Vous êtes sur la page 1sur 2

BOUYEURE, BAUDOUIN, KALANTARIAN, DAUMAS, CHAMARD

Société Civile Professionnelle d’Avocats à la Cour

Jean-Robert BOUYEURE
Docteur en Droit
Avocat Honoraire
Monsieur Nicolas SARKOZY
Président de la Répubique
Patrick BAUDOUIN
D.E.S. Droit Public
Palais de l’Elysée
D.E.S. Droit Privé 55 rue du Faubourg Saint Honoré
Diplômé de l’Institut
d’Etudes Politiques de Paris
75008 PARIS
e-mail :
patrick.baudouin-avocat@wanadoo.fr

fr.fr.fr.fr Paris, le 11 mai 2011


Elisabeth KALANTARIAN
D.E.S. Droit des Affaires
e-mail :
elisabeth.kalantarian@wanadoo.fr
AFF. : MOINES DE TIBEHIRINE – Lettre ouverte au Président de la République
Catherine DAUMAS N/REF. : PB/AMB -  Secrétariat : 01 45 55 06 25
D.E.A. Droit Privé
D.E.A. Droit des Affaires
e-mail : Monsieur le Président,
catherine.daumas@wanadoo.fr

Conseil des parties civiles dans la procédure d’instruction ouverte au


Jérôme CHAMARD mois de février 2004 sur l’enlèvement, la séquestration et l’assassinat des
D.E.A. Droit des Affaires
e-mail : sept moines français de TIBEHIRINE, je m’adresse solennellement au
jchamard-avocat@orange.fr Président de la République française pour que la légitime recherche de la
Avocats Associés vérité ne soit pas entravée par la raison d’Etat sous couvert d’une
______________________________ utilisation abusive de la notion de secret défense.
Anne ALFANDARI
D.E.A. Droit International Privé A la suite de révélations faites par le Général BUCHWALTER, ancien
et du Commerce International
attaché militaire de l’Ambassade de France à Alger, sur une possible
Valérie BENSAHEL implication des militaires algériens dans la mort des moines, vous avez
D.E.A. Droit International Privé
et du Commerce International en juillet 2009 assuré que serait « naturellement » levé le secret défense
D.E.S.S. Droit Immobilier sur tous les documents relatifs à l’assassinat des sept moines, en
et de la Construction
soulignant qu’il n’y avait « aucune autre façon de faire la vérité ».
Sophie TOURAILLE
D.E.S.S. Droit Immobilier
et de la Construction Vous avez ajouté, de manière tout aussi ferme que pertinente, que « les
Avocats à la Cour
relations entre les grands pays s’établissent sur la vérité, et non pas sur
______________________________ le mensonge », et qu’il « faut faire la lumière, il n’y a rien à cacher ».
Clémence BECTARTE
D.E.S.S. Droits de l’Homme Le magistrat instructeur, Monsieur TREVIDIC, a effectivement obtenu à
et Droit Humanitaire l’automne 2009 la déclassification d’un certain nombre de documents en
Diplômée de l’Institut
d’Etudes Politiques de Paris provenance des Ministères de l’Intérieur, de la Défense Nationale et des
Téléphone : 01 40 62 99 60 Affaires Etrangères.
Télécopie : 01 40 62 94 70
e-mail :
clemencebectarte@orange.fr Mais il est rapidement apparu qu’un tri sélectif avait été opéré, et les
Avocat à la Cour auditions et investigations postérieurement poursuivies ont démontré que
______________________________ de nombreuses autres pièces, sans doute essentielles, émanant notamment
N° SIRET : 326 686 508 00010 de la DGSE, de la DST (devenue DCRI), et du poste de l’Ambassade de
N° TVA : FR54326686508 France à Alger, n’avaient pas été communiquées au juge d’instruction.
La référence du dossier est indispensable …/
19 avenue Rapp – 75007 PARIS
Tél. 01 45 55 86 37 – Fax. 01 45 55 88 72 – Toque P. 56
www.bouyeure-baudouin-avocat.fr

Membres d’une association agréée, le règlement des honoraires par chèque est accepté.
2

Le magistrat a présenté le 18 octobre 2010 une seconde requête en


déclassification, qui n’a donné que de maigres résultats, et il a à nouveau,
le 4 avril 2011, saisi Monsieur le Ministre de la Défense pour obtenir des
documents en provenance de la DGSE.

Or, s’il s’agit pour les Ministères saisis de continuer à ne fournir que les
documents soigneusement sélectionnés comme étant les plus insipides ou
les moins embarrassants, la levée du secret défense s’avère être un
véritable leurre.

C’est d’ailleurs bien pourquoi la législation actuelle, soumettant en


réalité la déclassification au bon vouloir des Ministères, est fortement
contestée et vient d’être soumise à une question prioritaire de
constitutionnalité.

Toujours est-il que compte tenu de votre engagement pour tout mettre en
œuvre afin de faire la lumière sur la disparition des moines de
TIBEHIRINE, j’ai l’honneur de solliciter votre intervention pour que
soient déclassifiés et versés au dossier d’instruction tous les documents
contenant des informations sur l’enlèvement, la détention et la mort des
moines.

Dans le discours prononcé à l’occasion de la visite du Pape Benoît XVI à


PARIS en septembre 2008, vous citiez certains passages du magnifique
et prophétique testament du Prieur de l’Abbaye de TIBEHIRINE,
Christian de CHERGE, écrivant : « … J’aimerais, le moment venu, avoir
cette lucidité qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu et le
pardon de mes frères en humanité, en même temps que de pardonner de
tout cœur à qui m’aurait atteint ».

Les parties civiles que je représente partagent pleinement la teneur et la


grandeur de ce propos, mais considèrent aussi que pour pouvoir
pardonner, encore faut-t-il savoir à qui pardonner.

C’est cette seule recherche de la vérité qui guide leur démarche et motive
la demande formulée dans la présente lettre ouverte, à laquelle je vous
remercie de donner une suite favorable.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma haute


considération.

Patrick BAUDOUIN
Avocat à la Cour de PARIS
Président d’Honneur de la Fédération Internationale
des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH)