale ( ) d'un corps gris à la température (T) est égale au produit de son
pouvoir absorbant ( ) par l'émittance totale ( ) du corps noir à la même température
(T).

( )

Exercice IV.1

Le flux solaire qui atteint l’atmosphère terrestre a une valeur moyenne de =1353 W/m2.
Les diamètres du soleil et de la terre sont respectivement de DS=1.39 109m et de DT =1.27 107m et

77
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

la distance des centres de la terre et du soleil est LTS=1.5 1011m.

a) quelle est l’émittance totale du soleil ?

b) en supposant la surface du soleil comme un corps noir, quelle est sa température ?

c) à quelle longueur d’onde l’émittance spectrale du soleil est-elle maximale ?

d) en supposant que la surface de la terre est un corps noir dont la seule source d’énergie est
celle du soleil, estimer la température moyenne de la surface de la terre.

e) En fait, approximativement 30% du rayonnement solaire est réfléchi par la terre (albedo);
recalculer dans ces conditions la température moyenne de la surface de la terre et
commenter.

Solution

a) L’atmosphère terrestre se trouve à une distance du soleil

Considérons une calotte sphérique de rayon LTS centrée sur le soleil. La surface de cette calotte
sphérique est l’énergie totale émise par le soleil passe au travers de cette surface
et elle vaut donc:

( )

Toute cette énergie est émise par la surface du soleil dont l’émittance totale est donnée par :


( )

b) En utilisant la loi de Stefan-Boltzman:

√ ,

c) Avec la loi de Wien T=2898µmK, on trouve donc :


78
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

d) Le flux solaire =1353 W/m2 est celui qui traverse la calotte sphérique de rayon
définit en (a).La projection de la terre sur cette calotte sphérique est égale à la section de
la terre

Alors que la surface de la terre vaut :

( )

Le bilan d’énergie s’écrit donc :

⁄ ⁄
( ) ( )

( )

e) uniquement 70% de l’énergie solaire est disponible


( ) ( )

Commentaire : La température moyenne de la terre est en fait de 15oC à cause des gaz à effets de
serre (H2O, CO2, N2O, CH4, O3) qui absorbent en partie le rayonnement émis par la terre.

Exercice IV.2

Un gaz s’écoule dans une conduite dont les parois sont à la température de 250 °C. Un

79
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

thermocouple placé dans l’écoulement au centre de la conduite indique une valeur de 150 °C.
Sachant que le coefficient de transfert de chaleur à la surface du thermocouple avec le gaz vaut
h=100 W/m2. °C et que l’émissivité de sa surface est =0.45, calculer la température du gaz. (on
supposera le thermocouple parfaitement isolé et le régime permanent).

Solution

Le bilan donne sur le thermocouple s’écrit :

Il y a apport d’énergie par radiation et perte par convection :

( ) ( )

( ) ( )

( )

Il faut convertir les °C en K :

( ) ( )

Commentaire : Le rayonnement perturbe significativement la mesure de la température du gaz.


L’installation d’un écran (pour éviter les échanges avec la paroi) serait appropriée.

Exercice IV.3

Calculer l'émittance monochromatique d'un filament de tungstène à la température de 1403K


et à la longueur d'onde où elle est maximale et à ( =4,5 µm). On assumera que le rayonnement
se réalise dans le vide.

Solution
D'après la première loi de Wien:

80
CHAPITRE IV TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT

T=2898µmK
= 2898 /T = 2898/1403 = 2,065µm
D'après la deuxième loi de Wien:
( )

Pour ( =4,5 µm), on applique la loi de Planck:

( )

Avec

( )
( ) ( )

81
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[1] Ana-Maria Bianchi, Yves Fautrelle, Jacqueline Étay, Transferts thermiques, Presses

Polytechniques Romandes.

[2] Hans D. Baehr and Karl Stephan, Heat and. Mass Transfer, springer, verlage, 1996

[3] Frank Kreith, Raj M. Manglik et Mark S. Bohn, Principles of Heat Transfer, Seventh

edition

[4] Incropera et Dewitt, Introduction to Heat Transfer, 2 Ed.,., J. Wiley 1990

[5] J. Crabol, Transfert de chaleur, T1, T2, T3,Edition Masson, Paris, 1992

[6] Coulson, Richardson et Sinnott, Chemical Engineering vol 6, An

Introduction to Chemical Engineering Design.. Ed. Pergamon 1983

[7] Mustapha Bordjane, Modes de transfert thermique Université Mohamed,

Boudiaf Oran, 2017

[8] Bird, Stewart and Lighfoot, Transport Phenomema, J. Wiley, 1960

[9] Bernard P.A. Grandjean, Cours de transfert de chaleur (Notes de cours) (exercices

corrigés) 2013, http://www.grandjean-bpa.com/therm/

[10] Bejan, Heat Transfer, J. Wiley 1993

[11] Philippe Marty, COURS DE TRANSFERTS THERMIQUES, Conduction et rayonnement,

Université Joseph Fourier, Grenoble,2012-2013

[12] Sophie Mergui, TRANSFERTS THERMIQUES, Université SORBONNE.

[13] . J. Krabol, Transfert de chaleur, Masson, 1990.

[14] JOHN H. LIENHARD IV et JOHN H. LIENHARD, A Heat Transfer Textbook, Third

Edition, Cambridge Massachusetts, U.S.A

[15] Martin Becker, Heat transfer: a modern approach, Plenum, 1986.

[16] Jack Philip Holman, Heat Transfer, Tenth edition, McGraw-Hill Companies, 2010
[17] Incorpera, Dewwitt, Bergmann, Lavine, Fundamentals of heat and mass transfer, 6th

edition Ed. Wiley (2010).

[18] Donald Pitts et Leighton Sissom, Heat transfer,Schaum’s outline series, Second edition,

McGraw-Hill, 1998
ANNEXE

Semestre 5
Unité d’enseignement : UEF 3.1.1
Matière1: Transfert de Chaleur
VHS: 45h00 (Cours: 1h30, TD: 1h30)
Crédits : 4
Coefficient : 2

Objectifs de l’enseignement:
-Etude des différents modes de transfert : conduction, convection et rayonnement.
-Applications des lois régissant ces différents types de transfert.
Connaissances préalables recommandées:
Thermodynamique, Equations différentielles.
Contenu de la matière:
Chapitre 1 : Introduction générale aux différents modes de transfert de chaleur (1 semaines)
Chapitre 2 : (6 semaines)
Transfert de chaleur par conduction : Loi de Fourier Cas : mur simple, murs composites, couche
cylindrique, couches cylindriques composites (analogie électrique, résistance globale) ; Calorifugeage
des couches cylindriques (épaisseur critique d’isolant) ; Calorifugeage des couches sphériques.
équation générale de la conduction, problèmes des ailettes.
Chapitre 3 : (5 semaines)
Transfert de chaleur par convection : Définitions ; Expression du flux de chaleur (loi de Newton)
;coefficient de transfert de chaleur par convection, , analyse dimensionnelle, corrélations
empiriques(convection naturelle et forcée), Calcul du flux de chaleur en convection naturelle ; Calcul
du flux de chaleur en convection forcée.
Chapitre 4 : (3 semaines)
Transfert de chaleur par rayonnement : Lois du rayonnement ;Loi de Lambert ;Loi de Kirchhoff ;
Rayonnement des corps noirs ; Rayonnement des corps non noirs ; Rayonnement réciproque de
plusieurs surfaces (échange de chaleur par rayonnement entre surfaces noires et grises).
Mode d’évaluation : Contrôle continu: 40% ; Examen: 60%.
Références bibliographiques:
1. J. Krabol, « Transfert de chaleur », Masson, 1990.
2. Martin Becker, “Heat transfer: a modern approach”. Plenum, 1986.
3. J.F. Sacadura, « Initiation au transfert thermique », TEC-DOC, 1980.
4. Pierre Wuithier, « Le pétrole, raffinage et génie chimique ».
5. Y. Jannot, cours de transfert thermique, 2ème édition, école des mines Nancy.
6. Incorpera, Dewwitt, Bergmann, Lavine, « Fundamentals of heat and mass transfer » , 6th edition Ed. Wiley
(2010)