Vous êtes sur la page 1sur 65

Université de Provence,

Communication Aix-Marseille 1
et Environnement

Département d’Information Communication

Master 2 Recherche
Sciences et technologies de l’Information et de la Communication

Option : Communication Engageante

Mémoire de recherche

Étude des dispositifs et pratiques de communication


portant sur l'éducation relative à
l'environnement en Afrique subsaharienne:
le cas du Sénégal

Présenté et soutenu par :

Nfally COLY

Sous la direction de :

Françoise BERNARD
Professeur des Universités
Responsable du Master
Responsable du CREPCOM

Juin 2008

Nfally COLY, Université de Provence Aix-Marseille1, colynfally@yahoo.fr

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 1


Communication et Environnement

DEDICACE

Je dédie ce mémoire si modeste soit-il à deux personnes que


j’estime fortement et qui me sont très chères :

. à Seynabou COLY, ma mère que j’aime, et je ne saurais jamais


suffisamment remercier, pour toute l’énergie qu’elle a dépensé pour
mon éducation et
à Ndèye Binta DOUCOURE, ma très chère et tendre épouse,
pour sa présence à mes côtés, son soutien inconditionnel et pour cette
vie que l’on partage pour le meilleur et pour le pire

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 2


Communication et Environnement

REMERCIEMENTS

Sans vous, l’écriture et la soutenance de ce mémoire ne seraient possibles. Vous


m’avez formé, encadré, et soutenu.

Merci à
- Françoise BERNARD pour l’encadrement et la formation que vous nous avez dispensé tout
au long de ces deux années de Master.
Merci à
- Tous les professeurs et personnels du Département d’Information Communication

- Mbèye Babacar BALDE et Bassirou DIARRA du Groupe de Recherche Environnement


et Presse, pour votre soutien inconditionnel, votre amabilité, votre disponibilité. Grâce à vous
j’ai pu accéder à plusieurs contacts, que je remercie au passage pour leur contribution.

Merci infiniment à
- Daouda DJIBA et Issakha DIABY (deux anciens collègues universitaires et amis
d’enfance), pour votre disponibilité et votre générosité. Vous avez suspendu vos projets, le
temps de m’accompagner parcourir le Sénégal pour l’étude empirique.

Un grand Merci à
Ma Chère épouse Ndèye Binta DOUCOURE pour ton soutien financier et moral

A vous tous qui m’avez accompagné de près ou de loin, je vous suis très reconnaissance.

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 3


Communication et Environnement

Première partie : Cadre méthodologique et théorique


Chapitre I : Cadre méthodologique
1. Projet du mémoire.........................................................6
2. Problématique................................................................7
3. Méthodologie..................................................................7
4. Terrain empirique..........................................................8
4.1 Dakar : une ville surpeuplée..........................................................................................9
4.2 Linguère : l’avancée de la désertification.....................................................................9
4.3. Kolda : une zone en proie aux feux précoces...............................................................9
5. Cibles.............................................................................10
1. La responsabilité environnementale........................11
2. Former des citoyens responsables..............................12
3. Communiquer pour instituer des valeurs et des .....14
Comportements environnementaux...........................14
3.1. La communication classique..........................................................................................14
3.1.1 Informer et sensibiliser.............................................................................................15
3.1.2 Instaurer le dialoguer et la confiance.......................................................................15
3.1.3. Etablir un consensus................................................................................................16
3.1.4. Plaidoyer.................................................................................................................16
3.1.5. Mobilisation sociale................................................................................................17
3.2. La communication engageante ......................................................................................17
3.2.1. Des idées aux actes.................................................................................................18
3.2.2. L’engagement..........................................................................................................18
1. Présentation de l’état de l’environnement.................20
2. Emergence et développement de l’enjeu ...................21
environnemental : de Rio à Dakar.............................21
2.1 Le Plan national d’action pour l’environnement (PNAE)..............................................22
2.2 La Lettre de politique sectorielle de l’environnement....................................................22
2.3 Le cadre législatif et réglementaire.................................................................................24
3. Le paysage rural sénégalais.........................................25
3.1 Dynamisme des savoirs endogènes.................................................................................26
3.2 Savoirs endogènes et éducation environnementale........................................................26
1. La communication traditionnelle...............................28
1.1 Le griot............................................................................................................................28

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 4


Communication et Environnement

2. Les espaces de médiation et de médiatisation............29


2.1 L’arbre à palabre.........................................................................................................29
2.2. Les mosquées ............................................................................................................30
2.3. Le marché...................................................................................................................31
3. Les figures influentes de la communication ..............33
3.1. L’omniprésence du pouvoir maraboutique...............................................................33
3.2. Le chefs de village : maillon fort en zone rurale........................................................34
3.3. L’engouement populaire autour des chanteurs..........................................................34
3.4. L’émergence du pouvoir féminin...............................................................................34
4. Médias et nouveaux médias.........................................35
1. Le rôle de la radio rurale.............................................36
2. Une brève histoire de la radio rurale africaine.........37
1. Présentation de l’étude................................................39
2. Difficultés rencontrées.................................................40
2.1. Un sujet innovant.......................................................................................................40
2.2. Un accès difficile des Institutions..............................................................................41
3. Résultats de l’étude empirique....................................42
3.1. Tableau synoptique des résultats de l’étude empirique..................................................42
3.1.1. Résultats des « entretiens acteurs de terrains ».......................................................42
3.1.2. Analyse des résultats « entretiens acteurs terrains ».............................................43
3.1.3. Résultats « questionnaires citoyens acteurs ».........................................................45
3.1.4. Analyse de résultats « questionnaire citoyen ».......................................................46
4. Approche réflexive.......................................................47
Conclusion.........................................................................49
Eléments bibliographiques..............................................50
Annexes ............................................................................52
Introduction.......................................................................................................................59
Les stratégies qualifiées de comportementales.................................................................59
L’engagement....................................................................................................................60
L’amorçage.......................................................................................................................60
Le pied-dans-la-porte........................................................................................................61
La porte-au-nez.................................................................................................................61
Du pied-dans-la bouche au pied-dans-la-mémoire .........................................................61
Conclusion.........................................................................62
Présentation de la recherche-action......................................................................................62
Conception et mise en place du dispositif.............................................................................62
Expérimentation vécue..........................................................................................................63
Communication engageante vs communication classique....................................................63
Des techniques à transférées sur d’autre terrain....................................................................64
Conclusion ...........................................................................................................................64

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 5


Communication et Environnement

Etude des dispositifs et pratiques de communication portant sur


l’éducation relative à l’environnement en Afrique subsaharienne :
le cas du Sénégal

Première partie : Cadre méthodologique et théorique


Chapitre I : Cadre méthodologique

1. Projet du mémoire
L’objet de ce mémoire est d’étudier les dispositifs et pratiques de communication en
matière d’éducation à l’environnement en Afrique subsaharienne et plus particulièrement au
Sénégal.
En effet, la réflexion sur la relation existante entre communication et développement
durable intéresse de plus en plus théoriciens et praticiens. De ce fait, « de nombreux
programmes de développement dans les domaines tels que l’agriculture, la santé,
l’environnement, la population et l’industrie ont recours à la communication pour se donner
des chances de réussite »1. Ainsi, divers modèles ont été développés. Ces modèles ont la
particularité de proposer une pluralité de conception et souvent une divergence au niveau des
objectifs.
Cependant, pour être efficace, ces modèles doivent permettre à la population de mieux
reformuler les objectifs et les activités de façon constante. Cela semble, par ailleurs, être la
condition sine qua non pour susciter la participation et l’implication, de façon durable, de la
population. En Afrique subsaharienne, plus particulièrement au Sénégal, la radio rurale
demeure l’outils le mieux utilisé dans ce sens.
Ce mémoire propose, ainsi, une étude détaillée de l’usage de la radio rurale, des
pratiques de médiation et de médiatisation pour l’éducation au Sénégal et les pays avoisinants.

1
Hughyjhes Kone, La communication pour le développement durable, Lettre d’information Vol.11 no.2

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 6


Communication et Environnement

2. Problématique

Comment faire en sorte que les populations rurales valorisent la culture qu’elles
possèdent déjà et acquièrent de nouvelles connaissances et de nouveaux comportements
leur permettant de devenir des acteurs partenaires s’impliquant durablement dans la
protection de l’environnement ? Tel est le but principal de ce mémoire. Cette problématique
centrée sur la question du changement nous montre, dès le début, qu’il ne suffit pas tout
simplement d’informer et de sensibiliser. Certes l’information et sensibilisation sont
nécessaires car « elles servent au fil du temps à modifier les savoirs, les idées, les attitudes et
même, certainement, à provoquer de réelles prises de consciences. Mais, elles ne sont pas, en
tant que telles, suffisantes pour promouvoir de nouvelles habitudes »2. Alors, comment
susciter le passage d’un état de conscience à un état d’action ? Pour répondre à cette
question nous nous appuierons sur de nombreuses études et travaux empiriques qui ont fait
leurs preuves en France, aux Etats-Unis et même en Afrique subsaharienne. Mais, essayons,
d’abord, de voir :
Comment la communication est-elle conçue et exploitée en vue de promouvoir
l’éducation à l’environnement, dans la zone rurale, au Sénégal ? Quels sont les dispositifs et
pratiques de communication utilisés ? Quels enseignements peut-on en tirer ?

3. Méthodologie
Il nous paraît indispensable, avant toute chose, de procéder par une collecte
d’informations pertinentes et fiables afin de mieux comprendre certains concepts et
paradigmes comme « l’environnement », « le développement durable », « l’écocitoyenneté »,
« la communication participative », « la communication engageante », etc.
C’est, donc, une démarche hypothético-déductive basée sur une approche
pluridisciplinaire dont les vertus sont bien perçus par les Sciences de l’Information et de la
Communication. Car, dans ce domaine (SIC), « il est devenu habituel de considérer que les
chercheurs mettent en œuvre un pluralisme méthodologique ; une position régulièrement
affirmée, notamment dans la littérature grise (mémoires et thèses) »3. Nous ferons, donc,
appel à la sociologie, à la psychosociologie, à l’histoire, à la communication, la liste n’est pas

2
Fr. Bernard, R.-V. Joule, Le pluralisme méthodologique en Sciences de l’Information et de la Communication à
l’épreuve de la « communication engageante », Question de communication, 2005, 7, p.185-207
3
Id, p.184

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 7


Communication et Environnement

exhaustive. Le croisement de ces disciplines apportant chacune des informations pertinentes,


concernant la question du changement, ne peut qu’être fructueux.
Après cette démarche, largement dominée par une approche qualitative, autrement
appelée « approche de compréhension », il est important d’inscrire ce travail dans une
perspective d’interprétation de l’analyse des entretiens. C’est-à-dire que nous allons mettre
l’importance sur la question de l’interprétation portant sur « des matériaux d’enquêtes
principalement étayées par des entretiens »4. A l’entame, nous avions souhaité, outre l’usage
de méthodes classiques d’interviews, de questionnaires et d’entretiens, compléter ce travail
par une observation participante. Cette approche nous aurait permis de comprendre le sens
donné par les acteurs à travers leurs discours et éventuellement celui que nous construisons
nous-même à travers l’analyse de ces discours. L’observation participante n’a finalement pas
eu lieu faute de temps. Mais cela n’a pas empêché que la deuxième partie méthodologique
soit basée sur la démarche empirico-inductive.
Après avoir réuni toutes les données, nous avons procédé à un classement (qualitative)
de celles-ci par thèmes pour mieux affiner l’analyse. Le questionnaire, l’interview et/ou
l’entretien nous ont permis de traiter les thèmes suivants :
- pour « les acteurs de terrains » : l’existence d’une politique environnemental,
l’existence des pratiques de communication, l’engagement de la population, etc.
- pour « les citoyens acteurs » : l’existence et la connaissance d’une radio rurale, la
fréquence d’écoute des auditeurs, l’existence d’émissions sur l’environnement, le contenu de
ces émissions, le ou les messages clés, la façon dont ces émissions sont faites (informer et
sensibiliser tout simplement ou possibilité de débattre avec les auditeurs) et enfin l’impact de
ces émissions sur le comportement des auditeurs.

4. Terrain empirique
Notre ambition, à l’origine de ce mémoire, était de parcourir le Sénégal ou du moins la
presque totalité du pays pour avoir une large représentativité de la population enquêtée.
Cependant, faute de temps et surtout de moyens financiers, nous sommes contraints de
revoir le plan de l’étude empirique.
En effet, nous avons décidé de nous focaliser sur trois localités assez représentatives
des problèmes environnementaux du Sénégal. Il s’agit de Dakar, de Linguère et de Kolda.

4
Id, p.184

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 8


Communication et Environnement

4.1 Dakar : une ville surpeuplée

A l’instar des pays en développement, l’urbanisation du Sénégal a engendré une


situation de « macrocéphalie » au profit de Dakar la capitale.
Aujourd’hui, la population urbaine a atteint 5 358 200 habitants. Elle est estimée à
8 740 500 habitants en 2012, soit des taux d’urbanisation respectifs de 39,4%, 44,2% et
50,4% (Esquisse du PNAT).
Dans une superficie de 196 722 Km2 que compte le Sénégal, la région de Dakar ne
couvre que 0,3% du territoire national. Pourtant, elle abrite plus de 25% de la population
sénégalaise, laissant fortement déserte les régions à superficie considérable, notamment la
région de Tambacounda : 11 habitants au Km2 (DPS, 2004, Bull. d’info).
La forte urbanisation et le surpeuplement de certaines villes du Sénégal, dont Dakar le
chef de fil, posent d’énormes problèmes environnementaux : assainissement, pollution,
érosion côtière, etc. (voir annexes).

4.2 Linguère : l’avancée de la désertification

Située à 305 km de Dakar, dans la zone centrale du Sénégal, le département de


Linguère est l’un des milieux les plus touchés par la dégradation de l’environnement.
En effet, avec une superficie de 14, 66 km2, Linguère est fortement envahie par la
désertification provenant du Sahara. La zone compte 17 610 habitants (estimation de 2007) et
est caractérisée par l’activité de transhumance qui est souvent à l’origine de la déforestation.
Ainsi, les conséquences de cette dégradation de l’environnement sont un climat de
type sahélien (chaud et sec) et l’harmattan qui y souffle 8 mois par an.

4.3. Kolda : une zone en proie aux feux précoces

607 Km séparent Dakar de Kolda. Située dans la Haute Casamance, plus


particulièrement dans le Sud du Sénégal, la région de Kolda abrite 62 258 habitants dans une
superficie de 9 Km2 ; soit une densité de 556 hab/Km2.
La saison humide ou encore saison des pluies dure 5 mois, de juin à Octobre, et la
saison sèche de novembre à mai.
Cependant, malgré la végétation et la pluviométrie abondantes, la région est
constamment en proie des activités humaines qui détruisent littéralement le grenier vert du

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 9


Communication et Environnement

Sénégal. Parmi ces activités, nous pouvons en citer le déclenchement volontaire des feux
précoces pour le défrichage des terres.

5. Cibles

Le choix des publics cibles a été délicat pour plusieurs raisons.


D’abord, Le Sénégal compte une vingtaine d'ethnies dont les principales sont les
Wolofs (43%), les Pulaars (24 %), et les Sérères (15%), les Diloas (9%), les Mandingues
(7%), etc. Ces ethnies cohabitent près que dans toutes les localités. Chacune d’elles possède
sa propre langue et communique avec les autres par le biais de la langue nationale : le Wolof
qui n’est pas forcément bien maîtrisée par tout le monde.
Vu le taux assez faible d’alphabétisation, il nous fallait souvent trouver un interprète
pour les langues que nous ne maîtrisons pas. Nous avons tenté cette méthode mais nous
sommes vite rattrapés par les difficultés temporelles et financières.
Nous avons, ainsi, décidé de nous focaliser sur deux autres cibles :
- les acteurs de terrain : ce public cible est composé de l’ensemble des acteurs qui
participent de manière effective à l’élaboration de la communication environnementale
au Sénégal. En effet, il s’agit de membres du Groupe de Recherche Environnement et
Presse, de journalistes (télévision, radio et presse), d’ONG et d’institutions. Nous
avons, donc, interviewé dans ce public cible 21 personnes dont 6 personnes à Dakar, 6
autres personnes à Linguère et les 6 dernières à Kolda.
- Les citoyens acteurs : ce public cible est composé entièrement de lycéens capables de
comprendre le questionnaire et d’y répondre sans aucune difficulté. Nous avons donc
ciblé les classes de première, après avoir procédé à un pré-test de 15 lycéens sous
l’autorisation du Proviseur et du Censeur. En tout 50 réponses ont été obtenues dont
deux premières de 25 élèves chacune.

Par COLY Nfally, Info-Com, Université de Provence, Aix-Marseille1, 2008 10


Chapitre II : Cadre théorique

1. La responsabilité environnementale
Il est plus que jamais certain que nous sommes confrontés à une crise
environnementale qui affecte la planète entière. L’ « industrialisation » de la nature (Beck,
2001) porte atteinte à l’environnement voire à la vie elle-même. Cette crise, globale ou locale,
résulte pour une grande partie d’un mode prédominant de production et de consommation,
donc de choix particuliers de modèles économique, social et politique, qui reflètent
entièrement le système des valeurs de nos sociétés modernes. Selon Laurent Giroux5 « la
menace qui pèse de plus en plus sur la vie terrestre oblige à des interrogations fondamentales :
depuis la responsabilité reconnue des humains à l’endroit de leurs semblables, ne doit-on pas
s’élever à l’idée d’une responsabilité trans-individuelle et trans-sociale à l’égard du monde de
vie en général […] menacé dans son être même par l’excès de pouvoir et l’audace téméraire
de la technique en marche ? »
Ainsi, les méthodes correctives, par le biais de technologies adaptées, ne suffisent pas
par en elles-mêmes pour résoudre les problèmes environnementaux. Les solutions, à court et à
long terme, ne peuvent s’imposer sans une modification profonde de nos modes de pensée et
d’action. C’est ce qu’affirme Hans Jonas, dans son ouvrage intitulé Le Principe
Responsabilité, en soulignant « en l’humain, la nature s’est perturbée elle-même et c’est
seulement dans son aptitude morale […] qu’elle a laissé ouverte une compensation incertaine
pour la sécurité ébranlée et l’auto-régulation » (all. p.248 ; fr.p.189).
Par ailleurs, Jonas nous invite à reconnaître un droit propre de la nature à respecter :
« il n’est pour le moins plus dépourvu de sens de se demander si l’état de la nature extra-
humaine, la biosphère dans son ensemble…qui se trouve maintenant soumise à notre pouvoir,
n’est pas justement devenu par là un bien confié à l’humain et n’a pas en quelque sorte une
exigence morale à notre égard – non seulement pour l’amour de nous, mais pour l’amour de
lui-même et de son droit propre » (all. p.29 ; fr.p.26). Nous avons ainsi « le devoir solennel
de protéger et d’améliorer l’environnement pour les générations présentes et futures »
(déclaration de Stockholm, 1972). Pour cela, nous devons, comme le préconise Jonas, agir de
5
LAURENT GIROUX, «Hans Jonas (1903-1993) : le Principe Responsabilité», L’Agora, vol. 7, no 2, janvier-février
2000.
façon que les effets de nos actions soient compatibles avec la permanence d’une vie
authentiquement sur terre. Nous ne devrons, donc, pas compromettre les conditions pour la
vie de l’humanité sur Terre. C’est pour encourager cette prise de conscience et ce passage à
l’action qu’émerge l’éducation à l’environnement.
En effet, cette éducation, qu’elle soit formelle (école), non formelle (famille,
entourage,…), ou informelle (à travers les médias), insiste sur la responsabilité commune de
l’humanité de sauvegarder le droit à la vie pour tous les peuples de la planète, pour les
générations futures mais aussi pour toute forme de vie.
Dorénavant, c’est l’ensemble des publics qui est concerné : des jeunes aux adultes, de
la famille à la vie professionnelle, des pays du Nord aux pays du Sud. Car, pour atteindre, de
manière efficace, sa mission, l’éducation à l’environnement doit cerner les questions
complexes environnementales, en prenant en compte les interdépendances étroites entre les
facteurs écologique, économique et socioculturel.
Dans ce contexte, « nous allons considérer le concept de l’environnement comme un
ensemble de réalités complémentaires »6. C'est-à-dire que l’environnement est la fois la
nature, qu’il faut impérativement respecter et protéger, un ensemble de ressources à gérer et
partager. C’est aussi un système de relation à comprendre pour mieux vivre en harmonie avec
l’ensemble de ses composants.

2. Former des citoyens responsables

L’éducation à l’environnement ne concerne pas l’environnement comme tel, mais plutôt


le réseau de relations entre les personnes, le groupe d’appartenance et l’environnement
(Sauvé, 2002). Ce rapport à l’environnement, assez complexe, met en exergue diverses
approches et divers champs d’action.
En effet, l’éducation relative à l’environnement englobe une pluralité de courants
théoriques et pratiques complémentaires, mettant, chacun, l’accent sur un aspect ou autre de la
relation à l’environnement (Sauvé, 1997). Ainsi, « la préoccupation de la santé humaine est
indissociable à la prise en compte des problèmes liés à l’intégrité des écosystèmes ».
Nous pouvons distingue trois courants contemporains de l’éducation relative à
l’environnement :
• Le courant de la critique sociale : il met l’accent sur l’investigation collaborative et
critique des réalités socio-environnementales. Ce courant à pour perspective la

6
Sauvé. L (1997), Pour une éducation relative à l’environnement, Montréal : Guerin, 2e édition
construction de savoirs pertinents au regard du contexte et la transformation des
réalités qui posent problème. Robotton et Hart (1993), considère, à travers cette
action, qu’en fin de compte c’est la transformation des acteurs qui est visée, une
transformation vers plus d’autonomie et de pouvoir-faire.
• Le courant du biorégionalisme : celui-ci est axé sur la valorisation de la culture et des
talents des individus. Selon Traina et Darley-Hill, (1995), les caractéristiques et
potentialités du milieu biophysique contribuent à un développement local, endogène et
responsable.
• Le courant de l’écoformation : ce courant prône la « re-création » des liens
d’appartenance pour mieux « habiter la terre » et y développer une qualité d’être
(Pineau et coll, 2005).
L’éducation à l’environnement a pour objectifs d’engendrer des compétences critique,
éthique, stratégique et esthétique permettant de provoquer des relations harmonieuses entre
l’homme et la nature. Elle doit être considérée comme un processus par lequel les êtres
humains et les sociétés réalisent leurs pleins potentiels. Cette éducation est indispensable pour
modifier les attitudes.
Aussi, est-elle essentielle « pour susciter une prise de conscience des questions
écologiques et éthiques, ainsi que des valeurs et des attitudes, des compétences et des
comportements compatibles avec le développement durable »7.
Ainsi, l’horizon de l’éducation à l’environnement est d’assurer la participation
effective du public aux prises de décisions. Elle se base fondamentalement sur les valeurs de
citoyenneté, de responsabilité et de solidarité.
De plus, la formation de citoyens responsables, appelés en l’occurrence écocitoyens,
contribue au développement de la vie démocratique, en garantissant la participation des
populations. Il s’agit, donc, de redonner aux citoyens leur rôle de décideurs et d’acteurs
capables en toute liberté de formuler des idées, d’effectuer des choix en connaissance de
cause, donc « de faire vivre au mieux les instances pour échanger et débattre sur les projets »8.
Dans ce sens, l’éducation à l’environnement ne peut être découplée de l’éducation à la
citoyenneté.
Par ailleurs, pour être efficace, l’éducation relative à l’environnement doit s’imposer
de nouvelles postures, et interroger de nouveaux champs notamment la communication, la
psychologie sociale, etc.
7
Agenda 21 : chapitre 36 : Promotion de l’éducation, de la sensibilisation et la formation
8
Colloque organisé pour favoriser la rencontre entre universitaires, chercheurs et praticiens de l’EEDD
(Education à l’Environnement pour le Développement Durable), le 7 et 8 juin à l’IUFM de Montpellier.
3. Communiquer pour instituer des valeurs et des
Comportements environnementaux
La question sur la relation entre communication et éducation à l’environnement a pris
de l’ampleur depuis la conférence intergouvernementale tenue à Tbilissi en ex URSS en
1997.
En effet, la déclaration de cette conférence stipule : « l’éducation à l’environnement
doit former les habitants de ce monde à être à la fois aptes et prêts à choisir des modes de vie
et de comportements compatibles avec la participation de l’environnement en tant qu’espace
de production et de milieu assurant la survie de l’espèce. En d’autres termes, il s’agit de faire
des apprenants, des gens qui ne soient pas des analphabètes en matière d’environnement et qui
contribuent à un développement durable et sain du point de vue de l’environnement ». Cet
engouement mis dans l’éducation et notamment sur la communication en vue du changement
d’attitudes vis-à-vis de l’environnement, trouve une de ses justifications dans de nombreuses
thèses développées par des chercheurs. Selon ces chercheurs l’éducation relative à
l’environnement est devenue l’affaire de tous.
En effet, tout le monde a son rôle à jouer, ses intérêts et ses responsabilités. Ainsi,
« arriver à combler le faussé entre ce chaque groupe souhaite obtenir et ce qu’il peut retirer de
l’interaction avec d’autre groupe est un terreau fertile pour la communication »9. La
communication joue un rôle indispensable. Selon Alfred E. Opubor, la communication est
ingrédient incontournable des relations au sein et entre les parties prenantes de l’éducation
relative à l’environnement. Elle permet à cet effet, « de rendre service à la société en
l’informant sur les problèmes communautaires, de faire participer le public aux processus de
décision sur les questions d’intérêt commun, notamment l’environnement »10. Il faut ajouter
qu’elle aide à promouvoir l’émergence de nouvelles idées nécessaires pour le changement
social.

3.1. La communication classique

Communiquer c’est avant tout produire, apprendre, échanger des idées. En effet, la
communication relative à l’éducation environnementale, permet aux différents acteurs de
9
Alfred E. Opubor, La communication au service de l’éducation à l’environnement : accroître la participation et
l’engagement des parties prenantes
10
Wilbur Scharmm : as communication and national development the role of information in developing
countries, Stanford University Press, Stanford 1964
donner un sens à leur rôle, leurs responsabilités et aussi à comprendre et accepter ceux des
autres. Cela suppose que le processus de la communication est bien plus qu’une simple mise
en scène d’émetteurs et de récepteurs par le biais d’un canal adapté.
La communication relative à l’éducation environnementale doit s’effectuer dans une
synergie des acteurs, qui deviennent, dès lors, des acteurs-partenaires. Ce partenariat permet
aux parties prenantes d’avancer dans une même direction, de partager les mêmes idées et
d’œuvrer en faveur d’intérêts communs. Ainsi, s’installe un climat de confiance nécessaire à
la réalisation des objectifs de la communication.
La communication peut, donc, servir de multiples fonctions dans les relations de
partenariat pour l’éducation, (Opubor, 2001) et notamment l’éducation relative à
l’environnement.

3.1.1 Informer et sensibiliser

Le public est encore loin d’être conscient de l’interaction de toutes les activités
humaines et de l’environnement, et ce, en raison de l’inexactitude ou de l’insuffisance des
informations, (Agenda 21). La communication permet de sensibiliser le public aux problèmes
d’environnement et de développement. L’objectif principal est de conscientiser les individus
et d’amener chacun de nous à poser un discours favorable, en l’occurrence la protection de
l’environnement.
Les campagnes de communication centrée sur l’information et la sensibilisation sont
nécessaires. Car « elles servent au fil du temps à modifier les savoirs, les idées, les attitudes et
même, certainement, à provoquer de réelles prise de consciences. Mais elles ne sont pas, en
tant que telles, suffisantes pour promouvoir de nouvelles habitudes »11.

3.1.2 Instaurer le dialoguer et la confiance

La communication doit veiller à ce que tous les points de vue soient exprimés. Elle doit
permettre aux publics d’obtenir des informations pertinentes et fiables des questions abordées
et en même temps émettre leurs propres points de vue. Car les individus sont mieux engagés
quand ils ont le sentiment d’avoir pris les décisions par eux-mêmes. La communication
contribue, ainsi à travers le dialogue, à instaurer la confiance. Selon Opubor, « la conscience
de partager des intérêts mutuels, des points communs et l’instauration d’un climat de

11
Fr. Bernard, R.-V. Joule, (2005) Le pluralisme méthodologique en Sciences de l’Information et de la
Communication à l’épreuve de la « communication engageante », Questions de communication, p. 185
confiance ne sont pas choses innées ; ils n’apparaissent pas seuls, de façon naturelle ou
spontanée. En revanche, ils peuvent être le fruit d’une communication planifiée ».

3.1.3. Etablir un consensus

Arriver à établir un consensus est une évolution considérable du débat pour la prise de
décision. Car émettre des idées en faveur de la protection de l’environnement est une bonne
chose, mais le passage à l’action s’avère très difficile. Beaucoup de facteurs sont à l’origine
de cette inertie. C’est le cas de la pauvreté, qui gangrène les pays en voie de développement,
et qui tend à compromettre les politiques environnementales.
La communication peut jouer un rôle crucial. Car une fois que les parties prenantes ont
été informées et qu’elles ont eu la possibilité d’exprimer leur point de vue, et que leurs
préoccupations ont été prises en compte de façon adéquate, il devient alors possible d’arriver
à un accord sur des lignes d’action, des répartitions de responsabilités (Opubor, 2001).

3.1.4. Plaidoyer

Aujourd’hui, nous sommes tous conscients que grand nombre de pratiques de l’homme
va à l’encontre du développement durable dont l’objectif est « de répondre aux besoins des
générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures de satisfaire leurs
besoin ». Ces pratiques néfastes résultent d’un mode effréné de production et de
consommation d’une société hypermoderne ; société qui privilégie ses intérêts économiques et
politiques, donc intérêts individuels, au détriment de la nature, intérêts globaux. C’est le cas
notamment des Etats-Unis d’Amérique, qui, pendant très longtemps ont refusé de ratifier le
protocole de Kyoto. Dans cette même logique, de grands penseurs, scientifiques n’ont pas
hésité à réfuter la thèse de la disparition des ressources naturelles causée par l’action de
l’homme. Des « anti-Al gore » ou des « ant-Hulot » ont fleuris partout à travers les médias.
Ces individus et institutions sont vraisemblablement peu disposés à changer leurs modes de
pensée et d’action. Ce faisant, ils deviennent prompts à bloquer les nouvelles idées s’ils les
jugent menaçantes.
La communication peut ainsi conduire à obtenir l’engagement de ces acteurs de
pouvoir et d’influence, en les amenant à changer leur vision, leur comportement, et par
conséquent utiliser leur influence en faveur du progrès, notamment la protection de
l’environnement.
Cette communication sous forme de plaidoirie est de plus en plus courante. On peut en
citer « le pacte écologique » de Nicolas Hulot qui a amené l’ensemble des acteurs politiques
français à poser une signature favorable pour la protection de l’environnement. Ce pacte a
ainsi conduit, en France, à l’organisation d’un grenelle de l’environnement (octobre 2007).
Les présentations de l’ex vice-président Al gore en sont aussi exemplaires.
Au Sénégal, deux grandes figures utilisent ce type de communication : Ali Aidar de
l’association Océanium et Ousmane Sow Huchar du Rassemblement des Verts de l’Afrique.

3.1.5. Mobilisation sociale

Ce point est le résultat des étapes de la communication cité précédemment. En effet,


pour qu’il ait mobilisation sociale, l’ensemble des acteurs doit être correctement informé et
sensibilisé des enjeux environnementaux. Ensuite, l’instauration du dialogue est nécessaire.
Car elle établit la confiance, fait émerger les différents points de vue et permet de trouver un
consensus conduisant à un accord sur une ligne d’action. On peut mener des actions
spécifiques de communication pour conquérir les acteurs influents. Il peut s’agir de la
plaidoirie. Tous ces éléments bien orchestrés pourraient conduire vers une mobilisation
sociale.

En somme, s’il est vrai que la communication joue un rôle incontournable dans la
résolution des problèmes sociétaux, en l’occurrence l’environnement, il faut noter que bon
nombre de campagnes d’information et de sensibilisation n’ont pas réussi à provoquer, chez
les destinataires, le changement de comportement attendu.

3.2. La communication engageante

De nombreuses recherches ont montré les limites de la communication persuasive


classique. En effet, ce type de communication, toujours recourue dans de nombreux pays
notamment le Sénégal, est essentiellement centré sur l’information et la sensibilisation. On
vise, avec un tel modèle, à conscientiser et à amener chaque individu à poser un discours
favorable, en l’occurrence la protection de l’environnement. Or, on sait qu’il y’a un écart
entre nos discours et nos actes. Donc, on ne peut pas espérer un changement effectif de
comportement par nos bonnes idées.
3.2.1. Des idées aux actes12

L’écart entre les discours et la réalité pourrait considérablement diminuer voire même
disparaître. Les recherches sur la communication engageante montrent « qu’il suffit de peu de
chose pour passer des idées aux actes »13. Ce peu de chose « passe notamment par l’obtention
d’actes préalables peu coûteux, et donc relativement facile à obtenir ». Ces actes dits
« préparatoires » ont un double intérêt :
 rendre les personnes qui les auront réalisés plus sensibles aux messages qui leur seront
communiqués par la suite,
 les préparer à se comporter conformément à ces messages14.

3.2.2. L’engagement

Charles Kiesler (1971)15 définit l’engagement comme étant «le lien qui existe entre
l’individu et ses actes ». Donc, contrairement à ce que nous pensons, il ne suffit pas d’avoir de
bonnes idées pour poser des actes favorables. Car nous ne sommes ni engagés par nos idées ni
par nos sentiments, mais par nos actions, nos conduites effectives, donc « des agissements que
les autres peuvent ou pourraient voir ». Par ailleurs, cet engagement est variable et graduel
d’un individu à un autre. Car le « lien qui existe entre un individu et son comportement n’est
pas régi par la lois du tout ou rien ». Le degré d’engagement ne sera le même selon qu’on soit
dans une condition de libre décision ou de décision forcée. En effet, les individus se trouvant
dans la première condition seront plus engagés que ceux se trouvant dans la seconde. Cet
engagement peut-être manipulé en fonction de la situation dans laquelle on se trouve. On peut
ainsi manipuler l’engagement par « le caractère public de l’acte ». C’est-à-dire, considérer
« qu’il est plus engageant de faire quelque chose sous le regard d’autrui…que de la faire dans
l’anonymat ». Manipuler l’engagement peut aussi consister à « amener les sujets
expérimentaux à réaliser plusieurs fois le même acte ou au contraire qu’une fois », etc.
Les projets engageants se veulent, alors, d’intégrer tous les acteurs, notamment la
population qui devient « acteur-partenaire » susceptible de contribuer aussi bien par ses idées
que par son action. Car, l’on ne peut s’engager que lorsqu’on est réellement impliqué dans le

12
Paradigme de communication d’action et d’utilité sociétale fondé par Joule et Bernard, professeurs et
chercheurs au CREPCOM, Université de Provence, Aix-Marseille1
13
Joule, R.V., 2004, Des intentions aux actes citoyens. Cerveau & Psycho, 7, 12-17
14
Joule, Py et Bernard, 2004, Qui dit quoi, à qui, en lui faisant faire quoi ? Vers une communication engageante,
Paris : Dunod
15
Kiesler, C.A., 1971, The psychology of commitment. Experiments liking behavior to belief, New York,
Academic Press
projet. De cette implication et cet engagement, découle la pérennisation de l’action, élément
fondamental de tout projet efficace.
En somme, le recours à la communication engageante devrait permettre aux
institutions, associations et ONG d’impliquer davantage la population et de les engager
durablement en vue de la pérennisation de l’action.
Deuxième partie : Communiquer pour instituer les
questions environnementales
Chapitre I: L’émergence du débat environnemental

1. Présentation de l’état de l’environnement


A l’instar des pays en voie de développement, le Sénégal est dépourvu de grosses
structures industrielles, exceptées les ICS, la SONACOS, et quelques industries concentrées
sur la baie de Hann.
Cependant, le Sénégal n’est pas pour autant à l’abri de la dégradation de
l’environnement. Ce pays est, d’une part, victime de ce qui passe ailleurs ; à savoir la
pollution qui ignore complètement les frontières. D’autre part, la dégradation de
l’environnement sénégalais est due à certaines pratiques de sa propre population, tenaillée par
la pauvreté et l’insécurité alimentaire, (Barry, A., 2006)16. Le Sénégal fait face à une
déforestation permanente avec une recherche effrénée de charbon de bois et de bois de
chauffe. Les systèmes traditionnels agricoles disparaissent progressivement ; laissant la place
à des systèmes inadaptés et catastrophiques. Ces systèmes sont caractérisés par la
monoculture de l’arachide sur presque toute l’étendue du pays, l’usage des engrais chimiques
et des pesticides. A cela, s’ajoute la surexploitation des ressources marines et côtières.
En effet, la population de pêcheur, qui ne cesse d’augmenter, exerce une forte
exploitation des ressources et engendre le plus souvent des pratiques contraires à la gestion
durable. Concernant la santé publique, la surpopulation des villes, causée par l’exode rurale,
pose un sérieux problème d’insalubrité. L’Etat et les acteurs sociaux font face une production
énorme de déchets d’une société de consommation en plein croissance.
Ces pratiques fort néfastes ont littéralement changé le pays en l’espace de quelques
décennies. Pour résoudre ces problèmes environnementaux, le Sénégal fait, de plus en plus,
recours à des actions regroupant l’ensemble des acteurs : décideurs politiques, économiques,
acteurs sociaux, citoyens, etc.)

16
Barry Abdoulaye est membre du Groupe Recherche Environnement Presse (GREP) au Sénégal. Lors de
l’assemblée Générale du GREP, avril 2006, il a tenté d’apporter des réponses au sujet « quels traitements de
l’information environnementale dans les médias : presse écrite, radio et télévision ? »
2. Emergence et développement de l’enjeu
environnemental : de Rio à Dakar

Au Sénégal, comme dans beaucoup d’autres pays, l’éducation à l’environnement a


réellement débuté au courant des années 1990. En effet, ce pays s’inspire largement sur
l’Agenda 21, issu du sommet de Rio (Brésil, 1992), qui expose d’innombrables pistes pour
résoudre les problèmes environnementaux. Ainsi, le chapitre 36, de cet agenda, insiste sur la
nécessité de l’éducation à l’environnement en soulignant : « l’éducation à l’environnement, y
compris l’enseignement de type scolaire, la sensibilisation du public et la formation, doit être
considérée comme un processus permettant aux êtres humains et aux sociétés de réaliser leur
plein potentiel ».
Les objectifs de cet agenda sont entre autres de « faire en sorte que tous les secteurs de
la société dans le monde entier soient le plutôt possible au courant des questions
d’environnement et de développement ». Ensuite, il faut « chercher à assurer à tous les
groupes de la population, depuis l’âge de fréquenter l’école primaire jusqu’à l’âge adulte,
l’accès à l’éducation en matière d’environnement et de développement ». En fin, tous les pays
sont encouragés à « promouvoir l’intégration des notions d’environnement et de
développement, y compris de démographie, à tous les programmes d’enseignement,… »
Le chapitre 40, présente l’information comme un des éléments clés du développement
durable. Cela renforce, par ailleurs, l’usage des médias. Car ce chapitre stipule :
 Le renforcement de la capacité de recueillir des informations multisectorielles et de les
utiliser dans le processus de prise de décisions. On entend, donc par là, promouvoir la
capacité de collecte et d’analyse des données et d’informations pour la prise de
décisions notamment dans les pays en développement.
 La mise au point ou le renforcement des moyens permettant de s’assurer que la
planification du développement durable soit fondée, dans tous les secteurs, sur des
informations opportunes, fiables et utilisables.
Ainsi, l’Agenda 21, a considérablement fait évoluer la politique d’éducation
environnementale au Sénégal. Il fera naître successivement deux textes fondamentaux qui
régissent aujourd’hui la politique de gestion de l’environnement au Sénégal. Il s’agit du Plan
National d’Action pour l’Environnement (PNAE) et de la Lettre de politique sectorielle de
l’environnement.
2.1 Le Plan national d’action pour l’environnement (PNAE)

Le Plan national d’action pour l’environnement a été initié en février 1995 dans le
cadre d’un processus participatif et décentralisé de préparation de la stratégie de gestion des
ressources naturelles et de l’environnement. Il a été adopté en 1997. Il constitue un cadre
global de référence qui identifie les problèmes et les acteurs concernés et suggère des
solutions concertées. À ce titre, il accorde un rang de priorité élevé à l’intégration de
l’environnement dans le processus de planification macro-économique.
Dans la partie consacrée à l’analyse des enjeux, l’audit environnemental souligne la
dégradation du cadre de vie lié notamment à l’absence de systèmes efficaces de gestion des
déchets urbains. Il signale également que dans le cadre de la réalisation des actions urbaines
les impératifs d’ordre économique prennent le pas sur les enjeux environnementaux. Les
éléments de stratégie reposent notamment sur la réforme de la fiscalité locale pour permettre
aux collectivités locales d’assumer les compétences transférées et de prendre en charge le
renforcement des capacités techniques des collectivités locales, l’appui aux initiatives des
communautés de base, la réalisation de programme de sensibilisation grand public17.

2.2 La Lettre de politique sectorielle de l’environnement

Adopté en 2004, la Lettre de politique sectorielle a pour objectif de « concilier la


conservation et l’exploitation des ressources naturelles et de l’environnement pour un
développement durable, mais et surtout de réorienter les rôles de l’État et des autres acteurs
non gouvernementaux dans la recherche d’un meilleur cadre de vie ». Le gouvernement
entend exposer un état des ressources naturelles et de l’environnement en soulignant «
l’inadéquation des systèmes et services urbains de base en raison d’une urbanisation rapide et
mal maîtrisée entraînant une pollution excessive et faisant des villes des pôles d’insécurité et
de vie précaire »18
Par ailleurs, la lettre mentionne le déficit d’information et de sensibilisation par rapport
au rôle et responsabilités des différents acteurs, l’insuffisance de la réglementation relative à
la gestion des déchets solides ménagers et industriels ainsi que le faible niveau des
équipements de collecte et de nettoiement.

17
La gestion des ordures ménagères dans les villes du Sénégal : Vers des politiques municipales incluant les
quartiers périphériques, Gret-collection Etudes et travaux – Série en ligne n°8, 2006
18
La gestion des ordures ménagères dans les villes du Sénégal : Vers des politiques municipales incluant les
quartiers périphériques, Gret-collection Etudes et travaux – Série en ligne n°8, 2006
L’objectif global est d’assurer la durabilité du développement économique et social
dans une perspective de croissance compatible avec la préservation des ressources naturelles
et de l’environnement. Les objectifs spécifiques sont notamment :
- d’atténuer la dégradation des ressources en mettant en place un dispositif institutionnel et
réglementaire efficace s’appuyant sur les conventions internationales;
- d’améliorer les capacités de planification et de coordination des actions de préservation de
l’environnement dans un contexte de plus grande responsabilisation des acteurs ;
- de promouvoir des activités génératrices de revenus et des infrastructures collectives
combinant la lutte contre la pauvreté et la dégradation de l’environnement;
- d’augmenter la desserte des populations en ouvrages d’assainissements collectifs autonomes
- de réglementer la gestion des déchets solides urbains, d’élaborer les plans directeurs
régionaux de gestion des déchets et de renforcer les équipements de collecte et de nettoiement
- de promouvoir des attitudes et comportements citoyens en faveur d’une bonne gestion de
l’environnement et des ressources naturelles par le développement de l’éducation, de la
sensibilisation, de l’information et de la formation environnementale.
La stratégie d’intervention, selon le texte, repose d’abord sur un processus de
concertation pour permettre aux différents acteurs de partager leur perception des problèmes
et d’adhérer aux réponses proposées. Les actions devront être développées en synergie afin
d’améliorer leur efficacité, leur durabilité et leur crédibilité auprès des bénéficiaires19.
La lettre de politique sectorielle propose ensuite les grands axes d’un programme
d’action :
– améliorer la base de connaissance des ressources naturelles et de l’environnement en vue de
mieux mesurer leurs capacités de charge (éducation, information et communication) ;
– mettre en place un dispositif institutionnel et réglementaire efficace ;
– promouvoir des activités génératrices de revenu et des infrastructures collectives combinant
lutte contre la pauvreté et dégradation de l’environnement (gestion de la biodiversité, gestion
de la faune, lutte contre la désertification et la dégradation des terres, aménagement et
production forestière, gestion intégrée de la zone côtière et marine) ;
– assurer une gestion/utilisation rationnelle des produits chimiques et une gestion des déchets
solides et de la propreté du cadre de vie. « Dans cette optique, les structures responsables
devront constituer un dispositif, en amont et en aval, pour accompagner et soutenir les
initiatives des collectivités locales et des OCB notamment dans les domaines de la
planification des programmes, de l’appui matériel, du suivi évaluation et de leur mise en
19
République du Sénégal, Lettre de politique sectorielle de l’environnement, 2004
oeuvre, de l’information et de la sensibilisation pour l’instauration de comportements
civiques, de la recherche opérationnelle pour enrichir la base de données sur la gestion des
déchets, du renforcement des capacités des acteurs qui interviennent dans la gestion de la
propreté » ;
– promouvoir des modes de production et de consommation durables (notamment efficacité
énergétique dans les bâtiments) ;
– protéger l’environnement urbain par le traitement des eaux résiduaires et des matières de
vidange et, à long terme, par l’épuration avant rejet vers la mer des eaux vannes et ménagères.

2.3 Le cadre législatif et réglementaire

Les textes qui s’appliquent à la protection de l’environnement sont assez nombreux. Ce


qui nous intéresse, ici, c’est principalement le code de l’environnement.
La loi 2001-01 du 15 janvier 2001 portant Code de l’environnement précise
notamment:
– les déchets doivent être éliminés ou recyclés de manière écologiquement rationnelle afin de
supprimer ou de réduire leurs effets nocifs sur la santé de l’homme, sur les ressources
naturelles, la faune et la flore ou la qualité de l’environnement (article L30) ;
– toute personne, qui produit ou détient des déchets, doit en assurer elle-même l’élimination
ou le recyclage ou les faire éliminer ou recycler auprès des entreprises agréées par le ministre
chargé de l’environnement. À défaut, elle doit remettre ces déchets à la collectivité locale ou à
toute société agréée par l’État en vue de la gestion des déchets. Cette société, ou la collectivité
locale elle-même, peut signer des contrats avec les producteurs ou les détenteurs de déchets en
vue de leur élimination ou de leur recyclage. Le recyclage doit toujours se faire en fonction
des normes en vigueur au Sénégal (article L31) ;
– les collectivités locales et les regroupements constitués assurent l’élimination de déchets des
ménages, éventuellement en liaison avec les services régionaux et les services nationaux de
État, conformément à la réglementation en vigueur (article L32) ;
– l’élimination des déchets comporte les opérations de collecte, de transport, de stockage et de
traitement nécessaires à la récupération des matériaux utiles ou de l’énergie, ou de tout dépôt
ou rejet sur les endroits appropriés, de tout autre dépôt dans des conditions propres à en éviter
les nuisances mentionnées dans la présente loi (article L33) ;
– l’enfouissement dans le sous-sol ne peut être opéré qu’après autorisation du ministre chargé
de l’environnement qui fixe des prescriptions techniques et des règles particulières à observer
(article L 42).
Cependant, il y’a un énorme décalage entre ces textes et la pratique. Par exemple, dans
la région de Dakar, plus particulièrement dans le département de Pikine, le recours à
l’enfouissement est monnaie courante malgré l’article L 42 du Code de l’environnement. Ce
décalage s’explique par l’absence d’information et de sensibilisation suffisantes, de réels
projets intégrant les usagers, le manque de moyens financiers et matériels nécessaires et le
caractère restrictif et punitif des lois qui engendrent souvent la déviance de la population de
certaines localités. Il faut ajoute aussi le manque de suivi, sans lequel aucun bilan ne peut être
tiré.
L’agenda 21, c’est aussi la promotion des associations et organisations non
gouvernementales. La présence, au Sénégal, de certaines organisations comme le World
Wildlife Fund, la Fondation Nicolas Hulot, l’Association Océanium, etc., renforce
considérablement l’éducation à l’environnement.

3. Le paysage rural sénégalais

Grâce à la contribution de l’action associative, l’éducation à l’environnement atteint le


paysage rural sénégalais. En effet, la zone rurale sénégalaise semble retrouver ses méthodes
écologiques et écocitoyens de production, d’exploitation et de gestion des ressources
naturelles. La réussite de ce « grand pas en arrière », et son ancrage de façon durable dans le
paysage rural, résultent de la prise de conscience des enjeux environnementaux. Ainsi, se met
en place une mobilisation optimale de l’ensemble des acteurs ruraux. Les populations rurales
africaines ont développé, au cours des générations, une connaissance scientifique
traditionnelle et holistique de leurs terres, de leurs ressources naturelles et de leur
environnement. Cependant, leur capacité à participer pleinement à des pratiques de
développement durable sur leurs terres a eu tendance à être limitée par l’effet de facteurs de
nature économique, sociale et historique (Agenda 21, 1992).
3.1 Dynamisme des savoirs endogènes

Par savoir endogène, nous mettons l’ensemble des connaissances, interprétations,


systèmes de production sophistiqués accumulés et développés par des peuples ayant une
histoire d’interaction avec l’environnement naturel.
Longtemps ignorés, les systèmes de connaissances endogènes sont de plus en plus
étudiés pour leur contribution au développement de la science. En effet, la reconnaissance des
savoirs endogènes, également appelés savoirs locaux ou autochtones, remet en question
beaucoup de notions sur le développement, la protection de l’environnement, etc. Ces modes
de connaissances sont des maillons forts du système culturel de la zone rurale sénégalaise. Ce
système se fonde sur la langue, l’utilisation des ressources, les systèmes de désignation et de
classification, les rituels, la spiritualité et une vision du monde.
Ainsi, pour la plupart des peuples ruraux ces systèmes cognitifs sont à la base des
décisions prises, au niveau local, concernant des aspects fondamentaux de la vie quotidienne.
Face à la dégradation croissante de l’environnement, les populations rurales africaines n’ont
pas croisé les bras. Les agriculteurs, en particulier ceux qui sont dépourvus de ressources,
expérimentent, adaptent et innovent en permanence (Chambers et al., 1994). Il existe, de nos
jours, de nombreux exemples de savoirs, d’innovation et de découvertes d’origine paysanne et
rurale de haute portée scientifique et technique. C’est le cas, par exemple, de la fabrication
des engrais verts, par enfouissement de feuillage vert, destinés à fertiliser les terres ; ou encore
l’usage des engrais organiques à base de fumier, etc.

3.2 Savoirs endogènes et éducation environnementale

Les savoirs endogènes sont souvent perçus comme une sagesse ancienne transmise à
travers d’innombrables générations. Chaque génération s’approprie les outils cognitifs et les
notions requises pour vivre dans un monde en évolution croissante. Elle tente, par ailleurs,
d’adapter ces connaissances à ses propres expériences et aux perspectives qu’elle s’offre.
Ainsi, pour que les savoirs et techniques endogènes puissent être, de façon soutenue,
appliqués au développement, ils doivent faire l’objet d’une réappropriation critique qui les
intègre au mouvement de la recherche vivante au sein des populations bénéficiaires, ou plus
exactement, au sein d’une élite intellectuelle portée et contrôlée par ces populations,
(Hountondji, 2001).
L’éducation relative à l’environnement devra, elle aussi, exploiter les savoirs endogènes
afin de les intégrer dans une démarche pédagogique orientée vers les populations concernées.
Ces savoirs intègrent à la fois une dimension culturelle, historique et ethnique de la
population. Ils peuvent renforcer le processus pédagogique suivant une démarche qui
considère la population cible dans sa spécificités et non dans sa globalité. Car au sein de
chaque éco-culture, chaque ethnie a ses propres préoccupations, édifie un système de
référence, des valeurs, un langage, un ensemble de stratégies qui lui permettent de se repérer,
de décrire, de comprendre et de vivre dans son environnement, (Sarr, 1995).

En somme les communautés rurales disposent des informations, des savoir-faire et des
circuits d’échanges, de concertation qui leur ont permis de s’adapter à des situations
techniques, économiques et sociales en pleine évolution.
La mise en place de ces dispositifs n’est pas gagnée d’avance quand on sait que la
plupart des sociétés africaines sont caractérisées par une grande diversité de groupes
humaines et linguistiques. Au Sénégal, ces ethnies sont réparties ou cohabitent, quelquefois,
sur des territoires immenses avec des moyens de communication limités et des taux de
scolarisation très faibles.
Dans un tel contexte, la radiodiffusion a toujours constitué le moyen le plus adapté, le
plus fiable et le moins coûteux pour communiquer avec le monde rural, en surmontant les
barrières de la distance, de l’analphabétisme et de la diversité des groupes ethniques
concernés20.

20
FAO, Actes de l’Atelier international sur le développement de la radio rurale en Afrique, Archives des
documents de la FAO
Chapitre II : Communication et culture au Sénégal

1. La communication traditionnelle

La communication traditionnelle africaine est composée d’un ensemble de systèmes


d’information traditionnels. Nous comprenons par système la définition que Ségiet Danutat
et François Brousse21 donnent à ce vocable : « un ensemble d’éléments en interaction
dynamique, organisés en fonction d’un but »
Au Sénégal, comme le souligne Moustapha Mbengue22, ces systèmes d’information
populaires traditionnels ont toujours régulé la vie des communautés. En effet, les SIP ont
toujours existé pour dialoguer, informer, éduquer et résoudre les conflits sociaux. Emmanuel
Ngwainbi, spécialiste en communication, camerounais, note que les populations rurales, qui
constituent la majorité de la population du continent africain, utilisent les moyens
traditionnels de diffusion de l’information : « un crieur marche dans le village, faisant sonner
son gong pour appeler les habitants à se joindre aux activités du village ; un tambour
communique la mort, une invasion imminente, ou une épidémie qui se répand etc.».
Ces systèmes, unanimement recourus à travers l’Afrique, jouent un rôle important
dans les dynamiques villageoises.

1.1 Le griot

Au Sénégal, le phénomène de griot trouve ses origines dans les anciens royaumes 23. Le
griot est à la fois le messager et le porte-parole du roi. Chargé de la conservation de la
mémoire collective, le griot est aussi médiateur et conseiller auprès des familles. Son statut
(homme de caste) en fait un arbitre et un modérateur dans le jeu social, précise Konaté
Doulaye24. Equipé de tambour, le griot est chargé de faire passer des informations à travers le
rythme joué. Le son peut annoncer un décès, une mobilisation des troupes pour une guerre, la
convocation du conseil des sages, etc. (Mbengue, M., 2004).

21
DANUTAT, S., 1984, L’administration du système d’information, Paris : DUNAUD
22
MBENGUE, M., Contribution des usages citoyens de l’Internet à la gouvernance locale et au développement
communautaire au Sénégal : le cas des Systèmes d’Information Populaires, DEA, Université Paris 8, sept 2004
23
Ancienne division administrative du Sénégal avant l’époque coloniale : Kayor, Baol, Walo, Sine Saloum, etc.
24
Konaté Doulaye est Professeur et président de l’association des historiens africains. Il a publié une recherche
intitulée : « Oralité et écriture dans la communication usuelle au Mali : traditions et modernité », revue
électronique publié par les Université de Bamako, UGB, UCAD, janvier 2007
Ce système de communication est toujours utilisé en Afrique et plus particulièrement
au Sénégal. Beaucoup de campagnes s’inspirent de ce mode communication, qui a
considérablement évolué en intégrant des dispositifs modernes (voiture, haut-parleur, etc.).
C’est le cas du camion de l’association Océanium qui parcourt les régions du Sénégal pour
prêcher la bonne parole en faveur de l’environnement.

Le système de communication traditionnelle en Afrique ne se limite pas seulement au


griot. On peut retrouver selon les communautés : les assemblées villageoises, le théâtre, les
chansons, les proverbes, les récits, les devinettes, etc.
Ce type de communication est très vivant en milieu rural et favorise l’adoption d’idées
nouvelles ou au contraire s’oppose à leur introduction.
Ainsi, le système de communication traditionnelle mérite d’être connu et valoriser si
l’on veut mieux comprendre les règles d’une communauté et la manière dont l’information
circule au sein de cette communauté voire même au niveau de l’intercommunalité. Cette
connaissance approfondie de la communication traditionnelle permettra également d’identifier
les acteurs locaux de la communication, les moyens propices de communication, ainsi que les
moments et les lieux privilégiés de communication dans une communauté donnée.
Le diagnostic du système de communication traditionnelle doit être considéré comme
un préalable indispensable à toutes activités de sensibilisation et toutes décisions de mettre en
œuvre des programmes d’action.

2. Les espaces de médiation et de médiatisation

En Afrique, la communication au quotidien est régie par des procédures voire des
protocoles dont l’ignorance ou l’inobservation peut conduire à des blocages. Ces procédures
varient selon les milieux et la nature de la rencontre. Les espaces publics, où se déroule cette
communication, sont nombreux, mais certains jouent un rôle particulier.

2.1 L’arbre à palabre

Variante africaine du parlement, la palabre est l’une des institutions traditionnelles les
plus importantes du continent noir.
En effet, la palabre désigne les assemblées où sont librement débattues quantité de questions
et où sont prises des décisions importantes concernant la communauté25.
Principal parlement traditionnel en Afrique, la palabre a pour objectif de résoudre les
conflits, de prendre des décisions, de valider ou rejeter les projets et éventuellement de faire
des comptes rendus.
A cet effet, la palabre réunit généralement sous un arbre mythique (d’où le nom
« arbre à palabre ») l’ensemble des composantes de la communauté. Les participants ont tous
droit à la parole. Par conséquent, ils peuvent exposer en public leurs points de vue, plaintes
ou demandes ainsi que ceux de leur communauté.
Au courant de cette assemblée, les participants ont également le droit et la possibilité
de se faire représenter par des griots pour donner plus de poids et de considération à leurs
plaidoyers.
Cependant, vue d’un œil occidental, la palabre soulève un problème de démocratie. En
effet, même si le système a considérablement évolué, offrant presque à toutes les personnes la
possibilité de s’exprimer, il faut noter que la palabre a longtemps été réservée aux seuls
dignitaires, notables, sages, et dans certaines communautés (notamment les diolas, une ethnie
du sud du Sénégal) aux hommes ayant déjà effectuer le passage aux bois sacrés26.
La place des femmes reste toujours relative. Selon les communautés les femmes
participent activement aux prises de décisions ou se contentent uniquement de conseiller leur
mari, en dehors des assemblées.
La palabre pourrait devenir une des plus importantes institutions démocratiques de la
société africaine traditionnelle, à condition de s’ouvrir d’avantage aux femmes.

2.2. Les mosquées

Le Sénégal est pays fortement islamisé. Avec une population de 95 % de musulman,


on retrouve presque une mosquée dans chaque quartier. Ces mosquées sont en général
équipées d’un dispositif sonore qui sert à appeler les fidèles musulmans à la prière. Ces aussi
un instrument de sensibilisation dont on se sert pour annoncer de bonnes nouvelles à tout le
quartier, (M. Mbengue, 2004).

25
Sopova Jasmina, journaliste courrier de l’Unesco
26
Le passage aux bois sacrés est un rite effectué notamment chez les Diolas, une communauté située au sud du
Sénégal. Dans la culture Diolas comme dans nombre de cultures africaines le bois sacré est une étape cruciale
pour le passage à l’homme. On ne devient homme et par conséquent avoir le droit de siéger au conseil de la
communauté que lorsqu’ on aura franchi les épreuves du bois sacré. Cette cérémonie peut se dérouler selon les
communautés tous les 20 ans.
Réunissant tous les fidèles cinq fois par jour, les mosquées sont aussi des lieux
privilégiés de dialogue, de concertation et de prise de décisions. Cette activité se déroule après
chaque prière.

2.3. Le marché

En Afrique, le marché n’est pas uniquement réservé aux échanges économiques. C’est
également un espace qui sert à la communication.
En effet, c’est au marché que s’échange toutes les nouvelles de la contrée et du pays,
d’autant que les marchands viennent souvent de très loin et de tous les côtés, (Konaté, D.
2007).
Partant du principe que la population vienne au marché non seulement pour acheter ou
vendre mais aussi pour s’informer et informer les autres, les institutions, ONG, et associations
y exposent différentes techniques pour la protection de l’environnement. (Voir annexe).
C’est le cas notamment de l’expérimentation, intitulée « Des forestiers au marché
villageois », réalisée par l’OAPF27 au Mali.
Afin « d’accrocher » le passant et de déclencher le débat, les agents forestiers exposent
sur leur stand des images grand formant illustrant différents thèmes liés à la gestion des
ressources naturelles.
Ces animateurs sont installés comme n’importe quel vendeur au marché. Le
public défile devant leur aire de vente, regarde les produits et demande des
renseignements. Les passants, hommes, femmes et enfants, posent souvent dans ce cadre
des questions qu’ils ne poseront pas dans les réunions ou assemblées générales des
villages.
Selon l’OAPF, l’évaluation de cette expérimentation met en évidence un certain
nombre d’avantages notamment l’ambiance décontractée qui facilite le dialogue,
l’intensification des échanges entre forestiers et paysans, la régulation des contacts paysan-
forestier, etc. Parmi les points négatifs, l’OAPF souligne le fait que la plupart des gens
perçoivent les forestiers comme des commerçants, avec l’idée qu’ils veulent profiter des
paysans.
Ainsi, nous pouvons remarquer là un problème d’identification de l’action causé par le
statut premier du lieu d’expérimentation. Même si en Afrique le marché est un lieu propice à
la communication interpersonnelle, l’identification spontanée de toute action qui s’y déroule
est sans doute celle du commerce.
27
OAPF
Il est donc nécessaire dès le début d’insister sur le caractère non commercial de
l’expérimentation afin de permettre aux expérimentés de mieux identifier l’action. C’est le cas
de la recherche-action, portant sur le « développement d’un site Internet ‘engageant’ pour des
ampoules à économie d’énergie », à laquelle nous avons l’occasion de participer en tant
qu’expérimentateurs. Cette recherche-action, qui s’inscrit dans le cadre du programme de
l’ANR en partenariat avec l’ADEME, s’est déroulé à Castorama (Aix-les Milles, France).
En effet, Il s’agit pour nous de « valider l’efficacité de ce dispositif par
expérimentation en milieu naturel ».
Pour éviter toute confusion et méfiance des participants (les gens vont à Castorama),
nous leur rassurons dès le départ que nous ne vendons rien, c’est uniquement à des fins
universitaires, etc. Ainsi, ils acceptent facilement de participer.
En somme, la transformation du marché à un lieu d’information et de sensibilisation a
considérablement renforcé la communication d’utilité sociétale28 en Afrique et
particulièrement en Afrique subsaharienne. Désormais, on peut éviter les démarches pénibles
de porte-à-porte ou encore les protocoles29 de l’arbre à palabre, des assemblées villageoises.
Un nouveau public va apparaître : le public féminin.
En effet, les femmes vont pouvoir participer pleinement au débat et en deviennent
même des acteurs indispensables. Contrairement aux palabres et aux mosquées, où l’accès et
la présence ne leur sont pas facilités, le marché érige les femmes au premier rang de leader
d’opinion.
De plus, ce phénomène pourrait favoriser la mise en place de réseaux d’échanges de
programmes. Car, en participant aux campagnes de communication, les gens, venant
d’horizons diverses, peuvent émettre leurs idées et repartir avec d’autres. Ces derniers
pourraient être des ambassadeurs de la bonne parole, des leaders d’opinion, une fois retournés
chez eux. L’opération de sensibilisation pourrait atteindre son but, c’est-à-dire toucher le
maximum de public, dans une société où la bouche-a-oreille est très vivante.

28
Nous empretons le terme « communication d’utilité sociétale » à Robert Vincent Joule et Françoise Bernard,
professeurs et chercheurs au CREPCOM, Aix-Marseille1. Par communication d’utilité sociétale nous mettons
l’ensemble des communications traitant de l’environnement, de la santé, de l’éducation, de l’alimentation, de la
propreté, bref tous les intérêts sociétaux à exploiter et à préserver pour les générations futures.
29
L’organisation de l’arbre à palabre ou des assemblées villageoises passe par le chef du village seul habilité à
donner son accord. Il fait convoqué par son griot les couches sociales autorisées à assister au débat.
3. Les figures influentes de la communication

Les théories sur le pouvoir des médias ont longtemps inspiré de nombreuses politiques
de communication de masse.
Ainsi, en Afrique, dès les premières années de l’indépendance, les dirigeants,
convaincus du pouvoir de fascination et de mobilisation de la radio, ont largement utilisé ce
médium dans des campagnes de vulgarisation.
Cependant, de nombreuses études ont, au fil du temps, nuancé, relativisé, voire même
remis en cause le pouvoir médiatique.
En effet, les médias sont certes des canaux d’information, mais les canaux d’influence
sont souvent ailleurs. Au Sénégal, cette remise en cause du pouvoir médiatique est due à la
force du pouvoir maraboutique et ses conséquences sur le comportement des acteurs sociaux.

3.1. L’omniprésence du pouvoir maraboutique

Le vocable marabout, au Sénégal, est évoqué pour désigner les chefs de grandes
confréries islamiques30. Dotés d’une légitimité reliée pour partie à leurs connaissances du
Coran, les marabouts exercent une autorité et un pouvoir sur les masses en raison de facteurs
historiques et sociologiques, (N. Loum, 2005).
En effet, le pouvoir maraboutique, au Sénégal, « s’exprime avec plus de force que tous
les autres pouvoirs légitimement établis », précise Ndiaga Loum à travers son étude intitulée
La remise en cause de l’autonomie du champ médiatique par le champ maraboutique,
Question de communication, 2005. Ce pouvoir s’élargit grâce au développement exponentiel
des dahiras (écoles confessionnelles mises en places avec la caution du marabout). Le milieu
scolaire n’a pas échappé à l’évolution de ce mouvement maraboutique. Car, il existe
aujourd’hui, dans presque tous les lycées et universités du Sénégal, des regroupements de
disciples chargés de pérenniser les activités de la confrérie.
Il faut noter que pour ces disciples la parole du marabout est précieuse voire même
sacrée. Donc, contester l’acte ou la décision de ces pouvoirs religieux, reviendrait à risquer la
vindicte populaire.
On remarque dès lors que le pouvoir maraboutique a pu poser les bases d’une nouvelle
organisation sociale, où leurs voix pèsent considérablement dans les processus de prise de
décisions.
30
Au Sénégal la religion musulmane est subdivisée en plusieurs familles religieuses ou confréries parmi
lesquelles : les tidjanes, les mourides, quadyrs, les layennes, etc.
3.2. Le chefs de village : maillon fort en zone rurale

Le chef de village est le dernier maillon de la division administrative en Afrique et


plus particulièrement au Sénégal.
Cependant, ils ont plus de pouvoir d’influence sur la population que l’Etat même. En
effet, « aujourd’hui au Sénégal, un président de communauté rurale, quelque soit son pouvoir,
ne peut prendre certaines décisions sans l’implication des chefs de village. Ces personnes sont
très importantes car ce sont les seuls capables de réunir toute la population. De plus, ce sont
les personnes les plus écoutées au niveau local » affirme BALDE, Mbèye Babacar,
secrétaire du Groupe de Recherche Environnement et Presse au Sénégal. (Voir annexes).
Ils sont aussi les principaux interlocuteurs des ONG. Nous pouvons le constater à
travers l’affaire de l’Arche de Zoé où des reportages ont montré le chef de village et ses
collaborateurs tentant de convaincre les femmes réticentes à confier leurs enfants à l’Arche de
Zoé.

3.3. L’engouement populaire autour des chanteurs

Les chanteurs sénégalais sont considérés comme des griots modernes. Ils se
définissent eux-mêmes comme des messagers du peuple. L’engouement populaire qu’ils
suscitent, fait de sorte qu’ils sont sollicités partout. Les publicitaires ont parfaitement compris
ce phénomène. Ainsi, quand on regarde la publicité sénégalaise, environ 95% sont représentés
par des chanteurs.
D’ailleurs, autour de la plupart des chanteurs sénégalais, se constituent des groupes
soutiens appelés « fans club ». Ces « fans club » soutiennent souvent leur idole (le chanteur)
dans sont métier mais aussi dans ses engagements sociétaux.
Aujourd’hui, les chanteurs les plus populaires du Sénégal, notamment Youssou
NDOUR, Baba MALE,…, sont sollicités pour accompagner les campagnes de lutte contre le
paludisme, le sida, la déforestation, l’échec scolaire, etc. Ils sont mêmes nommés
ambassadeurs par des organisations internationales telles que l’ONU, l’UNESCO, la FAO,
etc.

3.4. L’émergence du pouvoir féminin


Le statut de la femme a considérablement évolué. En effet, depuis l’avènement de
l’émancipation des femmes et de la parité, la présence féminine est fortement marquée dans
les processus de prise de décision. Chaque année au Sénégal, est organisée la Quinzaine de la
femme pour revoir leur situation, leur position, et leur contribution à la gestion des ressources
du pays. Il suffit de jeter un regard à travers le paysage médiatique sénégalais ou encore les
orientations de certains partis politiques, pour se rendre compte de la force du lobby féminin.
Aujourd’hui, il existe partout à travers le Sénégal des groupements de femmes et des
GIE très actifs dans la vie sociopolitique du pays.

4. Médias et nouveaux médias

Le pouvoir des médias est de plus en plus relativisé, depuis que des études (two steps
flow, théories de la réception de Hall, etc.) ont montré qu’ils sont « certes de canaux
d’information », mais « les canaux d’influence sont ailleurs »31, par exemple dans le réseau de
communication entre personnes.
Cependant, même si le pouvoir des médias est relatif, les théories des effets directs
continuent à inspirer de nombreuses politiques de communication de masse utilisant
particulièrement l’audiovisuel en Afrique. « L’usage de la télévision et de la radio dans le
domaine de la vulgarisation des techniques liées au développement est souvent situé dans
cette perspective »32. De plus, la question environnementale était très marginalisée dans les
médias et plus particulièrement dans la presse. Force, donc, est de constater que le résultat de
cette pratique serait, sans conteste, une inertie totale de la population, un échec du projet.
Aujourd’hui, les pratiques ont beaucoup évolué. En effet, la télévision, la radio, et la
presse s’emparent de la question environnementale et tentent d’ouvrir, au sein des rédactions,
des rubriques traitant ce sujet. Ils tentent tous d’aller plus loin, au fin fond du Sénégal, pour
sensibiliser et offrir la parole aux populations. C’est dans cette perspective que se situent des
émissions comme « Quartier à la Une » de la chaîne Canal Info, « Rèni ComCom »33 de la
RTS (Radio Télévision du Sénégal), pour ne citer que ceux-la.
Concernant les nouveaux médias, le Sénégal a consenti des investissements importants
pour se doter de nouvelles technologies de l’information et de la communication. C’est le cas,

31
Melvin L. Defleur : understanding mass communications EVERETTE E. Denis, New York, 1991, p 507
32
Antoine Ngor Faye, Communication et Environnement : pour une synergie des acteurs, présenté à l’Assemblée
générale du Groupe Recherche Environnement Press (GREP) les 22 et 23 avril 2006 à Dakar
33
Dans « Rèni ComCom », nous avons « Rèn » qui est un mot wolof (langue nationale du Sénégal) qui signifie
« racine », « source » et « comcom », de cette même langue qui veut dire « ressources naturelles ». Donc, on
pourrait littéralement traduire cela comme suite : source de ressources naturelles.
en particulier, de « la télédétection et les systèmes d’information géographique pouvant être
utilisés pour collecter, traiter et organiser l’information relative à l’environnement »34.
En effet, aujourd’hui des milliers de satellites lancés dans l’espace permettent de
prendre à des fréquences très rapprochées des informations sur la terre. Ces informations sont
utilisées par les services de suivi écologiques, des eaux et forêts,…, pour renforcer la
sensibilisation de la population.
En somme, chacun de ces dispositifs contribue à alimenter et à améliorer la
communication environnementale au Sénégal. Cependant, un dispositif nous semble bien
particulier : la radio rurale ou radio communautaire.

Chapitre III : la Radio rurale, un média de proximité

1. Le rôle de la radio rurale


De tous les médias, la radio rurale demeure le moyens de communication le plus
important voire le seul moyens de communication à la portée de la population rurale africaine.
En effet, la radio rurale s’adapte, de plus en plus, aux caractéristiques économiques, sociales
et culturelles de cette population rurale à laquelle elle fournit l’accès à l’information. Elle
constitue, de ce fait, une source d’expression et de communication considérable, et s’est vu
attribuer un rôle crucial : celui de répondre aux besoins de communautés qu’elle sert par la
diffusion d’information pertinente susceptible de sensibiliser les auditeurs et de développer
leur sens de l’engagement communautaire35.
Au Sénégal, des études ont montré que la situation dramatique de l’environnement
n’aurait sans doute jamais pu être appréciée avec autant de précision sans l’intervention
massive de la radio. C’est, en effet, grâce aux énormes possibilités de dialogues réalisées à
l’antenne que la radio, s’inspirant de l’ancienne pratique de la « palabre africaine »36, réussit à
remobiliser les ruraux pour la préservation de l’environnement. C’est le cas de la radio
« Gaynako »37 dont les programmes permettent de sensibiliser et d’organiser les populations
nomades autour des actions de lutte contre les feux de brousse, la gestion des pâturages,
l’amélioration de la santé du cheptel, la santé humaine, la gestion des forages, etc. Cette radio,
34
Colloque sur les statistiques de l’environnement, Sénégal
35
Atelier sous-régional, Relier la recherche agricole et la radio rurale, Dakar, 6-11 juin 2005
36
Bourgeois Michel, Dissoo ou le malaise paysan au Sénégal, Ethiopiques n° 7, Revue socialiste de culture
négro-africaine, 1976
37
Le mot « Gaynako » signifie Berger. C’est un mot d’origine « Pulaar », deuxième groupe ethnique au
Sénégal : 24% de la population.
émettant en trois langues nationales, pulaar, wolof, et maure, est un outil de communication
sociale permettant aux nomades vivant dans des hameaux éparpillés de s’informer et de se
former pour mieux participer au développement durable.

2. Une brève histoire de la radio rurale africaine

Avant la création de la radio rurale, la majorité des émissions répondaient uniquement


aux goûts et aux besoins des citadins. Les populations rurales africaines ne participaient pas
aux activités de prises de décision et de responsabilité parce qu’elles n’y étaient pas préparées
ou qu’elles n’y étaient volontairement pas associées. Ce phénomène a progressivement
paralysé toute possibilité de relation ou de communication avec les populations rurales et du
même coût entravé considérablement les efforts de développement.
Or en faisant de ses auditeurs les acteurs de ses propres programmes, la radio a réussi
à rendre la parole au monde rural et lui a permis, pour la première fois, de se faire entendre
directement des autorités supérieures (Bourge, M., 1976).
Les Etats africains en prennent conscience et décident alors de repenser les émissions
pour les ruraux. C’est, ainsi, qu’émerge le concept de la radio rurale.
La radio rurale en Afrique noire a connu plusieurs formes et appellations : de la radio
agricole (années 60), aux radios clubs (fin des années 60 moitié 70) en passant par des radios
rurales classiques ou radios éducatives (fin années 70) pour aboutir à la radio rurale locale de
type communautaire (depuis les années 80).
En effet, dès les années 50 des émissions radiophoniques traitent des questions
d’hygiènes et de santé38. En 1962, apparaît au Kenya une émission intitulée « l’éducation par
la radio ». Cette émission avait pour but de diffuser des conseils d’agriculture. En Afrique
francophone, Radio Dahomey du Bénin émet, entre 1960 et 61, des programmes spéciaux, en
langue « fon », contre l’abattage des palmiers.
Ainsi, la radio agricole est considérée comme un supplément à la vulgarisation
agricole et dans une certaine mesure comme un palliatif de l’insuffisance des services
d’encadrement. La mise en place de clubs d’écoute collective va engendrer une
transformation rapide de la radio agricole.

38
Touré S. Ousmane, Quelles radios rurales : publiques, communautaires, associatives, privées, locales,
régionales, nationales ? Archives de documents de la FAO
Au Sénégal, la création de la radio éducative rurale en 1968 avait pour but de réduire
le malaise paysan39. C’est le cas de l’émission Dissoo, qui signifie en wolof 40 dialogue dans la
confiance, diffusée avec l’intervention de la population rurale exprimant son point de vue.

39
Tudesq, André Jean, 1983, La radio en Afrique noire, Paris : Pedone,
40
Le wolof est la première langue nationale du Sénégal. Elle est parlé dans toutes les régions du Sénégal, soit
43% de la population sénégalaise.
Troisième partie : Présentation de l'étude et résultat des
enquêtes

1. Présentation de l’étude

L’étude empirique que nous avons mené au Sénégal concernant ce sujet est
particulièrement axée sur des entretiens et des questionnaires.
Aujourd’hui au Sénégal, il y’a une réelle prise de conscience de l’importance de la
communication dans l’élaboration et l’exécution des projets sociétaux, en l’occurrence
l’éducation à l’environnement. Cela se justifie notamment par la spécialisation de plus en plus
nombreuse des journalistes dans ce domaine ainsi que la prolifération de radios
communautaires qui désenclavent le monde rural.
Face à cette situation sans précédant, nous avons jugé nécessaire de nous entretenir
avec ces spécialistes, qui sont souvent des journalistes convertis aux causes
environnementales, et qui désormais prêchent la bonne parole. Nous avons d’abord pris
connaissance de leurs travaux avant de recueillir leur point de vue sur les pratiques de
communication environnementale au Sénégal. C’est le cas par exemple de « Quartier à la
Une », une émission hebdomadaire qui traite des questions environnementaux en offrant à la
population une prise de parole.
Ensuite, nous avons sollicité la contribution du Groupe de Recherche Environnement
et Presse (GREP). Créé en 2002, le GREP est un réseau de chercheurs, de journalistes,
d’écologistes, d’ONG, etc. Cette structure autonome traite des pratiques et enjeux de la
communication environnementale. Nous nous sommes entretenus avec certains chercheurs du
GREP qui nous ont ensuite mis en relation avec des ONG tel que le WWF (Fond Mondial
pour l’Environnement).
Cette première phase terminée, nous nous sommes dirigés vers le monde rural pour
nous entretenir avec les acteurs de terrain. Ainsi, nous avons fait cap dans le département de
Linguère, à 305 km de Dakar, au centre du Sénégal. Dans cette localité, nous avons travaillé
avec deux radios rurales.
La première s’appelle « Aida FM », elle porte le nom d’une femme (Aida) qui en est la
marraine, mais aussi le choix de ce nom témoigne de la considération, de l’hommage rendue
aux femmes, selon le staff de cette radio.
La deuxième radio porte le nom de « Djolof FM ». « Djolof » est le nom d’un
royaume dans l’ancienne division administrative du Sénégal avant l’époque coloniale. C’est
donc dans cet ancien royaume que se situe le département de Linguère. Là aussi le choix du
nom témoigne de l’encrage voire de l’enracinement de cette radio dans le paysage rural où
elle est implantée.
Après avoir pris connaissance des travaux effectués par les deux radios
communautaires de Linguère, nous avons sollicité la contribution des autorités locales. Il faut
signaler au passage que ceux-ci sont fortement impliqués dans les processus de
communication. Ainsi, nous avons eu un entretient avec le Préfet, qui est l’autorité suprême
du département.
Ensuite, grâce à la collaboration du Préfet, nous avons pu recueillir des informations
au niveau de la Direction des Eaux et Forêts, ainsi qu’à l’Inspection académique du
département.
Nous avons souhaité renforcer l’étude empirique par une comparaison avec une autre
localité. C’est ainsi que nous nous sommes rendus à Kolda, au sud du Sénégal, à 670 km de
Dakar. Ici, nous avons travaillé avec la radio communautaire « Kolda FM » et le Lycée Alpha
Molo Baldé.

2. Difficultés rencontrées

Les difficultés rencontrées dans le cadre de ce projet peuvent être résumées en deux
points :

2.1. Un sujet innovant

Comme nous avons bien mentionné sur la première partie du mémoire, intitulée
« Analyse communicationnelle de l’émergence des pratiques environnementales et
d’éducation à l’écocitoyenneté : le cas du Sénégal », très peu d’ouvrages ont été réalisés
concernant le secteur environnemental et l’éducation à l’écocitoyenneté au Sénégal.
C’est donc un secteur qui n’attire pas jusque là beaucoup de chercheurs et d’écrivains.
C’est, en effet, à une date très récente, dans les années 90, que le sujet, à savoir le respect et la
protection de l’environnement, a émergé comme une priorité qui réunit à la fois les
institutions, les populations et les associations au Sénégal.
2.2. Un accès difficile des Institutions

Au niveau des Institutions nationales, les démarches n’ont pas été très fructueuses
malgré le soutien de personnes influentes que nous avons sollicité.
En effet, nous nous sommes rendus plusieurs fois au Ministère de l’Environnement et
à la Direction de l’Environnement, mais en vain. Aucun entretien ne nous a été accordé. Ils
ont souvent justifié ce fait par un manque de temps, par un nombre incalculable de dossiers
qu’ils ont à traiter.
Ils nous ont, ensuite, proposé de nous rappeler ou de répondre par mail, mais sans suite
malgré les relances que nous avons effectuées.
Ce renfermement des Institutions pourrait, d’une part, être justifié par la situation
sociopolitique assez tendue que traversait le Sénégal en cette période. Il s’agit de la flambée
des prix qui a touché le monde entier et a engendré, selon les pays, des réactions plus ou
moins violentes de la part des populations.
Le Sénégal, à l’instar des pays en voie de développement, a connu des périodes de
perturbations au niveau des transports, du pouvoir d’achat, de l’éducation scolaire, etc.
Nous avons donc suspendu à deux reprises les démarches empiriques à cause des
mouvements de protestation organisés par la population dans la capitale du Sénégal.
D’autre part, ce comportement des Institutions pourrait être interprété comme un refus
délibéré de s’ouvrir, donc un manque total de transparence de la part ces dernières.
Quoiqu’il en soit, à l’état actuel du monde, rien ne devrait empêcher aux institutions
de s’ouvrir et de contribuer à la recherche pour le développement du Sénégal, de l’Afrique et
du monde entier. Cela va donc de l’intérêt de tous d’obtenir des informations concrètes, de
contribuer à la recherche d’idées, de solutions, pour un développement durable. D’ailleurs,
aucune grande puissance n’a réussi à s’imposer sans la recherche.
Nous souhaitons, donc, du fond du cœur pour le bien de tous (générations présentes et
futures), que les institutions africaines et sénégalaises en particulier prennent conscience de
l’intérêt de la recherche et contribue largement à son épanouissement.
3. Résultats de l’étude empirique

3.1. Tableau synoptique des résultats de l’étude empirique

3.1.1. Résultats des « entretiens acteurs de terrains »

Questions Tendance forte Tendance mineure Tendance faible


1) Quelle
représentation faites- Un tableau noir Une représentation /
vous de moyenne
l’environnement du
Sénégal ?
2) Y’a-t-il une /
politique d’éducation Oui Oui, mais une
à l’environnement ? politique dépassée
3) Si oui, en quoi /
consiste-t-elle ? Des conférences, des Introduction de
émissions à la radio, module dans le
à la télé, etc. curricula scolaire
4) La communication
est au cœur de la La communication La communication Une communication
problématique commence à prendre existe mais il y’a souvent pas
environnementale de l’ampleur beaucoup de chose à accessible à la
partout à travers le faire population
monde. Qu’en est-il
au Sénégal ?
5) Comment est-elle
orchestrée ? De haut en bas Information Pris de parole des
sensibilisation à populations par le
travers les médias biais des médias,
dialogue entre
population,
institutions et ONG
6) Dans la zone
rurale sénégalaise, la Prolifération de radio La possibilité de faire Moindre coût
radio semble être le communautaire. participer les
dispositif de Désenclavement du populations des
communication le monde rural milieux les plus
plus important. reculés.
Comment expliquez-
vous cela ?
7) Quelle est sa
particularité par Outil de proximité Prise en compte des Possibilité d’être
rapport aux autres préoccupations de la écoutée partout
dispositifs de population
communication ?
8) Y’a-t-il un réel Pas facile de le dire Oui, la population Constat effectué par
engagement des participe aux les services de l’Etat
populations à travers émissions. ou les ONG sur les
ce dispositif ? Elles s’organisent comportements avant
dans certaines et après de la
localités pour gérer population.
leur environnement.
9) Le Sénégal
possède son propre Fort pouvoir de Rendre crédible la Compléter le travail
dispositif de mobilisation de la communication aux des dispositifs
communication population yeux de la population modernes
traditionnel. Selon
vous quel est l’apport
de ce dispositif dans
la communication
environnementale ?
10) Quelles sont les
figures influentes de Les marabouts, les Les femmes, les Les autorités
la communication au chefs de village chanteurs
Sénégal ?
11) Le marché est un
des espaces de C’est un milieu où se Pouvoir toucher des Pouvoir toucher
médiation et de rencontre toutes les publics d’origines facilement le public
médiatisation les plus couches de la société. diverses. féminin
recourus au Sénégal.
Comment expliquez-
vous ce phénomène ?
12) Selon vous,
comment peut-on Renforcement des Consulter la Mobiliser la
faire pour améliorer moyens financiers population participation de tous
la communication et Sensibiliser les acteurs
l’engagement de la davantage la
population pour la population
protection de
l’environnement ?

3.1.2. Analyse des résultats « entretiens acteurs terrains »

Les résultats obtenus à travers les « entretiens acteurs terrain » décrivent, pour la
grande majorité, un tableau noir concernant l’état de l’environnement du Sénégal.
En effet, même si le Sénégal, est dépourvu de grosses industries et d’infrastructures
polluantes, ce pays n’est pas à l’abri d’une dégradation environnementale inquiétante. Le
Nord du pays subit de plein fouet la désertification, qui avance à grand pas vers le Centre (la
zone de Linguère où nous avons mené une partie de l’étude empirique). La pratique de la
monoculture et l’usage des produits chimiques ont fini par rendre inexploitables les terres.
Les régions côtières subissent une surexploitation des ressources marines. Au Sud, le
recours aux feux de brousse pour le défrichage, la recherche abondante du charbon de bois, du
bois de chauffe, fait de disparaître à grand pas ce poumon vert du Sénégal.
Face à cette situation alarmante, les Institutions sénégalaises ont réagi par la mise en
place d’une politique environnementale. Mais celle-ci ne semble pas être en phase aux
pratiques actuelles. En effet, la plupart des « acteurs terrains » soutiennent que cette politique
environnementale est dépassée. Car elle se caractérise entre autre par des conférences, des
séminaires inaccessibles à la population.
Au niveau des écoles, l’introduction de module environnemental dans le curricula
scolaire, permet d’éduquer la jeunesse sur l’utilité de l’environnement.
Le constat qu’on peut faire, à travers cette grille de résultat, c’est que cette politique
n’intègre pas la population dans le processus de prise de décision. En effet, celle-ci est
considérée comme un simple récepteur. Elle se contente, donc, d’être informée, sensibilisée,
sans aucune possibilité de donner son avis.
La conséquence majeure de ce phénomène est sans conteste l’absence d’engagement
de la population, donc l’échec du projet.
Aujourd’hui, la communication au Sénégal tente petit à petit de prendre en compte ce
facteur. Grâce à la prolifération de dispositifs de proximités tel que les radios
communautaires, la population peut s’exprimer et participer à la recherche de solution.
D’ailleurs, les populations sont, actuellement de plus en plus, impliquées dans les processus
de prise de décisions qu’il devient « impératif de les consulter, leur expliquer clairement les
tenants et les aboutissants des projets et d’avoir leur aval » (voir annexes BALDE Mbaye
Babacar).
La communication au Sénégal répond aussi à des pratiques particulières, dont il est
indispensable de connaître.
Il s’agit dans un premier temps de la connaissance des maillons forts de cette
communication, autrement dit les figures influentes. Les entretiens ont confirmé le poids,
l’influence, bref le rôle déterminant des marabouts, des chefs de villages dans la mise en
œuvre d’un projet de communication.
Dans un second temps, il faut prendre connaissance de l’ensemble des espaces de
médiation et de médiatisation dont le marché, l’arbre à palabre, les lieux de culte, etc. Certains
de ces espaces sont réservés à un public particulier (les lieux de culte), d’autres réunissent
toutes les couches de la société (le marché). D’autres encore ont longtemps été réservés aux
hommes uniquement mais qu’aujourd’hui, ils s’ouvrent davantage au public féminin. Il faut
également ajouter que ce public devient de plus en plus incontournable dans les processus de
prise de décision.
En fin, pour améliorer la communication et l’engagement de la population, la tendance
majeure des « acteurs terrains » est de tabler sur le renforcement des moyens financiers afin
de se doter de dispositifs efficaces permettant de sensibiliser la population. En effet, la plupart
des radios communautaires possèdent peu de moyens pour organiser des antennes
décentralisées (émissions interactives organisées en direct des villages) pour donner
directement la parole aux populations. La tendance mineure mise sur la consultation
permanente du public pour mobiliser davantage leur participation.

3.1.3. Résultats « questionnaires citoyens acteurs »

Questions Tendance forte Tendance mineure Tendance faible


1) Connaissez-vous / /
la radio Kolda FM ? Oui
2) Est-ce qu’il vous / /
arrive de l’écouter ? Oui
3) Combien de fois ? Plusieurs fois par Plusieurs fois par Deux fois par jour
jour semaine
4) Cette radio / /
diffuse-t-elle des Oui
émissions sur
l’environnement ?
5) Pouvez-vous m’en « Naforé Laddé » Jeunesse et Santé et
citer une L’importance de la Environnement Environnement
forêt
6) Quel est le contenu Protection de Participer au Participer à la lutte
de cette émission ? l’environnement (les reboisement contre l’insalubrité
feux de brousse, coup
d’arbre,…)

7) Quel message La protection de « chaque arbre planté « un monde où il n’y


avez-vous retenu de l’environnement est est un pas gagné sur a pas
cette émission ? une affaire de tous le désert » d’environnement, il
n’y a point de
développement »
8) D’après vous, Motivation et
quelle est l’utilité de Sensibilisation encouragement Changement de
cette émission ? comportement
9) Est-ce qu’il vous Oui Non /
arrive d’exprimer
votre avis ?
10) Si oui, En direct par En parlant avec les En débattant avec les
comment ? téléphone proches camarades d’école
11) Cette émission a-
t-elle changé quelque Oui
chose dans votre / /
comportement vis-à-
vis de
l’environnement ?
13) Si Oui, en quoi a- Eviter les feux de Eviter la coupe Tenir mon
t-elle changé votre brousse d’arbre environnement propre
comportement ?

3.1.4. Analyse de résultats « questionnaire citoyen »

Les résultats du « questionnaire citoyen » pourraient nous donner une idée sur les
pratiques de communication effectuées par le biais des radios rurales ou communautaires.
En effet, des études41 ont montré l’importance voire même l’impact de ces radios sur la
population. Ce que pourrait confirmer la fréquence d’écoute au niveau des lycéens enquêtés
(tendance forte : plusieurs fois par jour).

41
Atelier sous-régional, Relier la recherche agricole et la radio rurale, Dakar, 6-11 juin 2005
De plus, cette fréquence d’écoute assez importante est indispensable à la diffusion
d’émission sur l’environnement. A travers ces émissions, les populations reçoivent et
retiennent des messages clés qui leur permettront d’adopter un comportement responsable et
écocitoyen.
Il est difficile de mesurer l’impact de ces émissions sur la population, mais des
indicateurs (notamment les agents des Eaux et Forêts) ont montré qu’il y’a une nette
diminution des feux de brousse, suite à ces émissions.

4. Approche réflexive

Il faut reconnaître, de nos jours, que la communication occupe une place importante
voire même primordiale dans la recherche de solution pour le développement durable.
En effet, de nombreuses études ont montré que la résolution des problèmes de
développement durable, en l’occurrence d’environnement, ne devrait pas se limiter aux
aspects financiers et techniques. Il faut également et surtout tabler sur la communication pour
changer les comportements. Cela signifie qu’il faut aller au-delà de l’information et de la
sensibilisation, qui sont certes nécessaires pour modifier les savoirs, les idées et mêmes
certainement provoquer de réelles prises de consciences. « Mais elles ne sont pas, en tant que
telles, suffisantes pour promouvoir de nouvelles habitudes » (Bernard & Joule, 2005).
Nous avons, donc, pu constater qu’il y’avait un écart considérable entre nos discours
et nos actes. En d’autres termes nous ne faisons pas forcément ce que nous disons. Ainsi, il
n’est pas étonnant de voir le nombre de projets échoués malgré la tenue considérable de
campagnes de sensibilisation.
Alors, comment réduire voire mettre en phase nos discours et nos actes ?
Nous ne prétendons pas posséder La solution. Par ailleurs, nous proposons, avec
conviction, une démarche validée par de nombreuses recherches (psychologie sociale,
communication, etc.), et dont nous avons pu, nous-mêmes, vérifier à travers les
expérimentations empiriques effectuées au courant de ces deux années de Master (voir
annexes) .
Pour mettre en phase nos discours et nos actes, il faut susciter l’engagement de tous les
acteurs concernés.
En effet, l’engagement est «le lien qui existe entre l’individu et ses actes » (Charles
Kiesler ,1971). Ainsi, contrairement à ce que nous pensons, il ne suffit pas d’avoir de bonnes
idées pour poser des actes favorables. Car nous ne sommes ni engagés par nos idées ni par nos
sentiments, mais par nos actions, nos conduites effectives, donc « des agissements que les
autres peuvent ou pourraient voir ».
Donc, nous devrions encourager les individus à prendre publiquement des décisions.
Ce faisant, nous serions plus à mesure d’honorer nos engagements. Il faut ajouter que cet
engagement ne pourrait exister que si les individus s’identifient librement à l’action : « c’est
dans ma nature de protéger l’environnement ».
Pour réduire cet écart entre nos discours et nos actes, il s’agit aussi de revoir la place
que nous octroyons à la population dans les processus de prise de décisions. Dans la plupart
des cas, la population se contente uniquement de recevoir les décisions finales sans en émettre
son avis.
De plus, ces décisions sont souvent contraignantes et ne tiennent pas compte des vraies
aspirations de la population. Il est, donc, fort probable que les projets structurés de cette façon
ne connaissent pas le succès escompté, pour ne pas dire échouent lamentablement. Et pourtant
on aura l’impression d’avoir bien informé et sensibilisé mais l’absence de débat, de
concertation avec la population cause le refus et le rejet des projets.
Alors, il faut redéfinir le rôle de la population. C’est-à-dire de « simple récepteur » elle
passe à un « acteur-partenaire » participant pleinement et librement à la prise de décisions. Il
faut, enfin, responsabiliser cette population et les impliquer davantage aux projets.
De plus, certaines populations possèdent des savoirs endogènes valorisants et efficaces
à la résolution des problèmes. D’ailleurs, « certains ethnologues ont trouvé dans les
représentations picturales, les pratiques agricoles, les techniques de chasses indigènes et
l’exploitation traditionnelle des ressources, des savoirs d’intérêt pour l’éducation à
l’environnement »42. Il faut, donc, prendre en compte ces pratiques, voire même les privilégier
en offrant à ces populations une réelle prise de parole et une possibilité d’agir.

Conclusion
Tout au long de ce mémoire, nous avons tenté de montrer l’importance de la
communication à travers des recherches théoriques, des expérimentations, des démarches
empiriques, etc. Aujourd’hui, nul doute des vertus de cette communication, dont la
particularité se distingue d’un continent à l’autre. C’est dans ce sens que nous avons pu
montrer un certain nombre de dispositifs et pratiques qui régissent la communication au
Sénégal et en Afrique subsaharienne en général. Il est donc intéressant voire indispensable de
prendre connaissance de ces pratiques locales et endogènes pour s’offrir davantage de chance
de réussite des projets.
Par ailleurs, il serait intéressant d’intégrer, dans ces pratiques, le paradigme de la
communication engageante pour provoquer le changement de comportements.
En effet, avec une population bien informée, consultée, impliquée et s’identifiant
librement au projet, l’engagement et le passage à l’action deviennent plus probables. De plus,
les espaces de médiation et de médiatisation que nous avons cité à travers ce mémoire,
(l’arbre à palabre, les assemblées villageoises, etc.), nous semblent propices à l’application de
ce type de communication, surtout à la prise de décision publiquement.
La combinaison de ces deux pratiques pourrait produire des résultats remarquables
pouvant renforcer ma recherche de solutions pour le changement de comportement.

42
Urbain Njatang, Influence des moyens de communication sur l’éducation relative à l’environnement en
Afrique sud-saharienne : le cas du Cameroun, Education relative à l’environnement, Vol. 4, 2003
Eléments bibliographiques

Littérature grise
Rapport de la conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (Rio de
Janeiro, 3-14 juin 1992) :

Education à l’environnement pour le développement durable : informer, former ou éduquer ?


(7-8 juin 2007 à l’IUFM de Montpellier)

Sarr, M., Approches didactiques de la problématique de l’eau en milieu formel et informel au


sahel : le cas du Sénégal, Colloque international de Cogolin, 19-20-21 juin 2003

Faye, A. Ngor, Communication et Environnement : pour une synergie des acteurs. Assemblée
générale du GREP 22-23 Avril 2006

Atelier sous-régional, Relier la recherche agricole et la radio rurale, Dakar, 6-11 juin 2005

ACCT, Pour une radio locale en Afrique, Ouagadougou, 1980


Littérature scientifique

Jonas Hans, Le Principe Responsabilité, Collection champs – Flammarion, 1998.

LAURENT GIROUX, «Hans Jonas (1903-1993) : le Principe Responsabilité», L’Agora,


vol. 7, no 2, janvier-février 2000.

Sève Bernard, (octobre 1990) «Hans Jonas et l'éthique de la responsabilité », in Esprit.

Ricœur Paul, (1992) «La responsabilité et la fragilité de la vie. Ethique et philosophie de la


biologie chez Hans Jonas», in Le Messager européen, no. 5.

Simon René, (1993) Ethique de la responsabilité. Paris, Editions du Cerf.

Sauvé, L. (1997), Pour une éducation relative à l’environnement, Montréal : Guérin, 2e


édition

Tudesq, André Jean, (1983) La radio en Afrique noire, Paris : Pedone.

Bourgeois Michel, (1976) Dissoo ou le malaise paysan au Sénégal, Ethiopiques n° 7, Revue


socialiste de culture négro-africaine,

Kone, H., La communication pour le développement durable, Lettre d’information Vol.11


no.2

Yolanda Ziaka, publié en 2004, Grèce- L’éducation à l’environnement pour les adultes à
travers les médias : aspects didactiques dans le cas de la presse écrite, thèse soutenue en
1995
BOYE, K., COLY, N., DIATTA, A., Analyse communicationnelle de l’émergence des
pratiques environnementales et d’éducation à l’écocitoyenneté : le cas du Sénégal,
Mémoire de Master 1, soutenu en juin 2007, Université de Provence, Aix-Marseille1.

Sarr, M., (1990), Etude critique d’un thème d’éducation relative à l’environnement :
l’utilisation rationnelle et la gestion des ressources naturelles. Thèse de doctorat,
Université de Paris 7

Ndione, E. et Coll (1992) : Avenir des terroirs : la ressources humaine. Enda Collection
Recherches populaires

Mbengue, M., Contribution des usages citoyens de l’Internet à la gouvernance locale et


au développement communautaire au Sénégal : le cas des Systèmes d’Information
Populaires, DEA, Université Paris 8, sept 2004

SOW P. S., KANTE S. (SVD, Ministère de la Ville), Pour une nouvelle stratégie de gestion
des déchets dans les communes de l’intérieur, ministère de la Ville, Agetip, Sahélienne de
valorisation des déchets (S.V.D.), Rapport d’études, 1996, SVD.

Danutat, S., 1984, L’administration du système d’information, Paris : DUNAUD


Robert Vincent JOULE, Jean-Léon BEAUVOIS, (2002) Petit traité de manipulation à
l’usage des honnêtes gens, Presses Universitaires de Grenoble,

JOULE, R V., PY, J. et Bernard F., Qui dit quoi, à qui, en lui faisant faire quoi ? Vers une
communication engageante. Dans M. Bromberg et A. Trognon (eds). Psychologie sociale et
communication. Paris : Dunod, 2004

Annexes

 Entretien avec BALDE Babacar Mbaye, Secrétaire du Groupe de Recherche


Environnement et Presse (GREP)

 Entretien avec SANE Abba, Rédacteur en chef de la radio Kolda FM

 Comment amener quelqu’un à faire ce qu’on souhaite le voir faire ?

 Développement d’un site « engageant » pour des ampoules à économie d’énergie:


validation de son efficacité par expérimentation en milieu naturel.

 Le processus de résolution de problème


Dakar 25 /04/2008

BALDE Babacar Mbaye

Journaliste Environnementaliste
Secrétaire du Groupe de Recherche Environnement et Presse (GREP)

Le GREP est créé en juin 2002 à Dakar. C’est une structure qui travaille en collaboration avec le
WWF : le Fond Mondial pour l’Environnement. C’est ce Fond mondial pour l’environnement qui a
l’idée de sensibiliser et d’encourager des journalistes de mettre en place ce réseau qu’est le GREP.
Donc, le GREP est une structure autonome financée par le WWF et l’Ambassade des Pays-Bas.

Si je devais faire une photographie de l’environnement du Sénégal, je dirais que c’est un


cliché très noir. Parce qu’aujourd’hui si le GREP est là c’est parti d’un constat. Dans le cadre
du traitement de la question environnementale, on a constaté régulièrement que tout ce qui se
faisait au niveau gouvernemental ou des acteurs ou encore des ONG par rapport à
l’environnement n’évoluait pas. Alors, nous en tant que journalistes et ayant comme créneau
de relayer l’information et la faire parvenir là où une simple voix ou un simple mot ne l’aurait
fait, nous nous sommes dit qu’il serait intéressant de mettre en place une association où il
y’aura tous les médias à savoir la presse écrite, la radio, la télévision…où tout le monde y
contribue. On essayera donc, par cette association, de voir comment sensibiliser davantage la
population, comment vraiment la conscientiser pour qu’il y’ ait une prise de conscience réelle
de la question environnementale. En somme, nous notre objectif c’est de voir comment poser
l’éducation environnementale au niveau des citoyens.

Concernant la politique d’éducation environnementale, le gouvernement du Sénégal avait


posé quelques projets avec des partenaires comme l’ambassade des Pays-Bas où ils avaient
arrêté des modules axés sur l’éducation environnementale. Pour vous dire, un module avait
été introduit même dans le curricula scolaire du Sénégal. Mais bon ça n’a pas fait tache
d’huile. Parce que le projet n’a pas eu de suite et ceux qui étaient formés pour ça n’ont pas pu
continuer le travail.
On essaye donc par ci par là de voir comment intéresser la population, comment éveiller leur
conscience mais les projets manquent de suivi.
Mais, on peut être optimiste car à travers la situation que vit le planète, tout le monde est
préoccupé par la question environnementale. Il y’a une prise de conscience qui commence à
naître.
Au Sénégal, c’est vrai que tout à fait au début c’était juste des tentacules. On a vu que la
question environnementale était très marginalisée dans les médias et plus particulièrement
dans la presse. Alors on s’est dit qu’on ne peut pas être journaliste et ne être préoccupé par la
question environnementale et ne pas insister pour que dans nos rédactions qu’on ouvre des
fenêtres qui traitent de l’information environnementale. En C’est ainsi que nous nous sommes
réunis en délégation et nous avons fait le tour des grandes rédactions. Nous sommes aller voir
des responsables de projet, le ministre en personne, et la population.
En ce qui me concerne, cela fait 6ans que j’anime une émission environnementale dans une
radio. J’ai convaincu mes responsables qu’il fallait vraiment ouvrir une brèche sur la question
environnementale. Il y’a même en ce moment une tentacule de radio environnement, mais bon
ça ne fait pas long feu parce que cette radio a été liée à un projet et à la fermeture de ce projet
la radio a disparu.
Aujourd’hui les populations sont même impliquées dans le processus de prise de décisions.
Tout récemment j’ai assisté à une audience publique. On devait monter un projet dans la baie
de Hann. Alors, les responsables du projet et du ministère sont venus au niveau de la
commune pour rencontrer tous les acteurs, pour avoir le mot de la population, pour voir ce
que la population pense de ce projet et c’était une audience publique où tout le monde était
libre de parler de dire ce qu’il pensait. Finalement le projet a été rejeté car la population a jugé
qu’il était dangereux pour elle. Cette concertation est une chose, aujourd’hui, que le
gouvernement a inclus dans le cahier de charge de tout promoteur. Dorénavant, il est
impératif de consulter la population, leur expliquer clairement les tenants et les aboutissants
du projet et avoir l’aval de cette population. Parce que c’est elle qui vit dans ce milieu et c’est
elle qui subira les conséquences qui adviendront de ce projet. C’est pourquoi le gouvernement
prend en compte l’appréciation de la population.

Pour mettre tout le monde au même pied d’égalité, on encourage aujourd’hui l’implantation
de radio communautaire. La communication à travers les grandes stations était très limitée.
Pour corriger ce manquement, le gouvernement table sur la prolifération des radios
communautaires. Cela permet de toucher le citoyen qui se trouve au fin fond du Sénégal.
La particularité de ces radios communautaires par rapport aux autres médias c’est qu’elles
sont beaucoup plus proches à la population et celle-ci s’identifie même à ces radios. C’est la
population même qui anime ces radios et il n’y a pas de tabou. D’ailleurs, la grande révélation
c’est que la population c’est que la population s’est approprié ces radios. Elle a découvert un
outil qui prend en compte leurs préoccupations quotidiennes.

Quant à l’engagement, pour la population pusse s’y mettre il faut qu’elle soit convaincue de la
fiabilité du projet. J’ai assisté à des rencontres notamment dans la région de Thiès où on
devait implanter un jardin botanique alors que certaines personnes cultivaient tout au tour. Il a
fallu des séances de discussion pour leur faire comprendre que ce jardin botanique
n’influençait en rien sur leurs cultures. Ils craignaient que les produits utilisés dans ce jardin
aient des conséquences néfastes sur leurs cultures. Donc, il faut des discussions pour éclaircir
et convaincre la population de la fiabilité du projet. C’est ainsi qu’elle pourra s’engager.
Aujourd’hui, le gouvernement n’ose pas implanter un projet sans concerter et impliquer la
population, s’il ne veut pas que ces projets soient voués à l’échec.

Les dispositifs traditionnels de communication sont très importants. C’est vrai que la radio, la
télé, la presse et l’Internet sont là, mais le griot à encore sa place dans le système de
communication sénégalais. Il est écouté et suivi. Même les politiques essayent de passer par
son canevas pour faire véhiculer leurs messages. C’est dire l’importance du griot dans la
communication au Sénégal. Les messages qu’il véhicule sont considérés comme des messages
vrais et bétons. Les griots sont ainsi des leaders d’opinion et conservateur de la tradition de
nos sociétés africaines.

Les chefs de villages sont aussi des personnes influentes qu’on ne peut nullement dévier
quand on veut mettre en place un projet dans leur localité. Aujourd’hui, un président de
communauté rurale, quelque soit son pouvoir, ne peut prendre certaines décisions sans
l’implication des chefs de village. Ces personnes sont très importantes car ce sont les seuls
capables de réunir toute la population. De plus, ce sont les personnes les plus écoutées au
niveau local.

Le marché c’est là où tout le monde se retrouve, c’est là où tout monde cherche ce dont il a
besoin. C’est donc un noyau où tout s’échange. Le message véhiculé dans ce lieu est
constamment là. Et chaque personne qui y met les pieds prendra un peu de ce message. Il
essayera ensuite de le transmettre aux personnes de sa communauté. C’est dire que le marché
est un des lieux les plus prisés pour faire passer les messages. Le gouvernement du Sénégal a
même ciblé des marchés pour organiser des campagnes de sensibilisation (notamment la
campagne contre le choléra). Ils avaient implanté des haut-parleurs, des micros, il y’avait
aussi des animateurs qui faisaient rire les gens. Donc, ils sont partis de cette atmosphère
détendue pour faire passer le message, pour dire à la population les bonnes pratiques à faire
pour garder un environnement propre et éviter les maladies.
Pour améliorer la communication environnementale il faut un renforcement des capacités des
journalistes pour qu’ils portent le bon message. Car un message pour le porter il faut savoir sa
quintessence, faire le pour et le contre. Parce que si on donne le mauvais message il peut avoir
d’autres conséquences.
Il faut aussi davantage d’approches en vers les populations pour leur expliquer la raison et le
but des projets. Il faut qu’il ait un échange et que tout le monde s’approprie cette question
environnementale. Il faut former cette population pour qu’elle puisse assurer la pérennité des
projets au niveau local.
SANE Abba
Rédacteur en chef Kolda FM

La radio régionale Kolda FM a été créée en 2000. Par souci de décentralisation


Radio Sénégal a voulu prendre les préoccupations des populations. Donc, il a fallu, en un
certain moment, créer des programmes spécifiques à chaque région. Il fallait aller vers le
développement, la décentralisation étant faite, à partir de ce moment, il était important de
créer ces radios régionales pour qu’elle puisse prendre en compte les besoins des
populations.

Quels les apports de votre radio pour le monde ?

La radio Kolda FM est fondamentalement et profondément rurale, car elle est née au
niveau de trois départements : Kolda, Sédhiou et Vélingara. Le feedback nous parvient à
travers les émissions que participent ces auditeurs. La téléphonie rurale étant en place
actuellement, nous parvenons à échanger avec cette population qui nous suggère de traiter tel
ou tel thème jugé intéressant. Alors, on s’est rendu compte que la population s’est impliquée
et qu’elle participe pleinement aux programmes. Nous sommes en milieu urbain, mais la
majeure partie de nos auditeurs appartient au milieu rural.

Diffusez-vous des émissions concernant l’environnement ?

Nous organisons des émissions environnementales en rapport avec des ONG. La radio
nationale a signé un protocole avec la direction nationale des Eaux et Forêts. Ce protocole a
été décentralisé au niveau régional. Ainsi, l’inspection régionale des Eaux et Forêts a des
émissions en partenariat avec Kolda FM. Personnellement j’ai été faire des émissions
décentralisées par rapport à la lutte contre les feux de brousse. On a fait toutes les
communautés rurales de Kolda et de Vilingara pour sensibiliser la population par rapport à la
lutte contre les feux de brousse, à la préservation des espèces tel que le bamboo, qui
aujourd’hui est en train de générer des revenus pour ces populations. Car une fois en maturité,
les populations s’en servent pour clôturer leur maison, créer des lits ou encore des paniers…
L’émission « Naforé laddé » qui signifie l’importance de la forêt abonde dans ce sens.
Elle a permis à beaucoup de population de savoir les périodes propices aux pare-feux, aux
feux précoces. Par exemple les feux précoces doivent être mis entre novembre et décembre.
Mais avant mi-décembre on ne doit plus les mettre. Si c’est le cas on considère que c’est un
feu de brousse. Donc, ce sont ces émissions éducatives qui permettent à la population de
pouvoir préserver l’environnement. Ça permet à la population de corriger, d’avoir une
nouvelle manière de faire, parce que depuis quelques années ces populations sont en train de
quitter l’agriculture vers l’économie de plantation. En plantant, quand les feux de brousses
arrivent ils détruisent tout. Et c’est en adoptant les systèmes de préservation que la population
parvient à réduire le mal.

Pensez-vous que ces émissions ont un réel impact sur la population ?

Nous avons fait un peu, à un moment donné, une étude auprès des présidents de
communautés rurales, mais également des populations elles-mêmes pour savoir si les
émissions avaient un impact. L’expérience de la commune de Sarré Bidji nous a convaincu.
Cette commune est aujourd’hui vraiment en avance par rapport à lutte pour la préservation de
l’environnement. A la suite des émissions, ils ont décidé de créer des comités de vigilance et
tous les matins un groupe de femme fait le tour des concessions pour vérifier si les feux sont
éteints au niveau des foyers, avant d’aller dans les champs. On leur a dit de planter pour éviter
les ravages des feux de brousse. C’est ainsi que l’anacarde est venu et toutes autres espèces.
Les présidents de communauté rurale sont impliqués autant que les populations. Quand nous
avons fait les sondages la majeure partie nous a dit qu’elle ne savait pas par exemple les
méthodes de lutte contre les feux de brousse avant qu’elle ait suivi nos émissions. Aussi,
grâce à ces émissions, les populations se sont organisé de sorte que les revenus issus de la
forêt leur reviennent. Aujourd’hui, plusieurs communautés rurales ont un compte au trésor.
Car dans l’exploitation du charbon, il y’a un taxe qui revient à la population concernée, les
produits de cueillette également.

Donc, on peut dire qu’il y’a une participation effective des auditeurs ?

Effectivement, ces émissions se font corrélativement en studio et sur le terrain. Sur le


terrain les émissions se font avec la participation des groupements de femme, des jeunes, des
comités de lutte, des chefs, etc. Et là c’est tout le monde qui participe. Ça permet à chacun de
donner son avis. Il arrive par exemple qu’un paysan vous dise : « vous, vous avez dit telle
chose mais moi j’ai vécu tel cas ». Quand on est allé au village de Médina Yoro Fula, la
population nous a dit : « nous avons écouté l’émission que vous avez fait au village de Patta.
Mais nous, nous allons faire plus qu’eux. Nous allons vous montrer à quel degré la population
est impliquée dans la lutte pour la préservation de l’environnement ». Et ça c’est une source
de stimulation.

Selon vous, qu’est-ce qui fait que la radio rurale soit considérée comme l’outil de
communication le plus important, pour l’éducation à l’environnement surtout dans le
monde rural ?

En fait, comme je l’ai dit nous sommes dans la commune, mais nous sommes une
radio principalement rurale. C’est parce que la population elle-même s’exprime pour dire leur
difficulté, leur expérience. A partir de ce moment là, la radio est devenue un outil important.
On nous appelle pour nous signaler un feu de brousse à tel endroit, ce qui n’existait pas avant.
Aujourd’hui, la radio traite de tous les problèmes sociétaux. Elle va sur le terrain discuter avec
les populations. La population elle-même a dit : « depuis que Kolda FM existe, nous ne disons
pas que nous sommes sorties de l’ignorance, mais ça nous a beaucoup aider surtout en terme
d’éducation dans plusieurs domaines ». Cela parce que Kolda FM, est une radio qui leur parle
dans leur langue, et ça c’est important. Ce qui ne se faisait pas à l’époque.

Selon vous, quel est l’apport des dispositifs traditionnels dans la communication portant
sur l’éducation relative à l’environnement ?

Les marabouts, chefs de village, ainsi de suite, et les griots traditionnels, ils ont
également un rôle à jouer. Ils existent toujours dans nos sociétés africaines. Quand nous
faisons des spots pour dire que tel jour nous organisons une émission dans tel endroit, en
général ce sont les griots qui complètent l’information. Donc, ce sont eux qui font la
sensibilisation et la mobilisation avant le jour. Ça c’est au niveau local. Au niveau général, on
s’est toujours appuyé sur leaders pour le travail. C'est-à-dire que quand on arrive, il faut
discuter avec le marabout d’abord, il faut l’impliquer dès les premières phases de repérage.
Parce que le marabout a de l’influence. Le manque d’implication de ces leaders d’opinion a
pour conséquence l’imminent échec du projet. Vous ne réussirez pas votre émission, vous ne
mobiliserez pas la population. C’est vrai que la radio est le médium le plus rapide pour
communiquer en un temps record et toucher un certain nombre de cible, mais sans la
contribution massive des marabouts, des chefs de village, et des femmes, le risque d’échec est
évidant.

Actuellement, qu’elle place occupe la femme dans les processus de prise de décision,
sachant qu’elles y ont longtemps été absentes ?

La femme aussi est une figure très influente car c’est elle qui continue à aller en
brousse après la saison des pluies, pendant que l’homme est à la maison. Les gens se sont
rendus compte que la femme est plus impliquée, et plus proche de la nature pour peu qu’elle
soit fréquemment en contact avec celle-ci. Elle est donc plus au courant de ce qui se passe
dans la nature. C’est vrai qu’avant des les processus de prise de décision quand il y’avait les
hommes, les femmes sont absentes et si le chef de village parle, c’est fini la femme ne plus
prendre la parole. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Les femmes interviennent et leur apport a
été déterminant dans la préservation de l’environnement. Elles sont beaucoup plus attentives à
l’environnement que les hommes. Par exemple, on s’est rendu compte que les feux de brousse
sont plus causés par les hommes. Quand les femmes allument du feu pour faire du charbon de
bois, elles s’occupent de bien nettoyer le périmètre de sécurité. Donc elles sont beaucoup plus
attentives et les hommes n’ont pas démenti. C’est un constat fait dans 9 communautés
rurales.

A travers toutes ces questions que nous venons de parcourir, peut-on dire qu’il y’a une
politique d’éducation à l’environnement au Sénégal ?

De manière générale, c’est l’Etat qui détermine la politique environnementale. Et


l’éducation relative à l’environnement n’est pas aussi poussée que ça. C’est au primaire qu’on
vous dit : « planter un arbre c’est utile,… ». Maintenant, il y’a un effort qui se fait du côté des
artistes car beaucoup de musiciens ont fait des chansons pour sensibiliser la population par
rapport à cette lutte pour la préservation de l’environnement.

Selon vous, comment peut-on faire pour améliorer la communication et l’engagement de


la population pour la protection de l’environnement ?

Pour ce qui est de la communication, nous croyons qu’il faut renforcer les moyens
pour pouvoir aller davantage sur le terrain, en contact avec la population. Il faut que l’Etat
investisse dans le secteur de l’environnement, car les populations même si elles sont
suffisamment sensibilisées, elles ont tendance à ne rien s’il n’y a pas de moyens. Autre
solution, c’est la création de forêts privées. C’est une idée qui a été soulevée par un ancien
ministre de l’environnement du Sénégal. Il fallait donc encourager et primer les gens se sont
lancés dans cette initiative. La question du prime pourrait motiver davantage les populations
car à l’arriver il y’a la récompense.

Comment amener quelqu’un à faire ce qu’on souhaite le voir faire ?


Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens,
(1987), Presses Universitaires de Grenoble
Robert-Vincent Joule & Jean-Léon Beauvois

Introduction

Comment amener quelqu’un à faire ce qu’on souhaite le voir faire ?, voila bien une
question, aussi vielle que le monde, qui concerne tout le monde et dont les réponses fiables et
pertinentes sont soulignées à travers cet ouvrage intitulé Petit traité de manipulation à
l’usage des honnêtes gens. Publié en 1987 aux Presses Universitaires de Grenoble, par deux
chercheurs en psychologie sociale et professeurs des Universités, Robert-Vincent Joule et
Jean-Léon Beauvois, cet ouvrage scientifique démontre comment, dans la vie de tous les
jours, nous sommes amenés à prendre librement une décision qu’on ne prendrait pas
forcément par nous-même dans d’autres circonstances ?
En effet, il existe deux façons d’obtenir de quelqu’un qu’il fasse ce qu’on voudrait le
voir faire. Il s’agit de l’exercice du pouvoir et de la manipulation.
Le pouvoir : c’est malheureusement le moyens le plus recouru à travers le monde.
L’organisation hiérarchique de la société, de la famille, de l’entreprise (bureaucratie), favorise
l’usage du pouvoir comme moyens de faire faire à quelqu’un ce qu’on voudrait le voir faire.
Ce pouvoir basé l’ordre et la répression, n’est malheureusement pas à la portée de tous. Ceux
qui en bénéficient, peuvent se venter d’avoir une solution d’amener autrui à faire ce qu’ils
voudraient le voir faire. Cependant, « dans de tel cas, la personne soumise a néanmoins
conscience de la situation de dépendance dans laquelle elle se trouve, même s’il lui arrive
d’estimer juste les demandes qui lui sont adressées ou de juger utile le travail qu’on attend
d’elle. »43. Pour ceux qui n’ont de pouvoir ni de moyens de pression, la solution est de faire
recours « à une simple requête, voire même s’en remettent aux aléas de l’argumentation ou de
la séduction ». Seulement « ces stratégies d’argumentation ou de séduction requièrent des
compétences ou des attributs que tout le monde n’a pas ».
La manipulation reste, donc, « l’ultime recours dont disposent ceux qui sont dépourvus
de pouvoir ou de moyens de pression ». Avec elle, nul besoin d’être fin tacticien du discours
ou de la séduction. Seules la connaissance et la maîtrise de quelques techniques de
manipulation, (technologies comportementales périphériques, pour être politiquement plus
correct) proposées par cet ouvrage, suffisent pour arriver à ses fins. De plus, la manipulation
n’est pas vécue comme telle, car l’individu a le sentiment d’avoir agi en toute liberté.
Alors comment amène-t-on vraiment quelqu’un à faire, en tout liberté, ce qu’on attend
de lui sans qu’il se sente manipulé ? Voici des réponses proposées par ce Petit traité de
manipulation qui, fort de ses 9 chapitres, fait « appel à des techniques adossées, à des
théories scientifiques et ayant fait la preuve de leur efficacité dans des recherches
expérimentales de laboratoire ou de terrain.

Les stratégies qualifiées de comportementales


Pour obtenir quelque chose de quelqu’un, mieux vaut éviter la formulation directe de
la requête. En effet, un chercheur américain (Harris, 1972) en comparant l’efficacité de deux
façons de procéder pour obtenir un dime (environ 20 centimes d’euro) de citadins américains,

43
Ce phénomène s’appelle la rationalisation : c’est un processus psychologique qui amène les gens à reconnaître
comme légitimes les conduites qui leur sont extorquées par l’exercice du pouvoir (Beauvois et Joule, 1981)
trouve que lorsque la requête était formulée directement, une personne sur dix seulement
acceptait de donner la somme demandée ; il s’en trouvait quatre fois plus lorsque
l’expérimentateur avait préalablement demandé l’heure44. C’est donc un stratagème à la
portée de tous. L’individu doit, pour obtenir un comportement escompté, passer un l’extorsion
d’un comportement préparatoire. Ainsi, « si au lieu de demander 20 centimes vous aviez
demandé l’heure, nul doute qu’on vous l’aurait volontiers donnée ». Il faut donc procéder par
un acte préparatoire (demander l’heure par exemple). Cet acte préparatoire est crucial car il
établit aussitôt un lien entre les deux individus. Le simple fait d’accepter librement de
répondre positivement à la requête initiale, peut nous amener à nous comporter tout autrement
que nous ne l’aurions fait spontanément. Dans ce contexte (absence de pouvoir, de pression),
ce n’est pas parce que nous sommes de nature serviable que nous acceptons de faire ce
qu’autrui voudrait nous voir faire, mais simplement parce que nous souvent engagés à le faire.

L’engagement

Charles Kiesler (1971)45 définit l’engagement comme étant «le lien qui existe entre
l’individu et ses actes ». Donc, contrairement à ce que nous pensons, il ne suffit pas d’avoir de
bonnes idées pour poser des actes favorables. Car nous ne sommes ni engagés par nos idées ni
par nos sentiments, mais par nos actions, nos conduites effectives, donc « des agissements que
les autres peuvent ou pourraient voir ». Par ailleurs, cet engagement est variable et graduel
d’un individu à un autre. Car le « lien qui existe entre un individu et son comportement n’est
pas régi par la lois du tout ou rien ». Le degré d’engagement ne sera le même selon qu’on soit
dans une condition de libre décision ou de décision forcée. En effet, les individus se trouvant
dans la première condition seront plus engagés que ceux se trouvant dans la seconde. Cet
engagement peut-être manipulé en fonction de la situation dans laquelle on se trouve. On peut
ainsi manipuler l’engagement par « le caractère public de l’acte ». C’est-à-dire, considérer
« qu’il est plus engageant de faire quelque chose sous le regard d’autrui…que de la faire dans
l’anonymat ». Manipuler l’engagement peut aussi consister à « amener les sujets
expérimentaux à réaliser plusieurs fois le même acte ou au contraire qu’une fois », etc.
Voyons maintenant comment les techniques, décrites par ce Petit traité de
manipulation, manipulent l’engagement. Ces techniques sont « d’autres variétés de pièges qui
requièrent alors l’intervention d’autrui comme élément déclencheur et relèvent donc, à
proprement parler, de la manipulation d’un individu par un autre ». Et c’est sur les effets de la
persévération de l’activité de décision que va s’appuyer le manipulateur pour atteindre son
but. Cette idée de persévération de l’activité de décision, veut que l’individu adhère à sa
décision initiale en affirmant le caractère rationnel de celle-ci. Cela peut l’amener à s’enliser
dans une « escalade d’engagement ».

L’amorçage

Cette technique consiste à obtenir quelque chose de quelqu’un en lui cachant le coût
effectif de l’action. Ce Petit traité de manipulation parle de stratégie « d’appâter le pauvre
diable par une proposition affriolante afin de l’amener à décider en toute liberté de faire ce
qu’on souhaite le voir faire ». Cette technique repose sur une information erronée qui n’est
pas perçue comme telle par les individus qui la subissent. Car, ils ont tendance, à l’instar de
Madame O46 ou des étudiants de Cialdini47, à considérer que la décision initiale est la leur et
non celle d’autrui, et par conséquent ne sera pas remise en cause. L’efficacité de l’amorçage
44
Petit traité de manipulation, p. 13
45
Kiesler, C.A., 1971, The psychology of commitment. Experiments liking behavior to belief, New York,
Academic Press
résulterait dans ce sentiment de responsabilité et de liberté qu’éprouveraient les individus lors
de la prise de décision. « Il semble donc bien qu’une décision ne puisse déboucher sur des
effets d’amorçage que dans la mesure où elle s’accompagne d’un tel sentiment de
responsabilité personnelle ».

Le pied-dans-la-porte

Dans cette technique, l’obtention du comportement escompté passe par une extorsion
d’un comportement préparatoire non problématique et peu coûteux. « Ces comportements
sont suffisants pour rendre plus probable la réalisation d’autres comportements similaires,
mêmes s’ils sont plus coûteux ». Ce comportement préparatoire engage les individus dans
une identification de l’action. C’est le cas par exemple de l’expérience de Freedman et Fraser
où des ménagers ont été amenés à signer une pétition sur le thème de l’environnement.
« Celles-ci préfèrent-elles considérer cet acte comme un acte militant (je milite pour une
bonne cause), plutôt que de la considérer comme une simple réponse à la demande qui leur est
adressée (je milite une pétition) ». Le fait d’identifier l’action à un niveau élevé, peut
permettre l’engagement pour d’autres causes. On peut ainsi augmenter l’efficacité de cette
technique de pied-dans-la-porte en faisant recours à l’étiquetage. Cela a pour but de « gratifier
la personne qui vient d’être engagée dans un acte préparatoire d’une qualité abstraite,
psychologique ou morale ». Cet étiquetage permet donc d’aider les individus à identifier le
comportement préparatoire à un niveau élevé. Il peut consister à ceci : « Merci beaucoup,
j’aimerai rencontrer plus de gens comme vous prêts à se mobiliser pour les bonnes causes ».

La porte-au-nez

Contrairement à la technique de pied-dans-la-porte, celle de la porte-au-nez consiste


à demander d’abord à une personne de nous rendre un service jugé très coûteux pour qu’elle
consente à nous l’accorder « avant d’en solliciter un second dont le coût est moindre ». Ainsi,
on peut constater que pour amener Madame O. à accepter de passer un après-midi en
compagnie de six jeunes délinquants, l’Association Dolmate a formulé d’abord une requête
beaucoup trop coûteuse, par conséquent rejetée. Celle-ci consiste à demander à Madame O. de
bien vouloir donner, deux heures par semaine et pendant deux ans, à des délinquants un peu
d’affection pendant leur période de détention. A en juger le coût de l’action, nul doute que
Madame O. refuse. Par ailleurs, c’est bien l’effet rechercher. « La stratégie en question
repose sur un refus initial ». Ce refus permet alors de formuler la requête portant sur le
comportement attendu.

Du pied-dans-la bouche au pied-dans-la-mémoire

Cette stratégie regroupe une combinaison de techniques qui peuvent être utilisées
isolément pour amener quelqu’un à faire ce qu’on voudrait le voir faire. Ces techniques sont
entre autres :

46
Madame O. a été victime d’une technique de vente fondée sur les effets de persévération de l’activité de
décision. Voir Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, p.55, 56, 57 ;
47
L’expérience de Cialdini et ses collaborateurs consistait à demander aux étudiants de faire un choix entre deux
tests (A et B). Le recours à la technique d’amorçage a permis d’obtenir un taux d’acceptation de 56 % alors que
seul 31 % ont accepté de participer à l’expérience lorsque la requête est formulée directement. Voir Petit traité de
manipulation, p. 60, 61, 62, 63
La technique du toucher : cette technique peut modifier considérablement la décision
de la personne qui la subit en faveur de celle qui l’utilise. Cette technique, selon Hornik,
1992, conduit à des clients à trouver plus agréable le magasin dans lequel ils pénètrent.
La technique du pied-dans-la-bouche : elle consiste à faire précéder sa requête d’une
banale formule de politesse notamment « comment allez-vous ? ». Face à cette question la
plupart des gens répondent que tout va bien créant ainsi un contexte favorable dans lequel la
requête finale va pouvoir être formulée avec plus d’efficacité. Car « être bien et ne rien faire
pour ce qui ne vont pas est une position psychologiquement inconfortable ».
La technique du mai-vous-êtes-libre-de : le sentiment de liberté un clé indispensable à
l’engagement de la personne dans l’acte qui lui est extorqué. En déclarant libre la personne
dont souhaite infléchir le comportement, on lui permet d’établir une « soumission librement
consentie ». L’individu aura le sentiment d’avoir agi en tout liberté, sans se sentir manipuler.

Conclusion
La liste des techniques proposées par ce Petit traité de manipulation est loin d’être exhaustive.
Chaque d’entre elles a sa particularité mais aussi peuvent se compléter les unes des autres.
Cette combinaison donne encore des résultats plus spectaculaires. En somme, deux éléments
peuvent être retenus : d’abord le fait que chacune de ces techniques propose une manipulation
bien particulière de l’engagement et ensuite le fait que les individus subissant ces techniques
aient le sentiment d’agir en toute liberté en répondant favorablement une requête formulée par
le biais des techniques manipulatrices, mensongères pour certaines

Analyse des apports de la recherche-action :


Développement d’un site « engageant » pour des ampoules à économie d’énergie:
validation de son efficacité par expérimentation en milieu naturel

Présentation de la recherche-action
Les 7 et 10 novembre 2007, nous avons participé, en tant qu’expérimentateurs, à une
recherche-action portant sur le « développement d’un site Internet ‘engageant’ pour des
ampoules à économie d’énergie. En effet, Il s’agit pour nous de « valider l’efficacité de ce
dispositif par expérimentation en milieu naturel ». Cette recherche-action, s’inscrivant dans le
cadre du programme de l’ANR en partenariat avec l’ADEME, s’est déroulé à Castorama
(Aix-les Milles).
Cette recherche-action est une expérience riche et intéressante sur plusieurs points.

Conception et mise en place du dispositif

Nous étions plus que de simples expérimentateurs. En effet, nous étions fortement
impliqués dans la conception et la mise en place des étapes du processus de cette recherche-
action. Nous avons été amenés à débattre sur l’ensemble du dispositif. Ainsi, les trois
réunions, organisées avant l’expérimentation, nous ont permis de peaufiner le processus.
Cette première étape de la recherche-action est très intéressante dans la mesure qu’elle nous
montre l’importance de former, en amont, les expérimentateurs afin s’imprègne profondément
du processus de communication.

Expérimentation vécue

Théoriquement, nous savions que les messages destinés à informer, éduquer ou changer les
représentations et attitudes ne sont pas systématiquement suivis de changement effectif de
comportement. Nous savions aussi que pour qu’il ait changement de comportement il faut que
l’individu s’engage par ses actes. Mais comment amener l’individu à faire en toute liberté ce
que vous voulez qu’il fasse ? La réponse à question nous l’avons profondément vécue à
travers l’expérimentation faite à Castorama. En effet, pour amener les gens à remplacer, dans
leur domicile, les ampoules classiques par des ampoules à économie d’énergie, tout un
processus utilisant la logique de la communication persuasive engageante a été mis en place.
Il s’agit :
- d’un groupe d’accueil : posté à l’entrée du magasin, ce groupe utilise « un bon pied-
dans-la porte »48, en extorquant un oui aux gens quant à la question portant sur la
connaissance de l’outil informatique, puis un autre oui pour l’acceptation de « donner
son avis sur quelques pages d’un site Internet ». Cette technique parfaitement utiliser,
nous a permis d’atteindre voire même de dépasser le résultat escompté.
- d’un groupe écran : où les expérimentés devaient naviguer sur des sites (avec acte
préparatoire ou pas, gain ou pas, engagement ou pas)
- d’un groupe observation : chargé d’observer les expérimentés et les achats d’ampoules
à économie d’énergie.
- d’un groupe vente : communique avec le groupe observation sur les achats
- d’un groupe contrôle : il est composé de 2 groupe. Le premier visite un site qui n’a
aucun lien avec les ampoules avant de tomber sur l’engagement ou non à changer
leurs ampoules classiques. Le second groupe contrôle ne visite aucun site. Il se
contente uniquement d’extorquer des numéros de téléphone pour la suite de l’enquête.
C’est donc l’ensemble de ces étapes, parfaitement orchestrées, qui nous a permis de valider
l’efficacité de la communication persuasive engageante appliquée sur un dispositif
multimédia (site internet).

Communication engageante vs communication classique

Cette expérimentation a renforcé nos connaissances sur la différence qui existe entre
communication persuasive engageante et communication persuasive classique. En effet, la
communication classique est essentiellement centrée sur l’information et la sensibilisation. On
vise, avec un tel modèle, à conscientiser et à amener chaque individu à poser un discours
favorable. Or, on sait qu’il y’a un écart entre nos discours et nos actes. Donc, on ne peut pas
espérer un changement effectif de comportement par nos bonnes idées. Alors comment faire ?
Les recherches en psychologie sociale nous montre qu’ « il suffit de peu de chose pour passer
des idées aux actes »49. La communication engageante se fonde sur ce « peu de chose » pour
amener les individus à changer de comportement. C’est, donc, l’engagement défini comme
étant « le lien qui existe entre un individu et ses actes »50. Ainsi, contrairement à ce que tout
un chacun pense à priori, nous ne sommes ni engagés par nos idées, ni par nos sentiments,
48
Une des techniques adossées servant à « amener quelqu’un à faire ce qu’on souhaite le voir faire ». Cette
technique est bien exposée dans l’ouvrage de Robert Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, intitulé Petit traité de
manipulation à l’usage des honnêtes gens, Presses Universitaire de Grenoble, 2002
49
Joule, R.-V, 2004, Des intentions aux actes citoyens. Cerveau & Psycho, 7, 12-17
mais par nos actions, nos conduites effectives. C'est-à-dire que l’individu doit se considérer
comme le producteur de son propre comportement. Par ailleurs, cet engagement est variable et
graduel. En d’autre terme, les individus sont engagés à des degrés divers.
L’expérimentation effectuée à Castorama nous a permis de confirmer ces thèses. En effet,
selon que les expérimentés se trouvent sur un poste ou un autre (poste avec acte préparatoire
ou non, gain ou non, message fort ou non, engagement ou non) les résultats sur l’engagement
ne sont pas les mêmes. Dans les cas où les expérimentés ont du mal à identifier l’action, le
degré d’engagement est très faible. En revanche cet engagement est très fort quand il est
précédé d’un acte préparatoire51, d’un gain52, et de messages forts53.

Des techniques à transférées sur d’autre terrain

Cette expérimentation valide bien l’efficacité de l’usage d’outil de communication


numérique destiné au grand public et utilisant la logique de la communication persuasive
engageante. Elle vient appuyer l’ensemble des recherches-actions utilisant cette même
logique. Ces techniques peuvent être transférées dans n’importes quels domaine et terrain. Il
suffit de se fixer comme horizon l’action. Cela veut dire qu’il faut amener les individus à
identifier l’action, à mettre un lien entre ce qu’ils font et de ce qu’ils sont. C’est donc ce lien
qui les engage. De plus, il faut que les individus se sentent libre de leurs actions : une
« soumission librement consentie »54. On peut donc influencer quelqu'un au point de l'amener
à modifier en toute liberté ses décisions ou son comportement, sans avoir à exercer sur lui de
pressions, ni même sans avoir à le convaincre.
Cette expérimentation est, de ce fait, transférable dans le domaine de la santé, de
l’éducation, du management, etc. car de nos jours, le souci majeur de la société est le
changement de comportement. Et ce changement ne peut exister sans l’engament des
individus.

Conclusion

Cette recherche-action, à laquelle nous avons entièrement participé, nous a permis de


découvrir l’application du processus de communication engageante. C’est donc une riche
expérience qui nous confère des aptitudes de concevoir et de mettre en place un dispositif de
communication aussi efficace que possible. Ce dispositif doit utiliser la logique de la
communication persuasive engageante.

50
Kiesler, C.A., 1971, The psychology of commitment. Experiments liking behavior to belief, New York,
Academic Press
51
L’acte préparatoire “a saynète acteur”était traduit sur le site par un jeu où les enquêtés devaient à l’aide de la
souris remplacer les ampoules classiques par des ampoules à économie d’énergie de manière à faire le plus
d’économie. Lorsqu’il n’y avait pas d’acte préparatoire “a saynète récepteur” le jeu défilait automatiquement
sans l’intervention de l’enquête.
52
es gains : page Internet comportant les gains financiers et écologiques des ampoules à économie d’énergie
53
Le message : message persuasif basée sur les différents niveau d’identification de l’action terminant par une
identification à un niveau très élevé : j’utilise des ampoules à économie, je préserve la planète
54
Titre d’un ouvrage de deux psychologues sociales : Robert Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois publié en
1998 aux Presses Universitaires de France.