Vous êtes sur la page 1sur 14

La communication non violente

élaboré par:
 Wafa ben Younes
 Rania Louati
 Rayen karmandi
 Cyrine Sallemi
 Hayfa dridi
 Ala ben el ghali
Communication non violente
sommaire
1- Introduction Générale
2- Définition de la communication non violente
3- Le pionnier : Marshall B. Rosenberg et ses citations
4- La méthode CNV
5- conclusion
Communication non violente
Introduction Générale: Comme son nom l'indique, la communication non violente est une
méthode de communication fondée sur des qualités telles que l'empathie, la compassion et le respect. Si elle
n'est pas une thérapie à proprement parler elle permet néanmoins d'aider au développement de ses qualités afin
d'obtenir des relations plus apaisées avec autrui. La CNV a pour but un mieux-être avec les autres, mais
également avec soi. Son apprentissage se fait auprès de formateurs ou de coach et peut s'appliquer au
quotidien, en famille comme au travail, avec des inconnus comme avec des proches.
Définition de la communication non
violente
 La communication non-violente (CNV) est selon son auteur, Marshall B. Rosenberg:
 « le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à
inspirer aux autres le désir d'en faire autant ». L'empathie est au cœur de ce processus de
communication initié dans les années 1970, point commun avec l'approche centrée sur la
personne du psychologue Carl Rogers dont Marshall B. Rosenberg fut un des élèves. Le
terme non-violent est une référence au mouvement de Gandhi et signifie ici le fait de
communiquer avec l'autre sans lui nuire (voir ahimsa). Marshall Rosenberg s'appuie également
sur les travaux de l'économiste chilien Manfred Max-Neef, qui a analysé les besoins humains.

 Selon le Centre pour la communication non-violente (The Center for Nonviolent


Communication ou CNVC), la communication non-violente est également appelée
communication consciente ou empathique.
  La Communication Non violente, c'est la combinaison d'un langage, d'une façon de
penser, d'un savoir-faire en communication et de moyens d'influence qui servent mon
désir de faire trois choses :
 me libérer du conditionnement culturel qui est en discordance avec la manière dont je
veux vivre ma vie ;
 acquérir le pouvoir de me mettre en lien avec moi-même et autrui d'une façon qui me
permette de donner naturellement à partir de mon cœur ;
 acquérir le pouvoir de créer des structures qui soutiennent cette façon de donner
Le pionnier : Marshall B. Rosenberg
 Le Durant les années 1960, dans un contexte de conflits raciaux et socioéconomiques,
Marshall B. Rosenberg, docteur en psychologie clinique, a commencé à appliquer sa
méthode auprès de diverses communautés américaines qui travaillaient à rétablir
l’harmonie dans des écoles et diverses institutions publiques. Il a été fortement inspiré par
les travaux du psychologue américain Carl Rogers (1902-1987), dont il a été l’élève, qui a
mis au point l’approche centrée sur la personne. En 1984, les succès obtenus avec son
approche l’amènent à créer le Centre pour la Communication Non Violente ayant pour
mission de diffuser et de faire connaître la Communication Non Violente à travers le
monde. En 1999, il publie Nonviolent Communication: A Language of compassion, traduit
en français sous le titre Les mots sont des fenêtres (ou des murs), qui présente sa méthode
de façon très pratique et concrète.
Citations de M. Rosenberg
 Citations de M. Rosenberg : « Tout conflit est l'expression tragique d'un besoin insatisfait
»[38].
 M. Rosenberg, à propos de l'attitude face aux erreurs : "Le but de la vie n'est pas d'être
parfait. Toute chose qui vaut la peine d'être faite vaut la peine d'être faite mal."[39]
 Thomas d'Ansembourg : « La violence n’est pas notre nature, mais l’expression de la
violation de notre nature »..

Les 4
Principe 1 :
principes de CNV
Reprendre la responsabilité de tes émotions En pratique, la méthodologie proposée par
Marshall B. Rosenberg est la suivante:

Etape 1: Observation.

Etape 2: Sentiments.

Etape 3: Besoins.

Etape 4: Demande
 Principe 2:
En parlant de toi, en exprimant tes propres ressentis et besoins, tu ne seras pas dans l’attaque de
l’autre. Cela apaisera automatiquement le conflit. De plus, ce que tu ressens est indiscutable: personne
ne peut le contredire. Tout au plus pourra-t-on te dire que c’est disproportionné, exagéré, que tu es trop
sensible… mais c’est comme ça, c’est ce que tu ressens et tu as le droit de le dire sans rougir . Personne
n’a à te juger pour ça. Quant à tes besoins, ce sont des besoins partagés par tous. Leur ordre de priorité
n’est sans doute pas le même pour toutes les parties impliquées, mais n’importe qui peut comprendre
le besoin d’ordre et d’harmonie, de même qu’un besoin de paix, de sérénité, de sens, de liberté,
d’amour ou d’appartenance… Attention cependant à ne pas laisser le « tu » qui tue se glisser dans
l’expression de tes sentiments ou de tes besoins: Dire je me sens « incomprise » revient à reprocher à
l’autre de ne pas te comprendre: c’est une « évaluation masquée » et non un sentiment. De même, dire
« j’ai besoin que tu ranges tes chaussettes » n’exprime pas ton besoin mais tes attentes vis-à-vis de
l’autre
 Principe 3:
Chercher le « oui » derrière le « non » Dans le processus de la CNV, la méthode décrite ci-
dessus (observation – sentiments- besoins- demande) s’applique non seulement envers soi-
même, mais également à l’égard de l’autre. Dans une situation de conflit, on a tendance à
croire que les actes des autres sont forcément dirigés contre nous. Et si on changeait de
perspective, pour considérer que les actes des autres sont effectués pour eux? Prends une
situation concrète, un conflit récent dans lequel tu étais impliquée (au travail, dans ton couple,
avec tes enfants, ta mère… le premier conflit qui te vient à l’esprit).
 Principe 4:
Formuler des demandes claires et concrètes… … et arrêter de supposer que tout le monde sait ou
peut deviner ce que tu veux! La quatrième étape de la CNV (la demande) est indispensable pour
aller au bout du processus et aboutir à des relations apaisées. Nous avons certes tous des besoins
communs, mais leur ordre de priorité n’est pas le même pour tout le monde, et les stratégies pour
y subvenir varient énormément d’un individu à l’autre! Ainsi, alors que le besoin d’harmonie peut
être satisfait chez l’un lorsque rien ne traîne dans le salon, peut-être qu’un autre trouvera
satisfaction en disposant une décoration zen sur le buffet, en écoutant de la musique classique ou
encore en pratiquant le yoga. Une fois tes besoins identifiés et exprimés, et les sentiments et
besoins de l’autre clarifiés, il est donc essentiel de formuler une demande claire et concrète pour
parvenir à une solution qui conviendra à tous.
La méthode CNV
 La communication non violente (CNV) est une méthode visant à créer entre les êtres
humains des relations fondées sur l’empathie, la compassion, la coopération harmonieuse et
le respect de soi et des autres. Il s’agit d’un outil de communication, principalement verbal,
qui peut servir à la résolution de conflits entre deux personnes ou au sein de groupes. La
pratique de la communication non violente permettrait également d’être en meilleure relation
avec soi-même, de mieux comprendre ses besoins profonds et de prendre en charge, de
manière autonome et responsable, les divers aspects de sa propre vie.
 Il ne s’agit donc pas d’une thérapie, mais elle peut avoir des retombées thérapeutiques
intéressantes. La CNV comme son nom l’indique est une technique de communication :
Communication Non Violente ou bienveillante dans la mesure où elle est basée sur
l’objectivité, l’expression de ses sentiments / ressentis / émotions, le respect de ses besoins
fondamentaux et la capacité à faire une demande à autrui dans le but d’entretenir une bonne
relation / communication.
Conclusion

 Absence d'études scientifiques


 Selon le Dr Sylvie Dodine, professeur agrégée de médecine,
 titulaire de la chaire pour l'enseignement d'une approche intégrée en prévention à la
faculté de médecine de l'université Laval de Québec,
 il n'existe aucune synthèse d'études scientifiques pouvant conclure à l'efficacité ou à
l'utilité de la CNV. Selon elle, les articles publiés sur la CNV sont une simple
description de concepts et de techniques « pour résoudre des conflits ou faciliter les
relations entre les personnes