Vous êtes sur la page 1sur 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO

16°

ALGER

22°

TAMANRASSET

p. 2

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013 - 13-14 Rabii el awel 1434 - N° 180 - Première année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

 
  M. SELLAL AU SOMMET DE L'UA À ADDIS-ABEBA

M. SELLAL AU SOMMET DE L'UA À ADDIS-ABEBA

Les news

LA SITUATION AU MALI AU CENTRE DE LA RÉUNION DU CPS

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, est arrivé hier à Addis-Abeba pour représenter le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, aux travaux du 20 e Sommet des chefs d'Etat

 

et de gouvernement de l'Union africaine (UA).

page 5

LARGE ÉLAN DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE APRÈS L’ATTENTAT D’IN AMÉNAS

L'ALGÉRIEL'ALGÉRIE

CONTRE TOUTE CONCESSION AU TERRORISME Boualem Branki La culture de la paix Page 3 Page
CONTRE TOUTE CONCESSION
AU TERRORISME
Boualem Branki
La culture
de la paix
Page 3
Page 5

L'attaque criminelle contre le

site gazier de Tiguentourine, un des fleurons de l'industrie gazière algérienne, a donné à la communauté internationale une image grandeur nature du degré de destruction du terrorisme de tout progrès social, de toute civilisation. La puissance de frappe et de nuisance du terrorisme a été également mise en évidence lors de ce douloureux évènement que l'Algérie a du reste géré avec sagesse,

promptitude et humanisme.

FLN : Batailles médiatiques

O. Larbi

A quelques jours de la tenue de la 6 e session du Comité central du FLN, fixée aux 31 janvier, 1 er et 2

févier, la bataille médiatique fait rage au FLN. Dans une interview à « Echorouk TV », Belkhadem a déclaré : « Je suis prêt à aller chez Abada et y tenir la réunion !».

«Echorouk TV » a permis à Belkhadem de rappeler son crédo :

» Le FLN ne peut pas être dans l’op- position, parce que c’est le parti de la majorité ! »

Dans la phase actuelle de comp- tage des soutiens, le BP du FLN a entrepris de réunir, les mouha-

fadhs, les députés au siège du parti,

à Hydra.

Page 4

fadhs, les députés au siège du parti, à Hydra. Page 4 SCIENCE et VIE I N
SCIENCE et VIE I N FRAISES, T MYRTILLES, E R bonnes N pour le cœur
SCIENCE et VIE
I
N
FRAISES,
T
MYRTILLES,
E
R
bonnes
N
pour
le cœur
E
des femmes
T
pages 12 - 13

SELON LE CERIST

L'Algérie accuse «un manque

flagrant» en

infrastructures

d'hébergement de sites web

Page 15

FOOTBALL

CAN 2013 CE SOIR À 19H00

ALGÉRIE-TOGO

Page 24

LIGUE 1 : RÉSULTATS

ESS 1 - USMH 0 L’aigle noir sur la cîme

JUSTICE ILS AVAIENT PRIS POUR CIBLE UN CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE 3 ANS pour cambriolage
JUSTICE
ILS AVAIENT PRIS POUR
CIBLE UN CENTRE DE
FORMATION
PROFESSIONNELLE
3 ANS
pour
cambriolage
Page 10

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013 D’ EIL 22° à
CLIN CLIN 2 DK NEWS Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013 D’ EIL 22° à
CLIN CLIN 2 DK NEWS Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013 D’ EIL 22° à

2 DK NEWS

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

D’

EIL

2 DK NEWS Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013 D’ EIL 22° à Tamanrasset Le

22° à Tamanrasset

Le centre de presse de DK News organise ce matin à 10h, une conférence-débat ayant pour thème : «La grève générale du 28 janvier au 4 février 1957. L’engagement du peuple algérien avec le FLN, face à une impitoyable répression des forces colonialistes» Cette rencontre se tiendra au siège de notre publication (3,rue du Djurdjura, face au lycée El Mokrani) à Ben Aknoun et verra la participation de témoins, de commerçants et de moudjahidine et sera animée par M.Amar Belkhodja, auteur, journaliste et chercheur.

CE MATIN, À 9H À LA SALLE COSMOS DE RIADH EL FETH Débat public avec
CE MATIN,
À 9H À LA SALLE
COSMOS
DE RIADH EL FETH
Débat public
avec le Groupe
Nabni
Le Groupe Nabni organise ce
matin à partir de 9h, un débat pu-
blic, à la salle Cosmos de Riadh el
Feth sur les thèmes :
L’économie et l’emploi ; l’édu-
cation, les savoirs et l’innovation
; la santé ; le Vivre ensemble
(culture, villes et urba-
nisme)
50 propositions par
thème seront ou-
vertes aux débats
animés par
Ahmed Lahri

MÉTÉO 16° à Alger

REGIONS NORD :

Temps nuageux et instable avec averses de pluies vers les régions Est et une tendance d'une amélioration progressive vers les régions Ouest puis Centre en cours de journée. Les vents seront d'Ouest à Nord-Ouest (30/50 km/h) prés des côtes avec parfois des rafales de vent de 70 km/h sous des orages vers le littoral Est. La mer sera agitée.

CE MATIN À 10H AU CENTRE DE PRESSE DE DK NEWS

Le 56 e anniversaire de la grève générale du 28 janvier 1957 et l’engagement du peuple algérien avec le FLN

1957 et l’engagement du peuple algérien avec le FLN REGIONS SUD : Temps passagèrement nuageux vers
REGIONS SUD : Temps passagèrement nuageux vers le Nord Sahara et les Oasis . Ailleurs,
REGIONS SUD :
Temps passagèrement nuageux vers le Nord Sahara et les Oasis .
Ailleurs, ciel dégagé. Les vents seront d'Ouest à Nord-Ouest (30/50
km/h) avec fréquentes soulèvements de sable.
Alger
max
16°
min
07°
Oran
max
19°
min
12°
Annaba
max
14°
min
07°
Béjaïa
max
14°
min
08°
Tamanrasset
max
22°
min
05°
L'Algérie
et l'Italie
signent
un nouvel
accord aérien
L'Algérie
et l'Italie
ont signé
mardi
dernier
à Alger
un nouvel
accord aérien, qui remplace celui
qui était en vigueur depuis 1965, a
annoncé
le
ministère
des
Transports
dans
un
communiqué.
Cet
accord
a été
signé
par
le
ministre
des
transports
M.
Amar
Tou
et
le
vice-ministre
italien
des
Infrastructures
et des
transports,
M. Mario Ciaccia,
en
visite
de
travail
en
Algérie.
Le ministre
italien
a souligné
qu'il
s'agit
«là
d'un accord
important»
qui
devrait
être
suivi
par
un
accord
similaire
dans
ledomaine
maritime,a
indiquéle
ministre
Béjaïa : L’ire
des étudiants
italien, cité
par
le
résidents de la cité
m
ê
m
e
communiqué. « U » d’Aâmriw

« Rechute » ! Encore une fois, les étudiants de la résidence universitaire d’Aamriw re- nouent avec la protesta et, cette fois-ci, tout ré- cemment, en recourant à la fermeture des locaux de l’administration de l’Onou et en s’offrant la gratuité des repas. Motif : « La promesse non tenue de l’administra- tion (Onou) de satisfaire, comme elle s’y était engagée, les revendications précédemment exprimées par le comité de la cité, plus précisément avant le départ en vacances d’hiver. Il s’agit, notamment, de l’achèvement des travaux d’aménage- ment et d’équipement des blocs, de la bibliothèque et de la salle de conférences, de l’entretien (hygiène), de la rénovation des équipements internet, de l’acquisition d’une ambulance et d’autres bus et de l’amélioration de la restauration.

Rénovation du réseau d’AEP

No Comment

la restauration. Rénovation du réseau d’AEP No Comment TASSILI La fête du Mawlid : CET APRÈS-MIDI
TASSILI La fête du Mawlid : CET APRÈS-MIDI À 14H, AU CENTRE DE LOISIRS SCIENTIFIQUES
TASSILI
La fête du Mawlid :
CET APRÈS-MIDI À 14H,
AU CENTRE DE LOISIRS
SCIENTIFIQUES D’ALGER
une forte
dimension sociale
et religieuse
Conférence-débat
autour de l’exposition
«Recycl-Art Urbain»
Les habitants du Tassili Najjer
demeurent encore attachés aux tra-
ditions ancestrales à l'occasion de la
célébration du Mawlid Ennabaoui,
naissance du prophète (QSSSL) mar-
quée par une forte dimension sociale
et religieuse dans la région.
Des visites entre familles et voisins
sont spontanément arrangées pour
partager, dans une ambiance festive, un
banquet collectif, dont les plats de cous-
cous et de «fetat» font l’essentiel du menu
que les femmes targuies préparent soi-
gneusement au grand bonheur des invités
et des autochtones qui privilégient, à cette
occasion, les lieux de culte.
L’ambiance festive de la célébration du
Mawlid Ennabaoui dans cette région du
Tassili Najjer qui donne également lieu à
des rituels est marquée par large mouve-
ment de solidarité entre familles, alors que
les enfants se parent de leurs plus beaux ha-
bits.
SELON LE CRAAG
Secousse de magnitude
3,3 sur l'échelle de Richter
à Aïn Témouchent
Une secousse tellurique de magnitude de 3,3
sur l'échelle ouverte de Richter a été enregistrée
jeudi à 14h 32 dans la wilaya de Aïn Temouchent, a
indiqué le Centre de recherche en astronomie, as-
trophysique et géophysique (CRAAG). L'épicentre
de cette secousse a été localisé à 12 km au nord-ouest
de cette wilaya, précise la même source.

L’Etablissement Arts et Cultures de la wilaya d’Alger organise cet après-midi à14h00, une conférence-débat, animée par : « Arezki Laarbi », « Mohamed Massen », et « Madjid Guermoud ». Cette conférence se tient en marge de leur exposition collective :

« Recycl-Art Urbain »

CET APRÈS-MIDI À 15H00 AU CENTRE CULTUREL D’OUED KORICHE

Concert artistique avec Samah Akla

A l’occasion de la célébra- tion du Mawlid Enabawi, l’Etablissement Arts et Cul- tures de la Wilaya d’Alger or- ganise un concert Artistique au Centre Culturel d’Oued Koriche avec l’artiste, Samah Akla, cet après-midi à partir de 15h00.

229 milliards de centimes : c’est le montant de l’enveloppe tout récemment allouée par la direction générale de l’Algé- rienne des eaux (ADE) et destinée à financer d’importants (et non moins salutaires !) travaux de rénovation de l’ensemble du réseau d’AEP à Béjaïa. Et, selon le wali de Béjaïa, c’est une entreprise étrangère qui entamera incessamment les travaux et ce seront, par ailleurs, 250 km de tuyaux qui en feront l’ob- jet.

Kherrata : Une piscine, enfin ?

Jack Lang nouveau président de l’Institut du monde arabe L'ancien ministre socialiste de la Culture
Jack Lang nouveau président
de l’Institut du monde arabe
L'ancien ministre socialiste de la
Culture Jack Lang a été "désigné à
l'unanimité" président de l'Institut
du monde arabe (IMA), a annoncé
hier l'institution culturelle dans un
communiqué. Proposée le 8 janvier
par les autorités françaises, la désignation de Jack Lang à
la tête de l'IMA a été entérinée par le Conseil d'administra-
tion et par le Haut conseil de l'IMA, où sont représentés les
membres fondateurs, à savoir la France et les pays arabes.

Conjointement, l’APC de Kherrata et la DJS de la wilaya ont « désigné » un terrain d’environ 3200 m 2 comme aire et assiette destinées à la réalisation d’une piscine de proximité. C’est, du moins, ce qu’a annoncé à la presse M. Abdelmalek Kasdi, P/APC de la ville des gorges de Chaabet El Akhra. Cette piscine tant souhaitée et attendue par la jeunesse de cette paisible et non moins historique commune sera in- tégrée (mitoyenne) à un ensemble déjà existant compre- nant une salle de sports et stade de proximité. Le P/APC n’a pas manqué de déplorer, cela dit, un déficit regrettable en matière d’infrastructures sportives et ludiques dans la ville de Kherrata, ce qui expose inéluctablement une frange de la jeunesse à l’oisiveté. (Et l’adage dit ; « L’oisiveté est la mère de tous les vices ! »). Arslane Boughiden

jeunesse à l’oisiveté. (Et l’adage dit ; « L’oisiveté est la mère de tous les vices

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

L'Algérie contre toute concession au terrorisme

Boualem Branki

L'attaque criminelle contre le site gazier de Tiguentourine, un des fleurons de l'industrie gazière algérienne, a donné à la communauté internatio- nale une image grandeur na- ture du degré de destruction du terrorisme de tout progrès social, de toute civilisation.

La puissance de frappe et de nuisance du terrorisme a été éga- lement mise en évidence lors de ce douloureux évènement que l'Algé- rie avait du reste géré avec sagesse, promptitude et humanisme. Dès lors, c'est toute la planète avec ce qu'elle compte d'organisations in- ternationales et régionales qui ap- plaudit le travail et les efforts de l'Algérie dans l'éradication d'un phénomène lui-même négation- niste de toute avancée sociale, scientifique et humaine. Quoi de plus normal donc que l'Algérie proclame à Addis-Abeba, lors de la 22 e session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union afri- caine, préparatoire à la 20 e Confé- rence des chefs d’Etat et de gouvernement prévue dimanche et lundi prochains, qu'elle reste toujours mobilisée dans la lutte antiterroriste. Mieux, c'est un message clair de l'Algérie aux autres pays de la sous- région de contribuer à cet effort ci- vilisationnel de mettre hors d'état de nuire des groupes armés, terro- ristes professionnels, qui attentent à la sécurité, la paix et la prospérité des nations, en Afrique et ailleurs dans le monde. Dans la capitale éthiopienne, M. Messahel Abdelkader, ministre dé- légué chargé des Relations ma- ghrébines et africaines, l'a bien réaffirmé devant ses pairs afri- cains. Il a ainsi martelé que la réac- tion rapide de l'Algérie face à l'acte de guerre de Tiguentourine a

confirmé toute sa détermination face au terrorisme. Aucune concession ne sera faite au terro- risme a affirmé M. Messahel. "Cet évènement qui aura marqué la dé- termination de l’Algérie face au terrorisme, auquel aucune conces- sion ne doit être faite, ne saura dé- tourner l’Algérie de ses responsabilités régionales et inter- nationales dans la lutte contre ce fléau, ou de son devoir de voisinage avec le Mali et les pays de notre sous-région", a-t-il précisé. Le ministre algérien a en fait confirmé que l'Algérie, contraire- ment à certains propos déplacés enregistrés çà et là dans le monde et proclamés sous l'effet de la confusion diplomatique, a depuis longtemps pris la mesure et com- pris le degré de nuisance du terro- risme, des groupes terroristes dont certains sont même formés et armés par des pays étrangers. C'est en f ait le principe du ''ser- pent qui se mord la queue'' quand on voit les ravages des actes terro- ristes un peu partout dans le monde et principalement dans les pays hyper développés, comme les Etats-Unis ou en Europe. L'Algérie, qui a vécu dans sa chair et celle de son peuple les af- fres du terrorisme et ses desseins déstabilisateurs, sait depuis long- temps qu'il n'y a aucune conces- sion à faire au terrorisme, un fléau planétaire alimenté par des idéolo- gies rétrogrades et déstabilisantes. C'est en fait là le message que l'Algérie a délivré, à son corps dé- fendant, en mettant rapidement et avec professionnalisme fin aux desseins funestes du groupe terro- riste qui avait tenté de détruire l'usine de gaz de Tiguentoruine, faisant hélas un nombre important de victimes. Pour autant, l'appui le plus ferme à cette politique de l'Algérie de ne concéder aucun pouce de terrain au terrorisme, a été ap- puyée par les Etats-Unis lorsque la secrétaire d'état, Hilary Clinton, avait affirmé que les révolutions

arabes ont fragilisé la sécurité en Afrique. C'est en fait une formidable re- connaissance, a posteriori, de la position algérienne de ne pas s'in- gérer dans les crises politiques de pays voisins, ni de soutenir une quelconque action armée, telle que demandée par certaines puis- sances européennes. Devant le Sénat et face aux ques- tions sur l'attentat du consulat US de Benghazi, elle a reconnu que ''les révolutions arabes ont boule- versé la dynamique du pouvoir en place et porté un coup aux forces de sécurité dans la région". Dé- codé, le message est clair: la révo- lution libyenne, même si elle a réussi ses objectifs, a cependant mis en circulation des quantités phénoménales d'armes de guerre qui sont tombées malheureuse- ment dans les mains des groupes terroristes, qui les retournent au- jourd'hui contre ceux qui les ont distribuées. Quel triste aveu d'une responsa- ble américaine, et on attend même que le France en fasse de même, en reconnaissant ses erreurs de juge- ments dans ce qui s'est passé en Cyrénaïque et la Tripolitaine lors de la révolution libyenne. Est-il grand clerc de dire que le groupe terroriste auteur de l'atten- tat de Tiguentourine est justement entré en Algérie à partir de la Libye, dont les frontières devaient être surveillées après la réunion, quelques jours avant l'attaque, de Ghadamès? L'Algérie paie aujourd'hui un lourd tribut au terrorisme, qui a pratiquement bloqué pendant dix ans toute action de développement et coûté très cher en vies humaines et infrastructures économiques pour qu'elle laisse, aujourd'hui, d'autres penser à sa place. Les aveux de Clinton devant le Sénat US en sont la parfaite illustration de l'état d'esprit qui règne à Alger sur la gestion du fléau du terro- risme. A bon entendeur

B. B.

Walid. B.

L’élan de solidarité qui s’est déclenché en faveur

de l’Algérie suite au der- nier attentat terroriste qui

a ciblé l’une des installa-

tions pétrolières les plus importantes du pays, at- teste, on ne peut mieux, de la justesse de la poli- tique prônée par le gou- vernement, sous la direction et les orienta- tions du président de la république, Abdelaziz Bouteflika, en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité sous toutes ses formes. Aujourd’hui, plus que jamais, il n’est pour per- sonne de croire que l’Al- gérie qui a fait face seule au terrorisme pendant toute une décennie, ait pu être, de nouveau, mise à genou par les hordes cri- minelles. Loin s’en faut. L’Algérie héroïque, grâce au courage de son

peuple, à la sagesse et à la diplomatie de son Prési- dent Abdelaziz Bouteflika, n’abdiquera jamais. Elle restera debout et fera face

à toutes les menaces d’où

qu’elles viennent. Et pour cause, ceux qui ont misé

LARGE ÉLAN DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE APRÈS L’ATTENTAT D’IN AMÉNAS

L’Algérie héroïque !

sur le dernier attentat de Tigeuntourine pour saper le moral des Algériens en ciblant l’une des installa- tions les plus importantes de l’économie nationale, ont dû se rendre à l’évi- dence et comprendre qu’ils se sont trompés de cible. Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à dire que cet acte ignoble n’aura aucune incidence ni sur la poursuite du pro- cessus de développement économique et social du pays, ni sur le parachève- ment des réformes poli- tiques initiées par le président de la répu- blique. L’Algérie poursui- vra sa marche vers le progrès et le développe-

ment dans la sérénité et en toute confiance, tout en menant, en parallèle,

une lutte implacable pour éradiquer définitivement le phénomène du terro- risme, confortée dans sa position par une commu- nauté internationale, plus que jamais solidaire. D’ailleurs, l’attentat d’In Aménas que rien ne pourrait justifier, a été fer- mement condamné par plusieurs pays et organi- sations internationales qui ont accablé le groupe terroriste ayant mené l’at- taque contre le site gazier, leur attribuant l’entière responsabilité dans la mort des ressortissants étrangers qui ont été pris en otages par ce groupe criminel. Même ceux qui, au début de l’opération

ont été quelque peu pru- dents, ont fini par admet- tre que l’assaut donné par

les unités spéciales de

l’ANP pour libérer les otages était l’unique solu- tion face à une attaque aussi spectaculaire. C’est le cas notamment des Etats Unis qui, par la voix de leur président Ba- rack Obama, ont affirmé que la responsabilité de cette tragédie incombe, en premier lieu, aux terro- ristes qui ont mené l’at-

tout en

condamnant cet acte ter- roriste dans les termes les plus forts. Ce sont là autant d’ar- guments qui prouvent, si besoin est, que l’Algérie avait totalement raison lorsqu’elle mettait en garde, chaque fois, sur la menace terroriste qui pe- sait sur la région du Sahel, tout en affirmant que ce fléau n’avait pas de fron- tières et qu’aucun pays n’est à l’abri de cette me- nace. L’Algérie qui a tou- jours été à l’avant-garde dans la lutte contre le ter- rorisme, saura, une fois de plus, surmonter cette douloureuse épreuve, comme elle l’a toujours fait dans les moments les plus difficiles. W. B.

taque,

DÉVELOPPEMENT DU SUD Des réformes fondamentale s’imposent Slatni B. La région du Sud du pays
DÉVELOPPEMENT DU SUD
Des réformes
fondamentale
s’imposent
Slatni B.
La région du Sud du pays a bénéficié d’investisse-
ments importants sous forme d’investissements pu-
blics en faveur notamment de l’agriculture. C’est ainsi
qu’aujourd’hui certaines régions du Grand Sud réus-
sissent des performances remarquables en matière de
production agricole. La tomate d’Adrar s’est depuis
longtemps constituée une solide réputation sur le
marché. Aujourd’hui, il faut aller plus loin dans la voie
du développement de cette partie du pays qui a pour
voisinage des pays où les tensions sécuritaires et poli-
tiques suscitent beaucoup d’inquiétudes. Cette désta-
bilisation amène son lot de problèmes qu’il faut
impérativement gérer, afflux de réfugiés, contre-
bande, recrudescence d’actions terroristes comme on
a pu le constater de façon dramatique tout récem-
ment.
La situation en termes de développement des ré-
gions du Sud réclame encore des réformes fondamen-
tales pour briser l’isolement, un schéma global
d’organisation qu’il va falloir concevoir. Les richesses
naturelles de ces régions doivent nécessairement re-
jaillir sur la vie locale. C’est un fait, à travers une meil-
leure allocation des ressources. Aux contraintes de la
politique immédiate dont la nécessité de répondre
d’abord aux attentes citoyennes, s’ajoute aujourd’hui
l’impératif d’une politique au long terme dont les
perspectives pour certaines d’entre elles, ont été tra-
cées lors de l’examen du programme de développe-
ment du Sud couplé d’ailleurs avec celui des Hauts
Plateaux. Beaucoup d’experts attachés aux problèmes
du développement du Sud proposent d’orienter les ac-
tions de développement dans la promotion des éner-
gies renouvelables. L’énergie solaire est considérée
par ces mêmes experts, comme un gisement considé-
rable. 5.500 kwh d’électricité peuvent être produits
dans le Sud algérien, ce qui est suffisant est-il affirmé
pour alimenter toute la région du Sahel en énergie
électrique. S’agissant des réserves d’eau souterraines,
elles seraient inestimables dans la région, toujours
selon des experts. Il s’agit là d’atouts non négligeables
pour le développement de secteurs d’activité, l’indus-
trie, l’agriculture notamment, les infrastructures. 400
000 ha peuvent être ainsi irrigués et aménagés dans
les confins sahariens et les étendues désertiques, mais
aussi les plaines des Hauts-Plateaux selon des ana-
lystes. Désormais, il n’y a plus de déserts stériles, sou-
ligne-t-on. Il est évident que cette énergie deviendra
un facteur social de décentralisation et de développe-
ment durable. Elle est, assure-t-on adaptée aux
formes de cultures et aux modes de vie des régions sa-
hariennes. La promotion de notre gisement solaire
devient impérative. Pour les régions du Sud comme
pour les Hauts-Plateaux, le gouvernement a fait sien
le crédo qualitatif. L’option du développement dura-
ble entre bien dans cette perspective. Les critères de
faisabilité existent. Il y a les conditions climatiques fa-
vorables et adaptées, la disponibilité de vastes éten-
dues. Infrastructures, habitat, santé, équipements
collectifs, accompagnement, une politique liée au dé-
veloppement durable. Il ne pourra cependant y avoir
de réelles possibilités d’un développement authen-
tique sans une amélioration de l’efficacité de l’Etat.
Les politiques mises en place doivent avoir en effet un
encadrement approprié pour produire les effets es-
comptés. Il n’est pas exagéré de souligner que la ré-
gion du Sud a besoin d’une nouvelle carte
administrative pour la prise en charge correcte des be-
soins des populations et pour la bonne administration
des équipements publics. Le déplacement des pro-
blèmes vers ceux de l’aménagement du cadre de vie
social se révèle comme une nécessité.
S. B.

4

DK NEWS

ACTUALITÉ

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

CENTRE COMMERCIAL DE BAB EZZOUAR

Plus de 12 millions de visiteurs en 2 ans

R.Rachedi

Le président de la société des centres com- merciaux d’Algérie (SCCA), Alain Roland a af- firmé hier, lors d’une conférence de presse, organisée conjointement avec le directeur du centre commercial de Bab Ezzouar, Kamel Rizk, que l’enseigne a accueilli depuis son ouverture en août 2010, plus de 12 millions de visiteurs. «Tout se passe très bien en Algérie, nous croyons en ce pays, nous investissons, et les résultats sont encourageants », a signalé, M. Alain Rolland, lors du point de presse, où le bilan de l’année 2012, et les projets pour l’année 2013, du groupes Valar- tis, ont été présentés. En effet, d’après les statis- tiques données par le directeur du centre commercial M. Rizk, les affaires vont bien. Le centre a été fréquenté par plus de 6 millions de visiteurs pendant l’année 2012, et le chiffre d’af- faires a augmenté de 10%, soit une hausse de 8,3 milliards de DA par rapport à l’année dernière. « L’expérience et le succès du centre commercial de Bab Ezzouar, réalisé avec un investissement de 7.5 milliards de dinars, a encouragé la SCCA à développer un autre projet, cette fois à Oran (Es- senia), s’étalant sur une superficie de plus de 30000m²». a déclaré Mr. Rolland. Des villes telles que, Sétif, Annaba, et Constantine, pourraient en bénéficier aussi à l’avenir. En l’espace de deux ans d’activité, cette enseigne est devenue une destination privilégiée pour les Algérois, et pour cause, elle dispose de toutes les commodités pour attirer les 3.5 millions de citoyens qu’abrite la capitale. De par son emplacement stratégique, et de l’amélioration des transports en commun, l’accès multiple et rapide au centre demeure le premier facteur de rentabilité, d’où l’intérêt des rapports avec les pouvoirs publics, a signalé M. Rizk. Mr Rolland, a mis l’accent sur le succès en- registré par le centre commercial et des loisirs de Bab Ezzouar, en affirmant qu’il y avait actuel- lement 10 000 m² de demandes de surfaces pour des enseignes nationales et internationales en liste d’attente. Un hôtel 3 étoiles de 100 cham- bres d’une surface de 5000m² est aussi en étude. Ce projet viendra renforcer les prestations que propose le centre commercial a ses clients. Ce développement du commerce favorise la créa- tion d’emplois signale M. Alain Rolland, « il y a actuellement 1 500 employés au centre ». L’arri- vée prochaine de nouvelles enseignes interna- tionales tels que, Celio, Mango, et de Zara (prêt- à-porter) du groupe Inditex, ainsi que d’Alain Af- flelou (lunetterie et optique), va générer d’autres postes d’emplois. L’aspect socio-culturel du centre commercial, est pris en considération par les responsables de l’établissement. Outre la ga- lerie d’Arts, mise à la disposition des artistes al- gérois gratuitement, pour présenter et vendre leurs œuvres, et les espaces dédié aux familles et aux enfants, une exposition consacrée à l’horlo- gerie suisse, est programmée, pour cette année. Elle verra la participation du musée de l’horlo- gerie de la Chaux-de-Fonds en Suisse ainsi que de l’ambassade suisse à Alger. Au final, M. Rol- land a réitéré sa disponibilité à collaborer avec le ministère de la Culture pour l’organisation d’événements, en précisant que la vocation d’un centre commercial n’est pas seulement écono- mique, mais aussi culturelle.

FLN :

Batailles médiatiques

O.Larbi

A quelques jours de la tenue de la 6 e session du Co- mité central du FLN, fixée aux 31 janvier, 1 er et 2 févier, la ba- taille médiatique fait rage entre partisans de Belkhadem et ceux de Abada.

Dans une interview à « Echorouk TV », Belkhadem a déclaré : « Je suis prêt à aller chez Abada et y tenir la réunion ! » Les moyens utilisés par le BP du FLN d’un côté et ceux de ses adversaires de l’autre illustrent les politiques de conservation du leadership ou de sa re- mise en cause. Une observation d’abord : la person- nalité la plus sollicitée par les médias – ou qui s’y exprime le plus souvent- est Kassa Aïssi. Le membre du BP chargé de l’infor- mation est de la communication est sur tous les fronts : conception de la poli- tique en la matière, de sa mise en œuvre et du suivi sur le terrain. Il est assisté par des collaborateurs, l’un chargé du volet technique lié aux réseaux sociaux (Facebook et twitter) et à leur « création » au niveau de chaque mouhafadha et bientôt, kasma ; l’autre est plus « branché » pour la prise en charge des journalistes en cas d’ab- sence de Kassa Aîssi, Ces deux cadres « techniques » ont un rôle important. On peut croire que Facebook est tourné vers l’extérieur, en réalité, il est plus un canal de transmission des in- formations et des directives à tout le ré- seau. Les entrants sur la toile sont des militants, des sympathisants, même s’il arrive que des intrus hostiles s’y expri- ment, vite ankylosés par les fidèles. La stratégie du communicant du FLN officiel est de mobiliser, le plus souvent sur des politiques et des actions (élections, réunions, manifestations). Les moments forts de cette communi- cation sont les interventions publiques du SG du FLN sur la « Toile », en louant un espace de temps qui permet aux ci- toyens de « voir en clair » le secrétaire général, M. Belkhadem. Ces séances sont très suivies en tout cas par les journalistes. Pendant les élections locales, les interventions à la télévision de membres du FLN ont été mises sur Youtube, amplifiant « la pré- sence physique et la voix » du FLN. Les autres membres du BP inter- viennent dans les médias suivant une ligne bien tracée. Cette stratégie de communication est d’information s’adapte aux condi- tions et au rapport des forces. Deux changements perceptibles : après le re- port des AG programmées dans les ré-

: après le re- port des AG programmées dans les ré- gions et la tenue d’une

gions et la tenue d’une conférence na- tionale des élus du FLN avant la session du CC du 31 janvier et des 1 er et 2 février, le BP du FLN a opté pour l’utilisation des canaux de communications média- tiques : interventions de Kassa Aïssi à l’APS, de Belkhadem sur « Echorouk TV » ; reprises d’informations stigmati- sant les agissements des opposants dans les journaux et répercussion de leur contenu intégral sur le réseau in- terne. Le choix est de privilégier la voie du débat interne-au comité central- plutôt que la palabre par journaux in- terposés. « Echorouk TV » a permis à Belkha- dem de rappeler son crédo : » Le FLN ne peut pas être dans l’opposition, parce que c’est le parti de la majorité ! » Dans la phase actuelle de comptage des soutiens, le BP du FLN a entrepris de réunir, les mouhafadhs, les députés au siège du parti, à Hydra. Ces réunions sont en cours de dé- multiplication au niveau des régions. Ainsi, un « communiqué clôturant la réunion des membres du cc FLN des wi- layate de l'Oranie et Sud-ouest qui a eu lieu ce jeudi à la mouhafadha d’Oran sous la présidence de Si Affif, membre du bureau politique du FLN chargé des Relations extérieures et de la commu- nauté émigrée : 55 membres du CC étaient physiquement présents et 3 pro- curations ont été enregistrées par l'as- sistance composée outre les membres du CC en titre de quelques députés de l’APN et des membres de la presse na- tionale au niveau local. » Cette pratique organique est et sera utilisée à plein par le BP. A l’opposé, le mouvement de « re- dressement et d’authenticité » inter- vient dans les journaux et chacun de leur geste est amplifié par les médias. Mis à part la liste des membres du co- mité central rendue publique en sep- tembre, de la tenue à Boumerdés, Béjaïa et Draria de réunions dont compte rendu a été fait par les jour- naux, il y a eu des tentatives d’isoler le

président du groupe FLN à l’APN ( une

« liste « de 130 députés a été promise,

sans qu’on en voie à ce jour la consis- tance). Mais la déclaration de 8 ministres membres du BP et du Comité central de ne plus reconnaître l’autorité d’Abdela- ziz Belkhadem a eu un retentissement certain. Leur appel à une intervention du président d’honneur du FLN est restée sans suite, ce dont Abdelaziz Belkha- dem a profité pour réaffirmer son sou- tien inconditionnel à Abdelaziz Bouteflika : « à commencer par la ré- conciliation nationale » ! Le président du groupe FLN à l’APN

a dit, lors d’une conférence de presse’ samedi dernier que : « Ayant appris

qu’ils allaient être remplacés au BP, ces ministres » ont tiré les premiers. Cette opinion partagée au niveau d’Hydra veut faire croire que les minis- tres n’ont que des ambitions person- nelles. Seul M. Ziari trouve grâce au BP pour ses prises de positions, parce qu’il

« a depuis longtemps prôné le change-

ment ». Changement, dont il est sous- entendu, qu’il est à l’»œuvre dans l’action du BP actuel. Les opposants à Belkhadem iront-ils jusqu’à «empêcher

la tenue du CC » malgré l’engagement

de procéder à un vote « pour ou contre

» Belkhadem en toute transparence ? Les deux stratégies de communica- tion se rejoignent parce qu’elles luttent pour la conquête du pouvoir hiérar- chique: on ne relève aucune critique de fond de la démarche du FLN.

Les observateurs et les citoyens sui- vent les attaques et les ripostes des uns

et des autres- pas seulement-au FLN.

Cette instabilité des partis algériens risquent de nuire à leur enracinement citoyen. Dans le meilleur des cas, le plus vraisemblable, les soubresauts qui agi- tent les partis algériens sont des mo- ments de passage du fonctionnement hyper centralisé à une ouverture démo- cratique que l’évolution de la société depuis quelques années exige.

AIN DEFLA : EL MAWLID ENNABAOUI ECHARIF » COMMÉMORÉ À LA MOSQUÉE DE ROUINA

125 enfants félicités

Salim Ben

Les mosquées à travers toute la wilaya ont organisé depuis jeudi après-midi des récits coraniques a l’occasion du la fête du Mawlid Ennabaoui Echarif qui commé- more la naissance du Prophète Mohamed (SAWS) qui se célèbre le 12 de Rabi al Awal, le troisième mois de l’année de l’hégire. Les habitants de Aïn Defla, comme toutes les wilayas du pays et le monde musulman, ont célébré cette glo- rieuse nuit. La veille, les Aïn Deflis ont partagé en famille un repas spécial. Quant aux enfants, cette fête est un moment de joie (allumer les bougies, nawaletes et

anbar … ). Le Mawlid Ennabaoui Echarif a été commémoré à la mosquée de Rouina 11 km à l’est du chef-lieu de la wilaya en présence des maîtres coraniques de la ré- gion, le chef de daïra de Rouina, l’exécutif de la wilaya, la DJS et les associations. C’est à l’initiative de l’association El Amel de la maison de jeunes de Rouina en collabora- tion avec le comité de la mosquée que cette fête a été d’une grande réussite. Plu- sieurs collaborateurs ont participé dans ces célébrations en l’occurrence, l’asso- ciation Ishrak de Aïn Defla, la commune de Zedine et d’El Maïn et la DJS. Durant ce programme il ya eu la participation de 11 communes dans le récit du coran, on compte la commune de Rouina, Mekha- tria, Zedine, Main, Miliana, Djelida, Tiber-

kanine, Aïn Defla, Hoceinia, El Amra, El Abadia, El Attaf et aussi Arib, avec 2500 ré- citant du coran. Selon le président de l’as- sociation El Amel, Belhadj Mohamed, 125 enfants ont été honorés durant ces festivi- tés, dont 40 filles ainsi que 6 femmes au foyer. Pour cette 4 e édition c'est M elle Chaâ- chou Manel et le jeune Mustapha Aissaoui de Rouina qui ont été chosis "fourssane el korane", par ailleurs nous avons enregis- tré la jeune Narimane Teguia classé pre- mière pour le concours et Belhadj Djilali Bakhta première pour les femmes au foyer. Le programme a été riche avec les présentations des anachides du firket Zaouïa Islah, firket Arib, firket Hadi, et avec le mounchid Kamel Selami de Dje- lida. « Les personnes charitables et auto-

rités ne manquent jamais ce genre de ma- nifestations religieuses qu’ils encoura- gent par des prix octroyés aux lauréats des écoles coraniques. Des enfants ont été fé- licités et encouragés dans l’apprentissage

du Livre saint. Certains enfants, de diffé- rents âges, qu’on a questionné sur leur scolarité se sont avéré être d’excellents élèves. L’école coranique étant pour eux une éducation multiforme qui leur per- met d’avancer facilement dans toutes les autres disciplines.

Il est à noter que cette année le nombre

des pétards a été réduit grâce a la com- pagne anti-pétards qui a été lancée dans les mosquées, sur les ondes de la radio d’Aïn Defla et aussi grâce a la vigilance des services de sécurité.

Vendredi 24 - Samedi 25 janvier 2013

ACTUALITÉ

DK NEWS

5

SOMMET DE L’UA

M. Sellal à Addis-Abeba

SOMMET DE L’UA M. Sellal à Addis-Abeba Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, est arrivé hier

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, est arrivé hier à Addis Abeba pour représenter le président de la Répu- blique, M. Abdelaziz Bouteflika, aux tra- vaux du 20 e Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA). Placée sous le signe de la célébration du cinquantenaire de la fondation de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), devenue l'Union africaine (UA), le som- met a retenu pour thème "le Panafrica- nisme et la renaissance africaine".

Le sommet examinera également les récents développements liés aux défis de la paix, de la sécurité et du déve- loppement sur le continent. M. Sellal prendra part également à la réunion du Conseil de paix et de sécu- rité (CPS) de l'UA, consacrée à la situa- tion au Mali, ainsi qu'au 28 e Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du Co- mité d'organisation du Nepad et à la 18 e session du Forum des chefs d'Etat et de gouvernement du Mécanisme africain d'évaluation par les pairs (MAEP).

La culture de la paix

Saïd Abjaoui

Nombre de pays africains et de puissances étrangères voudraient voir l’Algérie participer directement par des forces combattantes à la sé- curisation dans la région, en parti- culier dans le nord du Mali. L’Algérie, dit on, est la clé de la sécu- rité dans le sahel et en plus, elle est une puissance régionale et la seule puissance à lutter contre le terro- risme. Souhaiter (ou solliciter) voir l’Algérie faire intervenir ses forces à l’extérieur de son territoire serait sous-estimer sa détermination à n’agir qu’en conformité avec les principes qui fondent sa propre doc- trine de politique extérieure et sa doctrine militaire. C’est bien évidemment reconnaî- tre que l’Algérie possède une expé- rience propre en matière de lutte antiterroriste, une expérience qu’elle n’hésite pas d’ailleurs à par- tager avec les pays qui sont vulnéra- bles face au terrorisme. L’expérience est globale et ses com- posantes vont au-delà de l’emploi exclusif des moyens de force. L’Algérie ne cultive pas le concept de projection de force, de puissance, de masse pour aller guerroyer à l’extérieur de son terri- toire ou y envoyer de loin des moyens matériels de destruction. Elle ne conçoit pas de développer un théâtre des opérations militaires hors de son territoire. Elle est atta- chée à défendre l’intégrité de son territoire, son unité nationale et à

préserver sa souveraineté nationale. L’Algérie ne s’astreint pas à la cul- ture de l’ennemi. Elle ne s’équipe pas militairement spécialement pour faire face à un quelconque en- nemi Etatique. Elle ne se crée abso-

lument aucune raison (ou prétexte) d’avoir à justifier une quelconque intervention à l’extérieur, ni loin- tain, ni proche. Elle n’entretient pas de visées expansionnistes territo- riales , de même qu’elle n’est pas en quête de richesses minières exté- rieures sur lesquelles mettre la main. Qui ne sait pas que sa poli- tique extérieure est fondée sur le refus de l’ingérence, refus de s’ingé- rer à l’extérieur, refus de laisser qui- conque s’ingérer dans ses affaires intérieures ? Qui ne sait pas qu’elle s’interdit de faire hors de ses frontières ce qu’elle interdit aux autres de faire à l’intérieur de ses propres frontières ? Sa doctrine militaire est conforme

à la doctrine de politique extérieure. Elle consiste à œuvrer en coopéra- tion à réunir partout les conditions d’un dialogue pour la paix, pour la sécurité internationale. Elle œuvre

à parvenir à cet objectif en collabo-

ration avec l’Union Africaine et avec les Nations unies. Ses interventions à l’extérieur ne sont pas combattantes. Sous l’égide de l’ONU, sous l’égide de l’Union africaine, l’Algérie par le biais de ses forces armées, a participé aux opé- rations de maintien de la paix, des opérations d’interposition, et pas d’imposition. Souvent sollicitée en connaissance de ses invariants en

matière de diplomatie, elle a mené des missions de médiation. Rappe- lons celle de la libération des otages américains détenus en Iran. Une médiation réussie qui lui a valu les félicitations des Nations unies et des Etats concernés. Jamais l’Algérie n’est intervenue dans le monde ou dans sa région par des manipulations. Elle n’a jamais fait l’objet de présomption de mani- pulations. Elle n’a jamais été accu- sée de « monter » un Etat contre un autre, une organisation contre un Etat. Les nombreux messages de sou- tien contre l’agression terroriste dont elle a fait l’objet à Ain Amenas traduisent bien la conviction de la communauté internationale que l’Algérie est visée pour son combat qu’elle mène inlassablement contre le terrorisme. Les nombreux mes- sages de la communauté internatio- nale soulignant la légitime défense,

l’efficacité, le professionnalisme de l’armée Algérienne traduisent le soutien de tous pour la méthode d’intervention militaire pratiquée qui a réussi le double exploit de neu-

traliser l’ensemble des terroristes impliqués dans la prise d’otages et de libérer la grande majorité des otages détenus. Par ces gestes, la communauté internationale exprime sa gratitude car elle a compris que l’Algérie a agi au nom de la sécurité internatio- nale, au nom de la paix internatio- nale car le terrorisme est trans frontière.

A. S.

CONFLIT AU MALI

Le président de l'UA veut «une implication» de l'Otan

Le président de l'Union africaine et dirigeant du Bénin, Thomas Boni Yayi, a affiché mercredi à Berlin sa volonté

de voir s'impliquer tous les membres de l'Otan dans l'in- tervention militaire au Mali dont le Nord est occupé depuis avril dernier par des terroristes. «Je suis venu renouveler au nom du continent (afri- cain) en ma qualité de président de l'Union africaine notre volonté de voir s'impliquer tous les Etats membres de l'Otan», a déclaré M. Boni Yayi lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel. «Je lui ai même demandé franchement (à Angela Mer-

kel) de s'impliquer pour que l'Eurocorps (

soit mis à

contribution», a-t-il ajouté, à propos du Corps d'armée eu-

ropéen. Pour sa part, la chancelière a exclu de nouveau l'envoi de soldats allemands au Mali. «L'Allemagne ne songe pas

à envoyer des troupes de combat là-bas», a-t-elle insisté,

réaffirmant ainsi la position originelle de Berlin. Par ail- leurs, M. Boni Yayi a également assuré que «tous les chefs d'Etat africains» s'étaient «félicités de la rapidité avec la- quelle la France est intervenue et du courage politique de

la France».

)

L'intervention militaire au centre d'une réunion d'urgence de la Cédéao à Abidjan

L'intervention militaire au Mali visant à chasser les ter- roristes occupant le nord du pays depuis dix mois, sera de nouveau examinée aujourd’hui à Abidjan, lors d'une réu- nion d'urgence des chefs d'état-major des pays membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao). "Les membres du comité des chefs d'état-major vont se rencontrer aujourd’hui lors d'une

session d'urgence à Abidjan, en Côte d'Ivoire, pour évaluer l'état du déploiement de la Mission internationale de sou- tien au Mali (Misma) dont le commandement est africain",

a indiqué vendredi un communiqué de la Cédéao. Cette réunion verra aussi la participation des chefs de

la police des 15 états membres de la Cédéao et le comman-

dant de la Misma, un Nigérian, selon le document.

Le Mali dominera les travaux du 20 e sommet de l'UA

La situation au Mali dominera les travaux du 20 e Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA), qui s'ouvre demain à Addis-Abeba et se penchera sur d'autres conflits ou zones de tension sur le conti- nent, a-t-on annoncé auprès de l'organisation panafricaine. "Nous tentons de trouver une solution à la situation au Mali, mais il nous faut des ressources. Les opérations de maintien de la paix son très coûteuses et nous mettons l'accent sur les mesures de prévention", a notamment dé- claré le directeur de la Paix et de la Sécurité de la Commission de l'UA, El Ghassim Wane, lors d'une conférence de presse. Il a déclaré que les efforts pour mobiliser des fonds et le soutien logistique re- quis pour appuyer la mission in- ternationale d'intervention au Mali (Misma) seraient boostés par

une réunion de l'UA et de la Com- munauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) , qui apporte une contribution de 3500 soldats à la Misma, prévue en marge du sommet de l'UA, le 27 janvier. Plusieurs pays ouest-africains ont déployé des troupes au Mali pour aider les forces maliennes à reprendre le contrôle du nord pris l'année dernière par des groupes terroristes. La France a également envoyé des troupes et apporté un soutien aérien. Le Burundi et le Tchad font partie des pays africains qui ont proposé d'envoyer des troupes pour se joindre à la mission , a an- noncé jeudi l'Union africaine. Le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé en décembre le déploie- ment de la Misma, chargée d'ai- der l'armée malienne à reconquérir la moitié nord du

pays, sous contrôle de groupes terroristes depuis avril 2012. Outre la situation au Mali, le som- met, de deux jours, devrait égale- ment se pencher sur plusieurs autres conflits ou zones de ten- sion sur le continent. La présidente de la Commis- sion de l'UA, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, élue lors du précédent sommet en juil- let, a notamment évoqué cette se- maine la "réémergence de conflits dans l'est de la Répu- blique démocratique du Congo (RDC), en Guinée-Bissau et en République centrafricaine". Si les combats ont cessé dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, les pourparlers à Kam- pala entre gouvernement et re- belles du M23 avancent péniblement et la rébellion conti- nue d'étendre son emprise, ont accusé des ONG locales. A Bissau,

les autorités ont annoncé qu'il se- rait "impossible" d'organiser les élections générales prévues en mai 2013, pour clore la période de transition ouverte après le coup d'Etat d'avril 2012. En Centra- frique, le ministère de la Défense a accusé mercredi la rébellion qui menaçait Bangui en décembre, de continuer les hostilités malgré un accord signé avec le gouverne- ment en janvier. Le peu de progrès dans la réso- lution des différends entre Sou- dan et Soudan du Sud seront également au programme des dis- cussions. Les travaux de la 22 e session or- dinaire du Conseil exécutif de l'Union africaine se sont ouverts jeudi à Addis-Abeba, en prélude au sommet. Les discussions étaient axées, entre autres, sur la situation de paix et sécurité en Afrique, notamment dans la ré-

gion du Sahel, ainsi que des ques- tions liées au développement éco- nomique du continent. Le Conseil exécutif de l'UA, qui regroupe les ministres des Af-

faires étrangères des pays mem- bres, s'attarde aussi sur les préparatifs de la célébration du 50 e anniversaire de la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA, actuellement UA), dont la cérémonie officielle aura lieu à Addis-Abeba le mois de mai de cette année. Les travaux du Conseil seront sanctionnés par des recomman- dations à soumettre au sommet des chefs d'Etat et de gouverne- ment de l'UA, qui se tiendra en présence du secrétaire-général de l'ONU Ban Ki-moon, des repré- sentants des pays de l'Union euro- péenne et des membres permanents du Conseil de sécu-

rité.

AAPS

6

DK NEWS

MONDE

Vendredi 25 - Samedi 26 Janvier 2013

ATTENTAT

DE

TIGUENTOURINE:

L'Algérie a traité

la situation «en toute souveraineté»

Des analystes politiques tunisiens ont souligné unani- mement que le traitement de "l'Algérie du dernier attentat terroriste" émanait d'une po- sition "souveraine", affirmant que la diplomatie algérienne avait pris conscience de "la nature de l'agenda suspect" de certaines forces. L'analyste politique tuni- sien, Pr. Kacemi al Djemai, a

indiqué que l'attentat terro- riste qui a ciblé le site gazier de Tiguentourine à In était "en rapport" avec le position de l'Algérie à l'égard de la si- tuation au Mali. Plusieurs forces, a-t-il dit, "n'ont pas caché" leurs inten- tions de porter atteinte à la sécurité et à la stabilité de l'Algérie, estimant le "mo- ment opportun" pour activer des groupes terroristes liés par des "agendas suspects" pour mener l'attentat contre le site gazier de Tiguentou- rine à In Amenas dans une tentative désespérée d'"en- traîner et d'impliquer l'Algé- rie" dans ce qui se passe au Mali. Il a précisé à ce propos, que la diplomatie algérienne "a pris conscience précoce- ment" de la nature de cet "agenda suspect" et a traité la situation "en toute souverai- neté et de la manière qu'il convenait" ce qui lui a permis d'écarter, selon lui, "les me- naces" et par conséquent dé-

jouer

le

projet

d'"implication". De son côté, le Pr. Aliane Alia, spécialiste dans les cou- rants islamistes maghrébins, a affirmé que la poursuite de l'application du programme de réforme politique et éco- nomique initié par l'Algérie restait "la seule garantie pour éviter" les menaces et retom- bées de la situation interne au

Mali. Les motifs qui sont der- rière l'attentat terroriste contre la souveraineté de l'Al- gérie sont d'ordre politique, économique et sécuritaire, a- t-il poursuivi avant d'ajouter que les motifs politiques rési- daient dans la tentative des terroristes de s'"imposer" en tant que partie dans le conflit malien et porte-parole des courants djihadistes. Selon M. Aliane, le motif économique est lié à la prise d'otages considérée comme une carte "gagnante financiè- rement" pour l'organisation Al Qaida et le troisième enfin, est lié à la recherche par les terroristes d'une "formule ac- ceptable par l'Algérie" pour l'acquisition d'une superficie au Mali pour y résider. L'Algérie "avait pris conscience" de ces défis et a refusé d'échanger les otages

et de soumettre la surveil- lance de ses installations ga-

zières à des forces étrangères, outre sa décision de ne pas participer à la guerre au Mali

et son appel à trouver une so-

lution pacifique à la crise à travers des négociations entre Maliens. Le Dr. Haikel Benmah-

foudh, spécialiste en droit in- ternational et expert dans les affaires de sécurité régionale,

a estimé que la riposte des

forces de l'armée algérienne face à l'attentat terroriste était "souveraine". Il est du droit "immuable" de l'Algérie de défendre son territoire et la sécurité de ses citoyens, a-t-il ajouté. Pour cet expert, au-delà de ce qui se passe au Mali, les menaces sécuritaires "exis- tent et sont connues". Elles sont essentiellement liées au trafic d'armes et de drogue et au crime organisé qui sont les principales sources de finan- cement des groupes extré- mistes et armés, a-t-il dit. Analysant la situation au Mali, il a estimé qu'une er- reur d'appréciation avait été commise dans le sens où le recours à l'option militaire dans ce pays a exposé l'en- semble de la région à des dan- gers dont elle pouvait bien se passer.

A la question de savoir si l'intervention française au Mali était motivée par des in- térêts économiques, l'expert a précisé que chaque pays cherche à assurer ses intérêts hors de ses frontières. L'analyste politique tuni- sien Salaheddine Al-Jorchi a, pour sa part, souligné que le terrorisme ne se limitait pas à une zone géographique don- née, d'où la nécessité, a-t-il

dit, d'une stratégie intégrée et de politiques régionales sur

le long terme entre les gou-

vernements maghrébins, y

compris avec les pays du Sahel.

Sur les développements de

la situation au Mali, l'analyste

a souligné qu'il ne s'agissait

pas d'une question purement malienne, car ses répercus- sions vont bien au-delà des frontières de ce pays, a-t-il es- timé. Pour cet analyste, il ne fait aucun doute que l'interven- tion française au Mali a été motivée par les ressources du sous-sol de ce pays. Sinon, comment expliquer la posi- tion contradictoire de l'Occi- dent qui soutient l'intervention au Mali contre les extrémistes et encourage, dans le même temps, la proli- fération des mêmes extré- mistes en Syrie, s'est-il interrogé.

APS

Messahel qualifie à Addis-Abeba

D’acte héroïque la riposte de l'armée algérienne à l'attaque terroriste de Tiguentourine

Le ministre délégué chargé des Affaires

maghrébines et africaines, M. Abdelakder Messahel, a indiqué jeudi à Addis- Abeba que la riposte des forces spéciales de l'Armée nationale populaire (ANP) à l'attaque terroriste

contre le site gazier de

Tiguentourine est un acte "héroïque" et traduit la détermination des hautes autorités algériennes à ne faire aucune concession au terrorisme

M. Messahel préside la déléga- tion algérienne à la 22e session or- dinaire du Conseil exécutif de l'Union africaine (UA), dont les travaux se poursuivent à huis clos. Dans le même sillage, la réaction du président du Conseil exécutif de l'UA, M. Nassirou Bako-Arifari, ainsi que celles de la plupart des ministres des Affaires étrangères africains, sont allées dans le même sens lors de leur prise de parole. Ils ont été unanimes à condamner l'agression de Ti- guentourine et féliciter les forces armées algériennes, tout en ren- dant hommage aux autorités algé- riennes pour leur détermination. En ce sens, la plupart des pays ont adhéré à une "plus grande coordi-

des pays ont adhéré à une "plus grande coordi- nation" entre les Etats africains pour lutter

nation" entre les Etats africains pour lutter contre le terrorisme, faisant part de leur désir de s'ins- pirer de l'expérience algérienne. Dans son intervention au cours des débats, le président du Conseil exécutif de l'UA a ainsi rendu hommage à l'Algérie, qua- lifiant "d’acte héroïque" la riposte des forces armées algériennes. M. Bako-Arifari a en outre rendu "hommage" à l'Algérie pour la "gestion réussie" de la prise d'otages de Tiguentourine, sa- luant le "professionnalisme des forces armées". Il a souhaité en outre que "l'expertise algérienne dans la lutte anti-terroriste soit

partagée avec les autres pays afri- cains". Au cours des débats minis- tériels du CE de l'UA, les délégations participantes ont ex- primé aussi leur soutien et leur solidarité avec le peuple et le gou- vernements algériens, félicitant l'Algérie pour la conduite de cette opération antiterroriste. Pour sa part, le ministre malien des Af- faires étrangères, M. Coulibaly, a particulièrement remercié l'Algé- rie, pour laquelle il reconnut les efforts déployés en faveur de la sé- curité et de la stabilité dans la ré- gion ainsi que le soutien multiforme qu'elle accorde aux autorités maliennes.

La population algérienne refuse

de subir encore le terrorisme des groupes religieux extrémistes

La population algérienne qui a vécu une "décen- nie noire" durant les années 1990, refuse de subir en- core le terrorisme des groupes religieux extrémistes, a indiqué le père-blanc Jan Heuft, cité par radio Va- tican, après l'attaque terroriste contre le site gazier

de Tiguentourine (In Amenas, Illizi). Vivant en Algé- rie depuis 43 ans, le père Jan Heuft, a souligné que "les gens ne sont pas d'accord avec ce qui s'est passé, ils ont honte que des personnes qui se disent musul- mans ont commis une action pareille". Revenant sur

l'intervention des unités d'élite pour libérer les

otages, il a estimé qu'il n'y avait pas "d'autres possi- bilités" que celle-ci, relevant, à ce sujet, qu'"on ne dia- logue pas avec ceux qui refusent le dialogue et qui veulent imposer leurs vues". Interrogé sur le senti- ment des Algériens à l'égard de l’intervention mili-

taire contre les preneurs d'otages, le religieux a af- firmé que les Algériens "sont d'accord avec l'action des autorités contre les terroristes", soulignant qu'ils compatissent (Algériens) avec les étrangers comme ils le font avec leurs compatriotes, en allusion aux victimes de l'attaque terroriste. Dans ce cadre, il a in- sisté sur le sentiment de "solidarité" du peuple algé- rien avec les victimes du terrorisme, quelle que soit leur appartenance, affirmant que ce peuple "est très ouvert, très religieux et comprend les souffrances des autres". A propos du rejet par le peuple du terro- risme, le religieux a rappelé que "l'Algérie s'est lancée depuis 10 ans dans un processus de démocratisation et de modernisation, laissant peu de place aux grou- puscules qui veulent s'emparer de l'Etat et imposer un Etat islamique".

La Ligue arabe

souligne son soutien à l'Algérie

Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, M. Ahmed Benhalli, a indiqué que la Ligue condamne l'attaque terroriste d'In Amenas (Illizi) et réaffirme son soutien "total" à l'Algérie dans ses efforts de lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes. Dans une déclaration à l'APS, M. Benhalli a indiqué que les pays arabes participant au som-

Benhalli a indiqué que les pays arabes participant au som- met économique et social de Ryadh

met économique et social de Ryadh dont les travaux ont pris fin mardi, ont fermement condamné l'attaque terroriste perpétrée en Algérie à laquelle ils ont exprimé leur "solidarité" et leur "total soutien dans sa lutte contre le terrorisme" sous toutes ses formes. Ils ont exprimé éga- lement leur rejet "de tout chan- tage des groupes terroristes qu'il s'agisse de menaces, d'enlève-

ments ou de prise d'otages". Il a rappelé que les ministres arabes des Affaires étrangères participant au sommet de Ryadh avaient tenu une réunion le 19 janvier sous la présidence du chef de la diplomatie saou- dienne, l'émir Saoud Al-Fayçal, à l'issue de l'attaque terroriste. Ils ont condamné, à cet effet, cette

Vendredi 25 - Samedi 26 Janvier 2013

MONDE

DK NEWS

7

attaque terroriste et ont leur "plein soutien à toutes les démarches de l'Algérie en matière de lutte contre ce fléau". M. Benhalli a précisé à cette occa- sion que bien que le sommet soit consacré aux questions socioécono- miques, l'attaque terroriste a do- miné les débats entre les chefs d'Etats arabes d'autant plus que le terrorisme est l'un des obstacles qui entravent le développement global. Il a tenu à saluer la gestion par l'Algérie de cet incident sur les plans politique, médiatique et sécuritaire. "L'intervention des forces de l'Ar- mée nationale populaire (ANP) avec autant de fermeté et de profession- nalisme, a été unanimement saluée par les experts" car ayant évité le pire, d'une part, et empêché les ra- visseurs qui voulaient, outre l'assas- sinat d'innocents, porter atteinte aux infrastructures économiques, a-t-il soutenu. Il a par ailleurs estimé que l'ap- proche de cette intervention met les pays de la région ainsi que les pays étrangers dont les ressortissants et les intérêts sont ciblés, "devant leur responsabilité" dans la mesure où ces pays "doivent prendre conscience de la nécessité de mettre en place un plan global et d'assurer une coordination totale aux plans sécuritaire, logistique et de rensei- gnement pour éradiquer les foyers du terrorisme dans la région". Pour ce qui est de la position de la ligue arabe concernant le règlement de la crise malienne, le même res- ponsable a rappelé que le conseil des ministres arabes des Affaires étrangères a exprimé dans un com- muniqué, en marge du sommet de Ryadh, sa "profonde inquiétude" à l'égard de la situation "grave" que vit la république du Mali et fait part de sa solidarité avec les autorités de transition et le peuple malien face à cette crise. Le conseil a affirmé "son soutien aux efforts du gouvernement ma- lien dans sa lutte contre le terro- risme et le crime organisé et pour le redéploiement de son autorité sur tout le territoire malien", appelant "les parties dans le pays à accélérer la reprise du dialogue politique pour le retour à la légalité constitu- tionnelle et la satisfaction des at- tentes du peuple malien, toutes composantes confondues, au déve- loppement, à la démocratie et à l'égalité". Le conseil a salué "les ef- forts déployés aux niveaux régional et international, pour aider le gou- vernement malien à rétablir la sécu- rité et la stabilité du pays et garantir sa souveraineté et son unité territo- riale". Par ailleurs, le conseil minis- tériel a chargé un groupe d'experts au niveau de la ligue arabe d'"élabo- rer une vision" sur la conduite à tenir par la ligue arabe face à cette crise en collaboration avec l'UA, les pays voisins et le gouvernement ma- lien. Pour M. Bennhalli, l'objectif de la ligue arabe vise à "traiter la crise malienne dans un cadre politique" qui préserve l'unité du pays, son in- tégrité, sa sécurité et sa stabilité tout en "empêchant un débordement de la situation dont les conséquences seront graves non seulement au Mali mais dans toute la région". Le même responsable a rappelé l'engagement de la ligue arabe à combattre le terrorisme conformé- ment à la convention arabe de lutte contre le terrorisme signée par la plupart des Etats arabes affirmant que l'éradication du terrorisme et le tarissement des sources de finance- ment du terrorisme s'inscrivent comme une clause permanente dans les réunions de la ligue arabe. La convention arabe de lutte contre le terrorisme souligne l'im- pératif pour les Etats arabes de s'en- gager à ne pas céder au chantage des terroristes.

ALGÉRIE - MALI

Le groupe de "partis et organisations pour la défense de la mémoire et de la souveraineté", a appelé mercredi à Alger, "à faire front" contre les risques que pourrait générer l'intervention militaire au Mali.

Appel en faveur

d'un consensus politique pour faire face à tous les risques

consensus politique pour faire face à tous les risques Au cours d'une conférence de presse tenue

Au cours d'une conférence de presse tenue au siège du Mouvement de la So- cièté pour la paix (MSP), les présidents des partis et des organisations se réclamant de ce groupe ont souligné "la nécessité pour la classe politique de se mobiliser pour faire face aux dangers qui guettent l'Algé- rie du fait des répercussions de la guerre prévalant dans la région du Sahel, et de se concerter en vue d'adopter une position unifiée et harmonieuse pour la défense de la souveraineté nationale", mettant en garde contre les conséquences d'une guerre "qui ne concerne pas l'Algérie ". A ce propos, le président du MSP M.

Boudjerra Soltani a souligné que la situa- tion que traverse actuellement la région "en appelle plus que jamais à une unité de vision et de discours et au renforcement du Front national". M. Soltani a salué d'autre part les forces de l'armée natio- nale populaire "qui ont sauvé le maximum de vies humaines" lors de l'attaque terro- riste contre le site gazier de Tiguentou- rine, à In Amenas (W.Illizi). Citant les formations politiques qui se sont consti- tuées en "Groupe de partis et d'organisa- tions pour la défense de la mémoire et de la souverain nationale" tels le MSP, le parti Ennahda, le Front national algérien

(FNA), El-fedjr-El-Djedid, et autres, M.Soltani a indiqué qu'une conférence re- groupant ces partis est prévue le 18 février prochain pour donner plus de détails sur la démarche de ce Groupe. Le président du parti El-Fedjt El Djedid, M. Benbai- bache Tahar a estimé de son côté que l'at- taque terroriste contre le site gazier de Tiguentourine "est la conséquence de l'in- tervention militaire française au Mali", exhortant le Gouvernement algérien "à ne s'en tenir qu'à ses positions constantes inspirées de la déclaration de novembre, dont la non-ingérence dans les affaires in- térieures d'autrui".

ONU - MALI

L'insécurité alimentaire est la prochaine crise dans le nord du Mali

La population du nord du Mali risque d'être confrontée à de graves pénuries alimentaires dans les jours à venir, en raison de la fermeture des frontières et l'accès humanitaire limité suite à l’intervention militaire française, rapporte jeudi une agence d'information onusienne, IRIN. Suite à la fermeture des fron- tières avec le nord malien, les importations de produits alimen- taires ont baissé de 50%, dont notamment le riz, la semoule, l'huile et le lait qui figurent dans le régime alimentaire tradition- nel des Maliens du nord. Certains camions arrivent à passer la frontière, mais les marchands hésitent à faire le déplacement en raison des contrôles stricts et par crainte de nouveaux bombar- dements aériens, selon cette agence d’information qui dépend du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA). Les marchés de la ville de Mopti fournissent des stocks importants de riz et de millet importés aux régions du nord du pays alors qu’une diminution de 40% de la disponibilité de ces deux céréales a été enregistrée à Kidal depuis janvier 2012. Le prix de ces céréales a enregistré une hausse de 120% par rapport aux moyennes des cinq dernières années. Les habitants de Kidal dépendent des marchés hebdoma- daires pour acheter et vendre une grande partie de leur nourri- ture, mais certains marchés sont toujours fermés ou perturbés, tandis qu’un grand nombre de commerçants des régions de Kidal et de Gao ont fermé leurs magasins par crainte des pillages, indiquent les habitants et les agences d'aide humanitaire cités par IRIN. Les agences d'aide humanitaire craignent que les ni-

La FIDH pour une commission d’enquête sur les violations des droits de l’homme au Mali

veaux d'insécurité alimentaire anormalement élevés dans le Nord ne s'aggravent en raison des blocages: dans le Nord, qui compte 1,8 million d'habitants, 585.000 personnes sont en insé- curité alimentaire et plus de 1,2 million de personnes risquent de basculer dans l'insécurité alimentaire. D'après l'ONG locale Sol, les familles de Kidal ont suffisamment de céréales pour tenir 10 jours en moyenne seulement. Suite aux perturbations dans le corridor de Mopti-Douentza- Gao, une grave diminution des stocks de céréales a été enregis- trée sur les marchés de Gao. Par ailleurs, la plupart des éleveurs ont fui avec leur bétail rendant difficile de trouver de la viande sur le marché, ajoute IRIN. Les banques ont fermé et la plupart des prêteurs d'argent privés ont suspendu leurs activités, ce qui a entraîné une crise des liquidités à Gao. Des bombes ont détruit un dépôt de carburants de la ville et les résidents craignent une pénurie de carburants. Les résidents, qui sont confrontés à ces difficultés et à la coupure des lignes téléphoniques depuis plus d'une semaine, se sentent vulnérables. "Il y a maintenant une semaine que les lignes téléphoniques ont été coupées, donc nous ne pouvons plus communiquer, nous sommes coupés du reste du monde, cela fait peur", soulignent des habitants de Gao à IRIN. "Gao est comme un no man’s land. Tout le monde est ner- veux. Nous n'avons aucune idée de ce qui va se passer demain". Si la pénurie alimentaire continue à Gao, les résidents vont pro- bablement rejoindre Kidal pour trouver de la nourriture, ce qui veut dire que les stocks pourraient diminuer rapidement.

La Fédération internationale des droits de l’homme (Fidh) a appelé à la mise sur place d’une commission d’enquête "indé- pendante" pour faire la lumière sur les vio- lations, par l’ensemble des belligérants, des droits de l’homme au Mali. "La FIDH appelle les autorités ma- liennes, françaises et la communauté inter- nationale à immédiatement mettre en place une commission d'enquête indépendante pour faire la lumière sur les graves viola- tions du droit international humanitaire et des droits de l'Homme commises par l'en- semble des belligérants dans le cadre du conflit au Mali, y compris les exactions des groupes armées au Nord du pays" a-t-elle indiqué dans une déclaration parvenue mercredi soir à l’APS. L’ONG, basée à Paris, s’est dit ½ fortement préoccupée » par la multiplication des ½ exécutions sommaires

et autres violations des droits humains com- mises par des soldats maliens, dans le contexte de la contre-offensive menée par les armées française et malienne contre les djihadistes ». Elle affirme avoir pu ½ établir qu'une série d'exécutions sommaires a été perpétrée par des éléments des forces ar- mées maliennes, à partir du jeudi 10 janvier 2013, particulièrement à Sévaré, Mopti, Nioro et d'autres localités situées dans les zones d'affrontements ». Selon l’ONG, les victimes de l'ensemble de ces exactions sont des ½ personnes accu- sées d'être complices des djihadistes ou des infiltrés, des personnes en possession d'armes, des individus ne pouvant justifier de leur identité lors de contrôles de l'armée, ou ciblés simplement en raison de leur ap- partenance ethnique et communément ap- pelés les + peaux claires + ». Tout en

rappelant que les autorités politiques et mi- litaires maliennes et françaises ont appelé de façon répétée au respect du droit inter- national humanitaire et des droits de l'Homme dans le cadre de la contre-offen- sive, la Fidh s’est dit ½ préoccupée par l'ab- sence d'enquêtes et d'informations publiques concernant ces violations, les dif- ficultés d'accès aux zones dans lesquelles les exactions se sont déroulées et l'absence de sanctions contre leurs auteurs". Pour son président d'honneur, Sidiki Kaba, ces ½ exactions entachent » la légitimité de l'opé- ration de restauration de l'intégrité du ter- ritoire et ½ doivent faire l'objet de poursuites par la justice nationale et, le cas échéant, par la Cour pénale internationale qui a ouvert une enquête le 16 janvier sur la situation au Mali ».

APS

8

DK NEWS

MONDE

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

ONU - LIGUE ARABE - SYRIE

L'ONU et la Ligue arabe renouvellent leur soutien sans réserves à Lakhdar Brahimi

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et son homologue de la Ligue arabe, Nabil El Arabi, ont exprimé mer- credi leur "soutien sans réserves" aux ef- forts déployés par Lakhdar Brahimi, leur Représentant spécial conjoint chargé de trouver une solution politique

à la crise en Syrie. M. Brahimi a pris part mercredi à un appel téléphonique avec les deux secrétaires généraux, appel qui

a été présenté comme une "conversation

de fond" sur la situation en Syrie, a rap-

porté le porte-parole de Ban Ki-moo. Cette téléconférence s'est tenue dans le cadre de consultations intensives me- nées par M. Brahimi avec M. Ban et d'au- tres responsables onusiens dans l'espoir de mettre fin au conflit meurtrier et à la détérioration de la situation humani- taire en Syrie et dans les pays voisins. A cette occasion, MM. Ban et Brahimi ont exprimé leur profonde préoccupation

devant le nombre alarmant de victimes et l'étendue des dégâts causés par les af- frontements entre forces gouvernemen- tales et groupes d'opposition, "grâce aux armements fournis par des puissances étrangères aux deux parties", a indiqué

le porte-parole de l’ONU.

Ils ont également exprimé leur dé- ception quant au manque d'unité de la communauté internationale, en l'ab- sence de laquelle la transition politique envisagée par le Communiqué de Ge- nève est difficile à envisager. Conclu à la fin du mois de juin et soutenu par les Nations unies, le communiqué du Groupe d'action sur la Syrie appelle à l'établissement d'une autorité de transi- tion, dotée des pleins pouvoirs exécutifs, dans le cadre d'une transition politique menée par les Syriens eux-mêmes. Le Communiqué engage également toutes les parties en faveur d'une cessation des violences armées et à l'application du plan de paix en six points. Les derniers mois ont été marqués par l'escalade du conflit, qui a laissé quatre (4) millions de personnes en situation de détresse hu- manitaire.

SYRIE

Damas invite l'opposition à rentrer pour le dialogue national

Le gouvernement syrien a invité jeudi les forces de l'opposition poli- tique installées à l'étranger et souhai- tant participer "au dialogue national" à rentrer au pays, a rapporté l'agence sy- rienne Sana. "Toutes les forces poli- tiques d'opposition installées à l'extérieur du pays et souhaitant parti- ciper au dialogue national sont autori- sées à revenir en République arabe syrienne", a indiqué le ministère de l'Intérieur syrien dans le communiqué cité par l'agence Sana. Le ministère a affirmé avoir pris cette décision "suite au programme politique visant à ré- soudre la crise en Syrie" qui assure "des garanties à toutes les forces politiques de l'opposition pour entrer dans le pays et en ressortir librement, pour participer au dialogue national". Le 6 janvier, le président Assad avait pro- posé un plan de sortie de crise pré- voyant la fin des opérations militaires, suivie d'un dialogue national sous l'égide du "gouvernement actuel".

RCA :

L'ONU veut garder les troupes étrangères en stationnement

La représentante spéciale de l'ONU en République centra- fricaine (RCA) Margaret Vogt a estimé jeudi que les troupes étrangères qui se trouvent dans ce pays devrait rester pour empêcher la RCA de de- venir "un nouveau Mali".

Ces soldats étrangers --notamment des Français, des Sud-Africains et des Tchadiens-- doivent contribuer à "créer

un pare-feu en Centrafrique pour empê- cher les mouvements que nous voyons dans le Sahel de venir par ici", a expliqué Margaret Vogt. "Cet endroit peut facilement devenir un nouveau Mali", a-t-elle affirmé, lors d'une téléconférence avec des journa- listes organisée depuis Bangui. Après une offensive éclair en décembre, qui les ont amenés aux portes de Bangui, les re- belles du Seleka avaient accepté à Libre- ville un cessez-le-feu et le retrait des

accepté à Libre- ville un cessez-le-feu et le retrait des zones occupées. Mais le gouvernement centrafricain

zones occupées. Mais le gouvernement centrafricain les accuse de poursuivre leur "conquête" dans le Nord et le Centre sud. "La communauté internationale doit maintenant s'impliquer plus énergi- quement, sur les plans diplomatique et financier, pour empêcher la RCA de som- brer", a estimé Mme Vogt: "La RCA oc-

cupe une position stratégique (car) ce qui se passe en RCA aura un impact sur tous les pays de la région". Jeudi, le Conseil de sécurité a adopté une résolution qui prolonge d'un an le mandat de sa mission dans le pays, le Bu- reau intégré des Nations unies pour la consolidation de la paix en RCA (Binuca).

SOUDAN - SOUDAN SUD

Washington appelle Khartoum à négocier

avec les rebelles

Les Etats-Unis ont de- mandé jeudi à Khartoum d'ouvrir des négociations "sans conditions" avec les re- belles qui opèrent dans les ré- gions soudanaises du Kordofan-Sud et du Nil Bleu. Il n'y aura pas de vraie sé- curité tant que le Soudan n'aura pas renforcé sa coopé-

ration avec le Soudan du Sud et traité le conflit dans ces deux régions (Kordofan-Sud et Nil Bleu) par un dialogue sans conditions avec la branche Nord du Mouvement de libération des peuples du Soudan (SPLM-N)", a affirmé l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice. Elle s'expri-

mait à l'issue d'un débat au Conseil de sécurité sur le Sou- dan. Situé le long de la fron- tière avec le Soudan du Sud, le Kordofan-Sud et le Nil Bleu sont en proie depuis l'été 2011 à des combats entre l'armée soudanaise et des rebelles. Une partie de ces rebelles avait combattu au côté des Su-

distes lors de la guerre civile (1983-2005) qui a abouti à la partition. Selon l'ONU, près de 700.000 personnes sont me- nacées de famine dans les deux provinces en raison des combats et du refus du gou- vernement soudanais d'y lais- ser entrer l'aide humanitaire internationale.

EGYPTE :

Des manifestants ont mis le feu à un bâtiment près de la place Tahrir

Des manifestants égyptiens ont mis le feu jeudi à un bâtiment près de la place Tahrir en plein centre du Caire après les heurts jeudi avec les forces de sécurité, à la veille du deuxième anniversaire de la révolte qui a forcé le président Hosni Moubarak à démissionner, a rapporté l'agence officielle égyptienne Mena. Selon des témoins, cités par l'agence, les manifestants ont jeté des cocktails

par l'agence, les manifestants ont jeté des cocktails Molotov en direction des forces de sécurité sur

Molotov en direction des forces de sécurité sur une rue menant à la place Tahrir, provoquant l'incen- die. Des affrontements ont éclaté jeudi entre manifestants et forces de l'ordre, blessant un manifes- tant et cinq membres des forces de sécurité, à la veille du deuxième anniversaire de la révo- lution égyptienne.

ALLEMAGNE - LIBYE

Berlin demande à ses ressortissants de quitter immédiatement la ville et la région de Benghazi

Le gouvernement allemand a demandé

à ses ressortissants de quitter "en urgence

la ville et la région de Benghazi", "en proie

à une insécurité grandissante". Dans une note d'information publiée, jeudi, sur le site du ministère des Affaires étrangères allemand, "le gouvernement appelle ses ressortissants à quitter en ur- gence la ville et la région de Benghazi".

"Des renseignements dont dispose le

gouvernement fédéral établissent des risques concrets immédiats visant les ci-

toyens occidentaux à Benghazi", poursuit- elle. Pour sa part, le Royaume-Uni a mis en garde jeudi contre "une menace spéci- fique et imminente" visant les Occidentaux à Benghazi, et appelé les citoyens britan- niques à quitter immédiatement cette ville

côtière de l'est de la Libye en proie à une insécurité grandissante. "Nous sommes maintenant au courant d'une menace spé- cifique et imminente contre les Occiden- taux à Benghazi et demandons aux Bri- tanniques qui sont là-bas en dépit de nos conseils de partir immédiatement", a an- noncé le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué.

NIGERIA

Affrontements dans le centre du Nigeria: 9 morts

Au moins neuf personnes sont mortes dans des affronte- ments entre éleveurs Fulani et fermiers locaux dans le centre du Nigeria, a indiqué jeudi un porte-parole de l'armée. Le ca- pitaine Salisu Mustapha de la force conjointe ( JTF) de l'Etat du Plateau (centre) a précisé que les incidents avaient eu lieu mardi soir à Wadata, localité près de la ville de Jos.

"Je confirme qu'au moins neuf personnes ont été tuées et plusieurs ont été blessées dans ce conflit entre des fermiers lo- caux et des éleveurs Fulani", a-t-il déclaré. Il a indiqué que les raisons de ces derniers affrontements devaient encore être déterminées.

APS

Vendredi 25 - Samedi 26

janvier 2013

MONDE

DK NEWS

9

SELON UN RESPONSABLE CHINOIS

La Chine et le Japon doivent traiter leurs différends de manière "efficace"

La Chine et le Japon doivent traiter leurs dif- férends de manière "ef- ficace et opportune", a indiqué hier un haut responsable chinois. "La Chine et le Japon doi- vent traiter les questions "sensibles" entre les deux pays de manière efficace et opportune", a déclaré le secrétaire gé- néral du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), Xi Jin- ping .

Il s'exprimait lors d'une

rencontre à Pékin entre M.

Xi et le leader du "Nouveau

rencontre à Pékin entre M. Xi et le leader du "Nouveau Komeito", Natsuo Yamagu- chi, qui

Komeito", Natsuo Yamagu- chi, qui forme une coali- tion avec le Parti libéral-démocrate japo- nais actuellement au pou- voir. Il s'agit de la première

visite d'un haut membre

du bloc au pouvoir au Japon depuis l'annonce par le gouvernement japo- nais en septembre dernier de l'"achat" d'une partie des îles Diaoyu/Senkaku,

une décision qui a conduit

à la détérioration des rela- tions bilatérales. "La posi- tion chinoise concernant les îles Diaoyu/Senkaku est constante et claire", a indi- qué M. Xi, exhortant la par- tie japonaise à "respecter l'histoire et la réalité, et à déployer des efforts conjoints avec la Chine pour rechercher des moyens efficaces de contrôler et résoudre de manière appropriée les problèmes par le dialogue et la consultation". La Chine avait déjà exhorté la semaine der- nière le Japon de "prendre et améliorer les relations bilatérales.

ATTENTAT CONTRE UN CONVOI DE L'OTAN EN AFGHANISTAN :

Au moins quatre personnes tuées

Au moins quatre personnes ont

été tuées dans un attentat-suicide à

la voiture piégée perpétré hier contre

un convoi de l'Otan dans la province

de Kapisa, au nord-est de Kaboul, ont annoncé des responsables de la force internationale en Afghanistan (Isaf ) et les autorités afghanes. "Des insurgés ont attaqué un convoi de

l'Isaf dans le district de Tagab à l'aide d'un véhicule piégé avec une bombe

artisanale", a indiqué à l'AFP un

porte-parole de la force de l'Otan. "Aucun membre de l'Isaf n'a été tué ni blessé. Mais plusieurs civils af- ghans ont été tués", a-t-il ajouté. Selon le gouverneur de la pro- vince, le général Mehrabuddin Safi,

"quatre civils sont morts et plusieurs ont été blessés". Un porte-parole des talibans, Za- bihullah Mujahid, a indiqué à l'AFP que 12 soldats américains avaient été tués et blessés, mais les insurgés exa- gèrent régulièrement le bilan de leurs attaques.

EGYPTE :

Ban Ki-moon appelle à la non-violence dans la transition

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé jeudi à la non-violence et au respect des droits de

l'homme en Egypte après les heurts entre la police et des manifestants près de la place Tahrir au Caire, à la veille

du deuxième anniversaire du mouvement populaire qui

a provoqué la chute de l'ancien président Hosni Mouba- rak. "Le secrétaire général les encourage à rester attachés

aux principes universels que sont le dialogue pacifique et la non-violence, l'indépendance des institutions et les processus démocratiques", indique le communiqué du porte-parole de M. Ban. Dans son communiqué, il réaffirme l'engagement de l'ONU à appuyer les efforts du peuple et du gouverne- ment égyptiens pour bâtir un avenir plus inclusif et dé- mocratique".

RUSSIE

La Russie attachée à la résolution pacifique des conflits respectant la souveraineté des pays

La Russie demeure attachée à la résolution politique et diplomatique des conflits régionaux et des crises, respectant la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'égalité de tous les pays, a affirmé jeudi le président russe Vladimir Poutine. "Les événements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ont provo- qué un effet domino d'instabilité dans la région et dans l'arène inter- nationale en général", a déclaré le président Poutine lors d'une réunion avec les ambassadeurs étrangers.

"Les troubles en Libye, accompagnés de la propagation incontrôlée des armes ont facilité les tensions au Mali, a poursuivi M. Poutine. La Russie soutient l'idée de résou- dre les conflits régionaux et les crises via des approches diplomatiques res- pectant la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'égalité de tous les pays, a-t-il ajouté, soulignant que Moscou soutiendra la suprématie de la loi et le rôle central de l'ONU pour créer "un agenda unifiant et positif". "Une telle approche est surtout

importante dans les circonstances où le nombre de problèmes internatio- naux et de menaces augmentent. Voyez ce qu'il se passe au Moyen- Orient et en Afrique. Le conflit en Syrie n'a pas été résolu depuis presque deux ans", a illustré le prési- dent. M. Poutine a ajouté que la Rus- sie, qui préside le G20 cette année, travaillera pour améliorer la situa- tion générale dans le monde et re- mettre l'économie mondiale sur le chemin d'une croissance durable sur le long-terme.

USA :

L'armée lève l'interdiction aux femmes militaires de prendre part aux combats

L'armée américaine a officiellement levé jeudi l'interdiction aux femmes militaires de prendre part aux combats sur le terrain, a indiqué le se- crétaire à la Défense, Leon Panetta. "L'objectif du département (à la Défense), en abrogeant cette règle, est de s'assurer que les missions soient ac- complies par les personnes les mieux qualifiées et les plus capables, indépendamment de leur sexe", a indiqué M. Panetta dans un communi- qué. Les femmes, a-t-il expliqué, ont montré un "grand courage" sur des champs de bataille. Elles ont contribué de manière sans précédente à la mission de l'armée et ont prouvé leur capacité à servir dans un nombre de plus en plus grand de missions". La décision a été prise sur recommandation des chefs des différents corps de l'armée, qui "ont conclu à l'unanimité qu'il était temps désormais d'avancer avec l'objectif d'intégrer les femmes dans le plus grand nombre possible de secteurs professionnels", a-t-il rapporté. M. Panetta, qui doit bientôt quitter son poste, devait s'exprimer jeudi lors d'une conférence de presse avec le plus haut gradé américain, le général Martin Demp- sey, chef d'état-major interarmées. Les chefs d'état-major auront jusqu'à janvier 2016 pour soulever des exceptions à la nouvelle règle. Cette décision de l'armée américaine entérine un état de fait en Irak et en Afghanistan où il n'y a pas de lignes de front claires et où les femmes ont déjà versé le prix du sang. Depuis une règle instituée en 1994, les femmes, au nombre de 204.714 dans l'armée amé- ricaine (hors réserve et garde nationale), soit 14,5% des effectifs, n'étaient pas censées servir au combat. Fin novembre, un groupe de femmes mi- litaires américaines avait déposé plainte contre l'Etat fédéral, reprochant aux autorités de leur in- terdire de participer à des opérations de combat, un règlement "daté" qu'elles jugent discrimina- toire.

IRAK

La France dénonce l'attaque dans une mosquée à Touz Khourmatou en Irak

La France a dénoncé jeudi l'attaque meur- trière mercredi dans une mosquée de la ville de Touz Khourmatou en Irak à l'occasion de funé- railles, selon une déclaration du Quai d'Orsay publiée jeudi. La France réaffirme son soutien aux autorités irakiennes dans leur lutte contre le terrorisme et appelle à l'unité, à la concorde et au refus de toute violence alors que de nou- velles tensions politiques affectent le pays, ajoute cette déclaration. Au moins 42 personnes ont été tuées et 75 autres blessées mercredi dans un attentat suicide lors de funérailles dans une mosquée dans le nord de l'Irak. L'attaque fait suite à une série d'attentats à Baghdad et dans ses environs qui a fait 26 morts mardi, mettant fin à quelques jours d'accalmie après plusieurs vagues d'attentats la semaine passée. Ces vio- lences interviennent alors que les institutions politiques sont quasi-paralysées en raison de la crise politique dans le pays.

PAKISTAN :

La Cour suprême ouvre une enquête sur l'affaire de corruption visant le Premier ministre

La Cour suprême du Pakistan a ouvert jeudi une enquête sur la mort d'un enquê- teur de l'Office gouvernemental anti-cor- ruption (NAB), chargé d'une affaire de corruption présumée visant le Premier mi- nistre Raja Ashraf. Lors d'une audience consacrée à cette affaire, l'un des magistrats de la plus haute juridiction du pays, le juge Jawwad Kha- waja, a donné trois jours, jusqu'à samedi, à la police, à l'Autorité nationale des télécom- munication et au NAB pour lui fournir cer-

tains documents. Le juge Khawaja a de- mandé à voir les factures téléphoniques dé- taillées de hauts responsables du NAB et des vidéos de surveillance enregistrées dans les locaux de l'instance depuis le 15 janvier, date à laquelle la Cour suprême a délivré un mandat d'arrêt contre le Premier ministre et 15 autres accusés. Le juge Kha- waja souhaite déterminer s'il y a un lien entre l'annonce de ce mandat et la mort de M. Faisal. "Ce n'est pas une affaire ordi- naire. Après l'annonce du 15 janvier, il est

important pour la Cour de déterminer s'il y a eu tentative d'interférer dans le processus judiciaire" en cours, a-t-il déclaré. Kamran Faisal, enquêteur du NAB sur une affaire de corruption présumée visant M. Ashraf, a été retrouvé mort à Islamabad. La police avait évoqué un éventuel suicide. M. Kamran Faisal devait déterminer si M. Ashraf et quinze autres personnes avaient touché des pots de vin dans le cadre de contrats illégaux d'approvisionnement en électricité signés par le gouvernement.

La Cour suprême avait ordonné l'arresta- tion de seize personnes dont M. Ashraf, ac- cusées d'avoir touché des pots-de-vin dans l'octroi de contrats illégaux d'approvision- nement en électricité signés par le gouver- nement. Pour faire toute la lumière sur l'affaire de corruption présumée, impli- quant le Premier ministre, le gouverne- ment avait nommé à la tête de la commission d'enquête un juge de la Cour Suprême à la retraite, Javed Iqbal.

APS

10

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

BILAN DES ACCIDENTS DE LA ROUTE EN ZONE URBAINE

17170 accidents, 710 décès et 20266 blessés recensés par la DGSN en 2012

D. Mentouri

Dans un communiqué, l’institu- tion de police relève, toutefois, une nette régression du nombre d’acci- dents, du nombre de décès et de bles- sés durant l’année 2012 et ce, en comparaison avec l’année 2011. Une

régression de l’ordre respectif de l’ordre de (-07,02 %), (-05,42 %) et (- 07,43 %). Au cours de l’année 2012, les forces de police ont enregistré 17170 accidents corporels, ayant engendré

20266 blessés et 710 décès. Les ser-

vices de police, conscients du phéno- mène ont pris des mesures visant à

sensibiliser les usagers de la route. Néanmoins, la lutte contre l’insécu- rité routière durant cette période s’est illustrée par le traitement de

60122 délits routiers, 18976 mises en

fourrière, 56388 immobilisations de véhicules, 17184 infractions de coor- dination (transport de voyageurs et

de marchandises), 656753 amendes forfaitaires et 135414 cas de retraits de permis de conduire. Le taux d’ac- quittement des amendes forfaitaires

a atteint 82,89 % durant l’année 2012

contre 82,94 % en 2011. Concernant l’action préventive, les services de la DGSN ont prodigué 1301 cours théo- riques au sein des établissements éducatifs et d’enseignement, 1549 cours pratiques au sein des pistes d’éducation routière, 141727 actions de sensibilisation en direction des usagers de la route et 61 participa-

tions aux émissions radiophoniques, traitant divers sujets en lien avec la prévention et la sécurité routière. Toutefois, il demeure que la diminu- tion ou l’éradication du phénomène est tributaire d’une réelle prise de conscience de la part des usagers de

la route.

ILS AVAIENT PRIS POUR CIBLE UN CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE

3 ans pour cambriolage

A.Ferrag

En cette matinée du 28 novembre 2011, les responsables d’un centre ont eu la désagréable surprise de découvrir que le matériel informatique et plu- sieurs objets de valeur ont disparu. Le directeur alerte les services de po- lice qui constatent le vol. Les cambrioleurs se sont emparé du matériel informatique et plusieurs ob- jets de valeur et une fois leur forfait ac- compli, les voleur ont saccagé le matériel restant avant de quitter les lieux. Une enquête est aussitôt ouverte pour appréhender les auteurs du vol. Ainsi, 24 heures après les faits et à suite d’informations parvenues aux éléments de police, il s’avère que le principal cam- brioleur est Mohamed, âgé de 38 ans. Au cours de la perquisition opérée au domicile du suspect, les éléments de la police découvrent le matériel volé. En poursuivant leurs investigations, ils procèdent à l’arrestation de deux autre complices, Ahmed 31 ans, et

à l’arrestation de deux autre complices, Ahmed 31 ans, et Amine 33 ans. Les trois mis

Amine 33 ans. Les trois mis en cause sont présentés au parquet et placés sous mandat de dépôt sous les chefs d’incul- pation d’association de malfaiteurs de vol et de dégradation de biens de l’Etat. Ils ont été jugés, le 22 janvier 2013, de- vant le tribunal d’Alger. Le président leur rappelle leur passé judiciaire en leur faisant remarquer qu’ils n’en sont

pas à leur premier larcin. Le représentant du ministère public, relatant les faits contenus dans le dos- sier, requiert une peine de 5 ans de pri- son pour chacun. A la fin des délibérations, le juge pro- nonce une peine de 3 ans de prison ferme pour chacun des trois accusés.

TISSEMSILT

4 jours de pluie et

toutes les cités inondées

OULD SIDI AMAR

Décidément, les pluies se suivent et les

conséquences sont toujours les mêmes depuis le début de cette saison hivernale. Les récentes précipitations sur la ville de Tissemsilt, chef-lieu de wilaya ainsi que sur les communes et les douars de la wi- laya, ont montré les limites du système d’évacuation des eaux pluviales. Plus par- ticulièrement dans certains quartiers pé- riphériques de la cité Sidi M’hamed Bentamra. Les derniers changements cli- matiques qui sont survenus à Tissemsilt, ont carrément «noyé» certains quartiers de la ville, dont les avaloirs se sont retrou- vés vite saturés voire obsolètes, faute d’entretien. Ces avaloirs ont permis d'ailleurs de démasquer les anciennes malfaçons lé-

guées par certains entrepreneurs dont le manque de professionnalisme le dispute

à l'indigence des moyens. Les pluies dilu-

viennes se sont abattues durant quatre jours et tous les sites se sont retrouvés inondés. L'eau qui s'est infiltrée partout, ne put être évacuée faute de lui trouver un chemin d'évacuation. Le cas le plus frappant fut constaté à la

cité Wiam et 320-Logements, où les habi- tants se sont retrouvés encore une fois les pieds dans l'eau. C'est de l'arnaque trop voyante pour qu'elle soit encore dénon- cée", a lancé un citoyen aux pauvres agents de l’ONA appelés comme toujours

à la rescousse. Les récentes précipitations qui se sont abattues à Tissemsilt provoquant une in- descriptible pagaille dans certains quar- tiers, ont été constatés et surtout un ralentissement de la circulation automo- bile qui a été rendue difficile dans bon nombre de routes nationales et de che- mins de wilaya à Tissemsilt, a cause de la neige, selon nos sources. Les flocons de neige ont formé des couches de glace blo-

quant le trafic routier au tronçon de la RN 14 entre les communes de Theniet El Had et de Laâyoune et ainsi que entre les com- munes de Tamallahet et Bordj Bounaâma sur la RN 19 avec une difficulté dans la cir- culation sur le chemin de wilaya N°5 entre Theniet El Had et Sidi Boutouchent . Les interventions des services des tra- vaux publics et communaux ont contri- bué au dégel de la glace dans ces routes en utilisant le sel et le gravât.

Les services de la Protection civile ont relevé un accident de la circulation cau- sant 3 blessés de différents degrés de gra- vité à la suite d’une collision entre un semi-remorque et un véhicule touris- tique tout juste devant la station de trans- port urbain de la ville de Bordj Bounaâma, à cause du verglas. Ces der- niers ont aussitôt été évacués vers les UMC de Bordj Bounaâma

TIZI OUZOU

La neige isole la région d’Illilten

Ferrah Menad

Ils vivent entre ciel et terre. Et ils se nourrissent d'espoir et de solidarité. Ces deux mots résument à eux seuls le quoti- dien des habitants d'Illilten, une com- mune de la daïra d'Iferhounène, 74 km à l'extrême sud-est de la wilaya de Tizi Ouzou. Pratiquement, toutes les voies de communication ont été obstruées. Perchée sur un relief montagneux dont l'altitude dépasse les 900 mètres, la commune d'Illilten, daïra d’Iferhounéne sombre dans un isolement total à la moindre averse. Hier matin aussi, les fortes chutes de neige qui se sont abattues sur cette région ont obstrué pratique- ment toutes les voies de communication desservant les différentes localités de cet- tre commune. Ainsi, les grandes quantités de pou- dreuse, ces dernières vingt-quatre heures, en haute Kabylie suscitent l'in- quiétude de la population qui redoute un autre enclavement après celui de l'année précédente. Pour rappel, les villages d'Il-

lilten , à l'instar de nombreuses autres lo- calités de la wilaya de Tizi Ouzou, avaient été coupés pendant plus de 25 jours lors des fortes intempéries de l'hiver 2012. Il a fallu, donc, l'intervention des troupes du génie militaire pour faire sortir la région du l’isolement. Toutefois, cette année, les citoyens de la Kabylie profonde n'ont pas vécu pa- reille situation dans la mesure où ils ont pris toutes les précautions nécessaires pour parer à toute éventualité. Cela dit, si aujourd'hui les bourgades de la commune sont isolées par la neige, il n'en demeure pas moins que les ci- toyens sont sur le pied de guerre pour y faire face. En effet, un éventuel enclave- ment, s'il venait à se produire n'aura au- cunement les mêmes conséquences que celles enregistrées précédemment. D'au- tre part, notons que pour rétablir la circu- lation automobile, les citoyens procèdent au déblayage et au déneigement des axes routiers principaux notamment. Cependant, la dégradation des condi- tions climatiques qui sévissent encore dans la région risque de remettre la situa- tion en l'état puisqu'hier encore, au mi-

lieu de la journée, la neige continuait de tomber. Certains sont contraints d'ache- ter ce bois au tarif de 9000 DA pour un ca- mion de petit tonnage. L'alimentation en gaz butane demeure insuffisante durant la saison hivernale où l'utilisation de ce produit est importante. En cas d'intempéries, la commune d'Illilten ne dispose que d'une seule pelle mécanique et d'un rétrochargeur. Le chasse-neige promis par les responsables de la wilaya de Tizi Ouzou n'est toujours pas livré. Les fortes neiges de fevrier 2012 marquent toujours les esprits d'une po- pulation qui se dit être livrée à elle- même. En ce qui concerne l'alimentation en différents produits alimentaires, les commerçants d'Illilten se déplacent au marché d'Akbou, dans la wilaya de Béjaïa, distant d'à peine 35 km. En l'absence des pouvoirs publics, les habitants d'Illilten appréhendent mal la saison hivernale qui s'annonce déjà rigoureuse. Par ailleurs, d'autres communes connaissent les affres de la neige. Il s'agit, entre autres, de Beni Zekki, Illoula, Im- souhal et Aït Boumehdi où les citoyens étaient hier, toute la journée, cloîtrés chez

citoyens étaient hier, toute la journée, cloîtrés chez eux. Enfin,Larbaa Nath Irathen et Bouze- guene et

eux. Enfin,Larbaa Nath Irathen et Bouze- guene et d'autres bourgades du même versant ne sont pas épargnées puisqu'elles aussi ont enregistré de fortes intempéries, ces derniers jours.

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

RÉGIONS

DK NEWS

11

TIZI OUZOU :

Plus de 220 millions de dinars pour la prise en charge de la coulée de boue d'illilten

La wilaya de Tizi Ouzou a bénéficié d'une enveloppe de plus de 220 mil- lions de dinars, destinée à la prise en charge de la coulée de boue qui me- nace le village d'Aït Aïssa Ouyahia, dans la commune d'Illilten à 71 km à l'extrême sud-est de la wilaya de Tizi Ouzou, a-t-on appris hier auprès de la wilaya. Cette somme a été débloquée, suite à la visite de la délégation des ministères des Ressources en eau et de l'Habitat, mardi passé, à Illilten, pour répondre aux doléances des ha- bitants du village d'Aït Aïssa Ouyahia, souligne-t-on. Selon la même source, la direction de l'hydraulique a béné- ficié de 65 millions de dinars, pour remplacer les captages d'eau réalisés sur l'oued d'illilten et les conduites d'eau, qui ont été emportés par la coulée de boue. Sur les 22 captages qui alimen- taient le village d'Aït Aïssa Ouyahia, il n'en reste plus que 3 ou 4, et qui par- fois se retrouvent pollués par la boue, ce qui oblige les habitants à la vérifier régulièrement. Une autre enveloppe de 160 millions de dinars, inscrite sur le budget de la direction de l'urba- nisme et de la construction (DUC), permettra, notamment, de renforcer les moyens d'intervention sur le site, afin de dégager le lit d'oued des roches et des troncs d'arbres, qui blo- quent la coulée de boue. Par ailleurs, le demande, faite par les villageois et la commune d'illilten, de démolir l'ancien pont réalisé sur l'oued de cette localité, et qui, étant exigu, bloque la coulée de boue, a été également satisfaite. En effet, la di- rection des travaux publics a bénéfi- cié d'une enveloppe financière, dont le montant n'a pas été révélé, pour la démolition de cet ouvrage d'art et son remplacement par un autre, plus grand. Un autre pont inscrit au profit de la localité d'Illilten, suite à la pre- mière coulée de boue, de mai 2012, est en voie d'achèvement, et sera récep- tionnée incessamment, indique-t-on. Cette enveloppe de 220 millions de di- nars s'ajoutera à celle de plus de 400 millions de dinars débloquée en 2012 pour la prise en charge du problème de la coulée de boue, et sera suivie par d'autres financements pour la réali- sation des travaux qui seront recom- mandés par les études géotechnique, hydrogéologique, et urbanistique, et qui sont en cours pour analyser le phénomène de la coulée de boue. S'agissant de la situation qui pré- vaut ce vendredi à Illilten, M.Azoug, le président d'APC de cette commune, a informé que la coulée de boue est ac- tuellement à l'état stationnaire, mais le risque demeure vu l'arrivée de la neige dans la région. La population fait également face à des coupures récurrentes du cou- rant électrique, tandis que le télé- phone fixe est hors service depuis 3 jours, ajoute-t-on de même source. APS

AÏN TÉMOUCHENT (GENDARMERIE NATIONALE)

Les affaires d'atteinte à l'environnement en augmentation

Les affaires d'atteinte à l'environ- nement ont connu une augmenta- tion durant l’exercice 2012 à Aïn Témouchent, a indiqué lundi le commandant du groupement de Gendarmerie nationale.

Ses services ont enregistré pas moins de 14 affaires contre six en 2011 relatives à la détérioration de l’environ- nement, a précisé le lieutenant-colonel Kari Abdelkader lors d’une conférence de presse consacrée au bilan des activi- tés de ce corps de sécurité pour l'année 2012. Ces affaires concernent précisé- ment le vol de sable (3), jet de déchets et ordures ménagères dans des endroits non autorisés (9) et constructions illi- cites (2), a-t-on ajouté. Présentés devant la justice, trois per- sonnes concernées par cesaffaires ont été placées sous mandat de dépôt, alors que 22 autres ont été laissées en liberté provisoire, a signalé la meme source, ajoutant que deux camions utilisés pour le vol de sable ont été également

camions utilisés pour le vol de sable ont été également saisis. En 2011, six affaires traitées

saisis. En 2011, six affaires traitées ont abouti à l’arrestation de treize per- sonnes dont une a été placée sous man- dat de dépôt et 12 laissées en liberté provisoire, alors qu’un camion utilisé pour le vol de sable a été saisi, a-t-il rap- pelé. Le lieutenant-colonel Kari a si- gnalé également la création, au niveau du commandement régional de la Gen-

darmerie nationale d’Oran, d’une cel- lule de lutte contre l’atteinte à l’envi- ronnement. «En cas de besoin, cette cellule peut apporter toute l’aide nécessaire à l’échelon régional», a-t-il souligné in- diquant que pour la protection des sites et patrimoines historiques, une cellule similaire existe à Oran.

TISSEMSILT :

Les traditions du Mawlid ennabaoui s’estompent de plus en plus

OULD SIDI AMAR

A l'instar des autres villes du pays, la wilaya de Tissem- silt, a elle aussi célébré le Mawlid En Nabaoui Echarif. Les Tissemsiltis n'ont pas dé- rogé à la règle pour célébrer comme il se doit le Mawlid En Nabaoui El Charif, en ce XXI e siècle. Déjà, dans la soirée du mercredi, la grande mosquée de "Attik " de la ville de Tis- semsilt a regroupé, en son en- ceinte, des centaines de fidèles qui, en présence des autorités de la wilaya, ont as- sisté à une cérémonie reli- gieuse marquée par la récitation des versets du Coran, suivie d'une cérémo- nie de récompenses des meil- leurs récitants du Coran, parmi les jeunes ayant pris part à un concours organisé par la direction des Affaires religieuses. Ce climat de commémora- tion s'est poursuivi, à travers

climat de commémora- tion s'est poursuivi, à travers toutes les mosquées de la ré- gion de

toutes les mosquées de la ré- gion de l'Ouarsenis, où des soirées religieuses marquées des récitations collectives du coran et des chants religieux " Madeh ", ont été de mise, cé- lébrant ainsi la naissance du prophète Mohamed ( Que le Salut soit sur Lui). Au cours de ce rendez-vous religieux, les imams ont mis en exergue dans leurs interventions les significations profondes de l'évènement de la naissance

du prophète et de sa conduite. Les fidèles, que ce soit dans les mosquées ou chez eux, ont attendu l'heure présumée de la naissance du prophète et les femmes ont lancé tout de suite des youyous comme le veut la tradition, en chan- tant et allumant des bougies, sans compter le henné pour les tous-petits. Dans les rues en revanche, c'est un autre spectacle qui s'est offert à nous. Les enfants

pour la même occasion n'y sont pas allés de main morte pour exprimer à leur manière leur participation à la fête par

des

de la rue. Heureusement, rien de déplorable n'a été relevé, tant ces charges explosives pour le moins dangereuses pour ces mômes innocents, intro- duites illicitement dans notre pays, sont jetées parfois pour s'amuser sur les passants. Les traditions festives du Mawlid ennabaoui s’estompent de plus en plus. Aujourd’hui, ce moment sacré est exploité à des fins lu- cratives par le commerce in- formel des produits pyrotechniques (pétards, feux d’artifice, fusées…), qui n'a rien à voir avec cette fête religieuse et ses traditions. Cette activité, devenue floris- sante en cette période pré- cise, affecte l’économie nationale et mine la sécurité et la santé du citoyen.

pétards à chaque coin

INTEMPÉRIES :

La DGSN appelle les conducteurs à faire preuve de vigilance

La DGSN appelle les conducteurs à faire preuve de vigilance commissaire divisionnaire Djillali Boudalia a exhorté

commissaire divisionnaire Djillali Boudalia a exhorté les usagers de la route à respecter le code de la route et à utiliser le numéro vert 1548 pour demander aide et assistance.

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a ap- pelé mercredi les usagers de la route notamment les conducteurs à faire preuve de vigilance face aux intempéries qui caractérisent plusieurs régions du pays, selon un com- muniqué de la cellule de communication des services de sû- reté. A cet effet, les services de la Sûreté nationale ont donné une série de conseils dans le but de réduire les accidents de la circulation "face aux intempéries qui caractérisent cer- taines régions du pays et à la persistance de ce temps durant le week-end". Dans ce sens, la DGSN a appelé "les usagers de la route notamment les conducteurs des poids lourds, des véhicules et des motocycles à faire preuve de vigilance, à éviter l'excès de vitesse, à respecter la distance de sécurité". Elle les a en outre incité à "redoubler de vigilance au ni- veau des descentes, des virages et des endroits brumeux, en particulier à l'entrée des zones urbaines". Le directeur de la communication et des relations publiques à la DGSN, le

12 DK NEWS

SCIENCE

Vendredi 25 - Sam

Posologie, contre-indications et bien sûr, effets indésirables. Tous les médicaments mis sur le marché que ce soit en France ou en Europe, sont accompagnés d’une notice d’utilisation.

La notice de médicament,

un outil essentiel…

pour le malade

notice de médicament, un outil essentiel… pour le malade Nous la négligeons très souvent et pourtant,

Nous la négligeons très souvent et pourtant, sa lec- ture par le patient devrait être systématique. Qu’il

s’agisse d’une spécialité prescrite par un médecin ou d’un médicament vendu sans ordonnance, les infor- mations qui y figurent sont primordiales.

médicament une fois qu’il sera distribué à une popu- lation plus large et en utilisation courante », explique Fabrice Meillier. Indiqués sur toutes les notices – comme sur les RCP -, la fréquence d’apparition de ces effets indési-

«

Le médicament n’est pas un produit comme un

rables est répartie en 5 catégories dont le libellé appa-

autre», rappelait en 2012 le ministère en charge de la Santé, dans une campagne d’information. Et pour cause, il comporte toujours des risques et des effets

documentés. Ils figurent dans l’AMM, dans le RCP

repose en fait, sur des évaluations précises et objec- tives :

100

000

remment très banal ne doit pas faire oublier qu’il

indésirables. Or ces données ne sont pas dissimulées.

Très fréquent correspond à une occurrence

Elles sont même accessibles à tous, médecins, phar-

d’ un cas pour 10 patients exposés au médicament ;

maciens et patients.

Fréquent se rapporte à la survenue d’un

Le Résume des Caractéristiques du Produit (RCP)

effet indésirable chez une proportion de 1 patient sur

est rédigé sous l’étroite surveillance de l’Agence na-

 

à 1 patient sur 10 ;

tionale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM). Il comporte « les informations desti-

Peu fréquent concerne des fréquences de 1 sur 1 000 à 1 sur 100 ;

nées au professionnel de santé et constituant une des

Rare concerne les fréquences de 1 cas sur 10

annexes de la décision d’Autorisation de mise sur le

et 1 cas ur 1 000 ;

marché (AMM) », peut-on lire sur le site de l’agence.

Et les effets indésirables sont dits Très rares

De son côté, la notice est « un document plus particu- lièrement destiné au patient, contenu dans la boîte du médicament ». « Tous les 5 ans, au moment du renou- vellement de son AMM, chaque médicament fait l’ob- jet d’une réévaluation» explique Fabrice Meillier, responsable des affaires réglementaires au Leem (les entreprises du médicament). Dans ce cadre, « des mo- difications peuvent être apportées à la notice, notam- ment si des effets indésirables supplémentaires ont été signalés. » Les questions soulevées à propos des risques liés aux pilules de 3e et 4e générations renvoient naturel- lement aux notices de ces dernières. Le Leem rappelle ainsi que « leurs effets indésirables – en l’espèce un risque accru de complications thrombo-emboliques veineuses –connus de longue date, sont largement

(mais aussi) dans la notice d’utilisation de ces contra- ceptifs ». Des effets indésirables notifiés

enfin, lorsque le nombre de cas observé ne dépasse pas 1 sur 10 000. « Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables doivent être présentés suivant un ordre décroissant de gravité » précise également le repré- sentant du Leem. Informer le patient Rappelons qu’avant toute prise de médicament que celui-ci ait été prescrit ou non, le patient doit en lire la notice. Et bien sûr, « on attend d’un médecin qu’il lui suggère de la consulter », note Fabrice Meil- lier. Concernant les contraceptifs oraux, la consulta- tion de première prescription doit se composer d’un interrogatoire fouillé, suivi d’un examen clinique et biologique sérieux. Un second rendez-vous, 3 mois plus tard, permet de changer de pilule le cas échéant. Ensuite, un rendez-vous doit permettre de faire le point sur la contraception avec la patiente, au moins une fois par an. C’est toujours l’occasion pour le mé- decin, de l’informer sur les risques spécifiques de

« Avant de mettre un médicament sur le marché,

les essais cliniques permettent de recueillir ses effets indésirables. Ils déterminent ce qu’on attend d’un

telle ou telle classe de contraceptif et des risques liés à certains modes de vie comme le tabagisme, par exemple.

mauv

halei

Lupus

Nouveau traitement en vue

par exemple. mauv halei Lupus Nouveau traitement en vue Les patients souffrant de lu- pus –

Les patients souffrant de lu-

pus – ils sont une centaine de

milliers en France – auront-ils

bientôt accès à un nouveau trai-

tement ? Une équipe du CNRS

en effet, a développé une molé-

cule susceptible de faire régres- ser la maladie. En plus, elle serait particulièrement bien tolérée. Le lupus érythémateux est une maladie auto-immune qui touche plus de 5 millions de pa- tients dans le monde. Il s’agit en majorité de femmes jeunes. Elle se manifeste notamment par des douleurs articulaires in- tenses, des lésions de la peau du visage et parfois, par des atteintes rénales plus ou moins sévères. Certains malades peuvent éga- lement présenter des troubles sanguins, ou des manifestations inflammatoires, pulmonaires ou cardiaques. Pour l’heure, la prise en charge du lupus repose prin- cipalement sur l’administration de corticoïdes et d’immunosup- presseurs. En 2003, la biologiste Sylviane

Muller et son équipe (CNRS, Ins- titut de Biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg) ont mis au point un peptide – c’est-à- dire une protéine – qui s’est révélé capable de retarder le dé- veloppement de la maladie chez la souris. Aujourd’hui baptisé P140/LupuzorTM, ce peptide vient d’être testé auprès de 149 patients dans 3 pays européens -Bulgarie, Espagne, Roumanie- ainsi qu’en Argentine. « Il s’est révélé très bien toléré par les patients et a fait régresser la maladie lupique », explique le CNRS. Les scientifiques vont désormais évaluer ce traitement dans une étude de phase III, sur une plus large cohorte. Et ils sont optimistes : cette « pro- chaine et dernière phase de tests cliniques devrait entériner ces résultats et aboutir au dévelop- pement d’un médicament qui ne possède pas les effets indési- rables des traitements actuels, à base de corticoïdes et d’im- munosuppresseurs ».

ET VIE

edi 26 janvier 2013

DK NEWS

13

à la

aise

ne

E T V I E edi 26 janvier 2013 DK NEWS 13 à la aise ne

Dans 70% des cas, la cause de l’halitose – « mauvaise haleine » – est d’origine bucco-dentaire. Les vecteurs sont le plus souvent des bacté-

ries présentes dans la cavité buccale et qui vont transformer des pro- téines issues de l’alimentation, de la salive et des cellules buccales, en composés sulfurés volatils. Un examen réalisé en cabinet dentaire permettra de distinguer pré- cisément l’origine de la mauvaise haleine. Qu’elle soit liée à :

- Une gingivite, qui est une inflammation des gencives ;

- Une parodontite qui correspond à une atteinte plus profonde des tissus parodontaux avec perte de l’os de soutien des dents ;

- Des caries ou autres infections dentaires ;

- De mauvaises habitudes alimentaires.

Une fois la cause (ou les causes) de la mauvaise haleine identifiée, un traitement approprié pourra être mis en place. Il passera par exemple, par le traitement des caries, des parodontopathies ou encore par un dé- tartrage. Un renforcement de l’hygiène bucco-dentaire, du brossage (trois fois par jour) des dents et… de la langue est également conseillé. Enfin la suppression de certains aliments comme l’ail, les oignons ou

l’alcool ainsi qu’une diminution de la consommation de tabac peut aussi réduire la mauvaise haleine.

Coqueluche

vacciner

aussi les… grands-parents !

Le vaccin contre la coqueluche ne protège pas à vie. Confrontés à l’ob- servation persistante de cas de coqueluche chez de très jeunes nourris- sons le plus souvent contaminés par des adultes, les autorités sanitaires recommandent à ces derniers de se faire vacciner. Objectif : constituer une barrière de protection autour de l’enfant. La coqueluche on l’oublie trop souvent, reste la première cause de décès par infection bactérienne chez les nourrissons de moins de 2 mois. Chaque année en France, entre 5 et 10 petits dans cette tranche d’âge meurent de coqueluche. Le Comité technique des vaccinations recom- mande donc l’immunisation des parents, des grands-parents, des on- cles et tantes mais aussi des personnels de crèche qui peuvent être à l’origine de contaminations. Il insiste sur l’importance d’une vaccina- tion des adultes ayant un projet parental et, à l’occasion d’une grossesse, sur la mise à jour des vaccinations pour tout l’entourage familial. La coqueluche est une infection respiratoire extrêmement conta- gieuse, causée par la bactérie Bordetella. Elle se caractérisée par une toux persistante qui dure plus de 7 jours, sans fièvre dans la majorité des cas. Les quintes sont souvent associées à une reprise inspiratoire dif- ficile, des apnées, des accès de cyanose, ou encore des vomissements. Et la coqueluche chez le tout petit, peut être mortelle.

des apnées, des accès de cyanose, ou encore des vomissements. Et la coqueluche chez le tout

Fraises, myrtilles,

bonnes pour le cœur des femmes

Vous avez une envie de fraises ? Tout contexte pré- natal mis à part, voilà qui tombe plutôt bien… Des chercheurs améri- cains et britan- niques viennent en effet de mettre en lumière une vertu méconnue de ce fruit rouge. Tout comme la myrtille, il contribuerait à prévenir l’infarctus

du myocarde chez la femme. Un constat tout de même, à prendre avec quelques pincettes… Des scientifiques de la Harvard School of Public Healthprès Boston aux États-Unis, et de l’Université d’ East Anglia dans le nord du Royaume-Uni, ont mené une étude prospective auprès de 93 600 femmes de 25 à 42 ans. Tous les 4 ans pendant 18 ans, elles ont rempli des questionnaires concernant leurs habitudes alimentaires. Au cours de l’étude, 405 accidents cardiovascu- laires ont été recensés. Les participantes qui man- geaient le plus de myrtilles et de fraises (au moins trois fois par semaine) ont vu leur risque d’infarctus

trois fois par semaine) ont vu leur risque d’infarctus réduit de plus de 30%, par rapport

réduit de plus de 30%, par rapport à celles qui en consommaient moins d’une fois par mois. Fraises et myr- tilles sont naturel- lement riches en flavonoïdes, des molécules bien connues pour leurs vertus antioxy- dantes. Et plus par- ticulièrement en anthocyanes. Il

s’agit en fait de pig- ments dont la palette s’étend du rouge au bleu, don- nant à la fraise et plus encore à la myrtille leur couleur. Selon les auteurs, ces substances amélio- reraient également « la circulation sanguine et pré- viendraient la formation de plaques d’athérome ». Pour Eric Rimm, professeur à la Harvard School of Public Health, « il est facile d’incorporer des myr- tilles et des fraises au régime hebdomadaire des femmes. Ce simple changement alimentaire pour- rait avoir un impact significatif sur les efforts de prévention ». Facile ? Vite dit si l’on s’attache à res-

pecter le rythme des saisons fruitières… Il vous reste néanmoins l’option « surgelés ».

Bronchiolite

Bientôt le vaccin

Une équipe française de l’INRA travaille à la mise au point d’un vaccin pédiatrique contre la bronchiolite. L’étude en est seulement à sa phase préclinique, certes, mais elle vient de bénéficier d’un im- portant coup d’accélérateur : l’INRA en effet, s’est vu attribuer par l’Agence nationale de la Recherche un financement de 600 000 euros pour ces travaux. Ce vaccin prendrait la forme d’un patch adhésif, qui « permet- trait d’administrer un allergène/antigène à travers la peau saine ». Il a été développé par des équipes de l’Institut national de la Re- cherche agronomique (INRA) donc, « en partenariat avec la société DBV Technologies ». Celle-ci « est parvenue à charger des parti- cules vaccinales sur le patch », explique l’Institut dans un commu- niqué. « La mise en commun des résultats scientifiques et des technologies novatrices développées par DBV Technologies et l’INRA permettrait ainsi d’aboutir au premier vaccin pédiatrique, non-invasif et sans adjuvant, efficace par voie cutanée. » La phase préclinique durera 30 mois. Elle devra valider sur plusieurs mo- dèles animaux le concept d’un vaccin sur patch. Parmi les modèles expérimentaux figure, notamment le porc, dont la peau – et d’ail- leurs plusieurs autres organes – est proche de celle de l’homme. Très contagieuse, la bronchiolite est le plus souvent due au virus respiratoire syncitial (VRS). A l’heure actuelle, il n’existe aucun vac- cin chez l’homme. Ni d’ailleurs aucun traitement vraiment effi- cace, puisque les virus ne sont pas accessibles à l’antibiothérapie. Chaque hiver, près du tiers des nourrissons sont concernés. La ma- ladie débute généralement par un simple rhume accompagné d’une toux. Une gêne respiratoire s’installe ensuite, accompagnée de sifflements. L’enfant éprouve des difficultés pour boire, comme pour manger. A ce stade, la consultation d’un médecin est évidem- ment indispensable.

14 DK NEWS

SANTÉ

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

TÉBESSA

Trois médecins spécialistes affectés à la polyclinique de Scansca à Tébessa

Trois (3) médecins spécialistes (un pé- diatre, un psychiatre et une laborantine en biochimie) ont renforcé l’encadre- ment médical dans l’établissement sani- taire de proximité (ESP) de Scansca au chef-lieu de la wilaya de Tébessa . Ces praticiens viennent renforcer la couverture médicale dans cet établisse- ment dans le but de désengorger les au- tres structures de santé de la ville dont l’hôpital, en matière de consultations de base. L'établissement enregistre toutefois un déficit en médecine spécialisée, no- tamment en gynéco-obstétrique, en chi- rurgie générale, en médecine interne notamment, a-t-on déploré. Un médecin du travail a été affecté, à l’antenne locale de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnas) pour la prise en charge des ma- lades victimes d’accidents d’accident du travail, en convalescence ou en poste, in- dique-on par ailleurs à la direction de la

ou en poste, in- dique-on par ailleurs à la direction de la santé, de la population

santé, de la population et de la réforme hospitalière (DSPRH). Dans le souci d’améliorer la prise en charge des ma- lades au chef- lieu de wilaya, le secteur de la santé a procédé récemment au réamé- nagement de nouveaux blocs opératoires de l’hôpital «Alia Salah» et la dotation de

plusieurs structures sanitaires en maté- riels médicaux, a-t-on fait savoir à la DSPRH, signalant qu’il est envisagé de ré- cupérer les bâtiments de l’ancien centre du commerce (Copemad), pour installer une clinique de chirurgie dentaire.

DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN

7 000 femmes consernées à Tlemcen

Sept mille (7 000) femmes assurées à Tlemcen dépassant les 40 ans sont appelées à effectuer, cette année, un dépistage pré- coce du cancer du sein au niveau du centre d’imagerie médi- cale de Maghnia, a-t-on appris mercredi du responsable de l’agence de wilaya de la Caisse nationale d'assurance sociale (Cnas). ors d’une cérémonie symbolique, organisée au siège de l’agence à l’occasion de portes ouvertes sur la sensibilisation de l’importance du dépistage précoce du cancer du sein, le même responsable a souligné que des convocations seront adressées directement aux assurées sociales et ayants droit les

invitant à effectuer ces tests nécessaires à titre gracieux avec une prise en charge des frais de déplacement vers Maghnia. Il a insisté que toutes les assurées sociales des wilayas de l’ouest du pays sont concernées par ce dépistage selon un ca- lendrier préétabli. 6.700 femmes ont été invitées en 2012 à ef- fectuer ce dépistage dont 1.530 femmes ont répondu à l’appel

et 37 cas suspects ont été enregistrés dont 13 confirmés, à ajou-

ter le même responsable. La plupart de ces femmes ont été ac-

compagnées par un psychologue vers le service concerné du CHU Tlemcen pour la prise en charge de leurs cas. Les respon- sables de la Cnas de Tlemcen comptent accueillir cette année un plus grand nombre de femmes à la faveur de la campagne d’information de large envergure (portes ouvertes) sensibili-

sant sur la nécessité d’effectuer tous les deux ans des tests en imagerie médicale à Maghnia qui couvre 14 wilayas dans l’ouest

et le sud-ouest du pays.

couvre 14 wilayas dans l’ouest et le sud-ouest du pays. FEMMES FUMEUSES Risque très accru de

FEMMES FUMEUSES

Risque très

accru

de cancer

du poumon

Le risque de mourir d'un cancer du poumon a très forte-

Le risque de mourir d'un cancer du poumon a très forte- ment aug- menté ces dernières

ment aug- menté ces dernières dé- cennies chez les femmes qui fu- ment, selon une étude ayant porté sur plus de deux millions

d'Améri-

cains, rendue publique mercredi. Ainsi depuis une vingtaine d'années, les femmes fument comme les hommes:

comme eux elles commencent dès l'ado- lescence et fument autant de cigarettes avec des risques similaires de mortalité. Cette étude, publiée dans le New England Journal of Medicine daté du 24 janvier, a porté sur des fumeuses de plus de 55 ans au cours de trois décennies depuis 1960. Dans les années 1960, les femmes qui fu- maient avaient un risque de décéder d'un cancer du poumon 2,7 fois plus élevé que celles qui n'avaient jamais touché à une cigarette. Mais lors de la dernière décennie (2000-2010), ce risque était 25,7 fois plus grand que chez celles qui n'avaient jamais fumé. Le risque de mourir d'une autre maladie pulmonaire chronique était dans les années 1960 quatre fois plus grand chez les fumeuses que chez celles qui n'avaient jamais fumé. De 2000 à 2010 ce risque était 22,5 fois plus élevé. Les fumeurs des deux sexes avaient durant les années 2000- 2010 un accroissement relativement identique du risque de cancer du pou- mon, de maladies pulmonaires chro- niques, de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral, constatent ces cher- cheurs. Cette recherche, dirigée par le D r Michael Thun, membre honoraire de l'American Cancer Society, confirme aussi qu'arrêter de fumer quel que soit l’âge réduit fortement le risque de mor- talité résultant du tabagisme.

CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L’UTÉRUS

Oran à toutes l’importance à la Sensibilisation précoce

Une campagne est menée au niveau des polycliniques d’Oran pour sensibili- ser les femmes sur l'importance du dépis- tage précoce du cancer du sein et du col de l’utérus. Selon des gynécologues rencontrées dans certaines polycliniques, il a été

convenu avec la Direction de la santé et de

la population pour que cette campagne

soit quotidienne. Les sages-femmes au niveau des poly-

cliniques sont ainsi tenues, par le fait de leur contact permanent avec les femmes, de les sensibiliser sur la gravité du cancer du sein et du col de l’utérus et de l'impor- tance du dépistage précoce. M me Halima, sage-femme à la polycli- nique de haï "Akid-Lotfi", a relevé qu’"ayant constaté le peu d'intérêt des

femmes pour les campagnes de sensibili- sation sur le dépistage précoce menée au niveau d’un établissement sanitaire pré-

cis, il est devenu donc nécessaire pour nous d'aller vers elles et de s’en rappro- cher davantage car la maladie n’attend pas". Elle a indiqué, dans ce sens, qu’elle profite, tout comme ses collègues, de la venue de femmes malades aux polycli- niques pour les sensibiliser et les infor- mer des nouveautés et des moyens modernes de dépistage. M elle Imane, une autre sage-femme à la

polyclinique de haï "El Othmania" a indi- qué qu'une fois la femme convaincue, un rendez-vous est pris pour le dépistage précoce du cancer du sein par imagerie et le prélèvement d'un échantillon du col de l’utérus pour analyses, soulignant que ces maladies peuvent affecter la femme après 10 ou 15 années du mariage. Elle a déploré le fait que 70 % des femmes recourent au dépistage qu'après.

Les recherches vont reprendre sur le virus mutant H5N1 après un an de controverse

Les recherches sur un virus mutant de

la grippe aviaire H5N1, interrompues il y

a un an après une controverse sur les

risques d'utilisation par des bio-terro- ristes, vont reprendre prochainement, selon les chercheurs concernés. "Nous mettons fin à un moratoire vo-

lontaire sur les recherches effectuées sur

la transmission de la grippe aviaire", ont

indiqué 40 chercheurs originaires de 12 pays dans une annonce publiée mercredi conjointement dans la revue américaine Science et dans la revue britannique Na- ture. Ils ont précisé que les recherches al- laient reprendre dans les pays dont les

gouvernements ont donné le feu vert,

mais pas aux Etats-Unis qui n'ont pas

encore publié leurs propres règles, ce qui va affecter également tous les projets de recherche à l'étranger fi- nancés par les Etats-Unis. "Nous re- connaissons que cette recherche --comme toute recherche sur des

agents infectieux-- n'est pas sans risque", reconnaissent-ils toutefois. La polémique était née à la fin 2011 après l'annonce par deux équipes, l'une américaine et l'autre néerlan- daise, de la création en laboratoire de mutations du virus H5N1 capables,

en laboratoire de mutations du virus H5N1 capables, pour la première fois, de se transmettre facilement

pour la première fois, de se transmettre facilement entre mammifères. Le virus H5N1, essentiellement présent parmi la volaille d'élevage et les oiseaux sau- vages, est très dangereux pour l'homme avec un taux de mortalité de 60%. Il a fait 360 morts environ depuis son apparition en 2003 car il se transmet difficilement entre êtres humains. Le but de ces recherches --financées par- tiellement par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH)-- était de comprendre si ce virus pouvait toucher l’homme.

APS

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

SOCIÉTÉ

DK NEWS

15

SELON LE CERIST

L'Algérie accuse «un manque flagrant» en infrastructures d'hébergement de sites web

L'Algérie accuse "un manque fla- grant" en matière d'infrastruc- tures d'hébergement de sites web, a estimé la directrice de la division réseau au Centre de recherche sur l'information scientifique et tech- nique (Cerist), M me El Maouheb Aouaouch.

"Il y a un manque flagrant en ma- tière d'infrastructures d'hébergement en Algérie, et pour une raison simple.

C'est que l'hébergeur doit disposer de sa propre structure d'hébergement qui nécessite des moyens pour avoir sa propre infrastructure", a déclaré M me El Maouheb en réponse à des questions de l'APS sur l'état des lieux de l'hébergement des sites web en Al- gérie. Pour elle, avoir une "vraie" infra- structure d'hébergement exige no- tamment d’«avoir les compétences requises et une certaine technicité pour la maîtrise de cette technologie». "Actuellement et malheureuse- ment, l'Algérie n'est pas au stade du développement d'infrastructures et de

compétences

stade d'utilisation des infrastructures existantes, et ces infrastructures sont pour la plupart à l'étranger", a-t-elle observé. Au niveau national, 700 sites web sont hébergés au niveau du Cerist. Ils appartiennent aux institutions, aux entités commerciales ou bien aux as- sociations agréées. Pour encourager la création de nom de domaine "DZ", le Cerist a fait en sorte, depuis 2008, que les enregis- trements en "DZ" "soient gratuits", pour dire, a-t-elle expliqué, que le Ce- rist "ne fait pas dans le blocage". Les personnes (privées) qui travail- lent dans le créneau d'hébergement de sites web, a-t-elle expliqué, ne fai-

au

(

)

mais,

plutôt,

sites web, a-t-elle expliqué, ne fai- au ( ) mais, plutôt, saient qu'utiliser des infrastructures qui

saient qu'utiliser des infrastructures qui sont à l'étranger. Dans les faits, selon elle, ces boîtes privées louent en Algérie les services mis à leur disposi- tion à l'étranger. Les hébergeurs privés qui ont leurs infrastructures à l'étranger, "n'ont probablement pas les moyens de dé- velopper leurs propres infrastruc- tures, parce qu'il faut disposer de locaux, de connexion Internet et aussi avoir un personnel technique compé- tent", a dit la directrice de la division réseau du Cerist. Interrogée sur le contenu de la formation des cadres, techniciens et ingénieurs du Cerist, en relation avec le fonctionnement d'infrastructures d'hébergement, M me El Maouheb a indiqué qu'ils faisaient plutôt de "l'autoformation". "Les hébergeurs privés qui dispo- sent de leurs infrastructures en tant qu'hébergeurs pour offrir leurs ser- vices sont une minorité", a-t-elle sou- ligné. "La majorité d'entre eux ne sont pas de vrais hébergeurs. Ils sous- louent leur matériel chez des étran- gers", a-t-elle affirmé, relevant, en outre, qu'il existe "une minorité"

parmi ces hébergeurs qui commence

à développer une infrastructure et à y

héberger des sites". Elle a toutefois souligné que "la for- mation n'est pas quelque chose d'inaccessible. Nous avons notre ligne de conduite qui fait que notre ap- proche est d'introduire la technologie et de la maîtriser et de ne pas être de simples utilisateurs de la technolo- gie". Pour elle, il est préférable d'aug-

menter le nombre d'hébergeurs de sites web afin, a-t-elle dit, de satisfaire la demande existante. "Le métier d'hébergeur doit se dé- velopper", a estimé M me El Maouheb, appelant, cependant, à développer ce créneau avec des entités profession- nelles qui oeuvrent pour l'acquisition de l'infrastructure nécessaire et la for- mation de la ressource humaine, "au lieu des entités qui travaillent unique- ment sur l'aspect commercial".

A propos de la confidentialité et la

sécurité informatiques des sites web, elle a indiqué qu'il existe des contenus qui sont confidentiels, et qu"'il serait "plus juste qu'ils soient hébergés en Algérie".

JUSTICE

Tribunal criminel : des avocats plaident pour l'augmentation du nombre des jurés

Les jurés, faisant partie de la com- position du tribunal criminel "popu- laire", constituent une force de "clémence" au profit des accusés, au- teurs d'infractions de qualification criminelle d'où la nécessité d'aug- menter leur nombre dans la compo- sition de cette instance, ont plaidé unanimement des avocats. Le tribunal criminel populaire (TCP) est composé de "trois magis- trats" (président et deux conseillers) et de "deux jurés" qui représentent le peuple. L'article 261 du code de procédures pénales stipule que "peuvent seuls remplir les fonctions d'assesseurs jurés les personnes de l'un ou l'autre sexe, de nationalité algérienne ayant trente ans révolus, sachant lire et écrire, jouissant des droits civiques, civils et de famille". Selon les avocats, le justiciable ou bien l'accusé est la partie "la plus vul- nérable" dans chaque procès criminel au regard de la gravité de la condam- nation qui peut atteindre la peine ca- pitale et ce dernier a besoin d'une "grande force de clémence" représen- tée par ses pairs qui sont les jurés. Ces avocats ont ainsi plaidé pour l'augmentation du nombre de ces jurés qui doit être, selon eux, "plus important" que le nombre des magis- trats. "Actuellement la composition du tribunal criminel comporte un

nombre de magistrats, représentant la force répressive, plus important que le nombre des jurés qui eux re- présentent la force de clémence", a af- firmé Me Hassiba Boumardassi avocate près de la Cour suprême. Ainsi le juré représente la partie souple qui penche toujours au profit de l'accusé et duquel émanera l'ac- quittement dans le meilleur des cas ou des circonstances atténuantes dans le pire des cas, seulement les jurés ne sont que deux en face de trois magistrats qui représentent eux la force répressive. Pour Me Boumar- dassi, trois voix contre deux prennent forcément le dessus. Elle a souligné dans ce sens que le juré juge en son âme et conscience (intime conviction) par rapport à ce qui se dit ou se passe lors de l'au- dience du jugement sans se référer aux textes juridiques sur lesquels se basent les magistrats pour condam- ner les accusés. Mohamed Mentalecheta, avocat et professeur de droit a indiqué pour sa part que pour respecter "l'essence" même, de la "justice populaire", il est important voire impératif, d'"aug- menter le nombre des jurés", de ma- nière à obtenir une "majorité" dans la composition du tribunal criminel. Il a rappelé dans le même sens, que la loi avait fixé au départ un nombre de jurés "supérieur" (4 jurés) à celui

des magistrats pour leur donner la

"majorité" dans le vote qui se déroule au cours des délibérations sur la cul- pabilité ou sur la peine à prononcer.

" C'est dans ce cas qu'on pouvait

parler de justice populaire, dans la mesure ou l'accusé était jugé prati- quement par ses pairs, non pas sur la base de règles de droit qu'ils igno- raient en général mais en fonction de leurs sentiments et d'un ensemble de

facteurs subjectifs propres à chacun appelés +intime conviction+", a expli- qué le Pr de droit.

Il a ajouté que le nombre des jurés

a été, cependant, réduit de 4 à 2 jurés

pour des "raisons spéciales", donnant

la majorité aux magistrats, sans expli-

quer pour autant quelles sont ces rai-

sons "spéciales" qui ont conduit le législateur à réduire le nombre des jurés. Les participants à une journée d'étude ayant pour thème "pour la ré- forme du tribunal criminel" organi- sée par le centre de recherche

juridique et judiciaire en 2010 avaient recommandé l'introduction du prin- cipe du "double degré" de juridiction en matière criminelle et la révision de

la composition du tribunal criminel.

Ils avaient plaidé pour l'"annula- tion" tout simplement du juré du tri- bunal criminel à double instance qui serait composé "uniquement de ma- gistrats professionnels". AAPS

Deux morts de grippe "H1N1" en Roumanie

Deux personnes sont mortes en Roumanie après avoir été infectées par la grippe "H1N1", a indiqué jeudi le secrétaire d'Etat à la Santé Alexandru Rafila. "On parle de deux personnes qui sont décédées de la grippe H1N1", a indiqué M. Rafila sur la chaîne de té- lévision "Antena 3". Les deux morts sont une femme de 55 ans et un homme de 61 ans, a-t-il précisé. "Mais nous ne pouvons parler en aucun cas d'une épidémie de grippe", a précisé le secrétaire d'Etat. Le ministère de la Santé a précisé que le virus H1N1 "s'est transformé en grippe saisonnière et ne peut pas être comparé à celui qui avait causé une épi- démie en 2009". Une épidémie mondiale de H1N1 avait provoqué

la mort d'au moins 18.500 personnes entre avril 2009

et août 2010, selon l'Organisation mondiale de la

santé.

CORÉE DU SUD Le tir de la fusée KSLV-1 fixé au 30 janvier

Les autorités sud-coréennes ont fixé au 30 janvier

le lancement de la fusée spatiale (KSLV-1), dont le tir

a été suspendu en novembre dernier suite à des dé-

faillances techniques, a annoncé jeudi dernier un

Comité chargé de la préparation du tir, cité par l'agence russe Novosti. "Pour le moment, après vérification de tous les travaux de préparation du tir et des prévisions météo, le comité a confirmé que le troisième tir de la

fusée était possible le 30 janvier", a indiqué le Comité dans un communiqué. Il s'agit de la troisième tentative de Séoul de lancer

la fusée-porteuse KSLV-1 (Korean Space Launch Ve-

hicle) depuis un site spatial sud-coréen. Les deux premières tentatives de tir se sont soldées par des échecs en 2009 et 2010, explique le communiqué. Selon Novosti, la Russie et la Corée du Sud coopè- rent dans la création du lanceur léger KSLV-1 depuis octobre 2004.

NOUVEL ESSAI NUCLÉAIRE NORD-CORÉEN Pékin lance un appel à la retenue La Chine a lancé
NOUVEL ESSAI NUCLÉAIRE
NORD-CORÉEN
Pékin lance un appel
à la retenue
La Chine a lancé
jeudi un appel à la
retenue après l'an-
nonce par la Corée
du Nord de son in-
tention de procéder à
un nouvel essai nu-
cléaire, en réponse
aux sanctions élargies des Nations unies après
le lancement d'une fusée.
"Toutes les parties concernées devraient ( )
s'abstenir d'engager des actions qui pourraient
aggraver les tensions dans la région", a affirmé
le porte-parole du ministère des Affaires étran-
gères, Hong Lei. "Nous espérons que toutes les
parties concernées vont garder leur calme, res-
ter mesurées dans leurs propos et leurs actions,
prendre en compte les intérêts à long terme et
œuvrer à la reprise des pourparlers à six", a sou-
ligné le porte-parole. Plus tôt dans la journée,
la Corée du Nord a annoncé son intention de
procéder à un nouvel essai nucléaire, sans don-
ner de calendrier, en réponse aux sanctions
élargies de l'ONU après le lancement d'une
fusée considérée par les Etats-Unis comme un
missile balistique. Pékin a estimé que la der-
nière résolution adoptée par le Conseil de sécu-
rité de l'ONU au sujet de la Corée du Nord était
"le résultat de nombreuses consultations par
toutes les parties concernées" et était "essentiel-
lement équilibrée". Le texte adoptée à l'unani-
mité, ajoute notamment à la liste des sanctions
de l'ONU l'agence spatiale nord-coréenne res-
ponsable du lancement et plusieurs personnes
physiques. Les sanctions consistent essentielle-
ment en un gel des avoirs et une interdiction de
voyager. La liste des sanctions de l'ONU à l'en-
contre de Pyongyang comprenait déjà 11 enti-
tés, notamment des banques et des entreprises
commerciales, ainsi que cinq personnes phy-
siques (trois responsables nucléaires et deux di-
recteurs de sociétés commerciales ayant aidé la
Corée du Nord à se procurer de la technologie
sensible).

16 DK NEWS

TÉLÉ

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

Programme du samedi 26 janvier 2013

Programme du samedi 26 janvier 2013

Programme du samedi 26 janvier 2013
- Samedi 26 janvier 2013 Programme du samedi 26 janvier 2013 10h30 : Chahra (06) rediff

10h30 : Chahra (06) rediff - Feuilleton alg 11h05 : Global food «sabdwich» rediff - Re- portage 12h00 : Journal en français + météo - In- formation 12h20 : El aahd e'tamine (19) - Feuilleton doublé 13h40 : Min barari el cherq (06) - Docu- mentaire 14h30 : Znoud al sit (26) - Feuilleton arabe 15h15 : Min douar li dollars «2 éme ptie» - Film alg 16h30 : Takder tarbah n°83° - Emission de jeux 17h10 : Santé mag - Magazine de santé 18h00 : Journal en amazigh - Information 18h20 : Chahra (07) - Feuilleton alg 19h00 : Journal en français + météo - In- formation 19h30 : Danger route - Emission 20h00 : Journal en arabe - Information 20h45 : El male oua el banoune - Film alg 21h45 : Alhane oua chabab «prime» - Emission 00h00 : Journal en arabe – Information

TF1
TF1

12:00 Les douze coups de midi - Jeu 12:45 Météo

Magazine

sportif 13:00 Journal 13:15 Reportages - Magazine de repor- tages 15:15 Ghost whisperer - Série fantas- tique - Voix blanches - Saison 1 (9/22) 16:05 Ghost whisperer - Série fantas- tique - L'ombre de l'autre - Saison 1 (10/22)

17:00 Ghost whisperer - Série fantas- tique - Un dernier combat - Saison 1 (11/22)

17:50

ciété 18:45 50mn inside - Magazine de re- portages 19:50 Là où je t'emmènerai - Magazine de société 19:55 Météo 20:00 Journal 20:30 Du côté de chez vous - Magazine de la décoration - Roue à aube 20:35 Météo 20:40 Nos chers voisins - Série humo- ristique

Tous ensemble - Magazine de so-

du

12:50

humo- ristique Tous ensemble - Magazine de so- du 12:50 L'affiche jour - 23:45 Toute la

L'affiche

jour

-

23:45 Toute la musique qu'on aime – Divertissement - Spéciale NRJ Music Awards 2013

aime – Divertissement - Spéciale NRJ Music Awards 2013 11:55 Tout le monde veut prendre sa

11:55 Tout le monde veut prendre sa place - Jeu

12:40

vices

12:50

13:00

13:15 13H15, le samedi - Magazine d'actualité

13:55

13:57

zine de reportages - Seniors au volant, un permis pour la vie, deux ans après 14:50 Patinage artistique - Champion-

nats d'Europe 2013 17:05 La parenthèse inattendue - Ma- gazine de découvertes

18:50

18:52

mour

19:50

20:00

20:40

20:43 Emission de solutions - Magazine

de l'environnement

20:44

23:10 CD'aujourd'hui - Variétés

Point route - Magazine de ser-

Météo 2

Journal

Météo 2 Envoyé spécial : la suite - Maga-

CD'aujourd'hui - Variétés Ondar show - Divertissement-hu-

Météo des neiges Journal Tirage du loto - Loterie

Météo 2

 
 

12:00 12/13 : Journal régional 12:25 12/13 : Journal national 12:50 30 millions d'amis - Magazine animalier 13:25 Les grands du rire - Divertisse- ment-humour 15:00 En course sur France 3 – Tiercé - Depuis Vincennes 15:20 Keno - Loterie 15:25 Samedi avec vous - Magazine ré- gional 16:45 Expression directe - Magazine politique - UDI

16:50 Un livre toujours - Magazine lit- téraire - «Les Contes d'Odessa», d'Isaac Babel (Gallimard) 17:00 Les carnets de Julie - Magazine culinaire Dans le massif des Aravis (Haute-Savoie) 17:55 Questions pour un champion - Jeu 18:30 Avenue de l'Europe - Magazine d'actualité

18:50

19:00

Météo des neiges 19/20 : Journal régional

 

19:30

19/20 : Journal national

19:58 Météo

20:00 Tout le sport - Multisports

20:15

Zorro - Série d'aventures - Le re-

nard et le coyote - Saison 1 (25/39)

 
 

22:15

Qui va à la chasse

- Téléfilm hu-

moristique

 

23:40 Météo

23:45

Soir 3

hu- moristique   23:40 Météo 23:45 Soir 3 12:00 Album de la semaine - Magazine musical

12:00 Album de la semaine - Magazine musical - Jake Bugg 12:25 La météo 12:30 Babioles - Série d'animation

12:35 Zapping - Divertissement 12:45 Le supplément - Magazine d'ac- tualité 13:45 L'effet papillon - Magazine d'ac- tualité 14:25 Time out - Film de science-fic- tion

16:10

16:50

France Ligue 1 22e journée

Le grand relais - Multisports -

Football

Championnat

 

de

18:55 Football

22:25

Jour de CAN - Football

23:15 Jour de foot – Football - 22e jour- née de Ligue 1

 
 

11:35 Norbert et Jean : le defi - Maga- zine culinaire - Révolutionner les grands classiques de la cuisine de nos grands- mères 12:40 Météo

12:45

13:05

Le 12.45 Le mag - Magazine d'actualité

 

14:50

C'est ma vie - Magazine de société

-

Au cœur d'une maternité

16:05 C'est ma vie - Magazine de société

-

Prêtes à tout assumer

17:30

Accès privé - Magazine du show-

 

biz

18:35

Un trésor dans votre maison -

Magazine de services

 

19:40 Météo

19:45

Le 19.45

20:05 Scènes de ménages - Série humo- ristique 21:40 The glades - Série policière - Le chant des sirènes - Saison 3 (2/10) 22:30 The glades - Série policière - L'enfant perdu - Saison 2 (3/13) 23:15 The glades - Série policière - Sen- sations fortes - Saison 2 (4/13)

La sélection

20:50

20:50

NRJ Music Awards 2013 - Divertissement - En direct

Durée : 2h55 - Présentateur :

Nikos Aliagas Nikos Aliagas présente la 14e cérémonie des NRJ Music Awards, retransmise en direct du Palais des festivals de Cannes. Jusqu'au 3 décembre, la liste des nommés de chaque ca- tégorie était soumise aux votes des internautes. Puis, jusqu'au 13 janvier, le public a pu voter

pour ses artistes et clips préfé- rés. Une exception, la catégorie de la «Chanson française de l'année» : les nom- més sont révélés le 14 janvier, et les votes se font par téléphone et SMS durant la cérémonie. Sont nommées au titre d'Artiste féminine francophone : Amel Bent, Jenifer, Nolwenn Leroy et Shy'm. Et dans la catégorie Artiste masculin francophone : Corneille, David Guetta, Keen'V et M Pokora. A l'international, Adele, Alicia Keys, Nicki Minaj et Rihanna s'affrontent chez les femmes, Flo Rida, Bruno Mars, Pitbull et Will.i.am chez les hommes.

Flo Rida, Bruno Mars, Pitbull et Will.i.am chez les hommes. 20:45 Le plus grand cabaret du
20:45

20:45

Le plus grand cabaret du monde - Divertissement

Durée : 2h25 - Présentateur : Patrick Sé- bastien Patrick Sébastien s'est entouré de nom-

Durée : 2h25 - Présentateur : Patrick Sé- bastien Patrick Sébastien s'est entouré de nom- breux invités, chanteurs, comédiens et humoristes pour célébrer une soirée pi- mentée de sessions humoristiques et de visuels spectaculaires. Il reçoit des artistes de tous horizons venus présenter leur spectacle et leurs talents. Parmi les shows

présentés ce soir, la grande illusion des Devils, les acrobaties aériennes de Super Silva, la peinture sur sable de Felipe Mejas, le dressage de chiens de Diana Vedyashkina, le close-up de Bernard

Bilis, les colombes de Darcy Oake, le spectacle burlesque de Fumagalli et ses Fuma Boys, les cartes magiques de Sergio Lumbardini, les acrobaties de Cri- kafrica et le vaisselophone de Michel Lauzière.

20:45

20:45

Commissaire Magellan - Téléfilm policier

Lauzière. 20:45 Commissaire Magellan - Téléfilm policier Durée : 1h30 - Acteur : Jacques Spiesser, Moon

Durée : 1h30 - Acteur : Jacques Spiesser, Moon Dailly, Philippe Caroit - Réalisateur :

Etienne Dhaene Mort subite Le futur mari de l'héritière d'une riche famille est assassiné sur un terrain de golf. Puis vient le tour de son caddie. Magellan soupçonne toute la famille.

20:55 Zlatan l'intégrale - Football Durée : 1h30
20:55 Zlatan l'intégrale - Football Durée : 1h30
20:55 Zlatan l'intégrale - Football Durée : 1h30

20:55

Zlatan l'intégrale - Football

Durée : 1h30

20:50

20:50

The glades - Série policière

Durée : 0h50 - Acteur : Matt Passmore, Kiele Sanchez, Carlos Gomez - Réalisateur : Jeff Bleckner Rencontre d'un certain type - Saison 3

(1/10)

Jim et Carlos enquêtent sur la mort d'un milliardaire qui a légué sa fortune à une organisation de passionnés d'Ovnis. La re- lation entre Jim et Callie se tend.

qui a légué sa fortune à une organisation de passionnés d'Ovnis. La re- lation entre Jim

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

DÉTENTE

DK NEWS

17

Mots fléchés n°179

26 janvier 2013 DÉTENTE DK NEWS 17 Mots fléchés n°179 Proverbes J’acceptais l’ennui alors qu’il me

Proverbes

J’acceptais l’ennui alors qu’il me refusait, je le mets près de ma tête, je le retrouve près de mes pieds.

Proverbe algérien

Les dents ont beau rire, le cœur sait la

blessure qu'il porte.

Proverbe berbère

Le mérite appartient à Celui qui commence, même si le suivant fait mieux. proverbe arabe

Chassez le naturel, il revient au galop Proverbe français

C’est arrivé le 26 janvier

1699 : signature du Traité de Karlowitz.

1721

: enquête sur les opérations de Law.

1788

: arrivée des premiers immigrants en Australie.

1837

: le Michigan devient le 26e État des États-Unis.

1821

: ouverture du Congrès de Laybach.

1841

: Hong Kong est proclamé territoire souverain

du Royaume-Uni.

1855 : signature de l'alliance franco-anglo-sarde

amenant la participation militaire de la Sardaigne à la guerre de Crimée.

1885 : prise de Khartoum par les troupes de Muham-

mad Ahmad ibn Abd Allah Al-Mahdi.

1934 : signature du pacte de non-agression ger-

mano-polonais.

1943 : naissance des Mouvements unis de la Résis-

tance (MUR).

1950 : entrée en vigueur de la Constitution de l'Inde.

Rajendra Prasad devient le premier président de l'Inde.

1955 : Leng Ngeth est nommé Premier ministre du

Cambodge.

1993 : Václav Havel est élu président de la Répu-

blique tchèque.

2001 : Joseph Kabila succède à Laurent-Désiré Ka-

bila comme Président de la République démocra- tique du Congo.

2003 : signature des accords de Marcoussis.

Célébrations :

- Inde : Republic Day ( Jour de la République), com-

mémore la proclamation de la République en 1950.

- Australie : Australia Day (Fête nationale), ou First

Fleet (Première flotte), célèbre l'anniversaire de l'ar- rivée des premiers immigrants.

Samurai-sudoku n°179

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chif- fres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°179 Horizontal : 1.

Mots croisés n°179

peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°179 Horizontal : 1. Relatif à l'Ecriture

Horizontal :

1. Relatif à l'Ecriture sainte

2. Coulis d'ail pilé avec de l'huile d'olive -

Extraire le sel

3. Mammifère lagomorphe - Tique

4. Institut national de l'audiovisuel -

Plein - Compositeur russe

5. Solution aqueuse, employée comme

antiseptique - Romain

6. Région du Sahara nigérien - Habileté

à faire qqch

7. Ch. -l. de c. de la Charente-Maritime -

Personnelle

8. Aluminium - Cri d'approbation

9. Port de Phénicie - Qui est à moi - C'est-

à-dire 10. Ensemble d'images sur un même

thème - Champagne

11. Choisirions - Du verbe avoir

12. Ch. -l. de c. de la Somme - Permanent

Vertical :

1. Formation d'un sel par réaction d'un acide

sur une base

2. Homme politique italien - Massif de la Grèce

3. Compositeur français - Mammifères ron-

geurs

4. Rivière de l'Asie - Ch. -l. de c. des Alpes-de-

Haute-Provence - Gelée des eaux

5. Oiseaux - Maman

6. Maître des vents dans la mythologie grecque

- Port d'Italie

7. Coutumes - Rassemblement pour la Répu-

blique - Nios

8. Ridiculiseraient

9. Art. contracté - Labiée à fleurs jaunes très

odorantes - Adjectif possessif

10. Se dit du format déterminé par le pliage

d'une feuille d'impression en 8 feuillets, soit 16

pages

11. Diminuer – Substance sucrée

12. Harasser - Dévêtue

18 DK NEWS

SPORTS

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

MONDIAL-2013 DE HANDBALL (1/4 DE FINALE)

La Slovénie première qualifiée pour les demi-finales

La sélection slovène de handball est la première à se qualifier pour les demi-fi- nales en battant son homologue russe sur le score de (28-27), mi-temps (14-13), en match comptant pour les quarts de fi- nale du Mondial-2013 de handball en Es- pagne (11-27 janvier), disputé mercredi à Barcelone.

Les autres quarts de finale program- més en soirée opposeront l'Espagne à l'Allemagne, le Danemark à la Hongrie et la France championne du monde en titre à la Croatie. La sélection algé-

du monde en titre à la Croatie. La sélection algé- rienne qui a pris part au

rienne qui a pris part au Mondial espa- gnol, a terminé le tournoi à la 17 e place en battant l'Argentine (29-23), en match de classement disputé mardi soir à Gua- dalajara. Au Mondial-2013, les Verts ont enregistré 3 défaites devant l'Espagne (14-27), la Croatie (20-31) et la Hongrie (26-29), contre un nul devant l'Egypte (24-24) et 3 victoires face à l'Australie (39- 14), l'Arabie saoudite (28-24) et l'Argen- tine (29-23). Lors du Mondial-2011 en Suède, l'Algérie s'était classée à la 15 e place.

Le Mondial 2015 de handball au Qatar présenté officiellement

Le Mondial 2015 de handball qui se déroulera à Doha, premier mondial de la discipline organisé au Moyen-Orient,

a été présenté officiellement jeudi à Bar-

celone. "Nous sommes particulièrement fiers d'organiser ce Mondial", a déclaré en conférence de presse le cheikh Joaan Bin Hamad Al-Thani, président du Co- mité d'organisation de l'épreuve. "Nous sommes devenus l'un des premiers pays

en matière d'infrastructures sportives du monde, avec une population de 1,7 million d'habitants de moins de 30 ans,

à qui nous pensons plus particulière- ment au moment de réaliser ces inves- tissements", a-t-il poursuivi. Le président du Comité d'organisation a également fait valoir les conditions cli- matiques du pays organisateur, qui ac- cueillera également les Mondiaux de

natation en 2014, les Mondiaux de cy- clisme en 2015 et la Coupe du monde de football en 2022. "Le Mondial a toujours lieu en hiver en Europe. A l'heure ac- tuelle, au Qatar, il fait entre 25 et 26 de- grés", a-t-il souligné. Le Qatar avait été choisi comme pays organisateur du Mondial 2015 de handball en janvier 2011, devant les candidatures de la Nor- vège, de la Pologne et de la France.

ATHLÉTISME

Un meeting au Stade olympique pour l'anniversaire des Jeux

Le stade Olympique de Londres accueillera un mee- ting d'athlétisme le 27 juillet pour commémorer le pre- mier anniversaire de la céré- monie d'ouverture des Jeux olympiques 2012, ont indiqué les organisateurs jeudi. Le

Grand Prix d'athlétisme de Londres sera le premier évè- nement sportif organisé dans ce stade depuis les Jeux para- lympiques qui avaient suivi les JO. Le Britannique Mo Farah, qui avait réalisé un mémora-

ble doublé aux Jeux en rem- portant le 5000 et le 10.000 m, est pressé de retourner dans l'arène de son exploit. "L'at- mosphère était électrique pendant les Jeux. Je ne l'ou- blierai jamais, c'est formida- ble que les fans britanniques

et les athlètes aient de nou- veau cette expérience, si vite après les JO" a déclaré l'athlète. "Ce sera une préparation parfaite pour les Champion- nats du monde en août" a t-il ajouté.

600 participants attendus au prochain semi-marathon national "Oasis"

Près 600 participants devront prendre part à la seconde édi- tion du semi-marathon national "Oasis" prévu le 23 février pro- chain à Ouargla, a indiqué la ligue d’athlétisme de la wilaya d’Ouargla. Le programme de cette compétition sportive natio- nale, retenue dans le cadre de la commémoration du 51ème an- niversaire du soulèvement populaire du 27 février 1962 de

Ouargla, devra se dérouler sur une distance de 20 km à partir de

la commune de Sidi Khouiled, via celle d’Aïn El Beïda, pour arri-

ver à la place municipale de la commune d’Ouargla, ont indiqué les organisateurs. Le représentant de la direction de la jeunesse et des sports (DJS), M. Abdrezzak Benarif, a fait part, au titre des préparatifs pour ce prochain rendez-vous sportif, de la mise en place du comité d’organisation et de la mobilisation des moyens nécessaires à la réussite de cette compétition nationale. Le pré- sident de la ligue de wilaya d’athlétisme, M. Yahia Mekhloufi a in- diqué que 45 wilayas ont confirmé leur participation à cette course nationale. Une enveloppe de 600 000 DA, a été consacrée pour honorer les vainqueurs de cette compétition sportive initiée par la ligue d’athlétisme en coordination avec la DJS de Ouargla.

Le Cubain Dayron Robles met un terme à sa carrière internationale

L'athlète cubain Dayron Robles, champion olympique

du

110 m haies en 2008 et absent depuis sa blessure aux JO

de

Londres, a décidé de mettre un terme à sa carrière in-

ternationale, a annoncé jeudi un responsable de la Fédé- ration cubaine. "C'est officiel. Robles ne fait plus partie de l'équipe nationale d'athlétisme. Il a demandé à en être re- tiré et, logiquement, cela lui a été accordé", a déclaré au quotidien officiel Juventud Rebelde, Jorge Luis Sanchez, deux semaines après que l'entraîneur du coureur, Santiago Antunez, eut laissé planer un doute sur la suite de sa car-

rière. Ce retrait de la sélection signifie en tout cas que Ro- bles, 26 ans, ne pourra pas participer aux Mondiaux-2013

en août à Moscou. Le 9 janvier, Santiago Antunez avait an-

noncé que son athlète renonçait à la saison hivernale et s'interrogeait sur la suite de sa carrière. "Nous ne savons

pas s'il va continuer. Ça n'a pas encore été décidé", avait-il expliqué. Robles s'était blessé à une cuisse en finale du 110

m haies des JO de Londres, remportée par l'Américain

Aries Merritt qui lui a ensuite ravi son record du monde de

la distance le 7 septembre à Bruxelles (12’80 contre 12’87).

UNE FINALE AZARENKA-LI NA

pour l'Open d'Australie

2013

FINALE AZARENKA-LI NA pour l'Open d'Australie 2013 La joueuse de tennis bélarusse Victoria Azarenka, n°1

La joueuse de tennis bélarusse Victoria Azarenka, n°1 mondiale et te- nante du titre, a re- joint la Chinoise Li Na en finale de

l'Open d'Australie en dominant l'Américaine Sloane Stephens en deux sets 6-1, 6-4, jeudi à Melbourne. Aza- renka va défendre donc son titre et sa place de n°1 mondiale samedi face à Li Na, n°6 mon- diale, qui s'était qualifiée un peu plus tôt aux dépens la Russe Maria Sharapova en deux sets 6-2, 6-2. La n°1 mondiale a arrêté le parcours de Sloane Stephens, qui n'a pas réussi ainsi à confirmer son exploit de la veille face à Serena Williams. La finale opposera donc deux joueuses à la recherche, toutes deux, de leur deuxième titre du Grand Chelem. Azarenka était, elle, censée perdre non seulement son titre mais aussi sa couronne de n°1 mondiale puisqu'il suffisait à Serena Williams d'attein- dre les demi-finales pour la lui faire perdre. Une défaite samedi face à Li Na peut encore permettre à Serena de récupérer le trône.

JO-2022 D'HIVER

La Slovaquie appuie la candidature commune avec la Pologne

Le Premier ministre slovaque Robert Fico

a apporté son soutien jeudi à une candidature

commune de son pays avec la Pologne pour l'organisation des Jeux olympiques d'hiver 2022. "Le gouvernement soutiendra en février au plus tard la candidature commune avec la Pologne pour les JO d'hiver 2022", a-t-il dé- claré à la presse après une réunion avec des représentants du Comité olympique slovaque. L'organisation coûterait jusqu'à 1,5 milliard

d'euros, dont la plus grande partie serait cou- verte par la Pologne, et la Slovaquie devrait ré- nover ses infrastructures sportives et de transport, a-t-il ajouté. Le président polonais Bronislaw Komorowski avait annoncé la se- maine dernière qu'un projet de candidature se préparait, avec des épreuves dans le massif des Tatras, à la frontière commune. Les deux Comités olympiques ont déjà signé en octobre dernier une lettre d'intention avec le maire de

la ville polonaise de Cracovie, qui pourrait ac-

cueillir les cérémonies d'ouverture et de clô- ture et certaines disciplines sur glace. Les épreuves de ski nordique et de biathlon, ainsi que le snowboard auraient lieu à Zakopane (sud de la Pologne), alors que la Slovaquie ac- cueillerait les disciplines alpines et une partie du tournoi de hockey sur glace. Ni la Pologne ni la Slovaquie n'ont jamais organisé de JO. La Pologne a en revanche co-organisé l'Euro- 2012 de football avec l'Ukraine. Les prochains JO d'hiver, en 2014, auront lieu à Sotchi (Rus- sie), puis à Pyeongchang (Corée du Sud) qua- tre ans plus tard.

puis à Pyeongchang (Corée du Sud) qua- tre ans plus tard. Solution Samurai-soduku N°178 SCRIPTURAIRE AIOLI

Solution Samurai-soduku N°178

Sud) qua- tre ans plus tard. Solution Samurai-soduku N°178 SCRIPTURAIRE AIOLI SAUNER LAPINE IXODE INA SOUL
SCRIPTURAIRE AIOLI SAUNER LAPINE IXODE INA SOUL CUI FORMOL LATIN I TENERE ART COZES PRIVEE
SCRIPTURAIRE
AIOLI SAUNER
LAPINE IXODE
INA SOUL CUI
FORMOL LATIN
I
TENERE ART
COZES PRIVEE
AL S
BRAVO R
TYR MA IE M
IMAGERIE VIN
OPTERIONS EU
NESLE STABLE
N°178CroisésMotsSolution N°150CroisésMotsSolution
GLOBETROTTERE UGENIE ERS RI RA CCP O DOS ENT OCCUPENA TRANCHE CT NT AIN U
GLOBETROTTERE
UGENIE ERS RI
RA
CCP O DOS
ENT OCCUPENA
TRANCHE CT
NT AIN
U BOO
CARINAS GLUL
ET REITERERO
ANESSE ANAG
ARE S
POINGU
NIRIEZ UNIEE
EEE REISER
MotsSolution MotsSolution
N°150Fléchés N°178Fléchés

Vendredi 25 - Samedi 26 janvier 2013

SPORTS

DK NEWS

19

18 È JOURNÉE DE LA LIGUE 1

USMBA-MCO, CABBA-WAT et CSC-ASO

à l’affiche aujourd’hui

S. Ben

Les deux premiers matchs de cette 18 e journée de la ligue 1 de football professionnel qui se poursuivra au- jourd’hui avec trois matchs chocs in- téressants à suivre se déroulaient hier au moment où on mettait sous presse.

Ainsi l’ES Sétif, leader du groupe, en dé- coudait hier avec son dauphin l‘USM el Harrach alors que le MC Alger disputait son derby contre l’USM Alger au stade du 5-Juillet. Au programme d’aujourd’hui,

il sera intéressant de suivre le derby ora-

nais entre l’USM Bel Abbes et le MC Oran ainsi que le choc CABordj Bou Arréridj- WA Tlemcen. Il ne faut pas oublier éga- lement le match opposant le CS Constan- tine à l’affut du moindre faux pas des équipes de têteà l’ASO Chlef en verve ces

derniers temps.

A sidi Bel-Abbès, l’équipe locale sera pri-

vée de son public pour huis clos, consé-

citif aux incidents du match contre l’ASO

le 15 décembre dernier. Bel Abbès devra

cravacher dur face à cette équipe du MC Oran qui a le vent en poupe en cette phase retour. Les joueurs du coach Che- rif El Ouazzani ont bien démarré cette phase retour décisive en restant d’ail- leurs sur une victoire remarquable ra- menée de Bejaïa face à la JSMB d’Ainsi Michel. Cette défaite a d’ailleurs couté son poste au coach Michel. Les gars d’El Hamri veulent exploiter à bon escient l’absence du public de la Mekkerra pour arracher un résultat positif et progresser

JSK-JSS

ainsi en fuyant cette zone dangereuse

des

Et justement, le second match à suivre

opposera également deux équipes mal

classées. Il s’agit de Bordj Bou Arréridj et

du WA Tlemcen. Seulement, les gars de

Tlemcen partent légèrement favoris en dépit du fait qu’il s jouent en déplace-

ment. Tlemcen reste sur deux victoires

face à des équipes de qualité à savoir le

relégables.

MC

Alger et la JS Kabylie. C’est dire que

les

Bordjis auront vraiment du mal à ar-

rêter cette solide formation tlemce-

nienne efficace en dehors de ses bases.

A Constantine, le CSC du coach Lem-

merre accueillera une équipe de Chlef

perturbée par la récente démission de

son coach Benzekri. Seulement, les gars

de Chlef ont l’avantage d’évoluer face à Constantine sans le public de l’équipe locale faute de huis clos. La direction de l'ASO Chlef va proposer à Mohamed Ben- chouia, qui assure l'intérim à la barre

technique du club après la démission de

Nour Benzekri, de rester dans son poste jusqu'à la fin de cette saison, a bien indi-

qué hier, le porte parole de l'ASO, Abdel-

krim Medouar. Donc Bechouia sera sur

le banc pour diriger Samir Zaoui et ses

coéquipiers. Le CR Belouizdad devrait bien exploiter

la mini crise de la JSMB qu’il accueil au-

jourd’hui avec son nouveau coach Soli- nas pour confirmer sa bonne progression. Pour sa part, la JS Kabylie

dont le coach Sandjak a été très critiqué

ces derniers temps, aura fort à faire en

recevant devant ses propres supporters

une coriace équipe de la JS Saoura. Cette

équipe de Béchar est très technique et

évolue bien hors der ses bases. Sendjak

et ses joueurs doivent être très vigilants tout en essayant d’être plus efficaces pour assurer un résultat positif et ainsi

réconforter leurs fans. Enfin, le MC El Eulma (9 e , 22 points) re- çoit le CA Batna (16 e , 11 points) avec la ferme intention de renouer avec le suc- cès et enfoncer par là même les gars des

''Aurès''.

Programme :

Aujourd’hui à 15 heures:

20 Août-Alger

: CRB-JSMB

EL Eulma

: MCEE-CAB

Bordj Bouariridj

: CABBA-WAT

Tizi Ouzou

: JSK-JSS

CONSTANTINE

: CSC-ASO

Bel-Abbès

: USMBA-MCO

Classement:

Pts

J

1 . ES Sétif

40

18

2 . USM El-Harrach

36

18

3 . USM Alger

30

17

4 . MC Alger

27

17

5 . JSM Béjaïa

25

17

-- . CR Belouizdad

25

17

-- . CS Constantine

25

17

8

. JS Saoura

23

17

9

. MC El Eulma

22

17

10. JS Kabylie

20

17

11. ASO Chlef

19

17

-- . CABB Arréridj

19

17

13.WA Tlemcen

18

17

--.

MC Oran

18

17

15.

USM Bel-Abbès

13

17

16.

CA Batna

11

17

Une victoire ou la descente aux enfers

FERRAH MENAD

En accueillant, cet après-midi au stade du 1 er -Novembre de Tizi-Ouzou la JS Saoura surtout après la dernière dé- faite contre le WAT, les joueurs de la JSK n’ont pas le droit à l’erreur surtout de- vant leur public qui ne pardonnerait pas un autre faux pas. La rencontre d’aujourd’hui contre les poulains de l’entraîneur Hadjar les ca- marades de Belameri feront tout pour arracher les trois points de la victoire sinon c’est la crise. La dernière presta- tion des camarades de Mokdad n’a pas convaincu les supporters de la JSK car, durant les 90 minutes de la partie, cette équipe a été méconnaissable et heureu- sement que les attaquants du WAT ont

été maladroits, sinon ils auraient pu

marquer plus de trois buts.

Depuis le début de saison, la presta-

tion des joueurs de la JSK est toujours la

même et pourtant la direction du club a

mis tous les moyens à la disposition des

camarades de Mokdad, mais ces derniers sont très loin des espérances et de l’ob- jectif du club. Ils ne mouillent pas assez

leurs maillots surtout contre le WAT ou

les Asellah et consorts passaient à coté de

leur sujet.

Les joueurs placés devant leurs responsabilités

La JSK est méconnaissable et, depuis

le début de saison, elle enchaîne avec les

mauvais résultats, surtout à domicile. Pour le compte de la reprise de la com-

pétition, tout le monde s’attendait à ce que cette équipe renoue avec la victoire à domicile surtout qu’elle a effectué un bon stage bloqué à Boumerdès , mais la réaction des joueurs sur le terrain face au a l’USMH a été décevante, voire néga- tive. Ils ont permis à leur adversaire de prendre les trois point de la victoire à do- micile.Si cela continue, cela va être très compliqué pour cette équipe des canaris.

Les responsables devraient réagir et vite mettre les joueurs devant leurs respon- sabilités avant que cela ne soit trop tard. Le président Mellal par intérim, avec les autres membres du conseil d’adminis- tration, devraient hausser le ton et res-

ponsabiliser tous les joueurs car tous les moyens sont mis à la disposition de cette équipe mais les résultats ne suivent pas.

Confiance renouvelée à l'entraîneur Sandjak

 

La direction de la JS Kaby-

rienne avait réussi à enchaî-

tion critique que traversait la

core précisé les dirigeants ka-

lie a réitéré jeudi sa confiance

ner deux victoires après avoir

JSK, s'est vite retrouvé sous

byles accusés dans l'entou-

à

son entraîneur Nacer Sand-

été accroché par le leader l'ES

pression, au point de rentrer

rage des ''Canaris'' d'inciter

jak en dépit du parcours dé- cevant de l'équipe en championnat de Ligue 1 algé- rienne de football, selon un communiqué du club sur son site officiel. "L'hypothèse de remercier Nacer Sandjak n'a été évoqué,

Sétif lors de sa première sor- tie à domicile avec les Cana- ris. Mais les joueurs de Tizi Ouzou sont retombés dans leurs travers dès l'entame de la phase retour en concédant deux échecs de suite, à domi-

dans une altercation verbale avec un groupe de supporters lors d'une séance d'entraîne- ment cette semaine au stade du 1 er -Novembre de Tizi Ouzou. "La direction de la JSK n'a rien à gagner, et a tout à per-

certains fans à faire pression sur l'entraîneur pour le pousser à jeter l'éponge. A l'issue de la 17 e journée du championnat, les Jaune et Vert occupent la 10 e place avec 18 points, devançant de deux points seulement le pre-

ni

d'une manière formelle, ni

cile contre l'USM El Harrach

dre en opposant une partie

mier club relégable. Ce jour,

informelle, étant donné que cette option risquerait d'ag- graver la situation du club

(1-0) et sur le terrain du WA Tlemcen (3-1), tout en quit- tant l'épreuve de Coupe d'Al-

de sa grande famille (suppor- ters) à une autre (staff tech- nique et joueurs), mais elle

les coéquipiers de Benlamri accueilleront la JS Saoura avec l'obligation de renouer

déjà inquiétante", a précisé ce communiqué. Arrivé à la JSK

gérie en seizièmes de finale face au MC Alger. Sendjak,

ne peut, non plus, contrôler, ni dans le fond, ni dans la

avec la victoire pour souffler un peu, eux qui avaient pour

à

trois journée de la clôture

qui avait remplacé l'Italien

forme, les réactions des sup-

objectif, avant le début de cet