Vous êtes sur la page 1sur 24
Equipe nationale De notre envoyé spécial à Glasgow OutpourCelitc-Rangers, Kermali raconte ses 60 ans de
Equipe nationale De notre envoyé spécial à Glasgow
OutpourCelitc-Rangers,
Kermali raconte ses
60 ans de football
Bougherrarassure
«Je serai là face
au Rwanda»
«J’ai qualifié les juniors au Mondial-79 et
j’ai dit au ministre : “T’es pas un homme”»
«Feu Aribi a récolté les fruits de mon
travail, mais je ne lui en veux pas»
DIMANCHE
4
OCTOBRE 2009
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 995 PRIX 20 DA
Lang se défend…
Intérêt
pour
Ouaddah
«Non, mes joueurs
ne souffrent pas
physiquement»
HannachiHannachiHannachi persistepersistepersiste etetet signesignesigne
HannachiHannachiHannachiHannachiHannachi persistepersistepersistepersistepersiste etetetetet signesignesignesignesigne
Hannachi persiste et signe
«Qu’il«Qu’il«Qu’il«Qu’il«Qu’il«Qu’il lelelelelele veuilleveuilleveuilleveuilleveuilleveuille ouououououou non,non,non,non,non,non, lalalalalala chargechargechargechargechargecharge dededededede travailtravailtravailtravailtravailtravail doitdoitdoitdoitdoitdoit êtreêtreêtreêtreêtreêtre augmentée»augmentée»augmentée»augmentée»augmentée»augmentée»
«Qu’il le veuille ou non, la charge de travail doit être augmentée»
MCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMA
MCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMA
MCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMAMCA-USMA
USMA 3 - MSPB 1
La guerre psychologique
a déjà commencé
Les Usmistes
avertissent les
Mouloudéens
Michel : «Face l’USMA,
le Mouloudia n’est pas favori»
MCO 1 - USMB 0
Blida craque
Babouche et Derrag abattus
USMH 1 - MCEE 0
«C’est un désastre de rater le derby»
CRB
Henkouche : «Je n’en peux plus !»
Iaïche, nouvel entraîneur
El Harrach
maintient
la pression

2

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

Coup d’œil ENTRETIEN

Résumer plus d’un demi-siècle de football en une interview aussi longue soit-elle est une entreprise
Résumer plus d’un demi-siècle de football en une
interview aussi longue soit-elle est une entreprise
impossible à réaliser, mais Le Buteur l’a tenté et le
moins que l’on puisse dire est que le Cheikh reste
incontestablement la mémoire vivante du football
algérien. Il a été de toutes les péripéties du football
national, depuis l’époque coloniale jusqu’à l’unique
titre remporté par l’Algérie en 90. Toujours bon …
bon œil, Kermali nous a reçus chez lui pour reparler
de 60 années passionnantes. Appréciez !

KermaliKermaliKermaliKermali

«Avant le Mondial 79, j’ai insulté le ministre et quitté mon poste de sélectionneur»

T out d’abord merci de nous faire l’honneur

d’être invités chez un des illustres noms qui

Houari
Houari

pour l’USM Sétif et l’autre pour l’USM Alger, ce qui avait poussé les clubs adverses à formuler des réserves, d’où ma suspension pour une durée de deux ans. Comment aviez-vous atterri à l’USMA ? J’avais été formé par l’USMS, mais le club algé- rois m’avait épaté pour son football de charme. J’y avais signé pour me retrouver suspendu. L’histoire se résume à ça. Comment avez-vous accueilli cette sanction alors ? Je m’étais déplacé avec des amis en France, et plus précisément à Mulhouse sans avoir eu l’in- tention d’y jouer. Mais une fois là-bas, on m’ avait proposé de signer pour ce club. Franchement, je n’étais pas très chaud sur le coup. Ça me paraissait difficile, vu l’envergure du club. Alors, un certain Gilbert m’avait présenté à l’entraîneur du club, M. Lucien Berbere qui, dès la fin de la 1 re séance d’en- traînement, m’avait demandé de signer, ce qui fut fait immédiatement, alors que je n’avais pas encore 19 ans. Quelque temps après, je suis retourné à

«Bennaceur m’a menacé d’appeler la police juste parce que je lui ai demandé d’être honnête lors du match Egypte-Algérie»

l’USMA pour y jouer avec les amateurs, dont l’un était chauffeur de taxi, l’autre docker ! Je dormais à l’époque dans une salle de boxe à Bab El-Oued. Cela n’avait pas empêché l’USMA de produire à cette période l’un des plus beaux football. Vous êtes resté à l’USMA ? Non ! Je suis retourné encore une fois à Mul- house, pour entamer ma véritable carrière profes- sionnelle. De là j’étais allé dans un club duquel je garde des souvenirs impérissables, notamment avec les stars mondiales du cinéma. L’une d’elles est

était Brigitte Bardot. Lorsque je l’ai vu marcher sur le tapis rouge du Festival

de Cannes, je m’étais senti comme dans un rêve ! Un rêve fou, en fait ! De là, je suis parti à Lyon. Avec ce club, mon jeu a pris

une autre dimension, bien que mon expérience lyonnaise m’ait laissé un goût d’inachevé. Car je n’ai remporté aucun titre. On avait même perdu la Coupe de France au profit de Sedan dans une finale que je regrette encore aujourd’hui. Vous étiez à Lyon, et Mekhloufi à St- Etienne. Comment étaient ces derbies, entre les deux clubs et les face-à-face entre vous et Rachid ? J’en avais joué de ces derbys, croyez-moi ! A chaque fois, la passion était là. Vrai, que j’avais été présent plusieurs fois dans ces derbies entre l’OL et l’ASSE, Le côté amusant de ces derbies aussi bien à St-Etienne ou Lyon, est qu’une grande partie du public était constituée de nos compatriotes. Des Sétifiens pour la plupart ! Je vous laisse imaginer l’ambiance qu’il y avait. C’était chaud et passion- nant à la fois. En face, Makhloufi était «La» star. On se croirait au bled ! Oui, je vous assure. On en-

tendais des chants en arabe algérien entonnés de- puis les tribunes… Ça avait un cachet nationaliste en effet ! J’avais mon poids au sein de l’équipe, mais Makhloufi, c’était la classe. A l’époque, la guerre de Libération battait son plein en Algérie, comment avez-vous vécu cette période ? Ça me fait rappeler le regretté Layas qui trans- portait les Moudjahidine au Djebel, déguisés en joueurs de l’USM Sétif ! Personnellement, je m’étais impliqué du mieux que j’ai pu dans cette guerre, à l’instar des Algériens jaloux de leur pays, en payant des cotisations et dons au profit du FLN. J’avais même forcé deux joueurs marocains de Lyon à en faire de même ! Il s’agissait de Abderrazak et Abdesselam Chtouki. Je leur disais : «Si vous ne payez pas, les gens d’El-Djebha viendraient chez vous ce soir.» (rires) J’ai même fait fuir, une fois, un membre du FLN qui était re- cherché par la police française à Lyon. Racontez-nous ? Un jour, un membre du FLN activant à Lyon m’avait demandé de l’aider à faire passer un frère alors recherché par la police française. Sur le coup, je n’avais pas le moyen de passer les différents bar- rages que de le cacher dans la malle de mon véhi- cule. Une fois, un policier m’avait demandé gentiment ce que je faisais à une heure aussi tar- dive, surtout que j’étais à l’époque une star de Lyon. Je lui avais répondu : «Je suis invité pour manger du couscous !» C’était tout ce qui m’était passé à l’esprit sur le coup. Ça a marché ! Comment aviez-vous été avisé de l’appel du

FLN ? L’idée germait dans la tête des regrettés Aribi et

Boumezrag, et c’est eux qui m’avaient in- formé en me disant : «C’est l’appel du devoir.» J’avais aussi- tôt répondu : «Je suis

prêt !» Où me voulez- vous. Au Djebel ? Ils m’avaient dit que «El-Djebha» voulait créer un ta- page médiatique important plus fort qu’une bombe. Cela avait débouché sur la fuite instanta- née d’une dizaine de joueurs les plus connus du championnat de France dont Mekhloufi, Musta- pha Zitouni et moi-même. Cette évasion avait eu un grand écho en Europe, à tel point qu’on était carrément submergés de questions par des jour- nalistes dans un hôtel en Suisse. Ils voulaient connaître les motifs de notre fuite. Nous avions répondu lors d’une conférence de presse que «notre pays est en guerre. Il faut l’aider !» Racontez-nous votre évasion de Lyon, et quelles étaient les réactions ? J’avais tout laissé à Lyon, l’argent, la célébrité, la gloire et même ma femme «française» que j’avais connue à Cannes et qui n’était pas au courant de

avaient bâti la gloire du football algérien,

dont le nom est intimement lié à Abdelhamid Kermali. Nous aimerions connaître tout sur votre parcours en commençant par votre enfance à Sétif… Je vous remercie pour cet intérêt envers ma per- sonne, et j’en suis heureux de parler du football qui m’a passionné depuis mon jeune âge. Je pourrais vous en parler des heures et des heures sans me

lasser, tant ce sport a bercé toute ma vie. Mon en- fance fut difficile et malheureuse, à l’instar de tous les Algériens de l’époque. En plus de la misère, j’ai eu le malheur de perdre mon père qui était

engagé dans l’armée coloniale lors de la 2 e Guerre mon- diale. C’était mon

oncle qui nous avait pris en charge. Heureu- sement que la pension de mon père avait allégé un peu ses lourdes tâches, car il arrivait difficilement à joindre les deux bouts.

Un ministre avait insisté pour battre les «Tunisiens» et

faire plaisir à

Boumediène alors malade…

Comment s’est établie votre relation avec le football, et comment a-t-elle évolué ? Le football m’a passionné dès mon enfance. Je me souviens très bien que j’utilisais le ballon et les souliers comme oreiller ! (Son sourire s’étire len- tement), lorsque je me couchais la nuit. Je jouais dans les quartiers de Sétif au sein desquels mon ta- lent s’était révélé. Cela étant, je ne nie pas le mérite du regretté «Layas» qui était derrière la découverte de plusieurs talents de la ville et ses environs qu’il était allé dénicher sur les terrains vagues de Sétif, en compagnie de Senoussaoui. Pour la petite his- toire, celui-ci était aussi derrière l’éclosion de Makhloufi. Ce dernier a eu la chance de tomber sur un Français qui l’avait pris sous son aile. Il l’avait emmené à St-Etienne alors qu’il était encore ju- nior. Personnellement, j’ai choisi de rejoindre l’école Albertini qui disposait d’un internat. Petit bémol ! On m’interdisait de sortir le soir, ce qui me contraignait à jouer de malice, en désertant après les cours pour m’adonner à ma passion pour le foot ! C’était comme ça. On me répétait sou- vent que mon avenir était les études, je ne pouvais résister à l’appel du ballon ! ça m’avait coûté l’exa- men d’accès à des études supérieures qui équivaut au BAC aujourd’hui. Ma mère m’avait dit alors :

«Comment compte-tu vivre maintenant ?» Je lui ai montré mes pieds et dit : Avec ça ! Dans quel poste jouiez-vous ? Avant-centre ! Quoi que, je pouvais jouer faci- lement à tous les postes. Beaucoup de personnes associent votre nom à celui de l’Entente, mais nombreux sont ceux qui ignorent que vous aviez porté les couleurs de l’USM Alger… Racontez-nous ? C’est vrai, et c’était l’une des bêtises que j’avais commises en signant une double licence : l’une

«Un policier égyptien avait brandi son revolver sur mon

visage. Je lui ai dit : «Tire, comme ça, le stade du Caire sera baptisé stade Abdelhamid Kermali»

●●●

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

3

Coup d’œil ENTRETIEN

●●●

notre «affaire» de peur d’être dénoncés. Nous étions deux groupes. Pour ne pas attirer les

soupçons, le premier groupe avait transité par la Suisse, l’autre par l’Italie, d’où nous avions rejoint la Tunisie.

Y avaient-ils des joueurs hésitants ? Je ne pense pas, parce que tous les joueurs avaient une fibre nationaliste sans limite. Un joueur comme Maouche avait été arrêté alors qu’il tentait de nous rejoindre, alors que sa femme était affiliée au FLN. Ceux qui avaient tardé faisaient l’objet d’une surveillance constante de la police. Il ne faut pas douter des intentions de ces joueurs qui pleuraient à chaudes larmes lorsque retentissait l’hymne national. Comment s’étaient écoulées les quatre années passées avec l’équipe du FLN ? C’étaient des années historiques durant les- quelles nous avions disputé des dizaines de ren- contres, dont certaines avaient été gagnées avec de larges scores contre de grandes équipes. L’Egypte avait refusé de vous rencontrer… En effet ! Nous avions été accueillis chaleureu- sement, mais ils avaient refusé de jouer contre nous, de peur d’être suspendus par la FIFA qui avait menacé de suspendre tout pays qui affronte- rait l’Algérie. Après l’indépendance, vous étiez retourné à Sétif, au moment où certains de vos cama- rades avaient préféré continuer l’aventure professionnelle en France. Aviez-vous appré- hendé la réaction des Français, tout comme vos anciens compa-

gnons ? Je n’étais pas retourné en France, parce que je ne me sentais pas en me-

sure de continuer à évoluer au plus haut niveau. J’étais retourné à Sétif comme joueur à l’USMS puis à l’ESS avec laquelle j’avais décroché la 1 re Coupe d’Algérie après l’indépendance aux dé- pens de l’ES Mostaganem. J’étais derrière le coup franc qui avait été transformé en but de la victoire. J’avais alors décidé de raccrocher les crampons en

dépit de l’insistance du public qui me pressait de continuer. J’avais préféré mettre fin honorablement

à ma carrière au moment où mes autres cama-

rades tels que Zitouni, Mekhloufi, Amara avaient décidé de retourner en France avec l’accord de l’an- cien président M. Ben Bella, surtout qu’ils avaient accompli dignement leur devoir national. Puis, le fait d’apprendre en France sera un jour profitable pour leur pays. D’ailleurs, tout le monde recon- naîtra le grand rôle réalisé par les anciens joueurs du FLN dans les différentes performances du foot- ball algérien

Vous aviez entraîné l’ESS à plusieurs reprises, mais votre nom n’avait pas été cité comme celui du regretté Mokhtar Arribi. Qu’en pen- sez-vous ? Personne ne peut occulter ce que j’avais donné

à l’ESS pendant 14 années passées sur le banc. Je

pense qui je n’ai pas obtenu avec lui des titres, ex- ceptée la Coupe d’Algérie, mais je pense que j’étais derrière tous les sacres de l’ESS, y compris le titre de champion d’Afrique en 1988, car la génération

de joueurs qui composait l’équipe avait été formée par moi-même sur le plan technique et tactique. Aussi, j’étais derrière le transfert des joueurs de l’USMS vers l’ESS, à l’exception de Serrar qui est un pur produit

de l’Entente. D’ailleurs, on se relayait Arribi et moi même

à la barre technique du club

sétifien. Moi je donnais la

culture tactique et technique, lui la rigueur, la discipline et la condition physique. En un mot, on était, disons, assez complémentaires sans le vouloir. Certains disaient que vous nourrissiez une jalousie réciproque, et vos relations étaient très perturbées… est-ce vrai ? De quelle jalousie parlez-vous ? Au contraire nos relations étaient excellentes. D’ailleurs, lorsqu’on se rencontrait, on n’abordait jamais le sujet du football. Nous nous sommes jamais dis- putés. Au contraire, chacun souhaitait bonne

chance à l’autre. Il y avait eu un petit malentendu

à cause du regretté Griche qui était venu une fois

se plaindre de la sévérité de Mokhtar durant les séances d’entraînement. Il les faisant réveiller à cinq heures du matin (rires). Il m’avait dit : «Dites à Arribi, s’en est trop ! Nous ne pouvons supporter ce

rythme.» Mokhtar n’a rien voulu savoir. Les joueurs ont décidé alors de faire grève. J’ai dû faire preuve de beaucoup de persuasion pour les en dis- suader.

Reste que le palma- rès de Aribi est bien plus important que le vôtre…

Kezzal, président de la FAF à l’époque. Je lui avais demandé d’être honnête et cou-
Kezzal, président de la FAF à l’époque. Je
lui avais demandé d’être honnête et cou-
rageux. Il ne m’avait pas laissé parler en
criant : «Allez-vous-en ou j’appelle la police
!» Lorsqu’on s’était retrouvés au stade du
Caire, je lui vais dit : «Soyez un homme M.
Bennacer !’’ A ce moment, un flic égyp-
tien est intervenu, me brandissant son
arme au visage. Je lui ai dit : «Tire. Comme
ça, le stade du Caire sera baptisé à mon
nom.»
Comment était l’ambiance au Caire ?
Une ambiance surchauffée et élec-
trique. Le public égyptien était déchaîné
à l’extrême. Il ne nous laissait pas un ins-

tant nous reposer à l’hôtel. il nous ont poursuivis avec leurs cris et chansons. Le jour du match, le chauffeur du bus avait sciem- ment fait un grand détour dans les rues du Caire qui avait duré presqu’une heure, durant laquelle nous avions subi les insultes et les intimidations, alors qu’il ne fallait pas plus d’un quart d’heure pour aller de l’hôtel au stade.

Comment était le moral des joueurs ? Ils étaient prêts sur le plan psychologique. Je leur ai dit de tout don- ner, quitte à mourir

sur le terrain, s’il le fallait. Il faut reconnaître qu’ils étaient très cou- rageux. N’était le

but litigieux, et l’oc- casion en or manquée par Madjer, nous aurions pu ramener un bon ré- sultat en dépit de cette ambiance hostile, dont je vous parlais. Omar Kezzal m’avait dit après le match : «Si on s’était qualifiés, on n’aurait pas quitté le stade vivants.» L’Egypte avait besoin d’une qua- lification pour le Mondial italien pour éviter une explosion sociale

Entretien réalisé par Farid Aït Saâda (A suivre)

maillot mais pas le joueur.»

Dix ans après, vous

avez été appelé à la res- cousse pour diriger

«Je payais les cotisations au FLN, tout en obligeant mes deux coéquipiers marocains à le faire. J’avais aussi fait fuir un responsable dans ma voiture»

Vous lirez dans la 2 e partie de l’interview :

Détails sur l’incident de l’hôtel et l’agression sur le médecin égyptien, et les raisons de l’éviction de Belloumi de la

CAN-1990

 

Les raisons de la débâcle de Ziguin-

chor et les vrais responsables.

 

Il affirme que les Egyptiens lui avaient demandé de lever le pied à An- naba en 2001.

Sa longue histoire avec le MCA et

l’éviction de Bencheikh du club, ainsi que la perte du titre au profit de la JSK.

Son célèbre incident avec Amara et

ses relations actuelles avec lui.

 

Son avis sur la politique prônée par

Serrar et les débuts réussis du MCA cette

saison.

Et d’autres révélations et surprises

que vous découvrirez dans notre pro-

chain numéro.

 

«Si l’Egypte ne s’était pas qualifiée au Mondial-90, il y aurait eu une explosion sociale»

Moi je semais, lui, il en récoltait les fruits ! Je n’avais aucun problème. Car tout le monde connaissait Adjissa, Zorgane, Adjas et l’équipe qu’ils formaient. Je les avais ramenés moi-même de l’USMS. Quel était votre sentiment lorsque l’ESS avait été sacrée championne d’Afrique ? Je répète que c’est le produit de mon travail, qu’ils le veuillent ou non. J’étais content pour Mokhtar, car il était plus âgé que moi, et je pense avoir contribué indirectement à ses succès.

L’ESS avait été reléguée durant son époque… Le club avait été relégué une fois avec Mokhtar, une fois avec moi en 1994. Nous sommes à égalité ! (Rires) Mais celle de 1994 l’avait été avec la complicité de quelques joueurs. Beaucoup ne savent pas qu’avant votre vic- toire en Coupe d’Afrique des nations (se- niors), vous aviez été sacré avec les juniors… C’est vrai ! Comme ils ignorent aussi notre vic- toire en Coupe afro-asiatique devant l’Iran dans des conditions épouvantables en

présence de 100.000 spectateurs. L’équipe nationale juniors que j’avais entraînée était excellente à tous points de vue. Elle était constituée de joueurs de talent qui avaient joué le premier et dernier Mondial de la catégorie

«Feu Aribi a récolté les fruits de mon travail en se basant sur des joueurs que j’avais formés moi-même»

dans l’histoire de l’Algérie. Le titre africain avait été obtenu devant la Guinée, dont le président de l’époque, persuadé que l’équipe de son pays ne pouvait nous battre, avait quitté le stade en laissant le soin à

son épouse de nous remettre le tro- phée. Je me rap-

pelle également que notre président Chadli Bendjedid nous avait ré- servé un accueil chaleureux en Tunisie, au mo- ment ou il y effectuait une visite officielle. Vous aviez réussi à qualifier l’Algérie au Mon- dial des juniors à Tokyo (1980), mais c’était Rabah Saâdane qui avait dirigé l’équipe lors de la phase finale. Pourquoi ? Je me suis retiré suite à un différend avec le mi- nistre de la Jeunesse et des sports de l’époque qui était venu en compagnie du directeur du proto-

cole me voir à la veille d’un match important pour

me dire ceci : «Le président Boumediène est malade, il faut lui faire plaisir en battant la Tunisie.» Ils avaient même menacé de me mettre en prison si je ne parvenais pas à donner «une raclée» aux Tuni- siens. Je lui avais répondu : «Je suis d’accord, à condition d’aider six joueurs de l’équipe nationale dont Bouiche et Yahi qui devaient passer le Bacca- lauréat, car l’avenir scolaire de ces

joueurs dépend de ce diplôme.» Comme ils m’avaient pro-

mis d’intervenir en leur faveur, on s’était déplacés l’esprit serein à Tunis, et avions réussi une grande performance (3-0) devant une équipe qui venait d’éliminer la grande équipe d’Egypte. On s’était qualifiés pour le Mondial. A notre retour en Algérie, je suis allé voir le ministre pour lui rappeler sa promesse en présence du di- recteur technique de l’équipe A, Rachid Mekhloufi. il m’avait répondu par la négative tout en sous-es- timant les chances des juniors au Mondial de Tokyo. Alors, je me suis énervé en disant textuel- lement : «Tu n’es pas un homme !» Et j’ai présenté

ma démission sur-le-champ, raison pour laquelle

j’avais été remplacé par Saâdane. Dans l’avion, qui conduisait l’équipe au Japon, le ministre avait reconnu que c’était le fruit de mon travail. Ce qui m’avait été rapporté plus tard par Saâdane qui avait opté pour la continuité. L’équipe s’était qualifiée aux quarts de finale avant d’être éli- minée par Maradona. Je me rappelle ce que me di- sait Chaïb qui avait été chargé de museler Maradona : «Quand il passait, je ne voyais que son

«Voir Brigitte Bardot à mes côtés au festival de Cannes était un rêve de jeunesse qui s’est réalisé»

cette fois-çi l’équipe na-

tionale A dans des condi- tions difficiles après son échec face à l’Egypte

lors du dernier tour éliminatoire, alors que vous étiez l’entraîneur du MCA. Aviez-vous hésité

à répondre à l’appel ? Je n’ai pas réfléchi un instant quand il s’agit de l’Algérie. Je ne pouvais pas dire non, car j’ai toujours ré-

pondu présent, comme je l’avais fait une fois avec Zouba, lorsqu’on avait réussi à qualifier l’EN à la phase fi- nale de la CAN, malgré que j’ai regretté le fait que nous n’ayons pas été invités à cette CAN. Mais chaque fois que les choses allaient mal en équipe nationale, les gens de la FAF ont fait appel à moi. Alors je leur répondais : «Ça y est, vous l’avez ren- voyé. J’arrive avec mon fusil !» Dès votre installation, vous aviez procédé à un changement radical en faisant appel à de nouveaux joueurs… Effectivement, j’avais fait appel à de nouveaux joueurs que je connaissais bien dont Amani qui alors évoluait en Turquie, ou en Belgique… je ne me rappelle plus, après visionnage de certains de ses matchs. Nous avions bien préparé le rendez- vous de l’Egypte en jouant un grand match face à l’Italie qui était présente avec toutes ses vedettes et qui préparait également le Mondial. Comment avez-vous préparé le match de l’Egypte sur le plan tactique ? Je n’avais pas adopté une tactique défensive. Je voulais plutôt les surprendre en se regroupant en défense puis les attaquer en nombre. Malheureu- sement, le but qu’ils avaient inscrit au début du match. Un but litigieux, car il y avait agression sur notre gardien de but. Ça avait faussé tous nos cal- culs. J’avais dès le départ appréhendé cet arbitre que j’étais allé voir chez lui à Tunis. Pourquoi ? L’arbitre Bennaceur, puisque c’est de lui qu’il s’agit, était louche. J’avais des appréhensions dès lors que j’avais appris sa désignation pour notre match qui était décisif et qualificatif au Mondial. Je n’avais pas hésité à me rendre en Tunisie une se- maine avant le match avec l’accord de M. Omar

«J’étais à Lyon, et Mekhloufi à Saint-Etienne. OL-ASSE, c’était

un derby sétifien en présence d’une forte colonie algérienne»

4
4

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

Coup d’œil Equipe nationale

Bochum 1 – Wolfsburg 1

Yahia et Ziani dos à dos

M ême si le résultat nul n’arrange ni Bochum ni Wolfs- burg, c’est le scé- nario idéal pour

Anthar Yahia et Karim Ziani à une semaine de la rencontre capitale entre l’Algérie et le Rwanda. La ren- contre a été intense entre deux équipes aux ambitions diamétrale- ment opposées avec d’une part Bo- chum qui lutte avec l’énergie du désespoir pour s’éloigner de la zone dangereuse et éviter les sauvetages douloureux des deux dernières sai- sons, et de l’autre Wolfsburg qui veut recoller au peloton de tête et défendre ainsi un statut de cham- pion qu’il n’a pas usurpé. Le scéna- rio était attendu avec une équipe de

Wolfsburg dominatrice face à un adversaire opérant sur des contres rapides et souvent dangereux. La première mi-temps s’est terminée sur un score blanc, mais sur le nom- bre des occasions ratées c’est Wolfs- burg qui aurait dû mener au score.

Yahia, c’est du solide

Encore une fois, Bochum et mal- gré une solidarité à toute épreuve, a péché par des fautes individuelles flagrantes. Seule la défense avec un Anthar Yahia impérial a pu tenir le coup. D’ailleurs, c’est sur une récu- pération défensive suivie d’une belle relance que Bochum a ouvert le score contre le cours du jeu. Juste après l’ouverture du score, Yahia a

pris un carton pour une contesta- tion de décision. L’Algérien a jugé son tacle correct qui ne méritait pas le coup franc.

Ziani, passeur décisif

Karim Ziani qui a perdu son sta- tut de titulaire depuis plusieurs se- maines déjà, n’a toutefois rien perdu de son talent et il le prouve à son entraîneur Armin Veh au cours des quelques minutes de jeu que ce der- nier lui accorde chaque week-end.

Hier, Ziani s’est littéralement libéré en donnant du fil à retordre à la dé-

tré qui a permis à Dzeko d’égaliser, Ziani aurait pu donner l’avantage à Wolfsburg à cinq minutes de la fin sur un tir tendu que le gardien Luthe a capté difficilement.

Réconciliation

Ziani-Dzeko

Ceux qui ont suivi le match Bo- chum – Wolfsburg ont dû remar- quer qu’après l’égalisation de Wolfsburg, Ziani et Dzeko qui se sont accrochés à l’entraînement ne se sont pas donnés l’accolade. Tou- tefois et une fois sur le rond cen- tral, Dzeko a regardé dans la direction de Ziani et a commencé à taper des mains pour le féliciter.

L’Algérien a fait de même scellant ainsi et d’une manière définitive la réconciliation entre les deux joueurs.

Ils sont rentrés ensemble

Malgré l’intensité des débats sur le terrain, Anthar Yahia et Karim Ziani ont tout oublié en fin de match. Très impatients de rejoindre le stage de l’équipe nationale comme toujours, ils sont rentrés en- semble en France hier après le match avant de rallier Alger au- jourd’hui pour le stage qui précède le match Algérie – Rwanda.

A. C.

fense adverse. Auteur d’un centre millimé- peut- Ce nul vous ar- range-t-il ? Bien sûr
fense
adverse.
Auteur d’un
centre
millimé-
peut-
Ce nul
vous ar-
range-t-il ?
Bien sûr que
non, mais face
au champion
sortant ce n’est
naturellement
pas un mauvais
résultat. Et
comme il y avait
Karim en face,
nous sommes
tous les deux
contents, il n’y a
pas eu de décep-
tion des deux
côtés. Je rejoins Karim
en disant que nous serons
encore plus heureux de
rejoindre le stage de
l’équipe nationale surtout
à l’approche des deux der-
niers virages avant la qua-
lification en Coupe du
monde inchallah.
Comment ça s’est passé sur le
terrain avec Karim ?
On s’est croisés plusieurs
fois, mais on ne s’est parlé
qu’une seule fois.

nous serons obligés de gagner et quel que soit le résultat de ce

match, nous serons toujours lea-

ders si nous gagnons.

Bougherra blessé, Djebbour en manque de compéti- tion… Cela ne vous in- quiète-t-il pas ? Ce sont deux pièces maî- tresses de l’équipe, mais la force de l’Algérie c’est le groupe. Je ne

suis donc pas inquiet.

R. B.

Ziani

Yahia

«Le match du Rwanda commence maintenant»

Quel commentaire faites- vous du match face à Bo- chum ? En tant que champion sortant, on aimerait gagner tous nos matchs, mais c’est quand même un bon point de pris puisque nous avons joué à l’extérieur et nous étions menés au score.

Même si vous n’avez joué que quelques minutes, vous avez été le passeur décisif

sur l’égalisation de votre

équipe. Etes-vous satisfait de votre production ? Je préfère plutôt parler du ren- dement de toute l’équipe qui s’est bien battu et qui a eu une réac- tion d’orgueil après le but de Bo- chum.

Sincèrement Karim, n’êtes- vous pas inquiet de votre statut de remplaçant ? Pas du tout. Là où je suis passé, j’ai eu besoin d’un temps d’adaptation que ce soit à Lo- rient, Sochaux ou Marseille. C’est le cas aujourd’hui à Wolfs- burg où en plus de l’obstacle de la langue, je suis dans un club qui a gardé presque la même os- sature qui a gagné le champion- nat.

L’entraîneur vous parle-t-il de temps en temps ? Mais comment ? Et dans quelle langue ? Je viens de vous dire qu’à cause de la langue, les consignes n’arrivent pas toujours bien, mais j’essaye quand même de m’adapter et donnant le meil- leur de moi-même à chaque fois que je suis sur le terrain.

A chaque fois, vous réalisez

d’excellentes rentrées en jeu sans que cela ne change à votre

situation…

C’est

être vrai ce que vous dites, mais le seul décideur c’est l’en- traîneur. C’est lui qui juge qui doit être sur le terrain et qui doit être sur le banc.

Comment ça s’est passé

avec Anthar sur le terrain

?

Je suis toujours heureux d’affronter un coéquipier de l’équipe nationale, mais je suis encore plus heureux qu’on se retrouve dans quelques jours au stage de l’équipe nationale. D’ailleurs, nous allons rentrer ensemble en France avant de prendre le même vol pour Alger.

Comment voyez-vous le match face au Rwanda ? Maintenant qu’on

a

match en club avant le

joué notre dernier

stage de l’équipe nationale, on doit se concentrer sur ce match. Pour nous Algérie – Rwanda a commencé. Toutefois,

il ne faut pas lui donner plus

d’importance qu’il mérite tout en respectant l’adversaire. On doit aborder ce match comme on l’a fait face à l’Egypte et la Zambie, c'est-à-dire avec la ferme intention de gagner.

Tout en ayant une oreille à Chililabombwe…

Vous voulez que je vous dise ?

Je m’en f… de l’Egypte car quel

que soit le résultat de ce match,

«Avec ce nul, aucun de nous n’est déçu»

Que vous a-t-il dit ? J’ai fait un tacle sur Dzeko et Karim qui était dans les parages m’a lancé :

«Eh, tu vas un peu trop fort Anthar.» Je lui ai répondu que c’était ça le football.

Justement, ne pensez-vous pas que vous étiez un peu agressif ? Quand tu joues face au champion sortant, tu es obligé d’être rugueux, mais sans verser dans l’agressivité. Non vraiment, je ne crois pas avoir été agressif.

Pensez-vous déjà au match face au Rwanda ? Naturellement. Pour nous, c’est un match capital, mais c’est à nous de sa- voir le gérer. Toutes les conditions se- ront réunies pour réaliser un bon résultat, ce n’est pas le moment de flé- chir.

La situation de Djebbour inquiète les supporters algériens. Est-ce le cas des joueurs ? Non, pour une raison bien simple :

Karim a passé sept mois très difficiles à Marseille avant d’exploser au début des éliminatoires pour ensuite revenir très fort en club. Je suis convaincu que ce sera le cas pour Djebbour qui a les qua- lités pour rebondir grâce à l’équipe na- tionale.

R. B.

Matmour pour la 1 re fois remplaçant Pour la première fois depuis le début de
Matmour pour la 1 re
fois remplaçant
Pour la première fois depuis le début de saison,
Karim Matmour s’est retrouvé sur le banc de touche.
Cela n’a pas pour autant permis à Moenchengladbach
de sortir la tête de l’eau puisque les coéquipiers de l’Al-
gérien se sont encore une fois inclinés à domicile face
au Borussia Dortmund. Lorsque Matmour a été in-
corporé à l’heure de jeu, les carottes étaient déjà cuites
et malgré toute sa dépense d’énergie, l’attaquant algé-
rien n’a pas réussi à renverser la vapeur. Matmour et
Zidan ne se sont finalement croisés qu’une seule pe-
tite minute puisque l’Egyptien a cédé sa place à la 61’.

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

5

Coup d’œil Equipe nationale

Saïfi complètement

rétabli

Yebda marque et réjouit Pompey et les Verts

croire qu’on a gagné un pack 2 en 1. Que peut-on demander de plus !», ajoute un autre avec l’humour anglais approprié.

Au top de sa confiance, Yebda réjouit Saâdane

Les sceptiques avaient bien le droit de dou- ter de la récente convocation de Hassan Yebda chez les Verts. Légitimement, il faut le reconnaître, car depuis le début de la saison, l’Algérien a très peu joué lorsqu’il était à Ben- fica. Ce qui ne rassurait pas trop les observa- teurs algériens qui se demandaient bien ce qu’il pouvait apporter contre le Rwanda, avec ce manque de compétition plutôt inquiétant. Mais la réponse a jailli des tripes de l’enfant de Taourit Adden, qui a repris un capital confiance des plus rassurants à quelques jours seulement du rendez-vous du 11 octo- bre.

Un but de la tête, comme au temps de Benfica

Yebda a non seulement bien joué, mais il a montré que sa force dans les balles aériennes est restée intacte. En effet, l’Algérien a prouvé que le jeu de tête était aussi son affaire et que dans les airs, il reste intraitable dans les duels. Une maîtrise de plus qu’on aimerait bien qu’il apporte à l’EN qui est déjà assez redoutable dans ce registre. Yebda a retrouvé sa forme au meilleur moment, pour le plaisir de son club et des Verts. Ce qui ne manquera pas de réjouir Rabah Saâdane à qui il vient d’en- voyer le signe que le coach attendait de lui depuis qu’il a coché son nom dans la pré- cieuse liste des internationaux qu’il pense être les plus à même de qualifier l’Algérie pour le Mondial 2010. Nacym Djender

qualifier l’Algérie pour le Mondial 2010. Nacym Djender Bonne nouvelle pour le sélection- neur national Rabah
qualifier l’Algérie pour le Mondial 2010. Nacym Djender Bonne nouvelle pour le sélection- neur national Rabah

Bonne nouvelle pour le sélection- neur national Rabah Saâdane :

Rafik Saïfi est complètement rétabli de sa bles- sure à l’hernie discale. Le buteur du match Algé- rie-Zambie a

même repris l’en- traînement il y a deux jours comme il l’a annoncé sur les ondes de la Chaîne I au cours de l’émis- sion Studio Kora. Saïfi a également dé- claré qu’il jouera ce soir face au Nadi Qatari avant de s’envoler le lendemain pour Alger afin de rejoindre le stage des Verts. Après plusieurs jours de sus- pense, Rafik Saïfi rassure les supporters des Verts quant à son état de santé à une semaine du match Algérie- Rwanda.

Renard se plaint de la pelouse du Konkola stadium

Selon les comptes rendus de la presse zambienne, la pelouse du stade Konkola de Chililabombwe est en très mauvais état à une semaine du match capital des Zambiens face

à l’Egypte. Une si- tuation qui inquiète au plus haut point le sélectionneur des Chipolopolos Hervé Renard qui a décidé de changer de terrain d’entraînement :

«Nous sommes obligés d’aller nous en- traîner à Kitwe pour préserver la pe- louse du stade de Konkola en espérant que les responsables du stade la rendent praticable d’ici le match face à l’Egypte.» Pour Renard, «l’arrosage quotidien de la pelouse d’ici le match sera suffisant pour la rendre potable, on aura même le temps d’y effectuer une séance d’entraî- nement avant samedi».

effectuer une séance d’entraî- nement avant samedi». Hassan Yebda a offert, hier, sa première victoire à

Hassan Yebda a offert, hier, sa première victoire à Portsmouth, en marquant le seul but du match contre Wolverhampton, à l’ex- térieur. L’international algérien a été titula- risé par Paul Hart lors de cette huitième

journée de la Premier League et il n’aura fallu qu’une vingtaine de minutes pour voir Yebda marquer son premier but avec Pompey, qu’il

a rejoint tout récemment. Portsmouth était

entré dans une période de doute totale après sept matchs et autant de défaites. C’est dire donc l’importance de cette victoire qui, sans avoir d’incidence immédiate sur le classe-

ment (toujours lanterne rouge, derrière West Ham, 19 e ), aura au moins le mérite d’avoir

donné les trois premiers points à Portsmouth

et le sourire aux supporters.

Yebda, le sauveur que Pompey attendait

Cette première victoire a enchanté les sup- porters de Portsmouth, comme en témoi- gnent les nombreuses interventions des auditeurs de PFC Radio Player. En effet, le

standard téléphonique de la radio officielle du club a été complètement submergée par les fans de tous les âges, qui ont vivement salué la réaction de leurs joueurs qui «nous ont délivrés. Pour Pompey, ce match est le pre- mier de la saison et c’est aujourd’hui que com- mence notre vrai championnat» a estimé l’un d’eux.

«Meneur et buteur, Yebda, c’est du 2 en 1 !»

Il était bien sûr beaucoup question du but de Hassan Yebda lors de cette émission, dont les auditeurs ont loué la combativité et l’in- telligence de l’Algérien. «C’est en jouant

comme Yebda qu’on va s’en sortir. Ce joueur

ne lâche rien. On avait beaucoup entendu sur lui, mais avec les défaites subies depuis le début et même après son arrivée, on se de- mandait bien si on parlait bien du même joueur. Aujourd’hui, il nous a montré ce qu’il pouvait faire pour Pompey et je suis sûr que Yebda possède le profil du meneur qu’on cher- chait. Il mène mais il marque aussi. C’est à

cher- chait. Il mène mais il marque aussi. C’est à Ghilas et Hull City gagnent contre

Ghilas et Hull City gagnent contre Wigan

Kamel Ghilas a lui aussi fait fort avec son club hier en sortant victorieux du match livré par son club, Hull City contre Wigan. L’international algérien, sans avoir été dé- cisif offensivement, comme il l’a fait auparavant, a été in- tégré après l’heure de jeu pour faire pression sur la défense adverse. Ghilas a d’ailleurs pesé de suite de son poids, menant la vie dure aux défenseurs de Wigan, en balayant toute la ligne de l’attaque dangereusement. Avec deux buts d’avance, Hull City et Ghilas n’avaient plus qu’à

doubler de vigilance pour tenir leurs vis-à-vis du jour en respect. C’est ce qu’ils ont d’ailleurs fait admirablement jusqu’aux ultimes instants du match, avant de concéder un but sans incidence sur le score et terminer la partie sur le score de 2-1. Kamel Ghilas gagne peu à peu la confiance de son coach et des supporters qui l’ont ré- clamé et acclamé chaleureusement. De bon augure pour la préparation mentale du match contre le Rwanda que tout le peuple algérien attend avec impatience.

e
e

mondiale en octobre, si on bat le Rwanda le 11 octobre prochain

en octobre, si on bat le Rwanda le 11 octobre prochain Le classement du mois d’octobre
en octobre, si on bat le Rwanda le 11 octobre prochain Le classement du mois d’octobre

Le classement du mois d’octobre sera établi le 15 octobre, selon le site de la FIFA. D’ici là, on peut dire que dans le cas où l’Algérie bat le Rwanda, le 11 du mois en cours, elle se verra propulser à la 40 e place au classement mondial. Par ailleurs et selon les statistiques de la FIFA, l’équipe nationale a fait un bond considérable au niveau du classement général, aussi bien à l’échelle africaine que mondiale, grâce surtout à la belle vic- toire réalisée par les camarades de Ziani face à la Zambie. A noter qu’au dernier classement FIFA, l’Algérie était à la 47 e place.

L’Algérie au 44 e rang mondial et 7 e en Afrique

Au mois d’août, les Verts se trouvaient à la 47 e place. Au mois de septembre, l’EN a gagné trois places, en se position- nant à la 44 e place avec 707 points. Sur le plan africain, elle s’est classée à la 7 e place derrière les ténors du continent que sont la Côte d’Ivoire, l’Egypte, le Cameroun, le Ghana, le Ni- geria et le Gabon.

2 e meilleur résultat africain durant les 4 derniers mois

Il y a de cela 4 mois, les Verts étaient classés à la 66 e . Un mois après, ils feront un bond spectaculaire en gagnant 22 places, puisqu’ils se positionneront à la 44 e place. Une perfor- mance réalisée à la faveur des résultats enregistrés lors des éli- minatoires jumelées pour la Coupe du monde et Coupe d’Afrique des nations 2010. Ce qui constitue le 2 e meilleur ré- sultat en Afrique allant de la période de juin à septembre, derrière la Côte d’Ivoire. En effet, le pays de Didier Drogba a grimpé vers le haut du classement mondial en atteignant la 20 e place, après avoir occupé le 38 e rang au mois de juin der- nier. Pour rappel, un seul point suffira à la Côte d’Ivoire pour se qualifier au Mondial. Par ailleurs. Le Canada, la Corée du Nord, la Moldavie, la Côte d’Ivoire ont pris les premières places de leurs groupes respectifs.

Egypte 32 e , Zambie 81 e

Concernant le groupe C dont fait partie l’Algérie, l’Egypte arrive à la 32 e place. Avec 786 points, elle est le meilleur pays arabe dans le classement FIFA. En effet, elle a gagné une place, à la faveur de sa victoire contre le Rwanda, à Kigali, par rapport au classement établi en août. La Zambie, pour sa part, se classe à la 81 e place avec 409 points, reculant de quatre

places, à cause de sa défaite face à l’Algérie. Le Rwanda, der- nier de la classe, se positionne à la 117 e place, avec 279 points. Il reste cloué à la même place durant les deux derniers classe- ments établis. Malgré une défaite face à l’Egypte et la perte de 8 points.

L’Egypte recule par rapport au classement de janvier 2009

La sélection égyptienne a enregistré un net recul dans le classement général par rapport au classement établi au mois de janvier dernier. Elle qui occupait la 15 e place, elle a dé- gringolé de 17 places en six mois. Tout comme la Zambie qui passe de la 71 e place en octobre 2008 à la 81 e place au dernier classement.

35 e en septembre 93, 103 e en juin 2008

Deux dates et deux classements diamétralement opposés. En septembre 1993, l’Algérie occupait sa meilleure place de- puis que la FIFA avait procédé au classement des meilleures nations durant cette même année. Il est utile de rappeler qu’en juin 2008, l’Algérie enregistrait son plus mauvais classement.

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009Coup de colère JSK Suite aux nombreuses critiques, Lang se défend : «Mes joueurs ne

Coup de colère JSK

Suite aux nombreuses critiques, Lang se défend :

JSK Suite aux nombreuses critiques, Lang se défend : «Mes joueurs ne souffrent pas physiquement» A
JSK Suite aux nombreuses critiques, Lang se défend : «Mes joueurs ne souffrent pas physiquement» A
JSK Suite aux nombreuses critiques, Lang se défend : «Mes joueurs ne souffrent pas physiquement» A

«Mes joueurs ne souffrent pas physiquement»

A la fin de la rencontre, le premier responsable du staff technique a voulu apporter certaines explications concernant les nombreuses critiques notamment de son président qui estime que son entraîneur doit absolu- ment augmenter la charge de travail. Lang dira : «En football, on ne doit pas seulement regarder avec les yeux,

on doit observer. En voyant l’équipe du Khroub sur le terrain, je vois mal

comment on peut parler d’un problème physique. Nos adversaires n’avaient même pas des ressources pour revenir au score. Je signe et per- siste, il n’y a aucun problème d’ordre physique. Nous ne sommes pas en panne concernant ce volet-là», estime le technicien français.

«Le foot permet à n’importe qui de critiquer le travail de l’entraîneur»

Par la suite, Lang a haussé le ton quelque peu. Il estime qu’en football, c’est tout le monde qui peut critiquer le travail d’un entraîneur. Une si- tuation qui l’agace en quelque sorte. En effet, Lang semble ne plus sup- porter les nombreuses critiques dont il fait l’objet, que ce soit des supporters ou de ses dirigeants. «Le football est ainsi fait. C’est le seul sport au monde qui peut donner l’opportunité aux gens ne connaissant rien à cette discipline de critiquer l’entraîneur. Moi, j’ai été joueur par le passé et je suis le mieux placé pour dire que mes joueurs ne souffrent ab- solument pas sur le plan physique. J’ai été très satisfait de leur rendement face à l’ASK, même si nous n’avons pas été exceptionnels.»

«Cette fois, la chance nous a souri»

Pour revenir au score de la partie, Lang s’est dit très heureux de cette large victoire, tout en estimant qu’il reste du travail à faire. Il nous dira : «Cette large victoire m’a comblé. La chance, cette fois, nous a souri lors de cette rencontre. Je dois dire que nous avons prouvé que nous avons un bon groupe. Pourtant, ce sont ces mêmes joueurs qui ont fait l’objet de cri- tiques la semaine dernière, à la suite de la défaite face à la JSMB. Lorsque l’équipe perd, l’entraîneur perd aussi. Lorsque l’équipe gagne, et bien l’en- traîneur gagne aussi. Pour le moment, je prends le temps de savourer la victoire de mon équipe.»

«La JSK retrouve son invincibilité à domicile»

Pour revenir à la large victoire de son équipe sur le score de 3 à 0, Lang estime que c’est d’abord un excellent résultat qui donnera de l’allant à ses joueurs, tout en précisant qu’elle ne constitue guère une surprise pour lui.

Il dira aussi que face au WAT, son équipe a encaissé un but bête. Il garde donc le score de 3 à 0 lors des deux dernières rencontres à Tizi. Il dira à ce sujet : «Dans ma tête, nous avons gagné par 3

à

0 à deux reprises. Face à Tlemcen, le but encaissé sur penalty

n’aurait pas dû arriver. Nous avons réalisé une seconde fois une ex- cellente rencontre face à l’ASK. Je pense que la JSK commence à re- trouver son invincibilité à domicile.»

«C’est la récompense des joueurs»

Tout en remerciant les joueurs, Lang estime que ses hommes ont réagi de la plus belle des manières, sur- tout après la défaite enregistrée lors du derby. Le technicien français nous dira : «Mes hommes ont fait preuve de beaucoup de courage. Ils ont prouvé qu’ils sont capables de réaliser une grande saison. Je dirai qu’il n’existe pas de match référence. Une rencontre ne ressemble jamais à une autre. Moi, je dis que ce match a été la récompense de l’en- semble des joueurs. Je vous assure d’une chose, c’est que le travail d’entraîneur se fait durant toute la semaine. Il y a 5 jours d’en- traînements avant la rencontre. Par la suite, ce sont les joueurs qui doivent prou- ver sur le terrain.»

«On va profiter de cette trêve»

En dernier lieu, Lang nous a parlé de cette minitrêve que connaîtra le championnat. Il dira à ce sujet :

«Nous allons en profiter au max. Nous allons soumettre les joueurs

à du biquotidien. Depuis Casa-

blanca, nous n’avons pas eu le temps de régénérer l’organisme des joueurs. Cette minitrêve nous permettra justement de le faire. C’est dire qu’elle tombe à pic», a conclu Lang. I. A.

dire qu’elle tombe à pic» , a conclu Lang. I. A. Yahia-CherifYahia-CherifYahia-CherifYahia-CherifYahia-Cherif

Yahia-CherifYahia-CherifYahia-CherifYahia-CherifYahia-CherifYahia-Cherif

Yahia-Cherif «Une belle victoire qui remonte le moral à tout le

«Une belle victoire qui remonte le moral à tout le monde»

J’ai eu l’occasion de vous le dire, c’est une équipe qui, contrairement à ses habitudes, nous a posé quelques difficultés lors des premières mi- nutes de la partie, on s’attendait à ce qu’ils vien- nent opérer par une stratégie ultra défensive pour éviter les dégâts, mais à notre grande sur- prise, ils ont agi autrement. Les Khroubis ont opté pour l’offensive, ils ont même failli nous marquer un but dans les dix premières minutes, mais après nos deux buts, ils ont tenté vainement de niveler la marque. On a constaté que l’équipe a peiné quelque peu sur le plan physique, dans les dix dernières minutes notamment, à quoi est dû cela selon vous ? Effectivement, vers la fin de la partie, on a res- senti une nette baisse de régime due, à mon avis, aux efforts que nous avons fournis depuis l’en- tame du match. Nous allons prendre ce point en considération et essayer d’apporter les correctifs nécessaires pendant cette trêve qui nous sépare de la prochaine rencontre. Et si on parlait de votre rendement personnel, ne croyez-vous pas qu’à ce jour vous n’avez pas encore apporté tout ce que le public attendait de vous depuis votre arrivée à la JSK, l’été dernier ?

Pour commencer, quel commentaire faites-vous sur cet match face à l’ASK ? C’était une rencontre plaisante mais difficile, nous avons quand même su gérer les débats en secouant à trois reprises les fi- lets de notre adversaire. Le premier but de mon coéquipier Akkouche a changé le cours du match, le deuxième de Tedjar nous a donné de l’assurance et nous a libérés pour jouer à notre aise. Je pense que c’est de cette manière qu’on doit aborder nos prochaines sorties ; il faut frapper fort d’entrée pour continuer le match sans pression. C’est votre deuxième large victoire, après celle face au WAT à domicile… Tout à fait. Cette victoire face à l’ASK est venue à point nommé pour évacuer toute cette pression qui a commencé à se faire sentir au lendemain du match face à la JSMB. Il nous est donc impossible de concéder un autre faux- pas devant notre public, et ce bon résultat en ramènera d’autres pour montrer à tout le monde que la JSK a les moyens pour revenir au classement. Comment avez-vous trouvé l’ASK, votre adversaire du jour ?

Je ne vous cache pas que je commence à sen- tir un nette amélioration. C’est vrai qu’en ce début de saison, les observateurs et les suppor- ters n’ont pas encore vu grand-chose, mais je vous promets que ça viendra. L’entraîneur Lang vous a fait remplacer en cours de jeu ; avez-vous ressenti, justement, une baisse de régime ? En me remplaçant par un autre joueur plus frais physiquement, l’entraîneur a voulu élever le rythme du jeu. Je respecte ses choix, voilà tout. Nous sommes tous au service de la JSK et chacun de nous doit apporter sa contribution à l’équipe. Le championnat observera un arrêt de pas moins de 21 jours ; ne pensez-vous pas que c’est là une opportunité pour vous afin d’apporter les réglages nécessaires ? Tout à fait. Cela va non seulement nous per- mettre de corriger nos erreurs, mais aussi d’axer notre travail sur le plan physique pour éradiquer ce phénomène de fatigue en fin de match. Aussi, ce sera une aubaine pour nous de récupérer tous nos éléments blessés qui seront d’un grand ap- port pour la suite de notre parcours en cham- pionnat.

Entretien réalisé par A. Lyès

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

Coup d’œil JSK

7
7

Malgré la victoire, Hannachi affiche son mécontentement

«Les joueurs étaient à la traîne à 10’ de la fin»

M algré la large victoire de son équipe face au Khroub, le pré- sident de la JSK, Hannachi, n’a

pas manqué de citer le manque de fraîcheur physique. D’abord, le pré- sident kabyle estime que les joueurs avaient du mal à terminer la ren-

contre, ils avaient les jambes lourdes dans les dix dernières mi-

nutes. Il nous dira à ce sujet : «Les joueurs étaient à la traîne dans les

dix dernières minutes de jeu. C’est la

preuve qu’ils souffrent toujours sur le plan physique. Je ne vous cache pas

que je ne suis pas satisfait de ce côté-

là. Je vais faire en sorte à ce que ce

problème soit définitivement réglé

lors de cette minitrêve.»

«Que Lang le veuille ou non, la charge d’entraînement doit être augmentée»

Hannachi est persuadé qu’un bi- quotidien s’impose lors de cette mi- nitrêve. D’ailleurs, c’est lui-même qui va imposer à son entraîneur de faire augmenter la charge même si cela va déplaire à Lang : «Qu’il le veuille ou non, la charge de travail doit être augmentée. Lang doit aug- menter le volume de travail aux en- traînements. Cette trêve tombe à pic. C’est la seule solution de combler ce déficit. Si le biquotidien est appliqué soigneusement, on sera plus forts dès la prochaine journée. D’ailleurs, on

va même programmer un match amical en fin de semaine.»

«C’est une victoire bonne pour le moral, rien de plus»

Par la suite, le boss kabyle est re- venu sur la large victoire de son équipe sur le score sans appel de 3 buts à 0. Hannachi ne veut pas ac- corder trop d’importance à ce ré- sultat. Il s’est contenté de dire : «Je considère cette victoire comme un

apaisement sur le plan moral. Cela va motiver les joueurs à travailler davantage, rien de plus. Nous avons prouvé aujourd’hui que nous avons une excellente équipe qui a son mot à dire cette saison en championnat.

On doit le prouver dans les pro- chaines journées.»

«On a toujours dit que les nouvelles recrues sont bonnes»

Pour revenir sur le rendement exceptionnel de Akkouche et la forme qu’affiche Tedjar, Hannachi ne s’est guère montré surpris par le rendement de ces deux joueurs. «On connaît parfaitement le rende- ment des joueurs recrutés. S’ils n’avaient pas été excellents, on ne les aurait jamais engagés. Akkouche a montré de grandes dispositions sur le terrain. De même pour Tedjar. J’ai toujours dit que nous avons fait un excellent recrutement. Je souhaite maintenant que ce soit le déclic»,

Je souhaite maintenant que ce soit le déclic», fait-il remarquer. «Le groupe sera plus fort» Le

fait-il remarquer.

«Le groupe sera plus fort»

Le premier responsable du club ajoute dans le même contexte :

«Nous serons encore plus forts

lorsque nous aurons l’intégralité des joueurs en mains. N’oublions pas que Berchiche revient de blessure. Ma- roci, Belkalem et Aoudia ne sont tou- jours pas rétablis. Chacun apportera sa touche à l’équipe. C’est ce qui me laisse optimiste quant à notre par-

cours en championnat. Je ne le répè- terai jamais assez, la JSK jouera, comme chaque saison, les premiers rôles.»

«On recrutera un grand meneur de jeu»

Par la suite, le boss des Canaris s’est étalé sur le volet recrutement. Hannachi a été très clair à ce sujet. Il estime que le groupe doit être renforcé. Toutefois, le président a

clairement affiché son objectif : «On

a besoin de recruter un ou deux

joueurs au mercato. Il est impératif

de le faire lorsqu’on joue la Ligue des

champions. En championnat, le pro- blème ne se pose pas, mais en Ligue

des champions, c’est une autre paire

de manches. On recrutera un grand

meneur de jeu, car le club en a be- soin.»

«Ma rencontre avec Meradi n’a rien à voir avec le football»

En dernier lieu, Hannachi évo- quera la rencontre qu’il aura avec le préparateur physique de la JSK, Ferhat Meradi. «Je tiens à dire que mon entretien avec Meradi la se- maine prochaine n’aura rien à voir avec le football. On va manger un couscous ensemble. Rien de plus. Il

ne me remettra aucun bilan comme

certains le prétendent», a-t-il pré-

cisé.

A. A.

«La JSK frappe fort et se libère»

L a JSK a réussi vendredi dernier, dans son temple du 1 er -Novembre, à réali- ser l’une de ses meilleures perfor- mances depuis le début de cette

saison. A l’occasion de la venue de la forma- tion khroubie, en mal de points, pour le compte de la 8 e journée, les Canaris n’ont pas fait dans le détail en assommant leur ad- versaire du jour par trois belles réalisations, une belle victoire offerte aux supporters venus braver le froid glacial. Un succès qui vient aussi confirmer, comme ont tenu à le souligner les joueurs à leur sortie du ves- tiaire, que le meilleur est à venir.

Un match presque à sens unique

Bien que les Canaris aient été sérieuse- ment surpris par la réaction des Khroubis qui, contrairement à leurs habitudes

lorsqu’ils jouent à l’extérieur, ont opté carré- ment pour l’offensive lors des dix premières minutes. Heureusement, les locaux ont su, intelligemment, gérer cette verve khroubie

et s’imposer sur leur terrain. Les coéquipiers

du capitaine du jour, Douicher Lamara, qui

a hérité du brassard en l’absence de Meftah

Rabie suspendu, ont bien entendu le mes- sage de leur portier qui leur disait à la veille

de la rencontre que pour parvenir à battre les Khroubis, il fallait les piquer d’entrée, ce qui a été fait de belle manière.

Akkouche fait sensation

S’il y a bien un joueur heureux vendredi dernier, c’est bien Yacine Akkouche qui par- viendra, dès la 22’, à inscrire avec une tête décroisée un joli but qui a libéré les siens, son premier but sous les couleurs de la JSK. Yacine n’en restera pas là puisqu’il sera une

nouvelle fois l’auteur du but de l’assurance à

la 61’, le troisième pour son équipe, en se-

conde période après le second but inscrit par

Tedjar sur coup franc.

Utiliser 3 avants-centres à Tizi, la meilleure solution pour Lang

Comme attendu, l’entraîneur en chef de la JSK a opté pour quelques changements dans son effectif et dans la tactique. Ainsi donc, vendredi dernier face à l’ASK, Lang a fait appel aux services de trois de ses attaquants qu’il alignera d’entrée, Hamiti, Akkouche, Braham-Chaouch. Cette stratégie a donné ses fruits et a démontré que la JSK ne souffre pas d’un manque d’efficacité. Pour preuve, les Canaris ont marqué six buts lors des deux dernières sorties à domicile, ce qui explique, si besoin est, que lorsque la JSK évolue à do- micile, il lui est bénéfique d’aligner trois cen- tres avant.

Tedjar s’illustre une nouvelle fois et marque

Aussi, la rencontre face à l’ASK a été aussi une belle opportunité pour le milieu de ter- rain Tedjar de s’illustrer. Pour de nombreux

observateurs, le match de vendredi dernier était son meilleur depuis son arrivée à la JSK.

Toutes les balles passaient par lui et son co- équipier Chaouch, Tedjar a été derrière plu- sieurs actions de but. La plus nette sera celle qui succédera au but de Akkouche, quatre minutes plus tard, signant ainsi son deuxième but de la saison sous les couleurs de la JSK.

«Deux passes lumineuses d’Oussalah et de Douicher offrent deux buts»

Les changements ont touché aussi le com- partiment défensif. Vendredi dernier, suite à l’absence du capitaine Meftah, suspendu,

Lang a fait appel aux services du polyvalent

Douicher sur le côté droit et Nassim Oussa- lah sur le côté gauche. Le duo Douicher-

Oussalah a accompli brillamment la mission qui lui a été confiée. Car en plus de leur rôle de défendre leur périmètre, le duo Oussalah- Douicher sera derrière deux passes lumi- neuses qui permettront à Akkouche de signer son doublé du jour. Le premier but est venu suite à la passe de Oussalah, et le troi- sième de Douicher.

Les joueurs ont montré des signes de fatigue en fin de match

Malgré cette large victoire de trois buts à zéro que les Canaris ont réalisée face à une modeste équipe, loin de constituer un fou- dre de guerre, il n’en demeure pas moins

qu’un léger relâchement sur le plan physique

a été constaté lors des dix dernières minutes.

Un point sur lequel est revenu le président Hannachi à la fin du match, relevant que son groupe est loin de son niveau habituel et qu’il devra donc travailler davantage le côté phy- sique. Un programme spécial sera concocté, selon les propos de Hannachi, cette semaine

pour bien retaper l’équipe en prévision de la prochaine sortie.

Garder les pieds sur terre, le mot d’ordre

Ce qui est certain, le match qu’a remporté

la JSK face à l’ASK ne devrait en tout cas pas

constituer pour les camarades de Akkouche

un match référence, tant l’adversaire n’avait rien fait pour espérer repartir au moins avec

le point du nul. Il est donc recommandé aux

Canaris de redoubler d’efforts et de travail-

ler davantage durant les trois semaines qui nous séparent de la reprise du championnat, avant de donner la réplique à des formations plus en forme que l’ASK, à l’image de l’ESS, l’USMA et le CRB.

A. L.

Hannachi en France depuis hier

Il a demandé une prolongation de la prise en charge de Aouis

Le président de la JSK, Moh Cherif

Hannachi, se trouve depuis hier en France. Un voyage qu’il mettra à profit pour effectuer un passage demain sur le plateau de la chaîne Berbère TV et, par la même occasion, rendre visite à Aouis qui est hospitalisé.

On apprend que le premier responsa-

ble du club kabyle a transmis une corres- pondance au ministre de la Jeunesse et des Sports dans laquelle Hannachi solli- cite une prolongation de la prise en charge en France de Kamel Aouis. Souf- frant d’une grave maladie, ce dernier avait

bénéficié d’une prise en charge d’une

durée d’un mois. Mais comme les soins

exigent un peu plus de temps, l’ex-inter- national aurait besoin d’un autre mois.

Une rencontre avec Meradi est prévue

En plus de rendre visite à Aouis et ré-

pondre à l’invitation de Berbère TV, le pré- sident de la JSK aura à rencontrer celui qui avait assuré la préparation physique des coéquipiers de Meftah durant le stage au Maroc, Meradi en l’occurrence. Rappelons que celui-ci avait demandé une entrevue

avec Hannachi afin de discuter avec lui, justement de la préparation d’intersaison.

Anniversaire

Aujourd’hui 4 octobre, notre adorable poupée Chaïma soufflera sa 4 e bougie, au grand bonheur de ses parents. En cet évé- nement heureux, son papa Zerrouk Mohamed, sa maman et tous les membres de sa famille lui souhaitent un joyeux an- niversaire et une longue vie pleine de bon- heur.

8 Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

Babouche

«C’est frustrant de ne pas jouer face à l’USMA»

L’une des grosses déceptions de ce match face au CAB aura été le carton jaune reçu par Réda Ba- bouche dans les arrêts de jeu, alors qu’il venait de transformer

avec brio le penalty, celui de la victoire pour le Doyen. Une sanc- tion aux conséquences fâcheuse, puisque Babouche ne sera pas sur

la pelouse pour affronter l’USMA

au stade olympique. Le capitaine des Vert et Rouge a accepté de re- venir sur cette expulsion qu’il juge imméritée et injuste. «Lorsque j’ai inscrit le penalty à aucun moment je n’ai voulu provoquer les suppor- ters de Batna à qui je voue un grand respect. Certes, j’ai esquissé un geste, comme le fond tous les joueurs du monde en tenant mes

oreilles. Est-ce que cela méritait une expulsion, je ne le pense pas. Après avoir inscrit un but, il faut laisser le joueur s’exprimer sans, bien sûr, qu’il outrepasse ses li- mites. Je n’arrive pas à croire que

j’ai pu être expulsé pour quelque chose d’aussi banal. C’est une déci- sion qui me prive du derby face à l’USMA. Je n’ose même pas y pen- ser tellement c’est frustrant de ne pas être sur la pelouse ce jour-là. Heureusement que nous avons gagné ce soir ce match face à une valeureuse équipe du CAB», nous

a déclaré, dans le vestiaire du

stade, l’enfant de Skikda qui a re- trouvé son mentor, Rachid Bouar- rata. C’est le technicien constantinois qui, lorsqu’il drivait

la JSMS, avait décidé de faire

jouer Réda au poste de latéral gauche. Le temps aura donné rai- son à Bouarrata qui a vu juste en faisant de Babouche un redouta- ble latéral gauche.

C’est son 2 e but de la saison

En transformant de fort belle manière le penalty dont son équipe a bénéficié, Réda a porté son total but à deux unités. Cette réalisation victorieuse, face au CAB, vient ainsi s’ajouter à celle déjà décisive contre l’USMB à Rouiba. C’était aussi sur penalty.

Il a une nouvelle fois laissé scotché le portier adverse

C’est avec un calme olympien que Réda a transformé le penalty alors qu’on jouait la dernière mi- nute de la partie. Une nouvelle fois, l’international mouloudéen a fait parler sa technique et son sang-froid scotchant Aouiti sur sa ligne de but. Cette manière de faire est devenue une marque dé- posée, signée Babouche, qui se re- fuse de nous révéler le mode d’emploi.

Il a été, lui aussi, convoqué en équipe A’

Babouche et Zemmamouche ont été retenus par Benchikha en équipe A’ qui s’apprête à disputer face à la Libye, au mois de novem- bre prochain, les qualification pour la Coupe d’Afrique des lo- caux.

T. Che

Coup risqué MCA

MichelMichelMichelMichel MichelMichel «Avec les suspensions de Derrag «Avec les suspensions de Derrag «Avec les
MichelMichelMichelMichel MichelMichel
«Avec les suspensions de Derrag
«Avec les suspensions de Derrag
«Avec les suspensions de Derrag
«Avec les suspensions de Derrag
«Avec les suspensions de Derrag
et Babouche, on ne sera pas les
et Babouche on ne sera pas les
et Babouche on ne sera pas les
et Babouche on ne sera pas les
et Babouche on ne sera pas les
favoris face à l’USMA»
favoris face à l’USMA»
favoris face à l’USMA»
favoris face à l’USMA»
favoris face à l’USMA»

B ien que le Mouloudia ait dé-

croché sur les terres aura-

siennes sa cinquième

victoire de suite en championnat, l’équipe a subi un véritable coup dur avec les suspensions de Réda Babouche et Mohamed Derrag pour le derby tant attendu face à l’USMA. A ce sujet, le coach Mi- chel nous dira : «Il est certain que ce ne sera pas facile de se passer des services de deux joueurs comme Derrag et Babouche. Mais bon, il

faudra faire avec. On tout cas, je

suis sûr d’une chose, bien que nous soyons actuellement leaders du championnat, avec les absences de Babouche et Derrag on ne sera cer-

tainement pas les favoris face à

l’USMA», nous a-t-il confié avec

beaucoup d’inquiétude.

«Je n’ai pas de doublure au poste de latéral gauche»

«Devant l’indisponibilité de Bedbouda, actuellement convales- cent, je serai confronté face à l’USMA à un gros souci, celui de trouver celui qui remplacera Ba- bouche, car je n’ai vraiment pas de

doublure au poste de latéral gauche. Il va falloir chercher la bonne formule à même de me per- mettre de remplacer efficacement les absents.»

«Cette cinquième victoire de suite va atténuer un peu la crise»

«Cette cinquième victoire de suite, notre sixième de la saison, va permettre d’atténuer un peu la crise. Mais comme vous savez, le Mouloudia est un grand club qui est toujours exposé aux problèmes internes. Et pour permettre au groupe de grandir et d’aller de l’avant, il n’y a pas mieux que les victoires, seul remède à tous les maux. A nous de faire en sorte de rester sur cette dynamique.»

«On aurait pu éviter le but encaissé bêtement»

En conclusion, l’ex-coach de Grenoble est revenu sur ce but, le premier encaissé par son équipe en championnat. «On aurait pu éviter ce but que nous avons encaissé et qui est survenu à la suite d’une er-

reur de relance. Mais bon, il faut tourner la page, ce but pris un peu bêtement devra nous servir de leçon à l’avenir, car il y a erreur sur le marquage qui a permis à Batna d’égaliser à dix minutes du coup de sifflet final», nous a-t-il dit en évi- tant d’accabler Zemmamouche qui n’était pas exempt de tout reproche sur le but batnéen.

Le coach français taquiné par les fans batnéens

Pendant qu’il livrait ses impres- sions d’après-match, une quinzaine de supporters du CAB ont accosté Alain Michel. Les fans ont fait sa- voir au technicien que la victoire de son équipe a été obtenue grâce à l’aide précieuse de l’arbitre qui leur a offert un penalty. Les supporters ont aussi promis à Michel qu’ils al- laient prendre leur revanche au match retour au stade olympique même. A cette promesse Michel a rétorqué avec son humour habi- tuel : «D’ici là, je ne sais si je serai toujours l’entraîneur ou pas du Mouloudia !» T.Che

Derrag

«C’est un désastre de rater le derby»

L’une des grandes absences lors du derby face à l’USMA sera celle de Mohamed Derrag qui avait écopé d’un carton jaune à la demi- heure de jeu. Un avertissement lourd de conséquence puisque le Mouloudia devra affronter son voi- sin usmiste sans son meilleur atout offensif. A ce sujet, le meilleur pas- seur des Vert et Rouge nous dira :

«Dans le feu de l’action, on ne pense pas au match suivant. On se donne à fond et puis s’est tout. Les consé- quences on les mesure à la fin de la rencontre. Et je peux vous dire que c’est un désastre pour moi de rater le derby face à l’USMA. C’est le match de l’année pour tous les supporters du Mouloudia. Je dois faire avec. Heu- reusement que ma déception a été atténuée par cette victoire que nous avons obtenue avec brio face à une bonne équipe du CAB, il faut le sou- ligner.»

Senouci

«Prêt à évoluer sur le côté gauche, si le coach me le demande»

Titularisé à la place de Abdelka- der Besseghir, qui était forfait pour cause d’abcès, Benziane Senouci, auteur d’un bon match face au CAB, se dit déjà prêt à évoluer face à l’USMA dans un registre qui n’est pas le sien, à savoir arrière gauche, dans le cas où Michel le lui deman- derait. «Je ne trouve pas les mots pour exprimer ma joie après avoir remporté ce match hors de nos bases. C’est la victoire de tout un collectif qui a toujours cru en lui, après l’éga- lisation de Batna. Pour ce qui est du derby face à l’USMA, je suis prêt à évoluer au poste de latéral gauche, puisque Babouche sera suspendu si, bien sûr, le coach me le demande», nous a-t-il déclaré.

T. Che

Bouguèche : «Confirmer face à l’USMA sera notre prochain objectif»

Auteur de l’un des deux buts de son équipe face au CAB, Hadj Bouguèche a été égal à lui-même en produi- sant un match plein et so- lide.

Ça doit être un grand soulagement d’avoir remporté ce match, in extre- mis, face au CAB qui vous a posé énormément de problèmes durant toute la partie, n’est-ce pas ? On est tous contents et soulagés d’être sortis indemnes de ce match piège. Et croyez-moi ce n’était pas évident de rem- porter le match face à un adversaire aussi coriace.

Racontez-nous un peu le but que

vous avez inscrit avant la fin du pre-

mier half

Comme on le sait, Babouche a une très longue touche. J’ai essayé de me po- sitionner idéalement avec l’espoir de ré- ceptionner le cuir. Dès que j’ai eu le ballon, je ne me suis pas posé de ques- tion. J’ai aussitôt mis toutes mes forces dans le tir qui a réussi à tromper la vigi- lance du gardien de Batna.

Vous auriez pu doubler la mise au

vu des occasions durant le premier half ? On avait des occasions de tuer le match, mais à chaque fois nous avons

péché dans le dernier geste. C’est ce qui

a permis à notre adversaire de rester dans la partie.

On imagine que c’était un coup de boutoir le but pris à dix minutes de la fin. C’était d’ailleurs le premier que vous avez encaissé en cham- pionnat C’était un véritable coup de massue,

mais ce qu’il faut retenir c’est la réaction

de l’équipe qui ne s’est pas désunie après

cette égalisation. Nous avons aussitôt es- sayé de réagir positivement en portant

le danger dans le camp adverse. C’est ce

qui nous a permis d’ailleurs d’obtenir un

penalty, valable et indiscutable, que Réda a transformé avec brio, comme à son habitude.

Ça doit être la grosse déception de voir Babouche suspendu pour le derby face à l’USMA, non ? C’est un véritable coup dur pour nous

de se passer des services de Réda pour le

derby. Il va falloir faire sans lui et Derrag, qui sera lui aussi suspendu. Nous aurons deux semaines pour préparer ce match avec minutie. Notre principal souci sera

de tout faire pour confirmer face à l’USMA.

Quel effet cela vous fait-il d’avoir terminé le match avec le brassard

de capitaine ?

C’est toujours un grand honneur de porter le brassard.

Sur le plan personnel, vous êtes ac- tuellement le meilleur buteur de votre équipe. Cette saison, vous êtes en train de marcher sur les bases de votre record d’il y a trois années, lorsque vous avez terminé le cham-

pionnat avec seize buts, toutes com- pétitions confondues… Dieu merci, je me sens bien. Nous

avons un bon groupe avec un très bel état d’esprit. Personnellement, je sens que je pourrais faire mieux qu’il y a trois saisons. A moi de bosser davantage pour atteindre cet objectif.

Avec cette victoire, les Chnaoua évoquent déjà le titre. Qu’avez-vous à leur dire ? On ne va pas s’enflammer après sept

matches. Nous allons, pour notre part, réagir match par match avec toujours cette même détermination de les rem- porter, ensuite on fera les comptes. Il est hors de question qu’on se mette une

grosse pression au risque de tétaniser le groupe qui est composé essentiellement de jeunes éléments.

Une dernière question, vous avez retrouvé Bouarrata qui était votre entraîneur à Kouba. Comment ont eu lieu ces retrouvailles ? On était contents de nous revoir. En voyant ce soir cette équipe de Batna se produire, on se rend compte du travail accompli par Bouarrata qui est en train de faire un excellent travail. Entretien réalisé par Tarek Che

le de meilleur buteur l’équipe avec Il est quatre unités En ouvrant la 34’, Hadj
le de meilleur
buteur
l’équipe
avec
Il est quatre
unités
En
ouvrant
la
34’,
Hadj
à Bouguèche
porté
son
total
quatre
réalisations
depuis
début
champion-
nat.
Une
performance
a qui T.
lui
permet
se
hisser,
tout
seul,
au
hit
parade
la du meilleur marque
du
à bu-
teur
de
le de son
équipe
devançant
ainsi
d’une
unité
Mohamed
Amroune.
Che

Le Buteur n°995 Dimanche 4 octobre 2009

9

Bonne première pour Hamrat ●●●Pour sa première titu- larisation de la saison, le jeune Mohamed
Bonne première
pour Hamrat
●●●Pour sa première titu-
larisation de la saison, le
jeune Mohamed Islam Ham-
rat s’en est pas mal sorti du-
rant le temps qui lui a été
imparti. Très combatif,
Hamrat a cependant péché,
par moments, sur des phases
offensives, par manque d’ex-
périence. Le joueur avait
deux belles opportunités en
première mi-temps d’aller
défier, seul, le portier bat-
néen mais à chaque fois il a
raté son contrôle de balle.
Remplacer à la 64’ par Bou-
mechra, Hamrat a rejoint le
banc de touche avec le senti-
ment du devoir accompli.
Amroune, Bel-
kheir et Moumen
se sont envolés
aujourd’hui
pour Marseille
●●●Les trois joueurs mou-
loudéens, Mohamed Am-
roune, Abdenour Belkheir et
Billel Moumen se sont envo-
lés aujourd’hui avec la sélec-
tion nationale espoirs à
destination de Marseille. Ils
devront effectuer un regrou-
pement de dix jours dans la
ville Beaucaire, sous la hou-
lette de Abdelhak Benchi-
kha.
L’équipe
a quitté
hier Batna
●●●La délégation moulou-
déenne, qui avait pris ces
quartiers à l’hôtel Chélia, a
quitté la ville aurasienne hier
à 6 h du matin. Les joueurs
se sont donc envolés à une
heure très matinale pour ral-
lier la capitale.
Les Mouloudéens
reçus royalement
●●●Mention très bien
pour les dirigeants du CAB
qui ont reçu royalement
leurs homologues du Mou-
loudia. Les Batnéens ont été
aux petits soins des Moulou-
déens qui n’ont manqué de
rien durant leur court séjour
dans la ville des Aurès.
Une victoire qui
vaut 6 millions
●●●Les responsables du
Mouloudia ont promis d’oc-
troyer 6 millions de cen-
times à leurs joueurs en
guise de récompense pour
cette victoire acquise face au
CAB.
Les joueurs en
stage à Tipasa
●●●A peine de retour de
Batna que les joueurs du
Mouloudia doivent entrer en
regroupement de neuf jours
à Tipasa (plage Bleue). Ce
stage débutera aujourd’hui
et s’étalera jusqu’au 12 du
mois en cours.
T. Che

Coup franc MCA

Il a été l’homme du match

Zeddam

«Dommage qu’on ait gagné en prenant un but !»

Avec ou sans le masque, Hamza Zeddam s’est dressé telle une muraille face aux attaquants bat- néens qui ont souvent buté sur lui. L’enfant de Constantine a été tout simplement l’un des meil- leurs joueurs de son équipe sur le terrain.

Soulagé d’avoir arraché, in extre- mis, les trois points de la vic- toire On est tous hypercontents d’avoir battu cette équipe de Batna. On savait que ça allait être difficile. C’est pour cela que nous avons haussé notre ni- veau de jeu car on savait qu’il fallait être au top pour s’imposer ce soir.

Vous avez été l’un des meilleurs joueurs de votre équipe sur le ter- rain. Une source de satisfaction pour vous qui avez dû évoluer une nouvelle fois avec le masque, non ? Ce n’est pas facile, pour un défen- seur de surcroît de jouer avec cette crainte de recevoir un coup au niveau du visage, mais j’ai essayé de faire abs- traction de tout cela pour donner le meilleur de moi-même.

Vous avez réussi deux interven- tions en seconde mi-temps qui

ont sauvé votre équipe de deux buts tout faits. Un commentaire ? J’ai essayé d’anticiper le jeu de l’ad- versaire, c’est pour cela que j’ai pu contrer à deux reprises deux tirs qui prenaient le chemin des filets. Il ne faut pas se focaliser sur ma prestation ni sur mes interventions. Si nous

avons gagné ce soir, c’est parce que toute l’équipe a produit un grand match. Cette
avons gagné ce soir, c’est parce que
toute l’équipe a produit un grand
match. Cette victoire et celle de tout
un groupe qui a cru en son poten-
tiel.
Malgré cette victoire,
vous devez, au fond de
vous-mêmes, être un peu
déçu d’avoir pris ce pre-
mier but de la saison alors
qu’il ne restait que dix
minutes avant le
coup de sifflet
final
C’est
dommage
qu’on ait gagné en
prenant ce but, mais
bon nous n’allons
pas faire la fine
bouche car tôt au
tard on aurait
encaissé
un but. Nous
n’allons pas rester indéfini-
ment sans prendre de but.
A présent place au
derby face à l’USMA
qui sera votre prochain
match
Nous venons de gagner
ce match contre le CAB.
Savourons d’abord pleine-
ment cette victoire ensuite
on pourra se préparer pour
le derby. On n’aura deux se-
maines pour nous préparer
pour cette affiche.
Entretien réalisé par
Tarek Che

Après lui avoir octroyé une partie de son dû

Les dirigeants en colère contre Bouabdallah

Après lui avoir octroyé une partie de son argent, l'attaquant des Vert et Rouge, Madjid Bouabdallah, a man- qué quelques séances d'entraînement

au cours de la semaine passée. Cette

attitude n'a pas été du goût des diri- geants qui n'ont caché pas leur colère.

A Batna, tout le monde était unanime

à dire que le comportement du joueur

n'était pas à la hauteur, surtout après avoir boudé l'équipe pendant un bon moment. Les responsables ainsi que le staff technique nourrissent un grand espoir sur l'ex- attaquant de l'US Cré- teil pour donner un plus à l'équipe. Dans l’entourage du club, on chuchote que la direction pense que ce joueur

est en train d'agir de la sorte pour faire

la pression sur les dirigeants afin qu’ils

récupèrent Khenniche et Mokdad.

Alain Michel

a rencontré Menadi

à l'aéroport de Constantine

Mokdad ciblé par l'USMAn

Après avoir intéressé le président de la JSK, Moh Chérif Hannachi, le milieu

de terrain mouloudéen Malek Mok-

dad, en rupture de ban avec son équipe, intéresserait une autre forma-

tion de première division. Il s'agirait

de l'USM Annaba. A en croire des

sources généralement bien informées, l'entraîneur mouloudéen Alain Michel

a rencontré le président annabi Aïssa

Menadi à l'aéroport, au moment où l'équipe s’apprêtait à rejoindre Batna pour affronter le CAB. Les deux

hommes ont abordé le sujet de ce joueur. Cependant, on ignore si le coach mouloudéen veut exercer une certaine pression sur la direction du club pour récupérer son argent, ou souhaite vraiment aider son ex-joueur.

En inscrivant le but égalisateur de la tête, Bourahli met fin à 620’ d’invincibilité de Zemmamouche

A lors que l’on se dirigeait tout droit vers un

autre exploit de l’arrière-garde moulou-

déenne et du portier Zemmamouche qui

allait terminer un septième match sans prendre le moindre but, voilà qu’une erreur de relance a permis à Ghodbane de faire un bon centre à Amir Bourahli qui, d’une tête rageuse, a permis à son équipe de revenir à la marque. Un mo- ment historique car c’était le premier but de la saison encaissé par le portier des Vert et Rouge. De ce fait, Bourahli aura mis fin à une invinci- bilité de 620 minutes de Zemmamouche.

Zemmamouche :

«Je n’ai pas pour habitude d’en- caisser ce type de but, c’est le rebond qui m’a trahi»

Irréprochable durant toute la partie, Moha- med Amine Zemmamouche a souvent décou- ragé les attaquants batnéens qui ont souvent buté sur lui. Arrive alors cette 80’ lorsque Amir Bourahli, d’une tête vicieuse, a réussi à trompé la vigilance de Zemmamouche qui a vu le cuir lui

passer entre les jambes. A propos de ce but en-

caissé, Zemmamouche nous dira : «Nous sommes tous très contents d’avoir remporté cette rencontre face à une bonne équipe du CAB qui nous a posé énormément de problèmes durant toute la partie. Nous avons su puiser au fond de

durant toute la partie. Nous avons su puiser au fond de nos réserves pour arracher les

nos réserves pour arracher les trois points de la victoire qui nous permettent de consolider notre

fauteuil de leader. Pour ce qui est du but, le pre- mier que j’ai encaissé en championnat, et bien je vais être franc avec vous, je n’ai pas pour habitude d’encaisser un but de cette façon-là. C’est le ter- rain, avec le rebond sur de la terre, car il n’y avait plus de gazon à l’endroit où j’étais positionné qui m’a pris à défaut. L’essentiel, c’est la réaction du groupe qui a su trouver l’énergie nécessaire pour reprendre les commandes du match», nous a dé- claré Zemma au moment de quitter l’enceinte du stade 1 er -Novembre.

Il s’est excusé auprès de Michel

Avant de prendre place dans l’autocar, Zem- mamouche a profité de l’occasion pour s’entre- tenir avec Michel. Le gardien mouloudéen a présenté ses excuses à son coach concernant le but qu’il a encaissé. Michel a fait savoir à son joueur que ce n’était pas grave que cela pouvait arriver même aux meilleurs.

Il ne serait pas enthousiasmé par sa convocation en équipe A’

Le moins que l’on puisse dire c’est que la convocation de Zemma en équipe A’ ne semble pas trop enthousiasmer l’ex-Usmiste qui garde un fol espoir de retrouver une place en sélection nationale, dérivée par Rabah Saâdane.

10

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

Coup d’œil Coupe de la CAF

De notre envoyé spécial au Nigeria : Samir B.

Retour dans la journée de lundi

L’ambassadeur algérien au Nigeria a fait le forcing auprès de la direction d’Air Algérie pour changer son planning de vol, cela afin de récupérer la délégation sétifienne dans la journée de dimanche au lieu d’attendre jusqu’à lundi, pour des raisons de sécurité, mais sans pour autant réussir à changer les plans de la compagnie aérienne. Donc, cela oblige les équipiers de Francis de passer toute la journée à l’hôtel Benin City, puisqu’une sortie dans la ville est presque une tentative de suicide vu l’insécurité dans cette région du Nigeria.

L’heure du départ selon l’ouverture de l’aéroport

L’aéroport local ne fonctionne pas la nuit par manque d’électricité. La délégation sétifienne devra se rendre sur les lieux à partir de 7h du matin, en espérant que l’avion ne tardera pas trop pour atterrir. Afin de régler les derniers détails et repartir «normalement» vers les coups de 9h.

Petite pause à Niami

Contrairement au vol de l’aller, où les Sétifiens n’ont pas fait la moindre escale, au retour l’avion devra atterrir à l’aé- roport de Niami dans la capitale du Nigeria, pour faire le plein de kérosène. Il s’envolera ensuite vers Sétif afin de re- venir dans l’après-midi de lundi.

L’EN -17ans suit l’exemple des Sétifiens

L’Algérie étant qualifiée pour la phase finale de la Coupe du monde des -17 ans, qui se déroule au Nigeria à partir du 24 octobre, la FAF a commencé les démarches avec l’ambassade d’Algérie au Nigeria. Cela afin d’assurer une bonne prise en charge pour nos Verts, qui devront suivre l’exemple de l’Entente, en rejoignant directement le pays des Aiglons par avion spécial.

L’arbitre ougandais n’a pas oublié ses collègues algériens

En présence du secrétaire Djeroudi et de l’entraîneur ad- joint Madoui, durant la réunion technique d’avant-match tenue dans l’hôtel Maniam, l’arbitre ougandais de la ren- contre n’a pas raté l’occasion pour demander les nouvelles de Benouza et Himoudi. En effet, ces deux arbitres se trou- vaient avec lui lors de la Coupe d’Afrique des nations à

Ghana en 2008. Il n’a pas oublié aussi Belaïd Lacarne, qu’il

a côtoyé dans un stage des arbitres.

La direction de Bayelsa a voulu avancer le match d’une demi-heure

Durant la réunion technique, la direction de Bayelsa (sans pour autant donner de vrais arguments) a proposé d’avancer la rencontre d’une demi-heure. Un souhait vite rejeté, puisqu’il faudra avant tout aviser le groupe Sport five qui détient les droits de transmission. Donc, interdiction de changer l’heure du match, fixée à 15h.

Des pluies torrentielles dans la journée de dimanche

Après deux jours passés dans la ville d’Ovara dans un cli- mat plus au moins agréable pour un pays africain (30°), les camarades de Aksas se sont réveillés le jour du match avec un changement radical de température et des pluies tor- rentielles. Ils ont tout de suite pensé à l’état de la pelouse, qui est déjà de piètre qualité. Ce qui devra poser beaucoup de problèmes aux Sétifiens pour jouer, dans de telles condi- tions.

Metref flatté par la consécration des supporteurs

Elu meilleur joueur du mois de septembre par les sup- porteurs de l’Entente sur le web, l’ex-joueur de l’USM Alger n’a pas caché sa joie et sa fierté de recevoir cette consécra- tion de la part de la galerie sétifienne. Cela prouve qu’il mouille à fond le maillot noir et blanc et qu’il fera de même tout au long de la saison pour gagner encore et toujours l’estime du public sétifien.

Hemmar confirme le contrat avec la firme Kappa

Après un litige avec l’équipementier officiel de l’ESS cette saison, le président de section, Hemmar, chef de la déléga-

tion au Nigeria, nous a avoué que la direction a trouvé un accord avec la firme Kappa. Un contrat sera signé dans les jours à venir et les Sétifiens devront porter des tenues made in Kappa au lieu de porter celle de Uhlsport, comme ce fut

le cas en championnat depuis le début de saison.

Bayelsa 1 - ESS 1

Stade : Ofwara (Nigeria) Affluence : faible Arbitres : Sigwanga, Bugambi, Samuel But : Ajobo
Stade : Ofwara
(Nigeria)
Affluence : faible
Arbitres : Sigwanga, Bugambi, Samuel
But : Ajobo (68’) (Bayelsa) ; Ziyaya (80’
sp) (ESS)
Avertissement : Peters ( 48’), Ajobo
(69’) (Bayelsa) ; Lemouchia (39’),
Ziyaya (85’) (ESS)
BAYELSA :
Arbakan, Nwanko, Isoba, Ajobo, Sorwila,
Chikoma, Akoro, Peters (Ahmadou 59’),
Okoranta, Obali ( Andro 87’), Orolaba
(Arwa 54’)
Entraîneur : Maykini Silikati
ESS :
Ferradji, Raho, Yekhlef, Delhoum, Laï-
faoui, Aksas, Lemouchia, Metref (Ambi
73’), Belkaïd (Hadj Aïssa 72’), Bouazza,
Ziyaya (Hemani 85’)
Entraîneur : Mechiche

L’ ESS a franchi un grand pas pour aller en finale de la Coupe d’Afrique, après avoir tenu en échec les Ni-

gérians de Bayelsa sur le score d’un but partout. Ce qui constitue une très belle opération, en prévision du match retour. Dès le début de la rencontre, les Nigé- rians tentent de prendre d’assaut le camp sétifien. A la 4’, Okoro adresse un puis- sant tir que le portier Ferradji capte en deux temps. Cinq minutes plus tard, Orolaba profite d’une erreur de la dé- fense de l’Entente et, dans une position excentrée à l’intérieur de la surface de réparation, tente le tromper la vigilance de Ferradji, mais sa balle passe au-des- sus de la transversale. Il a fallu attendre le quart de jeu pour voir la réaction des

L’Entente

met un pied en finale

pour voir la réaction des L’Entente met un pied en finale poulains de Mechiche, suite à

poulains de Mechiche, suite à un contre de Bouazza. Ce dernier prend la défense de Bayelsa de vitesse et adresse un cen- tre, mais il n’y avait personne à la récep- tion. Par la suite, le jeu se stabilise au milieu du terrain avec une légère domi- nation des Nigérians. L’état du terrain a d’ailleurs considérablement gêné l’évolu- tion des deux équipes, notamment les

Sétifiens qui ont essayé de poser le jeu. Il

a fallu attendre la 27’ du jeu pour voir

une réelle occasion de but. En effet, Fer- radji s’illustrera sur un tir de loin d’Oko- ranta. La seule occasion des Sétifiens en cette première période de jeu fut à l’ac-

tif de Ziyaya à la demi-heure de jeu qui verra son tir passer juste au-dessus de la transversale. C’est sur un score vierge que l’arbitre de la rencontre renvoie les

vingt-deux acteurs aux vestiaires. En se- conde période, les Sétifiens reculent face aux assauts des Nigérians, mais sans pour autant subir le poids de la rencon- tre. Bayelsa obtient à un coup franc à la 68’ de jeu. Ajobo le tire, la balle est dé- tournée par le mur et trompe la vigi- lance de Ferradji. Menés au score, les Sétifiens ne baissent pas les bras. Sur un contre bien mené, Hadj Aïssa se fait

descendre dans la surface de réparation à la 80’. L’arbitre n’hésite pas à siffler un penalty. Ziyaya le transforme avec brio et remet les pendules à l’heure. Un but qui permet à l’ESS de bien gérer le reste de la partie jusqu'à la fin. Par ce résultat, l’ESS aura fait un pas important vers le finale.

S. B.

10 joueurs retenus dans les sélections nationales

L’ESS, un réservoir en or pour les Verts

range guère les Sétifiens

L’entraîneur Benchikha devra réunir ses troupes durant un stage bloqué

entre le 17 et 29 octobre pour préparer

la

rencontre face au voisin libyen pour

la

Coupe d’Afrique des joueurs locaux.

Cela n’arrange forcément pas les affaires

de l’Entente, puisque le club sétifien devra disputer trois rencontres durant cette période (dont deux en champion- nat et une capitale face au club maro- cain Raja). Il faudra donc trouver une solution qui arrange toutes les parties.

Le staff technique aura souvent un groupe amoin- dri à l’avenir

Malgré l’obligation de mettre tous les joueurs à la disposition de l’équipe na- tionale, le staff technique de l’ESS pourra avoir quelques soucis dans l’ave- nir. En effet, le nombre de sélectionnés augmente au fil du temps, au risque même d’obliger le staff technique de programmer des séances d’entraîne- ment avec seulement la moitié du groupe sétifien.

Tant d’élements sélectionnés, ça ne mérite que des sacres

Les équipiers de Laïfaoui sont ravis d’évoluer dans un grand club comme l’Entente, qui leur offre la chance de briller sur le plan national et interna-

L a décision de l’entraîneur de la sélection nationale locale, Ab- delhak Benchikha, de convoquer

cinq joueurs de l’Entente pour le pro- chain stage des Verts, du 17 ou 29 octo- bre, a sûrement fait plaisir à l’intégralité du groupe sétifien au Nigeria. Cela

confirme bel et bien que l’Entente est devenue une mine d’or pour les sélec- tionneurs nationaux pour dénicher les talents. En effet, en plus des cinq, on peut ajouter Rahou, Lemouchia et Chaouchi retenus par Rabah Saâdane, et aussi Benmalek et Megueni avec les Espoirs, ce qui nous donne le chiffre symbolique de 10 joueurs sétifiens qui devront représenter dignement les cou- leurs de la nation et, indirectement, celui du club sétifien, toujours fier de son rôle important dans l’évolution du football algérien.

tional. En contrepartie, ils se doivent de mouiller davantage la tunique noire et blanche, surtout après un début de sai- son catastrophique en championnat.

L’Aigle noir est un club taillé pour les ti-

tres, et non pour un parcours honorable en fin de compte.

Les Ententistes sont conscients de la situation

A la fin de la dernière séance avant la rencontre face au Bayelsa, le capitaine Slimane Rahou ainsi que le milieu de ter- rain des Verts, Khaled Lemouchia, ont tenu à se réunir avec le reste du groupe sans la présence de l’entraîneur en chef Mechiche. Ce dernier a laissé les joueurs entre eux, afin de discuter de la situation actuelle de l’Entente. Tous les éléments on décidé à faire le maximum pour réus- sir un bon résultat au Nigeria et aussi de revenir en force en championnat, après un début de saison peu satisfaisant.

Samir B.

Dix barrages pour arriver au stade

Pour illustrer la situation sécuritaire qui règne au Nigeria, il y avait pas moins d’une dizaine de barrages mili- taires entre la ville de Feline et le lieu de la rencontre. C’est dire que les Séti- fiens avaient les nerfs à fleur de peau avant d’arriver au stade.

5 joueurs retenus dans la sélection de Benchikha

C’est dans la journée de vendredi que la Fédération algérienne de football a annoncé la liste des sélectionnés pour l’équipe nationale locale, entraînée par Abdelhak Benchikha. Nous avons noté la présence en force de pas moins de cinq joueurs de l’Entente : Laïfaoui, Yakhlef, Metref, Seguer et Ziaya, qui de- vront apporter un plus à cette forma- tion des Verts new-look.

La date du stage n’ar-

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

11

Coup difficile USMH-MCEE

Stade : 1 er- Novembre (El Harrach) Affluence : nombreuse Arbitres : Hediaf, Bouhassoun, Bouanani
Stade : 1 er- Novembre
(El Harrach)
Affluence : nombreuse
Arbitres : Hediaf, Bouhassoun,
Bouanani
Avertissements : (Gharbi 1’), (Naïli
72’) Djabou (USMH) ; Remane (5’)
(MCEE)
But : Hanitser (6’ sp) (USMH)
USMH :
Boutrig, Aouamer, Bouchemal, Me-
barakou, Benabderahmane, Naïli,
Gharbi, Hendou (Djeghbala 77’), Aïs-
saoui (Bourekba 80’), Djabou, Hanit-
ser
Entraîneur : Charef
MCEE :
Sahraoui, Mahfoudi, Remane (Ha-
diouche 77’), Mellouli, Bourenane,
Karaoui, Bouzidi (Souakir 38’), Ca-
mara, Bekrar, Belkheir, Laâmèche
Entraîneur : Castellane

Graves déclarations de l’entraîneur du MCEE

Castellane

«On a souvent été victimes de l’arbitrage maison, les Algériens subiront le même traitement en Egypte»

Prié de donner ses impressions sur le match, le coach du MCEE s’est illustré par une déclaration qui a surpris tous les jour- nalistes. «A chaque déplacement à Alger ou ailleurs, on perd des points à cause des dé- cisions injustes des arbitres. Cela s’est passé plusieurs fois. Cela me pousse à croire que les arbitres sont souvent touchés par l’équipe qui reçoit. Alors de mon côté, je dirai que les Algériens ne doivent pas être déçus s’ils per- dent en Egypte à cause de la partialité de l’arbitre.»

USMH 1 - MCEE 0

Au forceps !

partialité de l’arbitre.» USMH 1 - MCEE 0 Au forceps ! C omme pour mon- trer

C omme pour mon- trer leurs inten- tions, les Harrachis ont d’emblée mis la pression sur la dé- fense adverse qui

n’a pu résister longtemps aux assauts répétés du duo Hanitser-Djabou. Ce dernier, après seulement cinq mi- nutes de jeu, poussera Remane à commettre l’erreur. Le lutin harra- chi est bousculé à l’intérieur de la surface de réparation. Le penalty justement accordé est imparable- ment transformé par Hanitser qui ouvre le score. Cette réalisation met- tra plus en confiance les poulains de Charef qui continueront à dominer

les débats. Les Eulmis, qui se sont contentés de défendre, sortiront de leur camp pour aller inquiéter l’ar- rière-garde de l’USMH. Bien en place, Benabderahmane et ses co- équipiers en défense s’opposent à toutes les tentatives du MCEE. Mais Boutrig a failli se faire avoir par Bourenane qui, d’un tir puissant, met la balle heurter la transversale. Les locaux, de leur côté, ont eu une occasion nette d’aggraver la marque quand Aïssaoui, après avoir reçu un caviar de Djabou, place sa balle juste à côté du montant. En seconde mi- temps, les deux équipes reviennent avec plus de détermination. Voulant assurer les trois points, les Harrachis

tenteront l’impossible à la recherche d’un second but qui ne viendra ja- mais, malgré plusieurs tentatives de Hanitser qui a eu deux nettes occa- sions de marquer encore. Les joueurs du MCEE montreront de bien meilleures choses en 2 e mi- temps. Plusieurs fois, ils inquiète- ront la défense harrachie. Sur une de leurs nombreuses occasions, Bekrar, d’un tir a failli remettre les pendules à l’heure. Heureusement que Be- nabderahmane a pu sauver son but en dégageant sur la ligne. Les débats s’équilibrent. Au vu de l’ensemble du match, la victoire de l’USMH est tout à fait méritée.

Fayçal O.

Oughlis présent

Parmi les personnalités connues dans les milieux spor- tifs, c’est celle de Kamel Ough- lis, ex-dirigeant du RCK, qui a retenu l’attention des Harra- chis.

Gharbi suspendu

Suspendu pour cumul de cartons, le milieu de terrain harrachi Messaoud-Gharbi ne pourra pas participer au pro- chain match de son équipe qui affrontera l’ASK au Khroub. Ce joueur, qui la veille de la ren- contre contre le MCEE était sous la menace, n’a finalement pas pu éviter un troisième avertissement qu’il a écopé dès la première minute de jeu.

Hendou sort

blessé

Le jeune milieu harrachi Karim Hendou a contacté une blessure au niveau du genou qui l’a contraint de quitter le terrain au début de la seconde mi- temps, cédant sa place à Djegh- bala.

Juniors

USMH 1 - MCEE 1

En lever de rideau, les ju- niors de l’USMH et ceux de Mouloudia d’El Eulma n’ont pu se départager au terme d’une rencontre âprement disputée qui s’est achevée sur un score de parité 1-1.

Djabou et Hendou en équipe nationale A’

Attendue pour Djabou…

publique depuis deux jours sur le site officiel de la FAF. Une décision juste et
publique depuis deux jours sur le
site officiel de la FAF. Une décision
juste et logique, selon de nombreux
observateurs qui suivent de près
l’évolution du championnat de di-
vision 1. Djabou et Hendou, tous
deux titulaires à part entière, se
sont plusieurs fois distingués en
contribuant largement aux succès
de leur équipe. Mais il faut tout de
même avouer que la sélection de
Djabou est sans surprise, étant
donné que ce joueur est considéré
comme la révélation de l’année
2009. De par ses capacités et avec
un peu plus de volonté, Djabou
peut même prétendre à une sélec-
tion avec le groupe de Saâdane.
matchs amicaux effectués en Algé-
rie et en Tunisie que Hendou s’est
distingué par ses grandes capacités
physiques et techniques. Mais c’est
surtout grâce à sa culture tactique
que le joueur a rejoint ses coéqui-
piers qui, selon des observateurs,
sont très performants. On pense
notamment à ceux du milieu
comme Naïli, Djeghbala et Gharbi
surtout.
même niveau que ses partenaires du
milieu de terrain, mais il se dis-
tingue par son esprit professionnel.
En fait, Hendou de par sa formation
de base acquise durant près d’une
décennie dans une des meilleures
écoles de football en Ukraine, est au-
jourd’hui un véritable professionnel.
Il se caractérise par sa culture tac-
tique qui lui donne un plus que d’au-
tres joueurs n’ont pas.»
Benomar : «Djabou
peut
prétendre à mieux»
Hendou : «Je ferai tout
pour retenir l’attention
du coach national»
… Et méritée pour
Hendou
Interrogé sur sa sélection avec
l’équipe nationale A’, le milieu har-
rachi, Karim Hendou, s’est dit ravi
par cette décision de l’entraîneur
national et fier de porter les cou-
leurs de l’emblème national. «Je re-
mercie la direction technique et
l’entraîneur de l’équipe nationale A’
de m’avoir donné cette chance de
porter les couleurs de l’emblème de
mon pays. Cela m’encourage à tra-
vailler davantage et à fournir plus
d’efforts pour retenir l’attention du
coach national», dit-il.
L’ information
parue dans une
de notre précé-
dentes éditions
faisant état
d’une éventuelle
Concernant Hendou, ce milieu
de terrain que beaucoup de sup-
porters harrachis ont contesté son
recrutement au début de l’année, a
réussi grâce à ses capacités à gravir
les échelons pour devenir une des
pièces maîtresses dans l’échiquier
de Charef. Pourtant, cet Algéro-
Ukrainien était il y a à peine trois
mois un joueur inconnu. La saison
passée, il portait les couleurs de la
JSEB, le club qui lui a permis de si-
gner une licence et participer à la
compétition officielle. Un essai
concluant à l’USMH l’été dernier lui
a permis d’atteindre un premier ob-
jectif, celui d’évoluer dans un club
de division 1. C’est au cours de la
préparation d’intersaison et les
L’adjoint de Charef, Benomar,
que nous avons interrogé au sujet
de la sélection de Djabou nous dira
: «Ce n’est pas une surprise. Par rap-
port à ses prestations en champion-
nat tout au long de l’année 2009,
Djabou mérite largement de faire
partie de l’équipe nationale des lo-
caux. De par ses capacités, il peut
prétendre à mieux. D’ailleurs, nous
sommes constamment derrière lui,
pour le pousser à travailler plus afin
d’atteindre un niveau plus haut, et
pourquoi pas faire partie de l’équipe
nationale A.»
«Hendou, un vrai
professionnel»
Djabou : «Cela fait
des semaines que j’at-
tends cette sélection»
l’équipe nationale puisque j’ai déjà
fait partie des sélections en catégo-
ries des jeunes. Cette convocation est
la preuve que je suis sur la bonne
sélection en Equipe nationale A’ de
Hendou et de Djabou s’est finale-
ment confirmée, puisque leurs
noms figurent bel et bien sur la liste
de Abdelhak Benchikha, rendue
Hacen Benomar a également fait
un commentaire sur la sélection de
Hendou, le milieu de terrain de
l’équipe harrachie. L’adjoint de Cha-
ref nous a déclaré : «Il est à l’USMH
depuis juillet, j’ai donc eu le temps de
le connaître. Pour moi, il est du
Quant à Djabou, il déclarera au
sujet de sa convocation en EN A’ par
Abdelhak Benchikha : «Je ne peux
pas vous décrire la joie que je res-
sens. En fait, ce n’est pas la première
fois que je vais porter les couleurs de
voie et en constante progression. J’es-
père que cela se poursuivra jusqu’à
atteindre mes objectifs, à savoir por-
ter les couleurs de l’équipe nationale
A et faire carrière dans un grand
club professionnel.»
N. R.

12

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

Coup de rein JSMB

Si Mohamed reçoit une convocation de l’EN A’

Auteur d’un bon parcours avec son équipe, le gardien franco-algérien Si Moha- med Cédric, qui a été recruté cet été par la direction béjaouie, a démontré de très

belles choses en ce début de saison en sauvant son équipe à plusieurs reprises de buts tout faits. Pour sa première saison en Algérie, Si Mohamed se voit récompensé en re-

cevant une belle convocation pour rejoindre l’équipe nationale A’ qui entrera en re- groupement d’une semaine du 17 au 23 octobre prochain.

Un autre émigré à l’essai

Afin de renforcer leur compartiment défensif qui manque de doublures cette saison, les Béjaouis sont à la recherche d’un défenseur depuis un moment déjà. Pour ce

faire, le manager Hacène Aït Yahia, qui a été derrière la venue des émigrés Zerdab, Si Mohamed et Aït Ouarab, a proposé les services d’un défenseur polyvalent franco-algé- rien qui évolue en France. Selon une source digne de foi, ce joueur arrivera cette semaine à Béjaïa pour y subir des tests.

La belle confirmation des Béjaouis

L es Béjaouis ont réussi à ramener une belle victoire de leur long et périlleux déplacement à Chlef face

à l’ASO dans une rencontre très dispu-

tée qui a été dominée dans son intégra- lité par les poulains de Menad, surtout en deuxième mi-temps. Même si per- sonne n’aurait parié sur une victoire des

coéquipiers de Adel Messali, celle-ci, décrochée à l’extérieur, est venue confir- mer de la plus belle des manières celle remportée le week-end d’avant contre une coriace équipe de la JSK. Les Vert et Rouge de la JSMB ont montré une grande solidarité et un état d’esprit re- marquable tout au long du match, même s’il y avait en face une solide for- mation de l’ASO qui pratique un bon football. Les gars de Yemma Gouraya ont donc bien négocié ce match en construisant de belles phases de jeu porté vers l’offensive. Une façon d’opé- rer qui a beaucoup gêné les Chéliffiens qui n’ont rien pu faire devant une ligne d’attaque composée de quatre joueurs.

Il faut dire que le driver béjaoui, Menad,

a bien étudié le jeu de l’adversaire en

mettant en place un dispositif tactique judicieux, malgré quelques soucis en dé- fense suite à la suspension du seul laté- ral gauche de l’équipe, à savoir Amar Bellakhdar. Le coach a donc su com-

ment trouver la meilleure formule pour contrer les attaquants de l’ASO. Cette deuxième victoire consécutive, qui sur-

de l’ASO. Cette deuxième victoire consécutive, qui sur- vient après un démarrage catastro- phique de l’équipe

vient après un démarrage catastro- phique de l’équipe en ce début de saison, n’est donc pas le fruit du hasard. Bien au contraire, le nouvel entraîneur des Vert et Rouge, Djamel Menad, a fait crava- cher dur ses joueurs à l’entraînement. Cela s’est brillamment traduit sur le ter- rain par deux belles victoires qui vont très certainement remettre le train en

marche, au grand bonheur des suppor- ters béjaouis et des dirigeants du club. Pour autant, les joueurs se doivent de garder les pieds sur terre et travailler en- core davantage pour maintenir cette ca- dence, car ils ne doivent pas oublier qu’ils ont perdu beaucoup de points lors des précédentes journées. S. A.

Hamlaoui en latéral gauche

Le milieu de terrain béjaoui, Hamlaoui, qui était remplaçant contre la JSK, s’est transformé en arrière

gauche lors de la dernière rencontre face à l’ASO. Le joueur, qui a remplacé son camarade Lahmar, a démon- tré de belles choses et accompli son devoir convenable- ment tout au long de la partie.

Bellakhdar purge

Désormais, le club béjaoui pourra compter sur son latéral gauche Amar Bellakhdar qui a laissé un grand

vide en défense lors de la dernière rencontre de son équipe face à l’ASO. Le joueur, qui a fait l’impasse sur le match d’avant-hier pour cause de suspension, a purgé et sera en principe présent à l’occasion du prochain rendez- vous face au CABBA le 17 octobre prochain à Béjaïa.

Un grand N’djeng face à l’ASO

L’attaquant camerounais de la JSMB, Yannick N’djeng, aurait pu être le bourreau de l’ASO, ven-

dredi dernier, s’il n’avait pas raté un but tout fait en pre-

mière mi-temps, son tir ayant été capté par Gaouaoui. Mais cela ne lui enlève pas le mérite d’avoir été l’auteur du seul but de son équipe inscrit en deuxième période. Voilà donc une belle revanche pour le Camerounais qui met fin à la guigne qui le poursuit depuis le début du championnat en ayant insrit son deuxième but, après celui marqué face à Annaba. En un mot, face aux Ché- liffiens, on a vu un grand N’djeng.

Reprise demain

Après leur précieuse victoire arrachée face à l’ASO, les Béjaouis ont bénéficié de deux jours de repos,

soit hier et aujourd’hui. La reprise est prévue pour de- main dans l’après-midi, à 16h, au stade de l’Unité-Ma- ghrébine. Les camarades de Boulemdaïs vont préparer leur prochain match face à Bordj.

Regroupement

aux Hamadites

Pour permettre à l’équipe d’effectuer la

meilleure préparation pos- sible durant cette trêve, la direction du club, en concentration avec le staff technique, a décidé d’orga- niser un regroupement à partir de demain jusqu’à jeudi prochain à l’hôtel les Hamadites, quartier géné- ral habituel des Vert et Rouge. Ces derniers, qui reprendront le chemin du travail demain dans l’après-midi, seront soumis à un travail chargé durant toute la trêve, afin de récu- pérer le retard accusé sur le volet physique avec bal- lon, une carence constatée par Menad à son arrivée à la barre technique bé- jaouie.

Match amical

au menu

Pour clore ce minis- tage, le staff tech-

nique béjaoui compte programmer un match amical jeudi prochain, à Béjaïa. Menad veut surtout apporter des correctifs après les erreurs relevées durant les dernières ren- contres disputées par son équipe. Au moment où nous mettons sous presse, le nom du sparring-part- ner que les Béjaouis af- fronteront n’était pas encore connu.

Boulemdaïs: «Onaconfirménotreréveil»

L’attaquant béjaoui Hamza Boulemdaïs, qui n’a pas encore trouvé le chemin des filets cette saison,
L’attaquant béjaoui
Hamza Boulemdaïs, qui n’a
pas encore trouvé le
chemin des filets cette
saison, estime qu’il lui
suffira juste de marquer
un but pour se libérer. Le
buteur de la saison
écoulée pense que l’équipe
a chassé le doute et que
lui et ses coéquipiers le
confirmeront lors des
prochaines journées du
championnat. Toutefois,
l’enfant de Constantine
exhorte ses camarades à
garder les pieds sur terre
pour pouvoir glaner
d’autres points et finir
cette phase aller en
beauté.
au long de la partie.
Peut-on dire que vous êtes capa-
bles de continuer sur cette belle
série ?
Je pense qu’il est trop tôt de parler
de bonne série, c’est juste notre
deuxième victoire de la saison.
Certes, c’est une victoire qui fera
beaucoup de bien au groupe, mais il
ne faut surtout pas oublier que nous
avons perdu beaucoup de points,
surtout à domicile. Nous avons réa-
lisé un autre succès consécutif face à
une coriace équipe, c’est vrai. Pourvu
que cela dure encore pour notre
équipe.
ner à fond. Maintenant pour répon-
dre à votre question, je pense que le
groupe a retrouvé sa confiance grâce
à son nouvel état d’esprit.
me poursuit toujours. Mais cette si-
tuation ne m’inquiète pas, car je suis
convaincu qu’il me suffira juste de
marquer un but pour me libérer.
Vous avez réalisé une superbe
victoire face à l’ASO ; un com-
mentaire ?
La rencontre a été très difficile. Il
faut avouer qu’on a rencontré beau-
coup de difficultés avant d’avoir ins-
crit le seul but qui nous a permis
d’engranger les trois points de la vic-
toire. L’équipe de l’ASO, qui pratique
un bon football, nous a posé beau-
coup de problèmes. Dieu merci, on
a su comment réaliser l’essentiel, en
arrachant les trois points mis en jeu.
Dans l’ensemble, on a réalisé un bon
match, surtout en deuxième mi-
temps. Je pense que notre victoire est
méritée. Il faut signaler qu’on a fait
preuve d’une grande solidarité tout
Ce n’est qu’après six faux pas que
votre équipe a réagi, et de quelle
manière…
Exactement, nous n’avions pas
trop le choix.
Il était temps pour nous de réagir
pour faire sortir l’équipe de cette si-
tuation. Toutefois, il faut bien dire
que ces deux derniers résultats ne
sont nullement le fait du hasard, plu-
tôt du grand travail que nous ne ces-
sons de fournir. Il règne
actuellement une excellente am-
biance au sein de l’équipe, ce qui est
de bon augure pour l’équipe qui
commence à retrouver ses repères. Il
faut donc garder cet état d’esprit.
Peut-on dire que le retour de
Menad a métamorphosé le
groupe ?
Avec lui, on a senti un grand
changement,
dans le sens
positif du
terme. Il y a
une bonne am-
biance de travail, contrairement
au début où les résultats ne
suivaient pas. La
victoire face à
la JSK a mo-
tivé le groupe.
Ce qui est sûr, c’est qu’on va tra-
vailler dur afin de revenir en
force.
Un mot sur la trêve ?
Je pense qu’elle tombe à pic. Cela
nous arrange, on en avait be-
soin pour se ressourcer et se
présenter avec un visage plus
performant.
Il ne faut pas oublier
aussi qu’on a un nouvel
entraîneur qui, même s’il
connaît presque tout le
monde, a besoin de
plus de temps pour
préparer davantage
son équipe.
On sent qu’il y a un groupe
soudé, contrairement au début
du championnat ?
Pour le moment, tout se passe
bien. Concernant les résultats, je di-
rais qu’on est en nette progression, il
faut travailler encore plus et se don-
Sur le plan individuel, vous
êtes à votre huitième
match avec l’équipe sans
le moindre but. Un
commentaire ?
Je pense que ce sont
des choses qui arri-
vent pour tout foot-
balleur.
Contrairement à la
saison écoulée où
j’étais très perfor-
mant en ayant
inscrit plu-
sieurs buts,
cette sai-
son, la
malchance
Comment se présente
la suite du parcours
pour votre équipe,
surtout après cette
dernière victoire ?
On doit garder les
pieds sur terre et
continuer à travailler
d’arrache-pied, pour
pouvoir glaner le
maximum de points
avant la fin de la phase
aller.
Entretien réalisé par
S. A.

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

13

Coup de gueule CRB

Il l’a annoncé aux joueurs à l’aéroport

gueule CRB Il l’a annoncé aux joueurs à l’aéroport Henkouche : «Je ne peux plus continuer

Henkouche : «Je ne peux plus continuer ma mission au Chabab»

: «Je ne peux plus continuer ma mission au Chabab» L e cuisant échec subi vendredi

L e cuisant échec subi vendredi

soir face à l’USMAn était la

défaite de trop face au CRB,

après la polémique qui a suivi le derby et la réunion tenue par les dirigeants du club avec Henkouche avec les joueurs. Tout le monde s’attendait à une forte réaction des camarades de Saïbi. Ces derniers avaient d’ailleurs promis à leur en- traîneur de revenir avec au moins un point de Bône, mais en vain. L’équipe a lourdement chuté face à son adversaire du jour, fournissant son plus mauvais match de la sai- son. Mieux le score aurait pu être plus lourd, si les Annabis n’avaient pas manqué plusieurs occasions de scorer dont un penalty que Gasmi a loupé en première période. Déçu par la réaction de ses joueurs, Hen- kouche, contrairement à ses habi- tudes, s’est refusé à faire toute déclaration à la presse, lui qui était

dans tous ses états. Hier matin, à l’aéroport d’Alger, Henkouche, et avant de rentrer chez lui, s’est adressé à ses joueurs en ces termes : «Je ne peux plus continuer ma mission au CRB, je suis démis- sionnaire.» Une réaction qui a sur- pris les camarades de Boukedjane qui ne s’attendaient nullement à telle décision.

Les joueurs lui ont demandé de revenir sur sa décision Face à cette situation inattendue, les joueurs ont essayé de convain-

cre leur entraîneur de revenir sur sa décision et de continuer sa mis- sion. Mais Henkouche leur a rétor- qué que sa décision était irrévocable et qu’il ne pouvait plus supporter la pression qui pèse sur ses épaules. Et pour cause, depuis le début de saison, ses détracteurs n’ont jamais cessé de réclamer son départ au moindre faux pas. De ce fait, Hen- kouche est conscient qu’il lui est impossible de continuer à travail- ler dans un tel climat. Pis, les joueurs, qui lui ont promis de se racheter, n’ont rien fait sur le ter- rain pour essayer de revenir avec un bon résultat. Autrement dit, ses joueurs l’ont déçu car l’équipe au- rait pu perdre avec les honneurs, comme cela fut le cas face au MCEE.

Il a déposé hier sa démission

Devant ce climat hostile, Hen- kouche a décidé de déposer hier sa démission sur le bureau de Ker- badj en étant convaincu qu’il ne pourra pas continuer l’aventure avec les Rouge et Blanc. C’est le message qu’il adressera à ses joueurs : «Il y a certaines choses qui m’ont poussé à prendre cette déci- sion.» En vérité, on a toujours an- noncé dans l’entourage du club qu’il était en sursis, même lorsque l’équipe gagnait.

K. M.

Kerbadj : «Je ne peux rien dire avant de le rencontrer»

Au moment où dans l’entourage du club, on parlait du dé- part de Henkouche, et avant même que Ker- badj ne tienne une réunion avec les diri- geants du club, nous avons jugé utile de prendre attache avec le président Mahfoud Kerbadj qui nous dira : «Vous me dites que Henkouche allait déposer sa démission

(entretien réalisé hier, ndlr), alors que pour l’instant, je n’ai rien reçu et je ne peux rien vous dire au sujet de Henkouche avant de l’avoir rencontré. Je vais d’ailleurs tenir une réunion avec les membres du bureau pour prendre les décisions nécessaires.»

du bureau pour prendre les décisions nécessaires.» «Les portes du club sont ouvertes à toutes les

«Les portes du club sont ouvertes à toutes les compétences» D’autre part et tout au long de la semaine passée, dans l’entourage du club, on ne cesse de parler du retour des anciens dirigeants. Cependant, le prési- dent Mahfoud Kerbadj ne semble accorder une quelconque importance à l’opposition. Il dit que «les portes du club sont ouvertes à toutes les compétences et ceux qui peuvent donner un plus au CRB sont les bienvenus». Ainsi, le premier responsable du club af- fiche une nouvelle fois sa position envers ceux qui profitent du moindre faux pas du club pour semer la zizanie et réclamer des changements dans l’équipe.

K. M.

Réunion d’urgence hier

en début de soirée

L es Belouizdadis étaient sous le

choc après la débâcle inattendue

à Annaba. Les dirigeants ont

donc jugé utile de provoquer une réu- nion d’urgence hier soir afin de pren- dre les mesures qu’il faut et redresser la situation dans les plus brefs délais. En effet, la situation est alarmante car les coéquipiers de Berradja n’arrivent plus à faire valoir leurs arguments sur le terrain. Malgré les efforts déployés par les dirigeants et leurs tentatives de trou- ver les solutions nécessaires, après avoir redouté l’existence d’un pro- blème entre les joueurs ou entre les joueurs et l’entraîneur, la situation n’a pas changé d’un iota. Pis, l’équipe a pris une raclée à Annaba et la crise s’est vite installée. Ainsi, cette réunion d’ur- gence à laquelle devait prendre part tous les membres du bureau de Ker- badj était plus que nécessaire, dans la mesure où d’importants rendez-vous attendent le CRB.

Beaucoup de choses seront revues Bien que les dirigeants du CRB aient eu vent hier matin que Henkouche al- lait rendre le tablier, ils n’ont voulu prendre aucune décision quant à l’ave- nir de l’entraîneur avant de se réunir, afin d’éviter toute précipitation qui risque de porter préjudice au club. Ils

voulaient d’abord se réunir, désigner un entraîneur pour ensuite revoir cer- taines choses qui ont empêché l’équipe de retrouver son rythmede croisière. C’est dire que cette mini-trêve tombe à pic pour permettre à Iaïche de connaitre les joueurs et de présenter son programme de travail à ses diri- geants. Même si d’importantes ren- contres attendent l’équipe dès la reprise du championnat, sans pour au- tant parler du match aller face au CC Sfax en Coupe nord-africaine, on ne peut pas exiger àIaïche qui débarquera cette semaine de réaliser des miracles.

Le bureau a tranché hier Même s’ils affichent une certaine hé- sitation au sujet de l’entraîneur, les di- rigeants du CRB, bien avant ladite réunion, avaient déjà l’intention de prendre une décision finale au sujet de Henkouche. Ils ne veulent en aucun cas laisser les choses traîner, d’autant plus que cette minitrêve du cham- pionnat est tombée à point nommé. Afin de ne pas de perdre de temps, les dirigeants ont accepté la démission de Henkouche pour ensuite finaliser avec Iaïche. Finalement et comme nous l’annoncions hier, la lourde défaite de Annaba aura été fatale à Mohamed Henkouche.

K. M.

Iaïche nouvel

entraîneur

Maintenant que le dé- part de Henkouche est presque fait puisqu’il devait déposer sa dé- mission hier et n’avait aucune intention de re- venir sur sa décision, les dirigeants du Chabab ont songé à l’ex-entraî- neur du CABBA, Ab- delkader Iaïche, qui a fait ses preuves là où il est passé. Ce dernier qui

entretient de bons rapports avec le président du club Mahfoud Ker- badj était déjà pressenti au CRB l’été der- nier, lorsque Henkouche s’est montré hésitant à continuer sa mission chez les Belouizdadis. Le premier contact a été le bon entre les deux hommes et Iaïche a ec- cepté le challenge d’entraîner l’un des clubs les plus populaires du pays.

Belhout

choisit Béja

Voulant parer à toute éventualité, les diri- geants du CRB, dans le cas où Iaïche déclinerait l’offre, ont aussi coché le nom de l’ex-entraîneur de l’Entente de Sétif, Rachid Belhout, sur leur calepin. Certains préfèrent celui-ci du fait que la situation actuelle nécessite un homme d’expérience qui pourra

redresser la barre. Finalement, l’ex-entraî- neur de l’Entente avait déjà choisi sa nou- velle destination en signant hier à l’Olympique de Béja (D1 tunisienne)

Negazzi probable adjoint

Malgré tout ce qui s’est dit au sujet de Iaïche et Belhout, les dirigeants bouizdadis, qui ont pris langue hier avec l’un d’entre eux avant la réu- nion, ont pensé à nom- mer un intérimaire à la place de Henkouche pour assurer les entraî- nements, il se pourrait qu’il dirige l’équipe face à

l’USMB si le CRB n’arrive pas à trouver un terrain d’entente avec les technicien susmentionnés. Et le coach le mieux indiqué pour assurer l’intérim n’est autre que Nourredine Neggazi, qui avait déjà assisté l’équipe dans les moments dif- ficiles et qui connaît bien la maison. Mais

comme Iaïche a déjà été choisi, Neggazi sera probablement son adjoint.

Simondi proposé, mais…

sera probablement son adjoint. Simondi proposé, mais… Bien que le choix était limité entre Iaïche et

Bien que le choix était limité entre Iaïche et Belhout, des proches du club ont proposé le nom de Bernard Si- mondi, mais les Be- louizdadis ne sont pas chauds pour l’ex-entraî- neur de l’Entente de Sétif, car les moyens fi- nanciers du club ne per- mettent pas de s’offrir les services du techni-

cien français.

car les moyens fi- nanciers du club ne per- mettent pas de s’offrir les services du

K. M.

car les moyens fi- nanciers du club ne per- mettent pas de s’offrir les services du
car les moyens fi- nanciers du club ne per- mettent pas de s’offrir les services du
14
14

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

Coup d’œil USMA-MSPB

Stade : Omar-Hamadi Affluence : nombreuse Arbitres : Benaïssa, Chettih, Bourouis Buts : Sayeh (29’),
Stade : Omar-Hamadi
Affluence : nombreuse
Arbitres : Benaïssa, Chettih, Bourouis
Buts : Sayeh (29’), Ouznadji (45’+1), Aït
Tahar (83’) (USMA) ; Loman (88’)
(MSPB)
Avertissements : Bourouag (62’, 86’),
Meddour (88’) (MSPB) ; Aouamri (74’),
Benaldjia (77’), Achiou (87’), (USMA)
Expulsion : Bourouag (86’) (MSPB)
USMA :
Abdouni, Benayada, Aouamri (Layati
79’), Rial, Cheklam, Aït Ouamar, Sayeh,
Dziri, Daham (Aït Tahar 75’), Achiou,
Ouznadji (Benaldjia 63’)
Entraîneur : Saâdi
MSPB :
Benfissa, Bouaraba (Ziad 46’), Dijllani,
Meddour, Bitam, Bourouag, Loukili
(Zeghidi 58’), Saïdi, Loman, Benamo-
krane (Yacef 46’), Lemouadaâ
Entraîneur : Rouabah

Rouabah :

«L’USMA revient fort»

Le coach du MSPB ne remet pas en cause la victoire de son adversaire. Il dira notamment à la fin de la partie :

«On savait qu’on allait rencontrer une équipe assez forte. L’USMA enregistre de bons résultats depuis cinq journées. Elle est allée prendre un point à Sétif. Elle est constituée de joueurs chevron- nés. Il n’y a pas de comparaison à faire avec mon équipe. Mes joueurs n’ont pas encore trouvé leurs repères. Il nous reste du travail à faire. On a joué cinq rencontres à l’extérieur depuis le début de la saison, ce qui va nous donner une phase retour moins contraignante.»

Le manager libanais n’a pas pu observer Benaldjia

Un manager libanais serait venu à Bologhine pour superviser l’attaquant Benaldjia. Le manager a quitté le stade sans pouvoir voir le joueur en question. Il serait parti au stade Zioui voir la deuxième mi-temps de NAHD-WAT.

USMA 3 - MSPB 1

L’USMA prête pour le derby

3 - M S P B 1 L’USMA prête pour le derby L es Rouge et

L es Rouge et Noir n’ont pas trouvé trop de difficultés pour venir à bout d’une équipe du MSPB venue dans l’espoir de revenir avec un match nul. L’équipe de Rouabah a aligné une composante à vocation défen-

sive. En première mi-temps, Sayeh et Ouznadji assurent l’avantage pour l’USMA. Le premier pro- fite d’un travail d’Achiou, avant de fusiller l’infor- tuné Benfissa. Le second hérite d’un ballon de Aouamri et marque du plat du pied à l’intérieur de la surface de réparation. En seconde période,

Rouabah, côté MSPB, procède à trois change- ments. Il remplace des défenseurs par des milieux de terrain offensifs. Cela ne va rien donner au ta- bleau d’affichage. Au contraire, l’USMA gère bien son avance au score. Les Usmistes vont rajouter un troisième but par l’intermédiaire du rempla- çant Aït Tahar. Les jeux étaient faits, ou presque, le but de Loman à deux minutes de la fin sauvera l’honneur de son équipe. L’USMA est dans une courbe ascendante. Saâdi peut préparer son derby comme il le souhaite.

Adel C.

Les frères de Amaouche et Yacef chez Zidani

On vient d’apprendre de sources généralement bien informées que les frères des joueurs Yacine Amaouche et Hamza Yacef ont fait un déplace-

ment à Batna, avant le voyage du MSPB à Alger, pour le match contre l’USMA. Les deux hommes en ques- tion auraient rencontré le numéro 1 du club. Il était question des primes de signature des deux joueurs, recrutés durant le dernier marché des transferts. Les parents des deux joueurs seraient en fait leurs mana- gers. On croit savoir que Yacef et Amouche n’auraient pas encore touché leur prime de signature, mais se- raient en possession de chèques de garantie au nom

de Zedam. Pourquoi Zedam ? Parce que cet ex-diri- geant est derrière leur arrivée au MSPB. Il aurait convaincu les deux recrues en leur versant 50 mil- lions cash à chacun, croit-on savoir, et deux chèques d’une valeur d’un demi-milliard de centimes. C’est sans doute l’objet de cette rencontre de Zidani et des frères de Amaouche, sans doute le plus aîné, Hakim et de Yacef, qui aurait fait déplacer Zedam chez le pré- sident. Quant au retour de Zedam dans les girons du club, il serait en fin de compte repoussé aux calendes grecques, nous confiait la même source.

Aouamri suspendu face au Mouloudia

Il n’y aura pas que le Doyen qui sera privé de joueurs pour cause de suspension. L’USMA enregis- trera l’absence de Aouamri. Il a écopé d’un carton, le troisième. Ce qui le privera du derby.

Reziouak «On ne sait pas revenir au score»

Vous ne jouez plus depuis les deux dernières rencontres à cause de vos adducteurs ? Vous l’avez bien dit, je souffre des adducteurs, j’ai commencé à ressen- tir des douleurs à partir du match contre la JSMB, mais c’est face au CRB que ça empirait. Il a fallu des médicaments pour calmer parfois les douleurs. Vous êtes sur des charbons ar- dents depuis plusieurs saisons. Il

y a eu de nombreuses accessions. Vous jouez plus de 30 matchs à

chaque saison, le mal serait-il dû

à ce train de vie ?

Je ne pense pas, cela peut avoir pour origine une mauvaise récupé- ration. Dans l’une de vos déclarations, vous nous disiez que vous aviez une hygiène de vie rigoureuse… Malgré ça, ce genre de blessure peut arriver à tout moment. Il m’a fallu un peut de repos. J’ai repris en solo, en attendant de réintégrer le groupe, dès le début de la semaine prochaine. Je pense que je serai d’at- taque face à Annaba. Un avis sur la défaite de Sétif ? Cette défaite et celles du MCEE, du WAT et même le nul contre le CRB sont la conséquence de cadeau

qu’on avait offert à l’adversaire. Face à Sétif, on pouvait marquer dans les trente premières
qu’on avait offert à l’adversaire. Face
à Sétif, on pouvait marquer dans les
trente premières minutes du
match.
Quand on rate, on finit
par encaisser dit-on.
Qu’en pen-
rive à garder son but vierge.
L’axe de la défense n’est pas bril-
lant, n’est-ce pas ?
C’est vrai, tout le monde
l’a constaté. Il n’est pas
encore au point.
La
sez-
vous
paire
?
Loukili-Re-
C’est ce qui nous
est arrivé contre le
MCEE. On s’est créé
une multitude d’occa-
sions, malheureusement
on n’a pas su les concré-
tiser.
Cela veut-il dire que
l’attaque ne fait pas
correctement son
travail ?
Ce n’est pas ce que je
veux dire et même si
c’est le cas, en défense, je
dois faire correctement le
mien, c’est-à-dire rester
vigilant et concentré
durant toute la par-
tie. Le plus impor-
tant est que le
compartiment défensif ar-
ziouak, c’était
du solide la sai-
son passée,
qu’est-ce qui ne
va pas cette sai-
son ?
Cette saison, les
données ont changé.
De plus, si vous vous
souvenez bien, j’ai
entamé la saison
avec Debous dans
l’axe. Ce dernier a
joué toute la phase
aller. Il s’est blessé
après le match de An-
naba. On avait joué
deux matchs de la
phase retour. Lou-
kili avait pris la
place de Debous par

la suite. Que préconisez-vous, en tant que cadre et ancien joueur, comme solution dans l’axe ? Ce n’est pas à moi de répondre à cette question. D’ailleurs, ces der- niers temps, je suis hors du coup. Peut-on imaginer des change- ments si les résultats ne sont toujours pas bons ? Là non plus, je ne peux pas vous répondre. Mais l’année passée, on avait dit que des joueurs se sont opposés à la venue de Mouassa. Les ca- dres sont souvent consultés pour donner leur avis sur le recrute- ment ou le départ d’un coach… Ce n’est pas vrai, personne ne s’est opposé à l’arrivée de Mouassa. Dans quel sens va le MSPB ? Franchement, la situation est déli- cate, il reste encore des problèmes fi- nanciers à régler. Une partie des joueurs a été payée et l’autre attend toujours. Les résultats sont absents pour le moment. Le public nous met la pression. Optimiste tout de même ? Je suis désolé, je vous parle de la réalité.

Entretien réalisé par Mouloud B.

Saâdi : «On peut passer au derby maintenant»

Noureddine Saâdi a tenu avant de commenter le match d’hier à revenir sur la rencontre de mardi dernier contre l’ESS. «Je n’ai pas pour habitude de critiquer les arbitres et je n’ai rien contre Abid Charef. Je dirais à ceux qui avaient laissé entendre que l’ESS a été privée de deux penalties, que l’USMA avait été privée d’un penalty valable, suite à une main de Aksas. Concernant la victoire face au MSPB, elle ne souffre d’aucune contestation. Elle nous permet de préparer le derby à l’aise. En ce qui concerne le cas de Benaoumeur, je ne l’ai pas renvoyé. Il est parti de son propre chef. Son départ ne nous a pas causé de problèmes. Benayada a rempli son rôle comme il se doit.»

Cheklam

«C’est une occasion de revenir chez les A»

Auteur d’un bon début de saison avec l’USMA, Farid Cheklam, qui

a déjà été sélectionné chez les A,

nous a révélé que cette convoca- tion tombe à pic puisqu’il se sent en bonne forme, et c’est l’occasion de montrer de quoi il est capable. «Malgré ma mise à l’écart de l’EN, je n’ai jamais douté de mes capaci- tés. J’ai continué de travailler avec l’intention d’y revenir un jour. Je suis sûr que cette convocation en A’ est une bonne occasion pour m’im- poser chez les locaux et, pourquoi pas, revenir chez les A» a dit le transfuge de l’ASO Chlef.

Sayah

en regroupement avec les U23

Saïd Sayah, le jeune attaquant us- miste, devra être indisponible

pour au moins dix jours. En effet, l’ailier des Rouge et Noir a été ap- pelé par le sélectionneur national de l’Equipe olympique, Abdelhak Benchikha, pour prendre part au stage de préparation qui aura lieu

à Marseille, en France, du 4 de ce

mois au 14. L’une des révélations de la saison passée des Rouge et Noir est le seul joueur de l’USMA retenu pour ce regroupement pour préparer les éliminatoires des JO 2012 de Londres.

Quatre jours de repos pour Mazouzi

Le jeune gardien de but usmiste, Rafik Mazouzi, devra rester au repos pendant quatre jours, car souffrant d’une luxation au ni- veau d’un doigt. Le troisième gardien des Rouge et Noir, non

concerné par le match des juniors face au CAB, a tenu quand même

à se présenter au stade de Bolo- ghine pour encourager ses co- équipiers.

Adel C.

Amroune n’est pas encore qualifié

Seif Eddine Amroune n’est pas encore qualifié. Selon le président du club, la lettre de sortie du joueur n’est pas encore arrivée au niveau de la FAF. Le président Zi- dani a laissé entendre que le joueur en question serait proba- blement qualifié lors de la neu- vième journée face à l’USMAn.

Le Buteur n° 995 Dimanche 4 octobre 2009

15
15

Coup de grâce NAHD-WAT

NAHD 1 - WAT 0

Stade Zioui (Alger) Affluence : nombreuse Arbitres : Bouali, Tahir, Yamani Avertissements : Danou (40’)(NAHD)
Stade Zioui (Alger)
Affluence : nombreuse
Arbitres : Bouali, Tahir, Yamani
Avertissements : Danou
(40’)(NAHD) ; Benmoussa
(90’+2)(WAT)
But : Gana (90’ + 2) (NAHD)
NAHD :
Asselah, Gana, Abbas, Ali Houari,
Nehari, Moumen, Danou (Laouer
65’), Derrardja, Siouane, Chahloul
(Mekkaoui 72’), Bouhafs (Hebbache
49’).
Entraîneur : Biskri
WAT :
Djemili, Boudjakdji, Chaïb (Hadji
62’), Benmoussa, Bachiri, Djallit,
Ghazzali, Habri, Yallaoui, Belgerri,
Sidhoum (Boulahia 27’).
Entraîneur : Bouali

Biskri : «On peut souffler»

«J’estime que nous avons fourni une très bonne prestation. Le seul point noir est ce manque de réussite devant le but, car au vu des nombreuses occasions qu’on s’est créées, nous aurions pu inscrire davantage. Je ne vous cache pas que le doute s’est ins- tallé chez certains de mes joueurs, ce qui ne m’a plu, car ils devaient y croire jusqu’au bout. Avec cette victoire, on peut souffler.»

Bouali : «Les dernières minutes nous sont fatidiques»

«Nous avons eu des occasions de but, nous n’en avons pas profité à cause d’un manque de lucidité de mes joueurs. Ce qui me chiffonne est qu’on se fait surprendre dans les dernières minutes. Face à Blida, on s’est fait remonter au score dans les der- nières minutes et aujourd’hui c’est la même chose.»

Benlala proposé

au Nasria

Un joueur émigré, Réda Ben- lala en l’occurrence, sous contrat avec l’USM Annaba, a été pro- posé au NAHD pour éventuelle- ment l’engager durant le mercato. Laissé sur la banc, il a été proposé au Nasria afin d’avoir une chance de jouer. Selon une source proche du club sang et or, cet élément pourrait être testé dans les jours à venir.

Hadiouche n’intéresse pas la direction

L’ancien attaquant nahdiste, Abdenour Hadiouche, serait in- téressé pour faire son come- back. Il est peu utilisé au MC El Eulma, ce qui lui a fait regretter son départ de l’équipe qui lui a fait un nom. Des rumeurs font état de contacts entre le joueur et la direction pour récupérer l’enfant de Laâdjiba durant le mercato. Cependant, un mem- bre du bureau du club a démenti l’information. Selon notre source, «la direction du NAHD n’a pas l’intention de récupérer Hadiouche qui est parti de son propre gré. En plus, le NAHD a besoin de joueurs compétitifs qui peuvent apporter le plus souhaité, notamment au niveau de l’at- taque». Ainsi, Hadiouche n’est plus sur le calepin de la direction nahdiste.

S. H.

90’+2, Gana libère Zioui

sente seul face à Djemili mais il rate complètement sa frappe. Cette stéri- lité offensive des Husseindéens s’est poursuivie en deuxième mi-temps, une stérilité qui a pour effet de met- tre le stade Zioui en ébullition. Du côté des joueurs, le doute commença à s’installer tout doucement dans leurs esprits au point où certains d’entre eux n’y croyaient plus, ce qui n’a pas été du goût de leur entraîneur qui a décidé d’effectuer des change- ments pour fouetter son équipe. Cette façon de procéder portera ses fruits puisque le rentrant Hebbache donnera le tournis aux défenseurs tlemcéniens. C’est d’ailleurs lui dans le temps additionnel qui transpercera la solide citadelle du Widad avant de donner une bonne balle à Derrardja qui s’apprêtait à concrétiser avant d’être fauché dans la surface de répa- ration. Sans la moindre hésitation, l’arbitre désigne le point de penalty. Le spécialiste maison, en l’occurrence Gana, le transforme, libérant ainsi un stade Zioui au bord de l’explosion et met fin à une série de quatre défaites consécutives.

Slimane M.

à une série de quatre défaites consécutives. Slimane M. Après quatre défaites consécutives, les Husseindéens se

Après quatre défaites consécutives, les Husseindéens se devaient de pro- fiter de la venue du WAT pour re- nouer avec la victoire et sortir la tête de l’eau, c’est ce qui explique certaine- ment le fait que les coéquipiers de Gana sont entrés de plein fouet dans cette rencontre. Dès la première mi- nute, Bouhafs se crée une belle occa- sion de but, mais en vain. Quelques

minutes après, le même joueur se présente seul face au gardien de but tlemcénien, ce dernier sort vain- queur de ce duel. Malgré ces occa- sions ratées, les joueurs du Nasria n’ont pas baissé les bras en continuant à presser leur adversaire du jour, mais sans grand résultat. Siouane tombera encore une fois dans le piège de l’ex- cès de précipitation. A la 23’, il se pré-

Benhadj-Djillali : «Les contacts remontent au début de saison»

L’ancien milieu de terrain offensif de l’ASO, de la JSK et de l’OMR et actuellement en rupture de ban avec l’USM Annaba, Réda Ben- hadj-Djillali, confirme les contacts avec la direction et la rencontre qui a eu lieu avec les dirigeants. Il dira en substance : «Effectivement, j’ai rencontré les dirigeants mercredi soir et nous avons discuté sur la possibilité de rejoindre le groupe durant le mercato. Moi, je suis prêt, mais la direction doit négocier avec les responsables de Annaba et, éventuellement, racheter mon contrat car je suis tou- jours lié à l’USMAn. C’est vous dire que les contacts ne datent pas

d’aujourd’hui. Ils remontent au début de saison. De mon côté, j’aimerais bien être fixé sur ma situation pour pouvoir entamer les entraînements avec le groupe. Pour le moment, je m’en- traîne seul.» Benhadj-Djillali affirme, en outre, qu’il est prêt physi- quement, car il ne s’est jamais arrêté de s’entraîner ; mais il a besoin de connaître les intentions des responsables husseindéens pour re- joindre le groupe et suivre le programme d’entraînement avec l’équipe.

S. H.

CABBA

Une relâche salutaire

Q uestionnés à propos du report du

derby des Hauts Plateaux et de la

relâche qui interviendra juste

après pour permettre à l’EN de disputer son match face au Rwanda, les joueurs regrettent surtout de ne pas pou- voir jouer contre l’ESS à temps, sauf les blessés bien sûr qui espèrent que cette pause leur fera du bien. Les membres du staff technique se joignent à eux pour louer les bienfaits d’une telle trêve qui sera exploitée, non seulement par le coach afin de colmater les brèches constatées après l’entame de la compéti- tion, mais aussi pour récupérer les élé- ments blessés. En somme, la minitrêve, qui durera 21 jours pour les coéquipiers de Kial les arrange même s’il aurait été préférable d’enchaîner avec le match sui- vant, qui n’est autre que le derby face au frère ennemi sétifien. Le CABBA reste sur une dynamique de résultats positifs depuis 4 journées, et l’occasion aurait été propice aux Bordjiens pour confirmer leur suprématie traditionnelle sur leur

et Hachoud Bitam en EN A’ Les deux loups du CABBA, à de match deux
et Hachoud
Bitam en
EN A’
Les
deux
loups
du
CABBA,
à de match deux jeunes Abderrah- leurs Alger recevoir qui
mane
Hachoud
Abdel-
malek
Bitam
avaient
attiré
les
sur
eux
en
compagnie
leur
équipe
finaliste
la
coupe
la
la de les écoulée, de du et
ont
vu
enfin
efforts
récompensés.
Ces
derniers
ont
été
convoqués
par
Ab-
delhak
Benchikha
en
EN
A’
pour
stage
17
au
29
octobre
pour
préparer
des
éli-
minatoires
CAN
des
locaux.
Les
joueurs
sont
ravis
de
leur
première
le saison regards le convocation
pour
défendre
couleurs
nationales.

adversaire. En tout cas, ce n’est que partie remise et les coéquipiers de Ammour se concentrent actuelle- ment sur leur déplacement à Béjaïa, lors de la prochaine journée, prévue le 17 octobre. On sait que Nassim Zazoua et Khelifa Bakha souffrent de déchirure musculaire, ce qui les a em- pêchés d’ailleurs de répondre présents lors des derniers matches de leur équipe, notamment, celui disputé ré- cemment face au MCEE. L’engagement qui avait prévalu a bien sûr laissé des séquelles chez les joueurs. C’est ainsi que Kial, Loucif, Bitam ainsi que Guera ont contacté diverses blessures et ils sont venus garnir l’infirmerie. Avec ces éléments, en plus de Bakha et Zazoua qui peuvent être considérés comme étant des titulaires en puissance, on peut dire que la relâche fait les affaires des Bordjiens puisque s’ils avaient joué un match aussi important, ils auraient été amoindris de moitié.

Hachoud : «J’attendais ce moment depuis longtemps»

Bitam : «C’est le plus beau jour de ma vie»

«En réalité, cette convocation, je l’attendais de- puis longtemps, et ce n’est que justice aujourd’hui que le nouveau coach de l’EN me fasse appel, après avoir été complètement ignoré par son prédéces- seur. Je ferai tout pour mériter sa confiance car dé- fendre les couleurs de l’EN est un très grand honneur pour moi et pour mon équipe qui m’a per- mis de jouer et de me révéler. J’espère que ce sera le début d’une longue carrière avec les Verts, sachant que mon objectif est de gra- vir les échelons.»

« Cette première convocation parmi les Verts restera gra- vée dans ma mémoire, car défendre les couleurs de son pays est le rêve de tout joueur. Celle-ci n’est pas le fruit d’un hasard, mais plutôt l’aboutissement de plusieurs années de travail. Je n’oublierai jamais que c’est grâce au CABBA, ses dirigeants ainsi que ses supporters, que j’ai pu donner le meilleur de moi-même sur le terrain, notamment la saison écoulée lorsque nous sommes arrivés jusqu’en finale de la coupe et le bon parcours en championnat. Cela dit, je sais que je ne suis pas encore arrivé et que le plus dur sera, bien sûr, de confirmer.»

A. B.

 

Championnat de la Division 1

 

Suite des résultats et classement 8e journée

 

JS Kabylie

3-0

AS

Khroub

CA

Batna

1-2

MC

Alger

 

USM Annaba

3-0

CR

Belouizdad

 
 

ASO

Chlef

0-1

JSM

Béjaïa

 

USM El Harrach NA Hussein Dey USM Alger

1-0

MC

El Eulma

1-0

WA

Tlemcen

3-1

MSP Batna

 
 

MC

Oran

1-0

USM Blida

 

CA Bordj Bou Arréridj

ES

Sétif (reporté)

 
 

Pts

J

G

N

P

Bp

Bc

Dif

01- MC Alger

18

07

6

0

1

11

01

+10

02- USM El Harrach

16

07

5

1

1

11

03

+08

03- USMAnnaba

15

08

4

3

1

10

06

+04

04- MC Oran

13

08

4

1

3

09

07

+02

05- JS Kabylie

12

08

3

2

3

08

05

+03

06- CABordjBouArréridj 11

11

07

08

3

3

2

2

2

3

08

11

07

11

+01

00

07- USM Alger

   
 

11

08

3

2

3

09

10

-01

08- WA Tlemcen 09- MC El Eulma

11

08

3

2

3

11

12

-01

10- USM Blida

10

07

3

1

3

06

07

-01

11-

CA Batna

9

08

2

3

3

06

06

00

12- CR Belouizdad

9

08

2

3

3

08

13

-05

13-JSMBéjaïa

8

08

2

2

4

06

09

-03

14- NA Hussein Dey

8

08

2

2

4

06

09

-03