Journée délibérative

Consacrée aux états généraux des socialistes
Samedi 4 octobre 2014
10h30-16h30
#CohérencePS #EGPS
1
10h-10h30 Accueil des participants
10h30-11h Plénière de lancement
11h-12h00 Problématisation des différentes thématiques
en ateliers
12h00-13h30 Pique-nique sur l’esplanade des Invalides
13h30-15h15 Elaboration des propositions et des synthèses
15h15-16h30 Plénière de conclusion
Planning de la journée
2
Nous vous souhai t ons l a
bienvenue pour une journée que
nous avons voulu consacrer à la
part i ci pat i on de Cohérence
Socialiste dans les états généraux
des socialistes.
Notre jeune sensibilité entend
s’engager pl ei nement pour
redonner la parole aux socialistes
qui, trop souvent, nous font part
de leur sentiment de ne pas être
entendus.
Il s’agit, ensemble, de se
confronter sans tabou à certaines
questions délicates qui nous
divisent, en tant que socialistes, et
d’ é l a bor e r e n s e mbl e de s
réponses aux problèmes que
nous aurons délimités : il nous faut
(re)penser le lien entre laïcité et
République, l’imbrication des
souverainetés entre l’échelon
national et européen, la question
essentielle de l’écologie et de la
croissance ainsi que la nécessaire
revitalisation de notre démocratie,
par un élan citoyen conjugué à
des réformes institutionnelles de
grande ampleur.
La démarche que nous avons
choisi de mettre en oeuvre à
l ’occasi on de cette j ournée,
inspirée par les expériences de
démocr at i e dél i bér at i ve, a
vocation à servir de modèle pour
l’organisation de notre réflexion
pendant les mois à venir. La
première phase sur internet est
suivie par des ateliers où chacun a
la parole, ce qui permet de faire
émerger les idées avec des
méthodes innovantes.
Vous aurez l’occasion de nous
f a i r e un r et our s ur v ot r e
e x pé r i e n c e pou r qu e l e s
évènements sui vants col l ent
encore mieux à vos souhaits.
En espérant que les ateliers
pr opos és v ous donner ont
satisfaction, nous nous réjouissons
de l’intérêt que vous portez à
Cohérence Socialiste !
Le mot des porte-paroles
Karine Berger, Yann Galut,
Valérie Rabault et Alexis Bachelay
Qu’est-ce que Cohérence Socialiste ?
Cohérence Socialiste est une sensibilité créée en juin 2014 qui vise
à porter de manière dynamique certains débats au sein du Parti
socialiste : orientation de la politique économique, question
Européenne, réforme de nos institutions pour répondre à la crise de
l’engagement citoyen à l’heure où la démocratie doit devenir
interactive…
Notre démarche entend renouveler les idées et les méthodes au
sein du Parti socialiste en redonnant la parole aux militants, afin de
faire émerger des propositions concrètes et de retrouver une ligne. Le
PS doit porter le débat, la réflexion et des propositions identifiées pour
réanimer la promesse de la Gauche, pour retrouver le sens de
l’engagement dans un monde transformé.
Notre responsabilité est de promouvoir un projet et des objectifs
qui répondent aux attentes et aux préoccupations de nos concitoyens.
Notre devoir est de faire réussir la gauche au pouvoir dans le mandat
qui nous a été imparti par les Français, c’est-à-dire d’ici 2017. Il est
temps d’agir.
1) Liberté de mouvement et de
participation : les participants
peuvent librement décider de
prendre une pause pendant le
dispositif, sans que cela n’ait
d’incidence sur le déroulement de
la journée ;
2) Liberté d’expression  : aucune
idée n’est mauvaise à priori, même
les plus étranges à première vue ;
3) Respect d’autrui  : chacun est à
sa place, chacun a des choses à
apporter au débat ;
4) Respect des horaires : l a
journée sera chargée, alors autant
ne pas se mettre en retard ;
5) Parlons peu, parlons bien  : les
prises de parole doivent être
concises. Ne vous vexez pas si
l ’ ani mat eur v ous demande
d’écourter ;
6) Se faire plaisir : parce qu’on
veut tous changer le monde, si on
peut le faire en s’amusant, c’est
encore mieux !
Il s’agit de libérer la créativité dans une atmosphère positive afin
de faire émerger des propositions innovantes. La méthodologie
repose sur six principes :
Ateliers délibératifs : mode d’emploi
4
Atelier n°1 : Laïcité et République
(Thème n°2 des états généraux) Comment « faire société » dans une France
tiraillée à la fois par l’individualisme, le consumérisme et le communautarisme ?
Comment renforcer le pacte républicain partout et pour tous ? Agir ensemble
pour le vivre-ensemble, contre l'antisémitisme et l'islamophobie ? Comment
concevoir l’application des principes de la laïcité pour qu’elle ait une force
intégratrice ? Comment conjuguer aspiration à l’unité et expression de la
diversité – des territoires, des parcours, des structures familiales ?
Première analyse
La laïcité est une de nos valeurs
fondamentales. C’est aussi une des
valeurs de base énoncées dans la
Constitution française : « la France
est une République indivisible,
laïque, démocratique et sociale ».
Elle repose sur deux principes :
l’obligation de l’État de ne pas
s’immiscer dans les convictions
individuelles et l’égalité de tous
devant la loi, que l’on ait ou non
une religion et quelle que soit sa
religion. Elle implique ainsi la
liberté de conscience et de culte, la
libre organisation des différentes
religions, leur égalité juridique, le
droit à un lieu de culte et de
sépulture, la neutralité de l’Etat
envers ces religions, ainsi que la
liberté d’enseignement. La laïcité
est un élément qui permet l’unité
de la communauté nationale. Elle
est le cœur du respect et de la
tolérance. Mais surtout, la laïcité est
une garantie de l’impartialité de
l’Etat, ce qui est essentiel pour que
vive le contrat social. Or ce socle
social posé dans le contexte
particulier de sécularisation propre
à la IIIème République atteint
aujourd’hui ses limites. L’isolement
des individus, le besoin de sens
confronté à une fragmentation et
une complexification de la société
conduisent à une recherche de
nouvelles références, voire de
nouvelles formes de spiritualité.
Cela peut avoir pour conséquence
l a radi cal i sat i on de cert ai ns
él ément s des communaut és
religieuses françaises. La montée
e n p u i s s a n c e d u
communautari sme, ai nsi que
l’instrumentalisation des tensions
religieuses, tant au sein de notre
p a y s q u e s u r l a s c è n e
internationale, met à mal le pacte
social que la laïcité avait contribué
à définir. Il nous appartient de
redéfinir les fondations de ce
ciment sociétal. La laïcité ne peut
devenir l’arme de l’extrême-droite
et de la droite dure utilisée contre
5
l es rel i gi ons. Un mouvement
comme le nôtre, qui lutte contre les
débats interdits, doit se saisir d’une
question aussi importante mais,
paradoxalement, aussi taboue. En
effet, la faiblesse idéologique qui
entoure le concept de laïcité au
XXIème siècle vient pour partie de
la peur de beaucoup de s’aventurer
dans une réflexion où tout est
porteur de polémiques. L’Islam tout
particulièrement est au cœur des
r egar ds et des ut i l i s at i ons
pol i t i ci ennes : l a l aï ci t é est
i nvoquée pour dénoncer l a
nourriture halal, … Elle sert de
prétexte à polémiquer sur les
cantines scolaires. Pourtant, nous
ne pouvons délaisser une question
si importante, et si structurante
pour la société républicaine de
demain, où les religions doivent
être amenées à coexi ster et
contribuer à la vie harmonieuse de
notre société. La laïcité, plutôt
qu’un étendard brandi par les
extrémi smes pour atti ser l es
tensions doit devenir un liant
destiné à apaiser les relations entre
les individus, dans le cadre d’un
di al ogue mûr entre l ’ Etat, l e
citoyen, l’individu et les cultes.
Nos premières propositions
Proposition 1. Pour une « constitutionnalisation » effective de
la loi de 1905
Proposition 2. Renforcer les prérogatives de l’Observatoire
de la Laïcité.
Proposition 3. Constituer un groupe d’action et de veille pour
la laïcité au sein du PS
6
Atelier n°2 : Démocratie et représentation
(Thème n°5 des états généraux) Que peut la politique dans le nouvel âge de la
démocratie – une démocratie médiatique, numérique, individualiste, sceptique ?
Comment les citoyens peuvent-ils se réapproprier la chose publique ? Comment
permettre la participation des citoyens ? Diversifier les formes d’expression et
d’engagement ? Réorganiser la démocratie représentative pour qu’elle traduise
mieux la diversité de la société française ? Lutter contre la société bloquée et la
reproduction des élites ? Quelle place pour les autres dimensions de la
démocratie : sociale, territoriale, culturelle ? Comment penser maintenant et agir
pour longtemps ?
Notre première analyse
Après bientôt soixante ans de
Cinquième République, la situation
politique de notre pays est à bien
des égards difficile. Les institutions
actuelles ne parviennent pas à
rassurer les Français sur leur
aptitude à anticiper les évolutions
é c on omi qu e s , s oc i a l e s e t
culturelles qui auront lieu dans les
années à venir. La manière de faire
de la politique, n’est plus adaptée
aux besoins des citoyens, aux
techniques d'information et de
communication, et ne permet
souvent plus d'assurer une action
publique efficace et satisfaisante.
Les enjeux économiques et sociaux
sont débattus dans un cadre où le
citoyen a trop peu la parole, et les
discussions purement tactiques
prennent le pas dans le débat
public et médiatique sur les sujets
de fond, de vie quotidienne, qui
engagent chacun des Français. La
responsabilité d'un mouvement
qui souhaite faire avancer la
gauche et la France doit être de
dépasser ce constat d'échec, et de
p r o p o s e r d e s é v o l u t i o n s
courageuses, fortes et innovantes.
Il nous faut repenser le lien entre le
citoyen et son représentant dans le
cadre d' un nouveau cont rat
démocratique, pour dépasser la
crise de la représentativité et
réorienter la République vers les
Français. Cohérence Socialiste a
ainsi lancé plusieurs propositions,
qui doivent nourrir la discussion
entre militants et entre Français, et
mener à des changements dans la
manière dont la politique est faite
et vécue par chacun. L’enjeu est de
faire de la démocratie interactive,
rapprochant les citoyens de leurs
représentant, interagissant en
permanence, une réalité.
7
Nos premières pistes
Proposition 1. La suppression de la fonction de Premier
ministre pour mettre fin au caractère bancal et illisible du
couple exécutif.
Proposition 2. La suppression du droit de dissolution pour
renforcer le Parlement, avec une réduction du nombre de
députés à 400 et de sénateurs à 100, et l’instauration d’une
dose de proportionnelle pour les députés et la modification
du mode d’élection des sénateurs.
Proposition 3. Vers de nouvelles pratiques politiques pour les
élus : limitation du cumul des mandats dans le temps…
Proposition 4. Redynamiser la démocratie locale
8
Atelier n°3 : Croissance et social-écologie
(Thème n°8 des états généraux) Qu’est-ce que la social-écologie ? Comment
mettre en œuvre efficacement un développement durable ? Quel contenu
nouveau donner à la croissance ? Comment produire, consommer, se déplacer
autrement ? Quelle éducation à l’environnement et à sa préservation ? Comment
concilier le progrès humain et l’épuisement de la biodiversité ? Comment faire
face à la nouvelle fracture environnementale, au cœur de la question sociale ?
Notre première analyse
La libre circulation des capitaux et
l’automatisation de la production
ont entrainé depuis la fin des
années 70 une désindustrialisation
rapide et massive qui a précarisé
l e s c l a s s e s po pu l a i r e s e t
moyennes, dévasté socialement de
nombreux territoires et nous prive
des leviers pour enclencher la
nécessaire transition écologique
de l’économie. Pour faire face à la
me n a c e de s c a t a s t r o ph e s
climatiques aux répercussions
économiques (multiplication des
crises), sociales (montée des
inégalités) et politiques (désamour
de la démocratie, montée des
extrémismes), il faut opérer une
transformation en profondeur de
nos modes de production. Nous
nous refusons à voir l’écologie se
limiter à la protection de quelques
es pèc es pr ot égées , à v oi r
l’écologie instrumentalisée par
ceux qui la transforment en un
fonds de commerce superficiel, où
l’on dit tout et son contraire, en un
levier politicien pour se garantir
des places en prêchant des « yaka
et il faut qu’on » déconnectés de
toute articulation avec le réel, et de
toute cohérence avec notre destin
collectif. N’instrumentalisons pas
l’écologie. Le lien entre croissance
et social-écologie, c’est notre
histoire la plus profonde et notre
avenir, notre horizon structurant.
Nous voulons travailler à une
croissance durable, c’est-à-dire,
rechercher plus de valeur-ajoutée
avec moins d’énergie, avec moins
de matière première, avec moins
de pollution. C’est possible en
i nvent ant , créant , i nnovant .
Intelligence collective, progrès,
humanisme, loi des hommes et
capacité à maîtriser leur destin,
culture scientifique et recherche en
mouvement, arbitrage des risques
en toute connaissance de cause
mais aussi optimisme : ce sont
toutes nos valeurs qui font de
l’écologie la question socialiste du
XXIème siècle. Face à de tels
constats, il nous faut bâtir des
9
s o l u t i o n s i n n o v a n t e s q u i
reposeront sur l es mul t i pl es
expérimentations partout en France
et dans le monde qui : a) Parient
sur l’économie collaborative et
l’économie sociale pour dépasser
l e c api t al i s me financ i er b)
Favorisent le long terme et la
r éduc t i on des i mpac t s s ur
l’environnement c) Prennent en
compte la nouvelle donne de la
Globalisation en fixant le bon
niveau de décision (local, France,
Europe) et en coopérant avec les
autres Etats et les institutions
i n t e r n a t i o n a l e s p o u r ê t r e
r é e l l e m e n t e f fi c a c e s d )
Accompagnent la reconstruction
des tissus économiques sinistrés en
c r é a n t d e s o f f r e s l o c a l e s
qualitatives et écologiquement
douces, basées sur des circuits
courts.
Nos premières pistes
Proposition 1. Retrouver le sens d’une économique circulaire
et durable
Proposition 2. Lutter contre la pollution à tous les niveaux
Proposition 3. Energie : Lutter contre le diesel, investir dans
les énergies renouvelables
Proposition 4. Accompagner la révolution de la mobilité
10
Atelier n°4 : Europe et souveraineté
(Thème n°12 des états généraux) Comment réorienter effectivement l’Union
européenne ? Quels éléments de souveraineté partagée pour réaliser une
Europe plus démocratique, plus dynamique, plus solidaire, plus influente sur la
scène internationale ? Comment y parvenir malgré le recul de la gauche
continentale au Parlement européen ? Comment concevoir ses relations avec les
autres puissances régionales du globe – Etats-Unis, Chine, Russie, continent
africain ? Quel partenariat euro-méditerranéen ?
Notre première analyse
Il nous faut faire un constat
difficile : alors qu’elle était au cœur
d e s e s p o i r s d e p l u s i e u r s
générations, et qu’elle s’incarne
davantage chaque jour dans la vie
de nos concitoyens, beaucoup
parmi nos compatriotes perçoivent
l’Europe comme une construction
technocratique. Intrusive à l’égard
de la souveraineté française, elle
serait également destructrice des
avancées sociales et du modèle
culturel français. Ce rejet naît avant
tout d’un sentiment d’amertume,
dû au soin pris par les politiques
européens mais avant tout français,
depuis 2005, à effacer toute trace
du référendum rejetant le traité
constitutionnel européen. Mais la
critique de l’Europe est également
la conséquence d’une incertitude
profonde : quelle Europe sommes-
nous en train de construire ? Celle
de la libre concurrence ou celle de
l ’ har moni s at i on s ol i dai r e ?
Pourquoi déléguer la souveraineté
à une autorité supranationale
perçue comme inefficace, lointaine
et bureaucratique ? Cohérence
Soci al i ste l ance i ci pl usi eurs
propositions concrètes, pour que
les Français renouent durablement,
non seul ement avec l ’ i déal
européen, mais également avec
s es t r aduc t i ons pol i t i ques
concrètes.
Nos premières pistes
Proposition 1. Permettre aux citoyens européens de s’approprier
démocratiquement la souveraineté en décidant d’une politique claire
pour l’Union Européenne.
Proposition 2. Lutter contre le moins-disant fiscal et l'optimisation fiscale
Proposition 3. Créer des mécanismes institutionnalisés engageant les
Etats membres à soutenir ceux d'entre eux qui participent à des
opérations extérieures ou qui luttent contre les migrations illégales.
11
Pour aller plus loin ensemble
Le si te : http://coherencesoci al i ste. com (page
« Rejoignez-nous » pour s’inscrire sur nos listes de
diffusion)
L’email : contact@coherencesocialiste.com
Le compte twitter : @Coherence_PS
Le compte et la page facebook : « Cohérence socialiste »
L’ouvrage collectif : Contre la mort de la Gauche en
vente sur fnac.com, Amazon ou en téléchargeant un bon
de commande sur notre site internet.
#CohérencePS #EGPS

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful