Réunion publique à La Rochelle

Samedi 30 août 2014


Karine Berger :
Bonsoir à tous, et merci d’avoir trouvé un moment pour venir. Cohérence Socialiste est une toute
jeune sensibilité du PS et cette réunion à La Rochelle est la première occasion pour nous de parler
avec des militants venus de toute la France… et même de New York.
Quelques mots d’introduction sur l’idée de cette réunion : nous voulons avoir avec vous un véritable
échange, donc nous vous laisserons la parole au maximum.
Mais d’abord j’aimerais revenir sur les raisons de la naissance de Cohérence, alors que nous venons
de vivre aujourd’hui une folle journée où le PS s’est constitué en deux blocs, qui aujourd’hui sont
montés en force avec une série de provocations. Ce soir, nous ne voulons pas de ça. Nous
n’accepterons pas un affrontement stérile. Ces derniers mois, au sein du Parlement et de la majorité,
les débats qui explosent aujourd’hui sont nés ; ce sont des débats idéologiques, à l’intérieur du
groupe majoritaire, et nous avons voulus, ici, tenter de trancher ces débats.
Il y a eu les municipales et les européennes, où le FN a d’abord gagné des villes, puis est arrivé en
tête. La crise politique, pour la première fois, sortait des urnes et devenait vraiment visible. Ces
résultats sont la preuve que cette crise n’est pas en voie de résolution. Cohérence socialiste, c’est
l’idée que DANS le Parti Socialiste, nous pouvons débattre. Actuellement, certains débats sont
interdits. L’un d’entre eux porte sur la ligne économique, qu’il faut mettre en regard avec les
engagements pris en 2012. Ces engagements, nous nous en éloignons, et c’est ce qui explique la
situation actuelle.
Cela fait des années que nous arrivons à cohabiter au sein du PS et à faire la synthèse lorsqu’un
débat survient. Aujourd’hui, de nouveau, nous devons faire le pari que les divergences peuvent
aboutir à un nouveau point d’équilibre.
Le Premier secrétaire vient de lancer les Etats Généraux des Socialistes. Mais il faut plus : un congrès
qui permette de trancher dans les faits notre positionnement. Que se passera-t-il en 2017 si nous ne
Réunion publique à La Rochelle, Samedi 30 août 2014 2

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

pouvons plus donner naissance à un programme ? On rentrera, dans l’opposition, comme en 1957,
pour 25 ans. La Gauche peut répondre à la crise politique.
Yann Galut
Nous sommes très heureux de vous accueillir à cette première réunion de Cohérence Socialiste,
sensibilité créée il y a maintenant un mois. Elle a vocation à exister d’abord et avant tout au sein du
PS. Notre premier objectif, en tant que sensibilité, c’est de dépasser les clivages. Le débat sur
l’orientation politique a quitté le PS qui devrait en être le cœur, pour se cristalliser au sein du groupe
PS de l’Assemblée nationale. Ne pas trancher ce débat a amené à des votes contraires au sein de ce
groupe. La séquence de ces derniers jours s’est même traduite dans le gouvernement. Les choses
évoluent d’heure en heure, pour ne pas dire de minute en minute.
Maintenant, il y a deux blocs, et nous sommes dans une situation où, si nous ne trouvons pas de
solution, le risque devient énorme. Tout cela renforce la nécessité, que nous avons ressenti au
groupe socialiste de l’Assemblée, dans les fédérations où nous sommes allés, de peser sur les débats.
Nous ne sommes pas un parti de supporters. Il y a des débats à trancher au sein du PS, et c’est pour
le permettre que nous allons structurer cette sensibilité, que nous allons essayer de porter une
réflexion pour une politique sociale sociale-démocrate, que nous allons produire des contributions
aux Etats-Généraux. Karine l’a dit, nous lançons un appel à l’organisation d’un congrès de plein
exercice pour trancher les débats interdits. Qui doit les trancher ? Le Président de la République ? Le
Premier ministre ? Vous ? Faisons en sorte que ce soit vous !
Il y aura des échéances électorales, et nous souhaitons peser sur les désignations pour porter cette
ligne. Nous lançons donc un appel, nous recherchons des référents locaux. Nous avons également
monté un comité de direction qui se réunit régulièrement, plusieurs fois par mois, et nous allons
organiser des réunions entre nos sympathisants Île-de-France aura lieu le 17 septembre, et une autre
réunion aura le 4 octobre pour préparer les Etats généraux. Parallèlement nous allons faire un tour
de France de Cohérence Socialiste avec toute une série de rendez-vous partout en France. Rendez-
vous est pris où nous pourrons parler…
Alexis Bachelay
Bonsoir à toutes et à tous, et merci d’être venus. On va vite vous donner la parole. Aujourd’hui,
l’absence de démocratie et de débats sont la cause de la crispation que nous ressentons. Remettre
un programme au cœur du débat, c’est ce qui se fait dans les grandes démocraties. En France,
l’exécutif est très autonome par rapport au groupe parlementaire, pouvant imposer des mesures via
le recours à l’article 49-3 de la Constitution. Le Parlement n’est aujourd’hui pas le cœur de la
démocratie, quoi qu’espère Claude Bartolone. Le Gouvernement peut avancer sans rendre de
comptes. Il faut nous saisir de cette question au sein du PS si nous voulons répondre à la crise
politique, à l’abstention et à la montée du vote FN.
Parmi les débats interdits, il y a cette question du fonctionnement des institutions. On ne peut
envisager un renouvellement de la confiance populaire en 2017 sans propositions fortes dans ce
domaine. Nous en avons fait dans notre livre :
Réunion publique à La Rochelle, Samedi 30 août 2014 3

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

- Nous proposons de supprimer le poste de Premier ministre, simple « collaborateur » sous
Nicolas Sarkozy, aujourd’hui chef de guerre plus que théorique d’une majorité
parlementaire.
- Nous proposons également, pour renforcer le Parlement, de supprimer le droit de
dissolution, dont on nous menace aujourd’hui tant.
- Il y a également le sujet des pratiques politique. Nous avons déjà limité le cumul des
mandats, nous voulons le limiter également dans le temps. Malgré les engagements pris par
écrit par les parlementaires auprès de Martine Aubry, malgré les votes répétés des militants,
ça a été difficile de l’imposer ne serait-ce qu’en 2017. Et bien nous devons aller plus loin.
- Aujourd’hui, sur le pacte de responsabilité, on voit apparaitre des inquiétudes : il y a des
risques que les contreparties aux efforts que nous consentons ne deviennent jamais réalité. Il
y a un besoin de représentation forte des salariés ; nous proposons donc de rendre
obligatoire l’adhésion à un syndicat. C'était déjà une proposition de Ségolène Royal en 2007 :
si nous voulons faire des réformes ancrées dans la société, il faut cette représentation
syndicale forte, comme elle existe déjà dans les pays scandinaves.
Valérie Rabault
Bonsoir. Nous allons maintenant prendre vos questions, vos réactions à ces propositions, vos propres
propositions…
Intervenant n°1
Je viens de Paris 20. Félicitations d’abord pour votre initiative. Mon expérience au sein du PS me
laisse craindre qu’elle ne soit plus difficile que prévu, mais elle a le mérite d’exister. Ma question est
simple : vous proposez le débat, pensez-vous réellement que le débat va prendre ?
Intervenant n°2
Je tenais à vous féliciter pour le budget rectificatif alternatif que deux d’entre vous ont présenté.
J’aime le PS, et j’aime sa capacité à toujours faire la synthèse. On ne cherche plus un truc cohérent
pour faire avancer la société. Alors Cohérence Socialiste, quel calendrier d’actions, quels actes, quel
apport au débat ?
Intervenant n°3
Sur la démocratie interne, je tiens à rappeler que la ligne Valls, c’est 7% des votants sur une primaire
ouverte. Qu’il soit aujourd’hui premier ministre me donne le sentiment qu’on ne respecte pas cette
réalité. Par ailleurs, pour ce qui est du cumul des mandats : comment changer ?
Karine Berger
Comment faire renaitre les débats et les propositions de fond ? On a lancé des propositions, à vous
maintenant ! On vous lance la balle : si on donne cette possibilité aux militants de prendre le temps
du débat, ils le prendront, et la synthèse naitra. Des groupes de travail ont déjà été créé au sein de
Cohérence, on soumettra vos propositions au PS, mais pas au Parlement directement : nous n’y
ferons pas la leçon aux autres sans que le parti ait choisi une ligne. Il faut recréer le lieu où opérer la
synthèse, c’est à vous de décider comment avancer.
Réunion publique à La Rochelle, Samedi 30 août 2014 4

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

Valérie Rabault
Sur le non-cumul des mandats, je rappelle que les militants désignent les candidats. Si quelqu’un ne
respecte pas le choix collectif du non-cumul, nous proposerons qu’il ne puisse plus être investi par le
Parti Socialiste. On ne peut pas jouer avec la parole des militants. Mais nous ajoutons également un
point : il ne faut pas plus de 3 mandats au même poste, pour faciliter non pas le jeunisme, mais le
renouvellement et la diversité. Pour que le PS puisse vivre, il faut respecter la parole des militants.
Aujourd’hui on est confronté à un doute des français vis-à-vis de la classe politique. Si on ne
commence pas, nous, élus, par donner l’exemple, on est fichu. Comment l’imposer au PS ? Lors des
votes du congrès, tout simplement.
Intervenante n°4
Marie, je milite à Limoges, mais j’ai vécu 17 ans dans les Hauts-de-Seine, passant d’un fief de droite à
un fief de gauche. Aujourd’hui, je suis épuisée. J’aimerai revenir sur les problèmes de méthode qui se
posent à nous. Quand on se parle entre nous, nous devrions davantage nous demander comment les
citoyens vivent nos débats ; ne jamais oublier comment donner de l’écho à nos débats hors du PS.
Par ailleurs, je suis désolée, mais hors de l’Île-de-France, les réunions à Paris ça ne peut être que le
samedi, sauf à faire enfin vivre au PS la révolution numérique dont il a besoin, en développant la
vidéoconférence. Sinon, le débat se limitera à un échange entre collaborateurs d’élus.
Intervenant n°5
Je suis de Paris, IV
e
arrondissement. A vous écouter, Cohérence va travailler sur le court et le moyen
terme. Et sur le long terme ? On ne peut pas rester dans l’état actuel du parti et de la société. Il faut
quand même arriver, un jour, à changer les choses !
Intervenant n°6
Amine El Khatmi, je suis maire-adjoint à Avignon, et j’ai deux remarques :
- Nous payons aujourd’hui des années de paresse intellectuelle et de « non décisions »
programmatiques, des années où, parce qu’on était sur une pente électorale ascendante, on
se disait qu’on aurait bien le temps de régler ces problèmes plus tard. Maintenant, la pente
électorale s’inverse, et nous n’avons même pas commencé à faire ce travail.
- On parle de Congrès. Ce qui est flagrant, quand on parle avec beaucoup de militants non
contestataires, de ceux qui ont toujours été fidèle, on constate qu’ils sont arrivés à un point
de rupture. Ils viennent voir leurs élus, le secrétaire de section ou le secrétaire fédéral, et
leur disent « j’ai toujours voté comme Solférino me le demandait, j’ai toujours suivi les
consignes à la lettre, mais maintenant, on va où ? » Ces fidèles du PS ne veulent plus
désormais suivre la discipline. Ce militants qui attendent un sursaut, des débats réels, c’est ça
l’espace politique de Cohérence.
Nadège Abomangoli
Je dois partir, alors je veux dire quelques mots. Aujourd’hui, pour discuter, il faut être dans un
collectif, frondeurs ou aile droite. J’aimerais faire écho à Amine, qui vient de décrire précisément le
militant socialiste moyen, celui qui n’est pas dans des calculs de clans et de personnes. C’est pour eux
qu’il faut porter notre sensibilité. Mais il faut aussi porter la question européenne, qui est aussi
essentielle que difficile. Actuellement au pouvoir, nous ne sommes pas clairs sur la façon dont nous
abordons des questions pourtant essentielles pour le quinquennat et au-delà. Nous plions trop
Réunion publique à La Rochelle, Samedi 30 août 2014 5

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

souvent et trop facilement devant des mouvements contestataires minoritaires, mais qui possèdent
cette énergie qui nous fait défaut. Je pense aux Pigeons, aux Bonnets Rouges, à la Manif pour Tous…
Parce que nous ne sommes pas toujours clairs en tant que parti, et parce que sans le Parti Socialiste,
la Gauche n’existe pas, c’est toute la Gauche qui pâti de ce manque de clarté et qui se divise.
Aujourd’hui, nous avons une chance d’arrêter de subir.
Intervenante n°7
Bonjour, Chantal Guitel, je suis députée du Finistère. Là-bas, on applique le non-cumul des mandats,
mais le national réintègre les dissidents cumulards dès qu’ils ont gagné. J’ai signé l’appel des 100,
parce que je ne me sens pas en phase avec la ligne économique du gouvernement. Il ne devrait pas y
avoir les deux blocs qu’on a vu se constituer ce matin. Je me suis battu e en 2012 sur un projet, notre
feuille de route pour le pouvoir, et aujourd’hui je me sens trahie. Il y a deux problèmes politiques :
d’abord, il n’y a jamais le temps et l’espace pour une vraie discussion au sein du groupe PS de
l’Assemblée nationale, ensuite, on apprend certaines décisions, comme le CICE, dans la presse. Il faut
préparer l’avenir, et ce n’est pas facile. On parle d’Europe, mais c’est un domaine où on est tout de
suite revenu sur nos promesses ; le Président de la République nous avait annoncé qu’il renégocierait
le TSCG, il ne l’a pas fait. Le gouvernement ne doit pas obéir aux parlementaires. Mais il est temps
d’affirmer que le gouvernement doit nous écouter, discuter avec nous. Il faut débattre pour
proposer.
Intervenant n°8
Bonjour, Paul, du PS Science-Po Paris. Je milite depuis l’âge de 15 ans, et ça a toujours été pour des
motions, des courants, des sensibilités qui défendaient plus de démocratie (et toujours minoritaires).
Je suis Social-démocrate, je l’assume, mais nos débats internes sont inaudibles, personne ne parvient
à infléchir la politique du gouvernement. Tout à l’heure, j’étais en plénière sur l’égalité. Les
intervenants ont parlé de progrès sociaux, d’égalité hommes-femmes, de libertés. Mais il n’y avait
pas de place pour un débat sur les questions d’égalité économique. La logique qui vise à la
dissolution de l’Assemblée nationale est grave, surtout à nos yeux à nous, militants qui ont fait
campagne sur un projet commun. Au-delà du débat, il faut aussi réfléchir à la façon dont nous
pouvons peser sur le gouvernement ET sur la vie des français.
Valérie Rabault
Je vais répondre à Marie sur les réunions à Paris. Déjà, vous aurez remarqué que nous sommes
quatre sur cette tribune, mais qu’il n’y a qu’un seul francilien, même pas parisien. Nous avons donc
bien conscience des difficultés que ces réunions constituent pour les militants provinciaux. Toutes les
réunions que nous avons planifiées ont lieu le samedi, pour leur laisser la possibilité de venir. Nous
utiliserons également au maximum l’informatique pour permettre les interactions.
Pour ce qui est de peser et d’agir, aujourd’hui pour nous députés, qui sommes à l’Assemblée
nationale, il y a trois options. La première, c’est de se taire et de voter les textes sans rechigner. La
deuxième, c’est de discuter autant que faire se peut avec le gouvernement. Ça a été le cas
notamment lorsque nous avons obtenu un geste en faveur des petites retraites. Ou alors, on ne vote
pas les textes, quitte à prendre le risque, sur des sujets aussi importants que des lois de finances, de
faire tomber le gouvernement, la majorité, voire le président. La majorité ne devrait même pas avoir
à se poser la question de soutenir ou non le gouvernement, et pourtant…
Réunion publique à La Rochelle, Samedi 30 août 2014 6

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

Si nous tranchons la ligne au sein du PS, nous aurons une chance d’avancer, de faire des propositions
qui nous serons propres, et nous aurons matière à discuter avec le gouvernement. Sous Mitterrand,
sous Jospin, on savait avoir ce dialogue. C’est aux militants d’en définir le contenu, pour clarifier la
situation au sein du PS, et au Parlement.
Intervenant n°9
J’ai une question quant à la crise démocratique. J’ai toujours pensé que la parité doit être un résultat
visible, que nous devons porter une représentativité sociale. Pourquoi ne pas proposer que le salaire
des parlementaires soit simplement égal au salaire médian du pays ?
Intervenant n°10
Je suis tout à fait d’accord avec vos propositions, qui remettent un peu de baume au cœur à ceux qui
commençaient à désespérer de notre parti. Mais après, qu’est-ce qu’on fait ? Est-ce qu’on peut vous
faire confiance, à vous plus qu’à d’autres ? Comment être sûr que Cohérence n’est pas qu’un jouet
pour soutenir vos ambitions ? On a tué l’idéal avec Jaurès, vous nous le rendez.
Alexis Bachelay
Oh, mais nous avons beaucoup d’ambition ! Une ambition immense : réinventer le socialisme
démocratique à l’heure des réseaux sociaux et des interconnections. Aujourd’hui, ce que les
institutions de ce pays nous disent, c’est que l’intelligence d’un seul vaut mieux que celle des 200 000
militants socialistes. C’est faux, c’est has been ! Nous ne sommes pas un parti révolutionnaire. Etre
socialiste, c’est simplement vivre dans son temps et anticiper. Faisons-nous confiance les uns aux
autres !
Valérie Rabault
On va participer aux Etats Généraux. On va saisir l’occasion, et jusqu’au bout. 100 jours pour
s’emparer des questions qui nous sont posées, c’est court, très court, mais possible. Nous ferons
également des réunions en province, parce que nous savons qu’il n’y a pas que Paris. D’ailleurs,
quand vous aurez tous lu notre livre, vous verrez que nous faisons également des propositions pour
la ruralité. Assurons notre cohérence au regard de notre histoire de socialistes et de notre avenir de
socialistes.
Yann Galut
Merci à tous d’être venus. Si vous êtes convaincus, mettez-vous en contact tout de suite avec nous. Il
y a urgence de porter des idées et d’organiser et de participer à nos réunions. Mais nous sommes
aussi prêts à venir vous rencontrer localement, y compris au titre de nos responsabilité nationales :
Valérie est rapporteur général du Budget, Karine secrétaire nationale à l’économie, Alexis est en
pointe sur les questions institutionnelles, notamment le Grand Paris, et moi-même j’ai acquis, je
crois, une certaine légitimité sur les questions d’évasion fiscale. Il y a urgence à structurer. Je vous
présente d’ailleurs le secrétaire général de Cohérence Socialiste, Arthur Delaporte. Il est entouré par
une petite équipe de volontaires, avec Alexandre, Guill aume et quelques autres. Tout va très vite
maintenant. Heureusement d’ailleurs que nous avons lancé Cohérence Socialiste il y a un mois et pas
aujourd’hui : nous avons un temps d’avance. Encore merci de votre présence.
Réunion publique à La Rochelle, Samedi 30 août 2014 7

ht t p: //coher encesoci al i st e. com contact@coherencesocialiste.com Twi t t er : @Coher ence_PS
Cohér ence Soci al i st e – I mmeubl e Le Bal t i mor e – 6 r ue Vi l l ar s – 05 005 Gap

Karine Berger
Le compte-à-rebours est lancé pour la Gauche et pour le Parti Socialiste. Vous nous avez demandé
pourquoi nous faire confiance ? Il faut y arriver de nouveau, sans quoi nous ne pourrons plus jamais,
en tant que socialistes, nous faire confiance entre nous. Nous ne pourrons même plus nous faire à
nous-mêmes. Alors d’ici à ce que les français puissent nous faire à nouveau confiance… Le message
que nous lançons aujourd’hui, il est simple : n’ayons pas l’impression que l’histoire s’arrête là !
Donnons-nous rendez-vous en 2017, pour écrire une nouvelle victoire de la gauche !

Pour nous rejoindre, remplissez le formulaire en ligne
(http://coherencesocialiste.com/impliquez-vous/)
et imprimez votre bulletin d’adhésion (http://lc.cx/BulAdCS )

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful