Vous êtes sur la page 1sur 4

Infrastructure

177
Février 2001

Findings fait le point sur les travaux en cours dans les domaines opérationnels, économiques et sectoriels entre-
pris par la Banque mondiale et ses états members dans la Région Afrique. Le bulletin est publié périodique-
ment par le Centre de Documentation pour le compte de la Région. Les opinions émises dans Findings
n'engagent que le(s) auteur(s) et ne sauraient être attribuées au Groupe de la Banque mondiale.

Electrification des zones rurales : enseignements tirés de l'expérience


L'expérience acquise par la Banque jusqu'à par exemple en introduisant des
nos jours indique qu'il est rare que des pro- équipements standards, une concep-
grammes d'électrification rurale soient en tion et une construction réticulées,
mesure de s'autofinancer. Cependant, il les procédés opérationnels et pra-
s'avère que les populations rurales tirent des tiques optimales les mieux adaptés
avantages externes des principales synergies aux conditions propres aux zones
créées avec l'introduction de l'électricité rurales plutôt que de se fier à des pra-
(par exemple, on constate une amélioration tiques aux coûts élevés et dis-
de leur accès à la communication et aux pendieuses 'gold-plated' qui convien-
services éducatifs ainsi qu'un rehaussement nent davantage aux zones urbaines.
de leur situation économique de même que • Les critères de sélection et d'organisa-
la création de centres de santé supplémen- tion des priorités devraient être
taires, le renforcement de la qualité des soins ouverts et objectifs. Les ingérences
fournis et des mesures de sécurité à travers le d'ordre politique au niveau de l'im-
pays). Les programmes d'électrification plantation des PER peuvent forte-
rurale (PER) devraient chercher à optimiser ment augmenter les coûts du pro-
les bénéficies tant économiques que sociaux gramme d'extension.
qu'ils procurent. Certains des enseigne- • Les bénéfices que l'on peut tirer de
ments tirés et des pratiques optimales l'électrification découlent directe-
appliquées (extraites des sources indiquées ment de l'usage qui en est fait ainsi
en page 3) sont résumés ci-dessous. que des coûts des sources alternatives
d'électricité et d'énergie. Idéalement,
Enseignements tirés les PER devraient être introduits dans
des zones où il existe déjà une
• Les facteurs essentiels au renforce- demande pour des services qui
ment de l'électrification incluent l'ex- opèrent à l'aide d'électricité - en
istence de conditions économiques prop- général, il s'agit de zones de crois-
ices ; l'engagement soutenu du gou- sance agricole où existent des entre-
vernement vis-à-vis des objectifs du prises rurales et où les revenus sont
projet ; la mise en place d'institutions d'origine rurale. Cependant, afin
publiques compétentes ; et la décen- d'amplifier et d'accélérer l'impact de
tralisation des centres de décision. développement, il serait souhaitable
• L'extension des réseaux électriques de fournir une assistance technique et
n'est pas toujours la solution la plus de procurer un type de services dont
rentable du point de vue coûts/effi- les entreprises rurales ont besoin en
cacité ; la décentralisation des modes vue de stimuler la demande.
de prestation et des sources alterna- • La viabilité du projet dépend dans
tives d'énergie - telles photo- une large mesure de la politique des
voltaïques solaires, micro centrales et prix. Un système efficace de recou-
autres sources d'énergies renouve- vrement des coûts (combiné avec des
lables - devrait être envisagée tout en moyens plus efficaces d'allouer les
s'assurant que ce sera l'option de subventions lorsque nécessaire)
développement la moins coûteuse qui représente l'élément le plus impor-
sera choisie. Il existe d'innombrables tant pour la viabilité sur le long terme
moyens de réduire les coûts des des PRE.
branchements par unité de réseau,
• Les familles rurales sont davantage L'enquête révèle que dans les régions Etablissement des priorités
freinées par les charges initiales asso- où les taux d'adoption sont élevés, les • Chacun des PER qui a réussi à
ciées au branchement des services que pauvres bénéficient largement des développé son propre - transparent -
par la perspective de régler des fac- programmes d'électrification rurale. système de classement a identifié les
tures mensuelles. Il est nécessaire de Par ailleurs, bien que ces derniers dis- zones qui devaient recevoir de l'élec-
mettre en place des arrangements fin- posent de moins de moyens que les tricité en priorité.
anciers conséquents afin que les coûts milieux aisés, ils opteront pour l'élec-
des branchements soient plus abord- tricité si les politiques de branche- Durabilité financière/Recouvrement
ables. ment leur conviennent. Sans électri- des coûts
• Subventionner les coûts opéra- fication des zones rurales ou tout • Identifier d'une part les facteurs d'or-
tionnels est une méthode qui s'est autre programme destiné à encour- dre économique qui peuvent limiter
avérée être considérablement contre- ager une couverture extensive des l'extension des services électriques et
productive et nuire à la situation populations pauvres, ces dernières d'autre part les avantages
financière des services publics, à leur n'auront d'autre alternative que de se économiques potentiels qui
capacité d'extension et, en dernière procurer du kérosène, une source de découleraient du choix pour des
analyse, aux PRE eux-mêmes. lumière médiocre et fort coûteuse. options moins coûteuses et qui reposent
• Il se peut que le secteur privé soit • Il est difficile d'estimer le nombre de sur l'utilisation de sources d'énergie
intéressé à contribuer aux pro- personnes qui souhaiteraient avoir de alternatives.
grammes d'électrification des zones l'électricité mais qui, en fait, nient ce • Assurer la durabilité commerciale afin
rurales, même si le pays est pauvre. besoin. De même, il n'est pas aisé de d'assurer que l'électrification des
Toutefois, ce secteur exige la mise en mesurer la capacité et volonté des zones rurales est viable.
populations d'assumer les charges
place préalable d'un cadre juridique
d'électrification.
• Un système rationnel de recouvrement
et d'options de gestion des risques, y des coûts devrait prendre en consid-
compris la garantie de règles équita- • Les projets qui servent de démonstra- ération les coûts d'investissement de
bles en termes de compétition et la tion (approche typiquement suivie capitaux, le niveau de participation
possibilité de récupérer l'ensemble de par les donateurs) ne procurent pas locale, le nombre et la densité des
ses investissements . une mesure exacte de la viabilité. consommateurs, la demande
• Les PRE peuvent bénéficier large- éventuelle en électricité, de même
ment de l'implication des commu- Pratiques optimales que la volonté et la capacité de la
nautés locales ou, au contraire, souf- population de subvenir aux
frir de leur manque de participation. Réforme du secteur de l'énergie (l'idéal paiements.
serait que les réformes soient continues
• Les PRE parviendront à stimuler la après que le projet a été évalué):
• Le régime des tarifs devrait garantir
croissance économique et l'emploi si que les PRE sont financièrement
d'autres conditions nécessaires sont
• Etablir un cadre de travail réglemen- viables et n'épuiseront pas les
satisfaites . Les PRE parviennent à taire impartial, transparent qui inclu- ressources opérationnelles. Les tarifs
réduire la pauvreté dans les zones rait des garanties juridiques que les devraient couvrir le coût total de la
rurales, du fait d'une augmentation services publics peuvent appliquer de transmission/génération de voltage
générale des revenus causée par les façon indépendante - c'est à dire par moyen, en plus des coûts d'opération
usages rentables de l'électricité. le biais de contrats de gestion/conces- et de maintenance de voltage faible.
sions.
• Les enseignements tirés des projets Ils devraient également couvrir les
d'électrification rurale qui ont réussi
• Approuver des principes réglemen- coûts de renouvellement du capital
démontrent qu'une fois que l'élec- taires qui permettent d'assurer une éventuel.
tricité est disponible dans une zone, discipline financière, des tarifs • La structure des tarifs doit assurer
les ménages de classe moyenne et adéquats et l'établissement de con- que toute subvention est juste,
riches sont les premiers à l'adopter. trats avec les services publics sur une équitable et durable. Un modèle "
Mais, si le projet se consacre unique- base compétitive et incitative. efficace " de subvention améliore l'ac-
ment à promouvoir l'usage de l'élec- • Diviser les responsabilités entre les cès par les pauvres (rehaussement de
tricité auprès des ménages de moyens autorités régulatrices et les compag- la qualité de la vie, réduction des
modestes - en réduisant les frais de nies chargées de l'exécution. dépenses en énergie) ; appuie les
branchement et les taux minimaux - • Ouvrir le marché aux investissements mesures incitatives pour une presta-
le taux d'adoption de l'électricité et opérateurs privés. tion/consommation efficace. En
croit considérablement, y compris outre, un tel modèle doit être
parmi les foyers les plus pauvres. appliqué en tenant compte des con-

2
traintes financières et humaines du donné leur utilisation limitée. De vent être exécutées dans le cadre de
gouvernement/de la puissance élec- telles mesures évitent les dépenses contrats avec des organisations au
trique. Des programmes de subven- inutiles auxquelles pourraient donner niveau des villages sur la base d'une
tion efficaces encouragent l'électrifi- lieu la lecture des compteurs élec- commission pour chaque type de
cation rurale. Une partie du capital triques et leurs coûts. service fourni.
peut être subventionnée, obtenue à • Inclure des programmes de gestion • L'établissement de procédures insti-
des taux concessionnaires ou en tant qui prennent en considération la tutionnelles et organisationnelles
que don du gouvernement ou des demande dans la conception du pro- appropriées pour la planification, le
donateurs. Les subventions ne jet afin de déplacer une partie des financement du projet ainsi que la
devraient pas être utilisées pour les charges rurales vers les périodes hors- passation de marchés pour les biens
charges opérationnelles. Un tarif pointe. et les activités de construction est très
minimal faible est acceptable sur la • Agences d'exécution. Il n'existe pas important pour une implantation
base de la redistribution des revenus. de modèle unique de structure insti- positive des PRE qui implique la par-
• Limiter les coûts de construction/opéra- tutionnelle . Cependant, dans tous ticipation des petites communautés.
tionnels : évaluer les critères tech- les pays où les programmes d'électri- • Le concept Area Coverage Rural
nologiques disponibles durant la fication rurale ont été un succès, les Electrification (ACRE)-- un système
phase de planification ; utiliser un agences d'exécution bénéficient d'au- de distribution basé sur des coopéra-
équipement peu coûteux ; recourir à tonomie opérationnelle et sont tives électriques rurales qui apparti-
des technologies/approches innova- tenues responsables ; l'équipe de ennent à leurs membres, a remporté
trices et des vendeurs locaux ; stan- direction tendait à être dynamique et du succès (exemple du Bangladesh).
dardiser les matériaux. Envisager l'u- les employés ont bénéficié de la sécu-
tilisation de panneaux électriques rité d'emploi ainsi que des possibilités Les auteurs de cet article sont Arun Sanghvi,
prêts à fonctionner afin de réduire les de se développer sur le plan profes- spécialiste principal en matière d'énergie,
coûts de branchement. Concevoir un sionnel. Il est important de parvenir à Région Afrique, Division énergie, et
système pour les charges prévues des arrangements contractuels clairs Douglas Barnes, spécialiste en énergie,
(plus faibles dans les zones rurales entre le gouvernement et les agences Région Asie du Sud, Division énergie. La
que dans les zones urbaines) afin de d'exécution. recherche au niveau des bureaux de la
réduire les coûts de construction ; Banque mondiale a été menée par le per-
prévoir de faire des améliorations sonnel de la division responsable de la qual-
dans le futur. Participation des communautés ité des opérations et du développement des
• Envisager l'apport de ressources locales. connaissances au sein de la Région Afrique
financières afin de répartir les coûts • Il est plus probable que les projets (Suzanne Essama et Diana Masone). Pour
entraînés par les branchements sur seront viables si les parties prenantes plus d'information, veuillez contacter
une longue période, ou offrir des au niveau local sont impliquées dans Aasanghvi@worldbank.org ou
coûts plus bas aux pauvres afin que leur conception et implantation. Un Dbarnes@worldbank.org
les bénéfices de l'électrification puis- moyen d'y parvenir consiste à établir
sent profiter à un grand nombre de un Comité d'Electrification Rurale
personnes ; considérer également de qui puisse évaluer la demande, édu- Sources
prendre des dispositions en vue de quer les consommateurs, et promou-
procurer une assistance financière voir l'usage courant de l'électricité. 1. Consultations avec Douglas Barnes,
destinée au crédit/la location d'ap- Cette méthode peut également con- SASEG, Arun Sanghvi, AFTG1, et Alan
pareils ménagers électriques. tribuer à réduire les problèmes poten- Townsend, PSAPP. Selina Wai Sheung
• Dans le cadre de l'extension des réseaux tiels qui pourraient survenir au Shum, EASEG, recommande également
électriques, il est généralement impor- niveau des droits de passage nécessaires des sources.
tant de mesurer la totalité des consom- pour la construction et l'entretien des 2. Prêts pour le secteur de l'énergie élec-
mations en électricité. Il se peut qu'il y lignes électriques. trique dans les pays de l'Afrique
ait des exceptions à cette règle pour • Dans certains cas, tels la Thaïlande, la SubSaharienne. Résumé d'une étude sec-
les ménages qui consomment très communauté a fourni des contribu- torielle (#15780), OED, 1996.
peu d'électricité fournie de nuit tions considérables en termes de cap- 3. Ouganda-Energy pour des réformes
seulement par des générateurs locaux ital et de main d'œuvre ; cette rurales, PCD, mai 5, 2000.
de petite taille. Dans de telles circon- démarche permet de réduire les coûts 4. Participation privée aux extensions des
stances, il pourrait être nécessaire de du programme. Les activités exigeant réseaux électriques au Mozambique,
charger un coût fixe pour chaque un travail intensif au niveau de la dis- Yuriko Sakairi, Forum sur les ressources
appareil ménager électrique, étant tribution des services aux clients peu- naturelles, Journal des Nations Unies,

3
Volume 24, Numéro 4, novembre 2000,
et "Expérience d'un programme d'électri-
fication par micro turbine à gaz dans le
cadre de contrats de gestion au
Mozambique", Yuriko Sakairi, article
publié dans Brochure sur l'énergie et les
mines d'octobre 1999.
5. Electrification rurale dans le monde en
développement: Enseignements tirés des
programmes qui ont réussi, Douglas F.
Barnes et Gerald Foley, version prélimi-
naire, novembre 1998.
6. Etude de cas: Approche choisie par la
Thaïlande pour l'électrification rurale:
Evaluation du success de cette approche.
Tuntivate Voravate et Douglas F. Barnes,
Version préliminaire, avril 2000. Ne
peut être cité sans autorisation.
7. Promouvoir les investissements privés
dans le domaine de l'électrification rurale
-Le cas du Chili, Viewpoint, Note #214,
Réseau secteur privé et infrastructure,
juillet 2000.
8. Electrification rurale en Asie: Revue de
l'expérience de la Banque, résumé de l'é-
tude sectorielle (#13291), OED, 1994.
9. Electrification rurale: examen approfondi
des coûts et bénéfices, OED Précis 90,
mai 1995.
10. Energie rurale et développement:
Amélioration l'approvisionnement en
énergie pour deux milliards d'habitants,
Banque mondiale, 1996.
11. Energie: Prestation de services pour les
populations pauvres à travers le monde,
ESMAP Rapport énergie & développe-
ment 2000.
12. Récents rapports d'achèvement des pro-
jets et rapports d'évaluation de la per-
formance.

Les auteurs de cet article sont Arun Sanghvi, spécialiste principal en matière d'énergie, Région Afrique, Division énergie, et Douglas Barnes, spé-
cialiste en énergie, Région Asie du Sud, Division énergie. La recherche au niveau des bureaux de la Banque mondiale a été menée par le personnel
de la division responsable de la qualité des opérations et du développement des connaissances au sein de la Région Afrique (Suzanne Essama et Diana
Masone). Pour plus d'information, veuillez contacter Aasanghvi@worldbank.org ou Dbarnes@worldbank.org