Vous êtes sur la page 1sur 2

Synthèse additive de la lumière

On parle de synthèse additive des couleurs quand on additionne plusieurs sources lumineuses
colorées pour former une nouvelle couleur.

Lorsque l’on additionne les trois couleurs primaires


(rouge, vert et bleu), on obtient du blanc.
Lorsque l’on additionne deux à deux des couleurs
primaires, on obtient les couleurs secondaires :
- rouge + vert = jaune,
- rouge + bleu = magenta,
- bleu + vert = cyan.
De plus, le mélange deux par deux des primaires
donnera une couleur deux fois plus claire qui est
la complémentaire de la troisième.

Les mélanges des couleurs primaire, à différente


proportion, permet de former toutes les couleurs.

La synthèse additive concerne tous les mélanges de couleurs d’origine lumineuse tels que
les spots, projecteurs trichrome, moniteurs CRT (tube cathodique) ou LCD (écran plat),
scanners, appareils photo numériques…

On utilise généralement la synthèse additive avec les couleurs primaires RVB mais on
peut l’utilisé avec d’autres primaires, dont le nombre n’est pas forcement égal à trois.

Dans les yeux humains, essentiellement, trois types de capteurs sont sensibles à la couleur. Ils
absorbent les photons dans des bandes de longueur d'onde correspondant approximativement
au bleu, au rouge et au vert et couvrant ensemble tout le spectre de ~400 à ~800 nm. Si de la
lumière verte arrive dans l'œil, seuls les capteurs du vert sont activés et le cerveau voit du
vert. Si de la lumière jaune arrive, les capteurs du vert et du rouge sont activés et nous voyons
du jaune ; le cerveau percevrait la même couleur jaune si de la lumière verte et de la lumière
rouge entraient dans l'œil en quantité adéquate pour produire la même stimulation des
capteurs de rouge et de vert.

Le mécanisme décrit ci-avant pour la synthèse et la perception des couleurs par l'œil humain
correspond à la synthèse additive : c'est-à-dire au mélange de rayons lumineux arrivant dans
l'œil. La synthèse soustractive est le processus inverse. Un objet perçu comme jaune est un
objet qui, éclairé avec de la lumière blanche, absorbe tout le bleu et diffuse (« renvoie ») la
lumière perçue par les cellules de l'œil humain sensibles au vert et au rouge.

La tridimensionnalité de la perception humaine des couleurs s'illustre encore par le fait qu'il
soit possible de représenter efficacement l'ensemble des couleurs que nous pouvons percevoir
sur d'autres bases telles que celle composée des paramètres teinte, saturation et valeur.
Synthèse soustractive de la lumière
Dans la synthèse soustractive tout est inversé par rapport au système additif. La source
lumineuse est le blanc du papier (on utilise cette synthèse dans l’imprimerie). Chaque dépôt
de colorant sur le papier va soustraire une certaine quantité de luminosité au papier.

La synthèse soustractive est très souvent associée


aux primaires CMJ (Cyan, Magenta, Jaune). Le
mélange deux par deux des primaires donnera une
couleur plus foncée qui est la complémentaire de
la troisième.

Le mélange des trois primaires donnera la couleur


la plus foncée du système qui dans l'idéal devrait
s'approcher du noir. Cependant, ce noir n’est pas
parfait et on ajoute la couleur noir (CMJN).

La synthèse soustractive concerne tous les


mélanges de couleurs exploitant l'éclairement d'un
support comme la peinture artistique, la teinture,
les encres d'imprimerie ou d'imprimantes, mais
aussi la superposition de filtres colorés sur une table lumineuse, la projection d'une diapositive
sur un écran, certains procédés de tirages photographiques, etc.