Vous êtes sur la page 1sur 29

Plan du cours

Introduction Définitions Composition générale des venins Danger des venins

1- Animaux venimeux terrestres :
1- Animaux venimeux terrestres :

Les scorpions 2-Animaux venimeux marins :

terrestres : Les scorpions 2-Animaux venimeux marins : Les méduses (Cnidaires),Les anémones Les Cônes, Les

Les méduses (Cnidaires),Les anémones

Les Cônes, Les Poulpes, Les oursins

Les Poissons venimeux: Les Scorpaenidés 3- Animaux vénéneux marins:

Les Poissons venimeux: Les Scorpaenidés 3- Animaux vénéneux marins: - Intoxication par les scombridés -Mytilisme

-Intoxication par les scombridés -Mytilisme

    • Les Serpents • • • •
Les Serpents
marins: - Intoxication par les scombridés -Mytilisme     • Les Serpents • •

Introduction

L'homme est amené à entrer en contact avec de nombreux animaux venimeux terrestres ou aquatiques

Découverte de régions nouvelles

Travaux

scientifiques

Activités

militaires

Tourisme

activités quotidiennes ++ régions tropicales/ tempérées

Envenimations parfois fatales

Définitions

L’envenimation

Symptômes secondaires à l’inoculation à l’homme de venins

d’animaux

De gravité variables, souvent dramatiques en absence d’antidote

Accidentelles +++

C’est un problème de Santé Publique dans certaines régions du

monde «endémies» :

Envenimations scorpioniques : Maghreb, Proche Orient,

Envenimations ophidiennes : Extrême-Orient, Amérique latine et Afrique subsaharienne

Le venin

Amalgame liquide de substances toxiques de haut poids moléculaire, élaborées par certains organismes vivants

= arme d’attaque /défense des animaux envers les agressions

Résidu sec = 90% de protéines + amines biogènes+ enzymes

 - - 
-
-
des animaux envers les agressions  Résidu sec = 90% de protéines + amines biogènes+ enzymes
les Serpents
les Serpents

Carnivores ectothermes,

L’Appareil venimeux :

-2 glandes venimeuses produisant le venin -1 système d’injection (dents en crochets)

le venin -1 système d’injection (dents en crochets) . Les Protéroglyphe : La mâchoire comprend 2

. Les Protéroglyphe :

La mâchoire comprend 2 crochets fixes formant un canal presque fermé pour inoculer le venin Ex: Cobras, Mambas, Serpents marins

Les Solénoglyphe : ++

.

Les crochets à venin sont à l’avant de la mâchoire et sont mobiles EX: Crotales, Vipères, Serpents à sonnette

Principales espèces dangereuses pour l’homme

2700 espèces de serpents répertoriés dans le monde 450 sont venimeuses En Algérie: 2 espèces de Viperidae

à denture solénoglyphe :

-La vipère à corne :Cerastes cerastes -Vipera lebetina

Algérie: 2 espèces de Viperidae à denture solénoglyphe : -La vipère à corne :Cerastes cerastes -Vipera
Algérie: 2 espèces de Viperidae à denture solénoglyphe : -La vipère à corne :Cerastes cerastes -Vipera
Serpents
Serpents

Composition du venin Principales toxines

Neurotoxines : provoquent des paralysies « type curare »
Cytotoxines : provoquent la lyse cellulaire qui est à l'origine des nécroses locales fréquemment observées Sarafotoxines : puissants isopeptides vasoconstricteurs. ce sont les toxines de serpents les plus toxiques Thrombolectines : anti-agrégants

o

o

o

o

o

Les enzymes

Les phospholipases: Augmentent la perméabilité cellulaire Provoque une hémolyse

Les estérases : hydrolyse L’ACH

La hyaluronidase : Favorise la diffusion des substances du venin

Les protéases : provoquent la destruction tissulaire conduisant à la nécrose

Les enzymes de type thrombinique (thrombin-like ) : Ces enzymes hydrolysent le fibrinogène

conduisant à la nécrose Les enzymes de type thrombinique (thrombin-like ) : Ces enzymes hydrolysent le
conduisant à la nécrose Les enzymes de type thrombinique (thrombin-like ) : Ces enzymes hydrolysent le
Serpents
Serpents

Symptomatologie d’envenimation

Toute morsure n’est pas suivie d’une envenimation ! « morsure sèche ou dry bite »

Le délai séparant la morsure des premières manifestations cliniques varie de qq sec à 3h

On distingue 2 grands types d’envenimation :

Envenimation cobraïque Envenimation vipérine

varie de qq sec à 3h On distingue 2 grands types d’envenimation : Envenimation cobraïque Envenimation
varie de qq sec à 3h On distingue 2 grands types d’envenimation : Envenimation cobraïque Envenimation
Serpents L’envenimation cobraïque  Symptomatologie neurologique ++  1ers signes : Paresthésie

Serpents

L’envenimation cobraïque
L’envenimation cobraïque
L’envenimation cobraïque  Symptomatologie neurologique ++  1ers signes : Paresthésie (picotement /

Symptomatologie neurologique ++

1ers signes : Paresthésie (picotement / fourmillement)

L’angoisse domine le tableau clinique= douleur épigastrique+soif+nausées

En 15à 30min s’installent des signes physiques évocateurs:

hypotension, qui évolue parfois vers un état de choc

Larmoiement, photophobie, hyper sialorrhée, hypersudation et diarrhée

Au plan musculaire: tremblements, crampes ou contractures Mort par paralysie des muscles respiratoires après coma calme Localement: inflammation nécrose limitée

L’envenimation vipérine
L’envenimation vipérine
 nécrose limitée L’envenimation vipérine S d inflammatoire, œdème S d hémorragique:
 nécrose limitée L’envenimation vipérine S d inflammatoire, œdème S d hémorragique:

S d inflammatoire, œdème S d hémorragique: épistaxis, purpura,

parfois une hémorragie digestive et rarement méningée. Évolution lente: Décès observé entre le 3 ème et le 6 ème jr Complication :

 Nécrose  Lésions rénales
 Nécrose
 Lésions rénales
le 3 è m e et le 6 è m e jr Complication :  Nécrose
    
le 3 è m e et le 6 è m e jr Complication :  Nécrose
Serpents Traitement 1 e r secours  Il faut faire  Garder son calme &
Serpents
Serpents

Traitement

1 er secours

Il faut faire

Garder son calme & rassurer la victime Eviter l’effort, allonger la victime Bien immobiliser le membre Nettoyer la morsure avec un antiseptique Enlever les objets serrés Essayer d’ identifier le serpent en cause Prévoir une assistance respiratoire Évacuation vers un centre disposant d’un Sérum Anti Venin

Ne pas faire !!

Pose de garrot ou exercer une compression serrée Incision locale, succion Ne pas injecter de médicament brûlure de la plaie avec une flamme ou un objet incandescent Application directe de glace ou de produits chimiques agressifs

de la plaie avec une flamme ou un objet incandescent  Application directe de glace ou
de la plaie avec une flamme ou un objet incandescent  Application directe de glace ou
Serpents
Serpents
Serpents Traitement -Examen clinique et biologique pour confirmer l’envenimation -Lavage et désinfection de la plaie

Traitement

Traitement -Examen clinique et biologique pour confirmer l’envenimation -Lavage et désinfection de la plaie B-
Traitement -Examen clinique et biologique pour confirmer l’envenimation -Lavage et désinfection de la plaie B-

-Examen clinique et biologique pour confirmer l’envenimation -Lavage et désinfection de la plaie B- Traitement symptomatique : Réanimation Ventilation assistée Trt du Sd hémorragique Intervention chirurgicale C-Traitement spécifique = L'immunothérapie ou sérothérapie

spécifique = L'immunothérapie ou sérothérapie unique thérapeutique spécifique de l'envenimation
spécifique = L'immunothérapie ou sérothérapie unique thérapeutique spécifique de l'envenimation

unique thérapeutique spécifique de l'envenimation ophidienne

spécifique = L'immunothérapie ou sérothérapie unique thérapeutique spécifique de l'envenimation ophidienne
A l’hôpital A- Démarche précoce : 
A l’hôpital
A- Démarche précoce :
unique thérapeutique spécifique de l'envenimation ophidienne A l’hôpital A- Démarche précoce : 
Scorpions
Scorpions

Scorpion = arthropode dangereux Principales espèces dangereuses pour l’homme :

Quelques espèces toxiques / 800 espèces dans le

monde la plus part appartiennent au genre Androctonus:

le monde la plus part appartiennent au genre Androctonus:   A. æneas, de couleur noire,

A. æneas, de couleur noire, connu au Maghreb

A. Australis, grand scorpion jaune, est largement plus répandu, de l'Algérie ,Egypte et nord de l'Arabie

Buthus occitanus

grand scorpion jaune, est largement plus répandu, de l'Algérie ,Egypte et nord de l'Arabie  Buthus
scorpion jaune, est largement plus répandu, de l'Algérie ,Egypte et nord de l'Arabie  Buthus occitanus
scorpion jaune, est largement plus répandu, de l'Algérie ,Egypte et nord de l'Arabie  Buthus occitanus
Scorpions Le venin de scorpion Cardiotoxines et Neurotoxines Enzyme: La hyaluronidase Symptomatologie d’une
Scorpions
Scorpions

Le venin de scorpion

Le venin de scorpion Cardiotoxines et Neurotoxines Enzyme: La hyaluronidase Symptomatologie d’une envenimation

Cardiotoxines et Neurotoxines Enzyme: La hyaluronidase

Symptomatologie d’une envenimation scorpionique

Symptômes cholinergiques hypersécrétion, hypersudation, priapisme, diarrhée et hyperpéristaltisme, râles bronchiques, bradycardie, hypotension, myosis

+

Symptômes adrénergiques tachycardie, rétention d'urines, froideur des extrémités

hypotension, myosis + Symptômes adrénergiques tachycardie, rétention d'urines, froideur des extrémités
hypotension, myosis + Symptômes adrénergiques tachycardie, rétention d'urines, froideur des extrémités
Scorpions
Scorpions
Scorpions
Scorpions
Scorpions
Scorpions
Scorpions
Scorpions
Scorpions Traitement Traitement symptomatique: Antalgiques Refroidir la zone douloureuse Antipyrétiques

Traitement

Traitement symptomatique:
Traitement symptomatique:

Antalgiques Refroidir la zone douloureuse Antipyrétiques (paracétamol, Asprine) Antihistaminiques Antihypertenseurs, nifédipine ++ Diurétiques contre les œdèmes pulmonaires Chlorpromazine= trt de choix (convulsions) Assistance ventilatoire.

Traitement antidotique:
Traitement antidotique:

= sérums antiscorpioniques: le plus tôt possible l'antivenin (mono- ou polyvalent) n'est efficace que s'il est utilisé avant les signes généraux sévères d'envenimation (grade III)

       
utilisé avant les signes généraux sévères d'envenimation (grade III)       
  Les envenimations par les animaux marins sont relativement moins fréquentes et résultent le
  Les envenimations par les animaux marins sont relativement moins fréquentes et résultent le

Les envenimations par les animaux marins sont relativement moins fréquentes et résultent le plus souvent de l’ignorance et d’un comportement négligeant Les + exposés = pécheurs, plongeurs, touristes …

3 types de manifestations

négligeant Les + exposés = pécheurs, plongeurs, touristes … 3 types de manifestations Morsures Piqures Brulures

Morsures

Piqures

négligeant Les + exposés = pécheurs, plongeurs, touristes … 3 types de manifestations Morsures Piqures Brulures

Brulures

Les + exposés = pécheurs, plongeurs, touristes … 3 types de manifestations Morsures Piqures Brulures
Les + exposés = pécheurs, plongeurs, touristes … 3 types de manifestations Morsures Piqures Brulures

Les invertébrés venimeux

Anémones

= « fleurs de l’aquarium marin »

Méduses = cnidaires

Anémones = « fleurs de l’aquarium marin » Méduses = cnidaires
Les invertébrés venimeux Anémones = « fleurs de l’aquarium marin » Méduses = cnidaires
Les invertébrés venimeux Anémones = « fleurs de l’aquarium marin » Méduses = cnidaires

Clinique

Réaction allergique = ++ urticariantes

Douleur vive, décharges électriques

Érythème à évolution vésiculobulleuse

Signes digestifs = N.D.V.DA

à évolution vésiculobulleuse Signes digestifs = N.D.V.DA Les lésions dermatologiques peuvent devenir

Les lésions dermatologiques peuvent devenir hémorragiques, nécrotiques ou ulcéreuses et évoluer vers une mauvaise cicatrisation ou l'apparition de zones pigmentées définitives

Les envenimations sévères :

Choc anaphylactique

Céphalées, vertige, vomissements, dysphagie

Spasmes musculaires, paralysies

Insuffisance rénale

Insuffisance respiratoire et décès

  Inflammation    Réaction cutanée    Ataxie, syncope  
Inflammation
Réaction cutanée
Ataxie, syncope
Hémolyse, hématurie
Convulsions, coma
   Réaction cutanée    Ataxie, syncope   Hémolyse, hématurie  Convulsions,

Traitement

Nettoyer les plaies

Retirer les tentacules et les nématocystes
Lavage à l’eau de mer ou avec de l’eau de javel diluée ou du Dakin Neutraliser par : vinaigre/ alcool 40-70°/huile d’olive Saupoudrer du talc Appliquer une solution antiseptique, crème à base de corticoïdes, analgésique et ou antihistaminique

Vérifier la vaccination antitétanique

de corticoïdes, analgésique et ou antihistaminique     Vérifier la vaccination antitétanique
de corticoïdes, analgésique et ou antihistaminique     Vérifier la vaccination antitétanique

Mollusques

Cônes

Poulpes

Oursins

Cônes Poulpes Oursins
Mollusques Cônes Poulpes Oursins
Mollusques Cônes Poulpes Oursins

Cônes

Clinique

La piqûre =aspect de « trou d'aiguille » + douleur locale intense + rougeur
Céphalées, vomissements
Paresthésie, œdème Paralysie musculaire (difficulté à parler et à avaler, vision double) Paralysie généralisée Coma, insuffisance cardio-respiratoire et décès par asphyxie

Traitement

trt symptomatique :

-Immobilisation -Support cardio-respiratoire -Intubation si nécessaire -Après avoir retiré la dent: immersion chaude

-Immobilisation -Support cardio-respiratoire -Intubation si nécessaire -Après avoir retiré la dent: immersion chaude
-Immobilisation -Support cardio-respiratoire -Intubation si nécessaire -Après avoir retiré la dent: immersion chaude

Poulpes

Clinique

Morsure peu douloureuse

Saignement local,

Fourmillement, œdème modéré

Vomissements, nausées

Évolution bénigne Cas grave: Paralysie musculaire, trouble de vision, anomalie cardio- vasculaires

Traitement

trt symptomatique :

-Immobilisation -Assistance respiratoire

vision, anomalie cardio- vasculaires Traitement  trt symptomatique : -Immobilisation -Assistance respiratoire
vision, anomalie cardio- vasculaires Traitement  trt symptomatique : -Immobilisation -Assistance respiratoire

Oursins

Clinique

Piqûre =profonde, La douleur modérée à intense

Erythème avec œdème localisé

Si piqûres multiples++ /pédicelles des oursins:

symptômes neurologiques avec paralysie généralisé

hypotension et syncope

détresse respiratoire Le décès est rare La complication principale =surinfection

Traitement

Enlever les pédicelles Désinfection Antibiothérapie

Granulomes : excision chirurgicale

      
les pédicelles Désinfection Antibiothérapie  Granulomes : excision chirurgicale       
Poissons venimeux Les raies Les vives Les Scorpaenidés

Poissons venimeux

Les raies Les vives Les Scorpaenidés

Les raies

Les vives

Les raies Les vives Les Scorpaenidés

Les Scorpaenidés

Poissons venimeux Les raies Les vives Les Scorpaenidés
Poissons venimeux Les raies Les vives Les Scorpaenidés

Poissons venimeux

piqûres =douloureuses Clinique :      Maux de tête Fièvre Nausée Difficultés

piqûres =douloureuses

Clinique :

Maux de tête

Fièvre

Nausée

Difficultés respiratoires

Problèmes cardiaques

Scorpaenidés

Rascasse

En cas de piqûre:

Enlever l’aiguillon /pince à épiler Bain d’eau très chaude avec du Dakin pdt 20mn (désactiver le venin) Antalgiques

Hospitalisation

à épiler Bain d’eau très chaude avec du Dakin pdt 20mn (désactiver le venin) Antalgiques 
à épiler Bain d’eau très chaude avec du Dakin pdt 20mn (désactiver le venin) Antalgiques 
500 espèces de poissons vénéneux dont l’ingestion présente un danger pour l’homme Intoxication histaminique:
500 espèces de poissons vénéneux dont l’ingestion présente un danger pour l’homme Intoxication histaminique: «

500 espèces de poissons vénéneux dont l’ingestion présente un danger pour l’homme

Intoxication histaminique: « Scombrotoxisme »

Après ingestion de Scombridés (thons, bonites, maquereaux), de clupéidés (sardines) ou de Coryphaenidés (dorades) La masse musculaire de ces poissons est ++ riche en histidine qui, par dégradation bactérienne se transforme en histamine et en saurine La chaleur accélère la dégradation d'histidine

prévention =l'infaillibilité des chaînes du froid

La chaleur accélère la dégradation d'histidine  prévention =l'infaillibilité des chaînes du froid
La chaleur accélère la dégradation d'histidine  prévention =l'infaillibilité des chaînes du froid

Poissons vénéneux

Clinique  30 min après le repas:     Bouffées de chaleur 
Clinique
 30 min après le repas:
 Bouffées de chaleur
 Rashs cutanés +/-prurigineux
 Vasodilatation importante de la face et du cou
Céphalées
Malaise généralisé
L'hyperthermie à 38° C = élément diagnostic
Complications :
Prurit intense
Retentissement cardio-vasculaire (HTA, tachycardie), troubles
digestifs (diarrhées, vomissements)
L'évolution, devient rapidement favorable sous traitement par
corticoïdes et antihistaminiques H1

Coquillages filtreurs

Mytilisme

Ingestion de moules, huitres,…

Troubles digestifs (diarrhées, vomissements) Déshydratation

Mytilisme  Ingestion de moules, huitres,… Troubles digestifs (diarrhées, vomissements) Déshydratation
Mytilisme  Ingestion de moules, huitres,… Troubles digestifs (diarrhées, vomissements) Déshydratation