Vous êtes sur la page 1sur 90

Chapitre 2

LES RESEAUX TELEPHONIQUES

1. Architecture générale du réseau téléphonique


2. La commutation
3. Le réseau de transmission
4. Le réseau de distribution
5. Le Réseau Numérique à Intégration de Services
6. Les réseaux radiomobiles
7. Synthèse

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 1


Architecture générale du réseau téléphonique

 Le service offert par le Réseau Téléphonique Commuté (RTC)


appelé en anglais Public Switched Telephone Network (PSTN) est de
mettre en relation deux postes d'abonnés.

 L'échange d'informations nécessaires à l'établissement, au


maintien et à la rupture de la relation s'appelle la Signalisation.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 2


Architecture générale du réseau téléphonique

 Le RTC est organisé en trois sous parties :

 commutation,
 transmission
 et distribution.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 3


Architecture générale du réseau téléphonique

La commutation est la partie centrale du réseau.

 Elle permet de réaliser la mise en relation temporaire entre les


abonnés.

Elle est constituée de commutateurs de circuits.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 4


Architecture générale du réseau téléphonique

La transmission désigne l'ensemble des techniques mises en


oeuvre pour relier les commutateurs entre eux.

Les supports utilisés peuvent être divers

 fibres optiques,
 faisceaux hertziens,
 câbles métalliques.

L'ensemble des commutateurs et des supports de transmissions


entre commutateurs est appelé réseau de transmission ou réseau
de transport.
technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 5
Architecture générale du réseau téléphonique

La distribution désigne l'organisation technique mise en oeuvre


pour relier les abonnés au commutateur le plus proche (appelé
commutateur de rattachement).

L'ensemble des dispositifs permettant cette liaison est le réseau de


distribution.

Le réseau de distribution est encore en grande partie analogique


en 1998.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 6


Architecture générale du réseau téléphonique

La distribution désigne l'organisation technique mise en oeuvre


pour relier les abonnés au commutateur le plus proche (appelé
commutateur de rattachement).

L'ensemble des dispositifs permettant cette liaison est le réseau de


distribution.

Le réseau de distribution est encore en grande partie analogique


en 1998.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 7


Architecture générale du réseau téléphonique

Dans le Réseau Numérique à Intégration de Service (RNIS),


désigné sous le terme commercial de Numéris par France Télécom,
le réseau de distribution est entièrement numérique.

L'usager peut donc disposer d'une liaison complètement


numérique entre deux postes d'abonnés reliés au RNIS.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 8


Architecture générale du réseau téléphonique

Les trois sous parties du réseau téléphonique

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 9


La Commutation
Architecture Hiérarchique

De multiples circuits relient les paires de commutateurs.

L'ensemble des circuits passant par un même chemin s'appelle un


faisceau.

Les différentes techniques de multiplexage permettent de faire


passer plusieurs centaines de circuits sur un même support.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 10


La Commutation
Architecture Hiérarchique

La nécessité d'assurer un bon fonctionnement du réseau même en


cas de rupture d'un support conduit à dupliquer les faisceaux entre
les commutateurs même lorsque la charge à écouler ne le justifie
pas.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 11


La Commutation
Architecture Hiérarchique

A titre d ’exemple, la structure d'origine du réseau de France


Télécom est hiérarchique avec 3 niveaux :

 Commutateur à Autonomie d'Acheminement (CAA),

Commutateur de Transit Secondaire (CTS)

Commutateur de Transit Principal (CTP).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 12


La Commutation
Architecture Hiérarchique

Les CAA sont au bas de la hiérarchie :

 ils accueillent les abonnés et peuvent établir différents types de


communications :

 lorsqu'une communication concerne deux abonnés d'un même


CAA, celui-ci gère l'établissement de manière totalement autonome.

Dans le cas contraire, il fait transiter la communication vers


d'autres commutateurs, CTS voire CTP.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 13


La Commutation
Architecture Hiérarchique

Lorsque le trafic à écouler entre deux CAA le justifie, ceux ci sont reliés entre eux
par des faisceaux directs.

Une étude de dimensionnement de ces faisceaux fait apparaître qu'au-delà d'un


certain seuil, les circuits qu'on rajoute pour supporter les pointes de charge
écoulent en réalité un trafic très faible : on est donc conduit à les dimensionner
pour avoir la meilleure rentabilité économique et à faire passer le trafic par les
CTS ou CTP lorsque les faisceaux directs sont saturés.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 14


La Commutation
Architecture Hiérarchique

Ce trafic est appelé trafic de débordement.

 Un centre de transit peut écouler un trafic normal entre CAA non


reliés et un trafic de débordement.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 15


La Commutation
Architecture Hiérarchique

Dans les zones à faible densité, les abonnés sont rattachés à des
Commutateurs Locaux (CL).

Ceux-ci sont reliés à un CAA et n'ont pas d'autonomie


d'acheminement : ils servent principalement de concentrateur de
trafic et font transiter toutes les communications par le CAA.
.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 16


La Commutation
Architecture Hiérarchique
Hiérarchie des centraux dans
un réseau téléphonique

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 17


La Commutation
Fonctions et architecture d'un commutateur

La principale fonction d'un commutateur est la connexion,


c'est-à-dire la liaison temporaire entre deux jonctions.

Une jonction désigne, dans ce cas, soit un circuit (vers un autre


commutateur), soit une ligne d'abonné.

 La fonction de connexion est assurée par un réseau de connexion.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 18


La Commutation
Fonctions et architecture d'un commutateur

L'établissement des connexions nécessite l'échange de signalisation


entre les commutateurs et une logique d'enchaînement d'actions,
désignée sous le terme de traitement d'appel.

Elle est assurée par la fonction de commande.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 19


La Commutation
Fonctions et architecture d'un commutateur

Cette fonction comprend de plus

la gestion de la taxation,

de l'exploitation

et de la maintenance.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 20


La Commutation
Fonctions et architecture d'un commutateur

Les fonctions de signalisation et de commande sont réalisées dans le


commutateur par un ordinateur appelé unité de commande.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 21


La Commutation
Fonctions et architecture d'un commutateur

Des Unités de Raccordement d'Abonnés (URA) fournissent:

 l'énergie suffisante à l'alimentation des postes téléphoniques des


usagers,

 adaptent la transmission aux caractéristiques électriques


nécessaires,

détectent le décroché et le raccroché d'un poste.

technolab-ISTA DIALLO Sidi Kalil 22


La Commutation
Fonctions et architecture d'un commutateur

Sur ordre de l'organe de commande:


 elles génèrent une sonnerie vers un poste
 et exécutent des tests des lignes d'abonnés.
 Fournissent l’énergie pour les postes.
 Détectent l’accrochage et le décrochage

De la même façon un ensemble de joncteurs permet une


transmission adaptée vers les autres commutateurs.

technolab-ISTA DIALLO Sidi Kalil 23


La Commutation
Fonctions et architecture d'un commutateur

L'unité de raccordement d'abonnés a également une fonction de


concentration :

 la probabilité que l'ensemble des abonnés d'une même URA


communiquent simultanément étant faible, le nombre de liaisons
entre l'URA et le réseau de connexion est inférieur au nombre
d'abonnés raccordés à l'URA (fig. 2.3).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 24


La Commutation
Fonctions et architecture d'un commutateur

Figure 2.3 : Architecture d’un commutateur

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 25


La Commutation
Déroulement d’un appel

Nous allons dans cette partie décrire les étapes élémentaires de


l'établissement d'un appel dans le cas de postes d'abonnés
analogiques.

Nous considérerons un abonné « a » relié à un commutateur


« A » qui désire appeler un abonné « b » relié à un commutateur
« B » différent.

 Nous supposerons que les deux commutateurs A et B sont


directement reliés.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 26


La Commutation
Déroulement d’un appel
Émission simultanée de 2 fréquences dans la bande vocale(Codage par
fréquence vocale)

Codage 1209Hz 1336Hz 1447Hz 1633Hz


DTMF
695Hz 1 2 3 A
770Hz 4 5 6 B
852Hz 7 8 9 c
941Hz * 0 # D
technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 27
La Commutation
Déroulement d’un appel

La prise téléphonique
4x2 fils (masse + signal, ex. 1&3) : 4 lignes en fait

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 28


La Commutation
Déroulement d’un appel

Structure d’un numéro


Suit un codage qui permet de localiser géographiquement un
abonné : E Z ABPQ MCDU

• E : Exploitant
• Z : Zone géographique
• AB : zone départementale
• PQ : commutateur de rattachement
• MCDU : identification de l’abonné

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 29


La Commutation
Déroulement d’un appel

Nous pouvons aisément étendre cette description à des cas plus


généraux.

 La description des échanges est faite pour un cas générique : elle


s'applique aussi bien au cas d'une liaison numérique entre centraux
qu'à une liaison analogique.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 30


La Commutation
Déroulement d’un appel

La présélection

L'enregistrement et la traduction

La sélection conjuguée

La connexion

La supervision et la taxation


technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 31
La Commutation
Déroulement d’un appel

 La présélection

L'abonné « a » décroche tout d'abord son téléphone dans


l'intention d'appeler un correspondant.

Le commutateur détecte le décroché et avertit l'abonné, par une


tonalité continue, qu'il est disponible à recevoir de la signalisation.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 32


La Commutation
Déroulement d’un appel

La présélection

 Pour ce faire, le commutateur doit connecter la ligne d'abonné à


un équipement appelé enregistreur qui peut décoder cette
signalisation (fig. 2. 3).

 Il y a évidemment moins d'enregistreurs que d'abonnés reliés au


commutateur.

Ceux-ci doivent donc être dimensionnés soigneusement.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 33


La Commutation
Déroulement d’un appel

La présélection

 Le choix d'un enregistreur libre et la connexion de l'abonné à


celui-ci s'appelle la présélection.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 34


La Commutation
Déroulement d’un appel

L'enregistrement et la traduction

 L'abonné « a » compose alors le numéro du demandé sur le


clavier.

Ceci provoque des impulsions par coupures successives de la ligne


ou l'émission de tonalités suivant le type de téléphone utilisé.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 35


La Commutation
Déroulement d’un appel

L'enregistrement et la traduction

 L'enregistreur du commutateur « A » est capable de décoder cette


signalisation et de stocker les numéros correspondants : c'est
l'enregistrement.

 Au fur et à mesure qu'il reçoit les chiffres, l'organe de commande


les analyse pour déterminer si le numéro est complet.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 36


La Commutation
Déroulement d’un appel

L'enregistrement et la traduction

Dès que c'est le cas, il détermine la destination de l'appel.

 Les premiers chiffres du numéro composé donnent en général le


numéro du commutateur appelé.

L'organe de commande peut déterminer grâce à ses tables de


routage vers quel commutateur il faut acheminer l'appel et quels
sont les joncteurs concernés : l'étape de traduction est terminée.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 37


La Commutation
Déroulement d’un appel

La sélection conjuguée

 Le commutateur « A » doit réserver un joncteur libre vers le


commutateur « B » et être capable d'établir une connexion entre
l'abonné « a » et le joncteur : il y a donc sélection conjuguée d'un
joncteur et d'une connexion.

Les joncteurs et les circuits entre commutateurs doivent être


dimensionnés pour pouvoir écouler suffisamment de communication
à l'heure de pointe.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 38


La Commutation
Déroulement d’un appel

La sélection conjuguée

S'il n'y a pas de joncteur libre, l'appel échoue et n'est pas


mis en attente : c'est un système à perte.

 Le commutateur « A » transmet la signalisation nécessaire


à l'établissement de l'appel, c'est-à-dire principalement le
numéro du demandé vers le commutateur « B ».

 Celui-ci analyse le numéro transmis et détecte que l'appel


est destiné à l'abonné « b ».

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 39


La Commutation
Déroulement d’un appel

La sélection conjuguée

Trois cas peuvent se présenter :

 l'abonné « b » est disponible,

 l'abonné « b » est déjà en communication,

 il est impossible pour le commutateur d'établir la communication.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 40


La Commutation
Déroulement d’un appel

La sélection conjuguée

Dans les deux derniers cas, le commutateur « B » renvoie une


signalisation indiquant l'impossibilité d'établir l'appel au
commutateur « A ».

 Ce dernier génère alors une signalisation indiquant l'occupation,


et libère le joncteur (et par conséquent le circuit) réservé
auparavant.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 41


La Commutation
Déroulement d’un appel

La sélection conjuguée

Dans le cas où l'abonné « b » est libre, le commutateur « B »


renvoie un message de signalisation vers le commutateur « A »
indiquant la progression de l'appel, réserve une connexion entre le
joncteur concerné et le poste « b » et active la sonnerie du
poste « b ».

 Le commutateur « B » génère une tonalité de sonnerie vers


le commutateur « A ».
technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 42
La Commutation
Déroulement d’un appel

La connexion

 Le commutateur « A » établit alors la connexion entre l'abonné


« a » et le joncteur concerné : « a » entend alors la
tonalité correspondant à un retour de sonnerie produit par s« B ».

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 43


La Commutation
Déroulement d’un appel

La supervision et la taxation

 Lorsque l'abonné « b » décroche son téléphone, le commutateur


« B » détecte ce décroché.

 Il établit la connexion entre le joncteur réservé et la ligne


d'abonné « b ».

 Il transmet au commutateur « A » une signalisation lui signifiant


le début de la communication : le commutateur« A » peut alors
démarrer la taxation.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 44


La Commutation
Déroulement d’un appel

La supervision et la taxation

Pendant toute la communication, les commutateurs doivent


surveiller si un des deux intervenants raccrochent ou si une
éventuelle défaillance coupe la communication en cours :c'est la
supervision.

 La communication peut être rompue sur action de l'appelant ou


de l'appelé mais dans tous les cas, c'est le commutateur de l'appelant
(commutateur « A » dans cet exemple) qui prend la décision de
libérer les connexions.
technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 45
La Commutation
Déroulement d’un appel

La supervision et la taxation

Si « b » raccroche le premier, le commutateur « B » envoie une


signalisation de raccroché vers « A ».

Ce dernier lance alors une temporisation.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 46


La Commutation
Déroulement d’un appel

La supervision et la taxation

Si « b » décroche à nouveau avant l'expiration de celle-ci, la


communication est maintenue.

 Dans le cas contraire, « A » arrête la taxation, transmet un


message de libération vers « B », libère la connexion établie
et le joncteur utilisé ; « B » libère à son tour la connexion.

Dans le cas où l'abonné « a » raccroche le premier, seule


cette phase apparaît (la libération est donc immédiate).
technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 47
La Commutation
Appel international

Lorsque les abonnés ne sont pas sur des centraux directement


reliés, l'établissement d'appel s'effectue pas à pas comme décrit
précédemment en passant par un ou plusieurs centraux
intermédiaires.

 C'est le cas notamment de l'appel international où entrent


en jeu des CTI, Commutateurs de Transit Internationaux.

L'ITU a défini un plan de numérotation international, bien


connu des usagers, pour repérer chaque abonné par un
numéro unique [E.164].

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 48


La Commutation
Appel international

Celui-ci comprend un code de pays sur 1, 2 ou 3 chiffres suivant la


taille du pays (223 pour le Mali, 33 pour la France, ...).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 49


La Commutation
Signalisation sémaphore

Jusqu'aux années 1970, le réseau téléphonique était purement


analogique.

 La signalisation entre centraux se faisait par transmission de


tonalités spécifiques.
 Les réseaux téléphoniques, utilisent maintenant les techniques
numériques : transmission numérique sur voies
MIC et centraux temporels.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 50


La Commutation
Signalisation sémaphore

Parallèlement à la numérisation du réseau, a été ressentie la


nécessité d'améliorer la rapidité d'échange de la signalisation.

 De plus, de nouveaux services comme le transfert d'appel ont été


ouverts.

Ceux-ci peuvent conduire à l'échange de signalisation sans


établissement réel d'un circuit de communication.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 51


La Commutation
Signalisation sémaphore

Il est paru nécessaire de séparer la signalisation de la


transmission et de faire transiter cette signalisation sur un
réseau spécifique : c'est la signalisation par canal sémaphore ou, plus
simplement, la signalisation sémaphore.

Par opposition à la signalisation voie par voie, la signalisation par


canal sémaphore est définie comme une méthode dans laquelle une
seule voie, appelée canal sémaphore, achemine la signalisation se
rapportant à une multiplicité de circuits.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 52


La Commutation
Signalisation sémaphore

La signalisation sémaphore peut également servir à échanger


des messages de gestion et de supervision entre commutateurs.

 Il est couramment appelé SS7 (Signalisation Sémaphore 7),


CCITT n°7 (ancien nom de l'ITU) ou CCS7 (Common Channel
Signalling System number 7).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 53


La Commutation
Signalisation sémaphore

Son principal objectif est de définir un standard de signalisation au


niveau mondial optimisé pour les réseaux numériques, fiable et
évolutif pour convenir à l'élaboration de services futurs.

 Il est particulièrement adapté pour travailler sur des voies


à 64 kbit/s.

Un canal sémaphore à 64 kbit/s peut commander typiquement


2000 circuits.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 54


La Commutation
Signalisation sémaphore

Les avantages de la signalisation sémaphore sont les suivants:

possibilité de transférer de la signalisation pure indépendamment de


l'établissement d'un circuit,

forte réduction des délais de transfert de la signalisation grâce à la


transmission numérique permettant de diminuer le temps d'occupation
inefficace des circuits et d'offrir un meilleur service à l'utilisateur,

possibilité de réserver les circuits pour un appel seulement lorsque le


correspondant demandé est réellement joignable (fonctionnalité, appelée test
préalable).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 55


La Commutation
Signalisation sémaphore

Les inconvénients sont :

une plus grande complexité puisqu'il faut désigner le circuit auquel le


message de signalisation se rattache,

une grande sensibilité aux pannes car l'établissement d'un circuit ne


garantit pas que celui-ci fonctionne réellement ; de plus la rupture d'un canal
sémaphore entraîne l'impossibilité d'établir un ensemble de communications.
Il faut donc mettre en place des mécanismes de défense.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 56


La Commutation
Signalisation sémaphore

Notons que dans cette partie, nous traitons de la signalisation


entre centraux téléphoniques et non de la signalisation dans le
réseau de distribution.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 57


La Commutation
Signalisation sémaphore

Eléments du réseau

L'ensemble des canaux sémaphores d'un réseau téléphonique


forme un réseau sémaphore qui utilise le principe de la
commutation par paquets en mode datagramme.

Les utilisateurs du réseau sémaphore sont les centraux


téléphoniques qui génèrent et interprètent les messages de
signalisation.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 58


La Commutation
Signalisation sémaphore

Eléments du réseau

Dans ce contexte, ils sont appelés PS (Points Sémaphores) ou SP


(Signalling Point).

Pour permettre d'échanger des messages entre deux commutateurs


téléphoniques qui ne sont pas reliés entre eux par un canal
sémaphore, on place des commutateurs de paquets appelés PTS
(Points de Transfert Sémaphore) ou STP (Signalling Transfer Point).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 59


La Commutation
Signalisation sémaphore

Eléments du réseau

Comme tout commutateur de datagrammes, un PTS stocke les messages de


signalisation, analyse leur en-tête pour effectuer le routage et les retransmet au
destinataire ou un autre PTS plus proche du destinataire.

 La signalisation sémaphore consiste à séparer logiquement l'aspect signalisation


de l'aspect transmission des informations usagers (généralement la voix sur un
réseau téléphonique classique).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 60


La Commutation
Signalisation sémaphore

Eléments du réseau

Le réseau de transmission achemine seulement les informations usager, le réseau


sémaphore la signalisation.

 Cependant, les deux réseaux peuvent réutiliser les mêmes supports physiques de
transmission.

 Imaginons une fibre optique entre deux centraux à Bamako et à Sikasso qui
supporte 1920 voies MIC à 64 kbit/s.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 61


La Commutation
Signalisation sémaphore

Eléments du réseau

Un opérateur déployant un réseau sémaphore ne va évidemment


pas installer une nouvelle fibre optique.

 Il va réserver une voie pour la signalisation sémaphore, les 1919


autres étant utilisées pour les conversations téléphoniques.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 62


La Commutation
Signalisation sémaphore

Eléments du réseau

Dans les centraux, les dispositifs de multiplexage/démultiplexage


permettent de relier la voie de signalisation à un PTS et le reste au
réseau de connexion via les joncteurs.

On représente classiquement le réseau sémaphore et le réseau


téléphonique sur des plans parallèles, comme dans la figure 2.4.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 63


La Commutation
Signalisation sémaphore

Eléments du réseau
Figure 3. 4. / Exemple de réseau sémaphore SS7

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 64


La Commutation
Signalisation sémaphore

Le principe même de la signalisation sémaphore donne la


possibilité d'échanger de la signalisation indépendamment de
l'établissement d'une communication.

Il peut être nécessaire pour un commutateur de dialoguer avec une


base de données.

Celle-ci appartient au réseau sémaphore mais non au réseau


téléphonique pur car elle ne gère aucun circuit.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 65


La Commutation
Signalisation sémaphore

Réseaux intelligents

 Il y a quelques années, les centraux téléphoniques du réseau commuté étaient


seulement capables de commuter des circuits téléphoniques pour établir des
conversations téléphoniques.

 Ils offrent maintenant de nombreux autres services (vote, serveurs


d'information, routage des appels en fonction des horaires et des tarifs) qui ne
consistent pas, à établir une simple communication.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 66


La Commutation
Signalisation sémaphore

Réseaux intelligents

Le concept de réseau intelligent ou d'IN pour Intelligent Network consiste à


séparer, d'une part, les fonctions propres à chacune des applications ou services
et, d'autre part, les traitements communs à toutes les applications (détection de
décroché, attente de numérotation).

 Les centraux téléphoniques ne gèrent alors que cette dernière partie et


deviennent des commutateurs d'accès aux services ou SSP, Service Switching
Point.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 67


La Commutation
Signalisation sémaphore

Réseaux intelligents

Les traitements spécifiques aux services sont intégrés dans des SCP, Service
Control Point, ou points de commande de service qui sont des ordinateurs
capables d'échanger des messages de signalisation avec les SSP.

Une telle approche permet de regrouper le développement de


nouveaux services sur quelques machines.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 68


La Commutation
Signalisation sémaphore

Réseaux intelligents

Le concept de réseau Intelligent permet de définir et développer des services,


indépendamment des particularités des différents commutateurs du réseau.

Lorsque l'usager demande un service de type IN, le SSP et le SCP échangent,


en temps réel, des messages de signalisation non liés à un circuit.

 Les réseaux intelligents s'appuient donc naturellement sur le SS7.

Le protocole applicatif défini pour les réseaux intelligents s'appelle INAP,
Intelligent Network Application Part

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 69


Le Réseau de Transmission

Les commutateurs du réseau sont reliés entre eux (CAA,CTS, CTP, ... ) par des
supports de très grande capacité où de multiples communications sont
multiplexées.

Le multiplex de base est la liaison MIC qui regroupe 30 voies 64 kbit/s avec un
débit global de 2,048 Mbit/s.

Sa trame est émise toutes les 125 microsecondes et contient 32 intervalles de
temps dont 30 seulement véhiculent des communications.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 70


Le Réseau de Transmission

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 71


Le Réseau de Transmission

Une hiérarchie de multiplexage est définie dans le réseau de transmission afin de


regrouper un très grand nombre de voies sur des supports large bande.

 La première solution est appelée PDH (Plesiochronous Digital Hierarchy), on lui


substitue progressivement une nouvelle solution baptisée SDH (Synchronous
Digital Hierarchy).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 72


Le Réseau de Transmission
La Hiérarchie Numérique Plésiochrone PDH

La première hiérarchie de multiplexage définie et normalisée par l'ITU [G.704],


[G.742], [G.75] suppose plusieurs niveaux de multiplexage en cascade (figure 2.7)

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 73


Le Réseau de Transmission
La Hiérarchie Numérique Plésiochrone PDH

Figure 2. 7. : Hiérarchie de multiplexage PDH

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 74


Le Réseau de Transmission
La Hiérarchie Numérique Plésiochrone PDH

Hiérarchies TDM (PCM) téléphonique telle qu’utilisée en Europe, en Afrique, en


Australie et Amérique du Sud.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 75


Le Réseau de Transmission
La Hiérarchie Numérique Synchrone SDH

Issue de travaux de Bellcore aux Etats-Unis et connus sous le nom de Sonet


(Synchronous Optical NETwork), la hiérarchie numérique synchrone a pour
objectif de remplacer à terme la PDH.

 Elle apporte la souplesse et la capacité de gestion automatique qui manquaient à


la PDH.

Elle supprime toute notion de resynchronisation d'un multiplex à chaque


passage dans un étage de multiplexage.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 76


Le Réseau de Transmission
La Hiérarchie Numérique Synchrone SDH

La trame de base, constituée de 2430 octets, est émise toutes les 125
microsecondes, soit un débit de 155,52 Mbit/s.

 Elle est baptisée STM-1 (Synchronous Transport Module number 1).

Son conteneur peut transporter des données quelconques (voix, images, etc.), ou,
par exemple, une trame de la hiérarchie PDH à 140 Mbit/s.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 77


Réseau de Distribution
Principes de câblage

Chaque abonné du réseau dispose d'un poste d'abonné qui est relié
par une paire de fils de cuivre à un commutateur.

 Cette liaison est appelée ligne d'abonné.

Le réseau de distribution est souvent appelé boucle locale.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 78


Réseau de Distribution
Principes de câblage
Figure 2. 8. : Principe du réseau de distribution

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 79


Réseau de Distribution
Principes de câblage

Le réseau de distribution a pour objet de rassembler dans un même câble le


maximum de paires afin de minimiser les travaux de génie civil.

 Il est principalement constitué de câbles et d'armoires de connexion pour avoir


une structure arborescente : chaque armoire, appelé répartiteur, permet un plus
grand rassemblement de paires dans un même câble.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 80


Réseau de Distribution
Principes de câblage

Il n'y a pratiquement aucun dispositif électronique ni informatique.

 La nécessité d'amener une paire de bout en bout jusque chez l'abonné rend le
coût du réseau de distribution important.

C'est pourquoi d'autres solutions, telles qu'une liaison radio entre l'abonné et le
central, sont aujourd'hui envisagées.

 C'est la boucle locale radio ou Wireless Local Loop (WLL).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 81


Réseau de Distribution
Le Terminal Analogique

Le schéma du poste téléphonique classique est donné dans la figure 2. 9.

Celui-ci est composé d'un dispositif de sonnerie branché en parallèle avec le


dispositif microphone-écouteur.

Lorsque le poste est raccroché, un inverseur commute la ligne d'abonné sur le


dispositif de sonnerie.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 82


Réseau de Distribution
Le Terminal Analogique

Par l'introduction d'une capacité montée en série dans le dispositif de sonnerie,


celui-ci a une impédance élevée pour le courant continu et faible pour le courant
alternatif.

En revanche, l'ensemble micro-écouteur possède une impédance faible (à toutes


les fréquences).

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 83


Réseau de Distribution
Le Terminal Analogique

Figure 2. 9. Schéma synoptique du téléphone analogique

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 84


Réseau de Distribution
Le Terminal Analogique

Au repos, le central fournit une tension continue d'environ 48 V aux bornes de la
ligne : si le poste est raccroché, aucune intensité ne parcourt le téléphone.

 Lorsque l'abonné décroche, l'impédance faible de l'ensemble micro-écouteur


provoque une intensité d'environ 60 mA.

Celle-ci est détectable par le commutateur.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 85


Réseau de Distribution
Le Terminal Analogique

Lorsque le commutateur veut faire sonner le poste, il génère une tension


alternative d'environ 75 V d'amplitude et de fréquence 50 Hz que la capacité ne
filtre pas.

La sonnerie du poste est donc activée.

Dans les postes à fréquence vocale, la composition des numéros provoque en


général une émission de tonalités appelées DTMF (Dual Tone Mode Frequency)
ou Q.23 du nom de la recommandation ITU correspondante [Q.23].

Chaque numéro correspond à deux fréquences superposées


suivant le tableau 2.10.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 86


Réseau de Distribution
Le Terminal Analogique

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 87


Réseau de Distribution
Le Terminal Analogique

Le réseau téléphonique avec un accès analogique offre une bande passante de


300 Hz à 3400 Hz.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 88


Les Réseaux Téléphoniques
Synthèse

La commutation de circuits permet de réserver des ressources physiques à


chaque couple d'équipements qui désire établir une communication, c'est la
technique utilisée en particulier dans le réseau téléphonique.

 Pour établir et maintenir la relation entre deux correspondants, le réseau


doit mettre en oeuvre un échange de signalisation.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 89


Les Réseaux Téléphoniques
Synthèse

Le réseau téléphonique comprend un réseau de distribution, un ensemble de


commutateurs et un réseau de transmission.

 Dans les réseaux modernes, on sépare la transmission de la signalisation et


la transmission des informations usagers.

Au sein du réseau téléphonique, entièrement numérisé, le réseau SS7


(CCITT n°7) assure spécifiquement l'échange de signalisation entre les
commutateurs.

technolab-ISAT DIALLO Sidi Kalil 90